ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication La Foi / 61-0813 / Jeffersonville, Indiana, USA // SHP 28 minutes PDF MP3 low MP3 HQ

La Foi

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 ...quand il vous faut utiliser la foi en Dieu pour faire marcher cela. Voyez-vous? Donc, vous avez en vous votre propre résurrection. Votre résurrection est en vous, dans votre esprit.
E-2 Or, vous savez, quand JĂ©sus est mort sur la croix, Son Ăąme est descendue dans le sĂ©jour des morts et a prĂȘchĂ© aux Ăąmes qui Ă©taient en prison, qui ne s’étaient pas repenties lorsque la patience se prolongeait, aux jours de NoĂ©. Son corps est allĂ© dans le tombeau. Mais, avant de mourir, Il a remis Son Esprit entre les mains de Dieu. «Entre les mains... Je remets Mon Esprit entre Tes mains.» Alors, vous voyez, Son Esprit est allĂ© auprĂšs de Dieu, Son Ăąme est allĂ©e au sĂ©jour des morts, Son corps est allĂ© au tombeau.
E-3 Or, cet Esprit qui Ă©tait en Lui, c’était l’Esprit de Dieu. Et cet Esprit, Ă  plusieurs reprises et de plusieurs maniĂšres, a oint les prophĂštes pour apporter le Message aux gens. Dans les derniers temps Ă  travers Christ, et maintenant, en ces jours-ci, Ă  travers l’Evangile...
(2) Maintenant, quand nous recevons Christ dans notre coeur, il y a lĂ  tout ce dont nous avons besoin. Il y a la Vie Eternelle.
E-4 Or, Christ ne pouvait pas ressusciter avant que trois jours ne soient accomplis. En effet, Son Esprit Ă©tait derriĂšre un Ă©cran, comme une barriĂšre, comme ceci, de sorte qu’Il ne pouvait pas franchir cette barriĂšre, parce que c’était la Parole parlĂ©e de Dieu, qu’Il devait reposer dans le tombeau trois jours et trois nuits.
Donc, II ne pouvait pas ressusciter avant que ces trois jours et trois nuits ne soient Ă©coulĂ©s. Puis, quand trois jours et trois nuits furent Ă©coulĂ©s, Son Esprit fut libĂ©rĂ©; Il alla directement vers Son Ăąme, et Son Ăąme revint reprendre le corps et accomplit ce qu’Il avait dit: «J’ai le pouvoir de donner Ma Vie; J’ai le pouvoir de La reprendre. J’ai le pouvoir.»
E-5 (3) Eh bien, chacun de vous, vous avez le pouvoir, de la mĂȘme façon, parce que vous ĂȘtes des fils et des filles de Dieu. Et l’Esprit mĂȘme qui est en vous ce matin, le Saint-Esprit qui est en vous ce matin, c’est ce mĂȘme Saint-Esprit qui vous ressuscitera. Donc, vous avez le pouvoir de vous ressusciter.
E-6 A votre mort, votre Ăąme ira dans la... sous l’autel de Dieu, pas dans... directement dans la PrĂ©sence de Dieu. Eh bien, votre esprit, lui, ira auprĂšs de Dieu, mais vous ne pourrez pas revenir. Souvenez-vous, dans la Bible, il est dit que l’esprit... les Ăąmes sous l’autel criaient: «Seigneur, jusques Ă  quand? Jusques Ă  quand?» Ils ne pouvaient pas revenir avant que les Ecritures se soient accomplies; de mĂȘme, Christ ne pouvait pas revenir avant que les Ecritures se soient accomplies. Alors, aprĂšs que le... tout aura Ă©tĂ© fait, que toute la souffrance sera terminĂ©e, et que les frĂšres auront souffert les mĂȘmes choses, que nous aurons souffert comme eux ont souffert, et tout... Alors, ce jour-lĂ , vous saurez exactement oĂč vous ĂȘtes enterrĂ©. Dieu laissera repartir votre esprit, et celui-ci viendra vers l’ñme.
E-7 (4) Maintenant, l’ñme, c’est votre partie qui sait et qui comprend, votre intelligence. Vous souvenez-vous de la vision que j’ai eue il n’y a pas longtemps, ou du petit enlĂšvement, quand je suis allĂ© dans ce lieu et que j’ai vu ces personnes? Eh bien, votre esprit reviendra vers ce corps-lĂ , ce–ce genre-lĂ  de corps, l’ñme, qui est un corps qui n’a pas besoin de manger et ainsi de suite. «Si cette tente oĂč nous habitons sur la terre est dĂ©truite, nous en avons dĂ©jĂ  une qui nous attend», un corps cĂ©leste. Avec cet esprit, cette Ăąme et ce corps cĂ©leste, vous ressusciterez de nouveau ce corps naturel pour le glorieux MillĂ©nium. Voyez?
