ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication L'ALLIANCE CONFIRMEE D'ABRAHAM / 61-0318 / Middletown, Ohio, USA // SHP 2 hours and 1 minute PDF

L'ALLIANCE CONFIRMEE D'ABRAHAM

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Merci, Frère Sullivan. Vous pouvez vous asseoir. Ça fait plaisir d'être de nouveau ce soir dans la maison du Seigneur, cet endroit qui sert à cet usage. Et je suis très reconnaissant pour cette occasion de prêcher encore ce soir. Hier soir, nous avons passé des moments extrêmement glorieux. En tout cas, c'était le cas pour moi. Le Seigneur a déversé Ses bénédictions sur moi au point que je n'ai pas pu dormir la moitié de la nuit. Et puis Il... Je lisais un petit article, quelqu'un m'a écrit une lettre et m'a envoyé un petit extrait du journal, et le Seigneur m'a donné une pensée extraordinaire là-dessus. S'Il le veut, demain après-midi je voudrais l'exprimer ici même pendant le service, prêcher là-dessus demain après-midi, au service de l'après-midi.
E-2 Maintenant, nous avons... La raison pour laquelle nous faisons... tenons les r√©unions de l'apr√®s-midi... Eh bien, fr√®re Sullivan m'a invit√© √† communier avec ses fid√®les et avec vous qui √™tes ici. Et il les a ouvertes au d√©p√īt d'armes, afin que ce ne soit pas uniquement dans son √©glise. Je pense que √ßa, c'est vraiment agir en gentleman. Ne le pensez-vous pas? C'est vraiment fraternel. Une autre chose que nous avons d√©cid√©e, c'est que nous avons estim√© qu'il serait convenable que nous n'ayons pas de service dimanche soir, afin que vous ne manquiez aucun de vos services ordinaires. Vous pouvez avoir l'√©cole du dimanche et ensuite avoir aussi le service du dimanche soir. Et certains d'entre vous membres des √©glises, je souhaite que vous puissiez le dire √† votre pasteur, s'il n'est pas dans la r√©union, que c'est pour cette raison que nous le faisons. Nous ne sommes pas ici pour chercher √† faire obstacle √† la cause de Christ. Nous sommes ici pour essayer de servir la cause de Christ, essayant de faire tout notre possible pour coop√©rer ensemble autant que possible, afin d'aider les gens.
E-3 Et au lieu que fr√®re Sullivan dise tout simplement : "Eh bien, nous les tiendrons donc dans mon √©glise", eh bien, il a programm√© qu'elles se tiennent dans l'auditorium, et cela afin que tout le monde voie que ce n'√©tait pas pour un motif √©go√Įste. Et alors, au lieu de les tenir dimanche soir, nous les ramenons √† dimanche apr√®s-midi, ce qui fait qu'on a toujours moins de gens le dimanche apr√®s-midi que le dimanche soir. Mais nous ne sommes pas ici pour l'argent. Nous ne sommes pas ici pour voir combien de gens nous pouvons attirer; nous sommes ici uniquement pour essayer d'apporter notre contribution au Royaume de Dieu, afin d'aider tout le monde. C'est pour cela que nous sommes ici.
E-4 Bon, ceci est √† titre confidentiel. Et fr√®re Sullivan n'est pas au courant que je le sais, mais je sais que jusqu'en ce moment il est √† court d'argent pour les r√©unions. Eh bien, demain apr√®s-midi, il n'y aura pas d'offrande d'amour; ce sera une offrande pour les d√©penses. Et si les d√©penses ne sont pas faites demain apr√®s-midi, je vais imm√©diatement t√©l√©graphier chez moi √† l'√©glise et nous en payerons chaque sou avant de quitter cette ville. Rien ne sera laiss√©, nous ne laisserons aucune dette derri√®re nous. Nous ne faisons pas... ne payons pas les d√©penses demain apr√®s-midi avec l'offrande d'amour... Faites-en une offrande d'amour au Seigneur J√©sus plut√īt qu'√† moi, afin que cela puisse servir √† payer les dettes.
E-5 Eh bien, fr√®re Sullivan allait payer cela lui-m√™me, mais il ne va plus le faire. Non, je ne le laisserai pas faire cela. Non, nous allons le faire nous-m√™mes. Et alors, s'il n'y a pas assez d'argent pour terminer les r√©unions, alors je verrai, et nous enverrons de l'argent par t√©l√©gramme ici, depuis notre propre √©glise √† Jeffersonville, pour terminer la dette, pour terminer le... de sorte que tout soit pay√© : les si√®ges, l'auditorium, et les annonces, quoi que ce soit, nous allons tout payer, et veillerons √† ce que ce soit pay√©. Cela ne sera pas... pas correct de laisser cela au... √† fr√®re Sullivan et aux fid√®les. Eh bien, si vous voulez, j'aurais aim√© que vous puissiez... Si votre pasteur n'est pas ici, si vous pouvez inviter l'√©glise √† venir demain apr√®s-midi; il y aura un message proph√©tique que, je pense, le Saint-Esprit a plac√© sur mon cŇďur, qu'il faut que j'apporte demain √† ce qu'il me semble, apr√®s que j'ai lu un article aujourd'hui. Et maintenant... Et puis le prochain service, c'est celui que j'aurai, autant que je sache, dimanche de P√Ęques au tabernacle o√Ļ il y aura des services de bapt√™me et ainsi de suite. Ensuite nous irons √† Bloomington, dans l'Illinois.
E-6 Fr√®re Sullivan m'a invit√© √† rester quelques jours la semaine prochaine, si je le peux. Je suis trop fatigu√© pour le faire. Voyez? Ma voix est ab√ģm√©e. Je suis simplement... Je suis dans des r√©unions depuis la No√ęl. Voyez? Je suis vraiment, vraiment fatigu√© et j'attends avec impatience ces trois, quatre, ou cinq jours, quoi que ce soit l√†, pour me reposer.
E-7 Et je ne peux pas rester √† la maison et le faire. Je dois aller ailleurs pour me reposer, car j'ai du dimanche au dimanche, et puis de l√†, j'irai √† Chicago, o√Ļ on sera du dimanche au dimanche, et puis de l√† √† Grande Prairie, en Colombie-Britannique... dans l'Alberta, et de l√† √† Dawson Creek, en Colombie-Britannique, et peut-√™tre √† Fort St. John, ainsi de suite, et √† Miami, en Floride, et peut-√™tre ici √† Washington, D.C., cet √©t√© dans une grande tente, le Seigneur voulant.
E-8 Les hommes d'affaires de là ont envoyé un mot l'autre soir, c'était très aimable... Quand nous étions à Richmond, les hommes d'affaires de Washington, D.C., m'ont envoyé une lettre spéciale selon laquelle la réunion que nous avions tenue là ce soir-là, un soir... Je pense que c'était dans la grande salle du Congrès ou...?... une grande salle là à Washington, ils voulaient... revenir et dresser une énorme tente. Et ils ont dit que si nous obtenions - faisions des dépenses là au... à Richmond, eh bien, ils ne diraient rien à ce sujet, ils le feraient eux-mêmes, les Hommes d'Affaires Chrétiens. Eh bien, c'est bien cela apporter un soutien, mais le Seigneur est intervenu et nous avons supporté les dépenses, tout, tout s'est bien déroulé à Richmond, si bien que je peux y aller, pas pour y tenir une réunion, juste pour communier avec ces précieux frères que vous soutenez en des circonstances comme celles-là.
E-9 Bon, bon, soyez s√Ľr de vous rappeler demain apr√®s-midi si... Cela commencera, Fr√®re Sullivan, je pense, que √ßa d√©j√† √©t√© annonc√©... quatorze heures. Et dites donc, soit dit en passant, si nous, si nous ne... Je pense qu'on a distribu√© des cartes de pri√®re hier soir; je pense que Billy me l'a dit, on a distribu√© des cartes de pri√®re hier soir, la s√©rie A; et je suis all√© jusque trop tard pour les appeler... les appeler l√† afin que je prie pour eux ; j'essayerai de m'en occuper ce soir, si possible. Sinon, je m'en occuperai assur√©ment demain. Et je le ferai venir demain, et dans l'apr√®s-midi nous pourrons continuer √† nous en occuper jusque un peu plus tard, s'il le faut. Nous commencerons √† seize heures et nous pourrons aller jusqu'√† dix-sept heures, nous aurons pri√© pour tout le monde et puis s'ils vont... Si vous avez donc des gens malades, pour qui vous voulez que je prie, j'√©prouve un sentiment √©trange au sujet des certaines choses, vous feriez donc mieux de faire en sorte qu'ils soient l√† demain. Voyez?
E-10 Et ainsi, il se peut qu'après quelque temps, vous ne m'entendiez plus. Si vous voulez donc que je prie pour vos bien-aimés, amenez-les alors demain après-midi. Et puis nous allons leur donner une carte de prière. S'ils commencent à quatorze heures, vous feriez mieux d'être ici à treize heures quart ou à treize heures et demie au moins. Et je demanderai à frère Leo, à Gene, à Billy et aux autres de venir donner aux gens leurs cartes de prière, quoi que vous... quiconque désire une carte de prière. Et vous connaissez le système, comment nous procédons, nous... nous les distribuerons probablement demain, car nous allons juste essayer d'évaluer combien de malades veulent que l'on prie pour eux
E-11 Maintenant, avant que nous allions plus loin, parlons √† notre Royal et Glorieux Ma√ģtre, le Seigneur J√©sus, en qui nous nous confions infiniment, en Lui et dans Sa gr√Ęce √©tonnante. Combien aimeraient que l'on se souvienne d'eux dans la pri√®re, faites-le savoir juste en levant la main. Que le Seigneur vous b√©nisse, mes fr√®res, pendant que nous inclinons la t√™te. Notre P√®re et Dieu tr√®s saint et juste, nous venons dans Ta Pr√©sence ce soir avec des cŇďurs et des esprits humbles qui sont pr√™ts et dispos√©s √† recevoir Ton message. Nous voudrions Te demander de nous oindre, Seigneur, pour terminer ce chapitre sur Abraham et ses enfants apr√®s lui. Je Te prie de b√©nir le message de ce soir, le messager et ceux qui le re√ßoivent. Que la gloire Te revienne, si c'est Ta volont√© que nous puissions prier pour les malades, qu'il y ait une extr√™me abondance de joie et de puissance au milieu de nous ce soir. Sauve ceux qui ne sont pas sauv√©s. Gu√©ris ceux qui ne sont pas gu√©ris. Remplis du Saint-Esprit ceux qui cherchent Ta puissance et Ta b√©n√©diction. Accorde √† nous tous la gr√Ęce. Car nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen.
E-12 Je pense que les gar√ßons ont distribu√© un petit livre ici. Je pense qu'ils... intitul√©... Oh! oui, "La Voix des Hommes d'Affaires Chr√©tiens". Combien l'ont eu? C'est bien. Si vous ne l'avez pas, procurez-vous-en ce soir. Il a ... Gene, je ne sais pas si je peux te le demander √† toi ou √† quelqu'un d'autre; placez les gar√ßons aux portes, √† toutes les sorties, ou quelqu'un... A combien le vendent-ils? Il co√Ľte dix cents? Si vous n'en avez pas, prenez-le de toute fa√ßon. Je payerai cela. Voyez? J'aimerais que vous le lisiez, ce t√©moignage-ci, concernant les visions.
E-13 Je voudrais simplement que chaque personne ici en ait un exemplaire. Si vous... Si vous ne le pouvez pas, eh bien, mettez simplement cela sur mon compte. Et que chacun soit s√Ľr d'en avoir re√ßu un ce soir. C'est "La Voix des Hommes d'Affaires Chr√©tiens". Et ils ont √©crit l√†-dedans une vision que le Seigneur m'a donn√©e r√©cemment, et cela a simplement enflamm√© mon cŇďur. Je... Ils ne l'ont pas reproduite int√©gralement l√†.
E-14 Frère Tommy Hicks, Tommy... je ne me souviens plus de son nom, l'éditeur, juste maintenant... Nichols. Merci, Reggie. C'est frère Tommy Nichols qui a écrit cela, mais il ne l'a pas reproduite intégralement là, mais c'était...
E-15 Il n'a pas mentionné là dedans quand j'ai vu mon... Je ne pense pas... a mentionné cela dedans, de toute façon, que j'ai vu mon chien et mon cheval venir vers moi. Voyez-vous? Je pense peut-être que les gens mettent en doute l'idée qu'il existe des animaux dans le Royaume, mais ils y sont.
E-16 O√Ļ se trouvent ces chevaux qui √©taient venus prendre Elie? O√Ļ se trouve celui que J√©sus chevauchera lors de Sa Venue, ces arm√©es du Ciel? Voyez? Quand est-ce que le loup et l'agneau pa√ģtront ensemble? Voyez-vous? Certainement. Vous ne pouvez simplement pas ... Nous avons nos id√©es favorites, si quelque chose ne s'accorde pas avec cela, eh bien, alors nous ne voulons simplement rien √† voir avec la chose. C'est le d√©but des ennuis. Mais un... Jamais je... C'est tr√®s bien. Et il y a assez l√†... Et ensuite, vous remarquez l√† au bas de la page que cela avait... avez-vous lu le petit - le petit encart au bas de la page, au sujet de la r√©surrection des morts? Eh bien, rappelez-vous qu'avant de publier quoi que ce soit, vous devez √™tre en mesure de le prouver. Nous avons donc les d√©clarations authentifi√©es √©manant des m√©decins, des maires de villes, et tout, comme cela, dans lesquelles les m√©decins ont d√©clar√© que ces personnes √©taient mortes et d√©c√©d√©es depuis huit ou dix heures et qu'elles sont revenues √† la vie, par la pri√®re. C'est donc une d√©claration authentifi√©e. Ce livre circule dans le monde entier et il est traduit dans diverses langues et tout. Il est comme le Reader's Digest, parmi les chr√©tiens. Et il faut que √ßa soit authentique et ces choses doivent √™tre prouv√©es quand vous en parlez. Vous devez √™tre un...
E-17 Celle dont ils devaient donc fournir des preuves s'était accomplie avant qu'il n'écrive celle-là; c'était là au Mexique, il y a environ trois ans, quand j'étais là et que cette petite femme espagnole tenait ce bébé qui était mort ce matin-là, à 9 heures, et le Seigneur l'a ramené à la vie à 22 heures, cette nuit-là, dans la réunion, et il a gigoté sous cette couverture.
E-18 Les gens se tenaient l√†, environ trente mille personnes se tenaient l√†, s'appuyant les unes contre les autres depuis t√īt ce matin-l√†, toute la journ√©e sous la pluie et tout, juste pour entendre l'Evangile. Ainsi, les gens comme cela sont... Dieu fera une infinit√© de choses pour les gens lorsqu'ils se r√©unissent de cette fa√ßon-l√† et qu'ils croient et humilient leurs cŇďurs devant Dieu.
E-19 Maintenant, je voudrais lire cette Ecriture que j'ai lue hier soir, car je voudrais terminer avec ce m√™me sujet. Et nous ne resterons pas trop longtemps ce soir. Eh bien, vous les visiteurs qui √™tes ici pr√©sents, vous savez o√Ļ se trouve le Full Gospel Tabernacle, l√† o√Ļ fr√®re Sullivan est le pasteur. Tr√®s bien. C'est un bon endroit o√Ļ aller dans la matin√©e. Vous habitez pr√®s d'une quelconque de ces autres √©glises du Plein Evangile, par ici? C'est un bon endroit o√Ļ aller pour entendre la Parole du Seigneur. Ainsi donc, assistez √† l'√©cole du dimanche quelque part demain. Gardez simplement votre position et restez √† votre poste du devoir.
E-20 Maintenant, je pense que je vais lire dans Genèse, chapitre 22, verset 14 : Abraham donna à ce lieu le nom de Jéhovah-Jiré. C'est pourquoi l'on dit aujourd'hui : A la montagne de l'Eternel il sera pourvu.
E-21 La raison pour laquelle je lis l'Ecriture, c'est parce que si ce que je dis ne fait pas effet, s√Ľrement que ce que Lui a dit fera effet. Ma parole est une parole d'un homme; elle faillira. La Parole de Dieu, c'est Sa propre Parole et Lui ne peut pas faillir. Et le terme "J√©hovah-Jir√©" signifie "le Seigneur S'est pourvu d'un sacrifice". Bon, hier soir... Avez-vous aim√© cette le√ßon l√†-dessus hier soir? Eh bien, mon fils, Billy, qui se trouve maintenant l√† au fond du b√Ętiment, il va l√† au fond pour √©couter afin de v√©rifier s'il peut entendre; il a dit que les paroles √©taient tr√®s tr√®s confuses. Vous savez, on n'entend pas bien. C'est donc la raison pour laquelle, au lieu de pr√™cher, je me suis dit que je parlerai un peu sur la Parole pendant un moment, et que peut-√™tre vous entendriez un peu mieux.
