ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication A Qui Irons-Nous? / 60-0604 / Jeffersonville, Indiana, USA // SHP 1 heure et 36 minutes PDF

A Qui Irons-Nous?

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 FrĂšre Ruddell, non, cela... Oui, je veux dire... Vous l’avez dit; j’utilise... Vous Ă©tiez un peu grand pour cela, en haut comme ceci, mais pas tellement comme ceci.
Eh bien, nous sommes certainement heureux d’ĂȘtre ici ce soir avec frĂšre Ruddell et son Ă©glise. Et j’ai quelques ventilateurs, si vous avez de l’électricitĂ©. Ainsi, sentez-vous vraiment chez vous. J’étais assis dehors dans la voiture, et j’attendais qu’il soit temps pour entrer, parce que je–je savais qu’il devait faire chaud. Il semble que l’Indiana... Nous avons l’hiver, et puis, nous avons l’étĂ©; et puis, nous rentrons en hiver.
Ainsi, je suis trĂšs trĂšs heureux ce soir d’ĂȘtre Ă  cette chaire avec frĂšre Ruddell, parce que frĂšre Ruddell est presque comme l’un de mes propres fils. Je me rappelle il y a des annĂ©es lorsque son pĂšre et moi travaillions ensemble. Et puis, lorsque ce garçon est venu, il a Ă©tudiĂ©, il est allĂ© Ă  l’école biblique... il a connu un dĂ©but plutĂŽt difficile. C’était comme s’il ne voulait vraiment pas paraĂźtre de toute façon; il est rĂ©ticent, timide. Mais, finalement, il a fourni des efforts et voici les fruits de ses efforts. Et je pense moi-mĂȘme que frĂšre Ruddell est juste Ă  ses dĂ©buts; ceci n’est que le commencement. Et, il est difficile de dire jusqu’oĂč ceci va croĂźtre. J’espĂšre que cela couvrira les bois sombres par ici, au fur et Ă  mesure que cela...
E-2 LĂ  dehors, je disais Ă  quelqu’un... FrĂšre Mike Egan, il y a quelques annĂ©es, je chassais souvent l’écureuil juste par ici. Combien les choses prennent de l’extension; on a l’impression que la civilisation prend vraiment de l’extension. Nous n’aurons plus du tout d’endroit pour chasser l’écureuil ou le lapin, si cette ville continue Ă  s’étendre tout autour par ici. On dirait qu’elle ne fait que...
Il y a quelques annĂ©es, ici dans la vieille ville oĂč j’ai Ă©tĂ© Ă©levĂ©, eh bien, il vous fallait marcher un mile [1,6 km] pour arriver chez le voisin. Maintenant, vous ne pouvez pas jeter l’eau dehors par la porte de derriĂšre sans que vous la jetiez Ă  sa porte, si bien que... tout le monde est vraiment confinĂ© ensemble.
C’est agrĂ©able d’ĂȘtre ici, et je ne vous garderai pas longtemps. FrĂšre Ruddell m’a demandĂ© de venir un jour ici au tabernacle, pour prier pour les malades. Je pense que cela fait une chose Ă  un jeune ministre comme ceci, lorsque nous venons prier pour les malades (et surtout si notre Seigneur nous montre Sa gloire), cela va fortifier cette jeune Ă©glise.
E-3 Je vois ici certains de mes amis du Tabernacle, certains administrateurs et les autres. Et maintenant ces... Plusieurs de ces gens ont vu le Seigneur guĂ©rir les malades. Et... Si le Seigneur fait cela pour nous une fois de plus ce soir, s’Il vient sur la scĂšne dans Sa gloire, cela va–cela va fortifier la foi des gens. Cela–cela leur donnera de l’espĂ©rance. Cela aidera frĂšre Ruddell. En effet, frĂšre Ruddell est dĂ©terminĂ© Ă  prĂȘcher le plein Evangile, et je serai déçu Ă  son sujet s’il ne le fait pas. Et je suis sĂ»r que le Seigneur le fera, ainsi... Et alors, il va s’en tenir parfaitement Ă  cela. Et peut-ĂȘtre que ces petites rĂ©unions vont... comme celle-ci, lorsque certains d’entre nous les vieux prĂ©dicateurs (vous le savez) peuvent venir ici, eh bien, ça aide ces jeunes gens.
Et maintenant, Ă  vous les gens du Tabernacle, je serai lĂ  demain, mais je... Je suis... Je n’aurai donc pas de temps libre avant le quinze aoĂ»t; on aura tout simplement rĂ©union aprĂšs rĂ©union. Ainsi, probablement je pourrais venir Ă  l’école du dimanche, mais pas pour prĂȘcher.
E-4 Et je suis dĂ©solĂ© d’apprendre il y a environ une heure, que la belle-soeur de frĂšre Neville, notre pasteur, a Ă©tĂ© enterrĂ©e aujourd’hui. Je me demande si le tabernacle le savait. Je ne pense pas que frĂšre Neville soit ici; j’ai regardĂ© partout avant de dire ceci. Je me demande si les gens le savaient pour envoyer des fleurs lĂ -bas; moi, je ne suis pas informĂ©. Je viens de l’apprendre il y a quelques minutes. Billy m’a dit que quelqu’un lui a dit que la belle-soeur de frĂšre Neville a Ă©tĂ© enterrĂ©e aujourd’hui. Je suis certainement dĂ©solĂ© d’apprendre cela; elle Ă©tait une parente lointaine Ă  moi par alliance, et je suis dĂ©solĂ© d’apprendre qu’elle est partie.
Il y a encore deux de mes amis qui sont Ă©tendus lĂ  ce soir: Dave Wright et monsieur Henson. Je ne savais mĂȘme pas qu’ils Ă©taient malades; tous deux sont morts Ă  l’hĂŽpital, hier et ce matin, je pense. Ainsi, cela montre une chose: c’est que nous ne sommes pas ici pour trop longtemps. Nous avançons droit dans la ligne. Et nous ne savons pas Ă  quel moment Dieu va tirer notre numĂ©ro du lot de cartes lĂ -haut; et nous allons devoir rĂ©pondre.
E-5 Ainsi, comme nous entrons dans ce service ce soir, je sais qu’il fait chaud, c’est vraiment insupportable. Mais, n’oublions pas que nous venons ici pour faire le mieux que nous pouvons, pour montrer Ă  Dieu que nous sommes sincĂšres, et que nous L’aimons. Et nous voulons que chaque personne ici qui ne L’aime pas tombe amoureuse de Lui ce soir. Et tous ceux qui ne croient pas en Lui, nous voulons que vous croyiez en Lui ce soir de tout votre coeur, afin que cette rĂ©union soit quelque chose qui sera un vestige historique ici dans ce tabernacle, de sorte que vous pourriez toujours vous rĂ©fĂ©rer Ă  ce moment et dire: «Ce soir-lĂ , le Seigneur est venu vers nous et a accompli telle chose.»
Ainsi, maintenant, avant que nous ouvrions la Bible pour la lecture de la Parole... M’entendez-vous trĂšs bien lĂ  derriĂšre, lĂ  au fond derriĂšre? Eh bien, je me demande si par ici... Est-ce que vous entendez cela trĂšs bien? Est-ce que ça va lĂ -bas? Je n’ai pas vu beaucoup de gens hocher la tĂȘte. Et comme ceci, est-ce mieux? Ça va, nous allons tout simplement garder cela juste dans cette position, comme ceci alors.
Maintenant, inclinons la tĂȘte juste un moment pour la priĂšre. Et je demanderais, dans la solennitĂ© de ce moment, s’il y a quelqu’un ici qui aimerait vraiment qu’on se souvienne de lui dans la priĂšre, qu’il le manifeste en levant la main. Que Dieu vous bĂ©nisse, chacun de vous; Il voit et Il sait.
E-6 Notre Bienveillant PĂšre cĂ©leste, nous entrons dans Ta PrĂ©sence avec rĂ©vĂ©rence, non seulement avec nos tĂȘtes inclinĂ©es, mais aussi avec nos coeurs inclinĂ©s. Car, nous nous rendons compte qu’il est Ă©crit dans Ta Parole: «LĂ  oĂč deux ou trois sont assemblĂ©s, Je suis au milieu d’eux.» Ainsi, nous sommes assurĂ©s que Tu es ici maintenant, que le Glorieux Saint-Esprit se meut dans cette petite salle, car c’est une promesse de Dieu.
Et nous Te prions de bĂ©nir notre rassemblement ce soir. BĂ©nis cette petite Ă©glise, son pasteur, tous ses collaborateurs ainsi que tous les membres. Puisse-elle croĂźtre continuellement jusqu’à devenir vraiment un phare pour le Royaume de Dieu, au point que les gens viendront de loin et de prĂšs en visite pour voir les oeuvres du Seigneur. Qu’elle soit comme le temple d’autrefois, oĂč les gens venaient de partout dans le monde pour entendre la sagesse de Salomon, et oĂč bien des choses glorieuses se produisaient. Et partout oĂč nous sommes assemblĂ©s en Son Nom, c’est lĂ  le lieu de rencontre, le temple du Seigneur.
E-7 Et nous Te prions ce soir d’honorer Tes serviteurs et les priĂšres que nous T’offrons, ainsi que les chants que nous chantons. BĂ©nis la Parole, Seigneur, pendant qu’Elle est proclamĂ©e, qu’Elle puisse rĂ©ellement tomber sur une terre fertile. Juste en cette heure-ci, Seigneur, nous Te prions d’arracher toutes les ronces, toute racine d’amertume ainsi que toute l’incrĂ©dulitĂ© des coeurs des gens, afin que la Parole puisse tomber sur un bon sol riche et fertilisĂ©, de sorte qu’elle produira de grands rĂ©sultats pour ce peuple.
Bénis tous ceux qui ont levé la main; Tu les as bien vus et Tu connais leurs besoins. Accorde-le-nous, PÚre, au Nom de Ton Saint Fils, le Seigneur Jésus, nous le demandons. Amen.
E-8 Eh bien, ce soir, vous qui avez vos Bibles, j’aimerais que vous preniez avec moi Saint Jean, le chapitre 6. Commençons vers le verset 66, et lisons quelques lignes; Saint Jean 6.66.
Dùs ce moment, plusieurs de ses disciples se retirùrent, et ils n’allaient plus avec lui.
JĂ©sus donc dit aux douze: Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller?
Simon Pierre lui répondit: Seigneur, à qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle.
Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.
Si je devais donner le sujet à mon texte, j’aimerais l’intituler comme ceci: A qui irons-nous?
E-9 Vous savez, les gens aujourd’hui sont vraiment pareils aux gens de cette Ă©poque-lĂ . Les gens se promĂšnent sans savoir oĂč ils vont et ils semblent insouciants; ils vont librement partout oĂč ils veulent, et–et ce sont des gens qui sont plutĂŽt Ă  la recherche du plaisir. L’homme est presque comme il Ă©tait au moment oĂč il a abandonnĂ© Dieu au jardin d’Eden et qu’il Ă©tait vouĂ© Ă  aller se dĂ©brouiller. Il laisse simplement Dieu de cĂŽtĂ©, et va tout simplement lĂ  oĂč il veut, et il est plutĂŽt Ă©pris des plaisirs.
Et–et ses opinions n’ont pas beaucoup changĂ©; ses idĂ©es n’ont pas beaucoup changĂ©. Il veut toujours de sa religion de feuilles de figuier, vous savez. Il veut la fabriquer lui-mĂȘme pour se couvrir avec, et il s’en va plus ou moins, comme je le dirais, plus ou moins satisfait, satisfait de soi. Si ce mot est raisonnable... Il essaie de croire par lui-mĂȘme qu’il est satisfait, alors que tout au fond de son Ăąme, il sait qu’il se trompe. Il sait que tout ce qu’un homme doit faire est polluĂ© dĂšs le dĂ©part.
Et il ne peut pas se sauver lui-mĂȘme, pas plus qu’il ne peut par lui-mĂȘme sauter jusqu’à la lune; il ne peut pas le faire. Essayer de faire cela, c’est faire comme un lĂ©opard qui essaie d’îter ses tĂąches en les lĂ©chant; il ne fait que rendre ses pĂ©chĂ©s plus clairs. Mais, nĂ©anmoins il... Il ne veut pas Ă©couter; il ne fait qu’errer.
E-10 Mais en ce jour-lĂ , Pierre pouvait rĂ©pondre comme beaucoup parmi nous ce soir. Il avait trouvĂ© quelque chose de diffĂ©rent; il avait rencontrĂ© JĂ©sus. Et il savait qu’il y avait donc quelque chose de plus que le fait d’errer tout simplement. Tout celui qui rencontre JĂ©sus ne veut plus jamais errer. Quelque chose lui arrive lorsqu’il rencontre JĂ©sus; il n’est plus jamais le mĂȘme. Et cet homme de Pierre avait rencontrĂ© JĂ©sus, et il avait trouvĂ© en JĂ©sus quelque chose qui Le rendait diffĂ©rent de n’importe qui d’autre. Il n’y avait jamais eu un homme comme JĂ©sus. Et il a trouvĂ© ce quelque chose de glorieux en JĂ©sus, qui l’a amenĂ© Ă  rĂ©pondre par cette question: «Seigneur, Ă  qui irions-nous?»
JĂ©sus a dit: «Eh bien, si–si vous voulez suivre les soixante-dix autres, vous ĂȘtes libres; allez-y, partez.»
Mais Pierre a rĂ©pondu: «OĂč irions-nous? AuprĂšs de qui pourrions-nous aller? Car, Toi seul as la Parole de la Vie Eternelle.» Personne d’autre ne l’avait Ă  part Lui. Et Pierre Ă©tait restĂ© avec Lui assez longtemps, et avait vu Ses miracles et Ses signes ainsi que Ses prodiges venant de Dieu, et il savait que c’était la vĂ©ritĂ©, que JĂ©sus avait la Parole de la Vie Eternelle. Oh! Si nous pouvions simplement rester assez longtemps avec Lui pour reconnaĂźtre cela: que Lui seul a la Parole de la Vie Eternelle.
E-11 Maintenant, qu’est-ce que JĂ©sus avait qui Ă©tait si diffĂ©rent de n’importe qui d’autre? Pourquoi Ă©tait-Il diffĂ©rent du rabbin? Le rabbin Ă©tait un sacrificateur, un... Il Ă©tait un docteur, un Ă©rudit, probablement (cĂŽtĂ© instruction) bien au-dessus de JĂ©sus. Nous n’avons aucun rĂ©cit montrant que JĂ©sus soit jamais allĂ© Ă  l’école ou qu’Il ait jamais appris quelque chose d’un homme; Il n’en avait point besoin. Il Ă©tait le Fils de Dieu; ce qu’Il devait faire Lui Ă©tait rĂ©vĂ©lĂ© du Ciel.
Et cette rĂ©vĂ©lation cĂ©leste avait fait une telle impression sur ces di–disciples, que Pierre a dit: «A qui irions-nous pour trouver ceci?»
Et cela est tout aussi rĂ©el ce soir. OĂč irions-nous pour trouver ceci, si nous n’étions pas venus Ă  Lui? Maintenant, j’ai inscrit ici, sur un bout de papier, sept raisons ou sept choses pour lesquelles–raisons pour lesquelles nous devons aller auprĂšs de JĂ©sus. J’aimerais parler de ces sept choses juste pendant les quelque vingt ou trente prochaines minutes, avant que nous priions pour les malades.
E-12 Pourquoi... Qu’est-ce que JĂ©sus avait de diffĂ©rent? Pourquoi devait-Il ĂȘtre une Personne unique en son genre? La premiĂšre chose: JĂ©sus a dit: «Je suis le Chemin.» Eh bien, il n’y a qu’un seul Ciel, il y a un seul Dieu, et un seul Chemin pour y arriver. Il n’y a pas beaucoup de chemins, il y a plutĂŽt un seul Chemin pour y arriver. Et JĂ©sus a dit: «Je suis ce Chemin.»