Vous avez en vous maintenant le pouvoir de faire ça. Mais alors, ce pouvoir que vous avez en vous maintenant pourrait crĂ©er un nouveau monde. Dieu n’a pas de petites parties faibles et de grandes parties fortes, puissantes. La moindre petite parcelle de Dieu est omnipotente. Voyez? La moindre petite parcelle de Dieu... Alors, vous savez... Donc, j’essaie de vous amener dans la foi maintenant.
E-8 (5) En tant que chrĂ©tien, vous savez que quelque chose vous est arrivĂ©. Le savez-vous? Avant, vous viviez ici, en bas, dans la souillure, avec toute la souillure et le pĂ©chĂ©, la boisson, les jeux d’argent, et–et les choses du monde. Eh bien, dĂšs que vous croyez que Christ a pardonnĂ© vos pĂ©chĂ©s, vous vous ĂȘtes Ă©levĂ© au-dessus de cette chose-lĂ . Voyez? Maintenant, vous vivez ici, plus haut (Voyez?), au-dessus de tout ça. Pourquoi? Parce que vous croyez que vous ĂȘtes un chrĂ©tien. Alors, une fois que vous avez acceptĂ© Christ et que le Saint-Esprit est venu Ă  vous, vous avez alors foi dans le Saint-Esprit qui vous donne le pouvoir de vivre au-dessus de ce genre de vie-lĂ , de pĂ©chĂ©.
E-9 Eh bien, maintenant, tout ce qu’il vous faut faire pour vous Ă©lever plus haut dans la guĂ©rison, c’est simplement avoir plus de foi, simplement continuer Ă  manifester cela (Voyez?), et vous y voilĂ . Maintenant, si vous ĂȘtes malade, et que vous n’ĂȘtes pas un chrĂ©tien, devenez un chrĂ©tien tout de suite pour que, en devenant un chrĂ©tien, cette puissance de guĂ©rison entre en vous, et c’est ce qui vous donnera la foi pour vivre au-dessus du pĂ©chĂ©; c’est ce qui vous donnera la foi.
Et tout ce dont vous avez besoin pour ce voyage-ci est en vous maintenant mĂȘme. Tout ce qu’il vous faut faire, c’est avoir la foi en Dieu, qui fait sortir de vous les bonnes choses qui sont en vous par le Saint-Esprit. Comprenez-vous clairement maintenant?...?... Vous avez saisi le...?
E-10 (6) Je pense que Billy m’a dit hier soir, il m’a appelĂ© et il a dit: «Viens ce matin spĂ©cialement pour une personne qui est venue en pensant que nous avions cette semaine des rĂ©unions sur les Sept Sceaux.» Et ils ont amenĂ© un enfant malade, je pense.
Alors, si vous ĂȘtes ici maintenant, monsieur, souvenez-vous, vous ne pouvez pas... C’est votre–votre foi qui devra entrer en action pour cet enfant, si c’est–si c’est un petit enfant, en bas Ăąge.
E-11 Mais maintenant, je vais prendre un autre passage de l’Ecriture, si c’est en ordre, un petit instant...
E-12 Souvenez-vous donc. LĂ , dans l’Evangile, nous lisons au chapitre 16, je pense, des Actes, lĂ  oĂč Paul et Silas Ă©taient en prison une nuit. Et ils avaient Ă©tĂ© battus pour avoir chassĂ© un esprit dĂ©moniaque d’une diseuse de bonne aventure. Et c’était une... Et elle... ses maĂźtres Ă©taient fĂąchĂ©s pour ça, alors ils les avaient battus et les avaient jetĂ©s dans la prison intĂ©rieure. AprĂšs quoi, pendant que Paul et Silas priaient, alors Dieu envoya un tremblement de terre qui Ă©branla toute la prison.
E-13 (7) Le geĂŽlier philippien, qui Ă©tait centenier (alors, perdre ses–ses prisonniers devait ĂȘtre... Il aurait Ă  payer de sa propre vie la perte des prisonniers), tira son Ă©pĂ©e et il allait se suicider, quand Paul a accouru et a dit: «Ne te fais point de mal. Nous sommes tous ici.»
E-14 Et ce centenier... Ils avaient–ils avaient Ă©tĂ© impressionnĂ©s par Paul et les autres. Ils avaient peut-ĂȘtre chantĂ© des cantiques; ils avaient peut-ĂȘtre tĂ©moignĂ© ou fait quelque chose. Mais, quoi qu’il en fĂ»t, ils savaient que c’étaient des hommes saints. Ils savaient qu’il y avait quelque chose de diffĂ©rent chez ces hommes-lĂ . En effet, rapidement, il a demandĂ©: «Que faut-il que je fasse pour ĂȘtre sauvĂ©? Que faut-il que je fasse pour ĂȘtre sauvĂ©?»
