ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



PrĂ©dication Mais Il N’en Etait Pas Ainsi Au Commencement / 61-0411 / Bloomington, Illinois, USA // SHP 2 heures et 6 minutes PDF

Mais Il N’en Etait Pas Ainsi Au Commencement

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 ... ont une grande foi, mais ils ne connaissent pas leur position. Ainsi, c’est juste comme un homme qui a de l’argent en banque mais qui ne sait pas Ă©tablir un chĂšque. Et l’autre sait Ă©tablir un chĂšque, mais il n’a pas d’argent en banque. Si jamais vous mettez ces deux-lĂ  ensemble, vous aurez la chose. Si seulement les pentecĂŽtistes pouvaient se rendre compte qu’ils ne sont pas les rebuts de la sociĂ©tĂ©, qu’ils sont des fils et des filles de Dieu, hĂ©ritiers de toutes choses Ă  travers Christ. Mais aussi longtemps que Satan peut vous garder dans la peur pour rĂ©clamer votre hĂ©ritage, Ă  ce moment-lĂ  il vous a eu. Voyez? Aussi longtemps que vous avez peur de cela ... N’ayez peur d’aucune Parole que Dieu a Ă©crite, car vous devez juste accrocher votre foi Ă  chaque ponctuation qui s’Y trouve, parce qu’Elle est vraie. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Et ensuite avancez tout simplement. MĂȘme si vous ne voyez pas oĂč vous allez, aussi longtemps que vous suivez la Parole, avancez de toute façon.
E-2 C’est comme Abraham, il a ... Il ne douta point, par incrĂ©dulitĂ©, au sujet de la promesse de Dieu; mais il fut constamment fortifiĂ© [par la foi], donnant gloire Ă  Dieu, sachant que la chose allait s’accomplir, de toute façon. Voyez-vous? Et nous sommes les enfants d’Abraham. Le Seigneur voulant, c’est de cela que j’aimerais vous parler le dimanche aprĂšs-midi: Abraham et sa postĂ©ritĂ© aprĂšs lui. Et nous espĂ©rons avoir un grand service de guĂ©rison dimanche aprĂšs-midi.
E-3 Je pense que c’est trĂšs bien. C’est toujours ma requĂȘte que lorsqu’il y a beaucoup d’églises qui parrainent, que nous n’ayons pas un service le dimanche soir afin de ne pas retenir nos frĂšres, les membres de nos Ă©glises loin de leurs Ă©glises et tout. Je crois que chacun de vous devrait ĂȘtre Ă  son poste du devoir lorsque votre Ă©glise est ouverte. C’est correct. C’est exact. Vous devez soutenir votre pasteur, et soutenir votre comitĂ©, et soutenir votre Ă©glise, et... Mais lorsque nous tenons une rĂ©union de communion comme celle-ci, si nous pouvons la tenir le dimanche aprĂšs-midi, alors chacun peut retourner Ă  son Ă©glise bien chargĂ© de quelque chose que quelqu’un a dit, ou d’un tĂ©moignage, ou de quelque chose que le Seigneur a fait, ou d’un cantique, ou d’un sermon, ou de quelque chose... Et–et je crois donc que nous pouvons tout simplement continuer d’avancer comme cela.
E-4 Et moi... Concernant l’argent, je n’ai jamais cherchĂ©... j’ai totalisĂ© cinquante-deux ans l’autre jour, et je suis dans le ministĂšre depuis presque trente et un ans, je n’ai jamais de ma vie prĂ©levĂ© une offrande. Je n’ai jamais de ma vie prĂ©levĂ© une seule offrande, et je n’en ai jamais eu l’intention. Alors je travaillais. J’ai Ă©tĂ© pasteur du Tabernacle baptiste Ă  Jeffersonville pendant dix-sept ans, sans prĂ©lever un seul cent, je travaillais comme garde chasse de l’Etat d’Indiana, je travaillais sur les lignes Ă  haute tension, et tout ce que je pouvais faire, je supportais les frais de mes voyages, et j’ai aidĂ© Ă  construire l’église. Et je ne crois pas que–que... je ne m’implique pas tellement dans ces programmes qui nĂ©cessitent beaucoup d’argent. Et qu’en serait-il si je devais collecter autant d’argent que certains frĂšres? Qu’en serait-il s’il me fallait faire face aux dĂ©penses comme celles de Billy Graham? Qu’en serait-il s’il me fallait faire face aux dĂ©penses comme celles d’Oral Roberts? Je ne pourrais jamais venir Ă  un petit endroit comme celui-ci et y tenir une rĂ©union. Mais j’aime rester au niveau oĂč je ne suis pas tenu de faire des dĂ©penses, et alors je peux aller partout oĂč le Seigneur me conduit. Voyez? Je n’ai aucune obligation.
E-5 J’ai tenu un rĂ©veil dans une Ă©glise de vingt personnes. C’était–c’était navrant, mais nous l’avons tenu, et le Seigneur a bĂ©ni et a fait une chose glorieuse. Les gens se tenaient sous une tempĂ©rature de zĂ©ro degrĂ©, pleurant aprĂšs avoir Ă©tĂ© rĂ©primandĂ©s, et la vapeur de leur souffle gelait sur leur visage. Mais ils ont Ă©tĂ© sauvĂ©s, alors qu’est-ce que ça change aussi longtemps qu’ils sont sauvĂ©s? Et je n’ai pas d’argent, je crois que mon... Si je vĂ©rifiais mon compte ce soir et cela... Si je ne suis pas Ă  dĂ©couvert, je ne peux pas avoir plus de cent cinquante dollars. Alors que ferais-je avec cela lĂ  oĂč peut-ĂȘtre M. Roberts doit dĂ©penser environ sept, ou huit, ou dix mille dollars par jour? Oh! je n’aimerais pas avoir cela sur moi, pour rien au monde. Oh! la la!, oh! oh! la la! Dieu est plus avisĂ©. Il savait que je n’ai pas... je n’ai pas une si grande capacitĂ© mentale pour m’occuper de telles affaires. Je–je ne pourrais simplement pas le faire. Je suis trĂšs reconnaissant que Dieu ait des hommes qu’Il... pour faire cela.
E-6 Tout rĂ©cemment, lorsque je me tenais... FrĂšre Oral Roberts, je me souviens lorsqu’il avait tenu sa premiĂšre rĂ©union, il est venu Ă  une rĂ©union que je tenais ici Ă  Saint Louis, ou plutĂŽt Ă  Kansas City, c’était une petite tente usĂ©e qu’on avait Ă©rigĂ©e de l’autre cĂŽtĂ©. Et il a dit: «FrĂšre Branham, pensez-vous que Dieu exaucera ma priĂšre pour les malades?» J’ai dit: «Il exaucera la priĂšre de n’importe qui, FrĂšre Roberts.» Et je me souviens de Tommy Osborn, lorsqu’il s’est enfermĂ© dans une chambre cette nuit-lĂ , aprĂšs que ce dĂ©moniaque a couru Ă  l’estrade pour me tuer (Vous en avez lu l’histoire.), Ă  Portland, dans l’Oregon. Et puis, il est venu chez moi, et il a dit: «FrĂšre Branham, oh! pensez-vous que j’aie un don de guĂ©rison?»
E-7 J’ai dit: «FrĂšre Osborn, vous ĂȘtes un jeune homme qui promet.» J’ai dit: «Si ceci continue, ça sera comme n’importe quel autre rĂ©veil. Il arrivera qu’un prĂ©dicateur ne croira pas qu’il a un ministĂšre Ă  moins qu’il tienne un service de guĂ©rison.» J’ai dit: «Ne considĂšre pas ça.» J’ai dit: «Si Dieu vous a appelĂ© Ă  prĂȘcher l’Evangile, Il vous a appelĂ© Ă  prier pour les malades.» Et j’ai dit: «Tenez-vous-en juste Ă  cela.» Voyez-vous? Vos pasteurs ont exactement le mĂȘme droit de prier pour vous que n’importe quel Ă©vangĂ©liste qui est dans le champ missionnaire. Et si votre pasteur n’est pas lĂ , votre bon voisin sauvĂ© par Dieu, votre mari, ou votre frĂšre, votre enfant, ou qui que ce soit peut le faire. «Confessez vos fautes les uns aux autres; priez les uns pour les autres afin que vous soyez guĂ©ris.» C’est vrai.
E-8 Donc je n’ai jamais essayĂ© de me faire de l’argent. Et ces deux frĂšres que j’ai citĂ©s, deux hommes merveilleux, loyaux, doux, sauvĂ©s par Dieu, il s’agit de T. L. Osborn et O. L. Roberts, c’est l’exacte vĂ©ritĂ©, ce sont des hommes merveilleux. Je les connais tous deux depuis le dĂ©but de leur ministĂšre, et ils sont de trĂšs bons frĂšres. Et je suis allĂ© chez frĂšre Osborn l’autre jour, et lĂ -bas, lorsque j’ai tenu une rĂ©union Ă  Tulsa, j’ai vu comment Dieu l’a bĂ©ni. Et il est un grand missionnaire, il fait une oeuvre missionnaire. Et l’argent que vous envoyez Ă  frĂšre Osborn est certainement utilisĂ© correctement. C’est un homme aimable, sauvĂ© par Dieu. Et je suis allĂ© chez lui, et il a passĂ© son bras autour de moi, il s’est mis Ă  pleurer, il m’a montrĂ© tous les endroits oĂč il avait Ă©tĂ©. Il a dit: «FrĂšre Branham, ça c’est une partie de votre ministĂšre». Il a dit: «Si vous n’étiez pas allĂ© et que vous n’aviez fait comme le Seigneur avait fait et par... vous dit de faire... a-t-il dit, je suis juste un de vos Ă©lĂšves.» pour ainsi dire. Pensez-y, un homme d’un tel calibre dire Ă  un petit homme comme moi que je–qu’il Ă©tait mon Ă©lĂšve. Cela doit ĂȘtre un esprit trĂšs humble et trĂšs doux.
E-9 Et ensuite, lorsque j’étais lĂ , frĂšre Oral Roberts est tombĂ© et s’est blessĂ© Ă  la jambe. Et je suis allĂ© dans son beau et grand immeuble lĂ , et je n’aurais pas Ă©tĂ© mieux traitĂ© mĂȘme si j’avais Ă©tĂ© un ange venu du Ciel quand je suis allĂ© prier pour lui. Et il avait un genou qui avait... Oh! c’était dans un Ă©tat terrible. Et pendant que je priais, les veines sont descendues et ont formĂ© un grand ‘v’ au-dessus de son genou; il s’est carrĂ©ment tenu debout et s’est mis Ă  marcher.
Donc je suis allĂ© dans ses bureaux, et combien c’était beau et agrĂ©able, et c’est un grand immeuble. J’ai simplement pleurĂ©. Quand je suis sorti, j’ai observĂ© son trĂšs grand immeuble lĂ , comment cela a Ă©tĂ© admirablement construit, le tout dans un bloc Ă  trois parties. Et j’ai vu ce miroir oĂč se reflĂ©taient ces mains tendues vers le bas. Et lorsque je suis sorti, j’ai regardĂ©, je n’avais jamais rien vu de pareil au monde. Et je me suis dit: «Ô Dieu, Grand JĂ©hovah, combien je suis reconnaissant! Cela montre la foi d’un homme qui peut rĂ©ellement saisir Dieu et faire une chose comme cela. Combien je suis reconnaissant!» Alors Satan m’a parlĂ©, disant: «Certainement qu’il n’a pas beaucoup de considĂ©ration pour toi. Et s’il venait chez toi et voyait une seule petite machine Ă  Ă©crire placĂ©e lĂ  au fond d’une caravane? Quel genre de bureau serait-ce lĂ ?»
E-10 J’ai dit: «Eh bien, je fais le mieux que je peux. C’est tout.» J’ai du mal Ă  rĂ©pondre Ă  chaque lettre. Et j’ai levĂ© les yeux et je me suis dit: «Oh! la la! je ne voudrais sĂ»rement pas que ces frĂšres viennent chez moi et qu’ils voient mon bureau.» Mais alors, tandis que je me tenais lĂ , quelque chose de doux s’est produit. Et je ne l’oublierai jamais. Tout aussi clair que j’aie jamais entendu une voix dans ma vie, Il a dit: «Mais Je suis ta Portion.» Et j’ai dit: «Merci, Seigneur. Je vais m’engager avec joie sur cette voie, parce que je n’ai pas la capacitĂ© mentale qu’il faut pour gĂ©rer une radio mondiale comme frĂšre Roberts, et les milliers d’ñmes qu’il atteint. Mais par ma petite maniĂšre humble, si Tu veux tout simplement m’aider, et ĂȘtre ma Portion, je vais simplement Te suivre. Et oĂč que tu me conduises alors je–je ferai cela d’une maniĂšre modeste–la maniĂšre... parce que nous devons faire en sorte que les petites pierres s’ajustent aux grandes.
E-11 J’ai ici une montre qui m’a Ă©tĂ© donnĂ©e en Suisse. Et elle comporte beaucoup–tout un tas de petites piĂšces qui sont en mouvement. Elles ne sont pas toutes des ressorts principaux, mais elles doivent toutes ĂȘtre en mouvement pour faire–indiquer toujours la bonne heure. Ainsi c’est ce que je pense, nous le faisons tous ensemble. Nous faisons tous des mouvements selon notre petite maniĂšre pour indiquer toujours l’heure exacte. Et voici mon doigt; ce n’est certainement pas mon esprit. Ce n’est certainement pas mon oeil ni mon oreille. Mais j’espĂšre qu’il ne prendra jamais la dĂ©cision de ne plus ĂȘtre un doigt, parce qu’il n’est pas mon oeil ni mon oreille, parce que je–j’aurai du mal Ă  travailler sans cela. Et peut-ĂȘtre que votre petite Ă©glise... Vous direz: «Eh bien, FrĂšre Branham, nous sommes juste un tout petit groupe de gens.» Cela importe peu. Vous jouez un rĂŽle dans le Corps de Christ, alors avancez tout simplement, avancez seulement selon la maniĂšre dont le Saint-Esprit vous pousse. Votre rĂ©compense sera la mĂȘme Ă  la fin du jour. Oh, n’est-Il pas merveilleux? Maintenant, d’ici une ou deux soirĂ©es, le Seigneur voulant, nous voulons commencer nos services de guĂ©rison, l’action du Saint-Esprit et observer ce qu’Il fait. Maintenant, beaucoup de gens vont poser des questions, surtout lorsque les jeunes gens vont faire sortir ces photos de la Colonne de Feu; et il y aura toutes sortes de questions. J’espĂšre donc qu’au cours des services de l’aprĂšs-midi et ainsi de suite, qu’ils vont vous donner des explications sur ce que c’est (Voyez?), exactement.
E-12 Combien ont dĂ©jĂ  vu la photo? Je pense que presque nous tous nous avons vu cela. Cela est allĂ© partout dans le monde. Si celle que nous avons ici maintenant a Ă©tĂ© prise ici Ă  Houston, au Texas, et a Ă©tĂ© examinĂ©e par le FBI... Cela a Ă©tĂ© examinĂ© par le chef du dĂ©partement des empreintes digitales et documents, Ă  savoir George J. Lacy. Et il m’a dit ce jour-lĂ , pendant qu’on se tenait lĂ  dans l’immeuble Shell, oĂč Ă©taient tous les journaux et ainsi de suite, il a dit: «Monsieur Branham, j’ai Ă©tĂ© un de vos critiqueurs.» Il a dit: «J’ai toujours dit que c’était de la psychologie; que vous lisiez la pensĂ©e des gens. Et ces gens qui disaient qu’ils avaient vu une LumiĂšre et ainsi de suite et qui disaient... Je disais que c’était simplement de la psychologie; parce qu’ils Ă©taient emballĂ©s; mais, a-t-il dit, RĂ©vĂ©rend Branham, l’oeil mĂ©canique de cet appareil photo ne captera pas de la psychologie. La LumiĂšre a frappĂ© la lentille.» Il a dit: «La chose se trouvait bien lĂ .»
E-13 Donc si quelqu’un vous pose une question, je vous donne mon humble avis, si l’enlĂšvement se produisait ce soir et que nous partions conformĂ©ment... Je ne dis pas ceci pour me montrer modeste; je le dis parce que cela vient de mon coeur; en effet, si un homme exprime de sa bouche une chose qui n’est pas dans son coeur, il est donc un hypocrite, et il est pire qu’un incroyant. Mais si l’enlĂšvement se produisait peut-ĂȘtre que vous partirez avant moi. C’est vrai. Mais je suis si reconnaissant de savoir que Dieu, Ă  moi qui suis sans aucune instruction, sans aucune capacitĂ©, mais Ă  l’aide d’un don humble, Il m’a permis de gagner un ou deux millions d’ñmes Ă  Lui avec ma maniĂšre, la meilleure que je sache utiliser. Et je n’ai aucun... j’ai quittĂ©, j’ai simplement abandonnĂ© ma communion avec... Pas la communion mais juste la carte de membre de l’Eglise baptiste, l’Eglise Baptiste Missionnaire, en vue de communier avec les pentecĂŽtistes et avec tous les autres: les mĂ©thodistes, les baptistes, les presbytĂ©riens.
E-14 Et j’ai–j’ai Ă©tĂ© invitĂ© Ă  adhĂ©rer aux–aux AssemblĂ©es de Dieu, Ă  l’Eglise de Dieu et–et des PentecĂŽtistes de la SaintetĂ©, aux Unitaires, et aux–aux–aux PentecĂŽtistes Unis, et Ă  tous ces diffĂ©rents groupes oĂč l’on trouve des hommes merveilleux. Pour moi, il y a des chrĂ©tiens dans tous ces groupes. Mais j’ai essayĂ© de me tenir Ă  la brĂšche entre eux tous et de dire: «Nous sommes des frĂšres, essayons de...» Et la petite influence que j’ai par l’Evangile que Dieu m’a donnĂ©, je ne cherche jamais Ă  mettre cela sur le compte d’une quelconque organisation, mais sur le compte de Christ, afin que tous puissent voir et croire en Lui. Maintenant, le... Cette LumiĂšre... Laissez-moi seulement aborder cela juste un moment, parce que bien des fois... Elle a Ă©tĂ© photographiĂ©e en Allemagne tout rĂ©cemment. On a demandĂ© s’ils avaient des appareils photo. Et c’est en Allemagne que se trouve la–la lentille. Nous savons tous cela. Et j’étais Ă  un petit dĂ©jeuner des ministres, en compagnie de beaucoup... Il n’y avait aucun pentecĂŽtiste; ils Ă©taient tous membres de diffĂ©rentes organisations, les anglicans et les autres. Et ils ont demandĂ© si le... Je pense qu’il y avait dans ce petit dĂ©jeuner-lĂ  autant de personnes qu’il y en a assises ici, si leurs appareils photo pouvaient prendre cela. J’ai dit: «Je ne sais pas. Cela appartient Ă  Dieu». Et beaucoup parmi eux ont dĂ©clarĂ© avoir vu cette LumiĂšre. Et ainsi donc j’ai dit: «Eh bien, vous avez...» «Pouvons-nous prendre la LumiĂšre, ou plutĂŽt prendre des photos?» J’ai dit: «Je vous en prie.» Ils avaient une sorte de grand appareil photo qui dĂ©roulait une pellicule Ă  mesure que cela pivotait, oh! un grand et magnifique appareil photo.
