ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication L'OPPROBRE A CAUSE DE LA PAROLE / 62-1223 / Jeffersonville, Indiana, USA // SHP 1 hour and 54 minutes PDF

L'OPPROBRE A CAUSE DE LA PAROLE

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 J'ai demand√© √† fr√®re Neville : "Etes-vous s√Ľr que vous n'avez pas un tout petit peu d'onction, ce matin?" J'√©tais venu prier pour les malades. Il y avait des gens qui se rassemblaient, dans ce que nous... dimanche t√īt le matin. Ceux dont je devais m'occuper l√†, je leur ai demand√© de venir ici √† l'√©glise. Et je - je pense toujours que c'est mieux de prier pour les malades √† l'√©glise. Je ne sais pas; j'aime l'√©glise, et j'aime venir ici, o√Ļ l'assembl√©e et les gens prient ici.
E-2 lI y avait une petite fille, là-bas, la plus jolie petite fille, eh bien, je pense qu'elle est assise quelque part ici maintenant, si ces gens ne sont pas rentrés chez eux. Oh, je la vois maintenant. Et c'est la plus jolie petite fille, et elle est gravement malade. Nous écoutions, quand le - nous avons entendu le message en langues et l'interprétation être apportés. Nous écoutions, et il nous semblait comprendre que quelque chose avait été dit au sujet d'une petite fille. Et nous attendions de voir si le Seigneur allait donner un message quant à ce qu'il faudrait dire à ce sujet, mais je pense que la petite fille est guérie maintenant et qu'elle ira bien,
E-3 Et puis... et il y avait aussi une dame qui avait perdu la vue, et nous priions pour elle, ainsi que pour un homme là dans une ambulance, un prédicateur. Je ne pense pas que cet homme pèserait 35 ou 40 livres [15,8 ou 18 kilos - N.D.T.]. Vraiment - vraiment. Je suis donc venu prier pour eux.
E-4 La raison pour laquelle j'avais beaucoup d'hésitation, c'est qu'un plombage est tombé de ma dent, et ce matin, je fais des chuintements avec cette dent trouée, là, sur le devant. Et on me dit que je dois me les faire meuler, et qu'on pose des couronnes dessus. Ainsi donc, c'est la vieillesse qui s'installe, c'est tout ce que je sais. J'avais un plombage dans celle-ci, de moitié, et quand je me mets à parler, vous pouvez entendre cela, on dirait que l'air sort, vous - vous savez ce que je veux dire, par les lèvres, et ça vous fait un peu zozoter.
E-5 Nous sommes vraiment des gens privil√©gi√©s d'√™tre vivants ce matin, et de pouvoir venir √† l'√©glise. Et en cette veille de No√ęl, en attendant la f√™te qu'on aura... en fait je - j'esp√®re que je - je... Il y a trop d'enfants ici ce matin, je vais alors simplement me taire. Voyez-vous? Nous, les adultes, nous parlons parfois des choses que les enfants ne devraient m√™me pas entendre, vous savez.
E-6 Mais je pense que l'√©glise a ici un petit cadeau, pour les petits enfants, tout √† l'heure. Je regardais cela, l√†-derri√®re. Oh, il vous faudra rester apr√®s l'√©cole du dimanche, juste patientez (voyez-vous?), en effet, je pense qu'ils ont des cadeaux, l√†- derri√®re, pour les petits, √† distribuer ce matin. Eh bien, maintenant, vous, les petits, souvenez-vous, alors que nous faisons cela... (Je tiens √† pr√©ciser cela), ce n'est pas le p√®re No√ęl; en effet, √ßa, c'est une histoire dont vous apprendrez un jour qu'il n'y a rien l√†, mais c'est de J√©sus-Christ, le Fils de Dieu que provient la V√©rit√© sur toute v√©rit√©. Nous vous offrons ce petit cadeau, ce matin, pour vous faire savoir qu'un jour, Dieu avait offert le plus grand cadeau qui puisse jamais √™tre offert √† la race humaine : Son Fils. Et nous avons un moyen pauvre d'exprimer cela; il n'y a rien que nous puissions donner de comparable √† cela, mais nous les faisons entre nous en tant que mortels.
E-7 Bien, j'allais attendre jusque le dimanche prochain (je vais certainement le faire après tout), pour dire quelque chose que je voulais dire. Quelque chose nous - nous a été - été révélé à la maison, par une vision, et je dois suivre cela. Comme c'est un peu... c'est un peu, on dirait un peu dur, mais nous ne voulons jamais penser que ce que Dieu dit est dur. Ses - Ses fardeaux sont légers.
E-8 Et comme le dimanche prochain, Dieu voulant, nous aurons une - une réunion ici (c'est juste avant la veille de Nouvel An), si le Seigneur nous accorde la faveur de tenir cette réunion... Et nous aimerions tenir une réunion le matin, prier pour les malades, et peut-être avoir un service des baptêmes. Ainsi, j'ai pensé annoncer cela à nos amis pour qu'ils puissent venir. Alors, nous aurons le dimanche matin et le dimanche soir, et ensuite, pour ceux qui voudront rester pour le Nouvel an, nous allons avoir une veillée cette fois-ci.
E-9 Il y aura plusieurs prédicateurs qui parleront ici, la nuit de Nouvel An, du soir jusqu'à minuit; et - et nous invitons beaucoup de prédicateurs à venir prêcher. Le Seigneur voulant, j'aimerais être l'un de ceux qui auront quelque chose à dire la nuit du Nouvel An.
E-10 Et puis, le dimanche prochain, je me suis dit que j'exposerai une série d'événements qui se passent, qui se sont passées, pour montrer comment Dieu traite avec Son peuple; et montrer cela jusqu'au point culminant, ici, à l'église.
E-11 Beaucoup parmi vous se posent des questions sur ce probl√®me d'imp√īts sur les revenus, que nous avions connu : c'est r√©gl√©. Et j'aimerais aussi vous raconter comment √ßa s'est pass√©. Et je pense que ce serait... devoir le r√©p√©ter le dimanche prochain, alors j'attendrai simplement jusque le dimanche prochain; et j'essaierai de vous parler un tout petit peu ce matin sur la Parole. Voyez-vous? Et dimanche prochain, je - j'essaierai, Dieu voulant, de vous raconter comment tout cela s'est pass√©, et de vous exposer chacune des choses que le Seigneur a dites, et de voir comment c'√©tait parfaitement accompli, √ßa s'est accompli parfaitement accompli, vous voyez. Il ne dit rien de faux.
E-12 Mais maintenant, une chose que j'aimerais dire ce matin, et que probablement je ne - je ne dirai pas le dimanche prochain, c'est au sujet de quelque chose qui est arrivé hier. J'hésitais un peu à venir ce matin, parce que j'étais vraiment... j'étais, on dirait, bouleversé, ce qui fait que je - je n'avais pas tellement envie de venir. Mais comme je suis ici, eh bien, j'essayerai de mon mieux.
E-13 Avant- hier soir, j'avais de la visite. Fr√®re et sŇďur Sothmann (nous les connaissons ici, l'un des administrateurs de l'√©glise et sa femme) sont venus nous rendre visite, √† ma femme et moi. Et nous parlions des r√©unions √† venir, √† PhŇďnix et dans les environs (si c'est la volont√© du Seigneur.). Et nous sommes rest√©s √©veill√©s jusque vers 22 heures 30, je pense; et je suis all√© me coucher vers 23 heures. Et √† un moment de la nuit, j'ai eu un songe. Et dans ce songe, j'ai vu quelqu'un qui √©tait cens√© √™tre mon p√®re; un homme tr√®s costaud. Il repr√©sentait (m√©taphoriquement parlant) mon p√®re. J'ai vu une femme. Elle ne ressemblait pas √† ma m√®re, et pourtant elle √©tait cens√©e √™tre ma m√®re. Et cet homme, qui √©tait cens√© √™tre comme le p√®re (le mari de cette femme), la maltraitait cruellement; √† tel point qu'il avait un gros morceau de bois et il la soulevait comme ceci et la frappait avec ce morceau de bois, elle tombait et s'affaissait. Et puis - et puis, peu apr√®s, elle se relevait, et il s'avan√ßait l√† et s'appr√™tait √† la frapper de nouveau, et il la frappait de nouveau. Et moi, je me tenais √† distance en train d'observer.
E-14 Finalement, j'en ai eu assez. J'étais de loin plus petit que cet homme, qui était censé être mon père. Alors, je me suis approché de lui, j'ai pointé du doigt son visage, en lui disant : "Ne la frappe plus!" Et alors, quelque chose a commencé à se passer. Mes bras ont commencé à palpiter, et j'ai eu de très gros muscles bien ressortis. Je n'ai jamais vu des muscles pareils. Et je - j'ai simplement saisi cet homme par le col et je lui ai dit : "Ne la frappe plus! Et si tu recommences, tu auras affaire avec moi, si tu la frappes encore." Alors cet homme a eu peur de moi et il l'a laissée tranquille.
E-15 Je me suis r√©veill√©. Eh bien, pendant que j'√©tais allong√© l√†, quelques instants plus tard, bien s√Ľr, l'interpr√©tation est venue. C'√©tait, bien s√Ľr, que la femme, m√©taphoriquement parlant, repr√©sente une √©glise, qui est en quelque une m√®re; le p√®re est la d√©nomination qui est son chef, qui domine l'√©glise comme le mari domine sa femme. Et ce sont ces d√©nominations qui frappent cette √©glise, et qui ne la laissent m√™me pas se mettre debout, comme √ßa. D√®s qu'elle essaie de se lever, ou de faire quelque chose, les - les gens qui sont l√†-dedans, la d√©nomination la terrasse. Et il a juste fallu actionner les - les muscles de la foi, l√†, pointer mon doigt l√†, et dire : "C'est √† moi que vous avez affaire!" Vous voyez; c'est qu'il y a des gens l√†-dedans qui appartiennent √† Dieu. Et tout a bien march√©.
E-16 Vers - nous nous sommes r√©veill√©s vers deux ou trois heures, je pense; et ma fille (l'une de mes filles), R√©becca, qui est l√†, au fond, travaille √† l'H√īpital M√©thodiste de Louisville. C'est, oh, une sorte de formation d'infirmi√®re pour volontaires. On appelle √ßa les Candy Stripers [Jeunes filles b√©n√©voles qui travaillent dans un h√īpital. - N.D.T.] ou quelque chose comme √ßa. Et elle √©tait... elle... Ce matin-l√†, on l'avait appel√©e l√†-bas, et c'est pour √ßa que j'√©tais r√©veill√©. C'√©tait t√īt, et elle √©tait avec l'une de ses petites camarades de classe, l√† (elles - elles travaillent ensemble l√†-bas), et j'allais les amener √† Louisville. Il fallait qu'elles y soient √† 10 heures, et ma femme se demandait pourquoi elle ne pouvait pas entrer dans la chambre. J'avais verrouill√© la porte.
E-17 Il m'est pourtant arrivé beaucoup de choses dans la vie, mais je n'avais jamais eu quelque chose comme ça. Je suis entré en transe. Je n'en sais pas l'interprétation. Je n'ai jamais eu quelque chose comme ça de ma vie. Mais devant moi, on dirait, à ce que je sache, c'était une vision, et j'étais en vision. Mais je parlais à mon fils Joseph (alors qu'il n'était pas dans la chambre à ce moment-là.). Mais je ne sais trop comment, juste quand cela m'a frappé, je parlais à Joseph.
E-18 Et je - j'ai levé les yeux, et de tout petits oiseaux d'environ un demi-pouce de long [1,5 cm - N.D.T.] se sont présentés devant moi sous forme, on dirait, une pyramide. Et ils étaient là sur la branche du sommet, ils étaient... je dirais, trois ou quatre, et sur la branche suivante - suivante, il y en avait peut-être huit ou dix, et en bas, il y en avait quinze ou vingt. C'étaient de petits combattants, en effet ils avaient les plumes rabattues; et on dirait qu'ils voulaient me parler; dire quelque chose.
E-19 Et j'étais à l'ouest (apparemment, à Tucson, dans l'Arizona), essayant de... et les oiseaux regardaient vers l'est, et moi, j'écoutais attentivement... cherchant à dire... on dirait qu'ils voulaient me dire quelque chose. Et ils avaient... leurs petites plumes étaient toutes... elles étaient rabattues, et tout. Ils étaient vraiment marqués par le combat.
E-20 Et puis, tout à coup, un oiseau s'est mis à prendre la place d'un autre, et sautillant comme ça, et ils (les petits oiseaux) se sont envolés rapidement, ils se sont envolés vers l'est. Et alors, après cela, des oiseaux plus grands sont arrivés, ressemblant plus aux colombes, avec les ailes en pointe. Et - et - et ils sont arrivés en groupe, et vite, plus vite que les petits oiseaux. Ils ont volé vers l'est.
E-21 Et moi, toujours dans mon... avec les deux consciences ensemble, je savais que j'√©tais ici, et je savais que j'√©tais ailleurs. Voyez? Et je me suis dit : "Bon, √ßa, c'est une vision, et il me faut savoir ce que √ßa signifie." Et √† peine le deuxi√®me groupe d'oiseaux pass√©s, j'ai regard√© vers l'ouest, et voil√† venir cinq Anges, √† une vitesse vertigineuse, que je n'ai jamais vue, des plus puissants que j'aie jamais vus de ma vie, sous forme de pyramide, deux de chaque c√īt√© et un au sommet, √† une vitesse vertigineuse... Ils avaient la t√™te en arri√®re et les ailes en pointe, ils se d√©pla√ßaient rapidement.
E-22 Et la puissance du Dieu Tout-Puissant m'a saisi de telle manière qu'elle m'a directement soulevé du sol, du sol jusqu'en l'air. (J'entendais encore Joseph parler.) Et un grand bruit, comme quand le mur du son est franchi, a retenti loin, au sud.
E-23 Et quand j'ai été soulevé, c'était à une vitesse si vertigineuse par des Anges. Et je - je les revois bien maintenant même. Vous voyez, alors - alors qu'ils venaient sous cette forme, comme ça, venant vite vers moi. (Eh bien, je ne rêvais pas, là. Non, j'étais là, aussi bien éveillé que je le suis maintenant, vous voyez.)
E-24 Mais ils sont arriv√©s l√†, et ils allaient √† une vitesse si foudroyante qu'au moment o√Ļ ils sont mont√©s, je me suis dit... J'ai entendu comme une explosion, ou on dirait une d√©flagration qui a retenti, comme le mur du son. Et alors, je me suis dit : "Eh bien, √ßa, √ßa doit vouloir dire que je vais bient√īt √™tre tu√©, (voyez-vous), dans une sorte de d√©flagration." Et - et je... et pendant que je pensais √† ces choses, je me suis dit : "Non, ce n'est pas √ßa. En effet, si √ßa avait √©t√© une d√©flagration, √ßa aurait emport√© Joseph aussi, en effet il parle encore; il pense que je suis l√†. Et je l'entends. Ce n'est pas √ßa."
E-25 Tout √ßa, c'√©tait encore dans la vision. Ce n'√©tait pas...Vous voyez, c'√©tait dans la vision. Et puis, tout d'un coup, quand je me suis rendu compte que j'√©tais... Ils √©taient autour de moi. Je ne les voyais pas, mais j'avais √©t√© emmen√© dans cette constellation sous forme de pyramide qu'ils formaient; √† l'int√©rieur de cette constellation de - d'Anges, de cinq Anges. Et je me suis dit : "Eh bien, un ange de la mort serait seul. S'il y en a cinq, c'est la gr√Ęce." Je pensais √† √ßa, et je me disais : "Oh! c'est le - ils apportent mon Message! C'est mon deuxi√®me apog√©e! Ils m'apportent le Message de la part du Seigneur." Et je me suis √©cri√© de toutes mes forces, aussi fort que possible : "√Ē! J√©sus! Que veux-Tu que je fasse?" Alors, cela m'a simplement - simplement quitt√©.
