ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication ENTENDRE, RECONNAITRE ET AGIR / 60-0607 / Chatauqua, Ohio, USA // SHP 1 hour and 26 minutes PDF

ENTENDRE, RECONNAITRE ET AGIR

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Merci beaucoup. Vous pouvez vous asseoir. Frère Clare Hudson a dit qu'il allait m'avoir. Et il y est parvenu. Ainsi, il est agréable d'être ici ce soir, Frère Wittson. Je pense que frère Mattson est ici quelque part et... Eh bien, je suis heureux de vous revoir, Frère Mattson; j'ai demandé de vos nouvelles, hier soir. C'est très bien, ça me fait vraiment du bien de voir beaucoup d'entre vous, Frère Clare Hudson, et de transmettre les salutations venant d'outre mer. C'est merveilleux... Hier soir, je pense que David DuPlessis... Je ne le vois pas. Je me disais que je devrais d'abord regarder partout pour voir si je pouvais voir... Le voici. Je pense qu'il a fait une injustice vis-à-vis de cette assemblée, lorsque nous rentrions à la maison. Nous sommes montés ensemble dans la voiture, et j'ai baissé les yeux, j'ai dit : "Oh, il est presque vingt-deux heures." J'ai dit : "Frère David, ai-je dit, je pense que j'ai gardé ces gens trop longtemps."
E-2 Il a dit : "Fr√®re Branham, je pense que ces gens ont √† peu pr√®s le m√™me sentiment que moi. Nous sommes fatigu√©s d'entendre de petits sermons donn√©s par de petits pr√©dicateurs √† de petits chr√©tiens." Cela pourrait donc m'encourager √† pr√™cher encore deux heures ce soir, ainsi... Non, d'habitude je laisse les gens partir avant une heure juste. Jamais je ne... Mais j'en avais l'habitude, je ne l'ai pas fait. Nous prenions un bon d√©part √† une heure. Nous restions et louions le Seigneur toute la nuit. C'est bien dommage que nous nous en soyons √©cart√©s, n'est-ce pas (Bien s√Ľr que oui, Fr√®re Sullivan.), et que nous ayons abouti √† un sermon intellectuel de vingt minutes? Et, je me demande bien la cause de tout cela. Je me demande si nous ne sommes pas en train d'essayer de nous inspirer un peu trop du monde. Je crois que si cela n'a pas tr√®s bien march√© dans nos milieux, je pense que nous devrions sortir de cela.
E-3 Vous savez, lorsque je suis à table, j'aime bien m'asseoir, hacher et manger, hacher et manger. Et moi, quand je suis à la table du Seigneur, j'aime y rester longtemps. L'autre soir, notre pasteur a prêché pendant environ 45 minutes ; je le vois lever les yeux pour regarder à l'horloge, et je me dis : "Oui, Frère Neville, vous tombez aussi dans cela." Voyez-vous ? 45 minutes, ce n'est même pas assez pour démarrer. Nous devrions avoir, je... Il commence - il commence à peine à être intéressant ; à peine commençais-je à être stimulé à tel point que je me sentais très bien, vous savez, qu' alors il arrête. Quel dommage ! Mais maintenant, chaque jour, des réunions se tiennent ici, et je sais que vous passez tous un temps merveilleux. Combien ici ne viennent pas de l'Ohio, faites voir vos mains, ceux qui ne viennent pas de l'Ohio. C'est merveilleux ! C'est très bien. Je pense que plus de la moitié de l'assemblée vient de l'extérieur de l'Etat de l'Ohio. Nous sommes certainement heureux de vous avoir ici. Je prie Dieu de multiplier Ses bénédictions en votre faveur. Puissiez-vous rentrer chez vous, retourner dans votre Etat d'origine, en vous réjouissant, heureux, louant le Seigneur.
E-4 Eh bien, je souhaite, ce soir, lire un passage de l'Ecriture qui se trouve dans Romains, chapitre 8, et nous allons commencer √† lire ici au verset 11, ou plut√īt du chapitre 9. Commen√ßons au verset 10. Et, de plus, il en fut ainsi de R√©becca, qui con√ßut du seul Isaac notre p√®re ; car, quoique les enfants ne fussent pas encore n√©s et qu'ils n'eussent fait ni bien ni mal, - afin que le dessein d'√©lection de Dieu subsist√Ęt, sans d√©pendre des Ňďuvres, et par la seule volont√© de celui qui appelle,- il fut dit √† R√©becca : l'a√ģn√© sera assujetti au plus jeune ; selon qu'il est √©crit : j'ai aim√© Jacob et j'ai ha√Į Esa√ľ. Je voudrais tirer de cela un texte, √† partir de trois mots : "Entendre, reconna√ģtre et agir".
E-5 Avant que nous abordions cela, inclinons la t√™te maintenant, pendant que nous parlons un instant √† l'Auteur. Notre Bienveillant P√®re c√©leste, nous Te remercions, ce soir, de tout ce que Tu as fait pour nous, et de Ta bont√© et de Tes riches bienfaits qui ont √©t√© r√©pandus sur nous par Ta gr√Ęce. Ce n'est pas que nous ayons fait quelque chose pour les m√©riter, mais parce que Tu as √©t√© bon envers nous, et Tu n'as pas consid√©r√© notre iniquit√©, mais Tu nous as accord√© des mesures illimit√©es de Ta gr√Ęce. Nous T'en remercions. Et comme nous entendons ce soir, en venant en ce lieu, le t√©moignage des m√©decins qui parlent de ceux qui ont failli mourir, il y a quelques semaines, et maintenant l'endroit est gu√©ri. Des m√©decins et des infirmi√®res envoient ce mot,: "Demandez-leur de prier pour nous." Cela fait vraiment du bien √† notre cŇďur, √ī Seigneur. Et nous prions pour ces m√©decins et ces infirmi√®res bien dispos√©s, et qui reconnaissent que la main de Dieu a agi sur cette personne, alors que celle-ci √©tait abandonn√©e, ayant √©t√© d√©clar√©e morte, ou plut√īt mourante. Et maintenant, elle est en vie et bien portante. Combien nous T'en remercions.
E-6 Puis, hier soir, de voir cette grosse rang√©e de gens descendre en file vers la salle pour na√ģtre de nouveau de Ton Esprit ; de voir les p√©cheurs se tenir ici √† l'autel, en larmes, jeunes et vieux, cela rend absolument nos cŇďurs heureux au-del√† de toute expression. Assur√©ment, Tu es le Grand Dieu du ciel. Nous voudrions Te demander ce soir de b√©nir la lecture de la Parole. Puisses-Tu nous donner le contexte de ce texte, ce soir. Que le Saint-Esprit vienne et interpr√®te cette Parole √† nos cŇďurs ? Puissions-nous maintenant tirer les rideaux tout autour de nous, et nous s√©parer du monde ext√©rieur, et vivre avec nos cŇďurs tourn√©s uniquement vers Toi. Puissent nos cŇďurs √™tre ouverts, et puisse la pression de l'Esprit √™tre tellement grande dans ce b√Ętiment ce soir qu'Il va entrer Lui-m√™me dans chaque fissure et chaque coin de nos cŇďurs, remplissant chaque fibre qui est nettoy√©e et pr√™te pour le remplissage. Puisses-Tu gu√©rir chaque malade qui est ici, sauver chaque √Ęme perdue, et remplir du Saint-Esprit chaque cŇďur affam√©. Accorde-le, Seigneur.
E-7 Inspire Tes serviteurs, les ministres, nos aimables et pr√©cieux fr√®res, les bergers du troupeau, que Tu as appel√©s et mis √† part, qui ont consacr√© leurs vies pour le service. Nous prions pour eux, Seigneur, car ce sont ces hommes qui les conduiront, ils sont les h√īteliers qui prendront ces personnes malades dans l'√Ęme et dans le corps, et qui continueront √† verser de l'huile et du vin jusqu'√† ce qu'elles se r√©tablissent. Il est dit dans la parabole qu'Il lui a donn√© deux deniers. C'√©tait √† la fois pour le salut et pour la gu√©rison. Et il est dit : "S'il y a quelque chose de plus, je te le rendrai √† mon retour." Et si nous manquons quelque chose aujourd'hui, Seigneur (nous savons que c'est le cas), nous prions le Saint-Esprit de nous accorder ce soir ce qui nous manque. Viens-nous en aide, √† nous les ministres, Seigneur, afin que nous soyons capables de servir Ton peuple avec une conscience pure et d'un cŇďur pur. Accorde-le, P√®re. Nous demandons ceci tr√®s humblement au Nom de Ton Fils, le Seigneur J√©sus. Amen.
E-8 Aujourd'hui, le monde est contr√īl√© par deux grandes puissances, deux grandes puissances religieuses qui vont bient√īt aboutir √† un point critique ou plut√īt √† une confrontation. Cela est parfaitement repr√©sent√© dans notre lecture de l'Ecriture de ce soir, dans les deux fils d'Isaac, Esa√ľ et Jacob. Et tandis qu'ils repr√©sentent ces deux puissances, ils viennent tous deux d'un m√™me p√®re et d'une m√™me m√®re. Le saint enfant √©tait celui pr√©ordonn√© par Dieu, Isaac, dont Dieu avait dit √† son p√®re, 25 ans avant sa naissance, qu'il aurait cet enfant, par une m√®re mise √† part et consacr√©e, R√©becca, une vierge. Et ces deux enfants √©taient dans le m√™me sein. Ils sont venus au monde se disputant et se battant, √©tant en guerre l'un contre l'autre. Et depuis lors, ils sont en guerre l'un contre l'autre et le seront jusqu'au temps de la fin. Et le monde est bien contr√īl√© par ces deux puissances. Maintenant, les remarques que je dois faire, et quelques Ecritures que j'ai not√©es ici et ainsi de suite, je voudrais que chacun sache que, lorsque des fois je fais allusion √† la condition d'une √©glise, √† une d√©nomination ou quelque chose de ce genre, bien des fois mes fr√®res me comprennent mal, lorsque je dis cela. Je ne parle pas des hommes remplis de l'Esprit, qui se l√®vent comme des bergers, et qui nourrissent le troupeau de Dieu, ceux qui ont √©t√© ordonn√©s par le Saint-Esprit √† le faire. Je parle des croyants charnels qui essaient de prendre la place de ces hommes.
E-9 Et, nous voyons qu'Esa√ľ repr√©sentait vraiment le croyant charnel. Il √©tait un homme terrestre, il √©tait de la terre et il avait un penchant tr√®s religieux. Il avait sa religion comme le monde en a aujourd'hui. La plupart des gens √† qui vous parlez ont une certaine sorte de religion, qu'ils aillent √† leurs √©glises ou non. Mais eux... peut-√™tre une fois l'an, ou bien les femmes aiment y aller √† P√Ęques pour faire voir leurs nouveaux bonnets, et les - les hommes aiment y aller de temps √† autre, lorsqu'ils ont quelque chose et vont se divertir. Et quand ils √©taient b√©b√©s, ils ont √©t√© asperg√©s et leurs noms ont √©t√© inscrits dans le registre de l'√©glise, et ils sont la propri√©t√© de l'√©glise. Je ne pourrais jamais √™tre d'accord avec cela. Nous... L'homme n'est pas la propri√©t√© de l'√©glise, il n'est pas non plus la propri√©t√© de l'Etat. L'homme est la propri√©t√© de Dieu : des fils et des filles de Dieu, nous Lui appartenons parce que nous avons √©t√© rachet√©s √† un prix. Et quel grand prix, le Fils de Dieu ! Mais Esa√ľ repr√©sentait bien ce groupe de gens religieux, qui disent : "Je suis tout aussi bon que l'autre, et ma religion est tout aussi bonne que la v√ītre, et j'en suis tout √† fait satisfait."
E-10 Mais Jacob, son fr√®re jumeau, par √©lection, par pr√©destination et par prescience, vint au monde √©tant un homme spirituel, pour repr√©senter un peuple spirituel. Et il √©tait - avait le discernement spirituel de ce qui √©tait vrai et ce qui √©tait faux. Et si vous pouvez bien le comprendre, c'est que, toute l'√©glise du Dieu vivant est b√Ętie sur la r√©v√©lation de J√©sus-Christ. Comment Abel, mieux que Ca√Įn offrit-il √† Dieu un sacrifice agr√©able, s'il n'avait pas re√ßu la r√©v√©lation de ce que le sacrifice exigeait... plut√īt du sacrifice qui √©tait exig√©? Quand il a √©t√© demand√© aux disciples : "Qui dites-vous que Je suis, Moi le Fils de l'homme?" Pierre, sans h√©siter, a √©clat√© comme un homme parlant en langues, et a dit : "Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant." J√©sus a dit : "Tu es heureux Simon, car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont r√©v√©l√© cela. Tu n'as jamais appris ceci au moyen d'un programme √©ducationnel et intellectuel, mais c'est Mon P√®re qui est dans le Ciel qui t'a r√©v√©l√© cela. Tu es Pierre, et sur cette pierre (pas sur Pierre, pas sur Lui-m√™me, mais sur la r√©v√©lation spirituelle de Qui Il √©tait), sur cette pierre Je b√Ętirai Mon Eglise, et les portes du s√©jour des morts ne pr√©vaudront point contre Elle." Cela montrait qu'elles seraient contre Elle, mais qu'elles ne pr√©vaudront jamais. Ainsi, l'Eglise va... l'Eglise spirituelle ira dans l'√©ternit√©, aussi s√Ľr qu'il y a un Dieu qui L'a ordonn√©e √† √™tre l√†.