E-15 Alors, Paul a dit: «Crois au Seigneur Jésus-Christ, et tu seras sauvé, toi et ta famille.»
E-16 (8) Eh bien, alors, si le fait de croire au Seigneur JĂ©sus-Christ... (Ça ne veut pas dire que son salut Ă  lui allait sauver sa famille), mais s’il a assez de foi en Dieu pour son propre salut, il peut exercer la mĂȘme foi pour sa famille. Et sa famille devra entrer aussi. Voyez, c’est la mĂȘme chose.
E-17 Tout comme Job l’avait fait, comme je l’ai dit l’autre soir, lĂ -bas en GĂ©orgie, Ă  une rĂ©union. J’ai dit: «Job...» Il disait: «Bon, je ne sais pas si mes enfants ont pĂ©chĂ©; mais, et s’ils avaient pĂ©chĂ©?»
Et Job n’avait qu’une chose Ă  faire, pour ĂȘtre juste, c’était offrir un holocauste. Il disait qu’il offrirait l’holocauste, et alors, si ses enfants avaient pĂ©chĂ©, ils seraient pardonnĂ©s de leur pĂ©chĂ©. Et c’était vraiment une bonne chose que ce pĂšre-lĂ  ait fait ça. C’était bien pensĂ© de la part de ce pĂšre. Nous avons besoin de plus de pĂšres de cette trempe aujourd’hui.
Et Job a offert l’holocauste. Ça, c’était avant que sa tragĂ©die commence.
E-18 Mais quand tous ses enfants avaient Ă©tĂ© tuĂ©s, toutes ses brebis dĂ©truites, et que tout ce qu’il avait lui avait Ă©tĂ© ĂŽtĂ©, il Ă©tait assis sur un tas de cendres derriĂšre sa maison, se grattant avec un tesson...
E-19 (9) Avez-vous remarquĂ©, aprĂšs les jours de sa tragĂ©die, quand Dieu s’est mis Ă  lui redonner? LĂ  oĂč il avait eu dix mille tĂȘtes de bĂ©tail, et ainsi de suite, Il lui en a redonnĂ© le double. Et le double du nombre de ses brebis, et le double de tout. Mais, avez-vous remarquĂ©... Et Dieu a aussi donnĂ© Ă  Job ses sept enfants. Vous ĂȘtes-vous dĂ©jĂ  demandĂ© oĂč ils Ă©taient?
Cet holocauste les avait reprĂ©sentĂ©s. Ils Ă©taient sauvĂ©s, dans la Gloire, attendant qu’il arrive. Il est avec eux aujourd’hui. «Toi et ta famille, vous serez sauvĂ©s.» Voyez?
Alors, Job avait une seule chose Ă  faire, pour ĂȘtre juste, c’était offrir l’holocauste.
E-20 Vous avez une seule chose Ă  faire pour ĂȘtre juste, c’est avoir la foi en Dieu. Car c’est par la foi que vous ĂȘtes sauvĂ©, c’est par la foi que vous ĂȘtes guĂ©ri, c’est par la foi que vous recevez tout ce que vous avez. Voyez? C’est par la foi que vous le croyez. Alors, crois au Seigneur JĂ©sus-Christ, et tu seras sauvĂ©, toi et ta famille.
E-21 (10) Maintenant, monsieur, si vous avez ici avec vous le bĂ©bĂ© pour qui on doit prier, croyez, vous-mĂȘme. Je suis ici pour mettre ma foi avec la vĂŽtre et, ensemble, nous allons croire que Dieu guĂ©rira ce bĂ©bĂ©.
E-22 Vous voyez, nous avons en nous le pouvoir de faire ça. Vous avez en vous le pouvoir de le faire. Chaque chrétien a le pouvoir de le faire.
Mais maintenant, si seulement nous pouvons arriver à... Ce pouvoir est contrÎlé par une loi,
E-23 comme je l’ai souvent dit. C’est comme la gravitation qui contrîle l’eau, parce que c’est une loi. La gravitation contrîle l’eau.
E-24 Le soleil est contrĂŽlĂ© par la–la terre, la rotation de la terre. Le... Vous ne pouvez pas amener le soleil Ă  faire l’une ou l’autre chose, dire: «Je crois que j’ai envie de dormir un peu plus longtemps. Retiens-toi une heure.» Il ne le fera pas, voyez-vous, parce qu’il y a une loi. Si vous agissez selon cette loi, eh bien, alors, tout ira bien. Si vous vous couchez Ă  l’heure, vous pourrez vous rĂ©veiller Ă  l’heure. Et si vous...
