ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication N'EST-CE PAS MOI QUI T'ENVOIE ? / 62-0124 / Phoenix, Arizona, USA // SHP 2 hours and 5 minutes PDF

N'EST-CE PAS MOI QUI T'ENVOIE ?

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Merci, mon fr√®re. Que le Seigneur vous b√©nisse. Bonsoir, mes amis. C'est un privil√®ge d'√™tre ici ce soir dans cette belle petite √©glise confortable. Et-et je suis donc s√Ľr que le Saint-Esprit est ici, et Il est-Il est connu de toute la foule. Ainsi, nous sommes vraiment contents d'√™tre ici, assis dans les lieux c√©lestes en J√©sus-Christ, nous r√©jouissant de cette merveilleuse communion...?...
E-2 Nous sommes donc... nous aimerions annoncer que, demain soir, il y aura donc... La-la convention commence demain soir là à Ramada. Je suppose que l'auditorium est bien là avec les... Oui, oui. Et que tout celui qui le peut assiste à chaque service. Je pense que frère Willliams en a fini avec cela, dans les démarches, qu'il a raconté tout ce qui est arrivé, tout ce qu'il y a eu, et tout ce qui se passera (autant qu'il sait ce qui se passera). En effet, parfois, dans ce genre de réunions, il arrive quelque chose que nous ne-que nous ne savons simplement pas. Nous y allons, nous attendant à ce que quelque chose arrive. Et alors, la dernière fois, nous avons certainement eu une merveilleuse communion là à Westward Ho ; je pense que c'est ça le nom, le Westward Ho.
E-3 Et maintenant, comme je le pense, il a √©t√© annonc√© que, demain soir, notre bien-aim√© fr√®re Oral Roberts parlera demain soir, le Seigneur voulant. Et il y en aura beaucoup d'autres l√†, et vous allez entendre de grands orateurs, certains hommes d'affaires, des pr√©dicateurs de partout. Je connais √† peine certains orateurs qui ont √©t√© annonc√©s, √† part fr√®re Gardner ; je connais certainement fr√®re Velmer Gardner. Et alors, ils iront donc jusque lundi soir. Ainsi, nous nous attendons vraiment √† un tr√®s grand jubil√© gastronomique spirituel. Ainsi-ainsi, nous irons nous r√©galer de choses du Seigneur. Et maintenant, je pense qu'il me revient de parler le dimanche, ou plut√īt le samedi matin au petit-d√©jeuner, ainsi qu'√† la r√©union du dimanche apr√®s-midi.
E-4 Eh bien, j'aimerais dire que √ßa a √©t√© l'un des plus glorieux moments que j'aie jamais eus √† Phoenix. G√©n√©ralement, quand je suis √† Phoenix, je vais juste, peut-√™tre, je vais √† un seul endroit. Mais cette fois-ci, je pense que √ßa fait environ six ou sept, peut-√™tre huit endroits o√Ļ j'ai √©t√©, √† travers le Salt River. Neuf, neuf endroits o√Ļ j'ai √©t√©, neuf diff√©rents endroits : √áa fait neuf diff√©rents ministres avec lesquels faire connaissance, √† leur serrer la main, et avoir communion avec diverses organisations. Eh bien, g√©n√©ralement, quand j'arrive, eh bien, les fr√®res sont toujours tr√®s gentils, ils laissent leurs √©glises venir. Je pense que c'est bien surtout pour-pour les √©vang√©listes qui arrivent et-et qui consacrent leur temps √† essayer d'aider chaque √©glise, puis √† effectuer un tour de visite des √©glises comme cela ; en effet, le pasteur est toujours dispos√© √† collaborer. Et leurs membres viennent, on prie peut-√™tre pour eux, ou il arrive quelque chose, ou quelqu'un est sauv√©. Et alors, c'est quelqu'un qu'on conna√ģt. Les autres ministres disent : " Eh bien, fr√®re Untel, si vous √™tes dans cette r√©gion-l√†, eh bien, allez carr√©ment chez lui, c'est un merveilleux homme de Dieu. J'ai √©t√© dans son √©glise. "
E-5 Et, vous savez, je-j'aime ça. Je pense que nous familiarisons davantage et, comme nous aurons à passer l'éternité ensemble, nous ferions donc tout aussi mieux de nous familiariser ici bas et de savoir ce que c'est. Et alors, alors donc, Là-haut, l'une de bonnes choses cependant, frère pasteur, nous ne serons pas juste, on dirait... nous n'aurons pas de réunions de prière ; non. Nous n'aurons pas de services de guérison. Mais nous... Et nous n'aurons pas de temps imparti. Généralement, je ne prêche donc que six ou huit heures d'affilée, peut-être parfois ; ainsi donc, je peux simplement continuer, vous savez. Oh ! J'aimerais alors causer avec ceux à qui j'ai prêché. J'avais l'habitude de dire aux gens que j'aimerais passer avec chacun d'eux au moins un millénium. Voyez ? Et puis, quand j'aurai terminé... Et rien que dans nos propres petites réunions, juste à ce que je sache, on a eu environ deux millions ou plus de convertis à Christ. Et sans doute, quelques-uns parmi eux vont de toute façon y parvenir. Ainsi donc, s'asseoir simplement, peut-être... Disons qu'il y en aura des centaines. Voyez, que des centaines de milleniums il faudrait rien que pour faire connaissance avec les gens que j'ai conduits au Seigneur ! Et puis, vous savez, une fois que j'aurai terminé, je n'aurai pas moins de temps que j'en avais au début. Voyez ?
E-6 L'√©ternit√© n'a point de commencement, elle n'a point de fin (Voyez ?), elle n'a jamais eu de commencement, elle n'aura jamais de fin. Vous ne pouvez pas expliquer cela. Mais tout ce qui a un commencement a une fin. Alors, vous direz : " Qu'en est-il de nous, Fr√®re Branham ? " Eh bien, tant que vous √™tes un √™tre humain naturel, ici sur terre, vous avez eu un commencement. Mais si vous √™tes n√© du Ciel, vous √™tes une partie de Dieu. Alors, cet Esprit n'a jamais eu un commencement, parce que C'est une partie de Dieu. C'est √©ternel. L'unique moyen pour vous de pouvoir jamais vivre √©ternellement, c'est d'avoir la Vie Eternelle (c'est vrai), une Vie Eternelle. Mais tout ce qui a un commencement a une fin. Ainsi, si vous n'avez pas eu de commencement, le seul... Voyez, J√©sus a dit l√† : " Si un homme ne na√ģt de nouoveau, de l'Esprit, il ne peut entrer dans le Royaume, il ne peut en aucun cas Y entrer " ; en effet, il vous faut avoir cette Vie Eternelle.
E-7 Or, √©videmment, je ne suis pas... C'est √† peine si je sais parler l'anglais et si je sais... J'ai √©tudi√© un mot ou deux quand j'en trouvais, pour voir ce que √ßa signifiait dans la Bible, en h√©breu et en grec. Mais le mot grec qui est utilis√© l√† pour la Vie Eternelle, c'est le m√™me mot qui est utilis√© pour la Vie de Dieu. Il est √©pel√© Z-√ī-√™. Z√ī√™. Et celui qui a la Vie Eternelle, c'est Z√ī√™, la Vie m√™me de Dieu. Cela fait de vous Son propre fils ou Sa propre fille (voyez ?), parce que vous √™tes n√© de Lui. Sa Vie est en vous. Et vous ne pouvez pas p√©rir, pas plus que Dieu ne le peut. Vous avez donc la Vie Eternelle et " Je le ressusciterai au dernier jour ", dit Dieu. N'est-ce pas merveilleux ?
E-8 Je pensais, alors que Dieu, au commencement, avait prononc√© la Parole, disant : " Qu'il y ait, et qu'il y ait ", Il a produit les semences, chaque chose selon son esp√®ce. Vous pouvez hybrider cela, √©videmment, et changer cela, comme je l'ai pr√™ch√© ici √† Phoenix une fois, je pense, sur La Religion hybride ; comment on essaie d'hybrider cela avec les d√©nominations plut√īt que de laisser cela tel que c'√©tait. Mais laissez un-laissez un... hybride... Tout ce qui est hybride ne peut pas se reproduire √† son tour.
E-9 Alors, quand un homme vous dit (vous, les enfants qui fr√©quentez l'√©cole), on vous dit que nous descendons d'une cellule unique, et l'√©thique de Darwin... Il-il ne sait simplement pas de quoi il parle (voyez ?), parce que... Prenez un cheval et un-et un... Prenez un... Eh bien, disons un √Ęne et une jument, et ils donnent un-un poulain. C'est un-c'est un mulet. Mais ce mulet ne peut pas reproduire √† son tour un autre mulet et avoir un mulet. √áa en est fini pour lui l√† m√™me. Le ma√Įs hybride, vous pouvez hybrider le ma√Įs, et ensuite, vous pouvez planter ce ma√Įs-l√†. Il n'y aura rien (voyez ?), il n'y aura rien ; cela doit revenir. Ainsi, comment donc peut... Si nous avons √©volu√© √† partir d'une seule cellule, o√Ļ en sommes-nous alors ? Voyez ? Leur propre recherche scientifique prouve qu'ils sont en erreur. Voyez ? Voyez, vous ne pouvez pas faire cela. Vous pouvez hybrider la violette bleue avec la violette blanche et avoir la violette africaine. Mais laissez-les simplement telles quelles, alors elles retourneront droit √† leur √©tat originel, une violette bleue. C'est vrai. Voyez ? √áa ne se fera pas.
E-10 Alors, apr√®s que Dieu eut cr√©√© l'homme par la Parole, et que l'√Ęme de ce dernier fut perdue, absolument cela... Tout, en dehors de cela, adh√©rer √† l'√©glise et tout, c'est de l'hybridation. Il vous faut revenir √†... Dieu doit de nouveau prononcer la Parole. √áa donne la Vie Eternelle. Quand Dieu met en vous la Vie par la Parole, alors, c'est de nouveau √©ternel. Mais avant cela, c'est une condition hybride. Voyez ? Ainsi, le diable a crois√© cela, il a m√©lang√©, il a essay√© de m√©langer la foi avec autre chose, l'incr√©dulit√© ; cela produit donc un hybride (voyez ?), et... Mais quand Dieu parle et place le Saint-Esprit l√†-dedans et scelle cela, c'est √©ternel.
E-11 Eph√©siens 4.30 dit : " N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu (pas la sainte √©glise de Dieu ; le Saint-Esprit de Dieu), par Lequel vous avez √©t√© scell√©s pour le jour de votre r√©demption. " Et un sceau repr√©sente une Ňďuvre achev√©e. Rien n'est scell√©... C'est comme charger un wagon. On se met √† charger un wagon. (Je travaillais sur une voie ferr√©e.) Et nous chargions un wagon de diverses choses. Mais l'inspecteur faisait d'abord un tour. Cela devait traverser beaucoup de routes accident√©es. S'il y a quelque chose de branlant, il ne scellera pas cela jusqu'√† ce que ce wagon soit si bien charg√© et si serr√© que rien ne peut l'√©branler. Alors, il ferme la porte et la scelle, et √ßa ne peut pas √™tre bris√© jusqu'√† sa destination. C'est tout √† fait vrai. Si Dieu vient et trouve en nous tout un tas de non-sens, Il ne scelle simplement pas encore cela. Il voit un tas d'incr√©dulit√©, Il ne scelle simplement pas encore cela. Mais une fois que tout est emball√© dans le Plein Evangile, alors Il scelle cela (C'est vrai.), Il scelle cela jusqu'√† sa destination. N'est-Il pas merveilleux ?
E-12 Je suis tr√®s content ce soir de savoir que je suis l'un de vous. Et je... Quand j'√©tais un jeune gar√ßon, j'avais toujours d√©sir√© que les gens m'aiment. Je n'√©tais pas aimable. J'√©tais le genre qu'on appelait la brebis galeuse de la famille. Eux tous buvaient, vous savez, mais moi, chaque fois... comme vous l'avez sans doute lu dans L'Histoire de ma vie. Quelque chose me disait que Dieu existait quelque part, quelque part, car je continuais √† entendre une Voix et Quelque Chose m'appeler. Et dans ma famille, j'√©tais plut√īt rejet√©. J'ai fr√©quent√© l'√©cole, c'√©tait pareil : en effet, j'√©tais tellement en lambeaux que tout le monde se moquait de moi. Et puis, quand je suis devenu pr√©dicateur, j'ai cru que cette Parole √©tait la V√©rit√©. Alors, j'ai √©t√© rejet√© de mon Eglise baptiste. On disait : " Tu deviendras un saint exalt√© l'un de ces jours. " Puis apr√®s, quand j'ai fini par d√©couvrir qu'il y avait quelqu'un qui croyait tout cela exactement comme moi, c'√©tait comme enfiler un gant √† la main. √áa convenait tr√®s bien. Ainsi donc, Il a dit : " Si vous abandonnez tout et que vous Me suivez, Je vous donnerai des m√®res, des p√®res, des fr√®res, des sŇďurs et autres, et la Vie Eternelle. " Etant donc venu parmi vous comme √ßa... je vous aime.
E-13 Parfois, je pr√™che tr√®s durement parce que je-je vois quelqu'un sortir de la ligne. Vous voyez, on est cens√© faire cela. Un v√©ritable papa le fera. Eh bien, il vous secouera et dira : " H√©, rentre ici dans la ligne ", si c'est un v√©ritable et authentique p√®re. Ainsi, parfois, votre pasteur doit s'en prendre √† quelque chose. Aimez-le vraiment beaucoup, parce que c'est un v√©ritable p√®re pour vous (voyez-vous ?), il cherche √† vous garder dans la ligne ; en effet, il veille sur votre √Ęme, le Saint-Esprit ayant fait de lui surveillant de l'√©glise. Et vous devez toujours veiller sur cela.
E-14 Je prie que Dieu bénisse cette petite église, et puisse-t-elle grandir et prospérer. Que beaucoup de bons prédicateurs sortent de cette église et aillent partout dans les champs de travail ; et que son nom soit immortel, c'est ma prière. Que Dieu bénisse son pasteur, ses diacres, ses administrateurs et ses associés, et que sais-je encore. Que Dieu soit avec vous tous, tous ses membres, alors que vous oeuvrez et travaillez ensemble. Je prie que le Saint-Esprit travaille avec vous, qu'Il confirme la Parole avec de grands signes et de grands prodiges qui accompagnent les croyants qui croient la Parole prêchée à cette chaire ici. Que Dieu vous bénisse.
E-15 Maintenant, je suis un peu enrou√©. Fr√®re Williams venait de me donner une racl√©e. Je lui disais que j'avais cela... que, demain, j'irai √† Ajo et √† quelques villes. Je cherche une ville o√Ļ emm√©nager, ici en Arizona, pour habiter par ici. Et puis, en venant en Arizona, je ne pourrais pas venir... Et, un matin, un pr√©cieux fr√®re, apr√®s que j'eus pr√™ch√© sur La Semence Royale... Eh bien, je ne suis pas un vendeur de bandes, vous le savez tous. Mais ce jeune homme ici a des bandes. Tout celui qui a un enregistreur, je souhaiterais que vous preniez, si possible, cette bande sur La Semence Royale, du dernier dimanche matin.
E-16 Et fr√®re Fuller... Il est mont√© √† la-il est mont√© √† la chaire apr√®s mon d√©part, et il a dit aux gens de me dire de venir le relayer dans son √©glise. Sa femme et lui deviendraient des concierges. Eh bien, c'√©tait tr√®s gentil. Fr√®re-fr√®re John Sharritt avec son √©glise, et alors... mais je ne... je... si je venais √† Phoenix, non, non, je ne commencerais pas une √©glise. Non, non. Ce n'est pas en moi, voyez. En effet, si vous commencez une √©glise, vous √™tes... Voyez, ce n'est pas mon intention de commencer une √©glise. C'est d'aider ce qui est d√©j√† en cours, voyez ? Si je venais √† Phoenix... Je suis un missionnaire. Je suis ici et l√† dans le monde, tout le temps. Si un pasteur m'invite, je viendrai l'aider un dimanche, et le prochain dimanche, j'irai aider un autre gars, et le dimanche d'apr√®s, j'irai aider quelqu'un d'autre, juste partout o√Ļ je peux apporter ma contribution et pr√©parer tout le monde (Voyez ?), toutes les d√©nominations et tout, √† communier.
E-17 Et je peux... J'ai toujours voulu venir à l'ouest. Et je... peut-être que le dernier point d'attache qui me retenait à l'est, c'était ma mère qui est rentrée récemment à la Maison pour être avec Jésus, il y a quelques semaines ; et la mère de ma femme, il y a environ un an. Ainsi, nous sommes maintenant tous deux orphelins, sans père ni mère sur cette terre. Ils sont partis pour être avec notre Seigneur. Et nous projetons peut-être, le Seigneur voulant, venir habiter à l'ouest. Priez pour nous.
E-18 Eh bien, eh bien, dans le... Avant que nous abordions la Parole... J'aimerais lire ce soir une portion de la Parole et parler juste un petit moment. Et, √† propos, j'ai oubli√©... Billy a-t-il distribu√© des cartes de pri√®re ? Tr√®s bien. C'est-c'est bien. Alors, nous allons... L'endroit ne suffira pas pour un service de pri√®re, mais j'ai tenu cela l√† o√Ļ... Quelqu'un disait, quelque... par exemple un pasteur, une fois, parfois, il peut avoir une petite √©glise qui peut-√™tre offre 100 ou 200 si√®ges, il dira : " Oh ! Fr√®re Branham, si seulement mon √©glise √©tait assez vaste... " C'est vraiment grand. Tout ce qu'il vous faut avoir, c'est juste la Parole de Dieu (Voyez ? C'est tout.), peu importe son emplacement.
E-19 Je ne laisse jamais mes r√©unions prendre l'allure de quelque chose de grand, parce qu'une fois cela fait (ou avoir des obligations √† une radio, une t√©l√©vision ou quelque chose comme cela, ou des livres, ou l'imprimerie, ou quelque chose comme cela)... Quand vous le faites, l√† m√™me, vous vous liez. Je n'aimerais pas √™tre dans l'obligation d'avoir de l'argent ; je n'ai jamais pr√©lev√© une offrande de ma vie. Et je-je ne suis pas oblig√© d'avoir de l'argent, alors un endroit ne peut pas s'av√©rer trop √©troit. Si c'est une r√©union de pri√®re √† la maison, c'est bien. J'ai eu un r√©veil tout r√©cemment dans une √©glise compl√®tement bond√©e, avec 20 si√®ges (C'est vrai.), 20 personnes. Eh bien, si j'avais une tr√®s grande-une tr√®s grande activit√© qui m'exigeait peut-√™tre plusieurs milliers de dollars par jour, je ne pourrais pas aller √† un tel endroit et faire cela. Voyez ? Mais je crois au fait d'√™tre conduit par le Saint-Esprit, partout o√Ļ Il vous conduit, peu importe.
E-20 Et je suis all√© outre-mer. A Bombay, en Inde, j'ai pr√™ch√© √† 500.000 personnes √† la fois ; en Afrique du Sud, √† 200 ou 300.000 ; l√† loin ... Ne... Vous direz : " Comment trouvez-vous l'argent pour faire cela ? " Eh bien, si c'est Dieu qui m'envoie, Il envoie toujours quelqu'un avec de l'argent pour cela. Voyez-vous ? Ainsi, Il... Nous devons vivre par la foi, vous savez. C'est donc une vie glorieuse, vivre par la foi, n'est-ce pas ? Croire simplement en Lui. Et-et je dirais que certaines de meilleures r√©unions que j'aie jamais tenues, c'√©tait dans des √©glises de loin plus √©troites que celle-ci (et c'est vrai), l√† o√Ļ nous nous rassemblons simplement et communions, et le Saint-Esprit descend. Et c'est l√† que la vie na√ģt. Oui, oui. C'est vrai. C'est vrai. Certainement.
E-21 Inclinons maintenant la t√™te alors que... avant que nous abordions Sa Parole. Solennellement maintenant, apr√®s que nous sentons que nous nous sommes familiaris√©s et que nous nous connaissons, s'il y a une requ√™te ici ce soir pour laquelle vous aimeriez que je prie pour vous, pour l'une ou l'autre chose, voudriez-vous bien lever la t√™te... la main plut√īt, pour dire : " Fr√®re Branham, priez pour moi. " Que Dieu vous b√©nisse. C'est vraiment partout, le P√®re c√©leste voit.
E-22 Maintenant, Pr√©cieux Seigneur, Dieu Tout-Puissant, le P√®re de notre Seigneur J√©sus-Christ, qui a ressuscit√© les morts quand Il a ressuscit√© J√©sus-Christ d'entre les morts, nous sommes tr√®s contents ce soir de savoir qu'Il est ressuscit√© des morts et qu'Il n'est plus mort, mais qu'Il est vivant √† toujours. Deux mille ans se sont √©coul√©s, et pourtant nous-nous sommes avec Lui ce soir tout aussi r√©el que quand Il marchait en Galil√©e √† Son √©poque. Nous savons bien qu'Il est ressuscit√© d'entre les morts, Il se fait conna√ģtre √† nous sous forme du Saint-Esprit. Nous en sommes tr√®s reconnaissants, Seigneur.