E-26 Depuis, je - je - je ne me sens pas tout √† fait bien. Voyez-vous? J'√©tais... Toute la journ√©e d'hier, j'ai d√Ľ rester √† la maison; je me sentais pratiquement hors de moi. Je n'arrive pas √† avoir les id√©es claires, et la gloire et la puissance du Seigneur... J'√©tais tout engourdi quand cela m'a quitt√©. J'essayais de me frotter les mains, et je me disais : "Je n'arrive pas √† reprendre mon souffle." Je faisais les cent pas dans la pi√®ce. Et je me demandais : "Qu'est-ce que cela veut dire, Seigneur? Qu'est-ce que cela veut dire?" Et puis, je me suis arr√™t√©, et j'ai dit : "Seigneur Dieu, Ton serviteur est... Je - je n'arrive pas √† bien comprendre pourquoi. Qu'√©tait-ce? "Fais-le-moi savoir, Seigneur."
E-27 Eh bien, quand la... Je ne peux pas vous expliquer, quand je dis "La puissance du Seigneur". Il n'y a pas moyen d'expliquer cela. Ce n'est pas ce que vous ressentez ici, à travers les bénédictions. Ce sont les bénédictions du Seigneur. C'est une... sacrée. Oh, la! la! C'est - c'est au-delà de tout ce qu'un mortel peut même imaginer. Voyez?
E-28 Et √ßa - et √ßa m'a vraiment d√©rang√©. Ce n'est pas - ce n'est pas une b√©n√©diction; c'est un trouble : on est troubl√©. Voyez-vous? Si c'est... si seulement vous pouviez... Si seulement je pouvais trouver un moyen de dire aux gens ce que c'√©tait, ou ce que - ce qu'en √©tait la sensation. Ce - ce n'est pas comme quand on est assis ici, et qu'on a envie de se r√©jouir. C'est - c'est quelque chose qui fait que chaque nerf en vous... juste... C'est plus fort que la peur; c'est plus fort que l'effroi. C'est une sainte r√©v√©rence... oh comme... Il n'y a vraiment pas moyen de l'expliquer. M√™me tout mon dos, d'un bout √† l'autre de ma colonne vert√©brale, jusqu'√† mes doigts, de haut en bas, mes pieds, mes orteils; tout mon √™tre √©tait tout engourdi. Vous voyez, juste comme si on √©tait... on serait... c'√©tait quelque part hors du monde. Et - et cela me quittait progressivement, et j'ai dit au - au Seigneur : "S'il Te pla√ģt, fais le-moi simplement savoir, √ī Dieu!"
E-29 Je pense que la sensation la plus proche à cela que j'aie jamais ressentie était celle que j'avais ressentie quand j'étais à Zurich, en Suisse, quand Il m'a montré cet aigle allemand qui observait ce cavalier anglais traverser l'Afrique. Et Il a dit : "Tous ont péché et sont privés de la gloire."
E-30 Et je criais au Seigneur en lui demandant de me venir en aide. Et je - je voulais qu'Il m'en donne l'interprétation, en effet je me demandais si ça voulait dire - si ça voulait dire que j'allais partir, que j'allais être tué. Et si c'était le cas, je n'en aurais rien dit à ma famille. Si c'est le moment pour moi de rentrer à la maison, je rentrerai simplement à la maison, c'est tout. Mais si - si c'est que ça signifiait je n'aimerais pas en parler à ma famille, je ne voudrais pas qu'ils en sachent quelque chose; que cela arrive simplement, et ce - ce sera tout.
E-31 Et j'ai dit : "Seigneur, viens-moi en aide! Je ne veux pas en parler à ma famille, si - si tu es... si l'appel pour que je rentre à la Maison; eh bien, je - j'irai." Voyez-vous? J'ai dit... et je... vous savez... Vous direz : "Pourquoi n'avez-vous pas pensé à ce que vous avez dit dans la vision, ce que la vision avait dit." Mais, on ne peut pas penser à des choses comme ça à ce moment-là. Vous... Moi, du moins, je n'y arrive pas.
E-32 Et je me suis dit... J'√©tais vraiment troubl√©, boulevers√©. On ne trouve pas le moyen de penser; on n'arrive pas √† penser. Alors, j'ai dit : "P√®re c√©leste, si √ßa veut dire que - que je vais √™tre repris dans une explosion, eh bien, fais-le-moi savoir maintenant, pour que je n'en dise rien. Que Ta gloire et Ta puissance viennent encore sur moi, et qu'elles me soul√®vent encore, ou plut√īt laisse que Ta gloire vienne sur moi, et alors, je - je saurai que c'est ce que cela veut dire - ce que cela veut dire, et je le garderai pour moi." Et il ne s'est rien pass√©. Alors ensuite, j'ai dit : "Alors, Seigneur, si cela veut dire que Tu vas envoyer Tes messagers pour ma commission, alors, que Ta puissance revienne." Et elle a failli me faire sortir de la chambre!
E-33 Alors, je - je suis revenu à moi, avec ma Bible en main...?... (voyez-vous?) demandant à Dieu de m'aider. Et alors, Il - Il m'a montré quelque chose dans les Ecritures qui s'y rapporte exactement. En plein là. Et je me suis dit : "Est-ce que ce sera vraiment ce... Comment y arriverai-je?" Et, oh! Je - je ne peux expliquer ces choses, mes amis! C'est au-delà de tout ce que je sais, vous voyez.
E-34 Ma femme est une femme tr√®s particuli√®re; c'est l'une des meilleures au monde. Et pendant un petit moment, je n'ai rien dit √† ce sujet. Je suis all√© de l'avant. Elle savait qu'il s'√©tait pass√© quelque chose . Alors, quand je lui en ai parl√©, elle m'a r√©pondu : "Tu sais, Bill, je te vois et je t'entends parler de beaucoup de choses." Elle a dit : "Tu sais que je te crois de tout mon cŇďur." Elle a dit - elle a dit : "Mais l√†, il y avait vraiment quelque chose!" Cela m'a vraiment secou√©.
E-35 "Cette déflagration, et la vitesse à laquelle ces Anges sont arrivés, comme ça. Cinq Anges en même temps, qui formaient une constellation. Comme... un peu comme cette pyramide que j'ai dessinée ici. Ça avait l'air d'être... D'abord, on dirait que c'est... vu de loin, cela semblait, on dirait, on dirait la couleur des colombes. Et ils venaient dans - dans cette direction. Et on en voyait un, deux, trois, quatre; et puis, un juste au sommet; ce qui faisait cinq. Et ils arrivaient à une telle vitesse! Il n'y a rien, aucun avion à réaction, rien d'autre de comparable à cela.
E-36 Je les revois : ils avaient la t√™te un peu tourn√©e de c√īt√©, et les ailes point√©es vers l'arri√®re, arm√©s de pied en cap; ils sont arriv√©s Fiou! [Fr√®re Branham siffle pour imiter le bruit des Anges - N.D.E.], comme √ßa. Ils sont descendus tout droit et ils m'ont amen√© dans cette constellation sous forme de pyramide qu'ils formaient. Je me suis vu soulev√© du sol. Je me suis dit que peut-√™tre... J'ai entendu ce grondement au loin. "Rrraum!" comme un avion franchissant le mur du son. Vous avez d√©j√† entendu cela, comme un grondement lointain.
E-37 Je me suis dit : "Ceci veut peut-être dire, là, que quand cette vision me quittera, je vais être tué dans une explosion, ou quelque chose comme ça." Je me suis dit : "Me voici. Je suis soulevé. Je suis... Voyez. Ils sont ici, quelque part. Je suis - je suis là dedans, dans cette pyramide d'Anges, mais je - je ne sais pas... Peut-être que le Seigneur est venu me ramener à la Maison. Alors, j'ai entendu Joseph, là-bas, qui appeler : "Papa!" Je me suis dit : "Non, si c'était cela, ça l'aurait emmené, lui aussi. Alors, quelque chose m'a dit : "Tu..." Rappelez-vous, j'attends, j'attends un Message que j'ai toujours attendu... quelque chose.
E-38 L'autre jour, dans la vision, vous savez, celle que j'ai eue ici, il n'y a pas longtemps qui m'annon√ßait ce qui allait arriver; comment je pr√™chais dans - depuis le soleil vers ici, et - et qu'il m'a ensuite √©t√© dit : "Rappelle-toi bien; le deuxi√®me apog√©e est encore √† venir." Et je me suis dit : "Il va y avoir un Message!" Vous souvenez-vous de mon message ici? L'ouverture de cette "Pierre de Fa√ģte", ces sept voix et ces sept sceaux qui n'√©taient m√™me pas √©crits dans la Parole de Dieu. Vous en souvenez-vous? Et cela m'a fait entrer dans cette pyramide. Et Junie Jackson (si tu es ici), ce songe que tu m'as donn√© il n'y a pas longtemps, je ne vais pas le raconter ce matin, tu √©tais si... Dieu √©tait si parfaitement... Excuse-moi de ne t'avoir pas donn√© l'interpr√©tation; c'est que j'ai vu quelque chose en action.
E-39 J.T, m√™me chose. Voyez-vous? Et je - je - je le savais. SŇďur Collins, exactement la m√™me chose. Voyez-vous? Il y en a eu six qui indiquaient exactement la m√™me chose, et puis... et la vision que je vous ai racont√©e tous il y a des ann√©es, elle s'est bien accomplie l'autre jour. Voyez-vous? Et l√†, c'est exactement... tout est exactement en place. Il y a simplement quelque chose qui est en cours. Je ne sais pas ce que c'est. Que Dieu me vienne en aide, c'est ma pri√®re. Prions
E-40 P√®re c√©leste, nous ne sommes - nous ne sommes que des mortels. Et nous voici ici ce matin. Et, Seigneur, je... Tu m'as envoy√© pour conduire ce petit troupeau, dans cette √©glise, et j'arrive √† ma fin; je ne sais pas dans quelle direction, quoi, ni d'o√Ļ cela viendra, mais je sais une seule chose : c'est que Tu as dit que Tu ferais concourir toutes choses pour le bien de ceux qui T'aiment et qui sont appel√©s selon Ton dessein.
E-41 Je Te prie, √ī Dieu, de poser sur nous Ta puissante main de mis√©ricorde. Nous savons effectivement que Tu es Dieu. Et nous savons que Tu n'es pas Celui qui n'a v√©cu que dans le pass√©, mais Tu vis encore aujourd'hui. Tu as toujours √©t√© Dieu. Tu resteras toujours Dieu. Tu √©tais Dieu avant le temps, et Tu seras Dieu quand il n'y aura plus de temps. Tu resteras toujours Dieu. Et nous sommes entre Tes mains, Seigneur. Et nous ne sommes que de l'argile, et Tu es le Fa√ßonneur, le Potier. Fa√ßonne nos vies, Seigneur, de sorte que Tu en tireras les meilleurs services pour Ton honneur. Accorde-le, P√®re. Nous sommes entre Tes mains.
E-42 Nous n'avons pas le moyen de venir ici par nous-m√™me, ou nous ne savons pas non plus comment nous partirons d'ici. Mais, Seigneur, Tu nous as donn√© la vie, et Tu as... Nous T'avons redonn√© nos vies, et par cela, Tu nous as donn√© en √©change Ta Vie Eternelle. Notre foi aspire cela au fond de notre √™tre. Et nous T'aimons pour cela, parce que nous savons qu'un jour, nous Te verrons, et que Tu seras dans Ta gloire, et nous Le contemplerons. Et nous d√©sirons ardemment entendre ces mots : "C'est bien, bon et fid√®le serviteur. Entre dans la joie du Seigneur qui a √©t√© pr√©par√©e pour toi depuis la fondation du monde." En attendant √ī Dieu, que nous soyons ensemble, conduis-nous. Nous sommes Tes serviteurs et nous demandons le pardon de nos p√©ch√©s.
E-43 Ces visions puissantes, Seigneur, c'est trop pour Ton serviteur. Je ne sais quoi faire. Tout ce que je - je sais, c'est qu'elles viennent. Et je ne peux que dire ce que j'ai vu et ce qui a √©t√© dit. Et parfois, cela me fait peur, Seigneur. Et je - je me demande que faire. Alors, je prends la Bible, et l√† je lis comment Esa√Įe a d√Ľ se sentir ce jour-l√† dans le temple, quand il a vu ces Anges qui se couvraient les pieds de leurs ailes. Il n'est pas √©tonnant qu'il se soit √©cri√© : "Malheur √† moi! Car mes yeux ont vu la gloire du Seigneur." Et c'est alors que le proph√®te s'est √©cri√©, apr√®s avoir √©t√© purifi√© dans le temple, quand l'Ange avait pris les pincettes et avait retir√© un charbon ardent et l'avait pos√© sur ses l√®vres, apr√®s qu'il eut confess√© qu'il √©tait un homme aux l√®vres impures, et qu'il vivait avec... au milieu d'un peuple impur. Pourtant, il √©tait un proph√®te. L'Ange a pris les pincettes et a pos√© le charbon ardent sur ses l√®vres, il l'a purifi√© et a dit : "Maintenant, va proph√©tiser."
E-44 Seigneur Dieu... Esa√Įe s'est √©cri√© : "Me voici, Seigneur, envoie-moi." Quand il a demand√© : "Qui ira pour nous?", vers cette g√©n√©ration m√©chante et adult√®re. √Ē Dieu, que cela se r√©p√®te! Que cela revienne, √ī Seigneur! Envoie le Saint-Esprit avec le feu qui purifie. Car je confesse que j'ai les l√®vres impures, et j'habite dans le... sur cette terre, ici, avec des gens impurs. Et nous sommes impurs √† Tes yeux, Seigneur, mais, oh! envoie la puissance qui purifie, le Saint- Esprit! Purifie-nous, √ī Seigneur. Purifie Ton serviteur, Seigneur. Et puis, parle, Seigneur! Ton serviteur √©coute. Je d√©sire ardemment entendre cette voix. Je suis √† Toi. Utilise-moi, Seigneur, comme Tu le voudras, alors que je me mets sur Ton autel. Que le Saint- Esprit me purifie, Seigneur; qu'Il m'oigne et m'envoie, Seigneur, si Tu veux que quelqu'un aille; Si c'est maintenant l'heure, c'est maintenant l'heure. Je - je ne sais pas, Seigneur. Tout ce que je - je sais, c'est que j'ai vu ces Anges. Et Tu sais que ces choses sont exactement la v√©rit√©. Et je prie, Seigneur, malheur √† moi! C'est pourquoi viens-moi en aide.
E-45 B√©nis maintenant ce peuple. Et nous sommes ici aujourd'hui, juste avant la veille de la c√©l√©bration de la naissance de notre Seigneur. Nous Te prions de nous venir en aide; et ce matin, Ton serviteur, notre fr√®re Neville, a pens√© que ce serait peut-√™tre un temps o√Ļ il devrait juste se reposer quelques instants, et que je devrais peut-√™tre prendre la parole. Et je - je Te prie de me venir en aide maintenant. Il y a ici des gens, Seigneur... Nous avons tous besoin de Toi, c'est pourquoi nous Te prions maintenant de nous b√©nir, alors que nous lirons Ta Parole et que nous La m√©diterons pendant un petit moment. Que Ton Esprit vienne sur nous, Seigneur. Et purifie-nous, et enflamme-nous du Saint-Esprit, avec le Message de Dieu, venant tout fra√ģchement de l'autel pour secouer un monde qui se meurt avant la Venue du grand Dieu √©ternel, car nous le demandons au Nom de J√©sus, Son pr√©cieux Fils et notre Sauveur. Amen.
E-46. J'aimerais maintenant attirer votre attention sur quelques passages des Ecritures, ici, et sur quelques notes que j'ai prises. Et je pense que Doc ou Billy (ou l'un d'eux) m'a dit qu'on voulait qu'on termine la r√©union un peu plut√īt pour les enfants. (Ils ont des cadeaux pour eux.)
E-47. Vous - vous, les petits amis qui venez juste de sortir de l'école du dimanche, restez ici juste un petit instant. Ce que nous allons dire ici est peut-être un peu profond pour vous, mais - mais restez tranquilles avec papa et maman quelques instants. Je veux leur parler.