E-15 Et c’était aux environs de onze heures du matin, je me tenais au bout de la table, m’adressant Ă  plusieurs centaines de ministres. Et pendant que je m’adressais Ă  ces ministres, j’ai senti l’Esprit du Seigneur venir. Et j’ai dit: «Maintenant, Il arrive.» Et cet appareil photo est entrĂ© en action, prenant directement photo sur photo comme cela, juste lĂ  oĂč je me trouvais. Et j’ai dit: «Cet homme qui se tient ici avec son col retournĂ© comme un prĂȘtre...» Je crois que nous Ă©tions Ă  Lausanne, Ă  ce moment-lĂ , plutĂŽt qu’en Allemagne. J’ai dit: «Il n’est pas un Suisse ni un Allemand.» J’ai dit: «C’est un Italien. Et c’est le chef de deux mille communistes.» Et j’ai dit: «Maintenant, pour s’en Ă©loigner, il essaie de diriger un petit orphelinat dans les montagnes. La raison pour laquelle il n’a pas pris son petit dĂ©jeuner, c’est parce qu’il a un problĂšme d’estomac.»
E-16 Et quand l’interprĂšte a rendu cela, cet homme s’est simplement Ă©vanoui et s’est effondrĂ© sur son assiette. J’ai dit: «Prenez votre petit dĂ©jeuner, car c’est AINSI DIT LE SEIGNEUR, vous ĂȘtes guĂ©ri.» Je lui ai dit son nom, et ce qu’il avait comme occupation. Et lorsqu’on a pris les photos pour voir, on a pris–pris Sa photo pendant qu’Il descendait, pendant qu’Il oignait et pendant qu’Il s’en allait. Oh! la la! cela a ĂŽtĂ© toute la raideur de ces ministres qui se tenaient lĂ  pour voir s’il y avait une Ă©vidence. Maintenant, mĂ©ditons pendant un moment alors que nous ne sommes pas nombreux, et j’ai juste un court message Ă  vous apporter ce soir. Ensuite, j’aimerais vous demander ceci. Juste... Pensons-y juste comme–comme des croyants. Si Dieu est Dieu, Il ne peut donc pas changer, n’est-ce pas, frĂšres? Il est infini; par consĂ©quent Ses dĂ©cisions doivent ĂȘtre toujours parfaites. Quelle que soit la dĂ©cision que Dieu prend, cela ne peut jamais changer, parce qu’Il a dit qu’Il Ă©tait Dieu et qu’Il ne changeait pas. Posons cette question. Que pouvait bien ĂȘtre cette LumiĂšre? Elle...
E-17 Maintenant, souvenez-vous, ce n’est pas juste Ă  cause de moi; c’est Ă  cause de l’église. Voyez? Pour moi, c’est Christ. Vous direz: «FrĂšre Branham, Christ est-Il une LumiĂšre?» Oui. Eh bien, nous trouvons, et ces ministres bien formĂ©s... Et vous savez qu’en une soirĂ©e, lorsque je me tiens devant des hommes comme ceux-ci qui sont des hommes intelligents et bien formĂ©s dans le ministĂšre, dans l’Evangile, et dans la Bible, me tenir ici sachant que je n’ai qu’une instruction d’école primaire, cela... si... J’ai franchement un complexe. Il y a beaucoup d’hommes assis lĂ  ce soir, qui sont de loin plus capables, plus capables que moi de se tenir ici sur l’estrade. Mais de les voir prendre une chaise et s’asseoir derriĂšre moi pour prier, cela adoucit certainement mon coeur. Mais maintenant, en tant qu’ecclĂ©siastiques, et frĂšres, et soeurs ensemble, nous nous rendons compte que... nous voyons que pendant le voyage dans le dĂ©sert, d’aprĂšs le chapitre 13, je crois, du livre d’Exode, les quelques derniers versets, il est dit: «J’envoie Mon Ange devant toi pour te protĂ©ger en chemin. Tiens-toi sur tes gardes en Sa PrĂ©sence, parce qu’Il ne pardonnera pas vos pĂ©chĂ©s, car Mon Nom est en Lui.»
E-18 Eh bien, nous savons tous que cet Ange-lĂ  Ă©tait la Colonne de Feu. Est-ce juste? C’était la LumiĂšre, cette Colonne de Feu, qui allait devant les enfants d’IsraĂ«l et les conduisait. Maintenant, nous savons tous que c’était l’Ange de l’Alliance (est-ce juste?) Lequel Ă©tait Christ. En effet, Christ a dit la mĂȘme chose dans Jean 6, lorsque les gens Lui parlaient. Il s’adressait aux Juifs lĂ  Ă  la fĂȘte et Il... Ils ont dit: «Tu dis avoir vu Abraham et Tu n’a pas plus de cinquante ans.» Il a dit: «Avant qu’Abraham fĂ»t, JE SUIS. Je suis le Rocher qui Ă©tait dans le dĂ©sert.» Il Ă©tait la Colonne de Feu. Il Ă©tait l’Ange de l’Alliance. Donc Il Ă©tait Christ dans le dĂ©sert. Nous croyons tous cela, n’est-ce pas? Maintenant, lorsque cette Colonne de Feu, une LumiĂšre...
E-19 Et combien savent que Dieu est une LumiĂšre?...?... Et quand Dieu est devenu chair et a habitĂ© dans le corps qu’Il avait crĂ©Ă©, lequel Ă©tait Son unique Fils engendrĂ©... Adam Ă©tait Son fils, un fils de la crĂ©ation, mais JĂ©sus Ă©tait Son Fils engendrĂ©. Et Dieu Ă©tait en JĂ©sus, rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme. Cela... Nous croyons tous cela. Chaque chrĂ©tien croit cela, que Dieu Ă©tait en Christ. Parce qu’Il a dit: «Ce n’est pas Moi qui fais les oeuvres, c’est Mon pĂšre qui habite en Moi. C’est Lui qui fait les oeuvres.» JĂ©sus a dit dans Jean 5.19: «Je ne fais rien... Je le vois premiĂšrement faire au PĂšre, et Je fais tout ce que le PĂšre me montre. Et le PĂšre agit jusqu’à prĂ©sent, et Moi aussi J’agis.» Eh bien, nous voyons que cette LumiĂšre-lĂ  a Ă©tĂ© faite chair et s’est incarnĂ©e. Or, Il avait... JĂ©sus, le Fils de Dieu, avait l’Esprit sans mesure. Est-ce juste? Mais nous, nous L’avons avec mesure. Mais C’est le mĂȘme Esprit.
E-20 Maintenant, si nous remarquons bien, le jour de la PentecĂŽte, lorsque le Saint-Esprit est revenu, cette Colonne de Feu s’est simplement sĂ©parĂ©e, et des langues de feu se sont posĂ©es sur chacun d’eux, alors ils furent tous remplis du Saint-Esprit et se mirent Ă  parler en langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer... Eh bien, des langues, semblables Ă  des langues de feu, se sont posĂ©es sur chacun d’eux. Qu’était-ce? C’était Dieu se divisant, l’Esprit que JĂ©sus avait sans mesure; et nous, nous L’avons avec mesure. Mais C’est le mĂȘme Esprit. Par exemple, si je sortais ici et me rendais Ă  l’ocĂ©an pour prendre une cuillerĂ©e d’eau de l’ocĂ©an; eh bien, ce ne serait pas l’ocĂ©an, mais les mĂȘmes Ă©lĂ©ments chimiques qui sont dans cette cuillĂ©rĂ©e se retrouvent dans l’ocĂ©an tout entier. Ce qui se trouve dans l’ocĂ©an se trouve ici. C’est la mĂȘme eau en qualitĂ©, mais pas en quantitĂ©. Donc nous, avec l’Esprit de Christ [en nous], nous devenons une partie de Christ. C’est vrai.
E-21 Or, nous voyons que lorsque JĂ©sus Ă©tait ici, Il a dit: «Je suis venu de Dieu et Je retourne Ă  Dieu.» Est-ce juste? Maintenant, nous voyons qu’aprĂšs qu’Il fut mort, qu’Il fut enseveli, et qu’Il fut ressuscitĂ© par Dieu, Il s’est assis Ă  la droite de Dieu. Saul de Tarse Ă©tait en route vers Damas un jour, et il fut projetĂ© Ă  terre par une–une LumiĂšre; c’était peut-ĂȘtre la Colonne de Feu, une LumiĂšre. Cela faisait des centaines et des centaines et des centaines d’annĂ©es qu’on ne L’avait pas vue. Et il a Ă©tĂ© projetĂ© Ă  terre par cette LumiĂšre. Et une Voix forte s’est fait entendre, disant: «Saul, Saul, pourquoi Me persĂ©cutes-tu?» Et il a dit: «Qui es Tu, Seigneur?»
E-22 Il a dit: «Je suis JĂ©sus.» Il Ă©tait venu de la Colonne de Feu, Il a Ă©tĂ© fait chair, Il a habitĂ© parmi nous, et Il est retournĂ© Ă  la Colonne de Feu, une LumiĂšre. C’est Le MĂȘme qui est entrĂ© dans la prison, et a fait sortir Pierre, Il a marchĂ© devant lui, a ouvert les portes, et l’a fait sortir. Maintenant, si c’est la mĂȘme LumiĂšre, le mĂȘme Esprit, Cela accomplira dans l’Eglise la mĂȘme chose que Cela avait accompli lorsque Cela se trouvait en Lui. Car Il a dit: «Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus; mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, et mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde. Et maintenant, vous ferez aussi les oeuvres que Je fais. Vous en ferez davantage, car Je m’en vais au PĂšre.» En d’autres termes, le corps de chair, le Fils, ne pouvait pas entrer dans chaque personne, mais l’Esprit de Dieu qui Ă©tait en Lui peut revenir, parce que c’est Dieu qui descend partant de la Colonne de Feu. Toute personne qui touchait la montagne devait ĂȘtre tuĂ©e, transpercĂ©e par une Ă©pĂ©e. Ensuite, Il est devenu un Homme, Il a vĂ©cu parmi nous, on L’a touchĂ©, on a cru en Lui... Il a Ă©tĂ© crucifiĂ© pour nos pĂ©chĂ©s et Il est ressuscitĂ© pour notre justification. Ensuite, au travers de Son Sang innocent nous sommes purifiĂ©s, afin que Dieu puisse entrer en nous et communier avec nous. C’est Dieu qui se fraye un chemin du retour pour communier avec les enfants d’Adam comme Il le faisait avec Adam avant la chute. Et nous sommes rachetĂ©s de toute la malĂ©diction de la chute, et maintenant nous avons le gage de notre salut.
E-23 Quant Ă  moi, mes frĂšres, quant Ă  moi, ce n’est pas Ă  cause de la LumiĂšre de... Il n’a jamais permis qu’on prenne Sa photo juste parce que moi, j’étais lĂ . Non, non. C’est Ă  cause du Message de PentecĂŽte que je reprĂ©sente. Il est tout autant grand lĂ -bas. Et peu importe comment un don opĂ©rerait ici, cela doit aussi opĂ©rer lĂ -bas. Je ne peux pas faire ces choses sans vous. Nous devons nous mettre ensemble comme une seule personne. Nous devons ĂȘtre ensemble. JĂ©sus, lorsqu’Il est allĂ© dans Sa propre patrie, Il n’a pas pu accomplir beaucoup de miracles Ă  cause de l’incrĂ©dulitĂ© des gens. Et nous devons croire les choses qui nous sont envoyĂ©es. Et je sais, mon frĂšre chrĂ©tien, ma soeur chrĂ©tienne, bien des choses ont Ă©tĂ© dites, qui n’étaient pas vraies. Mais examinez-les simplement par l’Ecriture et voyez si c’est juste. Alors si c’est l’Ecriture et que Dieu en rend tĂ©moignage, c’est donc vrai. C’est Dieu qui dit que c’est vrai: d’abord par Sa Parole, ensuite par la confirmation de la chose [pour montrer] que c’est la vĂ©ritĂ©.
E-24 Ainsi, pour ce qui est du baptĂȘme du Saint-Esprit, je le crois vraiment de tout mon coeur. Je crois dans tous les dons de l’Esprit: la prophĂ©tie, le parler en langues, l’interprĂ©tation des langues, et toutes ces glorieuses choses qui s’opĂšrent dans le Corps de Christ. Et je crois que par un seul Esprit nous sommes tous baptisĂ©s pour former ce Corps; et nous sommes membres et concitoyens du Royaume de Dieu, et frĂšres et soeurs dans cette prĂ©cieuse foi. VoilĂ  ma position ce soir. Inclinons maintenant la tĂȘte avant de lire le texte pour un court message. Bienveillant Seigneur, nous nous approchons de Ton TrĂŽne de misĂ©ricorde, Seigneur, pas de Ton TrĂŽne de justice. Nous ne pourrons pas le supporter, Seigneur; car nous n’implorons pas Ta loi; nous n’implorons pas Ta justice; mais nous sollicitons Ta misĂ©ricorde. Aie pitiĂ© de nous, Seigneur, et souviens-Toi que nous sommes poussiĂšre de la terre et nous sommes sujets Ă  toutes sortes d’erreurs. Et nous Te prions de nous pardonner alors que nous confessons humblement nos torts. Nous prions pour chaque personne qui se trouve dans la divine PrĂ©sence ce soir, que Tu sois pour eux le Sauveur, le GuĂ©risseur, que Tu sois leur joie, leur paix, leur cuirasse, leur bouclier, et leur–leur appui. Accorde-le, Seigneur.
E-25 Alors que nous ouvrons les pages de ce Livre... Tout homme physiquement capable d’ouvrir les pages de ce Livre peut faire cela, mais il faut le Saint-Esprit pour ouvrir la Parole. Nous avons lu dans la Bible que Celui qui Ă©tait assis sur le TrĂŽne tenait un Livre. Et Celui-ci Ă©tait scellĂ© au-dedans et au dehors, et Il Ă©tait scellĂ© au dos. Et aucun homme dans le Ciel, aucun homme sur la terre, ni sous la terre n’était digne ou capable de prendre le Livre de la main de Celui qui Ă©tait assis sur le TrĂŽne. Et il vint un Agneau qui avait Ă©tĂ© immolĂ© dĂšs la fondation du monde. Et Il a pris le Livre, en a rompu les sceaux, et L’a ouvert. Ô Agneau, viens parmi nous ce soir, et prends le Livre, et ouvres-en les Sceaux, et libĂšre-nous la Parole. Et nourris-nous de cela en tant que notre grand Berger, et nous Tes brebis, nous dĂ©sirons ardemment la nourriture des brebis. Accordes-le-nous, Seigneur, car nous savons que c’est Ta Parole. Ta Parole est la VĂ©ritĂ©. Nous prions que le Grand Ange de Dieu, que les Anges qui sillonnent cette allĂ©e d’un bout Ă  l’autre convainquent chaque incrĂ©dule ce soir Ă  reconnaĂźtre qu’il a tort. Et que tout homme, garçon ou fille, ou tout enfant qui n’a pas le Saint-Esprit, puisse recevoir le Saint-Esprit ce soir. GuĂ©ris les malades et les affligĂ©s; tires-en gloire Toi-mĂȘme. Et bĂ©nis nos faibles efforts alors que nous offrons notre service. Au Nom de JĂ©sus-Christ et pour Sa gloire nous prenons position. Amen.
E-26 Comme titre, j’aimerais prendre sept mots tirĂ©s d’un–un certain verset de la Bible. Et bien sĂ»r que c’était JĂ©sus qui parlait du mariage et du divorce. Mais je ne souhaite pas aborder cela sous cet aspect-lĂ . J’aimerais simplement utiliser ces mots pour un but. Cela se trouve dans Matthieu, chapitre 19, au verset 8, les sept [neuf en français–N.D.T.] derniers mots: Mais il n’en Ă©tait pas ainsi au commencement. Si vous remarquez bien, tout ce que nous avons aujourd’hui a commencĂ© dans la GenĂšse. La GenĂšse est le chapitre du commencement. La GenĂšse signifie «le commencement». C’est le chapitre semence de la Bible. En fait, vous pouvez prendre l’histoire, comme Les deux Babylones d’Hislop et diffĂ©rents anciens Ă©crivains, et vous pouvez presque retracer la lignĂ©e de la vraie Ă©glise, les cultes et tout aujourd’hui, en partant directement de la GenĂšse, et voir comment cela Ă©volue; juste depuis CaĂŻn et Abel, et les faire ressortir d’un trait: l’un d’eux, un adorateur, l’antichrist, et l’autre qui reprĂ©sente Christ, et les amener jusqu’au Calvaire.
E-27 Bien des gens ne voient que trois croix sur le Calvaire. En rĂ©alitĂ©, il y en avait quatre. L’une Ă©tait celle du voleur qui se trouvait d’un cĂŽtĂ©, puis celle du voleur qui Ă©tait de l’autre cĂŽtĂ©, et JĂ©sus au milieu. Et Judas qui s’est pendu Ă  un sycomore, ce qui est aussi une croix. «Maudit est quiconque est pendu au bois». Et il y avait lĂ  le Fils de Dieu qui venait de Dieu et qui retournait Ă  Dieu, emmenant avec Lui le pĂ©cheur repentant. Le fils de la perdition qui venait de l’enfer retournait en enfer, emmenant avec lui le pĂ©cheur impĂ©nitent. Et juste au moment oĂč Christ a dĂ©versĂ© Son Saint-Esprit, au moment oĂč Son Esprit est venu sur la scĂšne, l’antichrist est venu sur la scĂšne. Juste au moment oĂč le Saint-Esprit commence Ă  se rĂ©vĂ©ler dans ces derniers jours, l’antichrist se rĂ©vĂšle. Et juste au moment de la Venue de Christ, l’antichrist vient aussi; l’esprit de l’antichrist. Nous voyons donc qu’ils travaillent l’un Ă  cĂŽtĂ© de l’autre. JĂ©sus a dit: «Les deux esprits seront si proches l’un de l’autre que cela sĂ©duirait, s’il Ă©tait possible, mĂȘme les Ă©lus.»
E-28 Je ne suis pas d’accord avec notre trĂšs cĂ©lĂšbre frĂšre Billy Graham sur son message de l’autre jour. Il a dit que l’antichrist a dĂ©jĂ  sĂ©duit les Ă©lus. Mais je ne crois pas cela, parce que ce n’est pas possible. Ils ont Ă©tĂ© Ă©lus et leurs noms ont Ă©tĂ© Ă©crits dans le Livre de Vie avant la fondation du monde lorsque l’Agneau a Ă©tĂ© immolĂ©. Maintenant, quant Ă  savoir de qui il s’agit, je ne sais pas. Voyez? Mais l’Agneau a Ă©tĂ© immolĂ© avant la fondation du monde, et l’antichrist sĂ©duira tous les habitants de la terre qui l’adoreront, ceux dont le nom n’a pas Ă©tĂ© Ă©crit dans le Livre de vie de l’Agneau dĂšs la fondation du monde. Ainsi, vous voyez, nous tirons et jetons le filet, pour essayer de trouver ces gens dont les noms ont Ă©tĂ© Ă©crits dans le Livre de Vie de l’Agneau. Tous ceux qu’Il a connus d’avance, Il les a appelĂ©s, ceux qu’Il a connus–a appelĂ©s, Il les a justifiĂ©s. Ceux qu’Il a justifiĂ©s, Il les a dĂ©jĂ  glorifiĂ©s.
