ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Pr√©dication LE ROI REJET√Č / 60-0610 / Chatauqua, Ohio, USA // SHP 1 hour and 35 minutes PDF

LE ROI REJET√Č

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Ce soir, j'étais juste un peu en avance. Et j'ai appris que frère Sullivan et... avait prélevé une-une offrande d'amour pour moi. Eh bien, j'apprécie certainement cela de tout mon coeur, mes amis. Si vous ne l'aviez pas fait, ça aurait été pareil; cela importe peu. Cela fait environ trente et un ans que je suis-je suis dans le ministère, et je n'ai jamais prélevé une offrande pour moi-même ou pour quelqu'un d'autre. Je n'en ai jamais prélevé. Et ce sont les gens qui me donnent des offrandes. Et ce à quoi servent ces offrandes, elles vont tout droit à la fondation du Tabernacle. Et de là, c'est dépensé pour les voyages outre-mer et pour le Royaume de Dieu. J'ai un salaire; je reçois cent dollars par semaine. C'est ce que je reçois, et je n'ai pas de... [Frère Branham parle à quelqu'un sur l'estrade. - N.D.E.] Je pensais, frère, que quelqu'un là-bas allait... pourrait... J'essayais de redresser cela pour que l'enregistreur... Ça, c'est plus de bandages que n'en a un médecin dans son cabinet, n'est-ce pas? Merci, frère. Si ça ne court-circuite personne là-bas, c'est ici...
E-2 Ainsi donc, au mieux de mes capacités, de tout mon possible, je veillerai à ce que chaque sou aille dans le Royaume de Dieu, de tout mon possible, car c'est une partie de vos moyens de subsistance. Je sais qu'il n'y a pas de millionnaires parmi nous, et vous avez besoin de chaque sou que vous pouvez gagner. Cette histoire a une tête qui ne tient pas, n'est-ce pas? Et, je vous assure, je vais simplement mettre ma Bible contre cela. Ça va comme ça ? Très bien. Cela fera l'affaire peut-être un petit moment. Je vais arranger cela pour vous, frère. Nous avons quelque chose ici. C'est ça. Ça va comme ça ? Une petite attache, ou... Quelquefois nous avons tous besoin de cela, être en quelque sorte soutenu, vous savez, " un stimulant ", comme nous l'appelons. Et ainsi... J'apprécie vraiment cela et je ferai tout mon possible pour veiller à ce que cela soit utilisé pour le Royaume de Dieu.
E-3 Eh bien, oh! la la! voici encore des bandages. Maintenant...?... On va vraiment mettre ce gars bien en place, n'est-ce pas ? Cet important type... [Quelqu'un dit : " Il doit √™tre l'un des gar√ßons. " - N.D.E.] Il doit l'√™tre; il doit certainement l'√™tre. Oh ! j'interrompais certainement quelqu'un. J'ai mis le livre sur un microphone ou deux ici. Nous faisons un trou pour en boucher un autre. Vraiment tous mes remerciements, fr√®re. Je suis s√Ľr que tout celui, l√† en bas, pour qui √ßa passe, appr√©ciera cela.
E-4 Ce jour aura √©t√© un grand jour pour moi. Nous avons eu beaucoup... Et j'ai ici quelques annonces que je voudrais faire. La premi√®re chose, c'est que vous √™tes tous invit√©s le matin au petit-d√©jeuner de l'Association des Hommes d'Affaires Chr√©tiens. Nous avons toujours pass√© des moments glorieux √† cette r√©union. Ce sera organis√© √† l'h√ītel Manchester, je pense, dans la salle de bal. Ou... et les billets sont en vente. Vous pouvez voir fr√®re Carlson, ou mon secr√©taire pour les champs de mission, fr√®re Mercier, ou fr√®re Goad juste ici. Ils ont les billets pour le petit-d√©jeuner. Et si vous ne les voyez pas, venez-y ; le matin il y aura l√† quelqu'un pour vous donner un billet. [Quelqu'un √† l'estrade parle √† fr√®re Branham. - N.D.E.]... Que-que dites-vous ? Fr√®re Rockwell en a aussi. Y a-t-il quelqu'un d'autre que vous connaissez qui en a ?...?... Mais si vous manquez cela, eh bien, le matin il y aura quelqu'un l√† dans le couloir pour vous permettre d'avoir un billet. Et, le Seigneur voulant, je vais-je vais pr√™cher le matin pour cette association.
E-5 J'aime l'Association des Hommes d'Affaires Chrétiens parce qu'elle soutient ce que je crois ; c'est une association interdénominationnelle. Et ils parrainent beaucoup mes réunions à travers le monde. En effet, par cela j'obtiens le parrainage de toutes les églises, car leur-leur association, leurs-leurs membres, leurs... c'est en dehors de leurs églises ; les hommes d'affaires qui sont dans leurs églises adhèrent à cette organisation. Alors, quelquefois ils doivent me recevoir, qu'ils m'apprécient ou pas. Ils doivent de toute façon m'accepter parce que leurs-leurs frères sont là-dedans.
E-6 Mais je remercie toujours le Seigneur du fait que m√™me parmi les ministres et les √©glises qui voient diff√©remment... certains qui ne croient m√™me pas dans l'exp√©rience pentec√ītiste viennent carr√©ment et apportent leur contribution au parrainage des r√©unions, de toute fa√ßon. J'ai eu... j'ai √©t√© parrain√© par les baptistes, les m√©thodistes, les luth√©riens, les presbyt√©riens, toutes les diff√©rentes sortes. Au Mexique, je pense, c'√©tait enti√®rement parrain√© par les baptistes, √† Mexico. Et puis √† beaucoup-beaucoup d'endroits, ce sont les luth√©riens. En ce moment m√™me, je pense que c'est √ßa, en Su√®de ou en Norv√®ge, l'√©glise luth√©rienne est... veut parrainer toute-toute la campagne sur l'ensemble du pays. A Porto Rico, quelqu'un du groupe de Billy Graham, celui qui l'avait parrain√©, qui √©tait son interpr√®te, est venu √† la r√©union, et le Seigneur a fait une grande chose. Juste l√† pendant deux soir√©es. Et maintenant ils ont pr√©par√© toute l'association des ministres sur l'ensemble de l'√ģle pour une s√©rie de r√©unions couvrant toute l'√ģle.
E-7 Quand je partais ce matin-l√†, il y avait... l'homme qui √©tait le chef de ce grand a√©roport, l√†-bas, s'est approch√© en courant et a jet√© ses bras autour de moi; il s'est mis √† pleurer, un homme plut√īt petit de taille; il a dit : " Fr√®re Branham, quand vous √©tiez ici, il y a environ un an pour une soir√©e ou deux, a-t-il dit, j'√©tais assis tout au fond de l'auditoire. Et vous avez appel√© mon nom et vous m'avez dit que j'avais la migraine depuis plusieurs ann√©es. Et vous avez dit : 'AINSI DIT LE SEIGNEUR, ce soir c'est termin√©'. " Il a dit : " Je n'en ai plus jamais eu depuis lors. " Voyez-vous ? Et il a dit... Et il √©tait le chef de cet a√©roport, un haut fonctionnaire l√†-bas. Je ne dirais pas le chef ; il √©tait l'un des responsables l√†-bas.
E-8 Ce matin, le Seigneur a donn√© plusieurs visions pendant les entretiens. Et certainement j'ai eu-j'ai eu un bon groupe ce matin. Nous consacrons les matin√©es aux entretiens, pour nous occuper des cas qui ne peuvent pas... juste les urgences et les cas similaires, au cours desquels les gens doivent recevoir quelque chose de la part du Seigneur, une Parole du Seigneur. Et ainsi alors... Le Seigneur a √©t√© tr√®s bon envers nous dans ces choses. Et un homme me racontait... je ne me souviens pas du cas, et je ne le pourrais pas √† moins que je r√©√©coute cela sur la bande; quelqu'un venant du Sud, je crois de l'Alabama, quelque part... Le Saint-Esprit √©tait pr√©cis en disant √† la dame qui elle √©tait, quel √©tait son nom, ce qu'elle avait fait, comment elle s'√©tait fait mal quand elle √©tait petite ; Il lui a dit la ville d'o√Ļ elle venait et tout √† ce sujet, et pour ce qui est de son nom, Il l'a appel√©e mademoiselle, et c'√©tait une femme d'une cinquantaine d'ann√©es, mais elle ne s'est jamais mari√©e. Juste la pr√©cision du Saint-Esprit, comment Il y va.
E-9 Puis ce matin, lors des entretiens, il y avait... je pense qu'ils sont ici; il s'agit d'un couple de missionnaires qui ont assist√© quelque part √† une r√©union... Je n'ai pas not√© leurs noms ici, mais ils √©taient √† l'entretien ce matin, et ils ont dit qu'il y a quelque temps ils √©taient √† l'une des r√©unions, et la dame souffrait terriblement de quelque chose, et-et son mari aussi, et ils ont dit que Cela a dit √† la dame qui elle √©tait et de quoi elle souffrait, Cela a dit √† son mari ce qui n'allait pas chez lui et tout au sujet des choses qu'ils avaient faites dans leur vie et l'endroit o√Ļ ils ont re√ßu leur appel; et comment ils allaient servir aupr√®s des gens qui portaient de petites calottes √† la t√™te (C'√©taient des Juifs), et qu'ils allaient outre-mer, et tout ce qui √©tait arriv√© ; et elle a dit : " Tout √©tait exactement tel que c'√©tait, c'√©tait exact. " Et ils ont alors dit qu'√† leur retour, elle est tomb√©e malade, et elle a dit qu'elle... les m√©decins voulaient l'op√©rer √† la suite d'une esp√®ce d'affection de la v√©sicule biliaire ou quelque chose comme √ßa. Et ils voulaient op√©rer imm√©diatement, mais elle est revenue de ce c√īt√© - si je raconte correctement cette histoire -, elle a dit qu'elle a pri√© : " √Ē Seigneur, je vais l√†-bas. " Elle s'√©tait procur√© l'un de ces magazines o√Ļ cela devait se tenir. Elle a dit : " Seigneur, la derni√®re fois que j'√©tais l√†, j'avais re√ßu la carte num√©ro 3. Je T'en prie, Seigneur, que j'aie encore la carte num√©ro 3. "
E-10 Et elle a dit...et elle a dit que le Saint-Esprit semblait lui dire... Elle √©tait une chr√©tienne, je pense qu'autrefois elle √©tait luth√©rienne, et infirmi√®re dans un h√īpital. Et elle a dit que le Seigneur lui a dit : " Tu auras la carte num√©ro 3. " Elle a dit que ce soir-l√†, quand mon fils est venu distribuer les cartes... de fa√ßon qu'on soit deux fois plus s√Ľr que lorsque nous tenons ces r√©unions, personne ne sait... Billy doit monter devant l'assistance et prendre les cartes et les m√©langer toutes ensemble pour que les gens soient convaincus. Et puis, autre chose, personne ne sait √† partir d'o√Ļ nous allons commencer la ligne de pri√®re. Je viens et, quel que soit l√† o√Ļ le Saint-Esprit me conduit, je commence √† partir de l√†. Alors, il a dit, il est mont√© et a m√©lang√© toutes les cartes, puis il est descendu. Elle a dit : " J'ai besoin d'une carte. " Il la lui a tendue, et il est tout simplement pass√©. Elle a regard√© dessus, c'√©tait-c'√©tait le num√©ro 98, je crois, ou 97, je crois; oui, je pense que c'√©tait 97. Et elle a dit : " √Ē Seigneur, Tu m'as promis le num√©ro 3. Et maintenant Tu me donnes le 97 ", ou quelque chose comme √ßa, 97, 98, je pense que c'√©tait 97. Elle a dit : " Tu me donnes le 97 ", et elle a dit : " Eh bien, Tu m'as promis le num√©ro 3." Et elle a dit qu'elle s'est mise √† pleurer, elle ne savait que faire; elle a dit : " Avec 97, je ne serai jamais appel√©e." En effet, la fois o√Ļ elle √©tait l√†, j'avais peut-√™tre commenc√© par 1. Elle a dit que ce soir-l√†, quand je suis venu √† l'estrade, elle a dit que j'ai regard√© l'assistance d'un air tr√®s s√©rieux et j'ai dit : " Ce soir, je vais commencer √† partir de 100 et aller √† rebours. " Num√©ro 3... Cette dame est-elle dans le b√Ętiment ? Comment ? Oh! la voici juste devant moi. Oh! que le Seigneur vous b√©nisse, sŇďur. Le Saint-Esprit a toujours raison, n'est-ce pas ? C'est juste. Que le Seigneur vous b√©nisse. Eh bien, c'est bon. Vous voyez, quand le Saint-Esprit vous promet quelque chose, si c'est le Saint-Esprit, vous l'obtiendrez, exactement tel qu'Il l'a dit. Peu importe ce qui arrive, vous l'obtiendrez.
E-11 Bon, pour cette convention, fr√®re Sullivan, fr√®re Boze, fr√®re Winston, et tous les ministres, tout le monde, j'aimerais vous remercier pour votre pr√©cieuse collaboration √†... Pour moi, cette convention est l'une des plus remarquables √† laquelle j'aie jamais pr√™ch√© de toute ma vie. J'ai eu plus de latitude pour pr√™cher librement, sans √™tre li√© ; je me suis senti tout √† fait chez moi, comme si j'√©tais au Tabernacle, √† la chaire de ma propre √©glise. Et je me suis senti mieux et... √† cette convention qu'√† n'importe quelle autre ; et je-je... pour autant que je puisse m'en souvenir. C'est une convention que je n'oublierai jamais. Que le Seigneur vous b√©nisse pour vos pri√®res et votre collaboration. Et j'appr√©cie certainement cela. C'est mon... j'attends impatiemment d'√™tre avec vous de nouveau l'an prochain, si le Seigneur y pourvoit, une fois de plus, o√Ļ que cela se tienne. Je ne sais pas, le Seigneur y pourvoira. Et j'aimerais dire cela, j'appr√©cie certainement ceci et j'appr√©cie cette convention, parce que... Eh bien, j'ai √©t√© accus√© d'√™tre contre les √©glises d√©nominationnelles, mais c'est faux. Je suis contre une seule chose, c'est le p√©ch√©. Voyez-vous? Je-je... seulement je-je ne suis pas contre une quelconque d√©nomination ou un quelconque groupe. Je suis autant m√©thodiste que je suis baptiste, pentecotiste, n'importe quoi d'autre; je suis votre fr√®re. Je-je-je...seulement je... √áa ne change rien.