Eh bien, nous essayons de fabriquer d’autres chemins, nous essayons de dire qu’il y a d’autres chemins. Nous avons le chemin de credos, et nous essayons de le suivre. Beaucoup parmi nous dans les Ă©glises, nous avons certains credos que nous–que nous observons; et cela peut ĂȘtre trĂšs bien comme couverture de feuilles de figuier. Mais, si vous allez au Ciel, vous devez venir par JĂ©sus, car Il est le Chemin. On ne peut aller au Ciel par aucun autre chemin que par JĂ©sus.
E-13 Nous avons des chemins que nous appelons notre dĂ©nomination. Posez la question Ă  un homme aujourd’hui: «Etes-vous chrĂ©tien?»
–Oh! Je suis mĂ©thodiste.
–Etes-vous chrĂ©tien?
–Je suis baptiste. Je suis presbytĂ©rien, pentecĂŽtiste, nazarĂ©en ou quelque chose de ce genre.
Ce n’est pas lĂ  la question. Pour ĂȘtre chrĂ©tien, il vous faut ĂȘtre en Christ. Et il n’y a qu’un seul chemin pour entrer en Christ, et ce n’est pas par les credos ni par les Ă©glises, mais par le baptĂȘme du Saint-Esprit. Nous devons naĂźtre de nouveau. Et lorsque nous sommes nĂ©s de nouveau, alors nous sommes en Christ. Et si vous ĂȘtes en Christ, vous ĂȘtes sur le Chemin, car Il est le Chemin.
E-14 Une fois, il y avait un homme dans la Bible, dont JĂ©sus a parlĂ© dans Sa cĂ©lĂšbre parabole. Il a dit qu’un homme riche a donnĂ© un souper en l’honneur de son fils, c’était un souper de noces; et il a invitĂ© les gens Ă  y prendre part. Et comme le souper Ă©tait prĂȘt et que tout Ă©tait prĂȘt Ă  ĂȘtre servi, tous les invitĂ©s avaient pris place, et Ă  table, on a trouvĂ© un homme qui n’était pas en habit de noces.
Eh bien, beaucoup de gens qui lisent la Bible connaissent trĂšs bien cette Ecriture. Et le roi a dit Ă  cet homme: «Mon ami, pourquoi es-tu ici sans habit de noces?» La question Ă©tait posĂ©e. «Pourquoi es-tu venu sans habit de noces?» Et avez-vous remarquĂ©? La Bible dit qu’il eut la bouche fermĂ©e; il n’avait pas d’excuse.
E-15 Eh bien, j’ai eu le plaisir de visiter les pays orientaux et de voir des mariages chez les Orientaux; ils ne changent pas... les mĂȘmes coutumes depuis des milliers d’annĂ©es. Eh bien, lorsqu’il y a un souper de noces qui doit ĂȘtre donnĂ© en l’honneur de quelqu’un, l’époux fournit les robes pour tous ceux qui entrent, parce que parmi ses amis il y a des pauvres, des riches et des indiffĂ©rents. Mais toute personne qu’il invite reçoit une invitation, sur laquelle est mentionnĂ© le nom de l’époux.
Et il se prĂ©sente avec cette invitation Ă  la porte, et un–un portier se tient Ă  la porte, et il a des vĂȘtements. Ainsi, quand un homme se prĂ©sente, tirĂ© Ă  quatre Ă©pingles, le portier lui fait porter une robe ordinaire. Le suivant se prĂ©sente dans une tenue mĂ©diocre; sa tenue n’est pas si mal. Mais il reçoit la mĂȘme sorte de robe que le riche. Et puis, le suivant se prĂ©sente. Oh! Sans doute que c’était un grand honneur que son ami l’ait invitĂ© Ă  ce souper, et il lavait ses vĂȘtements, et oh! il faisait tant de choses pour se prĂ©parer. Mais seulement, il le faisait en vain.
Il en est de mĂȘme... Nous... Il n’y a rien que nous puissions faire Ă  ce sujet. Dieu a pourvu Ă  notre salut par JĂ©sus-Christ. Cela ne dĂ©pend pas de ce que nous pouvons faire, ni du nombre de bonnes oeuvres que nous pouvons faire (elles sont trĂšs bien, je n’ai rien Ă  redire Ă  cela), mais c’est par la grĂące que vous ĂȘtes sauvĂ©s, par le moyen de la foi.
Et cet homme pauvre reçoit donc la mĂȘme sorte de robe que le riche et l’autre homme. Alors, quand ils sont tous assis Ă  table, tous sont pareils.
E-16 Eh bien, qu’était-il arrivĂ© Ă  cet homme? Qu’arriva-t-il? Il eut la bouche fermĂ©e. En effet, il Ă©tait entrĂ© par la fenĂȘtre en escaladant, ou il Ă©tait entrĂ© par une porte latĂ©rale, ou il Ă©tait entrĂ© par une certaine voie autre que celle Ă  laquelle il Ă©tait pourvu pour lui; aussi avait-il manquĂ© de robe.
C’est ainsi qu’il en sera au jour du Jugement. Il y a d’autres chemins. Il y a les chemins de l’église; il y a les chemins des credos; il y a les chemins de–de diffĂ©rentes choses. Mais JĂ©sus a dit: «Je suis ce Chemin.» Dans Saint Jean 10, Il a dit: «Je suis la Porte de la bergerie.»
Et aujourd’hui les gens, juste comme ceux de cette Ă©poque-lĂ , refusent tout simplement de suivre ce chemin. Ils veulent leur propre chemin; ils pensent qu’il est tout aussi bon.
E-17 Il y a quelque temps (Je pense que c’était Ă  Louisville), il y avait un jeune homme, l’une de ces oreilles avait une affection. Eh bien, il est allĂ© chez son mĂ©decin, et ce dernier l’a soignĂ© pendant un bon nombre de semaines. Mais la situation empirait. Finalement, le mĂ©decin a dit: «Je suis obligĂ© de t’envoyer chez un spĂ©cialiste.» Et lorsque le spĂ©cialiste a diagnostiquĂ© le cas, c’était un grand terme mĂ©dical, que je ne crois pas que si je le connaissais... si je pouvais le prononcer, il faudrait que je l’aie par Ă©crit, et que je m’exerce Ă  l’épeler pendant toute une heure, et puis, vous ne comprendriez pas ce que j’aurais dit aprĂšs que je l’aurais Ă©pelĂ©, ou plutĂŽt prononcĂ©. En effet, je ne savais pas ce que c’était au dĂ©part. Mais il avait Ă  l’oreille une affection, qui pouvait lui ĂŽter la vie.
Et il a dit: «C’est Ă  un stade trĂšs avancĂ©. Et je ne connais personne qui pourrait diagnostiquer parfaitement ce cas pour voir si cela est vraiment la vĂ©ritĂ© ou pas, Ă  part un certain homme qui habite Saint Louis, un mĂ©decin.» Le jeune homme s’est rendu Ă  Saint Louis Ă  toute vitesse. Ce mĂ©decin Ă©tait retraitĂ© et Ă©tait allĂ© Ă  Nouvelle-OrlĂ©ans; il Ă©tait du Sud, aussi Ă©tait-il retournĂ© Ă  Nouvelle-OrlĂ©ans. Le jeune homme a vite pris un avion, et il a filĂ© Ă  Nouvelle-OrlĂ©ans.
Le vieux mĂ©decin a examinĂ© cela, et il a dit: «Le diagnostic qu’ils ont fait est exact, mon fils. Et c’est Ă  un stade trĂšs avancĂ©.»
Et le jeune homme a dit: «Docteur, voudriez-vous faire l’opĂ©ration?» Il a rĂ©pondu: «Non, mon fils. Je ne le peux pas; ma main n’est pas assez stable.» Il a dit: «Et je ne connais qu’un seul homme au monde qui pourrait faire cette opĂ©ration.» Il a dit: «Cet homme se trouve dans la ville de New York pour le moment, il va embarquer pour l’Europe oĂč il passera six mois de vacances, et je ne sais pas si tu pourras mĂȘme l’attraper. Et mĂȘme si tu l’attrapais, je ne sais pas s’il pourrait mĂȘme faire cette opĂ©ration. C’est l’unique homme que je connaisse qui soit capable de faire l’opĂ©ration de cette maladie rare. Et tu ne peux pas attendre; tu seras mort avant six mois.»
Il a dit: «Prenez le tĂ©lĂ©phone, appelez-le; faites quelque chose! Je ne veux pas mourir. Entrez en contact avec lui d’une maniĂšre ou d’une autre!» Et finalement, ils ont attrapĂ© ce mĂ©decin, et ce dernier a consenti de faire l’opĂ©ration.
E-18 Eh bien, lorsque ce jeune homme parlait au vieux mĂ©decin, et que ce dernier lui disait ce qu’était sa maladie, et qu’il n’y avait qu’un seul homme qui pouvait effectuer cette opĂ©ration, le jeune homme ne regardait pas le vieux mĂ©decin comme certaines personnes regardent un prĂ©dicateur, lorsqu’il lui dit que JĂ©sus-Christ est l’unique chemin pour ĂȘtre sauvĂ©. Il n’a pas regardĂ© le mĂ©decin pour dire: «C’est un trĂšs beau discours, docteur, j’ai certainement apprĂ©ciĂ© votre allocution. Je reviendrai pour vous entendre Ă  une autre occasion.»
Eh bien, c’est ainsi que les gens considĂšrent le christianisme. Mais si seulement vous vous rendez compte que rejeter ce Chemin c’est la mort! VoilĂ  pourquoi Pierre a dit: «A qui irions-nous? Car Toi seul as la Vie Eternelle. Tu es l’unique Personne et l’unique Chemin que Dieu a Ă©tabli; et c’est la Vie Eternelle.»
Maintenant, nous devons nous rappeler qu’Il est le Chemin. Et si vous ĂȘtes en Christ, vous entrez en Christ en naissant en Christ. Eh bien, il ne sert Ă  rien de montrer aux gens un chemin et ce que c’est ce chemin, si vous ne leur dites pas comment y entrer. Eh bien, vous entrez en Christ par une naissance; vous devenez une partie de Lui. Vous devenez une nouvelle crĂ©ature, ou une nouvelle crĂ©ation lorsque vous naissez dans le Royaume de Dieu. Vous devenez une partie de Christ. Lorsque j’étais nĂ© dans la famille Branham, je suis devenu un Branham par naissance. C’est ainsi que vous devenez une partie de Christ et c’est ainsi que vous entrez dans le chemin, par la nouvelle naissance. C’est vrai. C’est ainsi que vous entrez dans le Chemin. Et JĂ©sus a dit: «Je suis le Chemin.»
E-19 Nous pourrions rester pendant longtemps lĂ -dessus. Mais, la chose suivante qu’Il est: Il est la VĂ©ritĂ©. Rien ou personne d’autre n’a la vĂ©ritĂ© en dehors de Lui. Oh! Je sais que nous avons aujourd’hui des religions qui circulent et disent: «Eh bien, lĂ , nous sommes la vĂ©ritĂ©; nous avons la vĂ©ritĂ©.»
On va Ă  une Ă©glise, les gens disent: «C’est nous qui avons la vĂ©ritĂ©.»
On va Ă  une Ă©glise, les gens disent: «Nos credos, c’est nous qui avons la vĂ©ritĂ©.»
On va Ă  une autre Ă©glise, ils disent: «Nous avons le catĂ©chisme de jadis; c’est nous qui avons la vĂ©ritĂ©.»
JĂ©sus a dit qu’Il est la VĂ©ritĂ©; ainsi, vous ne pouvez pax avoir la vĂ©ritĂ© si vous n’avez pas JĂ©sus. Comment est-ce que vous Le recevez? En naissant de nouveau. Mais vous ne pouvez pas avoir la vĂ©ritĂ©, si vous n’avez pas JĂ©sus. Vous ne pouvez pas avoir... ĂȘtre dans le Chemin avant que vous soyez en JĂ©sus. Comment entre-t-on en Lui? Nous avons tous Ă©tĂ© baptisĂ©s dans un seul Esprit, pour former un seul corps.» Alors, vous ĂȘtes en JĂ©sus; alors, vous ĂȘtes dans le Chemin; alors vous ĂȘtes dans la VĂ©ritĂ©.
E-20 JĂ©sus a dit: «Je suis le Chemin, la VĂ©ritĂ©, et...» Une autre chose, la troisiĂšme chose que JĂ©sus... Nous sommes venus Ă  Lui; Il est l’unique LumiĂšre qui existe. C’est vrai. Oh! Nous voulons ĂȘtre en dĂ©saccord avec cela, mais, c’est vrai. JĂ©sus est l’unique LumiĂšre qui existe.
Vous direz: «Moi, je suis un russelliste, un campbellite.» Peu importe ce que vous pouvez ĂȘtre, c’est une fausse lumiĂšre. Vous pourriez ĂȘtre dans l’église russelliste; vous pourriez ĂȘtre dans une Ă©glise campbellite ou dans une autre Ă©glise «lite», mais tant que vous n’ĂȘtes pas entrĂ© en Christ, vous n’ĂȘtes pas dans la LumiĂšre; vous ĂȘtes toujours dans les tĂ©nĂšbres. Vous n’avez pas la lumiĂšre tant que vous n’ĂȘtes pas venu Ă  Lui, car «Il est le Chemin, la VĂ©ritĂ© et la LumiĂšre,» et l’unique Chemin qui mĂšne Ă  Dieu. «Nul ne peut venir au PĂšre, si ce n’est par Moi.»
Vous ne pouvez donc pas aller Ă  Dieu; vous ne pouvez pas aller au Ciel; il vous faut entrer dans le Chemin, et JĂ©sus est ce Chemin. Il est l’unique VĂ©ritĂ© qui existe, et Il est l’unique LumiĂšre, l’unique vraie LumiĂšre. L’unique vraie LumiĂšre manifestĂ©e, c’est JĂ©sus-Christ. Nous avons la lumiĂšre des Mormons, nous avons la lumiĂšre mĂ©thodiste; nous avons la lumiĂšre baptiste, nous avons la lumiĂšre pentecĂŽtiste; nous avons toutes sortes de lumiĂšres. Mais JĂ©sus est la vraie LumiĂšre! Il est l’unique LumiĂšre.
E-21 Nous sommes les enfants... Si nous sommes nĂ©s de nouveau, nous sommes les enfants du jour. Les enfants du monde marchent dans les tĂ©nĂšbres; ils marchent pendant la nuit; ils aiment les tĂ©nĂšbres. La Bible dit: «Les hommes aiment... les gens aiment les tĂ©nĂšbres plus que la lumiĂšre, parce que la lumiĂšre manifesterait leurs oeuvres.» Que le soleil apparaisse, et chaque vieux lĂ©zard, chaque vieille bestiole, les insectes du royaume des tĂ©nĂšbres, qui se promĂšnent la nuit, vont se cacher sous quelque chose. Il en est de mĂȘme lorsque la LumiĂšre de l’Evangile commence Ă  briller; chaque mauvaise oeuvre essayera d’aller se cacher sous quelque chose.
Oh! Les gens disent: «Nous avons... Nous avons la lumiĂšre; en effet, nous–nous vivons pendant la nuit.»
Si vous marchez dans la lumiĂšre pendant la nuit, c’est que vous marchez sous une lumiĂšre artificielle. Il n’y a qu’une seule vraie lumiĂšre du jour, c’est la lumiĂšre du soleil. Il n’y a qu’une seule vraie LumiĂšre chrĂ©tienne, et c’est la LumiĂšre du Fils de Dieu. C’est l’unique vraie LumiĂšre.
E-22 Oui, en Lui il y a la Vie. Cela... Aussi sĂ»r que la lumiĂšre du soleil produit la vie... Toute vie vĂ©gĂ©tale apparaĂźt avec la lumiĂšre du soleil. L’annĂ©e passĂ©e, il a fait... Et qu’est-ce qu’il a gelĂ© pendant l’hiver et tout, mais aussitĂŽt que le soleil a commencĂ© Ă  baigner la terre de sa lumiĂšre, qu’est-il arrivĂ©? La nouvelle vie est apparue; la nouvelle...