E-22 Voyez, ces d√©p√īts d'arme comme ceci, des b√Ętiments plats ne sont pas faits pour ce genre de r√©unions. Ils sont bons pour le basket-ball et les entra√ģnements. Le plafond n'est pas appropri√© : l'acoustique est tr√®s tr√®s m√©diocre. Mais nous sommes reconnaissants √† l'arm√©e des Etats-Unis pour ce privil√®ge d'avoir un abri au-dessus de nous ce soir, et de venir √† cet endroit; nous les remercions beaucoup pour cela. Que le Seigneur les b√©nisse √† jamais.
E-23 Bon, nous avons parl√© d'Abraham hier soir ainsi que de sa post√©rit√© apr√®s lui. Et oh! quelle b√©n√©diction nous avons eue √† d√©montrer! Et d'apr√®s moi, comment peut-on se permettre de douter de quelle que mani√®re que ce soit, quand on voit ce que Dieu a promis et ensuite ce que Dieu a fait. C'est juste comme lire la Bible, l√† o√Ļ il a √©t√© pr√©dit qu'une certaine chose arrivera et ensuite prendre l'histoire et voir l√† o√Ļ cela s'est accompli. Or, Dieu a dit qu'Il accorderait cette b√©n√©diction et cette promesse qu'Il a faites √† Abraham et √† sa post√©rit√© apr√®s lui. Et nous avons vu pr√©cis√©ment qu'√† chaque √©tape o√Ļ Dieu a visit√© Abraham, Il a fait la m√™me chose avec la post√©rit√© d'Abraham apr√®s lui. Alors, o√Ļ est-ce que nous nous sommes retrouv√©s hier soir, fr√®res? Nous nous sommes retrouv√©s exactement √† la fin de la route, juste l√† √† la derni√®re chose, √† l'√©glise recevant son dernier signe. Et alors pour b√©nir le tout, Il est venu au milieu de nous, hier soir, et est all√© dans l'auditoire et a fait la m√™me chose qu'Il fit √† Sodome. O√Ļ pouvait-il y avoir une erreur? O√Ļ pouvions-nous nous tromper?
E-24 Ainsi, le soir pr√©c√©dent, nous avions trait√© d'Isra√ęl dans le d√©sert et nous avions montr√© exactement ce qu'est l'√©glise : Isra√ęl. Eh bien, nous avons vu dans I Corinthiens, chapitre 10, qu'il est dit que toutes ces choses sont arriv√©es √† Isra√ęl pour nous servir d'exemples. Or, nous voyons qu'elles √©taient des exemples, montrant que ce que Dieu a fait pour eux n'est qu'une ombre de ce qu'Il fait l√†-bas ; ce qu'Il a fait dans le naturel, Il le fait dans le spirituel.
E-25 Remarquez dans la Bible, au chapitre 12, la femme, au chapitre 12 de l'Apocalypse, avec la lune sous ses pieds et le soleil sur sa t√™te, montrant la disparition de la loi. Aussit√īt que le soleil se l√®ve, la lune dispara√ģt. La lune est une femme par rapport au soleil. Oh! J'aime cette fa√ßon de lire la Bible. Voyez, le soleil et la lune sont un type de Christ et de l'Eglise. Quand le soleil se couche et qu'il est hors de vue, ce n'est pas fini, il est simplement hors de la vue du monde. Il refl√®te sa lumi√®re sur la lune afin qu'elle donne la lumi√®re en son absence.
E-26 C'est donc ce que Christ a fait quand Il est allé dans la gloire. Il reflète Sa Lumière sur l'Eglise afin qu'Elle donne la Lumière jusqu'à Son retour. C'est beau! Oh! la la! De penser que le soleil, si vous voulez, reflète sa vie sur la lune pour qu'elle manifeste la lumière. Et la lumière...
E-27 La lune elle-m√™me, elle est aussi une gardienne. Dieu a fix√© les limites de la mer et a plac√© la lune pour veiller √† cela. Et la mer, elle d√©ferle avec furie sur les rives; c'est comme si elle va tout d√©truire sur la terre; en effet, elle l'a fait une fois, vous savez. Et de voir le p√©ch√© s'accumuler... Les vagues, ces grosses vagues d√©ferlent sur les rives. Et rappelez-vous qu'il a √©t√© pr√©dit des raz-de-mar√©e dans les derniers jours : le mugissement de la mer, les cŇďurs des hommes qui d√©faillent, la peur, la perplexit√© chez les nations, l'angoisse. Ce serait les signes du temps de la fin. Nous avons parcouru tout cela, tout au long de la route.
E-28 Eh bien, nous voici arrivés exactement au dernier signe donné aux enfants d'Abraham, et même les noms des messagers nous ont été apportés, juste comme du temps d'Abraham, pour montrer qu'il n'y a nulle part d'erreur ... Bible : "Ainsi dit le Seigneur." Et alors l'église est là, morte. Des jeux de balle, les attractions de la ville, et les choses du monde ont complètement séduit l'église.
E-29 La Bible dit que les gens seraient emport√©s, enfl√©s d'orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l'apparence de la pi√©t√©. Des chambres d'h√ītel pleines de gens ivres; il vous est m√™me impossible de dormir. Des moniteurs d'√©coles du dimanche, des gens qui fr√©quentent l'√©glise, des membres d'√©glise, se tapant un petit amusement am√©ricain innocent. C'est plein de p√©ch√©s, oh! Ce vieux monde est en train de chanceler comme un homme ivre qui rentre chez lui au matin.
E-30 Qu'est-il arriv√©? Lorsque tous ces p√©ch√©s commencent √† atteindre le niveau de celui du temps de Sodome, les femmes √† moiti√© nues, parcourant les chambres d'h√ītels et les hommes ivres, les suivant derri√®re... Ce n'est pas loin quelque part ailleurs, c'est ici. Et qu'est-il donc arriv√©? Dieu a dit : "Je suis descendu pour voir si tous ces rapports sont justes."
E-31 Les vrais enfants crient : "Viens, Seigneur J√©sus." Peut-√™tre y en a-t-il un seul dans une ville. Comme nous l'avons demand√© l'autre soir, quand le Saint-Esprit nous a dit dans la Bible que ne sont scell√©s que ceux qui soupirent et g√©missent √† cause des abominations qui se commettent dans la ville. O√Ļ seraient-ils scell√©s? O√Ļ se fait le scellement des gens? Ne nous trompons pas. Soyons s√©rieux. Comme le vieux n√®gre a dit une fois: "J'ai dit au Seigneur que je veux en parler avec Lui maintenant, car je ne veux pas avoir d'ennui √† la rivi√®re." Et c'est vrai, mes amis. Je ne veux avoir aucun ennui √† la rivi√®re. Vous ne connaissez pas l'heure √† laquelle vous arriverez √† cette rivi√®re. Il se peut que vous vous y retrouviez dans les quinze prochaines minutes. Il se peut que vous vous y retrouviez avant le jour, mais une chose est certaine : Vous vous dirigez vers l√†. Vous feriez donc mieux d'√™tre s√Ľr maintenant. Dieu ne fait pas ces choses juste pour jouer, pour faire des mises en sc√®nes. Il le fait pour Sa gloire, Son honneur, car Il a promis qu'Il le ferait. Ne regardons pas cela avec l√©g√®ret√©, mais avec r√©v√©rence, avec d√©licatesse et avec sobri√©t√©. Venez √† la fontaine remplie du Sang tir√© des veines d'Emmanuel. Confessez vos p√©ch√©s et votre incr√©dulit√©. Demandez √† Dieu d'√™tre mis√©ricordieux envers vous, en tant que p√©cheur, et qu'Il vous sauve pour l'amour de Christ. Des fois, les gens se font membres d'√©glise, ils disent : "Je n'ai pas besoin de demander cela. J'ai d√©j√†..." Oh, sondez votre vie, mon ami! Voyez √† quel point votre foi est en accord avec la Parole.
E-32 Rappelez-vous que ces pharisiens ne pensaient pas qu'ils avaient besoin du salut. Ils √©taient des hommes saints et consacr√©s. Ils √©taient des ministres : leurs p√®res √©taient des ministres, leurs grands-p√®res √©taient des ministres, leurs arri√®re-grands-p√®res, leurs arri√®re arri√®re-grands-p√®res; eux tous √©taient des ministres. Ils menaient une vie telle qu'ils pouvaient √™tre lapid√©s pour un seul reproche qu'on trouvait contre eux. Vous parlez de conna√ģtre les Ecritures? Ils Les connaissaient parfaitement. J√©sus leur a dit : "Vous avez pour p√®re le diable."
E-33 Observez Dieu! Il leur montrait le signe du Messie, mais ils n'y crurent pas. Ils dirent : "Il est B√©elz√©bul, un diseur de bonne aventure." Quoique intelligents, instruits, et quelque consacr√©e que f√Ľt leur vie, ils √©taient n√©anmoins des p√©cheurs. Pourquoi? Ils ne commettaient pas adult√®re; ils ne fumaient pas; ils ne se so√Ľlaient pas; ils n'allaient pas aux bals dansant; ils ne jouaient pas aux cartes. Cependant, ils ne croyaient pas. Voil√† la raison pour laquelle ils √©taient des p√©cheurs.
E-34 C'est la raison pour laquelle je renvoie cela √† aujourd'hui, √† la Pentec√īte. Peu importe combien vous dansez dans l'Esprit et parlez en langues... Je crois en cela, mais vous pouvez parler en langues comme des pois qu'on verse sur une peau s√®che de vache, et √™tre n√©anmoins perdu! C'est vrai. Vous n'avez m√™me jamais...
E-35 J'ai vu des sorciers gu√©risseurs parler en langues, danser dans l'esprit, et ensuite boire du sang dans un cr√Ęne humain et invoquer le diable, danser dans l'esprit et parler en langues et crier de toutes leurs forces. Assur√©ment. Je ne peux pas √™tre attir√© par cela.
E-36 Si vous doutez encore de la Parole de Dieu, telle qu'Elle est écrite, vous êtes un incrédule, un pécheur. Dieu descend et accomplit Sa Parole, La rend manifeste, et La révèle à la lettre, au point que personne ne peut s'élever contre Cela... Dieu L'a envoyée, Lui-même... puis ils s'en éloignent à cause des credos, ce n'est pas étonnant que nous soyons condamnés. Mais... Pouvez-vous arrêter cela? L'autre jour, quelqu'un m'a demandé : "Pouvez-vous arrêter cela?" J'ai répondu : "Non, monsieur." Il a dit : "Eh bien, qu'est-ce que vous... Pourquoi ne vous taisez-vous pas?" J'ai dit : "Comment puis-je me taire? J'avance vers un jugement. Et ma voix sera là sur l'enregistrement, elle raclera toute la génération." Je ne peux pas me taire. Malheur à moi si je me tais. Pas... J'ai dit : "Vous ne croyez pas qu'on doive pécher, n'est-ce pas?" Il a dit : "Non." J'ai dit : "Eh bien, pourquoi prêchez-vous contre cela?" Pourquoi est-ce que vous... Si vous savez que le monde va continuer dans ce chaos, pourquoi continuez-vous à prêcher? Il nous faut crier contre cela. Il le faut." La vérité doit être connue.
E-37 Dieu est juste. Il donne Son avertissement. Pourquoi No√© s'√©tait-il tenu √† la porte pour pr√™cher alors que Lui savait que les gens n'entreraient pas? Il a pr√©par√© l'arche pour le salut des gens de sa maison. C'est ce qu'il en √©tait. Mais il devait proclamer le message malgr√© tout. Dieu est juste. Dieu savait que les gens ne viendraient pas. Il savait qu'il y aura exactement huit personnes qui seraient sauv√©es du temps de No√©, tout comme dans les derniers jours, Il conna√ģt cette g√©n√©ration. Il sait qui le sera et qui ne le sera pas. Et Il le sait bien, c'est la raison pour laquelle Il a dit : "Ce qui arriva du temps de No√©, arrivera de m√™me aux jours du Fils de l'homme." Voyez-vous? Et nous savons que nous vivons dans un temps terrible, mais nous... vous √™tes...?... votre cŇďur s'√©crie; vous ne pouvez pas vous taire. Vous √™tes oblig√© de le dire.
E-38 Maintenant, observez ce qu'Il fit √† Abraham, ce qu'Il montre √† sa post√©rit√©. Alors vous comprendrez. Ces choses ne sont pas destin√©es √† aller dans les grands quartiers g√©n√©raux. Les gens ici pr√©sents... La plupart des gens que j'ai rencontr√©s attendent un tr√®s grand r√©veil qui balayera le monde. Cela est d√©j√† pass√©. Nous sommes √† la fin. Cherchez-vous de grands miracles et des signes? C'est puisque les gens ne connaissent pas la Bible. Ce sont les deux proph√®tes d'Apocalypse 11 qui vont arr√™ter le soleil : Elie et... ou plut√īt Mo√Įse et Elie. √áa se passera apr√®s que l'Eglise des Gentils sera d√©j√† partie. C'est vrai.
E-39 Voyez, ce sera pendant le... juif, quand Dieu se tournera de nouveau vers Isra√ęl. Cet √Ęge de l'Eglise... Lisez Apocalypse 1.3 et alors vous aurez cela. Voyez ce qu'Il donne √† l'√Ęge de l'Eglise, l'appel √† sortir. Le dernier signe fut la fureur d'Elis√©e, de nouveau sur la sc√®ne, au temps de la fin. Et nous... Nous sommes... savons cela, que chaque chose qu'Il a dite s'accomplira exactement tel qu'Il l'a dite.
E-40 Eh bien, nous voyons cela l√† o√Ļ Il l'a appel√© au troisi√®me... au chapitre 12 de la Gen√®se, et Il l'a justifi√© par la foi, car Abraham crut Dieu. Est-ce vrai?
E-41 Bon, je ne dis pas ceci maintenant... Je ne veux pas que vous rapportiez ceci parmi vos gens, mais vous voyez, chaque chose dans la Bible va par trois... un trois qui fait un. Maintenant, comme dans la Bible, il est écrit ici dedans que...
E-42 Vous savez, Dieu a écrit trois Bibles. Croyez-vous cela? Il en a écrit une dans le ciel, une dans la pyramide, une autre sur du papier. Eh bien, nous savons que les gens ont fait de la pyramide un oui-ja; ils ont fait du Zodiaque un oui-ja; ils ont fait de la Bible un oui-ja. Mais cela n'empêche pas qu'Elle soit la vérité. Ce sont des vérités qui restent immuables.
E-43 Maintenant, si vous observez dans le zodiaque, quel est le premier signe dans le zodiaque? C'est la vierge. Quel est le dernier signe dans le zodiaque? Leo, le lion. La premi√®re Venue et la seconde Venue de Christ : Il est d'abord venu par la vierge, Il vient ensuite comme le Lion de la tribu de Juda. Puis, les poissons qui se croisent, l'√Ęge du cancer dans lequel nous sommes maintenant, juste avant que ce temps n'arrive.
E-44 Observons la pyramide. Elle √©tait construite comme ceci. Mais remarquez que la pierre de fa√ģte n'a jamais √©t√© pos√©e sur la pyramide. Y avez-vous d√©j√† pens√© ? Avez-vous un billet d'un dollar dans votre poche? Regardez ce qui y est mentionn√© : le grand sceau, la pyramide. Et regardez √† son sommet, la pierre. La Pierre de fa√ģte n'a jamais √©t√© retrouv√©e. Pourquoi? La pierre de fa√ģte a √©t√© rejet√©e... Christ.
E-45 Regardez ici dans l'√Ęge de Luther : La justification, il y a beaucoup de place ici. Rien que confesser Christ signifiait vous faire d√©capiter. Quand les gens sont sortis du paganisme, pour se faire... la t√™te... Vous √©tiez ex√©cut√© rien qu'en t√©moignant que vous √©tiez chr√©tien. Luther. Alors qu'est-ce que cela a fait? Cela aboutit maintenant √† une minorit√©, au fur et √† mesure qu'on se rapproche. Quelle √©tait l'√©tape suivante? La sanctification. Puis vous avez √©t√© trait√© de fanatique, de saint exalt√©, ou quelque chose de ce genre. C'est l'√Ęge de Wesley. Qu'est-ce qui arriva ensuite? Puis vinrent les Pentec√ītistes, le bapt√™me du Saint-Esprit, et l'Eglise devenait encore plus minoritaire.
E-46 Et maintenant, Elle continue ainsi jusqu'au moment o√Ļ Elle doit atteindre une telle perfection que quand finalement cette pierre de fa√ģte viendra, elle s'ajustera tr√®s parfaitement, l'Eglise sera... devra arriver √† une telle - telle perfection de telle sorte qu'√† la Venue de Christ, Il S'y ajuste parfaitement. C'est vrai. Vous voyez donc, le simple fait de parler en langues et de danser dans l'Esprit, c'est encore tr√®s loin en bas de la ligne ici. L'Eglise...
