ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Nous Voudrions Voir Jésus / 62-0704 / Grass Valley, California, USA // SHP 1 heure et 36 minutes PDF

Nous Voudrions Voir JĂ©sus

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Merci, frĂšre. Vous pouvez vous asseoir. C’est certainement un privilĂšge d’ĂȘtre ici Ă  Grass Valley ce soir, pour reprĂ©senter notre Seigneur et Sauveur JĂ©sus-Christ, prier pour les enfants de Dieu qui sont malades, les malades du mĂ©decin, et profiter ensemble de cette communion pendant ces cinq jours comme nous l’avons promis.
E-2 Je vous apporte les salutations de la part de tous les autres pĂšlerins des diffĂ©rentes parties du monde oĂč j’ai Ă©tĂ©. Et je crois... Et bien des milliers de gens prient pour la rĂ©ussite de cette sĂ©rie des rĂ©unions qui vont se tenir ici pendant ces soirĂ©es. Je suis sĂ»r que, avec les priĂšres des autres et les nĂŽtres mises ensemble, Dieu viendra Ă  notre rencontre et nous bĂ©nira.
E-3 Et nous ne venons pas donc pour reprĂ©senter une certaine Ă©glise, et nous ne prĂ©tendons pas non plus ĂȘtre des guĂ©risseurs. Nous venons pour reprĂ©senter Christ. Et nous venons, non pour guĂ©rir les malades, mais pour prier pour les malades, et faire ce que nous pouvons pour aider Ă  rendre la vie un peu plus facile pour chacun de nous. Et je suis sĂ»r que vous serez une bĂ©nĂ©diction pour nous. Et nous croyons que nous serons aussi une bĂ©nĂ©diction pour vous.
E-4 Et maintenant, je rĂ©flĂ©chissais tout simplement, depuis que nous sommes en Californie dans ce dernier voyage, sur le fait que les gens aiment rentrer chez eux de bonne heure. Eh bien, chez moi, et dans diffĂ©rentes–dans bien des rĂ©gions de ce pays, vous trouvez des gens diffĂ©rents. Certains d’entre eux aiment tout simplement vous entendre prĂȘcher; peu importe mĂȘme si vous ne priez pas pour les malades, mais juste de les garder pendant environ quatre ou cinq heures, pour leur prĂȘcher, ils–ils en sont vraiment satisfaits. Mais ici, cela dĂ©range sĂ»rement; c’est comme si les gens vous disent: «Juste un court sermon, et priez pour les malades, rentrons vite chez nous, parce que je dois de nouveau retourner.» Et pour tout on semble si pressĂ© ici. OĂč allons-nous tous? «Vite! Vite! Vite! Vite! Vite!» Peut-ĂȘtre, le Seigneur voulant, je vais prĂȘcher pendant que je suis ici sur Laisser Ă©chapper la pression. Je pense que c’est–c’est ce que nous devrions faire, laisser plutĂŽt Ă©chapper la pression.
E-5 Je venais de connaĂźtre un accident il y a quelques semaines. J’aime faire le tir Ă  la cible, la chasse. On venait de me donner un–un fusil qui avait Ă©tĂ© rĂ©alĂ©sĂ© par la sociĂ©tĂ© Weatherby par ici. Et j’ai levĂ© le fusil en question pour tirer, et ç’a explosĂ© en plein devant ma face, cela a fait sauter le canon jusqu’à environ cinquante mĂštres, devant moi, et la crosse presque Ă  la mĂȘme distance derriĂšre moi, et cela a fait voler les buissons tout autour, Ă  l’endroit oĂč le fusil a explosĂ©. Et c’est simplement la grĂące de Dieu que cela ne m’ait pas fait sauter de la mĂȘme maniĂšre, car c’était tout prĂšs de mon oeil, lorsque cela a complĂštement explosĂ©, je tenais cela Ă  mi-hauteur avec la lunette en haut, quand je tirais.
E-6 Et j’en ai tirĂ© une petite pensĂ©e. Vous voyez, le–le fusil n’était pas vraiment un fusil Weatherby. C’était juste un fusil qui avait Ă©tĂ© alĂ©sĂ© et converti en un fusil Weatherby. C’était un Winchester modĂšle 70, pour vous les amis qui faites la chasse. Et cela m’a Ă©tĂ© donnĂ© par un bon frĂšre de la Californie, du nom d’Art Wilson. Il avait donnĂ© cela Ă  mon fils Billy Paul, un Roberts 257. Et alors ils... Billy est gaucher, et il ne pouvait pas du tout s’en servir, aussi a-t-il dit: «Papa, je vais tout simplement te le donner.»
E-7 Eh bien, je–j’ai toujours aimĂ© avoir un fusil Weatherby, mais il me semble que je ne pouvais jamais ĂȘtre en mesure de m’en acheter un. Et alors, si un de mes amis m’en achetait un, je n’aurais pas voulu qu’il le fasse, parce que ce sont des fusils qui coĂ»tent chers. Et comme je l’ai souvent dit: «J’ai des amis missionnaires qui n’ont pas de souliers aux pieds, et je–je ne laisserais pas quelqu’un dĂ©penser autant d’argent pour m’acheter un fusil pour chasser ou tirer Ă  la cible, pendant que j’ai des amis qui n’ont mĂȘme pas de chaussures.» Ainsi je n’aimerais simplement pas le faire.
E-8 Mais un ami Ă  moi a dit: «Je peux prendre ce fusil modĂšle 70 et transformer ça en un fusil Weatherby. La sociĂ©tĂ© Weatherby par ici fait cela, et elle en donne la garantie.» J’ai dit... Il a dit que cela ne me coĂ»terait pas grand-chose, juste entre 10 et 12 dollars. Et j’ai dit: «Vas-y.»
E-9 Il a alors remis le fusil; il l’a amenĂ© Ă  la compagnie Weatherby et ils ont rĂ©alĂ©sĂ© cela. Au premier coup, cela a tout simplement explosĂ©. Alors ce n’était pas–cela ne devrait pas ĂȘtre... Il y avait une certaine pression qui Ă©tait contenue quelque part.
E-10 Maintenant, voici la leçon que j’en ai tirĂ©e. Vous voyez, cela avait une trĂšs forte pression; cela a explosĂ©. Voyez-vous? Nous ne voulons pas subir trop de pression, cela–cela explosera.
E-11 Et autre chose, j’aimerais dire ceci, ça pourrait contenir un petit point de la doctrine. Vous voyez, si ce fusil au dĂ©part avait Ă©tĂ© conçu comme un Weatherby Magnum, ça n’aurait pas explosĂ©. Mais, voyez-vous, c’était quelque chose d’autre qui a seulement Ă©tĂ© converti Ă  moitiĂ©; et c’est la raison pour laquelle ça n’a pas pu supporter la pression.
E-12 Et je ne crois pas que notre religion consiste en un rafistolage. Nous mourons et nous naissons de nouveau, et alors nous devenons un chrĂ©tien qui peut supporter toute la pression que le Saint-Esprit veut expulser. Alors je–je pense que nous devrions retourner au point du dĂ©part, pas juste essayer de tirer une chose de quelque chose qui n’existe pas. Nous avons trop de cette religion psychique aujourd’hui, au lieu des vĂ©ritables expĂ©riences de la nouvelle naissance avec Dieu. Ainsi quelque part, au cours du chemin, si un petit incident survenait, cela causerait une petite fuite, et cela repousserait la pression, et vous verrez que vous allez exploser. Ainsi nous croyons donc qu’il faut vraiment mourir Ă  soi-mĂȘme et Ă  toutes ses pensĂ©es et tout le reste, mourir tout simplement et laisser le Saint-Esprit vous remodeler. Juste, avoir... vous ĂȘtes un chrĂ©tien nĂ© de nouveau, c’est ce que vous ĂȘtes, vous avez une expĂ©rience avec Dieu, par laquelle vous ĂȘtes sĂ»r que vous ĂȘtes passĂ© de la mort Ă  la Vie. Et c’est ce que nous croyons.
E-13 Nous croyons la Bible, et nous croyons que c’est le Livre de Dieu. Nous–nous nous en tenons juste Ă  la Bible. Eh bien, je crois que Dieu peut faire des choses qu’Il n’a pas Ă©crites dans la Bible. Eh bien, Il est Dieu; Il fait tout ce qu’Il veut. Mais si je peux simplement Le voir, de mon vivant, accomplir ce qu’Il a promis, alors je reconnais que c’est vrai (Voyez-vous?), aussi longtemps que cela se trouve dans la Bible.
E-14 Or, dans l’Ancien Testament, comme les frĂšres qui sont dans le ministĂšre le savent, dans le–le sacerdoce lĂ©vitique, on avait un moyen de connaĂźtre si le prophĂšte disait la vĂ©ritĂ©, ou si le songe du songeur Ă©tait vrai. On avait ce qu’on appelait l’Urim Thummim. Eh bien, les gens ont discutĂ© au sujet de ce que c’était. Mais la chose la plus–la plus glorieuse et la plus judicieuse que je peux voir, et le moyen le plus convenable, c’était lorsqu’on utilisait le pectoral qu’Aaron portait; ça reprĂ©sentait les douze tribus par les pierres de naissance des tribus, et cela Ă©tait suspendu sur un poteau dans le temple. Et alors, lorsqu’un prophĂšte donnait sa prophĂ©tie, les gens pouvaient ensuite s’enquĂ©rir pour savoir si c’était la vĂ©ritĂ© ou pas; eh bien, si ce faisceau de lumiĂšres brillait lĂ -dessus, faisant que le Surnaturel... Dieu est Surnaturel, parce qu’Il est Dieu, un Esprit. Et si cette LumiĂšre surnaturelle se dessinait lĂ -dessus, comme un arc-en-ciel qui se reflĂ©tait Ă  partir de ceci, alors la parole, le prophĂšte disait la vĂ©ritĂ©. C’est de cette maniĂšre que la personne Ă©tait identifiĂ©e ou qu’on reconnaissait que le songeur disait la vĂ©ritĂ©. Mais si cela ne se reflĂ©tait pas sur l’Urim Thummim, alors peu importe combien la chose semblait rĂ©elle, on ne recevait pas cela, parce que cela ne brillait pas sur l’Urim Thummim.
E-15 Or, le sacerdoce lĂ©vitique a pris fin Ă  la mort du Seigneur JĂ©sus. Maintenant, nous vivons dans le sacerdoce de MelchisĂ©dek, Christ. Maintenant, toutefois nous ne sommes pas restĂ©s sans un Urim Thummim. Le voici donc, la Bible. Voyez-vous, nous devons nous en tenir aux Ecritures (Non pas Y injecter nos propres interprĂ©tations), exactement comme Cela est Ă©crit. Bien, je crois que–que Dieu jugera le monde un jour par JĂ©sus-Christ. Je le crois. Je–je crois qu’il aura certainement un Ă©talon par lequel Il devra juger, parce qu’il y a tellement de choses qui se prĂ©sentent au Nom de Christ, et bien des...
E-16 Eh bien, je suis d’origine irlandaise, ainsi, mes ancĂȘtres Ă©taient catholiques. Lorsque j’étais un petit garçon (vous avez probablement lu l’histoire de ma vie; ils ont cela ici sous forme des livres, et ainsi de suite) je frĂ©quentais l’église irlandaise et j’entendais ce que le prĂȘtre avait Ă  dire. Ensuite je suis allĂ© Ă  l’Eglise luthĂ©rienne; j’ai entendu ce que le pasteur luthĂ©rien avait Ă  dire. Et il y avait une petite Eglise baptiste quelque part Ă  notre Ă©poque, alors ils... J’ai frĂ©quentĂ© l’Eglise baptiste. J’ai frĂ©quentĂ© diffĂ©rentes Ă©glises. Eh bien, chacune d’elles est en dĂ©saccord avec l’autre. Eh bien, chacune d’elles aimait dire qu’elle Ă©tait l’église qui Ă©tait parfaitement dans le vrai.
E-17 Ainsi donc, elles ne peuvent pas toutes ĂȘtre dans le vrai; il doit y avoir quelque chose de faux quelque part. Et j’ai maintenant dĂ©couvert qu’il y a environ neuf cents et quelques diffĂ©rentes dĂ©nominations, je pense donc qu’il doit y avoir quelque chose de faux quelque part. Parce que si c’est telle Ă©glise, toutes devraient entrer par cette Ă©glise-lĂ .
E-18 Maintenant, nous avons appris comme catholiques que–que–que Dieu est dans Son Ă©glise et que c’est lĂ  que Dieu se trouve, dans Son Ă©glise. Ainsi donc, si Dieu est dans Son Eglise, laquelle d’entre elles est Son Eglise? Chacune d’elles affirme que c’est elle l’Eglise. Alors j’ai compris une chose... Eh bien, c’est juste ce que le prĂȘtre disait: «Dieu est dans Son Eglise.»
E-19 Mais la Bible dit que Dieu est dans Sa Parole. Et Il a dit que quiconque ajouterait quoi que ce soit Ă  Ceci, ou En retrancherait quoi que ce soit, de mĂȘme sa part sera retranchĂ©e du Livre de Vie. Alors je crois de tout mon coeur que cette Parole c’est Dieu sous forme Ă©crite. Maintenant, pourquoi je dis cela? C’est parce qu’aucun homme ne vaut plus que sa parole; l’homme ne vaut pas plus que sa parole. Si vous ne me croyez pas sur parole pour quoi que ce soit, alors ne traitez pas du tout avec moi (Voyez-vous?), parce que vous ne pouvez pas me croire. Et il en va de mĂȘme. Je dois croire que Ceci c’est la Parole de Dieu, et je le crois.
E-20 Or, la Bible dit dans Jean, chapitre 1: «Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair, et Elle a habitĂ© parmi nous.» Donc Cela Ă©tait Christ, et Christ est la Parole. Donc s’Il juge le monde par Christ, cela devra se faire par la Parole. Voyez-vous? Donc c’est de cette maniĂšre que nous croyons Cela, dans notre enseignement.
E-21 Maintenant, nous allons juste parler pendant un petit instant, rapidement alors que nous sortons... Quelle est leur... l’heure exacte, frĂšres, de la sortie d’ici, est-ce vers deux heures ou quelque chose comme cela? Hein! Deux heures? Ils ont ri, alors je suppose que c’est aux environs de 21 heures ou plutĂŽt 21 heures 30, quelque chose comme cela, d’habitude c’est presque ça l’heure de sortie. Et ça devrait ĂȘtre dans environ trente-cinq minutes.
E-22 Ce soir, quoi que je sois un Ă©tranger parmi vous, cependant je ne me sens pas comme un Ă©tranger. Je sens que je suis votre frĂšre. Et maintenant, j’aimerais que vous suiviez ce que je dis Ă  partir des Ecritures. Probablement, le message sera alors tout Ă  fait diffĂ©rent de ce Ă  quoi vous vous attendiez, mais examinez cela par les Ecritures. Cela s’alignera carrĂ©ment avec ce que vous avez entendu. Je lirai tout simplement Cela dans les Ecritures, et ensuite je n’essayerai pas d’expliquer Cela, je laisserai tout simplement Cela s’expliquer soi-mĂȘme.
E-23 C’est comme lorsqu’on vend un produit, si vous avez un produit Ă  vendre, si c’est un bon produit, il se vendra tout seul. Vous n’avez pas besoin de faire beaucoup de publicitĂ© lĂ -dessus. J’ai un... tant de trucs publicitaires, et lorsque je–je vais quelque part, je vois les... Tout le monde se dit ĂȘtre l’homme de l’heure, et dit: «Voici le message», et tout cela, Ă  tel point que je me demande qui est l’homme de l’heure. Oh! je crois que c’est Christ qui est l’Homme de l’heure, et Il l’a toujours Ă©tĂ©. Et un... on ne devrait pas y mettre du faste et que sais-je encore.
E-24 J’en ai eu assez une fois, je vais... Pour vous les soeurs... Je–j’ai ma femme; elle est avec nous, et je l’aime rĂ©ellement ainsi que mes enfants. Et alors j’aime toujours l’aider, et je suis trĂšs mĂ©diocre pour ce qui est d’aider. Et j’étais... Je sais qu’elle a tant de choses Ă  faire, en plus des enfants; il lui faut tout apprĂȘter avant d’aller au lit le soir lorsque je suis Ă  la maison. Je me suis dit que je devrais l’aider Ă  faire la vaisselle, mais seulement je n’aime pas faire cela tout autant que vous. Et je me suis dit: «Eh bien...»
E-25 Et maman avait l’habitude de me placer sur un petit bac pour faire la vaisselle lorsque j’étais un petit garçon, et je pensais: «Si jamais je me mariais, je vais aussitĂŽt me dĂ©faire de cette habitude.»
E-26 Mais voici ce qu’il y a: j’aime ma femme comme j’aimais ma mĂšre, seulement l’une comme ma femme, et l’autre comme ma mĂšre. Et puis, je me suis dit: «Eh bien, je vais l’aider si c’est possible.»
E-27 Et une fois, j’ai vu une chose que l’on montrait dans une Ă©mission, une–une Ă©mission tĂ©lĂ©visĂ©e, lĂ  oĂč j’attendais dans un–oĂč j’attendais un avion pour partir, et ils avaient placĂ© une tĂ©lĂ©vision lĂ , ayant un Ă©cran gĂ©ant, muni d’un trĂšs grand verre, et on disait: «Utilisez ce dĂ©tergent; vous n’avez pas besoin de laver, de rincer, d’essuyer ni rien. Versez simplement le produit dans l’eau, plongez la vaisselle, retirez-la; c’est tout ce que vous avez Ă  faire.»