Je parlais Ă  un homme (monsieur Wood qui est lĂ  derriĂšre); nous Ă©tions au Kentucky. J’ai rencontrĂ© un homme, et il Ă©tait supposĂ© ĂȘtre un infidĂšle. J’ai appris qu’il est dĂ©cĂ©dĂ© rĂ©cemment. Et il... Monsieur Wood est allĂ© lĂ  et lui a demandĂ© si nous pouvions chasser l’écureuil dans son domaine.
Il a dit: «Bien sĂ»r, vous pouvez chasser l’écureuil, Banks. Allez-y.»
Banks a dit: «Je suis accompagné de mon pasteur.»
L’homme a dit: «Tu ne veux pas dire que tu es descendu si bas, Wood, au point de devoir trimbaler un prĂ©dicateur tout le temps.» Et il a dit...
Je suis sorti de la voiture, et je me suis avancĂ© lĂ . Et il y avait lĂ  un pommier, sous lequel lui et un autre vieux gentleman Ă©taient assis. Ainsi, j’ai cueilli une pomme et je commençais Ă  la manger pendant qu’il me parlait. Et je... FrĂšre Wood l’a prĂ©sentĂ© pendant que... Il a dit: «Je vous prĂ©sente notre pasteur.»
Et j’ai dit: «Bonjour, monsieur.» Et nous nous sommes entretenus un petit peu, et il a commencĂ© Ă  parler de... Eh bien, il a dit qu’il n’était jamais allĂ© Ă  l’église, il ne reconnaissait pas qu’il lui manquait quelque chose.
J’ai dit: «Oh! Si, certainement.»
E-23 Je l’ai laissĂ© parler un petit peu, et au bout d’un moment, il a dit: «Vous savez, un prĂ©dicateur Ă©tait venu ici Ă  Campbellsville, ou Ă  Acton (c’est une petite ville), lĂ  au terrain de camping des mĂ©thodistes.» Et il a dit: «Ce prĂ©dicateur n’avait jamais Ă©tĂ© dans cette contrĂ©e auparavant. Et un soir, pendant qu’il Ă©tait lĂ  en train de prĂȘcher au cours d’une sĂ©rie de trois rĂ©unions du soir, il a regardĂ© au fond dans la foule, et il a vu une femme qui Ă©tait assise lĂ , et il lui a dit qu’elle Ă©tait en train de prier pour sa soeur qui habitait ici sur la colline, qui Ă©tait mourante Ă  la suite d’un cancer. Il a dit: ‘Vous avez un mouchoir dans votre sac Ă  main.’ Et il a dit: ‘ Prenez ce mouchoir, posez-le sur la femme et elle sera guĂ©rie.’»
Il a dit: «Ce matin-lĂ , ma femme est moi, nous Ă©tions lĂ .» Et il a dit: «Nous faisions changer de position Ă  cette vieille femme dans un drap. Elle n’avait pas quittĂ© le lit depuis deux ans ou plus, Ă  cause d’un cancer de l’estomac. Elle ne pouvait mĂȘme pas garder de l’eau dans son estomac.» Et il a dit: «Sa soeur s’est levĂ©e et a quittĂ© la rĂ©union ce soir-lĂ , elle est venue et a posĂ© le mouchoir sur la femme.»
Et il a dit: «Le lendemain matin, la femme préparait des oeufs et du lard, et elle préparait le petit déjeuner et elle mangeait.» Et il a dit: «Elle est là (Il y a trois ou quatre ans de cela).» Et il a dit: «Elle est toujours bien portante.»
Il a dit: «Eh bien, si jamais il revient dans cette contrĂ©e, j’irai l’écouter.» Il a dit: «Parce qu’il a produit quelque chose qui a fait paraĂźtre cela un peu plus consistant que juste un tas des paroles Ă  lire. Cela a manifestĂ© quelque chose qui Ă©tait vivant et plein de vie. Comment a-t-il donc su qu’elle habitait lĂ  sur la colline?»
E-24 J’ai jetĂ© un coup d’oeil en direction de frĂšre Wood, j’ai secouĂ© la tĂȘte. Et j’étais debout lĂ  tout couvert de boue, de sang d’écureuils et tout, provenant de la chasse; il n’avait aucune idĂ©e que c’était moi qui avait prĂȘchĂ© lĂ -bas. Ainsi, il–il s’est tenu lĂ  un petit peu, ou il est plutĂŽt restĂ© assis lĂ . Et j’ai dit: «Monsieur, vous voulez dire que si vous voyiez quelque chose qui est... qui reflĂšte Dieu... que si Dieu faisait quelque chose de surnaturel...?»–Oh! oui, fit-il, cela m’amĂšnerait Ă  croire. J’ai dit: «D’accord, monsieur.» J’ai dit: «Quel est l’ñge de ce pommier?»
Il a dit: «Trente ans et quelques; je l’ai plantĂ© lĂ  en telle annĂ©e.»
J’ai dit: «Chaque annĂ©e, en sort-il... produit-il des pommes?»
– Oui.
J’ai dit: «On est presque en mi-aoĂ»t. On n’a pas encore eu de gel ni de temps froid.» J’ai dit: «Nous n’avons pas connu une autre saison si ce n’est l’étĂ© chaud. Et dites-moi pourquoi. Comment se fait-il que ces feuilles tombent de cet arbre?» Il a dit: «La sĂšve est retournĂ©e dans le sol.»
J’ai dit: «Si elle n’était pas retournĂ©e, alors cet arbre serait mort en hiver.»
«C’est vrai; si la sĂšve reste en haut dans l’arbre, cela tuerait l’arbre. Elle doit descendre dans les racines pour se cacher.»
J’ai dit: «Dites-moi ce qui fait que cette sĂšve, maintenant en plein Ă©tĂ©... quelle intelligence la fait descendre lĂ  dans les racines pour y vivre pendant l’hiver, afin de revenir au printemps suivant pour vous apporter une autre rĂ©colte de pommes; je vous dirai que c’est le mĂȘme Esprit qui m’avait dit d’aller dire Ă  cette femme d’aller poser ce mouchoir sur l’autre. C’est le mĂȘme Dieu.»
Il a dit: «Ce n’est pas vous ce prĂ©dicateur-lĂ !»
J’ai dit: «Si, si, c’est bien moi.» J’ai dit: «Vous voyez, vous cherchez quelque chose dans une rĂ©union, mais Dieu est juste partout autour de vous. Vous ne pouvez simplement pas vous empĂȘcher de voir cela.» Observez la nature.
E-25 Eh bien, certaines personnes pourraient refuser de marcher dans la lumiĂšre du soleil. Qu’arriverait-il s’il y avait une telle personne qui disait: «Oh! Le soleil ne brille pas, non, non. Moi, je ne crois pas cela», et qu’il entrait dans son sous-sol en courant, disant: «Je ne ressortirai que lorsqu’il fera sombre. Lorsque je reviendrai...»? Il refuse l’aide du soleil. Eh bien, s’il agit ainsi, c’est–c’est tout simplement sa propre stupiditĂ©; c’est tout. Le soleil brille.
Quelqu’un s’avancera Ă  la fenĂȘtre et criera: «Sors, John. Le soleil brille.»
–Je refuse de croire un tel non-sens; c’est du fanatisme.
Eh bien, certainement qu’il manque la chaleur du soleil; certainement qu’il manque les rayons vivifiants qu’émet le soleil. Certainement qu’il manque la beautĂ© qu’il manifeste, et la vie qu’il apporte. Il en est ainsi d’un homme ou d’une femme qui essaie d’aller au Ciel par un credo, qui essaye d’aller au Ciel par une Ă©glise sans JĂ©sus; vous ne pouvez pas le faire. Il est le Chemin, la VĂ©ritĂ© et la LumiĂšre. Aussi sĂ»r que–que le s-o-l-e-i-l [En anglais: s-u-n] apporte la vie Ă  toutes les plantes, le F-i-l-s [S-o-n] apporte la Vie Eternelle; et Lui seul a la Vie Eternelle. VoilĂ  pourquoi nous devrions venir Ă  Lui. Nous allons manquer cela si nous passons par une Ă©glise; nous manquerons cela si nous passons par un credo. Nous ne pouvons trouver la Vie Eternelle qu’en venant Ă  Lui: Lui seul.
Pierre a dit: «C’est Toi seul qui as cela; voilĂ  pourquoi nous sommes ici, c’est pour Cela. Nous venons Ă  Toi pour recevoir Cela.»
E-26 Eh bien, observez la lumiĂšre... Lorsque cette lumiĂšre du soleil commence Ă  briller, eh bien, pas une–pas une seule semence sous terre ne restera sans vie. C’est inĂ©vitable. Construisez un trottoir le long de votre route... le long de votre allĂ©e; et coulez-y un bĂ©ton, en lui donnant une largeur de quatre pieds [environ 1,30 m], et laissez le soleil commencer Ă  briller et le gazon pousser; oĂč aurez-vous plus de gazon? Juste le long de la bordure. Qu’est-ce? Ce sont ces racines-lĂ . Vous ne pouvez pas cacher la vie au soleil. Ce soleil se met Ă  briller, et ces petites racines se frayent leur chemin pour sortir jusqu’à 100 yards [91 m], si nĂ©cessaire, et ils pousseront. C’est le gazon qui Ă©tait sous le trottoir, c’est ce gazon qui Ă©tait lĂ  en dessous. La lumiĂšre brille; et lorsque la lumiĂšre brille, la vie apparaĂźt.
Et lorsque le Fils de Dieu brille sur un coeur, la Vie Eternelle apparaßt. «Je suis le Chemin, la Vérité et la LumiÚre.» Il y a trois raisons qui nous obligent à venir.
E-27 La quatriĂšme chose, c’est que JĂ©sus est la seule Fondation sĂ»re et certaine sur laquelle toute chose peut ĂȘtre bĂątie. C’est vrai. C’est la seule Fondation sur laquelle on peut bĂątir; toutes les autres fondations, c’est du sable mouvant. «Sur Christ, le Roc solide, je me tiens; tout autre terrain, c’est du sable mouvant.»
Beaucoup de gens bĂątissent sur les richesses. Ils essaient de travailler, en considĂ©rant combien d’argent ils peuvent gagner. Ils disent: «Si moi, je ne peux pas dĂ©penser cela, mes enfants aprĂšs moi le feront.» Qu’est-ce que cela fait? Cela re-... conduit Ă  l’esclavage; vous devenez esclave de votre argent. Peut-ĂȘtre que beaucoup de gens ne... Il ne vous faut pas ĂȘtre un millionnaire pour faire cela; vous pouvez simplement convoiter l’argent, et vous ĂȘtes tout aussi coupable que le millionnaire. Voyez-vous? Il y a autant de pauvres [en anglais: pennyaires] que de millionnaires qui seront en enfer, parce qu’il s’agit de votre attitude vis-Ă -vis de la chose, de ce que Dieu vous a donnĂ©. Eh bien, si vous bĂątissez sur les richesses, cela tombera.
E-28 Alors, il y a une grande chose sur laquelle ce pays, l’AmĂ©rique, essaie de bĂątir. Elle essaye de bĂątir sur la fondation de la popularitĂ©. Les jeunes filles, les jeunes garçons regardent aux–aux vedettes de la tĂ©lĂ©vision, aux vedettes du cinĂ©ma, et ils essaient d’agir comme elles, de s’habiller comme elles, ils les imitent. Qu’est-ce que cela fait? Cela conduit Ă  une vie de ruine et de chaos. C’est du chaume et du foin qui seront brĂ»lĂ©s lors du jugement.
JĂ©sus est la seule Fondation, la seule Fondation sĂ»re. VoilĂ  pourquoi nous devrions venir Ă  Lui. Personne d’autre n’a cette fondation; les richesses ne l’ont pas; la popularitĂ© ne l’a pas. Et aujourd’hui, nous construisons tant de fondations. Oh! Nous voulons simplement nous... Les AmĂ©ricains ne peuvent rien faire le dimanche; ils sont obligĂ©s de... Ils sont obligĂ©s de construire une clĂŽture; ils sont obligĂ©s de faire telle et telle chose. Que faites-vous? Vous rendez-vous compte que ce que vous ĂȘtes en train de bĂątir sera trĂšs bientĂŽt rĂ©duit en piĂšces? Cette fondation-lĂ , c’est du sable qui s’écroule.
E-29 Beaucoup parmi nous bĂątissent sur l’instruction. Nous ne pouvons mĂȘme pas persuader les enseignants Ă  aller dans les Ă©coles, nous parlons de... Eh bien, c’est en ordre. L’école, c’est trĂšs bien lorsque cela est Ă  sa place, mais cela ne remplacera jamais Christ. Non, non. Eh bien, nous avons... On ne peut mĂȘme pas trouver des enseignants. Nos adolescents sont si grossiers qu’on ne veut mĂȘme pas essayer de les enseigner. Le petit Oswald et–et–et Les, et tout les autres, ils chasseront l’enseignant de la salle. Ils protesteront, ils entreront en grĂšve; l’école sera fermĂ©e. Je ne les condamne pas; je ne serais pas non plus un enseignant d’école, si je pouvais me tirer d’affaire.
Mais, nous parlons de l’instruction. Eh bien, c’est trĂšs bien, l’instruction. Nous n’avons pas besoin d’une bande d’illettrĂ©s, mais nous voulons que l’instruction soit Ă  sa place. Mais le problĂšme c’est qu’aujourd’hui, nous avons essayĂ© d’introduire l’instruction Ă  notre chaire. Et en faisant cela, nous sommes sortis du Chemin: Christ est la Fondation et ce Chemin. Lorsque nous mettons l’instruction... L’instruction c’est trĂšs bien.
E-30 Eh bien, Ă©coutez, bien des fois, l’instruction conduit au dĂ©mon de l’instruction, et ce dĂ©mon de l’instruction vous amĂšne Ă  ĂȘtre un je-sais-tout. Et lorsque vous en arrivez Ă  ce point-lĂ , alors vous devenez un infidĂšle et vous reniez Christ. Ainsi, vous ne pouvez pas bĂątir sur la fondation de l’instruction. Nous ne pouvons pas non plus bĂątir cela sur les puissances politiques.
Vous direz: «Eh bien, mon... Je suis trÚs intéressé; je suis démocrate.»
–Je suis un rĂ©publicain; je suis...
Les deux partis sont pourris. Il n’y a qu’une seule Fondation; bĂątissez sur Christ! Cette nation n’a pas besoin de bĂątir sur une fondation autre que JĂ©sus-Christ. C’est exact. Aucune autre fondation n’a Ă©tĂ© posĂ©e; aucune autre fondation n’est... par laquelle vous pouvez arriver au Ciel. Aucune autre fondation n’est sĂ»re si ce n’est la Fondation de JĂ©sus-Christ.
E-31 Il y a quelque temps Ă  New York, je me promenais en voiture avec un ami prĂ©dicateur. J’ai dit: «Oh! Quel grand immeuble! Oh! ai-je dit, regardez, ça a probablement cinquante ou soixante Ă©tages. Oh! C’est un bĂątiment gigantesque; comme c’est magnifique!» J’ai dit: «Eh bien, il n’y a personne lĂ  Ă  l’intĂ©rieur.»
Il a dit: «Non, et il n’y en aura pas.»
J’ai dit: «Quel est le problĂšme?»
Il m’a donnĂ© l’estimation approximative du coĂ»t de cet immeuble... dans l’ordre des millions pour la construction de cet immeuble.
J’ai dit: «Eh bien, pourquoi personne n’emmĂ©nage lĂ -dedans?»
