ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Nous Voudrions Voir Jésus / 62-0627 / Santa Maria, California, USA // SHP 1 heure et 45 minutes PDF

Nous Voudrions Voir JĂ©sus

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Merci, FrĂšre Borders. Vous pouvez vous asseoir. Je considĂšre certainement ceci comme un grand privilĂšge, d’ĂȘtre ici ce soir. Et je ne sais pas si je pourrais correctement prononcer ce nom: Santa Maria. Je pense–pense que c’est ainsi que vous le prononcez. Et c’est ma premiĂšre occasion d’ĂȘtre ici dans cette belle ville, et j’apprĂ©cie l’atmosphĂšre de la bonne communion et du beau temps. Nous traversions Phoenix l’autre jour, alors qu’il faisait environ 111° [44,8°C]. Lorsque nous sommes arrivĂ©s ici, eh bien, j’étais sur le point de chercher mon manteau. Est-ce... Est-ce le climat que vous avez toute l’annĂ©e, pratiquement comme ceci? Quelqu’un a dit que c’était pratiquement ainsi tout le temps. N’avez-vous pas une maison vide par ici? En avez-vous une que vous voudriez bien faire louer pendant un moment? C’est vraiment un trĂšs bel endroit oĂč vivre, avec ce genre de climat qu’il y a ici. Je...
E-2 Quelqu’un me parlait au restaurant aujourd’hui, il a dit: «Eh bien, notre pĂ©riode la plus chaude de l’annĂ©e c’est autour du mois de dĂ©cembre.» Il a dit qu’ils faisaient du barbecue lĂ  dans la cour arriĂšre pour la NoĂ«l. Or, si vous Ă©tiez dans ma rĂ©gion et que vous fassiez du barbecue dans la cour arriĂšre, il vous faudrait porter un manteau, des protĂšge-oreilles et vous vous assoiriez sur un gros morceau de glace quelque part pour–pour faire du barbecue. C’est une bonne chose que Dieu ait disposĂ© cette terre de maniĂšre Ă  ce que nous puissions tous ĂȘtre heureux, si seulement nous essayons de l’ĂȘtre: vivre heureux, et–et de Lui ĂȘtre reconnaissants pour ce que nous avons. Je suis tout Ă  fait certain que l’une des plus grandes fautes que nous commettons est que nous ne sommes pas assez reconnaissants pour ce que nous avons. Il a Ă©tĂ© tellement bon envers nous en nous donnant tant de bonnes choses, et–et nous–nous ne semblons pas apprĂ©cier cela comme nous le devrions.
E-3 J’ai eu l’occasion de voyager un peu Ă  travers le monde plusieurs fois et–et de voir les autres nations et les autres peuples, comment ils–comment ils vivent et tout. Il y a un vieil adage qui dit: «C’est glorieux d’ĂȘtre un AmĂ©ricain.» Eh bien, ça c’est un peu plus qu’un adage. C’est une vĂ©ritĂ©. C’est un fait rĂ©el; ça l’est, car... alors que nous pouvons avoir beaucoup Ă  manger, et–et nous sommes en paix, et nos petits problĂšmes sont insignifiants. Et nous vivons presque dans un millĂ©nium. Si cela... nous Ă©liminions simplement le pĂ©chĂ©, je crois que ce serait alors un millĂ©nium. Mais nous sommes nĂ©anmoins heureux d’avoir cette nation. Nous ne savons pas pendant combien de temps nous serons en mesure de la garder ainsi; mais nous croyons que ce sera jusqu’à la Venue du Seigneur JĂ©sus. Ceci est, Ă  ce que nous croyons, le dernier et le plus grand bastion de la civilisation. Et de voir les autres nations, comment elles sont montĂ©es et sont tombĂ©es, et nous voyons la nĂŽtre suivre la mĂȘme voie, alors cela nous–nous attriste. Mais cependant nous savons que ça montre seulement que nous avons une citĂ©, une nation [Espace vide sur la bande–N.D.E.] qui ne pĂ©rira jamais.
E-4 Tout rĂ©cemment je suis allĂ© Ă  un arbre oĂč j’avais l’habitude d’aller lorsque j’étais petit garçon et c’était un bel et grand arbre. Ce–c’est ce que l’on appelle lĂ -bas Ă  l’est, dans les Etats du centre est, un hĂȘtre. Ce sont des arbres qui vivent trĂšs longtemps, et ce sont de trĂšs beaux arbres lorsqu’ils sont Ă  l’écart, oĂč ils ne sont pas Ă©touffĂ©s par les autres arbres, et qu’ils ont bien poussĂ©. Et je pensai: «Cet arbre restera lĂ  pendant plusieurs gĂ©nĂ©rations.» Mais, vous savez, maintenant ce n’est qu’une souche, et je me souviens que j’étais... lorsque j’avais 7 ou 8 ans. Il y avait une source au pied de cet arbre. J’allais souvent boire Ă  cette source. MĂȘme la source a tari. L’arbre a disparu.
E-5 Je me souviens de la vielle maison oĂč nous vivions. C’était une maison en rondins. Nous avions un petit... Maman avait un morceau de miroir, un miroir qu’elle avait attachĂ© au moyen de clous Ă  un arbre lĂ  dehors, lĂ  oĂč nous avions une petite tablette pour nous laver. Et nous revenions des champs et nous nous lavions, et nous avions un vieux sac de farine que maman avait arrangĂ© comme serviette. Je ne sais pas si vous aussi aviez dĂ» vivre comme cela ou pas. Mais, nous les Kentuckiens, nous avons connu des moments trĂšs difficiles. Je me souviens donc qu’elle en tirait les fils au bas et elle faisait comme de petites franges qui pendaient. Et cette serviette rugueuse... Et lorsque nous les enfants, nous prenions bain avec cela (fiou), et qu’on devait nous frotter avec, cela nous arrachait presque la peau.
E-6 Et je voyais mon pĂšre, qui Ă©tait un homme de petite taille, cependant fort; il Ă©tait un bĂ»cheron. Et il rentrait, retroussait ses manches lorsqu’il allait se laver. En ce temps-lĂ , je pense, il Ă©tait dans la vingtaine, entre 25 et 30 ans, et il avait des muscles trĂšs gros et vigoureux. J’ai entendu un homme me dire... C’était l’an passĂ©. Un homme qui travaillait pour nous a dit qu’il l’avait vu charger tout seul un rondin de frĂȘne de 900 livres [408 kg]. Et en considĂ©rant les bras de cet homme, je me disais: «Eh bien, il vivra jusqu’à 150 ans.» Mais, vous savez, il est mort Ă  52 ans. Cela montre tout simplement que nous n’avons pas de citĂ© permanente ici, mais nous cherchons une citĂ© Ă  venir. C’est juste. Nous cherchons une citĂ© qui durera Ă©ternellement.
E-7 Et maintenant, mes amis chrĂ©tiens, ceci Ă©tant la premiĂšre fois pour moi d’ĂȘtre parmi vous ici dans–dans votre ville... Et je considĂšre comme un grand privilĂšge que votre pasteur m’ait invitĂ© Ă  venir. Et je suis ici pour faire tout ce que je peux pour le Royaume de Dieu. Et je ne suis pas fameux comme prĂ©dicateur, je suis un... Mais j’aime le Seigneur. Si un bon prĂ©dicateur L’aime plus que moi, avec mon ignorance, je–je me demande tout simplement comment il s’en tire avec cela, comment il peut supporter cela; parce que des fois je deviens, je sens tellement–tellement de l’amour pour Lui dans mon coeur que j’ai vraiment de la peine Ă  me tenir tranquille. Et ceci, ce n’est pas quelque chose qui est venu quand j’ai commencĂ© Ă  vieillir. J’ai commencĂ© lorsque j’étais juste un jeune homme. Juste un jeune garçon, j’ai donnĂ© ma vie au Seigneur JĂ©sus et je L’ai servi depuis lors. Et cela... chaque jour, comme je sais que je m’approche du rivage de l’autre cĂŽtĂ©, cela devient plus doux chaque jour. Je L’aime tout simplement au fur et Ă  mesure que les annĂ©es passent.
E-8 Et je suis venu pour communier avec vous, frĂšres et soeurs, et pour que tous ensemble, nous tirions pour le Royaume de Dieu, pour recevoir les bĂ©nĂ©dictions de Dieu parmi nous; et pour vous apporter le petit message que Dieu m’a donnĂ©, et pour entendre votre message que Dieu vous a donnĂ© en retour pour moi. Et nous prierons pour les malades, et nous verrons s’il y aura quelqu’un qui veut se joindre Ă  ce glorieux rang, non pas celui d’une dĂ©nomination, juste celui d’une communion avec Christ. Voyez-vous? Nous ne reprĂ©sentons aucune dĂ©nomination. Nous sommes pour toutes les dĂ©nominations, nous n’avons rien contre aucune d’elles. Mais quant Ă  nous, nous restons simplement indĂ©pendants. Et comme je l’ai dit l’autre jour, nous sommes ici pour jeter ensemble le filet. Or, le...
E-9 JĂ©sus a dit: «Le Royaume de Dieu est semblable Ă  un homme qui a pris un filet et l’a jetĂ© dans la mer. Et lorsqu’il le retire, il y attrape toutes sortes de crĂ©atures.» Bien sĂ»r qu’il a attrapĂ© de bons poissons, des poissons charognards, des crabes, des tortues, des serpents, des grenouilles et tout ce qui vit dans l’eau. Mais c’est ce qu’attrape le rĂ©veil. Voyez-vous? C’est juste. Ainsi, nos frĂšres ici prĂ©sents ont jetĂ© le filet dans leur coin, et lĂ  dans l’autre coin on jetait le filet. Et maintenant, je suis venu pour jeter mon filet avec les leurs, afin que nous puissions atteindre les alentours Ă©loignĂ©s, tous les alentours (vous voyez?), et ramener tout ce que nous pourrons. Et c’est ce pour quoi nous sommes ici, pour tirer [le filet] ensemble afin de voir... Nous ne pouvons pas nous permettre de... mais aprĂšs avoir compris ce que nous savons sur Christ, il est question de fournir tous les efforts possibles. Nous ne voulons pas que quelqu’un manque ce glorieux endroit qu’Il est allĂ© prĂ©parer. (Excusez-moi.) Et nous sommes ici pour apporter notre assistance. Maintenant je vais essayer et...
E-10 On a dit qu’aucun des frĂšres n’a Ă©tĂ© ici, je ne pense pas, parmi les grands Ă©vangĂ©listes comme Billy Graham, frĂšre Oral Roberts, et ces grands Ă©vangĂ©listes. Et j’aimerais... Peut-ĂȘtre que certains d’entre vous les ont dĂ©jĂ  entendus prĂȘcher. Et je–je pense que ceci est une petite ville; or, cela rĂ©clame d’importants moyens financiers pour organiser une grande rĂ©union comme celle-lĂ . Et je pense que frĂšre Roberts dĂ©pense plus de dix ou douze mille dollars par jour pour financer sa tĂ©lĂ©vision, sa radio et ainsi de suite. Et je pense que Billy Graham dĂ©pense autant ou peut-ĂȘtre plus. Alors comment ces hommes pourraient-ils venir dans une petite ville comme celle-ci? Ils–ils ne le pourraient pas. Voyez?Mais lorsque le Seigneur m’a appelĂ©, Il... Vous savez, je–je ne me suis jamais lancĂ© dans une affaire de radio ou de tĂ©lĂ©vision, ou quelque chose de ce genre, vous savez, afin que je sois libre d’aller partout oĂč le Seigneur m’appelle, parce que je n’ai pas besoin d’argent. Alors je–je n’ai tout simplement aucun programme Ă  parrainer ni rien du tout, je vais simplement et je communie avec les gens et partout oĂč le Seigneur me dit d’aller. Et j’ai eu de grands privilĂšges.
E-11 Tout rĂ©cemment j’ai prĂȘchĂ© au cours d’un rĂ©veil de deux jours dans une Ă©glise de vingt personnes. Et j’étais Ă  Bombay, en Inde, oĂč nous avons eu cinq cent mille personnes Ă  une seule rĂ©union. Et Ă  Durban, en Afrique du Sud, il y avait environ deux cent vingt-cinq mille personnes, oĂč j’ai vu trente mille purs paĂŻens accepter Christ comme leur Sauveur Ă  un seul appel Ă  l’autel. Et je les ai vus charger sept grands camions (et ces camions d’ici, oh! la la! auraient l’air d’une jeep Ă  cĂŽtĂ© de ces grands camions qu’ils ont lĂ -bas en Afrique) avec des fauteuils roulants, des bĂ©quilles, et des objets que chacun des autochtones avait apportĂ©s, des–des jungles.
E-12 Et le lendemain matin, lorsque Sidney Smith, le maire de Durban, en Afrique du Sud, m’a appelĂ© au tĂ©lĂ©phone, et il a dit: «Allez Ă  la fenĂȘtre, regardez par la fenĂȘtre qui donne sur le rivage.» Et voici venir une file de gens avec... alors que vingt-cinq mille miracles avaient Ă©tĂ© accomplis Ă  la suite d’une seule priĂšre. Et ils Ă©taient lĂ  avec leurs bĂ©quilles et leurs fauteuils roulants. Et ces autochtones qui Ă©taient en guerre les uns contre les autres une semaine plus tĂŽt descendaient... ils se servaient de ces bĂ©quilles, ces appareils orthopĂ©diques, et ainsi de suite, et le lendemain, ils marchaient en paix, bras dessus bras dessous, chantant: Tout est possible crois seulement, dans leurs langues maternelles. C’est ce que le monde entier devrait faire ce soir ...? ... nous tous d’un seul coeur et d’un commun accord, chantant simplement le glorieux Evangile du Seigneur JĂ©sus.
E-13 Et maintenant, le message que je vais apporter, je vais essayer de le rendre aussi simple que possible, car Ă©tant donnĂ© que c’est la premiĂšre fois que vous... Il se peut qu’il y ait des gens qui ont dĂ©jĂ  assistĂ© aux rĂ©unions. Et cela pourrait vous sembler un peu Ă©trange Ă  premiĂšre vue. Et si c’est le cas, je vous demande tout juste de me supporter un peu (voyez?), et de vĂ©rifier toujours ce que je dis. Si cela ne s’accorde pas parfaitement avec les Ecritures, ne le croyez pas (voyez?), parce que...Eh bien, Dieu peut faire des choses qui ne sont pas Ă©crites dans la Bible. Il est Dieu. Il peut faire tout ce qu’Il veut. Voyez? Mais aussi longtemps que je Le vois simplement faire ce qu’Il a promis de faire, pour moi ça suffit. C’est en ordre. Alors je suis donc certain que je suis sur la bonne voie, aussi longtemps que cela se trouve dans les Ecritures, Dieu a promis de le faire. Et la maniĂšre dont Il l’a fait, et la maniĂšre dont Il le fait, et je crois... Voici ce que je crois: Si jamais Il a Ă©tĂ© Dieu, Il est toujours Dieu. Voyez? Et s’Il n’est pas le mĂȘme Dieu qu’Il Ă©tait, alors Il n’était pas Dieu. Voyez? Parce qu’Il est–s’Il est Dieu, Il doit ĂȘtre infini, infini. Et alors, s’Il est infini, Il est parfait.
E-14 Et si jamais Dieu fait une chose (voyez?), s’Il... Souvenez-vous donc tout simplement, si jamais Dieu fait quelque chose, la maniĂšre dont Il le fait, Il ne peut jamais la changer. Parce que, vous voyez, Il est parfait. Or, moi je peux faire une chose, et vous pouvez faire une chose, et l’annĂ©e suivante nous–nous aurons une idĂ©e un peu meilleure (voyez?), parce que nous aurons appris un peu plus. Et peut-ĂȘtre dans dix ans, nous serons de loin plus intelligents que nous l’étions. Mais pas Dieu, Lui est infini. Voyez? Il est parfait dĂšs le dĂ©part. Et–et si jamais Dieu Ă©tait appelĂ© Ă  prendre une dĂ©cision... Et la dĂ©cision qu’Il prendra devra rester pour toujours la mĂȘme. Il ne peut en prendre une comme ceci une fois, et comme cela une autre fois, prendre celle-ci et refuser celle-lĂ . La maniĂšre dont Il agit la premiĂšre fois, s’Il n’agit pas de cette maniĂšre-lĂ  chaque fois, Il avait mal agit la premiĂšre fois (voyez?), parce qu’Il est Dieu. Il ne peut jamais changer Sa maniĂšre de faire, parce qu’Il est Dieu. Et ainsi, il est infini, omniprĂ©sent, omnipotent, et pour ĂȘtre Dieu, Il doit ĂȘtre tout cela. Nous croyons donc cela.
E-15 Et maintenant–et je vais essayer d’expliquer les Ecritures, et de les lire, et tout le reste, pour rendre cela aussi simple que possible. Et alors... Maintenant, suivez cela attentivement dans les Ecritures. Et je vous demanderai donc de me soutenir dans la priĂšre, parce que... Et ne serait-ce pas merveilleux si un glorieux rĂ©veil se dĂ©clenchait juste ici dans cette petite ville de Santa Maria et que toutes les Ă©glises Ă©taient... Et les gens pourraient accourir ici en traversant ces montagnes et en descendant les collines, venant ici pour voir la gloire de Dieu, et toutes les Ă©glises seraient simplement en feu pour Dieu, et–et toutes les petites diffĂ©rences seraient Ă©cartĂ©es, et tout le monde serait d’un seul coeur et d’un commun accord. Eh bien, ce serait merveilleux. Et de penser simplement que cette petite ville de Santa Maria, qui se trouve sur la rive du lac, serait la ville qui aurait eu ce rĂ©veil.