E-11 Ainsi, quelle satisfaction cela nous procure alors de savoir que, lorsque vous √™tes n√©s de l'Esprit de Dieu, vous √™tes fils et filles de Dieu. Maintenant, ceci... Pour Jacob, cela signifiait beaucoup, mais le droit d'a√ģnesse ne signifiait rien pour Esa√ľ. Franchement, il m√©prisait cela. Et je dis ceci avec toute la r√©v√©rence : ses enfants le font toujours. C'est vrai. Ils m√©prisent cela. "Pourquoi est-ce que je - pourquoi est-ce que je dois le faire ? Pourquoi devrais-je recevoir le Saint-Esprit ? Je suis tout aussi bon que vous. Ma religion est tout aussi bonne que la v√ītre. Pourquoi devrais-je passer par tout cela ? Je suis tout aussi bon que vous. Je vais √† l'√©glise ; mon nom se trouve dans le registre. Je suis simplement... Je suis Untel." C'est - c'est ce que vous √™tes, mais qu'√™tes-vous aux yeux de Dieu ? Vous devez na√ģtre de nouveau, avoir l'affection de l'Esprit. Ainsi, pour Esa√ľ, cela n'avait pas d'importance ; il a m√©pris√© cela. Et aujourd'hui, les croyants charnels m√©prisent toujours ce droit d'a√ģnesse. Et ce droit d'a√ģnesse, c'est le Saint-Esprit ; nous sommes... nous le savons. Et les croyants charnels m√©prisent cela. Oh ! Il a dit : "Ces jours sont pass√©s. Recevoir le Saint-Esprit, cela n'existe plus. Cela a exist√© dans le pass√©, au temps des ap√ītres."
E-12 J'ai entendu une fois un grand homme dire dans une belle √©glise, il disait : "La Pentec√īte n'√©tait que l'Ňďuvre de l'√©chafaud pour la construction, a-t-il dit, puis, apr√®s que la construction est termin√©e, eh bien, a-t-il dit, on n'a plus besoin de l'√©chafaud." Ainsi, √† la fin du service, je me suis approch√© pour serrer la main √† ce grand homme. J'ai dit : "Je voudrais vous complimenter pour votre message de ce matin, docteur." J'ai dit : "Je suis d'accord avec vous sur le fait que la Pentec√īte √©tait l'Ňďuvre de l'√©chafaud. Et aussi longtemps que nous sommes en train de construire l√†-dessus, nous devons toujours avoir l'√©chafaud." C'est vrai. L'√©chafaud est la derni√®re chose √† enlever, jusqu'√† ce que vous mettiez le - le bout de la fl√®che sur le sommet... au sommet, il vous faut toujours avoir l'√©chafaud." Je suis heureux ce soir de travailler sur le b√Ętiment en me tenant donc sur l'√©chafaud, pas vous ?
E-13 Eh bien, nous voyons que ce droit d'a√ģnesse signifiait tout pour Jacob. Eh bien, il ne se souciait de rien d'autre, si ce n'est de ce droit d'a√ģnesse. Il ne se souciait pas de ce que cela lui co√Ľterait. S'il fallait d'un plat de lentilles, il √©tait heureux de le donner √† Esa√ľ. Il en est de m√™me pour tout homme ou toute femme qui a √©t√© destin√© √† la Vie Eternelle, que Dieu a appel√© √† la Vie Eternelle ; il est dispos√© √† vendre tout - tout ce qui est du monde pour obtenir ce droit d'a√ģnesse. Vous pouvez traiter ces gens de tout ce que vous voulez. Vous pouvez leur dire qu'ils ont perdu la t√™te, qu'ils s'affolent, qu'ils sont une bande d'exalt√©s. Peu importe comment vous les traitez, ils sont √† la recherche de ce droit d'a√ģnesse, et cela a plus d'importance que toute autre chose. Ils recherchent ce droit d'a√ģnesse ; peu importe comment ils doivent l'obtenir, ils sont pr√™ts pour l'obtenir.
E-14 L'esprit charnel veut que Dieu ram√®ne ce droit d'a√ģnesse √† leur niveau. Mais pour moi, et je crois que pour tout vrai chr√©tien n√© de nouveau, nous atteignons cela au niveau de Dieu. Peu m'importe ce que je dois faire ou ce que je dois dire, comment je dois agir : je veux cela, voil√† tout. Cela compte plus que ma popularit√©. Cela compte plus que mon travail. Cela compte plus que ma m√®re, cela compte plus que ma femme, que mes enfants, que chaque ami que j'ai. Laissez-moi avoir ce droit d'a√ģnesse. Peu m'importe ce que je dois payer. Je voudrais satisfaire √† l'exigence de Dieu. Quoi qu'Il exige, s'il faut tomber par terre, s'il faut parler en langues, s'il faut courir √† travers le b√Ętiment et se comporter comme un maniaque ou me tenir debout sur la t√™te, √ßa m'est √©gal, c'est comme cela que je vais l'obtenir. C'est la chose principale. Tels sont les gens spirituels. Ils veulent le droit d'a√ģnesse, √† tout prix. Ils d√©sirent cela. Et aussit√īt qu'ils l'obtiennent, cela produit la m√™me r√©action que dans cette famille-l√†. Finalement, on en arrivera √† une s√©paration. L'homme devra obtenir ... S'il obtient ce droit d'a√ģnesse, il devra se s√©parer du monde, comme Jacob a d√Ľ le faire.
E-15 Oh ! la la ! Des fois, cela signifie marcher seul. Mais si vous √™tes vraiment sinc√®re, et que vous receviez r√©ellement le droit d'a√ģnesse, √ßa vous est √©gal de marcher seul. Si les voisins ne vous invitent plus au d√ģner, si personne ne veut rien avoir √† faire avec vous, qu'est-ce que cela vous fait ? Tant que vous avez le droit d'a√ģnesse, c'est la plus importante r√©alisation de votre vie. Aussi longtemps que je suis n√© du Saint-Esprit, qu'est-ce que cela change ? Aussi longtemps que je suis en route pour le Ciel, qu'est-ce que cela change, ce que les gens disent, aussi longtemps que nous marchons dans l'Esprit ? Et tous ceux qui sont n√©s de l'Esprit de Dieu sont conduits par l'Esprit de Dieu. Les fils et les filles de Dieu sont conduits par l'Esprit de Dieu, ils marchent toujours dans la belle lumi√®re de la saintet√© et de la puret√©. Mais Esa√ľ, ce droit d'a√ģnesse... Il √©tait charnel comme le monde ; cela n'avait donc pas d'importance pour lui. Il pensait √™tre religieux, son p√®re et sa maman √©taient religieux, et cela suffisait pour lui.
E-16 Ainsi, nous voyons que dans chaque r√©veil qui ait jamais commenc√© dans le monde, cela produit des jumeaux. C'est vrai. Chaque r√©veil a des jumeaux. Ils ont l√†-dedans un groupe de croyants charnels et un groupe de croyants spirituels. Chaque r√©veil produit cela : Un Esa√ľ et un Jacob. Et pendant qu'ils marchent, la premi√®re chose, vous savez, le charnel commence √† se dire : "Eh bien, ces gens commencent √† exag√©rer. Je ferais mieux de me s√©parer d'eux." Ils retournent au c√īt√© intellectuel. Ils aiment un pasteur qui leur racontera des choses agr√©ables. Ils n'aiment pas ce pasteur rempli de l'Esprit, qui ob√©it au Saint-Esprit √† partir de l'estrade et qui pr√™che la Parole telle qu'Elle est. Comme Jean l'a dit : "Mettez la cogn√©e √† la racine de l'arbre et advienne que pourra." La plupart des √©glises aujourd'hui, l'√©carteront de leur chaire. C'est vrai. Il y aura une s√©paration, c'est toujours ainsi. Cela est arriv√© dans l'√Ęge m√©thodiste, cela est arriv√© dans l'√Ęge baptiste, cela est arriv√© dans l'√Ęge pentec√ītiste ; cela arrivera dans chaque √Ęge.
E-17 Une fois, John Wesley... Je lisais un article de... √† son sujet, et on raconte qu'il descendait un petit sentier. Et il protestait, disons, contre l'√©glise anglicane √† cause de leurs p√©ch√©s et des choses qu'ils avaient... faisaient. Et on le traitait de - de fou. "Tous ceux qui vivent pieusement en J√©sus-Christ seront pers√©cut√©s." Vous serez m√©pris√©s et rejet√©s. "Et s'ils ont appel√© le Ma√ģtre de la maison B√©elz√©bul, √† combien plus forte raison appelleront-ils ainsi Ses disciples." Et, il y avait un de ces responsables de l'√©glise anglicane, un homme tr√®s costaud qui a vu John venir, et ce dernier √©tait un petit homme. Ainsi, ce grand gaillard a carr√©ment barr√© la route. Monsieur Wesley s'est approch√© de lui. Et il ne pouvait pas le contourner ; il a dit : "Excusez-moi, Monsieur . Voudriez-vous vous √©carter, afin que je passe ?" Cet homme a dit : "Je ne m'√©carte jamais du chemin pour un idiot." Poliment, monsieur Wesley tira son chapeau, le contourna et dit : "C'est ce que je fais toujours." Ainsi, je pense que cela a plus ou moins r√©gl√© la chose. Il le fait toujours.
E-18 Or, ces diff√©rences ont toujours exist√© depuis Ca√Įn et Abel, Ca√Įn et Abel, les premiers √™tres humains qui ont produit la vie sur la terre. Adam et Eve en ont engendr√© deux, l'un √©tait d'un certain genre, et l'autre d'un autre genre. Il y a eu Ca√Įn et Abel. Il y a eu Esa√ľ et Jacob. Il y avait... Tout au long de la lign√©e, cela a toujours √©t√© ainsi, ces deux esprits sont en guerre l'un contre l'autre dans les √©glises. Nous en avons eu beaucoup. Et on en arrive toujours au point o√Ļ il devrait y avoir un - un temps de s√©paration. Abraham et Lot sont partis √† la recherche de la cit√© dont l'architecte et le constructeur est Dieu. Lot √©tait un personnage charnel. Et finalement, on en est arriv√© au point o√Ļ Abraham et Lot devaient se s√©parer, avant qu'ils ne puissent... qu'Abraham ne puisse obtenir la promesse. Ils devraient se s√©parer, l'un de l'autre. Et, il en est de m√™me ce soir ; il vous faut vous s√©parer des choses du monde. Il vous faut marcher avec les chr√©tiens. Je suis quelqu'un qui croit fermement que les chr√©tiens doivent communier avec les chr√©tiens. Oui. Vous ne pouvez pas marcher ensemble, √† moins que vous vous accordiez. Et vous vous accordez d'abord avec Christ. Et toute personne qui s'accorde avec Christ, s'accordera avec vous.
E-19 Et Abraham et Lot devaient se s√©parer avant que Dieu ne b√©nisse Abraham. Et Lot... avez-vous remarqu√© en outre l'√©tat charnel, en tant qu'un - un membre d'√©glise ti√®de. Il savait qu'Abraham vivait l√†-haut dans une tente. Mais avez-vous remarqu√© que sa religion √©tait tellement rigoureuse que Lot n'a pas demand√© √† l'Ange : "Permettez-moi d'aller avec Abraham, mon oncle." Mais il a dit: "Il y a une petite cit√© par ici ; je... permettez-moi d'aller l√†-bas." Il ne voulait toujours rien avoir √† faire avec Abraham. Voyez-vous? Il en est de m√™me aujourd'hui; peu importe ce que vous faites, le charnel ne peut pas s'associer avec le spirituel, pas plus que vous ne pouvez faire que l'eau et l'huile se m√©langent. Cela ne se fera pas. C'est pourquoi, l'√©glise a besoin d'un bon nettoyage. Ce dont nous avons besoin aujourd'hui, ce sont des r√©veils √† l'ancienne mode, ce sont des r√©veils de grande envergure, c'est de la puissance du Seigneur. Nous avons besoin des hommes et des femmes qui sont dispos√©s √† tout vendre dans ce monde, et √† br√Ľler tout pont derri√®re eux. Il nous faut nous emparer du monde aujourd'hui, nous les ministres, comme les vieux Norv√©giens le faisaient pour s'emparer d'un pays. Lorsqu'ils partaient en bateau, apr√®s avoir accost√©, ils mettaient le feu au bateau et br√Ľlaient cela derri√®re eux. Ils n'avaient aucun moyen de fuir. C'est de cette fa√ßon que nous devrions proc√©der : br√Ľler chaque pont et chaque issue. Vendez tout pour le Royaume de Dieu et continuez √† avancer. Il n'y a pas de point d'arr√™t. Il n'y a pas de point de compromis.
E-20 Dieu n'aime pas les gens qui font des compromis. Dieu ne veut pas que Son Eglise ressemble au monde. Il ne veut pas qu'Elle se comporte comme le monde. Il ne veut rien √† voir avec le monde, si ce n'est de pr√™cher l'Evangile au monde et d'appeler les gens √† sortir. Dieu veut des s√©parateurs. L'Eglise veut des m√©langeurs. Ils veulent un pasteur qui n'est pas tr√®s dur envers eux, et - et qui leur dit de bonnes choses, qui ne creuse pas assez profond√©ment, et qui leur √©corche la peau. Fr√®re, c'est ce qu'il nous faut. Il n'y a pas longtemps, ici dans un certain endroit, j'ai eu une vision. Et il y avait un petit chaton couch√© sur un - un oreiller. Et j'√©tais en train de le caresser comme cela. Et il √©tait en train de ronronner, et j'ai remarqu√© qu'il portait un nom sur lui. Et je me suis dit que c'√©tait un petit ami le plus mignon, et il ronronnait simplement, comme s'il dormait. Et l'Esprit a dit : "Caresse-le une fois dans l'autre sens." Quand je l'ai caress√© dans l'autre sens, il a lanc√© tous les reniflements et les cris que vous n'avez jamais entendus, ses yeux verts brillaient, c'√©tait le monstre le plus horrible que j'ai jamais vu. Oh! Aussi longtemps que vous pourrez laisser les gens prendre n'importe quelle direction qu'ils veulent, ils vous donneront un cataire [ Herbe dont l'odeur attire les chats - N.D.E.], tr√®s bien, mais quand on en arrive au point o√Ļ... Nous n'avons pas besoin de cataire. Nous avons besoin du retour de la puissance du Saint-Esprit dans l'Eglise et dans le b√Ętiment, la Vie ressuscit√©e de J√©sus-Christ qui nous nettoie, qui fait de nous de nouvelles cr√©atures. Nous avons besoin du vin fort, et non du cataire. √áa, c'est pour les b√©b√©s.