Il a dit: «AussitĂŽt que l’immeuble a Ă©tĂ© presque terminĂ©, et qu’on en a complĂštement poli l’extĂ©rieur et tout, a-t-il dit, on a fini par dĂ©couvrir que la fondation n’était pas bonne. Elle a Ă©tĂ© posĂ©e sur une sorte de stĂ©atite, et non pas sur un vĂ©ritable rocher. Par consĂ©quent, l’immeuble est condamnĂ©.» Et il a ajoutĂ©: «Ça n’a servi qu’a une seule chose: c’était pour que l’entrepreneur monte jusqu’au sommet de l’immeuble et se jette en bas pour se suicider.»
Peu importe combien l’extĂ©rieur paraĂźt bon, il n’y a pas une autre fondation qui soit sĂ»re en dehors de cette Fondation qu’est JĂ©sus-Christ. Il est la vĂ©ritable Fondation sur laquelle il faut bĂątir.
E-32 Mexico est une belle ville; j’étais lĂ  il y a quelques annĂ©es, quand le petit bĂ©bĂ© mort... Il y a quelques instants, j’ai pris en ville un homme ivre au possible; je l’ai amenĂ©.
Et il a dit: «Je vous ai vu une fois vous tenir lĂ , rĂ©vĂ©rend docteur ou je ne sais quoi.» (Il Ă©tait cas... catholique, a-t-il dit.) Et il a dit: «Vous avez ramenĂ© Ă  la vie une petite fille qui Ă©tait morte.» Et il a ajoutĂ©: «J’ai toujours eu du respect pour vous.»
J’ai dit: «Connaissez-vous JĂ©sus?»
Il a dit: «Je suis un catholique.»
J’ai dit: «Je ne vous ai pas demandĂ© de quelle Ă©glise vous ĂȘtes membre.» J’ai dit: «Connaissez-vous JĂ©sus?»
Et je lui ai racontĂ© l’histoire de cette petite femme catholique qui s’est tenue lĂ  Ă  neuf heures ce matin-lĂ  avec un bĂ©bĂ© mort dans ses bras, jusqu’à vingt-deux heures ce soir-lĂ , alors qu’il pleuvait Ă  verse; et comment le Seigneur a ramenĂ© ce petit bĂ©bĂ© Ă  la vie. Je ne voulais pas leur permettre d’annoncer cela avant que le mĂ©decin ne l’ait annoncé–n’ait dĂ©clarĂ© que le bĂ©bĂ© Ă©tait mort; et il a annoncĂ© qu’il Ă©tait mort Ă  neuf heures du matin. Et cela Ă©tait arrivĂ© ce soir-lĂ , Ă  vingt-deux heures trente; et ce petit bĂ©bĂ© est vivant aujourd’hui, Ă  ce que je sache. Eh bien...
E-33 Et dans cette ville... C’est une belle ville, mais tous les immeubles commencent Ă  pencher en arriĂšre, parce que les gens Ă©taient tellement intĂ©ressĂ©s Ă  prendre un architecte du temps moderne pour embellir et polir les immeubles (et je doute qu’il y ait un endroit au monde qui puisse dĂ©passer cette ville en beautĂ©.), mais ils n’ont pas rĂ©ussi Ă  aller assez en profondeur pour atteindre le roc.
C’est cela le problĂšme de nos Ă©glises aujourd’hui, mon ami. C’est cela le problĂšme des baptistes, des mĂ©thodistes, des presbytĂ©riens, des pentecĂŽtistes et des nazarĂ©ens. Il nous faut creuser en tant que des individus, sans compter sur nos Ă©glises. Nous devons creuser nous-mĂȘmes, jusqu’à ce que nous atteignions ce Roc dont JĂ©sus a dit: «Sur cette pierre, Je bĂątirai Mon Eglise; et les portes du sĂ©jour des morts ne prĂ©vaudront point contre Elle.» Il est l’unique vraie Fondation, certainement.
E-34 Et puis, une autre chose, cinquiĂšmement, j’aimerais dire ceci: Il est le seul Bonheur et la seule Paix sĂ»rs et florissants. VoilĂ  pourquoi nous venons Ă  Lui. Oh! Je sais que vous pouvez rire comme un idiot, ou que vous pouvez sortir d’ici et rire jusqu’à vous tordre, Ă  cause d’une plaisanterie qu’une vedette de cinĂ©ma a dĂ©bitĂ©e ou autre chose. Ou il se peut que quelqu’un boive un peu trop et se mette Ă  rire comme s’il Ă©tait un dingue. Toutefois, cela n’apporte pas la paix. Il n’y a pas d’autre paix ni d’autre bonheur comme ce qu’on a lorsqu’on vient Ă  JĂ©sus-Christ. J’ai vu des gens afficher de fausses apparences. J’ai vu des jeunes femmes essayer de se donner un coup de brosse, portant leurs nouvelles robes, et d’agir comme si elles Ă©taient heureuses; elles ne les sont pas. Elles font simplement la peinture d’un feu; vous ne pouvez pas ĂȘtre rĂ©chauffĂ© par la peinture d’un feu. On a vu des jeunes gens qui essaient de penser que leurs muscles sont si gros qu’on pourrait y enfoncer un clou sans que ça leur fasse du mal, et que la lame d’un couteau se courberait si on la plantait dedans. Donnez-leur juste quelques annĂ©es, et ils auront vieilli et seront tout couverts de rides. Il n’y a pas de bonheur Ă©ternel en dehors de Christ.
E-35 Ecoutez ceci; supposons que chacun de vous ici prĂ©sent ce soir soit en parfaite santĂ©, et que votre famille soit aussi en parfaite santĂ©, ainsi que tout le monde autour de vous. Qu’en est-il de votre maman qui n’est pas ici? Comment savez-vous, si votre papa n’est pas mourant en ce moment? Comment savez-vous, si l’un de vos enfants n’a pas Ă©tĂ© tuĂ© il y a quelques minutes loin d’ici? Comment savez-vous si quelque chose d’autre n’est pas arrivĂ©? Comment savez-vous si vous allez sortir de ce bĂątiment ce soir? Vous pouvez vous Ă©crouler Ă  la suite d’une crise cardiaque; vous ne savez pas. Ainsi, il n’y a pas de bonheur Ă©ternel en dehors de Christ; voilĂ  pourquoi nous devons venir Ă  Lui. Vous pouvez avoir du whisky; vous pouvez avoir du plaisir; vous pouvez avoir les choses du monde, mais elles ne procurent pas un parfait bonheur. Rien ne peut procurer la paix comme Lui; c’est Lui qui procure la paix.
«Oh! direz-vous, j’ai la paix.»
E-36 Si vous avez la vĂ©ritable paix, vous avez JĂ©sus. Si vous n’avez pas JĂ©sus, vous ne savez mĂȘme pas ce que signifie la paix, avant de venir Ă  Lui. J’ai vu des gens: des rois, des potentats, de grands hommes, des athlĂštes, des vedettes du cinĂ©ma, et tous ces gens; ils n’ont pas la paix. Observez-les; observez leurs yeux pendant quelques minutes; ce sont–ce sont des nĂ©vrosĂ©s. Vous voyez? Aucun homme, aucune femme, aucun enfant, personne ne peut avoir la paix sans ĂȘtre en JĂ©sus-Christ. «Je vous donne Ma paix, Je ne vous la donne pas comme le monde...» Vous voyez? Non pas comme celle que le monde vous donne, mais Il a la paix Ă©ternelle, une paix durable. Que vous viviez, que vous mouriez, que... Peu importe que la pluie survienne ou que le soleil brille, vous avez la paix de toute façon. J’aime la vieille chanson de frĂšre Shakarian, qu’il chante; mon vieux gaillard chante: «J’ai la paix comme un fleuve; j’ai la paix comme un fleuve.» Oh! C’est vrai. Lorsque vous avez la Paix, vous avez Christ; Christ est votre Paix. VoilĂ  donc pourquoi nous devons venir Ă  Christ pour trouver la paix.
E-37 Maintenant, une autre chose que j’aimerais dire, la sixiĂšme. Il... ou bien le... Oui, la sixiĂšme chose, c’est qu’Il est l’unique RĂ©alisation qui dure. Dites-moi quelque chose que vous pouvez obtenir, qui est pou... que vous pourriez accomplir qui soit Ă©ternel, en dehors de JĂ©sus-Christ. Vous pouvez bĂątir une belle maison; gagner un million de dollars, ĂȘtre la femme la plus populaire du pays, l’homme le plus fort qui ait jamais marchĂ© dans les rues, ĂȘtre le meilleur boxeur professionnel du monde; tout ce que vous voulez ĂȘtre; voyez si vous ne vous affaiblissez pas de plus en plus et ne mourez! C’est vrai. Quelques annĂ©es suffisent pour ce faire. Ainsi, l’unique RĂ©alisation Ă©ternelle qui soit, c’est JĂ©sus-Christ. Il y ...
S’Il est ce qu’il y a de plus grand et de meilleur que nous pouvons accomplir, faisons–faisons de cela notre rĂ©alisation alors. Soyons sĂ»rs que nous L’avons. Vous pourriez ĂȘtre un prĂ©dicateur; vous pourriez ĂȘtre un pasteur; vous pourriez ĂȘtre un diacre; vous pourriez ĂȘtre un membre d’église. Mais si c’est ce que vous avez comme rĂ©alisation...
Vous pourriez accomplir une oeuvre et dire: «Je ne m’arrĂȘterai pas jusqu’à ce que je devienne un prĂ©dicateur.» «Je ne m’arrĂȘterai pas jusqu’à ce que je devienne un diacre.» «Je ne m’arrĂȘterai pas jusqu’à ce que je devienne un membre d’église.» Ces choses sont bonnes et honorables. Mais, Ă©coutez ceci, frĂšre. Ne manquez pas JĂ©sus-Christ, sinon vous n’avez pas accompli une rĂ©alisation Ă©ternelle. En effet, votre pasteur... cela... Votre oeuvre en tant que pasteur va bientĂŽt disparaĂźtre; votre oeuvre en tant que diacre va bientĂŽt se terminer; votre qualitĂ© de membre d’église sera pour longtemps effacĂ©e des esprits des gens juste dans quelque temps. Mais si vous avez comme rĂ©alisation JĂ©sus-Christ, alors, vous avez la Vie Eternelle et vous ne pouvez jamais mourir.
E-38 Eh bien, en dernier lieu, j’aimerais dire ceci. Voici une autre raison pour laquelle nous devrions venir à Christ: Il est l’unique qui a l’Enlùvement (J’en suis trùs heureux. Oh! Cela me rend trùs religieux.), l’unique Personne qui peut enlever. Oui, oui.
Je vous dirai quoi. Le matin, allez au magasin (ou le lundi matin, Ă©tant donnĂ© que demain c’est dimanche). Allez Ă  la pharmacie et procurez-vous un mĂ©dicament qui vous rendra tellement saint qu’il vous enlĂšvera jusque dans la Gloire. Que–que le mĂ©decin vous fasse une opĂ©ration qui vous enlĂšvera de la tombe jusque dans la Gloire.
Vous devenez si intelligent et instruit que vous arriverez Ă  construire un... quelque chose comme une... la... une autre tour de Babel, et cela finira de la mĂȘme façon. Voyez. Essayez d’aller par un autre chemin et voyez. C’est uniquement ceux qui sont en Christ que Dieu ramĂšnera avec Lui. Le seul EnlĂšvement qui peut ĂȘtre fait pour passer de la terre Ă  la Gloire, c’est Ă  travers JĂ©sus-Christ. Il est le seul EnlĂšvement, l’unique Chemin pour ĂȘtre enlevĂ©. Vous ne pouvez pas acheter cela; vous ne pouvez pas... Vous ne pouvez pas travailler pour cela. Il vous faut recevoir cela, c’est un don que vous recevez. L’EnlĂšvement de Dieu pour vous prendre...
E-39 Allez lĂ  et achetez un produit pharmaceutique qui vous changera d’un vieil homme ou d’une vieille femme en un jeune homme ou en une jeune femme. Voyez si vous pouvez en acheter un; vous ne le trouverez jamais. Cela n’existera jamais dans–dans le domaine mĂ©dical. Cela n’existera jamais dans n’importe quel domaine en dehors de JĂ©sus-Christ.
Mais voici ce qu’Il a dit: «Celui qui mange Ma chair et qui boit Mon Sang a la Vie Eternelle; et Je le ressusciterai au dernier jour», Je l’enlĂšverai, et Je le ferai entrer dans la gloire. «Et si ce corps terrestre est dĂ©truit... cette tente terrestre est dĂ©truite, nous en avons une autre qui attend.» L’EnlĂšvement, le changement de maison, aller d’un lieu Ă  un autre...
E-40 Il est l’unique Personne qui a la Vie Eternelle; Il est l’unique Personne qui a le bonheur. Puis-je dire ceci aussi: Il est l’unique... En Lui se trouve l’unique lieu oĂč vous pouvez aller et Le voir. L’unique lieu oĂč vous serez donc en mesure de Le comprendre, c’est lorsque vous entrez en Lui. Il vous faut entrer en Lui pour comprendre cela. Autrement, vous allez simplement–vous allez simplement vous poser des questions et vous casser la tĂȘte. Vous allez imaginer, et vous allez... Ce sera un casse-tĂȘte pour vous; vous ne comprendrez jamais cela.
VoilĂ  pourquoi les Juifs de cette Ă©poque ont dit: «Eh bien, ce type, c’est BĂ©elzĂ©bul; ce type est ceci, cela.» Ils n’étaient jamais venus Ă  Lui; ils ne L’avaient jamais acceptĂ© comme Ă©tant le Chemin. Ils ne L’avaient pas acceptĂ© comme Ă©tant la VĂ©ritĂ©, comme Ă©tant la LumiĂšre, comme Ă©tant la Fondation, comme Ă©tant le Premier, comme Ă©tant le Dernier, comme Ă©tant l’Alpha, l’OmĂ©ga, ainsi que toutes ces autres choses qu’Il est. Il est le tout en tout. VoilĂ  pourquoi ils n’ont pas pu Le comprendre. Lorsqu’ils Le voient...
E-41 Philippe s’est approchĂ© lĂ , il est allĂ© prendre NathanaĂ«l, il a amenĂ© NathanaĂ«l, et NathanaĂ«l... JĂ©sus s’est avancĂ©... dans la PrĂ©sence de–de JĂ©sus... Lorsque NathanaĂ«l est entrĂ© dans la PrĂ©sence de JĂ©sus, plutĂŽt, quand JĂ©sus l’a regardĂ©, Il a dit: «Voici un IsraĂ©lite, dans lequel il n’y a point de fraude.»
Il a dit: «Rabbi, quand m’as-Tu connu?»
Il a dit: «Avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous l’arbre, Je t’ai vu.» Le ra...
Les prĂ©dicateurs qui se tenaient lĂ  tout autour, les sacrificateurs, ont dit: «Cet Homme est BĂ©elzĂ©bul. Il a un dĂ©mon en Lui, c’est un diseur de bonne aventure.»
JĂ©sus a dit: «Si vous dites cela contre Moi, Je vous pardonnerai. Mais un jour, le Saint-Esprit viendra pour faire la mĂȘme chose, et une seule parole contre cela ne sera jamais pardonnĂ©e ni dans ce siĂšcle ni dans le siĂšcle Ă  venir.»
Comment pouvez-vous... Il a dit: «Comment pouvez-vous Me condamner lorsque votre propre Parole dit que vous ĂȘtes des dieux. Et si ceux Ă  qui la Parole de Dieu a Ă©tĂ© adressĂ©e Ă©taient appelĂ©s des dieux, comment pouvez-vous Me condamner lorsque Je dis que Je suis le Fils de Dieu? Si vous connaissiez Mon PĂšre, vous Me connaĂźtriez, Moi aussi.» C’est vrai. Il a dit: «Nul ne peut venir Ă  Moi, si Mon PĂšre ne l’attire.
