ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication La Communion / 62-0519 / Green Lake, WI, USA // SHP 1 heure et 14 minutes PDF

La Communion

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Restons debout juste un instant pour un mot de priĂšre pendant que nous avons nos tĂȘtes inclinĂ©es. Notre PĂšre cĂ©leste, alors que nous nous approchons de Toi ce soir, Seigneur, en ce temps de communion, nous Te remercions pour le Sang de JĂ©sus-Christ et pour ce moment de communion. Maintenant, il y a des mouchoirs dĂ©posĂ©s devant moi, qui ont Ă©tĂ© envoyĂ©s ici, Seigneur, Ă  la convention. Ils reprĂ©sentent des nĂ©cessiteux. Et la Bible nous dit qu’on prenait des mouchoirs et des linges qui avaient touchĂ© le corps de saint Paul, et les esprits impurs quittaient les gens, et les malades Ă©taient guĂ©ris. Nous savons que nous ne sommes pas saint Paul, mais Toi, Tu es toujours le mĂȘme Dieu. Et aujourd’hui, Tu as pourvu Ă  une voie, car Tu es le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Nous Te prions de guĂ©rir ces gens.
E-2 Et puisse... comme l’a dit un Ă©crivain, quand la mer Morte empĂȘchait IsraĂ«l d’aller Ă  la Terre promise, Dieu a baissĂ© le regard courroucĂ© Ă  travers la Colonne de Feu, la mer a Ă©tĂ© effrayĂ©e et a reculĂ©, et IsraĂ«l a poursuivi le voyage. Ô Dieu, je prie que, quand ces mouchoirs seront posĂ©s sur le corps des malades, Dieu puisse regarder non seulement Ă  travers la Colonne de Feu, mais Ă  travers le Sang de Son propre Fils, qui agit, et que la maladie recule, cĂšde Ă  la puissance guĂ©rissante de Christ. BĂ©nis cette convention, Seigneur, alors qu’elle se termine ce soir. Nous Te prions de nous visiter puissamment, comme Tu le fais, et de nous accorder de Tes bĂ©nĂ©dictions. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.
E-3 Que le Seigneur accorde Ses bĂ©nĂ©dictions. J’ai Ă©tĂ© beaucoup Ă©mu par le–le compliment que m’a fait tout Ă  l’heure frĂšre Carlson. Combien j’aurais voulu prendre du temps pour dire certaines choses Ă  ce sujet. Mais je sais que vous avez Ă©tĂ©... Aujourd’hui pendant la convention, il y a eu beaucoup de sermons, et de grands prĂ©dicateurs vous ont apportĂ© beaucoup de sermons. Et je–je les apprĂ©cie tous. Je sais que vous ĂȘtes fatiguĂ©s maintenant, vous allez bientĂŽt rentrer chez vous et que peut-ĂȘtre demain, vous irez Ă  vos Ă©glises. Alors, je–je ne prendrai pas beaucoup de votre temps. Mais comme frĂšre Carlson, en une si noble dĂ©claration...
E-4 Hier soir, en partant d’ici, j’ai entourĂ© Joseph de mes bras, j’ai dit: «Qu’y a-t-il avec moi?» L’autre jour, je demandais Ă  ma femme: «Suis-je fou?» Je ne peux pas m’empĂȘcher de dire ces choses. Il y a Quelque Chose en moi qui fait sortir cela. Et je–je n’y peux rien. C’est Quelque Chose, c’est... Je regarde tout autour et Ă  l’église. Cet aprĂšs-midi, au motel oĂč je reste, un groupe de gens ivres est entrĂ©, des femmes et des grand-mĂšres en shorts, en habits immoraux, ils buvaient et fumaient. Et je–je me suis dit: «Ô Dieu, pourquoi devrais-je parler Ă  mes soeurs tel que je le fais, alors que je n’aimerais pas le faire? Mais pourquoi devrais-je faire cela?» Et regardez-moi ça. Et tout aussi doucement, pas une voix audible, mais Quelque Chose en moi a dit: «Je ne veux pas que Mes enfants soient comme ça.» Vous y ĂȘtes. Voyez? Vous ĂȘtes un peuple diffĂ©rent. Quand je L’ai vu dire... j’ai entendu cela dans mon coeur: «Je ne veux pas que Mes enfants...», cela m’a rĂ©joui. «Mes enfants...» J’aime l’Eglise. C’est pour Elle que Christ est mort, l’Eglise. Et je crois dans l’Eglise. Mais certaines histoires qui se passent dans l’église, alors qu’on prĂȘche constamment contre cela et qu’on apporte la Parole contre cela, et puis, voir l’église tĂątonner toujours lĂ -dessus, c’est...
E-5 Voyez, franchement, je sais que je suis taxĂ© de tout, d’un archange Ă  un dĂ©mon. Je suis votre frĂšre. Je suis votre frĂšre. Et ces choses peuvent ĂȘtre dites Ă  mon sujet. Je ne peux rien Ă  ce qui est dit. Je dois ĂȘtre honnĂȘte. Comme Paul, je veux dire: «Je n’ai point rĂ©sistĂ© Ă  la vision cĂ©leste» qui m’est apparue alors que j’étais un garçon. Et depuis lors, le Seigneur a oeuvrĂ©... avec confiance en Dieu et foi en Christ.
E-6 Il y a quelques semaines... c’était plutĂŽt la derniĂšre fois que j’étais Ă  Chicago, j’apprenais que les Hommes d’Affaires avaient organisĂ© un petit quelque chose de panoramique avec diffĂ©rents prĂ©dicateurs de la ville. Et alors, je devais parler Ă  la–à la...?...sa derniĂšre partie, Ă  une–à une rĂ©union de ministres. Et je me prĂ©parais pour un grand jubilĂ© gastronomique spirituel, je pense que je pourrais ainsi l’appeler. Et une nuit, environ trois ou quatre nuits avant le... ait lieu, j’étais dans une chambre d’hĂŽtel. Des Ă©clairs jaillissaient; il y avait une tempĂȘte. Je venais de rentrer de la rĂ©union; il Ă©tait environ une heure du matin. Il a dit: «Va Ă  la fenĂȘtre.» Il y avait lĂ  cette LumiĂšre qui brillait dans la chambre, vous En avez la photo et vous En savez quelque chose. Il a dit: «Va Ă  la fenĂȘtre et tiens-toi prĂšs de la troisiĂšme planche.»
E-7 Et je me tenais lĂ , regardant dehors. Et Il a dit: «Ils t’ont tendu un piĂšge. Mais ne t’en fais pas, Je serai avec toi. Dis Ă  M Carlson (qui est ici prĂ©sent) et Ă  l’autre homme qui sera avec lui, ce sera Tommy Hicks, qu’ils n’obtiendront pas cet auditorium sur lequel ils comptent. Ça se passera ailleurs, dans une salle brune. Et quand ils y entreront, un homme de couleur sera assis Ă  ta gauche.» Et puis, Il m’a montrĂ© lĂ  oĂč chacun s’assiĂ©rait. Il a dit: «Dis donc cela. Tu rencontreras M Carlson demain pour le petit-dĂ©jeuner.» Il est assis ici. Et dans la chambre, le Saint-Esprit a tout dĂ©crit en dĂ©tails. Et cette rĂ©union, on a dĂ©commandĂ© sa tenue Ă  l’endroit oĂč elle devait se tenir. Ils ont dĂ» louer une autre salle. Et quand ils sont tous entrĂ©s, chacun s’est assis exactement Ă  sa place. FrĂšre Carlson est lĂ . Il ne dit jamais autre chose que la vĂ©ritĂ©, tout Ă  fait vrai. Et j’ai dit Ă  l’association des ministres: «Je sais ce que vous me reprochez. C’est au sujet de mon enseignement sur Christ. Maintenant, je vous ai entendus vous prĂ©senter comme Dr Untel et Dr Untel. Je n’ai mĂȘme pas l’instruction de l’école primaire. Mais j’aimerais que quelqu’un parmi vous tous qui soutenez que cet enseignement est faux... qu’il soit docteur, prenne sa Bible, vienne se tenir ici Ă  cĂŽtĂ© de moi devant ces ministres; sinon, cessez dĂ©sormais de me critiquer.» Voyez? C’est exact. «Si c’est pour votre gagne-pain, alors ne cherchez pas Ă  en discuter avec moi. J’ai une seule chose: c’est plaire Ă  Christ et Ă  Sa Parole, et c’est lĂ  le but de ma vie.»
E-8 Et, mes amis, ce n’est pas facile, quand vous aimez les gens, d’avoir pourtant Ă  les tailler en piĂšces. Vous n’en avez pas l’intention. Mais comment un homme qui va prĂȘcher par inspiration peut-il dire autre chose que ce qui lui vient par inspiration? Si jamais je dis quelque chose de contraire Ă  la Parole, attirez donc mon attention lĂ -dessus. En effet, maintes fois, parmi les gens, quand je suis dans des rĂ©unions des conventions, je ne prĂȘche que les grands principes de la doctrine Ă©vangĂ©lique. Des fois, j’essaie de parler contre le pĂ©chĂ©, et je rĂ©primande des choses pareilles que je vois les gens faire, ils cherchent Ă  vivre comme le monde tout en prĂ©tendant toujours ĂȘtre chrĂ©tiens. C’est la plus grande pierre d’achoppement que l’église ait jamais connue, une chose comme cela. Nous devons ĂȘtre soit dedans, soit dehors. Nous sommes... mais pas prĂ©tendre quelque chose que nous ne sommes pas. Ainsi donc, cela rend la chose trĂšs difficile.
E-9 Il y a quelque temps, un ami m’a Ă©crit une lettre. Il y avait quelqu’un à–à ses cĂŽtĂ©s qui a dit: «FrĂšre Branham est un prophĂšte quand il est sous l’onction. Mais, a-t-il dit, ne suivez pas son enseignement, il est erronĂ©.» Eh bien, pouvez-vous vous imaginer une personne dire cela? Un prophĂšte? Eh bien, c’est celui Ă  qui vient la Parole du Seigneur. Ils avaient... Ils Ă©taient les seuls Ă  avoir l’interprĂ©tation de la Parole. Je ne suis pas un prophĂšte. Je ne prĂ©tends pas en ĂȘtre un. Mais je dis... Tout le monde devrait admettre que la Parole de Dieu est vraie, n’est-ce pas? sans se soucier de la maniĂšre dont nous devons nous tailler... Nous ne pouvons pas tailler notre–notre... Nous devons nous tailler pour convenir Ă  la Parole de Dieu. Nous ne pouvons pas tailler notre–notre... la Parole de Dieu pour qu’Elle s’adapte Ă  nos pensĂ©es. C’est nous qui devons nous conformer Ă  la Parole. Il n’y a pas longtemps, quelqu’un est venu et a dit: «Cette doctrine, ce que vous croyez, a-t-il dit, si c’est l’Ange du Seigneur qui vous l’a dit, nous le croirons.» Un groupe de prĂ©dicateurs. J’ai dit: «L’Ange du Seigneur? S’Il disait autre chose, je ne le croirais pas.»
