ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Approche A Laquelle Dieu A Pourvu Pour La Communion / 60-0709 / Chautauqua, Ohio, USA // SHP 1 heure et 52 minutes PDF

Approche A Laquelle Dieu A Pourvu Pour La Communion

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Notre Bienveillant PĂšre cĂ©leste, nous sommes certainement un peuple privilĂ©giĂ© ce soir d’avoir l’occasion de Te regarder en face et de T’appeler notre PĂšre sachant ceci que nous sommes passĂ©s de la mort Ă  la Vie, pour avoir cru au Fils unique. Et par Sa souffrance et Sa mort, et oui, Sa rĂ©surrection pour vivre Ă  jamais, nous avons la Vie Eternelle par cette foi en Lui.
Et il y a dans notre vie beaucoup de choses qui ne sont vraiment pas correctes. Nous sommes un peuple qui marche dans les tĂ©nĂšbres de ce monde, juste avec la lumiĂšre que nous pouvons trouver du ciel, marchant dans un monde sombre, marchant Ă  la LumiĂšre au fur et Ă  mesure que la Lampe brille sur nos sentiers. Et nous prions, PĂšre cĂ©leste, que la LumiĂšre de Dieu brille tellement sur nos sentiers que nous pourrons devenir une lumiĂšre qui Ă©claire les autres, afin qu’ils voient le glorieux Evangile du Seigneur JĂ©sus, et qu’ils entrent dans cette grande communion. Accorde-le, Seigneur.
E-2 Pardonne-nous nos nombreux pĂ©chĂ©s et offenses, nos pĂ©chĂ©s de transgression et tout ce que nous avons fait ou dit de mal; nous Te demandons humblement, notre PĂšre, de nous les pardonner. Et nous demandons que Ton Saint-Esprit vienne ce soir avec grande puissance et qu’Il soit dĂ©versĂ© sur cette assistance, et que cela rĂ©ponde Ă  chaque situation selon que nous en avons besoin ce soir. Et puissions-nous retourner dans nos foyers ce soir, heureux, nous rĂ©jouissant et Te louant. Car nous le demandons au Nom du Seigneur JĂ©sus, notre Sauveur. Amen. Vous pouvez vous asseoir.
E-3 C’est un privilĂšge d’ĂȘtre de retour ici Ă  l’auditorium une fois de plus ce soir. On a passĂ© un temps trĂšs merveilleux au petit-dĂ©jeuner des prĂ©dicateurs ce matin, une bonne communion que le Seigneur nous a donnĂ©e. Et nous attendons impatiemment le service de demain. Je pense qu’il se tiendra l’aprĂšs-midi; n’est-ce pas, frĂšre? Demain aprĂšs-midi Ă  quatorze heures.
Et demain aprĂšs-midi, je pensais, comme ce sera le dimanche, ce serait un bon moment pour prier encore pour les malades, demain aprĂšs-midi. Peut-ĂȘtre qu’il y en aura qui ne seront pas au travail et qui pourront amener leurs bien-aimĂ©s. Et peut-ĂȘtre que c’est l’unique occasion qu’ils ont de venir, ce sera au service de l’aprĂšs-midi. Ainsi, les jeunes gens distribueront les cartes de priĂšre vers treize heures trente donc, ou quatorze heures moins le quart. Et si vous voulez une carte de priĂšre, venez la recevoir vers quatorze heures moins le quart, je suppose. N’importe... Ne le faites pas trop tard, vous qui ĂȘtes... qui voudrez les cartes de priĂšre, venez. Ainsi donc, cela ne dĂ©rangera pas le reste de services, et puis, nous pourrons commencer exactement Ă  quatorze heures trente.
E-4 La raison pour laquelle nous faisons ceci, c’est que nous... Cela ne dĂ©range aucune autre rĂ©union, les services ailleurs. Il se peut qu’il y ait des Ă©trangers ici. J’ai des amis dans cette salle quelque part, ils sont ici. Je sais qu’ils sont Ă  la rĂ©union. FrĂšre Fred Sothmann et beaucoup de mes amis du Canada. Et j’ai appris que frĂšre Norman est ici quelque part, il vient de Phoenix, en Arizona, et ainsi... ou plutĂŽt de Tucson, en Arizona.
Il y a des Ă©glises, de bonnes Ă©glises ici. Choisissez-vous-en une quelque part, assistez aux rĂ©unions demain. Vous serez certainement les bienvenus. Et je recommanderais ces frĂšres du Plein Evangile qui parrainent cette sĂ©rie de rĂ©unions. Ces hommes croient dans ce genre d’Evangile, sinon ils ne m’auraient pas fait venir ici. Ainsi donc, nous vous les recommandons. Allez chez eux; Ă©coutez-les, ils vous feront du bien.
Ainsi donc, demain donc, au plus tard Ă  quatorze heures quart donc, les jeunes gens distribueront les cartes de priĂšre. Et puis, nous formerons la ligne de priĂšre aussitĂŽt aprĂšs le message et nous prierons encore pour les malades.
E-5 Et combien apprĂ©cient les rĂ©unions? Oh! C’est vraiment bien. Combien n’ont jamais assistĂ© Ă  l’une des rĂ©unions auparavant? Faites voir les mains. Ceux qui n’ont jamais Ă©tĂ© dans des rĂ©unions... Oh! la la! La moitiĂ© de l’assistance n’a jamais assistĂ© Ă  une rĂ©union auparavant. Eh bien, nous espĂ©rons que vous reviendrez et que vous serez avec nous. Nous donc... parlant ce matin lors de l’un des moments les plus merveilleux que nous avons eus, ce matin lors du petit-dĂ©jeuner, Ă  table, avec ces prĂ©dicateurs et leurs Ă©pouses, des amis venus de la ville et des alentours, ça Ă©tĂ© un moment trĂšs glorieux. J’aime vraiment la communion, j’aime vraiment ce merveilleux moment.
Et maintenant, toute la semaine prochaine, chaque soir au mĂȘme moment, Ă  dix-neuf heures trente, nous nous attendons... Tout celui qui le peut, amenez vos bien-aimĂ©s et venez. Je tacherai de ne pas trop traĂźner. Nous n’allons donc rien annoncer, car je crois de tout mon coeur dans la conduite du Saint-Esprit. Tout ce qu’Il dit de faire, nous le faisons simplement, sans savoir, d’un moment Ă  l’autre, ce que nous allons faire.
E-6 Je suis montĂ© Ă  l’estrade plusieurs fois, en me disant: «Eh bien, je vais aborder un sujet...» Je prends un sujet; je commence dans l’Apocalypse et je termine dans la GenĂšse (ou vice versa), partout donc oĂč je sens que l’Esprit conduit. Je crois que les fils et les filles de Dieu sont conduits par l’Esprit de Dieu (Voyez?), conduit par l’Esprit.
Et, oh! combien j’aimerais voir un grand rĂ©veil Ă©clater dans cette petite vallĂ©e ici! Oh! la la! Qu’il y ait juste une gloire de Dieu ici telle que la presse, la tĂ©lĂ©vision et que sais-je encore ne pourraient pas garder silence. Que Dieu se mette Ă  agir parmi Son peuple, et que chaque personne qui est ici ce soir s’enferme simplement avec Dieu, tout le monde ici saura cela tout de suite. Certainement que vous ne pouvez pas... C’est juste comme chercher Ă  Ă©teindre un feu dans une maison par un temps de vent fort. Cela donc... Vous ne pouvez pas empĂȘcher cela. DĂšs que l’Esprit de Dieu se met Ă  Ă©venter ce feu-lĂ , quelque chose se passe.
E-7 J’ai voyagĂ© Ă  travers le monde, et j’ai vu toutes sortes de–de gens, et certains d’entre eux ne savent mĂȘme pas distinguer la main droite de la main gauche. J’ai vu des gens qui ne savaient mĂȘme pas distinguer la main droite de la main gauche, et pourtant... Jamais de toute leur vie ils n’ont jamais entendu la Parole du Seigneur JĂ©sus, et pourtant, une fois qu’ils reçoivent le Saint-Esprit, ils agissent tout exactement comme vous le faites en Le recevant. Ils ne savaient mĂȘme pas distinguer la main droite de la main gauche, mais une fois qu’ils reçoivent le Saint-Esprit, ils font la mĂȘme chose que vous et ils agissent de mĂȘme. C’est donc une bĂ©nĂ©diction universelle pour tous, qu’on soit Juif, catholique, ou musulman, bouddhiste, sikh, jaĂŻn, ou je ne sais quoi qu’ils puissent ĂȘtre. Ils sont... C’est pour quiconque le veut.
J’ai citĂ© cela un peu ensemble: «Sikh» et «JaĂŻn.» Ce sont les deux diffĂ©rentes religions de l’Inde. Les sikhs, c’est le genre qui porte une croix sacrĂ©e dans leurs cheveux, et les jaĂŻn, c’est le genre qui croit dans la rĂ©incarnation. Ils balayent la rue, lĂ  oĂč ils passent, s’ils piĂ©tinent une petite fourmi, ou un insecte, c’est peut-ĂȘtre l’un de leurs parents qui est revenu. Et, oh!
E-8 Un aprĂšs-midi, quand j’étais allĂ© Ă  Bombay, j’ai Ă©tĂ© reçu lĂ  oĂč je crois que je... par la grĂące de Dieu, j’ai prĂȘchĂ© Ă  l’assistance la plus nombreuse (Ă©valuĂ©e Ă  cinq cents mille personnes) Ă  la fois. Alors, j’ai Ă©tĂ© reçu cet aprĂšs-midi-lĂ  par dix-sept diffĂ©rentes religions et elles reniaient toutes JĂ©sus-Christ. C’est un... Dix-sept diffĂ©rentes religions, environ huit ou dix d’entre elles ont eu Ă  parler. Mais chacune soutenait combien le christianisme Ă©tait insignifiant, combien c’était mauvais, combien cela a Ă©tĂ© cataloguĂ©, et donc je–j’ai eu l’impression que je passerais pour un traĂźtre devant Christ si je gardais silence; je–je n’ai donc pas gardĂ© silence.
Et alors, cette nuit-lĂ ... Quand ils parlaient lĂ , il y avait les radjahs sur leurs oreillers, et–et tous les hommes sacrĂ©s, les hommes saints, les diffĂ©rents genres. Alors, quand le Saint-Esprit s’est mis Ă  se mouvoir, j’ai vu un homme aveugle debout lĂ . Et... jamais Ă©tĂ©...
E-9 Je lui ai parlĂ©, disant: «Vous avez Ă©tĂ© aveugle pratiquement toute votre vie, parce que vous ĂȘtes un adorateur du soleil. Vous contempliez le soleil et vos yeux se sont abĂźmĂ©s.»
Ils pensent qu’ils iront au Ciel, mais c’est leur pĂ©nalitĂ© qu’ils doivent payer. (Vous parlez du lĂ©galisme.) Et ils doivent payer ce prix-lĂ  en contemplant le soleil jusqu’à devenir aveugle.
Je lui ai dit qu’il Ă©tait un mendiant. Il avait une femme et deux enfants, un garçon de neuf ans et l’autre de onze ans. C’était tout vrai. Son nom, je ne pouvais mĂȘme pas le prononcer, j’ai eu Ă  Ă©peler les lettres, tout Ă  fait exact tel que le Saint-Esprit avait donnĂ© cela, juste comme Il le fait ici les soirĂ©es et tout. Il est toujours parfaitement correct, jamais en erreur. Il ne peut pas ĂȘtre en erreur et ĂȘtre Dieu. Il doit ĂȘtre correct tout le temps.
E-10 Et alors, ils ont pensĂ© que c’était un... peut-ĂȘtre... vous pouvez percevoir cela, venant de l’assistance, et je le perçois souvent. Ils pensent que c’est de la tĂ©lĂ©pathie, et pourtant ils diront: «Gloire au Seigneur!» Mais cependant, ils ne–ils ne croient pas rĂ©ellement cela dans leurs coeurs. Voyez? Votre conscience intĂ©rieure parle plus haut que votre bouche. Voyez-vous? Cette fois-lĂ ... C’est votre subconscient Ă  l’intĂ©rieur, ce que vous pensez rĂ©ellement, c’est ce que le Saint-Esprit capte et rĂ©vĂšle. Et alors, quand...
Croyez-vous cela? «JĂ©sus regardait l’assistance et connaissait leurs pensĂ©es.» C’est vrai. D’accord.
E-11 Ainsi donc, ils... Cet homme se tenait lĂ , aveugle; ses yeux Ă©taient tout aussi blancs que ma chemise. J’ai encore regardĂ©, j’ai dit: «Evidemment, tout cela est vrai, comme l’homme le tĂ©moigne.»
Mais j’ai dit: «Il n’y a rien que je puisse faire pour l’aider, si ce n’est prier pour lui.» Je me suis retournĂ© et j’ai encore regardĂ©, et je l’ai vu se tenir lĂ , avec comme une ombre au-dessus de lĂ  oĂč il Ă©tait. En vision, il regardait tout autour, riant avec ses mains levĂ©es. Oh! la la! Rien n’allait donc arrĂȘter cela. Le diable ne pouvait pas faire sortir de l’enfer assez de dĂ©mons pour arrĂȘter cela. Dieu avait dĂ©jĂ  montrĂ© cela; c’est AINSI DIT LE SEIGNEUR donc. Il n’y a rien, rien qui puisse arrĂȘter cela.
Alors, vous avez l’assistance entre vos mains. Voyez-vous? Vous savez de quoi vous parlez; je n’oserais pas dire cela si je ne savais pas ce que je disais. Et j’ai eu la vision; je savais que le Seigneur allait le guĂ©rir. Alors, je... Le Seigneur m’avait alors donnĂ© la chaire.
E-12 J’ai dit: «J’ai Ă©tĂ© certainement trĂšs effrayĂ© cet aprĂšs-midi, quand j’étais lĂ  au temple des jaĂŻns et que dix-sept diffĂ©rentes religions (d’aprĂšs ce qu’on m’avait dit) s’étaient assemblĂ©es lĂ . Et quand on se prĂ©parait pour cette rĂ©union Ă  venir... Ils m’ont fait savoir combien le christianisme Ă©tait insignifiant, comment nous adorons un homme, nous avons adorĂ© un homme, et que ce n’était pas vrai.» Et j’ai dit: «L’islam dĂ©clare ĂȘtre la religion qui a le plus grand nombre d’adeptes, et qu’il n’y a rien au monde d’aussi grand que leur religion. Ils ont commencĂ© avant notre GenĂšse ou tout.» Et–et j’ai dit: «Toutes ces choses...?»
Et j’ai dit: «Et n’allez pas penser que je ne sais pas ce que vous pensez; vous pensez que c’est une tĂ©lĂ©pathie.» Et j’ai dit: «Tout celui qui connaĂźt rĂ©ellement ce que c’est la tĂ©lĂ©pathie, sait que c’est diffĂ©rent. Une tĂ©lĂ©pathie, c’est quelque chose... Vous dites ce que quelqu’un d’autre dit.» Et j’ai dit: «Eh bien, c’est–c’est faux. Comment Cela a-t-Il pu rĂ©vĂ©ler les pĂ©chĂ©s et des choses cachĂ©es du coeur?» Voyez, les gens tirent simplement une conclusion et brandissent cela lĂ , et vont de l’avant. C’est tout ce qu’ils savent Ă  ce sujet.
E-13 J’ai dit: «Mais comment Cela peut-il rĂ©vĂ©ler des choses cachĂ©es dans leurs coeurs, des choses auxquelles ils n’ont pas pensĂ© pendant des annĂ©es, des choses qui s’étaient passĂ©es. Tout le monde sait que cela n’a rien Ă  faire avec la tĂ©lĂ©pathie.» Mais j’ai dit: «Voici un homme ici debout, et c’est un adorateur du soleil.» J’ai dit: «Que pouvez-vous faire maintenant? Si vous vous teniez ici, vous les musulmans, vous lui diriez qu’il a Ă©tĂ© en erreur. Il a adorĂ© la crĂ©ation plutĂŽt que le CrĂ©ateur.»
Les musulmans sont les enfants d’IsmaĂ«l. Nous savons qu’ils croient dans le mĂȘme Dieu que nous, mais ils croient que c’est Mahomet qui Ă©tait Son prophĂšte. Nous, nous croyons qu’il y a un seul et vrai Dieu vivant, et que JĂ©sus est Son Fils; JĂ©sus-Christ est le Fils de Dieu. Ils ne croient pas...
Le prĂȘtre musulman m’a dit, il a dit: «Loin de Dieu d’avoir jamais un Fils, un Esprit avoir un Fils!» Voyez-vous combien cela devient obscur pour eux?