E-42 Aucun homme ne comprendra Dieu si Christ... vous n’acceptez pas Christ. Vous ne pouvez pas comprendre la guĂ©rison divine. Eh bien, quelqu’un dira: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.» Le petit pasteur ici pourrait prĂȘcher cela. Quelqu’un d’entre vous pourrait se gratter la tĂȘte et dire: «Oh! Je ne crois pas cela.» Voyez-vous? Vous n’ĂȘtes pas disposĂ© Ă  croire cela. Acceptez simplement cela par la foi, et alors vous verrez la chose. JĂ©sus a dit: «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus (Il s’agit de l’ordre du monde.) ...ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez (vous, le croyant), car Je serai avec vous, et mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde. Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais; vous en ferez mĂȘme davantage, parce que Je m’en vais au PĂšre. Je m’en vais et ensuite, Je reviendrai et Je serai avec vous.»
E-43 NicodÚme a posé cette question: «Comment puis-je naßtre de nouveau? Moi qui suis un vieil homme, entrer une seconde fois dans le sein de ma mÚre?»
Jésus a dit: «Si un homme ne naßt de nouveau, il ne peut voir le Royaume de Dieu.»
Eh bien, la vraie traduction Ă  cet endroit, c’est comprendre; comprendre le Royaume de Dieu. Le Royaume de Dieu est en vous, ainsi, vous ne pouvez pas en rĂ©alitĂ© voir cela, Ă  moins que vous voyiez cela opĂ©rer. Mais l’unique façon pour vous d’ĂȘtre en mesure de comprendre cela, il vous faut naĂźtre de nouveau. Pour naĂźtre de nouveau, vous devez ĂȘtre rempli de l’Esprit de Dieu; alors vous ĂȘtes en Christ. Et lorsque vous ĂȘtes en Christ, le Saint-Esprit qui a Ă©crit la Bible, qui a manifestĂ© Christ, est en vous pour reconnaĂźtre son propre Etre. Amen. VoilĂ  pourquoi vous devez venir Ă  Lui.
E-44 C’est ça le problĂšme qu’a l’AmĂ©rique aujourd’hui. Ces rĂ©unions ont balayĂ© le pays de l’est Ă  l’ouest, du nord au sud. C’est la raison pour laquelle il y a une bombe atomique qui est installĂ©e lĂ -bas contre cette nation. C’est la raison pour laquelle une destruction est proche; en effet, les oeuvres de Dieu ont Ă©tĂ© manifestĂ©es, et les gens se sont Ă©loignĂ©s sans Le recevoir, parce qu’ils ne veulent pas de Lui! Ils ont honte de Lui. Oh! Ils n’ont pas honte de leur Ă©glise; ils n’ont pas honte de leur religion; mais ils ont honte de Christ.
Lorsque les apĂŽtres avaient quittĂ© leur Ă©glise, et qu’ils ont reçu le baptĂȘme du Saint-Esprit Ă  la PentecĂŽte, Celui-ci les a fait tituber comme des hommes ivres, parlant en d’autres langues et agissant drĂŽlement, et ils allaient partout et guĂ©rissaient les malades, et que sais-je encore. Et ils Ă©taient traitĂ©s d’une bande de–de–d’illettrĂ©s, d’ignorants, la Bible dit qu’ils Ă©taient des hommes du peuple sans instruction. Mais les gens les reconnurent pour avoir Ă©tĂ© avec JĂ©sus, parce qu’ils agissaient de la mĂȘme maniĂšre que Lui. Ils ont reconnu que Sa Vie Ă©tait en eux, parce qu’ils faisaient les oeuvres que Lui avait faites. JĂ©sus a dit dans Saint Jean 14.7: «Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais.» VoilĂ .
E-45 VoilĂ  pourquoi nous devons venir Ă  Christ aujourd’hui. Je crois que Christ vient bientĂŽt; je crois que nous sommes Ă  la fin de la route. Je crois que les nations se disloquent; je crois que le temps de la fin est proche. J’en suis sĂ»r, franchement; j’en suis absolument sĂ»r. J’irai plus loin pour dire: «Je le crois; je le sais.» Nous sommes Ă  la fin de la route. Dans combien de jours, dans combien d’annĂ©es ou de semaines, je ne sais pas; personne ne le sait, pas mĂȘme JĂ©sus. Il a dit: «Seul Dieu le sait.» Je ne sais pas quand cela arrivera, Ă  quelle heure cela arrivera; mais je sais que c’est pour bientĂŽt, car ce sont lĂ  les choses qui sont censĂ©es arriver juste avant Sa Venue.
Laissez-moi vous persuader ce soir, mon ami qui est en dehors de Christ, que si vous cherchez la Fondation sûre, si vous voulez le Chemin, la Vérité, et la LumiÚre, acceptez Jésus-Christ comme votre Sauveur personnel et soyez rempli de Son Esprit. Alors, lorsque Son Esprit se mettra à agir, vous reconnaßtrez Son Esprit.
E-46 C’est ce qui clochait chez les hommes... Ils L’ont vu. La femme au puits en savait plus au sujet de Dieu que la moitiĂ© des prĂ©dicateurs de l’époque. Eh bien, aussitĂŽt qu’elle L’a vu, elle... Il avait l’apparence d’un Juif ordinaire, juste un homme ordinaire.
Et Il a dit à la femme: «Femme, apporte-Moi à boire.»
Elle a dit: «Eh bien, il n’est pas de coutume que vous les Juifs demandiez une telle chose aux Samaritains.»
Il a dit: «Si tu connaissais qui est Celui Ă  Qui tu parles, tu M’aurais toi-mĂȘme demandĂ© Ă  boire. Et Je te donnerais une eau qui n’est pas celle que tu viens puiser ici.»
Il a continuĂ© de lui parler jusqu’à ce qu’Il ait discernĂ© son cas, et Il lui a rĂ©vĂ©lĂ© son problĂšme. Chacun de nous sait ce qu’était son problĂšme. Nous les AmĂ©ricains, nous croyons qu’elle Ă©tait une femme adultĂšre; elle avait eu cinq maris, et elle vivait avec le sixiĂšme.
Ainsi, Il a dit: «Va, prends ton mari, et viens ici.»
Elle a dit: «Je n’ai point de mari.»
Il a dit: «Tu as dit vrai; tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis n’est pas ton mari. Tu as dit vrai.»
Elle a dit: «Seigneur, je vois que Tu es prophĂšte. Eh bien, nous savons que lorsque le Messie viendra, Il se fera connaĂźtre Ă  nous de cette façon-lĂ . Nous savons qu’Il nous annoncera ces choses.»
Il a dit: «Je Le suis, Moi qui te parle.»
Elle a laissĂ© la cruche, et elle est entrĂ©e dans la ville. Qu’a-t-elle fait? Elle a acceptĂ©; elle a acceptĂ© cela, la rĂ©vĂ©lation, lorsque celle-ci est venue Ă  elle; elle est entrĂ©e dans la ville en courant et a dit: «Venez voir un Homme qui m’a dit les choses que j’ai faites. Ne serait-ce pas le Messie mĂȘme?» Elle a acceptĂ© cela. VoilĂ .
E-47 Lorsque les pharisiens et les sadducĂ©ens se sont retournĂ©s et ont dit: «Il est BĂ©elzĂ©bul. Nous ne voulons rien Ă  voir avec Lui», parce que leur reli-... Ils avaient une fondation; ils avaient un chemin. Ils avaient un chemin. La Bible dit: «Telle voie paraĂźt droite Ă  un homme, mais son issue, c’est la voie de la mort.»
Ainsi, ne suivez pas cette voie qui paraĂźt droite; venez Ă  Christ. Acceptez JĂ©sus comme votre Sauveur et soyez rempli du Saint-Esprit. Alors, lorsque le Saint-Esprit commencera Ă  agir parmi vous, vous Le reconnaĂźtrez. VoilĂ  le chemin de la guĂ©rison: connaĂźtre qui est le GuĂ©risseur. JĂ©sus-Christ est le GuĂ©risseur. Comment agirait-Il s’Il venait ici ce soir pour vous guĂ©rir? Il agirait de la mĂȘme façon qu’Il avait agi autrefois lĂ -bas.
Une femme s’est faufilĂ©e Ă  travers la foule et a touchĂ© Son vĂȘtement. JĂ©sus s’est retournĂ© et a dit: «Qui M’a touchĂ©?» Et tout le monde s’est arrĂȘtĂ©, et Il a regardĂ© tout autour jusqu’à ce qu’Il l’a trouvĂ©e. Et Il lui a dit qu’elle avait une perte de sang, et Il a dit: «Ta foi t’a sauvĂ©e.»
C’était lĂ  JĂ©sus hier; c’est JĂ©sus aujourd’hui, s’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Vous ne pouvez pas croire cela avant que vous n’ayez reçu Christ en vous, alors Il tĂ©moigne Lui-mĂȘme que c’est Lui. Voyez-vous ce que je veux dire? C’est ainsi qu’on peut L’avoir, en Le recevant.
E-48 Les sept raisons pour lesquelles nous devons Le recevoir maintenant... «Nous ne pouvons aller auprĂšs d’aucune autre personne, sinon auprĂšs de Toi seul.» Vous ne pouvez pas aller vers l’église et recevoir cela; je ne connais pas une dĂ©nomination vers laquelle vous pouvez aller et recevoir cela. Je–je n’ai rien contre la dĂ©nomination, mais bien des gens pensent simplement que parce qu’ils sont membres d’une Ă©glise, c’est tout ce qu’ils ont Ă  faire. Vous devez venir Ă  JĂ©sus. C’est Lui le Chemin, pas l’église. C’est Lui la VĂ©ritĂ©, pas l’église. C’est Lui la LumiĂšre, pas l’église. C’est Lui la Fondation, pas la fondation de notre Ă©glise. C’est Lui le Bonheur Ă©ternel, la Vie Eternelle, l’unique RĂ©alisation qui dure, l’unique EnlĂšvement, l’unique Chemin pour connaĂźtre Dieu, l’unique Chemin pour voir la rĂ©vĂ©lation, l’unique Chemin pour ĂȘtre guĂ©ri, venez Ă  Lui. Vous devez venir Ă  Lui et Le reconnaĂźtre, et croire en Lui.
E-49 Eh bien, vous direz: «Mais, FrĂšre Branham, je n’ai jamais vu de telles oeuvres s’accomplir.» Eh bien, j’espĂšre que vous voyez cela; j’espĂšre que vous voyez cela. La rĂ©union est juste sur le point de commencer. Je veux que vous qui ĂȘtes ici et qui aimeriez Le trouver, Le connaĂźtre, qui voulez prier pour Le connaĂźtre... Combien aimeraient Le connaĂźtre de façon que vous puissiez Le reconnaĂźtre si Son Esprit vient dans la rĂ©union? Levez la main et dites: «J’aimerais Le connaĂźtre de telle sorte que je Le reconnaisse.»
Merci. Comment Le reconnaĂźtriez-vous? C’est parce qu’Il ferait les mĂȘmes oeuvres qu’Il a faites lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre. Maintenant, dans Saint Jean 5.19, qu’a-t-Il dit?
Il est passĂ© prĂšs de la piscine de BĂ©thesda oĂč il y avait une multitude d’estropiĂ©s et d’infirmes. JĂ©sus a passĂ© outre ces deux mille personnes ou plus, Il les a passĂ©s outre. Il a vu un homme qui Ă©tait couchĂ© sur un grabat, car Il savait... Voyez-vous? Il l’avait vu avant. Il Ă©tait lĂ  toutes ces annĂ©es. Et JĂ©sus a dit... L’homme n’était pas estropiĂ©; il pouvait marcher.
Il a dit: «Veux-tu ĂȘtre guĂ©ri?»
L’homme a rĂ©pondu: «Je n’ai personne pour me jeter dans l’eau. Lorsque je m’avance, quelqu’un qui peut marcher plus vite que moi me devance et entre avant moi.» Il a dit: «Pendant que je m’avance, une autre personne descend avant moi.»
Jésus a dit: «Prends ton lit, et rentre chez toi.»
L’homme a pris son lit et a marchĂ©. JĂ©sus s’en est allĂ© et a laissĂ© les autres lĂ . Eh bien, cela ne paraissait pas bien, n’est-ce pas? Mais, c’était lĂ  JĂ©sus. N’est-ce pas dur? Pourquoi? Eh bien, si vous lisez simplement un autre verset, le verset 19, vous comprendrez pourquoi Il a fait cela.
Lorsqu’ils L’ont interrogĂ©, Il a rĂ©pondu: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis: le Fils ne peut rien faire de Lui-mĂȘme; Il ne fait que ce qu’Il voit faire au PĂšre.» Voyez-vous cela? «Comme Mon PĂšre agit, Moi aussi J’agis jusqu’à prĂ©sent.»
En d’autres termes: «Le PĂšre Me montre une vision. Je vois ce qu’Il Me dit de faire, et Je–Je dis exactement ce qu’Il Me dit de dire. Je ne fais que ce qu’Il Me dit de faire.»
Eh bien, voilà la Fondation; voilà la Vérité; voilà le Chemin; voilà la LumiÚre. Alléluia! Voilà Jésus!
Vous direz: «Je n’ai jamais vu cela.»
E-50 Puis-je dire ceci alors que nous terminons. Il y a quelques semaines, lĂ  en Floride, prĂšs du golfe du Mexique, quelque part lĂ -bas, ou plutĂŽt quelque part dans les Keys, il y avait un–un mĂ©decin (Je pense que c’était ça) qui Ă©tait allĂ© faire la pĂȘche. Et il–il a pris un vieux guide qui Ă©tait censĂ© ĂȘtre un trĂšs bon guide, qui devait savoir comment le faire entrer dans les eaux et l’en faire sortir.
Et le vieux guide est simplement entrĂ© dans le bateau et l’a poussĂ© au large, et il a avancĂ© un petit peu lĂ  Ă  l’aide de ses rames et a attendu un moment. Et la lumiĂšre du jour n’était pas encore apparue, et l’homme a commencĂ© Ă  sentir ces vents Ă©tranges venir sur l’ocĂ©an le matin, en tourbillonnant, et il a dit: «Dites donc...» Il a commencĂ© Ă  penser: «Nous dĂ©rivons en pleine mer; le courant nous emporte.» Il a vu comme si le bateau s’en allait Ă  la dĂ©rive. Il a dit... Il s’est dit: «Je n’aimerais pas parler Ă  ce guide, mais je ferais mieux–je ferais mieux de dire quelque chose.» Il fut saisi de panique. Il a dit: «Dites donc, monsieur. Nous dĂ©rivons en pleine mer, n’est-ce pas?»
«Oh! dit l’autre, je ne pense pas», il Ă©tait calme, tranquille.
Quelque temps aprĂšs, il a remarquĂ© que le bateau continuait Ă  aller Ă  la dĂ©rive par un temps brumeux et sombre. Il a dit: «Nous dĂ©rivons en pleine mer. Faites quelque chose! Vous ĂȘtes le guide; faites quelque chose! Faites vite, nous dĂ©rivons en pleine mer. Par oĂč allons-nous retourner?»
Le vieux guide, calme au possible, Ă©tait assis lĂ  et a dit: «Eh bien, attendez un petit peu, la lumiĂšre apparaĂźtra. Alors, nous saurons oĂč nous sommes.»
Attendez juste un petit peu. Puisse la vĂ©ritable LumiĂšre de Dieu briller dans cette salle ce soir. Alors, vous verrez oĂč vous ĂȘtes, vous verrez quelle direction prendre aprĂšs cela. Prions.
E-51 PĂšre cĂ©leste, il est dit dans les Ecritures: «Je suis le Chemin, la VĂ©ritĂ© et la LumiĂšre; nul ne peut venir au PĂšre, si ce n’est par Moi. Je suis la Porte de la bergerie. JE SUIS, JE SUIS, JE SUIS...» et ainsi de suite, jusqu’à ce que Tu aies terminĂ© en disant: «JE SUIS le JE SUIS.»
Ce «JE SUIS» n’était pas hier ni demain; c’est toujours le mĂȘme «JE SUIS» au temps prĂ©sent. Dans chaque Ăąge, dans chaque gĂ©nĂ©ration, dans toute l’éternitĂ©, c’est toujours «JE SUIS». Eh bien, Tu es toujours ce grand «JE SUIS», non pas le «J’étais ou Je serai», pourtant, Tu Ă©tais et Tu seras. Toutefois, Tu es toujours «JE SUIS», au prĂ©sent.
Il n’est pas Ă©tonnant que les apĂŽtres aient dit: «A qui pourrions-nous aller, Seigneur? A qui pourrions-nous aller? Nous voyons que c’est Toi qui fais ces choses. Nous savons que nul ne peut faire ces choses, si Dieu n’est pas avec lui.»
NicodĂšme a dĂ©clarĂ© la mĂȘme chose, disant: «Rabbi, nous savons que Tu es un docteur venu de Dieu. Nous le savons; nous les pharisiens, nous les membres des Ă©glises, nous le savons. Nous ne pouvons pas l’accepter, sinon nous serons excommuniĂ©s de l’église. Mais nous savons que Tu es un docteur venu de Dieu, car nul ne peut faire ces oeuvres que Tu fais, si Dieu n’est pas avec lui.»
En rĂ©alitĂ©, Seigneur, c’est la mĂȘme chose aujourd’hui. Tu es la mĂȘme Fondation, le mĂȘme Chemin, la mĂȘme VĂ©ritĂ©, la mĂȘme LumiĂšre, la mĂȘme Fondation. Tu es le mĂȘme Bonheur; Tu es le mĂȘme EnlĂšvement, Tu es le mĂȘme en toute chose. Tu es le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, le mĂȘme qui connaĂźt le secret du coeur, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement; le mĂȘme GuĂ©risseur, le mĂȘme Sauveur.
Ô Dieu, il se peut qu’il y ait des pĂ©cheurs ici. Vingt ou trente mains se sont levĂ©es il y a quelques instants, lorsque j’ai demandĂ© qui aimerait Te voir. Je les ai un peu renvoyĂ©s Ă  plus tard en faisant ma derniĂšre remarque: «Attendez jusqu’à ce que le soleil brille, et alors vous verrez oĂč vous vous trouvez.» Ne vous agitez pas, ne vous empressez pas de sortir de l’église. Ne soyez pas... Oh! Vous direz: «Il fait trop chaud pour rester encore plus longtemps ici.» Mais attendons un petit peu. Que le soleil brille; que la lumiĂšre apparaisse; que JĂ©sus vienne sur la scĂšne, accomplisse et fasse ce qu’Il avait fait lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre. Et alors, nous verrons quelle direction prendre. Accorde-le, PĂšre. Nous demandons cela au Nom de JĂ©sus et pour Sa gloire. Amen.
E-52 Je sais qu’il fait chaud. Nous n’avons plus beaucoup de temps. Combien croient que ces dĂ©clarations sont vraies? Il n’y a aucun autre chemin Ă  prendre; il n’y a aucun autre chemin. Eh bien, comment pouvez-vous ĂȘtre sĂ»r? J’ai condamnĂ© l’église en tant qu’organisation. J’ai condamnĂ© la fondation sur laquelle elle est bĂątie, cette doctrine des Ă©vĂȘques et ainsi de suite. «Ayant l’apparence de la piĂ©tĂ©, mais reniant ce qui en fait la force.» Car ils ne croient pas dans la guĂ©rison divine; ils ne croient pas au baptĂȘme du Saint-Esprit. Ils ne croient pas aux doctrines du Plein Evangile. Ils sont une dĂ©nomination. Les pentecĂŽtistes sont tout autant en train de s’éloigner. C’est vrai. Les nazarĂ©ens, les pĂšlerins de la saintetĂ© sont allĂ©s Ă  la dĂ©rive, parce qu’ils ont commencĂ© Ă  accepter la doctrine de l’homme, la religion des feuilles de figuier, et les gens errent, disant: «OĂč pouvons-nous aller?» Allez-vous ĂȘtre comme les soixante-dix qui se sont Ă©loignĂ©s, ou voulez-vous ĂȘtre comme Pierre, ce soir? Il a dit: «Seigneur, oĂč irions-nous? A qui d’autre irions-nous? Nous avons compris que Tu as la Parole de la Vie Eternelle; Tu es l’Unique Ă  L’avoir.»
E-53 Et JĂ©sus est l’unique Personne qui a votre Ăąme dans Sa main. Votre Ă©glise ne peut pas vous aider; c’est Christ qui vous aide. OĂč pouvez-vous trouver, ou croire ou voir une fondation qui puisse accomplir quelque chose aprĂšs la mort? Que peut faire une Ă©glise pour vous aprĂšs la mort? Que peut faire une Ă©glise pour vous aprĂšs que le mĂ©decin vous aura abandonnĂ©? Que peut faire tout homme pour vous aprĂšs que la science mĂ©dicale vous aura abandonnĂ©, Ă©tant rongĂ© par le cancer? Rien.
Mais il y a une Fondation; il y a une Personne. Il y a un Chemin; il y a une LumiĂšre; il y a un Dieu; il y a un GuĂ©risseur; il y a un Sauveur; il y a une Personne qui est glorifiĂ©e. Et Il est parmi nous ce soir, car Il a promis qu’Il le ferait lorsqu’Il a dit: «LĂ  oĂč deux ou trois seront assemblĂ©s en Mon Nom, Je serai au milieu d’eux. Ils feront aussi les oeuvres que Je fais. Encore un peu de temps, et le monde (il s’agit simplement de l’église, des gens du dehors), ils ne Me verront plus. Mais vous, vous Me verrez, car Je (et quiconque a Ă©tĂ© Ă  l’école primaire sait que je est un pronom personnel. Voyez-vous?), Je serai avec vous, mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde. Et vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.»
Quelles oeuvres a-t-Il faites? Celles que le PĂšre Lui montrait. C’est la raison pour laquelle j’ai dit dans ma derniĂšre dĂ©claration: «Attendez!» Je ne vous ai pas prĂȘchĂ© en vain. Si JĂ©sus ne fait pas ce que je dĂ©clare... ce que la Bible dit qu’Il a fait, ce qu’Il a fait dans les Ecritures que je vous ai citĂ©es, alors, je vous ai dit un mensonge. Alors, la Bible est fausse. Alors sortons et suivons la religion mahomĂ©tane; suivons Bouddha ou une autre religion qui est vraie.
E-54 Laissez-moi vous dire ceci maintenant mĂȘme, frĂšre, avant que vous puissiez commencer; il n’y a qu’un seul Chemin, une seule VĂ©ritĂ©. Il n’existe qu’une seule religion qui peut prouver que son Fondateur est ressuscitĂ© des morts et qu’Il vit Ă  jamais. Amen! C’est l’Eglise du Dieu vivant. Elle est composĂ©e des mĂ©thodistes, des baptistes, des presbytĂ©riens et ainsi de suite, des nazarĂ©ens, des pĂšlerins de la saintetĂ© et des pentecĂŽtistes. Tout homme qui est nĂ© dans le Royaume de Dieu, qui a reçu JĂ©sus-Christ, est bĂąti sur cette Fondation et ne peut jamais passer. Reposez-vous sur cette espĂ©rance Ă©ternelle, mĂȘme si on peut jeter de la terre sur votre cercueil d’ici une semaine, nĂ©anmoins cela ne vous dĂ©rangera pas le moins du monde. Vous serez simplement passĂ© de ce vieux bĂątiment Ă  un nouveau bĂątiment, c’est tout. Il vous ressuscitera au dernier jour.
JĂ©sus-Christ est l’unique endroit vers lequel vous tourner. Je me suis tournĂ© vers Lui de tout mon coeur, de toute ma force, comme je le ferais si j’avais cinq cent mille personnes (comme nous en avons eu Ă  Bombay) ici ce soir, dans cette petite Ă©glise de cent cinquante personnes ou Ă  peu prĂšs cela (peut-ĂȘtre moins que ça), de la mĂȘme façon, pour me confier Ă  Lui et croire qu’Il se rĂ©vĂšlera d’une maniĂšre ou d’une autre ce soir de sorte que vous compreniez qu’Il est ici.
E-55 (Les cartes de priĂšre... Avez-vous pu distribuer... C’est vrai, vous avez dit que vous en avez distribuĂ© combien?) FrĂšre Ruddell, ce soir, je m’attendais vraiment, Ă©tant donnĂ© qu’il fait trĂšs chaud, Ă  ce que les gens soient confinĂ©s et entassĂ©s, et entassĂ©s ici Ă  l’intĂ©rieur et ainsi–ainsi de suite, mais cela... ce n’est pas que je pense qu’ils... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
... au cas oĂč j’arriverais le premier, je voulais aller prendre ma femme, et je suis passĂ© en voiture pour voir s’il y avait... combien de gens il y avait ici, et j’ai vu que c’était plein de monde; je suis simplement revenu (Voyez-vous?), je suis venu faire un tour pour voir et je suis revenu.
E-56 Eh bien, il fait chaud. Mais, oh!... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Prenons juste un petit nombre, et puis, nous pourrons peut-ĂȘtre en prendre un peu plus, continuellement, pour prier pour eux. Eh bien, je ne dis pas que le Seigneur fera quelque chose de remarquable pour nous; peut-ĂȘtre qu’Il le fera, peut-ĂȘtre qu’Il ne le fera pas. Je ne sais pas.
(Maintenant, que... Avez-vous commencĂ© Ă  partir du numĂ©ro 1? 1.) TrĂšs bien, qui a la carte de priĂšre numĂ©ro 1? Voulez-vous juste lever la main? Celui qui a la carte de priĂšre numĂ©ro 1. (Etes-vous sĂ»r de cela?) NumĂ©ro 1? Oh! Je m’excuse. TrĂšs bien, madame, venez par ici. NumĂ©ro 2? Qui a le numĂ©ro 2? La carte de priĂšre numĂ©ro 2, veuillez lever la main. Est-ce cette petite fille? Oh! Je–je m’excuse. Carte de priĂšre numĂ©ro 2, veuillez lever la main. TrĂšs bien. Voulez-vous dire que la carte de priĂšre numĂ©ro 2 n’est pas ici? Est-ce cette dame? TrĂšs bien, venez juste ici, madame, juste par ici.
NumĂ©ro 3? Ecoutez, rapidement maintenant. Il se peut que ça soit quelqu’un qui est sourd ou qui ne peut pas se lever. NumĂ©ro 3, levez la main, s’il vous plaĂźt, la carte de priĂšre numĂ©ro 3... TrĂšs bien, monsieur. Je connais cet homme.
TrĂšs bien, numĂ©ro 4, levez la main, carte de priĂšre numĂ©ro 4... S’il vous plaĂźt, quelqu’un a le numĂ©ro 4? Est-ce cette dame-ci? Je pense que je connais cette dame. Je ne me suis pas trompĂ©, je pense bien que je la connais. NumĂ©ro 4...
NumĂ©ro 5? LĂ  tout au fond? TrĂšs bien. NumĂ©ro 6, carte de priĂšre numĂ©ro 6? TrĂšs bien. NumĂ©ro 7, carte de priĂšre 7? C’est le–le gentleman qui vient. NumĂ©ro 8? (Billy, veux-tu aller lĂ  pour les arranger, afin qu’il puisse avoir de la place oĂč se tenir ou quelque chose d’autre.) NumĂ©ro 9? Qui a la carte de priĂšre numĂ©ro 9? Est-ce cette dame par ici? TrĂšs bien, numĂ©ro 8. TrĂšs bien.
E-57 NumĂ©ro 9? Qui a la carte de priĂšre numĂ©ro 9? Regardez tout autour de vous; il se peut que ça soit quelqu’un qui est sourd. NumĂ©ro 9? NumĂ©ro 9? Est-ce que la personne est sortie? Regardez tout autour chez votre... Dites donc, tous ceux qui ont une carte de priĂšre dans la main, regardez tout autour; il se peut que ça soit quelqu’un qui ne peut pas se lever. Carte de priĂšre numĂ©ro 9... Nous ne voulons omettre personne. Est-ce cette dame par ici qui a le numĂ©ro 9? Regardez... (Non, non, c’est–c’est tout lĂ -bas.) NumĂ©ro 9... Il vous faut juste venir, si votre numĂ©ro a Ă©tĂ© appelĂ©, s’il vous plaĂźt. NumĂ©ro 9... Je connais cette dame. Mlle Ford, est-ce vous qui avez la carte de priĂšre numĂ©ro 9? Que quelqu’un voie, peut-ĂȘtre qu’elle n’entend pas. Bi... (Gene, veux-tu descendre lĂ  juste une minute pour voir ce qu’Il en est...? Ou, FrĂšre Fred, venez par ici et aidez Billy un moment.)
TrĂšs bien, numĂ©ro 10? Qui a le numĂ©ro 10? NumĂ©ro 9? NumĂ©ro 10? OĂč se trouve tout le monde? TrĂšs bien, nous allons alors commencer par ces gens-ci, nous allons prendre ces gens. Ça va?
E-58 Maintenant, combien d’entre vous qui ĂȘtes lĂ  dans la ligne de priĂšre me connaissent? Vous me connaissez, et lui me connaĂźt. TrĂšs bien. Combien lĂ  dans l’auditoire ne me connaissent pas, et que je ne... savent que je ne connais pas leur problĂšme et pourtant sont malades? Levez la main. TrĂšs bien, trĂšs bien. Eh bien, vous qui ne me connaissez pas et que je ne connais pas, j’aimerais que vous fassiez ceci: je veux que vous leviez les yeux vers ici et que vous fassiez comme l’avait fait cette femme-lĂ , pendant que nous tenons cette petite ligne de priĂšre.
Maintenant, Ă©coutez. Ces gens sont malades; je ne vois aucune personne qui soit estropiĂ©e, mais–mais il y a des malades. Eh bien, s’ils ont besoin de la guĂ©rison, eh bien, il y a une Personne qui peut les guĂ©rir; c’est JĂ©sus-Christ, un seul Homme. Eh bien, comment peut-Il le faire? Comment le fait-Il? Parce que, vous croyez qu’Il l’a fait; vous le croyez. Eh bien, s’Il est vivant, alors, Il est toujours le GuĂ©risseur. Est-ce vrai? Levez la main. S’Il est toujours vivant, Il est toujours le GuĂ©risseur. TrĂšs bien. Alors s’Il peut vous prouver qu’Il est vivant ici ce soir, s’Il peut prouver... pour Lui-mĂȘme...
E-59 Eh bien, Il ne peut pas ĂȘtre ici sous une forme corporelle, parce que Son Corps est assis Ă  la droite de Dieu. Combien savent cela? Et combien savent que le Saint-Esprit qui Ă©tait en Lui est retournĂ© ici en ce moment, accomplissant les mĂȘmes oeuvres qu’Il avait accomplies lorsqu’Il Ă©tait en Lui? C’est ce qu’Il a dit. TrĂšs bien. Eh bien, s’Il fait en nous ces mĂȘmes oeuvres qu’Il a faites...
Eh bien, vous qui n’avez pas de cartes de priĂšre et qui ne me connaissez pas, et qui avez levĂ© la main, regardez par ici et dites: «Seigneur, je crois que Tu es ici, et je veux toucher Ton vĂȘtement. Car la Bible dit que Tu es en ce moment mĂȘme un Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par les sentiments de nos infirmitĂ©s. Eh bien, je suis malade, j’ai besoin de la priĂšre, et je veux toucher Ton vĂȘtement. Alors, parle au travers de frĂšre Branham et dis-moi quoi faire.» Faites simplement–simplement cela et voyez s’Il est ici ou pas.
