ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication O Seigneur, Encore Une Fois (Etat Présent de L_Eglise) / 63-0628M / Hot Springs, Arizona, USA // SHP 1 heure et 32 minutes PDF

O Seigneur, Encore Une Fois (Etat Présent de L_Eglise)

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Bonjour, mes amis, ou plutĂŽt bon aprĂšs-midi. J’ai abĂźmĂ© ma montre; je ne sais pas quelle heure il est. [Un frĂšre dit: «C’est encore le matin, frĂšre.»–N.D.E.] Encore le matin, c’est ça? TrĂšs bien. Je...
E-2 En plus, nous vivons dans l’éternitĂ©. Nous n’avons pas de temps. Les limites du temps n’existent plus depuis que JĂ©sus-Christ m’a donnĂ© Sa Vie au-dedans de moi, pour que je vive par elle. Nous sommes donc maintenant mĂȘme des crĂ©atures Ă©ternelles, assises ensemble dans les lieux cĂ©lestes en Christ JĂ©sus. Quel temps!
E-3 Maintenant, c’est juste mon deuxiĂšme jour ici avec vous, mais, oh! la la! c’est comme de la mĂ©lasse froide le matin; elle est si Ă©paisse et si dĂ©licieuse. Personnellement je n’ai jamais joui davantage d’une rĂ©union. Et je regarde donc partout le soir, les gens sont si entassĂ©s que je ne peux voir personne, mais aujourd’hui je peux regarder partout. J’ai eu le privilĂšge de serrer la main Ă  cette belle Ă©quipe de ministres, ici dans ce groupe.
E-4 Je me souviens qu’un vieil homme du nom de John Ryan frĂ©quentait notre Ă©glise; Ancien Ryan comme on l’appelait. Il Ă©tait de Dowagiac, dans le Michigan. Et il prĂȘchait un peu, puis revenait en courant et me serrait la main. Et puis il prĂȘchait un peu, et revenait en courant et me serrait la main. J’ai dit: «FrĂšre Ryan, je–j’apprĂ©cie cela, mais je–je ne comprends pas pourquoi vous le faites.»
E-5 Il a dit: «Quand la batterie se dĂ©charge, j’ai besoin d’ĂȘtre rechargĂ©, je suis ainsi bien rechargĂ©.»
E-6 Je viens de voir un–un ministre mĂ©thodiste de ma contrĂ©e, qui venait de recevoir le Saint-Esprit, et je l’ai baptisĂ©. Il est assis ici Ă  ma gauche: frĂšre Junior Jackson. Je l’ai vu serrer la main comme cela, et cela m’a en quelque sorte rappelĂ© frĂšre Ryan. Combien pensent que les mĂ©thodistes ne peuvent pas recevoir le Saint-Esprit? Vous vous trompez. Levez-vous, FrĂšre Junior Jackson. Lui et sa charmante Ă©pouse qui est lĂ , ils viennent de lĂ  dans l’Indiana, un ministre mĂ©thodiste.
E-7 OĂč est Wilbur Collins? Est-il dans le bĂątiment ce matin? OĂč ĂȘtes-vous, FrĂšre Wilbur? Je pensais qu’il Ă©tait quelque part ici. Un autre ministre mĂ©thodiste se tient ici, si vous ne pensez pas que les mĂ©thodistes peuvent recevoir le Saint-Esprit, ĂȘtre rebaptisĂ©s. Levez-vous, FrĂšre Collins. En voilĂ  un autre. Le frĂšre a frĂ©quentĂ© l’UniversitĂ© d’Asbury Ă  Wilmore, dans le Kentucky; il est issu d’un excellent milieu mĂ©thodiste.
E-8 Maintenant, il y a d’autres personnes avec moi ici, qui sont–qui sont venues. Je les ai entendues dire «amen», et je sais qu’elles sont ici, mais je n’arrive pas Ă  les repĂ©rer. FrĂšre–FrĂšre Fred Sothmann du tabernacle, Ă  Jeffersonville... Fred, ĂȘtes-vous ici, vous et frĂšre Tom? Je l’ai entendu dire: «Ici!» Par ici dans le coin, ouais.
E-9 Nous sommes trĂšs heureux de prĂ©senter ces hommes. Je ne vois pas trĂšs bien maintenant; il y en a peut-ĂȘtre plus ici que je ne connais pas. Je pense que frĂšre Jack Moore venait de finir de parler. Et–et ainsi ce sont de braves hommes, et nous les aimons.
E-10 Et maintenant, ça aura Ă©tĂ© si merveilleux d’ĂȘtre ici. J’ai dit Ă  notre Ă©pouse, Ă  mon Ă©pouse, j’ai dit: «Tu–tu aurais dĂ» venir Ă  cette sĂ©rie de rĂ©unions.» Nous croyons Ă  une belle rĂ©union pentecĂŽtiste Ă  l’ancienne mode. Nous croyons que lĂ  oĂč l’Esprit de Dieu est libre, toutes les diffĂ©rentes tendances dĂ©nominationnelles peuvent s’assembler et s’asseoir ensemble dans les lieux cĂ©lestes, comme une Ă©glise. Nos diffĂ©rences ne changent rien lĂ ; quand nous sommes en Christ, nous sommes sous le Sang et dans la communion de Son amour.
E-11 Et je veux dire ceci Ă  ce groupe de ministres. Je–je suis arrivĂ© chez les pentecĂŽtistes Ă©tant un missionnaire baptiste, et j’ai admirĂ© les pentecĂŽtistes. C’est ma famille. Je les aime. Si je pensais qu’il y avait une autre Ă©glise qui Ă©tait plus dans la VĂ©ritĂ© qu’elle, j’irais Ă  cette autre Ă©glise-lĂ . Mais je suis avec les pentecĂŽtistes, parce que je pense que c’est la chose que je trouve la plus proche des Ecritures. Si je connaissais quelque chose d’autre, je serais avec ceux-lĂ ; et donc, sans vouloir mĂ©priser toute autre foi, pas du tout... Mais la raison pour laquelle j’ai de la considĂ©ration pour les pentecĂŽtistes, c’est parce que, d’aprĂšs ce que je pense, c’est plus proche des Ecritures que tout ce que je connaisse.
E-12 Et j’ai remarquĂ© une chose extraordinaire Ă  cette convention, ce sont les visages propres des femmes, rien de cette manucure, vous savez, ou de ce truc que vous appelez je ne sais comment. Je n’aime pas cela. Ce n’est pas convenable pour les chrĂ©tiennes. Non. C’est vrai. Je–j’aime cela. Je suis de la vieille Ă©cole qui–qui aime la propretĂ©. Voyez-vous? J’aime voir les femmes... Vous savez, je ne veux pas dire...
E-13 Ceci n’est pas un endroit pour dire n’importe quoi, des plaisanteries et des sacrilùges, pour ainsi dire. Et je ne dis pas ceci dans ce sens-là. Ceci n’est pas un endroit pour cela.
E-14 A propos, quand avez-vous tous reçu cette chose? Ça vient de mon tabernacle, Ă  ce qu’il semble. Certainement. Est-ce juste, Ă©glise? Ceci ne ressemble-t-il pas Ă  la vieille chaire? Eh bien, alors je suis... je pense que le mĂȘme vieux message que nous prĂȘchons lĂ  est apportĂ© du haut de celle-ci de toute façon, donc...
E-15 Vous savez, il n’y a qu’une seule femme qui s’est maquillĂ© le visage dans la Bible. Et jamais elle ne s’était maquillĂ© le visage pour rencontrer Dieu. Elle s’est maquillĂ© le visage pour rencontrer des hommes. C’est juste. Savez-vous ce que Dieu a fait d’elle? Il l’a donnĂ©e en pĂąture aux chiens. Donc quand vous voyez une femme maquillĂ©e, dites simplement: «Bonjour, Mademoiselle Viande pour chiens.» C’est exactement ce qu’elle est. C’est affreux, n’est-ce pas? Mais c’est ce que Dieu en pense. On a fait d’elle une viande ordinaire pour chiens, pour les chiens sauvages. C’est ce qu’elle est. Pour certains de ces loups sauvages qui rĂŽdent tout autour, en sifflant, vous savez; ce qu’on appelle dĂ©vorer, vous savez. VoilĂ  ce que c’est, juste une viande pour chiens une fois de plus.
E-16 Je suis reconnaissant pour vous les dames. Que Dieu vous fasse grĂące pour vous garder devant la croix, et vous Ă©loigner de ces choses du monde. AprĂšs tout, nous sommes en route vers la gloire. Nous sommes les citoyens d’un autre Royaume.
E-17 Il y a longtemps... Je cherchais des yeux dans l’auditoire pour voir si je pouvais repĂ©rer l’une de ces personnes, et certains de nos amis de couleur, les NĂšgres. Vous savez, il y a longtemps, ici dans le Sud, on en faisait des esclaves. Eh bien, je suis du Sud. Et il y a une chose que j’aimerais dire Ă  leur sujet; j’aurais souhaitĂ© pouvoir parler Ă  Martin Luther King. Cet homme, Ă©tant un chrĂ©tien, ne sait pas qu’il conduit son peuple droit dans un piĂšge mortel, lĂ  oĂč des millions d’entre eux seront tuĂ©s. Voyez-vous? Il est dans l’erreur.
E-18 J’aime mes frĂšres, mes frĂšres de couleur. Je n’aurais pas Ă©tĂ© en Afrique et dans les environs pour leur prĂȘcher, si je ne les aimais pas. Ils sont le peuple de Dieu, autant que nous. Mais je ne crois pas que... Cet homme, avec cela, il va seulement causer le massacre de beaucoup, beaucoup, beaucoup plus d’entre eux. Alors cela va dĂ©clencher de nouveau une rĂ©volution, cela ne quittera jamais les gens ici. Donc ils ne sont pas des esclaves. Ils sont autant libres que n’importe qui d’autre. Ils... S’ils Ă©taient des esclaves, je serais dans ce camp-lĂ . Mais ils ne sont pas des esclaves.
E-19 C’est juste parce qu’ils veulent aller Ă  Ă©cole. Ils ont des Ă©coles. Qu’ils aillent Ă  l’école. C’est juste.
E-20 J’étais lĂ ... Je me souviens de ce vieux frĂšre de couleur qui s’est levĂ© lĂ , ce matin-lĂ , dans cette Ă©meute. Il a demandĂ© Ă  la milice s’il pouvait parler. Il a dit: «Je n’ai jamais eu honte d’ĂȘtre un Noir. Mon CrĂ©ateur a fait de moi un Noir. Mais ce matin, j’ai honte du comportement de ma race. Et que nous font ces gens? Ils sont simplement bons envers nous.»
E-21 «La femme blanche, a-t-il dit en se levant, je ne voudrais pas que mes enfants soient enseignĂ©s par une femme blanche, a-t-il dit, parce qu’ils... elle n’accordera pas de–d’intĂ©rĂȘt, ne s’intĂ©ressera pas Ă  mes enfants comme le ferait une femme de couleur, de ma propre race.» Il a dit: «Ils sont... Rien qu’à considĂ©rer nos Ă©coles. Elles ont des piscines. Ils ont de meilleures Ă©coles et tout. Pourquoi voulons-nous frĂ©quenter leurs Ă©coles?» C’est juste.
E-22 Je crois que Dieu est un Dieu de–de, eh bien, je dirais qu’Il est un Dieu de variĂ©tĂ©s. Il a fait de grandes montagnes et de petites montagnes. Il a fait des dĂ©serts. Il a fait des forĂȘts. Il a fait des hommes blancs, des hommes noirs, des hommes rouges. Nous ne devrions jamais mĂ©tisser cela. Cela devient hybride. Et tout ce qui est hybride ne peut pas se reproduire. Vous dĂ©truisez la race de gens. Il y a des choses chez l’homme de couleur dont l’homme blanc ne possĂšde mĂȘme pas les traits. L’homme blanc est toujours anxieux et soucieux; l’homme de couleur est satisfait de la situation dans laquelle il se trouve, il n’a donc pas besoin de ces choses.
E-23 Mais autrefois, au temps de l’esclavage, on vendait des esclaves, des ĂȘtres humains, comme une vente aux enchĂšres, comme on vendrait un lot de voitures d’occasion. Un acheteur venait dans la contrĂ©e et les achetait, puis il allait les revendre, et gagnait de l’argent sur eux, juste comme on en gagnerait sur une voiture d’occasion ou quelque chose de ce genre.
E-24 Cela n’a jamais Ă©tĂ© le programme de Dieu, Dieu a fait l’homme; l’homme a fait des esclaves. L’un ne doit pas dominer sur l’autre. Nous devons vivre ensemble dans l’unitĂ© et dans la paix.
E-25 Et cet homme est venu dans une vieille plantation. Il–il avait un besoin. «Combien d’esclaves avez-vous?»
On a dit: «Cent ou plus.»
E-26 Il les a examinĂ©s, et il se fit qu’il remarqua un esclave parmi ces gens...
E-27 Les esclaves Ă©taient tristes. Les Boers d’Afrique avaient attrapĂ© ces esclaves, et les avaient amenĂ©s ici, et ils ont fait... et ils les ont vendus. Et ces gens savaient qu’ils ne retourneraient plus jamais dans leur patrie. Ils savaient qu’ils Ă©taient ici pour le reste de leur vie. Ils ne reverraient plus jamais leurs enfants. Ils ne reverraient plus jamais papa et maman. Ils Ă©taient ici pour toujours, et ils Ă©taient tristes. Et on avait mĂȘme des fouets, et on les fouettait pour les faire travailler. Et on devait donc les faire travailler, puisqu’ils ne voulaient pas travailler. Ils Ă©taient complĂštement abattus.