E-12 Eh bien, des fois je r√©primande durement la d√©nomination; c'est √† cause de leur attitude √©go√Įste, quand ils se retirent dans une petite coquille et disent : "C'est nous qui avons la chose. Aucun de vous autres ne peut l'avoir. " Vous ne pouvez pas organiser la Pentec√īte. Et quand on essaie de faire de la Pentec√īte une organisation, on d√©pla√ģt √† Dieu. Nous nous disons nous-m√™mes "cette organisation pentec√ītiste-ci, cette organisation pentec√ītiste-l√†," mais c'est faux. La Pentec√īte est une exp√©rience, ce n'est pas une organisation. Et ainsi... Mais des fois, diff√©rents groupes, pour que leurs groupes deviennent importants... c'est juste une expression du monde. Mais dans chaque groupe dans lequel je suis d√©j√† all√© dans ma vie, j'ai trouv√© des hommes et des femmes remplis de l'authentique Saint-Esprit. Absolument, dans tous les groupes.
E-13 Et puisse cette convention tenir son √©tendard d'ind√©pendance, afin que vous... tous les groupes puissent se r√©unir, les pentec√ītistes libres, et les baptistes libres, et les m√©thodistes libres et, oh! les unitaires, les binitaires, les trinitaires, ainsi que tous-tous les autres ; et-et ceux qui montent un chameau √† une bosse, un chameau √† deux bosses, ou un chameau √† trois bosses, quoi que vous vouliez monter, venez.
E-14 Vous savez, Jacob a creus√© un puits, mais les Philistins l'en ont chass√©, et il l'a appel√©, je crois, " malice ". Disons-le comme √ßa. Je ne me rappelle pas exactement ce que c'√©tait. Il a creus√© un autre puits et les Philistins l'en ont chass√©-l'en ont chass√©, et il l'a appel√© " querelle ". Puis Jacob a creus√© un autre puits et il l'a appel√© : " Il y a de la place pour tous. " C'est √ßa le puits; c'est l'ind√©pendance, l√† o√Ļ il y a de la place pour tous, pour tout le monde, pour quiconque veut, pour toute √©glise, tout credo, toute d√©nomination. Nous sommes ici pour repr√©senter la b√©n√©diction de la Pentec√īte qui vient sur les m√©thodistes, les baptistes, les catholiques, les Juifs, quoi que vous soyez. Elle vient sur les Jaunes, les Noirs, les Blancs, les Bruns, toutes les races, tous les credos, tous les peuples, √† tout moment que vous √™tes pr√™t pour cela. Ma pri√®re est que cela puisse demeurer ainsi.
E-15 Maintenant, n'oubliez pas, cette soirée marque la fin de la convention. Et les frères vont retourner chez eux, beaucoup d'entre eux, je pense. Eh bien, je ne savais pas que j'allais prier pour les malades le-le soir. Je me suis donc dit que je resterai deux soirées de plus pour prier pour les malades qui sont venus à la convention. Mais j'ai remarqué une petite circulaire là-bas, que j'ai vue affichée à la fenêtre de la station service, disant : " Prière pour les malades chaque soir. " J'ai vu cela hier, quand nous passions là, frère Joseph et moi. Ainsi donc, hier soir, nous avons commencé à prier pour les malades. Je ne savais pas que je devais prier pour les malades. Ainsi donc, si vous êtes ici et que vous ne soyez pas pressé de rentrer chez vous, vous êtes certainement invité à rester avec nous pour le samedi soir et le dimanche après-midi.
E-16 Nous allons cl√īturer dimanche apr√®s-midi; en effet, nous ne voudrions pas retenir les gens loin de leurs √©glises le dimanche soir. C'est votre devoir vis-√†-vis de votre d√©nomination et vis-√†-vis de l'√©glise de votre propre choix de vous tenir √† votre poste du devoir; tout √† fait, et pour votre pasteur, le soutenir en tant qu'homme de Dieu. S'il ne voit pas encore la Lumi√®re, ne vous f√Ęchez pas avec lui. Aimez-le et priez pour lui. C'est la chose √† faire pour l'emmener dedans. C'est juste. Si vous √™tes... Si vous avez une √©glise qui ne croit pas dans la b√©n√©diction de la Pentec√īte, √ßa ne fait aucun mal. Vous, allez tout simplement de l'avant et continuez... Recevez la b√©n√©diction de la Pentec√īte, puis parlez-en √† votre pasteur et dites-lui combien c'est doux, et bien vite, il sera comme fr√®re Collins l'autre soir, le pr√©dicateur m√©thodiste, quand il a re√ßu le Saint-Esprit. Il a d√Ľ aller chercher son fr√®re, sa belle-sŇďur et tous les autres; ils ont re√ßu le Saint-Esprit. C'est donc ainsi que √ßa se passe. Voyez-vous?
E-17 Nous ne voulons pas du tout faire partir qui que ce soit d'une √©glise. Nous ne voulons pas dire : " Que toute cette √©glise-ci se joigne √† cette autre √©glise. " Ce n'est pas √ßa. Restez juste l√† o√Ļ vous √™tes. C'est en ordre. Aussi longtemps qu'ils vous re√ßoivent et que vous recevez la b√©n√©diction, restez juste l√† o√Ļ vous √™tes. Mais t√Ęchez d'avoir la communion fraternelle les uns avec les autres. C'est cela la chose; c'est une communion fraternelle, pour que des fr√®res puissent communier. Je crois que tout le monde croit √† √ßa, pas vous ? Certainement. C'est bien.
E-18 Eh bien, j'avais l'intention d'annoncer ce dont j'allais parler demain matin, mais je-je ferais mieux de laisser tomber cela, parce que quand je-je-je dis que je vais parler de quelque chose, une fois que j'arrive l√†, je re√ßois quelque chose d'autre. Voyez-vous ? J'ai simplement... Je... Si je pouvais pr√™cher comme quand je tonds ma pelouse ou quand je vais √† une partie de chasse quelque part... Je vais dans les montagnes, et je monte jusqu'au sommet des montagnes, puis je me tiens l√†-haut et je regarde de l'autre c√īt√©, je sens alors cette brise l√†-haut dans les montagnes, et j'entends hurler le coyote. Fiou! Oh! la la! si je pouvais pr√™cher comme je le pourrais juste l√†, m'asseoir sur ce rocher, puis descendre du rocher et tourner autour de l'arbre et pr√™cher, et continuer. Si je pouvais pr√™cher comme je le ferais l√†-haut, je serais-je serais un tr√®s bon pr√©dicateur, franchement.
E-19 Quand je sors dans le jardin pour tondre la pelouse, je dois tout simplement m'arrêter, arrêter des fois ma vieille tondeuse et courir au garage et dire : "Seigneur, aide-moi. Je ne veux pas me comporter comme cela là dans la cour. Les gens penseront que j'ai perdu la tête. " Mais alors, quand je monte ici, j'oublie tout cela, ce à quoi je pensais. Voyez-vous? Et puis, je dois tout simplement compter sur Lui. C'est donc la raison pour laquelle des fois je ne peux pas dire sur quoi je vais prêcher, mais de toute façon le Seigneur m'aidera à faire quelque chose.
E-20 Maintenant, ouvrons ce soir dans... comme texte, si je devais l'appeler ainsi, dans I Samuel chapitre 7, ou plut√īt chapitre 8, √† partir du verset 4; I Samuel chapitre 8, et le... commen√ßons au verset 4. Lisons : Tous les anciens d'Isra√ęl s'assembl√®rent, et vinrent aupr√®s de Samuel √† Rama. Ils lui dirent : Voici, tu es vieux, et tes fils ne marchent point sur tes traces ; maintenant, √©tablis sur nous un roi pour nous juger, comme il y en a chez toutes les nations. Samuel vit avec d√©plaisir-d√©plaisir qu'ils disaient: Donne-nous un roi pour nous juger. Et Samuel pria l'Eternel. L'Eternel dit √† Samuel : Ecoute la voix du peuple dans tout ce qu'il te dira ; car ce n'est pas toi qu'ils rejettent, c'est moi qu'ils rejettent, afin que je ne r√®gne plus sur eux. Ils agissent √† ton √©gard comme ils ont toujours agi depuis que je les ai fait monter d'Egypte jusqu'√† ce jour; ils m'ont abandonn√©, pour servir d'autres dieux.
E-21 Si je devais donner un titre √† ceci... pour quelques instants, et puis nous allons prendre nos cartes pour la pri√®re pour les malades juste l√† o√Ļ nous nous sommes arr√™t√©s hier soir... Et puis, demain soir, demain apr√®s-midi, des cartes de pri√®re seront distribu√©es; il y aura une autre ligne de pri√®re demain soir. Et dimanche √† 14h. [ Quelqu'un dit : " 14h30'." - N.D.E. ] 14h30; alors, les cartes de pri√®re seront distribu√©es √† 14 h, dimanche apr√®s-midi, pour le service de dimanche apr√®s-midi, comme on priera pour les malades. Ce soir, j'aimerais intituler ceci : Le Roi rejet√©. Et j'aurais souhait√© avoir des chaises pour accueillir ou plut√īt pour faire asseoir d'une mani√®re ou d'une autre ceux qui sont debout tout autour ce soir dans cette salle. Mais je vais t√Ęcher de me d√©p√™cher pour que vous n'ayez pas √† rester debout trop longtemps. Cependant, si vous voulez juste m'accorder toute votre attention pendant quelques instants.
E-22 Au temps de Samuel, les gens √©taient √† bien des √©gards comme ils le sont √† toutes les √©poques. Ils en √©taient arriv√©s au point o√Ļ ils d√©siraient √™tre comme les autres peuples. Et c'est tout simplement la nature humaine. Les gens aiment s'imiter les uns les autres. Si vous sortez et achetez un certain genre de v√™tement, ou une certaine automobile, que vous peigniez d'une certaine couleur les marches de votre maison ou le perron, les marches de la v√©randa, observez le voisin; il ne peut tout simplement pas supporter cela. Il doit faire de m√™me. Vous allez √† l'√©glise portant un certain genre de chapeau qui est un peu diff√©rent, le dimanche suivant un bon nombre de vos sŇďurs auront ce m√™me genre de chapeau, si elles peuvent le trouver. Pour l'une ou l'autre raison, les gens veulent tout simplement agir les uns comme les autres. Et c'est une bonne chose si on en fait un bon usage, si on en fait usage d'une bonne mani√®re.
E-23 Eh bien, mais ces gens à l'époque du prophète Samuel, ils voulaient agir comme les Philistins, les Amalécites et les incroyants. Et comme ils avaient vu que leur peuple se permettait un peu plus de choses fantaisistes... Et eux étaient une nation des gens qui avaient été appelés à sortir et qui étaient élus, et ils n'étaient pas censés agir comme les autres. Le peuple de Dieu ne doit jamais agir comme le monde, ou ressembler au monde, ou avoir quoi que ce soit à faire avec le monde. Vous êtes un peuple séparé, l'église, un peuple appelé hors de, un peuple acquis, un sacerdoce royal, une nation sainte, tout à fait différent, et mise à part; et toutes vos actions, vos habitudes et vos manières sont différentes des choses du monde. A présent, puisse le Seigneur nous aider pendant notre étude.
E-24 Eh bien, ces gens avaient vu comment se comportaient les Philistins, comment se comportaient les Amal√©cites et les autres nations. Et ils sont venus voir Samuel et ont dit : " Nous voulons √™tre comme eux. " Et c'est la m√™me chose aujourd'hui. Que le monde lance une certaine mode ou-ou une certaine manie, et vous voyez que tout le monde, m√™me bon nombre de chr√©tiens veulent faire la m√™me chose. Ils veulent agir comme cela. Que les gar√ßons adoptent une certaine coiffure, et tous les gar√ßons veulent faire cela. Et ils en sont arriv√©s maintenant au point o√Ļ ils laissent beaucoup pousser leurs cheveux, et c'est comme si un canard ou quelque chose de ce genre √©tait pos√© sur leurs t√™tes. Et je vous assure, je crois que je-je... si-si j'√©tais une femme, une fille, et que mon petit ami faisait cela, je le ferais asseoir et lui raserais les cheveux. A ce qu'il me semble, une femme aimerait avoir un homme. Je vous assure, peut-√™tre que la femme est si masculine qu'elle d√©sire quelque chose d'eff√©min√©, mais pour moi, √ßa ressemble certainement √† une femme. Ils ont toute une √©paisse tignasse, comme un canard ou un corbeau, quelque chose comme cela au-dessus de leur t√™te, cette grosse et longue histoire attach√©e dans le dos et... Je n'ai jamais vu un tel accoutrement de ma vie. Et j'ai vu certains pr√©dicateurs comme √ßa. A quoi va aboutir cette histoire ? Au bout d'un moment, ils auront un pasteur hippie, si on ne fait pas attention √† ce qu'ils font. Eh bien, c'est la v√©rit√©.
E-25 Oh ! l'√©glise doit agir comme le monde. Elle doit √™tre... Eh bien, c'√©tait rude, mais ce n'est pas mon-mon intention que cela soit ainsi. Voyez-vous ? Mais j'essaie tout simplement de faire une... J'essaie d'enfoncer un clou si solidement qu'il ne sortira pas, qu'il sera riv√© de l'autre c√īt√©. Si √ßa fait mal, peut-√™tre que je vais reculer juste un petit peu. Mais √ßa doit √™tre riv√© pour que cela tienne bon. Est-ce juste, Fr√®re Wood ? C'est un entrepreneur. Vous devez faire tenir la chose en rivant cela. Et je-je pense qu'un homme devrait √™tre un homme; une femme devrait √™tre une dame. Et je pense qu'un chr√©tien doit agir comme un chr√©tien et s'associer √† des chr√©tiens. Et l'Eglise du Dieu vivant devait √™tre unie, d'un m√™me cŇďur, d'un m√™me accord, et ne rien avoir √† faire avec le monde, pour ce qui est de ses mani√®res et ses habitudes.