E-23 Et √† voir maintenant m√™me, en ces jours mauvais o√Ļ nous vivons, o√Ļ les incroyants, les hommes de science et autres essayent d'√īter √† la Parole sa valeur m√™me, cependant Dieu vit dans Sa Parole. Et nous Le voyons se manifester, se faire conna√ģtre tout aussi clairement et nettement √† nous, et nous en sommes tr√®s reconnaissants, Seigneur. Et de savoir... Que serait-il arriv√© si nous √©tions dehors ce soir, hors de l'arche, et que nous ne sachions pas exactement o√Ļ nous nous trouvions, si nous √©tions des √Ęmes errantes comme le corbeau qui avait √©t√© l√Ęch√© de l'arche ? Il √©tait satisfait de se nourrir de la charogne qui flottait encore sur l'eau. Mais de m√™me que la petite colombe a d√Ľ retrouver son chemin de retour vers l'arche et frapper √† la porte, ou plut√īt √† la fen√™tre, jusqu'√† ce que le p√®re No√© l'a fait entrer, de m√™me nous sommes tr√®s contents ce soir de savoir que le P√®re divin nous a fait entrer dans cette arche-ci.
E-24 Et, ce soir, nous sommes en s√©curit√©, dans un parfait repos, par l'expiation que notre Seigneur a accomplie pour nous, sachant que, quand le Jugement viendra, nous flotterons au-dessus du Jugement. Nous serons retir√©s du monde et nous n'endurerons pas le Jugement, car notre Seigneur nous a promis dans Saint Jean 5.24 : " Celui qui √©coute Mes Paroles et qui croit en Celui qui M'a envoy√©, a la Vie Eternelle, et ne vient point en Jugement, mais il est pass√© de la mort √† la Vie. " Nous ne serons pas une √Ęme errante √† notre mort ; nous sommes dans la Pr√©sence de Dieu. Pas un... Nous ne serons pas errants dans une √©ternit√© sans fin, perdus, sachant qu'il nous faudra revenir pour √™tre jug√©s d'apr√®s les Ňďuvres accomplies dans le corps, mais, P√®re, ce soir, nous avons r√©gl√© cela √† l'autel et nos p√©ch√©s nous ont pr√©c√©d√©s. Nous sommes justifi√©s par le Sang de J√©sus-Christ et nous en avons la preuve : Dieu a, en retour, d√©vers√© le Saint-Esprit sur nous, et nous sommes maintenant scell√©s pour notre destin√©e √©ternelle.
E-25 Nous avons des besoins, Seigneur, pendant que nous sommes dans le monde. Ce corps est encore naturel, encore n√© du p√©ch√©. Un jour, il na√ģtra de Dieu ; mais, aujourd'hui, il est n√© du p√©ch√©. Et nous combattons pendant que nous marchons dans ce monde sombre et morne, le regard tourn√© vers le haut, d'o√Ļ peut provenir pour nous l'unique Lumi√®re. Et je Te prie, P√®re c√©leste, de Te souvenir de chacun de ceux qui ont lev√© la main. Du plus petit au plus grand, du plus jeune au plus vieux, exauce, P√®re. Je Te prie d'exaucer leurs requ√™tes. Et maintenant, alors que nous tournons les pages du Livre... Quiconque peut... a de la force physique peut tourner les pages ; mais personne ne peut l'ouvrir, √† part Celui qui a √©t√© immol√© depuis la fondation du monde. Nous voyons le Livre √™tre retir√© de la main de Celui qui √©tait assis sur le Tr√īne. L'Agneau √©tait capable de prendre et d'ouvrir le Livre et d'En rompre les sceaux. Nous Te prions donc, √ī glorieux Agneau de Dieu, de venir parmi nous ce soir alors que nous lisons la Parole. Ouvre-La √† nos cŇďurs afin de nous donner la foi pour le reste du chemin. Nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen.
E-26 Bon, beaucoup de gens aiment un peu lire le texte et tout, pendant que nous le lisons ; et j'ai noté quelques passages et tout, comme d'habitude. Et, ce soir, j'aimerais que nous prenions Juges, chapitre 6, on va lire pendant quelques instants. Et, étant donné que, demain soir, c'est le début de la convention, je-j'essaierai de ne vous garder que peu de temps ce soir. Puis, nous prierons pour les malades et, ensuite, nous interromprons afin de nous apprêter pour demain soir. Il y en a qui sont debout, et je sais que c'est difficile de rester debout.
E-27 Je suis all√© faire lubrifier ma voiture cet apr√®s-midi, et le jeune homme √©tait si lent que cela avait pris environ trois heures. Et je-je r√©coltais, je pense, ce que j'avais sem√©, en gardant les gens debout si longtemps. Je commen√ßais donc √† me plaindre, alors je me suis simplement tu quand j'ai pens√© √† cela. Je me suis dit : " Non, ils ont √©t√©... Ils avaient... Ils n'avaient jamais rien dit, alors moi non plus, je ne dirai rien. Je vais donc simplement laisser aller cela. " L'Ange de l'Eternel lui apparut, et lui dit : L'Eternel est avec toi, vaillant h√©ros ! G√©d√©on lui dit : Ah ! mon Seigneur, si l'Eternel est avec nous, alors... pourquoi toutes ces choses sont-elles... nous sont-elles arriv√©es ? Et o√Ļ sont tous ces prodiges que nos p√®res nous rencontent, quand ils disent : L'Eternel ne nous a-t-il pas fait monter hors d'Egypte ? Maintenant l'Eternel nous abandonne, et il nous livre entre les mains de Madian ! L'Eternel se tourna vers lui, et dit : Va avec cette force que tu as, et d√©livre Isra√ęl de la main de Madian ; n'est-ce pas moi qui t'envoie ?
E-28 Que le Seigneur ajoute Ses b√©n√©dictions √† ces Paroles. Maintenant, nous connaissons tous ce passage des Ecritures que je viens de lire, tous ceux qui lisent la Bible. C'√©tait du temps des Juges, quand il y avait un... eh bien, l'intervalle... de Rois ; Dieu a eu des juges. Et il y a eu plusieurs juges. Et chaque fois que Dieu le... ramenait les gens dans la ligne, ils essayaient tous de se mettre √†-√† bien agir apr√®s qu'Il eut envoy√© le jugement ou quelque chose comme cela. Et apr√®s, tout d'un coup, vous savez, ils se rel√Ęchaient. C'est simplement naturel pour les gens que de faire cela. C'est simplement humain pour eux que de faire cela : se rel√Ęcher. Et-et aussit√īt qu'ils se rel√Ęchent, alors le jugement de Dieu vient encore frapper. Voyez ? Vous ne pouvez pas faire le mal et vous en tirer, car Dieu est juste.
E-29 Eh bien, donc, Il- Il... Pour √™tre juste, Il doit-Il doit observer Ses lois. Et une loi sans peine n'est pas une loi. Voyez ? S'il y a un s√©maphore l√† dans la rue qui indique " STOP ", c'est une loi qui vous ordonne de vous arr√™ter. Et alors, si vous d√©passez cela et que cette loi n'est pas assortie de peine, alors ce n'est plus une loi. Voyez ? Cela ne devrait m√™me pas √™tre suspendu l√†. Et si Dieu se met √† agiter quelque chose devant vous pour vous dire que vous agissez mal, et que vous brisez cette loi de Dieu qui vous avertit, alors vous devez subir une peine. Absolument. Il vous le faut. Vous devez subir une peine. Et " le salaire du p√©ch√©, c'est la mort. " Ainsi, si un homme transgresse la loi de Dieu et continue √† faire cela, ne bl√Ęmez donc pas Dieu si quelque chose lui arrive. Voyez ? Si vous √™tes perdu, vous ne pouvez pas dire : " Eh bien, c'√©tait la faute de Dieu. " J'ai souvent dit ceci, qu'un homme doit litt√©ralement se d√©battre pour aller en enfer. Il ne peut pas aller facilement en enfer. Non, il conna√ģt un temps difficile pour aller en enfer. Mais il se d√©bat certainement pour y aller.
E-30 Vous rappelez-vous, jeunes gens, la toute premi√®re petite cigarette en soie de ma√Įs que vous avez fum√©e ? Savez-vous quoi ? Maman avait dit... Vous savez, vous aviez redout√© que maman ne flaire cela dans votre haleine, alors vous avez pris du caf√©, vous avez mang√© cela ou quelque chose comme cela, vous savez, pour-pour que maman ne sente pas cette odeur. Maman a dit : " Laisse-moi sentir ton haleine ", voyez ? " Maman, je n'ai rien fait de mal. " Quelle √©tait la premi√®re chose ? Quand vous avez prof√©r√© ce premier mensonge, une lumi√®re rouge s'est mise √† clignoter : " Dis-lui la v√©rit√©. Sois sinc√®re, petit gar√ßon. C'est ce que maman t'a appris √† faire. " Mais, voyez, vous vous d√©battez pour franchir cette barri√®re de la lumi√®re rouge. Voyez ?
E-31 Vous rappelez-vous la premi√®re fois que vous vous √™tes amus√© avec votre amie ? Vous rappelez-vous la premi√®re fois que vous-vous avez donn√© une r√©ponse insolente √† votre femme, ou la femme a r√©pondu insolemment au mari, ou quelque chose comme cela ? Vous rappelez-vous la premi√®re fois que vous avez entendu ce cantique √™tre chant√© √† l'√©glise et que quelque chose a frapp√© √† votre cŇďur, et vous vous √™tes tout simplement secou√© et vous vous en √™tes d√©tourn√© : " Je le ferai √† un autre moment. " ? Ce sont toutes des lumi√®res rouges (voyez ?), et vous ne faites que marcher par-dessus ces... avertissements : " Ne suis pas cette voie-l√†, petit gar√ßon, petite fille. Reviens √† Moi. Je suis ton Cr√©ateur. " Mais tu as continu√© jusqu'au bout. Vous ne pouvez vous attendre √† rien d'autre. N'imputez pas cela √† Dieu. Si vous br√Ľlez ce feu rouge-l√†, ne dites pas : " C'est la faute de la ville. " Absolument pas. C'est votre faute. Ce feu rouge est l√† pour vous prot√©ger, vous aider, et vous devez respecter cela. Ainsi donc, ce n'est pas la faute de la ville ; c'est votre faute ; en effet, c'est vous qui devez vous arr√™ter devant l'avertissement.
E-32 Et quand vous sentez cette petite sonnerie vous avertir au fond de votre cŇďur, vous feriez alors mieux de vous arr√™ter l√† m√™me et de faire l'inventaire. C'est comme j'√©tais... je pr√™chais des soir√©es durant sur des gens qui s'√©loignent de Dieu. Quand vous entendez la Parole, revenez directement. C'est r√©ellement la Parole de Dieu. Il y a une petite sonnerie qui retentit ; vous feriez mieux d'√©couter cela. Ne marchez pas sur cela, parce que vous ne progresserez jamais tant que vous ne revenez pas l√† o√Ļ vous l'avez laiss√©. Vous irez... L√† o√Ļ vous laissez Christ, en manquant d'ob√©ir √† Sa Parole, c'est l√† m√™me qu'Il vous abandonnera. Ou vous n'abandonnez pas... Il ne vous abandonne pas ; c'est vous qui L'abandonnez. Voyez, c'est toujours vous qui L'abandonnez-abandonnez, parce qu'Il vous a plac√© dans le sentier, Il essaie de vous conduire. Mais voyez, quand vous L'abandonnez, alors il vous faut directement revenir l√† o√Ļ vous L'avez abandonn√© pour repartir.
E-33 J'avais un ami aum√īnier, il m'a racont√© un cas qui est arriv√© lors de la Seconde Guerre mondiale. Un capitaine avait √©t√© fusill√© √† la mitrailleuse, je pense, avec une mitrailleuse calibre 50 √† peu pr√®s. Cela l'avait sectionn√© √† la poitrine, et il-il se mourait. Alors, on a fait venir cet aum√īnier aupr√®s de lui. On lui a dit d'aller dans la tente (on venait de l'y amener), dans la tente servant d'h√īpital, car-car il se mourait. Il ne pouvait pas vivre. Il √©tait d√©j√† transperc√© par des balles et il ne pouvait pas vivre. Il avait une h√©morragie interne. Et alors, l'aum√īnier a dit qu'il est all√© aupr√®s de cet homme, l√† o√Ļ il se trouvait, et lui a demand√© : " Capitaine, √™tes-√™tes-vous chr√©tien ? " Il a dit : " je l'√©tais autrefois. " Il a dit : " Vous l'√©tiez autrefois ? " Il a ajout√© : " Eh bien, vous devez l'√™tre maintenant, parce que, vous le savez, vous √™tes mourant. " Il a dit : " Oui, oui. Je le sais. " Il a dit : " Eh bien, capitaine, r√©fl√©chissez maintenant de tout... Eh bien, vous feriez mieux de r√©fl√©chir vite, parce que vous n'avez pas beaucoup de temps. Mais, r√©fl√©chissez, remontez jusque l√† o√Ļ vous aviez abandonn√© Christ. Et √† partir de l√† m√™me o√Ļ vous aviez abandonn√© Christ, reprenez donc, l√† m√™me, et commencez l√† m√™me, parce que vous Le trouverez l√† m√™me o√Ļ vous L'aviez laiss√©. "
E-34 Eh bien, peut-√™tre que vous L'aviez abandonn√© au niveau-au niveau d'une doctrine de la Bible. Quelque chose vous a dit : " Tu ne d√©roberas pas " ; vous √™tes carr√©ment pass√© outre cela. " Tu ne mentiras pas " ; vous √™tes carr√©ment pass√© outre cela. L'une ou l'autre chose que vous n'auriez pas d√Ľ faire, cependant vous √™tes carr√©ment pass√© outre cela. Eh bien, il vous faut directement revenir reprendre cela l√† m√™me.
E-35 Et alors, ce capitaine avait une h√©morragie interne, un flot de sang lui montait aux poumons. Et il retenait son souffle tr√®s vite, et il savait qu'il allait partir. On lui a dit : " Vous feriez mieux de vous d√©p√™cher, capitaine, et r√©fl√©chissez. " Il a dit : " Je ne me rappelle pas tr√®s exactement. " Peu apr√®s, son visage fut illumin√©. Il a dit : " Je m'en souviens. Je me souviens avec exactitude o√Ļ je L'ai abandonn√©. " On lui a dit : " Tr√®s bien, capitaine. Partez de l√† m√™me. " Il a dit : " Maintenant, je m'endors. Je prie le Seigneur de garder mon √Ęme. S'il me faut mourir avant de me r√©veiller, je prie le Seigneur de recevoir mon √Ęme. Et il s'est effondr√©. O√Ļ avait-il abandonn√© Christ ? Au berceau (voyez ?), aux pieds de sa m√®re (voyez ?), encore petit gar√ßon. Il a d√Ľ remonter jusque l√† pour Le retrouver. C'est l√† que vous Le retrouverez, l√† o√Ļ vous L'aviez abandonn√©.
E-36 Isra√ęl se retrouvait toujours en d√©saccord avec Dieu... Rien ne marchait jusqu'√† ce qu'ils retrouvassent l'harmonie avec Dieu. Et alors, ils √©taient d√©livr√©s d'une-d'une arm√©e √©trang√®re. Et au lieu de se tourner vers le Seigneur, ils se d√©tournaient aussit√īt de Lui. N'est-ce pas √©trange ? Nous pouvons tomber malades ; l'enfant peut tomber si gravement malade que nous ne savons que faire. La maman va se tordre les mains. Alors, papa et elle diront : " √Ē Dieu, nous Te servirons si seulement Tu gu√©ris cet enfant. " Et l'enfant se r√©tablit. Apr√®s, vous oubliez cela. Voyez, voyez ? C'est tr√®s facile d'oublier cela. Oui, oui. Et vous voyez un accident qui a failli vous √īter la vie et vous dites : " Oh ! si j'√©tais mort... Seigneur, merci de m'avoir √©pargn√© la vie. Je vais Te servir. " Apr√®s, vous oubliez cela (voyez ?), jusqu'√† ce qu'il y en ait un qui vous attrape. Voyez ? Et alors-alors, c'est trop tard. Voyez, chaque fois, vous-vous ... Les gens oublient toujours Dieu. Ils ne remercient pas toujours Dieu pour cela. Mais souvent, c'est tr√®s facile d'oublier quand tout va bien. Vous savez donc qu'Il a dit que si vous Le n√©gligez et que vous ne Le servez pas, alors, quand vous serez en d√©tresse, Il rira de vous. Voyez ? Vous devez donc vous en souvenir ; nous devons chaque fois placer Dieu en premier lieu.
E-37 Donc, les gens s'√©taient √©loigner de Dieu et avaient suivi une mauvaise voie. Et alors, les Madianites, les Philistins et diff√©rentes nations venaient les assujettir. Aujourd'hui, nous n'avons pas des Madianites et des Philistins, mais nous avons de loin pire que √ßa. Le monde s'infiltre en plein dedans, nous ronge et nous consume (voyez ?), l'incr√©dulit√©. Et nous nous √©loignons du coup de la dimension spirituelle de l'√©glise et de la dimension spirituelle de Dieu, et on devient trop formalistes. Et juste : " Bonjour pasteur. J'aimerais retirer ma lettre de telle √©glise pour venir ici, parce qu'ils...la... sŇďur Unetelle, elle et moi, nous ne nous parlons pas. Je vais donc l'amener chez vous. " Voyez ? Oh ! Oh ! Oui. Voyez ? Et puis (voyez ?), nous ne faisons que passer des lettres. Mais une fois que cela est √©crit dans le Livre de Vie de l'Agneau, on est alors √† la maison. Voyez ? C'est vrai.
E-38 Bon. Mais nous voyons que ce sont des choses qui arrivent. Et dans ce cas, il √©tait temps d'agir, car les Madianites affluaient comme des sauterelles dans le pays. Et les Isra√©lites devaient creuser des caves dans des montagnes pour se cacher, s'y retrancher et cacher le peu de nourriture pour survivre, se mettre simplement √† l'√©cart, l√† loin, s'abriter loin d'eux, parce que, eh bien, ils affluaient comme un essaim. Ils emportaient leurs brebis, leur b√©tail, leurs veaux, et d√©voraient tout ce que les Isra√©lites avaient plant√©, tous les produits de leurs champs et des choses comme cela ; ils les mettaient carr√©ment au pied du mur. Alors, ils-ils allaient se d√©barrasser d'eux. Ainsi donc... d√©vorer ce qu'ils avaient. Ils ne les tuaient pas. Ils les laissaient revenir l'ann√©e prochaine et cultiver. Et quand la moisson √©tait m√Ľre, ils revenaient prendre cela.
E-39 Nous voyons donc qu'il y a eu un h√©ros, qui en fait ne pr√©tendait pas en √™tre un. Mais il battait son bl√© au pressoir, cherchant √† en ressembler un-un peu, de quoi pourvoir aux besoins de sa famille cette ann√©e-l√†. Son nom √©tait G√©d√©on : il devint plus tard juge en Isra√ęl.
E-40 Eh bien, nous voyons qu'avant que Dieu envoie donc la d√©livrance √† Son peuple... Eh bien, j'aimerais que vous saisissiez donc ceci pour la suite. Avant que Dieu envoie la d√©livrance √† Son peuple, Il leur envoie toujours un proph√®te pour les avertir, Il envoie toujours Son proph√®te ; en effet, maintes fois, les gens ne veulent pas lire et m√©diter Sa Parole. Ils adh√®rent simplement √† l'√©glise et laissent aller les choses. Ils ne s'assoient pas pour lire. Le Saint-Esprit se nourrit de la Parole de Dieu. J√©sus a dit : " L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu. " Alors, si... une fois que vous √™tes sauv√©, la meilleure chose √† faire, c'est vous asseoir avec votre Bible, La lire constamment. Cela vous √©difie. Vous voyez ce que Dieu faisait. Ce n'est pas comme lire un roman. Vous lisez de mani√®re √† accrocher votre √Ęme √† chaque ponctuation l√†-dedans (c'est vrai.), parce que c'est la Parole de Dieu. Voyez-vous ? Chaque fois que Dieu dit quelque chose, vous savez comment je ponctue cela ? D'un amen. C'est √ßa. " Ainsi soit-il. " C'est vrai. Ce qu'Il a dit est vrai. Et alors, nous devons ponctuer toutes les Paroles de Dieu d'un amen. Quand Dieu dit : "Tu dois, et tu ne dois pas ", ainsi de suite, dites : " Amen. Amen. " Ne dites pas : "Eh bien, je crois que √ßa devrait √™tre comme ceci. " Dites simplement: Amen √† ce qu'Il dit. Ce-c'est √ßa.
E-41 Ainsi donc, Dieu avait-avait √©t√© bon envers eux, sans qu'eux-eux l'aient m√©rit√©. Mais par apr√®s, avant ce grand √©v√©nement, nous voyons qu'un proph√®te leur a √©t√© envoy√©, il leur a apport√© la Parole du Seigneur. Et puis, nous voyons qu'aussit√īt apr√®s le Message du proph√®te, quand Il est venu √† Isra√ęl, Il leur avait dit : "Je suis le Dieu qui vous a fait sortir d'Egypte. C'est Moi qui vous ai donn√© le pays que vous habitez. C'est Moi qui ai accompli toutes ces choses pour vous. " Voyez, le proph√®te renvoie toujours au Puissant Dieu surnaturel. Un v√©ritable proph√®te de Dieu, c'est ce qu'est un vrai pr√©dicateur √† la chaire. Le proph√®te de l'√©poque moderne, c'est un pr√©dicateur. Donc, un v√©ritable proph√®te renvoie √† la Parole du Seigneur, √† la promesse du Seigneur, non pas √† une d√©claration que la-l'√©glise a faite, mais √† une d√©claration que Dieu a faite. (Voyez ?) Rentrez √† la Parole du Seigneur.
E-42 Alors, Dieu a parl√© √† ce proph√®te, et ils... les Madianites avaient emport√© tout ce qu'ils avaient, et ils crevaient de faim, alors Il a dit : "Ne vous souvenez-vous pas que c'est Moi le Dieu qui vous ai fait sortir d'Egypte ? Ne savez-vous pas que c'est Moi qui ai accompli tous Mes miracles l√† en Egypte ? Ne savez-vous pas que c'est Moi qui ai ouvert la mer Rouge ? C'est Moi qui ai nourri vos p√®res quarante ans durant dans le d√©sert. C'est Moi qui ai an√©anti les ennemis autour d'eux. N'ai-je pas chass√© les Amal√©cites et tout le reste de devant vous ? C'est bien Moi, Dieu. Revenez donc √† Moi. Suivez-Moi. " Et, rappelez-vous, chaque fois... ou aussit√īt apr√®s le Message du proph√®te, Dieu se met √† l'Ňďuvre. Apr√®s que le proph√®te a apport√© la Parole, alors Dieu se met √† travailler sur la Parole. Premi√®rement, Elle doit √™tre d'abord proclam√©e. La Parole doit d'abord √™tre pr√™ch√©e. " La foi vient de ce que l'on entend, et ce que l'on entend vient de la Parole de Christ. " Le vrai proph√®te reste fid√®le √† la v√©ritable Parole de Dieu et ne fait pas de compromis sur Cela, en aucun cas, mais il dit aux gens : " Vous devez na√ģtre de nouveau. La promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera ", si c'est un vrai proph√®te.
E-43 S'il ne l'est pas, il dira : "Eh bien, alors, nous croyons que... " C'est qui " nous ? " Ce n'est pas Dieu et Ses prophètes, ni Dieu et Ses anges, ni Dieu dans Sa Parole. Il est dit que " les cieux et la terre passeront, a dit Jésus, mais Ma Parole ne faillira jamais. " C'est vrai. " Si un homme ajoute ou retranche l'une des Paroles de prophétie de ce livre, sa part sera retranchée du Livre de Vie. " Ainsi, vous voyez, le véritable et authentique prophète reste fidèle à la Parole.
E-44 Alors, il s'est mis √† leur montrer ce qui se passait. Et aussit√īt apr√®s, Dieu est entr√© en sc√®ne, aussit√īt apr√®s le Message du proph√®te. Il est toujours arriv√© que-que Dieu... Maintenant, rappelez-vous, Dieu entre en action apr√®s le proph√®te si le proph√®te a la Parole de Dieu. " Car Ma Parole ne retournera pas √† Moi sans effet, sans avoir accompli ce pour quoi Elle a √©t√© envoy√©e, le but pour lequel Elle a √©t√© envoy√©e. " Elle devra venir... Il y aura un groupe qui sera comme un canard sur le dos duquel on jette de l'eau. Mais il y aura l√† quelqu'un qui recevra Cela parce que Dieu envoie Cela. Amen. Voyez ? La Parole ne retournera pas sans effet. Elle accomplira ce pour quoi Elle a √©t√© envoy√©e.
E-45 Et alors, ce prophète s'est tenu là et a prophétisé. La raison pour laquelle Dieu envoie un prophète, c'est que les gens s'éloignent beaucoup de Dieu par les traditions des anciens et autres, et ils font entrer dans l'église tout ce qu'il y a de mondain. Et, tout d'un coup, vous savez, ils font un peu de compromis ici et là, un peu ici et un peu là-bas. Et, tout d'un coup, vous savez, ça ne devient qu'une organisation. Ce n'est qu'une loge. Les gens arrivent là et ils ont-ils ont toutes sortes de soupers de bienfaisance, de danses, de jeux de filous et tout le reste. Et l'église n'est plus qu'une-qu'une loge. C'est vrai.
E-46 Mais apr√®s, vous voyez donc qu'on est loin de la Parole. Et beaucoup d'√Ęmes sinc√®res s'assoient l√† dans ces grandes morgues et se disent : " C'est √ßa la chose. " Mais avant que Dieu envoie Son jugement, avant qu'Il laisse venir n'importe quoi, avant que l'√©glise soit d√©livr√©e, Dieu est juste et Il fait retentir une voix √† travers le pays, proclamant la Parole du Seigneur Dieu. Puis, aussit√īt que Dieu proclame Sa Parole, Dieu est dans Sa Parole pour La rendre r√©elle et manifester Sa Parole, ce qu'Il a dit. Dieu est juste. Il ne peut qu'√™tre un Dieu juste. Voyez ? Il se tient juste l√† derri√®re Sa Parole. Quand cette v√©ritable Parole est proclam√©e... J√©sus a dit : " Si vous demeurez en Moi, et que Mes Paroles demeurent en vous, alors demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accord√©. " Puisque c'est la Parole de Dieu, √ßa doit se reproduire.
E-47 Eh bien, comment... Dieu ne descend pas exprimer cela de Sa voix litt√©ralle depuis les cieux. Il L'a √©crite sur du papier et Il s'attend √† ce que vous et moi, nous recevions le Saint-Esprit pour croire cette Parole. Et quand nous proclamons cette Parole-l√†, si c'est la vraie Parole de Dieu, Dieu se tient derri√®re Elle. C'est vrai. Dieu accomplit les miracles par Ses enfants. Comme je l'ai dit ici il y a quelques soir√©es dans une √©glise, Il est le Cep et nous sommes les sarments. Ce n'est pas le Cep qui porte le fruit. Ce sont les sarments qui portent le fruit, mais ils tirent la vie du Cep. J√©sus-Christ, le Saint-Esprit, entre dans le corps humain, s'empare de Sa propre Parole et La met en action, Il montre des visions, parle en langues et proph√©tise. Il accomplit toutes sortes d'Ňďuvres pour confirmer Sa Parole par des instruments humains. C'est exactement ce qu'Il a fait.
E-48 " Vous serez Mes témoins. Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous : alors vous serez Mes témoins ". Voyez ? Il vous faut d'abord placer correctement la chose : " Attendez dans la ville de Jérusalem jusqu'à ce que vous soyez revêtus de puissance. Alors, vous serez Mes témoins. " Uniquement à Jérusalem ? Non. " Vous serez Mes témoins à Jérusalem, en Judée, en Samarie et jusqu'aux extrémités de la terre. "
E-49 Et après que le-le-le cep et le sarment sont connectés, ou après que le serment a porté une branche... En effet, s'il y en a une qui est greffée là-dedans, elle ne portera pas le bon genre de fruit. Mais si le cep lui-même porte un sarment, il y aura... c'est le même genre de vie qui est dans le sarment qui sera en train de produire le fruit depuis le cep. C'est pourquoi un vrai prophète de Dieu dit que la Parole de Dieu est vraie de A à Z. Chaque Parole de Cela, c'est la vérité.
E-50 Eh bien, la raison pour laquelle Dieu prépare des hommes comme ça et les envoie, c'est que les gens ne veulent pas méditer la Bible. Ils ne veulent pas lire la Bible, ils ne veulent pas méditer ; ils ne veulent pas prier, ils se contentent d'écrire une petite prière et la dire un matin, l'une ou l'autre chose, ou parcourir un rosaire, et dire l'une ou l'autre chose, et... ou Je vous salue Marie, et Dieu-quelque chose. Mais ce n'est pas ça. Voyez ? Mais Dieu envoie un vrai prophète, et la Parole du Seigneur vient toujours au prophète. La Parole du Seigneur vient au prophète. Et alors, si la Parole du Seigneur est dans le prophète... Et alors, les gens peuvent voir Dieu en action, la Parole de Dieu en action dans le prophète (vous y êtes.), car, Dieu confirme Sa Parole.
E-51 Consid√©rez Pierre. Il avait vu Dieu √† l'Ňďuvre. Consid√©rez Paul ; il avait vu Dieu √† l'Ňďuvre. Consid√©rez les proph√®tes d'autrefois. Ils avaient vu Dieu √† l'Ňďuvre. Tout √† fait vrai. Prenez un homme aujourd'hui, un pr√©dicateur qui pr√™che le plein Evangile, le bapt√™me du Saint-Esprit, on regardera cet homme et on verra Dieu √† l'Ňďuvre. Il menera une vie qui se refl√©tera partout, sans reproche, ni rien. Voyez ? C'est Dieu √† l'Ňďuvre et les gens peuvent voir cela. " Vous √™tes des √©p√ģtres √©crites. " Quel genre d'√©p√ģtre ? Une √©p√ģtre de Dieu, Dieu rendant t√©moignage qu'Il vous a envoy√©s. Nous voyons donc qu'Il envoie Ses proph√®tes, et ce sont eux qui √©clairent et d√©montrent l'Evangile aux gens. Gloire √† Dieu ! Je-j'aime √ßa. Ils sortent du s√©minaire du Ciel (oui, oui), et Dieu confirme qu'ils En sortent ; ils ne connaissent pas grand-chose sur la g√©n√©alogie, mais ils en connaissent beaucoup sur la genoulogie de l√†. C'est vrai.
E-52 Eh bien, eh bien, remarquez. Eh bien, quand nous... G√©d√©on, il √©tait dans une condition terrible. Il √©tait l√† en train de battre son bl√©. Et tout d'un coup, vous savez, il a regard√© l√†. Il venait d'entendre le Message de ce proph√®te. Eh bien, vous trouverez cela aux versets 7 √† 10 ; vous pourrez voir l√† o√Ļ il a rencontr√©... Le-le-le proph√®te est venu et a apport√© le-le Message, leur disant de se souvenir que Dieu √©tait Dieu, et qu'Il est le m√™me Dieu qui les avait d√©livr√©s, et qu'ils devaient juste retourner √† Lui. Eh bien, ne serait-ce pas l√† un Message pour aujourd'hui ? Oh ! la la ! Certainement.
E-53 Dieu reste toujours Dieu. Dieu est le Dieu qui √©tait √† la Pentec√īte. Dieu est le Dieu qui √©tait dans le buisson ardent. Dieu est le Dieu qui avait ouvert la mer Rouge. Pourquoi nous soucier des bombes √† hydrog√®ne, ou des abris contre les retomb√©es radioactives, ou je ne sais quoi l'homme peut faire ? " Dieu est notre refuge et notre force, un secours imm√©diat dans la d√©tresse. " Il est toujours le Dieu d'Abraham, d'Isaac, le Dieu de David. Certainement. Il est toujours Dieu. Nous voulons entendre la Parole, c'est tout, c'est ce que... Nous sommes reconnaissants d'avoir entendu la Parole et de L'avoir trouv√©e vraie. Oui, oui. Il est le Rocher, une Tour forte, Il est un Abri lors de l'orage. Il est donc notre Abri : " Le juste s'y r√©fugie et se trouve en s√©curit√©. " Oui, il est en s√©curit√©. C'est vrai. Il est sur le... Le Juge Supr√™me dit qu'il est en s√©curit√© (C'est vrai), qu'il est en s√©curit√©. " Ceux qui s'attendent √† l'Eternel renouvellent leur force. " Il est la Maison de refuge.
E-54 Eh bien, G√©d√©on, alors qu'il √©tait l√† en train de battre son bl√©, sans doute que ce Message du proph√®te repassait dans son cŇďur, ce que le proph√®te avait dit. " Je suis le Dieu de-d'Abraham, d'Isaac, de Jacob. C'est Moi qui vous ai fait sortir d'Egypte. C'est Moi qui vous donne ce que vous avez. Tournez-vous vers Moi. " Son p√®re et lui √©taient l√† √† battre ce bl√©, et un ange est venu vers lui... ou il pensait que c'√©tait un ange. Il s'est fait que ce n'√©tait pas un ange ; c'√©tait Dieu Lui-m√™me. En effet, c'est en majuscule S-E-I-G-N-E-U-R. Voyez-vous ?
E-55 Et quand Il a parl√© √† G√©d√©on, G√©d√©on √©tait un peu surpris. Il a dit : "Eh bien, vaillant h√©ros... " Il ne savait pas qu'il l'√©tait. Peut-√™tre que vous ne savez pas que vous l'√™tes. Peut-√™tre que vous √™tes ces nombreux vaillants h√©ros qui sont assis ici ce soir. " Vous direz : La-la petite √©glise, ce petit groupe ? " Oh ! la la ! Il n'y en avait que deux l√†, son p√®re et lui. Il n'en faut que deux ici, Christ et vous. C'est tout ce qu'il faut pour faire un vaillant h√©ros. C'est vrai. Eh bien, la chose suivante, vous savez, qu'est-il arriv√© ? Aussit√īt qu'Il a parl√© a G√©d√©on : " Toi, vaillant h√©ros ", Il l'a appel√©, ce qu'il pouvait faire. Et ce dernier a dit : " Non, Seigneur. Non, Seigneur. Je-je... je-je-je ne crois pas √ßa. "
E-56 Eh bien, il avait probablement l'aspect d'un vieil homme chauve, assis l√†, appuy√© contre un arbuste, vous savez, assis dos contre le buisson, peut-√™tre envelopp√© d'une peau de brebis, ou quelque chose comme √ßa, b√Ęton en main. Il n'√©tait pas beau √† voir. Et Il a dit-Il lui a dit qu'Il √©tait venu le commissionner pour aller lib√©rer Isra√ęl. Le proph√®te avait d√©j√† livr√© son Message. Alors, Il a dit : " Je t'envoie faire cela. " " Eh bien, a-t-il dit, non, Seigneur. Non. Non, non. Je sais que le proph√®te aurait pu dire ceci et cela, telle et telle chose comme √ßa, mais-mais rappelez-vous... " Il a dit : "Dieu est avec toi. " Il a dit : " Si Dieu est avec nous, o√Ļ sont alors tous Ses miracles ? " Voil√† la question.
E-57 Eh bien, alors, que serait-il arrivé s'il avait dit : " Oh ! assurément, notre organisation a augmenté de dix milles membres cette année-ci. Dieu est avec nous. Non, chacun de nous a prospéré, tout a tellement prospéré que chacun de nous a deux Cadillac. " C'est ça, de nos jours, vous ne pouvez pas être spirituel sans avoir trois ou quatre Cadillac, vous savez, au moins avoir ce genre de choses (voyez ?), quelque chose comme cela, avoir la chose la plus grande du pays. Mais écoutez.
E-58 Non, il-il ne pouvait pas concevoir cela, ce n'est pas ce qu'il a dit. Voyez ? Il a dit : " Si... " Aujourd'hui, nous disons : " Eh bien, comment savez-vous que Dieu est avec nous ? C'est parce que nous croissons en nombre. Nous avons plus d'églises que jamais auparavant. Nous avons... Eh bien, vous savez, même le maire de la ville fréquente notre église. Nous avons... Nous-nous-nous sommes la plus grande église de la... Nous sommes les meilleurs. Nous savons que Dieu est avec nous parce que nos membres prospèrent ; ils portent les meilleurs habits. Ils sont-ils sont... ils ont les meilleures maisons. " C'est bien. Nous en sommes reconnaissants. Mais ce n'est pas un signe que Dieu est avec vous.
E-59 G√©d√©on savait de quoi il parlait. Il a dit : " Alors, Seigneur, si Dieu est avec nous, o√Ļ sont tous Ses puissants miracles ? Le proph√®te nous a dit que c'est Lui le Dieu qui nous a fait sortir d'Egypte. Il avait frapp√© le pays, Il les avait lib√©r√©s. Il est le Dieu de la d√©livrance. Et si jamais Il a √©t√© Dieu, Il demeure toujours Dieu. " Je dis la m√™me chose ce soir. Si jamais Il a √©t√© Dieu, Il doit toujours rester Dieu. Si jamais Il a √©t√© tout... le Tout-Puissant, Il est toujours le Tout-Puissant. Certainement. La Bible dit : " Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement (H√©breux 13.8). J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. "
E-60 Il a dit : " Eh bien, si c'est Dieu, si Dieu est avec nous, o√Ļ sont tous les miracles ? O√Ļ sont tous les signes qu'Il accomplissait ? " Eh bien, peut-√™tre qu'ils avaient toutes sortes de signes et tout le reste, mais ce n'√©tait pas des signes scripturaires. Eh bien, il vous-vous faut avoir un signe scripturaire. J√©sus a dit... Certains parmi eux ont dit : " Eh bien-eh bien, nous avons davantage de membres. Si nous avons une organisation plus grande, si nous avons ceci, cela ou autre, les gens les mieux habill√©s, si nos √©glises croissent, notre organisation, notre d√©nomination, nos-nos-nos pr√©dicateurs sont mieux form√©s, n'est-ce pas l√† un signe que Dieu est avec nous ? " Absolument pas. √áa n'a rien √† faire avec la chose.
E-61 J√©sus n'a pas dit : " Ils auront les meilleures organisations en croissant et-et en Me servant, ils auront les meilleures √©glises en croissant et en Me servant. " J√©sus a dit : " Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en Mon Nom, ils chasseront les d√©mons ; ils parleront de nouvelles langues. " Vous y √™tes. Ce sont des signes scripturaires. Oui, oui. Si J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, o√Ļ est-Il alors ? Nous avons le droit de dire cela.
E-62 Quand Elis√©e suivait Elie... Et il a dit : " Je vais demander une seule chose. C'est une double portion de l'Esprit qui est sur toi. " Et Elie a jet√© sa robe. Elis√©e s'est avanc√© l√†, l'a ramass√©e et a frapp√© le Jourdain, disant : " O√Ļ est le Dieu d'Elie ? " Le fleuve s'est ouvert de nouveau. Si l'√©glise aujourd'hui... Si J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, nous avons le droit de L'invoquer et de dire : " O√Ļ est la promesse que J√©sus-Christ a faite, disant : 'Je serai avec vous, m√™me en vous jusqu'√† la fin du monde.' ? " O√Ļ est Sa promesse ? Que je Le voie accomplir Ses Ňďuvres. "
E-63 La chose qui doit se passer en premier, c'est la Parole. Ne sortez pas d'ici emballé, croyant que vous pouvez faire cela. Il vous faut revenir à la Parole, remplir les conditions. Il vous faut... Il vous faut croire Sa Parole et agir sur base de chaque Parole qu'Il a dite pour voir les miracles de Dieu. Eh bien, souvenez-vous, si seulement vous faites cela (voyez ?), vous croyez Sa Parole, ce qu'Il a dit, et qu'après vous agissez sur base de cela... Croyez-vous cela ? Eh bien, vous ne pouvez pas tout bonnement vous avancer et serrer la main à un prédicateur qui prend une salière, vous asperge d'un peu d'eau sur la tête et dit : " Eh bien, tout est fini. Donnez-lui la main d'association " Ce n'est pas scripturaire. Non, ce n'est pas correct. Vous ne pouvez pas faire ça. Il vous faut suivre la Parole. Il vous faut faire exactement ce que Dieu a ordonné. C'est vrai.
E-64 Vous ne pouvez pas dire : " Eh bien, je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu. Je crois que j'ai reçu le Saint-Esprit quand j'ai cru. " Ce n'est pas ce que dit la Bible. Non, non. Ce n'est pas ça. Vous pouvez croire à la Vie Eternelle, c'est bien ; mais après, il faut que Dieu scelle cela pour vous avec le Saint-Esprit. " Avez-vous reçu le Saint-Esprit depuis que vous avez cru ? " Voyez ? Non pas quand vous croyez, mais après que vous avez cru, vous recevez le... Après que vous avez cru, alors vous êtes scellé du Saint-Esprit de la promesse, disent les Ecritures ; après que vous avez cru. C'est vrai. Mais premièrement, il vous faut croire cela et agir sur base de cela.
E-65 Vous ne pouvez pas dire : " Oh ! " Il y a plusieurs sympathisants qui disent : " Oh ! La Bible est vraie. Oui, Frère Branham, je crois que la Bible est vraie. Mais vous savez, je-je ne sais pas. " Vous y êtes : " Mais je... " Voyez, vous y êtes, c'est juste comme un vieux bouc qui se cogne la tête, vous savez. Juste... Voyez ? " Mais c'est bien, mais vous savez, notre pasteur ne croit pas cela. C'est tout à fait en ordre, mais je-je ne crois pas que ça soit possible. " Voyez, vous y-y êtes une fois de plus. Voyez-vous ? Vous ne verrez jamais cela s'accomplir ; il vous faut agir. Il vous faut faire quelque chose. Et quand vous recevez la promesse de Dieu, que vous savez que c'est la promesse de Dieu et que vous agissez sur base de cela, vous verrez de puissants miracles de Dieu revenir dans l'Eglise du Dieu vivant. C'est vrai. Vous verrez ça.
E-66 Eh bien, pensez-y bien, mes amis : Comment Dieu peut-Il mentir ? Allez-vous croire une √©glise ? D'abord, quand je... L'autre jour, quand ma m√®re se mourait, elle a dit... elle a parl√© √† Dolor√®s (c'est ma sŇďur ; nous sommes neuf gar√ßons et une fille, et Dolor√®s est la cadette.), elle a dit : " Dolor√®s, tu es ma cadette, tu m'as aim√©e, tu m'as aid√©e, tu es venue faire la vaisselle pour moi, tu as pris soin de moi depuis que j'√©tais devenue vieille. " Elle a dit : " Billy, tu es mon fils a√ģn√©. " Elle a dit : " Tu m'as nourrie, tu as veill√© √† ce que je ne cr√®ve pas de faim, et-et cela, m√™me bien avant la mort de ton p√®re, quinze, vingt-cinq ans. " Et elle a dit : " Tu as toujours pris soin de moi, et tu as veill√© √† ce que j'aie de la nourriture, le gaz et tout. " Et elle a dit : " Billy, tu as √©t√© un conducteur, un conducteur spirituel pour moi, tu m'as conduit au Seigneur J√©sus. " Et elle a dit : " Eh bien, aujourd'hui, je m'en vais, et je suis heureuse. Je tiens tellement √† retourner √† la Maison que je ne sais quoi faire. " Bon. Je me tenais donc l√†, et j'ai dit : " Maman, tu sais que nos anc√™tres √©taient catholiques. Donc, quand j'√©tais un petit gar√ßon et que cette Voix m'avait parl√©, disant : 'Ne fume jamais, ne bois jamais, ni rien d'autre. Tu auras un travail √† faire quand tu seras avanc√© en √Ęge', je suis all√© √† l'Eglise catholique pour voir. Le pr√™tre a dit ceci, il a dit : 'Tu sais, c'est nous, l'√©glise. C'est nous, le corps des croyants. Dieu est dans Son √©glise.' "
E-67 " Eh bien, alors, me suis-je dit, ce n'est pas vrai, il y en a beaucoup qui diffèrent les unes des autres. Je dois aller voir ce que cet autre dit. " Je suis allé chez les luthériens. Ils ont dit : " Oh ! Non. C'est nous l'église. " J'ai découvert ce qu'était l'église, c'est un corps des gens appelés à sortir. Eh bien, les luthériens indiquaient une voie ; les catholiques, une autre ; les baptistes, une autre ; les méthodistes, une autre ; les presbytériens, une autre. Je ne pouvais pas y placer ma foi. Laquelle est-laquelle est l'église ? Chacune avait quelque chose qui paraissait bien. " Sais-tu ce que j'ai dit, maman ? Je suis carrément retourné à la Bible : 'Que toute parole d'homme soit un mensonge et la Mienne, la vérité.' Et j'ai suivi cette Bible à la lettre et j'ai obtenu les mêmes résultats que les autres autrefois. Ainsi, je suis... " Et nous nous sommes reposés là-dessus. Il y a les mêmes résultats. Dieu doit tenir Sa Parole. C'est vrai. Exact. Si seulement nous croyons Cela, nous obéissons à Cela, nous acceptons Cela et que nous agissons sur base de Cela...
E-68 No√© avait re√ßu une promesse de la part de Dieu. C'√©tait Dieu qui avait parl√© √† No√©. Mais No√©, avant qu'il puisse voir le puissant miracle de Dieu, devait se mettre √† travailler sur l'arche. Il devait construire l'arche, accroch√© √† une Parole ; il a roul√© des planches, extrait le bitume √† force de battre, d√©vers√© cela dans le bois. Il devait appr√™ter l'arche alors que cela paraissait de la folie √† tous les autres. Mais que faisait-il ? Il l'appr√™tait de toute fa√ßon. Il a d√Ľ passer 120 ans dessus, √† construire l'arche. Il n'y avait toujours pas de signe de quoi que ce soit, mais il s'est accroch√© √† la Parole. Il agissait sur base de sa commission. Amen ! " Allez par tout le monde et pr√™chez la Bonne Nouvelle √† toute la cr√©ation. " Agissez sur base de votre commission, voyez ce que Dieu fait. Agissez sur base de votre commission. " Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru " Voyez ? Agissez sur base de votre commission.
E-69 Vous direz : " Je-j'ai re√ßu la Parole de Dieu. " On a pri√© pour vous, et le Saint-Esprit vous a promis la gu√©rison. Alors, peu m'importe combien de temps √ßa prend avant que √ßa s'accomplisse, agissez toujours sur base de votre commission. Faites comme si vous √©tiez gu√©ri, rendez gloire √† Dieu, continuez simplement d'avancer. C'est vrai. Vous direz : " Eh bien, Fr√®re Branham, je n'ai pas encore re√ßu le Saint-Esprit, jamais. " Acceptez la promesse et continuez d'agir... Eh bien, ne vous contentez pas de dire que vous avez re√ßu cela parce que vous l'avez dit. √áa ne marchera pas. Que serait-il arriv√© si les disciples, apr√®s avoir dit : " J√©sus nous a donc dit de monter attendre ici. Il va nous envoyer la promesse. " Et environ neuf jours, peut-√™tre Matthieu ou l'un d'eux s'est peut-√™tre avanc√©... Ou, disons, peut-√™tre que c'√©tait Philippe, ou l'un d'eux, il s'est avanc√© et a dit : " Pierre, ne penses-tu pas que nous L'avons d√©j√† re√ßu ? Ne penses-tu pas que nous L'avons d√©j√† ? En effet, regarde, Il nous a commissionn√©s de monter attendre ici. Voyez ? Et nous-nous sommes ici √ßa fait neuf jours. Et vous savez, l'autre jour, j'ai plut√īt eu l'impression que peut-√™tre Il nous a d√©j√† donn√© Cela. Je pense que nous ferions mieux d'accepter Cela par la foi et de continuer. " Amen.
E-70 Absolument pas. Ils sont rest√©s l√† et ont attendu jusqu'√† ce qu'il y e√Ľt une √©vidence. Amen ! Ils sont all√©s l√† et y sont rest√©s jusqu'√† ce qu'ils ont vu quelque chose dont ils pouvaient s'emparer et dire : " C'est √ßa. " Pourquoi ? Ils en avaient une √©vidence scripturaire. Comment ont-ils su qu'ils recevraient cela ? Esa√Įe avait dit, l√†, Esa√Įe 28.19 : " Pr√©cepte sur pr√©cepte, r√®gle sur r√®gle, un peu ici et un peu l√† : retenez fermement ce qui est bien. Car c'est par des hommes aux l√®vres balbutiantes et au langage barbare que Je parlerai √† ce peuple. Et voici le repos, le sabbat que J'ai dit qu'ils devront voir. " Jo√ęl, Jo√ęl 2.28 dit : " Dans les derniers jours, dit Dieu, Je r√©pandrai Mon Esprit sur toute chair ; vos fils et vos filles proph√©tiseront. Je r√©pandrai Mon Esprit sur Mes servantes et Mes serviteurs. " Ils attendaient qu'il se passe quelque chose qu'ils pouvaient regarder et voir. Si J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, voyons ce qu'Il a promis de faire. Accrochons-nous-y jusqu'√† ce que cela s'accomplisse. Oui.
E-71 No√© a continu√© √† construire l'arche, il s'y est accroch√©, pr√™chant tout le temps, debout dans l√ęmbrasure de la porte de l'arche, leur pr√™chant, construisant et leur pr√™chant. C'est le vrai proph√®te de Dieu aujourd'hui, il se tient juste dans l'arche, J√©sus-Christ. " Si vous demeurez en Moi, et que Mes Paroles demeurent en vous ", tout en continuant de construire, de marteler cela partout o√Ļ ils sont, bouchant chaque trou. Ne laissez pas le diable faire un trou quelque part. Non, non, non. Tenez-vous bien dans l'embrasure de la porte et pr√™chez. Tenez-vous bien dans l'embrasure de la porte de l'arche et pr√™chez. L'arche, la porte ; Christ est la Porte de l'arche. C'est tout √† fait vrai. " Je suis la Porte de la bergerie. " Ainsi donc, tenez-vous bien l√† et pr√™chez.
E-72 No√©, avant de voir les puissants miracles de Dieu, pour savoir qu'Il √©tait Dieu, il avait d'abord vu la promesse, il avait re√ßu la promesse, il s'y √©tait accroch√© : il avait agi sur base de la promesse jusqu'√† ce qu'il e√Ľt vu le puissant miracle de Dieu. Amen ! Oui ! Alors, il a vu le puissant miracle de Dieu.
E-73 Mo√Įse, en route vers l'Egypte, b√Ęton en main, comme je l'ai dit l'autre soir, une invasion par un seul homme, il descendait faire la conqu√™te avec un vieux b√Ęton sec en main. Voyez ? Il-il y est aussi parvenu. Assur√©ment. Assur√©ment. Pourquoi ? Il √©tait en action. " Comment le sais-tu ? " " Eh bien, une fois arriv√© l√†, Pharaon va te pendre. √áa fait quarante ans qu'il te cherche. Et √† n'importe quel moment qu'il t'attrapera, √ßa sera certainement fini pour toi. Tu avais tu√© un Egyptien. Tu sais ce que √ßa co√Ľte de gifler seulement un Egyptien, c'est passible de mort. Et voici, tu, tu en as tu√© un, et tu l'as cach√©, et tu t'es enfui. D√®s que tu seras revenu l√†, si tu y retournes, c'est la mort. " Mais que faisait-il ? Agir. Amen ! Je ne sais combien de jours √ßa lui a pris pour se d√©placer de Madian jusque l√†-bas ! Mais il y est all√©. Oh ! Il est all√© avec ce b√Ęton en main, parce qu'il agissait sur base de ce que Dieu lui avait promis qu'Il ferait.
E-74 Eh bien, si Dieu vous donne l'√©vidence du Saint-Esprit, comme Il √©tait apparu √† Mo√Įse dans le feu l√† derri√®re et qu'Il lui a fait savoir qu'Il √©tait Dieu, alors vous devriez... Si vous avez vu Dieu gu√©rir les autres, comme Mo√Įse avait jet√© son b√Ęton par terre une fois et savait que Dieu ferait cela une fois de plus, √ßa s'est transform√© en serpent... Il savait qu'Il √©tait Dieu, et ce qu'Il avait fait une fois, Il pouvait encore le faire. Juste comme le proph√®te l'a dit √† G√©d√©on : " Le Dieu de vos p√®res qui vous avait fait sortir d'Egypte, qui avait accompli tous ces miracles et autres, le fera encore. " C'est vrai. Eh bien, ce Dieu qui avait gu√©ri les malades est le Dieu qui vous gu√©rit. Le Dieu qui avait donn√© le Saint-Esprit jadis est le Dieu qui vous Le donne. Le Dieu qui avait gu√©ri Hattie Waldrop l√† d'un cancer alors qu'elle √©tait couch√©e l√†, morte dans la ligne, vous gu√©rira. Assur√©ment. Il est Dieu ; c'est tout. Si vous vous attendez √† voir Ses puissants miracles et Sa puissance, alors acceptez d'abord Sa Parole et agissez sur base de Cela. Assur√©ment.
E-75 Mo√Įse a d'abord agi, ensuite il a vu les puissants miracles de Dieu. Quand Dieu lui a dit d'avancer vers la mer, il a d√Ľ s'avancer vers la mer pour voir les puissants miracles. Tout ce qu'il faisait, il devait ob√©ir √† Dieu pour voir les puissants miracles de Dieu. C'est ce qu'il nous faut faire. Elie. Quand il est all√© l√† au sommet de la montagne et qu'il les a fait venir l√†, il a dit : " Voyons qui est Dieu. Que le Dieu qui r√©pondra par le feu soit Dieu. " En effet, il savait que Dieu est un Feu d√©vorant. " Que le Dieu qui a le feu r√©ponde. " Les autres ont dit : " C'est une bonne id√©e. Nous y monterons. " Eh bien, il n'avait pas craint que ces pa√Įens aient quoi que ce soit. Quand ils se sont mis √† invoquer Baal et √† se taillader, √† agir, √† bondir sur l'autel, lui faisait simplement des va-et-vient, disant : " Criez √† haute voix, peut-√™tre qu'il est occup√© √† faire quelque chose. Peut-√™tre qu'il dort, qu'il est parti √† la p√™che ou quelque chose comme cela, " vous savez. Il a dit : " Criez un peu plus fort. " Il savait o√Ļ il se tenait. Oui, oui. Un homme qui est d√©j√† entr√© en contact avec Dieu et qui a re√ßu une commission de la part de Dieu, il ne peut donc pas en √™tre d√©pouill√© par tous les d√©mons de l'enfer. Il sait o√Ļ il se tient. Certainement. Il faisait des va-et-vient...
E-76 Alors, apr√®s cela, il a d√©pos√© son sacrifice au temps de l'offrande du soir. Il a roul√© les douze pierres pour montrer la communion, toutes les tribus d'Isra√ęl, il s'est avanc√© l√† et a dit : " Maintenant, Eternel, Dieu d'Abraham, d'Isaac et d'Isra√ęl (Il l'a appel√© par son nom de prince, voyez.), d'Isra√ęl, que l'on sache aujourd'hui que Tu es Dieu, que je suis Ton proph√®te, et que j'ai fait tout cela sur Ta Parole. " Vous y √™tes. Qu'√©tait-ce ? Agir sur base de Sa Parole. Qu'arriva-t-il ? Le feu descendit. Oui, oui. Cela consuma le sacrifice. Il a vu, tout le peuple aussi a vu, le miracle de Dieu, apr√®s qu'il eut agi sur base de la Parole de Dieu.
E-77 Josu√©. Il avait contourn√© le mur exactement comme le Capitaine en chef le lui avait ordonn√©. Un apr√®s-midi, il √©tait sorti faire une promenade. Il se demandait comment il s'emparerait des murailles. Il savait qu'il √©tait-qu'il √©tait le... L'ennemi √©tait vaincu parce qu'il se trouvait √† l'int√©rieur de la muraille. Mais comment allait-il s'y introduire ? Alors, il a effectu√© une petite promenade un apr√®s-midi pour m√©diter. (C'est une bonne chose, s'√©loigner de tout le monde et se retrouver seul un moment.) Il a vu un homme debout avec son √©p√©e d√©gain√©e. Josu√© s'est dit que c'√©tait peut-√™tre l'un des √©trangers ; alors, il a d√©gain√© son √©p√©e, a couru vers lui et a demand√© : " Etes-vous des n√ītres, ou de notre ennemi ? " Il a r√©pondu : " Je suis le Capitaine en chef de l'arm√©e de l'Eternel. " Et Il lui a dit quoi faire.
E-78 Eh bien, c'√©tait plut√īt difficile de penser qu'on pouvait faire √©crouler une muraille en faisant retentir une trompette. Mais il a agi. Voyez, Dieu rend cela si simple et si insens√© que √ßa passe directement par-dessus la t√™te des √©rudits. Il faut ces illettr√©s qui ne comprennent pas, qui ne savent pas grand-chose, pour comprendre cela ; c'est tout. D√®s que vous vous mettez √† chercher √† comprendre cela, vous ne pouvez pas le comprendre. Il vous faut accepter la Parole de Dieu comme telle, tel qu'Il a ordonn√© de le faire, non pas comme nous, nous pensons le faire, mais comme Il a ordonn√© de le faire. C'est √ßa, ex√©cuter cela exactement tel qu'Il l'a ordonn√©. Et Josu√© a suivi les commandements. Et qu'arriva-t-il ? Il prit Dieu au Mot et agit sur base de cela, et il vit les murailles s'√©crouler et l'ennemi mourir.
E-79 Les enfants Hébreux. Ils avaient agi sur base de la Parole de Dieu. Dieu leur avait dit qu'ils ne devraient pas se prosterner devant une quelconque statue, et ils ne devaient pas le faire. Alors, le roi a dit : " Soit vous allez vous prosterner, soit je vais vous jeter dans la fournaise ardente. " Ils ont dit : " Eh bien, une minute, notre Dieu peut nous délivrer. Nous savons ce qu'Il fera. Mais nous n'allons pas nous prosterner devant votre statue, en aucun cas. " Donc, ils ont agi sur base de la Parole de Dieu, alors Dieu a accompli un puissant miracle et a envoyé le quatrième Homme parmi eux, comme ça, et les a préservés du feu. Que faisaient-ils ? Ils agissaient sur base de la Parole de Dieu et ils ont vu le puissant miracle de Dieu. Nous pouvons mentionner un autre : Daniel. Daniel avait agi sur base de la Parole de Dieu. Il se prosternait en direction du temple, peu importe ce que quiconque disait. Ils... il n'avait pas honte de sa religion, il priait trois fois par jour, agissant sur base de la Parole de Dieu. Et il a vu cela.
E-80 Maintenant, G√©d√©on. (Je vais me d√©p√™cher.) G√©d√©on, l√†, il n'√©tait pas s√Ľr. Il n'√©tait pas tr√®s s√Ľr. L√† se tenait juste un vieil homme, adoss√© √† un arbre, Il lui a dit quoi faire. Il a dit : " Eh bien, je ne sais pas. Comment vais-je m'y prendre ? " Il a dit : " Attends ici juste un instant. " Et il est all√© chercher une offrande. Il a pris l'offrande et l'a d√©pos√©e sur l'autel. Ce vieil Homme s'est peut-√™tre avanc√© lentement l√† avec son b√Ęton, comme ceci, et a touch√© cet autel. Le sacrifice a √©t√© accept√©. Alors, G√©d√©on √©tait pr√™t √† agir. Pourquoi ? Il avait vu la Parole vivante de Dieu en action. Amen. Il avait vu la Parole vivante de Dieu. Il a reconnu que Dieu vivait dans ce-dans ce monument, un Homme l√†, que c'√©tait Dieu. Il L'a appel√© ETERNEL. Evidemment, Il avait disparu. Il a dit l'Ange du Seigneur, ce qui est juste une manifestation, comme J√©sus l'√©tait en tant que Fils de Dieu, pourtant Il √©tait Dieu. Dieu √©tait en Lui. Mais ceci est une manifestation, un Ange de Dieu comme Celui qui avait rencontr√© Abraham. Et cependant, Abraham a appel√© cet Homme S-E-I-G- ... en majuscule, S-E-I-G-N-E-U-R, Elohim. Tout celui qui lit la Bible en grec ou en h√©breux sait cela, il sait qu'Elohim, c'est le Tout-Puissant. Voyez, Il √©tait l√† dans ce... manifest√© dans ce petit-ce petit corps d'argile assis l√†. Un vieil Homme appuy√© contre un arbre, comme s'Il √©tait fatigu√©. Mais Il a pris ce b√Ęton, Il a touch√© ce sacrifice, et cela est mont√© dans une flamme. Voyez ? Alors, G√©d√©on a reconnu que c'√©tait la Parole vivante de Dieu. G√©d√©on √©tait pr√™t √† agir. Amen !
E-81 Alors, apr√®s qu'il √©tait pr√™t √† agir, on lui a donn√© beaucoup de milliers de gens. Il a dit : " Il y a trop de couards ici. " Il a continu√©, continu√© √† les r√©duire, parce qu'il y en avait qui √©taient... que Dieu avait appel√©s. C'est vrai. Parfois, quand on voit des choses tourner mal, se rel√Ęcher, peut-√™tre que Dieu est simplement en train d'appr√™ter une arm√©e (c'est tout.), ou appr√™ter quelques combattants. On ne peut jamais le dire. Dieu... Il √©tait pr√™t √† agir... Quand il a vu la Parole vivante de Dieu, il √©tait pr√™t √† agir sur base de cela. Quand nous voyons Dieu vivre dans Sa Parole, soyons alors pr√™ts √† agir sur base de cela. Si nous voyons une femme tellement vile que les chiens peuvent √† peine la regarder, et que nous voyons le Saint-Esprit la prendre, la remettre en place et faire d'elle une dame, mon vieux, nous devrions √™tre pr√™ts √† agir sur base de la Parole vivante. [Fr√®re Branham frappe sur la chaire. - N.D.E.]
E-82 Un soir, dans une pi√®ce... (J'esp√®re que je ne prends pas trop de votre temps.) Je-je suis entr√© dans une pi√®ce, c'√©tait lors d'une grande campagne, on avait une pi√®ce, le double de celle-ci, pleine de gens en camisoles de force, des fous et tout. Je suis entr√© dans la pi√®ce. Une des plus jolies femmes que j'aie jamais vues √©tait assise l√†, une jeune dame. J'ai dit : " Bonsoir. " Et elle a dit : " Bonsoir, Fr√®re Branham. " Et j'ai dit : " Eh bien, je ne sais par o√Ļ commencer. " Elle a dit : " Peut-√™tre par moi. " J'ai dit : " Par vous ? " Eh bien, c'√©tait une belle femme propre, aux gros yeux bruns, une belle et longue chevelure qui lui pendait au dos, et-et c'√©tait une belle femme √† voir. Et j'ai dit : " Vous n'√™tes pas une patiente ? " Elle a dit : " Si. " Et j'ai dit : " Dans ce lieu des ali√©n√©s ? " Elle a dit : " Oui, oui. " J'ai dit : " Qu'est-il arriv√© ? " Et elle a dit : " Eh bien, j'aimerais que vous √©coutiez mon histoire. " J'ai dit : " Allez-y, sŇďur, j'aimerais l'√©couter. "
E-83 Elle a dit : " Eh bien, Fr√®re Branham, a-t-elle dit, quand j'√©tais une jeune fille, a-t-elle dit, j'ai grandi chez des parents chr√©tiens qui croyaient r√©ellement en Dieu. " Elle a dit : " Je fr√©quentais l'√©glise. Mais, a-t-elle ajout√©, tout d'un coup, je me suis retrouv√©e en compagnie d'un jeune gar√ßon qui fumait. " Et elle a dit : " J'ai d√©couvert qu'il buvait. Et un soir, il voulait me faire boire, mais moi, je ne voulais pas le faire. " Elle a dit : " Je ne voulais absolument pas le faire. Et il m'a persuad√© de prendre quelques bonbons, ou plut√īt, non, √† boire un coca-cola, c'√©tait un soir, et il y avait mis un certain produit. " Et elle a dit : " Je n'√©tais plus une fille morale. " Et elle a dit : " Alors, je me suis dit : 'A quoi bon ? " Elle a dit : " J'ai tout simplement g√Ęch√© ma vie. Je suis devenue une vulgaire prostitu√©e des rues. " Et elle a dit : " Alors, je-je-j'ai fait tout ce qu'il y a de mal. Je me suis mise √† boire ; je suis devenue une alcoolique. "
E-84 Et elle a dit : " Alors, quelqu'un m'a parlé de changer de religion ; je suis allée au Home du Bon Berger de l'Eglise catholique, j'ai changé de religion. On m'avait envoyée là pour deux ou trois ans. " Elle a dit : " Ça allait mieux pour moi. J'en suis sortie. " Elle a dit : " Une fois sortie, j'avais directement repris cela. " Et elle a ajouté : " J'ai continué comme cela pendant environ un an. La police m'a attrapée et m'a envoyée dans le service pénitencier pour femme, j'y ai écopé deux ans de servitude pénale et, ensuite, a-t-elle donc dit, pour délinquance. " Et elle a ajouté : " Puis, je... puis après, j'en suis sortie, je suis revenue. " Et elle a dit : " Je vous assure, Frère Branham, a-t-elle dit, il y a de cela environ deux ou trois mois. " Elle a dit : " Je me suis remise à faire la même chose que j'avais toujours faite. " Et j'ai dit : " Eh bien, c'est une honte. " J'ai dit : " Une jolie femme comme vous ? Ne pensez-vous pas avoir un jouor un mari et des enfants, comme le voudrait n'importe quelle femme qui ait quelque chose de dame en elle ? "
E-85 Elle a dit : " Oh ! si, Fr√®re Branham. " Elle a dit : " Qui voudra de moi ? " Voyez ? Elle a dit : " Que puis-je offrir √† un homme ? " Elle a dit : " Je n'ai qu'une vie cruelle, je me suis enivr√©e, j'ai fait des histoires et tout. " Elle a dit : " Que puis-je faire ? " Et j'ai dit : " Eh bien, Dieu peut arranger cela. " Elle a dit : " Monsieur Branham, j'ai pri√© et j'ai tourn√© de nouvelles pages et tout le reste. " Elle a dit : " Je-je-je ne sais simplement pas ce qui ne va pas avec moi. " J'ai continu√© √† saisir son esprit pour voir ce qui n'allait pas... voyez-vous ? Et j'ai simplement continu√© √† observer pendant quelques minutes, et elle a dit... J'ai dit : " Eh bien, maintenant, je vais vous le dire, peut-√™tre, peut-√™tre que vous et moi, nous allons prier. " Elle a dit : " C'est bien, Fr√®re Branham. " Elle s'est agenouill√©e et nous avons pri√©. Et j'ai dit : " Priez donc. " Alors, elle a pri√©, disant : " √Ē Dieu... " Et elle a pri√© et pri√©. Peu apr√®s, elle s'est relev√©e et elle m'a regard√© ; elle a dit : " Eh bien, Fr√®re Branham... "
E-86 Et j'ai mis ma main sur son √©paule et j'ai dit : " Que Dieu vous b√©nisse, soeur. " Alors, elle s'est relev√©e et a dit : " Je crois que tout est termin√© maintenant. " Elle a dit : " Je vais sortir d'ici et essayer de mener une vie diff√©rente. " J'ai dit : " SŇďur, vous sortirez pour mener la m√™me vie que vous meniez. " Voyez ? J'ai dit : " Vous ne faites que tourner une page. " J'ai dit : " Ce n'est pas encore en ordre. " Alors, j'ai dit : " Prions encore. " Alors, nous nous sommes agenouill√©s, et nous avons continu√© √† prier. Peu apr√®s, quelque chose l'a saisie. Oh ! la la ! Cela a chang√© (Oui, oui.), allant de quelque chose comme de la mausique jou√©e par un enfant √† une vraie musique. Oui, oui. Et cela a eu un rythme, vous savez. Peu apr√®s, elle s'est r√©ellement mise √† prier. Peu apr√®s, elle s'est mise √† crier, et les larmes lui coulaient sur ces joues maquill√©es, comme √ßa. Directement, quand elle a lev√© ces gros yeux bruns, elle m'a regard√©, elle a dit : " Fr√®re Branham, quelque chose est arriv√©. " J'ai dit : " Oui, oui. " Oui, oui.
E-87 Elle est mariée, elle a trois ou quatre enfants aujourd'hui. Qu'était-ce ? Elle avait accepté Dieu et s'était accrochée à cela jusqu'à ce que quelque chose s'était réellement passé. C'est ça. Quelque chose était arrivé. La Parole vivante était devenue une réalité vivante pour elle. Et quand Dieu plante Sa promesse en vous et qu'Elle devient une réalité vivante, alors quelque chose change. Vous ne vous mettez pas simplement à dire : " Oui, je crois cela. " Eh bien, c'est tout à fait en ordre. Le diable croit cela comme ça. Mais cela vous est confirmé, et la-la Parole devient vivante en vous. Alors vous commencez à voir ce que c'est. Oui.
E-88 Jean-Baptiste. Il était... C'est étrange, le père de Jean était un sacrificateur. Nous savons cela, qu'il était un sacrificateur. Au lieu d'aller donc là, quand vous... Je pense que c'était un peu difficile pour lui et pour sa mère de-de se rendre compte que ce jeune Jean, ayant reçu la promesse qu'il avait reçue, qu'il allait de devenir un puissant homme de Dieu... Mais ses parents savaient qu'ils ne vivraient jamais jusqu'à voir cela, parce qu'ils devenaient trop vieux. Quand Jean avait environ neuf ans, raconte-t-on, son père et sa mère moururent. Au lieu que Jean retourne aux études des sacrificateurs, il savait... Jean savait que c'était lui qui devait annoncer le Messie. Alors, au lieu d'aller là étudier à l'école, décrocher une licence en lettres, un doctorat en philosophie, un doctorat en droit, et un doctorat en Q.U.S.D, et tout le reste, vous savez, qui va avec ça... Ainsi donc, au lieu d'aller chercher tout cela, il est allé au désert, parce que le Message devait provenir de Dieu. Et Dieu...
E-89 Or, il savait qu'il y aurait toutes sortes de signes, toutes sortes de ces histoires, car √ßa a toujours √©t√© comme √ßa, des charlatans et tout le reste. En effet, c'est vraiment ce qui se passe pour cacher la chose r√©elle. Il y a beaucoup de gens qui agissent comme s'ils ont re√ßu le Saint-Esprit, ils sortent et m√®nent n'importe quel genre de vie. C'est tout simplement un vieil √©pouvantail pour chercher de vous effrayer et vous √©loigner de la chose r√©elle. O√Ļ trouve-t-on tous les √©pouvantails ? Ce n'est pas un arbre aux pommes aigres ; c'est un arbre aux bonnes pommes (c'est vrai.), c'est l√† qu'il y a des √©pouvantails. Et le diable place toutes sortes d'√©pouvantails autour de la chose r√©elle. Il n'a pas √† se faire des soucis au sujet de l'autre ; on ne va pas apr√®s tout d√©ranger cela. Ainsi donc, ils... lorsque vous trouvez cette chose r√©elle, c'est l√† que les √©pouvantails s'√©l√®vent. C'est l√† que le faux dollar est si proche, vous savez, qu'il s√©duirait m√™me les √©lus si c'√©tait possible, a dit J√©sus. Voyez-vous ? C'est l√† qu'il vous faut faire attention, l√† sur cette ligne-l√†. Voyez-vous ?
E-90 Nous voyons donc que Jean ne voulait pas du tout √™tre dans la confusion. Il a donc attendu l√† jusqu'√† ce qu'il a entendu Dieu parler. Et Dieu lui a dit quel genre de signe le Messie aurait. Alors, Jean a agi sur base de la Parole de Dieu. Ils sont venus et ont demand√© : "Jean, est-est-ce toi le Messie ? " " Non. " Ils ont demand√© : "Es-tu ce proph√®te-l√† ? " " Non. " " Es-tu J√©r√©mie, Esa√Įe, Elie, l'un d'eux ? " " Non. " Il a dit : "Je ne suis pas Lui. Mais Il est quelque part au milieu de vous, maintenant. IAu milieu de vous, il y a Quelqu'Un maintenant. " Comment √©tait-il si s√Ľr ? C'est parce qu'il savait que c'√©tait le temps de l'accomplissement de la Parole de Dieu. Amen !
E-91 Que devrons-nous faire aujourd'hui, frère... Il est temps pour la Parole de Dieu de s'accomplir. Il est temps que les miracles accompagnent le croyant. Il est temps que les Lumières du soir se mettent à briller. Il est temps que Jésus-Christ se manifeste Lui-même, le même hier, aujourd'hui et éternellement. Ceci n'est pas un enseignement, ceci est une déclaration. Ne l'oubliez pas. Laissez-moi répéter cela une fois de plus : Ce n'est pas un enseignement ; c'est une déclaration, pour donner un parabole. Dieu a écrit trois Bibles. L'une d'Elles était dans les cieux. L'homme pouvait lever les yeux pour se rendre compte que son Créateur est venu de là, le zodiaque. Quelle est la première chose dans le zodiaque ? Cela commence par la vierge. Quel est le dernier symbole dans le zodiaque ? Leo, le lion.
E-92 La premi√®re Venue de Christ, c'√©tait par la vierge. La prochaine Venue, c'est par le Lion de la tribu de Juda. Les poissons crois√©s, l'√Ęge de cancer, et tout, comme vous venez de le lire, pendant que Job m√©ditait sur cela... Et vous qui aviez lu le Livre de Job, vous le comprendrez. Eh bien, le diable, √©videmment, prend et fait des choses avec √ßa. Puis, nous en arrivons √† la suivante qu'on appelle l'enseignement sur la pyramide. Ne suivez jamais cela. Vous avez la Bible √† suivre. Voyez ? Eh bien, la suivante, c'√©tait la pyramide, mais si vous saisissez le v√©ritable sens qui est derri√®re cela... Eh bien, observez la pyramide pendant l'√Ęge de l'√©glise. Saviez-vous... Regardez... Avez-vous un billet d'un dollar ? Regardez au verso de cela. Il y a une pyramide. De l'autre c√īt√©, il y a le sceau des Etats-Unis. Pourquoi les Etats-Unis devraient-ils reconna√ģtre que la pyramide est le Grand Sceau ? Regardez juste au-dessus cette pierre de fa√ģte qui coiffe la pyramide, et vous verrez cela la tient l√† avec une lumi√®re qui brille tout autour. Voyez-vous ? Pourquoi cela se trouve-t-il au-dessus ? C'est le Grand Sceau.
E-93 Pourquoi cela n'a-t-il pas... On n'a jamais plac√© la pierre de fa√ģte. J'ai √©t√© l√† o√Ļ se trouve la pyramide. Pourquoi n'a-t-on pas mis la pierre de fa√ģte ? C'est parce qu'elle a √©t√© rejet√©e. L√†, c'√©tait la pierre angulaire √† laquelle toutes les autres pierres s'embo√ģtaient. Cela repr√©sentait l'√Ęge de l'√©glise. Regardez ici en bas, dans l'√Ęge luth√©rien ; l√† en bas, c'est la majorit√©. L√†, en bas, rien que confesser que Christ √©tait mon... suffisait pour un chr√©tien, la justification. Puis vint Wesley, la sanctification, √ßa se r√©tr√©cit un peu plus : la sanctification. Puis vint la Pentec√īte, le bapt√™me du Saint-Esprit. Qu'est-ce ? √áa prend une forme. La justification, la sanctification, le bapt√™me du Saint-Esprit.
E-94 Eh bien, que fait-Il ? Cela doit √™tre si parfaitement aiguis√© que l'Eglise sera amen√©e dans un √©tat tel que, quand la Pierre viendra, Elle s'ajoutera au sommet de cela... Voyez-vous ce que je veux dire ? Cela repr√©sente l'√©glise. Et, dans tout cela, c'est l'√©glise. Eh bien, c'est-c'est juste... c'est donner une-une parabole, ce dont je parle. Ne cherchez pas √† y entrer. Puis, la Bible suivante, la v√©ritable Bible, c'est Celle-ci. Ceci est notre Parole. Juste ces signes et des choses qu'ils avaient autrefois... Mais remarquez combien cette pierre est parfaite. Elle a √©t√© rejet√©e. On ne l'a jamais plac√©e. Pourquoi ? Et si vous allez l√†, ces pierres, l√† dans cette pyramide, p√®sent des milliers de tonnes. Elles sont ajust√©es, tellement pr√®s les unes des autres qu'on ne peut pas faire passer une lame de rasoir -- et il n'y a pas de mortier l√†-dedans -- elles sont si parfaitement aff√Ľt√©es. Alors, s'il a d√Ľ en √™tre ainsi pour faire que chaque √Ęge s'ajuste √† l'autre, alors, que va-t-il donc se passer √† la venue...
E-95 Ne voyez-vous pas l'√©glise prendre forme ? Luther, la justification ; Wesley, la sanctification ; ensuite vint le Saint-Esprit. Et aujourd'hui, l'√©glise est en train d'√™tre aff√Ľt√©e et pr√©par√©e, donc sans tache ni ride, alors Ceui qui n'avait ni tache ni ride peut descendre et-et se connecter √† cela pour la r√©surrection, pour que l'Eglise du Dieu vivant prenne l'envol vers la Gloire. Oui. Voyez-vous ? Oui. C'est en ce jour-l√† que nous sommes aujourd'hui..
E-96 Eh bien, Jean attendait la venue de cela. Il a dit : " Je Le reconna√ģtrai. Il est l√†, je ne sais pas o√Ļ Il se trouve. Il se tient l√†. " Peut-√™tre qu'un √©v√™que s'est approch√© et a dit : " Vous savez, une sensation particuli√®re m'a envahi pendant un instant. Vous savez, peut-√™tre que c'est moi le Messie. " Il a dit : "Allez-vous-en. " Jean a dit : " Ce n'est pas lui. " Tr√®s bien. En voici venir un autre, disant : " Savez-vous quoi ? J'ai le plus grand dipl√īme. C'est moi Ca√Įphe, le souverain sacrificateur. S'il doit y avoir quelqu'un avec l'onction du Messie, un homme, √ßa devrait √™tre moi. " " Non, non, non ; non, ce n'est pas Lui. " Mais Jean a dit : " Celui qui m'a parl√© au d√©sert de venir baptiser d'eau a dit que Celui sur qui je verrai l'Esprit descendre et rester, c'est Celui qui baptisera du Saint-Esprit et du feu. "
E-97 Et, rappelez-vous, Jean a vu cela, et personne d'autre n'avait vu cela. C'√©tait un signe qui avait √©t√© donn√© √† Jean, pour qu'il le voie. Et il l'a vu, et Jean √©tait s√Ľr. Et c'est pourquoi il a pu annoncer : " Celui-ci est le Messie... " " Comment pouvez-vous en √™tre s√Ľr ? " " Je suis en train de suivre la Parole de Dieu. " Comment puis-je √™tre s√Ľr que cet homme est un croyant ? Je suis en train de suivre la Parole de Dieu. Dieu a dit : " Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. " Ce n'est pas parce qu'il a d√©croch√© une licence en lettres, parce qu'il a eu un doctorat en philosophie, ou un doctorat en droit, ni parce qu'il est un √©v√™que, un pr√™tre, un cardinal, ou un pape. Voyez-vous ? Cela n'a rien √† faire avec la chose. Ce sont des traditions faites par des hommes. All√©luia !
E-98 La Bible dit : " Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en Mon Nom, ils chasseront les d√©mons (on ne peut m√™me pas renier cela. Voyez ?), ils parleront de nouvelles langues ; ils saisiront des serpent ; s'ils boivent quelque breuvage mortel... ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront gu√©ris. " J√©sus a dit : " Celui qui croit en Moi fera aussi les Ňďuvres que Je fais. " Quel genre d'Ňďuvres faisait-Il ? Vous y √™tes. Avait-Il fond√© une √©cole ? Avait-Il envoy√© Ses disciples √©tudier ? Avait-Il donn√© une instruction √† Pierre ? Ce dernier ne savait m√™me pas √©crire son propre nom. La Bible dit que Jean et lui √©taient non seulement des gens du peuple, mais aussi sans instruction, des gens du peuple sans instruction ; mais ils avaient quelque chose √† offrir √† un homme. Ils n'√©taient int√©ress√©s ni √† l'or ni l'argent, ils n'avaient pas d'instruction. " Mais ce que j'ai, je te le donne. Au Nom de J√©sus-Christ, l√®ve-toi et marche. " All√©luia ! C'√©tait l√† leurs r√©f√©rences. C'est ce dont ils avaient besoin. Ils suivaient la Parole de Dieu. Puis, ils ont vu le miracle de Dieu, apr√®s qu'ils avaient suivi la Parole de Dieu. Un jour, Paul pr√™chait, il a vu un homme qui avait la foi. Il a dit : " Je vois que tu as la foi pour √™tre gu√©ri. L√®ve-toi. " C'√©tait √ßa. Oui, oui. C'√©tait... Qu'√©tait-il ? Aimeriez-vous voir un miracle de Dieu ? Suivez la Parole de Dieu.
E-99 Vite, Marthe. Oh ! la la ! La pauvre petite cr√©ature √©tait chagrin√©e. Elle avait abandonn√© sa grande √©glise, Marie et elle. Elles h√©bergeaient J√©sus et Lui avaient construit une petite pi√®ce √† B√©thanie. Apr√®s qu'Il... Il n'avait pas d'endroit o√Ļ rester. On Lui avait offert un foyer l√† chez eux, aupr√®s d'elle, Marthe, Marie et Lazare. Et ils pensaient qu'Il √©tait certainement le Messie et tout √ßa. Alors, le fr√®re tomba malade. Voyez-vous comment Dieu laisse les choses arriver ? Il vous taille simplement en pi√®ces pour vous mettre √† l'√©preuve. Chaque enfant qui vient √† Dieu doit √™tre mis √† l'√©preuve et test√©. " Ne trouvez pas √©trange, bien-aim√©, des √©preuves ardentes qui arrivent. " Tout cela est fait pour mettre votre foi √† l'√©preuve. Voyez ?
E-100 Et alors, Jésus est parti. Et Il a dit qu'Il s'en allait. Et après, on L'a envoyé chercher, on Lui a dit que Lazare était tombé malade. Puis on a envoyé, on a dit : "Celui que Tu aimes est malade. " Jésus n'a même point fait cas de cela, pas plus que rien ; Il a poursuivi son chemin, Il est allé dans une autre ville. Et on a envoyé beaucoup plus de messagers et ils ont dit : " Lazare est malade. Il est sur le point de mourir, reviens. " Jésus a simplement ignoré cela, comme si de rien n'était, Il a poursuivi son chemin. Voyez ? Il avait déjà vu ce que le Père allait faire. En effet, Il a dit dans Saint Jean 5.19 : " En vérité, en vérité, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-même, Il ne fait que ce qu'Il voit faire au Père. Et ce que le Père montre au Fils, c'est ce qu'Il... J'agis... Il agit, et Il agit jusqu'à présent. " Voyez ? " Je ne fais que ce qu'Il me montre à faire. " Eh bien, il ne mentait pas. Il ne peut pas mentir. Il n'a jamais accompli un seul miracle avant que Dieu ne Lui ait premièrement montré en vision quoi faire (Saint Jean 5:19). Si ce n'est pas le cas, cette Parole n'est pas vraie. Alors, si Elle n'est pas vraie, quel genre de Bible sommes-nous en train de lire ? Voyez ? Tout est inspiré, c'est vrai. Voyez ? Mais il l'a fait, et tous les prophètes, juste comme Dieu lui montrait quoi faire.
E-101 Il est passé par là et a guéri cet homme qui était couché là et qui avait une affection de prostate, ou la tuberculose, l'une ou l'autre chose, et il en souffrait depuis trente-huit ans. C'était chronique, ça n'allait pas le tuer. Il a laissé des milliers couchés là, des estropiés, des aveugles, des boiteux, des gens aux membres atrophiés, Il s'est éloigné d'eux, parce que c'est ce que... Il a dit qu'Il savait que cet homme se trouvait dans cette condition depuis tout ce temps. Voyez ? Alors, Il leur a dit : " Je ne peux faire que ce que le Père me montre de faire. " Eh bien, c'est ce que nous voyons. Naturellement, c'était un grand défaut, pensait-on, contre Son Chef. Mais Il n'agissait que pour plaire à Dieu. Et tout homme qui sert Dieu agira pour plaire à Dieu. Il fera ce que Dieu lui ordonne de faire ; absolument.
E-102 Marthe, elle √©tait consciente qu'Il √©tait... Peu apr√®s... Eh bien, Marthe, on disait qu'elle n'√©tait pas... qu'elle √©tait lente et tout pour garder la maison propre. Mais quand la confrontation a eu lieu, elle a montr√© ses couleurs. Oui, oui. Marie √©tait assise en train de pleurer, parce que son fr√®re √©tait mort. Mais Marthe est all√©e √† la rencontre de la Parole vivante. " Au commencement √©tait la Parole, la Parole √©tait ave Dieu, et la Parole √©tait Dieu. Et la Parole a √©t√© faite chair et elle a habit√© parmi nous. " Il √©tait la Parole vivante de Dieu (C'est vrai.), la Parole de Dieu rendue manifeste. Il n'est pas √©tonnant qu'Il p√Ľt se tenir l√† et discerner les pens√©es des gens. Eh bien, la Bible dit... Vous direz : " Oh ! Est-ce l√† la Parole ? " Oui, oui. Oui, oui. Ne connaissez-vous pas la Bible ? H√©breux 4 dit : " La Parole de Dieu est plus tranchante qu'une √©p√©e quelconque √† deux tranchants, p√©n√©trante jusque-jusqu'√† partager la moelle de l'os, Elle discerne les pens√©es du cŇďur ", la Parole de Dieu, quand Elle est en vous. Oui, oui. La Parole de Dieu √©tait manifest√©e en Lui.
E-103 Alors Marthe, quand elle est partie... Elle s'est prosternée à Ses pieds et a dit : " Seigneur, " (Seigneur, c'est ce qu'Il était) " si Tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort. " Voyez ? Il a dit : " Mais même maintenant, tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu le fera. " Oh ! Vous y êtes. Vous y êtes. " Peu importe ce que vous avez fait, votre attitude, vous suivez ce que Dieu a dit de faire. Que vous ayez dit ceci ou cela, que vous soyez venu ou qpas, tout ce que vous demanderez à Dieu, Dieu vous l'accordera. " Il a dit : "Ton frère ressuscitera. " Elle a dit : " Oui, Seigneur, il ressuscitera au dernier jour. Il ressuscitera... C'était un homme de bien, il va-il va ressusciter lors de la résurrection générale. " Il a dit : " Je suis la Résurrection et la Vie : Celui qui croit en Moi vivra quand bien même il serait mort. " Personne à part Lui ne pouvait dire cela. " Celui qui vit et croit en Moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? " Elle a dit : " Oui, Seigneur : je crois que Tu es le Fils de Dieu, Celui qui devait venir dans le monde. " Vous y êtes.
E-104 Qu'est-ce ? Elle est en train d'agir. Elle veut voir un miracle ; alors, elle découvre ce que la Parole dit. " Je crois la Parole. Elle se tient là sous forme du Fils de Dieu. Ses Paroles ne sont pas les Siennes. 'Ce n'est pas Moi qui parle, mais c'est le Père qui habite en Moi. Tout ce qui sort de Tes petites lèvres, ce que Tu prononces, je croirai que c'est la commission de Dieu. (Oh ! la la ! oh ! la la !) Tu es le Messie.' Le Messie, c'est quoi ? L'Oint. " Tu es l'Oint de Dieu. "
E-105 Un jour, Dieu avait oint quelqu'un dans une mesure moindre, et son nom √©tait Elie. Et l√†, Elis√©e... Une femme avait un enfant qui √©tait mort. Elle est all√©e voir ce serviteur de Dieu, et elle a dit : " Tu es un homme de Dieu. " Elle l'a identifi√©. Et cet oint de Dieu est venu et a parcouru la pi√®ce (Oh ! la la !), il a d√©pos√© son corps sur ce petit enfant mort et ce dernier a √©ternu√© sept fois et est revenu √† la vie. Et si Dieu a fait √ßa par Son proph√®te oint, √† combien plus forte raison le fera-t-Il par Emmanuel. " Je crois que Tu es le Fils de Dieu. " Si jamais vous obtenez quelque chose de Dieu, vous devez croire le serviteur de Dieu, la Parole de Dieu. Voyez ? Et Il √©tait la Parole. " Je crois. Dites-moi simplement quoi faire. " " O√Ļ l'avez-vous mis ? " Il est all√© √† la tombe, pleurant comme un homme. Quand Il est arriv√© l√†, qu'a-t-Il donc dit de faire quand vous arrivez l√† ? Voyez, vous avez aussi quelque chose √† faire, vous savez. Il a dit : " √Ētez la pierre, si vous voulez voir un miracle. "
E-106 Vous qui √™tes malades ce soir, si vous voulez voir un miracle, √ītez la pierre. √Ētez cette pierre-l√†, ce p√©ch√© qui est √† la porte. Qu'est-ce ? Vous direz : " Fr√®re Branham, je ne fais rien. " Mais si vous ne croyez pas cela, √ßa ne peut pas arriver. √Ētez cette pierre d'incr√©dulit√© et voyez ce qui arrive. √Ētez simplement la pierre. Et apr√®s qu'elle eut ob√©i √† la Parole du Seigneur, elle a vu un miracle. Assur√©ment.
E-107 La femme au puits, elle √©tait un peu sous... Elle ne savait que dire. Elle a vu ce Juif assis l√†. " Eh bien, c'est dr√īle qu'un Juif me parle, moi, une femme de Samarie. Je me demande ce qu'Il veut. " Elle a dit : " Eh bien, vous dites... Vous les Juifs, vous dites : 'C'est √† J√©rusalem qu'il faut adorer.' Nos p√®res ont ador√© sur cette montagne-ci. " " Femme, lui a dit J√©sus, crois-Moi, Je te le dis maintenant, ce n'est ni √† J√©rusalem ni √† cette montagne-ci. Mais Dieu est Esprit, et ceux qui L'adorent doivent L'adorer en Esprit et en V√©rit√©. " Elle reconnaissait que cela avait l'air correct. Si Dieu est le Dieu des uns, Il est le Dieu de tous, de toute Sa cr√©ation. Absolument. Alors, elle a regard√©, vous savez. La race, la tribu, la couleur n'avaient rien √† faire. C'est Dieu qui les a toutes cr√©√©es. Et d'un seul homme, d'Adam, Dieu a fait toutes les nations. Et nous voyons l√† que la-la couleur de la peau, que la... leurs traditions, ou l'affiliation √† leur √©glise n'a rien eu a faire avec la chose. Il s'agit d'un cŇďur sinc√®re, c'est ce qu'Il cherche. Alors, Il a baiss√© le regard. Et elle a de nouveau regard√©, elle a dit... La premi√®re chose donc, vous savez, Il l'a contact√©e et a d√©couvert son probl√®me. Elle vivait ill√©galement avec un homme, et Il a dit : " Va chercher ton mari et viens ici. " Elle a dit : " Je n'ai point de mari. " Il a dit : " C'est vrai. Tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis maintenant n'est pas ton mari. "
E-108 Elle s'est retournée. Quoi ? Elle a rencontré la Parole vivante. Elle a dit : " Seigneur, je vois que Tu es prophète. Eh bien, nous savons qu'en ce jour, aucun prophète n'a été suscité. Mais nous savons que quand le Messie sera venu, c'est ça le signe qu'Il nous manifestera. Il nous révélera ces choses. " Il a dit : " Je Le suis, Moi qui te parle. " Oh ! la la ! Qu'avait-elle vu ? Toute une ville s'est tournée vers Dieu. Pourquoi ? Elle avait suivi la Parole du Seigneur : " Je Le suis, Moi qui te parle. " Elle est entrée dans la ville en courant et a dit : " Lisons les Ecritures. N'est-ce pas que la Bible dit que ce serait là le signe du Messie ? Venez voir un Homme ici qui m'a dit les choses mêmes que j'ai faites. "
E-109 Comment le savez-vous ? Juste comme Jean l'a su. Comment savez-vous qu'Il se tient au milieu de vous ? C'est l'√Ęge pour cela. Comment savez-vous que c'est cela ? C'est le Messie m√™me, car il est temps que le Messie apparaisse. Ne voyez-vous pas ce que je veux dire ? Il est temps que cette √©glise soit sur ses pieds. Il est temps que le mouvement de la Pentec√īte se r√©veille. R√©veillez-vous, d'une secousse, de vos traditions dans lesquelles vous vous √™tes introduits. Secouez-vous, et recherchez l'ancienne voie. D√©barrassez-vous de la poussi√®re eccl√©siastique. Levez-vous au Nom de J√©sus-Christ. Levez-vous, prenez Dieu au Mot, et allez de l'avant.
E-110 Si Dieu est avec nous, o√Ļ sont Ses miracles ? O√Ļ sont-ils ? O√Ļ voyons-nous ces signes-l√† ? Si Dieu est dans toutes ces √©glises et toutes ces tr√®s grandes tours eccl√©siastiques et autres, et tous ces doctorats en philosophie et autres, montrez-moi Ses miracles. O√Ļ est Dieu ? Gloire ! C'est √ßa. O√Ļ est Dieu ? O√Ļ sont Ses miracles ? L√† o√Ļ Dieu appara√ģt, Il est surnaturel. Ses signes surnaturels accompagnent un Dieu surnaturel. Dieu est... O√Ļ sont tous Ses miracles ?
E-111 Elle a vu le miracle de Dieu, le signe du Messie. Elle a amen√© toute la ville... La Bible dit que tous les hommes... J√©sus n'a plus fait cela une fois de plus. Ils ont cru le t√©moignage de la femme. Elle a alors eu le privil√®ge de conduire toute la ville √† Christ parce qu'elle avait suivi Sa Parole et avait vu qu'il va... qu'Il pouvait accomplir un miracle, et elle avait reconnu que c'√©tait √ßa. Les pentec√ītistes... Les pentec√ītistes, cent vingt, qui √©taient all√©s... apr√®s avoir cru en Lui, ils sont all√©s, par ob√©issance √† J√©sus, attendre dans la chambre haute jusqu'√† √™tre rev√™tus de la puissance d'En Haut. Des l√Ęches qu'ils √©taient, ils avaient baiss√© les stores des fen√™tres, ils avaient barricad√© les fen√™tres dans une petite chambre haute bizarre. Ils sont sortis du temple, ils ont long√©s le c√īt√©, ils sont entr√©s par une porte, et ils ont fait dix jours et dix nuits l√†-haut, ne faisant qu'attendre.
E-112 Frère, quand la Parole a été rendue manifeste, ils sont sortis par des fenêtres et des portes et sont allés dans les rues. Quelque chose était arrivé. Pourquoi ? Ils avaient vu un miracle. Ils avaient vu des lumières comme des langues de feu posées sur chacun d'eux. Ils ont senti la puissance du Saint-Esprit les secouer. Ils ont à la fois vu et senti. Ils ont reconnu que quelque chose était arrivé. Ils sont sortis en courant pour essayer de donner un témoignage sur cela, mais ils n'arrivaient même pas à parler leur propre langue. Quelque chose était arrivé. Trois, c'est un témoignage. Ils ont senti cela ; ils ont vu cela ; et ils ont vu cela se manifester : Ils ont senti cela, ils ont vu cela, ils ont entendu cela. Amen ! Trois, c'est un témoignage. Et Il était là, et ils ont vu cela là. Le même aujourd'hui, toutes Ses promesses. Si vous voulez les voir être rendues manifestes, tout ce qu'il vous faut faire, c'est garder Sa Parole, c'est tout. Obéissez à Sa Parole et Il fera cela. Oh ! la la ! Très bien.
E-113 Si vous sortez ici un jour, si le temps est bon pendant le jour... Croyez-vous que √ßa soit le temps pour le Messie d'appara√ģtre ? Croyez-vous que √ßa soit le temps pour l'Eglise de manifester Sa Pr√©sence ? De manifester la Pr√©sence de Christ ? Et plut√īt que cela, vous pr√©f√©rez aller √† l'√©glise, adh√©rer √† l'√©glise et dire : " Nous les presbyt√©riens... Nous les baptistes... Nous les m√©thodistes... Nous les pentec√ītistes... Nous les ceci et cela, et nous... Nous sommes-nous sommes... c'est nous... nous-nous avons ceci, nous avons cela. " Ce jour-l√† est mort comme minuit (C'est vrai. Voyez ?), rien que faire cela. C'est vrai.
E-114 Mais il est temps que les Lumi√®res du soir brillent. Comme le cantique le dit : " Au temps du soir, la lumi√®re para√ģtra. " Il est temps que ces Lumi√®res du soir brillent. C'est le temps. Eh bien, qui va les emp√™cher de briller ? Sortez par un jour quelconque, n'importe quel jour que vous voulez, √ītez tout simplement tous les nuages, mais le soleil brille malgr√© tout. Le soleil brille tout le temps. √Ētez simplement les nuages. Le m√™me Dieu qui avait gu√©ri, le m√™me Dieu qui avait rempli du Saint-Esprit, le m√™me Dieu qui a fait chaque promesse, est... le F-I-L-S de Dieu brille tout le temps. √Ētez simplement les nuages de doute. Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement.
E-115 Mais nous avons beaucoup de nuages eccl√©siastiques qui L'ont voil√© √† nos yeux. Beaucoup de non-sens d√©nominationnels nous ont cach√© Christ. Et dissipez simplement, par la pri√®re, tous ces nuages en √©ventant et voyez si Christ n'appara√ģt pas comme √©tant le m√™me qu'autrefois, s'Il n'appara√ģt pas dans la m√™me Lumi√®re, dans la m√™me puissance, dans les m√™mes signes, les m√™mes prodiges. Voyez s'Il n'est pas toujours le m√™me Messie. Amen ! √Ētez tous les nuages ; enlevez-les et mettez-les d'un c√īt√©, voyez si ce n'est pas le cas. Assur√©ment. Si vous... Mais la premi√®re chose qu'il vous faut faire, c'est croire et agir. Eh bien, c'est le... exact.
E-116 Le vaillant h√©ros. C'√©tait vrai. Si Dieu est avec nous, voyons donc Ses miracles. O√Ļ sont tous les miracles ? O√Ļ sont les signes ? Si J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, o√Ļ est alors le signe qu'Il est le m√™me ? Qu'avait-Il promis ? Saint Jean 14.12. " Vous ferez aussi les Ňďuvres que Je fais. " O√Ļ est-ce ? Il l'avait promis. " Ce qui arriva du temps de Lot arrivera de m√™me √† la Venue du Fils de l'homme ", quand Dieu √©tait descendu. Nous ne savons o√Ļ ce corps est all√©. Il y en a eu trois, trois Anges. L'Un d'eux √©tait Dieu Lui-m√™me, descendu sous une forme humaine ; Il s'est tenu l√† et a mang√© avec Abraham. C'est vrai. Il s'est tenu l√† et a parl√© avec Abraham au sujet des - des √©v√©nements. Il a dit : " Je ne cacherai pas ceci √† Abraham. Je descends √† Sodome, J'ai appris qu'il y a une m√©chancet√© horrible. Je descends voir. " Abraham L'a nourri du lait, du pain de ma√Įs, un l√©ger pain de ma√Įs, vous savez, le pain de ma√Įs et les c√ītelettes de veau, et Il en a mang√©. Exact. Vous direz : " Dieu manger cela ? " J√©sus a mang√© apr√®s Sa r√©surrection. Assur√©ment qu'Il l'a fait. Assur√©ment. Il s'est tenu l√† et Il a mang√©. Certains disaient : " Ce n'√©tait pas Dieu. " Eh bien, alors, Abraham √©tait donc en erreur. Il l'a appel√© Elohim. Il savait que c'√©tait Dieu.
E-117 Dieu. Que faisait-Il ? Il montrait quelque chose. De m√™me qu'Il avait chass√© la femme esclave avec son enfant, au... la femme libre et son enfant... C'est pourquoi Abraham ne voulait pas √©pouser Agar. Mais Il... elle a dit : " Epouse-la. " " Ecoute ce que Sara te dit. " En effet, cela devait s'accomplir. Un proph√®te a d√Ľ se coucher de c√īt√© pendant plusieurs centaines de jours, et puis de l'autre c√īt√©. Quoi ? C'√©tait un signe. Et l√†, Il montrait un signe. Dieu manifest√© dans la chair, Il a dit... J√©sus s'est retourn√©, Son Fils, quand Il √©tait venu sur terre, et Il a dit : " Ce qui arriva du temps de No√© (manger, boire, se marier, donner en mariage), c'est ce qui arrivera au temps de la fin. Et ce qui arriva du temps de Lot arrivera de m√™me √† la Venue du Fils de l'homme. " Comme je l'ai dit hier soir, il y a toujours trois cat√©gories : les incroyants, les soi-disant croyants et les croyants. Et il y avait les sodomites, les incroyants ; il y avait Lot, le soi-disant croyant. Et il y avait Abraham, l'√©glise √©lue, appel√©e √† sortir. Voyez ?
E-118 Nous voici assis ici aujourd'hui. Nous sommes ici aujourd'hui. Il y a les incroyants, les sodomites. Regardez-les là dehors : des femmes se promenant en shorts dans les rues, fumant la cigarette, les cheveux coupés, se disant chrétiennes. Oui. Oh ! la la ! faisant toutes ces sortes de... Ouais, se disant chrétiennes. Oh ! Oui, oui. Des fêtes, des danses... des hommes pervertis. Je reçois lettre après lettre, l'homosexualité est en recrudescence, on voit le... J'ai des statistiques officielles là-dessus. Ça a augmenté de trente pour cent l'année passée. La perversion, le cours naturel de la vie humaine est perverti, Sodome. Considérez le formalisme froid, on entre en plein dedans, malgré tout, s'y vautrant avec des cochons.
E-119 Observez ce messager-l√† qui descendit l√†, deux d'entre eux : un Billy Graham moderne, pour ainsi dire, pr√™chant et les aveuglant avec la Parole. Puis, il y avait une √©glise qui n'avait pas fait... qui √©tait appel√©e √† sortir, cette Eglise √©lue. Gloire ! Gloire ! L'Eglise √©lue, Abraham et son groupe. Qu'est-ce qui leur est apparu ? Le Messager qui est apparu √† Abraham l'a appel√© par son nom, celui que Dieu lui avait donn√© quelques jours auparavant, apr√®s l'avoir chang√© d'Abram en Abraham, et de Sara√Į en Sara. Et Il a demand√© : " O√Ļ est Sara, ta femme ? " Il l'a appel√©e par son nom Il a dit : " Elle est dans la tente derri√®re Toi. " Il a dit : " Je te visiterai, Abraham, selon la promesse que Je t'ai faite, au temps de la vie, avec Sara. " Et Sara a ri sous cape pour ainsi dire. Il a demand√© : " Pourquoi Sara a-t-elle ri ? " Qu'√©tait-ce ? C'√©tait Dieu. [Fr√®re Branham frappe sur la chaire. - N.D.E.]
E-120 J√©sus l'a dit : " Avant que le temps arrive, o√Ļ cette √©glise √©lue, ce groupe pentec√ītiste... " Eh bien, la Pentec√īte n'est pas une organisation. Eh bien, vous les fr√®res, qui avez les assembl√©es pentec√ītistes, les unitaires pentec√ītistes, l'Eglise pentec√ītiste de Dieu, les Fourquares pentec√ītistes, et tout cela, vous vous trompez. C'est une organisation, ce qui est tout √† fait en ordre. Je n'ai rien contre cela. Mais vous n'√™tes pas ce groupe-l√†. La Pentec√īte est une exp√©rience que les m√©thodistes, les baptistes, les presbyt√©riens, que-que les assembl√©es, les Fourquares, l'Eglise de Dieu, et le... eh bien, ceux du Nom de J√©sus et tous les autres peuvent avoir, si seulement ils ob√©issent √† la Parole de Dieu et Le suivent. Ils verront le miracle de Dieu qui changer leur vie. Et des choses dispara√ģtront et ils deviendront... Les m√©thodistes peuvent avoir Cela ; les catholiques peuvent avoir Cela ; les presbyt√©riens peuvent avoir Cela. Combien de catholiques, ceux qui √©taient autrefois catholiques, peuvent lever la main? Les catholiques peuvent avoir Cela, n'est-ce pas ? Comment... [Espace vide sur la bande - N.D.E.]
E-121 J√©sus a dit : " Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera de m√™me √† la Venue du Fils de l'homme. " C'est le temps du soir. O√Ļ est Dieu ? Si Dieu est avec nous, o√Ļ sont les miracles ? Eh bien, H√©breux 13.8 dit : " J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. " Croyez-vous cela ? Inclinons la t√™te. P√®re c√©leste, quel merveilleux groupe de gens auxquels parler ! Peut-√™tre que je n'aurai plus jamais ce privil√®ge, peut-√™tre que je n'y serai plus jamais. √ī Dieu, nous pourrons ne jamais voir le matin se lever. La science essaie de nous dire que cinq √©toiles vont s'aligner. C'est pourquoi ils disent que le monde entier, les nations vont geler de ce c√īt√©-ci de la terre...du continent. Ici √† Phoenix, il pleut √† verse, et on conna√ģt des temps qu'on n'avait jamais connus. On affirme que cinq √©toiles tournent ensemble l√†. Certains disent que le monde va √©clater comme une past√®que. Nous ne croyons pas cela, Seigneur. Il y aura absolument un Mill√©nium, malgr√© tout Mais d'autres disent qu'il y aura des tremblements de terre qui secoueront des maisons partout. D'autres parmi eux disent que les grands raz-de-mar√©e s'√©l√®veront √† une hauteur de 300 pieds [91 m] dans les prochains jours.
E-122 Le monde tremble. " Il y aura des signes terribles, as-Tu dit, dans les derniers jours, des ph√©nom√®nes, des signes dans les cieux et sur la terre ; du feu et de la vapeur, des colonnes de fum√©e, des tremblements de terre √† divers endroits, le temps de perplexit√©, la d√©tresse parmi les nations, les cŇďurs des hommes d√©faillent de peur. " Mais ce temps-l√†, Seigneur, Tu l'as dit : " Levez vos t√™tes, votre d√©livrance approche. " Maintenant, P√®re, nous allons lever la t√™te ce soir au-dessus de notre organisation. Je vais lever ma t√™te au-dessus de ce groupe dont je suis membre, les Hommes d'Affaires Chr√©tiens. J'aimerais que chaque homme, chaque m√©thodiste redresse la t√™te au dessus de cela ; chaque baptiste, chaque assembl√©e, chaque Foursquare, unitaire, ou chaque Nom de J√©sus, ou je ne sais quoi qu'ils sont, Seigneur, qu'ils levent leurs t√™tes au-dessus de cela. Qu'ils regardent l√† o√Ļ J√©sus a dit de regarder ; regarder ce qu'Il a dit : " Et Moi-et Moi, quand J'aurai √©t√© √©lev√© de la terre, J'attirerai tous les hommes √† Moi. "
E-123 √Ē Dieu, montre-Le-nous assis l√† √† la droite de la Majest√© divine, assis l√† sur le Tr√īne de Dieu ce soir, toujours vivant, le Souverain Sacrificateur, pour proc√©der sur base de notre confession, un Souverain Sacrificateur qui peut √™tre touch√© par le sentiment de nos infirmit√©s. Seigneur, je viens de terminer la pr√©dication : Quand un proph√®te ou un pr√©dicateur s'avance et pr√™che la Parole, si Cela ne s'accomplit pas, n'√©coutez donc pas ce proph√®te-l√†. C'est ce que Ta Parole dit. Mais si Cela s'accomplit r√©ellement, alors √©coutez ce proph√®te, car Je suis avec lui. Seigneur, j'ai dit aux gens ce soir que Tu es le m√™me J√©sus, hier, aujourd'hui et √©ternellement. Ton temps est proche, et les Lumi√®res du soir brillent ainsi que toutes ces choses que j'ai annonc√©es. Maintenant, P√®re, accorde-le √† ce groupe-ci, qui a la foi, de croire cela maintenant. Que la foi qui √©tait en Christ, que la pens√©e qui √©tait en Christ, vienne en nous. Et si nous avons la pens√©e de Christ, si je peux avoir Sa pens√©e en moi ce soir... Il y a peut-√™tre une petite dame assise ici, quelque part, avec une perte de sang, elle peut toucher le Souverain Sacrificateur qui peut √™tre touch√© par le sentiment de nos infirmit√©s.
E-124 Alors, si Sa pens√©e est en nous, Il agira de m√™me, parce qu'Il est le Souverain Sacrificateur. Il est la Parole de Dieu. Il est la Parole de Dieu. Et si la Parole de Dieu demeure en nous, alors Elle est plus tranchante qu'une √©p√©e quelconque √† deux tranchants par des sermons pr√™ch√©s, p√©n√©trants, jusqu'√† la moelle, qui mettront la cogn√©e √† la racine de l'arbre, et Elle discerne aussi les pens√©es de cŇďur. Maintenant, P√®re, accorde que Ta Parole soit manifeste. Nous croyons Cela. Cette petite √©glise croit Cela, Seigneur. Ces gens croient Cela. Ce pasteur croit Cela. Ces autres pasteurs croient Cela. Nous sommes ensemble ce soir dans les lieux c√©lestes en J√©sus-Christ. Tu as dit : " L√† o√Ļ deux ou trois sont assembl√©s en Mon Nom, Je suis au milieu d'eux. Et ils feront aussi les Ňďuvres que Je fais. Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus, cependant vous, vous Me verrez (les croyants), car Je serai avec vous jusqu'√† la fin du monde. " Je Te crois, Seigneur. Tu es le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement.
E-125 Maintenant, Père, pour ce petit groupe, je vais former une ligne de prière pour prier pour les gens. Je Te prie de guérir chaque personne qui est dans cette salle ce soir. Accorde-le, Seigneur. Que ces prophètes qui sont assis ici sur l'estrade, des prophètes qui sont là dans l'assistance, des hommes pieux, des hommes appelés, des hommes séparés des choses du monde, des femmes séparées, des jeunes filles séparées, des jeunes gens séparés de tous ces rock'n'roll et du non-sens du monde, de petites dames et des gentlemen qui sont réellement remplis du Saint-Esprit, qui sont membres de ces églises du plein Evangile, que leur lumière brille : des femmes qui ne voudraient pas fumer une cigarette ni faire quoi que ce soit de mal, pour rien ; ils sont véridiques et loyales à Christ et à leurs maris ; des maris qui sont fidèles à Christ, à leurs femmes et à leurs familles...
E-126 Seigneur Dieu, Abraham T'est rest√© fid√®le sur base de Ta promesse. La post√©rit√© d'Abraham, que nous sommes par la foi en Christ, nous sommes fid√®les √† la promesse. Et Tu T'es fait conna√ģtre √† Abraham juste avant que le fils promis apparaisse. Le fils promis est venu apr√®s ce signe-l√†. Maintenant, P√®re, nous attendons le Fils promis. Accorde que le signe apparaisse. Accorde-le, Seigneur. Aussit√īt apr√®s que le feu descendit. Nous nous attendons √† cela √† tout moment, le dernier signe. Qu'il en soit ainsi, Seigneur, alors que nous nous remettons tous. Je prends cette petite √©glise sous le contr√īle du Saint-Esprit. Et au Nom de J√©sus-Christ, nous nous pr√©sentons nous-m√™mes devant Toi, afin que nous puissions Te voir ici, Seigneur, une √©vidence vivante et visible que J√©sus-Christ est toujours vivant. Accorde-le, Seigneur. B√©nis cette petite √©glise et son aimable petit pasteur. Je prie, √ī Dieu, que Ta Pr√©sence demeure toujours ici et que la puissance de Dieu balaie cette ville √† partir de ce lieu. Accorde-le, P√®re. Au Nom de J√©sus, nous prions. Amen.
E-127 Je suis d√©sol√© de vous avoir gard√©s si longtemps. C'est vraiment difficile, tranchant et tout. Tout celui qui m'entend pr√™cher sait que je ne suis pas un pr√©dicateur. Je-je suis... je n'ai pas l'instruction pour √™tre un pr√©dicateur, ou pour me dire pr√©dicateur. Mais, fr√®re, sŇďur, j'aime vraiment le Seigneur J√©sus. Il m'a donn√© un autre moyen de vous faire savoir que je vous dis la v√©rit√©. Le peu que j'ai... que je sais √† Son sujet... Je ne connais vraiment pas beaucoup √† Son sujet, mais ce que je sais, c'est r√©el ; c'est vraiment tr√®s r√©el. J'aurais souhait√© conna√ģtre ce que d'autres connaissaient √† Son sujet. Peut-√™tre que je pourrais... que ce serait plus r√©el pour moi si je pouvais Le conna√ģtre autrement. Mais, tout ce que je sais √† Son sujet, je sais qu'Il garde chaque Parole que je sais qu'Il a promise. Je sais que c'est la v√©rit√©. Que Dieu vous b√©nisse.
E-128 Maintenant, chantons juste le petit chŇďur d'un cantique Je L'aime. Combien connaissent cet ancien cantique ? C'est vraiment tr√®s doux, l√†, L'adorer dans l'Esprit maintenant. Je L'aime, je L'aime, Parce qu'Il m'aima le premier ; Et acquit mon salut, Sur le bois du calvaire Maintenant, pendant que la sŇďur en donne le ton tr√®s doucement... [Fr√®re Branham se met √† fredonner Je L'aime. - N.D.E.] Fixez votre esprit sur Lui maintenant. Alors qu'on se met √† penser √† Lui...
E-129 Cl√©opas et son ami marchaient un jour, parlant de Lui, et Il s'est directement avanc√© l√†, Il a march√© avec eux toute la journ√©e. Ils ne L'ont pas reconnu. Mais quand Il les a eus √† l'int√©rieur, dans une petite salle comme celle-ci, Il a fait quelque chose exactement comme Il l'avait fait avant Sa crucifixion. Aucun autre homme ne pouvait faire cela comme √ßa, alors ils ont reconnu que c'√©tait Lui. Mais Il a disparu de leur vue, Il est sorti par la porte, juste en une minute. Voyez ? Ils ont reconnu que le Seigneur √©tait ressuscit√©. Puisse-t-Il venir ce soir faire quelque chose comme Il l'avait fait avant Sa mort. Alors, nous reconna√ģtrons, en cet √Ęge-ci, qu'Il est ressuscit√© d'entre les morts, car s'Il est le m√™me J√©sus, Il agira de la m√™me fa√ßon qu'Il agissait.
E-130 Maintenant, pendant que nous faisons ceci, fredonnant cela, j'aimerais que vous serriez... que vous preniez la main de celui qui est assis √† c√īt√© de vous, que vous disiez : " SŇďur, fr√®re, je vais prier pour vous, que vous soyez gu√©ri ce soir, que vous receviez toutes les b√©n√©dictions de Dieu que vous d√©sirez. " Dites simplement cela comme vous... l'un √† l'autre alors que nous... En effet... [Fr√®re Branham s'√©loigne et salue les autres. - N.D.E.] Que Dieu vous accorde tout ce que vous d√©sirez. Recevez tout ce que... Que Dieu vous b√©nisse. Recevez tout ce que vous d√©sirez...?... tout ce que vous d√©sirez... tout ce que vous d√©sirez. Je L'aime, je L'aime Parce qu'Il m'aima le premier ; Et acquit mon salut, Sur le bois du Calvaire.
E-131 Ensemble... [Fr√®re Branham et l'assembl√©e disent le Notre P√®re - N.D.E.] Notre P√®re qui es aux cieux ! Que Ton nom soit sanctifi√© ; Que Ta volont√© soit faite sur la terre comme au ciel. Que ton r√®gne vienne ; Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien, Pardonne-nous nos offenses, Comme nous aussi nous pardonnons √† ceux qui nous ont offens√©s. Ne nous induis pas en tentation, mais d√©livre-nous du malin. Car c'est √† Toi qu'appartiennent dans tous les si√®cles, Le r√®gne, la puissance et la gloire. Amen. Je... Allez-y, sŇďur. [Une sŇďur parle √† fr√®re Branham et donne un t√©moignage. -N.D.E.] ...?... Oui, madame. Oui, madame. Gr√Ęces soient rendues √† Dieu ! Merci. Il est toujours pr√©sent. N'est-Il par merveilleux ? Alors... Je L'aime (N'est-Il pas merveilleux pour avoir gu√©ri cette dame ?), Je... Parce qu'Il m'aima le premier Et acquit mon salut, Sur le bois du Calvaire.
E-132 Oh ! Il est merveilleux, n'est-ce pas ? Gloire √† Dieu ! Tr√®s merveilleux. Tr√®s bien. Des cartes de pri√®re, de 1 √†... [Un fr√®re parle √† fr√®re Branham de cartes de pri√®re. - N.D.E.] A-t-on distribu√© des cartes de pri√®re de 1 √† 50 ? 1 √† 50 ; prenons-en quelques-unes. Maintenant, nous... D'o√Ļ avons-nous appel√© ? Bon, c'est un autre groupe ce soir, n'est-ce pas ? Est-ce la m√™me lettre ? La s√©rie B et la s√©rie C. Appelons la s√©rie C, de 1 √†... Voyons combien nous pouvons prendre. Appelons de 1 √† 10. 1B ou C-1, 1, la carte de pri√®re 1. Qui l'a ? Levez la main. Est-ce cette dame qui l'a ? Vous avez la carte de pri√®re 5 ? Tr√®s bien. 5. Qui a 1 ? Peut-√™tre que je me trompe. Quoi ? Tr√®s bien. 1, 2, 3, 4, 5... Faites-les se tenir debout ici m√™me.
E-133 Juste... Est-ce que vous les petits enfants, vous voudriez reculer un peu vers la porte l√† ? Avancez ici, mes ch√©ris, s'il vous pla√ģt, vous aimeriez monter ici √† l'estrade, je pense que tout ira bien. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15. Alignons de 1 √† 15. Commen√ßons avec ceux-l√†, car nous...je doute que vous puissiez prendre autant l√†-dedans ou pas. Juste ce que vous pouvez. Hein ? Prenez de 1 √† 15. [Fr√®re Branham parle √† un fr√®re. - N.D.E.] Eh bien, fr√®re, si je... C'est un privil√®ge d'√™tre ici ce soir.
E-134 Très bien. Combien y en a-t-il dans la salle maintenant sans carte de prière, mais cependant, vous voulez que le Seigneur Jésus vous rétablisse ? Levez la main. Partout ici, ceux qui ne seront pas dans la ligne de prière, levez la main, les malades. C'est partout dans la salle. Vous pouvez... Eh bien, regardez, pendant qu'ils occupent le... que les gens occupent leurs places, j'aimerais que vous fassiez ceci. J'aimerais que vous disiez comme ceci. Eh bien, rappelez-vous, si-si ce-si ce n'est pas la Parole de Dieu, alors je ne sais pas cela. C'est-c'est une promesse.
E-135 Eh bien, si J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, maintenant, Il doit agir comme Il avait agi. Il doit √™tre le m√™me dans chaque aspect, sauf le corps personnel. En effet, Son corps personnel est encore un sacrifice sur le Tr√īne de Dieu. Il est assis l√† et Ses-Ses v√™tements sanglants font la- l'expiation de nos p√©ch√©s. Il remplit Lui-m√™me le r√īle de Souverain Sacrificateur pour interc√©der sur base de ce que nous confessons qu'Il a fait. Voyez ? Eh bien, ce n'est pas par des sensations ; c'est par la foi. Voyez ? Vous pouvez bien marteler, crier et tout le reste, cela ne marchera jamais. Ce n'est pas... J√©sus n'a jamais disait : " Avez-vous senti cela ? " Il a dit : " Avez-vous cru cela ? Voyez ? Avez-vous cru cela ? "
E-136 Il vous faut croire cela, parce que... (Voyez ?), Il... Vous ne pouvez pas trouver des contradictions dans la Parole de Dieu. Elle doit s'embo√ģter parfaitement, juste comme le jeu ces cubes et autres. Voyez ? Elle doit s'embo√ģter parfaitement. L'un s'imbriquant dans l'autre, sinon vous allez les faire chevaucher l'un sur l'autre. Voyez ? Vous ne pouvez pas faire cela. De m√™me Christ est parfait, de m√™me Sa Parole est parfaite. Eh bien, Il est le Souverain Sacrificateur qui interc√®de sur base de notre confession. Nous confessons tout ce qu'Il a fait pour nous, Il est l√† devant le P√®re pour accomplir cela. Regardez, si Jonas, dans le ventre du gros poisson, les mains et les pieds li√©s, avec tout autour de son cou toutes les algues et les vomissures du gros poisson, peut-√™tre qu'il √©tait √† 40 brasses [12 m] en dessous de l'eau, dans une mer orageuse, fuyant loin de Dieu, il pouvait se retourner dans le ventre de ce gros poisson et consid√©rer tous ces sympt√īmes qui √©taient tout autour de lui, il reconnaissait sa condition, n√©anmoins il a dit que c'√©taient des vanit√©s mensong√®res... " Je tournerai encore une fois mon regard vers Ton saint temple. " Et Dieu l'a gard√© en vie pendant trois jours et trois nuits dans le ventre de ce gros poisson. Croyez-vous que c'est la v√©rit√© ? D'abord, la Bible le dit, et J√©sus l'a aussi dit.
E-137 Suivez donc, Jonas... J√©sus a dit l√† dans les Ecritures qu'une g√©n√©ration m√©chante et adult√®re cherchait un signe. Est-ce vrai ? Et ils voulaient voir un signe, le signe de Jonas. " De m√™me que Jonas fut dans le ventre du gros poisson trois jours et trois nuits, de m√™me le Fils de l'homme fera dans le sein de la terre trois jours et trois nuits." Puis, Jonas sortit du ventre du gros poisson. Est-ce vrai ? Eh bien, est-ce une g√©n√©ration m√©chante et adult√®re ? A la fois physiquement et spirituellement ? Adult√®re spirituel ? Adult√®re physique ? " ... une g√©n√©ration m√©chante et adult√®re recevra un signe. " Qu'√©tait-ce ? Quel signe √©tait-ce donc ? " De m√™me que Jonas fut dans le ventre du gros poisson, il ressuscita, de m√™me le Fils de l'homme sera dans le sein de la terre, au cŇďur de la terre, et Il ressuscitera. " Donc, le signe que cette g√©n√©ration m√©chante et adult√®re aura, ce sera le signe de la r√©surrection. Est-ce vrai ? Le signe de la r√©surrection. Eh bien, que sera-ce donc ? √áa sera Christ ressuscit√© d'entre les morts, apr√®s deux mille ans, toujours vivant, oeuvrant parmi Son peuple, le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Est-ce vrai ?
E-138 Eh bien, combien parmi ces malades... Combien, dans la ligne de pri√®re, savent que je ne sais rien √† votre sujet ? Levez la main, vous qui √™tes dans la ligne de pri√®re, et qui savez que je ne vous connais pas, ou que je ne sais rien √† votre sujet. Combien dans l'assistance savent que je ne sais rien √† votre sujet, ni rien ? Voyez ? Je ne connais aucun de vous... pas dans cette ligne de pri√®re-ci, je dirais premi√®rement, l√†. Eh bien, il y a l√† des gens l√† que je connais bien. Je sais que ce... ces... ce... environ, √† partir de cette-√† partir de cette fillette aux cheveux roux l√†, dans cette direction-ci, je connais cette rang√©e-l√†. Fr√®re et sŇďur Dauch. Ces deux-l√† derri√®re eux, je les connais. Deux derri√®re eux, je les connais. Ici m√™me, dans cette rang√©e-ci, ici m√™me. 1, 2, 3, 4 derri√®re, je les connais. Eh bien, je pense, si je ne me trompe pas, n'est-ce pas fr√®re et sŇďur Outlaw qui sont assis l√† au fond ? Ils viennent de l'√©glise du Nom de J√©sus. Et fr√®re et sŇďur Sothmann, le diacre de mon √©glise √† Jeffersonville, ou plut√īt l'administrateur, au conseil.