E-47 Et rappelez-vous, si vous avez d√©j√† √©t√© l√†, en Egypte, au Sphinx ou plut√īt √† la pyramide, ces pierres qui sont plac√©es tr√®s haut l√†, pesant des centaines de tonnes et si parfaitement assembl√©es qu'une lame de rasoir ne pourra m√™me pas... Elles ont √©t√© si parfaitement affin√©es qu'elles s'ajustent de fa√ßon tout √† fait parfaite, sans ciment. C'est ainsi que l'Eglise va devoir √™tre : si affin√©e... la Parole affinant l'Eglise... si bien qu'au moment o√Ļ Christ viendra prendre l'Eglise, le minist√®re, l'Eglise se rel√®vera l√†-dessus et ressuscitera Luther, Wesley, et les Pentec√ītistes et tous, et s'en ira avec cela (C'est vrai), pour enlever l'Eglise.
E-48 Eh bien, lorsque nous voyons ce qu'Il a fait dans la justification avec la semence... ou plut√īt √† Abraham, c'√©tait le commencement avec Luther. La sanctification, chapitre 15, lorsqu'Il a confirm√© l'alliance par le sang. Au chapitre 17, Il a donn√© le Saint-Esprit, l'√Ęge pentec√ītiste, car, vous voyez, tous ces autres √©l√©ments √©taient quelque chose en dehors de ce que l'Eglise a re√ßu de Lui... de ce qu'Abraham a re√ßu de Lui.
E-49 Mais quand Il a dit : "Je suis El Shadda√Į...", le sein, Il invitait Abraham √† venir tirer sa force du sein de Dieu, pour tirer la Vie de Dieu en lui-m√™me... C'est quand l'Eglise a re√ßu le Saint-Esprit, quand Elle a go√Ľt√© la Vie de Dieu, quand Elle a tir√© en Elle-m√™me le bapt√™me du Saint-Esprit.
E-50 Que fit-Il alors? C'est scripturaire comme nous l'avons d√©montr√© hier soir, en consid√©rant cette m√™me pens√©e; Dieu ne peut pas enfreindre Ses propres lois. C'est la raison pour laquelle Il prit Son propre Fils, au chapitre 17 de Matthieu, et L'amena sur la montagne de transfiguration, et Il Le mit dans sa position conform√©ment √† Sa loi. Il fit cela. Et puis, quand Il fit cela, alors nous voyons qu'Il respecta Ses propres lois, et ici Il prit Abraham de la m√™me mani√®re. Vous dites : "En √™tes-vous s√Ľr, Fr√®re Branham, les versets 4 et 5?"
E-51 Certainement. Vous voyez? Quand Il donna √† Abraham une partie de Son nom, c√īt√© position, Il mit Son nom sur le ch√®que, de m√™me que le Sien √©tait... Le Sien c'est Elohim : Abraham. Vous voyez? Il lui a donn√© une partie de Son nom. Il y a l√† une grande r√©v√©lation. Et vous comprenez, je peux aller plus loin que √ßa avec cela, mais l'√©glise, alors qu'elle devrait prendre de la nourriture solide, elle continue √† boire du lait. C'est vrai.
E-52 Il lui donna donc Son propre nom, Abraham. Et puis, quand Il fit cela, la chose suivante qu'Il a faite après qu'Il lui eut donné ce nom, qu'Il eut placé cela sur son nom, que fit-Il alors?
E-53 Il lui donna un signe comme quoi Il √©tait pr√™t √† d√©truire absolument tout le p√©ch√© qui √©tait autour de lui et, c√īt√© position, conditionner son corps pour recevoir le fils promis qu'il attendait. C'est exactement ce qu'Il a fait √† l'Eglise. Quel √©tait le dernier signe qu'Il donna √† Abraham? Il avait le dos tourn√© √† la tente et a dit √† Sara ce qu'elle faisait et pensait dans la tente.
E-54 Et Jésus, la véritable Semence d'Abraham, le véritable et fidèle Prophète, le Dieu Prophète, qui est venu sur la terre et qui a manifesté le même signe à la fin de la dispensation des Juifs... Pensez-y. Quand Il est venu sur la terre, qu'a-t-Il fait? Il a dit à Simon : "Ton nom est Simon, tu es le fils de Jonas."... un homme qui ne savait pas écrire son propre nom... Et Simon a vite reconnu, par les enseignements de son père, que le Messie aurait un tel signe. Et il L'a reconnu et L'a reçu.
E-55 Philippe, aussit√īt qu'il vit cela, courut en parler √† Nathana√ęl, et Nathana√ęl vint, longeant la rive avec lui, et courut l√† o√Ļ √©tait J√©sus; et J√©sus le regarda et dit : "Tu es un Isra√©lite dans lequel il n'y a point de fraude." Il dit : "Quand m'as-Tu connu, Rabbi?" Il dit : "Avant que Philippe t'appel√Ęt, quand tu √©tais sous l'arbre, je t'ai vu." Et qu'est-ce que ce vrai fils de Dieu √©lu et pr√©destin√© a r√©pondu? "Rabbi, Tu es le Fils de Dieu. Tu es le Roi d'Isra√ęl." Il dit : "Tu es heureux..."
E-56 Puis Il se rendit en Samarie auprès d'une femme, car les Samaritains attendaient un... Vous savez, ils attendaient un Messie. Si quelqu'un attend le Messie, Celui-ci viendra. Si, ce soir, vous êtes ici pour L'attendre, Il vous rencontrera. Mais si vous ne L'attendez pas, Il va... vous... Il ne vous attendra pas non plus. Si vous ne L'attendez pas, Il ne viendra jamais vers vous. Mais les Samaritains étaient dans l'attente.
E-57 Or, il n'y a que trois races des gens sur la terre : le groupe de Cham, Sem et Japhet... Les Juifs, les Gentils et les Samaritains. Toutes les races viennent de tout cela. Et maintenant, remarquez, Pierre avec les clefs... Pour prouver cela maintenant, Pierre avec les clefs du Royaume... Combien croient que Dieu lui a donné les clefs? C'est Jésus qui l'a fait. Certainement qu'Il l'a fait.
E-58 Et quand les a-t-Il utilisées? Dans Actes 2, chez les Juifs. Puis Il se rendit immédiatement chez les Samaritains, bien que Philippe s'y soit rendu et les ait baptisés au Nom de Jésus-Christ. Mais ils n'avaient pas encore reçu le baptême du Saint-Esprit, car c'est Pierre qui détenait la clef. Il se rendit là, leur imposa les mains et ils reçurent le Saint-Esprit.
E-59 Et puis, vous devinez quelle est la g√©n√©ration suivante, la cat√©gorie suivante? Les Gentils. Et il s'est rendu l√† et a ouvert l'Evangile aux Gentils. Et √† partir de l√†, on n'avait plus besoin des clefs de Simon Pierre, car la chose avait d√©j√† √©t√© ouverte au monde entier. Or, les Gentils n'attendaient pas de Messie, par contre les Juifs et les Samaritains, eux, En attendaient Un. Comment s'est-Il r√©v√©l√©? Par la m√™me chose qu'Il fit √† Sodome. Qu'a-t-Il fait chez les Samaritains? Lorsque la femme est sortie... La femme qui √©tait... La prostitu√©e vint au puits, ou plut√īt la femme qui vivait dans l'adult√®re... Elle avait six maris, cinq dont elle s'√©tait d√©barrass√©e et elle vivait avec un √† ce moment-l√†. Et elle vint au puits puiser de l'eau, et J√©sus la vit, et Il lui dit : "Femme, donne-Moi √† boire."
E-60 Et elle dit : "Tu... pas une coutume. Nous sommes... avons une ségrégation par ici. Tu es Juif, et je suis une samaritaine. Tu ne devrais pas me demander une telle chose. Nous n'avons pas de relations... les uns les autres." Il dit : "Mais si tu connaissais Celui à qui tu parlais, tu M'aurais demandé à boire."
E-61 Et la conversation continua jusqu'√† ce qu'Il contact√Ęt son esprit. Puis Il dit - Il trouva ce qu'elle voulait, Il dit : "Va chercher ton mari et viens ici." Elle dit : "Je n'ai point de mari." Il dit : "Tu as dit la v√©rit√©, car tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis maintenant n'est pas ton mari."
E-62 Elle dit : "Seigneur..." Ecoutez cette femme. Or, c'était une Samaritaine. Elle dit : "Seigneur, je vois que Tu es prophète. Car nous savons que quand le Messie viendra, Il nous annoncera ces choses." Cela devait être le signe du Messie. Et Jésus a dit : "Je Le suis, Moi qui te parle."
E-63 Et que fit-elle? Elle laissa sa cruche, et courut dans la ville, et dit : "Venez voir un Homme qui m'a dit ce que j'ai fait; ne serait-ce point le Messie en personne?" Et la Bible dit que les habitants de cette ville crurent que Jésus était le Messie, car Il avait révélé à la femme ce qu'elle avait fait.
E-64 Maintenant, montrez-moi une seule fois qu'Il a fait cela √† un Gentil. Il ne l'a jamais fait. Mais J√©sus a dit que lorsque les Gentils... ou plut√īt les pharisiens, et les pr√©dicateurs de ce temps-l√†, dirent que c'est par un mauvais esprit qu'Il faisait cela, que Son Evangile n'√©tait pas vrai du fait que les gens... Il d√©molissait leurs √©glises ainsi que leurs organisations, les traitant de race de vip√®res et tout le reste, de renards et de tout ce qui Lui passait par la t√™te : Il √©tait vraiment en train de les mettre en pi√®ces. Mais pourtant, Il dit : "Si Je ne fais pas les Ňďuvres de Mon P√®re, ne Me croyez pas. Mais si Je fais les Ňďuvres de Mon P√®re, alors croyez aux Ňďuvres." Cela est valable pour tout homme. Si Dieu ne soutient pas son minist√®re, alors ce minist√®re ne vient pas de Dieu. Remarquez ensuite, cette femme, elle dit : "Venez voir cet Homme." Et les - les Samaritains crurent √† cause de cela. Il ne le fit plus jamais. Il ne le fit que cette unique fois-l√†. Mais la femme √©tait... rapporta aux gens ce que J√©sus avait fait. Ensuite, par le canal de cette femme, toute la ville crut en J√©sus, √† cause de ce seul miracle.
E-65 Je me demande ce qui va arriver √† l'Am√©rique? Cette prostitu√©e se tiendra l√† au jour du jugement et condamnera des millions de membres d'√©glise au jour du jugement. En effet, pas une seule fois, mais des milliers et des milliers de fois cela s'est produit √† travers le pays, dans le monde entier, cela a √©t√© examin√© par la science, toutes les critiques que cela pouvait subir ont √©t√© subies, et cela s'est toujours r√©v√©l√© parfait √† cent pour cent : Le Saint-Esprit, la Parole soutient cela. O√Ļ allons-nous nous tenir, fr√®res, ce jour-l√†? R√©fl√©chissez simplement sur cela. Et cela peut arriver avant le matin. Nous sommes √† la fin. Je vais y entrer en profondeur demain.
E-66 Remarquez, Il l'a placé, Il lui a donné le signe, ce qu'Il était. Et rappelez-vous, c'était le Dieu Tout-Puissant. Ce n'était pas un homme. Là, il ne s'agissait que de la chair humaine, qui disparut juste peu après, mais c'était Dieu, Se révélant à l'Eglise élue, appelée à sortir et séparée. Rappelez-vous qu'il ne s'agissait pas d'une ville organisée, ni d'une grande ville, mais d'un groupe de gens qui erraient dans le désert, qui ont pris le chemin avec le petit groupe des méprisés du Seigneur.
E-67 Comme toujours, Dieu a d√Ľ appeler Ses enfants dans le d√©sert et loin de ces choses. Il l'a appel√©, lui a montr√© ce signe et S'en est all√©. Et Abraham crut, et il fut imm√©diatement chang√©. Lorsque cet Ange quitta la sc√®ne, le corps d'Abraham fut chang√©, et fut appr√™t√©, puis vint le fils qui avait √©t√© promis.
E-68 Un de ces jours, l'Evangile √† l'ancienne mode que vous entendez, sera r√©duit au silence, un de ces jours. Et l'Eglise recevra un corps glorifi√©. Il vous faudra avoir ce genre de corps pour monter √† Sa rencontre dans les airs. Nous ne pouvons pas y aller dans ce genre de corps. Ainsi ceux qui regardent, ceux qui √©coutent, ceux qui prennent garde, ce sont ceux-l√† qui seront chang√©s en un instant, en un clin d'Ňďil et ils seront tous ensemble enlev√©s √† la rencontre du Seigneur dans les airs... le Fils de Dieu attendu, Celui que nous attendons depuis que nous avons... peut reconna√ģtre que nous √©tions des chr√©tiens.
E-69 Rappelez-vous que nous avons prouvé cela hier soir, comment il se rendit à Guérar, comment Sara, une vieille femme de cent ans... D'habitude, je reçois une ou deux lettres à ce sujet, disant : "Eh bien, ils vivaient simplement plus longtemps."
E-70 Mais j'aimerais que vous fassiez attention au chapitre 18 ainsi qu'au chapitre 17. La Bible dit qu'ils √©taient fort avanc√©s en √Ęge : vo√Ľt√©s, courb√©s, vieux. Et quand ils arriv√®rent l√†, Abim√©lec, ce roi qui cherchait une fianc√©e parmi toutes ces belles femmes philistines, est pourtant tomb√© amoureux de cette tr√®s, tr√®s, tr√®s vieille arri√®re-grand-m√®re, et il l'aurait prise pour femme, mais Dieu la prot√©gea.
E-71 J'aimerais que vous remarquiez quelque chose ici, sŇďur... Savez-vous que Sara aimait tellement Abraham qu'elle, cette belle femme, qu'elle l'appelait son seigneur, Paul parla d'elle plus tard, disant : "C'est d'elle que vous √™tes devenues des filles, en ob√©issant √† la v√©rit√©."?
E-72 Sara ne s'habillait pas suivant la mode de l'√©poque comme madame Lot. Cette derni√®re √©tait probablement la conductrice principale de toutes les associations qui existaient l√†-bas en ce temps-l√†. Son mari √©tait le maire de la ville. Je pense donc qu'elle √©tait... Dans leur grande √©glise, un matin, lorsque les cloches sonnaient et que toutes se rendaient l√†, je pense qu'elle √©tait r√©ellement une femme bien connue, elle ne voulait pas quitter cela; elle √©tait attach√©e au monde. C'est ainsi que les gens d'aujourd'hui n'aiment pas entendre parler de la Venue du Seigneur J√©sus. Eh bien, c'est la chose la plus glorieuse √† laquelle je puisse penser : qu'Il fende les cieux √† l'instant m√™me! Passons de l'autre c√īt√©!
E-73 Pourquoi ne changerais-je pas ce vieux corps us√©, rid√©, qui craque sous le poids de l'√Ęge et qui est plein de corruption, qui n'est bon qu'√† √™tre rong√© par les vers... Puis prendre cette √Ęme √† l'int√©rieur qui aime Dieu et l'introduire dans un William Branham tout neuf, √Ęg√© de vingt et un ans, qui ne vieillira jamais, et qui n'aura jamais, jamais de chagrin, ni ne mourra jamais, ne tombera jamais malade, afin de vivre avec les √©lus √† travers les √Ęges, durant toute l'√©ternit√©? Eh bien, je ne peux imaginer chose plus glorieuse que √ßa.
E-74 C'est la raison pour laquelle je voudrais que vous lisiez ce Témoignage-ci, cette petite chose. J'ai vu cela; je sais que c'est la vérité. Je leur ai serré la main là, et il s'agissait des gens qui étaient... que je connaissais. Et je me tenais là, me regardant couché là dans le lit, et voici que je me tenais là... Ce n'est pas très loin. Nous n'avons pas à aller très loin. En effet, je me tenais là tout aussi réel que je me tiens à cette chaire. Et je me disais : "Maintenant ici... Me voilà couché là, et comment se fait-il que je me tiens ici (juste tel que je le suis à l'instant même)?" Il y avait des gens; ils étaient tout beaux.
E-75 Je peux voir ces femmes... J'ai été un peu dur envers les femmes, mais... je ne parle pas de vous, les chrétiennes; je parle de celles qui se font passer pour des chrétiennes et qui ne le sont pas. Voyez-vous, celles qui veulent être des Jézabel (non, non), qui courent après les choses du monde. Je m'en prends certainement à elles. Et je suis tenu de le faire, je n'y peux rien. Mais il vous faut avoir une mauvaise chose pour que l'éclat de la bonne chose ressorte. Il faut que vous ayez la nuit pour apprécier le jour. Il vous faut avoir le mal pour apprécier le bien. Tout concourant pour le bien de Dieu, pour Sa gloire.
