ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Sentinelle, que dis-tu de la nuit? / 60-0722 / Lakeport, California, USA // SHP 1 heure et 40 minutes PDF

Sentinelle, que dis-tu de la nuit?

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Merci beaucoup, FrĂšre Roy. Vous pouvez vous asseoir. J’étais juste ici derriĂšre le rideau, savourant ce merveilleux cantique. Avez-vous apprĂ©ciĂ© cela? C’était vraiment bon. Que Dieu bĂ©nisse ces petits enfants. Ce sont eux la–la moisson de demain, s’il y a un lendemain. Et je...
FrĂšre Rose est venu me prendre tout Ă  l’heure pour une urgence Ă  l’hĂŽpital, et je me suis dit: «Oh! Je vais certainement ĂȘtre en retard.» Mais aprĂšs tout, ça n’a pas Ă©tĂ© le cas. Mais il m’a dit qu’il comblerait le vide; ainsi je suis certain qu’il sait s’y prendre en cette matiĂšre-lĂ .
E-2 Eh bien, nous sommes heureux ce soir–ce soir de voir ce rassemblement en cette soirĂ©e chaude. Et nous sommes heureux d’entendre les rapports de la rĂ©union d’hier soir. Je me demande s’il y a quelqu’un ici qui peut montrer, ou plutĂŽt qui pourrait lever la main, quelqu’un pour qui ce nouveau ministĂšre a priĂ© hier soir, qui peut montrer... qui est sĂ»r que son Ă©tat a connu une nette amĂ©lioration? Faites voir vos mains, vous qui ĂȘtes passĂ©s, qui ĂȘtes passĂ©s dans la ligne de priĂšre. Bon, c’est bien, c’est bon. TrĂšs bien.
Quelqu’un m’a dit que l’homme paralysĂ©, qui Ă©tait dans le fauteuil roulant ici hier soir, est assis quelque part lĂ  derriĂšre, dans l’auditoire ce soir, sans fauteuil roulant. Et nous sommes ravis de le savoir. OĂč ĂȘtes-vous, frĂšre? Voudriez-vous bien lever la main, oĂč que vous soyez, le frĂšre qui Ă©tait en... Le voici, il est assis juste ici. GrĂąces soient rendues au Seigneur! C’est–c’est merveilleux! Cela montre ce que peut accomplir le simple fait de libĂ©rer un peu de foi.
E-3 Maintenant, le nouveau ministĂšre consiste Ă  maudire la maladie qui est lĂ  Ă  l’intĂ©rieur. Avez-vous remarquĂ© ce que le Saint-Esprit a fait? La premiĂšre chose, quand Il m’a parlĂ©, c’était la priĂšre pour les malades. Eh bien, je me suis plaint et j’ai dit: «Cela... Les gens ne veulent pas m’écouter, car je n’ai point d’instruction.»
Et Il a dit: «De mĂȘme que deux signes ont Ă©tĂ© donnĂ©s Ă  MoĂŻse, il te sera donnĂ© deux signes.» Et ensuite, Il a dit: «Le premier, les gens placeront tout simplement leur main dans la tienne, et tu leur diras la chose. Et ils verront mĂȘme la rĂ©action, si la chose est partie ou pas.»
Eh bien, voyez-vous, ça devient... Vous devez faire attention à cela; cela devient un divertissement.
Et ensuite, Il a dit: «S’ils ne croient pas cela, alors il y aura un autre signe, celui avec lequel tu es nĂ©. Tu verras la vision et tu sauras ce que les gens ont fait et tout Ă  leur sujet, et ainsi de suite.»
Et j’ai dit: «C’est pour cela que je suis ici. Les gens m’ont dit que la chose Ă©tait fausse.» Alors Il m’a montrĂ© l’Ecriture, et cela a rĂ©glĂ© la question. Mais j’ai hĂąte de voir venir ce jour-lĂ .
E-4 Combien dans la salle ce soir se souviennent que la premiùre fois que je suis venu à la cîte ouest, et (oh!) dans le Sud, et–et je n’avais que ce seul ministùre de l’imposition des mains? Vous en souvenez-vous? Regardez simplement, les amis. Trùs bien.
Et puis, vous ai-je dit que le Seigneur m’a dit qu’il y aurait un autre ministĂšre (Vous en souvenez-vous?) qui serait le discernement des pensĂ©es du coeur et ainsi de suite? Eh bien, ces ministĂšres ont opĂ©rĂ© parfaitement dans le monde entier. Voyez-vous? L’un a fait son temps, l’autre aussi a vĂ©cu son temps.
E-5 Eh bien, un peu plus tard, si j’en ai l’occasion, j’aimerais vous raconter ce qui s’est produit tout rĂ©cemment, pour introduire un nouveau ministĂšre. Je prononce tout simplement la parole. Et cela amĂšne... Cela renvoie immĂ©diatement la balle aux gens. S’ils viennent avec l’attitude correcte et qu’ils croient, la chose doit tout simplement arriver. Combien ont lu le livre? Sur... dans le livre... TrĂšs bien, il y en a quelques-uns ici qui ont lu l’histoire de ma vie dans le livre. Quand c’était un... Il m’a dit que je suis nĂ© pour prier pour les malades. «AmĂšne-les Ă  te croire, et puis sois sincĂšre quand tu pries. Alors rien ne rĂ©sistera Ă  la priĂšre.» Avez-vous dĂ©jĂ  entendu cela? Certainement.
TrĂšs bien, maintenant ce... Et puis, ces miracles et prodiges consistant Ă  rĂ©vĂ©ler le passĂ©, le futur et ce qui serait, ce qui a Ă©tĂ©, et tout Ă  ce sujet, c’était la confirmation que le Messie est proche. Et pour permettre aux gens... C’était pour montrer aux gens que je leur ai dit la vĂ©ritĂ©, que j’ai Ă©tĂ© appelĂ© Ă  prier pour les malades. C’est ça prier pour les malades.
Maintenant, le second ministùre cùde la place, et le troisiùme entre en scùne. J’en suis donc trùs heureux.
E-6 Maintenant, demain matin il y aura le petit dĂ©jeuner des Hommes d’Affaires du Plein Evangile; je pense qu’ils ont annoncĂ© cela ainsi que l’endroit oĂč ça aura lieu. J’espĂšre que vous ĂȘtes tous lĂ , j’aimerais entendre d’autres cantiques. Et ainsi, nous nous attendrons Ă  de bons moments lĂ -bas autour d’une–d’une tasse de cafĂ© et tout ce qu’ils ont, avec des omelettes et ce qui accompagne cela. Et donc, le Seigneur voulant, je vais prĂȘcher demain matin, au petit dĂ©jeuner. Si le Seigneur le permet, j’aimerais prĂȘcher sur «L’approche de la communion fraternelle au travers de la coupe». Et alors... Si c’est la volontĂ© du Seigneur.
Ensuite, demain soir, nous reviendrons encore ici pour un autre service de guĂ©rison divine, le Seigneur voulant. Et quelles cartes de priĂšre ou que sais-je encore... Je ne sais pas ce que le Seigneur va faire ou est-ce que... On a distribuĂ© des cartes de priĂšre cet aprĂšs-midi, n’est-ce pas? Je pensais qu’on en avait distribuĂ©. TrĂšs bien. Nous allons voir ce que le Seigneur nous conduira Ă  faire Ă  ce propos ce soir: soit le discernement, soit on continuera avec le reste du ministĂšre, ou tout ce qu’Il nous demandera de faire. Mais chaque soir, nous allons prier pour les malades et avoir foi que Dieu sauvera des Ăąmes.
E-7 Maintenant, avant que nous n’abordions la Parole, il y a beaucoup de gens qui peuvent–peuvent prendre la Bible et en tourner la couverture comme cela, mais il faut Dieu pour ouvrir cette Parole (Voyez-vous? Cela...), Dieu seul. Elle ne peut ĂȘtre l’objet d’une interprĂ©tation particuliĂšre, lisez-La tout simplement et croyez-La. Maintenant, avant de L’aborder, de La lire, inclinons la tĂȘte pendant que nous parlons un moment Ă  l’Auteur.
Qui a une requĂȘte spĂ©ciale ce soir? Levez simplement la main, en disant: «Ô Dieu, souviens-Toi de moi ce soir.» Puisse Dieu vous accorder votre requĂȘte; regardez tout simplement les mains; en ce glorieux jour, et il y a cependant un peuple nĂ©cessiteux.
E-8 Ô PrĂ©cieux Seigneur, notre trĂšs Bienveillant et Divin PĂšre, Toi qui as ramenĂ© le Seigneur JĂ©sus d’entre les morts, et qui nous L’as prĂ©sentĂ© dans la puissance de rĂ©surrection du Saint-Esprit, vivant parmi nous ce soir, oeuvrant, confirmant Sa Parole, accomplissant les mĂȘmes choses qu’Il faisait quand Il Ă©tait ici sur terre, afin que nous ayons l’assurance bĂ©nie qu’Il est vivant et qu’Il n’est pas mort. Nous ne servons pas des credos, des credos morts; nous ne servons pas des dieux idoles ou plutĂŽt des dieux morts; mais notre Dieu est vivant pour toujours, Il vit parmi nous.
Oh! Combien nous sommes reconnaissants de savoir qu’en cette heure, oĂč les tĂ©nĂšbres couvrent la terre et l’obscuritĂ© les peuples, nous Te remercions du fait que nous avons ce Grand Rocher du salut, l’Ancre sĂ»re de l’ñme. En effet, nous sommes certains, nous n’avons pas Ă  faire des suppositions lĂ -dessus, notre Dieu qui nous a fait la promesse est vivant, et se rĂ©vĂšle vivant parmi nous, prĂȘt Ă  exaucer nos priĂšres et Ă  faire tout ce que nos coeurs dĂ©sirent, si cela se trouve dans Sa volontĂ© divine et dans Ses promesses.
E-9 Maintenant, Seigneur, nous voulons prier particuliĂšrement ce soir pour ceux qui sont malades et affligĂ©s, et pour ce cher et prĂ©cieux homme pour qui nous venons de prier Ă  l’hĂŽpital, qui est couchĂ© et sur le point de mourir. Mais quand nous lui avons imposĂ© les mains, nous avons vu la vie commencer Ă  revenir en lui. Nous croyons de tout notre coeur que cet homme vivra, parce que Tu nous as fait la promesse. Et nous avons offert notre service librement et de tout notre coeur, Seigneur, avec foi et croyant que Tu nous accorderas notre requĂȘte.
Maintenant, Seigneur, nous voulons Te demander ce soir de prendre le Saint-Esprit, de prendre la Parole, et de nous servir exactement selon notre besoin. Tu connais nos coeurs, ce dont nous avons besoin et notre état physique, tandis que nous avons levé nos mains pour différentes choses, et que nous Te prions de nous exaucer. Et puis, Seigneur, souviens-Toi de ceux qui sont convalescents dans les maisons, de ceux qui sont invalides et de ceux qui ne peuvent pas venir.
BĂ©nis donc notre rassemblement ici, et quand le service sera terminĂ© et que nous nous dirigerons vers nos domiciles respectifs, puissions-nous dire comme ceux qui revenaient d’EmmaĂŒs, qui L’avaient vu faire quelque chose aprĂšs Sa rĂ©surrection, exactement comme Il l’avait fait avant Sa crucifixion, et ils ont dit: «Notre coeur ne brĂ»lait-il pas au-dedans de nous, lorsqu’Il nous parlait en chemin?» Car nous le demandons en Son Nom et pour Sa gloire. Amen.
E-10 Maintenant, pour tirer un petit contexte ce soir, nous allons attirer votre attention sur un passage des Ecritures dans la Bible, dans le Livre d’Esaïe. Ouvrons dans Esaïe, le chapitre 21 d’Esaïe, et lisons le verset 11 d’Esaïe 21:
Oracle sur Duma. On me crie de SĂ©ir: Sentinelle, que dis-tu de la nuit? Sentinelle, que dis-tu de la nuit?
La sentinelle répond: Le matin vient, et la nuit aussi. Si vous voulez interroger, interrogez; convertissez-vous, et revenez.
E-11 C’était certainement une journĂ©e affreuse, qui Ă©tait peut-ĂȘtre chaude. Et tout avait Ă©tĂ© dans une grande confusion, et c’est comme si rien ne marchait; toute la ville Ă©tait frustrĂ©e. En effet, du haut de la tour les avertissements se multipliaient: «Un ennemi approche.» Mais la ville s’était complĂštement livrĂ©e au pĂ©chĂ© au point que les gens n’entendaient pas la voix de la sentinelle qui Ă©tait sur la tour.
Bien qu’il avait dit: «J’ai vu la poussiĂšre s’élever des roues de leurs chars, et je vois au soleil l’éclat de leurs armures et le scintillement des Ă©pĂ©es.» Mais les gens ne voulaient pas croire cela, parce qu’ils s’étaient entiĂšrement livrĂ©s au pĂ©chĂ©.
E-12 Et quand une ville est livrĂ©e au pĂ©chĂ© comme cela, les gens ne veulent rien entendre comme avertissement ou message embarrassant. Mais, malgrĂ© tout, la voix s’élevait, donnant avertissement aprĂšs avertissement. Et alors que le soir approchait, peut-ĂȘtre que les jeunes filles se rassemblaient autour du puits public Ă  la grande place de la ville afin de puiser l’eau pour le soir. En effet, c’était une habitude en ce temps-lĂ  que les demoiselles aillent au puits et puisent leur eau tĂŽt le matin et Ă  la fin de l’aprĂšs-midi, ce qui Ă©tait la provision pour la journĂ©e, et ensuite, la provision du soir et de la nuit, pour la cuisine et pour tout autre usage.
E-13 Et tandis que ces certaines demoiselles... Voici ce qu’était la scĂšne dans la rue: nous les voyons venir des diffĂ©rents coins de la ville. Et quand elles arrivent lĂ , nous les entendons ricaner un peu, puis dire: «Avez-vous entendu ce que ce fanatique sur la tour a dit aujourd’hui, cherchant Ă  nous entraĂźner dans quelque chose par la peur? Il essayait de nous avertir de l’approche d’un ennemi. Vous savez, il nous dit que nous devons nous repentir, et nous couvrir de sac et de cendre!»
Et elles disent: «Eh bien, nous n’accepterons ni de porter le sac, ni de nous couvrir le cendre, ni de nous repentir. En effet, nous ne croyons pas Ă  son message. Nous croyons que ce soir nous allons avoir une fĂȘte, et nous allons porter nos vĂȘtements les plus en vogue. Et pensez-vous que nous allons laisser un fanatique se tenir lĂ  pour nous dire comment nous devons nous habiller et ce que nous devons faire? Peu m’importe combien il parle, combien il multiplie les avertissements, je vais quand mĂȘme aller Ă  la fĂȘte.»
E-14 Et autant que je dĂ©teste le dire, ce temps-ci est un peu pareil Ă  ce temps-lĂ . Peu importe ce que vous dites aux gens, ils vont malgrĂ© tout faire ce qu’ils veulent. Ils sont impĂ©tueux et ils vont se plonger carrĂ©ment. Sans se soucier du nombre d’avertissements qui sont donnĂ©s concernant l’arrivĂ©e de l’ennemi ou la Venue du Seigneur, ils vont malgrĂ© tout continuer comme par le passĂ©; ils ont des idĂ©es arrĂȘtĂ©es. Ils sont fous de plaisirs, et ils vont faire tout simplement ce qu’ils veulent. Et si vous essayez de les corriger, vous ĂȘtes un fanatique. MalgrĂ© tout, la voix continue de crier! Dieu a une sentinelle sur Sa tour, qui ne manque pas de lancer l’avertissement.
Les jeunes gens Ă©taient lĂ  dans les–les cabarets. Et ils se passaient la boisson l’un Ă  l’autre, et disaient; «Jim, as-tu entendu aujourd’hui? Un ennemi approche (s’en moquant Ă©perdument, et se faisant des observations grossiĂšres). Nous sommes avisĂ©s. Nous avons dans ce pays le meilleur systĂšme militaire, et aucun ennemi ne peut nous dĂ©ranger. Nos forteresses et nos murailles sont bien sĂ©curisĂ©es. Et–et ce fanatique lĂ -haut Ă  la tour, j’aurais souhaitĂ© qu’on l’îte de lĂ .»