E-25 (11) Par exemple, nous avons le lac SupĂ©rieur, le lac Ontario, le lac Huron, et tous ces Grands Lacs, lĂ -haut. Nous avons des dizaines de milliers de milliers d’acres de terre au Nevada, en Californie, en Arizona et au Nouveau-Mexique, qui sont en train de griller, par manque de cette eau, des terres oĂč on pourrait cultiver n’importe quoi. Vous pourriez nourrir le monde entier lĂ -bas, si seulement vous aviez lĂ -bas cette eau qui se trouve lĂ -haut. Et ces lacs n’en seraient pas affectĂ©s, parce qu’ils sont alimentĂ©s par des sources. DĂšs que leur niveau baisse, il remonte aussitĂŽt parce que la gravitation le maintient lĂ .
Eh bien, alors, si vous pouvez agir selon la loi de la gravitation, vous pourrez prendre tous ces Grands Lacs-lĂ  et arroser toutes les contrĂ©es lĂ -bas, et nourrir le monde entier. Plus personne n’aurait faim. Mais vous ne pouvez pas rester assis lĂ  et dire: «Ouais. Je le vois. C’est sĂ»r.» Il faut que vous alliez le faire.
E-26 (12) Eh bien, c’est pareil pour la loi de Dieu. La loi de Dieu, c’est la foi. Et nous avons la foi ici, ce matin, pour guĂ©rir toute maladie, pour tout faire. Mais c’est contrĂŽlĂ© par une loi, et cette loi, c’est la foi. La loi de Dieu, c’est la foi. JĂ©sus a dit: «Tout ce que vous demanderez en priant, si vous pouvez croire que vous l’avez reçu, vous pouvez l’avoir.» Vous y ĂȘtes. Alors, c’est la foi qui contrĂŽle ça. Et la foi nous est donnĂ©e selon le besoin que nous avons. Or, nous devons... Dieu donne Ă  certains d’entre nous une certaine portion de foi, Ă  d’autres une autre portion de foi. Ce n’est pas une grande puissance surnaturelle que vous avez; en effet, quand vous devenez chrĂ©tien, vous–vous avez dĂ©jĂ  la puissance, mais vous manquez de foi pour faire agir cette puissance.
E-27 (13) Ainsi donc, ce matin, quand vous viendrez pour qu’on prie pour vous, souvenez-vous, la Bible dĂ©clare ceci, et ceci est vrai (Jacques 5.14): «Quelqu’un parmi vous est-il malade? Qu’il appelle les anciens de l’Eglise, et que les anciens prient pour lui, en l’oignant d’huile. La priĂšre de la foi sauvera le malade, et Dieu le relĂšvera.» C’est une promesse si vous y croyez.
Donc, voyez-vous, la guérison est donnée sur une base individuelle.
E-28 Elle l’était aussi aux jours de JĂ©sus de Nazareth. Il ne pouvait pas guĂ©rir les gens Ă  l’encontre de leur–à l’encontre de leur propre foi. Il disait: «Je le peux, si tu crois. Si tu crois que Je suis capable de faire cela, Je peux le faire.» Si tu peux le croire!
E-29 Ainsi, certaines personnes projettent la–projettent la puissance de guĂ©rison sur quelqu’un d’autre, un Ă©vangĂ©liste. Ce n’est pas ça, la puissance de guĂ©rison est en vous. Elle est en vous. Ils mettent simplement la charrue avant les boeufs. L’évangĂ©liste n’a pas le pouvoir de guĂ©rir. C’est le Saint-Esprit qui a le pouvoir de guĂ©rir.
E-30 Et vous avez le Saint-Esprit. C’est le petit arbre que vous ĂȘtes, et tout ce dont vous avez besoin est en vous.
Ainsi donc, mettez-vous simplement Ă  vous abreuver de la promesse de Dieu, disant: «C’est la VĂ©ritĂ©. Dieu a dit qu’Il me guĂ©rirait. C’est par Ses meurtrissures que je suis guĂ©ri.» Vous y ĂȘtes. Savez-vous ce que vous faites? Vous commencez Ă  faire sortir de vous la guĂ©rison; c’est tout. Voyez? Et alors, les autres peuvent voir ce que vous avez.
E-31 (14) Or, qu’est-ce que...? «La foi est une ferme assurance des choses qu’on espĂšre, une dĂ©monstration de celles qu’on ne voit pas.»
E-32 Eh bien, quand je plante ce petit arbre quelque part, je ne vois pas les pommes; mais elles sont en lui. Ce petit arbre sait qu’elles sont en lui. Alors, il se met simplement Ă  s’abreuver, Ă  pousser, Ă  pousser, parce qu’il sait: «C’est en moi. Je vais les faire sortir bientĂŽt. Donnez-moi un peu de temps. Accordez-moi encore un peu de temps.» Il continue simplement Ă  s’abreuver. «Je sais–je sais que les pommes sont en moi, et je vais les faire sortir bientĂŽt.» Et, tout Ă  coup, les voilĂ  arriver. VoilĂ  les pommes arriver, car il croyait qu’elles Ă©taient en lui.