E-28 Je me suis dit: «Oh! oh! dĂ©sormais ma femme va vraiment m’aimer, parce que je vais lui montrer comment faire la vaisselle.» Alors je m’en suis procurĂ© une boĂźte, le jour suivant, lorsque je rentrais chez moi. Je m’en suis procurĂ© une boite avant de rentrer chez moi, j’ai placĂ© cela sous mon manteau et je suis entrĂ©.
E-29 Le lendemain matin, j’ai dit: «Ne t’en fais pas, chĂ©rie. Je suis ici pour faire la vaisselle Ă  ta place. Voici tout ce que tu as Ă  faire: Eh bien, vas carrĂ©ment au salon, prends le balai mĂ©canique et commence Ă  nettoyer. Avant que j’entre dans mon bureau ou que je commence Ă  passer mes appels, j’aurai fini de faire la vaisselle, juste dans quelques secondes.»
E-30 Alors j’ai pris cette boĂźte, et j’ai lu ce qui Ă©tait Ă©crit dessus, vous savez: «Mettez deux cuillerĂ©es pleines.» Je me suis dit: «Oh! la la! je vais faire un vrai travail avec ceci.» J’ai dĂ©versĂ© environ un–environ la moitiĂ© de la boĂźte lĂ -dedans, j’ai remuĂ© cela comme cela, j’ai pris toute la vaisselle et je l’ai plongĂ©e dedans; la mousse est montĂ©e jusqu’à cette hauteur. Je me suis dit: «Hum, mon gars, dans quelques minutes maintenant, tout ce que j’aurai Ă  faire c’est de retirer les assiettes et de les remettre sur la table.» Les enfants avaient pris des oeufs au petit dĂ©jeuner; et quand j’ai retirĂ© les assiettes, il y avait dessus tout autant d’oeufs qu’il y en avait avant!
E-31 Alors j’ai dit: «Lorsque je verrai un produit pour lequel on fait tant de publicitĂ©, dĂ©sormais je vais l’ignorer tout simplement; je n’y toucherai pas, parce que je sais que cela ne marche pas comme l’annonce la publicitĂ©.»
E-32 Ainsi je pense que si parfois nous parlons simplement de JĂ©sus et amenons les gens Ă  voir qui Il est, et ce que le–ce qu’Il est, je crois que cela va... Il–Il fera le reste. Il va–Il les attirera Lui-mĂȘme, parce qu’il est dit: «Tous ceux que le PĂšre M’a donnĂ©s viendront Ă  Moi de toute façon.» Voyez-vous, c’est ce qu’a dit JĂ©sus: «Nul ne peut venir Ă  Moi si Mon PĂšre ne l’attire.» Ainsi donc la seule chose que nous faisons, c’est simplement planter la semence, et laisser cela croĂźtre.
E-33 Maintenant, je crois que vous allez prendre le tĂ©lĂ©phone et appeler les gens. Et la chose capitale, ce n’est pas de prier pour les malades; ça c’est un point secondaire; mais la chose capitale, c’est d’amener chaque pĂ©cheur que nous pouvons Ă  connaĂźtre le Seigneur JĂ©sus comme Son Sauveur. C’est la chose capitale. Ensuite, c’est d’amener chaque personne qui a acceptĂ© Christ comme son Sauveur, et qui n’a pas encore Ă©tĂ© remplie du Saint-Esprit, l’amener Ă  ĂȘtre remplie du Saint-Esprit. Et c’est–c’est notre deuxiĂšme tĂąche. Ensuite, la troisiĂšme chose, c’est de prier pour tous les malades pour lesquels nous pouvons prier. Et au travers de cela, nous espĂ©rons que Dieu nous accordera des moments glorieux tout au long de cette sĂ©rie de rĂ©unions. Et je pense que ce sera chaque soir, et puis, le dimanche aprĂšs-midi, je pense, si c’est–c’est juste.
E-34 J’aimerais remercier mes frĂšres ici prĂ©sents, les ministres, de m’avoir invitĂ© ici. Et je remercie Dieu de m’avoir conduit Ă  venir ici. Maintenant, le manager qui est ici, monsieur Borders, nous avons un carnet rempli d’invitations pour aller partout dans le monde, mais je ne sais comment quelque chose m’a parlĂ© de Grass Valley.
E-35 Et immĂ©diatement, un de mes amis, la famille Arganbright qui se trouve ici dans les parages de Los Angeles, m’a appelĂ© et a dit: «Si vous n’avez pas encore bouclĂ© votre itinĂ©raire, j’aimerais que vous fassiez une escale Ă  Grass Valley.»
E-36 J’ai appelĂ© le manager, il Ă©tait au bout de la ligne, j’ai dit: «Etes-vous dĂ©jĂ  passĂ© par lĂ ?»
E-37 –Non. J’ai dit: «Nous allons y passer.» Et nous y voilĂ .
E-38 Maintenant, ce que le Seigneur fera, je l’ignore. Il pourrait y avoir une personne ici pour laquelle Il est ici, Il est venu. J’espĂšre que c’est toute la communautĂ© qu’Il est venu sauver. Eh bien, sur ce, inclinons la tĂȘte et parlons Ă  l’Auteur avant que nous lisions Sa Parole.
E-39 Notre PĂšre cĂ©leste, c’est vraiment un privilĂšge que nous avons de nous tenir dans Ta PrĂ©sence en cette heure de la fin de l’histoire de ce monde, de T’appeler notre PĂšre, et de savoir que nous sommes–nous nous approchons de Toi par la voie toute suffisante, avec l’assurance bĂ©nie, car JĂ©sus, Ton Fils, a dit: «Tout ce que vous demanderez au PĂšre en Mon Nom, Je le ferai, cela vous sera accordĂ©.» Alors nous savons, PĂšre, que si nous demandons au Nom du Seigneur JĂ©sus, notre requĂȘte sera exaucĂ©e. Maintenant, nous ne voulons pas demander une chose qui soit contraire Ă  Ta volontĂ©. Mais nous croyons, aprĂšs que Tu nous as conduits ici, que c’est Ta volontĂ© de sauver les gens, de guĂ©rir les gens, de remplir les gens du Saint-Esprit, et d’en tirer gloire pour Toi-mĂȘme. Et nous sommes ici pour exĂ©cuter tout ce que Tu nous conduiras Ă  faire. Ainsi je Te prie, PĂšre, de nous dĂ©voiler Ta Parole, et Ta volontĂ©, par Ta Parole, afin que nous sachions que Ta volontĂ© concerne Ta Parole. BĂ©nis-nous tous ensemble maintenant. Pardonne nos pĂ©chĂ©s.
E-40 Et ce soir, alors que nous sommes assis dans cette salle, nous Te prions de bĂ©nir cette salle. Ô Dieu, peut-ĂȘtre que c’est un amphithĂ©Ăątre, mais en ce moment c’est consacrĂ© au service du Dieu Tout-Puissant pour servir d’église, lĂ  oĂč le respect, l’amour et la rĂ©vĂ©rence sont tĂ©moignĂ©s au Tout-Puissant. Accorde, ĂŽ Seigneur, que chaque personne qui franchira ces portes durant ces cinq ou six prochains jours, soit convaincue de telle maniĂšre qu’ils ne seront plus en mesure de quitter cette salle sans avoir abandonnĂ© leur coeur Ă  Christ.
E-41 Nous prions, PĂšre, que chaque malade qui entrera dans cette salle, et ceux qui entreront ayant d’autres personnes sur leur coeur, nous prions que le Seigneur JĂ©sus soit prĂ©sent pour guĂ©rir les malades. Remplis du Saint-Esprit le coeur de tout un chacun.
E-42 Et, ĂŽ Dieu, retire-les de ce monde en proie Ă  l’ivrognerie, de cet amour fou du pĂ©chĂ©, de ce monde Ă©pris des plaisirs, avant qu’il ne soit trop tard, avant que les montagnes soient abaissĂ©es, avant que la grande colĂšre de Dieu soit dĂ©versĂ©e sur cette gĂ©nĂ©ration incrĂ©dule. Ô Dieu, rapproche cela de nous cette semaine, Ă  tel point que nous verrons cela, et nos coeurs seront tellement remplis et–jusqu’à ce que chaque personne qui se trouve ici deviendra un prĂ©dicateur dans la rue et dans le voisinage pour amener les autres Ă  Christ.
E-43 Nous ne savons pas si oui ou non nous allons finir ce rĂ©veil avant que Tu ne viennes. Mais nous savons une seule chose, c’est qu’un jour Tu viendras, mais nous ignorons Ă  quelle heure ce sera.
Mais laisse-nous vivre chaque heure de telle maniĂšre que si cette heure-lĂ  sonnait, que nous soyons prĂȘts pour aller nous tenir dans Ta PrĂ©sence et T’entendre dire: «C’était bien, Mon bon et fidĂšle serviteur; entre dans les joies du Seigneur qui ont Ă©tĂ© prĂ©parĂ©es pour toi dĂšs la fondation du monde.» Nous nous consacrons ainsi que cette salle, et Ta Parole pour l’honneur et la gloire de Dieu, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-44 Que le Seigneur vous bénisse. Maintenant, nous voudrions lire quelques passages des Ecritures ici, qui se trouvent dans le Livre de Jean, chapitre 12, verset 20.
E-45 Et notre–notre thĂšme est le suivant, le...?... Le thĂšme de nos campagnes est: JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Eh bien, ça c’est HĂ©breux 13.8: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.» Et maintenant, Jean 12.20:
Quelques Grecs, du nombre de ceux qui Ă©taient montĂ©s pour adorer pendant la fĂȘte, s’adressĂšrent Ă  Philippe, de BĂ©thesda–BethsaĂŻda en GalilĂ©e, et lui dire avec instance: Seigneur, nous voudrions voir JĂ©sus.
E-46 Maintenant, j’aimerais alors tenir, pour les quelques prochaines minutes, juste un petit entretien traditionnel qui servira de base et comme toile de fond. Ensuite, nous allons commencer, pour ainsi dire, avec la guĂ©rison divine. Et je crois toujours que presque quatre-vingts pour cent du ministĂšre de JĂ©sus Ă©taient constituĂ©s de la guĂ©rison divine.
E-47 Et comme mon bon vieil ami, frĂšre Bosworth (que beaucoup d’entre vous chrĂ©tiens avez connu) avait coutume de dire: «Vous... Toujours... Pour attraper le poisson, vous ne lui montrez pas l’hameçon; vous lui montrez l’appĂąt. Et le poisson attrape l’appĂąt et avale l’hameçon.»
E-48 C’est donc de cette maniĂšre que nous essayons d’attraper les chrĂ©tiens pour Christ, par les miracles de la guĂ©rison divine pour montrer Sa PrĂ©sence. Et ensuite, avec cela, ils reconnaissent qu’un homme ne peut pas faire ces choses, alors cela attrape l’ñme du croyant, et celui-ci accepte la chose sur cette base-lĂ . Ainsi donc, pour commencer, j’aimerais vous entretenir sur le fait qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
Et ces Grecs ont dit: «Seigneur, nous voudrions voir Jésus.»
E-49 Or, ces Grecs avaient bien exprimĂ© les pensĂ©es que nous avons ici ce soir. Je ne crois pas qu’il y ait une personne ici qui n’aimerait pas voir JĂ©sus-Christ. Juste pour nous rendre compte, combien ici prĂ©sents, qui ont dĂ©jĂ  entendu parler de Lui, aimeraient Le voir? J’aimerais que vous leviez simplement la main. Voyez simplement, c’est cent pour cent. Il n’y a personne qui ait dĂ©jĂ  entendu parler de Lui... Rien que ce Nom charmant nous donne le dĂ©sir de Le voir.
E-50 Christ a quelque chose qui ne se trouve dans aucun autre homme. Il Ă©tait diffĂ©rent. Il Ă©tait le Fils de Dieu. Et il y avait–il y a quelque chose de si diffĂ©rent en Lui, que les autres hommes ne semblent pas avoir comme Lui. Et nous avons l’Esprit, vous comprenez, mais nous L’avons avec mesure. Lui Il L’a sans mesure; Il Ă©tait Emmanuel, Dieu vivant dans le corps de JĂ©sus-Christ, Dieu manifestĂ© dans la chair. Christ Ă©tait l’image de Dieu, manifestant Dieu aux gens. Ce que Dieu Ă©tait, les gens voyaient cela en Christ, Son Fils. Il Ă©tait l’Oint. Le mot Christ signifie l’Oint.
E-51 Et maintenant, si ces Grecs Le cherchaient... Maintenant, Ă©tendons-nous sur chaque mot. Ces Grecs cherchaient JĂ©sus, ils sont allĂ©s auprĂšs de l’un de Ses disciples qui Ă©tait Philippe de BethsaĂŻda. Et ils–ils cherchaient JĂ©sus, alors ils sont allĂ©s vers un disciple, et le disciple les a conduits auprĂšs de JĂ©sus. Si c’était le moyen pour ces Grecs de voir JĂ©sus et que nous dĂ©sirions voir ce mĂȘme JĂ©sus, et la Bible dit qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, alors pourquoi ne pouvons-nous pas Le voir? Maintenant, vous...
E-52 Les Ecritures ne peuvent pas mentir. Elles sont la VĂ©ritĂ©. Je crois cela. Et si ces Ecritures Ă©taient fausses, alors je serais en train de faire quelque chose d’autre au lieu de me tenir ici pour reprĂ©senter Ceci. Mais je crois qu’Elles sont vraies, parfaitement vraies. Elles n’ont besoin d’aucune interprĂ©tation. Elles sont juste ce qu’Elles sont censĂ©es ĂȘtre, juste tel que cela est Ă©crit lĂ -dedans, parce que Dieu a veillĂ© Ă  ce qu’Elles restent telles quelles. Maintenant, observez.
E-53 Combien croient que Dieu est infini, omnipotent, omniprĂ©sent, omniscient? Eh bien, Il est Dieu; par consĂ©quent, Sa premiĂšre dĂ©cision sur quoi que ce soit doit toujours rester la mĂȘme, parce que Ses dĂ©cisions devraient ĂȘtre parfaites; en fait Il ne peut rien faire sans que ce soit parfait. C’est tout ce qu’Il est, la perfection. Il ne peut jamais changer. Maintenant, c’est ici que notre espoir est bĂąti sur la Parole. Si jamais Dieu Ă©tait appelĂ© en scĂšne pour prendre une dĂ©cision au sujet de quelque chose, Sa premiĂšre dĂ©cision doit rester la mĂȘme pour toujours. Cela ne peut jamais changer. Juste avant que nous en venions Ă  la pensĂ©e principale, pensez Ă  cela.
E-54 Lorsque dans le jardin d’Eden, Dieu a Ă©tĂ© appelĂ© pour le salut d’Adam et Ève, Il avait un seul remĂšde; c’était le sang. Et Il n’a jamais changĂ© cela. Ce–c’est toujours le sang. Il ne peut jamais changer cela.
E-55 Lorsque Dieu a Ă©tĂ© appelĂ© pour guĂ©rir un malade, Il l’a guĂ©ri sur base de la foi de ce dernier. Et Il ne peut jamais changer cela. Voyez-vous? Et s’Il a guĂ©ri un homme sur base de sa foi en Dieu qui est capable de faire cela, alors Il devra guĂ©rir le prochain homme, sinon Il avait commis une erreur en guĂ©rissant le premier homme, et Il avait commis une erreur en sauvant le premier homme. Voyez-vous? Donc vous ne pouvez pas...
E-56 Nous, nous changeons. Nous sommes–nous sommes limitĂ©s comme on le dit. Et Lui, Il est infini. Donc Il ne peut pas changer, parce qu’Il est parfait. Nous prenons une dĂ©cision, ensuite nous considĂ©rons la chose et nous disons: «Eh bien, ce n’était pas correct. Je vais le faire de telle maniĂšre, ce serait un peu meilleur.» Mais pas Lui. Sa premiĂšre dĂ©cision est parfaite. C’est de cette maniĂšre que cela devra toujours rester. Donc Il ne peut apprendre quelque chose de plus ni devenir plus intelligent, comme nous le faisons d’aprĂšs ce que nous pensons, mais Lui est parfait au dĂ©part.
E-57 Maintenant, nous entendons tellement parler de JĂ©sus en ces jours-ci, et partout oĂč vous allez... Eh bien, je suis un missionnaire, comprenez bien; ceci c’est mon septiĂšme voyage Ă  travers le monde. Eh bien, dans les champs de mission, nous trouvons des gens et des millions d’entre eux qui adorent des idoles et que sais-je encore. Mais ici en AmĂ©rique, nous trouvons des Ă©glises Ă  chaque coin de rue, chacune prĂ©sente Dieu d’une certaine maniĂšre, et on trouve tant d’opinions diffĂ©rentes Ă  ce sujet. Certains essaient de trouver Dieu par un certain moyen, et d’autres par un autre. AssurĂ©ment qu’il existe un moyen correct quelque part. Il doit y avoir un moyen correct quelque part.
E-58 En effet, comme David l’a dit: «Lorsque la profondeur appelle la profondeur,» il doit y avoir une–d’abord, quelque chose pour rĂ©pondre Ă  cet appel, sinon cet appel ne serait pas lĂ . En d’autres termes, il doit y avoir un CrĂ©ateur avant qu’il y ait une crĂ©ation. Voyez-vous? Il doit y avoir une Chose qui place une crĂ©ation en vous, avant qu’il... un CrĂ©ateur pour placer une crĂ©ation, et ensuite il doit y avoir quelque chose pour rĂ©pondre Ă  cela. Avant qu’il y ait une–une–une nageoire sur le dos d’un poisson, il a dĂ» y avoir premiĂšrement de l’eau pour qu’il puisse y nager, sinon il n’aurait pas de nageoire. Avant qu’il y ait un arbre qui pousse sur la terre, il a dĂ» d’abord y avoir une terre. Et aussi longtemps qu’il y a une faim pour Dieu dans le coeur de l’homme, il doit y avoir un Dieu quelque part pour rĂ©pondre Ă  cet appel.