E-60 Qui est le premier dans la ligne de priùre? Trùs bien. Est-ce la da-... cette dame qui est dans ce fauteuil? Trùs bien, trùs bien. Premiùrement, je–je crois, je ne... Je ne vous connais pas; je ne pense pas. Sommes-nous inconnus l’un de l’autre? Nous ne nous connaissons pas. Trùs bien.
Eh bien, voici une femme que je ne connais pas. Je ne connais rien Ă  son sujet, je ne l’ai jamais vue de ma vie. Elle m’est inconnue. Et nous offrons ici un tableau tout Ă  fait identique Ă  ce qui s’était passĂ© dans la Bible. Voici un homme et une femme qui se rencontrent comme c’était le cas dans Saint Jean 4 (si vous voulez le lire). JĂ©sus a rencontrĂ© la femme au puits. Et Il ne l’avait jamais vue, et elle ne L’avait jamais vu avant. Ainsi, Il a dit: «Femme, apporte-Moi Ă  boire.» Que faisait-Il? Il contactait son esprit. Et elle a dit: «Il n’est pas de coutume que vous les Juifs demandiez une telle chose aux Samaritains. Nous n’avons pas de relations.» Il a dit: «Va, cherche ton mari, et viens ici.»Elle a dit: «Je n’ai point de mari.»Il a dit: «C’est vrai, tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis n’est pas ton mari.»Elle a dit: «Monsieur, je vois que Tu es prophĂšte. Eh bien, nous savons, nous les Samaritains, nous savons que lorsque le Messie viendra, Il nous annoncera ces choses. Mais, Toi, qui es-Tu?»Il a dit: «Je Le suis, Moi qui te parle.»Et elle a couru en parler Ă  toute la ville, disant: «Venez voir un Homme qui m’a dit les choses que j’ai faites (ou quelque chose Ă  son sujet). Ne serait-ce pas le Messie mĂȘme?» Eh bien, si c’était lĂ  le signe du Messie en ce temps-lĂ , et s’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, n’en sera-t-il pas de mĂȘme comme... aujourd’hui comme il en a Ă©tĂ© Ă  l’époque? Ne ferait-Il pas la mĂȘme chose? Combien parmi vous dans cette salle, pĂ©cheurs ou pas, voudraient croire cela s’Il faisait cela de la mĂȘme maniĂšre? Faites voir vos mains.
E-61 Eh bien, voici ma main. Autant que je le sache, je n’ai jamais vu cette femme de ma vie. Je... Elle se tient ici, disant: «Merci, JĂ©sus.» Il se peut qu’elle soit une chrĂ©tienne; peut-ĂȘtre pas. Bien des gens disent: «Merci, JĂ©sus», sans rien connaĂźtre de Lui, beaucoup de gens. Voyez-vous?
Il a dit: «Plusieurs viendront Ă  Moi en ce jour-lĂ , et diront: ‘Seigneur, Seigneur.’ Je ne vous ai jamais connus», a-t-Il dit.
Eh bien, si JĂ©sus est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, et qu’Il est ici parmi nous, si je peux m’humilier devant Lui pour me soumettre Ă  Lui, alors Il pourrait travailler au travers de moi juste comme Il l’a fait avec Son... Dieu pourrait travailler au travers de moi comme Il l’a fait au travers de JĂ©sus en faveur de la femme au puits. Est-ce vrai? Eh bien, nous voici; tous deux, nous ne nous sommes jamais vus. Cela vous amĂšnerait-il tous Ă  croire? Cela fortifierait-il votre foi? Alors, s’Il est ici, s’Il est vivant, alors Il est toujours votre Sauveur, Il est toujours votre GuĂ©risseur. Est-ce juste? Eh bien, voyons s’Il le fera.
E-62 Eh bien, ĂŽ Dieu, ceci est entre Tes mains maintenant. Le reste relĂšve de Toi, car nous savons que l’homme ne peut pas faire ces choses. Cela doit venir de Toi. Daigne, ĂŽ PĂšre, ce soir, pour l’intĂ©rĂȘt de ces gens qui sont assis ici, pour la gloire de l’Evangile, accorder que cela se fasse ce soir, ĂŽ PĂšre, afin que les gens sachent que Tu restes toujours JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
Et puissent les–les tĂ©nĂšbres qui pourraient ĂȘtre dans les coeurs de certains d’entre eux maintenant, qui ne sont pas sĂ»rs, qui s’imaginent, qui se posent des questions... nous Te demandons juste de venir et de faire briller la LumiĂšre, qu’ils voient alors ce Chemin, et qu’ils entrent en Toi. S’ils sont malades, qu’ils soient guĂ©ris. S’ils sont perdus, qu’ils soient sauvĂ©s. «Nous retrouverons le chemin qui mĂšne vers le rivage lorsque le soleil se lĂšvera.» Accorde-le, Seigneur. Puisse le Fils de la justice se lever maintenant, avec la guĂ©rison sous Ses ailes et qu’Il dĂ©ploie Son glorieux Etre sur cet endroit. Accorde-le, PĂšre. Nous le demandons pour la gloire de Dieu, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-63 Je veux que vous soyez rĂ©vĂ©rencieux, car nous nous rendons compte que nous ne pouvons pas... Ça, ce n’est pas faire le religieux; c’est invoquer la PrĂ©sence du Dieu Tout-Puissant pour qu’Il entre dans cette petite salle. Eh bien, voyez-vous oĂč je me tiens? Il y a ici cent cinquante personnes. J’ai dit ceci devant des dizaines de milliers et devant des centaines de milliers de gens, Ă  cinq cent mille personnes Ă  la fois, qui Ă©taient assis lĂ  avec des athĂ©es, des incroyants, des infidĂšles, des manipulateurs de serpents et tout le reste. Il ne faillira pas.
Eh bien, il faut qu’Il prouve qu’Il est le Dieu de la Bible, sinon Il n’est pas le Dieu de la Bible. Et s’Il est le Dieu de la Bible, Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Et s’Il peut rĂ©vĂ©ler Ă  cette femme la raison pour laquelle elle est ici (je ne l’ai jamais vue), ou s’Il lui rĂ©vĂšle quelque chose qu’elle connaĂźt et dont moi, je ne connais rien... S’Il peut lui rĂ©vĂ©ler la raison pour laquelle elle est ici, comme Il l’a fait pour la femme au puits, s’Il peut lui expliquer quelque chose qu’elle connaĂźt... Si moi, je ne la connais mĂȘme pas et qu’elle ne me connaĂźt pas, alors, nous nous tenons ici pour la premiĂšre fois dans la vie... certainement que cela devrait vous secouer si fortement que tout le brouillard devrait vous quitter. Ma priĂšre est qu’Il puisse accorder cela.
E-64 Eh bien, la dame qui est ici pour qu’on prie pour elle... J’aimerais que chacun croie maintenant. Eh bien, ne connaissant pas la dame, j’aimerais juste lui parler juste un moment comme l’a fait notre Seigneur pour la–la femme au–au puits, juste pour contacter son esprit.
Eh bien, nous sommes probablement... Nous ne nous sommes jamais rencontrĂ©s auparavant, mais cependant le Seigneur nous connaĂźt vous et moi. Et s’Il peut me rĂ©vĂ©ler ce que vous ĂȘtes venue me demander, quelque chose que–que vous connaissez, quelque chose Ă  votre sujet que je ne connais pas. Eh bien, s’Il vous a envoyĂ©e ici, et qu’Il m’a amenĂ© ici pour... peut vous expliquer peut-ĂȘtre, ou s’Il peut parler au travers de moi et me rĂ©vĂ©ler ce pour quoi vous ĂȘtes montĂ©e Ă  cette estrade, cela vous amĂšnerait-il Ă  croire en Lui? S’Il le faisait, cela vous amĂšnera-t-il Ă  croire?
E-65 Eh bien, voyez, et l’auditoire a dit qu’il croit. Nous voici, prĂȘts pour quelque chose qui va se produire si Dieu est toujours Dieu, la mĂȘme chose que JĂ©sus-Christ a faite.
Je vois cette dame maintenant. Elle veut que je prie pour ses yeux; elle a un problĂšme d’yeux. Eh bien, je n’ai pas devinĂ© cela. C’est vrai. Elle est en train de perdre la vue, et elle veut que l’on prie pour ses yeux. C’est la vĂ©ritĂ©. C’est... Si c’est vrai, agitez ce mouchoir vers ces gens, soeur.
Eh bien, je ne l’ai jamais vue auparavant de ma vie. Qu’est-ce qui a fait cela? Qu’est-ce qui a fait cela? Elle a l’air d’une personne aimable. Vous pensez que j’ai devinĂ© cela? TrĂšs bien, on verra.
Eh bien, madame, afin que toute suspicion soit ĂŽtĂ©e de cette Ă©glise dĂ©sormais, afin que lorsque frĂšre Ruddell prĂȘchera que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, que l’on sache que du haut de cette chaire JĂ©sus-Christ a manifestĂ© Sa gloire et a prouvĂ© que c’est la vĂ©ritĂ©... Eh bien...
E-66 Oui, je vois qu’elle est... Elle souffre des yeux. Ses yeux sont atteints d’astigmatisme. Et puis, une autre chose dont elle souffre, elle a un... Elle a subi une certaine opĂ©ration qui a produit un tissu sous forme d’une grande cicatrice. Elle n’est pas de cette ville, elle n’est pas de cet Etat non plus; elle vient du Kentucky. C’est vrai. Et elle a une fille, et elle veut qu’on prie pour elle, c’est une fillette d’environ huit ou dix ans. Elle veut qu’on prie pour sa fillette parce qu’une opĂ©ration l’attend. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Voyez si cela est vrai ou pas. Etait-ce vrai, madame? Si cela est vrai, agitez le mouchoir une fois de plus vers les gens. Il s’agit d’une fillette. TrĂšs bien. Croyez-vous que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler votre nom? Si Dieu...Tenez, je vais vous dire quelque chose d’autre. Voici venir un homme qui se tient Ă  cĂŽtĂ© de vous; c’est votre mari. Il se tient juste derriĂšre par ici. C’est vrai. Il a aussi besoin de guĂ©rison. Il souffre du rhumatisme. C’est vrai. Vous voyez? Vous vous appelez Camphor, c’est vrai. Et vous venez du Kentucky. Rentrez au Kentucky et recevez... Prenez ce mouchoir-lĂ  et posez-le sur l’enfant. Croyez de tout votre coeur...?... opĂ©ration, amen. Croyez-vous de tout votre coeur? C’est presque une encyclopĂ©die de la vie de la femme. Je lĂšve mes mains; je ne l’ai jamais vue de ma vie auparavant. C’est vrai. Oui, oui. Eh bien, voyez-vous? Qu’a-t-il touchĂ©? Qu’a-t-il fait? Il a touchĂ© ce Souverain Sacrificateur. Il a touchĂ© Celui-lĂ  qui peut ĂȘtre touchĂ© par les sentiments de nos infirmitĂ©s. Or, la guĂ©rison c’est le propre tĂ©moignage de Dieu, Sa propre gloire.
E-67 TrĂšs bien, vous... Je pense que vous m’ĂȘtes inconnue; je ne pense pas que je vous connaisse. Dieu vous connaĂźt. Si Dieu me rĂ©vĂšle votre problĂšme, ou ce que vous dĂ©sirez, qu’il s’agisse d’une maladie, d’un problĂšme de foyer, ou peu importe ce que cela peut ĂȘtre, croirez-vous de tout votre coeur? Croirez-vous, madame? Eh bien, voici une autre dame que je ne connais pas, et qui ne me connaĂźt pas. Nous ne nous connaissons pas du tout. Ceci est notre premiĂšre rencontre dans la vie. Mais si le Saint-Esprit peut venir ici en ce lieu, venir ici en ce moment et nous rĂ©vĂ©ler quelque chose concernant cette femme... Eh bien, quant Ă  la guĂ©rir, je ne pourrais pas le faire. Elle... Dieu a fait cela lorsqu’Il est mort au Calvaire. Si elle est une pĂ©cheresse, moi, je ne peux pas la sauver, parce que JĂ©sus a fait cela au... Cela est dĂ©jĂ  accompli. Mais il peut venir par la PrĂ©sence de Son Etre pour montrer qu’Il est toujours vivant et que Ses oeuvres sont toujours...?... pour nous le rendre rĂ©el. Si nous pouvons croire cela! «Si tu peux croire, tout est possible.» Si vous pouvez simplement croire en ce moment! Ayez foi en Dieu; ne doutez pas.
E-68 Eh bien, quelqu’un se sent bien, juste... C’est en ordre. Je traversais l’Etat du Kentucky l’autre jour, et j’ai entendu un homme avancer dans les bois en poussant des cris.
J’ai dit: «Cet homme est-il... Qu’est-ce qu’il a?»
On a dit: «Il est tout simplement ivre, et il se sent bien.»
Cet homme est aussi ivre, mais il est ivre d’une boisson diffĂ©rente; il est vraiment ivre, et il se sent bien...?... «Ne vous enivrez pas de boissons fortes, mais soyez ivres de l’Esprit», dit la Bible.
Eh bien, cette femme-ci, Ă©tant une inconnue, si Dieu peut lui dire son problĂšme, ou quelque chose Ă  son sujet, qu’elle sait que j’ignore, qu’elle soit tĂ©moin. Elle saura si c’est vrai ou pas. Est-ce vrai, madame? Cela vous aiderait-il si–si Dieu faisait cela? Eh bien, pour ce qui est de vous guĂ©rir, soeur, je le ferais, si je pouvais le faire; mais, je ne le peux pas. Je ne suis qu’un homme.
E-69 Mais la dame est ici afin qu’on prie pour elle. Elle souffre des calculs biliaires. C’est vrai. Et elle a aussi le diabĂšte. C’est pour cela que vous vouliez que l’on prie, n’est-ce pas, madame? Si c’est vrai, levez la main afin que les gens puissent voir. Croyez-vous que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler qui vous ĂȘtes? Cela vous aiderait-il? Vraiment? Alors, Mlle Johnson, rentrez et reprenez votre siĂšge, et soyez guĂ©rie, si vous le croyez, au Nom du Seigneur JĂ©sus.
Si vous ne pouvez pas croire, je ne sais pas ce qui cloche. Il y a quelque chose qui cloche. Ne voyez-vous pas la lumiĂšre du soleil qui brille? C’est la mĂȘme chose qu’est JĂ©sus-Christ.
E-70 Je connais cet homme. J’étais... Sa belle-mĂšre est ici, et–et je connais sa femme. Ça fait longtemps, longtemps que je ne l’ai pas vu. Il s’appelle James Morris, mais je ne connais pas la raison pour laquelle il est ici; je ne connais pas son problĂšme. Je n’ai pas vu Jim depuis si longtemps, mais je... Il me connaissait lorsque j’étais un petit garçon.
Mais Jim, si le Seigneur peut me rĂ©vĂ©ler la raison pour laquelle vous ĂȘtes ici, accepterez-vous cela comme... prendrez... Alors croirez-vous que vous obtiendrez ce que vous demandez? Vous ĂȘtes ici pour un fils. Il s’agit d’une maladie mentale. Croyez-vous qu’il sera guĂ©ri? Rentrez, croyez cela alors, et qu’il soit guĂ©ri.
E-71 Je connais cette dame; elle est la femme d’un de mes trĂšs chers amis. Elle s’appelle Himmilhaver. Je vous ai vue ici il n’y a pas longtemps dans un magasin. Je n’ai aucune idĂ©e de ce que vous avez comme problĂšme. Je vous connais; je connais votre mari. Votre mari et moi avons grandi ensemble quand nous Ă©tions des petits garçons. Et il a Ă©tudiĂ©, je pense, il est chiropraticien... pour devenir un chiropraticien. C’est ça. Et je... quant Ă  savoir ce que vous avez comme problĂšme... Mais si le Seigneur me rĂ©vĂšle...