E-33 Et si vous croyez que la puissance du Saint-Esprit est en vous pour vous guĂ©rir, alors vous y ĂȘtes; continuez simplement Ă  pousser. Voyez? Vous avez la foi. Vous ne pouvez pas voir les rĂ©sultats tout de suite. Vous ne les voyez pas.
E-34 (15) Maintenant, voyez, Jacques a justifié Abraham par ses oeuvres. Paul a justifié Abraham par sa foi. Que dirons-nous donc entre les deux? Abraham parlait de ce que... je veux dire, Paul parlait de ce que Dieu avait vu en Abraham. Et Jacques parlait de ce que les gens avaient vu en Abraham. Voyez? Voyez-vous maintenant?
E-35 Donc, Dieu savait, avant que le bĂ©bĂ© vienne, qu’Abraham avait la foi. Et Abraham l’a prouvĂ© Ă  Dieu en agissant comme s’il... comme si le bĂ©bĂ© allait venir alors qu’il Ă©tait stĂ©rile. Il n’avait pas d’enfants, et le sein de sa femme Ă©tait mort, et lui, il Ă©tait stĂ©rile. Mais pourtant, il savait que quelque part, Ă  l’intĂ©rieur, se trouvait ce bĂ©bĂ©. Vous voyez, il a continuĂ© Ă  s’abreuver de la promesse, il s’appuyait sur le grand El ShaddaĂŻ de Dieu, la Mamelle; iI s’appuyait lĂ , buvait, sachant que Dieu le lui donnerait; il savait que c’était une promesse et qu’Il devait l’accomplir.
E-36 Et nous sommes les enfants d’Abraham. Alors, appuyons-nous sur Sa promesse et accrochons-nous-y, en sachant que Dieu le fera. Il l’a dit.
Vous le croyez maintenant?
E-37 Alors, que les malades s’alignent, ici, sur un cĂŽtĂ© ou l’autre, ceux qui veulent qu’on prie pour eux. Et nous allons faire venir l’ancien ici, et les oindre d’huile. Je vais prier pour eux, et nous allons croire que Dieu rĂ©tablira chacun d’eux. «Si tu peux croire.»
E-38 Teddy, oĂč es-tu?...?... Viens par ici, du cĂŽtĂ© droit. C’est bien. Et ça... je voudrais que tu joues Crois seulement.
E-39 Pendant qu’ils s’approchent, inclinons donc la tĂȘte, le reste de l’auditoire, et soyons en priĂšre pour ces gens qui s’approchent.
E-40 (16) Notre PĂšre cĂ©leste, nous T’amenons ce matin, au Nom de JĂ©sus-Christ, cette pauvre humanitĂ© malade, souffrante, qui est dans cet Ă©tat dĂ©sastreux, terrible. Je crois en Toi, Seigneur. Je–je sais que Tes Paroles sont vraies. Elles sont si vraies! Elles ne peuvent pas faillir, parce qu’Elles sont la Parole Ă©ternelle de Dieu, qui dure Ă  toujours. Elles sont toutes puissantes comme Dieu l’est, parce qu’Elles sont une partie de Lui. «Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair, et Elle a habitĂ© parmi nous.» Maintenant, nous croyons ça, Seigneur, de tout notre coeur, de toute notre Ăąme, avec tout ce qu’il y a en nous. Nous le croyons.
E-41 Et j’ai essayĂ©, d’une façon simple, enfantine, de le prĂ©senter aux gens, pour qu’ils puissent comprendre et savoir que la puissance de Dieu se trouve en eux. Si seulement ils peuvent avoir leur foi et suivre les instructions de Dieu...
E-42 C’est comme ça qu’ils ont Ă©tĂ© sauvĂ©s. Ils sont venus, ils se sont repentis de leurs pĂ©chĂ©s et se sont fait baptiser au Nom de JĂ©sus-Christ, conformĂ©ment Ă  la Bible, Actes 2. Et puis, Pierre avait dit, lĂ : «Vous recevrez le don du Saint-Esprit.» Alors, cela... Il est bien venu, parfaitement, parce que C’est la Parole de Dieu manifestĂ©e.
E-43 Eh bien, maintenant, PĂšre, nous savons que la mĂȘme chose est vraie, quand nous oignons les malades et que nous prions pour eux. «La priĂšre de la foi sauvera le malade et Dieu le relĂšvera.» Ô Dieu, qu’ils repartent de cet autel, chacun d’eux, ici ce matin, tellement heureux et dans la joie de savoir que Dieu les guĂ©rira. «Va, et sois guĂ©ri.» Car nous Te les confions maintenant, au Nom de JĂ©sus-Christ.
E-44 Puisse chacun d’eux ĂȘtre guĂ©ri et saisir la vision, ce qu’elle signifie. «Comme Abraham, qui appelait les choses qui n’étaient pas comme si elles Ă©taient.»
