ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication LE PLUS GRAND FLASH D'INFORMATION DE L'HISTOIRE (Venez, croyez et allez) / 61-0424 / Chicago, Illinois, USA // SHP 1 hour and 43 minutes PDF

LE PLUS GRAND FLASH D'INFORMATION DE L'HISTOIRE (Venez, croyez et allez)

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 (1) Restons debout juste quelques instants pour un mot de pri√®re. Notre P√®re c√©leste, comme nous nous approchons de Ton divin tr√īne de mis√©ricorde ce soir, nous sommes reconnaissants qu'il y ait un tr√īne de mis√©ricorde; car ce serait terrible pour nous de venir √† un tr√īne de justice. Mais Christ a satisfait pour nous √† tout ceci, √† la justice, et nous a r√©concili√©s de nouveau avec notre P√®re. Et nous venons maintenant au travers de la mis√©ricorde, T'implorant de confirmer Ta Parole au milieu de nous ce soir en venant parmi nous, car il est √©crit : "L√† o√Ļ deux ou trois sont assembl√©s en Mon Nom, Je serai au milieu d'eux." Nous sommes donc reconnaissants pour cette promesse, et nous savons que Tu tiens chaque promesse.
E-2 (2) Et nous Te demandons de b√©nir ceux qui sont en route, que Tu les encourages. Ils ont tous consenti un sacrifice ce soir, en sortant en cette soir√©e de pluie et de vent violent. Cela montre leur estime et leur amour pour Toi. Nous Te prions maintenant de b√©nir les malades et les n√©cessiteux ce soir, pour qu'ils soient gu√©ris par Ta Pr√©sence de toutes leurs maladies. B√©nis ce soir ceux qui ne Te connaissent pas; b√©nis-les au point qu'ils T'aimeront et tourneront leurs cŇďurs vers Toi avant de quitter ce b√Ętiment. Accorde-le, Seigneur. B√©nis Tes serviteurs, Tes ministres, Tes √©vang√©listes, tous ceux qui sont ici √† cette r√©union et ailleurs. Que le Saint-Esprit soit dans nos vies, afin que d'autres voient cela et qu'ils aient soif de L'avoir. Nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.
E-3 (3) Je vais mettre ceci de c√īt√© juste un instant. Le passage des Ecritures de ce soir, comme nous allons aborder directement le message, car nous sommes un peu en retard, se trouve dans l'Evangile de Saint Luc, au chapitre 24, verset 32. Et ils se dirent l'un √† l'autre : Notre cŇďur ne br√Ľlait-il pas au-dedans de nous, lorsqu'il nous parlait en chemin et nous expliquait les Ecritures? Et mon sujet ce soir, c'est : Le plus grand flash d'information de l'histoire. Et mon th√®me c'est : Venez, croyez, et allez.
E-4 (4) J'√©tais √©merveill√© par ces magnifiques, ces remarquables et glorieux quarante jours que notre Seigneur a pass√©s sur terre, apparaissant √† Ses disciples et aux autres apr√®s Sa r√©surrection. Je me suis arr√™t√© plusieurs fois, me disant : "Et si je pouvais √™tre l√†, √™tre dans cette grande expectative, qu'√† chaque virage sur la route, on pourrait Le rencontrer face √† face, le Seigneur J√©sus ressuscit√©... Combien cela aurait √©t√© √©mouvant de L'avoir rencontr√© et de L'avoir reconnu. " (5) Mais ensuite, comme deuxi√®me pens√©e l√†-dessus, apr√®s m'√™tre dit combien √ßa aurait √©t√© √©mouvant de rencontrer le Seigneur comme ces hommes (Cl√©opas et son ami en route pour Emma√ľs...) et Il S'est entretenu avec eux pendant toute la journ√©e, mais ils ne L'ont point reconnu! Et ensuite, ce soir-l√†, quand Il les a rassembl√©s, quand ils... Il parut vouloir les d√©passer, les laisser pour aller dans un petit h√ītel ou plut√īt √† un endroit pour les touristes. Mais ils Le press√®rent de rester et de demeurer avec eux. Et ils ont continu√© √† Le presser, si bien que finalement Il est entr√© avec eux. Pendant toute la journ√©e, ils ne savaient pas qui Il √©tait...
E-5 (6) Et ensuite, après L'avoir fait entrer ou amené à l'intérieur et fermé les portes, Jésus a fait quelque chose qui était... pour leur faire savoir que c'était Lui. Et après s'être entretenu avec Lui toute la journée, après L'avoir entendu prêcher pendant les trois années qu'Il a vécu sur terre, et après l'avoir entendu prêcher après Sa résurrection, ils ne L'ont pas cependant reconnu jusqu'à ce qu'Il a fait quelque chose de tout à fait identique à ce qu'Il avait fait avant Sa crucifixion... Ils surent alors que c'était Lui. Et maintenant, n'est-ce pas étrange qu'il faille quelque chose de surnaturel pour nous faire comprendre que c'est Lui, que l'enseignement seul ne puisse pas le faire. Il n'a donc jamais commissionné Son Eglise d'aller enseigner la Parole. Il a dit : "Prêchez l'Evangile", ou manifestez l'Evangile. "Et l'Evangile n'a pas été prêché en paroles seulement, mais avec la puissance et la démonstration du Saint-Esprit", a dit Paul. (7) Eh bien, c'est pour cela que le verset suivant dans Marc 16 dit : "Voici les signes qui accompagneront (ou suivront) ceux - ceux qui auront cru." Vous voyez donc, il faut que les signes de la résurrection accompagnent pour confirmer la Parole, afin de révéler Jésus aux gens de manière certaine.
E-6 C'√©tait donc un temps merveilleux, ces glorieux quarante jours. Combien j'aurais aim√© √™tre l√†! (8) Mais alors, me dis-je encore, il me fallait √™tre un croyant, car Il n'est apparu qu'√† Son Eglise √©lue. Il n'appara√ģt qu'aux croyants. Et ce qu'Il √©tait √† l'√©poque, Il le demeure. Aujourd'hui, Il ne continue √† appara√ģtre qu'√† Son Eglise √©lue : aux croyants. (9) Or, nous voyons que beaucoup enseignaient sur le Messie en ce temps-l√†. Et beaucoup attendaient la Venue d'un Messie. Mais Il avait une Eglise √©lue. Aussi en a-t-Il Une ce soir. Et c'est le... l√† o√Ļ je me suis arr√™t√© hier soir, l'Eglise √©lue. Il n'est donc apparu qu'√† Son Eglise √©lue; et les autres ne L'ont pas reconnu. Et s'Il √©tait ici aujourd'hui, Il ferait exactement la m√™me chose qu'autrefois : Appara√ģtre aux croyants √©lus. Il n'appara√ģt jamais aux incroyants.
E-7 (10) Pourquoi, apr√®s Sa r√©surrection, J√©sus n'a-t-Il pas... S'Il S'int√©ressait tellement √† ce que tout le monde sache qu'Il √©tait ressuscit√© des morts, je me demande alors pourquoi Il n'est pas all√© chez, eh bien, disons, Pilate ou H√©rode, pour leur dire : "Voyez, Me voici. Vous pensiez M'avoir eu n'est-ce pas? Mais Je vous avais dit que Je ressusciterais le troisi√®me jour, Me voici donc". (11) Ou bien, pourquoi n'est-Il pas all√© chez Ca√Įphe, le souverain sacrificateur, ou √† l'Eglise orthodoxe, √† la synagogue pour leur dire : "Eh bien, tous vous avez toujours cru qu'un Messie viendrait, et David a dit que Son √Ęme ne serait pas abandonn√©e au s√©jour des morts; qu'Il ne permettrait pas non plus que Son Saint voie la corruption, Me voici donc, Celui que vous avez clou√© √† la croix. Me voici ressuscit√© pour vous prouver que Je suis le Messie." (12) Pourquoi n'a-t-Il pas fait cela? C'est parce que s'ils n'ont pas pu croire en Lui quand Il √©tait ici sur terre en Personne avant Sa crucifixion, ils ne croiraient pas en Lui apr√®s. Et ainsi donc, les gens ont dit : "Quelque chose d'autre est arriv√©. Il n'√©tait pas compl√®tement mort ; soit Ses disciples avaient une sorte d'embaumement qui L'a ramen√© √† la vie, soit quelque chose s'est produit." Il n'est donc apparu qu'√† ceux qui croyaient en Lui, qui L'aimaient, et qui devaient Le voir, d'apr√®s l'√©lection. C'est de la m√™me mani√®re qu'Il le ferait aujourd'hui, s'Il devait venir aujourd'hui, et en fait, Il est venu sous forme de l'Esprit. Et remarquez qu'Il ne Se manifeste que, comme nous nous sommes arr√™t√©s hier soir √† Abraham... Il n'est jamais all√© vers le groupe de Lot. Il est plut√īt apparu au groupe √©lu : Il a tourn√© le dos √† la tente et Il a dit : "O√Ļ est ta femme, Sara?" Il a dit : "Dans la tente." (13) Et Il lui a annonc√© ce qui allait arriver et - et qu'ils allaient avoir cet enfant. Et Sara a ri. Et Il a dit : "Pourquoi Sara a-t-elle ri?" Et Sara a essay√© de nier cela. (14) Et J√©sus, quand Il a dit : "Ce qui arriva du temps de - de Lot arrivera de m√™me √† la Venue du Fils de l'homme..." Voyez? Or, cet Ange n'est jamais all√© vers ce groupe de Sodome. Il n'est rest√© qu'avec les appel√©s √† sortir, les √©lus. Ils avaient leurs messagers. Et leurs yeux furent aveugl√©s pour qu'ils ne voient pas la porte. Mais le groupe √©lu a vu Dieu manifest√© dans la chair. Et ce... en ce glorieux matin de la r√©surrection, ils virent Dieu manifest√© dans la chair. La mort ne pouvait pas Le retenir. Et Il n'est venu que vers Ses √©lus, pas du tout vers les autres √©glises, uniquement vers Ses √©lus. (15) Eh bien, pourquoi n'est-Il pas all√© vers l'√©glise? Il l'a fait quand Il est venu. Il est venu chez les Siens, mais ils ne L'ont point re√ßu.
E-9 Maintenant, Il est venu sous la forme du Saint-Esprit dans une... pas vers l'√©glise, mais vers l'Eglise √©lue. (16) Et nous, l'Eglise, nous devons L'apporter aux incroyants. C'est nous qui devons laisser Sa Vie briller au travers de nous, afin que les autres puissent croire. C'est nous, Christ dans l'Eglise, qui faisons briller Sa Pr√©sence pour Le rendre visible √† tous. C'est pourquoi, Lui, quand Il projette Sa lumi√®re devant, ou plut√īt en avant au travers de la vie de Ses croyants √©lus, ceux qui sont √©lus pour la Vie Eternelle Le re√ßoivent. (17) Il a dit : "Mes brebis entendent Ma voix, elles ne suivront pas un √©tranger. Mais Mes brebis entendent Ma voix." Il S'est manifest√© √† Son Eglise √©lue, appel√©e √† sortir. Il fait la m√™me chose avec l'Eglise d'aujourd'hui pour Se manifester √† travers Ses cr√©atures, nous, l'Eglise, l'Eglise appel√©e √† sortir.
E-10 (18) Par cons√©quent, notre Message est effectivement le plus grand flash d'information que l'histoire ait jamais connu. Il y a eu toutes sortes de choses illusoires et ainsi de suite, mais le Message qu'a l'Eglise est le plus grand flash d'information qui ait jamais frapp√© le monde. Oui, oui. On L'a enterr√© mort, mais Il est ressuscit√© et Il est de nouveau vivant. Il √©tait mort quand on L'a enterr√©, et aujourd'hui, Il est vivant pour toujours. Ce sont des faits r√©els. Il n'est pas mort, Il est plut√īt vivant pour toujours. Quel Message, quel flash d'information! L'Eglise devrait √™tre dans la joie. L'Eglise devrait amener cela √† br√Ľler dans le cŇďur de tous ceux avec qui Elle entre en contact. Il n'est pas mort, mais vivant. Cela devrait constituer des gros titres partout. Mais les gens n'y croient pas. C'est pour cette raison que cela n'est pas √† la une. (19) Mais pour le croyant, cela constitue un gros titre dans le cŇďur du croyant. Quand il voit et reconna√ģt cela, cela le ravit plus que tout ce qui peut jamais √™tre fait. Cela fait appara√ģtre √† la une que tout ce qui est du monde est mort. D√®s qu'ils voient qu'Il est vivant et qu'Il est avec Son Eglise, quel ravissement pour le croyant! Les plus gros titres qui devraient √™tre mis en manchette, c'est juste notre Message d'aujourd'hui, le Message de P√Ęques.
E-11 (20) Mais nous accordons √† la P√Ęques un seul jour de l'ann√©e, c'est √ßa notre P√Ęques. La P√Ęques, c'est un jour de l'ann√©e. Chaque jour de l'ann√©e est... devrait √™tre P√Ęques. Chaque jour devrait √™tre un jour de joie pour la r√©surrection. Mais vous savez quoi? Les gens ont mis la confusion dans le Message de P√Ęques. Ils l'ont confondu avec des Ňďufs colori√©s et - et de petits bouquets de fleurs √† accrocher au corsage ou au poignet, et de nouveaux bonnets et des lapins. Et par cons√©quent, P√Ęques n'est qu'une publicit√©. (21) Mais pour le croyant qui sait, chaque jour, il vit la P√Ęques, car Christ est ressuscit√© des morts et est √† jamais vivant dans les cŇďurs, Se manifestant √† Son Eglise jour apr√®s jour. "Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru." Eh bien, si vous dites que vous √™tes un croyant et que ces miracles ne vous accompagnent pas, alors, soit vous avez dit quelque chose de faux, soit vous dites qu'Il a dit quelque chose de faux. Car, J√©sus a dit : " Voici les miracles qui accompagneront les croyants; en Mon Nom, ils chasseront les d√©mons, ils parleront de nouvelles langues. S'ils ont √©t√© empoisonn√©s, s'ils boivent un breuvage mortel, cela ne leur fera point de mal. S'ils imposent les mains aux malades, les malades seront gu√©ris." C'est ce genre de miracles qui accompagnent les croyants. Et c'est √† eux qu'Il appara√ģt : aux croyants; c'est donc pour cela que ces miracles accompagnent les croyants.