E-14 Ainsi donc, j’ai dit: «Eh bien, voici un homme ici debout maintenant. Si ceci est de la tĂ©lĂ©pathie, je n’en sais rien. Si ceci est de la psychologie, je n’ai que l’instruction de l’école primaire. Vous donc qui avez des doctorats en philosophie, et vous qui comprenez la tĂ©lĂ©pathie, vous qui ĂȘtes des hommes saints, vous les musulmans et vous les sikhs, les jaĂŻns, et vous tous aujourd’hui qui avez dĂ©fiĂ© le christianisme, je vous dĂ©fie au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ de venir restituer Ă  cet homme sa vue si votre religion est si grande.» J’ai dit: «Certainement, s’il y a... Quelqu’un doit ĂȘtre dans le vrai, et l’autre dans le faux.»
C’est vrai. N’ayez jamais peur de mettre le christianisme Ă  l’épreuve. Dieu est rĂ©el, sinon Il n’est pas Dieu. Il n’y a qu’une seule vraie religion, et c’est le christianisme. Or, vous ne pouvez pas jouer avec cela. Vous devez savoir de quoi vous parlez. Vous devez savoir de quoi vous parlez. Vous devez savoir que c’est Dieu qui vous a dit de faire cela, sinon cela ne marchera jamais. Voyez? Et je n’aurais pas dit cela, pour rien, si je n’avais pas vu la vision qu’il allait arriver.
E-15 Juste comme je m’imagine, Elie sur le mont Carmel, il ne se serait jamais moquĂ© de ces prophĂštes-lĂ , les prĂȘtres et autres, s’il n’avait pas... Il a dit: «Seigneur, j’ai fait tout ceci par Ta Parole.» Le Seigneur lui avait montrĂ© quoi faire.
Jésus a dit: «Je ne fais que ce que le PÚre Me montre premiÚrement.»
J’avais donc vu lĂ  que cet homme allait recouvrer sa vue. J’ai dit: «Que feriez-vous? Que feriez-vous? Il a dit qu’Il servirait le dieu qui lui restituerait la vue.» J’ai dit: «Or, vous les musulmans, vous lui diriez qu’il Ă©tait en erreur; et vous les bouddhistes, vous diriez que les musulmans Ă©taient en erreur. Que feriez-vous? Vous ne faites que lui faire changer de conception.» J’ai dit: «De la psychologie.» J’ai dit: «Nous avons la mĂȘme chose en AmĂ©rique. Tous les baptistes veulent faire de tous les mĂ©thodistes des baptistes; et les–et les mĂ©thodistes aimeraient faire de tous les pentecĂŽtistes des mĂ©thodistes. Et les pentecĂŽtistes aimeraient faire de tous des pentecĂŽtistes. Et... Qu’est-ce? C’est un changement des conceptions; tout, de la psychologie.»
E-16 J’ai dit: «Mais nous avons un seul Dieu que nous adorons, juste de diffĂ©rentes mĂ©thodes d’adoration.» J’ai dit: «Mais en rĂ©alitĂ©, l’authentique et vĂ©ritable Dieu JĂ©hovah, qui a crĂ©Ă© l’homme... Et je dis qu’il Ă©tait en erreur; il a adorĂ© la crĂ©ation plutĂŽt que le CrĂ©ateur. C’est vrai. Mais maintenant, s’il est en erreur et qu’il tient Ă  ĂȘtre remis dans le vrai, revenir au vĂ©ritable Dieu, que le vrai CrĂ©ateur lui redonne la vue afin qu’il puisse Lui ĂȘtre utile.» J’ai dit: «Maintenant, je vous dĂ©fie vous tous de venir Ă  l’estrade et de lui restituer la vue.»
C’était plus calme que maintenant, plus de cinq cents mille personnes. Vous n’avez jamais entendu... Ils Ă©taient entassĂ©s les uns sur les autres aussi loin que pouvait porter le regard, une grande masse noire de gens.
J’ai dit: «Pourquoi restez-vous si calmes? Cet aprĂšs-midi, vous disiez combien le christianisme Ă©tait insignifiant, combien c’était impuissant, et combien c’était tout divisĂ© en diffĂ©rentes organisations.» J’ai dit: «Maintenant, venez, faites-nous voir ce que votre religion peut faire pour lui.» Et personne n’a dit mot. Et j’ai dit: «Evidemment, vous ne le faites pas, car vous ne le pouvez pas.» J’ai dit: «Maintenant, vous les musulmans, vous voyez; il y a tous les prĂȘtres musulmans et tout, ai-je dit, tout le monde est calme.» Et j’ai dit: «La Parole est accordĂ©e. Montez directement et restituez-lui la vue. Et si vous le pouvez, je croirai le dieu que vous servez.»
E-17 J’ai dit: «En effet, vous ne pouvez pas le faire, moi non plus. Mais le Dieu du Ciel, Qui a ressuscitĂ© Son Fils JĂ©sus-Christ, a envoyĂ© Son Esprit. Et Son Esprit opĂšre au travers de Son Eglise pour rĂ©vĂ©ler les secrets du coeur et pour confirmer vraiment la prophĂ©tie, que Sa Venue est proche, quand tous les torts seront rectifiĂ©s. Lui, le Seigneur JĂ©sus, m’a montrĂ© en vision que cet homme allait recouvrer sa vue. S’il ne recouvre pas la vue, je suis un faux prophĂšte et je devrais ĂȘtre chassĂ© de l’Inde. Mais s’il recouvre la vue, vous devez cela Ă  Dieu, de livrer votre vie Ă  JĂ©sus-Christ. En effet, votre prĂȘtre est lĂ , tous vos prĂȘtres bouddhistes sont lĂ , et vos prĂȘtres musulmans aussi, et tous vos autres prĂȘtres se tiennent silencieux, ils ont peur d’aborder cela.»
J’ai dit: «C’est ainsi que je serais aussi restĂ© si le Seigneur n’avait pas montrĂ© une vision qu’il allait recouvrer sa vue. Maintenant, que le Dieu qui est rĂ©ellement Dieu parle.»
Ils ont rapprochĂ© l’homme. On n’interprĂšte pas la priĂšre. J’ai dit: «Seigneur Dieu, Tu es tout autant Dieu aujourd’hui que Tu l’as toujours Ă©tĂ©, et Tu as montrĂ© cette vision oĂč cet homme allait recouvrer la vue. Maintenant, que l’homme recouvre la vue, au Nom du Seigneur JĂ©sus.»
E-18 AussitĂŽt que cela avait Ă©tĂ© dit, il a lĂąchĂ© un cri et il m’a saisi. Il a couru... Le maire de la ville Ă©tait assis lĂ , il l’a saisi, les gens ont commencĂ© Ă  crier. C’était la derniĂšre rĂ©union que je pouvais tenir en Inde. Ils... J’ai dĂ» m’éloigner. Eh bien, ils ont mĂȘme arrachĂ© les poches de mon manteau. Alors que trois ou quatre cents miliciens essayaient de les retenir avec des bĂątons, ils sautaient par-dessus la tĂȘte de ces soldats, ils leur passaient en dessous comme cela, cherchant Ă  vous toucher, tirant les souliers de mes pieds. Et plus de deux heures, je parcourais la foule, Ă  bord d’un vĂ©hicule, avec des soldats qui essayaient de les repousser Ă  coups et tout, des gens affamĂ©s et assoiffĂ©s.
Qu’est-ce? Le mĂȘme Dieu qui a toujours Ă©tĂ©, sera toujours. Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. N’ayez pas peur du christianisme, mais rassurez-vous de savoir de quoi vous parlez. Voyez? Rassurez-vous que Dieu a envoyĂ©... Dieu vous a montrĂ© et vous a absolument parlĂ©. S’Il vous dit de faire une chose, n’ayez pas peur; allez faire cela, car Dieu l’a dit.
E-19 Combien Ă©taient Ă  Portland cette fois-lĂ , quand le fou avait couru Ă  l’estrade pour me tuer? Y a-t-il quelqu’un parmi eux qui est encore vivant ici? Le pasteur ici Ă©tait lĂ ; il m’en parlait aujourd’hui. Eh bien, il y a un temps oĂč vous feriez mieux de savoir de quoi vous parlez. L’homme, deux, trois fois ma taille, fou, dĂ©traquĂ©, il m’a parlĂ©... Il a dit qu’il me briserait chaque os du corps et il a essayĂ© de me cracher au visage et tout. Et je me suis donc tenu... Eh bien, je ne pouvais rien faire, je me suis simplement tenu lĂ  et je le regardais.
Et juste Ă  ce moment-lĂ , l’Esprit du Seigneur s’est mis Ă  parler et a dit: «Parce que Tu as dĂ©fiĂ© le–l’Esprit de Dieu, tu tomberas sur mes pieds ce soir.»
Il a dit: «Je vais te montrer aux pieds de qui je vais tomber.» Il a tiré son gros poing en arriÚre comme cela pour me frapper.
Je n’ai point Ă©levĂ© la voix. J’ai dit: «Satan, sors de lui.» Il s’est retournĂ© et il est tombĂ© sur mes pieds, juste exactement ce que le Seigneur avait dit qu’il ferait. C’était chez vous ici. Un critiqueur (Cela ne faisait pas longtemps qu’il Ă©tait converti par cela) a appelĂ© la police, et c’est encore renseignĂ© dans les archives Ă  Portland, dans l’Oregon. C’est vrai.
E-20 Eh bien, puis en Afrique, les sorciers et tout se tenaient lĂ  et lançaient un dĂ©fi. En Allemagne... J’ai eu quinze magiciens de part et d’autre en Allemagne, ils prononçaient ces paroles sacrĂ©es, ils coupaient des plumes et cherchaient Ă  jeter un sort, ils ont fait venir un–un nuage. FrĂšre, soeur, parfois vous ne comprenez pas ici en AmĂ©rique oĂč tout est bien agrĂ©able. Vous ne savez pas ce que vous affrontez une fois arrivĂ© lĂ . Et la foule de trente ou quarante mille personnes Ă©tait trĂšs agitĂ©e, la tente bougeait comme cela, ils Ă©taient assis lĂ  et retournaient toutes ces choses et ils se livraient Ă  leur enchantement, me jetant un mauvais sort, parce que je n’avais pas voulu les recevoir et que je leur avais dit qu’ils Ă©taient du diable.
Et juste au moment oĂč nous Ă©tions lĂ , prĂȘts Ă  faire un appel Ă  l’autel, ils ont dit qu’ils feraient Ă©clater cette tempĂȘte-lĂ . Et ils l’ont fait. FrĂšre Arganbright (Je pense, il peut ĂȘtre ici ce soir; s’il n’est pas, il sera Ă  la prochaine rĂ©union.) Ă©tait assis juste lĂ  Ă  l’estrade. Il a dit: «Qu’est-ce?»
J’ai dit: «Tiens-toi tranquille et prie. Il me faut attendre pour voir ce qu’Il dit.»
Juste quelques minutes aprĂšs, j’ai commencĂ© Ă  sentir ce Saint-Esprit se mouvoir. Oh! la la! Quel sentiment, amis, quand vous voyez ce que Dieu va faire!
E-21 Alors, je me suis arrĂȘtĂ©. J’ai dit: «PĂšre cĂ©leste, c’est Toi qui m’as envoyĂ© ici. Je suis venu au Nom de Ton Fils. Et cette puissance dĂ©moniaque a fait venir cette tente... ce nuage ici, qui soulĂšve la tente en secouant.» (C’était juste fait en branches de deux par quatre, juste aussi loin que nous... Nous avions placĂ© environ trente mille personnes dessous.)
Et j’ai dit: «Regarde simplement ce qui se passe.» J’ai dit: «Je rĂ©primande donc cette tempĂȘte, conformĂ©ment Ă  la vision de tout Ă  l’heure, au Nom du Seigneur JĂ©sus.»
Et cela s’est fissurĂ© comme ceci, le soleil a brillĂ© trĂšs doucement par cette fissure. Des milliers de fois, des milliers de communistes ont couru Ă  l’autel, donnant leurs coeurs au Seigneur JĂ©sus-Christ.
Une petite fille (Je ne l’avais jamais vue de sa vie.) se tenait lĂ , elle avait recouvrĂ© la vue juste quelques minutes aprĂšs. Sa maman a sautĂ© si fortement lĂ  derriĂšre, jetant un soulier d’un cĂŽtĂ© et un autre de l’autre, elle est montĂ©e Ă  l’estrade en courant pour saisir sa petite fillette nĂ©e aveugle.
Et elle l’a entourĂ©e de ses bras (Evidemment, je ne pouvais pas comprendre cela; c’était en allemand.), on a dit: «Maman, maman, est-ce toi, maman? Oh! Tu es si belle!» C’était la premiĂšre fois pour elle donc de voir sa maman. Et...
E-22 Oh! Il est toujours JĂ©hovah Dieu. JĂ©sus-Christ reste donc le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. N’ayez pas peur. Restez simplement tranquille. Faites confiance Ă  Dieu. Croyez de tout votre coeur. Soyez sĂ»r de votre pas, ensuite avancez avec Dieu. Priez et aimez-Le. L’amour est la force la plus puissante qui existe au monde. Il n’y a rien d’aussi puissant que l’amour; la puissance rĂ©side uniquement dans l’amour. Nous aborderons ces choses plus tard au cours de la semaine.
Eh bien, j’ai parlĂ© un bon bout de temps. Serait-ce trop de vous demander encore juste quelques instants... si je vous demandais d’incliner la tĂȘte pendant que nous prions pour que le Seigneur nous aide maintenant pour le texte Ă  venir?
E-23 PĂšre divin, je me mets Ă  parler parfois de ce qui s’est passĂ© Ă  travers le monde, comment je T’ai vu dans de grandes batailles, et comment Tu es un Dieu de bataille, autant que Tu es le Dieu d’amour. Tu es le Grand Tout-Puissant, le Tout-Suffisant, le JĂ©hovah Eternel, perpĂ©tuel. Avant que le monde existe, avant qu’il y ait un atome ou une molĂ©cule, Tu Ă©tais Dieu. Et quand il n’y aura plus de molĂ©cules ni d’atomes, Tu resteras toujours Dieu. Tu es d’éternitĂ© en Ă©ternitĂ©; Tu es Dieu.
Maintenant, ce soir, nous avons... On dirait, je sens dans mon coeur que je devrais lire juste une portion de Tes Ecritures. Je Te prie de m’aider et d’envoyer le Saint-Esprit interprĂ©ter la Parole, afin que cela puisse poser une base Ă©tablie pour le Dieu Eternel. Et en Le recevant, que nous puissions nous placer nous-mĂȘmes, cĂŽtĂ© position, prĂȘts pour une grande bĂ©nĂ©diction que nous attendons de voir Ă©clater, cela ne connaĂźtra pas de fin jusqu’à ce que JĂ©sus vienne.
BĂ©nis chaque organisation dans la vallĂ©e, tout le peuple bĂ©ni, les ministres et les pasteurs de diffĂ©rentes dĂ©nominations. Nous pouvons peut-ĂȘtre ĂȘtre en dĂ©saccord sur les enseignements thĂ©ologiques en rapport avec les Ecritures, mais, PĂšre, par tout un principe, nous croyons en Dieu, l’Eternel. Viens-nous donc en aide, Seigneur, pour avoir l’unitĂ© de l’esprit, jusqu’à ce que nous ayons l’unitĂ© de la foi. Et quand nous Le verrons face Ă  face, alors nous verrons d’un mĂȘme oeil. Et en attendant, que le Saint-Esprit nous bĂ©nisse dans les efforts que nous fournissons. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-24 Dans l’Evangile selon saint Jean... ou plutît 1 Jean 1 et 7, voici les Paroles que nous lisons.
Mais si nous marchons dans la lumiĂšre, comme il est lui-mĂȘme dans la lumiĂšre, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de JĂ©sus son Fils nous purifie de tout pĂ©chĂ©.
1 Jean 1.7, vous qui notez les passages des Ecritures. Et si vous le faites, j’aimerais que vous, une fois rentrĂ© chez vous ce soir, comme base... pour avoir le fondement de ceci, que vous lisiez dans l’EpĂźtre aux HĂ©breux, chapitre 9, tout le chapitre, cela montre le fondement du sang des taureaux et autres, et des brebis, et c’est ça la base de ma pensĂ©e. Puis aussi, Nombres, chapitre 19 (Si vous notez cela), Nombres 19.
Maintenant, de ce texte je tire ces pensĂ©es-ci: Le... L’approche Ă  laquelle Dieu a pourvu pour la communion. L’approche Ă  laquelle Dieu... L’approche pour la communion.
