ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



PrĂ©dication Il n’En Etait Pas Ainsi Au Commencement / 60-1127M / Shreveport, LA, USA // SHP 49 minutes PDF

Il n’En Etait Pas Ainsi Au Commencement

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 ...? ... Merci, FrĂšre Moore. Bonjour, frĂšres. Je suis certainement heureux d’ĂȘtre de nouveau ici ce matin, et pour rien au monde je n’aurais manquĂ© ceci, d’écouter la prophĂ©tie de notre soeur, d’avoir eu le privilĂšge de rencontrer encore hier soir frĂšre Kidson, un associĂ© de longue date, un de mes premiers associĂ©s dans le milieu pentecĂŽtiste. C’était lui qui m’avait amenĂ© ici Ă  Shreveport la premiĂšre fois, je pense, frĂšre Kidson, il y a des annĂ©es, quand j’avais tenu des services dans–dans le–l’ancien tabernacle. Je pense que c’est Ă  cette Ă©poque-lĂ  que la mĂšre de frĂšre Moore avait Ă©tĂ© guĂ©rie de l’estomac; et beaucoup d’autres choses que le Seigneur avait accomplies.
E-2 Vous voyez, le mĂȘme Message continue toujours. Nous ne falsifions pas cette ordonnance. Nous la laissons simplement telle quelle et nous la prenons telle que c’est dosĂ© pour nous.
J’apprĂ©cie ce frĂšre irlandais. Nous avons certainement un bon Irlandais. C’est que le... chante Il y a du Baume en Galaad, cela correspond parfaitement Ă  ce qui s’est passĂ© hier soir. Cette bonne petite chorale: David, frĂšre et soeur Moore, Anna Jean et tous les autres, oh! la la! c’est merveilleux de se retrouver en communion ici avec vous.
Alors que j’étais lĂ  dans la piĂšce il y a quelques instants, j’ai reçu un appel tĂ©lĂ©phonique de loin, d’un homme qui Ă©tait un prĂ©dicateur quelque part et que les mĂ©decins avaient abandonnĂ©, ne sachant de quoi il souffrait. Il a pris le tĂ©lĂ©phone, et il a appelĂ© et, d’un moment Ă  l’autre, il Ă©tait reçu chez nous au bureau... On savait que nous serions ici au tabernacle en ce moment-ci. Et juste pendant que nous Ă©tions lĂ , frĂšre Kidson, frĂšre Moore, moi-mĂȘme et bien d’autres frĂšres, je ne savais qui Ă©tait lĂ ...
E-3 Mais il voulait savoir ce que le Seigneur a dĂ©cidĂ© pour lui. Allait-il mourir? Et lĂ , dans cette piĂšce, le Saint-Esprit, juste au bureau il y a quelques instants, a rĂ©vĂ©lĂ© Ă  l’homme son Ă©tat et tout Ă  son sujet, et ce qu’il Ă©tait, comment il Ă©tait habillĂ© pendant qu’il se tenait lĂ , de quoi il souffrait et Il l’a dĂ©clarĂ© guĂ©ri. Il a failli casser le tĂ©lĂ©phone en le dĂ©crochant, en voyant comment le Seigneur l’avait guĂ©ri.
Oh! Nous sommes heureux (N’est-ce pas?) d’avoir toujours le Seigneur Dieu qui connaĂźt toujours la fin dĂšs le commencement. C’est une bonne chose qu’il y ait du Baume en Galaad, et il y En a beaucoup. Il y a des mĂ©decins et autres auxquels le Seigneur a pourvu pour nous. Pourquoi donc devrions-nous aller chercher autre chose, alors que Dieu a trĂšs richement pourvu Ă  toute la joie dont nous avons besoin, et que toute la bĂ©nĂ©diction dont nous avons besoin se trouvant dans la maison de la foi pour les enfants de Dieu?
E-4 Pourquoi devrions-nous nous rĂ©fĂ©rer, ou plutĂŽt nous en abstenir, nous mettre Ă  fumer et Ă  boire pour avoir du plaisir? Ces choses ne font qu’apporter la mort. Cela... Notre joie, c’est le Seigneur. Je suis donc trĂšs heureux de m’en rĂ©jouir. Eh bien, Ă  quelle heure congĂ©diez-vous vos rĂ©unions? A 11 h 30’? [FrĂšre Moore rĂ©pond: «13 h 30’»–N.D.E.] Oh! Cela–cela... Je... Vous ne pourrez pas me supporter si longtemps. Je suis trĂšs heureux de voir ce groupe ici. Et je ne serai pas long.
Eh bien, ce soir Ă  18 h 00’, les jeunes gens distribueront les cartes de priĂšre, et nous aurons une ligne de priĂšre ordinaire. Ce soir, le Seigneur voulant, je vais parler de quelque chose en rapport avec la guĂ©rison divine, ou de quelque chose du genre, puisque le service de ce soir sera consacrĂ© Ă  la guĂ©rison divine.
E-5 Billy et moi Ă©tions assis ce matin dans un restaurant, nous mangions en faisant des commentaires, et Billy a demandĂ©: «Papa, peux-tu reconnaĂźtre les chrĂ©tiens aussitĂŽt que tu les rencontres n’importe oĂč?»
J’ai dit: «Certainement.»
Il a dit: «Tu vois cet homme qui entre là avec sa femme, a-t-il dit; ce sont des chrétiens.»
J’ai dit: «Oui.»
Et quelque temps aprĂšs, quelqu’un d’autre est entrĂ©. Il a dit: «Oui, oui, celui-lĂ .»
J’ai dit: «C’est vrai.» Alors, quelque temps aprĂšs, quelqu’un d’autre est entrĂ©, j’ai dit: «Et celui-lĂ ?»
E-6 Il a dit: «Celui-là, oui.»
On peut toujours reconnaĂźtre un chrĂ©tien. La plupart, bien sĂ»r, ce sont des femmes sans manucure ou je ne sais quel produit elles portent, ne portant pas cela, mais je veux dire que vous pouvez reconnaĂźtre cela autrement. Voyez? Ils sont–ils sont simplement marquĂ©s. Un chrĂ©tien crĂ©Ă© une atmosphĂšre. En effet, du moment qu’il est un fils ou une fille de Dieu, il est un crĂ©ateur.
Je ne sais pas qui est ce petit ami qui a enseignĂ© ce matin Ă  l’école du dimanche, j’apprĂ©cie vraiment ce message-lĂ . Il Ă©tait trĂšs bien. J’ai aimĂ© cela. Est-ce vous, frĂšre? Eh bien, ici mĂȘme. Bon, c’est bien. Vous devez ĂȘtre un ancien baptiste; en effet, je pouvais vous reconnaĂźtre par votre parler. Que vous... Nous... Cela met un peu un accent sur le passĂ©, mais nous survivrons Ă  cela. Voyez? Ainsi... Maintenant, les frĂšres baptistes, nous sommes bien gentils les uns envers les autres, mais je peux...
E-7 Lorsqu’il a dit, en utilisant l’expression... Je l’ai notĂ©e sur un bout de papier. Je l’ai prise cela lĂ  au bureau: deux omnipotents se sont rencontrĂ©s. C’est vrai. Lorsque Dieu et un croyant se rencontrent, ce sont deux omnipotents, parce que Dieu... Un homme est une partie de Dieu. Il est un fils de Dieu. Voyez? Et combien petit qu’il soit, il se joint Ă  tout le corps.
Et JĂ©sus a dit dans Marc 11.22: «Si vous dites Ă  cette montagne: ‘Ôte-toi’ et si vous ne doutez pas dans votre coeur, mais croyez que ce que vous dites... Vous pouvez... Cela arrivera.» Voyez? Croyez que ce que vous avez dit... Et un chrĂ©tien est tellement marquĂ© qu’il a une atmosphĂšre autour de lui.
E-8 Avez-vous dĂ©jĂ  rencontrĂ© des gens dont vous apprĂ©ciez beaucoup la compagnie? Avez-vous vĂ©cu cela? Et pourquoi? Ils crĂ©ent ce genre d’atmosphĂšre par leur–leur vie, leur maniĂšre de vivre, par leurs pensĂ©es et par l’amour qu’ils ont pour vous.