E-29 De quoi devrions-nous donc avoir peur? Ce qu’il y a, c’est que... Vous direz: «Eh bien, nous allons simplement vivre comme bon nous semble.» Cela montre que votre nom n’est pas dans le Livre. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Cela prouve que vous n’y Ă©tiez pas lorsque vous essayez de mener n’importe quel genre de vie que vous dĂ©sirez. Cela montre que vous n’avez pas la chose. Si vous ĂȘtes un vĂ©ritable chrĂ©tien, vous mĂšnerez la vĂ©ritable vie, parce que la Vie qui Ă©tait en Christ est en vous et vous ne pouvez rien faire d’autre, sinon mener la Vie de Christ. Or, nous voyons qu’au commencement... Je descendais la route cet aprĂšs-midi, et j’ai dĂ©couvert que cette ville est le berceau de ce cĂ©lĂšbre maĂŻs hybride Funk [Funk: biochimiste amĂ©ricain (1884-1967), dĂ©couvreur de la vitamine B1–N.D.T.]. Le maĂŻs hybride, la maniĂšre dont c’était... J’ai vu cela partout dans le pays, le maĂŻs Funk, je crois que c’est ça, du maĂŻs hybride. Et je descendais la 150e Avenue cet aprĂšs-midi, et je–ou plutĂŽt c’était aujourd’hui vers midi. Et j’ai vu lĂ  oĂč il Ă©tait Ă©crit: «Bloomington, Illinois, le berceau du maĂŻs hybride Funk.» Et je me suis dit: «Eh bien, c’est donc fantastique. C’est un beau maĂŻs, mais ce n’est pas du tout bon.» Ce n’est pas du tout bon. Tout ce qui est hybride n’est pas bon. C’est une chose pervertie. Et–et ce n’est pas original. Et tout ce qui n’est pas original n’est pas bon. Dieu a crĂ©Ă© toutes choses bonnes au commencement.
E-30 Et maintenant, j’aimerais juste dire ceci, Ă©tant donnĂ© que je suis dans une Ă©cole. Et j’aimerais que quelqu’un explique ceci. Vous savez, nous avons appris que nous sommes issus d’une Ă©volution; nous aurions Ă©voluĂ© d’un tĂȘtard Ă  un singe, et ensuite, Ă  un homme. Combien cela est insensĂ©, car dans le Livre de la GenĂšse, au chapitre 1, verset 11, Dieu a dit: «Que chaque semence se reproduise selon son espĂšce.» Lorsque vous croisez cette semence-lĂ , elle meurt juste lĂ . Elle ne produira rien d’autre en dehors de cela. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Vous pouvez hybrider le maĂŻs (C’est vrai.) et produire un bel et gros Ă©pi de maĂŻs, mais vous ne pouvez pas replanter ce maĂŻs et obtenir un autre maĂŻs hybride. Il est fini dĂšs sa premiĂšre rĂ©colte. Cela retourne droit au commencement.
E-31 Dans l’élevage du bĂ©tail... Vous pouvez prendre un mulet. Qu’est-ce qu’un mulet? Un mulet, sa mĂšre Ă©tait une jument, son pĂšre Ă©tait un Ăąne. Ainsi, vous voyez, le... Mais le mulet ne peut pas se reproduire et donner un autre mulet; il est fini. Il est stĂ©rile. C’est tout. Cela met fin Ă  sa vie. Alors cela prouve que la science, en travaillant dans leur propre domaine, a rĂ©futĂ© leur propre argument. C’est juste. C’est vrai, parce que vous ne pouvez rien croiser comme cela et–et en tirer une autre rĂ©colte. Vous les fermiers savez cela. Vous ne pouvez pas replanter votre maĂŻs hybride. Vous n’aurez aucune rĂ©colte. Cela n’est pas bon. Finalement cela meurt complĂštement. Rien d’hybride ne peut durer–peut durer. Mais ça a Ă©tĂ© l’idĂ©e de l’homme dĂšs le commencement d’essayer de se montrer plus intelligent, ou de faire quelque chose de plus grand que son CrĂ©ateur. Il veut ĂȘtre... Il veut montrer Ă  son CrĂ©ateur qu’il est plus intelligent que Lui. Que fait-il? Juste... Dieu le laisse aller, et finalement il se tue.
E-32 Il y avait dans le jardin d’Eden un arbre appelĂ© l’Arbre de Vie. Il y en avait un autre appelĂ© l’arbre de la connaissance. Lorsque l’homme a laissĂ© l’Arbre de Vie dont il mangeait pour vivre Ă©ternellement, dĂšs la premiĂšre bouchĂ©e qu’il a prise de l’arbre de la connaissance, il s’est sĂ©parĂ© de Dieu et a apportĂ© la mort Ă  son Ăąme. C’est juste. Et depuis lors, chaque fois qu’il prend une bouchĂ©e de cet arbre de la connaissance, il se dĂ©truit. Il en a pris une bouchĂ©e et a produit la poudre Ă  canon, il a tuĂ© son frĂšre, son camarade. Il en a pris une bouchĂ©e et a produit l’automobile, la science, que fait-il? Il a tuĂ© plus de gens que toutes les guerres mises ensemble. Il s’est maintenant procurĂ© une bombe Ă  hydrogĂšne. Je me demande ce qu’il va en faire.
E-33 Voyez-vous? L’homme se dĂ©truit lui-mĂȘme par la connaissance, et il ne parviendra jamais au moyen de l’instruction ou de la connaissance Ă  retrouver son chemin du retour Ă  Dieu. Et cet arbre-lĂ , il meurt en mangeant de cet arbre-lĂ . Nous avons essayĂ© de faire entrer les gens par l’instruction. Nous avons essayĂ© de faire entrer les gens par la dĂ©nomination. Vous n’y arriverez pas. Il faut que ce soit le premier plan de Dieu, le plan originel: c’est au travers du Sang que nous revenons Ă  Dieu. C’est le sentier de Dieu et Sa... Il avait posĂ© cette fondation lĂ  dans le jardin d’Eden, et cela n’a jamais Ă©tĂ© changĂ©, et cela ne changera jamais. Ce n’est qu’au travers du Sang versĂ© que Dieu reconnaĂźtra la rĂ©conciliation avec le pĂ©cheur, et maintenant c’est au travers du Sang versĂ© de JĂ©sus-Christ.
E-34 Maintenant, nous voyons que l’homme essaie toujours de se montrer plus intelligent, de faire quelque chose de meilleur. Et c’est vrai, il produit une espĂšce meilleure. Mais cela ne rend pas la chose meilleure. Il s’est tellement appuyĂ© sur cela qu’il a mĂȘme maintenant une religion hybride. Alors je me demande tout simplement ce qu’il va en faire, lorsqu’on voit lĂ  oĂč il en est arrivĂ© avec cela. Mais il essaie toujours de se montrer plus intelligent que son CrĂ©ateur. Il pense qu’il est plus avisĂ©, et–et il est...
Et jamais Dieu ne dĂ©truit quoi que ce soit. L’homme se dĂ©truit lui-mĂȘme par sa connaissance. Dieu ne dĂ©truit rien. C’est l’homme, qui par sa connaissance, se dĂ©truit. Par consĂ©quent, si vous avez le temps, retournez dans les Ecritures et tracez la lignĂ©e de CaĂŻn et ensuite la lignĂ©e de Seth; et vous dĂ©couvrirez que la–la lignĂ©e de CaĂŻn Ă©tait constituĂ©e des hommes intelligents, des scientifiques, des gens qui travaillaient le bois, des gens qui travaillaient les mĂ©taux, des scientifiques. Et ils ont tous pĂ©ri lors de la destruction du monde antĂ©diluvien. Mais la lignĂ©e de–de Seth, c’étaient des gens humbles: des agriculteurs, des Ă©leveurs des brebis.
E-35 Ainsi donc vous voyez, ç’a toujours Ă©tĂ© ces gens-lĂ  qui aujourd’hui mettent tant l’accent sur la finesse et l’intelligence. Beaucoup d’entre nous lorsque nous Ă©lisons notre–le pasteur de notre Ă©glise, nous voulons quelqu’un de trĂšs brillant, d’intelligent, qui possĂšde un doctorat, un double doctorat en droit, QST, et toutes sortes de titres derriĂšre son nom. Et peut-ĂȘtre que cet homme n’en sait pas plus sur Dieu qu’un hottentot n’en sait sur un chevalier Ă©gyptien. Eh bien, c’est la vĂ©ritĂ©. Eh bien, c’est une remarque trĂšs rude. Pardonnez-moi pour ce langage rude, mais c’est vrai. Il pourrait connaĂźtre toutes sortes de thĂ©ologie de la Bible et de credos mais ne rien connaĂźtre sur Dieu.
Je prĂ©fĂ©rerais, pour conduire mon enfant Ă  Dieu, avoir un homme qui ne connaĂźt aucune diffĂ©rence entre les haricots cassĂ©s et le cafĂ©, et–et qui connaĂźt Dieu dans la puissance de la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ, plutĂŽt qu’un homme qui a toute cette thĂ©ologie dont vous pourriez parler. Il va lui procurer un grand fauteuil en peluche quelque part et le faire s’agenouiller lĂ , et dire quelques paroles; je prĂ©fĂ©rerais plutĂŽt le voir lĂ  dehors dans un champ de maĂŻs ou agenouillĂ© prĂšs d’une souche dans un champ de genĂȘts Ă  balai quelque part, priant Dieu jusqu’à l’exaucement. C’est juste. Retournez Ă  l’original. Nous ne connaĂźtrons jamais Dieu...
Il y a quelques annĂ©es, on pensait qu’on pouvait instruire les gens. Et qu’avons-nous donc obtenu? Une bande de paĂŻens instruits. C’est exact. C’est plus difficile de traiter avec eux que de traiter avec des paĂŻens non instruits.
E-36 Eh bien, j’ai Ă©tĂ© en Afrique et j’ai oeuvrĂ© en tant que missionnaire en ThaĂŻlande, et partout dans le monde, pratiquement dans chaque nation sous les cieux. Et jamais de ma vie je n’ai vu un peuple avec lequel il est plus difficile de traiter que le peuple amĂ©ricain. S’il existe un endroit oĂč les gens ont rĂ©ellement besoin d’un missionnaire, c’est aux Etats-Unis d’AmĂ©rique, parce qu’un paĂŻen est un incrĂ©dule. C’est plus difficile de traiter avec un incrĂ©dule instruit que de traiter avec un incrĂ©dule non instruit. Eh bien, cela... Je ne dis pas cela pour me montrer rude, mais c’est la vĂ©ritĂ©. Et je suis responsable, et j’aurai Ă  rĂ©pondre au jour du Jugement pour mes paroles. C’est vrai; des incrĂ©dules, des hommes intelligents, des scientifiques perspicaces, et pourtant des hommes religieux jusqu’à la moelle. Et c’est ce qu’était CaĂŻn.
Si tout ce que Dieu exige d’un homme, c’est aller Ă  l’église, construire un autel et adorer, alors CaĂŻn Ă©tait tout autant justifiĂ© qu’Abel. Les deux garçons ont construit chacun un autel; tous les deux ont adorĂ©; tous les deux ont fait des sacrifices; tous les deux croyaient en Dieu. Mais que s’est-il passĂ©? Le sacrifice de CaĂŻn a Ă©tĂ© rejetĂ© parce qu’il n’était pas venu selon la voie Ă  laquelle Dieu avait pourvu. Et, «telle voie paraĂźt droite Ă  un homme, mais son issue, c’est la voie de la mort».
Peu importe combien vous essayez d’aller Ă  l’église, Ă  combien d’églises vous avez adhĂ©rĂ©, cela n’a rien Ă  faire avec la chose, cela ne veut rien dire pour Dieu, cela ne signifie mĂȘme pas que vous avez commencĂ© la premiĂšre Ă©tape du salut. Le salut ne vient pas par la dĂ©nomination ni par l’instruction. Le salut vient par une expĂ©rience qui consiste Ă  naĂźtre de nouveau de l’Esprit de Dieu, avec l’Esprit de Christ vivant dans votre corps. Eh bien, c’est vrai.
E-37 Maintenant, nous dĂ©couvrons que lĂ  tout au commencement, lorsque les gens se sont mis Ă  pervertir ce que Dieu avait crĂ©Ă©... L’homme essaie de pervertir cela pour rendre cela plus beau, rendre cela plus attrayant.
Et j’aurais souhaitĂ© avoir le temps de vous parler de ce qui arrive avec la perversion. Savez-vous ce qui cause le cancer? C’est la nourriture pervertie. C’est exact. Quel... On dit... Les scientifiques dĂ©clarent que dans vingt ans, si on laisse les femmes continuer de manger du poulet et ces choses qui sont–ces poulets hybrides et ainsi de suite, elles ne seront plus en mesure d’avoir des enfants. La race humaine va s’éteindre, parce que la femme ne sera plus en mesure de donner naissance Ă  des bĂ©bĂ©s.
Qu’est-ce que la perversion a amenĂ©? Nous sommes censĂ©s manger des grains de quelque chose d’original. Mais le problĂšme en est que, le monde, maintenant cette nation, dans... Elle est tout simplement dans une condition de perversion terrible. On a–on a pris des poulets et on les a croisĂ©s, et ainsi de suite, et on a produit des poulets hybrides, Ă  tel point que ces pauvres poulets ne peuvent vivre qu’une seule annĂ©e. Sa chair est trĂšs molle, il a Ă©tĂ© tellement travaillĂ© qu’il n’a mĂȘme pas d’ailes, ou il en a Ă  peine. Eh bien, il est dans un Ă©tat terrible. Et on–on–on vous fait manger cette viande, du bĂ©tail hybride et ainsi de suite. Mais ce n’est pas... Ces poulets ne peuvent plus se reproduire, le bĂ©tail non plus. Ils sont hybrides. Ils ne peuvent pas se reproduire. Ils sont finis. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©.
E-38 Et lorsque l’église devient hybride, elle est finie, elle est fichue. Je n’ai pas l’intention de me montrer rude, mais je dois ĂȘtre sincĂšre. Je pourrais ne jamais rencontrer l’un d’entre vous, certains d’entre vous aprĂšs ce soir. Nous pourrions ne pas voir le lever du jour. Mais alors nous devons ĂȘtre sincĂšres. Et nous devons ĂȘtre sincĂšres Ă  chaque minute de notre vie.
Prenez un mulet. Un mulet, c’est la crĂ©ature la plus stupide que je connaisse. Peu importe ce que vous ferez, vous ne pourrez rien lui enseigner. Pourquoi? C’est un hybride. C’est tout. C’est un... Vous ne lui apprendrez rien, ou plutĂŽt vous ne lui enseignerez rien. Il se tiendra tout simplement lĂ . Et vous pouvez l’appeler. Il n’a aucune affection. Il se tiendra lĂ , les oreilles tendues, faisant: «Hi-han, hi-han.» Il ne sait rien. Il est juste un Ăąne. Il est un mulet.
E-39 Cela me fait penser Ă  certaines personnes, Ă  certaines de ces religions modernes et fantastiques de mulet que les gens possĂšdent aujourd’hui, elles ont formĂ© une religion hybridĂ©e oĂč les gens sont comme une bande d’ñnes. Et lorsqu’on dit: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement; Il est le GuĂ©risseur; Il donne le baptĂȘme du Saint-Esprit.», ils vont crier: «Hi-han, hi-han, le temps des miracles est passĂ©. Hi-han, hi-han.» Voyez-vous? Ils ne savent pas d’oĂč ils viennent. Un mulet ne sait pas qui est sa maman, qui est son papa. Il est fini de toute façon. Il ne sait rien. Il n’a rien. Il est un–il est juste une crĂ©ature illĂ©gitime. Et c’est ce que deviennent certaines de nos religions. C’est juste. Les gens ne connaissent pas la Bible, et ne connaissent pas Dieu. La seule chose que les gens connaissent, c’est juste un certain endroit qu’ils frĂ©quentent comme Ă©glise. Quelqu’un les a fait entrer comme des membres. Ils ont amenĂ© leur lettre d’affiliation provenant d’une autre Ă©glise, et on les a fait entrer dans cette Ă©glise-ci. Et ils s’asseyent Ă  la rĂ©union pendant quelques minutes jusqu’à ce que vous direz quelque chose qu’ils n’apprĂ©cient pas, et ils n’ont mĂȘme pas Ă©tĂ© bien Ă©levĂ©s; ils vont se tenir debout et sortir. Ça ce n’est mĂȘme pas un AmĂ©ricain. Ma mĂšre m’a Ă©levĂ© avec un peu plus de bon sens que cela. Si j’allais dans une rĂ©union, je devrais–je devrais ĂȘtre assez gentleman pour m’asseoir tranquillement et Ă©couter, sinon je ne devrais mĂȘme pas y aller pour commencer. C’est juste. Cela montre que vous n’avez mĂȘme pas Ă©tĂ© bien Ă©levĂ©. Ce n’est pas Ă©tonnant que nous ayons de la dĂ©linquance juvĂ©nile; nous avons tant de dĂ©linquance parentale, c’est ce qui a causĂ© cela. C’est juste.
E-40 Maintenant, quel opprobre sur l’Eglise, et sur Christ et sur la cause! Oui, un mulet. Il est simplement un vieil hybride ignorant, il ne sait rien. Voici la seule chose qu’il connaüt: il attendra toute sa vie pour vous donner un coup de sabot en mourant. C’est juste; n’importe qui qui connaüt quelque chose au sujet d’un mulet...
Mais, oh! j’aime un bon cheval qui a un pedigree: il n’y a rien de plus beau. Il a un pedigree. Il connaĂźt qui Ă©tait son papa et qui Ă©tait sa maman, qui Ă©tait son grand-pĂšre, qui Ă©tait son arriĂšre-arriĂšre-grand-pĂšre. Il a un pedigree.
E-41 Et j’aime voir une Ă©glise qui a un trĂšs bon pedigree, un chrĂ©tien qui connaĂźt qui est son PĂšre, qui sait que Dieu est son PĂšre, qui sait qu’Il est nĂ© du Saint-Esprit. Il peut retracer sa lignĂ©e Ă  travers chaque gĂ©nĂ©ration et tout du long jusqu’au commencement. Ce ne sont pas des gens qui disent: «Nous avons commencĂ© avec Luther. Nous avons commencĂ© avec Wesley; nous avons commencĂ© avec quelqu’un d’autre.» Nous, nous avons commencĂ© lorsque Christ a dĂ©versĂ© Son Esprit au jour de la PentecĂŽte: le pedigree. Amen. FrĂšre, lorsque vous prĂȘchez la Parole de Dieu, il dira «amen» Ă  cela. Laissez-le recevoir le Saint-Esprit, il se comportera exactement comme l’avaient fait les autres au commencement, parce qu’il a un pedigree.
E-42 Ouf! je me sens plutĂŽt religieux maintenant mĂȘme. Oui, amen. Cette vieille affaire formaliste me rend tellement malade. J’aime la vĂ©ritable religion, la vĂ©ritable, la vĂ©ritable puissance de Dieu. Voyez-vous? Pourquoi avons-nous tant de ces vieux Ăąnes qu’on a croisĂ©s avec toutes sortes de choses, et qui ne savent pas d’oĂč nous venons, de quel groupe nous faisons partie? Si les mĂ©thodistes ne nous traitent pas correctement, nous allons nous joindre aux baptistes. Si les baptistes ne nous traitent pas correctement, nous irons chez les presbytĂ©riens, ou ailleurs.
Retournons au Calvaire et naissons dans la vĂ©ritable lignĂ©e du Saint-Esprit; alors vous reconnaĂźtrez votre position, vous saurez qui est votre PĂšre. Et chaque fois que la–la Bible dit une chose, vous ponctuerez cela d’un «amen». La Bible dit: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.»
Le vieil Ăąne dira: «Je n’en sais rien.»
Mais le cheval, celui qui a un pedigree bien authentique dira: «Amen.» Absolument, il a un pedigree. Sa lignĂ©e descend tout droit depuis la PentecĂŽte. Donc il connaĂźt sa position. Il est un vĂ©ritable et authentique produit de Dieu, nĂ© du Saint-Esprit, lavĂ© dans le Sang de l’Agneau.