E-25 Ce matin, j’ai pensĂ© Ă  ceci quand nous passions le temps au petit-dĂ©jeuner. Nous avons passĂ© un temps trĂšs glorieux, merveilleux, la rencontre avec diffĂ©rents prĂ©dicateurs, leurs Ă©pouses, et des amis, nous serrer la main, je me suis mis Ă  penser Ă  cette pensĂ©e de communion. Qu’est-ce qui amĂšne les gens Ă  dĂ©sirer communier? Qu’est-ce qui fait cela? Qu’est-ce qui amĂšne un homme Ă  aimer se rassembler, comme ici ce soir on est assis dans cette salle oĂč il fait chaud? Un peu chaud de ce cĂŽtĂ©, et pourtant j’en ai vus s’asseoir sur les peaux des animaux dans des rĂ©gions oĂč il gĂšle, au nord, au point que j’ai dĂ» me tenir avec une grosse fourrure mackinau autour de mon cou, un gros bonnet dessus, le souffle gelait alors que je prĂȘchais, et ils restaient assis heure aprĂšs heure, ils approchaient leurs petits enfants (les Indiens), Ă  leurs seins et les serraient. J’en ai vu s’asseoir sur du sable brĂ»lant des dĂ©serts, et puis on dirait qu’ils s’écorchaient, et ils tenaient toujours ferme.
Communier autour de la Parole, il y a quelque chose de grand lĂ . L’homme aime communier, mĂȘme un homme non converti. Il aimera traiter affaire; il sortira et parlera Ă  son ami, il achĂštera un petit dĂźner. Et ils s’assiĂ©ront ensemble et mangeront, et parleront affaires, problĂšmes et communieront, l’un avec l’autre, parce qu’ils ont des choses en commun. Comme ma vieille mĂšre du sud avait l’habitude de me le dire: «Ceux qui se ressemblent s’assemblent.» Et il y a beaucoup de vĂ©ritĂ© dans cela.
E-26 Et je me pose donc des questions lĂ -dessus. Si nous retournons donc au commencement, toutes les choses tirent leur origine dans la GenĂšse. Et dans la GenĂšse, nous voyons que Dieu a crĂ©Ă© l’homme pour communier avec Lui. Dieu aimait descendre et communier avec Son peuple. Dieu, au commencement... GenĂšse 1: «Au commencement, Dieu...» Ce mot-lĂ  en hĂ©breu, c’est El, Elah, Elohim, le Tout-Suffisant; Celui qui existe par Lui-mĂȘme; le Fort. Et en Lui Ă©taient les attributs du PĂšre; en Lui Ă©tait l’attribut du Fils, en Lui Ă©taient les attributs du Sauveur; les attributs du GuĂ©risseur; en Lui Ă©taient les attributs d’ĂȘtre Dieu. Il n’y avait que Dieu et Dieu seul.
Maintenant, ces attributs Ă©taient en Lui, cela a produit quelque chose pour L’adorer. La premiĂšre chose qu’Il avait crĂ©Ă©e, c’étaient les ĂȘtres angĂ©liques, et ceux-ci L’adoraient; ils ne pouvaient pas tomber. Puis, Il a mis l’homme dans la chair; il est tombĂ© par le libre arbitre, Il lui avait accordĂ© le droit de choisir entre le bien et le mal.
Mais Dieu, au commencement (Je pense), c’était le temps le plus glorieux, quand notre Bienveillant et PrĂ©cieux Dieu descendait dans le jardin d’Eden dans la fraĂźcheur et qu’Il parlait Ă  Adam et Ève, et qu’ils communiaient.
E-27 Oh! Je peux bien voir Adam et Ève parcourir le jardin alors que les vents soufflaient; Ève, la petite Ă©pouse, disant: «Ô Adam, le–le vent est trĂšs fort.»
Il disait: «Silence!» Voyez, l’homme Ă©tait en fait crĂ©Ă© pour ĂȘtre un dieu. Savez-vous cela? La Bible dit...
JĂ©sus a dit: «S’ils ont appelĂ© ceux Ă  qui la Parole de Dieu venait (c’étaient les prophĂštes), s’ils Ă©taient des dieux, alors comment pouvez-vous Me condamner quand Je dis que Je suis le Fils de Dieu?»
Les prophĂštes Ă©taient considĂ©rĂ©s comme des dieux. Il a Ă©tĂ© donnĂ© Ă  l’homme, il a Ă©tĂ© fait un dieu Ă  un degrĂ© moindre, il lui a Ă©tĂ© donnĂ© un domaine sur la terre. C’est pourquoi le monde gĂ©mit aujourd’hui dans l’attente de la pleine manifestation des fils de Dieu. Oh! Il y a un grand et profond enseignement bĂ©ni lĂ -dessus, qu’un jour l’homme regagnera sa position convenable et la terre sera son domaine. Et il parlera Ă  l’arbre ou Ă  la montagne et Ă  n’importe quoi, et cela ira bien en place, tel que c’était censĂ© ĂȘtre. Nous sommes des crĂ©atures dĂ©chues.
E-28 Et alors, aussitĂŽt que cette grande communion que Dieu avait avec Ses enfants dans le jardin d’Eden... quand un ange ou quelqu’un a dĂ» apporter le message, disant: «Tes enfants sont tombĂ©s, et ils ont pĂ©chĂ©.»
Alors, je peux voir Dieu venir au jardin Lui-mĂȘme. Avez-vous remarquĂ©? Il n’a point envoyĂ© un ange. Il n’a point envoyĂ© un serviteur. Il est venu Lui-mĂȘme. Il a parcouru le jardin en criant: «Adam, Adam, oĂč es-tu?»
Oh! Quel type nous pouvons donner lĂ , dans ce monde aujourd’hui, quand les gens qui ont un Ă©vangile social essaient de faire de JĂ©sus-Christ juste un prophĂšte. Il Ă©tait plus qu’un prophĂšte. Il Ă©tait Dieu manifestĂ© dans la chair. Dieu n’a point envoyĂ© un prophĂšte ou un ange. Il a crĂ©Ă© un corps dans le sein de la vierge Marie, et Il Ă©tait le Fils de Dieu. Dieu a laissĂ© Ses propres sphĂšres de Gloire et Il a dĂ©passĂ© les limites de Sa propre nature pour descendre et devenir humain pour demeurer parmi nous.
E-29 J’aimerais parler lĂ -dessus une soirĂ©e: Le Super Signe, comment Il a dressĂ© Sa tente ici bas pour demeurer et ĂȘtre un–un Être humain, afin que nous puissions connaĂźtre la nature de Dieu. Quand nous voyons JĂ©sus, nous voyons Dieu en Lui, nous voyons ce que Dieu Ă©tait et la nature de Dieu. Il a manifestĂ©; Il a montrĂ© ce que Dieu Ă©tait, pour racheter l’homme et le ramener Ă  Lui-mĂȘme.
Et comment lĂ  au commencement, quand l’homme fut perdu, Dieu n’a point envoyĂ© un ange; Il est venu Lui-mĂȘme et Il a cherchĂ©. Il a cherchĂ© dans le jardin, sous chaque buisson, derriĂšre chaque arbre, jusqu’à ce qu’Il a trouvĂ© Ses enfants perdus. Alors, quand Il les a trouvĂ©s, Sa communion Ă©tait brisĂ©e. Ils ne pouvaient plus adorer, ils se sont prĂ©sentĂ©s devant Lui; en effet, ils s’étaient confectionnĂ© une couverture, mais elle n’avait pas marchĂ©.
E-30 Et avez-vous remarquĂ©? AussitĂŽt que l’homme tombe, qu’il voit qu’il est tombĂ© et qu’il est un pĂȘcheur par nature, il cherche Ă  se confectionner une voie d’approche vers Dieu; il se confectionne une religion. «Eh bien, je ne fais du mal Ă  aucun homme. Et je pense que je suis tout aussi bon que l’autre homme. J’observe la RĂšgle d’Or.»
Ce n’était pas lĂ  le programme de Dieu. Pour restaurer la communion, Dieu a pris des dispositions lĂ  mĂȘme dans le jardin. S’il y avait d’autres dispositions meilleures, Dieu les aurait prises. Mais Dieu a pris l’unique disposition. Et l’unique base de restauration pour cette communion bĂ©nie et Ă©ternelle, c’était au travers du sang d’une victime innocente. Dieu a frayĂ© la voie de retour Ă  la communion. C’est l’unique base que Dieu ait jamais eue, ou qu’Il a prĂ©sentement, ou qu’Il aura jamais, pour renouer les relations et la communion avec Dieu, c’est par le sang versĂ© d’une victime innocente. Amen. Avec ça, je me sens religieux de savoir qu’il y a une voie, qu’il y a une voie Ă  laquelle Dieu a pourvu.
E-31 Et qu’est-ce qui a poussĂ© Dieu Ă  pourvoir Ă  cette voie-ci? En effet, Dieu est Amour, et l’amour exige la communion. L’amour exige la communion, comme un jeune homme quand il rencontre une–une jeune fille. Et, oh! elle a des yeux comme du diamant, elle a des dents comme des perles, le cou comme le cygne et, oh! la crĂ©ature la plus jolie du monde.
Eh bien, vous ne pouvez simplement pas vous approcher et dire: «Tu es Ă  moi; allons-y.» Il doit y avoir un genre d’accord. Un genre d’accord doit ĂȘtre rĂ©alisĂ©, avant que vous puissiez avoir communion avec cette jeune fille. Il vous faut arriver Ă  un accord. Et c’est pareil, quand nous voyons Dieu et que nous savons qu’Il est Dieu. Nous regardons Sa crĂ©ation et Son grand Être, ce qu’Il a fait et combien Il est grand. Puis, il doit...
Nous devons venir sur base d’un accord avec Dieu. Et c’était par la voie du Sang; c’est l’unique voie.
E-32 Nous ne serons jamais capables d’amener les gens Ă  Christ par l’instruction. Les associations aujourd’hui (la plupart de ce que nous appelons associations) ont produit plus de criminels et que tout ce que les–les petits coquins de la terre ont fait. Les gens les plus criminels sont issus de ce qu’on connaĂźt aujourd’hui comme la haute sociĂ©tĂ©, d’aprĂšs les rapports du FBI. Maintenant... Et alors, les instruire? Ils deviennent si intelligents qu’ils pensent dĂ©passer la police en intelligence. Ils connaissent plus que quelqu’un d’autre. L’instruction, c’est merveilleux. C’est la chose...
Je ne cherche pas Ă  soutenir l’ignorance, mais voici ce que je cherche Ă  dire: Cette instruction a... c’est l’un des plus grands obstacles que la religion de Christ ait jamais connu. Les gens prennent et utilisent leurs Ă©coles de thĂ©ologie pour chercher Ă  former les gens Ă  mieux parler, Ă  comment se prĂ©senter, et tout; ils s’éloignent directement de l’Esprit. On ne connaĂźt pas Dieu par l’instruction. On ne connaĂźt pas Dieu par la dĂ©nomination. On ne connaĂźt pas Dieu par le credo. On connaĂźt Dieu par la foi, et par elle seule! C’est par la foi que nous sommes sauvĂ©s. On connaĂźt Dieu par la foi.
E-33 Or, mĂȘme dans nos dĂ©nominations, bonnes soient-elles, pour autant qu’il nous faut les prĂ©server, les honorer, cependant aucune dĂ©nomination ne peut sauver quelqu’un; aucune dĂ©nomination ne peut vous introduire dans la communion, Ă  moins de passer par le Sang. Il vous faut passer, non pas par votre credo, mais par le Sang. Et les credos, adhĂ©rer aux Ă©glises, et les dĂ©nominations ne satisferont jamais un coeur affamĂ©. Il n’y a qu’une seule chose qui peut Ă©tancher la soif d’un coeur assoiffĂ©, c’est quand il est purifiĂ© par le Sang du Seigneur JĂ©sus-Christ et que le Saint-Esprit entre communier avec lui, le ramĂšne dans la relation et la communion.
Dieu a toujours eu la voie du Sang pour purifier Son peuple et le ramener au lieu de la communion avec Lui une fois de plus. Eh bien dans l’Ancien Testament, dans Nombres 19, pendant qu’ils Ă©taient dans leur pĂšlerinage, Dieu appela MoĂŻse et Aaron et leur dit: «Ordonne aux enfants d’IsraĂ«l, que tu... qu’ils amĂšnent une vache rousse, une vache rousse, sans tache, sans dĂ©faut.»
Un beau type de Christ une fois de plus... Le rouge est un mauvais signe, un signe du danger, c’est pourtant un signe de la rĂ©demption. Les raies du Sang ont Ă©tĂ© tout... C’est un fil tout au long de la Bible, de la GenĂšse Ă  l’Apocalypse.
E-34 «Qu’ils m’amĂšnent une vache rousse qui n’a jamais portĂ© le joug.» (Qui n’a pas Ă©tĂ© sous un mĂȘme joug avec quoi que ce soit.) «Amenez-la, qu’elle soit prĂ©sentĂ©e Ă  ElĂ©azar, le souverain sacrificateur, et l’assemblĂ©e et qu’ils l’immolent. Et qu’ElĂ©azar prenne le sang sur ses doigts et qu’il asperge, des rayures sur la porte de l’assemblĂ©e sept fois.» Puis, Il a dit: «Qu’on brĂ»le son corps avec ses sabots, avec ses cornes et tout ce qu’elle est. Et puis, prenez du cramoisi, l’hysope et le bois de cĂšdre, jetez cela dans le sacrifice et brĂ»lez tout cela ensemble.»
Et puis, ils devaient mĂ©langer cela avec de l’eau, mettre cela dans le... en un lieu pur. Et cela devait constituer les eaux de sĂ©paration, pour sĂ©parer le pĂ©cheur (les chrĂ©tiens) de ses pĂ©chĂ©s, le faire entrer une fois de plus dans la communion. Maintenant, qu’arriva-t-il? Si un pĂšlerin ou un Ă©tranger, ou soit un enfant d’IsraĂ«l avait pĂ©chĂ© et fait quelque chose de mal, il venait premiĂšrement dans le parvis extĂ©rieur.
E-35 Et j’aimerais vous faire remarquer le mĂ©lange du sacrifice, c’est beau. Maintenant, on y mettait d’abord le bois de cĂšdre, du cramoisi et l’hysope. Ces trois Ă©lĂ©ments... Vous remarquez, on utilisait dans la Bible, souvent cela reprĂ©sente une alliance. Eh bien, prenez un morceau de verre Ă  trois coins et faites-le briller Ă  la lumiĂšre (le soleil), il reflĂštera sept diffĂ©rentes couleurs, la couleur d’un arc-en-ciel. Si vous placez les trois face au soleil, il reflĂštera l’arc-en-ciel, et un arc-en-ciel reprĂ©sente une alliance.
Eh bien, j’ai Ă©tudiĂ© ceci il y a quelque temps, ce que le cramoisi reprĂ©sente dans la Bible. Le cramoisi, c’était la laine du bĂ©lier qui avait Ă©tĂ© teint du sang; on savait que quelque chose Ă©tait mort pour teindre l’animal d’une couleur diffĂ©rente. Le bĂ©lier Ă©tait de couleur grise, le gris, qui est une couleur hypocrite. Mais une fois cela teint en rouge... Quiconque ici qui sait quelque chose au sujet de la science, sait que vous pouvez prendre n’importe quoi en rouge et le regarder au travers du rouge, le rouge au travers du rouge, ça paraĂźt blanc.
E-36 Donc, quand vos pĂ©chĂ©s seront rouges comme du cramoisi et que Dieu le regarde au travers du Sang de Son Fils, vous devenez blanc comme neige. Le rouge au travers du rouge, ça paraĂźt blanc. C’est ça l’approche. Le rouge regardĂ© au travers du rouge paraĂźt blanc. Dieu, regarde le pĂ©cheur, qui a confessĂ© qu’il est un pĂ©cheur et qui a acceptĂ© l’approche Ă  laquelle Dieu a pourvu, Dieu le voit blanc comme neige. Vous y ĂȘtes. Regarder le rouge au travers du rouge...
Il ne peut pas regarder au travers d’un credo. Il ne peut pas regarder au travers d’une dĂ©nomination. Il ne peut pas regarder au travers de quelque chose d’autre. Cela doit ĂȘtre le Sang et le Sang seul.
Oh! Quand je me rappelle l’ancien cantique de l’ArmĂ©e du Salut:
Oh! Précieux est ce flot
Qui me rend blanc comme neige;
Je ne connais d’autre source,
Que le Sang de JĂ©sus.
E-37 Oh! Ces anciens cantiques qui chantent le Sang. Cela fait venir l’Esprit de Dieu dans l’assemblĂ©e. Je me rappelle, lĂ  dans le Kentucky, la vieille Ă©glise baptiste missionnaire, quand nous chantions: «J’ai traversĂ© le voile dĂ©chirĂ©. Oh! Gloire Ă  Son Nom. Je suis de l’autre cĂŽtĂ©. AllĂ©luia Ă  l’Agneau.» La puissance de Dieu descendait dans cette petite vieille assemblĂ©e, lĂ  sur le flanc de la montagne. Ils criaient et poussaient des cris, ils parcouraient des allĂ©es, ils levaient leurs mains.
