ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication N'AYEZ PAS PEUR / 61-0224 / Tulare, Californie, USA // SHP 1 hour and 58 minutes PDF

N'AYEZ PAS PEUR

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 (1) Restez debout juste un instant alors que nous inclinons la t√™te devant le Seigneur pour offrir la pri√®re. Pendant que nous avons la t√™te inclin√©e, j'aimerais savoir combien ici voudraient qu'on se souvienne d'eux dans la pri√®re devant Dieu. Levez simplement la main pour exprimer votre requ√™te √† Dieu. Prions. Dieu, notre Bienveillant et Saint P√®re, nous venons humblement dans Ta Pr√©sence avec des actions de gr√Ęces dans nos cŇďurs, car Tu nous as tant aim√©s que Tu as donn√© Ton Fils unique afin que quiconque croit ne p√©risse point, mais qu'il ait la Vie Eternelle. √Ē Dieu, ces gens sont ceux qui ont re√ßu cette glorieuse b√©n√©diction de la promesse, combien nous en sommes reconnaissants, Seigneur, et nos cŇďurs br√Ľlent pour que les autres re√ßoivent cette joie ineffable et pleine de gloire, qui a √©t√© donn√©e √† la race humaine. Il y en a qui sont malades et n√©cessiteux ce soir, √ī P√®re, √©tendus ici, afflig√©s, frapp√©s et affect√©s par une maladie, et, √ī Dieu, c'est un monde malade. Mais Tu as d√©j√† pris des dispositions pour nous, Seigneur, en effet, il est √©crit : "Il a √©t√© bless√© pour nos p√©ch√©s, et c'est par Ses meurtrissures que nous avons √©t√© gu√©ris."
E-2 Maintenant, P√®re, nous sommes ici juste en tant que serviteurs, essayant d'apporter Ta Parole aux gens, afin qu'ils puissent voir et comprendre, et nous savons que tout est possible √† celui qui croit. Et rends cela tellement r√©el √† cette assembl√©e ce soir qu'il n'y aura pas une seule personne faible parmi nous quand le service sera termin√©, qu'il n'y aura pas un seul p√©cheur; que tous soient sauv√©s, √† l'int√©rieur et √† l'ext√©rieur. Que les civi√®res soient vides, les fauteuils roulant vid√©s. Et pour chaque personne qui a une maladie de cŇďur, le cancer, qui se meurt, qu'il y ait un temps de jubil√© dans les villes et dans les parages, dans la vall√©e, qui d√©clenche un r√©veil √† l'ancienne mode, qui balaiera toute cette c√īte, Seigneur, √† cause de Ta Pr√©sence ce soir. Affermis nos cŇďurs et notre foi en Toi, car nous le demandons au Nom de J√©sus et pour Sa gloire. Amen. Vous pouvez vous asseoir.
E-3 (2) Je consid√®re ceci comme un de... un grand privil√®ge d'√™tre ici dans cet auditorium, sur ce champ de foire ce soir, et j'√©tais d√©sol√© qu'hier soir nous ayons √©t√© oblig√©s de nous d√©p√™cher et de nous h√Ęter de terminer √† cause de l'alerte venant de la fabrique d'armes, et nous n'avons m√™me pas pu poser le fondement. Vous savez que notre grand adversaire, le diable, s'il ne peut pas nous avoir d'une fa√ßon, il essayera de nous avoir d'une autre fa√ßon. Si on peut amener tous les gens √† √™tre d'un commun accord, alors il a - s'il ne peut pas d√©ranger cela, alors il fera quelque chose d'autre pour d√©ranger la r√©union d'une autre fa√ßon, pour que nous ne puissions pas √™tre tout √† fait calmes, √©couter, suivre, croire et ensuite voir les Ňďuvres du Seigneur. Je suis tr√®s reconnaissant pour cet auditorium ce soir. Je suis d√©sol√© qu'il y ait des centaines de gens debout, mais nous sommes juste... je suis s√Ľr que l'Association fait tout son possible pour trouver des places assises aux gens.
E-4 Et maintenant, je crois que si nous continuons √† √™tre dans cette situation, √ßa vaut la peine d'essayer encore. Ne le pensez-vous pas, mes amis, qu'il faut essayer encore? Eh bien, peut-√™tre qu'on peut - nous pouvons avoir une tente et la dresser ici quelque part et offrir des places assises √† vingt ou trente mille personnes et laisser cela pendant trois ou quatre semaines, alors nous nous familiariserons r√©ellement et nous nous conna√ģtrons les uns les autres, afin que... Et si le Seigneur le veut, c'est ce dont nous avons besoin... ce que nous allons... et vous m'avez bien accueilli, et j'appr√©cie cela et, si c'est la volont√© du Seigneur, je... (3) J'aime toujours suivre sa conduite, juste l√† o√Ļ Il va, o√Ļ Il conduit, alors nous savons que nous sommes dans la bonne voie. Je vais vous dire pourquoi. S'il vous arrive d'avoir des ennuis quelque part, et qu'ensuite vous ne soyez pas s√Ľr de votre conduite, alors Satan pourra dire : "Eh bien, voyez...?... √áa y est. " Mais si vous √™tes s√Ľr que vous √™tes conduit, vous pouvez l'affronter sur-le-champ et dire : "Je viens au Nom du Seigneur (Voyez?). Recule donc. C'est tout." Voyez? Et il sera oblig√© de s'ex√©cuter, si - si le Seigneur vous a envoy√©.
E-5 Quand je vais l√† dans les champs missionnaires √† l'√©tranger, nous devons y affronter beaucoup de sorciers et tout, chaque fois que vous savez - que vous √™tes conduit √† faire cela, que le Saint-Esprit vous a conduit √† faire cela, alors l'opposition ne signifie rien. Vous restez juste sur le lieu ; vous restez l√† m√™me et vous continuez jusqu'√† ce que la victoire intervienne. Et donc ce soir, j'esp√®re que je ne vous garderai pas trop longtemps. Je - sur un petit passage des Ecritures et ensuite je... Nous passerons un temps terrible √† tenir la ligne de pri√®re ici, je vois, avec toutes les deux portes ouvertes pour amener... Mais vous tous qui avez ces cartes de pri√®re, gardez-les. Je vous assure, parfois dans ces circonstances... √† mon arriv√©e dehors, un jeune homme m'a parl√©, disant: "Fr√®re Branham, les gens sont entass√©s ici comme ils l'√©taient √† l'autre endroit." Il a dit: "Nous n'avons pas de places." (4) J'ai dit: "Eh bien, le seul moyen pour moi de pouvoir... A vrai dire, je suis ici dans un but, pour la gloire de Dieu; c'est cela en premier lieu ; et pour le salut des √Ęmes, en deuxi√®me lieu; et pour chercher √† voir les malades √™tre gu√©ris, en troisi√®me lieu." Alors c'est... Et je ne viens jamais pour arracher les malades du m√©decin. Non, je viens pour prier pour les malades du m√©decin, pour les fid√®les du pasteur, mes amis (voyez?), et juste pour prier pour vous.
E-6 Et, bon, je me suis dit que nous serons peut-√™tre ici dimanche. C'est un service de l'apr√®s-midi; par cons√©quent, il fera chaud et les gens ne seront peut-√™tre pas d√©rang√©s en se tenant l√† derri√®re, dehors. (5) Mais si ce soir et demain soir, si nous pouvons amener le... par la gr√Ęce de Dieu, au travers de la Parole, √† se rendre compte de la Pr√©sence de Dieu (voyez?), alors quand nous commencerons r√©ellement la ligne de pri√®re, nous les alignerons le long des fen√™tres, ou quoi que ce soit, pour qu'on prie pour eux. Je crois donc que nous aurons des r√©sultats. Voyez? En d'autres termes, il s'agit de d√©velopper, c'est comme un ministre qui d√©veloppe son texte sur un sujet, et puis l'expose enti√®rement selon sa conception, et enfin il fait assimiler cela. Un charpentier place sa planche, ensuite, il la cloue. C'est ce que nous aimerions essayer de faire, parce que nous n'avons pas de raison d'√™tre ici, si ce n'est pas pour essayer de faire quelque chose afin d'aider les gens. C'est pour cela que nous sommes ici.
E-7 (6) Ecartez - si - si la gu√©rison... ce jeune homme couch√© ici sur ce brancard, cette pr√©cieuse petite ch√©rie assise ici dans le fauteuil roulant, cette petite civi√®re, cette pauvre m√®re couch√©e ici sur le brancard, cette dame assise l√† dans le fauteuil, quelque chose... un homme qui se meurt l√† de la crise cardiaque, une m√®re rong√©e par le cancer, eh bien, si je pouvais faire quelque chose pour leur venir en aide, je... Eh bien, ne serais-je pas un - un pauvre ministre, si j'√©tais capable de faire quelque chose et - et que je ne le faisais pas? Ma place ne serait pas ici derri√®re, mes amis, si j'agissais ainsi. Si je pouvais - je dis ceci : Cela para√ģt dr√īle, mais si je pouvais prendre vingt-cinq cents et les pousser avec mon nez dans cette ville pour gu√©rir quelqu'un, je le ferais, (voyez?), je le ferais. Je sais ce que c'est qu'√™tre malade. J'ai √©t√© moi-m√™me malade. Et puis, quand j'ai vu le m√©decin, le m√©decin avait d√©clar√© que je ne pouvais jamais √™tre gu√©ri et que je ne pouvais plus jamais vivre. Puis apr√®s, ayant trouv√© quelque chose gr√Ęce auquel je continue √† vivre, j'aimerais en parler √† tous les autres. Voyez? (7) Et alors, j'essaie de suivre la conduite du Saint-Esprit de la fa√ßon dont Il voudrait nous diriger juste l√† o√Ļ nous pouvons obtenir de meilleurs r√©sultats dans ce peu de temps dont on dispose.
E-8 Eh bien, il faut certainement rester plus longtemps dans une r√©union que nous ne le faisons ici, en effet, bien des fois les gens se h√Ętent, et ne comprennent pas, et puis ils sortent et - et √† la toute premi√®re petite sensation bizarre qu'ils √©prouvent, peu importe combien vous essayez de parler aux gens, ils - ils continueront √† s'appuyer sur leur sensation. Ils sont... C'est juste l'un de leurs sens qu'ils font agir : "Si je me sens mieux, je croirai cela." Voyez? Mais cela n'a rien √† faire avec la chose. Eh bien, si nous pouvons rester assez longtemps dans la r√©union avec les gens pour les amener √† voir ce que le vrai...?... c'est comment s'accrocher √† Dieu, alors on obtient de bons r√©sultats, quand on fait cela. (8) Ainsi donc, j'esp√®re que vous m'attendrez, et sachez que je suis dans ma chambre en train de prier et de chercher Dieu √† chaque heure, autant que possible, pour chercher √† faire ce que je peux pour le Royaume de Dieu et pour vous, pendant que je suis ici avec vous. Voyez?
E-9 (9) Et alors - alors, demain soir, rappelez-vous et alors...?... Eh bien, si - si vos cartes de pri√®re ne sont pas appel√©es, gardez-les. Nous sommes tenus de prier pour les malades auxquels nous avons donn√© des cartes de pri√®re. Nous - nous sommes donc moralement oblig√©s de le faire, et nous le ferons par la gr√Ęce de Dieu et pour tout le monde, autant que nous le pouvons. Voyez? Ce - c'est l√† l'objectif. Eh bien, si nous devions rester ici plusieurs (peut-√™tre deux ou trois) semaines, eh bien, nous pouvions simplement faire beaucoup et beaucoup, et aller finalement en profondeur l√†-dessus, mais si - si... les jeunes gens essayeront de ne pas distribuer beaucoup de cartes de pri√®re, mais juste le nombre que nous estimons prendre, selon le temps que nous pensons avoir pour prendre - prendre autant que nous pouvons le soir.
E-10 (10) Eh bien, hier soir j'allais dire quelque chose. √áa semble √©trange dans une autre ville. J'avais d√©pos√© mes costumes dans un pressing pour qu'ils soient repass√©s, et √ßa fait environ quinze ans que je vis sans jamais d√©faire mes bagages. Et les costumes √©taient froiss√©s, et il me fallait d√©poser mes deux costumes pour qu'ils soient repass√©s, et - et si ces petites dames qui ont pay√© la facture pour le repassage sont ici, je vous remercie, mes sŇďurs. Je suis all√© l√† et on n'a pas voulu que je paie pour √ßa. Ils ont dit : "Deux sŇďurs √©taient l√†, elles ont pay√© pour √ßa." Et la dame a dit qu'elles ont frott√© mon costume. Eh bien, c'est tr√®s gentil. Je - j'appr√©cie cela. C'est tr√®s aimable Mais √©videmment, leurs - leurs... ce n'√©tait que des costumes, mais je crois que si vous aviez besoin de quelque chose, Dieu honorera votre foi (vous voyez?), pour - pour avoir fait cela. Voyez? Mais c'√©tait juste un costume. Alors, j'appr√©cie votre - votre foi, et votre confiance, que je vous dis au moins...?... vous dis la v√©rit√©, que je suis sinc√®re avec vous, et tous mes remerciements. J'ai dit √† cette dame : "Laissez-moi leur donner de l'argent." Elle a dit : "Non." Elle a dit : "Non." Elle a dit : "Elles - elles ne supporteraient pas cela." Si donc vous √™tes ici, je vous remercie. C'√©tait le pressing Stars, l√† dans la - l√† - dans la ville d'o√Ļ nous venons.
E-11 Eh bien, je - je pensais pour ce soir √† un sujet sur une r√©union de t√©moignage dans la Bible, et j'aimerais lire comme texte, Saint Matthieu chapitre 14, verset 27. J√©sus leur dit aussit√īt : Rassurez-vous, c'est Moi; n'ayez pas peur! (11) Maintenant, j'aimerais prendre comme sujet pour cette r√©union de t√©moignage N'ayez pas peur. (12) Il y a deux √©l√©ments qui contr√īlent toute la race humaine dans le monde : L'un, c'est la peur; l'autre, c'est la foi. Eh bien, soit la peur, soit la foi dirige chaque nation, chaque d√©nomination et chaque individu. Vous √™tes contr√īl√© soit par la peur soit par la foi.
E-12 (13) Eh bien, √ßa devait √™tre vers le coucher du soleil. Le soleil allait se coucher, et la petite barque √©tait enfonc√©e sur le rivage comme les disciples venaient de monter √† bord, et le grand gaillard que nous croyons tous √™tre Simon le p√™cheur, √©tait habitu√© √† traverser le lac √† bord de la barque, en effet, son m√©tier, c'√©tait la p√™che. Et alors, de ses gros bras muscl√©s il s'est mis √† prendre... et... pousser la petite barque du rivage, il est mont√© √† bord et s'est assis √† c√īt√© de son fr√®re, Andr√©, et il a saisi ses rames... Et √† leur √©poque, leurs barques √©taient soit propuls√©es par le - en ramant, soit dirig√©es par le vent gr√Ęce aux voiles. Et parfois je pense qu'on ramait, et s'il y avait un vent fort, on pouvait aussi hisser le voile. (14) Et ils - ils devaient √™tre une foule √† peu pr√®s comme celle-ci et - en train d'attendre sur le rivage. Peut-√™tre... Oh, je vais dire une foule serr√©e comme celle-ci, mais peut-√™tre beaucoup plus que celle-ci. Je pense qu'il y avait environ cinq mille, et ils attendaient sur le rivage. Ils faisaient leurs adieux √† ces serviteurs de Christ.
E-13 (15) Maintenant, je pense que si nous faisons ceci...?... afin que vous voyiez que je ne sors pas des Ecritures. Les Ecritures, c'est ce que nous croyons, et quand Dieu a fait une promesse, Dieu doit donc s'en tenir √† Sa promesse. Il ne peut pas faillir vis-√†-vis de Sa promesse et demeurer Dieu. (16) Peut-√™tre qu'ils avaient ram√© sur une distance de... quelques centaines de yard et ils avaient fait un ou deux coups avec les rames √† deux personnes... Et comme ils devaient le faire √† l'√©poque, c'√©tait une sorte de travail en √©quipe, propulsant la petite barque de... navigant, traversant les eaux sur la mer tranquille de Galil√©e, aussi calme que peut l'√™tre la mer au coucher du soleil. Et sur le rivage les gens faisaient signe de la main, leur demandant de revenir leur rendre visite, et comme la derni√®re personne disparaissait de leur vue, la derni√®re √† dire au revoir, les disciples doivent avoir ram√© tr√®s fort alors, sachant qu'ils allaient bien avoir des difficult√©s pour traverser nuitamment la mer et √™tre l√† de l'autre c√īt√©, l√†. Quand il a commenc√© √† faire si sombre qu'il ne pouvait plus voir les gens, cela a d√Ľ certainement √™tre Jean, le jeune qui a arr√™t√© de ramer, et il n'√©tait peut-√™tre pas habitu√© √† ramer comme les autres qui √©taient des marins exp√©riment√©s. Il s'est arr√™t√© et il a renvoy√© ses cheveux en arri√®re, d√©gageant son visage, et il a repris un peu le souffle, un peu de temps pour respirer, reprendre en quelque sorte le souffle apr√®s avoir ram√© si fort, essayant de faire la travers√©e aussi vite que possible avant qu'il ne fasse sombre.