E-10 Comment pouvez-vous vous appuyer sur une expĂ©rience, ou une quelconque sensation? Le diable peut imiter toute sensation que vous pouvez–vous pouvez manifester. J’ai vu tous ces trucs. J’ai vu des gens... J’ai vu des paĂŻens danser dans l’esprit, parler en langues, boire du sang dans un crĂąne humain et invoquer le diable. J’ai vu des gens crier, puis entrer... Les musulmans se transpercent les doigts avec des Ă©chardes jusqu’à ne mĂȘme plus les sentir; ils prennent une lance, se transpercent le visage comme cela, ils crient, hurlent et louent leur dieu. Vous appelez cela Dieu? Je les ai vus se transpercer avec des hameçons, y suspendre des ballons d’eau comme cela et faire des va-et-vient dans un feu de quinze pieds [4,5 m] de profondeur et de quatre pieds [1,2 m] de large comme cela, sans aucune brĂ»lure de feu, mĂȘme pas l’odeur de brĂ»lure. Vous appelez cela Dieu? Certainement pas. Dieu est la Parole. «Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu.» Et la Parole est toujours Dieu. Comment allons-nous juger?
E-11 Ma propre mĂšre, qui s’en est allĂ©e au Ciel il n’y a pas longtemps, disait: «Billy, tu as Ă©tĂ© pour moi un soutien dans des choses spirituelles, je... et tu as pris soin de moi et tu as veillĂ© de telle maniĂšre que je n’ai pas souffert de faim.» J’ai dit: «Maman...» Nous sommes de souche catholique. Nous savons cela, Ă©tant des Irlandais. J’ai dit: «Quand j’étais un jeune homme et que je n’avais pas reçu l’appel de Dieu...» Nous ne frĂ©quentions aucune Ă©glise, aucun de nous; je n’avais jamais de ma vie Ă©tĂ© dans une Ă©glise, je pense, jusqu’à ce que je sois devenu un homme. Et j’ai dit... Je suis allĂ© Ă  l’église catholique, et ils disaient: «C’est nous l’église.» Je vais Ă  l’église luthĂ©rienne, ils disent: «C’est nous l’église.» Chez les baptistes: «C’est nous l’église.» Eh bien, laquelle est l’église? Il y en a neuf cents et quelques. Personne ne peut fonder sa foi sur cela. Personne ne peut fonder sa foi sur une sensation. Il n’y a qu’une seule chose vraie, et c’est la Parole de Dieu. «Les cieux et la terre passeront, mais Ma Parole ne passera point.»
E-12 Ève avait juste mal interprĂ©tĂ©, ou plutĂŽt Satan avait juste mal interprĂ©tĂ© pour Ève juste une petite portion de la Parole de Dieu, juste une toute petite partie, et c’est ce qui est Ă  la base de tous ces ennuis. Est-ce exact? Chaque mort, chaque–chaque bĂ©bĂ©, chaque bĂ©bĂ© hydrocĂ©phale, chaque estropiĂ©, chaque–chaque mort, chaque cimetiĂšre, et tout, c’est Ă  cause du doute d’une seule personne Ă  la Parole de Dieu, d’une petite chose pervertie. Et si Dieu n’a pas laissĂ© qu’on s’en tire alors avec ça, Ă  combien plus forte raison maintenant? Nous allons en venir Ă  la Parole, ou nous n’arriverons pas du tout. C’est vrai. Vous pouvez donc vous imaginer, des gens aimants et aimables, ce que ça coĂ»te de se tenir lĂ  sans penser Ă  ce qu’on va dire, et voir l’Esprit marteler ces choses, mais cependant, vous ĂȘtes rĂ©confortĂ© de ce qu’Il est avec vous, de Le voir venir accomplir des choses. Je peux prendre... Tout celui qui pense que je suis un diseur de bonne aventure, un devin, savez-vous que c’est la raison mĂȘme pour laquelle on a tuĂ© JĂ©sus? C’est cela mĂȘme la raison; en effet, Il connaissait leurs pensĂ©es et tout.
E-13 Si je lisais les pensĂ©es ici hier soir, je–j’aurais eu un tel... Si le Saint-Esprit m’avait permis de parler hier soir de certaines choses qui se passaient, vous m’auriez chassĂ© de cette contrĂ©e. Les gens vous tapotent au dos et disent: «FrĂšre», mais ils pensent que vous ĂȘtes un diseur de bonne aventure. Ne pensez-vous pas que je sais cela? Je ne peux pas avoir l’Esprit de Dieu et manquer de le savoir. «Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais, et il en fera davantage. Je M’en vais au PĂšre.» Voyez-vous ce que je veux dire? Prions.
E-14 PĂšre cĂ©leste, laisse que le Saint-Esprit nous parle maintenant dans ces quelques paroles qui vont suivre. Ô Dieu, je prie que personne ne manque au jour du Jugement, que nous soyons tous lĂ , et tous couverts du Sang du Fils de Dieu. Pardonne-nous nos offenses. Nous T’avons entendu dire une fois, quand Tu nous apprenais Ă  prier, et Tu en es arrivĂ© Ă  ce point: «Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons Ă  ceux qui nous ont offensĂ©s.» Alors, Tu t’es arrĂȘtĂ© et Tu as dit: «Si vous ne pardonnez pas du fonds de votre coeur Ă  chaque homme ses offenses, votre PĂšre cĂ©leste ne vous pardonnera pas non plus.» Nous voyons donc dans quelle situation nous sommes. Ô Dieu, j’espĂšre vivre jusqu’à voir le jour oĂč je pourrais voir l’Eglise du Dieu vivant toute en rangs comme une grande armĂ©e de Christ, toute couverte du Sang, chaque soeur et chaque frĂšre, saint, avançant dans la puissance de la Parole de Dieu. Tu as dit que Tu remplacerais tout ce que les jĂ©leks, les sauterelles, les hasils avaient dĂ©vorĂ©. Je crois que Tu le feras, Seigneur. Je prĂȘche que Tu le feras, et j’espĂšre le voir dans mon Ăąge. Sinon, je sĂšmerai la Semence de Ta Parole. Et alors, quand le Saint-Esprit descendra, Il va... Nous savons que les justes... que la pluie tombe sur les justes et sur les injustes. La mĂȘme pluie qui arrose le blĂ© arrose les mauvaises herbes. Mais, PĂšre Divin, accorde-nous, durant notre vie, se ne semer que la vĂ©ritable Semence de Dieu. Alors, quand l’Esprit viendra et descendra sur Elle, qu’Elle reproduise JĂ©sus-Christ, un fils ou une fille de Christ. Je le demande au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-15 Que Dieu vous bĂ©nisse tous richement. Que mes bĂ©nĂ©dictions soient avec vous, que ma paix soit sur vous. Et je ne... J’espĂšre et je crois qu’un jour, dans une grande... si ce n’est plus sur cette terre-ci, sur la terre Ă  venir, quand nous serons appelĂ©s Ă  rencontrer Christ et que la trompette aura sonnĂ©, que les morts en Christ seront ressuscitĂ©s, et que nous aurons formĂ© ensemble une grande unitĂ© pour aller Ă  Sa rencontre. J’aimerais juste parler pendant... J’ai ici une montre que je peux rĂ©gler pour arrĂȘter cela exactement aprĂšs trente minutes, et–et ce sera Ă  10 h pile. Et Dieu voulant, j’aurais terminĂ© en ce moment-lĂ . Juste un moment de votre temps, si vous en Ă©pargnez, juste un peu...
E-16 Eh bien, demain aprĂšs-midi, pour vous de Chicago, amenez vos malades et vos affligĂ©s. Demain aprĂšs-midi, au Mather, il y aura un service de guĂ©rison. C’est exact, FrĂšre Carlson, n’est-ce pas? J’ai demandĂ© Ă  frĂšre Joseph si ce serait en ordre, et il en Ă©tait bien sĂ»r; c’est donc en ordre. Et puis, le lundi, il y aura le rassemblement missionnaire pour frĂšre Joseph, ce gentil petit homme que nous aimons tous. Je venais de parler Ă  un frĂšre ici pour... Je pense que c’est lui qui m’avait amenĂ© chez frĂšre Aegery l’autre fois-lĂ , Aegery, quand j’avais reçu de sa part une lettre trĂšs tranchante, et le Seigneur nous avait donnĂ© ces merveilleuses Paroles. Et je pense que peut-ĂȘtre quarante personnes ou plus avaient reçu le Saint-Esprit lĂ  Ă  l’universitĂ© luthĂ©rienne. Pouvez-vous vous imaginer cela? Mais quand il est arrivĂ© Ă ... Il pensait que c’était un fin devin ou quelque chose comme cela. Mais quand il Ă©tait devenu assez honnĂȘte pour s’asseoir avec la Parole de Dieu, alors Cela lui a Ă©tĂ© apportĂ©. Et ça a changĂ©.
E-17 Maintenant, je vais lire dans Saint Jean, chapitre 1 de... pas Saint Jean, excusez-moi, dans 1 Jean, chapitre 1, 1.7. Lisons tout ce verset.
Mais si nous marchons dans la lumiĂšre, comme il est lui-mĂȘme dans la lumiĂšre, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de JĂ©sus-Christ son Fils nous purifie de tout pĂ©chĂ©.
J’aimerais juste parler un moment sur cette pensĂ©e: La Communion. Celle-ci Ă©tant une convention, nous savons tous qu’une convention est un moment de communion. Et nous avons... J’aime communier. J’aime venir Ă  une rĂ©union de communion oĂč nous pouvons communier. (Et vous me permettrez, aprĂšs avoir lu mon texte, de faire un compliment Ă  un frĂšre qui est assis ici, frĂšre Tommy Nichols. Je suis trĂšs content que vous ayez imprimĂ© cet article ou–ou...dans le... votre magazine Voice des Hommes d’Affaires, sur la vision du ravissement au Ciel; vous l’avez fidĂšlement transcrit. Merci, FrĂšre Tommy. Que Dieu vous bĂ©nisse pour cela.)
E-18 Maintenant, la communion. A propos de la communion, tout le monde en a besoin. Ce soir, lĂ  au motel, ils avaient la communion. C’était quoi? Autour d’un verre. Ils avaient... Ils sont allĂ©s prendre quelques bouteilles de biĂšre de plus aux bars, et ils Ă©taient tous lĂ , grands-mĂšres et grands-pĂšres, buvant et commettant des actes si immoraux que j’ai dĂ», dans cette chambre chaude, baisser les fenĂȘtres et les fermer, pour ne pas entendre des tapages. Et il me semble que, puisque nous vivons dans une nation chrĂ©tienne, cela ne devrait mĂȘme pas ĂȘtre autorisĂ©. Mais je vous dis une chose: vous, mettez-vous Ă  hurler et Ă  crier, et voyez combien de temps cela durera. Quelque chose sera absolument trĂšs vite dit Ă  ce sujet. Pourtant, nous sommes dans une AmĂ©rique chrĂ©tienne. Je suis restĂ© en chambre. Aujourd’hui, je suis allĂ© prendre mon dĂźner dans un petit restaurant. Si jamais je revenais ici, c’est lĂ  que j’irai prendre mon dĂźner si je peux y accĂ©der et me trouver une chambre quelque part. Je suis allĂ© prendre mon dĂźner dans un petit restaurant et, honnĂȘtement, ils avaient ce drĂŽle de boogie-woogie, vous savez, le rock-and-roll.