Oh! C’étaient de vrais baptistes, pas comme certains de ces baptistes ici, qui s’avancent et serrent la main Ă  quelqu’un d’autre et inscrivent leurs noms sur un papier. Nous nous agenouillions et nous nous donnions les uns aux autres des coups dans le dos jusqu’à ce que nous ayons fini. Nous recevions quelque chose. Ces vrais baptistes, qui restent rĂ©ellement lĂ  jusqu’à ce que quelque chose arrive, chantant ces anciens cantiques du Sang.
E-38 Maintenant, puis de nouveau, la laine du bĂ©lier teinte du sang Ă©tait le cramoisi. L’hysope est une herbe juste ordinaire. On en trouve en Egypte, en Palestine, et cela pousse gĂ©nĂ©ralement dans des fissures de bĂątiments. C’est une petite plante avec une petite fleur blanche dessus, juste ordinaire, qui peut ĂȘtre trouvĂ©e partout. Qu’est-ce que cela reprĂ©sentait? La foi; l’hysope, la foi, juste trĂšs ordinaire. Vous pensez qu’il vous faut avoir une foi surnaturelle pour avoir quelque chose de la part de Dieu. Non. Juste une foi ordinaire comme ce que vous avez, appliquez simplement le Sang.
Vous rappelez-vous? La nuit de Pñque, ils ont pris la–l’hysope, ils ont fait l’aspersion avec le sang sur les linteaux de la porte ainsi que sur les montants avec le sang, ils ont fait l’aspersion avec le sang à l’aide de l’hysope: simple, la foi d’enfant.
E-39 Si vous ĂȘtes assis ici maintenant et que vous n’avez jamais rencontrĂ© JĂ©sus dans votre vie, appliquez simplement cette petite foi simple qui vous a amenĂ© dans ce bĂątiment ce soir. Vous n’avez pas Ă  aller Ă  l’école et Ă  connaĂźtre une certaine grande thĂ©ologie, ou–ou dire de trĂšs longs credos, et prononcer des noms que celui qui vous les a transmis ignore. Tout ce qu’il vous faut savoir, c’est savoir que JĂ©sus est mort pour sauver les pĂ©cheurs, et que Son Sang vous lave, vous rend blanc comme neige. C’est ça, une simple foi d’enfant.
Si vous ĂȘtes malade, vous voyez le Saint-Esprit Ă  l’oeuvre, ne pensez pas qu’il vous faut: «Oh! FrĂšre Jones, priez pour moi afin que j’aie plus de foi.» Vous avez cela. Prenez simplement la simple herbe d’hysope, on en trouve partout, et appliquez le sang. Ô Dieu, c’est ça! Ce n’est rien... quelque chose de superstitieux ou des fandangos... par lequel vous passez; ce n’est pas ça. C’est juste la simple foi d’enfant pour appliquer le Sang. Croyez cela de tout votre coeur; cela arrivera.
E-40 Et puis, le bois de cĂšdre... Le cĂšdre est soit rouge, soit blanc. Nous savons tous que le rouge regardĂ© au travers du rouge donne le blanc. Et le cramoisi, l’hysope, le bois de cĂšdre mis dans la vache rousse et brĂ»lĂ©s ensemble, mĂ©langĂ©s avec l’eau, c’était l’eau, avec les cendres. Eh bien, l’eau reprĂ©sente l’Esprit. Les cendres reprĂ©sentent la Parole. Et quand la Parole et l’Esprit s’unissent, il se passe quelque chose. Quand le vĂ©ritable Esprit de Dieu peut entrer dans la Parole qui est prĂȘchĂ©e: «La foi vient de ce qu’on entend, ce qu’on entend de la Parole», le vĂ©ritable Esprit de Dieu se saisit de cette Parole-lĂ , cela manifestera chaque promesse que Dieu a faite. Cela la fera s’accomplir et la confirmera. Une bonne attitude mentale face Ă  n’importe quelle promesse divine de Dieu la fera s’accomplir, si vous pouvez avoir l’Esprit avec la Parole.
E-41 Vous souvenez-vous de l’histoire d’hier soir, de la femme au puits? JĂ©sus lui a dit (Si vous lisez cela aujourd’hui, dans Saint Jean 4.): «Le PĂšre cherche ceux qui L’adorent en Esprit et en VĂ©ritĂ©.» Et Sa Parole est la VĂ©ritĂ©: l’Esprit et la VĂ©ritĂ©.
Beaucoup de gens ont l’Esprit sans la VĂ©ritĂ©; d’autres ont la VĂ©ritĂ© sans l’Esprit. C’est comme un homme qui a l’argent en banque et qui ne sait comment remplir un chĂšque. L’autre sait comment remplir un chĂšque et n’a pas d’argent en banque. Si vous pouvez donc mettre ces deux-lĂ  ensemble, l’Esprit et la VĂ©ritĂ©... la Parole avec l’Esprit en Elle.
E-42 J’en ai vu beaucoup de mon temps. Des gens qui Ă©taient rĂ©ellement marquĂ©s par l’Esprit, mais qui n’avaient pas la VĂ©ritĂ©. Vous qui Ă©tiez au petit-dĂ©jeuner ce matin, le sujet dont j’ai parlĂ©, je suis sĂ»r que vous comprenez ce que je veux dire. TrĂšs bien. Vous avez la VĂ©ritĂ©, vous mettez l’église en ordre, avec la Parole, laissez ensuite l’Esprit descendre avec la Parole, et voyez donc ce qui se passe... Elle se manifestera Ă  chaque coup.
Or, les incroyants viennent, la premiĂšre chose qu’il a faite, il devait faire cela juste comme un–un... le... Il arrivait devant ces eaux de sĂ©paration, d’abord, pour ĂȘtre purifiĂ©. Eh bien, par quoi passe-t-il? La foi vient de ce qu’on entend.» Il Ă©tait dans le parvis extĂ©rieur. Maintenant, cela doit ĂȘtre en un lieu pur.
E-43 Et la Parole de Dieu doit ĂȘtre gardĂ©e en un lieu pur. Un coeur sale n’offre pas de place Ă  la Parole de Dieu. Elle doit ĂȘtre gardĂ©e dans un coeur vĂ©ritable, sans mĂ©lange, sĂ©parĂ© des choses du monde. «Si vous aimez le monde et les choses du monde, l’amour de Dieu n’est pas en vous.» C’est ce que dĂ©clarent les Ecritures. Alors, les gens aujourd’hui...
Eh bien, nos Ă©glises n’évoluent pas comme elles le devraient, elles ont trop de mondanitĂ©s en elles, on cherche Ă  mĂ©langer les eaux de sĂ©paration avec cela, alors que cela doit ĂȘtre gardĂ© en un lieu pur pour voir les manifestations de l’Esprit, dans un coeur pur. GardĂ© dans un lieu pur...
E-44 Alors, le pĂ©cheur s’approchait, et il Ă©tait... il confessait qu’il avait pĂ©chĂ© et qu’il avait fait du mal. Puis, il Ă©tait aspergĂ© des eaux de sĂ©paration.
Maintenant, sans manquer des Ă©gards envers ma propre dĂ©nomination baptiste dont j’étais... que j’aimais beaucoup, mais ils m’ont dit que c’est ce que nous faisions: Nous croyons juste en Dieu; et puis, nous naissons de nouveau de l’Esprit. Mais j’ai fini par dĂ©couvrir que ce n’était pas exactement toute la vĂ©ritĂ©. Voyez? Ils m’ont toujours dit qu’Actes 19 dit: «Avez-vous reçu le Saint-Esprit? Vous avez reçu le Saint-Esprit quand vous croyez.» Mais la Bible dit: «Avez-vous reçu le Saint-Esprit depuis que vous avez cru?» Depuis que vous avez cru...
Eh bien, c’est ce que Paul a demandĂ©: «Avez-vous reçu le Saint-Esprit depuis que vous avez cru?»
C’étaient aussi des baptistes. Ils avaient Ă©tĂ© convertis sous l’enseignement d’Apollos. C’était un juriste converti, qui avait cru en Dieu par Jean-Baptiste, et c’étaient de vrais baptistes. Ils avaient Ă©tĂ© baptisĂ©s, ils avaient une grande communion, et ils prouvaient par la Parole que JĂ©sus Ă©tait le Christ. Mais quand Paul est passĂ© avec la bĂ©nĂ©diction de la PentecĂŽte, il a dit: «Avez-vous reçu le Saint-Esprit depuis que vous avez cru?» C’était lĂ  la question.
E-45 Or, beaucoup pensent, on dirait, quand ils viennent et font une confession (confessent leurs pĂ©chĂ©s) que Dieu les asperge avec l’eau de purification, que c’est tout. Non, absolument pas. Vous ne faites alors que commencer. Vous n’ĂȘtes pas entrĂ© dans la communion. S’il vous plaĂźt, excusez cet enseignement trĂšs dur et brut, mais je–je... vous... avant que vous puissiez faire un... (Cet homme est un charpentier, je pense que c’est ce qu’il a dit.) ou... Avant que vous fassiez fermement tenir une planche dans une maison, vous devez river les clous. (Est-ce vrai?) C’est pareil avec l’Evangile. Vous devez les enfoncer, les faire tenir lĂ  avec la Parole.
E-46 Maintenant, remarquez, aprĂšs que ce croyant fut venu et qu’il eut acceptĂ© Dieu, et l’expiation de ses pĂ©chĂ©s, il Ă©tait aspergĂ© avec les eaux de purification; c’était une purification. LĂ  dans EphĂ©siens 6 et 5, je pense, ou 5 et 6 plutĂŽt, je pense que c’est ça, vous trouvez que Paul a dit: «Nous sommes lavĂ©s par l’eau de la Parole, l’eau de sĂ©paration qui nous lave. La foi vient de ce qu’on entend, ce qu’on entend de la Parole.» Cela nous sĂ©pare seulement de notre pĂ©chĂ©.
Or, ne restez pas lĂ , mon prĂ©cieux frĂšre ou ma prĂ©cieuse soeur. Vous ne vous ĂȘtes pas encore approchĂ© de la communion.
E-47 Remarquez, la chose suivante que vous... qui se passe, aprĂšs que cet animal fut immolĂ©, et que les eaux de sĂ©paration furent faites, ce qui reprĂ©sentait Christ... Il Ă©tait pourvu aux eaux de sĂ©paration, ensuite aprĂšs que cet incroyant s’était sĂ©parĂ© de ses pĂ©chĂ©s, alors il regardait vers l’assemblĂ©e, vers le–le bĂątiment. Et quand il entrait dans le lieu saint ou le parvis suivant, il devait se souvenir que lĂ  sur la porte il y avait sept raies de sang; c’est quelque chose de mort qui lui permet d’entrer dans la communion et cela l’avait prĂ©cĂ©dĂ©.
Bien que la Parole nous ait purifiĂ©s en L’écoutant, par la foi, mais il nous faut reconnaĂźtre le Sang, que quelque chose de mort nous avait prĂ©cĂ©dĂ©s pour purifier la voie. Oh! BĂ©ni soit le Nom du Seigneur! Quelque chose est effectivement mort pour nous; le Seigneur JĂ©sus a sorti de Sa–Sa Parole, et Son Sang est lĂ  comme un mĂ©morial.
E-48 Maintenant, donc quand nous nous approchons de lĂ  (aprĂšs avoir Ă©tĂ© purifiĂ©, par la Parole, l’eau de purification), nous nous approchons de la porte du tabernacle et nous nous arrĂȘtons. Oh! Si seulement nous avions le temps de tarder ici Ă  la porte quelques minutes, ce que ces sept rayures sur la porte reprĂ©sentaient: Sept Ăąges, la dispensation de Sept Âges de l’Eglise. Chaque Ăąge depuis la GenĂšse jusqu’à la fin de l’Apocalypse, ça a Ă©tĂ© le Sang dans chaque Ăąge de l’Eglise. Pas de credos, pas de doctrines, ni rien, sinon le Sang du Seigneur JĂ©sus.
Vous n’ĂȘtes toujours pas entrĂ© dans la communion. Vous avez Ă©tĂ© sĂ©parĂ© de vos pĂ©chĂ©s, en reconnaissant donc par la sanctification, la purification, que quelque chose Ă©tait mort et vous avait prĂ©cĂ©dĂ©. Mais remarquez, vous ĂȘtes parti de cet endroit-lĂ  au lieu trĂšs saint. Oh! Un seul homme y entrait une fois par an, Aaron, le souverain sacrificateur, allait avec le sang devant Lui. Remarquez, il Ă©tait habillĂ© d’une certaine maniĂšre; un beau type de l’Eglise, si vous recevez cela.
E-49 Eh bien, rappelez-vous, vous pouvez communier avec l’assemblĂ©e aussitĂŽt que vous ĂȘtes aspergĂ© avec des cendres, parce que vous avez Ă©tĂ© introduit comme un croyant. Quand vous entrez dans les parvis, vous pouvez avoir communiĂ© avec eux lĂ  dedans. C’est vrai.
Et, c’est comme aujourd’hui dans l’Eglise baptiste, peu importe dans quelle Ă©glise vous avez Ă©tĂ© baptisĂ©, quand vous entrez dans l’église baptiste, vous devez ĂȘtre rebaptisĂ©, en effet vous ĂȘtes baptisĂ© dans la communion avec les baptistes. Vous tous les baptistes, vous savez cela. Un chrĂ©tien... Une Ă©glise chrĂ©tienne baptise par immersion. Peu importe combien il vous a baptisĂ©, nous devons vous rebaptiser, parce que vous ĂȘtes baptisĂ© dans la croyance baptiste pour la communion. Quel type! Quelle dĂ©monstration ici!
E-50 Remarquez, quand vous passez par la sĂ©paration, en faisant la confession... Est-ce en ordre? Vous pouvez communier avec eux. Vous passez ensuite sous le Sang; vous pouvez communier avec eux sous le Sang. C’est assez vrai. Mais pour communier avec Dieu, il vous faut entrer dans la PrĂ©sence de Dieu, et c’est dans la Gloire de la Shekinah. Et un seul homme, une seule fois par annĂ©e, Ă©tait habillĂ© pour entrer dans la Gloire de la Shekinah, lĂ  il communiait avec Dieu face-Ă -face. Eh bien, c’était si glorieux lĂ -dedans, une seule annĂ©e; il a laissĂ© sa verge, et elle a fleuri lĂ  et bourgeonnĂ© dans la PrĂ©sence de la Gloire de Shekinah.
FrĂšre, soeur, aujourd’hui... Vous dites: «Mais, FrĂšre Branham, une fois l’an?» Oui. Observez comment il devait s’habiller. Il devait s’habiller d’un certain habit, cousu par certaines mains, des mains saintes. Il devait marcher d’une certaine façon; sur son vĂȘtement, il devait y avoir une grenade et une clochette. Et chaque fois qu’il dĂ©plaçait sa jambe, en bougeant comme ça, cela retentissait «Saint, saint, saint est l’Eternel; saint, saint, saint est l’Eternel.»
Que faisait-il? Il approche la Gloire de la Shekinah pour communier avec Dieu Lui-mĂȘme, portant devant lui le sang. Ô Dieu, j’aurais bien voulu avoir la voix d’un Archange, je pourrais faire pĂ©nĂ©trer cela.
E-51 Il ne s’avançait pas, disant: «Je suis presbytĂ©rien.» «Je suis un mĂ©thodiste.» «Je suis un pentecĂŽtiste.»
Oh! Cela retentissait: «Saint, saint, saint est l’Eternel. Saint, saint, saint...» Il portait le sang, le sang le prĂ©cĂ©dait, il se rendait compte qu’une victime innocente Ă©tait morte. Et, rappelez-vous, il Ă©tait oint d’une huile prĂ©cieuse d’onction, et la Bible dit: «Voici, oh! qu’il est doux pour les frĂšres de demeurer ensemble dans l’unitĂ©. C’est comme l’huile d’onction qui Ă©tait sur la barbe d’Aaron, qui descendait partout sur les bords de ses vĂȘtements.» Il Ă©tait complĂštement couvert du parfum suave de l’Eternel.
Oh! Quel habit! Combien Dieu aimerait amener Son Eglise dans cet Ă©tat-lĂ ! Venez aux eaux de sĂ©paration; confessez vos pĂ©chĂ©s. TrĂšs bien. C’est bien. Puis, avancez et soyez purifiĂ© de toutes les choses du monde, alors que le Sang nous sanctifie.
E-52 HĂ©breux 13.12 Ă  13 dit: «C’est pour cela que JĂ©sus aussi, afin de sanctifier le peuple par Son propre Sang, a souffert hors de la porte.» Alors, ne vous arrĂȘtez toujours pas! Vous n’ĂȘtes pas encore arrivĂ©. Prenez ce Sang-lĂ  sur votre coeur, entrez avec l’onction de l’Esprit sur vous (Oh! la la!) en portant le Sang, marchant: «Saint, saint, saint est l’Eternel. Saint, saint, saint est l’Eternel.»