E-76 Vous √™tes sur un champ de bataille et non √† un terrain de pique-nique La bataille... Tout le monde dit : "Venez, devenez chr√©tien. Tout ira bien." Non, monsieur. Ce n'est pas le cas pour le chr√©tien. "Tous ceux qui vivent pieusement en J√©sus-Christ seront pers√©cut√©s." On doit rire de vous, se moquer de vous, vous √©craser, vous faire des histoires, vous railler. "S'ils ont tax√© le Ma√ģtre de la maison B√©elz√©bul, √† combien plus forte raison taxeront-ils ainsi Ses disciples!" "Je prendrai le chemin avec le petit nombre des m√©pris√©s qui suivent le Seigneur, j'ai commenc√© avec J√©sus, √ī Seigneur! conduis-moi jusqu'au bout." C'est vrai. C'est mon... C'est mon... C'est mon choix d'aller jusqu'au bout. En baissant seulement les yeux ce soir, en regardant ici dans cette ville, et en consid√©rant les trois derniers mois o√Ļ j'ai √©t√© √† travers le pays et que je consid√®re l'apostasie des √©glises, l'indiff√©rence des pasteurs, en voyant l'indiff√©rence parmi les gens qui sortent. Il semble que cela est d√Ľ au gain mat√©riel.
E-77 Et √† la premi√®re petite chose, on a assez de col√®re pour affronter une scie circulaire, on est indiff√©rent, m√©chant : il s'agit des pentec√ītistes. L'association des ministres veut m'exclure du groupe pour le simple fait d'avoir laiss√© un homme sur l'estrade, qui n'avait pas √©t√© baptis√© de la mani√®re dont ils pensaient qu'il devait √™tre baptis√©. Et ils... oh, quelle indiff√©rence! Si je regardais juste ici, je - j'aurais abandonn√©. Je suis heureux que Dieu se soit saisi de moi avant l'√©glise...?... J'ai d√©couvert Dieu. C'est vrai. J'ai d√©couvert que Dieu est r√©el.
E-78 Autrefois, M. Baxter, Earn Baxter, dirigeait mes campagnes. Il a dit que là au Canada, les gens étaient... une fois il y avait une compétition pour remporter une nouvelle bicyclette Schwinn. On avait une planche d'un pied de large [31,48cm -N.D.T.]. On devait rouler dessus à bicyclette sur une distance de cinquante ou cent yards [environ 46 m ou 91 m -N.D.T.], à une hauteur d'environ trois pieds [94,44cm -N.D.T.]. Et là, tous étaient des champions.
E-79 Ernie a dit : "Je pouvais me rendre en ville prendre les articles d'√©picerie pour ma m√®re, les mettre sous mes bras, et revenir au milieu des tramways, en contournant les voitures et sans tenir le guidon." Il a dit : "Je sais rouler √† bicyclette, en √©tant assis sur le porte-bagages et rouler comme lui roulait en √©tant assis √† l'avant." Il a dit : "Cela ne changeait rien pour moi." Et presque tous √©taient des champions. Et ils √©taient s√Ľrs de gagner cette bicyclette Schwinn.
E-80 Et il y avait parmi eux un petit gar√ßon eff√©min√©. Il n'√©tait pas un tr√®s bon cycliste. Ils √©taient s√Ľrs qu'il ne gagnerait pas. Mais quand on les a tous mis sur la piste et qu'on leur a donn√© le d√©part, tous tomb√®rent sauf ce petit gar√ßon eff√©min√©. Il a roul√© jusqu'√† la fin. Il est descendu de sa bicyclette. Il a remport√© le prix, et il a gagn√© les bicyclettes. Et tous les autres sont venus l√† et ont dit : "Dis-nous comment tu y es parvenu."
E-81 Il a dit : "Les gars, je vais vous dire l√† o√Ļ vous avez commis votre erreur". Il a dit : "J'ai r√©fl√©chi l√†-dessus avant que je monte dessus." C'est une bonne id√©e. Il a dit : "Vous voyez, tous vous vous efforciez, comme ceci, de garder la bicyclette sur la planche en ayant les yeux baiss√©s simplement comme ceci sur votre bicyclette. Cela vous a rendus nerveux. Vous vous √™tes mis √† faire des zigzags; vous √™tes tomb√©s. Et j'ai vu l√† o√Ļ vous avez commis votre erreur." Il a dit : "Je n'ai point regard√© √† ce qu'il y avait ici en bas. Je regardais simplement la fin et je suis rest√© d'aplomb." C'est √ßa.
E-82 C'est √ßa! Regardez la fin et restez d'aplomb! Continuez simplement √† avancer. Je serais d√©courag√© ce soir, n'e√Ľt √©t√© cela : Je regarde la fin, et je reste d'aplomb. Continuez √† avancer, peu importe ce qui arrive. Continuez simplement √†... Ne regardez pas cela. Continuez simplement √† regarder la fin. C'est l√† que vous rencontrez Dieu, l√† √† la fin. C'est l√† que les r√©compenses sont distribu√©es. Ne tombez pas ici. Continuez jusqu'√† la fin. "Celui qui pers√©v√©rera jusqu'√† la fin sera sauv√©." C'est l'Ecriture.
E-83 Maintenant nous voyons donc que la confirmation de... d'Abraham donne... et tout s'√©tait pass√© exactement comme en ce jour. Maintenant, observez. Il y a une loi que Dieu a donn√©e √† Son Eglise; il n'y a pas une... Il n'y a pas une chose qu'Il a promise √† Abraham, il n'y a rien qu'Il a fait pour Abraham, sans qu'Il le fasse pour... ou plut√īt donn√© √† l'Eglise, except√© une chose : le changement du corps. Et quand Il fera cela...
E-84 Maintenant rappelez-vous, Sara a d√Ľ √™tre chang√©e. Combien croient cela? Levez la main. Elle a d√Ľ avoir un corps chang√©. Elle avait cent ans. Comment pouvait-elle donner naissance √† un enfant?
E-85 Abraham... Eh bien, la Bible dit qu'en tant qu'homme, il √©tait... Son corps √©tait us√© depuis plusieurs ann√©es. Lisez Romains, chapitre 4, o√Ļ il est dit : "Abraham ne consid√©ra point que son corps √©tait us√©, et que Sara n'√©tait plus en √©tat d'avoir des enfants. Il ne douta point, par incr√©dulit√©, au sujet de la promesse de Dieu; mais il fut fortifi√©, donnant gloire √† Dieu..." Il continua √† aller de l'avant. Or, son corps √©tait inf√©cond, st√©rile, il avait cent ans et √©tait mort quant √† sa vie sexuelle.
E-86 Sara n'√©tait plus en √©tat d'avoir des enfants, elle √©tait inf√©conde, les veines qui produisent du lait √©taient us√©es, les seins √©taient secs, et le cŇďur √©tait trop fatigu√©, pour que cette femme de cent ans entre en travail. Voyez, il y avait... Elle √©tait pratiquement morte. Et par cons√©quent, elle ne pouvait pas avoir cet enfant, elle ne pouvait pas recevoir cette promesse, sans qu'elle soit chang√©e.
E-87 "Eh bien, qu'est-ce que vous essayez de dire, Fr√®re Branham?" Ecoutez attentivement. Nous ne pouvons jamais, dans ce genre de corps, recevoir le Fils promis, car Il ne vient pas sur la terre. Nous devons √™tre enlev√©s. Nos corps doivent √™tre chang√©s en un instant, en un clin d'Ňďil, et nous devons √™tre enlev√©s pour aller √† Sa rencontre dans les airs.
E-88 Et le dernier signe qui fut donné avant la destruction fut cet Ange, montrant que Dieu habiterait dans une chair mortelle, dans la chair humaine, accomplissant ce même signe avant que nos corps soient changés. Et c'est le dernier signe que l'Eglise reçoit.
E-89 Montrez-moi une chose de plus que Dieu a faite pour Abraham! Montrez-moi un signe qu'Il lui a donné en plus de ce signe-là. C'était ça le dernier signe. Tous les lecteurs de la Bible qui le savent, dites "amen". C'était ça le dernier signe qui fut donné. Ceci est le dernier signe.
E-90 Eglise, √©coute-moi, au Nom du Seigneur. Consid√©rez mon instruction : mon incapacit√© pour pr√™cher, je ne reste pas sur mon sujet et je ne parle pas comme parlent vraiment les pr√©dicateurs instruits ou oints. Ne pr√™tez pas attention √† cela! Pr√™tez attention √† ce que je vous dis, la Parole de Dieu. Dieu est derri√®re cela, parce qu'Il a confirm√© la Parole qui est pr√™ch√©e. Si vous ne pouvez pas me croire... Vous direz : "Eh bien, il... Fr√®re Branham n'est pas membre de notre organisation." Eh bien, croyez alors aux Ňďuvres. Laissez tomber l'organisation et croyez aux Ňďuvres. Apportez cela √† votre propre organisation, amenez-les √† croire cela. Vous pouvez faire l√† un meilleur travail que moi. En d'autres mots, vous pouvez surpasser Dieu en faisant cela. Dieu ne peut pas le faire Lui-m√™me.
E-91 Remarquez, c'est au chapitre 18 qu'Il a fait cela. Au chapitre 17, maintenant, Il lui a donn√© la force pour le miracle, Il lui a donn√© le Saint-Esprit, en d'autres termes, Il l'a laiss√© tirer Son... la Vie propre de Dieu dans la sienne. Maintenant, que faisons-nous lorsque nous recevons le Saint-Esprit? Nous recevons la Vie de Dieu et nous la faisons entrer dans la n√ītre. Est-ce vrai? Qu'est-ce? Nous faisons entrer la Vie de Dieu dans la n√ītre. Nous sommes des fils de Dieu, car nous avons tir√© de Dieu le Saint-Esprit qui fait de nous des fils de Dieu. Qu'est-ce que cela fait? Cela nous pr√©pare donc au changement.
E-92 Oh, frère! Cela nous prépare au changement qui est sur le point de se faire, des personnes remplies de l'Esprit. Appuyez-vous simplement sur Son sein et continuez à tirer. Alors nous serons aussi changés immédiatement un de ces jours. Je peux vous le promettre. Le Fils promis est en route. Remarquez maintenant, immédiatement après cela, Sara devint enceinte, et elle sut qu'elle allait avoir cet enfant. Eh bien, elle est maintenant jeune, belle. Même un roi tomba amoureux d'elle. Elle devait être remarquable, sinon ce roi ne serait jamais tombé amoureux d'elle, vous savez. Elle était une belle femme... et il a voulu l'épouser, mais... mais Dieu la protégea.
E-93 Une autre chose que j'aimerais apporter √† l'√©glise... Eh bien, certains d'entre vous √©taient assis ici, hier soir, quand l'onction m'a frapp√©; j'ai pu sentir ces petites flammes vacillantes l√† √† l'int√©rieur... J'ai essay√© de m√©diter l√†-dessus. J'ai not√© cela ici pour que je n'oublie pas cela. J'ai saisi cela hier soir ; vous vous disiez : "Eh bien, j'ai fait ceci et cela, j'ai fait ceci et cela." Bien des fois, je vois que les gens n'aiment m√™me pas venir dans la ligne de pri√®re, et ils n'aiment m√™me pas reconna√ģtre leurs num√©ros quand ils sont appel√©s. Ils ont peur qu'on d√©voile certaines choses. Or, j'avais l'habitude de dire cela ouvertement. Vous le savez tous. Et √† moins que je sois vraiment conduit √† le faire, je ne le fais plus.
E-94 Eh bien, vous commettrez vos erreurs. Vous direz : "Frère Branham, peu importe ce que je ferai, je ne serai jamais digne." C'est vrai. Mais regardez! Vous direz : "Frère Branham, à un certain moment, je ne croyais pas ce Message." C'est vrai. Je pense que c'est le cas pour beaucoup d'entre vous. Je ne l'aurais pas fait, je pense, moi-même. Je n'aurais pas pu le faire si Dieu ne me l'avait pas révélé.
E-95 Vous auriez... C'est une r√©v√©lation. L'Eglise tout enti√®re est b√Ętie sur la r√©v√©lation. Sans la r√©v√©lation, vous ne verrez jamais cela; vous √™tes aveugle. J√©sus... La Bible dit, je pense, Matthieu 12, je crois que c'est bien l√†, o√Ļ il est dit : "Bien que J√©sus ait fait beaucoup de miracles devant eux, pourtant ils ne pouvaient pas croire, car Esa√Įe avait dit : 'Ils ont des yeux, mais ne voient pas, ils ont des oreilles, mais n'entendent pas.'" Et des gens tr√®s... vraiment saints, du plus haut niveau de la saintet√©. Ainsi la saintet√©, ce n'est pas tout. La vie sainte, ce n'est pas tout. La foi est la chose importante.
E-96 Ecoutez maintenant, √©glise. Je voudrais glisser ceci ici, car je crois que c'est le Saint-Esprit qui m'a dit de le faire. Il se peut que vous soyez assis l√† (tels que le sont certains parmi vous, je sais que vous l'√™tes) sans √™tre d'accord avec moi, en ce moment m√™me. Eh bien, je peux citer votre nom si vous voulez que je le fasse. Donc, je le sais, mais je peux aussi voir plus loin que cela, que vous allez croire cela un de ces jours. Ainsi, je vais simplement glisser ceci, afin que vous compreniez; je peux donc vous donner un tout petit peu de gr√Ęce ici, puisque vous allez tout de suite changer d'avis, certains d'entre vous. D'autres parmi vous ne le feront pas.
E-97 Mais rappelez-vous, quand pour la premi√®re fois Sara entendit cet Homme, en fait, elle est le type de l'Eglise; quand elle a entendu ce... vu ce signe qui s'accomplissait chez Abraham, en fait, elle s'est moqu√©e de la chose dans son cŇďur. Elle ne crut donc pas et douta donc de la chose. Est-ce vrai? A ce moment-l√†, Dieu aurait effac√© son nom. Est-ce vrai? Mais Il ne le pouvait pas : elle est une partie d'Abraham. Ils sont un.
E-98 Et si réellement vous n'avez pas été excité, si vous ne vous êtes pas emballé dans l'émotion, si vous n'avez pas eu un credo d'église, mais que vous avez réellement reçu le Saint-Esprit, et que vous êtes réellement une partie de Christ et que vous êtes toujours un peu sceptique dans votre esprit, Dieu ne vous retranchera pas, car Il ne le peut pas : vous êtes une partie de Christ. Il vous conduira à la vérité. Maintenant, si vous n'avez jamais... simplement vous... il se peut que vous ayez parlé en langues, dansé dans l'Esprit, et fait toutes ces choses-là, cela ne veut pas dire que vous avez le Saint-Esprit. Oh! la la! C'est à des millions de kilomètres de la chose.
E-99 J√©sus n'a jamais dit : "Eh bien, rappelez-vous, je crois que quand vous recevez la pl√©nitude du Saint-Esprit, vous parlez en langues." C'est vrai. Mais J√©sus n'a jamais... Il n'existe aucune Ecriture dans la Bible qui dit que c'est cela l'√©vidence du Saint-Esprit. Je voudrais que vous La montriez, s'il y en a. Une telle Ecriture n'existe pas. J√©sus a dit : "Vous les reconna√ģtrez √† leurs fruits." Et le fruit de l'Esprit, ce n'est pas le parler en langues. C'est un don du Saint-Esprit. Apr√®s la venue du Saint-Esprit, c'est l'un des dons qui accompagnent cela : la pr√©dication, le parler en langues, l'interpr√©tation des langues, toutes ces choses sont des dons du Saint-Esprit.
E-100 Les gens √©taient √©tonn√©s le jour de la Pentec√īte. Pierre a dit : "Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptis√© au Nom de J√©sus-Christ, pour le pardon de vos p√©ch√©s; et vous recevrez le don du Saint-Esprit." Voyez-vous? Bon, mais rappelez-vous, je crois que lorsque vous √™tes tellement rempli du Saint-Esprit... Vous... Vous... La Bible dit : "C'est par des hommes aux l√®vres balbutiantes et au langage barbare que je parlerai √† ce peuple." ... balbutiantes... tellement rempli du Saint-Esprit que vous ne pouvez rien dire dans votre propre langue. C'est lorsque vous √™tes rempli du Saint-Esprit.
E-101 Mais je crois que lorsque vous croyez en Dieu de tout votre cŇďur et que vous acceptez J√©sus comme votre Sauveur, vous recevez une partie de ce Saint-Esprit. Car J√©sus a dit : " Celui qui √©coute Mes Paroles, et qui croit √† Celui qui M'a envoy√©, a la Vie √©ternelle." Il n'existe qu'une seule forme de Vie Eternelle. Alors, vous n'√™tes qu'un enfant. Alors, vous commencez √† marcher dans la pl√©nitude de l'Esprit. Vous grandissez en gr√Ęce, puis vous √™tes... [Espace vide sur la bande - N.D.E.]
E-102 Wesley, et maintenant dans la Pentec√īte, la m√™me chose, puis le placement du fils, puis le don du dernier signe, puis l'enl√®vement du corps, le changement du corps et l'enl√®vement.