E-26 Mais nous voyons qu'aujourd'hui elle est comme √† l'√©poque. Ils sont venus voir Samuel et ils ont dit : "Eh bien, tu te fais vieux. Tes cheveux grisonnent. Et nous-nous ne savons pas pour combien de temps encore tu seras l√†. Et maintenant, nous voulons que tu nous donnes un roi comme en ont les Philistins et comme en ont tous les autres. Fais que nous soyons juste comme eux." Et ce saint proph√®te de Dieu vit cela avec d√©plaisir. Tout proph√®te, s'il est un proph√®te, prend position pour la saintet√©, la justice et les choses de Dieu. Et il ne peut se taire; il doit d√©noncer cela. Des fois, √ßa lui co√Ľte sa vie, mais il-il-il apportera cela de toute fa√ßon, parce que Dieu est dans la personne. Et le pasteur ou le proph√®te qui est vraiment pour Dieu, m√™me si √ßa fait mal, cela... Ce n'est pas son-son intention de blesser les gens, il aime les gens, mais il cherche √† les sauver. Voyez-vous ? Eh bien, cela a plut√īt fait de la peine √† ce brave vieux proph√®te, qu'ils aient pens√© qu'il √©tait trop vieux pour continuer. Nous voyons qu'il a v√©cu encore plusieurs, plusieurs ann√©es apr√®s. Mais il √©tait un-il √©tait un serviteur de l'Eternel. Et en faisant cela, ils ont rejet√© leur v√©ritable Roi qui √©tait Dieu. Et le proph√®te vit cela avec d√©plaisir. Et il ne voulait pas qu'ils fassent cela.
E-27 Bon, Samuel, dans notre message, repr√©sente le Saint-Esprit. Eh bien, Samuel √©tait la bouche de Dieu. Et, aujourd'hui, le Saint-Esprit est la bouche de Dieu. Aujourd'hui, au lieu d'avoir tous ces diff√©rents non-sens que nous avons dans l'Eglise, Dieu veut que nous Le laissions r√©gner, pas de papes, ni d'√©v√™ques, ni de surveillants g√©n√©raux, ni de doctrines, ni de d√©nominations et tout; il a envoy√© le Saint-Esprit pour r√©gner sur l'Eglise. Mais nous, comme les gens d'autrefois, nous disons : " Eh bien, laissez-nous √™tre comme les autres. Ils ont une grande organisation; formons notre groupe, parce que nous croyons ceci. " Eh bien, le Saint-Esprit ne se serait jamais tenu tranquille devant cela. Pas du tout. Le Saint-Esprit ne veut pas que nous ayons des barri√®res, des fronti√®res ; Il veut que nous soyons un en Lui. Nous sommes des enfants, des fr√®res. Dieu ne s√©pare pas Ses enfants, Il ne dit pas : " Je donnerai √† celui-ci du pain de ma√Įs avec des haricots, et √† celui-l√† de la cr√®me glac√©e avec une tarte. " Il ne fait pas √ßa, laisser celui-ci mourir de faim et l'autre avoir autre chose, Il les nourrit tous √† la m√™me table. Et c'est le Saint-Esprit qui doit conduire l'Eglise.
E-28 Mais les gens ne voulaient pas qu'il en soit ainsi. Ils-ils voulaient avoir un roi; ils voulaient √™tre comme le reste du monde. Et quand l'Eglise pentec√ītiste... Le Saint-Esprit est tomb√© au d√©part il y a cinquante ans et quelques. Si les gens avaient laiss√© cela tranquille et laiss√© Dieu ajouter chaque jour √† l'Eglise le nombre de ceux qui √©taient sauv√©s, √ßa aurait √©t√© comme dans l'√Ęge apostolique. Mais nous avons d√Ľ dresser des barri√®res. Nous avons absolument voulu √™tre comme les autres. Nous avons d√Ľ... Puisque l'Eglise m√©thodiste est une d√©nomination, nous devons en √™tre une. Et voil√† venir quelqu'un qui dit : " J√©sus vient sur une nu√©e blanche. " " Non, Il vient sur un cheval blanc. Tr√®s bien, nous allons simplement nous s√©parer. Je vais me constituer un groupe, et toi, constitue-toi un groupe." Vous y √™tes. Qu'est ce que √ßa change ? De toute fa√ßon, Il vient. Peu importe comment Il vient, la question est: Etes-vous pr√™t √† partir avec Lui quand Il viendra? C'est l'essentiel. Peu importe comment Il vient, sous quelle forme Il vient, soyons tout simplement pr√™ts pour le d√©part. Mais ils vont chercher la petite b√™te sur de toutes petites choses pour cr√©er une autre organisation. C'est ainsi que le monde l'a fait.
E-29 Et le brave vieux Samuel a amené la chose à l'Eternel. Et il a dit : "Eternel, que puis-je faire à ce sujet? Le peuple est résolu à avoir absolument la chose de cette façon. Et nous-nous devons... nous-nous ne savons simplement pas quoi faire à ce sujet. " Et l'Eternel a dit : " Va carrément de l'avant et donne-leur leur-donne-leur leur roi, car ce n'est pas toi qu'ils rejettent; c'est Moi qu'ils rejettent pour que Je ne sois plus leur Juge. " Voyez-vous, les gens ne veulent pas que le Saint-Esprit les juge. Non, non. Vous ne voulez pas de cela. Ils veulent-ils veulent qu'un certain credo les juge, et ils veulent qu'une certaine église les juge; mais ils ne veulent pas du Saint-Esprit.
E-30 Et Il a dit : " Va de l'avant et √©tablis un roi sur eux. " Ils ont donc cherch√© dans tout le pays. Et ils ont trouv√© dans la tribu de Benjamin un homme qui r√©pondait au nom de Kis et qui avait un fils du nom de Sa√ľl. Et ils ont choisi celui-ci. Un homme tr√®s robuste, de belle apparence, intellectuel, un g√©ant, qui d√©passait tous les autres hommes de la t√™te; un homme de la haute classe, intellectuel, instruit, intelligent, habile, beau. Eh bien, c'√©tait exactement ce qu'ils voulaient : quelque chose avec quoi ils pouvaient se faire remarquer. C'est exactement ainsi que les √©glises deviennent. Vous voulez de tr√®s grandes organisations, de tr√®s grandes et tr√®s belles √©glises, plus grandes que la petite mission qui est l√†-bas. C'est exactement ce qui se passe. Et bien des fois les gens quittent la petite mission o√Ļ le Saint-Esprit conduit pour aller adh√©rer √† cela, parce que vous dites: " Je suis membre de la premi√®re √©glise. " Voyez-vous ? C'est le m√™me vieux d√©mon, exactement, le m√™me, induisant le peuple en erreur. La plus grande √©glise, quelque chose pour se faire remarquer, quelque chose de grand, oh ! c'est ce que les gens aiment dire. Ils aiment aller √† un endroit o√Ļ ils ont le pasteur le plus raffin√©. Eh bien, ils ont un pasteur qui a quatre dipl√īmes de Princeton ou d'une certaine grande universit√©. Il est tr√®s intelligent et tout comme cela. Il pourrait avoir tous ces dipl√īmes, mais, aux yeux de Dieu, il pourrait ne m√™me pas √™tre assez bon pour appeler les cochons. C'est l'exacte v√©rit√©. Nous sommes tous bas. Dieu-Dieu choisit des hommes, mais c'est Lui qui est notre Roi. Dieu, le Saint-Esprit a √©t√© envoy√© pour gouverner les croyants pentec√ītistes, les croyants dans le Saint-Esprit. Le Roi, Dieu, a √©t√© envoy√© pour faire cela.
E-31 Bon, ils l'ont choisi, et c'√©tait un grand homme, un gars beau, exactement ce qu'ils voulaient; c'√©tait l√† l'homme. Eh bien, ils ... Avant de l'oin... de l'oindre roi, ils firent de lui le chef de l'arm√©e juste pour le mettre √† l'essaie. Il ne valait rien d√®s le d√©part, pour commencer. Ce n'√©tait pas dans le programme de Dieu. Mais, malgr√© tout, quand ils l'ont choisi, ils avaient finalement l'intention de faire de lui roi, Samuel leur a parl√©; il a dit : " Eh bien, allez de l'avant. D'abord, si vous choisissez d'√™tre... d'avoir un roi et que vous rejetiez Dieu, vous savez ce qui va arriver. Voici, dit-il, ce qui va arriver : il prendra tous vos fils et toutes vos filles pour en faire ses serviteurs. Vous payerez le dixi√®me de tout ce que vous poss√©dez pour nourrir son arm√©e. Et vos belles vignes et tout votre beau b√©tail seront pris et tout. Et il en sera ainsi. Il devra avoir des porteurs d'armure; il devra avoir des soldats. Vos filles seront des cuisini√®res et des p√Ętissi√®res-confiseuses pour nourrir les soldats. Et il en sera ainsi. " " Oh ! ce n'est pas grave, mais nous voulons de toute mani√®re l'avoir. Nous voulons de toute mani√®re l'avoir. "
E-32 Puis il les a convoqu√©s √† un certain endroit avant d'oindre Sa√ľl roi. Il a dit: " Je veux vous poser une question. " En d'autres termes, si je peux m'exprimer comme ceci : " N'ai-je pas √©t√© avec vous en tant que proph√®te depuis mon enfance? Ai-je d√©j√† pris de votre argent ? Vous ai-je d√©j√† demand√© quoi que ce soit ? " - Non. - Vous ai-je d√©j√† dit quelque chose au nom de l'Eternel qui ne se soit accompli ? - Non, c'est vrai, Samuel. Tout ce que tu as fait est venu de l'Eternel. - Eh bien, alors, pourquoi ne laissez-vous pas Dieu √™tre votre Roi ? - Oh ! nous savons que tu es le proph√®te. Nous savons que tu es le serviteur de Dieu. Nous savons que tu dis la v√©rit√©, et nous savons que tu as raison, et tu as √©t√© le genre correct de juge sur nous et tout par le... au moyen du Saint-Esprit. Mais nous voulons quand m√™me avoir un roi.
E-33 Oh ! frère, quand les gens ont quelque chose qui occupe leur pensée, ils vont simplement de l'avant et continuent de toute façon. Vous ne pouvez presque rien faire. Ils ont déjà pris leur décision, ils vont le faire, que ce soit bon ou mauvais. Eh bien, vous pouvez vous tenir là et prêcher aux gens que c'est mal pour leurs femmes de porter des vêtements immoraux, pour les hommes ainsi que les femmes d'aller aux soirées dansantes, pour cette histoire de rock'n'roll; ils y vont carrément comme un cochon qui retourne à son bourbier et un chien à ce qu'il a vomi. C'est tout à fait juste. Pour rien au monde ils n'y accordent la moindre attention, parce qu'ils sont déterminés à le faire de toute manière. Ils disent qu'ils veulent cela de toute façon.
E-34 Tr√®s bien. Ainsi, ils... Apr√®s tous les avertissements qui avaient √©t√© donn√©s... Ils d√©siraient donc finalement avoir un roi de toute fa√ßon. Ainsi, Sa√ľl fut oint comme roi. Et, bien vite, il arriva que l'ennemi s'est introduit furtivement d'un c√īt√© et il a crev√© l'Ňďil droit √† plusieurs parmi le peuple de Dieu (Vous connaissez l'histoire; c'est ici dans Samuel 8.9 et 10), il leur a crev√© l'Ňďil droit. C'est justement ce que l'ennemi veut faire. C'est ce que l'ennemi essaye de faire ce soir : crever l'Ňďil droit du peuple de Dieu. Vous avez remarqu√© qu'il s'agissait de l'Ňďil droit, celui qui est spirituel. S'il peut √īter la vue spirituelle de votre Ňďil, alors que vous voyez les choses naturelles et pas les choses spirituelles, c'est juste l√† m√™me qu'il vous a battu. Aussi longtemps que vous pouvez avoir des √©glises, des endroits importants, de grands intellectuels bien v√™tus et ainsi de suite, aussi longtemps que votre Ňďil voit comme cela et qu'il ne voit pas le c√īt√© spirituel, l'ennemi vous a eus sous son contr√īle, car vous ne savez pas o√Ļ vous allez. Amen.
E-35 Fr√®re, √©coutez. Ce dont nous avons besoin aujourd'hui, c'est d'un r√©veil √† l'ancienne mode, des bois, qui tue le p√©ch√©, le retour du Saint-Esprit de la Bible dans l'Eglise une fois de plus, avec la puissance de Dieu sur l'assistance, et le peuple rempli du Saint-Esprit. C'est ce dont nous avons besoin aujourd'hui. Et si cela se produisait, chaque mur de diff√©rence entre d√©nominations s'√©croulerait. Les unitaires, les binitaires, les trinitaires, l'Eglise de Dieu, les p√®lerins de la saintet√©, les nazar√©ens, tous ensemble crieraient et mangeraient la m√™me pomme. Eh bien, les gens-les gens auraient tellement l'amour comme fr√®res et sŇďurs qu'on ne penserait m√™me pas √† cela. Mais, voyez-vous, nous voulons prendre comme mod√®le quelque chose du monde.
E-36 Cette m√™me chose s'est introduite dans notre nation. Notre nation √©tait gouvern√©e par de vrais et authentiques politiciens, des chr√©tiens qui se r√©unissaient, priaient et sortaient avec l'onction et essayaient de gouverner notre nation. Aujourd'hui, c'est tout simplement cribl√© de tout au possible, corrompu. On raconte que les communistes sont partout dans le pays, les libre-penseurs, et tous ces genres d'histoires en rapport avec les organisations s'√©l√®vent. Et cela est au point o√Ļ on ne peut arr√™ter cela. Et cela montre tout simplement une chose, √† savoir que le v√©ritable Roi, le Fils de Dieu, vient pour prendre le pouvoir et r√©gner, aussi certainement que nous sommes ce soir dans cette convention.
E-37 Oh! si seulement les gens pouvaient se souvenir ! Peu importe combien longtemps vous restez ici sur terre, vous devez cependant rencontrer Dieu. Acceptez Dieu et faites de Lui votre Roi, votre Seigneur supr√™me. Bien des gens aiment voir... recevoir J√©sus comme leur Sauveur. " Oh ! oui, je ne veux pas aller en enfer, c'est pourquoi je-je L'accepte comme mon Sauveur ", mais pas votre Seigneur. Quand Il est Seigneur, Il a la domination. Il entre directement en vous et Il vous dirige et vous contr√īle. Mais vous dites : " Seigneur, Tu peux √™tre mon Sauveur, mais ne va pas Te m√™ler de mes affaires priv√©es. Eh bien, ne-ne-ne va pas toucher √† toutes ces choses. " Vous ne voulez pas abandonner enti√®rement votre vie priv√©e √† Dieu. Et c'est vrai, mes amis. Et quoi que vous fassiez quand vous aurez quitt√© cette convention, vous aurez quitt√© cette r√©union; rentrez chez vous avec cette d√©termination que vous allez chercher Dieu jour et nuit et vivre dans Sa Pr√©sence. Eloignez-vous des choses du monde.