E-19 Je suis missionnaire. Je viens... J’ai Ă©tĂ© dans... lĂ  loin chez les Hottentots, lĂ , dans les jungles d’Afrique. J’ai entendu cela lĂ -bas, mais je n’aurais jamais pensĂ© que j’entendrais cela en AmĂ©rique. Et ça continuait lĂ . Et eux tous faisaient des histoires. J’en avais vraiment la nausĂ©e. Et Billy et moi, nous nous sommes levĂ©s pour partir, et nous sommes allĂ©s ailleurs. Et–et lĂ , il n’y en avait pas. J’ai dit: «Jette un coup d’oeil dedans, s’ils ont un de ces drĂŽles de petits juke-box, nous n’entrerons pas. Laisse simplement ça de cĂŽtĂ©.» Une fois, dans un voyage, j’ai amenĂ© ma famille dans un restaurant. On jouait ça. Je me suis avancĂ© lĂ , j’ai dit: «Monsieur, je suis missionnaire, et chaque sou que j’ai reçu m’est utile. Mais j’ai amenĂ© ma famille avec moi, et nous avons tous faim. Nous avons passĂ© environ trois heures Ă  chercher un restaurant. Je vais vous donner un billet de cinq dollars si vous dĂ©branchez cela jusqu’à ce que je finisse de manger.» Ça lui a tellement fait honte qu’il a dit: «Gardez simplement vos cinq dollars. Si vous avez eu assez de courage, a-t-il dit, laissez simplement tomber ça.» C’est ça, donc. Oh! AmĂ©rique chrĂ©tienne, bien sĂ»r. Oui, AmĂ©rique chrĂ©tienne! Nous avons tout essayĂ©. Ils ont communion autour de ce genre de choses. Les corbeaux ont communion sur une charogne. Mais les colombes se nourrissent de la nourriture de colombe. Elles ont communion dans le champ de blĂ©. Ainsi donc, cela dĂ©pend de ce qu’est votre... ce que vous ĂȘtes. Une colombe ne peut pas... Eh bien, elle ne peut pas communier avec les corbeaux et les vautours, parce qu’elle n’a pas de bile; elle n’a pas d’amertume. Elle ne peut pas se nourrir de cela. Cela la tuerait. Et un chrĂ©tien ne peut pas communier autour de ce genre de choses. Cela tuerait l’Esprit mĂȘme qui est en lui, attristerait le Saint-Esprit et Le ferait partir.
E-20 Aujourd’hui, nous cherchons Ă  gagner l’amitiĂ© des nations. Nous dĂ©pensons des milliards de dollars, nous les donnons Ă  des nations Ă©trangĂšres pour gagner leur amitiĂ©, et le communisme se rĂ©pand dans tout le pays, malgrĂ© tout. Voyez? Il n’y a pas longtemps, eh bien, nous avions connu une guerre ici. Et certaines munitions qui nous ont Ă©tĂ© tirĂ©es dessus avaient Ă©tĂ© fabriquĂ©es aux USA. Voyez, nous cherchons Ă  leur envoyer le surplus et des choses comme cela, mais en revanche, ils nous tirent cela dessus. Ce n’est pas ainsi que vous pouvez gagner l’amitiĂ©. Vous ne le pouvez simplement pas. Eh bien, nous avons ensuite essayĂ© d’apprendre aux gens Ă  fraterniser. Il n’y a aucun moyen d’apprendre aux gens Ă  fraterniser. Vous vous Ă©loignez tout le temps. L’église a perdu ses droits d’aĂźnesse quand elle a adoptĂ© l’instruction Ă  la place du salut, pour essayer d’amener les gens Ă  connaĂźtre Christ. Ils ont cherchĂ© Ă  s’organiser en dĂ©nomination pour avoir communion. Vous ne pouvez pas y arriver, parce que vous tracez une limite et vous excluez les autres. Vous ne pouvez pas y parvenir. Il n’y a aucun moyen de–de communier dans les dĂ©nominations. Vous ne serez jamais capable d’y parvenir, car chaque dĂ©nomination...
E-21 Ce Conseil mondial des Églises, eh bien, ils se combattent. Ils se coupent la gorge. Comment peuvent-ils donc avoir communion alors que les gens qui sont lĂ -dedans ne croient mĂȘme pas en Dieu? Les incroyants et tous les autres, comment pouvez-vous... JĂ©sus a dit: «Deux hommes marchent-ils ensemble sans en ĂȘtre convenus?» Comment pouvez-vous y parvenir? Il n’y a qu’un seul moyen pour vous de marcher avec quelqu’un d’autre, c’est en vous accordant avec lui. Comment donc allez-vous vous sĂ©parer en dĂ©nominations et ĂȘtre en accord, alors que l’un est sĂ©parĂ© de l’autre? Et cependant, Dieu veut que nous ayons communion. Il y a en nous quelque chose qui suscite la communion. L’homme a toujours dĂ©sirĂ© en avoir. Mais il a toujours cherchĂ© Ă  y parvenir par sa propre connaissance, comment la susciter. Et il ne pourra jamais y parvenir.
Il y a un seul lieu pour une vĂ©ritable communion, et c’est sous le sang versĂ© de l’innocent. C’est l’unique moyen pour nous de l’avoir. Nous pourrions avoir communion si toutes les Ă©glises Ă©taient luthĂ©riennes. Si toutes les Ă©glises Ă©taient baptistes, ou autres, nous pourrions avoir communion sous les auspices dĂ©nominationnels. Mais nous les lecteurs de la Bible, nous savons que ces choses nous mettent en dĂ©saccord.
E-22 Or, l’unique chose sous laquelle nous pouvons avoir communion, comme nous sommes assis ici ce soir: MĂ©thodistes, baptistes, luthĂ©riens, presbytĂ©riens, que sais-je encore, c’est quand nous sommes sous le Sang versĂ© de l’Innocent. C’est ce que Dieu avait exigĂ©, et Dieu ne change jamais Son plan. Une fois que Dieu prend une dĂ©cision, Il doit toujours s’en tenir Ă  cela. Eh bien, Il est infini. Nous, nous ne sommes–nous ne sommes pas infinis. Nous sommes–nous sommes des ĂȘtres mortels; par consĂ©quent, nous sommes limitĂ©s. Nous ne pouvons donc pas ĂȘtre–ĂȘtre infinis. C’est ainsi donc que nous faisons des promesses, vous faites des promesses; on a Ă  les briser. Vous faites quelque chose aujourd’hui, et demain, vous connaissez davantage lĂ -dessus, vous pouvez donc amĂ©liorer cela demain. L’annĂ©e prochaine, vous le ferez encore mieux que l’autre jour, parce que vous apprenez davantage lĂ -dessus; en effet, nous sommes limitĂ©s, limitĂ©s à–à ces trois petites dimensions dans lesquelles nous vivons. Mais Dieu est infini. Par consĂ©quent, Dieu peut parler une fois et ce... Sa dĂ©cision est parfaite, et elle ne peut jamais changer. C’est pourquoi: «Ma foi ne repose sur rien d’autre que le Sang de JĂ©sus et Sa justice. Quand tout cĂšde autour de mon Ăąme, alors Il est tout mon espoir et tout mon soutien. Car, sur Christ, le Roc solide, je me tiens: tout autre terrain n’est que sable mouvant.»
E-23 Et Christ est la Parole. Il est la Parole. Sur... Il a dit: «Les cieux et la terre passeront, mais Ma Parole ne passera point.» Aucun mot de Cela ne peut faillir, parce que C’est la Parole de Dieu. Vous ne pouvez pas... Dans le dernier Livre, l’Apocalypse, il est dit: «Si quelqu’un En retranche une Parole, ou Y ajoute une parole, il sera retranchĂ©... sa part sera retranchĂ©e du Livre de la Vie.»C’est pourquoi tout credo, n’importe quoi d’autre, qui ajouterait quoi que ce soit Ă  la Parole de Dieu, ou En retrancherait Quoi que ce soit, c’est la mort que de faire cela, comme il en Ă©tait d’Ève au commencement. C’est passible de mort d’enlever ou d’ajouter. Recevez Cela tel que c’est dit. La Bible dit: «Elle ne peut ĂȘtre un objet d’interprĂ©tation particuliĂšre.» Elle est dĂ©jĂ  interprĂ©tĂ©e. Lisez-La simplement et croyez-La. Dieu veille sur Sa Parole pour L’accomplir. C’est donc sur Sa Parole que nous devons nous tenir.
E-24 Donc, le seul lieu... Par consĂ©quent, en croyant Sa Parole, le seul lieu, c’est sous le Sang versĂ©, c’est le lieu de communion, oĂč tous peuvent se rĂ©unir et Ă©prouver le mĂȘme sentiment; en effet, c’est sous ce seul lieu qu’il y a du Sang versĂ©. Or, fonder votre foi sur autre chose que la Parole de Dieu, c’est du sable mouvant. Peu importe ce que c’est, c’est toujours du sable mouvant. Ça doit ĂȘtre la Parole. C’est vrai. C’est ce que nous croyons. C’est pourquoi j’ai la foi pour croire que tout ce que Dieu a promis... Eh bien, je dis que Dieu peut faire des choses qui ne sont pas Ă©crites dans la Parole. C’est vrai. Mais tant que... cela m’étonnerait absolument. Mais tant qu’Il me donne ce qu’Il a promis Ici, je serai satisfait juste avec ce qu’Il a promis. Alors, je suis sĂ»r d’ĂȘtre dans le vrai. Accrochez-vous Ă  Sa Parole. Sa Parole ne peut changer. Car, si Elle peut changer, alors Dieu peut changer; si la Parole peut changer. Si la Parole mĂ©rite d’ĂȘtre modifiĂ©e, alors Dieu n’est pas Dieu.
E-25 Puisque Dieu a rencontrĂ© un homme et qu’Il a sauvĂ© ce premier homme, Adam, sur base de sa foi dans le sang versĂ©, Il doit toujours garder le mĂȘme procĂ©dĂ©. Sinon, Il avait mal agi quand Il avait pris Sa premiĂšre dĂ©cision. Si Dieu a sauvĂ© l’homme, et l’unique moyen par lequel Il l’a sauvĂ©, c’était par le sang versĂ© d’un agneau innocent, si c’est sur cette base-lĂ  que Dieu a dĂ©cidĂ© de sauver l’homme, tout... Si jamais Il change cela en un credo de quelqu’un, ou d’une Ă©glise, ou un quelconque dogme, alors Dieu avait pris une mauvaise dĂ©cision dans le jardin d’Eden. Car le premier homme qu’Il a jamais sauvĂ©, Il l’a sauvĂ© sur base de la foi de ce dernier dans le sang versĂ© d’un agneau innocent. C’était le seul lieu oĂč il pouvait venir. Dieu a choisi un lieu, Il a appelĂ© Adam et Ève, Il a versĂ© le sang d’un innocent et les a couverts d’une substance issue de cet innocent, le sang Ă©tait sur eux. C’était sur cette base que cet homme-lĂ  a pu parler Ă  Dieu, entendre Sa Parole et recevoir Sa Parole; c’était sous le sang versĂ©.