E-103 Maintenant, lorsqu'ils sont rentrés, Sara reconnut qu'elle allait devenir mère. Oh! elle doit avoir été une heureuse petite dame. Je peux la voir maintenant : ces cheveux noirs et luisants; ces grands yeux doux, un beau visage, elle était alors une jeune femme, elle avait probablement un peu plus de vingt ans. Abraham, fort et en bonne santé, un jeune homme : changé d'un vieil homme usé en un jeune homme, montrant ce qu'Il va faire à toute la postérité d'Abraham. C'est exact.
E-104 Et puis, la premi√®re chose, vous savez, ils pouvaient √™tre... vivre comme des jeunes gens. Puis, ils ont donn√© naissance √† ce jeune enfant. Et quand il a atteint environ douze ans, Dieu dit : "Maintenant, pour que tout le monde soit vraiment s√Ľr de ceci, Je vais leur prouver ce que Je vais faire : montrer que la post√©rit√© d'Abraham ne doutera jamais de Ma Parole, la v√©ritable post√©rit√© d'Abraham ne doutera pas de Ma Parole." Eh bien, voici le test qui vous montre si oui ou non vous √™tes vraiment la post√©rit√© d'Abraham. Quand l'√©glise dit : "Si vous croyez cela, je vous mettrai √† la porte", cela ne veut rien dire pour la post√©rit√© d'Abraham, rien du tout. Cela ne fait que le mettre sur la voie, carr√©ment. Cela le rend simplement libre.
E-105 Le voil√† qui s'en va. Et... Vu qu'il devrait √™tre le p√®re des nations... Alors, Dieu dit : "Je voudrais que tu prennes ton fils, Je vais te montrer dans une vision √† quoi ressemble la colline o√Ļ tu iras, une montagne, et am√®ne cet enfant l√†-haut et tue-le carr√©ment."
E-106 Pouvez-vous imaginer ce qui a traversé l'esprit d'Abraham en tant qu'humain ici... ici? "Eh bien, comment vais-je être le père des nations. Et voici que j'ai attendu toutes ces années et j'ai eu cet enfant-ci, et maintenant il a douze ans. Il me fait sortir maintenant, et dit : ' Amène-le et tue-le'. Comment... Et Il m'a promis cela à travers ce même garçon, celui-ci est le garçon qu'Il a promis que j'aurais par Sara, et si j'avais ce garçon-ci, il serait le père des nations. Maintenant, Il m'amène ici dehors pour le tuer." C'est là que l'intellect commence à agir, mais la petite sonnerie disait continuellement : "Pourquoi as-tu cru pendant vingt-cinq ans, l'attendant?" Cette petite sonnerie disait : "Eh bien..." Puis cela lui est monté à la gorge... puis il fit cette confession : " Je l'ai reçu comme venant des morts. Je suis pleinement convaincu que Dieu est capable de le ressusciter des morts." C'est cela.
E-107 Lorsque celui-ci se met √† parler ici, celui-l√† se tait. Comme je l'ai dit l'autre soir, dans le jardin d'Eden, le diable a choisi une partie de l'homme, et Dieu en a choisi une autre. Dieu a choisi son cŇďur. Le diable a choisi son intellect.
E-108 Et maintenant, aujourd'hui, l'√©glise aujourd'hui fonde toutes choses sur l'intellect, et ne pense jamais au cŇďur. Vous voyez? Et tout ce qu'ils voient... "Eh bien, je ne vois pas cela de cette fa√ßon-l√†." De toute fa√ßon, vous ne voyez pas avec vos yeux. Vous regardez avec vos yeux : vous voyez avec votre cŇďur. Vous regardez quelque chose et vous dites : "Je ne vois pas du tout cela." Vous... Vous regardez cela, mais vous ne voyez pas la chose, cela veut dire que vous ne comprenez pas cela. C'est du cŇďur que vient votre compr√©hension.
E-109 Eh bien, le voici maintenant. Il ne... il ne comprend pas cela avec son esprit. Comment va-t-il le faire? Son intellect pourrait le lui dire. C'est son raisonnement. Mais la Bible dit : "Renversons les raisonnements." Rejetons-les loin de nous. Vous direz : "Comment vais-je être guéri alors que le médecin dit : ' Eh bien, j'ai fait ceci...'?" Cela n'a rien à voir avec la chose. Vous avez environ une personne sur cinq cents qui croit réellement cela : elle se tient carrément là et rien au monde ne lui fera changer d'avis. "Eh bien, que devons-nous faire?" Fouillez tout jusqu'à ce que vous trouviez cette personne-là. C'est vrai.
E-110 Dieu scrute toute la terre pour trouver un homme. Oh, Dieu! Lorsque j'y pense, cela embrase mon cŇďur. Dieu cherche sur la terre pour essayer de trouver un homme qui s'abandonnera √† Lui. Il l'a toujours fait. Il trouva un homme du temps de No√©, sur des millions et des millions.
E-111 Les gens veulent... c'est comme... Aujourd'hui, trop de gens sont comme Samson. Samson a donn√© √† Dieu sa force, mais il ne voulait pas Lui donner son cŇďur. Dieu pouvait utiliser sa force, mais pas son cŇďur. Samson √©tait quelque peu comme un homme √† femmes, vous savez, et ne pouvait pas Lui donner son cŇďur, il a d√Ľ le donner √† Delila, mais il a donn√© sa force √† Dieu. Dieu s'est servi de sa force, mais Il ne pouvait pas se servir de son cŇďur. Ainsi, il y en a beaucoup aujourd'hui : Dieu... Vous donnerez votre intellect √† Dieu : "Je Te b√Ętirai une grande maison," "Je Te ferai une organisation.", "Je ferai ceci, je ferai cela..." Ne voyez-vous pas que c'est la m√™me chose que fit Ca√Įn, cela fut rejet√©.
E-112 Ca√Įn s'est b√Ęti un autel, il a offert un sacrifice et a dit : "Le voici. Je T'adorerai. Je crois en Toi. Voil√† mon sacrifice. Voil√† mon autel, c'est √† prendre ou √† laisser." C'est √ßa l'homme d'aujourd'hui, l'homme religieux. C'√©tait la m√™me chose avec Esa√ľ. Et c'est la m√™me chose avec l'√©glise. "J'ai fait ceci. J'ai fait ceci. J'ai fait ceci. " Il ne s'agit pas de ce que vous avez fait, il s'agit de ce que Lui a fait. Donnez-Lui votre cŇďur et suivez-Le. Il cherche √† trouver un homme qui Le suivra. Il avait eu un homme, Abraham. Il √©tait cet homme parfait. Tout ce que Dieu disait, c'√©tait correct. Ainsi, observez. Pouvez-vous vous imaginer? Or, Abraham ne pouvait pas le dire √† Sara, son √©pouse : ce beau petit gar√ßon juif √Ęg√© d'environ douze ans, il allait l'amener l√†-haut et lui couper la gorge. √á'aurait √©t√© une chose horrible √† dire √† une maman. Il ne pouvait pas le lui dire.
E-113 Ainsi, le lendemain matin, il se leva et coupa du bois ( Il est dit : "Il fendit le bois", ce qui signifie qu'il le coupa), il le mit dans une sorte de sac, dans une sorte de sac en peau, il le chargea sur le dos du mulet, et il appela deux serviteurs et dit : "Isaac, toi et moi, nous allons adorer. Prenons les mulets avec nous. Maman, nous serons de retour dans quelques jours." Tr√®s bien. Il s'en va; il s'en va vers les montagnes. Et rappelez-vous, il effectua un voyage de trois jours, est-ce vrai? Trois jours. Or, un homme ordinaire, juste n'importe quel homme, et lui un jeune, probablement √Ęg√© de vingt ans, vingt-cinq... Lorsque je patrouillais, je parcourais √† pieds trente-deux milles [51,5 km - N.D.T.] chaque jour dans la jungle. Et nous avons l'habitude de chevaucher tout le temps. Tout ce que l'homme faisait en ce temps-l√† pour se d√©placer, c'√©tait soit de monter √† dos de mulet soit de marcher. Ainsi, je peux marcher... Je pourrais √©ventuellement dire que dans les montagnes, il effectuait au moins vingt miles [32km - N.D.T.] √† pieds par jour. Eh bien, apr√®s avoir march√© pendant trois jours, il leva alors les yeux et vit, l√† au loin, la montagne qu'il avait vue en vision. Et puis il y parvint. Regardez √† quelle distance il √©tait donc de la civilisation. J'aime ceci. C'est si beau. Ne manquez pas cela.
E-114 Quand ils arriv√®rent √† la montagne, Abraham dit aux gar√ßons qui tenaient les mulets, il dit : "Restez ici; veillez sur les mulets. Le jeune gar√ßon et moi, nous allons l√†-bas pour adorer, ensuite le gar√ßon et moi, nous retournerons." Comment peux-tu dire cela, Abraham, alors que tu vas l√† pour tuer ce gar√ßon? Qu'est-ce? C'est de cette foi-l√† qu'il s'agit. Elle ne sait pas comment cela va arriver, mais il sait que cela va arriver. Oh! Vous direz : "Fr√®re Branham, l√† vous faites l'idiot." Eh bien, peut-√™tre que je le fais. Mais je me sens terriblement bien. Comme ceci, je me sens mieux que je ne me sentais dans le vieil intellect charnel, je pr√©f√®re donc rester ainsi. "Vous les gars, attendez ici avec les mulets. Le gar√ßon et moi, nous allons l√†-bas pour adorer, ensuite nous reviendrons." Que serait-il arriv√© si l'Ange s'√©tait tenu l√† et avait dit : "Abraham..." Eh bien, que serait-il arriv√© si le diable s'√©tait tenu l√† d'un c√īt√© et avait dit : "Abraham, tu as menti"?
E-115 "Oh! non. Quelque chose ici √† l'int√©rieur me dit que m√™me s'il me faut le tuer, je l'ai re√ßu comme venant des morts, Dieu pourrait le ramener de nouveau sur la terre. Le gar√ßon et moi, nous retournerons, pourquoi? Dieu m'a d√©j√† dit que par ce gar√ßon viendrait la post√©rit√© qui sauverait les nations. Et Il a chang√© mon nom et a mis "H-A-M" √† la fin de mon nom, et je suis p√®re des nations par ce gar√ßon, mais je ne sais pas ce que Dieu va faire l√†, mais Il va le faire." Fiou! Oh! la la! Cela embrase... cela vous donne quelque chose sur quoi vous tenir. Il ne s'agit pas de l'une de ces histoires catholiques de P√®re No√ęl concernant quelque chose d'imaginaire qui ne s'est jamais produit. C'est Ainsi dit l'Eternel Dieu J√©hovah. Amen. "Cela ne change rien pour moi comment nous retournerons, nous retournerons. C'est tout."
E-116 "Comment... vous?" Maintenant, s'il disait √†... "Voici un homme, assis avec une canne, aveugle. Comment allez-vous recouvrer votre vue, Monsieur?" Laissez simplement Dieu parler une fois √† son cŇďur et voyez ce qui arrive. Il se peut qu'il y ait quelqu'un l√†-bas souffrant du cancer, et qui est mourant; quelqu'un l√† au fond qui est cardiaque, qui vient d'√™tre consult√©. Le m√©decin a dit : "Vous ne pouvez pas vivre. Vous allez mourir."
E-117 Laisser cette petite sonnerie vibrer une fois ici, disant : "Je suis l'Eternel, qui te gu√©rit, qui te rend la vue, qui √īte le cancer, qui te fait marcher." Oui! Tout est termin√©. Peu m'importe ce qu'un scientifique... quoi que ce soit... Peu importe que le m√©decin ait mis un... lui fasse un cardiogramme et lui dise que son cŇďur s'√©tait d√©j√† arr√™t√©, il croirait toujours cela. Oui, monsieur. Il va le faire de toutes les fa√ßons. Rien ne peut arr√™ter cela. C'est... c'est ce qu'est la foi. Vous savez ce que... Pardonnez-moi, fr√®res et sŇďurs, je ne sais pourquoi je vais vous dire ceci, mais j'√©touffe, il faut que je le dise. Je sais que quelque chose est sur le point de m'arriver, c'est pourquoi je m'√©panche. C'est vrai. Gloire √† Dieu.
E-118 Fr√®res, j'ai vu tant de cette soi-disant super foi √† l'am√©ricaine, au point que cela me fait mal au cŇďur. Les √©vang√©listes placent les gens en lignes et disent : "O-o-o-oh, sentez cela." Comment allez-vous le faire?
E-119 L'autre jour, j'ai re√ßu une lettre venant de l'Allemagne, de la part d'un ministre luth√©rien allemand, responsable d'une association en Allemagne, dans un certain district o√Ļ se trouvait un √©vang√©liste. Et il a attir√© l'attention de cet √©vang√©liste sur cela, il a dit : "La chose que vous avez faite, c'est rouler les gens pour de l'argent. Et il serait mieux que vous les Am√©ricains restiez ailleurs." Et c'est vrai. C'est vrai . Je suis d'accord avec lui.
E-120 Il a dit : "Qu'en est-il de la petite Déborah Stadsklev, là-bas, si vous dites que toute cette super foi, c'est pour tout?" J'ai la lettre dans le classeur. Tout ce que je dis ici, frère, je peux le soutenir.
E-121 Voyez-vous? Il a dit : "Toute cette foi-là que vous dites avoir, pourquoi vous tremblez tous et sautez et tout le reste là, essayant de dire aux gens qu'ils sont guéris, et qu'ils ont fait ceci, qu'ils ont fait cela, alors que ce n'était pas le cas? Vous n'avez amené aucune repentance."
E-122 Il a dit : "Pourquoi n'avez-vous pas attendu comme frère Branham l'a fait, lorsqu'on lui avait téléphoné au sujet de la petite Déborah Stadsklev : il a attendu jusqu'à ce qu'il ait eu une réponse nette de la part de Dieu." Voilà. Attendez jusqu'à ce que vous entendiez : "Ainsi dit le Seigneur." Nettoyez vos vies. Eloignez-vous de votre incrédulité. Cessez d'avoir ces choses sensationnelles : "J'ai senti... j'ai touché... J'ai eu du sang... J'ai..."
E-123 Oh! Pas étonnant que la chose soit en train de sombrer. Il faut qu'on revienne à la Bible de Dieu : se repentir de l'incrédulité, pas du sensationnel, de taper les mains et s'emballer dans un tas d'émotions.
E-124 Le lieu de naissance de pentec√ītistes se trouve l√†-dedans, en ces jours, on les secoue et on leur dit : "Dites-le. Dites-le. Dites-le. Dites-le. Dites-le. Dites-le. Dites-le. Dites-le", jusqu'√† ce qu'ils parlent une sorte de langue inconnue ou qu'ils soient dans la confusion et disent qu'on a re√ßu le Saint-Esprit, puis ils m√®nent n'importe quel genre de vie avec assez d'incr√©dulit√© en eux, pour barbouiller l'enfer du diable. Une foi super! Oui!
E-125 Qu'est-ce qui me prend, de toute fa√ßon? Je vous dis seulement la v√©rit√©. Un jour, vous comprendrez cela. Un jour, vous saurez que je vous ai dit la v√©rit√©. Ma voix peut se taire. Il se peut que vous, que vous ayez le pouvoir de faire taire le corps qui parle, mais vous ne ferez jamais taire cette voix. Elle vient de Dieu. On a lapid√© Etienne, mais on ne pouvait pas arr√™ter son message. Il continuera son chemin. Ces bandes seront jou√©es des ann√©es apr√®s que je serai parti. Oui, une foi super. L'Am√©ricain est b√Ęti sur un tas d'agitations, des femmes aux visages maquill√©s, portant des shorts et tout le reste, qui passent dans la ligne et on les secoue, en criant : "Oui, vous l'avez re√ßu. All√©luia!" Oh! c'est une absurdit√©. Repentez-vous! Revenez √† Dieu. Nous avons besoin d'un nettoyage. Amen. Ne pensez pas que je suis f√Ęch√©. Je ne suis pas f√Ęch√©. Si je l'√©tais, je m'agenouillerais l√† √† l'autel et me repentirais avant d'avoir termin√© ce message. Je ne fais que dire quelque chose qui bouillonne dans mon cŇďur. Et c'est la Parole de Dieu.
E-126 Vous avez besoin d'un nettoyage, de la chaire jusqu'au sous-sol, de fond en comble. Une foi super, √ßa n'existe pas chez Dieu. La foi de Dieu est pure, nette, sans m√©lange. C'est vrai. Quelque chose qui se meut √† l'int√©rieur, et qui dit : "J'accepte cela." Fr√®re, vous savez o√Ļ vous vous tenez alors.
