ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication PAREIL A L'AIGLE QUI EVEILLE SA COUVEE / 61-0122 / Beaumont, Texas, USA // SHP 1 hour and 36 minutes PDF

PAREIL A L'AIGLE QUI EVEILLE SA COUVEE

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Merci beaucoup. Que le Seigneur vous b√©nisse, fr√®res et sŇďurs. Je suis tr√®s heureux de revenir dans ce tabernacle cet apr√®s-midi, dans cette √©glise. Vous savez... Vous direz : "Eh bien, ceci n'est pas une √©glise. Ceci est le b√Ętiment de la L√©gion. " C'est une √©glise tant que l'√©glise se trouve ici. Et Dieu est dans Son Eglise. Est-ce vrai ? Dieu est dans Son peuple. Ainsi, Son peuple, c'est Son Eglise. Ainsi, nous voici assis tous ensemble dans les lieux c√©lestes en J√©sus-Christ, jouissant d'une communion b√©nie pendant que le Sang de J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, nous purifie de toute impuret√©. N'est-ce pas merveilleux? Nous sommes dispos√©s √† tout moment que le Seigneur veut nous appeler, nous faisons juste un petit vol et entrons d'un bon droit au ciel, √† peu pr√®s deux secondes apr√®s notre d√©part. N'est-ce pas beau? Quelle assurance b√©nie!
E-2 Il y a quelques temps, je parlais √† une... des Hommes d'Affaires Chr√©tiens, je pense que c'√©tait √† Tijuana. Non, excusez-moi. C'√©tait en - en Jama√Įque, √† Kingston, en Jama√Įque. Et il y avait l√† toutes les c√©l√©brit√©s et beaucoup de Cubains. Et ce soir-l√†, quelqu'un m'a dit, apr√®s que j'eus fini de parler, il a dit... Nous avions... Nous tenions des services au champ de courses, mais ce soir-l√†, je suis all√© √† un certain endroit important, avec des c√©l√©brit√©s, vous savez, pour y parler. Et il a dit : "Dites donc, a-t-il dit, vous √™tes - vous √™tes ce pr√©dicateur-l√†, n'est-ce pas?" Et j'ai dit : "Oui, monsieur. " Il a dit : "Que faites-vous ici avec ces hommes d'affaires ? " J'ai dit : "Je suis un homme d'affaires. " "Oh, a-t-il dit, je ne le savais pas. " J'ai dit : " Oui, je suis un homme d'affaires. " Il a dit : "Quel genre d'affaires faites-vous?" J'ai dit : "Les assurances." Il a dit : "Quel type d'assurances?" J'ai dit : "Assurance-Vie Eternelle." [Espace vide sur la bande - N.D.E.] Je suis toujours dans les affaires. Eh bien, si quelqu'un ici est int√©ress√© √† parler police d'assurances avec moi, je serais heureux d'en parler avec vous n'importe quand : Assurance-Vie Eternelle. J'ai fr√©quent√© l'√©cole avec un gar√ßon, Wilmer Snyder, un tr√®s brave gar√ßon. [Espace vide sur la bande - N.D.E.]
E-3 Livre de Deutéronome 32.11: Pareil à l'aigle qui éveille sa couvée, Voltige sur ses petits,... prend sur ses ailes, et les porte... Eh bien, le sujet que j'annonce et sur lequel je vais parler aujourd'hui, c'est : "L'aigle éveille sa couvée - Pareil à l'aigle qui éveille sa couvée." Et alors, je ne vous garderai donc pas trop longtemps, pour que vous ayez le temps de vous apprêter pour aller à l'église. Avez-vous tous eu un bon service ce matin? Oh...
E-4 [Espace vide sur la bande - N.D.E.]... a compar√© Son h√©ritage √† un aigle. Vous savez, une fois, j'ai eu √† lire quelque chose sur les aigles, et j'ai d√©couvert qu'il y a environ quarante diff√©rentes esp√®ces d'aigles ; mais environ huit diff√©rentes esp√®ces sont mentionn√©es dans la Bible. Certains d'entre eux... On pr√©tend que comme les... que certains aigles sont des vautours, parce qu'ils mangent de la charogne, mais c'est faux. Je suis vraiment en d√©saccord avec l'homme qui a √©crit cela, car je connais les aigles. Les aigles ne mangent qu'une viande saignante. Ce sont les vautours qui mangent - mangent de la charogne. Mais un vrai aigle tue lui-m√™me sa proie. Il doit la prendre fra√ģche, juste comme l'ours grizzly et l'ours noir. L'ours noir est un charognard. Il - il mange de la charogne. Mais - mais l'ours grizzly doit tuer fra√ģchement sa proie chaque soir ou plut√īt quand il va manger, il mange ce qui est frais. Et il en est ainsi de l'aigle. Un aigle consomme une viande fra√ģche. Il ne veut rien de ce qui n'est pas frais, de quelque chose qui a √©t√© abandonn√©, ou d'occasion. Il - il aime attraper sa - sa propre proie.
E-5 Ainsi, nous avons devant nous un grand sujet, un grand oiseau. Et j'ai toujours aim√© l'aigle, m√™me s'il m'a caus√© beaucoup d'ennuis. Il a d√©vor√© beaucoup de cerfs que j'ai tu√©s, mais je - j'ai toujours de la consid√©ration pour lui. C'est un oiseau de proie. Et le mot m√™me "aigle" signifie "qui d√©chire avec son bec". Il d√©chire avec son bec et ensuite il mange. Et c'est une bonne fa√ßon de consid√©rer le - l'appel de Dieu, car Dieu nourrit √† l'aide de Sa bouche, et Sa bouche, c'est Sa Parole, l√†, d'o√Ļ Sa Parole sort. Et Il a compar√© Son h√©ritage, nous, √† Ses aiglons. Et Il est Lui-m√™me l'Aigle J√©hovah. Le savez-vous? Dieu d√©clare Lui-m√™me qu'Il est l'Aigle J√©hovah. Il est Lui-m√™me un Aigle. Il est Papa Aigle, et nous, nous sommes de petits aiglons, Ses enfants.
E-6 J'ai beaucoup appris sur les aigles, en les étudiant. Et je suis un grand amoureux de la nature. C'est dans la nature que j'ai découvert Dieu pour la première fois, en L'observant. J'observais les fleurs. Quand je n'étais qu'un petit garçon, un pécheur, je voyais les petites fleurs être frappées par le gel, et elles inclinaient leurs petites têtes et la petite semence noire en tombait. Et savez-vous qu'il y a un cortège funèbre pour les fleurs? Le savez-vous? Assurément. Dieu organise un cortège funèbre. Certainement. Les pluies d'automne tombent, et elles versent de très grosses gouttes de larmes en pleurant, et elles enterrent les semences de ces fleurs. Certainement. Il organise un cortège funèbre. Et ensuite, elles reposent là ; en hiver, eh bien, le sol gèle, et la petite tige sèche ; la bulbe sèche ; les pétales meurent. La petite semence gèle et éclate. Toute la pulpe de la semence se répand. Vous pourriez prendre une poignée de cette poussière, l'amener au laboratoire et la tester à maintes reprises, vous n'y trouverez aucun reste de cette semence. Mais que le soleil se mette simplement à briller. Il y a quelque part un germe de vie que Dieu a caché dans cette semence, quelque part dans cette terre. Cela revivra à partir de cette semence. Et je me suis dit : " Si Dieu a pourvu à une voie pour que la semence revive, à combien plus forte raison a-t-Il pourvu à une voie pour que moi je revive et que vous reviviez?"
E-7 Un jour, je mangeais une cr√®me glac√©e pendant que j'√©tais garde-chasse de l'Etat d'Indiana. Il y avait un vieux pr√©dicateur m√©thodiste du nom de Fr√®re Spurgeon, un bien brave vieil homme, √† Henryville, dans l'Indiana. Nous √©tions assis sur un tabouret, mangeant un peu de cr√®me glac√©e tout en communiant, et l'√©mission l'Heure de l'Agriculture passait. Le petit Club 4-H, l√† √† Louisville, avait - avait une machine qu'ils avaient mise au point, et qui avait la capacit√© de produire un grain de ma√Įs parfaitement identique √† celui qui est produit dans le champ. Et mettez un sac plein de ce que la machine a produit et un autre sac plein de ce qui a pouss√© dans le champ, prenez cela dans vos mains, m√©langez cela, et vous ne saurez pas les distinguer. Amenez-les au laboratoire, et diss√©quez-les ; ils ont tous exactement la m√™me quantit√© de calcium et le m√™me degr√© d'humidit√©. Et le seul moyen de les distinguer, c'√©tait de les enterrer. Et tous les deux peuvent pourrir, mais pour celui que l'homme avait fabriqu√©, c'√©tait l√† sa fin. Mais celui que Dieu a cr√©√© avait un germe de vie. Il a germ√© de nouveau.
E-8 Nous pouvons √™tre des membres d'√©glise, essayer de mener une bonne vie, mais, fr√®re, ce qui compte c'est la Vie de Dieu. Deux hommes se ressemblent. Aller... Tous deux vont √† l'√©glise, tous deux sont diacres, tous deux sont pasteurs ; l'un a le germe de Vie, et l'autre n'a pas de germe de Vie. Ainsi, ce qui fait la diff√©rence, c'est lorsqu'on trouve cette nature, la nouvelle naissance ; cette chose qui est l√† √† l'int√©rieur et qui √īte tout le - le doute, et vous donne l'assurance, de sorte que vous √™tes s√Ľr d'√™tre pass√© de la mort √† la Vie. En effet, votre esprit et son Esprit Sont la m√™me chose; ils rendent t√©moignage l'un √† l'autre. Oh, que c'est merveilleux de conna√ģtre la gr√Ęce et la gloire de Dieu qui sont venues √† nous et qui ont √©t√© r√©pandues dans nos cŇďurs par le Saint-Esprit : il n'y a rien de tel.
E-9 En étudiant et en observant ces oiseaux, ces aigles, en observant leur nature... Une année là dans le Colorado... Je - j'aime chasser, et je n'aime pas... Je ne suis pas un tueur ; je suis un chasseur. Et j'aime simplement sortir, gravir la montagne, m'asseoir et observer les animaux, voir comment ils se déplacent. Jamais de ma vie, autant que je me rappelle, je n'ai dépassé la limite de quoi que ce soit, car... Et vous qui êtes des chasseurs, rappelez-vous cela. C'est un péché pour un chrétien d'enfreindre la loi. Vous ne devez pas faire cela, et rappelez-vous...
E-10 Et vous petits garçons qui êtes ici, ne tirez pas sur mes rouges-gorges. Non non. Ils sont à moi. Voyez-vous? Avez-vous déjà entendu la légende sur les rouges-gorges, vous petits garçons? Eh bien, si vous voulez tirer sur les moineaux anglais, cela vous regarde papa, et maman aussi, et les autres. Vous voyez? Mais mes rouges-gorges et mes colombes, ne leur tirez pas dessus. Rappelez-vous, ce - ce sont mes oiseaux. Voyez-vous? Savez-vous comment sa petite poitrine est devenue rouge? Combien ont déjà entendu comment cela est devenu rouge selon la légende? Un jour, un Homme mourait sur une croix. Tout le monde L'avait abandonné. Même Dieu Lui-même L'avait abandonné. Savez-vous ce qui arriva? Un petit oiseau brun Le vit là et il eut vraiment pitié de Lui. Il regarda, Ses mains étaient percées par des clous et Ses pieds étaient cloués à la croix. Il était emprisonné. Savez-vous ce que ce petit oiseau brun a fait? Il était tellement désolé pour Lui qu'il a carrément foncé et a essayé d'arracher ces clous. Et ce faisant, sa petite poitrine est devenue tout rouge de sang. Depuis lors, il a une poitrine rouge. Vous n'allez pas chercher à le tuer, n'est-ce pas? C'est un beau petit oiseau. (Il vous faut voir ces beaux petits yeux brillants me regarder.) Oh, la nature...
E-11 Je me rappelle quand j'√©tudiais l'aigle. Une fois, j'√©tais dans le Colorado, et j'observais... C'√©tait lors du rassemblement au printemps, nous ramenions le b√©tail. Et je suis mont√© sur une colline, et j'ai observ√© un aigle, comment il portait ses petits, et ce qu'il faisait d'eux. Et je me suis dit : "C'est extraordinaire ! Et j'ai pris mes jumelles pour rapprocher l'endroit o√Ļ il se trouvait..."
E-12 Et une ann√©e, j'√©tais l√† √† la chasse √† l'√©lan. Et la neige oblige l'√©lan √† fuir dans la vall√©e, sinon il est difficile. Ils ne descendent pas dans les vall√©es, l√† o√Ļ des fois les p√™cheurs et tout remontent les ruisseaux et... Mais ils restent tr√®s haut. Et il n'y avait pas eu de neige pour les obliger √† descendre. Alors le cow-boy et moi √©tions... √©tions s√©par√©s. Nous allions nous revoir dans les deux ou trois jours qui suivaient, et nous allions nous rencontrer l√† o√Ļ nous chassions de part et d'autre ; lui d'un c√īt√© de la limite, et moi de l'autre. Et j'avais √† peu pr√®s deux chevaux de somme et un cheval de selle. Je suis donc mont√© tr√®s haut, l√† o√Ļ je ne pouvais pas amener mon cheval, t√īt ce matin-l√†, et je suis all√© l√†-haut ; je l'ai simplement li√©, ainsi il pouvait brouter un moment. Et je suis mont√© tr√®s haut... L√†, pendant l'ann√©e, en automne, vers octobre, il pleut un peu, et il neige un peu. Oh, vous savez comment cela se passe, c'est presque comme ici en mars. Puis le soleil vient et dess√®che le tout. Et il y eut un orage, l'une de ces rapides temp√™tes du nord. Et un vieil ouragan approchait. J'√©tais presque arriv√© √† la limite de la for√™t. Et je suis all√© derri√®re un arbre, et je me suis tenu comme ceci jusqu'√† ce que la temp√™te fut pass√©e. Et apr√®s la temp√™te, j'√©tais l√† debout. Et le vent s'√©tait beaucoup refroidi pendant la temp√™te. Le vent soufflait, et il pleuvait (les pluies d'automne), et les arbres √† feuilles persistantes gelaient.
E-13 Puis, tr√®s loin √† l'ouest, le soleil est apparu. Et j'ai vu qu'il brillait et frappait le flanc de la montagne, ces arbres √† feuilles persistantes avaient gel√©. Il s'√©tait form√© un arc-en-ciel √† travers le canyon. Cet √©norme Ňďil se trouvant l√† derri√®re, √† l'ouest, regardait dans cette direction-ci, je me suis dit : "√áa, c'est comme les yeux de Dieu qui parcourent toute la terre." Vous savez, vous ne pouvez aller nulle part sans que vous y voyiez Dieu, si vraiment vous Le cherchez. Il est simplement - Il est simplement partout. Cependant vous devez premi√®rement Le recevoir ici dedans, et ensuite Le laisser utiliser vos yeux pour regarder. Recevez-Le ici √† l'int√©rieur, et Il utilisera votre langue pour parler. Juste... Il utilisera tout votre √™tre. Autant vous vous abandonnez √† Lui, autant Il peut vous utiliser. Dieu a bien du mal √† amener un homme √† s'abandonner √† Lui. C'est comme Samson ; Samson √©tait en quelque sorte un don Juan. Il a confi√© √† Dieu sa force, mais il ne voulut pas Lui confier son cŇďur. Il l'avait donn√© √† Delila. Et tout ce que Dieu pouvait utiliser, c'√©tait sa force. Autant vous vous abandonnez √† Lui, autant Il pourra vous utiliser. Oh ! donnons-Lui simplement tout, et disons : "Me voici, Seigneur. Prends-moi simplement."