E-38 Oh ! oui, ils ont voulu avoir ce roi. Et quand ils l'ont eu, c'est alors que l'ennemi a commenc√© √† crever les yeux du peuple. Et alors, ils ne pouvaient pas voir o√Ļ ils allaient. C'est la premi√®re chose que le diable fait quand il peut attraper un serviteur de Dieu; il l'aveugle vis-√†-vis de cette r√©alit√© qu'il est perdu. C'est la premi√®re chose que l'ennemi a faite quand il a attrap√© Samson, un autre juge. Il lui a crev√© les yeux de sorte qu'il ne voyait pas o√Ļ il allait. D√®s que l'ennemi, les Philistins sont tomb√©s sur Isra√ęl, ils leur ont crev√© l'Ňďil droit pour qu'ils ne voient pas bien o√Ļ ils allaient. Le... Quand l'ennemi entre dans une √©glise, il cr√®ve les yeux des gens aux r√©alit√©s selon lesquelles le Saint-Esprit est Celui qui dirige et gouverne l'Eglise. Toute la discipline est amen√©e par le Saint-Esprit. Amen. Oh ! j'aurais souhait√© prononcer les paroles qui am√®neraient cela droit au but, au bon endroit, voyez-vous, pour que cela ne puisse jamais quitter, pour river cela √† l'int√©rieur. Dieu a donn√© le Saint-Esprit pour qu'il dirige et gouverne l'Eglise : le Saint-Esprit.
E-39 Eh bien, eh bien, quand ceci est arriv√©, ils leur ont crev√© l'Ňďil droit... Avez-vous remarqu√© cette petite chose astucieuse que Sa√ľl a faite ? Oh! il √©tait rus√©. En effet... Qu'a-t-il fait ? Il a envoy√© partout dans le pays des morceaux de-de bŇďuf qu'il avait tu√© et il a dit : " Que tout le peuple nous suive, Samuel et moi. " Oh! la la! "Samuel et moi... " Voyez-vous, il a mis Samuel, il a utilis√© la bonne r√©putation de Samuel pour tromper le peuple. Aujourd'hui, bien des fois... Et nos conducteurs font la m√™me chose. Ils introduisent cela dans leurs √©glises. Ils disent : " Eh bien, Untel, notre fondateur, il croyait; il a fait telle chose. " Oui, c'√©tait un brave homme. Mais, fr√®re, depuis lors, quelque chose est arriv√©. C'est juste. Qu'est-il arriv√© ? Vous les m√©thodistes qui restiez toute la nuit sous la puissance de Dieu, quand Asbury et-et-et John ainsi que Charles √©taient ici aux Etats-Unis, on les traitait de saints-exalt√©s et on les a chass√©s de-de vraies √©glises, de grandes √©glises. Ils se sont install√©s l√† dans les √©coles, et ils pr√™chaient sous la puissance de Dieu au point que les gens tombaient par terre; et on leur jetait de l'eau au visage et on les √©ventait. C'est-c'est... Je les ai vus faire cela.
E-40 John Wesley pr√™chait la gu√©rison divine, l'un de ses petits livres... Un homme de l'Eglise anglicane a l√Ęch√© un renard et une meute de chiens sur son assembl√©e, et John, pointant du doigt le visage de cet homme, a dit : " Le soleil ne se couchera pas trois fois sur ta t√™te que tu m'appelleras pour que je prie pour toi." Et, ce soir-l√†, cet homme est mort de crampes √† l'estomac, appelant John pour qu'il vienne prier pour lui. Et aujourd'hui, parlez d'un service de gu√©rison aux m√©thodistes... Un certain m√©thodiste √©crivait une th√®se sur un livre juste... r√©cemment, sur la gu√©rison divine. Il a dit : " Il n'y a qu'une seule erreur que les m√©thodistes peuvent trouver chez vous, Fr√®re Branham. " J'ai dit : " Et c'est quoi ? " Il a dit : " Une seule chose, c'est que tous ceux qui viennent √† vos r√©unions sont pratiquement des pentec√ītistes. " J'ai dit : " Tr√®s bien. Nous allons simplement changer cela. Que vous les m√©thodistes vous puissiez me parrainer et je viendrai chez vous." J'ai dit : "Voulez-vous commencer dans votre ville ? " " Eh bien, a-t-il dit, bien s√Ľr, je-je... " J'ai dit : " C'est ce que je me disais. " Voyez-vous? Tout √† fait.
E-41 Dieu enverra Son message quelque part. " Elle ne retourne pas √† Moi sans effet, sans avoir accompli ce que J'ai r√©solu. " De ces pierres-ci Dieu peut susciter des enfants √† Abraham. Mais ils se r√©f√®rent √† un certain grand homme, Moody, ou Wesley, ou un certain grand personnage comme cela, dont ils sont issus. Eh bien, c'est la m√™me astuce que Sal... euh... Sa√ľl a utilis√©e. " Qui ne suivra pas Samuel et moi ? Qui ne suivra pas Samuel et moi ? Qu'il en soit ainsi." Eh bien, c'est exactement la belle astuce qu'ils-ils essayent d'utiliser.
E-42 Toutefois, Samuel... il avait dit au peuple de ne pas faire cela. Mais ils l'ont fait de toute fa√ßon, parce qu'ils-ils voulaient le faire; ils ont dit qu'ils le feraient de toute fa√ßon. Et je lisais ici dans les Ecritures o√Ļ il est dit ici que-que Samuel, quand il a presque convaincu le peuple que ce qu'ils faisaient √©tait mauvais... Et ainsi, ils sont all√©s de l'avant et ont tenu √† le faire. Ensuite, quand ils ont eu... cette chose s'est produite... Alors Sa√ľl a remport√© cette victoire et il a envoy√© dire √† tous les H√©breux ce qu'ils devaient attendre, ce que les H√©breux avaient fait. Et en r√©alit√©, ce n'√©tait pas Sa√ľl qui avait gagn√© la bataille; c'√©tait son fils Jonathan qui avait gagn√© la bataille.
E-43 Puis, nous voyons aussi que lorsque cet homme, Sa√ľl, tr√®s vite, il est devenu important, il a bomb√© le torse, certainement, disant : " Nous avons b√Ęti cette grande chose; nous avons fait ceci. " Et quand il a fait cela, alors il en est arriv√© au point o√Ļ il ne voulait plus de conseils de Samuel. Il a fait la chose comme il le voulait. Et c'est ce qui est arriv√© aujourd'hui. Les gens en sont arriv√©s au point o√Ļ ils ne veulent pas faire la chose telle que Dieu veut le faire. Ils veulent le faire comme eux veulent le faire. Voil√† le probl√®me aujourd'hui. Dieu veut que la gu√©rison soit au milieu de Son peuple. Le grand dignitaire dit : " Eh bien, une minute ! Les jours des miracles sont pass√©s. "
E-44 Eh bien, qu'est ce qui a amen√© Sa√ľl √† faire cela ? Quand il en est arriv√© au point o√Ļ il a pris la conduite du peuple au lieu de laisser le-le Saint-Esprit... Eh bien, Samuel lui a parl√©. Il a dit : " Eh bien, si vous allez de l'avant et que vous ayez votre roi, et si vous vivez tous comme il faut, et que vous gardiez le commandement de Dieu, faisant ce que l'Eternel dit et suivant l'Esprit, Sa√ľl pourra nous pr√™cher de tr√®s bons messages. " Et il l'a fait. Ils n'avaient pas le droit de ne pas croire Samuel, car Samuel leur avait toujours proph√©tis√© la v√©rit√©. Il leur avait dit ce qu'√©tait la v√©rit√©. Mais il a dit : " Eh bien, si seulement vous laissez Sa√ľl et que vous tous vous suiviez la conduite de l'Esprit, que vous gardiez le commandement de l'Eternel, tout ira bien. "
E-45 Si cela arrivait ce soir dans chaque √©glise des Etats-Unis, un r√©veil √©claterait dans cette nation. Je vous assure que les d√©bits de boissons seraient d√©truits. Ce serait-ce serait l'une des plus glorieuses choses que cette nation ait jamais connues si tous les pr√©dicateurs de toutes les d√©nominations suivaient tout simplement la conduite du Saint-Esprit au lieu d'un credo de leur d√©nomination, ce qu'un √©v√™que ou quelqu'un d'autre a dit, ou quelqu'un d'autre a dit ! Ce que quelqu'un d'autre a dit n'a rien √† voir l√†-dedans; Dieu a envoy√© le Saint-Esprit et Il est notre Guide; Il est notre Conducteur. Mais m√™me quand les gens voient le Saint-Esprit √† l'Ňďuvre, ils En ont peur. Ils ne savent pas ce que C'est. Cela leur est inconnu, parce qu'ils ne sont pas enseign√©s dans cette mati√®re-l√†. On leur a enseign√© juste une certaine chose que l'√©glise croit, et ils continuent carr√©ment comme cela, et ils continuent leur vie en se disant chr√©tiens, et ils continuent avec les choses du monde. Et puis, quand finalement ils meurent, ils disent : " Oh ! ma foi me sauve. "
E-46 Il y a quelque temps, j'ai dit √† un homme, j'ai dit : " Monsieur, le Seigneur ne vous a-t-Il jamais condamn√© du fait de fumer ? " " Oh ! non, a-t-il dit. " Et j'ai dit : " Moi-m√™me, je vous ai vu boire. " Il a dit : " Mais √©coutez ceci, pr√©dicateur. J'aimerais vous dire quelque chose. " Je suis all√© voir un autre homme dans la salle. Il a dit: "C'est ma foi qui me sauve. " J'ai dit : " Mais, monsieur, permettez-moi donc de vous dire quelque chose. La foi sans les Ňďuvres est morte. " Et j'ai dit : " Le Saint-Esprit ne m√®ne pas une telle vie. " Voyez-vous ? Et j'ai dit : " Vous pourriez √™tre d√©√ßu. " J'ai dit: " Eh bien, la foi, c'est tr√®s bien. Mais si cette foi n'est pas accompagn√©e des Ňďuvres, alors elle ne vaut rien. "
E-47 Et quand vous mourez, souvenez-vous, cela ne change pas votre esprit. Cela change simplement votre demeure. Et quel que soit le genre d'esprit qui est en vous, il s'agit de l'endroit o√Ļ il va aller. Et le p√©ch√© ne peut jamais entrer au Ciel. Ainsi, si vous... Vous dites : " Eh bien, je confesse les miens chaque soir. Nous avons un livre de pri√®res, et quand nous allons √† l'√©glise, nous confessons tous nos p√©ch√©s. " Et puis vous retournez carr√©ment l√† et les commettez encore? Le jour suivant, vous revenez pour dire : " √Ē Dieu, pardonne-moi pour avoir bu, pardonne-moi pour avoir commis adult√®re, pardonne-moi pour avoir menti, pardonne-moi pour avoir vol√©. " Et puis, vous retournez carr√©ment et faites la m√™me chose. " Pardonne-moi pour m'√™tre enivr√© la semaine pass√©e; je n'avais pas l'intention de boire √† ce point-l√†. " Et puis vous retournez carr√©ment et buvez encore. Eh bien, ce n'est pas... √áa montre que quelque chose n'a pas chang√© √† l'int√©rieur. Vous essayez de peindre l'ext√©rieur, de le blanchir √† la chaux en quelque sorte. Mais ce qu'il faut faire, c'est mettre √† l'int√©rieur le Sang de J√©sus-Christ et rendre blanc par le lavage au lieu de mettre la chaux. C'est-c'est de cela que le-le monde a besoin aujourd'hui.
E-48 Mais alors, nous voyons donc que, puisque Sa√ľl avait pris sur lui-m√™me... Un jour, Samuel √©tait un peu en retard pour offrir les holocaustes, lui seul avait le droit de le faire, sous l'inspiration de Dieu. Et Sa√ľl a dit: "Pourquoi devons-nous l'attendre?" Il est all√© et il a offert cela lui-m√™me. Il s'est mis √† conduire lui-m√™me le peuple au lieu de laisser Dieu conduire le peuple. C'est l√† qu'il a commis son erreur. C'est l√† que chaque √©glise qui s'est d√©j√† organis√©e a cependant commis son erreur fatale. Je n'ai jamais vu une organisation... J'ai - j'ai consid√©r√© l'histoire; j'ai lu les p√®res pr√©nic√©ens d'un bout √† l'autre ainsi que Jos√®phe et tous les historiens anciens, et je n'ai jamais vu une seule fois o√Ļ une √©glise qui avait connu un grand r√©veil spirituel et qui est tomb√©e, qui s'est √©loign√©e de la chose, se relever encore. Je veux que vous me montriez o√Ļ cela s'est fait. Dieu... S'ils ne veulent pas suivre la Lumi√®re, Dieu va les mettre carr√©ment de c√īt√© et laisser quelqu'un... "De ces pierres-ci Dieu peut susciter des enfants √† Abraham. "
E-49 Luther √©tait la Lumi√®re de son jour. Mais il y avait l√† dans cette Eglise luth√©rienne un groupe qui a tordu les Ecritures pour les faire concorder avec leur propre th√©ologie. Bien vite, l'Eglise luth√©rienne s'est retrouv√©e de c√īt√©; le r√©veil √©tait termin√©. Dieu a suscit√© les m√©thodistes. Les m√©thodistes sont venus avec la sanctification; il y a eu un grand r√©veil qui a balay√© le monde, l'un des plus grands que le monde ait jamais connu, au temps de-de John Wesley. Et un grand r√©veil a balay√© le pays. Mais quand John, Charles et Asbury et tous les autres sont morts, on a eu l√† un nouveau groupe qui s'est mis √† penser beaucoup √† : "Eh bien, nous ne devrions pas faire ceci, une-une religion de Sang et tout ce genre d'histoires... " Et aussit√īt, ils ont commenc√© √† introduire toutes sortes de credos et de choses. Et maintenant, regardez o√Ļ cela en est : √ßa se retrouve mis de c√īt√©. Oh ! oui. Et les pentec√ītistes ont fait exactement la m√™me chose qu'eux, tr√®s exactement : ils ont suivi la voie de toute chair.
E-50 Oui, vous voulez être comme le monde. Ne soyez pas comme le monde. Nous sommes différents. Les serviteurs de Dieu sont différents. Ils sont nés de nouveau; ce sont de nouvelles créatures en Christ. Vous n'avez pas le droit de prendre les choses du monde pour les mêler au christianisme. La robe du chrétien n'est pas constituée de théologie fabriquée par l'église. La robe du chrétien est faite du baptême du Saint-Esprit (pas quelque chose de moins que cela) ; et une vie accompagne ce baptême du Saint-Esprit qui vous fait vivre correctement, agir correctement, vous comporter correctement, parler correctement, vivre correctement. C'est vrai.