E-26 Et le seul moyen pour les hommes, ou les Ă©glises, ou les gens, de jamais savoir l’exacte vĂ©ritĂ© sur Dieu, c’est de passer sous le Sang versĂ© de l’Innocent et aller jusque dans Sa PrĂ©sence. Alors, l’Esprit qui viendra sur vous tĂ©moignera que cette Parole est vraie, chaque Mot de Cela, et Elle n’a besoin d’ĂȘtre corrigĂ©e nulle part. C’est vrai. Elle–Elle doit rester Telle quelle, car Il est Dieu et Sa dĂ©cision doit ĂȘtre parfaite, et Ă©ternellement parfaite. Examinons cela pendant quelques instants. Pour commencer, vous savez, mes trente minutes se seront envolĂ©es sans que j’aie commencĂ©. Bon. Et sous le sang versĂ©... Eh bien, nous savons que le plus ancien Livre de la Bible, c’est Job, le plus ancien Livre Ă©crit. Il a Ă©tĂ© Ă©crit avant que MoĂŻse Ă©crivĂźt la GenĂšse. Il est dit qu’Il a Ă©tĂ© Ă©crit avant que MoĂŻse ait Ă©crit la GenĂšse, plutĂŽt.
E-27 Maintenant, remarquez. Job, un homme juste, un homme pieux. Un jour, tout Ă©tait contre lui. Satan a eu l’idĂ©e de l’amener Ă  renier Dieu. Et alors, Job... J’aime lire Job. Beaucoup disent que c’est une devinette. Non. C’est la Parole de Dieu. JĂ©sus s’est rĂ©fĂ©rĂ© Ă  Job: «N’avez-vous pas entendu parler de la patience...»Peu importe ce qui se passait, combien il Ă©tait persĂ©cutĂ©, combien il Ă©tait considĂ©rĂ© comme quelqu’un qui avait pris une mauvaise voie, Job est restĂ© parfaitement avec la Parole. J’aime ça. Il se disait: «Peut-ĂȘtre que mes enfants ont pĂ©chĂ©. Je vais offrir un sacrifice pour eux.» Or, tout ce que cet homme savait, c’était l’holocauste. C’était ça, l’exigence de Dieu. Et parfois, parce qu’un malheur arrive Ă  un chrĂ©tien, beaucoup se disent: «Oh! Il est en dehors de la volontĂ© de Dieu. Ils ont abandonnĂ© l’église; ils se sont Ă©garĂ©s...?...» Parfois, ce n’est pas vrai, parce que Dieu chĂątie chaque fils qui vient Ă  Lui. Il le nettoie, le purifie et l’éprouve, pour voir s’il tiendra bon. C’est ce qu’Il faisait dans le cas de Job.
E-28 Une fois, j’ai prĂȘchĂ© sur Job pendant environ six mois quand j’étais pasteur. Il y avait une dame qui Ă©tait assez franche... J’ai amenĂ© Job sur ce tas de cendres, il Ă©tait assis lĂ  dehors, vous savez, tout couvert d’ulcĂšres et tenant un tesson, se grattant les ulcĂšres. Alors, cette dame a dit: «FrĂšre Branham, n’allez-vous jamais relever Job de ce tas de cendres?» Cela faisait presque trois dimanches, mais je construisais tout autour pour ressortir cela. Il Ă©tait lĂ . Il Ă©tait un prophĂšte. Il Ă©tait un oint de Dieu. Et tout ce que cet homme savait faire, c’était rester fidĂšle Ă  la Parole. C’est tout. Les gens sont venus et ont dit: «Job, tu sais que tu as fait quelque chose de faux. ConsidĂšre ce qui t’est arrivĂ©. Tout le monde t’a tournĂ© le dos. Et voici, tes amis t’ont quittĂ© et tout. Tout ce que tu peux faire, c’est rester assis ici et, regarde, quelle pauvre et misĂ©rable mine tu affiches avec ces ulcĂšres et toutes ces Ă©ruptions sur toi. Et considĂšre ta situation.» Mais Job disait qu’il n’avait pas pĂ©chĂ©; en effet, il avait suivi la voie fixĂ©e par Dieu, sous le sang versĂ©.
E-29 Alors, Dieu est tenu vis-Ă -vis d’un homme qui prendra pareille position. Il l’a laissĂ© aller droit jusqu’à la derniĂšre personne, sa femme mĂȘme, elle est sortie et a dit: «Job, pourquoi ne maudis-tu pas Dieu et ne meurs?» Pensez-y donc, sa propre femme s’est retournĂ©e contre lui! Et du fait que quelqu’un se retourne contre nous et pense que nous sommes drĂŽles et bizarres... Pour le monde, tous les enfants de Dieu sont drĂŽles et bizarres. AssurĂ©ment, ils le sont. «Vous ĂȘtes un peuple particulier, un sacerdoce royal, offrant des sacrifices Ă  Dieu, les fruits de vos lĂšvres glorifiant Son Nom.» Eh bien, nous voyons que mĂȘme la femme de Job s’est retournĂ©e contre lui. Elle lui a tournĂ© le dos en disant: «Pourquoi ne maudis-tu pas Dieu et ne meurs?» En d’autres termes: «Tu as l’air misĂ©rable. Pourquoi ne maudis-tu pas simplement Dieu et ne meurs?» Il a dit: «Tu parles comme une femme insensĂ©e.»Eh bien, il ne l’a jamais traitĂ©e d’insensĂ©e; il a dit qu’elle parlait comme une femme insensĂ©e. Il n’a jamais dit qu’elle Ă©tait insensĂ©e. AprĂšs, laissez-moi... Je rectifie cela. Parfois, je m’en prends Ă  vous, soeurs; je ne dis pas que vous ĂȘtes mondaines; mais parfois, vous en donnez l’air. Donc, je–je–je ne dis pas que vous agissez mal. Mais parfois, par votre habillement, vous en donnez l’air. Voyez? Ainsi, Job a dit Ă  sa femme... Je n’aborderai pas cela. Job a parlĂ© Ă  sa femme, disant: «Tu parles comme une femme insensĂ©e.»
E-30 Et peu aprĂšs... Oh! Dieu est toujours fidĂšle quand nous suivons la voie Ă  laquelle Il a pourvu. Job a dit: «J’ai fait ma confession. J’ai offert l’holocauste.» C’est exactement ce que Dieu exigeait. Il adorait Dieu sous le sang versĂ©. Et, tout d’un coup, l’Esprit est alors descendu sur le prophĂšte, les tonnerres ont grondĂ©, les Ă©clairs ont jailli, et il a dit: «Je sais que mon RĂ©dempteur est vivant. Et dans les derniers jours... AprĂšs que les vers du corps auront dĂ©truit celui-ci, cependant, de mes yeux, je verrai Dieu: Je Le verrai moi-mĂȘme.»Voyez, sous le sang...
Les autres se tenaient Ă  distance, aussi loin que possible. Mais Job est restĂ© sous le sang avec la Parole (C’est ça.), sous le sang avec la Parole. Peu importe combien il fait sombre, continuez simplement d’avancer. Accrochez-vous Ă  la Parole immuable de Dieu. Allez jusqu’au bout. Si vous vous accrochez Ă  la Parole, vous saisissez Sa main, allez jusqu’au bout.
E-31 Et alors, comme il Ă©tait un prophĂšte, les Ă©clairs ont jailli, et il a eu la vision de la Venue de Dieu. Il savait que les vers de son corps dĂ©truiraient celui-ci, mais il a dit: «Cependant, de mes yeux, je verrai Dieu: Je Le verrai moi-mĂȘme. Mes yeux Le verront, et non ceux d’un autre. Car nous n’avons rien apportĂ© dans ce monde; il est certain que nous n’en en emporterons rien. L’Eternel a donnĂ©, l’Eternel a repris; que le Nom de l’Eternel soit bĂ©ni.» Il est restĂ© sur ce sang versĂ© et sur la Parole, la promesse. Il Ă©tait spirituel. Il Ă©tait un prophĂšte. C’était comme si Dieu lui avait tournĂ© le dos, mais c’était juste pour l’éprouver et voir s’il s’accrocherait Ă  la Parole. Nous sommes tous Ă©prouvĂ©s. Chaque chrĂ©tien, chaque fils, chaque enfant qui vient Ă  Dieu est Ă©prouvĂ© par la Parole, pour voir s’il sera loyal Ă  Cela. Au moment de la confrontation, quelle dĂ©cision allez-vous prendre? C’est ça. Et celui qui ne peut pas supporter le chĂątiment, mais qui va avec le monde, est un enfant illĂ©gitime et non un fils ou une fille de Dieu. Certainement pas. Eh bien, mais celui qui est spirituel saisit la Parole, s’aligne sur Elle, et l’Esprit descend sous le Sang versĂ© et s’empare de lui.
E-32 IsraĂ«l avait un seul lieu de rencontre pour communier; le seul lieu oĂč IsraĂ«l pouvait rencontrer Dieu, c’était sous le sang versĂ©. Dieu ne les rencontrait nulle part ailleurs que sous le sang versĂ©. Maintenant, nous allons dans Nombres, chapitre 19, juste un instant pour citer cela. Nous n’aurons pas le temps de le lire, mais juste le citer. Nous voyons dans Nombres 19, nous voyons que Dieu a parlĂ© aux enfants d’IsraĂ«l dans leur voyage, disant: «Trouvez-Moi une gĂ©nisse rousse qui n’a jamais portĂ© un joug.» C’est quoi ça? Cela veut dire quelque chose. Si nous avions le temps, nous pourrions aborder ces symboles: une gĂ©nisse rousse. Elle doit ĂȘtre rousse, sans tache: rousse. Le rouge est dans un sens une mauvaise couleur. Mais le rouge est la couleur de l’expiation. Savez-vous donc que, du point de vue scientifique, le rouge vu Ă  travers le rouge paraĂźt blanc? C’est vrai. Le rouge vu Ă  travers le rouge, regarder le rouge Ă  travers le rouge, ça paraĂźt blanc. «MĂȘme si vos pĂ©chĂ©s sont rouges comme le cramoisi...» Mais quand Dieu les regarde Ă  travers le–le Sang versĂ© de Son Fils, vous paraissez aussi blanc que la neige: le rouge vu Ă  travers le rouge. On n’obtient pas cela avec une autre couleur. Le rouge vu Ă  travers le rouge paraĂźt blanc. Et c’est comme ça que Dieu vous voit, mĂȘme si vous... Peu importe ce que vous ĂȘtes, si vous passez sous le Sang versĂ©, Dieu ne vous voit pas, mais Il regarde Ă  travers le Sang. Et mĂȘme si vos pĂ©chĂ©s sont trĂšs nombreux, cependant vous Lui paraissez aussi blanc qu’un lis.
E-33 Une gĂ©nisse rousse sans tache, elle ne doit avoir jamais portĂ© un joug sur son cou. Je pourrais dĂ©tailler cela maintenant mĂȘme. Elle n’est sous un joug avec quoi que ce soit (c’est exact), aucune organisation incrĂ©dule. Elle reste libre. Alors, elle devait ĂȘtre quoi? Le sacrifice. Ensuite, elle devait ĂȘtre brĂ»lĂ©e, immolĂ©e au temps du soir, Ă ... pas le matin, le soir. Et alors, elle devait ĂȘtre brĂ»lĂ©e, et ses cendres devaient ĂȘtre gardĂ©es Ă  l’écart pour les eaux de sĂ©paration. Oh! Quelle belle scĂšne est-ce! Si seulement nous pouvions aborder cela: comment les eaux, ou les cendres, devaient ĂȘtre mĂ©langĂ©es avec, ça formait des eaux de sĂ©paration. Par consĂ©quent, on devait donc prendre son sang et faire sept rayures sur la porte par laquelle on entrait dans la tente d’assignation (des parvis extĂ©rieurs Ă  la tente d’assignation), dans le lieu saint. Et puis, l’Esprit Ă©tait dans le lieu trĂšs saint.
E-34 Remarquez. Eh bien, quelle belle image ici! J’espĂšre que dans ces cinq ou six prochaines minutes vous pouvez saisir cela. Observez le lieu trĂšs saint et la façon dont une personne impure devait s’approcher. Ils procĂ©daient d’une certaine maniĂšre pour y entrer. D’abord, la personne impure devait entrer dans le parvis extĂ©rieur et lĂ , elle Ă©tait aspergĂ©e avec les eaux de sĂ©paration. Les eaux de sĂ©paration, c’est quoi? La Bible nous enseigne que nous sommes lavĂ©s par l’eau de la Parole de sĂ©paration. Par consĂ©quent, la Parole nous sĂ©pare de l’incrĂ©dulitĂ©. Comment un credo pourrait-il le faire? C’est la Parole. La Parole nous sĂ©pare. C’est Elle qui nous fait savoir que nous avons tort. Si vous alliez Ă  une Ă©glise qui dit: «C’est correct de faire telle chose», et que vous veniez ici et qu’on disait ici: «Faites telle chose...» venez Ă  la Parole. La Parole, c’est ce qui nous sĂ©pare. Eh bien, remarquez une autre chose. (J’espĂšre que vous me pardonnerez si je dĂ©passe le temps.) Remarquez autre chose. (C’est trop bon pour ĂȘtre passĂ© outre.) Celui qui rĂ©pandait cette eau de sĂ©paration devait avoir des mains propres. Et cette eau devait ĂȘtre gardĂ©e dans un endroit propre. Les eaux de sĂ©paration ne peuvent pas rester en un lieu sale. Elles doivent ĂȘtre gardĂ©es en un lieu propre.
E-35 Le parvis extĂ©rieur, c’est quoi? Le pĂ©cheur qui vient, entend la Parole et fonde sa foi sur Lui, que c’est Dieu. «La foi vient de ce qu’on entend, ce qu’on entend la Parole de Dieu.» Eh bien, qu’essayons-nous de faire? Avoir communion. Maintenant, l’homme a entendu la Parole. Il a cru la Parole, et il a ensuite Ă©tĂ© aspergĂ© avec l’eau de sĂ©paration. Cependant, il n’était pas en communion. Non, non. Maintenant, vous les fondamentalistes, j’aimerais que vous regardiez ceci. Il n’était pas encore en communion. Rappelez-vous. Quand IsraĂ«l venait de l’Egypte, Moab le rencontra et ne voulut pas le laisser avoir un rĂ©veil sur son territoire; il n’y avait aucune coopĂ©ration. Et Moab croyait le mĂȘme Dieu qu’IsraĂ«l. Ils sont allĂ©s prendre leur Ă©vĂȘque, lĂ , Balak, l’ont amenĂ© lĂ ; celui-ci Ă©tait tout aussi fondamentaliste qu’IsraĂ«l. IsraĂ«l errait, sans endroit oĂč aller; cette grande nation organisĂ©e, unie, a amenĂ© sa cĂ©lĂ©britĂ© pour maudire cette bande de renĂ©gats (disaient-ils), qui s’approchaient. Ils avaient oubliĂ© que cette bande de gens qui n’avaient aucun endroit oĂč aller, mais c’étaient des gens errants, des pĂšlerins et Ă©trangers... Ils avaient manquĂ© de voir cette Colonne de Feu qui allait au-devant d’eux. Ils avaient manquĂ© de voir ce serpent d’airain ainsi que ce Rocher frappĂ© qui les suivait, bien qu’ils aient commis des fautes.
E-36 Balaam s’était dit: «AssurĂ©ment, moi, Ă©tant fondamentaliste, je le ferai certainement.» Et il a bĂąti sept autels. C’est ce que Dieu exigeait, un nombre parfait. Il a ensuite placĂ© sept taureaux, trĂšs exactement ce qu’IsraĂ«l avait. Sept autels, c’est ce qu’IsraĂ«l avait, sept chandeliers, et autres, le nombre parfait. Et voici, cet Ă©vĂȘque a fait exactement la mĂȘme chose, sept sacrifices purs, et aussi sept bĂ©liers, parlant d’une foi qu’un... le Fils de Dieu, l’Agneau de Dieu, qui venait. Vous parlez d’ĂȘtre fondamentaliste, il l’était tout autant qu’IsraĂ«l. Mais il n’avait pas l’Esprit. Il n’était pas en communion avec Dieu. Si c’était le cas, Dieu devait rĂ©pondre au fondamentalisme, alors Il a certainement rejetĂ© la mauvaise personne. Eh bien, Dieu devait accepter Moab, et Il devait aussi accepter IsraĂ«l. Si tout ce que Dieu considĂšre, c’est l’adoration, une Ă©glise, un autel, CaĂŻn Ă©tait tout aussi fondamentaliste qu’Abel; CaĂŻn avait bĂąti un autel; CaĂŻn avait offert un sacrifice; CaĂŻn avait adorĂ©. Un autel, joindre une Ă©glise, un sacrifie, un credo, et toutes ces choses, si c’est tout ce que Dieu exige, c’est qu’Il avait tort de condamner CaĂŻn, parce que c’est ainsi que CaĂŻn est venu sur la mĂȘme base qu’Abel. Tout Ă  fait vrai.
E-37 Mais qu’était-ce? Par la rĂ©vĂ©lation, par la rĂ©vĂ©lation, pas par l’instruction, mais par la rĂ©vĂ©lation, Abel vit que ce n’était pas des bananes ni des pommes qu’Ève avait mangĂ©es, et il a offert du sang; et Dieu l’a agrĂ©Ă©. Cela lui a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©. C’est pourquoi JĂ©sus, parlant de Lui-mĂȘme, aprĂšs qu’Il fut descendu de la montagne de la Transfiguration, Il demanda: «Qui dites-vous que Je suis?»Certains ont dit: «MoĂŻse, Elie», et tout. Le surnaturel bouleverse tellement les choses.
Mais Pierre a dit: «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.» Le... JĂ©sus a dit: «Tu es heureux, Simon, fils de Jonas: ce ne sont ni la chair ni le sang qui t’ont rĂ©vĂ©lĂ© cela.» Vous ne l’avez jamais appris dans un sĂ©minaire. Ce n’était pas juste tout Ă  fait des mots. «Mais, c’est Mon PĂšre qui est au Ciel qui te l’a rĂ©vĂ©lĂ©.»
E-38 Or, l’Eglise catholique dit que c’est sur Pierre que l’église est bĂątie; les protestants disent que c’est sur Christ. A mon avis, ce n’est ni sur l’un ni sur l’autre. C’est sur la rĂ©vĂ©lation de la Parole. En effet, Il a dit: «Tu es Pierre: ce ne sont ni la chair ni le sang qui t’ont rĂ©vĂ©lĂ© ceci, mais c’est Mon PĂšre qui est au Ciel qui te l’a rĂ©vĂ©lĂ©. Et sur ce roc, Je bĂątirai Mon Eglise; et les portes du sĂ©jour des morts ne prĂ©vaudront point contre Elle.» Cela montre que toute la porte de l’enfer sera contre Elle, mais elle ne prĂ©vaudra jamais. La Parole ira tout de mĂȘme de l’avant. «Sur ce roc, Je bĂątirai Mon Eglise.» Cela montrait que tout serait contre Elle, mais cela ne peut pas prĂ©valoir. Elle ira tout de mĂȘme de l’avant.
E-39 Eh bien, les eaux de sĂ©paration nous sĂ©parent et nous permettent de reconnaĂźtre que nous sommes des pĂ©cheurs, que nous sommes des transgresseurs. C’est pourquoi je pourrais marteler la chose. C’est pourquoi tout prĂ©dicateur est tenu de s’opposer Ă  tout ce que Dieu dĂ©clare mauvais Ă  faire, s’il est rempli de l’Esprit, car cela vient du Ciel (Voyez?), il s’oppose au mal... ne doit pas faire cela. Ce sont les eaux de sĂ©paration. Jusque lĂ , ce n’était pas assez. Il comprenait. C’était sa connaissance, son esprit, le sein de son esprit, les champs de bataille oĂč les combats sont livrĂ©s, dans l’esprit. Alors, il a mis cela de cĂŽtĂ©. Il a acceptĂ© que c’est la voie pourvue par Dieu. Est-il prĂȘt pour la communion maintenant? Non, non. C’était le Message de Luther. Puis vint... Il s’en va; il prend le bon chemin maintenant. Quel chemin emprunte-t-il? Vers la tente d’assignation. C’est ici qu’il est sĂ©parĂ©, ici, par les eaux, le lavage d’eau par la Parole. Il est sĂ©parĂ© de ses pĂ©chĂ©s.
E-40 Maintenant, il tourne. Alors, il doit reconnaĂźtre les sept rayures. Je souhaiterais que nous ayons le temps d’aborder dans cela: sept Ăąges de l’église, sept chandeliers, le mĂȘme. Chaque–chaque Ăąge, chaque Ă©glise, n’importe quoi d’autre doit reconnaĂźtre que c’est le Sang. Chaque croyant... Il n’est pas encore en communion. L’assemblĂ©e adore Ă  l’intĂ©rieur. Mais il est dehors ici, se prĂ©parant. Il est toujours en train de discuter de la dĂ©nomination et de l’organisation et tout. Mais quand il passe sous le Sang... Que fait-il aprĂšs avoir regardĂ© ce Sang? Cela reconnaĂźt... lui fait reconnaĂźtre que Quelque Chose est mort, a versĂ© son Sang et l’a devancĂ© pour lui frayer une voie pour la communion. Alors, il voit les rayures du Sang sur la porte. Il reconnaĂźt... AprĂšs avoir reconnu la Parole de Dieu, il vient alors reconnaĂźtre le Sang versĂ©. Et il doit passer sous le Sang versĂ©, comme IsraĂ«l en Egypte et tout. Il passe sous le Sang. Alors, aprĂšs s’ĂȘtre reconnu... Et HĂ©breux 13.12 et 13 dit: «JĂ©sus, afin de sanctifier le peuple par Son propre Sang, a souffert hors des portes.» Il Ă©tait notre Sacrifice. Tous les Ă©lĂ©ments qui sortent de Son corps constituent la nouvelle naissance.