E-48 Maintenant, dans les Psaumes, au Psaume 89, je voudrais lire un ou deux versets du Psaume89. Je vais essayer de lire les versets 50, 51 et 52 du Psaume 89. Bien, est-ce que vous entendez bien, partout tout au fond de la salle? Si vous entendez bien, levez la main, parce que je... quel est le... Est-ce que tous ces micros sont branch√©s? √áa donne mieux? Celui-ci? Celui-ci? Celui-ci? Juste ici, ces deux-l√†, sur le c√īt√©. Tr√®s bien. [Fr√®re Branham arrange les microphones. - N.D.E.]
E-49 Bien, je ne sais pas si ceci va √™tre enregistr√© ou pas. C'est une occasion un peu impr√©vue ce matin; mais n'oubliez pas, l√†, amenez tous vos amis... Et je - je voudrais que vous fassiez tout votre possible pour assister √† la r√©union du dimanche prochain. Voyez-vous? On aura bient√īt termin√© le b√Ętiment de l'√©glise, je suppose, et alors je - je reviendrai pour ces... pour pr√™cher les sept sceaux, si c'est la volont√© de Dieu, ici dans les Ecritures.
E-50 Dans le livre de Psaumes, au chapitre 89, √† partir du verset 50. Suivez bien la lecture de la Parole maintenant. Souviens-toi, Seigneur! de l'opprobre de tes serviteurs, Souviens-toi que je porte en mon sein tous les peuples nombreux; Souviens-toi des outrages de tes ennemis, √ī Eternel! De leurs outrages contre les pas de ton oint. BENI SOIT A JAMAIS L'ETERNEL! AMEN! AMEN! J'aimerais vous parler quelques instants de... Je voudrais d'abord que vous notiez ceci, que vous le relisiez plusieurs fois bien attentivement. Peut-√™tre que cela vaut la peine d'√™tre relu tout de suite. Suivez bien attentivement maintenant. Voyez-vous? Souviens-toi, Seigneur! de l'opprobre de tes serviteurs, Souviens-toi que je porte en mon sein tous les peuples nombreux; Souviens-toi des outrages de tes ennemis, √ī Eternel! De leurs outrages contre les pas de ton oint BENI SOIT A JAMAIS L'ETERNEL! AMEN! AMEN!
E-51 M√©ditez bien la fa√ßon dont David l'a dit. Je voudrais prendre comme sujet... C'est tr√®s √©trange, encore pour un sujet de No√ęl, mais comme j'ai pr√™ch√© sur un sujet √©trange le dimanche dernier (j'ai oubli√© ce que c'√©tait, maintenant)... C'√©tait le... Pardon? [Un Fr√®re dit : "La dislocation... le monde qui se disloque] La Dislocation... Le Monde qui se disloque. Maintenant, j'aimerais prendre comme sujet, ce dimanche, l'opprobre √† cause de la Parole. Bon, je vais le r√©p√©ter bien comme il le faut : L'opprobre √† cause de la Parole.
E-52 Dieu a un moment et une raison pour accomplir √† ce moment-l√† toute Son Ňďuvre. Dieu sait exactement ce qu'Il va faire. Pas nous. Nous n'avons qu'√† recevoir Cela comme Il nous le donne, mais Lui, Il sait, et rien n'ira de travers dans ce qu'Il - Il a pr√©vu de faire. Il faut que tout cela s'accomplisse. Il faut parfois qu'il y ait des choses rudes et difficiles, rien que pour faire ressortir l'authentique et vraie nature d'un objet.
E-53 Vous savez, la pluie prend naissance dans un ciel agit√©, d√©chir√©, z√©br√© d'√©clairs et o√Ļ gronde le tonnerre. Et si on n'avait pas de pluie, on ne vivrait pas. Mais voyez-vous ce qu'il faut pour produire la pluie? Le tonnerre, les √©clairs, la lumi√®re, la col√®re; et c'est de l√† que provient la pluie.
E-54 Une semence doit mourir, pourrir, se corrompre, puer et retourner à la poussière de la terre, pour pouvoir produire une nouvelle vie.
E-55 Il faut battre l'or, le retourner et le rebattre plusieurs fois, encore et encore, le battre jusqu'√† ce que toutes les scories en soient √īt√©es. Pas parce qu'il brille, car la pyrite de fer (ce qu'on appelle l'or des fous) brille comme de l'or v√©ritable; mais si on met les deux ensemble... En les prenant s√©par√©ment, on ne peut gu√®re les diff√©rencier, mais en les mettant ensemble, on voit la diff√©rence. Et l'orf√®vre doit toujours battre jusqu'√† ce qu'il - il voie son propre reflet dans l'or.
E-56 Et Dieu fixe un temps et Il a un but dans tout ce qu'Il fait. Rien n'arrive par hasard pour ceux qui aiment le Seigneur et qui sont appelés selon Son appel. Voyez? Nous sommes prédestinés. Et toutes choses concourent si parfaitement à cela. En effet, Il ne peut pas mentir, et Il a dit que c'était ainsi, que chaque chose a son temps, sa saison, et sa façon d'arriver. Dieu est derrière tout ce qui se passe. Et parfois, on pense que tout va mal. Ça dépend de nous. Ces choses nous sont destinées - les épreuves et la perplexité. Ce sont des épreuves pour voir comment nous réagissons à une action.
E-57 Il y a quelque temps dans - l√† dans le Vermont, fr√®re Fred et moi avons travers√© de l'autre c√īt√©, dans l'Etat de New York, de l'autre c√īt√© du lac Champlain. Nous √©tions arriv√©s de l'autre c√īt√©, √† New York, et j'ai gravi les montagnes l√† o√Ļ... sur le mont Hurricane, l√† o√Ļ j'avais l'habitude d'aller chasser. Et l√†, je me souviens quand je m'√©tais perdu, comment Dieu m'avait ramen√©, rien que par le Saint-Esprit √† travers une temp√™te qui... Je serais mort, j'aurais p√©ri, et ma femme et Billy aussi, l√†-bas, dans un petit campement √† des kilom√®tres. Et j'ai √©t√© ramen√©.
E-58 Il y avait juste un peu de neige que nous avons d√Ľ traverser pour atteindre le campement, au d√©but du printemps. J'√©tais l√†-bas, en train de parler √† fr√®re Fred, et le Saint-Esprit a dit : "Mets-toi √† l'√©cart!" Je me suis √©loign√© dans un bois, √† un petit endroit et Il m'a dit : "Il y a un pi√®ge qui t'est tendu. Fais donc attention." Mais Il ne m'a dit ni quoi, ni comment.
E-59 Je suis revenu, et j'en ai parlé à frère Fred. Ce soir-là, nous sommes allés à l'église, à l'auditorium, et nous avons annoncé cela aux gens; et le soir suivant, c'est arrivé. Et j'étais donc là, quand Il m'a parlé des moqueurs. Il a dit : "C'est entre tes mains. Ce que tu feras d'eux; tout ce que tu diras, ça s'accomplira immédiatement."
E-60 Voilà. En effet, quelqu'un d'irrévérencieux, d'impie; il se moquait des réunions et les tournait en dérision - un jeune homme et une jeune femme. Et il essayait de... il lui faisait des gestes d'amour obscènes dans la salle, et attirait l'attention de tout le monde, pendant que j'essayais de prêcher. Il lui renversait la tête en arrière et montait sur ses genoux, il lui renversait la tête en arrière et essayait de l'embrasser, et il se démenait comme ça pendant la réunion, attirant l'attention.
E-61 Et le Saint-Esprit a dit : "Eh bien, il est - ils sont entre tes mains! Que vas-tu faire d'eux?" Il y a eu un silence sacr√©. Tout le monde a gard√© un silence de mort. Et je me suis dit : "√Ē Dieu, que dois-je faire?" Alors je me suis rappel√© : Heureusement que le Saint-Esprit m'avait averti, deux jours auparavant! J'ai dit : "Je vous pardonne."
E-62 Bien, c'était cela qu'Il voulait que je dise. Vous voyez, c'est qu'après tout, je - j'ai été coupable, peut-être pas de cette chose-là, mais coupable. Et être coupable du moindre commandement, c'est être coupable de toute la loi. J'ai donc dit : "Je vous pardonne." Et il y a ici des témoins qui étaient là cette fois-là. A ce moment-là, le Saint-Esprit s'est déversé.
E-63 Bien, vous voyez, je crois que toutes ces choses ont un but. Que ferez-vous avec la puissance? Comment allez-vous... Voyez, une r√©action √† une action. Quelque chose se passe comme un acte, ensuite comment r√©agissez-vous √† cette action-l√†? Comprenez-vous ce que je veux dire? Qu'allez-vous faire? Et peut-√™tre que tout ceci a servi √† nous amener l√† o√Ļ nous sommes maintenant. Je ne sais pas. Je - je ne saurais vraiment pas le dire.
E-64 Mais il y a toujours eu une voie... Et, rappelez-vous, l'opprobre de - de la Parole a... la Parole a toujours port√© un opprobre. Tout au long des √Ęges, la Parole ointe de Dieu a toujours subi un opprobre, et c'est pour cela que c'est dur pour les gens qui ne comprennent pas de savoir comment accepter cet opprobre.
E-65 Pouvez-vous vous rappeler les disciples qui rentraient en se réjouissant parce qu'ils se disaient qu'ils avaient été jugés dignes de porter l'opprobre de Son Nom? Il a dit : "Tous ceux qui vivent pieusement en Christ seront persécutés", l'opprobre à cause de la Parole.
E-66 Vous aurez toujours à subir cet opprobre, pour être testé, pour voir... Tout homme qui vient à Christ doit d'abord être formé comme un enfant, pour le - pour le but auquel Dieu l'a destiné. Et souvenez-vous, si seulement vous pouvez rester tranquille! Rappelez-vous, s'Il vous a appelé dans un but donné, il n'y a rien qui puisse empêcher cela de se produire. Il n'y a pas assez de démons dans le lieu de tourments pour empêcher la Parole de Dieu de se manifester. Vous êtes né dans un but. Et personne ne peut prendre votre place. Vous aurez peut-être des imitateurs, et tout le reste, mais ils ne prendront jamais votre place. C'est vrai. La Parole de Dieu triomphera. Elle ne peut pas faillir.
E-67 Voil√† o√Ļ tout chr√©tien devrait se tenir. Sachant que - que... Les √©preuves viendront et vous feront voir de toutes les couleurs, mais souvenez-vous, Dieu a un but, et tout concourra comme il faut.
E-68 Bien, rappelons juste quelques-uns des √©v√©nements annonc√©s par la Parole de Dieu et qui se sont accomplis, et aussi ceux qui ont apport√© la Parole dans leur √Ęge. Je - j'ai per√ßu par l'Esprit il n'y a pas longtemps que quelqu'un critiquait (c'est peut-√™tre l√† o√Ļ on √©coute les bandes magn√©tiques) le fait que je me r√©f√®re toujours beaucoup... que je remonte dans le pass√© pour prendre des personnages bibliques pour illustrer ce que je dis. Eh bien, c'est dans un but que je le fais. La Bible dit que ces choses sont √©crites pour que nous les consid√©rions, et c'est l'unique moyen, √©tant donn√© que je suis sans instruction, l'unique moyen pour moi de m'y prendre, c'est de me r√©f√©rer au pass√© et dire : "Voyez-vous le fondement de ceci, et ce qui est arriv√© √† travers cela; o√Ļ ceci s'est produit." Voyez-vous? Et alors vous vous situez vous-m√™me l√†.
E-69 Comme je pr√™chais, il n'y a pas longtemps, au sujet du petit gar√ßon √† bord du navire, vous savez, et - et du vieux capitaine qui se mourait, il √©tait malade. Il a demand√© s'il n'y avait pas une Bible √† bord. Et on a trouv√© un petit gar√ßon avec une Bible et ce dernier est venu lire Esa√Įe 53.5 : "Il √©tait bless√© pour nos p√©ch√©s, bris√© pour nos iniquit√©s." Il a dit : "Laisse-le - laisse-moi vous dire, capitaine, comment ma m√®re lisait cela." Il a dit : "Voici comment elle lisait cela : 'Il √©tait bless√© pour l'iniquit√© de Willy Pruitt, et Il a √©t√© ch√Ęti√© pour Willy Pruitt. Et tout ce qu'il avait fait, c'√©tait pour Willy Pruitt." C'√©tait le nom du petit gar√ßon. Le vieux capitaine a dit : "J'aime √ßa. Peux-tu lire en y mettant mon nom?" Il a dit : "Je vais essayer." Et il a dit : "Il √©tait bless√© pour les p√©ch√©s de John Quartz. Il √©tait bris√© pour l'iniquit√© de John Quartz. Et c'est par Ses meurtrissures que John Quartz a √©t√© gu√©ri." Il a dit : "Je vois!" Et le Seigneur l'a gu√©ri.
E-70 Vous voyez, mettez-y votre nom en lisant cela. Il était blessé pour les péchés de William Branham. Il était brisé pour l'iniquité de William Branham. Il a fait ça pour moi et Il a fait ça pour vous. Mettez-y votre nom en lisant cela.
E-71 Oh, c'est ainsi que j'aime apporter les Ecritures aux miens : Ce qu'Il a fait pour quelqu'un d'autre qui Lui a obéi; ce qu'Il a fait pour quelqu'un d'autre qui était fidèle à la cause; et ce qu'Il a fait pour quelqu'un d'autre qui était infidèle à la cause, alors vous y mettez votre nom en lisant cela. Si vous aviez été là, quelle position auriez-vous prise? Et, souvenez-vous, vous avez aujourd'hui le privilège de prendre le même genre de position.
E-72 Quand No√©, √† cause de l'opprobre de la Parole que Dieu lui avait adress√©e... No√©, il avait un opprobre. No√© v√©cut dans un √Ęge scientifique, o√Ļ il y avait des r√©alisations scientifiques dont ils ont √©t√© capables, qui d√©passaient tout ce que nous avons fabriqu√© √† notre √©poque. Ils √©taient plus brillants, plus intelligents. Leur science √©tait de loin avanc√©e par rapport √† la n√ītre. Et, rappelez-vous simplement : il a d√Ľ subir l'opprobre √† cause de la Parole qu'il a pr√™ch√©e pendant 120 ans devant les moqueurs. Leurs grands moyens scientifiques prouvaient, √† leurs yeux, qu'il n'y avait pas de pluie dans les cieux; et pourtant No√© avait entendu la Parole de l'Eternel, et Elle √©tait contraire √† la conception que les gens En avaient. Ainsi, avant de sauver sa vie, No√© a d√Ľ faire face et subir l'opprobre dont ces moqueurs le couvraient.
E-73 Oh, certainement qu'ils ont d√Ľ avoir piti√© de ce pauvre vieux pr√©dicateur. Ils ne l'ont pas mis au cachot, ni rien, parce qu'il n'y avait peut-√™tre pas beaucoup de maison de ce genre, √† l'√©poque. Il √©tait inoffensif. Il n'allait faire du mal √† personne; aussi l'ont- ils simplement laiss√© tranquille. "Va de l'avant, esp√®ce de fanatique, l√†-bas sur le flanc de cette colline, en train de construire un bateau tout l√†-bas o√Ļ il n'y a pas d'eau. Et, oh, le pauvre vieil homme!" Mais ils lui demandaient : "D'o√Ļ feras-tu venir ton eau pour faire flotter ton bateau, No√©?" "Elle descend des cieux." "Quelle absurdit√©! Nous pouvons atteindre la lune et les √©toiles avec le radar" ( ou ce qu'ils avaient, l√†) "il n'y a pas de pluie l√†-haut." Il a dit : "Mais Dieu a dit qu'Il en mettrait l√†- haut." "Comment le fera- Il?" "√áa, c'est Son affaire. Moi, tout ce que j'ai √† faire, c'est de vous avertir de partir d'ici."
E-74 C'est √† peu pr√®s pareil aujourd'hui. "D'o√Ļ viendra le feu?" Fr√®re, c'est un peu plus clair aujourd'hui qu'√† l'√©poque de No√©. Nous voyons d√©j√† o√Ļ cela est, c'est pr√™t √† √©clater, c'est tout. La science a d√©j√†... Cette fois-ci, il n'y a plus du tout d'excuse, parce que la science l'a d√©j√† d√©couvert. Oui, monsieur.
E-75 Ainsi donc, nous voyons que c'était tout un problème. Ils avaient donc pitié de ce pauvre vieux prédicateur, et ils l'ont laissé faire. C'était quelque chose d'étrange, peut-être pour ces gens, de penser qu'un homme qu'on disait intelligent pouvait croire que Dieu, le Créateur des cieux et de la terre pouvait faire quelque chose, ou dire quelque chose qu'Il allait faire et qui était contraire à leur façon de penser. Ce qu'ils avaient... Vous n'avez peut-être pas compris cela. Ecoutez. Mais ils pensaient pouvoir prouver tout ce qu'il y a dans la nature par leur science. Si ce n'est pas le genre de monde dans lequel nous vivons aujourd'hui! Un monde intellectuel, d'instruction, un monde plein de science. Et du moment qu'ils pouvaient prouver que c'était faux... Dieu est... Non, Dieu aurait beau dire n'importe quoi, que... si on pouvait prouver scientifiquement qu'il n'y en avait pas.
E-76 Bon, les gens ont la même pensée aujourd'hui. Si votre médecin dit que vous souffrez du cancer, et que vous devez mourir, et que la science prouve que vous souffrez du cancer, et que cela est à un stade avancé; c'est stupide de penser autre chose. En effet, vous allez mourir, c'est tout. La science dit que vous allez mourir. On vous a examiné, et c'est tout. Vous allez mourir. Et ils pensent que c'est insensé de votre part d'essayer de dire que Dieu a promis de le faire.
E-77 Vous voyez, comme autrefois, vous devez supporter cet opprobre. Et ils disent... Si le m√©decin dit, l√† : "Nous avons bien examin√©, et le cancer est √† un stade avanc√©. Nous vous avons op√©r√© , et c'est dans tout votre corps, dans votre cŇďur, dans vos poumons, dans votre foie, partout. C'est impossible!" Alors, vous voyez, quand vous dites : "Mais... il vivra quand m√™me." Ils disent : "Eh bien, le pauvre! Laissez-le donc tranquille."
E-78 Je me souviens du soir o√Ļ Bill Hall, fr√®re Hall, l√†, √† l'√©glise de Milltown... Beaucoup parmi vous se souviennent de ce cas. Et quand il... Ils m'ont fait venir. Ma femme, ma belle-m√®re et moi y sommes all√©s. Il avait √©pous√© une jeune fille qui √©tait une sŇďur, je pense, de George Culp, le maire de la ville, ou plut√īt le juge. Son... C'√©tait son beau-fr√®re. Il l'ont amen√© ici pour mourir. Le m√©decin de Milltown, le m√©decin de New Albany avaient diagnostiqu√© qu'il avait un cancer du foie. Alors, je suis all√© voir madame Hall; il avait la jaunisse, il √©tait tout jaune. J'ai dit : "Eh bien, je pense qu'il va mourir." Et j'ai dit... Elle a dit : "Fr√®re Bill, y aurait-il moyen de... Avoir... Pourriez-vous recevoir un mot de la part du Dieu?" J'ai r√©pondu : "Je - je ne sais pas, sŇďur Hall. Je peux prier." J'ai pri√©, je suis rentr√© chez moi, mais le Seigneur ne m'a rien dit. Ensuite, le lendemain, j'y suis retourn√©, et j'ai de nouveau pri√©. Elle a dit : "Connaissez-vous un bon m√©decin?"
E-79 J'ai dit : "Eh bien, notre médecin de famille, c'est le Docteur Sam Adair, ici à Jeffersonville. Il - il - il est... Son père était notre médecin de famille. Le jeune Sam et moi avons toujours été des amis intimes. Et - et nous allions à l'école presque qu'au même moment, et nous avons grandi ensemble. C'est toujours lui que nous allons voir, quand il y a quelque chose qui ne va pas." Elle a dit : "Je me demande s'il viendrait examiner Bill Hall (Son mari)." J'ai dit : "Je vais le lui demander." Tout ce que Sam m'a dit, il a dit : "Billy, si le médecin a dit qu'il avait le cancer, a-t-il dit, il n'y a qu'une chose que je puisse faire. Je l'enverrai auprès de quelqu'un de plus compétent que moi, un spécialiste, et on apportera les résultats de rayons X, pour éviter de l'ennuyer davantage."
E-80 On a apporté les résultats de rayons X de New Albany, de la part du médecin, là-bas. On l'a amené à Louisville et on l'a examiné. On lui a fait faire l'aller-retour en ambulance.
E-81 Eh bien, évidemment, il ne voulait pas dire à madame Hall ce dont il souffrait, ainsi il m'a appelé. Il m'a dit : "Il va mourir, a-t-il dit, ton ami prédicateur." Il a dit : "Le spécialiste de Louisville vient de m'appeler pour me dire que le diagnostic que les médecins ont fait - là de Milltown et celui du médecin de New Albany sont correct". Et il a dit : "C'est un cancer du foie, et il est avancé. Et, Billy, nous ne pouvons pas amputer le foie à un homme et qu'il vive." Il a dit : "Il va mourir. Et s'il est un prédicateur, il devrait être prêt."
E-82 J'ai dit : "Là n'est pas la question, mais il n'a pas plus de cinquante-cinq ans, environ, alors il a encore plein de vie en lui pour prêcher." Et j'ai dit : "Eh bien, puisqu'il va mourir, on sait ce qu'il en est donc. Merci, Docteur Sam."
E-83 Et je suis allé, j'ai appelé madame Hall et je lui en ai parlé. Je lui ai dit : "Madame Hall, je... Sam a dit que le diagnostic de Louisville là, c'est le même que ceux de New Albany et de Milltown, que cet homme est en train de mourir. Frère Hall va mourir. Il a un cancer du foie, et il est au stade avancé."
E-84 Et alors, elle s'est mise à pleurer. Je me suis retourné, et j'ai prié avec lui. Il était hors de lui au point qu'il ne se rendait même pas compte que j'étais dans la pièce. Alors, je suis rentré. Et beaucoup de gens venaient chez moi, à l'époque. Il n'y avait personne d'autre dans les champs d'évangélisation, et cela n'avait pas encore été tellement pollué. Et les gens venaient de partout.
E-85 Comme je voulais me reposer un peu, je suis entr√© sans me faire remarquer, et je me suis lev√© t√īt, vers deux heures et demie ou trois heures du matin. Fr√®re Wood n'avait pas encore emm√©nag√© dans l'all√©e. J'ai regard√© vers la rue, il n'y avait personne l√†. J'ai donc pris mon vieux chapeau, je suis entr√© discr√®tement au bureau et j'ai pris mon fusil calibre 22. Et je m'appr√™tais √† aller √† la chasse √† l'√©cureuil jusque vers huit heures, et puis m'allonger quelque part au pied d'un arbre pour dormir un peu. Il n'y avait pas moyen de dormir chez moi.
E-86 J'ai pris mon chapeau, et je me suis mis √† traverser la pi√®ce. Il y avait une pomme accroch√©e au mur. Et c'√©tait la - la pomme compl√®tement pourrie! Elle √©tait rong√©e par les vers, et c'√©tait ratatin√©e. Elle √©tait toute cro√Ľteuse. Et je me suis dit : "Pourquoi Meda a-t-elle accroch√© √ßa au mur?" J'y ai regard√© de plus pr√®s, elle n'√©tait pas accroch√©e au mur. Elle flottait en l'air. J'ai vite enlev√© mon vieux chapeau, j'ai pos√© mon fusil dans un coin, je suis tomb√© √† genoux; j'ai dit : "Seigneur, que veux-Tu faire savoir √† Ton serviteur?"
E-87 Une autre pomme est descendue, et encore une autre, jusqu'√† ce qu'il y en e√Ľt quatre ou cinq ( j'ai oubli√© maintenant combien c'√©tait, au juste), de suspendues l√†. Et puis une tr√®s belle grosse pomme avec des rayures une pomme vraiment grosse, de belle apparence est descendue, et elle a m√Ęch√© bruyamment ces autres pommes d'aspect r√©pugnant. Et Il a dit : "L√®ve-toi; mets-toi debout." Il a dit : "Va dire √† Bill Hall qu'il ne va pas mourir; il vivra!"
E-88 Oh, j'ai couru aussi vite que possible, j'ai dit : "Madame Hall, j'ai l'AINSI DIT LE SEIGNEUR. Il vivra." Et il m'a entendu; il cherchait √† crier, il n'arrivait plus √† parler. Je suis revenu, et j'ai appel√© Sam. Je lui ai dit : "Sam, notre - notre fr√®re vivra." Il a dit : "Comment peut-il vivre dans l'√©tat o√Ļ il est?" J'ai dit : "Ce n'est pas √† moi de savoir comment. Dieu l'a dit; √ßa r√®gle la question."
E-89 Il est en vie aujourd'hui. Il y a environ dix ans de cela. Il est fort et en bonne santé. Sa femme est morte depuis; lui s'est remarié. Comment est-ce que cela se passera pour George Wright, et beaucoup d'autres qu'on pourrait nommer? Qu'est-ce? Il s'agit de subir l'opprobre! Ils en rient, ils s'en moquent.
E-90 Je me rappelle avant l'inondation de 1937. J'√©tais l√†, √† l'endroit o√Ļ se trouve la Compagnie de Transport de Fall City, et je disais aux gens que l'eau allait atteindre une hauteur de 32 pieds [ 9,6 cm - N.D.T.] (je pense que c'√©tait √ßa) dans la rue Spring. Ils se sont moqu√©s de moi. Ils ont dit : "Pauvre Billy je pense qu'il... cet enfant..." (Je n'√©tais qu'un gar√ßon, √† l'√©poque.) Il a dit : "Billy est un brave gar√ßon. C'est une honte qu'il soit embrouill√©." Je n'√©tais pas embrouill√©! J'avais re√ßu le bapt√™me, et je n'√©tais pas embrouill√©. J'√©tais juste dedans, c'est tout. Et la chose s'est accomplie exactement de cette fa√ßon.
E-91 Depuis que je parle, j'ai remarqu√© qu'il y a sŇďur Hattie Wright, je pense, assise l√† derri√®re. Elle se souvient du cas de - de Bill Hall. Combien ici ce matin se souviennent de ce cas? Oh la l√†! Certainement, il y en a beaucoup.
E-92 Bon, ils nous prennent en piti√©. Ils prennent en piti√© tous celui qui essaie de s'en tenir √† la Parole, √† une √©poque o√Ļ il y a des moqueurs. Mais souvenez-vous, il faut que l'opprobre vienne. √áa a toujours √©t√© ainsi. Ils ont d√Ľ penser, comme c'√©tait le cas √† l'√©poque, que Dieu (une fois que tout √©tait prouv√© par la science), que Dieu ne dirait rien de contraire √† la science. Eh bien, c'est ce qui fait de Lui Dieu. S'Il se bornait √† suivre la science, il n'y aurait rien de plus que ce que l'homme peut accomplir. Mais Il est Dieu. C'est Lui le - Lui le Cr√©ateur de la science. Il peut faire ce qu'Il veut.
E-93 Ils ont d√Ľ penser : "Pauvre vieux No√©! Eh bien, laissons-le vieil homme tranquille. Il manque tous les divertissements qu'on a pendant ces jours, alors laissons-le tranquille." C'est pratiquement pareil aujourd'hui.
E-94 Mais, là, j'aimerais dire autre chose, ici même. Bien, nous le regardons le passé, et nous admirons sa foi. Mais je me demande, si nous avions vécu à cette époque-là, aurions-nous pris la même position que Noé? Aurions-nous été aptes et disposés à subir l'opprobre qui accompagnait la Vérité? Alors que, parmi tous les millions de gens qu'il y avait dans le monde à l'époque, il n'y a eu que Noé et sa famille qui ont pris position pour cette Vérité! Y avez-vous pensé? Rien que cet homme, ses trois fils, ses belles filles, et sa femme; ils ont été les seuls à prendre position pour cette Vérité, mais ils avaient "l'AINSI DIT LE SEIGNEUR". Nous regardons le passé et nous l'apprécions.
E-95 Pouvons-nous encore m√©diter? (Il faut que je me d√©p√™che √† cause des cadeaux pour les enfants.) Abraham - le mot m√™me "Abraham" veut dire "p√®re d'un grand nombre", ce qui fait de lui un p√®re des nations. Or, Abraham a entendu la Parole de Dieu. Abraham √©tait proph√®te, et il a entendu la Parole de Dieu. Et nous admirons Abraham du fait qu'il s'√©tait attach√© √† la Parole de Dieu, comment il s'est s√©par√© de ses parents. Comme c'√©tait dur pour Abraham! Il avait grandi l√†-bas. Il √©tait originaire de Babel, et - et il √©tait l√†, dans le pays de Schin√©ar, des-des Chald√©ens, dans la ville d'Ur, o√Ļ il y avait tous ses coll√®gues, sa famille, et ceux qui allaient √† l'√©glise avec lui, et tout.
E-96 Mais Dieu a dit : "Sépare-toi." Oh! la la! Comme c'était terrible d'abandonner tout ce qui lui était cher, tout ce qui avait de la valeur pour lui, ce à quoi il tenait. Dieu lui a dit : "Sépare-toi." Et Il lui a donné quelque chose de très étrange : "Tu auras un bébé de ta femme." Alors qu'il avait soixante-quinze ans, et elle, soixante-cinq. Elle avait cessé d'être comme les femmes... les femmes qui peuvent avoir des enfants, depuis des années.
E-97 Et alors qu'il avait v√©cu avec elle depuis qu'elle √©tait jeune fille, en effet elle √©tait sa demi-sŇďur... Et alors, comment pourrait-il donc avoir cet enfant? Et maintenant, repr√©sentez-vous Abraham allant parmi ses coll√®gues et disant : "Nous allons avoir un b√©b√©, Sara et moi." Pouvez-vous imaginer cela? Eh bien, les gens ont dit : "Pauvre vieil homme! Quelque chose ne va pas en lui." C'est un opprobre, mais Abraham s'y est accroch√©. Et quand il avait cent ans, il ne douta point de la promesse de Dieu. Il supporta toujours l'opprobre, certainement, s'accrochant √† la chose.
E-98 Avez-vous remarqu√© la diff√©rence, l√†? Sara a essay√© de donner √† Abraham, ou plut√īt donner √† Dieu, un petit coup de main pour l'aider. Elle s'est dit, vous savez, que... autrement que ce que Dieu avait promis. "Bon, vous savez, moi, je suis une vieille femme, mais Agar, ici, est une belle femme. Abraham ne posera pas non plus de probl√®me pour l'√©pouser. Vous savez donc √ßa - √ßa va aider Dieu. √áa va aider Dieu, car Agar, l√†, elle n'a probablement que vingt ans; c'est ma servante. Et savez-vous ce que je vais faire? Je vais la donner comme √©pouse √† mon mari." (En effet, la polygamie √©tait autoris√©e.) Donc elle a dit : "Je la lui donnerai, et elle aura un b√©b√© de mon mari; et puis, je prendrai le b√©b√©, et ce sera celui-l√† que Dieu a promis."
E-99 Vous voyez, on essaie toujours de faire quelque chose, on n'arrive pas à s'attendre à Lui. Il nous faut faire quelque chose, on n'arrive pas à s'attendre à lui. Il nous faut faire quelque chose de nous-mêmes. Même si c'était autorisé, même si elle était jolie. Même si ça avait l'air très bien. néanmoins ce n'était pas conforme à la Parole. Dieu avait dit à Abraham que le bébé viendrait par Sara!
E-100 Rappelez-vous ce qu'Il a dit du petit Troupeau : "Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. Ce qui arriva du temps de No√© arrivera de m√™me √† la Venue du Fils de l'homme." L√† o√Ļ un petit nombre - huit √Ęmes furent sauv√©es. Ces Paroles ne peuvent faillir. Donc, prenons bien garde √† nous et accrochons-nous √† la Parole.
E-101 Très bien. Vous voyez, les gens cherchent toujours à fabriquer quelque chose qui remplace la volonté créatrice de Dieu. Vous voyez, comme je l'ai souvent dit, et peut-être déjà devant cette église, vous savez, on ne peut pas demander à un mouton : "Voudriez-vous me produire de la laine!" Non, il ne peut pas le faire. Bon, une chèvre ne peut pas fabriquer de laine, parce que sa nature ne le lui permet pas. Peu importe combien vous essayez d'accrocher de la laine de mouton sur une chèvre, ça ne marchera pas. La chèvre ne peut pas produire de laine. Et un mouton ne fabrique pas de poils, mais il porte de la laine, parce que c'est un mouton. Voilà ce qui fait ce qu'il est : il ne fabrique pas.