E-12 (22) Oh! Quelle glorieuse chose pour Son Eglise apr√®s dix-neuf cents ans, √† peu pr√®s deux mille ans, de reconna√ģtre qu'Il est vivant. Nous Le rencontrons √† chaque virage de la route, √† chaque tournant. O√Ļ que nous allions, nous voyons J√©sus, nous voyons Sa Pr√©sence vivante jaillir de Sa glorieuse Eglise du Dieu vivant comme une Lumi√®re √©clatante. Combien nous devrions √™tre reconnaissants de cela. (23) A la tombe, le Message a √©t√© donn√© : "Venez voir; allez dire." Tout d'abord : "Venez pour √™tre convaincu." Aujourd'hui les gens ne veulent pas venir voir. Ceux qui viennent effectivement, ne peuvent pas rester dix minutes, parfois cinq minutes. Quand vous vous mettez en travers de leur chemin, ils sont partis. (24) "Venez voir." Ne vous contentez pas de jeter un coup d'Ňďil; restez l√† et examinez la chose. "Venez voir, et ensuite, allez le dire." C'est ce qu'Il a dit aux femmes ce matin-l√† au tombeau : "Venez voir o√Ļ Il √©tait couch√©. Mais Il n'est plus ici. Ensuite, allez dire √† Mes disciples que Je les rencontrerai l√† en Galil√©e."
E-13 (25) Allez dire √† qui? A Ses disciples d√©sorient√©s. Ils √©taient certainement d√©sorient√©s. Et ils ne savaient que faire. Beaucoup d'entre eux √©taient retourn√©s √† leurs filets de p√™che. Ils voulaient retourner √† la p√™che des poissons. Ils √©taient d√©sorient√©s parce qu'ils ne savaient que... comment joindre les deux bouts. Ils avaient absolument cru qu'Il √©tait le Messie, et voici qu'Il √©tait mort, et - et ils ne savaient alors que faire. Mais, "allez dire √† cette √©glise d√©sorient√©e que Je suis vivant, et que Je les pr√©c√®de, et que Je les rencontrerai en Galil√©e comme Je l'ai promis." (26) Cette √©glise, qui √©tait d√©sorient√©e √† ce moment-l√†, n'√©tait pas pire que l'√©glise d'aujourd'hui. Elle est toujours d√©sorient√©e. Elle n'arrive pas √† discerner les Ecritures. Elle n'arrive pas √† comprendre pourquoi Marc 16 a √©t√© √©crit dans la Bible, et les gens sont si d√©sorient√©s qu'ils disent : "Ce n'√©tait pas inspir√©." Et ils voient d'autres Ecritures et disent : "Le Saint-Esprit, c'√©tait pour un autre jour et non pour aujourd'hui." Ils voient d'autres Ecritures o√Ļ des miracles devaient √™tre accomplis, et ils d√©clarent que tous les jours de miracles sont pass√©s. Vous parlez d'√™tre d√©sorient√©! Ils sont plus d√©sorient√©s maintenant que ne l'√©taient les autres autrefois, mais quelque chose de semblable √† ce qu'ils √©taient; car la seule chose que ces disciples avaient et qui pouvait les consoler, c'√©tait une exp√©rience d'autrefois. Et l'√©glise d'aujourd'hui est pour une bonne part comme cela, m√™me chez les pentec√ītistes, les gens essayent de se contenter de Actes 2.4, d'une exp√©rience d'autrefois. (27) Mais, oh! Ce Message du Dieu vivant est toujours vivant aujourd'hui. Pourquoi √™tes-vous d√©sorient√©s? "Je vous pr√©c√®de; Je ne suis pas mort; Je suis vivant, dit-Il, pour toujours."
E-14 Mais ceux qui sont d√©sorient√©s, ils deviennent tellement d√©sorient√©s qu'ils essayent d'organiser un nouvel "ism". Et √ßa n'a pas tard√© comme toujours pour que ce nouvel "ism", devienne un "wasm" [Fr√®re Branham fait un jeu de mots : " ism ", des dogmes du pr√©sent, " wasm ", des dogmes du pass√© - N.D.T.] Ils ont eu une pluie de la premi√®re et de l'arri√®re-saison, une pluie interm√©diaire, un ceci et un cela et que sais-je encore, une sorte d'organisation, de d√©nomination. (28) Et qu'en advient-il? La chose meurt juste comme toute organisation. Et ils sont - ils - ils sont d√©sorient√©s. "Eh bien, maintenant, nous ne savons que faire, nous devons rassembler ces gens. Nous - nous devons nous s√©parer de ce groupe-ci ou de ce groupe-l√†." Ils sont toujours d√©sorient√©s, ils ne savent que faire, ils ne connaissent pas le v√©ritable message de P√Ęques. (29) Le v√©ritable Message de P√Ęques, ce n'√©tait pas d'aller faire des organisations : c'√©tait d'aller pr√™cher l'Evangile, de d√©montrer la puissance du Saint-Esprit, et de Le laisser prendre l'Eglise en main. Mais ils sont toujours d√©sorient√©s, ils ne savent que faire, ni comment faire. (30) Et les gens devraient comprendre que chaque fois, au cours de l'histoire... Je demande √† n'importe quel th√©ologien, √† tout historien, de me dire o√Ļ Dieu a jamais pris une organisation pour en faire autre chose qu'un groupe de gens. C'est un syst√®me humain. Il ne s'agit pas des gens qui y sont, mais du syst√®me de l'organisation. (31) Et chaque fois que Dieu a envoy√© un r√©veil, Il a fait sortir quelqu'un d'une certaine organisation pour commencer un r√©veil. Et chaque fois, apr√®s que cet homme a commenc√© le r√©veil, les gens qui sont venus apr√®s ont organis√© cela, et cela est mort sur-le-champ et ne s'est jamais relev√©. Eh bien, montrez-moi un livre d'histoire, la page et son num√©ro, o√Ļ une d√©nomination s'est jamais relev√©e apr√®s s'√™tre une fois organis√©e. Cela est mort sur-le-champ. Ils sont devenus des morts-n√©s, et ce sont des enfants morts. Ce dont ils ont besoin, c'est d'une fess√©e de l'Evangile, c'est exact, pour les ramener √† la vie.
E-15 (32) Maintenant... Mais ce qui arriva √† ce moment-l√†, quand ces messag√®res revinrent de la tombe ce matin-l√† pour dire √† ces disciples que le - qu'Il √©tait ressuscit√© des morts, qu'Il √©tait vivant au milieu d'eux, et qu'Il les pr√©c√©dait et les rencontrerait √† un certain lieu de rendez-vous... Quelle merveilleuse chose encore, notre Christ nous pr√©c√®de toujours ! Il y a un lieu de rendez-vous : "Je vous rencontrerai dans les airs, ce matin-l√†." (33) Et les √©glises croient toujours cela, la v√©ritable Eglise du Dieu vivant. Nous attendons que ce changement se produise. Quand nous observons le processus par lequel passe Son Eglise, la semence d'Abraham suit le m√™me cheminement que lui (Abraham); et aujourd'hui nous sommes encore dans l'attente de cette grande rencontre dans les airs o√Ļ nous Le verrons, o√Ļ nous serons enlev√©s avec ceux qui ont attendu avant nous. (34) Ils ressusciteront des morts et nous serons vivifi√©s en un instant, en un clin d'Ňďil pour √™tre enlev√©s √† Sa rencontre dans les airs, et √™tre avec Lui pour toujours. Nous avons toujours un lieu de rendez-vous. Et nous devons nous en tenir √† ceci et le croire de tous nos cŇďurs.
E-16 (35) Mais les gens, en ce temps-l√†, √©taient trop occup√©s, ils √©taient pr√©occup√©s par d'autres choses : jeter leurs filets et retourner faire la p√™che. Et aujourd'hui, c'est la m√™me chose avec nous, nous sommes pr√©occup√©s par tant d'autres choses : par ceci, par cela et autre, et il y a tant d'ismes, tant de d√©nominations et tant d'organisations. Et le - l'ancien principal... et nous devons absolument faire attention au genre de r√©unions auxquelles nous coop√©rons, car le surintendant de district pourra nous mettre √† la porte. Et - et puis si nous allons √† telle r√©union, le pasteur pourra nous mettre √† la porte. Et si le... Oh! l'√©v√™que nous infligera ceci, ou bien l'√©glise nous excommuniera. (36) Oh! Et nous sommes si occup√©s √† tenir nos membres √† l'Ňďil pour nous assurer qu'ils ne vont pas dans une autre √©glise ou qu'ils n'ont rien d'autre √† faire en dehors de notre petite clique... Nous sommes si occup√©s √† ce... C'est tout juste comme √©changer des membres; et amener un cadavre d'une morgue √† une autre, tout √† fait. On ne sait pas que la r√©surrection s'est produite et que nous nous en r√©jouissons d√©j√†, mais on √©change des cadavres les uns contre les autres, c'est presque ainsi que √ßa se passe.
E-17 (37) Oh! c'est difficile qu'ils comprennent que notre Christ est vivant. Il n'est pas mort, mais Il est vivant pour toujours et Il est le même hier, aujourd'hui et éternellement. Mais nous, nous sommes très occupés, préoccupés par de multiples et différentes choses; l'église a tant de choses à faire et elle est très occupée à ceci et à cela, nous n'avons pas le temps d'examiner ces choses. Et si nous apprenons que ça vient d'un messager, nous disons : "Oh! ce sont des histoires comme celles auxquelles les gens croyaient autrefois. Oh! ces idiotes de femmes étaient là-bas, il est difficile de dire ce qu'elles... Elles inventent quelque chose." (38) Voyez-vous, nous sommes trop occupés à autre chose. Pourquoi ne pas prendre un petit moment pour étudier cela? Assoyez-vous devant Lui et "venez et plaidons, dit Dieu. Même si votre incrédulité est comme le cramoisi, elle deviendra blanche comme la neige; même si elle est rouge comme la pourpre, elle deviendra blanche comme la laine". (39) Mais nous sommes si occupés. Nous devons veiller à ce qu'aucun de nos binitaires ne devienne trinitaire et à ce que nos trinitaires ne deviennent pas des unitaires, et ainsi de suite; nous devons nous assurer que nous faisons attention à cela. Et le problème est que Christ est toujours vivant dans Son Eglise, et comme je l'ai dit, nous - nous transportons des cadavres d'une morgue à une autre. Et nous y sommes. Eh bien, c'était ainsi autrefois, c'est ainsi aujourd'hui, c'est quelque chose du même ordre.
E-18 (40) Certains font de l'Evangile une procession fun√®bre. C'est vrai. Ils vont √† l'√©glise, exactement comme si c'√©tait √† une procession fun√®bre. D'autres en font un divertissement. C'est vrai. D'autres en font tout simplement un divertissement, juste un bon moment o√Ļ on se met √† jouer un torrent de musique, √† sautiller sur l'estrade, √† danser sur toute l'estrade ou dans l'all√©e, √† courir, puis √† s'asseoir pour parler de leurs voisins et... C'est vrai. (41) D'autres pensent qu'ils devraient se tenir debout et r√©citer la doxologie et le soi-disant Credo des ap√ītres. J'aimerais que quelqu'un me montre une chose √©crite l√†-dedans qui soit un Credo des ap√ītres. "Je crois en la sainte Eglise catholique romaine." Pas moi. "Je crois √† la communion des saints." C'est du spiritisme; pas moi. Mais ils sont si occup√©s √† monter ces histoires de toutes pi√®ces, et ils en font une procession fun√®bre. Ce n'est pas une procession fun√®bre, ce n'est pas non plus un divertissement. C'est une f√™te, une f√™te avec Christ, o√Ļ les croyants viennent d√ģner. (42) Le Ma√ģtre appelle : "Viens d√ģner"; tu peux f√™ter tout le temps √† la table de J√©sus; Lui qui a nourri la multitude, qui a chang√© l'eau en vin (Ce m√™me J√©sus est vivant ce soir), Il appelle l'affam√© maintenant : "Oh! Viens d√ģner." C'est une f√™te et pas un - un divertissement. Et ce n'est pas non plus une procession fun√®bre.