E-59 Et si beaucoup de gens sont ici ce soir, cherchant la guĂ©rison divine, pourquoi cherchez-vous cela? Parce que quelque chose en vous dit qu’il existe une Fontaine quelque part. Voyez-vous? Et aussi longtemps qu’il y a quelque chose en vous, vous disant qu’il existe une Fontaine quelque part, cette Fontaine-lĂ  doit exister, sinon vous n’auriez jamais ce dĂ©sir en vous. Voyez-vous? Le CrĂ©ateur pour crĂ©er la crĂ©ation.
E-60 Or, nous voyons des gens en ce jour, qui dĂ©sirent ardemment, qui tirent et courent çà et lĂ , qui cherchent, qui saisissent, changent d’église, changent de lettres d’affiliation et diffĂ©rentes dĂ©nominations, et ainsi de suite. Quel est le problĂšme? Ils ont faim de Quelque Chose, mais ils ne semblent pas ĂȘtre en mesure de trouver ce qu’ils dĂ©sirent. Cette Chose doit exister quelque part.
E-61 Eh bien, certains aujourd’hui cherchent Dieu dans leurs credos. Certaines personnes pensent qu’au travers de leurs credos... qu’ils vont simplement par un certain credo trouver Dieu. Certains pensent qu’il faut adhĂ©rer Ă  une certaine dĂ©nomination pour trouver Dieu.
E-62 Eh bien, JĂ©sus a trouvĂ© la mĂȘme chose lorsqu’Il est venu sur terre. Il a trouvĂ© les pharisiens, les sadducĂ©ens et que sais-je encore, les diffĂ©rents ordres, ou les organisations et les credos de l’époque. Que leur a-t-Il dit? «Vous anĂ©antissez le commandement de Dieu par vos traditions.» Voyez-vous?
E-63 Je pense qu’en cherchant Dieu au travers d’un credo ou au travers d’une dĂ©nomination, la seule chose que cela fait, cela rend la chose tellement mystĂ©rieuse, et ensuite vous rĂ©alisez que cela se retourne carrĂ©ment et renie la Parole, et cela se retourne carrĂ©ment et anĂ©antit les commandements de Dieu. Par exemple, si vous essayez de trouver Dieu en rĂ©citant le symbole des apĂŽtres, et qu’ensuite vous reveniez pour voir Marc 16 devenir rĂ©el pour vous: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru», et qu’on vous dise immĂ©diatement: «Eh bien, le temps des miracles est passĂ©,» alors qu’est-ce que cela fait? Cela anĂ©antit les commandements de Dieu (Voyez-vous?); les commandements de Dieu ne sont plus efficaces.
E-64 Voici Son commandement: «Allez par tout le monde, et prĂȘchez l’Evangile Ă  toute la crĂ©ation.» Or, l’Evangile n’est pas venu en Parole seulement, mais avec la manifestation de la Parole, la dĂ©monstration du Saint-Esprit vivifiant la Parole. Voyez-vous, c’est l’Esprit qui prend la Parole.
E-65 La Parole Ă©tait une pensĂ©e. Et une pensĂ©e, c’est... Une parole est une pensĂ©e exprimĂ©e. Voyez-vous? Eh bien, c’étaient les pensĂ©es de Dieu, ce qu’Il allait faire, ensuite Il a exprimĂ© cela par la Parole.
E-66 Et maintenant, lorsque le Saint-Esprit prend la Parole, Il accomplit Cela et La manifeste, et La rend une rĂ©alitĂ©, chaque Parole de Dieu. Il n’y a pas une seule Ecriture qui n’ait Ă©tĂ© donnĂ©e par inspiration; et chaque Parole de Dieu est parfaite et vraie, et Elle s’accomplira. Chaque Parole doit ĂȘtre accomplie. «Le ciel et la terre passeront, a dit JĂ©sus, mais Ma Parole ne faillira point.» Chaque Parole de Cela doit ĂȘtre accomplie.
E-67 Maintenant, lorsque Dieu fait cela, et que nous voyons alors que notre credo... que si nous rĂ©citons certains credos ou certaines choses, confessant que nous sommes membres de... Et je n’ai rien Ă  redire cela. C’est en ordre.
E-68 C’est juste comme le fait de manger une pastĂšque, comme le frĂšre de couleur disait lorsqu’il en a mangĂ© une tranche. On lui a demandĂ©: «Qu’en penses-tu, Mose?»
E-69 Il a rĂ©pondu: «C’était bon, mais il y en a sĂ»rement davantage.» Ce n’était pas assez pour donner satisfaction.
E-70 Un credo, c’est trĂšs bien, mais cela ne vous satisfait pas jusqu’à ce que vous arriviez Ă  la Parole. Et «l’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.» C’est de cela que l’homme doit vivre. La Parole de Dieu, c’est le Pain spirituel quotidien de l’homme, la Parole de Dieu rendue manifeste.
E-71 Et lorsque Dieu donna la Terre promise Ă  IsraĂ«l, pendant qu’ils Ă©taient encore en Egypte, ils ont dĂ» combattre pour chaque centimĂštre de terrain. Dieu a dit Ă  JosuĂ©, dans JosuĂ© 1: «Tout lieu que foulera la plante de vos pieds, Je vous le donne en possession.» Donc les empreintes de pas, cela signifie la possession. Certaines personnes peuvent juste–peuvent juste aller jusqu’à la–à la frontiĂšre du pays. Certains peuvent prendre l’épĂ©e Ă  deux tranchants et se frayer un chemin Ă  travers les rangs des Philistins et des AmorĂ©ens jusqu’à ce qu’ils s’emparent de la chose entiĂšre. VoilĂ  ce que nous devrions faire. Chaque promesse nous appartient. Nous avons un... Les empreintes de pas, c’est la possession. Avancez carrĂ©ment et emparez-vous-en. Dieu nous l’a donnĂ©e. C’est une promesse et c’est la VĂ©ritĂ©, et cela nous appartient.
E-72 Eh bien, alors avec ces credos les gens viennent encore, comme je l’ai dit, et font le–avec leurs traditions, ils anĂ©antissent les commandements de Dieu: ils en font... ils retranchent Cela, et ils rejettent Cela par des explications.
E-73 Mais il y a sĂ»rement un moyen pour savoir ce qu’est la VĂ©ritĂ©, parce qu’il y a ici une Ecriture qui dit: «Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.» Maintenant, vous ne pouvez pas prendre cette Ecriture-lĂ  et La retrancher de la Bible. Vous devez La laisser dans la Bible, parce que Sa place se trouve lĂ -dedans. Et si Elle dit qu’Il est le mĂȘme, cela ne signifie pas qu’Il est partiellement le mĂȘme; cela signifie qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-74 Eh bien, alors, nous voulons Le voir. J’aimerais Le voir entrer dans cette salle ce soir. J’aimerais Le voir. Pas vous? Nous avions dit, il y a quelques instants, que nous aimerions Le voir. Nous aimerions Le voir. Eh bien, s’Il nous l’a promis, pourquoi ne pouvons-nous pas Le voir? C’est le... Maintenant, si nous ouvrons simplement nos yeux et nos pensĂ©es juste pendant quelques instants, je crois que nous comprendrons, qu’Il entrera et se montrera Ă  nous. Eh bien, et ensuite nous pouvons nous en aller ce soir et dire: «Nous voudrions voir JĂ©sus.»
E-75 OĂč a-t-on trouvĂ© JĂ©sus dans l’Ancien Testament? Juste... dans le Nouveau Testament, je veux dire. Juste dans la Parole, parce qu’Il Ă©tait la Parole. Eh bien, Il n’était pas la Parole selon la maniĂšre dont eux avaient conçu la chose, mais Il Ă©tait la Parole selon la maniĂšre dont Dieu l’avait conçu, parce qu’Il Ă©tait la Parole vivante.
E-76 Or, lorsqu’Il a rencontrĂ© Satan, Il l’a rencontrĂ© sur base de la Parole. Il–Il avait–Il Ă©tait Dieu manifestĂ© en chair; mais lorsqu’Il a rencontrĂ© Satan, Il n’a point fait usage de Sa puissance en–en tant que Dieu, ce qu’Il Ă©tait. Il a dit: «Il est Ă©crit: ‘L’homme ne vivra pas de pain seulement.’ Il est Ă©crit: ‘Tu adoreras l’Eternel Ton Dieu, et tu Le serviras Lui seul.’» Lorsqu’Il a rencontrĂ© Satan, Il l’a rencontrĂ© avec la Parole, parce qu’Il Ă©tait la Parole. Maintenant, la Parole a Ă©tĂ© faite chair, et Elle a habitĂ© parmi nous. Or, MoĂŻse a parlĂ© de Lui dans la Parole. Eh bien, dans DeutĂ©ronome, chapitre 18, verset 15...
E-77 MoĂŻse a Ă©crit les cinq premiers Livres de l’Ancien Testament, l’Exode et la GenĂšse; la GenĂšse, l’Exode, le LĂ©vitique, le DeutĂ©ronome, les Nombres. Il a Ă©crit les cinq premiers Livres de–de l’Ancien Testament. Et lĂ -dedans, inspirĂ© par Dieu, il a Ă©crit et relatĂ© ce qui a Ă©tĂ©, puis il a Ă©crit et relatĂ© ce qui serait. Et si ce qu’il a annoncĂ© s’est accompli; nous savons donc que ce qu’il avait dit concernant le passĂ© est vrai. Car un homme peut regarder comme ceci et voir ce qui va s’accomplir, et cela s’accomplit, alors ce qu’il a relatĂ© en rapport avec le passĂ© Ă©tait certainement aussi inspirĂ©.
E-78 Eh bien, les Juifs ont tous Ă©tĂ© enseignĂ©s Ă  croire leurs prophĂštes. Ils les croient encore. C’est comme l’a dit Paul: «Les Juifs cherchent des signes et les Grecs la sagesse et ainsi de suite. Nous, nous prĂȘchons Christ crucifiĂ©.»
E-79 Eh bien, ces Juifs avaient reçu de la Bible cet enseignement: «S’il y a parmi vous un homme qui est spirituel, ou un prophĂšte, Moi l’Eternel Je me ferai connaĂźtre Ă  lui. Et–et dans les prophĂ©ties et les visions, les songes et autres, si ce qu’il dit arrive, alors Ă©coutez-le.» Eh bien, ce n’est que raisonnable. «Mais si cela ne s’accomplit pas tel qu’il l’a annoncĂ©, alors ne le croyez pas.» En effet, Dieu ne peut pas mentir; Il est Dieu. Si un homme dit une chose et que cela arrive, et qu’ensuite vous observiez cela en lui, que cela arrive, cela arrive, cela arrive, alors vous saurez que ça ne peut pas ĂȘtre cet homme-lĂ . Ça doit ĂȘtre Dieu. Donc Dieu a dit aux prophĂštes, ou plutĂŽt, Il a dit aux Juifs d’écouter cet homme-lĂ , parce qu’il Ă©tait un prophĂšte envoyĂ© de Dieu.
E-80 Or, MoĂŻse Ă©tait ce prophĂšte majeur. Nous n’avons pas le temps d’entrer dans sa vie pour montrer comment il Ă©tait un type de Christ. Mais il Ă©tait un prophĂšte majeur. Et il a dit: «L’Eternel votre Dieu suscitera un prophĂšte comme moi. Et quiconque n’écoutera pas ce prophĂšte sera retranchĂ© du milieu du peuple.» Eh bien, eh bien, si MoĂŻse a parlĂ©, et les autres prophĂštes... Et, souvenez-vous, MoĂŻse a Ă©crit aussi la GenĂšse. Depuis le jardin d’Eden: «La Semence de la femme Ă©craserait la tĂȘte du serpent.» Et toutes les promesses de ces temps-lĂ  qui parlaient de la Venue d’un Messie, c’est MoĂŻse qui les a Ă©crites. Et ensuite, les autres prophĂštes, des prophĂštes majeurs, tels qu’EsaĂŻe, JĂ©rĂ©mie et les autres, ont tous annoncĂ© la Venue du Messie. Les prophĂštes, dont la Parole s’est accomplie, eh bien, ont parlĂ© et ils ont annoncĂ© qu’Il serait un ProphĂšte lorsqu’Il viendrait. «Il sera un prophĂšte comme moi», a dit MoĂŻse. C’est ce qu’Il devrait ĂȘtre.
E-81 Maintenant, si nous voulons voir JĂ©sus aujourd’hui, et la Bible dit: «Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.» Alors il n’y a qu’un seul moyen de Le voir. Non pas...
E-82 Mettons tout simplement de cĂŽtĂ© nos credos pendant quelques instants, pendant environ une heure maintenant, ou une demi-heure. Mettons de cĂŽtĂ© nos credos, mettons de cĂŽtĂ© nos points de vue dĂ©nominationnels, et ainsi de suite, et faisons un recul dans le passĂ© et voyons ce qu’Il Ă©tait. Maintenant, serait-ce... Ce serait raisonnable, n’est-ce pas? Ce serait juste. Allons voir ce qu’Il Ă©tait, et alors nous saurons ce qu’Il est, si nous pouvons voir ce qu’Il Ă©tait. Mais le seul moyen pour que vous puissiez... S’Il Ă©tait un credo en ce temps-lĂ , donc le credo est correct. S’Il Ă©tait une dĂ©nomination en ce temps-lĂ , alors cela est correct. Voyons de quelle dĂ©nomination ou de quel credo il s’agissait.
E-83 Mais nous dĂ©couvrons qu’en ce temps-lĂ , Il Ă©tait la Parole; donc Il est toujours la Parole. Maintenant, j’ai lu dans Jean. Maintenant, si nous pouvons retourner ici au premier chapitre de Jean, et nous prendrons juste quelques-unes de Ses caractĂ©ristiques, ce qu’Il Ă©tait depuis le chapitre 1 de Jean.
Maintenant, nous voyons ceci: «Au commencement Ă©tait la Parole,» comme je l’ai dĂ©jĂ  citĂ©, «et la Parole Ă©tait Dieu, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair, et Elle a habitĂ© parmi nous.» Maintenant, nous voyons ce qu’Il Ă©tait. Maintenant, nous avons la Parole qui est Dieu, et Dieu a Ă©tĂ© fait chair, et Il a habitĂ© parmi nous en ce temps-lĂ . Or, la Bible dit qu’Il est le mĂȘme hier... Ça c’était le Nouveau Testament.
E-84 Christ le mĂȘme dans l’Ancien Testament; Christ le mĂȘme dans le Nouveau Testament, et Christ le mĂȘme Ă©ternellement. Alors si nous pouvons voir ce qu’Il Ă©tait, et ensuite ce qu’Il a Ă©tĂ©, et ce qu’Il sera, alors nous comprendrons cela. Est-ce vrai?
E-85 MoĂŻse a donc dit: «Il sera comme moi, un ProphĂšte comme moi.» Alors lorsqu’Il est venu, ce que Christ Ă©tait, Il doit ĂȘtre ce qu’Il... Donc Il a dĂ» ĂȘtre ce qu’Il Ă©tait auparavant. Ainsi donc, commençons juste par lĂ , et ensuite nous verrons ce qu’Il sera Ă©ternellement. C’est le seul moyen de le faire.
E-86 Le mĂȘme hier, eh bien, c’est ce qu’Il Ă©tait, nous voyons Paul l’écrivain hĂ©breux dire: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier,» s’adressant aux HĂ©breux. Et nous savons tous que le JĂ©hovah de l’Ancien Testament Ă©tait le JĂ©sus du Nouveau Testament, et c’est le Saint-Esprit d’aujourd’hui. Et c’est le mĂȘme Dieu qui s’est tout simplement manifestĂ© dans trois diffĂ©rents offices. Et ainsi, le mĂȘme Dieu... Et tout ce que Dieu Ă©tait Il l’a dĂ©versĂ© en Christ, tout ce que Christ Ă©tait Il l’a dĂ©versĂ© dans l’Eglise. Ainsi donc, voyez-vous, vous pouvez rapidement voir ce qu’Il est: «Le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.»
E-87 Maintenant, nous devons dĂ©couvrir Sa nature, ce qu’Il Ă©tait. Eh bien, nous savons tous, et tous les lecteurs de la Bible seront d’accord, que la Colonne de Feu qui suivait IsraĂ«l dans le dĂ©sert, ou plutĂŽt c’est eux qui suivaient la Colonne de Feu, c’était l’Ange de l’Alliance qui parla Ă  MoĂŻse dans le buisson ardent, cette mĂȘme Colonne de Feu. Vous–Etes-vous d’accord avec ça? Nous tous. Eh bien, qui est l’Ange de l’Alliance? Christ. «MoĂŻse abandonna l’Egypte, regardant l’opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trĂ©sors de l’Egypte.» Voyez-vous?
E-88 Et maintenant, lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre, cette Colonne de Feu fut faite chair, Elle habita parmi nous. Lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre, Il a dit: «Je viens de Dieu, et Je retourne Ă  Dieu.» Maintenant souvenez-vous, «hier, aujourd’hui.» Voyez-vous? Il est venu de Dieu, de la Colonne de Feu, Il retourne Ă  Dieu.
