ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication L'HOMME LE PLUS MECHANT QUE JE CONNAISSE / 62-0127 / Phoenix, Arizona, USA // SHP 1 hour and 46 minutes PDF

L'HOMME LE PLUS MECHANT QUE JE CONNAISSE

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 (1) Une fois, Billy Paul, mon fils, devait parler à une - s'adresser à une assemblée à Minneapolis, dans le Minnesota, et le - il n'est pas ministre. Il est comme son père. Et il a dit : "Pour commencer, j'ai peur." C'est donc à peu près la même chose, je pense, que je sens ce matin, en me tenant ici devant ces hommes de Dieu, Ses serviteurs; et en me tenant ici après que des hommes tels que Oral Roberts, Velmer Gardner, ainsi que d'autres grands serviteurs du Seigneur se sont tenus ici prêchant... Et puis, je faisais simplement attention à l'heure en suivant les annonces. Il me faut environ six heures pour prêcher, par conséquent, je - je ne pourrais pas avoir le temps, ce matin, pour cela. D'habitude, je commence vers sept heures trente, le soir, et je termine vers une heure ou deux heures du matin. Ainsi, c'est à peine si j'ai le temps. J'essayerai de le faire peut-être demain après-midi. C'est donc un privilège d'être ici ce matin. Je considère ceci comme un grand honneur que les frères ont témoigné envers moi, dans le Seigneur, de pouvoir venir ici, parler ce matin à ce merveilleux déjeuner. En regardant bien, je vois que vous avez eu sans doute un véritable déjeuner, je le crois, tant spirituellement que matériellement.
E-2 (2) Et maintenant, nous avons pass√© un temps vraiment glorieux, les neuf derniers jours, ici dans la vall√©e de Maricopa, √† PhŇďnix, √† Tempe, √† Mesa, et √† Sunnyslopes, avec ce groupe de ministres, dans leurs √©glises. Nous consid√©rons ceci comme un tr√®s grand privil√®ge d'aller... annoncer cette grande convention, en nous adressant aux gens et en leur disant que nous nous attendons √† ce que de tr√®s grandes choses, au-del√† de tout ce que nous pouvons faire ou penser, se produisent dans cette s√©rie de r√©unions. (3) Fr√®re Williams vient de me dire qu'un membre de sa famille a √©t√© sauv√© hier soir, et il √©tait un - vraiment plong√© dans le p√©ch√©, et nous sommes... Si cet homme est ici ce matin, je remercie le Seigneur pour vous, mon fr√®re, et pour tous ceux qui ont √©t√© sauv√©s. Et s'il y en a ici qui ne sont pas sauv√©s, je prie pour qu'ils se mettent vraiment en ordre ce matin et - et qu'ils soient sauv√©s.
E-3 (4) En parlant des visions, j'ai... Cela a été plus ou moins le - mon ministère que le Seigneur m'a donné. En effet, n'étant pas suffisamment équipé de l'instruction et d'autres choses, je ne pourrais peut-être pas me considérer comme un ministre. Mais tel que je suis, je peux être en mesure de parler aux gens et non... Je ne dis que ce que je sais, et alors Lui confirme le reste. Ainsi donc, si cette portion-là est correcte, et que Lui confirme qu'elle est correcte, alors le reste est aussi correct. Ce que... Les gens sont éloquents, ce que je ne suis peut-être pas.
E-4 (5) J'aime le Seigneur parce qu'Il est si mis√©ricordieux alors que nous sommes si indignes. Et n√©anmoins, Il reste tr√®s mis√©ricordieux. Ceci a √©t√© l'un des miracles de ma vie et de mon exp√©rience, de voir que quand nous √©tions si indignes, Il est cependant venu vers nous, malgr√© tout. Et cela va au-del√† de notre indignit√©, et Il nous accorde malgr√© tout Ses b√©n√©dictions. (6) Comme tous le savent, beaucoup parmi vous savent peut-√™tre que... Et on apprend qu'un autre fr√®re passe par un temps de profonde tristesse, comme j'en ai connu quand j'ai perdu ma m√®re... Je ne crois pas que je l'aie perdue; je crois qu'elle m'a simplement pr√©c√©d√©. Et j'ai appris que la fille de fr√®re Rolph McPherson est morte. Est-ce vrai, fr√®re? Quelqu'un a-t-il... ? Oh! la la! cela a attrist√© mon cŇďur quand une sŇďur me l'a appris. Je ne le savais m√™me pas.
E-5 (7) G√©n√©ralement, dans Sa mis√©ricorde, Dieu me montre les miens avant qu'ils ne s'en aillent. Mon p√®re est mort dans mes bras, et j'ai recommand√© son √Ęme √† Dieu. Mes fr√®res... Fr√®re Shakarian et moi, beaucoup parmi ceux qui sont ici, √©tions outre-mer (je crois que c'√©tait l'ann√©e pass√©e), l√† √† la Jama√Įque, √† Kingston, quand un matin au d√©jeuner, le Saint-Esprit est entr√©, et j'ai dit: "Maintenant, Sa Pr√©sence est ici. Pour le savoir, voyez-vous cette femme qui va l√†-bas avec cette chose sur son bras? Faites-la venir ici un moment." Je lui ai r√©v√©l√© son √©tat. "Je vois un jeune homme venir ici maintenant. Il a une certaine chose, et c'est ce qui le tourmente." (8) Et juste √† ce moment-l√†, j'ai baiss√© les yeux et j'ai vu quelqu'un en train de mourir, et un jeune homme √©tait debout, il avait des convulsions ou crachait du sang. Et j'ai dit : "Appelez imm√©diatement Billy Paul." Le jeune homme crachait du sang. "Ne le laissez pas aller au mont Blue, aujourd'hui. Je ne sais pas ce que c'est." Et alors plus tard, nous avons d√©couvert que c'√©tait ma belle-m√®re qui mourait au m√™me moment, et mon beau-fr√®re qui √©tait l√†, avait des convulsions et crachait du sang.
E-6 (9) Et quelques semaines apr√®s, dans la premi√®re moiti√© du mois d'ao√Ľt, je suis revenu, et fr√®re Arganbright m'a appel√© pour qu'on aille avec lui en Alaska, √† une tourn√©e de chasse et pour √©tablir un chapitre. Eh bien, le Seigneur m'a montr√© une vision concernant (Eh bien, c'est terrible de devoir mentionner ceci. J'esp√®re que √ßa ne semble pas sacril√®ge.) toutefois... concernant une tourn√©e de chasse que j'allais entreprendre, que j'allais attraper - ce que j'allais attraper, les personnes qui seraient avec moi, et comment elles seraient habill√©es, exactement. Il y aurait un ours argent√© de neuf pieds [2,74 m - N.D.T.] Il y aurait aussi un caribou ayant de quarante-deux pouces [1 m- N.D.T.] de haut. (10) Et quand il m'a appel√©, j'ai dit : "Il me semble que c'est cela, mais laisse-moi d'abord prier le P√®re." Et j'ai annonc√© cela dans l'√©glise et √† beaucoup d'endroits. Des centaines de gens √©taient au courant de cela. Ainsi, aller en Alaska semblait tr√®s bien, mais le Saint-Esprit continuait √† m'avertir de m'en √©loigner. Et vous ne devez jamais aller √† l'encontre de la conduite du Saint-Esprit.
E-7 (11) Puis quelques jours plus tard, un homme qui √©tait en Colombie-Britannique, un jeune converti, avait un fr√®re qui √©tait l√†-bas au moment o√Ļ j'y √©tais, au printemps, celui-ci avait souffert de l'√©pilepsie toute sa vie. Et on √©tait alors parti √† la chasse apr√®s le service. Il avait toujours demand√© √† Dieu que j'aie une vision pour son fr√®re; il n'avait jamais assist√© √† l'une des r√©unions. (12) Mais nous √©tions sortis √† cheval, nous menions les chevaux. Fr√®re Eddie Byskal (qui, je crois, est ici ce matin) et moi √©tions derri√®re, menions les chevaux. Et il m'est arriv√© de regarder de l'autre c√īt√© de la montagne. J'ai vu son fr√®re, ce qu'il √©tait, et ce qu'il fallait faire pour sa gu√©rison. Et j'ai vite √©peronn√© mon cheval, et m'√©tant approch√©, j'ai mis ma main derri√®re la selle du guide. J'ai dit : "Votre fr√®re... " Je l'ai d√©crit. Il a dit : " C'est vrai." J'ai dit : "Allez le chercher. Envoyez-le ici. Puis laissez-le seul jusqu'√† ce qu'il ait une de ses crises." Il a dit : "Il en a quatre ou cinq par jour, et il en a eu toute sa vie." "D√®s qu'il en aura une, √ītez-lui rapidement la chemise du dos et jetez-la au feu, et dites : 'Je fais ceci au Nom de J√©sus-Christ.' Cela va le quitter." (13) Et il est all√© chercher son fr√®re. Et il venait juste de sortir de la maison. Il devait commencer ce jour-l√† √† - √† frayer des passages pour que les chasseurs puissent entrer - ce que nous appelons le d√©blaiement des pistes. Et sa petite dame avait si peur de... C'√©tait une petite dame pentec√ītiste. Et c'√©tait l√† sur le fleuve Racing, √† environ cinq ou six miles [8 ou 10 km - N.D.T.] de toute civilisation. Et la petite dame... Quand le gar√ßon a piqu√© une crise, la premi√®re (d'habitude, elle se sauve par la fen√™tre), mais... Elle avait peur, mais elle sauta √† califourchon sur lui, lui arracha la chemise et la jeta dans le brasero, puis elle dit : "Je fais ceci au Nom de J√©sus-Christ." Il n'en a plus jamais eu depuis. Et donc, il m'a √©crit une lettre et m'a dit : "Venez."
E-8 (14) Eh bien, l√†-haut... Pour servir le temps, ou plut√īt pour gagner du temps (Il y a beaucoup de gens assis ici qui le savent. Cela avait √©t√© annonc√©.), exactement... J'ai cette d√©claration dans ma poche - un ours gris de neuf pieds [2,74 m]. L'endroit pr√©cis, le moment pr√©cis - le caribou. Et le guide a dit : "Vous voulez dire juste √† partir d'ici? Nous pouvons voir jusque l√† o√Ļ se tient cet homme ayant une chemise √† carreaux dont vous nous avez parl√©. D'ici √† cet endroit, vous allez tuer un ours gris de neuf pieds [environ 2,74 m]?" J'ai dit : "C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR." Il a dit : "Comment cela va-t-il arriver?" J'ai dit : "√áa ne d√©pend pas de moi. C'est... Il a r√©ellement dit cela. Je ne fais qu'ob√©ir √† ce qu'Il a dit." (15) Et ainsi, en descendant la route, nous √©tions dans le... nous √©tions √† environ trois miles [5 km] juste en descendant la montagne, il n'y avait m√™me pas un seul arbre ou quelque chose comme cela, juste la cladonie en haut, √† la lisi√®re des arbres. Lorsque nous avons fait un demi-mile [800 m]... Il transportait alors la t√™te. On se relayait; environ - √ßa pesait environ cent cinquante livres [67,5 kg]. Nous √©tions donc... Il a dit : "Vous dites que cela va mesurer exactement quarante-deux pouces [1 m]?" "Exactement." Et quand nous sommes arriv√©s l√† o√Ļ se trouvait la selle, c'√©tait exactement quarante-deux pouces [1 m]. Et √† un demi-mile [800 m], il a dit : "Eh bien, Fr√®re Branham, a-t-il dit, l'ours est maintenant √† une distance d'un demi-mile [800 m]." (16) J'ai dit : "C'est vrai." Je me suis retourn√©. J'ai dit : "Qu'est-ce qui se tient juste l√†?" Il √©tait l√†, regardant droit vers nous : un ours gris de neuf pieds [2,74 m]. Et la d√©claration du guide se trouve ici, je l'ai dans ma proche.
E-9 (17) A mon retour √† la maison, maman √©tait malade. C'√©tait la gr√Ęce de Dieu. J'avais pr√©vu trois autres tourn√©es avec les fr√®res, mais Lui savait que je ne pouvais pas les faire. Eh bien, maman m'a dit : "Billy, je rentre √† la Maison." J'ai dit : "Non, maman, ai-je dit, si tu rentres √† la Maison, Dieu ne m'a rien dit du tout." (18) Et alors, son √©tat ne faisait que s'aggraver. Et finalement, le Seigneur a rappel√© son √Ęme √† la Maison. Et je... Juste pour vous montrer ce que signifient les v√©ritables b√©n√©dictions de la Pentec√īte : quand elle √©tait devenue si faible... J'ai conduit maman √† Christ, je l'ai moi-m√™me baptis√©e. Et quand elle √©tait devenue si faible qu'elle ne pouvait plus parler... Elle parlait toujours de la bont√© du Seigneur. Elle a dit qu'elle m'avait vu dans une vision, debout, en homme vraiment √Ęg√©, tenant la croix, tendant la main pour la saisir. (19) Et alors quand elle partait, quelques instants avant son d√©part, elle ne pouvait plus parler. J'ai dit : "Maman, tu n'es plus capable de parler. Mais en tant que ton fils, j'aimerais te demander quelque chose : 'J√©sus est-Il pour toi maintenant aussi doux qu'Il l'√©tait quand tu L'as re√ßu sous la forme du Saint-Esprit? Si... Tu te meurs en ce moment m√™me, maman. Tu ne vivras pas au-del√† de cinq minutes. Et si J√©sus est tout aussi doux pour toi, bien que tu n'arrives pas √† parler, bats rapidement les cils." Et elle a battu les cils, et les larmes coulaient sur ses joues. Quelque chose comme un petit vent a travers√© le b√Ętiment, et sa pr√©cieuse √Ęme fut ramen√©e √† la Maison.
