ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



PrĂ©dication N’ayez Pas Peur / 60-0609 / Chautauqua, Ohio, USA // SHP 1 heure et 26 minutes PDF

N’ayez Pas Peur

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Que le Seigneur vous bĂ©nisse. C’est si agrĂ©able d’ĂȘtre de retour ce soir dans la maison du Seigneur; je suis toujours heureux de venir dans la maison du Seigneur. Je suis... Au moment oĂč on commence Ă  se connaĂźtre, c’est pratiquement alors le moment de repartir. La convention prend fin demain soir, je crois que c’est ça. Mais je pense que nous pouvons rester jusque dimanche aprĂšs-midi, c’est-Ă -dire... Vous qui devrez partir, qui vous Ă©tiez prĂ©parĂ©s pour rester juste le temps de la convention, vous allez Ă©videmment prendre vos dispositions pour partir. Et j’ai essayĂ© de prĂȘcher pendant la convention, et puis prendre ces deux autres soirĂ©es et les insĂ©rer dans le programme, deux autres rĂ©unions, pour arriver Ă  prier pour tout le monde. Mais j’apprends que certains d’entre eux doivent partir, nous allons alors prier pour les malades ce soir.
E-2 Et maintenant, si certains parmi vous restent, nous serions trĂšs heureux de vous avoir Ă  la rĂ©union du samedi soir. Et puis, nous allons avoir le dimanche aprĂšs-midi, afin de ne pas perturber la rĂ©union d’un autre ministre. Et vous qui n’ĂȘtes pas d’ici et qui voulez rester, trouvez-vous alors une de ces bonnes Ă©glises qui sont par ici, ces frĂšres qui coopĂšrent dans cette convention et cette sĂ©rie de rĂ©unions. Et trouvez-vous une place pour l’école du dimanche, et prenez vos enfants et allez Ă  l’école du dimanche. Et je suis sĂ»r que vous aurez un accueil trĂšs chaleureux de la part de n’importe lequel de ces frĂšres. C’est l’église de votre choix.
E-3 Et... Ainsi donc–donc, nous allons clĂŽturer le dimanche aprĂšs-midi, par respect pour nos frĂšres qui tiennent des rĂ©unions ordinaires. Nous ne sommes pas ici pour l’argent ni pour quoi que ce soit d’autre, mais c’est pour essayer d’aider nos frĂšres Ă  faire avancer la charge, pour faire simplement tout ce que nous pouvons. Et puis, nous voulons aussi l’aider en priant pour les malades, faire tout notre possible pour vous aider. C’est dans ce but-lĂ  que nous sommes venus ici.
Et maintenant, il fait un peu frais, et certains se plaignent... OĂč se trouve mon vieil ami, frĂšre Kidd, ce soir? Je... [Quelqu’un dit: «Je l’ai invitĂ© ici, FrĂšre Branham, mais il a voulu attendre ou quelque chose de ce genre.»–N.D.E.] D’accord. Je vous assure... M’entends-tu, jeune homme? D’accord, c’est bien. Oh! Le Seigneur l’a bĂ©ni et l’a guĂ©ri, alors qu’il... Les mĂ©decins pensaient qu’il allait mourir. Il est encore avec nous. Je voudrais vous voir demain soir ici Ă  l’estrade pour m’interprĂ©ter ce cantique que vous avez dĂ©clamĂ© quand j’étais venu vous rendre visite. Voyez-vous? Connaissez-vous ce cantique dont je vous avais dit que je voulais vous entendre dĂ©clamer? Souvenez-vous, j’ai promis cela au Seigneur. Tu dois donc ĂȘtre ici demain soir, jeune homme. Je veux que tu...
E-4 Je vous assure, je n’ai jamais oubliĂ© cette visite. Je suis parti de chez moi vers deux heures du matin, en essayant de rouler trĂšs vite; en effet, je devais partir, rouler vite pour voir le vieux frĂšre Kidd.
Et j’ai dit: «Peut-il tenir jusque dimanche?»
Sa chĂšre Ă©pouse a dit: «D’aprĂšs les mĂ©decins, il ne sera plus Ă  ce moment-lĂ .» Elle a dit: «Vous–vous feriez mieux de venir maintenant mĂȘme, FrĂšre Branham.»
E-5 Eh bien, je suis juste montĂ© Ă  bord de ma voiture Ă  deux heures, et j’avais peur de m’endormir; en effet, j’étais restĂ© debout jusqu’à minuit pratiquement. Et j’ai demandĂ© Ă  Billy de m’aider, et nous sommes arrivĂ©s Ă  la maison. Et j’ai regardĂ©, et ce vieil ami Ă©tait assis lĂ , il me–me–m’a vraiment fait pitiĂ©. C’est... Avec une vieille petite canne en main comme cela, il m’avait l’air du vieux Jacob lorsqu’il s’apprĂȘtait Ă  partir, vous savez, et qu’il a rĂ©uni ses enfants Ă  ses cĂŽtĂ©s.
Et lĂ  Ă  l’intĂ©rieur, il y avait une femme, l’une des membres de son Ă©glise... FrĂšre Kidd a soixante-dix ans, et je–j’ai... Je ne sais pas si elle avait quatre-vingts ans et quelques, ou peut-ĂȘtre quatre-vingt-dix ans. Elle Ă©tait tout aussi lucide... quatre-vingt-douze; elle avait quatre-vingt-douze ans. Juste un... Elle avait l’esprit de loin plus vif que moi; elle Ă©tait intelligente et lucide au possible.
E-6 Quatre-vingt-douze ans; et frĂšre Kidd qui est assis ici, l’a regardĂ©e et a dit: «Grand-mĂšre (Et lui en avait soixante-dix et quelques, vous savez.), grand-mĂšre, tu ressembles Ă  une grosse perce-neige ce matin.»
J’ai dit: «C’est juste, elle est Ă©purĂ©e et blanchie dans le Sang de l’Agneau.»
Il paraissait avoir soixante-dix ans, et sa femme Ă  peu prĂšs soixante-dix et quelques, et je me suis dit: «De toute façon, qu’est-ce que vous attendez ici ce matin, vous les vieux?» Je me suis dit: «Ils attendent simplement que le bateau arrive (C’est tout.), pour traverser la riviĂšre.» Quel moment merveilleux!
Et il a dit: «Je ne peux pas vous chanter un cantique, mais je veux vous en déclamer un.»
J’ai dit: «FrĂšre Kidd, je veux que vous me rĂ©citiez cela Ă  l’estrade au Chautauqua.»
J’ai vu tout le monde se retourner. Sera-t-il au Chautauqua?
«Oh! Oui, il y sera.» Le voici, assis ici ce soir, il assiste chaque soir aux réunions. Ainsi, nous en sommes trÚs reconnaissants. Loué soit le Bienveillant Seigneur.
E-7 Tant de choses ont Ă©tĂ© dites et ont Ă©tĂ© faites au point oĂč le... me prendrait des heures. Et je sais que vous gelez pratiquement lĂ  dehors. Je vais vous dire... mon Ă©pouse n’est pas ici ce soir.
Elle a dit: «Bill, tu fais geler ces gens Ă  mort.» J’ai dit: «Ils se sont enveloppĂ©s dans des couvertures lĂ  dehors, certains jusqu’à la tĂȘte. Et lĂ , certains ne portent mĂȘme pas de pull-over; d’autres en venant, ne s’attendaient pas Ă  cela.» Et elle a dit: «Et toi, tu continues tout bonnement Ă  prĂȘcher.»
Et j’ai dit: «Je pense que tant qu’ils sont assis lĂ , je vais continuer, ainsi...»
Eh bien, je crois que je prĂ©fĂ©rerais qu’il fasse un peu froid au lieu qu’il fasse un peu trop chaud. Nous sommes donc reconnaissants pour ce que le Seigneur envoie, quoi que ce soit.
E-8 Maintenant, pour ce qui est de la priùre pour les malades, ce soir je vais essayer de rentrer appeler quelques personnes pour exercer le vieux ministùre du discernement, le Seigneur voulant. Je ne sais pas s’Il le fera; s’Il ne le fait pas, alors nous allons simplement faire passer la ligne. Puis, demain soir, nous allons changer la chose. Voyez-vous? Et demain soir, le Seigneur voulant, je vais essayer de prier pour les malades d’une autre façon.
Eh bien, ce soir, ouvrons donc nos Bibles, vous qui notez le texte. Juste pour quelques instants, car nous aurons une ligne de priĂšre, et nous voulons... Je... Billy m’a dit en route qu’il a distribuĂ© cent cartes, je pense, cet aprĂšs-midi. Nous ne pourrons pas les faire tous passer dans une ligne du discernement, mais nous en prendrons quelques-uns. Et puis, demain soir, nous allons commencer quelque chose d’autre, et je crois que ce sera beaucoup mieux.
Matthieu 14, commençons au verset 22:
AussitĂŽt aprĂšs, il obligea les disciples Ă  monter dans la barque et Ă  passer avant lui de l’autre cĂŽtĂ©, pendant qu’il renverrait la foule.
... on l’eut renvoyĂ©e, il monta sur la montagne, pour prier Ă  l’écart; et, comme le soir Ă©tait venu, il Ă©tait lĂ  seul.
La barque, déjà au milieu de la mer, était battue par les flots; car le vent était contraire.
A la quatriĂšme veille de la nuit, JĂ©sus alla vers eux, marchant sur la mer.
Quand les disciples le virent marcher sur la mer, ils furent troublĂ©s, et dirent: C’est un fantĂŽme! Et, dans leur frayeur, ils poussĂšrent des cris.
JĂ©sus leur dit aussitĂŽt: Rassurez-vous, c’est moi; n’ayez pas peur!
E-9 C’était certainement vers le coucher du soleil; ç’a Ă©tĂ© un jour terrible. Il s’était produit des choses glorieuses. Les gens avaient vu arriver quelque chose qui n’était jamais arrivĂ© auparavant dans toute l’histoire du monde. Et d’habitude, quand JĂ©sus est quelque part, on voit arriver des choses Ă©tranges, des choses drĂŽles.
Le grand pĂȘcheur exerçait ses gros muscles bien bĂątis sur la petite barque en la poussant du rivage. Les gens s’étaient rassemblĂ©s sur la berge, et agitaient la main en guise d’au revoir pendant que lui poussait la barque, la proue, en la tournant; il a Ă  son tour agitĂ© la main pour dire au revoir Ă  tous ceux qui Ă©taient sur la berge. Et je peux le voir monter et s’asseoir Ă  cĂŽtĂ© de son frĂšre AndrĂ©; il prend la rame et, avec les autres frĂšres, il se met Ă  tirer la petite barque sans interruption comme ils ont commencĂ© la traversĂ©e du lac. De temps en temps, ils se levaient, agitaient la main vers ces gens qui louaient Dieu et agitaient la main pour dire au revoir, comme les autres venaient de recevoir de JĂ©sus l’ordre de traverser le lac. Lui viendrait plus tard. Et Il avait gravi la montagne pour prier seul.
E-10 Alors il se fit certainement un long silence. Tout le monde, aprĂšs que le dernier au revoir eut Ă©tĂ© dit, il se fit certainement un silence pendant un moment. Personne ne disait rien, pendant que chaque homme pliait le dos en ramant, et faisait avancer la petite barque tandis qu’elle traversait une mer calme, au coucher du soleil. Tout semble paisible et tranquille.
C’est la fin de la journĂ©e. Avez-vous dĂ©jĂ  remarquĂ© que lorsque le vent souffle trĂšs fort, il se calme gĂ©nĂ©ralement lorsque le soleil se couche? C’est Ă©trange de voir comment ces choses se produisent. Lorsque vous chassez dans les montagnes, peu importe la direction du vent, celui-ci descend droit de la montagne juste au jour du braiment... au lever du jour, il descend droit de la montagne. Peu importe que le vent monte droit vers la montagne, il changera et descendra directement quand le jour commencera Ă  se lever. Aimez-vous observer les choses dans la nature? C’est de cette façon que vous trouvez Dieu; Il est partout tout autour de vous. Observez-Le dans la nature. Le Seigneur voulant, avant que je m’en aille, j’aimerais prĂȘcher sur Dieu dans Sa nature.
E-11 Puis, nous voyons qu’aprĂšs un long silence, alors que la petite mer Ă©tait calme, la petite barque avançait rapidement comme elle traversait la–la mer. C’était certainement Jean le jeune... Il Ă©tait le disciple le plus jeune, et plus ou moins (je pense) du genre bavard. Il a dĂ» laisser tomber sa rame pour laisser la barque flotter un moment, et il a dit quelque chose du genre: «FrĂšres, maintenant plus que jamais dans ma vie, je suis convaincu que nous ne suivons pas une espĂšce de fanatique. Je suis plus que jamais convaincu qu’Il est vraiment ce qu’Il dit ĂȘtre. En effet, aujourd’hui, alors qu’Il se tenait lĂ , brisant ce pain et nourrissant ces cinq mille personnes, avez-vous observĂ© l’expression de Son visage? Il Ă©tait vraiment sĂ©vĂšre; Il semblait vraiment ĂȘtre JĂ©hovah se tenant lĂ  (Et c’était JĂ©hovah qui se tenait lĂ .), brisant ce pain et nourrissant cinq mille personnes avec.»
E-12 «Et voici ce qui me vient Ă  l’esprit, frĂšres; je peux me rappeler les rĂ©cits que ma mĂšre me lisait dans les Ecritures, la Sainte Parole, lorsque j’étais petit. Et elle lisait lĂ  oĂč nos ancĂȘtres voyageaient vers cette terre, et pendant quarante ans le Grand JĂ©hovah Dieu prĂ©parait du pain chaque soir au Ciel et en faisait pleuvoir sur le sol pour le peuple. Et aujourd’hui, pendant que je L’observais prendre le pain, le briser et nous en remettre... chaque fois que je tendais la main, je tremblais. En effet, je regardais et aussitĂŽt qu’Il brisait un morceau, un autre morceau identique poussait lĂ . D’oĂč Lui venait ce pain cuit? Et lorsqu’Il coupait du poisson, je remarquais qu’un morceau de poisson (non pas du poisson cru, mais du poisson cuit et assaisonnĂ©) avait dĂ©jĂ  poussĂ© quand Il y ramenait la main pour prendre un autre morceau.»