E-139 Eh bien, je suis... je ne sais pas ; je pense qu'ici m√™me dans ce coin, il y a, assis ici dans ce coin, ce jeune homme et cette jeune femme ; je pense que c'est le beau-fr√®re de fr√®re Norman. Son nom m'√©chappe. C'est vrai. A part cela, je ne sais pas. Fr√®re Williams et fr√®re Rose ; j'ai rencontr√© ce fr√®re-ci il n'y a pas longtemps. A part cela, je ne connais personne. Je pense que c'est vous sŇďur Ungreen, n'est-ce pas ? Downing, Downing, c'est vrai, de Memphis. Tr√®s bien. Je... Eh bien, en dehors de cela, mon fils aussi (je ne le vois m√™me pas maintenant, ainsi, o√Ļ qu'il se trouve), ce sont l√† tous ceux que je connais.
E-140 Eh bien, c'est cette dame qui est la premi√®re dans la ligne, n'est-ce pas ? Vous, l√† m√™me ? Oh ! ici m√™me ? C'est vous la premi√®re dame. Tr√®s bien. Voudriez-vous tout simplement vous tenir debout ici un moment ? Eh bien, ici se tient une femme que je n'ai jamais vue de ma vie. Eh bien, si je devais le dire : " Un homme est assis ici dans un fauteuil roulant. Il se tient le bras. Il semble √™tre paralys√© ou quelque chose comme cela. (Voyez ?) Je ne sais pas ce que c'est, mais il est infirme. " Si je disais : " Cet homme est infirme ", n'importe qui peut voir cela. Voyez ? Mais voici une femme qui a l'air forte et en bonne sant√©. Eh bien, o√Ļ se trouve son probl√®me ? C'est l√† que votre miracle s'accomplit. Voyez-vous ? C'est √ßa (Voyez ?), quelque chose comme cela.
E-141 Maintenant, si-si... Eh bien, je... si je vois quelqu'un tout recroquevillé, avec une poitrine tout rentrée, qui tousse, eh bien, je pourrais dire que c'est la tuberculose. Ça, ce serait deviner. Voyez ? Cette personne pourrait dire : " Oh ! Non. Je n'ai pas la tuberculose. " Voyez-vous ? Et on peut prouver qu'il n'a pas la tuberculose. Voyez ? On ne peut pas le dire. Mais quand Dieu quelque chose, c'est vrai. C'est toujours exact. C'est toujours exact. Eh bien, cette femme peut simplement être en train de faire semblant. Elle peut bien dire quelque chose. Il se peut qu'elle ne soit même pas malade, il se peut qu'il n'y ait rien qui cloche en elle. Je-je ne sais pas ça. Je ne peux pas le dire. Si elle se tient juste là, ne vous en faites pas, cela va être dénoncé dans quelques minutes. Voyez-vous ? Elle le saura. Elle le découvrira. Combien ont déjà été dans des réunions et ont vu cela se faire ? Oh ! Miséricorde ! J'ai vu plus de deux ou trois cents personnes mourir à cause de cela.
E-142 Je connais un homme ce soir, qui est paralys√© ; il est dans cet √©tat depuis plusieurs ann√©es. Quand j'√©tais l√† √† Zion City, cet homme √©tait assis au fond, essayant de m'hypnotiser devant ces gens. Et je continuais de faire passer la ligne de pri√®re, et lui, il √©tait simplement assis l√†. Il parcourait des champs militaires, vous savez. Il-il amenait les jeunes gens, il les hypnotisait, il les amenait √† aboyer comme des chiens, vous savez, √† agir comme cela. Je continuais √† sentir cet esprit dr√īle. Et on-on l'avait fait venir l√†, dans une √©glise famili√®re. La veille, il y avait un-un homme, un membre d'une certaine d√©nomination, qui √©tait venu l√†, il avait √©crit sur sa carte de pri√®re : " J'ai la tuberculose, telle et telle maladie ", et tout comme cela. Il pensait que c'√©tait de la t√©l√©pathie. Alors, il a tendu la carte de pri√®re √† un huissier alors qu'il montait sur l'estrade. Cet homme est mont√© l√† et j'ai dit : " Il n'y a rien qui cloche en vous. " Il a dit : " Oh ! Si ! Il y en a ; regardez ma carte de pri√®re. " J'ai dit : " Peu m'importe ce que la carte de pri√®re renseigne. Il n'y a rien qui cloche en vous. " Il a dit : " Eh bien, regardez, j'ai la tuberculose et telle et telle maladie ", comme cela. " Regardez sur la carte de pri√®re. " J'ai dit : " Je ne regarde pas √† la carte de pri√®re. Je regarde au Ciel. " Voyez ?
E-143 Et il a dit : " Eh bien, voil√† mon probl√®me. " J'ai dit : " Eh bien, peut-√™tre... peut-√™tre que vous aviez cela avant. Si vous l'aviez, vous ne l'avez plus maintenant, parce que vous... cela n'est simplement pas l√†. " Et il a dit... J'ai dit : " Peut-√™tre que vous avez √©t√© gu√©ri l√†-bas. " Il a dit : " Euh, euh. C'est ce que vous pensez. J'ai √©t√© gu√©ri l√†-bas. " Je me suis dit : " Qu'est-ce qui ne va pas avec cet homme ? " Je me suis retourn√© et j'ai regard√© une fois de plus. Une vision est apparue devant moi. J'ai dit : " Toi, s√©ducteur. Tu es membre de telle √©glise. Hier soir, tu √©tais assis avec tel homme qui est l√† en costume rouge... en cravate rouge et en costume noir. Et c'est sa femme qui est assise l√†, dans ce coin-ci, ainsi que ta femme. Vous √©tiez assis √† c√īt√© d'une table o√Ļ il y avait une nappe grise dessus, et vous avez d√©cid√© que vous viendrez ici pour d√©montrer que c'√©tait de la t√©l√©pathie mentale. " J'ai dit : " Les maladies que vous avez mentionn√©es sur votre carte sont sur vous. " Il est mort environ six semaines apr√®s cela. Ne faites jamais cela.
E-144 Cet homme, quelques semaines apr√®s cela... quelques soir√©es apr√®s cela, il √©tait assis l√†, cherchant √† m'hypnotiser, comme √ßa. Et je continuais √† sentir cet esprit bizarre. J'ai dit : " S'il vous pla√ģt, que tout le monde garde la t√™te inclin√©e ; soyez respectueux. " Vous m'avez entendu dire cela plusieurs fois. J'observe un esprit. Voyez ? Et alors, il a continu√© √† faire cela, √† faire cela, et du coup, il s'est retourn√© comme √ßa. J'ai dit : " Pourquoi le diable a-t-il mis dans ton cŇďur de faire cela ? " J'ai dit : " Tu es entr√© en marchant, mais on te transportera pour sortir. " Et c'est ce qui a √©t√© fait. C'est tout √† fait vrai. Il est toujours paralys√©. C'est vrai. Il s'est bien lev√©, il se raidit ; c'est √† peine qu'il pouvait marcher. Et il a √©crit lettre apr√®s lettre, appelant : " Venez. " Je ne peux rien faire √† ce sujet. C'est son propre p√©ch√©. Il doit arranger cela avec Dieu. Il n'y a pas une chose... Je ne mettrais pas ma main sur cela, pour rien. voyez ?
E-145 Qu'en est-il de cet homme ici à Phoenix, quand on était ici pour la première fois ? Vous souvenez-vous ici, dans cette ville, de celui qui-celui qui ne voulait pas incliner la tête ? Et on m'a amené vers lui une douzaine des fois en Californie, il était assis là, avec la barbe partout (C'est un fonctionnaire de cette ville), le visage couvert de barbe comme ça, assis là, faisant. " Ouh ! ouh ! " comme cela. Il ne jouit pas du tout de ses facultés. Un mauvais esprit avait été chassé de quelqu'un et il était allé sur lui. C'est vrai. Ici même à Phoenix, lors de mon premier voyage. Exact. Voyez, vous devez faire vraiment attention, maintenant. On ne fait pas la religion. C'est juste comme c'était du temps de Gédéon. Le temps de faire à la religion est terminé. On doit être prêt à rencontrer Dieu. Absolument. Aller çà et là, et mentionner son nom sur un billet, adhérer à une église, tout cela est fini. Rappelez-vous, ces maladies iront d'une personne à une autre. Certainement.
E-146 Cette femme, je ne la connais pas. Je ne l'ai jamais vue de ma vie, √† ce que je sache. Elle-elle est malade, je ne sais rien √† ce sujet. Si elle veut qu'on prie pour quelqu'un d'autre, je ne sais rien √† ce sujet. C'est √†-√† Dieu de dire si c'est √ßa. Mais s'Il le confirme, que cette femme soit juge pour dire si c'est vrai ou pas. Allez-vous croire donc que la Venue de Christ est proche, que ce m√™me Saint-Esprit, ce m√™me Dieu qui √©tait l√† √† Sodome est le m√™me Dieu qui appara√ģt ici parmi les hommes et les femmes ce soir ? Croyez-vous que le...?... Croyez cela, croyez cela.
E-147 Eh bien, j'aimerais qu'elle continue √† regarder l√† o√Ļ elle regarde, afin que vous ne puissiez pas voir, penser que je lis... n'importe qui... Les gens disent que je lis la pens√©e des gens. Oh ! pour... Quiconque conna√ģt les rudiments sur cela sait que c'est purement... Eh bien, la t√©l√©pathie, c'est que vous devinez un chiffre et vous me laissez deviner aussi cela. Voyez ? Et il-il n'y a rien de pareil. Oh ! la la ! Dieu n'est pas la t√©l√©pathie. On a tax√© J√©sus de B√©elz√©bul parce qu'Il faisait cela, et on a dit qu'Il √©tait un diseur de bonne aventure, un d√©mon. Il a dit : " Je vous pardonne pour cela. Mais un jour, le Saint-Esprit viendra faire la m√™me chose. Un mot contre Lui ne sera jamais pardonn√©, ni dans ce monde, ni dans le monde √† venir. " Ainsi, vous voyez o√Ļ cela nous place ? Vous comprenez cela, n'est-ce pas, sŇďur ? Nous tous aussi.
E-148 Maintenant, je ne dis pas qu'Il fera cela ; j'ai confiance qu'Il le fera, en effet, je ne vous connais pas et vous ne me connaissez pas, et nous voici ici ce soir. Et si j'avais le pouvoir... Si vous êtes malade et que moi, j'avais le pouvoir de vous guérir, je le ferais. Si je vous le disais, je mentirais. Tout ce que je peux faire, c'est vous dire ce que la Parole de Dieu dit, c'est que par Ses meurtrissures vous avez été guéri. C'est vrai. Vous avez été guéri. Je peux vous l'assurer maintenant, cette femme n'est pas une pécheresse. Elle est une chrétienne. Oui. Son esprit opère une bonne vibration. Voyez ? Elle-elle est une chrétienne, et elle souffre de l'arthrite. C'est vrai, n'est-ce pas ? Oui, oui. Et cette opération, c'était une opération de vésicule biliaire. Quand donc vous avez subi cela, vous aviez un peu peur que cette opération ait quelque chose à faire avec ça, vous êtes toute troublée depuis lors. Vous avez beaucoup de complications maintenant. C'est vrai. Maintenant, croyez-vous que Dieu va vous guérir et vous rétablir ? Quittez simplement l'estrade et dites : " Merci, Seigneur. " Amen !
E-149 Bonsoir, madame. Nous ne nous connaissons pas, Dieu nous conna√ģt tous deux. Mais si Dieu me r√©v√®le votre probl√®me, allez-vous croire que je suis Son serviteur ? Ce n'est pas pour vous ; c'est pour quelqu'un d'autre : votre ni√®ce. Mettez-vous √† croire. Croyez-vous de tout votre cŇďur ? Ayez simplement foi ; ne doutez pas. Venez donc. Eh bien, cela a commenc√© dans l'assistance. Eh bien, votre foi commence √† s'√©lever. Vous voyez, on peut sentir cela. Quelque chose se met √† tirer. Voyez-vous ? Tout... Je regarde l√† et on dirait que la salle commence √† avoir une lumi√®re ambre, vous savez; regardez simplement tout autour. Eh bien, vous direz : " Fr√®re Branham, cela ne vous affecterait pas comme √ßa ? " Si une seule petite femme a touch√© le bord du v√™tement de J√©sus et cela a affaibli le Fils de Dieu, qu'est-ce que cela ferait √† moi, un p√©cheur sauv√© par Sa gr√Ęce ? Ayez simplement foi.
E-150 Nous sommes inconnus l'un à l'autre. Je ne vous connais pas. Mais si le Seigneur Jésus me révèle quelle est votre maladie, croirez-vous que je suis Son serviteur ? Et croyez-vous que ce que je vous dis, c'est la confirmation de ce que Dieu a promis ? Le ferez-vous ? Très bien. Votre maladie se trouve dans le flanc. C'est vrai. Vous avez subi une opération : le cancer. Vous êtes tout fatigué. C'est vrai. Vous vous demandez ce qui ne va pas. Mais vous allez vous rétablir maintenant. Eh bien, que Dieu vous bénisse. Eh bien, s'Il peut vous dire ce qui a été... Etait-ce vrai ? Eh bien, s'Il peut vous dire ce qui a été et que cela est vrai, alors ce qu'Il dit pour le futur est vrai.
E-151 Bonsoir, bonsoir. Nous sommes inconnus l'un √† l'autre. Je ne vous connais pas. Est-ce pour le jeune gar√ßon ? Tr√®s bien. Juste un instant. Eh bien, soyez vraiment respectueux, croyez de tout votre cŇďur que J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, et Il fera que le reste s'accomplisse, si seulement vous pouvez croire en Lui Vous vous essuyiez les yeux tout √† l'heure, sŇďur, pendant que vous priiez. Mais l'affection des intestins vous a quitt√©e. Croyez simplement maintenant de tout votre cŇďur. Ayez foi. Vous sentez d√©j√† un changement, n'est-ce pas ? Si c'est vrai, levez la main afin que les gens puissent voir. J'aimerais vous poser une question : Qui est-ce que cette femme a touch√© ? Elle ne m'a point touch√© ; elle est tr√®s loin. Voyez ? Mais elle a touch√© le Souverain Sacrificateur, elle a touch√© le Souverain Sacrificateur.
E-152 Vous vous préoccupez du jeune garçon. On dirait que c'est la hernie... biliaire. Est-ce que votre mari a déjà prié pour lui ? Il devrait le faire, étant donné qu'il est prédicateur. Il va se rétablir. Ne vous en faites pas. Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et éternellement, n'est-ce pas ? Vous voyez cette Lumière suspendue au-dessus de cet homme qui est en train de prier ? Ces maux de tête vous quitteront, vous serez rétabli maintenant même. Ne doutez pas ; ayez foi. Tout cela quittera. Vous priiez pour qu'Il fasse cela, n'est-ce pas ? (C'est vrai) disant : " Seigneur Jésus, fais que frère Branham m'appelle. " Très bien. Est-ce vrai ? Levez la main. Tout est parti.
E-153 Cela a amen√© l'homme derri√®re vous √† croire. Cette maladie sur vos pieds quittera aussi, fr√®re, si vous... Il peut aussi gu√©rir l'asthme, n'est-ce pas ? R√©tablir cela. Tr√®s bien. Mettez-vous simplement √† croire en Lui de tout votre cŇďur. Ayez... Ne doutez pas. Croyez simplement de tout votre cŇďur. Tr√®s bien. Croyez-vous l√† maintenant ? Ne doutez pas. Il y a un esprit bizarre qui se d√©place ici. J'ai confiance que le Seigneur J√©sus va r√©tablir cela. Tr√®s bien. Tr√®s bien. Allez simplement de l'avant, croyant donc, sŇďur. Tr√®s bien, petit gar√ßon. Pour lui ? Que dites-vous ? Oui, allez simplement de l'avant et cela le quittera. Il se r√©tablira et sera bien portant. Tr√®s bien. Croyez-vous, sŇďur ? La maladie de femme va √™tre gu√©rie. Croyez de tout votre cŇďur. Ayez foi maintenant. Venez, sŇďur. Croyez-vous que Dieu gu√©rit la maladie de cŇďur ? Il peut gu√©rir aussi la v√ītre, n'est-ce pas ? Mettez-vous simplement √† croire.
E-154 Bonsoir, monsieur. Voudriez-vous aller prendre votre souper ? Allez de l'avant et mangez. Que Dieu vous b√©nisse. Tout est fini. Le trouble d'estomac est parti, tout est parti. Ayez simplement foi ; ne doutez pas. Croyez de tout votre cŇďur. Vous √™tes tr√®s costaud pour souffrir de nervosit√©. Mais c'est ce qu'il y a. Cela va vous quitter maintenant. Mettez-vous √† croire de tout votre cŇďur. Cet homme assis l√† au fond avec cette ombre noire au-dessus de lui, et ce jeune homme assis l√† derri√®re souffrant d'√©pilepsie : croyez-vous, fils, que Dieu vous r√©tablira ? Voudriez-vous le croire ? Tr√®s bien. Ayez foi en Dieu et cela vous quittera. All√©luia ! Croyez-vous ? Amen.
E-155 Elle prie pour un petit gar√ßon. Non, elle prie, cette femme mexicaine prie pour un fils qui a le cancer, et qui n'est pas sauv√©. Si vous croyez, Dieu s'occupera de cela. Ayez foi en Dieu ; ne doutez pas. Oui, oui. La bursite. Croyez-vous que Dieu s'occupera de la bursite, vous assise, juste devant la femme l√† qui souffrait de la bursite, deux d'entre vous qui √™tes assises ensemble ? Croyez de toute votre-vie-de tout votre cŇďur et vous pouvez recevoir ce que vous voulez. Croyez de tout votre coeur. Ce jeune homme-l√† √©pileptique, croyez-vous que Dieu s'occupera de cela, ce jeune homme qui est assis √† l'int√©rieur, ce jeune homme qui est assis l√† ? Imposez-lui la main, monsieur, croyez de tout votre cŇďur. Au Nom de J√©sus-Christ, sors de lui, Satan. Tu ne peux pas te cacher. Satan, tu ne peux rien cacher maintenant.
E-156 La Pr√©sence du Seigneur est ici. Croyez-vous de tout votre cŇďur ? J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, n'est-ce pas ? Qu'est-ce ? Croyez. Agissez sur base de Sa Parole si vous voulez voir les miracles. Si Dieu est avec nous, o√Ļ sont Ses miracles ? Les voici. Amen ! Dieu est avec nous. Amen. Dieu est avec nous. Voici le signe qu'Il est vivant, la m√™me chose qu'Il avait faite avant Sa mort. Il est ressuscit√© aux si√®cles des si√®cles. Maintenant, est-ce que vous... √™tes-vous croyants ? Levez les mains. Oh ! la la ! Imposez-vous les mains les uns aux autres. Ne priez pas pour vous-m√™mes. Priez pour la personne √† c√īt√© de vous. Mettez-vous simplement √† prier. Priez simplement, disant : " Seigneur Dieu, gu√©ris cette personne, " telle autre personne... C'est cela ; croyez maintenant.
E-157 √Ē Seigneur Dieu, Cr√©ateur des cieux et de la terre, au Nom du Seigneur J√©sus-Christ, nous demandons que la puissance de Dieu balaye cette salle maintenant comme un vent imp√©tueux et qu'elle remplisse cette maison, qu'elle remplisse ces gens de la puissance du Saint-Esprit pour qu'ils croient que Dieu vit toujours et r√®gne. Satan, quitte cet endroit. Sors de ces gens. Je t'adjure, au Nom du Dieu vivant. Amen.
E-158 Que cela s'ancre bon. Que √ßa p√©n√®tre. Croyez en Lui. Comment peut-Il faillir ? Il ne peut pas faillir. S'Il peut se tenir ici sur l'estrade et faire cela, √† combien plus forte raison peut-Il le faire pour vous. " Fr√®re Branham, comment faites-vous cela ? " C'est Sa Parole. C'est la Parole Elle-m√™me rendue manifeste. La Parole se manifestera en vous si vous croyez Cela. √ītez les nuages de doute, le soleil est en train de briller. Le F-I- L-S est en train de briller. Sa puissance est ici dans la salle pour r√©tablir chacun de vous. Amen. Croyez-vous cela ? De tout votre cŇďur ? Alors, au Nom de J√©sus-Christ, levez-vous et acceptez cela au Nom de J√©sus-Christ. Levez la main et louez-Le. Rendez-Lui gloire. Tr√®s bien...?...

En haut