Peu importe les rĂ©sultats, ça, ça n’a rien Ă  faire avec la foi. Les rĂ©sultats ne comptent pas. La foi est dĂ©jĂ  fixĂ©e solidement. «Et la foi est une ferme assurance des choses qu’on espĂšre, une dĂ©monstration de celles qu’on ne voit pas.» Ô Dieu, puisse cela descendre profondĂ©ment dans leur coeur, car c’est un peuple dans le besoin.
E-45 Je m’avance, en tant que Ton humble serviteur, pour me tenir ici avec d’autres serviteurs, et je prie Dieu de mettre quelque chose dans notre coeur pour ces malades. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-46 (17) Quelqu’un a dit que frĂšre Estel Beeler Ă©tait dans la salle. Eh bien, je pense qu’il y a ici un autre ministre qui nous a conduits dans la priĂšre ce matin. Nous aimerions demander Ă  tous les ministres qui sont ici, quoi que vous soyez, de bien vouloir venir vous placer ici, autour de l’autel avec nous, pendant un petit instant. S’il vous plaĂźt, frĂšres. Et...?... FrĂšre Ben, merci. Avancez-vous jusqu’ici, et placez-vous autour ici, autour de l’autel ici, pour que nous puissions prier pour ces gens, leur imposer les mains.
E-47 Maintenant, pendant qu’ils jouent ce chant, et que les ministres prennent leur place ici, pour pouvoir, chacun de nous, imposer les mains aux malades...
E-48 (18) Voyons un peu: Quelqu’Un descend de la montagne, lĂ -bas. Je vois venir un Homme qui n’était pas diffĂ©rent des autres hommes. Il n’était qu’un Homme ordinaire, de petite taille, plutĂŽt frĂȘle. Alors que nous Le voyons regarder, Ses yeux se sont abaissĂ©s sur une–une scĂšne qui se passait dans la vallĂ©e. C’étaient Ses apĂŽtres. Il y avait lĂ  un garçon Ă©pileptique. Et sans doute qu’ils disaient: «GuĂ©ris-le, Seigneur! GuĂ©ris-le!»
E-49 Mais, vous voyez, juste dire: «GuĂ©ris-le, Seigneur, guĂ©ris-le», ça ne suffira pas. Ça ne suffira absolument pas. Il doit y avoir quelque chose derriĂšre ce guĂ©ris-le, Seigneur, guĂ©ris-le. Et si je peux vous amener Ă  croire ça, et Ă  le croire de tout votre coeur, vous allez ĂȘtre guĂ©ris, si j’arrive Ă  vous faire voir rĂ©ellement la vision.
E-50 Maintenant, regardez ces disciples se tenir lĂ , peut-ĂȘtre qu’ils le secouaient, peut-ĂȘtre qu’ils le poussaient...?...: «Crois-le, frĂšre. Crois-le. AllĂ©luia. Crois-le. GuĂ©ris-le, Seigneur. GuĂ©ris-le.» Mais le dĂ©mon ne bougeait pas de lĂ , parce qu’il ne trouvait pas lĂ  assez de foi pour le forcer Ă  partir.
E-51 Mais voici Quelqu’Un descendre de la colline. Et dĂšs que ce dĂ©mon a reconnu que c’était un peu diffĂ©rent des autres hommes...
E-52 Or, voilĂ  le genre d’hommes que nous voulons ĂȘtre ici...?... Ne pas simplement venir pour se donner en spectacle, mais venir dans l’amour de Dieu, savoir que nous avons reçu la commission d’aller faire ceci. Ceci, c’est notre commission.
E-53 (19) Puis, nous nous sommes approchĂ©s du pĂšre. Je pense que c’est Ă  partir de lĂ  que ce chant a Ă©tĂ© Ă©crit, composĂ© Ă  partir de ces paroles. Il a dit: «Seigneur, aie pitiĂ© de mon fils, car il est tourmentĂ© de diverses façons par un dĂ©mon.» Il a dit: «Il le jette dans le feu, et l’enfant dĂ©pĂ©rit...» et ainsi de suite. Il a dit: «Je l’ai amenĂ© Ă  Tes disciples, mais ils n’ont pas pu le guĂ©rir. Mais je–je me suis dit...»
E-54 Il a dit: «Je le peux, si tu le crois.» Non pas: «J’ai en Moi la puissance de le faire, si tu peux le croire.»
E-55 Est-ce que Dieu permettrait que ces gens assis ici ce matin, accablĂ©s par le cancer, qui ont Ă©tĂ© accablĂ©s, clouĂ©s au lit par le cancer, la leucĂ©mie, la maladie, les afflictions... Est-ce que Dieu les guĂ©rirait, et vous laisserait de cĂŽtĂ©? Ce n’est pas Son genre. Non. Voyez? Or, Il ne faillit pas. «Je le peux, si tu le crois.» Qu’a-t-Il dit?Car tout est possible, crois seulement.