E-51 Mais alors, quand Sa√ľl ne voulait plus s'attendre √† l'Eternel, Samuel s'est aussit√īt d√©tourn√© de lui. Rappelez-vous, et la premi√®re fois, pas la deuxi√®me fois, mais la premi√®re fois que Sa√ľl s'est charg√© d'assumer le service de l'Eternel, Samuel lui a tourn√© le dos et s'est √©loign√© de lui. Et la premi√®re fois que l'√©glise laisse ses conducteurs prendre en charge la conduite du peuple, le Saint-Esprit s'√©loigne d'eux. Et la toute premi√®re fois que vous suivez la conduite de l'homme plut√īt que celle de Dieu, le Saint-Esprit s'√©loignera aussi de vous. Laissez le Saint-Esprit conduire. La chose dont nous avons besoin, c'est la conduite. Et Dieu nous a donn√© un Conducteur, mais nous ne L'√©coutons pas.
E-52 Il n'y a pas longtemps, je lisais dans un... C'est fr√®re Gene qui m'a apport√© cela, je crois, dans un des magazines au sujet des oies qui √©migrent du Canada. Et elles ont un-un conducteur. Et si ce conducteur n'est pas un tr√®s bon conducteur, si elles n'en ont pas choisi un bon, il les am√®nera n'importe o√Ļ, il va les amener √† la montagne et elles vont toutes mourir. Il n'y a pas longtemps un groupe a vol√©... un vieux jars qui ne savait pas o√Ļ il allait, qui ne connaissait pas la direction qu'il avait prise, son instinct n'√©tait pas correct; il a amen√© un groupe d'oies jusqu'en Angleterre. Elles n'ont jamais pu revenir. Elles-elles... c'est leur nature de migrer chaque ann√©e. Et elles se rassemblent simplement et poussent des gloussements, crient et font des sc√®nes l√† en Angleterre, et elles ne savent pas comment rentrer dans leur pays d'origine.
E-53 Cela me rappelle certaines de ces morgues froides et formalistes que nous avons aujourd'hui : vous vous retrouvez tellement éloignés de Dieu que vous ne savez comment revenir. Vous ne reviendrez jamais au moyen des credos. Vous devez avoir l'inspiration pour vous conduire, frère. Et cette inspiration vient par le Saint-Esprit. Oui. Conduits par l'Esprit, les fils et les filles de Dieu sont conduits par l'Esprit de Dieu. Ils aiment l'Esprit. Ils ne cherchent pas à dire : " Eh bien, attendez une minute. Dans mon église, les gens ne disent pas 'amen'. Dans mon église, les gens ne lèvent jamais la main; ils sont très calmes. Eh bien, nous donnerions des frissons et de la fièvre à notre pasteur si quelqu'un criait 'amen'. " Eh bien, vous devriez alors le faire frissonner de temps en temps. Voyez simplement ce qui arriverait. C'est juste.
E-54 Ce qu'il nous faut aujourd'hui, c'est une bonne vieille religion qui touche le cŇďur. Permettez-moi de vous dire quelque chose. Quand √† sa naissance un b√©b√© ne crie pas, ne g√©mit pas et n'ouvre pas sa petite bouche pour faire entendre quelque chose, eh bien, vous... rien n'arrive, quel est le probl√®me de ce b√©b√©? C'est un mort-n√©. Je pense qu'aujourd'hui nous avons trop de morts-n√©s, oui, ah! dans l'√©glise. Quelqu'un vient et dit : " Croyez-vous en Dieu le P√®re, Tout-Puissant, Cr√©ateur des cieux et de la terre, en J√©sus-Christ, Son Fils ? - Oui, je crois. - Promettez-vous de faire telle chose pour cette √©glise ? - Oui. Et Il prend sa petite sali√®re avec quelques petites gouttes d'eau, il lui donne la main d'association, l'introduit dans l'√©glise. Ce sont des b√©b√©s mort-n√©s. Oui. C'est juste. Qu'est-ce qu'on fait d'un b√©b√© √† sa naissance, s'il ne crie pas aussit√īt qu'il vient au monde, quelle est la premi√®re chose que vous lui faites? Vous le soulevez, le retournez sur votre bras et lui donnez une petite... comment appelez-vous cela? Vous lui donnez une fess√©e. C'est juste. Vous lui donnez quelques tapes comme cela. [Fr√®re Branham tape les mains. - N.D.E.] Et, bien vite, il fait : " Ouaa ! ", et vous avez un b√©b√© vivant.
E-55 Et c'est ce qu'il faut aujourd'hui dans l'√©glise; ce n'est pas quelqu'un qui dit : " Eh bien, je-je sais que ce n'est peut-√™tre pas tr√®s bien de manifester cette petite l√Ęchet√©. " Il vous faut derri√®re la chaire un homme qui vous dira... qui vous mettra en pi√®ces jusqu'√† ce que vous arriviez √† crier de temps en temps, pour que Dieu vienne et que quelque chose se produise. Alors vous √™tes n√©. Pas quelqu'un qui dorlote vos p√©ch√©s et qui dit : " Oh ! eh bien, cela...nos-nos anc√™tres croyaient cela. " Nos anc√™tres ... Notre Bible dit que c'est juste. C'est ce qui est juste, notre Bible. Et le m√™me Saint-Esprit qui est descendu le jour de la Pentec√īte (Nous savons tous que c'√©tait la naissance de la nouvelle Eglise), si ce m√™me Saint-Esprit ne vous apporte pas la m√™me exp√©rience, alors vous avez un Saint-Esprit diff√©rent de Celui-l√†. C'est tout √† fait juste. Si cela ne vous fait pas vivre une vie de sacrifice, une vie pleine de joie et de plaisir, le bapt√™me de l'Esprit vous amenant √† des signes, des prodiges et des miracles et tout, il s'est pass√© quelque chose. J√©sus a dit : " Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. "
E-56 Voyez comment ils ont perverti la chose aujourd'hui, avec la conduite des hommes. " Voici un bon membre d'√©glise. Oh! je sais qu'il fait ceci ; oh! je sais qu'il fait cela. Mais il est un diacre dans l'√©glise; et il fait ceci cela. Mais, je vous assure, il est vraiment... quand vient le moment o√Ļ nous-nous avons notre programme missionnaire, il ne manque jamais de donner un ch√®que de cinq cents dollars. Et si nous avons une r√©fection √† faire, oh! c'est un brave gars. " Puis, vous vous tenez l√† avec votre col retourn√© et vous pr√™chez un jour √† ses fun√©railles avec un drapeau en berne, vous dites qu'il est all√© au Ciel. N'est-ce pas l√† une chose honteuse ? Permettez-moi de vous dire quelque chose. Ce qu'il nous faut aujourd'hui, c'est la nouvelle naissance, la nouvelle vie, de nouvelles cr√©atures en J√©sus-Christ. Quelle diff√©rence!
E-57 Il n'y a pas longtemps, un homme a dit... un pr√©dicateur m'a racont√© qu'il a d√Ľ prendre secr√®tement un membre dans son √©glise; il a dit : " C'est un homme bien. " Mais a-t-il dit : " Il ne pouvait tout simplement pas se tenir devant cet auditoire et-et √™tre introduit dans l'√©glise." Il a dit : " Je-j'ai d√Ľ le faire entrer dans la salle de pri√®re par derri√®re pour l'introduire secr√®tement dans l'√©glise. Qu'en pensez-vous donc, Billy ? " J'ai dit : " Je l'aurais tourn√© imm√©diatement vers l'auditoire et l'aurais cogn√© aussi fort que possible. C'est de cette mani√®re-l√† que je l'aurais fait entrer. " C'est juste.
E-58 Il y a quelque temps, je descendais √† cette rivi√®re pour baptiser une femme. Et il y avait tout un groupe qui m'accompagnait. Et ainsi, chemin faisant, la femme a dit : " Fr√®re Branham ? " J'ai dit : " Oui. " Elle a dit : " Eh bien, j'ai finalement d√©cid√© que vous descendiez me tremper. " J'ai dit : " C'est quoi √ßa ? " Elle a dit : " Vous allez-vous allez me pr√©parer cet apr√®s-midi pour me tremper, n'est-ce pas ? " J'ai dit : " Non, madame. Avant que je fasse cela, ai-je dit, vous devez mettre votre cŇďur en ordre avec Dieu. Je ne vous baptiserai en aucun cas; vous √™tes encore toujours en vie dans le monde. Vous devez √™tre morte. Nous n'ensevelissons que les morts, ceux qui sont morts en Christ et qui sont pr√™ts pour ressusciter en nouveaut√© de vie. Et une personne qui fait une telle remarque contre le bapt√™me n'est pas le candidat qu'il faut pour le bapt√™me d'eau. " C'est juste.
E-59 Eh bien, c'est l√† que nous allons. Nous voyons que l'esprit...Sa√ľl a dit : "Je vais le faire moi-m√™me. Je sais le faire. J'en sais autant que ce vieux fou de Samuel. " Et Samuel avait prouv√© qu'il √©tait un serviteur de Dieu. Il avait prouv√© que le Saint-Esprit √©tait avec lui, car il a dit : " Je vais vous prendre √† t√©moin ce jour. Vous ai-je d√©j√† dit quelque chose au Nom de l'Eternel qui ne se soit accompli ? Suis-je d√©j√† venu demander et mendier de votre argent, et toutes ces grandes choses ? " " Non, ont-ils r√©pondu, tu n'as pas fait cela, mais n√©anmoins, nous-nous voulons avoir cela tel que nous le voulons. " Voyez-vous ? Et c'est alors que vous voyez ce qu'ils sont devenus.
E-60 Eh bien, nous voyons donc que quand un homme rejette la conduite du Saint-Esprit... Savez-vous ce que Dieu a fait de Sa√ľl? Il lui a donn√© un mauvais esprit pour le conduire. Eh bien, comment √ßa ? Il lui a donn√© un mauvais esprit; Dieu lui a donn√© un mauvais esprit pour le conduire. Ainsi, quand un homme rejette la conduite du Saint-Esprit, ou si une personne quelconque rejette la conduite du Saint-Esprit, vous recevez sur vous un d√©mon pour vous conduire. C'est tout √† fait biblique. √Ē Dieu ! j'aurais souhait√© que nous ayons un r√©veil. J'aurais souhait√© qu'il vienne un temps o√Ļ le Saint-Esprit pourrait vraiment entrer de nouveau dans les cŇďurs des Am√©ricains, afin qu'ils voient que c'est Lui. Ils veulent regarder et dire: " Eh bien, maintenant regardez. Je ne peux pas coop√©rer dans ces r√©unions parce que mon √©glise ne... " Qu'est-ce que √ßa change ? Qu'est-ce que cela a √† voir avec la chose ? " Eh bien, je vous assure, ils-ils croient ceci, mais nous, nous ne croyons pas cela. " Aussi longtemps qu'ils pr√™chent la Bible, et toute la Bible, et le Plein Evangile, et rien d'autre que la v√©rit√©, √©coutez cela. Aussi longtemps qu'ils sont conduits par l'Esprit, croyez cela. Et Dieu se r√©v√®lera. Si un homme est conduit par l'Esprit de Dieu, Dieu se r√©v√©lera √† cette personne. Certainement. Dieu a promis de le faire. Ainsi, en faisant cela, nous savons alors que-que le Saint-Esprit conduit le peuple et Dieu prend soin de la chose. Amen ! Croyez-vous cela de tout votre cŇďur ? Certainement, nous le croyons. Tr√®s bien.
E-61 Et puis, j'aimerais dire une autre chose. Ce mauvais esprit a commenc√© √† conduire Sa√ľl; et il l'a conduit. Et aujourd'hui, quand le Saint-Esprit est rejet√©, Il veut... Il... Que va-t-Il faire ? Vous allez recevoir un mauvais esprit pour vous conduire. Maintenant, √©coutez. Je ne veux pas vous blesser, mais je voudrais que vous compreniez ceci. Voyez-vous ? Ce qui arriva en ce temps-l√† arrive de m√™me aujourd'hui. Les gens ne veulent pas que le Saint-Esprit les conduise, par cons√©quent ils re√ßoivent un mauvais esprit. Que se passe-t-il avec un mauvais esprit ? Le mauvais esprit veut conduire-veut donc conduire les gens. Et alors quoi ? Ils ne veulent pas... ils ne voulaient pas que Dieu soit leur Juge. Et aujourd'hui, les gens ne veulent pas que le Saint-Esprit les juge. C'est la raison pour laquelle ils ont rejet√© Samuel, parce que son jugement venait de Dieu; c'√©tait scripturaire. Ils ne veulent pas √™tre conduits par l'Esprit. Et ils ont rejet√© cela pour prendre un eccl√©siastique. Et qu'ont-ils obtenu ? Un mauvais esprit pour les conduire.
E-62 Eh bien, aujourd'hui, les gens ne veulent pas √™tre conduits par le Saint-Esprit. Ils ne veulent pas que le Saint-Esprit les juge. Eh bien, c'est vrai, mes amis. Ils ne veulent pas que le Saint-Esprit les juge. Alors, les gens m'ont dit... Il n'y a pas longtemps, une femme m'a dit... Je pr√™chais tr√®s durement et je r√©primandais les sŇďurs du fait qu'elles se coupaient les cheveux, et je leur disais que la Bible d√©clare qu'elle √©tait une prostitu√©e si elle le faisait, qu'elle-elle √©tait infid√®le √† son mari et que ce dernier avait le droit de la r√©pudier. C'est exactement ce que disent les Ecritures. Toute femme qui se coupe les cheveux, dit la Bible, d√©shonore son mari, qui est son chef. Et vous pouvez leur pr√™cher... Cette dame m'a rencontr√© √† l'ext√©rieur, et elle a dit : " Permettez-moi de vous dire quelque chose maintenant m√™me, pasteur. Vous allez certainement ruiner votre minist√®re." J'ai dit : " Tout minist√®re que la Parole de Dieu ruine devrait √™tre ruin√©." C'est tout √† fait juste. Elle a dit : " Eh bien, a-t-elle dit, tout le monde s'en ira et vous quittera. " J'ai dit : " Aussi longtemps que Lui reste avec moi, c'est l'essentiel. " Voyez-vous ? Que Lui reste.