Vous savez, cela n’est jamais bien reçu de dire la vĂ©ritĂ© parmi les gens qui dĂ©sirent vivre selon le goĂ»t de ce jour. Ils ne veulent pas croire la vĂ©ritĂ©. Mais la Bible dit: «Vous connaĂźtrez la vĂ©ritĂ©.» J’en suis si heureux. «Vous connaĂźtrez la vĂ©ritĂ©, et la vĂ©ritĂ© vous affranchira.» Maintenant, vous pouvez ĂȘtre un prisonnier, soit vous pouvez ĂȘtre un–un prisonnier qui rejette la vĂ©ritĂ©, soit vous pouvez connaĂźtre la vĂ©ritĂ© et ĂȘtre libre.
E-15 Et alors que la nuit approche, je peux donc voir ici que, lorsque les ombres du soir commencent Ă  tomber et que les travaux de routine de la journĂ©e sont terminĂ©s, alors les gens se rassemblent tous dans un certain coin oĂč ils vont avoir ce bal ou cette fĂȘte. Et c’était tout ce qui les intĂ©ressait. Et c’est tout ce qui intĂ©resse beaucoup de gens aujourd’hui.
Et j’imagine que cette sentinelle avait un petit groupe qui la croyait et qui Ă©tait sorti de lĂ . Je suis si heureux ce soir que nous ayons encore une vraie sentinelle qui prĂ©pare un groupe Ă  sortir d’ici un de ces jours, car la dĂ©solation est sur le point d’arriver. Il se prĂ©pare, car la dĂ©solation approche. Et les fidĂšles sentinelles qui veillent sur l’hĂ©ritage des brebis de Dieu les avertissent, disant: «PrĂ©parez-vous pour la fuite, car un temps vient oĂč nul n’échappera.»
E-16 Vous ne pourrez pas Ă©chapper aux bombes Ă  hydrogĂšne et Ă  oxygĂšne, quand elles frapperont cette nation. Il n’y a qu’un seul moyen d’échapper, c’est d’ĂȘtre carrĂ©ment en dehors de cela. Il n’y a qu’une seule chose qui peut vous faire sortir, c’est la puissance de rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ; elle nous fait sortir de cela, elle nous fait monter, elle nous amĂšne lĂ  oĂč nous ne pouvons ni entendre ni voir cela.
Et peut-ĂȘtre que le bal a bien commencĂ©, et les jeunes filles se sont mises Ă  danser avec les hommes, et–et les femmes mariĂ©es avec les maris d’autres femmes, et vice versa. Et on servait de la boisson, et ils passaient tous un–un bon moment. Et puis, peut-ĂȘtre qu’une sorte d’humoriste d’Hollywood moderne, ou qu’un imitateur de tĂ©lĂ©vision s’est levĂ© et s’est mis Ă  dĂ©biter une espĂšce de plaisanterie au sujet de l’homme qui se tenait sur la tour. «Avez-vous entendu cela aujourd’hui?»
E-17 Eh bien, les gens disent simplement la mĂȘme chose aujourd’hui; il n’y a aucune diffĂ©rence. Le diable retire toujours son homme, mais jamais l’esprit; ce dernier continue Ă  vivre sur un autre homme. Dieu retire Son homme, mais jamais l’Esprit; cet Esprit descend et vit sur quelqu’un d’autre. Ainsi, les mĂȘmes esprits existent encore aujourd’hui. Nous ne sommes pas aveugles Ă  ces choses. Et ce serait une bonne chose, si nous Ă©coutions la voix de Celui qui se tient Ă  la tour, le Saint-Esprit, qui nous avertit: «Fuyez la colĂšre Ă  venir. PrĂ©parez-vous, car l’heure approche.»
Et en plein milieu de la fĂȘte, comme Ă  la grande beuverie du roi Nebucadnetsar, nous voyons que lorsqu’ils sont... Les imitateurs continuaient Ă  faire des plaisanteries, avec ceux qui sont Ă©pris de plaisirs et ne prennent pas la vie au sĂ©rieux, tout Ă  coup les gardes furent abattus Ă  la porte. Et les soldats ont fait irruption, des gens armĂ©s de lances, d’arcs, de frondes, d’épĂ©es; des chars roulaient dans la ville et jusque dans la salle de danse. Et les jeunes femmes furent violĂ©es; les femmes enceintes furent... Et ils ont pariĂ© sur le sexe de l’enfant, et ils ont Ă©ventrĂ© ces femmes encore vivantes, et ils ont fait Ă©clater la tĂȘte des bĂ©bĂ©s contre les murs. Et les hommes furent massacrĂ©s au milieu d’elles, et c’était tout. C’est parce qu’ils n’avaient pas reconnu ni pris garde Ă  la voix de la sentinelle.
Dieu a dit dans la Bible: «Prenez garde au troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis sentinelles. Rassurez-vous que les brebis sont nourries avec de la bonne nourriture, en les préparant pour la Venue du Seigneur.»
E-18 Oh! Comme c’était triste quand ce grand cri de minuit a retenti, et c’était terminĂ©. Cela me rappelle une histoire que j’ai lue il y a quelques annĂ©es au sujet d’un prospecteur en Arizona. Il Ă©tait de ces gens qui recherchaient l’or, et il voulait devenir riche d’un seul coup. Il est donc allĂ© dans le dĂ©sert faire des prospections. Pendant qu’il faisait des prospections, poursuit l’histoire, il–il a dĂ©couvert un important gisement de pĂ©pites, et juste en une nuit, il devint un multimillionnaire avec des sacs plein d’or. Et il a chargĂ© son Ăąne, et lui et son Ăąne, ainsi que son fidĂšle chien ont pris le chemin du retour vers la ville; la sueur coulait de son visage, ses yeux brillaient, il Ă©tait en route pour passer de beaux moments le reste de sa vie.
Alors, quand il a approchĂ© de sa destination, on raconte qu’il y avait une vieille cabane abandonnĂ©e. Et il est entrĂ© dans cette cabane et a dĂ©posĂ© l’argent sur la table Ă  cĂŽtĂ© d’une petite chandelle Ă  graisse, et il contemplait les pĂ©pites. Il ne se doutait pas qu’il y avait des yeux qui l’épiaient. Et au moment oĂč il s’est Ă©tendu et s’est endormi... Quand il Ă©tait sur le point de s’endormir, le fidĂšle vieux chien s’est mis Ă  aboyer.
Et il Ă©tait couchĂ© sur son oreiller, se disant: «Oh! demain je vais Ă©changer ces pĂ©pites contre de l’argent. Et je vais acheter de grosses voitures, et je vais boire du whisky de qualitĂ©. Je vais faire toutes ces choses, et passer de beaux moments, et puis, je vais aller Ă  chaque soirĂ©e dansante», et tout ce qu’il voudrait faire, tels Ă©taient ses rĂȘves.
E-19 Et son chien a continuĂ© Ă  aboyer et Ă  aboyer. Il s’est dirigĂ© vers la porte, il l’a ouverte, et il lui a dit: «Tais-toi!» Et le chien a gĂ©mi; il Ă©tait attachĂ© Ă  une laisse, et il essayait d’avertir son maĂźtre. Mais ce dernier est rentrĂ© se coucher sur son lit. Et de nouveau le chien s’est remis Ă  aboyer.
Et il l’a interpellĂ© Ă  maintes reprises, disant: «Tais-toi! Je ne veux pas t’entendre! Ce soir j’aimerais faire un beau rĂȘve de beaux moments que j’aurai demain aprĂšs la vente de mon or.»
Et finalement, le chien a encore aboyĂ©. Il s’est fĂąchĂ©. Il a Ă©tendu le bras au coin et a pris sa carabine Ă  double canon, il s’est dirigĂ© vers la porte avec les deux chiens de la carabine relevĂ©s, et il a abattu le chien. Il a dit: «VoilĂ  qui va s’occuper de toi. De toute façon, je n’aurai plus besoin de toi.» Il a posĂ© la carabine, il s’est couchĂ© sur le lit, et il a croisĂ© les mains en faisant son rĂȘve, puis il s’est endormi.
E-20 Juste peu aprĂšs, la porte s’est ouverte facilement. Quelqu’un s’est glissĂ© dans la piĂšce, et lui a plantĂ© un–un poignard dans la poitrine, puis il prit l’or et s’en alla avec. Oh! qu’avait-il fait? Il avait tuĂ© la voix qui l’avertissait. Que cela ne soit pas notre position.
Oh! cette Voix du Saint-Esprit qui avertit l’Eglise jour aprĂšs jour, alors que nous voyons le Seigneur approcher, ne faisons pas taire cette Voix en l’ignorant et en la rejetant. Mais prenons plutĂŽt garde Ă  l’avertissement qu’Elle nous donne. Dieu a Ă©tabli des sentinelles sur Son hĂ©ritage.
E-21 Je peux me souvenir du 16 aoĂ»t 1933, Ă  14 heures, je veux dire, le 16 juin Ă  14 heures. Je venais d’ĂȘtre ordonnĂ© ministre de l’Eglise Baptiste Missionnaire, et je tenais mon premier rĂ©veil auquel assistaient trois mille personnes et quelques. Et alors, cet aprĂšs-midi-lĂ , je baptisais cinq cents convertis sur la–la rive de la riviĂšre, au bas de la rue Spring, Ă  Jeffersonville, dans l’Indiana, oĂč je vivais. Et le photographe du journal Ă©tait lĂ , ainsi que beaucoup de croyants de l’église; il y avait environ sept ou huit mille personnes sur la rive.
Je suis entrĂ© dans l’eau, et les gens... Le choeur chantait ce vieux et merveilleux cantique de l’église:
Sur les rives orageuses du Jourdain je me tiens,
Et je regarde avec nostalgie,
Le beau et heureux pays de Canaan
OĂč se trouve ma possession.
E-22 La dix-septiĂšme ou la dix-huitiĂšme personne (Les diacres et les administrateurs conduisaient les gens dans l’eau) Ă©tait un jeune homme du nom de Colvin. Les cieux Ă©taient complĂštement d’airain. Le maĂŻs Ă©tait complĂštement dessĂ©chĂ©; nous n’avions pas eu de pluie depuis trois semaines ou plus. Oh! les cultures Ă©taient en souffrance. Et le ciel Ă©tait comme d’airain.
Et j’ai pris ce jeune et je lui ai dit: «Crois-tu au Seigneur JĂ©sus, et L’as-Tu acceptĂ© comme ton Sauveur personnel?»
Il a dit: «Oui, FrÚre Branham.»
J’ai dit: «Je t’ai vu Ă  l’autel l’autre soir. Maintenant, es-tu sĂ»r de ceci, jeune homme?»
Il a dit: «J’en suis sĂ»r.»
Ainsi donc, je l’ai pris par la main et je lui ai fait tourner la face vers le rivage, et j’ai prononcĂ© son nom, et j’ai demandĂ© Ă  Dieu de bĂ©nir sa vie. Et j’étais sur le point de le baptiser, quand j’ai entendu quelque chose dire: «LĂšve les yeux!» Eh bien, j’ai eu peur. Je pensais que c’était quelqu’un sur le rivage, qui disait... Je n’étais qu’un jeune prĂ©dicateur. Je n’étais pas encore mariĂ©; celle qui allait devenir mon Ă©pouse prenait des photos sur le rivage, c’est-Ă -dire la mĂšre de mon fils Billy.
E-23 Et j’ai encore entendu cela. Et jusqu’à la troisiĂšme fois, cela a dit: «LĂšve les yeux!» Et quand j’ai levĂ© les yeux vers le ciel, sur une surface d’environ dix pieds carrĂ© [3,4 mÂČ], c’était comme si l’eau tourbillonnait sous le ciel bleu. Et de cette eau bleue est venue une LumiĂšre provenant du ciel. Les gens se sont mis Ă  crier et plusieurs se sont Ă©vanouis.
Et la Voix a dit: «De mĂȘme que Jean-Baptiste fut envoyĂ© pour prĂ©venir les gens de la PremiĂšre Venue de Christ, ton ministĂšre prĂ©viendra les gens de la Seconde Venue dans le monde.»
Et immĂ©diatement aprĂšs cela, Ă©videmment l’article a paru dans la Presse AssociĂ©e, jusqu’au Canada et partout. Et cela s’est accompli. De ce rĂ©veil sont venus Oral Robert et tous les autres. Et le rĂ©veil a balayĂ© le monde entier et continue son cours.
Par consĂ©quent, j’estime aujourd’hui que le Glorieux Saint-Esprit est la mĂȘme sentinelle qui Ă©tait Ă  la tour au commencement. Il est encore la voix qui avertit, disant: «PrĂ©pare-toi Ă  rencontrer ton Dieu.» Chaque fois que vous voyez un cheveu gris, c’est un signe que vous devez rencontrer Dieu. Chaque fois que vous entendez une ambulance descendre la rue, c’est un signe que vous devez rencontrer Dieu. Chaque fois que vous passez un cimetiĂšre, c’est un signe que vous devez rencontrer Dieu. Un jour vous devez Le rencontrer. PrĂ©parez-vous maintenant, car l’heure approche.
E-24 La sentinelle... Ce qu’il... quels Ă©taient les devoirs de la sentinelle dans l’Ancien Testament? La sentinelle c’était l’homme qui montait Ă  la tour de la ville, tout en haut. Il Ă©tait plus haut que tous les fantassins, parce que c’était lĂ  sa position. Eh bien, pour que cet homme monte lĂ -haut, il devait avoir un bon discernement, un discernement clair; et il devait avoir de bons yeux. Il devait ĂȘtre vigilant; il devait avoir la connaissance des Ă©toiles. Et il devait avoir plusieurs qualifications avant de pouvoir ĂȘtre la sentinelle convenable.
Je crains qu’aujourd’hui nous n’ayons placĂ© lĂ  des sentinelles qui ne peuvent pas voir trĂšs loin, oh! qui ne sont pas en mesure d’apercevoir tout ce dĂ©sastre qui arrive pour alerter les gens. Et puis, une sentinelle qui n’est pas qualifiĂ©e ferait aussitĂŽt dĂ©truire la ville, parce que la vie de toute la ville dĂ©pendait de la sentinelle. La sentinelle de Dieu, tout comme Son...
E-25 Dans la Bible, Ses prophĂštes Ă©taient considĂ©rĂ©s comme des aigles. L’aigle, la maniĂšre dont il... Il est capable de monter plus haut que tout autre oiseau. Si un faucon essayait de suivre un aigle, il se dĂ©sintĂ©grerait tout simplement dans l’air. Il ne pourra jamais parvenir lĂ , parce que l’aigle est un oiseau qui a Ă©tĂ© constituĂ© spĂ©cialement dans ce but-lĂ . Si ce n’était pas le cas, en montant, il perdrait ses plumes. Avez-vous dĂ©jĂ  essayĂ© d’arracher les plumes des ailes d’un aigle? Oh! Ce sont de grandes plumes rĂ©sistantes, car ils portent leurs petits sur ces plumes, et ils doivent voler trĂšs haut. Et ils vont... Cela...
E-26 Quel bien ça lui ferait-il de monter lĂ -haut, si ses yeux ne voient pas trĂšs loin? C’est ce que je pense aujourd’hui. Si nous instruisons nos ministres, Ă  quoi servirait leur instruction, s’ils n’ont pas une vue spirituelle pour voir au loin ce qui vient, et avertir du danger? C’est juste comme nourrir votre canari de riches vitamines pour qu’il ait des plumes solides aux ailes et tout, et ensuite, le garder dans une cage. A quoi bon le nourrir de vitamines? A quoi bon Ă©tudier un Dieu qui Ă©tait, s’Il n’est pas le mĂȘme aujourd’hui? A quoi bon Ă©tudier la Bible, si nous allons renier tout ce qui en fait la force? Nous devons ĂȘtre Ă©quipĂ©s pour cela.