E-13 «Il doit y avoir d’une façon ou d’une autre un rapport entre Lui et JĂ©hovah; Il doit ĂȘtre quelque part Ă  cĂŽtĂ© de Lui ou en Lui. Car personne ne peut faire cela Ă  moins que Dieu soit avec Lui. Et cet Homme que les gens pensent ĂȘtre un fanatique, je suis plus que jamais convaincu qu’Il est le Fils de JĂ©hovah, sinon Il ne pourrait pas faire ces choses; en effet, Il fait exactement les mĂȘmes choses que JĂ©hovah a faites. Et vous souvenez-vous qu’Il a dit aussi: ‘Si Je ne fais pas les oeuvres de Mon PĂšre, alors ne Me croyez pas.’»
C’est ainsi qu’un homme est confirmĂ©. C’est ainsi qu’on reconnaĂźt un chrĂ©tien, par la vie qu’il mĂšne et les oeuvres qu’il accomplit.
E-14 Quelqu’un m’a dit (Je crois que c’était hier soir), il a dit: «FrĂšre Branham, d’oĂč est-ce que cela vient? Comment arrivez-vous Ă  aller de rĂ©union en rĂ©union, tout en restant sous l’onction, et... Rien qu’un seul miracle a affaibli JĂ©sus, quand la femme a touchĂ© Son vĂȘtement.»
Il a dit: «Je vous vois rester une heure sous cette onction.»
J’ai dit: «J’aimerais vous le dire. Voici sur quoi cela repose: il ne veut pas que je dise ceci, mais mon frĂšre qui est assis ici, Gene Goad, ce garçon ne touche ni au pain ni Ă  l’eau pendant des jours, il jeĂ»ne et prie. Voici Pat Tyler qui est assis ici, cet autre frĂšre qui est assis ici Ă  cĂŽtĂ© de lui. Ces hommes se couchent sur leur visage, sans manger ni boire, quand je suis dans les rĂ©unions, priant pour moi. VoilĂ  d’oĂč cela vient. S’il n’y avait pas quelque chose comme cela, je m’effondrerais.»
Ce sont lĂ  les hommes qui se tiennent derriĂšre le rideau, des hommes qui prient pour qu’un message puissant soit apportĂ©, c’est pour ça qu’ils mettent tout de cĂŽtĂ©. Il se pourrait qu’ils n’aient pas de dons pour faire ces choses, mais ils font tous les efforts possibles pour soutenir la chose. Et le seul moyen qu’ils connaissent pour le faire, c’est la priĂšre devant Dieu avec jeĂ»ne. C’est lĂ  que la puissance rĂ©side: que quelqu’un prie pour vous.
E-15 Je peux entendre Jean dire: «Quand j’ai considĂ©rĂ© Son visage, cela ressemblait Ă  JĂ©hovah mĂȘme. Et je suis sĂ»r qu’Il a une relation avec Dieu, oh! en effet, Il accomplit le mĂȘme genre d’oeuvres. Dites-moi quand le pain a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© crĂ©Ă© autrement que par la main de Dieu. Ça doit donc ĂȘtre JĂ©hovah.»
Alors c’est certainement le grand pĂȘcheur, Pierre, qui a dĂ©sirĂ© prendre la parole d’une façon ou d’une autre. Il a peut-ĂȘtre secouĂ© la tĂȘte et a dit: «Vous savez, quand AndrĂ© que voici, mon frĂšre bien-aimĂ©, qui fut mon partenaire de pĂȘche ici en mer pendant plusieurs annĂ©es, quand il a assistĂ© Ă  la rĂ©union de cet homme sauvage, appelĂ© Jean, qui Ă©tait vĂȘtu d’un morceau de peau de mouton; AndrĂ© est venu me dire que ce prophĂšte parlait de la Venue d’un Messie, qui Ă©tait proche. Un jour, il est venu en courant frĂ©nĂ©tiquement, et a dit: ‘Simon, la chose s’est accomplie aujourd’hui.’»
«Qu’est-ce qui s’est accompli?», lui ai-je demandĂ©.
«Il est venu, Jésus de Nazareth, le Messie Dieu.»
«Oh! Attends donc une minute, André. Pourquoi ce pasteur vous a-t-il tous excités?»
«Je me trouvais Ă  la riviĂšre, quand j’ai vu un jeune Homme descendre sur la berge (Il Ă©tait dans la trentaine), et Il est entrĂ© dans la riviĂšre, et s’est fait baptiser par Jean. Et quand Il est sorti de l’eau, j’ai vu descendre du ciel une LumiĂšre semblable Ă  une Ă©toile. Elle me semblait pareille Ă  cette mĂȘme Colonne de Feu que notre peuple suivait dans le dĂ©sert jusque dans ce pays. Et quand Elle s’est approchĂ©e de Lui, c’est comme si Elle avait des ailes comme une colombe. Et Elle s’est posĂ©e sur Lui, et une Voix est sortie de cette Colonne de Feu, disant: ‘ Celui-ci est Mon Fils bien-aimĂ©, en qui Je prends plaisir de demeurer.’»
«Oh! Je n’oublierai jamais cela, AndrĂ©.» Et il a mis son bras autour de lui, et il l’a attirĂ© vers lui.
«Et alors, je suis parti avec lui, me disant: ‘ Je vais voir cet Homme fort exceptionnel. Il est un... Il doit ĂȘtre un Personnage extraordinaire; en effet, je reconnais que mon frĂšre que voici est bien loin d’ĂȘtre un fanatique. Il doit avoir vu quelque chose de diffĂ©rent dans cet Homme, sinon il ne serait pas emballĂ© comme cela.’»
«Je me rappelle alors les jours oĂč on Ă©tait ici sur le lac avec mon vieux pĂšre qui Ă©tait pharisien avant sa mort.»
E-16 Et tous les frĂšres ont certainement retirĂ© leurs rames pour Ă©couter ce qu’il disait.
«Je me souviens que mon vieux pĂšre qui Ă©tait pharisien m’a dit pendant que nous pĂȘchions ensemble, il a dit: ‘ Mon fils, Simon, je ne pense pas que je verrai la Venue du Messie; je me fais vieux, et mes jours sont comptĂ©s. Mais je t’ai Ă©levĂ© afin que tu Le voies. Maintenant, laisse-moi t’enseigner, mon fils, afin que tu sois sĂ»r de reconnaĂźtre ce que ce Messie sera, car il s’élĂšvera beaucoup de faux messies. Beaucoup de grandes choses arriveront juste avant que ce VĂ©ritable Messie vienne, mais il y aura un vrai signe messianique qui L’accompagnera. Et voici le signe par lequel tu Le reconnaĂźtras, s’Il est le vrai ou pas: Il sera un ProphĂšte, un Dieu-ProphĂšte. Il sera plus qu’un prophĂšte, Il sera Dieu. Mais Il sera aussi un ProphĂšte, car les Ecritures dĂ©clarent (c’est sur cela que nous nous basons, Simon) que MoĂŻse a dit: ‘ L’Eternel notre Dieu suscitera du milieu de nous un ProphĂšte comme moi. Et Il rassemblera alors le peuple. Et quand tu verras le Messie venir, le signe montrant qu’Il est le Messie, c’est qu’Il sera un ProphĂšte. Et toi, attends-Le, car–car, cela fait maintenant quatre cents ans que nous n’avons pas eu de prophĂštes, depuis Malachie. Je crois que le prochain signe prophĂ©tique qui sera manifestĂ© sera celui du Messie. Et veille Ă  cela, mon fils.’
«Et, vous savez, quand je suis allĂ© avec AndrĂ©, cela ne cessait de revenir dans mon coeur. ‘ Observe ce Messie et vois si c’est Celui dont MoĂŻse a parlĂ©. Il sera un Dieu-ProphĂšte. Et c’est Ă  cela que je Le reconnaĂźtrai.’»
Et il a dit: «FrĂšres, quand je me suis avancĂ© dans la PrĂ©sence de JĂ©sus de Nazareth, Il a regardĂ© mon visage pour la premiĂšre fois de Sa vie, et a dit: ‘ Ton nom est Simon.’ J’ai su que c’était le Messie. Pas seulement ça, mais Il connaissait mon vieux pĂšre qui Ă©tait un homme pieux. Il a dit: ‘ Tu es le fils de Jonas.’ Cela a rĂ©glĂ© le problĂšme pour moi, Jean. Avant mĂȘme qu’Il ait brisĂ© le pain ou quoi que ce soit, le problĂšme Ă©tait rĂ©glĂ© pour moi. J’ai su qu’Il Ă©tait le Messie, parce qu’Il avait manifestĂ© le signe du Messie.»
E-17 Et c’est certainement Ă  ce moment-lĂ  que peut-ĂȘtre Philippe... Quand il a dit: «Je L’ai suivi un jour; je suis allĂ© chez Lui. Je L’ai entendu parler; j’ai entendu ce qu’Il a dit Ă  Simon, et je–je suis parti. Vous auriez dĂ» voir le visage de mon ami que je suis allĂ© chercher, NathanaĂ«l. Eh bien, je sais que NathanaĂ«l Ă©tait un homme de bien; il Ă©tait un homme pieux, pas un sceptique, mais il voulait ĂȘtre sĂ»r. Et je lui ai dit: ‘Viens voir Qui nous avons trouvĂ©, JĂ©sus de Nazareth, le Fils de Joseph, le Messie que nous attendons.’»
«Et frĂšre NathanaĂ«l m’a dit: ‘Pourrait-il venir de Nazareth quelque chose de bon?’»
Il a dit: «Viens, et vois. Viens voir; viens, et examine cela toi-mĂȘme.»
«Et chemin faisant, je parlais à frÚre Nathanaël.»
Et il a peut-ĂȘtre arrĂȘtĂ© de ramer et il a dit: «NathanaĂ«l, t’en souviens-tu?»
«TrĂšs bien, FrĂšre Philippe. Je m’en souviens.»
«Et je lui ai dit que ce Messie avait manifestĂ© le signe du Messie, qu’Il avait dit Ă  Simon qui il Ă©tait, et comment il s’appelait, et comment s’appelait son pĂšre. Et j’ai dit Ă  NathanaĂ«l que cela ne me surprendrait pas qu’Il lui dise qui il Ă©tait.»
«Il a dit: ‘Je vais attendre pour porter mon propre jugement.’»
«Et quand il est venu dans la PrĂ©sence du Seigneur JĂ©sus, JĂ©sus l’a regardĂ© en face et a dit: ‘Voici un IsraĂ©lite, dans lequel il n’y a point de fraude.’»
«FrĂšres, vous auriez dĂ» voir l’expression de son visage. Tout doute Ă©tait dissipĂ©, et il s’est empressĂ© de dire: ‘Rabbi, quand m’as-Tu connu? C’est la premiĂšre fois que nous nous rencontrons.’»
«Il a dit: ‘Avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous l’arbre, Je t’ai vu.’»
E-18 NathanaĂ«l s’est levĂ© et a dit: «Cela a rĂ©glĂ© le problĂšme pour moi. J’ai criĂ© et j’ai dit: ‘ Rabbi, Tu es le Fils de Dieu; Tu es le Roi d’IsraĂ«l.’ En effet, je savais que cela... Je l’ai appris dans les Ecritures. Je savais que ce Messie serait un Dieu-ProphĂšte, et j’ai vu qu’il s’agissait de cet Homme; j’étais parfaitement persuadĂ©.»
E-19 A ce moment-lĂ , AndrĂ©, c’est certainement lui qui a dit: «FrĂšres, qu’en Ă©tait-il de nous tous ce jour-lĂ , lorsque nous revenions d’un voyage, et que nous approchions de la Samarie? Et nous nous Ă©tions Ă©cartĂ©s de notre itinĂ©raire habituel, et Il avait dit qu’il fallait qu’Il passĂąt par la Samarie. Et ce qui Ă©tait Ă©trange, c’est que Lui, un Juif, voulait passer par [le pays d’] une race mĂ©langĂ©e, les Samaritains, qui sont dĂ©testĂ©s, mĂ©prisĂ©s par notre peuple; nous n’avons aucune relation du tout avec eux. Mais pourtant, Lui voulait passer par la Samarie. Et Il nous avait dit avant cela qu’Il ne faisait que ce que le PĂšre Lui montrait premiĂšrement.»
«Et alors, quand nous sommes arrivĂ©s lĂ , vous rappelez-vous, frĂšres, a dit AndrĂ©, qu’Il a affichĂ© alors un comportement Ă©trange? Il ne voulait mĂȘme pas entrer dans la ville avec nous, et Il s’est assis prĂšs du puits public, en dehors de la porte, et Il a dit: ‘Allez-y acheter de la nourriture.’ Et quand nous sommes entrĂ©s et que nous nous sommes procurĂ© de la nourriture, Ă  notre retour (Vous vous rappelez?), Il parlait Ă  une–une femme qui, nous le savions, avait une mauvaise rĂ©putation dans la ville.»
«Et Il avait dit Ă  la femme: ‘Apporte-Moi Ă  boire.’»
«Et elle a rĂ©pondu: ‘Il n’est pas de coutume que vous les Juifs, vous demandiez des services aux Samaritains. Nous n’avons pas de relations les uns avec les autres, car il y a une sĂ©grĂ©gation.’»
«Et Il a dit: ‘Mais si tu savais Ă  Qui tu parlais...’»
E-20 Vous vous rappelez, frĂšres? Nous nous sommes tous blottis lĂ  dans les buissons pour voir ce qui allait arriver, pour entendre ce qu’Il allait dire Ă  cette prostituĂ©e proscrite, une femme de mauvaise rĂ©putation. Que dirait Celui que nous croyons ĂȘtre le Fils de Dieu Ă  une femme comme celle-lĂ ? Et Il avait dit qu’Il avait Ă©tĂ© envoyĂ© vers les brebis perdues d’IsraĂ«l. Comment allait-Il faire quelque chose pour elle? Et pourquoi un jeune homme de Son Ăąge et une prostituĂ©e s’entretenaient-ils seuls lĂ -bas? Nous nous sommes donc abaissĂ©s dans les buissons (Vous rappelez-vous?) pour Ă©couter ce qui se disait.»
«Et Il a dit... Il a dit: ‘Si tu savais Ă  Qui tu parlais, c’est toi qui Me demanderais Ă  boire. Et Je t’apporterais une eau, ou plutĂŽt te donnerais une eau qui n’est pas celle que tu ne viens puiser ici.’»
