ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication L’ACCUSATION / 63-0707M / JEFFERSONVILLE IN // VGR 2 hours and 42 minutes PDF MP3 low MP3 HQ

L’ACCUSATION

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Merci, FrĂšre Neville. Restons debout un instant maintenant, pour prier. Inclinons la tĂȘte. Y aurait-il des demandes que vous voudriez exprimer, si vous voulez bien les signifier par une main levĂ©e, dites simplement Ă  Dieu : “Je–je...”? Ayez prĂ©sent Ă  l’esprit ce que–ce que vous voulez Lui demander, et croyez-le de tout votre coeur, pendant que moi aussi, j’offre ma priĂšre pour vous.
E-2 PĂšre CĂ©leste, nous sommes... considĂ©rons vraiment ceci comme un trĂšs grand privilĂšge, de venir Ă  la maison du Seigneur en cette journĂ©e sombre, et–et d’y voir briller la LumiĂšre du Fils de Dieu, et d’entendre le Saint-Esprit chanter Ă  travers les gens et parler Ă  travers les gens, c’est tout simplement un–un petit faisceau de la LumiĂšre du Fils, Ă  l’intĂ©rieur. Nous Te remercions pour ceci : la LumiĂšre CĂ©leste du Fils, qui enveloppe nos coeurs. Combien nous T’en remercions! Maintenant, ils...
E-3 Ton peuple vient de lever la main, dans cette assemblĂ©e, pour indiquer qu’ils ont des demandes, et qu’ils dĂ©sirent que Tu les exauces, ce matin. Je Te prie, PĂšre, d’accorder chacune de leurs demandes. Il y en a beaucoup, empilĂ©es sur la chaire, et il y a tant de demandes, partout : des gens qui sont malades, qui souffrent; des appels longue distance, une cinquantaine par jour. Ô Dieu, que devons-nous faire? Conduis-nous, Seigneur. Nous–nous ne savons pas quelle direction il faut prendre, ni ce qu’il faut faire, mais Toi, Tu peux diriger ces choses, aussi nous Te prions de nous accorder cela. En effet, notre intention, Seigneur, c’est–c’est que cette vie, que nous avons sur terre, elle nous a Ă©tĂ© donnĂ©e par Toi, alors nous voulons l’utiliser pour T’honorer. Maintenant guide-nous dans ces choses, PĂšre.
E-4 BĂ©nis-nous aujourd’hui, alors que nous nous sommes assemblĂ©s pour Ă©couter la Parole du Seigneur, pour chanter les cantiques, pour prier. Exauce nos priĂšres. RĂ©jouis-Toi avec nous dans nos cantiques, et parle-nous Ă  travers la Parole, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.
E-5 Je ne connais vraiment pas d’endroit oĂč j’estimerais que j’ai un plus grand privilĂšge, que de me tenir en–en chaire, afin de rompre le Pain de Vie pour un peuple dans l’attente, affamĂ© et assoiffĂ©. Ceci est un grand privilĂšge.
E-6 D’abord, je voudrais demander si–si quelqu’un de la famille Wright est ici, Hattie ou Orville, ou quelqu’un? Hattie. Est-ce qu’Orville est avec toi, Hattie? Eh bien, demande-lui de passer Ă  la maison, tout de suite aprĂšs, au sujet de ce dont je lui ai parlĂ©, tu sais. Qu’il fasse un saut Ă  la maison, si possible. J’ai oubliĂ© d’apporter ça avec moi, ce matin : quelque chose pour le petit chien qu’ils ont lĂ -bas. Alors je–je... Si vous le voulez bien, passez donc tout de suite Ă  la maison, quand vous prendrez la route pour–pour votre ser-... aprĂšs le service.
E-7 Maintenant, Édith, la soeur de Hattie, que nous connaissons comme la jeune fille qui est infirme depuis qu’elle est toute–toute petite. Maintenant elle est une femme, et elle est trĂšs mal en point. Bon, je, il y a environ un an, je suis allĂ© lĂ -bas, au moment oĂč elle a fait sa premiĂšre crise, et j’ai tout de suite dĂ©couvert quel Ă©tait son problĂšme, avec l’aide et la grĂące de Dieu. Maintenant, en rĂ©alitĂ©, le problĂšme chez cette enfant...
E-8 Elle est assise lĂ , ses membres sont comme soudĂ©s, elle ne peut mĂȘme pas les ouvrir, et c’est dĂ» Ă  la pression Ă©norme exercĂ©e sur le–le systĂšme nerveux. Mais ce qu’il y a, physiquement, il n’y a rien qui ne va pas chez cette enfant, Ă  part l’affliction de la paralysie infantile dont elle est atteinte depuis l’ñge d’environ six mois. Elle a poussĂ© des cris et elle a pleurĂ© presque toute sa vie, jusqu’à ce que... Nous avons priĂ© pour elle, il y a bien des annĂ©es, et–et aprĂšs ça elle a toujours Ă©tĂ© heureuse, jusqu’à il y a environ un an.
E-9 Et maintenant ce qu’il y a, en rĂ©alitĂ©, c’est la mĂ©nopause. En d’autres termes, c’est son retour d’ñge, et ses nerfs sont dans un Ă©tat terrible. La jeune femme s’imagine qu’elle est en train de mourir, que d’une heure Ă  l’autre, elle–elle ne va plus vivre. Et, vous savez. Des femmes qui sont robustes et en bonne santĂ© traversent une pĂ©riode terrible, parfois elles sont obligĂ©es de recevoir des injections d’hormones, et–et d’aller Ă  l’hĂŽpital psychiatrique, de recevoir des Ă©lectrochocs et tout, pendant cette pĂ©riode-lĂ . L’ĂȘtre humain traverse deux pĂ©riodes de changement dans sa vie.
E-10 On a la pĂ©riode de changement, pour passer d’un garçon Ă  un–un homme; pour passer d’une femme... d’une jeune fille Ă  une femme. Vers l’ñge de seize, dix-sept ans, ils sont comme une bande d’étourdis. Et–et si vous pouvez simplement ĂȘtre patients avec eux pendant qu’ils sont Ă  cet Ăąge-lĂ . J’ai une fille qui est Ă  cet Ăąge-lĂ  en ce moment : RĂ©becca. Priez pour elle. Et, Billy, oh, chacun de nous, nous traversons cette petite pĂ©riode de turbulence Ă  cet Ăąge-lĂ . Et–et alors, il faut ĂȘtre patients avec eux, comprenant que c’est quelque chose que–qu’ils–qu’ils doivent traverser.
E-11 Et maintenant Édith, elle passe tout simplement par ce changement des–des–des sept ans. Tous les sept ans, votre vie change. LĂ  c’est sept fois sept, voyez-vous, et–et alors c’est ce qui rend les choses un peu difficiles, c’est un changement complet. Et–et ça perturbe les femmes. En gĂ©nĂ©ral, les hommes ont un drĂŽle de comportement, un peu bizarre, pendant cette pĂ©riode-lĂ , et parfois ils quittent leur femme. Mais, quant aux femmes, elles ne sont–sont plus fertiles aprĂšs ça. Tous, nous passons par lĂ , et nous devons nous rappeler que ce sont des choses oĂč nous devons exercer notre patience les uns avec les autres, et comprendre ces choses.
E-12 La petite Édith s’est retrouvĂ©e dans cet Ă©tat-lĂ , elle a perdu beaucoup de poids, et elle a mauvaise mine. Et–et–et, tenez, un soir, pas tous ensemble, mais allez donc faire un tour lĂ -bas... Ils restent Ă  son chevet jour et nuit. Allez faire un–un tour lĂ -bas, vous de ce tabernacle, et–et des autres tabernacles, des–des tabernacles frĂšres, ici, quelques-uns d’entre vous, allez voir la famille Wright. Je suis sĂ»r qu’ils apprĂ©cieraient ça. Allez donc lĂ -bas, vous asseoir avec eux pendant un petit moment, causer avec eux, leur serrer la main, et, juste une petite visite amicale, c’est tout.
E-13 Nous–nous oublions ça si facilement, vous savez. Quand c’est dans notre propre foyer que ça arrive, alors nous l’apprĂ©cions. Et nous devons nous rappeler que les autres aussi, ils l’apprĂ©cient. Et la famille Wright, je suis sĂ»r qu’ils apprĂ©cieraient ça. Je–je sais que vous l’auriez fait, si vous aviez su que cette situation existait. Mais vous ne le saviez pas, alors c’est–c’est pourquoi je vous en parle, ce matin, pour cette raison.
E-14 Allez rendre visite Ă  la famille Wright, et essayez d’égayer Édith. Bon, ne lui dites pas qu’elle a mauvaise mine. Dites-lui qu’elle “a bonne mine”, qu’elle “va se rĂ©tablir”. Et effectivement, elle va se rĂ©tablir, si nous continuons simplement Ă  la soutenir. Nous sommes lĂ  pour ça. Elle est notre soeur, et–et nous sommes lĂ  pour soutenir cette enfant pendant ces moments qu’elle traverse. Tout comme moi, j’aimerais que quelqu’un me soutienne et prie pour moi pendant que je traverse mes Ă©preuves, et vous aussi, vous aimeriez que quelqu’un le fasse pendant que vous traversez les vĂŽtres.
E-15 Et–et la famille Wright est lĂ  de–de longue... ils sont parmi les membres les plus anciens qui frĂ©quentent cette assemblĂ©e. Il y a eux, je pense, et FrĂšre Roy Slaughter et Soeur Slaughter. Je les ai vus, il y a quelques instants, je les ai saluĂ©s de la main, pendant qu’ils entraient. Je me suis dit en moi-mĂȘme, en tournant le coin en voiture : “Ça fait combien d’annĂ©es que je vois FrĂšre et Soeur Slaughter venir s’asseoir dans cette Ă©glise, malgrĂ© les hauts et les bas, ils continuent Ă  avancer?” Et la famille Wright, et tous ces gens-lĂ , on les apprĂ©cie, voyez-vous. Alors, montrons-leur combien nous les apprĂ©cions.
E-16 Maintenant, aujourd’hui j’ai un Message long. Le sujet, c’est une accusation.
E-17 Et–et puis, ce soir, on m’a dit qu’il y aurait la communion et le lavage des pieds, et tout. Alors, le pasteur va prĂȘcher, et nous allons... nous viendrons. Si vous–si vous ĂȘtes dans les parages, venez passer des moments agrĂ©ables Ă  Ă©couter le–le message que le pasteur nous transmettra de la part du Seigneur, et puis aussi Ă  participer au lavage des pieds et Ă  la–et Ă  la communion, ce soir. Ce sera vraiment une soirĂ©e bien remplie; alors, si vous n’avez pas d’autre endroit oĂč aller, nous serions contents que vous soyez parmi nous.
E-18 Et nous voulons montrer que nous apprĂ©cions Don Ruddell, et–et, notre frĂšre, et FrĂšre Jackson. Et–et ces frĂšres, ce sont nos Ă©glises fraternelles, nos Ă©glises soeurs, qui nous sont associĂ©es. FrĂšre Jack Palmer, ici, qui s’occupe du–du groupe qui est en GĂ©orgie. Nous–nous–nous voulons montrer que nous apprĂ©cions ces hommes-lĂ , de tout notre coeur. En effet, les fois oĂč nous faisons des rĂ©unions, quand je suis lĂ , alors ils–ils viennent nous rendre visite, et nous apprĂ©cions ça.