E-43 Cette petite Ă©glise est allĂ©e diminuant pendant mille cinq cents ans, au cours des Ăąges sombres jusqu’à ce qu’elle Ă©tait restĂ©e minoritaire. L’autre jour, je parlais Ă  un prĂȘtre qui m’interviewait. Il a dit: «Nous avons commencĂ© Ă  la PentecĂŽte.»
J’ai dit: «C’est l’exacte vĂ©ritĂ©, mais pourquoi vous en ĂȘtes-vous Ă©loignĂ©s? Comment se fait-il que vous vous soyez relĂąchĂ©s?» J’ai dit: «Ce que les autres avaient enseignĂ© en ce temps-lĂ , si c’était lĂ  le premier pape, si Pierre Ă©tait le premier pape, alors pourquoi n’enseignez-vous pas la mĂȘme chose aujourd’hui?»
Il a dit: «Eh bien, nous avons le pardon des péchés. Nous croyons...» Jésus a dit: «Ceux à qui vous pardonnerez leurs péchés, cela leur sera pardonné.»
E-44 J’ai dit: «C’est vrai.» J’ai ajoutĂ©: «Alors, pardonnez-leur Ă  la maniĂšre du premier pape au jour de la PentecĂŽte, alors je...» J’ai dit: «Je suis un... Ă  l’ancienne mode. Je suis un catholique Ă  l’ancienne mode.» J’ai dit: «Qu’est-ce que c’était? Dans le deuxiĂšme Ăąge de l’église, ils avaient ce qu’on appelait les oeuvres, dont JĂ©sus a parlĂ©, les oeuvres des NicolaĂŻtes. Nico: «conquĂ©rir les laĂŻcs». Et dans le troisiĂšme Ăąge, l’ñge de Smyrne, c’était l’ñge du mariage. Et puis vint l’ñge de Thyatire, et ils ont formĂ© une trĂšs grande organisation, et ils ont dĂ©moli cela, ils ont tout Ă©crasĂ©. Et ce petit groupe de vĂ©ritables croyants de la PentecĂŽte a Ă©tĂ© dĂ©truit.»
Il a dit: «Alors, cela prouve que l’Eglise catholique est une grande Ă©glise. Voyez quelles grandes tempĂȘtes elle a endurĂ©es.»
J’ai dit: «Avec le–avec l’état et tous les dignitaires et tout le reste derriĂšre elle, ce n’est pas un mystĂšre. Comment l’Eglise pentecĂŽtiste a-t-elle survĂ©cu Ă  cela avec tout contre eux, exceptĂ© Dieu?» Amen. NĂ©anmoins nous tenons toujours bon avec le baptĂȘme du Saint-Esprit.
E-45 Pourquoi cherchez-vous Ă  prendre un substitut alors que les cieux sont remplis de la puissance authentique de la PentecĂŽte? Pourquoi adopterai-je une poignĂ©e de main ou une confession aux yeux secs alors que le Saint-Esprit remplit cette salle et est prĂȘt Ă  remplir vos coeurs du vĂ©ritable et authentique...?... PentecĂŽte? Pourquoi adopterions-nous un certain substitut au lieu de la chose? Laissez-moi avoir Christ. Amen, c’est exact. Et si la Vie de Christ est en vous, Elle accomplira les mĂȘmes oeuvres. C’était l’exemple de l’Eglise de Dieu, la PentecĂŽte. Si nous prĂ©tendons que nous avons commencĂ© lĂ -bas, qu’est-il donc arrivĂ©? Qu’est-il arrivĂ© en cours de route? Nous aborderons cela plus tard si vous voulez bien me supporter un tout petit peu.
Maintenant, remarquez, nous dĂ©couvrons donc que dans cette grande Ă©glise, ce grand Ăąge de la perversion, les homosexuels... J’ai pris un magazine, ou plutĂŽt ce n’était pas un magazine, c’était un journal de la Californie d’il y a quelques semaines, lorsque je me trouvais lĂ , Ă  Los Angeles. Et il y Ă©tait dit que l’homosexualitĂ© a augmentĂ© de quarante pour cent. Pensez-y: quarante pour cent par rapport Ă  ce que c’était il y a quelques annĂ©es. Qu’est-ce? La perversion, les hommes, les femmes, et tout devient perverti. La situation ne va plus retourner Ă  la condition originale. La vie naturelle, ordinaire de l’homme a changĂ©. Sa pensĂ©e a changĂ©; son esprit a changĂ©. Il a tout changĂ© par rapport Ă  l’original. Oh, n’est-ce pas pitoyable? C’est un tel...
E-46 Eh bien, c’est exactement ce que dit la Bible: «Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.» Dieu ne peut simplement pas dĂ©verser Son Esprit sur un peuple juste et ĂȘtre juste; les gens doivent ĂȘtre dans cette condition afin de subir le jugement de Dieu. Et nous en sommes presque lĂ  maintenant, mes amis. Si vous pouviez simplement rester tout le reste de la semaine peut-ĂȘtre que le Seigneur rĂ©vĂ©lera cela et nous verrons, une de ces soirĂ©es, ce que–combien nous sommes proches de la Venue du Seigneur. Ne considĂ©rez jamais les grandes foules. C’est de la minoritĂ© qu’il s’agit. C’est la petite Ă©glise que Dieu vient chercher. Souvenez-vous-en. TrĂšs bien.
E-47 Ève a Ă©tĂ© la premiĂšre personne Ă  pervertir la race humaine. C’était elle, Ève, qui reprĂ©sente une Ă©glise. Une femme dans la Bible reprĂ©sente toujours l’église. Christ vient pour une Ă©pouse vierge. La vieille prostituĂ©e de la Bible est appelĂ©e «l’église assise sur sept collines,» l’église romaine. Oh! Ă©glise... Et elle avait des filles, c’étaient les autres qui l’avaient suivie et qui sont sorties d’elle, elles sont nĂ©es d’elle Ă  l’intĂ©rieur des mĂȘmes barriĂšres dĂ©nominationnelles, dans la mĂȘme chose, le mĂȘme genre de systĂšme.
Dans ces Ă©glises se trouvent de bonnes gens. Mais c’est le systĂšme qui les lie. Ce n’est pas l’église en soi; ce sont les gens qui sont dans l’église. C’est le systĂšme qui est derriĂšre cela qui lie ces gens-lĂ , cela les amĂšne au point oĂč ils brisent la communion, et ne leur permet pas de marcher avec Dieu. Et c’est pitoyable. C’est ce qui fait...
C’est ce que Dieu hait. Ce ne sont pas les gens qui sont lĂ -dedans, mais Dieu hait le systĂšme qui les lie, cette organisation qui leur dit que s’ils vont dans une autre Ă©glise, ils vont ĂȘtre excommuniĂ©s. Et les gens ne savent quoi faire. Ils paieront pour cela un jour.
E-48 Mais Ève, comment s’est-elle pervertie pour commencer la premiĂšre religion pervertie? [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... pour un instant...?... Voici ce qu’elle a fait. Satan lui avait donnĂ© une partie de la Parole de Dieu.
C’est exactement ce que Satan essaie de faire depuis tout le temps. C’est ce qu’il fait ce soir. C’est ce qu’il fait dans les Ă©coles bibliques; c’est ce qu’il fait dans ces sĂ©minaires thĂ©ologiques. Il leur donne une partie de la Parole et ensuite y ajoute une parole de conception humaine (C’est l’exacte vĂ©ritĂ©.), c’est ce qui en fait une religion hybride. Oh! nous avons sĂ»rement les plus belles Ă©glises, les foules les mieux habillĂ©es, hautement instruites; nous avons de grands prĂ©dicateurs qui possĂšdent toutes sortes de diplĂŽmes d’universitĂ© et tout comme cela. Mais que pouvons-nous faire? Nous ne sommes pas en mesure de retourner Ă  l’original; en effet, vous ne pouvez pas y retourner, pas plus qu’un mulet ne peut retourner. Vous devez naĂźtre de nouveau de l’Esprit de Dieu de la PentecĂŽte en tant qu’individu. C’est juste. La bĂ©nĂ©diction qui est tombĂ©e...
E-49 La PentecĂŽte n’est pas une organisation. La PentecĂŽte est une expĂ©rience qui arrive aux mĂ©thodistes, aux baptistes, aux presbytĂ©riens, aux catholiques; «quiconque veut, qu’il vienne». La PentecĂŽte n’est pas une organisation. Vous ne pouvez pas faire des bĂ©nĂ©dictions de Dieu une organisation. C’est gratuit pour tout celui qui veut venir recevoir cela. Les gens viennent de tous les diffĂ©rents milieux et de toutes les diffĂ©rentes Ă©glises.
Mais Ève a essayĂ© de prendre certaines choses que Satan lui avait dites, certaines choses que Dieu lui avait dites, et elle a agi directement sur base de cela. Et c’est lĂ  qu’elle a perdu. C’est lĂ  qu’elle est devenue hybride. Puis la semence de Satan est venue; cela continue toujours; la semence de Satan. Cette chose est une trĂšs... L’hybridation est une trĂšs mauvaise chose aux yeux de Dieu.
E-50 Dans l’Ancien Testament, un enfant qui Ă©tait hybride, nĂ© en dehors des liens sacrĂ©s du mariage, ne pouvait mĂȘme pas entrer dans l’assemblĂ©e de l’Eternel pendant dix gĂ©nĂ©rations: il fallait dix gĂ©nĂ©rations pour Ă©liminer cette lignĂ©e. Cela faisait quatre cents ans pour Ă©liminer la lignĂ©e d’un enfant illĂ©gitime; il ne pouvait mĂȘme pas entrer dans l’assemblĂ©e de l’Eternel; l’hybridation: une femme qui est liĂ©e par un voeu Ă  son mari et qui vit avec un autre homme et qui a un bĂ©bĂ© par cet homme: c’est une chose horrible.
Aujourd’hui, nous avons tant de disputes et troubles au sujet de cette sĂ©grĂ©gation entre les Blancs et les hommes de couleur et tout. Pourquoi les gens ne laissent-ils pas cela tranquille? Laissez cela tel que Dieu l’a fait. Dites-moi pourquoi une trĂšs bonne et belle femme de couleur instruite, intelligente, aimerait avoir un bĂ©bĂ© d’un homme blanc pour enfanter un mulĂątre? Cela n’a aucun sens. Les gens de couleur dĂ©passent de loin les Blancs dans beaucoup de choses.
E-51 Je pense Ă  ce prĂ©dicateur de couleur qui se tenait lĂ  ce jour-lĂ  Ă  Shreveport. Il a dit: «Je n’ai jamais eu honte d’ĂȘtre un Noir. Dieu m’a crĂ©Ă© un Noir, et j’apprĂ©cie mon CrĂ©ateur de m’avoir crĂ©Ă© ainsi. C’est ainsi qu’Il voulait que je sois. Mais, a-t-il dit, aujourd’hui, de voir la maniĂšre dont mon peuple se comporte, alors j’ai honte d’ĂȘtre un Noir.» Que Dieu bĂ©nisse son coeur loyal. Certainement.
Pourquoi une femme blanche aimerait-elle avoir un bĂ©bĂ© d’un Noir pour lui enfanter un mulĂątre? Ce n’est pas raisonnable. Si Dieu a voulu qu’un homme soit brun, noir, blanc, peu importe de quelle couleur Dieu a voulu qu’il soit, ça c’est la crĂ©ation de Dieu. C’est ainsi qu’Il a voulu cela. Il veut avoir des fleurs blanches, des fleurs bleues; Dieu est un Dieu de variĂ©tĂ©. Il aime les grandes montagnes, les petites montagnes, les dĂ©serts, les plaines, les Blancs, les Noirs, les hommes courts, les hommes gras, et cela ne change rien. Dieu est un Dieu de variĂ©tĂ©.
E-52 Si j’étais un homme de couleur, ou un brun, ou un jaune, ou un rouge, j’en serais tout autant heureux. Absolument. Je le serais sĂ»rement. C’est de cette maniĂšre que mon CrĂ©ateur voulait que je sois et c’est comme ça que je suis. C’est juste. Pourquoi l’homme voudra-t-il tripoter quelque chose? Lorsque l’homme s’en mĂȘle, il ruine cela. Laissez cela tranquille, tel que Dieu l’a fait. Laissez l’homme ĂȘtre ce qu’il est; laissez-le ĂȘtre ce qu’il est par la grĂące de Dieu.
Mais il doit crĂ©er beaucoup de problĂšmes maintenant, appelant notre... causant des Ă©meutes, et une grande agitation, et tout le reste Ă  travers les nations, et Ă  travers le monde juste parce qu’il veut dresser sa tĂȘte au sujet de quelque chose. Ça, c’est l’ignorance de l’homme. C’est juste; c’est encore une hybridation. Au lieu de laisser la chose de la maniĂšre dont Dieu veut que cela soit, il veut faire cela Ă  sa propre maniĂšre. Il veut avoir quelque chose Ă  faire Ă  ce sujet; vous savez. Il veut se faire un nom. Que Dieu ait pitiĂ© de lui. C’est pitoyable.
TrĂšs bien. Or, la Parole que Dieu avait donnĂ©e Ă  Ève, Satan s’est amenĂ© lĂ  ensuite et a reconnu que cette partie de la Parole Ă©tait vraie, mais il a dit: «Certainement que cette autre partie-ci n’est pas vraie.»
E-53 Maintenant, n’est-ce pas exactement comme certains sĂ©minaires thĂ©ologiques l’enseignent aujourd’hui? «Oh! Dieu existe. Nous croyons en JĂ©sus. AssurĂ©ment, Il est le Fils de Dieu. Je crois cela. Oh! je crois dans Son apparition visible. Mais, eh bien, quant Ă  dire qu’Il est un GuĂ©risseur ou toute cette affaire du Saint-Esprit, je–je–je... Non, non.» Voyez-vous, c’est cette mĂȘme affaire hybride. La Bible en a parlĂ©, Elle dĂ©clare que dans les derniers jours les gens seront emportĂ©s, enflĂ©s d’orgueil.
Tenez, tout rĂ©cemment j’ai Ă©tĂ© invitĂ© pour prĂȘcher dans une Ă©cole. Et lorsqu’ils se sont rendu compte que j’avais un niveau d’instruction primaire, ils ont dit: «Oh! nous ne pourrons pas mettre cela devant nos Ă©tudiants.» Ils ne pouvaient pas mettre cela devant les Ă©tudiants.
E-54 Combien c’était diffĂ©rent de Paul. Paul a dit: «Je ne suis point venu vers vous avec la sagesse de l’homme, avec les discours persuasifs, afin que votre foi ne soit point bĂątie sur la sagesse de l’homme, mais je suis venu Ă  vous avec la puissance et la dĂ©monstration du Saint-Esprit, afin que votre foi soit bĂątie en Dieu.» Amen. Aujourd’hui les gens veulent en faire une instruction d’école: la lecture, l’écriture et l’arithmĂ©tique.
Lorsque je suis allĂ© en Afrique parmi mes frĂšres de couleur, que savaient-ils? La lecture, l’écriture et l’arithmĂ©tique, ils n’avaient rien Ă  voir avec cela. C’est pour cette raison que lorsqu’ils ont vu une chose vĂ©ritable et authentique opĂ©rer, Dieu qui est venu au milieu de gens, trente mille personnes ont acceptĂ© Christ en un seul appel Ă  l’autel Ă  Durban, en Afrique du Sud. Cela est Ă©crit dans le livre lĂ . Voyez-vous? C’est vrai.
A Bombay, en Inde, il y avait environ cinq cent mille personnes qui ont assistĂ© Ă  la rĂ©union. C’est difficile de dire combien sont venus en une seule fois. Il n’est pas question de la lecture, de l’écriture et de l’arithmĂ©tique. Vous n’amĂšnerez jamais les gens Ă  Dieu avec cela. Il faut l’Evangile. L’Evangile ne vient jamais par la Parole seulement, mais par la puissance et les manifestations du Saint-Esprit. JĂ©sus a dit: «Allez par tout le monde, et prĂȘchez l’Evangile. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Il faut plus que le simple fait de prĂȘcher la Parole; il faut une manifestation de cette Parole pour amener ces miracles Ă  accompagner Celle-ci (C’est juste.), c’est Dieu qui se manifeste.
E-55 Quelqu’un a dit: «Eh bien, je veux que vous fassiez ceci, voulez-vous faire cela?» Eh bien, frĂšre, j’aimerais plutĂŽt ĂȘtre lĂ  dehors, commettant une erreur en essayant de faire quelque chose de correct plutĂŽt que d’ĂȘtre lĂ  Ă  essayer de retirer aux gens le dernier espoir qu’ils ont. Je commets une erreur... J’ai priĂ© pour des centaines de gens qui n’ont jamais Ă©tĂ© guĂ©ris. Mais j’aimerais plutĂŽt montrer Ă  ces gens un Dieu, une Bible, et un Christ qui guĂ©rit plutĂŽt que d’essayer de leur arracher la derniĂšre chance qu’ils ont d’ĂȘtre guĂ©ris.
Si vous dites que vous aimez les hommes et que vous essayez de garder ces choses loin d’eux, c’est comme le fait de donner, d’essayer de donner du lait Ă  un bĂ©bĂ© mourant et lui retirer cela. Ce n’est pas juste. Il y a quelque chose de faux. La raison pour laquelle ils font cela, c’est Ă  cause de l’hybridation, c’est parce qu’ils ont acceptĂ© que leur Ă©glise va les excommunier pour cela. C’est juste, ... hybride. Oui, la Parole... Et ne mĂ©langez rien avec la Parole.
E-56 Vous savez, Satan avait essayĂ© cela sur JĂ©sus une fois. Oh, oui. Une fois un Homme vint du Ciel pour changer cette condition hybride. Alors comme il avait tentĂ© Ève, il a aussi tentĂ© JĂ©sus, il L’a amenĂ© lĂ  au sommet de la montagne. Il a dit: «Eh bien, si Tu es le Fils de Dieu, j’aimerais que Tu accomplisses un miracle, que je Te voie donc faire cela.» Ce mĂȘme vieux dĂ©mon vit encore aujourd’hui, seulement dans d’autres personnes. Ce mĂȘme Esprit de Christ vit encore aujourd’hui, seulement dans d’autres personnes. Voyez-vous? C’est vrai. L’homme meurt, mais l’esprit ne meurt pas.
Ainsi donc il L’a emmenĂ© au sommet de la montagne, et il a dit: «Eh bien, si Tu es le Fils de Dieu,» il L’avait tentĂ© par la Parole, il a dit: «Il est Ă©crit dans la Bible: ‘Il donnera des ordres Ă  Ses Anges Ă  Ton sujet, et ils ne permettront pas que Ton pied heurte contre une pierre, ils Te porteront.’» Voyez-vous, une partie de la Parole...
Mais Son pied n’avait pas heurtĂ© contre une pierre. Alors Il a dit: «Il est aussi Ă©crit.» Amen.
E-57 Oh! il a compris Ă  ce moment-lĂ  qu’il avait lĂ  Quelqu’Un d’autre qu’Ève. Il n’a pas pu hybrider Celui-lĂ . Non, non. Pourquoi? Il Ă©tait venu pour ramener Ă  la race d’Adam une foi vivante dans la Parole vivante du Dieu vivant. Et Il a prouvĂ© juste lĂ  par Son action que le saint le plus faible du monde peut vaincre le diable sur base de la Parole Ă©crite de Dieu. Il Ă©tait Dieu Lui-mĂȘme manifestĂ© dans la chair, Il avait la puissance sans limite. Mais Il ne s’en est jamais servi. Qu’a-t-Il fait? Il a vaincu Satan sur base de la mĂȘme chose par laquelle Satan avait vaincu Ève. Amen. Il l’avait eu cette fois.