Vous avez suivi mon message oĂč j’ai parlĂ© de le–l’opossum, vous savez, des abeilles qui cherchaient Ă  me piquer, du taureau qui cherchait Ă  me tuer, des animaux... Voyez? Cela–cela fera...Vous crĂ©ez une atmosphĂšre, et c’est l’atmosphĂšre dans laquelle vous devez vous retrouver afin de prier pour les malades. Voyez? C’est pareil. C’est l’amour qui chasse les mauvais esprits. Je ne citerai pas le nom. C’est l’un de mes convertis au Seigneur. Pendant qu’il Ă©tait encore un incroyant, il descendait l’autoroute Alcan Ă  bord d’un camion, et–et lĂ , il a vu mon nom affichĂ© lĂ  et il a dit: «C’est du fanatisme.» Il s’est donc juste arrĂȘtĂ©, c’était lĂ  au Canada, lĂ  loin prĂšs de Dawson Creek. Ce soir-lĂ , il faisait trĂšs froid. Et vous de Louisiane, vous mourriez lĂ ; en effet, j’ai failli geler Ă  mort. Maintenant, j’ai fait actionner tous les climatiseurs partout, cherchant Ă  garder–à garder l’air frais, ce climat chaud ici. Et je... Oui, monsieur. Vous aimez cela. TrĂšs bien. Ainsi...
E-9 Nous sommes arrivĂ©s... il est arrivĂ© lĂ ; et ce soir-lĂ , les Indiens et tout... Il a donc vu le discernement du Seigneur, il ne connaissait pas les Ecritures. Il est ressorti, il a trouvĂ© un vieux Indien lĂ  au... un vieux trappeur, et Il l’a amenĂ©. On ne pouvait pas distribuer les cartes de priĂšre. Il a dĂ» donc le pousser Ă  l’estrade autant que possible et, finalement, il a amenĂ© ce vieux Indien lĂ , et il allait... Il connaissait ce vieil Indien; il a dit: «Cet homme a des gens qui le suivent.» Il–il a parlĂ© Ă  haute voix comme cela.
Il a donc placĂ© ce vieil Indien sur l’estrade. AussitĂŽt (qu’il est) arrivĂ© lĂ , le Saint-Esprit lui a dit qui il Ă©tait. Il a dit: «Vous habitez tel endroit et vous ĂȘtes un trappeur. Vous avez cinq enfants, dont trois garçons et deux filles.» Il a dit: «L’un d’eux est assis lĂ  derriĂšre, il Ă©tudie pour devenir prĂ©dicateur.» Il a dit: «Vous souffrez de la tuberculose.»
«C’est vrai.»
Et Il a dit: «L’homme qui vous a amenĂ©, c’est le petit gars assis ici, il rĂ©pond au nom de tel et tel.» Il a dit: «Il est sceptique.» La chose Ă©tait rĂ©glĂ©e. Et il est devenu serviteur du Seigneur.
E-10 Il n’y a pas longtemps, nous traversions ensemble le pays, et il m’a dit, il a dit: «FrĂšre Branham, vous savez, ma femme ne croit pas en ceci.» Et il a dit: «Chaque soir, quand je reviens Ă  la maison aprĂšs l’église, a-t-il dit, oh! elle se met bien Ă  m’engueuler dĂšs que je frappe Ă  la porte.» Et il a dit: «Je la tiens par la main (elle est petite), je la tiens et je cherche Ă  chasser ce dĂ©mon de toutes mes forces.»
Cela me rappelle votre message de ce matin, monsieur. Il a dit: «J’essaie de chasser ce dĂ©mon, et je dis: ‘DĂ©mon, sors de ma femme! DĂ©mon, sors de ma femme! ChĂ©rie, tu es possĂ©dĂ©e d’un dĂ©mon. DĂ©mon, sors de lĂ !’»
«Oh! ai-je dit, c’est bien, FrĂšre Fandler, mais vous–vous vous y prenez mal.»
Et il a dit: «Eh bien, comment vous y prenez-vous?»
E-11 J’ai dit: «En rentrant chez vous, achetez-lui une boĂźte de bonbons. Remettez-la-lui aussitĂŽt arrivĂ© Ă  la porte. Entourez-la de vos bras.» J’ai dit: «C’est comme cela que vous chasserez un dĂ©mon.» L’amour bannit la peur, n’est-ce pas? L’amour...
Mes amis, le monde entier se meurt faute d’amour. L’une des grandes choses qui nous font beaucoup dĂ©faut parmi nos bĂ©nĂ©dictions de la PentecĂŽte, c’est l’amour qui unit cela ensemble; le mortier qui fait que les dons et toutes les choses de Dieu opĂšrent parfaitement, c’est l’amour que nous avons l’un envers l’autre. «A ceci, tous connaĂźtront que vous ĂȘtes Mes disciples.»
Inclinons la tĂȘte juste un instant, avant d’aborder Sa Parole maintenant.
E-12 Dieu Tout-Puissant et Omnipotent, nous Te remercions ce matin par-dessus tout pour JĂ©sus, Ton Fils, et pour Son amour pour nous. Alors que nous Ă©tions encore des pĂ©cheurs, Il est mort Ă  notre place, pour nous rĂ©concilier et nous ramener Ă  la communion, Ă  l’état des fils par Son Sang. Et nous prions ce matin que la Parole qui sera proclamĂ©e saisisse chaque coeur, le mien aussi, Seigneur. PrĂ©pare-nous pour la Venue du Seigneur, comme cette petite dame vient de prophĂ©tiser, qu’Il a dĂ©jĂ  quittĂ© Son TrĂŽne et qu’Il est en route. Nous le croyons vraiment, Seigneur. Rebecca a abreuvĂ© le chameau qui allait l’amener Ă  la rencontre de celui qu’elle aimait, bien qu’elle ne l’eĂ»t jamais vu, mais c’était l’amour Ă  premiĂšre vue. Nous Te remercions, Seigneur. Nous croyons que nous... lorsque nous Le verrons, ce sera de l’amour, sachant que c’est Lui qui est mort et nous a rachetĂ©s.
E-13 Alors, dans ce grand champ, quelque part entre ici et la Gloire, lorsque nous Le couronnerons Roi des rois et Seigneur des seigneurs, et que les anges se tiendront lĂ , tĂȘtes inclinĂ©es, ne sachant pas ce que nous faisons...Ils n’ont jamais Ă©tĂ© perdus comme nous. Et lorsque nous chanterons les cantiques, qu’Il nous a rachetĂ©s, quel temps glorieux ce sera! Nous attendons impatiemment ce temps-lĂ . Puissent nos coeurs ĂȘtre prĂ©parĂ©s.
Sanctifie la Parole qui sera lue, qu’Elle devienne Esprit et Vie pour nous, afin que nous puissions corriger nos vies et vivre pour Celui qui est mort pour nous. Nous demandons ceci au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-14 Retournez avec moi pour juste quelques instants... J’aimerais lire un petit passage des Ecritures ici pour voir si je peux en tirer un contexte pour les quinze ou vingt prochaines minutes, et je... Prenons Matthieu, chapitre 19, alors que nous lisons.
Lorsque Jésus eut achevé ces discours, il quitta la Galilée et alla dans le territoire de la Judée, au-delà du Jourdain.
Une grande foule le suivit, et là il guérit les malades.
Les pharisiens l’abordĂšrent et dirent, pour l’éprouver: Est-il permis Ă  un homme de rĂ©pudier sa femme pour un motif quelconque?
Il rĂ©pondit: N’avez-vous pas lu que le crĂ©ateur, au commencement, fit l’homme et la femme?
Et qu’il dit: C’est pourquoi l’homme quittera son pùre et sa mùre et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair?
Ainsi ils ne sont plus–ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sĂ©pare pas ce que Dieu a joint.
Pourquoi donc, lui dirent-ils, Moïse a-t-il prescrit de donner à la femme une lettre de divorce et de la répudier?
Il leur rĂ©pondit: C’est Ă  cause de la duretĂ© de votre coeur que MoĂŻse vous a permis de rĂ©pudier vos femmes; au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.