E-14 Pendant que nous √©tions... Je me tenais l√†. Je regardais cela. J'ai vu cet arc-en-ciel, et j'ai dit : "Tenez. Dieu est descendu sur le sommet de cette montagne. Le voil√† dans cet arc-en-ciel." Vous Le voyez dans Apocalypse 1, l'aspect qu'Il avait, vous savez : un arc-en-ciel, marchant au milieu de sept chandeliers d'or, Il avait l'aspect d'une pierre de jaspe et - et d'une pierre de sardoine ; Benjamin et Ruben, le premier, le dernier. Et j'ai regard√© cela et je me suis dit : "Qu'est-ce que c'est beau!" A peu pr√®s √† ce moment-l√†, un vieux loup gris hurla sur la colline, et sa compagne r√©pondit l√† en bas. J'ai pens√© : "Oui, Dieu est l√†-dedans." La temp√™te avait dispers√© le troupeau d'√©lans. Il y avait √† peu pr√®s... J'avais quatre-vingts et quelques √©lans dans ce troupeau. Et j'essayais d'atteindre les m√Ęles les plus gros, comme l'entendrait n'importe qui. Je les aime juste comme vous aimez votre b√©tail. Vous ne voudrez pas les massacrer et... simplement parce que vous avez la possibilit√© de leur tirer dessus. Mais vous √©liminez simplement les vieux, car si vous ne le faites pas, eh bien, vous causez du tort √† votre troupeau.
E-15 Et j'ai entendu bramer un vieux m√Ęle sur le flanc; en effet, il s'√©tait √©gar√© des autres, du troupeau. Oh! la la! Vous parlez de... Comme l'a dit David : "La profondeur appelle la profondeur"; me tenant l√†, et j'entendais ce loup hurler l√†-bas, j'entendais cet √©lan bramer par-l√†. Quelque chose l√† au-dedans de moi commen√ßa √† roucouler. J'ai pens√© : "√Ē Dieu!" Je me suis dit : "Il fait bon √™tre ici. J'aurais souhait√© b√Ętir trois tabernacles." J'√©tais si joyeux. Je posai mon vieux petit fusil contre l'arbre, et je me mis √† tourner, √† tourner, √† tourner autour de l'arbre, criant √† tue-t√™te, sautant √ßa et l√†, balan√ßant mes bras d'avant en arri√®re. Je disais : "All√©luia, all√©luia, all√©luia" autour de l'... Eh bien, si quelqu'un √©tait dans les bois, il aurait pens√© qu'il y avait l√† un fou. J'ai tourn√©, tourn√© autour du buisson, de toutes mes forces, disant : "Gloire √† Dieu, gloire √† Dieu, all√©luia," courant de toutes mes forces; car je me sentais bien. Peu m'importait que quelqu'un d'autre me v√ģt. J'√©tais simplement... je me d√©foulais simplement, sinon j'allais √©clater. Ainsi, je devais simplement siffler... siffler un peu. Ainsi, j'ai tourn√©, tourn√© et tourn√© de toutes mes forces. Un moment apr√®s, je me suis arr√™t√© et j'ai lev√© mes mains. Je me suis dit : "Le voil√†, l√† haut dans l'arc-en-ciel. Le voici ici, hurlant dans le loup. Le voici, bramant dans l'√©lan. Le voici, dans mon cŇďur. Oh, Tu es simplement partout." Et de nouveau j'ai tourn√©, tourn√© et tourn√© autour de l'arbre. Je me suis dit : "Oh, il fait bon √™tre ici. J'aurais souhait√© me construire une cabane et rester ici." Et puis, je me suis dit : "Non, comme il en √©tait de Pierre, Jacques et Jean... Il y a un enfant malade juste au bas de la colline. Vous voyez? Il faut que je descende."
E-16 Ainsi, pendant que j'√©tais l√†, j'ai remarqu√© que je devais avoir provoqu√© un vieux petit √©cureuil de pin. Je ne sais pas si vous qui √™tes du Tex... Oh! certainement. S'il y en a ailleurs, c'est au Texas. Mais un petit √©cureuil de pin sauta sur une souche, √† un endroit o√Ļ il y avait des arbres abattus par le vent, et il s'est mis √† me dire toutes sortes de choses. Je pense que je dois avoir effray√© presque √† mort cette petite cr√©ature. Et j'ai couru tout autour comme cela, j'ai regard√© l√†, et il √©tait assis l√† secouant cette petite queue, faisant "tchat-tchat-tchat, tchat-tchat-tchat, tchat-tchat-tchat". Je me suis dit : "Quel est ton probl√®me, mon petit ami? J'adore le Dieu m√™me qui t'a cr√©√©. Veux-tu en voir davantage? J'y vais." Et de nouveau j'ai tourn√©, tourn√©, tourn√© et tourn√©. Et je me suis dit : "Comment trouves-tu √ßa? Pourquoi ne tournoies-tu pas un peu?" Mais tout ce qu'il pouvait faire, c'√©tait d'√™tre perch√© l√† et de se mettre √† faire : "Tchat-tchat-tchat, tchat-tchat-tchat!" Je me suis dit : "Eh bien, √ī Dieu, pourquoi as-Tu attir√© mon attention sur cette petite cr√©ature, alors que je suis en train de passer des moments glorieux ici, Toi et moi?"
E-17 Je l'ai regard√© et... Il a - il a de tr√®s gros yeux exorbit√©s de toute fa√ßon, vous savez. On dirait qu'il a des b√Ętons sur ses joues, particuli√®rement quand il devient tout excit√©. Et il regardait vers le bas, comme ceci. Je me suis dit : "Ce n'est pas moi qu'il regarde." J'ai fini par d√©couvrir que le vent en soufflant, lors de cette temp√™te, avait forc√© un vieux grand aigle √† venir sous ce truc, sous ces arbres qui avaient √©t√© abattus par le vent. Cet √©norme vieil aigle brun s'approchait, sortant de l√†. C'est ce qui excitait ce petit √©cureuil. Il ne m'inqui√©tait pas du tout; ce n'√©tait pas moi qui le pr√©occupait. Ainsi, Il observait cet aigle l√† en bas, parce que cet aigle pouvait le capturer tr√®s facilement, vous savez. Ainsi, je... ce grand aigle a bondi l√†, et je me suis dit : "Eh bien, maintenant, qu'est-ce que tu en sais?" J'ai vu ce grand aigle bondir l√†, et ces gros yeux regardaient partout, vous savez. Et je me suis dit : "Quelle belle cr√©ature !" Il se tenait √† environ dix pieds de moi...
E-18 Et je me suis dit : "√Ē Dieu, pourquoi as-Tu donc attir√© mon attention vers cet aigle plut√īt que de me laisser continuer √† courir autour de cet arbre?" Je - je ne sais pas pourquoi Tu as permis que j'observe une cr√©ature de ce genre. Si je tue un cerf, et que je ne le couvre pas correctement, il l'emporte. Ainsi, pourquoi devrais-je observer une cr√©ature de ce genre? Je T'observe, Toi, l√† dans l'arc-en-ciel, je Te vois l√† dans le - dans le... je T'entends dans le loup, et dans toutes ces choses. " J'ai dit : "Qu'y a-t-il de Toi dans cet aigle? Et pourtant, la Bible dit que Tu es l'Aigle J√©hovah, et que nous sommes des aiglons. Ainsi donc, je me demande comment Tu pourrais jamais √™tre dans cet aigle." Je me suis dit : "Qu'est-ce que - qu'est-ce que je peux voir dans cette cr√©ature? Je vois le - le - l'√©lan ; c'est un tr√®s grand monarque. C'est le monarque des bois. Je vois le loup avec son hurlement de solitude, et - et je vois l'arc-en-ciel. Mais cette cr√©ature, qu'y a-t-il de Dieu en elle?"
E-19 Il m'est arriv√© de faire attention. Il √©tait perch√© l√†, et j'ai dit : "Tu sais quoi?" J'ai dit : "Pauvre cr√©ature, je peux te tirer dessus si je le voulais." J'ai dit : "Je - je peux te tirer dessus. Le crois-tu?" Il ne pr√™tait point attention √† moi, il √©tait simplement perch√© l√†, et son √©norme t√™te √©tait tourn√©e vers le haut, vous savez, et ses yeux fixaient le ciel, puis il s'est retourn√© pour me regarder. Et je voyais toujours qu'il observait ce tamia. Je me suis dit que son Ňďil se fixe sur ce tamia, √† attraper, c'est ce que je me suis dit, ou plut√īt sur ce spermophile, ou cet √©cureuil de pin. Nous les appelons de tamia dans l'Indiana, mais en fait, ce sont des √©cureuils de pin. Ainsi, j'ai vu qu'il l'observait. Je me suis dit : "Eh bien, que - qu'en est-il de lui?" J'ai dit : "Eh bien, il y a une chose : il n'a pas peur." Et j'ai dit : " Je vais voir √† quel point il a peur. " J'ai dit : " Sais-tu que je peux te tirer dessus ? " Il m'a simplement regard√©. J'ai commenc√© √† lever ma main vers mon fusil. Je l'ai vu remuer ses plumes. J'ai dit : "Je comprends cela. Je comprends la chose." Voyez-vous, il savait qu'il √©tait capable de se retrouver dans ces bois avant que je n'aie pos√© ma main sur ce fusil. C'est vrai. Pourquoi ? Il a deux ailes. Dieu lui a donn√© deux ailes pour se sauver du danger, et je l'ai observ√© pendant qu'il t√Ętait ses plumes. Je me suis dit : "√Ē Dieu, je vois maintenant o√Ļ Tu es."
E-20 Quelqu'un m'a demandé : "Ne craignez-vous pas de faire une erreur une fois là-dessus?" Oh, non. Oh, non. Tant que je sens Sa divine Présence autour de moi, que les gens disent tout ce qu'ils veulent. Cela ne change rien. "Ne craignez-vous pas que quelqu'un n'engage un tireur d'élite pour vous abattre?" Non, non. Hum - hum. Je n'ai pas peur tant que je sens Sa Présence, cette divine puissance (c'est tout), je sens simplement Sa Présence m'environner. "N'avez-vous pas peur que les gens ne vous traitent de saint exalté?" Ils l'ont déjà fait. Ça ne m'a rien fait. Je continue quand même. Ainsi, cela ne fait rien. Je sens simplement Sa Présence autour, vous savez, je veille à ce que chaque plume soit bien en place... Oh! la la! Nous devrions de temps en temps faire l'inventaire, et voir comment marche chaque chose. Ne le pensez-vous pas? J'aime cela. Eprouver simplement ce sentiment de grand réconfort, comme je le sens juste maintenant. Voyez-vous? Il est juste là maintenant.
E-21 Et je me suis dit : " Eh bien, je comprends la chose. Et autre chose : il n'a pas peur, parce qu'il sait o√Ļ il se tient. Il sait ce qu'il peut faire, et ce qu'il ne peut pas faire. Il a confiance au don que Dieu lui a fait, pour s'√©loigner du danger." Et si Dieu a pu donner √† un aigle autant de confiance par l'instinct, combien davantage ne devrions-nous pas avoir confiance (Amen.), avec la puissance du Saint-Esprit reposant sur nous, de nous √©loigner du danger. S'envoler. Certainement. S'√©loigner carr√©ment de cela. Se lever simplement et croire cela. Nous ne sommes pas cens√©s √™tre ainsi, √©tant malades, ou s√©par√©s, et divis√©s en une centaine et ... neuf cent soixante-neuf diff√©rentes organisations et tout. Envolons-nous loin de cela. Amen. Sortons-en. Nous ne sommes pas li√©s par quoi que ce soit. Non. Mais il faut carr√©ment s'en √©loigner. Les gens disent : "Oh, les jours des miracles sont pass√©s." Ne croyez pas cela. Ressentez simplement cette puissance divine qui vous environne, et qui vous a sauv√© et vous a pleinement rempli du Saint-Esprit. Que - qu'est-ce ? Continuez - continuez de ressentir le Saint-Esprit autour de vous. Examinez tout, si les engrenages fonctionnent tr√®s bien, bien graiss√©s avec l'onguent, vous savez, et tout, afin que vous soyez en mesure de vraiment partir quand le temps viendra.
E-22 Ensuite, je l'ai observ√© un peu, et j'ai d√©couvert que - qu'il n'avait pas peur de moi. Mais il - il en avait marre de ce pauvre petit tamia qui √©tait perch√© l√†, ce pauvre petit √©cureuil de pin perch√© l√† et qui ne faisait que crier : " tchat-tchat-tchat, tchat-tchat-tchat, tchat-tchat-tchat. " Il en avait marre de lui ; et je pense peut-√™tre que par instinct, il savait que je ne lui tirerais pas dessus de toute fa√ßon, parce que je l'admirais pendant qu'il √©tait perch√© l√†. J'aime tout ce qui est brave. Je d√©teste les l√Ęches. Je d√©teste un homme ou... pour un... voir un homme monter √† la chaire et avoir peur de pr√™cher ses convictions... Fr√®re, je vous assure, je dirais quand m√™me cela, m√™me si l'on me tirait dessus. Je - j'aime... Et je suis all√© dans un bureau, et quelqu'un avait √©t√© gu√©ri par la puissance de Dieu, mais il avait peur de dire quoi que ce soit √† ce sujet. Quelqu'un a dit qu'Il... "Oui, je crois que le Seigneur est un Gu√©risseur, " et puis il a peur de rendre t√©moignage de cela. Oh, fr√®re. Si vous avez honte du Saint-Esprit, Dieu ne peut pas vous utiliser. Dieu aime les gens qui font montre de - de bravoure. Amen. Nous sommes apparent√©s au Lion, au Lion de la tribu de Juda. C'est vrai. La rigueur, la fermet√©, la bravoure... Oh, comme je pourrais prendre ce Lion et quitter mon texte ici.
E-23 Mais quant - quant à cet aigle, je l'ai observé pendant quelques minutes, et après un moment, il en a eu marre d'entendre là ces interminables jacasseries. Alors il a fait un grand bond, et il a battu ses ailes environ... Il battit ses ailes environ trois fois comme cela, et il était déjà au-delà de ces bois. Alors je me suis dit : "Oh! la la! quelle puissante..." Le vent a failli me renverser quand il s'est élevé là, la puissance de cette aile montant [Frère Branham donne l'illustration. - N.D.E.] comme cela. Il était du coup là-haut dans ces bois. Je me suis dit : "Oh! la la! il peut voler et aller très loin." Et savez-vous quoi? Il n'a plus du tout battu ses ailes. Non. Il savait vraiment comment les déployer. Et chaque fois que le vent venait, lui montait un peu plus haut. Et il les déployait de nouveau. Quand le vent montait dans le canyon, il montait un peu plus haut, sans - sans les battre une fois de plus. Il s'éloignait simplement.
E-24 Je me tenais l√†. Je me suis mis √† pleurer. Je me suis dit : "Seigneur, je vais passer un autre bon moment, √† coup s√Ľr." Et j'ai regard√©, et il s'√©loignait. Et je l'ai observ√© jusqu'√† ce qu'il √©tait devenu un petit point noir, loin dans les airs. Je me suis dit : "C'est √ßa, Seigneur. Il ne s'agit pas de se joindre √† ceci, d'aller se joindre √† cela, et de voler, voler ici, et voler, voler l√†, d'un endroit √† un autre. Il s'agit de savoir comment d√©ployer vos ailes dans la puissance de la foi et s'envoler." Laissez ce tamia attach√© √† la terre, juch√© l√† √† faire : "Tchat-tchat, les jours de miracles sont pass√©s; tchat-tchat-tchat, le Saint-Esprit n'existe pas; tchat-tchat-tchat, tout √ßa, c'est absurde. √áa, c'est de l'excitation. C'est - c'est de l'enthousiasme. √áa n'existe pas." Oh! la la! D√©ployez simplement vos ailes. All√©luia! Quand le Saint-Esprit vient comme une vague, passez carr√©ment par-dessus cela, comme cela. Continuez et allez au-del√† de cela, montez, montez, montez jusqu'√† ce que vous ne puissiez m√™me plus entendre cela. C'est comme √ßa. Montez tr√®s haut dans les atmosph√®res de la gr√Ęce de Dieu jusqu'√† ce que vous n'entendiez m√™me pas ce tchat-tchat par ici, que cela meure pour vous. Vous √™tes l√† dans les lieux c√©lestes.