E-102 Nous ne sommes pas censés fabriquer les fruits de l'Esprit. Nous sommes censés porter les fruits de l'Esprit. Le pommier ne fabrique pas de pommes; il ne fait que les porter, parce que c'est un pommier. Et nous essayons de fabriquer n'importe quoi : "Je vais soutenir la Cause. Je vais faire dix ans d'études au séminaire. Je vais apprendre ceci, cela, ou autre chose, et avoir ma licence en lettres et mon doctorat. Je vais aider le Seigneur." Ça ne marchera pas. Dieu, par prédestination, appelle qui Il veut.
E-103 Il donne le Royaume √† qui Il veut; nous l'avons appris avec N√©bucadnetsar. Nous l'apprenons par - par J√©r√©mie, quand Dieu lui a dit, par la Parole de l'Eternel, qu'un temps viendra o√Ļ Isra√ęl serait ramen√© √† Babylone pour sept ans. Et un autre proph√®te s'est lev√©; alors qu'il leur avait d√©j√† parl√©, disant : "Eh bien, des proph√®tes se l√®veront, et il y en aura qui se l√®veront √† Babylone, des faiseurs de songes et des proph√®tes qui donneront des proph√©ties contraires √† ceci, mais dites au peuple de ne pas √©couter ces gens l√†."
E-104 Un homme (un des prophètes) du nom de - d'Hanania s'est levé, quand Jérémie se tenait là, un joug au cou. Hannia s'est levé et a dit : "Ainsi dit le Seigneur, dans deux ans, tous les vases du Seigneur..." (Bon, à priori, ça avait l'air très bien.) "Dieu va bénir Son peuple; Il ramènera tout comme il faut dans deux ans."
E-105 Et la Bible dit que même Jérémie a dit : "Amen. Amen, Hanania. Puisse le Seigneur accomplir tes paroles, mais pensons à quelque chose, Hanania : il y a eu des prophètes avant nous, et ils ont prophétisé contre de grandes nations, en parlant de guerres, et tout. Mais rappelle-toi; un prophète est reconnu après que sa prophétie est accomplie." Voyez-vous?
E-106 Alors Hanania s'est lev√©, il a √īt√© le joug du cou de J√©r√©mie, devant tous les sacrificateurs de l'assembl√©e (peut-√™tre un million et demi de gens), il a √īt√© le joug que Dieu avait mis comme signe sur le cou de J√©r√©mie, il l'a bris√©, et il l'a jet√© √† ses pieds, plein d'enthousiasme, en disant : "Ainsi dit le Seigneur, dans deux ans, ils retourneront."
E-107 Jérémie s'est contenté de le regarder. C'était contraire à la Parole, aussi s'est-il simplement éloigné. Et Dieu lui a dit : "Retourne et dis-lui que ce n'est pas Moi qui lui ai parlé." Il s'était seulement pris d'enthousiasme. Il avait suivi sa propre impression, vous voyez? Il n'a pas attendu jusqu'à ce qu'ait réellement vu la chose, qu'il ait reconnu que ça ne venait pas de lui, mais que c'était Dieu qui le disait. Il est revenu tout plein d'enthousiasme. Si...
E-108 Nous voyons cela partout dans le pays, aujourd'hui. R√©cemment, quelqu'un jouait une de nos bandes dans une maison, o√Ļ un groupe de pr√©dicateurs venaient d'√™tre convaincus, et ils venaient se faire baptiser au Nom de J√©sus-Christ. Et dans la pi√®ce, un homme s'est lev√© et a parl√© en langue, disant : "AINSI DIT LE SEIGNEUR, accrochez-vous √† ce que vous avez. Et allez de l'avant, et Je vous b√©nirai." Ils ont dit : "Eh bien, si c'est le Seigneur qui l'a dit, je pense que c'est √ßa." Vous voyez, ce n'est pas examin√© conform√©ment √† la Parole! Il faut prendre la Parole en premier lieu! Voil√†. C'√©tait contraire √† la Parole.
E-109 J√©r√©mie est revenu, ce proph√®te oint. Dieu lui a parl√©, disant : "Je sais qu'Hanania a bris√© ce joug de bois que J'avais mis √† ton cou, mais Je vais en faire un de fer." Il a dit : "Et toutes ces nations que Je... qui sont all√©es servir N√©bucadnetsar, Mon serviteur..." Et c'√©tait un pa√Įen (vous voyez?), alors qu'Isra√ęl observait tous ses sacrifices; mais ils n'√©tait pas... Vous voyez, Dieu avait promis de b√©nir, mais ces b√©n√©dictions √©taient sous conditions. Et il vous faut remplir ces conditions pour que √ßa marche.
E-110 Tout √† l'heure, j'√©tais assis avec une charmante petite fille, ici. D'abord, j'ai examin√© toute la famille pour voir s'il y avait quelque chose qui n'allait pas. Dieu gu√©rit, mais c'est sous conditions. (Vous voyez?) Tout ce que j'ai trouv√©, c'√©tait que la m√®re craignait que ce soit mal de prendre des m√©dicaments. J'ai dit : "N'ayez pas de telles pens√©es, sŇďur. √Ētez cela de votre esprit. Allez directement de l'avant avec cet enfant. Donnez-lui le m√©dicament. Dieu r√©v√©lera cela." Voyez-vous? Eh bien, mais c'est une bonne chose. Sachez-le, et puis, si c'est "AINSI DIT LE SEIGNEUR", d'accord.
E-111 Bon, nous voyons ici que ces gens-là cherchent à fabriquer quelque chose (Agar et - et Sara) pour aider Abraham... pour aider Dieu à accomplir Sa promesse. On ne peut pas faire ça. Il n'y a pas du tout moyen d'y arriver. C'est - c'est contraire à tout. La Parole de Dieu s'accomplira de toute façon. Vous n'avez qu'à vous en tenir à la Parole et dire : "Voilà le chemin", et garder la Parole.
E-112 Oh bien, remarquez. Ils ont fabriqué quelque chose pour remplacer Sa Parole. Peut-être que même les amis d'Abraham (si jamais nous avons fait attention), peut-être que les amis d'Abraham sont passés par-là et ont dit : "Eh bien, Père de nations, combien d'enfants as-tu maintenant?" (Quand il avait cent ans). "Dis donc, Père de nations, Père d'une multitude, combien d'enfants as-tu maintenant?" Des moqueurs!
E-113 Bon, n'avez-vous pas vu le temps? N'avons-nous pas vu cela, des fois, quand nous avons bien prié pour quelque chose, et que cela n'est pas arrivé? Voilà un vieillard, et les gens disent : "Il est aveugle, il est sourd, il est muet, il est malade, il a fait ceci. Allez le guérir, vous les guérisseurs divins, et nous croirons cela."
E-114 Se rendent-ils compte que c'est le m√™me d√©mon qui a dit : "Descends de la croix, et je croirai en Toi"? "Change ces pierres en pains, et je croirai cela"? Voyez? Ce m√™me d√©mon qui a band√© les yeux de notre Seigneur avec un chiffon, et qui L'a frapp√© sur la t√™te avec un b√Ęton, en disant : "Maintenant, si Tu es proph√®te, dis-nous qui T'a frapp√©, et nous Te croirons."
E-115 Eh bien, vous savez, Il connaissait qui l'avait frappé. Il pouvait changer ces pierres en pains, ou Il pouvait descendre de la croix. Mais que serions-nous devenus aujourd'hui s'Il l'avait fait? Vous voyez, ils ne connaissent pas le programme de Dieu. Il vous faut trouver ce que Dieu a promis.
E-116 Bien, il faut que je me dépêche. Bon, bon, il se peut qu'ils aient dit : "Père des nations, il y a vingt-cinq ans que nous t'entendons dire que tu vas avoir un enfant de Sara, et - et de cet enfant proviendraient des nations. Combien d'enfants as-tu exactement, à présent, Père de nations?" Voyez? Voyez? C'est ce même vieil esprit critiqueur qui critique. Qu'est-ce qu'Abraham a fait? Il ne douta pas de la promesse, par incrédulité!
E-117 "Eh bien, vous avez pri√© pour Untel, l√†, qui n'a pas √©t√© gu√©ri." √áa ne fait rien! Si je priais pour dix mille personnes ce soir, et que ces dix mille personnes mouraient demain matin, demain soir je continuerais √† oindre les malades et √† prier pour eux! Dieu a dit de le faire : √ßa n'arr√™te pas du tout la chose. Dieu l'a promis; je crois cela. Bien s√Ľr! Ce qu'ils disent ne change rien. Pourtant... mais ils s'en moqueront. C'est √ßa l'opprobre √† cause de la Parole. Abraham a tenu bon pour la Parole de Dieu. Elle a fini par s'accomplir. Oh! la la!
E-118 Regardez, des moqueries √† cause de la st√©rilit√©; √™tre tourn√©e en d√©rision, l'opprobre √† cause de la st√©rilit√©, d'abord. Ils avaient... Elle a d√Ľ support√© l'opprobre d'avoir √©t√© st√©rile pendant toutes ces ann√©es. Elle avait pr√®s de cent ans... Elle en avait quatre-vingt-dix. Mais la Parole de Dieu qui disait qu'elle serait aussi une princesse... la m√®re de cet enfant. Alors qu'elle et Abraham √©taient st√©riles, ils avaient tous deux des corps pratiquement us√©s, mais cependant, ils n'ont absolument pas dout√© de cette Parole. Mais ils ont d'abord eu √† endurer, et ensuite (all√©luia) Dieu a tenu Parole en cette heure sombre! Isaac naquit, et sa post√©rit√© est comme le sable des mers ou les √©toiles du ciel. Vous voyez? Dieu r√©pond toujours de Sa Parole. Oui, d'abord la st√©rilit√©, ensuite Isaac.
E-119 C'√©tait pareil pour Zacharie et Elisabeth, ce vieil homme et cette vieille femme, ont sans cesse tenu bon. Quand Zacharie est sorti, l√†, et qu'il a pu √©crire sur sa tablette, pour dire : "Un Ange est venu vers moi; il m'a dit que j'aurais un enfant d'Elisabeth, ma femme √Ęg√©e, l√†. Je ne peux plus parler; je suis muet, et je resterai muet jusqu'au jour o√Ļ le b√©b√© na√ģtra. Mais un b√©b√© viendra, et il sera le proph√®te du Tr√®s-haut. C'est lui qui pr√©sentera l'Etoile du matin. Il est un pr√©curseur du Messie."
E-120 Comment est-ce donc possible? Certains disaient : "Pauvre vieil homme! Oh, je - je pense qu'il a un peu perdu la tête, vous savez. Il y a un petit quelque chose... Regardez la vieille - vieille Elisabeth, là-bas, elle a environ quatre-vingts ans, et regardez - regardez - regardez Zacharie, un homme très vieux et tremblotant. Et puis, il va dire pareille chose. Eh bien, pauvre vieil homme!" Mais il avait la Parole du Seigneur. C'était un opprobre tel qu'elle s'est cachée pendant plusieurs jours. Mais elle s'est accrochée à la Parole. Oh! la la!
E-121 Ils ont refus√© la popularit√©, ils ont refus√© l'opinion populaire, ils ont refus√© les choses raffin√©es de leur √©poque, les modes, et tout, de leur √©poque. Ils ont refus√© cela. Ils ont refus√© de marcher avec le grand nombre d'incroyants. Ils ont refus√© les choses du monde. Ils ont d√Ľ faire cela pour s'en tenir √† la Parole de Dieu; ils √©taient oblig√©s de le faire. C'est pareil aujourd'hui. S√©parez-vous de tout pour ne rester qu'avec Dieu. Il ne s'agit pas de ce que fait l'√©glise; il s 'agit de ce que vous, vous faites avec Dieu, vous en tant qu'individu.
E-122 Oui, mais regardez ce que Dieu lui a donné. Quand Jésus Lui-même est venu, Zacharie était mort, et Elisabeth aussi. Mais quand leur fils est arrivé dans le désert avec "l'AINSI DIT LE SEIGNEUR", Jésus a dit : "Il n'y a jamais eu un homme né d'une femme, qui soit aussi grand que lui." Amen! Quoi? Elle avait enduré l'opprobre de la stérilité. Elle a tenu bon sur base de la Parole, et elle a eu ce fils.
E-123 Comme Sara, autrefois; comme Abraham, autrefois; ces couples √Ęg√©s ont tenu bon pour cela. Regardez, ce sont les plus nombreux qui soient jamais n√©s, comme le sable des mers. Il n'y a pas une race de gens au monde qui soit aussi nombreuse que les Juifs. Comme le sable des mers ou les √©toiles du ciel.
E-124 Qu'est-ce qui est arriv√©? C'est arriv√© dans la minorit√©. Un seul enfant! (Vous voyez o√Ļ je veux en venir.) Un seul enfant, c'est tout ce qu'il fallait. Il a suffi d'un seul enfant pour √©branler les nations et montrer le Messie. Il a suffi d'un seul qui √©tait ob√©issant. C'est vrai. Dieu n'a besoin que d'un seul homme. C'est tout ce qu'il Lui faut, d'avoir une voix quelque part. C'est tout ce dont Il a besoin, d'avoir juste un seul homme sous Son contr√īle. Oh! Comme Il aime prendre un seul homme.
E-125 Une fois, Il a pris un No√©. Une fois, Il a pris un - Il a pris un Mo√Įse. Il a pris un - un J√©r√©mie. Il a pris un - un Elie. Il a pris un Elis√©e. Il a pris un Jean. Il - Il prend - Il appris un Samson. Tant qu'Il peut avoir un seul homme sous Son contr√īle, c'est celui-l√† Sa voix; Il peut parler par elle; Il peut condamner le monde. Oh! la la! Comme Il languit et d√©sire ardemment d'avoir un homme sous Son contr√īle! "Que Je puisse lui parler, que Je puisse faire conna√ģtre Ma voix. M√™me s'il endure l'opprobre, n√©anmoins Je ferai conna√ģtre Ma voix." Vous voyez? Oh! oui, la st√©rilit√© d'abord, avoir √† rester st√©rile, avoir √† endurer l'opprobre de la st√©rilit√©. Sara a d√Ľ endurer √ßa. De m√™me, Zacharie et Elisabeth ont d√Ľ endurer cela.
E-126. Regardez aujourd'hui, eh bien je vais dire quelque chose. Regardez aujourd'hui les enfants de la prostitu√©e! Elle a entra√ģn√© des nations sous le pouvoir politique des d√©nominations, la prostitu√©e et ses filles. Regardez quelle g√©n√©ration de d√©nominations s'est lev√©e, et combien les justes sont peu nombreux! Ne vous en faites pas! Tenez vous-en √† la Parole.
E-127 C'est bien. On peut se moquer de vous, on peut vous traiter de saints exaltés. On peut vous traiter de tout, de n'importe quel mauvais nom, mais tenez-vous-en là. C'est la Parole, l'opprobre à cause de la Parole; ce qu'ils diront de vous.
E-128 Un jeune homme - il est peut-être ici ce matin; c'est un de mes amis - Jim Pool; Jim, le jeune. Les - les membres de sa famille... L'autre jour, on lui a demandé... Eh bien, il avait été baptisé ici. Quelqu'un lui a dit, lui a dit : "Si tu voulais te faire baptiser dans une église, pourquoi ne t'es-tu pas trouvé une grande église ou quelque chose comme ça." Vous-voyez? Mais il avait vu la Lumière. C'était ça. Vous voyez? "Les enfants des injustes sont plus nombreux que ceux des justes." Voyez-vous? Très bien. Comme ceux des justes sont peu nombreux!
E-129 Regardez la petite poign√©e qu'il y avait √† l'√©poque de No√©. Voyez-vous? Voyez-vous ce qui avait du temps de Sodome? Voyez-vous? Combien les justes sont peu nombreux. Combien nombreux sont les enfants de la prostitu√©e! Elle ne fait qu'enfanter les enfants n'importe comment, mais ce sont tous des b√Ętards. La prostitu√©e produit des prostitu√©es. La chienne met bas un chien. Et le Christ produit des oints! La Bible produit des justes. Ainsi, il nous faut supporter la pens√©e d'√™tre un petit nombre. Quelle belle chose!
E-130 Regardez la glorieuse église d'Ephèse : il n'y avait que douze membres. Regardez le groupe qu'on a aujourd'hui : on est en marge! Il n'y avait que huit personnes du temps de Noé. Il n'y avait que cinq du temps de Lot... non, quatre : Lot, sa femme - et ses deux filles; et sa femme était devenue une Colonne de pierre, après être sortie, en regardant en arrière. En fait, il en est sorti trois, en ce jour-là. Jésus a dit : "Ce qui arriva en ces jours..." Il nous appartient de veiller, et de prendre garde.
E-131 Combien peu nombreux sont les justes! Mais comme toujours les moqueurs doivent amener l'opprobre, les stériles... d'abord subir l'opprobre de la stérilité. Oh! la la! Il faut vraiment que je me dépêche. Je suis désolé; je n'aimerais pas retenir ces enfants. Supportez juste un tout petit peu. Voyez-vous?
E-132 Les hommes sont toujours les m√™mes. Eh bien, je vais encore dire quelque chose, et j'aimerais que vous - et je ne sais pas si c'est enregistr√© ou pas, mais si c'est enregistr√©, j'aimerais que vous me suiviez, vous qui √©coutez les bandes. Ne ratez pas ceci! Mais m√©ditez-le! L'homme est aujourd'hui tel qu'il a toujours √©t√©, il loue Dieu pour ce qu'Il a fait, il attend impatiemment ce qu'Il fera, ignore ce qu'Il a d√©j√† fait et ce qu'Il est en train de faire, il loue Dieu pour ce qu'Il a fait, il attend impatiemment ce qu'Il fera, mais il ignore ce que Dieu est en train de faire, et l√†, il manque tout! (J'esp√®re qu'on saisi √ßa. Voyez-vous.) Ils ignorent ce qu'Il fait. Il sait ce qu'Il a fait, il conna√ģt la promesse qu'Il accomplira, mais il manque de voir ce qu'Il est en train de faire!
E-133 Oh! Vous pentec√ītistes! si vous n'en √™tes pas une illustration! Vous vous attendez impatiemment √† que quelque chose se passe, cela est d√©j√† - c'est d√©j√† arriv√© juste sous vos yeux, et vous ne le savez pas. "Combien de fois a-t-Il voulu vous couver, comme une poule le fait pour sa couv√©e, mais vous ne l'avez pas voulu." Vous avez attach√© plus d'importance √† vos traditions et √† vos d√©nominations qu'√† Sa Parole et √† Son Esprit. Oui.
E-134 Quel opprobre pour Marie... (comme nous terminons). Quel opprobre pour Marie et Joseph, √† cause de Sa Parole! C'est la p√©riode de No√ęl. J'envisageais de tra√ģner juste un tout petit peu, mais vous en entendrez pas mal √† la radio, et de la part de vos pasteurs et autres. Quel opprobre pour Marie et Joseph, de s'√™tre accroch√©s √† la Parole promise de Dieu! Souvenez-vous donc - et le m√©pris - ceux qui fron√ßaient les sourcils, en voyant passer la petite Marie, en voyant Joseph; "tu √©pouses une prostitu√©e." Voyez-vous et rappelez-vous fr√®res, l'adult√®re √©tait puni de mort √† leur √©poque. "Maintenant tu la prot√®ge pour qu'on ne la tue pas. Elle est enceinte de toi." Et... Mais souvenez-vous, Dieu traitait avec eux tout ce temps; et c'√©tait conforme √† la Parole, et ils ne le savaient pas. Voyez-vous.
E-135 "Une vierge mettra au monde un enfant." Ça, Joseph le savait. Marie le savait, car après que la Parole fut écrite, il eut un Ange qui lui a parlé, confirmant, ou manifestant la Parole même qui était écrite, et qui allait s'accomplir. Eh bien, ne rêvez donc pas, pensez-y! Le Saint-Esprit est descendu sur terre! Il n'a point parlé à toute l'assemblée. C'est à eux qu'Il a parlé.
E-136 Joseph a regardé - et avant de recevoir la visite de l'Ange, il disait : "Eh bien donc, je l'aime, mais je suis un homme juste. Je ne peux pas épouser une femme comme ça."
E-137 Et l'Ange de l'Eternel lui est apparu en songe et lui a dit : "Joseph, toi, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l'enfant qu'elle a conçu vient du Saint-Esprit." Oh! la la! Quel réconfort! Voyez-vous?
E-138 Et Marie, en route vers le puits - une petite vierge d'environ dix-sept, dix-huit ans, mari√©e √† un homme qui avait d√©j√† √©t√© mari√©, et qui avait quatre enfants - un homme √Ęg√©. Elle √©tait... elle l'aimait, et elle ne savait pas pourquoi. Et lui, il l'aimait, et il ne savait pas non plus pourquoi. La voil√† venir - aller au puits puiser de l'eau, et elle √©tait totalement en train de m√©diter les choses qu'elle... Elle pensait sans doute aux passages de l'Ecriture; et puis une lumi√®re a jailli devant elle. Quand cette lumi√®re a jailli, il y avait l√† un Ange!
E-139 Je me demande comment la petite Marie s'est sentie. Y avez-vous d√©j√† pens√©? Je me demande si elle √©tait autant effray√©e que moi hier. "Je te salue, Marie." (Je te salue, signifie : "Arr√™te-toi, sois attentive √† ce que je vais te dire.") "Tu es b√©nie entre les femmes, car tu as trouv√© gr√Ęce devant Dieu. Et tu enfanteras un Fils sans conna√ģtre un homme, bon, tu vas avoir un enfant et ta cousine Elisabeth, √©tant vieille, elle a aussi con√ßu, √©galement, elle va enfanter un fils, et ces signes s'accompliront." Elle a dit : "Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais pas d'homme?" Il a dit : "Le Saint-Esprit te couvrira de Son ombre. Le Saint Enfant qui na√ģtra de toi sera appel√© le Fils de Dieu." Que les moqueurs disent ce qu'ils veulent! Elle en √©tait s√Ľre, elle savait que cela s'accomplirait. Parce que Dieu l'avait dit.
E-140 Bien, comme elle a d√Ľ se sentir, ce jour de la cons√©cration, ou plut√īt le jour o√Ļ on venait faire circoncire le B√©b√©, lorsqu'elle s'est avanc√©e l√† avec le petit enfant dans les bras comme √ßa, et que toutes les femmes se tenaient √† distance - elles avaient toutes de la belle broderie pour faire consacrer leurs b√©b√©s et les faire circoncire, et elles tra√ģnaient pratiquement toutes un agneau. Mais elle, elle avait deux tourterelles - L'offrande pour sa purification √† elle. Ce petit B√©b√©, envelopp√© d'un linge tir√© du joug qui √©tait au cou des veaux. Le joug... la protection qu'on met sur le dos du bŇďuf. C'√©tait ce linge qui √©tait dans la mangeoire. Ils n'avaient rien pour Lui. Ils √©taient trop pauvres. Et la voil√† se tenir l√†.
E-141 Certainement que toutes les femmes se tenaient √† l'√©cart de la petite vierge. Elles disaient : "Vous voyez, elle a un enfant ill√©gitime." Voyez comment Dieu fait des choses d'apparence tr√®s radicale. Oh! la la! Il fait en sorte que Satan n'y voie que du feu. "Quelle chose d√©go√Ľtante! Quelle salet√©! Adult√®re - voil√† ce qu'elle est. C'est une femme adult√®re."
E-142 √áa n'a pas arr√™t√© ce tressaillement dans le cŇďur de la petite Marie. Elles se tenaient √† distance vis-√†-vis d'elle, elles font toujours la m√™me chose. On les traite aujourd'hui des saints exalt√©s, des fanatiques, ou quelque chose comme √ßa. Marie savait de Qui √©tait ce B√©b√©. Elle a simplement continu√© malgr√© tout.
E-143 Mais, oh, ils auraient quand m√™me d√Ľ remarquer, quand Sim√©on, qui √©tait assis dans la salle - il avait re√ßu une promesse; il alla proph√©tiser - il disait : "Le Seigneur m'est apparu", et a dit : "Je ne verrai pas la mort..." (alors qu'il avait dans les quatre-vingts ans √† l'√©poque) Je ne verrai pas la mort avant de voir Son salut.
E-144 - Oh, Siméon, tu es vieux, mon gars. Tu es - tu es... Ce pauvre vieux a un peu perdu la tête, vous savez il est un peu... Laissez-le donc tranquille. Il ne fait pas de mal, il ne fera du mal à personne." Mais Siméon avait la Parole du Seigneur. Il a dit : "J'ai vu l'Esprit de Dieu descendre sur moi. J'étais là, debout, je Le regardais, et Il m'a dit : "Siméon, tu as été un homme juste, et tu ne vas pas... Je vais te donner un témoignage là-bas." C'est tout. "Pourquoi vas-Tu faire cela, Seigneur?" Ça Me regarde." A mon avis, c'est qu'Il pourra vraiment le leur reprocher, ce jour-là : "Vous aviez eu un témoignage! Pourquoi n'avez-vous pas écouté cela?"
E-145 Il eut la vieille aveugle Anne, assise dans le temple, en train de prier. Le Seigneur lui a r√©v√©l√© que Sim√©on avait raison. Amen! Elle ne distinguait m√™me pas le jour de la nuit, mais elle voyait plus loin que beaucoup de gens qui aujourd'hui ont de bons yeux. Elle avait vu, dans l'Esprit, que la venue du Messie √©tait proche, l'Esprit agissait dans son cŇďur.
E-146 Voyez quelle petite assemblée c'était? Zacharie, Elisabeth, Marie, Jean, Anne et Siméon - six sur des millions! Comme à l'époque de Noé : ils étaient six. Dieu traitait avec chacun d'eux. Ils étaient tous en harmonie. Ils se sont tous rassemblés. Amen!
E-147 L√†, il y avait le vieux Sim√©on; l√† est entr√© le petit B√©b√©. Il n'en avait jamais entendu parler. Le B√©b√© √©tait l√†, et puis il y avait Sim√©on qui √©tait assis dans son bureau, et l'Esprit est venu sur lui et lui a dit : "Sors, Sim√©on." Et le voil√† sortir, sans savoir o√Ļ il allait. Comme Abraham, il cherchait quelque chose, sans savoir o√Ļ cela se trouvait, mais il a continu√© √† avancer. Peu apr√®s, il s'arr√™ta, et le Saint-Esprit doit lui avoir dit : "Le voil√†." Il a tendu les bras vers ceux de Marie, il a pris le B√©b√© dans ses bras, il a lev√© les yeux et a dit : "Maintenant, Seigneur, laisse Ton serviteur s'en aller de cette vie en paix. Mes yeux voient Ton salut."
E-148 La chose dont tout le monde se moquait, ce que les femmes √©vitaient, Sim√©on en a dit : "C'est Ton salut, Seigneur." Vers ce moment-l√† voici venir une vieille femme aveugle, elle avan√ßait √† t√Ętons, elle traversait p√©niblement l'auditoire. Elle s'est approch√©e de Lui, et elle aussi, elle a proph√©tis√©, en effet elle Le cherchait. Elle a dit √† Marie : "Une √©p√©e te transpercera le cŇďur, mais elle r√©v√©lera les pens√©es de beaucoup de cŇďurs." Amen.
E-149 Qu'√©tait-ce? Bon, je pense que certaines de ces femmes disaient : "Eh bien, vous voyez √ßa? Regardez quelle cat√©gorie est-ce? Vous y √™tes. Voyez-vous? C'est √ßa. Voyez-vous? o√Ļ on en est? Ce vieillard, il est compl√®tement d√©rang√©! Le voil√† l√† se tenir devant cette jeune fille prostitu√©e, et osant dire pareille chose! Vous y √™tes! Cet enfant ill√©gitime! Regardez cette vieille Anne, qui s'assoit ici, crevant de faim et ainsi de suite, comme √ßa. Elle ne... n'a pas de divertissement comme nous. Mais vous y √™tes. Voyez-vous? Elle aurait pu √™tre membre de tous les clubs du pays. Elle vient d'une tr√®s bonne famille. Elle pouvait √™tre membre de tous ces clubs. Mais la voil√† l√†, voyez comment cette bande l√† s'assemble; oh oui! "Amen!"
E-150 C'est la même chose aujourd'hui! On est assis dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, élevés par le Saint-Esprit! C'est certain. Oui, monsieur. (oh, n'avons-nous pas encore juste un peu de temps. (J'aimerais dire quelque chose) J'ai encore un personnage, ici, que je vois. A cette époque, quand la Parole était en train de se manifester, les mages... J'aimerais avoir le temps, Fred, de te faire lire ça. L'as-tu dans ta poche? Je pense que beaucoup parmi vous ont vu cela dans le magazine. Ce que le Saint- Esprit avait dit là-bas, à la rivière, il y a 33 ans, on vient de déterrer cela le 9 décembre, l'astronomie a prouvé cela, que Jupiter et ses étoiles avaient formé une conjonction.
E-151 Ils ont un vieux calendrier astronomique... on en a d√©terr√© des traces. C'est exactement √† ce moment-l√† que cette conjonction et la constellation de ces √©toiles se sont montr√©es, et qu'elle s'est montr√©e en plein sur Babylone, et les mages l'ont not√©. Souvenez-vous, leurs orbites s'√©taient crois√©es, low swung puis de nouveau √©loign√©es √† des milliards d'ann√©es-lumi√®re de distance. Et ces mages Juifs, qui √©taient √† Babylone ont vu cette conjonction devenir une constellation, ces √©toiles; les trois sont rassembl√©es et ont form√© la seule Etoile du matin. Alors ils ont su, par la Parole de Dieu, que c'√©tait le moment, quand ces √©toiles se sont rassembl√©es, o√Ļ le Messie devait √™tre sur terre.
E-152 C'est pour cette raison qu'ils se sont mis √† demander : "O√Ļ est le roi des Juifs qui vient de na√ģtre?" O√Ļ est-il? Il est quelque part, car lorsque ces √©toiles se deviennent... quand leurs corps c√©lestes forment un seul grand corps c√©leste ici, quand ces trois √©toiles se r√©unissent, le Messie doit √™tre sur terre, √† ce moment- l√†. Et quand leurs orbites se sont rejointes, ces hommes ont su que le Messie √©tait sur terre.
E-153 C'√©taient des ma√ģtres dans leur domaine. C'√©tait de grands hommes.. Ils √©taient des ma√ģtres dans leur domaine de la science religieuse. Ils en examinaient le c√īt√© religieux, et ils ont vu le mouvement de ces √©toiles, l√†-bas. Jupiter et Saturne, elles se sont align√©es. Et ils ont dit : "Nous savons que ce Messie se trouve quelque part, donc Il doit √™tre √† J√©rusalem, puisque c'est la capitale des religions du monde - de la religion du Messie. C'est leur quartier g√©n√©ral. C'est le quartier g√©n√©ral des d√©nominations. C'est l√† que les grands groupes des eccl√©siastiques si√®gent."
E-154 Et ils ont voyag√© sur des chameaux, pendant deux ans. Ils ont travers√© le fleuve Tigre, les mar√©cages et les jungles, ils voyageaient vers cette ville, leurs cŇďurs remplis de joie. Ils savaient qu'au moment o√Ļ ces √©toiles se trouveraient l√†...Et m√™me les astronomes, aujourd'hui, disent que si vraiment, si ces √©toiles revenaient vraiment dans cette position, elles se verraient comme une seule √©toile depuis le point o√Ļ ces gens se tenaient en train de regarder. Mais il fallait qu'ils se trouvent √† cet endroit-l√† pour voir cela. Amen! Amen! Cela d√©pend de l'endroit o√Ļ vous vous tenez. Cela d√©pend de ce que vous regardez. Oui.
