ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication L'AVEUGLE BARTIMEE / 59-1127 / San Jose, Californie, USA // SHP 1 hour and 41 minutes PDF

L'AVEUGLE BARTIMEE

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Merci. Vous pouvez vous asseoir. Juste une petite minute ou deux de retard. J'√©coutais simplement un t√©moignage d'un... du petit photographe qui tire des photos ici pendant la campagne. Il racontait qu'il a √©t√© gu√©ri. J'ai pri√© pour lui en 1948, je pense que c'√©tait √ßa. Il souffrait de la tuberculose et √©tait hospitalis√©, et il fut gu√©ri par la puissance du Dieu Tout-Puissant. Nous en sommes si heureux. C'est un petit fr√®re espagnol qui prend des photos par ici. Je pense qu'il √©tait au d√ģner l'autre soir. Ou plut√īt, j'appelle cela souper. Je - je ne m'habituerai jamais √† l'appeler d√ģner. Je... simplement... Inutile d'essayer... C'est vrai, fr√®re, l√†. Vous savez, si j'appelle cela d√ģner, j'ai perdu un repas quelque part. Je... L√† dans le Sud, au Kentucky, nous avons : le petit-d√©jeuner, le d√ģner et le souper. Et si vous mettez le d√ģner l√† √† la place du souper, alors o√Ļ passe le souper ? Ainsi... Et nous ne prenons pas le d√ģner du Seigneur de toute fa√ßon, nous prenons le Souper du Seigneur, n'est-ce pas. C'est juste. C'est juste.
E-2 C'est tr√®s beau, j'√©tais... J'ai rencontr√© aujourd'hui certaines personnes qui ont √©t√© √† cette s√©rie de r√©unions ici, plusieurs d'entre elles dans la rue. Et - et il y a... Je vous assure, Il nous sera difficile de quitter cette ville. C'est tr√®s beau. Les gens sont gentils et sympathiques. Et je... Nous appr√©cions vraiment cela. Et les dons que les gens nous offrent, certains nous ont envoy√© une caisse de prunes, et il y a des p√™ches dedans, ainsi que des p√™ches s√©ch√©es. Et - et des amandes de noix, un sac d'amandes. Et, oh ! je ne connais pas tout ce qu'il y a comme dons et ainsi de suite. Nous appr√©cions r√©ellement cela. Je porte ce soir une montre qui m'a √©t√© offerte √† San Jose il y a longtemps, et je... La bo√ģte ne portait m√™me pas le nom, la personne qui m'a envoy√© la montre, une belle Elgin de dix-neuf rubis. Et depuis lors, je la porte. Quelqu'un me l'avait offerte ici √† San Jose, lors de la pr√©c√©dente s√©rie de r√©unions. Elle √©tait simplement d√©pos√©e l√†-dedans d'une certaine mani√®re, et je - je l'ai re√ßue. Mais elle vient de San Jose. Cette personne est ici ce soir, je vous remercie certainement, fr√®re. Le nom n'√©tait pas mentionn√© pour que j'√©crive en retour afin de dire merci, mais je suis s√Ľr que le Saint-Esprit le fait savoir pour que j'appr√©cie cela. Et je... Le Seigneur m'a b√©ni bien des fois. Et je portais cela lorsque ces derniers √©v√©nements sont arriv√©s, ainsi je - j'√©tais si - si heureux.
E-3 Eh bien, demain matin c'est le petit-d√©jeuner des Hommes d'Affaires. Je pense qu'ils ont annonc√© cela, le lieu o√Ļ ce sera, ainsi que l'heure. Et puis demain soir, ce sera notre derni√®re soir√©e de cette campagne, √† notre connaissance, dans ce b√Ętiment-ci. Puis dimanche apr√®s-midi, ce sera le service de cl√īture. Nous nous attendons certainement √† un grand service de cl√īture le dimanche. Le Seigneur voulant, si ma voix tient bon, j'aimerais pr√™cher dimanche apr√®s-midi sur le sujet : Pareil √† l'aigle qui √©veille sa couv√©e et voltige sur ses petits. Et c'est au cas o√Ļ je pourrais avoir encore assez de voix. Je prends en quelque sorte... Je pr√™che juste comme je ferais tout autre chose, j'essaie d'y mettre tout mon cŇďur, toute mon √Ęme, toute ma pens√©e, tout mon corps et toute ma voix. Des fois peut-√™tre, c'est...
E-4 Ceci n'est pas un endroit pour plaisanter, et je ne crois pas au fait de plaisanter √† la chaire. Mais fr√®re Bosworth me racontait une fois (et beaucoup d'entre vous ont connu fr√®re Bosworth, une sainte et pieuse personne), il disait qu'il y avait... Une fois une dame de couleur a demand√© √† son mari ministre, elle a dit : " Ch√©ri, a-t-elle dit, pourquoi tu criais tant ce matin pendant que tu pr√™chais ? " Il a dit : " Eh bien, je vais te dire ce que c'√©tait, ch√©rie. " Il a dit : " Tout ce que je n'avais pas sous forme d'√©clair, je devais le rendre sous forme de tonnerre. " Ainsi... Peut-√™tre c'est tout √† fait de cette mani√®re que √ßa se passe avec moi bien des fois. Mais si le tonnerre sort de la chose correcte, c'est √ßa l'essentiel. C'est ce qui compte. Eh bien, c'est... Nous nous appr√™tons √† lire Sa Parole maintenant, et nous essayerons de prendre autant de gens que possible dans la ligne de pri√®re ce soir. Nous sommes ici dans un seul but, celui de vous aider. C'est la raison pour laquelle ces gens se rassemblent. Aujourd'hui, j'ai rencontr√© fr√®re Wagner dans la rue, ainsi que sa charmante √©pouse. Et je lui disais que je... que l'une des choses extraordinaires dans cette r√©gion-ci, c'est la communion fraternelle. J'aime cela. J'ai √©t√© √† des endroits o√Ļ il y avait de plus grandes foules et ainsi de suite, et je... Mais je n'ai jamais connu un endroit o√Ļ il y a eu plus de communion. C'est comme si tout est d'un commun accord ; cela... Je suis... Je crois, mes fr√®res, que vous ne laisserez jamais cela vous quitter. Gardez cela, quoi que vous fassiez. Restez juste dans cette communion fraternelle. Je suis un vrai Kentuckien. Et quiconque... Y a-t-il d'autres Kentuckiens ici venant du Kentucky ? Eh bien, vous savez ce que le vieux slogan d√©clare : " Unis, nous tenons bon, divis√©s, nous tombons. " Et c'est juste. Restons donc unis. Nous avons des choses en commun, et c'est le Seigneur J√©sus.
E-5 Inclinons maintenant la t√™te pendant que nous Lui parlons dans un mot de pri√®re. Bienveillant P√®re, Auteur de la Vie, et Donateur de tout don spirituel excellent, pardonne-nous, √ī Seigneur, nos p√©ch√©s et nos faiblesses. Et nous inclinons simplement nos t√™tes vers la poussi√®re ; il y a quelque chose qui se passe en nous. Nous savons que nous sommes alors dans la Pr√©sence de Dieu. Car J√©sus nous a dit que si nous demandions quelque chose au P√®re en utilisant Son Nom, Il serait l√† pour entendre et nous l'accorder. Et nous savons que nous Te parlons directement. Et nous implorons mis√©ricorde. Bien des fois, nous faisons et disons des choses qui ne sont simplement pas correctes ; nous prions donc que Tu nous pardonnes ces choses. Maintenant, nous nous sommes rassembl√©s ce soir, Seigneur, dans le seul but de Te glorifier, et d'apporter la Parole, de pr√™cher la Parole de Dieu qui b√©nit Ton peuple et qui apporte la puissance, la foi, la joie, la Vie Eternelle √† Tes enfants. Je prie, Seigneur, qu'alors que je lirai ces Paroles, que Tu envoies le Saint-Esprit, que Tu prennes le contexte du texte, ainsi que le texte, et que Tu places cela dans le cŇďur de chaque personne qui est ici. Et qu'√† partir du moment du placement de ces Paroles par le Saint-Esprit, cela grandisse et ne meure jamais. Et √† travers tous les √Ęges √† venir, que cela continue de vivre, Seigneur, car c'est Ta Parole. Enfonce cela dans mon cŇďur de cette fa√ßon. Gu√©ris les malades et les afflig√©s. Donne la paix √† ceux qui sont dans l'angoisse, car nous vivons dans un temps d'angoisse, un temps o√Ļ on ne sait que faire, un temps d'angoisse parmi les nations. Et nous implorons mis√©ricorde, Seigneur, et que Ton Saint-Esprit nous guide et nous conduise. Et nous Te glorifierons pour cela, car nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen.
E-6 Pour vous qui pr√™tez attention aux Ecritures ou plut√īt qui les notez, j'aimerais lire dans le Livre de Saint Luc, chapitre 18, verset 37. Puisse le Seigneur ajouter Ses b√©n√©dictions √† Sa Parole. On lui dit : c'est J√©sus de Nazareth qui passe. Et il cria : J√©sus, Fils de David, aie piti√© de moi ! Nous savons tous de quoi il s'agit dans cette Ecriture ce soir ; il s'agissait d'un mendiant qui implorait mis√©ricorde. Et nous sommes quelque peu comme lui ce soir. Je pense que la c√©cit√© physique est une chose horrible ; mais la c√©cit√© spirituelle, c'est pire.
E-7 Cela a d√Ľ √™tre un matin froid de novembre. Il √©tait en retard. Il n'avait pas pass√© une bonne nuit ; il avait r√™v√© toute la nuit qu'il voyait de nouveau. Il s'est r√©veill√© en retard, il a embrass√© sa femme en guise d'au revoir, ainsi que sa fillette, et il a fait son chemin √† t√Ętons en suivant la rue pour trouver la porte d'entr√©e. Comme il √©tait en retard... Il y avait beaucoup de mendiants dans le pays en ce temps-l√†. Et il y avait tellement de mendiants que les gens qui pouvaient leur apporter de l'aide n'avaient peut-√™tre qu'une pi√®ce d'argent par jour √† donner √† un mendiant. Beaucoup d'entre eux √©taient des l√©preux, des aveugles, des gens aux membres tordus, et... Oh ! c'√©tait un tableau horrible. Et le premier que rencontrait le commer√ßant ou tout celui qui √©tait capable de faire un don, eh bien, il lui donnait sa pi√®ce d'argent, et le probl√®me √©tait r√©gl√© pour le reste de la journ√©e.
E-8 Mais Bartim√©e √©tait en retard. Et il avait eu un... Il avait r√™v√© toute la nuit qu'il voyait de nouveau. Et son cŇďur fr√©missait parce qu'il pouvait se rappeler l'aspect des choses. Il √©tait aveugle depuis une vingtaine d'ann√©es. Il √©tait donc en retard. Et son seul espoir √©tait d'aller √† la porte et d'attendre l√†. Peut-√™tre qu'un marchant, qui viendrait en retard, avait une pi√®ce d'argent pour lui. Et c'√©tait de cette fa√ßon qu'il - il devait vivre. Et comme personne ne venait, il est donc all√© se trouver une pierre l√† o√Ļ le soleil est chaud, apr√®s que ses pieds nus avaient quitt√© le pav√© rond qui conduisait √† la tr√®s grande vo√Ľte, la porte de la ville de J√©richo. Certaines vieilles pierres se trouvaient encore l√† partout, provenant des ruines du temps o√Ļ la ville s'√©tait effondr√©e et s'√©tait √©croul√©e √† l'√©poque de Josu√©. Le soleil du matin se levait lentement, et le vent soufflait sur les collines de Jud√©e. Et il √©tait en lambeaux et il √©tait pauvre. Et il se demandait ce qu'il ferait pour avoir son bois d'hiver, et pour... afin de faire survivre sa famille pendant l'hiver.
E-9 Et pendant qu'il √©tait assis sur une pierre, il a ramen√© ses haillons autour de lui et s'est envelopp√© du mieux qu'il pouvait, et le soleil chaud a commenc√© √† briller, il s'est mis en quelque sorte √† r√™ver, √† r√™vasser, se disant : " Quel r√™ve j'ai eu la nuit derni√®re ! Oh ! si seulement cela pouvait √™tre la r√©alit√©, que je puisse voir de nouveau ! " Et alors qu'il √©tait assis l√†, il a commenc√© √† penser √† l'√©poque o√Ļ il voyait. Cela faisait beaucoup - beaucoup d'ann√©es pour Bartim√©e. Il se rappelait que, petit gar√ßon, il courait sur les collines de Jud√©e l√† au d√©but du printemps, et les petits boutons d'or - et les fleurs du printemps sortaient. Et il saisissait ces petites fleurs et les contemplait, et combien elles √©taient belles. Et ses yeux se tournaient vers les cieux, quand il se couchait dans l'herbe que baignait un soleil chaud, et il levait les yeux vers les cieux, le ciel bleu, et les nuages blancs qui flottaient. Oh ! quel privil√®ge pour une personne d'avoir la vue.
E-10 Mais h√©las, cela faisait longtemps. Et il allait et courait, et entendait sa m√®re, assise √† la v√©randa du devant, l'appeler avec douceur et tendresse : " Bartim√©e, c'est l'heure de la sieste pour mon petit gar√ßon. " Et il accourait vers sa m√®re, alors qu'elle √©tait assise √† la v√©randa du devant et elle lui chantait les hymnes des Psaumes, et lui racontait les histoires de la Bible jusqu'√† ce qu'il s'endorme dans ses bras. Assis donc l√†, un vieil homme, tout dess√©ch√©, vo√Ľt√© dans le froid, il pensait √† cette jolie m√®re juive aux yeux tout p√©tillants. Elle avait l'habitude de ramener en arri√®re les cheveux du front de son petit enfant et de dire : " Oh ! tu as de tr√®s beaux petits yeux bruns, mon fils. " Et il s'est souvenu alors de certaines histoires de la Bible qu'elle lui racontait. Je vous assure, les souvenirs d'une bonne m√®re chr√©tienne sont pour un cŇďur humain un tr√©sor inoubliable. √Ē Dieu, donne-nous encore des m√®res qui prendront leurs enfants et qui, au lieu d'essayer de leur enseigner les claquettes et quelque chose qui va ruiner et g√Ęcher leur vie, leur liront les histoires de la Bible et leur parleront du Dieu du ciel et de paix. Dieu sait que nous avons besoin de cela par-dessus tout aujourd'hui pour la maternit√©.
E-11 Et comme il se souvenait en particulier d'une histoire qu'il aimait tellement, c'√©tait une histoire que sa m√®re lui lisait, concernant Elie, le grand proph√®te. Il aimait toujours Elie, parce qu'il √©tait chauve, qu'il avait une grande foi. Et Dieu l'avait ordonn√© proph√®te. Et sa m√®re lui racontait l'histoire qui parle d'une - une Sunamite qui avait grandement confiance en ce proph√®te, Elie. Et c'√©tait une femme riche, elle soutenait Elie pour l'aider. Un jour, elle a dit √† son mari : " Construisons juste une petite chambre sur le c√īt√© de notre maison. Car je vois que cet homme qui passe par ici est un saint homme de Dieu. Et faisons quelque chose pour ce saint homme de Dieu. " Et son mari √©tait d'accord qu'ils devaient lui construire un petit lieu de repos o√Ļ il pouvait √©tendre son corps fatigu√© et √©puis√©. Et le petit Bartim√©e se disait : " C'√©tait tr√®s gentil de la part de ces gens d'essayer de faire quelque chose pour les serviteurs de Dieu. Et sans penser √† une r√©compense, mais juste pour faire quelque chose. "
E-12 Ainsi un jour, alors qu'Elie et son ami Gu√©hazi, le serviteur, passaient, voil√† qu'une jolie petite maison √©tait construite, une petite chambre sur le c√īt√© de la maison. Et on y trouvait un lit, un pot d'eau contenant de l'eau fra√ģche, et un endroit pour... petite table pour manger. Et les choses √©taient arrang√©es de fa√ßon si confortable pour le proph√®te que cela l'a b√©ni au point que la puissance du Seigneur est descendue sur lui, √† cause de la b√©n√©diction dont il a joui de la part de cette femme et de cet homme. Et c'√©taient des Sunamites. Il a donc dit √† Gu√©hazi, son serviteur : " Va demander √† cette femme... " J'aime aborder cela. " Va demander √† cette femme ce qu'elle d√©sire. " Oh ! la la ! " Va lui demander. " Une - une grande onction doit avoir frapp√© le proph√®te. Et il a dit : " Va lui demander ce qu'elle d√©sire. Devrais-je aller parler au roi ou au chef de l'arm√©e ? " Et elle a dit √† Gu√©hazi, elle a dit : " Je ne d√©sire rien. Nous sommes riches. Nous avons notre maison, nous avons nos fermes, nos terres, et j'habite au milieu de mon peuple. Ainsi je ne d√©sire rien. Je ne veux aucune r√©compense, pas m√™me un merci. La seule chose, je l'ai juste fait pour honorer Dieu, le Dieu que tu sers. Et je sais qu'Il est avec toi. Et je n'ai fait que payer par l√† mon tribut au Dieu du Ciel. "
E-13 Et lorsque Gu√©hazi est revenu avec un tel message aupr√®s de son ma√ģtre, le proph√®te... Et Gu√©hazi lui a en quelque sorte souffl√© un petit secret √† l'oreille, en disant : " Tu sais, elle est avanc√©e en √Ęge, et son mari est avanc√© en √Ęge. Et ils n'ont pas d'enfant. Et je crois que ce serait une b√©n√©diction pendant que cette onction est sur toi, si tu lui disais simplement qu'elle va avoir un b√©b√©. " Ainsi Elie a dit : " Va l'appeler. " Et elle s'est tenue √† la porte, et il a dit : " AINSI DIT LE SEIGNEUR, tu vas embrasser un enfant. " Et apr√®s le temps appropri√© pour de telles choses, Dieu lui a donn√© un mignon petit gar√ßon.
E-14 Combien les yeux du petit Bartimée se sont levés vers maman pendant qu'elle parlait de la puissance de Dieu qui a pu donner un enfant à cette femme stérile. J'imagine que cette petite maman juive a insisté sur cette partie : " Que ce Grand Jéhovah Dieu qui a donné à cette femme ce mignon petit garçon pour qu'elle lui voue son amour, t'a donné à moi, Bartimée ! " Oh ! c'est ainsi qu'il faut les enseigner. " Il m'a donné un mignon petit garçon, et c'est toi, Bartimée. " Oh ! il entourait de ses petits bras cette tendre petite mère et l'embrassait. Et ensuite elle disait : " Maintenant, Bartimée, eh bien, essaie de t'endormir pendant que je te raconte la suite de l'histoire. " Et elle le berçait dans ses bras. Et le voilà ici maintenant, vieux et ridé, aveugle et misérable, un proscrit du peuple et de la société, et il semblait que personne ne s'occupait de lui. Quelle misère de se retrouver dans une telle condition ! Mais rappelez-vous, il y a Quelqu'un qui prend soin. Peu m'importe dans quelle condition vous êtes ; il y a Quelqu'un qui prend soin. Il veillait sur Bartimée.
E-15 Alors simplement... Il a dit alors : " Un jour ce petit gar√ßon √©tait sorti dans le champ avec son papa, comme tu sors toi aussi, Bartim√©e. Et tu sais, il doit avoir attrap√© une insolation, parce qu'il faisait tr√®s chaud, et c'√©tait vers midi, et c'√©tait aussi au temps de la moisson. Et alors il s'est mis √† crier : ' Ma t√™te ! ma t√™te !' Alors le p√®re a demand√© √† un serviteur de l'amener aupr√®s de sa douce m√®re, et elle l'a mis sur ses genoux. Et elle a essay√© de faire tout ce qu'elle pouvait en baignant son petit visage avec de l'eau froide, mais son souffle devenait de plus en plus court et finalement il a cess√© de respirer. Et il a raidi ses petits bras et ses petites jambes, puis il a ferm√© les yeux et il est mort. " Mais elle a peut-√™tre dit quelque chose comme ceci : " Mais, Bartim√©e, rappelle-toi, cette femme connaissait Dieu. Elle a donc pris le petit gar√ßon et l'a mis sur le lit o√Ļ dormait ce proph√®te. " Quel endroit o√Ļ le mettre ! " Elle l'a √©tendu sur le lit du proph√®te. Et tout le monde √©tait en lamentation et continuait ainsi. Et son mari √©tait presque devenu fou, et tous les voisins criaient et hurlaient. "
E-16 " Mais elle a dit au serviteur : 'Selle-moi un petit mulet, et toi monte aussi sur un mulet. Et allons directement au mont Carmel, l√† o√Ļ le proph√®te s'est cach√© dans une caverne l√†-bas quelque part pour prier. Et ne t'arr√™te pas √† moins que je te le demande. " C'est comme √ßa. Le message est urgent. Ne vous arr√™tez pas, continuez de marcher. Continuez simplement d'avancer. Nous n'avons pas le temps pour les f√™tes et les pique-niques, et les parties de cartes, et des choses comme √ßa. Le message est urgent. Allons rapidement vers Dieu avec cela. Le monde se meurt. " Et ils se sont mis en route. " Et alors elle a dit : " Tu sais, de sa grotte Elie a regard√©, et il a vu que la femme venait l√† sur le mulet, et le serviteur courait aussi vite qu'il le pouvait. Et il a dit : 'Voici venir cette Sunamite, et Dieu m'a cach√© son probl√®me. Mais je vois qu'elle est en d√©tresse.' "
E-17 Eh bien, elle a peut-√™tre dit quelque chose comme ceci : " Bartim√©e, tu vois, Dieu ne r√©v√®le pas tout √† Ses proph√®tes. Il r√©v√®le juste ce qu'Il veut leur faire savoir, car voil√† une femme, son enfant √©tait mort, et Dieu n'avait pas montr√© tout cela √† Elie. Il a dit : 'Le Seigneur me l'a cach√©.' " Alors la femme a approch√© et elle s'est inclin√©e avec r√©v√©rence devant le proph√®te et a commenc√© √† lui r√©v√©ler que son enfant √©tait mort. Et il a dit √† Gu√©hazi : " Prends mon b√Ęton et va vers l'enfant. Si quelqu'un te parle, ne lui r√©ponds pas. Va tout droit et fais ce que je te dis. " Eh bien, je pense que c'est de l√† que Paul a tir√© l'imposition des mouchoirs sur les malades. Eh bien, le proph√®te savait que tout ce qu'il touchait √©tait b√©ni. Il le savait. S'il pouvait simplement amener la femme √† croire cela. Et il a dit : " Prends mon b√Ęton et pose-le sur l'enfant. "
E-18 Mais la femme n'avait pas foi dans le b√Ęton ; elle avait foi dans le proph√®te. Et elle a dit : " Je ne te quitterai pas jus-... Je - je suis d√©termin√©e √† rester avec toi et √† m'accrocher jusqu'√† ce que je sache pourquoi Dieu a retir√© mon enfant. " Elle savait que si jamais elle parvenait aupr√®s de lui, Dieu r√©v√©lerait la chose, pourquoi Il avait retir√© l'enfant. J'aime aussi cette d√©termination. Elle √©tait d√©termin√©e √† s'y accrocher. Quand vous... quelque chose ne va pas et que vous n'arrivez pas √† comprendre, saisissez Dieu, et accrochez-vous √† Lui jusqu'√† ce que quelque chose r√©ponde. Ne soyez pas simplement... " Eh bien, j'ai pri√© la nuit derni√®re, et je n'ai encore rien entendu. Ainsi je pense qu'Il ne r√©pond plus. " Accrochez-vous √† Lui. Continuez √† vous accrocher. " Je ne te quitterai pas. " Soyez comme Jacob, combattez toute la journ√©e et toute la nuit comme lui a combattu avec l'Ange. " Je ne te quitterai pas. "
E-19 Et le proph√®te a vu qu'il ne pouvait pas se d√©barrasser d'elle. Alors je pense que la seule chose √† faire, c'√©tait de partir avec elle. Il a donc pris son manteau, l'a enfil√©, et ils sont partis. Et quand ils sont arriv√©s sur les lieux, ils ont rencontr√© Gu√©hazi. Et celui-ci a dit : " J'ai pos√© le b√Ęton sur l'enfant, mais il n'y avait ni souffle ni quoi que ce soit. " Quelle situation donc ! Tout le monde criait. Les voisins pleuraient. Et Elie est entr√© et a fait sortir tout le monde. Alors je peux voir les yeux du petit Bartim√©e dire : " Alors qu'est-il arriv√©, maman ? " " Eh bien, le proph√®te... " " S'est-il mis √† je√Ľner et √† prier ? " " Non, Bartim√©e, il a simplement fait les cent pas dans la chambre, allant et revenant, jusqu'√† ce que l'Esprit est venu sur lui. Et quand l'Esprit est venu sur le proph√®te, ce dernier s'est couch√© sur le petit gar√ßon, avec ses l√®vres sur les l√®vres du petit gar√ßon. Et celui-ci a √©ternu√© sept fois, et J√©hovah a ramen√© le petit gar√ßon √† la vie. "