E-25 Ainsi, l'aigle a été créé un oiseau céleste. Certainement. Et aucun oiseau ne peut l'atteindre. Certainement non. Il est le roi de la famille des oiseaux. C'est vrai. Si un... Vous parlez... Vous direz : "Un faucon a des yeux de lynx." Vous en avez entendu parler. C'est un amateur. Il ne sait pas de quoi il parle. Si jamais le faucon essayait de voler avec cet aigle, il se désintégrerait dans l'air. L'aigle est un oiseau conçu de façon spéciale. Il doit l'avoir été, parce qu'il peut voler plus haut que tout autre oiseau. Eh bien, ainsi, s'il n'avait pas un corps conçu de façon spéciale, en arrivant là-haut, il se désintégrerait aussi. C'est ainsi que les gens essayent de faire de l'imitation, d'être quelque chose qu'ils ne sont pas. C'est ce qui provoque tous les accidents qu'on a sur le chemin, je veux dire le chemin de la vie, puisque les gens essayent d'imiter quelqu'un d'autre, alors qu'ils n'ont pas été conçus de cette façon-là. Ils n'ont pas été faits dans ce but-là. Je ne sais pas si cela a pénétré, mais j'espère que oui. Mais de toute façon... Oh, oui. Amen. Nous voyons, vous savez, que les - les Egyptiens incirconcis, en cherchant à suivre les Israélites circoncis, se sont désintégrés aussi au fond de la mer. Ils ne pouvaient pas traverser. Leurs roues se sont embourbées.
E-26 Bien, nous voyons, alors que l'aigle... Et s'il... Quel bien cela ferait-il... Eh bien, c'est la raison pour laquelle Dieu a compar√© Ses proph√®tes √† des aigles, parce qu'ils peuvent monter tr√®s haut. Il est donc un oiseau con√ßu de fa√ßon sp√©ciale. Et, oh, ses plumes sont si solidement fix√©es qu'il est difficile de les arracher m√™me √† l'aide des pinces. Elles sont bien fix√©es ; car, si elles ne l'√©taient pas, aussit√īt qu'il arrive l√†-haut, l√† dans ces sph√®res √©lev√©es, il - il - elles se d√©tacheraient de lui. Il retomberait √† terre, et il se d√©sint√©grerait tout simplement. Et si un faucon osait le suivre, ou si le corbeau osait le suivre, il le laisserait dans la poussi√®re. Et cela... Et s'il va un peu plus haut, ce serait si haut pour lui qu'il ne pourrait aller plus haut, car c'est un corbeau, ou un faucon. Mais le vieil aigle continuera simplement √† monter. Maintenant, quel bien cela lui ferait-il d'aller l√†-haut, s'il n'a pas √©t√© dot√© d'yeux capables de voir aussi tr√®s loin? C'est vrai. A quoi bon monter haut, si ce n'est pas pour vivre √©galement en haut? Vivez l√† o√Ļ vous montez. La hauteur √† laquelle vous sautez, c'est celle √† laquelle il vous faut vivre. Vous comprenez ce que je veux dire. Ce qui apporte tant d'opprobre √† l'√©glise, ce sont les gens qui sautent tr√®s haut et qui vivent tr√®s bas. Vous voyez? C'est ce que nous devrions faire, oui ; vivre √† la hauteur de son saut. Vous voyez? C'est vrai.
E-27 Eh bien, si l'aigle n'avait aucune raison d'√™tre l√†-haut, il n'aurait jamais √©t√© con√ßu de cette fa√ßon-l√†. Ainsi, c'est la raison pour laquelle Dieu l'a cr√©√© et l'a appel√© Son proph√®te; parce que le proph√®te monte tr√®s haut, √† l'exemple d'Esa√Įe, de J√©r√©mie, ainsi que des autres. Ils sont mont√©s tr√®s loin. Plus haut vous montez, plus loin vous voyez. Eh bien, il y a des gens qui restent tout le temps au sol, alors leur vue s'arr√™te ici. Mais quand vous montez, plus vous montez, plus loin vous voyez. Oh ! la la ! Il n'est pas √©tonnant que certains soient si myopes. Ils n'ont jusque l√† jamais d√©tach√© leur pied du sol. Oh, plus vous √™tes capable de monter... De tous les oiseaux, c'est l'aigle qui va plus haut. Il peut monter plus haut que tout autre oiseau. Pas un seul ne peut le suivre. Eh bien, je me demande si oui ou non un avion est capable de l'atteindre... [Espace vide sur la bande - Ed.] Il le fait l√†, produisant lui-m√™me l'air. Mais quand on monte l√† , cet oiseau, cet oiseau qui vit l√†-haut, il regarde partout ; il peut voir. Ses yeux voient plus loin que ceux d'un faucon, il peut monter l√†-haut et voir les choses. Par exemple si - si une temp√™te approchait, et que vous √©tiez assez haut dans les airs, vous la verriez dans les lointains, √† des centaines et des centaines de kilom√®tres. Si vous √©tiez assez haut l√†, vous verriez cela. Eh bien, Dieu a pris Ses proph√®tes et les a √©lev√©s si haut, comme J√©r√©mie, Esa√Įe, Jean, et les autres, qu'ils ont vu tr√®s loin droit jusque dans le Mill√©nium. Amen.
E-28 R√©cemment, j'√©tais l√† √† PhŇďnix pour rendre visite √† un fr√®re, fr√®re Outlaw [Outlaw signifie hors-la-loi - N.D.T.] Il a dit... C'est un nom horrible pour un fr√®re chr√©tien, mais c'est un brave homme, et c'est l'un de mes... Fr√®re Kidson, quand nous √©tions l√†, vous et moi, nous √©tions dans son √©glise. Et il avait l√† une chorale. Elle √©tait compos√©e de petites dames pieuses, sans maquillage au visage, portant de longs cheveux et de longues robes. Je - je... toujours... Qu'est-ce? Comment appelez-vous √ßa? Je prends toujours... Mascara. √áa - √ßa - √ßa ne semble pas √™tre cela. Oh, de toute fa√ßon, c'est ce qu'on met sur les l√®vres, et sur le... juste partout. Vous voyez? Ainsi, le maquillage, c'est bien cela. Eh bien, je pense que c'est √ßa aussi, peu importe ce que c'est. Eh bien, de toutes les fa√ßons, elles n'avaient pas un tel habillement. Et leurs petits visages √©taient tout aussi brillants qu'un oignon pel√©. Et nous nous tenions l√†, et elles - son petit gar√ßon se tenait l√† en train de chanter "Nous montons l√†-haut, montons, montons." Et il a dit : "La premi√®re √©tape √©tait la justification, la deuxi√®me √©tape, la sanctification. [Espace vide sur la bande - Ed.]... la glorification. Puis le Saint-Esprit est descendu. " J'ai dit : "Je suis mont√©; mont√© ; mont√©, mont√©, mont√© ; mont√©, mont√© ; mont√©, mont√©, mont√© jusqu'√† atteindre la Voie lact√©e et blanche." Je pensais que j'√©tais alors mort...?... sentant simplement... C'est cet aigle qui monte haut, qui va tr√®s haut l√†-bas, au point qu'il peut voir la Venue du Seigneur.
E-29 Oh, il n'est pas √©tonnant que cette petite femme, lorsqu'elle a vu Grant arriver dans - l√† √† Richmond, ait dit : "Mes yeux ont vu la gloire de la Venue du Seigneur... en train de fouler la vendange, l√† o√Ļ les grappes de la col√®re de Dieu sont emmagasin√©es." Certainement, saisir la vision de la Venue du Seigneur, montant...
E-30 Ainsi, c'est un oiseau con√ßu de fa√ßon sp√©ciale. Il peut voler tr√®s haut ; et s'il arrive l√†-haut, il peut voir tr√®s loin. Et J√©hovah, Papa Aigle, est assis tr√®s haut l√† dans les cieux. Oh ! Lorsqu'Il √©tait ici sur la terre, on Lui donna le nom le plus vil qui puisse √™tre donn√© : B√©elz√©bul. Il alla dans la ville la plus inf√Ęme au monde : J√©richo ; et il √©tait tellement descendu qu'Il dut lever les yeux vers un arbre pour voir l'homme le plus court de la ville. C'est vrai. On L'avait tax√© de tout sur la terre, des sales noms, et tout. Mais quand Il a √©t√© √©lev√©, Il a re√ßu le Nom qui est au-dessus de tout nom qui se nomme dans le ciel et sur la terre, en effet, toute famille, aussi bien au ciel que sur la terre, est appel√©e de Son Nom. Il a √©t√© √©lev√© si haut dans le ciel qu'Il doit baisser les regards pour voir le ciel. Or, c'est ce que Dieu a fait de Lui quand Il est arriv√© l√†-haut. Voil√† la diff√©rence.
E-31 Maintenant, vous devez d√©coller. Or, quand nous sommes des p√©cheurs, nous sommes bas au possible. Prenons l'envol, jusqu'√† la Voie lact√©e et blanche, atteignons simplement cela et continuons √† avancer. Eh bien, nous voyons que... Montant, montant, montant jusqu'au Royaume de Dieu... Ainsi, ces proph√®tes, quand ils arrivent l√†-haut, ils montent tr√®s haut, l√† o√Ļ les autres oiseaux qui ont de l'intelligence ne pourraient pas voir, ne sachant pas... Ils ne peuvent pas monter l√† pour commencer, mais Dieu a dit que Ses proph√®tes √©taient Ses aigles. Et ainsi, vous savez, Dieu nous a dit dans la Bible que c'est sur les ailes d'un aigle qu'Il a fait sortir Isra√ęl de l'Egypte. C'√©taient Ses aigles. Oh ! cette Colonne de Feu, pour conduire, Il porta Isra√ęl sur Ses ailes.
E-32 Oh, tout r√©cemment, quand ils amenaient... La Palestine est de nouveau agit√©e, en voyant comment Lewi Pethrus a envoy√© un million de Nouveaux Testaments √† ces Juifs qui revenaient de l'Iran et ainsi de suite. Et ils ont lu ces Nouveaux Testaments. Et ils n'avaient jamais entendu dire que le Seigneur J√©sus ait jamais √©t√© sur la terre. Ils √©taient all√©s l√† depuis que les Romains les avaient d√©port√©s. Et ils ont dit : "Si c'est le Messie, nous voudrions Le voir accomplir le signe du proph√®te. Nous croirons cela." Oh, quelle occasion pour le minist√®re ! Je me suis simplement mis en route. Quand je suis arriv√© l√† au Caire, en Egypte, j'avais mon... Trente minutes de plus, et j'aurais √©t√© en Palestine. Et quelque chose m'a frapp√©, et je suis all√© derri√®re un hangar. La Chose a dit : "Ce n'est pas encore le moment." Je suis rentr√©, et je me suis rendu en Gr√®ce, puis j'ai continu√© jusqu'en Inde. Ce n'√©tait pas encore le moment... Appeler ces Juifs hors... Ils croient cela, fr√®re. Bien s√Ľr que oui. Et je me disais : "Quel temps pour faire sortir ces fr√®res de l√†, et dire : 'Est-ce vrai que vous avez dit que si ce Messie est le Fils de Dieu, que si c'est le Messie dont Il √©tait parl√©, que vous voudriez Le voir accomplir le signe du proph√®te, et que vous croiriez en Lui.' Est-ce vrai?"
E-33 Et je dirais : "Eh bien, choisissez-vous quelques hommes et venez ici. Nous verrons s'il est toujours le Proph√®te ou non, s'Il l'est. Juste sur ce sol m√™me o√Ļ vos anc√™tres ont rejet√© le bapt√™me du Saint-Esprit, recevez cela maintenant." Oh, alors - l'Evangile ira donc aux Juifs, et le temps des Gentils sera donc termin√©. Encore un petit peu, la porte ouverte... Vous petits aiglons, vous ferriez mieux de battre les ailes et de vous appr√™ter √† partir d'ici, car la porte de mis√©ricorde sera ferm√©e un de ces jours. C'est vrai. Oh! quelle chose glorieuse ! combien Dieu... ces... Quand ils ont amen√© ces avions-l√†... Je pense que vous avez lu cela dans - dans le "Reader's Digest". Non, je vous informe que c'√©tait dans le magazine "Look". J'ai un film qui montre "Minuit moins trois", "Minuit moins trois". Et c'est en images grandeur nature montrant un s√©jour en Palestine ; fr√®re Arganbright, beaucoup d'amis l√†...
E-34 Et ce... Ils avaient ces... on y ramenait ces Juifs, on portait des vieux estropi√©s au dos. Les gens sont donc all√©s l√† les interviewer. Ils ont dit : "Revenez-vous pour mourir dans la patrie?" Ils ont dit : "Non. Nous revenons pour voir le Messie." "Quand le figuier fait pousser des branches..." Oh, fr√®re, Isra√ęl redevient l√† une nation. La vieille √©toile √† six branches de David flotte, le plus vieux drapeau du monde; c'est la premi√®re fois, qu'il a flott√© depuis deux mille cinq cents ans. Ils sont maintenant dans leur propre pays. C'est cela le calendrier de Dieu. Le Messie viendra, tout aussi s√Ľr qu'ils sont l√†, L'attendant. Nous sommes au temps de la fin. Oh, petits aiglons, pressez-vous pour entrer par la porte de mis√©ricorde et volez aussi vite que possible.
E-35 Quand ils les ont amen√©s l√†, quand ces avions allaient prendre ces Juifs, ceux-ci labouraient encore avec de vieux instruments en bois, comme ils le faisaient il y a des centaines et des milliers d'ann√©es. ( Les gens le font encore en Afrique du Sud.) Ainsi donc, quand... Nous voyons qu'ils avaient peur de cet avion. Ils avaient peur d'y entrer. Un vieux rabbin s'est avanc√© l√† et a dit : "N'ayez pas peur." Il a dit : "Notre proph√®te nous a promis qu'un jour nous irions dans notre patrie sur les ailes d'un aigle." Ce gros avion de la TWA s'est envol√© avec ces Juifs, c'est ce que le proph√®te avait vu. Il - il ne savait pas ce que c'√©tait. Il aurait d√Ľ appeler cela un avion. Il a dit : "C'est sur les ailes d'un aigle qu'ils retourneront " ; il vit ce vieil avion monter l√†, il y a deux mille cinq cents ans. Eh bien, cela s'accomplit juste maintenant, les ramenant sur les ailes d'un aigle.
E-36 Cet aigle est un oiseau, vraiment un oiseau. L√† au zoo de Cincinnati... J'aime y amener les enfants. D'un c√īt√©, je d√©teste voir quelque chose qui est enferm√© dans une cage. Je regrette vraiment, car j'aime les animaux. Mais je - je n'en ai pas, m√™me pas un chien chez moi, car je serais oblig√© de le garder attach√©. Je d√©teste voir quelque chose √™tre dans une prison, tout sauf une prison. Enfermer ces pauvres animaux l√†-dedans pour que tout le monde vienne les regarder, jeter un coup d'Ňďil. je me dis que c'est - c'est vraiment path√©tique. Et ainsi, je pense que si j'avais de l'argent, je les ach√®terais tous, je les ram√®nerais chez eux, les ach√®terais tous, je les ram√®nerais chez eux, les lib√©rerais, et dirais : "Partez, courez maintenant aussi vite que possible. Allez-vous-en." Je ne condamne pas... Une bande de choses maquill√©es se tenait l√† tout autour, les regardant, renvoyant des bouff√©es de fum√©e de la cigarette par les narines, oh! la la! √ßa me g√™nait de me tenir l√† comme cela moi-m√™me. Il fallait - il fallait que ce soit l'inverse. Celui qui renvoie des bouff√©es de fum√©e de la cigarette devrait se retrouver enferm√© l√†-dedans. C'est lui la chose - quelque chose √† mettre en cage. Il n'est pas assez sage pour se prot√©ger. Ainsi, premi√®rement, nous savons... Je suis parti, j'ai pris ma petite fille, Sara. Nous marchions la main dans la main. Nous sommes all√©s du c√īt√© des oiseaux, et il y avait l√† une √©norme cage. On avait d√Ľ attraper cette grosse cr√©ature, c'√©tait un √©norme aigle. On l'avait mis l√†. Oh, c'√©tait une cr√©ature gigantesque, avec des pattes √©normes, il semblait √™tre capable de soulever un veau et de s'envoler avec. Eh bien, je - j'ai entendu l√† un battement d'ailes et les plumes s'envoler. Je me suis dit : "Qu'y a-t-il?" Alors Sara et moi, nous sommes all√©s l√†. Elle √©tait une toute petite enfant.
E-37 Et je m'amuse beaucoup avec mes enfants. N'aimez-vous pas les enfants? Cette petite Sara... Il y a quelques ann√©es, j'ai √©t√© √† une r√©union, et je suis rentr√© chez moi la nuit, et elles attendaient le retour de papa. Elles sont toutes deux de petites filles √† papa, vous savez. Ainsi, elles - elles attendaient, et je ne suis rentr√© que tr√®s tard. Alors maman les avait mises au lit. Et je suis rentr√© vers deux heures ou trois heures. Et j'√©tais tr√®s √©puis√© √† cause des r√©unions ; ces visions et tout m'avaient tellement √©puis√© que je ne pouvais pas dormir. Je me suis donc r√©veill√© vers six heures, je suis all√© au petit salon, et je me suis assis dans un - un fauteuil. J'√©tais simplement assis l√†, pensant √† la r√©union. Tout √† coup, j'ai entendu beaucoup de bruit l√† dans la - la chambre de filles. Et - et j'ai regard√© et voici venir Becky, mon a√ģn√©e. Elle a en quelque sorte de longues jambes, vous savez. Et - et Sara est une toute petite cr√©ature. Et voici alors venir Becky, aussi rapidement qu'elle le pouvait, en courant. Et elle a saut√© et s'est mise carr√©ment √† califourchon sur mes genoux comme cela, et elle m'a enlac√© de ses deux bras, elle s'est mise √† m'√©treindre et √† crier : "Papa, Papa, Papa." Et j'ai jet√© un coup d'Ňďil derri√®re. Vous savez, cela fait simplement gonfler le cŇďur d'un homme. Et j'ai regard√©, et voici venir sa petite sŇďur, Sara, portant un v√™tement de seconde main. Vous savez, comment la deuxi√®me obtient toujours des pyjamas avec de si longues jambes, vous savez. Elle m'a rappel√© la petite √©glise interd√©nominationnelle, et la - l'autre avec ses longues jambes √©tait l√† depuis longtemps, vous savez, ainsi elle √©tait probablement l√† depuis longtemps, elle connaissait beaucoup de choses.
E-38 Alors, elle m'a entour√© de ses bras, et l√†, elle a devanc√© Sara. Puis elle a dit : "Sara, ma sŇďur..." La petite Sara s'est arr√™t√©e. Elle a dit : "J'aimerais que tu saches ceci, ma sŇďur. J'√©tais ici la premi√®re, et je me suis empar√©e de papa tout entier, et il ne reste rien pour toi." La pauvre... C'est presque comme cela qu'ils essayent de nous le dire. C'est vrai, ces gens aux longues jambes, qui sont l√† depuis tr√®s longtemps, vous savez. Alors, elle a dit : "... je me suis empar√©e de lui tout entier." Alors, elle a dit : "Je me suis empar√©e de papa tout entier, et il ne reste rien pour toi." (Vous ferriez mieux de fermer vos portes. Voyez-vous ?) La petite Sara se tenait l√†, elle a rabattu ses petites l√®vres, de ses petits yeux noirs coulaient de petites larmes comme cela; je l'ai regard√©e, je lui ai fait un clin d'Ňďil, et je lui ai fait signe du doigt et, je lui ai tendu l'autre jambe.
E-39 La voici venir, balan√ßant les jambes dans tous les sens, vous savez, et elle a saut√© sur ma jambe. Et elle √©tait en quelque sorte... ne pouvait pas... Sa - Sa cons√©cration ne date pas de longtemps, vous savez. Elle - elle - elle est un peu chancelante. Alors j'ai d√Ľ tendre ma main et la prendre avec mes deux mains, sinon elle tomberait. Et je l'ai serr√©e contre moi. Elle m'a √©treint, et elle m'a serr√© bien fort pendant une minute. Elle s'est retourn√©e, avec ses grands yeux, vous savez, et avec ce sourire sur son visage. Elle a dit : "Ma sŇďur Rebecca, j'aimerais te dire aussi quelque chose." Elle a dit : "Il se peut que tu aies √©t√© ici la premi√®re et que tu te sois empar√©e de papa tout entier. Cependant, j'aimerais que tu saches que papa s'est empar√© de moi tout enti√®re." Alors je... ?... Je voudrais qu'Il s'empare de moi tout entier. Je ne connais pas...?... Je ne connais pas toutes les th√©ologies, et les D-ologies, et les doctorats et les doctorats en ceci et en cela. Tout ce que je sais, c'est qu'Il s'est empar√© de moi tout entier, Il m'a envelopp√© ici dedans. C'est tout ce dont je me soucie, tant que je sais que Son Esprit m'a envelopp√© de Sa mis√©ricorde et de Sa bont√©. Je ne cherche aucun m√©rite, il n'y a rien que je puisse m√©riter, rien que je puisse faire. Je n'apporte rien dans mes mains, je m'attache simplement √† Ta croix. "Seigneur, prends-moi tout entier." C'est cela.
E-40 La pauvre petite Sara et moi marchions, quelques jours après cela, je la tenais par la main, et nous allions à cette cage à aigle. Et j'ai vu l'un des spectacles les plus pathétiques que j'aie jamais vus. C'était un très vieil aigle qu'on venait de capturer, et il était dans cette cage. Il était couché sur son dos quand je suis allé là, ses ailes énormes ressortaient comme cela. J'ai remarqué qu'il saignait partout sur le devant de ses ailes, et toute sa tête saignait, les plumes s'en étaient détachées (le bout de ses ailes). Je me suis dit : "Qu'a-t-il, ce pauvre oiseau?" Et j'ai soulevé la petite Sara et j'ai mis ses jambes en travers de mon cou, afin qu'elle voie dans la cage. Et elle a dit : "Papa, il saigne." J'ai dit : "Oui, peut-être... Il n'y a là rien avec quoi se battre. Je ne sais pas avec quoi il se bat."
E-41 Quelques instants apr√®s, il s'est relev√©, il a secou√© cette t√™te fatigu√©e, et il a tourn√© la t√™te, et il a regard√© comme cela. Vous savez, c'est un oiseau du ciel. Il a recul√© dans la cage comme √ßa. Le voici qui s'√©lance dans la cage de toutes ses forces, battant ses grandes ailes, et il s'est de nouveau cogn√© la t√™te contre cette cage, cela l'a renvoy√© au sol, sur le dos, et le sang coulait de ses ailes, l√† o√Ļ il essayait de les battre contre cette cage pour sortir. Le coup √©tait si fort cette fois-l√† qu'il s'est √©tendu l√†. Et ses yeux fatigu√©s se sont lev√©s vers le ciel. Je me suis dit : "√Ē Dieu, comme c'est pitoyable!" Alors quelque chose a frapp√© mon cŇďur. Je me suis dit : "Non, ce n'est pas la chose la plus pitoyable que j'aie jamais vue, un animal dans une cage. La chose la plus pitoyable que j'aie jamais vue, c'est un homme n√© pour √™tre un fils de Dieu (All√©luia!), et qui est coinc√© par une quelconque organisation, ou par un quelconque credo qui lui dit : "Les jours des miracles sont pass√©s, et le bapt√™me du Saint-Esprit n'existe pas." Quand il croupit dans ces vieux credos d√©nominationnels et regarde tout autour comme cela...
E-42 Il est n√© pour √™tre un fils de Dieu. Les credos l'ont mis dans une cage. Dieu veut qu'il en sorte. Amen. Oh! il est n√©... C'est une Ňďuvre humaine qui a mis cet aigle l√†-dedans. C'est une Ňďuvre humaine qui vous met dans ces credos et ces d√©nominations. Ils sont tous du diable. Bien s√Ľr que oui. On emprisonne l'homme dans un credo disant : "Les jours des miracles sont pass√©s ; la joie du Saint-Esprit n'existe pas ; le fait de crier n'existe pas ; le parler en langues n'existe pas ; la gu√©rison divine n'existe pas." Oh! la la! C'est pitoyable! Des fils de Dieu, n√©s pour √™tre libres, sont ensuite mis en cage. Fr√®res, ne m√©prisez pas ces hommes. Ne m√©prisez pas... Ce - ce cercle qui les a li√©s l√†-dedans, c'est ce qu'il faut briser pour eux. C'est vrai. Ne les m√©prisez pas. Ils sont... Ils sont n√©s pour √™tre des fils de Dieu. Ils sont n√©s pour √™tre libres. Ne permettez simplement √† personne de vous enfermer dans quelque chose de ce genre. C'est √ßa. Restez hors de vieilles cages. C'est tout √† fait vrai.
E-43 Le pauvre aigle, c'est un oiseau vraiment formidable. Ses habitudes, j'aime observer ses habitudes, ce qu'il fait. Bien des fois, lors des rassemblements de b√©tail, je les ai vus construire leurs nids, disons... je fixais mes jumelles sur eux pour les observer. Oh! j'avais... t√īt le matin, avant m√™me que nous ne commencions le rassemblement, je montais l√†-haut, et je prenais mes jumelles pour voir ce que faisait donc ce vieil aigle √† ce nid. Il sort, et vous devriez le voir. Il ne construit jamais son nid au sol. Un aigle ne peut pas construire son nid au sol. L'aigle construit son nid loin, aussi haut que possible, sur le pic le plus √©lev√©.
E-44 C'est la raison pour laquelle Dieu l'a compar√© √† son Eglise. Vous √™tes une chandelle situ√©e sur une montagne. C'est vrai. De grandes ambitions, de grandes attentes, nous nous attendons √† de grandes choses. Nous ne sommes pas... Nous disons : "Eh bien, je suis pentec√ītiste. Cela r√®gle le probl√®me." Pas pour moi. Je m'attends √† des choses plus grandes. "Je suis baptiste. Je suis m√©thodiste. Je suis unitaire, binitaire, trinitaire," ou quoi que vous soyez. Cela ne me satisfait pas. J'ai l'ambition de continuer √† avancer jusqu'√† ce que je Le rencontre : plus haut, plus haut ; plus haut, plus haut, plus haut. "J'ai re√ßu le Saint-Esprit. Cela r√®gle le probl√®me." Cela ne l'a pas r√©gl√© pour moi. Je continue simplement d'en prendre et de monter de plus en plus haut. C'est vrai. Je continue simplement de monter tr√®s haut : de grandes ambitions, de grandes attentes, des ambitions. Ce n'est pas : "Eh bien, nous avons une tr√®s jolie petite √©glise. Nous allons vraiment nous installer. Ce petit groupe et moi, nous ne voulons personne de vous dans notre groupe." Pas moi. Je voudrais tendre la main √† tout credo mort...?... plut√īt... ?... faire entrer quelqu'un. Les ambitions, faire quelque chose. Les attentes d'un homme qui a d√©j√† march√© dans la v√©rit√© pour voir la v√©rit√©... Vous ne l'aurez jamais comme cela, l√†-dedans, en l'enfon√ßant. Vous devez l'entourer de vos bras, et l'aimer et lui montrer que vous √™tes un fr√®re. Alors quelque chose arrivera. Si vous √™tes parent √† J√©hovah, vous ferez cela. Vous avez Son Esprit. Et Il est venu vers ceux qui L'ont ha√Į, qui L'ont m√©pris√©, et qui Lui ont crach√© au visage. Il n'avait cess√© de prier pour qu'ils soient sauv√©s. Assur√©ment. C'est cela l'Esprit de Dieu dans un homme.
E-45 Bien, bien, combien cet aigle est bien diff√©rent d'une poule. Oh! eh bien, la poule est autant oiseau que l'aigle. Le savez-vous? Eh bien, une poule est autant oiseau qu'un aigle, mais la poule est son fr√®re d√©nominationnel, vous savez. Elle est pr√™te √† s'installer dans un quelconque credo, elle construit son nid juste l√† quelque part dans la basse-cour, l√† o√Ļ tous les rats peuvent surgir et le mettre en pi√®ces, √©parpiller ses petits : le whisky, fumant la cigarette, les femmes portant des shorts, se coupant les cheveux, oh! tout les met simplement en pi√®ces. Mais un vrai aigle place son nid en haut. Toutes les vieilles souillures du monde peuvent juste s'introduire l√†-bas, mais un aigle place son nid et place ses petits qui vont na√ģtre si haut que l'air infect ne souffle m√™me pas sur eux. Fiou! Vous savez, je me sens - je me sens tr√®s religieux maintenant m√™me. De toute fa√ßon, je me sens bien. Oui, il le place tr√®s haut... Je l'observe, comment il fait ce nid. Il prend premi√®rement de tr√®s grosses brindilles et les place juste dans les creux comme √ßa, il b√Ętit cela tout autour afin qu'aucun vent n'ab√ģme cela. Ensuite, il part et ram√®ne des plantes grimpantes √©pineuses et en recouvre [ce nid] tout autour sans arr√™t, puis les attache dedans. Il n'existe pas dans le pays d'architecte capable de construire mieux que cela. C'est vrai. Il sait comment s'y prendre, l√†-haut sur un pic. Aucun animal, aucun rat ne peut monter l√†-haut, ainsi ses petits sont en s√©curit√©.
E-46 Une fois, un √©vang√©liste c√©l√®bre a dit : " Je vais dans une ville..." Eh bien, c'√©tait notre fr√®re Billy Graham, je pense, un puissant √©vang√©liste. Il a dit l√† √† Louisville, en pr√™chant √† un petit d√©jeuner des ministres, ce matin-l√†... J'√©tais l√† en compagnie de Mordecai Hamm, qui √©tait un bon fr√®re √† moi, celui qui l'a conduit au Seigneur, qui a conduit Billy Graham au Seigneur. Mordecai et moi, nous sommes des voisins l√†-bas, nous sommes donc de tr√®s bons amis. Et il √©tait... Nous √©tions assis ensemble √† table, et le vieux Billy s'est lev√© et a dit : "Cette Bible est la r√©f√©rence." Il a dit : "Quand Paul allait dans une ville, a-t-il dit, il faisait un converti. Il y retournait l'ann√©e suivante, et ce converti avait fait trente convertis." Il a dit : "Je vais dans une ville, a-t-il dit, je fais trente mille convertis. Si je retourne l'ann√©e prochaine, ou plut√īt deux semaines apr√®s, ou √† peine un mois, a-t-il dit, je ne peux pas en trouver trente." Il a dit : "Que se passe-t-il?" Eh bien, voici ce qu'il a dit. Il a dit : "C'est √† cause de vous, bande de pr√©dicateurs fain√©ants. Vous vous asseyez l√†, les pieds sur la table, et vous leur envoyez une carte, au lieu de vous mettre personnellement en contact avec eux." J'ai admir√© son - j'ai admir√© son... mais ce n'√©tait pas √ßa. Je me suis dit...
E-47 J'aimerais vous poser une question : "Qui était cet homme particulier à - cet...?" Paul n'y était pas retourné. Il avait simplement laissé ce converti. C'est tout. " Ce qu'il en est, Billy, c'est que vous ne les éloignez pas assez de la vue de toutes ces choses." C'est ce qu'il en est. Amenez ces trente mille au baptême du Saint-Esprit, puis revenez trente jours après et retrouvez-les. Oui oui. On a soufflé un petit credo sur eux. On les amène là et on dit... Dites-leur votre nom. "Voici, apportez la lettre qu'on vous a remise et posez-la ici." Ce n'est pas cela. Faites sortir le péché de votre vie et que votre nom soit écrit dans le Livre de Vie de l'Agneau, là dans la gloire, et que le baptême du Saint-Esprit descende là, et vous volerez comme un aigle. C'est vrai. Vous vous placerez au-dessus de toute cette vieille puanteur des agitations que nous avons ici au sol. C'est tout à fait vrai.
E-48 R√©cemment, un vieux propri√©taire de ranch et moi √©tions ensemble. Nous √©tions des associ√©s pendant longtemps. Je n'avais jamais r√©ussi √† l'amener √† Christ. Nous √©tions tr√®s haut dans les montagnes. Et il avait en quelque sorte une petite bosse au dos, et il portait au dos une tr√®s grosse et tr√®s vieille arme, en marchant. La - la lumi√®re brillait √† travers les arbres, l√† o√Ļ l'homme n'avait presque jamais march√©. Il s'est arr√™t√© du coup, et il a regard√© tout autour. Il a dit : "Ceci ressemble √† une cath√©drale." J'ai dit : "Jeff, Je L'ai senti ici depuis que j'ai franchi la colline." Il m'a enlac√© et il a dit : "Billy, je veux Le voir juste ici dans Sa cath√©drale." C'est √ßa. Il a tourn√© l√†... Il ne fumait jamais ou quoi que ce soit. Et il d√©testait les automobiles, car il √©tait un propri√©taire de ranch. Il a dit : "Tu ne sens ni l'odeur de l'essence ni de la cigarette ici, n'est-ce pas, Billy? " J'ai dit : "Non, c'est ici qu'Il vit, Jeff. C'est pourquoi je viens ici."
E-49 Montez tr√®s haut. C'est ce qu'il vous faut faire, dans l'atmosph√®re spirituelle. Ne restez pas ici comme une poule. Envolez-vous. Eloignez-vous-en. Les poules, tous les vieux rats qui sortent de la grange vont les attraper. Certainement. Si vous ne les amenez pas plus loin que de dire simplement : "Joignez-vous √† l'√©glise, et venez tous les dimanches, et nous aurons un petit jeu d'arnaque, et nous jouerons au croquet dans l'arri√®re-cour." Ce n'est pas l√† la chose, fr√®re. "Organisons un souper de bienfaisance pour payer notre pasteur, " et toutes ces... "Mettez vos maillots de bain, et allez nager, bronzez-vous au soleil." Ce qu'il vous faut, c'est un bronzage au Fils. J'ai deux filles. Qu'elles essayent cela l'un de ces jours, et elles auront un bronzage d'un fils, mais pas du s-o-l-e-i-l [En anglais, sun - N.D.T.]; [mais] du f-i-l-s [En anglais, son - N.D.T.] de M. Branham, je vais leur administrer une bonne fess√©e avec le canon...?... C'est ce dont elles ont besoin, ce genre de bronzage. Certainement. Oh! la la! Ce dont nous avons besoin aujourd'hui, c'est d'un bon r√©veil √† l'exemple de saint Paul √† l'ancienne mode, et du retour du Saint-Esprit biblique dans l'√©glise, une fois de plus. C'est vrai. Ses ambitions sont hautes. La poule reste au sol, y construit son nid, et tous les rats, les serpents, et tous les charognards qui existent surgissent l√†, mangent les Ňďufs avant m√™me qu'ils ne soient n√©s, qu'ils n'√©closent. C'est vrai.
E-50 C'est la raison pour laquelle Billy perd tous ses convertis. C'est tout √† fait exact. Tous les rats du pays, tous les vieux fumeurs de cigarette, tous les danseurs, et tout le reste viennent et les emportent. Qu'il b√Ętisse ce nid un peu plus haut l√† un jour, qu'il l'√©l√®ve un peu plus haut. Qu'il le mette hors de la port√©e de ces choses. J√©sus a dit : "Si vous aimez le monde et les choses du monde, l'amour de Dieu n'est point en vous." C'est Jean qui l'a dit. Eloignez-les des choses du monde. Ne laissez pas celles-ci √† leur port√©e. Et pour un homme qui a d√©j√† go√Ľt√© J√©sus-Christ, le monde est mort.
E-51 J'ai une petite Bible chez moi (l'une de mes premi√®res Bibles), et l'autre jour, je l'ai prise et j'ai jet√© un coup d'Ňďil dedans. Au dos j'avais... les gens me posent constamment des questions. Il y a cette question : "Est-ce mauvais de fumer?" (√áa c'est lorsque j'√©tais dans l'Eglise baptiste.) On disait : "Est-ce mauvais de fumer ? Est-ce mauvais de boire?" J'ai √©crit l√†-dedans un petit po√®me, et je disais : Ne me posez pas des questions b√™tes. Ayez simplement ceci √† l'esprit : Si vous aimez le Seigneur de tout votre cŇďur, Ne fumez pas, ne chiquez pas, ne buvez pas de liqueur. Je pense donc que c'est encore valable. C'est vrai. Comment pourriez-vous manger dans une poubelle apr√®s avoir mang√© une fois √† la table de Dieu? C'est impossible. Vous ne pouvez donc pas faire cela. Assur√©ment pas.
E-52 Eh bien, ensuite il a comparé l'aigle... Oh, j'ai tellement de choses, mais nous n'avons pas le temps d'examiner tout cela. Mais la chose suivante, c'est que l'aigle rajeunit. Vous savez que cela est dit dans les Psaumes. C'est dit dans les Proverbes " Pareil à l'aigle qui rajeunit..." Il rajeunit. Il rajeunit. Un vieil aigle, de temps en temps, toutes les plumes tombent, et il rajeunit encore. Eh bien, il est comparé à Son église.
E-53 Je me souviens de la premi√®re fois que j'ai vu les Pentec√ītistes. C'√©tait l√† dans un tabernacle, Fr√®re Ryle, l√† dans l'Indiana. Je... Michigan, c'est l√† o√Ļ... Dowagiac, pr√®s de Dowagiac. Oh! j'oublie le nom de cet endroit maintenant. Oh! la la! C'√©tait l√† dans l'Indiana, juste l√† √† la fronti√®re avec le Michigan, et... Mishawaka, dans l'Indiana. C'est √ßa, Mishawaka. Et j'y suis all√©. Et ils avaient √† peu pr√®s soixante pr√©dicateurs sur l'estrade ce soir-l√†. Quelqu'un a dit : " Que tous les pr√©dicateurs montent." Alors je suis mont√© l√†. J'√©tais baptiste. Et je me suis donc assis. Et ainsi, ce jour-l√†, on a √©cout√© certains de ces pr√©dicateurs, ces jeunes gens ; tous ont pr√™ch√© comment J√©sus √©tait, et combien Il √©tait un Sauveur merveilleux, et tout.
E-54 Et ce soir-l√†, pour le message principal, ils avaient fait venir l√† un vieil homme de couleur, et le pauvre vieil homme, on devait presque le conduire l√†. Il portait une √©norme vieille jaquette bleu√Ętre, la veste Prince Albert, avec l'un de ces colliers dessus, la veste des anciens pr√©dicateurs, vous savez. Il s'est amen√© l√†, avec une petite couronne de cheveux blancs. Il est mont√© √† la chaire comme cela. Et je me suis dit : "Eh bien, pourquoi n'ont-ils pas align√© l√† l'un de ces jeunes th√©ologiens, pour apporter le message?" Le vieil homme est sorti l√†, vous savez, et il s'est approch√© de la chaire, comme ceci, et il a dit : "Ce soir, j'aimerais tirer mon texte, a-t-il dit, de Job." Je crois que c'est 7, 7.37, ou quelque chose de ce genre. Il a dit : "O√Ļ √©tais-tu quand je fondais le monde (√† quoi les bases sont-elles attach√©es), alors que les √©toiles du matin √©clataient en chants d'all√©gresse et que les fils de Dieu poussaient des cris de joie?" Je me suis dit : "Pourquoi ont-ils align√© l√† ce vieil homme pour qu'il pr√™che?" Et tous les autres avaient pr√™ch√© sur ce que J√©sus a fait ici-bas. Lui a commenc√© loin l√†-bas avant le d√©but de l'√©ternit√© ; il L'a amen√© √† travers les cieux et L'a fait descendre jusqu'√† l'arc-en-ciel √† l'horizon, dans la seconde venue. Presqu'√† ce moment-l√†, le Saint-Esprit le frappa. Il cria "Youpi!", sauta et se mit √† sautiller tout autour comme cela - il y avait l√† un espace deux fois plus grand que celui-ci - il est descendu de l'estrade et a dit : "Il n'y a pas assez d'espace ici pour moi, pour que je pr√™che." Il est descendu de l'estrade... J'ai dit : "Mon vieux! Voil√† ce qu'il me faut. Si cela am√®ne un vieil homme √† agir ainsi, qu'est-ce que cela ferait √† un jeune homme...?..." C'est vrai.
E-55 "Pareil √† l'aigle qui rajeunit." H√© oui. Le r√©veil prend et √īte de vous tous les vieux sentiments bizarres, et vous vous envolez l√†-bas dans l'atmosph√®re. Il a compar√© Son h√©ritage √† l'aigle, car l'aigle rajeunit. Eh bien, cela le fait crier. Observez l'√©glise. Elle va compl√®tement se dess√©cher. Premi√®rement, vous savez, le Saint-Esprit les frappe, leur jeunesse... Eh bien, les personnes √Ęg√©es se mettent debout, sautent, crient et glorifient Dieu ; ils rajeunissent encore. C'est vrai. Ils font tout ce que les jeunes peuvent faire : sauter, crier, beugler et hurler. Il rajeunit. C'est √ßa. Je crois cela, pas vous?
E-56 Il y avait un fermier l√† dans l'Indiana. L'un d'eux √©tait un ... Il √©tait un bon fermier. Ses √©tables n'√©taient pas tr√®s bonnes ; oh, des fissures dans les √©tables, et tout. Et il y avait par l√† un autre fermier, mais qui avait beaucoup d'argent, ainsi, il avait construit la plus belle √©table que vous ayez jamais vue. (√áa c'est bon pour les pr√©dicateurs.) Ainsi, je dis qu'il avait construit la plus belle √©table que vous ayez jamais vue. Il avait des tracteurs et tout. Mais cet homme √©tait trop paresseux pour √™tre fermier. Alors chacun d'eux... Et l'autre fermier, le fermier qui avait la mauvaise √©table (la petite mission quelque part), il avait un - il √©tait un vrai fermier et √©tait entreprenant. Ainsi, il a plant√© beaucoup de bonne paille de luzerne, et toute cette ann√©e-l√†, et il a mis cela l√†. Et au prochain... Cette ann√©e-l√†, un veau naquit dans l'√©table (dans chacune de deux √©tables). Et au printemps suivant, un vent chaud a commenc√© √† souffler. On a fait... Le - le - le fermier riche l√†-bas a fait sortir son petit veau, pauvre petit animal, il √©tait si maigre qu'il est sorti en titubant, le vent a failli le jeter de c√īt√© ; il ne pouvait presque pas avancer. Il n'avait rien eu comme nourriture ; il avait l√† quelques mauvaises herbes, vous savez, de vieilles herbes d√©nominationnelles. "Nous sommes ceci cela. Nous sommes les gros bonnets." Cela n'avait jamais engraiss√© une √Ęme, non, non.
E-57 Mais l'autre petit veau, il n'avait qu'une m√©diocre √©table comme logis. Mais, fr√®re, quand on l'a fait sortir, il √©tait tout plein de vitamines et il √©tait gras; oh! la la! rondelet et gras au possible. Mon vieux, il a bondi de joie, et s'est mis √† percer ce vent, vous savez, et celui-ci le frappait. Et il √©tait juste - il √©tait juste en train de passer ... Quand ce puissant vent le frappait, il √©tait en train de passer un temps merveilleux, il courait partout, bondissait de joie. Savez-vous ce que le pauvre petit veau a fait? Il a cogn√© sa pauvre petite t√™te contre la fissure de l'enclos, et il a fait : "Tsk, tsk, tsk, tsk, quel fanatisme!" [L'assembl√©e √©clate de rire. - N.D.T.] Quel √©tait le probl√®me? Il avait √©t√© affam√© avec les mauvaises herbes de la d√©nomination.- Ce dont nous avons besoin, c'est des vitamines du Saint-Esprit dans l'√©glise. Cela fera rajeunir. Cela fera rajeunir l'√©glise, la ram√®nera de nouveau √† la Pentec√īte, vous ram√®nera l√† avec une exp√©rience, amen, en √©tant engraiss√©. Nous engageons trop de d√©penses... Et c'est l√† notre probl√®me, nous les pentec√ītistes. Nous engageons trop de d√©penses pour nos √©difices aujourd'hui et nous pr√©tendons que J√©sus revient. Certainement! Ce que nous devons faire, c'est de nous mettre au travail, faisant entrer quelqu'un l√†-dedans, sauvant les √Ęmes, les nourrissant des vitamines de Dieu par la puissance de Dieu. C'est tout √† fait vrai.
E-58 Ainsi, finalement le vieil aigle prend la place pour... Je... Il y a beaucoup de choses √† son sujet, mais il me faut toucher le point capital maintenant. Mon temps s'envole. Ainsi nous... Observons-le pendant qu'il construit son nid. Il va avoir - il va avoir un nid plein de petits. Il est en train de construire son √©glise, vous savez, l√†-haut au sommet de la colline, et il la fixe tr√®s bien. Maintenant, ce nid est plein d'√©pines. Eh bien, il ne veut pas que cette chose... Vous ne voulez pas que vos nouveaux convertis sachent qu'il y a toutes ces √©pines dans cette chose, vous savez, comment vous avez d√Ľ combattre pour en arriver l√†. Mais savez-vous ce que fait l'aigle? Il va l√† et matelasse ce nid. Vous devriez le voir. Cette vieille m√®re aigle ira prendre une peau de lapin, elle mangera le lapin, puis prendra la peau et la fourrera ainsi dans chaque petite fissure, pour en faire un petit endroit duveteux, oh! le plus beau petit nid douillet o√Ļ na√ģtront ses petits.
E-59 C'est ainsi que Dieu proc√®de, vous savez. Oh! la la! Quand - quand vous venez d'√™tre sauv√©, ne vous sentez-vous pas bien en marchant sur ce beau petit duvet, vous savez? Oh! la la! ces petites pattes tendres, vous savez, juste bien... Oh, c'est vraiment bien! Oh! comme papa parcourt le nid √† la naissance de ces petits, les contemplant. Oh! la la! Oh! vous l'avez d√©j√† vu se pavaner, renvoyer ses √©paules en arri√®re et se pavaner, en contemplant ses petits. "Tous me ressemblent. " C'est vrai. "Celui qui croit en Moi fera aussi les Ňďuvres que Je fais. Pouvez-vous boire la coupe de la pers√©cution : √™tre tourn√©s en d√©rision, et √™tre trait√©s de B√©elz√©bul comme Moi ? " "Oui. " "Pouvez-vous √™tre baptis√©s de l'Esprit dont j'ai √©t√© baptis√© ? " "Ouais. " "Juste comme moi." ( Regardant ses petits. Vous voyez? Oh, combien il se pavane!)
E-60 Eh bien, qu'en serait-il si tout d'un coup il se faisait que l'un de ces petits était un corbeau, qu'il volait sur le nid, et croassait : "Coa, coa, coa, coa"? Ce serait un hybride. C'est ça le problème aujourd'hui. Nous avons trop de buses et de corbeaux hybrides dans le nid, et il n'y a pas de véritables aigles qui croient ; trop de religion hybride, essayant de mélanger l'huile et l'eau. Ça ne se mélangera pas. Savez-vous ce qui pourrait arriver? Si ce petit corbeau sautait là et croassait : "Coa, coa, coa, les jours de miracles sont passés; le baptême du Saint-Esprit n'existe pas ; tout ça c'est du fanatisme, " il le flanquerait dehors. Que lui arriverait-il alors là haut dans ce nid? Il se désintégrerait avant d'atterrir parmi les poules. Assurément! Oui oui.