E-21 Notre maman avait l'habitude d'en donner aux enfants, je pense. Une sorte de cataire, lorsqu'on avait un mal d'estomac. L'Eglise a plus qu'un mal d'estomac; c'est l'an√©mie. Ce dont nous avons besoin, c'est d'une transfusion sanguine, la puissance du Saint-Esprit pour nettoyer l'√©glise du monde de la vie du p√©ch√©. Des femmes, des hommes qui confessent le christianisme, qui vont aux danses, aux grandes soir√©es mondaines, qui jouent aux jeux d'argent, qui fument, qui dansent; les femmes se coupent les cheveux, portent des shorts, des pantalons, toutes sortes de trucs comme cela, et puis elles se disent chr√©tiennes. Il y a une faiblesse quelque part; elle n'est pas dans la puissance de Dieu. Elle se trouve soit √† votre chaire soit en vous, l'un ou l'autre. Eh bien, c'est tout ce qu'il en est. C'est la v√©rit√©. Nous avons besoin d'un nettoyage. Le charnel, toujours l'inimiti√©... Oh! Certainement. C'est un combat dur. Mais, je crois que si vous avez √©t√© destin√© √† la Vie Eternelle, "Tous ceux que le P√®re M'a donn√©s viendront √† moi". Maintenant, vous dites : "Eh bien, je suis tout aussi bon que vous." Mais, fr√®re, vous allez √™tre jug√© sur base des Ňďuvres que vous avez faites. Vos Ňďuvres vont... Cela montre ce que vous √™tes. Il y a quelque temps, un homme me parlait, il a dit : "Si je suis jug√© sur base de ma foi, je suis sauv√©. Si je suis jug√© sur base de mes Ňďuvres, je suis perdu." J'ai dit : "Vos Ňďuvres sont l'expression de votre foi." C'est vrai. Si vous aimez le Seigneur, vous allez - vous allez tout simplement vous conformer √† tout ce que Dieu dit et vous ne vous en tiendrez qu'√† cela.
E-22 L'esprit charnel dira √† la Parole de Dieu... Oh! Ce ministre intellectuel et bien form√© dira : "Oh! maintenant regardez, les enfants, c'est du fanatisme; ne croyez pas dans cela. Il n'y a rien de bon l√†-dedans. Ne croyez pas cela." C'est vraiment du cataire ; maintenant, je vous dis que cela va les endormir. Mais un v√©ritable serviteur de Dieu vous enl√®vera cette peau. Oui. Il va vous secouer avec la Parole de Dieu et il vous dira ce qui est vrai et ce qui est faux. S'il ne le fait pas, je ne vous donnerai pas une pi√®ce de cinq cents pour sa pr√©dication. C'est tout √† fait exact. Tout homme qui se soucie de son bon de repas, d'une chose ou d'une autre, et qui va... ne se tiendra pas l√† pour proclamer la V√©rit√© de la Parole de Dieu... Ce dont il a besoin, c'est d'assister une fois √† une r√©union de la Pentec√īte et d'avoir un v√©ritable remplissage de la Pentec√īte. Cela r√©glera la chose. C'est pareil pour quelques-uns de ces hommes qui devraient abandonner tout ce qu'ils avaient pour marcher avec le Seigneur. Mais qu'en √©tait-il? Ils √©taient pr√©ordonn√©s par Dieu. Ils ne se soucient pas de ce qu'ils devaient abandonner. M√©thodiste, baptiste, presbyt√©rien, ils sortent de partout...
E-23 David DuPlessis peut vous parler de ces choses mieux que moi. Il est mieux au courant de cela. Il vous dira √† travers ses messages que c'est une chose qui √©branle. Fr√®re DuPlessis est mieux connu partout dans les milieux des intellectuels. Et dans ces derniers jours, Dieu appelle ces gens √† sortir, m√©thodistes, baptistes, presbyt√©riens. Permettez-moi de vous dire, amis pentec√ītistes, que vous feriez mieux d'√™tre sur vos gardes, "car, de ces pierres Dieu est capable de susciter des enfants √† Abraham." Dieu va quitter. Il va avoir une Eglise sans tache ni ride. Il va avoir quelque chose sur lequel Il peut mettre la main et dire : "Ils sont miens. C'est Mon Eglise. C'est Mon peuple. Avez-vous vu Mon peuple?" C'est comme Il l'a dit √† Job... "Il n'y a pas un qui soit comme eux sur la terre; ils sont parfaits. Certainement, ils vivent pour Moi; ils ne se soucient pas de choses du monde; ils ont r√©gl√© la chose il y a longtemps. Je peux dire √† celui-ci : 'Va', et il ira, et √† celui-ci : 'viens', et il viendra."
E-24 Vous savez, vous ne pouvez pas avoir ceci. Vous ne pouvez pas comprendre cela, jusqu'√† ce que cela vous soit r√©v√©l√©. La chose tout enti√®re est b√Ętie sur les r√©v√©lations spirituelles. Vous devez entendre, puis reconna√ģtre et ensuite agir. Cela est r√©v√©l√© √† certains, mais pas √† d'autres. Quelqu'un peut lire ceci : "J√©sus-Christ le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement." L'esprit charnel dira : "Eh bien, dans un sens, Il l'est." Le spirituel dira : "Dans tous les sens, Il l'est." J√©sus a donn√© une commission, disant : "Allez par tout le monde, pr√™chez la Bonne Nouvelle √† toute la cr√©ation. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru..." L'esprit charnel dira : "C'√©tait pour les ap√ītres." Le spirituel dira : "Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Partout au monde, je suis inclus l√†-dedans." Oui.
E-25 Son peuple, est un peuple particulier, un peuple spirituel, un peuple s√©par√©, Son Eglise. Le terme m√™me "Eglise", signifie : "Appel√© √† sortir". Dieu a appel√© Son Eglise √† sortir, cela signifie : "Ceux qui sont appel√©s √† sortir du monde, pour ne plus jamais √™tre avec le monde. S√©parez-vous des choses du monde. La Bible dit : "Si vous aimez le monde ou les choses du monde, l'amour de Dieu n'est point en vous." Peu importe combien vous √™tes un bon membre d'√©glise, cela n'a rien √† voir avec la chose. Et pourtant l'homme devrait √™tre membre de l'√©glise ; les femmes devraient √™tre membres de l'√©glise, les enfants, nous tous ; nous devrions √™tre membres de l'√©glise. Mais nous devons d'abord faire partie de l'Eglise des premiers-n√©s, na√ģtre dans l'Eglise de Dieu. Eh bien, nous voyons que ces r√©v√©lations viennent et l'homme entend cela. Il reconna√ģt que c'est Dieu. Puis, il agit sur base de cela. L'esprit charnel entend cela et dit : "Folie !" Puis, il s'en √©loigne.
E-26 Maintenant, pouvez-vous vous imaginer, l√† dans le pass√©, au temps de la Bible, lorsqu'un jour No√© √©tait dans son champ. Il √©tait un fermier, et il a entendu la Voix de Dieu. La Voix de Dieu a dit : "Il y aura une pluie. Elle va couvrir toute la terre. Je vais d√©truire toute la m√©chancet√© de ce monde. Cela doit prendre fin." Pouvez-vous vous imaginer No√© aller l√†-bas et dire : "Eh bien, je ferais peut-√™tre mieux de me construire une arche, car il se pourrait qu'il pleuve." Non. La Parole de Dieu lui a √©t√© r√©v√©l√©e. Eh bien, s'il avait consid√©r√© la chose de cette mani√®re-l√†, au premier moqueur qui serait venu et aurait dit : "Eh bien, regardez ce pauvre exalt√©", il aurait abandonn√© le tout et aurait dit : "√áa alors ! Laissons tomber." C'est ainsi que les gens font lorsque vous dites : "J'ai commenc√© ; le diable - le diable m'a fait rebrousser chemin." Le diable ne l'a pas fait. C'est vous-m√™me qui l'avez fait. Celui qui vient √† Dieu doit √™tre √©prouv√© et test√©. Certainement. Un vrai croyant a entendu la Parole de Dieu, il a reconnu que c'est la Parole de Dieu, il agira sur base de cela. Ainsi donc, No√©... Certainement que non. Les moqueurs passaient et riaient de lui. Il travaillait avec acharnement sur cette vieille arche. Pourquoi? Il √©tait s√Ľr que c'√©tait la Parole de Dieu qu'il avait entendue. Il a reconnu que c'√©tait Dieu, et il a agi sur base de cela. Il √©tait √† l'Ňďuvre et la chose s'est accomplie, parce que Dieu avait dit cela. Certainement.
E-27 Pouvez-vous vous repr√©senter Mo√Įse... ? Pouvez-vous vous imaginer Mo√Įse l√†, disant : "Eh bien, √©coutez : je pense donc que je vais descendre de nouveau en Egypte o√Ļ j'ai √©chou√© autrefois. J'ai √©tudi√© beaucoup de psychologie et je crois que je peux vraiment mettre cela √† la port√©e de ce pauvre Pharaon. Je pense que j'ai... je peux d√©crocher un autre dipl√īme. Je pense que si - si j'√©tais seulement quelque part o√Ļ je pouvais l'obtenir, je pouvais... on me donnerait un autre dipl√īme, peut-√™tre une licence √®s lettres ou - ou un doctorat en th√©ologie, ou quelque chose comme cela. On - on me donnerait quelque chose d'autre." Pouvez-vous vous imaginer Mo√Įse dire cela? Alors que son intellect lui avait caus√© des ennuis au d√©part. Mais le probl√®me aujourd'hui, c'est que l'√©glise tombe dans cette condition, l'esprit charnel. Savez-vous que Mo√Įse √©tait un missionnaire? Et vous savez qu'aujourd'hui beaucoup d'√©glises... Et j'ai entendu qu'avant qu'un missionnaire n'effectue un voyage, que l'√©glise l'envoie, il doit √™tre examin√© par un psychiatre pour voir s'il a des capacit√©s mentales requises, et voir si ses facult√©s sont conformes aux normes psychiques, avant qu'il ne puisse partir. Pouvez-vous vous imaginer Mo√Įse dire : "Je ferais mieux d'aller ici quelque part consulter un psychiatre maintenant, pour voir si oui ou non j'ai les - les capacit√©s mentales requises pour descendre en Egypte."
E-28 Permettez-moi de vous dire qu'on ne retrouve pas cela seulement l√†-bas dans le syst√®me de l'√©glise nominale, c'est dans la Pentec√īte. Pouvez-vous vous imaginer Mo√Įse devant avoir un... se pr√©senter devant un psychiatre pour voir s'il est en mesure d'aller conqu√©rir l'Egypte, apr√®s qu'il eut entendu la Voix de Dieu? Non. Nul ne doit faire cela. Le psychiatre n'appelle pas les hommes, c'est Dieu qui appelle les hommes. Le Saint-Esprit est Celui qui envoie les hommes. Lorsque l'√©glise en arrive √† ce point-l√†, elle a r√©trograd√© lamentablement. Oui. Mais ils sont comme cela ; ce sont des intellectuels. Dieu appelle un homme et en fait un missionnaire. La Bible dit que, premi√®rement, il y a des ap√ītres ; ce sont les missionnaires. Deuxi√®mement, il y a des proph√®tes, les docteurs, les pasteurs, les Evang√©listes, ainsi de suite. Dieu a √©tabli dans l'Eglise, non pas l'association m√©dicale, mais le Saint-Esprit de Dieu a √©tabli dans l'Eglise des missionnaires, des proph√®tes, des pasteurs, des docteurs et des √©vang√©listes. Dieu les a plac√©s dans l'Eglise. Ils n'avaient pas √† se pr√©senter devant un psychiatre, ils ne l'ont jamais fait, ils ne le feront jamais.
E-29 Dieu donne un message √† un homme, celui-ci entend cela, il reconna√ģt que c'est Dieu, puis il agit sur base de cela. Ce n'est pas l'affaire de quelqu'un d'autre; c'est son affaire. Dieu l'envoie pour s'occuper des affaires de Dieu. Il s'occupe des affaires du Roi. Et tout devra lib√©rer le passage pour le roi. C'est vrai. Si vous allez en Angleterre, et que vous descendiez la rue, si vous avez un message concernant les affaires du roi, chaque policier va r√©glementer la circulation et tout le reste, car vous vous occupez des affaires du roi... des affaires de la reine. C'est vrai. Dans tout pays qui a un roi, aussi longtemps que vous vous occupez des affaires de celui-ci, vous avez la priorit√©. Je vous assure; nous devons avoir ce soir la priorit√©. Et laissez-moi vous dire quelque chose, fr√®re, que les gens veuillent reconna√ģtre cela ou non (voici la chose.), nous avons la priorit√©. Amen. C'est vrai. Le Saint-Esprit nous donne la priorit√©, si seulement vous pouvez bomber le torse, lever la t√™te, et continuer √† marcher. Amen.
