ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication La Dislocation Du Monde / 63-0412M / Albuquerque, NM, USA // SHP 1 heure et 42 minutes PDF

La Dislocation Du Monde

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 C’est certainement un grand privilĂšge d’ĂȘtre ici, de suivre ces bons tĂ©moignages de la part de ces frĂšres qui aiment notre Seigneur JĂ©sus. Eh bien, je continue Ă  me rĂ©galer de–de... que dirais-je? De l’inspiration que j’ai reçue du message, l’un d’eux, hier soir; Ă©videmment, d’eux tous. Mais ce frĂšre-ci m’a inspirĂ©, quand je pensais Ă  son Ă©preuve; c’est comme Il l’avait fait, en mettant Job Ă  l’épreuve, et... mais Ă  la fin, Job a obtenu le double. Et je pense que c’est merveilleux de s’asseoir et d’écouter le tĂ©moignage de quelqu’un d’autre, alors vous pourrez identifier leur vie.
E-2 J’ai prĂȘchĂ© lĂ -dessus rĂ©cemment Ă  Phoenix: Nous identifier Ă  Christ, et nous identifier Ă  Lui dans la Bible. Si nous avions vĂ©cu en ce jour-lĂ , Ă  quel groupe nous serions-nous identifiĂ©s?
E-3 Puis, hier soir, quand frĂšre Crow, je pense que c’est ça son nom, celui qui nous a apportĂ© ce merveilleux message de son tĂ©moignage... Nous Ă©tions assis lĂ , il y a quelques instants, identifiant nos vies. Tous deux, nous Ă©tions des baptistes, des boxeurs professionnels et tout, ce qui Ă©tait arrivĂ© lors de nos derniers combats. Et alors, j’ai certainement apprĂ©ciĂ© cela. Je suis content de ce qu’on ait enregistrĂ© cela.
E-4 Et maintenant, ce matin, je sais que nous avons un–un banquet, ou un repas ici, pour les ministres, juste dans quelques instants. Et–et... [Un frĂšre dit: «Non. C’est pour tous les hommes, ce matin.»–N.D.E.] Que dites-vous? [«Tous, tous les hommes.»] Les hommes. Oui. Et puis, ce soir, je pense que le banquet aura lieu au... [«Des prĂ©dicateurs, tout celui qui veut, tous les hommes qui veulent venir.»] Ouais. Tout homme, prĂ©dicateur ou laĂŻc. [FrĂšre Demos Shakarian dit: «Le–le–le repas ne sera pas servi avant 12 h 30’.»] 12 h 30’. [«C’est donc dans deux–deux heures, deux heures trente, deux heures. Voyez?»] Quelle personne bienveillante, ce frĂšre Shakarian, sa femme aussi!
E-5 Soeur Williams, j’allais dire quelque chose, mais je ne le dirai pas. FrĂšre Carl, son tĂ©moignage d’il y a quelques instants, Ă©tait extraordinaire. Ainsi, je... C’est donc la premiĂšre fois pour moi d’apprendre cela, depuis tout ce temps que je vous connais, mais c’était–c’était trĂšs bien. Je–je tire une leçon de toutes ces choses, n’est-ce pas? Exact.
E-6 Ainsi donc, ce soir, je vais parler d’un sujet, ce soir, le Seigneur voulant: Là, ils Le crucifiùrent.
E-7 Et alors, aujourd’hui, juste un petit changement de position, avant que nous parlions d’un petit sujet. Je suis arrivĂ© hier dans votre ville pour ma premiĂšre fois; c’est ma deuxiĂšme fois de parler. J’avais un... J’ai tenu une sĂ©rie de rĂ©unions au Nouveau Mexique, une fois Ă  Carlsbad, pendant quelques soirĂ©es. Mais je n’avais jamais eu le privilĂšge de venir ici dans cette belle ville auparavant. Et je–j’aime venir tĂŽt pour un peu sentir l’atmosphĂšre et voir le... le besoin d’une ville. Or, en tant que prĂ©dicateurs, nous ne devrions jamais aller dans une ville...
E-8 Eh bien, hommes d’affaires, celle-ci est une convention. Vous ĂȘtes ici pour parler de vos affaires, de vos problĂšmes, de vos bĂ©nĂ©dictions, les partager ensemble. Et c’est trĂšs bien.
E-9 Mais, en tant que ministre de Christ, nous venons ici pour dĂ©couvrir l’état spirituel. Ainsi donc, nous ne venons pas ici pour ĂȘtre entendu ou vu, mais nous venons ici pour faire quelque chose pour glorifier Dieu, pour obtenir qu’on ait un meilleur entendement de Dieu. Et maintenant, j’ai changĂ© mon sujet ce matin.
E-10 Ainsi donc, avant que nous lisions les Ecritures, je me demande si nous pouvons bien nous lever pour un peu changer de position, pendant quelques instants, pour un mot de priĂšre. Et maintenant, avant de prier, s’il y en a ici qui aimeraient qu’on se souvienne d’eux dans la priĂšre, qu’ils lĂšvent simplement la main. Peu importe ce que c’est, Il sait ce qu’il y a derriĂšre votre main. Et j’ai mes deux mains levĂ©es. Inclinons maintenant la tĂȘte, alors que nous nous approchons de Lui.
E-11 Notre PĂšre cĂ©leste, nous sommes un peuple trĂšs privilĂ©giĂ© d’ĂȘtre assis ensemble aujourd’hui dans les lieux cĂ©lestes en JĂ©sus-Christ, Ă©tant tous baptisĂ©s, dans un seul Esprit, pour former un seul Corps, et ayant le privilĂšge d’ĂȘtre assis ici ensemble et de partager les bĂ©nĂ©dictions des tĂ©moignages de Tes enfants que voici.
E-12 Et maintenant, comme il se fait tard, nous n’aimerions pas aborder ce moment le plus crucial avec nervositĂ©, car il m’incombe de parler Ă  ces gens, ou en pensant que nous avons Ă  nous dĂ©pĂȘcher. Mais nous Te prions de calmer nos esprits pendant quelques instants, et que nous puissions Ă©couter davantage Ton exhortation envers nous, ainsi que Tes avertissements. Et je vais m’attendre Ă  Toi, PĂšre, pour ces choses.
E-13 Et maintenant, nous Te prions de bĂ©nir ce chapitre des hommes d’affaires, ces chrĂ©tiens, ces hommes du plein Evangile, que leur tĂ©moignage puisse continuer Ă  se rĂ©pandre au loin, pour la gloire et l’honneur de notre Seigneur.
E-14 Et maintenant, nous sommes heureux de savoir qu’il arrivera un temps oĂč les royaumes de ce monde deviendront les Royaumes de notre Seigneur et de Son Christ, que nous dominerons et rĂ©gnerons sur la terre avec Lui pendant mille ans. Nous attendons impatiemment ce temps. Et en entendant ces hommes parler de leurs tentations, comme Satan avait amenĂ© notre Seigneur au sommet de la montagne et, en un instant, Lui avait montrĂ© tous les gouvernements et tous les royaumes du monde, les Lui a offerts, mais Il a carrĂ©ment refusĂ© cela, puisqu’Il savait qu’un jour, Il les hĂ©riterait. Et nous ne regardons pas aux choses qui se passent maintenant et qui sont temporaires, mais nous regardons au bout de la route, oĂč les rĂ©compenses seront attribuĂ©es.
E-15 PĂšre, nous Te prions ce matin de rendre nos coeurs solennels devant Toi alors que nous Ă©coutons. Nous Te prions de nous parler, Seigneur, par des lĂšvres d’un mortel. Puissions-nous T’entendre au travers des oreilles des mortels. Et puis, puissions-nous, en retour, obĂ©ir Ă  tout ce que Tu nous ordonnes. Nous nous attendons maintenant Ă  Toi alors que nous lisons Ta trĂšs sainte Parole, d’oĂč notre–notre foi tire son fondement, dans la Parole Ă©crite. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Vous pouvez vous asseoir.
E-16 Et maintenant, dans la Parole, j’aimerais que vous preniez quelques passages des Ecritures, surtout Ă  deux endroits, pour quelques notes que j’ai ici, auxquelles j’aimerais me rĂ©fĂ©rer, comme leçon de l’école de dimanche, pour faire des commentaires pendant quelques instants, si vous le voulez. DeutĂ©ronome 4, d’abord, DeutĂ©ronome 4.10 et 11. J’aimerais lire ces versets.
Souviens-toi du jour oĂč tu te prĂ©sentas devant l’Eternel, ton Dieu, Ă  Horeb, lorsque l’Eternel me dit: Assemble auprĂšs de moi le peuple! Je veux leur faire entendre mes Paroles, afin qu’ils apprennent Ă  me craindre tout le temps qu’ils vivront sur la terre; et afin qu’ils les enseignent Ă  leurs enfants.
Il... vous approchĂątes et vous vous tĂźntes au pied de la montagne. La montagne Ă©tait embrasĂ©e, et les flammes s’élevaient jusqu’au milieu du ciel. Il y avait des tĂ©nĂšbres, des nuĂ©es, de l’obscuritĂ©.
E-17 Et puis, dans HĂ©breux 12.25. Nous lisons ces Paroles dans HĂ©breux 12.25
Gardez-vous de refuser d’entendre celui qui parle; car si ceux-lĂ  n’ont pas Ă©chappĂ© qui refusĂšrent d’entendre celui qui publiait des oracles sur la terre, combien moins Ă©chapperons-nous, si nous nous dĂ©tournons de... qui parle... du... de celui qui parle du haut des cieux.
E-18 Eh bien, ce sont des Paroles un peu Ă©tranges Ă  lire Ă  un–à un petit-dĂ©jeuner des hommes d’affaires, mais puisse le Seigneur Les bĂ©nir dans nos coeurs. Et maintenant, je voudrais aborder ce petit sujet. En fait, j’étais... Ce matin, j’avais Ă  coeur de parler d’un sujet: Le Sang sur le Message. Je l’ai laissĂ© tomber pour une raison, ne sachant pas pourquoi. Mais j’aimerais prendre un sujet ici ce matin, un drĂŽle de sujet, mais que j’intitule La Dislocation du monde. C’est un drĂŽle de sujet, mais je–je me sens conduit Ă  en parler: La Dislocation du monde.
E-19 Aujourd’hui, nous sommes le Vendredi saint, comme on l’appelle, ou plutĂŽt le Vendredi saint de Dieu. Je ne sais pas pourquoi on l’appelle ainsi, «Vendredi saint». Mais nous sommes juste au commencement d’une autre sĂ©rie de–de vacances, de jours saints mis Ă  l’écart par le monde, le monde chrĂ©tien, pour cĂ©lĂ©brer, commĂ©morer de grands Ă©vĂ©nements scripturaires qui ont eu lieu dans le passĂ©, de grands Ă©vĂ©nements qui ont eu lieu. Nous les observons et nous passons un temps Ă  cĂ©lĂ©brer ces Ă©vĂ©nements qui ont eu lieu. Si Dieu... Si–si Dieu Ă©tait ici dans ce monde chrĂ©tien en ce temps-ci, ce qui est appelĂ© le monde chrĂ©tien, je me demande quelle attitude Il afficherait vis-Ă -vis de ce genre de cĂ©lĂ©brations que nous tenons en–en mĂ©moire de ces glorieux jours et ces glorieux temps passĂ©s.
E-20 Et des hommes se rĂ©unissent dans l’espoir de trouver quelque chose. Ils veulent savoir, trouver une solution ou un genre de systĂšme, un moment de sauvetage, pour faire subsister notre monde. C’est dans ce but-lĂ  que nous nous sommes rĂ©unis ce matin.
E-21 Des hommes se rĂ©unissent dans diffĂ©rents clubs pour dĂ©couvrir ce qui cloche. Nous savons tous qu’il y en a. Il y a quelque chose qui cloche dans le monde, et nous devons chercher Ă  trouver cela. Et des hommes se rĂ©unissent dans ces clubs pour trouver la solution. Ceci est souvent arrivĂ© Ă  notre monde, ce que nous appelons la dislocation. Nous vivons au temps oĂč notre–notre... non seulement notre nation, mais notre monde entier se disloque. Rien ne semble avoir un fondement qui est... qui puisse subsister.
E-22 Nous avons essayĂ© diverses choses. Nous avons–nous avons essayĂ© d’instruire le monde pour qu’il y ait une comprĂ©hension mutuelle. Nous... Et nous avons eu divers systĂšmes, la SociĂ©tĂ© des Nations, les Nations Unies et autres, pour obtenir que l’homme soit comprĂ©hensif. Le monde chrĂ©tien a essayĂ© de former les gens Ă  ĂȘtre comprĂ©hensifs. Nous avons essayĂ© de les organiser en dĂ©nominations pour les rendre comprĂ©hensifs. On dirait que nous retournons Ă  la case du dĂ©part, comme toujours; tous les systĂšmes se disloquent, quelque chose cloche.
E-23 Nous aimerions penser sĂ©rieusement Ă  cela, pendant les quelques prochaines minutes. N’abordons pas ceci maintenant, juste en disant: «Eh bien, nous sommes entrĂ©s lĂ , nous nous sommes assis, nous avons pris un petit-dĂ©jeuner, nous avons entendu des tĂ©moignages et tout. Mais, de tout notre coeur, mettons-nous-y et rĂ©flĂ©chissons-y.
E-24 Rappelez-vous, il s’agit de notre vie, et il n’y a rien de plus important que notre vie. Il n’y a rien de plus important, peu importe combien vous gagnez dans le monde, ou combien grand nous devenons ici, mais nous devons arriver au bout du chemin. Et alors, le... C’est un temps important, et nous devons aborder cela en toute sincĂ©ritĂ© possible.
E-25 Autrefois, quand les gens–quand les gens essayaient de trouver une voie de survie, ils recouraient Ă  des systĂšmes. Et l’unique possibilitĂ© pour eux de pouvoir recourir Ă  un systĂšme autre que la voie frayĂ©e par Dieu, c’est de s’éloigner de Sa Parole. Les hommes, dans les autres Ăąges, ont fait cela, dans le temps passĂ©. Ils ont tous essayĂ© de s’éloigner, cherchant Ă  dominer le monde et Ă  mettre sur pied un systĂšme politique et diverses choses pour essayer d’avoir le contrĂŽle sur le–le monde et de le faire subsister. Et, en vue de faire cela, ils–ils doivent s’éloigner du plan de Dieu pour le faire. Voyez? Ils sont... Dieu a une façon de faire subsister cette chose. Et le seul moyen pour les hommes de jamais pouvoir adopter une autre voie, c’est de s’éloigner de la voie originelle, absolument.
E-26 Vous voyez, avant qu’il puisse y avoir un mensonge, il doit y avoir une vĂ©ritĂ© d’oĂč provient le mensonge, parce qu’un mensonge est une vĂ©ritĂ© pervertie. Tout pĂ©chĂ©, c’est–c’est la justice pervertie. C’est tout ce que le pĂ©chĂ© est, c’est pour... Voyez? Le diable ne peut rien crĂ©er. Il pervertit ce que Dieu a crĂ©Ă©. Il n’y a qu’un seul CrĂ©ateur, et c’est Dieu. Un mensonge est une vĂ©ritĂ© pervertie. L’adultĂšre, c’est un acte correct perverti. Et tout ce qui est faux, c’est–c’est quelque chose de bien perverti.
E-27 Ainsi donc, adopter un–un systùme pour faire subsister le monde autre que le systùme de Dieu, c’est une perversion. Ainsi, tout ce qui est perverti doit prendre fin, parce que tout ce qui a un commencement a une fin. Ce sont des choses qui n’ont pas eu de commencement qui ne meurent jamais, qui ne connaissent jamais de fin.
E-28 Et il n’y a qu’une seule Chose qui n’ait jamais eu de commencement, et c’est Dieu. Donc, l’unique moyen pour nous de pouvoir donc vivre Ă©ternellement, c’est d’avoir la propre Vie de Dieu en nous, et c’est la Vie Eternelle. Et nous... Dieu s’est divisĂ© parmi nous, Il a donnĂ© Son Esprit comme Il l’avait fait Ă  la PentecĂŽte, et Il a Ă©tĂ© vu sous forme de Feu, de la Colonne de Feu qui s’était sĂ©parĂ©e parmi les gens, pour donner Sa propre Vie aux gens. Et grĂące Ă  cela, la pensĂ©e de Christ doit opĂ©rer parmi nous.
E-29 Et Dieu est la Parole: «Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu.» Et Elle est toujours Dieu, c’est vrai, c’est la Parole. Et dĂšs que nous nous Ă©loignons de la Parole, alors nous nous sommes Ă©loignĂ©s de Dieu. JĂ©sus a dit: «Si vous demeurez en Moi...» VoilĂ  le mystĂšre. VoilĂ  le secret: «Si vous demeurez en Moi, et que Ma Parole demeure en vous, demandez alors ce que vous voudrez.» Voyez? PremiĂšrement, c’est la pensĂ©e. La Parole de Dieu doit demeurer ici.
E-30 Vous ne pouvez pas prendre des credo, des ismes et autres, et vous les inculquer, prendre des dogmes et mĂ©langer cela avec la Parole de Dieu, et puis, obtenir que Dieu honore cela. Ça doit ĂȘtre absolument la pure Parole de Dieu, sans mĂ©lange, et c’est tout. C’est tout. Rien de perverti ne se mĂ©lange avec Dieu. Il est absolument Dieu, d’un bout Ă  l’autre.
E-31 Or, chaque fois, de tout le temps, nous avons eu ces choses, les gens qui–qui ont essayĂ© de pervertir la Parole de Dieu et d’adopter d’autres sortes de systĂšmes. Et–et ils se retrouvent, plus tard, ils se retrouvent exactement comme nous aujourd’hui, en 1963. Ils voient la dislocation du monde. Certainement. En effet, il ne peut pas subsister, pas plus que ce que Daniel avait dit, selon–selon sa vision, l’interprĂšte des rois, pas plus que le fer et l’argile ne se mĂ©langeront, la Parole de Dieu ne se mĂ©langera avec rien d’autre. Elle ne le fera absolument pas. Ça doit ĂȘtre la Parole. C’est tout.