E-61 Certainement non. Papa Aigle, ils Lui ressemblent, ils croient la m√™me chose que Lui. Ils Lui ressemblent. Bien s√Ľr que oui. Ils sont faits comme Lui. Ils sont constitu√©s comme Lui, et Il sait qu'ils sont de vrais aigles. Oh! la la! C'est ce que Dieu cherche, un v√©ritable Messiette. Oui. Il est le Messie. "Messie" signifie "Celui qui est oint ". Et nous sommes Ses enfants, ayant une onction moindre. Nous sommes donc... Comme l'Aigle J√©hovah est le Grand Aigle, et que nous, nous sommes des aiglons ; Il est le Messie, et nous, avec la m√™me onction, nous sommes des messiettes. Amen. Oint, "Messie" signifie "Celui qui est oint ". Etes-vous oint? Amen. De quoi? Du m√™me Esprit dont Il a √©t√© oint. Nous avons Cela avec mesure ; Lui a Cela sans mesure. Il √©tait Dieu manifest√© dans la chair, et nous, nous sommes des fils de Dieu, une partie de Lui, allons. Certainement. "Les Ňďuvres m√™me que je fais, vous les ferez aussi."
E-62 Je peux prendre une cuillerée d'eau de cet océan-là, et il n'en manquera jamais dans l'océan. C'est ainsi que nous ne serons pas perdus s'il nous arrivait d'être retirés. Et rappelez-vous, les mêmes éléments chimiques qui sont dans tout l'océan sont dans cette cuillerée, la même eau. Là, il y en a simplement en plus grande quantité là-bas. Ainsi, c'est ce qu'il en est. Vous direz : "Qu'y a-t-il là?" "L'eau de l'océan." "Qu'y a-t-il ici?" "L'eau de l'océan." C'est exact.
E-63 C'est ce que Papa Aigle pense de Ses petits, alors qu'Il se pavane. Il leur lance un cri ; ils Lui lancent un cri en retour. Il dit : "C'est ça. Je suis Celui qui était." "Amen, Papa." "Je suis Celui qui est." "Amen, Papa." "Je suis Celui qui vient." "Amen, Papa." "Je suis le même hier, aujourd'hui et éternellement." "Amen, Papa." "Je suis toujours Celui qui guérit." "Amen, Papa." "Je donne toujours le Saint-Esprit." "Amen, Papa." "Je suis le même hier, aujourd'hui et pour toujours." "Amen, Papa." "Amen." Le vieux petit corbeau fait : "Coa, coa, coa." "Toi, petite buse, pourquoi fais-tu ces croassements? Sors du nid. Toi, petit vautour, tu ne saurais pas manger la nourriture de l'aigle, de toute façon." C'est vrai. Oh! la la!
E-64 Alors , la premi√®re chose, vous savez, il constate qu'ils sont - ils sont de beaux petits aigles, il fait des va-et-vient. Et, la premi√®re chose, vous savez, c'est que maman est d√©cid√©e pour que ses - pour que ses petits aigles ne soient pas comme la poule qui est attach√©e √† la terre. Ils ne vont pas tout le temps marcher l√†-dessus : elle va leur donner quelques petits tests pour voir comment ils vont s'en sortir. Chaque fils qui vient √† Dieu doit √™tre ch√Ęti√©, √©prouv√©. Et quand il recule, il dit : "Non, je devrais..." Oh, eh bien, vous n'√©tiez pas un fils au d√©part. Si vous ne pouvez pas supporter le ch√Ętiment, alors la Bible dit que vous devenez un b√Ętard, et non un fils de Dieu. C'est donc ainsi qu'on les √©limine.
E-65 C'est comme un homme qui est sorti... Il a dit : " Le Royaume de Dieu... il a jet√© un filet en mer. Et quand il l'a retir√©, il a attrap√© des tortues des eaux douces, des langoustes, des l√©zards, et tout. Il les a tir√©s sur la rive. C'est √ßa le travail du pr√©dicateur. Nous ne savons pas qui est quoi. Certains d'entre eux sont des poissons, d'autres sont des l√©zards, d'autres sont des serpents, d'autres sont des langoustes. Observez la vieille langouste quand elle est l√†. Quelqu'un dit : "Gloire, all√©luia! Gloire √† Dieu!" Elle fait : "Hemp, hemp, hemp, hemp, hemp hemp. Je ne peux pas croire cela." Elle retourne imm√©diatement dans l'eau. Le vieux serpent redresse la t√™te et dit : "Je pensais que j'√©tais dans l'√©glise, mais ce sont des saints exalt√©s." Et il s'en va. Qu'√©tait-il? Un serpent d√®s le d√©part, une langouste d√®s le d√©part. La vieille dame araign√©e, fera flop, et retournera carr√©ment dans le trou de boue, elle en ressort aussit√īt en shorts, les cheveux coup√©s. Oui, mais... "Pareil √† un cochon qui retourne √† son bourbier, et √† un chien qui retourne √† ses vomissures." Voil√†! Ne vous f√Ęchez pas; restez bien tranquille.
E-66 Quand j'√©tais gosse, nous vivions l√† dans le Kentucky, et nous menions une vie difficile. Maman prenait du vieux pain de ma√Įs (Je ne sais pas si oui ou non vous savez ce que c'est), des doliques et des feuilles de navets. Et quand elle prenait ce vieux pain de ma√Įs... Nous n'avions pas de saindoux. Elle extrayait la graisse des peaux de viande. Et ensuite, de la graisse, de la mati√®re grasse extraite de ces peaux de viande, elle faisait du pain de ma√Įs. Et vous savez, c'√©tait plut√īt une vie mis√©rable. Ainsi, tous les samedis soirs, nous avions l'habitude de prendre tous un grand bain, et nous avions une grosse vieille baignoire en c√®dre. Et alors on y versait de l'eau et on la chauffait. Nous √©tions √† peu pr√®s neuf, et ainsi tous prenaient un bain. On ne renouvelait jamais l'eau, on y ajoutait juste un peu plus d'eau chaude. J'√©tais le dernier √† devoir prendre le mien. Mon vieux, je prenais un bain comme il faut. Mais... Et puis, ce qu'il en √©tait, c'√©tait afin d'√™tre pr√™ts pour aller √† l'√©cole du dimanche apr√®s cela. Eh bien, √ßa se faisait le samedi soir. Et le dimanche, nous prenions tous un bon tour d'huile de ricin √† cause du r√©gime alimentaire auquel nous √©tions soumis. J'en √©tais tr√®s malade. Je tenais mon nez et j'avais un haut-le-cŇďur. Je disais : "Maman, je ne peux pas supporter cela ", m√™me maintenant. Elle disait : "Ch√©ri, si cela ne te rend pas malade, √ßa ne te fera aucun bien." Il en est ainsi de cet Evangile. S'Il ne fait pas remuer compl√®tement votre gastronomie spirituelle, vous rendant tr√®s malade, vous n'irez jamais fouiller pour voir si c'est juste ou pas. C'est vrai. Oui. Oh, oui. Il est -Il est bon pour vous. Il vous remue compl√®tement, Il vous arrange, Il vous appr√™te pour le - l'enl√®vement quand celui-ci aura lieu. C'est vrai. Oui.
E-67 Aussi cette m√®re a-t-elle r√©solu de ne pas faire de ses petits aigles juste des poulets d√©nominationnels. Mon Dieu, non! Elle a r√©solu cela. Elle doit alors les faire sortir de ce nid. Lorsque tout marche correctement, elle doit leur donner un test. Savez-vous donc ce qu'elle fait? Elle entre l√†-dedans et elle ouvre son large bec (elle et papa), et elle jette toute cette - cette garniture dehors. Alors, √ßa devient dur (Oh! la la!), comme apr√®s la Pentec√īte. Les pers√©cutions s'√©lev√®rent et tout, vous savez. Chaque fois que le petit aigle essaie de s'asseoir, il sursaute l√†. Il s'est pos√© sur une √©pine. Avez-vous d√©j√† fait cette exp√©rience? O√Ļ que vous alliez, des √©pines. Je ne veux pas m'accommoder du monde. Ne cherchez pas √† vous adapter (Non, non), et √† marcher sur des choses douces. Oh! la la! Prenons le chemin avec le petit nombre de m√©pris√©s qui suivent le chemin du Seigneur. C'est vrai.
E-68 Le petit aigle a un peu... Elle - elle a fait cela expr√®s, afin qu'il ne s'accommode pas bien de ce nid. C'est un aigle, ce n'est pas un poulet. Elle veut le sortir de l√† afin qu'il puisse avoir confiance en lui-m√™me. Alors apr√®s un moment, il ne peut simplement pas s'asseoir. Il passe par un moment terrible. Et la m√®re prend alors la d√©cision qu'il faut faire de lui un... qu'il sache qu'il est un aigle. Elle l'examine et trouve que "oui, c'est un aigle". Alors il est pr√™t √† quitter le nid maintenant. Il n'est pas satisfait de ces vieilles choses du monde. Ainsi, la premi√®re chose, vous savez, elle a dit : " Eh bien, si c'est un aigle, s'il reste toujours comme √ßa, il deviendra un poulet. Alors, je dois le faire sortir d'ici, et lui faire passer par une exp√©rience. Alors elle se pose sur le nid, elle √©tend ses tr√®s grandes ailes. Oh, vous devriez voir cela. Oh! la la! Certains aigles, ont 14 pieds d'envergure [4,267 m - N.D.T.]. Elle d√©ploie ces grandes ailes comme ceci et crie : "Coa ! wheur-r-r-r !" Quel grand cri, comme cela! Elle bat ces grandes ailes. Eux, les petits aigles se posent derri√®re comme ceci, et ce vent souffle dedans comme cela. Oh! la la! quand elle a secou√© ces puissantes ailes comme cela... Eh bien, elle doit enlever d'eux toutes les plumes l√Ęches, sinon ils vont mourir lorsqu'ils seront l√†-haut. Ils vont - ils vont... Ces plumes vont s'arracher l√†-haut, alors l√†, ils se trouveront dans une situation difficile.
E-69 Et c'est ce qui ne va pas dans l'√©glise aujourd'hui. Elle a besoin d'une bonne secousse du nid pour √īter de cela, de ses ailes, certaines plumes l√Ęches. En vouloir √† tout le monde et avoir de la rancune, et des choses de ce genre, vous mourrez en plein vol. Comment Dieu peut-Il avoir une √©glise avec des signes et des prodiges, et des miracles, alors que vous vous disputez les uns avec les autres, disant : "Je suis ceci, je suis cela, " et vous avez de la rancune, et tout? Soufflez jusqu'√† ce que... Le Saint-Esprit vient comme un vent fort, Il souffle sur toutes les divergences et tout esprit d√©nominationnel, toutes ces petites vieilles plumes l√Ęches : "Je suis ceci, et je suis cela." Vous n'√™tes rien en vous-m√™mes, si ce n'est, ce que d√©clarent les Ecritures. Elle souffle sur toutes ces plumes l√Ęches (Oh! la la!), elle fait que toutes soient renforc√©es, car elle va tr√®s bient√īt les prendre pour une vraie promenade, en solitaire. Oh! la la! Ce vol en solitaire, le premier... Ainsi, elle - elle souffle sur toutes les plumes [l√Ęches] , et le nid bouillonne comme cela. Les plumes l√Ęches volent partout. Elle fait voler toutes les plumes, afin qu'ils re√ßoivent celles qui tiennent bon √† ces endroits. Et elle les inspecte l√† pour voir s'ils sont pr√™ts. C'est ce que Dieu essaie de faire √† Son Eglise maintenant. Il n'arrive pas √† l'appr√™ter, les plumes ne sont pas toujours solides. Il vous faut plus de vitamines spirituelles pour renforcer cela, quelques vitamines pour aigles. C'est la Parole. Elle renforce ces plumes.
E-70 Ensuite, la premi√®re chose, quand elle a tout enlev√©, elle doit alors les amener √† croire en elle. Alors, elle √©tend ses tr√®s grandes ailes et elle crie tr√®s fort. Elle souffle sur eux comme cela, ce vent imp√©tueux, vous savez, qui descend. Oh! la la! Et les petits aigles tombent simplement √† la renverse. Ils ne regardent pas dehors et ne disent pas : "Voyons ce que Dr Untel a dit √† ce sujet." Non, non. Ils l√®vent les yeux. Oh! et ils voient ces tr√®s puissantes ailes. Voyez-vous ce qu'elle essaye de faire? Elle cherche √† amener ces petits aiglons √† comprendre combien elle est grande, la puissance. Il faut qu'il ait confiance en ces grandes ailes. C'est ce que Dieu fait. Il fait partir toutes les plumes de vous en soufflant dessus. Il a donc deux ailes, Dieu en a deux ; vous savez, ce J√©hovah Aigle... C'est le Nouveau et l'Ancien Testaments. Il bat les ailes devant vous. Oh! la la! " Je suis le Dieu de Mo√Įse. Je suis le Dieu d'Abraham. Je suis le Dieu qui ressuscita Lazare de la tombe. Je suis Celui qui √©tait mort et Je suis encore vivant, Je vis aux si√®cles des si√®cles. " Le Nouveau et l'Ancien Testaments, battant les ailes en faisant des va-et-viens, les petits aigles sont √©tendus l√† sur le dos, et disent : "Que Tu es grand! Que Tu es grand..." "Faites-Moi confiance."
E-71 A quoi bon donner √† un canari des vitamines pour ses ailes, et pour solidifier ses os et ses ailes, pour ensuite le garder dans une cage? Quel bien cela fait-il d'instruire des pr√©dicateurs avec la th√©ologie, l'histoire, et tout le reste, pour ensuite leur dire que les jours des miracles sont pass√©s, et les encager l√†, dans une certaine d√©nomination? C'est absurde. Lib√©rez-le et laissez-le s'envoler. Il est un aigle. Amen. Si on lui fait croire que les jours des miracles sont pass√©s ; √ßa ce n'est pas un aigle, c'est une buse (bien s√Ľr que oui), mangeant des choses mortes. Eh bien, observez ce qui est arriv√©. Puis, quand la m√®re les am√®ne √† voir, ces petits aigles couch√©s l√†, disent : "Que Tu es grand! Que... grand..."
E-72 Etes-vous d√©j√† sorti la nuit pour observer? J'√©tais ici au Mont Palomar, je crois que c'√©tait l√†. [Espace vide sur la bande - Ed.]... √ßa fait le tour complet de Beaumont. Je n'avais toujours pas cela dans mon... et au del√† de cela. Et qu'a-t-il fait? [Fr√®re Branham imite un bruit d'explosion - Ed.] Il les a tout simplement l√Ęch√©s de ses mains. Que Tu es grand! Que Tu es grand! Observez le Dieu de Mo√Įse, Celui qui ouvrit la mer Rouge, qui garda les enfants h√©breux dans la fournaise ardente, qui fit sortir Daniel de la fosse aux lions, et Lazare de la tombe. "J'ai le pouvoir..." Dieu L'a ressuscit√© ; c'est vrai. Mais Il a dit : "J'ai le pouvoir de donner Ma vie. J'ai le pouvoir de la reprendre." Amen. Que Tu es grand! "Faites-Moi confiance, Je suis le m√™me hier, aujourd'hui et pour toujours." Ces grandes ailes... Nous voyons que le J√©sus du Nouveau Testament est le J√©hovah de l'Ancien. Avec ces grandes ailes il produit en battant ce vent imp√©tueux, alimentant cela, oh! combien j'aime me trouver dans ces brises. Que Tu es grand! Que Tu es grand! Il √©veille la couv√©e (mais bien s√Ľr), l'appr√™tant...