E-89 Eh bien, aprĂšs la mort, l’ensevelissement et la rĂ©surrection de JĂ©sus, Saul de Tarse Ă©tait en route vers Damas pour arrĂȘter ces gens de la PentecĂŽte, en route alors qu’il se rendait lĂ , qu’est-il arrivĂ© alors qu’il s’y rendait? Une Colonne de Feu, une LumiĂšre l’a terrassĂ©. Personne d’autre n’avait vu Cela. Lui avait vu Cela. Elle l’a aveuglĂ© pendant un certain temps. Elle Ă©tait si rĂ©elle pour lui, alors que les autres qui se tenaient lĂ  n’avaient rien vu; mais Elle Ă©tait tellement brillante pour lui qu’Elle l’a aveuglĂ©. Et Il a dit: «Saul, Saul, pourquoi Me persĂ©cutes-tu?»
Il a dit: «Qui es-Tu, Seigneur?» Maintenant, suivez.
E-90 «Je suis JĂ©sus. Et il te serait dur de regimber contre les aiguillons.» Vous vous en souvenez. Eh bien, le voici, la mĂȘme Colonne de Feu qui fut autrefois.
E-91 Donc s’Il est le mĂȘme hier, et puis au temps de Paul, aujourd’hui, Il sera le mĂȘme Ă©ternellement. Alors cette Grande Colonne de Feu, Dieu, l’Ange de l’Alliance, est aujourd’hui la mĂȘme qu’Elle Ă©tait lorsqu’Elle conduisait IsraĂ«l.
E-92 Eh bien, nous allons commencer avec Son ministĂšre, dans Jean 1. Nous savons... Nous allons mettre de cĂŽtĂ© Son appel, Sa naissance, comment Il est allĂ© se faire baptiser auprĂšs de Jean-Baptiste, et comment Il est allĂ© au dĂ©sert, oĂč Il a Ă©tĂ© tentĂ© par le diable, et d’oĂč Il est sorti aprĂšs quarante jours et quarante nuits de jeĂ»ne. Il est sorti, et Il a commencĂ© Son ministĂšre. Maintenant, suivons Son ministĂšre ici. ImmĂ©diatement, les gens ont commencĂ© Ă  ĂȘtre guĂ©ris aprĂšs qu’Il priait pour eux.
E-93 Et nous voyons qu’il y avait lĂ  un homme du nom de Simon, et il Ă©tait venu vers JĂ©sus sur invitation de son frĂšre AndrĂ©. Et lorsqu’il s’est avancĂ© dans la PrĂ©sence de JĂ©sus... Eh bien, souvenez-vous, voici venir l’homme qui allait dĂ©tenir la clĂ©. Maintenant, nous comprenons, selon Actes 4, qu’il Ă©tait un homme du peuple sans instruction. Nous avons appris qu’il pouvait Ă  peine signer son propre nom. Eh bien, il n’était pas un Ă©rudit. Il n’était pas un Ă©vĂȘque. Il n’était pas un–un sacrificateur. Il Ă©tait un pĂ©cheur.
E-94 Dieu prend toujours un rien pour en faire quelque chose afin de... Il se manifeste au travers d’un rien, afin que n’importe qui puisse voir que c’est Dieu. Voyez-vous? Il prend quelque chose qui n’est rien.
E-95 Et Il a pris cet homme ignorant. Maintenant, comment JĂ©sus va-t-Il amener cet homme Ă  Le reconnaĂźtre pour ce qu’Il est? En effet, beaucoup de contrefaçons Ă©taient sorties. Et nous en avons eu Ă  travers les Ăąges.
E-96 Et chaque fois que vous prenez un faux dollar, et que vous regardez ce faux dollar, souvenez-vous tout simplement que ce faux dollar a Ă©tĂ© fabriquĂ© Ă  partir d’un vrai dollar. Car s’il n’y avait pas de vrai dollar, alors ce faux dollar serait le–le billet original. Voyez-vous? Aussi longtemps que vous voyez quelqu’un imiter ou essayer de jouer le rĂŽle de l’hypocrite, souvenez-vous tout simplement qu’il y a un vĂ©ritable chrĂ©tien quelque part. Voyez-vous? Lorsque vous voyez un homme introduire un certain systĂšme ecclĂ©siastique d’un–d’un faux dieu, ou une espĂšce d’excitation mentale, ecclĂ©siastique et psychique, souvenez-vous tout simplement que derriĂšre cela il y a quelque part un vĂ©ritable Dieu. Remarquez. Oh! j’aime vraiment cela. Remarquez.
E-97 Maintenant, aussitĂŽt, juste aussitĂŽt que Simon... Illustrons juste un petit drame de Simon pendant une minute, comme Ă©tant un homme ĂągĂ©. Son pĂšre aussi Ă©tait un vieillard. Et peut-ĂȘtre qu’un jour, comme j’avais lu un petit rĂ©cit Ă  son sujet... Son pĂšre Ă©tait un pĂȘcheur, et il ramenait le filet dans la barque. Ils avaient vraiment besoin des poissons. Alors ils... ce jour-lĂ  ils avaient eu une belle pĂȘche. Ils priaient toujours avant d’aller pĂȘcher. Et il avait donc quelques dettes Ă  payer, il avait pris un–il avait pris beaucoup de poissons. Et il s’était assis sur le cĂŽtĂ© de la barque, il a passĂ© son bras autour de Simon et a dit: «Simon.» Son nom Ă©tait Jonas, vous savez. Et il a dit: «Simon, mon fils, j’ai toujours pensĂ© qu’un jour je verrais le Messie. Cela a Ă©tĂ© l’espoir de notre peuple depuis que nous sommes sortis de l’Egypte, ou plutĂŽt depuis que nous avons su qu’il y a un Messie qui a Ă©tĂ© promis. Quatre mille ans se sont Ă©coulĂ©s, mon fils. Beaucoup de grands hommes, de prophĂštes sont morts, attendant le Messie. Je pensais qu’Il viendrait dans ma gĂ©nĂ©ration. Mais je me fais vieux maintenant, peut-ĂȘtre que je ne Le verrai pas. Mais, Simon, j’aimerais que vous vous souveniez, toi et AndrĂ©, qu’Il viendra probablement dans votre gĂ©nĂ©ration, car je suis vieux maintenant et je vais bientĂŽt ĂȘtre recueilli auprĂšs de mon peuple. J’ai essayĂ© de vous Ă©lever correctement, mes garçons, j’ai essayĂ© de vous Ă©lever selon la Parole.
Maintenant, Ă©coutez. Eh bien, Simon et AndrĂ©, avant que ce Messie se lĂšve rĂ©ellement, il y aura beaucoup de choses qui se feront au Nom du Messie; en effet, ce sera l’ennemi. Mais n’oubliez pas, Simon, toi et AndrĂ© tenez-vous-en toujours Ă  la Parole. Ne vous Ă©loignez pas de la Parole. Souvenez-vous, le Messie sera un ProphĂšte comme MoĂŻse, parce que c’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Peu importe, que la personne soit un grand gĂ©ant ecclĂ©siastique, qu’il soit capable d’expliquer les mots, qu’il soit capable de faire quelque chose comme cela; mais la Bible dit qu’Il sera un ProphĂšte comme MoĂŻse. (Amen.) Eh bien, c’est de cette maniĂšre que vous allez Le reconnaĂźtre.»
E-98 Et ce jour-lĂ , lorsque Simon et AndrĂ© se sont avancĂ©s dans Sa PrĂ©sence, JĂ©sus se tenait lĂ . C’est AndrĂ© qui lui avait dit: «Nous avons trouvĂ© le Messie.»
E-99 Et j’imagine que Pierre a pensĂ© comme ceci, ou plutĂŽt Simon, comme il s’appelait Ă  l’époque: «Eh bien, tu es probablement tombĂ© dans l’extrĂ©misme, AndrĂ©. Je vais aller avec toi, et je saurai.»
E-100 Lorsqu’il s’est avancĂ© devant JĂ©sus, JĂ©sus a dit: «Tu t’appelles Simon, et tu es le fils de Jonas.»
E-101 C’était suffisant. C’était fait. Il a cru en Lui et L’a acceptĂ©, tant et si bien que plus tard il a reçu les clĂ©s du Royaume. Il n’avait pas suivi une certaine formation ni rien; il a reçu les clĂ©s du Royaume. C’est Ă  cause de la rĂ©vĂ©lation de Dieu qu’il a su que c’était le Messie, parce que c’était le Messie conformĂ©ment aux Ecritures. Il Ă©tait un ProphĂšte, et ils n’avaient pas eu de prophĂšte pendant quatre cents ans, depuis Malachie. Ils avaient eu de faux prophĂštes. Mais un vrai prophĂšte qui disait la VĂ©ritĂ©... Et voilĂ  qu’un Homme se tenait lĂ  qui, aussitĂŽt qu’Il l’a vu, non seulement savait qui il Ă©tait, mais Il savait qui Ă©tait son vieux pĂšre, cet homme pieux qui l’avait instruit. Cela rĂ©gla la question. «Tu es le Christ, le Fils de Dieu.» Voyez-vous?
E-102 «Ton Nom est Simon. Tu es Fils de Jonas.» Cela suffisait pour lui montrer qui Il Ă©tait. Or, ça c’est ce que JĂ©sus a fait hier afin de se confirmer, comme Ă©tant le Messie.
E-103 Il y avait un homme qui se tenait lĂ . Nous allons nous dĂ©pĂȘcher. Il y avait un homme qui se tenait lĂ , du nom de Philippe. Eh bien, cela l’a enthousiasmĂ©. C’est celui dont nous avons lu le rĂ©cit il y a quelque temps ici. Cela l’a tellement enthousiasmĂ©. Eh bien, Philippe a peut-ĂȘtre dit: «Dites donc, cela–cela rĂšgle la question. Maintenant, je suis certain.»
E-104 Et il est allĂ© en contournant la colline, Ă  une distance de quinze miles [24 km]. Il avait un ami avec qui il allait Ă  l’école, un homme de bien, un homme intĂšgre et versĂ© dans les Ecritures, un homme qui–qui connaissait les Ecritures et aimait Dieu. Et je le vois frapper Ă  la porte [FrĂšre Branham frappe.–N.D.E.] et–et dire: «OĂč est NathanaĂ«l?»
E-105 Sa femme dit: «Il est lĂ  dans le–le verger, lĂ . Il prie.»
E-106 Il est allĂ© le trouver et il Ă©tait sous un arbre. Et lorsqu’il l’a trouvĂ©, il a dit: «Viens voir qui nous avons trouvĂ©, JĂ©sus de Nazareth, le Fils de Joseph.»
E-107 Et maintenant, je peux m’imaginer Philippe–ou plutĂŽt NathanaĂ«l dire: «Eh bien, Philippe, peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon?»
Il a dit: «Viens, et vois.»
E-108 Eh bien, c’est une bonne dĂ©claration pour n’importe qui. Ne restez pas chez vous Ă  critiquer. Ne vous levez pas pour sortir. Restez et attendez, et voyez si c’est la VĂ©ritĂ© ou pas. Voyez-vous? «Viens voir toi-mĂȘme.»
E-109 Eh bien, ils sont allĂ©s en contournant la montagne; reprĂ©sentons-nous un peu leur conversation. Je peux entendre Philippe dire à–à NathanaĂ«l: «NathanaĂ«l, que sera le Messie d’aprĂšs les Ecritures?»
«Oh! Il sera un–Il sera un ProphĂšte comme MoĂŻse.»
E-110 «AssurĂ©ment. C’est juste. Eh bien, ce JĂ©sus de Nazareth dont je te parle, te souviens-tu de ce vieux pĂȘcheur chez qui tu as achetĂ© du poisson, et qui ne savait pas signer son nom?»
E-111 «Oui. Oh! bien sĂ»r, le fils de Jonas. Je le connais bien. Il s’appelle Simon.»
E-112 «AussitĂŽt qu’il s’est avancĂ© dans la PrĂ©sence de cet Homme, Celui-ci lui a dit qui il Ă©tait, et lui a parlĂ© de son pĂšre. Cela ne me surprendrait pas qu’Il te dise qui tu es.», a-t-il dit.
«Eh bien, a-t-il dit, maintenant, un instant. Je dois voir cela.»
E-113 Alors, ils sont finalement arrivĂ©s Ă  la rĂ©union. AussitĂŽt qu’il est entrĂ© dans la PrĂ©sence de JĂ©sus, JĂ©sus a dit: «Voici un IsraĂ©lite, dans lequel il n’y a point de fraude.»
E-114 Maintenant, vous direz peut-ĂȘtre: «Eh bien, assurĂ©ment qu’Il a reconnu que c’était un IsraĂ©lite, par la maniĂšre dont il Ă©tait habillĂ©.» Tous les gens de l’est s’habillaient de la mĂȘme façon, tous ont un teint sombre, et ils portaient une barbe, un turban, et–et une robe ample, et ainsi de suite, ils s’habillaient tous de la mĂȘme façon. Et comment avait-Il su qu’il Ă©tait un homme honnĂȘte et juste, sans aucune fraude?
E-115 Il a dit–Il lui a dit: «Voici un IsraĂ©lite, dans lequel il n’y a point de fraude.»
E-116 Et cela a surpris cet homme qui Ă©tait versĂ© dans les Ecritures. Il a dit: «Rabbi (ce qui signifie ‘MaĂźtre’), quand m’as-Tu donc connu? C’est la premiĂšre fois que nous nous rencontrons. Quand m’as-Tu donc connu?»
Il a dit: «Avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous l’arbre, Je t’ai vu.» VoilĂ !
E-117 C’est ça! «Je t’ai vu,» Ă  quinze miles [24 km], en contournant la montagne, le jour prĂ©cĂ©dent. «Je t’ai vu quand tu Ă©tais sous l’arbre.» Maintenant, savez-vous ce qu’il a fait? Il a couru jusqu’à Lui; il a dit: «Rabbi, Tu es le Fils de Dieu, Tu es le Roi d’IsraĂ«l.» VoilĂ . Pourquoi? Il Ă©tait venu conformĂ©ment aux Ecritures, Celui dont le prophĂšte avait annoncĂ© la Venue. «Tu es le Fils de Dieu, Tu es le Roi d’IsraĂ«l.» Ce que disaient les autres ne changeait rien.
E-118 Eh bien, il y avait des gens qui se tenaient lĂ , oh! des pharisiens et des sadducĂ©ens, des Ă©vĂȘques, et que sais-je encore, des dirigeants, de grands leaders ecclĂ©siastiques, des souverains sacrificateurs et des sacrificateurs, et autres, ils se tenaient lĂ  Ă  cĂŽtĂ©, et ils regardaient cela. Ils comprirent qu’ils devaient donner une rĂ©ponse Ă  leur assemblĂ©e. Ils devaient leur donner une ques-... ils devaient rĂ©pondre Ă  leur question. Alors savez-vous ce qu’ils ont dit? Ils ont dit: «Cet homme est BĂ©elzĂ©bul.» Voyez-vous? En d’autres termes, «c’est un diseur de bonne aventure, un dĂ©mon.»
E-119 Et JĂ©sus s’est tournĂ© vers eux, et Il a dit: «Je vous pardonne.» Voyez-vous, ils ont traitĂ© d’esprit impur l’Esprit de Dieu qui faisait cela. Il a dit: «Je vous pardonne d’avoir fait cela. Mais un jour le Saint-Esprit viendra faire la mĂȘme chose, et une seule parole contre Cela ne sera jamais pardonnĂ©e ni dans ce siĂšcle ni dans le siĂšcle Ă  venir.» Une seule parole contre Cela. Eh bien, ça c’était pour un autre Ăąge. ConsidĂ©rez-les.
E-120 Or, la Bible dit que la Parole de Dieu (HĂ©breux 4) est plus tranchante qu’une Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants. La Parole, Laquelle Ă©tait Christ, est plus tranchante qu’une Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants, Elle sĂ©pare la moelle de l’os, et Elle discerne les pensĂ©es et les intentions du coeur. La Parole... Lorsque la Parole Elle-mĂȘme va de l’avant, c’est ce qui arrive. C’est la manifestation; c’est la–la confirmation de la Parole. Et la Parole se tenait lĂ , faite chair parmi eux, accomplissant exactement ce qu’Elle avait annoncĂ© qu’Elle ferait, mais eux ne L’ont pas compris.
E-121 Maintenant, souvenez-vous, il n’existe que trois races de gens sur terre: ce sont les descendants de Cham, Sem et Japhet. Nous savons cela, si nous croyons la Bible. Tous les hommes sont issus de ces trois enfants, les enfants de NoĂ©: les Juifs, les Gentils, et les Samaritains.
E-122 Avez-vous remarquĂ© Pierre qui avait les clĂ©s du Royaume? Les premiers Ă  qui Il a ouvert cela c’était les Juifs, Ă  la PentecĂŽte. Est-ce juste? Et Philippe est allĂ© prĂȘcher aux Samaritains; ils avaient Ă©tĂ© baptisĂ©s au Nom du Seigneur JĂ©sus, mais ils n’avaient pas encore reçu le Saint-Esprit; et ils ont envoyĂ© chercher Pierre qui est allĂ© leur imposer les mains, et ils ont reçu le Saint-Esprit. Est-ce juste? Actes 10.49: «Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur ceux qui Ă©coutaient la Parole.» Voyez-vous? Maintenant, remarquez ces trois peuples: les Juifs, les Gentils et les Samaritains.