E-20 Oh ! √† ce moment-l√†, une brise fra√ģche a souffl√© et Bartim√©e a frissonn√©. " Oh ! s'est-il dit, n'√©tait-ce pas merveilleux ? Et pensez-y donc, que cet Elie et Elis√©e, son successeur, sont pass√©s √† vingt pieds [environ 6 m - N.D.T.] de cet endroit o√Ļ je suis assis, cela fait plusieurs ann√©es, main dans la main, marchant sur ces m√™mes pierres sur lesquelles j'ai march√© ce matin. Ils ont march√© la main dans la main juste sur cette route, en descendant. Et il a pris son manteau et il a ouvert le Jourdain et ils ont travers√©. Oh ! qu'en serait-il si j'√©tais assis ici √† ce moment-l√†, √©tant aveugle, mis√©rable, frissonnant dans le froid, et un n√©cessiteux ? J'aurais couru dans la rue et je les aurais arr√™t√©s, et j'aurais dit : '√Ē grands proph√®tes de Dieu, priez le Seigneur de me redonner la vue.' Mais h√©las, c'est trop tard maintenant. Le sacrificateur nous dit que les jours des miracles sont pass√©s depuis longtemps ; que cela n'existe plus ; que c'√©tait pour un autre √Ęge, et qu'aujourd'hui le surnaturel ne peut pas se produire ; qu'il n'en est rien ; ainsi, que toutes ces choses que Dieu a accomplies autrefois, d'une fa√ßon ou d'une autre, qu'Il a d√Ľ monter l'escalier pour aller dormir ou quelque chose de ce genre ; qu'Il ne se soucie plus de Son peuple ; qu'Il nous laisse m√™me diriger la chose au mieux de notre capacit√©. Il n'y a donc plus de jours des miracles. " Oh ! c'√©tait une chose horrible. Et il a dit : " Maintenant, si j'avais √©t√© ici quand ils passaient, j'aurais demand√© √† l'un de ces proph√®tes de demander √† Dieu. J'aurais √©t√© satisfait. J'aurais recouvr√© ma vue. "
E-21 Juste √† ce moment-l√†, il a entendu quelque chose s'approcher. Je peux le voir se lever. Il pr√™te l'oreille. Il entend les cliquetis des petits sabots sur les grands pav√©s ronds qui conduisaient √† la porte. Et il a entendu le tapotement de sandales devant cela et deux hommes qui parlaient. Cela devait donc √™tre un homme riche. Son moyen de transport √©tait un petit mulet. Les pauvres devaient marcher. Mais cet homme avait les moyens de s'acheter un √Ęne. Donc, il - il √©tait... Il a vite couru, et il a dit : " Oh ! gentil monsieur, ce matin je suis arriv√© en retard √† l'endroit o√Ļ je sollicite de l'aide. Et je n'ai pas une seule pi√®ce, et j'ai une famille √† nourrir. Voudriez-vous √™tre assez gentil pour me donner une pi√®ce de monnaie ? " Alors une voix tr√®s rude a parl√©, disant : " Je suis le serviteur de l'Eternel. Je me rends √† J√©richo. Un certain fanatisme va commencer l√†-bas ce matin, et je suis le chef de l'association des ministres l√†-bas. Et nous n'aurons aucun de ces soi-disant proph√®tes dans notre beau pays. C'est pourquoi nous descendons... Je suis en route. Je m'occupe des affaires du Seigneur. Ecarte-toi de mon chemin, mendiant. Je dois poursuivre mon chemin. "
E-22 Et le pauvre mendiant a rassembl√© de nouveau ses haillons, et il a cherch√© √† t√Ętons jusqu'√† ce qu'il a retrouv√© sa pierre. Mais ce - c'√©tait... Le soleil brillait √† ce moment-l√† ; il projetait une ombre. Le soleil s'√©tait lev√© un peu plus haut et passait de l'autre c√īt√©. Alors il est all√© un peu plus loin. Nous pouvons le voir t√Ęter jusqu'√† ce qu'il trouve encore une grosse pierre. Et il s'assied et s'appuie contre la pierre pr√®s du mur, car le soleil en changeant de position donnait sa lumi√®re et de la chaleur sur ce c√īt√©. Il faisait terriblement froid ce matin-l√†, il s'est donc envelopp√© les √©paules de ses habits une fois de plus. Et il s'est remis √† r√™ver. Et il a commenc√© √† se dire : " Cette autre histoire que j'aimais tant et que ma m√®re me racontait, c'√©tait √† environ cinq cents yards [environ 457 km - N.D.E.] d'ici, lorsque Josu√©, le grand guerrier, le serviteur de l'Eternel, ce puissant homme qui avait succ√©d√© √† Mo√Įse, le grand g√©n√©ral, s'√©tait tenu sur la berge de l'autre c√īt√©. Oh ! je me souviens du moment o√Ļ, petit gar√ßon, je contemplais cet endroit, assis sur ces collines-ci, lorsque maman me ber√ßait, et que de sa belle main elle m'indiquait cela. " " Et Josu√© s'est tenu juste l√† et le Jourdain a recul√©. Et notre peuple a travers√© la mer - ou plut√īt a travers√© les eaux, √† sec au mois d'avril, quand les orages et... s'abattaient sur les montagnes de Jud√©e, et - et tous les bassins √©taient remplis d'eau. Et les grandes eaux boueuses ont roul√©, et Dieu les a fait reculer. Et elles sont rest√©es l√† jusqu'√† ce que deux millions et demi des gens sont pass√©s. " Amen.
E-23 Un de ces jours, je devrais arriver √† mon Jourdain. Vous devrez arriver √† votre Jourdain. Oh ! je voudrais qu'Il retienne les eaux sales et boueuses de la mort, pour que je traverse de l'autre c√īt√© sur les ailes du Saint-Esprit. Amen. Il enverra l'√©toile du matin pour √©clairer le chemin. " Juste de l'autre c√īt√© de cette colline l√†-bas, Bartim√©e, c'est l√† que cette chose est arriv√©e. Et alors, quand Isra√ęl a travers√©, la crainte s'est empar√©e de J√©richo de sorte que les portes √©taient bien ferm√©es. Et ils ont camp√© et ont plac√© l'arche de l'Eternel exactement √† sa place. Et alors ils se sont attendus √† l'Eternel. " C'est une bonne chose √† faire. Allez aussi loin que Dieu vous permettra d'aller, et alors attendez-vous √† l'Eternel. " Ceux qui s'attendent √† l'Eternel renouvelleront leur force. "
E-24 Et ils ont tout appr√™t√©, et ensuite ils ont attendu. Et un jour, le grand et puissant guerrier, Josu√©, le g√©n√©ral, marchait le long des murailles un jour, faisant un tour. Et il regarda. Debout sur une petite colline, se tenait un homme puissant avec son √©p√©e nue dans la main, et elle √©tincelait au soleil. Josu√©, √©tant un guerrier, a tir√© sa propre √©p√©e du fourreau et est all√© √† sa rencontre. Il a dit : " Qui es-tu ? Es-tu des n√ītres ou de nos ennemis ? " Alors une voix provenant de cet Etranger r√©pondit ; Il a dit : " Je suis le Chef de l'arm√©e de l'Eternel. Je suis le Chef √† la t√™te de Son arm√©e. " Le puissant Josu√© a jet√© son √©p√©e √† terre et il a √īt√© son casque, puis il est tomb√© par terre, se couvrant le visage de ses mains, et il a ador√© l'Eternel.
E-25 " Oh ! a dit l'aveugle Bartim√©, si seulement j'avais v√©cu en ce temps-l√†. Qu'en serait-il si je me tenais juste ici √† ce moment-l√† ? Et je suis - je suis un Isra√©lite. Je suis h√©ritier de toutes ces b√©n√©dictions. Je - je... Toutes ces choses m'appartiennent. Et si je me tenais ici, j'aurais parl√© au Chef [de l'arm√©e] de l'Eternel, et Il m'aurait rendu la vue. Et je gagnerais honn√™tement une bonne vie pour ma famille. Mais h√©las, ces jours sont pass√©s. Qu'est-il arriv√© au Chef de l'arm√©e de l'Eternel ? " Le mendiant aveugle ignorait totalement que ce m√™me Chef √©tait √† cent yards [Environ 91 m - N.D.T.] de lui. C'est quand nous pensons √† Lui qu'Il s'approche. Quand nos cŇďurs restent accroch√©s √† Lui, que les pens√©es de nos cŇďurs sont constamment sur Lui, c'est √† ce moment-l√† qu'Il s'approche de nous, lorsque nous nous approchons de Lui. Il a fr√©mi un peu. Il s'est dit : " Oh ! si seulement j'avais vu ce Chef ! " Mais juste le long de la rue, franchissant la porte, ce m√™me Chef venait, seulement sous une autre forme.
E-26 Et il a entendu un bruit. G√©n√©ralement, il y a beaucoup de bruit l√† o√Ļ est ce Chef. Il a entendu du bruit et il s'est demand√© ce que c'√©tait. Et √† peine quelques instants, tout l'endroit √©tait envahi, enti√®rement envahi par de gens. Et il a commenc√© √† entendre toutes sortes de voix. Les unes disaient : " Hosanna au Roi de David, au Fils de David. " D'autres hurlaient et criaient : " Qu'il s'en aille au diable, ce fanatique ! Il n'est qu'un faux gu√©risseur. C'est un d√©mon. Il est poss√©d√© de Belze-... B√©elz√©bul. Il ne vaut rien. Il n'est qu'un faux enseignant. Qu'Il s'en aille au diable ! " Et le pauvre aveugle Bartim√©e a commenc√© √† se demander : " Que se passe-t-il ? "
E-27 Et alors il a entendu ce sacrificateur qui lui avait parl√© quelques heures plut√īt, disant : " Dis donc, toi esp√®ce de soi-disant proph√®te galil√©en, si Tu ressuscites les morts comme Tu pr√©tends l'avoir fait, que Tu as ressuscit√© Lazare de la tombe, nous en avons tout un cimeti√®re plein l√†-haut sur la colline. Viens en ressusciter quelques-uns sous nos yeux. " Vous savez, ce d√©mon non plus n'est pas encore mort. Il est toujours vivant. C'est juste. " Fais quelque chose sous nos yeux. " J√©sus ne lui pr√™te m√™me pas la moindre attention. Et si √† l'√©poque Il ne l'a pas fait, Son peuple non plus ne le fera pas aujourd'hui. Qu'il crie √† tue-t√™te ; cela nous importe peu. Nous marchons dans l'Esprit du Seigneur.
E-28 Ils Lui jetaient des fruits pourris et se moquaient de Lui. Et d'autres criaient, hurlaient et vocif√©raient. Et c'√©tait une foule m√©lang√©e. Et partout o√Ļ vous trouvez J√©sus, vous trouvez cette m√™me chose. L'Evangile attire une foule m√©lang√©e : trois diff√©rentes cat√©gories des gens : le croyant, l'incroyant, et le soi-disant croyant. G√©n√©ralement, c'est ce qu'on trouve dans des foules. Et ils √©taient l√†, tous faisaient des histoires. Et il s'est lev√©, il a dit : " Qui est-ce ? " Et quelqu'un a dit : " Tais-toi ! Je vais demander au sacrificateur de te chasser de la synagogue. Assieds-toi. " " J'aimerais savoir, a-t-il dit, qui est cet Homme qui suscite toute cette √©motion. " Et il n'arrivait pas √† trouver quelqu'un qui pouvait l'√©couter. Et il a entendu de nouveau les grognements du sacrificateur. Et une certaine femme allait Lui faire un faux lavage des pieds, et ainsi de suite, pour se moquer de Lui, exactement comme les gens le font aujourd'hui, la m√™me chose.
E-29 Vous savez, Dieu prend Son homme, mais jamais Son Esprit. Le diable prend son homme, mais jamais l'esprit. Le même esprit vit au milieu des gens aujourd'hui. C'est vrai. Dieu a pris Elie, mais l'Esprit est descendu sur Elisée. Dieu a pris Elisée ; Il est venu sur Jean-Baptiste. Ces Esprits ne meurent point. Et Il a pris Son Fils Jésus, mais le Saint-Esprit est venu sur l'Eglise. Amen. Ces esprits critiqueurs de ces sacrificateurs incrédules vivent encore aujourd'hui parmi les gens, des esprits religieux, critiqueurs, moqueurs. Mais tel que Jésus était en ce jour-là, tel Il est aujourd'hui, le même hier, aujourd'hui et éternellement. Il s'occupe des affaires du Père. L'Eglise du Dieu vivant va prévaloir. Elle va aller de l'avant. Jésus avait le fardeau du monde entier sur Lui. A ce moment-là, Il allait tout droit vers Jérusalem afin de devenir le sacrifice expiatoire pour le monde. Lui, étant le Fils de Dieu, le Messie oint, Il savait assurément ce qui allait Lui arriver dans peu de temps. Il allait droit sur Son chemin alors afin de mourir pour le péché de ces gens, et ceux-ci se comportaient de la sorte envers Lui. Il se dirigeait tout droit vers Jérusalem. Il s'est mis en marche. Il n'a pas du tout prêté oreille à leurs railleries et à leurs histoires. Il n'a pas du tout prêté attention à cela. Il est allé de l'avant.
E-30 Et tout √† coup, une - une dame s'est abaiss√©e et a relev√© notre vieil ami, le mendiant aveugle. Et il a dit : " Merci, gentille demoiselle. Vous avez l'air si gentille. J'aimerais vous poser une question, si c'en est une, ma ch√®re enfant. C'est quoi, tout ce tapage ? Qui passe par ici ? " Oh ! je peux l'entendre dire : " C'est J√©sus de Nazareth, le Proph√®te de Galil√©e. N'avez-vous pas entendu parler de Lui ? " " Non. " Oh ! alors cela lui est venu √† l'esprit. Il s'est souvenu que sa m√®re lui disait qu' " un jour, le Seigneur notre Dieu... le Seigneur notre Dieu visitera Son peuple. Et qu'Il enverra Son Fils, et ce sera le Proph√®te dont Mo√Įse a parl√©. Il sera un Dieu Proph√®te quand Il viendra ". Oh ! alors il commen√ßa √† avoir un regain d'espoir. Oh ! et puis il savait qu'Il serait un Fils de David pour lui, √©tant un Juif. Il serait le Fils de David. Et il savait que si cet homme √©tait le Proph√®te, il pouvait certainement toucher Dieu √† travers Lui. Alors il a cri√©, il a dit : " √Ē J√©sus, Fils de David, aie piti√© de moi ! " Et la jeune dame a dit : " Oh ! monsieur. Je suis aussi une de Ses disciples. " " Oh ! voil√† donc pourquoi vous √™tes si gentille. "
E-31 Vous savez, les disciples de J√©sus sont gentils et pleins d'√©gards, pleins d'amour et de compassion, ils essaient d'aider quelqu'un, ils essaient d'aider quelqu'un √† trouver J√©sus. Et elle a dit : " Oh ! monsieur, tenez bien mon bras. Je vais essayer de vous amener √† mon Ma√ģtre. " Voil√† une v√©ritable chr√©tienne ; elle n'a pas essay√© de le repousser, mais elle a essay√© de l'emmener. Et le mendiant aveugle a essay√© de tenir le bras de la femme, mais J√©sus √©tait d√©j√† si loin sur la route qu'il √©tait impossible, avec la bousculade de la foule, et lui √©tant aveugle et impuissant, et elle, juste une femme. Donc ils ne pouvaient pas y arriver. Alors il a commenc√© √† crier aussi fort que possible : " √Ē J√©sus, Fils de David, aie piti√© de moi ! " Eh bien, physiquement Il ne pouvait pas l'entendre. Il avait d√©j√† d√©pass√© la porte. Et avec toute cette foule, certains criant une chose, et d'autres criant autre chose. Et si vous voulez vraiment entendre des cris, embarrassez une fois les Juifs et vous pourrez entendre des histoires et de la confusion. Les uns disaient une chose et les autres autre chose, se moquant de Lui...
E-32 Mais quelque chose s'√©tait produit dans le cŇďur de Bartim√©e. La chose... Il connaissait l'histoire que cette m√®re lui avait racont√©e jusqu'au bout du doigt. Et s'Il est un Dieu proph√®te, alors Il peut entendre. " √Ē Toi Fils de David. " Il est tomb√© sur ses genoux et a dit : " Aie piti√© de moi ! " Et J√©sus, malgr√© Son empressement vers J√©rusalem, allant au Calvaire avec tout le p√©ch√© du monde reposant sur Lui, quelque chose Le toucha. Il n'√©tait pas trop press√©. Mais quand Il a senti ce genre de toucher, Il s'est retourn√©, pas parce qu'Il avait entendu sa voix, mais c'√©tait exactement le m√™me toucher que celui de cette femme qui avait la perte de sang. Il s'est retourn√© et a regard√©, et Il a dit : " Amenez-le ici. " Oh ! ce soir, malgr√© tous les millions que compte le monde, et tous les milliards de gens, et la Venue du Seigneur est tr√®s proche et tout, vous pouvez Le toucher ce soir par le sentiment de vos infirmit√©s. Il est toujours le m√™me Seigneur J√©sus. Il ne faillit jamais.
E-33 " √Ē Fils de David ! " Et quelqu'un a dit, le chr√©tien a dit : " Aie bon courage, Il t'appelle maintenant. Viens. Il t'invite √† aller √† Lui. Voyons ce qu'Il dira. " Et il s'est approch√© de Lui et J√©sus a dit : " Que veux-tu que Je te fasse ? " Il a dit : " Que je recouvre la vue. " Eh bien, s'il avait eu assez de foi pour L'arr√™ter, la foi de... la puissance de la foi pour aller jusque l√† et toucher le bord de Son v√™tement, comme ce fut le cas pour cette femme-l√†, et arr√™ter le Fils de Dieu, malgr√© tout le fardeau du monde qui √©tait sur Lui pendant qu'Il allait pour √™tre crucifi√©, au milieu de toute cette multitude de cris, d'hurlements et de confusion, il avait assez de foi pour √™tre gu√©ri. J√©sus lui a dit : " Ta foi t'a sauv√©. " J√©sus n'avait pas besoin de lui parler, de dire : " Je vais te gu√©rir. " J√©sus lui a dit que sa foi √©tait suffisante, que sa foi l'avait gu√©ri. Amen.
E-34 C'est la même chose ce soir ; c'est votre foi qui vous guérit. Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas de Lui. Croyez que ce qu'Il dit est la vérité. Ce soir votre foi peut Le toucher exactement comme la foi de Bartimée L'avait touché. " Ta foi t'a sauvé. " Le mot grec " Sozo " signifie " sauvé physiquement ", exactement comme sauvé spirituellement. " Ta foi t'a sauvé. " Je peux donc Le voir se retourner. Il n'a pas attendu pour voir s'il allait recouvrer la vue ; Il savait qu'il recouvrirait la vue. Et la foule a continué. Et Bartimée s'est tenu là, regardant tout autour, cherchant sa main. " Il m'a dit que ma foi... Et je crois que c'est le Fils de Dieu. Il m'a dit que ma foi me sauverait. "
E-35 Il n'y a pas longtemps, je lisais un article. Cela pouvait √™tre de la fiction, tout comme √ßa pouvait √™tre vrai. Il est possible que cela soit tir√© de certaines chroniques. Mais cela disait que Bartim√©e √©tait un - un homme tr√®s pauvre ; toutefois, il √©tait un fervent croyant en Dieu. Et il avait l'habitude de s'asseoir pr√®s de la porte avec deux petites tourterelles qui faisaient de petites culbutes d'avant en arri√®re pour attirer l'att- ... l'attention des touristes. Si on n'avait rien pour attirer l'attention des touristes, on ne recevait aucune pi√®ce de monnaie. Je m'en suis r√©ellement rendu compte lorsque j'√©tais r√©cemment en Inde. Tout le monde doit avoir quelque chose. Ils ont un chalumeau qu'ils jouent et le cobra se dresse. Et je... Ou quelque chose, ou - ou un petit singe avec un b√Ęton pour jouer des tours, ou - ou pour le frapper ou quelque chose, pour faire quelque chose pour... pour mendier alors, afin de gagner une pi√®ce de monnaie...
E-36 Eh bien, Bartim√©e, rapporte-t-on, avait deux petites tourterelles qui faisaient de petites culbutes l'une sur l'autre. Et les gens trouvaient que c'√©tait int√©ressant, alors ils lui donnaient une pi√®ce de monnaie. Il est dit qu'un soir... Il avait une fillette d'environ huit ans, et - et une - une femme. Alors sa femme tomba malade. Et Bartim√©e est sorti dehors, apr√®s le d√©part du m√©decin qui avait d√©clar√© qu'on ne pouvait plus rien pour elle. Il savait qu'elle √©tait une brave femme. Alors il est sorti, il a long√© √† t√Ętons le flanc de sa maison, et il a lev√© les yeux avec son... vers le ciel et a dit : " √Ē J√©hovah, si Tu permets que ma femme se r√©tablisse, je Te promets que demain je T'offrirai mes tourterelles en sacrifice. Je T'offrirai mes deux tourterelles en sacrifice, si Tu permets qu'elle se r√©tablisse. " Et d'apr√®s la suite de cette l√©gende ou quoi que c'√©tait, sa femme se r√©tablit le lendemain matin. Il alla offrir les deux petites tourterelles.
E-37 Et puis quelques semaines apr√®s, sa fillette tomba malade, et le m√©decin l'abandonna elle aussi. Il n'avait donc rien d'autre √† offrir au Seigneur que son agneau. Eh bien, je ne connais pas le nom, comment on appelle ces chiens qui conduisent les aveugles : chien d'aveugle. Eh bien, en ces temps-l√†, √† la place du chien, c'est l'agneau qui conduisait l'aveugle. Et le... Bartim√©e avait un agneau, parce qu'il vivait tr√®s loin pr√®s des collines de la Jud√©e. Et il... Et il avait... L'agneau devait le conduire √† J√©richo ; c'√©tait le seul moyen qu'il avait pour y aller. Et il a dit au Seigneur : " Si seulement Tu laisses vivre ma fillette, alors demain je T'offrirai mon agneau en sacrifice. " Et le lendemain matin, la fillette √©tait bien portante. Et il s'est mis en route jusqu'au temple pour sacrifier son agneau. Et il est dit que le sacrificateur est sorti et a dit : " Aveugle Bartim√©e, o√Ļ vas-tu ce matin ? " Et il a dit : " Sacrificateur, je viens au temple pour offrir en sacrifice mon agneau, parce que ma fillette √©tait malade et le m√©decin avait dit qu'elle allait mourir. Je - je viens donc pour offrir mon agneau en sacrifice comme je le Lui ai promis. " " Oh ! fit-il, Bartim√©e, tu ne peux pas offrir cet agneau en sacrifice. Je vais te donner de l'argent, et vas aux - aux stands t'acheter un agneau et sacrifie-le √† l'Eternel pour garder ton voeu. " " Oh ! fit-il, mais, sacrificateur, je n'ai jamais promis √† Dieu un agneau, je Lui ai promis cet agneau. " C'est ce que nous devons faire. " Je Lui ai promis cet agneau. " " Oh ! mais, Bartim√©e, dit-il, tu ne peux pas offrir cet agneau. Cet agneau, ce sont tes yeux. " Il a dit : " Oh ! sacrificateur, si je tiens ma promesse envers Dieu, Dieu pourvoira √† un agneau pour les yeux de l'aveugle Bartim√©e. " Et en ce jour froid de novembre, Dieu avait pourvu √† un Agneau pour ses yeux aveugles.
E-38 Ce soir, alors que je regarde cette horloge l√†-bas, je voudrais dire que Dieu a pourvu √† ce m√™me Agneau pour vous ce soir, mon ami. " Il √©tait bless√© pour vos p√©ch√©s, bris√© pour vos iniquit√©s ; le ch√Ętiment qui vous donne la paix est tomb√© sur Lui, et c'est par Ses meurtrissures que vous √™tes gu√©ris. " Ce soir, Dieu a pourvu √† un Agneau pour toutes les maladies qui sont ici, pour tous les p√©ch√©s qui sont ici. Ce m√™me Agneau qui s'est occup√© des yeux de Bartim√©e, est ici ce soir pour s'occuper des v√ītres, ma sŇďur qui √™tes dans ce fauteuil roulant. Pour vous, m√®re, avec un b√©b√© sur vos genoux, pour vous autres ici qui souffrez de la tuberculose, et - et de troubles cardiaques, et de toutes sortes d'afflictions et de maladies, Dieu s'est pourvu d'un Agneau. Cet Agneau est ici pour vous lib√©rer.