E-73 Puis un jour, elle d√©cide... C'est un beau jour bleu. Ainsi, elle se r√©sout √† amener ses petits aiglons effectuer leur premier vol. Ils ont d√©j√† lu toute leur Bible et ils ont vu combien elle est grande. Elle est toujours la m√™me comme elle l'a toujours √©t√©, avec ses grandes ailes, ses grandes plumes. Elle est √©quip√©e pour prendre soin de ses petits. Ainsi, elle √©tend ses ailes, et se penche en arri√®re comme cela et dit : "Montez d'un bon, mes petits." Oh, je suis si heureux que vous ne sautiez pas sur un credo. Montez jusqu'√† la croix. Amen. Quand je L'ai vu √©tendre... Je n'apporte rien dans mes mains, je me confie en Toi, Seigneur. Je ne sais comment faire cela. Quand on m'a chass√© de l'Eglise baptiste... "Je ne sais que faire. Je ne sais pas, Seigneur, mais je vais tenir la main immuable de Dieu. Je ne sais pas comment cela va se faire. √Ē Dieu, Tu m'as ordonn√©, et Tu m'as dit d'aller prier pour les malades. Les gens m'ont dit que l'on m'enverrait dans un asile pour ali√©n√©s apr√®s quelques semaines, mais que Tu es grand! Que Tu es grand! " "O√Ļ vas-tu?" "Je ne sais pas. Juste l√† o√Ļ Il me conduit." Un fr√®re qui m'avait ordonn√© dans l'√©glise a dit : "Tu sais o√Ļ tu vas aboutir?" J'ai dit : "Dans la gloire l'un de ces jours. Mais je m'accroche √† la croix, je m'accroche √† Dieu."
E-74 La mère aigle dit : " Montez d'un bon maintenant.." Et vous devriez voir ces petits, comment ils s'accrochent. Ils prennent leurs petites pattes et cherchent un bon tas de plumes comme cela. Ils s'y agrippent et prennent leur petit bec, se penchent et saisissent une autre plume. "Très bien, maman, je suis prêt." Elle quitte ce nid. Elle est de toute façon très haut dans les airs. Vous voyez ? En effet, ce ne sont donc pas des buses ; ce sont des aigles. Ils sont nés là-haut. Ne naissez pas ici bas. Naissez là-haut. Si vous naissez ici bas, vous êtes un frère dénominationnel. C'est tout à fait vrai. Vous êtes aussi un oiseau. Mais si vous naissez là-haut, frère, vous naissez de l'Esprit de Dieu (Alléluia!), vous n'êtes pas né à un quelconque credo. Vous êtes très haut, là dans les airs.
E-75 La vieille m√®re fait un petit bond comme cela et √©tend ses grandes ailes. Lorsque le vent souffle fort, elle monte tr√®s haut, l√†-haut. Le petit aigle, je l'entends, il regarde l√† et dit : "Fr√®re Dupont, qu'en penses-tu? Oh! n'est-ce pas merveilleux?" "Hum! Cela me convient parfaitement, pas toi?" "Bien s√Ľr que oui." Ils s'accrochent fermement, oh! la la! et continuellement, jusqu'√† ce qu'elle soit tout √† fait hors de vue avec ces petits. Eh bien, s'ils √©taient des buses, il y a longtemps qu'ils seraient tomb√©s. S'ils √©taient des corbeaux, ou m√™me des faucons... Ils doivent √™tre des aigles, sinon ils ne sauraient supporter cela. Ils ont √©t√© √©prouv√©s avant qu'ils ne soient pris dans un envol. C'est la raison pour laquelle on s'envole pas beaucoup. Peut-√™tre que je n'aurais pas d√Ľ dire cela. Mais c'est d√©j√† dit, alors...
E-76 De toute fa√ßon... Oh, quand ils arrivent l√† tr√®s haut, savez-vous ce qu'elle fait une fois l√†-haut? Jette-t-elle un coup d'Ňďil pour dire : "Bravo mes petits. Je vais vous ramener imm√©diatement √† votre nid." Certainement pas. Elle les l√Ęche tous. Ce sont des aigles. Ils sont capables de voler. Si ce sont des aigles, ils sont capables de voler. Amen. Ce sont des aigles. Ils sont capables de voler si ce sont des aigles. Elle les l√Ęche et s'envole loin d'eux ; elle les laisse simplement seuls. Les voil√† l√† dans les airs, fr√®re, faisant juste flip, flop, flip, flop, flip, flop, voltigeant. "Volez plus haut, mes petits. Continuez simplement √† battre vos petites ailes. Vous √™tes des aigles." Ils ont leur rassemblement de Pentec√īte, ils se retournent sans arr√™t, ils passent un temps glorieux l√† dans l'azur (Amen!), tr√®s loin de ces poulets d√©nominationnels, l√† tr√®s haut dans l'azur (All√©luia!), tr√®s haut dans l'azur, battant les ailes, passant des moments glorieux. Maintenant, savez-vous pourquoi ils passent des moments si glorieux? Ils ne regardent pas en bas vers la terre. Dis donc, √ßa semble bien! Dis donc, ils sont l√†-haut d'o√Ļ ils sont. Tout chr√©tien n√© de nouveau aime atteindre ces sph√®res, l√†-haut. Savez-vous pourquoi? La m√®re, elle, bascule d'un c√īt√©. Elle maintient ces grandes ailes immobiles et elle les observe.
E-77 Oh, ils ont - ils ont tout √† fait confiance en leur m√®re. Moi aussi. Oh, Celui qui m'a amen√© ici, prendra soin de moi. Celui qui a fait la promesse, est capable de prendre soin de Sa promesse. Et la m√®re... sa capacit√© de les rattraper. S'il arrive √† quelqu'un de se d√©tourner de la r√®gle, vous savez, les gens disent : "C'est trop de tra√ģn√©e de poudre." J'aimerais mieux avoir une petite tra√ģn√©e de poudre plut√īt que rien du tout. Vous avez au moins assez d'espace pour battre les ailes. Alors si l'un d'eux commence √† basculer, ils ne s'en inqui√®tent pas. Maman veille sur lui. Elle constate qu'il ne va pas s'en sortir. Elle descend en piqu√©, le r√©cup√®re sur son aile et le ram√®ne √† la gr√Ęce. C'est √ßa la bonne doctrine calviniste, mais, fr√®re, c'est bon. C'est vrai. Elle le ram√®ne imm√©diatement √† cette gr√Ęce, elle l'√©l√®ve. Elle l'attrape sur ses ailes de la Parole et elle dit : "Ecoute, ch√©ri, tu es en dehors de la Parole maintenant. Tu vas vers une fin catastrophique. Remonte ici et essaye de nouveau maintenant." Prenez la Parole de Dieu et ramenez-le encore imm√©diatement √† la gr√Ęce... Amen. Oh, ils ont confiance. Ils croient. Fr√®re, ils passent des moments merveilleux, battant simplement les ailes, criant, poussant des cris, se comportant dr√īlement, ils ont un rassemblement ordinaire de Pentec√īte. Maintenant, ces poulets l√† en bas, ne savent rien de cela. Ils regardent l√†-haut et disent : "C'est quoi tout √ßa? Jamais je n'ai entendu une telle chose." Allez-y. Restez √† terre si vous le voulez. Ouais.
E-78 Vous savez, on disait autrefois qu'un fermier allait faire couver une poule. Voyons, combien d'Ňďufs compte une couv√©e? Quinze? Je pense. Quinze, c'est le nombre d'Ňďufs qu'une poule couve. J'ai entendu une bonne vieille m√®re l√†-bas dire : "Oui." Je me souviens que maman les marquait tous au crayon, afin de reconna√ģtre si oui ou non il y avait l√† un Ňďuf frais, vous savez. Nous devions surveiller cela. Voyez-vous? L'Ňďuf frais repr√©sentait quelque chose. Ainsi, elle en faisait couver quinze par la poule. Et le fermier n'avait que quatorze Ňďufs. Alors, il a gravi une falaise et a pris un Ňďuf d'aigle, l'a ramen√© et l'a mis sous la poule. Au moment de l'√©closion, il y avait quatorze poussins et un aiglon. C'est presque √ßa la moyenne : un par couv√©e. C'est juste. C'est √† peu pr√®s ce qui se fait, assur√©ment, √† peu pr√®s un par couv√©e. Alors, quand cet aiglon fut n√©, vous pouvez vous imaginer quel dr√īle de canard il √©tait dans cette d√©nomination-l√†. Eh bien, il ne comprenait pas pourquoi la pauvre poule allait ici et l√† en faisant : " Cot, cot, cot, cot, cot. Maintenant, voyez-vous, les jours des miracles sont pass√©s. Cot, cot, cot, cot." Il disait : " Que se passe-t-il?"
E-79 Elle sortait là et grattait partout, vous savez, dans cette basse-cour. "Je vais organiser un souper de bienfaisance ce soir. Vous y êtes tous conviés." Vous savez, tout dans ce sens-là. Eh bien, lui ne savait pas comment s'y prendre. Il n'aimait pas ce genre de nourriture. Cela lui donnait la nausée. Tout le monde se moquait de lui. Oh, nous avons tous eu cette expérience-là, n'est-ce pas? On s'est moqué de nous. J'imagine que la petite aigle femelle, il y avait quelque chose de particulier en elle. Elle n'avait pas des ailes coupés courts, elle avait de longues ailes ; parce qu'elle était...?... Je ne voudrais pas vous blesser. Je vous aime tellement. Mais, frère, des fois quand on rebrousse un peu les poils de temps en temps, cela vous aide. Alors, il se promenait, vous savez, avec ses petites ailes. Il disait : "Eh bien, pourquoi - pourquoi ne suis-je pas comme les autres? Pourquoi ne puis-je pas me livrer à ce genre de choses? Pourquoi ça?" Eh bien, vous êtes simplement une créature différente. C'est tout. Voyez-vous? Vous - vous... Nous avons été destinés, avant la fondation du monde, à être des aigles, non pas des buses ni des poulets, qui se promènent par là, vous savez.
E-80 La vieille poule trouve... L√† sur le tas de fumier, elle ira gratter de vieilles choses mortes du monde, disant : "Eh bien, nous allons organiser une course au cerceau l√† √† la plage, l√† o√Ļ tout le monde va nager." "Bont√© divine ! " Il ne pouvait pas supporter cela. "Nous allons jouer √† l'arnaque [ En anglais : " bunco game." - N.D.T.] au sous-sol. Ce petit... Au bingo, c'est cela, le bingo. Simplement je... Je ne m'y connais pas dans ce genre de noms. Tr√®s bien. C'est quoi l'arnaque [" bunco " en anglais - N.D.T.] ? Est-ce bien cela ? Peut-√™tre que je me suis tromp√©. Bingo (voyez-vous ?), quoi que ce soit. De toute fa√ßons : " Nous allons organiser cela. " Mon Dieu!" Il ne pourrait pas supporter cela. Cet aiglon ne pouvait pas comprendre cela. Ce n'√©tait pas de cela qu'il se nourrissait. Cela ne r√©pondait pas √† son go√Ľt. Vous sentiez-vous ainsi quand vous √©tiez l√†-bas? Tenez, moi oui. Mon Dieu! Pour moi, ce truc sentait mauvais. Et vous vous dites chr√©tiens? Le pasteur doit cong√©dier l'√©glise quinze minutes plus t√īt pour pouvoir fumer, avant de revenir √† la chaire. Cela ne me paraissait pas correct. L√†, tous les diacres couraient, et - et je savais qu'ils couraient avec des femmes dans l'√©glise, et des choses de ce genre. Ils ne me semblaient pas √™tre des chr√©tiens. Voyez-vous ? Cela n'√©tait pas du tout convenable.
E-81 Ainsi, il se promenait. Il devait toujours rester derri√®re. On ne vous mettra jamais quelque part. Ne vous en faites pas √† ce sujet. Ainsi, ne... jamais. Ils devront aller l√† o√Ļ on ressemble √† des poulets, vous savez. Ainsi, la premi√®re chose, vous savez, il se promenait dans la cour. Il - il √©tait vraiment un - il √©tait un - il √©tait un num√©ro ; et tout chr√©tien n√© de nouveau se trouvant dans un tel g√Ęchis... Un aigle dans un endroit comme √ßa, est un num√©ro. C'est vrai. Ainsi, il ne savait que faire. Le petit ami ne savait pas mieux que √ßa. Peut-√™tre nous non plus. Nous ne savions pas mieux que √ßa. Et un jour, vous savez quoi ? Maman savait qu'elle avait pondu deux Ňďufs, la pluie de la premi√®re saison et la pluie de l'arri√®re-saison. Qu'√©tait devenu l'un d'eux? Alors, elle s'est mise √† le chercher partout. La voici qui vient, battant les ailes. Elle a regard√© partout de ses grands yeux per√ßants. Ils pouvaient voir partout. Elle a survol√© la basse-cour. D√®s qu'elle l'a fait, elle a dit : "Fiston. " Cela ne sonnait pas "cot, cot, cot." Non, non. Il a tourn√© sa petite t√™te, et a lev√© les yeux, et a dit : "Ce cri semblait authentique. D'o√Ļ cela est-il venu ? " Oh ! la la!
E-82 Vous rappelez-vous la premi√®re fois que Dieu vous a parl√© ? Oh, gloire ! On va me traiter de saint exalt√©, de toute fa√ßon, vous ferez mieux de commencer maintenant. Oh! la la! Quand j'ai entendu Sa voix pour la premi√®re fois, Elle √©tait semblable au bruit de grandes eaux. Oh ! la la! Pr√®s d'un petit ruisseau, l√† o√Ļ le ruisseau murmure, il peut donc s'√©tendre, se baigner, lever les yeux. Oh ! la la! Il a lev√© les yeux et a dit : "Qu'√©tait-ce ? " Elle est revenue l√†. Elle a dit : "Ch√©ri, tu es √† moi. Cet endroit-l√†, ce n'est pas ta place, de toute fa√ßon." "Sortez du milieu d'eux. S√©parez-vous, dit l'Eternel. Ne touchez pas √† leurs choses impures, et Je serai votre Dieu. Je serai votre Dieu. Vous serez Mes fils et Mes filles. " Voyez-vous? "Tu ne fais pas partie d'elle ; de cette vieille organisation qui dit que les jours des miracles sont pass√©s. Tu es √† moi. Tu es un aigle. " Voyez-vous? "Oh ! √ßa sonne juste, a-t-il dit. Je comprends ce genre de langage. " Certainement. Eh bien, il √©tait un aigle, pour commencer. Il √©tait effectivement un aigle, il s'est simplement retrouv√© dans un mauvais nid. C'est tout. Fr√®res, j'esp√®re que je ne vous blesse pas, mais je - je vous dis simplement la v√©rit√©. C'est vrai. Aujourd'hui, beaucoup d'entre eux sont dans un mauvais nid.
E-83 "Oh, a-t-il dit, dans un mauvais nid, hein, maman ? Est-ce l√† ce qui est arriv√© ? " "Oui. " " Es-tu ma maman ? " "Oui, je suis √† la fois ton p√®re, ta m√®re, ta sŇďur, ton fr√®re, je suis tout en tout pour toi. " "√áa sonne juste, maman. Maintenant, maman, que dois-je faire? " Elle a dit : "Je te dis, ch√©ri, comment tu dois t'y prendre: tu dois sauter. Tu dois sauter et d√©tacher tes pieds du sol. Et ensuite, commence √† battre tes petites ailes. Bats-les aussi fort que possible. Tu peux t'√©lever, car tu es un aigle. Vois-tu, tu as de longues plumes. Vole. Quitte le sol d'un bond, et commence √† battre tes ailes tr√®s fort. Je te rattraperai. " Et il a saut√©, ce petit aigle est sorti de ces d√©nominations, et il a battu tr√®s fortement ses ailes, quatre ou cinq fois, et il s'est pos√© juste sur le poteau de la basse-cour, en pleine d√©nomination pentec√ītiste. On ne peut pas organiser la Pentec√īte. On ne peut pas en faire une d√©nomination. La Pentec√īte est une exp√©rience, et non une organisation. C'est pour vous m√©thodistes, vous baptistes, vous presbyt√©riens. Les gens essayent de dresser des barri√®res tout autour, mais il n'en est pas ainsi. Les aigles voleront juste par-dessus cela. Certainement qu'ils le feront. N'y faites pas attention.