Eh bien, ce n’est pas seulement probable, mais c’est possible que cela arrive: cela dĂ©pend de l’attitude que nous prenons. Or, Dieu envoie toujours Ses dons et tout le reste dans chaque gĂ©nĂ©ration, dans les Ă©glises; et quelle que soit l’attitude que les gens adoptent, c’est le rĂ©sultat de ce qu’ils obtiennent. Nous savons cela. Vous... Dieu n’entre pas de Lui-mĂȘme dans la vie de qui que ce soit. Vous devez Le dĂ©sirer.
E-16 Eh bien, nul ne peut expliquer Dieu. Vous devez accepter Dieu par la foi, parce que si ce n’est pas par la foi, alors ce n’est pas Dieu. Si je pouvais expliquer Dieu, je serais donc Ă©gal Ă  Lui. Pourtant, nous ne pouvons donc pas faire cela. Nous ne tentons pas de faire cela. Mais les petites choses qu’Il nous a donnĂ©es, nous prenons simplement Sa promesse et la croyons, et nous voyons cela s’accomplir trĂšs exactement tel qu’Il a dit que ça s’accomplirait. Si nous faisons cela, je suis sĂ»r que nous verrons la gloire de Dieu.
E-17 Maintenant, je n’aimerais pas vous garder jusque tard dans la nuit. Juste... Je sais que vous travaillez, et–et moi aussi j’ai travaillĂ© toute ma vie, alors je–je sais ce que cela signifie de devoir rentrer chez soi, et de se rĂ©veiller tĂŽt le matin aprĂšs avoir assistĂ© Ă  une rĂ©union. Et j’ai eu des rĂ©unions terriblement longues, alors... Mais nous allons essayer de terminer chaque soir, disons...
Maintenant, il sera vingt et une heures dans vingt minutes, et je pense que peut-ĂȘtre votre service se termine habituellement autour de vingt et une heures trente. Et cela vous donnera le temps de rentrer chez vous et–et de vous reposer pour pouvoir revenir demain soir. Prenez le tĂ©lĂ©phone, appelez quelqu’un, et amenez les malades et les affligĂ©s. Et ne–ne venez pas comme si vous vous prĂ©cipitez simplement–simplement comme ceci, et que vous vous prĂ©cipiterez Ă  repartir. Vous manquerez la chose de cent kilomĂštres. Vous voyez? Voyez?
E-18 Si vous deviez vous rendre chez les frĂšres Mayo, vous savez, pour vous faire examiner afin de savoir de quoi vous souffrez, premiĂšrement, il vous faudrait tĂ©lĂ©phoner pour obtenir un rendez-vous. Et cela vous prendra probablement deux ou trois mois avant d’obtenir un rendez-vous. Et ensuite, vous vous rendrez lĂ -bas et vous resterez Ă  l’hĂŽpital, peut-ĂȘtre pendant une semaine ou dix jours Ă  l’hĂŽpital. Et ils ne feront rien pour vous, sinon vous examiner.
Et ensuite, aprĂšs que vous serez passĂ© par tout cela, aprĂšs des mois de sueur, de peines et de mĂ©dicaments, et oh! la la! et tout le reste, c’est seulement Ă  ce moment-lĂ  qu’ils vous diront ce dont vous souffrez. Voyez? C’est juste. Et pourtant, les gens qui crient partout pour savoir ce dont ils souffrent, si seulement vous croyez en Dieu de tout votre coeur, cela sera fini en une minute (Voyez?), si seulement vous... Voyez? C’est juste. Et cela... Cependant vous devez croire cela. Et maintenant, souvenez-vous, nous croyons cela uniquement par la foi et nous voyons cela agir.
E-19 Et puis, chaque soir les Ecritures que j’utilise... Parfois je note plusieurs passages des Ecritures ici pour m’y rĂ©fĂ©rer. Et si je me rĂ©fĂšre Ă  ces passages des Ecritures et puis ce que vous voyez se produire ne vous semble pas naturel, rentrez chez vous et examinez cela avec la Bible. A ce moment-lĂ , si cela n’est pas ce que Dieu a promis, vous devez revenir et m’en parler. Et posez cela ici sur mon pupitre et dites: «FrĂšre Branham, ça ce n’est pas juste. Ce n’est pas conforme aux Ecritures.» Voyez-vous? Et si c’est scripturaire, alors–alors vous vous devez de croire Cela, n’est-ce pas, car il–car il s’agit de Dieu.
E-20 Bon, avant que nous ne prenions trop de temps maintenant, et j’aimerais de nouveau remercier mes frĂšres. Je pense que ceux qui sont ici et les autres sont des ministres. J’apprĂ©cie cela, et vous les laĂŻcs, et les membres de diffĂ©rentes parties du corps... Nous sommes des Ă©trangers ici, nous sommes des pĂšlerins. Et nous venons vous visiter, vous qui ĂȘtes des Ă©trangers. Nous attendons la Venue du Seigneur. Nous n’avons pas de citĂ© permanente ici. Nous allons d’un endroit Ă  un autre, attendant la Venue du Seigneur. Jour aprĂšs jour, nous vieillissons de plus en plus, et nous ne savons pas Ă  quelle minute (que nous soyons jeunes ou vieux) notre vie pourrait ĂȘtre retirĂ©e brusquement comme cela. Alors nous devrons rencontrer Dieu, et lĂ ... ceci est notre temps de prĂ©paration. Alors prĂ©parons-nous maintenant Ă  rencontrer le Seigneur lorsqu’Il viendra.
E-21 Maintenant, inclinons la tĂȘte et parlons Ă  l’Auteur avant que nous lisions Sa Parole. Maintenant, pendant que nous avons nos tĂȘtes inclinĂ©es et nos coeurs aussi, je voudrais savoir si dans cette salle ce soir, avant que nous commencions, il y a ici des gens qui aimeraient simplement lever la main vers Dieu et dire: «Ô Dieu, maintenant pendant cette sĂ©rie de rĂ©unions j’ai un besoin. Voudrais-Tu pourvoir Ă  mon besoin, Seigneur? Je vais lever la main simplement, et par cette...» Que Dieu vous bĂ©nisse, partout. Eh bien, Il voit ce qui se trouve sous votre main, dans votre coeur.
E-22 Notre PĂšre cĂ©leste, nous nous approchons maintenant du TrĂŽne de Ta grĂące. Maintenant, nous ne nous approchons pas du TrĂŽne de justice, parce que si nous choisissons la justice, nous mourrons tous. Nous ne pouvons pas nous approcher du TrĂŽne du Jugement, mais nous avons Ă©tĂ© invitĂ©s Ă  nous approcher du TrĂŽne de grĂące, avec la promesse que notre Seigneur nous a faite: «Tout ce que vous demanderez au PĂšre en Mon Nom, Je le–cela vous sera accordĂ©.» Maintenant, nous savons que cela est vrai. Cela doit ĂȘtre vrai; c’est la Parole. Et nous croyons que cette Bible est Ta Parole infaillible. Chaque Parole de la Bible vient de Dieu. Et nous nous Y accrochons et nous chĂ©rissons Cela de tout notre coeur. Tu sais combien nous apprĂ©cions ce moment de communion ici dans cette petite belle ville, et ces merveilleux frĂšres et soeurs. Nous nous souvenons de premiers jours, lorsque les apĂŽtres se rassemblaient, alors qu’ils Ă©taient en petit nombre, mais combien le Saint-Esprit venait parmi eux et accomplissait des oeuvres trĂšs remarquables, parce que l’Eglise Ă©tait rassemblĂ©e. Ça c’était l’Eglise catholique apostolique primitive, tout au dĂ©but de la PentecĂŽte.
E-23 Nous prions, PĂšre cĂ©leste, que tout comme cette Eglise catholique apostolique s’était rassemblĂ©e, Tu retournes ce soir sous la forme du Saint-Esprit. Deux mille ans se sont Ă©coulĂ©s depuis Ta crucifixion pour notre rĂ©demption, l’expiation de notre–pour notre iniquitĂ©, fournissant une eau de sĂ©paration par le lavage d’eau par la Parole. Et maintenant, vivifie Ta Parole, vivifie-La et accomplis-La. Il faut un Dieu vivant ressuscitĂ© pour faire cela.
Et maintenant, PĂšre cĂ©leste, nous voudrions demander ce soir que Ta PrĂ©sence soit tellement grande parmi nous que lorsque nous quitterons cette salle ce soir, ce petit rassemblement, mĂȘme au cours de la premiĂšre soirĂ©e, que nous puissions dire comme ceux qui revenaient d’EmmaĂŒs en ce temps-lĂ , aprĂšs la rĂ©surrection ce matin-lĂ ... Tu avais marchĂ© avec eux toute la journĂ©e, Tu T’étais entretenu avec eux, cependant ils ne T’avaient pas reconnu. Et, PĂšre, je suis sĂ»r que certains d’entre nous, et bon nombre d’entre nous, pratiquement nous tous ici, nous avons marchĂ© avec Toi, et Tu as marchĂ© avec nous; et cependant nous n’En Ă©tions pas conscients.
E-24 Mais lorsque le soir est tombĂ©, lorsque les Ă©preuves de la journĂ©e Ă©taient finies, Tu les avais rassemblĂ©s Ă  l’intĂ©rieur, et les portes Ă©taient fermĂ©es, et Ă  ce moment-lĂ  Tu Ă©tais enfermĂ© Ă  l’intĂ©rieur avec eux. Alors Tu as accompli quelque chose juste comme Tu l’avais fait avant la crucifixion, et ils ont reconnu par la façon dont Tu l’as fait, que c’était Toi. Et ils... Alors Tu as disparu de leur vue, et ils sont rentrĂ©s prĂ©cipitamment Ă  la maison auprĂšs de leurs camarades, et ils ont dit: «Le Seigneur est vraiment ressuscitĂ©.»
Ne voudrais-Tu pas ce soir, PĂšre, alors que nous nous sommes rassemblĂ©s et avons fermĂ© les portes autour de nous, ne voudrais-Tu pas apparaĂźtre au milieu de nous et accomplir quelque chose ce soir comme Tu l’avais fait lorsque Tu marchais en GalilĂ©e, Ă  CapernaĂŒm et dans les diffĂ©rentes parties du monde, afin que cette petite assistance, et nous tous ensemble, nous puissions voir la preuve de la rĂ©surrection; le Grand Messie de Dieu vivant aprĂšs ĂȘtre passĂ© pendant deux mille ans par des critiques et des lieux obscurs; mais cependant ils ne peuvent plus Le tuer. Il vit Ă©ternellement. Accorde-le, PĂšre.
Et puissions-nous dire, alors que nous rentrerons chez nous ce soir, pendant que nous serons en route: «Nos coeurs ne brĂ»laient-ils pas au-dedans de nous, alors qu’Il nous parlait en chemin?» Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus, et Ă  cause de Lui. Amen.
E-25 Maintenant, dans Jean, chapitre 12, verset 20, nous lisons pour avoir une petite toile de fond comme contexte.
Quelques Grecs, du nombre de ceux qui Ă©taient montĂ©s pour adorer pendant la fĂȘte, s’adressĂšrent Ă  Philippe, de BethsaĂŻda en GalilĂ©e, et lui dirent avec instance: Seigneur, nous voudrions voir JĂ©sus.
Et ensuite dans HĂ©breux 13.8 (Excusez-moi)...
JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
Eh bien, voilĂ  vraiment un texte. Et pour une petite toile de fond, nous pourrions dire que ces Grecs avaient Ă©prouvĂ© la mĂȘme curiositĂ© que moi ce soir, et je crois que nous avons tous Ă©prouvĂ© la mĂȘme curiositĂ©.
E-26 Il n’y a pas une seule personne qui a dĂ©jĂ  entendu parler de JĂ©sus sans Ă©prouver le dĂ©sir ardent de Le voir. Si je demandais Ă  cette petite assistance ce soir: «Combien parmi vous aimeraient voir JĂ©sus?» Je suppose que chaque main ici se lĂšverait. C’est juste. Testons simplement cela. Combien aimeraient Le voir? Voyons. Voyez par lĂ ? AssurĂ©ment. Vous avez entendu parler de Lui. «La foi vient de ce qu’on entend, de ce qu’on entend la Parole de Dieu.»
Eh bien, nous aimerions tous Le voir, assurĂ©ment. J’aimerais Le voir. Eh bien, maintenant, s’Il... Cela nous place dans la mĂȘme position que ces Grecs. Ils Ă©taient venus vers JĂ©sus et ont dit–ils Ă©taient allĂ©s vers les disciples et ont dit: «Monsieur, monsieur, nous voudrions voir JĂ©sus. Nous...» C’était leur dĂ©sir: «Nous voudrions voir JĂ©sus.» Et Philippe les a pris et–et les a amenĂ©s auprĂšs de JĂ©sus, lui et un autre apĂŽtre, et ils ont pu voir JĂ©sus.
E-27 Or, HĂ©breux 13.8 dit qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Et si nous dĂ©sirons Le voir, pourquoi ne pouvons-nous pas avoir le mĂȘme privilĂšge qu’ils ont eu? Maintenant, vous voyez, les Ecritures ne peuvent mentir. Elles doivent ĂȘtre vraies. Voyez? Elles doivent ĂȘtre vraies. Maintenant, si la Bible dit qu’Il est le mĂȘme, cela... Il doit ĂȘtre le mĂȘme. Maintenant, je ne crois pas que la Bible soit l’objet d’une interprĂ©tation particuliĂšre. Je crois qu’Elle est telle qu’Elle est Ă©crite.
Je crois que Dieu devrait avoir un certain Ă©talon de mesure par lequel Il jugera le monde. Or, moi... Vous–vous savez tous qu’étant Irlandais, je viens d’une famille catholique. Et maintenant, lorsque j’étais un jeune homme... Bien sĂ»r, mon pĂšre et ma mĂšre se sont mariĂ©s en dehors de l’église, en dehors de l’Eglise catholique, et, par consĂ©quent, ils n’étaient pas–ils n’étaient membres d’aucune Ă©glise. Et vous avez peut-ĂȘtre lu l’histoire de ma vie. Si vous ne l’avez pas lue, les livres sont ici. Un frĂšre en a ici Ă  vendre, et ainsi de suite.
E-28 Maintenant, et alors Ă  ce propos, lorsque j’ai reçu un appel de Dieu, je me suis mis Ă  me demander, donc... Alors, quand je suis allĂ© Ă  l’église, l’église a dĂ©clarĂ© que Dieu jugera le monde par l’église. Eh bien, j’ai fini par dĂ©couvrir qu’il y a environ neuf cents diffĂ©rentes Ă©glises. Et l’une dit que c’est eux qui sont dans le vrai, et que les autres sont dans l’erreur; ils sont dans le vrai et les autres sont dans l’erreur. Eh bien, de cette façon cela amĂšne un peu de la confusion. Eh bien, si les luthĂ©riens sont dans le vrai, alors les baptistes sont dans l’erreur. Si les baptistes sont dans le vrai, alors les mĂ©thodistes sont dans l’erreur. Et puis, ils ont tellement des diffĂ©rences. Ainsi donc dans tout cela, j’ai vu qu’il y avait de la confusion.
Comment Dieu pourrait-Il laisser–faire passer des gens donc dans un jugement si parfait sur base de tant de diffĂ©rentes tendances? L’un est comme ceci, et l’autre comme cela. L’un dit: «Ceci c’est en ordre.» L’autre dit: «Non, ce n’est pas en ordre.» Et l’un est comme ceci, et celui-lĂ ... ce serait un peu de la confusion. Et je peux... Je ne–je ne peux pas croire qu’un Bienveillant PĂšre cĂ©leste ferait une telle chose.
E-29 Ainsi, je me suis donc dit: «Eh bien, par quoi a-t-Il jugĂ© le peuple au commencement? Comment leur a-t-Il donnĂ©...» C’était dans le... Nous allons devoir retourner dans la GenĂšse, au... La GenĂšse c’est le chapitre semence, ce qui signifie le commencement.
Et la premiĂšre chose que Dieu avait placĂ©e devant l’homme, c’était d’obĂ©ir Ă  Sa Parole. Et une toute petite erreur, non pas un grand chapitre tout entier, mais le simple fait de mal interprĂ©ter la Parole, juste tordre cela un tout petit peu (c’est ce que Satan a fait) par le raisonnement, et cela a causĂ© tout le... Chaque maladie de coeur qui ait jamais existĂ©, chaque maladie, chaque mort, chaque petit bĂ©bĂ© malade, chaque tombe sur le flanc d’une colline, le simple fait de douter d’une seule petite Parole... Ce n’était pas tellement le fait de rejeter cela, mais le simple fait de dĂ©former la chose, le simple fait de raisonner. «N’est-ce pas raisonnable que Dieu ne ferait pas une chose pareille?», a-t-il dit. Mais Dieu avait dit qu’Il le ferait. Voyez-vous?