E-19 (43) Maintenant, le Message c'est qu'Il nous pr√©c√®de, Il nous pr√©c√®de. Il n'est pas dans une tombe derri√®re nous. Il est au-devant de nous, frayant un chemin. Nous devons suivre, pas regarder derri√®re vers la tombe, mais regarder devant, l√† o√Ļ Il conduit, car Il est notre Conducteur. Nous devons Le suivre, pas regarder derri√®re vers les tombes. (44) Marie, ce matin-l√†, elle a bien repr√©sent√© l'√©glise d√©sorient√©e. Elle l'a bien repr√©sent√©e, car elle √©tait dans la m√™me voie que l'√©glise aujourd'hui. Qu'a-t-elle dit quand elle L'a entendu parler? "Marie, que... Femme, pourquoi pleures-tu?" Elle a dit : "On a enlev√© (Jean 20.13) mon Seigneur, et je ne sais pas ce qu'ils ont fait de Lui." (45) C'est √† peu pr√®s cela la position de l'√©glise aujourd'hui. "Ils ont emport√© mon Seigneur, et je ne sais pas o√Ļ Le trouver. J'ai test√© toutes leurs communions. J'ai test√© tous leurs bapt√™mes d'eau. J'ai test√© les m√©thodistes, les baptistes, les presbyt√©riens, les pentec√ītistes, les catholiques et tout, mais je n'arrive pas √† Le trouver. (46) Si l'Ecriture d√©clare qu'Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, c'est qu'Il est quelque part. S'Il n'est pas mort, alors Il est vivant. Il ne peut pas √™tre √† la fois vivant et mort." Marie a donc bien repr√©sent√© l'√©glise. "On a enlev√© mon Seigneur, et je ne sais pas o√Ļ ils... ce qu'ils ont fait de Lui."
E-20 (47) Aujourd'hui, l'√©glise se dit : "Oh! Il y avait un grand Christ historique. Il - Il gu√©rissait les malades. Il pouvait discerner les pens√©es du cŇďur des gens. C'√©tait un Christ historique. (48) Il est venu vers des foules. Il est venu vers Pierre, et Il a dit √† Pierre qu'il s'appelait Simon, Il a dit : 'Tu t'appelles Simon; ton p√®re s'appelait Jonas.' Oh! Assur√©ment, c'√©tait J√©sus qui a fait cela. C'√©tait le signe du Messie selon les Ecritures, et ce qu'avait pr√©dit le proph√®te." (49) Il n'a rien enseign√©, Paul non plus. Quand Paul fut amen√© devant Agrippa, il a dit : "Je n'ai pr√™ch√© que ce que Mo√Įse et les proph√®tes ont annonc√©. Pourquoi me condamnez-vous, a-t-il dit, alors que je n'ai dit que ce que Mo√Įse a dit, ce que les proph√®tes avaient annonc√©? Est-ce √©trange pour toi, √ī Agrippa, de croire √† la r√©surrection des morts? Ne sais-tu pas que Dieu est la r√©surrection des morts?" C'est ce qu'Il est aujourd'hui.
E-21 (50) Alors... Mais Marie a dit : "Eh bien, nous... Je sais que je L'ai connu autrefois." Mais elle pleurait de chagrin, car elle L'avait connu autrefois, mais on - on L'avait - on L'avait enlev√©. (51) Et c'est pareil aujourd'hui. Chacun de nous cherche √† faire avaler √† l'autre une sorte de th√©ologie philosophique avec une sorte de psychologie, en lui disant : "Nous - nous croyons ceci, nous croyons cela." Mais J√©sus a dit : "Celui qui croit en Moi fera aussi les Ňďuvres que Je fais." (52) Et l'√©glise a dit : "On a enlev√© mon Seigneur." Qu'ont-ils fait de Lui? Aujourd'hui encore, √† cause de la d√©faillance, de la lenteur et de la maigreur de l'√©glise, beaucoup croient cette histoire juive qui a √©t√© racont√©e autrefois, selon laquelle on est venu Le d√©rober de nuit √† la tombe, on croit toujours que c'est cela. (53) Je crois qu'environ soixante-dix pour cent des protestants ne croyaient m√™me pas √† la-la r√©surrection physique ou √† la venue litt√©rale. Des statistiques ont r√©v√©l√© cela. Ils renient simplement cela. Beaucoup d'entre eux, des milliers d'entre eux renient la naissance virginale.
E-22 "Ils ont enlev√© mon Seigneur." Pourquoi ? Ils doivent le faire. Si vous n'arrivez pas √† croire √† la r√©surrection physique, alors vous ne pouvez pas pr√™cher un Christ qui est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Vous ne pouvez pas accepter Sa Parole, qu'en est-il alors? (54) Nous nous faisons des incroyants et des infid√®les. Il n'est pas √©tonnant que la petite √©glise s'√©crie : "O√Ļ est mon Seigneur? O√Ļ est le Dieu de l'histoire? O√Ļ est le J√©sus qui √©tait, Celui qui a dit qu'Il serait avec nous, qu'Il nous pr√©c√©derait toujours et qu'Il serait en nous jusqu'√† la fin du monde?" Les Ňďuvres qu'Il a faites... (55) Et quand l'√©glise voit cela arriver, les gens sont si occup√©s √† former des organisations. Et lorsque la chose ne vient pas de leur organisation, ils disent que c'est du diable, et ils rejettent cela exactement tel que les autres l'avaient fait autrefois. (56) Ainsi elle est toujours d√©sorient√©e. "On a enlev√© mon Seigneur. Je suis all√© √† la table de communion; on m'a dit que si je venais prendre la sainte eucharistie et - et croyais √† l'√©glise qui... Eh bien, je suis all√© et j'ai fait cela, et qu'ai-je vu? Rien. Un tas de th√©ologie, un tas de psychologie. Mais pour ce qui est de trouver mon Seigneur ressuscit√©, je ne L'ai pas trouv√©. On m'a dit que si on m'aspergeait [d'eau.], je - je recevrais certainement la chose. Et c'est ce que j'ai fait. Et on m'a dit que si je me faisais baptiser la face en avant, ce serait la chose √† faire, en arri√®re, que jel;jpk les √©glises. J'ai lu tous leurs credos, mais o√Ļ est mon Seigneur ? Qui L'a enlev√©?" (57) "On L'a enlev√©." Qui L'a enlev√©? C'est l'organisation qui L'a enlev√©. Eh bien, reniez une fois cela, et je vais vous prouver sur base de l'histoire que c'est vrai. Ce qui L'a enlev√© et qui a form√© l'Eglise catholique, c'√©tait une organisation. (58) Et les protestants font juste demi-tour et font la m√™me chose que l'Eglise catholique; ils en font une organisation. Et quand vous faites cela, vous enlevez Dieu. Consid√©rez l'histoire; consid√©rez les Ecritures et voyez si ce n'est pas accompli. C'est exact. "On L'a enlev√©. " (59) J'ai un fr√®re l√†-bas, il est unitaire. Et j'en ai un par ici, il est binitaire. Et j'en ai un ici, il est un autre "aire" ou quelque chose de ce genre. Qu'est-ce ? Ce sont de petits "isms" qui deviennent peu apr√®s des "wasms". C'est juste. Mais qu'est-ce? Le Message demeure toujours le m√™me : Christ est ressuscit√© des morts. (60) Ne montrez pas √† quelqu'un une organisation ou une forme de quelque chose, montrez-lui J√©sus-Christ qui est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Il est ressuscit√© des morts et c'est √† Lui qu'il faut regarder. Aujourd'hui, nous voulons leur montrer certaines de nos grandes √©coles de th√©ologie, certaines de nos organisations. (61) Mais la consolation pour ses pleurs et son deuil est venue. Sa consolation est venue, son d√©sespoir √©tait fini quand elle a entendu son nom √™tre appel√©, et qu'elle a reconnu que c'√©tait son Seigneur. Et il lui fut demand√© : "Pourquoi cherches-tu Celui qui est Vivant parmi les morts?" Et Marie a d√©couvert que son Seigneur n'√©tait pas dans ces credos morts. (62) Et d√®s que l'Eglise a reconnu, comme Marie, que notre Seigneur ressuscit√© n'est pas dans un credo, mais dans une exp√©rience personnelle du bapt√™me du Saint-Esprit dans le cŇďur du croyant... Il n'est pas dans un credo. Il n'est pas dans les √©glises organis√©es. Il n'y est pas. Il est dans les cŇďurs des croyants. Il n'√©tait pas l√†-bas dans les tombeaux de leurs morts, mais Il √©tait vivant. (63) Oh! Quel - quel message √† apporter √† l'√©glise ce soir ! Re√ßoivent-ils cela ? Pas plus que... Aujourd'hui c'est pire qu'autrefois. Quand les disciples apprirent cela, ils ont cru, et la Bible dit qu'ils √©taient dans la joie. La Bible dit : "Quand ils apprirent cela, ils √©taient heureux. " Quand ils L'ont rencontr√© et qu'ils ont reconnu que c'√©tait leur Seigneur... Il en est de m√™me ce soir quand un homme ou une femme, un gar√ßon ou une fille, qui veut aller au-del√† du credo de son √©glise... Je ne vous dis pas de ne pas √™tre membre de votre √©glise; il n'y a pas de probl√®me. Mais ne cachez pas votre √Ęme derri√®re ce credo, pensant que cela vous sauvera. (64) Vous ne serez jamais sauv√© √† moins que vous rencontriez Christ comme votre Sauveur personnel et que Son Esprit remplisse votre vie : "Alors, voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru." Pas une danse fol√Ętre comme ce que vous avez vu beaucoup de pentec√ītistes exhiber, pas une morgue comme ce que vous voyez chez beaucoup d'autres gens. Et maintenant, les pentec√ītistes sont presque dans les divertissements; ils sont aussi rentr√©s √† la morgue. Pas comme ce... Ne les amenez pas √† cela, mais amenez-les √† un Christ vivant et ressuscit√©. Amen. C'est ce que nous devons... (65) Vous avez alors la joie. C'est comme les disciples, quand vous Le rencontrez, vous Le reconnaissez. Et quand Il a accompli le signe devant eux et qu'Il leur a montr√© qu'Il √©tait le m√™me J√©sus, faisant les m√™mes choses qu'Il faisait... Personne d'autre que Lui ne pouvait faire cela. Et ils ont reconnu que c'√©tait leur Seigneur et ils √©taient dans la joie. Eh bien, √† Cl√©opas et √† l'autre, cela leur a pris toute la journ√©e pour se rendre √† Emma√ľs, √† la distance d'un chemin de sabbat. Ils n'ont mis que quelques minutes pour le voyage retour. Oh! Apr√®s avoir d√©couvert la v√©rit√©, selon laquelle Il √©tait ressuscit√©, car ils L'avaient vu tenir Sa Parole et L'accomplir, et faire exactement ce qu'Il faisait avant Sa crucifixion, ils ont travers√© la contr√©e √† toute vitesse. J'imagine qu'ils touchaient le sol tous les quatre ou cinq yards [environ 3,6 m ou 4,5 m - N.D.T.] (66) Ils √©taient press√©s. Ils voulaient dire aux autres : "C'est vrai, le Seigneur est r√©ellement ressuscit√©." Ils avaient quelque chose dans le cŇďur. Ils n'allaient pas l√† pour discuter de leurs affaires religieuses. Ils allaient l√† pour dire : "Je sais qu'Il est vivant. Je Le connais parce qu'Il nous est apparu, et nous L'avons vu faire la m√™me chose qu'Il faisait avant Sa mort, avant qu'Il soit mis √† mort l√†-bas. Et Son corps n'a jamais √©t√© vol√©. Et les femmes avaient parfaitement raison, car Il √©tait effectivement ressuscit√© des morts, car c'√©tait Lui." (67) Ils se sont alors regard√©s quand ils se sont arr√™t√©s sous un... quelque part pour se reposer un peu. [Fr√®re Branham hal√®te. - N.D.E.] Ils ont dit : "Nos cŇďurs ne br√Ľlaient-ils pas au-dedans de nous? [Il hal√®te.] Nous aurions d√Ľ savoir que c'√©tait Lui, quand Il Se r√©f√©rait tout le temps aux Ecritures. Nous... Nos cŇďurs ne br√Ľlaient-ils pas au-dedans de nous lorsqu'Il nous parlait en chemin et nous expliquait les Ecritures?" (68) Il a dit : "√Ē hommes sans intelligence et (Il n'a pas...) dont le cŇďur est lent √† comprendre. Ne fallait-il pas que le Christ souffr√ģt ces choses, et qu'Il entr√Ęt dans Sa gloire, comme le disent les Ecritures?" Vous voyez, ils comprirent que c'√©tait J√©sus, car Il s'√©tait directement align√© avec les Ecritures en d√©pit de ce que les autres disaient. (69) Et plus t√īt l'√©glise parviendra √† s'aligner avec l'enseignement des Ecritures (au lieu de chercher √† adopter une th√©ologie humaine), plus vite on trouvera le Christ ressuscit√©. C'est vrai, mon fr√®re. Dieu ne b√Ętit pas sur un fondement autre que celui qui a d√©j√† √©t√© pos√© par les ap√ītres. C'est vrai. Oh! Oui, ils √©taient dans la joie Les √©glises d'aujourd'hui ont pourtant chang√© par rapport √† ce qu'on √©tait √† l'√©poque de la Pentec√īte. Oh! Combien de changements elles ont op√©r√©s depuis ce jour-l√†! (70) Aujourd'hui, c'est comme si les √©glises se r√©unissent pour adorer... j'ai horreur de le dire, mais il me semble que les √©glises se r√©unissent aujourd'hui pour honorer un mort. Les gens entrent dans un b√Ętiment et ils chantent "Mon Dieu plus pr√®s de Toi", et c'est une esp√®ce de