E-27 Cet homme de la tour, il montait. Et alors, si quelque chose survenait, il Ă©tait censĂ© avertir les gens de l’approche de tout danger. Nous voyons que notre Seigneur JĂ©sus, quand Il Ă©tait ici sur terre, Il Ă©tait la grande Sentinelle de l’heure. Et nous voyons que pendant Son pĂšlerinage terrestre, Il parlait plus de Sa Seconde Venue que de son dĂ©part. Il a plus parlĂ© de Sa Seconde Venue, beaucoup plus qu’Il n’a parlĂ© de Son dĂ©part. MĂȘme Ă  l’ombre de la croix, Il ne cessait de parler de Sa Seconde Venue et d’avertir les gens de ce qui arriverait juste avant Sa Seconde Venue. Il Ă©tait la Sentinelle; Il Ă©tait le Chef des sentinelles.
Et alors, si nous voyons que c’était si important pour Lui (juste Ă  l’ombre de la croix) de mettre cela de cĂŽtĂ© pour parler de Sa Venue, quel genre de personnes devrions-nous ĂȘtre maintenant que nous voyons s’accomplir ces choses dont Il avait parlĂ©? Si cela Ă©tait si glorieux que mĂȘme Sa crucifixion, Ses souffrances et tout qui avaient tant de signification... cependant Sa Seconde Venue Ă©tait de loin plus importante qu’Il n’a pas fait cas de Sa crucifixion et qu’Il a averti les gens de Sa Venue.
E-28 Ecoutons certaines choses qu’Il a dites; Il a dit: «Ce qui arriva du temps de NoĂ© arrivera pareillement Ă  la Venue du Fils de l’homme.» Il a dit: «Car dans les jours qui prĂ©cĂ©dĂšrent le dĂ©luge, les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient, donnaient en mariage, et ils ne se doutĂšrent de rien jusqu’au jour oĂč NoĂ© entra dans l’arche, et le monde entier fut dĂ©truit.»
«Ils ne se doutĂšrent de rien...» Pourquoi ne se doutaient-ils de rien? C’est parce qu’ils n’avaient pas Ă©coutĂ© la voix d’avertissement de NoĂ© qu’ils traitaient de fanatique, parce qu’il avait un vĂ©ritable message de Dieu. C’était surnaturel. Il n’avait jamais plu; Dieu arrosait la vĂ©gĂ©tation Ă  partir de la terre. Mais NoĂ© a dit: «La pluie va tomber, et tout ce qui ne sera pas dans cette arche va pĂ©rir.» Il se tint Ă  l’entrĂ©e de l’arche et proclama le message de la destruction, et on rit de lui, on se moqua de lui, on le tourna en dĂ©rision.
Aujourd’hui le vĂ©ritable messager de l’alliance se tient Ă  la Porte; en effet, JĂ©sus est la Porte du salut, et la seule Porte... et il dĂ©clare que JĂ©sus est la seule voie pour s’échapper, juste avant le jugement. Et les gens avaient dit...
E-29 En ce temps-lĂ  il y avait des moqueurs, et il y aura des moqueurs aujourd’hui. Comme ces gens Ă©taient Ă©pris de plaisirs! Vous voyez comment est le monde aujourd’hui; Ă©pris de plaisirs. Il a dit qu’il y aurait... La mer mugirait. ConsidĂ©rez cela aujourd’hui: des raz-de-marĂ©e dont on n’a jamais entendu parler auparavant dans l’histoire. Voici qu’ils s’abattent sur les rivages et tuent des gens. Des tremblements de terre en divers lieux... Je n’ai pas les statistiques exactes, mais je ne me rappelle pas le nombre de tremblements de terre qui sont survenus, aprĂšs un certain nombre d’heures, il y a tant de tremblements de terre Ă  travers le monde. Cela se produit tout le temps, parce que la petite Ă©corce sur laquelle nous vivons s’amenuise continuellement.
E-30 Et les hommes continuent bonnement leur vie, disant: «L’enfer n’existe pas.» Ils regardent Dieu en face et ils renient qu’il existe un enfer, alors qu’ils sont assis sur le chaudron de l’enfer. ... Les irruptions volcaniques... Et la terre est complĂštement de travers... La science dĂ©clare que la terre... dans la mer, la mer devient moins profonde; au pole nord, elle devient plus profonde, parce que la terre s’étend. Oh! Elle est tout simplement prĂȘte pour ĂȘtre dĂ©livrĂ©e. Et les gens voient ces choses...
Et Il a dit que dans les derniers jours il y aurait des troubles, pas de paix, l’instabilitĂ©. Regardez aujourd’hui, chaque nation a une peur terrible. La radio et les Ă©crans de tĂ©lĂ©vision sont installĂ©s partout, je... du... je veux dire les Ă©crans de radars sont installĂ©s partout, surveillant le lancement d’un missile quelque part. Et au lancement du premier missile, il y aura une explosion partout, parce que chaque nation est prĂȘte. On ne peut plus ignorer les petites nations; en effet, elles possĂšdent la mĂȘme chose que les grandes nations. Et ce sont des hommes impies, et ce sont des nations impies. Et qu’arrivera-t-il...
E-31 Qu’arriverait-il si un missile Ă©tait lancĂ© par erreur? Il commencerait Ă  voler et paraĂźtrait sur l’un de ces Ă©crans de radars. FrĂšre, ils se mettraient tout simplement Ă  tirer des leviers, et des missiles voleraient. Avez-vous lu La Marche du Temps de Tommy Hicks? LĂ  oĂč il a mis cette photo de tous ces missiles disposĂ©s sur des kilomĂštres, prĂȘts, dirigĂ©s partout sur la terre. Les autres nations ont disposĂ© des missiles, dirigĂ©s partout sur la terre. Et l’un de ces jours, quelque chose va se passer, et ils vont tous les lancer au mĂȘme moment. Qu’arrivera-t-il? La terre ne pourra pas supporter cela. Sentinelle, que dis-tu de la nuit? Est-ce l’heure aujourd’hui... que dis-tu de la nuit? En voyant ces choses arriver...
E-32 Oh! Combien nous avons besoin d’un nouveau rĂ©veil aujourd’hui, un rĂ©veil pour un nouveau rĂ©veil! Mais nous ne pouvons pas en avoir un, parce que cette heure est dĂ©jĂ  passĂ©e. Les nations ont vraiment pĂ©chĂ©, et leur jour de grĂące est passĂ©. Je ne pense pas que nous aurons encore un grand rĂ©veil universel. Ça sera parmi les Juifs, mais il n’y en aura plus pour les Gentils; il n’y a pas d’Ecriture pour soutenir cela. Et plusieurs des choses que vous attendez impatiemment ont Ă©tĂ© promises aux Juifs aprĂšs que l’Eglise sera dĂ©jĂ  rentrĂ©e Ă  la Maison. Nous attendons donc la Venue du Messie Ă  tout moment. Nous ne savons pas exactement Ă  quel moment elle aura lieu; mais il nous incombe d’ĂȘtre prĂȘts et d’écouter la voix de l’avertissement. Oh! Combien je rends grĂąces Ă  Dieu pour Sa bontĂ© et Sa communion!
Oui, des phĂ©nomĂšnes terribles, la mer qui mugit, les hommes rendant l’ñme de terreur, des temps oĂč on ne sait que faire, la dĂ©tresse parmi les nations; toutes ces choses devaient arriver, et nous sommes en plein dedans.
Et Il a dit: «L’église sera emportĂ©e, enflĂ©e d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu (Regardez tout autour de vous), aimant le plaisir plus que Dieu, dĂ©loyale, calomniatrice, incontinente, ennemie des gens de bien. Des moqueurs...» Oh! Écoutez le Saint-Esprit parler du haut de la tour de gloire ce soir, Ă©mettant par la puissance rayonnante de la rĂ©surrection vers chaque coeur de croyant: Soyez prĂȘt, car l’heure est proche. «EmportĂ©, enflĂ©e d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu.»
E-33 Or, nous enseignons Ă  prĂ©sent ce que le monde sera: une paix instable, une nation s’élĂšvera contre une autre nation, un royaume contre un autre royaume. Toutes ces choses devaient arriver dans le monde, et nous les voyons. Des gens Ă©pris de plaisirs, des gens qui n’aiment pas Dieu, qui aiment le plaisir plus que Dieu, et cependant ils ont une forme de piĂ©tĂ©, mais renient ce qui en fait la force; Ă©loignez-vous de tels gens! Une forme de religion, nous nous disons une nation croyante, ayant une forme de piĂ©tĂ©, mais nous renions ce qui en fait la force. «Ce qui en fait la force», quoi donc? La puissance de Dieu! Qu’est-ce que la puissance de Dieu? C’est la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ, montrant que Dieu L’a fait sortir de la tombe, et qu’Il Le prĂ©sente comme Ă©tant vivant ce soir parmi nous. La puissance de Dieu, certainement...
E-34 Or, Il a dit Ă  l’église: «Vous recevrez un avertissement. Ce qui arriva du temps de Sodome (du temps de Sodome et Gomorrhe) arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.»
Il a dit qu’une certaine chose arriverait juste avant la Venue du Fils de Dieu, comme cela arriva avec Abraham lĂ -haut, et en bas avec Lot: ces ministres sont descendus lĂ  et ont prĂȘchĂ© la repentance Ă  Lot. Et Lot a essayĂ© d’amener ses enfants Ă  se repentir, ainsi que ceux qui lui Ă©taient chers, mais ils se sont moquĂ©s de lui et l’ont tournĂ© en dĂ©rision.
«Eh bien, Lot, tu disais que tous les jours des miracles sont passĂ©s, et voici que tu viens dire aujourd’hui que nous ferions mieux de fuir la ville.» Ils se sont moquĂ©s de lui, comme si c’était quelqu’un qui leur racontait des balivernes.
C’est ce qu’il en est aujourd’hui. Je ne suis pas d’accord avec frĂšre David quand il a dit que l’église–l’église formaliste connaĂźtrait de nouveau un rĂ©veil. Pas du tout. Les gens ne supporteront jamais cela. Non. Vous pourriez placer un prĂ©dicateur comme prĂ©sident dans chaque comtĂ© de ce pays, et les gens iront tĂȘte baissĂ©e juste comme ils veulent y aller. Ils ne voudront pas du tout Ă©couter cela. Vous ne pouvez pas...
E-35 Ma mĂšre citait souvent un vieux proverbe du Sud: vous pouvez mener une mule Ă  l’eau, mais vous ne pouvez pas la faire boire. Tout le monde... Une mule, c’est l’animal le plus dĂ©shonorable que je connaisse. La mule est l’un des ĂȘtres les plus tĂȘtus et les plus ignorants que j’aie jamais vus. Et vous pouvez l’appeler, et elle se tiendra tout simplement lĂ , vous regardant fixement. Et si vous lui dites: «Approche, mon gars», et elle va dresser ces grandes oreilles et regarder tout simplement. Parlez-lui et dites-lui la vĂ©ritĂ©, elle attendra jusqu’à ce qu’elle aura une occasion, mĂȘme si elle est mourante, de vous assĂ©ner un coup de sabot. C’est juste. Elle–elle n’a tout simplement pas de bon sens. Et il en est de mĂȘme du bon nombre de gens aujourd’hui. Vous pouvez leur parler de la Venue du Seigneur, ils dresseront leurs oreilles et vous regarderont fixement, ne comprenant pas tout autant qu’une mule de quoi vous parlez. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©.
Savez-vous pourquoi la mule ne peut pas comprendre? Elle n’est pas un pur-sang. Dieu n’a jamais crĂ©Ă© la mule; c’était une erreur de l’homme. L’homme a croisĂ© deux espĂšces. Et la mule ne peut pas se reproduire et donner une autre mule. Il faut la jument ou... avec le–avec le petit Ăąne pour produire cela. Et la mule ne peut pas se reproduire; elle est fichue. Elle ne connaĂźt pas sa race; elle ne sait pas oĂč elle... Elle ne connaĂźt ni son papa ni sa maman.
E-36 C’est ce qu’il en est d’un bon nombre des gens qui se disent chrĂ©tiens aujourd’hui. Ils ne sont pas des pur-sang; ils ne savent pas ce que cela signifie. Ils vont Ă  l’église, mais ils ne savent pas qui est leur papa et qui est leur maman. Je vous assure, c’est vraiment agrĂ©able d’avoir un trĂšs bon cheval pur-sang. Il est gentil, il est aimable, il s’approche et se frotte Ă  vous et tout. Et un vĂ©ritable chrĂ©tien pur-sang, nĂ© du Saint-Esprit, sait de quoi il parle. Il sait qui est Papa et qui est maman; il sait qu’il est nĂ© du Saint-Esprit; il sait ce qu’il faut faire. Vous pouvez lui parler; il a le bon sens pour Ă©couter.
L’autre dresse ses oreilles, et fait: «Hi-han. Les jours des miracles sont passĂ©s. Hi-han. La guĂ©rison divine n’existe pas.» Elle continue Ă  braire. C’est juste. Mais le cheval comprend.
E-37 Eh bien, c’est le jour dans lequel nous vivons. Et, sentinelle, que dis-tu de la nuit? Elle a dit qu’il viendrait un temps oĂč ce serait comme Ă  Sodome et Gomorrhe. Eh bien, EsaĂŻe n’était pas en erreur. EsaĂŻe Ă©tait en accord avec Dieu quand il a dit: «La nuit vient et... Le matin vient et la nuit aussi.» Le matin vient, mais la nuit vient aussi. Eh bien, nous le savons tous Ă  partir–à partir de ce qui se passe quand le soleil quitte la terre. Il laisse la lune prendre la relĂšve. La lune brille en l’absence du soleil; en effet, la lumiĂšre Ă  laquelle nous marchons c’est la lumiĂšre du soleil qui est reflĂ©tĂ©e par la lune.
Or, c’est ce que l’Eglise est censĂ©e faire: reflĂ©ter la PrĂ©sence de Dieu pendant l’absence du Fils. Ensuite, quand le soleil apparaĂźt, la lune disparaĂźt. Mais juste avant le lever du jour, avez-vous dĂ©jĂ  fait attention? La lune devient trĂšs pĂąle, puis elle disparaĂźt. Et je vous assure, l’église est dĂ©jĂ  devenue pĂąle; elle est anĂ©mique. Elle s’est Ă©loignĂ©e du sang, elle s’est Ă©loignĂ©e du salut, du Saint-Esprit et de l’enseignement de la Parole, et elle est devenue anĂ©mique.
E-38 Elle disparaĂźt, ensuite qu’arrive-t-il? Le soleil approche, alors le moment le plus sombre de la nuit, c’est juste avant l’aube. La science dĂ©clare que c’est la nuit, le soleil qui approche, faisant pression, avançant, faisant pression, condensant la nuit. En effet, celle-ci sait qu’il ne lui reste qu’un peu de temps, et le jour va se lever. Et juste avant que le jour se lĂšve, qu’est-ce qui apparaĂźt? L’étoile du matin. Que reprĂ©sente l’étoile du matin? Elle se tient seule; elle est la sentinelle de Dieu. Elle se tient seule Ă  la tour. Les autres Ă©toiles ont disparu; la lune s’en est allĂ©e. Et juste avant le lever du jour, le soleil commence Ă  briller sur cette Ă©toile du matin, et celle-ci reflĂšte la vĂ©ritable lumiĂšre du vĂ©ritable soleil qui est sur le point de briller.
E-39 Qu’est-ce? L’étoile du matin, l’Eglise du Dieu vivant aujourd’hui, la sentinelle Ă  la tour qui avertit les nations et les gens. Elle se tient seule; un homme qui prend position pour Dieu se tient seul. Mais, que fait-il? Il reflĂšte la mĂȘme LumiĂšre du Fils qui est mort il y a des annĂ©es et qui ressuscite de nouveau. Quel est le ministĂšre de cette vĂ©ritable Eglise? Le ministĂšre de cette Eglise sera le ministĂšre du Fils, parce que c’est le reflet de la mĂȘme Puissance du Fils, et la mĂȘme lumiĂšre du Fils, que le monde reconnaĂźtra quand le Fils se lĂšvera, par Son apparence. Oh! Pour une Ă©glise aujourd’hui. Quelqu’un qui se tiendra lĂ  Ă  la tour. «Sentinelle, que dis-tu de la nuit?»