E-10 (20) En rentrant √† la maison, j'ai demand√© au Seigneur pourquoi - pourquoi Il ne me l'avait pas montr√©. Etait-ce parce que pour les autres membres de ma famille, je me trouvais √† d'autres endroits? Et alors, j'ai pris la Bible comme ceci, et j'ai dit : "P√®re... " Madame Domico (Elle est (oh!) peut-√™tre √† cette r√©union ; elle assiste √† toutes les r√©unions.), elle vient de me donner une Bible avec des √©crits rouges. Je ne crois pas dans le fait de prendre la Parole de Dieu et d'En faire un oui-ja. Mais j'√©tais si bris√© pendant que j'enlevais ses habits qui √©taient l√†. Et elle √©tait une personne douce. J'ai pos√© la Bible; j'ai dit : "Tu peux me r√©conforter quelque part ici", et ce fut le verset : "Elle n'est pas morte, mais elle dort." (21) Alors le matin suivant, vers neuf heures donc, pendant que j'√©tais dans la pi√®ce en train de pleurer, nous nous appr√™tions √† aller voir comment on avait fait sa toilette mortuaire, j'ai eu une vision. J'ai vu une grande multitude de petits enfants estropi√©s √©tendus ensemble, et je chantais le cantique : Faites-les entrer. Et du c√īt√©... Le - l'endroit √©tait tellement large que √ßa descendait comme ceci, et c'√©tait relev√© comme ceci en arri√®re de sorte que ceux qui √©taient derri√®re voyaient devant. Et des milliers de gens √©taient rassembl√©s.
E-11 (22) Et j'ai vu entrer une femme renomm√©e, elle √©tait cependant habill√©e de fa√ßon d√©mod√©e, avec une jupe longue, et de petites choses autour du cou, un grand chapeau retourn√©, et beaucoup de cheveux lui retombant au dos. Et je l'ai vue traverser le b√Ętiment et - traverser cet endroit. Ce n'√©tait pas un b√Ętiment; c'√©tait en plein air. Et il y avait une loge de chaque c√īt√©, comme l√† o√Ļ se mettent les c√©l√©brit√©s. Et au bout d'un moment, elle se trouva dans cette loge-ci, s'inclinant devant les gens. Et je suis all√© √† la chaire, et j'allais pr√™cher. Et la femme s'est retourn√©e pour incliner la t√™te devant moi, comme ceci. Quand elle a baiss√© sa t√™te, j'ai inclin√© la mienne. Je me trouvais √† cinq pieds [1,5 m] d'elle. Et quand elle s'est relev√©e, c'√©tait ma m√®re, belle et jeune. (23) Juste √† ce moment-l√†, il y a eu un tonnerre, un √©clair et un grondement comme si c'√©tait ici, et une Voix dit : "Ne te fais pas de soucis √† son sujet. Elle est telle qu'elle √©tait en 1906." Je suis all√© chercher dans la vieille Bible de famille pour voir ce qui s'√©tait pass√© en 1906, et c'√©tait l'ann√©e o√Ļ elle √©tait devenue l'√©pouse de mon p√®re. Aujourd'hui, elle fait donc partie de l'Epouse du Seigneur J√©sus, dont je suis membre. Un jour, je la reverrai.
E-12 (24) Et je suis s√Ľr que fr√®re et sŇďur McPherson dans leur perte... Et j'aimerais dire que fr√®re Tommy Hicks m'a appel√© il y a quelques jours lorsque je venais d'arriver ici √† PhŇďnix. Il avait perdu son fr√®re. Je crois qu'on a annonc√© cela, un de nos fr√®res. Il avait √©t√© tu√© sur le coup l√† √† Mexico. Et fr√®re Tommy devait y aller par avion pour identifier son fr√®re, celui-ci n'√©tait pas sauv√©. Et le pauvre petit tommy pleurait, son cŇďur √©tait bris√©.
E-13 (25) Et j'espère que - que nous n'aurons jamais cette expérience, mais que nous serons tous prêts, en ce jour-là, à rencontrer Christ, car si nous - si nous ne sommes pas prêts... Ce n'est pas difficile de partir lorsque vous êtes prêt, mais oh! lorsque vous n'êtes pas prêt... Et rappelez-vous, ces... Ce n'était pas simplement... Ces choses, ce n'est pas dans un rêve; on les voit, et ce sont des faits réels. Là, les vieux seront jeunes éternellement. Il n'y aura plus jamais de vieillesse, ni de trace de péché, ni de trace de vieillesse. Quel encouragement pour nous de savoir qu'il y a un pays au-delà de la rivière!
E-14 Je voudrais maintenant que nous nous approchions de Lui en inclinant la t√™te et le cŇďur, comme... Je... Juste pour une petite sc√®ne comme j'aime toujours en donner au d√©jeuner des Hommes d'Affaires... J'aimerais lire une Ecriture, mais avant de La lire et de prier, j'aimerais demander s'il y a quelqu'un ici qui a une requ√™te et qui aimerait qu'on se souvienne de lui, levez simplement la main vers Dieu, quelle que soit votre requ√™te. Oh! c'est - c'est un auditoire de n√©cessiteux, un monde de n√©cessiteux. Prions.
E-15 (26) Notre P√®re c√©leste, tandis que nous venons aupr√®s de gens et nous rentrons, nous sommes conscients qu'un jour, nous viendrons pour la derni√®re fois. Un jour, nous devrons nous rencontrer sur la terre pour la derni√®re fois. Et comme chaque fois que nous, pr√©dicateurs, nous montons √† la chaire, nous nous demandons s'il y aura une autre occasion de Te pr√©senter √† notre assembl√©e, nous ne savons pas √† quel moment cela pourrait arriver. Et, Seigneur, nous Te prions ce matin d'√™tre mis√©ricordieux. Et quand je vais lire Ta Parole b√©nie, je prie que la Semence tombe dans les cŇďurs des gens, afin qu'ils puissent La recevoir. Et Seigneur, s'il y en a aujourd'hui qui ne sont pas sauv√©s, puissent-ils √™tre sauv√©s aujourd'hui. Qu'ils puissent prendre cette d√©cision ad√©quate ce matin, en acceptant le Fils de Dieu comme leur Sauveur. Ceux qui sont fatigu√©s sur le Chemin, ceux qui sont sortis du Chemin, ram√®ne-les, Seigneur. Et ceux qui sont sur le Chemin, donne-leur la joie, la paix, la satisfaction de leur grande approbation de... dans le pass√©, du Seigneur J√©sus.
E-16 Nous savons que les gens sont assis ici depuis sept heures ce matin, ils sont fatigu√©s. Mais veux-Tu les rafra√ģchir, Seigneur, avec une pluie de b√©n√©dictions venant du tr√īne c√©leste de notre P√®re. Donne-leur, √ī Dieu, ce qui est n√©cessaire pour cette heure. Et maintenant, avec la lecture de Ta Parole, je me confie √† Toi, √ī Seigneur, et puisse le Saint-Esprit apporter beaucoup √† partir de Ta parole. Tu connais la requ√™te qu'il y a derri√®re chaque main lev√©e. Je prie P√®re que Tu b√©nisses cette requ√™te. Accorde-leur le d√©sir de leur cŇďur. B√©nis ce rassemblement, ce temps de communion o√Ļ les hommes et les femmes de toutes les classes sociales, venant de tous les coins de la nation, et de l'ext√©rieur de la nation, se sont rassembl√©s ici dans cette grande ville appel√©e PhŇďnix : sorti du n√©ant. Puisse le Saint-Esprit prendre Sa petite √©glise ce matin, et en faire un - un phŇďnix. El√®ve-la aujourd'hui par des miracles, des signes et des prodiges du Dieu vivant pendant cette convention.
E-17 (27) Tout celui qui est baptis√© l√† dans cette piscine, ou √† tout autre endroit, cet apr√®s-midi, puisse le Saint-Esprit se mouvoir sur les eaux et se saisir de cette personne alors qu'elle sort. Car, nous savons que la commission nous a √©t√© donn√©e par la Parole de Dieu qui ne peut pas faillir. Lors de l'inauguration de l'√©glise, Pierre, dans son grand discours du jour de la Pentec√īte, a dit : "Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptis√© au Nom de J√©sus-Christ, pour le pardon de vos p√©ch√©s ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vos enfants et pour ceux qui sont au loin en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera." Seigneur, Tu continues √† appeler aujourd'hui. Et nous savons que le Saint-Esprit descendra dans cette vall√©e, et sur cette eau cet apr√®s-midi, pour accorder √† ces gens les d√©sirs de leurs cŇďurs, les scellant dans le Royaume de Dieu. Accorde-le, P√®re. B√©nis cette convention. B√©nis chaque homme, gar√ßon, fille, tout celui qui aura un mot √† dire, et puisse cela √™tre b√©n√©fique pour le reste d'entre nous. Nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen.
E-18 (28) Maintenant, pendant juste quelques instants de votre temps... Et je vais demander à frère Shakarian ou à l'un d'eux qui... Je suis du Sud, un lent pour commencer. J'étais donc... Mes parents m'ont dit que je suis venu au monde un peu en retard. J'ai toujours été en retard. Il n'y a pas longtemps, quand je prêchais à l'église United Brethren [Eglise des frères unis - N.D.T..], je n'avais qu'environ une heure de retard. Vous savez, ces gens respectent l'heure. Alors, le pasteur s'est levé et a dit : "Audience, je m'en vais vous présenter maintenant Monsieur Branham, le retardataire." J'étais en retard pour mon mariage. J'ai fait attendre ma femme à peu près deux heures: je devais répondre à l'appel d'un malade. Eh bien, si seulement je peux être en retard à mes funérailles! C'est la chose essentielle. Bien, je suis si content qu'il y en ait Un qui est à l'heure, et c'est Dieu et Son Message : toujours à l'heure.
E-19 (29) Bon, demain apr√®s-midi, si le Seigneur le veut, je vais vous parler, vous pr√™cher, si le Seigneur le veut. Bon, si vous voulez bien lire le texte, ou plut√īt le noter pour ce matin, c'est une simple petite sc√®ne, je voudrais que vous lisiez Saint Luc 7.36. "Un pharisien pria J√©sus de manger avec lui. J√©sus entra dans la maison du pharisien, et se mit √† table." (30) Tr√®s simple... Nous connaissons tous cette histoire. Bon, je crois que √ßa devait √™tre vers le coucher du soleil que le messager est arriv√©. Il √©tait fatigu√©; ses pieds √©taient poussi√©reux; ses cheveux √©taient emm√™l√©s √† cause de la poussi√®re et de la sueur, car il avait couru presque toute la journ√©e. Il avait un - un devoir √† accomplir, et il devait se d√©p√™cher pour l'accomplir. Ainsi, il √©tait probablement all√© √† Caperna√ľm, et on lui a dit √† Caperna√ľm: " Oui, Il √©tait ici il y a quelques jours, mais Il est parti." Puis il est all√© √† Nazareth, et ainsi de suite, de ville en ville. Finalement, un peu tard dans l'apr√®s-midi, au coucher du soleil, fatigu√©, les pieds endoloris, √©puis√©, il a enfin rencontr√© Celui qu'il cherchait: J√©sus de Nazareth. Oh! si seulement on pouvait faire cela, courir de ville en ville, d'un endroit √† un autre jusqu'√† ce que nous soyons finalement dans Sa Pr√©sence!
E-20 (31) √áa devait √™tre Philippe... Il semble que Philippe √©tait une sorte de garde ext√©rieur. On l'a d'abord rencontr√©, lui, avant d'entrer pour voir d'autres disciples. Dites, c'est comme quand J√©sus √©tait assis quelque part, et Jean s'√©tait appuy√© sur Sa poitrine; [lui et] Pierre, repr√©sentant la foi et l'amour, √©taient les plus proches de J√©sus. Ainsi Philippe a probablement conduit ce messager aupr√®s de - aupr√®s de, disons de Pierre. Pierre l'a amen√© devant J√©sus. (32) Et Il √©tait fatigu√©. Il avait pr√™ch√© toute la journ√©e, et peut-√™tre que Sa voix √©tait un peu enrou√©e - enrou√©e √† cause de la douleur et de la poussi√®re de la journ√©e, des gens qui marchaient et la poussi√®re s'√©levait, Sa force diminuait, car Il devait se tenir debout pour parler aux gens de la Parole de Dieu. Il les observait et voyait combien ils avaient faim et soif, Il leur expliquait comment Dieu accomplissait toutes Ses grandes Ňďuvres.
E-21 Oh! J'aurais aim√© avoir √©t√© l√† pour √©couter cela. Je crois sans aucun doute que chaque personne qui est ici aurait ardemment d√©sir√© √™tre l√† pour √©couter ce qu'Il avait √† dire, √©couter Sa doctrine, ce qu'√©tait Sa doctrine, comment Il S'exprimait, et quel genre de voix Il avait, et Le regarder en face et - et Le voir accomplir Ses Ňďuvres et discerner les pens√©es des gens, et Il leur parlait de diff√©rentes choses et des maladies qu'ils avaient, et Il les d√©clarait gu√©ris. J'aurais voulu avoir √©t√© l√†. Oh! la la! J'aurais voulu voir cela.
E-22 (33) Et Il se pourrait qu'Il venait peut-√™tre de terminer un sermon sur... Vous savez la premi√®re doctrine de J√©sus. Savez-vous ce que c'√©tait? "Vous devez na√ģtre de nouveau." C'√©tait √ßa Sa premi√®re doctrine. "Vous devez na√ģtre de nouveau." (34) Il est donc peut-√™tre retourn√© dans la Gen√®se et a commenc√© √† dire: "Au commencement Dieu a dit : 'Que cela soit.' Et cela fut. Et Il a dit: 'Que tout ce que J'ai prononc√© se reproduise selon son esp√®ce.' Et cela se reproduisit." Alors, Il a peut-√™tre apport√© quelque chose comme ceci, disant: "Eh bien, maintenant que ceci se reproduit... Mais pourtant, vous pouvez prendre ces semences et les m√©langer, et vous pouvez obtenir ce qu'on appelle un - un produit hybride, beau, tr√®s joli, mais qui n'est pas l'original. Laissez simplement aller la chose, elle se reproduira selon son esp√®ce."