lenteur comme √† une morgue, √ßa produit un bruit ennuyant. Eh bien, ils - ils s'approchent de vous et disent : "Bon, r√©citons maintenant le Credo des ap√ītres. R√©p√©tons tel Credo que le docteur Untel de telle et telle..." Oh! la la! C'est comme si on √©tait triste pour cela. Et la moiti√© d'entre eux reste √† la maison pour regarder la t√©l√©vision au lieu de venir √† l'√©glise le dimanche. C'est vrai. Mort, juste - juste un cadavre ambulant. Un cadavre qui pr√™che donc, un cadavre qui cherche √† parler d'un cadavre qui a v√©cu autrefois, et qui a v√©cu dans une tombe, il y a bien des ann√©es, un cadavre. Et ce n'est qu'un cadavre, un cadavre et un cadavre. (71) Ils vont adorer un Christ qui est mort il y a dix-neuf cents ans. C'est pratiquement la condition exacte des √©glises aujourd'hui, cherchant √† adorer un mort au lieu d'acclamer un Vainqueur. Amen. Gloire √† Dieu. Je suis heureux d'√™tre pentec√ītiste de cŇďur, pas par d√©nomination, non non, effacez mon nom de √ßa. Mais l'exp√©rience... Nous ne venons pas adorer un mort. Nous acclamons un Vainqueur qui a vaincu la mort, le s√©jour des morts, la tombe et la maladie, chaque d√©mon, toute incr√©dulit√©; Il a vaincu cela. (72) Eh bien, pouvez-vous vous imaginer une √©quipe de base-ball ou de basket-ball de cette √©cole-ci sortir et remporter la victoire sur l'√©quipe adverse et revenir, pouvez-vous vous imaginer les gens se tenir debout l√†, par exemple, leur chantant une sorte de petit cantique du genre "Mon Dieu plus pr√®s de Toi"? Eh bien, on d√©ploierait des drapeaux, on les acclamerait en faisant... Comment √©tait-ce au retour de Napol√©on? Qu'en √©tait-il de Staline, quand ils sont entr√©s en Allemagne et qu'ils ont tir√© des coups de fusil et ex√©cut√© les... Allem-... ou plut√īt le - le salut, et ont crois√© leurs jambes pour ex√©cuter le salut russe? Qu'en √©tait-il quand nos gar√ßons sont rentr√©s au pays apr√®s leur victoire? Les sifflets ont retenti, les gens se sont d√©cha√ģn√©s, ils ont tir√© des coups de feu; ils ont cri√©; ils ont fait sonner les cloches. Pourquoi? Nous avions vaincu notre ennemi. Gloire! (73) Mais aujourd'hui, vous avez l'impression d'√™tre dans une sorte de morgue; on entre dans une √©glise et les gens disent : "Nous croyons en Dieu le P√®re Tout-Puissant." Je crois en J√©sus-Christ ressuscit√© (amen), le Vainqueur de la mort, du s√©jour des morts et de la tombe. Je crois qu'Il est vivant, ce soir, et qu'Il est vivant parmi nous dans ce b√Ętiment, conform√©ment √† Sa promesse: "L√† o√Ļ deux ou trois sont assembl√©s en Mon Nom, Je serai au milieu d'eux." Oui, oui. Pas un service fun√®bre, mais acclamant le puissant Vainqueur... (74) Mais le probl√®me que nous avons, c'est que nous ne regardons pas √† notre Vainqueur. Nous regardons √† notre ancien. Nous regardons √† un grand √©vang√©liste. Quelqu'un quand... Nous voyons ce qu'ils en disent, oui monsieur. Nous - nous - nous regardons les uns aux autres. Mais il nous est ordonn√© de regarder √† Lui. (75) Nous regardons pour dire, si donc l'une ou l'autre chose se produit : "Bien, le Seigneur a fait telle chose; Il a gu√©ri quelqu'un. Il a fait quelque chose d'autre de ce genre." Mais...?... Eh bien, nous dirions : "Voyons ce que le docteur Dupont dit √† ce sujet. Si notre √©glise n'y croit pas, nous - nous n'accepterons pas cela." Vous comprenez? Vous regardez √† ce que dit l'ancien. Vous regardez √† ce que dit l'√©v√™que. (76) Alors, vous ne verrez jamais Christ. Quand ils ont appris que J√©sus √©tait ressuscit√© des morts et qu'Il √©tait apparu ainsi parmi eux, ils ne se sont pas tenus l√† √† se regarder; ils ont regard√© √† Lui. Ils ont vu Ses cicatrices; ils ont vu Sa puissance; ils L'ont vu accomplir les miracles qu'Il accomplissait avant Sa mort; et ils ont su que c'√©tait leur Dieu vivant. Et ils n'ont pas regard√© les uns aux autres, ils n'ont pas non plus demand√© √† qui que ce soit de regarder √† eux. (77) Mais aujourd'hui, des pr√©tentieux sont apparus. "Je suis docteur Untel, j'ai fait de telles √©tudes. Je suis docteur en philosophie, docteur en droit, en Q.S.T.", et toutes ces autres sortes d'histoires, mais o√Ļ est Christ dans tout √ßa? Qu'avons-nous? Une morgue. Et on adore un Christ mort et gisant dans une tombe. (78) Nous, nous n'adorons pas un Christ mort et gisant dans une tombe, l'Eglise vivante, l'Eglise du Dieu vivant. Nous adorons un Vainqueur ressuscit√©, Celui qui a vaincu notre incr√©dulit√© et tous ces credos, qui les a √©cras√©s sous Ses pieds et qui a dit : "Je suis √† vous et vous √™tes √† Moi." Amen. "Je vis pour toujours." √áa, c'est le Grand Vainqueur. C'est Lui, c'est √† Lui que ma foi regarde. (79) Ce qu'il nous faut faire aujourd'hui, c'est ne pas regarder √† ces pauvres et tristes mangeurs d'ails l√†-bas, l√† dans le d√©sert, voulant les pots de viande de l'Egypte, portant des shorts et des robes, et se maquillant les l√®vres, se coupant les cheveux et reniant la puissance de Dieu. Laissez-les tranquilles. Ils p√©riront l√† dans le d√©sert. (80) Suivons notre Grand Josu√© (all√©luia!), notre Conducteur. Ne posez aucune question; marchez simplement au pas; c'est tout. Continuez √† avancer. Ne regardez pas en arri√®re √† eux; ne faites pas cas d'eux. S'ils veulent rester en Egypte et √™tre avides des choses du monde, de toutes leurs sales vedettes de cin√©ma et de leurs imitateurs et tout, laissez-les continuer. Regardons √† J√©sus. Regardons √† notre Josu√©. Nous ne regardons pas √† une soif. (81) Le probl√®me qu'on a aujourd'hui, c'est qu'on dit : "Maintenant, attendez, vous ne devez pas boire. Vous ne devez pas aller au cin√©ma. Vous ne devez pas faire ceci, vous ne devez pas... Les femmes ne doivent pas se couper les cheveux. Elles ne doivent pas porter des shorts." Oh! Je pense que si jamais quelqu'un allait dans l'autre pays et mangeait quelques raisins de Canaan, mangeait quelques grenades et du bon miel de l√†, il ne voudra plus de l'ail du monde. Le probl√®me, c'est que nous les nourrissons du vieil ail et des trucs et les laissons assoiff√©s et avoir des maux de ventre, excusez mon expression, ce n'est pas correct √† la - √† la chaire. Mais ils rentrent. S'ils veulent aller dans le monde, qu'ils rentrent. (82) Nous, nous avan√ßons. Nous allons suivre notre... Pas juste retourner √† Actes 2.4, encore errer l√†-bas au m√™me endroit. Qu'est-ce qu'ils ont fait? Ils sont rest√©s l√† pendant quarante ans et y sont morts l√†-bas. Ils rentrent toujours √† la m√™me vieille histoire. C'est bien, Actes 2.4 en est une portion. (83) Mais le probl√®me, c'est qu'un jour Il a dit √† Ses... "Levez-vous, vous avez fait quarante ans sur cette montagne; tournez-vous vers le nord; traversez le Jourdain l√†-bas, la s√©paration, car il y a plus que cette montagne pour vous." (84) Il y a pour vous plus que Actes 2.4. Chaque promesse dans le Livre appartient √† l'Eglise. Et Dieu attend que Son Eglise se l√®ve et re√ßoive cela. Comment pouvez-vous faire cela, alors que vous avez toujours soif et que vous d√©sirez toujours √™tre comme le monde? Comment peuvent-ils le faire, alors qu'ils mangent toujours et ont toujours grande envie de l'ail et des pots de viande de l'Egypte? Non. (85) Marchez au pas avec Josu√©. C'est juste. Prenez les nouveaux raisins et le vin nouveau de la Pentec√īte. Enivrez-vous-en. Fr√®re, vous ne - vous ne - vous - vous ne regarderez m√™me plus au monde. Quelque chose vous arrivera. Oh! Allons de l'avant suivant les pas de notre grand Conducteur et Vainqueur. N'oubliez pas, Dieu a dit √† Josu√© : "Tout lieu que foulera la plante de ton pied t'appartient." (86) Fr√®re, ces pas repr√©sentent la possession. Continuons √† entrer dans la Terre promise, non pas regarder en arri√®re pour voir ce qui va arriver l√†-bas, et ce que fait quelqu'un d'autre. Ayez les yeux fix√©s sur J√©sus, le Josu√©, le Conducteur. Continuez √† avancer vers des profondeurs plus profondes et des hauteurs plus √©lev√©es, jusqu'√† ce que vous poss√©diez tout ce que Dieu vous a promis dans Sa Parole. Tous les hommes ne peuvent pas recevoir ceci. C'est cach√© aux yeux du monde, et c'est une folie pour lui. Mais ceux qui sont n√©s et √©lus pour la Vie Eternelle croient cela. Nous voyons l'heure o√Ļ nous vivons. (87) Allons de l'avant. N'oubliant pas ceci, que nous avons quelque chose derri√®re nous. Quand Il a envoy√© Ses disciples, J√©sus a dit: "Tout pouvoir M'a √©t√© donn√© dans le Ciel et sur la terre." Assur√©ment. Cela est derri√®re nous. Quoi? Chaque promesse qu'Il a faite, car tout pouvoir Lui a √©t√© donn√©. Le P√®re a donn√© tout pouvoir au Fils. "Et tout dans le Ciel, tout pouvoir dans le Ciel M'appartient", a dit J√©sus. "Et Je suis avec vous." Quelque chose pour nous soutenir. (88) Souvenez-vous de ceci pendant que nous allons, il y a quelque chose - quelque chose derri√®re nous, quelque chose en nous et quelque chose devant nous. Amen. C'est venez, croyez et allez. Quelque chose derri√®re nous, quelque chose en nous et quelque chose devant nous. Il √©tait, Il est et Il vient. Le m√™me J√©sus qui √©tait, est le m√™me J√©sus ce soir, et le m√™me J√©sus qui viendra ; le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Venez, croyez et allez en parler √† quelqu'un d'autre. Amen. Oh! J'aime cela. Gloire √† Dieu. (89) Sa vie, ce qu'Il √©tait pour nous, c'est Sa vie pass√©e. Il nous a donn√© ce qu'Il √©tait pour que nous ne soyons pas s√©duits sur ce qu'Il est aujourd'hui. Oh! J'aime cela. Amen. Ne croyez pas quelqu'un d'autre sur parole, croyez Dieu sur parole. (90) La Bible dit, J√©sus a dit : "Si vous demeurez en Moi et que Ma Parole demeure en vous, vous pouvez demander ce que vous voulez, et cela sera accord√©." J√©sus a dit : "Le... Celui qui croit en Moi fera aussi les Ňďuvres que Je fais." J√©sus a dit : "Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus; mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, et m√™me en vous, jusqu'√† la fin du monde." J√©sus-Christ le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Comment le savons-nous? Les gens disent : "Eh bien, certainement, je crois bien s√Ľr cela." (91) J√©sus a dit : "Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru." Si vous n'avez pas ces miracles, les gens disent : "Ils pourront, probablement qu'ils pourront, ils devront." Il a dit : "Ils vont." Tr√®s bien. "Ils accompagneront ceux qui auront cru." Oui, monsieur. Et qu'a-t-Il laiss√©? Il a laiss√© Sa vie pass√©e pour nous montrer ce qu'Il √©tait. C'est ce qui est derri√®re nous, de sorte que nous pouvons dire ce qui va √™tre en nous. Oh! J'aime vraiment cela. Nous regardons derri√®re pour voir ce qu'Il √©tait, nous pouvons alors voir maintenant ce qu'Il est. (92) J√©sus n'a jamais √©t√© un th√©ologien au cou raide. Il les a trait√©s d'une bande d'hypocrites, de tra√ģtres et tout le reste, de murailles blanchies, de s√©pulcres pleins d'ossements des morts. Il les a r√©primand√©s. Il ne s'est jamais joint √† un seul de leurs groupes. Mais Il S'en est tenu au Message du P√®re. (93) Il S'en est tenu aux Ecritures : "N'est-il pas √©crit dans vos Ecritures?" Peu importe ce qu'ils voulaient voir et ce qu'ils voulaient faire. Ils voulaient qu'Il ressuscite celui-ci ou qu'Il fasse telle chose; Il a dit : "Je fais ce que le P√®re Me montre. Je ne fais rien de Moi-m√™me, Je ne fais que ce que Je vois premi√®rement faire au P√®re." (94) Mo√Įse a dit qu'Il serait un proph√®te, le Messie l'√©tait, et qu'Il discernerait les pens√©es de leurs cŇďurs. Et J√©sus √©tait la Parole de Dieu rendue manifeste. "Au commencement √©tait la Parole, et la Parole √©tait avec Dieu, et la Parole √©tait Dieu. Et la Parole a √©t√© faite chair et Elle a habit√© parmi nous." Il √©tait Dieu dans la chair. Et c'est la raison pour laquelle la Parole de Dieu √©tait en Christ et Il √©tait la Parole de Dieu. Et la Bible dit que la Parole de Dieu (dans H√©breux, chapitre 4) est plus tranchante qu'une √©p√©e √† deux tranchants. (95) Comment allez-vous faire cela tout en √©tant membre d'une organisation? Vous dites : "Dites cela et on vous mettra √† la porte." Comment allez-vous faire cela? C'est malheureux! Oh! la la! Je - je sais que je me fais des ennemis, mais je me fais des amis, l√†-bas. C'est donc l'essentiel. Vous voyez. (96) Peu m'importe ce que dit l'homme, c'est ce que Dieu dit qui compte. Dites-moi que ce n'est pas la Parole. Voyez o√Ļ nous en sommes. Regardez autour de vous et voyez comment nous mourons. R√©veillez-vous et secouez-vous. Retournez √† une exp√©rience de P√Ęques, de la r√©surrection, montrant que J√©sus-Christ est vivant aujourd'hui. Il est maintenant vivant √† jamais. Oui. Pas... Il est le m√™me aujourd'hui. (97) Il nous est apparu hier et a prouv√© qu'Il √©tait derri√®re nous, afin qu'Il soit ce qui est en nous, une conception de substitution dans notre esprit de ce qu'Il sera. Si c'est glorieux √† ce point, quand Il descend maintenant parmi nous, qu'en sera-t-il quand nous aurons un corps comme le Sien? Nous voyons donc que nous avons quelque chose dans le pass√©, quelque chose qui va devant nous, quelque chose qui nous a pr√©c√©d√©s pour nous pr√©parer une place. Dieu merci, nous ne serons pas toujours tenus d'√™tre des cr√©atures terrestres. (98) Il est parti ; Il est, Il √©tait, nous voyons ce qu'Il √©tait. Nous regardons dans le pass√© et nous voyons ce qu'Il √©tait, ainsi nous voyons ce qu'Il est aujourd'hui. S'Il a discern√© les pens√©es des cŇďurs en ce temps-l√† o√Ļ Il √©tait la Parole, s'Il est ici aujourd'hui, Il est le m√™me qui discerne les pens√©es du cŇďur. Ce qu'Il √©tait, Il l'est aujourd'hui et Il le sera √©ternellement. S'Il a √©t√© un tendre Sauveur autrefois, le Cr√©ateur, Il est le m√™me tendre Sauveur et Cr√©ateur aujourd'hui. Et Il est derri√®re nous, en nous et devant nous. (99) Venez et croyez, allez l'annoncer √† quelqu'un d'autre. Nous ne croyons pas cela, sinon nous ne serions pas si morts avec tous nos rituels, demander aux gens de se lever et de s'asseoir, et tout √ßa, dimanche matin. Nos cŇďurs br√Ľleraient du feu de la Pentec√īte, et nous ne supporterions pas cela. L'Eglise pentec√ītiste √©tait ainsi il y a quarante ans, mais vous l'avez organis√©e, vous l'avez tu√©e. Vous avez tu√© - vous avez tu√© les - les... vous avez tu√© ceux qui voulaient croire cela, mais il y en a qui ne croient pas cela, et ils continuent √† vivre. (100) Lorsque la Colonne de Feu... l√† o√Ļ Elle S'arr√™tait, les enfants d'Isra√ęl y dressaient un petit camp. Ils ne dressaient jamais leurs tentes de fa√ßon permanente. A n'importe quel moment que la Colonne de Feu Se d√©pla√ßait, ils se d√©pla√ßaient avec Elle. Luther a vu cela et il est sorti de l'Eglise catholique. Mais quand Luther est mort, qu'ont fait les gens? Ils en ont fait une organisation. (101) La Colonne de Feu S'est d√©plac√©e et Wesley L'a suivie. Quand Wesley est mort, ils en ont fait une organisation. Qu'arriva-t-il ensuite? La Colonne de Feu a continu√© √† avancer et les pentec√ītistes L'ont suivie. Assur√©ment. Le bapt√™me du Saint-Esprit. (102) Les pentec√ītistes ont form√© maintenant une organisation, et que fait la Colonne de Feu? Elle a continu√© √† avancer et les pentec√ītistes sont en train de mourir. Eh bien, c'est tout - tout √† fait exact. (103) Ce n'est pas l'exp√©rience de la Pentec√īte qui se meurt, mais plut√īt l'organisation pentec√ītiste. Elle ne se meurt pas, elle est morte. Elle est morte quand elle s'est organis√©e. Elles sont mortes, chacune d'elles. Aucune ne peut - aucune ne peut traiter... Le chaudron ne peut pas se moquer de la po√™le, car ils sont pareils. C'est juste. Les unitaires ne peuvent pas bl√Ęmer les binitaires, et les binitaires ne peuvent pas bl√Ęmer les trinitaires, les Assembl√©es ne peuvent pas bl√Ęmer l'Eglise de Dieu et l'Eglise de Dieu ne peut pas bl√Ęmer l'Eglise Pentec√ītiste Unie; ils sont tous dans le m√™me sac. Quand ils se sont organis√©s, ils ont tu√© cela. Ils n'ont pas tu√© cela; ils ont chass√© cela du milieu d'eux, parce qu'ils ont trac√© un cercle et on y est entr√©. (104) Dieu est un Dieu universel, omnipotent et omnipr√©sent. Il n'est li√© aux credos de personne. Amen. S'Il est vivant, Il le prouvera. S'Il ne le prouve pas, alors Il n'est pas vivant. Venez, croyez et allez voir. Oui, monsieur. (105) Le probl√®me, c'est que le monde... on essaye... l'√©glise essaye de donner au monde tout un tas de - de divertissements. N'allez pas sur leur terrain. Nous ne sommes pas cens√©s le faire. Que faisons-nous? Nous leur donnons simplement une tr√®s grosse casserole de rago√Ľt grossier et religieux qu'on a invent√©. C'est tout. On appelle cela des f√™tes amicales, de petits jeux d'arnaque, des soupers de bienfaisance pour payer le pr√©dicateur. C'est une absurdit√©. Ce n'est pas ainsi qu'on conduit une √©glise. (106) Dieu a envoy√© le Saint-Esprit pour conduire l'√©glise. C'est vrai. Mais nous cherchons √† donner au monde... Eh bien, vous ne pouvez pas les affronter sur cette base-l√†. Ils ont d√©j√† cela. Ce sont des g√©nies en divertissements. Ce sont des g√©nies, nous ne pouvons donc rien faire pour eux. (107) Donnons-leur quelque chose qu'ils n'ont pas. All√©luia! La seule chose qu'ils n'ont pas, c'est J√©sus. Amen. Ne cherchez pas √† vous amuser avec eux; vous les affrontez sur leur terrain. Pr√™chez Christ, qu'ils viennent sur ce terrain-ci et qu'ils d√©couvrent ce qu'ils ont. S'ils veulent rester dans le pays de l'ail, qu'ils y restent. Nous ne devons pas les affronter l√†. Nous ne sommes pas des imitateurs, nous sommes des ap√ītres. All√©luia! (108) Nous ne... Nous ne sommes pas de grands singes comme on le pr√©tend. Nous sommes des fils de Dieu cr√©√©s √† Son image. C'est une absurdit√© pour ce groupe-l√†. Eloignez-vous-en, il y a un Christ vivant. Amen. Oh! La seule chose qu'ils n'ont pas, c'est J√©sus. Oh! Nous - nous pouvons leur donner tout... Oh! Ils ont beaucoup de psychologie, de religions philosophiques et tout. Oh! Oh! la la! Ils... ils sont... ils en ont plein. Mais il y a une seule chose qu'ils n'ont pas, c'est J√©sus. C'est vrai. (109) Oh! les divertissements, ils en ont; √† un match de basket-ball, ils peuvent faire plus de tapage que vous ; certainement qu'ils le peuvent. Ils peuvent faire des montages des hommes l√† sur ces √©crans de cin√©ma, qui peuvent d√©passer tout ce que vous pouvez faire. C'est vrai, ce sont des g√©nies en cette mati√®re. N'essayez pas de vous comparer √† eux. J√©sus n'a-t-Il pas dit que ce sont les enfants du monde? C'est vrai. Mais il y a une chose qu'ils n'ont pas, c'est J√©sus. (110) Et c'est ce que nous sommes cens√©s repr√©senter, leur dire. Pas que nous avons un grand gymnase, que nous avons la plus grande √©cole du dimanche, et - et que nous donnons telle chose, et que nous avons des soupers de bienfaisance, que nous avons ceci pour notre √©glise et des soir√©es dansantes. Venez vous joindre √† notre √©glise, nous avons une soir√©e dansante chaque mercredi. Chaque jeudi soir, apr√®s la r√©union de pri√®re, nous avons une petite soir√©e dansante au sous-sol. (111) L'autre jour, quand ce... Avez-vous vu ce film venant de Londres, qui est pass√© √† l'√©cran, o√Ļ ce stupide jeune homme l√†-bas... Un groupe de... une √©glise presbyt√©rienne a mont√© une - une pi√®ce hippie sur la r√©surrection, ou plut√īt la crucifixion, jou√©e par des hippies. J'ai cela ici m√™me dans le journal. Et cela a ravi toute l'Angleterre. (112) C'√©tait ici dans nos journaux. Il y avait un gar√ßon v√™tu d'une chemise √† rayures multicolores et dont le jean √©tait rabaiss√© au niveau des hanches, et c'√©tait lui J√©sus. Il y en avait un autre, Judas, et il jouait comme ceci d'une petite guitare en faisant les cent pas. Cela a √©t√© t√©l√©vis√© dans toute la nation. "Je vais l'avoir ce soir, mon chou; je vais le vendre." Et tout comme √ßa. Et une jeune fille dansait du rock and roll et disait au sujet de J√©sus, elle disait : "J'aime ma matouze [argot pour d√©signer maman - N.D.T], mon vieux, cela ne suffit-il pas, mon chou?" Comme cela. Marchant √ßa et l√† comme √ßa, jouant dans une √©glise religieuse qui est tomb√©e aussi bas, elle est perdue. Qu'ont fait les gens? Les gens trouvaient √ßa merveilleux. (113) Bien, vous pensez que c'est quelque chose? Juste dans notre propre pays, chaque jeudi soir, dans une certaine grande √©glise d√©nominationnelle, le pasteur et tous les autres organisaient un divertissement hippie. Sur la couverture, il y a l'image d'un hippie avec une longue barbe. (114) Une certaine √©glise d√©nominationnelle, mon ami d'une grande organisation de la saintet√© m'a t√©l√©phon√© pour que j'y aille. Et ils organisaient une f√™te hippie, non, plut√īt une partie de rock and roll. Et m√™me l'homme qui diffusait cela √† la t√©l√©vision a dit : "Ne craignez-vous pas de recevoir des critiques?" Il a dit : "Cela fait longtemps que telle... cette √©glise d√©nominationnelle a oubli√© le bel art du rock and roll." (115) Quand on en arrive au point o√Ļ l'√©glise doit faire passer des divertissements, √ßa devient un groupe de gens mis√©rables, r√©trogrades et en route vers l'enfer. Quand on en arrive au point o√Ļ nous ne pouvons pas repr√©senter J√©sus-Christ dans la puissance de Sa r√©surrection, fermez vos portes et rentrez dans le monde, car de toute fa√ßon vous √™tes morts. Amen. Oui, mais c'est √ßa. Oui oui. Oh! Oui. (116) Nous ne pouvons pas scintiller plus qu'eux. Il est la Lumi√®re. Il rayonne, Il ne scintille pas. J√©sus ne... Il ne scintille pas comme le monde, mais Il est la Lumi√®re qui √©met un doux rayonnement. Amen. Et vous ne pouvez pas faire briller cela. Vous devez laisser cela briller. Ne cherchez pas √† provoquer cela, car √ßa ne marchera pas. Voil√† le probl√®me. S'ils ne peuvent pas l'avoir d'une fa√ßon, ils l'ont d'une autre. S'ils ne peuvent pas provoquer cela, essayer de faire que leur lumi√®re brille, que font-ils? Ils essayent... c'est quelque chose d'artificiel. Vous ne pouvez pas le faire briller. Laissez simplement cela briller. Oh! All√©luia! Quelle heure est-il? J'ai entendu l'alarme de ma montre. J'ai d√©pass√© le temps. (117) Il est ressuscit√© des morts. Il est vivant. Quel est le message aujourd'hui? Venez, croyez, allez dire aux autres qu'Il est ressuscit√© des morts. Il est vivant et Il appara√ģt √† l'Eglise √©lue ce soir. Comme Il √©tait apparu autrefois, ce qu'Il faisait autrefois... (118) Je vous ai toujours dit que Dieu est infini et ne peut changer. Et si telle √©tait Son attitude envers le monde autrefois apr√®s Sa r√©surrection, c'est la m√™me chose aujourd'hui. Et J√©sus a t√©moign√© la m√™me chose en disant : "Ce qui arriva au temps de Sodome arrivera √† l'av√®nement du Fils de l'homme." Inclinons la t√™te. (119) Seigneur J√©sus, je - je me demande parfois si je n'ai pas perdu la t√™te, quand je m'imagine l'horrible mal√©diction qui vient sur ce monde, quand je pense aux √©glises qui cherchent √† divertir, qui cherchent √† imiter le monde. Seigneur Dieu, oh! Tu - Tu as dit : "P√®re, Je Te prie de les faire sortir du monde." Fais sortir le monde d'eux, garde-les du monde. Tu as pri√© pour que Tes disciples soient gard√©s du monde, et les voici qui rentrent droit dans le monde, essayant de s'identifier au monde. √Ē Dieu, accorde-le, viens en aide, Seigneur; quelqu'un saisira le Message; certainement, ils comprendront. Tu es le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Tu n'es pas mort, mais Tu es vivant √† jamais. Nous Te croyons, Seigneur. (120) Et comment un homme peut-il croire si Tu ne l'appelles pas? J√©sus a dit : "Nul ne peut venir √† Moi si Mon P√®re ne l'appelle premi√®rement. Et tous ceux que Mon P√®re a appel√©s - a appel√©s viendront." Et nous savons que c'est vrai. Ils viendront. Et c'est justement notre devoir de pr√™cher cela, advienne que pourra, les brebis entendent la voix. (121) √Ē Dieu, certainement, apr√®s avoir parl√© de Toi, de Ta r√©surrection, le plus grand flash d'information qu'il y ait jamais eu au monde, c'est que Christ est mort pour nous, qu'Il est ressuscit√© et qu'Il vit en nous, qu'Il est √† l'Ňďuvre parmi nous, vivant parmi nous, pour Se manifester par nous comme √©tant le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Seigneur, je ne connais rien de plus grand. (122) A pr√©sent, je prie que beaucoup de croyants croient plus profond√©ment ce soir; que beaucoup d'incr√©dules croient pour la premi√®re fois, que beaucoup de ceux qui ne sont pas remplis du Saint-Esprit le soient et deviennent Tes ap√ītres ce soir, de grands disciples pour Te suivre et aller le dire aux autres. Qu'ils consultent la Bible et voient qu'Il est mort pour que nous puissions avoir ce privil√®ge. Qu'ils croient quand ils Le verront appara√ģtre. Et qu'en sortant alors de l'√©glise, ils aillent dire aux autres que J√©sus est vivant. Qu'ils aillent avec le cŇďur... d'un pas l√©ger, et avec un cŇďur l√©ger pour le dire aux autres. Comme Cl√©opas et son ami en revenant d'Emma√ľs. √Ē Seigneur, veux-Tu bien appara√ģtre ici devant nous ce soir? Viens parmi nous et fais quelque chose pour... pour ces gens, juste comme avant Ta crucifixion, afin qu'ils sachent que le Message de l'heure est vrai, que Tu es ressuscit√© des morts. Je le demande au Nom de J√©sus. Amen. (123) C'est vraiment le moment de terminer, mais je pense... mon fils est venu √† ma rencontre l√† √† la porte et il a dit qu'il a distribu√© des cartes de pri√®re, et le concierge m'a dit, ou le gar√ßon qui s'occupe de l'√©clairage, qu'ils ont distribu√© des cartes de pri√®re pour qu'on prie pour les gens. Combien... Y en a-t-il ici qui n'ont jamais assist√© auparavant √† l'un de mes services que j'ai conduits pour le Seigneur ? Levez la main, ceux qui n'ont jamais assist√© √† l'un d'eux. Oh! Bien, nous pouvons donc avoir le discernement. Si vous avez... Y a-t-il quelqu'un ici qui √©tait √† une... qui avait... vous tous, vous y avez assist√©, je l'esp√®re, comme j'ai tenu beaucoup de r√©unions ici √† Chicago. J'allais demander que fr√®re Tommy vienne se tenir ici pour que nous priions pour les gens, pour qu'on termine avec les cartes. Mais s'il n'y a personne ici qui a d√©j√†... Je vois que deux tiers de l'assembl√©e n'ont jamais √©t√© √† un autre service. (124) Ainsi donc, je voudrais dire ceci : je ne pr√©tends pas √™tre un gu√©risseur [en anglais, "healer." - N.D.T.]. Quiconque pr√©tend √™tre un gu√©risseur est un poseur de talons, [en anglais : "heeler." - N.D.T.] C'est vrai. Pourtant ce n'est pas g-u-√©-r-i-r. [h-e-a-l en anglais - N.D.T.] Vous voyez? Mais nous... C'est Christ le Gu√©risseur. J√©sus a d√©j√† acquis votre salut et votre r√©demption au Calvaire, Il a acquis votre gu√©rison. Combien savent que c'est vrai? Tout ce qu'Il peut faire c'est manifester Sa Parole et tenir Sa promesse. Est-ce juste? (125) Quand Il √©tait ici sur terre, a-t-Il pr√©tendu √™tre un gu√©risseur? Non, monsieur. Il a dit : "Je ne peux rien faire de Moi-m√™me, mais ce que Je vois faire au P√®re, le Fils le fait pareillement", Saint Jean 5.19. Combien savent que c'est vrai? Oui. J√©sus ne faisait donc rien sans avoir eu une vision. Souvenez-vous de la mani√®re dont... il... (126) Comment... Quel √©tait le signe du Messie? Qui sait ce que devait √™tre le signe du Messie? Un proph√®te (Est-ce juste?), quelqu'un qui discerne les pens√©es et qui fait des pr√©dictions. Tous les Juifs croient qu'Il √©tait un... que le Messie devrait √™tre quelqu'un qui fait des pr√©dictions, qu'Il conna√ģtrait ce qui √©tait, ce qui sera et ce qui a √©t√©; c'√©tait cela le signe. Tout... (127) Dieu a dit : "S'il y en a un parmi vous qui est spirituel ou un proph√®te, Moi le Seigneur, Je Me ferai conna√ģtre √† lui, Je lui parlerai dans des songes et des visions. Et si ce qu'il dit s'accomplit, craignez alors ce proph√®te, car Je suis avec lui. Sinon, ne l'√©coutez donc pas; ne le craignez pas du tout, car Je ne suis pas avec lui." Eh bien, c'est seulement le bon sens. Et les Juifs, tout le temps, le peuple choisi de Dieu, s'est toujours souvenu que Dieu leur parlait par les proph√®tes. H√©breux 1 dit : "Apr√®s avoir parl√© √† plusieurs reprises aux p√®res par les proph√®tes, Dieu dans ces derniers temps a parl√© par Son Fils, J√©sus-Christ." Maintenant, dans ces derniers jours... Tout lecteur des Ecritures conna√ģt cela, H√©breux 1, H√©breux 1.1. Maintenant, commen√ßons au d√©but. (128) "Apr√®s avoir parl√© √† plusieurs reprises et de plusieurs mani√®res √† nos p√®res par les proph√®tes, Dieu, dans ces derniers jours a parl√© par Son Fils, Christ J√©sus." Eh bien, qui √©tait-Il? Il √©tait le Roi des proph√®tes. Il √©tait le plus grand de tous les proph√®tes. En effet, Il √©tait le Proph√®te. "Le Seigneur Ton Dieu suscitera un proph√®te comme moi." Combien savent que Mo√Įse a dit cela? (129) Oui. Eh bien alors, quand Il est venu et a dit √† Pierre comment il s'appelait, Simon, et ensuite... a dit que son nom √©tait Pierre, quand Il a dit √† Nathana√ęl qu'Il l'avait vu sous l'arbre avant qu'il ne vienne, Nathana√ęl a dit : "Vraiment, Tu es le Fils de Dieu; Tu es le Roi d'Isra√ęl." (130) Quand Il a parl√© √† la femme au puits, Il lui a dit : "Donne-Moi √† boire." Et elle a dit : "Eh bien, Toi qui es Juif, Tu demandes cela √† moi une Samaritaine? Ici, nous avons la s√©gr√©gation. Nous ne nous associons pas." Eh bien, Il a dit : "Mais si tu savais Qui te parle, tu Me demanderais √† boire. (131) Je te donnerais une eau que tu ne viendrais pas puiser ici √† ce puits." Et Il a poursuivi la conversation. Que faisait-Il? Il contactait son esprit. (132) Alors, quand Il a trouv√© quel √©tait son probl√®me... Combien savent ce qu'√©tait son probl√®me? Elle avait eu beaucoup de maris. Il lui a donc dit : "Va chercher ton mari et viens ici." - Oh! fit-elle, je - je n'ai point de mari. (133) Il a dit : "Tu as dit vrai, car tu as eu cinq maris, et celui avec qui tu vis maintenant n'est pas ton mari, tu as donc dit la v√©rit√©." (134) Maintenant, observez cette femme. Elle en savait plus sur Dieu que la moiti√© des pr√©dicateurs de Chicago. C'est vrai; c'est vrai. Elle a dit : "Seigneur..." (135) Maintenant, √©coutez ce que ces pr√©dicateurs ont dit quand ils L'ont vu faire cela. Ils ont dit : "Il est un diseur de bonne aventure, Il est B√©elz√©bul." (136) J√©sus a dit : " Je vous pardonne cela. Mais un jour le Saint-Esprit viendra faire la m√™me chose, et si vous dites un seul mot contre cela, √ßa ne vous sera jamais pardonn√© ni dans ce si√®cle ni dans le si√®cle √† venir. " Est-ce vrai ? (137) Cette femme a dit : "Seigneur, je vois que Tu es proph√®te." Elle a dit: "Nous savons (nous les Samaritains), nous savons que lorsque le Messie viendra, Il nous dira ces choses." Eh bien, ce serait cela le signe du Messie. (138) S'Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, ce sera toujours le signe du Messie. Est-ce exact? "Les Ňďuvres que Je fais, vous les ferez aussi. Je suis avec vous et m√™me en vous, jusqu'√† la fin du monde." Est-ce juste, Fr√®re Hicks? Vous voyez? - Nous savons que le Messie viendra, Il nous dira ces choses, mais Toi, qui es-Tu? (Vous voyez?) Tu dois √™tre un proph√®te. Il a r√©pondu : "Je Le suis, Moi qui te parle." (139) Et l√†-dessus, elle entra dans la ville en courant et le raconta aux hommes; elle dit : "Venez voir un Homme qui m'a dit ce que j'ai fait, ne serait-ce point le Messie Lui-m√™me?" Et la Bible dit que les gens de Samarie, qui √©taient l√†, crurent en J√©sus √† cause du t√©moignage de la femme. Est-ce juste? (140) Or, il a manifest√© ce signe devant les Juifs et les Samaritains, pour quelle raison? Ils attendaient le Messie. Est-ce juste? On ne trouve pas un seul cas devant un Gentil. Non. Ce... Vous voyez, ils √©taient enseign√©s depuis des milliers d'ann√©es que le Messie viendrait, ainsi Il a... (141) Il n'y a que trois races de gens, √† savoir : les gens de Cham, les gens de Sem et les gens de Japhet. Pierre qui d√©tenait les clefs a ouvert la porte aux Juifs le jour de la Pentec√īte. Philippe est all√© et a pr√™ch√© aux Samaritains, il les a baptis√©s au Nom de J√©sus-Christ, il leur a impos√© les mains, le Saint-Esprit n'est pas venu. Pierre qui avait les clefs est all√© et leur a impos√© les mains et ils ont re√ßu le Saint-Esprit. Chez Corneille, Pierre y est all√© avec les clefs, il a ouvert la porte √† qui? Aux Juifs, aux Samaritains et aux Gentils. (142) Et depuis lors, l'Evangile a continu√©. Ce fut alors ouvert √† tous les peuples, aux gens de Cham, Sem et Japhet. Eh bien, des trois fils de No√© est issue toute la race humaine, si nous croyons notre Bible. Le reste a √©t√© d√©truit. (143) Nous ne sommes pas issus de ce pays de grands singes, o√Ļ il y a ces grands singes. Nous croyons que nous sommes des √™tres humains venant de Dieu, cr√©√©s √† l'image de Dieu. Laissez-les croire ce qu'ils veulent croire. (144) Voici ce que nous croyons: Nous croyons que J√©sus-Christ le Fils de Dieu cr√©√© √† l'image de Dieu n'a pas regard√© comme une proie √† arracher d'√™tre √©gal √† Dieu. "Et Dieu √©tait en Christ, r√©conciliant le monde avec Lui-m√™me." Il √©tait Dieu. Il ressemblait √† Dieu; Il agissait comme Dieu; Il pr√™chait comme Dieu; Il est ressuscit√© des morts comme Dieu. Il est Dieu. Assur√©ment. Nous Le voyons donc, quand Il est venu et a dit : "Je serai avec vous, m√™me en vous. Les Ňďuvres que Je fais, vous les ferez aussi." Or, Il a promis que ce signe appara√ģtrait √† la fin de l'√Ęge des Gentils. Attendons-nous maintenant un Messie? C'est juste; nous attendons la venue du Seigneur J√©sus, le Messie. Eh bien alors, Il a promis qu'Il appara√ģtrait. Si donc Il leur est apparu de cette fa√ßon-l√†, √† ces deux races de gens et qu'Il nous laisse nous en tirer sur base de la th√©ologie, alors Il... ce n'est pas notre Seigneur J√©sus. Oh! Non. Non non. Non. Vous voyez, Il doit agir √† notre √©gard comme Il avait agi envers eux. (145) Que fait-Il? Comme il en √©tait au temps de No√©, a-t-Il promis, je veux dire au temps de Lot, Il ferait de m√™me aujourd'hui. Il est donc venu vers Son peuple √©lu qui croira cela et manifeste qu'Il est toujours le Messie, le Ressuscit√©. Amen. C'est cela l'Evangile, mon fr√®re. Personne ne peut y trouver √† redire. Maintenant, la question c'est : Dieu tiendra-t-Il Sa Parole? Je le crois. (146) Combien parmi vous ont des cartes de pri√®re? On dirait entre quarante et cinquante. Tr√®s bien, num√©ro 1, qui l'a? Carte de pri√®re num√©ro 1, levez la main. C'est quelle lettre? Peut-√™tre que j'ai... Hein? A. A num√©ro 1, levez la main. Quiconque a le A num√©ro 1. Vous devez vous √™tre tromp√© quelque part. Nous commencerons alors quelque part ailleurs. Oh! Je m'excuse. Tr√®s bien. Num√©ro 1, venez ici, madame. Num√©ro 2, levez la main. Tr√®s bien, madame, venez ici. Num√©ro 3, levez la main. Num√©ro 3? Juste ici, madame. Num√©ro 4? Num√©ro 5? Juste ici, madame, venez ici. Num√©ro 6? Num√©ro 7? Num√©ro 8? 