«L’étoile du matin brille.» Elle est prĂȘte pour reflĂ©ter la lumiĂšre que le soleil fait briller sur l’étoile. Eh bien, il ne s’agit pas de l’église; il ne s’agit pas de la personne. Il s’agit du soleil qui se reflĂšte sur l’étoile, et celle-ci reflĂšte la lumiĂšre du soleil sur la terre. Maintenant, ce n’est pas l’Eglise, c’est le Saint-Esprit, la Venue du Fils de Dieu qui se reflĂšte dans l’Eglise, qui confirme Sa Puissance. Il fait exactement la mĂȘme chose. Le mĂȘme ministĂšre qu’Il a accompli quand Il quittait la terre, Il est ici ce soir faisant la mĂȘme chose, reflĂ©tant Sa Venue! ReflĂ©tant quoi? Pas la pĂąleur de la lune, mais reflĂ©tant les mĂȘmes miracles. Que se passe-t-il? Pas la lune, l’étoile–l’étoile du matin salue la venue du soleil.
E-40 Oh! Vous Ă©toiles du matin, levez-vous et brillez! C’est le moment de briller (la Venue du Seigneur est proche), reflĂ©tant Sa PrĂ©sence, reflĂ©tant le Fils qui approche, manifestant les mĂȘmes signes, JĂ©sus a dit que c’était... «Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme».
Le mĂȘme ministĂšre qu’avait le Fils lorsqu’Il s’en est allĂ© (la mĂȘme LumiĂšre lorsqu’Il s’en est allĂ©) revient dans la puissance de la rĂ©surrection, et l’Etoile du matin reflĂšte cette LumiĂšre. Alors, nous crions: «Sentinelle, que dis-Tu de la nuit?» AllĂ©luia!
«Le matin vient, et la nuit aussi.» Nous sommes maintenant dans une pĂ©riode sombre, l’ñge de l’Eglise de LaodicĂ©e: l’homme, avec sa tiĂ©deur n’est plus en mesure de supporter les choses de Dieu. Les gens se retirent, ils se sĂ©parent, comme il en Ă©tait du temps de NoĂ©. Mais l’Etoile du matin continue malgrĂ© tout Ă  briller sur les gens. La Puissance de Dieu, le Saint-Esprit...
E-41 JĂ©sus a dit: «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais. Vous en ferez de plus grandes, car Je m’en vais au PĂšre.» Il a promis la puissance. Il a dit: «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus (il fera sombre); mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, et mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde.»
Alors la LumiÚre de Dieu se reflétera dans Son Eglise, Elle sera plus puissante que jamais, juste avant la Venue du Seigneur Jésus. «Sentinelle, que dis-tu de la nuit?», alors que la Venue du Seigneur approche:
Les nations se disloquent, Israël se réveille.
Les signes que la Bible a prédits;
Les jours des Gentils sont comptĂ©s, encombrĂ©s d’horreurs.
«Retourne, Î dispersée, chez toi.»
Fonde tes espoirs sur des choses Ă©ternelles,
Qui ne passeront jamais.
Ne convoite pas les richesses vaines de ce monde Qui périssent si rapidement,
Fonde tes espoirs sur les choses Ă©ternelles,
Qui ne passeront jamais.
Tiens l’immuable main de Dieu.
Si tes amis de ce monde t’abandonnent,
Attache-toi encore davantage Ă  Lui.
E-42 Nous vivons dans les derniers jours. Ce message que le Seigneur m’a donnĂ© Ă  la riviĂšre Ă  rĂ©pandre dans le monde, Il L’a prĂ©cĂ©dĂ© en le plaçant dans chaque journal de la Presse AssociĂ©e: «Une LumiĂšre mystique apparaĂźt au-dessus d’un ministre. Une voix parle depuis la LumiĂšre.» Et maintenant, tandis qu’à travers le monde, des signes se sont succĂ©dĂ©, des prodiges se sont succĂ©dĂ©, pas une seule fois cela n’a failli. C’est arrivĂ© parfaitement des milliers de fois, des dizaines de milliers de fois, de centaines de milliers de fois, sans que cela ne faillisse une seule fois quelque part. Le monde scientifique en a pris la photo. Qu’est-ce? C’est une grande Colonne de Feu. Quelle Colonne de Feu? Celle qui conduisit les enfants d’IsraĂ«l Ă  travers le dĂ©sert.
E-43 Eh bien, si quelque chose a une nature, cela manifestera sa nature dans la personne. Or, quand cette Colonne de Feu fut faite chair et habita parmi nous, quand Dieu fut fait chair dans Son Fils, Christ JĂ©sus, nous savons tous qu’Il Ă©tait Dieu. Maintenant, remarquez, quand Il Ă©tait ici sur terre, considĂ©rez le ministĂšre qu’Il avait quand Il allait çà et lĂ .
Eh bien, les gens Lui ont dit: «Oh! Tu veux nous dire qu’Abraham a vu Ton jour? Et Tu n’as pas encore cinquante ans, et Tu as vu Abraham?»
Il a dit: «Avant qu’Abraham fĂ»t, Je suis.» Qui Ă©tait le JE SUIS? C’était la Colonne de Feu qui conduisit les enfants d’IsraĂ«l, qui Ă©tait dans le buisson ardent et qui parlait Ă  MoĂŻse. Oui, «avant qu’Abraham fĂ»t, JE SUIS.»
E-44 Maintenant, considĂ©rez les oeuvres qu’Il a faites. Eh bien, Il a dit: «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, et mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde. Et vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.»
Le monde, l’église, la–la soi-disant Ă©glise, et le monde extĂ©rieur, eux ne verront pas cela. Ils disent: «Il n’en est rien. Ne croyez pas ces genres d’histoires. Le baptĂȘme du Saint-Esprit n’existe pas; le parler en langues n’existe pas; les dons de prophĂ©tie n’existent pas, toutes ces guĂ©risons divines n’existent pas. C’est du non-sens, ce n’est pas vrai.»
Mais Dieu a promis que dans les derniers jours, Il dĂ©verserait la pluie de la premiĂšre et de l’arriĂšre-saison sur Son Eglise. Les jours des prophĂštes, les jours des apĂŽtres, Il a dĂ©versĂ© la pluie de la premiĂšre et de l’arriĂšre-saison dans les derniers jours. Et nous les avons eues! Le Seigneur est ici, montrant trĂšs exactement ce que JĂ©sus avait annoncĂ© avant Sa Venue. Dans les derniers jours, ces choses arriveraient.
Eh bien, nous le savons. Nous en sommes conscients; nous vivons en cette heure oĂč le Seigneur approche. Nous voyons Ses signes partout.
E-45 Et quand Dieu est descendu et qu’Il fut fait chair, Il a habitĂ© parmi nous... Vous direz: «Eh bien, aprĂšs qu’Il–qu’Il eut Ă©tĂ© ici sur terre?»
Il a dit: «Je viens de Dieu et Je retourne Ă  Dieu.» Combien savent qu’Il a dit cela? Certainement. Il a dit: «Je viens de Dieu et Je retourne Ă  Dieu.»
AprĂšs la mort, l’ensevelissement et la rĂ©surrection de JĂ©sus, Paul Ă©tait en route pour Damas, et une grande LumiĂšre, la Colonne de Feu, l’a rencontrĂ© sur la route, et l’a rendu aveugle. Et il tomba par terre, et il entendit une Voix dire: «Saul, Saul, pourquoi Me persĂ©cutes-tu?»
Il a dit: «Qui es-Tu, Seigneur?»
La Voix a dit: «Je suis JĂ©sus.» Amen. Une Colonne de Feu! Et ici aujourd’hui... Ce n’est pas parce que Cela a Ă©tĂ© photographiĂ© avec moi; ce n’est pas parce que Cela a mĂȘme Ă©tĂ© photographiĂ© une fois Ă  cette chaire, ce n’est pas parce que cela a Ă©tĂ© photographiĂ© ni parce que le monde scientifique le sait, mais l’Eglise le sait: cette Colonne de Feu est avec l’Eglise aujourd’hui. Si c’est la mĂȘme Colonne de Feu, alors Elle accomplira les mĂȘmes oeuvres qu’Il accomplissait pendant qu’Il Ă©tait ici sur terre. Et quand Il Ă©tait ici, Il a dit: «Je ne fais rien avant que le... Je ne le voie premiĂšrement faire au PĂšre.» Est-ce juste?
E-46 Il a dit Ă  Philippe oĂč il Ă©tait, sous le fi... le figuier. Il a dit Ă  Pierre son nom. Il a rĂ©vĂ©lĂ© Ă  la femme au puits ses pĂ©chĂ©s; Il a rĂ©vĂ©lĂ© toutes ces diffĂ©rentes choses. La femme qui a touchĂ© Son vĂȘtement; Il a perçu qu’elle avait la foi et lui a dit que sa maladie Ă©tait guĂ©rie. Ce mĂȘme JĂ©sus, ce mĂȘme Dieu... GrĂące aux dĂ©monstrations scientifiques, nous avons cela ici sur la photo qui est exposĂ©e Ă  Washington DC, dans la salle des arts religieux: la seule photo scientifique qui ait jamais Ă©tĂ© prise d’un Etre surnaturel. Amen!
OĂč se trouve Cela? Parmi les pentecĂŽtistes. Que fait Cela? Cela identifie l’Eglise d’Abraham, c’est vers cette Eglise que Cela va; les autres ne veulent pas recevoir Cela. Qu’est-ce? «Sentinelle, que dis-tu de la nuit?» Si c’est la mĂȘme LumiĂšre, Elle manifestera la mĂȘme Ecriture; Elle manifestera les mĂȘmes signes; Elle manifestera la mĂȘme puissance. C’est le mĂȘme JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Et nous expĂ©rimentons cela, et nous nous demandons: «Sentinelle, que dis-tu de la nuit?» L’Etoile du matin brille sur nous.
E-47 Ne fondez pas vos espoirs sur les choses de ce monde. Eloignez vos pensĂ©es de ce... Vous dites tout simplement: «Eh bien, je crois que je vais tourner une nouvelle page, et aller adhĂ©rer Ă  l’église.» Ne faites pas cela; naissez de nouveau. Ne faites pas attention Ă  ce qui se passe, au nombre d’amis que vous perdez, Ă  ce que votre voisin dit de cela. Eh bien, de toute façon ils vont dire cela. Tout homme qui... «Tous ceux qui vivent pieusement en JĂ©sus-Christ seront persĂ©cutĂ©s.» Ne faites donc pas attention Ă  cela.
Continuez simplement et dites: «Ô Dieu, donne-moi le Saint-Esprit selon Tes conditions Ă  Toi, de la maniĂšre que Tu veux que je Le reçoive. DĂ©verse-Le sur moi; donne-moi la foi. Il me faut avoir la foi. Je veux croire Ă  la guĂ©rison divine; je veux croire dans la puissance de Dieu.» Et Il le fera.
E-48 Il y a quelque temps Ă  Londres, en Angleterre, j’étais avec un petit soldat anglais. Il me faisait faire un tour, me montrant les diffĂ©rentes choses et les diffĂ©rents sites lorsque nous Ă©tions en visite. Et alors, quand nous sommes allĂ©s Ă  un certain terrain... Je n’oublierai jamais cela. En Angleterre (dans les Ăźles britanniques), presque chaque petite portion de terre est pratiquement occupĂ©e par des maisons; la population est trĂšs importante. Et j’ai vu un bel endroit. Oh! Il y avait lĂ  peu de lotissements, juste une belle vallĂ©e verdoyante et pleine d’herbes, avec des arbres qui se dressaient lĂ . Et j’ai demandĂ©: «Monsieur, pourquoi ne construit-on pas des maisons ici?»
«Oh! a-t-il dit, RĂ©vĂ©rend Branham, on ne voudrait pas... Personne n’accepterait de construire une maison sur ce terrain.»
«Eh bien, ai-je dit, pourquoi?»
«Eh bien, a-t-il dit, il y a quelque deux cents ans, une terrible Ă©pidĂ©mie de la fiĂšvre bilieuse hĂ©moglobinurique avait frappĂ© cette contrĂ©e.» Et il a dit: «Les gens sont morts comme des mouches.» Et il a dit: «On les emportait dans des chariots, puis on revenait prendre le reste et on repartait. Et on n’avait mĂȘme pas le temps de les enterrer; on les dĂ©posait tout simplement dans cette vallĂ©e, on faisait une cĂ©rĂ©monie, puis on les recouvrait tout simplement. Et ç’a continuĂ© sans cesse, au point que des milliers de gens ont Ă©tĂ© dĂ©posĂ©s dans cette vallĂ©e et y ont Ă©tĂ© enterrĂ©s.» Il a dit: «On les a complĂštement recouverts, leurs corps ont complĂštement disparu. Mais cette fiĂšvre Ă©tait si terrible, a-t-il dit, qu’aucun anglais ne voudrait construire une maison sur ce terrain oĂč il y a eu cette histoire.»
Je me suis dit: «Oui, vous ĂȘtes trĂšs prudents quant Ă  l’endroit oĂč vous Ă©tablissez votre petite demeure terrestre ici. Mais pour ce qui est du salut, vous bĂątissez votre maison sur n’importe quelle sorte de vieux petit credo ou sur quoi que ce soit d’autre.»
Pourquoi ne... c’est mort, c’est mort depuis longtemps: «Ayant une forme de piĂ©tĂ© mais reniant ce qui en fait la force.» Pourquoi ne fondez-vous pas vos espoirs sur des choses Ă©ternelles? Elles ne passeront jamais! Fondez-les sur Christ, le Roc solide, sur lequel je me tiens; tout autre terrain n’est que sable mouvant. BĂątissez sur la Pierre vivante, pas sur quelque chose qui est mort et que Dieu a rejetĂ© il y a des annĂ©es. Fondez votre espoir sur quelque chose maintenant, oĂč Dieu est vivant maintenant.
E-49 Comme je l’ai prĂȘchĂ© il n’y a pas longtemps (je pense que la derniĂšre fois c’était ici) sur le retour de la reine de SĂ©ba, lĂ  dans ce grand pays oĂč elle se trouvait...
Eh bien, elle a dit: «Oh! Tous ces dieux que nous avons ici, on entend parler d’eux, mais aucun d’eux n’est vivant. Ils ne font rien. Nous apprenons que lĂ  en IsraĂ«l, ils ont lĂ  un Dieu qui vit carrĂ©ment dans un homme. Et cet homme a un puissant discernement, il est capable de rĂ©vĂ©ler les pensĂ©es du coeur; il a la sagesse et la puissance de Dieu. Et si ce Dieu-lĂ  est meilleur que le nĂŽtre, je veux avoir ce Dieu-lĂ , un Dieu qui est vivant!»
E-50 C’est ce qu’il en est de moi ce soir. Je veux avoir le Dieu qui vit aujourd’hui au temps prĂ©sent. Oh! je suis si heureux qu’Il soit vivant pour toujours. Je Le vois qui s’approche; je vois venir le temps oĂč Il s’apprĂȘte Ă  venir sur la terre. Je vois que chaque signe dans le monde pointe lĂ -bas, montrant que dans le systĂšme du monde, une nation s’élĂšve contre une autre nation, montrant que le monde s’en va, et que les gens ont une forme de piĂ©tĂ©. Je vois le monde; je vois les nations; je vois la soi-disant Ă©glise, une forme de piĂ©tĂ©. Et puis, je vois l’Eglise remplie de l’Esprit dont le signe reflĂšte la venue du Fils, l’Etoile du matin qui projette ses rayons. Oh! Combien je suis heureux! Je suis bien content que Dieu ait une Eglise qui peut projeter les rayons. C’est le reflet, laisser Christ se reflĂ©ter en vous.
E-51 Dans l’ancien temps, quand on travaillait l’or, le batteur battait l’or et en ĂŽtait les scories par le battage, il le battait jusqu’à ce qu’il y voit son propre reflet. Alors il savait que toutes les scories Ă©taient Ă©liminĂ©es de l’or. Parfois vous dites que je prĂȘche trop sĂ©vĂšrement, que j’ai mis les gens en piĂšces.
Il n’y a pas longtemps, un homme me parlait, disant: «Vous allez ruiner votre ministĂšre en rĂ©primandant les choses tel que vous le faites.» Il a dit: «Laissez quelqu’un d’autre le faire.»
J’ai dit: «Qui va le faire?» C’est juste. «Qui va le faire?» C’est juste, je–je voudrais... J’ai dit: «Cela... Je... Cela peut leur faire un peu mal maintenant, mais ils me remercieront quand ce temps-lĂ  viendra.»
Comment un homme qui prĂȘche sous l’inspiration peut-il dire autre chose que ce que le Saint-Esprit lui dit? Le petit ministĂšre que le Seigneur m’a donnĂ©, je dĂ©sire faire en sorte que cela reflĂšte la Vie de JĂ©sus-Christ autant que je le peux, en laissant Ses miracles et prodiges ĂȘtre manifestĂ©s. Oui. Je suis heureux sur le chemin, bien que c’est fatigant.
E-52 Je me souviens quand j’étais garde-chasse de l’Etat d’Indiana; je patrouillais dans une campagne. Il y avait une vieille source trĂšs loin dans le Sud de l’Indiana, le long de la riviĂšre Green, la riviĂšre indienne. J’aimais boire l’eau de cette vieille source. Je... Voici pourquoi je l’aimais: elle Ă©tait tout le temps si heureuse. Je passais prĂšs de cette source, elle bouillonnait et bouillonnait sans cesse.
Je pensais: «Tu es si heureuse, qu’est-ce qui te rend si heureuse?» Je disais: «Tu sais pourquoi? C’est parce qu’un... peut-ĂȘtre qu’un–un lapin passe boire de ton eau, et c’est ce qui te rend heureuse.»
«Non.» Si elle pouvait parler, elle dirait: «Non, non, ce n’est pas ça, FrĂšre Branham.»
Je disais: «Eh bien, peut-ĂȘtre que c’est parce que le bĂ©tail boit de ton eau.»
«Non, ce n’est pas ça qui me fait bouillonner.»
Je disais: «Eh bien, c’est peut-ĂȘtre parce que je bois de ton eau. Chaque fois que je viens ici, que ce soit en hiver, en automne, au printemps, en Ă©tĂ©, tu es toujours en train de bouillonner et de bouillonner sans cesse, faisant jaillir constamment de l’eau douce et froide.» Je disais: «Alors, qu’est-ce qui te fait bouillonner?»
Elle dirait: «Ce n’est pas moi qui bouillonne; c’est quelque chose derriĂšre moi qui me pousse, qui me fait bouillonner.»
Et il en est de mĂȘme de l’église qui est nĂ©e de l’Esprit de Dieu. C’est quelque chose derriĂšre elle qui reflĂšte JĂ©sus-Christ. Amen. Ce n’est pas elle qui bouillonne; c’est quelque chose derriĂšre elle qui la fait bouillonner, qui pousse, qui fait monter de glorieuses louanges Ă  Son Nom, sans qu’elle ait honte de l’Evangile de JĂ©sus-Christ, car c’est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit. Amen. Je L’aime de tout mon coeur. L’aimez-vous de la mĂȘme maniĂšre? Inclinons la tĂȘte juste un instant pour la priĂšre.
E-53 PĂšre cĂ©leste, alors que le jour s’assombrit maintenant, les signes de Son apparition sont lĂ . Nous voyons l’Eglise, cette petite poignĂ©e d’élus, de ceux qui sont appelĂ©s Ă  sortir, de ceux qui ont Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s avant le commencement du monde, ceux dont les noms ont Ă©tĂ© inscrits dans le Livre de Vie de l’Agneau avant la fondation du monde. Le Saint-Esprit a cherchĂ© Ă  travers les nations et partout dans le monde jusqu’à ce qu’Il a appelĂ© ce petit groupe. «Tous ceux que le PĂšre m’a donnĂ©s viendront Ă  Moi. Tous ceux qui viendront Ă  Moi, Je leur donnerai la Vie Eternelle, Je les ressusciterai au dernier jour.» Nous voyons se rassembler ce petit groupe venant de chaque dĂ©nomination, de chaque Ă©glise, de chaque village. Dieu est en train d’apprĂȘter Son petit groupe, en faisant briller l’Etoile du matin sur eux, alors que nous voyons le Seigneur JĂ©sus approcher.
Nous voyons que le ministĂšre vient de «le juste vivra par la foi» avec Martin Luther, de la sanctification avec John Wesley, du baptĂȘme du Saint-Esprit avec les pentecĂŽtistes, ainsi que de la restauration des dons. Et maintenant, on arrive Ă  cette Etoile du matin, elle commence Ă  reflĂ©ter, et toutes les Ă©glises, de chaque Ă©glise, de chaque nation, de chaque peuple, sort une Epouse qui porte Son Nom.
Ô Dieu, leurs coeurs sont remplis de joie, ils sont heureux. Ils sont assis dans des salles surchauffĂ©es, ils marchent par un temps froid, ils marchent sous la pluie, Ă  travers la neige fondue, la neige, partout; «car lĂ  oĂč se trouve le corps, lĂ  s’assembleront les aigles. Mes brebis connaissent Ma voix».
E-54 Et je suis si heureux, Seigneur, d’ĂȘtre comptĂ© parmi eux; je suis si heureux ce soir de savoir qu’il y a une Eglise. Tu as dit qu’il y aurait lĂ  une Eglise sans tache ni ride. PĂšre, ĂŽ Dieu, permet que nos noms figurent dans ce grand Livre lĂ -haut. Puissions-nous paraĂźtre sans tache ni ride. Seigneur, purifie notre coeur du pĂ©chĂ©, c’est-Ă -dire de l’incrĂ©dulitĂ©.
Nous comprenons que le pĂ©chĂ© c’est l’incrĂ©dulitĂ©. Peu importe notre façon de vivre, si toutefois nous ne croyons pas Ă  tout l’Evangile, nous sommes des pĂ©cheurs parce que nous sommes des incroyants. Que tout pĂ©chĂ© soit ĂŽtĂ© de nous, Seigneur, toute incrĂ©dulitĂ©. Que la puissance de Dieu s’établisse dans cette Ă©glise ce soir pendant que l’Etoile du matin, c’est notre priĂšre, descend sous la forme du Saint-Esprit et reflĂšte le ministĂšre mĂȘme de notre Seigneur JĂ©sus-Christ. Et alors, les gens comprendront pourquoi les sentinelles sur la muraille crient: «Le matin vient!» AllĂ©luia! «Le matin vient, et la nuit aussi.»
E-55 Ô Dieu, alors que nous voyons l’église se refroidir, s’adonner Ă  la construction de grands Ă©difices et Ă  des choses somptueuses, et–et Ă  des choses du monde, ayant une forme de piĂ©tĂ©, sans aucune puissance, reniant la force, s’en Ă©loignant; mĂȘme l’Eglise pentecĂŽtiste se refroidit, elle en arrive Ă  un point oĂč il n’y a de la joie que lorsque la musique joue. Ô Dieu, oĂč sont passĂ©es les rĂ©unions de priĂšre de toute la nuit? OĂč sont passĂ©s les glorieux moments d’amour les uns pour les autres? Comment... Que s’est-il passĂ©, Seigneur? Je prie pour que l’Etoile du matin reflĂšte si fort la LumiĂšre ce soir que chaque Ăąme qui est ici verra le Royaume de Dieu venir en puissance, et saura que nous sommes sur le point d’entrer lĂ -dedans. Accorde-le, Seigneur. Sauve les perdus. Seigneur Dieu, s’il y en a ici ce soir, qui T’appartiennent, puissent-ils entendre Ta voix. Puissent-ils l’entendre, Seigneur. Cela pourrait ĂȘtre pour nous une piĂštre excuse de devoir chanter des cantiques ou de prĂȘcher la Parole; nos voix ne suffisent pas. Mais Tu dois utiliser la voix de l’homme, parce que c’était lĂ  Ton plan prĂ©destinĂ© au commencement pour parler. «Celui qui vous reçoit Me reçoit. Et celui qui Me reçoit, reçoit Celui qui M’a envoyĂ©.» Ô Dieu, qu’il en soit ainsi ce soir, afin que la Sentinelle qui est sur la tour, qui a gravi les remparts de la Gloire, qui est assise ce soir Ă  la droite du PĂšre, faisant intercession, puisse venir ce soir dans Sa puissance de rĂ©surrection. Puisse-t-Elle venir au milieu de nous ce soir et faire la mĂȘme chose qu’Elle faisait avant qu’Il ne soit crucifiĂ©, afin que ce petit groupe de gens fidĂšles, ici tout au fond de ce monde pĂ©cheur voie le reflet de JĂ©sus-Christ manifestĂ© dans l’Eglise. Et ils sont... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] puissance et gloire, et prĂȘt pour la translation qui doit bientĂŽt se produire. Accorde-le, PĂšre. Nous Te confions cela au Nom de JĂ©sus-Christ, Ton Fils. Amen.
E-56 Fiou! Oh! Je me sens religieux; je me sens bien. Vous sentez-vous bien? Oh! il y a juste quelque chose qui fait que je me sente bien. TrĂšs bien, pianiste, donnez-nous un accord: «Je L’aime.» Combien L’aiment ici? Levez la main. Oh! bien, c’est bon, frĂšres. C’est bon.
Je L’aime, je L’aime Parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.
Maintenant, inclinons la tĂȘte juste un instant et fredonnons cela en Esprit. Eh bien, Paul a dit: «Si je chante, je chanterai dans l’Esprit. Si j’adore, j’adorerai dans l’Esprit.» Maintenant, laissez tout s’en aller; le prĂ©cieux Saint-Esprit, Sa Parole, rĂ©cure notre Ăąme. Le message qui tranche et rĂ©primande est terminĂ©. Notre... Nous n’avons aucune condamnation. Alors, levons les mains pendant que nous chantons cela. Je L’aime... (Adorez-Le tout simplement), je L’aime [FrĂšre Branham fredonne le reste du cantique.–N.D.E.]Je... aime... (Oui, Seigneur, nous T’aimons) Je... (Je T’aime de tout mon coeur, Seigneur.)
Parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.
E-57 Oh! N’est-Il pas merveilleux? N’est-Il pas bon? Oral Roberts dĂ©clare: «Il est un Dieu bon.» Il L’est rĂ©ellement. S’Il est un Dieu bon, alors, Il est aussi le Dieu de colĂšre; Il est le Dieu de jugement. Je suis si heureux qu’il y ait une fontaine ouverte dans la maison de Dieu ce soir pour la purification. Tous ceux qui sont impurs peuvent ĂȘtre purifiĂ©s. N’en ĂȘtes-vous pas heureux? Je suis si heureux, si heureux, mes frĂšres, mes soeurs, si heureux qu’il en soit ainsi. Oh! la la! J’aime vraiment Ă©prouver ce genre de sentiment.
Je me souviens qu’une fois, quand j’étais jeune, il y avait la soeur d’un–un ministre. J’avais rendez-vous avec elle.
Elle a dit: «OĂč irons-nous ce soir, Billy?»
Et j’ai dit: «Eh bien, sortons tout simplement faire un tour quelque part en voiture.»
Elle a dit: «Allons au cinéma.»
J’ai dit: «Moi, je ne frĂ©quente pas les cinĂ©mas.»
Elle a dit: «Eh bien, il y a un bal au Odd Fellow Hall.»
J’ai dit: «Je ne frĂ©quente pas le bal.»Elle a dit: «Eh bien, tu dis que tu ne fumes pas, tu ne bois pas, tu ne danses pas, tu ne vas pas au cinĂ©ma.» Elle a dit: «Qu’est-ce que tu aimes comme passe-temps?»
«Oh! ai-je dit, j’aime la pĂȘche, la chasse et des choses comme cela.» Mais cela ne l’intĂ©ressait pas.
Et elle a dit: «Qu’est-ce qui te procure de la joie?»
«Oh! ai-je dit, la joie du Seigneur est ma joie.» Voyez-vous?
Et quelques soirs aprĂšs cela, j’étais dans une rĂ©union sous tente. On a commencĂ©... Et cette fille Ă©tait lĂ . Et j’ai fait un appel Ă  l’autel, et des Ăąmes sont venues en masse autour de cet autel. Je l’ai vu assise lĂ  derriĂšre en train de pleurer.
J’ai dit: «Viens ici, Helen.» Et elle est venue lĂ  oĂč j’étais. J’ai dit: «DĂ©sires-tu connaĂźtre la joie que j’ai?» J’ai dit: «Pour moi, ceci vaut plus que tous les films et tous les bals.» J’ai dit: «C’est la joie du Seigneur; c’est une paix qui surpasse tout entendement. Je suis certain qu’un jour je rencontrerai ces gens dans la gloire. Ils seront tous sauvĂ©s et ils seront lĂ -bas; et voilĂ  ma joie Ă  moi.»
Elle m’a saisi la main. Elle a dit: «Billy, permets-moi d’avoir aussi cette joie-lĂ .»
J’ai dit: «Prends place juste ici. Peu importe ce qu’Elsworth a dit, tiens-toi juste ici.» Et elle avait des bracelets aux mains, des bagues et tout. Elle a levĂ© les mains en l’air et a commencĂ© Ă  crier, Ă  hurler, et Ă  louer Dieu. Dieu l’a sauvĂ©e et l’a sanctifiĂ©e ce soir-lĂ . Et, oh! je sais que son frĂšre est venu me voir et il m’a engueulĂ© Ă  ce sujet.
Il a dit: «Tu as fait de ma soeur une fanatique!» Et elle s’est approchĂ©e... Nous nous tenions au coin d’une rue, et elle est descendue de la voiture, elle s’est approchĂ©e lĂ .
Elle a dit: «Je crois la chose tel que Billy la prĂȘche.» Amen. Cet Evangile Ă  l’ancienne mode, elle a dit: «J’ai ici dedans une paix que je n’ai jamais eue auparavant, alors que j’étais membre d’église depuis le berceau.» Voyez-vous?
E-58 Oh! Cela vous fait quelque chose, quand vous ĂȘtes rĂ©ellement sauvĂ©, que vous recevez rĂ©ellement quelque chose dans votre coeur. Oh! Ce petit cantique que les pentecĂŽtistes avaient l’habitude de chanter... Eh bien, je ne sais pas chanter, mais je vais l’essayer.
Il y a presque partout des gens,
Dont les coeurs sont tout enflamméS Par le feu qui descendit à la PentecÎte,
Qui les purifia et les rendit purs.
Oh! Il brûle maintenant dans mon coeur,
Oh! Gloire Ă  Son Nom!
Je suis si heureux de dire que je suis l’un d’entre eux.
L’un d’entre eux, l’un d’entre eux;
Je suis si heureux de dire que je suis l’un d’entre eux; (AllĂ©luia!)
L’un d’entre eux, l’un d’entre eux;
Je suis si heureux de dire que je suis l’un d’entre eux.
Bien que ces gens ne soient peut-ĂȘtre pas instruits,
Ni ne se vantent d’avoir la renommĂ©e du monde,
Ils ont tous reçu leur PentecÎte,
Par la foi dans le Nom de JĂ©sus;
Et ils racontent maintenant partout,
Que Sa puissance est cependant la mĂȘme,
Je suis si heureux de dire que je suis l’un d’entre eux.
Je suis l’un d’entre eux, l’un d’entre eux;
Je suis...de dire que je suis l’un d’entre eux; (AllĂ©luia!)
L’un d’entre eux, l’un d’entre eux;
Je suis si heureux de dire que je suis l’un d’entre eux.
Viens, mon frÚre, chercher cette bénédiction
Qui purifiera ton coeur du péché,
Qui fera sonner les cloches de joie
Et qui gardera ton Ăąme en feu;
Oh! cela brûle maintenant dans mon coeur,
A Son Nom toute la gloire!
Je suis si heureux de dire que je suis l’un d’entre eux. (Tous ensemble!)
L’un d’entre eux, l’un d’entre eux;
Je suis si heureux de dire que je suis l’un d’entre eux; (AllĂ©luia!)
L’un d’entre eux, l’un d’entre eux;
Je suis si heureux de dire que je suis l’un d’entre eux.
E-59 N’ĂȘtes-vous pas contents de cela? Je suis si heureux d’ĂȘtre l’un d’entre eux. Maintenant, serez simplement la main Ă  quelqu’un qui est assis Ă  cĂŽtĂ© de vous; dites: «Je suis l’un d’entre eux.» Retournez-vous, serrez la main, en disant: «Je suis l’un d’entre eux.» AllĂ©luia.
Oh! l’un d’entre eux, l’un d’entre eux;
Je suis si heureux de dire que je suis l’un d’entre eux; (AllĂ©luia!)
L’un d’entre eux, l’un d’entre eux;
Je suis si heureux de dire que je suis l’un d’entre eux.
Je suis l’un d’entre eux, l’un d’entre eux;
Je suis si heureux de dire que je suis l’un d’entre eux; (AllĂ©luia!)
L’un d’entre eux, l’un d’entre eux;
Je suis si heureux de dire que je suis l’un d’entre eux.
E-60 Je prĂ©fĂ©rerais ĂȘtre un chrĂ©tien Ă  l’ancienne mode que toute autre chose que je connais. Je suis si heureux que l’Etoile du matin brille sur nous; je suis si heureux de marcher dans la LumiĂšre, comme Lui est dans la LumiĂšre. Nous communions les uns avec les autres, et le Sang de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, nous purifie de toute iniquitĂ©. Je suis si heureux d’ĂȘtre l’un d’entre eux, pas vous?
J’attends la venue de cet heureux jour du millĂ©nium,
Quand notre Seigneur béni viendra prendre Son Epouse qui attend;
Oh! mon coeur gémit, réclamant la venue de ce jour de douce délivrance,
Quand notre Sauveur reviendra de nouveau sur terre.
Oh! je suis si heureux qu’Il revienne. Et je Le verrai. Je Le verrai. Comme certaines personnes qui n’ont pas...
E-61 Il y a des annĂ©es, il y avait une compositrice du nom de Fanny Crosby, qui Ă©tait aveugle. Elle n’a pas vendu son droit d’aĂźnesse, comme beaucoup d’excellents chanteurs aujourd’hui Ă  la tĂ©lĂ©vision et dans le monde du cinĂ©ma ont vendu leur droit d’aĂźnesse pour juste quelques chansons de boogie-woogie ou de rock-and-roll. Mais madame Crosby Ă©tait une femme diffĂ©rente.
Un jour les gens sont venus la voir, ils lui ont dit: «Pourquoi n’écris-tu pas de la poĂ©sie moderne? Pourquoi n’écris-tu pas des chansons qui pourraient... pour divertir le monde?»
Elle a dit: «Je consacre tous mes talents à Dieu.» Oh!...
Ils ont dit: «Eh bien, tu crois donc qu’il y aura un Ciel?»
Elle a dit: «Oui.»
Ils ont dit: «Et tu penses que tu y seras?»
«Oui.»
Ils ont dit: «Eh bien, que... quand tu arriveras là, si tu es toujours aveugle, ont-ils dit, comment vas-tu Le reconnaßtre?»
Elle a dit: «Je sentirai les cicatrices des clous dans Ses mains.» Elle s’est retournĂ©e, et elle est rentrĂ©e en marchant, en marchant, dans la piĂšce. Et alors, elle a levĂ© les mains et s’est mise Ă  louer Dieu. Quand ces gens-lĂ  sont sortis, elle–elle a reçu l’inspiration d’un cantique. Elle a dit:
Je Le reconnaĂźtrai, je Le reconnaĂźtrai,
Et rachetée, je me tiendrai à Ses cÎtés;
Je Le reconnaĂźtrai, je Le reconnaĂźtrai,
Aux empreintes des clous dans Ses mains.
E-62 Et aujourd’hui, frĂšre, soeur, elle marche sur les rues de gloire avec une vue bien meilleure que celle que quiconque sur cette terre a jamais eue. Elle Le voit, elle Le connaĂźt; et rachetĂ©e, elle se tient Ă  Ses cĂŽtĂ©s. Oh! Si je lui demandais ce soir: «Fanny Crosby, que reprĂ©sente Christ pour toi?»
Elle chanterait ce cantique pour moi, elle... quelque chose comme ceci... Voyons, l’un de ses vieux cantiques cĂ©lĂšbres auquel je pensais il y a un instant. Elle a dit: «Je n’ai rien au monde, tout est en Lui...» C’était quoi donc ce cantique auquel je pensais il y a quelques minutes et qu’elle a chantĂ©? C’était un trĂšs beau cantique, je chantais... De toute façon, je me souviens que je le chantais (Je vais me le rappeler dans quelques minutes), elle disait: «Il reprĂ©sente pour moi plus que ce monde. Qui ai-je sur terre Ă  part Toi; qui ai-je au Ciel, si ce n’est Toi.»
Ne m’oublie pas, î Doux Sauveur,
Ecoute mon humble cri;
Pendant que Tu appelles les autres,
Ne m’oublie pas.
Toi la Fontaine de tout mon réconfort,
Plus que vie pour moi,
Qui d’autre sur terre ai-je à part Toi?
Ou qui au Ciel ai-je, si ce n’est Toi?
E-63 Je suis si heureux de voir ce que cela pouvait signifier pour une aveugle. Qu’est-ce que cela signifierait pour vous et moi, qui pouvons travailler, travailler dur, servir le Seigneur JĂ©sus tel que nous le faisons? Que Dieu vous bĂ©nisse. Maintenant...
[Quelqu’un parle en langues. Un autre interprùte.–N.D.E.]
E-64 Amen. FrĂšre Fred et frĂšre Norman, les frĂšres avec qui j’étais assis ce matin, c’est exactement la mĂȘme chose dont je parlais ce matin. J’ai dit que la moisson en AmĂ©rique... quand, il y a des annĂ©es, j’ai commencĂ© Ă ... sur la moisson avec les dons et tout, cela est passĂ©; cela a ratissĂ© la nation; la moisson est dĂ©jĂ  terminĂ©e. Maintenant nous revenons dans le champ en marchant sur le chaume, en ramassant juste un grain ici et lĂ , partout oĂč c’est possible. Est-ce juste, frĂšres? Cela dit la mĂȘme chose ici; le Saint-Esprit se retourne aussitĂŽt et dit la mĂȘme chose ce soir. Amen.
Oh! Dieu va–va bientĂŽt... Oh! si les gens pouvaient se rĂ©jouir quand la–quand la moisson commence, que devrions-nous faire maintenant que la moisson est terminĂ©e? Maintenant, c’est la pĂ©riode du vannage, pour sĂ©parer la balle. Voyez-vous? C’est maintenant le temps. Comment alors pouvez-vous vous tenir tranquilles sans proclamer cela trĂšs exactement... C’est le temps du vannage. Oui, monsieur, lorsque vous–vous battez la balle pour la dĂ©tacher du blĂ©. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. C’est ce temps qui approche. Amen.
E-65 Si quelqu’un ici n’a pas une expĂ©rience de la PentecĂŽte et dĂ©sire recevoir le Saint-Esprit, voici l’autel, juste ici maintenant. Nous allons venir ici mĂȘme prier pour tout celui qui n’a pas le Saint-Esprit. Tout celui qui dĂ©sire recevoir JĂ©sus, je vous invite ici Ă  l’autel.
Si vous avez bien remarquĂ© dans le passĂ©, je ne suis pas tellement douĂ© pour persuader les gens. Cela ne... Je sais que c’est bien, parfois les gens retournent et se parlent, mais j’ai vu des gens ĂȘtre conduits trop loin de Dieu par... Si le Saint-Esprit ne les tire pas de leurs siĂšges, alors, ils sont de toute façon sans espoir. Ils ne font jamais longtemps. Voyez-vous? C’est juste. Si la prĂ©dication de la Parole...
Et JĂ©sus s’est retournĂ© et a dit Ă  la femme syro-phĂ©nicienne: «Il n’est pas bon que Je prenne le pain des enfants et que Je le donne aux chiens.»
Elle a dit: «C’est la vĂ©ritĂ©, Seigneur; c’est juste. Mais les chiens sont prĂȘts Ă  manger les miettes autour de la table du maĂźtre.»
Il a dit: «A cause de cette parole...» Cette parole...
E-66 Maintenant, voici l’église... et je dĂ©sire que vous remarquiez. Le problĂšme, c’est que le ministĂšre va constamment devenir plus grand. Vous voyez? Les–les dons que le Seigneur a donnĂ©s, c’est pour confirmer que je vous dis la VĂ©ritĂ©. C’est Dieu qui confirme que c’est la VĂ©ritĂ©. Alors, qu’est-ce que la VĂ©ritĂ©?
J’ai dit: «Il a dit que je devais prier pour les gens, que je suis nĂ© dans ce but.», c’est ce que j’ai dit, il y a des annĂ©es.
Ces dons... J’ai Ă©tabli tout le ministĂšre juste sur les dons. Voyez-vous? Et les gens, les AmĂ©ricains tout particuliĂšrement, veulent qu’on les divertisse. Ils ont... On a fait la mĂȘme chose avec notre Seigneur. Mais dĂšs que je commence Ă  dire ce que je suis, Ă  proclamer la vĂ©ritĂ© que j’ai, mes doctrines en rapport avec les Ecritures... En fait, j’ai demandĂ© Ă  n’importe quel homme de me corriger lĂ -dessus. Voyez-vous? C’est juste. Personne ne l’a jamais fait, jusqu’ici. Et je suis tout aussi humble, je suis disposĂ© Ă  recevoir cela Ă  tout moment.
E-67 Mais dĂšs que JĂ©sus a commencĂ© Ă  leur dire la vĂ©ritĂ© sur l’Evangile, que s’est-il passĂ©? Les soixante-dix sont partis; les autres sont partis. Et la popularitĂ© de JĂ©sus diminuait constamment jusqu’à ce que, finalement, ils L’ont crucifiĂ©. Mais Son ministĂšre devenait de plus en plus profond, Il a durĂ©... Il a changĂ© ce pain (comme j’en ai parlĂ© hier soir) en poisson; Il s’est juste retournĂ© et Il a mis des orbites... Il a placĂ© des globes oculaires dans les yeux d’un–d’un homme qui n’avait pas d’orbites.
Eh bien, il y avait une foule qui Le suivait juste pour le poisson et le pain. Ils disaient: «Nous verrons ce qu’Il fera demain.» Mais leurs coeurs Ă©taient bien loin.
Et au dernier moment, combien en a-t-Il eu, qui sont allĂ©s jusqu’à recevoir la bĂ©nĂ©diction de la PentecĂŽte sur les dizaines de milliers qu’Il avait nourries? Cent vingt personnes, sur des dizaines de milliers. Eh bien, aujourd’hui dans le monde, cet Esprit qui exerce le mĂȘme ministĂšre face Ă  la mĂȘme opposition fera la mĂȘme chose. C’est juste. Mais Son ministĂšre devient tout le temps de plus en plus profond et glorieux. Maintenant...
E-68 Maintenant, si personne n’est prĂȘt pour venir... Peut-ĂȘtre que vous viendrez aprĂšs la rĂ©union de priĂšre pour les malades.
Maintenant, nous avons... (OĂč est Billy? Combien de cartes? Hein? De 1 Ă  100? ) De 1 Ă  50. Et c’est quelle lettre? A, A-1 Ă  50. Qu’avons-nous pris l’autre soir? Je crois que nous avons commencĂ© par 50 l’autre soir, n’est-ce pas? 50? Eh bien, disons, commençons ailleurs; nous les avons alors tous fait monter. C’est juste. Je pense que nous en avons quelques-uns en une fois, quelques-uns une autre soirĂ©e jusqu’à ce que nous les avons terminĂ©s.
Maintenant, commençons ce soir quelque part, entre 1 et 50; commençons par 25. Commençons... C’est ça la moitiĂ©, nous pouvons donc diviser cela de la mĂȘme façon. D’accord? Commençons par ... Eh bien, la raison pour laquelle je fais ceci, c’est peut-ĂȘtre parce que le Seigneur nous accordera une ligne du discernement. Voyons ce qui va se passer.
Maintenant, qui a la carte de priĂšre (C’était quoi?) A? A 25? A-25, c’est cet homme-lĂ ? TrĂšs bien, venez tout droit par ici. A 26, 27, 28, 29, 30. Voyons, ça fait 1, 2, 3, 4. TrĂšs bien, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40. TrĂšs bien. TrĂšs bien, qu’avons-nous donc maintenant? A? A, c’était... De A-30 Ă  40, trĂšs bien: de 40 Ă  50, qu’ils se lĂšvent; de A-40 Ă  50. Ça fait 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50. Qu’ils se lĂšvent.
E-69 Si vous ne pouvez pas vous lever, levez simplement votre main. Nous demanderons Ă  l’un des huissiers de vous amener directement jusqu’ici (si vous ĂȘtes infirme ou quelque chose comme ça) oĂč nous avons priĂ© pour les infirmes et les affligĂ©s, ici hier soir.
FrĂšre, je suis trĂšs heureux de vous voir lĂ  derriĂšre, sans votre fauteuil roulant ce soir. J’ai appris que vous vous ĂȘtes levĂ© et vous ĂȘtes parti en marchant hier soir, en poussant ce vieux fauteuil roulant. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est bien. Je crois que c’est un vĂ©tĂ©ran de la guerre, et–et combien Dieu l’a bĂ©ni! Il a placĂ© Sa puissance et Son Esprit sur lui, et l’homme a marchĂ© sous la puissance du Saint-Esprit... infirme, paralysĂ©. Et Dieu a fait de grandes choses pour lui.
E-70 Maintenant, voyons... Il a dit que c’était de 1 Ă  50? Et nous sommes allĂ©s jusqu’à 50; trĂšs bien.
Maintenant, combien ici n’ont pas de carte de priĂšre, et vous voulez que Dieu vous guĂ©risse? Levez la main. Vous n’allez pas monter ici dans la ligne de priĂšre, juste... TrĂšs bien, regardez par ici et croyez de tout votre coeur. Souvenez-vous, Il est toujours le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s. Est-ce exact? Bien, si vous L’avez touchĂ©, comment pourriez-vous ĂȘtre sĂ»r que vous L’avez touchĂ©? Il faudrait qu’Il agisse de la mĂȘme façon qu’Il l’avait fait.
E-71 Trùs bien, combien sont là dans la ligne de priùre et me sont inconnus? Levez la main; vous savez que je ne vous connais pas. Je crois que c’est chaque main que je vois. Combien là-bas me sont inconnus, et que je ne connais pas? Levez la main.
Maintenant, si... Beaucoup d’entre vous sont malades. Qu’arriverait-il si–si notre Seigneur JĂ©sus... Prenons une Ecriture ce soir. Qu’arriverait-il si notre Seigneur JĂ©sus venait ici, portant ce complet qu’Il m’a offert; et que vous montiez ici et disiez: «Seigneur JĂ©sus, voudrais-Tu me guĂ©rir?»
Savez-vous ce qu’Il rĂ©pondrait? Avez-vous une idĂ©e? Il dirait: «Mon enfant, Je l’ai dĂ©jĂ  fait.» Combien savent cela?
Si vous ĂȘtes un pĂ©cheur et que vous disiez: «Seigneur, voudrais-Tu me sauver?» Il l’a dĂ©jĂ  fait; vous devez simplement l’accepter. Il Ă©tait blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s; c’est par Ses meurtrissures que nous sommes guĂ©ris. Est-ce exact? C’est au temps passĂ©. Maintenant... Mais si vous vouliez savoir...
E-72 Qu’arriverait-il si un homme Ă©tait assis ici en longue robe blanche, avec des cheveux tombant trĂšs bas comme ceci? Il se pourrait qu’Il n’ait pas eu cet aspect-lĂ . C’est juste comme cela que les artistes L’ont peint; il est possible que Son aspect ait Ă©tĂ© tout Ă  fait diffĂ©rent. Mais qu’arriverait-il s’Il se tenait ici avec des empreintes de clous dans Ses mains, des cicatrices au front, et qu’Il soit debout ici, disant ĂȘtre le Seigneur JĂ©sus? Vous le savez, je vous dirais aussitĂŽt que c’est un faux. C’est tout Ă  fait exact. Quand JĂ©sus viendra, il n’y aura plus de temps. C’est juste. Cela ne pourrait pas ĂȘtre le Seigneur JĂ©sus.