Ce matin, j’aimerais prendre un petit sujet, ou plutĂŽt–ou plutĂŽt un thĂšme, s’il nous faut l’appeler ainsi, sur le thĂšme: Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.
E-15 Eh bien, JĂ©sus, en venant ici sur terre pour y effectuer Sa visite en vue de racheter ceux que Dieu avait prĂ©destinĂ©s, Il a trouvĂ© Ă  l’époque des docteurs enseignant des choses qui n’étaient pas vraies.
Je me demande s’Il ne retrouverait pas certaines de ces choses se faisant aujourd’hui s’Il venait, des choses qui n’étaient pas vraies. Et Il leur a parlĂ©... Et la raison pour laquelle j’ai choisi ce texte particulier Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi, c’est parce qu’il nous faut retourner au commencement pour dĂ©couvrir ce qu’en est la vĂ©ritĂ© authentique. Tout ce que nous avons sur terre aujourd’hui n’est pas nouveau. Ça a commencĂ© dans la GenĂšse. La GenĂšse est le Livre Semence.
E-16 Par consĂ©quent, une fois que Dieu fait quelque chose ou prend une dĂ©cision, comme je l’ai souvent dit, Il doit toujours s’en tenir Ă  Sa dĂ©cision. Combien cela devrait illuminer notre foi! Voyez? Lorsque Dieu dit quelque chose, tous les cieux et la terre passeront, mais cela ne peut pas passer. Cela devrait donc nous donner du caractĂšre. Cela devrait nous donner la foi pour recevoir cette Parole qu’Il a prononcĂ©e et nous Y accrocher de toute notre vie, car Il ne peut pas La changer. C’est vrai.
Eh bien, au commencement, Dieu crĂ©a toute chose. D’abord, Il crĂ©a cela sous forme de semence. C’était une semence, et Il dit dans GenĂšse 1: «Que chaque semence se reproduise selon son espĂšce.» Et je me demande comme les hommes essaient toujours de pervertir ce que Dieu a crĂ©Ă©! En effet, l’homme, dans son Ă©tat dĂ©chu, pense qu’il peut faire quelque chose de mieux que ce que son CrĂ©ateur avait fait au commencement. Il cherche toujours Ă  pervertir quelque chose que Dieu a crĂ©Ă© et en faire autre chose.
E-17 J’en parlais tout rĂ©cemment dans un sermon sur La Religion hybride. Et la science, en travaillant dans le domaine de la science... Ceux qui parlent de l’évolution ont examinĂ© leur propre blĂąme scientifique, ou plutĂŽt leur preuve scientifique, et ils ont infirmĂ© leur propre thĂ©orie de l’évolution. En effet, tout ce qui est hybride ne peut pas se reproduire. Par consĂ©quent, si Dieu a crĂ©Ă© une certaine semence, elle doit rester telle quelle. Si vous la croisez avec autre chose, elle ne peut pas se reproduire. AussitĂŽt que vous–que vous l’hybridez, c’en est fini d’elle. Un mulet–un mulet ne peut jamais reproduire un autre mulet, et n’imputez jamais cela Ă  Dieu d’avoir crĂ©Ă© le mulet. Il ne l’a jamais crĂ©Ă©. Ça, c’est ce que l’homme a fait. C’est–c’est un... Cela me rappelle maintenant ce qu’il en est de la nature aujourd’hui, lorsque vous hybridez quelque chose, vous abĂźmez sa nature.
E-18 Lorsque vous prenez un cheval de race pure, il a un certain caractĂšre. Il est gentil. Il redresse sa tĂȘte comme ça et vous pouvez l’appeler. Il placera sa tĂȘte sur votre Ă©paule, hennira doucement et–et vous pouvez lui faire... vous pouvez lui faire faire un concours pratiquement comme un homme. Il peut... Il a des traits nobles et quelque chose de rĂ©el en lui.
Vous n’avez jamais vu un mulet agir ainsi. C’est juste–c’est juste une bĂȘte de somme. Tout pour lui, c’est–c’est le travail, et pas de grĂące.
Cela me rappelle beaucoup de gens aujourd’hui. Vous... Ils sont tous absorbĂ©s par les oeuvres, et c’est cela. Comme le disait frĂšre Jack ce matin au sujet des Ă©glises, elles ont l’ossature, mais pas de... C’est comme le... Vous avez un bon moteur, mais sans puissance. Vous avez une dynamo, mais ça ne tourne pas. L’essentiel dans le moteur, c’est la puissance. C’est ce dont l’église a besoin. Elle possĂšde une ossature.
ConsidĂ©rez un mulet. Ce–c’est–c’est l’animal le plus stupide au monde, parce que c’est un hybride. Vous pouvez appeler un mulet, et il se tiendra simplement lĂ , il redressera ces grandes oreilles et vous regardera.
E-19 Vous savez, je–j’espĂšre que ça n’a pas l’air sacrilĂšge, mais cela me rappelle beaucoup de gens aujourd’hui, qui ont la religion du mulet, une religion hybride: «Notre Ă©glise, nous connaissons tout cela.» Vous pouvez leur parler du baptĂȘme du Saint-Esprit et leur donner la formule de Dieu, ils se tiendront simplement lĂ , les oreilles tendues, sans jamais bouger. Un bon hybride engendre... «Si Mes brebis entendent Ma voix», elles connaissent ce qui est vrai, car elles aiment la Nourriture des brebis.
Une semence hybride, par exemple celle du maĂŻs, vous la voyez paraĂźtre belle, parce qu’elle est hybride. L’autre jour, j’ai vu, mentionnĂ© sur une pancarte: «maĂŻs hybride.» Eh bien, il n’est pas bon. Savez-vous ce que ça fait? Le bĂ©tail hybride donne une meilleure vache. Les poulets hybrides... Aujourd’hui, on a des poulets tellement hybrides qu’ils sont dĂ©pourvus de pattes ou d’ailes. Il n’y a que la poitrine, et la pauvre crĂ©ature ne peut vivre qu’une annĂ©e, puis elle meurt. C’est pratiquement un mort nĂ©.
E-20 Les gens doivent donc manger avec ces cellules hybrides. La science... Le Reader’s Digest a Ă©crit un article lĂ -dessus rĂ©cemment, comme quoi dans vingt ans, si ça continue ainsi, la race humaine n’existera plus. Les hommes et les femmes sont pervertis. Les femmes ont des Ă©paules plus larges et des hanches plus Ă©troites. Les hommes ont des Ă©paules Ă©troites et des hanches plus larges. La femme ne pourra pas avoir un enfant pour s’ĂȘtre nourrie des cellules corrompues.
Les poulets, ces poulets que vous mangez, sont si–si ramollis et doux que les gens n’en veulent plus. Eh bien, vous ĂȘtes... Ils se tuent avec leurs propres idĂ©es, en cherchant Ă  pervertir. Nous avons Ă©tĂ© crĂ©Ă©s pour nous nourrir de cellules des–des aliments tels que Dieu les a placĂ©s.
Et il y a aussi une Ă©glise hybride. Elle est plus jolie aujourd’hui qu’autrefois avec de meilleurs membres. L’Eglise pentecĂŽtiste a de plus beaux bĂątiments, de meilleurs bancs, de meilleurs prĂ©dicateurs Ă©rudits et tout, mais ils ont hybridĂ© cela.
E-21 Retournons Ă  la vĂ©ritable lumiĂšre originelle, Ă  l’ancienne bĂ©nĂ©diction de la PentecĂŽte, et Ă  la puissance du Saint-Esprit une fois de plus dans l’église. Aujourd’hui, on attribue tout au prĂ©dicateur. Ce n’est pas seulement pour le prĂ©dicateur. Le Saint-Esprit est tout autant pour le laĂŻc que pour le prĂ©dicateur. Ce n’est pas lui qui dĂ©tient toute la religion. Ils en ont dans l’assistance; et je–je suis l’un de ceux qui croient que nous devons ramener l’Esprit de Dieu dans l’église aujourd’hui, et nous pouvons y avoir les dons de l’Esprit opĂ©rant avec onction et puissance. Mais, aujourd’hui, nous trouvons des hommes en qui... Au commencement, dans les Ăąges de l’Eglise, que je vais enseigner la semaine prochaine dans mon tabernacle, chez nous, pour Ă©crire un petit commentaire, comme mes propres commentaires lĂ -dessus...