E-39 Voulez-vous croire en Lui ? Pouvez-vous Le toucher pendant qu'Il passe ? " Agneau de Dieu, aie piti√© de moi ! " Alors accrochez-vous √† Lui. Ne m'oublie pas, √ī Doux Sauveur, (a dit Fanny Crosby) Ecoute mon humble cri ; Pendant que Tu appelles les autres, Ne m'oublie pas. Toi la Fontaine de tout mon r√©confort, Plus que vie pour moi, Qui ai-je sur terre en dehors de Toi ? Ou au ciel sinon Toi ? C'est √ßa ce soir. Il a √©t√© pourvu √† un Agneau. Si vous avez un besoin, regardez √† J√©hovah Jir√© qui a pourvu √† un Agneau. Avec la t√™te inclin√©e juste un moment pour la pri√®re, voudriez-vous qu'on se souvienne de vous ? Levez la main en disant : " √Ē Agneau de Dieu, je l√®ve mes mains vers Toi. J'ai un besoin ce soir. Ne m'oublie pas, Agneau de Dieu. "
E-40 P√®re c√©leste, √ī Toi le Fils de David, Toi J√©sus de Nazareth, je Te prie de baisser Ton regard sur cet auditoire et de regarder ces mains. N'oublie pas ces gens, Seigneur. Ils sont profond√©ment sinc√®res. Consid√®re aujourd'hui notre nation ainsi que notre peuple, combien ils sont si confus et d√©chir√©s ! Et certains savent √† peine comment croire, ou quoi croire. De diff√©rents enseignants sont venus et ont d√©clar√© : " Ces choses sont pour un autre √Ęge. Oh ! les jours des miracles sont pass√©s ", et ainsi de suite. Mais, √ī Dieu, attire-nous √† Toi alors que nous parlons de Toi. Viens sous la forme du Saint-Esprit. R√©v√®le-nous toutes Tes b√©n√©dictions, gu√©ris les malades, sauve les perdus. Nous le demandons au Nom de J√©sus et pour Sa gloire. Amen.
E-41 Oh ! n'est-Il pas merveilleux ? Quand je me mets √† parler de Lui, alors il semble tout simplement que l'int√©rieur de mon √Ęme est comme r√©cur√©. Quand nous √©tions petits, maman prenait nos vieilles petites chemises sales, et nous salissions vraiment nos cols. Et je ne sais pas si vous l'avez fait ou pas, j'avais l'habitude de m√Ęcher mon col. Et maman prenait cette vieille brosse de nettoyage. Et je ne ... Je n'en ai pas vu depuis des ann√©es, une √©norme vieille brosse de nettoyage. Et elle prenait ce vieux savon fait maison (et nous devions en fabriquer √† base de la graisse) et elle frottait cela l√†-dessus, et prenait cette brosse de nettoyage et elle frottait et frottait cela jusqu'√† ce que cela soit blanc au possible. Oh ! c'est de cette fa√ßon que je... en parlant de ce que J√©sus fait. C'est un peu comme si Dieu entre l√† avec une brosse de nettoyage, et fait dispara√ģtre toutes mes d√©ceptions et tous mes soucis, et - et fait que je me sente si propre. Cela ne vous fait-il pas la m√™me chose, nous nettoyer vraiment √† fond ? Son Saint-Esprit descend pour nous sanctifier et √īter de nous toute incr√©dulit√©. C'est ma pri√®re ce soir, qu'Il fasse cela pour nous.
E-42 Ce soir, j'ai juste abr√©g√© un peu mon message, parce que demain il y aura un petit-d√©jeuner, et nous devons partir t√īt. Et puis, ce soir j'ai voulu prier pour tous les malades qui ont re√ßu des cartes de pri√®re. J'ai promis de le faire. Et je crains de laisser passer cela. Ainsi donc, pendant que nous sommes... Je crois que nous avons distribu√© des cartes de pri√®re des s√©ries A, B, C, et D. Maintenant, que tous ceux qui ont une carte de pri√®re de la s√©rie A viennent ici √† droite. Vous tous qui avez une carte de pri√®re de la s√©rie A, peu importe le num√©ro, venez en premier. (Maintenant, que quelqu'un descende l√† pour aider.) Tous ceux qui ont une carte de pri√®re de la s√©rie A, alignez-vous juste ici. Combien vont prier maintenant pour ces gens ? Nous nous attendons √† ce que Dieu... Je vais mettre dans cette ligne tous ceux que je peux y mettre.
E-43 Carte de prière de la série B, combien ont une carte de prière de la série B ? Tous ceux qui ont une carte de prière de la série B, alignez-vous juste derrière ceux qui ont la série A. Cartes de prière de séries A et B, alignez-vous simplement. Peu importe les numéros, nous voulons simplement que toutes les cartes de prière soient alignées. Venez selon votre numéro et selon la lettre. N'est-ce pas beau ? Vous savez, c'est ce [cantique] Crois seulement, qui fait vite venir à moi le Saint-Esprit. Combien connaissent son compositeur ? Mon ami Paul Rader. A, B, C, combien ont la carte de prière de la série C maintenant ? Maintenant, levez-vous. Crois seulement, chantons-le doucement. ... seulement Je peux tout simplement Le voir descendre la montagne. Le vent souffle ; Je vois Sa barbe flotter. Et voici venir les disciples. Rappelez-vous, ils avaient reçu le pouvoir de chasser les démons, mais ils étaient bloqués devant un cas d'épilepsie. Ils n'arrivaient pas à le faire.
E-44 Eh bien, cartes de pri√®re des s√©ries A, B, C ; maintenant la s√©rie D. Les cartes de pri√®re de la s√©rie D, alignez-vous ici. Tout celui qui a une carte de pri√®re dans cette salle, trouvez-vous une place. Alignez-vous. Chaque carte de pri√®re qui est dans la salle. Maintenant, regardez autour de vous, voyez si quelqu'un a une carte de pri√®re. Peut √™tre qu'il est sourd, vous savez. Tous vos voisins qui d√©tiennent une carte de pri√®re, quelqu'un qui est assis √† c√īt√©, eh bien, dites-le-lui. Prenez-le et faites-le entrer dans la ligne ; en effet, c'est - c'est leur place maintenant. Ceci c'est pour les cartes de pri√®re, comme nous l'avions promis. Puis demain soir, nous pouvons retourner encore directement √† autre chose. Nous ne savons pas ce que le Saint-Esprit va faire. [Fr√®re Branham marque une pause d'environ 30 secondes. - N.D.E.]... ?...
E-45 Je viens de Le remarquer, Il descend. Les disciples, environ dix jours avant, Jésus leur avait dit : " Je vous donne le pouvoir de guérir les malades, de ressusciter les morts, de purifier les lépreux, de chasser les démons ", Matthieu 10. Il les a envoyés ; ils sont revenus en se réjouissant ; par ce pouvoir, ils avaient accompli des miracles. Environ dix jours plus tard, nous les trouvons complètement vaincus devant un cas d'épilepsie. Ils ont sans doute crié, hurlé, braillé et tout le reste pour faire partir ce démon, mais ce dernier ne quittait pas. Ainsi donc le père du garçon, L'ayant vu venir, a couru vers Lui, et il a dit : " Seigneur, sois miséricordieux envers nous. " Il a dit : " J'ai amené mon fils à Tes disciples, mais ils n'ont pas pu le guérir. " Et Jésus a dit : " Je le peux si tu crois. Et tout est possible à celui qui croit. Tout est possible à... Si tu Me crois, Je peux le faire. " Ils pouvaient bien le faire. Il leur avait donné le pouvoir. Plus tard, ils ont demandé : " Pourquoi ne sommes-nous pas parvenus à le faire ? " A-t-Il dit... ? Maintenant, écoutez attentivement. A-t-Il dit : " J'ai retiré de vous Mon pouvoir " ? Non, non. Lorsque Dieu vous donne quelque chose, c'est pour toujours. Je... Il n'avait pas retiré cela.
E-46 Je peux vous montrer l√† o√Ļ Dieu a donn√© √† l'Eglise le pouvoir de gu√©rir les malades ; maintenant, montrez-moi dans les Ecritures l√† o√Ļ Il l'a retir√© de l'Eglise. Donnez-moi l'Ecriture, le verset. √áa n'y est pas. Lorsque Dieu fait quelque chose, c'est √©ternel, c'est pour toujours. Lorsqu'Il vous donne la Vie Eternelle, c'est pour toujours. " N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez √©t√© scell√©s jusqu'au jour de votre r√©demption. " C'est juste. Eh bien, observez. C'est la Vie Eternelle... Eh bien, observez, les disciples... Il a dit : " C'√©tait √† cause de votre incr√©dulit√© ; c'est la raison pour laquelle vous n'avez pas pu le chasser. " Est-ce juste ? Parce que vous ne croyiez pas, ce n'est pas parce que vous n'aviez pas le pouvoir.
E-47 Eh bien, √† vous m√©thodistes, luth√©riens, baptistes, presbyt√©riens, la raison pour laquelle vous n'avez pas - ne faites pas ces choses dans votre √©glise, ce n'est pas parce que vous n'avez pas le pouvoir, c'est parce que vous ne croyez pas cela. C'est tout. C'est simplement parce que vous ne croyez pas. Si vous croyiez cela, la m√™me chose arriverait. Les pentec√ītistes ne poss√®dent pas exclusivement cela. La Pentec√īte n'est pas une d√©nomination. La Pentec√īte, c'est une exp√©rience (Voyez-vous ?) ; c'est une exp√©rience. Les luth√©riens pentec√ītistes, les baptistes pentec√ītistes, les catholiques pentec√ītistes ; tout celui qui re√ßoit le Saint-Esprit est pentec√ītiste. Il s'agit d'une exp√©rience pentec√ītiste. Lorsque vous recevez l'exp√©rience de la Pentec√īte, le pouvoir est en vous. C'est juste. Eh bien, si vous avez foi en ce qui est en vous, cela fera tout ce que vous demanderez. Oh ! la la ! Oh, c'est √ßa, fr√®res. C'est √ßa. La Pentec√īte est en nous. N'ayez pas peur. Lorsqu'un chr√©tien est sauv√©, Dieu lui donne un ch√©quier. Et sur le ch√©quier il est √©crit : " Tout ce dont tu as besoin, mets-le sur Mon compte, le Fils de Dieu, J√©sus-Christ. " Avez-vous peur de - de mettre votre nom l√†-dessus et de l'envoyer ? Eh bien, n'ayez pas peur. Juste tout ce qu'Il a promis, souvenez-vous-en, cela vous appartient.
E-48 [Espace vide sur la bande - N.D.E.]... que J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Est-ce juste ? Eh bien, si vous pouvez invoquer Dieu, et s'Il est le Souverain Sacrificateur qui peut √™tre touch√© par le sentiment de nos infirmit√©s, pourquoi ne Lui envoyez-vous pas un petit message maintenant ? Envoyez un de ces ch√®ques, en disant : " Seigneur, laisse-moi toucher Ton v√™tement. Parle-moi comme Tu l'as fait avec la femme au puits. " Certains d'entre vous femmes, faites cela. Certains d'entre vous hommes, appelez comme l'a fait l'aveugle Bartim√©e. " Oh ! parle, Seigneur. Retourne-Toi et demande-moi. Parle-moi ; appelle-moi. Je Te croirai. " Pouvez-vous faire cela ? Cela √ītera-t-il tout doute de votre esprit ? Y a-t-il ici un √©tranger qui n'a jamais √©t√© ici auparavant ? Levez la main. Les √©trangers, oui, chaque soir il y en a. Tr√®s bien.
E-49 J√©sus n'a pas gu√©ri les gens ; Il ne gu√©rissait que ceux que Dieu Lui montrait de gu√©rir. Combien savent cela ? Saint Jean 5.19 : " Le Fils ne peut rien faire, Il ne fait que ce qu'Il voit faire au P√®re. " Et puis, quand Il s'est tenu devant les gens, eh bien, Il a pu leur dire... La raison pour laquelle les gens ont su qu'Il √©tait le Fils de Dieu, et qu'Il √©tait le proph√®te dont Mo√Įse avait parl√©, c'est parce qu'Il √©tait un Dieu Proph√®te. Voyez-vous, c'est la raison pour laquelle je dis Proph√®te, Dieu Proph√®te, √† ce qu'il semble cela ne passe pas tr√®s bien avec vous. Peut-√™tre je ferais mieux d'expliquer cela. J√©sus √©tait un Homme. Il n'√©tait qu'un Homme, un Homme n√© d'une vierge. C'est juste. Il √©tait le Fils de Dieu. Son P√®re √©tait J√©hovah, le Dieu Tout-Puissant. C'est juste. Et alors, J√©hovah Lui a b√Ęti une Maison, laquelle √©tait Son Fils, pour se pr√©senter au monde. Et Dieu √©tait en Christ, r√©conciliant le monde avec Lui-m√™me. Est-ce juste ? C'√©tait Dieu en Christ, r√©conciliant le monde avec Lui-m√™me.