E-123 Eh bien, ici les Juifs et les Samaritains attendaient un Messie. Or, JĂ©sus Ă©tait en route vers JĂ©richo, Il allait de JĂ©rusalem Ă  JĂ©richo, mais il fallait qu’Il passĂąt par la Samarie.
E-124 Maintenant, souvenez-vous de Jean 5.19, JĂ©sus a dit, aprĂšs ĂȘtre passĂ© par la piscine de BĂ©thesda: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-mĂȘme, Il ne fait que ce qu’Il voit faire au PĂšre.» Avez-vous compris cela? JĂ©sus a dit: «Le Fils ne peut rien faire de Lui-mĂȘme (Ça c’était Lui.), Je ne fais que ce que Je (pas entends le PĂšre, mais) vois faire au PĂšre.» Eh bien, cette Ecriture-lĂ  est correcte, sinon les autres Ecritures pourraient ĂȘtre fausses. Il a dit: «Avant que je fasse quoi que ce soit, Je vois par une vision ce que le PĂšre Me montre de faire, et ensuite Je vais le faire.» Voyez-vous? C’était juste Ă  cĂŽtĂ© d’eux. «Mais vous–nul ne peut venir si le PĂšre ne l’attire.» C’est vrai.
E-125 Donc il fallait qu’Il passĂąt par la Samarie, et Il fit un dĂ©tour par la Samarie. C’était vers midi. Il envoya Ses disciples dans la ville, lorsqu’Il arriva dans la ville de Sychar, et Il envoya Ses disciples dans la ville chercher des victuailles: de la nourriture. Et pendant qu’ils y Ă©taient, une femme de Sychar se prĂ©senta lĂ .
E-126 Eh bien, elle Ă©tait une femme que nous appellerions une femme de mauvaise rĂ©putation; elle Ă©tait probablement une belle jeune femme qui s’était engagĂ©e sur une mauvaise voie, et elle menait une mauvaise vie. Elle Ă©tait sortie puiser de l’eau. Parce qu’elle ne pouvait pas sortir... J’ai Ă©tĂ© moi-mĂȘme dans cette rĂ©gion, et leurs coutumes sont restĂ©es toujours les mĂȘmes. Une femme de ce genre-lĂ  ne s’associe pas aux femmes vertueuses; donc elle ne le pouvait pas; elle ne pouvait pas venir au puits au moment oĂč les autres s’y trouvaient. Et ainsi–elle est donc venue au puits aprĂšs que les autres eurent puisĂ© leur eau; elle est sortie puiser de l’eau.
E-127 Et arrivĂ©e au puits, elle s’est arrĂȘtĂ©e, et elle faisait descendre la cruche Ă  l’aide d’un treuil, cela avait deux crochets, et on plaçait simplement cela sur les manches du vase comme ceci. Ce n’était pas un seau; c’était un genre de cruche Ă  base d’argile, et on faisait descendre cela dans le puits, et on faisait remonter cela. Et ainsi elle s’est mise Ă  faire descendre le seau, et elle a entendu Quelqu’Un dire: «Femme, apporte-Moi Ă  boire.» Et elle a regardĂ©. C’était un dĂ©cor panoramique comme celui-ci, oĂč le puits public se trouve lĂ  dehors, Ă  l’extĂ©rieur de Sychar. Et ensuite, lorsqu’elle a regardĂ© lĂ , voilĂ  qu’un Juif d’ñge moyen Ă©tait assis lĂ . Eh bien, en rĂ©alitĂ©, Il n’avait qu’environ trente deux ans.
E-128 Mais Ă  peine avait-Il fini lĂ -bas que nous voyons que, dans Jean 6, on Lui a dit qu’Il paraissait avoir cinquante ans. Mais, bien sĂ»r, cela Ă©tait peut-ĂȘtre dĂ» Ă  Son travail. Ils ont dit: «Tu n’as pas plus de cinquante ans, et Tu dis avoir vu Abraham? Nous savons maintenant que Tu es fou.»
E-129 Il a dit: «Avant qu’Abraham fĂ»t, JE SUIS.» C’est juste. Ils n’ont pas compris cela, alors qu’ils Ă©taient des ecclĂ©siastiques et ils Ă©taient intelligents au possible. Mais l’intelligence ne suffit pas pour connaĂźtre Dieu; vous devez tout oublier pour connaĂźtre Dieu. Non.
E-130 Et ils se tenaient lĂ . Alors cette femme a dit... Eh bien, elle Ă©tait ce que nous appelons aujourd’hui une prostituĂ©e, et elle Ă©tait lĂ . Elle a dit: «Seigneur, il n’est pas de coutume que vous, Juif, vous me demandiez quelque chose, Ă  moi, une Samaritaine, parce que nous n’avons pas de relations.» En d’autres termes, il existe une sĂ©grĂ©gation.
E-131 Il a dit: «Femme, si tu savais Ă  qui tu parles, c’est toi qui M’aurais demandĂ© Ă  boire. Et je te donnerais une eau qui n’est pas celle que tu viens puiser ici.» Que faisait-Il? Il contactait son esprit.
E-132 Eh bien, souvenez-vous, il fallait qu’Il passĂąt par la Samarie. Le PĂšre Lui avait simplement dit: «Monte vers la Samarie.» Il ne faisait rien, Ă  moins que le PĂšre le Lui ait montrĂ©.
E-133 Maintenant, Le voilĂ  en Samarie. Eh bien, Il ne savait pas exactement ce qui allait arriver, mais voici cette femme, alors Il s’est dit qu’il fallait engager une conversation avec elle. Il a donc dit, Il a commencĂ© Ă  parler au sujet de l’eau Ă  boire. Elle s’est mise Ă  parler de l’adoration sur cette montagne ou cette montagne-lĂ  et ainsi de suite. Directement, Il a discernĂ© ce qu’était son problĂšme. Combien savent ce qu’était son problĂšme? Bien sĂ»r, elle avait eu cinq maris, en rĂ©alitĂ© c’était six. Elle a donc dit... Il a dit: «Va chercher ton mari, et viens ici.»
E-134 Elle a dit: «Je n’ai pas de mari.»
Il a dit: «C’est juste. Tu as dit vrai, car tu en as eu cinq, et celui avec lequel tu vis maintenant n’est pas ton mari. En cela tu as dit la vĂ©ritĂ©.»
E-135 Remarquez. Maintenant, je vais enfoncer ceci, parce que je dois–je dois partir. Observez la diffĂ©rence entre cette femme qui se trouvait dans cette condition et ces prĂ©dicateurs hautement cultivĂ©s. Cette femme a dit: «Seigneur, je vois que Tu es ProphĂšte.»
E-136 Les sacrificateurs et les érudits ont dit: «Tu es Béelzébul, un démon, un diseur de bonne aventure.»
E-137 Cette femme a dit: «Seigneur, je vois que Tu es ProphÚte. Nous savons que lorsque le Messie sera venu, Il nous annoncera ces choses.»
E-138 Si c’était lĂ  le signe du Messie hier, et qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, cela doit ĂȘtre le mĂȘme.
E-139 Elle a dit: «Nous savons que le Messie, Celui qui est appelĂ© Christ, l’Oint, lorsqu’Il sera venu, Il nous annoncera ces choses. Mais Toi, qui es-Tu?»
E-140 Il a dit: «Je Le suis, Moi qui te parle.» C’était suffisant. Elle a vu la chose.
E-141 Observez les autres. Regardez lorsque cette LumiĂšre a brillĂ© sur cette semence ecclĂ©siastique, cette semence des credos et dĂ©nominationnelle; cela n’a produit aucun effet du tout. Mais dĂšs que cette LumiĂšre a brillĂ© sur cette petite semence prĂ©destinĂ©e lĂ , cela a immĂ©diatement eu de l’effet; elle a reconnu Cela. Elle a dit: «Seigneur, Tu dois ĂȘtre un ProphĂšte. Nous savons que le Messie vient, et Il fera ces choses.»
Il a dit: «Je Le suis.»
E-142 Et elle est partie, elle est entrĂ©e dans la ville, elle a dit: «Venez voir un Homme qui m’a dit les choses que j’ai faites. Ne serait-ce point le Messie mĂȘme?» Amen.
E-143 VoilĂ . Qu’était-Il hier? La mĂȘme chose qu’Il est aujourd’hui et qu’Il sera Ă©ternellement. Voyez-vous? C’est ce qu’Il Ă©tait.
E-144 David Ă©tait oint de l’Esprit de Dieu. Les prophĂštes Ă©taient oints de l’Esprit de Dieu.
E-145 C’était Christ en Joseph, cela faisait de celui-ci un type de Christ, exactement: Il a Ă©tĂ© vendu pour trente piĂšces d’argent; aimĂ© du pĂšre, mais haĂŻ par ses frĂšres, il a Ă©tĂ© en prison comme Christ L’a Ă©tĂ© sur la croix; une personne a Ă©tĂ© sauvĂ©e; lĂ , il y avait le boucher et l’échanson, et l’un fut sauvĂ© et l’autre perdu, la mĂȘme chose. Il s’est assis Ă  la droite de Pharaon; et chaque fois qu’il sortait, une trompette sonnait: «Que chacun flĂ©chisse les genoux; Joseph arrive.» Personne ne pouvait arriver auprĂšs de Pharaon, sans passer par Joseph. C’était Christ en Joseph.
E-146 C’était Christ en David comme un roi rejetĂ©, qui est montĂ© jusqu’au sommet de la montagne des oliviers. Lorsqu’il Ă©tait dĂ©trĂŽnĂ© lĂ -bas par son propre peuple, et il Ă©tait un roi rejetĂ©, qui montait jusqu’au sommet de la colline et pleurait sur JĂ©rusalem, et il criait, parce qu’il Ă©tait un roi rejetĂ©. Ce mĂȘme Esprit en Christ pleura sur JĂ©rusalem et dit: «JĂ©rusalem, JĂ©rusalem, combien de fois ai-Je voulu vous rassembler comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes?»
E-147 C’était Christ dans ces gens-lĂ , ces gens qui Ă©taient oints; ils se sont succĂ©dĂ© jusqu’à ce que ce parfait Oint est venu. Le sacrifice pour le pĂ©chĂ© n’était pas encore fait. Il ne pouvait pas entrer dans toute chair comme cela, parce que c’était tout simplement sous le... Ils Ă©taient oints. Mais maintenant, le Saint-Esprit est venu, Lequel est Christ dans la forme de l’Esprit. Maintenant, remarquez.
E-148 Eh bien, pourquoi n’a-t-Il pas accompli ce signe pour les Gentils? Il n’avait jamais accompli cela. Pourquoi? Les Gentils n’attendaient pas de Messie. Eux Ă©taient des paĂŻens, nous Ă©tions des paĂŻens; nos peuples, les Romains et tous les autres, en ce temps-lĂ , portaient une massue sur le dos, et adoraient les idoles. Eux n’attendaient pas un Messie. Et le Messie ne vient que vers ceux qui L’attendent. Il ne peut en ĂȘtre autrement. A ceux qui L’attendent, Il apparaĂźtra une seconde fois, juste pour ceux qui L’attendent. Non pas pour ceux qui prĂ©tendent L’attendre; mais ceux qui L’attendent rĂ©ellement. Et remarquez, Il n’est point venu chez les Gentils. Ce miracle n’a jamais Ă©tĂ© accompli devant un Gentil.
E-149 Et le Dieu immuable... Or, nous avons eu deux mille ans d’érudition et de toutes sortes de choses, et maintenant on est au temps du soir, et les Gentils attendent donc un Messie qui doit venir. Or, s’Il est le mĂȘme... Il est apparu de la mĂȘme façon à–aux deux peuples, Il doit apparaĂźtre de la mĂȘme façon lĂ -bas, tel qu’Il l’a promis. Encore une Ecriture, et je vais terminer.
E-150 Souvenez-vous toujours, gardez ces trois classes de gens Ă  l’esprit. Ils sont toujours lĂ ; ce sont les croyants, les soi-disant croyants et les incrĂ©dules. On les trouve dans chaque rassemblement. Voyez-vous?
E-151 Et la promesse a Ă©tĂ© faite Ă  Abraham et sa postĂ©ritĂ© aprĂšs lui. Eh bien, remarquez la postĂ©ritĂ© d’Abraham sous la forme de Lot qui Ă©tait descendu Ă  Sodome, les plaisirs du monde; ça, c’est l’église naturelle, dĂ©nominationnelle, l’église organisĂ©e. Mais l’Eglise spirituelle, Abraham que Dieu a visitĂ© en personne (Amen.), ceux qui Ă©taient appelĂ©s Ă  sortir, lui n’était jamais allĂ© Ă  Sodome; il Ă©tait en dehors de Sodome; ça c’est l’Eglise, celle qui est appelĂ©e Ă  sortir. Eh bien, le temps de la fin est venu, oĂč Il va dĂ©truire la terre par le feu.
E-152 C’est encore ce qu’Il est sur le point de faire. Est-ce juste? Maintenant, remarquez. JĂ©sus a dit: «Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.» Souvenez-vous, c’étaient des nations des Gentils. Voyez-vous? A la fin, comme c’était Ă  Sodome. Eh bien, voici les Gentils qui montent. Au temps des Juifs, c’était la destruction par l’eau. Cette fois-ci, les Gentils seront dĂ©truits par–par le feu. Remarquez: «Ce qui arriva Ă  Sodome.» Observons tout simplement.
E-153 Il y avait Abraham, l’Eglise Ă©lue, appelĂ©e hors de Sodome: l’Eglise spirituelle; Dieu apparaissait dans leur camp tout le temps, ils avaient des signes et des miracles, ils avaient une promesse, ils s’étaient Ă©tablis lĂ  sur les collines, sur des terres arides, ils n’étaient pas riches comme le reste du monde, mais c’étaient des gens pauvres, qui s’étaient installĂ©s lĂ , un petit groupe mĂ©prisĂ©, dont on se moquait. Les autres Ă©taient sortis et s’étaient enrichis, et ils Ă©taient devenus des gouverneurs de villes, comme c’est toujours le cas avec les enfants de CaĂŻn; c’étaient de grands hommes, des hommes de science, des docteurs et ainsi de suite. Ils Ă©taient lĂ , comme il en a toujours Ă©tĂ©. Dieu ne change pas. Et ils s’étaient Ă©tablis lĂ .
E-154 Maintenant, l’église tiĂšde se trouvait Ă  Sodome: Lot et son groupe. Abraham et son groupe Ă©taient l’Eglise Ă©lue. Remarquez. Et les Sodomites, les incrĂ©dules...
E-155 Et trois Messagers sont venus du Ciel, habillĂ©s comme des hommes. Et Abraham Ă©tait assis Ă  l’entrĂ©e de sa tente un matin; ayant levĂ© les yeux, il vit venir trois Hommes. Eh bien, leurs vĂȘtements Ă©taient couverts de poussiĂšre comme s’Ils avaient effectuĂ© un voyage. Et Abraham avait un petit quelque chose en lui; il a reconnu que c’étaient des Hommes particuliers. Ils lui paraissaient comme des gens qu’il devrait connaĂźtre, alors il a accouru vers eux.
E-156 Il y a toujours quelque chose chez un chrĂ©tien nĂ© de nouveau, lorsque vous rencontrez un... J’entrais dans un restaurant aujourd’hui, et quelqu’un a dit: «Que Dieu vous bĂ©nisse.» Et je me suis retournĂ©. J’ai dit: «Oh! oh! il y a quelque chose qui cloche.» Une petite dame m’a serrĂ© la main. Eh bien, il y a quelque chose chez un chrĂ©tien nĂ© de nouveau.
E-157 Et ces Anges se sont avancĂ©s lĂ  et se sont mis Ă  s’entretenir avec Abraham. Maintenant, souvenez-vous, deux d’entre eux sont descendus Ă  Sodome pour appeler les gens Ă  sortir, pour voir s’ils pouvaient trouver dix hommes justes. Est-ce vrai? Deux d’entre eux y sont allĂ©s. L’Un d’eux est restĂ© en arriĂšre et s’entretenait avec Abraham. Est-ce juste? Maintenant, suivez attentivement.
E-158 LĂ -bas Ă  Sodome, il ne s’est produit aucun miracle, exceptĂ© que les gens ont Ă©tĂ© frappĂ©s d’aveuglement quand ils venaient pour entrer dans la maison. Et la prĂ©dication de l’Evangile aveugle l’incrĂ©dule. C’est ce que dit la Bible. Et souvenez-vous, un Billy Graham moderne, un intellectuel, Ă©tait lĂ , en train de prĂȘcher, disant: «Sortez! Sortez! Sortez!» Voyez-vous.?
E-159 Mais, souvenez-vous, Celui qui Ă©tait restĂ© derriĂšre avec Abraham, a accompli quelque chose de diffĂ©rent chez l’Eglise Ă©lue; Il Ă©tait assis, le dos tournĂ© Ă  la tente. Maintenant, souvenez-vous, il Ă©tait «Abram» juste un jour ou deux avant cela, et Sara Ă©tait «S-a-r-a-ï», mais Ă  prĂ©sent elle est S-a-r-a et lui est A-b-e-r-h-a-m: «PĂšre des nations» et «princesse». Voyez-vous? Eh bien, comment cet Etranger le savait-Il, alors qu’Il Ă©tait assis, le dos tournĂ© Ă  la tente? Et Il a dit: «Abraham, oĂč est ta femme, Sara?» Comment savait-Il qu’il Ă©tait mariĂ©? Comment savait-Il que le nom de sa femme Ă©tait Sara? Et Abraham a dit: «Elle est dans la tente, derriĂšre Toi.»