E-41 Ecoutez, soeurs, je suis votre frĂšre, et j’espĂšre que vous me comprenez. Quand un bĂ©bĂ© naĂźt, quelle est la procĂ©dure normale de la naissance naturelle? D’abord, si c’est une naissance normale, c’est l’eau; ensuite, le sang; puis, la vie. Du corps de JĂ©sus-Christ sont sortis... Ils ont percĂ© Son cĂŽtĂ©: l’eau, le sang, et «Je remets Mon Esprit entre Tes mains.» Il y eut trois Ă©lĂ©ments venus de Son Sang: la justification, la sanctification et le baptĂȘme du Saint-Esprit. Cela vous introduit dans la communion Ă  travers le Sang. Alors, quand cet homme, sĂ©parĂ© par la Parole et sanctifiĂ© par le Sang, entre dans la communion divine, il se retrouve alors dans l’assemblĂ©e des gens oĂč la puissance de Dieu est dĂ©versĂ©e. Et la communion, peu leur importe ceci, cela ou autre, ils sont tous en un lieu et d’un commun accord, «et le Sang de JĂ©sus-Christ nous purifie de toute iniquitĂ©.» Alors, nous avons communion l’un avec l’autre. Amen. Oh! comme j’aimerais que nous nous accrochions Ă  cela un instant! Oui, oui.
E-42 Mais en voici la raison. C’est pour cela que j’aime ces conventions des Hommes d’Affaires. Il n’y a pas longtemps, quelqu’un a rĂ©pandu le bruit que les Hommes d’Affaires allaient faire un... s’associer avec une certaine organisation. J’ai dit: «DĂšs qu’ils le font, je rends ma carte de membre.» Cela tuera la chose lĂ  mĂȘme: c’est ce qui arrive chaque fois. Certainement. Oui, oui. Non, monsieur. Je suis avec eux parce qu’ils soutiennent la chose mĂȘme que je crois. Peu m’importe que vous soyez mĂ©thodiste, baptiste, presbytĂ©rien, quoi que vous soyez. Quand vous venez sous ce Sang, frĂšre, nous avons communion l’un avec l’autre, et chaque homme paraĂźt le mĂȘme. Quand JĂ©sus a enseignĂ© cette fameuse parabole et qu’Il a parlĂ© du souper des noces, on avait trouvĂ© un homme sans habit des noces. Vous... Nous connaissons les coutumes orientales. J’étais lĂ  et je sais ce que... Ils lancent l’invitation. Et chaque invitĂ© vient, qu’il soit pauvre, riche, bien habillĂ© ou pas. Un homme se tient debout Ă  la porte et (le mariĂ©) et on lui donne une robe. Il entre, vĂȘtu d’une robe. Peu importe qu’il soit en haillons, quoi qu’il soit, il porte la robe. Et tous ont la mĂȘme apparence, car ils sont en robe, et ils ne peuvent pas obtenir de robe sans l’invitation.
E-43 Et cet homme s’était faufilĂ© par une autre voie. Il ne pouvait pas communier, car il n’était pas habillĂ© correctement. Et quand un homme laisse son credo ou sa dĂ©nomination le sĂ©parer de son frĂšre, quelque chose cloche. Il s’est faufilĂ© par une porte dĂ©nominationnelle ou quelque chose comme cela. Et la Bible dit: «Liez-le et jetez-le dans les tĂ©nĂšbres du dehors, oĂč il y aura des pleurs, des gĂ©missements et des grincements de dents.»FrĂšre, ce ne sont pas les credos qui nous feront entrer. Ce ne sont pas les credos qui nous apporteront la communion. Cela... L’instruction nous Ă©loigne plus que n’importe quoi d’autre que je connais. Dieu... Il ne s’agit pas d’un programme pĂ©dagogique. Il s’agit du programme de la mort de Son Fils: la mort, l’ensevelissement et la rĂ©surrection, le fait de verser le Sang. Et Ă  travers cela, sous ce Sang, nous avons tous communion l’un avec l’autre pendant que le Sang de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, nous purifie de tout pĂ©chĂ©. Le pĂ©chĂ©, c’est quoi? L’incrĂ©dulitĂ©. Amen. personne, dans cette communion ou dans cette adoration, ne sera en dĂ©saccord avec toute Parole parlĂ©e de Dieu. Pourquoi? Le Sacrifice mĂȘme qui est mort pour lui, est Celui qui a Ă©crit la Parole.
E-44 Dans l’Ancien Testament, quand un croyant montait pour adorer, s’il avait fait quelque chose de mal, il ne pouvait pas adorer Ă  moins de passer par le sang. Que faisait-il? Il apportait–apportait son agneau auprĂšs du sacrificateur. Ce dernier examinait l’agneau pour voir si c’était un agneau qu’il fallait: parfait. Puis, l’homme posait ses mains sur l’agneau et confessait ses pĂ©chĂ©s. Les pĂ©chĂ©s Ă©taient alors transfĂ©rĂ©s de l’homme Ă  l’agneau. L’agneau devait mourir, parce que l’homme n’était plus pĂ©cheur, mais c’était l’agneau. On l’égorgeait. Le sang coulait. IL Ă©tait aspergĂ© sur... brĂ»lĂ© au feu. TrĂšs bien. Remarquez. Eh bien, ça pouvait ĂȘtre assez bon. Mais pourquoi, pourquoi cela n’avait pas marchĂ©? Cela annonçait la venue de quelque chose de plus grand. En effet, le sang d’un bouc ou d’une brebis ne pouvait pas expier un pĂ©chĂ©. Il pouvait le couvrir, mais pas sĂ©parer cela. Pourquoi? L’esprit, c’est la vie qui est dans la cellule de sang, dans le sang chimique, dans la vie... La vie de l’agneau Ă©tait dans la cellule de sang. Et cet agneau qui Ă©tait mort, sa vie ne pouvait pas revenir sur l’adorateur. Par consĂ©quent, ça ne pouvait pas agir.
E-45 Mais quand nous venons au Calvaire, que nous plaçons nos mains sur l’Agneau de Dieu par la foi, et Sa cellule de Sang Ă©tait brisĂ©e... Il n’était ni Juif ni Gentil, Il Ă©tait Dieu. Et nous, sur ce Sang pur, pas par le sexe, mais par un acte crĂ©atif de JĂ©hovah Lui-mĂȘme, qui a crĂ©Ă© la cellule du Sang dans le sein de la vierge et a engendrĂ© le Fils de Dieu... Il n’était point le Fils de Marie. Non, appeler... Vous les catholiques, vous l’appelez la mĂšre de Dieu, vous l’appelez mĂšre de Dieu. Pas mĂȘme une fois Il ne l’a appelĂ©e Sa mĂšre. Il l’appelait femme. C’est ce qu’elle Ă©tait. Elle Ă©tait un incubateur que Dieu avait utilisĂ©, tout comme Il utiliserait toute autre personne. Elle n’était pas la mĂšre de Dieu. Dieu n’a point de mĂšre. Il Ă©tait seul Dieu. «En Lui habitait la plĂ©nitude de la DivinitĂ© corporellement.»
E-46 Quand nous posons les mains lĂ  et confessons qu’Il est notre Sauveur et notre Dieu... Et quand, par la foi, nous posons les mains sur Lui et par le Sang qui Ă©tait versĂ© lĂ  au Calvaire, nous avons communion. Et le Saint-Esprit qui Ă©tait dans cette cellule de Sang revient sur le croyant, fait de lui un fils ou une fille de Dieu. Alors, nous avons communion. Et si c’est le Saint-Esprit qui avait Ă©crit la Bible, comment le Saint-Esprit peut-Il donc, sous le Sang que vous avez acceptĂ©, revenir nier la Parole? Amen. Il y a communion sous le Sang. Amen.
E-47 C’est tout aussi clair que je connais l’Evangile, frĂšres. C’est l’unique salut que je connais. C’est l’unique fondement de ma foi, lĂ  mĂȘme, le Sang de JĂ©sus-Christ, les veines d’Emmanuel, oĂč les pĂ©cheurs plongĂ©s dans ce flot perdent toutes les taches de leur culpabilitĂ©. Et quand nous y entrons, sous ce Sang, et que nous nous reconnaissons pĂ©cheurs, nous sortons de l’autre cĂŽtĂ©, Il scelle notre foi comme cela, par Son Saint-Esprit, et le mĂȘme Saint-Esprit qui a Ă©crit la Bible et y a placĂ© chaque Parole, comment ce Saint-Esprit peut-Il faire volte-face et renier cette Parole? Comment peut-Il accepter un credo au lieu de la Parole? Comment peut-Il accepter un dogme au lieu de la Parole? Impossible. Le Saint-Esprit ponctuera chaque Parole de Dieu d’un amen. Oh! la la! C’est en une telle communion que je crois. Donc, pas seulement qu’il vous fait avoir communion les uns avec les autres, nous avons communion avec Christ. Pourquoi? Nous sommes... Nous nous considĂ©rons comme morts, ensevelis et ressuscitĂ©s avec Lui dans la rĂ©surrection, et nous sommes maintenant assis dans les lieux cĂ©lestes en Christ JĂ©sus.
E-48 Pour terminer, il n’y a pas longtemps, j’ai lu une petite histoire. Il y avait un garçon amĂ©ricain, comme il y en a tout un tas, qui est allĂ© Ă  Rome Ă©tudier l’art dans les grandes galeries d’art de Rome. Si jamais vous y avez Ă©tĂ©, c’est merveilleux! Combien ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© Ă  Rome? Je m’imagine beaucoup parmi vous. Avez-vous Ă©tĂ© Ă  St. Angelo? Cela ne vous a-t-il pas fait honte? Quand je suis descendu pour entrer Ă  St. Angelo, un endroit sous contrĂŽle catholique, il y avait un grand Ă©criteau (Ă  Rome, oĂč la prostitution est un...), et un grand Ă©criteau lĂ  en ces termes: «A toutes les femmes amĂ©ricaines, s’il vous plaĂźt, habillez-vous par respect aux morts.» C’est Ă  notre AmĂ©rique chrĂ©tienne que Rome doit dire pareille chose!
E-49 TrĂšs bien. Dans cette ville de Rome, il y avait un jeune artiste. Et un vieux gardien, dans la cour, a remarquĂ© que ce jeune artiste Ă©tait diffĂ©rent. La nuit, tous agissaient comme ils font ici. L’autre jour, Ă  un certain grand collĂšge biblique, nous montions pour pĂȘcher, nous sommes arrivĂ©s l’aprĂšs-midi Ă  un endroit pour pĂȘcher. Aux mieux de mes souvenirs, je n’ai jamais de ma vie entendu un tel bruit: des jeunes filles sortant de ce fameux collĂšge, et des jeunes garçons, en shorts lĂ  en bas. Oh! la la! Et ils vous parlent comme vous n’avez jamais entendu, laissant Ă©chapper la pression. Et je m’imagine qu’ils pensaient que c’était la façon de le faire. Que produisent les prĂ©dicateurs? Que deviendra la prochaine gĂ©nĂ©ration? Si aujourd’hui, c’est plein de Rickys et d’Elvis, que deviendra le monde dans une autre gĂ©nĂ©ration? Qu’adviendra-t-il? Vous y ĂȘtes. Oh! frĂšre, juste cela... quelque chose se passe en moi; je n’y peux rien.