E-50 Eh bien, nous, nous avons l'Esprit avec mesure. Lui L'avait sans mesure. La Plénitude de Dieu habitait corporellement dans le Fils de Dieu. Eh bien, Lui-même, Il était un Homme. Mais l'Esprit qui était en Lui était Dieu. Vous êtes des hommes, ceux-ci sont des hommes. Je suis un homme. Mais l'Esprit qui est en nous, c'est Dieu. Mais nous L'avons avec mesure. Eh bien, si je me rendais là à l'océan et prenais une cuillerée d'eau, eh bien, la... Ce qui était en Jésus, c'est comme tout l'océan, la plénitude de Dieu. Mais ce qui est en moi et en vous, c'est juste de petites cuillerées. Mais si vous amenez cette cuillerée d'eau au - au laboratoire et la testez, les mêmes éléments chimiques qui sont dans la cuillerée sont ceux qui se trouvent dans l'océan (c'est juste), le même genre d'éléments chimiques. Est-ce juste ? C'est donc le même Saint-Esprit. Amen. Et avec votre cuillerée, avec ma cuillerée, et avec leur cuillerée, et tout cela réuni, nous pouvons faire des choses pour Dieu, si nous laissons simplement cela couler ensemble. Cela - cela amènera la Présence de Dieu. Amen.
E-51 Maintenant, Priez. La femme toucha Son v√™tement. Vous, touchez Son v√™tement. Eh bien, ce n'est pas mon intention de faire de ceci une ligne de discernement. Je voudrais la ligne de discernement ici o√Ļ il n'y a pas de cartes de pri√®re. Ceux-ci... Quelqu'un a dit : " Fr√®re Branham exerce une t√©l√©pathie et lit la chose sur les cartes de pri√®re. " Vous en savez mieux que cela, n'est-ce pas ? Certainement. Eh bien, vous n'avez pas de cartes de pri√®re, n'est-ce pas ? Maintenant, voyons ce que c'est. Parlez simplement au Souverain Sacrificateur, en disant : " √Ē Dieu, laisse-moi avoir de l'assurance ce soir. Permets simplement que fr√®re Branham me parle. " Voyez s'Il vous parle.
E-52 Eh bien, Seigneur, ceci est une grande chose. Je ne dis pas ceci ; je me vante seulement en Christ. C'est tout ce dont je me vante, parce que je veux que ces gens... Il y a des √©trangers dans nos murs ce soir. Il se peut que ceci soit la derni√®re fois o√Ļ nous pouvons nous rencontrer. Mais lorsque nous arriverons l√† √† la porte ce jour-l√†, je veux qu'ils sachent, Seigneur, que Tu es pr√™t √† venir sur la terre. Nous croyons cela. Nous croyons que Tu as promis ces choses pour les derniers jours. Ils ont le droit de venir voir cela, parce qu'ils ont part au m√™me Esprit. Qu'ils viennent maintenant, P√®re. Et je Te prie d'accorder toutes ces choses que nous avons demand√©es. Qu'√† travers ce b√Ętiment... Tu connais les gens, Tu connais leur besoin. Occupe-Toi de quelqu'un, √ī Seigneur, qui a r√©ellement besoin de Toi maintenant. Et ceux-ci qui se tiennent dans la ligne de pri√®re ici avec des cartes de pri√®re, fais qu'ils traversent alors, ayant foi en Toi et sachant que le Saint-Esprit est sur Ton serviteur, et sur tous Tes serviteurs qui sont ici, afin qu'ils aient foi dans le Dieu qui est pr√©sent, le Fils de Dieu, J√©sus-Christ. Amen.
E-53 Eh bien, n'est-ce pas l√† une grande d√©claration ? Pourquoi dis-je cela ? C'est parce que Dieu l'a promis. Il tient Ses promesses. Il ne peut pas faillir. Ses promesses sont toujours v√©ridiques. Priez simplement. Y a-t-il quelqu'un qui a d√©j√† vu la photo de la Lumi√®re, l'Ange du Seigneur, la Colonne de Feu ? Elle est... Ils ont cela. Les hommes de science ont cela. Washington a cela. Eh bien, c'est l'Eglise qui a cela de fa√ßon r√©elle. Eux ont cela sur la photo. Vous, vous avez cela de fa√ßon r√©elle. Elle est ici avec nous. Elle nous conduit tout simplement comme Elle a conduit Isra√ęl, Elle conduit toujours l'Eglise. J√©sus a dit : " Je viens de Dieu. " Croyez-vous que J√©sus √©tait cette - √©tait ce buisson ardent que Mo√Įse... √©tait l√† ? Croyez-vous que c'√©tait Christ ? C'√©tait le - l'Ange de l'Alliance, le Logos qui √©tait sorti de Dieu, Christ. Lorsqu'Il √©tait sur terre, Il a dit : " Avant qu'Abraham f√Ľt, JE SUIS. " Vous savez qui √©tait " JE SUIS ". Il a dit : " Je viens de Dieu, et Je retourne √† Dieu. " Eh bien, si cet Ange qui est ici avec nous, s'Il est le m√™me qui √©tait en Christ, le Logos qui √©tait en Christ, si Cela se trouve en nous, Cela fera la m√™me chose que Cela fit lorsque C'√©tait en Christ. Est-ce juste ? Ceci ne peut pas √™tre...?...
E-54 Tenez. Juste ici. Ne voyez-vous pas cette Lumi√®re ? Regardez par ici. Elle est suspendue juste ici, Elle est juste au-dessus d'une femme de couleur qui est assise juste ici. Elle prie pour ses yeux ; elle a des ennuis avec ses yeux. C'est juste, n'est-ce pas, madame ? Levez-vous. Vous √©tiez assise l√†, priant pour cela, n'est-ce pas ? Votre requ√™te a √©t√© exauc√©e. Rentrez chez vous. J√©sus-Christ vous gu√©rit. Ayez simplement la foi. Juste ici derri√®re, une dame assise l√†, elle a l'air d'une Espagnole, elle porte un manteau rouge. Elle vient de l'Arizona. Elle a des complications. C'est juste. Madame Fernandez... C'est correct. Vous √™tes nerveuse. Vous vous sentez d√©prim√©e, et vous √™tes nerveuse et d√©chir√©e. Rentrez chez vous. Cela vous a quitt√©e. Votre foi vous a gu√©rie. Voyez-vous ? Voyez-vous ? Afin que vous croyiez que je suis Son serviteur, il y a, assise √† c√īt√© de vous, une petite dame mexicaine. Elle a quelque chose au bras, comme un pl√Ętre. Ce n'est pas tellement l√† son probl√®me ; elle a un probl√®me dans son m√©nage, qui la d√©range. C'est juste, n'est-ce pas, madame ? Levez la main si c'est vrai. Maintenant, partez, et que Dieu vous accorde, √† vous femmes, le d√©sir de votre cŇďur. Amen.
E-55 Dites-moi ce qu'elles ont touch√©. Qu'ont-elles touch√© ? Elles ont touch√© le Souverain Sacrificateur. Je ne les connais pas. Je ne les ai jamais vues de ma vie. Elles me sont totalement inconnues. Qu'en est-il de vous, la petite dame blanche assise ici ? Vous souffrez de la t√™te, et vous sentez une d√©pression nerveuse. C'est juste. Vous, assise juste l√†... Si c'est juste, mettez-vous debout ; r√©clamez votre gu√©rison. Je ne vous connais pas, n'est-ce pas, madame ? Tr√®s bien, maintenant rentrez chez vous et recevez votre gu√©rison. Cela a fortement √©mu cette petite dame qui est assise juste √† c√īt√© de vous. Je ne vous connais pas, n'est-ce pas, madame ? Non. Croyez-vous que Dieu peut me le r√©v√©ler maintenant pendant que nous sommes en contact avec l'Esprit, comme ce fut le cas pour cette femme au puits ? Croyez-vous que Dieu peut me dire ce qu'est votre probl√®me ? Pouvez-vous croire ? Le diab√®te. C'est vrai. C'est juste, n'est-ce pas ? Mettez-vous debout et acceptez votre gu√©rison. Je ne vous connais donc pas. Mais c'√©tait l√† votre probl√®me. Je vois que vous avez aussi un autre probl√®me. Ce probl√®me concerne un homme ; c'est votre mari. Il est √† la maison. Il a une attaque d'apoplexie. Il a aussi subi une op√©ration. C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Croyez-vous maintenant ? Rentrez chez vous, soyez r√©tablie. J√©sus-Christ vous r√©tablit. Croyez-vous ? Que quelqu'un d'autre croie.
E-56 Cet homme assis ici en complet gris, regarde plut√īt et se pose un peu des questions. Qu'en pensez-vous, monsieur ? Croyez-vous ? Vous ne savez que faire, n'est-ce pas ? Peut-√™tre que si je vous le disais, si vous croyez juste maintenant, ces troubles cardiaques vous quitteraient. Qu'en est-il de cela ? Allez-vous croire cela de tout votre cŇďur ? Croyez-vous cela maintenant ? Levez alors vos mains, et quittez cette vieille posture vo√Ľt√©e. Allons-y ! Mettez-vous debout et acceptez votre gu√©rison, et soyez r√©tabli. J√©sus-Christ vous gu√©rit. Amen. Quelle sensation ? Amen. Que Dieu vous b√©nisse, monsieur. Rentrez chez vous. Voyez-vous, il faut juste qu'un petit quelque chose vous arrive. Qu'en pensez-vous ? Vous l'avez aid√© l√†, madame. C'√©tait gentil de votre part, √©tant assise l√† √† c√īt√© de lui. √áa, c'est tr√®s gentil. J'appr√©cie cela ; Dieu aussi. Je ne vous connais pas, n'est-ce pas ? Mais Dieu vous conna√ģt, n'est-ce pas ? Vous avez aussi des ennuis. N'est-ce pas juste ? Croyez-vous que Dieu peut me r√©v√©ler votre probl√®me ? De tout votre cŇďur ? Eh bien, vous avez juste des complications. Le m√©decin ne sait m√™me pas quoi vous dire, voil√† votre probl√®me. A plusieurs reprises, vous avez √©t√© dans des h√īpitaux, vous avez subi des op√©rations et tout. N'est-ce pas juste ? Maintenant, si c'est vrai, levez-vous. Si vous croyez que J√©sus vous r√©tablit maintenant, levez les mains et louez le Seigneur. Tr√®s bien, rentrez chez vous et soyez en bonne sant√©. Finis vos s√©jours √† l'h√īpital ! Croyez-vous en Dieu ?
E-57 La dame qui est assise là, secouant la tête, juste là derrière, qui est ravie par les louanges à Dieu, souffre de la hernie. Croyez-vous que Dieu va vous rétablir ? Vous avez un petit col blanc ou quelque chose comme ça autour comme cela, lorsque vous secouez la tête, juste comme cela, comme cela, louant Dieu, Quelque chose est venu sur vous, n'est-ce pas ? Cela vient de cette Lumière qui se tient juste là, au-dessus de vous en ce moment. Amen. Voilà la chose. Croyez cela ; acceptez cela. Rentrez chez vous et croyez cela, et vous serez rétablie. Amen. L'aimez-vous ? Dites : " Gloire au Seigneur. " Maintenant, ayez foi en Dieu. Eh bien, qu'est-ce qu'une carte de prière a à voir avec cela ? Ainsi lorsque ce critiqueur vous dit quelque chose comme cela, tournez simplement votre tête vers le Calvaire et continuez à marcher. Vous avez touché Son vêtement. Il est ici, le Fils de Dieu. Amen. Maintenant, cela m'affaiblit tellement ; vous pouvez voir la transpiration sur ma main. Ce sont des visions.
E-58 Maintenant, √† vous qui √™tes ici dans la ligne de pri√®re, passez simplement. Et vous tous qui √™tes l√†, maintenant vous appr√©ciez beaucoup cela l√†-bas. Eh bien, veuillez m'aider √† prier, vous tous pr√©dicateurs et tout le monde, aidez-moi √† prier pour ces gens. Combien promettent de prier pour ces gens, levez la main, ceux qui promettent de prier ? Eh bien, fr√®res, rappelez-vous, pas seulement ma pri√®re, votre pri√®re, votre pri√®re. " La pri√®re de la foi sauvera les malades. " Vous tous priez ensemble pendant que nous prions et faisons passer ces gens qui sont ici dans la ligne de pri√®re, demandant √† Dieu de les b√©nir et de les gu√©rir. Maintenant, priez avec moi. Vous tous, allez-vous croire maintenant pendant que vous passez ? Tr√®s bien, croyez de tout votre cŇďur, vous recevrez ce que vous demandez. Maintenant, vous √™tes conscients que le Saint-Esprit est ici. Mais si je m'arr√™te avec chacun de vous, je m'√©vanouirai dans un - apr√®s un instant. Combien savent que √ßa, c'est biblique ? Daniel a eu une vision, et il en eut l'esprit troubl√© pendant plusieurs jours. Est-ce juste ? Une seule femme toucha le bord de Son v√™tement, juste comme vous l'avez fait, et Il dit : " J'ai connu que (quoi ?) une vertu (une force) √©tait sortie de Moi. " C'√©tait le Fils de Dieu. Moi, je suis un p√©cheur sauv√© par gr√Ęce. Comment peut-il y en avoir davantage, en effet Il a dit : " Vous en ferez davantage, car Je m'en vais au P√®re. " ? C'est pour accomplir Sa Parole. Je suis faible maintenant, priez donc avec moi. Vous tous, croyez avec moi. Quand nous nous approchons du Saint-Esprit ici, sachez qu'Il va le faire.