Lorsqu’il avait maquillĂ© pour Ève la Parole de Dieu et qu’elle a cru cela... Mais lorsqu’il est venu pour essayer de La maquiller devant JĂ©sus, il a Ă©chouĂ©. Absolument. Il a Ă©chouĂ© parce que JĂ©sus s’en Ă©tait tenu Ă  la Parole du PĂšre, Il a dit: «Il est Ă©crit, tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et tu Le serviras Lui seul.»
Qu’a-t-Il fait? Satan a dit qu’il L’a laissĂ© tranquille, parce qu’Il avait pris la Parole de Dieu. Chez Lui, il n’y avait pas d’hybridation. Il Ă©tait le Fils parfait du Dieu vivant nĂ© d’une vierge. Le maquillage ne pouvait pas tenir chez Lui, maquiller la Parole; l’hybridation ne pouvait pas tenir chez Lui. Non, et Il–Il Ă©tait nĂ© de Dieu. Il Ă©tait venu de Dieu; Il s’en retournait Ă  Dieu; Il s’en Ă©tait tenu Ă  la Parole de Dieu. Il n’En avait jamais dĂ©viĂ© d’un seul iota. Lorsqu’Il est venu, Il a accompli les signes du Messie que la Bible avait annoncĂ©s qu’Il accomplirait; et l’église incrĂ©dule et hybride en ce temps-lĂ  n’a pas cru cela.
E-58 Et lorsqu’Il accomplit cela aujourd’hui, les gens n’y croient toujours pas, parce que c’est hybride. Il a dit: «Il n’en Ă©tait pas ainsi au commencement.» Lorsqu’Il est venu, Il a trouvĂ© des hommes qui enseignaient des choses qui ne se trouvaient pas dans la Bible. Et Il a donc dit: «Il n’en Ă©tait pas ainsi au commencement.» Je me demande ce qu’il en serait s’Il venait aujourd’hui, Il trouverait beaucoup de gens enseignant des choses qui ne se trouvent pas dans la Bible. Il dirait la mĂȘme chose: «Il n’en Ă©tait pas ainsi au commencement.» C’est vrai.
Maintenant, nous voyons les choses qu’Il a trouvĂ©es. Lorsqu’Il est venu, Il a trouvĂ© l’église... Ecoutez, laissez ceci pĂ©nĂ©trer bien et profondĂ©ment. Lorsqu’Il est venu, qu’a-t-Il trouvĂ©? Il a trouvĂ© des gens qui comptaient sur l’église pour leur salut. Et qu’avaient-ils obtenu? Un tas de credos. Et la mĂȘme chose existe aujourd’hui: un tas de credos faits de main d’homme.
Le salut vient au travers du Sang et rien qu’au travers du Sang. Et si vous avez le salut, JĂ©sus-Christ a dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. Et vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.» VoilĂ  le salut; voilĂ  l’évidence du salut. Ce sera la mĂȘme chose.
E-59 LĂ  dans les pays des paĂŻens, des hommes et des femmes... J’en ai vu s’avancer lĂ , qui ne savaient mĂȘme pas distinguer leur main droite de leur main gauche. Et lorsqu’ils reçoivent le Saint-Esprit, savez-vous ce qu’ils font? La mĂȘme chose que vous: ils parlent en langues, ils louent Dieu, ils sautillent, ils se comportent exactement comme vous. Cela montre que c’est Dieu.
Et j’aimerais que vous les AmĂ©ricaines laissiez ceci pĂ©nĂ©trer en vous. Vous portez sans scrupules ces sales petits vĂȘtements pour sortir et tondre le gazon dans la cour au moment oĂč les hommes reviennent du travail, et vous laissez vos filles faire la mĂȘme chose.
E-60 Eh bien, j’ai deux filles. Il se pourrait qu’elles fassent cela une fois. Mais, frĂšre, lorsqu’elles le feront... Elles s’étalent lĂ  sur la plage quelque part, pour «un bronzage au soleil [en anglais Suntan]», disent-elles. Elles auront un bronzage du fils [en anglais son-tan–N.D.T.]. Ce sera celui du fils de monsieur Charlie Branham, tenant une latte dans sa main. Elles seront correctement bronzĂ©es. Il n’y a pas de doute Ă  cela. Ce sera le fils de mon pĂšre qui fera cela. Voyez-vous?
Mais maintenant, cela... Aujourd’hui cela... Et les gens sont censĂ©s ĂȘtre civilisĂ©s. L’autre jour, j’ai vu une dame entrer Ă  la–cette cafĂ©tĂ©ria Clifton. Gene, tu Ă©tais lĂ . FrĂšre Arganbright Ă©tait allĂ© m’acheter un complet. Et je l’attendais parce que j’en avais besoin. Et–et il Ă©tait parti m’acheter un complet. Et je l’attendais lĂ  Ă  la cafĂ©tĂ©ria Clifton, et j’attendais son retour.
Et j’ai vu un–une femme entrer et je me suis dit: «Oh! la la! cette pauvre crĂ©ature.» Je l’ai regardĂ©e, je me suis dit: «Vous savez...» Je–je–j’ai dĂ©jĂ  vu le glaucome; j’ai dĂ©jĂ  vu l’ophtalmie; j’ai dĂ©jĂ  vu la lĂšpre; mais je–je n’ai jamais vu quelque chose de pareil. Il y avait quelque chose d’affreux sur les yeux de cette femme-lĂ .» Et je me suis dit: «Eh bien, je crois que je vais aller demander Ă  cette soeur, lui dire que je suis un prĂ©dicateur, et–et lui demander ce qu’elle avait, et si je pouvais prier pour elle.»
E-61 Et ainsi, je me suis levĂ© pour aller vers elle, et une autre femme s’est approchĂ©e, ayant la mĂȘme apparence. J’ai reculĂ©. Elle m’aurait probablement giflĂ© si je le lui avais demandĂ©. Mais, vous savez, elle avait appliquĂ© du vert sur ses yeux par ici, et du bleu par ici. C’était le spectacle le plus affreux que j’aie jamais vu de ma vie.
Maintenant, vous les femmes, si vous allez appliquer cette affaire... En fait, vous ne devriez pas faire ça, vous ne devriez pas faire ça. Mais pourquoi ne cherchez-vous pas Ă  avoir l’apparence d’un ĂȘtre humain de toute façon, au lieu de ressembler Ă  quelque chose comme un cadavre sorti d’une entreprise de pompe funĂšbre ou quelque chose du genre? Je–je... Essayez au moins d’ĂȘtre des humains avec cela.
Et je ne crois pas du tout dans le fait de porter le maquillage. Je ne crois pas que vous ĂȘtes censĂ©es le faire. Il y a eu une seule femme dans la Bible qui s’est fardĂ© le visage pour aller Ă  la rencontre d’un homme. Aucune femme ne se farde le visage pour rencontrer Dieu. Vous appliquez du maquillage sur votre visage pour rencontrer des hommes. Et son nom Ă©tait JĂ©zabel. Savez-vous ce que Dieu a fait d’elle? Il l’a donnĂ©e en pĂąture aux chiens.
Ainsi, lorsque vous voyez une femme appliquer du maquillage, vous savez bien que c’est une demoiselle «Viande pour chiens»; Dieu la donne en pĂąture aux chiens, voilĂ  tout ce Ă  quoi elle est bonne, une viande pour les chiens.
E-62 Autrefois, les femmes pentecĂŽtistes ne faisaient pas cela, mais je ne sais pas ce qui est arrivĂ©. Autrefois, c’était mal pour les femmes pentecĂŽtistes de se couper les cheveux. C’est vrai. La Bible dit que toute femme qui coupe ses cheveux, son mari a le droit de la chasser, de divorcer d’avec elle, parce qu’elle n’est pas une femme honorable. C’est ce que dit la Bible. Oh! il en a sĂ»rement le droit, certainement. Oh! maintenant quoi? Vous y ĂȘtes.
Ce dont nous avons besoin, c’est l’Evangile prĂȘchĂ© du haut de la chaire, «qui redresse,» Ă  partir de la chaire jusqu’au concierge. C’est juste. Nous avons besoin du vieux rĂ©veil Ă  la saint Paul, Ă  l’ancienne mode, et du Saint-Esprit de la Bible. Dieu ne change pas du tout. Il est... C’était Sa dĂ©cision. Il voulait que les hommes aient un aspect diffĂ©rent de celui des femmes, que les femmes aient un aspect diffĂ©rent de celui des hommes, qu’ils s’habillent diffĂ©remment. Et c’est de cette maniĂšre qu’Il les a faits. Lorsque nous faisons quoi que ce soit de contraire Ă  cela, nous allons Ă  l’encontre de la volontĂ© de Dieu et des lois de Dieu, et de ce que Dieu a fait, et il ne reste qu’à payer pour cela. Et nous allons aussi payer pour cela.
E-63 Comment pouvons-nous avoir un rĂ©veil? Peu importe s’il s’agit d’un Oral Roberts, d’un Tommy Hicks, et d’un Osborn qui parcourait tout le pays, tant que nous ne serons pas retournĂ©s aux vĂ©ritables maniĂšres de la PentecĂŽte, nous ne serons jamais en mesure de bĂątir quelque chose sur quoi que ce soit. Nos organisations deviennent de plus en plus fortes tout le temps, et nous devenons plus nombreux tout le temps, nous avons des thĂ©ologiens qui sont plus instruits tout le temps, mais nous devenons constamment faibles tout le temps. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Revenons en arriĂšre.
Vous seriez mieux si vous vous teniez ici au coin avec votre tambourin sans porter des chaussures, quelque part lĂ  dans une rĂ©union dans la rue que vous le seriez en Ă©tant dans ces trĂšs grandes morgues que nous acquĂ©rons, et oĂč la tempĂ©rature est de quatre-vingt-dix degrĂ©s en dessous de zĂ©ro, spirituellement parlant. C’est juste. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Nous avons besoin de la PentecĂŽte. J’aime la bonne PentecĂŽte Ă  l’ancienne mode, le vĂ©ritable Esprit du Dieu vivant. C’est vrai.
E-64 Or, en Son jour, Il a trouvĂ© des gens qui enseignaient des choses qui Ă©taient comme cela. Nous avons la mĂȘme chose aujourd’hui. Ensuite ces gens-lĂ , aprĂšs qu’ils furent tous passĂ©s au travers de ces choses, JĂ©sus a donc dit: «Par vos traditions vous annulez la Parole de Dieu.»
Les commandements de Dieu disent: «Tu feras ceci.» Et vous, vous dites: «Tu dois faire ceci.»
Qu’a-t-Il fait? C’était la mĂȘme chose. Ils avaient perverti les commandements de Dieu. Il dirait la mĂȘme chose aujourd’hui. Et puis les gens disent: «OĂč est le Dieu de la Bible?»
J’étais ami Ă  un vieux prĂ©dicateur mĂ©thodiste. Il avait l’habitude de chanter un cantique.
Nous avons laissé tomber les barriÚres,
Nous avons laissé tomber les barriÚres,
Nous avons fait des compromis avec le péché.
Nous avons laissé tomber les barriÚres,
Les brebis sont sorties,
Mais comment les boucs sont-ils entrés?
Je vous assure, frĂšre, votre rĂ©ponse, lorsqu’on chantait ce cantique c’est: Vous avez laissĂ© tomber les barriĂšres. VoilĂ  le problĂšme. VoilĂ  notre problĂšme, nous les pentecĂŽtistes. C’est la seule chose qu’il y a. Je n’ai pas de grandes rĂ©unions Ă  parrainer. Je ne suis pas obligĂ© d’avoir beaucoup d’argent. Personne ne m’engage; personne ne me paie; ainsi je peux juste prĂȘcher ce qui se trouve dans la Bible. C’est juste. Personne ne me dit quoi faire...?...
Nous avons laissé tomber les barriÚres,
Nous avons fait des compromis avec le péché.
Nous avons laissé tomber les barriÚres,
Les brebis sont sorties,
Mais comment les boucs sont-ils entrés?
Laissez simplement tomber les barriĂšres; ils entreront de toute façon. Voyez-vous? C’est juste. Oh! nous devenons... Nous avions coutume de dire: «Ces vieux mĂ©thodistes froids et formalistes.» Et maintenant, ce sont les mĂ©thodistes qui disent: «Ces vieux pentecĂŽtistes froids et formalistes.» C’est juste. C’est la mĂȘme chose. Oh! honte Ă  nous! Ce dont nous avons besoin, c’est d’un rĂ©veil. Le rĂ©veil ne veut pas dire faire entrer de nouveaux membres; c’est ranimer ce que nous avons dĂ©jĂ . C’est juste.
E-65 Je me tenais au bord du lac Michigan pour la premiĂšre fois il y a bien des annĂ©es; cela fait environ trente ans, lorsque j’étais allĂ© Ă©couter Paul Rader, un de mes amis qui prĂȘchait Ă  un service du lever du soleil, un service du lever du soleil de PĂąques. Et je faisais une promenade sur la rive du lac Michigan, la plus grande Ă©tendue d’eau... Pour moi, ça semblait ĂȘtre beaucoup plus grand que le fleuve Ohio. Et j’observais cela. Et, oh! la la! les vagues ne faisaient que s’élancer continuellement en l’air. Et je me suis dit: «Pourquoi t’élances-tu ainsi? Qu’est-ce que tu as?»
E-66 Je continuais Ă  marcher le long du rivage du lac ce matin-lĂ , aprĂšs le service. Et je me suis dit: «Pourquoi t’élances-tu?» Et je me tenais lĂ , et je me suis dit: «Eh bien, il y a–il y a–il n’y a aucune raison pour que tu sautes comme je le vois.» Et je me suis dit: «Eh bien, peut-ĂȘtre que tu as un peu plus d’eau que d’habitude.» J’ai dit: «Non.» Je me suis dit: «Cela ne contient pas plus d’eau que lorsque cela Ă©tait complĂštement calme. Cela n’a pas une seule goutte d’eau de plus.» Et lorsque les vagues s’élancent et dĂ©ferlent, c’était juste la mĂȘme quantitĂ© d’eau, il n’y avait pas une goutte de plus lĂ -dedans.
Eh bien, j’ai alors pensĂ©: «Eh bien, alors pourquoi est-ce que tu t’élances ainsi?» Et je me suis dit: «Eh bien, elle connaĂźt un rĂ©veil. C’est ce qu’il en est; elle connaĂźt un rĂ©veil.» Eh bien, s’il ne connaissait pas le rĂ©veil, il serait rempli de saletĂ©. Mais chaque fois que le vent le frappe et commence Ă  souffler, il se met Ă  sauter et continue de plus belle et projette toute la saletĂ© sur le rivage: tous les vieux morceaux de bois et toute la saletĂ© sur le rivage.
E-67 C’est ce dont le–nous–l’Eglise a besoin. Elle a besoin d’un rĂ©veil. Et qu’est-ce qui dĂ©clenche ce vent? Qu’est-ce qui dĂ©clenche ce rĂ©veil? Il y a un vent qui vient: «Whoooo», cela soulĂšve tout... c’est ce dont nous avons besoin, d’un autre vent impĂ©tueux pour commencer un rĂ©veil qui ĂŽtera de l’Eglise toute la crasse, l’incrĂ©dulitĂ©...?... toute notre incrĂ©dulitĂ©, et entassera cela sur le rivage, et nous aurons un vĂ©ritable rassemblement de la PentecĂŽte, un vĂ©ritable rassemblement authentique. Amen. C’est ce dont nous avons besoin. C’est exact.
[Un parler en langues et une interprĂ©tation sont donnĂ©s.–N.D.E.]
Amen. Maintenant, il se peut qu’il y ait certaines personnes qui ne comprennent pas cela, ce sont des dons apostoliques. Pendant que... Juste pour adoucir ceci pour vous pendant un moment. Laissez-moi attirer votre attention sur quelque chose juste sur ce point quelques instants.
E-68 L’autre jour, au petit dĂ©jeuner des Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens, Ă  Los Angeles, je prĂȘchais au petit dĂ©jeuner et cela Ă©tait diffusĂ© Ă  travers toute la nation. Je dĂ©molissais tout simplement la chose de toutes mes forces. Je ne peux rien faire d’autre. Sinon, je serais un hypocrite. Je crois que nous sommes au temps de la fin. Et lorsque j’ai fait cela... Marilyn Monroe, son cousin qui Ă©tait un baptiste s’est avancĂ© pour me serrer la main. Et lorsqu’il m’a serrĂ© la main, il s’est mis Ă  parler en langues. Et alors, il... Une dame qui venait de la Louisiane qui Ă©tait assise lĂ , une Française, s’est levĂ©e et a dit: «Ce n’est pas une langue inconnue.» Elle a dit: «Je suis Française. Voici ce qu’il a dit.»
Et un homme s’est approchĂ© jusque lĂ . Et lĂ , un jeune homme s’est levĂ© et s’est avancĂ©, il Ă©tait l’interprĂšte du français pour l’ONU, les Nations Unies; il venait juste d’entrer dans la rĂ©union. Et il a dit: «Voici ce qu’il a dit, c’est exactement la mĂȘme chose.»
E-69 Et ce jeune homme, le cousin de Marilyn Monroe, Danny Henry, ne connaissait aucun mot français. Et il... J’ai cela Ă©crit juste ici, ça se trouve dans un document. Beaucoup d’entre vous ont lu le journal des Hommes d’Affaires. Eh bien, voici exactement ce qu’il avait dit, lorsqu’il me parlait. Oh! il a dit: «Ceci a Ă©tĂ© adressĂ© Ă  frĂšre Branham le 11 fĂ©vrier en–en 1961, au petit dĂ©jeuner des Hommes d’Affaires du Plein Evangile.»
«Parce que tu as choisi le sentier étroit, le chemin plus difficile, et que tu y as marché de ton propre choix...»
Je peux comprendre cela. MoĂŻse avait marchĂ© aussi de son propre choix; il n’était pas obligĂ© de le faire. J’aurais pu peut-ĂȘtre avoir de grandes rĂ©unions, de grandes affaires, et de glorieux... avec beaucoup de fleurs et d’autres choses aussi. Mais ceci c’est le chemin que j’ai choisi. Voyez-vous?
«Tu y as marchĂ© de ton propre choix. Tu as pris la dĂ©cision correcte et exacte. Et c’est Mon chemin. A cause de cette dĂ©cision capitale, une vaste portion du Ciel t’attend.»
Ça c’est dans une vision de ce que vous obtiendrez (Voyez-vous?), il n’en savait rien en ce temps-lĂ . «Quelle glorieuse dĂ©cision tu as prise! Ceci...» (Maintenant, voici ce que je ne comprends pas.) «Cette chose en soi est ce qui produira et fera s’accomplir une Ă©clatante victoire dans l’amour divin.»
E-70 Avec trois diffĂ©rents interprĂštes, des interprĂštes du français, et l’interprĂšte pour les Nations Unies... Danny Henry,... de Marilyn... C’était plutĂŽt un cousin de Jane Russell, je m’excuse, le cousin de Jane Russell, un baptiste, il n’en connaissait pas un seul mot, mais il Ă©tait trĂšs sĂ©rieux. Il s’est avancĂ© et a dit: «FrĂšre Branham, ces paroles que vous avez dites pourraient facilement ĂȘtre placĂ©es dans le Livre d’Apocalypse.» Il m’a entourĂ© de ses bras et s’est mis Ă  parler en français. Il n’en connaissait pas un seul mot. Il y avait trois tĂ©moins qui ont rendu tĂ©moignage de cela, dont l’interprĂšte des Nations Unies. FrĂšre, nous sommes dans les derniers jours. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Amen.