E-22 Remarquez bien, cela avait commencĂ© par des oeuvres des NicolaĂŻtes. Peu aprĂšs, c’est devenu une doctrine. Eh bien, ce qui s’est passĂ©, c’est qu’ils ont ĂŽtĂ© de l’assemblĂ©e tout Esprit et ils ont Ă©tabli des Ă©vĂȘques, des surveillants, des papes. Ils ont tout mis Ă  la chaire, et la chaire est devenue intellectuelle. Vous avez lĂ  de nouveau une Ă©glise hybride (voyez?), dirigĂ©e par des intellectuels. Que Dieu nous ramĂšne Ă  l’état oĂč le Saint-Esprit se retrouve parmi les gens. Puisse l’onction de l’Esprit se mouvoir parmi les gens, proclamant les messages avec puissance et manifestations, mĂȘme s’il nous faut nous tenir au coin de la rue ou entrer dans un poulailler, ou une Ă©table quelque part.
Nous ne voulons pas du tout de cette religion hybride, issue du sĂ©minaire. Nous voulons celle qui vient comme un vent impĂ©tueux qui descend du Ciel et remplit toute la maison, pas juste un homme, mais toute la maison oĂč ils sont assis ensemble. La perversion, c’est ce que l’homme avait fait Ă  l’époque de notre Seigneur JĂ©sus. C’est ce qu’il essaie de faire aujourd’hui: prendre l’original, le pervertir par ses propres idĂ©es, et il se ruine.
E-23 J’aimerais poser cette question Ă  l’évolutionniste. Si vous ne pouvez pas faire se reproduire un maĂŻs hybride, comment peut-on donc enseigner la thĂ©orie de l’évolution? Dieu a dit: «Que chaque semence se reproduise selon son espĂšce, chaque semence selon son espĂšce.» Et si vous croisez cette semence, c’en est fini d’elle. Elle ne peut plus aller plus loin. Elle retourne droit Ă  l’origine.
Je suis trĂšs content de croire que Dieu a plantĂ© la Semence Saint-Esprit le jour de la PentecĂŽte, dont on a fait des dĂ©nominations par hybridation, mais d’ici peu, Elle va de nouveau retourner Ă  son origine, retourner au vĂ©ritable Saint-Esprit, retourner au Message Ă©vangĂ©lique, retourner de nouveau Ă  Actes 2, retourner Ă  la formule, retourner Ă  Ses dĂ©buts.
Un de ces jours, un homme se lĂšvera, il sera contre ces choses et il martĂšlera lĂ -dessus de toutes ses forces.
Remarquez. Maintenant, allons Ă  l’origine, retournons au commencement. JĂ©sus leur a dit: «Retournez au commencement pour dĂ©couvrir ce que c’était. Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.»
E-24 Eh bien, les gens disent: «Je suis presbytĂ©rien. Je suis mĂ©thodiste. Je suis baptiste. Je suis ceci. Je suis cela.» C’est trĂšs bien, mais retournons au commencement et voyons oĂč cela a commencĂ©, voyons ce que c’était au commencement. C’est comme cela que Dieu avait Ă©tabli Son Eglise le jour de la PentecĂŽte. C’est ainsi qu’Elle doit demeurer Ă©ternellement. Si vous y ajoutez quelque chose d’autre, des dĂ©nominations et toutes ces autres choses, l’aspersion, tous ces rites et tout, vous hybridez cela, vous obtiendrez une Ă©glise de belle apparence, mais sans vie en elle. Elle ne peut plus se reproduire de nouveau.
E-25 Le rĂ©veil qui avait Ă©clatĂ© du temps de Luther ne peut pas se reproduire parce qu’on l’avait hybridĂ©. Celui du temps de Wesley, on ne peut pas le reproduire. Montrez-moi un rĂ©veil qui se soit jamais rallumĂ© aprĂšs s’ĂȘtre Ă©teint. Lorsqu’on hybride l’église, elle retombe. C’est fini. Elle ne peut pas se reproduire. Elle peut faire entrer des membres, former une organisation, mais elle ne peut pas se reproduire. Ce dont nous avons besoin, c’est de quelque chose qui peut se reproduire pour donner naissance aux fils et filles de Dieu. Vous ne pouvez pas y parvenir avec un sĂ©minaire. Cela doit venir du Saint d’En haut, comme un vent impĂ©tueux, comme au commencement.
La religion hybride pervertit les choses, change les choses, des perversions humaines. Et lorsque JĂ©sus est venu Ă  Son Ă©poque, Il a dit: «C’est en vain que vous M’honorez, en enseignant des prĂ©ceptes qui sont des commandements d’hommes.» Qu’ont-ils fait? Ils ont pris des commandements de Dieu, les ont hybridĂ©s avec leurs propres idĂ©es et ils ont rapportĂ© cela, alors qu’il Ă©tait dit: «Tu ne feras point, tu feras ceci et autre», mais eux, avec leurs traditions, annulent les prĂ©ceptes de Dieu pour les avoir hybridĂ©s.
E-26 Aujourd’hui, les gens se demandent comment ces choses se passent. Comment un homme peut-il se tenir lĂ , regarder une assistance, pointer un homme ou une femme, rĂ©vĂ©ler les pĂ©chĂ©s et les choses qu’il y a dans l’église? Qu’y a-t-il? Pourquoi toutes les Ă©glises ne font-elles pas cela? Elles sont hybrides. C’est vrai.
Il n’y a qu’une seule Eglise, et Elle n’est pas une dĂ©nomination. Vous ne pouvez pas faire de l’Eglise de Dieu une dĂ©nomination. Il n’y a qu’une seule Eglise et un seul Corps. Ce corps, c’est le Corps mystique de JĂ©sus-Christ ici sur terre. Et nous sommes tous baptisĂ©s dans un seul Esprit pour former ce seul Corps, que nous soyons mĂ©thodistes, baptistes, ou catholiques, ou que sais-je encore. Peu importe la dĂ©nomination Ă  laquelle un homme appartient, s’il compte sur son Ă©glise pour son salut, il est perdu. Si un catholique compte sur l’Eglise catholique pour son salut, il est perdu. Si un baptiste compte sur l’Eglise baptiste pour son salut, il est perdu. Si un pentecĂŽtiste compte sur l’Eglise pentecĂŽtiste pour son salut, il est perdu; mais si ces hommes se confient en Dieu et en JĂ©sus-Christ, «C’est par la foi que vous ĂȘtes sauvĂ©s, ce n’est point par les oeuvres, mais par la grĂące.»
E-27 JĂ©sus, Ă  Son Ă©poque, avait aussi trouvĂ© des docteurs qui pervertissaient des choses, et Il leur a dit qu’au–au commencement, nous trouvons la mĂȘme chose aujourd’hui. Ils disent: «Oh! Oui, la Bible dit effectivement que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, mais nous ne croyons pas qu’Il accomplit toujours les miracles. Nous croyons que JĂ©sus a dit: ‘Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais’, mais nous–nous croyons que ces choses ont cessĂ© avec les apĂŽtres.» Voyez-vous ce que vous faites? Vous hybridez cela. Vous pervertissez cela, en disant quelque chose que Dieu n’a pas dit.
La Bible dit: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.» Je crois que c’est la vĂ©ritĂ©. Je ne pense pas qu’il nous faille modifier un peu ça. Dites juste ce qui est lĂ . Si vous n’avez pas de foi pour avancer avec cela, n’arrĂȘtez pas quelqu’un d’autre qui a la foi pour avancer.
E-28 J’ai toujours dit que j’aurais souhaitĂ© avoir la foi d’HĂ©noc pour rentrer Ă  la Maison, en marchant avec Dieu sans connaĂźtre la mort. Mais si je n’ai pas ce genre de foi, je n’aimerais certainement pas faire obstacle Ă  quelqu’un qui a cette foi-lĂ . Je le laisserai continuer sa marche. Certainement, et je prierai Dieu de m’accorder la grĂące et la puissance de continuer Ă  marcher. Certainement.