E-63 Et certainement qu'on ne veut pas que les gens... Vous ne... En effet, ils veulent √™tre comme le monde. Ils ne veulent pas... Les femmes ne veulent pas s'habiller comme le peuple de Dieu, de fa√ßon d√©cente, morale. Eh bien, il y a quelques semaines, je suis all√© √† une r√©union pentec√ītiste. Eh bien, vous les baptistes, pr√©parez-vous √† crier, ainsi que vous les presbyt√©riens. Je suis all√© √† l'une des principales √©glises pentec√ītistes des Etats-Unis. Et moi et mon associ√©, nous √©tions assis l√†. Ils √©taient... J'allais avoir un service de dimanche matin. Et quand... Ils savaient que j'√©tais toujours contre ce genre d'histoires. Et alors, quand ils ont cong√©di√© l'√©cole du dimanche, j'√©tais l√† dans le parking. Voil√† venir les monitrices de l'√©cole du dimanche...non, maintenant, ce ne sont pas-ce ne sont pas les m√©thodistes; ce sont les pentec√ītistes. Les cheveux coup√©s tr√®s court et le visage tout maquill√©, c'est comme si elles avaient mang√© du bifteck rouge et qu'elles en avaient partout sur leurs ongles et-et partout comme cela, avec tout ce maquillage, et de la manucure; elles sortaient l√†. Et voil√† venir des hommes de mon √Ęge, avec cette chevelure lisse coup√©e √† la queue de canard et ramen√©e derri√®re comme cela. Fr√®re, si j'avais une telle assembl√©e, je la mettrais s√Ľrement en pi√®ces, fr√®re; certainement. Oui, oui.
E-64 Oh! ils ne voulaient pas rester pour √©couter ce saint-exalt√© pr√™cher. Et puis, ils pr√©tendent √™tre des pentec√ītistes ! Quand je suis arriv√© l√†-bas, la monitrice de l'√©cole du dimanche est sortie, elle a dit : " Bonjour, R√©v√©rend Branham. " Avec tout le...cette histoire rouge au visage et ce crayon noir sur les yeux et-et tout-tout le... et habill√©e de fa√ßon si sexy. Et elles disent : " Eh bien, un instant donc. Fr√®re Branham, c'est l'unique genre d'habits qu'on peut acheter. " On vend toujours des tissus et des machines √† coudre. Vous n'avez donc pas la moindre excuse. C'est juste. Si vous √™tes conduit par le Saint-Esprit, redressez-vous. Les gens ne veulent pas que le Saint-Esprit les juge. Ils ne veulent pas... Il n'y a aucune excuse. Dieu n'√©coutera pas vos excuses. Il n'a pas √©cout√© celles de Sa√ľl, et Il ne vous √©coutera pas. Vous devez vous conformer √† ce que dit la Bible.
E-65 Je crois que toute femme devrait √™tre propre; elle devrait √™tre en beaut√©; tout homme aussi, il devrait √™tre beau et propre, mais √™tre d√©cent. Vous savez, si vous portez ces sales habits que portent les gens, ces sales shorts et... Il y a quelque temps, une femme m'a dit, elle a dit : " Fr√®re Branham, je ne porte pas ces shorts. " Elle a dit : "Je porte des pantalons. " J'ai dit : " C'est pire, pire. " Savez-vous ce que Dieu a dit ? " Une femme qui porte un v√™tement d'homme est en abomination √† Dieu. " Et Dieu est Dieu, et Il ne change jamais; Il est le Dieu infini. Si autrefois cela √©tait une puanteur √©cŇďurante aux yeux de Dieu, cela continue √† √™tre une puanteur √©cŇďurante de voir une femme porter un v√™tement d'homme. Il a cr√©√© les hommes comme hommes et les femmes comme femmes... [Espace vide sur la bande - N.D.E.]... s'il ne pr√™che pas cela ainsi. C'est ce que dit la Bible. C'est tout √† fait juste. Et, oh! les gens ne veulent pas de cela.
E-66 Une dame m'a dit, elle a dit : " Eh bien, pensez-vous que c'est mal pour une femme de porter du... ce maquillage?" J'ai dit : " Absolument. Je le pense." J'ai dit : " Le visage... Jamais Dieu... S'Il avait voulu que vous ressembliez à une étable, Il aurait fait de vous une étable, ai-je dit, toute peinte comme cela." S'il avait voulu que vous fumiez, Il aurait placé une cheminée sur votre tête, avec des conduits de fumée par lesquels vous pourriez expirer. Mais Il-Il vous a donné des poumons pour que vous respiriez un bon air frais. C'est dans ce but-là qu'Il a fait cela.
E-67 Et eux, oh! non, mais vous... Ils ne veulent personne, ils ne veulent pas que le Saint-Esprit les juge. Eh bien, si vous recevez le Saint-Esprit et que vous puissiez continuer à vivre de cette manière-là... Venez me voir et dites-moi que vous avez le Saint-Esprit tout en vivant comme cela, je-je ne peux pas être votre juge, mais selon la Parole, vous avez manqué le coche quelque part, frère. C'est juste. C'est exactement ce que l'Esprit dit. Voyez-vous? C'est juste. Nous avons de nouveau besoin de sainteté. Nous avons besoin... Revenez à Dieu. Oui, les gens rejettent Cela, certainement. Ils ne veulent pas faire cela ( ils savent comment ils...) ils ne veulent pas venir sous la juridiction du Saint-Esprit. Ils ne veulent pas que le Saint-Esprit les guide.
E-68 Permettez que je vous dise quelque chose, mesdames; je ne me moque pas de vous. Ceci n'est pas un endroit pour faire cela ; c'est un endroit o√Ļ le jugement est proclam√©. Et le jugement doit √™tre proclam√© correctement. Et le jugement, c'est par la Parole de Dieu. Suivez. Dans toute la Bible, il n'y a eu qu'une seule femme qui se maquillait (C'est juste), une seule femme. Et elle ne se maquillait jamais pour aller √† la rencontre de Dieu. Elle se maquillait pour aller √† la rencontre d'un homme, pour essayer de le vamper (c'est juste), J√©hu. J√©zabel, savez-vous ce que Dieu a fait d'elle? Il l'a donn√©e en p√Ęture aux chiens. C'est juste. Quand donc vous voyez une femme portant du maquillage, dites que c'est "Mademoiselle viande pour chiens". C'est exactement ce qu'elle est devant Dieu. Il l'a donn√©e en p√Ęture aux chiens. C'est tout ce √† quoi elle √©tait destin√©e, aux chiens. Il l'a donn√©e en p√Ęture aux chiens. Combien savent que c'est la v√©rit√©? Qu'ils disent " amen ". C'est tout √† fait juste.
E-69 Vous voyez donc, ces caract√©ristiques pa√Įennes entrent dans l'√©glise, parce qu'un fils ti√®de de Kis se tient derri√®re la chaire, et il a peur de pr√™cher la v√©rit√© √† cause de son bon de repas. Fr√®re, permettez-moi de vous dire qu'il nous faut des hommes derri√®re la chaire, pas une bande de poules mouill√©es de th√©ologiens qui ont peur de dire quelque chose au peuple. Il nous faut des hommes courageux, de braves hommes, remplis du Saint-Esprit, qui se tiennent l√† et qui ne pr√™cheront pas des histoires de poules mouill√©es, des credos, la d√©nomination, mais qui pr√™cheront l'Evangile et leur √©corchera la peau. C'est tout √† fait juste. C'est juste.
E-70 Vous dites √† votre petit gar√ßon: "Eh bien, Junior, ch√©ri, ne fais pas √ßa." Prenez un b√Ęton et √©corchez-le. C'est ce qu'il vous faut. Regardez ce que vous avez suscit√© avec ce "Junior, ch√©ri". La petite Marthe, vous savez, tapera du pied et dira √† sa maman: "Tu la fermes; je ne vais pas faire √ßa." Oh! mon vieux. C'est une bonne chose qu'ils n'aient pas eu mon p√®re. C'est juste. Absolument. Avec toutes ces histoires, vous voyez ce que vous avez? Une bande d'idiots juv√©niles. C'est exactement ce que vous avez. De la folie, c'est tout √† fait juste. Ils remplissent les asiles de fous. Des hippies, voil√† ce qu'a engendr√© "Junior, mon ch√©ri". La Bible dit que si vous √©pargnez la verge, vous g√Ętez votre fils. C'est tout √† fait juste. Et Dieu sait ce qu'est la v√©rit√© et ce qui est mieux. Samuel a essay√© de dire √ßa √† Sa√ľl. Dieu sait ce qu'il y a de mieux. Mais Sa√ľl a dit: "Eh bien, c'est moi que les gens veulent." Ce-c'est cela. Aussi longtemps qu'il pouvait trouver quelqu'un pour le suivre, c'est tout ce qu'il voulait. Il a utilis√© le nom de Samuel et il a eu quelqu'un pour le suivre; c'est tout ce qu'il voulait.
E-71 Non, les gens ne veulent pas de ce vrai et authentique Evangile. Ils ne veulent pas de cette v√©rit√© authentique, ils ne veulent pas de la-la conduite du Saint-Esprit. Ils pr√©f√©reraient avoir un pasteur intellectuel. Voyez-vous? Eh bien, voil√† le genre d'homme qu'ils veulent, quelqu'un... Ils ne veulent pas... Ils veulent quelqu'un qui va in-... qui ne leur dira pas que "c'est mal de faire ceci, c'est mal de faire cela, arr√™tez de faire ceci, et arr√™tez de faire cela". Non, ils ne veulent pas de cela. Mais ils veulent un homme qui a une exp√©rience th√©ologique de s√©minaire, quelqu'un dont ils peuvent dire qu'il a plusieurs dipl√īmes, qu'il se tient avec beaucoup d'√©l√©gance et qu'il a un habillement tr√®s chic, ce qui est parfaitement en ordre. Mais quand il arrive l√†, il donne plut√īt sa propre interpr√©tation de la Bible, non pas conform√©ment √† la Bible, mais conform√©ment √† une exp√©rience th√©ologique de s√©minaire, au lieu du bapt√™me du Saint-Esprit en lui pour lui faire √©corcher la peau. C'est tout √† fait juste.
E-72 Citez-moi un proph√®te de la Bible qui √©tait un vrai proph√®te et qui n'a pas √©corch√© la peau. Citez-moi un seul cas qui soit jamais arriv√©. Et √† l'√©poque, les gens ne voulaient pas croire en eux, mais Dieu leur a donn√© des miracles et des prodiges qui les ont accompagn√©s pour amener les gens... pour confirmer que leur minist√®re √©tait vrai. √á'a toujours √©t√© ainsi. Aujourd'hui, le Saint-Esprit vient directement dans l'Eglise et dit : " Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en Mon Nom, ils chasseront les d√©mons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents ou boiront des breuvages mortels; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront gu√©ris. Le jour de la Pentec√īte, ils √©taient tous ensemble dans le m√™me lieu. Tout √† coup, il vint du ciel un bruit comme celui d'un vent imp√©tueux, et il remplit toute la maison o√Ļ ils √©taient. Des langues, semblables √† des langues de feu se pos√®rent sur chacun d'eux. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit et se mirent √† parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer." Ils sont sortis dans les rues en criant, en dansant, et se comportant comme des gens ivres, juste comme... Et n'oubliez pas, vous les catholiques, que la sainte vierge Marie √©tait parmi eux. Et si elle ne pouvait pas aller au Ciel sans passer par ce genre d'exp√©rience, comment allez-vous y parvenir? Pensez-y. Oui, oui. Elle √©tait l√† ; tous remplis du Saint-Esprit, comme s'ils √©taient ivres, tous ensemble, des hommes et des femmes. Sans cela, vous n'avez pas la Pentec√īte.
E-73 Eh bien, que font les gens aujourd'hui ? On vous prend, vous amenez une vieille lettre us√©e venant de quatre ou cinq diff√©rentes √©glises qui l'ont re√ßue et vous la d√©posez l√†, et on vous √©tablit dans une √©glise, et on vous appelle membre. Oh! voil√† Sa√ľl. Voyez-vous? C'est exactement ce qu'il a fait. Mais Samuel voulait √™tre conduit par Dieu. Ces gens vont √† l'√©glise dimanche matin, un pasteur interpr√®te la Parole. Ils retournent carr√©ment l√† et font ce qu'ils veulent pendant la semaine. Il leur parle; ils rentrent chez eux apr√®s qu'il leur a donn√© l'interpr√©tation de quelques histoires de l'√©glise et qu'ils ont r√©cit√© quelques credos. Ils rentrent chez eux en quelque sorte √† moiti√© satisfais, se consolant en disant : " J'ai fait toute ma religion. C'est suffisant jusqu'√† la semaine prochaine. Je vais revenir. " Ils prennent la communion dimanche matin, du pain avec du jus de raisin et ainsi de suite, et quoi qu'ils fassent, et ils laissent les choses aller comme cela. Oh! fr√®re.
E-74 Mais alors, qu'a fait Sa√ľl? Il a certainement mis sur pied une grande arm√©e, certainement. Il a fait d'Isra√ęl une grande arm√©e. Il les a tous √©quip√©s de belles lances polies. Il les a entra√ģn√©s √† se battre avec ces lances juste comme... comme de tr√®s vaillants hommes. Il leur a tous fait de grands boucliers et tout. Tous √©taient vraiment impeccables et form√©s, bien √† jour. Eh bien, les choses allaient bien pour eux. Les autres nations ont regard√© et ont dit : " Vous savez, Isra√ęl √©volue tr√®s bien. " Mais un jour, un jour... Dieu n'a pas laiss√© cela continuer trop longtemps, de sorte qu'un jour un adversaire r√©pondant au nom de Goliath surgit, les bras crois√©s, et Isra√ęl fr√©missait au point o√Ļ ses souliers tremblaient au sol. Ce pauvre type qui d√©passait tous les autres de la t√™te fr√©missait aussi. Il se tenait l√†; il n'avait jamais rien vu de pareil. Il fallait que l'Esprit prenne le contr√īle, le Dieu d'Isra√ęl devait manifester Sa puissance.
E-75 Oh! oui. Il y aura un Goliath quelque part. Nous en avons eu un il n'y a pas longtemps. Nous en avons un aujourd'hui; je ne comprends pas pourquoi. Nous avons les plus grands intellectuels, les groupes les mieux habill√©s; nous avons les meilleurs s√©minaires th√©ologiques, certains des hommes les mieux form√©s que l'on ait vus. Ils ont entra√ģn√© des chorales de sorte qu'elles peuvent chanter Que Tu es grand au point que les archanges peuvent √† peine leur √™tre compar√©s. Oh! Ils sont form√©s dans les meilleures √©coles et tout comme cela, ils connaissent tout. Mais quand on en vient √† l'heure du Surnaturel, ils n'En savent rien. Dieu a envoy√© un adversaire pour montrer ce qui √©tait juste, pour montrer que cette chose-l√† √©tait fausse. Et, fr√®re, je dis ceci avec un amour et un respect pieux. L'un de nos fils de Kis, d√©passant tous les autres √©vang√©listes de la t√™te, a √©t√© appel√© l'autre jour par un mahom√©tan qui d√©fia la Parole de Dieu, et il avait la frousse, et il a pris le large. Oh! la la! Quel est le probl√®me ? C'√©tait quelque chose qui d√©passait la th√©ologie. Il fallait que la puissance surnaturelle de Dieu vienne faire cela. Il n'en savait rien. C'√©tait pareil au temps de Sa√ľl.