E-23 (35) Et un produit hybride ne peut jamais supporter les rudesses et le traitement que l'original peut supporter. Eh bien, une vielle longhorn [Espèce de vaches anglaises en voie de disparition, ayant de longues cornes - N.D.T.] laisserait mourir de faim un de vos Herefords là dans la prairie pendant l'hiver. Elle peut se frayer un chemin comme une biche, mais votre Hereford hybridé, votre Brahma-Angus hybridé va crever là. Vous devez les traiter délicatement. (36) Et Il... S'il était ici aujourd'hui, je crois qu'Il nous dirait quelque chose de semblable. Nous n'avons pas seulement hybridé les fruits et les animaux, mais nous avons hybridé la religion : nous devons être dorlotés et chouchoutés. Ça, ce n'est pas l'orignal. Nous essayons de prendre la Parole de Dieu et de L'hybrider avec quelque chose d'autre, de L'hybrider ici, et Elle devient un groupe de bébés délicats que nous devons dorloter, et ils ne peuvent accepter la véritable Parole. Il a peut-être dit quelque chose de pareil. (37) Puis, Il a peut-être dit : "Vous voyez, vos vies sont vraiment hybridées. Le Père a dit : 'Ne touchez pas à l'arbre.' Mais Satan a dit : 'Cela ne vous fera pas de mal.' Ainsi donc, votre vie est maintenant dans un état d'hybridation." Et cette vie ne peut pas se reproduire, car... se reproduire.
E-24 (38) Vous pouvez par exemple prendre l'√Ęne et hybrider avec le cheval ou plut√īt avec une jument, et cela va donner un mulet. Mais le mulet... la m√®re mulet et le p√®re mulet ne peuvent pas produire un b√©b√© mulet. Vous devez continuer √† hybrider. (39) C'est la m√™me chose avec le ma√Įs, il est beau, mais lisez le Reader's Digest, ce que toutes ces choses hybrides ont comme effet sur les gens - le cancer et tout le reste. Des poulets hybrides, on dit que si on n'arr√™te pas cela, dans vingt ans, que se passera-t-il? Les femmes ne pourront plus avoir d'enfants. Elles deviennent plus robustes, minces et plus √©troites aux hanches, elles ne peuvent pas avoir d'enfants. Laissez les choses telles qu'elles sont. Laissez Dieu tranquille. C'est comme √ßa avec Sa Parole. Laissez-La telle qu'Elle est. N'essayez pas d'Y ajouter quelque chose pour La faire correspondre √† un credo. Gardez-La telle que Dieu L'a dite. Croyez-La. Elle produira un chr√©tien costaud, fort, pas un b√©b√© qui doit √™tre dorlot√© par la d√©nomination , caress√©, portant une lettre d'une √©glise, allant d'une d√©nomination √† une autre. Quand Il a mis son nom dans le Livre l√† au ciel, la chose a √©t√© r√©gl√©e pour toujours.
E-25 (40) Peut-√™tre que J√©sus a dit : "Bon, pour revenir √† l'original, Dieu doit encore parler." C'est ce qu'Il fait quand Il vous donne la nouvelle naissance. Votre ancienne vie a disparu, et vous revenez √† la Parole originale du Seigneur. Si ce n'est pas le cas, vous √™tes un hybride dans les √©glises, dans les d√©nominations. Mais quand Dieu proclame Sa paix et le Saint-Esprit, alors, vous revenez dans la famille originale de Dieu. Vous n'avez donc plus √† √™tre dorlot√©. Vous √™tes un chr√©tien solide qui peut supporter la chose. (41) Vous irez √† la croix, √† la fournaise ardente, √† la fosse aux lions, ou n'importe o√Ļ, car la Parole du Dieu vivant br√Ľle dans votre cŇďur et dans votre √Ęme. Et tous peuvent r√©trograder, tous peuvent se retourner contre vous et tout le reste, mais cela n'arr√™tera rien. Cette rude Parole de Dieu demeure juste l√† quand Il a parl√© de cette voix originale dans votre cŇďur, disant : "Tu es √† Moi."
E-26 (42) Je pense que c'√©tait peut-√™tre sur un sujet pareil, je ne sais pas, mais Il √©tait probablement en train de parler. Et Sa voix √©tait rauque, Ses l√®vres dess√©ch√©es, Son visage rouge √† cause des rayons directs du soleil palestinien qui est tr√®s accablant. Et puis, peut-√™tre que Philippe et Pierre attendaient qu'Il e√Ľt termin√©, et alors, Il a dit peut-√™tre ceci √† la fin : "Cherchez et vous trouverez." Et quand Il a fini de dire cela, Pierre a peut-√™tre dit : "Seigneur, voici un homme qui a √©t√© envoy√© d'un certain endroit par un certain homme, et il d√©sire parler avec Toi." Et Il l'a regard√© et a dit : "Parlez donc." Il n'est jamais trop fatigu√©, mais toujours pr√™t √† entendre tout ce que vous voulez dire. Il est le m√™me aujourd'hui. Peu importe combien la nuit est avanc√©e, combien Il peut √™tre fatigu√©, Il est toujours pr√™t √† r√©pondre √† tout, √† la question que vous Lui poserez.
E-27 (43) Et il a dit... Ce messager s'est peut-√™tre dit que c'√©tait l'instant o√Ļ son p√©riple se terminait. Il Lui a donc dit : "Un certain, certain cardinal, l'√©v√™que Untel, le pharisien, mon ma√ģtre va organiser une grande f√™te. Et il T'a honor√©; en effet, mon ma√ģtre est un grand homme, et il T'a honor√©, √† voir la foule qui T'entoure", en d'autres termes, √† voir comment Tu es habill√©. "Et il veut cependant que Tu viennes lui rendre visite lors de cette f√™te, √† tel et tel moment." (44) J√©sus va toujours l√† o√Ļ Il est invit√©. O√Ļ que ce soit, Il viendra. Oh! Il est all√© une fois dans une fosse aux lions, dans une fournaise ardente. Je crois que c'√©tait David qui a dit: "Si je me couche au s√©jour des morts, Il sera l√†." Il ira chez le plus pauvre, chez le plus riche, chez le plus immoral, chez le plus vil, chez le plus faible. Il viendra partout o√Ļ Il est invit√©. Peu importe votre √©tat ou votre position dans la vie, Il viendra toujours. Pour moi, c'est ce qui fait de Lui Dieu. Il est humble. "Je serai l√†. Va dire √† ton ma√ģtre que Je serai l√† √† la date indiqu√©e. Je serai l√†." Ce tr√®s mis√©rable messager, comment pouvait-il faire cela? J'aurais souhait√© √™tre √† sa place : il a tourn√© le dos au Seigneur et s'en est all√©, se sentant heureux d'avoir fait plaisir √† son ma√ģtre. Nous sommes tr√®s souvent coupables de cela. Nous sommes si int√©ress√©s...
E-28 (45) Je lisais dans Les P√®res Nic√©ens, Le Concile Post-Nic√©en l√† o√Ļ saint Augustin d'Hippone √©tait un jour avec saint Martin quand il lui a rendu visite au monast√®re. Dieu lui donna, l√† au fond du jardin, l'opportunit√© de recevoir le Saint-Esprit comme Martin . Mais il L'a rejet√©, il √©tait tellement int√©ress√© aux - aux dogmes de Rome qu'il ne pouvait pas recevoir le Saint-Esprit. Souvent, nous devenons ainsi, tr√®s int√©ress√©s √† d'autres choses. Des fois, nous sommes tr√®s int√©ress√©s √† l'instant, nous sommes amen√©s droit dans la Pr√©sence du Seigneur J√©sus, puis nous nous en √©loignons.
E-29 Un homme a retenu mon attention l'autre soir √† l'estrade quand il parlait d'aller √† l'une des conventions et d'y amener son whisky et ses cigares. C'est tout ce qu'il savait d'une convention. Mais je suis heureux qu'il ait saisi l'opportunit√©. Tr√®s souvent, nous ne faisons pas cela: saisir l'opportunit√©. (46) Ce messager a transmis le message, et √©tant en Pr√©sence du Seigneur J√©sus, et il a pourtant √©t√© assez stupide, si je dois le dire, pour se d√©tourner et penser qu'il avait fait tout ce qui √©tait n√©cessaire. Quelquefois, nous allons √† l'√©cole et nous obtenons un doctorat ou un doctorat en droit, nous allons dans une r√©union pentec√ītiste et - pour dire aux gens que les jours des miracles sont pass√©s, parce que l'√©v√™que nous a envoy√©s le leur dire, et nous nous d√©tournons du fait m√™me que nous sommes dans la Pr√©sence de J√©sus-Christ.
E-30 (47) Quelle opportunit√© Dieu a offerte √† cet homme, ce pauvre mis√©rable homme! J'aurais souhait√© me tenir l√†. Je serais d'abord tomb√© √† Ses pieds avant de dire quoi que ce soit sur ce que le cardinal voulait. J'aurais dit : "Seigneur J√©sus, sois mis√©ricordieux envers moi, un p√©cheur." Cela aurait √©t√© la premi√®re chose de ma vie, sachant qu'Il √©tait la Vie et que la seule ressource pour parvenir √† Dieu, c'√©tait par Lui. Je L'aurais accept√© et L'aurais laiss√© √™tre mon Sauveur personnel d'abord, et j'aurais laiss√© tomber la mission que le cardinal m'aurait confi√©e ou le pape ou le responsable du district, ou qui que ce f√Ľt qui m'aurait confi√© une mission; j'aurais d'abord cherch√© Christ.
E-31 (48) Je crois que cela devrait √™tre le seul devoir de chaque homme et de chaque femme qui assiste √† ces r√©unions, peu importe ce que quelqu'un d'autre dit. Vous avez √©t√© amen√© dans la Pr√©sence de Christ. Peu importe que vous ayez du succ√®s ou pas, peu importe que vous soyez grand, ou pauvre, peu importe ce que vous √™tes, √† la premi√®re occasion, tombez √† Ses pieds et dites: "Seigneur, sois mis√©ricordieux envers moi." Puis venez dire aux hommes d'affaires que vous voulez joindre leurs rangs. Placez Dieu en premi√®re position. (49) Ce tr√®s mis√©rable homme, combien nous voudrions l'examiner ce matin si nous pouvons tirer les rideaux et voir si cela avait toujours √©t√© son attitude de s'√©loigner de la Pr√©sence de Christ, alors qu'il avait eu l'occasion de se tenir √† c√īt√© de Lui. Quelle personne mis√©rable il est encore aujourd'hui, car il vit quelque part. Et il se pourrait que ce soit vous ou moi apr√®s cette r√©union d'aujourd'hui. √áa d√©pend de notre attitude quand nous sommes dans Sa Pr√©sence. Acceptez toujours cela.
E-32 Mais il a tourn√© le dos au Seigneur et s'est √©loign√©, se sentant soulag√©, satisfait d'avoir fait ce qu'on lui avait dit de faire. Quelquefois, il n'est pas bon de faire ce qu'on vous dit de faire. Dans ce cas-l√†, c'√©tait bien. Ainsi donc, nous voyons qu'il avait d√Ľ rentrer vite pour remplir sa mission et... "Je L'ai vu; je - je sais qui Il est. Je L'ai rencontr√©, je Lui ai parl√©. Et j'ai Sa promesse qu'Il sera l√†. Il sera l√†. Il a dit qu'Il sera l√†." (50) Maintenant, il y a quelque chose qui cloche dans cette sc√®ne. Il y a quelque chose qui cloche quelque part. Ces pharisiens n'aimaient pas J√©sus. Ils Le ha√Įssaient. Ils ne trouvaient pas Son Nom sur la liste de leur d√©nomination. Ils savaient qu'Il ne sortait d'aucune de leurs √©coles de th√©ologie. Mais Il √©tait sorti d'une, pas de la leur, mais de celle de Dieu. Nous voyons donc que ces pharisiens Le ha√Įssaient. Il ne collaborait pas avec eux. Ils Le m√©prisaient.
E-33 (51) Et vous ne pouvez pas vous r√©unir pour communier, √† moins d'avoir quelque chose en commun. C'est la raison pour laquelle nous aimons venir √† ces r√©unions. Nous avons quelque chose en commun : le Saint-Esprit, l'amour fraternel, communiant les uns avec les autres pendant que le sang de J√©sus-Christ nous purifie de tous nos p√©ch√©s. Nous avons la communion; nous avons quelque chose en commun. (52) Quand vous voyez un - les jeunes avec les vieux, vous voyez une petite fille qui tourne tout le temps autour de grand-m√®re, il y a quelque chose qui cloche: il y a une trop grande diff√©rence d'√Ęge. Vous savez, les jeunes filles de seize ans aiment se bourrer de chewing-gum et, vous savez, et des choses comme cela, et parler de leurs petits amis. Et les - et les vieilles dames, elles, aiment parler couture, coupe et couture, cuisine et ainsi de suite. Et les petits enfants aiment jouer √† la poup√©e, ou aux billes, √† la toupie et au reste. Mais lorsque vous voyez une toute petite fille tourner autour de grand-m√®re, dites-vous que la grand-m√®re a un sachet de bonbons quelque part. Quelque chose cloche, ou elle est la chouchoute de grand-m√®re...