«Et la conversation s’est poursuivie, et quelques instants aprĂšs, Il lui a dit: ‘Va chercher ton mari, et viens ici.’»
«Eh bien, comme nous nous sommes regardĂ©s les uns les autres... de la femme... Une femme d’une si mauvaise rĂ©putation ne peut pas avoir un mari.»
«Et elle a dit: ‘Je n’ai pas de mari.’»
«Il a dit: ‘C’est vrai; tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis maintenant n’est pas ton mari.’»
E-21 «Et avez-vous observĂ© l’expression de son visage? Quand elle s’est vite retournĂ©e, ses grands yeux noirs brillaient lorsqu’elle a dit: ‘Seigneur, je vois que Tu es ProphĂšte. Nous savons que quand le Messie viendra, Celui qu’on appelle Christ, Il nous annoncera ces choses. Il sera le Dieu-ProphĂšte; ce sera Lui qui connaĂźtra les secrets de nos coeurs. Mais Toi, qui es-Tu?’»
«JĂ©sus a dit: ‘Je le suis, Moi qui te parle.’»
E-22 «Vous rappelez-vous que nous n’avons pas pu Le persuader Ă  manger? Elle a laissĂ© sa cruche d’eau et a couru dans la ville. Et nous n’avons pas pu Le persuader Ă  manger.»
«Et Il a dit: ‘J’ai Ă  manger une nourriture que vous ne connaissez pas.’»
«Sa nourriture Ă©tait de faire la volontĂ© de Son PĂšre Qui L’avait envoyĂ©. Et nous sommes allĂ©s dans la ville avec Lui. Et vous rappelez-vous? Tous les hommes de cette ville, tous ceux qui Ă©taient Ă  Samarie (dans cette ville de Sychar) ont cru en Lui, parce qu’Il avait dit Ă  cette femme le problĂšme qu’elle avait.»
E-23 Ils se lĂšveront au jour du Jugement avec cette gĂ©nĂ©ration-ci et la condamneront, parce que JĂ©sus n’est pas mort; Il est Ă  jamais vivant, le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement. Il a dit que la reine du midi se tiendra lĂ  dans les derniers jours au Jugement et condamnera cette gĂ©nĂ©ration, parce qu’elle est venue des extrĂ©mitĂ©s de la terre pour Ă©couter le discernement de Salomon. Et Il a dit: «En vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, il y a ici plus que Salomon.»
Et ce soir, un plus grand que Salomon est au milieu de nous; en effet, c’est le Saint-Esprit, l’Esprit mĂȘme de JĂ©sus-Christ, essayant de Se frayer une voie pour entrer dans le coeur et dans la vie des gens. Les gens sont sortis de la ville, comme le dit l’Ecriture, car ils ont cru en Lui Ă  cause du tĂ©moignage de la femme.
E-24 Et alors que nous parcourons la nation, comme ce ministĂšre qu’Il m’a donnĂ©... Maintenant cela est devenu plus glorieux. Mais le ministĂšre qu’Il m’a donnĂ© a Ă©tĂ© Ă©prouvĂ© Ă  maintes et maintes reprises. Et les gens demeurent carrĂ©ment imprĂ©gnĂ©s de leur thĂ©ologie, et ne veulent pas bouger d’un pouce. Cette Samaritaine se lĂšvera dans les derniers jours au Jugement, et condamnera les Etats-Unis d’AmĂ©rique pour leur incrĂ©dulitĂ© aprĂšs deux mille ans d’enseignement de la Bible.
Et cependant, le mĂȘme Dieu qui a fait la mĂȘme promesse, et qui a dit: «Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera pareillement juste avant la Venue du Fils de l’Homme.» ...
Du temps de Sodome, il y avait un–un grand rĂ©veil. L’un des Billy Graham modernes est descendu Ă  Sodome et y a prĂȘchĂ© l’Evangile; il a connu de grands moments, et il a appelĂ© Ă  sortir ceux qui Ă©taient lĂ  Ă  l’intĂ©rieur. Et c’était lĂ  l’église naturelle et charnelle. Mais regardez ce qui est arrivĂ© Ă  cela: cela a continuĂ© carrĂ©ment et une grande nation appelĂ©e Moab a Ă©tĂ© formĂ©e.
E-25 Mais un Ange s’est arrĂȘtĂ© aussi auprĂšs d’Abraham, l’élu, et a accompli exactement le mĂȘme signe que JĂ©sus a manifestĂ©, le signe du Messie. Il n’avait jamais vu ce... Abraham Ă©tait un Ă©tranger. Les deux anges allaient Ă  Sodome. Mais Lui s’est assis, le dos tournĂ© Ă  la tente.
Et Il a dit: «Abraham, oĂč est Sara, ta femme?» Comment savait-Il qu’il Ă©tait mariĂ©? Comment savait-Il qu’il avait une femme? Comment savait-Il qu’elle s’appelait Sara?
Abraham a dit: «Elle est dans la tente derriÚre Toi.»
Il a dit: «Abraham, Je (‘Je’, un pronom personnel), Je vais te visiter au temps de la vie. Et cet enfant pour lequel tu t’es accrochĂ© Ă  Ma promesse, Je vais veiller Ă  ce qu’il naisse.»
Et Sara derriĂšre Lui, au fond derriĂšre le rabat de la tente, a en quelque sorte ricanĂ©, comme nous le dirions, elle s’est mise...?... en elle-mĂȘme; elle a ri dans son coeur.
Et cet Ange a dit: «Pourquoi Sara a-t-elle ri?» AllĂ©luia! «Pourquoi Sara a-t-elle ri dans la tente derriĂšre Moi?» Quel genre de tĂ©lĂ©pathie Ă©tait-ce lĂ ? Quel genre de signe Ă©tait-ce? C’était un signe pour que les gens fuient vite, parce que cette chose allait brĂ»ler.
E-26 JĂ©sus a dit: «Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera pareillement Ă  la Venue du Fils de l’homme.» La mĂȘme chose...
Nous voyons le feu dans l’artillerie russe; nous le voyons partout. Sortez de Sodome aussi vite que possible, et courez vers le Seigneur JĂ©sus, car c’est la derniĂšre heure, et la plĂ©nitude de Sa misĂ©ricorde a Ă©tĂ© donnĂ©e. Demain soir, je voudrais prĂȘcher sur quelque chose en rapport avec cela.
Ecoutez, JĂ©sus a dit que ce serait exactement comme cela dans le dernier jour. Quand Il Ă©tait ici sur terre, Il a accompli ce signe devant les Juifs, devant les Samaritains, mais pas devant les Gentils. Pourquoi? Les Gentils n’attendaient pas de Messie. Les Juifs attendaient un Messie; les Samaritains attendaient un Messie. Et Il est venu chez eux, et leur a donnĂ© ce signe. Et Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement. Les Gentils attendent la venue du Messie, et le Saint-Esprit est ici dans l’Eglise maintenant, avertissant les Gentils que le Messie vient chez eux. Nous sommes dans les derniers jours, juste Ă  la fin du temps. Et cependant, les gens ne veulent pas croire cela. Beaucoup se lĂšvent carrĂ©ment et sortent quand vous dites quelque chose Ă  ce sujet.
Puis vous voulez me dire que la Bible n’a pas raison de dire que certains sont prĂ©destinĂ©s Ă  la condamnation? La Bible dit qu’ils l’étaient. «Ayant l’apparence de la piĂ©tĂ© mais reniant ce qui en fait la force. Eloigne-toi de ces hommes-lĂ .» C’est ce que la Bible dit. Il a dit: «L’antichrist sĂ©duirait mĂȘme les Ă©lus si c’était possible.» Nous vivons un temps merveilleux, juste avant la Venue du Seigneur JĂ©sus.
E-27 Oh! Alors que Simon et les autres continuaient Ă  ramer, le diable a certainement baissĂ© le regard et a dit: «Oh! Je les vois maintenant; ils sont partis sans Lui. Voici l’occasion pour moi. Je vais provoquer une tempĂȘte pour les couler au fond de la mer. Voici l’occasion pour me dĂ©barrasser d’eux tous.»
C’est exactement ce qu’il dit maintenant. J’ai peur que ce ne soit lĂ  le problĂšme de notre Ă©glise. Vous le voyez; c’est Ă  bien des Ă©gards la mĂȘme chose aujourd’hui. Nous nous sommes emballĂ©s pour voir combien de grands et beaux bĂątiments nous pouvons construire, combien de gigantesques... Ă  quel point nous pouvons bien faire prospĂ©rer notre dĂ©nomination. Et nous sommes partis sans Lui. Et le diable vient avec son vent empoisonnĂ© pour commencer un rĂ©veil parmi les gens, disant: «Ne croyez pas Ă  ce surnaturel. La guĂ©rison divine n’existe pas. Vous feriez mieux d’aller consulter un psychiatre et de vous faire examiner le cerveau avant de devenir missionnaire ou ministre.» Tout ce genre d’absurditĂ©s, un rĂ©veil empoisonnĂ©, qui cherche Ă  dire que la puissance de Dieu qui opĂšre dans l’Eglise est un tas de fanatisme. Vous savez que c’est ce que la Bible dit, ce que JĂ©sus a dit, quand Il accomplissait lĂ  ces signes et qu’Il montrait, disait Ă  NathanaĂ«l les choses qui Ă©taient arrivĂ©es.
Ces Juifs qui se tenaient là ont dit: «Cet homme est Béelzébul; Il est un diseur de bonne aventure. Maintenant, nous avons compris Son manÚge! Il lit leurs pensées; Il pratique la télépathie mentale.»
JĂ©sus s’est tournĂ© vers eux et a dit: «Je vous pardonne. Moi le Fils de l’homme, Je vous pardonne ceci. Mais quand le Saint-Esprit sera venu (pour cet Ăąge), a-t-Il dit, un seul mot contre Lui ne sera jamais pardonnĂ© ni dans ce siĂšcle ni dans le siĂšcle Ă  venir.»
E-28 Et les gens ne voient pas ça. Ils ont une petite piste Ă©troite, une espĂšce de thĂ©ologie que l’église adopte; et ils s’en tiennent juste Ă  cela. Comme j’ai entendu frĂšre David duPlessis dire une fois; il est sorti de son sujet.
Il a dit: «Je ne reste pas tout le temps sur l’autoroute, parce que tout prĂ©dicateur... chaque prĂ©dication que j’apporte, tous ceux Ă  qui je prĂȘche n’habitent pas au bord de l’autoroute. Je dois aller les chercher dans les rues.»
C’est peut-ĂȘtre donc comme ça que nous devons le faire. Descendez dans les rues et les petits chemins pour contraindre les gens et les forcer Ă  entrer. Si c’est possible, faites que cela leur fasse tellement mal qu’ils seront obligĂ©s de voir cela, ou qu’ils porteront des lunettes sombres et s’en iront, en refusant de voir la chose. Rendez cela clair, prouvez cela, par les Ecritures.
E-29 C’est ainsi que ces frĂšres parlaient de cela; ils Ă©taient certains qu’Il Ă©tait JĂ©hovah. Et Abraham Ă©tait certain que c’était JĂ©hovah. Maintenant, vous direz: «Il Ă©tait un homme.» Je sais qu’Il Ă©tait un Homme. Mais quand Abraham... Il devait le savoir; il Lui a parlĂ©. Il L’a appelĂ© «Seigneur Dieu». Seigneur Dieu, c’est «Elohim, Seigneur Dieu, Elohim, Celui qui est grand et tout suffisant, Celui qui est fort, le Tout-Puissant, Celui qui existe par Lui-mĂȘme». C’est Celui qui se tenait lĂ , mangeant de la viande de veau, buvant du lait de vache, mangeant du pain de maĂŻs beurrĂ©. Je... Dieu Lui-mĂȘme en confirmant cela dans les derniers jours, avant que l’histoire du monde touche Ă  sa fin, ce Dieu se manifestera encore dans la chair humaine. AllĂ©luia!
Il veut entrer dans votre chair; Il veut entrer dans ma chair et Se manifester. Il a envoyé mourir Son Fils, et ce Dernier est devenu une propitiation pour nos péchés, et en faisant cela Il a pu pardonner nos péchés, afin de pouvoir purifier Son tabernacle, et de pouvoir vivre en nous.
E-30 JĂ©sus a dit: «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais. Et vous en ferez mĂȘme davantage.»Il Ă©tait juste une Personne; maintenant Son Esprit est rĂ©pandu dans le monde entier. Oh! Dieu peut guĂ©rir ici, Il peut guĂ©rir en Afrique, guĂ©rir en Asie, guĂ©rir au mĂȘme moment dans le monde entier. En effet, le Saint-Esprit remplit toute la terre. C’est Dieu qui fait cela. Oh! N’est-Il pas merveilleux?
E-31 Le diable a donc baissĂ© le regard et a dit: «Voici maintenant l’occasion pour moi; ils sont partis sans Lui.»
Et si seulement il peut amener l’Eglise pentecĂŽtiste Ă  commencer Ă  se prĂ©occuper plus de ses constructions et de ce que ses congrĂ©gations soient bien habillĂ©es, plutĂŽt que de se prĂ©occuper d’une rĂ©union de priĂšre Ă  l’ancienne mode et d’une rĂ©union qui dure longtemps, et du baptĂȘme du Saint-Esprit, d’une vie pieuse, pour la purification de leurs femmes ainsi que de leurs hommes, pour les amener Ă  mener une vie sainte, de sorte que soit ils se mettent au pas, soit ils s’en vont, et sans beaucoup compter sur l’argent, et sur davantage d’argent, et sur le fait d’élever... Bien vite, vous allez constater que vous ĂȘtes partis sans Christ.
FrĂšre, soeur, souvenez-vous de ceci: AINSI DIT LE SEIGNEUR, (Voyez-vous?) l’église ferait mieux de se purifier! Vous ĂȘtes emportĂ©s trĂšs loin. Revenez au Seigneur; revenez aux vraies rĂ©unions de priĂšre.
E-32 Un vieux petit pasteur mĂ©thodiste, un ami Ă  moi que j’ai amenĂ© ici est restĂ© dans cette piĂšce l’autre nuit jusqu’à trois heures du matin. Mon fils est allĂ© le voir; il Ă©tait descendu quelque part Ă  la riviĂšre, et priait. Il devait se mettre au travail; sa femme avait dĂ©jĂ  reçu le Saint-Esprit. Hier soir, il y est arrivĂ©. Il a failli mettre en piĂšces cet endroit, il a couru prendre son frĂšre et sa belle-soeur, et ils ont reçu le Saint-Esprit. Je vous le dis, les mĂ©thodistes vont recevoir une secousse lĂ  dans le Kentucky dans quelques jours. C’est le VĂ©ritable Saint-Esprit de Dieu. Et c’est pour les mĂ©thodistes, les baptistes.