E-30 Je me sens ce soir, Fr√®re Sullivan, comme Josu√© et Caleb. "Nous sommes plus que capables de nous en emparer." Nous sommes plus que capables d'avoir un v√©ritable r√©veil pentec√ītiste √† l'ancienne mode envoy√© par Dieu. Dieu a fait la promesse, disant : "Dans les derniers jours, Je r√©pandrai Mon Esprit sur toute chair." Nous sommes plus que capables de le faire. La qualit√© est juste ici. Juste ici ce soir, il y a toutes sortes de dons, toutes sortes de puissances de Dieu. Seulement, on nous fait en quelque sorte rebrousser chemin √† ce sujet. Tenez-vous- en √† cela. Dieu n'aime pas les l√Ęches. Oh! Josu√© fit taire la foule et dit : "Restez tranquilles un instant." Cette bande de croyants frontaliers a d√©j√† go√Ľt√© au raisin de Canaan, ensuite ils craignent que nous ne puissions pas nous en emparer. "Il y a quatre cents ans, Dieu nous a promis l√†-bas que nous sommes capables de nous en emparer. Nous sommes plus que capables de le faire." Ils entr√®rent dans le pays et ils s'en empar√®rent. Aucun de ceux qui ont murmur√© n'est entr√© dans le pays. Et J√©sus a dit : "Ils sont morts." Morts, c'est-√†-dire, s√©par√©s √©ternellement. Il dit ...Il a dit: "Nos p√®res ont mang√© la manne dans le d√©sert pendant quarante jours." Il a dit : "Mais ils sont tous morts. Mais Je suis le Pain de Vie qui descend du Ciel d'aupr√®s de Dieu. Si quelqu'un mange de ce Pain, il vivra √©ternellement." Amen. Quelle nourriture diff√©rente avons-nous aujourd'hui ! Avec la nourriture que nous recevons, √ßa doit vous donner une colonne vert√©brale genre bloc de sciage et mettre beaucoup de connaissances dans le tr√©fonds de votre √Ęme.
E-31 Et comme Buddy Robinson a dit : "Laissez-moi me battre contre le diable tant que j'aurai une dent, puis le mordre avec les gencives jusqu'à ce que je meure." Tenez-vous là et... au collet et combattez la chose. Vous dites : "Mais, Frère Branham, je ne peux simplement pas jeter ces cigarettes." Non, vous n'avez simplement pas touché... rencontré... touché... encore pris le remède adéquat. Vous n'avez pas encore suivi le traitement contre cela. Recevez simplement le Saint-Esprit à l'intérieur et voyez comment vous pouvez alors vous y prendre. Vous dites : "Je ne peux simplement pas m'empêcher de faire ceci." Oh! Vous n'avez pas - vous n'avez pas encore reçu la chose qu'il faut. C'est comme David dans l'Ancien Testament, vous savez, il a dit : "Il y a du miel sur le rocher."
E-32 Vous savez, il se faisait que dans leurs petites gibecières, les gens amenaient du miel. Lorsqu'une - une brebis tombait malade, on prenait de ce miel et on l'appliquait sur une pierre à chaux, afin que la brebis vienne lécher la pierre. Quand elle léchait le miel qui était sur la pierre, elle absorbait la chaux, en léchant le miel, et cela guérissait la brebis malade. Eh bien, c'est ce dont nous avons besoin. Maintenant regardez, frère, j'en ai ici toute une gibecière, et je vais mettre ce miel sur le Roc, Jésus-Christ, pas sur quelque chose d'autre, mais sur Jésus-Christ. Et vous, brebis, qui êtes malades, allez lécher. Je vous le dis, pendant que vous léchez le miel, levez les mains et louez-Le. C'est ainsi que vous devez vous y prendre. Et là-dedans, vous allez absorber la chaux. Vous recevrez certaines vertus de la guérison divine. Vous recevrez le pardon de certains de vos péchés, pas de certains mais de tous. Et vous recevrez le Saint-Esprit. Pendant que vous léchez ce miel, il vous arrivera quelque chose; cela vous séparera des choses du monde et déclarera que celles-ci ne sont rien, afin que vous viviez pour Christ et travailliez pour Christ. Certainement. Oui.
E-33 Mo√Įse? Eh bien, certainement, il n'est pas all√© dans une √©cole, il ne s'est pas pr√©sent√© non plus devant un psychologue pour voir s'il √©tait en mesure de descendre en Egypte. Il avait vu cette Colonne de Feu qui tournoyait au sommet d'un buisson. Et quand il a vu cela, il s'est dit... Vous savez quoi? Cela a attir√© son attention. Alors, il a entendu une Voix sortir de l√†, disant : "J'ai entendu les cris de Mon peuple et Je me suis souvenu de Mon alliance, et Je suis descendu pour le d√©livrer." La premi√®re chose qu'il a faite, il a entendu, il a reconnu que c'√©tait Dieu, car c'√©tait la Parole. Maintenant, quand on voit des choses arriver, examinons cela par la Parole. Si Dieu fait une promesse dans la Parole, Dieu enverra la chose pour confirmer cela. Amen. Oh! Fr√®re ; oh ! combien j'aime cela! Cela m'√©meut. J'ai eu du miel √† ce moment-l√†. Oui. Oh! comme c'est merveilleux la fa√ßon dont Il le fait. Il - Il avait promis au p√®re d'Abraham... ou plut√īt au p√®re de Mo√Įse, plut√īt √† Abraham, Il avait dit que son peuple s√©journerait dans un pays √©tranger pendant quatre cents ans, mais qu'Il l'en ferait sortir de nouveau. Et Abraham savait que Dieu ferait cela. Or, voil√† Mo√Įse, des centaines d'ann√©es plus tard, et il a entendu cette Voix, et la Voix lui parlait, c'√©tait purement l'Ecriture, c'est pourquoi il s'√©tait mis √† l'Ňďuvre. Amen. Vous y √™tes. Amen.
E-34 Dieu a fait la promesse, le jour de la Pentec√īte, lorsque ces gens se sont mis √† crier, disant : "Hommes fr√®res, que pouvons-nous faire ?" Pierre a dit : "Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptis√© au Nom de J√©sus-Christ, pour le pardon de vos p√©ch√©s; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera." All√©luia! Je vois une √©glise parler en langues, pousser des cris, louer Dieu, proph√©tiser, et op√©rer de grands miracles et des signes. Je sonde les Ecritures; c'est une promesse. Alors j'ai entendu, j'ai reconnu, et je me suis mis √† l'Ňďuvre. Amen. Cela fait trente et un ans que je suis √† l'Ňďuvre, fr√®re. Gloire! Je me sens bien, je me sens tr√®s religieux. Amen. Cela me met √† l'Ňďuvre. C'est ce que le Saint-Esprit fait. Vous ne dites pas : "Que devrais-je faire?" Abandonnez-vous simplement; Il prendra soin du reste. Je me suis mis √† l'Ňďuvre. Mo√Įse s'√©tait mis √† l'Ňďuvre. Cela vous fait vous comporter parfois dr√īlement, certainement.
E-35 Pouvez-vous vous imaginer un vieil homme, en ce temps-l√†, √Ęg√© de quatre-vingt ans, les favoris pendant comme ceci, et le... les cheveux lui tombant peut-√™tre sur les √©paules - accompagn√© de sa femme assise √† Califourchon sur un pauvre petit mulet, et portant un enfant sous le bras, son b√©b√©? Et voil√† qu'il tient dans sa main un vieux b√Ęton recourb√©, marchant en boitillant. Certains gardiens des troupeaux dirent : "O√Ļ vas-tu, Mo√Įse?" "Je descends en Egypte pour une conqu√™te." Combien cela paraissait ridicule √† l'esprit charnel ! Ils disaient : "Pauvre Mo√Įse. Je pense que le soleil a frapp√© trop fort sur lui. C'est tout." Non, il se peut que le soleil n'ait pas √©t√© trop ardent (le s-o-l-e-i-l) [s-u-n. - N.D.E.]. C'est le F-i-l-s [S-o-n - N.D.T] qui s'est approch√© de lui, c'est ce qu'il en √©tait. Cette Colonne de Feu √©tait dans le buisson ardent. Vous vous rappelez, J√©sus a dit qu'Il √©tait cette Personne en question : "Avant qu'Abraham f√Ľt, JE SUIS." C'est vrai.
E-36 Maintenant, si vous remarquez, Dieu donne une promesse. Et lorsque Son Esprit vient, Il accomplit cette promesse. Maintenant, vous s-... D'abord, vous entendez cela √™tre pr√™ch√©. Puis, vous reconnaissez que c'est la V√©rit√© de Dieu. Puis, vous vous mettez √† l'Ňďuvre. L'esprit charnel pense que vous exag√©rez simplement. Mais la chose... Cela avait l'air de l'invasion d'une seule personne descendant en Egypte, c'est comme un seul homme allant pour conqu√©rir la Russie. Eh bien, certainement, c'est la m√™me chose. Mais ce qu'il y a d'√©trange en cela, c'est qu'il l'a fait. Pourquoi ? Il avait entendu la bonne voix ; il a reconnu ; et il a ob√©i. Et vous dites : "Je ne peux pas faire cela." Si, vous le pouvez. Si Dieu vous parle et que vous reconnaissiez que c'est Sa promesse, mettez-vous √† l'Ňďuvre et voyez ce que Dieu fait. Nous allons conqu√©rir. L'estropi√© dit : "Je ne peux pas marcher." Si, vous le pouvez. J√©sus l'a dit. Amen. C'est vrai. "Tout ce que vous demandez en priant, croyez que vous l'avez re√ßu ; vous verrez cela s'accomplir." Il se peut que l'homme qui est atteint d'un cancer dise : "Je ne peux pas vivre." Si, vous le pouvez. Dieu l'a dit.
E-37 - Dites donc, Mo√Įse, tu descends en Egypte pour une conqu√™te ? Eh bien, c'est impossible. - Je vais de toute fa√ßon m'en emparer. - Quel genre de... quelle sorte d'armes vas-tu utiliser ? "Ce b√Ęton." Un vieux b√Ęton recourb√©... Oh ! la la ! "Quelle sorte d'arme vas-tu utiliser ?" Eh bien, certainement. Toujours est-il que Dieu l'a dit. La chose √©tait r√©gl√©e. Lorsque Dieu le dit, l'homme spirituel saisit cela, et c'est tout ce dont il a besoin. Il n'avait pas √† passer un examen d'un - d'un m√©decin ou d'un psychiatre pour voir s'il √©tait en mesure... avait des capacit√©s mentales pour faire cela. Dieu le lui a dit et cela a r√©gl√© le probl√®me. Ainsi, il est all√© de l'avant. C'est ainsi que sont tous les croyants. Ils ne croient que ce que Dieu leur dit, si la chose est dans la Parole, si la Bible l'a dit.
E-38 C'est comme lorsque vous, les pentec√ītistes, veniez de commencer, il y a environ cinquante ans, eh bien, les √©glises vous traitaient de "bande d'idiots". Eh bien, cela s'√©teindra dans vingt-quatre heures. On disait : "Il n'en restera rien." Qu'est-ce ? Hmm ! √áa ne s'√©teint pas ; √áa flambe. Amen. L'Eglise pentec√ītiste est en marche ; il y a davantage de conversions. "The Catholic Sunday Visitors" [Les visiteurs catholiques du dimanche - N.D.T] avait annonc√© cela ici, il n'y a pas longtemps, qu'ils avaient fait, en une ann√©e, plus de conversions que n'importe quelle autre √©glise au monde. Qu'est-ce ? Des hommes en feu, des hommes qui ont √©t√© pr√®s du buisson ardent, des hommes qui ont entendu, reconnu, et qui ont agi sur base de Sa Parole. Ils ne se soucient pas de comment ils sont trait√©s ; c'est un droit d'a√ģnesse. Ils ne se soucient pas de ce que le ... s'il faut qu'ils pr√™chent. Si c'est au coin de la rue, ou l√† dans la basse-cour, o√Ļ que ce soit, ils pr√™cheront l'Evangile, car ils ont entendu et ont reconnu que c'est Dieu. Et ils ont agi sur base de cela, et le Saint-Esprit est venu. Leurs cŇďurs br√Ľlent de z√®le. Ils doivent partir, jeunes ou vieux, ou qui que ce soit, il va dans les champs, pourquoi ? Dieu l'a appel√©. Dieu l'a dit. Cela r√®gle le probl√®me.
E-39 Qu'arriverait-il s'il amenait Elie au mont Carmel ? Lorsqu'il ...imaginez qu'il soit l√† haut et que tous les autres prient et disent : "Oh, Baals, venez faire quelque chose." Il a dit : "Tuez un bŇďuf et placez-le l√†-dessus." Et il fit d√©verser toute l'eau dessus. Il se peut qu'ils se soient dit : "Eh bien, vous savez, quelque chose cloche chez ce vieil homme." Peut-√™tre qu'Elie, si - si Dieu ne lui avait pas parl√©, il aurait dit : "Maintenant, attendez un instant ; je ferais mieux d'en √™tre s√Ľr. Il se peut que le feu ne tombe pas." Oh, si vous vous imaginez Elie dire cela ! En effet, Dieu le lui avait dit. Il a reconnu que c'√©tait la Voix de Dieu. Il a dit : "Apportez-moi des cruches d'eau. Versez ces cruches d'eau dessus. Je sais que le feu tombera." Pourquoi ? Il devait mettre les choses en ordre. Il avait entendu, il - il avait reconnu ; et il agissait sur base de ce que Dieu lui avait dit de faire.