(Bien, FrĂšres, montez ici). Maintenant, juste:Crois seulement, crois seulement,
E-56 [Frùre Branham parle, mais les paroles sont imperceptibles.–N.D.E.]
E-57 ... Imposez les mains aux...?...
E-58 TrĂšs bien. Chacun de vous, dans l’auditoire, gardez la tĂȘte inclinĂ©e, lĂ . Que chacun soit en priĂšre.
....seulement
E-59 Seigneur, fais miséricorde, je prie, et guéris ces gens, par le Nom de Jésus-Christ...?... Au Nom de Jésus de Nazareth...?...
E-60 [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
E-61 En observant un bon nombre de personnes dans la ligne, voyant leur rĂ©action, comment ils Ă©taient... voir comment ils rĂ©agissent Ă  une action. Voyez, une action, c’est une chose, par exemple: ils se sont levĂ©s et ils se sont avancĂ©s. Une autre chose, c’est la façon dont ils rĂ©agissent Ă  cette action qu’ils ont accomplie. AprĂšs qu’ils en sont venus Ă  croire que, quand on aura priĂ© pour eux, ils seront guĂ©ris, alors observez la rĂ©action de leur action.
E-62 (20) Bon, notre pasteur a un bon message pour nous ce matin, j’en suis sĂ»r.
E-63 J’aimerais faire une observation sur quelque chose, un petit instant. Une jeune catholique s’est tenue lĂ , prĂšs de l’autel. Il y a quelques jours, elle Ă©tait chez moi, elle et son mari. Et je connaissais son mari depuis un temps. Et–et il y a eu quelque chose, lĂ , pendant que nous Ă©tions assis pour un entretien privĂ©.
E-64 C’est lĂ  que nous avons les visions. C’est lĂ  que nous... Avant, je faisais ça ici Ă  l’église, mais ça prenait la matinĂ©e, et tout.
Et donc, c’était dans ce...
E-65 Je n’ai rien dit du tout, Ă©tant donnĂ© que c’était une jeune fille; et une autre chose, elle avait, depuis toujours, Ă©tĂ© Ă©levĂ©e dans l’Eglise catholique, et tout... Mais elle s’est mise Ă  parler pour sa mĂšre. Et Ă  ce moment-lĂ , j’ai eu une vision de sa mĂšre. Je lui ai dit le problĂšme de sa mĂšre, je l’ai dĂ©crite, et son apparence extĂ©rieure. Bien sĂ»r, c’était Ă  elle d’en juger, si c’était juste ou pas. Je n’avais jamais vu sa mĂšre de ma vie. Ça, elle le sait.
E-66 Et cette jeune fille, ce matin, est venue ici à l’autel, elle s’est tenue là pour confesser et accepter Christ comme son Sauveur. Elle a fait ça à l’autel ce matin.
E-67 Et frĂšre Neville, sans le savoir, l’a ointe d’huile (Oh! Comme Dieu opĂšre!), l’a ointe d’huile, pour les malades. Mais observez l’action du Saint-Esprit. Maintenant, comme elle avait Ă©tĂ© ointe (pas vraiment malade), mais ointe, voyez juste deux ou trois mots comme cela: «Elle s’est donc tenue lĂ  comme une chrĂ©tienne» aprĂšs ĂȘtre devenue une... ce que nous croyons ĂȘtre une chrĂ©tienne. Alors, elle a dit: «Voudriez-vous prier pour ma mĂšre? Elle est malade.» C’était la mĂȘme personne. Donc, l’huile d’onction a Ă©tĂ© appliquĂ©e sur elle...?... On lui a dit que (voyez?) quelqu’un venait d’ĂȘtre sauvĂ©... Christ a pris position pour nous tous. Il prend position pour tous.
Et dĂšs que cette jeune fille est devenue chrĂ©tienne, alors elle aussi, elle veut prendre position pour quelqu’un; ce qui montre que l’Esprit de Christ entre en nous quand nous sommes rĂ©ellement sauvĂ©s. Ça, c’est vraiment bien. Je–j’apprĂ©cie certainement ça, ce bel esprit chrĂ©tien, de foi. Maintenant, souvenez-vous donc...
E-68 (21) Maintenant, à l’intention de cette jeune femme, elle est ici quelque part. Et à l’intention d’une autre catholique qui est venue, et... J’aimerais dire ces paroles juste avant de remettre le service à notre pasteur (Voyez?) est-ce...