E-30 Et si donc Dieu a laissĂ© tous ces six mille ans de souffrance, rien qu’à cause du fait de retrancher une seule Parole et–et de mal placer cela, et cela a causĂ© tout ceci, comment va-t-Il nous laisser retourner avec une autre Parole complĂštement mal placĂ©e? Alors avec neuf cent soixante diffĂ©rentes dĂ©nominations, comment pouvons-nous ĂȘtre jugĂ©s par cela? Chacune parle de cette maniĂšre-ci ou de cette maniĂšre-lĂ .
Et puis, j’ai lu dans la Bible lĂ  oĂč... Dans la derniĂšre partie de la Bible il est dit: «Celui qui retranchera quoi que ce soit de ce Livre ou Y ajoutera quelque chose, de mĂȘme sa part sera retranchĂ©e du Livre de Vie.» Ça c’est le clergĂ©, les dĂ©nominations, et ainsi de suite, qui–qui dĂ©forment la Parole, ou qui injectent des dogmes au lieu de la Parole, et ainsi de suite, et des idĂ©es des hommes en vue de leur propre rĂ©alisation. Cela doit ĂȘtre exactement la Parole de Dieu, trĂšs exactement tel qu’Il l’a dit.
E-31 Maintenant, je sais que bon nombre d’entre nous n’ont pas la foi, et moi je n’ai pas la foi pour amener toutes ces promesses Ă  ĂȘtre confirmĂ©es–à s’accomplir. Mais je ne ferai sĂ»rement pas obstacle Ă  quelqu’un qui a effectivement ce genre de foi. C’est comme je l’ai souvent dit: «J’aurais aimĂ© avoir assez de foi comme Enoch, pour faire une petite promenade l’aprĂšs-midi et monter Ă  la Maison avec Lui. J’aurais aimĂ© avoir ce genre de foi.» Mais moi... Si je ne l’ai pas, je ne ferai pas obstacle Ă  quelqu’un d’autre qui l’a. Je dirai: «Que Dieu soit louĂ© pour ce prĂ©cieux frĂšre ou cette prĂ©cieuse soeur qui a la foi pour quitter cette vie sans passer par la mort.» Ce serait merveilleux.
Mais nous croyons qu’il vient un temps oĂč, pendant une promenade un aprĂšs-midi ou un matin, ou quelque chose de ce genre, plusieurs sur la terre seront pris dans l’EnlĂšvement Ă  la Venue du Seigneur. Et je crois que nous nous approchons de ce moment-lĂ .
E-32 Bon. Maintenant, la Bible dit qu’Il est le mĂȘme... C’est ce que j’essaie de vous faire comprendre, vous devez vous rendre compte de ceci: la Bible dit que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Et les Grecs voulaient Le voir, et ils furent conduits auprĂšs de Lui par l’un de Ses disciples. Ne serait-il donc pas possible, s’Il est le mĂȘme, qu’un autre vrai disciple nous conduise auprĂšs de Lui, nous Le montre?
Or, depuis l’aube des temps cela a Ă©tĂ© le cri du coeur de l’homme de voir Dieu. Job, le plus ancien Livre de la Bible; on dit que ce Livre fut Ă©crit avant que MoĂŻse ait Ă©crit la GenĂšse... Or, ce MoĂŻse ou plutĂŽt Job a criĂ©: «Oh! si je pouvais connaĂźtre (en d’autres termes), connaĂźtre lĂ  oĂč Il habite, si je pouvais frapper Ă  Sa porte, si je pouvais m’entretenir avec Lui. (Voyez?) Si je pouvais juste voir l’endroit oĂč je pourrais aller frapper Ă  Sa porte, j’aimerais plaider avec Lui.» Chaque homme essaie de regarder derriĂšre ce rideau-lĂ , il sait qu’il est sorti des tĂ©nĂšbres quelque part, et il sait qu’il est ici dans une vie humaine et qu’il retournera en traversant lĂ  quelque part. Alors chaque homme essaie de dĂ©couvrir la porte, et comment–d’oĂč nous venons, et oĂč nous allons. Cela a toujours Ă©tĂ© le cri du coeur humain.
E-33 Et pourtant, si nous pouvons nous arrĂȘter juste un instant, Il est tellement rĂ©el autour de nous qu’il... Eh bien, Il est tout simplement partout. Dieu est... Il vit dans chaque crĂ©ature qui a la vie en elle. Il vit lĂ -dedans. Chaque plante, chaque fleur, tout, Dieu vit lĂ -dedans.
Mais alors, au lieu d’entrer dans cela, ce que nous pourrions faire plus tard, j’aimerais vous faire remarquer ceci: si donc JĂ©sus Ă©tait Ă  Santa–Santa Maria ce soir, quel genre de personne vous attendriez-vous Ă  voir? Or, nous savons que Son corps physique, qui Ă©tait nĂ© de la vierge Marie, qui a Ă©tĂ© crucifiĂ©, qui est mort, qui a Ă©tĂ© enseveli, qui est ressuscitĂ© le troisiĂšme jour, et qui est montĂ© Ă  la droite de la MajestĂ© cĂ©leste, est assis lĂ  ce soir comme le Souverain Sacrificateur, vivant Ă©ternellement pour intercĂ©der sur base de notre confession. Et Il est aussi le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s. Il est maintenant mĂȘme ce genre de Souverain Sacrificateur lĂ  qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s.
E-34 Eh bien, le seul moyen... Si je demandais Ă  vous tous luthĂ©riens: «Que pensez-vous de Lui?» Eh bien, Il serait luthĂ©rien; si je demandais Ă  tous les catholiques, Il serait catholique; pour les pentecĂŽtistes, Il serait pentecĂŽtiste, et ainsi de suite. Prenons tout simplement... Le seul vĂ©ritable moyen de dĂ©couvrir cela est le suivant: voyons ce qu’Il Ă©tait hier. Et si vous pouvez voir ce qu’Il Ă©tait hier, donc Il doit ĂȘtre le mĂȘme aujourd’hui, et qu’Il le sera Ă©ternellement. Mettons simplement le corps de l’église de cĂŽtĂ© et toutes leurs idĂ©es Ă  ce propos, et voyons simplement ce qu’Il Ă©tait hier.
Maintenant, nous nous souvenons qu’Il avait Ă©tĂ© promis. Depuis le jardin d’Eden, depuis le premier jour mĂȘme oĂč le pĂ©chĂ© est entrĂ© dans le jardin d’Eden, et oĂč Dieu avait appelĂ© Adam et Ève en jugement, Il avait promis que la PostĂ©ritĂ© de la femme Ă©craserait la tĂȘte du serpent, un Sauveur.
E-35 La grande Ă©tape suivante, nous voyons MoĂŻse, le grand... Eh bien, il Ă©tait un type de Christ: un lĂ©gislateur, un sacrificateur, un roi et ainsi de suite. Nous voyons qu’il Ă©tait un type parfait de Christ: il Ă©tait nĂ© au temps de la persĂ©cution par l’ennemi, il fut cachĂ© parmi les roseaux tout comme Christ, et il en est sorti, et il a fait sortir les enfants, et ainsi de suite. Et ainsi, nous voyons lĂ  que MoĂŻse, Ă  la–vers la fin de sa vie, a dit alors Ă  sa mort: «L’Eternel votre Dieu suscitera un prophĂšte comme moi.» Or, nous savons que tout IsraĂ«l, dans tout l’Ancien Testament, dĂ©pendait toujours de leurs prophĂštes. HĂ©breux 1 dit: «AprĂšs avoir, Ă  plusieurs reprises et de plusieurs maniĂšres, parlĂ© Ă  nos pĂšres par les prophĂštes, Dieu, dans ce dernier jour, nous a parlĂ© par Son Fils, le Seigneur JĂ©sus-Christ.» Voyez-vous?
Or, les HĂ©breux, la maniĂšre dont ils pouvaient savoir... Il nous est enseignĂ© dans le Livre de DeutĂ©ronome, au chapitre 18: «Lorsqu’il y aura parmi vous quelqu’un qui est spirituel ou prophĂšte, c’est dans des visions que Moi, l’Eternel Dieu, Je me rĂ©vĂ©lerai Ă  lui, c’est dans des songes que Je lui parlerai. Et si ce que ce prophĂšte dit s’accomplit, alors Ă©coutez-le. Mais si cela ne s’accomplit pas, ne l’écoutez pas.» Voyez-vous? Parce que... «Ne craignez pas cet homme, parce que Je ne l’ai pas envoyĂ©.»
E-36 C’est tout simplement raisonnable. Quand Dieu envoie une chose, Dieu soutient ce qu’Il envoie. Alors Dieu envoie Sa Parole; Dieu soutient Sa Parole. Or, un homme peut venir et vous dire n’importe quoi. Mais lorsque Dieu dit une chose, alors Dieu soutient trĂšs exactement ce qu’Il a dit qu’Il ferait, parce qu’Il est obligĂ© de le faire pour ĂȘtre Dieu. Il ne peut pas faire une promesse et ensuite ne pas s’en tenir Ă  cela, et puis rester Dieu. Il ne peut pas faire cela. Voyez-vous? Il doit s’en tenir Ă  Sa promesse.
Maintenant, nous voyons donc que nous... La premiĂšre fois que nous Le voyons apparaĂźtre sur scĂšne... Il y a lĂ -dedans un tas de choses que nous allons prendre tout au long de cette semaine, et nous allons dĂ©fricher la chose de sorte que vous en ayez le–une meilleure comprĂ©hension. Mais commençons simplement avec la Vie de Christ.
E-37 Nous savons maintenant qu’Il Ă©tait nĂ© d’une vierge. A l’ñge de–de trente ans, Il a Ă©tĂ© baptisĂ© par Jean le Baptiste; Il est entrĂ© dans le dĂ©sert, et Il a Ă©tĂ© tentĂ© par le diable pendant quarante jours et quarante nuits, et Il en est sorti et a commencĂ© Son ministĂšre. PremiĂšrement, nous remarquons qu’aprĂšs qu’Il en est sorti, eh bien, Jean a vu un signe au-dessus de Lui comme une LumiĂšre. La forme corporelle d’une colombe est descendue des cieux, et une Voix est venue de la forme corporelle de la colombe (l’Esprit de Dieu), une Voix venant de l’Esprit de Dieu; en effet, la–la Colombe Ă©tait l’Esprit de Dieu, disant: «Celui-ci est Mon Fils bien-aimĂ©, en qui J’ai mis toute Mon affection.» Eh bien, ça c’est la–la version du Roi Jacques. Or, dans la version originale, il est dit la mĂȘme chose. Il est dit: «En qui Je me plais de demeurer», et Dieu habitait en Christ. Nous savons cela.
Il a dit: «Ce n’est pas Moi qui fais les oeuvres. C’est Mon PĂšre qui habite en Moi, c’est Lui qui fait les oeuvres.» Dans Jean 5.19, Il a dit: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-mĂȘme, Il ne fait que ce qu’Il voit faire au PĂšre; le Fils le fait pareillement.»
E-38 Maintenant, Dieu Ă©tait en Christ, rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme. Eh bien, tous nous croyons cela. Le... Dieu Ă©tait en Christ. Il Ă©tait l’expression de ce qu’était Dieu. Il Ă©tait l’image de Dieu exprimĂ©e. Dieu Ă©tait en Christ, rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme.
Maintenant, nous voyons que lorsqu’Il Ă©tait ici, le moyen par lequel les gens L’ont reconnu... Eh bien, ceux vers qui Il est venu, c’étaient tous des croyants juifs. Il Ă©tait venu vers les Siens.
E-39 Or, il n’y a que trois races de gens dans le monde. Que les gens disent tout ce qu’ils veulent, il existe trois races: ce sont les descendants de Cham, Sem et Japhet (car ils descendent de NoĂ©) qui sont sortis de l’arche. Il y a trois races de gens. Et ainsi donc, c’étaient les Juifs, les Gentils et les Samaritains, et nous voyons que le message de la PentecĂŽte est allĂ© vers ces trois-lĂ , et Pierre avait les clĂ©s, et Ă  partir de lĂ  cela a continuĂ© pour aller vers le monde entier. Eh bien, nous voyons que Pierre au jour de la PentecĂŽte s’est adressĂ© aux Juifs et aux Samaritains, lorsque Philippe est descendu et leur a prĂȘchĂ© lĂ -bas, et ensuite c’est allĂ© chez Corneille, et alors la boucle Ă©tait bouclĂ©e. (Voyez?) Le monde avait reçu cela, il avait reçu l’Evangile.
E-40 Bon. Maintenant, suivons donc attentivement alors que nous entrons dans la chose. Eh bien, nous Le voyons sortir du dĂ©sert. ImmĂ©diatement les Ă©tincelles commencent Ă  jaillir de Son ministĂšre, les guĂ©risons se produisent, et des choses glorieuses se produisent. Et il se fit qu’il y en avait un qui s’appelait AndrĂ©. Il avait un frĂšre qui s’appelait Simon. J’ai lu l’histoire de son pĂšre, et de Pierre; en fait, nous le connaissons ce soir. Son nom Ă  ce moment-lĂ  Ă©tait Simon. Et AndrĂ© l’a persuadĂ© d’aller voir JĂ©sus, et il lui a dit que c’était Lui le Messie. Il Ă©tait pleinement convaincu que c’était le Messie. Et lorsqu’il est allĂ© vers JĂ©sus, JĂ©sus l’a regardĂ©. Maintenant, souvenez-vous, Il est le Messie, et maintenant voici ce qu’Il Ă©tait hier. Et aussitĂŽt qu’Il a regardĂ© Pierre (ou plutĂŽt Simon), Il a dit: «Ton nom est Simon, et tu es le fils de Jonas.» Cela... ImmĂ©diatement, Simon a reconnu cela et L’a acceptĂ©. Maintenant, pourquoi cet homme-lĂ , sur base de ce qui est arrivĂ©... Juste parce que JĂ©sus avait dit ces choses: «Tu es Simon, et tu es le fils de Jonas», et il L’a immĂ©diatement reconnu comme Ă©tant le Messie. Comment y est-il arrivĂ©?
E-41 Voyez, son pĂšre lui avait enseignĂ© par les Ecritures qu’un jour le Messie viendrait et qu’il y aurait une grande agitation parmi les gens. C’est ce qui se produit toujours avant que la chose vĂ©ritable arrive, il y a beaucoup de contrefaçons qui surgissent tout autour. Nous savons cela. C’est toujours le diable qui essaie d’imiter cela. Et, souvenez-vous, lorsque vous voyez une contrefaçon, souvenez-vous tout simplement que cela parle de la chose vĂ©ritable qui vient. Voyez-vous? Cela est toujours ainsi. Voyez-vous? Maintenant, et je peux tout simplement entendre Jonas dire: «Simon, mon garçon» (les cheveux de Jonas grisonnaient), et il dit: «J’avais toujours pensĂ© que je verrais le jour de la Venue du Messie. Mais maintenant, je me fais vieux; et il se peut que je ne Le voie pas. Mais, mon fils, toi et AndrĂ©, asseyez-vous ici. Ne l’oubliez pas. Le Messie... Il se lĂšvera un tas d’histoires dans votre jour. Vous pourriez Le voir. Nous L’avons attendu depuis quatre mille ans, mais Il pourrait venir dans votre gĂ©nĂ©ration. Et n’oubliez pas que notre Bible ne peut faillir. Nos Ecritures ne peuvent faillir. Il sera un prophĂšte, car MoĂŻse, celui que nous avons cru toutes ces annĂ©es, celui qui nous a conduits hors d’Egypte, nous a dit que l’Eternel notre Dieu nous donnerait un prophĂšte exactement comme lui. Et Il sera un Dieu-ProphĂšte, et c’est Ă  cela que vous Le reconnaĂźtrez.»
E-42 Et dĂšs que Simon a vu ce JĂ©sus de Nazareth dire: «Ton nom est Simon, et tu es le fils de Jonas», ce vieux pĂšre qui Ă©tait un homme pieux et qui l’avait instruit... C’était un signe parfait montrant que c’était ce ProphĂšte-lĂ . Voyez-vous?
Vous savez, on Lui a dit: «Es-Tu le Christ? Es-Tu ce prophÚte-là qui était censé se lever?»
Eh bien, Il s’était rĂ©vĂ©lĂ© Ă  l’homme Ă  qui Il a donnĂ© les clĂ©s du Royaume, celui qui Ă©tait le chef de l’église de JĂ©rusalem, en lui disant qui Il Ă©tait, et quel Ă©tait le nom de son pĂšre. Eh bien, c’était de cette maniĂšre-lĂ  qu’Il s’était fait connaĂźtre Ă  Simon Pierre, et Pierre L’a reconnu comme Ă©tant le Messie.
E-43 Philippe se tenait lĂ . Et cela l’a tellement fait frĂ©mir, car Philippe Ă©tait un homme pieux. Il attendait et veillait. Dieu... Ecoutez, n’oubliez pas ceci. Il n’apparaĂźtra qu’à ceux qui L’attendent, Ă  personne d’autre. C’est pour cette raison que Jean a vu cette LumiĂšre, et il Ă©tait le seul Ă  avoir vu Cela. Jean a rendu tĂ©moignage, disant: «Je L’ai vue.» Personne d’autre n’avait vu Cela. Lorsque Paul vit cette mĂȘme LumiĂšre... le terrassa. Paul vit la LumiĂšre; pas les hommes qui Ă©taient avec lui. Voyez, voyez? Souvenez-vous que cela vient Ă  ceux qui attendent cela, qui croient cela. Ce n’est que de cette maniĂšre-lĂ  que Dieu se rĂ©vĂšle–qu’Il s’est toujours rĂ©vĂ©lĂ©, et qu’Il se rĂ©vĂ©lera toujours. Suivez.