E-19 Ce matin, je vois mon bon ami, le docteur Lee Vayle, et sa femme. J’ai d’abord reconnu Soeur Vayle, lĂ -bas, et je promenais le regard pour voir oĂč Ă©tait FrĂšre Lee. Et j’ai un, – selon notre vieille expression du sud, – “un compte Ă  rĂ©gler avec lui”, voyez-vous, quand je l’aurai attrapĂ©. Chaque jour, Ă  la convention lĂ -bas, je cherchais Ă  le voir pour qu’il vienne m’aider. Et je disais : “Eh bien, si Lee se prĂ©sente, faites-le prĂȘcher, et moi je m’occuperai simplement de prier pour les malades.” Nous l’avons fait appeler, et tout, mais nous n’avons jamais rĂ©ussi Ă  le trouver. Alors, je–je, j’ai ça, ce compte-lĂ  Ă  rĂ©gler avec lui, quand je pourrai causer avec lui. Et, nous sommes heureux que FrĂšre et Soeur Vayle soient ici ce matin.
E-20 Il y en a peut-ĂȘtre beaucoup d’autres ici, nous n’en savons rien. Je vois une soeur, ici, qui est de Chicago, je crois. Je n’arrive pas... Je connais ce groupe-ci, mais je n’arrive pas Ă  tous les nommer. Alors nous–nous apprĂ©cions les gens de partout, d’oĂč que vous soyez.
E-21 Je vois les frĂšres, ici, deux jeunes hommes qui doivent ĂȘtre ordonnĂ©s (jeunes dans le ministĂšre, du moins) ce matin. Deux de nos frĂšres de couleur de New York, qui viennent de recevoir leurs papiers par l’entremise de l’église de Philadelphie, et ils dĂ©clarent que c’est de cette Ă©glise-ci qu’ils viennent. Alors nous allons leur imposer les mains, afin que Dieu bĂ©nisse leur ministĂšre Ă  New York. Nous avons deux ou trois petites Ă©glises lĂ -bas, je crois. FrĂšre Milano est responsable de l’un des petits groupes, lĂ -bas, et nous sommes... nous les apprĂ©cions. Et–et en voici maintenant deux autres qui vont aller, qui vont faire des rĂ©unions pour les gens de lĂ -bas. Et nous–nous apprĂ©cions ces choses-lĂ .
E-22 Que le Seigneur vous bĂ©nisse abondamment. Il y a tellement de gens; je promĂšne le regard et j’en vois plusieurs, je n’arrive pas Ă  tous les nommer, mais je sais qu’Il comprend.
E-23 Maintenant, je crois, si notre soeur, si la pianiste ou quelqu’un d’autre veut bien venir jouer pour nous. Quand la pierre ardente toucha le prophĂšte, Le rendant aussi pur qu’on puisse l’ĂȘtre, Quand la Parole de... la Voix de Dieu dit : “Qui marchera pour nous?” Il rĂ©pondit : “Me voici, envoie-moi.”
E-24 Alors que nous ordonnons ces ministres par l’imposition des mains. Bon, nous comprenons bien que la maniĂšre Scripturaire d’ordonner un ministre, c’est par l’imposition des mains. Je pense que c’est lĂ  que nos frĂšres de la DerniĂšre Pluie, ou ceux de Battleford, et tout, se sont embrouillĂ©s; c’est quand ils ont vu l’imposition des mains comme un moyen de communiquer des dons spirituels. Or, nous ne croyons pas que les dons sont confĂ©rĂ©s par l’imposition des mains. Nous croyons qu’un... que l’imposition des mains, c’est une approbation de ce que nous avons dĂ©jĂ  constatĂ©. Voyez? C’est un “amen”. Voyez?
E-25 Or, quand on a imposĂ© les mains Ă  TimothĂ©e, et Ă  ces frĂšres, c’est qu’on avait remarquĂ© que le don Ă©tait dans ces hommes. Vous vous souvenez : “Ranime ce don qui a Ă©tĂ© en toi, que tu tiens de ton aĂŻeule LoĂŻs.” Et, c’est ce qu’ils avaient vu en TimothĂ©e, c’est pourquoi les anciens lui ont imposĂ© les mains et l’ont ordonnĂ©. Il ne s’agit pas d’imposer les mains Ă  un homme en qui rien ne s’est manifestĂ© jusque-lĂ , voyez-vous. Et ils ont demandĂ© les bĂ©nĂ©dictions, tout simplement. Et c’est ce que nous croyons tous. Donc, nous ne communiquons pas les dons spirituels; nous ne faisons que reconnaĂźtre leur prĂ©sence, et nous imposons les mains Ă  ces gens, en guise d’approbation, comme quoi nous croyons que Dieu a fait ces choses pour les gens.
E-26 J’ai remarquĂ©, ce matin, tout au fond, le frĂšre McKinney, de... je crois que c’est Kinney ou McKinney, le ministre mĂ©thodiste qui est assis lĂ -bas, qui lui aussi a Ă©tĂ© ordonnĂ© derniĂšrement ici, je crois que c’est bien ça, Ă  cette estrade; afin d’apporter la Parole, lĂ -bas dans l’Ohio, avec FrĂšre et Soeur Dauch, et le groupe de l’Ohio.
E-27 Oh, quand nous nous assemblons tous, ces petits lieux qui se rĂ©unissent, c’est formidable. Aucune dĂ©nomination, aucune attache du tout, si ce n’est JĂ©sus-Christ, Lui seul, voyez-vous; simplement “assis ensemble dans les lieux CĂ©lestes”.
E-28 TrĂšs bien, soeur, si vous voulez bien nous donner... Chantons donc ce couplet-ci : “Quand la pierre ardente toucha le prophĂšte.” Chantons-le en choeur maintenant. Quand la pierre ardente toucha le prophĂšte, Le rendant aussi pur qu’on puisse l’ĂȘtre, Quand la Voix de Dieu dit : “Qui marchera pour nous?” Il rĂ©pondit : “Me voici, envoie-moi.” Parle, Seigneur, parle, Seigneur, Maintenant, les frĂšres vont s’avancer; si vous le voulez bien. ...et je Te rĂ©pondrai aus-...
E-29 Que les autres frĂšres dans le ministĂšre s’avancent, s’ils le veulent bien, ceux qui vont leur imposer les mains. “...Seigneur...” Les associĂ©s de ce tabernacle, FrĂšre Ruddell, FrĂšre Lamb et les autres. Juste ici, si vous le voulez bien. ...et je Te rĂ©pondrai : “Envoie-moi.” Lentement maintenant, s’il vous plaĂźt. Oh, des millions se meurent dans le pĂ©chĂ©, Entendez leurs cris tristes et amers! DĂ©pĂȘchez-vous, frĂšres, allez vite Ă  leur secours! Oh, rĂ©pondez-Lui : “MaĂźtre, me voici!” Parle, Seigneur, parle, Seigneur, Et je Te rĂ©pondrai aussitĂŽt! Parle, Seigneur, parle, Seigneur! Et je Te rĂ©pondrai : “Envoie-moi.”
E-30 Comment vous appelez-vous, frùre? [Le frùre dit : “Orlando Hunt.”–N.D.É.] Frùre Orlando Hunt, de New York. C’est bien ça? Et Frùre... [L’autre frùre dit : “Joseph Coleman.”] Joseph Coleman. Maintenant, si vous voulez bien vous tourner vers l’auditoire, mes frùres.
E-31 Le frĂšre Hunt et le frĂšre Coleman, qui ont un appel de Dieu dans leur coeur. Et comme nous venons de chanter le cantique : “Des millions se meurent dans le pĂ©chĂ©.” Ils ont entendu leurs cris tristes et amers. Et nous leur demandons : DĂ©pĂȘchez-vous, frĂšres, allez vite Ă  leur secours! Voyez? RĂ©pondez aussitĂŽt : “MaĂźtre, me voici.” C’est la rĂ©ponse qu’ils font, ce matin.
E-32 Et maintenant nous, comme frĂšres de cette Ă©glise, et de ce groupe, nous donnons notre approbation Ă  ceci, en leur imposant les mains et en leur donnant la main d’association, afin qu’ils soient des tĂ©moins de JĂ©sus-Christ, avec notre appui, ici, comme quoi nous les soutiendrons dans tout ce qui est honorable et juste, dans l’Évangile. Nous prierons continuellement pour ces hommes, que Dieu les utilise pour Son honneur. Et puisse leur ministĂšre ĂȘtre prospĂšre et grand Ă  New York. Puisse leur–leur vie ĂȘtre pleinement Ă  Son service, alors qu’ils rentreront de prĂ©cieuses gerbes dans le Royaume. Puissent-ils avoir une vie longue et heureuse. Puisse le Seigneur Dieu les soutenir par Sa PrĂ©sence perpĂ©tuelle, leur donner la santĂ© et la force, et les garder Ă  Son service jusqu’à ce que JĂ©sus-Christ les appelle Ă  rentrer Ă  leur Demeure Éternelle, dans le repos du Ciel.
E-33 Maintenant, que cette assemblĂ©e... alors que nous inclinons la tĂȘte, et que nous, les ministres, nous nous avançons pour leur imposer les mains.
E-34 Notre PĂšre CĂ©leste, nous imposons les mains Ă  FrĂšre Hunt, au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, car, Ă  notre connaissance, Seigneur, c’est un homme juste. Et nous Te remercions pour cet appel au ministĂšre, dans sa vie. Seigneur, parle Ă  travers ce frĂšre, gagne des Ăąmes, apporte la dĂ©livrance, Seigneur, Ă  ceux qui sont captifs autant par la maladie que–que mentalement, physiquement et spirituellement. Seigneur, donne-lui un ministĂšre vĂ©ritable, afin qu’au bout du chemin, il puisse parcourir du regard ce long sentier derriĂšre lui, et voir qu’il a pu, par la grĂące de Dieu, capturer tous les ennemis. C’est par JĂ©sus-Christ notre Seigneur que nous le demandons. Amen.
E-35 FrĂšre Coleman aussi, nous lui imposons les mains, comme tĂ©moins, Seigneur, pour donner notre approbation Ă  son appel, comme quoi nous, cette Ă©glise, ce groupe de gens, nous croyons qu’il est un serviteur de Christ. Et nous Te demandons de le bĂ©nir et de lui donner un ministĂšre grand et puissant, afin qu’il gagne des Ăąmes Ă  Toi, Seigneur, et dĂ©livre les captifs, et–et brise les pouvoirs de Satan autour de la vie des gens qu’il cĂŽtoiera. Donne-lui, Seigneur, une vie productive, une bonne santĂ© et de la force. Et lui aussi, quand il arrivera au bout du chemin, ĂŽ Dieu, accorde-lui de pouvoir parcourir du regard un long sentier, et de voir que, par la grĂące de JĂ©sus-Christ, il a pu briser toutes les chaĂźnes de l’ennemi, pour l’honneur de Dieu.
E-36 PĂšre CĂ©leste, maintenant puissent ces hommes vivre et travailler vraiment Ă  la moisson de Dieu. Puissent Tes bĂ©nĂ©dictions reposer sur eux, et sois avec eux jusqu’au moment oĂč nous nous rassemblerons tous aux pieds de notre glorieux MaĂźtre. C’est au Nom de JĂ©sus-Christ que nous le demandons. Amen.
E-37 Que Dieu vous bĂ©nisse, FrĂšre Hunt, qu’Il vous donne un ministĂšre fructueux. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre, et qu’Il vous donne un–un ministĂšre fructueux, Ă  vous aussi, FrĂšre Coleman. Que Dieu vous bĂ©nisse. Encore une fois : Quand la pierre ardente toucha le prophĂšte, Le rendant aussi pur qu’on puisse l’ĂȘtre, Quand la Voix de Dieu dit : “Qui marchera pour nous?” Il rĂ©pondit : “Me voici, envoie-moi.” Oh, parle, Sei-... (Puisse-t-Il parler au coeur de beaucoup de jeunes gens.) ...parle, Seigneur, (AppelĂ©s de Dieu!) ...je Te rĂ©pondrai aussitĂŽt! Parle, Seigneur, parle, Seigneur! Et je Te rĂ©pondrai : “Envoie-moi.”