E-76 Mais √©coutez, vous les vrais croyants en Christ, vous les vrais chr√©tiens qui croyez en Dieu et au surnaturel. Pendant tout le temps que Sa√ľl √©tait en train de former cette grande arm√©e et de susciter tous ces intellectuels, Dieu avait l√† quelque part un petit David qui faisait pa√ģtre les brebis de son p√®re avec la nourriture de brebis, la Parole, pas avec de mauvaises herbes th√©ologiques. C'est juste. Il se faisait qu'il √©tait l√† quand cela est arriv√©. Oh! la la! Ils ont voulu lui donner une exp√©rience de s√©minaire. Sa√ľl a dit : " Viens ici, peut-√™tre que mon armure t'ira bien. " Il a dit : " √Ētez de moi cette histoire. " " Eh bien, je vais faire de toi un licenci√© en lettres et te donner un doctorat." Et il a dit : " Je n'en sais rien. √Ētez de moi cette histoire. Mais laissez-moi vous dire quelque chose: j'ai cette fronde. " " Eh bien, √ßa ne fait pas le poids. " " Mais √©coute ceci. Un jour, un agneau paissait l√†, l'une des brebis de mon p√®re paissait l√†; et un lion a surgi, l'a attrap√© et l'a emport√©. Et j'ai pris cette fronde, j'avais confiance dans le Dieu d'Isra√ęl, et je l'ai poursuivi, et je l'ai terrass√© et l'ai tu√©; et j'ai ramen√© cet agneau. " Il a dit : " Un ours a surgi, s'est empar√© d'un chevreau et s'en est all√© avec, un des chevreaux de mon p√®re; et j'ai mis la pierre dans une fronde; juste une toute petite chose, mais je - je l'ai poursuivi. Je ne me fiais pas √† la fronde, mais je me fiais √† la puissance du Dieu d'Isra√ęl. " Amen.
E-77 Qu'est-ce ? La f-o-i en J-√©-s-u-s. C'est juste. La confiance dans la puissance du Dieu d'Isra√ęl. " Et j'ai terrass√© cet ours, j'ai arrach√© le lion, la petite brebis de sa gueule, puis, je l'ai ramen√©e. " Il a dit : " Et √† combien plus forte raison... je-je suis un ministre de la d√©livrance. Je sais de quoi je parle. " Ecoutez. Aujourd'hui, il y a de petits David dans le monde. Ils ne sont - sont peut-√™tre pas reconnus par les Sa√ľl, c'est vrai. Mais il y a de petits David dans le monde, qui exercent le pastorat et paissent les brebis de Dieu, avec de la nourriture des brebis. Et un jour, un terrible cancer est venu et en a pris une. Le m√©decin a dit : " Eh bien, c'en est fini de lui. " Mais ce petit David a dit : " Je ne sais pas. Je n'ai pas grand-chose, juste la pri√®re de la foi, mais je viens apr√®s toi, parce que tu es la brebis de mon P√®re. J'ai la foi. " All√©luia ! " Je viens apr√®s toi." Une crise de paralysie en a frapp√© une. Il a dit : " Je ne sais pas comment je vais avoir, mais je viens apr√®s toi. Tu es l'une des brebis de mon P√®re. " All√©luia ! Ne rejetez pas le Roi d'Isra√ęl. Gloire. Fiou! All√©luia...?... [L'assembl√©e adore. - N.D.E.]
E-78 Il n'avait pas grand-chose, mais il avait la foi dans le Dieu d'Isra√ęl. Je vous assure, eux L'avaient rejet√©; ils avaient toutes leurs chorales et des √©rudits bien form√©s et de la th√©ologie. Mais quand cela est venu du surnaturel, ils √©taient bloqu√©s. Ils n'en savaient rien. Pourquoi David ne connaissait-il pas ce vaillant homme ? C'est parce que ce dernier se nourrissait dans un autre p√Ęturage. C'est juste. Il recevait sa formation dans une autre atmosph√®re. Un jour, une-une maladie est venue et s'est empar√©e d'une brebis du P√®re et allait l'amener pr√©matur√©ment dans la tombe. Ce petit David a dit : " Je ne sais pas comment je vais y arriver. " Ils ont dit : " Oh! c'est absurde, cette petite fronde! " " Il se peut que j'ignore comment y arriver, mais c'est une promesse, et j'ai la foi l√†-dedans; je viens donc apr√®s cet agneau. " Et il l'a ramen√©. All√©luia! Oh ! qui je... Ce qu'il nous faut ce soir, c'est nous √©loigner de toute cette th√©ologie faite de main d'homme et ramener le Roi en ayant foi dans le Fils de Dieu...?... toute cette histoire. Oui, oui. Ne vous inqui√©tez pas.
E-79 Les gens avaient peur d'annoncer la réunion en Afrique du Sud. Joseph Boze l'a fait. C'est quand dix mille mahométans qui se tenaient là ont vu un pauvre petit garçon tordu, tout tordu comme cela, qui est monté l'estrade en clopinant et qui n'était même pas dans son bon sens. Mais quand ils ont vu le Saint-Esprit lui dire qui il était, ce qui était arrivé, ce qui avait causé cela... et quand il a terminé de prier, il s'est redressé comme un homme comme cela, dix mille mahométans ont déposé leurs trophées par terre et ont accepté Jésus-Christ comme leur Sauveur personnel. Oui, oui. Considérez Tommy Osborn, Oral Roberts, des hommes qui paissaient le troupeau avec la nourriture des brebis. Les jours des miracles ne sont pas passés, comme le déclarent les théologiens. Si les jours des miracles sont passés, le jour de Dieu est passé. Dieu est un miracle. Certainement, vous y êtes, la nourriture des brebis.
E-80 Oh! mon pauvre ami d√©courag√© ! Il se pourrait que le diable vous ait amen√©e, sŇďur, l√† √† un point o√Ļ vous n'avez aucun d√©sir de laisser pousser vos cheveux. Il pourrait vous amener √† un point o√Ļ vous pensez qu'un pasteur est insens√© quand il vous pr√™che la pure saintet√©, la mani√®re dont vous devriez vous habiller. Certains d'entre vous, hommes, qui sortez l√† et faites ces choses que vous ne devriez pas faire... Et vous, hommes, qui laissez vos femmes faire une telle chose et qui fumez la cigarette, j'ai peu de consid√©ration pour vous en tant qu'un homme. Eh bien, c'est tout √† fait juste. Vous savez, l'homme est le chef de la maison, aussi longtemps qu'il occupe sa place. Mais nous... je-je ne... j'aime voir un homme qui est un homme. Un homme n'est pas jug√© par la quantit√© de muscles qu'il a; c'est une b√™te. Un homme n'est pas jug√© par la force de ses muscles, il est plut√īt jug√© par les poches qu'il a sur son pantalon au niveau des genoux √† cause de la pri√®re. C'est √ßa qu'il faut pour un homme.
E-81 Un homme, c'est le caract√®re, pas la bestialit√©, mais le caract√®re. J'ai vu des hommes qui pesaient deux cents livres [environ 90 kg - N.D.T.], mais qui n'avaient pas une once d'homme en eux, arracher un b√©b√© des bras de sa m√®re et violer celle-ci. Tout homme qui donnerait une cigarette √† une femme est minable et mesquin. Et de savoir que c'est l'un des plus grands √©l√©ments de la cinqui√®me colonne qui est en train de briser la colonne vert√©brale de notre nation ! Et ces fabriques de cigarette et tout ce qu'on a ici, produisant des cigarettes et du whisky, et-et puis on annule tous leurs imp√īts sur leur revenu, sur la publicit√© pour pr√©senter davantage de souillure √† la t√©l√©vision et donner un mod√®le √† ces femmes... √Ē Dieu! qu'arrive-t-il √† notre pays ? Il a rejet√© la conduite du Saint-Esprit, il ne supporterait pas une seule minute une telle histoire. Il n'est pas √©tonnant que les maladies et les afflictions l'aient envahi.
E-82 Ce qu'il nous faut aujourd'hui, c'est un Dieu, le Roi rejet√©, le Roi d'Isra√ęl qui entre parmi nous comme ceci. Peut-√™tre qu'il vous a pris comme cela. Peut-√™tre qu'il y a ici ce soir des malades qui vont se tenir dans la ligne de pri√®re. Il peut y en avoir ici, le cancer vous a peut-√™tre pris. Le diable vous a peut-√™tre mis hors de port√©e du m√©decin, de votre bien-aim√© m√©decin; et il vous a amen√© √† un point de non-retour. √áa peut √™tre le cas. Mais permettez-moi de vous dire quelque chose, fr√®re. Ce soir, quand je vous am√®nerai dans cette ligne de pri√®re, je n'ai qu'une toute petite fronde qui s'appelle la f-o-i. Je viens apr√®s vous. C'est juste. Je viens apr√®s vous. Je L'ai vu ramener d'autres; Il vous ram√®nera aussi. Absolument.
E-83 Dieu qui peut gu√©rir ces gens, d'autres gens, peut vous gu√©rir aussi. Croyez-vous cela ? Oui, effectivement. Le m√™me Dieu est toujours vivant et ce soir nous venons apr√®s lui. Et avec la puissance et la foi en J√©sus-Christ, nous allons assommer ce d√©mon et ramener la brebis. Pourquoi cela ? C'est la brebis du P√®re, le petit agneau de Dieu que Satan a enlev√©, et il a dit : " Je vais... Il est tr√®s influent. Je vais √īter cet homme de l'√©glise; je vais √īter cette femme de l'√©glise. " Viens, David, allons-y. Oui, oui. Dieu nous a promis la victoire. Jusqu'√† quand cet incirconcis, cet incroyant de Philistin se tiendra l√† √† d√©fier la Parole du Dieu vivant ? Oui, oui.
E-84 Je vais √™tre comme les enfants H√©breux qui ont dit : " Notre Dieu est capable de nous d√©livrer, mais n√©anmoins, nous ne nous prosternerons devant aucune idole, des d√©nominations formalistes ni rien d'autre. " Je vais venir; c'est tout ce que je peux faire. Je ne peux pas dire que je suis capable de la ramener, mais je viens, j'essaie. Je vais l'affronter au Nom de J√©sus-Christ avec la commission d'un Ange qui est venu vers moi et qui a dit : " Si tu am√®nes les gens √† te croire et si tu es sinc√®re quand tu pries, rien ne r√©sistera √† ta pri√®re. " Cela s'est produit des milliers et des milliers de fois. Et toi, pauvre petite brebis malade, ce soir je viens donc apr√®s toi au Nom de J√©sus-Christ. Je veux... Je vais te ramener et t'√©loigner de ces sales endroits pour t'amener dans le p√Ęturage vert et ombrag√© et aux eaux paisibles, l√† o√Ļ tu peux te coucher, mettre une paille dans la bouche et lever les yeux vers Dieu, dire : " Oh ! je suis paisible comme une rivi√®re, paisible comme une rivi√®re. " Oui, c'est ce que nous voulons faire. Oh ! il y en a encore; il y a des pasteurs.
E-85 Combien de prédicateurs ici croient dans la délivrance pour-pour les malades et les affligés ? Regardez ici. Tu vas revenir ce soir, petit agneau, car nous venons après vous. Oui, oui. Ce lion démoniaque appelé cancer, ce lion démoniaque appelé de n'importe quel nom médical qu'il veut, quoi qu'il soit, c'est un démon. Et nous avons reçu de Jésus-Christ cette commission : " En Mon Nom, ils chasseront les démons. " Il ferait mieux de déguerpir, car il y en a beaucoup ici et, ce soir, nous allons l'attraper. Nous allons te ramener.
E-86 Combien maintenant ont ces cartes de pri√®re? Levez la main. O√Ļ est Billy ? Qu'il vienne ici, o√Ļ qu'il se trouve; Billy Paul, l'un de vous. Je d√©sire que vous qui avez les cartes de pri√®re, vous vous teniez juste ici en bas. Alignez-vous exactement comme hier soir. D'abord, uniquement ceux qui ont des cartes de pri√®re, s'il vous pla√ģt, ceux qui d√©tiennent des cartes de pri√®re. Votre... tr√®s bien. [Un message en langues est donn√© suivi de son interpr√©tation. - N.D.E.] Amen. Venez en croyant; ayez la foi. A quel niveau de la ligne √©tiez-vous ici, sŇďur? C'est juste...?... votre ligne de pri√®re dans...?...
E-87 Un jour, David... Maintenant, uniquement vous qui avez des cartes et qui étiez ici hier soir. Je ne... Ce soir, on n'en a pas distribué. Nous allons encore en distribuer demain soir. Vous qui avez des cartes, tenez-vous debout ici juste un instant. Et vous qui êtes sur vos sièges, restez vraiment tranquilles, juste un instant; nous venons aussi après vous. C'est juste. Nous venons au Nom de Jésus. Vous qui êtes à l'extérieur, nous venons après vous, nous venons au Nom du Seigneur Jésus. J'en ai assez de cette confession négative et à moitié; mettons-nous au travail avec Dieu. Dieu l'a promis. Si Dieu ne tient pas Sa Parole, Il n'est pas Dieu; Il tient effectivement Sa Parole, Il est donc Dieu.
E-88 Un jour, pendant que les gens se tenaient l√†, David parlait; Isra√ęl tremblait; l'ennemi √©tait √† la porte. Suivez, c'est scripturaire. Et pendant que David parlait encore, ne sachant pas ce qui se passait, l'Esprit est tomb√© sur un homme et ce dernier a proph√©tis√©, disant : " Allez vous tenir en embuscade √† tel endroit. " Et les-les ennemis se sont entretu√©s juste l√†. Il s'en est suivi une confusion, et ils se sont frapp√©s; et les autres sont tout simplement entr√©s et ont pris le butin. Ecoutez, vous qui √™tes assis l√† dans l'auditoire. Vous n'√™tes pas oblig√©s d'√™tre debout ici; ayez tout simplement la foi et croyez en Dieu. Savez-vous ce qui va se passer? Dieu obligera l'ennemi √† vous quitter juste l√† o√Ļ vous vous trouvez. La confusion viendra; il ne saura pas o√Ļ il se trouve. Quand un homme parle librement et dit : " Ecoutez la Parole de l'Eternel. La bouche de l'Eternel a parl√© ce soir ", et ainsi de suite comme cela, Elle dit ce qu'il faut faire, d'ob√©ir aux commandements de l'Eternel. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : " En Mon Nom, ils chasseront les d√©mons; ils parleront de nouvelles langues; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront gu√©ris. " Toutes ces choses ont √©t√© promises. C'est l'affaire de Dieu, et Il est le Roi. Amen. Ne L'aimez-vous pas ? Louez-le. Combien L'aiment?