E-84 "Maman, viens ici, dit-il. Maman, est-ce que je m'y prends bien ? Regarde o√Ļ j'en suis maintenant, maman. " Elle a dit : "Fiston, il te faudra sauter plus haut que cela, sinon je ne pourrai m√™me pas te rattraper. " Elle a fonc√© l√† une fois de plus. Il a lanc√© ses petites pattes en l'air, et s'est mis √† battre les ailes aussi fort qu'il le pouvait. Et la premi√®re chose, vous savez, il a senti qu'il montait, montait, montait, jusqu'√† ce qu'il a atteint la (blanche) Voie Lact√©e. Amen. Alors, il a pu voler seul. Quand il s'est √©lev√© assez haut, il a pu voler seul. Fr√®re, c'est √ßa le probl√®me qu'√† l'√©glise aujourd'hui. Elle ne s'est jamais √©lev√©e assez haut pour sortir d'une organisation ou de quelque chose d'autre, pour voir si elle pourrait voler ou pas. Comment savez-vous que vous ne pouvez pas voler ? Utilisez vos ailes. All√©luia. Sautez l√†. Mettez-vous √† battre vos ailes, et voyez. J√©hovah vous rattrapera. "Je le porterai sur des ailes d'aigle. " Amen. Oh ! fiou ! Oh ! la la ! Je vois beaucoup de gens qui ne peuvent pas comprendre Pourquoi nous sommes si heureux et libres ; Je suis rempli de l'Esprit, il n'y a pas de doute Et c'est cela mon probl√®me. Certainement. Oh! la la! J'ai travers√© le Jourdain pour le beau pays de Canaan, c'est comme le ciel pour moi. Est-ce juste, fr√®re, sŇďur?
E-85 N'√™tes-vous pas heureux d'√™tre un aigle aujourd'hui? J√©hovah Aigle avec nous... Dieu, J√©hovah Aigle, Il est avec nous. Je L'aime, pas vous? Inclinons la t√™te. (Il vient de me dire quelque chose juste maintenant.) Combien ici aimeraient s'envoler et quitter le perchoir de la vieille buse, entrer en Christ et vivre en libert√© en Esprit? Levez la main, et dites : "Priez pour moi, Fr√®re Branham." Oh, regardez les mains. "Heureux ceux qui ont faim et soif." Ceci pourrait avoir √©t√© un message tr√®s rude, √©glise. C'est rude, parce que je n'ai pas d'instruction. Je ne suis pas un - un th√©ologien. Juste de petits moyens rudimentaires par lesquels j'ai observ√© la nature, et je sais que Dieu a ordonn√© la nature. Ainsi Il - Il est Dieu. Il - Il - Il est toujours ici, Il - Il conna√ģt toutes choses. Restez simplement silencieux un instant...?... Je - j'aimerais voir ce qu'Il veut que je fasse. Soyez simplement en pri√®re, dites : "Seigneur, sois mis√©ricordieux envers moi. J'ai lev√© la main. Prends ma main et √©l√®ve-moi au-dessus des ombres maintenant m√™me." Que Tu es grand! Que Tu es grand! N'est-Il pas merveilleux? Baignez-vous maintenant m√™me. Le message est tranchant et douloureux. Baignez-vous tout simplement dans Sa douceur. Le plus doux nom sur la langue d'un mortel, Le plus doux chant jamais chant√©, Oh, J√©sus, b√©ni J√©sus...?...
E-86 Priez simplement maintenant, silencieusement dans votre cŇďur. Laissez le Saint-Esprit p√©n√©trer directement dans votre √Ęme. Dites : "Seigneur, prends-moi tel que je suis." Voyez-vous, je ne peux rien faire maintenant. Il doit faire le reste. Priez simplement. Dites : "P√®re," priez silencieusement dans votre cŇďur, comme vous voulez prier. Vous qui avez lev√© la main, dites : "Re√ßois-moi maintenant, Seigneur J√©sus. Je veux √™tre un aigle. Je veux voler dans la gloire de Dieu, √™tre dans Sa puissance." Oui, il y a une fontaine tir√©e des veines d'Emmanuel, l√† o√Ļ les p√©cheurs, plong√©s sous ce flot, perdent toutes les taches de leur culpabilit√©. Priez simplement maintenant. Que c'est glorieux! N'appr√©ciez-vous pas l'effet de cette baignade sur vous? C'est de ceci que je parle. Je me tiens simplement ici, mes orteils relev√©s, et mes mains raides, pendant que l'Esprit de Dieu se meut dans le b√Ętiment. Laissez cela p√©n√©trer tr√®s profond√©ment, afin que les gens voient...?...
E-87 Posez-vous ces questions : "Qui suis-je? Ai-je l'assurance d'√™tre en vie √† la fin de cette journ√©e? O√Ļ irai-je si Dieu m'√īte la vie? Je connais √† pr√©sent la v√©rit√©." Pensez-y, le plus doux...?... Gardez les yeux ferm√©s. J'observe juste quelque chose dans le b√Ętiment. Sentez cette saintet√©, Dieu faisant Son nid maintenant, juste l√† dans votre cŇďur, y apportant la Parole maintenant, disant : "Tu es J√©sus-Christ le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement," faisant ce nid dans votre cŇďur. "Je suis Celui qui √©tait, Celui qui est et Celui qui vient, " nichant cela dans votre cŇďur. Il est... Que Tu es doux! L'aimez-vous? Puis dans un chant plus noble et plus doux Je chanterai Ta puissance salvatrice, Lorsque cette pauvre langue balbutiante et z√©zayante, Reposera silencieuse dans la tombe.
E-88 Maintenant, vous qui sentez Sa Pr√©sence, et qui sentez qu'Il a fait le nid, et qu'Il a mis quelques paroles, et quelque - quelque chose dans votre cŇďur, afin que vous sachiez que vous pouvez partir d'ici une meilleure personne, vous sentez que vous avez re√ßu des vitamines d'aigle dans votre cŇďur maintenant, et qui font de vous un aigle, levez doucement la main vers Lui. C'est bien. "Je crois, √ī Seigneur, que Tu feras de moi un aigle par Ta gr√Ęce. Je n'en suis pas digne, mais je suis Ton aigle d√®s maintenant." Que Dieu vous b√©nisse. "Je peux voler. Peu m'importe ce que... Tant que je regarde √† Ta glorieuse Parole ici et que je vois que Tu es le m√™me, je crois que Tu es le m√™me. Je crois en Toi de tout mon cŇďur, c'est Toi, Seigneur." Cette douce sensation...
E-89 Je viens de remarquer, venant droit vers moi, cet Ange du Seigneur, cette Lumi√®re qui vient. Je sais qu'Il √©tait ici quelque part. Il est pr√®s de l'estrade maintenant. Je prends chaque √Ęme qui est ici sous mon contr√īle, au Nom de J√©sus-Christ, pour la gloire de Dieu. Je veux que vous ayez la foi maintenant pour croire. Ne doutez pas; ayez foi. Maintenant, relevez la t√™te tout doucement. Maintenant, regardez par ici. J√©hovah Aigle, Sa grande puissance... Un aiglon c'est Sa prog√©niture. Est-ce vrai? Et ce que fait le p√®re aigle, son fils, le petit aigle, le fait pareillement. Est-ce vrai? Si J√©hovah Aigle..., alors Son fils aigle... Voyez-vous ce que je veux dire? Sa fille aigle, ils sont tous pareils. N'est-ce pas vrai? Je pense qu'il y a eu au moins quarante ou cinquante mains lev√©es, ou plus, il y a juste quelques minutes, pour le salut. Avant que je ne leur demande de se lever, l'Esprit du Seigneur est entr√© dans le b√Ętiment juste √† ce moment-l√†. Je L'observais juste l√† au fond, quelque part dans cette rang√©e, l√†. Il se d√©pla√ßait, Il a continu√© √† se d√©placer dans cette direction-l√†, et puis Il a travers√© l'estrade, Il est descendu et est all√© par-l√†. Et ensuite, je remarque qu'Il a disparu l√† derri√®re, et puis Il est revenu imm√©diatement par ici, et Il a carr√©ment fait le tour du b√Ętiment.
E-90 Maintenant, ne me dites pas que je ne sais pas de quoi je parle. Je sais. Je sais de quoi je parle. Il est ici. Je crois ce qu'Il voulait dire par cela, qu'Il contournait tout l'auditoire. C'est vrai. Il - Il vous aime. Il - Il a besoin de vous. Il veut que vous Le serviez. Il - Il... Vous êtes à Lui; Il est à vous. Il est votre Seigneur, votre Sauveur. Maintenant, il n'y a qu'une chose que vous pouvez faire, et c'est croire. C'est tout. C'est la seule chose que vous pouvez faire. Croyez, et ensuite Dieu confirmera votre foi en vous donnant le Saint-Esprit Abraham crut Dieu, et cela lui fut imputé à justice. Mais Dieu lui donna le sceau de la circoncision pour confirmer sa foi. Tant que vous n'avez pas reçu le Saint-Esprit, vous pouvez avoir la foi, c'est vrai, mais Dieu n'a pas encore confirmé cela. Et quand vous êtes scellé, vous êtes scellé jusqu'au jour de votre rédemption. Ephésiens 4.30 : "N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu par lequel vous avez été scellés jusqu'au jour de votre rédemption." N'est-ce pas merveilleux? Oui. Eh bien, non seulement Il sauve, non seulement Il guérit, mais Il sauve.
E-91 J'observe cet Esprit pendant qu'Il se d√©place. Eh bien, vous devez √™tre conditionn√© d'une certaine mani√®re, assur√©ment. Nous n'avons pas √©t√© tous cr√©√©s ainsi. C'est tout √† fait vrai. C'√©tait ainsi dans la Bible. Certainement. Toujours. Mais je L'observais. Maintenant, Il est de nouveau de retour. Je suis justement entrain de Le regarder maintenant. Le voil√† encore. Juste... Dites le mot qu'il faut. Dites la chose juste. Cela d√©pend de ce que vous dites. Combien ont lu le livre, je pense que c'est sur bande, l√† o√Ļ ce nouveau minist√®re... juste, cette dame avait dit la chose juste? J'ai dit : "Demandez tout ce que vous voulez maintenant, et voyez si Dieu le fera. Il vous l'accordera √† l'instant m√™me. Peu m'importe..." Elle a dit : "Que dois-je demander, Fr√®re Branham?" J'ai dit : "Tout ce que vous d√©sirez. " J'ai dit : "Voici assise l√† votre sŇďur qui est infirme. Votre p√®re et votre m√®re sont pauvres ; vous n'avez pas d'argent; vous √™tes veuve. Que d√©sirez-vous?" Elle a dit : "N'importe quoi?" J'ai dit : "Voyez si oui ou non c'est vrai." Voil√† le nouveau minist√®re √† l'Ňďuvre. Je me tiens ici depuis quinze, vingt minutes, L'attendant. Voyez-vous? Dites simplement ce que vous voulez. Il faut qu'Il me le dise premi√®rement. J'ai dit : "SŇďur Hattie, dites simplement ce que vous voulez." Elle a dit : "Le plus grand d√©sir de mon cŇďur, est que mes deux adolescents que voil√† soient sauv√©s." J'ai dit : "Je vous les donne au Nom de J√©sus-Christ." Ils sont tomb√©s √† ses genoux, juste l√†. Oh, de telles choses sont arriv√©es.
E-92 Si vous pouvez croire. Cette dame qui est assise juste ici, juste ici, en train de prier, elle a fait une dépression nerveuse. Il n'y a pas d'espoir pour elle, on ne le pense pas. Elle vient du Mississippi. C'est vrai. Afin que vous soyez convaincu, votre père aussi est malade, n'est-ce pas? C'est un prédicateur, n'est-ce pas? Si c'est vrai, levez la main. Je vous délivre de cette dépression au Nom de Jésus-Christ. Partez, vous êtes guérie, Mademoiselle Hansen. Je ne l'ai jamais vue de ma vie. Demandez-lui si ces choses sont vraies. Sont-elles vraies, madame? Agitez la main, si c'est vrai. Sommes-nous étrangers l'un à l'autre? Agitez la main. Qu'a-t-elle touché? Qu'est-ce? Oh! la la! Le même hier, aujourd'hui et éternellement. " Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi. " Etes-vous des croyants?
E-93 Vous n'arrivez pas √† dormir quand vous rentrez chez vous le soir apr√®s l'√©glise, n'est-ce pas, madame? Je vous vois √©tendue l√†, ballott√©e, agit√©e. Hier soir, vous avez pass√© une soir√©e affreuse, n'est-ce pas? C'est vrai. Croyez-vous que je suis le proph√®te de Dieu, ou plut√īt Son serviteur? Croyez-vous? Croyez-vous de tout votre cŇďur? Tr√®s bien. Si vous croyez ainsi, que puis-je faire pour vous aider? Si je vous dis - si je vous dis que vous √™tes d√©livr√©e, croirez-vous cela? L√† o√Ļ c'√©tait sombre au-dessus de vous, c'est devenu clair. Votre nom est mademoiselle Hooser. Tr√®s bien, vous pouvez rentrer chez vous et √™tre gu√©rie. J√©sus-Christ...?... Madame, vous qui √™tes assise √† c√īt√© d'elle. Vous avez √©t√© tr√®s gentille en la poussant pour lui dire qu'il s'agissait d'elle. N'√©tiez-vous pas en train de pousser cette dame, lui disant...?... Je pensais que vous lui parliez de... Eh bien, vous avez quelque chose √† l'esprit, ainsi si vous... C'est vrai. Croyez-vous que Dieu accomplira le miracle? Tr√®s bien. Cet alcoolique sera gu√©ri, si vous croyez de tout votre cŇďur. Vous priez pour votre fr√®re depuis longtemps. Croyez-vous de tout votre cŇďur?
E-94 Eh bien, mes amis, on n'est pas en train de faire la religion. Il s'agit de la puissance du Seigneur Dieu. Tenez, voici une femme √Ęg√©e qui est assise, regardant par-l√†. Elle n'arrive pas √† comprendre exactement ce que tout ceci signifie, cette dame qui est assise juste l√† derri√®re. L√† est suspendue cette... Elle n'arrive pas... Je - je sais, ce n'est pas n√©cessaire de vous demander cela. Je regarde cette Lumi√®re, suspendue juste au-dessus d'elle. Elle est afflig√©e. Elle est malade. Elle a des ennuis r√©naux, elle a des troubles cardiaques. Elle ne comprend pas cela... Madame Weir, croyez de tout votre cŇďur. Que Dieu vous b√©nisse. Levez-vous et soyez gu√©rie. Maintenant, si je ne vous connais pas, et que vous ne me connaissez pas, agitez la main d'un c√īt√© puis de l'autre, afin que les gens le sachent. Est-ce que tout ce qu'Il vous a dit est la v√©rit√©? Si c'est vrai, agitez... Mettez-vous debout afin que les gens sachent que c'est vrai, que tout ce qui a √©t√© dit est la v√©rit√© et que vous et moi sommes √©trangers l'un √† l'autre.
E-95 Alléluia. Montez dans l'azur et battez les ailes. Amen. Alléluia. Qu'en est-il de ceci? Etes-vous un aigle? Etes-vous prêt à prendre l'envol? Si vous êtes prêt à prendre l'envol, levez-vous et proclamez votre guérison, votre salut, et tout ce dont vous avez besoin. Peu importe ce qui ne va pas. Allez-y, aiglons, levez-vous et envolez-vous d'ici...?... La Présence de Dieu...?... Envoie Ton Esprit et Ta puissance dans...?...

En haut