E-38 Combien nous remercions le Seigneur, ce matin, pour le grand honneur qu’a cette Ă©glise d’ĂȘtre tĂ©moin de l’envoi de ministres sur le champ de travail, en ce dernier jour. Que la grĂące de Dieu vous accompagne, mes frĂšres! J’espĂšre qu’Il vous enverra dans les champs de mission Ă  l’étranger, et partout dans le monde, prĂȘcher ces richesses insondables de JĂ©sus-Christ, il y a un si grand besoin lĂ -bas. Il y a un si grand besoin, dans le monde aujourd’hui.
E-39 Maintenant, il y a tant de ces bonnes choses, qu’on est obligĂ© d’en prendre un peu ici et un peu lĂ , pour pouvoir incorporer tout ça dans le service de ce matin. Bon, aujourd’hui, nous allons... je traite un sujet que je... parfois je n’aime pas en arriver Ă  ces moments assez dramatiques.
E-40 Maintenant, dimanche passĂ©, si certains d’entre vous n’étaient pas ici, et–et que vous ne vous ĂȘtes pas procurĂ© le Message, Le troisiĂšme exode; et si vous aimez Ă©couter les bandes, je crois que vous prendrez plaisir Ă  Ă©couter celle-lĂ  : Le troisiĂšme exode.
E-41 Qu’est-ce que nous avons lĂ , un garçon malade, ou quoi? Oh, un petit garçon infirme. Oui. Que Dieu le bĂ©nisse. C’est ça. Bien. À la fin du service, nous devons prier pour les malades, de toute façon, voyez-vous. Alors nous, bon, nous...
E-42 Nous vous demandons de vous procurer, si vous le pouvez, ce Message, sur Le troisiĂšme exode : la troisiĂšme fois que la LumiĂšre, que l’Ange du Seigneur, qui a appelĂ© le peuple Ă  un exode, S’est montrĂ© visiblement sur terre, au cours d’un exode. Voyez? Moi, je trouve ça vraiment remarquable : le troisiĂšme exode!
E-43 Est-ce ça vous dĂ©rangerait que j’enlĂšve mon veston? [L’assemblĂ©e dit : “Non.”–N.D.É.] Il fait terriblement chaud dans le Tabernacle, ce matin, et la seule climatisation que nous avons, c’est–c’est ce que vous pouvez produire en vous Ă©ventant. Vous devez produire votre propre Ă©nergie. Nous prĂ©voyons donc installer, un jour, un systĂšme de climatisation ici, dĂšs que nous pourrons arranger tout ça.
E-44 Maintenant, nous apprĂ©cierions, si vous–si vous aimez à–à entendre le Message, c’est Le troisiĂšme exode.. Bon, nous avons connu beaucoup d’exodes, mais nous pouvons Ă©tablir de façon trĂšs nette le lieu, le temps, de trois exodes, oĂč Dieu, sous la forme d’une Colonne de Feu, est descendu pour appeler des gens et pour les mettre Ă  part. Donc, il s’agit de mettre des gens Ă  part.
E-45 Et nous voyons que, quand Il a convoquĂ© Son premier exode, Il allait devant eux, dans une Colonne de Feu, et Il les a conduits vers... Il les conduisait vers un pays, oĂč, plus tard, Il est apparu devant eux sous la forme d’un Homme appelĂ© JĂ©sus-Christ. Celui-ci est venu de Dieu, et Il s’en est allĂ© Ă  Dieu. Et... alors Il a Ă©tĂ© rejetĂ©. Et lĂ  Il Ă©tait venu pour appeler un peuple Ă  sortir de–à sortir de l’état de formalisme dans lequel ils s’étaient retrouvĂ©s; comme celui dans lequel ils s’étaient retrouvĂ©s, lĂ -bas en Égypte, alors qu’ils s’étaient livrĂ©s au pĂ©chĂ© et aux–aux voies des Égyptiens. Et Dieu les avait appelĂ©s Ă  sortir.
E-46 Et lĂ , nous constatons que, la deuxiĂšme fois, pendant la captivitĂ©, ils avaient cĂ©dĂ© Ă  un–un Empire romain. Ils s’étaient lancĂ©s dans les credos, et ils s’étaient Ă©loignĂ©s de la vraie sincĂ©ritĂ© de l’adoration, alors Dieu, de nouveau, Il a lancĂ© un autre exode. Et... Il est apparu sous la forme d’un Homme, qui a conduit des hommes.
E-47 Dans le premier exode, Il Ă©tait une Colonne de Feu. Ensuite, quand Il est venu sur terre, dans le pays mĂȘme oĂč Il les avait conduits. Quel beau type ce sera, dans le MillĂ©nium, lĂ  oĂč Il conduit l’Église maintenant. “Nous Le verrons tel qu’Il est, et nous aurons un corps semblable Ă  Son corps glorieux.”
E-48 Et aujourd’hui, Ă  la LumiĂšre de l’Évangile, qui se reflĂšte Ă  partir d’une LumiĂšre, d’une Colonne de Feu visible au milieu de nous! La science L’a vue. Elle est dans les magazines, et partout dans le monde. Et Elle a Ă©tĂ© reconnue, autant scientifiquement que spirituellement, comme Ă©tant la mĂȘme Colonne de Feu, par les mĂȘmes signes, et par les mĂȘmes choses qu’Elle a toujours faites. Et maintenant, au milieu de ces jours oĂč il y a beaucoup de fanatisme et autres, malgrĂ© tout ça, Dieu S’identifie toujours. Or, c’est ce que nous constatons.
E-49 Et comme c’est glorieux de savoir que “cette tente oĂč nous habitons sur la terre, un jour”, ce vieux corps frĂȘle dans lequel nous connaissons la maladie et l’affliction, il sera transformĂ© et rendu semblable Ă  Son corps glorieux; alors nous Le verrons tel qu’Il est”, et nous serons avec Lui, dans ce Pays vers lequel nous sommes en route aujourd’hui. Oh, je... ça nous donne presque envie de nous lever et de chanter Je vais Ă  la Terre promise. Probablement qu’ils vont chanter ça au service de baptĂȘmes de toute maniĂšre, parce que c’est ce que nous chantons aux baptĂȘmes.
E-50 Maintenant, je m’adresse aux frĂšres, aussi bien Ă  ceux qui sont ici qu’à ceux qui sont dans le pays, lĂ  oĂč parviennent les bandes, c’est-Ă -dire tout autour du monde. Ces Messages ne visent aucun individu en particulier. Et nous ne voudrions pas que les gens s’imaginent que nous sommes une espĂšce de clan, ou une bande de fanatiques, que nous nous sommes rassemblĂ©s “pour nous sĂ©parer des autres, en semblant ne pas avoir la Foi”, ou pour nous sĂ©parer des autres, en nous opposant Ă  qui que ce soit, ou–ou en nous opposant Ă  Dieu, ou en nous opposant Ă  l’Église. Nous sommes pour l’Église. Mais nous essayons seulement de montrer, par le Saint-Esprit et avec Son aide, la raison de cette sĂ©grĂ©gation que nous connaissons aujourd’hui. Nous–nous ne croyons pas Ă  ça.
E-51 Nous croyons que toutes les Ă©glises devraient ĂȘtre en communion les unes avec les autres, et non sĂ©parĂ©es les unes des autres : les mĂ©thodistes dans leur groupe, les baptistes dans leur groupe, et les unitaires, les trinitaires et quoi encore, toutes sĂ©parĂ©es. Nous croyons qu’elles devraient ĂȘtre ensemble, formant un seul grand groupe uni, le Corps de JĂ©sus-Christ, dans l’attente de cette glorieuse Venue. Elles ne devraient pas du tout ĂȘtre sĂ©parĂ©es.
E-52 Et la cause de cette sĂ©paration – forcĂ©ment qu’il y a une raison fondamentale pour laquelle nous ne sommes pas ensemble. En Ă©tudiant ça, ce dont je me rends compte, en Ă©tudiant ça, c’est que ce n’est pas la couleur de notre peau; en effet, les jaunes, les noirs, les bruns et les blancs, tous, ils se sĂ©parent, dans diffĂ©rentes organisations. Ce n’est pas la sorte de nourriture que nous mangeons; nous mangeons tous la mĂȘme nourriture. Nous portons le mĂȘme genre de vĂȘtements, et tout. Mais je vois que la raison fondamentale, c’est que l’homme s’est Ă©cartĂ© du sentier battu de l’enseignement de l’Évangile. Chaque homme.
E-53 Et il doit y avoir un moyen de montrer de façon trĂšs nette ce qui est vrai et ce qui est faux. Et le seul moyen d’y arriver, c’est de ne mettre aucune interprĂ©tation Ă  la Parole : lisez-La telle quelle, tout simplement, et croyez-La telle quelle.
E-54 Chaque homme, en Y mettant sa seule, sa propre interprĂ©tation, c’est ce qui Lui fait dire quelque chose d’autre, et on en revient alors Ă  l’organisation originelle de l’église catholique. En effet, l’église catholique croit que Dieu est dans Son Ă©glise. “Et, la Parole n’a rien Ă  voir lĂ -dedans; Dieu est dans Son Ă©glise.”
E-55 Et nous, les protestants, comme nous le constatons, et c’est selon Apocalypse 17, que toutes, elles s’étaient rassemblĂ©es, et que l’église catholique Ă©tait “la mĂšre” de toutes les organisations. Et nous voyons que l’organisation protestante, bien qu’elle soit aveugle Ă  ça, qu’elle soit aveugle Ă  ça, elle a la mĂȘme nature que l’église catholique. La Bible appelle l’église catholique une “prostituĂ©e”, et Elle appelle l’église protestante des “impudiques”, Elle dit que la prostituĂ©e Ă©tait “la mĂšre des impudiques”. Et ça, ce sont des gens, c’est une femme de mauvaise vie, qui n’est pas fidĂšle Ă  ses voeux de mariage.
E-56 Tous, nous affirmons ĂȘtre l’Épouse de Christ, et pourtant, combien nous sommes infidĂšles. À quoi consiste cette infidĂ©litĂ©? À mener une vie qui est contraire Ă  la–la discipline que Dieu a Ă©tablie et selon laquelle Son Épouse doit vivre, – voilĂ  mon opinion lĂ -dessus, – la Bible, et Elle est la Parole infaillible de Dieu, c’est ce que je crois.
E-57 Et donc, nous voyons que l’église protestante, pour pouvoir former une organisation, va mĂȘme jusqu’à se sĂ©parer des Écritures, pour former son organisation. Des ministres ordonnĂ©s vont s’accrocher Ă  des choses qu’ils...
E-58 Or, ils viennent dans mon bureau, et dans les piĂšces, des centaines d’entre eux, et ils me disent : “FrĂšre Branham, vous adressez ces dĂ©fis aux gens. Personne n’ira s’opposer Ă  Ça. Ils savent que c’est la VĂ©ritĂ©.” Eh bien, je leur dis : “Pourquoi, pourquoi est-ce que vous, vous ne le feriez pas?
E-59 – Eh bien, voyez-vous, si je le fais, je devrai mendier mon pain. Plus personne... J’ai un ministùre. Il faut que j’atteigne le Seigneur, et, il faut que j’atteigne les gens, et je n’aurai aucun soutien.”