Vous savez, s’il ne produisait pas ce bruit-lĂ  derriĂšre le voile, les gens ne sauraient pas s’il Ă©tait mort ou vivant. C’est l’unique moyen pour eux de savoir s’il Ă©tait toujours vivant dans cette grande gloire, c’est que, pendant qu’il Ă©tait Ă  l’intĂ©rieur, eux pouvaient entendre un bruit. Je me demande ce qui est arrivĂ© Ă  l’église; quelque chose va de travers quelque part. C’est l’unique moyen pour eux de savoir qu’il Ă©tait vivant, parce qu’un bruit se faisait entendre; et les gens ont peur du bruit. C’est un signe que nous sommes toujours vivants, quand les hommes et les femmes peuvent passer sous la puissance du Dieu vivant. Cela montre qu’il y a encore en nous un Esprit vivant qui fait du bruit, un bruit glorieux Ă  l’Eternel.
E-53 Dans le lieu trĂšs saint... Eh bien, un seul homme, une seule fois par an, y entrait. Mais quand notre vĂ©ritable Sacrifice, JĂ©sus-Christ, est mort au Calvaire, Il a dĂ©chirĂ© le voile en deux, Il a frayĂ© une voie avec Son propre Sang, afin que quiconque veut puisse venir entrer dans la Gloire de la Shekinah, dans la PrĂ©sence du Saint-Esprit, et ĂȘtre rempli de la puissance de la PentecĂŽte, comme les autres l’avaient Ă©tĂ© aprĂšs que le voile fut dĂ©chirĂ©. Jaune, brun, noir, blanc, mĂąle, femelle, Gentil ou Juif, «quiconque veut, qu’il vienne boire Ă  la Fontaine du Seigneur.» Quand ils entraient dans cette Gloire de la Shekinah, oint du Saint-Esprit, alors ils avaient de nouveau communion avec Dieu; alors, ils sont fils et filles de Dieu.
Il n’est pas Ă©tonnant que nous nous arrĂȘtions aux eaux de sĂ©paration et que nous cherchions Ă  communier depuis ici en bas; vous ne pouvez pas y parvenir. Vous vous arrĂȘtez Ă  cĂŽtĂ© du Sang sans entrer dans le lieu saint; vous n’ĂȘtes toujours pas en communion. Mais quand vous prenez toutes les dispositions...
E-54 Qu’est-ce qui est sorti du Corps de JĂ©sus Ă  Sa mort? Ce que le... En quoi consiste la naissance naturelle? (Excusez-moi, soeurs, et vous, jeunes filles. Je vous demande de me pardonner, mais j’aimerais faire une dĂ©claration.) Quand un enfant naĂźt dans le naturel, quelle est la premiĂšre chose? L’eau. La deuxiĂšme chose, le sang. La troisiĂšme chose, l’esprit. Qu’est-ce qui est sorti du corps de JĂ©sus? L’eau, le Sang, l’Esprit! Amen. Quand un enfant naĂźt, sans crier, sans bouger, quelque chose cloche lĂ  chez lui. C’est ce qu’on appelle un mort-nĂ©. Il est mort Ă  sa naissance. Qu’arrive-t-il? Le mĂ©decin le soulĂšve par les talons et le secoue, et il lui donne quelques petites tapes, il lĂąche un cri, et la vie entre.
Qu’est-ce qui se passe avec l’Eglise pentecĂŽtiste ce soir? Elle a besoin d’une autre tape de l’Evangile, que le Saint-Esprit... Etre secouĂ© par les talons de l’Evangile, cette Vie entrera de nouveau en lui et il poussera des cris de louange de Dieu. Oh! Il est si merveilleux!
E-55 C’est comme la jeune femme dont je parlais, et le jeune homme; quand ils se rencontrent l’un l’autre, ils tombent amoureux. Pour commencer, il doit y avoir un accord s’ils vont se frĂ©quenter, des liens de mariage, avant qu’ils puissent entrer en communion. Et puis, il prend sa petite Ă©pouse Ă  ses cĂŽtĂ©s dans la maison.
Maintenant, vous ne pouvez vivre que dans une maison Ă  trois piĂšces. Saviez-vous cela? Dieu a habitĂ© une maison Ă  trois piĂšces. Vous habitez une maison Ă  trois piĂšces. Vous–vous habitez une maison Ă  trois piĂšces. Dieu a vĂ©cu en Christ: L’ñme, le corps et l’Esprit. Vous habitez dans l’ñme, le corps et l’esprit. Vous habitez une maison qui est votre propre maison ici sur terre. Vous pouvez avoir deux chambres Ă  coucher. Vous pouvez avoir trois salles Ă  manger. Mais nĂ©anmoins, vous ne vivez que dans une maison Ă  trois piĂšces: Ce sont la cuisine, la salle Ă  manger et la chambre Ă  coucher. Une cuisine, un salon et une chambre Ă  coucher, je veux dire.
E-56 Maintenant, suivez: Qu’est-ce qui vient en premier? Comme les eaux de sĂ©paration, le premier Ă  venir Ă©videmment d’abord, c’est la cuisine, lĂ  oĂč vous allez manger. Vous vous nourrissez dans la cuisine; aussi vous venez Ă  l’église, vous vous nourrissez de la Parole. Oh! N’aimez-vous pas la Parole? Se nourrir de la Parole, c’est la premiĂšre place.
Ensuite, le lieu suivant, vous entrez dans une–une espĂšce de relations de ce genre, oĂč vous embrassez votre femme. Vous vous tenez lĂ , peut-ĂȘtre au salon, quand elle enlĂšve son voile, vous faites passer vos bras autour d’elle, vous lui dites que vous l’aimez, et qu’elle va devenir la femme la plus chĂ©rie du monde entier. Et combien vous l’aimez et que vous allez ĂȘtre loyal Ă  vos–à vos voeux de mariage et tout. Vous avez eu votre petite fĂȘte, la fĂȘte des noces, et maintenant, vous ĂȘtes entrĂ©s pour lui parler au salon. Vous la faites asseoir sur une chaise, vous la mettez sur vos genoux, vous lui dites que vous ĂȘtes prĂȘt Ă  entrer dans une vĂ©ritable communion.
E-57 (Excusez-moi pour cette expression brute.) Mais ce n’est pas encore tout. La communion complùte ne peut se faire qu’au travers des relations. Et l’unique moyen pour vous d’avoir la pleine communion avec cette femme comme votre femme, elle n’a pas encore eu une communion complùte avec vous jusqu’à ce qu’elle ait des relations; c’est la chambre à coucher. C’est là que la nouvelle vie commence.
C’est pareil avec l’église aujourd’hui. On ne sait jamais accepter des credos et des choses, jamais ramener la vĂ©ritable et authentique communion jusqu’à ce que nous ayons des relations avec Dieu, naĂźtre des fils et des filles de Dieu. Vous dites: «C’est brut, prĂ©dicateur.» C’est cependant la vĂ©ritĂ©; c’est la vĂ©ritĂ©.
E-58 Remarquez donc, et si la petite Ă©pouse veut bien entrer s’asseoir sur son genou, bien qu’elle soit trop timide? Elle ne veut pas entrer dans la chambre; elle ne veut pas avoir une communion complĂšte et des relations avec son mari. Il n’y aura jamais d’autre vie.
Or, c’est pareil aujourd’hui. Nous prĂ©tendons ĂȘtre l’Epouse de Christ. Nous prĂ©tendons ĂȘtre l’Epouse. Et si nous sommes l’Epouse, nous devons enfanter des enfants. Nous n’avons pas honte de l’Evangile.
Tout au dĂ©but, quand je suis allĂ© parmi les pentecĂŽtistes, je les ai entendus... Et le groupe que j’avais frĂ©quentĂ©, eh bien, c’était un... C’était bien un groupe. Je vais bien l’admettre. Mais il y avait une seule chose que j’avais constatĂ©e: ils n’avaient pas honte des choses dont ils parlaient. Ils parcouraient les allĂ©es. Ils avaient une puissance que je n’avais jamais vue Ă  l’oeuvre auparavant. En effet, ils Ă©taient entrĂ©s en relation avec Dieu, ils Ă©taient nĂ©s de nouveau, ils Ă©taient fils et filles de Dieu. Ils se tenaient juste dans la rue et ils criaient: «AllĂ©luia! Gloire Ă  Dieu!» Ils parcouraient la rue partout, ils criaient et louaient Dieu, ils n’avaient pas honte.
E-59 Mais aujourd’hui, nos hommes, nos femmes s’en Ă©loignent. Ils s’éloignent des points de repĂ©rage Ă  l’ancienne mode qui nous guidaient. Vous devriez revenir Ă  ces points de repĂ©rage Ă  l’ancienne mode, de la PentecĂŽte. Ce dont vous avez besoin ici dans cette vallĂ©e (Comme j’ai vu tout autour aujourd’hui), c’est de la religion Ă  l’ancienne mode, envoyĂ©e de Dieu, au ciel bleu, qui tue le pĂ©chĂ©, la puissance de l’Evangile revenant dans les Ă©glises une fois de plus; revenir au passage sous le Sang du Seigneur JĂ©sus-Christ, avoir la communion par la relation, naĂźtre du Saint-Esprit, entrer dans la Shekinah de la PentecĂŽte. Amen!
Je ne suis pas hors de moi. Je sais oĂč je suis. Oh! Mais frĂšre, soeur, ĂȘtre emportĂ© dans la Gloire de la Shekinah, lĂ  oĂč il n’y a que Dieu et vous seul, en train de communier, c’est l’unique approche que je connaisse.
E-60 [Espace vide sur la bande–N.D.E]... l’holocauste. Il a maintenu cela toute la vie durant. Quand il Ă©tait un jeune homme, il a pris des dispositions pour cela. Et puis, quand il est devenu vieux et que ces Ă©preuves sont venues, et quand son... mĂȘme quand il fut faussement accusĂ©...
Ils lui ont dit: «Job, tu es un pĂ©cheur en secret.» Les membres de son Ă©glise Ă©taient venus et ils soutenaient qu’il avait fait quelque chose de mal. Job a maintenu sa communion malgrĂ© tout. Il savait qu’il Ă©tait juste, car il avait suivi la voie du Sang. Cela avait tenu si bon qu’il a mĂȘme dit Ă  l’heure de la tentation: «MĂȘme s’Il me tue, je Lui ferai nĂ©anmoins confiance.» Amen! C’est ce que le Sang fait. C’est ce que la communion par le Sang...
E-61 Daniel... Il n’est pas Ă©tonnant que nous retombions si facilement. Il n’est pas Ă©tonnant que nous n’arrivions pas Ă  subsister d’un rĂ©veil Ă  l’autre. Il n’est pas Ă©tonnant que le grand Billy Graham ait dit Ă  Louisville, dans le Kentucky, que la Bible est un Ă©talon. Il a dit: «Paul allait quelque part et il faisait un seul converti; il rentrait l’annĂ©e suivante et ce converti-lĂ ... il avait des arriĂšre-arriĂšre-arriĂšre-arriĂšre-arriĂšre-petits-enfants Ă  partir de celui-lĂ . Vingt ou trente avaient Ă©tĂ© convertis par ce mĂȘme.» (J’étais Ă  son petit-dĂ©jeuner Ă  Louisville.) Puis, il a dit: «Que m’arrive-t-il? J’entre dans une ville et j’ai... je soutiens avoir trente mille convertis en six semaines; je retourne dans une annĂ©e et je ne peux pas trouver trente.»
E-62 Eh bien, le grand Ă©vangĂ©liste avait une bonne chose, mais je pense qu’il l’abordait mal. Il a dit: «Le problĂšme, c’est vous les prĂ©dicateurs paresseux qui restez assis, les pieds sur le bureau, et qui ne sortez pas parler aux gens. C’est donc lĂ  qu’il rĂ©side.»
Je me suis dit: «Mais Billy, quel prĂ©dicateur posait ses pieds sur le bureau dans le cas de cette seule conversion de Paul?» La raison aujourd’hui en est que nous nous arrĂȘtons juste aux eaux de purification et nous n’amenons pas les gens dans la communion avec le Saint-Esprit et la puissance de la Gloire de la Shekinah. Amenez cet homme-lĂ  dans cette situation, il consumera la ville avec l’Evangile; rien ne peut l’arrĂȘter. Il a l’Esprit de Dieu sur lui; il n’a besoin de personne pour le cajoler... Dieu est juste en lui, consumant simplement le pĂ©chĂ© au fur et Ă  mesure qu’il avance. Il ne peut pas rester tranquille. Pourquoi? Il a eu communion par la relation.
La relation: Il est nĂ© de nouveau. Il est une nouvelle crĂ©ature en Christ. Il est passĂ© par les eaux de sĂ©paration; il est passĂ© par le Sang de la sanctification. Il est entrĂ© dans la communion avec le Saint-Esprit. Oui, oui, il est nĂ©, et il... dans la communion: l’unique approche Ă  laquelle Dieu a pourvu. Il n’y en a pas d’autre, nulle part, Ă  aucun moment, d’aucune maniĂšre, si ce n’est que par cela.
Comme je disais, nos dĂ©nominations, je les apprĂ©cie. Nos credos, c’est parfaitement en ordre. Ils atteignent leur but; mais frĂšre, ils ne prendront jamais la place du Sang de JĂ©sus-Christ. Elles ne le peuvent pas, parce que c’est l’unique fondement de Dieu. Nous devrions ĂȘtre zĂ©lĂ©s pour notre dĂ©nomination, chercher Ă  faire croĂźtre cela. C’est bien; c’est bien; j’apprĂ©cie ça. Mais cela ne prendra jamais la place du Sang. Absolument pas.
E-63 Considérez Daniel sous le sacrifice du sang. Avant de quitter Jérusalem, il résolut de ne pas se souiller avec les mets du roi. Et quand il fut jeté dans la fosse aux lions, condamné par le gouvernement fédéral et jeté dans la fosse aux lions, il conserva sa communion dans la fosse aux lions. Alléluia! Vous allez me taxer de saint exalté aprÚs tout, vous feriez tout aussi mieux de commencer.
Oh! FrĂšre, rien que le Sang, c’est tout ce que je sais; rien que le Sang de JĂ©sus.
E-64 Daniel, dans la prĂ©sence des lions, a gardĂ© sa communion. Le Saint-Esprit est venu directement et Il est restĂ© lĂ  en bas avec lui, Il lui a parlĂ© toute la nuit. Les enfants hĂ©breux dans la fournaise ardente, un feu ardent qui avait mĂȘme tuĂ© les hommes qui les avaient jetĂ©s dans la–dans la fournaise ardente, il avait tuĂ© les hommes qui les y avaient jetĂ©s. Mais eux avaient gardĂ© leur communion.
Le diable ne peut pas mettre sur vous une Ă©preuve trop difficile, pour vous empĂȘcher de garder votre communion si vous avez suivi l’approche Ă  laquelle Dieu a pourvu. Vous ĂȘtes un fils de Dieu. Le monde a Ă©tĂ© consumĂ© en vous; vous ĂȘtes entrĂ© dans la Gloire de la Shekinah. L’Esprit de Dieu est dans votre coeur.
E-65 Comme le pauvre petit Etienne... Quand on l’a jetĂ© lĂ  dans la rue, on a ramassĂ© ces grosses pierres... Il leur avait prĂȘchĂ© la puissance du Saint-Esprit. Il avait dit... Ă  la fin, il a dit: «Vous au cou raide, incirconcis de coeur et d’oreilles, vous rĂ©sistez toujours au Saint-Esprit comme vos pĂšres l’avaient fait, vous faites de mĂȘme.»
Oh! la la! Ouf! Il est dit que son visage brillait comme un ange. Je ne pense pas qu’il brillait comme l’une de ces lampes. Le visage d’un ange ne brillerait pas comme cela. Un ange est un messager. Mais qu’est-ce qui le faisait briller? Il savait de quoi il parlait. Un ange sait de quoi il parle. Et un homme nĂ© de l’Esprit de Dieu sait de quoi il parle, si jamais il est entrĂ© dans la Sh... la Gloire de la Shekinah. Amen.
N’ayez pas peur de cela. Amen veut dire ainsi soit-il Et ce–c’est juste ce en quoi je crois. AllĂ©luia veut dire Gloire Ă  notre Dieu, et Il mĂ©rite toutes les louanges. Oui... Entrez-y...