E-40 Si vous ne croyez pas que Dieu peut vous donner le Saint-Esprit, entendez cela, reconnaissez cela, venez ici et voyez s'Il le fera ou pas. Venez avec un cŇďur pur. Venez avec un sinc√®re ... un cŇďur sinc√®re, et abandonnez-vous √† Lui. Et croyez cela de tout votre cŇďur ; voyez ce qui arrive. Oui. Il n'y a pas de conception intellectuelle de quelque chose de mental que vous aviez eu. Si Dieu vous appelle au fond de votre cŇďur, Il vous remplira du Saint-Esprit, aussi certain que mon nom est Bill Branham ; Il le fera certainement, si vous agissez sur base de ce que vous entendez et si vous reconnaissez que c'est Dieu. Mais tant que vous dites : "Eh bien, il se peut que ce ne soit pas cela. Il - il se pourrait peut-√™tre que le pr√©dicateur soit en train de me dire quelque chose de faux. Il se peut que je..."
E-41 Il n'y a pas longtemps, quelqu'un m'a écrit. Et il a dit : " Frère Branham, a-t-il dit, je vais vous dire quelque chose ; nous croyons tous que vous êtes un prophète." Il a dit : " Tant que l'Esprit du Seigneur est sur vous, et que vous discernez les pensées des gens et des choses de ce genre (ce discernement), nous reconnaissons que c'est un prophète. Mais, a-t-il dit, votre enseignement est affreux. Non." Eh bien, mon frère, vous ne savez même pas ce que signifie un prophète. A qui vient la Parole du Seigneur ? Au prophète. Que signifie un prophète ? Ça ne veut pas tout à fait dire un - un voyant ou quelqu'un qui fait des prédictions, ou quelqu'un qui dit des choses à l'avance. Voici ce que signifie un prophète, c'est qu'il est conçu de manière à confirmer qu'il est un interprète de la Parole divine. Absolument ! Gloire ! Comment pouvez-vous être si dogmatique ? Cela montre que vous êtes charnel, lorsque les gens font cela. Ils ont un tout petit credo ou quelque chose auquel ils s'accrochent, afin qu'ils aillent lire ce catéchisme ou dire une chose ou une autre, mais lorsqu'on en arrive à la Parole de Dieu, frère, ils n'en savent pas plus qu'un Hottentot en sait sur un chevalier égyptien. Eh bien, c'est vrai.
E-42 Le Saint-Esprit rend t√©moignage. Dieu envoie des miracles et des prodiges. C'est la raison pour laquelle vous avez des r√©unions de gu√©rison parmi les pentec√ītistes ; ils ont re√ßu le Saint-Esprit. Quelque chose en eux leur dit que Dieu est r√©el. Ils regardent √† cela ; ils croient cela. C'est la raison pour laquelle les m√©thodistes et les baptistes sortent ; Dieu les a appel√©s. "Tous ceux que le P√®re M'a donn√©s, viendront √† Moi." All√©luia ! J'ai envie de m'en aller. Oui. " Tous ceux que le P√®re M'a donn√©s, viendront √† Moi." C'est vrai. Dieu toque √† la porte, vous devez r√©pondre.
E-43 Eh bien, Elie a dit : " J'ai fait tout ceci selon Ton commandement. Ce que Tu m'as ordonn√© de faire, Seigneur, je l'ai fait. J'ai entendu Ta Voix ; J'ai reconnu que c'est Toi ; et je suis √† l'Ňďuvre. Le feu n'est pas encore tomb√©, mais voici le taureau ; voici l'eau ; voici les pierres. Tout est ici, tout le monde est contre moi. Je suis seul, mais je suis √† l'Ňďuvre." Amen. " Maman a dit que si j'allais encore √† la r√©union, elle me chasserait de la maison. Papa a dit qu'il viendrait et me flanquerait hors de la r√©union et me donnerait un coup de pied, mais, me voici Seigneur. J'entends, je reconnais et j'agis." C'est √ßa. Amen. " Mon mari a dit qu'il me chasserait." " Ma femme a dit que je ne pourrais plus retourner √† la maison." Qu'est-ce que √ßa change ? Vous entendez, vous reconnaissez et vous agissez. Amen. Peu m'importe ce que les voisins disent, ce que quelqu'un d'autre dit. Ecoute cela, reconnais cela, et agis sur base de cela. Amen.
E-44 Elie dit : " J'ai fait tout ceci selon Ton commandement, Seigneur. Juste comme Tu me l'as dit, je T'ai entendu. J'ai reconnu que c'est Toi, et j'agis sur base de cela. Maintenant, la chose est là. Seigneur, que l'on sache aujourd'hui que j'ai dit la vérité et que c'est Toi." Et à ce moment-là à peu près, le feu commença à tomber. Apprêtez simplement les choses. Vous entendez la Parole de Dieu et vous reconnaissez que c'est une promesse de Dieu. Dieu avait promis à Elie qu'Il le ferait. Il n'y a pas ...il n'y avait pas assez de sacrificateurs dans le pays pour discuter de la chose avec lui, pas assez ... pas assez de royauté chez Achab pour tripoter avec lui à ce sujet. Il savait que Dieu avait ... Il avait entendu Dieu. Il avait reconnu que c'est Dieu. Il agissait parfaitement conformément à ce que Dieu lui avait dit de faire. C'est de cette manière que vous devez venir. C'est ...
E-45 Si cette convention ... Si cette convention pentec√ītiste √† vous fr√®res interd√©nominationnels, et fr√®res d√©nominationnels, ou qui que vous soyez, pentec√ītistes, si seulement vous pouvez reconna√ģtre que nous vivons dans les derniers jours, juste avant la Venue du Seigneur ; si vous √™tes conscients que nos √©glises s'amoncellent, que le naturel et le spirituel s'affrontent dans un tel conflit, √ßa doit √™tre ainsi. C'est la raison pour laquelle Dieu appelle les m√©thodistes, les baptistes, les catholiques, les presbyt√©riens, et tous les autres √† sortir ; ils re√ßoivent le Saint-Esprit parce que Dieu est en marche. Ils sont √† l'Ňďuvre. Si seulement nous pouvons saisir cette vision, il y aurait un r√©veil qui commencerait dans ce terrain de camping et nous ne quitterions plus jamais ici. C'est vrai. Ce serait un temps merveilleux. Si nous pouvons entendre et reconna√ģtre que c'est la promesse de Dieu, " et il arrivera que dans les derniers jours, Je r√©pandrai Mon Esprit sur toute chair, dit Dieu". Oh ! si seulement vous pouvez reconna√ģtre que c'est la promesse de Dieu : " Allez par tout le monde et pr√™chez la Bonne Nouvelle. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru." Peu importe ce que le monde intellectuel dit, ne vous - ne vous associez pas √† cela. Vous avez entendu, vous avez reconnu que c'est la Parole de Dieu, car cela est dans la Bible. Ensuite, vous agissez sur base de cela.
E-46 Je me rappelle que mon propre p√®re m'a chass√© de la maison. J'avais mis mes habits dans un sac en papier. Il a dit : " Tu ne peux pas te comporter de la sorte ici." J'ai dit : " Il y a ici tout un grand monde o√Ļ se comporter de la sorte." Ainsi, je - j'ai quitt√©. Certainement. J'avais le Saint-Esprit, quelque chose br√Ľlait dans mon cŇďur. J'avais entendu ; j'avais cru cela ; j'avais accept√© cela. J'avais reconnu que c'est une promesse de Dieu : "Et je r√©pandrai Mon Esprit... Voici les miracles qui accompagneront... La promesse est pour vous et pour vos enfants... (C'√©tait moi.) Que quiconque veut vienne..." C'√©tait moi. Je portais de grosses et √©paisses lunettes. L'astigmatisme me secouait la t√™te tout le temps. Je n'√©tais qu'un gar√ßon, mais je croyais √† la gu√©rison divine. Pourquoi ? J'avais entendu cela. J'avais reconnu que c'est la promesse de Dieu.
E-47 Je suis allé dans ma propre église baptiste et j'ai dit au pasteur : " Avez-vous un peu d'huile d'onction ?" Il a dit : " Qu'est-ce que tu as à faire avec l'huile d'onction ?" J'ai dit : "Je veux être oint." Il a dit : "Pourquoi ?" J'ai dit : "Je suis malade." "Qu'est-ce qui te prend ?" J'ai dit : "Je ne peux pas ...Mes yeux vont mal. Je vois à peine. Si j'enlève ces lunettes, on doit me conduire : l'astigmatisme." "Oh ! a-t-il dit, Billy..." J'ai dit : "Ça va. Vous n'en avez pas ; je vais vous en apporter." Et je suis descendu me procurer de l'huile, et j'ai prié dessus, et je suis remonté et lui en ai donné. Il m'a oint d'huile comme cela. J'ai dit : "Alléluia !" Me voilà parti. C'était bien cela.
E-48 Le m√©decin a dit que si je prenais une seule bouch√©e de nourriture solide, cela me tuerait. Il a dit que mon estomac n'√©tait qu'un grand ulc√®re ensanglant√©. Et je suis all√© √† la maison, et papa √©tait assis l√†. Et nous avions du pain de ma√Įs et des haricots et - et vous savez comment vivent les pauvres et ... Et j'ai dit (nous ne rendions jamais gr√Ęces √† table), et j'ai dit : "Voulez-vous tous incliner la t√™te un instant ?" Et je savais que papa me regardait, et maman me regardait √©trangement. J'ai dit : "O Dieu, je ne sais pas prier, mais d'une mani√®re ou d'une autre, je crois en Toi. Je crois que Tu m'as gu√©ri. J'ai √©t√© oint. Et j'accepte Ta Parole." Bon, maman m'a servi du sirop d'orgeat et du jus de pruneau. Et c'est tout ce que j'avais ...je mangeais cela ainsi que du biscuit sal√© de Graham depuis environ une ann√©e. Maman a dit : "Tu n'es pas ... Que vas-tu manger ?" J'ai dit : " Des haricots et du pain de ma√Įs et donne-moi une tranche de cet oignon." Et... Eh bien, elle pensait que j'avais perdu la t√™te. Elle a appel√© le m√©decin. Le m√©decin a dit : "Cela le tuera. Aussit√īt que cela descendra dans son estomac, a-t-il dit, cela le tuera. Cela va - cela va lui donner une indigestion aigu√ę, il mourra." J'ai dit : "Le m√©decin a dit cela, mais j'ai entendu. Je crois. J'ai accept√©. Et je vais agir sur base de ce que je crois." All√©luia ! C'est vrai. J'ai entendu cela. J'ai reconnu que c'est la Parole de Dieu, la Bible. Cela vient de la Bible : " La pri√®re de la foi sauvera le malade... Quoi que vous demandiez √† Mon P√®re en Mon Nom, Je le ferai." C'est ce qu'Il a dit. J'ai reconnu que c'est la Parole de Dieu ; C'est Dieu qui me parlait, aussi me suis-je mis √† l'Ňďuvre. Oh, la la ! C'est ce qui est arriv√© !
E-49 Certainement ! C'est ce qu'Elie a fait. C'est ce que Mo√Įse a fait. C'est ce que No√© a fait. Jean Baptiste, apr√®s qu'il eut √©t√© un - reconnu comme proph√®te parmi les gens ... Oh ! vous savez, les gens pensaient que Jean √©tait aussi un bon proph√®te, jusqu'au moment o√Ļ il reconnut J√©sus et dit qu'Il ... que cet enfant ill√©gitime (c'est ce que les gens croyaient), que ce type-l√† √©tait le Messie. Eh bien, J√©sus vint l√† et commen√ßa √† r√©primander ces sacrificateurs et tout, et ... Eh bien, on a dit : " Eh bien, Jean, tu dois retirer ta parole." Ils dirent : "Eh bien, cet homme est en train de d√©molir toute notre communaut√© par ici. Eh bien, Il dit qu'il y aura un bapt√™me du Saint-Esprit et toutes ces choses comme cela, que le sacrifice sera aboli et ce genre de choses." Et Jean s- ...r√©pondit ceci: "Celui qui m'a dit au d√©sert : "Va baptiser d'eau", a dit : " Celui sur qui tu verras l'Esprit de Dieu descendre et demeurer, c'est Celui-l√† qui baptisera du Saint-Esprit et de feu." Amen. Il a dit : "C'est tout ce que je suis en train de faire. J'ai entendu cette Voix dans le d√©sert. J'ai reconnu que c'est Dieu. Et je suis all√© baptiser. Puisque j'ai vu cet Esprit descendre sur Lui et reposer sur Lui, c'est Celui qui baptisera du Saint-Esprit et de feu. Je n'agis que sur base de ce que Dieu m'a dit de faire." Amen. Oui, il a vu. Il a entendu. Il a reconnu. Et il s'est mis √† l'Ňďuvre.
E-50 C'est ce dont l'√©glise a besoin. Nous entendons cela. Nous reconnaissons cela, mais nous avons peur d'agir sur base de cela. C'est le probl√®me qu'ont les malades. Hier soir, ici, eh bien, le Saint-Esprit baptisait tout l'endroit. J'ai dit : " Imposez-vous les mains les uns aux autres. Vous ... Combien sont des croyants ?" Tous ont lev√© les mains. " Imposez-vous les mains les uns aux autres." Vous devriez ensuite vous mettre √† l'Ňďuvre apr√®s cela. " Louez Dieu, sortez carr√©ment en disant : " C'est √ßa." Mettez-vous √† l'Ňďuvre. C'est tout. Vous dites : " Eh bien, il - il me fallait prendre beaucoup de pilules." Oh ! Eh bien, vous l'aviez fait, mais pas maintenant. Voyez-vous ? Mettez-vous √† l'Ňďuvre sur base de cela. Croyez cela de tout votre cŇďur ; allez simplement de l'avant, sans vous arr√™ter.