E-60 Vous ne vous rendez donc pas compte, c’est Christ qui est notre soutien! C’est la Bible qui est notre soutien. Voyez?
E-61 Mais lĂ , voyez-vous, alors elles sont dans le mĂȘme sac, la–l’église protestante, c’est exactement la mĂȘme chose que l’église catholique.
E-62 L’église catholique se fiche... Eh bien, je ne dis pas... Je ne manquerai pas de dĂ©licatesse au point de dire qu’ils se fichent de ce que dit la Bible. Ils–ils croient la Bible, mais, voyez-vous, ils ont une... La succession apostolique, c’est sur cette base-lĂ  que l’église catholique est Ă©tablie. C’est la succession des papes, et ils disent de Pierre qu’il a Ă©tĂ© le premier pape, et ainsi de suite. Or, ils, ils croient ça. Ils, ils croient ça dur comme fer.
E-63 Et les protestants, voyez-vous, ils–ils se rassemblent, et ils forment une organisation, tout comme ce qu’ils avaient fait, Ă  NicĂ©e, Rome, oĂč ils avaient organisĂ© la–l’église catholique, par... au concile de NicĂ©e. Et nous voyons que l’une et l’autre sont pareilles. L’une et l’autre sont pareilles. Elles abandonnent la Parole de Dieu pour former une organisation. Voyez? Et puis, pour ce qui est de bien des grandes VĂ©ritĂ©s qui semblent bizarres aujourd’hui, Ă  eux, Elles leur sont Ă©trangĂšres, parce que tout ce qu’ils ont reçu comme enseignement, c’est un rituel.
E-64 Nous n’avons aucun rituel, si ce n’est la Bible. Nous n’avons rien d’autre que la Sainte Parole de Dieu, et c’est à Elle que nous nous en tenons.
E-65 Et maintenant, aujourd’hui je voudrais prendre un instant pour lire un passage dans la Parole sainte et sacrĂ©e de Dieu, et celui-ci se trouve dans le Livre de Luc, au chapitre 23 de Luc, et c’est ce qui va servir de base, fournir une–une plateforme Ă  ce que je–je veux dire, l’idĂ©e fondamentale du sujet sur lequel je veux parler. Donc vous prenez maintenant dans Luc, le chapitre 23, et je veux lire un seul verset. C’est tout ce qu’il me faut, comme base ce matin, pour faire reposer ceci. Maintenant nous lisons au chapitre vingt... au chapitre 23, le verset 33 du chapitre 23. Lorsqu’ils... arrivĂšrent au lieu appelĂ© CrĂąne, ils le crucifiĂšrent lĂ , ainsi que les deux malfaiteurs, l’un Ă  droite, l’autre Ă  gauche.
E-66 Maintenant je voudrais tirer quatre mots de lĂ , de cette lecture, pour qu’ils servent de base Ă  ce que je veux dire : “LĂ , ils Le crucifiĂšrent”, quatre mots. Et maintenant, mon sujet, ça s’intitule... Je–je porte une accusation contre les Ă©glises dĂ©nominationnelles d’aujourd’hui, et aussi contre un grand nombre des Ă©glises indĂ©pendantes, pour avoir de nouveau crucifiĂ© JĂ©sus-Christ aujourd’hui. Je les accuse! Ce matin, ça s’intitule : L’accusation.
E-67 Et je voudrais m’y rĂ©fĂ©rer un peu comme si ça se passait dans une salle d’audience d’un tribunal, oĂč il y aurait... AprĂšs tout, la chaire et l’église forment une salle d’audience. La Bible dit que “c’est un tribunal, que–que le jugement doit commencer par la maison du Seigneur”. Et ceci, c’est comme le–le trĂŽne, et le–et le jury, et les tĂ©moins, et tout. Et comme tĂ©moin, aujourd’hui, j’ai la Parole de Dieu.
E-68 Et l’accusation que je porte, c’est contre les Ă©glises d’aujourd’hui. Or je–je n’implique pas le pĂ©cheur dans cette affaire. J’adresse ceci uniquement Ă  l’église. Ce–ce sera enregistrĂ© sur les–les–les bandes, lĂ , et je–je vais tĂącher de faire aussi vite que possible. J’accuse cette gĂ©nĂ©ration de la deuxiĂšme crucifixion de JĂ©sus-Christ.
E-69 Et maintenant, pour ce faire, en cet Ăąge oĂč nous vivons, je–je dois, pour faire ceci, je dois fournir une preuve. Si je dois porter une accusation, il faut fournir une preuve du dĂ©lit qui a Ă©tĂ© commis. Je–je dois, pour pouvoir les accuser, je–je dois fournir la–la preuve, pour prouver ça, qu’il en est bien ainsi, afin que ce que je dis ne soit pas rĂ©futĂ© par le Juge principal. Et moi, je me prĂ©sente comme avocat pour... dans cette accusation. En prenant comme tĂ©moin la Parole de Dieu, j’accuse cette gĂ©nĂ©ration de cette crucifixion.
E-70 Je dois dĂ©montrer, et je vais dĂ©montrer, que l’esprit qui a amenĂ© la premiĂšre crucifixion, c’est ce mĂȘme esprit qui est sur les gens aujourd’hui, et qu’il fait la mĂȘme chose. Je–je dois le faire, s’il s’agit d’une crucifixion, s’ils ont effectivement crucifiĂ©. Je dois dĂ©montrer aux–aux gens que cette mĂȘme attitude qu’ont les gens aujourd’hui, elle produit spirituellement la mĂȘme chose, que ce que les gens avaient fait physiquement en ce temps-lĂ . Ils avaient crucifiĂ©, physiquement, JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu. Et maintenant, aujourd’hui, par la mĂȘme Parole et, par le–le mĂȘme Saint-Esprit et par la mĂȘme Parole, je–je voudrais montrer aux Ă©glises dans quelle–quelle position elles se trouvent, c’est-Ă -dire qu’elles sont en train de faire la mĂȘme chose aujourd’hui, – et la Bible avait dit qu’elles le feraient, – et prouver que c’est en ce jour-lĂ  que nous vivons actuellement.
E-71 La chose n’aurait pas pu se faire il y a quelques annĂ©es. Je dirais qu’il y a cinquante ans, la chose n’aurait pas pu se faire, mais aujourd’hui, ça tombe vraiment Ă  point. Et la chose n’aurait pas pu se faire il y a peut-ĂȘtre dix ans, mais aujourd’hui ça peut se faire, parce que le–le temps est Ă©coulĂ©. Nous sommes–nous sommes au temps de la fin. Et je crois, comme Son serviteur, que nous sommes–nous sommes presque sur le point de passer de ce pays-ci dans un Autre.
E-72 Par consĂ©quent, le temps de la repentance, pour ce qui est d’une nation, il est passĂ©. Je crois que cette nation ne peut pas se repentir. Je crois qu’elle a franchi la ligne qui sĂ©pare la misĂ©ricorde et le jugement. Je crois qu’elle est chancelante dans la balance.
E-73 “Frùre Branham, avant de vous engager dans ce procùs, comment allez-vous pouvoir prouver ça?”
E-74 Tout simplement comme ceci : nous sommes coupables des mĂȘmes pĂ©chĂ©s que ceux Ă  cause desquels Dieu avait dĂ©truit le monde, Ă  l’époque du monde antĂ©diluvien. Nous sommes coupables des mĂȘmes pĂ©chĂ©s Ă  cause desquels Il avait dĂ©truit le monde, Ă  l’époque de Sodome et Gomorrhe. Et, maintenant, et nous avons toutes les mĂȘmes preuves spirituelles, ici devant nous, toutes les mĂȘmes preuves spirituelles, portĂ©es Ă  la connaissance du monde entier, que celles dont Dieu s’était servi pour faire descendre Sa misĂ©ricorde sur ces gĂ©nĂ©rations-lĂ . De mĂȘme, le fait d’avoir rejetĂ© ça avait amenĂ© le jugement. Alors, si cette gĂ©nĂ©ration-ci a rejetĂ© la mĂȘme misĂ©ricorde qui avait Ă©tĂ© repoussĂ©e Ă  ces Ă©poques-lĂ , il serait injuste de la part de Dieu de laisser les gens Ă©chapper au jugement.
E-75 Comme Jack Moore, un de mes amis, le disait, une fois : “Si cette nation s’en sort sans recevoir de Dieu un chĂątiment, alors Dieu sera dans l’obligation de ressusciter Sodome et Gomorrhe, et de s’excuser de les avoir brĂ»lĂ©es.”
E-76 Or, nous savons que, spirituellement, les gens font la mĂȘme chose aujourd’hui; en effet, et ils le font dans le mĂȘme but, et de la mĂȘme façon qu’ils l’avaient fait, quand ils avaient crucifiĂ© le Seigneur physiquement. Ils le font par jalousie, parce qu’ils sont aveugles spirituellement. C’est qu’ils ne veulent pas voir. Ils ne veulent pas Ă©couter Cela.
E-77 JĂ©sus, pendant Son voyage ici-bas, Il a dit : “ÉsaĂŻe a bien fait mention de vous : ‘Vous avez des yeux, et vous ne voyez pas, des oreilles, et vous n’entendez pas.’” Voyez?
E-78 Le mĂȘme motif, le mĂȘme–le mĂȘme but, et les mĂȘmes raisonnements; ils amĂšnent de nouveau la crucifixion de Christ, de nouveau (comme nous allons le voir tout Ă  l’heure), pour les mĂȘmes motifs qu’ils l’avaient fait Ă  l’époque.
E-79 Ils ne peuvent rien trouver contre Ça. Ils n’osent pas essayer de Le dĂ©fier. Ils savent que la preuve est lĂ . Ils savent que la Bible le dit. Alors tout ce qu’ils peuvent faire, c’est de blasphĂ©mer Ça. C’est tout Ă  fait exact. Donc, et tout ça, pour les mĂȘmes motifs.
E-80 Et maintenant, en me basant lĂ -dessus, j’adresse une sommation Ă  cette gĂ©nĂ©ration, pour avoir crucifiĂ© JĂ©sus-Christ; pour L’avoir crucifiĂ©, et elle en est coupable; par la main impure, sordide et intĂ©ressĂ©e des dĂ©nominations, elle crucifie le Prince de la Vie, qui voulait Se prĂ©senter devant les gens. Vous dites : “La mĂȘme Personne?”
E-81 “Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait Dieu. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair, et Elle S’est manifestĂ©e.” La Parole a Ă©tĂ© manifestĂ©e dans la chair, et ils ont condamnĂ© la chair, et l’ont fait mourir, parce que la Parole avait Ă©tĂ© manifestĂ©e. HĂ©breux 13.8 dit : “JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement.” C’est la mĂȘme Parole. Voyez? Et pour la mĂȘme raison, ils cherchent Ă  crucifier la Parole.
E-82 Maintenant, pour revenir Ă  mon texte, pour pĂ©nĂ©trer dans ce sujet que je veux traiter. “Là”, les quatre mots, expliquons “là”. “Là”, la ville la plus sainte du monde : JĂ©rusalem. “Là”, la ville la plus religieuse du monde. LĂ , “ils”, le peuple le plus religieux du monde, Ă  une fĂȘte religieuse, la fĂȘte de la PĂąque. “Là”, l’endroit le plus religieux, la ville la plus religieuse, la–la plus grande de toutes les organisations, qui Ă©tait Ă  la tĂȘte de toutes. LĂ , “ils”, les gens les plus religieux du monde entier, qui s’étaient rassemblĂ©s de partout dans le monde. Ils “crucifiĂšrent”, la mort la plus honteuse dont on peut mettre Ă  mort, dont une personne peut ĂȘtre mise Ă  mort : nu, ils Lui ont ĂŽtĂ© Ses vĂȘtements. “Il–Il a mĂ©prisĂ© l’ignominie.” Ils... Sur le crucifix, il y a un–un–un morceau d’étoffe qui L’enveloppe; mais ils Lui avaient ĂŽtĂ© Ses vĂȘtements. Ce qu’il y a de plus honteux!