E-44 Or, Philippe se tenait lĂ  lorsqu’il a vu cela s’accomplir. Il connaissait un homme qui... Ils avaient Ă©tudiĂ© la Bible ensemble, et ils Ă©taient des orthodoxes. Ils croyaient rĂ©ellement ce qui Ă©tait Ă©crit dans les rouleaux, et ils attendaient que quelque chose se produise. Et Il a contournĂ© la montagne... Si jamais l’un de vous a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© en Palestine, de lĂ  oĂč JĂ©sus prĂȘchait, cela faisait quinze miles [24,14 km.] de l’autre cĂŽtĂ© de la montagne jusqu’à l’endroit oĂč il est allĂ© chercher son ami, NathanaĂ«l.
NathanaĂ«l avait un verger: des oliviers. Et ainsi, Philippe s’est approchĂ© de la porte, il a frappĂ© Ă  la porte, et la femme de l’autre lui a dit qu’il se trouvait dehors dans le jardin. Alors il s’est rendu dans le jardin, et lĂ  se trouvait NathanaĂ«l.
E-45 Ouvrons une parenthĂšse, et voyons ce qu’il disait dans sa priĂšre. Je peux m’imaginer entendre sa priĂšre: «PĂšre, nous avons dĂ©sirĂ© ardemment que le Messie, le LibĂ©rateur, nous libĂšre de cette puissance romaine. Ô Dieu notre PĂšre, vivrai-je pour voir le jour oĂč ce Messie se rĂ©vĂ©lera Ă  nous? J’ai lu dans Tes Saintes Ecritures les passages qui disent qu’Il viendra. MoĂŻse nous a dit que l’Eternel notre Dieu nous susciterait un prophĂšte comme lui, et que nous le reconnaĂźtrions. Et, PĂšre, je dĂ©sire ardemment et j’attends ce moment-lĂ . J’ai Ă©tudiĂ© les Ecritures. J’ai vĂ©cu de ces Ecritures jour et nuit.» Et juste au moment oĂč il a dit «Amen», et qu’il s’est levĂ©, Philippe a dit: «Viens voir Qui nous avons trouvĂ©. Nous L’avons trouvĂ©: JĂ©sus de Nazareth, le Fils de Joseph.»
E-46 Eh bien, je peux imaginer NathanaĂ«l... Maintenant, je vais donner un petit drame de ceci. Je peux imaginer NathanaĂ«l dire: «Eh bien, Philippe. Je t’ai connu comme Ă©tant un homme trĂšs pondĂ©rĂ©. Et je... Tu n’es sĂ»rement pas tombĂ© dans l’extrĂ©misme au sujet de quelque chose.» Vous savez, comme nous dirions aujourd’hui: «Eh bien, Philippe, nous avons beaucoup Ă©tudiĂ© les Ecritures ensemble. Maintenant, tu viens me dire que le Messie est lĂ . Maintenant, tu sais bel et bien que si ce Messie devait venir, Il viendrait uniquement chez nous les pharisiens, vers notre groupe, et notre groupe seulement. Ou, Il allait–on ferait descendre les corridors, et Il descendrait au grand temple que MoĂŻse a construit, et Il se prĂ©senterait Ă  CaĂŻphe, le souverain sacrificateur. ‘Je suis le Messie que vous attendez.’»
E-47 Voyez, c’est de cette maniĂšre qu’ils se l’étaient peut-ĂȘtre reprĂ©sentĂ©. Mais Dieu a Sa propre maniĂšre de faire les choses. Voyez, voyez-vous? Il vint en conformitĂ© avec les Ecritures, mais eux avaient mal interprĂ©tĂ© les Ecritures. Je me demande s’Il venait, s’Il venait ce soir, si beaucoup d’entre nous, nous n’avons pas complĂštement embrouillĂ© cela. Mais l’essentiel, c’est d’ĂȘtre prĂȘt lorsqu’Il viendra; ce–c’est cela. Peu importe de quelle maniĂšre Dieu L’envoie, qu’Il vienne comme Il viendra, tel qu’Il–Il a prĂ©vu qu’Il viendra. Pour certains d’entre nous, Il viendra sur une nuĂ©e blanche, pour d’autres sur un cheval blanc. Peu m’importe comment Il viendra, il est simplement question que je sois prĂȘt lorsqu’Il viendra. Je–je veux Le voir. Et j’étudie les Ecritures assidĂ»ment pour savoir trĂšs exactement ce que les Ecritures disent, alors je Le reconnaĂźtrai lorsqu’Il apparaĂźtra. Vous voyez? Observez ce que les Ecritures disent Ă  Son sujet.
E-48 Eh bien, il a dit: «Viens voir Qui nous avons trouvĂ©.» Eh bien, la conversation s’est bien sĂ»r poursuivie; ouvrons une parenthĂšse lĂ -dessus alors que nous nous approchons du rivage. J’ai tirĂ© cela de... Il avait probablement fait une journĂ©e en contournant la montagne, et il est rentrĂ© le jour suivant. Le jour suivant en contournant, il a dit... Je peux entendre Philippe dire Ă  NathanaĂ«l: «NathanaĂ«l, te souviens-tu de ce jour-lĂ , lorsque tu avais achetĂ© du poisson chez ce vieux type appelĂ© Simon?»
«Oh! oui, le fils de Jonas. AssurĂ©ment.»«Tu sais, il n’avait pas suffisamment d’instruction pour te signer un reçu, un reçu prouvant qu’il avait le poisson.»«Oui.»
Voyez, la Bible dit que Pierre Ă©tait un homme du peuple sans instruction. Combien savent cela? Oui, oui. Il n’avait aucune instruction. Il n’était pas un Ă©rudit sorti d’un certain sĂ©minaire, il–il Ă©tait un homme du peuple sans instruction.
E-49 Et il a dit: «Il ne savait mĂȘme pas signer ce reçu. Eh bien, a-t-il dit, lorsqu’il s’est avancĂ© prĂšs de son–sur invitation de son frĂšre AndrĂ©, quand il s’est avancĂ© devant Celui que nous reconnaissons comme Ă©tant le Messie... Et je vais te dire pourquoi j’en suis sĂ»r. Eh bien, tu sais, NathanaĂ«l, que toi et moi savons que les Ecritures disent qu’Il sera un ProphĂšte comme MoĂŻse. Et aussitĂŽt qu’il est entrĂ© dans la PrĂ©sence de JĂ©sus, JĂ©sus a dit: ‘Ton nom est Simon, et tu es fils de Jonas.’ Eh bien, comment savait-Il cela s’Il n’était pas un ProphĂšte?» Et j’entends Philippe dire: «Tu sais, NathanaĂ«l, cela ne me surprendrait pas du tout, lorsque tu arriveras devant Lui, qu’Il dise: ‘Bonsoir, NathanaĂ«l.’»
E-50 «Oh!» a-t-il dit... NathanaĂ«l a dit: «Laissez-moi aller pour voir par moi-mĂȘme.» Ça, c’est une bonne idĂ©e, vous savez. Et d’abord il avait de la peine Ă  croire cela; et il a Ă©tĂ© invitĂ© Ă  aller voir par lui-mĂȘme. Il a dit: «Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon,» de cette bande de saints exaltĂ©s, vous savez, des gens qui sont lĂ -bas? Excusez-moi. «Peut-il venir de lĂ  quelque chose de bon?»
Il a dit: «Viens voir par toi-mĂȘme.» Ne restez pas Ă  la maison Ă  critiquer cela. Venez vous rendre compte. Venez voir. Et ne prenez pas juste les dĂ©clarations d’un homme. Examinez cela, et voyez si c’est scripturaire ou non. Voyez? «Viens voir par toi-mĂȘme.»
E-51 Et, chemin faisant, ils s’entretenaient. Finalement ils sont arrivĂ©s lĂ  oĂč JĂ©sus tenait un service de guĂ©rison. Ils... NathanaĂ«l est peut-ĂȘtre entrĂ© dans la ligne de priĂšre, je ne sais pas; il s’est peut-ĂȘtre tenu lĂ  dans l’assistance. Mais, aussitĂŽt qu’il a vu JĂ©sus pour la premiĂšre fois, JĂ©sus a portĂ© Son regard sur lui, Il a dit: «Voici un IsraĂ©lite, dans lequel il n’y a point de fraude.» Cela lui a coupĂ© l’herbe sous les pieds, pour ainsi dire. Il... Eh bien, il ne–il ne pouvait rien comprendre.
Il a dit: «Rabbi (ce qui signifie «docteur»), comment m’as-Tu connu? C’est la premiĂšre fois que nous nous rencontrons. Comment me connais-Tu?»
Et Il a dit: «Eh bien, avant que Philippe t’appelĂąt, lorsque tu Ă©tais sous l’arbre, Je t’ai vu.» A quinze miles [24,14 km] derriĂšre la montagne, quels yeux! «Je t’ai vu.»
E-52 Sans tarder, cet homme a reconnu que cela... Ils n’avaient pas eu de prophĂšte depuis quatre cents ans, vous savez, et il a immĂ©diatement reconnu que c’était Lui. Alors il a couru vers Lui et a dit: «Rabbi, Tu es le Fils de Dieu, Tu es le Roi d’IsraĂ«l.» Est-ce juste?
Il a dit: «Parce que Je t’ai dit cela, tu as cru.»
Pourquoi? Or, ça c’était JĂ©sus hier. S’Il est le mĂȘme aujourd’hui, Il doit faire de mĂȘme. Voyez? S’Il est le mĂȘme hier... C’est de cette maniĂšre qu’Il s’est rĂ©vĂ©lĂ© Ă  Son peuple. C’est de cette maniĂšre qu’ils L’ont reconnu. Ce n’était pas par Son enseignement; par Ses oeuvres. Voyez?
JĂ©sus a dit: «Vous sondez les Ecritures. Ce sont Elles qui rendent tĂ©moignage de Moi. Vous pensez avoir en Elles la Vie Eternelle: et ce sont Elles qui rendent tĂ©moignage de Moi. Et si Je ne fais pas les oeuvres de Mon PĂšre, alors ne Me croyez pas. Mais si Je fais les oeuvres de Mon PĂšre, et que vous ne pouvez pas Me croire, eh bien, alors croyez les oeuvres que Je fais. Ce sont elles qui rendent tĂ©moignage de Moi.» L’oeuvre est une confirmation de la Parole. C’est ce qui rend tĂ©moignage. Eh bien, ne serait-ce pas la mĂȘme chose aujourd’hui? Les oeuvres rendent tĂ©moignage. Voici ce que la Parole dit, et voici les oeuvres qui rendent tĂ©moignage de la Parole. Or, Il ne peut changer. Il doit ĂȘtre le mĂȘme.
E-53 Eh bien, oh! il y en avait qui se tenaient lĂ , assurĂ©ment, ils se tenaient lĂ  Ă  l’écart, le grand souverain sacrificateur et les sacrificateurs de la synagogue, et tous ils se tenaient lĂ , observant, et, bien sĂ»r, ils devaient donner une rĂ©ponse Ă  leurs assemblĂ©es. Cela... Une oeuvre Ă©tait accomplie.
Savez-vous ce qu’ils ont dit? Ils ont dit: «C’est BĂ©elzĂ©bul, un diseur de bonne aventure, un dĂ©mon.»
Et JĂ©sus s’est retournĂ© et leur a dit ceci: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis (Voyez-vous?), si vous dites cela contre le Fils de l’homme, Je vous pardonnerai. Mais (autrement) un jour le Saint-Esprit viendra faire la mĂȘme chose, et dire une seule parole contre cela ne sera jamais pardonnĂ© ni dans ce siĂšcle ni dans le siĂšcle Ă  venir.» Maintenant, voyez, voyez, observez cette prophĂ©tie qui s’accomplit dans nos jours. Voyez? Dire une seule parole contre cela ne sera jamais pardonnĂ© ni dans ce monde ni dans le monde Ă  venir.
E-54 Et Philippe Ă©tait lĂ , Pierre et les autres se tenaient lĂ , ces Juifs ont dit: «Il est le Fils de Dieu, le Roi d’IsraĂ«l,» parce qu’Il avait fait ces choses devant eux. Et ceux qui Ă©taient censĂ©s ĂȘtre des orthodoxes ont dit qu’Il Ă©tait BĂ©elzĂ©bul, le diable, un diseur de bonne aventure. Voyez?
Et JĂ©sus a rendu tĂ©moignage que cela viendrait dans un autre jour au travers du Saint-Esprit; en effet, le Saint-Esprit n’avait pas encore Ă©tĂ© donnĂ© en ce temps-lĂ . JĂ©sus n’avait pas encore Ă©tĂ© offert en sacrifice. Alors le Saint-Esprit allait venir, et prononcer une seule parole contre Cela, parce que... De quoi s’agit-il? De traiter l’Esprit de Dieu, qui accomplit les oeuvres de Dieu, d’un esprit impur, d’un dĂ©mon. Voyez? Or, JĂ©sus-Christ a prophĂ©tisĂ© que cela s’accomplirait de cette maniĂšre-lĂ . Il doit en ĂȘtre ainsi.
E-55 Maintenant, observons-le. Eh bien, souvenez-vous, il existe trois races de gens. C’étaient les descendants de Cham, Sem et Japhet. Ce sont les rĂ©gions oĂč nous avons vĂ©cu qui ont changĂ© la couleur de notre peau, et–et ainsi de suite. Et cela n’a rien Ă  faire... Dieu, d’un seul sang, a fait toutes les nations. Qu’ils soient Chinois, Japonais, Africains, Anglo-saxons, ou quoi qu’ils soient, ils sont tous issus d’un seul sang. Tous descendent d’Adam (Voyez?) et ils ont Ă©voluĂ© dans de diffĂ©rentes rĂ©gions et sous de diffĂ©rents tropiques.
E-56 Maintenant, prenez simplement n’importe quoi, il en sera de mĂȘme. Vous pouvez prendre un coyote lĂ  au Mexique, et le laisser vivre dans cette contrĂ©e au sable rouge, il aura une livrĂ©e rouge; amenez-le lĂ  sur le sable blanc, il aura une livrĂ©e blanche, tirant sur le brun. Amenez-le lĂ  de l’autre cĂŽtĂ©, lĂ -haut dans les contrĂ©es du Nord, lĂ -haut en Colombie-Britannique, il sera blanc comme neige, le mĂȘme coyote, exactement. Le mĂȘme cerf changera de couleur, qu’il soit rouge, brun ou noir. Oui, oui. Cela dĂ©pend de la rĂ©gion oĂč il vit, la nourriture dont il se nourrit, et ainsi de suite comme cela. Maintenant, c’est comme cela que la couleur de notre peau et tout ont changĂ©, mais nous sommes tous issus d’une seule race. C’est la race humaine (C’est juste.), nous venons tous de ce seul arbre.
E-57 Maintenant, il y avait–il y avait les Juifs. Il est venu vers ces Juifs-lĂ , parce qu’eux attendaient un Messie. Eh bien, nous en avons plusieurs autres lĂ  que nous Ă©tudierons pendant la semaine. Et nous allons, tout au long de la semaine, nous allons les Ă©tudier et ainsi de suite. Mais prenez juste–considĂ©rez juste ces deux-lĂ , Pierre et cet homme NathanaĂ«l. Et c’est de cette maniĂšre-lĂ  qu’ils ont reconnu qu’Il Ă©tait le Messie.
E-58 Or, un jour Il fallait qu’il passĂąt par la Samarie. Eh bien, ça ce sont les Samaritains, qui constituent une autre race de gens, et Il devait monter... Il Ă©tait en route vers JĂ©richo, en y descendant par un chemin qui y mĂšne directement. Mais Il a fait un dĂ©tour en passant par Sychar, chez–à Samarie, et Il s’est arrĂȘtĂ© dans une ville, Sychar. Et Il y a envoyĂ© Ses disciples acheter de la nourriture. Et pendant qu’ils y Ă©taient, une femme... Eh bien, nous l’appellerions une femme de mauvaise rĂ©putation ici dans ce pays. Elle avait Ă©tĂ© mariĂ©e plusieurs fois et ainsi de suite. Et elle Ă©tait–elle est venue au puits, vers, je pense, vers midi. AprĂšs qu’Il les a envoyĂ©s dans la ville chercher de la nourriture pour le dĂźner, et elle est venue au puits.
E-59 Et il y a un... Le puits se trouve toujours lĂ . C’est un dĂ©cor panoramique comme cela, avec des vignes tout autour. Et il y a un puits public lĂ -bas, oĂč les gens viennent puiser de l’eau. Lorsqu’elle est arrivĂ©e Ă  ce puits, vers onze heures, et peut-ĂȘtre que toutes ses... Vous savez, les dames, comment elles arrangeaient leurs cheveux bouclĂ©s, et vous savez, et tout le reste. Peut-ĂȘtre qu’elle Ă©tait probablement sortie durant toute la nuit et qu’elle venait juste de se rĂ©veiller, ainsi j’ignore quel Ă©tait le cas, mais elle est venue lĂ . Et vous devriez voir les femmes lĂ -bas, comment elles transportent l’eau. Je les ai vues mettre une cruche de cinq litres sur la tĂȘte, et une autre sur chaque hanche, et descendre la rue, causant tout simplement comme savent le faire les femmes, vous savez, en hochant la tĂȘte l’une Ă  l’autre, et sans jamais rĂ©pandre une goutte. Vous parlez d’une dĂ©marche parfaite!