Quand JĂ©sus est venu, Il a trouvĂ© des membres d’église qui se confiaient en leur Ă©glise pour leur salut. C’est ce qu’Il–Il trouve aujourd’hui, alors qu’Il est venu sous forme du Saint-Esprit dans ces derniers jours. Il trouve des gens qui se confient en l’église pour leur salut. Qu’ont reçu les gens du temps de JĂ©sus, lorsqu’ils sont venus, se confiant Ă  l’église pour leur salut? Ils ont eu un tas de credos, des dogmes fabriquĂ©s de main d’homme; dĂ©formant la Parole de Dieu en un credo.
E-29 C’est ce que nous avons aujourd’hui. Alors que le Saint-Esprit est ici, la Personne du Saint-Esprit, faisant la cour, Ă  la recherche de l’Epouse de Christ, qu’avons-nous? Que trouve-t-Il? Des gens qui acceptent des credos pour leur salut au lieu de retourner Ă  l’original pour cela. Vous avez une–une livre de priĂšres, ou un genre de manuel d’une espĂšce quelconque telle que «nous Untel, nous croyons telle et telle chose.»
Pourquoi adoptez-vous un manuel pour ça? La Bible de Dieu, c’est Ça le Manuel. Retournez au commencement. Vous adoptez une poignĂ©e de main au lieu du baptĂȘme. Vous adoptez l’aspersion au lieu du baptĂȘme d’eau. Vous adoptez des rites, des credos et autres, au lieu de suivre la formule telle que prescrite par Dieu. C’est pour cela que nous avons aujourd’hui une Ă©glise hybride et morte, car elle ne peut plus se reproduire. Un luthĂ©rien peut reproduire un luthĂ©rien. Un baptiste peut reproduire un baptiste. Un presbytĂ©rien peut reproduire un presbytĂ©rien, mais Dieu produit un saint lorsqu’Il entre en lui, le Saint-Esprit originel, la bĂ©nĂ©diction de la PentecĂŽte.
E-30 Ils s’attendaient Ă  ce que l’église leur accorde le salut. Puis, ils ont fini par dĂ©couvrir qu’ils ne connaissaient mĂȘme pas les principes de base de leur salut lorsque JĂ©sus est venu, parce qu’ils Ă©taient hybrides. Ils Le regardaient, on dirait une bande de mulets: «Hum! Qui es-tu? Un Enfant illĂ©gitime», comme un vieil Ăąne braillant quelque part, vous savez, lĂ : «Les jours des miracles sont passĂ©s. MoĂŻse a fait ceci et cela, mais qui est ce Gars? Il n’est membre d’aucune de nos organisations. Oh! C’est de la tĂ©lĂ©pathie. C’est tout. Il est BĂ©elzĂ©bul, un dĂ©mon.»
Cette mĂȘme chose s’est rĂ©pĂ©tĂ©e. Ils ne connaissent pas Christ dans la puissance de Sa rĂ©surrection. Ils Le connaissent par un credo, pas dans la puissance de Sa rĂ©surrection. Christ vit dans une personne. Et s’Il venait aujourd’hui et que nous entendions les gens dire ce qu’ils font, JĂ©sus dirait simplement: «Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.»
Eh bien, quelqu’un dirait: «Seigneur, j’ai Ă©tĂ© aspergĂ© dans la sainte Ă©glise telle et telle.»
Le Seigneur dirait: «Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.»
«Eh bien, j’ai serrĂ© la main au prĂ©dicateur et j’ai fait la confession.»
«Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.»
E-31 Au commencement, ils avaient attendu jusqu’à ce que la puissance descende d’En-haut, un vent impĂ©tueux qui a changĂ© tout le cours de leur vie et les a enflammĂ©s avec Quelque Chose qui avait Ă©vangĂ©lisĂ© le monde.
Comment pouvons-nous y parvenir, par la lecture, l’écriture et l’arithmĂ©tique? JĂ©sus a dit: «Allez par tout le monde, et prĂȘchez la Bonne Nouvelle.» Non pas apprendre la lecture, l’écriture ou l’arithmĂ©tique, «prĂȘchez la Bonne Nouvelle.» La Bonne Nouvelle, c’est quoi? La Bonne Nouvelle, c’est la puissance et la dĂ©monstration du Saint-Esprit. Suivez les paroles suivantes: «Et voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.»
E-32 Comment allez-vous enseigner Ă  un homme Ă  parler en langues? Comment allez-vous enseigner Ă  un homme Ă  chasser les dĂ©mons avec puissance? Comment allez-vous enseigner Ă  un homme Ă  accomplir ces signes que JĂ©sus lui a ordonnĂ© d’accomplir? Comment allez-vous enseigner Ă  un homme Ă  se tenir Ă  l’estrade et... ou quelque part et prĂ©dire des Ă©vĂ©nements Ă  venir, des choses qui ont Ă©tĂ© et des choses Ă  venir? Comment allez-vous lui enseigner? C’est impossible. C’est un don de Dieu. DĂšs que nous nous en Ă©loignons, nous tombons dans une condition hybride. Nous revenons... Nous retournons simplement au commencement, chaque semence.
Je me demande. J’aimerais que la science rĂ©ponde Ă  cette question-ci. Si l’évolution existe, et ils prĂ©tendent que cela a pu se faire d’une autre façon, pourquoi ne s’élĂšve t-il pas quelque chose de supĂ©rieur Ă  un homme? Nous n’avons pas d’espĂšce plus Ă©levĂ©e qu’un homme, parce que celui-ci est Ă  l’image de Dieu. Rien ne peut ĂȘtre au-dessus de son CrĂ©ateur. J’aimerais qu’ils rĂ©pondent Ă  celle-lĂ . Ils ne peuvent pas le faire. Pourquoi? C’est l’espĂšce la plus Ă©levĂ©e.
E-33 Pourquoi ne pouvons-nous pas produire quelque chose suivant notre Ă©thique, notre instruction et nos grands sĂ©minaires, qui dĂ©passera ce qu’on avait Ă  la PentecĂŽte? Vous ne le pouvez pas parce que c’est ainsi que Dieu s’y prend. Rien n’apparaĂźtra donc qui ravira les coeurs des gens, qui accomplira ces signes. Vous ne ferez jamais entrer les gens par l’instruction. Vous ne pourrez jamais les faire entrer par l’enseignement. Ils doivent y entrer par la naissance.
Nos dĂ©nominations sont donc hybrides. Nous avons besoin du Saint-Esprit, le Corps mystique de Christ se formant sur terre. C’est ainsi que c’était au commencement. Il se reproduit et revient au commencement.
E-34 AprĂšs toutes ces annĂ©es de dĂ©nominations, Dieu a finalement reproduit Son Eglise, en La ramenant au Saint-Esprit. Je suis trĂšs content d’En ĂȘtre membre. Laissez les vieilles semences et les choses charnelles mourir. Devenez une nouvelle crĂ©ature en Christ JĂ©sus. Aujourd’hui, nous sommes assis ensemble dans les lieux cĂ©lestes en Christ JĂ©sus. Le Saint-Esprit est en train de nettoyer (Oh! j’en suis trĂšs content!), d’îter les doutes, d’îter les ismes, de produire pour Lui-mĂȘme des fils de Dieu, non pas pour reproduire des mulets, croiser cela, mais produire des fils et des filles de Dieu qui ne regarderont pas Ă  la Parole, les oreilles dressĂ©es, disant: «Eh bien, ma mĂšre Ă©tait presbytĂ©rienne.»
C’est trĂšs bien, mais nous avons d’abord besoin de devenir des fils et des filles de Dieu dĂ©barrassĂ©s de l’incrĂ©dulitĂ©, des credos et tout, et qu’Il nous ramĂšne par le Saint-Esprit Ă  l’état original des fils et des filles de Dieu. C’est exact. C’est le processus dans lequel l’Eglise se trouve aujourd’hui.
E-35 Alors, aujourd’hui, les gens font comme dans le passĂ©, ils hybrident l’église aux organisations, aux credos et embrouillent les pensĂ©es des hommes, et aprĂšs ils demandent: «OĂč est Dieu? OĂč est le Dieu de l’Ancien Testament? OĂč est le Seigneur JĂ©sus qui a promis ces choses?» C’est Ă  cela que Billy Graham s’est butĂ©, il n’y a pas longtemps, face Ă  un musulman. «OĂč est ce Dieu dont vous parlez? Vous avez dit qu’Il guĂ©rissait les malades. Je vais prendre trente personnes, vous aussi, vous en prenez trente, et voyons ce que nous pourrons faire Ă  ce sujet.»
Oh! Ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est de vaillants hommes, remplis du Saint-Esprit pour forcer la main lĂ -dessus. C’est vrai. Dieu reste toujours le Dieu qui Ă©tait avec Elie au mont Carmel. Il est toujours le mĂȘme Dieu aujourd’hui.
E-36 Nous avons besoin de la religion produite par le Saint-Esprit, la puissance du Saint-Esprit. OĂč est Dieu? Dieu est dans Son Eglise. Dieu est dans Sa Parole. Dieu est dans Son peuple. Dieu est dans Son univers. Il est partout, mais nous ne pouvons pas L’hybrider avec quelque chose d’autre, car Il ne se mĂ©langera avec rien. Il est Dieu, et l’unique Dieu. Vous ne pouvez pas Le mĂ©langer avec cinq ou six diffĂ©rentes choses, et–et quatre ou cinq diffĂ©rents dieux. Il est Dieu, et l’unique Dieu. Il ne sera pas hybridĂ©. Il est Dieu. Vous ne pouvez pas faire l’intercession des saints et dire: «Tel saint a fait telle chose et tel autre saint a fait telle chose.» Ça n’existe pas. Il n’y a qu’un seul MĂ©diateur entre Dieu et l’homme, et c’est JĂ©sus-Christ, l’unique MĂ©diateur.
Qu’y a-t-il donc avec l’église? S’Il Ă©tait ici sur terre (En fait, Il y est), et nous trouvons l’église aujourd’hui dans la mĂȘme condition oĂč Il l’avait trouvĂ©e, enseignant des prĂ©ceptes qui sont des commandements d’hommes. Il a dit: «Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.» Eh bien, nous avons vu ce qu’il y avait au commencement.
E-37 Cela me rappelle un jour lorsque le... Joseph et Marie Ă©taient Ă  la fĂȘte et, sur leur chemin de retour, aprĂšs trois jours de voyage, ils se sont aperçus que le Seigneur JĂ©sus n’était pas lĂ . Ils ne savaient pas oĂč Il Ă©tait. Eh bien, trois jours sans savoir oĂč Il Ă©tait, et quand ils s’en sont rendu compte, ils ont commencĂ© Ă  Le chercher. L’église s’en est allĂ©e pendant pratiquement deux mille ans et elle ne sait oĂč Il est. Parlant de leurs trois jours...«Oh! se disent-ils, peut-ĂȘtre qu’Il est quelque part lĂ  parmi les membres de notre famille.» C’est ce que l’église pense. «Oh! Il est lĂ  quelque part. S’Il n’est pas parmi nous les baptistes, Il est parmi les mĂ©thodistes, et Il... Oh! Il est lĂ  quelque part. Il est parmi les membres de notre famille. Vous savez, dans un passĂ© lointain, nos–nos ancĂȘtres mĂ©thodistes avaient... et nos ancĂȘtres luthĂ©riens...» Ne prenez pas la chose Ă  la lĂ©gĂšre comme cela. Trouvons-Le. OĂč est le Dieu de la Bible? OĂč est le Dieu qui a fait ces promesses? Qui est-Il? Quel est Son Nom?
Pourquoi ne pouvons-nous pas accomplir les mĂȘmes oeuvres qu’ils avaient accomplies jadis, si cela a Ă©tĂ© promis? Pourquoi, n’est-ce pas la mĂȘme chose?
E-38 Il n’y a pas longtemps, j’étais Ă  la chasse Ă  l’écureuil. J’avais rĂ©glĂ© ma carabine Ă  cinquante yards [45,7 m]. Si je ne peux pas tirer un Ă©cureuil dans l’oeil, je le laisse partir. Si je suis Ă  trente yards [27,4 m] de lui, je recule jusqu’à cinquante yards [45,7 m] pour ĂȘtre sĂ»r de l’atteindre. Mon fusil s’était abĂźmĂ© et je l’avais renvoyĂ© Ă  la sociĂ©tĂ© Winchester, un petit fusil bon marchĂ© et, en retour, ils m’ont envoyĂ© un message, disant: «RĂ©vĂ©rend Branham, ce fusil va atteindre ce cible d’un pouce Ă  vingt-cinq yards [22,8 m]. C’est un fusil Winchester modĂšle 75, c’est tout ce que vous pouvez donc en tirer.»
J’en savais mieux que ça. J’ai Ă©tĂ© dans le champ de tir officiel. A cinquante yards [45,7 m], j’ai enfoncĂ© avec cela d’affilĂ©e huit clous de moquette attachĂ©s aux punaises et je savais qu’ils Ă©taient en erreur. Voyez? Et j’étais lĂ . J’avais tout fait, j’avais dĂ©vissĂ© et resserrĂ© les vis parce qu’une vibration de cinq milliĂšme ici lui fera faire une dĂ©viation d’un pouce [2,5 cm], loin Ă  cinquante yards [45,7 m]. J’avais recouvert cela de verre, rendu le canon flottant et fait tout ce que je savais faire. Et je–je savais qu’avec le mĂȘme fusil de chasse... Gene Goad, mon ami assis ici, le sait. L’autre jour, j’avais enfoncĂ© huit, neuf punaises, neuf cartouches dans le mĂȘme trou avec ce fusil, mais la compagnie qui avait fabriquĂ© cela a dit que le fusil–le fusil va seulement tirer sur ce groupe (c’est un groupe, vous savez), de coups de tirs d’environ un pouce [2,5 cm] Ă  vingt-cinq yards [22,8 m] et celui-ci atteignait des punaises Ă  cinquante yards [45,7 m].
E-39 J’étais assis lĂ  sous l’arbre. FrĂšre Wood et les autres Ă©taient lĂ , tirant sur les Ă©cureuils, les atteignant n’importe oĂč qu’ils voulaient: par derriĂšre, par devant, n’importe oĂč. Cela leur importait peu. Pourvu qu’ils atteignaient l’écureuil. Ils passaient de bons moments, et moi, j’étais assis lĂ  sous un arbre. J’ai commencĂ© Ă  pleurer et j’ai dit: «Seigneur, pourquoi m’as-Tu crĂ©Ă© un peu trop nerveux? Pourquoi m’as-Tu crĂ©Ă© ainsi? Pourquoi ne puis-je pas aller lĂ  et me contenter de chasser comme eux, mais il me faut avoir ce fusil en super forme?»
J’ai attendu lĂ  environ une demi-heure, couchĂ© face contre terre, et je me suis mis Ă  pleurer. Le Saint-Esprit est venu vers moi et a dit: «C’est Ă  dessin que Je t’ai crĂ©Ă© ainsi. C’est dans un but. Lorsqu’une personne dit une chose, de l’à peu prĂšs comme cela, tu ne peux pas supporter cela si ce n’est pas bien prĂ©cis. Cela doit ĂȘtre Ă  point nommĂ©, sinon, ce n’est pas ce qu’il faut.»
J’ai dit: «Je comprends, Seigneur.» Voyez?
E-40 Juste, une Ă©glise dĂ©nominationnelle, cela ne me satisfait pas. Si les Ecritures disent une chose et que l’église enseigne une autre, cela ne marche pas. Si JĂ©sus-Christ a vĂ©cu dans les apĂŽtres et qu’Il a accompli des signes prouvant qu’Il Ă©tait ici sur terre, cela se rĂ©pĂ©tera si nous sommes sur la ligne. Nous devons ĂȘtre en ligne. Peu m’importe ce que dit l’église, elle tombera sur ceci ou cela et, oh! PĂšre, Fils, Saint-Esprit et toutes ces autres sortes d’histoires et tous ces credos et autres. «Que ce soit comme ceci, ou comme cela, c’est en ordre.» Pour moi, ce n’est pas en ordre.