E-155 Donc, ils l'ont vue, et ils l'ont suivie; ils √©taient exactement en ligne. Peu importe o√Ļ ils se retrouvaient, c'√©tait exactement en ligne avec les √©toiles. Elle les conduisait. Voyez-vous? Comme quoi il faut que vous ayez toutes les Ecritures align√©es, tout, et alors restez dans cette ligne avec ces Ecritures. C'est la seule mani√®re. Cela vous conduira tout droit √† Lui, certainement.
E-156 Bien, remarquez : les voil√† qui arrivent en criant : "O√Ļ est-Il, le Roi des Juifs qui vient de na√ģtre?" A J√©rusalem, l'√©toile les a conduits en plein l√†, directement au quartier g√©n√©ral des d√©nominations. Mais quand ils se sont d√©tourn√©s de cela, l'√©toile les a quitt√©s. Ils sont entr√©s dans la ville. Ils ont parcouru la rue. (Ils s'attendaient √† trouver la ville remplie de la joie de Dieu.) Ils ont parcouru la rue en criant avec joie : "O√Ļ est le Roi des Juifs qui vient de na√ģtre? Nous avons vu Son √©toile lorsque nous √©tions en Orient, et nous sommes venus L'adorer."
E-157 Rappelez-vous, l'étoile... Ils se dirigeaient ver l'ouest, ils étaient à l'est. "Vers l'ouest nous voyageons, toujours nous avançons. Conduit-nous vers..." Voyez-vous, c'était... Bon, la Babylone et l'Inde se trouvent à l'Est de la Palestine; un peu vers le sud-est, et ils allaient vers l'ouest, nous voyageons vers l'ouest," (vous connaissez ce chant), "toujours nous avançons. Guide-nous vers cette Lumière parfaite." Voyez-vous? Ils...
E-158 Les mages allaient √† l'ouest (ils √©taient partis de l'est et ils allaient √† l'ouest), et ils avaient vu cette √©toile. Or, s'ils se tenaient √† l'ouest et regardaient en arri√®re, ils ne voyaient pas √ßa. Voyez-vous? Ils... Une fois arriv√©e l√† (Cela les a conduits juste l√†), ensuite, √ßa les a quitt√©s; alors ils se sont dit : "C'est ici. L'Etoile est partie, donc c'est ici. Ils sont dans la ville. Alors, oh! la la!", Ils disaient, "ils chantaient tous, ils √©taient heureux, et la gloire de Dieu illuminait tout. Nous voil√† donc arriv√©s! Nous savons que notre... Nous savons que ce que nous avons accompli..." En observant cette conjonction... Personne, aucun ma√ģtre ne pouvait monter l√†-haut et r√©unir ces √©toiles. Et nous savons que lorsque ce - lorsque ces √©toiles forment ce corps c√©leste, c'est le moment o√Ļ le Messie est sur terre. Le Messie est sur terre. Et apr√®s chaque p√©riode de cent ans, elles forment une constellation. Et en ce moment-l√†, il y a un don qui vient sur la terre.
E-159 Remarquer, le Messie est sur terre lorsque ce - lorsque ce groupe d'√©toiles se forment. Et ils ont su qu'Il √©tait l√†. Ils se sont donc rendus au quartier g√©n√©ral de la religion, et ils se sont mis en route disant... Ils parcouraient la rue les - ces chameaux : "O√Ļ est-il? O√Ļ est-Il? O√Ļ est le Roi des Juifs qui vient de na√ģtre? Nous avons vu Son √©toile en Orient; Il est quelque part ici. O√Ļ est-il, O√Ļ est-Il? O√Ļ est-Il?" Quel opprobre!
E-160 Ils sont allés auprès du souverain sacrificateur, et il a dit... il a peut-être dit : "Qu'est-ce qui se passe avec vous, vous autres? Oh! vous, bande de fanatiques..." Voyez l'opprobre qui était jeté sur leur réalisation scientifique par la puissance de Dieu? Ils avaient vu Son étoile, et ils étaient des sages, des hommes intelligents; ils étaient dans le domaine de la science religieuse, et ils savaient que lorsque ces étoiles arrivaient là, le Messie était quelque part. Et cette ville qui devait savoir cela, n'en savait rien!
E-161 Eh bien, j'imagine les enfants, dans la rue, qui disaient : "Ha! Regardez-moi √ßa! Ha! c'est une bande de fanatiques." Ecoutez-les donc chanter : "O√Ļ est-il, le Roi des Juifs qui est n√©?" Ils ne savent pas que c'est H√©rode qui est le roi ici. Ils ne connaissent pas l'√©v√™que..." Oh! la la! "O√Ļ est le Roi des Juifs qui vient de na√ģtre? Nous avons vu Son √©toile en orient." On disait : "Venez par ici, vous, tous les mages d'ici, de la r√©gion. Venez ici. Voyez-vous tous une √©toile quelque part? Non, je n'ai jamais vu quelque chose comme √ßa! Vous tous, les astronomes, venez par ici. Avez-vous tous vu une √©toile quelque part? Non. Non. Avez-vous vu quelque chose de pareil n'importe quel genre de signe myst√©rieux? Non! Nous ne voyons rien de tel. Non; ils ne voient toujours pas √ßa non plus. C'est pareil. Ils ne voient rien. Ils ne peuvent pas le voir. "Faisons venir les - les pr√©dicateurs. Et vous tous, qu'est-ce que vous en dites? Non, nous n'avons jamais vu d'√©toile. Bon, et vous les gars qui d√©terminez le temps, ici, sur la muraille? Vous observez les √©toiles, vous connaissez chaque - vous connaissez o√Ļ se trouve chaque conjonction dans les cieux. Vous connaissez chaque √©toile. Est-ce que vous avez vu quelque chose? Non! Nous n'avons rien vu."
E-162 Et pourtant c'√©tait l√†! Gloire √† Dieu! Oh! la la! Ne pouvez-vous pas voir √ßa? C'est l√† maintenant m√™me! Les gens n'arrivent pas √† voir √ßa. Cela se passe au milieu d'eux, et ils n'arrivent pas √† le voir. "Ah, nous n'avons rien vu. Oh, moi, je suis all√© l√†-bas; Je n'ai rien vu." Bien s√Ľr que non. Vous √™tes si aveugles, il ne vous est pas donn√© de voir √ßa. Voyez-vous? Si vous √™tes aveugle √† ce point, eh bien, assur√©ment que vous ne verrez pas cela. C'est uniquement pour ceux √† qui Dieu le r√©v√®lera. Ce sont eux qui le voient. √áa a toujours √©t√© le cas. Assur√©ment!
E-163 C'était Noé qui voyait la pluie là dans les cieux, vous savez, mais les autres ne la voyaient pas. Ils ne voyaient pas de pluie, là-haut, mais Noé la voyait.
E-164 C'était Abraham qui a vu Sara porter le bébé. C'est vrai. Pas les moqueurs qui disaient : "Père de nations, combien d'enfants as-tu, présentement?" Comme nous pourrions parcourir la Bible - les sages et les prophètes, du début à la fin. "La foi est... la démonstration des choses qu'on ne voit pas." Ils connaissent la Parole qui a été proclamée, et c'est cela - voilà ce qui en est la démonstration. Ils voient cela.
E-165 Bien, remarquez. Oh! la la! Nos mages ne voient pas cette étoile. Il n'y a rien là. Pourquoi? En fait, quand ils regardaient, alors qu'ils s'étaient joints à un tel groupe, l'étoile a disparu. C'est la même chose aujourd'hui. C'est ce qui éteint beaucoup de lumières. C'est vrai. De se rattacher à un tel groupe. Ils ne croient même pas dans cela pour commencer; comment allons-nous avoir une - une union d'églises? Comment pouvons-nous marcher ensemble, si nous ne sommes pas d'accord? Comment se passe cette fraternité de... mondial, de toutes les églises, les Eglises unies du monde, comment allons-nous nous unir alors que nous sommes séparés les uns des autres de millions de kilomètres? Voyez-vous? Comment allons-nous le faire?
E-166 Les Evangéliques avec leur...?... et ceci et cela, et tout cela ensemble, cependant uni. Quel tas de corruption! Dieu prend une épouse qui est pure, sainte, non souillée, qui s'en tient à Sa Parole.
E-167 Très bien. L'opprobre enduré par Jésus, à cause de la Parole. (Et puis nous arrêterons dans un instant.) Jésus à subi l'opprobre à cause de la Parole. Ecoutez ça : Comment a-t-Il pu enduré l'opprobre, alors qu'Il était le Divin, Dieu incarné? Il était Dieu Lui-même fait chair.
E-168 Bien, vous savez que la Bible le dit : "Nos mains L'ont touché. Les anges L'on vu." Pensez-y un peu! Je crois que Timothée l'a dit un peu comme cela, (Voyez-vous?), ce... "Et, sans contredit, le mystère de la piété est grand : car Dieu a été manifesté en chair... vu des anges..."
E-169 Les anges √©taient √† Sa naissance. Comme les anges ont d√Ľ baisser le regard et se sont r√©jouis, lorsqu'ils ont baiss√© le regard sur la cr√®che et qu'ils ont vu Dieu incarn√©! Amen! Pas √©tonnant qu'ils - qu'ils se soient mis √† crier, disant : "Aujourd'hui, dans la cit√© de David, est n√© le Christ, le Sauveur!" Les anges se sont r√©jouis, ils ont battu de leurs grandes ailes √† l'unisson, et ils ont chant√© sur les collines de Jud√©e : "Gloire √† Dieu dans les lieux tr√®s hauts; paix sur la terre parmi les hommes qu'Il agr√©e." Ils ont vu la Parole de Dieu, alors qu'ils attendaient de La voir √™tre manifest√©e, et c'√©tait l√†. Or, Satan ne le croyait pas, vous savez. Il a dit : "Si Tu es..." L'ange a dit : "Il l'est." Voil√† la diff√©rence. "Si Tu es, fais telle et telle chose. Laisse-nous Te voir le faire." Mais l'ange a dit : "Il est l√†." Les mages, avec leur science religieuse, ont dit : "Il est l√†." Amen.
E-170 C'est pourquoi les archéologues, et tout, aujourd'hui, déterrent ces choses dont il a été prophétisé il y a quelques années que ça se passerait; et voilà qu'ils déterrent... Jamais ils... Même...
E-171 Il n'y a rien dans l'histoire qui montre que Ponce Pilate ait jamais exist√© sur terre. Savez-vous cela? Certains parmi vous les √©coliers, dites-moi : "O√Ļ est ce qu'il est dit, dans l'histoire, que Ponce Pilate ait exist√©?" Et les incroyants s'en moquent et raillent √ßa. Ils disaient : "Il n'y a jamais eu un empereur romain du nom de... un gouverneur du nom de Ponce Pilate." Mais il y a environ six semaines, ils ont d√©terr√© la pierre angulaire avec la mention "Ponce Pilate", Gouverneur. Oh! la la! Quelle absurdit√©! Ils disaient : "Il n'y a jamais eu de Rams√®s dans l'histoire, de Rams√®s qui gouvernait l'Egypte." Mais on a d√©terr√© une pierre - les arch√©ologues - Rams√®s II.
E-172 Remarquez, et on disait que ces murailles ne s'√©taient jamais √©croul√©es. Des arch√©ologues faisaient des fouilles, la chose suivante, vous savez, ils ont fait des fouilles en profondeur √† l'endroit o√Ļ les murailles sont tomb√©es, √† J√©richo. "Vous savez, quand les trompettes retentissaient." Les gens disaient que ce n'√©tait qu'un mythe, une chanson que quelqu'un avait dite - chant√©e √† l'√©poque." Eh oui, est-ce que disent les moqueurs. "C'√©tait juste un mythe. Vous savez, √ßa ne s 'est jamais produit, les murailles qui s'√©croulent. Josu√© qui sonnait de la trompette, et accourait vers les murailles, et celles-ci √©taient tomb√©es. √áa ne s'est jamais produit." Et un √©minent arch√©ologue chr√©tien a continu√© simplement √† creuser, parce qu'il savait qu'il devait en √™tre ainsi. Il a creus√© une trentaine pieds plus bas [9,14 m√®tres - N.D.T.] que les autres. Les murailles √©taient l√†, entass√©es les unes sur les autres. Exactement comme la Parole l'a dit.
E-173 Ils disaient : "Ce n'est pas vrai que David jouait de son instrument (une harpe à cordes), parce qu'on ne connaissait pas les instruments à cordes avant le 15e siècle." Ils disaient : "Cela n'a jamais existé." Des archéologues chrétiens ont fait des fouilles en Egypte, et voilà qu'il y a quatre mille ans, il y avait des instruments à cordes! Amen! Oh! la la!
E-174 Ils disaient au sujet des enfants d'Isra√ęl qui faisaient des pierres, et des choses comme cela, avec de la paille : "√ßa n'a jamais exist√©." Des arch√©ologues ont fait des fouilles l√†-dessus. Qu'est-ce qu'ils ont trouv√©? (C'est scientifique.) Qu'est-ce qu'ils ont trouv√©? Les murailles de la ville que les H√©breux avaient construite, la premi√®re couche des pierres √©tait en longues pailles. La deuxi√®me, c'√©tait des petits bouts de chaume, et dans la troisi√®me, il n'y avait pas du tout de paille. Oh! la la! Les nations se disloquent; Isra√ęl se r√©veille; Les signes que les proph√®tes ont pr√©dits...
E-175 Oui monsieur! C'est venu √† nous, fr√®re et sŇďur. Pourquoi est-ce? Au cours de quelques derni√®res ann√©es, le monde du cin√©ma en a fait comme jamais auparavant! L'histoire des dix commandements, par Cecil De Mille, est pass√©e √† l'√©cran. La vie de J√©sus-Christ, dans Ben Hur, est pass√©e √† L'√©cran. Le grand p√™cheur, la conversion de Pierre est pass√© √† l'√©cran; ainsi que tous ces films religieux que les cin√©mas ont refus√©s, discr√©dit√©s et rejet√©s; mais Dieu, dans toute Sa puissance, s'est manifest√© malgr√© tout.
E-176 Maintenant même, ces choses qui ont été dites il y a quelques années... Un pauvre petit et humble serviteur de Dieu que je suis, j'ai dit : "Il y a eu une Lumière qui était là, qui m'a parlé, et qui m'a dit quoi faire." Les gens se sont moqués, et ont dit : "Il est un tout petit peu hors de lui."
E-177 Il y a une photo de cela. La science l'a prise. C'est là, la vérité! Je disais : "La femme est couverte de l'ombre de la mort." Ils ont dit : "Une ombre? Eh bien, c'est absurde. C'est juste une invention de son esprit." C'est sur photo! Dieu fera crier les pierres. Il peut faire ce qu'Il veut.
E-178 Jésus l'opprobre à cause de la Parole, le Divin Fils de Dieu, se tenait là, Emmanuel - quel opprobre - se laissait lier par les pécheurs incroyants, se laissait cracher au visage, arracher des poignées de barbe et le défier de faire n'importe quoi à ce sujet. L'Opprobre à cause de la Parole. Quoi? D'accomplir la Parole du Père.
E-179. Mais rappelez-vous. Il doit subir l'opprobre de la mort. Dieu, qui ne peut pas mourir était le seul qui pouvait mourir pour sauver un pécheur. Aucun autre, aucune deuxième personne, aucune troisième personne n'aurait pu le faire. Dieu Lui-même était le seul à pouvoir le faire.
E-180. Il √©tait l√†. Il disait : "Personne n'est mont√© au ciel, si ce n'est celui qui est descendu du ciel, le fils de l'homme qui est dans le ciel." Amen! Ils ont dit : "Nos p√®res ont mang√© la manne dans le d√©sert." Et l√† Il a dit... "Et Tu dis que Tu es le Pain de vie?" Il a dit : "Avant qu'Abraham f√Ľt, Je suis. Je suis le Pain de vie. Je suis Celui qui suis!" Ils ont dit : Tu n'as pas cinquante ans et Tu dis que Tu as vu Abraham. Il a dit : "Avant qu'Abraham f√Ľt, je suis." Et puis, laisser les p√©cheurs Le lier, l'√©glise des d√©nominations Le lier... Vous vous rappelez, dans les derniers jours de cette riche √©glise laodic√©enne, ils L'ont m√™me mis √† la porte de l'√©glise.