E-60 Et ainsi, cette femme ne pouvait pas venir avec les autres femmes (Voyez?), parce qu’elle Ă©tait marquĂ©e. Dans notre pays, elles ne sont pas marquĂ©es; mais lĂ -bas elles sont marquĂ©es. Elles... Elle ne peut pas s’associer avec les autres femmes aussi longtemps qu’elle mĂšne cette vie-lĂ . Alors elle ne pouvait pas venir au mĂȘme moment que les vierges.
Ainsi elle est sortie vers onze heures. Et il y a un puits lĂ , et un treuil, et elle avait le... Des crochets sont fixĂ©s Ă  cette grande cruche... On y fixe des crochets. Nous appelons cela une cruche; eux appelaient cela un seau en ce temps-lĂ , je suppose. Elle a fixĂ© ces crochets Ă  la cruche, et elle a simplement commencĂ© Ă  faire descendre cela. Et elle a entendu Quelqu’Un dire: «Femme, apporte-Moi Ă  boire.» Et elle a regardĂ© Ă  la paroi. Et lĂ  Ă©tait assis un Juif plutĂŽt d’ñge moyen.
Or, nous savons qu’Il Ă©tait rĂ©ellement–selon les Ecritures, Il avait environ, Il n’avait pas plus de trente-trois ans, mais Il devait paraĂźtre un peu plus ĂągĂ©. Vous savez, dans Jean, chapitre 6, on Lui a dit: «Tu n’as pas plus de cinquante ans, et Tu dis que Tu as vu Abraham? Maintenant nous savons que Tu as un dĂ©mon.»
Il a dit: «Avant qu’Abraham fĂ»t, JE SUIS.» Voyez, voyez-vous? Il donnait l’air d’avoir cinquante ans selon leurs dires, mais Son–Son travail avait peut-ĂȘtre exercĂ© une grande pression sur Lui. Et Il Ă©tait assis contre le puits, Il a dit: «Apporte-Moi Ă  boire.»
E-61 Eh bien, la femme, sans penser Ă  quoi que ce soit, vous savez, probablement une femme de ce genre-lĂ , elle a dit: «Monsieur, il n’est pas de coutume que Toi, un Juif, Tu me demandes Ă  moi, une Samaritaine, quelque chose, parce que nous n’avons pas de relations.» La sĂ©grĂ©gation. Voyez?
Et Il lui a immĂ©diatement fait comprendre qu’il n’y a point de sĂ©grĂ©gation en Dieu, alors... Et alors, Il lui a parlĂ© et a dit: «Si tu connaissais Celui Ă  qui tu parles, tu M’aurais toi-mĂȘme demandĂ© Ă  boire. Et Je te donnerai une eau qui n’est pas celle que tu viens puiser ici.»
Elle a dit: «Le puits est profond. Et Tu as...»
Que faisait-Il? Eh bien, Il contactait son esprit. Voyez? Eh bien, Il Ă©tait en train de saisi... Or, Il a dit qu’Il fallait qu’Il passĂąt par lĂ . Le PĂšre L’avait envoyĂ©, ainsi Il devait passer par lĂ . Eh bien, voici le sujet–Il ne savait pas ce qu’Il allait faire, parce que Jean 5.19 dit qu’Il ne faisait rien avant que le PĂšre le Lui ait montrĂ©.
E-62 Et maintenant, Il devait dĂ©couvrir ce que cette femme... Peut-ĂȘtre que le PĂšre Lui avait montrĂ© d’aller lĂ -bas, et maintenant Le voici. Il ne sait que faire, mais voici venir une femme. Maintenant, Il doit contacter son esprit. Oh! j’espĂšre que vous voyez cela. Et ainsi, alors Il lui parle, Il engage une conversation.
Et finalement, Il–ils ont commencĂ© Ă  parler des lieux d’adoration, et de leurs diffĂ©rentes tribus ou dĂ©nominations, et ainsi de suite. Et Il a dit: «Oh! le PĂšre cherche ceux qui L’adorent en Esprit et en VĂ©ritĂ©.» Alors finalement, Il a dĂ©couvert ce qu’était son problĂšme. Et Il lui a dit: «Va, cherche ton mari, et viens ici.»
Elle a dit: «Je n’ai point de mari.»
Il a dit: «Tu as dit vrai, car tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis maintenant n’est pas ton mari.» Oh! la la!
Ecoutez. ConsidĂ©rez la diffĂ©rence entre cette femme de mauvaise rĂ©putation et ces sacrificateurs-lĂ . Ces sacrificateurs, lorsque ce signe Ă©tait accompli, ils ont dit: «C’est BĂ©elzĂ©bul, un diseur de bonne aventure.» Mais cette petite femme de mauvaise rĂ©putation a dit: «Seigneur, je vois que Tu es ProphĂšte. Oh! nous, nous les Samaritains, nous savons qu’un Messie vient, Celui qu’on appelle Christ. Et lorsqu’Il sera venu, ceci sera Son signe. C’est ce qu’Il accomplira.»
E-63 Souvenez-vous, Il n’avait jamais accompli cela devant les Gentils, pas mĂȘme une seule fois. Eux n’attendaient pas un Messie. Voici leur jour. Voyez? Eux, les Juifs et les Samaritains, attendaient un Gentil, parce que les Juifs Ă©taient... Ils Ă©taient simplement mi-Juifs, mi-Gentils. C’est ce qu’étaient les Samaritains.
Alors Il a dit... Maintenant, Ă©coutez. Il a dit ceci... «Je vois que Tu es ProphĂšte. Nous savons que lorsque le Messie sera venu, Celui qu’on appelle Christ, ce sera Son signe. Il nous montrera ces choses lorsqu’Il sera venu.»
Et Jésus a dit: «Je Le suis, Moi qui te parle.»
Et elle est entrĂ©e dans la ville, et Ă©coutez son message: «Venez voir un Homme qui m’a dit les choses que j’ai faites. Ne serait-ce point le Messie mĂȘme?» Eh bien, s’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement... N’est-ce pas juste? Et les–les Ecritures dĂ©clarent que les gens... Il n’a plus jamais accompli cela. Les–les Ecritures disent que les gens ont cru en Lui Ă  cause de la dĂ©claration de cette femme, parce qu’ils avaient reconnu que c’était lĂ  le signe du Messie. Et Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. C’est juste. Maintenant, Il est... Elle a vu que c’était le signe du Messie. Les Juifs ont vu que c’était le signe du Messie.
E-64 Eh bien, juste pour insister, nous pouvons prendre environ cinq minutes de plus, et ajouter un autre point: JĂ©sus a dit qu’avant la Venue du Fils de l’homme, il viendrait un jour semblable au temps de Sodome.
Maintenant, souvenez-vous, gardez toujours ceci Ă  l’esprit: Dieu est dans le nombre trois. Vous connaissez Ses–Sa numĂ©rologie. Dieu est parfait en trois–comme PĂšre, Fils et Saint-Esprit, et ainsi de suite. Maintenant remarquez: trois. Eh bien, il y a toujours trois classes de gens, comme Cham, Sem et Japhet. Et, gĂ©nĂ©ralement, il y a trois catĂ©gories de gens qui se rassemblent; ce sont les croyants, les soi-disant croyants et les incroyants; ce sont–ce sont... Vous les trouverez partout. Vous les trouverez. Maintenant, il y a toujours eu un... Ecoutez, JĂ©sus s’était rĂ©fĂ©rĂ© Ă  Sodome, ce qui Ă©tait arrivĂ© lĂ  arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.
E-65 Eh bien, Ă©coutez. Lot Ă©tait un parent, un neveu d’Abraham. Peut-ĂȘtre qu’au courant de cette semaine nous allons Ă©tudier Abraham et certaines de ses oeuvres. Eh bien, nous voyons que Lot s’est retirĂ© et Ă©tait allĂ© dans le monde, Ă  Sodome, pour y vivre, oh! avec–avec les choses du monde. Il Ă©tait devenu le chef de la ville, ou peut-ĂȘtre le maire, ou je ne sais qui... Il Ă©tait un juge, il s’asseyait Ă  la porte [de la ville] et jugeait les gens. Sa femme faisait partie de chaque association qui existait dans la ville. Cependant il avait un peu de Dieu. C’est un type de l’église au temps de la fin, qui est dans le monde, vivant encore dans les choses du monde, l’église naturelle. Ensuite il y avait les gens de Sodome, vous les gens d’ici vous savez ce qu’ils Ă©taient.
E-66 Or, il y avait... Abraham Ă©tait un type de l’Eglise qui est appelĂ©e Ă  sortir: il ne se trouvait pas Ă  Sodome, il Ă©tait lĂ -bas loin dans les terres arides des montagnes, au-dessus des richesses et des soucis du monde. VoilĂ  vos trois catĂ©gories de gens. Abraham, l’appelĂ© Ă  sortir, et le mot Ă©glise signifie «appelĂ© Ă  sortir», Abraham, l’église Ă©lue. Nous savons qu’il y a une Eglise Ă©lue. Nous savons que Dieu a prĂ©destinĂ© l’Eglise. Elle apparaĂźtra devant Lui sans tache ni ride. C’est ce qu’Il a dit. J’espĂšre que j’en suis membre. Et je sais comment en devenir membre: en mourant Ă  vous-mĂȘme et en naissant dedans. C’est tout. Maintenant, mais l’Eglise Ă©lue...
La Bible dit que dans les derniers jours cet antichrist sĂ©duirait mĂȘme les Ă©lus si cela Ă©tait possible. Mais ce n’est pas possible. Voyez? «Si cela Ă©tait possible.» Maintenant, remarquez. Il y avait les gens de Sodome, il y avait Lot, le croyant tiĂšde; et ici on a Abraham se tenant lĂ  dehors sur ces terres arides.
E-67 Or, un jour, trois Visiteurs apparurent, ayant l’apparence des hommes. Leurs vĂȘtements Ă©taient recouverts de poussiĂšre. Ils se sont assis avec Abraham, et Abraham est allĂ© et a tuĂ© un veau et il a pris du pain de maĂŻs, du lait, des cĂŽtelettes de veau et il est sorti et en a donnĂ© Ă  manger Ă  ces Etres angĂ©liques. Et Ils ont mangĂ©. Remarquez. Ils Ă©taient lĂ . Et deux d’entre Eux sont descendus Ă  Sodome pour prĂȘcher Ă  Sodome. Et Celui qui Ă©tait restĂ© derriĂšre s’entretenait avec Abraham.
Eh bien, considĂ©rons tout simplement–considĂ©rons notre temps. Eh bien, n’est-ce pas Ă©trange que l’église naturelle, lĂ  dans le–le monde dĂ©nominationnel, ils ont un grand rĂ©veil, deux grands ministres? N’est-ce pas Ă©trange qu’A-b-e-r-h-a-m et G-r-a-h-a-m ne soient jamais allĂ©s auparavant dans le monde entier? Ensuite nous avons eu un frĂšre Oral Roberts, un autre grand homme. Et, souvenez-vous, alors que G-r... Ou plutĂŽt ces Anges Ă©taient descendus Ă  Sodome, ils n’ont accompli aucun miracle, si ce n’est de frapper les gens d’aveuglement un soir. Et la prĂ©dication de l’Evangile frappe l’incroyant d’aveuglement. Il est aveuglĂ© par la Parole.
E-68 Maintenant suivons attentivement Celui qui a prĂȘchĂ© Ă  l’Eglise Ă©lue. Suivons. Environ un ou deux jours avant cela, le nom d’Abraham a Ă©tĂ© changĂ© d’Abram en Abraham, et de SaraĂŻ (S-a-r-a-ĂŻ) en (S-a-r-a) Sara, princesse. Et lorsque... Cet Homme qui Ă©tait restĂ© avec Abraham avait le dos tournĂ© Ă  la tente, et Il a dit: «Abraham, oĂč est ta femme, Sara (S-a-r-a-ĂŻ)?» C’est Sara, princesse. Comment a-t-Il su que Lui–que Dieu avait changĂ© son nom un ou deux jours plus tĂŽt d’Abram en Abraham, et celui de sa femme de SaraĂŻ en Sara? Voyez? Suivez attentivement maintenant. Comment a-t-Il su qu’il Ă©tait mĂȘme mariĂ©? Et comment a-t-Il donc su qu’il avait une femme? En ce temps-lĂ  les femmes ne se prĂ©cipitaient pas dehors comme aujourd’hui pour prendre la place des hommes. Elles restaient Ă  la cuisine, oĂč Ă©tait leur place. Mais en ce temps-lĂ ... Cela a changĂ© depuis lors, cela a beaucoup changĂ©, et alors...
E-69 Ensuite, nous voyons qu’elle se trouvait dans la tente derriĂšre. Il a dit: «OĂč est Sara, ta femme?»
Et, souvenez-vous, Abraham particuliÚrement a donc dit: «Elle se trouve dans la tente derriÚre Toi.»
Et Il a dit: «Abraham, Je vais te visiter,» ce «Je» est un pronom personnel, qui montre qui Il était, juste là. «Je vais te visiter au temps de la vie.»
Eh bien, nous sommes dans une assemblĂ©e mixte. Vous Ă©coutez votre mĂ©decin; moi, je suis votre frĂšre. Eh bien, ils Ă©taient vieux. Abraham avait cent ans, et Sara en avait quatre-vingt-dix. Eh bien, ils ne vivaient plus comme mari et femme depuis peut-ĂȘtre dix, quinze, ou vingt ans. Ils n’avaient plus de relations intimes comme mari et femme.
E-70 Et Sara a ricanĂ©, c’est comme nous le disons ici au Kentucky. Vous appelez cela ici «sourire», ou je ne sais quoi. Elle a ri sous cape, je pense que c’est cela l’expression. «Moi (Eh bien, pas Ă  haute voix), moi, a-t-elle dit, une vieille femme, et mon seigneur (C’était Abraham, son mari) est aussi vieux, et aurons-nous encore du plaisir?» comme des jeunes gens, vous savez. «Moi, une vieille femme comme ceci, et lui un vieillard comme cela?» Et l’Ange, qui avait le dos tournĂ© Ă  la tente, a dit: «Pourquoi Sara a-t-elle ri?» Il parlait de...?... Quel genre de tĂ©lĂ©pathie que ça? Ecoutez. Dieu aurait ĂŽtĂ© la vie Ă  Sara lĂ  mĂȘme, mais Il ne le pouvait pas. Elle Ă©tait une partie d’Abraham. Et il en est de mĂȘme de l’Eglise aujourd’hui. Voyez, avec toute notre incrĂ©dulitĂ© et tout le reste, Il nous retrancherait de la terre. Mais Il ne le peut pas; nous sommes une partie de Christ. Vous voyez? Ainsi Il nous pardonne nos pĂ©chĂ©s. Voyez? Il aurait pu lui ĂŽter la vie. Nous entrerons dans ces choses un peu plus profondĂ©ment plus tard, parce que notre temps presse. Mais suivez.
E-71 Maintenant, JĂ©sus a dit... Eh bien, vous avez dit: «Qui Ă©tait cet homme-lĂ ? Qui Ă©tait-il?» Abraham devait le savoir. Abraham L’a appelĂ© Elohim (Est-ce juste?), «Celui qui existe par Lui-mĂȘme.» Dieu Lui-mĂȘme fait chair. Et cela montrait que Dieu, dans les derniers jours...
Il a dit: «Ce qui arriva du temps de Lot arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme,» car Dieu Lui-mĂȘme, sous la forme du Saint-Esprit, serait ainsi dans Son Eglise, Il remplirait Son Eglise, au point qu’Il agirait et accomplirait des oeuvres dans l’Eglise: Dieu dans la chair humaine (Voyez?), accomplissant la mĂȘme chose.
E-72 Or, si les Juifs ainsi que les Samaritains avaient eu ce signe du Messie Ă  la fin de leur temps, parce qu’ils attendaient... Nous, nous avons eu deux mille ans de prĂ©dication, de thĂ©ologie, cela n’a jamais Ă©tĂ© manifestĂ© dans l’Eglise auparavant. Et maintenant, nous voici dans les derniers jours, Ă  la fin de temps, avec la promesse de Christ et des centaines d’autres promesses sur ces choses qui s’accompliraient, si donc nous voulons simplement Le voir et dĂ©sirons connaĂźtre qui Il est, Il doit ĂȘtre le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. C’est juste. Il doit ĂȘtre le mĂȘme, JĂ©sus a promis la mĂȘme chose.
Et «Messieurs, nous voudrions voir Jésus.» Comment allez-vous Le reconnaßtre?
E-73 Si je parcourais Santa Maria ce soir et que je rencontrais un homme qui est habillĂ© comme Lui l’était, portant des sandales et peut-ĂȘtre une robe, avec des cicatrices sur tout son visage comme ceci, et des empreintes de clous dans ses mains, ça pourrait ĂȘtre le plus grand hypocrite qui existe dans ce pays. N’importe qui peut imiter cela. Certainement. Mais comment reconnaĂźt-on un arbre? A quoi, a dit JĂ©sus, on le reconnaĂźtrait? A ses fruits. Maintenant, vous les gens qui plantez des agrumes par ici, eh bien, qu’en serait-il si vous preniez un... Si vous retirez toute la vie d’un oranger et que vous mettiez cela dans un... Et si vous retirez toute la vie d’un pamplemoussier et que vous mettiez la vie de l’oranger dans le pamplemoussier, qu’est-ce que cela produira? Des oranges. AssurĂ©ment. C’est la vie qui se trouve Ă  l’intĂ©rieur qui produit le fruit. Est-ce juste? Eh bien, je ne parle pas de greffage maintenant. Je parle de retirer la vie. C’est ça le problĂšme aujourd’hui. On a trop de greffage, et les gens ne meurent pas suffisamment, et la vie n’a pas Ă©tĂ© ĂŽtĂ©e. Et il n’y a pas de naissance avec la nouvelle Vie. VoilĂ  le problĂšme.
E-74 Mais lorsque la nouvelle Vie... Si vous retirez la–la vie d’une citrouille et que vous la placiez dans une vigne, et que vous retiriez la vie de la vigne, cette vigne portera des citrouilles, parce que c’est ça la vie qui est Ă  l’intĂ©rieur. AssurĂ©ment. C’est de la vie qui est Ă  l’intĂ©rieur qu’il s’agit. C’est la vie qui se trouve dans l’église qui produit les fruits. Voyez?
Maintenant Sa Vie dans ces derniers jours est dans Son Eglise, et JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Nous croyons cela, n’est-ce pas? Or, s’Il est venu sous cette forme pour apparaĂźtre ici Ă  l’Eglise des Gentils qui attend Sa Venue...
Maintenant, s’Il laisse l’Eglise entrer directement sur la seule base de la thĂ©ologie, alors Il avait accompli quelque chose pour les Juifs et les Samaritains qui ferait de Lui quelqu’un de diffĂ©rent aujourd’hui. Il–Il a–Il ne nous a pas visitĂ©s comme cela. Il ne peut pas le faire. Voyez, Sa premiĂšre dĂ©cision, la maniĂšre dont Il s’est rĂ©vĂ©lĂ©, c’est de cette maniĂšre qu’Il le fera la deuxiĂšme fois, c’est de cette maniĂšre qu’Il le fera la troisiĂšme fois, car Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. C’est juste. Croyez-vous cela?
E-75 Maintenant, je pourrais parler toute la nuit. Il est déjà temps pour que je termine, nous allons en parler au cours des autres soirées.
Sondez ces Ecritures lorsque vous rentrerez chez vous. Voyez si Dieu a promis cela. Voyez s’il en est ainsi. Montrez-moi une quelconque maniĂšre dont Il s’est fait connaĂźtre qui soit diffĂ©rente de cette maniĂšre-lĂ ; en effet, la Bible avait dĂ©clarĂ© qu’Il serait un ProphĂšte.
Eh bien, je crois qu’aujourd’hui le Saint-Esprit est venu sur l’Eglise. Je crois qu’Il est venu pour restaurer tout ce que le gazam, le hasil et tous les autres ont dĂ©vorĂ© tout au long de ces Ăąges des tĂ©nĂšbres. Et maintenant, cela a Ă©tĂ© reconstituĂ© jusqu’à ce que cela est parvenu ici au temps de la tĂȘte maintenant, car les LumiĂšres du soir c’est la promesse qui a Ă©tĂ© faite par le prophĂšte, selon laquelle il y aura la lumiĂšre au temps du soir
E-76 La civilisation a voyagĂ© dans le mĂȘme sens que le soleil. Le Soleil s’est levĂ© Ă  l’est, et le mĂȘme soleil (s-o-l-e-i-l) qui se lĂšve Ă  l’est est le mĂȘme s-o-l-e-i-l qui se couche Ă  l’ouest. Nous avons eu un jour sombre, comme le dit la Bible, qui n’est appelĂ© ni jour ni nuit–oĂč on a eu juste de quoi adhĂ©rer Ă  l’église, et faire du bien et ainsi de suite. Mais il y aura la LumiĂšre au temps du soir. Et le mĂȘme F-i-l-s, Fils de Dieu, qui s’est levĂ© lĂ -bas Ă  l’est, chez le peuple de l’Orient, qui a manifestĂ© Ses bĂ©nĂ©dictions et Sa puissance... Ç’a Ă©tĂ© un jour sombre, mais maintenant sur la cĂŽte ouest... Si nous allons plus loin, nous retournons de nouveau en Chine, Ă  l’est, nous retournons aux pays de l’est.
Maintenant, nous sommes sur la cĂŽte ouest, et le F-i-l-s apparaĂźt avant Sa Venue. Souvenez-vous, l’apparition et la venue sont deux mots diffĂ©rents. Voyez-vous? Il apparaĂźt maintenant dans l’Eglise, montrant qu’Il est vivant aprĂšs deux mille ans. «Messieurs, nous voudrions voir JĂ©sus.»
E-77 Maintenant, si vous les croyants... Combien de croyants y a-t-il ici? Si... Je ne peux pas faire cela. Je ne pourrais pas L’apporter. Il faut nous tous ensemble pour le faire. Moi, je suis juste une partie de Lui; et vous, vous ĂȘtes une partie de Lui. Mais si vous ĂȘtes malade et dans le besoin, moi je suis votre frĂšre. Et eux... Dieu a placĂ© dans l’Eglise... Or, il y a neuf dons spirituels qui opĂšrent dans chaque corps local; il s’agit des langues, de l’interprĂ©tation des langues, des prophĂ©ties et ainsi de suite. Mais il y a cinq offices prĂ©destinĂ©s dans l’Eglise: les apĂŽtres, les prophĂštes, les docteurs, les pasteurs et les Ă©vangĂ©listes. C’est ce que Dieu a placĂ© dans l’Eglise. Le Saint-Esprit... Ça c’est un office.
Le Saint-Esprit pourrait descendre sur une seule personne ce soir et parler en langues, et descendre sur une autre personne pour donner la prophĂ©tie, et–et ainsi de suite. Et ensuite, le soir suivant, il pourrait descendre sur quelqu’un d’autre, puis sur quelqu’un d’autre, comme cela. Il s’agit lĂ  des dons dans le corps local pour nous garder en ordre. Mais il y a seulement dans l’Eglise cinq offices: les apĂŽtres (ce qui veut dire les missionnaires), les apĂŽtres, les prophĂštes, les docteurs, les pasteurs et les Ă©vangĂ©listes, ce sont lĂ  les dons que Dieu place dans l’Eglise.
Maintenant, croyons de tout notre coeur qu’au travers de ces dons qui sont Ă  l’oeuvre, le Grand Dieu du Ciel enverra Christ parmi nous ce soir, et que nous verrons JĂ©sus. Prions maintenant alors que nous inclinons la tĂȘte.
E-78 TrĂšs Bienveillant PĂšre, Toi auprĂšs de qui nous sommes venus pour demeurer dans Ta tente, pour vivre ici dans la grande Ă©conomie de Dieu sur terre, pour ĂȘtre conduits ici comme au Ciel, que le Royaume de Dieu vienne et que la volontĂ© de Dieu soit faite parmi nous ce soir. Accorde-le, PĂšre. Et... Juste quelques Paroles venant de Toi, ou une seule Parole venant de Toi aprĂšs que j’ai citĂ© tant de Tes promesses ce soir... Mais les gens sont simplement dans l’attente de Te voir confirmer cela. Ta Parole va–va confirmer cela, PĂšre. Eh bien, mes paroles, je ne peux dire que ce que Toi, Tu as dit. Et maintenant, si Tu veux tout simplement dire que c’est la VĂ©ritĂ©, Seigneur, en confirmant la Parole, alors nous sortirons d’ici ce soir juste comme ceux qui revenaient d’EmmaĂŒs (comme nous l’avons demandĂ© dans notre priĂšre du dĂ©but), disant: «Nos coeurs ne brĂ»laient-ils pas au-dedans de nous?»
E-79 Maintenant, PĂšre, je prie alors que nous sommes rassemblĂ©s, que dans les quelques prochaines minutes Tu veuilles accomplir parmi nous ce soir les mĂȘmes oeuvres que Tu avais accomplies il y a deux mille ans, avant Ta crucifixion, lorsque Tu Ă©tais sur terre. Alors nous reconnaĂźtrons que Tu es le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, et nous reconnaĂźtrons qu’il n’y a aucune puissance, aucune Ă©poque, aucun Ăąge ni rien qui pourrait donc tuer notre Christ ressuscitĂ©. Il est vivant Ă©ternellement, et Il tient les clĂ©s de la mort et du sĂ©jour des morts, et Il dĂ©verse les eaux de la Vie gratuitement, afin que quiconque veut vienne et boive. Accorde-le, PĂšre.
Pardonne nos pĂ©chĂ©s maintenant, et mets-nous en sĂ©curitĂ© Ă  Ton cĂŽtĂ©, pour ainsi dire. Cache-nous dans Ta PrĂ©sence, et donne-nous ces choses dont nous avons parlĂ© ce soir comme confirmation de Ta propre Parole. Nous demandons cela au Nom de JĂ©sus-Christ pour la gloire de Dieu, et pour l’édification de Son Eglise, et de ceux qui sĂ©journent aux alentours de cette ville. Au Nom de JĂ©sus, nous prions. Amen.
E-80 Maintenant, s’il vous plaĂźt... Billy, as-tu distribuĂ© quelques cartes? Eh bien, chaque jour... Je pense qu’ils–FrĂšre Borders nous a expliquĂ© ce que nous avons–la maniĂšre dont nous procĂ©dons. Nous venons chaque jour et nous distribuons les cartes de priĂšre, si vous en voulez. Le jeune homme se tient ici devant vous; il mĂ©lange ces cartes de priĂšre et les donne Ă  tout celui qui en veut. Et ensuite, Ă  partir de lĂ , personne ne sait Ă  partir d’oĂč nous allons appeler. Parce que dans de petites rĂ©unions comme ceci, ça ne change probablement rien.
Mais lorsqu’on tient de grandes rĂ©unions, alors les gens se prĂ©cipitent, se bousculent, et tout comme cela; nous ne voulons pas de cela. Ce n’est pas une... Bien que cela ressemble Ă  une arĂšne, mais en ce moment c’est consacrĂ© au Royaume de Dieu. C’est une Ă©glise. Et nous sommes–nous sommes ici pour avoir du respect et de l’ordre. Et nous attendons la venue du Seigneur JĂ©sus et Sa PrĂ©sence parmi nous, et nous devons ĂȘtre respectueux.
Maintenant, je ne veux pas dire qu’on ne doit pas louer le Seigneur. Je crois que (oh! la la!) «s’ils se taisent, les pierres se mettront immĂ©diatement Ă  crier.» Vous voyez? Ils... Je crois dans le fait d’adorer le Seigneur. Mais nous devons venir devant Lui avec rĂ©vĂ©rence, dans Sa PrĂ©sence.
E-81 Maintenant, je crois... Etait-ce de 1 Ă  100 ou...? Il a dit qu’il n’y avait pas beaucoup de gens ici Ă  qui il pouvait distribuer des cartes de priĂšre, alors nous allons juste appeler nos cartes pendant une minute, et puis nous... Etant donnĂ© que les gens ont reçu les cartes de priĂšre... Et nous allons les mettre de cĂŽtĂ©, ensuite nous pourrons...
Ces choses ne se produisent pas seulement dans des rĂ©unions comme celle-ci. Il y a des gens assis ici qui vont avec moi dans des rĂ©unions. Oh! la la! Chez moi des choses sont annoncĂ©es... Des milliers et des dizaines des milliers de choses sont annoncĂ©es, et pas une seule fois cela n’a failli. Cela ne faillira jamais, cela ne peut faillir. Aussi longtemps que c’est Dieu, cela ne peut faillir.
E-82 Appelons... Qui a la carte de priĂšre numĂ©ro 1, voyons oĂč cela se trouve. Ils peuvent... Carte de priĂšre numĂ©ro 1? NumĂ©ro 2, carte de priĂšre numĂ©ro 2? Eh bien, il se pourrait que ça soit un sourd, quelqu’un qui parle espagnol. Qui parle espagnol? 2? TrĂšs bien. 1, 2, venez juste ici.
Formons juste une toute petite ligne par ici, juste pour quelques minutes. Formons juste une petite ligne de priĂšre. 1, 2. Levez la main lorsque j’appelle votre numĂ©ro. 2, 3? Qui a 3, carte de priĂšre numĂ©ro 3? Par ici? Venez ici.
Si vous ne pouvez pas vous tenir debout maintenant, nous allons vous transporter. NumĂ©ro 3, numĂ©ro 4? Qui a le numĂ©ro 4? 1, 2, 3, 4. 1, 2, 3, 4. TrĂšs bien, 5. Qui a le 5? TrĂšs bien, monsieur. NumĂ©ro 6, numĂ©ro 7. NumĂ©ro 7, je–je n’ai pas vu cela. Je suis dĂ©solĂ©. NumĂ©ro 7, c’est oĂč? Juste par lĂ .
Eh bien, Ă©coutez trĂšs attentivement maintenant, alors nous... Voyez, quelquefois, lorsque les gens quittent la rĂ©union, ils disent: «FrĂšre Branham, je...» Ils m’écrivent une lettre, disant: «J’étais sourd. Personne ne m’en a parlĂ©. Mon numĂ©ro a Ă©tĂ© appelĂ©, et je ne me suis pas tenu debout.»
Vous n’avez pas besoin de vous tenir debout ici. Vous devez avoir la foi. Mais quelquefois quelqu’un a fait quelque chose dans sa vie qui a fait que... Eh bien, si vous avez peur que votre pĂ©chĂ© soit dĂ©noncĂ©, vous ferez mieux de rester hors de la ligne de priĂšre. Voyez-vous?
E-83 Maintenant, donc 7, 8, 9. 8, qui a 8? Carte de priĂšre 8? TrĂšs bien, cette dame-ci. 9, qui a 9? Carte de priĂšre numĂ©ro 9? Comment dites-vous cela en espagnol...?... 9? 10? Peut-ĂȘtre quelqu’un a cela et est rentrĂ© chez lui. 10? Non. Avez-vous reçu le 10, madame? 11? 11?
Dites donc, Ă©coutez mon ami. Lorsque vous venez chercher une carte, ne prenez pas la carte si vous n’allez pas l’utiliser. Laissez quelqu’un d’autre qui en a besoin prendre la carte (Vous voyez?), afin qu’il puisse entrer dans la ligne de priĂšre. ArrĂȘtons-nous lĂ  juste une minute. Nous allons prier juste pour ces gens-ci.
E-84 Maintenant, combien parmi vous qui ĂȘtes ici n’ont pas de carte de priĂšre, et aimeraient que Dieu les guĂ©risse? Levez simplement votre main. TrĂšs bien. On dirait que c’est pratiquement partout, jusque lĂ  au fond.
Maintenant, Ă©coutez. Il y avait une fois une petite femme; elle ne... Elle n’avait pas de carte de priĂšre, mais elle croyait en Lui. Et elle s’est dit: «Si seulement je peux toucher le bord de Son vĂȘtement, je serai guĂ©rie.» Est-ce vrai? Eh bien, alors, elle L’a touchĂ©.
Maintenant, souvenez-vous, Il ignorait ce qu’était son problĂšme, mais Il a dit: «Qui M’a touchĂ©? Qui M’a touchĂ©?»
Et Pierre L’a repris, disant: «‘Qui M’a touchĂ©?’ Eh bien, c’est tout le monde qui Te touche.»
Il a dit: «Mais J’ai connu qu’une vertu...» C’est la force. «Je me suis affaibli.» Il a dit: «Une vertu est sortie de Moi. Qui M’a touchĂ©?»
Et finalement, Il a parcouru l’assistance du regard jusqu’à ce qu’Il a repĂ©rĂ© la petite femme qui L’avait touchĂ©. Il se peut qu’elle se tenait lĂ  au fond ou par ici. Il lui a parlĂ© de sa perte de sang et lui a dit que sa foi l’avait sauvĂ©e. Combien connaissent cette histoire? TrĂšs bien. Bon. Suivez attentivement maintenant. ConsidĂ©rez cela dans les Ecritures.
E-85 S’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, alors la Bible dit... Ces ecclĂ©siastiques, vos pasteurs ici prĂ©sents vont... La Bible ne dit-Elle pas qu’Il est maintenant mĂȘme le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s? Est-ce vrai? Alors comment devrait-Il agir? S’Il est le mĂȘme Souverain Sacrificateur, Il devrait agir de la mĂȘme maniĂšre. Est-ce vrai? Maintenant, combien croient cela? Il devrait agir de la mĂȘme maniĂšre. Alors touchez-Le par le sentiment de vos infirmitĂ©s.