E-127 Il n'y a pas longtemps, l√†-bas au Kentucky, fr√®re Sullivan, avec une vieille chemise rapi√©c√©e, les yeux gris, me fixa dans les yeux et dit : "Pr√©dicateur, je crois cela." Oh! fr√®re, c'√©tait plus de cent pour cent. Il a fait cela. Et un cancer qui pendait sur le c√īt√© de son visage tomba sur le sol. Il a cru cela. Tant de gens ont de l'esp√©rance au lieu de la foi. Eh bien, les journaux en ont publi√© l'article, un journaliste se tenait l√† et le cancer est tomb√© et a roul√© √† ses pieds. Il ne pouvait pas s'emp√™cher d'√©crire √† ce sujet. Il a pris cela lui-m√™me, il dit : "Pourquoi ne... Je n'ai vu cela nulle part." J√©sus a dit : "Garde-toi d'en parler √† personne." Nous avons tant de publicit√© aujourd'hui pour arranger quelque chose devant le public pour que cela devienne... Oh! Je ferais mieux de me taire... aller de l'avant. Remarquez.. Mais cela est "Ainsi dit le Seigneur".
E-128 Abraham prit le petit gar√ßon. Suivez, il chargea le bois sur le dos d'Isaac. Un type de Christ portant le bois sur son dos. Ils gravirent la montagne. Ils continu√®rent √† monter. Ils mont√®rent et d√©pass√®rent la limite des arbres. Ils mont√®rent l√†-haut parmi les gros rochers, tout l√†-haut, tr√®s loin jusqu'aux grands rochers, jusqu'au sable blanc, l√†-haut au sommet de la montagne, l√† o√Ļ il n'y a que de vieilles plantes grimpantes et des choses enroul√©es autour des souches... ou plut√īt des rochers. Il roula douze pierres et les rassembla, il arrangea le bois, prit du feu, et alluma le sacrif-... alluma l'autel. Le petit Isaac devint m√©fiant. Il dit : "Mon p√®re..." Il dit : "Me voici, mon fils." Il dit : "Voici l'autel. Voici le bois. Voici le feu, mais o√Ļ est l'agneau ou plut√īt le sacrifice?" Il dit : "Mon fils, Dieu Se pourvoira Lui-m√™me d'un agneau pour ce sacrifice." Voil√†.
E-129 "Tout ce que je fais... juste suivre les instructions. Il appartient à Dieu de pourvoir à l'agneau." "Comment vais-je recouvrer la vue? Comment vais-je...?..." Ce n'est pas là le problème. Suivez simplement les instructions, croyez sans défaillir. Dieu Se pourvoira Lui-même d'un agneau pour le sacrifice.
E-130 Puis, il a dit : "Isaac, mets les mains derri√®re toi." Il prit une corde et se mit √† lui lier les mains. Alors, Isaac comprit. Observez son ob√©issance pareille √† celle de J√©sus, le v√©ritable Fils de Dieu, ob√©issant jusqu'√† la mort; Il prit la croix. Il lui lia les mains et les pieds. Abraham souleva le petit gar√ßon et le pla√ßa sur le rocher. Je me le repr√©sente debout l√†, essayant de... Son intellect essayant de se mettre √† agir : "Que vas-tu dire √† Sara quand tu retourneras √† la maison?" "Je... Je... un..." Mais la petite sonnerie a continu√© √† dire : "Je suis J√©hovah. Je pourvoirai. Suis-Moi simplement." Voyez, deux choses agissant au m√™me moment. Qu'allez-vous √©couter? Si vous √©coutez celle-ci, c'en sera fini de vous. Si vous √©coutez ceci... Vous ne pouvez pas continuer. Il vous faut √™tre s√Ľr. Ici... C'est parfait. Eh bien, il lui d√©gagea le visage en renvoyant ses cheveux en arri√®re, prit sa t√™te, la ramena en arri√®re, afin que la gorge soit d√©gag√©e... ouvrit sa petite chemise et la tira en arri√®re, afin que sa gorge soit toujours... "Ch√©ri, renvoie la t√™te un peu plus en arri√®re pour papa." Pensez-vous que c'√©tait facile? Il devait y avoir quelque chose qui bougeait au fond ici, un v√©ritable amour qui ne pouvait pas d√©faillir. Il lui ramena la t√™te en arri√®re, sortit un grand couteau comme cela (aiguis√© comme une lame de rasoir), il lui renvoya la t√™te en arri√®re, il le fit sortir, le leva vers Dieu, saisit le bout de ses cheveux, les maintint en arri√®re comme cela, et il leva la main.
E-131 A peu près à ce moment-là, le Saint-Esprit saisit sa main : "Retiens ta main, Abraham, je sais que tu m'aimes." Et à peu près à ce moment-là, un bélier bêla derrière lui. Il ne se trouvait pas là une seconde avant. Un bélier retenu dans ces plantes grimpantes par les cornes, retenu par les plantes grimpantes. "Bêêêê...." Abraham regarda tout autour, s'en alla prendre le bélier, et le mit sur l'autel, le lia avec la corde avec laquelle Isaac était lié, et tua le bélier.
E-132 Je voudrais vous poser une question. D'o√Ļ venait ce b√©lier? Il √©tait au moins √† cent miles [environ 160 km - N.D.T.] de la civilisation, au milieu des lions, des chacals, de toutes sortes de b√™tes (Tout ce qui d√©vore les brebis)... des chiens sauvages... Et, en plus, il √©tait loin, l√† haut sur la montagne, o√Ļ il n'y avait ni √† manger ni √† boire, et il n'y √©tait pas lorsqu'Abraham cherchait les pierres pour dresser l'autel, mais voil√† qu'il √©tait l√†.
E-133 Voyez-vous? √Ē Dieu! J√©hovah Jir√© : Il s'est pourvu Lui-m√™me d'un agneau pour ce sacrifice. Et Il est le m√™me J√©hovah Jir√© ce soir. La seule chose, concernant donc la post√©rit√© d'Abraham, c'est qu'Il a d√©j√† pourvu √† l'Agneau. L'Agneau a d√©j√† √©t√© immol√©... un Agneau ensanglant√©. Eh bien, ce n'√©tait pas une vision qu'Abraham avait vue, car le b√©lier a saign√©, et une vision ne saigne pas. Voyez-vous? Il a tu√© un b√©lier. Dieu l'a cr√©√© par la Parole et Abraham l'a tu√© en moins d'une minute. Il fut cr√©√© et fut tu√© √† la minute suivante, car Dieu avait une raison pour cela, car Dieu avait conduit quelqu'un √† cet endroit, pour l'√©prouver. La Bible dit qu'Abraham fut √©prouv√©. Et la post√©rit√© d'Abraham est √©prouv√©e. Oh, comme Dieu √©prouvait Son serviteur! Et Il est capable de pourvoir ou de faire n'importe quoi, de n'importe quelle mani√®re qu'Il veut, car Il est J√©hovah-Jir√©.
E-134 Maintenant, si vous êtes malade, affligé, eh bien, peu importe ce qui cloche chez vous, si Dieu vous l'a révélé, que vous allez être... que vous êtes guéri, déjà, par l'Agneau auquel Il a pourvu, et que le médecin vous dise que vous ne pouvez pas être guéri, Il est Jéhovah-Jiré, le Seigneur peut pourvoir à des yeux pour vous. Je L'ai vu faire cela. Le Seigneur peut pourvoir à des oreilles pour vous. Le Seigneur peut pourvoir à votre santé. Le Seigneur peut pourvoir à votre force. Il est Jéhovah-Jiré, le Seigneur a pourvu à un sacrifice. Et en Jésus-Christ, le Fils de Dieu, tout ceci est accompli pour vous, la postérité d'Abraham, si seulement vous croyez comme Abraham le fit. Le faites-vous? Inclinons alors la tête. Etes-vous malade? Avez-vous besoin de Lui? Jéhovah-Jiré est présent. La même Personne qui a promis toutes ces choses, qui donne tous les signes, qui accomplit toute Sa Parole, est ici dans cette salle d'armes de Middletown, dans l'Ohio, ce soir. Si vous avez besoin de Lui, levez simplement la main. Maintenant, gardez-Le à l'esprit pendant que je prie.
E-135 P√®re c√©leste, je viens au nom de Ton Sacrifice, auquel Tu as pourvu, que j'ai accept√© comme mon Sauveur, et Il a chang√© ce cŇďur irlandais, m√©chant et cruel, qui est le mien, j'√©tais couch√© l√† au lit, n'ayant que trois minutes √† vivre d'apr√®s le sp√©cialiste. Mon cŇďur ne battait que dix-sept fois par minute, mais J√©hovah-Jir√© vint sur la sc√®ne. Cela fait environ trente-cinq ans, quand je n'avais que trois minutes √† vivre. Mais J√©hovah-Jir√© a pourvu √† la vie pour moi. Pourquoi donc ne devrais-je pas la Lui consacrer?
E-136 Il se peut qu'il y ait d'autres ici, ce soir, Seigneur, sans doute, peut-√™tre pas en aussi mauvais √©tat... mais je T'avais promis l√† sur le lit d'h√īpital que je n'aurais jamais honte de Toi, et que je prendrais position pour Ta Parole, je crierai Cela sur la toiture, au coin de la rue... et depuis trente et un ans, j'ai proclam√© cela, Seigneur. Maintenant, Ton serviteur se fait vieux. Je Te prie, Seigneur, de b√©nir ces gens ce soir, et de les laisser voir cette v√©rit√© de l'Evangile. Comme le compositeur du cantique a dit : C'est la gr√Ęce qui a enseign√© √† mon cŇďur la crainte, C'√©tait la gr√Ęce qui √īta mes peurs. Combien pr√©cieuse parut cette gr√Ęce Quand j'ai cru au d√©but. Au travers de tant de dangers, de peines et de pi√®ges Je suis d√©j√† pass√©. C'√©tait... J√©hovah-Jir√© qui m'a gard√© sain et sauf jusqu'ici, Et Il me conduira dans la suite. Donne-moi la foi ce soir, pendant que je prie pour les malades. Viens-moi en aide, Seigneur et donne aux gens la foi pour croire. Maintenant, il n'y a rien, Seigneur... Je leur ai parl√© maintes et maintes fois, il n'y a rien en moi ni en n'importe quel autre homme qui peut faire ce que Tu as d√©j√† fait. Leur gu√©rison est accomplie. Tu les a rachet√©s de leurs maladies quand Tu es mort pour eux. Tu as √©t√© bless√© pour leurs p√©ch√©s, par Tes meurtrissures ils ont √©t√© gu√©ris.
E-137 Puissent-ils avoir la foi ce soir, Seigneur; qu'ils ne se fient pas √† un quelconque m√©rite, ni √† une √©motion qu'ils ont eue, ni √† une sensation ni √† quelque chose de ce genre. Mais puissent-ils venir avec une foi simple et nette, avec une d√©cision nette, disant : "Ce soir, j'accepte Christ comme mon Gu√©risseur. De tout mon cŇďur, je crois qu'Il me gu√©rit. Accorde-le, Seigneur. Et tout sera termin√©." Accorde-le, P√®re, je le demande au Nom de J√©sus. Amen. (A quelle heure sommes-nous cens√©s sortir? Y a-t-il une heure bien d√©termin√©e?) Si vous pouvez tous rester vraiment respectueux pendant quelques minutes... Je ne pense pas que nous ayons d√©j√† appel√© une ligne de pri√®re, n'est-ce pas? Nous n'avons pas encore appel√© de ligne de pri√®re depuis que nous sommes ici. Nous avons simplement eu, √† partir de l'aud-... de l'estrade? Est-ce de cette mani√®re-l√† que √ßa s'est pass√©? C'√©taient quelles cartes de pri√®re, la s√©rie A, de 1 √† 100? Pr√©f√©reriez-vous qu'on les appelle √† partir de l'autel, ici? Qu'on appelle ceux qui n'ont pas de cartes de pri√®re comme cela ou ceux qui en ont? Cela m'importe peu. N'importe quelle mani√®re qui vous donnera le plus de foi. Si vraiment vous avez la foi pour croire cela. Ne doutez pas. Et veuillez rester vraiment respectueux; restez tranquilles...
E-138 Maintenant, c'est le temps, peu importe combien j'ai pr√™ch√©, si ce n'est pas la v√©rit√©, ce n'est pas la v√©rit√©. Et Dieu ne rendra jamais t√©moignage √† un mensonge, vous le savez. Mais si c'est la v√©rit√©, Dieu est tenu de rendre t√©moignage √† cela. Maintenant, mes fr√®res, mes sŇďurs, voulez-vous avoir la bont√© de rester aussi respectueux que possible? Appelons quelques-unes de ces cartes. Si nous ne les appelons pas toutes ce soir, nous les appellerons demain. Prenons juste environ une douzaine ou quelque chose comme cela, sur l'estrade, et ensuite on laissera le Saint-Esprit, s'Il le veut, commencer √† op√©rer dans l'auditoire. Combien l√† n'ont pas de cartes de pri√®re et sont malades. Levez la main, partout... Oh!...
E-139 Combien alors ont des cartes de prière? Levez la main. Il y en a plus sans cartes de prière et peu seulement ont des cartes de prière. Probablement que certains ont eu hier soir des cartes qui étaient restées. Qu'est-ce que vous avez distribué hier soir, de un à cinquante ou de un à cent? Commençons, disons, à partir de 75. Comment est-ce que ça va se passer? Voyons si c'est ici. Carte de prière numéro 75, qui a ça? Levez la main. Non...? Eh bien, nous commencerons ailleurs. Oh! je suis désolé. Très bien, numéro 75. Qu'en est-il de vous, madame qui venez ici? Numéro 76, qui a ça? Soixante-seize... cette dame? Venez juste ici. Soixante-dix- sept, la carte de prière soixante-dix-sept. Là au fond. Soixante-dix-huit.. Venez ici. Soixante-dix-neuf, soixante-dix-neuf... Ai-je vu cela? S'est-il levé? Soixante-dix-neuf. Quatre-vingts, qui a la carte de prière quatre-vingts? Voudriez-vous lever la main, afin que nous puissions la voir? Quatre-vingts...
E-140 Bon, quand le gar√ßon vient pour distribuer les cartes de pri√®re, il se tient devant vous, les bat ensemble. N'est-ce pas vrai? Puis il prend... il vous donne la carte de pri√®re, √† tout celui qui en veut une, voyez, il n'y a pas de probl√®me. Nous ne savons donc pas √† partir d'o√Ļ nous allons les appeler et personne ne le sait jusqu'√† ce que... Le gar√ßon ne peut pas vous dire : "Eh bien, nous allons commencer ce soir par le num√©ro 1. Je vous donnerai le num√©ro 1, et vous le num√©ro 2, vous √™tes..." Il ne peut pas le faire. Voyez-vous? Et cela se prouve, car il les b√Ęt ici devant vous. Tr√®s bien. O√Ļ en √©tais-je... Quatre-vingts...? Quatre-vingts...? Carte de pri√®re quatre-vingts. Quatre-vingt- une? Est-ce que j'ai eu √ßa? Quatre-vingt une? Quatre-vingt-deux? Quatre-vingt-trois? Est-ce Cela le...? Non, elle s'est arr√™t√©e pour un enfant. Quatre-vingt-trois, voudriez-vous lever la main? L√† tout au fond. Quatre-vingt-quatre? Tr√®s bien. Quatre-vingt-cinq? Je n'ai pas vu √ßa. Quatre-vingt-cinq? Quatre-vingt-six? Quatre-vingt-six? L'homme. Quatre-vingt-sept? Je n'ai pas vu √ßa. Quatre-vingt-sept? Jetez un coup d'Ňďil sur la carte de votre voisin; il se peut qu'il soit sourd. Oh, tr√®s bien! Quatre-vingt-sept. Quatre-vingt-huit? Quatre-vingt-huit? Qu'a-t-il cet aveugle, quel est son num√©ro? Est-il... est-il... cela ne serait pas son num√©ro? Maintenant, ici? Oh... Oh! c'est parfait. Oh, c'est tr√®s bien. Gardez cela. Je prendrai cela. Gardez cela simplement...?... Quatre-vingt-neuf? Quatre-vingt-dix? Quatre-vingt-onze? Quatre-vingt-douze? Quatre-vingt-douze? Je ne vois pas cela. Quatre-vingt-douze? C'est probablement une qui a √©t√© donn√©e hier soir. Oh, vous en avez eu assez l√†-bas. Tous ceux qui se tiennent ici dans cette ligne de pri√®re, faites attention juste un instant. Je voudrais que vous soyez vraiment respectueux maintenant. Juste... juste... C'est samedi soir aujourd'hui, et vous pouvez dormir jusqu'√† l'heure de l'√©cole du dimanche, le matin. Vous n'avez donc pas √† vous rendre au travail. Ainsi donc, soyez vraiment respectueux juste pendant quelques minutes. Acceptez ce message. N'oubliez donc pas le message. Acceptez le message.