E-69 L’Eglise catholique, lĂ , autrefois, Ă©tait comme cette Ă©glise-ci. Si vous reprenez la Bible et que vous La lisiez, car nous croyons... Et vous savez que l’Eglise catholique Ă©tait la premiĂšre Eglise. C’est vrai. Mais elle s’est Ă©loignĂ©e de ses enseignements. Ceci, c’était l’enseignement de l’Eglise catholique. Mais, voyez-vous, ils ont six cents et quelques autres livres que des papes et autres ont Ă©crits, qui sont tout aussi saints pour eux que l’est cette Bible.
E-70 Donc, voyez ce que c’est. Vous n’avez pas changĂ©; ce que vous avez fait, vous venez de vous convertir. Voyez? Maintenant, si vous prenez...
(22) Evidemment, je pense peut-ĂȘtre que certains parmi vous...?... Ce matin, ce sont les femmes. Il se peut qu’il y ait des catholiques parmi les hommes assis ici.
E-71 Si vous reprenez l’histoire de l’église... Vous pourrez demander Ă  votre prĂȘtre: «L’action de ces apĂŽtres, dans la Bible ici, n’était-ce pas comme ça que... Etaient-ils les premiers catholiques?» Il vous rĂ©pondra: «Oui.» Et c’est vrai. Ils l’étaient.
Or, ils... Regardez quelle sorte de religion ils avaient. Ils se rencontraient dans de petits lieux, tout simples. Ils ne disaient jamais de Je vous salue, Marie ou de Notre PĂšre. Ça, c’est une tradition de l’église. Que disaient-ils? Ils louaient Dieu; ils poussaient des cris; ils pleuraient.
E-72 (23) Regardez, lĂ , dans Actes 2, quand un... le saint apĂŽtre Pierre, et Jacques et Jean, et tous, Ă©taient ensemble; la Bible dit qu’ils ont parlĂ© en langues. Et ils poussaient des cris, et ils agissaient mĂȘme tellement... et tellement remplis de l’Esprit qu’ils agissaient comme s’ils Ă©taient ivres, et Ă  un tel point que les gens du dehors ont demandĂ©: «Ne sont-ils pas tous ivres?»
E-73 Et alors Pierre, l’apĂŽtre, le trĂšs saint Pierre, quand il s’est levĂ©, alors il a dit: «Hommes frĂšres, ces hommes ne sont pas ivres, mais ils sont remplis de l’Esprit, comme la–comme la Bible l’avait dit.»
Maintenant, ça, c’était l’Eglise catholique du dĂ©but, selon leur enseignement.
E-74 Or, voyez-vous, environ deux cents ans plus tard, les dignitaires ont commencĂ© Ă  entrer dans l’église. Alors, qu’ont-ils fait? Ils ont Ă©tabli leur premiĂšre organisation au Concile de NicĂ©e en l’an 606 de notre Ăšre. Ils ont formĂ© leur...
Quand le Concile de NicĂ©e s’est tenu Ă  NicĂ©e, Rome, ils ont commencĂ© Ă  faire entrer tous les grands dignitaires, et ils ont simplement formĂ© une Ă©glise. Ils ont Ă©tabli une Ă©glise.
E-75 AprĂšs ça, elle s’est fractionnĂ©e quatre ou cinq fois. Ils sont–ils sont passĂ©s, de lĂ , Ă  l’évĂȘque; de l’évĂȘque Ă  un pape. Et de lĂ , il y a eu les orthodoxes grecs et diffĂ©rents autres groupes, jusqu’à ce qu’ils l’aient complĂštement fractionnĂ©e, au point oĂč vous la voyez aujourd’hui. Elle est vraiment fractionnĂ©e en toutes sortes de groupes.
E-76 (24) Mais ce que nous essayons de faire, mon ami catholique... Voyez, nous aussi, nous sommes catholiques. Nous sommes les premiers catholiques, ceux du dĂ©but. Et le nom d’église qu’ils nous donnent maintenant, en gĂ©nĂ©ral, nous sommes regardĂ©s comme des pentecĂŽtistes, car nous croyons Ă  la bĂ©nĂ©diction de la PentecĂŽte.
E-77 C’est lĂ  que l’Eglise catholique s’est organisĂ©e.
Et dans nos organisations de pentecĂŽte, aujourd’hui, si cela... si ce monde durait encore cinq cents ans, cette organisation de pentecĂŽte serait plus formaliste que l’Eglise catholique romaine l’est aujourd’hui. Elle s’éloigne toujours davantage, de la mĂȘme maniĂšre. Et quand vous vous organisez, vous en faites une loge. Et alors, vous devenez simplement une loge, des membres, et des Ăąmes non converties.
E-78 A mes chers et prĂ©cieux frĂšres et soeurs (Voyez?), Ă  chacun de vous, en tant que serviteur de Dieu,–je n’ai jamais dit ceci auparavant, dans le mon... dans–dans cette Ă©glise...?...–mais, en tant que prophĂšte du Seigneur, je vous dis: «Voici la LumiĂšre. Marchez-Y.»

En haut