E-28 Cet acheteur d’esclaves a jetĂ© un coup d’oeil lĂ , et il a vu un jeune homme parmi ces esclaves. On n’avait pas besoin de le fouetter: il avait le torse bombĂ©, le menton relevĂ©, il Ă©tait tout au travail. Et le courtier a dit au propriĂ©taire d’esclaves, il a dit: «Je veux acheter cet esclave-lĂ .»
E-29 Il a dit: «Il n’est pas Ă  vendre.»
Il a dit: «Il paraßt différent des autres esclaves.»
Il a dit: «Effectivement.»
E-30 Il a dit: «Qu’est-ce qui fait la diffĂ©rence? Est-il le chef de tous les autres?»
Il a dit: «Non, non. Il est juste un esclave.»
E-31 Il a dit: «Peut-ĂȘtre vous le nourrissez diffĂ©remment des autres.»
Il a dit: «Non, il mange à la cuisine avec les autres esclaves.»
Il a dit: «Qu’est-ce qui le rend si diffĂ©rent?»
E-32 Il a dit: «Moi-mĂȘme, je me posais toujours cette question, jusqu’à ce que j’ai compris. LĂ  en Afrique, dans la patrie d’oĂč il vient, son pĂšre est le roi de la tribu. Et peu importe lĂ  oĂč il se trouve, il sait toujours qu’il est le fils d’un roi, et il se comporte comme tel.»
E-33 AllĂ©luia! Si vous ĂȘtes la fille d’un Roi, alors ne vous comportez pas comme le monde. Si vous ĂȘtes un fils du Roi, ne vous comportez pas comme le monde. Nous sommes... Nous savons que nous sommes des fils et des filles de Dieu. MĂȘme si nous sommes ici dans un monde des tĂ©nĂšbres de la mort et de chagrin, cependant nous savons oĂč se trouve notre hĂ©ritage. Nous sommes des fils et des filles d’un Roi; pas d’un roi, mais du Roi. Comportons-nous comme tels.
E-34 Il y a quelques instants, c’est la raison pour laquelle j’étais en retard, une jeune Ethiopienne apprĂȘtait la chambre, et j’ai remarquĂ© qu’elle faisait quelque chose. J’essayais de noter quelques passages des Ecritures en rapport avec quelque chose sur lequel je voulais prĂȘcher. Ne venez pas parler juste pour ĂȘtre entendu; je viens pour dire quelque chose qui aidera l’Eglise, pour apporter de l’aide. Et ainsi j’étais Ă  l’étude, et cette jeune fille a continuĂ© en quelque sorte Ă  traĂźner lĂ . Directement elle a dit: «Excusez-moi, monsieur?»
Et j’ai dit: «Oui, madame.»
E-35 Et elle a dit: «J’ai appris que vous ĂȘtes l’homme qui a trouvĂ© grĂące devant Dieu, et que lorsque vous priez pour les malades, Dieu rĂ©pond Ă  votre priĂšre.»
E-36 J’ai dit: «Il ne rĂ©pond pas seulement Ă  la mienne, mais Il rĂ©pond Ă  tout celui qui croit en Lui.»
E-37 Elle a dit: «Je suis malade, monsieur. Serait-ce mal Ă  propos, si je vous demandais d’offrir une petite priĂšre pour moi?»
J’ai dit: «Pas du tout.»
E-38 Je me suis approchĂ© d’elle. J’ai priĂ© Ă  peu prĂšs comme ceci: «Seigneur JĂ©sus, il y a bien des annĂ©es, quand Tu traĂźnais une vieille croix rugueuse sur une colline sablonneuse, et que celle-ci labourait les empreintes de pas ensanglantĂ©es par le Sang qui coulait de Ton dos, Ton petit corps frĂȘle s’était tellement affaibli qu’un–que Tu es tombĂ© sous ce fardeau. Quelqu’un rĂ©pondant au nom de Simon se tenait lĂ , un NĂšgre; il a pris la croix et T’a aidĂ© Ă  la porter. Voici l’une de ses enfants ce matin, elle est malade.» A peu prĂšs Ă  ce moment-lĂ , la chose se produisit. Il est le Dieu de toute la race humaine.
E-39 Eh bien, mes amis, vous ĂȘtes un auditoire si agrĂ©able. Et je viens des champs missionnaires lĂ -bas, de devant des dĂ©mons et des sorciers et autres. Ne pensez pas qu’ils ne vous dĂ©fieront pas. Vous feriez mieux de savoir de quoi vous parlez quand vous vous prĂ©sentez devant eux. Mais ĂȘtre dans une telle situation, et ensuite venir ici oĂč les feux de chez soi brĂ»lent parmi les chrĂ©tiens, et ainsi de suite, vous ne savez pas quel soulagement ça fait pour un homme de se tenir comme ceci. J’aurais souhaitĂ© m’asseoir lĂ  au fond de l’auditoire et Ă©couter ces braves frĂšres oints prĂȘcher la Parole, et je pourrais lever simplement mes mains et pleurer, crier, et prier. Et comme...quelle–quelle–quelle chose que de se rĂ©chauffer au Feu! Cela–c’est si merveilleux. Mais gĂ©nĂ©ralement...
E-40 Mes frĂšres, j’ai beaucoup de frĂšres qui m’aiment, et ils me demandent de prĂȘcher. Et par consĂ©quent, je sais qu’étant appelĂ© au service du Roi, je dois essayer de travailler le mieux que je peux, mais j’exagĂšre toujours en restant trop longtemps. Je sais que vous attendez votre dĂźner, vous ĂȘtes ici depuis huit heures du matin, ou quelque chose comme ça, dans ce groupe de gens. Mais je pensais, en venant cet aprĂšs-midi, vous parler juste un peu de temps. J’ai mentionnĂ© quelques notes ici et quelques Ecritures auxquelles j’aimerais me rĂ©fĂ©rer. Et je fais cela, car je pense que vous avez ici des hommes de loin plus qualifiĂ©s que moi, ayant un appel de Dieu, pour prendre cette place. Mais ma place, c’est de prier pour les malades, voir des visions, et ainsi de suite.
E-41 Et je m’entretenais avec quelqu’un, il y a quelques minutes. Si vous regardez dans le magazine Life du mois dernier, vous verrez cela lĂ -dedans. Et vous avez cette bande. Je ne suis pas un vendeur de bandes. Mais si jamais vous croyez la Parole que je prĂȘche, vous pouvez vous offrir cela, procurez-vous Les Sept Sceaux, et procurez-vous d’abord Messieurs, quelle heure est-il? Écoutez ce qui en a Ă©tĂ© dit six mois avant que cela n’arrive. Et la science est perplexe. Je me trouvais juste en dessous de l’endroit oĂč cela se passait. Et j’ai dit aux gens, six mois avant, que sept Anges sous la forme d’une constellation ressemblant Ă  une pyramide descendraient. Et que moi, je serais au nord de Tucson, en Arizona, et qu’il y aurait un grondement qui dĂ©tacherait mĂȘme les rochers des montagnes. FrĂšre Fred Sothmann, qui est assis lĂ , Ă©tait avec nous, beaucoup d’entre eux, quand cela est arrivĂ©.
E-42 Eh bien, la science En a pris la photo, vous l’avez vu, cela a paru dans la Presse AssociĂ©e. Les gens ne savaient pas ce que C’était. Une nuĂ©e est suspendue Ă  une altitude de vingt-six miles [41,8 km–N.D.T.]. C’est Ă  quinze ou vingt miles [24 ou 32 km–N.D.T.] au-delĂ  mĂȘme de l’altitude oĂč il y a la vapeur. Ils n’en savent rien, et ils essaient de faire des recherches lĂ -dessus. Et c’est lĂ  que je me tenais, juste en dessous de Cela. Et ces Sept Anges qui faisaient gronder leurs voix de ces Sept Sceaux, se tenaient lĂ . Et le tĂ©moignage, nous trois, comme le tĂ©moignage des choses qui ont Ă©tĂ© prophĂ©tisĂ©es sur la bande: Messieurs, quelle heure est-il? Et lĂ  maintenant, ils cherchent Ă  dĂ©couvrir ce que c’est. C’est un mystĂšre pour eux.
Certains ont dit: «Allez-y, allez-y. Pourquoi n’allez-vous pas le leur dire?»
E-43 Ce serait juste comme lorsque l’Ange du Seigneur est apparu ici à Houston, au Texas, dans cette Lumiùre. J’ai dit aux gens que toute ma vie, je vois cette Lumiùre.
E-44 L’église le sait. La science le sait. C’est... Tout doit tĂ©moigner quand JĂ©sus-Christ agit. VoilĂ  la chose! Le magazine, si vous voulez y jeter un coup d’oeil, c’est celui oĂč Rockefeller et sa nouvelle Ă©pouse sont sur la derniĂšre couverture. Je pense que c’est le numĂ©ro de mai du magazine Life. Il est Dieu. Nous vivons dans les derniers jours.
E-45 Eh bien, je suis venu ce matin pour essayer de choisir quelques notes ici et tout, pour prĂȘcher sur quelque chose qui aiderait l’Eglise, qui m’aiderait Ă  m’atteler Ă  l’oeuvre avec ces frĂšres ministres, avec ces hommes. Nous sommes des frĂšres, et ils m’amĂšnent ici parce qu’ils croient dans ce mĂȘme ministĂšre. Vous avez Ă©tĂ© sauvĂ©s pendant cette rĂ©union, pourquoi ne pas vous faire membre de l’une de ces bonnes Ă©glises qu’il y a ici et qui croient ce genre de ministĂšre. Elles–elles croient cela; elles soutiennent cela. Et je–je suis venu afin que nous puissions apporter les Ecritures pour quelque chose qui peut aider l’Eglise.
E-46 Et mon sujet en quelque sorte ce matin est en rapport avec ce que je pense ĂȘtre l’état de l’Eglise pentecĂŽtiste de ce jour. Quelle position, Ă  quelle heure sommes-nous, et quelles sont les chances? Eh bien, laissez-moi rĂ©pĂ©ter cela une fois de plus. Dans quel Ă©tat se trouve l’église maintenant, et quelles sont ses chances?
E-47 J’aimerais lire les Ecritures pour un contexte, et je voudrais lire dans le Livre des Juges, chapitre 16, les versets 27 et 28.
La maison Ă©tait remplie d’hommes et de femmes; tous les princes des Philistins Ă©taient lĂ , et il y avait sur le toit environ trois mille personnes, hommes et femmes, qui regardaient Samson jouer.
Alors Samson invoqua l’Éternel, et dit: Seigneur Éternel! souviens-toi de moi, je te prie; ... donne-moi de la force seulement cette fois, et que... seul coup, î Eternel, je tire vengeance des Philistins pour mes deux yeux!
E-48 Je voudrais tirer de lĂ , Ă  partir de cela, le sujet: Ô Seigneur, encore une fois. Que le Seigneur bĂ©nisse la lecture de Sa Parole.
E-49 Cela devait ĂȘtre un–un bel aprĂšs-midi, un temps comme celui que nous apprĂ©cions aujourd’hui ici sur ce terrain de camping, ici Ă  Hot Springs, dans l’Arkansas. Et une grande cĂ©rĂ©monie se dĂ©roulait, mais c’était bien diffĂ©rent de la cĂ©rĂ©monie d’aujourd’hui. Environ trois mille Philistins regardaient des tribunes un couple Ă©trange qui entrait dans la grande arĂšne, et les trĂšs honorĂ©s seigneurs de guerre et leurs dames parĂ©es des bijoux luxueux Ă©taient tous en place.
E-50 Et comme il en Ă©tait Ă  l’époque, il y avait un, oh, il y avait quelque chose en forme de champignon, le bĂątiment reposait sur des colonnes qui se dressaient, quelque chose peut-ĂȘtre du type de l’architecte–de l’archi... de l’architecture moderne. Et tous ces Philistins s’étaient rĂ©unis lĂ , et ils s’étaient installĂ©s au-dessus pour ce grand Ă©vĂ©nement. Et ils Ă©taient dans cette grande cĂ©rĂ©monie, et tous les yeux Ă©taient dirigĂ©s vers le centre de l’arĂšne. Ils durent se lever, pour mieux voir l’évĂ©nement qui Ă©tait sur le point de se produire.
E-51 Et maintenant, alors que nous sommes assis ici cet aprùs-midi, voyons si nous pouvons, avec l’imagination, nous mettre dans une position permettant d’observer cette scùne. Que voyons-nous?
E-52 VoilĂ  qu’un petit garçon arrive, avançant vers le centre de l’arĂšne, il vient, tenant la main d’un aveugle qui titube et trĂ©buche. Ils avaient suivi beaucoup de spectacles des singes, et–et de petits tours, et tout; mais le moment Ă©tait alors venu pour le principal Ă©vĂ©nement, la chose qu’ils avaient attendue depuis si longtemps, le principal Ă©vĂ©nement du jour. Les prĂ©liminaires Ă©taient terminĂ©s, tout l’aprĂšs-midi les halls avaient rĂ©sonnĂ© des festivitĂ©s trĂšs arrosĂ©es. En effet, ils cĂ©lĂ©braient la victoire de Dagon, leur dieu poisson, sur l’Arche et la promesse de JĂ©hovah.