Je suis loin... Tenez-vous loin de cette religion hybride. Entrez dans la vĂ©ritable PentecĂŽte authentique. C’est juste.
E-71 Les gens parlent aujourd’hui comme les autres parlaient en ce temps-lĂ . JĂ©sus a trouvĂ© des gens qui enseignaient des choses qui n’étaient pas correctes. Qu’est-ce que la premiĂšre Ă©glise a fait? J’aimerais poser la question Ă  quelqu’un ici qui pourrait ĂȘtre–qui peut-ĂȘtre ne comprend pas ceci. La premiĂšre Ă©glise, ils ont fait cela. Eh bien, ce qui Ă©tait arrivĂ© en ce temps-lĂ  arrive maintenant.
Cela me rappelle aujourd’hui JĂ©sus et Sa mĂšre une fois. Je vais terminer, suivez. Sa mĂšre et Son pĂšre, plutĂŽt et Son pĂšre adoptif, Ă©taient montĂ©s au–à la fĂȘte de la PentecĂŽte, comme c’était leur coutume de monter chaque annĂ©e Ă  la fĂȘte de la PentecĂŽte. Et Ă  la fin de la fĂȘte, ils rentraient chez eux. Et ils avaient effectuĂ© trois jours de voyage, et ils L’ont perdu: trois jours de voyage, oh! et peut-ĂȘtre qu’ils pensaient: «Il est lĂ  avec notre groupe.»
Suivez, je n’aimerais pas blesser vos sentiments; peut-ĂȘtre que c’est ce que l’église a fait, pensant peut-ĂȘtre: «Il est avec nous, alors qu’est-ce que ça change? Oh! Il est–Il est avec nous.» Mais qu’ont-ils fait? Ils sont retournĂ©s et L’ont cherchĂ© parmi les gens de leur famille mais ne L’ont pas trouvĂ©.
Et maintenant, nous voici Ă  la fin des temps pendant que Billy Graham, ce grand Ă©vangĂ©liste, Jack Shuller, le mĂ©thodiste, un ami intime, le vieux docteur Barr, ces grands hommes ont secouĂ© cette nation par un rĂ©veil. Et oĂč en est-elle? Nous consommons plus de whisky chaque annĂ©e que nous en avons consommĂ© l’annĂ©e prĂ©cĂ©dente.
E-72 Je peux vous dire ceci: «Que chaque buveur de whisky et chaque fumeur de cigarette arrĂȘtent de fumer sa cigarette et le tabac, et qu’ils arrĂȘtent de prendre le whisky pendant un seul jour dans toute l’AmĂ©rique, et rĂ©coltez cet argent-lĂ . Cela permettra Ă  chaque pauvre d’avoir une maison Ă  cinq piĂšces et une automobile. Nous avons dĂ©pensĂ© plus d’argent l’annĂ©e passĂ©e pour le whisky que pour la nourriture. Alors qu’en est-il du Coca Cola, des chewing-gums et tous ces objets de luxe auxquels nous nous adonnons? Oh! nous sommes... Vous ne comprenez pas dans quel Ă©tat nous sommes.
Mais, tenez: «Nous avons simplement pensĂ© que Christ Ă©tait avec nous.» Qu’avons-nous fait? Maintenant, dans les derniers jours, lorsque ces choses se sont manifestĂ©es, nous avons commencĂ© Ă  nous poser des questions: «OĂč est-Il? OĂč est-Il?» Nous avons cherchĂ© au sein du rĂ©veil baptiste; nous ne Le voyons pas tel qu’Il Ă©tait à–en ce temps-lĂ . Nous regardons chez les mĂ©thodistes, et nous ne Le trouvons pas. Nous retournons dans le passĂ© Ă  une autre Ă©poque, au temps des luthĂ©riens, nous ne Le trouvons pas. Nous retournons au temps des catholiques, nous ne Le trouvons pas. OĂč L’avons-nous perdu? LĂ  oĂč Marie et Joseph L’ont trouvĂ©, c’est lĂ  que nous Le trouverons. Ils L’avaient laissĂ© Ă  la fĂȘte de la PentecĂŽte. C’est lĂ  que nous Le trouverons encore, juste Ă  la fĂȘte de la PentecĂŽte. AllĂ©luia! Gloire!
Vous pourriez penser que je suis fou. Je le suis peut-ĂȘtre. Si je le suis, laissez-moi tranquille. Je me sens mieux comme ceci. J’ai plus d’assurance comme ceci.
E-73 Oui, oĂč L’avaient-ils laissĂ©? A la fĂȘte de la PentecĂŽte. OĂč l’Eglise a-t-elle laissĂ© Christ? A la PentecĂŽte. Alors vint l’Eglise catholique; puis aprĂšs vint l’Eglise luthĂ©rienne, et toutes les organisations. Puis vint l’Eglise wesleyenne; et toutes les organisations, l’Eglise baptiste et toutes les organisations. Et l’Eglise pentecĂŽtiste a fait la mĂȘme chose. Que nous arrive-t-il? Nous sommes carrĂ©ment mis au rancard comme l’étaient les autres.
Levons-nous et secouons-nous. Retournons Ă  la fĂȘte de la PentecĂŽte et Ă©loignons-nous de tout ce programme d’instruction.
Je n’essaie pas de soutenir mon ignorance, mais j’essaie de vous annoncer la Parole de Dieu. Pierre ne savait pas Ă©crire son propre nom, mais il a plu Ă  JĂ©sus de lui confier les clĂ©s du Royaume Ă  cause de sa rĂ©vĂ©lation. C’est juste, mes frĂšres. C’est vrai.
E-74 OĂč L’ont-ils trouvĂ©? LĂ  Ă  la fĂȘte de la PentecĂŽte. Et c’est lĂ  que vous les mĂ©thodistes, vous Le trouverez; c’est lĂ  que vous les baptistes, vous Le trouverez; c’est lĂ  que vous les luthĂ©riens, vous Le trouverez; c’est lĂ  que vous les catholiques, vous Le trouverez. Vous ne Le trouverez jamais parmi vos Ă©glises soeurs.
Et vous tous qui emportez votre lettre d’adhĂ©sion de chez les mĂ©thodistes pour passer chez les baptistes, Il ne sera pas lĂ . Vous emportez cela de chez les baptistes, et vous retournez tous chez les catholiques. Vous ne Le trouverez jamais lĂ -bas. Retournez lĂ  oĂč l’Eglise L’a laissĂ©, Ă  la fĂȘte de la PentecĂŽte, lĂ  oĂč le Saint-Esprit est descendu du Ciel comme un vent impĂ©tueux, a rempli toute la maison oĂč ils Ă©taient assis, et des langues sĂ©parĂ©es, semblables Ă  des langues de feu se sont posĂ©es sur chacun d’eux. C’est lĂ  que vous allez Le manquer. C’est lĂ  que vous L’avez laissĂ©. C’est lĂ  que nous devons retourner Le prendre.
E-75 Ecoutez alors que je termine. JĂ©sus a dit: «Je suis le Cep; vous ĂȘtes les sarments.» Et qu’est-ce que ce Cep... Ce cep ne porte aucun fruit. Ce sont les sarments qui se trouvent sur le cep qui portent les fruits. Avez-vous dĂ©jĂ  vu un cep porter des grappes de raisins? Non, ce sont les sarments sur le cep que vous voyez porter les grappes de raisins. Eh bien, raisonnons un peu sur quelque chose. Si ce Cep-lĂ , lequel est Christ (Saint Jean, chapitre 15. Vous croyez cela, n’est-ce pas), eh bien, si ce premier Cep a produit un–ce premier Cep a produit un sarment et que c’était un sarment pentecĂŽtiste, et qu’aprĂšs ce sarment on a Ă©crit le Livre des Actes... Est-ce vrai, frĂšres? Si jamais ce Cep-lĂ  produit un autre sarment, ce sera un sarment pentecĂŽtiste et on Ă©crira un Livre des Actes aprĂšs cela.
E-76 Oh! vous direz: «Mais je suis untel. Je suis membre de...» Il n’en Ă©tait pas ainsi au commencement.
Si vous dites: «Mais Jésus, Tu sais, je suis membre de saint...»
«Il n’en Ă©tait pas ainsi au commencement.» C’est juste. Il dirait la mĂȘme chose.
–Eh bien, nous, nous croyons que le temps des miracles est passĂ©.
–Il n’en Ă©tait pas ainsi au commencement.
–Nous ne croyons pas qu’on devrait parler en langues.
–Il n’en Ă©tait pas ainsi au commencement.
–Nous ne croyons pas dans la guĂ©rison divine.
–Il n’en Ă©tait pas ainsi au commencement.
Retournez au commencement; retournez lĂ  oĂč l’Eglise a commencĂ©. Et elle a commencĂ© au jour de la PentecĂŽte avec le Saint-Esprit qui se dĂ©versait sur le peuple, remplissait leur coeur, et remplissait leurs Ăąmes, Ă  tel point qu’ils sont morts comme des martyrs, ils ont enflammĂ© la terre avec leur message du salut. Eloignons-nous de nos credos faits de main d’homme, et retournons Ă  la Bible. Oui, retournons au commencement, c’est lĂ  que nous devons commencer.
E-77 Maintenant, suivez, je me suis tenu... Eh bien, nous savons tous... ainsi, je rends cela clair pour vous; nous sommes un arbre greffĂ©. C’est juste. Mais nous avons Ă©tĂ© greffĂ©s en JĂ©sus-Christ Ă  partir du vieil arbre judaĂŻque orthodoxe et maintenant l’arbre tout entier, c’est JĂ©sus. Nous avons Ă©tĂ© greffĂ©s sur cela. Mais laissez-moi vous montrer quelque chose.
L’autre jour j’étais Ă  Phoenix oĂč j’ai vu diffĂ©rentes sortes de fruits pousser sur un oranger. Il y avait des citrons, des pamplemousses et des mandarines, et toutes sortes de fruits qui avaient poussĂ© sur le–sur un oranger. Et j’ai dit Ă  frĂšre John Sharrit, un frĂšre pentecĂŽtiste, j’ai dit: «FrĂšre John, que... Est-ce–est-ce–n’est-ce pas–n’est-ce pas que le... Comment appelez-vous un tel arbre?»
Et il a dit: «C’est un oranger.»
E-78 Bien, j’ai dit: «Comment se fait-il qu’il porte des citrons, et comment se fait-il qu’il porte des pamplemousses, des tangelos, des mandarines, et, oh! et diffĂ©rentes sortes d’agrumes?»
«Oh! a-t-il dit, ils y ont été greffés.»
J’ai dit: «Mais j’aimerais vous poser une question. Maintenant, lorsque viendra la saison de la floraison, cette branche de pamplemousse fleurira-t-elle?»
«Oui, monsieur.»
«La branche du citronnier va-t-elle fleurir?»
«Absolument, juste sur l’oranger.»
«Mais quelle sorte de fruit portera-t-elle Ă©tant donnĂ© qu’elle vit sur cet arbre? Portera-t-elle le mĂȘme genre de fruits que... Produira-t-elle des oranges l’annĂ©e prochaine?»
Il a dit: «Pas du tout.»
«Quels fruits produira-t-elle?»
Il a dit: «Des pamplemousses. La branche du citronnier produira des citrons.»
J’ai dit: «En vivant sur cet arbre?»
Il a dit: «Oui.»
J’ai dit: AllĂ©luia! Je vois la chose maintenant.»
E-79 FrĂšre, l’Eglise est une Ă©glise de la PentecĂŽte. La Vie qui se trouve dans le Cep monte et entre dans une seule Eglise et produit une expĂ©rience de la PentecĂŽte. Et derriĂšre cela, on a toutes sortes de dons du Saint-Esprit, des signes de JĂ©sus-Christ. Et aujourd’hui, nous y avons greffĂ© toutes sortes de diffĂ©rentes dĂ©nominations: la dĂ©nomination mĂ©thodiste, baptiste, presbytĂ©rienne, et mĂȘme la soi-disant dĂ©nomination pentecĂŽtiste qui y est greffĂ©e; mais elles ne portent pas le fruit originel. Elles n’ont pas l’expĂ©rience originelle, bien qu’elles tirent leur substance Ă  ce nom de christianisme. AllĂ©luia! C’est juste.
Si jamais ce Cep produit un autre sarment, ce sera un sarment pentecĂŽtiste ayant les signes qui accompagnent les croyants. C’est juste. Retournez Ă  l’original. Ces choses hybrides ne marcheront pas. Je sais qu’elles sont plantĂ©es lĂ , Ă  ce qu’on appelle «christianisme,» mais ce n’est pas le christianisme. Les fruits... «C’est Ă  leurs fruits que vous les reconnaĂźtrez.» Et pourquoi ne peuvent-ils pas porter des fruits? Ils ne retourneront jamais. Ils ne peuvent jamais devenir un oranger parce qu’ils sont hybrides; cependant, ils voulaient porter ce nom de chrĂ©tien. Mais ils sont hybrides.
E-80 Oh! je sais; et vous pourriez penser que je suis hors de moi, mai c’est la vĂ©ritĂ©. Chaque fois que cela produira des fruits, qu’est-ce que cela produira? Cela aura-t-il un rĂ©veil? AssurĂ©ment; qu’est-ce que cela produira? Des citrons. Un mĂ©thodiste produira des mĂ©thodistes, un baptiste reproduira la dĂ©nomination baptiste. La dĂ©nomination pentecĂŽtiste produira une dĂ©nomination pentecĂŽtiste. Mais lorsqu’elles retourneront au Cep originel et qu’ils retourneront Ă  la racine (allĂ©luia!), ils sortiront avec le baptĂȘme du Saint-Esprit comme les autres l’avaient eu au commencement. Et les mĂȘmes oeuvres et les mĂȘmes miracles qui accompagnaient JĂ©sus accompagneront, et ces mĂȘmes oeuvres qui avaient accompagnĂ© cette Eglise primitive accompagneront l’Eglise aujourd’hui.
Vous direz: «Je ferais telle chose.»
–Mais il n’en Ă©tait pas ainsi au commencement.
E-81 Ô Dieu, aie pitiĂ© de notre condition d’affaiblissement et de per-... des perdus C’est pitoyable. Oh! comment... Les gens ont peur du Saint-Esprit. Vous avez peur que Cela vous amĂšne Ă  vous comporter de façon bizarre. Il ne fera pas cela. Les gens ont peur.
Je me souviens d’avoir lu un livre sur la PentecĂŽte il y a des annĂ©es, au temps oĂč ils avaient l’habitude de rester toute la nuit autour de l’autel Ă  prier pendant plusieurs jours. Dieu les faisait mourir sous la puissance de Dieu.
Et Ă  vous les mĂ©thodistes, autrefois vous parliez de la guĂ©rison divine! Vous devriez avoir honte de vous, en reniant la guĂ©rison divine, alors que John Wesley, dans son propre commentaire, dans son propre livre, a Ă©crit qu’il conduisait son cheval et celui-ci est tombĂ© et s’est cassĂ© la patte. Il s’est relevĂ© et a oint le cheval d’huile au Nom du Seigneur, il est remontĂ© dessus et a continuĂ© son chemin. Il y a un–un...
E-82 Et lĂ  en Angleterre, il est dit qu’il prĂȘchait sur la guĂ©rison divine, et l’Eglise anglicane qui se moquait du fondateur mĂȘme du mĂ©thodisme... Et l’Eglise anglicane a lĂąchĂ© un renard et une meute de chiens de chasse parmi eux. Et John a pointĂ© le doigt sur la face de cet homme et a dit: «Le soleil ne se couchera pas trois fois sur ta tĂȘte que tu m’appelles pour prier pour toi.» Et cet homme est mort cet aprĂšs-midi-lĂ , rĂ©clamant John.
Je suis montĂ© sur sa selle, ou plutĂŽt je me suis assis sur sa selle derriĂšre laquelle il avait placĂ© sa petite chaire. Je me suis assis sur sa–à l’endroit oĂč il avait converti l’homme qui organisait des combats de coqs en ce temps-lĂ , je me suis assis sur son fauteuil. J’avais placĂ© sa robe sur mes Ă©paules, je me suis agenouillĂ© sur le plancher oĂč cet homme pieux est mort, et j’ai adressĂ© une priĂšre Ă  Dieu, et j’ai remerciĂ© Dieu pour un homme comme John Wesley. Il se retournerait dans sa tombe ce soir de savoir que l’Eglise mĂ©thodiste devient formaliste et retourne aux traditions des hommes au lieu de s’en tenir Ă  cette Parole.
E-83 Vous les baptistes, vous avez aussi besoin de vous tenir sur une allĂ©e recouverte de sciure de bois. John Smith avait priĂ© au point que ses... toute la nuit et avait pleurĂ© pour les pĂ©chĂ©s du peuple, au point que sa femme a dĂ» le conduire Ă  table le matin pour lui donner quelque chose Ă  manger, et elle a dĂ» le faire manger Ă  l’aide d’une cuillĂšre.
Vous les femmes mĂ©thodistes, vous portez des shorts; vous fumez la cigarette et vous vous mĂ©conduisez. Le vieux John Smith, ce grand mĂ©thodiste, lorsqu’il est venu, a prĂȘchĂ© un court sermon de quatre heures, alors qu’il avait quatre-vingts ans; mais vous, vous ne pouvez pas supporter pendant vingt minutes. Et il a dit: «Mon coeur est attristĂ© de voir que mĂȘme les soeurs mĂ©thodistes portent des bagues sur leurs doigts.» Que dire maintenant du port des shorts, et de la cigarette que vous fumez? Honte Ă  vous!
Et vous les pentecĂŽtistes, vous devenez tout aussi mauvais. Sortez de lĂ ; ne soyez pas un cep greffĂ©; retournez au cep originel du commencement et recevez le Saint-Esprit comme les autres au...?... Amen. Ne laissez pas l’évĂȘque s’emparer de vous; laissez Christ s’emparer de vous. Je suis heureux que Dieu se soit emparĂ© de moi avant que l’église l’ait fait. J’aurais Ă©tĂ© un infidĂšle.
J’ai deux fillettes à la maison. L’une d’elles s’appelle Sara, et l’autre s’appelle Rebecca. Rebecca est plutît une fille mince aux jambes longues, et Sara est toute petite de taille. Elles sont toutes deux les filles à papa, parce que j’aime les enfants.
E-84 J’étais en dĂ©placement pour une sĂ©rie de rĂ©unions et j’étais tellement fatiguĂ©. Elles avaient attendu jusqu’à minuit; leurs petits yeux se sont appesantis, et elles ont dĂ» aller se coucher. Je suis donc revenu vers une heure du matin, et j’avais tellement sommeil que je suis allĂ© me coucher; et j’ai dormi environ une heure ou deux. Je n’arrivais pas Ă  dormir, je me suis simplement rĂ©veillĂ© et je suis allĂ© m’asseoir dans le fauteuil au petit salon.
Le petit couloir conduit Ă  la chambre Ă  coucher des enfants; ma femme Ă©tait encore endormie. J’étais assis lĂ  ce matin-lĂ , et quelque temps aprĂšs j’ai entendu le–un remue-mĂ©nage dans la chambre Ă  coucher des enfants. J’ai regardĂ© comme cela.
Rebecca est l’aĂźnĂ©e; alors elle a sautĂ© d’un bond et elle a regardĂ© pour voir s’il faisait jour. Et oh! toutes les deux aiment papa. Et les voici... Rebecca s’avançait. Eh bien, cela a rĂ©veillĂ© Sara.
Or, Becky a de longues jambes et elle est la plus grande; alors elle courait plus vite que Sara. Et ainsi... Cela me rappelle les grandes Ă©glises, qui sont organisĂ©es depuis longtemps, vous savez. Alors elle a couru et elle s’est assise Ă  califourchon sur ma jambe, elle a passĂ© ses deux bras autour de mon cou, elle s’est mise Ă  m’embrasser. Et oh! vous savez quels sentiments cela me donne.
E-85 Et puis, bien vite, voici venir la petite Sara, sa soeur; elle a de petits yeux noirs et elle avait environ cette taille. Elle portait les vĂȘtements que Becky avait cessĂ© de porter. Je ne sais pas si vos enfants font aussi cela; les pieds du pyjama Ă©taient trop grands. Et la voici qui vient, elle trĂ©buchait sur tout et tombait comme elle avançait vers la porte.
Et Rebecca s’est tournĂ©e vers elle et a dit: «Sara, ma soeur, a-t-elle dit, j’aimerais que tu saches que j’étais ici la premiĂšre.» Juste comme certaines de ces grandes Ă©glises organisĂ©es qui sont lĂ  depuis longtemps. Voyez-vous? «J’étais ici la premiĂšre. Et je me suis emparĂ©e de papa tout entier, et il n’y a pas du tout de place pour toi.» C’est ce qu’elles essaient de dire, mais cela ne marchera pas comme il faut.
La pauvre petite Sara a baissĂ© sa petite tĂȘte. Et j’ai vu ses petites lĂšvres commencer Ă  trembler, et ses yeux Ă©taient remplis de grosses larmes. Je lui ai jetĂ© un coup d’oeil comme cela et je lui ai fait signe du doigt, et je lui ai tendu l’autre jambe. Elle est venue.
E-86 Et elle a directement sautĂ© sur cette jambe. Et elle Ă©tait juste une jeune Ă©glise, vous savez, et elle Ă©tait plutĂŽt chancelante. Elle ne pouvait pas bien rester en Ă©quilibre, vous savez; elle ne connaissait pas toutes ces idĂ©es thĂ©ologiques et toutes ces choses que vous ĂȘtes censĂ© connaĂźtre, vous savez, et tout ce qui se rapporte Ă  cela. Donc... Mais de toute façon, elle s’est assise sur ma jambe. Et lorsque j’ai vu que la petite gamine allait–allait tomber, alors j’ai simplement tendu mes deux bras, et je l’ai attrapĂ©e comme ceci, et je l’ai serrĂ©e contre moi. Elle s’est blottie contre ma poitrine pendant un petit moment, et elle s’est retournĂ©e. Elle a levĂ© ses grands yeux bruns vers Rebecca, et elle a dit: «Rebecca, ma soeur, a-t-elle dit, j’aimerais que tu saches aussi une chose...?... Il est peut-ĂȘtre vrai que tu t’es emparĂ©e de papa tout entier, mais j’aimerais que tu saches que papa s’est emparĂ© de moi toute entiĂšre.»
C’est ce que je crois. Je pourrais ne pas connaĂźtre toute la–la thĂ©ologie que je devrais connaĂźtre, je pourrais ne pas avoir fait trĂšs longtemps et ne pas avoir une longue expĂ©rience de sĂ©minaire. Mais aussi longtemps que je sais qu’Il s’est emparĂ© de moi tout entier en m’entourant de Ses bras et qu’Il peut m’utiliser, c’est tout ce que je me soucie de savoir. Juste de savoir qu’Il s’est emparĂ© de moi tout entier, c’est tout ce qui m’intĂ©resse. S’Il s’empare de moi tout entier, c’est donc lĂ  tout ce qui m’intĂ©resse.
N’est-ce pas ainsi que vous vous sentez aussi? Aussi longtemps qu’Il me possĂšde entiĂšrement. Inclinons la tĂȘte.
E-87 Notre PĂšre cĂ©leste, il est Ă©crit dans les Saintes Ecritures: «Il n’en Ă©tait pas ainsi au commencement.» Ainsi donc moi, avec cette rude maniĂšre modeste d’apporter cela, Seigneur, j’ai essayĂ© de semer une semence dans les coeurs de ces chĂšres et prĂ©cieuses personnes qui sont de vĂ©ritables–de vĂ©ritables chrĂ©tiens. Mais j’essaie de leur montrer, Seigneur, de ne jamais se mĂȘler Ă  une certaine affaire fabriquĂ©e par l’homme. Qu’ils puissent retourner au commencement, qu’ils retournent Ă  la PentecĂŽte. C’est lĂ  la premiĂšre Eglise chrĂ©tienne.
Elle a Ă©tĂ© inaugurĂ©e au jour de la PentecĂŽte, et Pierre a prĂȘchĂ© le sermon du baccalaurĂ©at, il a dit: «Hommes Juifs, et vous qui sĂ©journez Ă  JĂ©rusalem, sachez et prĂȘtez oreilles Ă  mes paroles. Ces gens ne sont pas ivres comme vous le supposez.»
Ô Dieu, amĂšne Ton Eglise au point oĂč elle sera spirituellement ivre, de sorte que les gens oublieront toutes les choses du monde et les soucis de la vie, et qu’ils tomberont simplement amoureux de Toi, et Te serviront. AmĂšne leurs Ăąmes Ă  s’abandonner entre Tes mains–dans Tes bras, Seigneur. Accorde-le. Sauve les perdus, aie pitiĂ© de ceux qui se meurent. GuĂ©ris les malades. Nous avons appris dans la Bible que lorsque Tu Ă©tais ici sur terre, Tu leur as manifestĂ© le signe du Messie lorsque Tu avais montré–Tu as dit Ă  Pierre qui il Ă©tait, lorsque Tu as dit Ă  la femme Samaritaine: «Va chercher ton mari.» Lorsque cette femme-lĂ  a touchĂ© Ton vĂȘtement et qu’elle est allĂ©e s’asseoir dans l’assistance... lorsque Tu as su que c’était ZachĂ©e qui se trouvait dans l’arbre; lorsque l’aveugle BartimĂ©e, alors qu’il lui Ă©tait impossible d’entendre Ta voix, ou plutĂŽt qu’il T’était impossible d’entendre sa voix au milieu de tous ces cris et histoires, mais il T’a touchĂ© et Tu t’es arrĂȘtĂ©.
Et lorsque cette femme avait touchĂ© Ton vĂȘtement, Tu t’étais retournĂ© et Tu avais regardĂ© dans l’assistance jusqu’à ce que Tu l’as trouvĂ©e et Tu lui as dit: «Ta foi t’a sauvĂ©e.»
E-88 Nous avons appris ce soir que Tu es le mĂȘme Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s. Tu es assis Ă  la droite de la majestĂ© de Dieu le PĂšre, dans les lieux trĂšs hauts, vivant Ă  jamais pour intercĂ©der sur base de notre confession.
Ô Dieu, nous confessons ce soir que nous ne sommes dignes d’aucune bĂ©nĂ©diction, ou que nous ne sommes pas dignes d’ĂȘtre appelĂ©s chrĂ©tiens, car d’aprĂšs l’origine de ce mot il veut dire: «Comme Christ». Daigne nous pardonner nos maniĂšres inconvenantes.
Et nous savons que le plus grand pĂ©chĂ© qui... et le seul pĂ©chĂ© qui soit, c’est le pĂ©chĂ© d’incrĂ©dulitĂ©. Peu importe combien nous menons une bonne vie, combien nous pouvons assister au service de l’église, combien nous prĂȘchons l’Evangile, si nous ne croyons pas chaque mot de la Parole de Dieu et que nous n’agissions pas sur base de cela, nous sommes toujours des pĂ©cheurs. C’est ce que Tu as dit: «Celui qui ne croit pas est dĂ©jĂ  condamnĂ©.» Ainsi, je Te prie, ĂŽ PĂšre, de nous donner la foi.
E-89 BĂ©nis tous ces gens ici prĂ©sents, mes frĂšres dans le ministĂšre. BĂ©nis cette Ă©glise, cette universitĂ© sur le terrain de laquelle nous nous tenons. Ils forment ici des jeunes gens pour ĂȘtre des ministres de demain. Ô Dieu, ne les laisse pas sortir comme une bande de poulets sortis d’une couveuse et qui n’ont pas de mĂšre, qui Ă©closent de façon mĂ©canique; puissent-ils partir avec un vĂ©ritable salut. Puissent-ils sortir avec une expĂ©rience comme celle de John Wesley, comme celle de Dwight Moody, de Knox, de Calvin, de Sankey, de Finney, et celle des pĂšres de l’Eglise primitive de la PentecĂŽte. Accorde-le, Seigneur.
Pardonne-nous tous nos manquements. Si nous T’avons offensĂ© d’une quelconque maniĂšre, que Ta grĂące et Ton Sang fassent expiation pour nos pĂ©chĂ©s. Sauve maintenant les perdus, PĂšre, nous prions au Nom de JĂ©sus.
E-90 Pendant que nous avons les tĂȘtes inclinĂ©es et les yeux fermĂ©s, y a-t-il un pĂ©cheur dans cette salle qui aimerait dire: «FrĂšre Branham, souvenez-vous de moi maintenant dans la priĂšre. Je suis restĂ© assis ici et j’ai Ă©coutĂ©. Je ne veux plus avoir une quelconque confession en rapport avec tout ce qui est produit par une affaire hybride, comme le fait d’adhĂ©rer Ă  l’église dont ma mĂšre Ă©tait membre, d’aller Ă  l’école parce que quelqu’un m’avait persuadĂ© d’y aller. Je suis un Ă©tudiant ici dans cette Ă©cole, dans cette universitĂ©.»
«Mon fils fréquente cette école. Ma fille fréquente cette école.»
Mes deux filles iront probablement Ă  l’universitĂ© Asbury, Ă  Wilmore, dans le Kentucky. J’habite non loin de lĂ . Je veux qu’elles soient de vĂ©ritables chrĂ©tiennes.
Mon fils vient de sortir de Waxahachie, lĂ  oĂč il est allĂ© Ă©tudier. Et nous serons tout prĂšs de lĂ  si nous habitons lĂ -bas, c’est tout prĂšs de chez nous, cela nous permettra alors de voir nos filles. Nous voulons qu’elles reçoivent la meilleure instruction. Nous voulons faire tout ce que nous pouvons pour elles. Mais par-dessus tout, mĂȘme si elles connaissent Ă  peine leur ABC, j’aimerais qu’elles connaissent Christ et qu’elles aient l’expĂ©rience du remplissage du Saint-Esprit.
E-91 Etes-vous sans Christ ce soir et sans ce genre d’expĂ©rience-lĂ ? Etes-vous membre d’une certaine Ă©glise hybride? Etes-vous vous-mĂȘme un hybride qui confesse ĂȘtre chrĂ©tien alors que vous n’avez jamais reçu le Saint-Esprit? Si c’est votre cas, mon bienveillant et prĂ©cieux ami, voulez-vous lever la main et dire: «Souvenez-vous de moi dans la priĂšre, FrĂšre Branham. Je veux maintenant avoir la vĂ©ritable expĂ©rience de la PentecĂŽte dans mon coeur. Je suis un mĂ©thodiste. Je suis un baptiste. Je suis membre d’une organisation pentecĂŽtiste, mais je ne connais pas Christ de la maniĂšre dont eux L’avaient connu au jour de la PentecĂŽte. Je n’ai pas cette expĂ©rience qu’avaient ces gens-lĂ . Souvenez-vous de moi, FrĂšre Branham.»?
Eh bien, je ne vois aucune main. Maintenant, je croi-... une seule main, que Dieu te bĂ©nisse, jeune homme. Je ne crois pas qu’une personne, qui est dans son bon sens et qui est assise ici maintenant, aprĂšs avoir Ă©coutĂ© cela ĂȘtre expliquĂ© de cette maniĂšre, puisse tout Ă©tant normale, sortir d’ici, sans ĂȘtre condamnĂ©e. Voyez-vous, il y a des gens qui ne peuvent pas venir. JĂ©sus a dit: «Nul ne peut venir [Ă  Moi] si Mon PĂšre ne l’attire. Et tous ceux que Mon PĂšre M’a donnĂ©s viendront.»
E-92 Pensez tout simplement Ă  ce qu’il en serait si vous avez pĂ©chĂ© au point d’avoir laissĂ© passer votre jour de grĂące et que vous n’ayez plus jamais... Vous pouvez blasphĂ©mer contre le Saint-Esprit, vous savez. Dire une seule parole contre cela, peu importe comment vous avez pleurĂ© ou priĂ©, cela ne vous sera jamais pardonnĂ©. N’auriez-vous pas horreur d’ĂȘtre dans cette condition-lĂ , sans aucun amour dans votre coeur, sachant que vous n’avez jamais reçu Christ, que vous n’ĂȘtes jamais nĂ© de l’Esprit, du Saint-Esprit qui est venu au jour de la PentecĂŽte?
Vous direz: «Je suis membre d’une Ă©glise.» FrĂšre, cela ne vaut pas plus que le fait d’ĂȘtre membre d’une loge. Vous pouvez ĂȘtre membre d’une loge de la mĂȘme maniĂšre et mener une bonne vie et une vie pure. Je ne suis pas contre le fait d’adhĂ©rer Ă  une Ă©glise maintenant. C’est trĂšs bien. Le... Jusque-lĂ , il n’y a pas de problĂšme. Mais ce n’est pas de cela que je parle ce soir. Mon message c’est: Retourner au commencement. Si vous n’avez jamais eu cette expĂ©rience qui vous fera vous comporter et agir comme eux au commencement, alors s’il vous plaĂźt, mon frĂšre, ma soeur, levez la main vers Christ et dites: «Souviens-Toi de moi, ĂŽ Christ, donne-moi cette expĂ©rience-lĂ .»
Merci, monsieur. Que Dieu vous bénisse. Merci, monsieur, que Dieu vous bénisse.
Et aux balcons Ă  gauche? Et aux balcons Ă  droite? J’attends un moment pendant que tout le monde prie. Et lĂ  au fond? TrĂšs bien, les rangĂ©es du milieu, y a-t-il quelqu’un quelque part? Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Que Dieu vous bĂ©nisse lĂ  derriĂšre, monsieur. J’attends de voir ce que sera votre dĂ©cision.
E-93 Notre PĂšre cĂ©leste, j’ai attendu, j’ai accordĂ© suffisamment de temps afin qu’au grand jour du Jugement comme Paul d’autrefois avait dit: «Je n’ai sur moi le sang de personne.»...
Maintenant, j’ai prĂȘchĂ© et j’ai fait tout ce que Tu m’as ordonnĂ© de faire au mieux de ma connaissance, et j’ai dit la vĂ©ritĂ© Ă  ces gens. Je prie maintenant que Tu sois misĂ©ricordieux envers eux et que Tu sauves ceux qui ont levĂ© la main. Et lorsque l’appel leur sera lancĂ© de venir sur l’estrade, puissent-ils venir avec amour et douceur, et qu’ils fassent leur confession ici, qu’ils entrent dans cette piĂšce et soient remplis du Saint-Esprit ce soir. Accorde-le, Seigneur. Je les recommande Ă  Toi au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ. Amen.
E-94 Maintenant, calmement, trĂšs calmement maintenant, que chacun selon sa propre voix, selon son propre accord puisse chanter:
Saveur, Sauveur... (Maintenant, adorons-Le.)
... mon humble...
Quand Tu appelleras les autres,
Ne m’oublie pas.
Oh! n’est-Il pas merveilleux? L’aimez-vous? N’est-Il pas bon? Vous savez, il y a un peu plus de rĂ©vĂ©rence ce soir que d’habitude. Certaines personnes se sont levĂ©es et sont sorties. Je crois que c’était parce qu’ils devaient aller prendre le bus, ou quelque chose. Je...
La raison pour laquelle je n’ai pas tenu un service de guĂ©rison... Et je ne peux pas tenir cela pendant que les gens se dĂ©placent. Le Saint-Esprit est timide. Tout le monde le sait. Il quitte tout simplement comme Il l’avait fait dans la Bible. Et lorsque vous vous dĂ©placez, et cela... juste–cela fait tout simplement interfĂ©rence. Vous ne saurez simplement pas le faire. Cela ne va simplement pas... Il me quitte tout simplement, et je resterai seulement lĂ .
Y a-t-il un malade ici? Levez la main.
E-95 J’aimerais vous demander une chose. Si nous croyons que nous vivons dans les derniers jours... Croyez-vous cela, frĂšre? Croyez-vous que le message que j’ai prĂȘchĂ© ce soir est la vĂ©ritĂ©? Acceptez-vous cela? TrĂšs bien. Invoquons le Glorieux Saint-Esprit.
Eh bien, la Bible dit que le signe qui serait donné aux Gentils... Maintenant, combien savent que ce signe-là est ici ce soir et ont vu ce que la Bible a dit à ce sujet? Maintenant, combien savent que la guérison divine est une chose déjà accomplie dans le passé? Jésus vous a guéri au Calvaire. Est-ce juste? Il vous a sauvé, mais vous devez avoir la foi et croire cela. Est-ce juste?
E-96 Combien prieront et auront la foi et croiront que Dieu, que ce don de Dieu, un message dans les derniers jours... En effet, nous savons que la Bible dit: «Dieu a placĂ© dans l’Eglise des apĂŽtres.» Est-ce juste? Ce sont des missionnaires. ApĂŽtre c’est «un envoyĂ©, un missionnaire». C’est «un envoyé»; des apĂŽtres, des prophĂštes, des docteurs, des pasteurs, des Ă©vangĂ©listes, est-ce juste? Dieu les a Ă©tablis dans l’Eglise, ce sont des dons de Dieu qu’Il a Ă©tablis dans l’Eglise.
Ensuite dans chaque corps local il y a neuf dons spirituels. Ce sont le parler en langues, l’interprĂ©tation des langues, la connaissance, la sagesse; et toutes sortes des dons, neuf diffĂ©rents dons spirituels.
Maintenant, croyez-vous qu’aujourd’hui nous avons des apĂŽtres, des missionnaires envoyĂ©s par Dieu? Le croyez-vous? Vous savez, c’est un ordre gĂ©nĂ©ral: «Allez par tout le monde, prĂȘchez l’Evangile.» C’est cela un apĂŽtre.
E-97 Croyez-vous que nous avons des prophĂštes? Il existe un don de prophĂ©tie, et puis il y a un prophĂšte. Combien savent qu’il y a une diffĂ©rence entre les deux? C’est lĂ  que vous prĂ©cieux frĂšres de la pluie de l’arriĂšre-saison, vous vous ĂȘtes embrouillĂ©s. Voyez-vous? Un prophĂšte est nĂ© prophĂšte; il a toujours l’AINSI DIT LE SEIGNEUR; il n’est jamais dans l’erreur. Un don de prophĂ©tie peut ĂȘtre sur une personne, ensuite sur une autre. Cela doit ĂȘtre jugĂ© par trois juges, ensuite cela doit ĂȘtre annoncĂ© Ă  l’église, et on doit veiller pour voir si cela va s’accomplir.
JĂ©rĂ©mie Ă©tait un prophĂšte. Dieu a dit: «Avant mĂȘme que tu eusses Ă©tĂ© formĂ© dans le sein de ta mĂšre, Je te connaissais et Je t’avais consacrĂ© comme prophĂšte et Je t’avais Ă©tabli prophĂšte des nations.» C’est vrai.
Sept cent douze ans avant que Jean naisse, il Ă©tait «la voix de celui qui crie dans le dĂ©sert», comme l’avait annoncĂ© EsaĂŻe le prophĂšte.