Mais alors, s’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, comment pourrait-Il ĂȘtre ici? Sous la forme du Saint-Esprit, nous ayant sanctifiĂ©s pour pouvoir entrer en nous et pour accomplir Ses oeuvres au travers de nous, car nous sommes Ses agents. «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.» Est-ce exact? Maintenant, Il pourrait se manifester... Comment se manifesterait-Il alors, pour que nous sachions que c’est le mĂȘme JĂ©sus? Parce que cela... Il... Il serait en mesure de faire les mĂȘmes oeuvres qu’Il avait faites avant Sa crucifixion. Et c’était qu’Il–qu’Il faisait ce que le PĂšre Lui montrait. Or, si...
Y a-t-il quelqu’un ici qui n’a jamais assistĂ© Ă  l’une de mes rĂ©unions auparavant? Levez la main. Vous n’avez jamais assistĂ© Ă  l’une des rĂ©unions... Eh bien, que le Seigneur vous bĂ©nisse; nous sommes heureux de vous avoir parmi nous ce soir.
E-73 Maintenant, vous qui ĂȘtes lĂ , levez simplement les yeux vers le Ciel et dites: «Seigneur, cet homme ne me connaĂźt pas; je sais qu’il ne me connaĂźt pas. Mais je suis malade. Maintenant, montre-moi si ce message qu’il a prĂȘchĂ© ce soir: ‘Ce qui arriva aux jours de Sodome...’»
Comment cet Ange est allĂ© lĂ  et s’est assis chez Abraham: trois–deux anges et Dieu. Combien savent que c’était Dieu? Abraham a dit que c’était Dieu; il L’a appelĂ© Elohim, le Seigneur Dieu. Il devait le savoir; Il Ă©tait Celui qui lui parlait. Elohim Ă©tait assis lĂ  avec des habits couverts de poussiĂšre, et Il a dit... AprĂšs que les deux autres prĂ©dicateurs sont descendus Ă  Sodome, Un est restĂ© avec Abraham. Or, souvenez-vous, Il Ă©tait un Etranger. Et Il a dit: «Abraham, oĂč est Sara, ta femme?»
Comment savait-Il qu’il Ă©tait mariĂ©? Comment savait-Il qu’il avait une femme, que son nom Ă©tait Abraham, et que le nom de sa femme Ă©tait Sara? Et la Bible dit... a dit qu’elle Ă©tait dans la tente, derriĂšre Lui.
Et Il a dit: «Je vais te visiter selon la vie... au temps de la vie.» (Comme Il l’avait promis.) Et Sara qui Ă©tait Ă  l’intĂ©rieur de la tente a ri en elle-mĂȘme.
Et l’Ange a dit: «Pourquoi a-t-elle ri?»
E-74 Est-ce exact? Quel genre de tĂ©lĂ©pathie Ă©tait-ce? Or, JĂ©sus a dit que la mĂȘme chose arriverait juste avant que le monde entier ne brĂ»le comme Sodome et Gomorrhe; le feu tombera du ciel. Et Il a dit que la mĂȘme chose arrivera, les mĂȘmes oeuvres. Maintenant, suivez. Martin Luther Ă©tait le premier Ă  amener la rĂ©forme. Il a prĂȘchĂ© la justification, pendant longtemps. Ensuite vint Wesley; la Colonne de Feu s’est dĂ©placĂ©e. Wesley... Luther ne pouvait pas se dĂ©placer, parce qu’il s’était organisĂ©. La Colonne de Feu est partie; Wesley L’a suivie–la sanctification, la seconde oeuvre de grĂące. Il a bĂąti une grande Ă©glise; il a sauvĂ© le monde Ă  cette Ă©poque-lĂ , avec le rĂ©veil wesleyen. Qui? Les mĂ©thodistes? Vous avez bĂąti une organisation; vous avez terminĂ© votre doctrine par un point. «Nous croyons ceci et rien d’autre.»
E-75 Quand le Saint-Esprit s’est mis encore Ă  se dĂ©placer, la Colonne de Feu, les pentecĂŽtistes L’ont vue comme le baptĂȘme et la rĂ©surrection des dons. Les wesleyens ne pouvaient pas se dĂ©tacher de cela: l’Eglise de Dieu, les PĂšlerins de la saintetĂ©, les NazarĂ©ens. Ils ne pouvaient pas le faire. Ils s’étaient dĂ©jĂ  Ă©tablis avec la sanctification. Mais alors le baptĂȘme est venu; les pentecĂŽtistes ont vu cela.
Savez-vous ce que Billy Graham a dit l’autre jour? «L’Eglise pentecĂŽtiste est l’église qui connaĂźt la plus grande croissance au monde aujourd’hui.» C’est juste.
Tout rĂ©cemment l’Eglise catholique, dans le Sunday visitor a dĂ©clarĂ© que l’an dernier (ou c’était plutĂŽt l’avant-derniĂšre annĂ©e) que les pentecĂŽtistes ont enregistrĂ© un million cinq cent mille conversions, plus que toute autre Ă©glise au monde. Pourquoi? Des hommes qui ne connaissent mĂȘme pas leur abc, qui prĂȘchent l’Evangile, la puissance de Dieu, c’est exact. C’est ce que Dieu a promis.
E-76 Maintenant, suivez, on s’est tellement organisĂ© et tout. «Et nous avons juste ceci. Et Il vient sur un cheval blanc et pas dans une nuĂ©e blanche ou...», et ainsi de suite, au point que le Saint-Esprit se retire carrĂ©ment de cela maintenant (C’est juste.); Il se retire et amĂšne l’église, non pas dans une pluie de l’arriĂšre-saison ou quelque chose comme ça; Il est dĂ©jĂ  dans la pluie de l’arriĂšre-saison. Il est juste en train d’unir l’église, juste comme la grande pyramide lĂ -bas en Egypte. La pierre de faĂźte n’a jamais Ă©tĂ© placĂ©e au sommet de la pyramide, parce que la pierre de faĂźte a Ă©tĂ© rejetĂ©e. C’est exact. La pierre angulaire fut rejetĂ©e lors de la construction. Ainsi, de quoi s’agit-il? L’Eglise... Chaque pierre doit se placer et prendre forme trĂšs exactement comme cette pierre faĂźtiĂšre, pour montrer que lorsqu’elle viendra, elle fera que la pyramide soit complĂšte, le Corps de Christ.
Et maintenant, l’Esprit de Dieu dans l’Eglise aujourd’hui est trĂšs exactement comme Il Ă©tait en JĂ©sus-Christ. JĂ©sus a dit dans Jean 5.19: «Je ne peux rien faire, Ă  moins que le PĂšre Me le montre. Le PĂšre agit, Moi aussi, J’agis jusqu’à prĂ©sent.»
Eh bien, s’Il venait ce soir et accomplissait la mĂȘme chose lĂ , ici, et partout, combien croiront qu’Il est le Fils de Dieu ressuscitĂ©, et que la sentinelle est sur la tour, accomplissant les miracles et prodiges de Sa Venue?
E-77 Venez ici, monsieur. Maintenant, voici un homme. Il vient de lever la main pour montrer que lui et moi, nous ne nous connaissons pas. Je n’ai jamais vu cet homme de toute ma vie jusqu’à ce que je le voie juste lĂ  tout Ă  l’heure, lorsqu’il s’est levĂ© pour monter ici. Je ne le connais pas; je ne l’ai jamais vu. Je ne sais pas pour quelle raison il est ici; je ne sais rien Ă  son sujet. Maintenant... Maintenant, si j’allais par ici et que je lui impose les mains et dise... si je disais: «Monsieur, ĂȘtes-vous malade?»
«Oui, monsieur.»
Peut-ĂȘtre qu’il l’est, peut-ĂȘtre qu’il ne l’est pas; je l’ignore. Mais disons qu’il le soit et que je lui impose les mains en disant: «JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit. Allez en paix.» Il pourrait croire cela. C’est conforme aux Ecritures: «Ils imposeront les mains aux malades.» Eh bien, c’est de cette façon que frĂšre Roberts prie pour les malades. D’accord?
E-78 Maintenant, quelqu’un m’a dit: «FrĂšre Roberts prie pour cinq cents personnes, quand vous priez pour cinquante personnes.»
Je le sais, je ne suis pas Oral Roberts. Oral Roberts n’est pas moi. Voyez-vous? Nous avons tous deux des ministĂšres diffĂ©rents. Dieu rassemble cela pour faire de nous un corps entier. Voyez-vous? FrĂšre Roberts est un homme de Dieu, et il prie pour les malades. Il en est de mĂȘme des autres frĂšres; ils sont tous des hommes de Dieu, et ils ont diffĂ©rentes façons de prier pour les malades. Ceci, c’est la maniĂšre que le Seigneur m’a donnĂ©e.
Eh bien, Il m’a dit de prier pour les malades, de prier tout simplement pour eux, de leur imposer les mains. Mais Il a dit: «Ces signes... Ce signe-ci te sera donnĂ©. Et c’est la chose qui amĂšnera les gens Ă  croire.»
Eh bien, si je suis la vĂ©ritĂ©... je dis la vĂ©ritĂ©, le signe est un signe biblique (Eux tous le savent.) promis pour le dernier jour. Bon, j’en ai parlĂ©, j’ai prĂȘchĂ© Ă  ce sujet, j’ai parlĂ© de cela. Vous en avez entendu parler. Maintenant, cela va-t-il marcher? C’est cela. Si cela marche, ils sont... Tout le reste va marcher. Cela a-t-il marchĂ© pour vous quand le Saint-Esprit est venu? Avez-vous cru qu’il y a... la promesse du Saint-Esprit? Avez-vous reçu cela? C’est exact. Cela a bien marchĂ©. Voyez-vous? Dieu tient chaque promesse. Eh bien, Il tient cette promesse: Eh bien, «Ce qui arriva du temps de Sodome. Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.»
E-79 Maintenant, voici un homme que je n’ai jamais vu. Je ne sais rien Ă  son sujet. Dieu sait que c’est la vĂ©ritĂ©. Et lui ne me connaĂźt pas; je ne le connais pas. Il ne me connaĂźt que parce qu’il m’a vu, mais je ne sais rien Ă  son sujet.
Eh bien, si le Saint-Esprit est toujours le Saint-Esprit, et que je peux me soumettre au Saint-Esprit par un don divin, juste pour me dĂ©tendre... Juste comme vous deviez le faire pour recevoir le Saint-Esprit, pour parler en langues et tout, vous deviez vous dĂ©tendre, Le laisser simplement prendre le contrĂŽle. Eh bien, si je peux me dĂ©tendre afin qu’Il puisse venir parler Ă  cet homme, et lui dire quelque chose qui le concerne, il saura si c’est vrai ou pas... Ce qui a Ă©tĂ©, il saura si c’est juste ou pas. Eh bien, si Dieu sait ce qui a Ă©tĂ©, et qu’Il peut dire ce qui a Ă©tĂ©, l’homme croira certainement alors pour ce qui sera, ce que Dieu annonce que ce sera. Voyez-vous? Eh bien, ça rend la chose certaine.
E-80 Maintenant, si quelqu’un a des doutes, ne vous gĂȘnez pas de venir ici pour prendre ma place. Voyez-vous? Ne vous gĂȘnez pas. Maintenant...
Maintenant, je ne dirais pas cela pour rien, s’Il ne m’avait pas fait cette promesse. Et à travers le monde, une fois devant un demi-million de gens, je L’ai vu, et Il n’a jamais failli devant les sorciers et tout le reste. Et je sais qu’Il est Dieu; c’est pourquoi je suis confiant.
E-81 Maintenant, si le Saint-Esprit parlait par moi et disait quelque chose Ă  cet homme, cela vous amĂšnera t-il tous Ă  croire cela, croiriez-vous vous tous que le Saint-Esprit est ici?
Maintenant, PĂšre cĂ©leste, je suis conscient que je serais tout autant muet que ce microphone. Ce microphone ne peut pas parler par lui-mĂȘme; mais il a Ă©tĂ© conçu pour porter ma voix. Seigneur, fais que je porte Ta voix en cet instant, la voix que Tu voudrais faire entendre. Je ne connais pas cet homme; il ne me connaĂźt pas. Mais Toi, Tu le connais, et Tu me connais. Fais donc que je le fasse, Seigneur, par un don divin qui a Ă©tĂ© prĂ©destinĂ© avant le commencement du monde, afin que ce ministĂšre soit en ce jour juste comme tous les ministĂšres qui ont Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s pour cela. Dieu Ă©tablit dans l’Eglise des apĂŽtres, des prophĂštes, des docteurs, des pasteurs, des Ă©vangĂ©listes et les autres. C’est ce que Dieu fait; ce sont lĂ  les dons qu’Il a prĂ©destinĂ©s.
Maintenant, PĂšre, je Te prie de permettre que les gens voient. Et puis, avant que je ne revienne dans cette ville, si Tu venais ou que bon nombre de ceux-ci soient partis, alors Dieu notre PĂšre, en ce jour-lĂ  il n’y aura aucune excuse. Maintenant, j’ai parlĂ© de Toi. Parle, Seigneur, pour montrer que j’ai dit la vĂ©ritĂ©. Je me soumets Ă  Toi ainsi que cet auditoire, prenant chaque esprit qui est ici sous mon contrĂŽle, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-82 Maintenant, soyez simplement respectueux. Ne doutez pas; croyez toutes choses. Maintenant, juste un mot, car j’ai prĂȘchĂ©. Je ne comptais pas le faire comme ça; j’avais juste l’intention de prier pour les malades. Mais quand j’ai vu un groupe des gens qui n’avaient pas assistĂ© aux rĂ©unions auparavant, je me suis dit que ce serait une bonne chose si je faisais cela.
Je vous parle exactement comme notre Seigneur parlait Ă  la femme au puits. Le PĂšre L’avait envoyĂ© lĂ ; Il savait qu’Il Ă©tait allĂ© lĂ , mais Il ne savait pas ce qu’Il devait faire. La femme est venue, alors Il s’est mis Ă  lui parler. Ensuite, quand Il a contactĂ© son esprit, Il a vu quel Ă©tait son problĂšme. Maintenant, si le Seigneur est ici... Mon esprit ne vous connaĂźt pas. Je ne vous connais pas; je ne vous ai jamais vu. Mais si le Seigneur JĂ©sus vous connaĂźt effectivement, et si Son Esprit peut vous contacter et ensuite m’utiliser pour vous parler, Il peut dire la mĂȘme chose qu’Il avait dite Ă  cette femme-lĂ . Peu importe ce que c’est.
E-83 Maintenant, si le Seigneur me rĂ©vĂšle quelque chose pour lequel vous ĂȘtes ici... Et, Ă©videmment, nous savons que vous avez des kilos de trop, mais c’est quelque chose en dehors de cela. Voyez-vous? Ce serait... Cela vous amĂšnera-t-il Ă  croire? Cela vous donnera-t-il la foi en Dieu pour vous amener Ă  croire? Et l’auditoire a dit que cela les amĂšnerait Ă  croire. Maintenant, puisse le Seigneur l’accorder.
Maintenant, si l’auditoire entend encore ma voix, je vois l’homme reculer. Oui, il souffre de la hernie; il a une hernie qui le dĂ©range. C’est vrai. Croyez-vous? Maintenant, je ne pouvais pas voir cela, mais c’est de cela qu’il souffre.
Vous direz: «Il se pourrait que vous ayez deviné cela, FrÚre Branham.»
Un instant, nous allons voir si c’est le cas. Je crois... Je vais essayer de garder cela Ă  l’esprit. J’ai vu une rupture ou l’une ou l’autre chose, une hernie, je crois que c’était cela, la hernie. Et souffrez-vous aussi du coeur? Vous avez connu... Vous avez aussi connu un accident d’automobile. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Et vous n’ĂȘtes pas d’ici. Non, non. Vous venez d’une ville appelĂ©e San Francisco. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit; rentrez en vous rĂ©jouissant. Votre foi vous a sauvĂ©, si seulement vous croyez.