Si les apĂŽtres ont atteint le but, nous le pouvons aussi si nous sommes en ligne avec la Parole de Dieu. Que notre expĂ©rience soit en ligne avec Sa Parole. Eux l’ont fait. Si eux l’ont fait, pourquoi pas nous? Si nous sommes en ligne, la mĂȘme chose se fera.
Oh! l’église dit: «Tant que cela atteint l’objectif, tant que vous vous joignez Ă  l’église, que vous serrez la main au pasteur, que vous inscrivez votre nom dans le registre et rĂ©citez tel credo, le Credo des ApĂŽtres, qu’est-ce que ça change donc?» Ça change beaucoup.
E-41 Le Saint-Esprit vous met en ligne avec la Parole de Dieu. JĂ©sus... On s’attendait Ă  Le retrouver parmi les membres de Sa famille. C’est Ă  cela que nous nous sommes attendus. «Oh! Il est avec... Il Ă©tait avec Martin Luther. Il Ă©tait avec John Wesley, John Smith, Calvin, Alexandre Campbell ou les autres. Il Ă©tait avec eux.» Cela ne marchera pas. Est-Il avec nous?Alors, un jour, ils se sont mis Ă  chercher. Savez-vous oĂč ils L’ont trouvĂ©? Pas parmi les membres de leur famille, pas dans leur organisation, pas dans leur dĂ©nomination, pas parmi les gens auprĂšs de qui ils s’attendaient Ă  Le retrouver. C’est ce que nous faisons.
E-42 Nous avons cherchĂ© Ă  avoir un rĂ©veil. Billy Graham a parcouru le pays. Jack Schuler, oh! beaucoup d’autres ont cherchĂ© Ă  avoir un rĂ©veil. Comment s’y prennent-ils? Sur base de l’intellectualisme, ils rassemblent tous les baptistes, tous les mĂ©thodistes, les presbytĂ©riens, ils les rassemblent, forment les organisations, fabriquent des leaders, les bourrent de discours, les incitent et tout, comme cela, Ă  serrer la main, disant qu’on est en ordre. C’est–c’est bien.
Comme l’homme de couleur qui mangeait une pastĂšque, il en avait pris une bonne tranche. Quelqu’un lui a demandĂ©: «Comment ça goĂ»te, mon gars?»
Il a rĂ©pondu: «C’est bon, mais il y en a encore davantage.»
E-43 C’est ainsi aujourd’hui. Se rassembler et se serrer la main, c’est bien. Mais il y en a encore davantage. Amen! Il y a plus que cela. Peu importe combien intellectuels nous devenons ensemble, comment nous nous y prenons, il n’y a point de vie lĂ . Il nous faut retourner lĂ  oĂč nous avons laissĂ© Christ.
Marthe... ou plutĂŽt Marie et–et Joseph sont rentrĂ©s lĂ  oĂč ils L’avaient laissĂ©. OĂč L’avaient-ils laissĂ©? A la fĂȘte de la PentecĂŽte, pas dans l’Eglise luthĂ©rienne, pas dans l’Eglise mĂ©thodiste, pas Ă  la fondation en–en Angleterre, pas chez Calvin, Knox, Finney. Ces hommes Ă©taient bons. Nous ne L’avions point laissĂ© au dĂ©but de nos organisations. Nous L’avions laissĂ© Ă  la fĂȘte de la PentecĂŽte. C’est lĂ  que l’église doit revenir. C’est lĂ  que vous Le trouverez. Pas dans votre Ă©glise, pas dans votre organisation, pas dans la religion de votre mĂšre, pas dans la religion de votre pĂšre; vous Le trouverez Ă  la fĂȘte de la PentecĂŽte.
E-44 Je sais que vous pensez que je suis fou. Peut-ĂȘtre que j’agis comme cela, mais je me sens diffĂ©rent. Ecoutez, frĂšre. Rentrez Ă  la PentecĂŽte. Nous sommes allĂ©s trĂšs loin maintenant. Nous avons pris la PentecĂŽte et nous l’avons organisĂ©e, nous l’avons organisĂ©e, nous l’avons organisĂ©e, nous l’avons organisĂ©e, nous en avons fait une dĂ©nomination; nous avons coupĂ© les cheveux sur ceci et sur autre. Serrer les mains, c’est trĂšs bien. Ce n’est pas assez. Retournons Ă  l’origine; retournons au commencement; retournons lĂ  oĂč nous avons laissĂ© cela. Amen. Ecoutez-moi. Je parle au Nom du Seigneur: Retournez au commencement.
Vous dites: «Je suis méthodiste.»
«Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.»
«J’étais aspergĂ©.»
«Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.»
«Je suis baptiste.»
«Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.»
«Je suis presbytérien.»
«Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.»
E-45 Au commencement, c’était la PentecĂŽte, pas une organisation, mais une expĂ©rience de la PentecĂŽte qui a fait descendre la Semence de Dieu par le Saint-Esprit, qui a amenĂ© les hommes et les femmes Ă  parler en langues et Ă  tituber comme des gens ivres, l’Esprit opĂ©rant dans l’Eglise, accomplissant des signes et des prodiges. «Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.»
Vous direz: «Eh bien, je suis membre de la grande et sainte église.»
Ce n’était pas ainsi au commencement.
«Je suis membre de la sainte église romaine.»
Je... «Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.»
[Espace vide sur la bande–N.D.E.] ... sarment... Si jamais cela porte un autre sarment, ce sera un sarment de la PentecĂŽte. Il portera les mĂȘmes fruits, les mĂȘmes miracles, les mĂȘmes prodiges que le premier sarment. Vous direz: «Je suis luthĂ©rien.»
«Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.» Vous ĂȘtes greffĂ© et vous vivez du Nom du Seigneur JĂ©sus alors que vous n’en portez pas le fruit. Les miracles des croyants ne vous accompagnent pas.
«Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Et ils s’en allĂšrent prĂȘcher partout, le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les miracles qui les accompagnaient. Si nous avons autre chose que ça, «au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.» La maniĂšre dont ils ont reçu le Saint-Esprit au commencement, c’est de la mĂȘme maniĂšre que nous Le recevons aujourd’hui.
E-46 Vous direz: «Eh bien, je ne–je ne sais pas. J’ai... je crois que... peut-ĂȘtre que j’ai reçu le Saint-Esprit quand j’ai cru.»
«Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.» Ils ont cru, et puis, ils ont reçu le Saint-Esprit.
Dans Actes 19, Paul a dit à ces baptistes-là qui avaient pour prédicateur Apollos, un avocat converti, il a dit: «Avez-vous reçu le Saint-Esprit depuis que vous avez cru?»
Lorsque vous dites que vous L’avez reçu quand vous avez cru, au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.
Vous direz: «J’ai Ă©tĂ© aspergĂ© et je dis...»
«Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.»
«J’ai adhĂ©rĂ©...»
«Au commencement, il n’en Ă©tait pas ainsi.» On n’adhĂ©rait jamais Ă  une Ă©glise au commencement. Au commencement, ils entraient dans l’Eglise par la naissance, et si cela... C’est vrai.
E-47 Vous y entrez par la naissance, et si jamais ce Cep porte un autre sarment, ça sera comme un sarment... Si jamais le Cep porte un autre sarment, ça sera le mĂȘme genre de sarment qui est Ă©crit dans le Livre des Actes. Il aura la mĂȘme doctrine. Il aura la mĂȘme puissance. Il accomplira les mĂȘmes miracles parce que c’est lĂ  le mĂȘme genre d’Eglise qu’on avait au commencement.
Cessons de nous hybrider. Retournons Ă  la Parole telle qu’Elle Ă©tait au commencement. Aimez-vous cela? C’est ce dont je vis.
Parlons maintenant Ă  Celui qui a Ă©crit Cela, pendant que nous avons nos tĂȘtes inclinĂ©es.
Y a-t-il ici ce matin quelqu’un qui pense avoir Ă©tĂ© hybridĂ© quelque part et qui aimerait que le Saint-Esprit entre ce matin par une naissance?