E-51 Jean a dit : " Je ne fais que ce que le Seigneur m'a dit. Je reconnais avoir entendu cela. J'ai reconnu que c'est Dieu. Je suis d'une naissance particulière. Je vis dans ce désert depuis que j'avais neuf ans. Il m'a dit d'aller baptiser d'eau." Il a dit : " Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre..." "Je n'ai jamais vu cela sur l'un de vous, sacrificateurs. Je n'ai jamais rien vu de ce genre. Jamais... Je n'ai jamais entendu une voix du Ciel au-dessus d'aucun de vous dire : ' Celui-ci est Mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection. Ecoutez-Le.'" Je - je n'ai jamais rien entendu de pareil sur vous. Et voici Celui sur qui cela est dit, et c'est la raison pour laquelle je L'ai reconnu et ai dit qu'Il est le Fils de Dieu. Je n'agis que sur base de ce que j'ai entendu et j'ai reconnu que c'est Dieu." Amen.
E-52 J√©sus Lui-m√™me, lorsqu'Il √©tait ici sur terre, Il a dit : "Je ne fais que ce que le P√®re Me montre." Saint Jean 5.19. Il a dit : " En v√©rit√©, en v√©rit√©, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-m√™me, √† moins que le P√®re ne le Lui montre. Le P√®re agit jusqu'√† pr√©sent ; Moi aussi, j'agis." En d'autres termes, Il a entendu le P√®re parler. Il savait que c'√©tait le P√®re. Et Il s'est mis √† agir exactement selon ce que le P√®re Lui a dit de faire. Voyez-vous ? Vous entendez, vous reconnaissez, puis vous agissez. C'est la raison pour laquelle Il parcourut ...il fallait qu'Il pass√Ęt par la Samarie ; Il trouva l√† cette femme. Comment est-Il pass√© par la Samarie, alors qu'Il √©tait en route pour J√©richo ? Voyez, la raison pour laquelle Il passa par la Samarie ... Pourquoi ? Le P√®re a dit : "Va √† Samarie. Assieds-Toi l√†. Attends." C'est tout ce qu'Il savait faire : S'asseoir l√† et attendre. Voici venir la femme. Le P√®re a dit : "C'est √† elle que je veux parler. Eh bien, parlons-lui." Il s'est mis √† lui parler et finalement, Il d√©couvrit son probl√®me et dit : "Va chercher ton mari." - Elle a dit : "Je n'en ai point." - Il a dit : "C'est juste ; tu en as eu cinq. Et celui avec qui tu vis n'est pas tien." Voyez-vous ? Il a entendu ; Il a reconnu que c'√©tait le P√®re, et Il a agi exactement selon ce que Dieu Lui a dit de faire. Amen. Mmmm ! Si seulement vous pouvez faire cela.
E-53 Une fois, cent vingt personnes entr√®rent dans la chambre haute, sous la pers√©cution. Je m'imagine entendre ces gens passer et dire : "Vous savez quoi ? Cette bande d'exalt√©s est l√†-haut depuis dix jours. Comment font-ils pour manger." "Ils sont en train de je√Ľner." "Je ne vois pas l'√©picier monter l√†-haut." Oh ! non. Ils √©taient en train de je√Ľner. Ils √©taient en train d'attendre. Et ils disaient : "Qu'en savez-vous, pourquoi sont-ils l√†-haut? Eh bien, ils - ils sont... ils ont barricad√© toutes les portes. Personne ne pourrait y acc√©der." On emprunte cette pauvre petite marche pour monter l√†-haut, au sommet du temple... juste une personne √† la fois peut monter l√†-haut dans cette chambre. Et si nous montons l√†-bas, eh bien, on ne peut pas y entrer. Ainsi ce qui √©tait... "Autant les laisser rester l√†-haut, je pense, et crever de faim s'ils le veulent." Pourquoi ? C'est l'esprit charnel. Et pourtant ils √©taient religieux. Ils √©taient tous l√† le jour de la Pentec√īte et ils √©taient tr√®s religieux, cette bande d'Esa√ľ.
E-54 Mais vous voyez, le groupe de Jacob √©tait l√†-haut en train d'attendre parce qu'ils avaient entendu Dieu leur dire : "Vous, restez dans la ville de J√©rusalem jusqu'√† ce que vous soyez rev√™tus de la Puissance d'en haut. Apr√®s ceci, le Saint-Esprit surviendra sur vous, et vous serez alors mes t√©moins √† J√©rusalem, dans toute la Jud√©e, dans la Samarie, et jusqu'aux extr√©mit√©s de la terre." Qu'est-ce ? D'abord attendre : Allez √† J√©rusalem et attendez l√† jusqu'√† ce que cette promesse s'accomplisse. - Seigneur, Tu nous as appel√©s. Cela ne suffit-il pas ? - Oui, c'est tr√®s bien. - Tu nous as donn√© la Puissance de chasser les d√©mons. Est-ce vrai ? Oui, c'est vrai, mais je veux que vous alliez l√†-bas et que vous attendiez. Ils ont entendu Dieu le dire. Ils ont reconnu qu'Il n'√©tait pas une Personne ill√©gitime ; Il √©tait Dieu fait chair parmi nous. Ils ont reconnu que c'√©tait cela, c'est pourquoi ils sont all√©s √† J√©rusalem, parce que Dieu l'avait dit. Ils sont all√©s l√† et ils ont attendu. Ils ont reconnu que c'√©tait Dieu. Et tout d'un coup, ils se sont mis √† l'Ňďuvre. Vous en connaissez les r√©sultats. Ils titubaient comme des ivrognes. Ils parlaient en langues. Ils... Oh ! c'est le groupe le plus affreux que vous ayez jamais entendu dans votre vie, √† tel point que les gens dirent : "Ces gens sont pleins de vin doux." Non... [Espace vide sur la bande - N.D.E.]
E-55 Paul se trouvait en mer (je termine maintenant), Paul, en mer, obéissait aux commandements de Dieu. Dieu leur faisait faire un voyage par mer quelque part. Ils ont quitté la rive, mais à ce moment-là Dieu a dit - lui a dit de leur parler. Et il leur a dit de ne pas le faire, mais le capitaine... il... vous savez, c'était un intellectuel ; il en savait plus sur la mer que Dieu. Il ne pouvait pas croire le prophète de Dieu. Ainsi, il a simplement appareillé le bateau et il a commencé à naviguer, il y eut 14 jours et 14 nuits, sans lune ni étoiles. Le pauvre petit bateau était plein d'eau. Tout espoir était perdu. Ils jetèrent presque tout hors du bateau, afin de diminuer la charge du bateau. Et c'était simplement... tout espoir était perdu.
E-56 Je m'imagine que Paul √©tait l√† quelque part dans la gal√®re faisant les cent pas ou plut√īt dans la cloison du bateau, disant : "Eh bien, Seigneur, je viendrai vers Toi en mer, je pense." Il faisait simplement les cent pas et passait un temps merveilleux cette nuit-l√†, se r√©jouissant, tra√ģnant ces cha√ģnes derri√®re lui. Et tout d'un coup, le lendemain, le voici venir, courant sur le pont, ses pauvres petites mains encha√ģn√©es, ses pieds tra√ģnaient comme cela avec des cha√ģnes derri√®re lui, il remuait les mains comme cela, comme un homme en proie √† une crise de nerfs, et il dit : "Prenez courage. Louez le Seigneur. All√©luia !" Qu'est-ce qui vous prend, mon gars ? Ce petit Juif au nez crochu agite ses mains et se comporte dr√īlement. - Qu'y a-t-il, Paul ? - Prenez courage. Allez de l'avant et mangez quelque chose. Vous n'avez pas mang√© depuis trop longtemps. Vous avez je√Ľn√© depuis trop longtemps. Mangez quelque chose. Prenez courage ; rien ne sera perdu. - D'o√Ļ te vient une telle assurance, Paul ? Que t'est-il arriv√© ? As-tu perdu la t√™te ? Il se peut que tu aies je√Ľn√© si longtemps que tu en as le d√©lire. - Oh ! Non, non. Hier soir, l'Ange du Seigneur dont je suis le serviteur, m'est apparu et a dit : ' Paul, ne crains rien.' All√©luia ! Il a dit : 'Pas une seule vie ne sera perdue.' Et je crois en Dieu. Il en sera tel qu'Il me l'a dit." Qu'est-ce ? Il a entendu. Il a reconnu que c'√©tait Dieu. Il s'est mis √† l'Ňďuvre, avant que quelque chose ne soit arriv√©.
E-57 La lune √©tait aussi loin que possible. Le soleil √©tait tout aussi noir que possible. Les √©toiles ne brillaient toujours pas. Le bateau √©tait tout aussi pr√™t √† sombrer. Le diable √©tait assis sur chaque vague, l'all√©gresse dans sa bouche, et faisait briller ses dents et disait : "Je l'aurai √† la suivante. Je l'aurai √† la suivante." Mais l'Ange l'a battu l√†. Oh ! la la ! Paul a entendu, il a reconnu et il s'est mis √† l'Ňďuvre. Il a dit : "All√©luia ! C'est comme si nous sommes assis sur la rive maintenant m√™me." Pourquoi ? Dieu l'a dit. Tout est termin√©. Dieu l'a dit. Je suis en route. Ainsi, c'est de cette fa√ßon que cela s'est pass√©. C'est de cette fa√ßon que cela se passe toujours : Entendre, agir et croire.
E-58 Oh ! Ce grand temps dans lequel nous vivons maintenant... Je vais dire des choses un peu tranchantes ici dans un instant, et je veux que vous √©coutiez. Le grand jour dans lequel nous vivons, toutes ces puissances contr√īlent le monde. C'est la raison pour laquelle il y a tant de personnes nerveuses, c'est la raison pour laquelle tout... les - les asiles de fous sont pleins. Tenez ! Une emprise s'exerce sur les gens ; ils ne comprennent pas ce que c'est. Il s'agit de ces grandes puissances qui arrivent √† un point critique. Regardez ici. Tout en arrive au point critique. Tout est √† la fin. Regardez ici. Prenons par exemple la politique, la politique dans notre nation. Fr√®re, si quelque chose arrive √† la prochaine, il suffira encore √† peu pr√®s d'une vague et ce sera tout. Hum ! C'est tout. Oh ! la la ! L'esprit charnel... Oh ! la la ! Comment ils peuvent faire cela... Tout est en train de se dessiner exactement selon les Ecritures. La politique est pourrie de chaque c√īt√©.
E-59 Les lois du gouvernement, consid√©rez-les. Consid√©rez les lois de notre ville. Mais on les ach√®te pour dix dollars. Oui, cela d√©pend de vos relations. Vous corrompez simplement. Il y a trop de nos villes qui sont ainsi dans la nation. Je sais que c'est vrai. Les autres puissances... Regardez les puissances √©ducationnelles. Regardez la science. La science a r√©gress√© au point qu'on a bris√© les atomes et les mol√©cules et que sais-je encore (voyez-vous ?), jusqu'√† ce qu'on en arrive au point o√Ļ les relations nationales ont atteint le point critique. Maintenant rien... maintenant... entre les nations, il y a une agitation. C'est ce que la Bible a dit qu'il y aurait : "Il y aura de l'angoisse chez les nations." Chaque petite nation est dans la peur. La Russie lancerait cette bombe ici maintenant m√™me, si elle ne craignait pas que nous en lancerions une pour r√©pliquer. C'est vrai. Maintenant, ils ne savent que faire. Ils sont au bout du chemin. La science est au bout du chemin. Oh ! la moralisation est au bout du chemin. La maternit√© et la f√©minit√© sont au bout du chemin. L'Eglise est au bout du chemin. L'Eglise charnelle se dirige tout droit vers une f√©d√©ration des √©glises. C'est tout √† fait exact.
E-60 Et l'Eglise spirituelle est au bout du chemin. Elle se dirige vers sa T√™te, la Venue du Seigneur J√©sus. Elle avance dans l'ensemble (c'est vrai, avance vers la Venue du Seigneur. Le Seigneur J√©sus, la T√™te de l'Eglise vient. Que va-t-Il faire ? Ressusciter tous les saints et leur donner un corps glorifi√©. All√©luia ! Je suis heureux de savoir qu'Elle se dirige vers cela. Elle aboutit √† deux grandes choses, en arrivant √† la fin de temps : la marque de la b√™te et le Sceau de Dieu. Et le Sceau de Dieu... tout ministre sait que le Sceau de Dieu, c'est le bapt√™me du Saint-Esprit. C'est tout √† fait exact. Eph√©siens 4.30 dit : "N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez √©t√© scell√©s pour le jour de la R√©demption." Amen. Oh ! je sais que vous me prenez pour quelqu'un qui se comporte dr√īlement, mais peut-√™tre que je - je me sens bien. Oh ! la la ! Elle se dirige vers la fin... Maintenant, rappelez-vous ce qu'est la marque de la b√™te ? La marque de la b√™te, c'est Esa√ľ, le charnel qui rejette ce droit d'a√ģnesse. Esa√ľ n'a-t-il pas pleur√© am√®rement, cherchant √† r√©tablir de nouveau ce droit d'a√ģnesse, mais il n'y avait plus moyen pour la repentance ? Lorsque vous rejetez le Saint-Esprit, vous vous scellez en dehors de la mis√©ricorde de Dieu. Amen.