E-34 Ce pharisien doit donc avoir eu, comme nous le disons dans le langage de la rue, un tour dans sa manche en invitant J√©sus, car il Le ha√Įssait. Il n'y avait pas de communion. Je m'imagine qu'il a dit aux autres grands hommes de son voisinage : "Vous connaissez ce soi-disant proph√®te? Nos gens savent que c'est de la t√©l√©pathie. Nous savons que c'est un diseur de bonne aventure. Et il ne vaut rien." Vous savez, ils ne sont pas tous morts. Beaucoup d'entre eux sont toujours vivants. "Nous savons qu'ils - nous ne croyons pas en Lui, notre - notre association a d√©j√† d√©nonc√© cela. Ainsi, vous savez quoi? A cette certaine f√™te que je vais offrir, je vais voir si je peux L'amener ici et nous allons prouver qu'Il ne l'est pas. Nous prouverons qu'Il n'est pas ce qu'Il pr√©tend √™tre. Nous allons donc L'attirer ici." Et √† mon avis, c'est √ßa le tour qu'il avait dans sa manche. Oh! ces pharisiens! (53) Il n'y avait alors que deux cat√©gories de gens : les riches et les pauvres. Ainsi, ils - ils pouvaient r√©ellement organiser une f√™te. Oh! la la! ils pouvaient vraiment le faire. Ils prenaient, choisissaient le meilleur moment de l'ann√©e, peut-√™tre quand les raisins √©taient bien m√Ľrs dans les vignes. Et les jasmins qui fleurissent la nuit, et les fleurs d'orangers dont - dont l'air se remplissait, et cela faisait que les vall√©es se remplissaient de ce - de ce parfum. Et alors, ils prenaient un agneau et le r√ītissaient. Oh! quel met d√©licat, que l'agneau r√īti! Et - et les pauvres sentaient cette odeur dans la ville, et ils avaient l'eau √† la bouche en sentant l'odeur de cet agneau que l'on r√ītissait.
E-35 Mais on ne peut venir que sur invitation. Leurs cours √©taient toutes cl√ītur√©es et ainsi de suite. Et ils sortaient probablement au grand patio, l√† au fond. Et c'√©tait un moment bien choisi pour la soi-disant communion que ces sacrificateurs et cette hi√©rarchie avaient ensemble. Et on invitait les c√©l√©brit√©s. Ainsi vous voyez, J√©sus √©tait de trop l√†-bas. Quiconque est rempli de l'Esprit serait de trop l√†. Ils - ils ont donc eu toutes les discussions sur les autres choses. (54) Et c'est une chose que j'aime dans les r√©unions des Hommes d'Affaires, pas seulement les Hommes d'Affaires, et l√† o√Ļ les gens s'assoient pour parler sur la mani√®re d'avoir un peu de ce c√īt√©-ci et retrancher un peu de ceci, et sur d√©shabiller saint Pierre pour habiller saint Paul, comme ils disent, vous savez, ce genre de choses. J'aime celles o√Ļ vous venez, et vous parlez de J√©sus, de Dieu, du Saint-Esprit, de la puissance de la r√©surrection, et de la venue du Seigneur. C'est ce que j'aime chez les Hommes d'Affaires.
E-36 Mais cet homme, il avait un type de personnage diff√©rent. Et il avait... Il avait tout appr√™t√©, les choses de qualit√©, et sans doute qu'il avait envoy√© un mot partout, √† tous les souverains sacrificateurs, aux √©v√™ques et aux autres. "Eh bien, Il va venir. Soyez l√†. Nous allons assur√©ment prouver une fois pour toutes que ce gars ne vaut rien. Ainsi venez tous. Vous ne L'avez jamais vu. Et nous esp√©rons avoir quelque chose par o√Ļ nous pouvons L'attraper." (55) Ainsi, tout fut finalement mis en place. Le jour pr√©vu pour la - la f√™te arriva. Et le - ou ce matin-l√†, tout fut mis en ordre et tout fut pr√©par√©. Et, oh! comme ils pr√©paraient cela! Tout touchait... Tr√®s t√īt ce matin-l√†, tous les serviteurs √©taient debout tenant en main des serviettes dont ils allaient se servir. Les b√™tes avaient d√©j√† √©t√© tu√©es et on les r√ītissait dans la cour de devant. Et les vins √©taient tous mis dans des bouteilles et des cruches sp√©ciales, les coupes √©taient partout sur la table. Et tous les serviteurs √©taient pr√™ts √† servir la foule qui venait.
E-37 Le transport √©tait vraiment dr√īle. Ils avaient trois moyens de transport. L'arm√©e venait par chariot. Le riche venait √† dos de mulet. Le pauvre marchait. Ils avaient donc l√† diff√©rentes personnes pour s'occuper des invit√©s √† leur arriv√©e. C'√©tait vraiment tr√®s bien organis√©. Maintenant, gardons nos esprits attentifs. (56) Et comme nous le voyons, l'homme qui allait peut-√™tre, peut-√™tre s'occuper des chariots des soldats qui √©taient arriv√©s... Ils - ils avaient un endroit o√Ļ l'on s'occupait de leur - l'on d√©tachait leurs chevaux, on les mettait dans l'√©table et on les faisait manger. Et ceux qui s'occupaient des riches, amenaient les petits √Ęnes de ceux-ci et les attachaient. Et - et puis, il y avait l√† un autre homme. Il √©tait appel√© "laveur de pieds". C'√©tait un laquais, l'homme qui avait le salaire le plus bas de tout le groupe - un laquais, un "laveur de pieds", le m√©tier le plus bas de tous.
E-38 (57) Et des fois, quand on s'imagine qu'on est quelqu'un d'important... et la hiérarchie la plus haute au ciel s'est faite chair dans un laquais "laveur de pieds", quand Il est parvenu à laver les pieds des mortels. Quand Il est venu sur la terre, Il n'était pas venu pour être un grand personnage. Dieu prend toujours les - les nullités pour en faire des gens importants. C'est ça le problème chez les gens aujourd'hui; ils cherchent à être des gens importants. Vous devez devenir une nullité. Dieu prend quelque chose qui ne vaut rien pour en faire quelque chose d'important, et cela prouve qu'Il est Dieu. Comment ce métier bas de "laveur de pieds" des gens... et Jésus a exercé ce métier, le plus bas qui existe sur la terre, pour devenir un - un exemple.
E-39 (58) Il n'√©tait pas oblig√© de faire cela. Il pourrait plonger la main dans la bouche d'un poisson et en retirer une pi√®ce de monnaie ou - ou parler aux montagnes, et elles d√©verseraient de l'or par milliers de tonnes. Il pourrait pomper de l'eau d'un puits et la transformer en vin, le vin le plus d√©licieux du pays. Il pourrait prendre cinq petits pains et deux poissons et en nourrir cinq mille personnes. Il n'√©tait pas oblig√© de le faire. Mais Il est venu comme un exemple, la mani√®re dont les pentec√ītistes devraient √™tre : accepter le travail le plus bas. Oh! Certainement, c'est ce que... Mais nous essayons de prendre le plus important. Si nous ne pouvons pas √™tre un √©v√™que, un enseignant, un pres-... ou quelque chose - des positions √©lev√©es, les choses les plus importantes... Oh! la la! nous avons - nous avons plein de grandes choses.
E-40 (59) Quand on m'invite comme ceci, je ne viens pas pour dorloter et choyer les gens. Je prie, en disant : "O Dieu, c'est Ton peuple. Que puis-je dire en voyant des choses s'introduire?" Alors, le Saint-Esprit commence √† me dire : "Cogne sur ceci." Vous voyez, nous cherchons √† avoir quelque chose d'important. Dieu choisit ce qui est petit. (60) Elie a entendu un vent imp√©tueux, des tonnerres, des √©clairs, un tremblement de terre, et cela ne l'a pas inqui√©t√©. Mais ce qui a attir√© son attention, c'√©tait un murmure doux et l√©ger. Cela a pouss√© le proph√®te √† mettre quelque chose sur son visage et √† avancer pour √©couter Dieu. Je me demande si nous les pentec√ītistes, nous ne nous sommes pas trop repos√©s sur des vents volants et sur beaucoup de bruit au lieu de nous souvenir ou plut√īt d'√©couter ce murmure doux et l√©ger. Nous √©coutons tellement de grondements que nous ne pouvons pas prendre le temps d'√©couter le murmure doux et l√©ger.
E-41 (61) Vous savez, une camionnette va dans les champs, elle roule sur des monticules et fait bang, bang, bang, faisant toutes sortes de bruits, grinçant, crissant et bondissant. Mais au retour, elle est chargée de bonnes choses. Elle passe sur les mêmes monticules, sans secousse. Nous devons être chargés. Tant qu'il y a de la malice parmi nous, tant qu'il y a des différends parmi nous, nous ne sommes pas encore chargés. (62) Prenez une herbe, qui est vide. Et le blé sort, se dresse dans l'air; il est ballotté par le vent, il a la tête dressée. Mais quand il est chargé, il s'incline. (63) Je crois que c'est ça le problème avec nous tous aujourd'hui, les églises. Nous ne nous associons pas assez dans - dans une véritable humilité, pas la fausse, mais une chose qui fait que vous restiez là jusqu'à ce que quelque chose se fasse en vous. L'humilité... Il y a trop de vent et de tonnerre, et pas assez de murmure doux et léger. Je crois que c'est la vérité. Nous regardons et constatons que c'est la vérité à cause du fruit que cela produit sur nos gens. De toutes les façons, ce n'est pas comme avant.
E-42 Revenons √† notre histoire Nous aborderons cela le dimanche. Remarquez, nous trouvons que ces pharisiens - ce pharisien avait tout pr√©par√© pour ce grand festin, comme nous pourrions l'appeler, un grand festin qu'il allait organiser. Et je vois un - un homme l√†-bas, pr√™t √† conduire les chariots des soldats, et un autre √† conduire l'√Ęne du riche. (64) Et - et en Palestine, on porte une robe au-dessus, c'est une tunique. A l'int√©rieur, on porte des sous-v√™tements qui descendent jusqu'aux genoux. Et pendant le voyage en ces jours-l√†, on gravissait des montagnes, et - et on les parcourait en prenant des raccourcis. Et ce faisant, les marcheurs et ceux qui avaient des b√™tes de charge empruntaient le m√™me sentier.
E-43 (65) Et les b√™tes √©taient le long du chemin, l√† o√Ļ les gens marchaient et - et ils s'accroupissaient au sol, accumulant la poussi√®re. Et l√† o√Ļ les b√™tes traversaient la contr√©e, l'odeur se m√™lait √† la poussi√®re. Et quand les - les gens marchaient, ces robes amples qui flottaient, provoquaient du vent et soulevaient la poussi√®re qui s'attachaient √† leurs membres et sur leurs visages. Et ils n'√©taient pas pr√©sentables pour √™tre re√ßus avec une telle puanteur. (66) Ainsi, il y avait un - un laquais "laveur de pieds" qui allait au devant des invit√©s, √† l'entr√©e. Et quand quelqu'un venait avec sa carte d'invitation, lui avait toute une caisse de ce que nous appellerions... quelque chose de semblable aux mules, fait de textile ou plut√īt - ou plut√īt d'un certain genre de tissu. Et les sandales de ce temps-l√† √©taient quelquefois un morceau de bois, comme nous en avons, ce qu'on appelle des sandales romaines, ayant un morceau de cuir par lequel passait le gros orteil. Le - le pied √©tait donc expos√© √† la poussi√®re. Et comme ils avaient march√©, arriv√©s sur les lieux, ils donnaient leur... honoraient leur billet. Et ils s'abaissaient et enlevaient ces sandales et les mettaient dans un coin, avec leur nom, et ils prenaient le manteau et ils recevaient d'autres sandales douces qu'ils portaient; ils √©taient alors pr√™ts √† entrer. Oh! Leurs tapis √©taient quelquefois tr√®s √©pais, de grandes tapisseries. Ils avaient un bon divertissement dans leur maison. Ces gens √©taient riches.
E-44 (67) Et alors la chose suivante que cet homme faisait, il √©tait - il lui lavait les pieds. Et ensuite, il passait √† l'invit√© suivant, et il se tenait l√† avec une serviette sur son bras et une cruche √† la main. Puis il - il lui versait l'huile dans la main pour qu'il se la frotte derri√®re les oreilles et au cou, parce que son visage br√Ľlait. Il √©tait sale Et il prenait alors cette serviette, et essuyait bien son visage. Et - et l'homme se sentait bien, il √©tait d√©barrass√© de cette odeur, et il √©tait oint avec un parfum. Et √ßa co√Ľtait cher, tr√®s cher. (68) On l'extrayait, m'a-t-on dit, tr√®s loin l√† dans les montagnes o√Ļ on prenait ces petites pommes, apr√®s que la rose √©tait morte. Et ces petites pommes... Et c'est tr√®s co√Ľteux. Comme ce que la reine de Seba avait apport√© √† Salomon : des √©pices, du nard et ainsi de suite. Et on faisait ce parfum √† base de cela.
E-45 Et ils se d√©tendaient en... Ils √©taient... Les pieds √©taient lav√©s, ils √©taient d√©barrass√©s de leur odeur, ce soleil br√Ľlant et torride sur leur visage... Ils √©taient alors rafra√ģchis. Puis apr√®s... la premi√®re √©tape, la deuxi√®me √©tape, puis la troisi√®me √©tape. Eh bien, je pourrais pr√™cher l√†-dessus pendant quelque temps, mais je - je n'ai pas le temps - comment c'est la justification, la sanctification et le bapt√™me du Saint-Esprit. (69) Puis, quand ils entraient, on venait √† la rencontre des invit√©s. Le - le - l'h√īte allait √† leur rencontre. Puis, c'√©tait quelque chose comme ceci (levez-vous, Fr√®re Demos). Apr√®s (vous voyez) qu'ils √©taient lav√©s, parfum√©s, il - ils n'√©taient plus embarrass√©s par cette odeur. Ils portaient des chaussures douces pour marcher sur les grands tapis persans. Ils √©taient oints; ils exhalaient une bonne odeur, pas la puanteur des animaux; mais ils √©taient parfum√©s. Puis il √©tendait les bras comme ceci. (Approchez, Fr√®re Demos.) J'ai √©t√© en Orient. Eh bien, prenez cette main comme ceci; ensuite, ils s'approchaient comme ceci. Puis, ils se tapotaient quand l'h√īte rencontrait l'invit√©. C'√©tait donc ce qu'ils appelaient souhaiter la bienvenue. Vous voyez, il avait √©t√© lav√©, parfum√©, et on l'embrassait pour lui souhaiter la bienvenue. Ils s'embrassaient au cou. On l'embrassait en signe de bienvenue. Alors, il √©tait un fr√®re √† part enti√®re. (70) C'est comme √ßa dans l'√©glise, quand nous sommes lav√©s dans le Sang de l'Agneau, parfum√©s par le Lys de la Vall√©e, embrass√©s par le P√®re. Alors, nous sommes des invit√©s qui sont les bienvenus. Oh! il y a tellement √† dire l√†-dessus. Mais pour ne pas vous garder trop longtemps, je ne veux pas vous fatiguer.