E-14 Et j'imagine qu'ils ont commenc√© une r√©union de t√©moignage, et √ß'a d√Ľ certainement √™tre Jean, le jeune, qui a dit quelque chose du genre: "Mes fr√®res, apr√®s cette journ√©e, je ne crois pas que quelqu'un parmi nous puisse une fois penser que nous suivons un s√©ducteur. Je crois, √† mon avis, aujourd'hui Il a prouv√© √™tre exactement ce que nous pensions qu'Il √©tait. " "Dites donc, avez-vous remarqu√©, fr√®res, aujourd'hui alors que cette foule de gens affam√©s qui s'√©taient entass√©s autour de Lui pour √©couter la Parole de Dieu, et √† voir comment les gens se pr√©cipitaient, se bousculaient pour √™tre tout pr√®s, et certains d'entr'eux n'avaient pas mang√© toute la journ√©e, et ces m√®res avaient un air si p√Ęles, avec leurs petits enfants qu'elles allaitaient et tous les malades se pr√©cipitaient √ßa et l√†... "
E-15 "Mais quand Il a demandé ces poissons, et j'ai vu ce petit garçon, et il a apporté ce petit - ces cinq petits pains ou ces deux petits morceaux de poisson là ; et Il a fait asseoir tout le monde par groupe de cinquante sur le flanc herbeux... Et moi-même, je me suis demandé ce qu'Il allait faire, alors qu'Il n'avait qu'un petit repas qu'un petit garçon qui, peut-être, faisait l'école buissonnière; il avait entendu la foule, et il était allé sur la colline pour voir ce qui se passait et il a été si captivé qu'il avait oublié son repas. Et il voulait voir ce que ce grand orateur disait, voir ce qu'Il faisait." "Et quand je L'ai vu prendre ce pain, et ces petits pains, les élever et les bénir, quand je L'ai vu rompre ce pain, et le remettre entre nos mains, frères, et ramener la main à ce même pain, et prendre un autre petit pain... Et quand Il ramenait encore la main, il y avait un autre morceau de petit pain qui avait déjà poussé, un pain cuit, assaisonné et prêt à être consommé."
E-16 "Vous savez quoi, fr√®res?" Peut-√™tre qu'il a dit quelque chose comme ceci: "Cela m'a rappel√© les histoires de la Bible que ma m√®re me racontait. Encore petit gar√ßon juif, je me rappelle ma jolie petite m√®re, ce qu'elle me racontait: 'Ch√©ri, quand notre peuple est sorti de l'Egypte, autrefois nous √©tions des esclaves, et quand nous avons eu un grand proph√®te qui a √©t√© suscit√© du milieu de nous, Mo√Įse, que Dieu nous avait envoy√© pour nous d√©livrer des afflictions de l'esclavage... Et Mo√Įse, √©videmment, ne pouvait pas faire du pain, mais comme nous √©tions deux millions et demi dans le d√©sert, o√Ļ il n'y avait ni bl√© ni quoi que ce soit pour faire du pain, J√©hovah faisait tomber du pain pour nous √† partir du ciel.' " "Et je m'√©tonnais. Je demandais: 'Maman, est-ce que J√©hovah a un grand groupe d'anges l√†-haut, avec beaucoup de fours pour cuire Son pain? O√Ļ est-ce qu'Il trouvait ce pain, maman? Ou pouvons-nous lever les yeux au ciel et voir le feu de Son four chaque nuit alors qu'ils sont en train de cuire cela?'" "Maman disait probablement quelque chose comme ceci: 'Non, Fiston, tu es trop jeune pour comprendre. J√©hovah n'a pas besoin de fours. J√©hovah est Cr√©ateur. Il cr√©e tout simplement les pains, et cela tombe sur la terre.'"
E-17 (17) Jean, le jeune, pendant qu'il se tenait dans la barque en train de témoigner à l'intention des frères, confessant sa foi suprême en Jésus, il a dit: "Il doit y avoir un rapport entre Lui et Jéhovah, car Il a créé du pain comme Jéhovah le faisait. Alors, pour moi Il est vraiment le Messie, parce qu'Il est le Fils de Dieu, Il - Il peut créer et faire du pain, et - et faire exactement comme Jéhovah faisait. Alors, cela a réglé la question pour moi, quand je L'ai vu rompre ce pain et ce poisson, et pas du poisson cru, mais c'était du poisson préparé, prêt à être consommé." (18) J'aimerais demander à l'auditoire qui m'écoute ce soir quel genre d'atome Il avait donc libéré, quand Il a eu du poisson cuit et - et du pain cuit, quand Il a pris cinq petits pains et deux petits poissons et a nourri cinq mille personnes avec, et on a ramassé des paniers pleins de reste? Qu'avait-Il fait? Qu'en dirait la science aujourd'hui? Quel genre d'atome et de molécule, peu importe comment on appelle cela, a été libéré alors? Mais Il l'a fait, et Jean le jeune a été convaincu des histoires de la Bible que sa maman lui racontait au sujet de Jéhovah. Ce même Jéhovah a été manifesté dans un homme appelé le Seigneur Jésus-Christ, car nul autre ne pouvait faire cela. Il était le créateur.
E-18 (19) Eh bien, Simon, vous savez comment il est, il est toujours pr√™t √† t√©moigner, et juste comme n'importe quel chr√©tien normal qui conna√ģt vraiment Dieu, qui conna√ģt le Seigneur J√©sus, est pr√™t √† donner tr√®s vite son t√©moignage. Et comme nous avions dit quelque chose √† son sujet hier soir, je peux r√©p√©ter son t√©moignage. Il a dit: "Eh bien, fr√®res, quand je p√™chais √† la seine dans cette mer-ci avec mon p√®re il y a des ann√©es... Et je sais que vous tous, vous avez connu mon cher vieux p√®re, qui √©tait pharisien. Il √©tait un fid√®le remarquable et il croyait en Dieu. Et chaque matin avant d'aller √† la p√™che (nous comptions cela comme notre gagne-pain), alors il me demandait de m'agenouiller √† c√īt√© de lui et de prier l√† sur le rivage pour les poissons du jour; et Dieu ne nous avait jamais d√©√ßus." "Je me rappelle quand ses cheveux commen√ßaient √† grisonner, et j'ai compris que j'allais bient√īt me s√©parer de mon vieux p√®re. (20) Un jour, je me rappelle qu'il m'a pris, m'a fait asseoir sur le - sur le bastingage et il a dit : 'Simon, mon fils, j'aimerais que tu te souviennes de ceci. Tout Isra√ęl a attendu la venue du Messie; comme le temps approchait, chaque homme avait toujours pens√© qu'il vivrait assez longtemps pour voir le jour o√Ļ Il viendrait; et je pensais de m√™me. Mais je me fais vieux maintenant, et je pense que je ne verrais pas cela. Mais, Simon, en tant que croyant de la Bible, en tant que croyant en J√©hovah, j'aimerais t'instruire, mon fils."
E-19 (21) √áa, c'est une bonne chose √† faire pour un p√®re, ou une m√®re. Je me suis dit que si aujourd'hui nous consacrions plus de temps √† instruire nos enfants sur les choses de Dieu plut√īt que sur les bolides et sur d'autres choses, nous n'aurions pas tant de d√©linquance juv√©nile. C'est vrai. Suzanne Wesley √©tait la m√®re de dix-sept enfants. Elle n'avait pas besoin d'appuyer sur le bouton d'une machine pour faire la vaisselle, ni - ni de robinet √† ouvrir pour avoir de l'eau, et cependant avec tous ces enfants, elle pouvait passer deux √† trois heures chaque jour dans la pri√®re, entour√©e de ses dix-sept enfants. De ce petit nid de petits oiseaux sont sortis John et Charles qui ont secou√© le monde. Nous avons besoin davantage des m√®res comme celle-l√†, qui avait du temps pour enseigner √† ses enfants les choses de Dieu. Je me suis tenu √† sa tombe il n'y a pas longtemps √† Londres, quand j'√©tais l√† pour prier pour le roi. Et me tenant l√† avec ma main sur sa tombe, j'ai dit : "√Ē Dieu, accorde du repos √† cette pr√©cieuse m√®re ; je sais que Tu l'as fait. " (22) Et l√†, √† c√īt√© d'elle, gisent bien s√Ľr Bunyan, l'auteur du "Voyage du petit p√®lerin", et les autres, et William Cowper. Puis l√† dans le cimeti√®re, √† proximit√© de l'√©glise, g√ģt dans la poussi√®re, John, le reste de son corps.
E-20 Alors Simon a dit : "Papa me disait souvent: 'Simon, mon fils, juste avant la venue du Messie il y aura une grande agitation parmi les gens, et l'ennemi manifestera beaucoup de fausses choses qu'on va appeler le Messie. Et je voudrais que tu te rappelles, Simon, mon gar√ßon, ce que sera le vrai Messie et comment Il sera et ce qu'Il sera. Le v√©ritable Messie sera, selon la Bible, ce que nos proph√®tes nous ont dit ; Mo√Įse a dit : 'Le Seigneur ton Dieu suscitera un proph√®te comme moi." Et il doit avoir tendu la main et touch√© Andr√©, en disant: "Andr√© a √©t√© le premier √† aller L'√©couter. Je ne pouvais pas croire cela quand cela - ce que Jean pr√™chait l√†, pr√©disant : 'Le Messie vient.' Pour moi c'√©tait juste un autre √©v√©nement. Mais un jour, Andr√© est venu me parler, disant que je devrais aller voir cet Homme, L'√©couter ne f√Ľt-ce qu'une fois, et j'avais dans mon cŇďur ce que mon p√®re m'avait dit, et ce que les Ecritures ont dit, que ce Messie serait un Dieu Proph√®te. Et quand je suis entr√© dans l'assistance avec mon fr√®re Andr√©, aussit√īt Il s'est retourn√©, Il m'a regard√© directement dans toute cette foule. Et Il doit avoir su que j'avais soif." G√©n√©ralement, Dieu vient aupr√®s de ceux qui ont soif et ceux qui veulent vraiment s'emparer de Lui, √©tant pouss√©s √† bout. "Et Il dut me regarder. Alors, Il a dit: 'Tu t'appelles Simon, tu es le fils de Jonas.' Cela avait r√©gl√© la question pour moi, car je savais que mon p√®re m'avait dit que les Ecritures d√©clarent que le Messie sera un proph√®te, et cet Homme, non seulement Il a su mon nom, Lui qui ne m'avait jamais vu, mais Il a aussi su qui √©tait mon p√®re, Il m'a dit que j'√©tais le fils de Jonas. Cela avait r√©gl√© la question." Philippe a d√Ľ prendre la Parole √† ce moment-l√†. Eh bien, ce sont l√† les disciples de Christ qui √©taient tout simplement en train de tenir une r√©union de t√©moignage, pas les gens du dehors, c'√©taient ceux qui vivaient avec Lui, qui dormaient avec Lui, qui habitaient avec Lui, et - et qui savaient qui Il √©tait, qui L'avaient entendu parler et pr√™cher.
E-21 (23) Philippe a dit: "Simon, cela m'avait aussi convaincu, car j'avais lu les Ecritures toute ma vie durant, et ensuite je les avais enseign√©es; et je savais en tant que Juif, nous avons √©t√© enseign√©s √† croire nos proph√®tes. Et la proph√©tie disait certainement que le Messie, le Fils de Dieu, serait un proph√®te comme Mo√Įse. Quand j'ai vu le signe du proph√®te √™tre donc accompli j'ai reconnu que c'√©tait le Messie, en effet, il s'est √©coul√© des centaines d'ann√©es depuis que nous avons eu un proph√®te. " "Je pense que √ßa fait environ quatre cents ans depuis Malachie, et je savais que la chose suivante qui devait appara√ģtre, c'√©tait le Messie, et c'√©tait Lui. Alors je suis descendu de la colline en courant vers mon grand... " Philippe, comme nous l'avions consid√©r√© hier soir et que nous l'avons vu... Philippe a plut√īt trouv√© Nathana√ęl en train de prier sous l'arbre et il a dit : "Viens voir qui nous avons trouv√©, J√©sus de Nazareth, le Fils de Joseph." Il a dit: "Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon?" Il a dit: "Viens et vois. Viens, d√©couvre par toi-m√™me." Et en venant sur la colline, il lui a racont√© ce qui se passait, en disant: "Tu sais, le Messie sera un proph√®te. Nous le savons." "Oh oui, a dit Nathana√ęl, je sais que √ßa sera - qu'Il sera un proph√®te." "Eh bien, je L'ai vu faire les choses en question. Sans l'ombre d'un doute, je sais cela, j'ai vu cela; je L'ai √©prouv√©, et - et je sais que c'est vrai." "Eh bien, je vais donc tout simplement voir."
E-22 Ils ont contourn√© la colline. Et quand ils sont entr√©s dans la Pr√©sence du Seigneur J√©sus, Il a regard√© Nathana√ęl, Il a dit : "Voici un Isra√©lite dans lequel il n'y a point de fraude", quand il est entr√© dans la ligne. Et il a dit : "Comment m'as-Tu connu, Rabbi, Ma√ģtre? Tu ne m'as jamais vu de Ta vie. Comment donc m'as-Tu connu?" Il a dit : "Avant que Philippe t'appel√Ęt, quand tu √©tais sous l'arbre, je t'ai vu." Eh bien, c'est ce que les Ecritures d√©clarent. Philippe en tant qu'√©tudiant de la Bible, savait que c'est ce que le Messie devait √™tre, il a dit "Rabbi, Tu es le Fils de Dieu. Tu es le Roi d'Isra√ęl." Et J√©sus a dit : "Eh bien, parce que Je t'ai dit cela, tu crois, tu verras de plus grandes choses que celles-ci." Puisque vous avez une telle foi, vous verrez de grandes choses. Premi√®rement il vous faut croire cela.
E-24 (24) Eh bien, et alors - √ßa devait √™tre le jeune Jacques, ou l'un de ceux qui √©taient assis l√† qui a dit : "Vous savez un jour... Nous connaissons tous R√©becca. C'est la femme de Zach√©e, l'homme d'affaires de J√©richo. Il g√®re un point de perception d'imp√īts l√†, il est collecteur d'imp√īts. Et nous savons que sŇďur R√©becca avait beaucoup pri√© pour que Zach√©e accepte J√©sus, qu'elle lui avait racont√© toutes les choses que - qu'elle avait vues, mais le rabbi lui avait dit que cet Homme ne valait rien, parce qu'Il n'√©tait pas reconnu par les membres du clerg√© de l'√©poque. Alors il ne voulait pas L'accepter." (25) "Alors Zach√©e, vous vous rappelez son t√©moignage au petit d√©jeuner des Hommes d'Affaires du Plein Evangile, ce matin-l√†, quand il est arriv√© et il nous a racont√© que le - ce qui √©tait arriv√©? Il a dit qu'il s'est rendu l√† pour voir J√©sus, et qu'il y avait une tr√®s grande foule."
E-24 Et d'une fa√ßon ou d'une autre, l√† o√Ļ Christ se trouve, il y a vraiment... "Et Moi, quand J'aurai √©t√© √©lev√©, J'attirerai tous les hommes √† Moi." Tous ceux qui peuvent √™tre attir√©s. " Tous ceux que le P√®re m'a donn√©s, viendront √† Moi." Alors il a dit : "Zach√©e, voyant qu'il √©tait de petite taille, comme il l'a t√©moign√©, il ne pouvait pas voir le Ma√ģtre. Alors il a couru √† un autre coin, comme il connaissait le chemin par lequel J√©sus passerait dans la ville, et il est mont√© dans un Sycomore, et il - il a dit : 'Eh bien, je m'assi√©rai ici sur ce - au point d'intersection de deux branches." C'est un bon endroit o√Ļ s'asseoir, √† la bifurcation de deux voies, c'est-√†-dire vos id√©es et la Parole de Dieu. Voyez? L√† o√Ļ vos pens√©es et Ses pens√©es Se croisent, c'est un bon endroit o√Ļ rester juste quelques minutes, pour d√©cider de la voie √† suivre, √† partir de l√†.