E-66 Et quand on l’a pris, qu’on l’a tirĂ© de... hors du sanhĂ©drin, on l’a jetĂ© dans la rue (C’étaient des membres d’église qui avaient fait cela), on l’a jetĂ© lĂ  dans la rue, pour avoir eu communion par la relation par le Sang de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu. Ils ont ramassĂ© des pierres et se sont mis Ă  lui fracasser la tĂȘte avec. Mais malgrĂ© tout cela, mĂȘme si les pierres le cognaient de part et d’autre, que la chair s’envolait, que son cuir chevelu s’envolait, que le sang jaillissait, que ses lĂšvres et ses dents tombaient, cela n’a pas pu le sĂ©parer. Il a levĂ© les yeux et a dit: «Je vois JĂ©sus.»
AllĂ©luia! Pourquoi? Il avait suivi la voie du Sang; c’est l’unique approche de Dieu. MĂȘme la mort n’a pas pu le sĂ©parer. Les mottes de terre de persĂ©cution, les crachats, les... Rien ne pouvait le sĂ©parer de l’amour de Dieu. Il avait suivi la bonne approche. Il avait suivi le Sang.
E-67 Romains 5.1 dit: «Etant donc justifiĂ©s par la foi, nous avons la paix avec Dieu.» Qu’est-ce? La communion restaurĂ©e. La communion restaurĂ©e de nouveau, la paix avec Dieu par notre Seigneur JĂ©sus-Christ. Parfois, nous pensons que les gens ordinaires ne mĂ©ritent pas cela; cela n’est donc pas mĂ©ritĂ© ... Cela mĂ©rite tout.
Dans une ville prĂšs de chez moi, il y a quelques semaines, cela est arrivĂ©. Il y avait un vieil homme qui habitait prĂšs de la riviĂšre. On pensait qu’il Ă©tait juste un clochard. Il distribuait des tracts Ă©vangĂ©liques, et il Ă©tait... Il avait perdu sa famille, et la vie lui semblait ĂȘtre trĂšs cruelle. Il avait perdu sa petite famille, il y avait des annĂ©es, et... Alors, un jour, il traversait la rue, et un adolescent passait (un de ces beatniks) et–et il a percutĂ© le vieil homme, il l’a jetĂ© par terre dans la rue, il lui a fracturĂ© complĂštement les os. L’ambulance l’a ramassĂ©, on l’a amenĂ© Ă  l’hĂŽpital municipal, et on a examinĂ© le vieil homme. Ses bras Ă©taient fracturĂ©s, ses cĂŽtes Ă©taient cassĂ©es; ses jambes Ă©taient fracturĂ©es. Et il Ă©tait couchĂ© lĂ , la bouche ouverte, apparemment tout mort, inconscient. Et aprĂšs que les mĂ©decins lui eurent fait une radio et qu’ils eurent vu qu’il Ă©tait tout fracturĂ©, ils ont tenu une petite rĂ©union.
E-68 Et ils ont dit: «Est-ce que ça vaut la peine de passer notre temps Ă  rafistoler ce vieil homme? Il n’est qu’un clochard.» Ils ont dit: «Cela nous prendrait des heures, et cela prendrait tout ceci, et chaque... alors que d’autres attendent. Et les... du vieil homme, et–et il est juste un clochard, alors cela–cela ne pourrait pas... Il n’y aurait pas d’argent pour nous en contrepartie de cela, et–et cela–cela ne vaut donc pas un instant. Il est trop fracturĂ© pour mĂȘme avoir une chance avec ça.» Ils tenaient la rĂ©union.
Il est arrivĂ© que le vieil homme n’était pas aussi mort qu’ils le pensaient. Quand ils sont revenus, qu’ils allaient le recouvrir du drap, et le ramener, il a dit: «Juste une minute.» Il a dit: «J’ai suivi ce que vous avez dit.» Il a dit: «Je vaux aussi quelque chose.» Il a dit: «J’ai tellement de la valeur que Dieu a envoyĂ© Son Fils mourir pour moi.» Il a dit: «J’avais tellement de la valeur que Dieu a envoyĂ© Son Fils unique mourir pour moi. Il y a cinquante ans ou plus, j’ai acceptĂ© cette bĂ©nĂ©diction. J’ai eu communion avec Lui, elle est tout aussi douce maintenant que possible.» Il a dit: «Je vaux quelque chose; j’ai tellement de valeur que Dieu a donnĂ© Son Fils pour moi.»
E-69 Oh! Si seulement les gens pouvaient se rendre compte de la valeur de la vie humaine! Regardons ce qu’est une croix et le prix que ça coĂ»tait. Pour terminer, permettez-moi de dire ceci, et Ă©coutez calmement. Rendons-nous Ă  JĂ©rusalem, il y a de cela mille neuf cents ans, et comparons cela avec le jardin d’Eden.
Je dirais que c’était un matin vers sept heures; j’entends une foule bruyante. Je vais Ă  la fenĂȘtre avec cette assemblĂ©e maintenant, par la foi. Je soulĂšve le–le cadre et renvoie les volets... Qu’y a-t-il? Je vois un petit Personnage inclinĂ©, comme ceci, tirant une croix dans la rue, et–et on Le fouette. Et les–les crachats des soldats moqueurs, qui s’étaient soulĂ©s toute la nuit, coulent sur Son visage, puant. Je vois une couronne d’épines enfoncĂ©e sur Son front, le Sang mĂȘlĂ© aux larmes. Je vois une robe sans couture sur Son Corps, Son manteau recouvert de trĂšs grosses taches rouges partout, les soldats romains Le fouettant pendant qu’Il gravit la colline. Il tire tout au long. Oh! Quel spectacle! Cette vieille croix Lui Ă©corche la peau au niveau des Ă©paules, pendant qu’Il chemine dans la rue. Et ceux qui se moquent de Lui crient: «Salut, Roi des Juifs!»
E-70 Mais je vois ces petites taches rouges; elles commencent toutes Ă  devenir grosses de plus en plus, de plus en plus. Peu aprĂšs, elles forment une seule immense tache sur le vĂȘtement ensanglantĂ©. Et alors qu’Il avance Ses jambes, cela frappe au fur et Ă  mesure qu’Il gravit la colline, Il pousse... Il s’approche maintenant du sommet de la colline. Je vois une abeille, une abeille bien connue de la race humaine, qui avait commencĂ© Ă  piquer depuis le jardin d’Eden. Elle est appelĂ©e l’abeille de la mort. Elle arrive lĂ , elle bourdonne autour de Lui Ă  trois ou quatre reprises. C’est la mort avec son gros aiguillon.
Il a dit: «Tu sais quoi? Je pensais au moment oĂč je L’avais tentĂ© lĂ -haut, Il avait vaincu la tentation. Il n’est qu’un homme; ça ne peut pas ĂȘtre Dieu. Ce n’est pas Celui qui descendait au jardin d’Eden. Il aurait dit quelque chose Ă  ce sujet, avec ces crachats sur Son visage. Comment peut-Il donc s’humilier comme cela? Comment peut-Il donc supporter les persĂ©cutions? C’est juste un homme. Il Ă©tait probablement un prophĂšte; Il doit mourir comme tous les autres hommes. Je vais donc Lui enfoncer l’aiguillon de la mort.» Il bourdonne donc tout autour.
E-71 Vous savez, le diable n’avait jamais cru qu’Il Ă©tait Dieu. Il pensait toujours qu’Il Ă©tait juste un homme. Le monde religieux pensait qu’Il Ă©tait un imposteur, un BĂ©elzĂ©bul, un diseur de bonne aventure. Ils Le taxaient de cela. Mais Il Ă©tait Dieu!
Oh! Il y a une Fontaine remplie du Sang,
TirĂ© des veines d’Emmanuel,
Les pécheurs plongés dans ce flot,
Perdent toute tache de leur culpabilité.
Ce voleur mourant s’est rĂ©joui de voir
Cette Fontaine en son jour,
Puissé-je là, aussi vil que lui,
Oter tous mes péchés.
Depuis que par la foi j’ai vu ce flot,
Alimenté par Tes plaies saignantes,
L’amour rĂ©dempteur a Ă©tĂ© mon thĂšme,
Et il le sera jusqu’à ma mort.
Puis, dans un chant plus noble et plus doux,
Je chanterai Ta puissance qui sauve,
Quand cette pauvre langue bégayante et balbutiante,
Se taira dans la tombe.
E-72 Ô Agneau de Dieu! Le voilĂ . Le diable a fait sortir son aiguillon; il arrive lĂ , bourdonne autour de Lui. Il se dit: «Je vais ancrer mon aiguillon en Lui, et cela va Le frapper et ça sera fini pour Lui.» Et peu aprĂšs, il Ă©tait... a dĂ©cidĂ© qu’Il n’était qu’un homme, car on se moquait de Lui. On lui a mis un lambeau sur le visage pour qu’Il exerce Son discernement. On Lui a mis un lambeau sur le visage et on a dit... On L’a frappĂ© Ă  la tĂȘte avec un bĂąton.
Ils ont dit: «Dis-nous maintenant. Tu es un ProphĂšte, dis-nous qui T’a frappĂ©. Dis-nous qui T’as frappĂ©. Nous croirons en Toi maintenant; nous croirons en Toi si Tu nous dis qui T’a frappĂ©.» Dieu ne fait le clown pour personne. Il devait faire la volontĂ© du PĂšre.
E-73 Et quand ils disaient: «Si Tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent du pain» observez-les... le mĂȘme dĂ©mon ce soir: «Si ceci est la guĂ©rison divine, guĂ©ris celui-lĂ .» Voyez-vous ce mĂȘme dĂ©mon? «Si Tu es le Fils de Dieu...»
Voici venir cette abeille-lĂ  (la mort), ce dernier grand ennemi de l’homme, bourdonnant autour de Lui: «Je vais Lui enfoncer mon aiguillon et cela mettra fin Ă  ça.»
Mais, frĂšre, une fois qu’il eut enfoncĂ© son aiguillon dans cette chair-lĂ , ce fut plus qu’un homme. Si jamais une abeille enfonce son aiguillon... Tout insecte qui enfonce assez profondĂ©ment son aiguillon, quand il se retire, il n’a plus d’aiguillon; cela lui arrache l’aiguillon. Et quand cette abeille de la mort a enfoncĂ© son aiguillon dans la chair de Dieu lĂ  au Calvaire, cela lui a fait perdre son aiguillon! AllĂ©luia!
E-74 Il n’est pas Ă©tonnant que Paul ait pu se tenir lĂ  et ait dit: «Ô mort, oĂč est ton aiguillon?» Quand on Ă©tait sur le point de le dĂ©capiter, il a dit: «Ô mort, oĂč est ton aiguillon? Ô tombe, oĂč est ta victoire? Mais grĂąces soient rendues Ă  Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur JĂ©sus-Christ.»
Il a dit: «Je suis allĂ© chez vous, pas avec des paroles, des paroles sĂ©ductrices et la sagesse des hommes afin que votre foi ne fĂ»t pas fondĂ©e sur la sagesse de l’homme, mais je suis allĂ© chez vous avec puissance et dĂ©monstration du Saint-Esprit.» Ce grand apĂŽtre Paul... «Ô mort, oĂč est ton aiguillon?»
Il peut bourdonner autour d’un chrĂ©tien. Il peut faire toutes sortes de moqueries, dire: «Je t’ai eu maintenant. Tu as le cancer. Tu as la tumeur. Tu as ceci, tu as cela. Je t’ai eu maintenant.» Mais laissez-moi vous dire, frĂšre, il n’a plus d’aiguillon. Il bourdonne, mais il n’a plus d’aiguillon. «Ô mort, oĂč est ton aiguillon? Ô tombe, oĂč est ta victoire?»
E-75 Mais grĂąces soient rendues Ă  Dieu qui a offert le Sacrifice pour s’en approprier depuis le dĂ©but, au jardin d’Eden, afin que par la Semence de la femme, par le Fils de Dieu, Il arrache l’aiguillon de la mort et nous donne la victoire sur la tombe. AllĂ©luia! C’est l’approche divine de Dieu; c’est l’approche convenable de Dieu pour communier avec Lui.
Je dis cette unique chose pour terminer. Il y a une immense porte noire placĂ©e devant chacun de nous. Elle est appelĂ©e la mort. Et Ă  chaque battement de notre coeur, nous nous approchons davantage de cette porte-lĂ , d’un battement. Et je sais que le mien est aussi en train de battre lĂ . Un jour, il va effectuer son dernier battement, alors j’entrerai. Mais quand nous entrerons, je n’aimerais pas ĂȘtre comme un lĂąche. J’aimerais ĂȘtre revĂȘtu de la robe de Sa Justice, sachant ceci: «Je Le connais dans la puissance de Sa rĂ©surrection, que quand Il appellera, je sortirai d’entre les morts ce jour-lĂ , lavĂ© dans le Sang de l’Agneau, me tenant... sans rien dans mes bras, m’accrochant simplement Ă  Ta croix.»
E-76 Je n’ai rien que je puisse offrir Ă  Dieu. Je rĂ©clame simplement la misĂ©ricorde et la grĂące divines. Par le Sang de JĂ©sus-Christ, j’accepte humblement mon pardon; que JĂ©sus est mort Ă  ma place, Il m’a prĂ©cĂ©dĂ© et je reconnais le Sang, qu’Il est entrĂ© dans la PrĂ©sence du PĂšre lĂ , pour s’asseoir sur Son TrĂŽne, Il a pris Son propre Sang et Il a frayĂ© une voie d’approche pour vous et pour moi. Je n’ai point honte de cet Evangile de JĂ©sus-Christ, car c’est une puissance de Dieu pour le salut, alors que je parcours le monde, rĂ©pandant le Sang et proclamant la puissance, que JĂ©sus-Christ, le RessuscitĂ©, le Vivant, est juste le mĂȘme aujourd’hui qu’Il l’était hier, et qu’Il le sera Ă©ternellement. Croyez-vous cela? Quelle est l’approche de Dieu pour la communion? Au travers du Sang. Prions.
Avec vos tĂȘtes inclinĂ©es et vos yeux fermĂ©s... Je ne sais combien la mort est proche de vous, mais Le connaissez-vous? Pas connaĂźtre Sa Parole, pas connaĂźtre Son credo, pas connaĂźtre Son Eglise, ou connaĂźtre Son peuple, mais Le connaissez-vous? L’avez-vous personnellement rencontrĂ©? Êtes-vous entrĂ© dans le Sang, dans la Gloire de la Shekinah? Si vous n’ĂȘtes jamais passĂ© par le Sang, vous ne connaissez pas la Gloire de la Shekinah, car la Vie ne rĂ©side que dans le Sang.
E-77 La femelle n’a pas de vie dans le pollen d’une femelle; c’est un ovule, le vitellus. Mais le Sang se trouve dans le mĂąle, c’est lĂ  qu’il y a l’hĂ©moglobine, qui est dans le sexe mĂąle. Et avec ça, si jamais vous n’ĂȘtes entrĂ© dans le Sang, vous ne savez pas ce qu’est la Vie. Avez-vous communion? Ou ĂȘtes-vous simplement venu aux eaux de sĂ©paration? Ou vous ĂȘtes-vous approchĂ© de la porte et vous vous ĂȘtes rendu compte qu’Il est mort pour vous? Ou ĂȘtes-vous entrĂ©?
Si vous avez besoin de ces choses ce soir, voudriez-vous simplement lever la main pour dire: «FrĂšre Branham, priez pour moi. Je vais maintenant L’accepter dans toute la plĂ©nitude de Sa puissance; je vais croire en Lui avec tout ce qui est en moi. J’accepte maintenant ceci pour entrer et j’aimerais entrer dans la communion de la Gloire de la Shekinah, la voie Ă  laquelle Dieu a pourvu. Je n’ai pas honte. J’entre directement dans la chambre nuptiale avec mon Seigneur.»
Allez-vous lever la main pour dire: «Souvenez-vous de moi dans la priĂšre»? Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Y aurait-il un autre? Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Une... que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Y en aurait-il d’autres qui disent: «Souvenez-vous de moi, FrĂšre Branham»? Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Que Dieu vous bĂ©nisse lĂ  derriĂšre, oui, madame.
E-78 Tout le monde avec la tĂȘte inclinĂ©e, tout le monde en priĂšre, on est sur un lieu de priĂšre. Or, vous pouvez ĂȘtre un membre loyal d’une Ă©glise; vous pouvez avoir menĂ© une bonne vie, soeur, frĂšre. Mais une bonne vie ne fera pas la chose. Si c’était le cas, vous auriez pu vivre cela par la loi. La loi n’a sauvĂ© personne; c’est le Sang de Christ qui sauve. Vous pouvez avoir Ă©tĂ© un homme de bien, une femme de bien, un bon voisin, un bon membre d’église. Mais cependant, si vous n’avez pas suivi la voie du Sang, vous ne vous ĂȘtes jamais approchĂ© de la bonne communion, le bon genre de communion et de relation, avant que vous passiez par le Sang. Si vous voulez qu’on se souvienne de vous maintenant, je vous offre Ă  Christ.