E-141 Toute personne qui est dans cette ligne de pri√®re, qui m'est √©trang√®re et dont je ne sais rien, levez la main, tous, dans la ligne de pri√®re. Tr√®s bien, monsieur. Chacun de vous dans cette ligne de pri√®re, voudriez-vous promettre solennellement √† Dieu que s'Il r√©v√®le ces choses, vous promettrez de croire en Lui et que vous vous attacherez √† Cela de tout votre cŇďur? Le promettez-vous? Et s'il faut que je m'approche pour prier pour chacun de vous en vous faisant passer par ici, si vous avez quoi que ce soit de faux, arrangez cela maintenant, avant que vous veniez dans la ligne. Voyez-vous? Faites-le. Maintenant...?... En effet, rappelez-vous, que le p√©ch√© soit sur vous et pas sur moi.
E-142 Maintenant, combien, dans l'auditoire ce soir, croient que Dieu est le Guérisseur, qu'Il peut vous guérir, et qu'Il vous guérira, et si vous avez la foi pour cela ce soir, levez la main comme quoi...?... Maintenant, promettez-vous, vous qui êtes là... Combien ici savent que je ne vous connais pas, vous qui êtes malades... que je ne connais rien à votre sujet. Levez la main.
E-143 Maintenant, si le Seigneur J√©sus fait exactement ce qu'Il a dit qu'Il fit quand Il √©tait venu ici sur terre, exactement ce qu'Il a promis qui arriverait dans ces derniers jours, s'Il fait cela une fois de plus dans cette ligne de pri√®re, ou une fois de plus l√†-bas, croiriez-vous cela solennellement, alors que je l√®ve la main vers Dieu pour montrer que je ne connais personne de ces gens qui sont l√†... Et il y a peu ici que je connais. Je vais chercher de savoir qui est cet homme qui est assis ici, et je crois que cet homme qui est assis ici, portant un costume clair, je le vois quelque part... Fr√®re et sŇďur Kidd, je les connais.
E-144 Et je sais que j'ai quelques amis ici qui viennent de Jeffersonville. Ils sont l√† quelque part au fond : l'un des diacres de notre √©glise, fr√®re Fred Sothmann, est ici. Ou c'est plut√īt un administrateur. Un autre diacre, l'un des diacres : un pr√©dicateur m√©thodiste, fr√®re Collins. Il √©tait ici l'autre jour. Lui et son √©pouse sont pr√©sents. Fr√®re Welch Evans et sa famille viennent de la Georgie. Ces gens viennent en voiture sur une distance d'√† peu pr√®s, eh bien... aller et retour, je dirais c'est √† peu pr√®s quatorze ou quinze cent miles [2.253 ou 2.413km - N.D.T.], chaque dimanche pour m'entendre pr√™cher √† Jeffersonville. Vous parlez des amis! Ils donneraient leur vie pour vous!
E-145 Frère Tom Simpson, il est présent, et je pense que certains membres de sa famille sont avec lui. C'est aussi un frère à moi, un visiteur. Frères Leo et Gene. Ils sont présents. Ils sont mes collaborateurs ici dans la réunion. Puis, j'ai un ami ici, frère Rodney, et frère Roger et frère Charlie. Ils sont d'ici, de l'Ohio, quelque part ici, près de la frontière de l'Indiana, ce sont des amis intimes à moi : Des frères des Frères unis et des méthodistes qui venaient d'entrer récemment et qui ont été sauvés et remplis du Saint-Esprit. Ils sont... ils sont censés être ici. Ils étaient ici hier. J'avais reçu certains d'entre eux dans un entretien privé. Et ils sont ici présents. Et, en dehors de cela, il n'y a personne dont je me souviens.
E-146 Fr√®re Dauch qui est assis ici, je le connais. C'est un nom allemand, je ne saurais prononcer... C'est Dauch ou plut√īt Dauch ou quelque chose de ce genre. C'est un tr√®s bon fr√®re d'ici m√™me dans l'Ohio, qui a √©t√© une grande b√©n√©diction pour moi. Et cet homme qui est assis juste ici derri√®re, en cravate rouge, celui qui est assis juste ici... Vous, juste l√†... N'est-ce pas que je vous connais? Non, l'homme qui est juste derri√®re vous, l√†... N'est-ce pas que je vous connais? Je pensais vous conna√ģtre. Je ne me rappelle pas son nom, mais je le connais.
E-147 Et l'autre matin, le Saint-Esprit m'a conduit l√† dans la rue : je suis entr√© dans la chambre pour prendre le petit d√©jeuner. Quelque chose a dit : "N'y va pas. Descends la rue." Je me suis mis √† descendre la rue, et je me suis demand√© : "Pourquoi? Pourquoi?" J'ai continu√© √† descendre la rue et j'ai vu deux dames qui se tenaient au coin de la rue. J'ai continu√© √† marcher, je me suis dit : "P√®re, que veux-Tu que je fasse?" "Continue simplement √† marcher." Et quand je suis arriv√© l√†, ces dames se sont retourn√©es et ont dit : "Monsieur, pouvez-vous nous dire l√† o√Ļ il y a une √©picerie?" J'ai dit : "Non, je suis un √©tranger ici." Et elles ont regard√© autour d'elles et ont demand√© : "N'√™tes-vous pas fr√®re Branham?" Je me suis dit : "Le voici."
E-148 Une petite dame priait avec ferveur pour me voir en privé. Elle est sortie au coin de la rue pour attendre. Dieu l'avait envoyée là-bas, et Dieu m'avait envoyé jusque là à partir de ma chambre. Elle est assise juste ici maintenant. Elle m'a dit quelque chose dont elle voulait me parler en privé. Voyez-vous?
E-149 Vous... L'unique chose que vous avez √† faire, c'est de suivre la conduite de l'Esprit. Il agit aux deux bouts de la ligne, faisant que cela se joigne parfaitement. Voyez-vous? Exactement. Et si je devais dire aux gens de Jeffersonville... Je... eh bien, je ne les appellerais pas si je voyais... appeler... √† moins qu'il s'agisse de quelque chose qu'ils pourraient... je devrais le leur dire ou quelque chose de ce genre. Mais d'habitude, il s'agit des autres. Priez tous maintenant et croyez de tout votre cŇďur. Maintenant, qu'est-ce qu'une femme... J√©sus lui a dit quelque chose qui clochait chez elle et elle est all√©e et a dit... Et toute une ville crut au Seigneur... toute une g√©n√©ration, toute une tribu de gens crut qu'Il √©tait le Messie.
E-150 Eh bien, je ne suis pas le Messie. Vous le savez. Oh! la la! Je suis un p√©cheur sauv√© par gr√Ęce. Je suis un homme. Mais le Messie Ňďuvre dans des √™tres humains. Eh bien, comme j'essayais de vous le dire, il n'y a pas trois Dieux. Quiconque croit cela est un pa√Įen. Il n'y a qu'un seul Dieu : Il vit dans trois offices. La Paternit√©... Oh! les gens sont devenus fous en cherchant √† √©tudier cela. Eh bien, c'est si simple : Dieu, le P√®re. La dispensation du P√®re. La dispensation du Fils. Le Saint-Esprit : le m√™me Dieu.
E-151 Pas trois Dieux : l'un appelé Père, l'autre appelé Fils, et l'autre appelé Saint-Esprit. Ha! Si vous croyez cela, frère, vous feriez mieux de vous en aller à l'Eglise catholique. C'est là que se trouve votre place. Exactement. C'est de là que ça vient. Un tel enseignement n'existe pas dans la Bible. Une telle chose n'existe pas. Il n'est même pas fait mention de la trinité dans la Bible, pas une seule fois.
E-152 Donc, je ne suis pas un... ne... Et je dis... Et certaines personnes disent : "C'est un Jésus seul." Vous vous êtes trompés là-dessus. Je ne voudrais pas avoir ce genre d'esprit sur moi. Cette chose-là dogmatique et impie que... Non, non. Je ne suis pas unitaire. Pas du tout. Je ne suis pas trinitaire non plus. Je suis chrétien. Je crois en Dieu.
E-153 Je crois en Dieu manifest√© en trois offices. Maintenant, Son office est dans mon cŇďur, dans votre cŇďur. Pas un autre Dieu ailleurs; un autre Dieu ailleurs; un autre Dieu ailleurs. √áa, c'est pa√Įen au possible. Pas une seule fois on a m√™me pens√© √† cela, avant le Concile de Nic√©e. Cherchez cela dans la Bible ou cherchez cela dans l'histoire... jusqu'en ce temps-l√†. √áa ne s'y trouve pas.
E-154 Gene, est-ce toi qui va les amener vers moi? Tr√®s bien, fr√®re. Maintenant, si quelqu'un ici a de doutes que ceci soit de Dieu, et si vous avez un meilleur syst√®me pour aider ces gens, avec toute la crainte de Dieu et tout le respect fraternel, je m'assi√©rai ici avec fr√®re Sullivan. Venez √† l'estrade. Vous pouvez faire quelque chose d'autre avec cela. Ou, si vous voulez venir faire la m√™me chose, si vous pensez que je suis du diable et que vous √™tes de Dieu, alors vous pouvez sans doute surpasser ceci. Vous pouvez surpasser le diable, si vous √™tes de Dieu. Alors venez, prenez place. Ce n'est pas que je sois Lui, mais Il est ici. Maintenant, peu importe ce que c'est, combien Il m'oindrait, Il doit vous oindre de la m√™me mani√®re. Maintenant, voici une femme qui se tient ici, je ne l'ai jamais vue de ma vie. Elle m'est totalement √©trang√®re. Je ne l'ai jamais vue. C'est simplement une femme qui se tient l√†. Eh bien, je suppose que c'est la premi√®re fois que nous nous rencontrons, autant que je sache. Est-ce vrai? C'est vrai. Maintenant, si c'est la premi√®re fois que nous nous rencontrons, je l√®verai la main pour cela. Si je vous ai d√©j√† rencontr√©e, je... c'√©tait quelque part o√Ļ je ne savais pas qui vous √©tiez. Nous nous sommes crois√©s soit dans la rue, soit que vous √©tiez assise dans la r√©union soit quelque chose comme cela. Je ne pouvais pas vous reconna√ģtre d'une autre mani√®re. Mais juste vous conna√ģtre, √ßa non. Et vous ne me connaissez pas. Mais il y a ici Quelqu'un qui nous conna√ģt tous deux. C'est vrai. Quelqu'un nous conna√ģt tous deux. Maintenant, nous allons nous oublier et Lui permettre de parler √† travers moi, et... Maintenant, si je venais ici et disais : "Madame, vous √™tes malade. All√©luia! Gloire √† Dieu! Allez-y, soyez gu√©rie. Vous √™tes gu√©rie. Allez-y." Eh bien, √ßa serait en ordre. Si vous voulez croire cela. Vous n'√™tes gu√©rie que par la foi. C'est vrai. Ainsi donc, vous pouvez avoir le droit de douter de cela. Mais selon les Ecritures dont je vous ai parl√©, comme quoi nous sommes au temps de la fin, ce m√™me Dieu qui a habit√© dans la chair humaine, qui a mang√© et a bu l√†, qui plusieurs centaines d'ann√©es apr√®s S'est manifest√© dans la chair, le m√™me Dieu, car Il est venu pour la R√©demption, pour chercher Son enfant perdu...
E-155 Quand Dieu √©tait descendu dans le jardin d'Eden, pourquoi n'a-t-Il pas envoy√© un Ange pour chercher Adam? Pourquoi n'a-t-Il pas envoy√© un certain fils pour chercher Adam? C'√©tait Son enfant perdu: Il est venu Lui-m√™me. Voil√† pourquoi J√©sus √©tait Dieu fait chair. Il est venu dans la chair humaine pour vous racheter. J'allais en parler ce soir, si j'avais termin√© cela hier soir, le Parent R√©dempteur, pour montrer qu'Il a d√Ľ devenir un homme. Ainsi, √† travers ce Sang, sans l'intervention du sexe, ce Sang cr√©√© de Dieu et sans m√©lange, je me tiens ici ce soir avec ce - ce d√©fi, me reposant sur ma Bible, me tenant devant une femme, pour dire que Dieu tient Sa Parole. C'est l√† que nous nous tenons. Si Dieu me r√©v√®le quelque chose que vous connaissez que je... S'il y a une chose quelconque √† votre sujet, je n'en sais rien. Mais s'Il me le r√©v√®le, alors vous le saurez, et comme la femme au puits de la Samarie, allez dire aux v√ītres : "Venez voir un Homme... Pas fr√®re Branham, alors, mais le Seigneur J√©sus qui est dans Son Eglise, qui Se manifeste, car Il m'a dit les choses de ma vie." Seriez-vous dispos√©e √† le faire? L'√©glise serait-elle dispos√©e √† le faire?
E-156 Ce n'est vraiment pas pour vous-m√™me que vous vous tenez ici. C'est pour quelqu'un d'autre. Si c'est vrai, levez la main. Voyez-vous? Il conna√ģt ce qu'il y a dans votre cŇďur. Si Dieu me d√©crit donc ou me dit quelque chose au sujet de la chose en question ou de quelqu'un, me croirez-vous? La personne n'est pas ici; elle se trouve dans un √©tat o√Ļ elle se meurt de cancer, et vous vous tenez ici pour elle. Est-ce vrai? Vous savez, ce mouchoir que vous avez l√† dans votre poche, amenez-le lui. Et ne doutez pas. Si vous ne doutez pas de cela, alors, vous pouvez obtenir ce que vous demandez. Que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse. Maintenant, l'√©glise croit-elle? Si tu peux croire. Cela secoue certains; √ßa ne secoue pas les autres. Rien... Bonjour! Si J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, me r√©v√®le la raison pour laquelle vous √™tes ici, ou pour qui vous √™tes ici, l'une ou l'autre chose, vous saurez si c'est la v√©rit√©, n'est-ce pas? Vous croirez que je suis Son serviteur, et que je vous ai dit la v√©rit√© sur base de la Parole de Dieu.
E-157 Etes-vous pr√™t pour un choc? Vous √™tes s√©rieusement malade, couvert d'une ombre de la mort, il y a une obscurit√© au dessus de vous : un cancer. C'est un cancer des poumons qui s'est g√©n√©ralis√© dans votre organisme. C'est vrai. Venez ici. Si l'Esprit de Dieu, qui est l'Auteur de la Bible... La derni√®re commission que notre Sauveur a donn√©e √† l'Eglise : "Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru." Maintenant, vous savez que Quelque chose m'a oint, est-ce vrai? Eh bien, alors, si je vous impose les mains et condamne ce d√©mon, croirez-vous que cela vient de Dieu, du Dieu m√™me qui conna√ģt votre cas? Alors vous pouvez vivre. Dieu Tout-Puissant, Cr√©ateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie √©ternelle, et Donateur de tout don excellent, avec mes mains pos√©es sur cette femme, en vertu de la derni√®re commission donn√©e √† notre Seigneur ou plut√īt par notre Seigneur, et que doit accomplir Son Eglise, je condamne cette mort qui est suspendue au-dessus de cette femme, et je la laisse vivre au Nom de J√©sus-Christ. Amen. Maintenant, √©crivez-moi votre t√©moignage et croyez de tout votre cŇďur.
E-158 Bonjour! Croyez-vous que Dieu gu√©rit aussi l'affection rectale? Tr√®s bien. Alors, c'est termin√©. Qu'avez-vous donc touch√©? C'est Lui que vous avez touch√©. Je ne vous connais pas. C'est Dieu qui vous conna√ģt. Croyez-vous que je suis Son serviteur? Je pouvais juste essayer de... Voyez, l'Ange du Seigneur... Avez-vous d√©j√† lu mon livre? Quand Il m'a rencontr√© ce soir-l√†, Il a dit : "Am√®ne les gens √† te croire." Me croire sur quoi...?... Que j'ai dit la v√©rit√©. J'ai racont√© l'histoire de la Bible, cela doit donc √™tre vrai. Si le Seigneur me r√©v√®le quelque chose √† votre sujet, croirez-vous que c'est... vous devrez conna√ģtre si c'est vrai. Vous souffrez de la v√©sicule biliaire. C'est vrai. Voil√† venir la chose! Juste... Simplement je... C'est comme si je m'y attendais. "Il a devin√© cela." Je ne l'ai pas devin√©. Cessez de penser ainsi. Ah... √áa vous fait honte √† vous-m√™me maintenant.
E-159 Je ne sais pas ce qu'Il vous a dit. Un instant. Oui, le voici. C'est ici en dessous des c√ītes; c'est la v√©sicule biliaire. C'est vrai. Cela cause la maladie, des crampes et tout. C'est vrai. Vous avez √©galement des varices. Vous souffrez de la nervosit√©. Vous avez des complications, c'est ce que dit le m√©decin. Vous vous appelez Mademoiselle Osborne. Rentrez chez vous et soyez gu√©rie. J√©sus-Christ vous gu√©rit. Honte √†... Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas. "Si tu peux croire, tout est possible."