E-61 Maintenant, vous dites : "Maintenant, Fr√®re Branham, vous - vous - vous... Quand vous r√©v√©lez nos maladies et le reste, vous √™tes un proph√®te, mais maintenant vous √™tes..." Eh bien, je suis - je suis toujours la m√™me personne. C'est vrai. C'est vrai. J'ai toujours ce que l'Ecriture dit. C'est tout √† fait exact. Amen. Cela est toujours la v√©rit√©. Et cela converge vers la marque de la b√™te. Et les gens disent : "Oh ! il y aura une marque." Et ils sont d√©j√† marqu√©s ; rejetez simplement le Saint-Esprit, et vous √™tes marqu√©. Recevez le Saint-Esprit, et vous √™tes marqu√©. Amen. C'est vrai. Recevez-Le une fois et voyez ce qui arrive. Recevez-Le une fois. C'est la Marque de Dieu, vous √™tes scell√© pour votre destination √©ternelle. C'est comme une voiture sur la route, l'inspecteur s'approche. Or, certains d'entre vous n'ont pas re√ßu le Saint-Esprit hier soir, ceux qui sont entr√©s l√†-bas. Examinez cela ce soir. L'inspecteur du Saint-Esprit est ici, Il est en quelque sorte en train de vous inspecter. Je travaillais pour le compte du chemin de fer de Pennsylvanie. Nous chargions une voiture, c'√©tait probablement avec des bo√ģtes et tout. Puis l'inspecteur s'approchait ; il secouait le tout, pour voir s'il n'y avait pas quelque chose de branlant. C'est ce que Dieu fait avec Son Eglise : Il La secoue pour voir ce qui ne va pas, pour voir s'il n'y a pas quelque chose en vous de branlant, avant qu'Il ne verse Son Esprit sur vous. Et si l'Eglise est un peu branlante, Il ne versera pas Son Esprit sur Elle. Si vous aimez toujours le monde et que vous ayez le d√©sir de faire les choses du monde, vous ne recevrez jamais le Saint-Esprit sur cette base-l√†. Il se pourrait que vous ayez une confusion ; il se pourrait que vous ayez des l√®vres b√©gayantes ; il se pourrait que vous ayez - ou il se pourrait que vous parliez en langues... cela ne signifie toujours pas que vous avez re√ßu le Saint-Esprit. Quand vous recevez le Saint-Esprit, vous √™tes scell√© par Dieu pour votre destination √©ternelle. C'est vrai.
E-62 Lorsque cet inspecteur venait, il secouait cela et si la voiture était solide et bonne, il fermait la porte, il plaçait dessus le sceau de la Pennsylvanie ; malheur à la personne qui brisera ce sceau avant que cette voiture ait atteint sa destination. Et, lorsque Dieu voit que vous avez réellement tout vendu pour Lui, alors Il vous remplit du Saint-Esprit, vous êtes scellé par le Saint-Esprit pour votre destination... ?... "N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption." C'est exactement ce que les Ecritures déclarent. Ainsi, ne craignez rien ; continuez simplement à aller de l'avant. Recevez le Saint-Esprit. Tout se dirige vers cela.
E-63 Comment des gens qui sont honn√™tes, de vrais enfants de Dieu, ce qu'ils ont aujourd'hui pour vivre, qu'avez-vous devant vous ? Si seulement vous pouvez r√©aliser cela. (Demain soir ou le soir suivant, ou un jour, je voudrais parler de ma vision et... pour voir ce qui nous attend.) Tout se trouve devant. Combien nous devons vivre de fa√ßon honn√™te ! Comment pouvez-vous, vous qui, autrefois, avez murmur√© le Nom de J√©sus-Christ, retourner dans le monde et vous opposer √† ce Sang qui vous a sanctifi√©s ? Comment pouvez-vous le faire ? Je suis persuad√© que vous n'avez pas re√ßu cela, pour commencer. C'est vrai. Celui qui a go√Ľt√© √† la bont√© du Seigneur, eh bien, les choses du monde sont compl√®tement mortes. C'est vrai. Venez et recevez le Saint-Esprit. Ne faites pas de la religion. Ne vous comportez pas comme votre voisin. Venez et dites : "Seigneur, je veux que Tu me remplisses du v√©ritable Saint-Esprit." Pourquoi prendre un substitut, en serrant la main d'un pr√©dicateur, et en √©tant asperg√© pendant quelques instants, ou quelque chose comme cela ? Pourquoi prendre un substitut de la th√©ologie d'un credo fait de main d'homme, alors que les cieux sont remplis de la puissance de la Pentec√īte (Amen.), la v√©ritable et authentique Pentec√īte ?
E-64 Le croyant vit de quelque chose. Nous devrions vivre comme cela, en atteignant chaque jour tout ce dont nous pouvons nous emparer de la part de Dieu, laissant le monde derri√®re, br√Ľlant vos bateaux chaque jour, br√Ľlant les issues derri√®re vous ; continuez √† aller de l'avant, visant le but, tirant, cherchant, ayant faim et soif de Dieu. Soyez-en un vrai fanatique. Allez simplement de l'avant. Un fanatique est une personne qui d√©borde d'enthousiasme. Je suis un - je suis un - vraiment un fanatique. Je d√©borde d'enthousiasme pour mon Seigneur. Comment m'a-t-Il sauv√©? Comment m'a-t-Il donn√© le Saint-Esprit ? Comment m'a-t-Il laiss√© pr√™cher ? Comment m'a-t-Il laiss√© aimer les gens, et les gens m'aimer ? Oh ! Je tressaille vraiment de joie pour Lui, je continue simplement √† atteindre le but avec tout ce qui est √† moi, me d√©pouillant de ma peau pour l'atteindre, avan√ßant simplement avec tout ce que j'ai. C'est ce que nous devrions faire.
E-65 Cela me rappelle une histoire que j'ai entendue un jour. Un groupe d'artistes am√©ricains est all√© √† Rome pour √©tudier l'art. J'ai vu dans le... je crois le journal d'hier soir, l√† o√Ļ il y avait quelques artistes qui entraient dans une des villes, tr√®s bient√īt l√†, pour commencer un mus√©e d'art. J'aime l'art. Dieu est dans l'art, la bonne sorte d'art. Dieu est dans la musique, la bonne sorte de musique. Dieu est dans la danse, la bonne sorte de danse. Dieu est dans les cris, la bonne sorte de cris. Le p√©ch√© est une perversion, c'est prendre quelque chose qui est bon et le rendre mauvais. Maintenant, c'est comme une certaine √©glise qui √©tait sur un... Quelqu'un m'a appel√© ici, il n'y a pas longtemps... Une grande √©glise (et c'√©tait √† la t√©l√©vision)... un gars m'a appel√©, disant : "Venez ici, pr√©dicateur. Venez ici un moment. J'aimerais que vous suiviez une √©mission t√©l√©vis√©e." Et il y avait l'une de nos grandes d√©nominations, dans l'√©glise, qui avait demand√© qu'on fasse le reportage de certaines choses (Oh ! la la ! Ce n'√©tait pas une √©glise catholique ; c'√©tait une √©glise protestante), qui a fait le reportage des choses et qui ex√©cutait du rock-and-roll. Et ils avaient dit que c'est depuis longtemps que l'√©glise avait abandonn√© et n'avait pas pris en compte le bel art du rock-and-roll. Si cela n'est pas un esprit perverti, je ne sais pas ce que c'est... ?... Le rock-and-roll est du diable. Peu m'importe combien de chants religieux les gens peuvent chanter, le rock-and-roll et le boogie-woogie, et ce genre de trucs qui viennent de la jungle d'Afrique. C'est tout √† fait exact. C'est le diable.
E-66 C'est la raison pour laquelle je dis √ßa, cette peinture et ce maquillage... Si seulement vous saviez d'o√Ļ cela provient, c'est une caract√©ristique pa√Įenne. Regardez ces... Allez l√† en Afrique et observez ces femmes, comment elles font cette boue et se peignent, des centaines d'ann√©es avant que vos grands-m√®res aient jamais utilis√© cela. Certainement. Voyez-vous ce que c'est ? C'est du diable. Cela n'a rien √† voir avec les √©glises pentec√ītistes : cela n'a rien √† voir avec ces milieux. Je vous assure, nous avons besoin d'un bon vieux lavage du Saint-Esprit, allant de la chaire droit jusqu'au concierge. C'est tout √† fait exact. Le lavage du Saint-Esprit, le nettoyage de nos gens... Des hommes, des pentec√ītistes disent : "Je ne peux pas m'emp√™cher de fumer." Un homme qui a √©pous√© deux femmes et qui devient diacre dans une √©glise... Foutez-le dehors. Certainement, c'est la chose √† faire. Vous devez avoir les choses... La Bible dit qu'un diacre doit √™tre mari d'une seule femme. C'est tout √† fait exact. Certains d'entre eux en ont deux ou trois, parmi les pentec√ītistes. Fr√®re, nous ne pouvons pas avoir un r√©veil, avant que nous ayons nettoy√© cette chose. Comment pouvons-nous construire sur une fondation qui n'est pas bonne ?
E-67 Comme je vous l'ai dit hier soir, l√† √† Mexico, ils ont construit une belle ville. Mais ils √©taient tellement s√Ľrs d'en faire une ville tr√®s chic avec tout l'ext√©rieur, maintenant cette ville est rest√©e en arri√®re : leurs - leurs grands et beaux b√Ętiments sont en train de s'√©branler. Pourquoi ? Ils n'ont pas plac√© la fondation. Certainement pas. L'autre jour, j'ai appris qu'un certain ministre avait amen√© un petit enfant au t√©l√©phone... ou plut√īt au micro (quatre ou cinq d'entre eux), et il s'est tenu l√† apr√®s qu'il eut d√©clar√© que certaines grandes choses que la Bible enseigne n'existent pas. Il a pris ce petit enfant-l√†, il a amen√© une saupoudreuse, et il a vers√© trois gouttes d'eau sur sa t√™te et il a dit : "Je te baptise au Nom du P√®re, du Fils et du Saint-Esprit." Et il a fait passer ce petit enfant pour √™tre membre de l'√©glise, un enfant de moins de six mois. Eh bien, ce pauvre petit ami n'avait pas de chance. Il est d√©j√† parti sur une mauvaise fondation, pour commencer. Cela ne se trouve m√™me pas dans la Bible. C'est une caract√©ristique pa√Įenne. Cela ne se trouve m√™me pas dans l'Ecriture. Fr√®re, nous n'aurons jamais de d√©part, √† moins que nous placions la fondation et commencions de fa√ßon correcte : construisez par le Saint-Esprit sur la Parole de Dieu. C'est tout √† fait exact. Personne dans la Bible n'a √©t√© asperg√©. Cela n'existe pas. Le terme grec "baptiser" signifie "√™tre compl√®tement couvert, enseveli, cach√©". C'est tout √† fait exact. Maintenant, mais que faisons-nous ? Nous avons un tas de credos et tout, et nous nous vivons de cela et de toutes sortes de choses de ce genre. "C'est Docteur Untel qui l'a dit." Eh bien, j'aimerais conna√ģtre ce que la Bible dit. J'aimerais entendre et reconna√ģtre que c'est Dieu par Sa Parole, puis je vais agir sur base de cela.
E-68 Ces artistes, un groupe d'artistes est all√© √† Rome pour √©tudier l'art. Eux tous, eux sortaient la nuit, presqu'eux tous, et ils se so√Ľlaient s√©rieusement, gar√ßons et filles, et ils s'√©talaient ensemble tout √† fait comme un... certains Am√©ricains modernes le font. Etaler... Je me suis rendu √† un endroit, ici dans ce m√™me Etat, l√† o√Ļ il y avait une convention. Et je n'ai jamais √©t√© autant embarrass√© de ma vie. Et il y avait un grand gaillard assis l√†, portant un large chapeau tout fleuri comme ceci, et toutes sortes de robes et tout. Et de jeunes gar√ßons et de jeunes filles de 16 ou 17 ans, couchaient ensemble dans une chambre d'h√ītel. Le lendemain matin, tous sont descendus, et se sont inclin√©s et ils ont dit : "P√®re Untel..." Oh ! la la ! Rien qu'√† y penser ; pervertir l'esprit de ces pauvres enfants en un tel truc alors que Dieu les a √©lev√©s pour √™tre des fils et des filles de Dieu, afin qu'ils soient purs et saints, sanctifi√©s par la Puissance de Dieu, lav√©s dans le Sang de l'Agneau.