E-32 Eh bien, nous voyons que la politique, le monde du temps de NoĂ©, avait pris de l’emprise. Et le programme pĂ©dagogique et le grand monde des affaires de l’époque avaient–avaient prospĂ©rĂ© au point qu’on construisait des bĂątiments, des pyramides et des sphinx, choses que nous ne pouvons en aucun cas construire aujourd’hui.
E-33 Si jamais quelqu’un a Ă©tĂ© en Egypte et a vu les–les pyramides et autres, nous n’avons prĂ©sentement rien qui puisse nous permettre d’en construire une comme celle-lĂ . Non. Mais ils Ă©taient de loin plus avancĂ©s que nous en matiĂšre d’instruction. Ils Ă©taient de loin plus avancĂ©s en matiĂšre de science.
E-34 Et puis, ils ont fini par dĂ©couvrir que le monde commençait Ă  se disloquer. Et Dieu leur a envoyĂ© un Message, mais ils L’ont rejetĂ©. Et c’était un Message simple, trĂšs simple, apportĂ© par un fermier trĂšs simple, mais ils L’ont refusĂ© et L’ont rejetĂ©. Et leur monde s’était disloquĂ©. Exact.
E-35 La mĂȘme chose s’est passĂ©e Ă  Sodome, du temps de Sodome, alors qu’il y avait une recrudescence d’immoralitĂ©. On bĂątissait des villes et tout. Mais il s’est fait que quand Dieu a envoyĂ© Son systĂšme lĂ , ils ont donc rejetĂ©, et cela s’est disloquĂ©. C’est ce qui se passe chaque fois.
E-36 Eh bien, c’est la mĂȘme chose qui existe aujourd’hui. Nous vivons exactement le mĂȘme jour qu’autrefois. JĂ©sus a dit: «Ce qui arriva du temps de NoĂ© et du temps de Sodome arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.» Tout s’écroule et se disloque. Le... C’est bĂąti sur du sable, et ça doit ĂȘtre emportĂ©. Et nous retrouvons ce grand moment comme celui d’autrefois, cela–cela existe aussi aujourd’hui.
E-37 Et lors de la Venue de notre Seigneur JĂ©sus, dans les premiers jours de–de Sa naissance, nous voyons que le monde de l’époque s’était disloquĂ©, alors que Lui naissait dans le monde. Nous voyons que le monde religieux... J’aimerais en parler ce soir, sur la crucifixion, quelque chose sur cette ligne. Ils... Nous voyons que les Juifs avaient tellement souillĂ© le systĂšme que Dieu leur avait donnĂ© dans Sa Parole, qu’il n’y avait plus de sincĂ©ritĂ©, leurs–leurs–leurs sacrifices, bien qu’ils les exĂ©cutassent Ă  la lettre. Ils offraient des sacrifices. Quand les Juifs...
E-38 Il n’y a rien de plus doux que de voir Dieu accepter un substitut. Quand un homme pĂ©chait, Dieu acceptait un substitut. Il Ă©tait plein de grĂące pour faire pareille chose. Quand un Juif descendait la rue avec son taureau ou son agneau, pour aller l’offrir en sacrifice, et qu’il le faisait du fond de son coeur, c’était une chose noble. Mais par aprĂšs, c’était devenu une tradition familiale. Ils s’y rendaient tout bonnement et offraient le taureau et: «Eh bien, c’est le moment de l’offrande; ainsi, nous irons simplement offrir tel taureau.»
E-39 C’était devenu une–une tradition. Je suis pratiquement persuadĂ© de croire que c’est ce qui est arrivĂ© Ă  notre systĂšme chrĂ©tien, que dans nos diverses dĂ©nominations et–et divers groupes qui se disent chrĂ©tiens, nous en sommes arrivĂ©s lĂ , oĂč... Et mĂȘme nous les pentecĂŽtistes. Eh bien, rappelez-vous, le mĂ©dicament vaut pour toute la famille. Et nous les pentecĂŽtistes, c’est ce qui nous arrive. Et nous nous posons des questions.
E-40 Aujourd’hui, le monde pentecĂŽtiste en entier se disloque. Tout le systĂšme des mĂ©thodistes, des baptistes, des presbytĂ©riens, tout le–le systĂšme religieux se disloque. Nous voyons cela. Nous savons que c’est la vĂ©ritĂ©. Le monde politique de notre nation se disloque. Tout est Ă  la fin. Comme EsaĂŻe l’a dit: «C’est devenu une plaie putrĂ©fiĂ©e.» C’est juste, tout le corps est corrompu.
E-41 Quelque chose doit arriver. Et ce sera au-delà de tout systÚme élaboré par les hommes ou de tout entendement humain, ce qui aura à restaurer cela dans son état correct.
E-42 Je sais que ceci est un mauvais tableau, mais c’est la vĂ©ritĂ©. Il nous faut regarder les choses en face, telles qu’elles sont, et ça ne sert Ă  rien de mentionner n’importe quoi, ou plutĂŽt d’y mettre du vernis, mais juste dĂ©noncer et dire la vĂ©ritĂ© Ă  ce sujet. Appeler le chat par son nom. Voyez? Et nous devons regarder cela.
E-43 Et nous voyons les nations aujourd’hui. Notre–notre vie politique et nationale est pourrie jusqu’à la moelle. C’est tout plein de–de choses, ou des pourritures de la tĂ©lĂ©vision, de toutes sortes de saletĂ©s, de sales plaisanteries, de blagues, et cela devant nos jeunes gens.
E-44 Et les–les Ă©coles sont trĂšs corrompues! Oh! la la! Je viens de l’Arizona. Je–j’étais Ă  l’une des grandes Ă©coles l’autre jour et j’ai vu ces jeunes filles et ces jeunes hommes, ces jeunes gens, lĂ  sur ce campus, se vautrer lĂ . J’ai dit: «J’espĂšre n’avoir jamais Ă  envoyer l’un de mes enfants Ă  un tel endroit.»
E-45 Et une telle corruption, cependant appelĂ©e–appelĂ©e AmĂ©rique! L’une des pires choses que j’aie jamais vues, c’est le comportement des AmĂ©ricains dans–dans diverses rĂ©gions du pays. Nous parlons toujours d’un autre pays. Nous ferions mieux de balayer devant nos propres portes avant de pouvoir dire quoi que ce soit sur quelqu’un d’autre.
E-46 Et nous les pentecĂŽtistes, nous devrions balayer un peu devant nos portes aussi avant de pouvoir nous mettre Ă  crier au sujet des presbytĂ©riens et des baptistes. En effet, notre systĂšme est tout aussi corrompu et autant en dislocation que le leur. Voyez? C’est bien en ce jour oĂč nous vivons.
E-47 Et maintenant, nous aimerions nous souvenir qu’à la naissance de JĂ©sus, nous voyons qu’ils avaient ce mĂȘme genre de systĂšme. On n’était pas sincĂšre. On allait tout bonnement lĂ , et–et on devenait Juif, et on Ă©tait circoncis le huitiĂšme jour. Et, en fait, on devenait Juif.
E-48 Eh bien, c’est ce que nous avons aujourd’hui. On amĂšne les bĂ©bĂ©s Ă  l’église et on les christianise. Et–et puis, la chose suivante, vous savez, eh bien, ils deviennent membres de cette Ă©glise-lĂ . Vous leur demandez s’ils sont chrĂ©tiens: «AssurĂ©ment, je suis chrĂ©tien. Je suis AmĂ©ricain.» Et une fois, dans une ligne de priĂšre, j’ai une fois demandĂ© Ă  une demoiselle: «Etes-vous chrĂ©tienne?»
E-49 Elle a répondu: «Eh bien, je vous fais savoir que je brûle une chandelle chaque nuit.» Eh bien, comme si cela avait quelque chose à faire avec le christianisme.
E-50 Un autre a dit: «Je suis, eh bien, je suis un–je suis Untel. Je suis un presbytĂ©rien. Je suis telle autre chose.» Cela ne reprĂ©sente toujours rien.
E-51 Ce n’est pas plus que le fait pour vous de pouvoir marquer une vache. Vous pourrez–vous pourrez mettre la marque Hereford sur un charognard. Cela ne changera rien du tout. Ça ne change pas l’intĂ©rieur de la personne. Vous ĂȘtes ce que vous ĂȘtes par votre naissance, et c’est en Christ. Voyez? Nous–nous ne faisons que porter ces marques et–et autres. C’est, nous... Nous avons tout transformĂ© en un systĂšme et en un gĂąchis.
E-52 Et nous voyons que c’était comme ça lors de la Venue du Seigneur JĂ©sus. Comme je me le disais, prĂ©senter Sa vie, Sa naissance et Son ministĂšre; puis, ce soir, Sa crucifixion. Tout commence Ă  se corrompre. Ils ont annulĂ© la Parole de Dieu au profit de leurs traditions, c’est pourquoi le monde entier se disloquait. Chaque nation attendait quelqu’un ou un systĂšme qui pouvait les en faire sortir, c’est-Ă -dire les faire subsister. Ils Ă©taient tellement corrompus qu’ils savaient qu’ils ne pouvaient pas subsister Ă  l’allure oĂč ils allaient, alors–alors ils attendaient quelque chose qui pouvait les faire subsister.
E-53 Si ce n’est pas lĂ  le tableau de notre monde actuel, c’est que je ne connais pas le monde. C’est ça. C’est le tableau de notre monde actuel. Tous attendent un systĂšme ou–ou quelque chose qui nous fera subsister. C’est ça le tableau d’aujourd’hui. On attendait un systĂšme ou quelque chose qui ferait subsister cela, l’empĂȘchant de se disloquer. Ce qui s’est passĂ© jadis se passe encore aujourd’hui. Ça s’est de nouveau rĂ©pĂ©tĂ©.
E-54 Le monde religieux de l’époque attendait un Messie promis. Tous les Juifs pouvaient vous le dire, des croyants trĂšs loyaux: «AssurĂ©ment, ça fait quatre mille ans que nous attendons le Messie. Et nous croyons qu’Il–qu’Il viendra. Certainement, nous croyons cela.» Le monde politique de l’époque attendait un messie. Et toutes les autres nations, chacune d’elles, attendait un messie. Et quand le Messie est effectivement venu, ils Lui ont fait exactement ce qu’ils avaient fait les autres fois.
E-55 Du temps de NoĂ©, on attendait quelque chose qui les prĂ©serverait. Et quand Dieu leur a envoyĂ© un messager, qu’est-il arrivĂ©? Ils l’ont rejetĂ©.
E-56 Et c’est Ă  cela qu’ils s’attendent dans tous les Ăąges. C’est ainsi que ça se passe. Ils... Dieu le leur enverra. Et puis, ils vont simplement... Ils rejettent cela. Pourquoi? Ce n’est pas Ă  leur goĂ»t. Voyez? Ils–ils n’en veulent pas, tel que Dieu veut l’envoyer. Ils en veulent Ă  leur maniĂšre. Ils s’étaient reprĂ©sentĂ© cela, comment ça devait ĂȘtre, et si ça ne se passe pas comme cela, alors: «Ça ne vient pas de Dieu.» Voyez? C’est toujours comme ça.
E-57 C’est pareil aujourd’hui. Cela ne vient pas selon le goĂ»t de notre thĂ©ologie. Mais cela vient dans la puissance de la dĂ©monstration, la manifestation de la promesse de Dieu pour l’ñge. Exact. Mais cependant, comme autrefois, ils rejettent Cela. Ils avaient rejetĂ© Cela jadis. Ils ont rejetĂ© Cela aujourd’hui, parce que cela ne rencontre pas l’attente du jour, tel qu’on attend cela.
E-58 Dieu s’attend Ă  quelque chose. Dieu sait ce qui va arriver, parce qu’Il est infini, il n’y a donc rien qui va de travers. Tout va tout Ă  fait bien, parce qu’Il est infini. Et Il peut prĂ©dire la fin depuis le commencement, parce qu’Il est Dieu. Ne pensez pas que Satan va faire obstacle Ă  Dieu. Oh! non! Oh! non! Tout concourt Ă  manifester Ses attributs, c’est tout. Comment un grand Dieu infini, qui connaissait toute chose et laissait tout... Ce sont uniquement les attributs de Dieu manifestĂ©s. Et vous ne faites que manifester votre vie, de part et d’autre.
E-59 Et c’est pourquoi nos systĂšmes apparaissent, et ils peuvent tout accepter, c’est le propre du systĂšme, c’est parce qu’ils s’éloignent de la voie originelle crĂ©Ă©e par Dieu, pour qu’ils fassent cela, c’est tout. Sa façon de–d’envoyer des choses ne rĂ©pond pas parfois Ă  notre goĂ»t. Je me demande aujourd’hui si Dieu exauçait notre demande du Messie, que nous rĂ©clamons Ă  grands cris aujourd’hui, je me demande si nous n’agirions pas comme eux jadis.
E-60 Eh bien, nous nous attendons tous Ă  quelque chose. Nous le savons donc. Tout le monde s’attend Ă  quelque chose. J’écoutais cette foule. J’écoute les hommes d’affaires. Je vais chez les ministres. Je vais dans diffĂ©rentes dĂ©nominations. Tout le monde s’attend Ă  quelque chose. La nation, Ă  entendre des discours politiques, on s’attend Ă  ce que quelque chose arrive. Qu’est-ce? J’entends cela chez les hommes d’affaires chrĂ©tiens. J’entends cela dans des conventions: «Oh! un temps glorieux viendra! Un temps glorieux viendra!» Eh bien, souvenez-vous-en bien, il viendra d’une façon tout Ă  fait diffĂ©rente de ce que vous pensez. Voyez? Il ne viendra pas du tout tel que vous le pensez. Ça ne s’est jamais fait. Voyez?
E-61 Et notre monde politique actuel ainsi que notre monde religieux, c’est exactement comme lors de la PremiĂšre Venue du Messie. C’est pourri. Tout le systĂšme est pourri. Notre politique, ça ne peut pas s’empirer davantage. Et notre religion, je ne vois pas comment cela peut ĂȘtre pire que cela l’est prĂ©sentement. Tout est corrompu, notre monde politique, nos systĂšmes faits de main d’homme, et–et nos modes. Nous...
E-62 Nous voulons donc tout, tout, de telle maniĂšre que nous pouvons prendre les choses en douceur, prendre notre retraite, mener une vie facile. En principe, la vie n’a pas Ă©tĂ© destinĂ©e Ă  ĂȘtre aisĂ©e. La vie est un combat. Tout ce qui a une vie combat. Regardez les arbres, comment ils luttent. Regardez tout ce qui a une vie, c’est un combat. Quand nous essayons d’avoir une espĂšce de systĂšme qui rendra cela facile, alors nous sommes en erreur. Et nous savons que quelque chose cloche.
E-63 Je suivais aujourd’hui notre–notre tĂ©lĂ©vision, des Ă©missions, nos journaux et toutes ces choses qui se passent, tout le monde dit une plaisanterie. Cherchant Ă  avoir... L’AmĂ©ricain est constituĂ© d’un tas de rire, une espĂšce de plaisanterie, comme Ernie Ford et toutes ces vedettes de tĂ©lĂ©vision. Faire tout... Et nos cinĂ©mas sont si corrompus qu’ils ne peuvent pas l’ĂȘtre davantage. C’est tout.
E-64 Cela me rappelle un petit garçon qui traverse un cimetiĂšre en sifflotant, cherchant Ă  se convaincre qu’il n’a pas peur. Pourtant, c’est la raison pour laquelle il sifflote. Voyez? Il a peur. C’est ça le problĂšme. On cherche, le monde aujourd’hui cherche Ă  s’en dĂ©barrasser par les rires. L’AmĂ©rique, c’est la plaisanterie, et vous savez que notre numĂ©ro a Ă©tĂ© levĂ©. Elle a Ă©tĂ© pesĂ©e dans la balance et trouvĂ©e lĂ©gĂšre. Si le Dieu Tout-Puissant ne fait pas voler cette nation en Ă©clats, Il sera–Il sera obligĂ© de ressusciter Sodome et Gomorrhe et de leur prĂ©senter Ses excuses pour les avoir consumĂ©es. Exact. Nous sommes perdus. Le monde entier est condamnĂ©. Il se disloque, et il n’y a pas moyen de l’épargner. Il a pĂ©chĂ© et son jour de grĂące est passĂ©.
E-65 Nous parlons d’un rĂ©veil? Nous vivons sur les cendres d’un rĂ©veil. C’est passĂ© il y a longtemps. Et cependant, nous essayons de construire un systĂšme sur quelque chose. Oh! la la! C’est corrompu. Il nous faut recommencer... Nos programmes religieux, ils deviennent certainement une puanteur aux narines de Dieu, comme du temps d’IsraĂ«l, nos programmes mĂ©thodistes, nos programmes baptistes, nos programmes pentecĂŽtistes.
E-66 Quelqu’un m’a dit il y a longtemps... il n’y a pas longtemps: «Vous avez beaucoup condamnĂ© ces pentecĂŽtistes, pourquoi restez-vous accrochĂ© Ă  eux?» Je les aime. En voilĂ  la raison. L’amour est correctif. Si ce n’est pas le cas...
E-67 Qu’arriverait-il si un enfant se tenait ici dans la rue et–et qu’il soit lĂ  Ă  amasser de la boue en plein milieu de la rue, lĂ  oĂč passent les voitures? Diriez-vous: «Junior, sois bĂ©ni mon petit chĂ©ri. Tu ne devrais pas ĂȘtre assis lĂ . Quand tu seras prĂȘt, reviens»? Ça, ce n’est pas l’amour. Vous n’aimez pas votre enfant. Vous le saisiriez lĂ  et le retireriez de la rue d’un coup. Vous vous trouveriez un bĂąton et vous lui enseigneriez qu’il ne doit plus aller lĂ , si vous l’aimez vraiment.