E-160 Eh bien, suivez. «Je (pronom personnel), Je vais te visiter.» Qu’a-t-Il fait? Il Ă©tait assis lĂ , et Il a mangĂ© un veau qu’Abraham avait tuĂ©; Il a mangĂ© du pain que Sara avait cuit, et Il a bu du lait de vache.
E-161 Quelqu’un me parlait il n’y a pas longtemps, il a dit: «Qui Ă©tait-ce, FrĂšre Branham?»
J’ai dit: «C’était Dieu.»
E-162 Abraham devait le savoir; il avait parlĂ© Ă  cet Homme. Demandez Ă  n’importe quel prĂ©dicateur. Il L’a appelĂ© Elohim, Celui–Celui qui existe par Lui-mĂȘme; S-e-i-g-n-e-u-r en majuscule, «Seigneur», Celui qui existe par Lui-mĂȘme.
E-163 Maintenant, suivez attentivement; ne manquez pas ceci: «Abraham, oĂč est ta femme, Sara?»
Il a dit: «Elle est dans la tente, derriÚre Toi.»
E-164 Il a dit: «Je vais te visiter au temps de la vie,» ce qu’Il lui avait promis vingt-cinq ans avant. Abraham avait cent ans et Sara quatre-vingt-dix. «Je vais te visiter au temps de la vie.»
E-165 Or, souvenez-vous, Sara, Ă©tant une vieille femme, elle avait dĂ©jĂ  arrĂȘtĂ© ses relations intimes en tant que femme. Aucune femme de quatre-vingt-dix ans... Ça faisait vingt ou trente ans, peut-ĂȘtre, depuis qu’Abraham avait eu des rapports intimes avec elle, comme sa femme. Ils Ă©taient vieux. Et elle a ri en elle-mĂȘme; vous savez, ce que nous appelons «rire sous cape.» Elle a dit: «Moi, une vieille femme comme je le suis, et mon seigneur Abraham, lĂ  dehors, qui est aussi vieux; et moi, avoir encore du plaisir comme une jeune Ă©pouse avec Abraham?» Et elle en a ri.
E-166 Et l’Ange, qui avait le dos tournĂ© Ă  la tente, a dit: «Pourquoi Sara a-t-elle ri, disant que ces choses ne peuvent pas se faire?» Quel genre de tĂ©lĂ©pathie Ă©tait-ce lĂ ?
E-167 JĂ©sus a dit: «Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.» LĂ -bas l’église formaliste avait reçu ses messagers. Et le Messager du Saint-Esprit se trouve dans l’Eglise Ă©lue, accomplissant la mĂȘme chose, ce qui fait de Lui Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Qui est le Messager de cette heure? Ce n’est pas un homme. Le Saint-Esprit est le Messager de cette heure. Qu’est-ce que c’est? Dieu, habitant dans la chair humaine. Gloire! Je me sens religieux. Amen. Dieu dans la chair humaine, demeurant parmi vous.
E-168 JĂ©sus a dit: «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus (il s’agit de l’incrĂ©dule); mais vous, vous Me verrez (l’Eglise), car Je (encore un pronom personnel), Je serai avec vous, mĂȘme en vous, jusqu’à la fin de l’ñge, la fin du monde», JĂ©sus-Christ le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Notre Dieu n’est pas mort. Il vit Ă©ternellement. Il est vivant Ă  la fin des temps au moment oĂč le soleil se couche.
E-169 Le soleil se lĂšve toujours Ă  l’est et se couche Ă  l’ouest. La civilisation a voyagĂ© dans le mĂȘme sens que le soleil. Nous savons cela. La civilisation la plus ancienne que nous ayons, c’est la Chine. Et lorsque le Fils (F-i-l-s) a brillĂ© pour la premiĂšre fois, c’était sur les gens de l’est. Or, la civilisation a voyagĂ© jusqu’au point oĂč nous sommes... Juste de l’autre cĂŽtĂ©, c’est la cĂŽte ouest. Si nous allons plus loin, nous nous retrouverons de nouveau Ă  l’est. La prochaine escale, c’est le Japon, la Chine. Nous nous retrouverons de nouveau Ă  l’est, si nous allons plus loin. La civilisation a voyagĂ© dans le mĂȘme sens–sens que le soleil.
E-170 Or, le prophĂšte a dit: «Il y aura un jour qui ne peut ĂȘtre appelĂ© ni jour ni nuit, un jour sombre, un jour brumeux.» Les gens en savaient juste assez sur Dieu pour adhĂ©rer Ă  une Ă©glise, faire inscrire leur nom dans un registre, marcher dans la LumiĂšre qu’ils avaient. En un jour brumeux, il y a assez de lumiĂšre du soleil, sinon vous ne pourrez pas du tout vous dĂ©placer. Mais Il a dit: «Au temps du soir, il y aura la LumiĂšre.» Qu’est-ce? Le mĂȘme soleil qui se lĂšve Ă  l’est, se couche Ă  l’ouest. Et le mĂȘme Fils de Dieu qui s’était manifestĂ© et Ă©tait apparu Ă  l’est apparaĂźt aujourd’hui Ă  l’ouest au temps du soir, la LumiĂšre du soir pour l’Eglise qui est appelĂ©e Ă  sortir et qui est remplie du Saint-Esprit.
E-171 Christ, par le Sang et la puissance sortis de Ses propres veines, a purifiĂ© un peuple impur, et Il demeure au milieu d’eux sous la forme du Saint-Esprit. Amen. La photo de Cela, combien ont dĂ©jĂ  vu cette photo-lĂ ? Elle se trouve juste lĂ  au fond maintenant; vous pouvez aller la regarder. Georges J. Lacy, le chef du FBI, dĂ©partement des empreintes digitales et autres, avait examinĂ© cela. Et ce mĂȘme Ange qui conduisit IsraĂ«l est ici maintenant, accomplissant et faisant la mĂȘme chose que Cela avait fait lorsque Cela se trouvait dans la Personne de JĂ©sus-Christ. Christ, le Corps, est montĂ© Ă  la droite du PĂšre; mais le Saint-Esprit est revenu; la Vie qui Ă©tait en Christ se trouve dans l’Eglise. Or, Christ n’a pas... Eh bien, si...
E-172 Lorsque JĂ©sus a dit dans Jean 15: «Je suis le Cep, vous ĂȘtes les sarments»... Eh bien, ce n’est pas le Cep qui porte le fruit; c’est le sarment. Vous savez cela, vous qui ĂȘtes ici, qui cultivez la vigne, et autres. Maintenant, si ce premier sarment qui est sorti du Cep a produit un Livre des Actes aprĂšs cela, cette premiĂšre Eglise; si jamais ce Cep dĂ©veloppait un autre–un autre sarment, on Ă©crirait un autre Livre des Actes aprĂšs cela. Car la Vie mĂȘme qui se trouve dans le Cep est Celle qui est dans le sarment et qui produit des fruits. AssurĂ©ment. Nous avons beaucoup de sarments qui y ont Ă©tĂ© greffĂ©s.
E-173 L’autre jour Ă  Phoenix, en Arizona, j’ai vu un arbre qui portait neuf diffĂ©rents fruits, des agrumes. Et je parlais avec quelqu’un, j’ai dit: «FrĂšre Sharrit, ai-je dit, FrĂšre Sharrit, c’est–qu’est-ce que c’est? Des citrons, des mandarines, des tangelos, et–des pamplemousses, et tout le reste.» J’ai dit: «Maintenant, lorsque cela, tous ces fruits auront Ă©tĂ© cueillis, ai-je dit, l’annĂ©e prochaine cela produira donc... cela produira des oranges, parce que c’est un oranger.»
E-174 Il a dit: «Oh! non. Ça produira des pamplemousses, des citrons, suivant la branche.»
E-175 «Alors, ai-je dit, c’est Ă©trange! Vous voulez dire que vous avez perverti cet oranger et vous en avait fait toutes ces sortes d’arbres?»
E-176 Il a dit: «Non. L’oranger reste le mĂȘme. Si jamais cela dĂ©veloppait une autre branche, celle-ci produira des oranges. Mais ce qui a Ă©tĂ© greffĂ© lĂ  produira des fruits selon son espĂšce, Ă©tant donnĂ© que c’est un agrume.»
J’ai dit: «VoilĂ .»
E-177 La dĂ©nomination ne peut produire que des fruits dĂ©nominationnels. Mais si ce Cep original dĂ©veloppe un autre sarment, ce sera JĂ©sus-Christ le mĂȘme hier... «Je restaurerai,» dit l’Eternel. Amen.
(C’est l’heure de rentrer à la maison.)
E-178 Quoi? «Messieurs, nous voudrions voir JĂ©sus.» Quel genre de Personne cherchez-vous? Le mĂȘme genre de Personne qui a vĂ©cu lĂ . Maintenant, vous n’allez pas descendre la rue par ici et chercher un–un homme portant une certaine sorte de robe, portant des cicatrices des clous sur sa tĂȘte, ou quoi que ce soit. N’importe quel hypocrite peut faire cela. C’est vrai. N’importe qui peut imiter cela. Mais c’est la Vie qui Ă©tait en Christ qui doit ĂȘtre dans Son Eglise. C’est ça, la Vie.
E-179 Si vous retirez la vie d’un–d’un plant de citrouille et introduisez cela dans une vigne, cela produira des citrouilles, si cela pouvait vivre comme cela. AssurĂ©ment, la vie qui se trouve dans cela...
E-180 Et c’est lĂ  que se trouve la Vie maintenant. La Vie de Christ dans l’Eglise produit de nouveau Christ. C’est comme cela que les gens verront Christ. Le... Dans Jean 14.12, Il a dit: «Celui qui croit en Moi (non pas celui qui fait semblant de croire); mais celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais. Il en fera davantage, car Je m’en vais au PĂšre.» JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-181 Les chrĂ©tiens... Etant un missionnaire, j’ai vu des centaines de dieux diffĂ©rents, oui, des milliers d’entre eux, de toutes sortes, des sikhs, des jaĂŻns, Bouddha, et tous les autres dieux mis ensemble. Voyez-vous? J’ai Ă©tĂ© reçu en Inde tout rĂ©cemment (lĂ  oĂč j’ai eu la plus grande foule que j’aie jamais eue, cinq cent mille personnes en un seul rassemblement), et lĂ  j’ai Ă©tĂ© reçu dans le temple de jaĂŻns, et il y avait lĂ  dix-sept religions diffĂ©rentes, dix-sept dieux diffĂ©rents, et chacun d’eux s’oppose au christianisme. Mais, oh! la la! vous auriez dĂ» Le voir entrer en scĂšne. Chacun de leurs fondateurs est bien mort et parti. Le NĂŽtre est ressuscitĂ©, et Il vit Ă©ternellement, Il vit dans Son Eglise, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-182 Inclinons la tĂȘte. Seigneur JĂ©sus, nous sommes si heureux de parler de Toi. Tu es trĂšs aimable et trĂšs digne de tout ce que nous pourrions dire. Mais, PĂšre, juste un seul Mot venant de Toi ferait plus que tout ce que je pourrais dire ou tout ce que n’importe quel autre prĂ©dicateur dirait. Juste un seul Mot venant de Toi rĂ©glera la question. Ne voudrais-Tu pas le faire ce soir, PĂšre, alors que nous nous attendons Ă  Toi maintenant, juste pendant un moment, je prie. Nous allons–nous n’allons pas T’attendre un instant, Seigneur, nous allons attendre jusqu’à ce que Tu seras prĂȘt. Nous voulons recevoir des nouvelles de Ta part. Je prie, PĂšre cĂ©leste, ce soir, alors que j’ai encore retenu cette assistance si longtemps. Mais ils sont si aimables, Seigneur. Et je sais que le soleil du soir s’est couchĂ©. Nous vivons juste dans les ombres maintenant. Et, ĂŽ Dieu, il se pourrait qu’il y ait quelqu’un qui ne Te connaĂźt pas. Je Te prie de venir Ă  nous ce soir, Seigneur, sous la forme du Saint-Esprit, et d’accorder aux gens de Te voir, de voir le mĂȘme JĂ©sus que les gens avaient vu autrefois.
E-183 Ce n’était pas l’Homme, le Corps (Ils avaient crucifiĂ© Cela, mais Dieu L’a ressuscitĂ©), mais c’était la Vie qui Ă©tait en Lui. Il n’a pas dit: «Venez voir la maniĂšre dont Je m’habille; voilĂ  le signe qui montre que Je suis le Messie. Venez voir de quelle Ă©cole Je suis sorti, quel credo J’enseigne.» Non, ce n’était pas ce que–de cette maniĂšre qu’Il s’était prĂ©sentĂ©. Mais Il a dit: «Si Je ne fais pas les oeuvres de Mon PĂšre, alors ne Me croyez pas. Mais cependant si Je fais les oeuvres de Mon PĂšre quand mĂȘme vous ne Me croyez pas, croyez les oeuvres; ce sont elles qui rendent tĂ©moignage de Moi. Ce sont elles qui Me font connaĂźtre.» Et ils ont vu que Tu Ă©tais le Messie, parce que Tu Ă©tais le ProphĂšte, le Dieu-ProphĂšte.
E-184 Et maintenant ce soir, PĂšre, nous Te prions de nous bĂ©nir ce soir comme Tu avais bĂ©ni ClĂ©opas et son ami. AprĂšs qu’ils avaient marchĂ© avec Toi pendant trois ans et demi, et qu’ils avaient vu les choses que Tu avais accomplies, ensuite Tu as Ă©tĂ© crucifiĂ©, sous Ponce Pilate–Pilate, Tu as souffert, Tu as Ă©tĂ© crucifiĂ©, Tu es mort. Et le troisiĂšme jour, ils Ă©taient en route vers EmmaĂŒs. Ils avaient entendu une rumeur rĂ©pandue par les femmes et certains disciples, selon laquelle «Il Ă©tait ressuscitĂ©.». Mais ce jour-lĂ  Tu as marchĂ© avec eux, et Tu as conversĂ© avec eux pratiquement tout le long de la journĂ©e. Ils ne T’ont pas reconnu.
E-185 Peut-ĂȘtre que beaucoup de gens ici prĂ©sents ont... Tu as marchĂ© et Tu as parlĂ© avec eux, et ils n’ont pas reconnu cela.
E-186 Mais lorsque vint le soir, ils T’ont invitĂ© Ă  entrer, et Tu as fermĂ© les portes et Tu t’es assis. Alors Tu as accompli une chose exactement comme Tu l’avais fait avant Ta crucifixion. Ils ont alors reconnu que c’était Toi. AprĂšs un instant, Tu as disparu de leur vue, Tu as disparu dans la nuit. Ils se sont rendus vers les leurs pour leur dire: «Le Seigneur est ressuscitĂ©.»
E-187 Ô Dieu, veux-Tu faire cela de nouveau ce soir? Fais quelque chose parmi nous ce soir, Seigneur, exactement comme Tu l’avais fait avant Ta crucifixion. Alors nous aurons confiance et nous serons convaincus que notre Christ n’est pas mort, mais qu’Il est ressuscitĂ© d’entre les morts et qu’Il est vivant ici parmi nous Ă©ternellement. Nous nous recommandons Ă  Toi, PĂšre. Je Te recommande cette Ă©glise, et chaque esprit qui se trouve ici, afin que Tu nous utilises pour l’honneur de Christ. Je demande cela au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-188 Maintenant, avant de prier ou plutĂŽt de tenir–d’appeler la ligne de priĂšre, je vais vous demander une chose. S’il vous plaĂźt, j’aimerais que chaque personne reste Ă  sa place juste pendant quelques minutes. Maintenant, vous devez ĂȘtre rĂ©vĂ©rencieux pendant ce moment. Eh bien, si vous ne croyez pas, alors sortez calmement. Mais maintenant, si vous allez croire, restez tranquilles, juste quin-...–environ quinze minutes. Voyez-vous? Voyons s’Il va nous parler. Maintenant, nous–nous ne sommes pas dans un... Nous sommes dans un amphithĂ©Ăątre, mais c’est maintenant une Ă©glise. Ça a Ă©tĂ© consacrĂ© pour ce but-lĂ , alors restons vraiment tranquilles.
E-189 Chacun de vous est un esprit. Sinon, vous ĂȘtes mort. Voyez-vous? Ainsi donc vous ĂȘtes un esprit, et alors lorsque le Saint-Esprit descend oindre les gens, Il contacte, Il touche ces esprits. Voyez-vous? Et lorsque vous vous dĂ©placez, cela dĂ©range.
Vous direz: «Oh! frĂšre Branham...» Eh bien, pourquoi a-t-Il conduit l’aveugle Ă  l’extĂ©rieur de la ville, et ainsi de suite? Voyez-vous, voyez?
Maintenant, combien y a-t-il qui croient en Lui? «Messieurs, nous voudrions Le voir.»
E-190 Maintenant, nous allons appeler une petite ligne de priĂšre. Je crois qu’ils ont appelĂ©... OĂč a-t-on... ou plutĂŽt a-t-il distribuĂ©, oui, les cartes de priĂšre de 1 Ă  100? 1 Ă  100? Quelle sĂ©rie? [C.] C. TrĂšs bien, appelons quelques numĂ©ros, les cartes de priĂšre. C numĂ©ro 1, qui a cette carte-lĂ ? C numĂ©ro 1. Regardez votre carte de priĂšre, vous qui avez votre carte de priĂšre. NumĂ©ro 1. TrĂšs bien. Par oĂč allez-vous les faire passer? Par ici? DerriĂšre, par ici? TrĂšs bien.
E-191 C numĂ©ro 1. NumĂ©ro 2? TrĂšs bien, madame. NumĂ©ro 3, numĂ©ro 3? Si vous pouvez vous tenir debout, ou lever la main, ou quelque chose d’autre, alors je vais... NumĂ©ro 3, qui a cette carte de priĂšre? Ce monsieur, trĂšs bien. NumĂ©ro 4, carte de priĂšre numĂ©ro 4? TrĂšs bien. TrĂšs bien, numĂ©ro 4. Qui a le numĂ©ro 4, voulez-vous lever la main, s’il vous plaĂźt? TrĂšs bien, madame, venez par ici. Vous voyez, ils...
E-192 Il vient lĂ , mon fils vient et prend ces cartes de priĂšre et se tient devant vous, et il les mĂ©lange, ensuite il se met tout simplement Ă  vous les donner. Vous pouvez obtenir le numĂ©ro 6, et l’autre obtient le 14, et...
E-193 Eh bien, venez ici, madame. 4, 5. Et alors qui a le 5? Levez la main; carte de priĂšre numĂ©ro 5. Et puis, autre chose, lorsqu’il... Juste ici, madame, ce... Et puis Ă  propos, ils peuvent faire une autre chose, ensuite parfois j’appelle Ă  partir d’un certain numĂ©ro... Combien ont dĂ©jĂ  assistĂ© Ă  une rĂ©union auparavant, une de nos rĂ©unions? Oh! eh bien, je pensais ĂȘtre parmi des inconnus. Certainement pas. TrĂšs bien. 5, 6. Qui a le 6? TrĂšs bien. 7, 8, 8, 9. Je fais ceci, parce qu’il y a des sourds, et des gens dans des fauteuils roulants, qui ne peuvent pas se dĂ©placer. 9, 10, numĂ©ro 10? 10, comment dit-on cela en Espagnol? 10. TrĂšs bien. 11, carte de priĂšre numĂ©ro 11? Je pensais que quelqu’un au balcon... Tenez. TrĂšs bien, 12. TrĂšs bien, 12. 13. Carte de priĂšre numĂ©ro 13. L’avez-vous, madame? 14, 14, 15. Quel est... Eh bien, cela, commençons alors comme cela maintenant. TrĂšs bien.
E-194 Maintenant, s’il vous plaĂźt, soyez vraiment rĂ©vĂ©rencieux. Maintenant, combien parmi ceux qui sont ici n’ont pas de carte de priĂšre, et croient pourtant que JĂ©sus-Christ les guĂ©rira? Levez la main. L’endroit oĂč vous ĂȘtes importe peu. Combien ont dĂ©jĂ  assistĂ© aux rĂ©unions auparavant, et savent qu’il y a plus de gens qui sont guĂ©ris lĂ  dans l’assistance qu’il y en a ici sur l’estrade, juste par le simple fait de les appeler? AssurĂ©ment, sans carte de priĂšre. Ayez simplement la foi maintenant, ne doutez pas, croyez de tout votre coeur.
E-195 La carte de priĂšre numĂ©ro 5 manque. Le huissier va appeler la carte de priĂšre numĂ©ro 5. Voyez, si vous vous levez et... Ne prenez pas une carte de priĂšre Ă  moins que vous l’utilisiez. Voyez-vous? Ne... Retenez maintenant votre numĂ©ro, parce que nous allons prier pour tous ceux qui ont des cartes (Voyez-vous?), et nous–nous n’aimerions pas que vous manquiez votre tour. Parce que maintenant, lorsque nous allons de nouveau appeler (nous nous sommes arrĂȘtĂ©s au numĂ©ro 15), c’est lĂ  que nous allons probablement commencer demain soir, au mĂȘme numĂ©ro. Voyez-vous? Nous allons prendre chacun d’eux, ainsi donc vous allez–vous manquerez votre tour (Voyez?) ici. Maintenant carte de priĂšre numĂ©ro 5... TrĂšs bien.
E-196 Ayez simplement la foi. Ne doutez pas. Et croyez de tout votre coeur. Maintenant, eh bien, chacun de vous qui a maintenant une carte de priùre–ou plutît qui n’a pas une carte de priùre, si vous croyez; maintenant pendant qu’on est en train de les mettre en ligne, regardez par ici maintenant.
E-197 Une fois il y avait une femme, qui peut-ĂȘtre n’avait pas une carte de priĂšre, mais elle avait ce qu’il fallait: la foi. Et elle a traversĂ© la foule et elle a dit: «Si seulement je touche Son vĂȘtement, je serai guĂ©rie.» Combien ont dĂ©jĂ  entendu cette histoire? La femme Ă  la perte de sang, eh bien, cette petite femme-lĂ  Ă©tait dĂ©terminĂ©e Ă  toucher JĂ©sus. Elle a dit: «Je crois en Lui. Peu m’importe combien de sacrificateurs et tous les autres ne croient pas en Lui; moi je crois en Lui. Je crois que si je parviens Ă  toucher Son vĂȘtement, je serai guĂ©rie. Je crois qu’Il est le Messie.»
E-198 Croyez-vous qu’Il est le Messie? Bien sĂ»r. Maintenant, pouvez-vous Le toucher? Maintenant, les prĂ©dicateurs, oĂč sont les frĂšres qui sont des prĂ©dicateurs? Tout... Le prĂ©dicateur, maintenant la–la Bible ne dit-Elle pas, vous les frĂšres qui ĂȘtes des prĂ©dicateurs, ou vous tous lecteurs de la Bible, qu’Il est maintenant mĂȘme (Le Livre des HĂ©breux, chapitre 3), qu’Il est un Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s? Combien savent que la Bible dit cela? Bien sĂ»r. Eh bien, s’Il est le Souverain Sacrificateur, et le mĂȘme Souverain Sacrificateur, ne ferait-Il pas la mĂȘme chose? Voyez-vous? S’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement (C’est cela notre sujet.), Il agira de la de mĂȘme maniĂšre. Eh bien, vous dites...
E-199 Maintenant, si vous montez ici et me touchez, cela ne fera rien. Si vous touchez les pasteurs, cela ne fera rien. Si vous touchez votre pasteur lĂ , ou qui que ce soit, cela ne changera rien. Mais touchez-Le.
E-200 Alors comment saurez-vous que vous L’avez touchĂ©? Il se retournera carrĂ©ment et fera la mĂȘme chose. Voyez-vous? Touchez-Le et voyez s’Il ne parlera pas directement Ă  partir d’ici pour dire: «Ta foi; tu avais tel problĂšme;» et quoi que ce soit, Il vous dira ce qu’il en Ă©tait, ce qui s’est passĂ©, et tout ce qu’il en est. Maintenant, combien ont dĂ©jĂ  vu cela se produire de centaines de fois? Levez simplement la main. Voyez-vous? Bien sĂ»r, cela ne faillit jamais, cela ne faillit jamais. Pourquoi? Il ne peut pas faillir; Il est Dieu. Voyez-vous? N’ĂȘtes-vous pas heureux d’ĂȘtre un vĂ©ritable chrĂ©tien nĂ© de nouveau, ayant rĂ©ellement la victoire de Christ?
E-201 Eh bien, vous qui ĂȘtes lĂ -bas dans l’auditoire maintenant, restez tout simplement rĂ©vĂ©rencieux, et dites: «Je vais croire cela, peu importe ce que quelqu’un d’autre fait, ce que quelqu’un d’autre dit; je vais croire cela de tout mon coeur.» Et soyez fidĂšle et croyez maintenant. TrĂšs bien. TrĂšs bien.
E-202 Ils sont... les frĂšres lĂ  derriĂšre, et les ministres et les autres, ils amĂšnent les patients.
E-203 Maintenant, je pense, oui, celui-ci fonctionne. Maintenant, si celui qui est sur... l’ingĂ©nieur qui s’occupe de ce micro peut garder cela un petit peu Ă©levĂ©. Parce que, des fois, lorsque l’onction me saisit, alors je–je ne sais pas ce que je dis, vous voyez, il me faut... C’est quelque part ailleurs dans la vie passĂ©e de la personne. Voyez-vous? Et puis, lorsque je... C’est comme si vous aviez rĂȘvĂ© cela. Vous voyez? Et c’est comme si vous faites un songe, si je peux vous le faire comprendre, pendant que vous vous tenez juste ici.
E-204 Vous remontez Ă  plusieurs annĂ©es dans la vie passĂ©e des gens, et vous voyez ce qu’ils ont fait, ce qu’il en est, et que sais-je encore, et vous faites ressortir la chose comme cela. Voyez-vous? Et ça c’est le Saint-Esprit. Ensuite Cela rĂ©vĂšle ce qui a Ă©tĂ©, ce qu’il en est, ce qui sera, ainsi de suite. Vous avez simplement... observez cela et Ă©coutez cela attentivement lorsque vous recevrez vos bandes, et la chose vous sera rĂ©vĂ©lĂ©e.
E-205 Maintenant, voici un homme qui est probablement un peu plus ĂągĂ© que moi. Et je crois que nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. C’est la premiĂšre fois que nous nous rencontrons, Ă  ce que je sache, vous et moi, nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Vous avez dĂ©jĂ  assistĂ© aux rĂ©unions. Oui. Il a dit qu’il a dĂ©jĂ  assistĂ© Ă  mes rĂ©unions, mais il ne m’a jamais rencontrĂ©. Parce qu’il y a des millions de gens qui ont assistĂ© aux rĂ©unions, et je ne les connaĂźtrai jamais. Mais nous... Alors voici deux hommes qui se rencontrent pour la premiĂšre fois de leur vie. Il est juste un homme qui se tient lĂ ; je ne le connais pas. Voici la Bible; je–je ne le connais pas; je ne l’ai jamais vu de ma vie. Il m’a vu, quelque part dans l’assistance dans une rĂ©union, quelque part. Mais le voici qui se tient lĂ .
E-206 Peut-ĂȘtre que cet homme est un soi-disant croyant. Peut-ĂȘtre qu’il est un croyant. Peut-ĂȘtre qu’il n’est pas du tout un croyant, aucunement. Peut-ĂȘtre qu’il est tout simplement un homme. Peut-ĂȘtre qu’il est malade; peut-ĂȘtre qu’il n’est pas malade. Peut-ĂȘtre que ce sont des problĂšmes de mĂ©nage, des problĂšmes financiers. Peut-ĂȘtre qu’il se tient lĂ  pour quelqu’un d’autre. Je ne sais pas. Mais il se tient lĂ , et me voici. «Maintenant, Messieurs, nous voudrions voir JĂ©sus.»
E-207 Maintenant, que puis-je faire pour cet homme? Eh bien, je pourrais m’avancer vers lui, lui imposer les mains et lui demander: «Etes-vous malade, monsieur?» Il dira: «Absolument.» je pourrais lui imposer les mains et dire: «Gloire Ă  Dieu! AllĂ©luia! Partez, vous ĂȘtes guĂ©ri. Vous allez vous rĂ©tablir. AllĂ©luia!» Eh bien, maintenant, il peut se faire qu’il se rĂ©tablisse; cela dĂ©pend de ce qu’il en pense. Peu importe... pourrait... Je pourrais le secouer, lui imposer les mains, cela ne fera rien. C’est sa foi en Dieu qui ferait cela.
E-208 Mais maintenant, il a le droit d’en douter. Mais si le Saint-Esprit peut se tenir ici et lui dire une chose par laquelle il est passĂ©, comme MoĂŻse avait Ă©crit la GenĂšse, alors assurĂ©ment Il pourrait lui dire ce qui sera. Il pourrait croire cela, n’est-ce pas?
(208) Maintenant, maintenant s’Il fait cela, si Christ fait cela, combien parmi vous croiront en Lui de tout leur coeur?
E-209 Voyez-vous, maintenant voyez, la seule faute que je trouve en AmĂ©rique, c’est que les gens ont vu tellement de choses qu’ils sont tout simplement devenus des spectateurs. Vous voyez? Ne faites pas cela. Honorez Christ. Voyez-vous? Ne prĂȘtez nullement attention Ă  moi. Je suis un pĂ©cheur sauvĂ© par grĂące. Et maintenant, peu importe Ă  quel point Dieu pourrait m’oindre, Il doit oindre aussi cet homme. C’est juste; cela ne ferait aucun bien. Cela doit aussi oindre cet homme. Il doit vous oindre (Voyez-vous?), vous oindre lĂ , que le Saint-Esprit descende sur vous.
E-210 Donc ceci est simplement un canal. Ce n’est pas vous-mĂȘme qui dites cela. C’est Lui qui parle Ă  travers vous. C’est un moyen que Dieu utilise pour parler Ă  travers. Voyez-vous? C’est comme ce microphone. Ce microphone est muet, Ă  moins que quelque chose parle lĂ  derriĂšre Ă  travers cela. Et c’est ça mon rĂŽle Ă  moi; comment se fait-il que je connais cet homme? Je ne l’ai jamais vu, et je suis un muet vis-Ă -vis de lui. Voyez-vous?
E-211 Ainsi donc: «Monsieur, nous voudrions voir JĂ©sus.» Eh bien, que ferait-Il? Qu’en serait-il si cet homme Ă©tait malade? dirait-Il: «Je vais te guĂ©rir»? Il ne peut pas faire cela; Il l’a dĂ©jĂ  fait. Voyez-vous? «Par Ses meurtrissures nous avons Ă©tĂ© guĂ©ris.» C’est ce qu’Il a fait au Calvaire. Mais Il fera une chose afin de montrer qu’Il est toujours le Messie. Est-ce juste? Eh bien, alors que ferait-Il? dira-t-Il: «Regardez les marques des clous sur Moi»? Ce n’est pas lĂ  ce qu’Il a dit au commencement. Il n’a jamais... Il leur a simplement dit ce qui Ă©tait dans leur coeur et ainsi de suite, et ils ont reconnu que c’était le Messie. Aujourd’hui, c’est Lui, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Croyez-vous cela? Dites: «Amen.» [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.]
E-212 Vous direz: «FrĂšre Branham, qu’attendez-vous?» L’Ange du Seigneur. Evidemment. Je ne peux rien faire. Je L’attends. S’Il ne m’oint pas, je ne–je ne peux rien dire. Cela dĂ©pend tout simplement de ce que...
E-213 Eh bien, Il est ici. Il est ici maintenant. Et au Nom de JĂ©sus-Christ je prends chaque esprit qui se trouve ici sous mon contrĂŽle pour la gloire de Dieu.
E-214 Je ne vous connais pas, monsieur. Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Mais vous ĂȘtes prĂ©sent que quelque chose–ou plutĂŽt conscient que quelque chose est en train de se produire. Maintenant, cet homme ne peut pas cacher sa vie. Il est malade. Pour ce qui est de le guĂ©rir, je n’en suis pas capable. Je n’ai aucun moyen de le guĂ©rir. Cet homme a Ă©tĂ© chez un–un mĂ©decin. Il a passĂ© un examen. Evidemment, une opĂ©ration l’attend. C’est juste. Si c’est vrai, monsieur, levez la main.
Croyez-vous?
E-215 Vous direz: «Vous avez devinĂ© cela, FrĂšre Branham.» Je ne l’ai pas devinĂ©.
Observez encore. Regardez ici, monsieur. C’est exactement comme lorsque notre Seigneur s’adressait Ă  une femme, c’est Son Esprit. Je ne suis pas Lui. Je suis un homme comme vous, mais c’est Son Esprit. Tout ce qu’Il vous a dit Ă©tait vrai, tout. Oui, voici la chose qui revient de nouveau. Oui, oui, il est prĂȘt maintenant mĂȘme Ă  passer par une opĂ©ration, et c’est dĂ» Ă  une affection de la vessie et une prostatite. C’est AINSI DIT LE SAINT-ESPRIT. C’est juste. Levez la main si c’est vrai. Croyez-vous maintenant que vous ĂȘtes dans Sa PrĂ©sence? TrĂšs bien. Partez, croyez et vous serez guĂ©ri. Amen.
Croyez-vous? Eh bien, c’est vraiment simple de voir Christ agir.
E-216 Eh bien, madame, nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Voici un... Vous avez dĂ©jĂ  assistĂ© Ă  une rĂ©union. Lorsque j’ai dit: «Inconnu,» cela signifie que je ne vous connais pas et que vous ne me connaissez pas. Et je... Vous m’avez vu pendant les rĂ©unions ou quelque chose comme cela. Mais quant Ă  vous connaĂźtre, de dire «oui, frĂšre Branham, vous ĂȘtes venu chez moi, je vous connais; nous sommes des amis intimes», je ne vous connais pas de cette maniĂšre-lĂ . Et vous avez simplement assistĂ© Ă  une de mes rĂ©unions quelque part. Je n’en ai aucune idĂ©e, je ne sais rien de ce qui vous concerne, exceptĂ© le fait que vous ĂȘtes juste une femme qui a assistĂ© Ă  une de mes rĂ©unions quelque part. Eh bien, il y avait un homme. Voici une femme.
E-217 Voici un tableau de Jean 4, oĂč un homme et une femme se retrouvent face Ă  face pour la premiĂšre fois de leur vie, comme la femme, cette femme samaritaine et notre Seigneur JĂ©sus. Maintenant, voici une femme; je ne la connais pas. Je ne l’ai jamais vue. Elle est une parfaite inconnue. Dieu au Ciel sait cela. Je ne l’ai jamais vue. Mais si le Saint-Esprit lui disait le motif de sa prĂ©sence ici, si c’est pour quelqu’un d’autre ou quoi que ce soit, des problĂšmes de mĂ©nage, des problĂšmes financiers, ce que–ou une maladie ou quoi que ce soit, alors elle devra reconnaĂźtre qu’il y a ici une puissance surnaturelle qui fait cela. Est-ce juste? Voyez-vous?