E-50 Remarquez. Ce jeune homme Ă©tait diffĂ©rent. Un jour, le vieux gardien l’a suivi. Tous les jours, il devait monter sur une colline au coucher du soleil pour contempler le coucher du soleil, plutĂŽt il parcourait du regard le pays, debout lĂ , avec les mains comme ceci. Et les autres enfants sortaient tous aprĂšs les activitĂ©s quotidiennes, ils buvaient et faisaient des histoires. Certains avaient un bain mixte, des rĂ©ceptions et tout, ils faisaient des histoires, exceptĂ© ce jeune homme. Un jour, le vieux gardien, qui l’observait chaque jour, a tapĂ© sur ses nerfs. Un jour donc, il l’a simplement suivi lĂ -haut et s’est approchĂ© de lui. Le jeune homme Ă©tait debout lĂ  Ă  regarder par-delĂ  la mer vers cette nation-lĂ , au coucher du soleil. Le vieux gardien a dit: «Pardonne-moi, jeune homme. J’aimerais te poser une question.» Il a dit: «Oui, monsieur. C’est quoi, monsieur?» Il a dit: «Eh bien, voilĂ  une annĂ©e que tu es ici.» Et il a dit: «Je t’ai observĂ© chaque jour. Tu montes ici au coucher du soleil, une fois les services terminĂ©s lĂ -bas, vos–vos leçons d’art.» Et il a dit: «Tu viens ici contempler le coucher du soleil.» Il a dit: «Je–je suis juste un vieil homme curieux.» Il a dit: «Je–j’aimerais juste savoir pourquoi tu le fais. J’aimerais juste le savoir. Peut-ĂȘtre que je suis juste curieux.» Il a dit: «Pardonne-moi si j’ai mal fait, a-t-il dit, de te poser la question.»Il a rĂ©pondu: «Non. Non, non.» Il a dit: «Pour commencer, je suis un chrĂ©tien.»Le vieux gardien a dit: «Moi aussi.» Il a ajoutĂ©: «Je vois pourquoi tu ne vas pas aux fĂȘtes, tu ne sors pas et n’agis pas comme les autres, tu ne les frĂ©quentes pas.» Il a dit: «Je le comprends maintenant, comme tu es un chrĂ©tien, a-t-il dit, car je le suis, moi aussi» Il a dit: «J’attends la consolation de la Venue du Seigneur.»
E-51 Ils se tenaient donc lĂ  ensemble, le jeune homme a entourĂ© le vieux papa de ses bras, il l’a Ă©treint et lui a demandĂ©: «Etes-vous mariĂ©?» Il a rĂ©pondu: «Oui, j’ai Ă©levĂ© une ribambelle d’enfants.» Il a dit: «Monsieur, la raison pour laquelle je contemple cela, c’est que je prie.» Il a dit: «Vous savez, loin de l’autre cĂŽtĂ© du pays, en AmĂ©rique, il y a un certain Etat dans ces vastes États-Unis. Et dans cet Etat-lĂ  se trouve une certaine ville; et dans cette certaine ville-lĂ , il y a une certaine maison; et dans cette maison-lĂ , il y a une jeune fille. Elle est aussi une chrĂ©tienne. Et, voyez, a-t-il dit, quand le soleil arrive ici, il est dans une autre position lĂ -bas. Mais nous nous sommes engagĂ©s Ă  contempler le soleil alors que Dieu le dĂ©place.» Et il a dit: «Je lui ai promis de lui ĂȘtre fidĂšle. Elle m’a promis de m’ĂȘtre fidĂšle toute ma vie.» Et il a dit: «Je m’attends Ă  aller vers elle un jour et Ă  l’épouser.» Il a ajoutĂ©: «C’est pourquoi j’essaie de vivre comme je le fais, c’est parce que j’ai fait une promesse et je veux ĂȘtre fidĂšle Ă  ma promesse.»
E-52 Oh! si aujourd’hui nous, comme chrĂ©tiens, nous qui professons ĂȘtre des chrĂ©tiens, si nous pouvons nous sĂ©parer de tout ce qui est du monde (tous nos credos et tout le reste ), et rester vers... regarder vers le Ciel, nous sĂ©parer des choses du monde et vivre comme des chrĂ©tiens, parce qu’un jour... Il y a un certain endroit appelĂ© Ciel. «Il y a plusieurs demeures dans la maison de Mon PĂšre.» Un jour, Il viendra pour nous. Soyons vĂ©ridiques et fidĂšles jusqu’à ce moment-lĂ . Et le seul moyen pour nous de jamais y parvenir, mes amis, c’est naĂźtre de nouveau. Et nous ne pouvons pas naĂźtre de nouveau avant de passer sous le Sang versĂ© de JĂ©sus-Christ.
E-53 Pour clĂŽturer cette convention, j’aimerais saisir cette occasion parmi vous, amis, mes amis, mes frĂšres et soeurs. J’espĂšre que vous me permettrez d’ĂȘtre votre frĂšre et soeur. J’espĂšre pouvoir ĂȘtre votre–votre vrai ami, vous les soeurs, vous pouvez ĂȘtre ma soeur; vous les frĂšres, mon frĂšre. Puis-je ĂȘtre votre pasteur? Puis-je ĂȘtre un de vos concitoyens dans le Royaume de Dieu, qui adore avec vous? Permettez-moi de saisir cette occasion pour dire ceci. Tout ce que nous avons entendu... Aujourd’hui, mon bon ami, frĂšre David DuPlessis, a-t-on dit, a prĂȘchĂ© trois ou quatre heures aujourd’hui. Un autre frĂšre que je ne connais pas a dit: «Un jeune homme a prĂȘchĂ© ce matin.» Un jour, aprĂšs cela, frĂšre Brown, un orateur distinguĂ©, un noble frĂšre qui s’est engagĂ© dans cette voie. Les puissants messages que vous avez entendus de ces frĂšres, ne les laissons seulement pas nous passer par-dessus la tĂȘte. Ne faisons pas cela. Ce soir, passons sous le Sang du Seigneur JĂ©sus. Consacrons-nous de nouveau Ă  Dieu Ă  la fin de ce service et disons: «Seigneur JĂ©sus, prends-moi. Prends-moi sous Ton Sang et accorde-moi de Te voir Toi seul, Seigneur, et accorde-moi de T’adorer.»
E-54 Retournez Ă  l’église d’oĂč vous venez, Ă  la dĂ©nomination d’oĂč vous venez. Mais, souvenez-vous, quand vous rencontrerez un frĂšre ou une soeur d’une autre dĂ©nomination, ne vous sĂ©parez jamais. Il est votre frĂšre; c’est votre soeur. Vous ĂȘtes tous sous le Sang du Seigneur JĂ©sus-Christ. [Espace vide sur la bande.–N.D.E.] Ne pouvez-vous pas faire cela? Voudriez-vous consacrer de nouveau votre vie ce soir? J’aimerais vous le demander. Hier soir... Je vous aime pour ça. AprĂšs un dur rĂ©curage... Je suis sorti et j’ai essuyĂ© les larmes de mes yeux pour avoir dit cela. Mais je dois obĂ©ir Ă  ce qui m’a Ă©tĂ© ordonnĂ© de dire. Je ne peux que faire ça. Je suis sorti, et mĂȘme ici oĂč... Je prĂ©sume qu’un grand groupe de ces gens Ă©tait des pentecĂŽtistes. Mais quand la Parole est sortie sur les moeurs et les histoires de l’église aujourd’hui, j’ai demandĂ©: «Combien parmi vous se reconnaissent en erreur et voudraient avoir cette communion avec Christ?» Et environ quatre-vingt-quinze pour cent de l’assemblĂ©e avaient assez de vĂ©ritable conviction chrĂ©tienne, avec assez d’honnĂȘtetĂ© dans le coeur, pour dĂ©sirer faire ce qui est correct; ils ont levĂ© la main juste devant le voisin et ils voulaient qu’on se souvienne d’eux dans la priĂšre. J’ai confiance en vous. Je crois que Dieu l’accordera.
E-55 Or, ça ne doit pas se passer Ă  un moment donnĂ©, Ă  un moment dĂ©terminĂ©. Ça peut avoir lieu en ce moment-ci oĂč vous ĂȘtes prĂȘts et disposĂ©s Ă  rencontrer Dieu sur base de Sa Parole et dire: «Ô Dieu, modĂšle-moi, façonne-moi d’aprĂšs Ton propre modĂšle.» Si vous le faites ce soir, dans un service de consĂ©cration, juste avant que nous terminions, je crois que Dieu rencontrera chacun de vous. Et si jamais je ne vous revois de ce cĂŽtĂ©-ci de la riviĂšre, je vous verrai de l’autre cĂŽtĂ©, croyant la mĂȘme Parole, avec le mĂȘme Message, que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Les cieux et la terre passeront, mais Sa Parole ne passera point. Le croyez-vous? Le voulez-vous? Allez-vous vous joindre Ă  moi dans la consĂ©cration? Je vais moi-mĂȘme participer Ă  la consĂ©cration, dĂ©dicacer de nouveau ma vie au service du Dieu Tout-Puissant. Que jamais je ne cĂšde! Que je reste loyal et fidĂšle, et que je prĂȘche la Parole. Voudriez-vous... Voudriez-vous ĂȘtre ce genre de chrĂ©tien? Combien aimeraient ĂȘtre de vrais chrĂ©tiens, vraiment des chrĂ©tiens mĂ»rs? Levez la main. Maintenant, soyez vraiment honnĂȘtes: de vrai chrĂ©tiens? Que Dieu vous bĂ©nisse. Levons-nous.
E-56 Oh! la la! C’est maintenant le moment. C’est maintenant le moment. Oh! je–je souhaiterais savoir quoi dire, et j’aurais pu le dire si je savais quoi dire! Comprenez-vous cela? JĂ©sus a dit: «Nul ne peut venir Ă  Moi, si Mon PĂšre ne l’attire premiĂšrement. Et tous ceux que le PĂšre m’a donnĂ©s viendront Ă  Moi.» Qu’est-ce qui vous a amenĂ©s Ă  vous lever? Avez-vous vraiment compris ce que nous avons dit? «Je suis prĂȘt Ă  consacrer ma vie.» Etes-vous disposĂ©s Ă  mourir Ă  vous-mĂȘmes et Ă  tout ce qui vous entoure, Ă  ne dĂ©sirer ardemment rien d’autre que le Sang de JĂ©sus-Christ? Qu’est-ce qui peut laver mon pĂ©chĂ©? Rien, si ce n’est le Sang de JĂ©sus. Qu’est-ce qui peut me rĂ©tablir? Rien, si ce n’est le Sang de JĂ©sus.