Un jour... Je me tiens maintenant comme votre frĂšre, disposĂ© Ă  prier pour vous, ou faire tout ce que je peux. Et Lui se tient comme votre Sauveur. Aujourd’hui, Il est votre Sauveur; demain, Il pourra devenir votre Juge. Mais Il est votre Sauveur maintenant. Allez-vous accepter cela en levant la main? Dites: «Souvenez-vous de moi.» Que Dieu vous bĂ©nisse, jeune fille. Que Dieu vous bĂ©nisse, par ici. Que Dieu te bĂ©nisse, petit. Que Dieu te bĂ©nisse, jeune fille. Que Dieu bĂ©nisse le... lĂ  derriĂšre le–le couple avancĂ© en Ăąge; qu’Il bĂ©nisse l’homme par ici dans le coin. Dieu voit vos mains. Que Dieu bĂ©nisse ce petit garçon de couleur assis ici. Que Dieu soit avec toi, fils.
E-79 En montant au Calvaire... Savez-vous ce qui arriva, fils? Il tomba sous le poids; oui. Son petit corps Ă©tait trĂšs faible. Il ne pouvait plus supporter, alors Il tomba. Et Simon de CyrĂšne (un garçon de couleur) ramassa la croix et L’aida Ă  la porter en gravissant la colline. C’était l’un de tes pĂšres, fils. Ce mĂȘme Sang qui coulait de la croix sur lui peut venir sur toi ce soir; puisses-tu L’aider Ă  porter cela, fils.
Quelqu’un d’autre. Dites: «Je L’accepte maintenant. Je veux que cette abeille n’ait plus d’aiguillon quand le mĂ©decin s’éloignera du lit et dira qu’il n’y a plus d’espoir. Je ne veux pas d’aiguillon.»
Levez la main. Cela peut paraĂźtre... Vous dites: «A quoi sert-il de lever la main?» C’est la diffĂ©rence entre la mort et la vie. Rappelez-vous, la science dit que votre main doit pendre, la gravitation. Que Dieu vous bĂ©nisse, lĂ  derriĂšre, jeune homme. Que Dieu vous bĂ©nisse, jeune fille. C’est bien. Voudriez...
Vos mains pendent. Comment arrivez-vous Ă  les lever? C’est que vous avez une vie en vous, et cette vie Ă  l’intĂ©rieur... Quelque Chose a pris une dĂ©cision, Quelque Chose dans votre coeur vous a dit que Dieu existe. Il y a Quelqu’Un qui vous aime. Il y a un Esprit en vous. Vous dĂ©fiez chaque loi de la nature en faisant cela: vous levez la main vers votre CrĂ©ateur et vous dites: «Je crois.» Si vous ĂȘtes sĂ©rieux lĂ -dessus, vous passerez de la mort Ă  la Vie.
Saint Jean 5.24 dit: «Celui qui Ă©coute Mes Paroles, et qui croit (pas qui fait semblant, mais qui croit) Ă  Celui qui M’a envoyĂ©, a la Vie Eternelle.»
E-80 Il n’y a qu’une seule forme de Vie Eternelle, c’est le Saint-Esprit. Entrez dans la communion. Y en aurait-il un autre avant que nous priions? Que Dieu vous bĂ©nisse. Oui, c’est bien, la petite dame ici. ChĂ©rie, tu peux... quelqu’un peut dire que tu es jeune, environ douze ans. Que Dieu te bĂ©nisse lĂ  derriĂšre, fiston.
Ecoutez, petits enfants, JĂ©sus a dit: «Laissez venir Ă  Moi les petits enfants. Le Royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent.» AssurĂ©ment, dans le jour de votre tendre enfance, maintenant, les jours de tendre enfance, quand vous ĂȘtes... de chemin... Vous ĂȘtes Ă  la bifurcation lĂ . Choisissez le bon cĂŽtĂ©; allez avec Christ. C’est ça.
E-81 Quelqu’un d’autre avant que nous terminions maintenant? Ceux qui veulent qu’on se souvienne d’eux dans la priĂšre. Que Dieu vous bĂ©nisse lĂ  derriĂšre, jeune homme. Que Dieu fasse de vous un prĂ©dicateur. Que Dieu bĂ©nisse cette dame de couleur assise ici mĂȘme devant moi, cette soeur. Que Dieu soit avec elle. Que Dieu vous bĂ©nisse, jeune homme, lĂ  mĂȘme. Quelqu’un d’autre, au balcon ou ailleurs? Levez simplement la main. Dites: «Souvenez-vous de moi.» Que Dieu bĂ©nisse tous les autres par ici. C’est bien.
Je vois par ici, Ă  ma gauche, mĂȘme des petits enfants. Vous savez, les Ecritures disent qu’un petit enfant les conduira, dans EsaĂŻe, chapitre 10. Leur–leur coeur n’a pas Ă©tĂ© trimbalĂ© dans beaucoup de choses du monde comme ils sont jeunes et tendres. Ils aiment Dieu, et Dieu les aime, et Il–Il peut leur parler. Nous avons connu beaucoup de dĂ©ceptions et tout; c’est difficile pour nos coeurs. Et souvent, nous avons fais passer cela au travers des magazines True Story, et des choses du monde, qui ne devraient jamais ĂȘtre lĂ . Cela l’a endurci. Dieu vous dĂ©barrassera de tout ce qui est dur. Si seulement vous Le laissez vous attendrir et vous rendre doux, gentil, aimant, vous pardonnant les uns les autres, si seulement vous avez foi, croyez seulement. J’attends juste un instant.
E-82 Notre PĂšre cĂ©leste, je T’apporte humblement les trophĂ©es de ce petit message entremĂȘlĂ© ce soir, ces prĂ©cieuses Ăąmes (une vingtaine ou trentaine) qui ont levĂ© la main, pour dire qu’ils avaient besoin de Toi. Ô Dieu, ils veulent entrer dans la relation et–et-et pour la vraie communion divine, dans la Shekinah, la Shekinah de la PentecĂŽte qui Ă©tait descendue le jour de la PentecĂŽte. Ce Dieu Ă©tait descendu, Il a dĂ©chirĂ© le voile, Il s’est prĂ©sentĂ© dans la prĂ©sence de l’homme, car le vĂ©ritable Sang avait Ă©tĂ© offert, celui qui pardonnait les pĂ©chĂ©s.
Le sang des taureaux et le sang des brebis ne pouvait prendre la place ni ne pouvait rendre parfait le croyant qui venait. En effet, la vie qui Ă©tait dans le sang Ă©tait la vie d’un animal, et la vie d’un animal ne pouvait pas concorder avec la vie d’un humain. Mais quand Celui qui Ă©tait plus qu’un homme est venu ... Il Ă©tait Dieu. Et alors, quand Il est mort et que la cellule de ce Sang fut brisĂ©e, alors il y a eu divorce d’avec le pĂ©chĂ©; le pĂ©chĂ© a Ă©tĂ© ĂŽtĂ© pour toujours. Et maintenant, nous nous tenons dans la PrĂ©sence de la Gloire de la Shekinah, grĂące Ă  l’offrande de Son Sang qui nous purifie parfaitement. Et l’Esprit de Dieu (comme nous le savons), appelĂ© le Saint-Esprit, vient et communie avec nous, pendant que le Sang nous purifie de tout pĂ©chĂ©. «Et nous avons communion les uns avec les autres, pendant que le Sang de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, nous purifie de tout pĂ©chĂ©.»
E-83 Que tout celui qui a levĂ© la main ce soir voie son nom dans le Livre. Et puisse-t-il entrer dans cette grande Gloire de la Shekinah, ĂȘtre sauvĂ©, ĂȘtre rempli de l’Esprit et vivre dans une parfaite communion jusqu’à la Venue du Seigneur JĂ©sus. PĂšre divin, c’est tout ce que je sais faire, c’est Te les prĂ©senter. Et Tu as dit: «Tous ceux que le PĂšre M’a donnĂ©s viendront Ă  Moi. Et Je ne mettrai pas dehors celui qui vient Ă  Moi.» Tu as dit que Tu leur donnerais la Vie Eternelle et que Tu les ressusciterais dans les derniers jours.
Les voici maintenant. Comme les trophĂ©es du message, je Te les confie, Tu les donnes au Fils. Et maintenant, puissent-ils ĂȘtre remplis du Saint-Esprit et mener une vie heureuse, une vie prospĂšre en gagnant les autres pour Toi jusqu’à ce jour-lĂ . Puissions-nous les rencontrer dans la Gloire, rachetĂ©s par le prĂ©cieux Sang de l’Agneau. Nous demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-84 Il m’a Ă©tĂ© dit une fois par un grand thĂ©ologien, il a dit: «FrĂšre Branham, Abraham crut Dieu, et cela lui fut imputĂ© Ă  justice.» Il a dit: «Quoi de plus un homme peut faire, Ă  part croire?»
J’ai dit: «C’est vrai.»
Il a dit: «Alors, comment pouvez-vous dire que le Saint-Esprit, c’est plus que croire, si un homme ne peut pas faire plus que croire pour la Vie Eternelle? Abraham crut.»
J’ai dit: «C’est vrai. Mais Dieu a reconnu sa foi quand Il lui a donnĂ© le sceau de la circoncision.» J’ai dit: «Avez-vous dĂ©jĂ  Ă©tĂ©... reçu le Saint-Esprit depuis que vous avez cru?»
Il a dit: «Non, pas comme vous le dites lĂ , mais comme ils L’avaient reçu dans la Bible.»
J’ai dit: «Alors, Il n’a jamais reconnu votre foi. Quand Il reconnaĂźtra votre foi, Il vous circoncira le coeur, en entrant par le sceau. Et vous serez scellĂ© par le Saint-Esprit pour le jour de votre rĂ©demption.»
E-85 FrĂšre, soeur, JĂ©sus-Christ est ici. JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, est ici. Il est le Sauveur. Il est le GuĂ©risseur. Il est–Il est le Tout en tout. Il est tout aussi GuĂ©risseur qu’Il est Sauveur. Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Croyez-vous que c’est la vĂ©ritĂ©, l’approche divine? Croyez-vous cela? Que Dieu vous bĂ©nisse.
Je vais demander Ă  ceux qui ont levĂ© les mains de venir Ă  l’autel juste une minute. Mais avant que nous le fassions, combien sont malades? Faites voir la main en la levant, les malades qui veulent que Dieu les guĂ©risse. Levez simplement la main. TrĂšs bien.
Nous n’avons pas de cartes de priĂšre. On n’en a pas distribuĂ© aujourd’hui. Il peut y en avoir certaines qui sont restĂ©es ... Certaines d’entre elles... Nous en avons appelĂ© plusieurs depuis environ dix ou douze hier soir, environ une vingtaine ou quelque chose comme cela. Personne n’est venu, car je m’imagine qu’ils Ă©taient un peu rĂ©servĂ©s. De toute façon, nous en distribuerons encore demain. Mais il ne vous faut pas nĂ©cessairement avoir une carte de priĂšre. Combien croient que le Seigneur JĂ©sus-Christ peut descendre oindre une personne de telle maniĂšre que vous pouvez toucher Son vĂȘtement? Combien le savent? Combien croient de tout leur coeur? Combien savent que la Bible dit ceci, que JĂ©sus-Christ est le Souverain Sacrificateur (maintenant mĂȘme) qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s? Maintenant mĂȘme. Et comment a-t-Il...
E-86 Maintenant, croyez-vous qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement? Si donc Il est le mĂȘme et que vous Le touchiez ce soir, Il agira de mĂȘme. Est-ce vrai? Maintenant, Il est en tout le mĂȘme, sauf Son corps corporel; cela est assis Ă  la droite de Dieu, intercĂ©dant sur base de notre confession. Croyez-vous cela? Le Sang, Son propre Sang, Il est allĂ© s’asseoir lĂ  comme Souverain Sacrificateur. C’est Lui qui peut ĂȘtre touchĂ©.
Maintenant, une fois, une petite femme... peut-ĂȘtre qu’elle n’avait pas de carte de priĂšre. Mais elle–elle a dit: «Je crois cet Homme-lĂ , et si je peux toucher Son vĂȘtement, je serai guĂ©rie.» Eh bien, connaissez-vous l’histoire? Il Ă©tait en route pour ressusciter la fille de ZachĂ©e, ou plutĂŽt la fille de JaĂŻrus. Ainsi donc, remarquez...
Alors, cette petite femme s’est faufilĂ©e dans la foule, et elle a touchĂ© Son vĂȘtement. Alors, JĂ©sus s’est retournĂ© et a dit: «Qui M’a touchĂ©?» (Probablement dix fois plus de gens qu’il y en a ici ce soir.) Et Il a dit: «Qui M’a touchĂ©?» Personne n’a rien dit, mais JĂ©sus a promenĂ© le regard. Il a dit: «Je me suis senti faible.»
Pierre a dit... Eh bien, il L’a repris. Voyons ce que... disons que Pierre a dit: «Seigneur, qu’est-ce qui T’arrive? Tu dis: ‘Qui T’as touchĂ©?’ Tout le monde dit: ‘Oh! salut, RĂ©vĂ©rend. Nous sommes certainement contents de faire Ta connaissance. Contents que Tu sois dans notre ville aujourd’hui. C’est agrĂ©able de faire Ta connaissance. Nous apprenons que Tu fais de grandes oeuvres, RĂ©vĂ©rend.’» Il a dit: «Tout le monde cherche Ă  Te toucher.»
Il a dit: «Oui, Je le sais. Mais Je... C’est un genre diffĂ©rent de toucher. Je me suis senti faible. La vertu est sortie de moi.»
E-87 Il promena le regard sur l’assistance, et Il repĂ©ra la petite femme. Elle eut peur. Peut-ĂȘtre qu’elle Ă©tait assise. Peut-ĂȘtre qu’elle Ă©tait debout. Je n’étais pas lĂ . Je ne sais pas. Mais quelle que soit la position dans laquelle elle Ă©tait, JĂ©sus l’a regardĂ©e, la puissance de Dieu en Lui s’est connectĂ©e Ă  cette vĂ©ritable foi. Il l’a repĂ©rĂ©e, Il lui a parlĂ© de la perte de sang, Il a dit: «Cela s’est arrĂȘtĂ©. Ta foi T’a sauvĂ©e.»
Alors, quoi? Il n’a point dit: «Je t’ai sauvĂ©e. Je t’ai guĂ©rie. ‘Ta foi.’» Le mot grec lĂ , c’est Sozo, qui veut dire sauver, comme sauver physiquement autant que sauver spirituellement. Ce mĂȘme mot est utilisĂ© chaque fois. Est-ce vrai? Sozo, c’est le mot grec pour le salut physique ou le salut spirituel: Sozo, le mĂȘme mot. «Ta foi t’a sauvĂ©e.» Qu’était-ce? L’Esprit de Dieu en Lui.
E-88 Or, en Lui habitait toute la plĂ©nitude de la DivinitĂ© corporellement. Croyez-vous cela? Eh bien, en nous il n’y a qu’une cuillerĂ©e de cela, comme le grand ocĂ©an ici dehors, juste une cuillerĂ©e de l’ocĂ©an. Lui avait tout cela sans mesure, nous... La Bible dit qu’Il avait l’Esprit sans mesure; nous L’avons avec mesure. Mais si j’ai une cuillerĂ©e de l’eau de l’ocĂ©an, les mĂȘmes composants chimiques qui sont dans tout l’ocĂ©an se trouvent dans cette cuillerĂ©e-lĂ .
C’est la raison pour laquelle nous sommes aujourd’hui, en tant que chrĂ©tiens, nous sommes en communion. La communion et le mĂȘme Esprit qui Ă©taient en Christ sont dans Son Eglise. Si vous ĂȘtes chrĂ©tien, et que vous croyez de tout votre coeur et avec une foi qui s’élĂšve et touche le Souverain Sacrificateur... Et Ă  vous les nouveaux convertis qui venez de lever la main, pour vous montrer que vous n’ĂȘtes pas sĂ©duits, que c’est le VĂ©ritable Seigneur JĂ©sus, qu’Il vit aujourd’hui, et tout aussi rĂ©el qu’Il l’était autrefois, priez.
E-89 Je ne connais personne par ici. Je ne vois personne que je connaisse de visage. Combien me sont inconnus? Levez la main, pour montrer que vous savez que je ne sais rien Ă  votre sujet. TrĂšs bien, l’assemblĂ©e...
Je sais que j’ai des gens ici quelque part, des amis: FrĂšre Fred Sothmann, et–et beaucoup d’autres frĂšres; frĂšre Dauch, assis lĂ  mĂȘme, et soeur Dauch. Je les connais, mais je–je pense que ce sont les seuls, que je... Je ne vois mĂȘme pas frĂšre Fred et les autres; et je sais qu’ils sont ici quelque part.