E-59 Prions maintenant. Maintenant, sŇďur, croyez-vous que Dieu va vous gu√©rir ? Seigneur Dieu, r√©tablis-la, je Te prie, au Nom de J√©sus. Amen. Approchez, mon fr√®re. Toute cette grande √©glise rachet√©e de Dieu est en train de prier pour vous. Au Nom de J√©sus, je prononce ce merveilleux Nom sur vous. Puissiez-vous √™tre gu√©ri. Amen. Que Dieu vous b√©nisse. Maintenant, sŇďur, cela va marcher maintenant m√™me. Au Nom de J√©sus-Christ, qu'elle soit gu√©rie. Cela doit arriver. Au Nom de J√©sus-Christ, qu'il en soit ainsi. C'est comme √ßa. Vous avez cela, sŇďur. Continuez votre route, en vous r√©jouissant. Au Nom de J√©sus-Christ, qu'il en soit ainsi, Seigneur, sa gu√©rison... ?... Approchez maintenant, sŇďur. Vous √©tiez un peu d√©√ßue il n'y a pas longtemps. C'est termin√© maintenant. Continuez ; vous √™tes gu√©rie. Au Nom de J√©sus, qu'il en soit ainsi. Amen. Que Dieu vous b√©nisse, sŇďur. Approchez, mon fr√®re. Venez comme vous viendrez √† Lui. Seigneur, Au Nom de J√©sus, qu'il en soit ainsi, la gu√©rison...?... Approchez, mon fr√®re. √Ē Dieu, au Nom de J√©sus-Christ, que mon fr√®re soit gu√©ri pendant que cette grande √©glise rachet√©e est en train de prier pour lui. Dieu notre P√®re, au Nom de J√©sus-Christ, que notre sŇďur soit gu√©rie. Amen.
E-60 Venez en croyant, ma ch√®re sŇďur. Dieu notre P√®re, au Nom de J√©sus-Christ, alors que toute cette √©glise est en train de prier pour elle, qu'aucun doute... Puisse-t-elle, comme Bartim√©e de jadis, crier : " Fils de David ", au Nom de J√©sus. Seigneur, au Nom de J√©sus-Christ, que notre sŇďur soit r√©tablie. Amen. Dieu bien-aim√©, au Nom de J√©sus-Christ, que notre fr√®re soit r√©tabli. Amen. Dieu bien-aim√© et notre P√®re, pendant que nous sommes conscients de Ta Pr√©sence, l'Esprit de Dieu a murmur√© √† travers les l√®vres des centaines de personnes maintenant ; que notre sŇďur soit gu√©rie. Amen. Voici une sŇďur qui vient, marchant √† l'aide d'une canne maintenant. Tout le monde est en pri√®re. Eh bien, croyez. Dieu bien-aim√©, pendant que je lui impose les mains, ce qui repr√©sente les pri√®res de toute cette √©glise, qu'elle soit gu√©rie, au Nom de J√©sus-Christ. Amen. Dieu bien-aim√© et notre P√®re, au Nom de J√©sus-Christ, que cela soit accord√© maintenant. Amen. Dieu bien-aim√© et notre P√®re, au Nom de J√©sus-Christ, que cela soit accord√©. Amen.
E-61 Approchez, mon fr√®re. Dieu bien-aim√© et notre P√®re, au Nom de J√©sus-Christ, accorde que notre fr√®re soit gu√©ri. Amen. Croyez cela, mon fr√®re. Bonsoir ! C'est une chose affreuse, n'est-ce pas, de tousser sans cesse ! Mais J√©sus-Christ conna√ģt votre √©tat, n'est-ce pas ? Croyez-vous qu'Il vous r√©tablira ? Oui, qu'il en soit ainsi, P√®re, au Nom de J√©sus. Amen. Croyez-vous, mon fr√®re ? Au Nom de J√©sus-Christ, √ī Dieu notre P√®re, que sa gu√©rison se produise maintenant. Amen. Bonsoir ! Dieu notre P√®re, alors que je pense √† ma propre petite Sara √† la maison, je Te prie de gu√©rir cette enfant, au Nom de J√©sus-Christ. Amen... ?... Dieu notre P√®re, au Nom de J√©sus-Christ, Ton Fils, qu'en cette heure notre sŇďur soit gu√©rie. Amen. Dieu notre P√®re, au Nom de J√©sus-Christ, que notre sŇďur soit gu√©rie. Amen. Approchez, mon fr√®re. Dieu notre P√®re, au Nom de Ton Fils, J√©sus-Christ, que notre fr√®re soit gu√©ri ce soir. Amen. Dieu notre P√®re, comme notre sŇďur vient en sentant cette onction sur elle, que cela soit termin√© maintenant, Seigneur, qu'elle soit gu√©rie au Nom de J√©sus.
E-62 Approchez, fr√®re. Dieu notre P√®re, au Nom de J√©sus-Christ, que notre fr√®re soit gu√©ri. Amen. Que Dieu vous b√©nisse, fr√®re. Cela pouvait vous causer beaucoup de probl√®mes au dos... ?... Croyez-vous que Dieu vous r√©tablira ? C'est ce qui provoque l'√©pilepsie, et tout vient de l√†. Croyez ; Il vous r√©tablira. Dieu notre P√®re, je Te prie d'aider ce gar√ßon maintenant, qui tremble en quelque sorte. Mais il croit que Tu le r√©tabliras, au Nom de J√©sus-Christ. Amen. J'ai juste pens√© que cela l'aiderait peut-√™tre juste un petit peu. Eh bien, je n'avais pas du tout l'intention de dire cela, mais il avait simplement besoin d'un peu... vous comprenez. √Ē Dieu, touche ce petit gar√ßon. Je Te prie de le r√©tablir, au Nom de J√©sus-Christ, notre Seigneur. [Espace vide sur la bande - N.D.E.] P√®re, b√©nis cette femme, au Nom de J√©sus. Amen. Dieu notre P√®re, je prie pour notre sŇďur afin que Tu la gu√©risses et que Tu la r√©tablisses, au Nom de J√©sus-Christ. Dieu notre P√®re, b√©nis cette petite fille et r√©tablis-la, P√®re, alors que cette √©glise ointe est dans la Pr√©sence du Saint-Esprit, Christ, √ī Dieu, et puisse-t-elle √™tre r√©tablie maintenant. Amen.
E-63 Fr√®re Pete, je vous connais. Dieu bien-aim√©, au Nom de J√©sus-Christ, gu√©ris mon pr√©cieux fr√®re. Je prie qu'il soit r√©tabli d√®s maintenant. Amen. Que Dieu vous b√©nisse, fr√®re. √Ē Seigneur Dieu, Cr√©ateur du ciel et de la terre, Auteur de la Vie Eternelle, Donateur de tout don parfait, que mon fr√®re soit gu√©ri d√®s cet instant. C'est au Nom de J√©sus-Christ que je prie. Amen. Que Dieu vous b√©nisse, mon fr√®re. Y aurait-il ici dans la Pr√©sence de... Voyez-vous comment le Saint-Esprit oint de fa√ßon diff√©rente ? Juste maintenant, c'est comme s'Il est un - comme un... [Fr√®re Branham fait une illustration. - N.D.E.] Comme un shhh ! shhh ! Dieu parlant et accomplissant des choses. Combien croient que chacune de ces personnes a √©t√© gu√©rie ? Je crois de tout mon cŇďur qu'elles ont √©t√© gu√©ries.
E-64 Y aurait-il un p√©cheur ici qui aimerait s'approcher et √™tre gu√©ri maintenant de ses p√©ch√©s ? Voudriez-vous vous avancer, ami p√©cheur, pendant que nous chantons un couplet de : L√† √† la croix o√Ļ mon Sauveur mourut, L√† o√Ļ j'ai cri√© pour √™tre purifi√© du p√©ch√© ; L√† le Sang fut appliqu√© √† mon cŇďur, Gloire √† Son Nom ! Voudriez-vous venir et vous tenir ici ? Vous qui cherchez Dieu, qui voulez √™tre sauv√© de vos p√©ch√©s, je vous donne cette occasion. Maintenant, juste...
E-65 Ecoutez, ami p√©cheur, vous qui √™tes frustr√©, je ne sais pas ce qu'est votre position. Ne voyez-vous pas que c'est le Saint-Esprit de Dieu qui agit au milieu de Son peuple ? Les hommes ne peuvent pas faire ces choses. Il faut Dieu pour faire ces choses. Et c'est Lui qui se refl√®te au travers de Son Eglise. Maintenant, je vous prie de venir vous tenir ici, et que nous puissions prier pour vous juste une minute pendant que nous chantons. Et je vais prier ensuite pour ces mouchoirs qui se trouvent ici. Tr√®s bien. L√† √† la croix o√Ļ mon Sauveur mourut, L√† o√Ļ j'ai cri√© pour √™tre purifi√© du p√©ch√© ; L√† le Sang fut appliqu√© √† mon cŇďur, Gloire √† Son.... Ne voulez-vous pas venir ? Que Dieu vous b√©nisse, monsieur. Oh ! gloire √†... (Que Dieu vous b√©nisse, sŇďur. Que Dieu vous b√©nisse, sŇďur. Montez directement par ici. C'est √ßa. Montez directement. C'est bien. Dieu...) Gloire √† Son pr√©cieux Nom ! L√† le Sang fut appliqu√© √† mon cŇďur ; Gloire √† Son Nom ! Oh ! viens, √† cette fontaine si riche... (Que Dieu vous b√©nisse, sŇďur, qui venez l√†.) Jette ta pauvre √Ęme aux pieds du Sauveur ; Plonges-y... (Ne voulez-vous pas venir maintenant ? Levez-vous de votre si√®ge, juste...)...-fait ; (C'est bon. Les gens continuent de venir. Continuez de venir ; suivez la conduite de l'Esprit.) ... Nom ! Oh ! gloire √† Son Nom (Pr√©cieux Nom) Gloire √† Son pr√©cieux Nom ! Oh ! l√† le Sang fut appliqu√© √† mon cŇďur ! Gloire √†... (Que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse, chacun de vous qui venez.) Je suis si merveilleusement sauv√© du p√©ch√©, J√©sus si tendrement... (C'est de cette fa√ßon que j'aime voir les gens venir. Juste sur base de leur conviction, r√©alisant qu'ils ont tort.)... jour, et sois parfait ; Gloire √†... (C'est juste, fr√®re, montez carr√©ment. C'est... Venez carr√©ment. Quittez carr√©ment vos si√®ges. Venez maintenant.) Gloire √† Son Nom ! (C'est √ßa, sŇďur. C'est √ßa la mani√®re pour qu'Il... pour √™tre gu√©ri et se r√©tablir, maintenant.) A Son pr√©cieux Nom ! Oh ! l√† le Sang fut appliqu√© √† mon cŇďur, Gloire √† Son Nom ! Gloire... (C'est juste. Continuez √† venir. Continuez carr√©ment √† monter.) Oh ! gloire √† Son Nom ! (Ce pr√©cieux Nom.) Oh ! l√† le Sang fut appliqu√© √† mon cŇďur ; Gloire √† Son Nom ! Oh ! viens √† cette fontaine si riche et si douce ; Oh ! jette ta pauvre √Ęme... (Que Dieu vous b√©nisse, monsieur. Que Dieu vous b√©nisse, ch√®re sŇďur.) pieds ; Oh ! plonges-y aujourd'hui et sois pur ; (Que Dieu te b√©nisse, fiston.) Gloire √† Son Nom ! Oh ! gloire √† Son... Les gens continuent simplement √† venir, continuent simplement √† venir. Venez carr√©ment √† la fontaine. Il y a de l'espace, beaucoup d'espace pour nous tous maintenant. Cet aimable Seigneur J√©sus, qui est ici dans la puissance de Sa r√©surrection, √īte tous vos p√©ch√©s. ... le Sang appliqu√©... ; Gloire √† Son Nom ! Gloire √†... Y en aurait-il encore qui veulent venir ? Il y a beaucoup d'espace ici √† la fontaine, ne voulez-vous pas venir ? Gloire √†...