E-68 Et c’est ça le problĂšme avec nos prĂ©dicateurs aujourd’hui. Ils sont lĂ . C’est un gagne-pain. C’est une affaire dĂ©nominationnelle, et ils ont peur de manipuler l’Evangile tel qu’Il devait l’ĂȘtre. Tant qu’ils en sont lĂ , vous devez apporter la vĂ©ritĂ© lĂ -dessus. Il y a quelque chose qui cloche, et nous le savons. Nous nous dĂ©battons pour le systĂšme plutĂŽt que pour le Royaume de Dieu. Et nous savons qu’il y a quelque chose qui cloche. C’est corrompu.
E-69 Je pense que c’est devenu une puanteur en notre Ă©poque pentecĂŽtiste. Nous jouons de la musique, nous sautillons dans–dans les allĂ©es, nous dansons, nous allons çà et lĂ . Des femmes aux cheveux coupĂ©s, rouge Ă  lĂšvres au visage, des choses semblables, elles courent çà et lĂ , dansent par l’Esprit avec un... on appelle cela, portant une robe assez serrĂ©e pour exposer la chair. Et nous nous attendons Ă  ce que Dieu nous rencontre dans un tel systĂšme? Il ne le fera jamais. Vous savez, Dieu ne se soumet pas Ă  vos conditions. Soit vous vous soumettez Ă  Ses conditions, soit vous ne vous y soumettez pas du tout.
E-70 Oh! nous parlons des gens qui viennent et qui reçoivent le Saint-Esprit et des choses semblables. Et j’ai... certainement, j’apprĂ©cie cela. J’apprĂ©cie certainement cela. Mais Ă©coutez ça, ce que nous avons fait, amis. Nous avons formĂ© nos dĂ©nominations sur une Ă©vidence, prenons par exemple sur le parler en langues. Je crois au parler en langues, certainement, mais tout celui qui parle en langues n’a pas le Saint-Esprit. Je suis missionnaire. J’ai vu des sorciers parler en langues et les interprĂ©ter, et en donner une interprĂ©tation exacte, puis boire du sang dans un crĂąne humain et invoquer le diable. Exact. Revenez Ă  la Parole de Dieu, c’est lĂ  votre place. Eloignez-vous de ces choses. C’est la vie qui manifeste ce qu’il y a dans un ĂȘtre humain, la Vie de Christ. Comment pouvez-vous ĂȘtre de Christ et vous accrocher Ă  ces rites? Voyez-vous donc Ă  quoi nous avons abouti?
E-71 L’Eglise pentecĂŽtiste, Ă  ses dĂ©buts, il y a de cela cinquante ans, le Saint-Esprit s’est mis Ă  descendre et les gens ont reçu le don du parler en langues, puis on a commencĂ© Ă  faire entrer tout lĂ -dedans, Ă  former la dĂ©nomination Ă  partir de ceci, cela et autre. Regardez oĂč vous en ĂȘtes aujourd’hui; c’est au point que tout est corrompu. C’est vrai. Tout le systĂšme est corrompu, et il ne fait que se disloquer avec le reste du monde. Tout doit y arriver. «Mais nous recevons un Royaume inĂ©branlable.»
E-72 Eh bien, rappelez-vous, notre politique a suivi le monde. Nos Ă©glises emboĂźtent le pas au monde. Tout est pourri de nos jours, aujourd’hui.
E-73 Alors qu’autrefois, nous... il y a longtemps, comme je peux bien m’en souvenir, quand notre ancienne Eglise baptiste lĂ , dans l’Etat du Kentucky, alors qu’on avait des femmes et des hommes Ă  l’ancienne mode assis lĂ , avec ces... Hier soir, le prĂ©dicateur, frĂšre Crow, parlait de ces femmes avec leurs bonnets. Et–et elles avaient l’habitude de, ce qu’on appelle, se sanctifier. Ou, elles allaient lĂ , criaient et–et les–les pinces Ă  cheveux tombaient de leur chevelure alors qu’elles criaient, et–et elles parcouraient ces allĂ©es en louant Dieu. Eh bien, frĂšre, ces gens avaient assez de religion pour faire honte aux pentecĂŽtistes d’aujourd’hui. Et puis, exact. C’étaient des baptistes, des mĂ©thodistes et des presbytĂ©riens. Exact.
E-74 Et puis, vous taxez les gens du Kentucky d’une–une bande d’illettrĂ©s. Laissez une mĂšre du Kentucky Ă  l’ancienne mode voir sa fille sortir dans la rue, lĂ  dans ces montagnes, en petits shorts comme ce que vous, votre grand-mĂšre et les autres, vous portez. Laissez-la revenir un matin Ă  moitiĂ© nue, chiffonnĂ©e, avec du manucure, du rouge Ă  lĂšvres ou je ne sais quoi, partout sur le visage, aprĂšs avoir passĂ© toute la nuit lĂ  avec un petit Ricky Ă  bord d’un bolide, Ă  courir çà et lĂ , et elle revient. Elle la frapperait avec l’une de ces branches du noyer au point qu’elle ne pourrait pas sortir du lit pendant six mois.
E-75 Alors, vous vous dites pentecĂŽtistes? ConsidĂ©rez le jour dans lequel nous vivons. Les prĂ©dicateurs ont trop peur de dire quelque chose Ă  ce sujet du haut de la chair, ils ont peur d’ĂȘtre chassĂ©s de leur organisation. Exact. Exact. Il nous faut revenir Ă  la Parole de Dieu. Revenir non pas Ă  une Ă©motion, Ă  un discours sur le retour Ă  la Parole, mais je veux dire que l’individu revient, coeur et Ăąme, Ă  la Parole de Dieu. Certainement. Qu’avez-vous fait? Pourquoi ont-ils peur de dire cela? Si vous vous mettez Ă  en parler, votre organisation vous chassera. C’est vrai.
E-76 Il n’y a pas longtemps, je lisais un article d’un journal que quelqu’un m’a donnĂ©, ici. C’est... cela vient de Memphis, dans le Tennessee. C’est intitulĂ© The Tony Fontane Story. Si vous voulez voir une publicitĂ© caricaturale, regardez cela dans le journal, qui est censĂ© ĂȘtre pentecĂŽtiste. Il est parrainĂ© par les AssemblĂ©es de Dieu, l’une des plus grandes organisations pentecĂŽtistes. Jetez-y un coup d’oeil. Je vais le laisser ici, une JĂ©zabel aux cheveux coupĂ©s et un Français lĂ . Vous appelez ça une conversion? Eh bien, c’est de l’émotion. Il n’y a rien lĂ  qui va dans le sens de la conversion. Le–l’Esprit de Dieu purifiera complĂštement un homme ou une femme et les rendra diffĂ©rents de ce qu’ils Ă©taient. Exact. Mais qu’avons-nous eu? Nous avons fait entrer Hollywood dans la PentecĂŽte. Qu’est-ce? C’est Ă  cause de leurs programmes pĂ©dagogiques et tout.
E-77 C’est pourquoi nous ne pouvons pas avoir un rĂ©veil. C’est pourquoi rien ne peut aller de l’avant. C’est pourquoi nous allons de l’avant; en effet, il vous faut revenir Ă  cette Parole une fois de plus, mon frĂšre. Exact.
E-78 Une chose pitoyable comme celle-lĂ  sous les auspices du mouvement pentecĂŽtiste! Vous ne pouvez pas dire que c’est Dieu qui a parrainĂ© pareille chose. Certainement pas. Mais qu’est-ce? C’est quelque chose qui a de l’éclat. Vous avez trop regardĂ© la tĂ©lĂ©vision. Vous avez trop imitĂ© le monde. C’est pourquoi tout est corrompu, pourri et se disloque. Exact. Cela pue aux narines de Dieu.
E-79 Peu m’importe combien vous parlez en langues, combien vous criez et vous courez çà et lĂ  dans la salle; peu m’importe combien vous faites ceci ou combien grand vous ĂȘtes devenus, combien de dignitaires vous avez au milieu de vous, cela n’a rien Ă  faire avec la chose. Vous devez vous en dĂ©barrasser et recevoir le Saint-Esprit parmi vous, cela vous purifiera et fera de vous une vĂ©ritable Eglise. VoilĂ  la chose. C’est l’exacte VĂ©ritĂ©. Nous...
E-80 Ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est d’un prophĂšte du Seigneur qui entre en scĂšne avec la Parole de Dieu, qui ne fait pas de compromis avec les choses du monde. [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] C’est l’unique espoir qu’il y a pour–pour une–une vie Ă  venir, quelqu’un qui peut manipuler l’Evangile, non pas avec des gants ecclĂ©siastiques en velours, croire tant et rejeter tant. Oh!
E-81 Et de par nos divergences dĂ©nominationnelles, nous avons aujourd’hui formĂ© environ neuf cents diffĂ©rentes organisations. Il est permis Ă  nos diacres d’avoir deux ou trois femmes et de continuer Ă  servir comme diacres. Parfois, un prĂ©dicateur quittera une Ă©glise pour aller Ă  une autre, parce qu’il y a plus d’argent Ă  telle plutĂŽt qu’à l’autre, une grande foule Ă  un endroit, une meilleure Ă©glise et tout; pour avoir des chouchous et des marionnettes. Et, oh! la la!
E-82 Nous avons besoin des hommes appelés de Dieu, rugueux, venus du désert là, avec un Message comme Celui de Jean-Baptiste, qui écorchera la chair de certains de ces mouvements soi-disant religieux.
E-83 C’est un pĂ©chĂ©. Cela–cela attriste le Saint-Esprit. Parfois, dans les visions que le Seigneur donne... Eh bien, je ne voudrais pas aborder cela maintenant. Voyez? L’autre jour, il m’a Ă©tĂ© demandĂ©... Non, je vais simplement... Je vais gard... Excusez-moi.
E-84 Maintenant, revenons au message sur la dislocation. Les choses qui se passent, les choses qui ne devraient pas ĂȘtre–qui ne devraient pas ĂȘtre Ă©tranges Ă  l’église, pourtant, elles le sont. Parlez-leur de cela, ils ne veulent pas le croire. Quand NoĂ© parlait, les gens ne croyaient pas cela. Quand MoĂŻse parlait, ils ne croyaient pas cela. Quand les prophĂštes parlaient, ils ne croyaient pas cela. Certainement. Ils avaient Ă©laborĂ© leurs propres systĂšmes. Oui, oui.
E-85 La magnifique vertu, oh! la la! de notre–de notre maternitĂ©, la vertu de nos femmes pentecĂŽtistes, a courbĂ© l’échine devant l’autel de la dĂ©esse de Hollywood. Et ce que nous appelions vertu, nous l’appelons mode. C’est une disgrĂące.
E-86 Quelqu’un m’a dit, il n’y a pas longtemps, il a dit: «FrĂšre Branham, ne voudriez-vous pas laisser ces femmes tranquilles au sujet de couper leurs cheveux, de porter des shorts et autres? Ne le voudriez-vous pas? Ne le voudriez-vous pas?» Il a dit: «Les gens vous considĂšrent comme un voyant du Seigneur. Ne voudriez-vous pas leur dire comment avoir des visions?»
E-87 J’ai dit: «Comment puis-je leur enseigner l’algĂšbre alors qu’ils ne connaissent mĂȘme pas leur ABC?» Et plus vous prĂȘchez, pires ils deviennent. Alors, vous voyez, tout le systĂšme est pourri et se disloque. C’est tout.
E-88 Dieu ne sauvera pas le monde par une organisation ou un systĂšme. Il le sauvera par le Saint-Esprit. Et le Saint-Esprit est la Parole rendue manifeste. Ce sont les promesses de Dieu rendues manifestes. Oui, oui. Nous avons adoptĂ© nos traditions et nous avons rendu la Parole de Dieu sans effet, juste comme eux l’avaient fait du temps de JĂ©sus. Oh! Oui, oui!
E-89 Dieu a promis de satisfaire nos besoins, pas nos dĂ©sirs. Nous avons toujours un dĂ©sir quelconque, mais nous voulons cela Ă  notre propre maniĂšre. Vous direz: «Eh bien, je–je veux ça. Je... Oui. Eh bien, Seigneur, envoie-nous telle chose, envoie-nous telle autre.» Dieu connaĂźt nos besoins. C’est tout Ă  fait vrai. Il connaĂźt nos besoins.
E-90 Qu’arriverait-il si votre petit garçon, vous voyant vous raser avec–avec votre rasoir tranchant, vous disait: «Papa, je veux cette lame de rasoir»? Vous ĂȘtes mieux avisĂ© que ça pour donner cette lame de rasoir Ă  cet enfant. Eh bien, qu’arriverait-il s’il disait: «Papa, je vous ai vu vous raser»? Eh bien, c’est autre chose. Vous ĂȘtes un adulte. Vous savez comment utiliser cette lame de rasoir. Vous ĂȘtes un adulte. Vous–vous–vous ĂȘtes devenu trĂšs intelligent, pour savoir comment vous servir de la lame de rasoir.
E-91 Et alors, nous constatons souvent que quand les pentecĂŽtistes voient quelqu’un parler en langues ou faire quelque chose dans un service de guĂ©rison, alors, tout notre systĂšme se corrompt avec un tas d’imitations charnelles qui se passent. Ils voient les autres faire cela, mais peut-ĂȘtre que Dieu ne vous a pas appelĂ© Ă  faire pareille chose. Et qu’est-ce que ça fait? Cela suscite des imitations charnelles, ce qui jette l’opprobre sur la cause mĂȘme que Dieu a envoyĂ©e. Qu’est-ce que ça fait? Les systĂšmes.
E-92 Si les AssemblĂ©es de Dieu ont un homme qui fait quelque chose lĂ , et que Dieu est avec cet homme, preuve Ă  l’appui, nous voyons cela comme ça, alors, les autres groupes doivent aussi en avoir un.
E-93 ConsidĂ©rez le petit mouvement d’il n’y a pas longtemps, quand le systĂšme du petit David a commencĂ©. Voyez? Chaque Ă©glise devait avoir un petit David, des petites filles prĂ©dicateurs, des petits garçons prĂ©dicateurs. Et c’était quoi? Faites la comparaison, la comparaison cherchant Ă  imiter. C’est ce qui nous a plongĂ©s dans le gĂąchis oĂč nous sommes aujourd’hui. C’est exact.
E-94 Qu’est-ce qui a fait que vous, les AssemblĂ©es de Dieu, vous ĂȘtes redevenues une organisation alors que c’était de ce systĂšme mĂȘme que Dieu vous avait fait sortir? Vous avez cherchĂ© Ă  vous comparer aux mĂ©thodistes et aux baptistes. Qu’est-ce qui a fait de vous les unitaires, avec votre «nouvelle question», qu’est-ce qui a fait que vous deveniez une organisation, la mĂȘme chose dont Il vous avait fait sortir? C’est la mĂȘme chose. Vous continuez tout bonnement Ă  faire cela, Ă  plusieurs reprises, sans cesse. Ne pouvez-vous pas voir que ça ne vient pas de Dieu? Tout est pourri et faux. Dieu ne vous appelle pas par votre marque dĂ©nominationnelle. Il vous appelle par votre naissance. Certainement. C’est par cela que Dieu vous appelle.
E-95 Dieu connaüt nos besoins, et nous devons accepter Cela tel qu’Il le fait. Non pas selon nos traditions, nous ne pouvons simplement pas recevoir cela comme ça, parce que Dieu ne recevra pas cela. Dieu n’aura rien à faire avec cela.
E-96 Nous–nous voyons les autres. Vous direz: «Voyez, quelqu’un, je... FrĂšre Branham, je vois quelqu’un qui peut faire telle chose et telle chose. Gloire Ă  Dieu, Seigneur!» Oh! la la! S’Il a fait cela, Il le fera. S’Il vous a appelĂ© comme tel, vous n’aurez pas Ă  en parler Ă  quelqu’un d’autre. Cela se manifestera. C’est tout Ă  fait vrai. Mais nous voulons ressembler aux voisins, nous retrouver dans un systĂšme comme nous le sommes maintenant.
E-97 Eh bien–eh bien, nous voyons, suivant la politique de notre dĂ©nomination, et nous avons acceptĂ© la politique, nous avons laissĂ© la politique conduire nos prĂ©dicateurs, la politique religieuse conduire nos prĂ©dicateurs, au lieu que ça soit le Saint-Esprit qui les conduit. C’est vrai. Un homme voit la VĂ©ritĂ©, qu’il croit; il ne peut pas Y adhĂ©rer, son Ă©glise le mettrait immĂ©diatement dehors. Voyez? Alors, vous voyez, vous laissez un homme vous conduire au lieu que ce soit Dieu, Ă  cause de vos dogmes, de vos credos et autres; c’en empĂȘche l’homme. Comment un mĂ©thodiste peut-il donc venir et–et prĂȘcher le baptĂȘme du Saint-Esprit? Vous les mĂ©thodistes ici, vous les prĂ©dicateurs mĂ©thodistes, comment pouvez-vous donc faire cela? Comment vous, les presbytĂ©riens, pouvez-vous donc faire cela et rester dans votre Ă©glise? On vous mettra dehors. Vous le savez. Certainement qu’ils le feront. Et vous les pentecĂŽtistes, tout aussi mauvais. C’est exact. Tant que c’est un systĂšme, c’est un systĂšme. Tout le systĂšme est corrompu. Et Ă©loignez-vous de cette histoire, c’est exactement ce qu’il nous faut faire avant que cela revienne donc.
E-98 Vous pourrez ne pas croire cela, mais cela est enregistrĂ©. Ecoutez Cela, d’ici quelques annĂ©es, si on y arrive, et vous saurez si C’est la vĂ©ritĂ© ou pas. Un jour, quand les LumiĂšres du soir vont s’éteindre, il sera alors trop tard. Vous direz: «Eh bien, peut-ĂȘtre que cet homme avait raison.» Mais il sera alors trop tard.