8, 8? Tr√®s bien. 9? Je n'ai pas vu le 9. 9, 10? Qui a le 10? 11? 12? Ainsi, les gens ne se pr√©cipiteront pas tous √† la fois. 12, 13? 13? Carte de pri√®re 13, voudriez-vous lever la main? 14? 14? √áa devient tr√®s lent. Bien, tr√®s bien, que - qu'ils s'arr√™tent l√† une minute. Combien n'ont pas de carte de pri√®re et sont malades ? Levez la main. Levez la main. Eh bien, vous n'√™tes pas oblig√©s d'avoir une carte de pri√®re. (147) Je vous demande de croire que cette histoire que j'ai racont√©e √† Son sujet est la v√©rit√©. Il y avait une femme dans la Bible; disons qu'elle - elle avait une perte de sang; nous connaissons l'histoire. Elle n'avait pas non plus de carte de pri√®re disons. Mais elle a dit : "Je crois que cet Homme est la v√©rit√©. Je crois que c'est le Fils de Dieu. Si je peux Le toucher, je serai gu√©rie." Combien connaissent l'histoire? (148) Et quand elle L'a touch√©, qu'est-il arriv√©? Elle est peut-√™tre partie s'asseoir, car elle √©tait satisfaite dans son cŇďur d'avoir touch√© le Messie. Croyez-vous cela? Maintenant √©coutez; regardez-moi et √©coutez-moi. Vous voyez? Elle a touch√© le Messie. Et J√©sus S'est retourn√© et a dit : "Qui M'a touch√©?" Bon, en attendant qu'on pr√©pare ces gens. "Qui M'a touch√©?" Et Pierre L'a repris en disant : "Eh bien, Seigneur, tout le monde Te touche. Pourquoi demandes-Tu : 'Qui...'" En d'autres termes : "Qu'est-ce qui Te fait dire une telle chose? √áa alors! Les gens penseront qu'il y a quelque chose qui cloche en Toi. Pourquoi dis-Tu une telle chose?" (149) Il a dit : "Mais Je sens qu'une force est sortie de Moi." Est-ce juste? Eh bien, si cela a fait que le Fils de Dieu sente une force sortir de Lui, qu'est-ce que cela ferait √† vous et moi, des p√©cheurs sauv√©s par gr√Ęce? Nous ne pourrions jamais le faire s'Il n'avait pas dit : "Les Ňďuvres que Je fais, vous les ferez aussi, et m√™me davantage". Je sais que Roi Jacques dit de "plus grandes", mais consid√©rez la bonne traduction, "davantage." Personne ne pourrait en faire de plus grandes, car Il a fait tout ce qui pourrait √™tre fait. Vous voyez? Il a ressuscit√© les morts, Il a arr√™t√© la nature, Il a tout fait. Vous voyez? (150) Tr√®s bien. Bon. Et cette petite femme a touch√© Son v√™tement et Il a senti une force sortir de Lui. Et Il a promen√© les regards √† travers l'assistance jusqu'√† ce qu'Il trouv√Ęt o√Ļ elle √©tait, et Il lui a parl√© de sa perte de sang et Il lui a dit que sa foi l'avait sauv√©e. Est-ce juste? Est-ce... Etait-ce J√©sus hier? Est-ce ainsi qu'Il avait fait cela hier? Eh bien, s'Il est le m√™me aujourd'hui, ne le fera-t-Il pas de la m√™me fa√ßon aujourd'hui? Certainement qu'Il le fera. (151) Or, Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Est-ce vrai? Croyez-vous cela? Est-ce qu'Il est ressuscit√© des morts? Alors comment pouvez-vous... "Eh bien, Fr√®re Branham, comment pourrais-je Le toucher?" Eh bien, si vous voulez Le toucher, vous feriez mieux d'√©couter ce que je dis. Suivez. "Comment vais-je Le toucher?" (152) Il est en ce moment m√™me un Souverain Sacrificateur, H√©breux chapitre 3, "un Souverain Sacrificateur qui peut √™tre touch√© par le sentiment de notre infirmit√©". Est-ce juste? Son corps visible est maintenant dans la Pr√©sence de Dieu sur le tr√īne de Sa majest√©, est-ce juste? Son Esprit est ici dans l'Eglise, Sa Vie, vivant en nous, et Il est le Cep; nous sommes les sarments. Le cep ne porte pas de fruit, ce sont les sarments qui portent les fruits. Le cep vivifie les sarments, Jean 15. Est-ce juste? (153) Eh bien, s'Il est le m√™me Souverain Sacrificateur et que vous pouvez √©tendre la main jusque dans la gloire et Le toucher par votre foi, que ferait-Il? S'Il est le m√™me Souverain Sacrificateur, Il agira de la m√™me mani√®re. Il fera la m√™me chose. Abandonnez-vous alors √† Lui; je vais m'abandonner √† Lui, et si vous touchez donc Son - Son v√™tement par vos infirmit√©s, ce qu'Il a promis dans Sa Bible de faire, voyez s'Il va Se retourner, utiliser ma voix, votre corps, nous utiliser tous ensemble. (154) Vous l√†-bas dans l'auditoire, qui n'allez pas √™tre dans la ligne de pri√®re, nous prendrons bient√īt toutes ces cartes de pri√®re, mais commen√ßons maintenant avec la - la premi√®re. Tr√®s bien. Bon, d'abord vous qui √™tes dans la ligne de pri√®re, combien y en a-t-il l√† qui - qui sont malades, et que je ne connais pas? Levez la main. Vous tous qui √™tes l√† et qui savez que je ne sais rien √† votre sujet, levez la main, chaque personne dans l'auditoire qui sait que je ne sais... Ceux qui sont dans la ligne de pri√®re √† qui je suis √©tranger, qui sont dans la ligne de pri√®re, levez la main, pour montrer que je ne vous connais pas, levez la main. Je crois que c'est cent pour cent, partout. Tr√®s bien, maintenant, voici un beau tableau... Souvenez-vous de cela, lorsque j'√©tais venu √† Chicago pour la premi√®re fois. Je... Ainsi, maintenant, voici un - un beau tableau de la Bible. Voici un tableau de Saint Jean chapitre 4. Voici une femme que je n'ai jamais vue, je ne sais rien √† son sujet. Et je ne l'ai jamais vue de ma vie auparavant. Elle m'est √©trang√®re. Je vous suis √©tranger. C'est notre premi√®re rencontre. (155) Maintenant, si ceci... Quelqu'un a-t-il d√©j√† √©t√© en Palestine et vu l'endroit o√Ļ J√©sus a rencontr√© cette femme au puits? C'est un beau panorama, quelque chose comme √ßa... un petit puits l√† o√Ļ Il Se tenait, o√Ļ Il a vu la femme. Eh bien, voici ici se tiennent un homme et une femme qui ne se sont jamais rencontr√©s auparavant, de la vie. Et nous sommes √©trangers l'un √† l'autre. (156) Je peux vous dire ceci avant que nous commencions, elle n'est pas de ma nationalit√©. En fait, elle ne parle pas un bon anglais. C'est vrai. Voil√† une Samaritaine et un Juif. Eh bien, je ne suis pas Lui, mais c'est Son Esprit qui est en moi. Et puis, s'Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, et que je ne vous ai jamais vue, ne sais rien √† votre sujet, vous √™tes juste une femme qui est mont√©e ici. Si Dieu me r√©v√®le quelque chose qu'il y a dans votre vie, comme Il a fait pour cette femme l√†-bas, vous saurez si c'est la v√©rit√© ou pas. Vous - vous le saurez. Et puis, par exemple quelque chose que vous avez fait, quelque chose pour lequel vous √™tes ici, quelque chose qui cloche chez vous... Ou si je ne vous connais pas, je ne sais rien √† votre sujet, car vous faites un... vous avez un peu de difficult√©s pour me comprendre. Mais si je ne sais rien √† votre sujet, et qu'alors Il le r√©v√®le, il faudra que cela vienne par Son Esprit, quelque part. Le croyez-vous? L'auditoire croira-t-il cela? Nous voici tous deux ensemble. (157) Maintenant, est-Il vivant? Alors, qu'arriverait-il si je... s'Il Se tenait ici maintenant avec ce complet qu'Il m'a donn√©, si cette femme venait maintenant et disait : "Seigneur, veux-Tu bien me gu√©rir?" Savez-vous ce qu'Il dirait? "Je l'ai d√©j√† fait. Tu es rachet√©e." (158) Quand un objet est rachet√© de la maison du pr√™teur sur gage, il ne peut √™tre rachet√© pour une seconde fois. Nous avons la quittance. On ne peut pas nous faire payer la seconde fois; nous avons une quittance. Et nous avons une quittance de la part de Dieu. Amen. Le prix est pay√©. Nous sommes rachet√©s. Vous √™tes gu√©ris. (159) Si je venais vers cette femme maintenant, que ferait-Il s'Il Se tenait ici? Si donc Il l'a d√©j√† gu√©rie... "C'est par Ses meurtrissures que nous avons √©t√© gu√©ris." C'est au temps pass√© : vous avez √©t√© gu√©ris. Tous les ministres, tous les lecteurs de la Bible le savent. C'est au temps pass√©. (160) Eh bien, s'Il - s'Il venait ici, que ferait-Il alors? Il peut manifester qu'Il est vivant. Et comment saurions-nous qu'Il l'est? En effet, Son Esprit viendrait en nous et agirait exactement comme Il le faisait quand Il √©tait ici dans Son corps. Est-ce juste? (161) "Je (pronom personnel) serai avec vous, m√™me en vous. Les Ňďuvres que Je fais, vous les ferez. Encore un peu de temps et le monde (le cosmos, l'ordre du monde, l'ordre de l'√©glise et ainsi de suite) ne Me verra plus; mais vous (l'Eglise), vous Me verrez, car Je serai avec vous; Je serai m√™me en vous jusqu'√† la fin du monde. Les Ňďuvres que Je fais, vous les ferez aussi." (162) Voici la chose. Mon message est-il la v√©rit√©? S'il l'est, alors Dieu tiendra Sa Parole. Maintenant, madame, regardez-moi un instant. Je voudrais vous parler. Fixant... La raison pour laquelle je vous ai amen√©e ici, c'est pour - pour pouvoir vous s√©parer des autres, afin que je puisse vous parler, chacun a un esprit. (163) J√©sus a pris... a fait sortir tout le monde de la maison quand Il a gu√©ri la fille de Ja√Įrus. Il a pris un sourd, ou plut√īt un aveugle et l'a conduit hors de la ville loin de la foule pour pouvoir l'amener √† l'√©cart et lui parler. C'est pour cette raison que je vous ai fait venir ici. L'onction de l'Esprit est l√†. Et cette femme, il se peut qu'elle ne me comprenne pas. Mais si vous pouvez me comprendre maintenant, soyez sinc√®re envers moi. (164) Quelque chose vous est arriv√© √† cet instant m√™me. Une sensation tr√®s douce et tr√®s paisible vous a envahie juste √† cet instant. Si c'est vrai, levez la main. J'ai les yeux fix√©s droit sur cette Lumi√®re que vous voyez sur la photographie, et, cette Lumi√®re c'est J√©sus-Christ. Quand Il √©tait ici au commencement, Il √©tait en Dieu le P√®re, dans une Lumi√®re. Les enfants d'Isra√ęl L'ont suivie dans le d√©sert. (165) Il a dit : "Je viens de Dieu et Je retourne √† Dieu." (166) Apr√®s Sa mort, Son ensevelissement et Sa r√©surrection, Saul √©tait en route vers Damas, et une Lumi√®re l'a jet√© par terre, cette m√™me Lumi√®re. "Saul, Saul, pourquoi Me pers√©cutes-Tu?" Il a demand√© : "Qui es-Tu?" Il a r√©pondu : "Je suis J√©sus." Vous voyez? (167) Eh bien, c'est cette m√™me Lumi√®re. Eh bien, si Dieu me r√©v√®le quelque chose, soyez-en t√©moin si c'est vrai ou pas. Vous √™tes ici pour que je prie pour vous, pour un trouble nerveux dont vous souffrez, vous √™tes nerveuse. Si c'est vrai, faites signe de la main comme ceci pour que les gens voient. Maintenant - maintenant, il y a d'autres choses. Vous avez un probl√®me de la v√©sicule biliaire, une crise de la v√©sicule biliaire. Et √©tant donn√© que vous l'aviez dit tout haut tout √† l'heure, fr√®re Hicks √©tant tout pr√®s, nous allons voir si cela... si c'est vrai ou pas. Voyons encore juste une minute. (168) Oui, vous √™tes ici pour quelqu'un d'autre : votre enfant malade que vous avez laiss√© √† la maison. A part cela, vous avez une sŇďur dont l'enfant est malade et pour lequel vous vous tenez ici. Si c'est vrai, faites signe de la main. Vous avez re√ßu ce que vous avez demand√©. Votre foi vous a sauv√©e. Rentrez chez vous et vous trouverez les choses ainsi. Que Dieu vous b√©nisse. Tout ira bien. Que Dieu vous b√©nisse maintenant; allez en croyant que tout ira bien. Croyez-vous cela? Est-Il vivant? Eh bien, vous savez que je ne connais pas cette femme. Comment pourrais-je... Je ne sais m√™me pas ce que j'ai dit. Tout ce que je sais, c'est ce que fait entendre ce magn√©tophone quand on le rejoue. Eh bien, la Bible dit : "S'ils parlent et que ce qu'ils ont dit s'accomplit, alors croyez la chose." Je vous ai dit qu'Il est ressuscit√© des morts. Et Il l'a prouv√©. Croyez cela. Amen. (169) Maintenant, voici un - un autre tableau avec une autre