E-181 Vous voyez o√Ļ √ß'en est maintenant? Pouvez-vous voir pourquoi je crie contre ce syst√®me? Pourquoi est-ce que J√©sus a laiss√© les p√©cheurs Le lier? C'√©tait pour accomplir la Parole, pour jeter un opprobre sur Dieu qui se mourrait. Il fallait que Dieu meure. Il fallait qu'Il devienne chair, pour mourir. Et J√©sus savait cela. Il le leur en a parl√©. Il a dit : "D√©truisez ce temple, et Je le rel√®verai." Pas que quelqu'un d'autre le rel√®verait. "Je le rel√®verai. En trois jours. Je le r√©tablirai. D√©truisez-le; Je le rel√®verai. De m√™me Jonas est rest√© trois jours et trois nuits dans le ventre du gros poisson." De m√™me le Fils de l'homme doit rester dans le sein de la terre, et ils n'ont m√™me pas compris cela. Voyez, un opprobre √† cause de la Parole. C'est ce qu'Il √©tait.
E-182 Bien, objet de moqueries jusqu'√† la mort, ressusciter pour la vie √©ternelle. Il devait d 'abord √™tre mis √† mort, pour pouvoir ressusciter √† la Vire √©ternelle et amener tous les autres √™tres humains qui √©taient √† Son image √† la Vie √©ternelle, ceux qui accepteront cela. Vous voyez, Il s'est fait humain, Il s'est fait Parent r√©dempteur, et Il a du subir l'opprobre de toutes les moqueries et les railleries, tout comme Ses compagnons de service l'avaient fait avant lui - tel que Moise, No√© et tous les autres qui ont endur√© ces moqueries--, Il a d√Ľ subir les moqueries. Pourquoi? Il avait la Parole, et Il √©tait la Parole. C'est pour cela qu'ils se sont moqu√©s de Lui plus que jamais. Il √©tait Divin, et Il √©tait la Parole Elle-m√™me. All√©luia!
E-183 C'est ce qui les faisait... J√©sus √† dit : "Esp√®ce d'hypocrites, a-t-Il dit, vous b√Ętissez les tombeaux des proph√®tes, et c'est vous qui les y avez mis. Ils sont venus avec la Parole de Dieu, et vous ne les avez pas crus. Vous √™tes coupables pour chacun d'eux.
E-184 A PhŇďnix, si Dieu le veut...j'en ai touch√© un mot l'autre jour. Je vais accuser cette g√©n√©ration d'avoir tu√© J√©sus-Christ - de L'avoir crucifi√© de nouveau. Je vais porter une accusation contre cette association de pr√©dicateurs, si Dieu le veut. Ils sont coupables du sang de J√©sus- Christ, de L'avoir crucifi√© de nouveau! Oui monsieur! Accuser tout le...
E-185 Pierre les a accus√©s, au jour de la Pentec√īte. Il a dit : "Vous, aux mains impies, vous avez crucifi√© le Prince de la Vie, que Dieu a ressuscit√©, et nous en sommes t√©moins." Il a port√© une accusation.
E-186 Je vais prendre la Parole de Dieu et accuser toutes les dénominations qui existent, et tous les hommes sur la face de la terre qui sont coupables du sang de Jésus-Christ. Que Dieu m'aide à être Son avocat en ce jour. Amen!
E-187 Oui, oh, les moqueurs se sont moqu√©s de Lui. Ils lui ont fait subir l'opprobre. Il s'est bien accroch√© √† cela. Amen. Oh! Observez ce qu'Il a fait. Il √©tait le Fils de Dieu... Il a souffert la mort pour faire mourir le p√©ch√©. Il fallait qu'Il le fasse. C'√©tait le seul moyen par lequel cela pouvait √™tre mis √† mort. Et Il a fait cela et a subi cela, en effet tous les autres l'avaient endur√©, tous les autres, avant, qui avaient la Parole de Dieu en faible miniature. En effet J√©sus l'a dit : "La - la Parole de l'Eternel venait aux proph√®tes. Lequel d'entre eux a-t-Il dit "vos p√®res - vos religions organis√©es - n'ont-ils pas lapid√© et mis √† mort? Lequel d'entre eux a re√ßu les proph√®tes? Ensuite, une fois qu'ils sont partis, vous b√Ętissez leurs tombeaux." Il a dit : "Vous √™tes coupables de les y avoir mis."
E-188 Ensuite, Il leur a donné la parabole de la vigne donnée en fermage. Les serviteurs sont venus, on les a maltraités. Et finalement ils ont dit : "Maintenant, nous allons tuer le fils, puisque c'est lui l'héritier." Voyez-vous? Oh! ils se sont mis en colère quand ils ont vu cela! Voyez-vous?
E-189 Mais Il a d√Ľ subir l'opprobre. Et Le voici qui s'est laiss√© lier, conduire √† la mort, pour √™tre mis √† mort, afin d'apporter la Vie √©ternelle. Gloire √† Dieu! Oh! Comme je L'aime! Ramener la Vie √©ternelle et faire ressusciter chaque fils de Dieu qui a exist√© au cours des √Ęges, qui s'est accroch√© √† cette Parole, et qui a endur√© l'opprobre. C'est vrai.
E-190 S'Il n'était pas venu, Noé n'aurait pas pu ressusciter. S'Il n'était pas venu, Elie n'aurait pas pu revenir. S'Il n'était pas venu, Noé ne serait pas ressuscité.
E-191 S'il n'avait pas pu... S'Il n'√©tait pas venu... En effet, Il √©tait cet Agneau pr√©destin√©, qui est venu porter l'opprobre sur Lui-m√™me, et qui a subi la mort pour chaque Parole de Dieu qui a √©t√© proclam√©e pour laquelle ces hommes justes avaient pris position. Il le fallait. Personne d'autre ne pouvait le faire - Dieu Lui-m√™me. Et Il est venu prendre la place, pour pouvoir racheter et donner la Vie √©ternelle √† chaque fils de Dieu qui avait tenu bon pour cette m√™me Parole, et qui avait accept√© de subir l'opprobre. Chaque fils de Dieu, au cours des √Ęges, qui avait accept√© d'endurer un opprobre... il n'y avait personne qui pouvait le racheter, mais par la foi, il voyait ce R√©dempteur venir.
E-192 Job L'a vu. Job était là, à l'époque, et on lui disait : "Oh, tu commets des pèches en secret, et Dieu te maltraite, parce que Tu as péché en secret, voilà tout." Et Il a dit : "Je sais que mon Rédempteur est vivant! Dans les derniers jours, Il se lèvera sur la terre. Bien que les vers qui sont dans mon corps détruisent ce corps, de mes yeux, je verrai Dieu." Et sa femme a dit : "Pourquoi ne Le maudits-tu pas et mourir?" Tu as l'air d'un pauvre misérable!" Il lui a dit : "Tu parles comme une femme insensée." Amen! L'y voilà! "Je sais qu'Il est vivant, et qu'Il se lèvera aux derniers jours."
E-193 Si Jésus n'était pas venu, Job n'aurait jamais pu être racheté, parce qu'Il était l'Agneau immolé depuis la fondation du monde. Il connaissait Sa place. Il connaissait Sa position.
E-194 C'est pourquoi, quand Marie a reconnu cette position, ce jour-l√†, quand elle est all√©e l√†, elle a dit : "Si Tu avais √©t√© ici, mon fr√®re ne serait pas mort." Il a dit : "Ton fr√®re ressuscitera." Il a dit : "Oui, Seigneur lors de la r√©surrection. Il √©tait un bon gar√ßon." J√©sus a dit : "Mais je suis cette R√©surrection-l√†. Crois-tu cela?" Elle a dit : "Oui, Seigneur. Je crois que Tu es le Fils de Dieu qui devait venir dans le monde." Il a dit : "O√Ļ l'avez-vous enterr√©?" Oh, voil√†! Elle a reconnu cela.
E-195 Cette femme ne disait pas que... Sept d√©mons avaient √©t√© chass√©s d'elle. Elle connaissait la puissance de Dieu, qui avait pu la d√©barrasser de l'orgueil, la tension, et tout. Qui avait pu la d√©barrasser de ce petit esprit √©go√Įste d'√©tudiante, et avait pu faire d'elle une nouvelle cr√©ature. Il avait chass√© sept d√©mons! Ces femmes qui L'avaient accept√© savaient ce qu'Il √©tait. Elles savaient ce qu'Il pouvait faire pour elles.
E-196 C'est la même chose aujourd'hui. Il suffit de l'accepter. C'est la chose suivante. Là, Il... elle a dit cela, et Il... vous savez ce qui s'est passé. Oh! Tous ceux qui ont accepté de souffrir pour cette même Parole, Il est mort pour cette cause. Il était le seul qui pouvait mourir, puis faire cela, car Il était la Parole, Il était la Parole, la Parole manifestée. Tous les autres, ils avaient des petits bouts, mais là, il y avait la plénitude de Dieu. Oui monsieur. Il est le même aujourd'hui. Hébreux 13.8 : "Jésus-Christ le même hier, aujourd'hui, et éternellement." (Ecoutez. Je termine. Vraiment. Je vais terminer. Je suis vraiment obligé; j'ai dépassé de loin l'heure.)
E-197 Il n'a jamais écrit une seule Parole. N'est-ce pas? Il n'a jamais écrit une seule Parole. Pourquoi? Il était la Parole. Il était la Parole qui avait été écrite - Il était la manifestation de cette Parole. Gloire! Là, fiou! Maintenant, je me sens bien! Il était la Parole. Il n'avait pas à écrire quoi que ce soit. Il était la Parole, la Parole écrite manifestée. Gloire à Dieu! Il est le même aujourd'hui, hier, et éternellement! Il est la Parole. La Parole manifestée.
E-198 Vous dites : "Est-ce vrai, Fr√®re Branham?" Regardez J√©hovah, l√†, qui a souffl√© pour repousser ces vagues l√† et frayer un chemin pour Isra√ęl afin qu'ils puissent traverser. Regardez J√©hovah dans la chair, qui dit : "Silence! Tais-toi!" Quand les vagues battaient les c√īt√©s, dans la temp√™te, et que le diable agitait tout, comme √ßa, Il a dit : "Silence! Tais-toi!", et ils Lui ont ob√©i, les vents, et tout. Il √©tait J√©hovah. Amen!
E-199 Ce J√©hovah qui pouvait se tenir l√†, asperger quelques gouttes de ros√©e, l√†-bas, qui tombaient √† terre et devenaient du pain pour nourrir le peuple, Il s'est tenu l√†, Il a pris cinq poissons, ou plut√īt cinq petits pains et deux poissons, et Il a nourri cinq mille personnes. Il √©tait la Parole. Amen!Amen! Il est la Parole, et Il sera toujours la Parole. Moi et ma maison, nous servirons la Parole. √Ē je d√©sire Le voir, je d√©sire contempler Sa face, Et chanter pour toujours Sa gr√Ęce qui sauve, Dans les rues de gloire, √©lever ma voix; Mes soucis seront tous pass√©s, je serai √† la maison pour toujours me r√©jouir.
E-200 Oh! la la! Oui, subir l'opprobre à cause de la Parole. Il y a un opprobre qui accompagne la Parole. Accrochez-vous bien à la Parole et portez l'opprobre. Prions.
E-201 Jésus, comme l'autre soir, Seigneur, j'ai crié : "Oh! Jésus! que veux-Tu que je fasse... Que puis-je faire, Seigneur? Voyant ces choses, et sachant dans quelle heure nous vivons, que puis-je faire, Seigneur? Que puis-je faire?"
E-202 Je prie pour ma petite église, ici, Seigneur. Je pense aux petits oiseaux de la vision. Ces choses qui se sont passées; et les autres oiseaux, qui étaient grands, mais ils formaient trois plate-formes, Seigneur. Mais quand ces anges sont arrivés, il ne restait plus d'oiseaux. Les petits messagers ont été merveilleux, Seigneur, mais je crois qu'il y a quelque chose qui est sur le point d'arriver. Qu'il en soit ainsi, Seigneur. Façonne-nous et modèle-nous comme Tu le veux. Nous sommes - nous sommes l'argile. Tu es le Potier.
E-203 En cette veille de No√ęl, Seigneur, nous sommes reconnaissants pour le Don de Dieu. De ce que Dieu nous a donn√©, bien que √ßa soit une, comme nous le croyons dans nos cŇďurs, une superstition pa√Įenne de l'√©poque o√Ļ on a essay√© de fa√ßonner cela et de faire de cela une messe - une messe de Christ [Christmas en anglais signifie la messe de Christ.]
E-204 Mais nous ne venons pas dans ce sens l√† de P√®re No√ęl, des sapins de No√ęl et - et des d√©corations, mais nous venons au Nom du Seigneur J√©sus, pour adorer le Dieu du Ciel qui a √©t√© incarn√©, qui est devenu chair comme nous, et qui a habit√© parmi nous pour nous racheter; et qui a endur√© l'opprobre √† cause du Nom, Il a endur√© l'opprobre de la croix - laisser une institution mondaine mettre √† mort Emmanuel, pour qu'Il puisse nous apporter la Vie √©ternelle.
E-205 Qui sommes-nous, Seigneur? Qui sommes-nous, pour √©viter n'importe quelle opprobre? √Ē Dieu, fait de nous de vaillants soldats. Je Te confie ces paroles P√®re. Elles √©taient peut-√™tre d√©cousues, √©tant donn√© que je suis fatigu√© et √©puis√©, mais, P√®re, r√©compense ces gens pour √™tre rest√© assis √† √©couter, et que la puissance qui a ressuscit√© notre Seigneur, et nous L'a pr√©sent√© ici comme Sauveur en ces derniers jours, qu'elle vivifie chaque esprit ici, Seigneur, pour s'apercevoir que la venue du Seigneur J√©sus est proche. Qu'il en soit ainsi, P√®re.
E-206 Gu√©ris les malades et les afflig√©s qui sont parmi nous. Panse les cŇďurs bris√©s. Seigneur, nous sommes... nous en avons beaucoup connu... Mon cŇďur porte tellement de cicatrices, Seigneur, des durs combats - je suis un vieux combattant. Aide-moi, Seigneur. J'ai besoin de Ton aide. Peut-√™tre que tout ce... [Espace vide sur la bande. - N.D.E.] ... Je crois que √ßa l'a √©t√©, Seigneur. Aide-moi, √ī Dieu, et aide cette √©glise, et b√©nis-nous ensemble.
E-207 B√©nis les petits enfants. Je pense √† beaucoup aujourd'hui, des petits - de pauvres petits qui ne recevront rien, l√†; et je - je Te prie d'√™tre avec eux et de les aider. Donne-leur la Vie √©ternelle, Seigneur. √áa, c'est le grand - voil√† le cadeau de No√ęl que nous voulons, c'est que la Vie de J√©sus-Christ r√®gne et gouverne dans mon cŇďur. C'est ce que je veux, Seigneur.
E-208 B√©nis-nous ensemble, maintenant. Nous Te confions ces paroles. Qu'elles tombent l√† o√Ļ elles tomberont, Seigneur. Partout o√Ļ il y a un cŇďur ouvert, qu'elles suscitent un glorieux moment de salut, au Nom de J√©sus. Amen.
E-209 Quiconque... Combien L'aiment?... √™tre si press√© apr√®s tout. Pourquoi nous presser autant, d'ailleurs? Oh je L'aime! Je L'aime. Seigneur, que veux-Tu que je fasse? N'oubliez pas les services de ce soir. Savez-vous maintenant ce que signifie No√ęl? Oh, voil√† mon cadeau de No√ęl : C'est cette Parole. [Fr√®re Branham montre sa Bible. - N.D.T.] Seigneur, si seulement je peux me mettre... Si seulement je peux m'√īter du chemin, pour que Ta Parole s'exprime par-l√†! C'est - c'est la chose la plus glorieuse que je connaisse. Maintenant, je pense qu'ils ont des choses qu'ils veulent offrir aux enfants. Maintenant, je remets le service √† fr√®re Neville. Que Dieu vous b√©nisse. Fr√®re Neville.

En haut