E-46 Mais quand... Alors quand il √©tait embrass√©, bien accueilli, il - il se sentait chez lui. Il n'avait pas √† se soucier de quoi que ce soit. Il partait l√† prendre un gros sandwich au r√©frig√©rateur, il √ītait ses chaussures, s'√©tendait sur le lit, et faisait tout ce qu'il voulait. Il se sentait chez lui. (71) Et quand Dieu nous embrasse pour nous souhaiter la bienvenue dans Son Royaume, nous nous sentons chez nous. C'est tr√®s bien. Tout est donc fini. Nous avons √©t√© lav√©s par la pr√©paration qu'Il a faite pour nous : Son Sang, une senteur parfum√©e, parfum√©e par la sanctification qui √īte la puanteur du monde (All√©luia! Je me sens un peu religieux maintenant m√™me.), qui √īte la puanteur du monde ou les d√©sirs du monde. Vous voyez, si le monde est encore en nous, alors, quelque chose cloche. (72) Pas √©tonnant que nous ne puissions pas avoir un v√©ritable r√©veil de la Pentec√īte. Pas √©tonnant qu'il y ait quelque chose qui manque. L'invit√© n'est pas vraiment entr√© comme il faut. Vous voyez, J√©sus a enseign√© cela une fois √† propos des robes, et Il a dit: "Cet homme avait √©t√© trouv√© l√† sans qu'il soit pr√©par√©, et il a √©t√© li√© et jet√© dans les t√©n√®bres du dehors." Tant de choses pourraient √™tre dites l√†-dessus.
E-47 (73) Mais c'est comme √ßa qu'ils le faisaient. Ils se sentaient donc chez eux, ils se sentaient comme des fr√®res. Vous ne pouvez vous sentir comme un fr√®re quand vous avez encore les d√©sirs du monde. Vous ne pouvez vous associer ici aux choses du monde comme la tricherie, le mensonge, le vol; pour vous femmes, le fait de couper les cheveux, le port des shorts, et tout le reste, et vous sentir encore chez vous quand la Parole de Dieu est pr√™ch√©e. Vous √™tes cens√©s √™tre de la Pentec√īte, vous √™tes cens√©s √™tre remplis du Saint-Esprit. (74) Quelqu'un est venu vers moi r√©cemment et a dit: "Pourquoi ne laissez-vous pas ces gens tranquilles?" Il a dit: "Les gens pensent que vous √™tes un proph√®te." J'ai dit : "Je ne suis pas un proph√®te." Il a dit: "Eh bien, ils pensent que vous l'√™tes. Pourquoi n'enseignez-vous pas √† ces gens, √† ces pentec√ītistes comment recevoir ces choses, comment avoir ces grandes b√©n√©dictions spirituelles, entrer dans la Pr√©sence de Dieu et avoir aussi des visions? Si vous les laissez tranquilles... " J'ai dit : "Comment puis-je leur enseigner l'alg√®bre alors qu'ils ne connaissent m√™me pas leur abc?"
E-48 (75) Comment peuvent-ils recevoir les choses spirituelles pendant qu'ils n'ont même pas la simple décence pour se purifier? Ce n'est pas pour vous blesser, mais pour être honnête envers vous... Des choses indignes que la Bible dit de ne pas faire, pourtant, nous nous y mêlons. Certainement. Vous voyez, vous ne pouvez être le bienvenu. Certainement pas. Vous êtes en dehors de la Parole, et Il est la Parole. Eh bien, il y a tellement de choses à ce sujet. Nous aborderons cela une autre fois. (76) Mais faites bien attention pendant que nous avançons. Vous dites: "Qu'est-ce que vous avez?" Bien, vous les hommes qui les laissez faire cela, cela montre de quoi vous êtes faits. Certaines d'entre vous femmes, des femmes de pasteurs, vous agissez comme cela et vous vous habillez comme cela. Qu'est-ce? Vous essayez... Votre mari vous laisse faire cela? Oh! frère. Qu'est-ce? Ces coiffures que vous avez, comme des hydrocéphales, cherchant à agir comme la première dame du pays. Jézabel aussi était la première dame du pays. Certains de leurs pasteurs ne leur parlaient même pas de cela, mais ils avaient là Elie, il se tenait bien sur cela. Il était son pasteur. Elle ne voulait pas croire cela. Elle était conduite...
E-49 Remarquez, nous voyons qu'ils devaient √™tre pr√™ts, et dispos√©s √† entrer. Comment cela s'est-il pass√©? Nous Le voyons maintenant assis dans la salle, Il n'est pas lav√©, ni oint, ni embrass√© en signe de bienvenue, Il est assis dans la maison du cardinal. Je voudrais vous poser une question. Qu'est-il arriv√© √† ce laquais "laveur de pieds"? O√Ļ se trouvait-il? Comment a-t-il contourn√© la chose? Quelle occasion, et il a manqu√© cela! Oh! Je crois que si j'avais √©t√© l√† et que je savais qu'Il venait, je serais mont√© sur un escabeau quelque part pour guetter Son arriv√©e. L'honneur de laver Ses pieds, l'honneur... Mais de toute fa√ßon, il L'a contourn√©, il L'a laiss√© passer. (77) O√Ļ √©tait l'homme avec l'huile d'onction? Mais on ne sait trop comment, Il se trouvait l√† et Il √©tait sale. Cela me fait mal de le dire, mais J√©sus avait les pieds sales. Vous savez, les Fran√ßais L'appellent "J√©sus" [Sans prononcer le "s", tandis qu'en anglais, le "s" se prononce. -N.D.T.], "J√©sus". "J√©sus" avec les pieds sales, personne ne se souciait de - assez pour laver Ses pieds. "Qu'est-ce que cela a √† faire avec nous Fr√®re Branham?" Il √©tait venu et Il √©tait √† l'heure. Il est toujours √† l'heure, Il n'est jamais en retard. Nous demandons un r√©veil, et Il vient. Quelqu'un commence √† louer le Seigneur. Sommes-nous... On Le chasse de l'√©glise. Vous voyez? Il n'est jamais le bienvenu. "J√©sus" avec les pieds sales.
E-50 (78) Oh! pourquoi s'est-Il sali? Il s'est sali en venant, parce qu'on L'avait invit√© √† venir. Et aujourd'hui, Il l'est aussi, quand Il vient, Il est tax√© de saint exalt√©, un nom diffamatoire. Pourquoi a-t-Il re√ßu une telle chose? Parce que nous L'avons invit√© √† venir, et Dieu est descendu sous la forme d'une chair humaine. Il a v√©cu ici sur la terre. Il est devenu cela afin que... Nous avons invit√© Dieu √† venir, puis quand Il vient, on ne veut pas de Lui. Ils n'ont pas voulu de Lui. Souvent, nous ne voulons pas de Lui. Cela d√©range l'organisation de notre d√©nomination. Cela d√©range la position sociale que nous avons vis-√†-vis des autres √©glises. Que Dieu ait piti√© de nous, pauvres et mis√©rables pharisiens. (79) Ce dont nous avons besoin, c'est du retour de la puissance du Saint-Esprit dans les b√Ętiments, sur les gens, afin qu'ils puissent avoir la puissance de la Pentec√īte √† l'ancienne mode, qui purifiait l'√©glise du concierge au pasteur. C'est vrai. Amen. C'est ce dont nous avons besoin. Mais nous prions pour cela, et quand cela vient, "Oh! non. Cela d√©range mon rang social." Vous voyez? Oh! Certainement, cela enl√®ve un peu de dignit√©. Si vous ne le faites pas de telle et telle fa√ßon, les gens ne viendront pas. J√©sus a dit: "Nul ne peut venir √† Moi si Mon P√®re ne l'a pas attir√©." Remarquez encore : "Tout ce que le P√®re Me donne viendra." Gardez la chose pure.
E-51 (80) Nous ne devons jamais nous comparer au monde. Nous commettons une erreur en essayant d'agir comme le monde. Nous ne devons jamais nous comparer à eux. Et nous n'avons rien à faire sur leur terrain. Amenez-les sur notre terrain. Nous avons quelque chose qu'eux n'ont pas. Si nous agissons comme eux, alors ils sauront que nous - nous disons quelque chose que nous n'avons pas. Que le - que le monde vienne vers nous, pas que nous, nous suivions le monde. Que le monde... (81) Vous savez, Hollywood brille mais l'Evangile luit. Il y a une grande différence entre briller et luire. Luire, non pas briller d'une apparence extérieure, luire de l'intérieur par le Saint-Esprit, avec douceur, humilité, gentillesse, patience et amour. Luisez, ne brillez pas. Briller, c'est pour le monde.
E-52 (82) L'√©glise est vraiment semblable √† ce qu'elle √©tait du temps d'Esther. Esther n'a pas mis le parfum des - des femmes. Elle s'est par√©e de v√™tements modestes, l'homme cach√© du cŇďur. Et le roi a dit : "Mettez la couronne sur sa t√™te." Esther √©tait un type de l'√©glise d'aujourd'hui, de ceux qui sont pr√™ts √† sortir et √† se parer de la douceur du Saint-Esprit, non pas de parfum et des habits du monde, chercher √† √™tre comme le monde, mais de cet homme cach√© du cŇďur, c'est celui-l√†.
E-53 (83) Remarquez, nous voyons "J√©sus" assis l√†, les pieds sales. On n'y a pas fait attention. Comment √©tait-Il entr√©? Comment avait-Il manqu√©... Comment le laquais "laveur de pieds" L'avait-Il manqu√©? Comment les autres L'avaient-Il manqu√©? Je ne sais pas. Mais Il √©tait assis l√†, les pieds sales. Personne ne faisait quoi que ce soit √† ce sujet. Oh! le pharisien, lui, et les autres, l'√©v√™que, l'archev√™que, le cardinal, et tous les autres √©taient l√†, trinquant l'un √† la sant√© de l'autre de l'autre, buvant du - du bon vin, et - et parlant des choses qui concernent - concernent Isra√ęl, mais ils ont manqu√© de voir le Dieu d'Isra√ęl. (84) C'est ce qui se passe aujourd'hui. Nous voulons les plus grands b√Ętiments de la ville ou... Et tout le monde aime affluer dans le plus grand b√Ętiment de la ville. Tous ces grands, les gens les mieux habill√©s, et toutes ces autres choses. Et un pauvre petit homme pr√™che l'Evangile l√† au coin de la rue, ou quelque part l√† dans une ruelle, dans une petite √©glise et vous ne voulez pas vous associer √† lui. Qu'y a-t-il? Quelque chose cloche. Allez l√† o√Ļ les autres agissent comme ceci et sont les mieux habill√©s. C'est vraiment dommage que √ßa entre dans notre milieu. C'est vrai.
E-54 (85) Ce dont nous avons besoin, c'est de l'humilité. Ce dont nous avons besoin, c'est d'un nouveau baptême du Saint-Esprit, avec l'amour et la puissance de Dieu pour faire sortir ce monde de nous, pour nous amener une fois de plus à nous parer de nouveau de la Parole : lavés par l'eau de la Parole. Retournons à Christ au lieu de suivre le monde, essayant d'agir comme la première dame et - et toutes ces autres choses, comme ces évêques, et ainsi de suite. N'y accordez pas de l'importance. Cherchez à être comme Jésus, "Jésus".
E-55 (86) Eh bien, pensez-y. Chacun se tient √† la cl√īture apr√®s le d√©but de la f√™te, le fumet de l'agneau et - et le - tout. Il n'y avait personne dans la rue. Tout le monde se tenait debout, regardant, ayant l'eau √† la bouche, cherchant √† avoir une bouch√©e de l'agneau. Ils ne pouvaient pas entrer. Non. Ils √©taient des pauvres, des moins que rien, ils √©taient dehors. Et en voil√† un √† l'int√©rieur, habill√© et ressemblant √† ceux qui √©taient dehors. Quelque chose clochait quelque part... Assis l√†, on n'a m√™me pas eu la biens√©ance de Lui laver les pieds, ou - ou de L'embrasser en signe de bienvenue; on L'a simplement laiss√© s'asseoir l√†, sans personne autour de Lui. Ses disciples ne pouvaient pas venir; ils n'√©taient pas invit√©s. Et Le voil√† assis l√†, regardant autour.
E-56 (87) Maintenant, écoutez. Là au bas de la rue, vers le quartier pauvre de la ville, là dans le quartier chaud, nous tournons à droite et remontons une ruelle. Il y a un vieux petit escalier grinçant qu'on prend pour descendre derrière. Et en le montant, il grince et crisse. Nous ouvrons la porte et nous trouvons là une petite femme. Oh! Je ne crois pas qu'elle voulait être mauvaise. Peut-être qu'elle avait de bons parents, et elle a simplement pris le mauvais chemin. Ou peut-être qu'elle avait été une bonne fille; et un Juda aux cheveux lissés et bouclés a ruiné la réputation de la petite dame. (88) J'ai toujours fait des reproches à la femme. Je vais prendre votre défense pendant un moment. Il y a beaucoup de bonnes jeunes filles qui se conduisent mal parce qu'un petit Juda parfumé, aux cheveux lissés et courts tout autour; se tient en face, la bouche ouverte, conduisant une petite chose semblable à une - une de ces automobiles de Ricky ou d'Elvis, ici, dans la rue. Il sort avec une jeune fille car celle-ci le trouve mignon, il lui donne une cigarette, l'amène sur une piste de danse.
E-57 (89) J'en ai rencontr√© des milliers, leur pauvre petite vie ruin√©e et g√Ęch√©e. Souvent, ce n'est pas leur faute. Ne tombe jamais amoureuse d'un gar√ßon pareil, sŇďur. Ne t'en occupe pas. Il ne vaut rien. S'il n'est pas rempli du Saint-Esprit... (90) Je vais dire quelque chose (Je ne le dis pas pour plaisanter, car ceci n'est pas un endroit o√Ļ plaisanter.), mais c'est juste quelque chose qui s'est pass√© dans mon √©glise. Ceci est un endroit pour l'Evangile. Il y a quelque temps, il y avait une fille dans notre √©glise, une gentille et jolie jeune fille. Pour commencer, vous savez, elle s'est coup√© les cheveux. √áa, c'est contraire aux r√®gles. Certainement. Quand elle fait cela, la Bible dit qu'elle est une femme d√©shonorante. Eloignez-vous d'elle. La Bible dit que c'est un d√©shonneur pour une femme de se couper les cheveux. Eh bien, c'est √ßa la Parole. Dieu sait que c'est la v√©rit√©. (91) Si le Saint-Esprit est en vous et qu'Il ne s'accorde pas avec cela, quel genre de Saint-Esprit est-ce? Vous voyez? Le Saint-Esprit Lui-m√™me en vous, vous fait vivre la vie que vous menez. Si le Saint-Esprit est en d√©saccord avec la Parole, et que vous appeliez cela le Saint-Esprit, alors, ce n'est pas le Saint-Esprit de Dieu; vous avez un autre genre d'esprit. (92) Nous avons toutes sortes d'esprits aujourd'hui. Les gens disent : "Fermez les yeux, ouvrez la bouche, recevez quelque chose." Vous le faites. Mais regardez ce que vous avez apr√®s avoir re√ßu cela. Ne le faites pas. Venez √† Dieu avec votre bon sens, avec toute intelligence, vous en tenant √† la Parole. Recevez l'Esprit de Dieu, cela vous fera marcher en accord avec Dieu. Certainement.
E-58 Cette jeune fille s'est mise √† courir avec un petit Elvis. Quelque temps apr√®s, je lui ai demand√©, j'ai dit: "Marthe, qu'est-ce qui - qu'est-ce qui te fait agir ainsi? Qu'est-ce que tu trouves dans ce gars-l√†? Il fume. Je l'ai vu se tenir dans la cour de l'√©glise en train de fumer." "Oh! a-t-elle dit, Fr√®re Branham, a-t-elle dit, vous savez, a-t-elle dit, il a de beaux cheveux fris√©s." Et elle a dit: "Il sent si bon." (93) Eh bien, voil√† un crit√®re pour se choisir un petit ami! J'ai dit: "Mais, il n'est pas sauv√©!" J'ai dit: "Je pr√©f√©rerais sortir avec un gar√ßon qui sentirait comme un parc √† bestiaux et qui aurait des pieds comme un wagon de marchandises mais qui a le Saint-Esprit." Oui, je pr√©f√©rerais cela plut√īt que l'une de ces petites choses. Elle a fini par le mauvais chemin comme peut-√™tre cette pauvre fille. Un gar√ßon l'a d√©voy√©e. Puis, elle est entr√©e dans la danse. Si vous √™tes d√©j√† dans la danse, sŇďur, il y a de l'espoir si vous rencontrez cet Homme dont je parle. Peut-√™tre qu'elle - elle n'a pas eu cette opportunit√©.
E-59 Donc, elle descend la route comme d'habitude. Et elle ne voit personne. O√Ļ est parti tout le monde? Et elle d√©passe un coin, puis un autre. O√Ļ est parti tout le monde? Il n'y a personne aujourd'hui. Un moment apr√®s, elle sent cet ar√īme. Son pauvre petit estomac vide commence √† avoir faim. Elle avance au milieu de la foule, pr√®s de la porte du pharisien, et elle voit l'√©v√™que, et les cardinaux et tous les autres l√†-bas, en train de trinquer. Et elle se pr√©cipite vers la cl√īture, et les gens commencent √† s'√©loigner d'elle, certains √©tant pires qu'elle. C'est vrai. (94) Hypocrites, ne savez-vous pas que chaque femme qui a pris le mauvais chemin l'a fait pour une raison? Chaque homme qui a pris le mauvais chemin... Et nous pensons que nous sommes si hypocrites que souvent, nous ne voulons pas fr√©quenter les clochards de la rue. Nous n'avons pas le temps de nous arr√™ter et de leur parler une minute. Et ensuite, nous nous appelons des chr√©tiens?
E-60 Oui, elle se fraya un passage vers la cl√īture, et elle regarda l√† tout autour. Elle avait faim. Et elle regardait, elle observait. L√† au coin se tenait le pharisien. Elle pouvait entendre ce grand "Ho - ho - ho" l√† au coin. Elle regarda et le voil√† qui trinquait les coupes de ce vin tr√®s d√©licat; et un agneau √©tait en train de r√ītir, et le d√ģner √©tait presque pr√™t √† √™tre servi. Et - et en regardant tout autour comme cela... (95) Et quelques instants apr√®s, ses yeux aper√ßurent quelqu'un (Oh! puissions-nous tous saisir cette image maintenant.), assis l√† dans un coin, inaper√ßu. Et elle a d√Ľ attirer Son attention. Personne ne peut jamais Le regarder dans les yeux et √™tre toujours le m√™me. Elle L'a vu. Et elle s'est dit: "Qui est-ce? Il a quelque chose de diff√©rent." Et c'est vrai. Il n'y a jamais eu quelqu'un comme Lui. Il ne peut jamais y avoir quelqu'un comme Lui. Il √©tait diff√©rent des autres. Et Il √©tait assis l√†. Elle baissa les yeux, et les gens se d√©tournaient de Lui. Et ils - elle remarqua Ses pieds non lav√©s; Son visage qui √©tait encore dess√©ch√© et br√Ľlant. Si seulement nous pouvons voir cela aujourd'hui (Et vous savez ce dont je parle.), Le voir assis l√† dans la honte, comme c'est le cas pour Son peuple aujourd'hui vis-√†-vis du monde. Ils ne veulent pas s'associer √† eux. Ils sont les m√™mes que... Vous dites: "Pentec√īte", fr√®re, ils s'en vont. Vous dites: "Saint-Esprit", oh! la la! Ils s'En √©loignent.
E-61 (96) Ce dont nous avons besoin, c'est de laver Ses pieds, L'oindre afin que nous puissions nous √©lever dans la puissance de Sa r√©surrection. Enlevez cet opprobre de Lui. Amen. Faites que le monde se sente honteux, par la puissance de Sa Vie en nous, √©tant des cr√©atures diff√©rentes, pas comme eux l√†-bas, c'est de la chair √† canon, ce n'est que de la cendre atomique. L'Eglise est une cr√©ature n√©e de nouveau. (97) Il √©tait assis l√†. C'est comme √ßa qu'Il paraissait dans ce genre de foule. Et c'est comme √ßa qu'un v√©ritable homme ou une v√©ritable femme remplie de l'esprit para√ģt devant pareille foule. Remarquez, elle Le regardait. Elle pensa : "Vous savez Qui c'est? Quelqu'un ici... Est-ce l√† le proph√®te de Galil√©e? Oh! c'est Lui." (98) Oh! son cŇďur se mit √† battre. Quelque chose se passe quand vous rencontrez J√©sus, votre cŇďur se met √† r√©agir d'une mani√®re dr√īle. Il va avoir un nouveau Ma√ģtre imm√©diatement. Son cŇďur s'est mis √† battre. "Oh! C'est le - Celui qui √©tait l√† au puits, l√† o√Ļ se trouvait cette femme de Sychar. C'est Celui qui a rencontr√© la femme immorale comme moi, qui lui a dit qu'elle avait eu plusieurs maris, et qui lui a pardonn√© ses p√©ch√©s. Oh! Il ne me pardonnera jamais. Je suis si mis√©rable. Mais ce n'est pas juste qu'Il soit assis l√† comme cela. Il est le Dieu de l'√©ternit√©. Il est le seul Sauveur. Ce n'est pas juste qu'Il soit trait√© de cette fa√ßon-l√†!" Et une id√©e lui vint. J'esp√®re que vous en avez une.
E-62 Elle descend la rue aussi vite que possible, descend la petite ruelle, remonte la ruelle jusqu'au petit escalier grin√ßant. Elle le gravit et il fait couic, couic; elle ouvre la petite porte grin√ßante apr√®s en avoir √īt√© le verrou; elle entre, tombe sur le parquet. Elle se dit : "Je suis √† genoux." Elle √©tend la main sous le lit, tire une petite bo√ģte, peut-√™tre dans l'un de ses petits bas, et l'ouvre. Elle le fait sortir; elle le secoue. C'est tout ce qu'elle a pour vivre. C'est tout ce qu'elle a. Mais elle est pr√™te √† le donner. (99) Je me demande si nous sommes aussi sinc√®res que √ßa. Ne la pointez pas du doigt si vous ne l'√™tes pas. Tout ce qu'elle avait, elle √©tait pr√™te √† le donner. Et elle serre cela contre sa poitrine, et elle - son cŇďur est plein de joie. Tout √† coup, quelque chose lui est r√©v√©l√©: "Tu sais, Il est un proph√®te. Je crois qu'Il est un proph√®te. Peu m'importe ce que le rabbin dit, ce que le cardinal ou l'√©v√™que dit. Je crois qu'Il est celui dont Mo√Įse a parl√©. Je crois qu'Il est Le proph√®te qui devait nous visiter en ces jours. Et, comme Il en est un, Il saura o√Ļ j'ai eu cet argent. Il d√©c√®lera les - les moyens que j'ai utilis√©s pour obtenir cet argent. Mais c'est tout ce que j'ai."
E-63 Il vous conna√ģt certainement. Il peut vous dire juste √† partir de cette chaire, juste maintenant, tout sur vous. Certainement. Vous croyez cela? Je peux vous le prouver. Amen. Excusez-moi. Il sait de quoi vous √™tes form√©. Il sait que quelquefois ces paroles vous blessent. Il sait tout sur vous. (100) Mais c'est tout ce qu'elle avait. C'est tout ce qu'Il attend de vous. Donnez-Lui simplement tout ce que vous √™tes, tout votre cŇďur, toute votre volont√©, toute votre popularit√© et tout votre standing social. Mettez tout cela sur Lui, peu importe ce que vous avez fait. Mais elle a dit : "C'est ma seule opportunit√©, et je vais la saisir." Il se pourrait que √ßa soit peut-√™tre votre derni√®re opportunit√©. Vous feriez mieux de la saisir pendant que vous √™tes dans cette convention. Ne rentrez pas chez vous sans cela, car je crois que vous allez Le voir en action de la m√™me mani√®re. Il est d√©j√† en action. Vous allez voir qu'Il est plus grand que ceci. Vous allez voir Sa Parole rendue manifeste. Remarquez. Et elle dit : "C'est tout ce que j'ai, donc, c'est tout ce que je peux donner." C'est tout ce qu'Il attend. "Fr√®re Branham, je suis - je suis... " Peu m'importe ce que vous √™tes, combien vous avez √©t√© hypocrite, combien vous avez √©t√© un bon membre d'√©glise, combien pharisa√Įque vous pouvez √™tre ce matin devant les gens, donnez simplement ce que vous avez. C'est tout ce qu'Il attend. Il acceptera cela.
E-64 (101) Elle est sortie dans la rue, elle a dit: "Bon, c'est simple. J'irai parce qu'il y a quelque chose en moi qui me dit de le faire." C'est alors que c'est réel, pas quand vous simulez cela, mais quelque chose de réel. La voilà qui descend la rue. Et elle regarde tout autour et elle se souvint que Lavinsky possède la meilleure parfumerie de la ville. Alors, elle en franchit la porte. La petite sonnerie sonna et quelqu'un se leva, il regarda pour voir qui c'était. "Eh bien, que désirez-vous?" C'est comme certains de ces hommes-ci avant qu'ils ne deviennent des hommes d'affaires chrétiens. Ça, ce sont de pauvres affaires. - Que désirez-vous? (Je ne veux pas de ce genre de personne dans ma boutique.) - Je désire ce que vous avez de meilleur. (Oh! la la!) - Ce que j'ai de meilleur? - Oui. C'est pour un - c'est pour une Personne très particulière. C'est pour une occasion spéciale
E-65 (102) C'est comme √ßa que nous le voulons. Le meilleur qui peut √™tre obtenu, le meilleur que nous pouvons donner. Non pas juste trois minutes de pri√®re par jour, mais le meilleur que vous pouvez donner. "Oh! je veux ce que vous avez de meilleur." Eh bien, il savait qu'une femme comme celle-l√† n'avait pas assez d'argent pour acheter cela. Elle prit donc le petit bout de son bas et dit: "Combien co√Ľte le meilleur?" - Vingt pi√®ces. C'est le meilleur que j'ai. Elle vide l√† le bout de son petit bas et - et il eut le tintement des pi√®ces d'argent. Oh! bien s√Ľr, c'est diff√©rent. Lui qui a dit que ce n'√©tait pas profitable de garder Joseph dans le pays, il √©tait pr√™t √† le faire, vous savez. Il va donc l√†-bas et compte cela, "Oh! oui, exactement vingt pi√®ces de deniers romains." C'est ce que √ßa co√Ľtait. - Qu'est-ce que tu vas en faire? - Oh! c'est pour une Personne particuli√®re.
E-66 (103) Alors, il √©tend la main sur l'√©tag√®re et lui donne un vase d'alb√Ętre. Elle place cela dans son sein. Elle revient discr√®tement, regarde √† l'int√©rieur; elle voit le pharisien et tous les autres debout l√† dans un grand rassemblement avec - avec pompe. Et elle voit J√©sus assis toujours l√†, les pieds sales. Personne n'a fait attention √† Lui. "Comment vais-je entrer? On va me jeter dehors quand je me mettrai √† franchir le portail." Mais, vous savez, il y a quelque chose en elle qui lui dit d'entrer. Elle voulait rendre un service √† J√©sus. (104) Et si vous d√©sirez rendre un service √† J√©sus, il n'y a pas assez d'√©v√™ques et de cardinaux sur la terre pour vous emp√™cher d'entrer dans Sa Pr√©sence. C'est vrai. Il n'y a pas assez de d√©nominations et d'hypocrites dans le pays pour le faire, ni assez de d√©mons en enfer pour vous emp√™cher de le faire, si vous √™tes - d√©sirez rendre un service √† "J√©sus". La voici venir. Elle se glisse discr√®tement. Elle voit le gardien qui √©tait au portail tourner le dos. Elle se glisse furtivement par le portail. Elle se fraye tr√®s rapidement un chemin. C'est en ordre. D√®s que vous entrez, allez directement vers Lui. Ne vous amusez pas. Ne vous mettez pas √† bavarder, √† √©couter ce que celui-ci dit, et ce que telle organisation dit, et ce que telle autre dit. Allez droit vers J√©sus. Allez vers "J√©sus". Ne faites pas attention √† ce que les autres disent. Allez tr√®s rapidement vers Lui.
E-67 (105) Elle se glisse donc tr√®s rapidement. Elle se tient, dit la Bible, derri√®re Lui. Elle se mit √† penser : "Oh! oh! je suis en Pr√©sence de Dieu." Une sensation √©trange vous envahit toujours quand vous adoptez cette attitude. Mais si vous adoptez l'attitude qu'avait ce pharisien, vous aurez le m√™me sentiment que lui avait : cela ne vaut rien. Mais adoptez simplement cette autre attitude si vous voulez voir "J√©sus". Voyez quel genre de sensation vous avez. Laissez ce vieux cŇďur s'attendrir en vous ce matin pour Lui. Ecoutez Sa petite voix tranquille. Il y aura une attitude diff√©rente. Elle se glissa √† l'int√©rieur. Il √©tait assis l√†. Elle pensa: "Oh! oh! je suis si nerveuse. Je ne sais que faire. Si je m'approche, peut-√™tre qu'Il va me chasser d'ici. Oh! quel... Eh bien, je ne vaux rien - je ne vaux rien de toute fa√ßon." Bien, quand vous en arrivez √† penser cela, vous ne valez de toute fa√ßon rien. Si vous avez peur de g√Ęcher votre prestige, alors vous feriez mieux de vous en abstenir d'abord. "Je ne vaux rien pour commencer."
E-68 (106) Alors elle se pr√©cipita donc devant Lui et regarda. Elle √©tait alors pr√®s. C'est ce que vous voulez obtenir, juste Le regarder d'un peu plus pr√®s. Peut-√™tre que vous Le regardez de tr√®s loin. Vous Le regardez tr√®s loin, l√† dans le pass√©, √† deux mille ans. Qu'est-ce qu'Il est ce matin? Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement: la m√™me puissance, les m√™mes signes. "Les Ňďuvres que Je fais, vous les ferez aussi." Fr√®re Demas a cit√© cela il y a un instant dans la version Roi Jacques: "Vous en ferez de plus grandes." Mais la traduction correcte, et tout le monde le sait, c'est "Vous en ferez davantage", pas de plus grandes. Personne ne peut en faire de plus grandes, mais davantage les m√™mes grandes Ňďuvres. Il a ressuscit√© les morts et a arr√™t√© le cours de la nature. Rien d'autre de plus grand ne peut √™tre fait, mais davantage. (107) Pourquoi? Il est dans Son √©glise universelle, la tr√®s sainte Eglise catholique apostolique et de la Pentec√īte, √† travers le monde: "J√©sus" dans chaque membre. Il √©tait seulement dans un seul Homme, Dieu l'√©tait en ce temps-l√†. Maintenant, Dieu est dans Son Eglise enti√®re. Juste en ce moment, les gens sont en train d'√™tre gu√©ris. Juste en ce moment m√™me, les gens sont en train de recevoir le Saint-Esprit. S'Il se tenait simplement seul ici sous la forme d'un homme comme Il l'√©tait alors, Il ne pourrait parler qu'√† cet auditoire-ci. Mais maintenant, Il parle au monde entier par le Saint-Esprit.
E-69 (108) La voil√† donc dans Sa Pr√©sence. Elle s'approcha. Je peux voir ces petits yeux se lever vers elle, et le cŇďur de la femme lui a pratiquement manqu√©. "Voil√† l'Homme qui a pardonn√© cette femme et qui a d√©voil√© son cŇďur. Il a d√©masqu√© cette femme de Samarie, √† Sychar. Il - Il a su qu'elle avait eu cinq maris, et Il sait √† quel point je suis coupable." Il le sait. Il sait combien vous √™tes coupable. Il sait combien chacun de nous est vil. Il nous conna√ģt. (109) Elle Le regarda en face, et reconnut cela. Eh bien, elle ne regarda jamais le pharisien, et ne regarda pas au tableau pour voir combien de membres ont adh√©r√© √† cette √©glise, si elle devait y adh√©rer ou non. Elle regarda J√©sus. Elle se sentait coupable, et elle ne pouvait plus retenir ses larmes. Et elle baissa les yeux vers Ses pieds, et les larmes commenc√®rent √† tomber sur Ses pieds. Elle avait tellement honte. Elle tomba sur ses genoux, elle... Il l'a vue. Elle ne pouvait plus retenir ses larmes. Il se passe quelque chose quand vous vous approchez de J√©sus, vous commencez √† pleurer, pas avec un ... froid... Je n'ai pas besoin de ces confessions froides et raides, et du fait d'inscrire votre nom dans un registre et d'adh√©rer √† une √©glise. Vous devez mourir √† vous-m√™me, na√ģtre de nouveau.
E-70 (110) Et les larmes commenc√®rent √† tomber sur les pieds de J√©sus, et elle n'avait rien avec quoi les essuyer. Ainsi, elle a baiss√© la t√™te, pleurant, ses - ses belles boucles qu'elle avait bien nou√©es au sommet de la t√™te comme ceci, vous savez, tomb√®rent. Elle se mit √† laver Ses pieds avec ses mains et √† les essuyer avec ses - ses cheveux. Certaines de nos sŇďurs pentec√ītistes coupent tous leurs beaux cheveux, elles devraient se tenir sur leur t√™te pour trouver assez de cheveux pour laver Ses pieds - pour les essuyer. C'est vrai. (111) Mais Il - elle, m√™me dans sa condition... Ne la condamnez pas. Elle prit ses cheveux, commen√ßa √† essuyer Ses Pieds. Elle leva les yeux. Oh! s'Il avait d√©plac√© le pied, si elle... S'Il avait sourcill√©, elle allait partir de l√†. Mais J√©sus, chaque fois que vous essayez de faire quelque chose pour Lui, Il vous laisse simplement le faire. J'aime cela. Il resta simplement tranquille et la regardait, et elle essaya de dire : "Je - je ... " essuyant Ses pieds. Quelle belle eau pour laver Ses pieds : les larmes de repentance; c'√©tait mieux que ce qu'Il pouvait recevoir du vieux pharisien, ces vieilles eaux d√©nominationnelles qu'ils se sont fabriqu√©es. Il avait les eaux de repentance, ses grosses larmes sal√©es tombant sur Ses pieds. Sa - avec sa belle chevelure, elle lavait et essuyait Ses pieds, en disant: "Oh! Je ne peux pas le dire." Elle √©tait... "Je - je... " tout en essuyant Ses pieds. Puis, cela en arriva au point o√Ļ Il laissa... "Oh! je ne peux pas le dire."
E-70 Oh! la la! J√©sus l'observait simplement. Un moment apr√®s, elle fit sortir le vase d'alb√Ętre. Elle avait honte de se tenir debout pour le mettre sur Sa t√™te. Elle se dit : "Si je peux simplement me mettre √† Ses pieds, √ßa serait assez bien." (112) Certains d'entre vous d√©sirent √™tre de gros bonnets. Ses pieds sont assez bons pour moi. Sa Parole est suffisante. Tant que je sais que je suis en Lui, et que Sa Parole est en moi, c'est assez bien. Quand j'arriverai l√†-bas, si je peux simplement placer mes mains sur Ses pieds, cela - cela suffit. √áa sera tr√®s bien, c'est tout ce que je demande. Je crois que c'est ce que nous ressentons tous. Laver Ses pieds, avec les larmes des eaux de repentance, c'est avec √ßa qu'Il veut que Sa - Sa salet√© soit lav√©e : la repentance, pas la p√©nitence, mais la repentance.
E-75 Laver Ses pieds, les essuyer avec ses cheveux, directement, elle √©tendit nerveusement la main. Elle prit le vase d'alb√Ętre et le secoua, et elle √©tait si nerveuse. Et elle en brisa le goulot, versa tout le contenu sur Ses pieds, et elle √©tait vraiment nerveuse. Et - et alors, elle √©tendit de nouveau la main et commen√ßa √† essuyer Ses pieds. [Fr√®re Branham imite le bruit d'un baiser. - N.D.T.] "Je veux... " Et elle leva les yeux. Elle remarqua que Ses yeux n'√©taient plus sur elle √† ce moment-l√†. Qu'est-ce qui se passait dans la salle pendant ce temps? Il n'y avait pas de mouvement. Qu'y avait-il? Tout s'√©tait arr√™t√©. Oh! Je peux voir ce pr√©tentieux pharisien , le coquin le plus m√©chant du pays. Oh! il rougit. Il est tellement humili√©. Quelqu'un dit : "Amen." Eh bien, si quelqu'un dit "amen" dans son √©glise, "Hmm!" Vous le d√©rangez. La petite puissance de Dieu... Il s'est fait qu'il a dit un mot... Il a commis une erreur quelque part et a dit: "J√©sus-Christ est venu sauver les p√©cheurs." Et quelqu'un dit: "Gloire √† Dieu!" "Oh! hmm! Huissiers, mettez-les dehors. Oui, ils me d√©rangent." Moi, je suis d√©rang√© quand ils ne disent pas cela. Ainsi - ainsi il ... Il √©tait si humili√©, oh! droit jusqu'√† ... Oh! il √©tait juste un... (Je dois arr√™ter.) Il √©tait si humili√©. Il Le regardait, et il s'est dit en lui-m√™me, faisant un signe de la t√™te √† ces cardinaux : "Vous voyez, je vous l'ai dit. Si cet homme √©tait un proph√®te, Il aurait su quel genre de femme c'√©tait."
E-73 (113) Assur√©ment, Il le savait. Elle √©tait des millions de fois et de loin mieux que lui, bien que lui f√Ľt un membre d'√©glise. Elle √©tait une prostitu√©e. Honte √† vous, mis√©rables et pauvres membres d'√©glise qui ne connaissez pas plus que √ßa sur Dieu. Humili√©, il a dit : "Je vous l'ai dit, je vous l'ai dit. Vous voyez? S'il √©tait un proph√®te (Il √©tait un proph√®te), Il aurait su cela. Il n'est pas un proph√®te." Mais J√©sus a pu discerner ses pens√©es. Il s'est donc lev√©. La petite dame s'est tenue debout, ses cheveux pendant √† ses - sur ses √©paules, jusqu'√† la taille; elle √©tait sillonn√©e des larmes, et - et il y avait de la graisse tout autour de sa bouche √† force d'avoir bais√© Ses pieds; elle avait de tr√®s grands, de tr√®s gros yeux bruns et beaux. Je me demande ce qu'Il va dire. Il baisse les yeux vers elle.
E-74 (114) Il a dit : "Simon, J'ai quelque chose √† te dire." Oh! un pauvre et mis√©rable pr√©tentieux hypocrite, professant √™tre un serviteur de Christ... "J'ai quelque chose √† te dire. Tu M'as invit√© ici et Je suis venu. J'ai laiss√© tomber Mon programme charg√©." Il le fait toujours. C'est vrai. Il est venu ici. Il est ici maintenant. Assur√©ment. "J'ai laiss√© tomber Mon programme charg√© parce que tu M'as invit√©. Et quand Je suis arriv√© √† la porte, tu n'as pas lav√© Mes pieds; tu n'as pas oint Ma t√™te; et tu ne M'as point bais√© en guise de bienvenue. Mais cette femme, depuis qu'elle est ici, elle n'a fait que laver Mes pieds avec ses larmes, et les essuyer avec ses cheveux. Elle M'a oint." (115) Eh bien, que va-t-Il faire? Elle se tient l√†, ses gros yeux fix√©s sur Lui. Quel est le verdict? √Ē Dieu, que cela soit mon verdict. Que cela soit ce que je vais entendre quand j'essayerai de Lui rendre un service. Bien que je doive dire √† mon peuple des choses qui me mettent en pi√®ces √† l'int√©rieur, cependant, je dois Lui rendre un service. C'est √©crit dans la Parole. Je dois le faire. Nous devons le faire, fr√®res. Quel qu'en soit le prix, nous devons le faire. C'est un service que Dieu r√©clame. Pr√™cher la Parole.
E-75 Observez-la. Elle √©tait tenue en haleine. "Que va-t-Il faire, me condamner?" (116) Puis, Il a regard√© et a dit : "Et Je lui dis que ses nombreux p√©ch√©s lui sont tous pardonn√©s. Ses nombreux p√©ch√©s lui sont tous pardonn√©s." C'est √ßa le verdict que je veux entendre. J'aimerais essayer toute ma vie de faire l'Ňďuvre de Dieu. Vous d√©sireriez faire de m√™me. Et √† la fin, le verdict sera le m√™me: "Tes nombreux p√©ch√©s te sont tous pardonn√©s." Inclinons la t√™te juste un moment.