JĂ©sus depuis le jardin d’Eden... Voyez-vous? Nous ne pouvons pas ĂȘtre... Les dons et les appels sont sans repentir.
E-98 Eh bien, combien croient que JĂ©sus a fait cette promesse: «LĂ  oĂč deux ou trois sont assemblĂ©s en Mon Nom, Je serai au milieu d’eux»? Combien savent qu’Il a promis ceci: «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais»? Combien savent qu’Il est–qu’Il a prouvĂ© qu’Il Ă©tait le Messie, en Ă©tant un prophĂšte? Combien savent cela? C’est ce que dit la Bible. MoĂŻse a dit: «L’Eternel votre Dieu suscitera un prophĂšte.» Et que croyait l’église en ce temps-lĂ ? Les gens disaient qu’Il Ă©tait un diseur de bonne aventure, BĂ©elzĂ©bul.
N’importe qui sait qu’un diseur de bonne aventure est du diable. Toute forme de magie noire est du diable. Mais c’est... Qu’est-ce–qu’est-ce que le faux? C’est une chose juste, qui a Ă©tĂ© pervertie. Qu’est-ce qu’un pĂ©chĂ©? C’est la justice pervertie. Qu’est-ce qu’un adultĂšre? C’est un acte juste perverti. Qu’est-ce–qu’est-ce qu’un–un mensonge? C’est une vĂ©ritĂ© pervertie. Voyez-vous? Toute injustice...
E-99 Le diable ne peut rien crĂ©er. Le... J’aimerais que quelqu’un me montre un passage de l’Ecriture oĂč le diable peut guĂ©rir ou lĂ  oĂč le diable peut crĂ©er. Il n’existe qu’un seul CrĂ©ateur, et Satan pervertit ce que Dieu a crĂ©Ă©. Toute la crĂ©ation vient de Dieu. Satan pervertit la crĂ©ation.
Or, lorsqu’Il Ă©tait sur terre, comment les gens ont-ils reconnu qu’Il Ă©tait le Messie... C’est comme Philippe lorsqu’il est allĂ© et a trouvĂ© NathanaĂ«l et lui a dit ce que JĂ©sus avait dit Ă  Pierre. Lorsqu’il est retournĂ©... Eh bien, il s’est avancĂ© dans la PrĂ©sence de JĂ©sus, et JĂ©sus a dit: «Voici un IsraĂ©lite, dans lequel il n’y a point de fraude.» Est-ce juste?
NathanaĂ«l a demandĂ©: «Quand m’as-Tu connu, Rabbi?»
JĂ©sus a rĂ©pondu: «Avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous l’arbre, Je t’ai vu.»
«Que faites-vous, FrÚre Branham?»
J’essaie d’amener l’Esprit Ă  un point oĂč nous verrons ce qu’Il fera. Je ne sais pas. Je ne contrĂŽle pas Cela; c’est Lui qui me contrĂŽle. Je ne peux rien vous dire. C’est Lui. Je suis tout autant muet que ceci s’il n’y a rien qui parle au travers.
E-100 Mais combien savent qu’Il a annoncĂ© que ce qui Ă©tait arrivĂ© au temps de Sodome, lorsque Dieu est venu dans la chair humaine, cela reprĂ©sentait Dieu dans les derniers jours, avant que la terre soit brĂ»lĂ©e tel qu’Il avait fait en ce temps-lĂ ? JĂ©sus a fait allusion Ă  cela pour montrer qu’Il reviendrait dans la chair humaine et ferait la mĂȘme chose.
Eh bien, observez maintenant. Il n’a jamais fait ce que Billy Graham et les autres ont fait, ce que les Anges avaient fait lorsqu’ils sont descendus Ă  Sodome. Ils avaient aveuglĂ© leurs yeux lĂ -bas. C’est ce que fait la prĂ©dication de l’Evangile; mais pas un seul miracle. Mais observez Celui qui Ă©tait restĂ© lĂ  dans l’Eglise pentecĂŽtiste qu’Abraham reprĂ©sentait, le groupe qui Ă©tait appelĂ© Ă  sortir. Que leur a-t-Il donnĂ© pour la derniĂšre fois? Il avait le dos tournĂ© Ă  la tente et Il a appelĂ©: «Abraham.» Juste quelques jours avant le nom d’Abram avait Ă©tĂ© changĂ© d’Abram en Abraham, et de celui de S-a-r-a-ĂŻ en S-a-r-a, Sara; «OĂč est ta femme, Sara?» Un Etranger...
Il a dit: «Elle est dans la tente, derriÚre Toi.»
E-101 Il a dit: «Je vais te visiter au temps de la vie.» Et Sara a ri sous cape. Il a dit: «Pourquoi Sara a-t-elle ri, disant: ‘Comment ces choses peuvent-elles se faire?’» Est-ce juste? JĂ©sus a dit que cela se rĂ©pĂ©terait.
Vous souvenez-vous que lorsque JĂ©sus Ă©tait ici, Il a accompli cela devant les–devant les Juifs et devant les Samaritains, mais pas chez les Gentils? Chez ceux-lĂ  qui attendaient le Messie, Il a manifestĂ© le signe du Messie. Or les Gentils ont eu deux mille ans de thĂ©ologie. Mais Il a dit, comme l’a annoncĂ© le prophĂšte, que le soleil se lĂšve le matin, se couche le soir: «Au temps du soir il y aura la lumiĂšre.» Le mĂȘme soleil qui a brillĂ© Ă  l’est brillerait Ă  l’ouest.
E-102 Je dĂ©clare qu’Il n’est pas mort. Il est vivant. Et je dis que Son Esprit est ici. Cette mĂȘme Colonne de Feu qui accompagnait les enfants d’IsraĂ«l, qui a oint JĂ©sus-Christ, c’est le mĂȘme Esprit qui est dans cette salle ce soir. AINSI DIT LE SEIGNEUR. Cela agira-t-il?
Je crois que Billy a distribuĂ© quelques cartes de priĂšre l’autre soir. Nous n’allons pas les appeler. Nous n’allons pas toucher aux cartes de priĂšre. Alors vous verrez que ce n’est pas un problĂšme de cartes de priĂšre.
Laissez-moi changer mon sujet juste une minute. Une femme avait touchĂ© le bord de Son vĂȘtement. Peut-ĂȘtre qu’elle n’a pas pu entrer dans la ligne de priĂšre; elle n’avait pas de carte de priĂšre. Mais elle a touchĂ© le bord de... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
Ma mĂšre s’était presque Ă©vanouie, mon pĂšre s’était prosternĂ© Ă  cĂŽtĂ© du lit, un pauvre catholique rĂ©trograde qui ne savait quoi faire; ils m’ont amenĂ© dans une petite Ă©glise baptiste pour la consĂ©cration.
E-103 Ensuite, il y a quelques annĂ©es, lorsque ces visions ont commencĂ© Ă  se manifester, Tu m’as rencontrĂ© lĂ  Ă  Greesn’s Mill sous forme d’une grande LumiĂšre qui brillait; en fait, c’était un Ange qui Ă©tait apparu dans cette LumiĂšre et qui a dit que c’est dans ce but que j’étais nĂ©.
Seigneur Dieu, il y a, assis ici, des Ă©tudiants de cette universitĂ©; il y a des doutes, il y a des agitations; il y a des gens qui se posent des questions. Ô PĂšre, pardonne-les pour cela. S’ils n’ont jamais vu une chose pareille, ils ne se rendent pas compte de l’heure dans laquelle nous vivons. Mais Tu as promis ce signe juste avant que le monde soit dĂ©truit par le feu. Nous voyons par la science que le nom de notre nation est Ă©crit sur une bombe atomique; encore juste quelques levers et quelques couchers du soleil, et peut-ĂȘtre qu’il y en aura plus un autre.
E-104 Mais Dieu notre PĂšre, en l’honneur de ce message que j’ai prĂȘchĂ© du plus profond de mon coeur, Ta Parole et Ta promesse, confirme cela ce soir, Seigneur. Et que quelqu’un lĂ  dans l’assistance puisse avoir assez de foi pour Te toucher alors que je m’abandonne Ă  Toi, afin que Tu puisses me dire les mĂȘmes Paroles que Tu avais dites Ă  la femme qui avait la perte de sang. [Espace vide sur la bande–N.D.E.] JĂ©sus-Christ se tient Ă  moins de deux pieds [60 cm] de l’endroit oĂč je me tiens en ce moment, cette mĂȘme LumiĂšre. Et je prends tout esprit qui se trouve ici sous le contrĂŽle du Saint-Esprit pour la gloire de Dieu. Maintenant, restez tranquilles. Ne vous dĂ©placez pas, parce que les dĂ©mons vont d’une personne Ă  une autre. Et nous savons cela.
[Espace vide sur la bande–N.D.E.]... Et accomplir la mĂȘme chose. Et si vous n’allez pas venir, alors ne dites rien de mal contre cela Ă  partir de ce moment, parce que vous allez blasphĂ©mer contre le Saint-Esprit et envoyer votre Ăąme dans les tourments sans misĂ©ricorde. Prions.
[Espace vide sur la bande–N.D.E.]... juste ici en train de me regarder. Vous voyez... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
E-105 ... il a quelque chose sur son nez prĂšs de son oeil. C’est une espĂšce de petite grosseur. Il en a peur parce que cela continue d’apparaĂźtre et de disparaĂźtre et de se dĂ©tacher. C’est un prĂ©dicateur de l’Evangile. Je ne l’ai jamais vu de ma vie et je ne le connais pas. Avez-vous une carte de priĂšre, monsieur? Vous n’en avez pas? Ces choses sont-elles la vĂ©ritĂ©? Levez la main si elles sont la vĂ©ritĂ©. Alors, je veux vous demander une chose, Ă  vous tous. [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Je suis...?... monsieur. Est-ce que ces choses sont... Comment ai-je pu lui dire ce pour quoi il priait et ce que... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
E-106 Tenez, une jeune femme me regarde, elle est assise juste ici en train de me regarder; lĂ , c’est la deuxiĂšme personne dans cette rangĂ©e par ici. Elle souffre des maux de tĂȘte, quelque chose comme une migraine. A part cela, vous ĂȘtes une femme prĂ©dicateur. Si c’est vrai, levez la main. Je vous dĂ©clare guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ...?... touchĂ© le Souverain Sacrificateur.
Il y a une femme d’ñge moyen assise lĂ  tout au fond. Elle porte un manteau bleu avec une garniture blanche dessus et elle porte un chapeau bleu; elle souffre de la vĂ©sicule biliaire. Si vous croyez de tout votre coeur, madame, vous pouvez recevoir votre guĂ©rison. Tenez-vous debout. Si je ne vous connais pas, agitez la main. Si ces choses sont vraies, ce qui a Ă©tĂ© dit par l’Esprit, agitez la main. Alors je vous dĂ©clare guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ.
E-107 Qu’en est-il de vous qui ĂȘtes lĂ  dans cette section? Voici une petite femme assise ici en train de me regarder, juste par ici; elle porte un manteau rouge, la LumiĂšre se tient au-dessus d’elle. Elle souffre d’une affection des reins. Tenez-vous debout. Vous Ă©tiez en train de prier, disant: «Seigneur, permets qu’il m’appelle.» Si c’est vrai, levez la main. Si je vous suis inconnu, agitez la main. Je vous dĂ©clare guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ, le Messie, le Fils de Dieu. C’est Lui qui le dĂ©clare.
J’aimerais juste vous demander une chose Ă  vous les mĂ©thodistes, les baptistes, les catholiques et les presbytĂ©riens; si ces pentecĂŽtistes qui parlent en langues et ainsi de suite sont dans l’erreur, pourquoi le Messie est au milieu d’eux, manifestant le signe de Sa rĂ©surrection?
Combien aimeraient Le recevoir comme leur Sauveur personnel et aimeraient ĂȘtre remplis de Son Esprit? Venez ici autour de l’autel maintenant mĂȘme, vous qui avez levĂ© la main, approchez ici. Vous qui ne Le connaissez pas et qui n’avez pas cette Vie Eternelle, montez ici maintenant, pendant que nous nous tenons debout et chantons. Venez maintenant mĂȘme. «Je L’aime, je L’aime». Parce qu’Il... le premier.» Est-ce que vous L’aimez? Voulez-vous exprimer cela?
Je L’aime, je L’aime (Approchez, chaque ñme, venez.)
...parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.
E-108 Tous ceux qui ne Le connaissent pas comme leur Sauveur, qui n’ont jamais reçu le Saint-Esprit, pourquoi ne venez-vous pas? Quoi de plus... Souvenez-vous, laissez-moi vous dire, AINSI DIT L’ESPRIT DE DIEU qui est sur moi, ceci est le dernier signe que l’Eglise des Gentils reçoit avant l’Enlùvement. AINSI DIT LA PAROLE DE DIEU, AINSI DIT LE SAINT-ESPRIT qui parle, qui connaüt les secrets du coeur, AINSI DIT LE SEIGNEUR, vous recevez votre dernier appel.
Traitez-moi de fanatique si vous voulez et blasphĂ©mez contre le Saint-Esprit. Venez maintenant, si vous n’ĂȘtes pas prĂȘt Ă  Le rencontrer dans l’EnlĂšvement. Je lance un dĂ©fi; je demande; je persuade; je supplie; venez maintenant.
Je L’aime, je L’aime...
Pourquoi ne voulez-vous pas vous tenir si prĂšs dans Sa PrĂ©sence? Vous tous les Ă©tudiants de cette universitĂ© qui n’avez pas le Saint-Esprit, venez jeunes gens, vous jeunes femmes, frayez-vous un chemin jusqu’ici comme ceci. C’est juste.
... salut
Sur le bois du Calvaire.
Je L’aime, je...
Venez maintenant, venez. Ceci est le dernier appel; ça pourrait ĂȘtre le tout dernier que vous aurez jamais entendu dans votre vie. Demain soir pourrait ĂȘtre trop tard pour vous.
... moi...
E-109 Vous membres d’église tiĂšdes, ne voulez-vous pas venir? Ne faites pas confiance Ă  ce qui est hybride. Cela ne ressuscitera pas au jour de la RĂ©surrection. Cela ne reviendra peut-ĂȘtre pas. Venez chercher une vĂ©ritable expĂ©rience. Retournez Ă  votre Ă©glise: mĂ©thodiste, baptiste, presbytĂ©rienne, oĂč que vous soyez. Retournez-y, mais venez naĂźtre de nouveau maintenant. Venez recevoir le VĂ©ritable Saint-Esprit.
Je... (Là aux balcons, nous vous attendons.), je L’aime Parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit mon salut Sur le bois du Calvaire.
E-110 Maintenant, mes amis, ne Le rejetez pas. J’aimerais vous poser une question. Aimeriez-vous dans toute votre vie en arriver au point oĂč vous voyez la pure Parole, et Dieu venir juste derriĂšre cette Parole et confirmer qu’Il est ici? Maintenant, vous ĂȘtes plus nombreux lĂ -bas. Le mĂȘme Dieu qui pouvait me dire ce qu’est votre problĂšme, je sais ce qu’est votre problĂšme, par Sa grĂące, par Sa rĂ©vĂ©lation. Il y a beaucoup plus de gens qui devraient se tenir ici. Je vais chanter encore une fois.
Et souvenez-vous, au jour du Jugement lorsque je vous rencontrerai, votre sang ne sera pas sur moi. Si vous voulez venir, ne vous gĂȘnez pas.
Je L’aime... (Ne prenez pas de risque.)
Parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit mon salut
Sur ... le bois... (Venez par ici, chéri...?... par ici) du Calvaire.
E-111 De petits enfants viennent, pleurant, ils n’ont pas tellement plongĂ© leurs coeurs dans ces vieux magazines Histoire vraie et les autres. Ils n’ont pas de duretĂ©. Venez, mes chĂ©ris. Tenez-vous juste ici. Les serviteurs indĂ©pendants seront lĂ  juste dans un instant.
Et je n’aimerais pas que vous vous retiriez avec eux, vous les serviteurs, avant que je prie pour ces gens moi-mĂȘme. J’aimerais prier pour eux, et ces frĂšres...
Mes amis, pouvez-vous voir? Si une seule de ces choses se produisait en Afrique, des milliers et des milliers de gens afflueraient à l’autel.
E-112 Maintenant, j’aimerais vous demander quelque chose. J’aimerais que vous incliniez la tĂȘte, vous qui ĂȘtes lĂ  dans l’assistance. Et je vous demande au Nom de JĂ©sus-Christ, dans la PrĂ©sence de qui vous vous tenez, si vous n’avez jamais reçu le Saint-Esprit, mĂȘme si vous n’ĂȘtes pas venu, mĂȘme si vous ne...?... J’aimerais que vous soyez sincĂšre avec moi et avec Dieu. Et Dieu vous convaincra, assurĂ©ment. Si vous n’avez jamais reçu le Saint-Esprit, levez la main, tous ceux qui ne L’ont jamais reçu. J’aimerais que vous regardiez. Voyez-vous? Maintenant, cela montre si le discernement est correct ou pas. Voyez-vous? Ça se trouve lĂ . Voyez-vous? C’est juste... Peut-ĂȘtre que ce jour est passĂ©.
J’aimerais que les serviteurs indĂ©pendants s’avancent et qu’ils se tiennent tout prĂšs maintenant. Si les autres veulent s’avancer, approchez. FrĂšre Branham fredonne: «Je L’aime.–N.D.E.]
Je L’aime...
Parce qu’Il m’aima le premier
Et a...
(Beaucoup de gens viennent avec les serviteurs indĂ©pendants. C’est bon.)
... salut
Sur le bois du Calvaire.
E-113 Pensez-y, mes amis. En ce temps oĂč les nations ne savent quoi faire... Notre nation et ce monde sont sur une poudriĂšre. Vous savez cela. Pas une poudriĂšre, mais sur une bombe atomique... Vous allez dans cette Ă©glise-ci, vous allez dans cette Ă©glise-lĂ , vous courez vers la chose. La Bible ne dit-Elle pas que dans les derniers jours il y aura la faim d’entendre la vraie Parole de Dieu? Les gens iront de l’est Ă  l’ouest, du nord au sud, cherchant la vraie Parole de Dieu. Et voici que ce soir, vous Ă©coutez cela de la Bible avec le mĂȘme Saint-Esprit qui a Ă©crit cette Bible, confirmant qu’Il est le JĂ©sus vivant juste ici avec nous ce soir, comment pouvez-vous Le rejeter?
J’aimerais vous dire, Ă  vous qui ĂȘtes venus, que JĂ©sus a dit: «Nul ne peut venir Ă  Moi si Mon PĂšre ne l’attire.» Eh bien, c’était lĂ  Dieu notre PĂšre qui se tenait Ă  cĂŽtĂ© de vous, qui vous a amenĂ© sur cette estrade. «Celui qui Me confessera devant les hommes, Je le confesserai devant Mon PĂšre et devant les saints Anges.» Je vais prier pour vous avant que vous alliez dans–dans l’autre piĂšce.
E-114 Notre PĂšre cĂ©leste, ces chers et prĂ©cieux ĂȘtres humains mortels qui mangent, boivent, aiment leurs familles et leurs bien-aimĂ©s, comme n’importe quel autre homme normal... Ils pourraient avoir accompli de grandes choses dans leur vie; ils pourraient avoir pris bien des dĂ©cisions; mais ils n’ont jamais pris une dĂ©cision comme celle qu’ils ont prise de venir et d’ĂȘtre remplis du Saint-Esprit de Dieu. Je prie, ĂŽ PĂšre cĂ©leste, que chacun d’eux reçoive le Saint-Esprit de Dieu qui est ici maintenant. Je prie...

En haut