Laissez-moi vous dire ceci, vous les dĂ©nominationnels qui ĂȘtes ici, les mĂ©thodistes, les presbytĂ©riens: Quand ces gens-ci se disent pentecĂŽtistes, cela ne veut pas dire qu’il s’agit d’une organisation. On ne peut pas organiser la PentecĂŽte. On peut avoir une dĂ©nomination, mais la PentecĂŽte est une expĂ©rience pour «quiconque veut, qu’il vienne», qu’il soit baptiste, presbytĂ©rien, mĂ©thodiste, noir, jaune, brun, ou blanc. Quelle que soit sa couleur, cela ne change rien; peu importe combien il est grand, combien il est petit, combien il est vil, combien elle est dĂ©testable; cela ne change rien du tout; c’est pour quiconque veut. C’est ainsi que Dieu procĂšde pour purifier son Eglise. Vous n’ĂȘtes pas obligĂ© d’ĂȘtre intelligent; vous n’ĂȘtes pas obligĂ© d’ĂȘtre instruits.
Il n’y avait dans tout le groupe de JĂ©sus qu’un seul qui Ă©tait instruit, et c’était Paul. Et Paul a dit qu’il a dĂ» oublier toute sa connaissance pour trouver Christ. On ne connaĂźt pas Dieu par la puissance intellectuelle; on connaĂźt Dieu par une expĂ©rience du Saint-Esprit. Pierre Ă©tait un homme du peuple sans instruction. Mais Paul a dĂ» oublier tout ce qu’il connaissait pour trouver JĂ©sus.
E-33 Le diable a baissĂ© le regard, et a dit: «Je les ai eus maintenant.» Et il s’est mis Ă  envoyer son souffle. Et alors, c’est comme si le fond de la mer allait en sortir. J’imagine que ses dĂ©mons Ă©taient assis sur chaque vague, disant: «Oh! Nous les avons eus maintenant. Nous les avons Ă  un endroit oĂč ils peuvent couler.»
Et alors que les pentecĂŽtistes commencent Ă  agir, et que leurs Ă©glises commencent Ă  agir comme vous, ils commencent Ă  constituer un petit groupe organisĂ©, en disant: «Nous sommes contre ce groupe-là», l’Eglise de Dieu est contre les AssemblĂ©es, les AssemblĂ©es sont contre l’Eglise de Dieu, les Unitaires sont contre les Binitaires, les Binitaires sont contre les Trinitaires, avec (oh!) ça... toutes ces autres absurditĂ©s. Voyez?
Et le diable s’est dit: «Je les ai sĂ©parĂ©s.» C’est tout. «Je les ai Ă©loignĂ©s de Lui.»
Vous courriez bien. Qu’est-ce qui vous a arrĂȘtĂ©s? Qu’est-ce qui s’est passĂ©? Vos femmes ont commencĂ© Ă  se couper les cheveux, Ă  se couvrir le visage de manucure, et–et Ă  porter toutes sortes... Qu’avez-vous fait, vous les hommes? Vous avez commencĂ© Ă  faire des histoires comme tout, Ă  dire des plaisanteries, et certaines sont trĂšs sales. Vous avez commencĂ© Ă  prendre pour diacres les gens qui ont eu deux ou trois femmes, tous ces genres de choses. Qu’était-ce? Vous vous ĂȘtes emballĂ©s dans quelque chose sans Lui. C’est tout Ă  fait exact. Vous L’auriez gardĂ© au milieu de vous et vous auriez continuĂ©, mais il vous fallait avoir un groupe un peu plus grand que celui des autres. Dieu ne demeure pas dans de grands groupes; Il demeure dans des coeurs humbles (Certainement!) de n’importe quel groupe qui Le recevra. «Vous avez le meilleur.» «Oh! Nous devons...»
E-34 J’ai reçu des ministres qui m’ont dit: «Vous feriez mieux d’aller le voir, parce qu’il est un homme influent dans cette ville.»
Peu m’importe qu’il soit un clochard dans la rue, tellement ivre qu’il ne peut pas se dĂ©placer, il vaut autant que le maire de la ville aux yeux de Dieu, car il s’agit de quiconque veut, qu’il vienne. Mais nous sommes allĂ©s auprĂšs de quelqu’un d’autre qui Ă©tait une vedette de cinĂ©ma, ou qui avait une grande attraction ou–ou un danseur de claquettes, ou de–de jitterbug [sorte de danse des annĂ©es 1940–N.D.T.] moderne, ou peu importe comment vous voulez appeler cela.
Dieu va dans les gouttiĂšres. «Allez dans les rues et dans les voies publiques et contraignez-les Ă  entrer.» Et, rappelez-vous, c’était le dernier appel. L’église est partie sans Lui. Voyez-vous, vous vous ĂȘtes emballĂ©s.
E-35 Eh bien, je ne suis pas contre une quelconque organisation; que Dieu nous en donne un millier de plus. J’aime l’organisation. Je suis considĂ©rĂ© comme quelqu’un qui les combat, mais c’est simplement parce que les gens qui ne connaissent pas l’Esprit de Dieu... je ne suis pas du tout contre les organisations. Je ne le suis pas du tout; je suis pour elles, chacune d’elles. Je suis avec les AssemblĂ©es, avec l’Eglise de Dieu, avec les PentecĂŽtistes de la SaintetĂ©, avec les Unitaires, avec l’Eglise Unie, avec les AssemblĂ©es PentecĂŽtistes de JĂ©sus-Christ, eux tous. Elles sont toutes mes organisations; je suis membre de chacune d’elles. Mais, frĂšre, aussi longtemps que le pĂ©chĂ© est lĂ -dedans, je vais cogner dessus aussi durement que possible avec cet Evangile, jusqu’à ce que je verrai les scories en sortir, jusqu’à ce que je verrai la glorieuse Eglise de Dieu, avec les bras les uns autour des autres, oublier leurs diffĂ©rends, porter les pĂ©chĂ©s derriĂšre eux et tendre vers la perfection, dĂ©raciner tous les Thomas et tout. Et peu m’importe qui ils sont. C’est juste.
L’huile et l’eau ne peuvent pas se mĂ©langer. Ainsi, quand vous Ă©loignez de vous toute incrĂ©dulitĂ©, Dieu viendra se mettre Ă  l’oeuvre au milieu de vous. C’est juste. Mais si vous ne le faites pas, Il ne le fera pas; vous allez Ă  la dĂ©rive.
E-36 Eh bien, ces disciples étaient dans une situation terrible. Ils étaient sans Jésus, et ils étaient là-bas en plein océan. Mais ils obéissaient à un commandement. Jésus leur avait dit de partir. «Traversez la mer; Je vais prier.» Et ils suivaient la ligne du devoir.
Maintenant, mes frĂšres, si vous m’avez dĂ©testĂ© il y a quelques minutes, faites-moi alors signe de la main maintenant. Vous suivez toujours la ligne du devoir tant que vous prĂȘchez le baptĂȘme du Saint-Esprit et que vous restez sur cette voie, vous ĂȘtes toujours dans la ligne du devoir. JĂ©sus n’était pas allĂ© si loin que ça, mais ce que...
Savez-vous ce qu’Il avait fait? Il avait gravi la montagne la plus haute de cette contrĂ©e de façon Ă  avoir la mer en vue d’un bout Ă  l’autre. Il les avait envoyĂ©s; Il voulait veiller pour le moment oĂč ils auraient des ennuis, ĂȘtre sĂ»r que s’il arrivait quelque chose, eh bien, Il serait lĂ  pour les secourir. Il serait sur–Il serait juste sur le lieu pour les secourir s’il arrivait quelque chose. Il est montĂ© tout au sommet de la montagne; Il pouvait observer d’un bout Ă  l’autre l’ocĂ©an, d’un bout Ă  l’autre cette petite mer-lĂ . Et quand Il a vu que le vent Ă©tait contraire, que Satan leur envoyait son souffle... Et alors qu’est-il arrivĂ©? Juste quand ils Ă©taient au comble du dĂ©sespoir, JĂ©sus vint vers eux en marchant.
E-37 Eh bien, Dieu a fait... JĂ©sus a fait la mĂȘme chose. Il est montĂ© si haut qu’Il peut voir le monde entier. OĂč est-Il allĂ©? Il a gravi les remparts du Calvaire. Il a Ă©tĂ© crucifiĂ© pour vos pĂ©chĂ©s; le Sang de Son corps est tombĂ© goutte Ă  goutte sur la terre. Mais cela... Puis, quand ils L’ont pris lĂ -bas et qu’ils L’ont enseveli, Il est ressuscitĂ© le matin de PĂąques et Il a continuĂ© de monter, de monter au-delĂ  des sphĂšres, de la lune, des Ă©toiles, jusqu’à s’asseoir Ă  la droite de la MajestĂ© de Dieu au Ciel. Son oeil est sur le moineau, et je suis sĂ»r qu’Il veille sur moi. Il veille sur vous. Il est allĂ© jusqu’au Ciel, au point oĂč la terre semble plus ĂȘtre comme... peut-ĂȘtre pas comme un point, mais plus petite que la plus petite Ă©toile. Mais Il se tient juste lĂ , comme une vieille mĂšre aigle, et Il observe tout ce que vous faites et Il connaĂźt chaque pensĂ©e de votre esprit.
E-38 Voici le problĂšme: lorsque ces disciples se sont trouvĂ©s dans un moment de dĂ©tresse, qu’est-il arrivĂ©? Quand ils L’ont vu venir, ils ont eu peur de Lui! Eh bien, c’est exactement le problĂšme qu’a l’église ce soir. On ne sait quoi dire de cela. Eh bien, cela fait environ huit ou dix ans que c’est dans le champ missionnaire et autour du monde. Les gens ont peur.
E-39 Ils disent: «Cela pourrait-il se faire? Est-ce possible? Ça peut ĂȘtre un peu drĂŽle. J’aime frĂšre Branham, mais je vous assure, je ne comprends pas. Il a parfois des idĂ©es bizarres.»
Et tant que vous pensez cela, vous ferez aussi bien de rester dans votre siĂšge. C’est juste; c’est juste. Quant Ă  frĂšre Branham lui-mĂȘme, il n’est rien. C’est tout Ă  fait juste. Mais je reprĂ©sente le VĂ©ritable Esprit de Dieu, parce qu’Il vient par la Parole et fait ce que la Parole dit de faire. Si vous ne pouvez pas me croire, alors croyez l’Evangile que je prĂȘche. Eh bien, faites cela.
JĂ©sus a dit la mĂȘme chose: «Si cela fait les oeuvres de Dieu, alors c’est de Dieu. En effet, nul ne peut faire les oeuvres de Dieu si Dieu n’est pas avec lui ou en lui.»
E-40 Maintenant, j’aimerais que vous observiez quelque chose. Ils avaient peur. Ils ont dit: «Cela ressemble Ă  un fantĂŽme.» Ils ont dit que c’était un esprit, assurĂ©ment. Ils pensaient que c’était un esprit.
C’est ce qu’il en est ce soir; les gens ont peur que ce soit un esprit de l’erreur. Ils ne savent pas de quoi il s’agit. Ils disent: «Eh bien, s’il Ă©tait membre de notre organisation, nous accepterions cela». Oh! Votre misĂ©rable petite organisation. Voyez-vous? Si vous ne veillez pas, elle vous tiendra hors du Ciel un de ces jours. Vous dĂ©pendez trop de cela. Maintenant, rappelez-vous, restez-y! Mais soyez-y une lumiĂšre brillante; menez une vie irrĂ©prochable. Peu importe de quelle organisation vous ĂȘtes membre, mais ne vous appuyez pas trop sur cela. Appuyez-vous sur la croix; appuyez-vous sur JĂ©sus, c’est sur Lui qu’il vous faut vous appuyer. Je n’aime pas cette façon de s’appuyer sur la croix; il me faut m’appuyer sur JĂ©sus.
E-41 Outre-mer, je ne sais pas combien de diffĂ©rentes personnes ont des sensations, vous savez, et des choses qu’ils veulent faire. Je crois maintenant qu’outre-mer les gens ont dix-neuf clous originaux qui Ă©taient sur la croix. Tout le monde veut agiter un clou, disant: «Le voici; le voici!» Quelqu’un a un morceau de la croix. RĂ©cemment, un pape s’est tenu lĂ  avec un morceau de bois Ă  peu prĂšs comme ça; il l’agitait, disant: «Le voici; le voici!»
Quand j’étais Ă  Rome, je suis entrĂ© dans une Ă©glise oĂč ils prennent tous les moines qui meurent et ils les enterrent lĂ  jusqu’à ce que la chair tombe d’eux, puis ils prennent leurs os, et utilisent leurs doigts pour en faire des supports des ampoules et–et tout comme cela, il y a des os partout. Et les voyageurs qui passent par lĂ  ont tellement frottĂ© ces os que leur... certains crĂąnes sont lisses. Et il y avait une statue de saint Pierre, tant de gens ont embrassĂ© son orteil et l’ont frottĂ© qu’on a dĂ» remplacer deux ou trois fois les pieds de cette statue. On touche et on frotte toujours.
Ô mon Dieu! Éloignez-vous de ça. Dieu est Esprit. Et ceux qui L’adorent doivent L’adorer en Esprit et en VĂ©ritĂ©. «Ta Parole est la VĂ©ritĂ©.» L’Esprit vient et atteste la Parole. Et alors, vous dites: «Oh! C’est un fantĂŽme.» Alors, on frotte le crĂąne de quelqu’un, pour ensuite dire que ceci ressemble Ă  un fantĂŽme. Voyez-vous? C’est... Vous y ĂȘtes. Voyez-vous? Aller Ă  une tombe sacrĂ©e, ou Ă  une...
E-42 J’étais en Alsace Lorraine, ou...?... non, c’était Ă  Notre Dame de Paris. Et il y avait une femme, une femme Ă©tait morte lĂ . Et il y avait lĂ  un–un endroit oĂč les gens prenaient, frottaient leurs mains dans tous les sens au sommet de sa tĂȘte au point que... Elle est dans un cercueil, et on... Cette dame a Ă©tĂ© embaumĂ©e d’une certaine façon, et les gens–les gens frottaient lĂ , disant que cela protĂ©geait la ville contre les flĂ©aux. Quand le sang d’une femme, l’huile coulant de la main d’un homme, ou n’importe quoi d’autre prend la place de JĂ©sus-Christ, du Sang de JĂ©sus-Christ, c’est antichrist. Et rappelez-vous simplement cela; c’est antichrist.
JĂ©sus-Christ est le seul MĂ©diateur entre Dieu et l’homme. Son Sang a Ă©tĂ© rĂ©pandu une fois pour toutes. Il a pris Son propre Sang, et est entrĂ© dans le sanctuaire de Dieu, et s’est assis Ă  la droite de Dieu. Il est le seul MĂ©diateur; Il est le seul Intercesseur; Il est le seul Sang. Le seul Esprit, c’est le Saint-Esprit; et je crois cela avec tout ce qui est en moi. C’est juste. [FrĂšre Branham frappe sur la chaire.–N.D.E.]
Pour moi, tout ce qu’on substitue à cela est faux. N’importe quel genre de sensation est faux. Il faut que ça soit l’Esprit. Et l’Esprit en vous vous fait vivre la Vie, et vous fait accomplir et faire les oeuvres de Dieu. Si ce n’est pas...
E-43 Si vous mettez l’esprit de la citrouille dans une vigne, celle-ci portera des citrouilles. Absolument, en effet, il s’agit du fruit de la vigne, du genre de vie qui s’y trouve. Mettez un pĂȘcher–un pĂȘcher et ĂŽtez du pĂȘcher la vie, et mettez-la dans un sycomore, ce dernier portera des pĂȘches. Absolument. En effet, c’est la vie du pĂȘcher qui est lĂ -dedans. Si vous remettez la Vie de JĂ©sus-Christ dans l’église, vous allez cesser de vous disputer, vous allez ĂȘtre des frĂšres et des soeurs; vous, femmes, vous allez laisser pousser vos cheveux; vous allez vous Ă©loigner de la manucure; vous allez arrĂȘter ces sales Ă©missions de tĂ©lĂ©vision qu’on ne devrait pas suivre; vous allez vous dĂ©pĂȘcher d’aller Ă  l’église chaque mercredi soir; les rĂ©unions de priĂšre vont se dĂ©rouler partout dans toute la ville; et l’Eglise deviendra Une en Christ JĂ©sus.
«Et la Gloire du Seigneur retournera et ira Ă  Sion avec chants de triomphe et une grande joie.» Et un rĂ©veil va Ă©clater partout dans le pays, et cela couvrira de honte tous les critiqueurs. La puissance de Dieu va entrer dans l’église, et JĂ©sus viendra Se manifester Lui-mĂȘme par de grands signes, de grands prodiges et de grands dons. Ce sera juste au dernier jour, en attendant que Son Eglise soit prĂȘte. Amen. N’ayez pas peur de cela; acceptez cela.
E-44 C’était lĂ  leur unique voie du salut. Le diable les aurait tuĂ©s juste lĂ . Il les aurait Ă©touffĂ©s, n’eĂ»t Ă©tĂ© cela. C’était comme un fantĂŽme pour eux, c’était un peu drĂŽle. Et ce soir, l’unique espoir de l’Eglise est de s’éloigner de leurs thĂ©ologies humaines, et de revenir au Saint-Esprit, et de ramener l’Esprit dans l’Eglise, pour que l’Eglise soit redressĂ©e. Et l’unique espoir pour le salut, c’est de revenir de nouveau au Saint-Esprit. Amen.
C’est peut-ĂȘtre trĂšs fort. Ma mĂšre avait l’habitude... comme je l’ai dit, elle me disait... S’il y a quelque chose que je dĂ©teste, c’est l’huile de ricin. La raison pour laquelle je repousse au tant que possible les examens Ă  subir pour aller outre-mer, c’est parce qu’il faut la prendre. Et cela me soulĂšve le coeur Ă  mort.
Mais elle disait: «Tout ce qui ne te rend pas malade ne te fait aucun bien.» Je pense donc que cela nous aide en quelque sorte, vous savez. Evidemment.
E-45 Le Saint-Esprit, le Saint-Esprit de Dieu est au milieu de nous. Il confirme Lui-mĂȘme qu’Il est avec nous. Il n’est pas mort; Il est vivant.
Un jour, les gens sont venus vers Lui et Lui ont dit: «Maßtre, nous voudrions voir un signe.»
Il a dit: «Une gĂ©nĂ©ration faible et adultĂšre cherche un signe.» Et si ce n’est pas la gĂ©nĂ©ration dans laquelle nous vivons, c’est que je n’en ai jamais connu. Une gĂ©nĂ©ration mĂ©chante et adultĂšre, c’est ce que nous avons maintenant. ConsidĂ©rez l’adultĂšre, considĂ©rez les divorces. Les divorces... L’AmĂ©rique dĂ©passe le reste du monde pour les cas de divorce. Certainement; c’est sĂ»r. Ce qu’il y a de pire au monde, ce sont les divorces. Nos femmes se sentent en libertĂ©, elles courent comme une bande de cochons sauvages. Eh bien, c’est tout Ă  fait juste. En libertĂ©! Que fait le juge? Il vous accorde votre divorce. La Bible dit: «Que l’homme ne sĂ©pare pas ce que Dieu a uni.» Je ne crois pas dans les divorces. Pas du tout. Dieu unit des hommes et des femmes, et ils devraient vivre comme cela le reste de leur vie.
Et nos pentecĂŽtistes prennent ces hommes divorcĂ©s, qui vivent avec deux ou trois femmes diffĂ©rentes et tout, et en font des diacres dans l’église et ainsi de suite. M-m-m! C’est une honte; cela jette l’opprobre sur le Nom de JĂ©sus.
E-46 C’est comme l’autre jour, je crois que c’était en Inde, les gens disaient: «Allez-vous-en avec votre christianisme. Nous n’en voulons pas. Nous aimerions connaĂźtre JĂ©sus, mais nous ne voulons pas de votre christianisme. C’est affreux.»
Eh bien, en Inde oĂč il y a quarante ou cinquante diffĂ©rentes sortes de religions, ils peuvent nous amener Ă  avoir honte de nous. Et les Hottentots en Afrique, dans l’une des tribus... je ne sais pas si ce sont les Zoulous, les SonghaĂŻs, ou que sais-je. Il y a une des tribus qui est trĂšs sĂ©vĂšre, au point qu’on doit s’assurer de la virginitĂ© d’une femme avant qu’elle se marie. Si elle est trouvĂ©e coupable, elle doit dĂ©noncer l’homme qui a fait cela, et tous deux sont mis Ă  mort ensemble. On ne court pas la nuit dans cette tribu. Que se passerait-il si nous faisions cela en AmĂ©rique? OĂč est-ce qu’on les enterrerait tous? Voyez-vous, vous y ĂȘtes. Ils peuvent nous enseigner la morale (le savoir-vivre), et pourtant nous sommes censĂ©s ĂȘtre des saints ayant le Saint-Esprit. On laisse de telles bĂȘtises se faire dans notre Ă©glise; c’est un pĂ©chĂ© et une disgrĂące. Que Dieu ait pitiĂ© de nous!
Puis le Saint-Esprit vient, agit et manifeste Ses signes; et les gens s’en vont tout simplement comme pour dire: «Eh bien, je pense que c’était bien.» Oh! Vous ĂȘtes comme Ă  moitiĂ© mort.
Croyez en Dieu! RĂ©veillez-vous! Mourez complĂštement, afin qu’Il puisse vous ressusciter encore. Ne pensez-vous pas que c’est la vĂ©ritĂ©? Dans cette heure sombre, mais quel temps glorieux que celui dans lequel nous vivons! Certainement.
E-47 Je n’aime pas vous blesser; Dieu le sait. Mais ce que j’essaie de dire... Des prĂ©dicateurs sont assis ici, peut-ĂȘtre des centaines, dans cette convention. Il y a des membres d’église ici. Ce que je veux que vous fassiez, c’est que vous retourniez Ă  votre Ă©glise et que vous vous mettiez au travail. Ce... Nous n’arrivons pas Ă  le faire. Nous devons nous unir, et nous devons commencer ceci. Il faut qu’il se passe quelque chose, frĂšres. On en arrive Ă  un point oĂč la chose Ă©choue. Commençons.
Et savez-vous ce qui se passe? Dieu est en train de susciter du milieu des mĂ©thodistes, des presbytĂ©riens, des baptistes, des luthĂ©riens, des gens qui reçoivent le Saint-Esprit, qui sortent carrĂ©ment. Ô frĂšre, observez. «De ces pierres-ci Dieu peut susciter des enfants Ă  Abraham.» Ils le voient. Regardez cela; sondez cela dans les Ecritures aujourd’hui. C’est ça l’Ecriture; je le crois de tout mon coeur; sortez carrĂ©ment et recevez la chose. Voyez-vous?
E-48 Rappelez-vous, le premier groupe qui a commencĂ© la traversĂ©e vers la Terre promise a failli et est mort dans le dĂ©sert, exceptĂ© une toute petite mi minoritĂ©. C’était la deuxiĂšme gĂ©nĂ©ration qui est entrĂ©e dans la Terre promise. Voyez-vous, toutes ces choses sont des exemples.
Maintenant, nous devenons trĂšs durs. «Oh! Nous sommes des pentecĂŽtistes.» «Nous sommes de la SaintetĂ©.» Oh! AssurĂ©ment. Vous y ĂȘtes, voyez-vous oĂč vous en arrivez? Vous en arrivez Ă  un point oĂč lorsque Dieu commence alors Ă  agir avec Son Esprit, vous dites: «Oh! Oh! Nous n’avons jamais vu cela dans notre Ăąge; tenez-vous-en Ă©loignĂ©s.» Voyez-vous?
Regardez en arriĂšre et sondez les Saintes Ecritures. JĂ©sus a dit: «Sondez les Ecritures, car ce sont Elles qui rendent tĂ©moignage de Moi. Si vous ne pouvez pas Me croire, croyez les Paroles que Je... Si vous ne pouvez pas croire les Paroles que Je dis, croyez les oeuvres que Je fais, alors vous aurez la Vie. Ce sont elles qui rendent tĂ©moignage de Moi. Sondez les Ecritures, car ce sont Elles qui en rendent tĂ©moignage. Vous pensez avoir la Vie Eternelle.» Vous L’avez effectivement, si vous obĂ©issez aux Ecritures. Quand l’Ecriture dĂ©clare quelque chose, alors obĂ©issez Ă  cela.
Eh bien, beaucoup de... Je pensais qu’à cette heure-ci je serais parti, mais j’ai simplement envie de prĂȘcher maintenant. J’ai pratiquement changĂ© d’avis. Mais, Ă©coutez, nous sommes ici pour une rĂ©union de priĂšre pour les malades et les affligĂ©s.
E-49 Ils ont donc criĂ©, et ils ont eu peur. Et JĂ©sus a parlĂ©, disant: «N’ayez pas peur; c’est Moi. N’ayez pas peur!»
Maintenant, comment saurons-nous ce soir que c’est Lui? Parce qu’Il fera les mĂȘmes oeuvres qu’Il avait faites. S’Il est le Souverain Sacrificateur... HĂ©breux 4.15 dit que JĂ©sus-Christ est maintenant mĂȘme le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s. Voyez-vous? Il fait l’intercession. JĂ©sus a promis que ces choses auraient lieu dans les derniers jours. Vous avez cru dans le fait de recevoir le Saint-Esprit, et vous L’avez reçu. Ils avaient cru en JĂ©sus et ils L’ont reçu; ils Ă©taient lĂ -bas en plein ocĂ©an, sur le point de sombrer, parce qu’Il n’était pas lĂ . Et quand Il est arrivĂ©, ils ont eu peur de Lui, parce qu’Il est venu sous une autre forme, Il est venu d’une autre façon, mais c’était toujours JĂ©sus. Et si vous voulez savoir si c’est Lui ou pas, retournez et voyez si oui ou non la Parole dit que c’est Lui. C’est testĂ© par la Parole; la Parole rend tĂ©moignage de Dieu, et la Parole de Dieu rend tĂ©moignage Ă  Elle-mĂȘme.
E-50 Maintenant, pour terminer notre petit drame. Ces frĂšres savaient... Jean Ă©tait certain que c’était le Messie. Il savait que Seul Dieu pouvait faire cela. Pourquoi? Parce qu’il avait vu dans les Ecritures que c’était Dieu qui avait crĂ©Ă© le pain, et l’avait rompu et plus... et avait nourri deux millions de personnes au jour le jour. Il savait que c’était Dieu. Pierre savait que c’était Dieu, parce qu’il avait appris que le Messie devait ĂȘtre un Dieu-ProphĂšte; NathanaĂ«l, la mĂȘme chose.
La Samaritaine avait reçu un enseignement. Elle savait; elle a dit: «Je sais que lorsque le Messie viendra–nous le savons tous ici en Samarie–nous savons que lorsque le Messie viendra, c’est ce qu’Il fera. Mais Toi, qui es-Tu?»
Jésus a dit: «Je Le suis.»
Elle n’a pas eu peur; elle a reçu la chose. Et elle est allĂ©e faire quelque chose Ă  ce sujet. Nous Le voyons se mouvoir sur une assemblĂ©e, faire quelque chose d’extraordinaire, confirmant que le mĂȘme Esprit qui Ă©tait sur Lui est sur nous. Puis nous nous en allons et disons: «Eh bien, je ne sais qu’en penser.» Voyez-vous? C’est ce qui rend la chose difficile. Que Dieu soit misĂ©ricordieux. Qu’il n’en soit pas ainsi dĂšs ce moment; que Dieu vous vienne en aide; que Dieu vous bĂ©nisse.
E-51 Que Dieu me vienne en aide, j’ai cinquante ans. Je n’en ai plus pour longtemps, vu mon Ăąge. Si je prĂȘche encore vingt ans, en fait je ne crois pas que vingt ans s’écouleraient avant que JĂ©sus vienne. Maintenant–maintenant, permettez–permettez que je fasse bien asseoir cette chose ici, permettez que je corrige cela ici. Je ne sais pas quand Il viendra, mais Ă  ce qu’il semble, ça ne peut plus durer. Ça ne peut plus durer. Il se peut que cela soit avant le matin. Il peut venir nous chercher ici mĂȘme dans la minute ou les deux minutes qui suivent. Je ne sais pas quand mon coeur ou le vĂŽtre va s’arrĂȘter. Alors, il nous faudra partir.
Mais cependant, je crois que la Seconde Venue de Christ est si proche que ce vingtiĂšme siĂšcle ne pourra pas se terminer. Tout se passe... Dieu a construit le monde en six mille ans; mille ans sont un jour, comme le disent les Ecritures. Tous les deux mille ans, il s’est passĂ© quelque chose dans le monde. Au premier bimillĂ©naire, NoĂ© a construit l’arche, et le dĂ©luge est venu. Au deuxiĂšme bimillĂ©naire, Christ est venu. Maintenant, c’est l’an mille neuf cent soixante, et «J’abrĂ©gerai l’oeuvre Ă  cause des Ă©lus, sinon aucune chair ne sera sauvĂ©e». Vous y ĂȘtes. «Ainsi, quand vous verrez ces choses commencer Ă  arriver, levez vos tĂȘtes, car votre rĂ©demption est proche.» J’ignore le moment exact oĂč Il viendra. Mais je sais une chose: Il est ici ce soir sous la forme du Saint-Esprit. Il est en nous pour que nous croyions.
E-52 Que Dieu nous aide pendant que nous prions pour les malades, et maintenant, inclinons la tĂȘte pour la priĂšre.
Bien-aimĂ© JĂ©sus, je suis Ton serviteur. Je voudrais ĂȘtre sincĂšre, aprĂšs avoir vu cette vision l’autre matin, je voudrais ĂȘtre plus sincĂšre que jamais, Ă©tant conscient que je ne sais pas Ă  quel moment Tu vas m’appeler, et il me faudra Te rĂ©pondre. Maintenant, Dieu notre PĂšre, par un don divin qui a Ă©tĂ© rendu manifeste partout dans le monde, j’ai agi au mieux de ma connaissance. Et maintenant, Tu as promis que ça deviendrait plus glorieux. Je suis si heureux que Tu nous manifestes cela, comme nous le verrons Ă  la fin de la semaine.
Maintenant, PĂšre, je Te prie ce soir d’accorder le salut Ă  chaque pĂ©cheur qui se trouve ici. Accorde la guĂ©rison divine Ă  chaque personne malade qui est ici. Donne le baptĂȘme du Saint-Esprit Ă  tout celui qui Le cherche ce soir. BĂ©nis chaque ministre, chaque dĂ©nomination, chaque organisation, chaque Ă©glise, tout celui qui murmure Ton Nom. Seigneur, puissent-ils recevoir de Toi des bĂ©nĂ©dictions.
MĂȘme s’il y a des critiqueurs ici, nous prions pour eux, afin qu’ils cessent d’ĂȘtre des critiqueurs. Ce n’est pas leur intention d’ĂȘtre comme cela, PĂšre. Pardonne-leur d’ĂȘtre des critiqueurs; ce n’est pas leur intention d’ĂȘtre comme cela. Je Te prie de les remplir tellement du Saint-Esprit qu’ils deviendront aussi des partenaires avec nous dans le ministĂšre de cette Venue du Seigneur JĂ©sus. Accorde-le, PĂšre.
E-53 Avec humilitĂ©, je–je... Pas devant les gens, ce n’est pas Ă  eux que je m’adresse, PĂšre, mĂȘme si je... ils entendent ma voix. Mais c’est Ă  Toi que je m’adresse d’un coeur sincĂšre. Je prie pour tous ceux qui sont des critiqueurs, afin que Tu leur pardonnes et que Tu les sauves, Seigneur. Et accorde que les oeuvres de Dieu accompagnent leur ministĂšre. Accorde-le.
E-54 BĂ©nis chaque organisation. Qu’un rĂ©veil Ă©clate ici dans chacune d’elles, Seigneur. Que leurs Ă©glises grandissent, que le nombre de leurs membres s’accroisse, que la puissance spirituelle augmente. Seigneur, nous dĂ©sirons voir une chose: notre Dieu en paix. Aide-nous, PĂšre. Mais sois–sois... Oins-nous, Seigneur, afin que nous ne soyons pas mous, que nous ne soyons pas lĂąches, que nous ne soyons pas une bande de minables, mais que nous soyons des hommes, des hommes remplis du Saint-Esprit, comme Pierre, bien qu’il fĂ»t un homme du peuple sans instruction. Les gens ont dĂ» remarquer qu’il avait Ă©tĂ© avec JĂ©sus. Il a dit: «Qui devrions-nous Ă©couter, vous ou Dieu?»
Ô Dieu, donne-nous de tels hommes aujourd’hui, des hommes qui prendront la Parole et qui La prĂȘcheront et diront: «Le Saint-Esprit est vrai, et la puissance de Dieu est vraie. La Venue de JĂ©sus pour bientĂŽt est vraie. Et nous nous en tiendrons lĂ  avec.... vaillante... Accorde-le, Seigneur. Ecoute nos priĂšres.
GuĂ©ris maintenant les malades et les affligĂ©s, et tires-en Toi-mĂȘme gloire. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus... Et que chaque pĂ©cheur qui est ici, Seigneur, pendant le dĂ©roulement du service... Puisses-Tu venir m’assister; je ne peux absolument rien faire sans Ton assistance. Je m’attends Ă  ce que Tu le fasses. Accorde-le, PĂšre. Je le demande au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-55 Je vais vous demander tous de rester simplement assis, et si vous ĂȘtes debout, soyez trĂšs respectueux. Je pourrais me tenir ici et prĂȘcher jusqu’à ce que ces quelques cheveux que j’ai tombent. Je pourrais me tenir ici jusqu’à ce qu’ils grisonnent, ou que je m’écroule Ă  la chaire et meure. Vous pourriez encore vous tenir lĂ  et dire: «Eh bien, je n’en sais rien. Il a prĂȘchĂ© cela, mais j’aimerais voir cela Ă  l’oeuvre.»
C’est tout à fait juste. Si c’est la promesse de Dieu, elle agira. Si cela... Chaque promesse que Dieu a faite agira, si vous avez assez de foi pour l’amener à agir.
E-56 Bon–bon, je–je vous considĂšre tous comme–comme–comme mes amis, et mes frĂšres et soeurs avec qui je m’attends Ă  passer l’éternitĂ© dans la Gloire. Et si vous ĂȘtes en dĂ©saccord avec moi sur mon enseignement, c’est parfaitement en ordre. Mais je crois que si vous sondez trĂšs bien votre Bible, vous vous rendrez compte que c’est–c’est Ă  la lettre. En effet, premiĂšrement, l’Ange du Seigneur est venu vers moi et m’a enseignĂ© cela; ensuite Il m’a montrĂ© oĂč trouver cela dans la Bible. Il me faut trouver le premier homme qui peut rĂ©futer cela. Et cela fait des annĂ©es. C’est... C’est la vĂ©ritĂ©; assurĂ©ment.
Certains grands thĂ©ologiens ont... Ă  qui je me suis adressĂ©, quand cela en est finalement arrivĂ© Ă  une confrontation, ils ont dit: «Nous savons que c’est juste, mais notre Ă©glise nous mettrait dehors si nous acceptions cela.» TrĂšs bien, si vous vous prĂ©occupez plus de l’église que de Christ, cela vous regarde. Voyez-vous? Mais quant Ă  moi, je m’en tiens Ă  la Parole, je me tiens Ă  la brĂšche entre toutes les dĂ©nominations, disant: «Nous sommes des frĂšres; nous sommes des soeurs.» Allons servir le Seigneur JĂ©sus. Amen. VoilĂ  mon ob–ob... VoilĂ  mon objectif; voilĂ  mon but en faisant cela, c’est pur devant Dieu. C’est de tout mon coeur.
E-57 Bon, je crois que Billy a dit qu’il a distribuĂ© cent cartes de priĂšre. Est-ce juste, Billy? Y avait-il un certain numĂ©ro, ou un certain... A, sĂ©rie A, sĂ©rie A, cartes de priĂšre sĂ©rie A.
Maintenant, nous allons prier pour chacun de vous. Il se pourrait que nous ne puissions nous occuper d’eux tous ce soir. Nous allons faire notre possible; nous en prendrons autant que possible dans la ligne. D’accord? L...nous devons les aligner maintenant, et... (Et si vous descendiez ici? Toi et Gene, ou l’un de vous, ou quelqu’un d’autre. Pouvez-vous... Vous avez lĂ -bas quelqu’un qui pourrait vous aider. Descendez lĂ .) FrĂšre Sullivan, prenez-les en partant de l’extrĂ©mitĂ© de cette ligne, et que quelqu’un descende lĂ . Je–je vais voir combien de gens ils peuvent d’abord aligner, et ensuite je...
E-58 TrĂšs bien, voyons. Prenons le numĂ©ro 1. Voudriez-vous lever la main, vous qui avez la carte de priĂšre numĂ©ro 1? NumĂ©ro 1, est-ce que je la vois? (Qu’est-ce... Etes-vous sĂ»r que vous Ă©tiez... Comment? Attendez, je–je pense qu’il m’a donnĂ© quelque chose de faux. Avez-vous... Avez-vous commencĂ©?)... Oh! Je suis dĂ©solĂ©. D’accord, d’accord, madame, par ici, numĂ©ro 1. Venez et amenez-les Ă  partir d’ici. J’aime toujours qu’ils viennent de la droite; en effet, Il se tient Ă  ma droite. Voyez-vous? TrĂšs bien. Venez par ici. Je dĂ©teste vous faire venir par lĂ , mais ce n’est pas de la superstition. Eh bien, chaque fois qu’Il apparaĂźt, Il se tient de ce cĂŽtĂ©-ci. Je voudrais que vous Le rencontriez, Lui, avant de me rencontrer.
NumĂ©ro 1. NumĂ©ro 2, NumĂ©ro 2? Combien savent que ce n’est pas de la superstition? C’est mĂȘme scripturaire. Absolument. OĂč se tenait l’Ange lorsque Zacharie Lui parlait, ou plutĂŽt qu’Il parlait Ă  Zacharie? TrĂšs bien. NumĂ©ro 1. NumĂ©ro 2, qui a le numĂ©ro 2? TrĂšs bien. NumĂ©ro 3? Rapidement maintenant, numĂ©ro 3, levez la main. NumĂ©ro 3, numĂ©ro 4? Si vous ne pouvez pas vous lever, dites-le Ă  l’huissier; on viendra vous prendre. NumĂ©ro 4, carte de priĂšre numĂ©ro 4. 1, 2, 3, est-ce lĂ  le numĂ©ro 4? NumĂ©ro 5, qui a la carte de priĂšre numĂ©ro 5? Venez rapidement. Carte de priĂšre numĂ©ro 5? Si vous leviez la main, cela nous aiderait beaucoup. Carte de priĂšre numĂ©ro 5, est–est-elle sortie? Ont-ils... Est-il arrivĂ© quelque chose? Est-elle partie, ou... Oh! Excusez-moi, trĂšs bien. Allez droit... Excusez-moi, monsieur.
NumĂ©ro 6, numĂ©ro 7? VoilĂ ; c’est comme ça. NumĂ©ro 8, numĂ©ro 9, numĂ©ro 10? Eh bien, nous y arrivons. 11–11, 12–12, 13, 14, 15, 16, ... -sept... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
E-59 ... pour que JĂ©sus vous guĂ©risse, levez la main. TrĂšs bien, maintenant dans la Bible, voici ce qui s’est passĂ©. Il y a eu une dame qui est venue dans la ligne de priĂšre, disons qu’elle n’avait pas de carte. JĂ©sus passait par lĂ . Elle souffrait d’une perte de sang, elle a alors touchĂ© le bord de Son vĂȘtement, et... Car elle s’était dit dans son coeur... Peut-ĂȘtre qu’elle s’est faufilĂ©e entre les pieds de gens jusqu’à ce qu’elle a touchĂ© le bord de Son vĂȘtement. Et Il a dit... Alors quand elle a fait cela, elle a senti dans son coeur que sa foi Ă©tait satisfaite, qu’elle avait Ă©tĂ© guĂ©rie. Elle est retournĂ©e s’asseoir et... ou plutĂŽt elle est restĂ©e debout, ou quoi qu’elle ait fait dans l’assemblĂ©e.
Et JĂ©sus s’est arrĂȘtĂ© et a dit: «Qui M’a touchĂ©?» Combien se souviennent de cette Ecriture? AssurĂ©ment. «Qui M’a touchĂ©?» Personne n’a dit quoi que ce soit. Et Il a regardĂ© tout autour. Pourquoi? Toute la puissance de discernement Ă©tait en Lui. Or, quand elle a touchĂ© le corps... Maintenant, voici pour vous... Quand elle a touchĂ© Son corps... Il Ă©tait un homme, Il–Il n’aurait pas pu sentir cela; Il portait un vĂȘtement. Le vĂȘtement palestinien a une robe de dessous; cela pend... La robe flotte librement. Elle a donc touchĂ© le bord de Son vĂȘtement.
Eh bien, je ne pourrais pas le sentir physiquement si vous touchiez le bout de ma veste. Que dire du vĂȘtement palestinien qui Ă©tait si ample? Ils portaient un vĂȘtement de dessous qui arrivait presque au niveau de pieds, ici, puisqu’en marchant sur la route, cela ramassait la poussiĂšre, et ils devenaient trĂšs sales et couverts de poussiĂšre. Ils portaient un vĂȘtement de dessous, de telle façon que cette robe... Elle... Physiquement, Il n’aurait pas pu le sentir. Mais elle ne L’avait pas touchĂ©; elle avait touchĂ© Dieu. Quand il...elle montrait par lĂ  qu’elle croyait que c’était le Fils de Dieu.
E-60 Sans doute qu’elle a dit: «Je crois en cet Homme. Peu importe ce que le sacrificateur ou quelqu’un d’autre dĂ©clare; moi, je crois en cet Homme. Si je peux Le toucher, je serai guĂ©rie.» Combien savent que cette Ecriture-lĂ  est dans la Bible?
Et cela a touchĂ© Dieu Ă  tel point que JĂ©sus s’est retournĂ© et a dit: «Qui M’a touchĂ©?»