E-83 “Là”, la ville religieuse la plus importante, “ils”, les gens les plus religieux, “crucifiĂšrent”, la mort la plus honteuse, “Lui”, la Personne la plus prĂ©cieuse. Si ça, ça ne suffit pas pour condamner cette gĂ©nĂ©ration-ci!
E-84 “Là”, l’organisation la plus religieuse, les plus grandes Ă©glises, toutes rassemblĂ©es dans un lieu. “Ils”, le peuple le plus religieux de toutes les races, les gens censĂ©s ĂȘtre les vrais adorateurs de Dieu. Ils s’étaient rassemblĂ©s, Ă  leur fĂȘte religieuse la plus importante, la purification de... la PĂąque, oĂč ils avaient Ă©tĂ© libĂ©rĂ©s, dĂ©livrĂ©s de l’esclavage. Et “là”, Ă  ce moment-lĂ , “ils”, Ă  ce moment-lĂ , les gens les plus religieux, qui participaient Ă  la fĂȘte la plus religieuse, dans le lieu le plus religieux, ils ont infligĂ© au Prince de la Vie la chose la plus honteuse qui se puisse faire : de dĂ©vĂȘtir un Homme et de Le pendre au bois. En effet : “Maudit est quiconque,” c’est ce que disait la loi selon laquelle ils rendaient leur culte, “maudit est quiconque est pendu au bois.” “Et Il est devenu malĂ©diction pour nous.” Ils lui ont ĂŽtĂ© Ses vĂȘtements, ils L’ont battu et se sont moquĂ©s de Lui, le Dieu du Ciel Lui-mĂȘme; ils Lui ont enlevĂ© Ses vĂȘtements, et ils L’ont clouĂ© Ă  une croix. Lui! “LĂ , ils Le crucifiĂšrent, Lui”, condamnĂ© Ă  la peine capitale romaine.
E-85 La mort la plus honteuse, aujourd’hui, ce ne serait pas d’ĂȘtre fusillĂ©. La mort la plus honteuse, aujourd’hui, ce ne serait pas d’ĂȘtre renversĂ© par une voiture et tuĂ©, d’ĂȘtre noyĂ© sous les eaux, d’ĂȘtre brĂ»lĂ© au feu. Mais la mort la plus honteuse, aujourd’hui, c’est la peine capitale prononcĂ©e publiquement, alors que le monde entier vous condamne et vous dĂ©clare coupable.
E-86 Et le monde entier a mis la main sur cet Homme et L’a dĂ©clarĂ© coupable, alors qu’Il Ă©tait innocent. Et Il est mort, condamnĂ© par l’ennemi (non pas par Ses amis, non pas par Ses lois), mais condamnĂ© Ă  la crucifixion par l’ennemi. Le Prince de la Vie, la Personne la plus prĂ©cieuse qui ait jamais vĂ©cu, ou qui vivra jamais, JĂ©sus-Christ. “Lui”, la Personne la plus prĂ©cieuse! Retenez bien ça maintenant, pendant que nous bĂątissons notre plateforme autour de ça aujourd’hui.
E-87 Pouvez-vous vous imaginer, en un lieu comme JĂ©rusalem, oĂč, depuis deux mille cinq cents ans ou plus, les gens... ou, des centaines d’annĂ©es. Peut-ĂȘtre que ce n’était pas aussi long que ça. Il se peut que ç’ait Ă©tĂ© environ huit ou neuf cents ans, ou quelque chose comme ça. Je ne sais pas exactement combien, quel espace de temps s’était Ă©coulĂ© depuis le temps oĂč Salomon avait construit le temple. J’imagine, environ huit cents ans, quelque chose comme ça.
E-88 Et ils avaient attendu un Messie qui devait venir. Ils s’étaient rassemblĂ©s lĂ  pour le culte de la PĂąque. Pensez un peu Ă  ça maintenant! Ceux qui Ă©taient Ă  la tĂȘte de tous les pharisiens, sadducĂ©ens et quoi encore, dans un grand rassemblement, pour adorer Dieu. Le lieu le plus saint, JĂ©rusalem, le temple du Seigneur, et le peuple du Seigneur s’est saisi du Seigneur Lui-mĂȘme, et L’a crucifiĂ© : la peine capitale. Quelle affaire!
E-89 Maintenant, ces quatre mots : ils, “lĂ , ils Le crucifiĂšrent”. Maintenant, on voit encore lĂ  comment est la Bible, voyez-vous. Ce ne sont que quatre mots, mais la Bible condense Ses VĂ©ritĂ©s.
E-90 Bon, moi, il faut que j’entre dans de longs dĂ©veloppements, que j’explique ce que j’avance, mais la Bible n’a pas Ă  expliquer quoi que ce soit. Elle est entiĂšrement la VĂ©ritĂ©, tout simplement; alors, la–la–la Bible n’a pas Ă  expliquer quoi que ce soit. Elle–Elle n’a pas Ă  expliquer ce qu’il en est, parce qu’Elle est entiĂšrement la VĂ©ritĂ©.
E-91 Voici quatre mots de Sa grande chaĂźne de VĂ©ritĂ©. Je vais essayer de Les expliquer. Et Ă  essayer de Les expliquer clairement, on pourrait constituer une bibliothĂšque. Il n’y a aucun moyen pour moi d’expliquer ces quatre mots-lĂ . Mais, bon, avec l’aide de Celui qui a fait en sorte que Ce soit Ă©crit, essayons d’expliquer ces quatre mots, de prĂ©senter ça de maniĂšre que les gens comprennent ce qu’il en est.
E-92 Ce que nous avons devant nous, maintenant, nous avons la premiĂšre crucifixion devant nous; le lieu le plus saint, le peuple le plus religieux, la mort la plus honteuse, infligĂ©e Ă  la Personne la plus prĂ©cieuse. Oh, c’est tellement contradictoire. Oh! la la! que c’est honteux!
E-93 Maintenant, prenons d’abord le premier mot : “là”. Parlons-en pendant quelques minutes avant de porter l’accusation. Nous allons dĂ©cortiquer ça, et vous montrer ce qu’eux, ils avaient fait, ensuite nous verrons si mon accusation est fondĂ©e ou pas. “Là”, JĂ©rusalem, le lieu le plus simple, saint, parce que le temple Ă©tait lĂ ; le lieu le plus saint, parce que c’est lĂ  qu’était le temple. Et des Juifs, qui venaient de partout dans le monde, se rassemblaient tous en ce lieu-lĂ  : un terrain de rencontre pour le culte. Le lieu le plus... le lieu le plus important qu’il y avait, pour le culte, c’était Ă  JĂ©rusalem. Le temple Ă©tait lĂ . C’est que : “Il est Ă©crit : ‘Tous doivent adorer Ă  JĂ©rusalem’”, effectivement, parce que c’est un centre d’adoration.
E-94 Et aujourd’hui, on les entend, l’un qui cherche Ă  dire qu’eux : “Oh, nous venons Ă  ces grandes conventions”, lĂ  oĂč les dĂ©nominations font ça. Et–et puis, il y a la–la cĂ©rĂ©monie d’inauguration de... Ă  la CitĂ© du Vatican, et–et ces ordinations de papes, et ainsi de suite. Ils, tous ils disent : “Nous devrions tous aller au terrain de camping des mĂ©thodistes, ou Ă  la convention biblique des baptistes.” Ou–ou : “Nous devrions tous aller à–à Rome, lĂ -bas, c’est le grand centre”, comme ils disent, “du Christianisme.”
E-95 Pendant la derniĂšre guerre, quand Rome est tombĂ©e, les soldats allemands... Beaucoup d’entre vous, les frĂšres, vous ĂȘtes au courant de ça. Les soldats allemands s’étaient repliĂ©s lĂ , dans la CitĂ© du Vatican; et ils tiraient sur les AmĂ©ricains, pendant que ceux-ci avançaient sur eux. FrĂšre Funk et FrĂšre Roberson, et beaucoup d’entre vous, FrĂšre Beeler et beaucoup de ces frĂšres-lĂ , qui ont fait cette guerre, sont au courant. Et, savez-vous quoi? Nous avons donnĂ© la consigne qu’ils ne devaient pas faire feu sur cette ville-lĂ . Vous, les AmĂ©ricains, vous vous ĂȘtes tenus lĂ , et vous leur avez servi de cible. Mais Ă  West-... l’abbaye de Westminster, Ă ... en Angleterre, ça, pas de problĂšme, vous pouviez faire feu lĂ -dessus. LĂ -bas, c’était le lieu de rassemblement des protestants; alors, on pouvait faire feu lĂ -dessus sans problĂšme. Mais faire feu sur le Vatican, ça, pas question. Parce que, comme le prĂ©sident Roosevelt... J’ai Ă©coutĂ© son discours, le soir oĂč il–oĂč il l’a diffusĂ©, et ça s’intitulait Entretien au coin du feu. Il a dit : “Quand Rome est tombĂ©e,” il a dit, “quel dommage que ce soit arrivĂ©, parce que Rome est Ă  la tĂȘte de tout le Christianisme.” Pouvez-vous vous imaginer : un protestant qui dit une chose pareille?
E-96 Donc, le grand centre de la religion chrĂ©tienne, eh bien, lĂ  nous allons–nous allons le situer comme si c’était JĂ©rusalem, si vous le voulez bien. Si vous ĂȘtes d’accord qu’on fasse ça, disons que c’est Ă  JĂ©rusalem. La tĂȘte de tous ceux-lĂ , des–des–des sanhĂ©drins, et–et des pharisiens, et–et des sadducĂ©ens; tous, ils montaient Ă  JĂ©rusalem. Ça, c’était vraiment le siĂšge.
E-97 Et dans le monde des organisations, il faut bien admettre que l’église catholique romaine est la mĂšre de toutes. Bien sĂ»r qu’elle l’est. Et ça a commencĂ© Ă  la PentecĂŽte. Elles en sont arrivĂ©es lĂ  quand elles se sont organisĂ©es. Maintenant nous, les protestants, nous ne sommes que les petites soeurs de cette Ă©glise-lĂ . Alors, disons qu’aujourd’hui, ce serait lĂ -bas, au Vatican.
E-98 Ou, lĂ -bas Ă  JĂ©rusalem, comme ça l’était Ă  cette Ă©poque-lĂ , “alors que tous devaient venir Ă  JĂ©rusalem pour oeuvrer... adorer”. Pourquoi le faisaient-ils, Ă  l’époque de–de JĂ©sus? Pourquoi dĂ©claraient-ils que tous devaient adorer Ă  JĂ©rusalem? C’est qu’il n’y a qu’un seul lieu oĂč Dieu sera en communion avec l’homme, c’est sous le sang du sacrifice. C’est pour ça qu’ils devaient se rendre Ă  JĂ©rusalem.
E-99 Dieu ne rencontrera jamais l’homme nulle part ailleurs que sous le Sang. Quand vous rejetez le Sang, alors votre lieu de rencontre avec Dieu a Ă©tĂ© supprimĂ©. Dieu a pris Sa premiĂšre dĂ©cision dans le jardin d’Éden, c’était que l’homme n’allait L’adorer que sous le sang versĂ© du sacrifice. C’était le seul lieu oĂč Dieu rencontrait l’homme en ce temps-lĂ , et c’est le seul lieu oĂč Dieu ait jamais rencontrĂ© l’homme.