E-69 Je sais que cela pousse parfois les gens √† me ha√Įr, mais vous m'aimerez quand je vous reverrai l√†-bas. Je vous dirai la v√©rit√© ; c'est une fondation. Si c'est... Peu importe ce que cela co√Ľte, cela... Il vous faut √™tre sinc√®re. Et dites la v√©rit√©. Reconnaissez que c'est Dieu. "Soyez saints, car Je suis saint", a-t-Il dit. Cessez de vivre dans le p√©ch√©. Ces gens allaient boire et se comportaient mal. Mais ils ont remarqu√© un jeune homme. Ce jeune homme ne se comportait pas de la sorte. Il menait une vie pure. La nuit, il rentrait √† la maison et se couchait. Il vivait comme un gentleman devait vivre. Et un jour, le vieux concierge a dit : "J'aimerais faire une promenade avec toi, fiston." Il a dit : "D'accord." Il se mirent √† gravir la colline, marchant ensemble vers le coucher du soleil. Et il a dit : "Jeune homme, tu es venu avec ce groupe d'Am√©ricains, n'est-ce pas ?" Et il a dit : "Oui monsieur, c'est vrai." Il a dit : "Je voudrais te poser une question." Il a dit : "Allez-y." Il a dit : "Comment expliquer que tu ne vas pas boire et t'amuser et coucher avec ces filles et tout, pendant toute la nuit et revenir le lendemain matin comme eux le font ?" Il s'est arr√™t√©, il a mis son bras autour du vieil homme. Il a dit : "Voyez-vous comment le soleil se couche l√† √† l'ouest ?" Il a dit : "Oui monsieur. Je vois." Il a dit : "Au-del√† de ce coucher du soleil, il y a un certain Etat, dans les Etats de la Nouvelle-Angleterre." Et il a dit : "Dans cet Etat-l√†, il y a une certaine ville. Et dans cette ville, il y a une certaine maison et dans cette maison, il y a une fille. Et j'ai fait un vŇďu √† cette fille avant que je ne vienne ici, de lui rester fid√®le pour que lorsque nous... √† mon retour, nous puissions nous marier. Elle m'a fait un vŇďu, une promesse. Par cons√©quent, Monsieur, toute mon attention est attir√©e, pour ce qui est de femmes, vers cette fille qui est √† cet endroit-l√†." Et il a dit : "Je vis aujourd'hui en pr√©vision du lendemain." Quel t√©moignage !
E-70 Que peut dire un chr√©tien ? Pourquoi ne fumez-vous pas ? Pourquoi ne vous amusez-vous pas un peu ? Pourquoi ne faites-vous pas telle chose comme les autres ? Oh ! Vous pouvez dire : "Au-del√† d'une certaine √©toile, il y a une certaine ville. Et dans cette certaine ville, il y a une certaine Personne. All√©luia ! Oh ! Je vis pour Lui, car Il mourut pour moi. Et un jour Il viendra. Et je vis en pr√©vision de cette Vie √† venir." Oh ! fr√®res, croyez-moi ; je vous dis la v√©rit√©. Je vous dis ce qui est vrai. Dieu sait que je vous dis la v√©rit√©. Croyez-moi simplement de tout votre cŇďur. Il se peut que vous ne compreniez rien au sujet de la Venue du Seigneur, et au sujet de l'√©glise charnelle et tout. Et... Certains d'entre vous qui venez juste de cet Etat, m'ont √©crit une lettre et ont dit : "Lorsque l'onction est sur vous, vous pouvez discerner les esprits." Ils ont dit : "Donc, bien entendu, nous, nous croyons donc que vous √™tes un proph√®te." (Or, je n'ai jamais dit que j'√©tais un proph√®te. C'est vous qui le dites. Voyez-vous ?) Mais c'est vous qui le dites, et puis vous dites : "Mais dans votre enseignement, Fr√®re Branham, au sujet de tout ce fanatisme sur le fait de recevoir le Saint-Esprit et toutes ces choses, et concernant la vie, nous ne pouvons pas croire cela. Et toute cette autre histoire selon laquelle on a √©t√© √©ternellement choisi avant le monde, et..." C'est ce que la Bible dit que vous √©tiez. Je n'avais jamais rien eu √† dire √† ce sujet. C'est la Bible qui le dit. Je ne dis que ce que la Bible dit. Oui.
E-71 "Et la b√™te s√©duisit tous ceux qui √©taient sur la terre dont les noms ne sont pas inscrits dans le Livre de Vie de l'Agneau avant la fondation du monde." C'est vrai. C'est la raison pour laquelle les gens aujourd'hui... lorsque vous n'√™tes pas appel√©, comment pouvez-vous venir ? C'est vrai. Je ne sais pas qui est appel√© et qui ne l'est pas. Je jette simplement le filet, et il se peut que j'attrape des langoustes, des serpents, des araign√©es de mer, et tout le reste, mais tout ce que je peux faire, c'est de tirer le filet. C'est Dieu qui juge. C'est - c'est tout. Je vous assure, l'Esprit de Dieu est ici. Et l'Esp... si l'Esprit de Dieu peut me r√©v√©ler le secret de votre cŇďur, l'Esprit de Dieu peut reconna√ģtre Sa Parole, et venir par la suite pour pr√™cher la Parole. Je n'ai pas encore pr√™ch√© autre chose, sauf ce qui est dans la Bible. Je m'en suis tenu √† cela. Je crois au bapt√™me du Saint-Esprit. Vous dites : "Vous √©tiez baptiste." Je suis un baptiste qui a re√ßu le Saint-Esprit. Je crois √† la Seconde Venue de Christ. Je crois √† chaque Parole qui est √©crite dans cette Bible et La pr√™che telle qu'elle est √©crite. Je ne change pas une seule chose ni ne spiritualise quelque chose. Je dis juste que c'est √©crit. C'est ainsi que je le crois. J'entends cela, je reconnais que c'est Dieu et j'agis sur base de cela. Amen.
E-72 Le Saint-Esprit est tout aussi r√©el aujourd'hui qu'Il l'a toujours √©t√©. Nous n'avons pas besoin d'avoir de soi-disant croyants de contrefa√ßon ; le v√©ritable Saint-Esprit est ici. Le v√©ritable J√©sus n'est pas mort. Il est vivant. Il n'est pas mort. Il a parl√© aux disciples, disant : "Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez car je serai avec vous, m√™me en vous, jusqu'√† la fin du monde." Je crois cela. Je crois qu'Il a dit : "L√† o√Ļ deux ou trois sont rassembl√©s √† Mon Nom, Je serai au milieu d'eux." Croyez-vous cela ? C'est ce qu'Il a dit. Je crois cela. Je crois qu'Il est ici maintenant m√™me, n'est-ce pas ? Il a dit : "Les Ňďuvres que je fais, vous les ferez aussi." Croyez-vous cela ?
E-73 Il y avait, une fois, une femme qui s'√©tait faufil√©e et qui avait touch√© le bord de Son v√™tement. Il s'est retourn√© et a dit : "Qui M'a touch√© ?" Et alors, m√™me si tous regardaient tout autour... ils ne savaient que dire. Il vit la femme et lui dit son probl√®me. Et elle fut gu√©rie. Il est dit que sa perte de sang s'√©tait arr√™t√©e. Je crois que ce m√™me J√©sus est le Souverain Sacrificateur, ce soir. Cette m√™me Personne, Elle n'a jamais failli. Nous aurons un service de gu√©rison un de ces soirs, et amenez les gens. J'ai un nouveau minist√®re qui m'a √©t√© donn√©. C'√©tait mon ancien minist√®re. Dites... Non, il n'y a pas de cartes de pri√®re, y en a-t-il ? Personne n'a de carte de pri√®re car ne... nous n'avons pas distribu√© de cartes de pri√®re. Tr√®s bien. Si vous croyez que ce message vient du Saint-Esprit, combien de malades y a-t-il ici, levez la main, ceux qui savent que je ne vous connais pas? Tr√®s bien. Ayez foi et croyez. Croyez de tout votre cŇďur. Nous verrons si le m√™me Saint-Esprit qui pr√™che le sermon est le m√™me Saint-Esprit qui conna√ģt le secret du cŇďur. Nous verrons si la Parole de Dieu vient, si oui ou non la Parole de Dieu vient au proph√®te. Et je ne suis pas le proph√®te ; c'est Lui qui l'est. Lui seul. Croyez, Ayez foi. Puisse le Seigneur Dieu du ciel accorder cela pour Sa gloire.
E-74 Croirez-vous que c'est la Parole de Dieu que j'ai pr√™ch√©e, s'Il le fait ? Voyez-vous ? Continuez simplement √† prier. Soyez vraiment respectueux pendant un instant. Soyez tranquilles un moment. Je vois le Saint-Esprit agir sur quelqu'un. Continuez simplement √† prier, dites : "√Ē Seigneur Dieu, je suis malade. Je suis dans le besoin, je - je - je suis vraiment dans le besoin, Seigneur. Je - je dois T'avoir. Si je ne T'ai pas, je vais - je vais - je vais p√©rir". Cet homme assis ici, vous avez lev√© la main, il y a quelques minutes, monsieur ? Avez-vous lev√© la main ? Croyez-vous que Dieu vous conna√ģt ? Je vous suis √©tranger, est-ce vrai ? Je ne vous connais pas, mais Dieu vous conna√ģt. Croyez-vous que Dieu peut vous gu√©rir ? Si je vous dis ce qui ne va pas chez vous, croirez-vous cela ? Cela doit √™tre la v√©rit√©, si c'est le cas. Croirez-vous si - si Dieu me le dit, afin que vous acceptiez votre gu√©rison ? Le ferez-vous ? Pensez-vous que les ulc√®res vont √™tre gu√©ris ? Pensez-vous que vous vous en remettrez ? Tr√®s bien. Vous avez des ulc√®res saignants. C'est vrai. Vous avez √©t√© √† beaucoup d'endroits √† cause de cela. Vous √™tes all√© chez les fr√®res Mayo : Je vous vois aller chez les fr√®res Mayo. C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR. C'est vrai. C'est vrai. Ils vous ont abandonn√©, mais Dieu ne vous abandonne pas. Entendez-vous cela ? Reconnaissez-vous cela ? Allez-vous agir sur base de cela ? Alors au Nom de J√©sus-Christ, rentrez chez vous et soyez bien portant.
E-75 Croyez-vous en Dieu ? Bien, le même Saint-Esprit parle... qui prêche la Parole est en train d'exercer le... divin... le discernement de la Parole, La rendant réelle ; vous disant quoi ? C'est la vérité. Il y a un autre cas d'ulcères assis juste là, l'homme qui n'a pas de chemise, l'homme à la moustache noire, ou le moustachu, là, sans chemise. Col ouvert, je veux dire ici au-dessus, il porte une chemise sans cravate. Croyez-vous que je suis un prophète de Dieu ? Nous sommes étrangers l'un à l'autre, mais vous avez des ulcères. C'est vrai. Et vous voulez être guéri, n'est-ce pas ? Vous n'êtes pas de cette ville. Non, vous êtes de Cleveland. C'est vrai. Permettez-moi de vous dire quelque chose d'autre. Vous avez deux mouchoirs dans votre poche que vous voulez me donner, afin que je prie pour cela, pour deux bien-aimés qui sont à la maison. Si cela est vrai, agitez votre main comme cela. Prenez-les et appliquez-les sur eux. Ils seront guéris, aussi. AINSI DIT LE SEIGNEUR. Croyez-vous ?
E-76 Quelle sorte d'Esprit est-ce ? C'est la m√™me sorte d'Esprit qui discerne. L√†, il y a une dame assez √Ęg√©e qui est assise l√†, elle est assise juste l√† au fond. Elle prie pour son beau-fils qui a √©t√© heurt√© dans un accident d'automobile (elle est assise juste l√† √† c√īt√© du poteau). Croyez-vous, sŇďur, de tout votre cŇďur qu'il sera gu√©ri. Si vous croyez cela de tout votre cŇďur, vous pouvez recevoir cela. La femme robuste assise l√† derri√®re, elle fait l'hypertension, elle est assise juste l√† au fond, √† c√īt√© du poteau... Si vous croyez de tout votre cŇďur, croyez-vous que ces √©ruptions de bouton sur vous vont vous quitter ? Tr√®s bien, alors vous pouvez recevoir cela. Amen. Posez votre main sur elle. C'est vrai. Que Dieu vous b√©nisse. Amen. L'aimez-vous ? L√†-bas, au fond du b√Ętiment, un homme, l√†, au fond, vous priez pour votre - votre fille. J'ai parl√© d'un accident, il y a quelques instants. Elle avait aussi eu un accident. Elle a eu une l√©sion √† la colonne vert√©brale. C'est vrai. Vous avez une belle sŇďur qui a aussi un mal de cou et de t√™te. Croyez-vous que Dieu va les gu√©rir ? Monsieur Golden, allez-vous comme... reconna√ģtrez-vous que c'est Dieu qui vous parle au travers de Sa voix? Tr√®s bien, Monsieur. Alors, levez-vous. Tr√®s bien. Rentrez √† la maison et trouvez-les bien portantes, au Nom de J√©sus-Christ. Amen.
E-77 Le m√™me J√©sus, le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement... Ne pouvez-vous pas faire p√©n√©trer cela en vous, que c'est J√©sus-Christ le Fils de Dieu ? Entendez-vous ? Pouvez-vous reconna√ģtre ? Ensuite agissez sur base de cela. Toute personne malade qui est ici pr√©sente, Dieu vous a d√©j√† gu√©rie, lorsqu'Il a envoy√© J√©sus mourir pour vous. Croyez-vous cela ? Alors, mettez-vous debout et acceptez-Le comme votre Gu√©risseur et comme votre Sauveur. Levez les mains. Mettez-vous √† l'Ňďuvre. Quittez le fauteuil roulant, quoi que ce soit. Au Nom du Seigneur J√©sus, levez les mains et louez-Le et croyez de tout votre cŇďur. Seigneur J√©sus, nous T'apportons ces gens au Nom de J√©sus-Christ. Puisse Ta Puissance √™tre suffisante, √ī Seigneur, pour accorder ceci. Et puisse chaque puissance du diable l√Ęcher prise dans ce b√Ętiment, ce soir. Et puissent les gens √™tre gu√©ris. Je te chasse, Satan. Je viens contre toi, sur base du motif que tu es un s√©ducteur. Je viens au Nom de J√©sus-Christ en tant que Son serviteur. Je prie sur ces gens pendant que le Saint-Esprit les oint. Ils entendent. Ils reconnaissent que c'est Dieu. Ils vont agir sur base de cela. Sors, Satan, au Nom de J√©sus-Christ. Quitte ces gens. Et que chacun de vous soit gu√©ri. Amen. Je remets ce service...

En haut