Dites: «Je... Seigneur, je crois en Toi, et je veux que Tu me–me guĂ©risses. Je sais que cet homme qui se tient lĂ  ne me connaĂźt pas, mais laisse-moi toucher Ton vĂȘtement. Ô Dieu notre PĂšre, aie pitiĂ© de moi. Maintenant, cet homme m’a dit que Tu es le mĂȘme, et que Tu es l’Esprit qui se trouve ici, Celui que nous ne voyons pas. Mais je crois que je suis un croyant, et je T’aime, et laisse-moi toucher Ton vĂȘtement. Alors rĂ©ponds-nous par notre frĂšre comme Tu avais parlĂ© au travers de Ton Fils. Et–et ensuite je–je... Cela va... cela confirmera la chose pour moi, que Tu es le mĂȘme Seigneur JĂ©sus.»
Maintenant, ne serait-ce pas doux s’Il faisait cela? Maintenant, croyez cela, et voyez s’Il ne le fera pas. Croyez cela tout simplement.
E-86 Maintenant, le premier homme qui s’avance... Voici un homme, eh bien, c’est un homme probablement plus jeune que moi. Je ne le connais pas, je ne l’ai jamais vu de ma vie. C’est juste un homme. Je pense que nous sommes inconnus l’un à l’autre. Et maintenant, afin que cette assistance sache que nous sommes inconnus l’un à l’autre, alors nous allons simplement tenir notre... Levez simplement la main, afin que les gens voient que nous sommes inconnus l’un à l’autre.
Maintenant, je ne l’ai jamais vu pour autant que je sache. Peut-ĂȘtre qu’il m’a dĂ©jĂ  vu quelque part dans les rĂ©unions. S’il a dĂ©jĂ  assistĂ© Ă  d’autres rĂ©unions, ou quelque chose du genre, il se pourrait qu’il m’ait dĂ©jĂ  vu. Mais quant Ă  dire que moi, je le connais, non. Je ne sais rien de ce qui le concerne. Mais Dieu le connaĂźt. Maintenant, voici deux personnes qui se rencontrent pour la premiĂšre fois dans leur vie.
E-87 Et maintenant, si cet homme est malade, tout ce que je pourrais faire pour l’aider, je–je le ferais sĂ»rement. J’allais–je l’aiderais. Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour l’aider. Et si je pouvais le guĂ©rir, je le ferais certainement sans tarder. Mais la guĂ©rison ne se trouve pas en moi. La guĂ©rison, c’est quelque chose qui a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© accompli. «Par Ses meurtrissures nous avons Ă©tĂ© guĂ©ris.» Chaque pĂ©chĂ© a Ă©tĂ© pardonnĂ© lorsque JĂ©sus est mort Ă  la croix. Chaque pĂ©cheur a Ă©tĂ© pardonnĂ©. Si ce n’était pas le cas, Dieu dĂ©truirait le monde en ce moment. C’est le Sang de JĂ©sus-Christ qui agit comme un pare-chocs, qui retient encore le monde maintenant mĂȘme. Mais un jour ce Sang-lĂ  sera ĂŽtĂ©.
Et Ă  ce moment-lĂ , si vous mourez dans vos pĂ©chĂ©s et que vous n’acceptiez pas ce pardon, vous vous tiendrez devant Dieu comme un pĂ©cheur. Vous voyez? Mais pour ce qui est de vos pĂ©chĂ©s, ils vous sont dĂ©jĂ  pardonnĂ©s; mais il vous faut l’accepter. Et la guĂ©rison a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© accomplie. «Par Ses meurtrissures,» Pierre a dit: «Nous avons Ă©tĂ© (au temps passĂ©) guĂ©ris.» Maintenant, vous devez accepter votre guĂ©rison.
E-88 Maintenant, votre pasteur vous en parle. FrĂšre Roberts passe et prie, et il impose les mains aux gens, et ainsi de suite comme cela. C’est la confirmation. Maintenant, dire Ă  cet homme ici... Si je disais: «Monsieur, quel est votre problĂšme?» Il pourrait probablement me le dire, et peut-ĂȘtre qu’il n’est pas ici pour lui-mĂȘme; peut-ĂȘtre qu’il se tient ici pour quelqu’un d’autre. Peut-ĂȘtre qu’il est–peut-ĂȘtre qu’il a des problĂšmes financiers; peut-ĂȘtre qu’il s’agit des problĂšmes de mĂ©nage; peut-ĂȘtre qu’il a fait quelque chose dans sa vie qui le retient. Je ne sais pas. Il se tient simplement lĂ . C’est un homme.
Mais le Saint-Esprit connaĂźt tout ce qui le concerne. Et si le Saint-Esprit peut lui dire ce qui a Ă©tĂ© (Il saura si c’est vrai ou non), certainement qu’Il peut lui dire ce qui sera. S’Il peut lui dire ce qui a Ă©tĂ©, il saura si c’est vrai ou pas. Alors il saura que la promesse qu’Il fera s’accomplira parfaitement. Il doit simplement en ĂȘtre ainsi. Croyez-vous cela?
E-89 Maintenant, que le Seigneur vous accorde votre requĂȘte: JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. «Messieurs, nous voudrions voir JĂ©sus.» Que notre aimable Seigneur, qui est ici sous la forme du Saint-Esprit (je crois qu’Il est sur cet homme, sur moi) par votre propre foi dans un don divin envoyĂ© par Dieu, accorde la requĂȘte. Je crois que ça se fera. Je ne vous connais pas, je ne sais rien Ă  votre sujet, nous sommes de parfaits inconnus; mais si le Seigneur me dit le motif de votre prĂ©sence ici, ou quelque chose Ă  votre sujet...
Maintenant, si vous dites... Qu’en serait-il... Quelqu’un lĂ -bas dira: «Qu’est-ce qu’il fait maintenant?» C’est exactement ce que JĂ©sus avait fait Ă  la femme au puits. Le PĂšre M’a envoyĂ© Ă  Santa Maria. Maintenant, je suis lĂ . J’ignore pourquoi. Mais voici la premiĂšre personne qui s’avance devant moi, je lui parle donc comme Il l’avait fait Ă  la femme au puits. C’est pour contacter son esprit. Vous direz: «Eh bien, qu’est-ce qui se passe?» Eh bien, attendez un instant. Mettons cette chose au clair maintenant. J’ai senti quelque chose venir de lĂ  dehors et entrer. Voyez?
E-90 Ecoutez. «Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair, et Elle a habitĂ© parmi nous.» Est-ce vrai? HĂ©breux 4 dit: «La Parole de Dieu est plus tranchante, plus efficace qu’une Ă©pĂ©e aiguĂ« Ă  deux tranchants, Elle est pĂ©nĂ©trante jusqu’à partager moelle et os; Elle discerne les sentiments et les pensĂ©es du coeur.» Est-ce juste? La Parole de Dieu... «Si vous demeurez en Moi, et que Mes Paroles demeurent en vous...» Voyez-vous ce que je veux dire? C’est la Parole faite chair parmi nous (Voyez?), la Parole. Et cette Parole qui Ă©tait lĂ -bas, qui ne peut pas changer, est la mĂȘme Parole ce soir, qui dĂ©clare le mĂȘme Messie (pas moi, mais Lui), le mĂȘme Messie. Je crois que cet homme croit cela.
E-91 Je vais me tenir un peu plus prĂšs du micro, parce que, des fois quand les visions viennent, je ne sais pas ce que je dis. C’est juste dans une autre dimension. Vous voyez? M’entendez-vous trĂšs bien, tout le monde? Maintenant, je ne sais pas s’Il le lui dira ou non, mais je crois qu’Il le fera. Maintenant, si j’avais le pouvoir de vous guĂ©rir, je le ferais. Mais je vous dĂ©clare seulement que vous ĂȘtes dĂ©jĂ  guĂ©ri si vous avez besoin de la guĂ©rison ou peu importe ce qui cloche.
E-92 Mais croyez-vous que je suis Son serviteur? Eh bien, c’est ce qu’Il m’a demandĂ©, cet Ange qui... Voyez-vous cette photo de la Colonne de Feu? Ils ont cela ici maintenant. Voyez? Voyez-vous cette photo? Avez-vous dĂ©jĂ  vu Cela sur cette photo-lĂ ? Cela se trouve juste entre moi et vous maintenant mĂȘme. Vous souffrez de l’estomac, vous avez subi une opĂ©ration... C’est vrai, n’est-ce pas? Vous croyez? Bon. «Nous voudrions voir JĂ©sus.»
Eh bien, je ne peux pas vous dire maintenant mĂȘme ce qu’Il a dit. Ce n’était pas moi. Je ne sais rien de cet homme. Peu importe ce que c’est, je trouverais cela sur l’enregistreur. J’ignore complĂštement ce que je lui ai dit. C’était dans une autre dimension. J’ai vu quelque chose se produire, mais je–je ne pourrais pas vous dire maintenant ce que c’était. Voyez? C’était Lui.
E-93 Pourquoi est-ce qu’au dĂ©but des rĂ©unions, vous trouvez toujours des gens qui disent: «Il a devinĂ© cela.»? Je n’ai pas devinĂ© cela. On ne peut pas deviner de telles choses qui sont parfaites des millions de fois. Tenez, si vous pensez que j’ai devinĂ© cela, attendez une minute. Regardez-moi de nouveau, monsieur. Laissez-moi voir juste un instant. Oui, oui. Vous avez eu la gastrite, une opĂ©ration. C’est–c’est vrai. C’est vrai. Vous n’ĂȘtes pas d’ici. Vous venez de Bakersfield. C’est vrai. C’est votre femme qui est assise lĂ . Elle est aussi malade, elle veut que l’on prie pour elle. Croyez-vous que Dieu peut me dire son problĂšme? Une maladie de la vessie. C’est vrai? Levez la main si c’est vrai. TrĂšs bien. Monsieur Ackley, vous pouvez rentrer chez vous. Portez-vous tous bien. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit. Croyez de tout votre coeur.
E-94 Vous direz: «Comment connaissez-vous son nom?» Eh bien, c’est le mĂȘme Messie. Ne Le voyez-vous pas? Ce n’est pas moi; c’est Lui. Croyez-vous maintenant? Maintenant, si vous voulez dire: «Gloire Ă  Dieu!», vous pouvez le dire. Dites: «Gloire Ă  Dieu!» Or, Dieu est un objet d’adoration. Nous devons croire de tout notre coeur.
Bonsoir, madame. Je vous suis inconnu, je ne vous connais pas du tout. Mais Dieu vous connaĂźt. Croyez-vous que si Dieu peut me dire votre problĂšme ou quelque chose qui est sur votre coeur, croyez-vous que vous vous rĂ©tablirez? Le croyez-vous? Vous ĂȘtes sĂ©rieusement, madame, [vous ĂȘtes] vraiment recouverte par l’ombre de la mort (Voyez-vous?), une ombre noire: vous aviez le cancer, vous avez subi une opĂ©ration, la gastrite, vous ĂȘtes dans un trĂšs mauvais Ă©tat. C’est vrai. Si vous voulez croire Dieu de tout votre coeur, c’est la seule occasion, la seule chose que vous devez faire pour ĂȘtre guĂ©rie.
E-95 Des lĂ©preux Ă©taient assis Ă  la porte un soir, et ils ont dit: «Si nous entrons dans la ville, la mort y est, parce que les gens sont en train de manger leurs enfants mutuellement.» Les Syriens les avaient assiĂ©gĂ©s. «Si nous restons ici, nous mourrons. Mais si nous descendons au camp de l’ennemi, ils pourront peut-ĂȘtre nous Ă©pargner.» Voyez-vous?
Mais je vois cette ombre noire sur vous. Maintenant, il ne vous est pas demandĂ© de descendre au camp de l’ennemi; vous ĂȘtes invitĂ©e et attendue à–au TrĂŽne du Bienveillant PĂšre. Croirez-vous en Lui? Venez ici juste un instant. Laissez-moi tenir votre main. PĂšre cĂ©leste, pendant que le Saint-Esprit se trouve ici, ce dĂ©mon qui est en train de tuer cette femme... Il ne lui reste que peu de temps Ă  vivre. Que la puissance du Dieu Tout-Puissant maudisse cet ennemi, et qu’elle vive. Pour l’amour du Royaume de Dieu, je le demande au Nom de JĂ©sus. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse. Maintenant ne doutez pas. Partez, en croyant.
Maintenant, vous devez simplement avoir la foi pour croire. «Si tu crois, tout est possible.»
E-96 Bonsoir, croyez-vous de tout votre coeur? Eh bien, vous savez que je ne vous connais pas. Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre, mais Dieu vous connaĂźt bien. Vous n’ĂȘtes pas ici pour vous-mĂȘme. Vous ĂȘtes ici pour quelqu’un d’autre, pour deux personnes. L’un se trouve ici en Californie, et l’autre est dans Arkansas. Croyez de tout votre coeur: l’un d’eux a un oeil... l’autre...?... maladie... Croyez de tout votre coeur, et ils vont tous les deux se rĂ©tablir. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse. Ayez la foi.
Croyez-vous? Ne doutez simplement pas. Cela vous a frappĂ©e, n’est-ce pas, soeur? SpĂ©cialement lorsque j’ai dit «cancer». Ne craignez rien. Vous L’avez touchĂ©. Qui a-t-elle touchĂ©? La petite dame lĂ -bas souffre du cancer de la peau. Cela revient continuellement sur elle. Si c’est vrai, levez la main. Vous croyez. Que Dieu vous bĂ©nisse. Que cette chose soit maudite. Si vous avez suffisamment de foi pour toucher le bord de Son vĂȘtement de sorte qu’Il puisse vous rĂ©pondre au travers de moi et me dire ce dont vous parliez, alors ayez la foi. Croyez-vous? Ayez foi en Dieu.
E-97 «Messieurs, nous voudrions voir JĂ©sus.» C’est Lui, cette Personne merveilleuse qui vous a sauvĂ© ici. Le voici juste ici dans ces derniers jours, juste avant que l’Eglise ne soit enlevĂ©e, Il est juste ici confirmant Lui-mĂȘme qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Pensez-y tout simplement. Ce qu’Il a dĂ©jĂ  accompli, ce qu’Il a dĂ©jĂ  accompli c’est beaucoup plus que ce qu’Il avait accompli depuis tout lĂ -bas autrefois dans l’Eglise primitive. Pensez-y. C’est exactement ce que les Ecritures avaient promis. Parce qu’Il ne pourrait pas faire cela avant ce temps-ci. Je suis simplement en train d’observer les gens maintenant. Soyez trĂšs respectueux, partout oĂč vous ĂȘtes. Priez, croyez en Dieu. Dieu vous l’accordera.
E-98 Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira de cette affection de la jambe? Vous avez un problĂšme avec votre jambe. Croyez de tout votre coeur. Maintenant, qu’a-t-elle touchĂ©? Voyez, elle L’a touchĂ©. Voyez-vous, c’est ça. Voyez-vous? Ne doutez pas. Cela se rĂ©tablira. Bien, vous devez garder cette mĂȘme foi que vous avez maintenant. Si jamais vous abandonnez votre foi, cela reviendra. Continuez tout simplement Ă  croire. C’est tout. Gardez cette mĂȘme foi. Pierre avait marchĂ© sur les eaux aussi longtemps qu’il croyait, mais lorsqu’il s’est mis Ă  douter, il s’est mis Ă  s’enfoncer. Ne–ne le faites pas maintenant. Vous avez suffisamment de foi pour cela. Etes-vous convaincu que JĂ©sus-Christ est avec nous? Ici comme lĂ -bas, vous n’ĂȘtes pas obligĂ© d’avoir une carte de priĂšre. Vous devez simplement avoir la foi. N’est-Il pas le mĂȘme Messie?
E-99 Nous avons une autre dame ici sur l’estrade. Parlons-lui un instant. Eh bien, vous vous rendez compte que quelque chose est en train de tourbillonner continuellement tout autour de moi maintenant. Voyez-vous? Si du fait qu’une seule personne a touchĂ© le bord de Son vĂȘtement, le Fils de Dieu Ă©tait devenu faible, qu’en est-il de moi, un pĂ©cheur sauvĂ© par grĂące? Voyez? Voyez-vous? Daniel a vu une seule vision, et il a eu l’esprit troublĂ© pendant plusieurs jours. Maintenant, vous pouvez imaginer ce que cela vous fait.
E-100 Qu’est-ce que cela essaie–qu’est-ce qu’Il essaie de faire? De vous amener tous Ă  croire en Lui. Il est ici. Sa PrĂ©sence est ici. Ce que vous avez comme problĂšme ne change rien. Croyez en Lui. Ne doutez pas de cela. Ayez simplement la foi.
Regardez par ici, soeur. A partir des vibrations de l’esprit qui Ă©manent de vous, vous ĂȘtes une croyante. Vous voyez, vous croyez. Je suis un croyant. Et nous nous tenons ici pour la premiĂšre fois, je pense, c’est la premiĂšre fois que nous nous rencontrons dans notre vie, Ă  ce que je sache. Il se pourrait que vous m’ayez dĂ©jĂ  vu quelque part au cours des rĂ©unions, ou quelque chose du genre. Ou bien est-ce la premiĂšre fois que nous nous rencontrons? Nous sommes-nous dĂ©jĂ  rencontrĂ©s auparavant? Mais je ne vous connais pas. Non, je ne vous connais pas. TrĂšs bien. Evidemment, beaucoup de gens assistent aux rĂ©unions Ă  diffĂ©rents endroits, et je ne peux pas m’en souvenir.