E-100 Et c’est le seul lieu oĂč Il rencontre l’homme aujourd’hui, c’est sous le Sang versĂ© du Sacrifice. Voyez? Peu m’importe que vous soyez mĂ©thodiste, baptiste, presbytĂ©rien, si vous pouvez oublier vos divergences, catholique romain, ou quoi que vous soyez, et que vous venez sous le Sang versĂ©, Dieu nous rencontrera lĂ , vous et moi. C’est lĂ  que nous pouvons tous nous rencontrer et ĂȘtre en communion, sur le mĂȘme terrain. Mais autrement, Il ne vous rencontrera pas simplement parce que vous ĂȘtes mĂ©thodiste; Il ne vous rencontrera pas simplement parce que vous ĂȘtes pentecĂŽtistes, Il vous rencontrera Ă  une seule condition : que vous soyez sous le Sang versĂ©, une fois vos pĂ©chĂ©s confessĂ©s et Ă©liminĂ©s dans Sa PrĂ©sence, alors, par le Sang. Et le Sang est toujours devant Lui; par consĂ©quent, Il ne peut vous voir qu’à travers ce Sang versĂ©. Et vous ĂȘtes blancs comme la neige, voyez-vous, une fois que vous avez confessĂ© vos pĂ©chĂ©s. Autrement, vous n’y ĂȘtes pas, vous ne pouvez pas ĂȘtre en communion.
E-101 C’est pour ça qu’on ne voit pas grand-chose se produire dans les Ă©glises. Elles confessent qu’elles croient au Sang, mais elles rejettent le plan mĂȘme qui donne accĂšs au Sang : la Parole. Voyez? Il n’y a qu’un seul moyen par lequel Dieu honorera cette Parole. Vous n’honorerez jamais cette Parole, en venant dire : “Je suis catholique romain. J’exige que ceci soit fait.” Vous ne pouvez pas faire ça. Que vous soyez mĂ©thodistes, baptistes ou pentecĂŽtistes, vous ne pouvez pas faire ça.
E-102 Le seul moyen pour vous d’y arriver, c’est avec la misĂ©ricorde de Dieu, par Sa grĂące, de venir, Ă  travers le Sang versĂ© de JĂ©sus-Christ, dire : “Seigneur, je rĂ©clame la promesse.” Voyez? Et alors, si vous ĂȘtes rĂ©ellement sous ce Sang-lĂ , Dieu est tenu d’accomplir cette Parole. Mais il faut d’abord que vous soyez sous ce Sang. Vous le voyez maintenant? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.]
E-103 Ce n’est pas Ă©tonnant qu’ils ne puissent pas croire aux miracles. Ce n’est pas Ă©tonnant que vous ne puissiez pas croire au surnaturel. Ce n’est pas Ă©tonnant qu’ils condamnent ça. Le motif mĂȘme pour lequel ils avaient condamnĂ© ça Ă  l’époque, c’est le mĂȘme motif pour lequel ils le condamnent aujourd’hui. Ils sont aussi coupables qu’on puisse l’ĂȘtre. Car ce n’est que sous le Sang versĂ©!
E-104 Et ceux qui oseraient, un simple frĂšre qui, avec humilitĂ©, ose prendre Dieu au Mot, s’avancer lĂ , confesser ses pĂ©chĂ©s, oublier tous ces dogmes et tout ça, et se tenir lĂ , sous le Sang, et Y croire, alors les gens voudront le traiter de “fanatique”. Ils voudront l’étiqueter comme un... comme on dit, ce n’est pas un bon terme Ă  employer en chaire, mais c’est pour que vous compreniez : il est un “drĂŽle d’oiseau”.
E-105 Aprùs tout, nous sommes tous des drîles d’oiseaux, n’est-ce pas? Voyez-vous, le croyant est un drîle d’oiseau pour l’incroyant, et l’incroyant est un drîle d’oiseau pour le croyant; alors, le drîle d’oiseau, c’est qui? Voyez? Le cultivateur est un drîle d’oiseau pour l’homme d’affaires; l’homme d’affaires est un drîle d’oiseau pour le cultivateur, voyez-vous; alors, finalement, c’est qui?
E-106 Je vais vous dire une chose : le salut est une affaire individuelle entre l’homme et Dieu seul; chacun individuellement, “nous cherchons notre salut avec crainte et tremblement”. Et je ne connais aucune autre base, comme enseignant, ce matin, ou comme serviteur de Christ, que de fonder cela sur la Parole. Je ne peux pas poser cela sur aucune autre base.
E-107 Ainsi donc, nous voyons que c’est uniquement sous le sang que Dieu rencontrait l’adorateur, et c’est pourquoi ils se rencontraient Ă  JĂ©rusalem.
E-108 Et Christ est l’Agneau auquel Dieu a pourvu comme Sacrifice. Et aujourd’hui, il n’y a qu’un seul lieu oĂč Dieu rencontrera l’homme, c’est sous le Sang de JĂ©sus-Christ. En tout autre lieu, c’est condamnĂ©; Dieu n’écoutera jamais ça. Vous aurez beau produire des Ă©motions de toutes sortes, et des ismes de toutes sortes, et trembler, sauter, avoir du sang, du feu, de la fumĂ©e et tout le reste; mais tant que la vie qui est lĂ  ne coĂŻncide pas avec la Parole, et que Dieu ne s’identifie pas parfaitement avec cette vie-lĂ , alors il est inutile d’essayer, parce que vous n’ĂȘtes pas dans la course. Et Dieu ne la rencontrera jamais, tant qu’elle n’aura pas Ă©tĂ© mise sous la protection du Sang. C’est vrai.
E-109 Alors, voyez-vous, dans l’Écriture, nous avons une JĂ©rusalem, l’Église en a une; elle est au Ciel, une JĂ©rusalem CĂ©leste, lĂ  oĂč Dieu est Dieu. Et aujourd’hui, ça ne relĂšve pas d’un credo ou de quelque chose dont nous nous efforçons de faire une JĂ©rusalem. Nous voudrions, les mĂ©thodistes, ils voudraient, bon, ils voudraient faire du–du siĂšge des mĂ©thodistes une JĂ©rusalem. Les catholiques voudraient que ce soit Rome. Et–et les diffĂ©rents lieux oĂč chacun, nous avons notre siĂšge, nous voudrions faire de ça notre... une JĂ©rusalem. Mais la Bible dit que “notre JĂ©rusalem est d’en Haut, c’est la mĂšre de tous les croyants”.
E-110 Alors, et Christ est l’Agneau pourvu par Dieu. Remarquez comme c’était opportun, lĂ , pour montrer que cette JĂ©rusalem-lĂ  prenait fin. Quand? C’était en vigueur, jusqu’à cette heure-lĂ . Le sang de l’agneau, c’était bien, jusqu’à ce jour-lĂ . Mais voilĂ  qu’à la crucifixion, il y a un changement. L’ancien systĂšme, c’est terminĂ©. LĂ  il y en avait un nouveau, et le–l’Agneau Ă©tait lĂ  comme Sacrifice. L’Agneau, l’Agneau du Sacrifice, Ă©tait sur les lieux. Ils Ă©taient en train de condamner, et de faire la chose mĂȘme qu’ils devaient faire. C’est vrai.
E-111 Que Dieu soit bĂ©ni – de voir cette merveilleuse LumiĂšre CĂ©leste en ce dernier jour! En effet, les Ă©glises font la mĂȘme chose aujourd’hui. Jusqu’à l’heure oĂč la religion organisĂ©e a Ă©tĂ© condamnĂ©e et oĂč il a Ă©tĂ© prouvĂ© qu’elles sacrifiaient la Parole de Christ; c’est Ă  partir de ce moment-lĂ  que vient la Parole, et la Parole seule. Au jour de la crucifixion, c’est Ă  partir de lĂ  que l’ancien agneau pascal a disparu, et que Christ est devenu notre Agneau. De mĂȘme le jour oĂč la dĂ©nomination a crucifiĂ© la Parole de Dieu, et a acceptĂ© un credo au lieu de la Parole, c’est ce jour-lĂ  que la Parole a pris pleinement effet. C’est arrivĂ© tout derniĂšrement.
E-112 Remarquez, deuxiĂšmement. PremiĂšrement, “là”, JĂ©rusalem. DeuxiĂšmement, “ils”, ils. Qui ça? Les Juifs, les adorateurs. Pensez-y! Les adorateurs eux-mĂȘmes Ă©taient en train de tuer Celui-lĂ  mĂȘme qu’ils prĂ©tendaient adorer. Pouvez-vous imaginer une chose pareille : eux, des hommes intelligents, qui Ă©taient sacrificateurs, qui avaient reçu une formation, qui avaient un doctorat, si bien que probablement qu’ils... Ils–ils devaient ĂȘtre issus d’une certaine gĂ©nĂ©ration avant de... ou–ou, d’une certaine tribu, avant mĂȘme de pouvoir ĂȘtre sacrificateurs. Il fallait qu’ils soient LĂ©vites. Leur pĂšre avait Ă©tĂ© sacrificateur. Leur grand-pĂšre avait Ă©tĂ© sacrificateur. Leur arriĂšre-arriĂšre-arriĂšre-arriĂšre-arriĂšre-grand-pĂšre avait Ă©tĂ© sacrificateur. Et il fallait qu’ils vivent une vie tellement consacrĂ©e, qu’un seul iota contre eux, et on les lapidait. Aucune misĂ©ricorde n’était accordĂ©e. Saints? AssurĂ©ment, mais une saintetĂ© Ă  laquelle ils Ă©taient arrivĂ©s par eux-mĂȘmes. Il fallait qu’ils agissent comme ça, pour faire bonne figure devant leur Ă©glise. “Au dedans”, JĂ©sus a dit, “vous ĂȘtes pleins d’ossements de morts.”
E-113 Oh, je pourrais vraiment porter une accusation, en plein lĂ ! Des hommes qui savent que C’est la VĂ©ritĂ©, que cette Parole est la VĂ©ritĂ©, et qui font des compromis sur Elle pour faire bonne figure devant une organisation, ah oui, j’ai le droit de les accuser, c’est vrai, en me fondant sur la Parole de Dieu.
E-114 Remarquez, “ils”, les adorateurs, les hommes qui avaient attendu la promesse, les hommes qui l’avaient attendue, au fil des annĂ©es et au fil des Ăąges, et dont la seule activitĂ© Ă©tait leur prĂ©sence constante au sĂ©minaire. Mais ils avaient dispensĂ© la Parole conformĂ©ment Ă  l’enseignement du sĂ©minaire, et ils avaient passĂ© Ă  cĂŽtĂ© de la VĂ©ritĂ© mĂȘme qui s’Y trouvait. “Ils”, les sacrificateurs, le clergĂ© de ce jour-lĂ ! “Là”, Ă  leur siĂšge, “ils”, le clergĂ© de ce jour-lĂ , ils tuaient le Dieu mĂȘme, l’Agneau mĂȘme, Celui-lĂ  mĂȘme qu’ils prĂ©tendaient adorer, ils Le tuaient.