E-53 Quel spectacle dĂ©shonorant, comme nous pouvons nous reprĂ©senter une telle chose arriver, Ă  savoir un dieu poisson d’une nation paĂŻenne, cĂ©lĂ©brant la victoire sur les serviteurs de JĂ©hovah, tout cela Ă  cause d’un homme qui a manquĂ© d’observer les choses qui lui avaient Ă©tĂ© prescrites de faire. Et voilĂ  qu’un paĂŻen ivre braillait, des femmes parĂ©es de bijoux et aux visages maquillĂ©s, une cĂ©rĂ©monie moderne d’Hollywood, et on amenait le serviteur de l’Eternel Dieu, liĂ© avec des chaĂźnes pour le principal Ă©vĂ©nement de l’aprĂšs-midi.
E-54 Le jeune homme a dĂ» entraĂźner lĂ  cette grande masse de chair humaine qui venait en titubant, les deux yeux crevĂ©s, les cheveux pendant dans son dos, attachĂ© et liĂ©, pour divertir une bande d’incrĂ©dules ivres et braillant. Certainement qu’il titubait jusqu’au poteau d’oĂč ils allaient commencer l’amusement.
E-55 Quand j’y pense, je pense Ă  une Ă©glise Ă  laquelle Dieu a ordonnĂ© de faire quelque chose pour Dieu. Et elle a laissĂ© l’ennemi aveugler ses yeux Ă  la Parole du Dieu vivant, au commandement de Dieu, et Ă  la tĂąche que Dieu lui avait ordonnĂ©e de faire; juste pour devenir un divertissement dans un lieu cachĂ© pour les femmes ivres aux visages maquillĂ©s, parĂ©es des bijoux, portant des culottes, ayant des cheveux coupĂ©s, et pour les hommes du monde. Une Ă©glise qui devrait briller avec la puissance et la force du Seigneur; quelle honte!
E-56 Combien ça a dĂ» ĂȘtre humiliant pour Samson! MalgrĂ© toute sa constitution bien faite, telle qu’il Ă©tait plus que capable et avait prouvĂ© que Dieu avait placĂ© Sa force dans sa constitution, et chaque muscle qu’il avait, Ă©tait encore dans son corps, mais les bĂ©nĂ©dictions de l’Eternel l’avaient quittĂ©.
E-57 Nous pouvons beau avoir toute notre constitution. Nous pouvons beau avoir nos rites dĂ©nominationnels. Nous pouvons beau avoir nos noms inscrits dans les documents et dans les registres. Mais je me demande si aujourd’hui l’Eglise pentecĂŽtiste n’est pas dans la mĂȘme position, avec les yeux aveuglĂ©s Ă  la Parole de Dieu, et au but pour lequel JĂ©sus est mort, Ă  savoir que nous puissions communier ensemble autour de la Parole et des choses de Dieu.
E-58 Il Ă©tait humiliĂ©, au beau milieu du temps oĂč il vivait... Comme je vois Samson se tenir lĂ , c’est le symbole, le symbole d’une nation dĂ©chue, moralement corrompue, et d’une Ă©glise moralement dĂ©chue, corrompue. En effet, il symbolisait Ă  la fois IsraĂ«l en tant que nation et la puissance de Dieu qui appartient Ă  l’Eglise. C’était certainement une scĂšne pathĂ©tique, comme nous le voyons se tenir lĂ . AprĂšs tout, qu’il soit amenĂ© lĂ , conduit par ce garçon, et sans yeux...
E-59 Si l’ennemi peut juste aveugler vos yeux Ă  la chose vĂ©ritable de Dieu, vous passerez juste par-dessus cela sans le savoir. Peu importe ce que Dieu fait, qu’Il confirme cela par Ses Ecritures, qu’Il dĂ©montre cela par Sa puissance, si vos yeux ne sont pas ouverts aux choses de Dieu, vous passerez juste par-dessus cela, aussi aveugle que possible.
E-60 Et le voilĂ  qui se tient lĂ . C’était certainement un moment Ă  vous couper le souffle, tandis que ces soldats et ces femmes ivres avaient leurs verres de cocktail en main. Je peux entendre cela rĂ©sonner dans les halls: VoilĂ  donc Samson, le puissant homme de Dieu, le vaillant hĂ©ros, le grand guerrier, se trouvant dans cette condition-lĂ . Je peux m’imaginer que parmi ces guerriers qui se tenaient lĂ , les bras autour de leurs chĂ©ries Ă  la Hollywood moderne, avec leurs beaux bijoux brillants et pendillant, les membres de cette grande Ă©glise de Dagon, j’imagine que certains d’entre eux se souvenaient, qu’en entendant le nom de Samson, que son nom mĂȘme les faisait trembler. Son nom mĂȘme les effrayait, car il Ă©tait oint de Dieu. Beaucoup d’entre eux s’en souvenaient.
E-61 Beaucoup de ces soldats qui se tenaient lĂ  pouvaient se rappeler l’avoir vu se tenant lĂ  avec la mĂąchoire d’un mulet en main, et mille Philistins morts, gisant lĂ . Comment pouvait-il se faire que la mĂąchoire d’un mulet frappe un de ces casques qui pratiquement avaient une Ă©paisseur d’un pouce et demi [3,8 cm–N.D.T.] d’airain massif? Eh bien, essayez de frapper ce casque avec une mĂąchoire de mulet, et celle-ci volera en mille morceaux. Mais Samson, ayant la puissance de Dieu sur lui, a terrassĂ© mille Philistins, en brisant leurs boucliers et en les Ă©tendant au–à ses pieds. J’imagine que beaucoup de ces guerriers qui avaient pris la fuite Ă  ce moment-lĂ , se tenaient lĂ  en haut et s’en souvenaient bien. «Et c’est lĂ  Samson?»
E-62 Ils se rappellent l’avoir vu tenant la mĂąchoire entre ses mains, et disant: «Qui d’autre veut de ceci?» Il Ă©tait un homme qui savait parler. C’est un homme qui Ă©tait oint de Dieu. Dieu avait promis de le bĂ©nir. Il avait la force de JĂ©hovah.
E-63 Oh, il y en a sans doute beaucoup ici qui peuvent se souvenir du moment oĂč l’église se tenait debout avec ce genre de puissance, mais maintenant elle est complĂštement brisĂ©e, on a toutes sortes de dĂ©nominations, l’une combattant l’autre. On n’entend plus parler de vieilles veillĂ©es de priĂšre. Les rĂ©unions de rue ont totalement disparu. Elles sont dĂ©passĂ©es. Et pourtant, nous avons notre structure, nous avons la charpente, mais oĂč est le Dieu des miracles? Franchement, beaucoup renient cela, renient mĂȘme la guĂ©rison divine, beaucoup.
E-64 Juste ici dans cet Etat, j’étais avec un–un ecclĂ©siastique qui a une grande Ă©glise, il dit... Je voulais me procurer des siĂšges Ă  mettre ici Ă  Hot Springs, au dĂ©pĂŽt d’armes, quand j’étais ici, moi et frĂšre Moore. Et un pentecĂŽtiste a dit: «Je ne permettrai mĂȘme pas...» Il ne voulait pas me permettre d’avoir les siĂšges. Il a dit: «Je ne permettrai Ă  personne qui croit Ă  la guĂ©rison divine de s’asseoir sur mes siĂšges.» Ce n’est pas seulement ici; c’est partout. Quel est le problĂšme? Des prĂ©jugĂ©s, Ă  cause des parrainages et d’autres organisations, et on oublie que nous sommes le peuple de Dieu par naissance. Samson avait aussi oubliĂ© cela. Je me souviens...
E-65 Je pense que pendant qu’il se tenait lĂ , certains d’entre eux se sont souvenus de cette nuit-lĂ , Ă  Gaza, comment cet homme avait pu prendre les portes de Gaza, les mettre sur ses Ă©paules, alors qu’ils essayaient de l’enfermer.
E-66 Vous ne pouvez pas enfermer l’onction de Dieu. Aucune organisation ne peut la retenir. Amen. Dieu sauve ceux qu’Il a appelĂ©s. «Tous ceux que le PĂšre m’a donnĂ©s viendront.»
E-67 Eh bien, ils pensaient qu’ils l’avaient enfermĂ©. Et il a pris les portes et les a mises sur ses Ă©paules et s’en est allĂ©, il est montĂ© au sommet de la colline et s’est assis. De grandes portes d’airain qui pouvaient peser des tonnes, et un–un petit homme les a arrachĂ©es des pierres, les a pliĂ©es et les a posĂ©es sur son Ă©paule, et il a gravi la colline avec; quand quelque chose qui se tenait sur le chemin de Dieu...
E-68 La plupart d’entre eux dans cette beuverie pouvaient se rappeler cela Ă  propos de Samson. Mais le problĂšme aujourd’hui, c’était qu’il n’a pas... Samson se tenait bien lĂ , mais l’Esprit de l’Eternel ne descendait plus sur lui. Il n’était plus oint. Il avait Ă©tĂ© dĂ©pouillĂ© de cette puissance par une femme qui l’avait Ă©loignĂ© des commandements de l’Eternel.
E-69 Je me demande aujourd’hui si cela ne ressemble pas Ă  nos Ă©glises. Voyez-vous? Dans la Bible, la femme reprĂ©sente l’«église». Et je me demande si nous n’avons pas cĂ©dĂ© Ă  l’attrait des autres dĂ©nominations, si nous n’avons pas essayĂ© d’amener nos ministres Ă  avoir un diplĂŽme de licence, afin que notre assemblĂ©e puisse dire: «Notre pasteur a une licence en lettres, un doctorat en thĂ©ologie, ou un doctorat en droit.» Je me demande si nous n’avons pas piquĂ© une forte crise de folie en essayant de construire une Ă©glise qui est un peu meilleure que l’Eglise mĂ©thodiste ou presbytĂ©rienne. Nous serions mieux dans une mission avec l’Esprit de Dieu sur nous, que dans cette condition. Je me demande si nous n’avons pas fait du prosĂ©lytisme et si nous n’avons pas tirĂ© l’un chez l’autre pour essayer de faire grandir nos organisations. Et nous avons une grande structure, mais oĂč est l’Esprit du Seigneur?
E-70 Il se tenait lĂ , dĂ©pouillĂ© par une femme. Qu’est-ce qui a dĂ» traverser l’esprit de cet homme pendant qu’il se tenait lĂ ? Il avait le temps d’y rĂ©flĂ©chir.
E-71 J’espĂšre que l’église en a autant. Qu’est-ce qui est plus important pour vous, un million de plus ou une plus grande bĂ©nĂ©diction de Dieu dans votre Ăąme? Nous avons recherchĂ©...
E-72 Et je pourrais prendre beaucoup d’autres choses que j’ai notĂ©es ici, au sujet de ces seigneurs et de ce que Samson a fait, ce qui leur passait Ă  l’esprit.
E-73 Maintenant, descendons vers Samson. Et qu’est-ce qui, croyez-vous, traversait son esprit au sujet de nombreuses victoires qu’il avait remportĂ©es, de nombreuses grandes choses qu’il avait faites quand l’Esprit du Seigneur Ă©tait sur lui? Et il Ă©tait conscient qu’il possĂ©dait chacun de ses muscles, mais c’est l’Esprit du Seigneur qui lui manquait.
E-74 Laissez-moi vous dire quelque chose, Ă©glise. N’essayez pas d’adhĂ©rer Ă  l’église la plus somptueuse, au groupe le plus Ă©loquent. Restez avec Christ, lĂ  oĂč se trouve l’Esprit du Seigneur.
E-75 Alors il a dĂ» penser aux grandes victoires que Dieu lui avait donnĂ©es et au temps oĂč ses yeux Ă©taient ouverts, et qu’il pouvait voir les promesses de Dieu. Mais maintenant, depuis qu’il avait Ă©tĂ© pris dans cette chose, ses yeux avaient Ă©tĂ© crevĂ©s.
E-76 Tant de gens aujourd’hui sont pris dans des illusions mentales, ils ne pensent jamais Ă  sonder les Ecritures, Ă  voir si c’est juste ou pas. Les autres essaient de dire: «Ça ne change rien.»
E-77 Paul, dans Actes 19, pensait que ça changeait quelque chose. Et il a dit: «Si un ange du Ciel prĂȘche autre chose, qu’il soit anathĂšme.» Voyez-vous? Ça change quelque chose.
E-78 Eh bien, nous voyons Samson se tenant lĂ , il pense aux choses qu’il a faites autrefois avec le Royaume de Dieu. Et comment Dieu... Il avait laissĂ© tomber Dieu, et il avait laissĂ© tomber le peuple de Dieu. Certainement. Maintenant, il est prisonnier de la nation mĂȘme pour la destruction de laquelle Dieu l’avait suscitĂ©.
E-79 Je voudrais m’arrĂȘter ici un instant. Vous pentecĂŽtistes, vous savez que je vous aime. Quand je viens vers vous, Jack Moore, Richard T. Reed, FrĂšre G. H. Brown, FrĂšre Ben Pemberman, et les autres grands hommes, pour voir les choses que vous aviez, et on dirait que nous avions tellement de choses en commun que nous Ă©tions comme un gant qui va bien Ă  une main; je m’accordais bien avec vous. Pour le Message, ne sachant pas qu’il y avait une telle Ă©glise dans laquelle je croyais, voilĂ  qu’il y avait ici un groupe de gens qui Ă©taient dĂ©jĂ  prĂȘts pour le recevoir. Je suis toujours frĂšre Branham. Je suis toujours votre frĂšre, et je vous aime.
E-80 Mais vous rendez-vous compte que la chose mĂȘme pour laquelle Dieu vous a suscitĂ©s, vous vous ĂȘtes livrĂ©s Ă  cela. Il y a des annĂ©es, Dieu vous a fait sortir de ces organisations pour faire de vous un peuple, mais vous avez fait demi-tour et avez organisĂ© la chose, juste la chose pour laquelle Dieu l’avait fait sortir afin de la dĂ©fier.
E-81 Je dĂ©fie quiconque de me montrer un passage dans l’histoire, depuis que la premiĂšre Ă©glise s’est organisĂ©e (qui Ă©tait l’Eglise catholique romaine) Ă  LaodicĂ©e–ou plutĂŽt Ă  NicĂ©e, Ă  Rome, ou quand l’Eglise catholique s’est organisĂ©e et a fait une organisation. Et est-ce qu’une Ă©glise, depuis Martin Luther, de ce cĂŽtĂ©,...
E-82 Quand Dieu a donnĂ© la rĂ©vĂ©lation de la justification Ă  Martin Luther, dĂšs que Luther s’en est allĂ©, ils en ont fait une organisation, et cela est tombĂ©. Puis vint Wesley; aprĂšs que lui, Asbury et les autres s’en sont allĂ©s, ou en a fait une organisation et la chose est tombĂ©e. Ensuite vint Alexander Campbell, et la chose–la chose est tombĂ©e avec l’organisation. Puis vint John Smith pour les baptistes, et la chose est tombĂ©e. Et chaque fois que l’homme a essayĂ© d’organiser quelque chose, un systĂšme humain, cela est tombĂ© et ne s’est plus jamais relevĂ©. Nulle part dans l’histoire on ne trouve une Ă©glise qui s’est organisĂ©e et qui n’est pas tombĂ©e, et chaque Ă©glise qui est tombĂ©e, ne s’est plus jamais relevĂ©e.
E-83 Les enfants d’IsraĂ«l, en type, devaient suivre la Colonne de Feu. Et chaque soir ils devaient ĂȘtre prĂȘts, non pas pour s’organiser et s’installer ici, mais pour se dĂ©placer avec le Feu.
E-84 C’est ce que Dieu veut que Son peuple fasse: se dĂ©placer avec l’Esprit, se dĂ©placer avec le temps.
E-85 Vous dites: «Eh bien, FrĂšre Branham, nous avons eu toutes sortes de pluies, les pluies internes et les pluies externes.» Vous ĂȘtes intelligent. Peu m’importe le genre de rĂ©vĂ©lation dont il s’agit, et combien elle semble bonne, si elle n’est pas conforme Ă  la Parole de Dieu, alors laissez cela tranquille. Ceci est le Plan pour traverser le dĂ©sert, la Parole du Seigneur.
E-86 Mais voici oĂč en est l’église aujourd’hui, l’Eglise pentecĂŽtiste, avec Ă  peu prĂšs vingt ou trente organisations diffĂ©rentes, chacune traitant l’autre de ceci, cela, de «perchoir de buses», et ainsi de suite. Quelle honte, alors que c’est la chose mĂȘme pour laquelle Dieu vous a sortis de ces dĂ©nominations, vous ĂȘtes retournĂ©s et vous avez fait exactement les mĂȘmes choses qu’elles ont faites. C’est exactement ce que Samson a fait. Dieu a suscitĂ© Samson pour dĂ©truire cette nation-lĂ . Et Dieu vous a suscitĂ©s pour ĂȘtre un peuple, pas une organisation.
E-87 Mais quand Dieu a fait partir IsraĂ«l du–de l’Egypte, ils ne se trouvaient qu’à environ dix jours de la Terre promise, Ă  environ quarante miles [environ 65 km–N.D.T.]. Mais ils sont restĂ©s quarante ans dans le dĂ©sert. Pourquoi? La grĂące leur avait donnĂ© un agneau pour leurs pĂ©chĂ©s, le signe de la circoncision, une Colonne de Feu comme tĂ©moignage, MoĂŻse comme prophĂšte. La grĂące avait pourvu Ă  tout ce dont ils avaient besoin, mais ils voulaient quelque chose qu’ils pouvaient faire eux-mĂȘmes.
E-88 Ils Ă©taient bien loin de se douter que pendant que Miriam dansait avec le tambourin et que les enfants d’IsraĂ«l dansaient avec elle, et que MoĂŻse chantait dans l’Esprit (ils n’étaient qu’à dix jours de la pleine possession de la Terre promise) ils Ă©taient bien loin de se douter que quarante ans aprĂšs, leurs cadavres pourriraient dans le dĂ©sert. Qu’est-ce qui a fait cela? IsraĂ«l avait pris la dĂ©cision la plus irrĂ©flĂ©chie qu’il eĂ»t jamais prise, quand il a acceptĂ© la loi au lieu de la grĂące, quand ils ont voulu Ă©tablir des Ă©vĂȘques et quelque chose qui leur Ă©tait propre, quelque chose qu’eux-mĂȘmes devaient avoir Ă  faire lĂ -dedans. Dieu Ă©tait au milieu d’eux, Il les conduisait.
E-89 Et c’est exactement ce que les pentecĂŽtistes ont fait. Quand Dieu rĂ©vĂ©lait quelque chose de neuf dans les Ecritures, ils ont plutĂŽt appelĂ© cela de nouveaux problĂšmes ou tout ce que vous voulez. Mais quand Dieu a rĂ©vĂ©lĂ© quelque chose, au lieu d’accepter la VĂ©ritĂ© et d’examiner cela Ă  l’aide de la Bible, ils se sont retirĂ©s et ont fait une organisation et se sont sĂ©parĂ©s. Il s’en est suivi ceci, cela, et maintenant vous ĂȘtes lĂ , corrompus, l’Eglise pentecĂŽtiste, liĂ©e des chaĂźnes de l’organisation, la chose pour laquelle Dieu vous a suscitĂ©s pour que vous la dĂ©truisiez, et maintenant vous ĂȘtes tout aussi organisĂ©s qu’eux. Il y a des hommes et des femmes pieux dans chacune d’elles; c’est vrai, dans chacune d’elles.
E-90 Et chacun de nous est coupable. Le pot ne peut pas se moquer de la poĂȘle. Nous sommes tous coupables, chacun de nous, vous les unitaires, les binitaires, les trinitaires, et–et quoi que vous soyez. Quelle honte, quel discrĂ©dit vous avez jetĂ© sur JĂ©sus-Christ! Quel opprobre pour le nom de la PentecĂŽte. Ils ont jetĂ© tellement d’opprobre que cela est devenu pratiquement un nom disgracieux. C’est Ă  peine si les gens veulent s’associer Ă  un tel nom. C’est parce que vous avez fait ce que vous n’étiez pas censĂ©s faire. Et si l’on avait continuĂ© Ă  suivre les commandements de l’Eternel, on serait aujourd’hui une grande unitĂ© de Dieu marchant vers la victoire.
E-91 Il a laissĂ© une femme l’éloigner de la Parole de Dieu; maintenant il se tient lĂ , faisant des tours pour le diable. C’est juste, tout Ă  fait exact.
E-92 La mĂȘme chose se produit aujourd’hui, on a laissĂ© JĂ©zabel, la mĂšre des impudiques... Apocalypse 17 dit qu’elle Ă©tait la mĂšre des impudiques. Or, si elle est une prostituĂ©e, c’est une–c’est une femme qui est infidĂšle Ă  son mari. Elle dĂ©clare que Christ est son Mari, mais elle ne vit pas de Son commandement.
E-93 Et que font les autres Ă©glises? Qu’est-ce qu’une impudique? C’est la mĂȘme chose que l’autre. Qu’est-ce? C’est la prostitution envers la Parole de Dieu. Et elle Ă©tait la mĂšre des impudiques. Et on a laissĂ© cette doctrine de JĂ©zabel et ainsi de suite, Ă  cause d’un groupe d’hommes intellectuels qui veulent s’unir et organiser quelque chose, afin qu’ils puissent avoir eux-mĂȘmes de grands titres. Et c’est lĂ  que se tient l’église, avec une fraternitĂ© divisĂ©e. Oh! la la! quelle disgrĂące que de faire cela!
E-94 Quelle chose terrible, spirituellement aveugle. «Oh, dites-vous, eh bien, je ne suis pas spirituellement aveugle.» Les actes sont plus Ă©loquents que les paroles; vous montrez que vous ĂȘtes aveugles par la façon dont vous trĂ©buchez sur les choses. Voyez-vous?
E-95 Maintenant, souvenez-vous, cette bande qui est enregistrée sera envoyée dans le monde entier. Voyez-vous, et je ne parle pas tellement pour ici, mais cela va dans environ dix-sept nations différentes, dans les jungles et partout.
E-96 Spirituellement aveugle, aveugle à quoi? A la Parole de Dieu, à la Vérité de Dieu. Votre organisation ne permettra pas...
E-97 De braves ministres viennent me voir, et disent: «Je crois que c’est la vĂ©ritĂ©, FrĂšre Branham, mais si je prĂȘchais cela...» Eh bien, vous y ĂȘtes! «Si je croyais cela, eh bien, les gens pourraient...»
E-98 Peu m’importe ce que les gens disent; peu m’importe ce que l’organisation dit; c’est ce que Dieu a dit qui est la VĂ©ritĂ©. Et si c’est la VĂ©ritĂ© de Dieu, Dieu la soutiendra. Comment pouvez-vous vous attendre Ă  avoir la foi quand vous voulez vous rendre honneur les uns aux autres? Voyez-vous, cela vous ĂŽte la foi.
E-99 On est retournĂ© aux dĂ©nominations, la PentecĂŽte qui est nĂ©e en dehors de la dĂ©nomination... La PentecĂŽte n’est pas nĂ©e dans une dĂ©nomination; elle est nĂ©e en dehors de la dĂ©nomination. Et la ruse de Satan vous a ramenĂ©s droit lĂ - dedans, Ă  l’endroit d’oĂč vous Ă©tiez sortis: «Comme un cochon qui retourne Ă  son bourbier, et le chien Ă  son bourbier...» Eh bien, regardez-les, vaincus.
E-100 Nous devrions ĂȘtre dĂ©jĂ  dans la Terre promise. JĂ©sus-Christ devrait ĂȘtre si remarquable parmi nous qu’il n’y aurait plus aucune maladie. Oh, ce serait glorieux!
E-101 Il ne devrait pas y avoir de femmes aux cheveux coupĂ©s, portant des robes courtes. Et–et il ne devrait pas y avoir des hommes mariĂ©s trois ou quatre fois, des diacres dans notre Ă©glise. Et ne me dites pas que cela n’est pas dans la PentecĂŽte; ça y est certainement. Mais c’est Ă  cause du prestige social. Cela ne devrait pas ĂȘtre, mais ça y est lĂ . Pourquoi? A cause de l’attraction dĂ©nominationnelle, de la politique, de l’argent, au lieu de s’occuper de la Parole. On Ă©carte un prĂ©cieux frĂšre et on place lĂ  quelqu’un parce qu’il occupe une importante position sociale dans la ville.
E-102 Je veux un homme qui a une position sociale dans la gloire. Qu’il ne connaisse pas son abc, qu’est-ce que ça change? Savez-vous ce qu’ABC signifie? Always Believe Christ [en français: croire toujours Christ–N.D.T.] Oui, oui. C’est juste. Apprenez cela.
E-103 RĂ©cemment, un homme est venu me voir, il a dit: «FrĂšre Branham...», un trĂšs... l’un des ministres pentecĂŽtistes les plus connus dans le pays. Il m’a amenĂ© dans son bureau; il a dit: «Je veux prier pour vous.»
E-104 J’ai dit: «Je ne suis pas malade.»
Il a dit: «Je–je vous aime.»
J’ai dit: «C’est rĂ©ciproque.»
E-105 Il a dit... il m’a parlĂ©, disant: «Pourquoi n’arrĂȘtez-vous pas de parler Ă  ces femmes de leurs cheveux coupĂ©s et tout ce genre de truc, et de l’église?»
Il a dit: «Ce n’est pas votre affaire.»
J’ai dit: «C’est l’affaire de qui alors?»
Il a dit: «Il arrivera qu’il ne vous restera personne Ă  qui prĂȘcher sinon un tas de poteaux.»
E-106 J’ai dit: «J’aimerais faire cela et prĂȘcher la vĂ©ritĂ© plutĂŽt que de faire des compromissions avec le diable.» Voyez-vous, voyez-vous?
E-107 Il a dit... j’ai dit... il a dit que je... Il a dit: «FrĂšre Branham, Dieu ne vous a-t-Il pas appelĂ© Ă  prier pour les malades?»
Et j’ai dit: «Oui, monsieur.»
Il a dit: «Les gens croient que vous ĂȘtes un prophĂšte.»
Et j’ai dit: «Eh bien, ça–ça, je ne l’ai jamais dit.»
E-108 Il a dit: «Mais c’est ce qu’ils pensent de vous.» Et il a dit: «Si vous ĂȘtes un prophĂšte, pourquoi ne prenez-vous pas votre temps Ă  enseigner aux gens les dons spirituels, et comment guĂ©rir les malades, et–et comment faire ces choses, obtenir ces dons spirituels, et aider l’Eglise au lieu de vous tenir lĂ  Ă  brailler constamment sur les femmes, et Ă  brailler sur les hommes, et des choses de ce genre?» Il a dit: «Eh bien, pourquoi ne les laissez-vous pas tranquilles?» Il a dit: «Pourquoi ne leur apprenez-vous pas quelque chose de plus important que les cheveux courts et tout, et ne les laissez-vous pas tranquilles?»
E-109 J’ai dit: «Comment puis-je leur enseigner l’algĂšbre alors qu’ils ne connaissent mĂȘme pas leur abc?» C’est juste. «Qu’ils apprennent d’abord leur abc.»
E-110 Un vieux ministre est allĂ© et a prĂȘchĂ© la justification Ă  un rĂ©veil; deuxiĂšme soirĂ©e, troisiĂšme soirĂ©e, quatriĂšme soirĂ©e, cinquiĂšme soirĂ©e. Les diacres l’ont appelĂ© et ont dit: «RĂ©vĂ©rend, vous ne savez prĂȘcher sur rien d’autre que la justification?»
E-111 «Oh, assurĂ©ment. Mais qu’ils soient d’abord tous justifiĂ©s, et alors nous prĂȘcherons quelque chose d’autre.» C’est juste.
E-112 Oh! si seulement vous reveniez au fondement... LĂ  se tenait Samson, vaincu.
E-113 Maintenant, suivez, il se peut que nous soyons plus beaux; cela peut ĂȘtre vrai. Mais c’est juste comme l’autre jour, je descendais la route; j’ai vu une grande enseigne qui disait: «Le maĂŻs hybride Funk», oh c’était superbe. Mais, c’est mauvais. C’est mauvais au possible, et ça tue la nation. Lisez cela dans Reader Digest. Si les femmes continuent de manger du boeuf hybride, et du maĂŻs hybride et tout, dans vingt ans, elles ne pourront plus avoir de bĂ©bĂ©s. Il n’y a rien de bon lĂ -dedans.
E-114 Qu’est-ce qu’une plante hybride de pĂ©piniĂšre? Si ce n’est pas une plante originale, il vous faut continuer de la pulvĂ©riser tout le temps pour en Ă©loigner les insectes. Les insectes vont la ronger. Mais si c’est une plante originale, vous n’avez pas besoin de la pulvĂ©riser. Un insecte ne peut pas ramper sur une bonne plante saine.
E-115 C’est lĂ  le problĂšme; vous devez constamment dorloter les gens dans l’église: «Gloire Ă  Dieu, ma soeur.» Voyez-vous? Vous ĂȘtes un hybride; vous y avez Ă©tĂ© amenĂ© par un autre moyen.
E-116 Prenez ce maĂŻs hybride et semez-le encore, et qu’obtenez-vous? Rien. Il ne pourra mĂȘme rien donner.
E-117 L’église est belle aujourd’hui; ça c’est vrai: de plus grands bĂątiments qu’on ait jamais eus, de plus grandes assemblĂ©es auxquelles on ait jamais prĂȘchĂ©, les ministres les plus intellectuels qu’on ait jamais eus. Vous aviez des hommes venant des champs de blĂ© quelque part, que Dieu avait appelĂ©s lĂ  sur un carrĂ© de sauge. Mais maintenant vous avez envoyĂ© vos enfants Ă  l’école et vous en avez fait des petits enfants, et ils sont revenus avec tous les doctorats, et des doctorats en Droit. Et c’est au point oĂč l’une des grandes Ă©glises pentecĂŽtistes aujourd’hui, avant d’envoyer un homme dans les champs missionnaires, ce dernier doit se tenir devant un psychiatre pour qu’on voie si mentalement il est suffisamment intelligent. Pensez-y.
E-118 A la PentecĂŽte, l’exigence n’était pas un test mental; c’était le test du Saint-Esprit qui est descendu le jour de la PentecĂŽte. Aujourd’hui, c’est hors de question pour les gens.
E-119 Savez-vous que l’Eglise catholique romaine Ă©tait premiĂšrement l’Eglise pentecĂŽtiste originelle? Il leur a fallu deux mille ans pour ĂȘtre dans la condition oĂč elle se trouve aujourd’hui. Si cette organisation pentecĂŽtiste continue encore pendant cinquante ans, elle sera pire que l’Eglise catholique. C’est vrai. Le pĂ©chĂ© s’entasse de tout cĂŽtĂ©... Eh bien, il se peut que vous ne pensiez pas que je... Il se peut que vous pensiez que je suis fou, mais je sais oĂč je me tiens. Voyez-vous? C’est vrai. Attendez simplement, vous verrez. Oui.
E-120 Le maĂŻs hybride–hybride provoque chez les femmes le rĂ©trĂ©cissement des hanches et l’élargissement des Ă©paules et ainsi de suite...
E-121 La thĂ©orie de l’évolution nous disait que dans l’évolution, certains animaux se sont unis et ont engendrĂ© quelque chose de diffĂ©rent, quelque chose de diffĂ©rent, et que cela a abouti Ă  un homme. Ils ont continuĂ© Ă  faire des recherches au point qu’ils ont rĂ©futĂ© leur propre thĂ©orie.
E-122 Laissez-moi vous dire quelque chose, vous fermiers qui ĂȘtes ici. Qu’est-ce qui produit un mulet? C’est l’animal le plus affreux au monde. C’est un hybride. Il n’a pas de bon sens, pour commencer; vous ne pouvez rien lui apprendre. Il attendra toute sa vie, pour pouvoir vous donner un coup de sabot juste avant de mourir. Vous ne pouvez rien lui dire. Qu’est-ce? En effet c’est un hybride.
E-123 Cela me rappelle quelques chrĂ©tiens hybrides, des soi-disant. Vous pouvez essayer de dire quelque chose Ă  un vieux mulet, il se tiendra lĂ , les oreilles dressĂ©es, et fera: «Hi-han, hi-han.» Voyez-vous? Tout ce qu’il sait, c’est braire et faire des histoires. Vous ne pouvez pas lui dire la vĂ©ritĂ© ni lui enseigner quoi que ce soit. Il en est ainsi de ces gens; dites-leur que Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, ils feront: «Hi-han. Les jours des miracles sont passĂ©s.», un braillement qu’on a appris dans un certain sĂ©minaire. C’est un hybride.
E-124 Le Saint-Esprit ponctue chaque commandement de Dieu d’un «amen». C’est un quelconque esprit de sĂ©minaire qui expire en lui. On ne brait pas contre la Parole de Dieu. Si c’est le Saint-Esprit, Il ponctuera cela d’un «amen». Voyez-vous?
E-125 Vous savez, je pense qu’un mulet est un ignorant. Mais vous savez quoi? Il n’est pas en mesure de vous dire qui est son papa et qui est sa maman. Voyez-vous, son pĂšre Ă©tait un petit Ăąne; sa mĂšre Ă©tait une jument, mais lui ne peut pas se reproduire. Il est fini.
E-126 Une plante ne peut pas se reproduire. Prenez une violette blanche et une violette bleue, cela va donner une violette rose; plantez cela deux ou trois fois, elle redeviendra soit une blanche soit une rose. Voyez-vous?
E-127 Voyez-vous, cela montre qu’elles ne sont jamais venues comme cela. Dieu a dit: «Que chaque chose se reproduise selon son espĂšce.» Et cela reste ainsi. L’homme a Ă©tĂ© crĂ©Ă© Ă  l’image de Dieu, et pas le singe. Voyez-vous? Cette histoire insensĂ©e...
E-128 Remarquez, vous connaissez l’ignorance du mulet. Mais vous savez quoi, je–je... Vous ne pouvez rien lui dire. Il est tĂȘtu.
Mais je pense qu’un vĂ©ritable cheval pur-sang, oh! la la! il sait qui Ă©tait sa maman, qui Ă©tait son papa. Il est de pure race. Il connaĂźt tous ses grands-parents et tout, parce qu’il a une gĂ©nĂ©alogie.
E-129 Il en est ainsi de ces hybrides de soi-disant chrĂ©tiens. «Les jours des miracles sont passĂ©s. Eh bien, nous les presbytĂ©riens, nous les mĂ©thodistes, nous tel groupe, nous ne croyons pas ceci. Nous les trinitaires, nous tel groupe, nous ne le croyons pas. Nous ne faisons pas ceci.» Voyez-vous, vous ne savez pas oĂč vous vous tenez.
E-130 Mais un authentique chrĂ©tien de pure race, nĂ© de nouveau du Livre des Actes, sait exactement oĂč il se tient. Il est nĂ© de l’Esprit, et c’est ici que se trouve sa gĂ©nĂ©alogie; il est issu de la lignĂ©e de Dieu. Il produira la mĂȘme chose Ă  chaque coup.
E-131 Il n’est pas Ă©tonnant que l’église soit plus belle. Mais quel est le problĂšme? Elle n’a plus d’Esprit. Elle s’est unie au monde; elle laisse les femmes porter des shorts, jouer au piano, mettre du maquillage. Elle laisse les hommes se marier quatre ou cinq fois et garder leur place, leur poste. Toutes ces formes de choses qu’ils pratiquent, c’est exactement ce que les Ecritures disent, elle est tout aussi vaincue que l’était Samson. Exactement. Oui, oui.
E-132 Oh, comme Samson pensait... Il se peut que je... Je ne veux pas vous retenir trop longtemps; je vais sauter une partie de ces notes-ci. Comme Samson a dĂ» se tenir lĂ  et penser Ă  son erreur, et oĂč il pouvait ĂȘtre...
E-133 Souvenez-vous d’IsraĂ«l. Puis-je... Voulez-vous m’excuser une minute, pour revenir Ă  IsraĂ«l. Vous savez ce que... qu’ont-ils fait pendant ces quarante ans, quand ils ont fait lĂ  leur organisation? Au lieu de continuer jusqu’au bout, Ă©tant conduits par la Colonne de Feu, l’Ange de l’Eternel, lequel Ă©tait Christ, au lieu d’aller jusqu’au bout en Le suivant, Ă  peu prĂšs dans dix jours, ils auraient dĂ» ĂȘtre dans la plĂ©nitude de la promesse. Mais vous savez quoi? Ils ont errĂ© dans le dĂ©sert, dit la Bible.
E-134 Ils sont arrivĂ©s Ă  KadĂšs-BarnĂ©a qui Ă©tait le siĂšge du jugement et lĂ , quand les espions sont revenus et ont parlĂ© du pays, ils ont dit: «Nous n’y arriverons pas.»
E-135 Caleb et Josué ont dit: «Nous sommes plus que capables de le faire», car ils regardaient à la promesse de Dieu, et non pas aux circonstances.
E-136 «Nous ne pouvons pas avoir une Ă©glise sans avoir une organisation.» Eh bien, vous ne voyez pas ce que Dieu a dit. C’est juste.
E-137 Qu’ont-ils fait? Dieu les a-t-Il bĂ©nis? AssurĂ©ment, assurĂ©ment. Ils ont errĂ©. Ils ont Ă©pousĂ© des femmes. Ils ont plantĂ© des vignes. Et ils ont eu des enfants, et ils se sont multipliĂ©s. Et les choses allaient bien pour eux dans le dĂ©sert. C’est juste. Mais, toutefois, ils n’avaient pas la pleine bĂ©nĂ©diction.
E-138 Ainsi, quand tous ceux qui Ă©taient appelĂ©s pour ainsi dire les vieux batailleurs ont formĂ© cette trĂšs grande organisation, Dieu les a laissĂ©s lĂ  jusqu’à ce que chacun d’eux fĂ»t mort. Et alors Il a commencĂ© avec la nouvelle gĂ©nĂ©ration sous la conduite de JosuĂ© qui croyait la Parole (Amen.), et ce dernier les a amenĂ©s Ă  la Terre promise.
E-139 Ô Dieu, que cette jeune gĂ©nĂ©ration de pentecĂŽtistes saisisse la–saisisse la vision. Voyez-vous? Ils ont continuĂ© jusqu’à la Terre promise. Nous devrions ĂȘtre lĂ  oĂč nous avons toutes sortes de dons de Dieu.
E-140 Nous parlons en langues. C’est vrai. C’est bien. Je n’ai rien contre cela. MoĂŻse a traversĂ© la mer Rouge; l’ennemi a Ă©tĂ© tuĂ© derriĂšre lui. Nous–nous–nous apprĂ©cions cela. Mais ce n’est pas encore toute la chose.
E-141 Combien vos pĂšres et vos mĂšres Ă©taient loin de penser, lorsqu’ils se tenaient lĂ  et qu’on leur tirait dessus des coups de pistolets par les fenĂȘtres, pendant qu’eux dansaient dans l’Esprit, que leurs enfants en arriveraient Ă  ceci? Mais c’est ce qui est arrivĂ©.
E-142 Mais il y a une nouvelle génération qui monte maintenant. La chevelure de Samson a poussé...?...
E-143 Suivez. Ne laissez jamais Delila vous entraĂźner de nouveau dans quelque chose de ce genre. Non, non. Tenez-vous loin de cela. C’est ça la chose qui vous a maudits. Vous avez Ă©tĂ© suscitĂ©s pour condamner cela. Et j’ai fait de mon mieux pour faire cela, mĂȘme si je me suis tenu seul. Mais j’ai essayĂ© de mon mieux de m’en tenir aux commandements de Dieu. Je vois l’église se tenir lĂ , dĂ©pouillĂ©e de la puissance de Dieu, dĂ©pouillĂ©e des bĂ©nĂ©dictions, dĂ©pouillĂ©e des dons.
E-144 Et Dieu dĂ©verse Son don et les gens disent simplement: «C’est la lecture des pensĂ©es, de la tĂ©lĂ©pathie mentale», alors qu’ils devraient embrasser cela. Voyez-vous? «Eh bien, il est maintenant de l’autre cĂŽtĂ© chez les unitaires. Non, ça c’est–il se peut que ce soit pour le... Oh, ils Ă©taient ceci cela.» Voyez-vous? Oh, si seulement vous connaissiez votre jour. Ne laissez pas cela vous Ă©chapper. Ceci est l’heure, pour l’union en Christ. Remarquez.
E-145 Samson se tenait lĂ , pensant Ă  son erreur, les choses qu’il avait faites... Finalement, il a compris ce qui l’avait amenĂ© dans cet Ă©tat. L’ennemi lui a crevĂ© les yeux.
E-146 Et c’est lĂ  la premiĂšre chose qu’une organisation fait, vous crever les yeux et vous aveugler Ă  toute autre communion, sauf Ă  celle avec les vĂŽtres. Amen. Je pourrais dire lĂ  tout un tas de choses, mais je–je ne le ferai pas. Mais vous, si vous ĂȘtes spirituel, vous savez de quoi je parle. Elle vous crĂšve les yeux. Juste vous et votre groupe... Si vous ĂȘtes un mĂ©thodiste, vous ĂȘtes seulement un mĂ©thodiste; si vous ĂȘtes un baptiste, vous ĂȘtes seulement baptiste. Si vous ĂȘtes un presbytĂ©rien, vous ĂȘtes... Si vous ĂȘtes un unitaire, si vous ĂȘtes un binitaire, si vous ĂȘtes un trinitaire, ou combien ils en ont encore, voyez-vous, vous ĂȘtes simplement cela. «Les autres ne valent rien.»
E-147 Les baptistes avaient un slogan dans les premiers jours de Billy Graham, quarante... «En 1944, un million de plus.» Qu’avez-vous obtenu? Un tas d’hypocrites fumant la cigarette et se joignant Ă  l’église.
E-148 Quand Billy lui-mĂȘme, quand j’étais Ă  son petit dĂ©jeuner, il a dit: «Savez-vous ce qui ne va pas?» Il a dit: «Voici le modĂšle.» Il a dit: «Quand je vais dans...» Il a dit: «Saint Paul allait dans une ville, et il faisait un converti. Et lorsqu’il rentrait une annĂ©e aprĂšs, a-t-il dit, cet unique converti en avait fait trente autres.» Il a dit: «Moi, je vais dans une ville pendant six semaines et j’ai trente mille dĂ©cisions, quand je rentre six mois aprĂšs, je n’en trouve pas trente.» [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
E-149 Eh bien, maintenant, j’ai admirĂ© cet homme pour son courage, mais j’aimerais lui poser une question. «Qui s’est chargĂ© du converti de Paul? Quel Ă©tait ce pasteur paresseux dans son cas!» Qu’en Ă©tait-il? Paul restait avec cet homme jusqu’à ce qu’il soit entiĂšrement un enfant de Dieu nĂ© de l’Esprit. Il l’amenait si loin en Christ qu’il ne pouvait mĂȘme pas regarder en arriĂšre.
E-150 Eux s’avancent simplement et adhĂšrent peut-ĂȘtre Ă  l’église, ou mĂȘme parlent en langues. Je crois dans le parler en langues. Je crois que le Saint-Esprit parle en langues. Mais je sais que tous ceux qui parlent en langues n’ont pas le Saint-Esprit. Ouais. J’ai vu des sorciers parler en langues, boire du sang dans un crĂąne humain et invoquer le diable, parler en langues et en donner l’interprĂ©tation. Ça–ça, ce n’est pas une preuve valable. Non, non. La Vie de Christ en vous, le fruit rendant lui-mĂȘme tĂ©moignage, voilĂ  la chose. Mais nous nous reposons sur cela; quand un l’homme parle en langues, c’est tout, qu’il vienne. Regardez ce que vous avez aujourd’hui. C’est le vĂ©ritable parler en langues, mais pas toute la vĂ©ritĂ©.
E-151 C’est comme l’homme de couleur qui mangeait une tranche de pastĂšque. Il a dit: «Comment as-tu trouvĂ© cela, Mose?» Il a dit: «C’était bon, patron, mais il y en a certainement encore.»
E-152 Si je peux parler en langues, il y a certainement davantage de Cela. Voyez-vous? Mais que faisons-nous? Comme IsraĂ«l: ils se sont reposĂ©s sur cette seule chose, et ils ont donc errĂ© dans le dĂ©sert pendant quarante annĂ©es, sans toujours le reste de la chose qui Ă©tait lĂ  dans la Terre promise. C’est exactement ce que nous avons fait.
E-153 Samson se tenait lĂ  (Je dois me dĂ©pĂȘcher.), il a dĂ» regarder en arriĂšre et a rĂ©flĂ©chi Ă  toutes ces choses. Et il Ă©tait lĂ , la raison mĂȘme pour laquelle il avait Ă©tĂ© suscitĂ©, il Ă©tait aveuglĂ©. Sa... Et lĂ , avec sa grande constitution, la grande organisation de son corps humain, une montagne de chair se tenant lĂ , avec ses Ă©normes muscles, mais sans force.
E-154 C’est lĂ  que nous en sommes aujourd’hui. Autrefois alors que la PentecĂŽte ne comptait qu’un certain nombre de gens, peut-ĂȘtre quatre cents ou cinq cents personnes dans tout le pays, aujourd’hui c’est l’église qui connaĂźt la croissance la plus rapide au monde. Dans quoi entrons-nous? Un tas de membres. Avec notre importante structure, nous devrions ĂȘtre dix mille fois plus solides que nous l’étions au dĂ©but. Mais nous sommes dix mille fois plus faibles que lorsque nous avions commencĂ©; en effet, nous bĂątissons la chose sur un–un fondement sans fond, sur une organisation, quelque chose que Dieu a maudit. Et comment pouvons-nous bĂątir une–une Ă©glise sur les cendres d’une Sodome et d’une Gomorrhe?
E-155 J’espĂšre que vous ne me haĂŻssez pas, mais tenez-vous tranquilles une minute et Ă©coutez. Voyez-vous?
E-156 Il ne peut pas faire cela. Ce que Dieu a maudit, Il l’a maudit. Alors gardez-moi Ă©loignĂ© de tout ce que Dieu a maudit. Je veux ce qu’Il bĂ©nit. C’est juste.
E-157 Observez. Alors qu’il se tenait lĂ , rĂ©flĂ©chissant, les seigneurs de guerre, Ă  moitiĂ© ivres, se tenaient lĂ , disant: «Je me souviens de ce grand personnage. Je me souviens lorsqu’il se tenait lĂ  avec une mĂąchoire de–de mulet en main. Je me souviens lorsqu’il plia les portes de Gaza et alla jusqu’au sommet de la colline. Je me souviens de toutes ces choses. Quand ce lion rugit aprĂšs lui, ce petit bout d’homme, l’Esprit descendit sur lui, il dĂ©chira tout simplement ce lion en deux avec ses mains. Et le voici liĂ©, conduit par un petit enfant. Et notre dieu, Dagon le dieu poisson, a remportĂ© la victoire sur lui.»
E-158 Vous y ĂȘtes. Le monde s’est infiltrĂ© dans l’église, et il a remportĂ© la victoire. Il a dĂ©shabillĂ© nos femmes. Il a mis dans les coeurs des gens le dĂ©sir de rester Ă  la maison pour regarder la tĂ©lĂ©vision au lieu d’aller Ă  l’église, Ă  la rĂ©union de priĂšre. L’amour du monde s’est introduit et s’est emparĂ© de notre Eglise pentecĂŽtiste pour une promenade Ă  destination de l’enfer.
E-159 Le dĂ©sir et la foi... Vous faites passer un homme dans une ligne de priĂšre et vous le laissez voir tout ce qui se passe; le soir suivant, la voilĂ  qui revient encore. La semence d’Abraham? La foi n’est pas lĂ . Elle devrait ĂȘtre lĂ , mais elle n’y est pas. Quand vous...
E-160 Dieu a parlĂ© Ă  Abraham une seule fois, et celui-ci a attendu pendant vingt-cinq ans. Peu importe combien c’était loin dans le passĂ©, je peux l’entendre dire Ă  Sara: «Va lĂ -bas; tu as soixante-cinq ans. Va acheter quelques couches, et procure-toi des Ă©pingles et fais des chaussons. Nous allons avoir le bĂ©bĂ©.»
«Comment sais-tu que tu vas l’avoir?»
«C’est Dieu qui l’a dit.» Cela rĂ©glait la question.
E-161 Le premier... Voyez-vous? Elle avait dĂ©passĂ© la mĂ©nopause depuis environ vingt ans. Il avait vĂ©cu avec elle depuis qu’elle avait seize ans environ, en tant qu’un jeune homme. Cela ne changeait rien; il ne regardait pas Ă  cela; il ne considĂ©rait pas cela. Il considĂ©rait ce que Dieu avait dit, il se sĂ©para de toute incrĂ©dulitĂ©, il alla dans le dĂ©sert.
E-162 C’est ça le problĂšme aujourd’hui. Vous voulez vous associer Ă  une organisation d’incrĂ©dulitĂ©, au lieu de vous sĂ©parer des choses du monde; vous voulez voir Ă  quel point vous pouvez vous approcher de la limite avec le pĂ©chĂ©. Voyez Ă  quel point vous pouvez rester Ă©loignĂ© de cela.
E-163 Mais ils Ă©taient lĂ . Les trente ou vingt-huit premiers jours passĂšrent. C’est un auditoire mixte maintenant, et vous les adultes, vous comprenez de quoi je parle. «Sara, ma chĂ©rie, comment te sens-tu?»
E-164 «Aucune différence du tout, Abraham.»
«Gloire Ă  Dieu, nous allons l’avoir de toute façon.»
«Comment le sais-tu?»
«Dieu l’a dit.»
E-165 Dix ans s’écoulĂšrent. «Garde lĂ  ces Ă©pingles et toutes les couches.»
E-166 Quelques-uns de ses amis vinrent: «Abraham, pĂšre de nations, combien d’enfants as-tu?»
«Gloire à Dieu! Aucun pour le moment, mais je vais en avoir.»
«Comment est-ce que tu... Eh bien, tu as quatre-vingt-dix ans.»
E-167 «Cela ne change rien du tout. Ce sera maintenant un miracle plus grand que ça l’aurait Ă©tĂ© si c’était arrivĂ© il y a vingt ans.»
E-168 Mais, aujourd’hui: «On a priĂ© pour moi hier soir. Je ne sens aucun changement aujourd’hui.» La semence d’Abraham?
E-169 Qu’est-ce qui ne va pas? On vous a dĂ©pouillĂ©. Les fibres de votre Ă©glise sont toujours lĂ ; votre organisation est aussi grande que celle des mĂ©thodistes ou des baptistes. Vous bĂątissez constamment cette fibre, mais oĂč est cette foi authentique? Oh, vous battez les mains; vous criez et chantez des cantiques et dansez. Oh! la la! j’ai vu cela arriver dans beaucoup de rĂ©unions de guĂ©risons de guĂ©risseurs–des sorciers-guĂ©risseurs, je les ai vus battre les mains, parler en langues, interprĂ©ter, sautiller. Le PĂšre divin a la mĂȘme chose. Ce n’est pas de ça que je parle.
E-170 Je parle d’une foi authentique qui peut rĂ©vĂ©ler la promesse de Dieu, et se tenir lĂ  et la faire vivre, quelque chose de scripturaire.
E-171 Les mahomĂ©tans, je les ai vus tomber dans la rue et s’écrier: «Allah, Allah, Allah», jusqu’à devenir vraiment conscients. Je... Moi et Billy Paul, nous nous tenions lĂ  et nous avons vu un homme prendre une Ă©pĂ©e et l’enfoncer juste sous son coeur, et un guĂ©risseur verser de l’eau d’un cĂŽtĂ© et celle-ci ressortir de l’autre cĂŽtĂ©. Je l’ai vu prendre un–un objet comme une lance, et l’enfoncer dans sa lĂšvre et Ă  travers son nez, et sans saigner mĂȘme d’une goutte. Il a enfoncĂ© des Ă©chardes sous ses ongles, en criant: «Allah, Allah, Allah. Allah, Allah, Allah. Allah, Allah», comme cela. Un mahomĂ©tan, et il dĂ©daigne l’idĂ©e mĂȘme de JĂ©sus-Christ. Il n’avait pas de Saint-Esprit. Non, mais il avait de l’émotion. C’est juste. Nous sommes...
E-172 Le christianisme, ce n’est pas exactement une Ă©motion. Le paganisme peut produire exactement autant de psychologie que–que–que le christianisme; mais ce n’est pas la VĂ©ritĂ©. Nous voulons la VĂ©ritĂ©. Christ est la VĂ©ritĂ©.
E-173 Que faisons-nous? Nous nous sommes organisĂ©s au point que nous nous tenons lĂ  comme Samson, donc, quand il se tenait lĂ , pensant Ă  ce qu’il aurait pu ĂȘtre. Je pense, aujourd’hui, que l’Eglise devrait se tenir lĂ  et rĂ©flĂ©chir avec moi pendant quelques instants Ă  ce que nous aurions pu ĂȘtre, si ces choses n’avaient pas fait ceci, ce que nous aurions pu ĂȘtre.
E-174 Alors il lui est venu Ă  l’esprit, quelque chose s’éveilla. Je crois que c’est Dieu qui a fait cela. Oh, si seulement cela pouvait arriver sur ce terrain de camping. «Il y a une possibilitĂ©.» Dieu pardonne. Il y a une possibilitĂ©.
E-175 Nous n’en avons plus pour longtemps ici. Il ne reste plus beaucoup de temps. La confĂ©dĂ©ration des Ă©glises s’empare du pays. Il s’unira au catholicisme. Nous avons l’homme lĂ -dedans exactement.
E-176 J’aurais aimĂ© avoir le temps d’aborder cela, pour vous montrer que cette nation est exactement comme IsraĂ«l. Ils sont venus dans une terre Ă©trangĂšre, ils en ont chassĂ© les occupants, et ont hĂ©ritĂ© le pays. C’est ce que nous avons fait. IsraĂ«l, ils avaient le premier homme, de grands hommes, de grands hommes comme JosuĂ©, des hommes comme David, comme Salomon; mais finalement un homme accĂ©da Ă  la–à la royautĂ©, un Achab, un renĂ©gat. Nous avons eu de grands hommes: un Washington, un Lincoln; mais maintenant qu’avez-vous fait? La chose mĂȘme Ă  cause de laquelle nous sommes venus ici, en vue d’avoir la libertĂ©, vous l’avez placĂ©e Ă  la Maison-Blanche, parce que vous pensez plus Ă  votre politique qu’à Christ. C’est tout Ă  fait exact.
E-177 Et, rappelez-vous, en ce temps-lĂ  tous les ministres avaient cĂ©dĂ©. JĂ©zabel Ă©tait la conductrice. Écoutez, Achab lui-mĂȘme Ă©tait un gars trĂšs bien, mais JĂ©zabel Ă©tait le cou derriĂšre la tĂȘte. C’est elle qui faisait cela. Elle Ă©tait la renĂ©gate. Je n’ai rien contre cet homme en tant que prĂ©sident, mais c’est ce systĂšme de JĂ©zabel qui est derriĂšre. Ne voyez-vous pas ces papes et tout qui viennent maintenant; il y en a un qui s’élĂšve qui ne connaĂźt pas Joseph. Et bien vite, vous savez, nous demandons maintenant mĂȘme Ă  l’Eglise protestante de s’unir avec cela, toutes les organisations vont entrer tout droit dans la fĂ©dĂ©ration des Ă©glises, et c’est lĂ  que vous ĂȘtes pris au piĂšge.
E-178 Nous vivons de l’argent des taxes qui seront payĂ©es dans quarante ans. La nation est brisĂ©e. OĂč en est-elle? Qui possĂšde l’argent? Nous n’en avons pas. Nos–nos titres ne valent rien. Il nous faut de l’or. Qui en dĂ©tient? L’Eglise catholique. Que feront-ils? Avant que ces fabricants de whisky et tous ces grands propriĂ©taires et actionnaires acceptent d’abandonner, ils vont vendre absolument toutes leurs affaires, et l’église prĂȘtera l’argent Ă  la nation. Et ce qu’elle fera, elle vendra ses droits d’aĂźnesse et entrera directement dans le catholicisme. Que ferez-vous alors? Amen. C’est l’or du monde, eux et les Juifs, et c’est cela l’alliance qu’il fait avec IsraĂ«l.
E-179 Voyez-vous, vous, lecteurs de la Bible, vous pouvez enseigner cela dans votre Ă©glise. Vous voyez, je vous montre simplement que je crois la mĂȘme chose.
E-180 C’est comme cela que cela devra se passer, et c’est ce que nous avons exactement lĂ , maintenant. Et nous y sommes, les organisations avec la marque de la bĂȘte sur nous, trĂšs exactement comme la premiĂšre bĂȘte, Ă  son image, une fĂ©dĂ©ration des Ă©glises se joignant au pouvoir. Et ils ont fait une image Ă  la bĂȘte, afin qu’il puisse Ă  la fois parler et faire la mĂȘme chose que la premiĂšre bĂȘte a faite avant elle. Juste dans nos griffes... Oh, les enfants.
E-181 Quelle heure est-il? «Y a-t-il une possibilité?», se disait Samson en se tenant là. Quelle heure? Juste... «Y a-t-il une possibilité?, se mit à penser Samson, ce Grand Dieu, Il est omniprésent. Il est le Dieu éternel. Je reconnais mon erreur. Je vais me repentir.» Et il cria.
E-182 Il y a une possibilitĂ© pour que nous puissions faire la mĂȘme chose. Eux, en ce temps-lĂ ... Aujourd’hui, on ne voit pas la vision comme Samson. Si seulement nous pouvions voir la vision d’une possibilitĂ©, commencer juste ici, maintenant mĂȘme; une possibilitĂ©. Voyez-vous?
E-183 Les gens sont bien assis, battent des mains, se demandent ce que sera l’issue. Vous allez dĂ©couvrir un jour, vous allez aboutir au petit bout de la corne, voyez-vous, en ce temps-lĂ . Vous avez de grands rassemblements et des choses brillantes du monde. «Oh, nous disons-nous, eh bien, vous savez quoi? Nous avons plus de membres que jamais auparavant. Et nous pouvons construire des Ă©difices valant des millions de dollars, nous avons plus d’argent qu’avant, peut-ĂȘtre de meilleures Ă©glises que celles des protestants ou des autres. Oh, mon vieux. Pour l’instruction, eh bien, nous emmenons nos enfants Ă  l’école, et nous construisons de nouveaux sĂ©minaires pour qu’ils y aillent.»
E-184 Laissez-moi vous le dire tout de suite. Un homme instruit, sans le Saint-Esprit, Ă  chaque diplĂŽme qu’il obtient, il s’éloigne davantage de Dieu. C’est juste. Vous dites: «Je suis licenciĂ© en lettres.» Alors vous ĂȘtes un peu plus Ă©loignĂ© qu’avant; ils scindent un oeuf et un atome et trĂ©buchent sur un brin d’herbe et n’en savent rien. Vous avez entendu le vieux dicton qui dit: «Les insensĂ©s marchent avec des souliers cloutĂ©s lĂ  oĂč les Anges craignent de mettre les pieds.» C’est juste. L’instruction, cela n’apporte pourtant pas le Saint-Esprit. Cela n’apporte pas les oeuvres et la Vie de JĂ©sus-Christ.
E-185 L’ennui aujourd’hui, c’est que l’église n’est pas comme Samson. Ils ne veulent pas payer le prix. Samson a fait la priĂšre qu’il fallait quand il a priĂ©: «Ô Seigneur, que je meure avec l’ennemi.» Il savait que cela allait lui coĂ»ter quelque chose. Il savait que cela allait lui coĂ»ter quelque chose. Cela va vous coĂ»ter quelque chose. Cela va me coĂ»ter quelque chose: votre prestige social, votre place et votre position dans la dĂ©nomination. «Seigneur, que je meure donc. Je vois Ton objectif.» Il savait que cela allait lui coĂ»ter quelque chose. Vous devez ĂȘtre prĂȘt Ă  mourir Ă  votre ennemi pour accĂ©der aux bĂ©nĂ©dictions de Dieu. Samson Ă©tait disposĂ© Ă  payer le prix pour recevoir de nouveau la puissance de Dieu sur lui. Il Ă©tait disposĂ© Ă  le faire. L’ĂȘtes-vous?
E-186 Etes-vous disposĂ© Ă  sacrifier vos programmes de tĂ©lĂ©vision? Et, vous savez, c’était tout autant mauvais pour nous d’aller au cinĂ©ma. Mais maintenant le diable en a mis un sur vous, il a introduit cela en plein dans votre maison. C’est juste. Voyez-vous?
E-187 J’avais l’habitude d’aller voir un vieux prĂ©dicateur mĂ©thodiste qui chantait un cantique: Nous avons laissĂ© tomber les barriĂšres, nous avons laissĂ© tomber les barriĂšres. Nous avons fait des compromis avec le pĂ©chĂ©; Nous avons laissĂ© tomber les barriĂšres, les brebis sont sorties, Mais comment les chĂšvres sont-elles entrĂ©es? Voyez-vous?
Vous avez laissĂ© tomber les barriĂšres; c’est tout.
E-188 Oh, j’entends quelqu’un dire: «Maintenant, attendez une minute, FrĂšre Branham, nous avons des rĂ©veils.» Ouais, et c’est quoi? Un rĂ©veil dĂ©nominationnel. C’est juste. ConsidĂ©rez votre moralitĂ© et vos diffĂ©rends. Est-ce lĂ  un rĂ©veil? Est-ce lĂ  un temps de changement? Est-ce lĂ  le temps oĂč tout le monde peut se mettre ensemble et communier? Si votre organisation est lĂ - dedans, c’est trĂšs bien. On s’éloigne constamment de la Parole, c’est juste, on Ă©tablit de nouveaux Ă©vĂȘques et tout. Voyez-vous?
E-189 Samson savait que son Ă©tat prĂ©sent de rĂ©trograde ne pouvait pas produire la force pour le dĂ©fi de l’heure.
E-190 Hommes, femmes, mes frĂšres et soeurs, permettez-moi de dire ceci: L’église dans sa condition dĂ©nominationnelle prĂ©sente ne peut pas produire la force pour dĂ©fier le temps, pour ainsi dire. Les hommes et les femmes ont besoin de Dieu, des coeurs sincĂšres. Et vous pourriez quitter les–les unitaires pour aller chez les binitaires; vous pourriez quitter les binitaires pour aller chez les trinitaires; et vous pourriez faire tout ceci et cela; vous ne faites que traĂźner un papier, ou plutĂŽt–ou plutĂŽt trotter d’une mission Ă  l’autre, ou–ou agir comme je ne sais quoi: un gosse. C’est juste. Vous ne l’obtenez pas comme cela. Notre force rĂ©trograde ne peut pas relever le dĂ©fi de cette heure. Les dĂ©nominations n’acceptent pas la confirmation de la Parole.
E-191 Comme j’ai essayĂ© de vous le dire hier soir, quand JĂ©sus-Christ a promis ceci pour les derniers jours... Il a promis que cela serait ici, et vous le savez par la Bible. Et pendant quinze ans, Ă  travers la nation, les gens deviennent pires tout le temps. C’est juste. Voyez, ils n’en veulent pas.
E-192 Ils disent: «Eh bien, il s’associe maintenant aux unitaires», ou bien «Il s’associe aux trinitaires. Il fait ceci, cela.» Nous nous associons Ă  Christ, allons dans chaque organisation, essayant...
E-193 Mais Dieu veille Ă  cela, pour qu’ils voient la chose. Et les vrais croyants sont comme la petite prostituĂ©e d’hier soir; dĂšs que cela a brillĂ© sur son sentier ainsi que sur cette semence de Vie qui reposait lĂ , elle a cru Cela. C’était tout; cela a tout de suite allumĂ© le feu, alors qu’il y avait lĂ  des milliers de gens qui s’en moquaient, mais pas elle. Elle reconnut que c’était lĂ  le Messie. Elle savait que c’était la promesse, que lorsqu’Il viendrait, Il ferait cela.
E-194 Je me demande si seulement nous savions la mĂȘme chose, ou si nous sommes tellement absorbĂ©s par notre organisation qu’on nous interdit mĂȘme d’y jeter un coup d’oeil. Je me demande si vous ne regardez pas les–les magazines et les photos, et la souillure du monde au lieu de lire votre Bible comme vous le devriez. «L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.»
E-195 Nos enfants, nos garçons sont devenus une bande de petits Rickies et Rickettas (vous savez que c’est vrai), une bande de pilotes des voitures de course et tout comme cela. Et oĂč trouvez-vous le jeune pentecĂŽtiste? A bord de sa voiture de course, sur la rue. OĂč trouvez-vous la soeur? LĂ  quelque part au centre rĂ©crĂ©atif, dansant du rock’n’roll? OĂč trouvez-vous papa et maman? Papa est allĂ© jouer au golf, ou quelque part comme cela, et maman Ă  une partie de couture, d’une certaine loge dont elle est membre, quelque chose de ce genre. Alors que cela devrait ĂȘtre un foyer rĂ©uni sous la conduite du Saint-Esprit avec la Bible de nouveau lĂ . C’est lĂ  que nous avons Ă©tĂ© entraĂźnĂ©s. Ce n’est pas pour critiquer, mais c’est juste pour vous secouer un peu, voyez-vous, afin que vous compreniez.
E-196 Tout le temps, et, (Oh! je dois terminer.) les Philistins n’ont pas du tout remarquĂ© ce qui se passait. Quelque chose se passait; en effet, quelque chose a commencĂ© Ă  se mouvoir dans le coeur de Samson: «Il y a une possibilitĂ©.» Il a palpĂ© derriĂšre pour voir si la chose Ă©tait toujours lĂ .
E-197 Certaines femmes passent par des moments difficiles maintenant, vous savez, elles Ă©taient censĂ©es avoir cela. Mais voyez si Sa promesse est toujours lĂ , voyez s’Il a toujours rendu... Palpez simplement derriĂšre et voyez s’Il n’est pas le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement.
E-198 Il a palpĂ© cela. Il savait qu’il y avait quelque chose. Il a levĂ© la tĂȘte. Il n’avait pas d’yeux. Ils n’ont pas remarquĂ© les larmes couler de ces orbites vides, d’oĂč les glandes faisaient tomber les larmes. Sa tĂȘte relevĂ©e, ses lĂšvres bougeant lentement, les larmes tombant de ces orbites sans yeux, il se repentait. Il savait que JĂ©hovah Ă©tait toujours vivant. MĂȘme s’il avait mal agi, il savait qu’Il Ă©tait toujours Dieu, les larmes tombaient de ses joues alors qu’il Ă©tait lĂ . Les Philistins Ă©taient trop ivres pour voir cela.
E-199 Si les membres de votre Ă©glise, vos collĂšgues de l’église ne voient pas cela, continuez simplement Ă  prier. Il voulait voir une fois de plus la Parole de Dieu rendue manifeste devant cette bande de paĂŻens aveuglĂ©s et ivres, des incroyants. Si c’est lĂ  la soif de l’église aujourd’hui de voir une fois de plus ce rĂ©veil Ă  l’ancienne mode, envoyĂ© de Dieu, de la chaire jusqu’au concierge, un nettoyage Ă  l’ancienne mode, un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode avec la puissance de Dieu, un–un Évangile qui nettoie entiĂšrement l’homme de l’intĂ©rieur Ă  l’extĂ©rieur, une religion qui tue, qui tue le pĂ©chĂ©, au ciel bleu, des bois, Ă  l’ancienne mode, droite comme un canon de fusil, qui ĂŽte de vous tout ce qui est de Hollywood... ceux qui sont intĂ©ressĂ©s.
E-200 Il Ă©tait lĂ , en priĂšre. Il ne s’agit donc pas d’une nouvelle dĂ©nomination, d’un nouveau credo, mais d’une confirmation de la Parole. «Seigneur, autrefois Tu Ă©tais sur moi, autrefois Tu me donnais la force. Si seulement j’avais cette force; j’ai des muscles, mais ils sont faibles.»
E-201 Nous avons des membres, mais ils sont faibles. Ils aiment les choses du monde plus qu’ils n’aiment les choses... Vous dites: «Non.» Oh? Jetez un coup d’oeil sur les Ă©glises et voyez. Ne cherchez pas Ă  nier cela. Vos actes sont plus Ă©loquents que vos paroles. Oh, ouais, vous avez plus de membres, de plus gros muscles, mais oĂč est la force du Seigneur? Vos gros muscles ne relĂšveront pas le dĂ©fi de cette heure, la foi de l’enlĂšvement pour faire sortir l’Église de cette chose avant que le jugement ne frappe la terre.
E-202 Et le jugement est sur le point de frapper, je dirai, comme l’a dit mon frĂšre Jack Moore, si Dieu laisse l’AmĂ©rique s’en tirer avec les choses qu’elle fait maintenant, Il sera moralement obligĂ© de ressusciter Sodome et Gomorrhe et de leur prĂ©senter des excuses pour les avoir brĂ»lĂ©es. C’est juste. Le jugement est proche.
E-203 Ô Dieu, fais sortir de moi tout ce qui est du monde. Donne-moi la foi, ĂŽ Seigneur, pour l’enlĂšvement. En effet, de deux qui seront dans un lit, l’un sera pris, l’autre laissĂ©. De deux qui seront assis sur le–le siĂšge d’une auto, l’un sera pris, et l’autre sera laissĂ©. Cela va arriver en un instant.
E-204 Vous dites: «FrÚre Branham, quand cela arrivera-t-il?»
E-205 Il se pourrait que vous critiquiez ceci. Serait-ce bon de le dire? [Un prĂ©dicateur dit: «Allez-y, dites-le, frĂšre.»–N.D.E.] Permettez que je dise un petit quelque chose ici. Un jour vous vous en rendrez compte. Vous direz alors: «Oh! on m’avait enseignĂ© que telle et telle chose vont arriver avant que le Seigneur vienne. Il y aura une pĂ©riode de grande tribulation, et nous la traverserons.» Voyez-vous, voyez-vous?
E-206 Vous savez, une fois on a posĂ© Ă  JĂ©sus une question. On Lui a demandĂ©: «Pourquoi les scribes disent-ils qu’Elie doit venir premiĂšrement?»
Et JĂ©sus a dit: «Je vous le dis, il est dĂ©jĂ  venu et vous ne l’avez pas su.»
E-207 Un de ces jours vous direz: «Eh bien, je pensais que l’Église allait partir, devait faire ceci cela. Je pensais qu’il y aurait un enlĂšvement. Je pensais...»
E-208 Voyez-vous, ce sera un enlĂšvement secret. S’Il en prend un ici Ă  Hot Springs, et un ailleurs, et un lĂ -bas, un autre lĂ , ça fera littĂ©ralement des millions, ceux qui ressusciteront de la terre. Et il y a au moins cinq cents personnes, chaque jour, qui disparaissent sur la terre, et on ne sait mĂȘme pas oĂč ils sont partis. Voyez-vous, l’enlĂšvement sera fait de tous ceux qui dorment dans la poussiĂšre de la terre, qui sont en ordre avec Dieu.
E-209 Les gens diront: «Eh bien, je pensais qu’un enlĂšvement devait avoir lieu.»
«Il s’est dĂ©jĂ  produit, et vous ne l’avez pas su. Vous ĂȘtes restĂ©.» Voyez-vous?
«Eh bien, tout va...» Certainement.
E-210 C’est une venue secrĂšte, ainsi sera l’enlĂšvement; Il vient pour dĂ©rober. C’est comme ce livre que j’ai lu l’autre fois sur (Qu’était-ce encore?) Juliette et RomĂ©o. Il est venu la nuit lorsque les gens dormaient dans la mondanitĂ©, et l’église est complĂštement dans la mondanitĂ©. Et tout Ă  coup, le cri a retenti, et ils sont partis.
E-211 Et, Ă©coutez, vous avez entendu tant de fois dire chez les Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens, les Hommes du Plein Évangile: «Oh, vous savez, le RĂ©vĂ©rend saint-pĂšre Untel... Les presbytĂ©riens commencent Ă  recevoir le Saint-Esprit. Les luthĂ©riens commencent Ă  recevoir le Saint-Esprit.»
E-212 Vous, bande de gens endormis, vous ne savez pas que JĂ©sus a dit que lorsque cette vierge endormie est allĂ©e acheter de l’huile, c’est exactement Ă  ce moment-lĂ  que l’Epoux est venu et que l’autre est entrĂ©e? Rappelez-vous, elles n’ont pas trouvĂ© cela. Est-ce juste? Comme l’a dit Booth-Clibborn: «Hein?» Il se peut qu’elles aient eu des Ă©motions, mais en rĂ©alitĂ© elles n’ont pas obtenu la Chose. Quand elles sont allĂ©es acheter de l’huile, c’était trop tard.»
E-213 Et les voici ici maintenant, les presbytĂ©riens, les luthĂ©riens; regardez cette «Voix» des Hommes d’Affaires du Plein Évangile, et cette bande de petits enfants pentecĂŽtistes, avec ces frĂšres dĂ©nominationnels, qui pensent que ça c’est quelque chose de grand. Vous pourriez demander un jour: «Eh bien, c’est ce que je pensais.»
E-214 «C’est dĂ©jĂ  passĂ©, et vous ne l’avez pas su.» Permettez que je m’arrĂȘte lĂ , parce que je–je ne suis pas ici pour prĂȘcher la doctrine.
E-215 Mais, les possibilitĂ©s! Ne prenez pas ce risque? Voici le jour. Voici l’heure. Il y a maintenant mĂȘme une possibilitĂ©, peut-ĂȘtre pas Ă  17 heures. Il y a une possibilitĂ©. «Seigneur, je sais que Tu es Dieu. Je sais que Tu l’es. Je suis loin de Toi. Mais je sais que ces fibres qui sont miennes vibraient autrefois de la puissance de Dieu. Je connais les choses dont je me soucie aujourd’hui, je prĂ©tends ĂȘtre pentecĂŽtiste»; les femmes: «Je coupe mes cheveux»; les hommes: «Je fais ceci cela.»
E-216 Et vous les hommes qui laissez vos femmes porter ces shorts et faire ces choses, pour vous dire ensuite fils de Dieu, honte Ă  vous!
E-217 Je suis allĂ© Ă  une certaine grande Ă©glise dĂ©nominationnelle, il n’y a pas longtemps, Ă  une... Ils tenaient une rĂ©union, et je suis allĂ© leur rendre visite. Et le pasteur m’a amenĂ© dehors, et il avait l’intention de me prĂ©senter Ă  sa femme. Elle Ă©tait la pianiste. Et cette femme portait une robe si serrĂ©e que sa peau Ă©tait presque Ă  dĂ©couvert. Elle Ă©tait maquillĂ©e et portait toutes sortes de trucs aux oreilles.
E-218 Et j’ai dit: «FrĂšre, vous voulez dire que votre–votre femme est une sainte?»
Il a dit: «Certainement.»
E-219 J’ai dit: «Elle ne m’en donne pas l’air.» J’ai dit: «Je n’en ai jamais vu de pareille au nom de la PentecĂŽte et de la saintetĂ©.»
E-220 Oh, frĂšre, nous avons besoin d’un nettoyage, de la chaire au sous-sol. Et un de ces jours... Vous dites: «Je suis pentecĂŽtiste.» Pour Dieu, cela ne signifie pas plus que d’ĂȘtre un cochon. Cela n’a rien Ă  voir avec Christ. Ce n’est qu’un nom. Vous devez ĂȘtre pentecĂŽtiste dans votre coeur, les fruits de l’Esprit.
E-221 Remarquez. Oh! la la! Il Ă©tait conscient de ce qui allait arriver, si Dieu exauçait sa priĂšre. Êtes-vous conscient? Êtes-vous conscient que cette organisation va vous excommunier? Vous rendez-vous compte que vous allez maintenant sortir carrĂ©ment de la fĂ©dĂ©ration des Ă©glises, et ces choses par lesquelles vous allez passer? Vous rendez-vous compte de ce que cela va vous coĂ»ter? Vous savez que ces femmes avec qui vous jouez aux cartes vont vous traiter de dĂ©modĂ©e et de toutes sortes d’histoires? Puisque vous ne voulez pas laisser vos enfants porter des shorts, et que vous faites ces choses, savez-vous ce que cela va vous coĂ»ter?
E-222 Vous feriez mieux de considĂ©rer cela avant de commencer. Voyez-vous? Vous feriez mieux d’y rĂ©flĂ©chir. Ouais! Vous feriez mieux–vous feriez mieux d’en parler d’abord Ă  Dieu avant de commencer.
E-223 Il le savait, si sa priĂšre Ă©tait exaucĂ©e; mais il Ă©tait prĂȘt, et il Ă©tait sincĂšre.
E-224 Si seulement l’église peut en arriver Ă  ce point-lĂ . Si vous ĂȘtes prĂȘt maintenant mĂȘme, si vous ĂȘtes sincĂšre, si rĂ©ellement vous parlez sĂ©rieusement, si vos yeux sont ouverts Ă  ce que j’essaie de vous dire indirectement, si vous ĂȘtes sincĂšre, alors dites: «Seigneur, peu m’importe ce que c’est, je suis prĂȘt. Je vois le signe. Je sais qu’il est plus tard que nous ne le pensons. C’est le temps de venir.»
E-225 Alors Samson a criĂ©: «Seigneur, ils m’ont crevĂ© les yeux. Je sais que Tu es Dieu. Je sais que Tu as le pouvoir de le faire. Je sais que Tu peux me libĂ©rer de ces liens. Encore une fois, Seigneur, encore une fois.»
E-226 Encore une fois, Seigneur, encore une fois. Qu’il y ait une rĂ©union en plein air sur le flanc d’une colline, comme il y en avait eu sur la colline dans la chambre haute. Qu’un bruit vienne du ciel, comme celui d’un vent impĂ©tueux, qu’il remplisse toute la maison, l’évidence visible du Christ ressuscitĂ©.
E-227 «Encore une fois, Seigneur, encore une fois», a-t-il crié. Comme il criait avec sincérité, se tenant là, avec ses yeux aveuglés: «Je connais le prix, Seigneur, mais encore une fois.»
E-228 Dieu rĂ©pond Ă  la priĂšre. Il a senti les fibres se tendre. Ses muscles ont commencĂ© Ă  se raviver. La force de ses jambes a commencĂ© Ă  revenir. Il a dit au petit garçon: «Conduis-moi maintenant jusqu’au pilier.»
E-229 «Conduis-moi, Seigneur, conduis-moi. Conduis-moi jusqu’au pilier, au Calvaire. Conduis-moi jusqu’au pilier oĂč je peux ĂȘtre crucifiĂ©, jusqu’à ce que ma vieille vie mondaine disparaisse d’ici, et tout ce que je suis. Conduis-moi jusqu’au pilier, Seigneur.»
E-230 Lorsqu’il a commencĂ© Ă  sentir ces muscles se tendre par la puissance de Dieu, il n’avait pas besoin de voir ce qui se passait, il sentait ce qui se passait. Il se mit Ă  tordre ses Ă©paules, et alors le bĂątiment s’écroula. Il vainquit ce jour-lĂ ; il tua plus de Philistins que tous les jours de sa vie.
E-231 Mes amis, il y a une possibilitĂ© pour que cette Ă©glise dans cet Ă©tat... Eh bien, j’ai lĂ  Ă  peu prĂšs trois ou quatre pages de notes que je vais laisser tomber. Il y a une possibilitĂ©, il y a une possibilitĂ© juste ici dans cette rĂ©union en plein air. Il y a une possibilitĂ© juste ici en ce moment. Il y a une possibilitĂ©, si nous sommes prĂȘts Ă  payer le prix, nous pouvons voir se produire un autre Actes 2.
E-232 «Encore une fois, Seigneur. Nous avons gĂąchĂ© cela. Nous nous sommes organisĂ©s. Nous avons brisĂ© notre fraternitĂ©. Nous avons brisĂ© notre communion fraternelle. Nous avons amenĂ© un petit groupe par ici. Nous nous battons les uns contre les autres, et le diable se tient Ă  l’écart, nous regardant nous fouetter les uns les autres. Seigneur, est-ce possible qu’une fois encore tous les 120 que nous sommes puissent ĂȘtre d’un mĂȘme accord et dans un mĂȘme lieu? Est-ce possible que du ciel vienne un bruit semblable Ă  un vent impĂ©tueux? Encore une fois, Seigneur, encore une fois.»
E-233 Levons-nous et disons: «Encore une fois, Seigneur. Encore une fois, Seigneur.»
E-234 Ô Seigneur Dieu, Ă©coute-moi, Seigneur. Encore une fois, Seigneur. Envoie encore une fois l’Esprit sur cette rĂ©union en plein air avec puissance et gloire.

En haut