E-25 (26) "Alors il s'est assis, il a dit : 'Je me suis souvenu de ce que ma femme m'avait dit, que ce Galil√©en √©tait un proph√®te. Eh bien, si c'est un proph√®te, je vais croire en Lui, car je sais que notre Bible dit : 'S'il y en a un parmi vous qui est - qui est un proph√®te, Moi l'Eternel, Je me ferai conna√ģtre √† lui, et si ce qu'il dit arrive, alors, √©coutez-le; Je suis avec lui. Mais si cela n'arrive pas, ne l'√©coutez donc pas.'" " Alors je - je sais et je ne crois pas, comme mon rabbi me l'avait dit, qu'un homme n√© aussi pauvre que Lui, avec une r√©putation comme la Sienne, qui n'avait pas √©t√© √©lev√© pour √™tre un Rabbi... et toutes ces histoires de surnaturel dont Il parle, je - je ne crois pas √ßa. Alors je - je vais attendre, et quand je Le verrai, je Lui dirai mes quatre v√©rit√©s. (27) Alors comme il s'√©tait mis √† penser √† ce que R√©becca lui avait dit, eh bien, peut-√™tre que c'est un proph√®te; mais s'Il l'est, je me ferai une opinion, et alors je retournerai en parler √† R√©becca; car il y en a trop." Alors il s'est assis sur les branches et il a ramen√© toutes les feuilles autour de lui, il s'est couvert pour qu'il ne soit pas vu, il s'est camoufl√©. (28) Quelques instants apr√®s, il a entendu du bruit venant du virage. Il y a quelque chose d'√©trange, l√† o√Ļ J√©sus se trouve, g√©n√©ralement il y a un certain bruit. Je ne sais pas pourquoi, mais c'est toujours le cas. Et juste comme quand Aaron entrait avec les grenades et les clochettes, s'il ne faisait pas beaucoup de bruits, eh bien, les gens ne sauraient pas qu'il √©tait en vie, et je pense que c'est √ßa le probl√®me qu'a l'√©glise aujourd'hui. Elle est tellement morte qu'on n'entend plus rien. Ainsi, o√Ļ il y a la vie, il y a du bruit.
E-26 Eh bien, nous savons qu'il a dit que quand Jésus a contourné le coin, il s'est mis à L'observer. Et il s'était préparé une petite cachette, afin que Jésus ne puisse pas le voir. Il avait donc une feuille, et il baissait simplement cette feuille pour regarder, parce qu'il ne voulait pas qu'on le voie, lui un homme d'affaires de la ville, assis dans un arbre. C'était quelque peu embarrassant, vous savez, et ce saint exalté passait là, de toutes les façons, vous savez, avec toute la réputation qu'Il avait. Cela ruinerait ses affaires si - si on le voyait fréquenter un gars comme celui-là. Et alors - mais il voulait découvrir ce dont Rébecca parlait. Alors il s'est assis là; il a maintenu sa feuille soulevée et il a dit : "J'entends du bruit, peut-être que dans quelques instants Il passera." Il a entendu du bruit, il a regardé au coin. Et là s'est amené un pêcheur, très grand et costaud, disant : "Mes amis, je suis désolé. Notre - notre frère est très fatigué. Il - Il est - Il doit partir maintenant. Il doit aller à Jérusalem, a-t-il dit. Voudriez-vous tous vous mettre à l'écart et Le laisser passer", très - avec beaucoup de diplomatie et de gentillesse. D'autres disciples qui suivaient ont dit : "Les amis, on aurait souhaité avoir du temps, mais on n'en a simplement pas."
E-27 Et quelques instants apr√®s, quand Il a tourn√© le coin, alors Zach√©e a fait descendre sa feuille et il s'est mis √† regarder, le voyant venir comme cela. Et, vous savez, je ne pense pas qu'un homme puisse regarder directement √† Christ et avoir le m√™me sentiment qu'auparavant. Je - je ne crois pas que ce soit possible. Quelque chose s'est mis √† le toucher et √† dire : "Tu sais quoi, je - je... Peut-√™tre que R√©becca avait raison, mais je vais bien Le fixer, et alors, je L'√©couterai une fois, d'ailleurs, Il ne me conna√ģt pas. Je suis un homme d'affaires, ici et Lui vient √† peine d'entrer dans la ville, Il ne me conna√ģt donc pas. Et Il ne sait rien √† mon sujet, Il ne conna√ģt pas ma situation, je resterai donc assis ici dans cet arbre." (29) Et Il est venu, et quand Il a travers√© le trottoir, Il est descendu, Il est pass√© directement sous l'arbre, Il S'est arr√™t√© et a lev√© les yeux, Il a dit : "Zach√©e, descends. Aujourd'hui, Je vais d√ģner avec toi dans ta maison." "Oh, vous vous rappelez, a dit Jacques, cela avait r√©gl√© la question pour moi. J'ai su qu'Il √©tait ce proph√®te dont Mo√Įse avait parl√©; en effet, nous venions √† peine d'entrer dans la ville. Comment avait-Il su qu'il √©tait dans l'arbre? Comment avait-Il su que son nom √©tait Zach√©e? Et tout √† son sujet? Cela avait r√©gl√© la question pour moi, en effet, la Bible avait dit qu'Il serait un proph√®te."
E-28 Eh bien, alors un autre a pris la parole et a dit : "Que dire de l'aveugle Barthim√©e, quand nous sortions de la ville? Quand il √©tait assis l√†, pensant au temps, disait-il, o√Ļ il avait sa vue. Sa maman lui parlait du grand jour o√Ļ J√©hovah parlait autrefois pour le peuple. Mais il √©tait rest√© aveugle toutes ces ann√©es." "Et comment au moment o√Ļ nous sortions de la ville, les gens se moquaient de Lui, et les sacrificateurs criaient: 'Toi qui as ressuscit√© les morts, nous avons un cimeti√®re plein de morts par ici. Viens les ressusciter.'" Voyez, Dieu ne fait pas le clown pour les gens. J√©sus ne faisait que ce que le P√®re Lui montrait et c'est tout ce qu'Il faisait, a-t-Il dit (Saint Jean 5). Vous savez, on a toujours ces mauvais esprits dans le monde aujourd'hui, malgr√© tout. Ils diront: "Qu'il gu√©risse celui-ci devant moi. Qu'il gu√©risse celui-l√† devant moi." Voyez? C'est le m√™me mauvais esprit. Ils ne savent tout simplement pas cela.
E-29 Le m√™me qui √©tait l√† √† la croix ou avant que J√©sus aille √† la croix, quand Il a √©t√© tent√©, il a dit l√†, il a dit: "Si tu es le Fils de Dieu, accomplis un miracle ici devant moi et change ces pierres en pain et mange, et je croirai en Toi." Voyez? J√©sus a dit : "Mais il est √©crit : L'homme ne vivra pas de pain seulement." Voyez? Il n'a pas fait le clown pour Satan. (30) Et quand on l'a amen√© au pr√©toire, qu'on a plac√© un lambeau sur son visage, qu'on lui a band√© les yeux, qu'on a pris un b√Ęton et qu'on a tap√© sur Sa pr√©cieuse t√™te, disant: "Si tu es donc proph√®te et que tu peux nous dire... si tu es ce Messie proph√®te, dis-nous qui t'a tap√© sur la t√™te", Il n'a jamais dit un mot. (31) Les puissances et les dons de Dieu ne sont pas destin√©s aux spectacles. Ils sont au service de Dieu. Ils sont pour la gloire de Dieu, pour faire quelque chose pour aider quelqu'un, non pas pour √™tre pr√©tentieux et dire: "Moi, oh! la la! un grand..." Ce n'est pas √ßa. Quand un homme fait cela, il est petit √† mes yeux. Qui est grand? Un seul, Dieu.
E-30 (32) Alors, c'est peut-√™tre √† ce moment-l√†, aussit√īt apr√®s cela, qu'Andr√© a pu dire ceci: "Mais, fr√®res, vous rappelez-vous quand Il nous avait envoy√©s dans la ville? Il nous avait dit ce matin-l√† qu'Il allait partir √† J√©richo, mais qu'Il lui fallait passer par J√©rusalem, ou plut√īt par Samarie en venant de J√©rusalem, et de la Samarie jusqu'√† J√©richo. Vous rappelez-vous combien Il √©tait fatigu√©, et que toute la journ√©e nous disions : 'Eh bien, pourquoi ne m'amenez-vous pas? Pourquoi ne le fais-Tu pas? '" " Il a dit: 'Je vais attendre ici, vous, allez vous procurer de la nourriture.' Eh bien, pendant que nous √©tions partis, nous avons trouv√© la nourriture pour revenir, vous vous rappelez que nous sommes arriv√©s... et nous avons trouv√©, une fois arriv√©s l√†, une femme sur la route, et Il √©tait l√† seul avec la - une femme de mauvaise - mauvaise vie." C'√©tait une femme immorale, une femme qu'on appellerait aujourd'hui une femme de la rue, une prostitu√©e. Elle avait... il y avait de la confusion dans ses mariages, et elle vivait avec des hommes auxquels elle n'√©tait pas mari√©e, une personne tr√®s ignoble. En ce temps-l√†, elle portait un habit qui devait montrer cela. "Alors quand nous avons vu - nous sommes arriv√©s l√†, vous vous rappelez, nous nous sommes faufil√©s derri√®re ce buisson et ce petit mur pour savoir ce qu'il dirait? C'est ce qui avait r√©gl√© la question pour chacun de nous."
E-31 "Il a demand√© √† la femme de lui donner √† boire, et elle a dit: 'Nous avons la s√©gr√©gation ici. Nous - nous ne... Il n'est pas de coutume que vous les Juifs, vous demandiez aux femmes samaritaines pareille chose.'" "Il a dit : 'Si tu connaissais √† qui tu parlais, tu Me demanderais √† boire. Je Te donnerai de l'eau que tu ne viendras pas puiser ici.'" Rappelez-vous comment la conversation avait continu√©. Que faisait-Il? Le P√®re, a-t-il dit dans Saint Jean 5.19... Ecoutez ceci, fr√®re, sŇďurs : J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, ne s'√©tait jamais attribu√© le m√©rite d'avoir gu√©ri quelqu'un. Il disait : "Ce n'est pas moi qui fais les Ňďuvres. Mon P√®re qui habite en Moi, est Celui qui fait les Ňďuvres." (33) Alors, observez ce qui est arriv√© dans Saint Jean 5.19, Il est dit ceci : Il est all√© √† la piscine de B√©thesda. L√† √©taient couch√©s de grandes foules (beaucoup plus de gens qu'il y en a √† cet endroit ce soir) des estropi√©s, des aveugles, des infirmes, des atrophi√©s, des boiteux. Eh bien, les Ecritures d√©clarent cela : les estropi√©s, les boiteux, les aveugles, les atrophi√©s. Et Le voici venir.
E-32 Juste quelques jours avant cela, une femme avait touch√© Son v√™tement et elle avait √©t√© gu√©rie. Et Le voici venir, Ses v√™tements plein de vertu, Il est pass√©, Il est pass√© √† c√īt√© d'une m√®re qui avait un enfant hydroc√©phale, Il est pass√© √† c√īt√© d'un homme aveugle. Et si jamais vous avez consid√©r√© l'histoire qui s'y rapporte, l'Ange descendait et agitait l'eau. Vous savez ce que sont les eaux agit√©es : un courant passe dans un sens et le vent souffle dans l'autre sens. Ce sont des eaux dangereuses, et les gens croyaient que c'√©tait un Ange. Et quiconque entrait dans cette eau, avec assez de foi, arr√™tait l'agitation de l'eau, et il √©tait gu√©ri de la maladie dont il souffrait. Et des multitudes √©taient couch√©es l√†. Beaucoup d'entr'eux ne croyaient pas cela. Mais, ceux qui croyaient cela, c'√©tait la gu√©rison pour eux. Dieu a toujours eu un moyen pour gu√©rir Son peuple. (34) Alors celui qui y entrait le premier, et j'ai lu des livres l√†-dessus o√Ļ il est √©crit qu'ils se donnaient m√™me des coups de couteau, essayant de se pr√©cipiter pour y entrer le premier, en effet, aussit√īt que le premier y entrait avec assez de foi pour tirer la vertu de l'Ange, apr√®s il ne revenait pas peut-√™tre avant un ou deux mois, une autre saison. Et les gens √©taient couch√©s l√†, attendant constamment : quelle patience !
E-33 (35) Et Jésus a dépassé ces aveugles, ces sourds, ces estropiés, ces boiteux, ces atrophiés sans rien dire jusqu'à ce qu'Il est arrivé auprès d'un homme qui était couché sur un grabat. Combien parmi vous Californiens connaissent ce que c'est qu'un grabat? Eh bien, de quelle partie de Kentucky vous venez? J'ai été élevé sur un grabat. Et on étalait simplement quelque chose sur le plancher et on se couchait. Couché sur un grabat... peut-être qu'il avait une affection de prostate. Peut-être qu'il l'avait - qu'il avait la tuberculose; quoi que cela ait été, il en avait souffert pendant trente-huit ans. Cela était chronique. Ça n'allait pas le tuer. Il pouvait marcher. Et Jésus, sachant... observez, Jésus, sachant qu'il était dans cette condition depuis tout ce temps, a dit: "Veux-tu être guéri?" Pourquoi pas à l'aveugle? Pourquoi pas à l'estropié? Mais, voyez, Il était conduit. Maintenant, suivez sa réponse. (36) Et il a dit: "Je n'ai personne pour me jeter dans l'eau. Pendant que j'avance, quelqu'un qui est en meilleure condition que moi me dépasse en courant et entre là, voyez, entre avant moi", il pouvait marcher. Il pouvait s'avancer, mais il y en avait là qui ne pouvaient pas marcher. Voyez? Et nous disons qu'Il avait de la compassion? (37) La sympathie humaine, ce n'est pas de la compassion. Savoir la volonté de Dieu, c'est ça la compassion. C'est vrai. Il a alors dit : "Veux-tu être guéri?" Il a dit : "Je n'ai personne pour me jeter dans l'eau. Quand j'avance, quelqu'un d'autre me dépasse." Il a dit : "Prends ton lit et rentre chez toi." Il n'a plus posé de questions. En effet, Jésus savait qu'il ne poserait pas de questions. Il a pris cela, il l'a mis sur son dos et il est parti. On a posé des questions à Jésus là-dessus. S'Il fait la même chose aujourd'hui, on Lui posera des questions là-dessus.
E-34 Quelqu'un dit : "Voici le vieux frère Untel. C'est un bon vieil homme, il a été membre de l'église toute sa vie, Il vend des crayons au coin, guéris-le. Pourquoi l'as-Tu passé?" (38) Suivez la réponse que Jésus leur a donnée le même jour, quand on L'avait attrapé, quand on Lui a posé la question. Saint Jean 5.19 : "En vérité, en vérité je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu'il voit faire au Père." Combien savent que ce sont les Ecritures - les Ecritures? Les Ecritures ne peuvent pas faillir. (39) Jésus ne pouvait donc faire que ce que Dieu Lui montrait en vision, cela a fait de Lui un prophète; plus qu'un prophète, Il était le Dieu prophète. Il était le Dieu des prophètes.
E-35 Certaines personnes aujourd'hui essayent de dire qu'Il n'√©tait pas Dieu. Son signe de Messie, c'√©tait le signe du proph√®te, mais Il est... Dans la r√©demption, Il √©tait Dieu. La vierge Marie, une femme, une vierge, qui n'avait pas connu d'homme, le Saint-Esprit l'a couverte de Son ombre et a cr√©√© une cellule de Sang. Cette cellule de Sang produisit le Fils de Dieu. Il n'√©tait ni Juif ni Gentil. Il √©tait Dieu. Nous sommes sauv√©s, dit la Bible, par le Sang de Dieu. Le Sang vient du sexe m√Ęle. L'h√©moglobine sort du sexe m√Ęle. (40) Vous les gens... maintenant, c'est le printemps ici. Aujourd'hui j'observais un petit oiseau l√† dans le buisson qui √©tait en train de se construire un nid. Oh, il se construit un nid. Eh bien, cette vieille m√®re oiseau peut monter sur ce nid et couver un nid plein d'Ňďufs. Et si elle n'a pas √©t√© avec le m√Ęle, cela ne va pas √©clore. C'est vrai. Il se peut qu'elle couve ses Ňďufs et qu'elle soit tr√®s loyale, qu'elle retourne ses Ňďufs aussi loyalement que possible, qu'elle cr√®ve de faim, jusqu'√† √™tre si mis√©rable qu'elle ne peut pas s'envoler du nid. Si elle n'a pas √©t√© avec le m√Ęle, les Ňďufs ne vont pas √©clore. Ils n'ont pas de cellule de sang √† l'int√©rieur. La vie vient du sang. La vie est dans le sang.
E-36 (41) C'est comme les √©glises aujourd'hui. Vous pouvez - nous avons les plus grandes √©glises que nous ayons jamais eues, plus de membres que nous ayons jamais eus, les gens les mieux habill√©s que nous ayons jamais eus, les gens les mieux nourris que nous ayons jamais eus, plus d'argent que nous n'en avons jamais eu, et plus de maladies que nous n'en avons jamais connues, parce que nous avons plus d'incr√©dulit√© que nous n'en avons jamais eue. C'est juste - il n'y a qu'une seule chose √† faire. Ces Ňďufs resteront l√† m√™me dans ce nid - nid - et pourriront, et il en sera de m√™me pour les membres d'√©glise s'ils n'ont jamais √©t√© en contact avec le m√Ęle, J√©sus-Christ. C'est le temps de purifier le nid et de ramener l√† quelqu'un qui a la foi et qui est rempli du Saint-Esprit, qui a une foi vivante dans un Dieu vivant, qui a √©t√© avec le m√Ęle, J√©sus-Christ, quelque chose qui va √©clore, quelque chose qui produira la vie. Certainement.
E-37 Naturellement, Jésus ne pouvait que faire, a-t-Il dit... et les Ecritures sont infaillibles. Il a dit: "Je ne fais rien de Moi-même, je ne fais que ce que je vois faire au Père." Eh bien, Il a dit qu'Il avait vu cela: "Voir". "En vérité, en vérité je vous le dis, premièrement le Fils ne peut rien faire de Lui-même, Il ne fait que ce qu'Il voit faire au Père." Consultez "L'Emphatic diaglott", voyez si le mot n'est pas correct: "Voir". Consultez cela. Même la version Douay. Toutes les versions rendent cela de la même façon. "Ce que je vois faire au Père. Le Père agit. Ce que le Père fait, Il me le montre, et je vais tout simplement reproduire cela pour Lui." C'est ainsi que chaque prophète de la Bible a agi, il devait voir en vision ce qu'il fallait faire. (42) Et c'était le signe du Messie à cette époque-là, et si c'était le signe du Messie à cette époque-là, à la fin de la dispensation des Juifs, et qu'Il a promis de faire la même chose en ce dernier jour, il est temps pour nous de voir cela être suscité.
E-38 Nous sommes dans les derniers jours. Le monde a une fatigue nerveuse. Il est sur le point d'√©clater. Le... parce qu'ils ont rejet√©, reni√© et le Saint-Esprit a bless√© leurs cŇďurs, et Dieu... (43) C'est comme une dame dans un bazar il y a quelques semaines √† Louisville, dans le Kentucky. Elle avait un petit gar√ßon, et elle allait ici et l√†, lui montrant des articles, disant : "Regarde, ch√©ri. Regarde, ch√©ri. Regarde, ch√©ri", et le petit gar√ßon se tenait l√† avec un regard fixe. Et elle... quelques instants apr√®s, elle est simplement tomb√©e sur le comptoir et s'est mise √† crier. Et quelques personnes qui √©taient dans ce bazar sont all√©es aupr√®s d'elle et ont dit : "Qu'y a-t-il?" Elle a dit: "Il s'agit de mon petit gar√ßon." Elle a dit: "Ce n'est pas possible. Le m√©decin avait dit qu'il allait mieux, mais ce n'est pas le cas." Elle a dit: "Il y a quelques mois, ce petit enfant s'est mis √† regarder fixement les choses, et, a-t-elle dit, je n'arrive pas √† attirer son attention sur quelque chose." Elle a dit: "Tout ce qu'un - un petit gar√ßon de son √Ęge devait regarder, a-t-elle dit, je peux agiter cela devant lui, et il reste l√† avec un regard fixe." (44) Vous savez l'√©glise, l'Eglise pentec√ītiste, ils ont quelque chose de pareil. Dieu a agit√© chaque chose de la Bible devant eux et ils se tiennent toujours l√† avec un regard fixe. Il y a quelque chose qui ne va pas. C'est le temps de se lever, de se r√©veiller et d'invoquer Dieu. Rappelez-vous, Dieu a pr√©dit dans Sa Bible que ceci serait l'√Ęge de l'√©glise de Laodic√©e, o√Ļ les choses se passeront ainsi. Eh bien, croyons en Lui.
E-39 Comme Andr√© continuait avec son histoire, juste une ou deux minutes de plus, il a dit : "Vous savez qu'Il parlait √† la femme. Eh bien, c'√©tait une Samaritaine." Il n'y a que... comme je l'ai dit hier soir, il n'y a que trois races de gens sur la terre : les gens de Cham, de Sem et de Japhet. Si nous croyons la Bible, tous descendent de ces deux - de ces trois fils : ce sont les Juifs, les Gentils et les Samaritains. (45) Vous rappelez-vous que Pierre avait re√ßu les clefs du Royaume? O√Ļ est-ce qu'il a ouvert celui-ci? A la Pentec√īte, pour les Juifs. Il est all√© en Samarie, quoi que Philippe soit all√© l√† et qu'il leur ait pr√™ch√© le bapt√™me du Saint-Esprit et qu'il les ait baptis√©s, ils √©taient pr√™ts √† recevoir cela, mais c'est Pierre qui avait les clefs, il est all√© l√†, il leur a impos√© les mains; ils ont re√ßu le Saint-Esprit. Puis, dans la maison de Corneille, un Gentil, Actes 10.49, nous voyons que Pierre a √©t√© envoy√© l√† par une vision, "et comme il pronon√ßait encore ces paroles, le Saint-Esprit est descendu sur eux". Depuis ce temps, le Saint-Esprit a √©t√© donn√© √† quiconque veut, qu'il vienne, mais c'est lui qui avait les clefs du Royaume.
E-40 (46) Maintenant, observez ces trois races. Eh bien, comme je l'ai dit hier soir... j'ai d√Ľ me d√©p√™cher, raison pour laquelle je r√©p√®te cela d'une autre fa√ßon ce soir. J'ai d√Ľ me d√©p√™cher. Vous √©tiez nerveux, et - et on disait qu'il y avait l'alerte et tout. Maintenant que vous √™tes plus calmes, ce soir, et tranquilles... (47) Remarquez, les Juifs attendaient le Messie, et le Messie √©tait cens√© venir et Se manifester par - comme √©tant le Messie. Maintenant, pensez-vous que J√©sus soit venu d'une fa√ßon qui n'√©tait pas scripturaire? Il n'aurait pas √©t√© J√©sus. Il n'aurait pas √©t√© le Fils de Dieu. Il devait venir conform√©ment aux Ecritures. Mais non conform√©ment aux pens√©es des √©glises de cette √©poque-l√†. Il n'√©tait pas venu conform√©ment √† la conception de l'√©glise, selon leur doctrine sur ce point, mais Il √©tait venu conform√©ment aux Ecritures. Et c'est ce que j'essaie de vous rappeler ce soir, la m√™me chose. Il vient tel qu'Il avait promis de venir.
E-41 (48) Maintenant, rappelez-vous. Si jamais Dieu a √©t√© appel√© sur la sc√®ne pour agir, la fa√ßon dont Il agit la premi√®re fois, c'est la fa√ßon dont Il agira chaque fois qui suivra, sinon, Il avait mal agi la premi√®re fois. Si donc c'√©tait sa fa√ßon, √† cette √©poque-l√†, de se faire conna√ģtre aux Juifs et aux Samaritains qui attendaient le Messie... (49) Aucun Gentil n'attendait le Messie. Nous √©tions des Romains et des Grecs et nous adorions des dieux de fer, d'acier, de marbre, et comme beaucoup de gens le font encore, et - et comme √ßa, avec une massue sur le dos. (50) Mais maintenant, apr√®s deux mille ans de th√©ologie et d'enseignement, maintenant l'Eglise des Gentils, l'Eglise √©lue, attend le Messie. Eh bien, Il devra agir, quand Il vient cette fois-ci, exactement comme Il avait agi cette fois-l√†. Il devra faire les m√™mes choses, parce que la Parole dit qu'Il le fera.
E-42 Maintenant, c'est afin que vous voyiez que notre Christ n'est pas mort, Il est avec nous, Il vit en nous, ici même avec nous maintenant. Et maintenant, si je peux vous amener à voir cela, alors ça sera une chose très facile pour vous d'accepter votre guérison. Il n'est pas question que je vous impose les mains. Je suis un homme. Il s'agit de Ses mains. Trouvez-Le. (51) Maintenant, remarquez. Quand ils ont écouté et suivi l'entretien... Eh bien, c'est une - une femme de mauvaise réputation là à Samarie. Elle était une mauvaise femme, alors ils écoutaient. Et pendant qu'ils écoutaient, Il a dit : "Va chercher ton mari et viens ici." Eh bien, Il a parlé à la femme assez longtemps pour saisir son esprit. Il a dit : "Va chercher ton mari et viens ici." Elle a dit : "Je n'ai point de mari."
E-43 "Et vous vous rappelez, fr√®re", peut-√™tre qu'Andr√© a dit aux autres fr√®res, il a dit: "Vous vous rappelez ce que tous nous pensions: 'Oh! oh! oh! oh! Voici une seule fois o√Ļ Il est pris. En effet, Il dit √† la femme qu'elle a un - qu'elle n'a pas de mari. Il a dit plut√īt: 'Va chercher ton mari et viens ici.' Il a dit: 'Va chercher ton mari.' Il lui a dit qu'elle avait un mari, et elle a dit qu'elle n'en avait pas. Elle a contredit Sa parole. Eh bien, qu'est-ce qui va arriver?'" "Vous vous rappelez comment nous nous sommes tous tenus l√† avec les oreilles tendues et - et les frissons nous parcourant. 'Qu'est-ce qui se passe?' Nous nous sommes pos√© la question. 'Est-ce que notre Ma√ģtre s'est fait prendre au pi√®ge?' Eh bien, il a dit √† la femme qu'elle a un mari, et celle-ci a dit: 'Je n'ai point de mari.'" "Vous rappelez-vous ce que nous avons pens√©? Alors qu'est-ce qu'Il a... et Il √©tait aussi calme que possible, Il a dit: 'Tu as dit vrai, parce que tu en as eu cinq et celui avec qui tu vis maintenant n'est pas ton mari.' La sc√®ne avait tr√®s vite chang√©." (52) "Et qu'est-ce que cette femme Lui a dit: 'Seigneur, je suis une femme samaritaine. Il se peut que je vive dans le p√©ch√© (j'ai fait une petite chose comme ceci) mais je connais les Ecritures. Je viens d'une famille o√Ļ on enseignait la Bible. Je... Tu dois √™tre un proph√®te. Je sais, nous avons appris, tous les Samaritains ont appris que le Messie viendra, dont le Nom... qui sera le Christ (ce qui signifie l'Oint), et quand Il viendra, Il r√©v√©lera ces choses; √ßa sera le signe du Messie. Tu dois √™tre Son proph√®te.'" "J√©sus a dit : 'Je le suis.' Et il n'y avait personne qui pouvait dire cela √† part Lui. C'est vrai. Et il n'y en aura jamais. 'Je le suis.'" (53) "Et elle a laiss√© sa cruche, elle est entr√©e dans la ville en courant et a dit: 'Venez voir un homme', elle a parl√© aux hommes dans la rue. Venez voir un homme qui m'a dit ce que j'ai fait. Ne serait-ce pas le Messie m√™me?"
E-44 Si cela a √©t√© le signe du Messie hier, et qu'Il est le m√™me hier aujourd'hui et √©ternellement, c'est le m√™me signe aujourd'hui. Absolument. "Oui, nous nous sommes souvenus de cela, que cette femme avait dit cela." Et la Bible dit que toute la ville a cru en Lui comme √©tant le Messie, √† cause de ce que la femme avait dit aux gens dans la ville, qu'il - ils ne s'√©taient jamais rencontr√©s avant. Et dans l'entretien, Il a dit: "Va chercher ton mari." " Et elle a dit : 'Je n'en ai point.' Il a dit : ' Tu en as eu cinq.' Et vous les hommes, vous savez que c'est √ßa le genre de vie que j'ai men√©e, et cela m'a convaincue qu'Il √©tait le Messie, parce qu'Il avait connu le secret de mon cŇďur."
E-45 (54) Maintenant, √©coutez. La Bible ne dit-elle pas que - qu'au commencement √©tait la Parole, et la Parole √©tait avec Dieu, et la Parole √©tait Dieu, et la Parole a √©t√© faite chair et a habit√© parmi nous? Maintenant, √† vous lecteurs de la Bible, le Livre des H√©breux ne nous dit-il pas au chapitre 4 que la Parole de Dieu est une √©p√©e √† deux tranchants, qu'elle s√©pare l'os de la moelle, qu'elle discerne les pens√©es du cŇďur? La Parole, et quand la Parole vivante qui est Christ vient au milieu de nous, ne discerne - ne discerne-t-Elle pas toujours les pens√©es du cŇďur? La Parole vivante. Christ la Parole vivante. Il est la Parole, et Il est la Parole vivante. Ceci est la Parole √©crite, et quand la Parole √©crite est apport√©e avec la Parole vivante, Elle est plus tranchante qu'une √©p√©e √† double tranchant et Elle discerne les pens√©es du cŇďur. J√©sus regardait son assistance et connaissait leurs pens√©es. Certains restaient l√† et disaient : "C'est un diseur de bonne aventure. Il est B√©elz√©bul, un d√©mon. " J√©sus a dit : "Je vous pardonne cela, d'avoir trait√© l'Esprit de Dieu de mauvais esprit, de mauvaise Ňďuvre. Je vous pardonne cela, mais un jour, le Saint-Esprit viendra, et une seule parole contre cela, cela ne vous sera pas pardonn√© ni dans ce si√®cle ni dans le si√®cle √† venir." Alors que - qu'est-ce que le blasph√®me contre le Saint-Esprit? Voyez? Traiter l'Esprit de Dieu de chose impure. C'est le blasph√®me. C'est √ßa le blasph√®me. [Espace vide sur la bande - N.D.E.] Traiter l'Esprit de Dieu de mauvais esprit. [Espace vide sur la bande - N.D.E.]
E-46 Alors vous voyez que quand les gens criaient et parlaient en langues et tout, cette nation les a constamment tax√©s de bande de saints exalt√©s, d'h√©r√©tiques, et de tout le reste. Vous voyez pourquoi elle est pr√™te pour le jugement. (55) Eh bien, la Bible dit... Maintenant, vous les pentec√ītistes, la Bible dit que si vous avez un don de parler en langues, alors, quand un homme du peuple entre, et - et que la premi√®re chose, vous savez, vous parlez tous en langues, il dira : "Vous √™tes tous fous." Mais s'il y en a un parmi vous qui est proph√®te, qui r√©v√®le les secrets du cŇďur, alors l'homme tombera par terre et dira : "Certainement, Dieu est avec vous." Eh bien, si vous croyez dans le parler en langue, ne savez-vous pas qu'il y a plus que √ßa? Ne connaissez-vous pas la b√©n√©diction la plus √©lev√©e? Ne voyez-vous pas le Saint-Esprit? Qu'est-ce qui vous fait parler en langue? Faites-vous cela de vous-m√™me? Non monsieur. Le Saint-Esprit le fait si vous √™tes sinc√®re. Est-ce vrai? C'est le Saint-Esprit qui le fait. C'est la m√™me chose qui est plac√©e dans l'Eglise : premi√®rement les ap√ītres, les proph√®tes, les docteurs, les pasteurs et les √©vang√©listes. C'est le Saint-Esprit, le Christ vivant. Il n'est pas mort. Il est vivant aux si√®cles des si√®cles.
E-47 (56) On en a la photo ici, qui √©tait - qui a √©t√© tir√©e. Elle a √©t√© tir√©e ici en Californie tout r√©cemment. Elle a √©t√© prise... George J. Lacy du FBI a examin√© cela et tout. Vous avez vu cela et tout : la Colonne de Feu. La m√™me Colonne de Feu a √©t√© photographi√©e en Allemagne, en Suisse, et Elle a √©t√© photographi√©e partout dans le monde. Maintenant, qu'est-ce? Est-ce... Combien savent que J√©sus-Christ √©tait cette Colonne de Feu? Eh bien, quand Il √©tait... et dans Saint Jean 6, quand on Lui avait pos√© des questions, Il avait dit - Il a dit qu'Abraham en son jour, Il a dit: "Eh bien, maintenant..." Ils ont dit: " Tu veux dire que tu as vu Abraham et tu n'as pas plus de cinquante ans." Il a dit: "Avant qu'Abraham f√Ľt, Je Suis." Il √©tait donc cette Colonne de Feu, l'Ange de l'Alliance, en d'autres termes, le Logos qui √©tait sorti de Dieu. Il √©tait la Colonne de Feu qui avait conduit les enfants d'Isra√ęl dans le d√©sert. Et cette Colonne de Feu, le Logos, a √©t√© - a √©t√© faite chair et a habit√© parmi nous. Et Il a dit: "Je viens de Dieu et Je retourne √† Dieu." Et apr√®s Sa mort, Son ensevelissement et Sa r√©surrection, Saul... Il a rencontr√© Saul sur la route de Damas et Il l'a terrass√© par une Lumi√®re. Personne d'autre n'a vu cela, √† part Saul.
E-48 (57) [Espace vide sur la bande - N.D.E.]...?... sorti du d√©sert, conduisant les enfants d'Isra√ęl, ensuite Il est venu habiter dans un Homme, la pl√©nitude de la divinit√© corporellement et Il a accompli ce m√™me genre de signe en tant que le Messie. Et si cette m√™me Colonne de Feu, ce m√™me J√©sus, ce m√™me Esprit revient dans Son Eglise universelle, ne fera-t-Elle pas la m√™me chose? "Celui qui croit en Moi fera aussi les Ňďuvres que Je fais. Encore un peu de temps et le monde ne Me verra plus, a-t-Il dit, mais vous vous Me verrez, car Je, Je serai avec vous, m√™me en vous jusqu'√† la fin du monde", J√©sus-Christ le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. (58) Vous voyez ce que j'essaie de faire, mes amis ? J'essaie de vous faire comprendre que ce J√©sus qui avait donn√© la promesse dans la Bible est ici m√™me avec vous, ici m√™me maintenant.
E-49 Maintenant, si vous veniez aupr√®s de Lui, et qu'Il portait ce costume qu'Il m'a donn√© et qu'Il disait - que vous disiez : "J√©sus, veux-Tu me gu√©rir?" Vous savez ce qu'Il vous dirait? "Eh bien, mon enfant, j'ai d√©j√† fait cela." Il ne peut pas faire cela de nouveau. (59) Si vous avez √©t√© rachet√© du magasin de pr√™t sur gages, comment pouvez-vous √™tre rachet√© pour la deuxi√®me fois? Il vous a fait sortir. Il a √©t√© bless√© pour vos p√©ch√©s, et par Ses meurtrissures, vous avez √©t√© gu√©ri. Voyez-vous ce que je veux dire? Votre gu√©rison est d√©j√† accomplie. Votre salut est accompli. La seule chose qu'il vous faut faire, c'est tout simplement accepter cela. Et qu'est-ce que √ßa change, qu'un tel ou tel autre vous impose les mains, ce que fait ceci ou cela? O√Ļ que vous soyez, croyez simplement cela. C'est tout. Recevez cela. C'est Dieu qui doit vous donner cela. (60) C'est la raison pour laquelle je ne prends pas beaucoup de temps. On a enseign√© au peuple am√©ricain l'ancienne coutume juive de l'imposition des mains, ce qui est bien, mais ce n'est pas la fa√ßon de faire pour les Gentils.
E-50 Eh bien, Ja√Įrus avait dit: "Viens imposer les mains √† ma fille et elle vivra", un Juif. Mais le Romain avait dit: " Je ne suis pas digne que Tu viennes sous mon toit. Prononce simplement la Parole." Voyez? Il a dit: "Je suis un homme soumis aux sup√©rieurs. Je dis √† tel homme: 'Viens', il vient et √† tel autre: 'Va', il va. " Il savait que tous ceux qui √©taient sous ses... C'√©tait un centenier - un centenier, ce qui signifie cent, qu'il est le chef de cent hommes. Ce qu'il disait, c'est ce qu'ils devaient ex√©cuter. Qu'est-ce qu'il avait reconnu en J√©sus-Christ? Que toutes les maladies et les afflictions lui √©taient soumises, qu'elles √©taient sous Son contr√īle. "Prononce simplement la Parole". Amen. Vous y √™tes. Il n'√©tait pas n√©cessaire d'avoir l'imposition des mains... Et qu'est-ce que J√©sus a dit? Il S'est retourn√© et a dit: "Je n'ai jamais trouv√© pareille foi en Isra√ęl." (61) Eh bien, c'est le genre de foi dont nous avons besoin ici en Californie, ce genre de foi: "Prononce la Parole."
E-51 C'est tout ce qu'il faut. Pas qu'un homme dise: "Eh bien, gloire √† Dieu, fr√®re Untel m'a impos√© les mains. J'ai senti quelque chose me parcourir." Il se peut que vous ayez senti ses mains sur vous, mais vous n'avez rien senti. Voyez? J√©sus n'a jamais dit : "Avez-vous senti cela?" Il a dit : "Avez-vous cru cela?" C'est √ßa. Si vous croyez cela... (62) C'est un fini... il ne s'agit pas d'une sensation l√†, il s'agit de la foi. "Celui qui croit", juste l√† o√Ļ vous √™tes. Je ne dis pas que vous ne sentez rien. Je sais que j'ai √©prouv√© des sensations √©tranges, mais je n'ai jamais laiss√© ma foi reposer sur une sensation. Je ne peux pas b√Ętir ma doctrine sur une sensation. Je dois la b√Ętir sur AINSI DIT LE SEIGNEUR, par la Parole de Dieu. C'est la raison pour laquelle ce soir... (63) Et puis, si elle est b√Ętie sur cette Parole et qu'il y ait assez de foi l√† pour rendre cette Parole manifeste... J√©sus est mort, Il a donn√© Sa vie afin de pouvoir sanctifier une Eglise et qu'Il puisse √™tre universellement, dans le monde entier, tout le temps dans son Eglise. Ce Saint-Esprit-ci...
E-52 (64) Comme J√©sus √©tait Dieu fait chair, la pl√©nitude de Dieu √©tait en Lui. Il avait l'Esprit sans mesure. Nous, nous L'avons avec mesure. Eh bien, qu'arriverait-il si vous alliez l√† prendre une cuiller√©e de - de l'eau de l'oc√©an ? Eh bien, c'est - c'est ce que J√©sus avait, tout l'oc√©an; mais vous et moi nous en avons une cuiller√©e. Voil√† la diff√©rence. Ne manquez jamais cela. Il n'est pas tenu de nous avoir, mais nous, nous sommes tenus de L'avoir. Mais si vous preniez cette cuiller√©e d'eau et que vous l'ameniez au laboratoire, les m√™mes √©l√©ments chimiques qui se trouvent dans tout l'oc√©an se trouvent aussi dans cette cuiller√©e-l√†. (65) Et quand Dieu, le jour de la Pentec√īte, quand Il est descendu comme un vent imp√©tueux, avez-vous remarqu√© qu'Il √©tait une Colonne de Feu, mais avez-vous remarqu√© qu'Il s'est divis√©, partant de cette Colonne de Feu, Il s'est partag√© parmi son peuple, des langues de feu s√©par√©es se sont pos√©es sur chacun d'eux : Dieu se partageant Lui-m√™me dans Son Eglise. Il n'est pas √©tonnant qu'Il ait dit : "L√† o√Ļ deux ou trois seront rassembl√©s en mon Nom, Je serai au milieu d'eux. Si deux personnes s'accordent pour demander quelque chose, Je le leur donnerai." Voyez? Qu'est-ce? Quand il y a un petit feu ici, et un petit feu ici, et chacun de vous √©tant une partie de Dieu, quand nous nous rassemblons, c'est le corps de Christ qui s'unit. Dieu Se partageant Lui-m√™me, me donnant une partie, vous donnant une partie, une partie √† l'autre, afin que nous puissions tous vivre et avoir la Vie Eternelle. Et maintenant, cette Vie Eternelle vient du mot, du mot grec, comme je l'ai dit : "Zo√©", ce qui signifie la Vie m√™me de Dieu.
E-53 (66) Maintenant, √ßa devait √™tre au moment o√Ļ Il t√©moignait de ce... tout d'un coup Andr√© a d√Ľ s'asseoir, et Satan avait d√Ľ regarder √† travers les nuages sombres (je termine maintenant), et il les a vus partir sans J√©sus. C'est pratiquement ce qu'Il voulait. Et maintenant, mes fr√®res, mes sŇďurs, regardons directement cela en face. Ils √©taient partis sans J√©sus. (67) Je crois que c'est ce qui est arriv√© √† l'√©glise, pour qu'on ait cet √Ęge de l'√©glise de Laodic√©e. L'√©glise est partie sans J√©sus. Nous nous sommes vraiment emball√©s... nous en sommes arriv√©s √† avoir un important programme de construction, pour voir qui pouvait construire la plus grande √©glise. Nous nous sommes plong√©s dans des programmes d'instruction. Nous nous sommes emball√©s dans des programmes de d√©nominations. Nous nous sommes plong√©s dans toutes sortes de programmes, et qu'avons-nous produit? Nous avons produit un tas d'enfants d√©nominationnels. C'est vrai.
E-54 Nous b√Ętissons - nous b√Ętissons nos - nos histoires sur notre - notre d√©nomination. "Ne vous associez pas avec ceux-l√†. N'ayez pas √ßa ici. Nous sommes la d√©nomination. Nous avons toute la v√©rit√©." Rappelez-vous, fr√®re, la couverture s'√©tend partout. Voyez? Elle couvre l'autre aussi. Voyez? (68) Mais nous avons plac√© des fronti√®res, nous nous sommes s√©par√©s juste comme les baptistes, les m√©thodistes, et les autres. Vous parliez des baptistes froids et formalistes. Maintenant ce sont des pentec√ītistes froids et formalistes. Les baptistes se r√©chauffent. Observez comment... Eh bien, c'est vrai. Nous avons produit des enfants d√©nominationnels. Nous avons produit des enfants instruits. Nous avons cr√©√© des √©coles bibliques, c'est tout √† fait en ordre. Mais ce que nous nous sommes mis √† leur raconter, leur donner de licence en lettres, de doctorat en philosophie, et de doctorat en droit... (69) Et m√™me certaines de nos grandes d√©nominations, avant d'envoyer un missionnaire, des pentec√ītistes donc, avant d'envoyer un missionnaire pentec√ītiste outre mer, ils doivent le faire examiner par un psychiatre pour voir si son quotient intellectuel est assez √©lev√©! √áa, c'est une tache sur le nom de la Pentec√īte. La Pentec√īte n'est pas une organisation. La Pentec√īte est une exp√©rience. Tous peuvent L'avoir: m√©thodistes, baptistes, presbyt√©riens, et que sais-je encore.
E-55 Qui doit d√©cider s'il est un missionnaire ou pas, le Saint-Esprit ou un psychiatre mondain? C'est Dieu qui appelle. Le niveau d'instruction qu'avait Pierre l'aurait disqualifi√© pour √ßa. La Bible dit qu'il √©tait un homme du peuple et sans instruction, mais le Saint-Esprit... il avait plu au Saint-Esprit de faire de lui le chef de l'Eglise. Jean et Lui, ils √©taient tous des hommes du peuple et sans instruction... Mais voil√† o√Ļ nous en sommes. Le diable nous a vus si emport√©s, et il a dit: "Voici l'occasion pour moi." C'est la m√™me chose qu'il a faite en ce temps-l√†. (70) Alors il est mont√© sur des montagnes et il s'est mis √† souffler son souffle empoisonn√©. Il a dit: "Les voici r√©unis en petit groupe l√† en pleine mer. Il donne des t√©moignages sur ce qui s'est pass√©; et maintenant, il semble qu'ils ne sont plus avec Lui √† pr√©sent. Il n'est donc plus avec eux." Et observez l'√Ęge de l'√©glise de Laodic√©e. De tous les √Ęges de l'Eglise, les sept derniers √Ęges de l'Eglise, c'est dans Laodic√©e que J√©sus s'est retrouv√© hors de Sa propre Eglise, frappant et essayant d'y rentrer. Eh bien, c'est l√† o√Ļ nous en sommes arriv√©s.
E-56 (71) Et alors Satan s'est mis à souffler son souffle empoissonné là, vous savez, disant : "Wou, wou, les jours des miracles sont passés. Cela n'existe pas. Ne croyez pas ce genre d'histoires. C'est de la télépathie mentale." C'est vrai. Ils quittent la Parole. Je - je... examinez tout simplement la Parole et voyez si ce n'est pas vrai. Ensuite, voyez si Dieu entre dans cette Parole et La confirme. Alors cela La confirme. Et quand Dieu le dit, cela règle la question. Eh bien: "Les jours des miracles sont passés." (72) Nous sommes devenus formalistes. Nous parlons seulement de nos églises, et de notre... et de ce que nous allons faire, et des - de grands programmes que nous avons. Voyez, il avait vu qu'ils étaient sans Lui... et la petite barque commença à tanguer et à être ballottée sous le coup du vent, et nous voyons que tout espoir d'avoir un réveil avait disparu. Et c'est juste comme aujourd'hui. Dieu a envoyé un Oral Roberts à travers le pays. Il a envoyé un Tommy Osborn à travers le pays. Il - Il les a envoyés l'un après l'autre, une vague après une autre, après une autre vague, après une autre vague, après une autre, et toujours - et nous restons toujours sans réveil. Que se passe-t-il?
E-57 (73) Mais rappelez-vous, Il n'√©tait pas all√© trop loin. Quand Il les a vus partir, Il savait ce qui arriverait; c'est la raison pour laquelle Il savait donc, ici, pr√©dire la fin d√®s le commencement. Il savait que l'√Ęge de l'Eglise de Laodic√©e allait Le foutre dehors. Alors, Il a pris des dispositions pour affronter cela. "Moi, Je ch√Ętie et Je r√©primande tous ceux que J'aime. Voici Je me tiens √† la porte et Je frappe. Si quelqu'un ouvre, et Me laisse entrer, J'entrerai et Je souperai avec lui", si seulement vous ouvrez et vous Le laissez entrer. (74) Et quand le vent souffle dans le sens contraire, et nous voyons que c'est difficile d'avancer, et c'√©tait dans cette situation qu'ils se trouvaient; mais Il √©tait mont√© sur la colline la plus √©lev√©e qu'il y avait en Galil√©e, la colline la plus √©lev√©e en Palestine peut-√™tre. Il √©tait sur la montagne. Plus haut vous allez, plus loin vous pouvez voir; et Il √©tait mont√© l√†-haut afin de pouvoir veiller sur eux. Et quand Il les a vus en d√©tresse, Il √©tait suffisamment haut pour les voir. Et quand Il √©tait ici sur la terre, Il savait que nous allions nous retrouver dans cette condition. Alors Il n'est pas tout simplement mont√© √† la montagne du Calvaire, mais Il est mont√© jusqu'√† d√©passer la lune et les √©toiles, jusqu'√† s'asseoir √† la droite de la majest√© divine. Et son Ňďil est sur les passereaux, et je sais qu'Il regarde √† cette r√©union ce soir. Il n'est pas parti trop loin. Il veille sur vous.
E-58 (75) Et quand cette petite barque √©tait ballott√©e... ce jeune gar√ßon-ci, sa petite barque - la v√ītre, la v√ītre, par ici, partout votre petite barque est ballott√©e. Le m√©decin a dit: "Je ne peux pas me r√©tablir. Je suis paralys√©. J'ai le cancer. Je vais mourir." Il le sait, mais son Ňďil est sur les passereaux. Il vous a rachet√©s. Il a pay√© le prix. Il a √©t√© bless√© pour vos p√©ch√©s; et par Ses meurtrissures, vous avez √©t√© gu√©ris. Les dispositions ont √©t√© prises, et Il a gravi les remparts de la gloire et s'est assis √† la droite de Dieu en haut, veillant sur vous, vivant √† jamais pour faire l'intercession. La Bible dit qu'Il s'est assis l√†, en tant que - que le Souverain Sacrificateur qui peut √™tre touch√© par les sentiments de nos infirmit√©s, le m√™me Souverain Sacrificateur qui √©tait ici sur la terre, le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Si vous Le touchez, Il agira comme Il avait agi quand Il √©tait sur terre. Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement.
E-59 (76) Une femme toucha son v√™tement, s'en alla, se confondit dans la foule, et s'assit. Elle n'√©tait pas entr√©e dans la ligne. Les autres √©taient dans la ligne. Elle n'√©tait pas entr√©e dans la ligne, alors elle a touch√© son v√™tement, s'en est all√©e s'asseoir dans l'assistance. Il s'est retourn√© et a demand√©: "Qui m'a touch√©?" (77) Et l'ap√ītre, Pierre, L'a repris et a dit: "C'est tout le monde qui Te touche. Comment peux-Tu dire pareille chose?" (78) Il a dit: "Mais je me suis senti faible. Une vertu est sortie de moi", une vision. Quelque chose √©tait arriv√©e. (79) C'√©tait un autre genre de toucher. Tous ces programmes d'aujourd'hui ne Le touchent pas. Il faut le cŇďur d'un individu pour le toucher...?... Quelqu'un qui croira et qui mettra de c√īt√© ses superstitions et qui croira en Lui. "Quelqu'un m'a touch√©, a-t-Il dit, Je me suis senti faible. Une vertu (une force) est sortie de Moi." Et Il a regard√© partout dans l'assistance jusqu'√† ce qu'Il a rep√©r√© la petite femme. Il lui a dit que la perte de sang qu'elle avait... que sa foi l'avait sauv√©e. Voyez? "Ta foi t'a sauv√©e." "Sozo", sauv√© (le m√™me mot physiquement et spirituellement). Voyez? "Ta foi t'a sauv√©e."
E-60 (80) Eh bien, s'Il est le m√™me Souverain Sacrificateur et qu'Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, si vous Le touchez, comment agira-t-Il? S'Il est le m√™me, Il agira de la m√™me fa√ßon. Je d√©fie cette assistance ce soir de croire que cette histoire est vraie. Voyez s'Il n'est pas le m√™me Souverain Sacrificateur. Voyez s'Il n'agit pas ce soir de la m√™me fa√ßon qu'Il avait agi quand Il √©tait en Galil√©e. Voyez s'Il ne fait pas la m√™me chose. Nous ne jouons pas aux religieux. L'heure est tr√®s avanc√©e, le soleil se couche; il est temps d'√™tre r√©aliste. Il est temps que les hommes et les femmes se d√©barrassent de leur - leur - leur manteau d'√©glise; d√©barrassez-vous de vos haillons d√©nominationnels et regardez √† Dieu pour avoir un r√©veil de la Pentec√īte dans l'Eglise pentec√ītiste. Touchez-Le et voyez s'Il est toujours le Souverain Sacrificateur. Je vous d√©fie de le faire. Croyez cela. Voyez ce qui arrive.
E-61 (81) Alors Il s'est avanc√© vers eux, marchant sur les eaux, c'√©tait leur derni√®re heure, tout espoir s'√©tait envol√©. Qu'est-il arriv√©? Aussit√īt qu'ils L'ont vu, ils ont agi exactement en ce temps-l√† comme on agit aujourd'hui : l'unique chose qui pouvait les secourir, ils en avaient peur. Ils ont pens√© que c'√©tait un fant√īme: "Qu'Il est un esprit." Et c'est la m√™me chose aujourd'hui. Vous les baptistes, vous les m√©thodistes, vous les presbyt√©riens, les catholiques, vous les pentec√ītistes, les unitaires, les trinitaires, ceux qui croient en cinq dieux, les Assembl√©es, le Four Square, qui que vous soyez, vous √™tes les enfants de Dieu, et n'ayez pas peur. Dieu a promis qu'Il le ferait. S'Il pouvait parler ce soir, Il dirait comme autrefois, quand ils avaient tous peur : "Eh bien, ont-ils dit, nous voyons un esprit. On dirait un fant√īme. Il y a quelque chose d'√©trange l√†", Il dirait: "N'ayez pas peur. C'est Moi", le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. "N'ayez pas peur. C'est Moi." (82) Ne voudriez-vous pas, √©glise, ce soir Le laisser entrer dans votre petite barque alors que vous naviguez sur l'oc√©an solennel de la vie? Ne voudriez-vous pas tout simplement ouvrir votre cŇďur et dire : "Seigneur J√©sus, je crois en Toi. Je suis dispos√©. Je sais que c'est l'Ecriture. Cet homme m'a montr√© l'Ecriture. Je sais que la Bible dit que Tu es le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Je connais ces choses. "
E-62 Nous n'avons pas le temps de tout aborder ce soir. Nous continuerons avec cela demain soir et par la suite, voyez, continuons tout simplement, nous vous le montrerons et vous le prouverons, mes amis. Ce que vous avez cru est vrai, mais nous sommes √† un niveau avanc√© sur la route, un peu plus loin maintenant. C'est √ßa le probl√®me qu'ont les chr√©tiens. (83) Vous savez, la science ne tient pas compte de ce qu'elle avait dit il y a deux ou trois cents ans. Il y a eu un savant fran√ßais qui avait fait une d√©claration il y a trois cents ans, il a d√©montr√© cela en faisant rouler un ballon sur la terre, et il a dit: "Si jamais quelqu'un filait √† la vitesse vertigineuse de trente miles √† l'heure [48 km √† l'heure - N.D.T.] (preuves scientifiques √† l'appui) la gravitation le propulserait hors de la terre." Qu'en est-il de Ricky et de son bolide? √áa vous fait presque des milliers de kilom√®tres par heure. Pensez-vous que les gens ont le regard tourn√© vers le pass√© et tiennent compte de ce que la science avait dit? Non. Ils continuent √† avancer. Ils progressent. Mais l'√©glise... ils diront: "Voyons ce que monsieur Moody avait dit √† ce sujet. Voyons ce que monsieur Wesley avait dit." Ces hommes ont v√©cu leur √Ęge. C'√©tait tout √† fait bien pour cet √Ęge-l√†, mais nous n'avons pas seulement un arbre scientifique √† grimper; nous avons des ressources inexploit√©es des b√©n√©dictions abondantes de Dieu, lesquelles ne sont pas limit√©es ou plut√īt sont illimit√©es.
E-63 (84) "Tout ce que vous demanderez au P√®re en Mon Nom, Je le ferai." Chaque promesse dans le Livre est v√ītre. Quand vous √™tes sauv√©, Il vous donne un ch√®que avec son Nom √©crit au bas. N'ayez pas peur de le remplir, parce que la banque du ciel le reconna√ģtra si cela passe par la chambre de compensation de la Pentec√īte. Voyez? C'est vrai. Voyez, si vous avez quelque chose l√† en d√©p√īt : vous-m√™me voyez, si vous √™tes reconnu, si vous avez une preuve qui montre que le ch√®que vous appartient. C'est donc seulement pour les croyants. Si vous avez cette preuve, eh bien, Dieu reconna√ģtra votre ch√®que. C'est vrai. Peu importe ce que vous demandez, toutes les b√©n√©dictions r√©demptrices vous appartiennent.
E-64 (85) Eh bien, je vous ai parl√© pendant longtemps, et je sais que vous avez des crampes aux membres, vous les personnes √Ęg√©es et les jeunes gens, tous ceux qui sont debout √† l'int√©rieur, √† l'ext√©rieur, et aux portes. Que Dieu vous r√©compense richement. Je suis votre fr√®re. Il n'y a pas... Je n'ai pas un seul brin de puissance de gu√©rir. Personne d'autre n'en a. Aucun m√©decin n'en a. Aucun m√©dicament n'en a. Il n'y a pas de m√©dicaments au monde qui puissent vous gu√©rir. Aucun m√©decin qui est dans son bon sens ne vous dira pareille chose. Les fr√®res Mayo disent qu'on n'a pas de m√©dicaments qui puissent gu√©rir. Si je me blesse √† la main avec un couteau, il n'y a pas de m√©dicament au monde qui puisse gu√©rir cette blessure de couteau. Tout m√©dicament qui gu√©rirait une blessure de couteau √† ma main, gu√©rirait une entaille sur cet pupitre ou une d√©chirure sur mon manteau. (86) Vous dites: "Le m√©dicament n'a pas √©t√© fait pour votre pupitre, ni pour - ni pour le manteau, √ßa a √©t√© fait pour votre corps."
E-65 Eh bien, qu'arrivait-il si je me blessais √† la main, et que je tombais mort et que vous m'embaumiez et me donniez une apparence naturelle pour cinquante ans, que vous me donniez une piq√Ľre de p√©nicilline chaque jour, et toutes sortes de baume, que vous suturiez et tout le reste, apr√®s cinquante ans, cette blessure para√ģtra exactement telle qu'elle √©tait quand elle avait √©t√© caus√©e. Et si cela gu√©rit le corps humain, pourquoi cela ne gu√©rit-il pas cette blessure? Eh bien, vous dites: "Certainement, la vie n'y est plus." (87) Eh bien, dites-moi ce qu'est la vie, et je vous dirai qui est Dieu. Voyez? C'est exact. C'est Dieu. Le m√©dicament ne forme pas de tissu. Il faut la vie pour former des tissus. C'est vrai. Et c'est votre attitude envers Dieu qui fait cela. Quelqu'un m'a dit : "Qu'en est-il de la p√©nicilline contre un gros rhume?" (88) J'ai dit: "C'est comme avoir une maison infest√©e des rats, et vous mettez un raticide pour les tuer. Cela ne bouche pas les trous. Cela tue simplement les rats." C'est vrai. Et c'est... √ßa tue les microbes. C'est vrai. Le m√©dicament peut d√©truire les microbes, mais il ne forme pas les cellules que les microbes avaient d√©truites. Il faut Dieu pour faire cela, et Lui seul. "Je suis l'Eternel qui gu√©rit toutes tes maladies."
E-66 Qu'en serait-il si vous vous fracturiez le bras, et que vous entriez en courant, et que vous disiez : "Docteur, gu√©ris mon bras, j'aimerais aller tourner la manivelle, je travaille sur ma voiture ici. J'aimerais terminer cela." Il vous dira que vous avez besoin de la gu√©rison mentale, et ce serait juste. Il peut remettre votre bras en place, mais c'est Dieu qui doit produire le calcium, et les substances vitales, tout ce qui peut gu√©rir cela. Il faut Dieu. (89) Et nous n'avons rien qui puisse gu√©rir. Aucun m√©dicament ne gu√©rit; c'est Dieu qui gu√©rit. Et votre attitude envers Dieu, Lui qui op√®re la gu√©rison... et nous ne nous repr√©sentons pas encore ce qu'est la vie. Nous connaissons la muqueuse par o√Ļ la vie entre, mais nous ne savons pas ce qu'est le germe de la vie, parce que cela est un esprit, et il n'y a pas de loupes qui puissent voir un esprit. Vous y √™tes. Alors, c'est Celui-l√† qui op√®re la gu√©rison.
E-67 Voulez-vous croire en Lui ce soir? S'Il vient dans cette assistance ce soir, rien qu'un petit groupe, nous allons appeler quelqu'un ici, je pense qu'on a distribu√© un tas de cartes hier soir, de 1 √† 100, je pense, de la s√©rie A. Nous en avons quelques-unes. Nous devons nous d√©p√™cher. Mais ce soir, si nous appelons tout simplement quelques personnes ici et que nous laissons le Saint-Esprit agir ici √† l'estra... s'Il le veut. Je ne dis pas qu'Il le fera. Et alors s'Il va dans l'auditoire et qu'Il se mette √† agir l√† dans l'auditoire, faisant exactement la m√™me chose, vous qui n'avez pas de carte de pri√®re, comme Il le fait ici avec ceux qui ont des cartes de pri√®re, touchez tout simplement Son v√™tement et voyez s'Il n'est pas, s'Il n'est pas le m√™me Souverain Sacrificateur. Combien croiront cela, s'ils voient ce dont j'ai parl√© ce soir s'accomplir? Levez la main partout dans le b√Ętiment. Maintenant, inclinez la t√™te.
E-68 (90) Notre Père céleste, un homme ne peut pas aller plus loin qu'expliquer la Parole. Eh bien, la foi vient de ce que l'on entend et ce que l'on entend de la Parole. Voici des hommes qui se trouvent sur des civières, des brancards, dans des fauteuils roulants. Il y en a d'autres là qui se meurent de crise cardiaque, de cancer. Sans doute qu'il y a toutes sortes de maladies ici. Dieu notre Père, il y a peut-être des incroyants qui sont assis tout près. Il se peut qu'il y ait des gens qui ne sont pas convertis et qui sont assis tout près. S'il y en a, Père, s'Ils voient Ta Présence descendre pour prouver que Tu es - que Tu es le Dieu qui a fait la promesse, que Tu es au milieu de nous... certainement, si Tu le fais à ce point, nous croirons l'histoire de la rédemption selon laquelle Tu es mort pour nos péchés, et que c'est par Tes meurtrissures que nous avons été guéris. Accorde-le, Seigneur. Je me confie moi-même, cet auditoire et tout entre Tes mains. Et Dieu notre Père, je T'aime pour Ta parole. J'aime cette merveilleuse assistance qui a suivi avec attention. Ils sont restés debout, ils en ont des crampes; leurs jambes sont raides et font mal. Mais écoute-moi, Seigneur, je Te prie.
E-69 Quand cette foule quittera ce champ de foire ce soir et qu'ils se mettront √† retourner chez eux ... (91) Seigneur, un jour apr√®s que Tu as √©t√© crucifi√© et enseveli, les gens avaient pens√© que tout √©tait fini. Tu √©tais mort et enseveli et c'√©tait tout. Il y avait deux hommes, Cl√©opas et son ami, qui faisaient route vers Emma√ľs. Quelqu'un a march√© avec eux toute la journ√©e, leur parlant de la Parole de Dieu. Ils n'ont pas reconnu Qui c'√©tait, mais quand, Il est entr√© ce soir-l√†, Il les a fait - Il les a fait entrer dans la maison et qu'Il a ferm√© la porte... Il a fait quelque chose devant eux exactement comme Il l'avait fait avant d'√™tre crucifi√©. Ils ont reconnu cela, car personne d'autre ne faisait cela de cette fa√ßon. Ils ont reconnu que c'√©tait Lui, et Il a vite disparu de devant eux, derri√®re le rideau quelque part, et Il s'en est all√©. Et d'un pas l√©ger, d'un cŇďur l√©ger, ils sont rentr√©s en courant dire aux autres disciples: "Le Seigneur est r√©ellement ressuscit√©."
E-70 (92) Veux-Tu faire la m√™me chose ce soir, Seigneur? Veux-Tu venir parmi nous et faire exactement comme Tu avais fait avant que Tu sois crucifi√©, afin que cet auditoire puisse savoir que Dieu est leur Dieu et leur Sauveur, et que c'est Toi qui les as nourris et b√©nis; et puissent-ils savoir, si Tu fais quelque chose comme ce que Tu avais fait avant Ta crucifixion, qu'ils sachent que Tu n'es pas mort, mais que Tu es vivant aux si√®cles des si√®cles, comme le dit ce passage de l'Ecriture: que Tu es le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Si Tu fais cela, Seigneur, nous retournerons tous chez nous, en disant comme eux: "Nos cŇďurs ne br√Ľlaient-ils pas au-dedans de nous, lorsqu'Il nous parlait en chemin?" Nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen. (93) Certainement, Dieu nous viendra en aide ce soir avec un auditoire comme celui-ci, qui attend patiemment debout. [Un fr√®re demande que l'on d√©place le v√©hicule faisant obstruction au parking. - N.D.E.] Merci. Oui, fr√®re. C'est en ordre. C'est bien. Si vous pouvez √™tre assez gentil. Je vois quelqu'un sortir maintenant. Je pense donc que le fr√®re sortira sans probl√®me. Merci.
E-71 (94) Je vous ai retenu tr√®s longtemps ce soir, mais je - j'essaie tout simplement de... voyez, si vous y entrez directement sans savoir ce que vous faites, √† quoi bon le faire alors? Voyez? Mais vous... je - j'aimerais que vous vous arr√™tiez √† un point o√Ļ vous pouvez voir que ce sont les Ecritures. C'est l'accomplissement des Ecritures. Eh bien, hier soir nous avons abord√© le sujet concernant l'endroit o√Ļ Il √©tait - le Messie devait appara√ģtre dans le Corps de croyants dans ce dernier jour pour accomplir et faire la m√™me chose qu'Il faisait autrefois. (95) Maintenant, je crois que nous - o√Ļ est-ce que... nous avions commenc√© par le num√©ro 1 hier soir et nous avons appel√© √† peu pr√®s 50 un bon nombre, n'est-ce pas ? Nous en avons appel√© quelques-unes √† partir du num√©ro 1. Nous allons continuer √† appeler les autres jusqu'√† ce que nous les fassions tous venir ici.
E-72 Commençons ce soir quelque part ailleurs. Chaque fois que nous vous avons dit que nous allions... j'ai dit au frère prédicateur, que nous commencerions quelque part chaque soir, les mêmes cartes de prière, quelque part chaque soir. Commençons, disons à partir de 80. Ce sera 80 et voyons si nous pouvons... combien devrions-nous en mettre debout ici? Nous pouvons mettre debout ici environ 15 ou 20 personnes, peut-être. Qui a la carte de prière 80? Levez la main. La carte de prière... [Espace vide sur la bande - N.D.E.] Tout celui qui veut que Jésus le guérisse, qu'il lève la main, tous ceux qui n'ont pas de carte de prière.
E-73 Tr√®s bien. Maintenant, pendant qu'ils sont - que les huissiers sont en train de les aligner, maintenant juste une minute... (96) Rappelez-vous bien que la carte de pri√®re n'a rien √† faire avec la chose. Combien ont d√©j√† √©t√© dans des r√©unions avant et savent que cela est vrai? Levez la main. Cela n'a rien √† faire avec la chose, rien du tout. Maintenant, vous qui √™tes assis l√† et qui n'avez pas de carte de pri√®re, priez tout simplement et dites : "Fr√®re Branham, ne me conna√ģt pas. Seigneur, il m'a dit, il y a quelques instants, que Tu es le Souverain Sacrificateur qui peut √™tre touch√© par les sentiments de nos infirmit√©s. Eh bien, je veux Te toucher. J'oublie que c'est fr√®re Branham qui se tient ici, mais je vais Te toucher Toi. Ma foi regarde √† toi, Seigneur. Je voudrais Te toucher. " Maintenant, ne soyez pas excit√© √† ce sujet. Rien ne se passera. Tout calmement venez avec foi. Dites simplement : "Seigneur, laisse-moi Te toucher." Et dites ensuite: "Comment saurais-je que Tu - que je T'ai touch√©? Fais que fr√®re Branham se retourne et qu'il me parle juste comme Tu l'avais fait quand une femme T'avait touch√© par Ton Fils, J√©sus. Fr√®re Branham et ce ministre-l√† sont Tes fils adopt√©s. Voyez, mais ils prennent la place du Fils pendant que Lui est l√†-haut faisant l'intercession comme Souverain Sacrificateur." Il est notre Fr√®re a√ģn√©. Savez-vous cela? Assur√©ment. Et nous sommes - nous sommes aussi des enfants de Dieu par adoption, par Lui.
E-74 Maintenant, si tout le monde veut tout simplement √©viter de se d√©placer pendant quelques minutes maintenant... soyez vraiment calmes pendant quelques minutes. Croyez de tout votre cŇďur. Tr√®s bien. (97) Maintenant, combien dans ce b√Ętiment me sont inconnus, et savent que je ne sais rien √† leur sujet? Levez la main. Toute l'assistance ... Je ne vois personne que je connaisse dans le b√Ętiment, √† part mon... Je - j'ai vu mon ami Welch Evans ici il y a quelques instants, il vient de la Georgie, il est assis l√† au fond, l√† tout au fond ; c'est lui. Lui et sa femme ainsi que fr√®re Fred Sothmann, l'un des administrateurs de mon √©glise de Jeffersonville, qui est assis juste quelque part ici derri√®re, et fr√®re et sŇďur Simpson sont assis √† c√īt√© d'eux. Ce sont les seules personnes que je connais dans le b√Ętiment, √† part fr√®re Borders, fr√®re Gene Goad, juste ici, et... Eh bien, mon fils √©tait ici, mais il n'est pas l√† pour le moment. Mais il n'y a qu'eux que je connais. Voyez ?
E-75 (98) Eh bien, eh bien, si je ne vous connais pas, je dois donc vous poser cette question. Nous prenons notre temps, en effet, une fois que vous amenez cela ici, quelque chose va se passer. Eh bien, si Jésus était le - est le même hier, aujourd'hui et éternellement, n'est-ce pas que la Bible dit cela? Dites "amen". Très bien. Maintenant, combien savent qu'Il vous a déjà racheté de la maladie et - et de la mort? Dites "amen". Eh bien, Il ne pourrait plus répéter cela, n'est-ce pas? Maintenant, s'Il Se tenait Lui-même ici, Il ne ferait rien de plus là-dessus qu'en étant en vous et ce qu'Il peut en moi. "Celui qui Me reçoit, reçoit Celui qui M'a envoyé. Celui qui vous reçoit, Me reçoit. (Est-ce vrai?) Celui qui Me reçoit, reçoit Celui qui M'a envoyé. " (99) Maintenant, si vous voulez tout simplement recevoir le Saint-Esprit, Son message. Eh bien, je vous ai cité la Bible. Voyez? Vous racontant tout simplement sous forme d'une petite scène ce qu'Il a fait, et ce qu'Il a promis, afin que les petits enfants puissent... Je pense que cette petite créature ici et beaucoup d'autres là, et ces petits enfants qui sont là à sucer le pouce et qui observent, je les aime et tout ce que je...
E-76 Eh bien, eh bien, si - si ce Dieu qui a fait la Bible, qui a √©crit la Bible... Croyez-vous que Dieu a inspir√© - que la Bible est inspir√©e, que c'est la Parole de Dieu? Croyez-vous cela? Croyez-vous cela de tout votre cŇďur? Tr√®s bien. C'est la Parole de Dieu inspir√©e. Alors si c'est la Parole de Dieu inspir√©e, si donc l'inspiration de Dieu est ici avec nous pour v√©rifier cette Parole, pour prouver qu'Il est ici, certainement que vous pouvez Le recevoir. Est-ce juste? (100) Maintenant, maintenant, j'aimerais savoir, ici dans cette ligne de pri√®re, que tout celui qui m'est inconnu parmi vous, et dont je ne sais rien, l√®ve la main. Voyez? Eh bien, ce sont tous des inconnus. Tout le monde est inconnu. Maintenant, rappelez-vous, je ne suis pas un gu√©risseur et nul autre homme ne l'est. C'est Dieu qui est le gu√©risseur. C'est vrai. (101) Maintenant, si J√©sus Se tenait ici maintenant ce soir, comme je l'ai dit, portant ce costume qu'Il m'a donn√©, et s'Il voulait Se manifester, comment sauriez-vous que c'est Lui? Il agirait de la m√™me fa√ßon qu'Il a agi quand Il √©tait ici sur terre. Est-ce vrai? Il ferait la m√™me chose. Vous sauriez donc, qu'Il est le Messie. Eh bien, je ne suis pas le Messie. Nul autre homme n'est le Messie. C'est Lui qui est le Messie, mais Son Esprit habite en nous. Voyez ? Il ne s'agit pas de nous, en effet, je... en ce qui me concerne, voici une dame ici. Est-ce la dame pour laquelle on doit prier ? Tr√®s bien.
E-77 Eh bien, je ne connais pas cette dame, je ne l'ai jamais vue de ma vie. Elle a levé la main il y a quelques minutes pour dire que nous ne nous connaissons pas. Voici ma main, avec la Bible ouverte ici, je ne la connais pas. Je ne l'ai jamais vue. Vous ne me connaissez pas. Nous voici inconnus l'un de l'autre. (102) Eh bien, eh bien, voici un très beau tableau de Saint Jean 4. Voici un panorama comme celui du puits, là, au puits public de Samarie. Eh bien, que chaque personne ici soit prête à recevoir cela maintenant, voyez, et ceci - ceci réglerait la question ici même. Soyez prêts. Soyez prêts. Vous, vous, partout ici, soyez prêts. Voyez? En effet, si vous Le voyez venir et agir exactement de la même manière... Cela prouve qu'Il n'est pas mort. Il est vivant ici, veillant sur Sa Parole. Et votre petite barque est tout ballottée. Voyez? Alors croyez en Lui. Acceptez tout simplement cela. N'ayez pas peur. Il a dit: "C'est Moi. N'ayez pas peur."
E-78 Maintenant, rappelez-vous: "N'ayez pas peur. C'est Moi." N'ayez pas peur de Le prendre au mot. Dites: "Je crois en Toi, Seigneur. Je vais √™tre r√©tabli." Faites simplement cela. "N'ayez pas peur. C'est Moi." (103) Maintenant, √©coutez. Si cette dame et moi sommes de parfaits inconnus, et que nous ne nous sommes jamais vus, si je suis oint du Saint-Esprit et que je peux lui dire quelque chose qui s'est pass√© dans sa vie, comme J√©sus l'avait fait pour la femme au puits, n'importe quoi qui peut s'√™tre pass√© dans sa vie... Nous ne nous sommes jamais vus. Cela doit venir par une certaines puissance spirituelle. Est-ce juste? Nous savons cela. √áa devrait √™tre un miracle. Combien savent cela? Un miracle, c'est quelque chose qu'on ne peut pas expliquer. C'est juste. Alors, si cela arrivait, combien parmi vous croiraient que c'est le Christ, le Saint-Esprit, le m√™me. Tr√®s bien. Alors recevez simplement cela. Mais elle et moi, ensemble, nous ne nous sommes jamais vus de nos vies. (104) Maintenant, pour la gloire de Dieu, au Nom de J√©sus-Christ, je prends chaque esprit ici sous mon contr√īle pour la gloire de Dieu. Maintenant, soyez respectueux. Soyez en pri√®re calmement...?... (105) Maintenant, madame, j'aimerais vous parler juste comme J√©sus avait parl√© √† cette femme-l√†. Eh bien, il se peut que vous soyez ici pour une maladie. Il se peut que vous soyez ici pour quelqu'un d'autre. Il se peut que vous... Je ne sais pas. Voyez? Il se peut que √ßa soit pour l'argent. Je - je... Vous √™tes juste une femme, debout ici. C'est la m√™me chose que la femme qui avait rencontr√© notre Seigneur.
E-79 Eh bien, et Il lui a parl√© un moment. (106) Eh bien, vous devez me croire sur parole. Je ne peux pas prouver cela par les Ecritures, mais Il devait passer par la Samarie, et Il a dit qu'Il ne faisait rien √† moins que le P√®re ne le Lui ait montr√©, √ß'a d√Ľ donc √™tre ainsi. Il... Le P√®re L'avait envoy√© en Samarie. Tr√®s bien. La seule chose qu'Il savait devoir faire, c'√©tait d'aller en Samarie. Il S'est dit qu'Il resterait seul, alors Il a envoy√© les disciples. Il a attendu. Une femme est arriv√©e, c'√©tait donc peut-√™tre celle-l√†. Il S'est donc tenu l√† et Il S'est mis √† lui parler. Que faisait-Il? Il contactait son esprit. Eh bien, s'Il √©tait all√© l√† et qu'Il avait dit: "C'est Moi le Messie, c'est Moi - Moi le Messie", c'√©tait mieux que ce soit elle qui le Lui dise. Voyez? Qu'Il Se manifeste √† cette femme. Voyez? Dieu agit de fa√ßon myst√©rieuse. Voyez? Et Il a dit √† cette femme quelque chose qui se passait dans sa vie. "Eh bien, a-t-elle dit, Tu dois √™tre un proph√®te. Je sais que quand le Messie viendra, Il nous dira cela." Elle a dit: "Il fera ces choses." J√©sus a dit: "Je le suis." (107) Maintenant, Il a promis les m√™mes Ňďuvres, et particuli√®rement dans cet √Ęge.
E-80 Maintenant, si - si vous étiez malade et que j'avais tout simplement... que j'avais un don de guérison divine... Un don de guérison divine, ce n'est rien d'autre que la foi dans la guérison divine. C'est tout ce qu'il en est : avoir foi. Tout celui qui a foi dans la guérison divine a le don de guérison divine, en effet, c'est tout ce qu'il en est. Maintenant, cela ne fait pas de lui un guérisseur divin, pas plus que ça ne fait de l'homme qui croit dans le salut un - un sauveur divin. Voyez? La chose... c'est seulement... il croit en cela. Je crois en cela moi aussi. Mais je ne suis pas une personne qui a le don comme l'avaient certains, comme Jack Coe, ainsi que beaucoup de ces frères, vraiment très... Je pense qu'il... Dieu traite avec eux à leur manière, avec frère Roberts à sa façon, et avec moi à ma façon. Nous avons juste des ministères. C'est tout.
E-81 Dieu a √©tabli dans l'Eglise : des ap√ītres, des proph√®tes, des docteurs, des √©vang√©listes, des pasteurs. C'est tout. Ensuite les neuf dons spirituels dans l'Eglise. Vous dites: "Fr√®re Branham, qu'est-ce que vous voulez faire?" Je cherche √† contacter votre esprit. J√©sus m'a envoy√© dans cette ville. J'ai √©t√© conduit ici. Maintenant, voici une femme qui a le num√©ro de la carte de pri√®re l√† dans le... J'oublie √† partir de quel num√©ro j'ai appel√© - 50 ou 75 ou quelque part l√†. J'oublie quel num√©ro c'√©tait. Il se fait que c'est vous la dame qui vous tenez ici. Tr√®s bien. Eh bien, nous ne nous connaissons pas, eh bien, qu'est-ce que j'essaie de faire? Contacter votre esprit. Et si le Seigneur Dieu... Si je disais que j'avais un don de gu√©rison, que je vous imposais les mains et que je disais: "Gloire √† Dieu. All√©luia! Vous allez √™tre gu√©rie." √áa serait tr√®s bien. Allez, croyant cela, vous serez gu√©rie. Je le crois. Dieu honorera votre foi. Mais qu'en serait-il s'Il venait et qu'Il vous dise ce que vous - ce que vous √©tiez, et puis qu'Il vous dise ce que vous serez? Vous savez o√Ļ - si cela - ce que c'√©tait, si c'est la v√©rit√© ou pas. Quelque chose que vous avez fait dans votre vie, loin dans le pass√©, quoi qu'Il fasse, ou quelque chose de ce genre. √áa serait donc le m√™me Messie. L'assistance ne comprendrait pas cela. Ils croiraient et accepteraient simplement cela. Maintenant, puisse-t-Il l'accorder.
E-82 (108) Eh bien, si l'assistance continue √† entendre ma voix, cette Colonne de Feu que vous voyez sur la photo Se tient juste entre moi et cette femme. Je La vois. Elle s'√©loigne. Elle para√ģt plus jeune de plusieurs ann√©es qu'elle ne l'est alors qu'elle se tient en personne pr√®s de moi. Elle est ramen√©e √†... Elle a subi une certaine op√©ration et c'√©tait au niveau de la gorge. C'√©tait un goitre. C'est vrai. Est-ce... Si c'est vrai, levez la main. Tr√®s bien, maintenant. Croyez-vous de tout votre cŇďur. Eh bien, parlons √† cette femme un peu plus longtemps, voyez, un peu plus longtemps. Voyez? Afin que vous... Les gens pensent qu'on a devin√© cela. Voyez ce qu'Il pourrait dire d'autre. (109) Oui, je la revois maintenant. Il s'agit d'une intervention chirurgicale √† la gorge. Il y a de cela un bon bout de temps, la chose est revenue. Vous avez de nouveau attrap√© cela. C'est vrai. Mais voyez, il s'est cach√© au m√©decin, mais il ne peut se cacher √† Dieu. Dieu sait exactement o√Ļ il est. C'est une vie qui provient de la multiplication des cellules qui se d√©veloppent et √©touffent. Juste comme quand vous √©tiez un petit b√©b√© vous d√©veloppant dans le sein de votre m√®re. Mais ceci n'a pas de forme. √áa s'√©tend tout simplement. C'est un d√©mon, un esprit qui √©touffe. C'est vrai.