E-115 Et, aujourd’hui, j’accuse cette bande de ministres ordonnĂ©s; c’est par leurs credos et leurs dĂ©nominations qu’ils crucifient, aux yeux des gens, le Dieu mĂȘme qu’ils prĂ©tendent aimer et servir. J’accuse ces ministres, au Nom du Seigneur JĂ©sus, en raison de leur doctrine, car ils dĂ©clarent que “les jours des miracles sont passĂ©s”, et que “le baptĂȘme d’eau au Nom de JĂ©sus-Christ ne suffit pas et n’est pas bon”. En raison de chacune de ces Paroles, auxquelles ils ont substituĂ© des credos, je les accuse, ils sont coupables, et le Sang de JĂ©sus-Christ est sur leurs mains, pour avoir crucifiĂ© le Seigneur JĂ©sus de nouveau, une seconde fois. Ils crucifient Christ, aux yeux du public, ils retirent aux gens la Chose qu’ils sont censĂ©s leur donner. Et ils Y ont substituĂ© quelque chose d’autre : le credo d’une Ă©glise, pour jouir de popularitĂ©.
E-116 LĂ  ils, “ils”, ceux qui auraient dĂ» savoir ce qu’il en Ă©tait. Si quelqu’un aurait dĂ» savoir ce qu’il en Ă©tait, c’est bien ces ministres. Si quelqu’un devrait savoir ce qu’il en est, c’est bien le clergĂ© d’aujourd’hui. Si quelqu’un devrait savoir, c’est bien les–les–les Ă©vĂȘques, et les archevĂȘques, et–et les ministres, et les docteurs en thĂ©ologie, eux devraient savoir ce qu’il en est. Mais pourquoi ne savent-ils pas? Hum! Quelle contradiction! Nous sommes en prĂ©sence de quoi, ici, si ce n’est une–une contradiction! Ils prĂ©tendent adorer Dieu, et ils tuent le Prince de la Vie. Ils, “lĂ , ils Le crucifiĂšrent”, et ici ils, de nouveau, ils font la mĂȘme chose, car Il est la Parole.
E-117 C’est ce qu’Il est : uniquement un reflet de la Parole. Et c’est ce qu’Il est aujourd’hui : un reflet de la Parole, Il essaie de trouver quelqu’un en qui Il pourra Se reflĂ©ter.
E-118 Et ces gens tiennent l’assemblĂ©e Ă©loignĂ©e de Dieu. Et–et s’il y a quelque chose qui se produit, et que l’assemblĂ©e en parle, alors ils condamnent ça du haut de l’estrade, du haut de la chaire, et ils disent : “C’est du fanatisme. Tenez-vous loin de ça!” Et c’est ainsi qu’ils crucifient JĂ©sus-Christ en 196 3, et ils sont tout aussi coupables que ces gars-lĂ  l’étaient Ă  la... en ce jour-lĂ . C’est une dĂ©claration terrible, mais c’est la vĂ©ritĂ©. En raison... C’est exactement ce qu’ils font aujourd’hui.
E-119 Et en raison de ces choses, en raison du fait qu’ils crucifient Christ, en raison du fait que la Parole, ils La retirent aux gens; c’est exactement ce qu’ils avaient fait lĂ -bas. La Parole mĂȘme que Dieu reflĂ©tait dans Son propre Fils pour prouver que C’était bien la Parole, et Celui qu’ils prĂ©tendaient aimer, le JĂ©hovah qui S’était manifestĂ© selon les Écritures, qui avait fait exactement ce qu’Il avait dit qu’Il ferait, exactement ce que Dieu avait dit qu’Il ferait, et qui avait reflĂ©tĂ© Cela devant eux. Pour l’amour de leurs groupes, de leurs Ă©glises, et de ce genre de chose, ils ont condamnĂ© le Prince de la Vie.
E-120 Et moi, je condamne ce mĂȘme groupe-lĂ  aujourd’hui, et je les accuse, ils sont coupables devant Dieu, par la Parole de Dieu, de faire la mĂȘme chose. Cette gĂ©nĂ©ration est mise en accusation. Souvenez-vous, HĂ©breux 13.8 : “Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement.”
E-121 Comment ont-ils pu Le mettre en accusation? C’est parce que leurs credos refusaient de L’accepter, mais au fond de leur coeur, ils savaient ce qu’il en Ă©tait. NicodĂšme, au chapitre 3 de Jean, ne l’a-t-il pas bien exprimĂ©? “Rabbi, nous, les pharisiens,” les prĂ©dicateurs, les docteurs, “nous savons que Tu es un docteur envoyĂ© de Dieu, car personne ne peut faire ces choses que Tu fais, si Dieu n’est avec lui.” Voyez? Ils en ont rendu tĂ©moignage publiquement, par la bouche de l’un de leurs hommes de renom, et dans la commotion... Ă  cause de leurs credos, ils ont crucifiĂ© Christ.
E-122 Et aujourd’hui, il n’y a pas un seul lecteur qui ne puisse lire Actes 2.38 autant que moi, je peux Le lire, et tous les autres Passages autant que moi, je peux Les lire. Mais, Ă  cause de leurs credos, et Ă  cause de leur carte de la dĂ©nomination, qu’ils ont dans leur poche, leur marque de la bĂȘte qu’ils portent sur eux, leur carte de l’association; et en acceptant ces choses, ils crucifient de nouveau, pour leur part, JĂ©sus-Christ, ils Le crucifient devant le public, et ils blasphĂšment le Dieu mĂȘme qui avait promis de faire Ceci, entraĂźnant toute la race dans la damnation.
E-123 Donc, lĂ , “ils”, non pas le pĂ©cheur. “Ils”, c’est-Ă -dire l’église de ce jour-lĂ , ils ont portĂ© un jugement dĂ©favorable sur l’Homme qui Ă©tait la Parole. Pas vrai? Ils ont portĂ© un jugement dĂ©favorable sur l’Homme qui Ă©tait la Parole. Maintenant ils portent un jugement dĂ©favorable sur la Parole qui oeuvre Ă  travers l’homme. Voyez-vous, ils font tout simplement l’inverse. Alors que Ce qui est dans la personne, ce Saint-Esprit qui oeuvre Ă  travers elle, c’est la confirmation de Dieu.
E-124 Comment ont-ils su qu’Il Ă©tait le Christ? C’est parce que Ses oeuvres prouvaient ce qu’Il Ă©tait. Il a dit : “Lequel d’entre vous peut Me dĂ©clarer coupable de pĂ©chĂ©? Si Je n’ai pas fait exactement ce que l’Écriture avait dit que Je ferais! Et lequel... Que quelqu’un vienne Me dire en quoi J’ai Ă©chouĂ©, si Je n’ai pas prĂ©sentĂ© tous les signes qui dĂ©montrent que Je suis le Messie, que Je suis Celui-lĂ  mĂȘme dont vous promettiez la venue.” Ils ont dit, ils ont dit : “Eh bien, nous avons MoĂŻse. Nous croyons MoĂŻse.”
E-125 Il a dit : “Si vous croyiez MoĂŻse, vous Me croiriez aussi. Si vous... MoĂŻse a vu Mon jour, et Il a dĂ©sirĂ© de–de vivre en ce jour. MoĂŻse l’a vu de loin, et les prophĂštes aussi. Et vous y voilĂ , vous vivez tout prĂšs de Cela, et vous condamnez...” Il a dit : “Hypocrites!”, Il a dit, “vous savez discerner l’aspect des cieux, mais le signe du temps, vous ne pouvez le discerner.”
E-126 VoilĂ , c’est ça : le signe du temps. Comment L’ont-ils Ă©tiquetĂ©? Comme “un fanatique, un fou”. Oui, ils ont portĂ© un jugement dĂ©favorable sur l’Homme qui Ă©tait la Parole.
E-127 Il Ă©tait la Parole. Jean, chapitre 1, le prouve : “Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair, et Elle a habitĂ© parmi nous.” Il Ă©tait la Parole vivante de Dieu, parce qu’Il exprimait Dieu Ă  travers Lui. Il Ă©tait complĂštement abandonnĂ© Ă  la–à la Parole de Dieu, Ă  tel point que Lui et la Parole, c’était une seule et mĂȘme chose. Et c’est exactement ce que l’Église devrait ĂȘtre aujourd’hui : avec la Parole de Dieu, une seule et mĂȘme chose.
E-128 Comment pouvez-vous ĂȘtre une partie de cette Parole, alors que vous La niez pratiquement toute? Et la raison pour laquelle ça se passe comme ça, ce n’est pas Ă  cause des gens, – et c’est pour ça, je pense, que Dieu m’a parlĂ© du fait d’appeler Son peuple des “Ricky” et des “Ricketta”, – c’est Ă  cause de ces dĂ©nominations Ă©goĂŻstes, c’est Ă  cause d’elles que les gens mĂšnent le genre de vie qu’ils mĂšnent. Ils ont crucifiĂ© la VĂ©ritĂ©. Et les gens appellent Cela un blasphĂšme, ou plutĂŽt ils En font le blasphĂšme. Ils appellent Cela du fanatisme, et tout, sans savoir qu’ils sont en train de blasphĂ©mer le Dieu mĂȘme qu’ils veulent servir en allant Ă  l’église.
E-129 Par consĂ©quent, j’accuse cette bande de membres du clergĂ©, aujourd’hui. J’accuse cette gĂ©nĂ©ration, au Nom de JĂ©sus-Christ, par l’autoritĂ© de la Parole de Dieu. Vous Le crucifiez de nouveau.
E-130 Remarquez, “Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement”, la Parole de Dieu confirmĂ©e dans un homme.
E-131 Comparez les deux Calvaires et l’accusation de chacun. Souvenez-vous : “Parce qu’Il Se fait Dieu, nous ne voulons pas que cet Homme rĂšgne sur nous.” Quel chef d’accusation ont-ils trouvĂ©, quand ils ont tenu conseil ce matin-lĂ , quand ils ont crucifiĂ© JĂ©sus? C’est “qu’Il Se faisait Dieu”. Il Ă©tait Dieu. “Et qu’Il violait le sabbat.” Et Il Ă©tait MaĂźtre du sabbat. Ils L’ont condamnĂ© parce qu’Il Se faisait Dieu. “Tu n’as pas le droit de faire ça. Tu n’as pas le droit. Nos souverains sacrificateurs, s’il y a quoi que ce soit qui doit venir, c’est par nos sacrificateurs que ça viendra.” Maintenant comparez ça au Calvaire d’aujourd’hui.
E-132 Alors que Dieu, qu’il avait plu au PĂšre, Ă  Dieu, Ă  l’Esprit, de susciter Son propre Fils; Il a couvert Marie de Son ombre, par le Saint-Esprit, et Il a engendrĂ© un corps qui pourrait Le servir et exĂ©cuter Son dessein, alors qu’Il, que “Dieu Ă©tait en Christ, la plĂ©nitude de la DivinitĂ© corporellement Ă©tait en Lui”, reflĂ©tant ce que Dieu Ă©tait, devant les gens, faisant connaĂźtre au–faisant connaĂźtre au monde entier ce que Dieu voulait de chaque individu : qu’il soit un fils, une fille. Il s’est servi d’un seul Homme pour accomplir cela. Mais, parce qu’Il n’était pas entrĂ© dans les rangs de leur organisation, ils L’ont condamnĂ© et L’ont crucifiĂ©.
E-133 Maintenant comparez ce Calvaire-lĂ  Ă  aujourd’hui. [espace.non.enregistrĂ©.sur.la.bande–N.D.É.] À cause des prĂ©jugĂ©s de leurs organisations, Ă  cause de l’indiffĂ©rence qui rĂšgne parmi les Ă©rudits, qui devraient connaĂźtre la Parole et le plan de Dieu; Ă  cause de ces choses, alors Dieu se sert d’un petit groupe de gens Ă  travers lesquels Il peut oeuvrer quelque part, et Se reflĂ©ter, des gens qui vont s’humilier devant la Parole. Et ils ne peuvent pas dire qu’il n’en est pas ainsi.