femme, il se fait que c'est une femme. Je ne connais pas la femme, je ne l'ai jamais vue. Nous sommes √©trangers l'un √† l'autre. Et nous sommes deux races de gens, elle est... Je suis un Anglo-Saxon et - et elle, elle est une Ethiopienne. Nous... Mais quand on parlait √† la femme au puits, la Samaritaine, quand la Samaritaine a dit qu'il y a une s√©gr√©gation, Il lui a vite fait savoir que la couleur de notre peau ne change rien. Dieu est le Dieu de toute la race humaine. (170) Les pays dans lesquels nous vivons ont chang√© nos couleurs, cela n'a rien √† voir avec ce que nous sommes. L'un a grandi dans un pays et est devenu jaune, l'autre noir, l'autre brun et l'autre blanc, et √ßa n'a rien √† voir avec cela. Nous descendons d'un seul arbre, Adam et Eve. C'est juste, la race humaine est issue de l√†. Mon Dieu est votre Dieu. Mon Cr√©ateur est votre Cr√©ateur. Mais vous √™tes... √©tant une - une femme de couleur, moi √©tant un Blanc. Nous sommes donc deux races diff√©rentes. Mais nous nous tenons comme... Je cherche √† leur faire voir quelque chose, Saint Jean chapitre 4, J√©sus qui rencontre une - une femme qui √©tait une Samaritaine. (171) Maintenant, si Dieu me disait quel est votre probl√®me, croiriez-vous que je suis Son proph√®te ou Son serviteur? Je ne... Je - je dois faire attention √† ce mot; c'est une pierre d'achoppement pour beaucoup de gens. Ainsi nous le savons et croyons que cela...?... Vous souffrez de tumeurs. Ces tumeurs se localisent dans les intestins. Si c'est vrai, levez la main. Si Dieu me dit qui vous √™tes, me croirez-vous? Il a dit √† Simon Pierre qui il √©tait. Est-ce vrai? Alors rentrez chez vous, Madame Hall, J√©sus-Christ vous gu√©rit. Amen. Eh bien, vous tous gens de couleur, croyez au Seigneur maintenant m√™me. Vous voyez? Il est le Seigneur J√©sus, le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Croyez-vous en Lui? Soyez tr√®s respectueux. (172) Tr√®s bien, voici, je crois, une autre sŇďur de couleur. Avancez. Nous sommes √©trangers l'un √† l'autre. Comme je l'ai dit √† la dame qui est pass√©e, je pense que c'√©tait cela... tout cela... vous savez, quand cela me quitte, la vision, je... ne perds pas la t√™te, mais je... Vous entrez dans un autre monde. Vous voyez des choses qui sont arriv√©es il y a longtemps et des choses qui sont en train de se passer ailleurs, et ensuite quand vous revenez √† vous-m√™me, vous vous demandez o√Ļ vous √™tes. C'est pour cette raison que cela vous affaiblit vraiment. Vous pouvez en voir les effets. Un jour, je quitterai le monde, mais le monde ne saura jamais ce par quoi je passe jusqu'√† ce que nous nous rencontrions l√†-bas, en essayant de leur montrer que mon Seigneur est r√©el. Il est ressuscit√© des morts. Il n'est pas mort, Il est vivant. Je le crois de tout mon cŇďur. Si Dieu me r√©v√©lait quel est votre probl√®me pour que je n'aie pas √† aller trop loin, juste ce qu'est votre probl√®me, croyez-vous que je suis Son serviteur? Croyez-vous que mon histoire est vraie? Tr√®s bien. On dit que vous devez subir une op√©ration. C'est pour une tumeur. La tumeur est √† l'estomac; c'est vrai. Vous avez plac√© la main sur le ventre. Quelqu'un a remarqu√© cela; j'ai senti cela venir de l√†-bas avant que je le dise. (173) Eh bien, si Dieu me r√©v√©lait donc votre nom, allez-vous croire que je suis Son proph√®te, Son serviteur? Madame Cole, rentrez √† la maison, portez-vous bien. Que Dieu vous b√©nisse, ma sŇďur. Ayez foi en Dieu; ne doutez point. Croyez de tout votre cŇďur. Bonsoir. Eh bien, voici un Anglo-Saxon et un autre Anglo-Saxon. Nous sommes √©trangers l'un √† l'autre. Je ne vous connais pas, mais Dieu vous conna√ģt. Si Dieu r√©v√©lait... (174) Maintenant, un instant; quelque chose dans l'auditoire... quelqu'un est arriv√© √† avoir la foi. La femme au petit chapeau vert assise juste l√† avec la t√™te baiss√©e et qui prie, assise juste ici en face de moi, une femme apparemment √Ęg√©e qui est assise l√† et qui prie, qui souffre de l'arthrite... Tr√®s bien, sŇďur, levez seulement la main. Vous regardiez continuellement tout autour, vous regardiez dans cette direction. Tr√®s bien, votre arthrite vous a quitt√©e. Vous n'avez pas besoin de venir. Restez juste l√† o√Ļ vous √™tes. Allez chez vous; J√©sus-Christ vous gu√©rit. Je voudrais vous poser une question. Qui a-t-elle touch√©? Ce n'est pas moi qu'elle a touch√©. Je suis √† trente pieds d'elle [environ 9 m - N.D.T.], mais elle a touch√© ce Souverain Sacrificateur. Croyez-vous? Maintenant, la femme qui a √©t√© touch√©e, qui a touch√© Dieu et Dieu l'a touch√©e, sommes-nous √©trangers l'un √† l'autre? Faites signe de la main, madame. C'est juste. Je ne vous connais pas. Ces choses qui ont √©t√© dites sont vraies, n'est-ce pas? Tr√®s bien, votre requ√™te a √©t√© exauc√©e; vous avez touch√© J√©sus-Christ. Vous n'√™tes pas ici pour vous-m√™me; vous √™tes ici pour quelqu'un d'autre. Quelqu'un est en train de perdre la vue. Il est aveugle, c'est une personne aveugle. C'est juste. Elle n'est pas ici. Elle est soit en Californie, soit en Californie... Elle est en Californie. C'est une femme. Croyez-vous? Alors allez, et il vous sera fait selon votre foi. Continuez votre chemin, croyez cela. Que Dieu vous b√©nisse. Ayez foi; ne doutez pas. Vous, l√†-bas, croyez-vous, vous tous? Croyez maintenant de tout votre cŇďur. Bonsoir, madame. Tr√®s bien. Nous avons peut-√™tre un grand √©cart d'√Ęge, peut-√™tre. Mais sinc√®rement, √† ce que je sache, c'est pour moi la premi√®re fois d'√™tre avec vous, de me tenir pr√®s de vous. Je ne vous connais pas, c'est donc Dieu qui vous conna√ģt. Si Dieu me r√©v√©lait quelque chose √† votre sujet que... quelque chose par exemple qui est dans votre cŇďur, quelque chose dont vous avez besoin ou - ou un... Et vous saurez si c'est la v√©rit√© ou pas, vous en √™tes le juge. Bien, s'Il sait ce qui a √©t√©, certainement que vous pouvez Le croire sur parole... s'Il peut vous r√©v√©ler ce qu'il y a eu dans le pass√©, vous serez s√Ľr que les choses futures seront vraies. Tr√®s bien, puisse-t-Il l'accorder. (175) Bon, quelque part... L'Ange du Seigneur a quitt√© l'estrade. L'Esprit de Dieu est all√©... Le voici. Il s'agit de cet homme de couleur assis ici au coin derri√®re, en train de prier. Vous souffrez de la sinusite. Si c'est vrai, levez la main. Tr√®s bien. Vous avez touch√© Quelque chose, fr√®re. Ce n'est pas moi que vous avez touch√©; je ne vous connais pas; vous avez touch√© le Souverain Sacrificateur. Croyez-vous en Lui? Alors, c'est parti. Croyez simplement en Lui; je vous demande de croire en Lui. Je n'ai jamais vu cet homme de ma vie, √† ce que je sache, √† moins que ce soit dans la rue ou en passant quelque part, ou lors de mes all√©es et venues √† l'√©glise; je ne connais pas cet homme. Si vous m'√™tes √©tranger, monsieur, levez la main pour que les gens voient que vous et moi nous sommes √©trangers l'un √† l'autre. Vous y √™tes. Voyez-vous? (176) Maintenant, dites-moi, je voudrais vous poser une question : Qu'a touch√© cet homme? J√©sus-Christ notre Souverain Sacrificateur. Mon message √† Son sujet est donc la v√©rit√©; Il est vivant. Alors croyez-moi sur parole. Fuyez ces morgues et venez √† un Christ vivant. √Ētez votre nom, s'il est dans le registre d'une √©glise, oubliez cela. Inscrivez votre nom dans le Livre du Ciel par une nouvelle exp√©rience en L'acceptant et en naissant de nouveau. O√Ļ en sommes-nous? Quelle heure est-il? Tr√®s bien. Ne me laissez pas prendre trop de temps. Bon, je crois que c'est la femme. Excusez-moi, madame, je - je - je dois suivre Ses d√©placements; c'est tout ce que je - je sais faire. Regardons au Seigneur, voyons ce que... Oui. Vous √™tes dans un √©tat grave. Vous avez une tumeur, et cela vous inqui√®te. Pensez-vous que si Dieu me disait o√Ļ se localise cette tumeur cela aiderait votre foi? Ce serait le cas ? C'est sur le sein. C'est sur le sein droit. C'est vrai, n'est-ce pas? (177) Attendez une minute. Oui, vous avez quelqu'un sur le cŇďur. Et c'est quelqu'un qui √©tait chr√©tien. Vous √™tes - vous √™tes la m√®re d'une jeune fille toxicomane qui a √©t√© gu√©rie de la toxicomanie √† ma r√©union. Elle s'appelle Helena. C'√©tait une danseuse ou quelque chose comme √ßa. Et cette jeune fille s'affaiblit, elle s'√©loigne de Dieu, et vous avez √† cŇďur de prier pour elle. C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR. C'est vrai. Tr√®s bien. Venez ici. Au Nom de J√©sus-Christ, ram√®ne cette enfant, gu√©ris cette m√®re pour la gloire de Dieu. Amen. Ne doutez pas. Portez-vous bien. "Si tu crois, tout est possible." Croyez-vous? (178) Combien se souviennent qu'au d√©but, quand je devais prendre la main de la personne et la placer sur la mienne, vous voyiez ces choses arriver, combien s'en souviennent? Combien se souviennent que je vous ai dit que le Seigneur m'avait dit que cela se produirait si j'√©tais humble et sinc√®re, que je serais... r√©v√©lerais les secrets des cŇďurs. S'ils ne croyaient pas ce premier signe comme les gens l'ont fait avec Mo√Įse, le second signe irait plus loin. Combien s'en souviennent? Vous direz : "Dieu retire-t-Il un don?" Non, monsieur. (179) Venez ici, monsieur. Je ne vous connais pas; vous m'√™tes √©tranger. Posez votre main sur la mienne. Oui, monsieur. Venez ici. La gastrite... C'est juste. Permettez-moi de vous montrer quelque chose. Regardez ici. Prenez l'autre main, mettez-la sur la mienne. Pas de changement, n'est-ce pas? Observez celle-ci, regardez ici, pas de changement. (180) Maintenant, je mets ma main dessus, pas de changement, n'est-ce pas ? Maintenant, observez quand vous mettez cette main dessus. Il y a un changement. Elle enfle et des petites taches rouges la couvrent, ou plut√īt je veux dire de petites taches blanches la couvrent. Regardez comment devient ma main. Vous voyez? C'est comme un... Vous voyez comment elle devient sous l'onction. C'est pourquoi en imposant les mains aux malades sous l'onction... Vous voyez? Quand j'impose les mains aux malades, sous l'onction, ce n'est pas moi qui fais ces choses. Je ne les connais pas. Je ne connais pas les gens. Je ne vous connais pas. (181) Mais vous voyez, il y a quelque chose en vous qui vous tuerait. Vous voyez? Et c'est le diable, un esprit, une vie, qui ronge, une vie qui cherche √† vous √īter la vie. C'est pour cette raison que cela r√©agit par une vibration. Observez donc pour que vous soyez s√Ľr. Maintenant, regardez ici. Il ne s'agit pas de la fa√ßon dont je bouge la main, car ces - ces choses blanches semblent... Voyez ma main ici. Voyez-vous? (182) Maintenant, suivez, je vais prendre votre main. Voyez-vous? Je prends votre main gauche. Eh bien, l√† √ßa ne se produit pas. Maintenant, mettez celle-ci ici. Eh bien, √ßa y est! Voyez-vous? Or, vous √™tes autant humain dans cette main que vous l'√™tes dans celle-ci. Est-ce exact? Et voyez-vous ce que c'est? C'est votre main droite que vous m'avez tendue, pour montrer que vous me croyez. C'est ma main gauche que je vous ai tendue, qui est du c√īt√© de mon cŇďur, pour montrer que je vous aime, et je l√®ve ma main droite vers Dieu, pour montrer qu'Il est mon - Il est mon Guide, mon Sauveur. Maintenant, venez ici un instant. Je veux que vous observiez. Laissez-moi poser la main ici pour que vous voyiez cela. Maintenant, si √ßa s'en va... Bon, par l'Esprit de Dieu, je crois que je peux faire partir cela, mais je ne peux pas garder cela au loin. Mais si vous pouvez voir cela partir, alors cela vous aidera aussi, n'est-ce pas? Oui, monsieur. Eh bien, eh bien, observez main

En haut