Eh bien, Madame Himmilhaver, Ă  cause de–de–de–de Gilbert et Ă  cause de sa soeur que j’avais l’habitude de frĂ©quenter, si Ă  cause–à cause d’eux, si j’étais en mesure de vous guĂ©rir, je le ferais. Mais je ne le peux pas, pourtant Il le fera si vous croyez maintenant. Et s’Il vous rĂ©vĂšle que–que... Naturellement, je connais votre nom, et je vous connais depuis longtemps, mais je ne connais pas votre problĂšme. Si Dieu me rĂ©vĂšle ce que vous avez, croirez-vous en Lui de... pour votre guĂ©rison? Votre maladie, c’est l’arthrite; je vous vois raide, essayant de sortir du lit le matin. C’est tout Ă  fait exact. C’est ça, retournez chez vous et recevez votre guĂ©rison, Madame Himmilhaver. Que le Seigneur vous guĂ©risse; croyez de tout votre coeur. Que le Seigneur vous bĂ©nisse.
E-72 Croyez-vous de tout votre coeur? Ayez foi en Dieu. TrĂšs bien, voici une dame. Ecoutez, soeur. Non, je ne connais pas la femme. Je suppose que nous ne nous connaissons pas, mais Dieu nous connaĂźt. Est-ce vrai? Nous sommes nĂ©s Ă  des annĂ©es d’intervalle. Mais ceci est la premiĂšre fois que nous nous rencontrons, pour autant que je sache, ou pour autant que vous sachiez. Ceci est notre premiĂšre... Vous pouvez la voir agiter la main pour dire: «C’est vrai.» C’est la premiĂšre fois que je vois cette femme de ma vie, et...
Mais–mais Dieu nous connaĂźt tous deux. Il nous connaissait depuis que nous Ă©tions des enfants; Il nous connaissait... Il nous connaissait avant que le monde ne soit formĂ©. Il savait que nous nous tiendrions juste ici ce soir. Il savait que cet instant serait lĂ , avant qu’il y ait mĂȘme un–un atome ou une molĂ©cule. Il–Il–Il connaissait cela. Voyez-vous? Car, Il Ă©tait... Il est infini. Il connaissait toutes choses avant que le monde ne soit formĂ©, Il connaissait tout ce qui arriverait. Il connaissait chaque moucheron, chaque fois qu’il battrait de l’oeil. Il connaĂźt toutes choses, parce qu’Il est infini. Vous voyez? Et vous ne pouvez pas limiter ce qui est infini Ă  quoi que ce soit. Il est simplement... Il est... Il n’y a que la perfection de la perfection qui demeure en Lui. Il est simplement arrivĂ©, c’est tout. Voyez-vous?
E-73 Eh bien, s’Il peut me rĂ©vĂ©ler ce qu’est votre problĂšme, alors, croirez-vous de tout votre coeur? Croirez-vous? De tout votre coeur? TrĂšs bien. Vous souffrez d’une maladie du coeur pour laquelle vous voulez que l’on prie, le coeur. C’est juste. Eh bien, toutefois, il y a quelque chose d’autre sur votre coeur. Cela... Voyez-vous, j’ai saisi cela. Voyez-vous?
Vous vous disiez: «Va-t-il me dire de retourner avant qu’il ne dĂ©clare cette chose-ci?»
Non, je vais vous le dire. Vous ĂȘtes ici pour un garçon, votre fils. C’est vrai. Et ce fils n’est pas ici; ce fils est dans l’Ohio. Il est dans un hĂŽpital pour tuberculeux, et il souffre de la tuberculose, et il n’est pas sauvĂ©. Et vous priez pour son Ăąme et pour sa guĂ©rison, AINSI DIT LE SEIGNEUR.
Je vous dĂ©fie de tester cela lĂ -bas et de voir si cela est vrai ou pas. C’est vrai, n’est-ce pas, madame? C’est la vĂ©ritĂ©. TrĂšs bien. Je ne peux pas guĂ©rir; voulez-vous croire? Alors partez et recevez... Cela vous sera accordĂ© trĂšs exactement tel que vous l’avez cru. Allez au Nom du Seigneur. Amen.
E-74 Croyez-vous de tout votre coeur? Voyez, Il... La–la–la LumiĂšre brille; maintenant nous savons oĂč nous sommes. Nous sommes dans la PrĂ©sence du Seigneur JĂ©sus.
Vous direz: «Il est en train de lire leurs pensées.»
TrĂšs bien, je ne vais mĂȘme pas regarder cette dame. Posez votre main sur la mienne, madame. Si le Seigneur me rĂ©vĂšle comme ceci, en regardant dans cette direction, ce que vous avez comme problĂšme, croirez-vous cela et croirez-vous que vous serez guĂ©rie? C’est dans votre dos. C’est vrai. Si c’est vrai, ĂŽtez votre main de dessus la mienne et levez-la. Allez, soyez guĂ©rie; JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablit. Vous voyez? TrĂšs bien.
Il est–Il est juste le Seigneur JĂ©sus, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. TrĂšs bien.
E-75 Cet homme qui vient, vous voulez ĂȘtre guĂ©ri de l’arthrite. Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira? Rentrez et soyez guĂ©ri; c’est simple comme bonjour. Croyez simplement cela. Rentrez Ă  votre siĂšge, et dites: «Je crois de tout mon coeur, de tout mon esprit.» Vous serez rĂ©tabli. Croyez simplement cela de tout votre coeur; ne doutez pas. C’est ça, monsieur?
Cette femme par ici... Evidement, vous voyez qu’elle tremble; elle a la paralysie. Peut-ĂȘtre qu’elle a un autre problĂšme; voyons. Oui, oui; elle souffre du diabĂšte sucrĂ©. Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira de ce diabĂšte sucrĂ©, maman?
Seigneur Dieu, nous condamnons cette mauvaise chose au Nom de JĂ©sus-Christ. Puisse la femme ĂȘtre guĂ©rie. Amen. Rentrez Ă  votre siĂšge, et soyez guĂ©rie, soeur. Croyez-vous de tout votre coeur?
E-76 Et vous qui ĂȘtes assis lĂ ? Croyez-vous? Croyez-vous que je suis–que je suis le prophĂšte de Dieu? Il y a... Si vous pouvez croire... Vous qui n’avez pas de carte de priĂšre, vous qui ĂȘtes–qui ĂȘtes malades et nĂ©cessiteux, ayez foi en Dieu. Vous pouvez croire cela.
TrĂšs bien. Vous avez amenĂ© ce garçon-lĂ  pour la guĂ©rison. La maladie se situe dans son dos. C’est vrai. Il est estropiĂ©. Croyez-vous que vous pouvez le ramener dans l’Arkansas, qu’il sera guĂ©ri et qu’il se rĂ©tablira? Voulez-vous abandonner ces cigarettes et dire: «Je cesse», et ĂȘtre... et servir le Seigneur et faire ce qui est juste? Voulez-vous faire cela? TrĂšs bien, trĂšs bien; alors, partez. Imposez votre main Ă  l’enfant malade maintenant, pendant que vous ĂȘtes assis lĂ . Puisse le Seigneur Dieu du Ciel guĂ©rir cet enfant, et faire...?...
Je vous dĂ©fie de croire! Il y a une dame qui est assise ici, qui a baissĂ© les yeux, qui me regarde–regarde. Vous avez un problĂšme Ă  la jambe. C’est vrai. Croyez-vous que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler qui vous ĂȘtes? Me croirez-vous? Madame Wooley. TrĂšs bien, monsieur. C’est trĂšs exact. Je ne vous ai jamais vue de ma vie. C’est votre mari qui est assis lĂ  derriĂšre vous. C’est un prĂ©dicateur; je ne l’ai jamais vu de ma vie, mais c’est vrai.
Croyez-vous que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler ce que vous avez, monsieur? Vous avez quelque chose sur votre visage; vous ne savez pas si c’est le cancer; vous ne savez pas ce que c’est. Vous avez aussi une hernie. C’est vrai. Vous voulez ĂȘtre guĂ©ri. C’est vrai, Monsieur Wooley? C’est ça. Croyez-vous de tout votre coeur? Alors, partez et recevez votre guĂ©rison au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ. C’est vrai.
E-77 Qu’en est-il de vos yeux? Croyez-vous que Dieu vous rĂ©tablira vous qui ĂȘtes assis lĂ  au fond, en train de me regarder? Ça va, si vous croyez de tout votre coeur. Ayez simplement foi en Dieu; c’est tout ce que vous avez Ă  faire.
Oh! la la! Cela arrive partout maintenant, si vous pouvez simplement croire cela. Ça prend vraiment de l’ampleur ici Ă  prĂ©sent, tout le monde essaye de croire. Maintenant, croyez-vous qu’Il est le Fils de Dieu? Croyez-vous qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement?
Eh bien, y a-t-il une personne ici qui ne Le connaĂźt pas comme son Sauveur, et qui aimerait ĂȘtre sauvĂ©? Voulez-vous faire cela, vous qui n’avez jamais reçu le Saint-Esprit et qui aimeriez venir pour ĂȘtre en Christ, afin que vous puissiez devenir un croyant? Levez la main, si vous dites: «J’aimerais...»
E-78 Que Dieu vous bĂ©nisse. Montez ici Ă  l’autel juste en ce moment. (Donnez-nous un petit accord sur ce piano-lĂ  juste une minute, avant que nous puissions terminer.) Je vous invite Ă  venir ici Ă  l’autel, par ici. Venez juste ici et agenouillez-vous. C’est ça, jeune homme. Levez-vous directement... Viens ici, petite fille, tu... Cela... Regardez ce petit garçon; cela devrait faire honte pour ce...?... Il faut que vous alliez pour vous excu-...
Voulez-vous vous rapprocher de Lui? Venez sans tarder maintenant; montez ici sans tarder. Amen. Venez sans tarder maintenant dans la PrĂ©sence du Saint-Esprit. C’est vrai, frĂšre. Venez maintenant; ne voulez-vous pas monter ici pour vous agenouiller avant que le service de guĂ©rison se poursuive? Montez sans tarder ici maintenant pour recevoir la guĂ©rison de votre Ăąme, alors observez ce qui arrive. Venez entrer en Christ. Il est le Chemin, la VĂ©ritĂ©, la LumiĂšre. Nul n’entre autrement que par Lui. Ecoutez, vous les mĂ©thodistes, les baptistes, les presbytĂ©riens, les luthĂ©riens, qui que vous soyez qui n’avez pas reçu le Saint-Esprit, c’est maintenant le temps de Le recevoir. Venez maintenant et entrez en Christ.
E-79 Vous vous poserez des questions Ă  ce sujet; vous ne saurez pas comment vous emparer de la chose. Vous ne comprendrez pas cela, Ă  moins que vous receviez le Saint-Esprit. Venez maintenant. Si j’ai dit la vĂ©ritĂ©, c’est que Dieu m’a parlĂ©; Dieu a parlĂ© au travers de moi. J’ai dit la vĂ©ritĂ©. Il est l’unique Chemin, Il est l’unique Fondation; Il est l’unique Salut. Il n’y a sous le ciel aucun autre Nom qui ait Ă©tĂ© donnĂ©, par lequel nous devrions ĂȘtre sauvĂ©s, si ce n’est le Nom de JĂ©sus-Christ. Ne voulez-vous pas venir Le recevoir maintenant? Combien de rĂ©trogrades sont lĂ  derriĂšre et voudraient monter ici pour s’agenouiller en ce moment? Vous qui avez rĂ©trogradĂ© et qui vous ĂȘtes Ă©loignĂ© de Dieu, voudriez-vous venir juste en ce moment? Montez; voici l’heure. Maintenant, Ă©coutez. Si vous rejetez ceci, je ne sais pas s’il y a pour vous de–de l’espĂ©rance ou pas. Et je ne dis pas cela parce que je me tiens ici. Mais je vous assure, mes amis, qu’est-ce que Dieu peut faire de plus? C’est le temps; c’est l’heure. Dieu parle aux gens.
E-80 C’est vrai, soeur; c’est vrai, mes soeurs. Venez sans tarder. C’est l’heure; c’est votre temps. Vous ne serez jamais plus proche de Lui que ça, avant que vous ne mourriez et que vous n’entriez dans Sa PrĂ©sence. Il est juste ici, confirmant Lui-mĂȘme qu’Il est vivant. Ne voulez-vous pas venir?
Ô Agneau de Dieu, je viens! je viens!
Juste tel que je suis, sans aucune défense,
Si ce n’est ton Sang qui a Ă©tĂ© rĂ©pandu pour moi,
Et je viens...?... pour croire,
Ô Agneau de Dieu, je viens! je viens!
Juste tel que je suis, et sans attendre Pour ĂŽter de mon Ăąme une...
N’ayez aucune tache noire d’incrĂ©dulitĂ©. Venez! VoilĂ  la chose!
A Toi, dont le Sang peut laver chaque tache,
Ô Agneau de Dieu, je viens! je...
Comment pouvez-vous Le rejeter, aprùs qu’Il est venu par la Parole, qu’Il est venu en Personne, qu’Il vous a fait savoir qu’Il est ici, qu’Il vous parle, qu’Il vous parle maintenant? Cette petite voix qui vous parle, c’est Dieu. Il veut que vous veniez. Nous n’avons plus beaucoup de temps ici, mes amis. Nous allons quitter cet endroit.
Ne voulez-vous pas venir vous agenouiller avec ce groupe de gens, et dire: «Sois misĂ©ricordieux envers moi. Maintenant, je veux accepter Christ; je veux naĂźtre de nouveau. Je veux ĂȘtre rempli du Saint-Esprit...?... J’aimerais ĂȘtre authentique.»
Venez maintenant sans tarder autour de l’autel, pendant que nous chantons la strophe suivante. Voulez-vous venir maintenant pendant que nous nous avançons?
E-81 Eh bien, certains d’entre vous, braves chrĂ©tiens, montez ici tout autour pour vous tenir Ă  cĂŽtĂ© d’eux. Certains d’entre vous qui ĂȘtes malades, venez vous agenouiller aussi. Certains d’entre vous qui ĂȘtes des chrĂ©tiens, montez et agenouillez-vous avec ces gens pendant que nous prions.
... recevoir,
Accueilleras, pardonneras, purifieras, soulageras;
Parce que... (Venez avec eux, pécheur. Venez avec eux, vous...) je crois,
Ô Agneau de Dieu, je viens! (Descendez par ici en ce moment.)
Juste tel que je suis...
Pour ĂŽter de mon Ăąme une seule tache noire,
A Toi, dont le Sang peut laver chaque tache,
Ô Agneau de Dieu... (Vous manquerez une bĂ©nĂ©diction si vous ne venez pas.)
Juste tel que je suis, Tu recevras,
Accueilleras, pardonneras, purifieras, soulageras;
A Toi, dont le Sang peut laver chaque tache,
Ô Agneau de Dieu, je viens! je viens!
J’aimerais...?... maintenant, que toute l’église incline la tĂȘte, que tout le monde soit en priĂšre. Priez pour ces gens qui sont tout autour de l’autel, vous tous.
Vous tous qui ĂȘtes ici Ă  l’autel en ce moment, vous ĂȘtes venus sur la base du sang versĂ©. Vous ĂȘtes venus ici pour recevoir le Saint-Esprit; vous ĂȘtes venus pour ĂȘtre pardonnĂ©s de vos pĂ©chĂ©s. Dieu qui est juste et qui est disposĂ©... L’eau vous attendra; vous pouvez venir Ă  la piscine demain pour vous faire baptiser Ă  l’église, si le pasteur veut vous y amener.
«Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au Nom de Jésus-Christ, pour le pardon des péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit.» Comme Pierre prononçait encore ces paroles, le Saint-Esprit descendit sur ceux qui entendaient cela...?... le Dieu du Ciel, qui a été avec les apÎtres, qui est Dieu éternellement, est ici ce soir.
J’aimerais que tout le monde s’incline en priĂšre. Que tout le monde Ă©lĂšve simplement la voix et prie pendant que le pasteur nous conduit...

En haut