E-66 Si vous avez pris Son Nom en vain, si vous avez mal agi, et si vous avez m√©pris√© Sa gr√Ęce, ne voulez-vous pas venir maintenant vous repentir de cela ? Il est dispos√© √† vous pardonner. " Je ne mettrai pas dehors celui qui vient √† Moi. " Ne voulez-vous pas venir, ami p√©cheur ? Venez. Je vous persuade au Nom de Christ, venez pour √™tre r√©concili√©, pendant qu'il y a du temps. Que Dieu b√©nisse ce petit gar√ßon qui vient en pleurant, en se frottant les yeux avec ses petites mains. Que Dieu b√©nisse son petit coeur. Vous savez ce que la Bible dit : " C'est de la bouche des enfants et de ceux qui sont √† la mamelle que Dieu re√ßoit des louanges sinc√®res. " Ne voulez-vous pas venir maintenant pendant que nous chantons une fois de plus ? Venez. Puisse... Trouvez-vous une place ici au tr√īne, je vous prie. Il y a de l'espace ici pour vous maintenant. Venez, les jeunes comme les vieux, avancez ce soir. Faisons que cela soit √† cent pour cent, qu'aucun p√©cheur ne sorte de la salle ce soir sans √™tre sauv√©. Il n'y a aucune raison pour cela. Voici le Pr√©cieux Saint-Esprit, confirmant Lui-m√™me qu'Il est Dieu, juste au milieu de vous, et Il veut vous sauver.
E-67 Si vous croyez que je suis Son proph√®te ou plut√īt Son - Son serviteur... Si vous croyez que je suis Son serviteur, Sa mis√©ricorde √©tend ce soir de grands bras et appelle, en disant : " Que celui qui veut vienne et boive √† la source de Vie gratuitement. " Pendant que nous chantons cela encore, ne voulez-vous pas venir ? Viens √† cette fontaine si riche et si douce ; (Que Dieu vous b√©nisse, fr√®re. Que Dieu vous b√©nisse, soeur. C'est bien.) ... √Ęme aux pieds du Sauveur ; Oh ! plonges-y aujourd'hui et sois... (Une jeune soeur espagnole, venez juste ici. Mon fr√®re venez ici, venez simplement.)... Son Nom ! Oh ! gloire √†... (Y en a-t-il d'autres, voudriez-vous venir en ce moment ? Prenez rapidement place ici √† la fontaine. Ne...) Gloire √† Son pr√©cieux Nom ! L√† le Sang fut appliqu√© √† mon cŇďur ; Gloire √†...
E-68 Que Dieu vous b√©nisse. C'est merveilleux. Des jeunes gens qui viennent... Cet adolescent insouciant... Et pourtant, je suis si heureux que nous ayons encore des jeunes gens qui ont un coeur ouvert au Saint-Esprit. Je vous assure, nous avons encore de braves jeunes gens dans ce monde. Nous en avons certainement. Voici venir un autre, il vient. C'est juste. Juste... J'aime cela. Cela fait tressaillir mon coeur. Cela me fait plus de bien de voir Dieu gu√©rir l'√Ęme que de Le voir gu√©rir les malades, parce que je sais que gu√©rir l'√Ęme, c'est √©ternel ; cela durera pour toujours. C'est la v√©rit√© de Dieu. Rappelez-vous, vous qui vous tenez ici maintenant, vous √™tes b√©nis parce que Dieu vous a parl√©. Dieu vous a parl√©. J√©sus a dit ces Paroles : " Celui qui √©coute Mes Paroles, et qui croit √† Celui qui M'a envoy√©, a la Vie Eternelle et ne vient point en jugement, mais il est pass√© de la mort √† la Vie. " Il y a quelques minutes, si vous mourriez l√†-bas avant la fin du service, vous seriez perdu. Si vous mourez maintenant, aussi s√Ľr que mon Dieu est fid√®le, vous ressusciterez ce jour-l√†. Dieu l'a promis. " Nul ne peut venir √† Moi, a dit J√©sus, si Mon P√®re ne l'attire premi√®rement. "
E-69 Qui vous a parl√© ? Le Saint-Esprit, le m√™me qui conna√ģt et discerne les pens√©es du coeur. Voyez-vous ? Il discerne votre coeur. Il n'a pas du tout utilis√© mes l√®vres ; Il a juste parl√© √† votre esprit, et vous L'avez √©cout√©. Heureux √™tes-vous, vous qui faites ces choses. Vous avez √©cout√©, vous vous √™tes avanc√©. Il est ici. " Et tous ceux qui viendront √† Moi, Je leur donnerai la Vie Eternelle, et Je les ressusciterai au dernier jour. " C'est l√† Sa promesse b√©nie. Que Dieu te b√©nisse, jeune fille. Trouve-toi une place juste ici, ma ch√©rie. C'est bien. Avance maintenant. Quelqu'un d'autre voudrait-il venir pendant que nous attendons ? Qui que vous soyez, nous aimerions juste vous demander d'approcher ici pour que nous priions avec vous. Sinon, inclinons maintenant la t√™te pour un moment de pri√®re. Vous tous qui vous tenez ici, le P√®re c√©leste vous a appel√©s. C'est Sa bont√© et Sa mis√©ricorde envers vous. Vous avez la Vie Eternelle maintenant en croyant en Lui. Maintenant, inclinons la t√™te pendant que nous Lui adressons un mot de remerciement.
E-70 Pr√©cieux Seigneur, ce soir, en venant dans cette salle, j'√©tais un peu √©puis√©. Satan m'a un peu d√©rang√©, en me disant : " Ne parle pas de l'aveugle Bartim√©e. Ces gens ne comprendront pas cela. " Mais alors, tout au fond de mon √Ęme, je pouvais sentir Ton Esprit dire : " Va de l'avant. Vas-y simplement. " Et ici ce soir, il y a un... √† partir des r√©sultats, voici... Et Ta venue et Ta Pr√©sence ont amen√© la conviction dans les coeurs de ces gens qui se tiennent ici. Et je leur ai simplement cit√© Ta Parole √©ternelle, qui a √©t√© prouv√©e ce soir comme √©tant plus puissante que tout p√©ch√©. Elle a amen√© les p√©cheurs √† se lever de leur si√®ge et les a envoy√©s √† l'autel. Elle est plus puissante que le p√©ch√©. Elle a vaincu le p√©ch√© et a envoy√© les gens √† l'estrade pour faire une confession publique. Et notre Seigneur J√©sus-Christ a dit : " Celui qui Me confessera devant les hommes, Je le confesserai devant Mon P√®re et les saints anges. " Les voici qui se tiennent l√† comme des √Ęmes repentantes. P√®re, √©coute la pri√®re de Ton serviteur inutile. Je les confie entre Tes mains comme des troph√©es du service de ce soir.
E-71 Je prie, P√®re, qu'en les amenant √† l'estrade, Ta visitation ici ce soir sanctifie maintenant leurs coeurs de tout p√©ch√©, les purifie de toute impi√©t√© et √īte le p√©ch√© de leur vie. Que m√™me le d√©sir du p√©ch√© les quitte. Et qu'ils re√ßoivent aussi le Saint-Esprit b√©ni ce soir. Et demain, qu'ils commencent une nouvelle vie, pour marcher dans les rues et sur les petits chemins, dans les √©coles, o√Ļ qu'ils soient demain, au travail, en tant que de nouvelles cr√©atures en J√©sus-Christ. Que la vie brille, que leurs visages soient illumin√©s par la puissance de Dieu, qu'ils sachent qu'ils sont pass√©s de la mort √† la Vie, afin qu'ils am√®nent d'autres et travaillent dans ce grand champ de Ta grande √©conomie, Seigneur. Accorde-le. B√©nis-les. Je les remets entre Tes mains comme des troph√©es de la gr√Ęce de Ton Esprit envers nous ce soir, par J√©sus-Christ, notre Seigneur. Amen.
E-72 Je veux que vous m'accordiez une faveur de plus. Je veux que vous tourniez juste par ici afin que nous puissions vous rencontrer. Il y a des gens qui se tiennent ici, portant de petits badges ; on les s'appelle des ouvriers ind√©pendants. Nous voulons que vous alliez ici derri√®re vous agenouiller pour remercier Dieu de vous avoir sauv√©s. Et puis, quand vous aurez fait cela, je veux que vous restiez l√† quelques instants pour recevoir le Saint-Esprit, puis revenez ici dans cette salle avec le reste de l'assembl√©e, en criant Ses louanges et Ses b√©n√©dictions. Cela se trouve juste ici pour vous. Croyez-moi, en tant que serviteur de Dieu ; Cela se trouve juste ici pour vous. Pendant qu'ils vous conduisent vers... Tr√®s bien. S'il y a quelqu'un l√† qui n'a pas le bapt√™me du Saint-Esprit et qui voudrait que ceci soit la soir√©e o√Ļ il Le recevra, je vous prie de venir, d'aller avec eux, et de nous rencontrer juste ici derri√®re o√Ļ nous serons avec vous dans quelques instants. Voudriez-vous venir juste maintenant, ceux qui cherchent le bapt√™me du Saint-Esprit, qui voudraient juste passer, aller ici derri√®re... Je veux que tous ces convertis ce soir prennent leur place. Les ministres seront l√† dans quelques minutes. Ils vous invitent √† leurs √©glises o√Ļ vous pouvez avoir une maison o√Ļ vivre, o√Ļ servir Dieu le reste de vos jours sur terre.
E-73 Y a-t-il quelqu'un qui cherche le Saint-Esprit ce soir et qui voudrait qu'on se souvienne de lui ? Levez la main et dites : " Souvenez-vous de moi. Fr√®re Branham, souvenez-vous de moi. " Tr√®s bien. Maintenant, inclinons la t√™te pendant qu'ils vont derri√®re. Avant que nous les ministres et le reste allions derri√®re pour √™tre avec eux dans un instant, nous voulons incliner la t√™te pour prier pour ces mouchoirs. Que tout le monde soit en pri√®re. Bienveillant Seigneur, sur ce pupitre, sous mon bras droit et ma main droite, il y a un grand tas de mouchoirs, de petits colis et de tissus destin√©s aux malades et aux afflig√©s. Et ils sont repr√©sent√©s ici par quelqu'un qui les a pos√©s ici, qui a foi en Toi, qui a entendu ce soir qu'Elie a envoy√© son b√Ęton, et que celui-ci a √©t√© pos√© sur l'enfant.
E-74 Peut-√™tre que le grand saint Paul, √©tant tr√®s fondamentaliste dans sa doctrine, avait certainement trouv√© ce passage, et les gens de son temps ont vu le Saint-Esprit agir en lui, et ils ont su qu'il √©tait le serviteur du Seigneur. Et la Bible dit qu'on prenait des mouchoirs et des linges qui avaient touch√© son corps, et qu'on les envoyait aux malades et aux afflig√©s, et que les mauvais esprits sortaient des gens, et que de grandes gu√©risons s'op√©raient. Maintenant, Seigneur, nous savons que nous ne sommes pas saint Paul, mais Tu es toujours J√©sus, Celui qui gu√©rissait les malades. Nous Te prions d'honorer ces gens, √ī Seigneur, ainsi que leurs - leurs pri√®res, et leurs efforts, et leur foi en faisant cela.
E-75 Les Ecritures nous enseignent qu'un jour, les enfants de Dieu √©taient en marche vers une Terre promise que Dieu leur avait promise. C'√©tait une bonne terre, une terre salubre o√Ļ coulaient le lait et le miel ; mais la mer Rouge leur fit obstacle. Mais Dieu, avec des yeux courrouc√©s, baissa les regards √† travers cette Colonne de Feu et la mer Rouge eut peur et recula. Les enfants de l'alliance selon la promesse de Dieu ont travers√© la mer Rouge vers la Terre promise. √Ē Seigneur Dieu, lorsque ces mouchoirs toucheront les malades, que l'Ange de Dieu regarde √† travers le Sang de J√©sus-Christ, avec des yeux courrouc√©s, la maladie qui retient ces gens. Et quand ce petit symbole de la foi touchera leurs corps, qu'Il les lib√®re, et qu'ils partent vers ce bon et salubre pays o√Ļ il est √©crit dans les Ecritures : " Je souhaite que tu prosp√®res √† tous √©gards et sois en bonne sant√©. " Accorde-le, Seigneur. C'est dans ce but que je l'envoie... ces tissus, au Nom de J√©sus-Christ. Amen.
E-76 Je crois que chacun d'eux sera gu√©ri. Croyez-vous ? Croyez-vous que Dieu exaucera leur pri√®re ? Bien s√Ľr qu'Il le fera. Combien d'entre vous connaissent ce merveilleux vieux cantique ? C'est un cantique que nous chantons beaucoup dans notre tabernacle : Prends le Nom de J√©sus avec toi. Le connaissez-vous ? Enfant de tristesse et de peine... Mettons-nous tous debout et chantons-le maintenant. Prends le Nom de J√©sus avec... (Qui est le conducteur de chants ici ?) toi ? Enfant de tristesse et de peine ; Que Dieu vous b√©nisse, fr√®re...

En haut