E-84 Maintenant, soyez trĂšs respectueux (voyez-vous?); croyez. Je ne vous blĂąme pas. Louez le Seigneur. AssurĂ©ment, Dieu est un objet d’adoration; certainement. Je veux dire que vous restiez Ă  vos places; ayez la foi. Ne... Croyez... Ne doutez pas du tout. Croyez de tout votre coeur. Maintenant, certains d’entre vous lĂ -bas, mettez-vous Ă  prier, Ă  croire. Inclinez simplement la tĂȘte et inclinez votre coeur au lieu de votre tĂȘte.
Maintenant, cet homme que voici m’est inconnu. Je crois que vous avez levĂ© la main lĂ -bas pour montrer que nous ne nous connaissons pas. Alors je ne vous connais pas. Je ne vous ai jamais vu. Et Dieu vous connaĂźt; moi, je ne vous connais pas. Maintenant, s’Il me dit quelque chose qui ne va pas en vous, ou quelque chose que vous avez fait, ou quelque chose que vous allez faire, ou quelque chose que vous comptez faire, ou juste quelque chose que vous ĂȘtes certain que j’ignore, cela augmentera-t-il votre foi, monsieur? Cela le fera-t-il pour cet auditoire? TrĂšs bien.
E-85 Maintenant, voici deux hommes qui ne se sont jamais rencontrĂ©s, qui ne se sont jamais rencontrĂ©s auparavant dans la vie. Eh bien, c’est exactement comme lorsque Simon Pierre est venu devant le Seigneur JĂ©sus. Et il s’appelait Simon. Il lui a donc dit que son nom Ă©tait Simon. Il a dit: «Tu es le fils de Jonas.» Et quand Il lui a dit cela, quand Il lui a parlĂ©, Pierre a cru. Maintenant, le Seigneur Dieu connaĂźt cet homme; moi, je ne le connais pas. Mais si le Seigneur rĂ©vĂšle quelque chose, il a dit que cela l’amĂšnerait Ă  croire, Ă  avoir la foi. Quand cela... Vous avez dit que cela vous amĂšnerait Ă  croire. Maintenant, puisse le Seigneur accorder cela, alors que je m’humilie.
Maintenant, mon prĂ©cieux ami, nous sommes ici dans la PrĂ©sence de Dieu. Nous sommes ici pour aucun autre but sinon pour la gloire de Dieu. Maintenant, si seulement vous avez la foi et ne doutez pas, mais croyez. Oui, vous souffrez d’une sorte de maladie, comme une fistule du rectum. C’est lĂ  votre maladie: la fistule. C’est ce dont vous voulez ĂȘtre guĂ©ri. Il y a quelque chose d’étrange Ă  votre sujet. Vous ĂȘtes un prĂ©dicateur. C’est juste. Et je vois que vous–vous aviez l’habitude de prĂȘcher juste ici. Mais vous ne... Vous n’ĂȘtes pas ici pour le moment; vous ĂȘtes prĂšs d’une... la ville qui s’appelle Eureka, quelque chose comme cela. C’est juste. Croyez-vous que Dieu sait qui vous ĂȘtes? Vous ĂȘtes le rĂ©vĂ©rend Howard Call, AINSI DIT LE SEIGNEUR. Ayez la foi. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-86 Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez tout simplement; c’est tout ce que vous avez Ă  faire. Ayez foi en Dieu; ne doutez pas. Maintenant, madame... Maintenant, voyez-vous, maintenant mĂȘme regardez ici Ă  ma main. Voyez-vous? Cela...
La dame assise lĂ  souffre de la sinusite; elle est dĂ©rangĂ©e, elle prie aussi pour une soeur, et cette soeur est dans un hĂŽpital de l’Etat. Mais vous avez donc touchĂ© le bord de Son vĂȘtement. Qu’avez-vous touchĂ©, madame? Son vĂȘtement, le Souverain Sacrificateur. Eh bien, ces choses sont vraies. Eh bien, si c’est le cas, levez la main si vous voulez l’accepter. TrĂšs bien. Que Dieu vous bĂ©nisse. Vous y ĂȘtes. Voyez-vous, la femme assise lĂ  n’est mĂȘme pas dans la ligne de priĂšre. Qu’a-t-elle fait? Elle a touchĂ© le bord du vĂȘtement du Souverain Sacrificateur; c’est ce qui fait cela. Ayez foi en Dieu maintenant. Restez simplement tranquille et priez comme elle le faisait.
E-87 Maintenant, vous m’ĂȘtes inconnue. Je ne vous connais pas. Il m’est impossible de vous connaĂźtre; nous sommes juste deux personnes qui se sont rencontrĂ©es ici sur terre, un homme et une femme, comme... exactement comme c’était au temps de notre Seigneur, quand ce petit puits... ils se sont rencontrĂ©s... cette femme Ă  Samarie. Maintenant, si le Seigneur me rĂ©vĂšle quelque chose dont vous ĂȘtes certaine que j’ignore complĂštement, cela vous amĂšnera-t-il alors Ă  croire, cela le fera-t-il? TrĂšs bien, puisse le Seigneur l’accorder.
Maintenant, vous ĂȘtes trĂšs faible pour une certaine raison, vous avez subi une opĂ©ration. Et cette opĂ©ration, c’était pour un cancer; c’était sur la tyroĂŻde. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Maintenant, croyez de tout votre coeur. Satan, je condamne cette maladie chez ma soeur. Sors d’elle au Nom de JĂ©sus-Christ! Allez et soyez maintenant bien portante. C’est terminĂ©. Allez et louez Dieu.
E-88 Bonsoir, mademoiselle. Je ne vous connais pas. Je vous suis inconnu, mais Dieu nous connaüt tous deux. Maintenant, un instant... Quelqu’un, quelqu’un dans la salle... Il y a donc une autre femme qui se tient ici. Voyez-vous? Maintenant, soyez trùs respectueux.
Oh! N’est-il pas merveilleux d’ĂȘtre dans Sa PrĂ©sence? Il... Mes amis, pouvez-vous vous rĂ©veiller pour prendre conscience du fait que la Parole de Dieu est rendue manifeste? Maintenant, ayez la foi. Il s’agit de quelqu’un ici.
Maintenant, je reviens Ă  vous. Je... Si je pouvais vous aider d’une façon quelconque, je le ferais. Mais je ne peux pas vous aider, seulement... Si JĂ©sus se tenait ici, Il ne pourrait pas vous aider. Vous devriez avoir la foi dans Sa... ce qu’Il a dĂ©jĂ  fait, car le plan entier du salut, chaque bĂ©nĂ©diction relative Ă  la rĂ©demption fut accomplie au Calvaire quand Il mourut. Croyez-vous cela? Vous ĂȘtes une chrĂ©tienne; je peux sentir par votre esprit que vous ĂȘtes une chrĂ©tienne. Mais vous ne vous tenez pas ici pour vous-mĂȘme; c’est pour quelqu’un d’autre. C’est votre mari. Il n’est pas ici, Il est malade Ă  la maison. Il est dĂ©rangĂ© par quelque chose qui le rend infirme; il s’agit de l’arthrite. Il souffre d’une maladie de la peau. Cet homme Ă©tait chrĂ©tien auparavant; il a maintenant rĂ©trogradĂ©. Vous vous ĂȘtes fait accompagner d’une fille; elle souffre des reins. Et–et vous avez un problĂšme de mĂ©nage chez vous. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR! C’est la vĂ©ritĂ©, n’est-ce pas? Croyez-vous de tout votre coeur, et ces choses seront-elles mises en ordre? Alors, au Nom de JĂ©sus-Christ, allez et recevez cela. Amen. Je vous demande de croire que c’est la vĂ©ritĂ©.
E-89 Maintenant, juste des visions comme cela... Maintenant, tout l’auditoire est... J’ai tenu rĂ©union aprĂšs rĂ©union, si bien que tout l’auditoire apparaĂźt, apparaĂźt juste comme une sorte d’éclat, de lueur, de lumiĂšre en ce moment, au-dessus de cet auditoire. C’est la PrĂ©sence du Saint-Esprit. Voyez-vous? J’entre maintenant dans une de ces dimensions! Et, vous voyez... Vous ĂȘtes entrĂ© dans un autre monde, une autre dimension, un autre domaine. Et je suis–je suis autant faible que si j’avais prĂȘchĂ© aujourd’hui depuis midi. C’est juste. Je dois arrĂȘter juste un petit peu, parce que vous vous reposez un peu vous-mĂȘmes. Maintenant, cela fait plusieurs... Ceci...
Que dirions-nous Ă  cette femme qui est ici? Nous ne nous connaissons pas, mais JĂ©sus nous connaĂźt tous deux. Croyez-vous cela? TrĂšs bien, croyez cela.
E-90 Eh bien, quand MoĂŻse s’est rendu en Egypte pour accomplir un signe, pour montrer au peuple que Dieu l’avait envoyĂ©, ce signe Ă©tait la confirmation qu’il Ă©tait le serviteur de Dieu. Est-ce juste? Il leur disait la vĂ©ritĂ©, comment Ă©chapper Ă  la colĂšre qui venait sur cette nation. La colĂšre de Dieu venait sur la nation. La PĂąques devait ĂȘtre observĂ©e. Et, alors, MoĂŻse y est descendu et il a accompli le signe que Dieu lui avait dit d’accomplir: il a changĂ© le bĂąton en un serpent, et ensuite il l’a de nouveau ramassĂ©, et il a accompli son signe avec la main qui Ă©tait couverte de la lĂšpre. Et tout IsraĂ«l a cru en lui sans un seul murmure. Voyez-vous? Ils ont cru en lui.
Mais je me demande pourquoi aujourd’hui les gens ne croient pas, alors que JĂ©sus a dit que ceci arriverait. Le voici, juste ici ce soir. Je–je n’avais pas du tout Ă  faire un choix Ă  ce propos; ces choses ont Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©es par Dieu. Croyez-vous cela? Certainement, elles ont Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©es par Dieu. L’homme ne peut pas se façonner lui-mĂȘme. «Qui, par ses inquiĂ©tudes, peut ajouter une coudĂ©e Ă  la durĂ©e de sa vie?» Mais ce n’est pas un chemin facile, c’est un chemin difficile, avec des souffrances, des souffrances incomprĂ©hensibles. Vous ne pouvez pas le dire au public; les gens ne comprendraient pas. Vous ne pouvez pas l’expliquer, parce que vous ne comprenez pas cela vous-mĂȘme. Vous devez simplement aller de l’avant et exercer votre ministĂšre; quand c’est terminĂ©, vous rentrez Ă  la maison.
E-91 Maintenant, je vous parle exactement comme notre Seigneur a parlĂ© Ă  la femme au puits, pour dĂ©couvrir votre problĂšme. Je vais le dĂ©couvrir par Sa grĂące. Vous souffrez de la tuberculose, c’est juste. Vous souffrez aussi d’un cancer. Vous souffrez d’une maladie du sang pour laquelle les mĂ©decins ne peuvent rien, c’est incurable. C’est exactement... Je vois un mĂ©decin d’apparence plutĂŽt corpulent secouer la tĂȘte pendant qu’il regarde la chose, et il dit: «Il n’y a rien Ă  faire pour cela.» C’est exact; cela le dĂ©crit. Maintenant, comment pouvais-je savoir... juste dans la salle, le laboratoire, l’endroit oĂč il se tenait? Voyez-vous? Eh bien, vous avez un tas de complications de maladies, d’autres choses qui ne marchent pas en vous; vous ĂȘtes trĂšs malade.
Vous n’ĂȘtes pas de cette ville. Non, vous venez d’une ville plus grande que celle-ci, et cette ville se trouve Ă  l’est d’ici. C’est la ville de Salt Lake. C’est juste. Si Dieu me dit qui vous ĂȘtes, et Ă  vous depuis lĂ -bas, si Dieu me dit qui vous ĂȘtes, croirez-vous que je suis Son prophĂšte? Croirez-vous? TrĂšs bien, Madame Harvey, vous pouvez rentrer chez vous et ĂȘtre guĂ©rie. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit.
E-92 Croyez-vous au Seigneur? TrĂšs bien, approchez. Maintenant, quelqu’un pense qu’on est... que peut-ĂȘtre on est en train de lire sa pensĂ©e. Approchez, madame. Posez votre main sur la mienne. Dieu va me dire ce qui ne va pas en vous, croyez-vous cela? Votre maladie du coeur est guĂ©rie. Rentrez chez vous et soyez en bonne santĂ©. Eh bien, qu’en est-il de cela?
Approchez, madame. Maintenant, cette femme-ci souffre de la mĂȘme chose, car il y a une lumiĂšre qui part de cette femme vers celle-lĂ . Continuez simplement votre chemin; vous ĂȘtes aussi guĂ©rie. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit. Que Dieu vous bĂ©nisse. Montez, qui que vous soyez, lĂ -bas; venez par ici. Maintenant, si Dieu me dit quel est votre problĂšme alors que vous regardez par ici, croirez-vous que je suis Son prophĂšte? Un mal de dos. Continuez votre chemin en vous rĂ©jouissant. Dites: «JĂ©sus me guĂ©rit.» Croyez cela de tout votre coeur; ayez foi en Dieu.
E-93 Maintenant, quand vous vous levez le matin, vous ĂȘtes aussi trĂšs raide. C’est pour l’arthrite que vous voulez que je prie. Maintenant, si vous croyez au Seigneur de tout votre coeur, demain soir vous pourrez monter cet escalier en courant. Partez en croyant maintenant, montez l’escalier en courant. Croyez de tout votre coeur. C’est Ă  vous de croire.
TrĂšs bien, approchez, soeur. Croyez-vous que Dieu peut me permettre de vous regarder lĂ -bas pour dire ce qui ne va pas chez cette femme? Eh bien, voulez-vous croire de tout votre coeur, vous aussi, soeur? Voulez-vous? TrĂšs bien, partez et votre asthme va vous quitter. Croyez-vous cela? TrĂšs bien. Partez, croyez au Seigneur JĂ©sus de tout votre coeur.
E-94 Maintenant, cette femme qui vient ici, vous ne savez pas de quoi elle souffre. C’est la gastrite. Allez vous acheter un hamburger; Dieu vous guĂ©rit et vous rĂ©tablit. Ayez la foi.
Dieu peut faire pour vous ce que l’asthme ne fait pas ou plutĂŽt ne fera pas. Croyez-vous cela? Continuez alors votre chemin en vous rĂ©jouissant, cette sale toux... Sors de lui, au Nom de JĂ©sus-Christ! Que Dieu vous bĂ©nisse; partez en croyant.
Et si je vous disais que vous Ă©tiez guĂ©ri quand vous ĂȘtes arrivĂ© en haut des marches, me croirez-vous sur parole? Partez en vous rĂ©jouissant, en disant: «Merci, Seigneur.» Partez et soyez guĂ©ri. Croyez de tout votre coeur.
Vous ĂȘtes une femme apparemment en trop bonne santĂ© pour ĂȘtre dĂ©rangĂ©e par les nerfs, mais c’est ce dont vous souffrez. Partez, c’est complĂštement terminĂ© maintenant. Voyez-vous? La mĂ©nopause, juste un changement.
Maintenant, croyez-vous que l’asthme vous quitte aussi, une maladie de femme et l’asthme? Continuez votre chemin en vous rĂ©jouissant, en disant: «Merci, Seigneur. Il me guĂ©rit.»
E-95 Combien lĂ -bas veulent croire au Seigneur JĂ©sus-Christ? Combien croient que ceci, c’est le Saint-Esprit, que moi, je suis votre frĂšre? Le Saint-Esprit est donc ici. Voyez-vous cette femme qui a Ă©tĂ© guĂ©rie? Vous aussi vous pouvez ĂȘtre guĂ©rie. Combien de croyants y a-t-il ici? Levez la main. Et puis la Bible dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. S’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris.» Imposez-vous les mains les uns aux autres; posez vos mains les uns sur les autres. Priez les uns pour les autres. Seigneur JĂ©sus, viens avec Ta puissance. Je Te confie cet auditoire. Satan, tu as perdu la bataille. Sors de cet auditoire. Quitte ces gens au Nom de JĂ©sus-Christ. Gloire au Dieu vivant!

En haut