E-89 Pendant qu'ils se rassemblent, restons bien tranquillement assis sur nos sièges maintenant, pendant qu'on apprête la ligne de prière. Chantons ce cantique. Très bien. Je L'aime. Très bien. Je L'aime [Frère Branham parle à quelqu'un. - N.D.E.] (...?... tout autour, les prédicateurs...?...) Il m'aima le premier; Et acquit mon salut, Sur le bois du Calvaire. Je voudrais demander une chose à vous tous qui êtes dans la ligne de prière. Vous tous qui, dans la ligne de prière, êtes malades, nécessiteux, avez-vous prié sincèrement pour ceci ? Avez-vous prié pour votre maladie ? Si c'est le cas, levez la main. Vous avez prié pour cela. Vous croyez que vous avez prié sérieusement à ce sujet, que c'est la volonté de Dieu que vous guérissiez? Si c'est le cas, levez la main. Si vous avez prié sérieusement pour cela, cela va arriver. Alors il ne reste qu'une seule chose à faire, c'est chasser de vous la chose quand vous passerez. Oh! la la!
E-90 Je crains que l'auditoire ne pense que l'√©vang√©liste est le seul qui a le pouvoir de faire ceci. Je voudrais qu'un groupe de pr√©dicateurs vienne se tenir ici avec moi. Vous les ministres de la d√©livrance qui croyez √† ceci, venez ici vous tenir √† mes c√īt√©s une minute. Venez ici, fr√®res. Tenez-vous simplement l√†, formez une petite ligne par ici. Venez, fr√®res, beaucoup d'entre vous. Montez ici vous tenir ici le long pour que l'on voie que c'est aussi pour les pr√©dicateurs. Je ne suis pas... Ce n'est pas seulement moi; mes fr√®res ici, ils-ils ont... ils sont autant ordonn√©s √† faire ceci que moi ou quiconque d'autre. Ils sont des serviteurs de Dieu. C'est bien.
E-91 Maintenant, maintenant, je vais vous dire ce qu'on va faire. Ces gens disent, frères, qu'ils ont tous prié pour ceci; ils sont tous prêts. Si donc ils ont prié pour ceci, s'ils ont prié sérieusement pour ceci, il ne reste qu'une seule chose, c'est chasser l'ennemi alors qu'ils vont passer. On n'a pas à prier pour eux; ils ont déjà prié. Est-ce juste? Voyez-vous? Pour que vous voyiez que ce n'est pas de la supercherie; ce n'est pas ça, il s'agit de la puissance de Dieu dans Sa Parole. Ces hommes sont des hommes oints; ce sont des hommes de Dieu et eux aussi prient. Je vais vous dire quoi. S'ils ont prié à ce sujet, cela ne sert à rien que nous priions. Imposons-leur tout simplement les mains et chassons d'eux l'ennemi.
E-92 Ecoute, petite brebis, nous venons apr√®s toi. Es-tu pr√™te √† revenir ? Ce soir, retournons √† la bonne sant√©. Que tout le monde soit tr√®s respectueux. Et si nous formions une double ligne juste par ici et que nous faisions passer ces gens, tout le monde, et que nous priions et chassions simplement l'ennemi. Dis tout simplement : " Satan, nous allons... " [Fr√®re Branham parle √† quelqu'un. - N.D.E.] Que dites-vous ? Tr√®s bien, alors nous n'allons faire qu'une seule ligne. Tr√®s bien, vous les sŇďurs, avancez juste l√†. Je d√©sire que chacun de vous, les hommes, vous imposiez les mains avec moi √† ces gens, au fur et √† mesure qu'ils passent. Je veux que tout le monde l√†-bas prie pendant que cette ligne passe, et je crois que vous allez voir la gloire de Dieu.
E-93 Je vous prie de vous incliner avec moi et de prier avec moi. Chacun de vous, les David qui √™tes l√† maintenant avec vos frondes, allez-y. Maintenant, je ne crois pas √† un tir de travers. Si vous n'avez pas bien vis√©, que vos lunettes ne sont pas r√©gl√©es, ajustez-les maintenant m√™me. Allons-y pour la-allons-y pour la mise √† mort. Regardez ici, la petite brebis de Dieu. Ce n'est pas la volont√© de Dieu que l'une d'elles soit malade, et elles ont pri√©. Tout ce dont elles ont besoin, c'est d'un peu d'aide; c'est tout ce dont elles ont besoin. " En mon Nom, ils chasseront les d√©mons. " Amen. Si vous croyez cela, dites : " Amen. " Satan, tu ferais mieux de le l√Ęcher; elles sont en route.
E-94 Inclinons tous la tête maintenant, et que cet auditoire... que ces gens viennent juste par ici. Et quand vous passerez, chacun de vous, quand le premier ministre vous touchera, levez la main; louez Dieu de ce que c'est terminé. Venez juste par ici, et vous descendrez de cette estrade étant la personne la plus heureuse que vous ayez jamais été. Nous sommes venus vous chercher. Etes-vous prêt à partir ? Très bien. Prions tous maintenant, la tête inclinée. Montez directement. C'est ainsi que...?... les gens qui montent. Voyez-vous ? [Frère Branham et les ministres prient pour les gens qui sont dans la ligne de prière. - N.D.E.] Au Nom du Seigneur Jésus, que ce démon sorte. Amen. Au Nom du Seigneur Jésus, que ce démon sorte. Amen. Sors, Satan...?... Au Nom de Jésus, que ce démon sorte. Au Nom de Jésus, que ce démon sorte. Au Nom de Jésus, que...?... Tous, soyez en prière, maintenant priez, priez. C'est quelqu'un; voici une brebis qui passe maintenant. Priez et tenez-vous tranquille; tenez-vous vraiment tranquille et priez. Au Nom de Jésus, qu'elle soit guérie. [Frère Branham continue à prier pour les malades. - N.D.E.] Accorde-le, Seigneur. Seigneur, je viens après elle au Nom de Jésus, que le démon...?... [Frère Branham continue à prier loin du microphone. - N.D.E.] Nous venons après toi, Satan. Libère-le.
E-95 L'aimez-vous ? Maintenant, soyez tr√®s respectueux; regagnez votre si√®ge une minute. Je crois solennellement de tout mon cŇďur et avec tout ce qui est en moi que J√©sus-Christ, le Fils du Dieu vivant, les r√©tablit tous. Croyez-vous cela avec moi ? Je crois √† la pri√®re de la foi qui a √©t√© faite sur eux. La raison pour laquelle j'ai fait cela, c'est pour que cette assembl√©e et que vos assembl√©es qui sont ici... Ces hommes de Dieu qui se tiennent ici, ces ministres oints du Saint-Esprit, ils ont autant le droit, ils ont autant l'autorit√© pour prier pour les malades et pour chasser les d√©mons que qui que ce soit d'autre au monde. Maintenant, croyez-vous cela? Tr√®s bien.
E-96 A présent, combien ici sont malades et n'ont pas de carte de prière, mais veulent que Dieu les guérisse ? Levez la main. C'est encore un grand groupe. Si tu peux croire, tout est possible. Croyez-vous cela ? Ce sont des mouchoirs ici? Je vais prier dessus, juste un instant. Je m'attends à ce que le Saint-Esprit fasse quelque chose. Je pensais peut-être qu'Il me montrerait quelqu'un dans l'auditoire, pour que vous voyiez, chacun de vous qui êtes passés que ces hommes ne sont peut-être pas en mesure de voir-voir des visions; ils ne sont pas nés dans ce but-là. Mais ils ont le même Saint-Esprit, le même Dieu. Voyez-vous? Mais moi, je n'ai aucune instruction; certains de ces hommes sont intelligents. Mais ne pensez pas pour autant que ce sont des fils de Kis. Ce sont des hommes qui croient à la guérison divine, qui croient au Dieu du Ciel. Ce sont des hommes vaillants; certainement, et ils-ils croient dans ceci. S'ils se sont tenus ici, c'est pour vous montrer qu'ils croient en cela. Je désire que leur congrégation, avant que cet auditoire ne se disperse et que certains d'entre vous rentrent chez eux, je désire que vous sachiez que votre pasteur a la même autorité.
E-97 Maintenant, je d√©sire vous montrer que ceci est la v√©rit√©, que Dieu a fait la promesse; Il est toujours Dieu. Maintenant, priez et croyez. Vous qui √™tes l√† dans l'auditoire, voyez si c'est l'onction du Saint-Esprit, voyez s'Il est toujours l√†. Amen. Oh! j'aime ceci. Oh! n'est-Il pas merveilleux? Je suis certain qu'Il est en... avec nous. Vous, priez tout simplement et dites : " Seigneur, aide-moi. Viens en aide √† mon incr√©dulit√©. " Je vois une petite dame assise juste ici et qui est couverte de l'ombre de la mort. Elle ne peut vivre que si Dieu lui vient en aide. Vous en √™tes consciente, n'est-ce pas, sŇďur ? Vous. Le cancer... Vous qui avez une petite couronne de fleurs autour de votre chapeau, avez-vous une carte de pri√®re, madame ? Non. Vous n'en avez pas. Tr√®s bien, madame, vous n'en avez pas besoin. C'est la v√©rit√©. C'est ce dont vous souffrez; il y a une ombre noire suspendue sur-sur vous. Croyez-vous que je suis proph√®te de Dieu ? Alors, Satan, au Nom de J√©sus-Christ, l√Ęche-la. Je viens √† ta rencontre. Le voil√† partir. L'ombre l'a quitt√©e. Quelque chose lui est arriv√©. Maintenant, le m√™me Saint-Esprit qui peut lui dire ces choses, n'√™tes-vous pas certains qu'Il l'a gu√©rie? Sentez-vous que vous √™tes gu√©rie, sŇďur? Levez-vous. Amen. Vous y √™tes. Vous y √™tes. Si seulement vous avez la foi et croyez, tout est possible √† celui qui croit. Si tu peux croire... Est-ce juste?
E-98 Je vois une petite dame assise juste derri√®re, ici, qui me regarde. Je ne l'ai jamais vue de ma vie, mais il y... Ne pouvez-vous pas voir cette Lumi√®re suspendue au-dessus de cette femme juste ici? Elle est en train de prier; elle souffre. Elle souffre de l'hypertension; elle a des tumeurs. Elle n'est pas d'ici; elle est de Chicago. Vous voulez partir et √™tre bien portante maintenant, sŇďur ? Tr√®s bien. Levez-vous, la petite rousse qui est l√†. Rentrez chez vous; soyez r√©tablie; J√©sus-Christ vous a gu√©rie. Vous souffrez aussi de cela, sŇďur, c'est aussi ce dont vous souffrez. Que Dieu vous b√©nisse. Rentrez maintenant chez vous et soyez gu√©rie; que J√©sus-Christ vous gu√©risse. Croyez-vous de tout votre cŇďur ? Que quelqu'un prie, que quelqu'un dise simplement : " Seigneur, permets que je touche Ton v√™tement. " Je ne connais pas ces gens. Oui, vous, vous n'√™tes pas malade, mais vous priez pour votre ami, cet homme-l√†. Avez-vous une carte de pri√®re? Non, vous n'en avez pas. Croyez-vous que je suis proph√®te de Dieu? Vous croyez. Je ne pourrais pas le savoir, est-ce juste ? Croyez-vous que cette paralysie va quitter votre ami ? Croyez-vous que cet homme va √™tre gu√©ri ? Croyez-vous cela ? Alors, levez la main et agitez-la vers Dieu. Tr√®s bien. Puissiez-vous recevoir ce que vous avez demand√©.
E-99 Qu'en est-il de quelqu'un dans cette direction ? Croyez-vous de tout votre cŇďur ? Quelqu'un l√†-bas qui est souffrant et qui n'a pas de carte de pri√®re; levez la main. Dites simplement : " Je crois. " Qu'en est-il de cela, monsieur; croyez-vous, croyez-vous que je suis proph√®te de Dieu? Vous avez une hernie, une rupture. Croyez-vous que Dieu va vous gu√©rir ? Vous non plus, vous n'√™tes pas d'ici, n'est-ce pas ? Vous venez de Toledo. C'est juste. Je ne vous connais pas. Est-ce juste ? Levez la main si c'est-c'est la v√©rit√©, si tout cela est la v√©rit√©. Tr√®s bien. Si vous croyez, rentrez chez vous et soyez gu√©ri. Je vous demande au Nom de J√©sus de croire que le Roi est ici. Cette petite dame assise ici au bout, qui est en train de prier, elle ne prie pas pour elle-m√™me; elle prie pour sa m√®re qui est assise derri√®re, par rapport √† elle, l√†. C'est juste. Des ulc√®res qui saignent, elle a √©t√© √† l'h√īpital. Tr√®s bien. Ayez la foi maintenant et Dieu va vous r√©tablir. Amen. Croyez-vous de tout votre cŇďur ? Recevez cela. Amen. SŇďur, rentrez maintenant chez vous et soyez gu√©rie. Voyez-vous, c'est ce qu'il faut, que quelqu'un prie.
E-100 Qu'√©tait-ce donc ? Qu'a-t-il dit que c'√©tait, des ulc√®res ? C'est un d√©mon du cancer qui est pass√©. Maintenant, juste un instant. Quelqu'un est en train de prier. Oh ! il est √©tendu sur cette civi√®re... Il vous a entendu; Il vous a entendu. Ce d√©mon du cancer est pass√© ici juste tout √† l'heure. Si vous croyez de tout votre cŇďur et que vous croyez que je suis serviteur de Dieu, je vous demande au Nom de J√©sus-Christ de vous lever de cette civi√®re et de rentrer chez vous. Est-elle en train de faire cela? Croyez-vous de tout votre cŇďur ? Combien encore croient ? Levez-vous; tenez-vous debout. La voil√†, parfaitement gu√©rie. Croyez-vous de tout votre cŇďur ? Levez-vous et recevez le Seigneur J√©sus, chacun de vous.

En haut