E-76 (117) Nous L'avons invité, et Il est venu. Tous au long de cette semaine, les églises ainsi que mes frères, nous avons prié, disant: "Jésus, sois ici." L'autre jour, je me suis tenu au sommet du mont South et j'ai dit à ma femme: "Regarde en bas dans cette vallée. Combien de fois le Nom de Dieu a-t-il été pris en vain pendant l'heure qui vient de s'écouler? Combien d'actes d'adultère ont été commis dans cette vallée depuis hier soir?" Elle m'a dit : "Billy, eh bien, pourquoi alors es-tu venu ici? J'ai dit: "Chérie, mais dans cette grande vallée de Maricopa (qui, un jour n'avait que des cactus et des lézards), beaucoup de prières sont montées durant les dernières vingt-quatre heures, de véritables saints de Dieu nés de nouveau éparpillés ici et là qui prient pour que le pécheur se fraye un chemin dans cette convention."
E-77 (118) Et Il est venu. Il est ici. Je sais qu'Il est ici. Souhaitons-Lui la bienvenue avec quelques larmes venant de nos cŇďurs froids et durs. Lavons Ses pieds ce matin. Disons-Lui que nous L'aimons, que nous allons d√©sormais Le servir. Ecoutez ce grand verdict √©ternel : "Tes nombreux p√©ch√©s te sont tous pardonn√©s." (119) Je vais vous poser une question solennelle. Je veux que √ßa vienne de votre cŇďur. S'il y a des hommes et des femmes ici, et il y en a, qui ne vivent pas en ordre avec Dieu, et qui voudraient entendre ce verdict que cette femme a entendu ce jour-l√†: "Tes nombreux p√©ch√©s te sont tous pardonn√©s", voudriez-vous lever la main? Maintenant, que personne ne regarde. Que seuls le Seigneur et moi regardions. Levez la main. Que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse, partout. Maintenant, vous membres d'√©glise, vous ici qui savez que vous n'√™tes pas du tout n√©s de nouveau... Et pourtant, J√©sus est ici; vous savez que vous aurez honte s'il Lui arrivait de vous faire crier Ses louanges, ou s'Il essayait de vous dire de t√©moigner √† quelqu'un. Levez la main et dites: "'J√©sus', je suis d√©sol√©. Je veux √™tre un v√©ritable chr√©tien n√© de nouveau d√®s aujourd'hui." Levez la main. Que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse.
E-78 Eh bien, certaines d'entre vous femmes pentec√ītistes aux cheveux coup√©s court, honte √† vous. Maintenant, vous savez que vous avez tort. Si vous ne le saviez pas jusqu'√† pr√©sent, vous le savez maintenant. Avez-vous honte de cela? Si vous en avez honte, levez la main. Que personne ne regarde. Que Dieu vous b√©nisse. Il faut √™tre une v√©ritable dame pour faire cela. Que Dieu vous b√©nisse. C'est vrai. Que Dieu vous b√©nisse. C'est vrai. Vous l'√™tes assur√©ment. Vous avez s√Ľrement honte. (120) Vous voulez me dire que vous avez des cheveux coup√©s et que vous n'en avez pas honte? Essayant de plaire √† un homme au lieu de plaire √† Dieu? Ne vous rendez-vous pas compte que tant que vous ne... A partir d'aujourd'hui, vous ne pourrez jamais aller plus loin avec Dieu. C'est √ßa la chose que vous contournez, juste ici. (121) Vous dites que vous avez le Saint-Esprit, que vous dansez en Esprit, que vous parlez en langues? Vous vous √™tes trop repos√©s sur cela au lieu de vous reposer sur cette voix tranquille. Vous pouvez avoir des √©motions mentales, mais votre vie prouve ce que vous √™tes. Pouvez-vous avoir des raisins sur une plante rampante de citrouilles? Des concombres sur une plante rampante de past√®ques? Vous savez que vous avez tort. Levez la main. Soyez assez dame pour faire cela. Beaucoup d'entre vous n'ont pas lev√© la main, beaucoup de... Que Dieu vous b√©nisse, il y a un grand nombre maintenant. Vous, hommes qui permettez... Certains d'entre vous les pr√©dicateurs, honte √† vous. Vous les pr√©dicateurs du Plein Evangile, qui laissez vos femmes faire une chose pareille, honte √† vous. Que Dieu ait piti√© de votre √Ęme, fr√®re, vous qui n'avez pas assez de vraie d√©cence pour pr√™cher l'Evangile. Avez-vous honte d'elle?
E-79 (122) Qu'en est-il de certains d'entre vous qui fumez des cigarettes, et qui continuez √† pr√©tendre √™tre des pentec√ītistes, qui continuez √† prendre un verre pour vous montrer sociable envers votre patron? Certains d'entre vous hommes d'affaires n'avez pas encore abandonn√© les choses du monde, pour - vous voulez... Vous devez prendre un petit verre pour vous montrer sociable √† No√ęl. Honte √† vous! Honte √† vous! Ne savez-vous pas que "J√©sus" va vous condamner ce jour-l√†? Vous savez que vous avez tort. Certains d'entre vous ont m√™me contourn√© la Parole en ces derniers jours. Les √©glises deviennent formalistes. Quelque chose cloche. Votre assembl√©e ne prendra pas position pour... Je sais que certains d'entre vous pr√©dicateurs √™tes innocents. Vous allez l√†-bas pr√™cher la Parole aussi durement que possible. Cette assembl√©e... Augmentez la dose. Dieu les tiendra pour responsables.
E-80 (123) Certains d'entre vous ne L'aiment pas comme ils le devraient. Certains d'entre vous sont des vrais chr√©tiens honorables, mais vous ne L'aimez pas comme il le faut. Et vous savez que vous √™tes coupables. Vous ne priez pas assez. Je vais lever ma main maintenant. Je ne prie pas assez. J'ai honte de moi. J'ai honte de ma vie. Je Lui ai demand√© de venir √† cette r√©union, et j'ai - j'ai - j'ai honte de ma vie devant Lui. Je suis d'accord avec vous. J'ai honte de ma vie devant "J√©sus". Qu'Il soit b√©ni. Il est venu du ciel ce matin pour nous visiter, il est venu vers nous pour s'entretenir avec nous, pour nous parler. Il nous parle en ce moment m√™me, cette petite voix tranquille l√† dans notre cŇďur. Il se pourrait qu'il n'y ait pas de vents imp√©tueux. Nous en avons tellement eu. (124) Ce matin, voilons-nous le visage de honte. J'ai honte, de [me dire] pentec√ītiste √† voir la vie que je m√®ne. J'ai honte de ne plus avoir de puissance dans Sa Pr√©sence. J'ai honte de ne plus √™tre un chr√©tien exemplaire devant mon peuple. J√©sus, aie piti√© de moi. √Ē Dieu, j'ai tort. J'ai aussi besoin de correction, et Ton Saint-Esprit me parle.
E-81 (125) Nous voulons Te parler, Seigneur. Nous voulons que Tu nous pardonnes. Nous voulons √™tre de v√©ritables pentec√ītistes, Seigneur. Nous voulons √™tre r√©ellement remplis de l'Esprit. Nous n'avons pas honte de larmes; nous n'avons en aucune mani√®re honte de Toi. Et Tu nous as visit√©s ce matin, et nous voulons laver Tes pieds. Nous voulons Te consacrer nos vies. Nous - nous voulons √™tre de v√©ritables chr√©tiens. Nous avons besoin des fruits de l'Esprit dans nos vies : la douceur, la gentillesse, l'amour les uns envers les autres, nous pardonnant les uns les autres. √Ē Dieu, pour l'amour de Christ, pardonne-nous. Nous voulons √™tre comme Lui. Il √©tait notre exemple. Tous ceux qui ont ce d√©sir dans leurs cŇďurs, qui voudraient incliner leur t√™te ce matin dans Sa Pr√©sence, sachant que nous aussi, nous sommes coupables; qui voudraient aussi laver Ses pieds, voulez-vous vous tenir tranquillement debout maintenant? Que Dieu vous b√©nisse. Ma femme avait l'habitude de chanter un cantique: "Cher J√©sus, je T'aime, je T'aime. Si jamais je T'ai aim√©, cher J√©sus, c'est maintenant." Inclinons la t√™te maintenant, tout le monde.
E-82 (126) Notre P√®re c√©leste, nous - nous avons √©t√© si - si indiff√©rents envers Toi. Nous T'avons maltrait√©. Nous avons m√©pris√© la cause. Nous avons √©t√© indiff√©rents. [Une femme se met √† crier - N.D.E.] Je prie pour cette pauvre femme maintenant m√™me, que le diable essaye d'√©loigner. Secours-la, Saint-Esprit. Ne la laisse pas seule. Secours-la, J√©sus. Ce d√©mon qui crie, qu'il sorte au Nom du Seigneur J√©sus. Puisse cette pauvre √Ęme perdue √™tre sauv√©e. Nous regrettons, Seigneur. Meus-Toi au-dessus de nous par Ton Saint-Esprit. Remplis-nous de la bont√© de Dieu. D√©verse Tes b√©n√©dictions, Seigneur. Nous - nous lavons nos cŇďurs avec l'eau de la Parole. Entre dans nos vies, Seigneur. Assieds-Toi √† notre table. Assieds-Toi et d√ģne avec nous aujourd'hui, Seigneur. Nous voulons T'accepter maintenant m√™me comme notre Sauveur. Nous voulons T'accepter comme notre Guide et notre Roi. Et puisse le Saint-Esprit baigner nos √Ęmes dans Sa Pr√©sence, nous donnant l'amour, la mis√©ricorde et la compr√©hension.
E-83 (127) Puisse chaque ministre prendre une nouvelle assise. Puissent les Hommes d'Affaires, cette organisation, chaque membre d'√©glise, chaque personne qui se trouve ici sentir que J√©sus a pris place dans son cŇďur en ce moment m√™me. Accorde-le, Seigneur. Nous T'aimons et nous Te consacrons nos vies; sois le bienvenu √† la convention. Nous allons baptiser les gens ici cet apr√®s-midi. Nous allons faire des appels √† l'autel. Nous allons Te louer par des cantiques. Nous allons Te louer dans la Parole. Nous allons Te louer avec tout ce que nous avons, pour que les gens sachent que nous n'avons pas honte de l'Evangile de J√©sus-Christ, car c'est la puissance de Dieu pour le salut.
E-84 (128) Nous devrions partir d'ici menant une vie diff√©rente parce que Tu nous as visit√©s. Nous n'allons pas essayer d'√™tre comme le pharisien. Nous savons que Tu es le Roi des proph√®tes. Tu es le Dieu-proph√®te qui a parl√© √† nos cŇďurs en ce moment. Et nous prions que Tu discernes [les intentions de] nos cŇďurs, et que Tu nous r√©v√®les les causes qui font obstacle √† la grande action de Dieu en ce dernier jour; afin que des ministres oints partent d'ici, des hommes et des femmes oints avec une telle inspiration de l'aimable Seigneur J√©sus sur eux qu'un r√©veil √©clatera partout √† travers le continent. Accorde-le, Seigneur.
E-85 (129) Nous savons que Tu es venu sur notre invitation, et nous allons Te souhaiter la bienvenue autant que possible dans chacune de nos vies. Nous nous tenons debout avec cette b√©n√©diction dans nos cŇďurs, Seigneur, disant que nous T'aimons, Seigneur J√©sus. Nous Te b√©nissons. Tu es au-dessus de chaque - chaque organisation. Tu es au-dessus des choses du monde. Tu es au-dessus de notre habillement. Tu es au-dessus de tout ce que nous avons. Tu es Dieu. Tu es au-dessus de nos √©motions. Tu es Dieu. Et nous T'aimons de tout notre cŇďur. Re√ßois-nous, √ī Seigneur, pendant que nous levons les mains vers Toi pour Te louer. Le grand Roi de gloire est assis au milieu de nous ce matin. Nous Te louons et nous nous confions √† Toi. Nous b√©nissons ce peuple au Nom du Seigneur J√©sus. L'aimez-vous? Lui avez-vous consacr√© de nouveau vos vies, vous les hommes et les femmes? Levez les mains et dites : "J√©sus, je prie aussi que Tu viennes √† cette convention. Maintenant, je me consacre moi-m√™me √† Toi. Laisse-moi √™tre tout √† Toi √† partir de cette heure. Que ma marche, mes paroles, mes relations prouvent que je suis scell√© du Saint-Esprit, ma fa√ßon de vivre, de parler et de marcher."
E-86 Donnez-nous l'accord au piano, de Je L'aime. Etes-vous vraiment sincère? Dites "Amen" si vous l'êtes. [L'assemblée dit: "Amen." - N.D.E.] Aimez-vous vraiment exprimer cela à Jésus comme nous le chantons ensemble? Tous ensemble à l'ancienne mode, maintenant. "Je L'aime. Je L'aime, parce qu'Il m'aima le premier." Tous ensemble maintenant, allons-y. Je L'aime, je l'aime, Parce qu'Il m'aima le premier; Et acquit mon salut Sur... (Il y en a tellement que je ne peux pas les compter... ?... La femme... ?...)
E-87 (130) Juste un moment pour se d√©tendre, gardez le pr√©lude. Satan a d√©rang√© cette pauvre femme, l'a fait sortir du b√Ętiment. Le Saint-Esprit l'a attrap√©e l√† dehors et l'a ramen√©e. Elle est dans la r√©union maintenant, d√©tendue. "En Mon Nom, ils chasseront les d√©mons." La puissance se trouve dans la douceur et dans l'humilit√©. C'est ce qui rend les choses importantes, parce que cela est humble et doux. Ne L'aimez-vous pas? Maintenant, tous ensemble encore une fois, les yeux ferm√©s et les mains lev√©es vers le ciel, de tout votre cŇďur. Je... [Fr√®re Branham parle √† quelqu'un. - N.D.E.] Que Dieu envoie des b√©n√©dictions maintenant. Elle allait... ?...

En haut