Et Pierre s’est fĂąchĂ© contre Lui, et L’a repris. Il a dit: «Tiens, dirais-Tu une telle chose?» Quelle audace alors! «Tiens, pourquoi dis-Tu une chose pareille? Eh bien, c’est tout le monde qui Te touche.»
Il a dit: «Mais Je sens que Je me suis affaibli. Une force est sortie de Moi.» Et Il a directement parcouru du regard l’assemblĂ©e, Ă  peu prĂšs comme ceci, jusqu’à ce qu’Il a trouvĂ© la petite femme. Il a dit: «Ta foi t’a sauvĂ©e. La–la perte de sang est terminĂ©e.» Et elle est venue et s’est prosternĂ©e.
E-61 Or, JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Est-ce juste? Eh bien, vous n’avez pas besoin de carte de priĂšre; la seule chose dont vous avez besoin, c’est d’avoir foi en Dieu. Maintenant, vous lĂ -bas qui n’avez pas de cartes de priĂšre, regardez par ici. Priez et croyez de tout votre coeur. (Ce sont des mouchoirs sur lesquels je dois prier.)
Priez de tout votre coeur, dites: «Seigneur, frĂšre Branham ne me connaĂźt pas, mais Toi, Tu me connais. Permets que je touche Ton vĂȘtement, et parle par lui. Qu’il m’appelle ici quelque part dans l’auditoire.» OĂč... Peu importe oĂč vous ĂȘtes. Et voyez si ce n’est pas exactement la mĂȘme chose.
E-62 Alors, dans cette ligne de priùre, aussi loin que je peux voir, il n’y a là personne que je connais dans cette ligne de priùre, à part frùre Boze qui se tient là, et je pense qu’il aide simplement Billy. Combien dans cette ligne de priùre me sont inconnus? Levez la main pour montrer que vous savez que je ne sais rien à votre sujet. Regardez-les là.
Combien lĂ -bas savent que je ne sais rien Ă  votre sujet? Levez la main. Je ne vois personne, en dehors de frĂšre Pat et des autres qui sont assis ici, que je–que je connais dans cet auditoire. Je ne vois personne que je–je–je... FrĂšre et soeur Kidd. Je connais cet homme qui est assis ici, lui ainsi que sa femme; son nom m’échappe, mais ce frĂšre-ci, le missionnaire, cet homme qui est assis lĂ ... Dauch, d’accord. C’est juste, ce nom allemand, ne me demandez pas... Les Irlandais n’arrivent pas Ă  prononcer ce nom. Voyez-vous? Donc, je sais qu’il est un... je l’ai rencontrĂ©, et j’ai priĂ© pour lui l’autre jour alors qu’il passait par des moments difficiles. Et le Seigneur l’a guĂ©ri, et il est venu immĂ©diatement Ă  la rĂ©union chez frĂšre Roberts ou... C’était Ă  Tulsa, c’est exact. Je... Il s’agit bien de vous, n’est-ce pas?
Voyez-vous, Ă©tant debout ici, vous devez simplement regarder, et vous arrivez Ă  peine Ă  voir lĂ -bas; en effet, les lumiĂšres me frappent en plein visage. Vous pouvez trĂšs bien me voir, mais il m’est difficile de vous voir. Au delĂ  d’une ou de deux rangĂ©es ici, je ne vois rien; c’est juste comme des points lĂ -bas, lĂ  oĂč vous ĂȘtes assis.
E-63 Mais maintenant, voici debout des gens que je ne connais pas; il y a lĂ  des gens que je ne connais pas. Mais le Saint-Esprit est ici, JĂ©sus-Christ, Qui est ressuscitĂ© des morts. Eh bien, qu’a dit JĂ©sus? Combien reconnaissent que nous vivons dans une gĂ©nĂ©ration mĂ©chante et adultĂšre? Certainement. JĂ©sus a dit que cette gĂ©nĂ©ration recevrait un signe. Est-ce juste? Quel serait ce signe? La rĂ©surrection de Jonas. Tout Ă  fait juste, frĂšre.
«De mĂȘme que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre du grand poisson, de mĂȘme le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre.»
Qu’était alors ce signe qu’ils allaient recevoir? Le signe de la rĂ©surrection. Est-ce juste? Combien reconnaissent cela? Si donc JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© des morts, c’est qu’Il... «Je serai avec vous, mĂȘme en vous, et vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.» Alors Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement. VoilĂ  le signe qui a Ă©tĂ© donnĂ© Ă  cette gĂ©nĂ©ration. Je vous dis ceci au Nom de JĂ©sus: «Recevez cela. N’ayez pas peur; c’est Christ. Embrassez cela; ayez la foi.»
E-64 Eternel Dieu du ciel et de la terre, les heures s’écoulent lentement. La nuit s’obscurcit; la lumiĂšre du monde disparaĂźt. Tu seras bientĂŽt ici; bientĂŽt viennent les tĂ©nĂšbres oĂč nul homme ne peut travailler. Il y aura dans ce pays des puissances qui vont avoir le contrĂŽle et qui vont mettre fin Ă  des rĂ©unions comme celles-ci. BientĂŽt nous ne pourrons plus avoir ce genre de rĂ©unions; cela finira par croĂźtre. Tu as dit dans Ta Bible que les gens vont s’unir dans des confĂ©dĂ©rations; Tu as dit que c’est ce qu’ils feraient, et ils le feront. Et il y aura une grande secousse parmi les gens. Et seuls ceux qui sont reconnus dans cette grande fĂ©dĂ©ration pourront tenir des rĂ©unions. Et ce sera un groupe d’intellectuels; l’Esprit sera repoussĂ© du cĂŽtĂ© de la minoritĂ©. Mais Tu as dit: «Ne crains point, petit troupeau; votre PĂšre a trouvĂ© bon de vous donner le Royaume.»
Ainsi je prie, PĂšre, alors qu’il fait clair et que nous marchons, et que nous avons cette nation merveilleuse oĂč nous vivons, ou nous avons la libertĂ© de religion, ou nous pouvons encore prier et tenir des services de guĂ©rison et Te servir, permets que les gens entrent dans la LumiĂšre pendant qu’Elle est ici. Je Te prie de m’oindre ce soir; aide-moi, ĂŽ Seigneur. Je prie au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-65 (Trùs bien, 9 et 21) 9 et 21 manquent; 9 et 21. Ils ne sont pas dans la ligne. Trùs bien, s’ils arrivent, ça va. Que nous... Il faut commencer, parce qu’il se fait tard.
Maintenant, combien ici n’ont jamais assistĂ© Ă  l’une de ces rĂ©unions auparavant? Faites voir votre main. Regardez ça, lĂ . Maintenant, combien de ceux qui ne sont jamais venus ici auparavant (Ă  l’une de nos rĂ©unions) ont dĂ©jĂ  lu Jean 4, la femme au puits, lorsqu’elle a rencontrĂ© le Seigneur JĂ©sus? Faites voir la main, si vous n’avez jamais Ă©tĂ© ici auparavant... TrĂšs bien.
E-66 Eh bien, s’Il est le mĂȘme JĂ©sus, voici le mĂȘme tableau panoramique. Le puits de la Vie Eternelle est ici, je le crois. Voici une femme que je n’ai jamais vue, et peut-ĂȘtre qu’elle ne m’a jamais vu. Nous... Elle a levĂ© sa main pour tĂ©moigner qu’elle ne me connaĂźt pas, et moi, je ne la connais pas. Maintenant, s’Il est le mĂȘme Christ, Lui la connaĂźt. S’Il est le mĂȘme Christ, Il me connaĂźt. Et s’Il fait ici la mĂȘme chose qu’Il a faite dans Jean 4, combien parmi vous les nouveaux venus Le recevront et croiront de tout leur coeur? Levez la main. Si la mĂȘme chose...
Eh bien, voici maintenant cette dame, nous ne nous sommes jamais vus dans la vie. Nous sommes... A moins que nous... J’ai peut-ĂȘtre regardĂ© l’assemblĂ©e et l’ai peut-ĂȘtre vue; elle a peut-ĂȘtre levĂ© les yeux vers la chaire, et m’a vu. Mais nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre, n’est-ce pas, madame? Nous sommes totalement inconnus l’un Ă  l’autre. Je–je ne la connais pas, je ne l’ai jamais vue. Maintenant, si elle est malade, je ne pourrais pas la guĂ©rir; Dieu l’a dĂ©jĂ  fait. Voyez-vous? Seulement je...
E-67 Maintenant, si JĂ©sus se tenait ici, portant ce costume qu’Il a demandĂ© Ă  frĂšre Palmer (lĂ -bas quelque part) et Ă  soeur Palmer de m’offrir, eh bien, s’Il se tenait ici, portant ce costume, et disait... Et si cette femme montait et disait: «Seigneur JĂ©sus, je dĂ©sire ĂȘtre guĂ©rie.» Savez-vous ce qu’Il lui dirait? «Je l’ai fait quand Je suis mort pour toi au Calvaire.» Voyez-vous? Mais alors, comment saurait-elle que c’est JĂ©sus? Parce qu’Il aurait des empreintes des clous dans Ses mains? Non, n’importe qui pourrait avoir des empreintes de clous dans ses mains. Non, non, il y a beaucoup... il y a eu beaucoup de contrefaçons de cela. Mais le vĂ©ritable JĂ©sus aurait un...
Le VĂ©ritable Esprit de JĂ©sus serait en Lui, et Il ferait les mĂȘmes oeuvres qu’Il a faites pour confirmer qu’Il est le Messie. Est-ce juste? Et quel Ă©tait le signe du Messie? Le Dieu-ProphĂšte. C’est juste. Maintenant, saisissez-vous? Pas moi maintenant, afin que vous saisissiez bien cela: je suis un homme, un pĂ©cheur sauvĂ© par grĂące, le moindre de vous tous. C’est juste. Mais il s’agit de Son Esprit. Voyez-vous?
E-68 Maintenant, je peux me laisser simplement... comme ces microphones. Ces microphones sont parfaitement muets, Ă  moins que quelqu’un parle dedans ou y fasse du bruit. Il faut que la vibration des ondes passe au travers de cela; c’est la mĂȘme chose ici. Je ne la connais pas, elle ne me connaĂźt pas. S’il se produit quelque chose, il faut qu’il y ait d’autres vibrations d’ondes, n’est-ce pas? Il faut que ce soit le Saint-Esprit, c’est la seule possibilitĂ©.
Maintenant, soeur, c’est juste pour vous parler. Maintenant, si le Seigneur JĂ©sus... Si je pouvais venir ici vous imposer les mains, aprĂšs avoir prĂȘchĂ© comme je l’ai fait, et que je dise: «JĂ©sus a dit: ‘Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.’» C’est la vĂ©ritĂ©. Vous pourriez quitter l’estrade en disant: «Que le Seigneur soit louĂ©! Je crois que je vais me rĂ©tablir.» C’est juste. Voyez-vous? Vous pourriez faire cela.
Mais maintenant, qu’arriverait-il s’Il se tenait ici et vous disait ce que vous avez Ă©tĂ©? Si donc Il savait ce que vous avez Ă©tĂ©, et qu’Il vous dise alors ce que vous serez, certainement que vous... Si c’est vrai, vous sauriez si c’est vrai ou pas. Alors vous pourriez croire cela. Est-ce juste, auditoire? S’Il peut vous dire ce que vous avez Ă©tĂ©, ou le motif de votre prĂ©sence ici, ou quelque chose juste comme la femme au puits. Tout le monde comprend-il maintenant? Que le Seigneur accorde cela.
E-69 Maintenant, je vous parle simplement, parce que j’ai prĂȘchĂ©, et j’observe simplement s’Il me le dira. S’Il le fait, Le recevrez-vous? Cela aidera-t-il votre foi, cela vous aidera-t-il Ă  croire? Cela aidera-t-il l’auditoire Ă  croire? Que le Dieu du ciel l’accorde.
Maintenant, si l’auditoire entend encore ma voix, la dame... Elle a quelque chose qui paraĂźt plus comme une maladie chronique; en effet, je la vois sous une tente, ou plutĂŽt une tente Ă  oxygĂšne, ou quelque chose d’autre. Elle doit respirer Ă  l’aide d’une tente Ă  oxygĂšne. Il s’agit d’une allergie; c’est tout Ă  fait juste. Il y a un–un homme avec vous; c’est votre mari. Il est ici maintenant, et vous le portez sur le coeur. Croyez-vous que Dieu peut me dire ce qui ne va pas chez votre mari? Le croyez-vous? TrĂšs bien, votre mari souffre... Ses yeux lui font mal, et il a aussi une maladie de sang qui a Ă©tĂ© causĂ©e par une complication. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Croyez-vous cela?
E-70 Maintenant, demandez Ă  cette femme si c’était juste. Je ne sais pas ce que j’ai dit. La seule chose que je... Ce n’était pas moi; c’était Lui. Je ne sais rien Ă  ce sujet; c’était Lui. Eh bien, vous avez dit... Le seul moyen par lequel je le sais, c’est grĂące Ă  ces bandes. Mais... Maintenant, vous dites: «Eh bien, vous avez peut-ĂȘtre devinĂ©...»
Un instant, nous allons le savoir. Nous allons le savoir. ArrĂȘtez juste une minute; j’aimerais vous demander quelque chose. Tenez-vous simplement lĂ  une minute. Vous ĂȘtes une merveilleuse personne; vous ĂȘtes une chrĂ©tienne. Oui, j’entends quelque chose faire du bruit; c’est une tente Ă  oxygĂšne, quelque chose en rapport avec une tente Ă  oxygĂšne. Oui, et je... Et un homme, votre mari, et il voulait monter ici... Mais seulement il... Vous n’aviez qu’une seule carte de priĂšre. Vous ne saviez pas qui devait la prendre, vous ou lui, alors c’est vous qui ĂȘtes venue et... vous-mĂȘme. Maintenant, il va ĂȘtre guĂ©ri aussi, tous deux, et vous ĂȘtes... C’est juste. Maintenant, cela vient d’arriver ces derniĂšres minutes.