Mais je ne vous connais pas, mais Dieu vous connaĂźt certes. Maintenant, rĂ©pĂ©tez-Lui votre cas, et s’Il est JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, et si je suis Son prophĂšte, ou Son serviteur... (Excusez-moi. Ce mot-lĂ  achoppe les gens.) Mais si je suis Son serviteur, et que je peux m’abandonner moi-mĂȘme au Saint-Esprit, Il agira au travers de moi comme Il avait agi au travers du Seigneur JĂ©sus. Il agira au travers de vous, si vous pouvez avoir la mĂȘme foi que la femme avait. Croyez-vous cela? S’Il est le mĂȘme...
E-90 Combien reconnaissent que ça sera Dieu? Levez donc la main, pour dire: «Je crois que ça sera Dieu.» Maintenant, priez, ayez foi.
Avez-vous dĂ©jĂ  vu la photo de l’Ange du Seigneur, celle qui a Ă©tĂ© prise? Vous l’avez ici, n’est-ce pas, Gene? Il a Ă©tĂ© photographiĂ© plusieurs fois. Maintenant, Il est ici. J’ai prĂȘchĂ© un message du salut; par consĂ©quent, attendez juste une minute... attendre que l’onction vienne, attendez-vous au Seigneur. Et vous qui ĂȘtes malades, souvenez-vous donc et priez. Ayez simplement foi.
Dites ceci... Dites au Seigneur JĂ©sus comme ceci. Dites: «Seigneur JĂ©sus, j’ai entendu cet homme prĂȘcher cela. J’ai lu cela dans la Bible. Je–je sais qu’il ne me connaĂźt pas. Il ne sait rien Ă  mon sujet. Il ne sait pas qui je suis. Il ne sait rien Ă  mon sujet. Mais je sais que Tu me connais. Et il me dit que Tu es le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, sauf que Tu utilises nos corps.» Dieu utilise nos corps comme Ses enfants adoptĂ©s, par la grĂące de Dieu, pour accomplir Ses oeuvres, juste comme Il avait accompli au travers de Son unique Fils qui avait payĂ© le prix. «Maintenant, parle-moi au travers de frĂšre Branham, dis-lui de me dire quelque chose. Cela me dĂ©barrassera de toute peur et de tout trouble.»
Si seulement vous avez la foi et que vous croyez de tout votre coeur, Dieu le fera certainement. Priez simplement, attendez-vous Ă  Dieu, ayez foi. Maintenant, trĂšs respectueux...
E-91 Une petite dame est assise ici mĂȘme, en train de prier. Je ne vous connais pas. Vous ne me connaissez pas. Vous souffrez du coeur, n’est-ce pas? Avez-vous une carte de priĂšre? Vous n’avez pas de carte de priĂšre. Tenez-vous debout juste une minute.
TrĂšs bien, assistance. Elle a touchĂ© quelque chose. Elle souffre du coeur. Elle n’est pas d’ici. Vous venez d’Eugene, en Oregon. Si c’est vrai, levez la main. Maintenant, rentrez chez vous et soyez bien portante. Votre foi vous sauve.
Croyez-vous? Je n’ai jamais vu cette femme de ma vie. Ayez foi.
Voici une femme assise ici avec son mouchoir levĂ©. Elle pleure. Elle est assise ici au bout. Ne pouvez-vous pas voir cette LumiĂšre suspendue au-dessus de la femme lĂ ? Regardez ici. Elle a mal Ă  la poitrine. Elle n’est pas non plus d’ici. Elle vient de la Californie. La ville d’oĂč elle vient s’appelle Eureka, en Californie. Croyez-vous que Dieu sait qui vous ĂȘtes, soeur? Votre nom est mademoiselle Wolf. AINSI DIT LE SEIGNEUR.
Je ne connais pas la femme, je ne l’ai jamais vue de ma vie. Elle le sait. Rentrez chez vous, soeur. Le Seigneur vous guĂ©rit.
E-92 Il y a une femme tout au fond derriĂšre qui est en train de prier. Elle a inclinĂ© la tĂȘte. Elle pleure. Cette LumiĂšre se tient lĂ  juste au-dessus de cette femme. Elle souffre de colon, d’artĂ©riosclĂ©rose. Son nom est mademoiselle Cary. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit, madame.
Je ne la connais pas, je ne l’ai jamais vue de ma vie. Nous sommes de parfaits inconnus. Si c’est vrai, madame, levez la main. Votre foi a touchĂ© le bord de Son vĂȘtement. Croyez simplement, ayez foi, ne doutez pas.
Il y a un homme assis ici, assis juste ici, il me regarde, c’est un homme un peu costaud, un peu grisonnant. Il a un mal de gorge, il a subi une intervention chirurgicale. L’intervention chirurgicale Ă©tait due au cancer. Cet homme a perdu la voix suite Ă  cela. Son nom est monsieur Lake. Levez-vous, monsieur Lake. Recevez votre guĂ©rison au Nom de JĂ©sus-Christ.
Croyez-vous? «Si tu peux croire...» Maintenant, le Saint-Esprit est dans toute la salle. Mon PĂšre cĂ©leste sait que je n’ai jamais vu ni entendu parler de ces gens de ma vie. Mais le Saint-Esprit est ici. Maintenant, croyez-vous de tout votre coeur?
E-93 Maintenant, Ă  vous qui ne Le connaissez pas et qui aimerez entrer dans Sa communion, vous ne serez jamais plus proches de Lui jusqu’à ce que vous Le voyez. Allez-vous venir ici? Pensez-vous que Dieu exaucera ma priĂšre? Venez ici et tenez-vous debout, laissez-moi prier pour vous ici mĂȘme. Allez-vous venir? Vous tous qui avez levĂ© la main, allez-vous venir ici mĂȘme? Tenez-vous ici juste un moment. S’Il exauce ma priĂšre pour guĂ©rir les malades, certainement qu’Il le fera pour sauver l’ñme. Venez ici mĂȘme, vous qui avez besoin de Lui maintenant mĂȘme. Je vous le demande, venez. C’est ça. Venez ici, et prions. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est bien; c’est bien.
Il y a quelqu’un ici dans la salle quelque part... Je le vois debout devant moi. Je ne peux pas le localiser. C’est une femme, elle souffre de l’oeil, d’un mal au flanc, et d’une hernie. Madame Parks, recevez votre guĂ©rison. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit. Oui, oui.
E-94 Oh! Il est Dieu. Il... Le Saint-Esprit est parmi ces gens. Maintenant, c’est ce que... Combien sentent cette PrĂ©sence-lĂ ? Levez la main. C’est la Gloire de la Shekinah. C’est ce dont je parle.
Venez en croyant. Allez-vous venir entrer dans cette communion? Allez-vous suivre la voie du Sang ce soir, venir entrer?
Combien de prĂ©dicateurs de l’Evangile sont ici ce soir? Venez ici, juste une minute. Tenez-vous tout autour ici, vous les croyants. Venez, prions. Venez ici maintenant. Tenez-vous debout, vous les prĂ©dicateurs. Vous qui connaissez Dieu, venez ici et tenez-vous avec ces gens pendant que nous prions. Entrez dans la Gloire de la Shekinah. (Alors, dans «la Fontaine remplie du Sang.»)
E-95 Oh! Ceci est rĂ©el. Maintenant, c’est cette PrĂ©sence que vous sentez, la PrĂ©sence du Seigneur. «Cette bontĂ© et la misĂ©ricorde me suivront tous les jours de ma vie. J’habiterai dans la maison de l’Eternel pour toujours.» Ô Dieu, que c’est merveilleux. C’est cela, amis!
Maintenant, vous tous, inclinez la tĂȘte, et tout le monde, priez. Vous les prĂ©dicateurs, approchez-vous et tenez-vous lĂ  oĂč ces gens sont, ceux qui viennent, qui veulent le Saint-Esprit, qui veulent entrer. Venez maintenant autour, agenouillez-vous et communiez. (Venez, je veux que vous...?...)
E-96 Et aussitĂŽt que vous L’acceptez, j’aimerais que vous... Ces prĂ©dicateurs vous accorderont un foyer oĂč aller, ils vous baptiseront du baptĂȘme chrĂ©tien, afin que tout soit en ordre pour vous. Tous ceux qui sont concernĂ©s maintenant, sachant que nous sommes dans la PrĂ©sence de JĂ©sus-Christ...
La petite dame assise ici en train de pleurer, ici mĂȘme en robe jaune, qui souffre de cette sinusite. Le Seigneur vous a guĂ©rie, soeur. Vous en avez souffert depuis longtemps, n’est-ce pas? Cela vous a quittĂ©e tout Ă  l’heure. Qu’avez-vous touchĂ©?
C’est le Souverain Sacrificateur, la LumiĂšre, cette Colonne de Feu mĂȘme qui suivait les enfants d’IsraĂ«l, Celle mĂȘme qui habitait en JĂ©sus-Christ. Il a dit: «Je suis venu de Dieu. Je vais Ă  Dieu.» Paul L’a rencontrĂ© sur le chemin de Damas, Il Ă©tait redevenu une grande LumiĂšre Cela a mĂȘme aveuglĂ© les yeux de Paul.
Inclinons la tĂȘte, tout le monde maintenant, chantons doucement:
Il y a une Fontaine remplie du Sang
TirĂ© des veines d’Emmanuel;
Les pécheurs plongés dans ce flot;
Perdent toutes les taches de leur culpabilité.
E-97 Rappelez-vous maintenant, Dieu est ici. Il a prouvĂ© qu’Il est prĂ©sent Lui-mĂȘme. Vous ne serez jamais plus proche de Lui avant de Le voir face Ă  face. TrĂšs bien.
Il y a une Fontaine remplie du Sang
TirĂ© des veines d’Emmanuel,
Les pécheurs plongés dans ce flot,
Perdent toutes les taches de leur culpabilité.
Perdent toutes les taches de leur culpabilité,
Perdent toutes les taches de leur culpabilité.
Les pécheurs plongés dans ce flot,
Perdent toutes les taches de leur culpabilité.
Et tout le monde, à votre propre maniùre maintenant, priez. Allez de l’avant avec votre orgue, frùre; doucement, lentement.
Depuis que par la foi j’ai vu ce ruisseau
Alimenté par Tes plaies saignantes ...
Regardez la croix maintenant. C’est lĂ  qu’Il a payĂ© le prix. Que tout le monde ici prĂ©sent, avec la tĂȘte inclinĂ©e et le coeur inclinĂ© devant Dieu, pendant que nous allons au TrĂŽne...
E-98 Notre PĂšre cĂ©leste, nous savons que Tu es prĂ©sent. La Bible est rĂ©elle. Le Dieu de la Bible vit ce soir. Tu n’es pas mort, mais Tu es vivant aux siĂšcles des siĂšcles, toujours vivant pour intercĂ©der. Et Tu as renvoyĂ© le Saint-Esprit, comme Tu as dit: «Je ne vous laisserai pas orphelins. Je prierai le Saint–le Saint PĂšre, Il renverra le Saint-Esprit, et Il tĂ©moignera de Moi. Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais, vous en ferez mĂȘme davantage, car Je M’en vais au PĂšre. Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus, mais vous vous Me verrez, car Je serai avec vous et mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde.» JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
Dans ce coin retirĂ© des Etats-Unis d’AmĂ©rique, dans cette petite vallĂ©e appelĂ©e Klamath Falls, en Oregon, dans la vallĂ©e de ces belles montagnes, dans ce petit bĂątiment de l’école ce soir, le Saint-Esprit dans la puissance de la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ s’est manifestĂ© par la Parole ce soir, Il a prouvĂ© qu’Il est vivant aux siĂšcles des siĂšcles, et Il est ici plus que capable de sauver jusqu’aux extrĂ©mitĂ©s, de guĂ©rir les maladies les plus vilaines et de sauver les pĂ©cheurs perdus.
E-99 Ô Dieu, ces hommes et ces femmes, ces jeunes garçons et ces jeunes filles, se tiennent avec des coeurs humbles, confessant, voulant entrer dans cette Gloire, trouver la paix Ă©ternelle pour toujours. Nous Te les confions maintenant, Seigneur. Ils se tiennent ici ce soir comme des tĂ©moins. Tu as dit dans Ta Parole: «Celui qui Me tĂ©moignera devant les hommes, Je tĂ©moignerai de lui devant Mon PĂšre et devant les saints anges. Si vous avez honte de Moi et de Mon Evangile, J’aurai honte de vous en ce jour-lĂ  devant Mon PĂšre et les saints anges.»
Mais ce soir, Seigneur, ces hommes et ces femmes, les jeunes garçons et les jeunes filles ont mis de cĂŽtĂ© la honte. Ils sont entrĂ©s dans la chambre Ă  coucher pour la communion et la relation, ils plaident pour que la Gloire de la Shekinah tombe sur leurs Ăąmes, et que cela les change devant cette assistance et fasse d’eux de nouvelles crĂ©atures. Ô Dieu, je prie que le Saint-Esprit continue cette oeuvre, et que chacun d’eux reçoive la bĂ©nĂ©diction pour laquelle ils sont venus ce soir.
E-100 Tu T’es fait connaĂźtre, Seigneur, par la puissance de Ta rĂ©surrection. Tu connais les pensĂ©es de chaque homme. Tu as dit que mĂȘme pas un passereau ne peut tomber dans la rue sans que le PĂšre le sache. Et effectivement, c’est vrai. La Bible dit cela: «La Parole de Dieu est plus efficace qu’une EpĂ©e quelconque Ă  deux tranchants, pĂ©nĂ©trante jusqu’à sĂ©parer la moelle de l’os; Elle juge les pensĂ©es de l’esprit.» Effectivement, c’est vrai, Seigneur.
La Parole Ă©tait... «Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair et Elle a habitĂ© parmi nous.» Et la Parole vit ce soir parmi nous dans la puissance du Saint-Esprit, Elle discerne mĂȘme les pensĂ©es du coeur.
E-101 Combien nous Te remercions qu’en cette heure redoutable, oĂč tous les espoirs d’une vie mortelle sont finis... Les bombes atomiques sont suspendues dans des silos, des bombes Ă  hydrogĂšne, des maladies et des afflictions, les germes de guerre, ĂŽ Dieu, et tout tel que cela se prĂ©sente, sachant que la Bible dit que les hommes pourriront effectivement dans leur chair... Mais cet Ange a donnĂ© la commission: «Ne touche pas Ă  ceux-ci! Ne t’approche pas de ceux qui ont le vin et l’huile. Ne touche pas ceux qui ont le sceau de Dieu sur leur front.»
Et nous savons que le baptĂȘme du Saint-Esprit est le sceau de Dieu. Car il est Ă©crit dans EphĂ©siens 4.30: «N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu par lequel vous ĂȘtes scellĂ© pour le jour de votre rĂ©demption.» Seigneur Dieu, scelle cette Ă©glise ce soir. Ceux qui veulent le sceau du Saint-Esprit, ĂŽte d’un baiser toute peur, Seigneur, et scelle-les avec Ton sceau de l’Esprit dans leurs coeurs, qu’ils s’avancent comme des bĂ©bĂ©s nouveau-nĂ©s en criant: «Abba! PĂšre.» Accorde-le, Seigneur. Je Te les confie au Nom de JĂ©sus, Ton Fils.
E-102 Maintenant, pendant que nous gardons nos tĂȘtes inclinĂ©es... Si vous ne doutez pas, mais que vous croyez de tout votre coeur, Dieu fera pour vous ce que vous attendez ici debout. Maintenant, alors que nous chantons une fois de plus doucement:
Il y a une Fontaine remplie du Sang,
Ou changeons cela. Chantons:
Je L’aime, je L’aime Parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit mon salut
Sur le Calvaire.
E-103 Chantons ensemble avec nos tĂȘtes inclinĂ©es maintenant, alors que nous nous attendons au Saint-Esprit.
Je L’aime, je...
(Oh! Amis, croyez-moi. Ce bùtiment est devenu on dirait laiteux. Le Saint-Esprit est bien réel ici.)
... aima...
(Ne soyez pas froids. Ne soyez pas indifférents. Ouvrez-vous maintenant à Lui.)
... acquit mon salut
Sur... Calvaire Maintenant, si vous ne croyez pas... Si vous ne croyez pas, Il ne viendra pas vers vous. Mais si vous ĂȘtes disposĂ© Ă  tout abandonner, Il viendra vers vous maintenant mĂȘme. Chantons cela. Levons les mains, tout le monde maintenant.
Je...
(Etes-vous rĂ©ellement sĂ©rieux lĂ -dessus? Si vous ĂȘtes sĂ©rieux lĂ -dessus, levez les mains, dites: «Je crois en Lui.» TrĂšs bien, pasteur. Venez maintenant.)
... L’
Parce...?...

En haut