E-48 L’hybridation Ă©tait une chose si horrible dans l’Ancien Testament qu’Il a dit: «Celui qui est issu d’une union illicite n’entrera pas dans l’assemblĂ©e de l’Eternel pendant dix gĂ©nĂ©rations.» Il n’y a rien que ce pĂ©chĂ©-lĂ  qui l’élimine, rien d’autre. Pensez-y. Dix gĂ©nĂ©rations, quatre cents ans avant qu’un enfant illĂ©gitime puisse donc entrer dans le Royaume de Dieu. Il n’y avait pas de sĂ©rum pour prendre soin de lui. On devait simplement Ă©purer cela par la famille. Quatre cents ans avant qu’un enfant illĂ©gitime entre dans l’assemblĂ©e du Seigneur.
Mais aujourd’hui, depuis que le Sang de JĂ©sus-Christ a Ă©tĂ© versĂ©, vous avez Ă©tĂ© hybridĂ© avec toutes sortes d’idĂ©es, le Saint-Esprit est ici ce matin pour vous ramener Ă  l’original, vous ramener Ă  la PentecĂŽte, vous ramener. Et ce matin, nous sommes assis ensemble dans les lieux cĂ©lestes en JĂ©sus-Christ, laissant le Saint-Esprit [Espace vide sur la bande.–N.D.E.]...?... l’oeuvre de la circoncision.
La circoncision, c’est quoi? C’est le fait d’îter tout ce qui est hybride, le surplus, les choses du monde, les choses de l’ñge de l’église, nous ramener Ă  la PentecĂŽte comme c’était au commencement.
E-49 Aimeriez-vous recevoir cette expĂ©rience? Voudriez-vous qu’on adresse un mot de priĂšre afin que vous receviez Cela, et que vous retourniez au commencement, ayant la Vie mĂȘme de Christ vivant en vous, produisant les signes qu’Il avait accomplis lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre? Voudriez-vous lever la main pour un mot de priĂšre, avant que nous priions? Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse. Des mains partout.
Bienveillant Seigneur, nous Te remercions ce matin pour Ta Parole. Elle est tranchante. Elle est vraie. Mais Elle est une–une EpĂ©e, et une EpĂ©e affĂ»tĂ©e, tranchante et puissante. Elle discerne les pensĂ©es et les intentions du coeur. Et nous Te remercions ce matin pour Ta Parole. Bien qu’Elle taille, Elle circoncit. C’est la raison pour laquelle Elle est l’EpĂ©e. C’est pour nous circoncire nous dĂ©pouiller de toutes les choses du monde et nous amener dans la communion avec Toi en tant que fils et filles de Dieu assis dans les lieux cĂ©lestes en Christ JĂ©sus.
E-50 Dieu avait ordonnĂ© cela avant la fondation du monde afin que nous soyons saints et irrĂ©prĂ©hensibles devant Lui, vivant dans la saintetĂ©, la puretĂ©, confessant que nous sommes des pĂšlerins sur cette terre, que nous sommes des Ă©trangers. Nous ne sommes pas d’ici. Notre hĂ©ritage est d’En-haut. Nous cherchons cette CitĂ© dont Dieu est l’Architecte et le Constructeur. Nous En entendons parler jour aprĂšs jour et heure aprĂšs heure, pendant que les bĂ©nĂ©dictions du Saint-Esprit se dĂ©versent sur nous pendant que nous sommes assis ensemble, enseignant et Te louant.
Nous prions maintenant pour ces mains qui se sont levĂ©es. Ô Dieu, voici l’heure oĂč on doit ĂȘtre sincĂšre. C’est l’heure oĂč les hommes regardent sur la terre, ils ont peur Ă  cause des choses Ă  venir. Ils ne veulent pas de quelque chose de douteux. Ils veulent quelque chose de solide. Ils veulent quelque chose de rĂ©el. Et, PĂšre, comme ils voient leur vie, qu’ils ont Ă©tĂ© greffĂ©s, qu’ils ne portent pas de fruits, que les signes du premier sarment ne se manifestent pas en eux, ils ont levĂ© leurs mains pour dire: «Ô Seigneur, enlĂšve ceci et laisse-moi pousser du vĂ©ritable Sarment.»
E-51 Ô Dieu, ce matin, je prie que le Saint-Esprit les ramĂšne, les dĂ©barrasse de tous leurs doutes, comme quoi JĂ©sus ne guĂ©rit pas, que le Saint-Esprit, c’est du fanatisme avec Ă©motion comme les gens le disent; que tous les doutes s’en aillent et que les gens reconnaissent que c’est l’Adorable Seigneur JĂ©sus parmi nous. Il se manifeste Lui-mĂȘme.
Et ouvre les yeux des gens. Ne les laisse pas vivre comme ceux du temps des–des apĂŽtres, du temps des prophĂštes. Aucun prophĂšte n’a Ă©tĂ© reconnu, Ă  peine, avant sa mort. On n’avait pas reconnu JĂ©sus. Beaucoup de saints aprĂšs cela n’avaient pas Ă©tĂ© reconnus. Le Message est proclamĂ© et on ne s’En aperçoit pas. Cette Eglise sera enlevĂ©e l’un de ces jours, Elle sera emportĂ©e, et alors, les gens s’écrieront: «Donnez-moi de l’Huile.» Mais il n’y En aura alors plus Ă  acheter. Qu’ils ne manquent pas cela ce matin, Seigneur, mais qu’ils Te cherchent de tout leur coeur, dans l’humilitĂ©.
E-52 Maintenant, PĂšre, je ne peux pas T’amener vers eux, ni les amener vers Toi. Je ne peux que dire ce que Tu as dit et le plan que Tu as rĂ©vĂ©lĂ©. «Celui qui Ă©coute Mes Paroles et qui croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ© a la Vie Eternelle.» Je prie, ĂŽ Dieu, que tout celui qui se retrouve ici sans le Saint-Esprit puisse retourner au commencement ce matin. Pas... Ils n’ont pas Ă  quitter leurs Ă©glises, ils n’ont qu’à retourner au commencement et Ă  ĂȘtre greffĂ©s, ou plutĂŽt non pas y ĂȘtre greffĂ©s, mais entrer par la naissance. Un cep greffĂ©, c’est de la dĂ©nomination, il ne subsistera jamais. Je prie qu’ils entrent dans l’Esprit, dans le Cep par la naissance, comme au commencement.
Je Te les recommande, PĂšre. Je Te prie de les bĂ©nir aujourd’hui. Viens-nous en aide. Sanctifie nos pensĂ©es et nos coeurs. Et ce soir, lorsqu’on tiendra la rĂ©union de priĂšre pour les malades, qu’une puissance ineffable se manifeste parmi nous. Que les coeurs soient purifiĂ©s par le Saint-Esprit; que tous les doutes et tous les troubles soient ĂŽtĂ©s. JĂ©sus-Christ vit, et Il est maintenant avec nous. Accorde-le, Seigneur.
E-53 BĂ©nis cette Ă©glise. BĂ©nis frĂšre Jack, soeur Moore, Anna Jean, Don, et ceux qui collaborent ici. FrĂšre Lyle, frĂšre Brown et beaucoup d’entre eux, PĂšre, je ne peux pas les nommer. Chaque prĂ©dicateur, frĂšre Kidson, tous les autres prĂ©dicateurs ici, frĂšre Bootlayer et beaucoup d’autres que–que nous ne connaissons mĂȘme pas.
Ô Seigneur, enflamme nos Ăąmes. Ô Dieu, fais que nous retournions rapidement. Nous en parlons, mais en parler ne suffira pas. Accorde-nous de retourner. «Celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un pĂ©chĂ©.» C’est de l’incrĂ©dulitĂ©. Le pĂ©chĂ©, c’est l’incrĂ©dulitĂ©. Si nous le disons et que nous ne retournons pas, nous ne le croyons pas. Accorde-nous de retourner au commencement. Prendre le Message, Seigneur, et le rĂ©pandre parmi les gens. Voir le Saint-Esprit agir une fois de plus comme au jour de la PentecĂŽte.
Exauce ma priÚre en leur faveur, PÚre, au Nom de Jésus, je prie. Amen. Que Dieu vous bénisse ainsi que votre pasteur.

En haut