E-160 La dame assise l√†, avec les cheveux tir√©s comme ceci, qui regarde droit vers moi, il y a quelque chose qui, quand cela a frapp√© cette femme, a frapp√© aussi cette femme-l√†, et j'ai regard√© l√† et j'ai vu la Lumi√®re sur elle... Je ne sais pas. Il y a quelque chose qui cloche chez la femme qui vient de quitter l'estrade, c'est ce qu'il y a chez cette femme-l√† aussi. Vous souffrez, n'est-ce pas, SŇďur? Malade? Oui, je vois cela maintenant. Croyez-vous que je suis Son proph√®te? Vous souffrez de la v√©sicule biliaire. Si c'est vrai, levez la main. Tr√®s bien. Vous √™tes gu√©rie. J√©sus-Christ vous gu√©rit. Le croyez-vous? Si vous voulez croire que je suis Son serviteur, cela a frapp√© votre amie qui est assise l√† √† c√īt√© de vous, tout pr√®s. √áa l'a aussi gu√©rie d'un mal de sein qu'elle avait. Oui! Croyez-vous cela, madame? Acceptez-vous cela? Si oui, levez la main. Tr√®s bien. Rentrez chez vous en croyant; vous pouvez √™tre gu√©rie. Je vous demande seulement de croire. C'est tout. Il est pr√©sent dans l'auditoire. Voyez-vous cette petite dame assise ici, qui prie de tout son cŇďur? Elle ne prie pas pour elle-m√™me. Elle prie pour une sŇďur qui a un cancer. Oui. Une sorte de sensation √©trange, n'est-ce pas? Tr√®s bien. Maintenant, allez, croyez. C'est tout. Hmm! C'est √©trange. Une autre femme est apparue √† c√īt√© de Lui. Il est juste l√† derri√®re elle, entrain de prier pour la m√™me chose. Croyez aussi, sŇďur. Vous pouvez recevoir la v√ītre. Oh! Dites-moi ce qu'elles ont touch√©. Comment? Elles sont √† vingt pieds de moi ou trente [6 ou 9m -N.D.T.]. Comment pouvaient-elles me toucher? Elles ne m'ont point touch√©, mais elles ont certainement touch√© le Souverain Sacrificateur, J√©sus-Christ, qui peut √™tre touch√© par le sentiment de nos infirmit√©s.
E-161 Je ne vous connais pas. Nous sommes √©trangers l'un √† l'autre? Si le Seigneur J√©sus me r√©v√®le quelque chose... Vous vous rendez compte que vous √™tes dans Sa Pr√©sence. Quelque chose ne va pas : vous pourriez tomber raide morte √† cause de √ßa. Vous le savez. C'est vrai. Allez-vous croire de tout votre cŇďur? La maladie est dans votre dos. C'est vrai. Un rein en mauvais √©tat. C'est vrai. Croyez-vous que vous allez √™tre gu√©rie? Madame Combs, vous pouvez rentrer chez vous et √™tre gu√©rie. Priez pour cette femme...?... C'est sa foi. Je ne vous connais pas. Oh! que... que... ? Qu'en serait-il si cela... Oh, bien... Vous pensez que votre m√®re s'en sortira de cette attaque et sera r√©tablie? Tr√®s bien. Partez, croyez cela. Vous pouvez √™tre gu√©rie. Que Dieu vous b√©nisse. Dieu peut-Il gu√©rir le cancer et vous gu√©rir? Tr√®s bien. Partez, croyez cela de tout votre cŇďur, et soyez gu√©rie. Si vous pouvez croire.
E-162 Venez. Environ quatre-vingts pour cent de cet auditoire souffrent de la m√™me maladie, madame. Permettez-moi de le d√©montrer. Vous tous l√† qui √™tes tourment√©s par la nervosit√©, levez la main, tout le monde. Voyez? C'est √ßa votre probl√®me. Cela vient √† peu pr√®s √† cette p√©riode de la vie de toute fa√ßon, mais il y a longtemps que vous √™tes nerveuse. Croyez-vous maintenant que vous vous en √™tes remise? Allez en remerciant le Seigneur. Dites : "Merci, Seigneur J√©sus." Dieu peut-Il gu√©rir votre dos et vous r√©tablir? Tr√®s bien. Partez, croyez cela de tout votre cŇďur. Je vois votre affection. Mais ce n'est pas de √ßa qu'il s'agit. Vous √™tes si nerveuse que vous ne savez pas vous contenir. Allez, croyez. √áa ira bien. Cette... Cette m√™me dame-ci avait un trouble nerveux, elle a d'autres affections, des complications, mais, √† vrai dire, elle veut que je prie pour la nervosit√©. Est-ce vrai? Croyez cela et allez-y, soyez gu√©rie. Croyez simplement de tout votre cŇďur. Je ne vous connais pas, n'est-ce pas? Croyez-vous que Dieu gu√©rira ce trouble f√©minin dont vous souffrez, et qu'Il vous r√©tablira? Alors, allez-y, croyez cela; ayez foi.
E-163 Croyez-vous l√†-bas, chacune de vous? Avez-vous la foi? La dame assise juste l√† souffre aussi d'un trouble f√©minin pour lequel elle est en train de prier. C'est vrai . La dame qui a, on dirait, quelque chose sur les genoux. C'est vrai. Vous! Vous! Vous qui avez regard√© en direction de la femme qui est √† c√īt√©. Croyez! Non, juste ici, vous qui avez la main pos√©e derri√®re comme ceci. Croyez de tout votre cŇďur. Rentrez chez vous, certainement, et soyez gu√©rie. Que J√©sus-Christ...
E-164 Que pensez-vous, vous là-bas, vous qui priez pour votre épouse qui a rétrogradé? Pensez-vous qu'elle reviendra à la maison et sera... Levez-vous. Très bien. Je vous la rends au Nom de Jésus-Christ.
E-165 Allez, croyez, sŇďur. Soyez gu√©rie. J√©sus-Christ vous gu√©rit et vous r√©tablit. Eh bien, c'est aussi de cette mani√®re dont elle doit quitter le lit le matin. Voyez? C'est l'arthrite, mais Dieu peut gu√©rir l'arthrite, n'est ce pas ? Tr√®s bien, si vous... Eh bien, allez, croyez donc en Lui. Allez-y et dites : "Merci, Seigneur." Croyez en Lui.
E-166 Qu'en serait-il si je ne vous disais m√™me pas un seul mot, et que je disais simplement... j'imposais mes mains sur vous, croyez-vous que vous serez r√©tablie? Approchez-vous alors. Que Dieu vous b√©nisse. Allez, recevez cela, sŇďur, au Nom de J√©sus. Eh bien, voil√† que cela revient : un autre cas de nervosit√©. C'est vrai. Combien, l√† dans l'auditoire... de tout notre cŇďur, avec tout ce qui est en vous, et croient de toute leur force que Dieu est le Gu√©risseur de la nervosit√©, levez la main comme cela. S'Il peut gu√©rir cette femme-ci...
E-167 Maintenant, par cela... Venez ici un instant. Oui oui! Vous avez aussi d'autres petites affections, n'avez-vous pas... féminin? Voyez, comment pourrais-je dire cela? Vous le pouvez certainement. Regardez ici, en posant votre main sur la mienne... Regardez ici. Voyez-vous ma main? Voyez-vous comme elle est tout aussi normale que la main de n'importe quel homme? Maintenant, posez cette main ici. Maintenant, regardez-la. Voyez-vous comment elle gonfle, ces petites choses blanches qui circulent là-dessus? Observez maintenant. Prenez l'autre main là et posez-la là-dessus. Cela ne se produit pas sur celle-ci, n'est-ce pas? Ça ne se produit pas sur celle-ci. Eh bien, pourquoi cela s'était produit sur celle-ci alors?
E-168 C'√©tait le premier don qui m'a √©t√© donn√©. Voyez, c'est votre contact, votre main droite avec ma gauche; vous engagez votre foi, montrant que vous croyez ce que je vous dis. Je saisis votre main gauche et je l√®ve la mienne vers Dieu. Ma gauche est dirig√©e vers mon cŇďur. Voyez-vous? Maintenant, vous voyez que quelque chose se produit et montre physiquement ce qui ne va pas l√†. Est-ce vrai?
E-169 Maintenant, si c'est vrai, faites face aux gens. Est-ce... Observez pendant qu'elle regarde ici. Regardez vous-m√™me ma main. Maintenant, retirez votre main de l√†. Maintenant, prenez l'autre main, posez-la dessus. Cela ne se produit pas l√†. Votre main-ci est tout aussi semblable √† celle d'un homme que l'autre. Voyez-vous? Ainsi donc, vous voyez qu'il y a quelque chose qui se fait voir physiquement: c'est l'onction, c'est par une promesse. Maintenant, venez ici. Maintenant, observez ma main. Croyez-vous maintenant de tout votre cŇďur? Je vais poser ma main juste ici pour que vous la voyiez. Il ne s'agit pas de... Vous pouvez voir qu'il ne s'agit pas de la position dans laquelle je tiens ma main, l√† o√Ļ elle se trouve, c'est pareil. Maintenant, si cela dispara√ģt, si cela revient comme c'est le cas pour l'autre main, eh bien, alors ce sera... vous saurez que quelque chose s'est produit, n'est-ce pas? Maintenant, je ne sais pas si vous pouvez voir cela ou non, pendant qu'elle pose sa main sur la mienne, √ßa gonfle, et de petites choses blanches font : "Bthrrrrr, bthrrrrr, bthrrrrr...." Elle ne se rend pas compte... elle sait qu'elle a un trouble f√©minin, mais elle ne sait pas ce que c'est. Voyez-vous? C'est une tumeur. Voyez-vous? Maintenant, la voil√†, √ßa bouge. Elle avait un probl√®me √† ce niveau-l√†.
E-170 Eh bien, maintenant, regardez, je vais retirer ma main de là. Regardez ma main maintenant. Eh bien, qu'elle prenne l'autre main ici et pose cette main dessus. Pas la moindre différence! Voyez-vous? Celle-ci ne manifeste pas cela. Celle-ci oui. Est-ce vrai, madame, que vous êtes juste... regardez cela? Voyez-vous? De petites choses blanches circulent sur ma main, faisant : "Bthrrrrr, bthrrrrr, bthrrrrr..." Qu'est-ce? Il y a en elle une vie qui lui est étrangère.
E-171 Eh bien, le m√©decin appelle cela "tumeur, cancer", ainsi de suite comme cela, mais J√©sus a appel√© cela "un d√©mon". Observez, c'est une vie. Qu'est-ce qu'elle est? Elle est une vie, une prolif√©ration des cellules. Qu'est-ce qu'une tumeur? Une prolif√©ration des cellules. Qu'est-ce qu'un cancer? Une prolif√©ration des cellules. Qu'est-ce qu'une cataracte? Une prolif√©ration des cellules. Voyez, c'est une vie l√† √† l'int√©rieur. Ceci est donc l'onction, l'onction de la Vie √©ternelle. Et il y a ici une vie qui est la Vie √©ternelle, et il y a l√† une vie qui est la mort. Voyez-vous? Voil√† donc la diff√©rence. Cette femme est une croyante. Voyez-vous? Elle est nerveuse; √ßa fait longtemps qu'elle est dans cet √©tat, particuli√®rement depuis la m√©nopause : elle a l'astigmatisme dans les yeux, elle a des crises de vertige. Oh! la la! C'est facile. Voyez-vous? Mais ce qu'il faut, c'est d'observer maintenant et de voir. Or, je ne peux pas √īter cela; ou plut√īt je ne peux pas faire dispara√ģtre cela. Maintenant, je voudrais tenir ma main de sorte que vous voyiez que ce dont j'ai parl√© il y a quelques instants est vrai. Pouvez-vous m'entendre? Je vais tenir ma main ici et laisser la femme prier pour voir si cela va quitter. Priez simplement, dites : "Seigneur, viens-moi en aide." Maintenant, elle prie. Voyez-vous?
E-172 Maintenant, qu'elle observe elle-m√™me : Je n'ai pas regard√© ma main. √áa y est toujours. Voyez-vous? Maintenant je vais prier : Dieu notre P√®re, √©coute ma pri√®re, je prie pour cette femme afin que Tu lui viennes en aide, selon sa foi. Amen. √áa n'a pas quitt√©, n'est-ce pas? √áa y est toujours. Maintenant, je ne vais pas bouger. Observez simplement ma main. Eh bien, je vous montre simplement ce qu'Il a dit, je vais prouver que c'est bien Lui. Alors, que m'avait-Il dit? Il m'a promis ceci. Je ne peux pas √īter cela d'elle, mais si elle voit que √ßa quitte, elle va... Maintenant, j'aimerais que vous observiez ma main. Vous, observez ma main.
E-173 Dieu Tout-Puissant, ce n'est pas pour faire une exhibition ici, mais ceci sera probablement ma derni√®re occasion dans cette ville. Je Te prie, √ī Seigneur, de Te r√©v√©ler, pour montrer que j'ai dit la v√©rit√© √† ces gens. Ils sont en train d'observer ma main; la femme aussi. Mais Tes Paroles sont si vraies. Des fois, lorsqu'un petit trouble li√© √† la fatigue fait obstacle, n√©anmoins Ta promesse reste toujours vraie : "En mon Nom, ils chasseront les d√©mons."
E-174 Or, Tu as promis cela. Tu me l'as confirm√© par un Ange ce soir-l√† √† Green's Mill, quand je me tenais dans cette cabane. Satan, tu ne peux plus la retenir. Sors d'elle, au Nom de J√©sus-Christ. Maintenant, que la dame juge par elle-m√™me. C'est parti. Est-ce que c'est parti, madame? Je n'ai pas boug√© ma main. Maintenant, regardez. C'est parti. Posez l'autre main dessus. Il n'y en a pas, n'est-ce pas? Vous √™tes gu√©rie. Comprenez-vous ce que je veux dire? Croyez-vous? Maintenant, combien de croyants y a-t-il ici? Levez la main. La Bible n'a-t-Elle pas d√©clar√© cela? Dieu n'a-t-Il pas Ňďuvr√© avec la semence d'Abraham de la m√™me mani√®re qu'Il le fit avec Abraham? N'est-Il pas le m√™me Ange qui a rencontr√© Abraham au... juste au temps de Sodome avant sa destruction; n'est-ce pas les m√™mes Ňďuvres qu'Il est en train d'accomplir ce soir? Sont-elles les m√™mes? Le sont-elles? Croyez-vous cela? Etes-vous la post√©rit√© d'Abraham?
E-175 Dieu a dit : "Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : s'ils imposent les mains aux malades, les malades seront gu√©ris." Combien y en a-t-il l√† qui sont malades? Levez la main. Combien parmi ceux qui sont assis √† c√īt√© d'eux sont des croyants? Imposez-vous les mains les uns aux autres. C'est tout. Imposez-vous simplement les mains. C'est tout ce qu'il a √† faire. C'est... Dites simplement... vous dites : "Eh bien, Fr√®re Branham, je veux √™tre baptis√©." Je vous baptiserai, c'est tout. Alors, vous √™tes baptis√©. Est-ce vrai? Alors, vous √™tes un chr√©tien. Oh! ensuite, si vous dites : "Eh bien, Fr√®re Branham, me repentir et √™tre baptis√©." C'est ce que dit la Bible: "Allez par tout le monde, pr√™chez la Bonne Nouvelle... toute la cr√©ation... celui qui croira et qui sera baptis√© sera sauv√©." Est-ce vrai?
E-176 Eh bien, Fr√®re Branham, me repentir √™tre baptis√©, la Bible dit que vous √™tes sauv√©. Est-ce vrai? Quelle est la proc√©dure du bapt√™me. Immergez-les simplement, puis sortez-les... baptis√©s. Quelle est alors la proc√©dure pour les malades? "Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru, s'ils imposent les mains aux malades, les malades seront gu√©ris." "Si fr√®re Branham impose les mains..." Il n'a jamais dit : "Fr√®re Branham..." Il a dit : "Quiconque." Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. Vous √™tes un croyant comme moi. Vous avez les m√™mes droits que moi d'imposer les mains √† n'importe qui d'autre, ils ont le droit de le faire. Croyez-vous cela? Alors je veux que vous vous imposiez les mains les uns aux autres. Inclinez la t√™te. Ne priez pas pour vous-m√™me maintenant; priez pour la personne qui est √† c√īt√©, et √† qui vous avez impos√© la main, car on est en train de prier pour vous. Croyez de tout votre coeur. Je vous recommande √† J√©sus-Christ, pendant que je prie pour ces linges et ces mouchoirs.
E-177 Père céleste, ces mouchoirs m'ont été apportés, les gens croient exactement comme au temps de Paul. Les gens ont vu Paul avoir des visions, et ils ont reconnu qu'il était envoyé de Dieu. Ces gens croient la même chose. Maintenant, Seigneur, Tu es le même Dieu pour nous, car Abraham était le père de beaucoup de nations. Et les mouchoirs et les linges qui avaient touché le corps de Paul étaient appliqués sur les malades ainsi que les affligés, et les démons et les esprits impurs sortaient des gens, les maladies étaient guéries. Maintenant, je réprimande chaque démon...

En haut