E-101 Mais si le Seigneur peut me dire le motif de votre prĂ©sence ici ou quelque chose Ă  votre sujet, cela serait trĂšs convaincant qu’Il connaisse tout en ce qui vous concerne, n’est-ce pas? Cela serait-il le cas pour vous tous? Elle semble ĂȘtre une personne gentille, et, cependant elle pourrait ĂȘtre une sĂ©ductrice se tenant lĂ . Si c’est le cas, observez simplement ce qui va arriver. Nous avons dĂ©jĂ  vu les gens faire cela.
Non, cette dame est malade. Elle a aussi la gastrite: des ulcĂšres, une nervositĂ© trĂšs compliquĂ©e, juste... C’est juste. Elle est trĂšs trĂšs malade. Croyez-vous qu’Il vous guĂ©rira? Ces choses qui ont Ă©tĂ© dites sont-elles vraies? Levez la main si c’est vrai. Maintenant, croyez-vous?
Elle est une personne trĂšs gentille, je crois que je vais lui parler un peu plus. Naturellement, plus vous parlez, plus cela se rĂ©vĂšle, et vous vous affaiblissez plus. Etant donnĂ© qu’elle est une telle–elle semble avoir une bonne foi... Je sais que vous en avez, soeur. Votre mĂšre aussi est malade. Croyez-vous qu’Il peut me rĂ©vĂ©ler ce qui ne va pas chez votre mĂšre? Elle a des saignements dans les entrailles. C’est vrai. Oui, oui. Votre pĂšre est Ă  hĂŽpital, il a subi une opĂ©ration de la vessie. Et votre mari qui est lĂ  a des varices aux jambes, il...?... Maintenant, croyez tout simplement et partez...?....
E-102 Approchez, croyez en Lui de tout votre coeur maintenant. TrĂšs bien, monsieur. Approchez. Croyez-vous que Dieu peut vous guĂ©rir de cette affection du dos, vous rĂ©tablir? Allez de l’avant tout simplement, descendez de cette estrade et dites: «Merci, Seigneur JĂ©sus, je suis...» TrĂšs bien, monsieur.
Dites-lui simplement de passer ici par derriĂšre de l’autre cĂŽtĂ©, Paul. Ou venez de ce cĂŽtĂ©, si vous voulez. Vous savez, monsieur, Il peut guĂ©rir cette maladie du coeur de mĂȘme qu’Il peut guĂ©rir n’importe quoi d’autre. Croyez-vous cela? TrĂšs bien, monsieur. Descendez tout simplement de l’estrade, dites: «Merci, Seigneur, de m’avoir guĂ©ri, et de m’avoir rĂ©tabli.» Certainement. Amen.
E-103 Maintenant, bien sĂ»r, tout le monde voit qu’il est raide comme cela. Croyez-vous qu’avec l’onction du Saint-Esprit, si je vous impose tout simplement les mains, vous allez vous rĂ©tablir? Approchez juste une minute. Voyez? Notre PĂšre cĂ©leste, au Nom de JĂ©sus-Christ je Te prie de le rĂ©tablir. Amen. Maintenant, ne doutez pas de cela. Partez en croyant maintenant. Ayez la foi.
C’est trĂšs bien, madame, avancez carrĂ©ment. TrĂšs bien. Vous ĂȘtes nerveuse, vous avez une affection cardiaque, vous avez des palpitations, et tout, particuliĂšrement aprĂšs avoir mangĂ© et quand vous vous couchez. En rĂ©alitĂ© ce n’est pas votre coeur. C’est la maladie des nerfs. Si vous... Vous avez des palpitations cardiaques. Maintenant, si vous croyez de tout votre coeur, cette chose va s’arrĂȘter, cela ne vous dĂ©rangera plus jamais. Croyez-vous cela? Alors continuez votre chemin, dites: «Merci, ĂŽ Dieu bien-aimĂ©,» et portez-vous bien.
C’est une maladie du sang, l’anĂ©mie. Mais croyez-vous que Dieu peut vous faire ce soir une transfusion sanguine provenant du Calvaire? Acceptez-vous cela? Partez, croyez de tout votre coeur maintenant, et puisse...?...
E-104 Croyez-vous, chacun de vous qui se trouve ici croit-il de tout son coeur? «Messieurs, nous voudrions voir JĂ©sus.» Vous rendez-vous compte, mes amis, que c’est Sa PrĂ©sence qui est ici? En ĂȘtes-vous conscients? Vous savez que ce sentiment trĂšs doux, doux et humble...?. Maintenant combien parmi vous croient de nouveau maintenant et croient cela de leur coeur?
Eh bien, j’aimerais vous dire ce que la Bible dit ici. Dans la derniĂšre commission que JĂ©sus a donnĂ©e Ă  Son Eglise, Il a dit: «Voici les miracles...»
J’ai vu quelque chose d’autre se produire lĂ  derriĂšre. Cette affection des reins, cela vous a quittĂ©. Oubliez simplement cela.
«Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Pendant que le Saint-Esprit est prĂ©sent maintenant, et que vous dĂ©sirez ĂȘtre guĂ©ri, «voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru, s’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris.» Est-ce vrai? Maintenant, imposez vos mains sur quelqu’un qui est assis juste Ă  cĂŽtĂ© de vous. Imposez simplement vos mains sur la personne assise Ă  cĂŽtĂ© de vous. Maintenant, ne priez pas pour vous-mĂȘme; priez pour elle, parce qu’elle va prier pour vous. Voyez-vous? Et prions maintenant afin que Dieu guĂ©risse chaque personne qui se trouve en ce lieu.
E-105 Notre PĂšre cĂ©leste, j’offre ma priĂšre pour ceux qui sont ici ce soir et qui sont dans le besoin. Ils se sont imposĂ© les mains les uns aux autres. Tu as toujours Ă©tĂ© prĂ©sent pour guĂ©rir. Nous ne pouvons plus douter de Toi, Seigneur. Tu es ici. Nous savons que ces gens ne peuvent pas faire cela, ni moi non plus. Nous sommes tous conscients que c’est Dieu qui est au milieu de nous, le Glorieux Dieu le PĂšre, sous la forme du Saint-Esprit. Le Grand JĂ©hovah est au milieu de nous.
Il a dit, lorsqu’Il Ă©tait ici sous la forme du Seigneur JĂ©sus, Il a dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. S’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris. La priĂšre de la foi sauvera le malade, et Dieu le relĂšvera. S’ils ont commis un pĂ©chĂ©, cela leur sera pardonnĂ©.»
E-106 Ô Dieu du Ciel, pardonne-nous notre incrĂ©dulitĂ©. Nous savons que c’est le seul pĂ©chĂ© qui existe, le pĂ©chĂ© d’incrĂ©dulitĂ©. Et que le Saint-Esprit vienne sur chaque personne maintenant mĂȘme Ă  tel point qu’il ne puisse plus douter Ă  cause de la PrĂ©sence de Christ ce soir, se montrant vivant aprĂšs deux mille ans, la Parole, Lui-mĂȘme se tenant ici au milieu de nous, en nous, manifestant Sa Parole.
Satan, toi qui as rendu ces gens malades, toi qui as nui Ă  leurs corps, toi qui les as affligĂ©s, tu es un ĂȘtre vaincu. Notre Seigneur JĂ©sus t’a vaincu au Calvaire. Tu es vaincu. Tu n’as plus aucune puissance du tout. Et nous venons, croyant avec notre foi ouverte devant Dieu. Quitte chacun d’eux. Au Nom de JĂ©sus-Christ, sors de cette assistance. Et puissent-ils rentrer chez eux Ă©tant dĂ©livrĂ©s de toute maladie et de toutes les afflictions.
E-107 Maintenant, pendant que nous avons la tĂȘte inclinĂ©e et que vous continuez Ă  prier, y a-t-il ici un pĂ©cheur, homme ou femme, garçon ou fille, qui ne connaĂźt pas Christ comme son Sauveur, et qui croit que cette action du Saint-Esprit est conforme Ă  la Parole de Dieu, et qui dĂ©sire ĂȘtre sauvĂ©? Voulez-vous vous avancer ici autour de ce petit autel ce soir et me laisser vous serrer la main et prier avec vous? Voulez-vous avancer maintenant mĂȘme? Levez-vous tout simplement de votre siĂšge. Je ne suis pas tellement pour le fait de persuader [les gens]. Si le Saint-Esprit ne peut pas vous convaincre par Ses oeuvres, alors point n’est besoin pour moi de vous persuader. Mais si vous... Si vous ĂȘtes conscient que vous n’ĂȘtes pas en ordre avec Dieu, et que vous dĂ©sirez que nous priions pour vous, nous sommes ici pour le faire. Nous sommes les serviteurs du public pour le compte du Seigneur JĂ©sus-Christ. Moi et ces ministres ici, nous sommes ensemble ici pour vous aider, pour vous instruire sur comment trouver JĂ©sus comme votre Sauveur.
E-108 Si vous dĂ©sirez venir, approchez maintenant, pendant que nous fredonnons ce cantique qu’il joue lĂ : Presque persuadĂ©. Si vous voudriez bien nous donner un accord de cela, frĂšre. Et pendant que chaque chrĂ©tien est en priĂšre maintenant, et Ă©tant donnĂ© que c’est la PrĂ©sence du Saint-Esprit... Son objectif majeur est de sauver quelqu’un, amener quelqu’un Ă  ĂȘtre sauvĂ©. Maintenant, alors que nous avons inclinĂ© la tĂȘte, chacun priant pour l’autre, maintenant...
Presque persuadé de croire maintenant;
Presque persuadé de recevoir Christ;
Il semble maintenant...
E-109 Ne voulez-vous pas venir maintenant pendant que nous attendons? A prĂ©sent, si vous n’ĂȘtes pas sous le Sang de Christ, comment allez-vous tenir et voir les oeuvres de Dieu dont parle la Bible ĂȘtre rendues manifestes ici parmi nous, et ensuite vous Ă©loigner sans Le connaĂźtre? Ne voulez-vous pas venir? Nous vous invitons maintenant. Encore une fois, pendant que nous fredonnons cela. Tous ensemble [FrĂšre Branham et l’assemblĂ©e fredonnent le cantique.–N.D.E.]
Eh bien, pensez-vous qu’Il ignore ce Ă  quoi vous pensez? Certainement qu’Il le sait. Je vois cela ici mĂȘme. Ne doutez plus. Venez. Pourquoi vivre dans l’agitation? Venez. Soyez-en sĂ»r, parce que demain ça pourrait ĂȘtre trop tard. Ceci pourrait ĂȘtre votre dernier jour sur terre. Croyez maintenant et venez. Ne voulez-vous pas le faire?
Maintenant, une fois de plus, avec nos tĂȘtes inclinĂ©es.
Pres-...
Tout le monde est en train de prier, chaque chrĂ©tien maintenant. Que Dieu vous bĂ©nisse. Je prie avec vous. Priez que Dieu vous sauve, vous guĂ©risse, vous rĂ©tablisse, et qu’Il vous donne la bonne santĂ© et la force.
Une Ăąme semble dire maintenant;
Va, Esprit, poursuis Ton chemin...
Comment allez-vous trouver un jour plus propice, un jour plus propice que celui-ci, avec Sa PrĂ©sence ici, Lui qui connaĂźt mĂȘme ce Ă  quoi vous pensez?
Je T’invoquerai.
E-110 Notre PĂšre cĂ©leste, nous sommes reconnaissants pour Ta PrĂ©sence. Dans cette petite arĂšne ce soir, oĂč l’on joue peut-ĂȘtre au basketball et oĂč l’armĂ©e fait des exercices d’entraĂźnement, Toi aussi Tu entraĂźnes et formes des soldats ce soir, Seigneur, de la grande armĂ©e du salut de Dieu, les exerçant dans la foi Ă  croire, afin de sortir d’ici comme de vĂ©ritables gagneurs d’ñmes, qui vont prendre le tĂ©lĂ©phone, appeler le voisin, et faire entrer les gens, les faire entrer, ceux qui ne sont pas des chrĂ©tiens, ceux qui sont malades et affligĂ©s.
Ô PĂšre, je prie que chaque personne qui entrera dans cette salle, malade ou affligĂ©e soit guĂ©rie; et que chaque pĂ©cheur qui passera par ces portes n’ait pas de paix du tout jusqu’à ce qu’il viendra Ă  Toi. Que chaque croyant qui franchira ces portes soit baptisĂ© du Saint-Esprit, et que de glorieux signes et miracles s’accomplissent, Seigneur. Nous Te remercions, Seigneur.
E-111 AprĂšs deux mille ans, nous voyons la preuve infaillible [attestant] que nous pouvons encore voir JĂ©sus. Il apparaĂźt au milieu de nous. Juste avant Sa Venue. Il fait Son apparition dans Son Eglise, le dernier signe qu’Il avait accompli devant les Juifs, et Il en avait fini avec eux. Ce dernier signe qu’Il avait manifestĂ© avant la fin des Gentils est en train d’ĂȘtre manifestĂ©. Nous savons que c’était le dernier signe qu’Abraham a reçu avant que Sodome ne fĂ»t brĂ»lĂ©e. C’était le dernier signe.
Nous rĂ©alisons que les ministres sont lĂ  Ă  Sodome, ce soir. De grands rĂ©veils sont en cours Ă  Chicago et Ă  travers le monde. De glorieux signes et prodiges se produisent, des ministres prĂȘchent, criant de toute force, des pasteurs suppliant et implorant les gens, de glorieux prodiges sont accomplis par le Saint-Esprit de par le monde: des guĂ©risons, des signes, des prodiges...
E-112 Ô Dieu, Tu n’envoies jamais ces choses... Tu n’envoies jamais un jugement avant d’envoyer premiĂšrement un avertissement, et nous voyons que le signal d’avertissement est donnĂ©. Le feu rouge clignote. Ô Dieu, que les hommes et les femmes soient prĂ©occupĂ©s les uns au sujet des autres; qu’ils soient prĂ©occupĂ©s au sujet de cette malheureuse gĂ©nĂ©ration des gens qui pĂ©rissent, qui sortent de cette voie-ci sans connaĂźtre Dieu, ils mourront dans le pĂ©chĂ©. Et, oh, combien–quelle horreur ce sera ce jour-lĂ  lorsqu’ils entendront les pleurs et les gĂ©missements! Ils ne verront plus jamais une autre occasion. Ô PĂšre, si le prĂ©sident venait dans cette ville ce soir, les drapeaux seraient hissĂ©s, les rues seraient dĂ©corĂ©es avec des fleurs, et–et il y aurait une trĂšs grande cĂ©lĂ©bration. Mais, Seigneur, Tu es venu dans cette ville sous la forme du Saint-Esprit, et ĂŽ Dieu, Tu dois chercher, tirer, implorer les gens et les persuader de s’apprĂȘter pour aller au Ciel. Dans quel jour vivons-nous, Seigneur!
E-113 Nous prions que Ta grande misĂ©ricorde continue avec nous. BĂ©nis ces ministres et leurs Ă©glises. Ô Dieu, allume un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode dans chacun d’eux, Seigneur, Ă  tel point que les feux du rĂ©veil brĂ»leront Ă  travers la vallĂ©e. Accorde-le, PĂšre. Nous sommes Tes serviteurs. Reçois-nous, pardonne-nous notre lenteur, notre hostilitĂ©. Pardonne-nous, Seigneur, notre nĂ©gligence. Nous Te prions de nous pardonner tout simplement, et de nous assister alors que nous poursuivons notre voyage.
Que chaque soir l’Esprit devienne plus intense et plus fort, chaque soir; que des signes et des miracles plus glorieux soient accomplis devant nous soir aprĂšs soir, Seigneur, jusqu’à ce que cela deviendra irrĂ©sistible pour les gens.
E-114 Et nous savons, Seigneur, que Tu as dit dans Ta Parole: «Tous ceux que le PĂšre M’a donnĂ©s viendront.» Et lorsque cette LumiĂšre brille sur cette semence prĂ©destinĂ©e, quelque chose se produit. Comme cette pauvre petite femme adultĂšre dont nous venons de parler ce soir, elle Ă©tait malade et fatiguĂ©e de la façon dont les choses marchaient. A ce que nous sachions, elle n’était membre d’aucune organisation, mais elle avait Ă©tĂ© vue d’avance par Dieu. Et aussitĂŽt qu’elle a vu cette LumiĂšre briller, mĂȘme devant ces sacrificateurs de ce jour-lĂ , qui ignoraient ce que c’était...
C’est comme cet aveugle, lorsqu’il a recouvrĂ© la vue, il a dit: «C’est Ă©trange, c’est vous qui ĂȘtes les conducteurs de ce jour, et cependant vous ignorez d’oĂč vient cet Homme, et comment Il accomplit ces choses?» Seigneur, il en est de mĂȘme aujourd’hui. Je Te prie de nous stimuler, Seigneur. Ô Dieu, secoue-nous car c’est l’heure de la clĂŽture. Accorde-le, Seigneur. Nous Te recommandons toutes choses pour l’amour du Royaume de Dieu.
Au Nom de JĂ©sus. Amen.
Au revoir, au revoir! (TrĂšs bien, frĂšre pasteur...)
Maintenant, vos pasteurs ici prĂ©sents vont reprendre le service Ă  partir de maintenant. J’espĂšre vous voir demain soir. Venez de bonne heure, prenez votre carte de priĂšre, et entrez dans la ligne pour le service de demain soir. FrĂšre, pasteur...

En haut