E-57 LĂ , vous avez communion avec Christ, avec Dieu, avec les anges, avec le Saint-Esprit, avec tous les ĂȘtres cĂ©lestes et tous les ĂȘtres terrestres, parce que le Corps entier dans le ciel et sur la terre porte Son Nom. C’est vrai. Et vous formez une trĂšs grande famille. Vous aurez communion les uns avec les autres. Levons maintenant les mains vers Dieu, et avec notre cantique de consĂ©cration: Je L’aime, je L’aime, Parce qu’Il m’aima le premier; Et acquit mon salut Sur le bois du Calvaire. [FrĂšre Branham se met Ă  fredonner Je L’aime.–N.D.E.] (Fermez simplement les yeux. Maintenant, avec vos coeurs inclinĂ©s:) Je L’aime (C’est Sa Parole), je L’aime, Parce qu’Il m’aima le premier; Et acquit mon salut Sur... (Soyez juste comme un petit enfant maintenant, simple, confessant.) Je... (Sa douceur; entre dans nos coeurs, le Saint-Esprit.) Parce qu’Il m’aima le premier; (Simple maintenant. Acceptez-Le simplement dedans. Garde mon Ăąme, Seigneur.) ... salut ([FrĂšre Branham parle Ă  l’organiste.–N.D.E.] Ma foi regarde Ă  Toi.) Sur... du Calvaire.
E-58 Maintenant, inclinons le coeur et la tĂȘte juste un instant. Consacrez-vous Ă  Dieu maintenant. Calmement, Ă  votre propre maniĂšre, offrez une priĂšre. Et: «Ô Dieu, prends-moi maintenant. Je me tiens dans Ta PrĂ©sence. Cette convention a beaucoup reprĂ©sentĂ© pour moi. Prends-moi, ĂŽ Dieu. Ôte la pierre de mon coeur. Un jour, je dois m’en aller, Seigneur. Ça peut ĂȘtre ce soir. Je ne sais pas exactement quand ce sera. Mais je–je veux demeurer dans l’amour avec Toi, Seigneur JĂ©sus. Je veux ĂȘtre Tien.» Ma foi regarde Ă  Toi (Priez simplement comme vous chantez.) Toi, Agneau du Calvaire; Sauveur divin; Maintenant, Ă©coute-moi quand je prie, Ôte tous mes pĂ©chĂ©s, Oh! laisse-moi dĂšs ce jour, Etre tout Ă  Toi!
E-59 Maintenant, avec vos tĂȘtes inclinĂ©es, que l’organiste continue Ă  jouer. Eh bien, ne vous consacrez pas juste Ă  moitiĂ©. Pensez-y donc maintenant alors que vous vous agenouillez. «Ôte de moi, Seigneur, tout ce qui n’est pas de Toi. Laisse-moi ĂȘtre Ton enfant dĂšs ce moment.» [FrĂšre Branham fredonne.–N.D.E.] (Maintenant, alors que vous vous en allez.) Pendant que je marche dans le sombre labyrinthe de la vie, Et que les ennuis m’environnent, Toi, sois mon Guide; Change les tĂ©nĂšbres en jour, Essuie les larmes de chagrin, Ne me laisse jamais M’éloigner de Toi.
E-60 PĂšre cĂ©leste, la douceur de l’Esprit, la douceur de la musique. Toi, sois notre Guide, Seigneur, chacun de nous, Ă  notre propre maniĂšre, Tu connais nos faiblesses, Seigneur. Et nous Te les confessons et Te prions de nous les pardonner, ĂŽ Dieu. AmĂšne-nous dans la maison du Potier ce soir, lave-nous dans le Sang du Seigneur JĂ©sus, et façonne-nous, en nous, avec cet Ă©lĂ©ment chimique, Seigneur, afin que quand Tu nous regarderas, ce soit tout blanc. Car nous acceptons le Sang du Seigneur JĂ©sus. Nous Te demandons de Te rĂ©vĂ©ler Ă  nous, Seigneur, dans la Parole. Nous savons que Ceci est Ton plan, PĂšre. Ceci est Ton prophĂšte; la Parole est un prophĂšte. Elle prĂ©dit. Tout ce qui lui est contraire est une dĂ©sobĂ©issance au prophĂšte, Ă  la Bible.
E-61 Et nous Te prions, Seigneur, de nous briser ce soir, de briser nos coeurs de pierre, nos voies rocailleuses. Façonne-nous et modĂšle-nous Ă  l’image du Fils de Dieu par Son propre Sang, afin que notre communion soit toujours douce et merveilleuse. Ô Dieu, accorde Tes bĂ©nĂ©dictions Ă  cette grande Ă©glise, la propriĂ©taire de ce terrain, qui nous a permis de venir ici, cette Association baptiste amĂ©ricaine qui donne accĂšs Ă  ceci, qui a ouvert les portes afin que nous venions ici, nous les gens du Plein Evangile. Je prie, ĂŽ Dieu, qu’il Ă©clate parmi eux un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode, que le Saint-Esprit se dĂ©verse Ă  chaque tour de priĂšre et que, partout lĂ  dans le bois, ce soit rempli des saints qui chantent, louent et crient, qu’il y ait de grands prodiges parmi eux, Seigneur. Ce sont nos frĂšres, nous prions pour eux.
E-62 Nous prions pour chaque Ă©glise, chaque organisation, chaque dĂ©nomination, afin qu’elles brisent ces liens et ces cordes et qu’elles fuient vers le Rocher. Accorde-le, Seigneur. L’heure est toute proche maintenant oĂč nous attendons Sa Venue, alors que nous voyons la vierge endormie commencer Ă  dĂ©sirer ardemment de l’Huile. Alors, pendant qu’elles Ă©taient allĂ©es en acheter, l’Epoux vint. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Et, Seigneur, nous voyons cela si proche maintenant. Nous Te prions, Seigneur, de nous permettre de nous rĂ©veiller trĂšs rapidement, de nettoyer nos lampes et de les allumer. Les Ă©glises commencent Ă  se rendre compte qu’il leur manque quelque chose. Et nous prions, PĂšre, maintenant qu’elles cherchent cela, que nous nous apprĂȘtions. C’est ce que Tu as dit: «Et pendant qu’elles Ă©taient allĂ©es acheter de l’huile, alors l’Epoux vint.» Viens-nous en aide, Dieu bien-aimĂ©.
E-63 Nous Te consacrons nos vies. Et ce que j’ai demandĂ© Ă  mes frĂšres et soeurs ici de faire, moi aussi, je le fais, ĂŽ Dieu. Je me tiens sur le Roc, comme l’aigle dont j’ai parlĂ© hier soir. Ô Dieu, avec chaque priĂšre que je sais offrir, dĂ©barrasse-moi de toute impiĂ©tĂ©, Seigneur. Je Te prie de me modeler jusqu’à ce que Tu... je–je puisse reflĂ©ter Ta Vie. Accorde-le, Seigneur. Aide-moi Ă  demeurer fidĂšle et honnĂȘte. Aide-moi Ă  demeurer toujours fort et courageux. Aide-moi, PĂšre, Ă  porter la Parole aux pays non Ă©vangĂ©lisĂ©s du monde. Accorde-le, PĂšre. BĂ©nis cette Association des Hommes d’Affaires. Qu’elle vive, qu’elle prospĂšre, qu’elle aille de l’avant, qu’elle voie la Venue du Seigneur et qu’elle apprĂȘte beaucoup d’ñmes. Qu’ils soient des hommes honorables, des hommes intĂšgres, des hommes qui sont de grands hommes, qui dĂ©pensent leurs subsides et consacrent leur temps Ă  apporter l’Évangile; qui supportent des prĂ©dicateurs Ă  venir rĂ©pandre la Parole. Ô Dieu, nous les aimons, et nous prions qu’ils soient puissants sur la terre et des instruments dans Ta main. BĂ©nis chaque ministre ici prĂ©sent. BĂ©nis notre frĂšre Brown, notre frĂšre DuPlessis, et tous les autres frĂšres, frĂšre Joseph Boze, et tous les autres, les hommes d’affaires, et tous ensemble, Seigneur, et chaque soeur; bĂ©nis leurs coeurs, PĂšre. Nous Te prions d’ĂȘtre avec eux. Pardonne tous nos pĂ©chĂ©s. Nous nous consacrons Ă  Toi maintenant, en tant que Tes enfants. DĂšs ce jour, puissions-nous mener une vie diffĂ©rente. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Alors que nous nous remettons entre Tes mains, fais de nous comme bon Te semble. Amen.
E-64 Vous pouvez vous asseoir maintenant juste pour un instant. Je L’aime. Vous L’aimez, n’est-ce pas? Vous sentez-vous mieux maintenant? La Parole vous rĂ©cure, vous rafraĂźchit et tout, n’est-ce pas? C’est merveilleux. Nous aimons le Seigneur de tout notre coeur. Vous L’aimez, n’est-ce pas? TrĂšs bien. Maintenant, je vais remettre le service Ă  frĂšre Carlson ici, je suppose, notre frĂšre, le prĂ©sident. Qu’il vienne rĂ©cupĂ©rer le service maintenant. Si nous devrions nous rĂ©unir dans une annĂ©e, et que je sois en vie, ceci sera probablement... Je peux ne pas ĂȘtre en vie dans une annĂ©e. JĂ©sus peut venir avant cela. Mais s’il m’arrive de revenir Ă  l’une des conventions ici, une convention rĂ©gionale dans ce grand Etat, certains parmi nous ne seront pas lĂ ! Nous en sommes assez sĂ»rs... notre Ăąge et Ă  l’allure oĂč vont les Ă©vĂšnements, et le nombre qui est ici. Et si jamais je ne vous revois avant de vous rencontrer Ă  la riviĂšre, que Dieu vous bĂ©nisse et qu’Il soit avec vous jusqu’à ce moment-lĂ . Que Dieu vous bĂ©nisse, FrĂšre Carlson.
E-65 [Les gens prient pour frĂšre Branham.–N.D.E.] Que le Seigneur vous bĂ©nisse, frĂšre. Merci, mes amis. Merci, PĂšre. Je reçois cela, Seigneur. Je sais que Tu exauceras leur priĂšre. Je crois en Toi. Accorde-le, Seigneur. Viens-moi en aide maintenant. Ô Dieu, que la Parole soit... me soutienne maintenant. Puisse cela mon...?... et puissĂ©-je ĂȘtre participant de Tes bĂ©nĂ©dictions, Seigneur. Je Te remercie pour ces gens nobles...?... Je reçois et je crois leur priĂšre, au Nom de JĂ©sus. [Un autre prie.–N.D.E.] Accorde-le, Seigneur. Merci, mon frĂšre chrĂ©tien. Mes amis chrĂ©tiens, lĂ , je compterai sur cela. Je m’en vais lĂ  dans les champs missionnaires. Vous savez oĂč je vais. Je ne fais que des va-et-vient. Je voulais rencontrer notre frĂšre Boze en Afrique trĂšs bientĂŽt, pendant qu’ils parcourent l’Afrique et les diffĂ©rentes parties du monde. Je n’oublierai pas que toutes vos bĂ©nĂ©dictions m’accompagnent, j’en suis sĂ»r. Priez pour moi et je continuerai Ă  prier pour vous. Dieu soit avec vous. Merci, frĂšre.

En haut