E-218 Eh bien, cela dĂ©pend de ce que vous En pensez. Vous pouvez dire: «BĂ©elzĂ©bul» ou dire: «Christ.» Vous... si vous dites: «BĂ©elzĂ©bul,» vous recevez la rĂ©compense de celui-ci. Voyez-vous? Si vous dites: «Christ,» c’est Sa rĂ©compense Ă  Lui que vous recevrez. Vous devez croire.
E-219 Maintenant, dans quelle situation cela vous place-t-il? Quelqu’un aimerait-il prendre cette place? Si vous ne le croyez pas, venez et prenez une fois ma place. [FrĂšre Branham marque une pause.–N.D.E.] On a toujours une assistance tranquille lorsque cette question est posĂ©e.
E-220 Maintenant, soeur, regardez de ce cĂŽtĂ©. Pourquoi vous ai-je appelĂ©e «soeur», quand je me suis retournĂ©? J’avais le dos tournĂ© vers vous. Mais j’ai senti que l’Esprit est sur vous, que vous ĂȘtes une chrĂ©tienne. Vous ĂȘtes une croyante. Je ne vous connais pas. Mais je sais que vous ĂȘtes une chrĂ©tienne. Parce qu’il y a une relation entre l’Esprit qui est sur vous et l’Esprit qui est sur moi. Vous voyez? Vous–vous vous sentez tout simplement la bienvenue, vous savez, vous vous sentez bien avec ça, vous ĂȘtes la bienvenue.
E-221 Maintenant, si le Saint-Esprit, comme lorsque JĂ©sus s’adressait Ă  la femme au puits, nous voici, juste comme dans un petit dĂ©cor panoramique tel que c’était au puits Ă  Sychar, comme j’en parlais. Maintenant, Ă©tant donnĂ© que nous sommes tous deux des croyants, et nous nous tenons ici, le Saint-Esprit est sur nous deux. Eh bien, Il a donnĂ©... Je ne suis pas un prĂ©dicateur. Mais Il m’a donnĂ© un don; c’est ma prĂ©dication. C’est un don prophĂ©tique. Et ces dons sont simplement temporaires; il faut que vous ayez la foi pour faire cela; comme la femme qui a touchĂ© Son vĂȘtement, Il lui a dit: «Ta foi t’a sauvĂ©e.» Voyez-vous? Eh bien, c’est la mĂȘme chose qu’il faut maintenant (Voyez-vous?); cela requiert votre foi. Ensuite, Il peut me dire une chose, oĂč aller et certains endroits.
E-222 Eh bien, tenez, Il devait passer par la Samarie. Maintenant, je suis en route vers l’Alaska, mais il me fallait passer par ici. Pourquoi? Je me suis senti conduit Ă  venir ici. Et me voici; voici que vous ĂȘtes montĂ©e ici sur l’estrade. C’est tout ce que je sais. Et vous vous tenez lĂ . Vous ĂȘtes une chrĂ©tienne; je suis un chrĂ©tien, tous deux nous avons le Saint-Esprit. Et voici Sa Parole qui dĂ©clare qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-223 Maintenant, s’Il vous rĂ©vĂšle une chose qu’il y a dans votre vie, vous saurez si c’est la vĂ©ritĂ© ou pas. Et Il vous amĂšnera alors Ă  croire pour tout ce que vous demanderez; parce qu’un chrĂ©tien ne se tiendrait pas lĂ  comme cela; vous ĂȘtes–vous avez besoin de quelque chose, sinon vous ne vous tiendriez pas lĂ .
E-224 Tous les autres veulent-ils croire? Quelqu’un connaüt-il cette personne? Oui, beaucoup de gens la connaissent.
E-225 Eh bien, selon les conclusions des mĂ©decins, vous devez aussi subir une opĂ©ration. Il s’agit des kystes. C’est juste. Croyez-vous que le Saint-Esprit peut me rĂ©vĂ©ler oĂč se situent ces kystes? Au niveau des reins. C’est juste. Maintenant, est-ce que vous croyez? Vous n’ĂȘtes pas d’ici. Vous venez d’un endroit qui se trouve Ă  environ deux ou trois cents miles d’ici [322 ou 483 km]. Vous avez effectuĂ© un long voyage pour arriver ici. C’est juste. C’est juste. Et, Ă  propos, vous ĂȘtes l’épouse d’un ministre. Croyez-vous que Dieu peut me dire qui vous ĂȘtes? Cela vous aidera-t-il? Madame Johnson, partez, croyez de tout votre coeur et soyez guĂ©rie.
E-226 Est-ce que vous croyez de tout votre coeur? Voyez-vous? JĂ©sus-Christ. Monsieur, nous voudrions voir... Vous direz: «Comment est-ce possible?» Eh bien, cela ne vaut pas plus que ce qu’Il a dit aux autres. Croyez-vous? «Monsieur, nous voudrions voir JĂ©sus.» C’est Lui. Maintenant, allez parler Ă  cette femme, demandez-lui.
E-227 Maintenant, voici un homme, il m’est totalement inconnu; je ne le connais pas, je ne l’ai jamais vu de ma vie. Il se peut qu’il soit rongĂ© par le cancer; il se peut qu’il ait des problĂšmes de mĂ©nage, des problĂšmes financiers. J’ignore son problĂšme. Il se tient ici, c’est juste un homme. Eh bien, si le Saint-Esprit rĂ©vĂšle Ă  cet homme, vous saurez...
E-228 Cette petite dame assise juste ici derriĂšre, de ce cĂŽtĂ© oĂč je pointe le doigt, souffre de l’eczĂ©ma. Si vous croyez de tout votre coeur... Est-ce que vous croyez cela, madame, de tout votre coeur? La petite femme aux cheveux gris, qui porte des lunettes, elle a–elle souffre de l’eczĂ©ma. Elle Ă©tait debout lĂ , ou plutĂŽt elle est assise lĂ , elle pense Ă  son problĂšme, en priant du fond de son coeur. Et maintenant, si c’est juste et que vous croyiez que Dieu vous guĂ©rira, tenez-vous debout.
E-229 Qu’a-t-elle touchĂ©? Je vous pose la question: «Qu’a-t-elle touchĂ©?» Elle est Ă  vingt mĂštres de moi. Elle a touchĂ© le Souverain Sacrificateur, et ce Souverain Sacrificateur-lĂ  est ici. Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Ne voyez-vous pas? N’en doutez pas. Croyez cela. Ayez la foi.
E-230 Maintenant, je n’y peux rien, monsieur. Elle... Je ne fais que–que surveiller une LumiĂšre (Voyez-vous?), et Elle m’a quittĂ© et je L’ai vue suspendue par lĂ , et j’ai vu cette petite dame avancer ici devant moi. Et elle apparaissait constamment devant moi, et je vois que c’était une femme au lieu d’un homme, alors j’ai dĂ» tout simplement parler sur base de ce que je voyais.
E-231 Oh! si cette Ă©glise, si ce groupe de gens voudrait simplement croire maintenant mĂȘme, et avoir la foi, que se produirait-il, que se passerait-il?
E-232 Monsieur, nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. J’aimerais juste vous parler, afin de contacter votre esprit. Tenez, vous n’ĂȘtes pas ici pour vous-mĂȘme. Vous ĂȘtes ici pour quelqu’un d’autre; c’est un–un petit enfant, un petit enfant, c’est un petit garçon qui a Ă©tĂ© fortement touchĂ© dans un accident d’automobile, il a Ă©tĂ© sĂ©rieusement blessĂ©, lacĂ©rĂ©; il est en trĂšs mauvais Ă©tat, dans un Ă©tat terrible. Vous ĂȘtes ici pour lui. C’est juste. Si Dieu ne vient pas en aide Ă  ce petit garçon, il va mourir. Voulez-vous me faire une faveur? Sortez ce mouchoir de ma poche; allez et posez cela sur lui, au Nom du Seigneur, et ne doutez pas. Et donnez-moi de ses nouvelles, Ă  mesure que les rĂ©unions vont continuer. Ayez la foi.
E-233 Bonsoir, monsieur. Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre. Une autre femme... Est-ce que vous croyez? Maintenant, souvenez-vous, Il est tout aussi le mĂȘme lĂ -bas qu’Il l’est ici. Il est le mĂȘme partout. Il est partout. [FrĂšre Branham marque une pause.–N.D.E.]
E-234 Soeur Borders, est-ce vous qui ĂȘtes assise lĂ ? Je n’arrive pas Ă  comprendre. Il me semble que c’est soeur Borders qui est assise lĂ . Je n’arrive pas... Roy, la femme de frĂšre Roy Borders. Je pense que ce n’est pas elle. Cela est allĂ© directement se tenir au-dessus de cette dame-lĂ . Eh bien, un instant, et il se peut que Cela appelle de nouveau, voyons ce que c’est.
E-235 Je vous suis inconnu. Le Seigneur nous connaĂźt tous deux. Si le Seigneur m’explique cela, et fait ici quelque chose, Il rĂ©vĂšle la raison pour laquelle vous ĂȘtes ici, allez-vous croire de tout votre coeur?
E-236 Madame Borders continue d’apparaütre quelque part ici devant moi. Je... Madame Borders se trouve quelque part dans la salle.
Votre femme a-t-elle un problĂšme?
TrĂšs bien, cela continue tout simplement d’apparaĂźtre ici. Et il y a beaucoup de gens, quelqu’un Ă  cĂŽtĂ© d’elle, et je continue Ă  me demander.
E-237 Vous souffrez d’une tumeur. C’est juste. Croyez-vous que Dieu peut me dire oĂč se trouve la tumeur? A la hanche. Croyez de tout votre coeur. Vous avez aussi des complications, bien d’autres choses. Vous croyez. C’est juste. Croyez-vous de tout votre coeur? Partez, croyez comme cela, et vous allez–et ce sera complĂštement terminĂ©, et Dieu vous guĂ©rira et vous rĂ©tablira. [La soeur dit: «FrĂšre Branham. Cette femme-lĂ  Ă©tait venue avec moi, celle qui souffrait de l’eczĂ©ma, elle Ă©tait venue avec moi. Et je ne le savais pas jusqu’au moment oĂč, assise avec elle lĂ  derriĂšre, elle a dit qu’elle avait l’eczĂ©ma.»–N.D.E.] Ce frisson qu’elle a ressenti en entrant dans la ligne de priĂšre, c’est probablement ce qui a produit cela, une priĂšre faite pour une autre personne.
E-238 Ça y est. Oh! je vois. J’ai vu madame Borders se tenir ici, elle prie. Et il y a une–une femme assise Ă  cĂŽtĂ© d’elle lĂ , qui prie; elle a l’hypotension. Si vous croyez, vous la dame assise juste lĂ , croyez cela de tout votre coeur, et Dieu vous rĂ©tablira de cette hypotension. Amen. VoilĂ . C’est de lĂ  que provenait la priĂšre.
E-239 Si vous ne me croyez pas comme Ă©tant un prophĂšte, ou plutĂŽt, excusez-moi, un serviteur (cela achoppe les gens), imposez les mains Ă  la femme assise Ă  cĂŽtĂ© de vous, parce qu’elle souffre des varicelles. Vous voyez, c’est juste. TrĂšs bien. Amen.
E-240 Croyez maintenant de tout votre coeur. Dites-moi ce qu’elles ont touchĂ©; une petite femme assise lĂ , priant pour une autre; cela continue d’apparaĂźtre sur l’estrade. Croyez simplement de tout votre coeur. TrĂšs bien.
E-241 Venez ici, madame. Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous? Croyez-vous que vous serez guĂ©rie de cette affection de l’estomac? Alors allez prendre votre souper. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit.
E-242 Que croyez-vous? Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira de cette affection du dos, de ces reins, et qu’Il vous rĂ©tablira? Rentrez chez vous, en croyant, disant: «JĂ©sus-Christ me guĂ©rit.» Ayez simplement la foi; ne doutez pas.
E-243 Approchez, monsieur, vous Ă©tiez vraiment heureux lorsque vous ĂȘtes entrĂ© dans la ligne par lĂ , lorsque votre numĂ©ro a Ă©tĂ© appelĂ©. Dieu guĂ©rit la maladie du coeur et peut vous rĂ©tablir. Le croyez-vous? Alors continuez votre route, croyez, et cela vous quittera complĂštement, et vous allez–vous serez guĂ©ri. TrĂšs bien.
E-244 Ayez la foi. Ne doutez pas. Madame, qu’en pensez-vous? Pensez-vous que si je vous impose les mains, vous guĂ©rirez? Si je ne disais rien, et que je vous imposais simplement les mains? Allez de l’avant. «Ce n’est pas nĂ©cessaire,» trĂšs bien, c’est bon. Allez carrĂ©ment de l’avant. Amen. VoilĂ  comment y aller. TrĂšs bien.
E-245 Approchez, madame. Que croyez-vous, soeur? Croyez-vous de tout votre coeur? Vous savez que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler votre problĂšme, mais croirez-vous cela? Alors le diabĂšte ne signifie rien pour Dieu, Il peut le guĂ©rir. Croyez-vous cela? TrĂšs bien, allez de l’avant, portez-vous bien. Amen.
E-246 TrĂšs bien, monsieur. Approchez, monsieur. Je vous suis inconnu. Tout le monde vous dit: «Ressaisis-toi.», parce que vous ĂȘtes nerveux. Mais vous n’arrivez pas Ă  vous ressaisir; il y a quelque chose lĂ  qui vous rend nerveux. C’est juste. Mais vous vous tenez Ă  l’endroit mĂȘme oĂč cela vient de vous quitter. Partez, croyez cela, et cela ne reviendra plus jamais. Partez, croyez cela, amen. Ayez la foi. Ne doutez pas. TrĂšs bien.
E-247 Vous avez beaucoup de maladies, une maladie gynĂ©cologique, l’arthrite, eh bien, croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira? Allez simplement, disant: «Que Dieu soit louĂ©!» et–et croyez de tout votre coeur.
E-248 Approchez, madame. (Vous là-bas, est-ce que vous croyez?) Dieu peut guérir le diabÚte, tout ce qui se trouve dans le sang. Croyez-vous cela? Bien sûr, Il le peut. Continuez votre route, croyant, disant: «Amen. Gloire à Dieu!»
E-249 Vous croyez que si on impose les mains aux malades, les malades seront guéris»? Au Nom du Seigneur Jésus, partez, portez-vous bien maintenant, et croyez de tout votre coeur.
E-250 TrÚs bien, approchez carrément, monsieur. Croyez-vous que Dieu peut guérir la maladie du coeur, la prostatite, tout le reste, cette nervosité et que tout cela vous quittera? Alors partez en croyant au Nom du Seigneur Jésus. Amen.
E-251 Croyez-vous de tout votre coeur? Qu’en est-il de vous autres, est-ce que vous croyez?
E-252 OĂč sont vos infirmes? Je vois un fauteuil roulant. Que dites-vous, monsieur? Regardez ici vers moi. Me croyez-vous? Croyez-vous que je suis le serviteur de Dieu? Vous croyez. Regardez-moi donc. C’est... Votre maladie se trouve aux jambes. Vous ĂȘtes censĂ© aller Ă  l’hĂŽpital; mais vous n’avez pas voulu le faire, parce que vous vous ĂȘtes dit que si vous pouviez arriver ici, vous seriez guĂ©ri et vous n’auriez plus besoin d’aller Ă  l’hĂŽpital. C’est juste. Croyez-vous cela? Si vous restez assis lĂ , vous allez sĂ»rement mourir, comme les lĂ©preux. Le mĂ©decin ne peut rien faire de bon pour vous. Alors pourquoi n’acceptez-vous pas Christ ce soir, et ne croyez-vous pas cela de tout votre coeur, et ne vous levez-vous de ce fauteuil roulant, et en saisissant cela par un bout et en poussant carrĂ©ment cela de cĂŽtĂ©, pour sortir par cette porte et rentrer chez vous, Ă©tant guĂ©ri? Pourquoi ne le faites-vous pas? Voulez-vous croire cela? Alors tenez-vous debout. Ne doutez pas. Au Nom de JĂ©sus-Christ, prenez votre fauteuil roulant et rentrez chez vous.
E-253 Croyez-vous de tout votre coeur? Tenez-vous debout, tout celui qui veut ĂȘtre guĂ©ri. Tenez-vous debout et croyez cela. Levez-vous. Peu m’importe votre maladie, combien vous ĂȘtes infirme. Cela ne change rien. Je vous lance un dĂ©fi; tenez-vous debout. Levez-vous. Tout le monde, tout celui qui est infirme, oĂč que vous soyez. Au Nom de JĂ©sus-Christ, tenez-vous debout et soyez guĂ©ri. VoilĂ , toute l’assistance se tient debout.
E-254 Maintenant, levons nos mains vers Dieu. PĂšre cĂ©leste «Monsieur, nous voudrions voir JĂ©sus.» Tenez. Il n’y a pas une seule personne faible parmi nous, tout le monde est guĂ©ri. Combien nous Te remercions, ĂŽ PĂšre. Maintenant, nous Te prions, ĂŽ Dieu, d’infliger une dĂ©faite Ă  l’ennemi en cet instant mĂȘme, et de chasser toute incrĂ©dulitĂ©.
E-255 Satan, au Nom de JĂ©sus, quitte cette assistance, sors d’ici! Tu as perdu la bataille. Au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, qu’ils soient tous guĂ©ris.

En haut