E-99 C’est exactement ce que JĂ©sus avait dit lorsqu’Il Ă©tait venu sur terre. Il a dit que Dieu avait envoyĂ© ces prophĂštes au cours de l’ñge, chaque fois que leur–leur systĂšme mondial se disloquait, leur systĂšme religieux. Il a dit: «Qu’avez-vous fait de lui? Dieu envoyait un prophĂšte et vous l’ensevelissiez dans une tombe. Exact. Et puis, une autre gĂ©nĂ©ration aprĂšs, vous vous rĂ©veillez et vous vous rendez compte que c’était un prophĂšte. Et alors, que faites-vous? Vous ornez la tombe.» Que faites-vous? Vous faites de sa vie une tradition. C’est exactement ce qu’IsraĂ«l avait fait, il a pris le prophĂšte MoĂŻse et a fait de sa vie une tradition.
E-100 Et c’est ce que nous faisons. Martin Luther, John Wesley et les autres hommes. Nous regardons toujours en arriĂšre, voyez, pour voir ces choses. Et vous faites de leur vie une tradition, ornant leurs tombes. Mais leur message Ă©tait pour un autre jour. Au moment oĂč vous vous rĂ©veillez, eh bien, ce jour-lĂ  est dĂ©jĂ  passĂ©. Nous sommes dans un autre jour. C’est ainsi que tous les systĂšmes ont Ă©voluĂ©, depuis le commencement, les systĂšmes Ă©laborĂ©s par les hommes. Certainement.
E-101 JĂ©sus, quand Il est venu sur la terre, Il est venu, Il a trouvĂ© l’église et le monde dans la mĂȘme condition qu’aujourd’hui. Je crois qu’Il revient. Tout Ă  fait. Je le crois. Il n’y a qu’une seule chose qui peut Ă©pargner cela, c’est la Venue du Seigneur. Rien ne peut faire cela. Quoi que ce soit. Ce n’est pas nous les mĂ©thodistes qui le ferons, ni nous les pentecĂŽtistes; nous ne le ferons pas. C’est Dieu qui le fera en envoyant JĂ©sus-Christ. Je crois qu’Il viendra exactement selon les Ecritures. Il viendra. Oui, oui.
E-102 Tout est devenu une–une dĂ©nomination religieuse, conduite par une dĂ©nomination plutĂŽt que par le Saint-Esprit. Nos systĂšmes pĂ©dagogiques et nos dĂ©nominations nous ont conduits de diverses maniĂšres et «ayant les apparences de la piĂ©tĂ©, mais reniant ce qui en fait la force», exactement ce que les Ecritures avaient annoncĂ© que nous ferions. Le prophĂšte a dit dans 2 TimothĂ©e 3: «Il viendra un temps oĂč les hommes seront emportĂ©s, enflĂ©s d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu; dĂ©loyaux, calomniateurs, intempĂ©rants, ennemis de gens de bien, traĂźtres, emportĂ©s et enflĂ©s d’orgueil.» Vous direz: «LĂ , ce sont les communistes.»
E-103 Ce sont les soi-disant chrĂ©tiens. La Bible dit: «Ayant l’apparence de la piĂ©tĂ©, mais reniant ce qui en fait la force. Eloigne-toi de ces hommes-lĂ .» Car il en est parmi eux qui s’introduisent dans des maisons et qui captivent des femmes d’un esprit faible et bornĂ©, agitĂ©es par des passions de toute espĂšce, apprenant toujours et ne pouvant jamais arriver Ă  la connaissance de la vĂ©ritĂ©. Mais de mĂȘme que JannĂšs et JambrĂšs...»
E-104 Rappelez-vous, ils ont exactement agi de mĂȘme. Ils Ă©taient–ils Ă©taient des imitateurs. Cette chose a atteint le milieu pentecĂŽtiste autant que les autres. Des imitateurs! Quand MoĂŻse a jetĂ© sa verge, JannĂšs et JambrĂšs ont jetĂ© la leur. Quand MoĂŻse faisait venir des choses, eux aussi faisaient venir des choses. L’imitation charnelle! Comment allez-vous vous en sortir? Ce ne sont pas des mĂ©thodistes, des baptistes, des presbytĂ©riens. Ce sont des pentecĂŽtistes. En effet, ils ne... mĂȘme... ils n’atteignent mĂȘme pas les bords, pas du tout, lĂ , les autres. Voyez? Le prophĂšte a dit que cela arriverait. Comment allez-vous empĂȘcher cela d’arriver? C’est la Bible qui le dit. Aucune Parole de Dieu ne faillira, jamais. C’est la Parole de Dieu, nous recevons donc Cela. Nous voyons Cela devant nous. RĂ©veillez-vous, peuple, avant qu’il soit trop tard.
E-105 Comptez-vous sur un quelconque systĂšme, une quelconque sensation, un quelconque isme? Soyez avec Dieu, et Dieu seul. Soyez lĂ  jusqu’à ce que votre vie soit changĂ©e et que vous deveniez une nouvelle crĂ©ature en Christ. Dieu s’occupera du reste, s’Il veut que vous fassiez quelque chose. Lui, comme vous serez en bons termes avec Lui, alors, Il vous le dira. Ne cherchez pas Ă  imiter cela, Ă  faire cela comme les autres. Que l’un ait vu une lumiĂšre, et un autre ait Ă©tĂ© secouĂ©, et un autre ait fait autre chose, ne faites pas cas de cela.
E-106 Vingt-cinq personnes se sont tenu la main hier soir pour recevoir le Saint-Esprit. Je me demande combien... S’il y a un ardent dĂ©sir lĂ , on frappe au coeur. Chacun de vous devrait recevoir le Saint-Esprit lĂ  mĂȘme oĂč vous Ă©tiez assis, avec une telle faim. Dieu est plus disposĂ© Ă  vous Le donner que vous ne l’ĂȘtes Ă  Le recevoir. Vous n’épuiserez jamais la bĂ©nĂ©diction de Dieu. Vous n’épuiserez jamais la bontĂ© de Dieu. Vous ne pouvez jamais y parvenir.
E-107 Pouvez-vous vous reprĂ©senter un petit poisson, long d’un demi pouce [1,27 cm] en plein milieu d’une mer, dire: «Je ferais mieux de boire modĂ©rĂ©ment parce que je risque d’épuiser cela un jour»? Pouvez-vous vous reprĂ©senter une souris dans les grands greniers d’Egypte, dire: «Je mangerai un grain par jour et je me rationnerai parce que je risque d’en manquer avant la prochaine rĂ©colte»? Eh bien, ça serait ridicule.
E-108 Et il est plus ridicule de penser que vous pourrez Ă©puiser la grĂące de JĂ©sus-Christ, Sa puissance et Son dĂ©sir. Il a Ă©crit cela dans la Parole. Il vous l’a promis. Et nous sommes ici, ce matin, regardant la chose en face.
E-109 Mais quand vous voyez les bĂ©nĂ©dictions de Dieu cherchant Ă  atteindre Son peuple, et de voir ceux-ci pervertir tout cela tel que ça l’est, Il ne peut pas venir dans un tel gĂąchis pour apporter Sa Parole. Il ne le fera pas. C’est tout. Le–le vase doit ĂȘtre nettoyĂ©. Quand nous venons chez les pentecĂŽtistes, nous voyons des femmes aux cheveux coupĂ©s. Savez-vous que ce n’est mĂȘme pas dĂ©cent pour une femme de prier avec les cheveux coupĂ©s? Qu’est-il arrivĂ©? Votre mĂšre n’aurait pas fait cela, pas du tout. Qu’est-il arrivĂ©?
E-110 Vous avez mis un Ricky derriĂšre la chaire. Vous avez quelque chose d’un peu instruit qui est sorti de l’école biblique, laquelle l’a Ă©loignĂ© de Dieu plutĂŽt que de l’approcher de Lui. Vous vous achoppez Ă  la simplicitĂ© de Dieu. Exact. Que faites-vous? DĂšs que vous obtenez un doctorat, ça montre Ă  quel point vous ĂȘtes Ă©loignĂ© de Dieu. DĂšs que vous dĂ©crochez un doctorat en philosophie, un doctorat en droit, une licence en lettres, vous ne faites que vous Ă©loigner d’autant de Dieu. Le systĂšme pĂ©dagogique vous Ă©loigne de Dieu.
E-111 L’instruction est une conception du diable. La sagesse du monde a Ă©tĂ© une conception du diable, depuis le commencement, pour Ève. Et au cours de l’ñge, on a essayĂ© de substituer la simple foi, qui consiste Ă  croire dans la Parole de Dieu. Si Ève avait seulement cru la Parole de Dieu plutĂŽt que de chercher Ă  avoir plus de sagesse! Elle a acquis son expĂ©rience de sĂ©minaire lĂ , alors elle a brisĂ© les barriĂšres, et elle a obtenu... elle s’est Ă©loignĂ©e de Dieu. C’est ce que font nos sĂ©minaires thĂ©ologiques et autres. On adopte la tradition de la–de la chose qui se trouve derriĂšre cela.
E-112 Dieu est simple. Il est si simple qu’Il passe par-dessus la tĂȘte des gens. Oh! dans quel jour nous vivons! Il nous faut donc retourner Ă  Dieu.
E-113 Hein! Acceptez: «Nous pensons...» Ouais. Et Dieu doit nous accepter d’aprĂšs cette tradition? Il n’acceptera certainement pas cela. Il n’a jamais fait cela. Dieu n’a jamais fait cela. Je voudrais qu’un historien me reprenne si ce n’est pas cela, qu’il me dise oĂč c’est.
E-114 Un homme envoyĂ© sur la terre avec un Message de la part de Dieu, et puis, aussitĂŽt qu’il L’a apportĂ©, il s’est entourĂ© d’un groupe d’hommes et il a formĂ© une organisation. Et cette organisation est retournĂ©e Ă  la case du dĂ©part. Elle ne s’est plus relevĂ©e. Dieu la relĂ©guait au rancard. Comme le petit prĂ©dicateur l’a dit hier: «C’est devenu du nombre, pas l’Esprit.» Est-ce que les presbytĂ©riens se sont relevĂ©s? Est-ce que les catholiques se sont relevĂ©s du Concile de NicĂ©e?
E-115 La premiĂšre Eglise pentecĂŽtiste, c’était à–c’était Ă  la PentecĂŽte. Ou plutĂŽt, je veux dire, l’Eglise n’a jamais commencĂ© Ă  Rome, Ă  vous les catholiques. J’aimerais que quelqu’un me montre oĂč l’Eglise ait jamais commencĂ© Ă  Rome. L’organisation a commencĂ© Ă  Rome. C’est ce qui a tuĂ© l’Eglise. Mais l’Eglise a commencĂ© Ă  JĂ©rusalem, pas Ă  NicĂ©e. Voyez? Certainement.
E-116 OĂč avons-nous commencĂ©? Voyez? Vous prenez... Dieu peut envoyer un homme avec un Message, ce dernier va s’emballer avec la popularitĂ© pour diverses choses, il s’enflera et il formera une organisation. Et Dieu relĂ©guera cela au rancard comme Il l’a fait pour l’Eglise catholique, et nous sommes tous lĂ -bas; c’est en fait la mĂšre de tous. Et aujourd’hui, notre systĂšme se disloque.
E-117 Oh! en quel temps nous vivons! «Ouais, rejeter Son Message, rejeter Ses promesses, rejeter ceux qui sont envoyĂ©s avec la VĂ©ritĂ©. Nous voulons que Dieu agisse de mĂȘme de nos jours, exactement comme Il–Il avait agi Ă  l’époque. Nous rĂ©clamons cela, mais aprĂšs, nous trouvons que nous sommes tout polluĂ©s, tout est politique, les dĂ©nominations sont toutes polluĂ©es avec la corruption des thĂšmes Ă©laborĂ©s par des hommes. J’ai tout un tas d’histoires ici par Ă©crit que je ne devrais pas lire. Je crois que je laisserai simplement cela de cĂŽtĂ©.
E-118 Ecoutez donc, retournez Ă  la VĂ©ritĂ© de la Parole. Dieu vit seul. Dieu veut que Son peuple vive seul avec Lui. Ils ne se rattacheront pas Ă  quelque chose, Ă  des sensations, Ă  la tradition. Il veut des enfants obĂ©issant Ă  Sa Parole. Il peut placer Sa Parole lĂ -dedans. Dieu a dit, JĂ©sus a dit: «Si vous demeurez en Moi, et que Mes Paroles demeurent en vous, alors, demandez ce que vous voudrez.» C’est soit la vĂ©ritĂ©, soit ce n’est pas la vĂ©ritĂ©. Si c’est la vĂ©ritĂ©, cela marchera.
E-119 Eh bien, voulez-vous dĂ©couvrir le secret, la puissance pour avoir des visions et autres? C’est revenir Ă  la Parole. C’est la Parole de Dieu. JĂ©sus Ă©tait la Parole. Il Ă©tait la manifestation de Dieu. Dieu Ă©tait en Christ, rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme. Et Il Ă©tait la Parole: «Au commencement Ă©tait la Parole. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair.»
E-120 Et la Parole veut devenir notre chair. Mais quand nous sommes tout emballĂ©s dans toute sorte de sottises, de traditions et qu’on nous permet de vivre comme le monde, et des choses semblables, et puis, nous attendre Ă  ce que Dieu fasse cela? Eh bien, certainement qu’Il ne le fera pas, peu m’importe combien de choses nous imitons.
E-121 On en est au point oĂč, frĂšre, quelque chose est sur le point d’arriver. Je n’aimerais pas vous blesser. J’aimerais vous bĂ©nir. Ecoutez. Un de ces jours, l’EnlĂšvement aura eu lieu, et l’Epouse sera partie, et vous n’en aurez rien su. Ils ne connaĂźtront mĂȘme pas une parole Ă  ce sujet.
E-122 Tout le monde accepte, disant: «Oh! un de ces jours, JĂ©sus viendra des les cieux et dira: ‘Venez, vous tous les pentecĂŽtistes, ou vous tous les baptistes’», et nos conceptions traditionnelles lĂ -dessus. Ça ne se fera pas comme ça.
E-123 Voici mon avis. Un jour, quand JĂ©sus avait... Il avait Ă©tĂ© prophĂ©tisĂ© que JĂ©sus viendrait sur terre. Et Il est venu, Il a vĂ©cu, Il est mort, personne n’en a rien su; Ă  peine. MĂȘme pas un pour cent des Juifs n’a jamais su qu’Il avait Ă©tĂ© sur terre. Environ un pour cent du monde avait su qu’Il avait Ă©tĂ© lĂ .
E-124 Jean-Baptiste; depuis EsaĂŻe, depuis Malachie, eh bien, quand ils avaient prophĂ©tisĂ© Ă  son sujet, disant: «Toutes les montagnes, les lieux Ă©levĂ©s, seront aplanis. Toutes les vallĂ©es seront relevĂ©es. Et, oh! comment les bĂ©liers... les–les feuilles frapperont les mains, et les montagnes sauteront comme les petits bĂ©liers», toutes ces choses. Eh bien, ces traditionalistes s’étaient reprĂ©sentĂ© tout cela d’une certaine maniĂšre. Et Jean est venu, il a prĂȘchĂ© exactement comme il avait Ă©tĂ© dit, et mĂȘme les disciples n’avaient pas reconnu cela.
E-125 Un jour, ils sont venus auprĂšs de JĂ©sus. Il leur a dit: «Le Fils de l’homme va monter Ă  JĂ©rusalem.»
E-126 Il a dit: «Eh bien, pourquoi donc les Ecritures disent, les scribes Ă©crivent et nous disent qu’avant que ces choses arrivent, Elie doit venir?»
E-127 Il a dit: «Il est dĂ©jĂ  venu, et vous ne l’avez pas reconnu.» Et alors, Il leur a dit que c’était Jean. Mais Il a dit: «Il a fait exactement ce que les Ecritures avaient dit qu’il ferait, et ils lui ont fait ce que les Ecritures avaient annoncĂ©.» Voyez?
E-128 Un de ces jours, vous allez vous poser des questions aprĂšs que l’EnlĂšvement aura eu lieu. Rappelez-vous, il y a environ cinq, huit cents personnes qu’on ne retrouve pas chaque jour sur la terre, et on ne s’en rend pas compte. Et Il a dit: «Ce qui arriva du temps de NoĂ© arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme, lĂ , huit Ăąmes furent sauvĂ©es.»
E-129 Un de ces jours, le jugement frappera le monde, frappera la nation, frappera l’église, et la purifiera pour le grand MillĂ©nium Ă  venir. Et alors, vous direz: «Eh bien, pourquoi est-il dit que l’EnlĂšvement aura d’abord lieu avant que ces choses arrivent?»
E-130 Il dira: «Il a dĂ©jĂ  eu lieu et vous ne l’avez pas su.» Ouais. Quelqu’un sera en route vers l’église; une petite dame ira en visite quelque part; et ils seront partis. Vous ne saurez pas quand cela arrivera. Cela est passĂ©. Ça, c’est comme ça que ça s’est toujours passĂ©. Il en sera encore de mĂȘme.
E-131 RĂ©veillez-vous, pentecĂŽtistes. Secouez votre conscience. Comprenez l’heure dans laquelle nous vivons. Celle-ci est une heure grave. Vous, la façon dont vous laissez votre peuple agir et se comporter, et–et des choses. Autrefois, on en avait honte. Oh! c’était une disgrĂące pour un chrĂ©tien que d’aller au cinĂ©ma. Ils ne devraient pas faire cela, pas du tout. Le diable en a imposĂ© un chez vous. Il vous a collĂ© une tĂ©lĂ©vision en plein dans votre maison et vous a apportĂ© le cinĂ©ma, toutes sortes de corruptions, tout le reste, et vous permettez cela.
E-132 Regardez nos Ă©coles. Regardez notre... Ici, les petites filles dans des rues, exposĂ©es dans toutes sortes d’habits immoraux. Et–et ici, dans la ville de Chicago, tous les trente jours, chaque–chaque mois, il y a trente mille cas d’avortement enregistrĂ©s, juste pour ce seul cas.
E-133 Combien de pĂ©chĂ©s ont Ă©tĂ© commis dans cette ville hier soir? N’était-ce pas mieux lorsque le coyote hurlait ici dans le dĂ©sert et que Dieu baissait son regard dessus, quand le vieux Hopi ou Navajo parcourait ici sur son treillis? Regardez donc cette souillure, c’est... et–et des traditions et la politique. Et ça, c’est un gĂąchis saignant, puant aux narines de Dieu. Il va... C’est corrompu devant Lui.
E-134 Il fera voler cela en Ă©clats un de ces jours. Il fera voler la terre en Ă©clats, puis elle sera renouvelĂ©e avec l’éruption volcanique. Il y aura alors un MillĂ©nium, lĂ  oĂč les justes marcheront sur les cendres des mĂ©chants, selon Malachie.
E-135 Donc, rappelez-vous, avant–avant que cela arrive, cependant, quelque chose va se passer. Nous recevons une secousse de la part d’un messager avant que cela arrive, trùs bien, eh bien, notre Message pour notre jour. Observez donc.
E-136 Nous voyons, Ă  la Venue du Seigneur JĂ©sus, et quand Il Ă©tait venu en Son jour. Remarquez, en Son jour, quand Il Ă©tait venu.
E-137 Eh bien, nous voyons que Rome attendait un grand gĂ©nie militaire, un messie, qui pouvait venir effacer la GrĂšce de la surface de la terre, et les autres. Et–et il veut... Ils avaient une supercherie. Il avait quelque chose qu’il pouvait faire pour que tous les autres aient honte d’eux-mĂȘmes. Ils voulaient un gĂ©nie militaire. C’est ce qu’ils voulaient.
E-138 Que voulait IsraĂ«l? Un messie. Ils voulaient un messie, un gĂ©nĂ©ral. Il voulait la venue d’un gĂ©nĂ©ral qui bouterait tous les Romains hors des frontiĂšres Ă  coups de pied et instaurerait un Royaume Ă  JĂ©rusalem. Dieu connaissait leurs besoins. Que leur a-t-Il donnĂ©? Un Enfant; un Enfant, un Sauveur. Il leur a donnĂ© un Sauveur. Ils pensaient ĂȘtre sauvĂ©s, mais Il leur a donnĂ© un Sauveur.
E-139 Et c’est ce qui se passe aujourd’hui. S’Il nous envoyait quelque chose, ça serait un Sauveur, alors que nous pensons ĂȘtre sauvĂ©s. Il savait ce dont ils avaient besoin. Aujourd’hui, considĂ©rez notre politique, combien c’est pourri, c’est pareil. Qu’arriverait-il si–qu’arriverait-il si Dieu considĂ©rait ce jour-ci?
E-140 ConsidĂ©rez la Russie. La Russie rĂ©clame un messie. Ils veulent quelqu’un, un–un gĂ©nie scientifique, qui peut les amener Ă  la lune avant que les Etats-Unis d’AmĂ©rique aient commencĂ©. Certainement. Toutes les autres nations attendent cela. Ils veulent un gĂ©nie scientifique qui les amĂšnera Ă  la lune, qui peut inventer une espĂšce de bombe qui balayera tout, qui neutralisera nos bombes Ă  hydrogĂšne et les arrĂȘtera, et qui peut prendre leurs propres bombes et les faire pleuvoir sur tout le monde avant que n’importe qui ne commence; et alors, ils auront le contrĂŽle du monde entier. C’est ce genre de messie que la Russie attend.
E-141 Il y a mille neuf cents ans, le vĂ©ritable Messie a Ă©tĂ© crucifiĂ©. Il a promis de revenir. Il a promis que le Saint-Esprit fera briller Sa lumiĂšre une fois de plus dans les derniers jours. Je me demande, s’Il venait, si nous serions exactement comme les Juifs en ce jour-lĂ . Si nous attendons, quel genre de messie l’église attend-elle?
E-142 Les baptistes attendent quelque chose d’un peu plus grand que Billy Graham, qui peut prendre tous les mĂ©thodistes, les presbytĂ©riens et–et tous les pentecĂŽtistes et dire: «Taisez-vous, vous tous. Je vais faire de vous tous une seule organisation.»
E-143 Qu’attendent les pentecĂŽtistes? Ils attendent qu’il soit suscitĂ© un gĂ©nie, qui peut faire d’eux tous des AssemblĂ©es. Et les–et les unitaires attendent un unitaire qui peut faire de tous des unitaires. L’Eglise de Dieu en attend un qui fera de tous l’Eglise de Dieu.
E-144 Que faites-vous? Vous organisez des instituts bibliques et vous instruisez ces gens; vous Ă©loignez de Lui les uns (ceux que Dieu aurait envoyĂ©s) plus qu’ils ne l’étaient au commencement. Je sais que vous n’ĂȘtes pas d’accord avec moi lĂ -dessus, beaucoup parmi vous. Mais tout ce que...
E-145 Ma mĂšre nous disait, quand nous Ă©tions de petits enfants, nous avions grandi trĂšs pauvres; elle faisait bouillir des peaux et–et obtenait de la graisse pour nous cuire du pain de maĂŻs. Et chaque samedi soir, nous prenions une dose d’huile de ricin. Nous–nous, notre... Nous avions pratiquement la pellagre, nous mangions la mĂȘme chose, des lĂ©gumes verts et autres. Et maman... Je dĂ©testais cette histoire. Je la dĂ©teste encore aujourd’hui, quand il m’arrive de la prendre. Je me pinçais le nez et je disais: «Maman, je ne peux pas prendre cela. Ça me bĂąillonne. Ça me donne la nausĂ©e.»
E-146 Elle disait: «Tout ce qui ne te rend pas malade ne te fera pas du bien.»
E-147 C’est ça le problĂšme de l’Eglise pentecĂŽtiste aujourd’hui. Vous ne voulez pas Ă©couter quelque chose qui va–qui va vous faire du bien. Ça fera du mal Ă  votre–votre gastronomie thĂ©ologique, mais ça vous fera du bien. Cela vous arrangera, ça vous ramĂšnera Ă  la Parole de Dieu, ça vous ramĂšnera Ă  la foi qui a Ă©tĂ© une fois pour toutes transmise aux saints et vous dĂ©barrassera de tous ces instituts bibliques, de ce sĂ©minaire thĂ©ologique et de l’octroi aux ministres de toutes sortes de doctorats. Dieu n’a jamais donnĂ© une poignĂ©e de pommes aigres comme cela. Il veut que les hommes aient la foi, qu’ils croient ce qui est dĂ©jĂ  Ă©crit. Vous n’avez pas Ă  accumuler autre chose.
E-148 Je sais que c’est dur. Je ne suis pas ici pour vous dorloter, vous faire rire, vous faire crier. Je suis ici pour vous dire la VĂ©ritĂ© selon Dieu. Et vous verrez, un jour, si vous ne croyez pas Cela maintenant. Il arrivera un jour oĂč vous direz: «C’était vrai.» Exact. Vous devez revenir.
E-149 Tout est dans cet Ă©tat. Rien ne reste Ă  venir, Ă  part la Venue du Seigneur JĂ©sus. Et Il ne viendra pas pour les AssemblĂ©es de Dieu. Il ne viendra pas pour les baptistes. Il viendra pour chaque individu. C’est exact.
E-150 [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Aussitît que cette Lumiùre frappe cette Semence [Frùre Branham claque son doigt une fois.], Cela a reçu la Vie comme ça.
E-151 Regardez ces thĂ©ologiens qui se tenaient lĂ , quand ils L’ont vu discerner les pensĂ©es de coeur de gens. Ils avaient vu beaucoup d’imitations charnelles auparavant, alors ils ont dit: «Cet homme est BĂ©elzĂ©bul, un diseur de bonne aventure.» C’étaient des thĂ©ologiens.
E-152 JĂ©sus a dit: «Vous ĂȘtes de votre pĂšre, le diable, et ce sont ses oeuvres que vous accomplissez.»
E-153 Mais quand une petite prostituĂ©e s’est avancĂ©e lĂ , au puits, en Samarie, JĂ©sus lui a dit: «Va chercher ton mari.» Elle a dit: «Je n’en ai point.»
E-154 Il a dit: «Tu as dit vrai. Tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis n’est pas tien.»
E-155 Elle a dit: «Seigneur, je vois que Tu es ProphĂšte. Nous savons que quand le Messie sera venu, c’est ce qu’Il fera.»
Il a dit: «Je Le suis, Moi qui te parle.»
E-156 Qu’était-ce? Cette LumiĂšre avait frappĂ© cette petite Semence prĂ©destinĂ©e, et elle Ă©tait vite venue Ă  la Vie. Combien diffĂ©rent c’était de ces thĂ©ologiens, tout bourrĂ©s!
E-157 Elle est entrĂ©e dans la ville en courant, elle a dit: «Venez voir un Homme qui m’a dit ce que j’ai fait. Ne serait-ce pas le signe mĂȘme du Messie que nous attendons?»
E-158 Et les docteurs en thĂ©ologie se tenaient lĂ , disant: «Ce Gars est BĂ©elzĂ©bul.» Voyez, ils ne pouvaient pas expliquer Cela. Ils n’avaient aucun moyen de L’expliquer. Ainsi, ils devaient rĂ©server une rĂ©ponse Ă  leur assemblĂ©e, leur donner une espĂšce de conception radicale, propre Ă  eux.
E-159 C’est la mĂȘme chose qui s’est rĂ©pĂ©tĂ©e, et les hommes ne veulent pas croire. Les gens ne veulent pas croire. Les Ă©glises ne veulent pas croire. Rien d’étonnant. Vous ne pouvez pas ĂȘtre déçu Ă  cause de cela, parce que la Bible dit qu’ils ne le feront pas. Mais il s’agit de vous, les individus, vous qui ĂȘtes ordonnĂ©s Ă  la Vie. Regardez les champs missionnaires aujourd’hui et voyez dans quelle heure nous vivons. Venez Ă  la Vie. Laissez la Vie qui Ă©tait en Christ entrer en vous, la pensĂ©e. Vous avez dit: «Oh! je pense. Je pense ceci. Je...»
E-160 Vous n’avez pas Ă  avoir des pensĂ©es. Ayez en vous les pensĂ©es qui Ă©taient en Christ, et c’est la Parole. C’est exact. Pensez les pensĂ©es qu’Il pensait.
E-161 Eh bien, alors, je me demande aujourd’hui, AmĂ©rique. Je ne voudrais pas vous garder trĂšs longtemps. AmĂ©rique, vous avez criĂ© trĂšs fort. Que voulez-vous? Je rentre maintenant chez moi aprĂšs avoir parcouru les champs missionnaires. Que voulez-vous? Que voulez-vous voir rĂ©gner sur vous? Vous avez besoin d’un gĂ©nie de l’instruction, c’est ce dont vous avez besoin. Et vous l’avez eu. Je ne voudrais pas blesser vos sentiments. J’aimerais vous dire la vĂ©ritĂ©. Vous l’avez eu, mĂȘme s’il vous a fallu inventer une machine de vote truquĂ©e. Vous l’avez eu. AmĂ©rique, si Ă©tablie sur l’instruction, et non sur la Bible; sur l’instruction.
E-162 Les Ă©glises sont si Ă©tablies sur la thĂ©ologie acquise par l’instruction, une espĂšce de systĂšme Ă©laborĂ© par des hommes, des credo. Et les pentecĂŽtistes vont Ă  la dĂ©rive, droit dans la mĂȘme chose, juste comme du bois drainĂ© sur les eaux, coulant sur un barrage. Exact. Vous voulez le credo. Ce n’est pas la vĂ©ritĂ© que vous voulez.
E-163 Observez donc. Qu’avez-vous fait? Tout Ă©tait instruit... Vous tenez tellement Ă  cela que vous avez prĂ©sentĂ© Ă  la tĂ©lĂ©vision monsieur Nixon et monsieur Kennedy, pour tester leur intelligence avant que vous fassiez cela. Alors, il y a quand mĂȘme assez de bonnes gens qui restent en AmĂ©rique, ils n’ont pas voulu faire cela, ils connaissent notre hĂ©ritage. Nous connaissons notre place.
E-164 Et vous les dĂ©mocrates! Je ne suis ni dĂ©mocrate ni rĂ©publicain. Je suis chrĂ©tien. Mais vous les dĂ©mocrates, vous laissez un petit Ricky venir et vous vendez vos droits d’aĂźnesse Ă  cause de la politique, et vous avez votĂ© pour quelque chose, alors que notre nation a Ă©tĂ© Ă©tablie pour fuir cela; honte Ă  vous! Vous avez eu les mĂȘmes Achab et JĂ©zabel!
E-165 Vous femmes amĂ©ricaines, vous avez prĂ©fĂ©rĂ© la mode. Vous avez eu un... Vous n’avez pas Ă  aller Ă  Paris aujourd’hui. Vous avez cela ici mĂȘme, un vrai Français, pour vous le donner. Vous avez votre chevelure hydrocĂ©phale, toutes vos modes et autres, que vous voulez suivre. Vous avez eu exactement ce que vous voulez. OĂč vous conduit-il? Directement de retour Ă  Rome, exactement d’oĂč cela est venu.
E-166 Et vous les protestants, vous voulez qu’une grande organisation vous conduise, vous guide, vous dirige. Vous recevrez cela, vous, le Conseil mondial des Eglises. Comment David duPlessis, mon ami, peut-il donc, concernant le Conseil oecumĂ©nique dont il parle, entraĂźner ces pentecĂŽtistes lĂ -dedans? Qu’y a-t-il avec vous, pentecĂŽtistes qui criez: «Docteur saint pĂšre Untel est arrivé»? Oh!
E-167 Vous savez que la Bible dit: «N’appelez personne pĂšre.» Qu’y a-t-il avec vous? C’est ça l’enseignement de notre Seigneur. Qu’y a-t-il? Ne connaissez-vous pas votre Bible? Ne connaissez-vous pas votre Seigneur? Le Saint-Esprit ne vous enseignerait pas Ă  faire pareille chose.
E-168 Ne savez-vous pas que quand ces presbytĂ©riens, ces luthĂ©riens et autres cherchent Ă  entrer, pour recevoir Cela, c’est le temps de la fin? Ils n’y entrent pas. La Bible dit qu’ils n’y Ă©taient pas entrĂ©s. «Pendant qu’elles allaient chercher de l’Huile, l’Epoux est venu; pendant qu’elles Ă©taient allĂ©es chercher de l’Huile.» Alors, qu’en est-il de l’EnlĂšvement aujourd’hui? Voyez? La Bible dit: «Quand la vierge endormie est allĂ©e acheter de l’Huile.» Combien savent que c’est la vĂ©ritĂ©? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] «Quand la vierge endormie est allĂ©e chercher de l’Huile, l’Epouse est entrĂ©e.» Elles n’avaient pas eu Cela.
E-169 Elles sont revenues, elles ont Ă©tĂ© jetĂ©es dans les tĂ©nĂšbres du dehors. Quand vous entendez parler de beaucoup de mĂ©thodistes, presbytĂ©riens, baptistes, qu’y a-t-il avec vous? RĂ©veillez-vous. Il est plus tard que vous ne le pensez. Elles Ă©taient revenues, mais elles avaient peut-ĂȘtre eu une Ă©motion, mais elles n’étaient pas LĂ . Rappelez-vous, elles Ă©taient dans les tĂ©nĂšbres du dehors. Peut-ĂȘtre que vous direz: «Quand cela aura-t-il lieu?»
E-170 Il a dit: «Peut-ĂȘtre que cela a dĂ©jĂ  eu lieu, un de ces matins, et vous n’avez pas su pourquoi, comment.» J’espĂšre que vous pouvez comprendre. J’espĂšre que vous le pouvez, vous avez assez d’Esprit de Christ pour savoir de quoi je parle. Que le Saint-Esprit vous le rĂ©vĂšle. Cela est enregistrĂ©, et ça va dans le monde entier. Voyez? Mais vous le savez.
E-171 Il y a quelques jours, quand ces sept Anges Ă©taient descendus dans cette vision-lĂ , beaucoup parmi vous savent cela, il avait Ă©tĂ© dit: «Va Ă  Tucson et attends lĂ  un moment, et tu entendras une dĂ©flagration. Et aprĂšs que cela aura eu lieu, reviens. Et les Sept Sceaux furent ouverts au tabernacle l’autre jour. Quand j’ai vu les gens venir, se tenir lĂ , depuis trois heures du matin, pour trouver un siĂšge, entrer dans l’auditorium, et autres. Voir des coeurs affamĂ©s venir de partout, je me suis dit: «Ô Dieu, nous sommes censĂ©s ĂȘtre Ă  la fin maintenant.» Rappelez-vous: «A la voix du septiĂšme ange, les mystĂšres de Dieu seront terminĂ©s.» «Et un Ange descendait du Ciel, Il jura avec Ses mains levĂ©es, depuis le Ciel, (Apocalypse 10.1-7), qu’il n’y aura plus de temps.» Tout Ă  fait exact, c’est l’heure.
E-172 Quelle Ă©glise frĂ©quente-t-il? L’église dans laquelle nous vivons, dans l’ñge de l’Eglise de LaodicĂ©e, le dernier Ăąge de l’Eglise, tiĂšde, juste assez chaude pour danser et dire: «Oui, j’ai la Chose. J’ai parlĂ© en langues. J’ai criĂ©. AllĂ©luia! J’ai la Chose.» Et revenir dans nos Ă©glises, on dirait une bande de JĂ©zabels, on dirait une bande de je-ne-sais-quoi, la corruption. Rappelez-vous, votre extĂ©rieur exprime votre intĂ©rieur. Peu importe combien grand est votre tĂ©moignage, votre vie parle plus fort que vos paroles. Oh!
E-173 Nous y sommes. Nous sommes arrivĂ©s. Quelque chose est sur le point d’arriver. Cela vient d’En Haut, non pas de l’une de ces choses ici. Cela vient d’En Haut. Dieu enverra Christ. Amen!
E-174 Ouais, nous avons notre gĂ©nie. OĂč est-il? Eh bien, vous voulez un gĂ©nie, le monde ecclĂ©siastique. Je ne veux pas dire vous, les individus ici. Ceci est enregistrĂ©. C’est quoi ça? C’est ce que vous voulez. Vous le recevrez, et vous irez tout droit dans le Conseil des Ă©glises, la chose mĂȘme d’oĂč vous ĂȘtes sortis, pour ĂȘtre ce que vous ĂȘtes. Et alors, votre organisation vous ramĂšne droit dans cela une fois de plus, exactement la chose d’oĂč vous ĂȘtes sortis, la chose que Dieu avait maudite, cette pourriture, cette saletĂ© et cette souillure. Eh bien, dans ce conseil des Ă©glises, certains ne croient mĂȘme pas dans la naissance virginale, la Venue de Christ, ni rien d’autre. «Et comment deux hommes peuvent-ils marcher ensemble sans en ĂȘtre convenus?» Vous y ĂȘtes. Eh bien, il est temps, je pense, pour moi de m’arrĂȘter.
E-175 FrĂšre ou soeur, rappelez-vous bien ceci, nous sommes au temps de la fin. L’instruction a pris la place du salut. La dĂ©nomination ecclĂ©siastique a pris la place du Corps et de l’Epouse de Christ. Cela a dĂ©clenchĂ© toute cette corruption, c’est ce que vous voulez. C’est ce que les gens veulent. C’est ce qui est dans l’église amĂ©ricaine. C’est ce qu’il y a chez les pentecĂŽtistes. Ils ne veulent pas que quelqu’un vienne leur dire la VĂ©ritĂ©. Ils ne veulent pas Cela. Si vous leur en parlez, ils disent: «Je n’ai pas Ă  Ă©couter pareille sottise»; ils relĂšvent leur petit nez en l’air et sortent de la salle. Ils ne veulent pas Ă©couter Cela. Pourquoi? C’est ce qui est dans leur coeur. Ils expriment exactement ce qu’ils sont. Quel prophĂšte est jamais venu dans l’ancien temps...? En quel temps Christ est-Il venu? Quel messager venu du Ciel n’a jamais Ă©tĂ© rejetĂ© par l’église? Nous y sommes. Le monde se disloque. L’église se disloque. Les systĂšmes se disloquent. Pourquoi? Parce que c’est un systĂšme sans Dieu. C’est ça. Nous sommes–nous sommes au temps de la fin. Il n’y a rien d’autre qui puisse ĂȘtre fait. Absolument pas. Tout, rappelez-vous.
E-176 Posons juste cette question avant que nous allions de l’avant. Qu’arriverait-il si–qu’arriverait-il si la Russie trouvait son messie? Que nous arriverait-il? Voyez? Rappelons-nous, l’Allemagne a eu le sien il n’y a pas longtemps. Nous nous en souvenons bien. Ils ont eu leur messie, leur Hitler, leur gĂ©nie. Qu’arriverait-il si la Russie recevait le sien? Qu’arriverait-il? N’eĂ»t Ă©tĂ© le Dieu de misĂ©ricorde, lĂ  au Ciel, je ne sais pas ce que nous aurions fait, et nous n’aurions pas eu d’espoir.
E-177 Il y a une vraie Eglise. Il y a une Eglise qui attend la Venue du Seigneur. Dieu accordera toujours cela, mais juste Ă  ceux qui sont ordonnĂ©s. Vous direz: «A quoi sert-il de subsister, s’il s’agit de ce genre de systĂšme?» Il y a une Semence prĂ©destinĂ©e. Quand cette LumiĂšre frappera, elle recevra Cela, comme ça. [FrĂšre Branham claque son doigt une fois.–N.D.E.] Elle bourgeonnera. Ils bourgeonneront, aussitĂŽt. AssurĂ©ment.
E-178 Les autres passeront droit par-dessus cela. Ils croient dans leur systĂšme. Et c’est comme ça que se passe toujours, juste comme du temps de NoĂ©. C’est ce qu’ils croyaient.
E-179 Ceux qui Ă©taient prĂ©destinĂ©s Ă  la Vie Eternelle L’ont reçue. «Aucun homme ne peut venir Ă  Moi, a dit JĂ©sus, si Mon PĂšre ne l’attire. Et tous ceux que le PĂšre m’a donnĂ©s viendront.» Nous n’avons qu’à rĂ©pandre la Semence, rĂ©pandre la LumiĂšre. Oh! Chacun de nous devrait ĂȘtre un phare.
E-180 Vous les pentecĂŽtistes qui prĂ©tendez ĂȘtre si importants! Vous les pentecĂŽtistes qui prĂ©tendez avoir baisĂ© les bords de la coupe d’or des bĂ©nĂ©dictions de Christ! Vous les femmes qui pouvez sortir, qui vous permettez d’agir, et qui laissez les prĂ©dicateurs de cet Ăąge vous sĂ©duire et vous dire que c’est tout Ă  fait en ordre pour vous de laisser vos enfants porter ces shorts; et vous femmes, et les grands-mĂšres, qui vous coupez les cheveux, ne savez-vous pas que la Bible dit qu’une femme–une femme qui se coupe les cheveux, dit la Bible, son mari a le droit de la rĂ©pudier? «Elle dĂ©shonore.» Autrefois, c’était mauvais. Se maquiller? Il n’y a qu’une seule femme dans la Bible qui se soit jamais maquillĂ© le visage, et c’était JĂ©zabel. Et Dieu l’a donnĂ©e en pĂąture aux chiens. Vous voyez donc ce que c’était, c’est de la vile viande pour chiens. Donc, cela ne–cela ne... Gardez-vous bien de ces choses-lĂ . Ce n’est pas dĂ©cent pour des chrĂ©tiens. Oui.
E-181 Parlez-leur de cela. «Eh bien, je suis membre chez les AssemblĂ©es, je suis membre chez les unitaires, je suis membre de ceci.» C’est vrai. C’est de cela que vous ĂȘtes membre. Mais si vous Ă©tiez membre de Christ, ce serait diffĂ©rent.
E-182 Si la Parole de Dieu et la Semence de Dieu Ă©taient lĂ -dedans, Elles reproduiraient un modĂšle de christianisme. Elles reproduiraient quelque chose dont le monde se moquerait et rirait comme ils l’avaient fait Ă  la Venue du Seigneur JĂ©sus, comme ils l’ont fait chaque fois qu’un prophĂšte venait. Ils ont ri, ils se sont moquĂ©s d’eux, ils les ont ensevelis dans les tombes. Mais il y aura une rĂ©surrection. Ce monde, des hommes peuvent vivre soit pour ce siĂšcle, soit pour le siĂšcle Ă  venir. Cela dĂ©pend de lĂ  oĂč sont fixĂ©es vos pensĂ©es, c’est lĂ  que sont vos trĂ©sors aussi. Que cela soit fixĂ© sur le Ciel et la Venue du Seigneur. Soyez un modĂšle de femmes. Soyez un modĂšle des hommes. Soyez un modĂšle de chrĂ©tiens. Vivez la vie. Faites ce qui est correct.
E-183 Aujourd’hui, les gens, mĂȘme nos Ă©vangĂ©listes, sont tellement mordus d’argent. Tout, on doit leur promettre beaucoup d’argent, des choses grandioses, la construction de grandes institutions et autres comme cela, la chose mĂȘme dont cette PentecĂŽte est sortie. Nous y sommes directement retournĂ©s. Qu’est-ce? Tout est Ă©clatant, brillant. Vous savez, tout doit briller. Hollywood brille, exact, mais l’Evangile luit. Il y a une grande diffĂ©rence entre briller et luire. Alors que la–l’église brille, ce sont les modes de Hollywood, les plus grandes Ă©glises, avec la plus haute flĂšche, les gens les mieux habillĂ©s, et autres, ça brille avec cela, les plus de membres. Les baptistes avaient, en’ 44: «Un million de plus en’ 44», avec Dr Billy Graham et beaucoup d’autres.
E-184 Quand j’étais assis au petit-dĂ©jeuner de Billy Graham il n’y a pas longtemps, dans notre ville... Cet homme, un Ă©vangĂ©liste, un grand homme de Dieu! Je prie pour lui, constamment. Il est lĂ , malade. Je lui tĂ©moigne de l’honneur. Il est le type de ceux qui Ă©taient descendus lĂ  Ă  Sodome et qui avaient fait sortir ces sodomites, tout celui qu’on pouvait faire sortir.
E-185 Mais, rappelez-vous, l’Eglise Ă©lue n’était pas Ă  Sodome. Un Ange Ă©tait restĂ© lĂ , aussi, et Il avait accompli pour eux un signe, l’Eglise Ă©lue.
E-186 Mais alors, pendant qu’on Ă©tait lĂ , je l’ai vu se tenir lĂ , il a dit: «Qu’y a-t-il ici?» Il a dit: «Moi...» Il a dit: «Voici le modĂšle.» Il a dit: «Saint Paul entrait dans une ville et faisait un converti. Il y revenait une annĂ©e plus tard, qu’avait-il? Qu’arrivait-il? Il avait trente personnes Ă  partir de ce seul converti.» Il a dit: «Moi, j’entre dans une ville, j’ai trente mille convertis en six semaines. Je reviens une annĂ©e plus tard, et je ne peux pas en trouver trente. Qu’y a-t-il?» Il a dit: «C’est vous, prĂ©dicateurs paresseux.» Il a dit: «Vous prenez les cartes de dĂ©cision, vous restez assis avec vos pieds sur le bureau quelque part, vous appelez les gens au tĂ©lĂ©phone.» Et il a continuĂ©. J’ai apprĂ©ciĂ© le courage de cet homme.
E-187 Je dĂ©teste voir une femmelette, une marionnette dĂ©nominationnelle. Je–j’aime un homme, un homme envoyĂ© de Dieu qui se tient sur base de ses convictions, advienne que pourra. DĂšs qu’il est Ă©tabli qu’il est en erreur, il accepte cela, il revient et recommence. C’est correct.
E-188 Alors, il se tenait lĂ  et parlait comme ça. Et je me suis dit, j’étais assis avec docteur Mordecai Hamm; c’est en fait, un ami personnel Ă  moi, un frĂšre baptiste. Je le connais, oh! depuis des annĂ©es et des annĂ©es, et nous sommes associĂ©s. Lui et moi Ă©tions assis Ă  table ensemble. J’étais allĂ© chez lui Ă  la maison. Nous Ă©tions allĂ©s lĂ  ensemble. Nous Ă©tions assis lĂ .
E-189 Je me suis dit: «Oh! la la!» Comment? Pas pour contrarier ni dire quelque chose au sujet de ce grand Ă©vangĂ©liste, mais je me suis dit: «Billy, quel prĂ©dicateur Ă  Antioche, quand Paul Ă©tait arrivĂ© Ă  Antioche et qu’il avait gagnĂ© un converti, quel prĂ©dicateur s’occupait lĂ  de ce seul converti dans ses bureaux, en privĂ©, le nourrissait et lui parlait? Il n’y en avait aucun. Pourquoi? Paul amenait ce seul converti loin, au-delĂ  des choses du monde (oh!), jusqu’à ce que Dieu Ă©tait ancrĂ© et enracinĂ© dans son coeur. Cet apĂŽtre ne laissait jamais cette seule Ăąme partir sans ĂȘtre profondĂ©ment ancrĂ©e et enracinĂ©e en Christ.
E-190 Et aujourd’hui, que faisons-nous? Nous faisons venir ces petites jeunes filles, des hommes et des femmes, membres d’église, ils prennent une dĂ©cision Ă  l’heure de la dĂ©cision, et des choses comme cela. On les fait entrer, et on les laisse repartir comme cela. Et quoi? Ils ne sont arrivĂ©s nulle part, aprĂšs tout. Ils n’ont qu’un peu d’émotion, par la Parole. Elle produira effectivement cela. Voyez? Elle produira cela. Elle produira de l’émotion. C’est ce qui est arrivĂ© Ă  la PentecĂŽte. Il y a eu de l’émotion. C’est ce qui est arrivĂ© Ă  tout ça!
E-191 EvangĂ©liser, c’est jeter un filet. JĂ©sus a dit: «Jetez dans la mer.» Et quand on l’a retirĂ©, il y avait des tortues, des tortues de mer, des serpents, des grenouilles et tout le reste. Mais, rappelez-vous, c’est ce qu’ils Ă©taient au dĂ©part. Il y avait aussi des poissons lĂ . Tout ce que nous, nous avons Ă  faire, c’est pĂȘcher Ă  la seine. C’est Ă  Dieu de dire qui est poisson et qui ne l’est pas. Voyez? Pourquoi ne le voudraient-ils pas? Si ces trente mille Ă©taient entrĂ©s dans le Royaume de Dieu, comme le seul de Paul, alors Ă  son retour, il aurait trouvĂ© quatre cent trente mille. Voyez? En effet, leurs coeurs auraient Ă©tĂ© trĂšs enflammĂ©s.
E-192 C’est comme le jeune frĂšre Crow l’a dit l’autre soir. J’ai apprĂ©ciĂ© son–son–son courage. J’ai apprĂ©ciĂ© sa prise de position, se tenir sur base de ses convictions. Lorsque la LumiĂšre brille, il prend position lĂ . Vous ne l’introduirez jamais Ă  coup de secousse dans l’un de ces systĂšmes, tant qu’il reste tel qu’il est, et qu’ensuite, cela continue comme cela. Oh! comme j’apprĂ©cie un homme de ce genre-lĂ ! Oui, oui.
E-193 Qu’on dise que j’ai l’air d’une girouette. Je prĂ©fĂ©rerais avoir l’air d’une girouette pour Dieu plutĂŽt que d’ĂȘtre une espĂšce de personnage de carnaval pour le diable. Il vous faut avoir l’air de quelque chose aprĂšs tout. C’est tout Ă  fait vrai. Et voilĂ . Mais, voyez, c’est le systĂšme des choses dans lesquelles nous vivons et nous Ă©voluons aujourd’hui. VoilĂ ! Tout est corrompu, jusqu’à la moelle.
E-194 Eh bien, nous avons notre Ricky lĂ . Eh bien, qu’allez-vous faire de lui? Voyez? Ils ne font qu’affluer en avion comme–comme des merles. Tout Ă  fait. Tout le cabinet, la chose entiĂšre, tout, un systĂšme de millions de dollars. C’est ce que vous voulez. C’est ce que l’église veut. C’est pourquoi vous venez. C’est si facile aujourd’hui d’entrer dans les Ă©glises. Oh! la la! Chez les pentecĂŽtistes, tout ce qu’il vous faut faire, c’est serrer un peu la main, sautiller un peu ou dire que vous avez une espĂšce de tĂ©moignage. N’importe qui peut tĂ©moigner.
E-195 Vous devriez m’accompagner une fois en Inde et Ă©couter les Indous tĂ©moigner. Ils vous feraient honte, Ă  vous-mĂȘmes. Exact. Vous devriez aller en Afrique voir les Hottentots tuer un animal et s’asperger du sang partout. Ecouter leurs tĂ©moignages, les sensations, les parlers en langues, assurĂ©ment; adorer une idole et s’asperger du sang.
E-196 Ô Dieu, combien je souhaiterais faire voir cela Ă  chaque personne ici. Certainement. Le diable imite chaque–chaque chose que Dieu manifeste. Il imite cela. MĂȘme la VĂ©ritĂ© de Dieu, il imite Cela. C’est tout Ă  fait vrai. Remarquez. Ils sont lĂ . Mais que veut l’église?
E-197 La nation a besoin de quelque chose qu’on peut amener, non pas un prĂ©sident lĂ , investi lĂ  au cabinet, qui arrĂȘterait ce non-sens et qui assĂ©cherait ces villes avec... des contrebandiers de boissons alcooliques, qu’ils auraient Ă  s’approvisionner une demi-heure pour avoir assez de salive Ă  cracher. Mais–mais ils–ils ne veulent pas de quelque chose comme cela. Ils veulent lĂ  un gars qui leur donnera toutes les biĂšres qu’ils veulent, qui rendra cela lĂ©gal, ensuite les arrĂȘtera s’ils s’enivrent trop, et les viols, les asiles des fous, et tout le reste, des milliers d’accidents sur la route, des conducteurs ivres. Ils sortent dans la rue, on laisse un conducteur ivre sortir, marcher sur quelqu’un et le tuer et on l’en acquitte. Et, pour moi, c’est un meurtre prĂ©mĂ©ditĂ©.
E-198 Qu’un gars qui fĂȘte, sorte et tire en l’air deux ou trois coups de pistolet, on l’enverra au fin fond de la prison, oĂč il pourra pourrir avant qu’on l’en fasse sortir. Qu’est-ce? Vous y ĂȘtes. Ce sont lĂ  vos systĂšmes du monde. Il n’y a pas de justice.
E-199 Cet homme, parlant du gouvernement des Etats-Unis, assurĂ©ment, chaque gouvernement au monde est contrĂŽlĂ© par le diable, chaque systĂšme. Chaque... C’est JĂ©sus qui l’a dit. Satan l’a acceptĂ©: «Ils sont tous Ă  moi. J’en fais ce que je veux.» OĂč en sommes-nous donc aujourd’hui? Regardez oĂč nous en sommes. Maintenant, que dois-je dire pour terminer ceci, ami?
E-200 Vous voyez, le monde politique se disloque. Nous retournons droit Ă  Rome, ici aux Etats-Unis, de toutes nos forces. La Bible dit que nous le ferions, Apocalypse 13. Et nous y sommes. Qu’est-ce que cela a fait? On a dĂ» avoir un trĂšs grand groupe d’organisations. Allez dans Apocalypse 17: «La vieille mĂšre prostituĂ©e et toutes ses filles.» Elle rentre droit, chaque dĂ©nomination, droit avec elle. Elles sont lĂ . Il a Ă©tĂ© suscitĂ© un pharaon qui ne connaĂźt pas Joseph, nous y allons, la chose entiĂšre. Et mĂȘme nos conducteurs pentecĂŽtistes entraĂźnent tout le monde droit dans cet Ă©clat trĂšs vif de Hollywood, y entraĂźnent les gens Ă  plein gosier. D’un... Oh! c’est un... Ô Dieu, viens en aide Ă  cette nation. Ô Dieu, viens en aide Ă  ce peuple.
E-201 Des fois, ça pousse quelqu’un Ă  descendre dans la rue et Ă  pousser des cris. Mais je sais que la Bible dit: «Nul ne peut venir si Mon PĂšre ne l’attire.» Je sais que ces choses doivent arriver en ces jours-ci. Je vois la LumiĂšre, la LumiĂšre de Dieu, se rĂ©pandre. J’en vois une fausse lĂ ; tout l’éclat et... ou l’éclat et la lueur ensemble. Et que dois-je faire?
E-202 Seigneur JĂ©sus, aide-moi Ă  rester fidĂšle jusqu’à Ta Venue. Laisse-moi prendre position, ĂŽ Dieu! Laisse-moi prendre position et rester lĂ , Seigneur, pour ne bouger que quand Tu me bouges.
E-203 Que puis-je dire Ă  ces gens qui croient effectivement en Dieu? J’ai peint un tableau horrible. J’ai au moins vingt pages ici, mais il se fait trop tard, sur juste ce petit contexte que j’ai par Ă©crit pour un texte. Mais que dois-je dire ce matin? Que dois-je vous confier? Ou, oĂč en ĂȘtes-vous?
E-204 J’ai condamnĂ© vos organisations, pas vous. Je condamne le systĂšme qui vous a amenĂ©s dans cet Ă©tat. Je ne vous condamne pas, mes frĂšres prĂ©dicateurs. Vous avez une fausse impression de moi. Je cherche Ă  vous aider. Qu’arriverait-il si je vous voyais Ă  bord d’un bateau descendre la riviĂšre lĂ , vers les chutes, et que je savais que ce bateau ne peut pas affronter ces chutes-lĂ ? Alors, je crierais aprĂšs vous: «Quittez lĂ !» Ce n’est pas parce que je ne vous aime pas. C’est en fait parce que je vous aime. Ce systĂšme dans lequel vous ĂȘtes va en enfer, d’oĂč il est venu.
E-205 Je parlais Ă  un vieil homme l’autre jour, un petit garçon est entrĂ© dans un magasin, lĂ  Ă  Tucson, oĂč j’étais. J’étais entrĂ© pour acheter un–un spĂ©cial K pour le petit-dĂ©jeuner. Il y avait lĂ  un petit garçon qui achetait des cigarettes.
L’épicier a demandĂ©: «C’est pour qui, pour votre mĂšre?»
Le garçon a rĂ©pondu: «Non, c’est pour ce jeune garçon assis lĂ .»
Il a demandé: «Est-il assez ùgé?»
Il a répondu: «Oui.»
E-206 J’ai dit Ă  l’épicier, j’ai dit: «Il ne sera jamais assez ĂągĂ©.» Voyez? Mais vous...
E-207 Les–les gens se mettent Ă  penser que c’est en ordre. Fumer est populaire. Et les Ă©glises s’exercent Ă  boire pour rester conservateur, pour ĂȘtre moderne. Oh! bontĂ© divine! Qu’est-ce que vous... OĂč trouvez-vous cette histoire? Ça vient d’un systĂšme, ça ne vient pas de la Parole de Dieu. «Celui qui donne Ă  son voisin mĂȘme de la liqueur forte.» Voyez? AssurĂ©ment, ça l’est. C’est–c’est une ruine, c’est le viveur de notre nation, c’est l’éclat de Hollywood. C’est lĂ  que nous, nous en sommes, dans un tel gĂąchis. Nous voici dans cette espĂšce de situation.
E-208 Ce vieil homme m’a dit, il a dit: «Eh bien, a-t-il dit, j’ai pitiĂ© de lui.» Il a dit: «C’est un peu difficile de la part–de la part... pour cela, pour nous d’arrĂȘter cela. Est-ce difficile? Ne serait-ce pas difficile pour vous d’arrĂȘter cela?»
J’ai dit: «Je n’ai jamais commencĂ©.»
E-209 Il a dit: «Oh! vous ne fumez pas.» Il a dit: «Je vous apprécie, monsieur.» Il avait environ soixante-dix ans.
J’ai dit: «Merci.»
Il a dit: «C’est pareil pour le whisky.»
Et j’ai dit: «Je ne bois pas.»
E-210 Il a dit: «Eh bien, j’apprĂ©cie ça.» Il a dit: «Je pense que c’est un... si un homme veut revenir chez lui, prendre un verre de biĂšre, a-t-il dit, il n’y a pas de mal Ă  cela. Mais lorsqu’ils amĂšnent ces femmes, ils restent lĂ  dans les rues, font un tas de choses, ivres, courant çà et lĂ ... Son mari va au travail, et alors, elle prend la voiture, sort et est partie.»
E-211 J’ai dit: «On ne devrait jamais permettre Ă  une femme d’ĂȘtre derriĂšre le volant.» Mon vieux, si j’étais lĂ , elle ne le ferait pas, si j’avais un mot Ă  dire lĂ -dessus.
E-212 On dit que les femmes sont les chauffeurs les plus prudents. Je voyage dans plusieurs Etats. Mon fils et moi, en traversant ce pays, nous avons ouvert un registre lĂ  dans la–dans la voiture. Et chaque fois qu’une gaffe commise sur la route est dĂ©noncĂ©e, nous marquions cela du cĂŽtĂ© de l’homme ou du cĂŽtĂ© de la femme. Et sur un total de trois cents cas, deux cent quatre-vingt et une gaffes commises par des femmes, dix-neuf par des hommes. C’est exact. Cependant, elle assise lĂ , arrangeant ses cheveux. Elle tourne comme ceci et fait du gauche droite et tout le reste. Mais, oh! Ă©videmment, la police ne renseignera pas cela. On les a dans la police. Quelle disgrĂące!
E-213 DĂšs qu’une femme quitte de derriĂšre la table de la cuisine, dans la maison, cesse de prendre soin de ses propres petits, le ministĂšre que Dieu lui a donnĂ©, ses enfants, elle est en dehors de la volontĂ© de Dieu.
E-214 MĂȘme si on la met Ă  la chaire, elle est en dehors de la volontĂ© de Dieu. Il n’y a pas d’Ecriture pour une femme prĂ©dicateur. J’aimerais qu’un homme se lĂšve pour me le dire, en me regardant en face. Ça n’existe pas. Cela, ce sont les pentecĂŽtistes qui sont Ă  la base de cette histoire. Cela n’a jamais existĂ©. C’est Adam qui a Ă©tĂ© crĂ©Ă© le premier, et puis Ève. Adam n’a pas Ă©tĂ© sĂ©duit, mais vous le faites malgrĂ© tout. Voyez-vous oĂč vous vous retrouvez? LĂ  dans une situation dĂ©licate, d’oĂč vous ne pourrez donc pas revenir. Mais vous y ĂȘtes. Ça y est. C’est le monde. C’est ce que vous voulez. C’est ce que vous voulez. C’est ce que vous avez reçu. Voyez?
E-215 Mais pour ceux qui attendent un Royaume dont Dieu est le Constructeur et l’Architecte, nous recevons un Royaume.
E-216 Nous n’attendons pas une dĂ©nomination. Nous n’attendons pas... En tout cas, ceux qui aiment Dieu, nous n’attendons pas un quelconque gĂ©nie dĂ©nominationnel. Nous n’attendons pas un trĂšs grand mathĂ©maticien qui pourrait ĂȘtre suscitĂ© pour nous dire comment former plus de chiffres et autres, sortir dans les rues et travailler Ă  mort pour faire venir des membres. Qu’avez-vous eu? Vous faites entrer plus de cochons dans la porcherie. C’est tout. Qu’obtient-il une fois entrĂ© lĂ ! De la boue. Exact. Dieu les fait entrer dans Son Royaume en naissant d’En Haut. C’est tout Ă  fait.
E-217 Un gars faisait passer du savon Ă  Billy Graham, je pense que vous avez lu cela dans The Post, Ă  cause de ce qu’il a fait. Bob Jones a dit Ă  Billy Graham... Bob Jones a beaucoup de quoi se vanter, n’est-ce pas? Exact. Billy Graham a fait plus pour le Royaume de Dieu, pendant ces quelques annĂ©es qu’il a passĂ©es sur le champ missionnaire, que Bob Jones ne pourrait faire s’il restait ici un million d’annĂ©es de plus. C’est exact. Mais que dit-il? «Billy Graham ne fait que sortir et dire, eh bien, qu’il n’a pas de dĂ©nomination; amenez-les chez eux.» Que Dieu bĂ©nisse cet homme pour cela. AssurĂ©ment. Que faites-vous? Si vous le faites entrer, vous faites de lui deux fois le fils de l’enfer qu’il ne l’était, quand vous l’avez trouvĂ© dans la rue.
E-218 Les disciples ne les avaient jamais amenĂ©s Ă  une quelconque dĂ©nomination. Ils obtenaient qu’ils soient remplis du Saint-Esprit, qu’ils entrent dans le Royaume de Dieu. Et lĂ , le Saint-Esprit prenait la relĂšve. Oui, oui.
E-219 Eh bien, mais on disait qu’il avait endettĂ© l’église, en n’amenant pas Ă  l’organ... en ne les faisant pas tous entrer dans une organisation. Je pense qu’ils sont tous censĂ©s ĂȘtre membres de l’Institut Bob Jones. Voyez? Alors, ils Ă©taient effectivement hors de la ligne. Eh bien, tous ces appelĂ©s lĂ , ces soi-disant fondamentalistes, toute cette histoire lĂ , c’est du non-sens.
E-220 Qu’attendons-nous, amis? Que sommes-nous? La vĂ©ritable Eglise n’attend pas une dĂ©nomination, n’attend pas un prĂ©sident, n’attend pas qu’un gĂ©nie soit suscitĂ©, mais ils attendent un Royaume et la Venue d’un Roi. Un Royaume, c’est quoi? Il est sur la terre maintenant. C’est l’Esprit, le Corps mystique de Christ. LĂ -dedans, il y a des gens venus de chez les presbytĂ©riens, de chez les mĂ©thodistes, de chez les pentecĂŽtistes, et tout. Ils sont dans ce Royaume. Ils Y sont entrĂ©s par la naissance. Ils Y sont entrĂ©s par le baptĂȘme du Saint-Esprit, et ils sont dans ce Royaume. Et nous attendons un Roi qui doit venir Ă  ce Royaume et qui Ă©tablira ce Royaume ici sur terre, sur Son–sur Son trĂŽne, le trĂŽne de David. Il gouvernera et rĂ©gnera aux siĂšcles des siĂšcles. C’est ce que l’Eglise attend.
E-221 Et ce qu’il y a de bien Ă  ce sujet, amis, c’est que, pensez-y, avant que nous arrivions Ă  ce Royaume... avant la Venue de ce Roi, nous pouvons maintenant ĂȘtre assis ensemble dans les lieux cĂ©lestes en JĂ©sus-Christ, Ă©levĂ©s au-dessus de toutes les ombres de toute la corruption du monde et de toutes les Ă©missions tĂ©lĂ©visĂ©es, toutes ces autres absurditĂ©s qu’on a sur terre aujourd’hui, toute leur pollution pourrie, des systĂšmes et tout. Etre Ă©levĂ©s dans les lieux cĂ©lestes! Et le Saint-Esprit Lui-mĂȘme descend sur nous et parle clairement, nous rĂ©vĂšle nos pĂ©chĂ©s et nous dit comment nous mettre en ordre, et ce que nous avons fait dans la vie et ce que nous faisons. C’est le Saint-Esprit, JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. C’est le Roi qui viendra Ă  Son Royaume un jour. Et Son Royaume est en train d’ĂȘtre Ă©tabli maintenant dans les coeurs de Son peuple ici sur terre.
E-222 Que Dieu vous bĂ©nisse. Si jamais je... Peut-ĂȘtre que vous ne m’aimez pas aprĂšs ceci. Voyez? Peut-ĂȘtre que vous ne m’aimez pas, mais un jour, vous allez vous rendre compte que C’est la VĂ©ritĂ©. Maintenant, que Dieu vous bĂ©nisse. Je ne vais pas vous garder trop longtemps, mais j’aimerais que vous vous rappeliez ceci.
E-223 Nous attendons un Royaume, et nous recevons effectivement maintenant un Royaume inĂ©branlable. Nous recevons dans notre coeur quelque chose que les dĂ©mons de l’enfer ne peuvent pas Ă©branler. Il n’y a rien.
E-224 Ce vieil homme de l’autre jour, lĂ , a dit: «Eh bien, a-t-il dit, je vous assure.» Il a dit: «Voici ce qu’il y a, monsieur.» Je lui avais dit que j’étais un prĂ©dicateur, c’est pourquoi je ne fumais ni ne buvais, ni quoi que ce soit. Il a dit: «Eh bien, je–j’apprĂ©cie ça.» Il a dit: «C’est bien.» Il a dit: «Quand j’étais dans la police, tout, a-t-il dit, c’était la dĂ©linquance juvĂ©nile. C’est tout ce qu’on a aujourd’hui.»
E-225 J’ai dit: «Monsieur, je n’aimerais pas ĂȘtre en dĂ©saccord avec vous. Mais, ai-je dit, ce n’est pas la dĂ©linquance juvĂ©nile, c’est la dĂ©linquance parentale. Ce sont les parents qui sont dĂ©linquants, c’est exact, ils laissent leurs enfants faire cela. Ils ont besoin d’un...»
E-226 Cela, vous, qu’avez-vous fait? Vous avez placĂ© le magazine True Story sur votre table plutĂŽt que la Bible. Au lieu des rĂ©unions de priĂšre, vous devriez sortir quelque part, faire autre chose. C’est ça le problĂšme du monde aujourd’hui. C’est ça le problĂšme de nos soi-disant chrĂ©tiens: des danses, des fĂȘtes, un verre amical, et, oh! tout. Voyez? C’est la dĂ©linquance parentale, pas la dĂ©linquance infantile. C’est le parent qui est dĂ©linquant. En voilĂ  un. Remarquez.
E-227 J’ai dit: «Qu’est-il arrivĂ©, monsieur?» J’ai dit: «On est ici, deux hommes, nous ne nous sommes jamais rencontrĂ©s auparavant dans la vie. Vous ĂȘtes...» Il avait dit qu’il avait soixante-dix ans et quelque, c’est tout ce qu’il fait, de ce cĂŽtĂ©. Moi, j’avais dit: «Je suis un prĂ©dicateur.» Alors, j’ai dit: «Vous reprĂ©sentez la loi civile du pays. Moi, je reprĂ©sente la loi morale du pays.» J’ai dit: «Or, si quelqu’un violait les lois civiles, qu’arrivait-il? On le mettait en prison, n’est-ce pas? On l’envoyait directement en prison s’il brisait les lois civiles.» Il a dit: «C’est exact.»
E-228 J’ai dit: «S’il brise ces lois-ci, il va en enfer.» J’ai dit: «Le juste Juge qui... Dieu, sur base de Sa Parole... ces affaires sont tranchĂ©es sur base de la loi du pays. Et quand on vous trouve coupable d’avoir violĂ© la loi, il n’y a que la peine Ă  Ă©coper. Et toute loi sans sanction n’en est pas une. Exact.» J’ai dit: «Transgresser la loi de Dieu, Sa Parole, c’est passible d’une sĂ©paration Ă©ternelle de Sa PrĂ©sence.» J’ai dit: «Maintenant, vous voyez oĂč nous en sommes?» Il a dit: «Que le Seigneur vous bĂ©nisse.» OĂč prĂȘchez-vous?
J’ai dit: «Partout oĂč je peux trouver une porte ouverte.»
E-229 Vous y ĂȘtes. Voyez? C’était juste un vieil homme de cet Ăąge-lĂ , voyez, il voyait cela juste en ce moment-lĂ . Transgresser les lois de Dieu, ce qui est Sa Parole, vous ĂȘtes en route vers l’enfer. C’est tout ce qu’il y a. Servez donc Dieu.
E-230 Nous entrons dans ce Royaume par le baptĂȘme du Saint-Esprit. Et quand nous Y entrons, pas faire semblant, certaines, je ne...
E-231 Eh bien, vous... Ne–ne vous mettez pas cela en tĂȘte: «Eh bien, frĂšre Branham ne croit pas au parler en langues.»
E-232 Je crois effectivement au parler en langues. Mais regardez bien ceux qui parlent en langues et qui n’ont pas cela. Regardez les... Regardez comment ils agissent et comment ils se comportent. Vous pouvez voir qu’ils n’ont pas Cela. Voyez?
E-233 Regardez les Ă©glises aujourd’hui, vous direz: «C’est nous l’Eglise.» Chacune d’elles: «C’est nous l’Eglise.»
E-234 Il n’y a qu’une seule Eglise, c’est le Corps mystique de Christ. Et quand vous Y entrez, c’est par le baptĂȘme du Saint-Esprit et Cela change tout votre ĂȘtre.
E-235 Il n’y a pas longtemps, je vais dire ceci, juste par Ă©gard pour quelque chose qui me vient Ă  l’esprit. Ma femme et moi, l’étĂ© passĂ©,–– j’étais rentrĂ© chez moi aprĂšs une sĂ©rie de rĂ©unions–– , nous sommes allĂ©s faire des provisions. Nous avons vu une–une femme en jupe. C’était une chose Ă©trange dans notre contrĂ©e. Elles sont toutes nues. Ainsi donc, nous avons vu cette femme. Elle... Et nous en avons reconnu quelques-unes qui sont membres d’églises et qui chantent dans des chorales lĂ . Et elle a demandĂ©, ma femme a demandĂ©: «Billy, qu’est-ce qui fait que ces femmes...» Elle a demandĂ©: «Pourquoi–pourquoi font-elles cela?» Elle a dit: «Les nĂŽtres...» Elle a dit: «Je me demande pourquoi.»
E-236 J’ai dit: «Ce n’est pas ce que nous sommes–nous sommes–nous sommes. Nous ne sommes pas de ce royaume.» Elle a dit... «Eh bien, ai-je dit, ils ne sont pas de nĂŽtres.»
E-237 Elle a dit: «Que veux-tu dire?» Il a dit: «Ne sommes-nous pas Américains?»
E-238 J’ai dit: «Oh! non. Absolument pas.» J’ai dit: «Je vais en Allemagne, je trouve un esprit allemand, un esprit national. Je vais en SuĂšde, je trouve un esprit suĂ©dois. Je vais en Inde, je trouve un esprit national. Vous venez en AmĂ©rique, vous trouvez Ricky, ce genre d’esprit, oh! un-je-sais-tout.»
E-239 Observez-les quand ils vont dans un autre pays. Ça vous donne la nausĂ©e rien qu’à penser que vous ĂȘtes AmĂ©ricain, leur agissement. C’est vrai. C’est le peuple le plus vil, de par son comportement le plus insolent, indĂ©pendant, des idiots instruits. C’est exact. L’autre monde sait cela. Il n’est pas Ă©tonnant que nous cherchions Ă  acheter notre amitiĂ© au prix de nos dollars. On n’achĂšte pas l’amitiĂ©. Eh bien, il y a une voie... Notre nation est pourrie jusqu’à la moelle. C’est exact. Il n’y a pas d’espoir pour cela. C’en est fini. Il n’y a qu’une chose qu’on attend, c’est la Venue du Seigneur. Oui.
Elle a dit: «Eh bien, ne sommes-nous pas Américains?»
E-240 J’ai dit: «Non, nous habitons ici. Nous habitons ici. Ce n’est pas...» J’ai dit: «Eh bien, ai-je dit, tu vois, ces gens sont AmĂ©ricains. Ils ont l’esprit amĂ©ricain. Ils agissent comme Hollywood, c’est ce qui rĂšgne en AmĂ©rique: son habillement, ses modes, sa dĂ©esse, et tout. C’est exactement ce qu’ils font. Eh bien, ai-je dit, eux sont AmĂ©ricains. Nous sommes d’En Haut. Les femmes de notre Ă©glise, elles ne font pas cela. Elles mĂšnent une vie sainte, pure.»
E-241 Prenez une femme qui porte cette espĂšce d’habits et qui sort dans la rue. Peu m’importe combien elle essaie de mener une vie morale, Ă  la fin de l’ñge, vous allez ĂȘtre taxĂ©e d’adultĂšre. Si un homme vous regarde pour vous convoiter, c’est vous qui lui avez fait l’offre; vous rĂ©pondrez d’avoir commis adultĂšre. C’est ce que JĂ©sus a dit. Vous pouvez ĂȘtre tout aussi pur que possible aux yeux de votre mari ou de votre ami, mais si vous vous habillez comme cela et qu’un pĂ©cheur vous regarde, il aura Ă  en rĂ©pondre au jour du Jugement, et c’est vous qui vous ĂȘtes exposĂ©e.
E-242 Femmes, purifiez-vous. Revenez à Dieu. C’est... Peu m’importe ce qu’on dit à votre sujet, revenez à Dieu.
E-243 Autrefois, on Ă©levait les femmes sur un piĂ©destal. Elle est la colonne vertĂ©brale de la nation. Et aujourd’hui, oĂč en est-elle? C’est elle-mĂȘme qui s’est attirĂ© cela. Elle est considĂ©rĂ©e... On n’enlĂšve mĂȘme plus le chapeau pour lui parler ni rien d’autre. On en est juste lĂ . Qu’ont-elles fait? Elles se sont attirĂ© cela.
E-244 Comment cela a-t-il commencĂ©? Par un Ricky derriĂšre la chaire, avec une espĂšce d’expĂ©rience du sĂ©minaire, une marionnette d’une quelconque organisation plutĂŽt qu’un homme de Dieu qui prend cette Parole et les taille en piĂšces avec Cela. Exact. C’est ce que nous avons dans l’église.
E-245 Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux. Allons dans ce Royaume. Allons lĂ  oĂč nous pouvons trouver et vivre selon ce Royaume, alors vos–vos pensĂ©es seront saintes. Vos choses, vos pensĂ©es seront En Haut, lĂ  oĂč se trouve votre hĂ©ritage. Inclinons la tĂȘte.
E-246 Solennellement, je vous pose cette question. Certains parmi vous peuvent ne mĂȘme pas revenir ce soir. Celle-ci peut ĂȘtre la derniĂšre fois pour moi de vous voir donc sur terre. JĂ©sus peut venir avant le soir. Il peut y avoir une destruction avant le soir. Cela peut arriver, vous le savez, Ă  tout moment, cette Venue secrĂšte pour l’Eglise.
E-247 Vous direz: «FrĂšre Branham, il y a quelques instants, vous avez dit que l’Eglise pourrait partir sans que nous le sachions.» Ah! oui. C’est la Bible qui le dit. Non, ils n’en sauront rien. C’est une Venue secrĂšte. Il vient dans le secret et emporte Son Eglise. Il L’emporte. C’est comme dans un livre que j’ai lu une fois sur RomĂ©o et Juliette. Voyez? Il vient La prendre, et personne n’en sait rien.
E-248 Le monde dira, eh bien, deux ou trois de ce... dira: «Eh bien, il y a quelqu’un qui manquait hier soir.» Et Ă  travers le pays, deux ou trois de plus. C’est ce qu’Il a dit qu’il arriverait. «Oh! ils sont allĂ©s quelque part. Ils... Une jeune fille a commis une gaffe, elle a fui. Un homme, il a fui, avec la femme d’autrui.» Ils ont Ă©tĂ© enlevĂ©s. On n’en sait rien. Des centaines de gens disparaissent chaque jour, et on n’en sait rien. Voyez?
E-249 Avant que ce temps-lĂ  arrive, ne voudriez-vous pas vous mettre en ordre avec Dieu? Je dois vous rencontrer au Jugement. Je vous aime. Je ne rĂ©primande pas les pentecĂŽtistes, parce que... Je ne suis jamais venu parmi vous pour ĂȘtre Ă  votre charge. Je suis venu parce que Dieu m’a envoyĂ©. Je suis venu au Nom du Seigneur JĂ©sus. Vous ai-je dĂ©jĂ  dit quelque chose de faux? Un de vos conducteurs s’est-il dĂ©jĂ  levĂ© pour me dire que j’étais dans l’erreur? Je leur ai demandĂ© de prouver cela. Ils sont mieux avisĂ©s que ça. TrĂšs bien. Maintenant, vous avez... Beaucoup parmi vous ont Ă©tĂ© dans des rĂ©unions. Et vous savez que je n’aurais pas dit ce que j’ai dit ce matin si je ne savais pas que cette ville en avait besoin. Elle s’est complĂštement livrĂ©e Ă  toute souillure et tout gĂąchis de graisse. Vous avez besoin de Christ.
E-250 Voudriez-vous recevoir le vĂ©ritable Royaume de Dieu, oĂč tout votre ĂȘtre sera changĂ©; oĂč vous serez transformĂ© et vous deviendrez une nouvelle crĂ©ation; toute une floraison de la Vie, de la Vie Eternelle, est en vous; oĂč les choses du monde seront mortes? Je ne vais pas vous demander de venir Ă  un quelconque autel. Je vais vous exiger de la sincĂ©ritĂ©. Si vous en avez un dĂ©sir rĂ©el et que vous voulez que je prie, alors que je termine le service, levez la main et dites: «Priez pour moi, FrĂšre Branham.» Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est bien, environ quatre-vingt-dix pour cent.
E-251 Notre PĂšre cĂ©leste, alors que je regardais lĂ  juste avant que je ferme les yeux, Seigneur, j’ai vu ce qui a Ă©tĂ© publiĂ© ici, cette annonce dans un journal, The Tony Fontane Story, des blondes, des supercheries, on danse sur l’estrade, la musique, des femmes et des hommes en habits immoraux.
E-252 JĂ©sus a dit: «Qu’ĂȘtes-vous allĂ©s voir quand vous ĂȘtes allĂ©s voir Jean? Un homme en habits prĂ©cieux, au col roulĂ© et tout? Non.» Il a dit: «Ceux-lĂ  sont dans les palais des rois. Etes-vous allĂ©s voir un–un roseau agitĂ© par le vent? Quelqu’un qui aimerait qu’une organisation lui offre quelque chose d’un peu meilleur que l’autre, alors il irait vers celle-ci? Pas Jean. Il n’était pas un roseau agitĂ© par le vent. Il ne faisait jamais de compromis sur l’une de vos choses.» Il a dit: «Qu’ĂȘtes-vous donc allĂ©s voir, un prophĂšte?» Il a dit: «Je vous le dis, plus qu’un prophĂšte.»
E-253 Notre PĂšre, ĂŽ Dieu, nous savons qu’il n’y a pas d’espoir pour la dĂ©nomination ecclĂ©siastique. C’en est fini d’elle, Seigneur. C’est contraire Ă  Ta volontĂ©, pour commencer. Il n’y a pas d’espoir pour la nation. C’en est fini d’elle.
E-254 Nous l’avons dĂ©jĂ  vu, cette nation, c’est un parfait reflet d’IsraĂ«l. IsraĂ«l est entrĂ© dans sa patrie et–et en a chassĂ© les occupants, de mĂȘme que nous, nous sommes arrivĂ©s ici, nous avons chassĂ© les Indiens amĂ©ricains. Ils avaient eu de grands hommes Ă  leur Ă©poque: David, Salomon et JosuĂ©. Nous aussi, nous sommes arrivĂ©s, nous avons chassĂ© les indigĂšnes, nous avons Ă©tabli notre pays, notre Ă©conomie, sur base de la libertĂ© de religion, alors que nous avions Ă©tĂ© liĂ©s par des dogmes et des choses. Nous avons eu de grands hommes, un Washington, un Lincoln. Mais, finalement, au fil des annĂ©es, on a finalement Ă©lu un Achab qui avait une JĂ©zabel maquillĂ©e, qui crĂ©ait les modes du monde. C’est ce que nous avons fait. Et aujourd’hui, nous voyons la mĂȘme chose se passer. En ce temps-lĂ , on avait un Elie qui s’était levĂ© et avait condamnĂ© cela. Oh! combien il Ă©tait haĂŻ, mais il–il avait pris position. Sa voix retentira encore au jour du Jugement.
E-255 Et, PĂšre, envoie-nous un Elie. Envoie-nous la Voix de la Bible, la Voix de Dieu, pour confirmer Cela. Et prouve que Tu es Dieu, que Tu fais la mĂȘme chose hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, afin que les gens reconnaissent cela. Sans aucune hĂ©sitation, ils voient que c’est la VĂ©ritĂ©. Et puissent les gens...
E-256 C’est comme la petite femme au puits, elle avait Ă©tĂ© embrouillĂ©e par toutes sortes d’histoires, mais quand cette LumiĂšre a brillĂ© sur son petit chemin, qu’elle suivait, elle a vu quelque chose. Elle n’était plus la mĂȘme. Elle Ă©tait venue Ă  une Fontaine qu’elle n’avait jamais visitĂ©e auparavant.
E-257 Accorde, Seigneur, aujourd’hui que beaucoup, aujourd’hui, voient qu’il y a une Fontaine ouverte, que la Parole de Dieu est toujours efficace pour quiconque croira et recevra Cela. Plusieurs mains ont Ă©tĂ© levĂ©es, Seigneur JĂ©sus. Ils sont poussĂ©s Ă  bout par les besoins. Je crois qu’ils sont sincĂšres lĂ -dessus. C’est avec peine que je peux me rappeler que–que les gens fournissent des efforts, sont entrĂ©s dans ce mouvement de la PentecĂŽte, parce qu’ils avaient quittĂ© ces modes et ces choses, ils avaient vu qu’il n’y avait rien lĂ  pour eux. Et ils y sont entrĂ©s droit pour se retrouver dans ce mĂȘme genre de fatras de–de Hollywood, ce mĂȘme genre de programme pĂ©dagogique, de gros plans, comme nous l’appelons sur terre, Seigneur. Oh! comment... ĂŽ Dieu, aide-les. Le veux-Tu, PĂšre?
E-258 Et je–je crois qu’ils ne pourraient pas lever la main, s’il n’y avait pas lĂ  Quelque Chose qui les amĂšne Ă  lever la main. Qu’il y ait un Esprit autour d’eux. Et ces hommes et ces femmes, quatre-vingt-dix pour cent d’entre eux, peut-ĂȘtre, Seigneur, afin qu’ils se rendent compte qu’il y a quelque chose qui cloche, et ils–ils ne veulent pas cela comme ça. Et maintenant, d’aprĂšs la science, ils ne peuvent pas lever cette main; la pesanteur la retiendrait vers le bas. Mais ils peuvent dĂ©fier la science, parce que ce sont des ĂȘtres humains, ils ont un esprit qui peut ordonner Ă  cette main de se lever, et elle se lĂšvera.
E-259 Et, ĂŽ Dieu, Tu as donc dotĂ© les hommes de... du libre arbitre pour prendre des dĂ©cisions. Et maintenant, il y a Ă  cĂŽtĂ© d’eux un Esprit qui leur dit que l’esprit mĂȘme qu’ils adorent est faux, et ils veulent une dĂ©cision. Et l’Esprit qui est tout autour d’eux, le Saint-Esprit, les amĂšne Ă  lever la main pour dire: «Donne-moi Dieu.» Seigneur, Tu connais leurs coeurs. Je prie que le Saint-Esprit afflue, comme un barrage cassĂ© quelque part et qu’un flux des attentes emmagasinĂ©es du Saint-Esprit ranime leurs Ăąmes d’un vrai Feu de l’amour de Dieu brĂ»lant lĂ , pour l’humanitĂ© mourante; pas pour une organisation, mais pour l’humanitĂ© mourante; pas pour la politique, comme ils voient le monde des organisations se disloquer. Ils voient le monde politique se disloquer. Et le... leur ONU, le trĂšs gros ballon en velours ballottĂ© Ă  tout vent de–de doctrine politique, poussĂ© de part et d’autre. Et, ĂŽ Dieu, ils voient le... ce Conseil des Ă©glises, comme on l’appelle. Ils voient que cela les entraĂźne droit dans un piĂšge, Seigneur, comme une araignĂ©e tissant une toile.
E-260 Ô Dieu, puissent les pentecĂŽtistes se rĂ©veiller vite, Seigneur, pendant qu’il est temps pour eux de pouvoir se rĂ©veiller. RĂ©veille cette petite ville ici, Seigneur. RĂ©veille ces femmes qui sont assises ici. RĂ©veille ces hommes. Ne laisse pas cela leur passer par-dessus la tĂȘte, Seigneur.
E-261 Comme l’Eglise catholique s’était rĂ©veillĂ©e aprĂšs saint Patrick. Comme l’Eglise juive s’était rĂ©veillĂ©e aprĂšs Elie, ils ont alors garni sa tombe. Comme l’Eglise catholique s’était rĂ©vĂ©lĂ©e aprĂšs Jeanne d’Arc. Ils ne reconnaissent pas cela pendant que cela est en cours. Mais aprĂšs que c’est passĂ©, alors ils s’en rendent compte. Comme l’église s’était rĂ©veillĂ©e aprĂšs que JĂ©sus avait Ă©tĂ© crucifiĂ©. C’était alors trop tard. Ils avaient dĂ©jĂ  fait cela.
E-262 Ô Dieu, rĂ©veille les pentecĂŽtistes. Je les aime, Seigneur. Ils sont le peuple... Ils–ils m’aident Ă  nourrir mes enfants. Seigneur Dieu, qu’ils sachent que le Message de Dieu ne doit pas provenir de leur organisation ni de leur milieu. Tu suscites ce que Tu veux. Tu es Dieu. Secoue leurs Ăąmes ce matin, PĂšre, qu’ils se rendent compte que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Et nous sommes assis maintenant dans Sa PrĂ©sence, dans les lieux cĂ©lestes, Ă©tant Ă©levĂ©s par la Parole. Ils sont Tiens, Seigneur. Fais avec eux comme bon Te semble. Je Te les prĂ©sente comme les trophĂ©es du Message au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-263 Je L’aime. L’aimez-vous? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Que notre soeur veille bien nous donner le ton de Je L’aime. Je L’aime. Etes-vous fĂąchĂ©s contre moi? [«Non.»] Si vous l’ĂȘtes, venez ici et serrez-moi la main, et prions. Voyez? Je vous ai dit la VĂ©ritĂ©, la VĂ©ritĂ© pure de l’Evangile. Un jour, vous pourrez vous en rendre compte. Ne laissez pas que ça se fasse trop tard. Pouvons-nous nous tenir debout juste un instant. Je L’aime...
L’aimez-vous? Levez la main.
Je L’aime,
Parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit mon salut
Sur... du Calvaire
E-264 Maintenant, mĂ©thodistes, tendez la main vers les baptistes; unitaires, tendez la main vers les trinitaires; Eglise de Dieu, tendez la main vers les AssemblĂ©es. Nous tous, pendant que nous chantons cela, dites avec sincĂ©ritĂ©: «Je vous aime, frĂšre, soeur. Je prierai pour vous. Vous ĂȘtes mon frĂšre, ma soeur.» Faisons-le une fois de plus maintenant.
Je... [Frùre Branham parle aux frùres.–N.D.E.]
Parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit mon salut
Sur...
E-265 Maintenant, AssemblĂ©e de Dieu, venez voir Ceci aprĂšs, et puis, repentez-vous. Priez pour votre organisation, sinon sortez de cette orniĂšre. L’assemblĂ©e de Dieu a des hommes trĂšs consacrĂ©s lĂ . Je les connais. Les unitaires ont des hommes trĂšs consacrĂ©s parmi eux. C’est vrai. L’Eglise de Dieu a des hommes trĂšs consacrĂ©s. Les baptistes, les mĂ©thodistes, ils ont des hommes consacrĂ©s. Mais ce sont les systĂšmes qui les gardent comme ça, des marionnettes du systĂšme.
E-266 «Je...» Levons les mains maintenant vers Lui que nous aimons. «Je...»
De tout coeur maintenant, «Je L’aime.» TrĂšs bien, FrĂšre Demos.

En haut