Et voici autre chose afin que vous soyez convaincue. Si vous... Croyez–croyez-vous que je suis Son prophĂšte ou Son serviteur? Il n’y a pas l’ombre d’un doute. Vous savez qu’il y a quelque chose autour de vous, n’est-ce pas; vous savez qu’il y a Quelque Chose qui oint cet endroit, Quelque Chose de vraiment doux et humble. C’est juste. Vous n’ĂȘtes–vous n’ĂȘtes pas d’ici; vous venez de trĂšs loin. Vous venez du Canada, de l’Ontario. Croyez-vous que Dieu sait qui vous ĂȘtes? Si je vous dis qui vous ĂȘtes par le Saint-Esprit, cela vous aidera-t-il? Madame Buckner, rentrez et soyez en bonne santĂ©. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit et vous rĂ©tablit. Amen.
E-71 Croyez-vous au Seigneur JĂ©sus? Ayez foi en Dieu. C’est terminĂ©, FrĂšre. Croyez-le simplement maintenant.
Nous sommes des inconnus l’un Ă  l’autre. Maintenant, cela devrait rĂ©soudre le problĂšme pour tout votre groupe. Est-ce que cela confirme que je prĂȘche la vĂ©ritĂ©? Comment Dieu me laisserait-Il dire quelque chose de faux, et ensuite soutenir mon message mĂȘme. Ces choses ne sont lĂ  que pour donner une confirmation divine que ma thĂ©ologie est correcte. C’est tout Ă  fait juste. La Parole du Seigneur est venue aux prophĂštes. Croyez-vous cela de tout votre coeur? Je ne vous connais pas; JĂ©sus vous connaĂźt. Vous ĂȘtes une trĂšs brave personne, et vous n’ĂȘtes pas ici pour vous-mĂȘme. Vous ĂȘtes ici pour quelqu’un d’autre. C’est pour votre fille. Croyez-vous que Dieu peut me dire son problĂšme? C’est dans sa colonne vertĂ©brale. C’est vrai. Si c’est juste, levez la main. Maintenant, croyez-vous de tout votre coeur?
E-72 Maintenant, rappelez-vous que cela me tue presque. Vous ne vous rendez pas compte de ce que cela vous fait. Un instant. Elle est une aimable personne; parlons-lui encore. Maintenant, quoi que ce fĂ»t, je ne sais pas. Seulement... Voyons encore. Soyez simplement–simplement en priĂšre. Voyez-vous? Demandez simplement–simplement...
Tout ce que je vous ai dit Ă©tait juste; c’était juste. Oui, je vois que c’est une fille qui a quelque chose dans son dos: une maladie de la colonne vertĂ©brale. C’est juste. Et vous... il y a quelqu’un d’autre, je vois apparaĂźtre un homme, un homme qui est couvert de l’ombre de la mort. C’est un homme pour lequel vous priez; il a le cancer. C’est juste. Croyez-vous que Dieu sait qui vous ĂȘtes? Si je vous le dis, cela vous aidera-t-il? TrĂšs bien, Madame Glasgow, rentrez chez vous, et soyez en bonne santĂ©. JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablit, croyez maintenant, allez. Ayez foi en Dieu.
E-73 Croyez-vous–vous de tout votre coeur? Ayez foi en Dieu. Croyez-vous? Nous ne nous connaissons pas. Si je ne vous avais rien dit, et vous faisais passer en vous imposant simplement les mains... Vous savez que quelque chose ici... je... Qui que ce soit qui prend des photos, je... S’il vous plaĂźt, ne le faites plus. Voyez-vous, le Saint-Esprit est une LumiĂšre, je L’observe juste ici, et je vois alors ce flash. Et je–je–je–je n’arrive pas Ă  saisir cela. Voyez-vous? Je ne peux pas saisir l’Esprit. Il s’éloigne de moi. TrĂšs bien.
Maintenant, c’est un... Je l’ai perdu Ă  l’instant. Maintenant, une minute. Maintenant, est-ce le patient? Etes-vous le patient? TrĂšs bien. Si Dieu veut bien me rĂ©vĂ©ler votre problĂšme, croirez-vous que je suis Son serviteur? Les varices. Croyez-vous qu’Il peut les guĂ©rir? Vous avez autre chose pour lequel vous vous inquiĂ©tez beaucoup. C’est juste. Si par le Saint-Esprit je vous dis ce que c’est, croirez-vous que c’est Christ qui est ici et qui fait cela? Croirez-vous?
E-74 Eh bien, quelque chose s’est passĂ© Ă  l’instant dans l’auditoire. Une autre personne est apparue ici. Voyez-vous? Quelqu’un qui croyait juste... beaucoup Ă  l’instant. Pourquoi pleurez-vous, madame? C’était vous. TrĂšs bien, pensez-vous que ces troubles intestinaux vont disparaĂźtre maintenant? Il s’agit d’une tumeur. C’est juste. C’était ça. Je ne vous connais pas. Croyez-vous de tout votre coeur? Que Dieu vous bĂ©nisse.
Une dame qui est assise juste Ă  cĂŽtĂ© de vous croit aussi de tout son coeur. Oui, oui. Je ne vous connais pas, madame. Mais vous–vous–vous connaissez Dieu, et vous allez croire en Lui. Si je vous dis ce qu’est votre maladie, allez-vous me croire? Vous souffrez des troubles cardiaques. C’est juste. C’est un trou dans votre coeur; vous venez d’un hĂŽpital. Vous venez de Middletown. Croyez-vous que Dieu vous connaĂźt? Ann Reed, croyez maintenant de tout votre coeur, et rentrez chez vous et soyez en bonne santĂ©. Ayez foi en Dieu.
E-75 Croyez-vous en Dieu? Qu’a-t-elle touchĂ©? Voyez-vous comment sa foi tire, juste ici depuis l’auditoire. C’est votre foi qui fait cela. Je n’ai jamais vu ces gens. Maintenant, ayez la foi vous lĂ -bas.
J’aimerais vous demander quelque chose. Qu’a-t-elle touchĂ©? Elle ne peut pas me toucher, elle–elle se tient Ă  30 ou 40 pieds [environ 9 m ou 12 m] de moi. Mais qu’a-t-elle touchĂ©? Elle croyait de tout son coeur, et elle priait, et elle a touchĂ© le Souverain Sacrificateur. Je ne suis pas le Souverain Sacrificateur; C’est Lui le Souverain Sacrificateur. Mais Il–Il n’a pas d’autres lĂšvres, sinon les miennes et les vĂŽtres. Il n’a de mains que lorsqu’Il peut utiliser les miennes et les vĂŽtres. Vous lĂ -bas quelque part, croyez simplement comme cela, la mĂȘme chose.
E-76 Voyons, Ă©tait-ce le patient? Vous a-t-Il dĂ©jĂ  dit votre problĂšme? Croyez-vous, mĂȘme s’Il ne l’a pas fait? TrĂšs bien. Oui, des varices, et vous avez une grosseur Ă  la poitrine. C’est juste. Croyez-vous de tout votre coeur? Maintenant, rentrez chez vous et soyez en bonne santĂ©. Que JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablisse. Croyez-vous de tout votre coeur, tout le monde? Ayez maintenant la foi. Ne doutez pas.
Bonsoir! Nous ne nous connaissons pas, Ă  ma connaissance. Est-ce juste? TrĂšs bien.
E-77 Cette petite dame assise lĂ , qui me regarde, prie pour son mari. Il est au Canada. Croyez-vous que Dieu peut me dire son problĂšme? Il souffre du diabĂšte et des troubles pulmonaires. Croyez de tout votre coeur maintenant. Ayez foi en Dieu. Croyez-vous en Dieu? Ô Dieu, Grand JĂ©hovah... Comment pouvez-vous douter? J’invite votre foi Ă  croire au Nom de Christ que je vous ai dit la vĂ©ritĂ©.
Croyez-vous que Dieu peut me dire votre problĂšme?
L’auditoire, cela continue simplement... Il y a quelque chose qui continue Ă  se dĂ©placer... Soyez respectueux, soyez tranquille, trĂšs tranquille. Il y a des gens qui prient... Cela continue de venir de ce cĂŽtĂ©-ci. Il y a beaucoup de foi dans la salle ce soir. Si seulement vous continuez de croire...
E-78 Voyons, c’est le patient. Je ne suis pas hors de moi, je suis simplement... il n’est pas nĂ©cessaire d’essayer d’expliquer la chose; c’est impossible. Voyez-vous, il n’y a pas moyen d’essayer d’expliquer cela. Vous devez simplement croire cela. On ne peut pas expliquer Dieu; on connaĂźt Dieu par la foi.
Oh! Vous avez une espĂšce de crises: l’épilepsie. J’aimerais vous dire quelque chose qui est arrivĂ©. Quand vous Ă©tiez petite, vous avez fait une chute et c’est ce qui en est la cause, quand vous Ă©tiez petite. Cela vous dĂ©range depuis longtemps. Croyez-vous que Dieu va vous guĂ©rir? Vous n’ĂȘtes pas d’ici; vous ĂȘtes du Sud: le Mississippi, Hattisburg, dans le Mississippi. Croyez-vous que Dieu... Si je vous dis qui vous ĂȘtes, cela vous aidera-t-il? Mademoiselle Slay, maintenant rentrez chez vous et soyez bien portante. JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablit. Si tu peux croire, tout est possible. Ayez simplement foi en Dieu.
E-79 Eh bien, nous ne nous connaissons pas, monsieur; Dieu nous connaĂźt tous deux. Maintenant, si le Seigneur JĂ©sus est toujours JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, Il vous connaĂźt, Il sait tout Ă  votre sujet. Pas moi, mais Lui. Allez-vous tous croire cela lĂ -bas maintenant? Je ne connais pas cet homme. Vous venez de loin; vous ĂȘtes venu Ă  la rĂ©union venant d’ailleurs. De la Virginie. Ayez la foi. Vous dĂ©sirez ĂȘtre dĂ©livrĂ© de quelque chose. C’est juste, n’est-ce pas? La cigarette, la cigarette. Dites donc, un ministre devrait s’éloigner de cela. Vous dĂ©sirez ĂȘtre dĂ©livrĂ©; savez-vous que c’est mal, Monsieur Snodgrass? Monsieur le RĂ©vĂ©rend Snodgrass de la Virginie; c’est ça votre nom. Approchez. Croyez-vous que je suis prophĂšte de Dieu? Donnez-moi votre main. Je chasse cette mauvaise chose loin de vous en tant qu’enfant de Dieu. Que cela vous quitte et ne revienne plus jamais. Continuez votre route en croyant maintenant, et n’en prenez plus jamais une autre le reste de votre vie. Amen.
E-80 Ayez foi en Dieu. Croyez-vous que votre dos s’est rĂ©tabli alors que vous Ă©tiez assis lĂ ? Votre dos s’est-il rĂ©tabli pendant que vous Ă©tiez assis lĂ ? Le croyez-vous? Alors partez, vous rĂ©jouissant simplement, en disant: «Merci, Seigneur.»
Cette petite dame vient de lever sa main droite juste lĂ , exactement Ă  ce moment-lĂ . Vous avez quelque chose Ă  l’esprit, n’est-ce pas, madame? Vous ĂȘtes en train de prier pour votre fils; c’est de lĂ  que ça vient. Ayez la foi. Si vous le croyez de tout votre coeur, Dieu va vous accorder le dĂ©sir de votre coeur.
Que croyez-vous que... Et si je ne vous disais rien, le croiriez-vous? Croiriez-vous que c’est guĂ©ri? Vous ĂȘtes guĂ©rie. Que Dieu vous bĂ©nisse, continuez simplement votre route.
Et si je ne vous disais rien et vous imposais simplement les mains? C’est l’essentiel pour vous, n’est-ce pas? Approchez. Au Nom de JĂ©sus-Christ, soyez guĂ©rie. Amen. C’est si simple que ça.
E-81 Une dame est assise juste ici derriĂšre, une petite femme aux cheveux noirs, portant un manteau blanc, elle regarde la dame qui est assise Ă  cĂŽtĂ© d’elle, qui souffre de l’arthrite, lĂ . Croyez de tout votre coeur, Dieu va vous rĂ©tablir. Croyez-vous cela de tout votre coeur? Alors vous pouvez recevoir cela. C’est juste, madame. Vous avez levĂ© la main, lĂ . LĂ , c’est ça. Levez-vous. VoilĂ , levez-vous, lĂ . Vous y ĂȘtes, rentrez chez vous et soyez guĂ©rie. JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablit.
Vous aussi, soeur. Croyez cela de tout votre coeur. Allez-y, que le Seigneur Jésus vous rétablisse.
E-82 TrĂšs bien, approchez. TrĂšs petit pour cette... Croyez-vous que cette anĂ©mie va partir et qu’il sera en bonne santĂ©? Dieu peut vous donner une transfusion du Calvaire pour lui. Croyez-vous cela? Partez, et vous pouvez recevoir cela, au Nom de JĂ©sus-Christ. Croyez maintenant de tout votre coeur.
Des troubles cardiaques, gastrites, oh! la la!... Croyez-vous que Dieu va guérir cela? Partez et croyez de tout votre coeur et soyez guéri.
Combien lĂ -bas croient maintenant de tout leur coeur? Combien sont en Ă©tat de... croient que Dieu va vous rĂ©tablir? Croyez-vous cela de tout votre coeur? Êtes-vous prĂȘt Ă  recevoir votre guĂ©rison? Combien croient que c’est le Saint-Esprit? Je voudrais voir vos mains. Combien croient que c’est le Saint-Esprit? De tout votre coeur? Avec tout ce qui est en vous?
E-83 Eh bien, je vais demander maintenant mĂȘme Ă  votre foi de faire quelque chose. Qu’en pensez-vous? Qu’en pensez-vous? Croyez-vous tous que c’est le Saint-Esprit? Combien savent que c’est exactement le mĂȘme sermon que j’ai prĂȘchĂ© sur JĂ©sus-Christ ce soir? Combien croient entiĂšrement cela? Levez la main. Tous ceux qui veulent maintenant accepter JĂ©sus comme leur GuĂ©risseur, peu importe ce que vous avez, combien vous ĂȘtes estropiĂ©, rien n’importe. Si vous acceptez JĂ©sus comme votre GuĂ©risseur, levez-vous et levez la main, et commencez Ă  Le louer pour votre guĂ©rison, et vous pourrez recevoir maintenant mĂȘme votre guĂ©rison.
Seigneur Dieu, PÚre céleste, au Nom de Jésus-Christ, je chasse ce mauvais esprit, je chasse la puissance du diable. Et que ces gens rentrent chez eux et soient en bonne santé, au Nom du Seigneur Jésus-Christ.

En haut