E-83 (110) Afin que vous soyez s√Ľre, il y a une femme assise l√†, qui a aussi un probl√®me de gorge. C'est vrai. Qu'avez-vous touch√©? Je ne vous connais pas, n'est-ce pas? Je ne vous ai jamais vue de ma vie, mais c'est ce dont vous souffrez. Voyez? C'est comme si un esprit appelle √† son secours un autre esprit semblable, voyez, comme cela. Ils se sont rencontr√©s. Voyez? Si le Saint-Esprit me disait qui vous √™tes, cela vous aiderait-il? Cela aiderait-il l'assistance? Madame Harrison, vous pouvez rentrer chez vous et √™tre bien portante. Votre foi vous sauve. Est-ce que J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement? Eh bien, ici se tenait une dame qui avait une carte de pri√®re ici. Celle qui est assise l√† dans l'assistance... Voyez? Maintenant, il m'est totalement impossible de faire √ßa. Vous dites : "Fr√®re Branham, dites-moi." Je ne le peux pas. Je ne sais pas. Touchez-Le tout simplement et voyez. Cette femme assise l√† √©tait en train de prier, et cet esprit... Maintenant, mettez-vous √† prier et voyez ce qui arrive. Croyez tout simplement cela. Ne doutez pas de cela. Croyez cela de tout votre cŇďur et voyez simplement ce qui arrive. Ayez foi.
E-84 (111) Nous sommes inconnus l'un √† l'autre. Nous sommes probablement n√©s avec un d√©calage d'ann√©es, mais si le Seigneur Dieu me r√©v√®le quelque chose qui est dans votre cŇďur, afin que vous sachiez que c'est - que c'est Sa Parole, que ce message que j'ai pr√™ch√© ce soir, que c'est Sa Parole... Et si cela demeure dans mon cŇďur, alors la Parole de Dieu discerne les pens√©es et les intentions du cŇďur. Est-ce vrai? Juste comme c'√©tait quand Cela a √©t√© fait chair dans le Fils de Dieu. C'est la m√™me chose dans notre chair aujourd'hui, dans l'Eglise. (112) Je ne pourrais donc pas faire cela de moi-m√™me, vous avez aussi votre part. Ceux-l√† ont leur part. Il faut que quelqu'un d'autre l√† ait cette m√™me onction. Voyez? Cela pourrait ne pas... √áa marchera, mais peut-√™tre qu'il ne pourrait pas l'exprimer, parce que ceci est un don. Voyez? Quand je suis n√©... Les dons et les appels sont sans repentir. Je n'√©tais qu'un tout petit gar√ßon, la m√™me chose est arriv√©e toute ma vie durant ; sans repentir.
E-85 Vous √™tes malade, en effet vous √™tes all√©e consulter un m√©decin pour quelque chose. C'est vrai. Et c'est - c'est aussi un probl√®me de gorge. Oui, oui. Et maintenant, en voici le diagnostic. Soyez-en juge. √áa se trouve dans le larynx. Et il s'agit d'un ulc√®re dans le larynx. Il y √©tait. Il n'y est plus maintenant...? Ayez foi... ayez simplement foi. (113) Nous sommes inconnus l'un √† l'autre, madame. Je ne vous connais pas. Si Dieu me r√©v√®le ce pour quoi vous √™tes ici, croirez-vous que je suis son proph√®te ou son serviteur? Allez-vous le croire? Il s'agit d'une hernie. Vous avez eu des probl√®mes, n'est-ce pas ? Mais les chirurgiens, en faisant des op√©rations, cela a eu des effets comme ceux du cancer. Maintenant, cela se transforme en une hernie. C'est vrai. Vous croyez qu'Il vous a gu√©rie ? Continuez alors votre chemin. Dieu va vous gu√©rir. Que Dieu vous b√©nisse. (114) Ayez foi. Croyez-vous? L√† dans l'assistance, soyez vraiment respectueux. Peu m'importe o√Ļ vous √™tes. Je - je vous demande en tant que votre fr√®re, au Nom de J√©sus-Christ, de croire que ceci est la v√©rit√©. Observez ce qui arrive. Priez tout simplement. Dites : "Seigneur, laisse-moi Te toucher." Voyez ce qui arrive. Je - je crois...
E-86 (115) Maintenant, cela me rend tr√®s faible, vraiment faible. Combien comprennent cela? Certainement. Si le Fils de Dieu, pour avoir √©t√© touch√© par une seule personne, a dit qu'une vertu √©tait sortie de Lui, qu'en serait-il de moi, un p√©cheur sauv√© par gr√Ęce? Mais cela montre qu'Il est ici. Cela manifeste Sa Pr√©sence. Il est ici. Croyez aussi cela vous qui √™tes debout, partout. Croyez-vous cela? Et ayez simplement - simplement foi et croyez cela. Approchez. Maintenant, quand j'aurais pris environ trois de ceux-ci, faites-le-moi savoir, afin que je prenne les autres √† la prochaine r√©union. Je - je vous suis inconnu. Je ne vous connais pas, mais croyez-vous que je suis Son serviteur? Si vous vous teniez ici, et que notre Seigneur √©tait ici sous une forme physique... Il est ici spirituellement, car c'est le Saint-Esprit qui √©tait descendu sur Lui comme une colombe, qui descend maintenant sur nous comme un feu. Vous √™tes un croyant. Je ne veux pas dire un auto-stoppeur; je veux dire un croyant. C'est vrai. Alors croyez-vous que je suis son serviteur? Si je peux vous dire par le Saint-Esprit de Dieu ce pour quoi vous √™tes ici, me croirez-vous? La sinusite. Oh, c'est une chose horrible. C'est vrai. Si c'est vrai, levez la main. C'est vrai. Mais ce n'est pas tout ce qu'il y a sur votre cŇďur. Vous avez autre chose sur le cŇďur que vous voudrez que je vous dise. Il a un ulc√®re √† la jambe. Prenez ce mouchoir avec lequel vous essuyez vos larmes et posez-le sur lui et l'ulc√®re le quittera. Allez, croyant...?...
E-87 Bonsoir, monsieur. Nous sommes inconnus l'un √† l'autre. Je ne vous ai jamais vu auparavant, et nous sommes inconnus l'un √† l'autre. Mais le Dieu du Ciel qui a ressuscit√© Son Fils, J√©sus-Christ, qui est mont√© en haut et qui a envoy√© des dons aux hommes... et Il a plac√© dans l'Eglise les ap√ītres, (ce qui signifie les missionnaires), les proph√®tes (ce qui signifie les voyants), les pasteurs, les √©vang√©listes et les autres. Il demeure toujours Dieu. Si Dieu me r√©v√®le ce qu'est votre ennui, allez-vous me recevoir comme son proph√®te, ou comme son serviteur? Allez-vous faire cela? Tr√®s bien, monsieur. Est-ce que l'assistance fera la m√™me chose? Est-ce √ßa fait d√©j√† trois?... Eh bien, juste... Nous avons celui-ci ici. Il y a quelque chose de bizarre dans cet homme. Je n'arrive pas encore √† comprendre cela, mais puisse le Saint-Esprit r√©v√©ler cela pendant que je lui parle. J'esp√®re que ma voix porte suffisamment pour que vous puissiez entendre.
E-88 (116) Cela va au-del√†... Eh bien, voici cela venir sur cet homme. Cet homme est dans un √©tat grave. Il est presque √† l'article de la mort. Il est couvert de l'ombre de la mort √† cause d'un cancer, et ce cancer se trouve dans sa gorge. C'est vrai. Vous fumez la cigarette. Et cela fait du mal √† la gorge. Voulez-vous les laisser tomber? Mettre fin √† cela? Autre chose, vous n'√™tes pas chr√©tien. Vous √™tes un p√©cheur. Voulez-vous L'accepter comme le Sauveur de votre √Ęme? Si Dieu par... L'ap√ītre Pierre √©tait venu, il √©tait aussi un p√©cheur. Si Dieu me r√©v√®le votre nom, et me dit votre nom comme Il l'avait dit √† l'ap√ītre Pierre, allez-vous croire que c'est le Christ, de Dieu qui vous aime et qui vous sauve maintenant? Me croirez-vous, que vos p√©ch√©s sont pardonn√©s? Le ferez-vous? Monsieur Davidson, rentrez donc chez vous et soyez en bonne sant√©. Ayez foi en Dieu. Je sens constamment quelque chose venir l√† de quelque part. Vous pensez que je lis leurs pens√©es. Ce n'est pas √ßa. Tenez, touchez simplement ma main, madame. Et si je regarde dans cette direction, et que je vous dise quel est votre probl√®me, vous saurez si c'est vrai ou pas. Est-ce vrai? Alors votre cancer vous quittera, si vous croyez cela. Allez-vous croire cela? Levez la main si c'est vrai. Allez dans ce cas. Ayez foi.
E-89 Venez, madame. Allez-vous croire, madame? Si Dieu me r√©v√®le, pendant que je regarde dans cette direction-ci votre probl√®me, allez-vous croire que je suis son proph√®te ou son serviteur? Vous croyez que je suis Son... Merci, sŇďur. Allez donc prendre votre souper. Cette maladie d'estomac vous a quitt√©e. Si je vous disais qu'avant que cette femme ne vienne, elle avait la m√™me chose. Elle avait un estomac malade √† cause de la nervosit√©. Vous avez cela depuis longtemps. Allez manger. Ayez foi. Croyez-vous que votre maladie de coeur vous a quitt√©, vous qui √™tes assis l√†-bas? Eh bien alors, partez. Louez le Seigneur. Ne doutez pas. Venez, madame. Maladie du coeur, Dieu va gu√©rir cette maladie du coeur. Allez, croyez cela de tout votre cŇďur. Dieu gu√©rit aussi l'arthrite. Le saviez-vous? Allez donc en croyant cela. Venez. Croyez-vous que Dieu peut vous gu√©rir de l'asthme et vous r√©tablir? Allez en vous r√©jouissant...?... Croyez-vous que Dieu peut vous gu√©rir du diab√®te et vous r√©tablir? Continuez votre chemin. Allez...?... Si cette autre femme a √©t√© gu√©rie de l'asthme, une jeune fille comme vous peut √™tre gu√©rie de cela, n'est-ce pas? Ne doutez pas. Ayez foi.
E-90 (117) Vous croyez? Tout l'auditoire devient laiteux. Cet homme assis l√† √† droite, qui est assis l√† √† me regarder... J'ai saisi cela il y a quelques minutes quand cette femme a cru. Votre foi vous sauve. Allez de l'avant. Croyez-vous de tout votre cŇďur? Croyez-vous que Dieu peut vous gu√©rir de ce diab√®te? Vous √©tiez sur le point de vous lever, il y a quelques instants. J'aurais pu vous le dire √† ce moment-l√†. Ne vous inqui√©tez pas. C'est termin√©. Et vous qui √™tes assis l√† √† c√īt√© de lui, cela vous b√©nit aussi ? Cet homme assis √† c√īt√© de lui, croyez-vous que Dieu va gu√©rir cette hypertension et vous r√©tablir? Tr√®s bien. La dame assise √† c√īt√© de lui a aussi le diab√®te. Croyez-vous qu'Il va vous r√©tablir? Et vous qui √™tes assis l√† en uniforme, si je vous impose les mains, croyez-vous que vous allez vous ma√ģtriser? Approchez. Au Nom du Seigneur J√©sus, allez et soyez gu√©ri. Vous essayez de vous ressaisir. De toutes fa√ßons tout le monde vous dit cela, mais la nervosit√© est une chose horrible. Vous avez d√©sir√© une base o√Ļ poser vos pieds afin que vous puissiez partir de l√† m√™me. Est-ce vrai? Vous en √™tes √† ce point l√† maintenant. Votre nervosit√© vous a quitt√©. Allez...?... Croyez-vous cela de tout votre cŇďur?
E-91 (118) Il y a l√† quelqu'un qui prie. Croyez. Tenez, voici une femme assise devant moi. Elle prie, mais elle ne prie pas pour elle-m√™me. Elle prie pour sa m√®re, une m√®re qui est dans un h√īpital psychiatrique. Vous vous demandiez si j'allais en arriver √† vous, n'est-ce pas? C'est vous qui avez √©tabli le contact car vous √©tiez en train de prier pour votre m√®re, levez la main. Vous la dame assise ici. Certainement. Je vous invite √† croire cela. Je vous invite √† croire cela, comme vous le voulez. Croyez-vous cela? Combien parmi vous ici - combien ici ne connaissent pas J√©sus comme leur Sauveur et voudraient Le conna√ģtre maintenant m√™me comme leur Sauveur ? Levez la main. Vous qui voulez Le conna√ģtre comme votre Sauveur, mettez-vous debout. Vous qui voulez Le conna√ģtre comme Sauveur maintenant m√™me, acceptez-Le pendant - pendant qu'Il est ici, mettez-vous debout, partout dans le b√Ętiment. Levez-vous.
E-92 Vous savez qu'Il est ici, n'est-ce pas? Maintenant, j'essaie de déplacer cet autel. Jésus-Christ, le Fils de Dieu est ici pour vous pardonner chaque péché. Voulez-vous L'accepter? Non pas ce que vous sentez, mais sur cette base qu'Il est mort pour vous. Et vous savez que vous êtes dans Sa Présence maintenant; et vous croyez qu'Il est mort pour vous et vous voulez qu'Il soit votre Sauveur et vous voulez L'accepter sur cette base-là, levez la main vers Lui. (119) Père céleste, Tu as dit dans Ta Parole que " Nul ne peut venir à Moi, à moins que Mon Père l'attire premièrement." Et ces gens dans leur esprit savent qu'ils ont tort, et ils T'ont donc accepté comme leur Sauveur. Je Te prie, Père, de leur accorder cela maintenant même. Ils T'ont accepté. Tu as dit: "Je ne rejetterai pas celui qui vient à Moi. Venez à Moi, vous tous qui êtes chargés et fatigués et Je vous donnerai du repos." Tu as dit dans Saint Jean 5.24: "Celui qui entend Mes Paroles et qui croit à Celui qui M'a envoyé, a la Vie Eternelle et ne viendra point en jugement, mais il est passé de la mort à la Vie." Ils sont tiens, Père. Ils sont les trophées de cette réunion.
E-93 Pendant que nos t√™tes sont inclin√©es, si vous croyez que Dieu entend ma pri√®re, j'aimerais que vous vous avanciez ici, et que vous veniez directement des all√©es, l√†, vous qui avez lev√© la main. Venez juste ici et tenez-vous ici juste une minute, juste autour de l'autel. Avancez de ce c√īt√© juste un instant. Tout celui qui d√©sire Christ maintenant m√™me, venez jusqu'ici un instant. Sinon Ton Sang qui a √©t√© vers√© pour moi, Et Ton invitation de venir √† Toi, √Ē Agneau de Dieu, je viens! Je viens! Chaque membre d'√©glise qui ne conna√ģt pas Christ comme son Sauveur et qui aimerait Le conna√ģtre, pourquoi Le rejetez-vous maintenant m√™me, alors que vous voyez cela juste ici m√™me. Si Dieu entend ma pri√®re et ouvre les yeux des aveugles, et fait marcher les boiteux, Il est ici; - Il vous pardonnera aussi votre p√©ch√©.
E-94 S'Il conna√ģt votre cŇďur et vous dit sur l'estrade ce qui est...?... Il me dit qu'il y en a encore l√†-bas qui devraient venir. Il vous parle. Je ne dois pas vous appeler, parce que je deviens si faible que je peux √† peine me tenir ici. Venez tr√®s vite, je vous en prie, ainsi je n'aurai pas √† attendre davantage. Venez maintenant m√™me. Tel que je suis sans attendre Pour d√©barrasser mon √Ęme de chaque tache noire, Aupr√®s de Toi, dont le Sang peut √īter chaque tache, √Ē Agneau de Dieu (Tr√®s bien maintenant.) ... viens! Je viens! Tel que je suis, Tu me recevras, Tu m'accueilleras, Tu me pardonneras, Tu me purifieras, Tu me recevras; Parce que je crois √† Ta promesse, √Ē Agneau (Viens, mon fr√®re. Viens, ma sŇďur) je viens! Je viens! Tel que je suis, Tu me recevras, Tu m'accueilleras... Venez, tous. Venez maintenant...?... ne...?... Si vous n'√™tes pas tr√®s s√Ľr, venez maintenant. Il est ici m√™me √† l'estrade. Je d√©clare la v√©rit√© devant Dieu : cette Colonne de Feu, un Ange de Dieu qui conna√ģt le cŇďur de chaque homme est ici m√™me maintenant. Agneau de Dieu (Vous ne serez jamais plus proche jusqu'√† ce que vous Le voyez venir.) Je viens. (S'il y a une question dans votre cŇďur, venez maintenant.) ... je suis, et je n'attends pas Pour √īter de mon cŇďur chaque tache noire Aupr√®s de Toi, dont le Sang peut purifier (Voulez-vous - voudriez-vous venir prier pour nous?) √Ē, Agneau... recevra, ... accueillera (Venez, petite dame)...

En haut