E-134 Ils ne pouvaient pas dire qu’Il n’avait pas fait ces choses, car leur assemblĂ©e en avait Ă©tĂ© tĂ©moin. C’était devant eux. Ils ne pouvaient pas le nier. Ils ne pouvaient pas nier Ses affirmations, parce que la Parole mĂȘme qu’ils dĂ©claraient croire, c’était Elle qui avait prouvĂ© qu’Il Ă©tait bien cela. En effet, Dieu avait pris la Parole qui devait correspondre au Messie, et Il L’avait dĂ©montrĂ©e Ă  travers un Homme. Alors il fallait qu’ils se dĂ©barrassent de Lui. Le seul moyen pour eux de pouvoir continuer, c’était de se dĂ©barrasser du Messie. Et ils l’ont fait, parce qu’ils Ă©taient aveugles et qu’ils Ă©taient dans l’ignorance, malgrĂ© leur instruction. Ils Ă©taient futĂ©s, intelligents; je parle de l’intelligence du monde.
E-135 Comme nous avons fait la comparaison l’autre soir : quand la LumiĂšre a touchĂ© le jeune homme riche, regardez ce qu’il a fait. Il a rejetĂ©; un homme intelligent. Paul, un autre homme intelligent, la LumiĂšre l’a touchĂ©. Qu’est-ce qu’il a fait? Il L’a acceptĂ©e. Il a oubliĂ© tout ce qu’il avait connu jusque-lĂ , pour pouvoir connaĂźtre Christ. C’est ce qui a rendu sa vie digne de l’Évangile. (Le Message de dimanche soir passĂ©.)
E-136 La voilĂ  aujourd’hui. Elle va peut-ĂȘtre toucher un petit homme qui s’en Ă©tait allĂ©, – il avait un appel de Dieu, c’est ce qu’il ressentait, – il s’en Ă©tait allĂ© au sĂ©minaire, et il y avait appris un credo. Il doit vivre d’aprĂšs ce credo-lĂ , sinon il devra cĂ©der sa carte de l’association. Et s’il le fait, c’est une tache Ă  sa rĂ©putation, plus personne ne voudra de lui, parce qu’à un moment donnĂ© il faisait partie de quelque chose d’autre, mais que maintenant il n’en fait plus partie. Ils pensent qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond chez cet homme, et ils ne veulent pas de lui dans leur assemblĂ©e. Alors que l’assemblĂ©e, tout ce qu’elle veut voir comme signe, c’est s’il croit ce que, eux, ils croient.
E-137 S’il a sa carte, s’il est mĂ©thodiste, s’il est une carte... s’il fait partie d’une autre assemblĂ©e, ou qu’il est unitaire, ou trinitaire, ou quoi que ce soit, de l’église de Dieu, ou dans les rangs des pentecĂŽtistes, et tous ces rangs-lĂ . S’il porte une carte, ils considĂšrent que le siĂšge de l’organisation l’a inspectĂ© : on a mesurĂ© son Ă©tat mental, on lui a fait passer un test psychiatrique, on a vĂ©rifiĂ© si son quotient intellectuel Ă©tait assez Ă©levĂ© pour parler devant eux. Sinon, ils le refusent. C’est vrai.
E-138 Mais, voyez-vous, l’assemblĂ©e devrait chercher Ă  voir la main du Seigneur, voir si Dieu lui a donnĂ© son ordination ou pas. VoilĂ  ce que nous devrions regarder. Mais aujourd’hui ils crucifient de nouveau le–le–le Fils de Dieu. Quand un homme a la capacitĂ© – que, par la grĂące de Dieu, il a Ă©tĂ© appelĂ© de Dieu – de laisser Dieu Se reflĂ©ter en lui. “Vous ferez, vous aussi, les oeuvres que Je fais”, a-t-Il dit. Remarquez : quel jour que celui oĂč nous vivons!
E-139 Ils–ils considĂšrent, ils–ils considĂšrent ce–ce mĂȘme Calvaire, – nous pouvons le faire ce matin, – et pour le mĂȘme motif. Or, ils savaient que C’était la VĂ©ritĂ©; mais, Ă  cause de la jalousie, des prĂ©jugĂ©s. Qu’est-ce que JĂ©sus leur a dit? “Si Je chasse les dĂ©mons par le doigt de Dieu, alors vous, par qui–par qui les chassez-vous? Qu’ils soient eux-mĂȘmes vos juges, voyez-vous, si c’est par le doigt de Dieu que Je chasse les dĂ©mons.”
E-140 Maintenant, comme vous les avez entendus dire : “Pouvez-vous prouver que c’est le doigt de Dieu?” J’aurais aimĂ© voir, j’aurais aimĂ© les entendre Lui poser cette question-lĂ . Ils Ă©taient trop futĂ©s pour ça.
E-141 Remarquez, “parce qu’Il Se faisait Dieu”, et Il Ă©tait Dieu. “Et nous ne voulons pas qu’Il rĂšgne sur nous.”
E-142 Mais maintenant, voilĂ  que le mĂȘme vieux cri se fait entendre. “Cette Bible a Ă©tĂ© Ă©crite par des hommes”, qu’ils disent. “Nous ne sommes pas obligĂ©s d’aligner notre vie LĂ -dessus.” Ça, c’est Celle de Dieu, ça, c’est la Parole de Dieu. C’est Dieu Lui-mĂȘme. Hier, je parlais Ă  un homme, qui disait : “Eh bien, c’est peut-ĂȘtre un homme qui a Ă©crit la Bible.” J’ai dit : “Oui, c’est ça. Son Nom – nous savons que c’est Dieu.”
E-143 Elles ont Ă©tĂ© Ă©crites dans un intervalle de quatre mille ans, presque, les Écritures l’ont Ă©tĂ©, Ă  partir de l’époque reculĂ©e de Job, jusqu’à celle du Nouveau Testament, et Elles ont Ă©tĂ© Ă©crites par des centaines, par–par... et Ă  des centaines d’annĂ©es d’intervalle, et Elles ont Ă©tĂ© Ă©crites par diffĂ©rents hommes, des hommes qui ne se connaissaient pas, Ă©crites dans diffĂ©rentes rĂ©gions du pays, et pas une seule Parole ne condamne l’autre. Je dĂ©fie n’importe qui de venir se mettre sous le Sang de JĂ©sus-Christ et rĂ©clamer toute promesse qui s’Y trouve! Dieu est tenu de L’accomplir.
E-144 Mais ils ne le feront pas. Ils vont venir lĂ , dire : “Ô Seigneur, je voudrais faire quelque chose. Donne-moi un grand don. AllĂ©luia, Seigneur! Gloire Ă  Dieu, je crois que je l’ai reçu. AllĂ©luia!” Ça ne marchera jamais. Peut-ĂȘtre que vous produirez beaucoup de psychologie, mais ça ne marchera pas.
E-145 Dieu doit accepter cette repentance. C’est Dieu qui doit faire ça. Nous pourrions dire beaucoup de choses là-dessus, mais j’espùre que vous–que vous comprenez.
E-146 Regardez, mais maintenant, ils ne veulent pas que la Parole rĂšgne sur eux. Je dis : “Tous autant que vous ĂȘtes, faites demi-tour. Votre baptĂȘme est faux. Vous ĂȘtes baptisĂ©s dans l’église catholique.”
E-147 “Vous ĂȘtes qui, vous, pour venir nous dire ça?” Ce n’est pas moi; c’est la Parole. “Mais je vais vous dire, nous–nous croyons...” Peu m’importe ce que vous croyez; ça, c’est ce que dit la Bible. “Mais nous ne sommes pas obligĂ©s d’aligner notre vie LĂ -dessus.”
E-148 Oui, vous ĂȘtes obligĂ©s de le faire, sinon le jugement de cette Bible est sur vous. En effet : “Quiconque retranchera une seule Parole de Ceci, ou Y ajoutera une seule parole, Ă  celui-lĂ  sera retranchĂ©e, sa part, du Livre de Vie”, qu’il soit ministre, membre du clergĂ©, ou qui qu’il soit. Vous devez vous soumettre Ă  l’autoritĂ© de cette Parole, car Elle est Dieu. La Bible dit qu’Elle est Dieu.
E-149 “Nous ne voulons pas qu’Elle rĂšgne sur nous.” Ils optent pour leurs credos, leurs dĂ©nominations, et leurs–leurs petites futilitĂ©s auxquelles ils croient et qui ont Ă©tĂ© adoptĂ©es par des conseils d’hommes, ils optent pour ça plutĂŽt que d’opter pour la Parole de Dieu.
E-150 Qu’est-ce qu’ils ont fait? Au jour de la premiĂšre crucifixion, ils ont acceptĂ© un Barabbas, un meurtrier, au lieu d’accepter le Fils de Dieu.
E-151 Et aujourd’hui, ils acceptent la parole d’un homme, ce qui est un mensonge et le chemin de la mort, et ils refusent d’accepter le chemin de la Vie, la Parole de Dieu. Je condamne cette gĂ©nĂ©ration, je l’accuse, par la Parole du Seigneur : ils ont tort. Ils sont coupables de crucifixion, ou de chercher Ă  crucifier l’Esprit.
E-152 Partout ils rĂ©clament un rĂ©veil. Comment allez-vous faire pour avoir un rĂ©veil, alors que la Parole Elle-mĂȘme ne peut pas agir dans les gens? J’aimerais bien que quelqu’un me donne une rĂ©ponse Ă  ça. Comment est-ce possible, alors que vous niez le RĂ©veil Lui-mĂȘme? Le prophĂšte a bien parlĂ© d’eux : “Des formes extĂ©rieures de piĂ©tĂ©.” Les formes extĂ©rieures qu’ils adoptaient, Ă  cette Ă©poque-lĂ , niaient la Parole de Vie. Les formes extĂ©rieures qu’ils adoptent aujourd’hui, nient la chose qui peut leur apporter un rĂ©veil; les credos et les formes extĂ©rieures qu’ils adoptent. Oui monsieur.
E-153 Ils optent pour la dĂ©nomination et pour leurs credos plutĂŽt que d’opter pour la–la Parole, et c’est ce qui crucifie Sa Parole, et annule l’effet de Sa Parole sur les gens. Quand ils voient la Parole de Dieu, de façon si vivante, Se mettre en place, alors que Dieu avait fait la promesse qu’Il ferait ceci, et voici qu’Il le fait; et eux, ils se moquent de Ça, et ils s’En Ă©loignent, c’est un blasphĂšme. Et ils cherchent Ă  crucifier la Parole Elle-mĂȘme.
E-154 Pourquoi est-ce qu’ils La crucifient? Ils ne peuvent pas crucifier la Parole, pas plus qu’ils n’ont pu crucifier Dieu. Ils ont pu crucifier le corps dans lequel habitait Dieu, le Fils de Dieu. Ça, ils ont pu le crucifier, mais ils ne peuvent pas crucifier Dieu. Il fallait qu’Il soit crucifiĂ©, cette fois-lĂ , parce qu’Il Ă©tait le Sacrifice, ce afin de faire entrer beaucoup de fils qui avaient Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s Ă  la Vie Éternelle. Il fallait qu’ils le fassent en ce temps-lĂ , mais ils ne peuvent pas le faire maintenant. Ils ne peuvent pas le faire, car la Parole Elle-mĂȘme continuera Ă  vivre. Mais ils...
E-155 “Qu’est-ce qu’ils font? Comment se forment-ils? Qu’est-ce que vous ĂȘtes en train de dire, alors, prĂ©dicateur? