ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication N'AYEZ PAS PEUR / 63-0607 / Tucson, Arizona, USA // SHP 2 hours and 6 minutes PDF

N'AYEZ PAS PEUR

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Restons debout juste un moment alors que nous inclinons la tête devant Dieu. Pendant que nous avons nos têtes et nos coeurs inclinés, je ne sais pas s'il y a ce soir dans cette salle des requêtes spéciales pour lesquelles vous sollicitez la prière. Faites-le simplement savoir en levant la main. Que le Seigneur vous bénisse.
E-2 Notre P√®re c√©leste, nous nous approchons maintenant du grand Tr√īne, au Nom du Seigneur J√©sus, car nous avons appris que si nous venons et demandons quelque chose en Son Nom, cela nous sera accord√©. Et nous voulons premi√®rement Te remercier pour ce merveilleux rassemblement pendant ces quatre soir√©es, des gens remplis de l'Esprit qui se sont rassembl√©s ici. Et nous avons vu que l'Ecriture s'est encore av√©r√©e vraie, √† savoir que : " L√† o√Ļ deux ou plus sont assembl√©s, Je serai au milieu d'eux. " Et nous T'avons vu gu√©rir les malades, prononcer les b√©n√©dictions, dire aux gens ce qui arrivera. Et nous en sommes tr√®s reconnaissants. Et nous, en tant que des fr√®res ici sur l'estrade, Seigneur, je suis reconnaissant pour ce groupe d'hommes dont je sais qui... Ces chr√©tiens, ces b√©b√©s nouveaux-n√©s qui viennent d'entrer en Christ cette semaine, √ī Seigneur, je prie qu'ils trouvent chacun un chez-soi confortable ici, une √©glise qu'il consid√®re comme chez soi, et qu'ils vivent pour Toi et travaillent jusqu'√† ce que J√©sus vienne.
E-3 Et que les résultats de notre rassemblement produisent un réveil à l'ancienne mode qui s'étendra sur toute la ville, Seigneur. Beaucoup... que cela ne s'arrête jamais jusqu'à ce que Jésus vienne. Qu'il y ait constamment un rév-... soit connu partout dans le pays. Maintenant, Père, nous-nous prions pour ceux qui ont levé la main. Tu sais ce qui est derrière cette main. Nous... Et Tu sais tout ce qu'il en est, aussi Te confions-nous cela et Te demandons-nous de leur accorder leur requête. Et maintenant, romps-nous le Pain de Vie, Seigneur. Nous voulons que Tu nous parles par la Parole, car la foi vient de ce qu'on entend la Parole. Et nous Te prions ce soir de nous La révéler, Ta volonté divine. Montre-Toi une fois de plus ce soir parmi nous, Père. Nous Te remercions pour tout ce qui a été fait et dit, et nous attendons que ceci soit le grand apogée du service. Nous prions au Nom de Jésus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.
E-4 Je consid√®re ceci comme l'un de mes grands privil√®ges, d'avoir eu ce temps de communion fraternelle ici avec vous, de braves gens, ici dans cet auditorium √† Tucson. Et j'√©tais ici juste pour quelques jours, et je-je suis plut√īt ici depuis quelques jours, et je pensais peut-√™tre que venir ici et ne pas... et partir sans dire quoi que ce soit et sans tenir une r√©union, cela donnerait en quelque sorte une mauvaise impression. Et je n'ai pas eu l'occasion de rendre visite √† tous ces braves fr√®res que j'ai rencontr√©s ici depuis que je suis sur l'estrade. Et j'aurais souhait√© rester une semaine dans chaque √©glise. J'aimerais certainement faire cela. Et... Mais je suis si heureux que vous les b√©b√©s nouveaux-n√©s, vous qui venez de trouver Christ cette semaine... Si j'√©tais √† votre place, je-je me trouverais une bonne √©glise qui serait ma maison parmi ces hommes qui sont ici, n'importe quel endroit dont je serais le plus proche, que je choisirais de fr√©quenter.
E-5 Et moi... Les églises que j'ai visitées... Il y a certains hommes ici dont j'ai visité les églises, des hommes vraiment en feu pour Dieu, ayant un zèle ardent, faisant de leur mieux pour tenir la lumière de l'Evangile. Je-j'apprécie de tels hommes. Et, souvenez-vous, ces hommes croient le même Evangile que je prêche en me tenant ici. Ce sont eux qui me parrainent. Ce sont ceux qui se tiennent ici sur l'estrade. Ils n'ont pas honte de Ceci. Ils soutiennent Cela. Ils croient Cela. Et ils sont ici chaque soir, me soutenant, priant pour moi. Et voici ce que je pense : si vous ne fréquentez pas une église, pourquoi n'iriez-vous pas chez l'un de ces braves hommes ici pour-pour vous joindre à et église pour fraterniser avec eux ? Si je vivais ici et n'étais pas moi-même ministre, c'est-c'est ce que je ferais. Je me trouverais certainement chez l'un de ces hommes une bonne église qui serait ma maison, pour-pour prendre ma place en Christ.
E-6 Et si vous n'avez pas encore été baptisé, vous qui avez donné votre coeur à Christ, consultez l'un de ces hommes, et vous recevrez le baptême chrétien. Et puis, si vous n'avez pas reçu le Saint-Esprit, ils-ils savent comment vous instruire, comment vous devez recevoir Cela. Je vais parler de cela le matin au petit-déjeuner des Hommes d'Affaires, le Seigneur voulant, sur... au sujet du baptême du Saint-Esprit. Je me suis abstenu un peu ici de la doctrine, parce qu'ici nous sommes un groupe mélangé. Mais le matin, j'aimerais apporter un message d'évangélisation au sujet du Saint-Esprit, le Seigneur voulant. Maintenant, je pense que le petit déjeuner débute à 9 (8 heures, est-ce cela?), 8 heures du matin.
E-7 Et maintenant, j'aimerais demander quelqu'un que nous avons essay√© de retrouver depuis que nous sommes √† Tucson. Et peut-√™tre que certains d'entre vous fr√®res ici pr√©sents... Il se peut que la-la dame soit membre de votre √©glise. Je pense qu'elle r√©pondrait au nom de Charlotte Raney. Est-ce que quelqu'un...? Vous la connaissez. Est-elle ici dans la ville ? Charlotte, es-tu ici ? Je-je... Elle est notre amie intime, mais nous n'arrivons pas √† la retrouver. Elle est infirmi√®re. [Quelqu'un dit : " Sa fille est ici. " - N.D.E.] Sa fille ? Eh bien, oh ! la la ! Je me demande quelle taille elle a. L√®ve-toi, ch√©rie, o√Ļ que tu te trouves. J'esp√®re que tu n'es pas trop grande pour que je t'appelle ch√©rie. Oh! Oh ! la la ! Elle a pratiquement d√©pass√© cette taille de ch√©rie, n'est-ce pas ? Merci. Dis √† maman: Que Dieu la b√©nisse ; nous l'aimons et aimerions certainement la voir avant notre d√©part, et qu'elle contacte quiconque du... Billy Paul, ou qui que ce soit ici, et qu'elle nous fasse savoir o√Ļ vous habitez. Nous avons essay√© de vous retrouver √† partir de l'annuaire t√©l√©phonique. Nous nous sommes renseign√©s partout sans pouvoir vous retrouver. Merci beaucoup. La derni√®re fois que je t'ai vue, tu n'√©tais qu'une toute petite enfant.
E-8 Madame Raney en question, sa-sa-sa soeur, une infirmi√®re r√©put√©e, √©tait l'un des premiers cas de cancer que j'ai vu le Seigneur gu√©rir. Elle ne savait m√™me pas o√Ļ elle se trouvait ni quoi que ce soit ; on l'avait br√Ľl√©e avec le radium. Et le Seigneur venait de m'appeler √† ce minist√®re une nuit ou deux auparavant. Oh! cela fait beaucoup, beaucoup d'ann√©es, peut-√™tre vingt ans, vingt-cinq ans. Et elle √©tait √† Louisville et, selon le registre des cas de cancer de Louisville, elle est morte depuis vingt ans. Mais elle travaille comme infirmi√®re aujourd'hui, et elle est en bonne sant√© et forte au possible. Et c'est sa sŇďur qui est venue ici √† l'ouest, elle et le petit b√©b√© que celle-ci √©tait √† l'√©poque. Et depuis que nous sommes ici, nous essayions de les retrouver. Et j'ai dit √† Meda que j'avais... mon √©pouse, que j'avais regard√© partout et que je-je n'arrivais pas la reconna√ģtre. Et je me suis dit que-que peut-√™tre elle avait d√©m√©nag√© ou quelque chose de ce genre. Et je... Chaque soir je me disais que je la demanderais. Alors, pour ne pas oublier, j'ai √©crit ici sur du papier certaines choses que je voulais dire.
E-9 Je me fais vieux. Je disais √† fr√®re Moore... Combien connaissent Jack Moore? Bien s√Ľr que vous le connaissez, vous les Hommes d'Affaires Chr√©tiens, un bon ministre de Shreveport. Il √©tait l'un de mes associ√©s dans les r√©unions. J'ai dit : " Fr√®re Jack, vous savez, il devient difficile pour moi de me rappeler encore les choses comme autrefois. Autrefois, je pouvais me rappeler rapidement quoi que ce soit. " " Oh! a-t-il dit, et ce n'est que l√† que vous en √™tes arriv√© ? " Et j'ai dit : " C'est d√©j√† assez loin. " Il a dit : " Oh ! la la ! " Il a dit : " J'ai appel√© un homme au t√©l√©phone, et j'ai dit : 'Que voulez-vous ?' " C'est √™tre fort avanc√© sur le chemin. Il est juste de quatre ou cinq ans mon a√ģn√©. J'esp√®re que je ne deviendrai pas comme cela. C'est ce qu'il disait pourtant; il a le sens de l'humour d'un Irlandais. Mais appeler un homme au t√©l√©phone et lui demander ce qu'il veut, √ßa, c'est grave. Maintenant, autre chose... Je... Merci, soeur, ch√©rie, et rassure-toi de nous contacter. Dis √† maman que nous voulons la voir, et nous rentrons imm√©diatement voir Tante Margie, Oncle Bill.
E-10 Eh bien, je suis reconnaissant, tr√®s reconnaissant √† ce groupe de ministres qui ont parrain√© ce programme et aux chr√©tiens... Hommes d'Affaires Chr√©tiens du Plein Evangile de cette ville. Je suis reconnaissant. J'essaie de me rendre √† chaque petit endroit possible, mais il nous est impossible d'aller chez tout le monde. Voici le... un des managers assis juste ici, fr√®re Borders, qui m'accompagne et qui fait des pr√©paratifs pour les r√©unions. Et j'ai un registre chez moi, √† peu pr√®s comme √ßa, plein d'invitations du monde entier, et on m'a dit qu'il en a une autre qu'il doit me remettre le matin. Mais, d'habitude, je vais juste o√Ļ Dieu me conduit. Alors, quand j'y vais, je peux alors aller au Nom du Seigneur J√©sus, parce qu'Il m'a envoy√© comme un ambassadeur. Et pendant que j'√©tais ici √† Tucson, je me suis senti conduit √† tenir cette s√©rie de r√©unions. Je me suis dit que ce serait tr√®s bien, et surtout pour pouvoir fraterniser.
E-11 Et combien se souviennent de Fred Bosworth, frère F. F. Bosworth, le grand vieux saint de Dieu? Et il vient de rentrer à la Maison dans la Gloire, à quatre-vingt-quatre ans, tout récemment. Et il a dit : " Frère Branham, savez-vous ce qu'est la communion ? " Et j'ai dit : " Je pense que oui, Frère Bosworth. " Il a dit : " Cela signifie deux compagnons dans un bateau. [En anglais fellows veut dire compagnons, et ship veut dire bateau. - N.D.T.] Alors je... Il y a de la place pour l'autre. Je suis donc très reconnaissant. Et cela me rappelle toujours une petite histoire. Je suis allé à l'extérieur, un des huissiers m'a rencontré et m'a serré la main. Il a dit : " Dites donc, Pasteur, a-t-il dit, je suis - je suis votre confrère. " J'ai dit : " Enchanté de faire votre connaissance. " Et il m'a dit son nom, et il était aussi un Irlandais. Et alors, quelqu'un m'a demandé une fois, il a dit : " De quelle nationalité êtes-vous, Frère Branham ? " J'ai dit : " Je suis Irlandais. Et si eux-et si eux peuvent être sauvés, il y a de l'espoir pour le monde entier. " Et ainsi-et ainsi il se faisait que lui aussi était un Irlandais. Et il a dit : " J'aime ces histoires sur la chasse. " Il a dit : " J'aime aussi faire la chasse. " Ainsi donc, vous devez être tout pour tous les hommes, vous savez, afin que nous puissions gagner quelques-uns pour Christ.
E-12 Et en parlant de la communion fraternelle, je me souviens une fois et... j'√©tais dans le nord du New Hampshire. Et j'√©tais... C'est la r√©gion du cariacou. Et je p√™chais pour attraper ces petites truites des rivi√®res, ces queues carr√©es [Esp√®ce de truite - N.D.T.]. Et nous... et j'avais un endroit, j'avais emport√© ma petite tente, c'√©tait tout en haut sur la montagne. Oh! j'ai vu un endroit o√Ļ l'eau tombait sur... Et je sais que j'ai beaucoup d'amis p√™cheurs. Je n'ai donc pas encore trouv√© assez d'eau en Arizona pour aller p√™cher depuis que je suis ici. Je bois toute mon eau, en effet... Mais... C'est la seule chose... Je-j'aime cette contr√©e, mais j'aurais certainement souhait√© que nous ayons des lacs ou des √©tangs ou quelque chose comme √ßa par ici. Et je suis un baptiste, vous savez, et j'aime en quelque sorte beaucoup d'eau. Et donc, ils... Il y avait ce petit-petit point d'eau o√Ļ je faisais la p√™che. Oh ! la la ! Je les attrapais simplement, vous savez, juste pour m'amuser avec, apr√®s quoi je les rel√Ęchais. Et si j'en tuais une, naturellement je la mangeais. Et derri√®re ma ligne √† mouche, j'attrapais l√† derri√®re un tas de petits saules d'√©lans. J'ai donc dormi toute la nuit dans une petite tente, j'√©tais l√† depuis deux jours. Et le lendemain matin, j'ai pris ma petite hache √† main, et je suis sorti. Je pensais couper ces buissons et m'amuser un moment avec ces truites. Peut-√™tre demain j'y retournerai, ma petite tente au dos.
E-13 Et, sur mon chemin du retour... Une m√®re ourse et ses deux petits √©taient entr√©s dans ma vieille petite tente en sac de haricots. Et ainsi... Et le probl√®me, ce n'est pas ce qu'ils mangent; c'est ce qu'ils d√©truisent. Oh ! la la ! Ils aiment faire entendre le bruit des choses. Ils sont ainsi des pentec√ītistes jusqu'√† la moelle. Donc, ils-ils-ils appr√©cient... ils aiment simplement cela. Ils sont donc entr√©s et ont renvers√© un tuyau du po√™le et l'ont tout simplement broy√©. Maintenant, vous parlez du bruit, eh bien, je pr√©f√®re ne pas en parler. Voyez-vous ? Je peux prouver que tout ce qui n'a pas d'√©motion en soi est mort. Si donc votre religion n'a pas un peu d'√©motion en elle, vous feriez mieux de l'enterrer et de chercher quelque chose. Vous devez avoir de l'√©motion si vous √™tes vivant. Et ainsi... Remarquez, cette vieille petite... Je suis mont√©. J'ai entendu un bruit et j'ai jet√© un coup d'Ňďil. Et il y avait une vieille maman ourse avec ses deux petits qui √©taient entr√©s l√†-dedans, et ils avaient mis en pi√®ces tout ce qu'il y avait. Alors j'ai su que c'√©tait... mis le camp en pi√®ces alors et s'en √©tait all√©e. Ainsi donc j'ai regard√©, et la vieille m√®re ourse, elle s'est enfuie d'un c√īt√©. Et elle s'est adress√©e affectueusement [√† ses petits], vous savez. C'√©tait une ourse noire. Ils ne sont pas tr√®s grands. Et elle s'est donc enfuie et elle s'adressait affectueusement √† son petit. Et l'un des petits est all√© vers elle, et l'autre n'est pas all√©. Eh bien, je me suis demand√© : " Que se passe-t-il ? "
E-14 Et j'avais un vieux pistolet rouill√© l√† dans cette tente. Mais je pense qu'il fut d√©truit √† ce moment-l√†. Et j'avais la hache en main, et-et je... Vous savez, une vieille m√®re ourse avec des petits, elle peut plut√īt se f√Ęcher, vous savez. Et elle peut aussi vous griffer, si elle veut. Donc, je la surveillais plut√īt, vous savez, et j'avais tout le temps un arbre √† l'esprit, afin que je puisse... Avez-vous entendu parler du pasteur dans le cannelier? Eh bien, tout esp√®ce d'arbre fera l'affaire si un ours vous poursuit. J'ai donc observ√© cet arbre, et je me suis demand√© ce que ce pauvre petit ours avait. Et il √©tait... ne voulait simplement pas partir. Et sa maman a continu√© √† s'adresser affectueusement √† lui, mais il n'a pas du tout boug√© de l√†. Il √©tait tout vo√Ľt√©, comme ceci. Et je me suis dit : " Qu'est-ce qu'il a, le petit ami ? " J'ai pens√© que je pouvais peut-√™tre courir √† l'int√©rieur prendre ce vieux pistolet. Et je me suis dit : " Oh! je ne voudrais pas tuer cette vieille m√®re ourse au cas o√Ļ elle foncerait sur moi, car elle laisserait deux orphelins dans les bois. Je ne voulais donc pas faire cela. "
E-15 Je me suis donc dit : " Je vais simplement garder en vue cet arbre et voir ce que le petit a. " Et maintenant, il √©tait tout vo√Ľt√© comme ceci, et je le voyais bouger. Et la vieille m√®re s'adressait affectueusement et marchait de long en large, quelque peu agit√©e. Et elle aussi m'observait. Et quand elle a tourn√© le dos pour regarder l'autre ours, j'ai fait quelques pas de c√īt√©, comme cela, essayant de m'approcher pour voir ce que le petit √©tait... qui l'int√©ressait tant. Savez-vous ce qu'il avait ? Il avait mon seau de m√©lasse. Et, vous savez, je-j'aime les cr√™pes. Je sais que j'ai beaucoup de concitoyens qui ont le m√™me go√Ľt. Alors... Et-et je ne-je-je ne crois pas dans l'aspersion ; j'aime les baptiser vraiment. J'aime d√©verser abondamment cela dessus, vous savez, mettre beaucoup de m√©lasse... La derni√®re fois que j'ai mang√© ici au Ramada... L'autre jour, nous avons eu le petit-d√©jeuner le plus d√©licieux. Et ils avaient de bonnes petites cr√™pes √©paisses, comme cela. Nous les appelons petites cr√™pes √©paisses [en anglais am√©ricain flapjacks. - N.D.T.] dans le Sud. Mais vous... Si vous les prenez le matin, dites au serveur juste un peu plus de m√©lasse, s'il vous pla√ģt. Ce-ce n'√©tait pas... Cette chose, je devais mettre du sucre dessus, vous savez, pour terminer.
E-16 Mais on ne sait comment ce pauvre petit ours, avec sa patte, le petit avait ouvert ce seau. Et il avait son... Ils aiment ce qui est sucr√©, vous savez. Et il avait sa petite patte plong√©e dans ce seau de m√©lasse. Il ne savait pas la manger √† l'aide de ses pattes, alors il-il les enduit simplement et les l√®che, vous savez, et il les enduisait donc et l√©chait. Et apr√®s avoir absorb√© tout le seau... J'ai dit : " Sors de l√†. " J'ai continu√© √† crier apr√®s lui. Il ne se retournait m√™me pas. Et apr√®s avoir absorb√© le seau, il s'est retourn√© et m'a regard√©, mais il n'arrivait pas √† ouvrir ses yeux, vous savez. Du bout de ses oreilles jusqu'√† son petit ventre, il √©tait vraiment couvert de m√©lasse. Je me suis dit : " C'est juste. Il n'y a aucune condamnation. C'est tout comme une bonne vieille r√©union pentec√ītiste. Quand vous plongez votre main en plein dans le seau de m√©lasse, ou dans le pot de miel, jusqu'au niveau des coudes, et que vous criez et louez Dieu, peu importe ce qui se passe, vous ne l'entendez pas. Voyez? Mais, vous savez, ce qui √©tait √©trange est qu'apr√®s qu'il a fini cela - et les autres se tenaient l√† √† le r√©primander -, quand il est arriv√© l√†, les autres ont eu la communion. Ils l'ont l√©ch√© partout. La nature a des choses √©tranges, n'est-ce pas, fr√®re ? L√©chant enti√®rement... Eh bien, ces gens qui n'ont pas assist√© √† cette r√©union, ils peuvent simplement l√©cher votre m√©lasse apr√®s la (Voyez-vous?)...apr√®s qu'elle sera termin√©e. Tr√®s bien.
E-17 Nous sommes reconnaissants, reconnaissants pour ce merveilleux groupe de fr√®res, et pour ce merveilleux groupe de gens. Et ils... Je pense que tout marche bien. Et nous ne... Nous... absolument... Il y a une chose que nous n'autorisons pas, c'est l'argent, une quelconque pression pour l'argent. Le fr√®re m'en a parl√© l√†-bas, il a dit qu'il avait le tout, sauf cent dollars. Je lui ai donn√© un ch√®que. J'ai dit : " Oubliez cela. Voyez? Je paierai moi-m√™me. " Ainsi donc-donc, nous... Tout va tr√®s bien. Et nous voulons... Si l'un des membres du personnel de cette Auberge Ramada est ici ce soir, je voudrais les remercier, car ils nous ont accord√© cette salle. Je pense... Et je n'√©tais pas... Je sais... La seule fa√ßon dont je l'ai su, c'est par fr√®re Tony qui m'en a parl√©. Je crois que c'est... que si quelqu'un √©tait dans cette ville, ou cherchait un motel, je ferais certainement de la publicit√© et lui dirais que le Ramada est le lieu o√Ļ il faut aller.
E-18 Si les gens ont autant de consid√©ration pour les... pour nous et pour notre religion ainsi que pour notre Christ, je pense que nous devrions avoir assez de hardiesse pour dire quelque chose de bon √† leur sujet, et le dire √† tout le monde √† qui nous le pouvons. C'est juste. Que le Seigneur b√©nisse cette institution. Nous allons toujours chez eux o√Ļ que nous allions √† travers le pays. Ils nous ont toujours t√©moign√© cette courtoisie. Et les Hommes d'Affaires utilisent leurs grandes salles, √† PhŇďnix et partout o√Ļ nous pouvons aller, pour tenir des r√©unions et des conventions. Et je dirais ceci, messieurs, si vous √™tes ici : Que le Dieu Tout-Puissant vous b√©nisse richement. Et je prie qu'√† la fin de la route Dieu veuille vous ouvrir Ses portes et vous accueille dans Son grand Royaume √† ce moment-l√†.
E-19 Et puis, il y a autre chose. Maintenant, j'ai un tas de trucs avec quelques notes √©crites ici, et quelques textes que je veux utiliser dans quelques minutes. Mais, autre chose, c'est que vous avez vraiment de la chance ici √† Tucson. Eh bien, on m'a toujours dit que Tucson √©tait la ville la plus proche de l'enfer, parce qu'il y fait si chaud. Mais je vous dis, j'appr√©cie vraiment ceci. Eh bien, s'il faisait aussi chaud chez moi, eh bien, vous - vous ne pourriez pas vous tenir ici en veste, avec le climatiseur en marche, ce serait... vous seriez simplement en train de suer. Eh bien, je n'ai jamais... j'ai travaill√© assez dur, mais je n'ai pas encore su√©. J'appr√©cie donc cet endroit. Quand vous retournez √† l'est, vous vous demandez... C'est ici l'endroit o√Ļ venir en √©t√©. Il fait beau. C'est beaucoup mieux que notre marais l√†-bas, de toute fa√ßon. J'aime donc cet endroit. Et j'esp√®re que le Bon Seigneur me laissera revenir emm√©nager quelque part ici pour y rester. Et j'aime vraiment cet endroit. Et l'une des grandes choses, les √©v√©nements... ou plut√īt l'une des grandes particularit√©s de cet endroit, bien entendu ce sont les gens qui constituent cette ville. J'ai... M√™me dans vos magasins et tout dans une ville touristique, j'ai re√ßu l'un des meilleurs traitements, depuis que je suis √† Tucson, [de la part] des gens les plus gentils que j'aurais rencontr√©s.
E-20 Et puis, quand je suis arrivé, j'ai allumé ma radio, et j'ai découvert ici une station qui diffuse constamment rien que de la musique chrétienne. C'est la station KAIR. Et j'ai appris, aujourd'hui, que leur siège est ici au Ramada. Savez-vous ce que j'ai fait (si l'un des membres du personnel de KAIR est ici)? J'ai acheté une radio pour la garder simplement allumée tout le temps, afin que mes enfants et ma maison puissent entendre les bonnes choses. En effet, la plupart des stations que vous mettez, c'est toujours un genre de ce boogie-woogie, ou n'importe quel truc, et-et le rock'n'roll et tout cet autre genre d'absurdités qu'ils ont aujourd'hui. Et-et vous n'entendez pas la chose. Et je pense que vous, les chrétiens, vous devriez faire tout votre possible pour garder cette station-là. C'est juste. Et mettez-la chez vous quand vos enfants peuvent entendre la chose correcte.
E-21 En bien, vous entendrez toutes sortes de... C'est bien s√Ľr une affaire interd√©nominationnelle, et toute sorte de pr√©dication, ou n'importe quel... Vous pouvez √™tre en d√©saccord avec quelques fr√®res en ce qui concerne leur √©mission. Oh ! la la ! Si nous nous asseyons tous ce soir pour manger et que tous nous prenions la tarte, je pourrais prendre la tarte aux cerises, et vous pourriez prendre la tarte aux pommes, mais nous mangeons tous la tarte, nous sommes... n'est-ce pas ? C'est juste. Ce sont juste des fr√®res. Et ils ont le droit d'exprimer ce qu'ils pensent. Et donc, gardez votre radio allum√©e et √©coutez cette bonne musique. Et je pense... Je-j'appr√©cie... Je-j'aurais souhait√© amener cela chez moi, KAIR, et installer cela quelque part √† Louisville, une telle station qui diffuse tout le temps de la musique chr√©tienne. J'aime cela. Que le Seigneur b√©nisse cette station KAIR. Et puis, il y a une autre station l√†-bas. Je ne me souviens pas de-de son sigle, mais elle a aussi beaucoup de bonnes musiques religieuses. Et je vous le dis, j'esp√®re que je n'embarrasse pas l'homme en disant que j'√©coute chaque fois fr√®re Gilmore. Il passe sur les antennes de cette station de temps en temps. Et j'oublie simplement le nom de la station, mais ils ont aussi... KAIF ? [Un homme dans l'audience dit : " Non, KFIF. " - N.D.E.], KFIF. C'est une autre bonne station. Nous les appr√©cions aussi.
E-22 Vous savez, c'est tout comme le dit le vieux dicton, si nous comptons nos b√©n√©dictions, regardez partout, c'est plut√īt surprenant de voir combien de gens bons il reste dans le monde, et combien de bonnes choses nous avons encore. Que le Seigneur soit lou√© ! Je suis heureux d'√™tre en Am√©rique. Je suis heureux, en tant qu'un missionnaire qui revient d'autres r√©gions, et ainsi de suite, et qui rentre au pays. Oh! cela me fait mal au cŇďur de voir comment... la vie de luxe que nous menons, alors que le reste du monde meurt de faim. Et-et voir de beaux √©difices, une tr√®s belle √©glise √† chaque coin, et-et ces pauvres gens l√†-bas, et beaucoup d'entre eux n'ont m√™me jamais entendu parler du Nom de J√©sus-Christ.
E-23 J'ai eu de petits gar√ßons noirs debout par milliers, les larmes leur coulant sur les joues, nus comme des vers, ne sachant distinguer leur droite de leur gauche, ils restaient toute la journ√©e et toute la nuit assis l√† m'√©coutant parler du Seigneur J√©sus (Voyez ?), et ils n'avaient jamais entendu cela auparavant. Dites-leur que-qu'il y a quelqu'un qui les aime. Oh ! la la ! C'est ce qu'ils ont besoin d'entendre, quelque chose qui... quelqu'un qui les aime. Qui ne voudrait pas √™tre aim√© ? Nous voulons tous cela. Nous en avons tous besoin. Et puis, pour obtenir cela, il faut aimer quelqu'un d'autre, alors vous serez aimable. Que Dieu vous b√©nisse tous. J'esp√®re vous voir le matin au petit-d√©jeuner, ceux qui peuvent venir. Et je pense qu'ils vendront aussi les billets le matin au bureau. Et si vous venez pour le petit-d√©jeuner, eh bien, je suis s√Ľr que nous recevrons un peu plus de m√©lasse, si nous avons les cr√™pes. Et alors... Et peut-√™tre que d'autres n'en exigent pas toujours autant, vous savez. Et alors, quand je...
E-24 Une fois, je pr√™chais dans une √©glise missionnaire baptiste en G√©orgie. C'√©tait une... J'avais pr√™ch√© jusque tard dans la soir√©e et j'avais fait un grand appel √† l'autel, et je... il faisait tard. Et je dormais sous une v√©randa arri√®re, et le vent soufflait contre une vieille v√©randa prot√©g√©e de l'int√©rieur. Et j'√©tais-j'√©tais fatigu√©. Les gens l√†-bas se l√®vent √† 4 h, et alors ils... la vieille dame de couleur est sortie. Elle m'a appel√© trois ou quatre fois. Et je n'oublie jamais cela. Elle a dit : " Parson ! " [Terme employ√© dans le Sud des USA pour dire " Pasteur ". - N.D.T.] L√†-bas, cela veut dire " pr√©dicateur ". " Parson." Elle a dit : " Ch√©ri, pourquoi ne te l√®ves-tu pas ? " Elle a dit : " Je t'ai d√©j√† pr√©par√© quatre fois de petites cr√™pes √©paisses " Que Dieu b√©nisse son pauvre cŇďur ! Elle avait alors environ soixante-dix ans. Je pense qu'elle est dans la Gloire maintenant et qu'elle se repose. " Je t'ai pr√©par√© de petites cr√™pes quatre fois d√©j√† ce matin. "
E-25 Maintenant, tout le monde aime-t-il le Seigneur ? Je suis heureux. N'√™tes-vous pas heureux de savoir que vous pouvez √™tre libres et vous sentir heureux, et sans aucune condamnation ? Et je voudrais remercier ce petit quatuor ici pour √™tre rest√©. Je sais qu'ils ont √©t√© programm√©s √† d'autres endroits et ils ont dit... J'√©couterai vos disques. J'en ai quelques-uns, ainsi que les bandes et tout. Je pense que vous √™tes vraiment excellents. Et cette petite fille ici pr√©sente (Oh !la la ! Oh !la la !), elle est-elle est l'oiseau moqueur. Elle est vraiment capable de chanter v√©ritablement, et les jeunes gar√ßons aussi. Et j'ai dit √† ce petit gars, le petit gars qui porte des lunettes... Je l'ai rencontr√© l'autre soir, et j'ai dit : " Fiston, tu vas chanter la basse un de ces jours. " Il a un peu ri, et il a jet√© un coup d'Ňďil √† ces lunettes. J'ai dit : " Tu te demandes un peu comment j'ai dit cela. " J'ai dit : " Eh bien, ta voix r√©sonne maintenant comme un bourdon dans une cruche. " Et cela l'a stimul√©. Et ce sont de braves gens. Que le Seigneur vous b√©nisse. Je pense que j'ai rencontr√© imm√©diatement la m√®re quand j'ai dit cela. Tr√®s bien. J'ai eu une autre dame l'autre soir, et je pense que c'est le p√®re qui est quelque part ici. Quelqu'un a point√© le p√®re ici. Oui. Tr√®s bien. Que le Seigneur le b√©nisse. Et j'esp√®re que nos chemins se croiseront de nouveau quelque part dans la vie. Sinon, nous serons l√† √† la porte ce matin-l√†. C'est juste.
E-26 Maintenant, avant que nous... Apr√®s nous √™tre exprim√©s tel que nous l'avons fait... et je crois que le bonheur accompagne les chr√©tiens. Je n'ai jamais √©t√© triste d'√™tre un chr√©tien. Je suis toujours heureux d'√™tre un chr√©tien. Et, oh! les carillons ont maintenant sonn√© dans mon cŇďur voici quelque trente-cinq ans depuis que J√©sus-Christ est entr√© dans mon cŇďur. Je n'ai jamais √©t√© capable de l'exprimer. C'est une joie ineffable et pleine de gloire. Mais maintenant, comme nous nous approchons de la Parole, mettons simplement de c√īt√© notre petit rire, et-et regardons maintenant droit dans la Parole, juste un moment. Seigneur J√©sus, viens-nous en aide maintenant, alors que nous lisons la Parole. Et que le glorieux Saint-Esprit qui a √©t√© envoy√© pour √™tre notre Tuteur, qui a √©t√© envoy√© pour nous √©lever et nous apprendre les choses et la voie de Dieu, puisse-t-Il venir maintenant prendre la Parole et L'apporter √† chaque cŇďur juste selon nos besoins. Nous prions au Nom de J√©sus. Amen.
E-27 Maintenant, si vous voulez bien ouvrir l'Ecriture que je voudrais lire, cela se trouve dans Saint Matthieu au chapitre 14, et nous allons commencer au verset 22. Aussit√īt apr√®s, il obligea les disciples √† monter dans la barque et √† passer avant lui de l'autre c√īt√©, pendant qu'il renverrait la foule. Quand il l'eut renvoy√©e, il monta sur la montagne, pour prier √† l'√©cart; et, comme le soir √©tait venu, il √©tait l√† seul. La barque, d√©j√† au milieu de la mer, √©tait battue par les flots; car le vent √©tait contraire. A la quatri√®me veille de la nuit, J√©sus alla vers eux, marchant sur l'eau, ou plut√īt... (Excusez-moi)... marchant sur la mer. Quand les disciples le virent marcher sur la mer, ils furent troubl√©s, et dirent: C'est un fant√īme! Et, dans leur frayeur, ils pouss√®rent des cris. J√©sus aussi-... J√©sus leur dit aussit√īt : Rassurez-vous, c'est moi; n'ayez pas peur!
E-28 Eh bien, si je devais appeler ceci un texte... Et j'essaie de garder les petits messages simples et sous forme de drames, afin que les petits amis puissent les apprécier. Et je vais intituler ce texte comme ceci : N'ayez pas peur. Trois mots, c'est ce que j'utilise bien des fois : Crois-tu cela ? et Venez voir un Homme. Et c'est un petit texte de trois mots. Et maintenant, je voudrais utiliser cela comme texte : N'ayez pas peur. Et puis, comme sujet, je vais utiliser ceci : Une réunion de témoignages en mer.
E-29 Cela devait plut√īt √™tre tard dans l'apr√®s-midi. Le soleil venait √† peine de se coucher; c'√©tait le cr√©puscule; et ils √©taient tous fatigu√©s et √©puis√©s. Cela avait √©t√© un grand jour pour le groupe. Le grand p√™cheur costaud, muscl√© et chauve poussait le bateau dans la mer de Galil√©e. Et quand finalement il a pu faire flotter la proue, il a grimp√© √† bord et s'est assis √† c√īt√© de son fr√®re Andr√©. Dans la Bible, on appelait √ßa un bateau. Or, un bateau, ce n'est pas ce que nous appelons bateau aujourd'hui. A l'√©poque, les bateaux √©taient principalement propuls√©s par des rames. Et ils avaient... Les-les plats-bords √©taient √©lev√©s, car c'est souvent l√† que les grosses vagues viennent en mer, et on devait avoir des bords √©lev√©s. Et, g√©n√©ralement, il y avait deux hommes √† chaque rame, ils se mettaient l'un d'un c√īt√© du bateau, et l'autre de l'autre c√īt√©, et quelquefois, six ou huit hommes ramaient dans un bateau. Ils faisaient la p√™che et vendaient le long de la Galil√©e. Et aujourd'hui, il y en a encore. √áa n'a pas du tout chang√© depuis cette √©poque-l√†. C'est toujours la m√™me chose, ils p√™chent de la m√™me fa√ßon, avec le m√™me genre de filets et tout.
E-30 Eh bien, et lorsqu'ils retournaient le bateau et qu'ils prenaient le d√©part, la rive √©tait bond√©e de gens. Et ils ont donn√© quelques coups de rames, et ils leur ont dit au revoir de la main; et tout le monde disait : " Revenez nous voir encore; ne manquez pas d'amener votre Ma√ģtre quand vous reviendrez nous revoir. " Ils allaient de l'autre c√īt√© de la mer, et c'√©tait une bonne petite distance. Et ils devaient ramer fort pour arriver l√†-bas ce soir-l√†. Je peux donc m'imaginer d'une certaine fa√ßon ce qu'ils ressentaient. Cela avait √©t√© un grand jour. Ils avaient √©t√© t√©moins de grandes choses qui √©taient accomplies. Beaucoup avaient √©t√© sauv√©s et avaient cru au Seigneur J√©sus. Et ils avaient eu une journ√©e tr√®s difficile en maintenant les gens loin de leur Ma√ģtre, pour Lui permettre de les servir, d'apporter la vie aux perdus. Et ils √©taient fatigu√©s et √©puis√©s. Mais cependant, pour quitter leurs amis... Il y a quelque chose quand on quitte ses amis, quand vous devez dire au revoir. C'est une-c'est une chose affreuse. Et c'est ce que je sens, je peux sentir ce grand fardeau qu'ils avaient, parce que je sais ce qui se passe avec moi. Juste au moment o√Ļ vous vous familiarisez avec un groupe de gens, juste... Ils commencent √† comprendre que vous n'√™tes pas un surhomme, que vous √™tes un fr√®re. Et les... ils commencent √†... Tout le monde commence √† se sentir bien. Et puis, vous devez dire : " Au revoir. Je vous reverrai un jour. Je l'esp√®re. " C'est p√©nible de faire une telle chose.
E-31 J'attends le moment o√Ļ nous nous reverrons, et o√Ļ nous ne nous dirons jamais au revoir, l√† de l'autre c√īt√©. Et certains de mes pr√©cieux vieux fr√®res ici pr√©sents ainsi que mes partenaires de chasse, je vais-je vais vous rencontrer le long de ces pistes de gros gibiers quelque part l√† derri√®re, l√† o√Ļ cela n'aura jamais de fin. Je vous chercherai l√† le long de la route, si je ne reviens pas vous revoir avant que nous soyons enlev√©s. Et, combien ils ont d√Ľ agiter la main, puis donner quelques coups de rames et agiter encore la main. Et finalement, lorsque la mer s'est calm√©e, juste au moment o√Ļ le soleil se couchait, le petit bateau avan√ßait, propuls√© par les rames ; ils donnaient quelques coups, puis agitaient la main et... pour dire au revoir. Et quand donc quelqu'un pouvait reconna√ģtre quelqu'un d'autre, il agitait la main √† son intention pour dire au revoir. Et cela a d√Ľ √™tre de cette fa√ßon que le bateau allait sur l'eau. Et finalement, le dernier au revoir √©tait dit, aussi loin qu'on pouvait entendre. Et il s'est impos√© un long moment de silence. Personne ne disait rien, parce qu'ils devaient continuer √† propulser le petit bateau. Et ils ont plut√īt un certain rythme pendant qu'ils rament tous ensemble ces bateaux ; en effet, vous le feriez zigzaguer si vous ne le faisiez pas. Et donc, ils ramaient en suivant un rythme, et ils ont d√Ľ √™tre tr√®s fatigu√©s.
E-32 Cela a d√Ľ √™tre le jeune homme de Jean qui, le premier, a plut√īt abandonn√©, et il voulait reprendre le souffle, comme on dit. Il √©tait encore jeune et tendre. Et il n'√©tait pas aussi fort que ces vieux p√™cheurs muscl√©s qui avaient √©t√© sur des mers pendant les temp√™tes et avaient propuls√© ces bateaux. Et il a d√Ľ se fatiguer le premier. Il a s√Ľrement dit : " Oh ! la la ! fr√®res, reposons-nous juste un moment. " Et d√®s qu'il a arr√™t√© et qu'il a √©cart√© de ses yeux ses cheveux noirs, le petit bateau cabotait dans l'eau, en allant. Je peux l'entendre commencer en disant : " Je sens que j'ai envie de t√©moigner. " Je-j'aime cela. J'aime une bonne r√©union de t√©moignages, lorsque vous avez quelque chose sur quoi t√©moigner. Eh bien, si vous n'avez rien et que vous vous levez simplement et dites la m√™me chose que vous avez dite la veille au soir et l'ann√©e derni√®re, cela devient ennuyeux. Mais quand vous avez un t√©moignage tr√®s frais que vous ne pouvez pas retenir trop longtemps, quelque chose que le Seigneur a fait pour vous, et vous devez simplement le faire conna√ģtre. J'aime cela.
E-33 Chez nous, nous appelons cela un " t√©moignage pop-corn ". Eh bien, combien savent ce que c'est que le pop-corn? Je voudrais vous dire ce que √ßa fait. Prenez un petit grain jaune et d√©posez-le sur une cuisini√®re chaude, et il saute tr√®s haut dans l'air et, du jaune, il passe au blanc ; il revient deux fois plus gros mais √† moiti√© l√©ger, plut√īt avec la moiti√© du poids qu'il avait. C'est √ßa un t√©moignage. Voyez-vous? C'est ce que fait un t√©moignage. Un peu jaune, vous avez peur de faire n'importe quoi, et du coup, vous savez, la puissance et le feu du Saint-Esprit vous frappent et cela vous change du jaune au blanc. Et vous vous sentez si l√©ger que vous... Voyez, vous n'√™tes plus ancr√© √† la terre. J'aime donc le " t√©moignage pop-corn ".
E-34 Et cela a d√Ľ √™tre le jeune homme de Jean qui a voulu en donner un. Il s'est lev√© dans le bateau et a dit : " Eh bien, je veux t√©moigner le premier et dire ceci pendant que nous nous reposons. Je suis tout √† fait convaincu et certain, mes fr√®res. Aujourd'hui, c'est arr√™t√© dans ma t√™te que nous ne suivons pas une esp√®ce de fanatique, comme le reste du monde veut nous le faire croire. Nous suivons Celui dont les Ecritures ont parl√©. C'est √©tabli aujourd'hui. Maintenant, je voudrais donner mon t√©moignage. " " Je suis n√© et j'ai √©t√© √©lev√© pr√®s du Jourdain. Je peux me souvenir, il y a bien des ann√©es, quand j'habitais sur les rives du Jourdain, juste pr√®s du gu√© o√Ļ Isra√ęl avait fait la travers√©e, accompagn√© d'un puissant guerrier, Josu√©. Il-il a pris l'Arche de l'Alliance et le Saint-Esprit a ouvert la mer, le... ou plut√īt le Jourdain, et ils ont travers√© √† sec, tout notre peuple, quand on est arriv√© dans ce pays. " Et je me souviens qu'au printemps, j'allais ramasser de petites fleurs le long de la-la rive du Jourdain et, dans l'apr√®s-midi, je peux encore entendre ma m√®re m'appeler, disant : 'Eh bien, rentre, Jean. Tu-tu dois aller au lit. Tu dois faire ta sieste. Les petits gar√ßons doivent faire leur petite sieste l'apr√®s-midi.' Et elle se mettait sur le porche de devant et me ber√ßait dans ses bras. Et je peux voir encore son joli visage, tandis que ses grands et beaux yeux bruns me regardaient, et elle me racontait des histoires de la Bible. "
E-35 Et, vous savez, c'est bien dommage que nos m√®res ne puissent pas rester hors de l'auberge assez longtemps aujourd'hui, hors des endroits o√Ļ elles ne devraient pas √™tre, pour bercer encore leurs enfants et leur raconter quelques histoires de la Bible. C'est ce qui ne va pas dans notre nation aujourd'hui. Elles... Tout... Presque n'importe quel gosse dans la rue peut vous parler plus de Davey Crockett que de J√©sus-Christ. C'est juste. Et le monde commercial se saisit de cela. Et, oh ! la la ! √©levez un enfant dans la voie qu'il doit suivre. C'est vrai.
E-36 " Eh bien, et elle √©tait... " Il a dit : " Elle me racontait des histoires. Et l'une des principales histoires que j'aimais le plus, c'√©tait, en dehors de celle du petit gar√ßon que le-le grand proph√®te Elis√©e avait ressuscit√© des morts... J'aimais cette histoire, et je me demandais quel genre d'homme cet Elis√©e devait √™tre. Et elle me disait : 'Tu sais quoi, Jean? Ces m√™mes grands Elie et Elis√©e ont descendu tous deux bras dessus bras dessous cette rue-l√† jusqu'au fleuve. Penses-y, ils l'ont fait il n'y a pas longtemps. Ces deux grands proph√®tes sont all√©s jusqu'au fleuve, et le fleuve s'est ouvert. Ils sont pass√©s juste pr√®s de J√©richo.' " Maintenant... mais la principale histoire qui m'est toujours rest√©e et qu'elle m'avait racont√©e... Je voulais qu'elle me la raconte tous les jours, √† savoir comment Dieu a fait sortir notre peuple de l'esclavage en Egypte o√Ļ ils √©taient des esclaves, et Il les a amen√©s dans le d√©sert o√Ļ Il les a gard√©s quarante ans et les a nourris √† partir du ciel. Eh bien, elle m'a racont√© que chaque soir... qu'ils sortaient le matin apr√®s que tout Isra√ęl √©tait all√© au lit et s'√©tait endormi... comme elle s'appr√™tait √† me mettre au lit. Vous savez quoi? Elle a dit que J√©hovah Dieu descendait et, le lendemain matin, il y avait partout sur le sol du pain, qui allait les nourrir toute la journ√©e.
E-37 " Et je disais à maman : 'Maman, Dieu a-a-t-Il une troupe spéciale d'anges là-haut qui travaille la nuit et un tas de fours au ciel ? Et Il... 'Eh bien, dépêchez-vous maintenant, ces enfants ont faim', pour cuire au four tout ce pain? Et puis, un autre groupe d'anges qui fait descendre cela et l'étend partout sur le sol?' " Elle me regardait et disait : 'Non, Jean, chéri. Tu es juste un petit garçon. Tu ne comprends pas. Notre Grand Jéhovah est un Créateur. Il n'a pas besoin d'avoir des anges spéciaux pour cuire le pain. Il n'a pas besoin de fours au Ciel. Il prononce simplement la Parole et le pain tombe partout sur le sol. Il est un Créateur.' Et je ne pouvais pas comprendre comment cela se faisait. Mais l'histoire m'est toujours restée de toutes les façons.
E-38 " Et j'ai observ√© notre Seigneur dans beaucoup de choses, en ce qui concerne la gu√©rison des malades et ainsi de suite. Mais aujourd'hui, fr√®res, quand je L'ai vu prendre ces cinq petits pains et ces deux poissons des mains de ce petit gar√ßon, c'√©tait le d√©jeuner... qui faisait l'√©cole buissonni√®re. Quand je L'ai vu les prendre et qu'Il a dit : 'Faites asseoir les gens par groupe de cinquante.' D√®s que j'ai fait asseoir mes cinquante, j'ai grimp√© sur ce rocher et j'ai observ√© pour voir ce qu'Il ferait. Et quand Il a pris ce petit pain et qu'Il a coup√© la moiti√©, et qu'Il l'a mise dans le plat, au moment o√Ļ Il a ramen√© Sa main, il y avait l√† une autre moiti√© du pain cuit. " Eh bien, il y a un certain rapport entre Lui et J√©hovah, car Il cr√©ait ce pain et ce poisson juste l√† devant moi. Personne d'autre que J√©hovah ne pouvait faire cela. Et c'est le m√™me Dieu dont ma m√®re me parlait et qui, autrefois dans le d√©sert, faisait descendre du pain du ciel en le cr√©ant. Et de nos propres yeux, nous L'avons vu aujourd'hui cr√©er du pain juste devant nous. "
E-39 Avez-vous d√©j√† pens√© quel genre d'atome Il a d√Ľ lib√©rer ? D'o√Ļ est venue la farine ? Pas seulement la farine, mais c'√©tait d√©j√† cuit sous forme de pain, et c'√©tait pr√™t pour √™tre mang√©. Il avait du poisson. Il a d'abord fait pousser le poisson. Mais alors, Il coupait la moiti√© du poisson en deux, et un autre poisson poussait l√†-dessus. Mais ce poisson qui venait l√† √©tait d√©j√† cuit, r√īti, et il a pouss√© aussi. Qu'a-t-Il fait ? Oh! Il est Dieu. Il prononce simplement la chose; c'est tout ce qu'Il a √† faire, Il... c'est... Maintenant, le petit gar√ßon, ce petit d√©jeuner qu'il avait ne repr√©sentait pas grand-chose entre ses mains, mais quand il a laiss√© ce qu'il avait entre les mains de J√©sus, cela a nourri des milliers. Et peut-√™tre que la petite foi... Vous dites : " Eh bien, j'aurais souhait√© avoir une grande foi. " Mais la petite foi que vous avez... Vous avez assez de foi pour venir √† l'√©glise. Et puis, si vous avez autant de foi, pourquoi ne la livrez-vous pas simplement entre les mains de J√©sus? Et cela nourrira des milliers, si vous... Cela ne repr√©sente pas grand-chose entre vos mains. Mais une fois entre Ses mains, cela fera alors des miracles, si vous laissez cette foi tomber entre Ses mains.
E-40 Remarquez. Et Jean √©tait tout excit√©. Et j'entends Andr√© dire : " Attends une minute, fiston. Ne balance pas ce bateau comme √ßa. Prends ton temps. Ne sois pas trop excit√© √† ce sujet, tu sais. Apr√®s tout, nous sommes au large ici sur cette mer. " " Eh bien, cela fait vraiment tressaillir mon cŇďur, a-t-il dit, de voir et de savoir que-que Dieu s'est r√©v√©l√© √† nous ici, un Homme que nous pouvons toucher. " Il-Il a dit : " Il n'est pas √©tonnant que le proph√®te ait dit qu'Il serait Emmanuel, que Dieu serait repr√©sent√© ici en Lui. Et nous Le voyons faire les m√™mes oeuvres que le P√®re a faites. Il n'est pas √©tonnant qu'Il ait pu dire √† ces Pharisiens : 'Si je... Qui peut Me condamner de p√©ch√©? Qui peut M'accuser? Si Je n'ai pas fait tout ce que la Bible a dit que Je ferais.' "
E-41 Vous savez, le p√©ch√©, c'est l'incr√©dulit√©. Vous savez... Savez-vous que mentir n'est pas un p√©ch√© ? Commettre adult√®re n'est pas un p√©ch√©. Boire du whisky, fumer la cigarette, maudire, utiliser le Nom de l'Eternel, √ßa, ce n'est pas-√ßa, ce n'est pas le p√©ch√©. Ce sont les attributs de l'incr√©dulit√©. Vous faites cela parce que vous n'√™tes pas un croyant. Il n'y a qu'une chose... J'ai dit cela un soir dans une √©glise m√©thodiste. Et une sŇďur √Ęg√©e qui se tenait l√†, vous savez, avec son col relev√© bien haut, a dit : " R√©v√©rend Branham, je vous prie de me dire ce qu'est le p√©ch√©. " J'ai dit : " L'incr√©dulit√©. " C'est juste. Vous faites cela parce que vous √™tes un incr√©dule. Si vous faites cela, vous √™tes encore un incr√©dule. C'est juste. Il n'y a que deux choses : vous √™tes soit un croyant, soit un incroyant. Ainsi donc, la-la Bible dit : " Celui qui ne croit pas est d√©j√† condamn√©. " Voyez-vous ? Donc le p√©ch√© est... Ce ne sont que les attributs de l'incr√©dulit√©.
E-42 Et J√©sus a dit : " Qui peut m'accuser d'incr√©dulit√© ? " Puis : " Si Je ne fais pas les Ňďuvres de Mon P√®re, alors ne croyez pas en Moi. Mais si Je fais les oeuvres et que, cependant, vous ne pouvez pas Me croire, croyez les oeuvres que Je fais. " Donc, vous voyez, Il faisait ici la m√™me chose que Dieu a faite. Maintenant, je voudrais vous demander, fr√®res, si la Vie de J√©sus-Christ est dans l'Eglise, alors l'Eglise fera s√Ľrement la m√™me chose qu'Il a faite, parce que la m√™me Vie est en elle. S'il y a un p√™cher ici et que j'en retire toute la vie et que j'y mette la vie du pommier, quelle sorte de fruits portera-t-il ? Des pommes. C'est le genre de vie qui est l√†-dedans. Eh bien, alors, si la vie qui √©tait en Christ est en nous, elle portera les fruits que Lui a port√©s. Absolument.
E-43 Et dans quelle-quelle confusion les gens se trouvent aujourd'hui, en pensant que le christianisme est l'une des choses les plus faciles ! Tout ce qu'ils font, c'est mettre leur nom dans un registre et demander √† quelqu'un de les asperger, ou de faire quelque chose, et donner au ministre la main d'association, et c'est tout ce qu'il en est, on s'en va. Ce n'est pas √ßa le christianisme. Le christianisme, c'est l'abn√©gation. C'est porter sa croix tous les jours ; Le suivre. Mourir aux choses du monde. Et quand toute la condamnation est partie : " Maintenant, il n'y a donc aucune condamnation pour ceux qui sont en Christ J√©sus. " Comment entre-t-on en Lui ? Par une adh√©sion ? Non. Par une poign√©e de mains ? Non. Par une union ? Par l'instruction ? " Par un seul Esprit, nous sommes tous baptis√©s pour former un seul corps. " Par le bapt√™me du Saint-Esprit, nous sommes en Christ, et " il n'y a aucune condamnation pour ceux qui sont en Christ J√©sus, qui ne marchent pas selon la chair, mais selon l'Esprit ". Amen. Oh ! cela-cela ferait crier n'importe qui. Amen. Etre de toute fa√ßon l√†-dedans, voil√† qui est bien. Tr√®s bien. Maintenant, nous voyons ici que la personne suivante qui s'est lev√©e pour t√©moigner a d√Ľ √™tre Pierre. Je peux l'entendre dire : " Puis-je donner mon t√©moignage en second lieu ? "
E-44 Vous savez, quand vous avez quelque chose sur lequel t√©moigner, vous devez pratiquement avoir l'autorisation ; en effet, ils partaient effectivement, et cette r√©union de t√©moignages se poursuivait. Le vieux bateau tanguait, et ces fr√®res se caressaient juste les pieds et passaient de glorieux moments l√†-bas. J'aurais aim√© √™tre l√†, n'auriez-vous pas aim√© √™tre l√† pour √©couter ce t√©moignage ? Le jeune homme de Jean a d√Ľ s'asseoir. Il avait dit tout ce qu'il pouvait dire √† ce moment-l√†. Simon s'est lev√©. Il a dit : " Vous savez, quand Andr√© a commenc√© √† aller aupr√®s de cet homme dont la contr√©e disait qu'il √©tait en quelque sorte un homme sauvage... ce Jean... L'√©glise pensait qu'il √©tait un homme qui √©tait tomb√© dans l'extr√©misme. Apr√®s tout, son p√®re √©tait un sacrificateur. Et il... Vous savez, c'est une coutume chez nous que le fils suive tout ce que son p√®re a fait. Mais, vous savez, son travail √©tait si important. Au lieu d'aller l√†-bas, dans cette grande √©cole, et d'√™tre endoctrin√© avec cela... Sa-sa mission √©tait trop importante. Dieu l'a amen√© dans le d√©sert √† l'√Ęge de neuf ans.
E-45 " Et il ne s'est montr√© encore qu'√† trente ans, parce que sa mission √©tait de pr√©senter le Messie. Et le Messie allait avoir un signe, et lui devait conna√ģtre ce signe. S'il √©tait parti l√† et avait re√ßu quelques-unes de ces injections d√©nominationnelles, eh bien, quelqu'un, un grand √©v√™que aurait dit, ou plut√īt le grand souverain sacrificateur aurait dit : 'Maintenant, regarde ici, Jean, nous savons que c'est toi qui dois-qui dois pr√©senter le Messie, comme l'avait dit le-l'ange, et tu dois pr√©senter... Ne penses-tu pas que fr√®re Untel qui est ici est exactement celui qu'il faut ?' " Il aurait pu c√©der √† cela. Mais, vous voyez, il s'est s√©par√© de tout afin d'√©couter simplement, pour voir ce que Dieu disait √† ce sujet. " Et je pense que c'est une bonne le√ßon pour nous ce soir. Si nous nous s√©parons de tous ces dogmes faits de main d'homme, des credos et tout, et que nous regardions dans la Bible pour voir ce que Dieu a dit √† ce sujet... Il devrait savoir ce qu'Il...?... Sa Parole, Son Livre. C'est la raison pour laquelle j'aime le Plein Evangile, pas la moiti√© de cela, le tout, le Plein Evangile.
E-46 Eh bien, et il a alors dit : " Soudain, vous savez, voici venir André en courant, et il dit que ce pasteur a déclaré qu'il a vu le signe du Messie sur un Homme. C'était une Lumière semblable à une colombe qui descend, et-et le prédicateur a vu cela. Et il y avait beaucoup de gens là, mais personne d'autre n'a vu cela en dehors du prédicateur. Donc, je ne pouvais simplement pas accepter cela. J'avais entendu toute sorte d'histoires, j'ai donc oublié cela, vous savez. Et, un soir, il est venu vers moi et a dit : 'Tu devrais aller L'écouter pour une fois. Il sera ici sur le rivage demain matin, et il faut que tu y ailles.' " Eh bien, me suis-je dit, pauvre André ! (Lui et moi avons tiré ce bateau pendant longtemps.) Et je me souviens qu'un jour j'avais eu un entretien avec mon père, et il était un bon vieux pharisien. Il a passé toute sa vie dans cette église, il en était une colonne. Et ses cheveux gris... Un soir après la pêche... Nous étions pauvres. Nous devions simplement vivre aussi maigrement que possible.
E-47 " Et bien des fois, quand maman et papa √©taient en vie, elle nous r√©unissait tous le matin avant que nous n'allions jeter nos filets dans l'eau. Nous avions des dettes √† payer, et nous devions attraper du poisson. Et nous priions J√©hovah de-de remplir nos filets ce jour-l√†. Et papa se r√©jouissait quand nous avions attrap√© une bonne quantit√© de poisson, nous allions sur la berge, nous sortions sur la berge et nous nous asseyions et-et remerciions Dieu de nous avoir donn√© du poisson pour ce jour-l√†, nous pouvions alors aller payer nos dettes et avoir quelque chose √† manger pour le soir, en attendant que le lendemain matin... " Et un soir, apr√®s que nous avions fini de remercier le Seigneur, je me souviens que papa s'est assis sur le bord de la cargue du bateau. Et il m'a appel√© l√†, et il a dit : 'Simon, tu sais que toute ma vie j'ai ardemment d√©sir√© vivre assez longtemps pour voir le jour o√Ļ je verrais le Messie. Et Il nous a √©t√© promis depuis beaucoup d'ann√©es. Tout notre peuple L'a attendu. Mo√Įse nous a dit qu'Il allait venir. Tous les proph√®tes ont parl√© de Lui. Mais, Simon, mon fils, nous n'avons pas eu de proph√®te parmi nous depuis des centaines d'ann√©es. Et quand l'√©glise est devenue froide, formaliste... Mais je crois que le temps approche. Si tu vois mes cheveux gris... Je ne pense pas que je vais vivre assez longtemps pour voir cela. Je suis √† pr√©sent un vieil homme. Mais, Simon, avant la Venue du Messie, Satan enverra d'abord beaucoup de fausset√©s. Et il viendra de faux messies. Mais je veux que tu te souviennes toujours, Simon ; n'oublie jamais ces Ecritures.'
E-48 " 'Dans cette Bible, il est dit √† notre peuple que la Parole de l'Eternel vient au proph√®te, rien qu'au proph√®te. Et puis, ce proph√®te doit d'abord √™tre confirm√© par Dieu. Il doit prononcer la Parole et la Parole doit s'accomplir, toutes les fois.' " Ils naissent proph√®tes. Ce ne sont pas des gens √† qui quelqu'un a impos√© les mains pour en faire des proph√®tes; ils le sont de naissance. Un don de proph√©tie peut venir, mais un proph√®te na√ģt proph√®te. J√©r√©mie est n√© proph√®te. Eh bien, Dieu avait dit : " Avant que tu fusses form√© dans le sein de ta m√®re, Je t'avais √©tabli proph√®te des nations. " Jean-Baptiste, sept cent douze ans avant sa naissance, Esa√Įe a dit qu'il √©tait la voix de celui qui crie dans le d√©sert. J√©sus-Christ √©tait le Fils de Dieu avant la fondation du monde. Il √©tait la Semence de la femme qui devait √©craser la t√™te du serpent. Certainement. Dieu est... C'est Dieu qui place ces choses. Dieu a √©tabli dans l'Eglise des ap√ītres, des docteurs, des pasteurs, des √©vang√©listes. Dieu a plac√© toutes ces choses dans l'Eglise. Puis, il y a neuf dons diff√©rents qui op√®rent dans cette Eglise. Mais ceux-l√† sont des offices qui sont √† l'Ňďuvre dans l'Eglise.
E-49 " Et, vous savez, il m'a parl√©, disant : 'Fiston, nous avons suivi Mo√Įse et sa loi. Or, Mo√Įse nous a dit que ce Messie, quand Il viendra, Il sera un proph√®te.' " Je me suis donc dit que j'irais voir qui est ce Jeune Homme qui suscite toute cette √©motion par ici. " J'ai dit : " Il gu√©rit les gens. Je me suis donc dit que j'irais. Et, un jour, quand nous avions lav√© tous les-les filets et que nous les avions √©tendus sur la berge, Il est venu pr√™cher. Et je me suis trouv√© un gros morceau de bois, et je me suis assis sur un morceau de bois flott√©, sur la rive. Et quand Il s'est mis √† parler, j'ai su que cet Homme avait quelque chose de diff√©rent, parce qu'Il parlait comme un Homme qui sait de quoi Il parle. " Et quand je me suis approch√© de Lui, Il m'a regard√© droit en face et Il a dit : 'Ton nom est Simon, et tu es le fils de Jonas.' Il a dit qu'il fallait... C'√©tait suffisant pour moi. Non seulement Il a prouv√© qu'Il est le Proph√®te, mais Il me connaissait avant m√™me qu'Il m'ait vu. Il me connaissait et Il connaissait aussi mon vieux p√®re qui √©tait un homme pieux et qui m'avait dit que ce serait l√† le signe du Messie. Cela a r√©gl√© la question pour moi. " Oh ! la la ! Comme il devenait aussi tout excit√© !
E-50 Cela a d√Ľ √™tre Philippe qui a saut√© √† ce moment-l√† et a dit : " Permettez-moi de t√©moigner. Attendez un instant. Permettez-permettez que je dise quelque chose. " Il a dit : " Eh bien, Fr√®re Nathana√ęl, ne rougis pas. " Il a dit : " Je me trouvais l√† √† ce moment-l√†, fr√®res, comme vous vous en souvenez tous. Et j'ai vu cela arriver. Et je savais que c'√©tait l√† le... √©tait-√©tait le signe du Messie. Et, vous savez, cela ne faisait pas tr√®s longtemps depuis que Philippe [Nathana√ęl - N.D.E.] et moi, l√†, avons √©tudi√© cela dans les Ecritures. Alors j'ai contourn√© la montagne en courant, l√†-bas √† environ quinze miles [24,13 km - N.D.T.], et j'ai racont√©... trouv√© Philippe [Nathana√ęl] en pri√®re sous l'arbre. Et j'ai dit : 'Philippe [Nathana√ęl], viens voir Qui nous avons trouv√©, le Messie, Celui dont Mo√Įse a parl√©, J√©sus de Nazareth, le Fils de Joseph.' Et, Nathana√ęl, te souviens-tu de ce que tu avais dit? " " Ouais, je me souviens. Certainement. " " Eh bien, tu as dit : 'Peut-il donc venir de Nazareth quelque chose de bon ?' Et j'ai dit : 'Viens, et vois.' Et quand nous nous rendions l√†, souviens-toi de notre entretien et je t'ai racont√© qu'Il avait dit cela √† Simon, et je t'ai dit qu'Il pouvait te dire qui tu √©tais. Et tu t'es avanc√© l√†, et tu as dit : 'Eh bien, il me faut voir cela pour croire.' Et souviens-toi comment tu marchais, les mains derri√®re toi, et d√®s que tu es entr√© dans Sa Pr√©sence, sais-tu ce qui s'est pass√© ? " " Certainement. " " Il a dit : 'Voici un Isra√©lite, dans lequel il n'y a point de fraude.' " " Et je me souviens que cela t'a d√©gonfl√©. Et tu as dit : 'Rabbi, quand m'as-Tu connu ? Et me voici. C'est √† peine que j'ai √©t√© amen√© √† cette r√©union. Et comment m'as-Tu connu? Tu ne m'as jamais vu de Ta vie. Comment m'as-Tu connu ?' " " Il a dit : 'Eh bien, avant que Philippe t'appel√Ęt, quand tu √©tais sous l'arbre, Je t'ai vu.' " " Oh! je me souviens de ce que tu as dit. Tu as couru vers Lui et tu as dit : 'Rabbi, Tu es le Fils de Dieu; Tu es le Roi d'Isra√ęl.' "
E-51 √áa devait √™tre Andr√© qui a dit : " Maintenant, c'est mon tour de t√©moigner. Vous souvenez-vous de cette fois-l√†, quand nous nous √©tions dit que nous allions descendre √† J√©richo ? Et nous savons, l√† √† J√©richo, comment ce vieil aveugle est venu l√† ce jour-l√† et voulait... Et nous ne pouvions m√™me pas l'entendre crier. Il braillait sans arr√™t. Et-et sa foi a arr√™t√© notre Seigneur, et l'homme a recouvr√© la vue. " " Et vous vous souvenez en Samarie, quand nous nous sommes arr√™t√©s l√†-bas pour nous procurer de la nourriture? Et pendant que nous √©tions partis, nous voulions qu'Il nous accompagne pour chercher de quoi manger. Et Il n'a pas voulu. Il n'a simplement pas voulu aller. Il a dit : 'J'ai √† manger une nourriture que vous ne connaissez pas.' Alors, quand nous nous sommes tous √©clips√©s, nous L'avons vu parler √† une femme de mauvaise r√©putation. Elle √©tait marqu√©e. Et nous nous sommes dit : 'Que fait notre Ma√ģtre l√†-bas au puits en parlant √† cette femme de mauvaise r√©putation ?' Vous vous rappelez lorsque nous nous sommes gliss√©s derri√®re le buisson pour √©couter ce qu'ils disaient. Et Il lui a dit : 'Femme, apporte-moi √† boire.' Nous √©tions surpris de penser que notre Ma√ģtre pouvait parler √† une femme de ce genre. " Voyez-vous, ils n'√©taient pas encore tout √† fait convertis. Nous avons encore aujourd'hui ce genre de personnes, qui pensent qu'un chr√©tien ne devrait pas parler √† un ivrogne ou √† une prostitu√©e. C'est bien la personne √† qui il doit parler. C'est la personne √† qui il devrait... C'est l'homme qui est tomb√©, c'est la personne qui veut se lever. C'est celle-l√† qui a besoin de Dieu.
E-52 " Nous L'avons donc √©cout√©, et-et la conversation s'est poursuivie. Et finalement Il lui a dit : 'Va, appelle ton mari et viens ici.' Et elle a dit : 'Je n'ai point de mari.' " Et Andr√© a dit : " Vous vous souvenez comment nous nous sommes regard√©s l'un l'autre ? Oh ! la la ! Pour une fois, Il s'est tromp√©. Il y a une gaffe quelque part, parce qu'ici Il lui dit : 'Va, appelle ton mari', et elle r√©pond : 'Je n'ai point de mari.' Et Il lui dit : 'Tu as dit vrai.' Et alors nous √©tions tous surpris. Qu'allions-nous donc dire? Eh bien, Il a dit √† la femme qu'elle a un mari, et elle se retourne et dit qu'elle n'a point de mari. Et voici notre Ma√ģtre, et voici ce Signe messianique que nous devions attendre, et ici cela-cela a failli. Et nous √©tions √©tonn√©s les uns les autres, alors que nous regardions. Et alors Il a dit : 'Tu as dit vrai; en effet, tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant et avec qui tu vis n'est point ton mari.' Et vous vous souvenez comment cette femme L'a regard√© et elle a dit : 'Seigneur, je vois que Tu es Proph√®te.' "
E-53 Eh bien, le-le-le grand conseil mondial des √©glises de ce jour-l√†, quand ils ont vu cela, ils ont dit : " Cet homme est un diseur de bonne aventure. Cet homme a un d√©mon; Il est B√©elz√©bul. " Penseriez-vous que les chefs religieux pouvaient avoir une telle conception en plein moment o√Ļ cela √©tait cens√© arriv√©, conform√©ment aux Ecritures? C'est pourtant ce qu'ils ont fait. Et ils le font encore. Eh bien, ils ont dit : " C'est... Oh! c'est un mauvais esprit sur cet homme; c'est ce qui le fait agir. Il est juste-il est juste un B√©elz√©bul, voil√† la chose. " Mais cette petite femme de mauvaise r√©putation a dit : " Seigneur, je vois que Tu es Proph√®te. " Comment a-t-elle su qu'Il √©tait un Proph√®te? Parce qu'Il lui a dit quelque chose qui s'est pass√© dans sa vie. Elle a dit : " Tu es Proph√®te. " Et elle a dit : " Eh bien, nous savons, nous les Samaritains, nous savons que lorsque le Messie viendra, Il devra faire ces choses. Il nous annoncera toutes choses. " Et J√©sus l'a regard√© en face et a dit : " Je Le suis. " Et cela a r√©gl√© la question. Il n'y avait plus de question. Le signe avait √©t√© donn√©. Elle l'avait re√ßu. Elle l'avait reconnu. Elle a laiss√© tomber sa cruche d'eau, et elle s'en est all√©e dans la ville.
E-54 Eh bien, selon la tradition... Et quiconque a d√©j√† voyag√© le sait ; elle n'√©tait pas cens√©e faire cela. C'√©tait contraire √† l'√©thique pour une femme de mauvaise r√©putation comme elle, ce genre de-de femme, de dire quoi que ce soit √† un homme dans la rue. Bien s√Ľr que non. Mais, observez, elle avait d√©couvert quelque chose. Elle √©tait comme une maison en feu par un jour de vent. On ne pouvait pas la faire taire. Elle avait trouv√© quelque chose de r√©el. Elle a couru dans les rues, disant : " Venez voir un Homme qui m'a dit ce que j'ai fait, ne serait-ce point le Messie m√™me ? " Amen. Que Dieu nous donne davantage de convertis comme cela. " Vous savez que nous attendons un Messie, a-t-elle dit. Nous L'attendons. Et voil√† un Homme est assis juste l√† au puits en ce moment et Il m'a dit ce que j'ai fait. N'est-ce pas le signe messianique m√™me que nous sommes cens√©s attendre ? " Et ils L'ont amen√© dans la ville. Il n'a plus jamais fait √ßa une autre fois. Mais la Bible dit que les gens de la ville ont cru en Lui √† cause du t√©moignage de cette femme. Amen. Combien Dieu est capable de faire des choses ! Ils ont cru cela. Et cet Homme n'avait jamais √©t√© dans cette ville auparavant, mais Il s'est tenu l√† et a dit √† cette femme qu'elle avait eu cinq maris. Et c'√©tait la v√©rit√©. Et c'√©tait l'heure, le moment, et ils ont cru cela.
E-55 Pourquoi ne pouvons-nous pas croire cela ? Pourquoi Tucson ne peut-il pas croire cela ? Pourquoi le monde eccl√©siastique ne peut-il pas croire cela ? Pourquoi l'Am√©rique ne peut-elle pas croire cela ? Pourquoi le monde ne peut-il pas croire cela ? Voici les Ecritures qui d√©clarent que cela est cens√© √™tre ici en ce moment, et voici, la chose est parmi nous. Vous savez, je crains que l'√©glise ne soit pleine de... ou ne se soit livr√©e √† trop de vieux magazines d'histoires d'amour plut√īt qu'√† la Parole de Dieu. C'est √ßa le probl√®me. Les gens peuvent vous en dire plus sur la prochaine vedette de cin√©ma qui va para√ģtre qu'ils ne le peuvent sur les Ňďuvres du Saint-Esprit. Amen. C'est juste. Si nous consacrions plus de temps mardi soir et mercredi soir, et que nous allions √† l'√©glise √† la r√©union de pri√®re, au lieu de rester √† la maison pour regarder √† la t√©l√©vision Qui aime Suzy, ou quelque chose de ce genre, et rester loin de l'√©glise, nous en saurions plus au sujet de notre Bible et nous saurions ce que nous sommes cens√©s avoir en ce jour. C'est juste. Mais, vous voyez, nous-nous-nous nous sommes √©loign√©s. Dieu nous a donn√© des √©glises et-et de bons pasteurs, et des gens remplis de l'Esprit, mais-mais nous sommes simplement... Nous avons tellement grossis dans nos √Ęmes, nous nous sommes tellement engraiss√©s et tellement rassasi√©s que nous ne faisons plus attention √† cela. Oh ! la la ! Nous avons besoin d'une-nous avons besoin d'une secousse. Il faut que-que-que quelque chose nous arrive.
E-56 Eh bien, il se peut que nous ayons honte. Eh bien, je suis entr√© chez les pentec√ītistes un peu en retard. Je suis n√© hors-saison. Mais je me souviens avoir lu l'histoire de cela, de la rue Azusa. Et vous vous rappelez quand les gens organisaient ces grandes r√©unions, ils priaient toute la nuit. Maintenant, vos p√®res, les-les anciens, quand ils √©taient √† l'Ňďuvre, ils priaient toute la nuit et ils je√Ľnaient pendant des jours, et ils s'attendaient √† Dieu jusqu'√† ce qu'Il r√©ponde. Aujourd'hui, nous ne sommes pas capables de rester √† l'autel pendant cinq minutes. Il y a quelque chose qui ne va pas. Quel est le probl√®me ? J'avais l'habitude de-de me promener avec un vieux [pr√©dicateur] m√©thodiste itin√©rant. Il me disait... il me chantait un petit cantique. Nous avons laiss√© tomber les barri√®res, Nous avons laiss√© tomber les barri√®res, Nous avons fait des compromis avec le p√©ch√©. Nous avons laiss√© tomber les barri√®res, Les brebis sont sorties ; Mais comment les ch√®vres sont-elles entr√©es ? Nous avons laiss√© tomber les barri√®res. C'est ce qui est arriv√© ; nous avons fait des compromis. Et nous-nous devons nous en √©loigner. Les vieilles r√©unions de la rue Azusa, la religion pentec√ītiste √† l'ancienne mode, la religion des bois, bleue comme le ciel, droite comme un canon de fusil, qui tue le p√©ch√©, fr√®re, elle ne vous a pas blanchi ; cela a blanchi par le lavage. Elle a fait quelque chose aux gens.
E-57 Et aujourd'hui, en nous √©loignant de cela, nous nous sommes rel√Ęch√©s. Nous sommes devenus comme le reste du monde. C'est bien dommage. Et aujourd'hui, la plupart des gens ne veulent pas d'un homme qui se tiendra l√† et qui dira la v√©rit√© √† ce sujet. Ils veulent un petit Ricky avec une coiffure √† la Hollywood, tout parfum√©, qui monte juste ici et parle d'une th√©ologie qu'il a apprise dans un cimeti√®re, ou plut√īt-plut√īt dans un s√©minaire... Mais alors, excusez-moi. Tout √ßa, c'est le m√™me endroit, le lieu des cadavres. Ainsi donc, nous-nous voyons cela partout. Les gens veulent quelque chose de ce genre. Ils ne veulent plus de l'Evangile √† l'ancienne mode qui est apport√© avec puissance et d√©monstration du Saint-Esprit. Nous avons besoin d'une r√©union de t√©moignages, que quelque chose de glorieux arrive. Nous avons besoin d'une r√©union de pri√®re. Nous avons besoin d'un creusement, d'une mise en pi√®ces. C'est vrai. Nous avons besoin que Christ revienne au milieu de nous, que nous connaissions la Bible. Nous ne faisons que nous rel√Ęcher de plus en plus. Il nous faut revenir au fondement originel, revenir √† cet endroit, au rocher d'o√Ļ nous avons √©t√© taill√©s, pour recommencer.
E-58 Eh bien, cette petite...?... femme, elle savait o√Ļ elle se tenait. Rien n'allait l'arr√™ter. Certainement. Elle avait le t√©moignage. Elle avait vu la chose et elle attendait cela ; elle connaissait l'Ecriture et elle savait que c'est de cela qu'il s'agissait. Et d√®s que cela est arriv√©, cela a brill√© sur son sentier et ses yeux se sont ouverts, et elle a reconnu cela. Rien n'allait plus l'arr√™ter. Les traditions ou quoi que ce soit, rien n'allait l'arr√™ter. C'est juste. Elle allait le dire de toutes les fa√ßons. Oh ! la la ! Pour les gens de ce genre... Donnez-nous une demi-douzaine de gens en feu comme cela, et je vous assure, en quelques jours, Tucson sera un endroit diff√©rent. Chacun de vous veut cela dans son assembl√©e, n'est-ce pas ? Oui, oui. Oh ! la la ! Certainement, c'est ce qu'il nous faut : quelqu'un en feu. Nous avons un peu honte de cela d'une fa√ßon ou d'une autre. Nous en sommes arriv√©s √† un point o√Ļ nous nous sommes √©loign√©s simplement de la vie remplie du Saint-Esprit √† l'ancienne mode qui nous gardait vraiment purs.
E-59 Maintenant, c'est √† Andr√© de t√©moigner. Etpremi√®rement, le bateau s'est mis de nouveau √† tanguer. Ils se sont finalement rendu compte, vous savez, que le soleil s'√©tait couch√©. Vous savez, et quand le soleil se couche, c'est-c'est le moment o√Ļ le mal se met √† l'Ňďuvre. D'une fa√ßon ou d'une autre... Je lisais un article, je crois que c'√©tait dans le magazine Life ou quelque chose comme √ßa, il n'y a pas longtemps, o√Ļ une vedette de cin√©ma a fait cette observation : " La nuit a √©t√© faite pour vivre. La vie commence quand le soleil se couche. " C'est la mort qui commence quand le soleil se couche. C'est √† ce moment-l√† que les d√©mons r√īdent. Observez les l√©zards, les serpents, les scorpions, les cancrelats et tout le reste. Ils doivent se retirer dans le noir. C'est dans l'obscurit√©. Vous n'√™tes pas des t√©n√®bres ; vous √™tes de la lumi√®re. " Marchez dans la lumi√®re. " Cela me rappelle quelque chose : vous pouvez prendre un vieux trognon de pomme et le poser par terre ; rien ne va le d√©ranger pendant la journ√©e. Que la nuit tombe, et alors les cancrelats et tout le reste qu'il y a √† cet endroit vont s'amener dessus. Et puis, si vous voulez les voir se disperser, allumez simplement la lumi√®re. Ils se dispersent s√Ľrement. A propos, c'est comme la pr√©dication de l'Evangile. Allumez simplement la lumi√®re, ce mal ne tardera pas √† se disperser. L'Eglise a besoin d'un bon r√©veil, d'un tr√®s bon r√©veil du Saint-Esprit, envoy√© par Dieu.
E-60 Quand j'√©tais petit, moi et mon fr√®re, celui qui est mort, nous sommes all√©s un jour √† la rivi√®re qui coule derri√®re la maison et nous avons vu une vieille tortue. Je ne sais pas si vous savez ce que c'est qu'une tortue marine, une tortue terrestre. Elle a une carapace, vous savez. A l'ext√©rieur, c'est la carapace, et la tortue est √† l'int√©rieur. Et nous l'avons vue marcher, et elle marchait tr√®s dr√īlement. Et quand nous nous sommes approch√©s d'elle, elle a fait : " Shhh ", elle est rentr√©e dans sa... C'est exactement pareil avec beaucoup de soi-disant croyants, lorsque vous leur parlez du bapt√™me du Saint-Esprit ou de quelque chose de ce genre. " Oh! ces jours-l√† sont pass√©s. Shhhh ! Cela n'existe pas. " L'autre jour, quelqu'un m'a dit, il a dit : " Peu m'importe ce que vous accomplissez. " Il a dit : " Peu m'importe le nombre de morts que vous prouvez avoir ressuscit√©s, quel que soit le nombre, je n'y crois pas. " Et j'ai dit : " Certainement pas. Ce n'√©tait pas pour les incroyants. C'√©tait uniquement pour les croyants. Vous, vous √™tes un incroyant. "
E-61 Eh bien, nous voulions la voir marcher, car nous pensions que c'√©tait curieux de voir comment elle... en jetant ses pieds. Alors j'ai dit : " Vas-y. Pars. " Elle est simplement rest√©e dans sa carapace. " Eh bien, ai-je dit, je vais m'occuper d'elle, mon fr√®re. " Et je suis all√© me chercher un b√Ęton. Et j'ai vraiment fait pleuvoir des coups sur elle. Vous ne pouvez pas l'en faire sortir √† force de coups. Elle est rest√©e simplement l√†. Et j'ai dit : " Eh bien, je-je vais te dire ce que je vais faire. Je vais la faire marcher. " Et je l'ai amen√©e √† la rivi√®re. Et j'ai dit : " Je vais... ou elle va marcher, sinon je vais-je vais-je vais la noyer. " Alors je l'ai retenue dans l'eau et je l'ai retenue avec mes mains. Et juste quelques bulles sont mont√©es, et elle est rest√©e dans sa carapace. Le bapt√™me d'eau ne fait pas l'affaire, fr√®re. Vous pouvez baptiser de n'importe quelle mani√®re que vous voulez. √áa ne fait pas l'affaire. Non, non. C'est juste. Vous pouvez avoir quelques bulles, mais c'est tout. Puis, j'ai vu un morceau de papier dans un coin. Et je me suis fait un petit feu et je l'ai pos√© dessus. Fr√®re, il a boug√© √† ce moment-l√†. C'est ce dont l'Eglise a besoin ce soir. Elle a besoin du Saint-Esprit et du Feu qui peut mettre l'Eglise en mouvement pour le Royaume de Dieu. C'est alors qu'elle marchera. Un r√©veil... Acceptez Christ, la Parole. Croyez-La. Laissez-La descendre sous la cinqui√®me c√īte √† gauche, jusqu'√† ce qu'elle s'ancre au fond du cŇďur. Alors un flot de joie va jaillir, une joie inexprimable et pleine de gloires. Et le Saint-Esprit vous fera chanter : " Remplis-moi chaque jour d'amour, comme je marche avec la colombe c√©leste. " Cela vous fera quelque chose. Ce dont nous avons besoin... Cela-cela mettra de l'√©nergie l√†-dedans. Cela fera quelque chose pour vous.
E-62 Presque au moment o√Ļ ces fr√®res... Le soleil s'est couch√© et la nuit a commenc√© √† s'installer. Satan a d√Ľ sortir de sa fosse de tourment pour regarder par-dessus la colline. Ah ! il avait d√Ľ se tenir tranquille ce jour-l√†, car de grandes choses s'√©taient produites. La nuit est donc tomb√©e. Il a regard√© par-dessus la colline, les disciples √©taient partis sans J√©sus. C'est exactement ce qu'il voulait. Il les a eus sans que J√©sus soit l√†. Et c'est exactement l√† qu'il veut vous attraper. Vous ne croyez pas que c'est mauvais de vous couper les cheveux, vous les femmes. Vous devriez revenir √† la Bible pour voir si c'est vrai ou pas. Vous ne pensez pas que ces choses sont mauvaises. Il vous attrape √©tant loin de J√©sus ; c'est tout. Vivez une bonne vie pieuse et voyez ce qui arrivera. Certaines personnes disent...
E-63 Une femme m'a dit l'autre jour, elle a dit : " Fr√®re Branham, j'aimerais vous le dire juste maintenant. Vous parliez de nos robes, de la fa√ßon dont nous les portons, si serr√©es que le corps est expos√©. " Et j'ai dit : " Eh bien, j'aimerais vous dire quelque chose... " Elle a dit : " C'est le seul genre de robes qu'on confectionne maintenant. " J'ai dit : " √áa, ce n'est pas une excuse. Il y a toujours des tissus et des machines √† coudre. Vous ne pouvez simplement pas... Il n'y a pas du tout d'excuses pour cela. Certainement pas. " J'ai dit : " Allez de l'avant. Mais, un jour, vous allez r√©pondre pour avoir commis adult√®re. Peu m'importe combien vous √™tes pure, combien vous √™tes fid√®le envers votre mari ou √† votre ami. Vous vous habillez de mani√®re tr√®s sexy et vous descendez cette rue, si un p√©cheur vous regarde de la mauvaise fa√ßon, au jour du Jugement, il devra r√©pondre pour cela. Et qui est √† la base de cela ? Vous. " J√©sus a dit : " Quiconque regarde une femme pour la convoiter a d√©j√† commis un adult√®re avec elle dans son cŇďur. " Et vous vous √™tes pr√©sent√©e comme cela. √Ē Dieu, envoie-nous un r√©veil avant que nous p√©rissions. C'est juste. Nous avons besoin d'un r√©veil √† l'ancienne mode, venant de Dieu, qui secoue l'√Ęme. Oui. Retrouver Christ parmi nous. Retrouver Christ dans les vieux autels et dans les vieux rassemblements que nous tenions il y a des ann√©es.
E-64 Eh bien, Satan a dit : " Ils sont partis sans Lui, et je les ai eus √† l'√©cart. Je pense... " Ne croyez pas, fr√®re... Eh bien, nous savons qu'il y a toutes sortes de d√©nominations ici, et-et, eh bien, je suis membre d'elles toutes. Ainsi... Mais, ne pensez-vous pas que ce temps de prosp√©rit√©... ? Nous construisons de nouveaux b√Ętiments. Nous achetons tout √† l'√©tat neuf, et toute l'assembl√©e a beaucoup d'argent et s'habille mieux. Je pense que nous avons en quelque sorte piqu√© une esp√®ce de crise et nous avons laiss√© Christ quelque part. Voyez-vous ? Et maintenant, Il nous voit assis ici comme ceci. Le r√©veil est termin√©. Et nous... Il n'y a pas longtemps, eh bien, le r√©veil br√Ľlait. Et maintenant, √† ce qu'il para√ģt, il est plut√īt difficile de remplir l'√©glise. Les pasteurs me disent que c'est-c'est difficile aujourd'hui. Les gens ne veulent pas aller √† l'√©glise. Ils pr√©f√®rent rester √† la maison pour regarder la t√©l√©vision et... ou quelque chose de ce genre. L'amour a quitt√© leur cŇďur. Et Satan nous a vus piquer cette crise de col√®re et partir sans J√©sus. Et il pense que c'est une occasion pour lui. Il a dit : " Eh bien, je vais les noyer. Alors que je les ai √† l'√©cart, je vais les noyer. C'est exactement ce que je vais faire. Je les ai attrap√©s maintenant sans Christ. Ils L'ont laiss√© derri√®re. "
E-65 Et, voyez-vous, ils √©taient si occup√©s, ils avaient tellement √† faire, ils faisaient au revoir de la main aux gens, et tant d'affaires mondaines et tout, qu'ils avaient oubli√© de L'emmener avec eux. Je pense que c'est ce que nous avons... tellement de programmes que nous avons laiss√© J√©sus √† l'√©cart. Les choses pour lesquelles nos p√®res et nos m√®res ont combattu durement... Ils dormaient sur la voie ferr√©e, ils mangeaient du ma√Įs et du bl√© et tout ce qu'ils pouvaient trouver pour pr√™cher cet Evangile. Et aujourd'hui, nous, nous tra√ģnassons tout simplement. Voyez-vous ? Ce n'est pas juste. Nous devrions √™tre en feu. Satan voit cela, c'est exactement comme il en √©tait alors. Il a dit : " Je vais les noyer l√† ce soir, comme J√©sus n'est pas avec eux. " Eh bien, le vent commence √† souffler. Les probl√®mes commencent. Et c'est comme si personne n'avait la r√©ponse.
E-66 Eh bien, nous avons des bombes √† hydrog√®ne, des astronautes et tout le reste. Mais il semble que personne n'a la r√©ponse. Ils tiennent toutes sortes de conf√©rences et de r√©unions, essayant de trouver s'ils ne seraient pas capables de battre quelqu'un en allant sur la lune avant l'autre. Je ne me soucie pas d'aller sur la lune. Je veux aller au-del√† de la lune, d√®s que je vais prendre mon envol. Et il n'y a pas longtemps, la Russie, ils ont fait du bruit, du fait d'avoir un homme dans l'espace, d'avoir eu le premier homme dans l'espace. Oh! combien ils sont en retard ! Nous, nous en avons Un dans l'espace depuis deux mille ans. Oh ! la la! Gloire ! Un de ces jours nous allons monter avec Lui, avec Lui bien s√Ľr. Mais, voyez-vous, c'est comme une ronde infernale. Et - et voici qu'ils se mettent √† faire des histoires. Et alors Satan commence √† souffler sur eux son vieux souffle empoisonn√©, disant : " Les jours des miracles sont pass√©s. La gu√©rison divine n'existe pas. O√Ļ est votre Ma√ģtre maintenant ? Voici dans votre assembl√©e quelqu'un qui est malade et c'est comme si vous ne pouvez rien faire pour lui. " Voyez-vous, √ßa tangue.
E-67 Vous savez quoi ? L'autre jour, ils ont tenu une r√©union, et nous avons compris qu'ils vont prendre notre pr√©dicateur et notre √©glise ; ils vont abolir la gu√©rison divine. Beaucoup d'√©glises font cela ; elles n'y croient plus. Beaucoup de pasteurs n'y croient pas. Que vous √™tes bien heureux d'avoir des pasteurs pentec√ītistes qui soutiennent la chose que Christ a soutenue ! Tout r√©cemment, l'une de nos grandes d√©nominations pentec√ītistes a fait une d√©claration selon laquelle avant qu'ils n'envoient leurs missionnaires, ces derniers doivent se pr√©senter devant un psychiatre qui doit voir si toutefois leur quotient intellectuel est assez √©lev√©. Oh ! √ßa, ce n'est pas la Pentec√īte. Je me demande quelle instruction Pierre aurait eue si on l'avait test√©. Ils sont... Ce n'√©tait pas... Ce n'√©tait m√™me pas pris en consid√©ration. Il ne s'agissait pas de combien leur quotient intellectuel √©t√© √©lev√©, mais de combien ils avaient la puissance du Saint-Esprit pour d√©montrer...?... quel genre de vie ils vivaient. Certainement.
E-68 Eh bien, nous voyons que ce vent empoisonn√© a commenc√© √† souffler. Cela a envoy√© le petit bateau sur quelque chose d'autre. Et maintenant, rappelez-vous, j'appr√©cie vraiment tout ce que Dieu fait pour nous. J'appr√©cie le fait que nous avons de nouvelles voitures. J'appr√©cie le fait que nous avons quitt√© les-les haillons pour porter de bons habits. J'appr√©cie cela. Mais, voyez-vous, quand nous commen√ßons √† acqu√©rir ces choses... nous avons de tr√®s grandes √©glises. Autrefois, vos p√®res, nos p√®res, nos premiers p√®res se tenaient ici dans la rue et passaient le reste de la nuit en prison pour avoir tenu une r√©union de t√©moignages. Ils avaient un vieux petit magasin l√†-bas que les bestioles avaient pratiquement d√©truit, et c'√©tait un lieu infest√© de rats. On lui permettait d'avoir cela pour deux dollars la semaine. Puis il y allait et commen√ßait, et le sh√©rif arr√™tait tout le groupe avant que la nuit ne soit termin√©e. C'est ainsi qu'ils ont d√Ľ combattre. Et maintenant, nous avons les plus grandes √©glises de la ville, les groupes les mieux habill√©s, et tous les autres viennent. Mais o√Ļ est la puissance du Saint-Esprit √† l'ancienne mode, envoy√©e de Dieu ? Il y a quelque chose qui cloche quelque part ; quelque part, quelque chose cloche.
E-69 Nous vivrons trop... Nous sommes trop mous. L'homme devient mou. Il devient un hybride. C'est juste. Prenez le jeu de base-ball d'il y a cinquante ans; on n'entendait jamais parler d'accidents. Aujourd'hui, on tue une dizaine chaque ann√©e. Touchez un... C'est juste comme un cobaye, donnez-lui un coup dur, et il meurt. Consid√©rez Bob Fitzsimmons, et-et Corbett, John L. Sullivan, ainsi que ces autres hommes qui livraient des combats de cent vingt-cinq rounds un apr√®s-midi ? Et un round ne durait pas deux ou trois minutes, c'√©taient des K.-O. On se frappait l'un l'autre en vingt-cinq temps pendant tout un apr√®s-midi. Ils ne portaient pas une couche de plumes aux mains comme les boxeurs d'aujourd'hui. Ils avaient des poings nus... Ils pouvaient recevoir un punch de quatre pouces [environ 10 cm - N.D.T.], casser un bois d'Ňďuvre de 2 pouces sur 4 de section avec leurs mains. Ils pouvaient supporter cela. C'√©taient des hommes. Mais maintenant, ces petits soi-disant Ricky nourris aux vitamines, ils portent une couche de plumes et ils doivent arr√™ter toute la boxe. Ils sont devenus mous. L'homme est devenu mou, il n'y a plus rien en lui. Il a l'aspect d'une √©norme cr√©ature g√©ante. Mais qu'est-ce ? Un tas de graisse. C'est tr√®s exactement ce que la Bible dit : " Ils deviendront plus faibles, mais plus intelligents. " C'est vrai. Hybrides ! Je d√©teste tout ce qui est hybride. J'ai vu un article dans le Reader's Digest. Si on continue de nourrir les femmes et le reste avec cette nourriture hybride, dans vingt ans, toute la race aura disparu. Les femmes commencent √† avoir des √©paules larges et des hanches √©troites. Elles ne peuvent plus avoir des b√©b√©s et tout ; hybrides. On parle du ma√Įs hybride. √áa ne vaut rien. Qu'est-ce ? Un beau grain √©norme, mais qui n'a rien dedans. Prenez ce ma√Įs hybride et plantez-le, vous n'obtenez rien. C'est foutu, on croise tout. C'est exactement ce que l'√©glise est devenue, une bande d'hybrides. C'est la v√©rit√©. Ils ont crois√© le bapt√™me du Saint-Esprit avec l'affiliation √† l'√©glise, et ils ont obtenu une bande de pr√©tendus et soi-disant chr√©tiens mous, gardant un profil bas, qui n'en savent pas plus sur Dieu qu'un lapin n'en sait sur les raquettes. Vous savez que c'est la v√©rit√©. Ce dont nous avons besoin aujourd'hui, c'est de revenir √† l'exp√©rience de la nouvelle naissance, envoy√©e de Dieu, de...?... hybride ; vous dites que √ß'a l'air mieux. C'est ce qu'ils ont. Nous avons des b√Ętiments plus grands, des gens mieux habill√©s. Mais qu'avons-nous ? Nous avons un √©pi de ma√Įs plus gros, mais il n'y a pas de vie dedans. Nous avons une √©glise plus grande, une classe des gens mieux instruits, mais o√Ļ est la vie ? Ils ne peuvent pas se reproduire.
E-70 C'est comme un mulet. J'ai toujours eu piti√© du mulet. Un mulet ne sait m√™me pas... Il n'a pas de g√©n√©alogie. Sa maman √©tait une jument et son papa √©tait un √Ęne. Lui-m√™me ne peut m√™me pas avoir des petits. On ne peut plus le reproduire. On ne peut plus le croiser. Cela met la science K.-O. Il est dit... La th√©orie de l'√©volution d√©clare que nous descendons d'un singe. Comment est-ce possible ? Lorsque vous croisez cela une fois, cela ne peut plus √™tre encore crois√©. Cela d√©truit leur argument. C'est juste. C'est impossible. Remarquez. Et ce vieux mulet, il ne sait pas... Il ne-il ne sait rien. Et tout ce qu'il sait, il est simplement un mulet. Il a toujours l'air... Il est l√† avec ses grandes oreilles dress√©es, vous savez, et allez lui parler. Vous ne pouvez rien lui apprendre. Vous ne pouvez rien lui apprendre. Il vous regarde tout simplement et fait : " Hi-han ! " C'est tout ce qu'il fait. Cela me fait penser √† une bande de personnes qui se mettent l√†, comme une certaine religion hybride de mulets que nous avons. " Les jours des miracles sont pass√©s. Hi-han ! Hi-han ! Hi-han !" Qu'est-ce qu'il en sait ? C'est juste. Il ne sait pas-il ne sait pas qui √©tait son papa. L'unique chose qu'il conna√ģt, c'est qu'il est membre d'une certaine d√©nomination.
E-71 Mais j'aime un vrai cheval pur-sang, de pure race. Il sait qui √©tait son papa, qui √©tait sa maman, qui √©tait son grand-p√®re, sa grand-m√®re. Il sait qui il est, parce qu'il est de race pure. Et j'aime un v√©ritable chr√©tien de race pure. Il sait d'o√Ļ il vient, √† cause du bapt√™me original du Saint-Esprit du jour de la Pentec√īte. Gloire √† Dieu ! Il est de race pure et il est scell√© du Saint-Esprit. Quand on dit : " J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement ", le vieux mulet crie : " Oh ! dans un sens, dans un sens. " Mais celui qui est de race pure dira : " Amen. " C'est s√Ľr. Croyez-vous √† la gu√©rison divine ? " Amen. " Une v√©ritable exp√©rience avec Dieu ponctuera chaque promesse d'un amen. Gloire ! Je n'avais pas l'intention de faire cela. Reprenons. O√Ļ en √©tais-je ? A propos d'une r√©union de t√©moignages. Remarquez... Je vais laisser cela √† vos pasteurs. Tr√®s bien.
E-72 Remarquez, une grande temp√™te a commenc√©. Le doute a commenc√© √† venir. Les frustrations ont commenc√©. C'est ce qui est arriv√©, voyez-vous, encore une fois l'hybride. Vous savez quoi ? Une v√©ritable plante originelle, vous n'avez pas besoin de la pulv√©riser. Certainement pas. Les insectes ne se posent m√™me pas dessus. C'est cette plante de serre qu'il vous faut pulv√©riser. C'est √ßa le probl√®me. Vous devez pulv√©riser, dorloter, chouchouter les soi-disant chr√©tiens. Dites-leur : " Vous ne pouvez pas faire ceci et... " " Oh ! eh bien, allons. Je vous assure, j'ai le droit... " Vous y voil√†, voyez-vous. C'est une plante de serre. Elle ne peut rien supporter au d√©part. Voyez-vous ? C'est juste. Ce dont vous avez besoin, c'est d'un vieux creusement originel, d'une d√©molition et, comme je l'ai dit hier soir, nettoyez le nid et recommencez. C'est juste. Vous pouvez en faire des diacres et tout le reste, mais cela ne fera aucun bien. Tapotez-les dans le dos et appelez-les fr√®res, mais s'ils ne sont pas n√©s de nouveau de l'Esprit de Dieu, ils ne sont qu'un nid plein d'Ňďufs pourris. C'est tout. Ils n'√©cloront jamais. Nous avons besoin du bapt√™me du Saint-Esprit. Je ne veux pas dire une poign√©e de main s√®che. Il est dit : " Avez-vous... avez-vous re√ßu le Saint-Esprit ? " " Oui, quand j'ai serr√© la main du pasteur, quand j'ai accept√© J√©sus comme mon Sauveur. " Fr√®re, cela n'est pas la doctrine de la Bible. Paul a trouv√© un groupe de baptistes de bonne race l√†-bas et il a dit : " Avez-vous re√ßu le Saint-Esprit depuis que vous avez cru ? " Ce n'est pas quand vous avez cru, mais apr√®s que vous avez cru, avez-vous re√ßu le Saint-Esprit ? Il s'agit d'une exp√©rience personnelle que l'on fait. Et quand ce Grand Dieu immuable envoie Son Message, ce dernier ne change jamais. Amen.
E-73 Eh bien, nous voyons qu'il y a des ennuis. Que se passe-t-il ? Quelque chose est arriv√©. Le bateau tangue, le vent souffle. Satan ballotte le bateau avec des coups de vents et de vagues successifs. Et il n'y a plus d'espoir pour un autre r√©veil. Les t√©moignages cessent. Les gens pr√©f√®rent rester √† la maison pour regarder la t√©l√©vision. Vous voyez ? Il n'y a plus de r√©unions de t√©moignages et tout le mercredi soir, il n'y a plus de r√©unions de pri√®re. Vous voyez ? Les rames se sont bris√©es, le m√Ęt est tomb√©, la barre, tout est compl√®tement parti. Avec tous ces vents, toutes les voiles sont endommag√©es. Et bient√īt, les soucis de ce monde vont aussi faire sortir de vous tous les t√©moignages. Vous avez honte de vous lever. Pourquoi ? Vous savez - vous savez comment vous vivez. Vous savez que votre vie n'est pas en accord avec cela. Alors je vous dis que ce dont nous avons besoin, c'est d'un r√©veil.
E-74 Ils en √©taient l√†, exactement comme nous aujourd'hui. Mais savez-vous quoi ? Il ne les avait pas vraiment quitt√©s. Vous savez, la Bible dit qu'Il √©tait mont√© sur l'une des collines les plus √©lev√©es qu'il y avait dans la contr√©e, afin de veiller sur eux. Et c'est ce qu'Il a fait quand Il nous a quitt√©s au Calvaire. Il-Il-Il... Quand ils L'ont crucifi√©, Il ne nous a pas laiss√©s. Il n'a pas gravi la colline la plus haute, mais Il a gravi le Calvaire et Il a continu√© √† monter au-del√† de la lune, des √©toiles, jusqu'√† atteindre les cieux des cieux. Plus vous montez, plus loin vous voyez. Et Il est mont√© si haut qu'Il doit baisser le regard pour voir le ciel, dit la Bible ; Il est tout en haut dans les cieux des cieux, " Il est mont√© dans les hauteurs ". Son Ňďil est sur le passereau, et je sais qu'Il veille sur nous ce soir. C'est juste. Il baisse le regard sur ce besoin. Il voit notre probl√®me. Il conna√ģt nos frustrations. Il sait combien vous √™tes malade. Il sait ce que vous avez endur√©. Il sait ce que vous essayez de faire. Vous voyez ? Son Ňďil veille sur vous.
E-75 Et Il se tenait l√† au sommet de cette montagne, en train de veiller, de veiller. Il a vu leurs ennuis. Il a vu les rames se briser. Il a vu l'assembl√©e s'en aller pour ainsi dire. Il a vu tout arriver. Il a vu Satan commencer √† les agiter en leur envoyant son souffle, les faisant zigzaguer dans tous les sens, au point qu'ils savaient √† peine quoi faire. Et puis, qu'est-il arriv√© ? Lorsque tout espoir √©tait fini pour qu'ils aient jamais... puissent √™tre sauv√©s, qu'est-il arriv√© ? Ils L'ont alors vu marcher sur l'eau. Il venait vers eux. Eh bien, s'Il avait √©t√© avec eux dans le bateau et qu'Il e√Ľt march√©, ils auraient pu accepter cela. Mais, voyez-vous, Il √©tait loin d'eux et Il devait venir en marchant sur l'eau. Et la Bible dit qu'ils ont eu peur. Ils √©taient effray√©s. Ils ont dit : " C'est un fant√īme. " Et la seule chose qui pouvait les sauver, ils en ont eu peur, parce que cela avait l'air d'un fant√īme. Ils en ont eu peur.
E-76 Si cela n'est pas le tableau d'aujourd'hui, je ne sais pas du tout. La seule chose qui peut sauver les gens, ils en ont peur ; c'est J√©sus-Christ. Dans cette heure tragique o√Ļ nous sommes, quand l'√©glise est pr√™te √† entrer dans la f√©d√©ration des √©glises, dans le Conseil mondial des Eglises, et-et toutes ces choses, et nos d√©nominations deviennent s√®ches, et chacune... Et, vous savez, nous-nous savons tous cela. Nos baptistes et nos pentec√ītistes deviennent comme cela. Nous aimons nos fr√®res, d'o√Ļ qu'ils soient, peu importe o√Ļ ils sont. Mais jamais une d√©nomination qui s'est organis√©e et qui est tomb√©e ne s'est relev√©e. Eh bien, sondez simplement l'histoire. D√®s qu'elles commencent, elles sont finies.
E-77 Et nos d√©nominations pentec√ītistes... Eh bien, le syst√®me, pas les fr√®res, mais le syst√®me des d√©nominations a... √áa devient si chaud ; c'est simplement... √ßa devient ti√®de. Et √ßa devient glacial. Voyez-vous, √ßa-√ßa meurt. Et les gens deviennent froids, formalistes, et ils se soucient des choses du monde. Et nous nous procurons toutes sortes de tr√®s bonnes choses, vous savez, et tout est plac√© dans notre main. Dieu a dit √† Isra√ęl : " Quand tu n'avais rien, Je t'ai trouv√© dans le champ, baignant dans ton sang, et Je t'ai lav√©. " Vous avez appr√©ci√© Dieu. Mais quand ils sont devenus grands et qu'ils ont commenc√© √† avoir beaucoup de choses, alors ils ont oubli√© Dieu. Et c'est exactement ce que cela commence √† devenir. Voyez-vous ?
E-78 Et maintenant, voyez-vous, quand toutes les choses... Il semble que notre... Nous commen√ßons √† consid√©rer combien de membres, combien d'assembl√©es nous pouvons ajouter. Pouvons-nous avoir une √©glise un peu plus grande que celle de notre fr√®re, qui est de l'autre c√īt√© de la ville ? Combien de comp√©titions de l'√©cole du dimanche nous pouvons avoir, et offrir aux gens une √©pingle d'or pour avoir fait certaines choses, pour avoir amen√© tant de gens √† l'√©cole du dimanche. En 1944, les baptistes avaient un petit dicton l√†, vous savez. Ils disaient : " Un million de plus en 44. " Un slogan. Qu'avez-vous re√ßu quand vous y avez adh√©r√© ? J'√©tais assis avec Billy Graham r√©cemment, il a mis son... il s'est tenu debout l√† et a lev√© la Bible, en disant : " Voici le mod√®le de Dieu. " Je participais √† son petit-d√©jeuner. Il a dit : " Je... Saint Paul a pris cette Parole de Dieu, il est entr√© dans une ville et, apr√®s avoir pr√™ch√©, il a eu un converti. Il est rentr√© une ann√©e plus tard, et il en avait trente √† partir de celui-l√†. Cet unique converti en a gagn√© trente. " Et il a dit : " Il a donc eu trente petits-enfants, voyez-vous, de cet unique enfant. " Il a dit : " Mais moi, quand je vais dans une ville, j'ai trente mille confessions. Et √† mon retour, une ann√©e apr√®s, je ne peux pas en trouver trente. " Et il a dit : " Eh bien, quel est le probl√®me? "
E-79 J'appr√©cie cet √©vang√©liste. Je pense que Dieu l'utilise l√†-bas dans ce... l√† o√Ļ il se trouve. Il faut que quelqu'un aille √† Sodome, vous savez. Tous ne peuvent pas rester avec Abraham et son groupe, les √©lus qui ont √©t√© tir√©s hors de. Mais il y en eut Un qui resta l√†, Il a manifest√© un certain signe et les a pr√©par√©s pour le d√©part. Remarquez, et Billy a dit : " Savez-vous quel est le probl√®me ? " Il n'a pas m√Ęch√© ses mots. Il a dit : " C'est vous, bande de pr√©dicateurs paresseux. " Il a dit : " Je vous donne ces cartes de d√©cision et vous restez assis l√†, les pieds pos√©s sur le bureau, et vous n'allez m√™me pas les d√©ranger, et peut-√™tre leur √©crire une lettre pour leur dire que vous voudriez les avoir comme membres de votre √©glise. Vous devriez aller l√† et les persuader, et les faire entrer dans l'√©glise. " Eh bien, j'√©tais assis et j'ai suivi pendant un moment, vous savez. Et je me suis dit que cela sonnait tr√®s bien. Je me suis dit : " Oh ! Fr√®re Graham, j'aimerais bien s√Ľr vous poser une question maintenant m√™me. Et je suis un petit idiot, vous savez, tandis que vous, vous √™tes un grand homme. Je-je ne l'ai donc pas fait. Mais j'aimerais dire ceci : 'Fr√®re Graham...' " Voici ce que j'aurais pu lui demander. Eh bien, rappelez-vous, je ne le critique pas, car je l'aime et il est un grand homme. Je prie toujours pour lui, et nous devons le faire. Et maintenant, j'aimerais demander : " Fr√®re Graham, qui... Qu'est-ce que cet homme, avec cet unique converti que Paul avait gagn√©, quel pr√©dicateur a pris... est all√© le voir, car aucun pasteur n'√©tait rest√© avec lui ? " Voyez-vous ? Quel √©tait le probl√®me ? Paul ne s'arr√™tait pas juste √† la confession. Il restait avec lui jusqu'√† ce qu'il ait re√ßu le bapt√™me du Saint-Esprit. Il √©tait en feu. C'est comme s'il embrasait la ville. C'√©tait √ßa le probl√®me.
E-80 C'est l√† le probl√®me aujourd'hui. Nous les amenons simplement puisqu'il s'agit d'une confession, au lieu de les prendre pour qu'ils re√ßoivent Christ, jusqu'√† ce qu'ils naissent de l'Esprit de Dieu. C'est ce dont nous avons besoin aujourd'hui, c'est de ces r√©unions pendant toute la nuit. Pas rester juste... Je crois dans toutes les choses que nous faisons. Je crois dans le fait de crier ; je crois dans le fait de parler en langues ; je crois dans l'interpr√©tation des langues ; je crois dans la gu√©rison divine. Je crois dans toutes ces choses. Mais cependant, il y a mieux que cela. C'est la naissance elle-m√™me. C'est le Saint-Esprit Lui-m√™me qui entre l√†. Ces choses sont bien, mais vous... C'est bien. Mais c'est comme cet homme de couleur qui mangeait la past√®que ; il y a plus de cela. Vous devez continuer jusqu'√† ce que l'amour, la joie, la paix, la longanimit√©, la bont√©, la patience, la puissance de la r√©surrection de J√©sus-Christ br√Ľlent dans votre vie. Alors nous pourrions avoir une r√©union de t√©moignages de ce que Dieu fait au milieu de nous. C'est juste.
E-81 J√©sus est venu vers eux en marchant sur l'eau, mais ils ont eu peur. Ils ont dit : " Oh ! c'est-c'est un fant√īme. Nous-nous ferions mieux de ne plus aller √† cette r√©union. C'est dr√īle. " Ils L'ont vu revenir dans Sa puissance, exactement comme Il l'avait promis dans les pages de ces Bibles, plut√īt les pages de cette Bible, qu'Il ferait ceci dans les derniers jours. Et cela entre, et beaucoup de gens disent : " Oh ! ce n'est que de la t√©l√©pathie mentale, c'est du spiritualisme ; c'est une esp√®ce de... " Voyez-vous ? C'est la m√™me chose. Et la seule chose qui nous sauvera, qui nous aidera √† sortir de ceci, c'est accepter J√©sus-Christ. C'est juste. Remarquez, quand Il √©tait... Tous ont eu peur et ils se sont √©cri√©s : " Oh ! qu'est-ce ? Nous ne savons pas. C'est effrayant. Cela a l'air d'un fant√īme. " Qu'est-il arriv√© ? Juste √† ce moment crucial, une voix est venue, disant : " N'ayez pas peur, c'est Moi ; ne soyez pas effray√©s. " Ce soir, comme j'aimerais le dire, alors que nous terminons notre petit t√©moignage ici... Je dois le faire rapidement. Alors que je termine leur t√©moignage, pour terminer cette partie du r√©veil... Mes amis, quand vous voyez J√©sus-Christ faire quelque chose comme Il le fait ici... Notre s√©rie de r√©unions de quatre soir√©es a √©t√© trop courte. J'aurais voulu rester ici et prendre cette Bible, de la Gen√®se √† l'Apocalypse, pour vous prouver que c'est exactement l'heure dans laquelle nous vivons. Ceci est cens√© arriver. Selon la Bible, c'est la derni√®re heure.
E-82 Quand Billy et moi avons voyag√© en avion en Inde tout r√©cemment, il y avait un article de journal... C'est un pays bilingue, et on disait : " Le tremblement de terre doit √™tre termin√©. Les oiseaux reviennent. " Eh bien, en Inde, ils n'ont pas ces belles cl√ītures en grillage que nous avons. Ils prennent des pierres et font leurs cl√ītures, et ils construisent leurs maisons, la plupart d'entre eux. Et, pendant un jour ou deux, tous les petits oiseaux qui vivaient dans ces rochers s'√©taient envol√©s, et ils √©taient partis. Ils ne sont pas revenus √† leurs rochers, √† leurs nids. Et qu'est-il alors arriv√© ? Tout le b√©tail qui rentrait le-le soir quand il faisait chaud, qui restait √† l'ombre de ces murs pour rester au frais, les moutons, ils n'ont pas fait cela. Ils sont all√©s juste en plein milieu des champs et se sont tenus l√† les uns contre les autres. Les gens se sont dit : " C'est √©trange ; que leur est-il arriv√© ? " Et puis, tout d'un coup, un tremblement de terre a parcouru la contr√©e. Tous les murs sont tomb√©s. Et puis cela a dur√© deux ou trois jours, le tremblement de terre. Puis, tout d'un coup, ce qui √©tait rest√© debout, les petits oiseaux ont commenc√© √† rentrer l√†, √† revenir. Les gens ont dit : " Le tremblement de terre doit √™tre termin√©. " Ne voyez-vous pas, mes amis ? Le m√™me Dieu qui, au jour de No√©, pouvait prendre les oiseaux et les animaux et les mettre en s√©curit√© dans l'arche, loin de la destruction, ce m√™me Dieu est toujours capable de pr√©venir l'oiseau. Et l'oiseau n'agit que par l'instinct. Et si, par l'instinct de l'oiseau, Dieu l'avertit pour qu'il s'√©loigne de ce grand mur qui va tomber, certainement que par le bapt√™me du Saint-Esprit nous pouvons nous √©loigner de ces tr√®s vieux murs de la tradition qui nous environnent pour aller l√†... si nous devons nous tenir l'un contre l'autre pour rester √† l'ombre de la Bible. C'est juste.
E-83 N'ayez pas peur. C'est ce qu'Il a promis. Il vient, chevauchant droit vers nous, et Il accomplit Ses Ňďuvres. Et n'ayons pas peur ce soir. Si seulement nous pouvions ouvrir largement nos cŇďurs et dire : " Seigneur J√©sus... " Consid√©rez les soir√©es. Regardez, regardez simplement... simplement nos petites soir√©es, alors que nous n'avions jamais √©t√© ici dans une r√©union, et ceci n'est que la - la quatri√®me soir√©e. Trois soir√©es sont pass√©es. Et regardez, le Saint-Esprit n'a pas failli une seule fois. Je re√ßois des lettres de t√©moignages venant de diff√©rents endroits, et il leur a √©t√© dit ce qui se passerait quand ils seront arriv√©s chez eux, et ainsi de suite. Et ils ont dit que c'√©tait exactement ainsi. Eh bien, certainement. Ce sera toujours ainsi. Voyez-vous ? Veillez √† ce que Cela dit. Juste lorsque vous entendez Cela parler, voyez ce que Cela vous dit. Vous voyez ? Je dis √† ce moment-l√† ce que je regarde. Alors attendez, et voyez ce qu'il vous dit de faire. Tout ce qu'Il vous dit de faire, allez le faire. Peu importe ce que c'est, allez le faire. Ce n'est pas votre fr√®re ici ; c'est J√©sus-Christ, vous voyez. C'est Christ. J√©sus, quand Il √©tait ici, a dit : " Ce n'est pas Moi ; c'est le P√®re. " Voyez-vous ? Le P√®re oeuvrait √† travers Lui. Maintenant, le P√®re agit √† travers Son Eglise, voyez-vous, le Saint-Esprit. Et quand vous voyez cela, n'ayez pas peur de cela. Embrassez cela. Dites : " Seigneur J√©sus, je T'aime. Tu es ici. Peut-√™tre que je ne T'ai jamais accept√© comme mon Sauveur. Ce soir, je vais le faire. Je Te veux comme mon Sauveur. Je ne veux pas que cette r√©union se termine sans que je sois sauv√©. Je veux que Tu me sauves ce soir, Seigneur. " Il le fera. Il le fera. Cela montre qu'Il est ici. Nous sommes dans les derniers jours. Ces choses sont cens√©es arriver.
E-84 Et rappelez-vous le dernier signe qui fut donné à Abraham, lui qui était un type de ceux qui iront dans l'enlèvement. Voyez-vous, ils étaient déjà sortis de Sodome. Le dernier signe qui lui fut donné était ce même signe : Dieu manifesté dans la chair humaine, et qui dit à Abraham ce que Sara pensait dans la tente derrière Lui. Et Jésus se retourne immédiatement et dit : " Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement à la Venue du Fils de l'homme. " Je présume que vous êtes spirituels. Je vous prie d'essayer de comprendre. Vous voyez ? Celle-ci pourrait être votre dernière chance. Vous voyez ? Il se peut qu'on ne vous ait pas enseigné ceci dans vos églises, dans vos grandes et belles églises. Ces hommes sont... Je n'ai donc rien contre vos pasteurs... [Espace vide sur la bande - N.D.E.] ...pas peur : " C'est Moi, n'ayez pas peur. "
E-85 Maintenant, notre P√®re c√©leste, cette petite r√©union des t√©moignages d√©cousus que j'ai essay√© d'expliquer, et j'ai essay√© de montrer aux gens que nous pourrions avoir le m√™me t√©moignage dans chacune de ces √©glises, le dimanche, ces belles √©glises qui se trouvent ici et qui sont-sont des phares... Des gens peuvent s'y tenir le dimanche matin pour t√©moigner de la m√™me chose que les autres, ce soir-l√† sur la mer. " Oh ! nos cŇďurs ne br√Ľlaient-ils pas alors que nous Le voyions faire ceci et que nous Le voyions faire cela ? " √Ē Dieu ! je Te prie de nous envoyer un grand r√©veil, P√®re. Saisis-nous, Seigneur. Nous avons-nous avons besoin d'un grand r√©veil. R√©v√®le-Toi √† nous de fa√ßon r√©elle ce soir. Seigneur, peut-√™tre qu'apr√®s cette r√©union de t√©moignages dont j'ai parl√©, peut-√™tre qu'une grande faim viendra dans les cŇďurs des gens, si Tu veux simplement Te manifester de nouveau ce soir parmi les gens. Ils s'en iront alors d'ici et, dimanche matin, ils vont remplir ces √©glises et t√©moigner. Ils partiront d'ici, ils iront chez leurs voisins et commenceront √† gagner des √Ęmes, et ils essayeront de se r√©unir avec leurs voisins et prieront avec eux, et ils iront visiter les malades et les afflig√©s dans les h√īpitaux pour leur dire que J√©sus-Christ vit √©ternellement. Accorde-le, Seigneur. Ecoute notre pri√®re. C'est l'objectif que nous avons en √©tant ici, Seigneur, et Tu connais les motifs de nos cŇďurs. Et nous Te prions donc d'agr√©er cela, P√®re, puisque nous demandons cette b√©n√©diction au Nom de J√©sus-Christ. Amen.
E-86 Maintenant, tr√®s calmement... Eh bien, nous n'avons pas d'horloge. Quelqu'un entre vous, fr√®res, voudrait-il bien... J'ai ab√ģm√© ma montre et... Quelle heure est-il ? Dites-moi. Oh ! je suis plus que jamais en retard. Demain, c'est samedi. Je suis d√©sol√©. J'ai vu deux ou trois personnes se lever pour partir, et je-je sais que je suis rest√© trop longtemps. C'√©tait... Oh ! la la ! Vous √™tes des personnes tr√®s gentilles ; je d√©teste penser que je vais devoir vous quitter ce soir. C'est la v√©rit√©. Dans mon cŇďur, je suis... Si je suis un hypocrite, je ne le sais pas. Mais j'aime les gens. Quand j'√©tais un petit gar√ßon qui grandissait, personne ne faisait attention √† moi. Personne ne m'aimait. Puis j'ai adh√©r√© √† une √©glise, et je fus ordonn√© √† l'Eglise Missionnaire Baptiste. Je savais toujours que Dieu √©tait Dieu. Et j'√©tais en quelque sorte une brebis galeuse, pour ainsi dire, l√†-bas. Le docteur Davis me disait : " Billy, tu vas te retrouver un saint com√©dien ", et tout cela.
E-87 Mais toutefois, je croyais que si jamais Dieu a √©t√© Dieu, Il est toujours Dieu. Et je... C'est ainsi que me conduisaient mes convictions, car j'avais vu cela quand j'√©tais petit. Et beaucoup parmi vous ont lu mon livre, l'histoire de ma vie, et tout. Et Dieu au Ciel sait que c'est vrai. Et je savais qu'il y avait quelque chose l√† ; je voyais Cela, cette Lumi√®re. Et Cela me parlait, et quelques fois, encore tout petit gar√ßon, et je savais que c'√©tait vrai. Et il m'a parl√©, disant : " Oh ! tu as juste fait un r√™ve. " J'ai dit : " Si tel est le cas, je vais remettre ma carte de membre. " Il a dit : " Oh ! ne pense pas √† √ßa. " " Mais, a-t-il dit, tu vas t'en remettre, Billy. " Mais je ne m'en suis pas encore remis, et j'esp√®re que je ne m'en remettrai jamais. C'est √ßa. Et comme l'a dit Pierre le jour de la Pentec√īte : " C'est ici... " Si ce n'est pas cela, laissez-moi garder ceci jusqu'√† ce que cela viendra alors, car j'aime ceci. Et je prie que Dieu accorde √† chacun de se sentir comme cela. Et, mes amis, je vous dis la v√©rit√©. Jusque-l√†... Cette Bible se trouve ici ; je ne L'ai pas encore ferm√©e. Je le jure, avec cette Bible sur mon cŇďur, que je vous dis la pure v√©rit√©.
E-88 Et je crois vraiment que c'est J√©sus-Christ sous la forme du Saint-Esprit, vous voyez, Dieu le Saint-Esprit qui vient au Nom de J√©sus-Christ pour confirmer que nous sommes dans les derniers jours ; et Son Esprit est sur la terre parmi Son peuple. Et cette Lumi√®re qui est l√†, je crois de tout mon cŇďur que c'est la m√™me Colonne de Feu qui a conduit les enfants d'Isra√ęl dans le d√©sert. Je crois que c'√©tait la M√™me qui √©tait sur J√©sus-Christ, la M√™me lorsqu'Il s'en est all√©. Et c'est la M√™me qui aveugla les yeux de Saul sur la route de Damas, quand il a cri√© : " Qui es-tu, Seigneur ? " Et Il a dit : " Je suis J√©sus. " Voyez-vous ? Je crois que c'est la m√™me chose. Elle fait les m√™mes Ňďuvres, cela ne peut donc pas √™tre moi. Pensez-y, je-je n'ai m√™me pas l'instruction du primaire. Je ne sais rien, eh bien, aucune-aucune instruction, pas plus que de pouvoir √† peine lire la Bible. Mais je Le connais, Lui. R√©cemment quelqu'un a dit, il a dit : " Fr√®re Branham, vous ne connaissez pas votre Bible. " J'ai dit : " Mais je connais tr√®s bien l'Auteur. Et je... Il-Il me r√©v√®lera Sa Bible s'Il veut me La r√©v√©ler. " Et pas une seule fois cet Ange du Seigneur qui se tient l√† ne m'a dit une seule fois quelque chose sans qu'Il ne recoure droit √† la Bible et ne le confirme par la Bible. Si jamais Cela me disait quelque chose de contraire √† la Bible, je n'y croirais pas. C'est cette Bible qui vient en premier. Le pr√©dicateur ou l'ange, ou qui que ce soit d'autre qui t√©moignerait de quelque chose de contraire √† cette Parole, ne l'√©coutez pas. Peu m'importe combien cela para√ģt vrai ; Celle-ci a raison. Elle a toujours raison.
E-89 Joseph Smith a vu-a vu un ange. Eh bien, je ne-je ne doute pas du tout de ce que cet homme a dit. Mais le probl√®me en est que c'√©tait contraire √† la Parole. Vous voyez ? Je-Je ... Cela doit √™tre la Parole. Et je crois que cet homme √©tait un homme de bien, certainement, et sinc√®re. Mais je... Celui qui parle ici, cela doit, √ßa ne doit pas √™tre quelque chose de contraire √† la Parole. √áa doit √™tre en accord avec la Parole. Et croyez-moi... Je n'ai pas le temps de rester ici pour vous le dire. Et soir apr√®s soir... Mais les choses que vous voyez accomplies, je peux vous les prouver par les Ecritures. Si vous prenez les bandes, vous le saurez, que cela-cela s'est produit √† maintes reprises de la Gen√®se √† l'Apocalypse. Cela indique exactement cet Arbre-Epouse, cette heure, ce m√™me Esprit qui doit revenir, et le fruit du Saint-Esprit qui doit √™tre manifest√© pour ramener la foi des enfants √† celle des p√®res. C'est exactement la m√™me chose qui a √©t√© pr√©dite dans toute la Bible que ce serait ici. Et nous y sommes. Imm√©diatement apr√®s l'abandon du bapt√™me et des choses de ce genre, il doit y avoir une restauration au dernier jour. Et, mes amis, ne renvoyez pas cela √† plus tard et ne regardez pas l√† loin dans le futur. G√©n√©ralement, cela vous passe par-dessus la t√™te et vous-vous manquez cela. Soyez pr√™ts. Si c'est l'Ecriture, emparez-vous-en. Si ce n'est pas l'Ecriture, mettez cela de c√īt√©. Voyez ? Mais, croyez-moi, c'est l'Ecriture. Voyez-vous, c'est ce qu'Il a fait l'autre jour. S'Il est le m√™me aujourd'hui, Il fera la m√™me chose.
E-90 Eh bien, je crois que Billy Paul a distribu√© des cartes de pri√®re. Qu'as-tu distribu√© aujourd'hui ? Nous les avons presque toutes. B de 1 √† 100 ? Eh bien, commen√ßons. O√Ļ en √©tions-nous ? Nous avions pris les premi√®res et derni√®res de l'autre s√©rie, par l√† ? Etait-ce juste ? Ce soir, recommen√ßons par la premi√®re de la s√©rie. B, cartes de pri√®re B, qui portent un B. Et commen√ßons juste √† partir de... Eh bien, commen√ßons √† partir du num√©ro 1. En effet, nous allons les prendre toutes, de toutes les fa√ßons. Tr√®s bien. Num√©ro 1. Qui a la carte B num√©ro 1 ? Levez la main. Cette dame ? Venez par ici maintenant. Si vous... Si c'est... Je vois une dame dans un fauteuil roulant l√†-bas. Et si elle... quand sa carte sera appel√©e, si elle en a une, n'oubliez pas, faites-la monter directement sur l'estrade, voyez-vous. C'est tr√®s bien. B num√©ro 1, num√©ro 2 ? Num√©ro 2 ? Qui a B num√©ro 2 ? Est-ce la sienne, le num√©ro 2 ? Eh bien, d'accord, un instant. Un instant. Nous allons les aligner d√®s que nous les appelons. Tr√®s bien. Num√©ro 2, qui l'a ? Bien, excusez-moi-excusez-moi. Il est derri√®re le micro. Par ici, madame. Num√©ro 2, num√©ro 3 ? Tr√®s bien, madame. Num√©ro 4 ? Carte de pri√®re num√©ro 4 ? Qui la d√©tient ? Num√©ro 4 ? Peut-√™tre... C'est comment en espagnol ? Quatro. Je sais que je n'ai pas bien prononc√© cela. Il n'y a qu'une seule fa√ßon dont je... un seul mot que je peux prononcer en espagnol : " Oya. " Je me souviens qu'√† Jeff, les gens disaient : " Oya ", et on r√©pondait : " Si. " Tr√®s bien. Num√©ro 4. D√©j√† 4, 5. Carte de pri√®re num√©ro 5 ? Tout au fond. Tr√®s bien, une dame l√† derri√®re.
E-91 Mon fils am√®ne donc ces cartes et les distribue. Il les apporte devant l'assembl√©e, il les m√©lange compl√®tement, puis il vous donne une carte de pri√®re. Peu importe o√Ļ vous vous trouvez ou o√Ļ vous √™tes, vous recevez cela. Et puis, vous... quelqu'un peut recevoir le num√©ro 1, l'autre le num√©ro 15, l'autre... Et puis on ne sait pas encore √† partir d'o√Ļ nous allons appeler. Vous voyez ? Et ainsi, je-je viens simplement ici et ... Jusqu'o√Ļ avons-nous appel√© ? 5, 6, 7. 6 ? Levez la main si vous avez le 6. Bien. 7, num√©ro 7 ? Tr√®s bien. 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14. 14 ? Maintenant, attendez un instant, j'en ai vu deux. Je me suis tromp√©. Il s'agit d'un homme et d'une femme qui allaient dans l'autre sens ; j'ai pens√© qu'ils se levaient pour venir. Voyons. 12, 11, 12, 13, 14, 15 ? 16 ? Bien, commen√ßons avec celles-ci ; en effet, nous allons les prendre toutes. Nous allons prendre chacune d'elles, le Seigneur voulant, juste dans un instant... Nous allons simplement... Attendons quelques minutes jusqu'√† ce que nous-nous voyions si nous pouvons y arriver ou pas.
E-92 Très bien. Tout le monde se sent-il bien ? Maintenant, combien ici n'ont pas de cartes de prière ? Faites voir vos mains. Très bien. Maintenant, soyez respectueux. Regardez ici ; priez. Maintenant, rappelez-vous, c'est notre dernière réunion. Eh bien, soyez très respectueux. Regardez ici. Et maintenant, pendant que vous apprêtez cette ligne de prière là-bas, disons ceci. Remontons à il y a quelques années dans l'histoire. Voyons le Seigneur Jésus, un jour, après avoir traversé la mer. Le matin, Il a accosté sur la rive et a débarqué, et ils allaient dans la contrée. Et une petite dame qui souffrait d'une perte de sang n'avait pas de carte de prière. Disons, je crois, que nous sommes... quelqu'un a éteint les lumières. Est-ce dans un but ou quoi ? Ou-ou cela s'éteint-il automatiquement ? Ont-ils... Est-ce pour que nous partions ? Oh ! un-un... Oh ! ça revient. Quelqu'un a fait une erreur dehors, il a tourné l'interrupteur. Très bien. Remarquez, maintenant notre Seigneur Jésus...
E-93 Maintenant, combien me comprennent ? Nous n'essayons pas de dire que nous sommes le Seigneur Jésus. Tout le monde comprend cela. Très bien. Nous sommes vos frères. Voyez-vous ? Nous sommes Ses serviteurs. Mais c'est simplement un don consistant à s'abandonner. Maintenant, regardez ; suivez ceci. Voici des hommes qui sont-sont-sont-sont-sont des théologiens, des hommes instruits dans la Parole. Maintenant, frères, quand vous vous mettez tous à prêcher un message, si vous essayez de fabriquer cela vous-même, cela ne fera aucun bien, n'est-ce pas ? Mais quand vous êtes inspiré, vous êtes... C'est juste quelque chose qui descend. Vous ne savez pas ce que vous allez dire. Est-ce juste ? C'est ça parler par l'inspiration. Vous voyez ? C'est le Saint-Esprit. Maintenant, je suis... je ne suis pas assez éloquent pour faire cela de cette manière-là. Vous voyez ?
E-94 Mais maintenant, mon don √† moi, c'est juste... C'est un don consistant √† savoir, par exemple, tirer un levier et vous √©carter du chemin. Et cela, c'est juste un abandon total. Je ne peux pas expliquer cela. Aucun homme ne peut expliquer Dieu. Je ne peux pas vous dire comment cela... ce qui arrive, ce qui se d√©roule. Je sais seulement que c'est un petit don. Et j'ai juste un moyen pour m'√©carter du chemin, et puis, tout d'un coup, je commence √† sentir Quelque Chose d'√©trange, de doux et d'humble. Et je regarde, je vois cette Lumi√®re tournoyer. Alors je sais que tout va bien. C'est la raison pour laquelle j'attends. Et puis, quand quelqu'un se met √† parler... C'est la raison pour laquelle je fais monter quelqu'un ici, plus comme un app√Ęt, vous voyez, pour avoir quelqu'un qui a √©t√© isol√© afin que je lui parle. Et puis, quand le Saint-Esprit commence √† agir sur cette personne, alors cela saisit g√©n√©ralement l'auditoire. Et puis, l'auditoire commence √† se-s'√©merveiller, alors les gens commencent √† avoir la foi. Alors celui qui a la foi... Puis vous commencez √† sentir la chose ici, l√†-bas, partout √† ce moment-l√†. Vous voyez ? Et alors, si la chose est l√†, cela se confirme tout simplement.
E-95 Maintenant, rappelez-vous, c'est quelque chose de tr√®s dur, qui d√©truit totalement. J√©sus a pr√™ch√© toute la journ√©e, et cela ne L'a pas d√©rang√©. Mais quand cette petite femme toucha Son v√™tement et alla s'asseoir, cela √īta de Lui la vertu. Est-ce juste ? Eh bien, tout le monde sait que la vertu, c'est la force. Eh bien, si cela a fait cela au Fils de Dieu n√© d'une vierge, qu'est-ce que cela fera √† nous, p√©cheurs sauv√©s par Sa gr√Ęce ? Vous voyez ? Vous voyez ? Pr√™chez, faites cela toute la nuit, cela ne vous d√©rangera pas, mais laissez une vision se produire, voyez-vous, c'est quelque chose qui est... C'est dans un autre monde. Vous voyez des gens, peut-√™tre, quand ils √©taient de tout petits enfants ou quelque chose de ce genre, et vous devez parler vite, parce que vous savez que vous vous tenez ici. Mais pourtant, vous √™tes ailleurs, tr√®s loin ailleurs en train de parler. Et puis, quand vous sortez de l√†, vous ne savez pas ce que vous avez dit jusqu'au moment o√Ļ vous √©coutez cela sur la bande. Vous voyez ? Et ce n'est pas un homme. Ce n'est pas une personne du tout ; c'est Dieu. C'est toujours juste. Et Il a promis cela. Vous voyez ? " Connaissant leurs pens√©es ", la Bible dit que c'est ce qu'Il a fait. Appelez cela comme vous voulez, mais la Bible dit que J√©sus connaissait leurs pens√©es.
E-96 Maintenant, je veux que vous croyiez. Eh bien, premièrement, je veux que vous voyiez cette... Voyez-vous, maintenant, c'est comme la guérison... Nous savons que le Saint-Esprit est ici. Et je crois dans l'imposition des mains. Quelqu'un (oh !) m'a réprimandé un peu durement à ce sujet ce matin. Il a dit : " S'imposer les mains les uns aux autres, cela n'existe pas. " On ne devrait pas faire cela... J'ai dit : " Vous n'avez simplement pas lu la Bible, frère ; c'est tout. " J'ai dit : " La dernière commission qui est sortie de la bouche de Jésus-Christ était : 'Imposez les mains aux malades, et les malades seront guéris' ", les dernières Paroles qu'Il a prononcées quand Il a quitté la terre. La première commission qu'Il a donnée à Ses disciples était : " Guérissez les malades, purifiez les lépreux, ressuscitez les morts, chassez les démons ", au premier groupe qui est parti, Matthieu 10. Et au dernier groupe qu'Il a établi : " Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : ils chasseront les démons, ils parleront de nouvelles langues, ils saisiront des serpents, ils boiront des breuvages mortels, et s'ils imposent les mains aux malades, les malades seront guéris. " Ce sont les dernières Paroles qu'Il a prononcées. Il a été reçu dans la Gloire. C'est certainement cela la grande commission. Ce que cela fait, je ne sais pas ; il s'agit simplement d'exécuter ce qu'Il a dit.
E-97 Mais ici, tous, je pense quatre-vingt-dix pour cent ou plus d'entre vous, vous √™tes des croyants. Vous √™tes un croyant, et vous avez le droit d'imposer les mains aux malades autant que moi, ou votre pasteur, ou qui que ce soit. Imposez les mains, vous le croyant : " Voici les miracles qui accompagneront... ", pas les ministres, mais tous ceux qui croient. Vous en avez le droit, tout le monde. Comme je l'ai dit, il n'y a pas de grands hommes ni d'hommes saints ; il y a nous. Aucun de nous n'est saint. Nous avons en nous un Esprit Saint, mais nous, nous ne sommes pas saints. C'est Lui qui est saint. Voyez-vous ? Il s'agit de Sa saintet√©, pas de la mienne, pas de la v√ītre. C'est la Sienne. Mais maintenant, fermons simplement notre entendement √† tout maintenant, pendant les quinze prochaines minutes. Et maintenant, ces hommes sont assis ici, regardant tout autour. Voici une femme debout devant moi. Je ne l'ai jamais vue de ma vie. Sommes-nous √©trangers l'un √† l'autre, madame ? Avez-vous entendu ce qu'elle a dit ? Elle a √©t√© dans mes r√©unions plusieurs fois, mais elle n'a jamais eu l'occasion de me dire bonjour. Voyez-vous ? Ainsi, je ne connais pas cette femme. Elle se tient l√†. Elle est ici pour une raison. Eh bien, pensons-y simplement-simplement maintenant. Prenez Saint Jean chapitre 4, quand J√©sus rencontra une femme. Eh bien, rappelez-vous, Il a dit : " Les Ňďuvres que Je fais, vous les ferez aussi. "
E-98 Eh bien, voici une femme et un homme qui se rencontrent pour la première fois dans leur vie. Eh bien, ça, c'est la vérité. Nous voici. Voici la Bible de Dieu, là se tient une femme, je me tiens ici. A ma connaissance, je n'ai jamais vu cette femme de ma vie. Je sais... Tout ce que je sais est qu'elle se tient là. Aujourd'hui, elle était quelque part ici et quelqu'un lui a remis une carte de prière, et son numéro a été appelé, et voici qu'elle se tient ici ; c'est tout. Il y en a beaucoup là. Hier soir, nous avons simplement pris ceux qui n'avaient pas de cartes de prière. Combien étaient ici pour voir cela ? Voyez-vous, une carte de prière n'a rien à voir avec la chose. Voyez-vous ? C'est votre foi qui a à faire avec la chose. Maintenant, vous dites : " Frère Branham, pouvez-vous guérir les malades ? " Il n'y a personne sur terre capable de guérir les malades. Ils ont déjà été guéris. Vous devez juste les amener à voir cela, à croire cela.
E-99 Eh bien, si Jésus-Christ vient sur la scène et agit à travers cette femme et moi... Eh bien, si cela agit au travers de moi et pas d'elle, ça ne marchera pas. Il faut que ce soit nous deux ensemble, voyez-vous. C'est comme vous : si vous avez la foi, vous croyez la chose, alors, voyez-vous, cela agira entre nous. Voyez-vous ? Il s'agit de votre foi et de ma foi. Moi, je crois la chose. Si seulement vous croyez cela avec moi, alors nous verrons les paroles et les promesses de Jésus-Christ s'accomplir. Eh bien, si quelqu'un croit que c'est faux, et que vous vous croyez capable de faire la même chose, je vous invite sur l'estrade. Voyez-vous ? Ainsi donc, ne dites rien à ce propos. Maintenant, approchez, madame ; tenez-vous simplement ici. Maintenant, je veux vous encourager, car il y a juste un peu de foi. Et je veux vous parler juste un moment, comme notre Seigneur parla à cette femme. Eh bien, je ne vous connais pas, je ne vous ai jamais vue de ma vie et vous m'êtes totalement inconnue ; maintenant, si le Seigneur Jésus fait quelque chose ici, comme ce qu'Il fit dans la Bible, aux jours de la Bible, cela ne nous rendra-t-il pas heureux ? Et-et nous pourrons rentrer chez nous comme ceux qui...
E-100 Un jour, sur Son... Apr√®s Sa mort, Son ensevelissement, Sa R√©surrection, Il √©tait sur Son... Certains disciples √©taient en route pour Emma√ľs. Vous rappelez-vous cela, fr√®res ? En route pour Emma√ľs, et-et ils ont rencontr√© le Seigneur J√©sus et Lui ont parl√© toute la journ√©e, et ils ne L'ont pas reconnu. Mais quand Il est entr√© √† l'int√©rieur ce soir-l√† et qu'Il a ferm√© les portes, Il a fait quelque chose exactement comme ce qu'Il avait fait avant Sa crucifixion ; ils ont reconnu que c'√©tait Lui. Combien se rappellent l'histoire ? Certainement. Ils ont reconnu que c'√©tait Lui, car personne d'autre n'avait fait cela ainsi. Et leurs yeux s'ouvrirent, et Il disparut de devant eux. Maintenant, Il est vivant ce soir. Eh bien, s'Il est vivant, Il fera aujourd'hui la m√™me chose qu'Il avait faite avant Sa crucifixion, pour montrer qu'Il est ressuscit√©. Est-ce juste ?
E-101 Maintenant, Il n'a pas de mains ce soir sinon mes mains et les v√ītres. Ses yeux sont les miens et les v√ītres. C'est ce qu'Il utilise. Il est le Cep, nous sommes les sarments. Est-ce juste, fr√®res ? Et le cep ne porte pas des fruits. C'est le sarment qui porte des fruits, en tirant son √©nergie du cep. Est-ce juste ? Et si le premier sarment qui est sorti du Cep de la Pentec√īte a √©crit un Livre des Actes, si cet arbre fait sortir un autre sarment, cela √©crira un autre Livre des Actes ; en effet, cela-cela ne portera pas de citrouilles, et puis des melons d'eau, et puis des grenades. Cela portera les m√™mes fruits chaque fois, car c'est la m√™me vie qui coule dans le Cep. Maintenant, comprenez-vous ?
E-102 Maintenant, au Nom de J√©sus-Christ de cette Bible, je prends chaque esprit qui est ici sous mon contr√īle, pour l'honneur et la gloire de Dieu. Maintenant, si vous √™tes un critiqueur, ne restez plus. C'est pour vous le moment de partir, car, rappelez-vous, les esprits mauvais vont d'un individu √† un autre. Et beaucoup ici qui ont d√©j√† √©t√© aux r√©unions savent ce qui arrive. Si vous √™tes un critiqueur, restez simplement tranquille. Si vous ne l'√™tes pas, si quelque chose arrive, j'en serai responsable. Bon, madame, eh bien, quelque chose est arriv√©. C'est Sa Pr√©sence. Maintenant, si le Seigneur J√©sus me r√©v√®le quelque chose que vous avez fait, quelque chose que vous voulez faire, quelque chose que vous avez ou que vous n'avez pas fait ou que vous devriez faire, ou quelque chose vous concernant... Vous le saurez, exactement comme Il a dit √† Simon. Il a dit : " Ton nom est Simon. Tu es le fils de Jonas. " Il lui a dit son nom. Il a cru cela. A la femme, Il a dit : " Tu as une perte de sang. " Cela s'arr√™ta. Alors il avait le... ou comme le... eh bien, quelque chose qu'Il disait √† quelqu'un, √† savoir que quelque chose clochait en lui, comme par exemple la femme qui avait eu cinq maris ; quelque chose, juste quelque chose comme cela, vous saurez que c'est J√©sus-Christ. Croyez-vous cela ? Cela doit venir d'une puissance surnaturelle. Vous-vous savez cela. Tr√®s bien.
E-103 Bien. Maintenant, si quelqu'un peut voir, entre moi et cette femme se tient la Lumière. Elle en est bien consciente. Je ne connais pas cette femme, mais demandez-lui simplement cela. Ecoutez ceci : en ce moment même, quelque chose comme une sensation très douce s'installe. Si c'est vrai, levez [la main]. Voyez-vous ? C'est juste autour d'elle. Ne pouvez-vous pas voir cela ? C'est une autre dimension, voyez-vous. Je regarde droit à Cela. Eh bien, alors que je vous regarde, je vois que vous êtes une croyante. Et vous-vous souffrez... Vous êtes... L'un de vos grands problèmes, vous êtes-vous êtes très nerveuse. Et cette nervosité vous a causé de l'hypertension. C'est tout à fait exact. Croyez-vous maintenant ? Eh bien, juste pour voir maintenant que cela-cela... simplement pas... Voyez-vous, je peux juste prendre cette seule femme et me tenir ici, continuer simplement à parler de cela. Mais, voyez-vous, il y en a d'autres qui attendent dans la ligne. Voyez-vous ? D'autres doivent venir. Ainsi, voyez-vous, ça ne va pas être exclusivement sur une personne. Vous devez avoir quelqu'un d'autre. Mais maintenant, aimeriez-vous voir si le Saint-Esprit voudrait lui dire quelque chose d'autre ? Aimeriez-vous cela ? Levez simplement la main. Dites simplement : " Cela m'aiderait beaucoup. " Cela vous aidera-t-il ? Très bien. Voyons. Je ne sais pas ce qu'Il vous a dit, tout ce que je sais est que cela sera sur la bande.
E-104 Eh bien, juste un instant, regardez simplement vers moi et croyez. Juste comme Pierre et Jean ont dit : " Regarde-nous. " Et cela, en d'autres termes, c'est : " accorde-nous ton attention. " Voyez-vous ? Et comme Lui voyait qu'ils avaient la foi, moi aussi, je vois que vous avez la foi. Et maintenant... Oui, je vois. C'est quelque chose autour de votre bras. Oh ! c'est l'hypertension. Un m√©decin a mis quelque chose autour de votre bras. C'est juste. Oui, oui. C'est exact. Oui, oui. Et il a dit que vous avez l'hypertension. Et il y a quelque chose d'autre. Oh ! je vois cela. Ils vont appr√™ter quelque chose pour faire... Oh ! c'est une op√©ration. Vous vous pr√©parez √† subir une op√©ration. Et cela concerne une maladie de femme. Et cela doit se faire dans quelques jours. C'est juste. C'est juste. Maintenant, voyez-vous ce que je veux dire ? Voyez-vous ? En continuant simplement √† lui parler, en continuant √† lui parler, cela vient davantage. Voyez-vous ce que je veux dire ? Voyez-vous ? Eh bien, ce n'est pas moi. Demandez √† cette dame si c'est juste ou pas. Posez-lui la question, tous ceux qui la connaissent. Voyez-vous ? Regardez de nouveau par ici. Croyez-vous que Dieu peut me dire qui vous √™tes ? Cela vous aidera-t-il ? Madame Dorns, vous pouvez rentrer chez vous maintenant et croire de tout votre cŇďur.
E-105 Croyez-vous J√©sus-Christ maintenant ? Peut-√™tre que nous allons simplement lever nos mains et L'adorer alors. Il est Dieu. P√®re c√©leste, nous Te remercions pour ceci. Nous prions maintenant que Tu permettes que ces gens voient, afin que nous ayons un t√©moignage que le m√™me J√©sus... Nous pourrons t√©moigner le matin que nous L'avons vu, qu'Il √©tait ici avec nous ce soir sous la forme du Saint-Esprit. Nous T'aimons, Seigneur J√©sus. Fais que tout le monde voie et croie. Nous prions, Seigneur, au Nom de J√©sus. Amen. Maintenant, soyez simplement honorables, r√©v√©rencieux et respectueux. Bon, bon, cette dame qui se tient ici, eh bien, sommes-nous... Nous ne nous connaissons pas, je suppose, n'est-ce pas, madame, la dame qui se tient devant moi ? Vous ne-vous ne me connaissez pas ; je ne vous connais pas, mais... Elle ne m'a jamais vu de sa vie. Tr√®s bien. Eh bien, √™tes-vous... Croyez-vous toujours, tout le monde ? Soyez simplement r√©v√©rencieux. Soyez tr√®s r√©v√©rencieux. " Si tu peux croire, tout est possible. " Amen. J'ai vu arriver quelque chose. Je vais simplement attendre une minute. Tr√®s bien. Eh bien, regardez par ici juste un instant, sŇďur, vous qui vous tenez ici, vous qui √™tes sur l'estrade. Si je ne vous connais pas, n√©anmoins Dieu vous conna√ģt, s'Il veut bien me permettre de conna√ģtre quelque chose √† votre sujet que-que vous √™tes s√Ľr que je... Si je ne connais rien √† votre sujet, vous m'√™tes simplement inconnue. Mais s'Il me r√©v√®le quelque chose que vous savez √™tre vrai ou pas, vous pouvez t√©moigner de cela, si c'est vrai ou faux.
E-106 Mais vous êtes... L'un de vos grands problèmes, et votre problème principal, c'est... C'est la nervosité. Vous êtes tourmentée, c'est ce qui vous a causé des maux d'estomac. Vous avez des maux d'estomac et la nervosité. Et la nervosité vous cause les maux d'estomac, ce qui provoque une aigreur dans - dans le fond de l'estomac. C'est un ulcère peptique juste au fond de l'estomac. La graisse et autres vous font vomir des histoires. Et puis, je vois que vous vous détournez de beaucoup de nourritures à table. C'est exact... Et vous avez connu un grand choc tout récemment. Vous avez eu du chagrin. Il s'agit d'un décès. C'est votre mari. Il vient de partir. Et cela vous a rendu nerveuse. C'est juste, n'est-ce pas ? Je crois que vous irez bien maintenant. Allez prendre votre souper. Jésus-Christ... Croyez-vous ? Ayez simplement foi en Dieu. C'est juste. Voyez-vous ?
E-107 Maintenant, cette dame-ci, voudriez-vous regarder par ici juste un instant ? Nous sommes √©trangers l'un √† l'autre. Nous ne nous connaissons pas, mais J√©sus-Christ nous conna√ģt tous deux. Eh bien, maintenant, si le Seigneur J√©sus r√©v√®le quelque chose comme Il l'a fait, Il a dit √† la femme : " Tu as eu cinq maris ", que vous √™tes-que vous √™tes... vous avez une tumeur, un ulc√®re, un cancer, que vous avez des probl√®mes de m√©nage, ou quoi que ce soit, vous saurez que cela doit venir de Dieu, n'est-ce pas ? Voyez-vous, Il a dit juste une seule chose √† cette femme et toute la ville s'est repentie. Et voici qu'Il fait davantage maintenant, car Il a dit : " Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi ; et vous en ferez davantage. " Je sais que le Roi Jacques dit " de plus grandes ", mais l'Emphatic Diaglott dit " davantage ". On ne pourrait rien faire de plus grand. Il a arr√™t√© la nature, Il a ressuscit√© les morts. Vous en faites juste davantage. Voyez-vous ? La quantit√©, plut√īt que la qualit√©.
E-108 Vous souffrez aussi de la nervosit√©. Vous avez une maladie de femmes, c'est-√†-dire un trouble f√©minin. Vous souffrez aussi de l'estomac et cela vous d√©range. C'est juste. Croyez-vous qu'Il peut vous gu√©rir ? Croyez-vous qu'Il va le faire ? Vous avez quelqu'un sur le cŇďur, n'est-ce pas ? Votre mari. Il n'est pas ici. Vous croyez que je peux vous dire ce que... Si J√©sus r√©v√®le ce qui ne va pas chez votre mari, croirez-vous que je suis Son proph√®te, ou Son serviteur ? Il est tr√®s nerveux, et cela lui a caus√© une prostatite. C'est vrai, n'est-ce pas ? Ayez la foi ; ne doutez pas ; croyez simplement de tout votre cŇďur. Tenez, juste un instant. Il se passe quelque chose. Oui, le voici. Il s'agit de votre m√®re, et c'est elle qui est assise juste l√† derri√®re au bout du banc. Elle a la maladie de Parkinson. Vous √™tes en train de prier pour elle. N'est-ce pas vrai ? Madame Harris, c'est √ßa son nom ; croyez de tout votre cŇďur et retournez imposer les mains √† votre mari, √† votre m√®re, et soyez r√©tablis au Nom du Seigneur J√©sus-Christ. Ayez foi en Dieu.
E-109 Croyez-vous en Dieu ? Maintenant, je pense que vous devriez simplement L'adorer. Ne pensez-vous pas ? Louons-Le simplement et disons : " Merci, Bien-aim√© Seigneur ! " P√®re c√©leste, combien nous Te remercions et Te louons ! B√©ni soit le saint Nom du Seigneur J√©sus-Christ ! Nous Te rendons la gloire, l'honneur, les actions de gr√Ęce, la louange et la puissance, au Nom de J√©sus. Amen. Ayez foi, ne doutez pas, croyez simplement que ce que Dieu a dit est la v√©rit√©. C'est tout ce que vous avez √† faire. Maintenant, soyez tr√®s r√©v√©rencieux et regardez par ici.
E-110 Maintenant, voici un homme. Nous sommes √©trangers l'un √† l'autre, mais J√©sus-Christ nous conna√ģt tous les deux. Croyez-vous en Lui ? Croyez-vous que je suis Son serviteur ? Le croyez-vous ? Eh bien, quand J√©sus a rencontr√© un homme, c'√©tait... nous Le voyons faire un miracle sur lui, c'√©tait Simon, n'est-ce pas ? C'est le premier homme qu'Il a rencontr√©. Tr√®s bien. Il a dit √† Simon son nom. Eh bien, que le Seigneur m'aide √† savoir votre probl√®me, que c'est... Oui, je vois cela maintenant. C'est une maladie des intestins, le c√īlon. C'est un gonflement du c√īlon. Vous n'√™tes pas d'ici non plus. Vous venez de l'ouest, par ici ; vous venez de la Californie. Il y a quelqu'un qui vous accompagne. Il a une carte de pri√®re pour qu'on prie pour lui ce soir. Il est assis l√† maintenant. C'est votre ami. Et il souffre de la nervosit√©, c'est comme une d√©pression nerveuse. Croyez-vous qu'il va √™tre gu√©ri ? Moi aussi. Croyez-vous maintenant que J√©sus peut me r√©v√©ler son nom ? Monsieur Hambrey. Alors, retournez imposer les mains √† votre ami et croyez de tout votre cŇďur, et vous pouvez tous deux rentrer et √™tre bien portants au Nom du Seigneur J√©sus-Christ. Croyez-vous ? Maintenant, priez. Cela m'a vraiment affaibli et cela d√©prime carr√©ment ; priez.
E-111 Et nous allons commencer à prier pour les malades. Bonsoir ! Vous parlez anglais ? Vous parlez anglais. Croyez-vous que je suis serviteur de Dieu ? C'est ce que l'Ange m'a dit, Il a dit : " Si tu peux amener les gens à te croire... " Pas me croire comme étant Lui, mais croire qu'Il m'a envoyé. C'est pour votre petit garçon. C'est juste. Croyez-vous que Dieu peut me révéler son problème ? Croirez-vous cela ? Il est nerveux. C'est la peur qui en est la cause ; un chien l'a effrayé. C'est juste. Il va se rétablir. Ramenez-le et croyez de tout votre coeur, il sera bien portant... C'est juste un choc. Je vais lui imposer les mains au Nom de Jésus...?... N'ayez pas peur, il va s'en remettre, il sera rétabli. Voyez-vous ? Soyez reconnaissants.
E-112 Croyez-vous de tout votre cŇďur ? Amen. " Si tu peux croire... " Cette dame assise l√†, qui parle √† l'autre, souffre de la sinusite. Il y a quelques instants, quelque chose vous est arriv√© ; c'est votre sinusite qui a √©t√© gu√©rie. Amen. Croyez cela et rentrez maintenant chez vous, et soyez r√©tablie. Croyez-vous ? L√† dans l'auditoire, croyez-vous ? Que pensez-vous, vous qui avez la main lev√©e, qui √™tes assis juste l√†. Croyez-vous que je suis le proph√®te de Dieu ? Alors cette hernie ne vous d√©rangera plus. Votre femme est tr√®s malade. Les m√©decins ne savent m√™me pas ce qu'elle a comme probl√®me. Imposez-lui simplement la main. Croyez de tout votre cŇďur. Lui sait ce qui ne va pas chez elle. Elle se r√©tablira, si vous le croyez.
E-113 Croyez-vous que Dieu gu√©rit vos troubles cardiaques, vous qui √™tes debout l√† ? Alors rentrez chez vous et soyez-soyez gu√©ri. Maintenant, est-ce que ce J√©sus-Christ est au milieu de nous ? Qu'en pensez-vous, la petite dame qui est assise l√† et qui regarde droit vers moi, l√† dans la deuxi√®me rang√©e ? Vous souffrez de la poitrine. Croyez-vous que J√©sus-Christ vous gu√©rit ? Tenez-vous debout et acceptez cela alors. Amen. Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas de cela. La dame l√† qui regardait par-l√†, elle avait plut√īt...?... qui est en pull-over rouge et qui est assise sur... Elle a la sinusite. Croyez-vous que le Seigneur J√©sus-Christ vous gu√©rit ? Mettez-vous simplement debout et acceptez cela, et soyez gu√©rie. Amen, c'est √ßa qu'il faut faire. Maintenant, qu'en pensez-vous, vous qui √™tes assis l√†, fr√®re ? Croyez-vous que je suis Son proph√®te ? Croyez-vous que Dieu peut me r√©v√©ler vos probl√®mes ? Votre allergie est partie. J√©sus-Christ vous gu√©rit. All√©luia ! Croyez-vous cela de tout votre cŇďur ? Amen.
E-114 Maintenant, o√Ļ nous sommes-nous arr√™t√© ? Carte 15, √©tait-ce cela ? Carte de pri√®re 15 ? Combien ont encore des cartes de pri√®re ici ? Terminons avec ces cartes de pri√®re. Alignez-vous ici sur le c√īt√©. Laissez-moi vous montrer... Laissez-moi vous montrer que la gu√©rison n'appartient pas √† un seul homme. Laissez-moi vous montrer ce que Dieu peut faire au travers de Ses humbles serviteurs qui sont ici. Approchez ici, fr√®res. Je vous prie, fr√®res, de bien vouloir descendre juste ici, juste ici avec moi. Descendez, descendez directement de l'estrade, avancez juste ici un instant. Oui, tr√®s bien. Nous allons... nous allons prier pour eux juste ici. Je veux que les gens voient que Dieu utilise Ses serviteurs. Venez. Venez. Vous-vous les ministres, descendez juste ici. Je vais descendre ici avec vous. Voyez-vous ? Je vais vous montrer que Dieu gu√©rit les malades √† travers vos pasteurs. Peu importe, comme vous voulez. Amen. C'est juste.
E-115 Vous tous qui avez des cartes de pri√®re, montez ici. Ne doutez pas de cela. Croyez cela. Croyez-vous de tout votre cŇďur maintenant ? Maintenant, les pasteurs, certains d'entre vous l√†-bas, je veux que chacun de vous, pendant que je prie, je veux que vous tous...?... aller l√†, et veillez √† ce que votre main touche tous ceux qui sont dans cette ligne. Voyez-vous ? Je ne peux pas atteindre chacun d'eux, mais vous, vous le pouvez. C'est √ßa. Descendez l√† ; allez juste au milieu d'eux. Vous tous qui √™tes l√†, croyez maintenant. Nous allons nous occuper de vous dans un instant. Croyez maintenant avec nous. Chacun de vous tous qui √™tes ici, rappelez-vous, J√©sus-Christ vous conna√ģt. Il sait exactement ce que vous pensez. Vous le savez. Il n'y a personne parmi vous √† qui Il ne pourrait le dire maintenant m√™me. Voyez-vous cela ? Alors Il est ici. C'est Lui. Ce n'est pas moi. Je ne suis que votre fr√®re. Maintenant, croyez pendant que je prie. Je vais prier pour vous, moi et ces pasteurs. Voyez-vous, je ne veux pas que quand je vais quitter la ville, les gens disent : " Eh bien, l'√©vang√©liste √©tait ici. Il a fait ceci. " Je veux que vous sachiez que votre pasteur a la m√™me autorit√©. Il se peut qu'il ne voit pas des visions. Cela peut venir une fois dans une g√©n√©ration. Mais-mais il a la m√™me autorit√© venant de Dieu pour vous imposer les mains. C'est tout √† fait pareil.
E-116 Maintenant, prions tous. Gardez vos t√™tes inclin√©es maintenant. Et chacun, quand vous sentirez ces mains d'un pasteur vous toucher, rappelez-vous simplement, laissez tomber votre carte de pri√®re, levez les mains et remerciez Dieu pour votre gu√©rison, et rentrez l√† et voyez ce qui va arriver. Notre P√®re c√©leste, nous sommes r√©unis ici maintenant au milieu de ce peuple, dans la Pr√©sence du Dieu Tout-Puissant, √ī Grand J√©hovah Eternel qui a engendr√© J√©sus-Christ, Ton Fils. Je prie maintenant, ainsi que ces ministres, les mains de Dieu, alors que j'impose mes mains √† cette sŇďur ici, je prie que chacun rencontre le Seigneur par la puissance de J√©sus-Christ. Descends sur cette audience juste maintenant pendant que ces pasteurs touchent ces gens. Et que chacun d'eux soit gu√©ri au Nom de J√©sus-Christ. Satan, tu as perdu la victoire. J√©sus-Christ est pr√©sent pour oindre ces mouchoirs, pour gu√©rir les malades, pour faire l'Ňďuvre qu'Il a promis de faire. Et nous, en tant que Son Eglise, nous te d√©fions par notre foi en Sa R√©surrection, en Sa Pr√©sence maintenant deux mille ans apr√®s, qui agit spirituellement au travers de Son Eglise. Sors de ce peuple. Au Nom de J√©sus-Christ, laisse-les aller. Sors, au Nom de J√©sus-Christ.
E-117 Maintenant, pendant qu'ils imposent les mains aux malades, s'il y a un p√©cheur, ou une personne qui veut √™tre sauv√©e, qui veut venir ici √† l'autel maintenant, levez-vous simplement et avancez maintenant. Nous sommes ici pour servir. Si les ouvriers ind√©pendants veulent bien venir avec eux, qu'ils se l√®vent et viennent. Tout celui qui veut venir ici maintenant pour la pri√®re, venez carr√©ment. Que vous ayez une carte de pri√®re ou pas, n'h√©sitez pas √† venir ici m√™me maintenant pour que l'on vous impose les mains. Venez maintenant, pendant que nous attendons. S'il y a quelqu'un parmi vous qui est dans le besoin, quelqu'un qui a besoin du Saint-Esprit, qui a besoin du salut, qui a besoin de la gu√©rison divine, nous sommes ici en tant que ministres de Christ pour vous servir par le pouvoir d'imposition des mains et pour vous voir remplis de l'Esprit. Tous ceux qui aimeraient avoir ce J√©sus qui conna√ģt le secret de votre cŇďur... Vous qui ne Le connaissez pas et qui √©prouvez cette petite sensation dr√īle dans votre cŇďur... Je sais que vous √™tes ici. Le Saint-Esprit me le dit. Venez ici maintenant. Venez ici. Si vous voulez bien quitter votre si√®ge et vous avancer par ici... Dites : " Seigneur J√©sus, je viens parce que j'ai besoin de Toi. Et je viens pour Te recevoir. " Dieu vous accordera votre requ√™te si vous ne doutez pas, mais croyez de tout votre cŇďur que les choses que vous voyez en ce moment m√™me sont les oeuvres de J√©sus-Christ. Que vous soyez m√©thodiste, venez. Que vous soyez baptiste, nazar√©en, p√®lerin de la saintet√©, catholique romain, Juif orthodoxe, ou un vrai p√©cheur, un ath√©e, peu m'importe qui vous √™tes, venez ici en croyant Dieu, et voyez ce qui arrivera √† l'instant. Venez. Je veux vous voir r√©unis ici.
E-118 Je crois qu'en ce grand moment crucial le Saint-Esprit, en cette derni√®re heure o√Ļ le... o√Ļ le temps est m√™me pass√©, mais cependant, je crois que, maintenant m√™me Dieu va vous accorder votre requ√™te, si seulement vous croyez en Lui. Vous L'avez vu √† l'Ňďuvre. Je vous dis certainement la v√©rit√©. Eh bien, vous allez s√Ľrement me croire. Maintenant, que chacun de vous ici, qui a besoin de Dieu, vienne se tenir, ou plut√īt se tienne le long de ce c√īt√©. Que quelqu'un se mette debout et soit un t√©moin ; qu'il dise : " Je suis un t√©moin, Seigneur ", montrant que quelque chose est en cours... Tenez-vous l√† o√Ļ vous √™tes. Tenez-vous simplement debout si vous-si vous avez besoin de Dieu. C'est juste. Si vous ne pouvez pas vous lever... C'est √ßa. " J'ai besoin de Toi, Christ. " Eh bien, je vous prie de me croire. Croyez-vous que c'est Dieu qui me parle ? Si vous croyez, levez la main, si vous croyez. Je vous remercie. Maintenant, puisque vous croyez... Si je vous ai dit la v√©rit√©, Dieu a t√©moign√© que je vous ai dit la v√©rit√©. Dieu est ici, t√©moignant que je vous ai dit la v√©rit√©. Je vous dis donc la v√©rit√© maintenant. Si vous voulez bien lever les yeux vers Dieu et, par la foi, dire : " Seigneur J√©sus " ; si vous √™tes un p√©cheur, dites : " Je confesse mon p√©ch√©. " Si vous avez besoin du Saint-Esprit, dites : " Seigneur, je-j'ai besoin de Tes b√©n√©dictions pour m'apporter la Lumi√®re. J'ai besoin du Saint-Esprit. " Si vous √™tes malade, dites : " J'ai besoin de la gu√©rison, Seigneur. Et maintenant j'attends cela de Toi. Je crois cela. " Si vous croyez cela, alors vous recevrez cela.
E-119 Maintenant, levons simplement nos mains, chacun d'entre nous √† sa fa√ßon. Cela doit √™tre votre confession. Et je vais prier pour vous ici. Maintenant, croyez cela et priez. Je vais prier pour vous, et vous, priez pour vous-m√™me, priez simplement. Confessez vos fautes. Confessez vos faiblesses. Promettez √† Dieu que vous ne serez plus faible ; vous √™tes fort. Vous n'√™tes pas un l√Ęche. Vous ne serez pus malade. Vous n'allez plus servir le p√©ch√©. Vous allez servir Dieu. Faites votre confession et croyez cela. Il s'agit de votre √Ęme. C'est votre responsabilit√©. C'est juste. Quelqu'un a pris feu. C'est ce qu'il faut faire. Croyez simplement la chose. Seigneur J√©sus, voici cette heure tardive. Le grand moment crucial, le dernier jour de la f√™te est l√†, le dernier moment, la derni√®re occasion. Ces gens sont dans le besoin. Que le Saint-Esprit tombe, Seigneur ! Que les gens sentent et sachent que c'est Dieu, Christ, dans leur vie, essayant d'entrer avec Sa puissance. Et donne-leur les plus profonds d√©sirs de leur cŇďur. Accorde-le, Seigneur. Remplis-les du Saint-Esprit, gu√©ris les malades, re√ßois la gloire pour Ton Nom. Maintenant, Satan, tu as perdu la bataille. Tu as perdu la r√©union. Tu as perdu la victoire. Je proclame la victoire au Nom de J√©sus-Christ pour chaque personne qui est ici. Sors d'ici, Satan. Tu ne peux plus les retenir. Je les r√©clame comme des troph√©es, pour le Seigneur J√©sus-Christ.

En haut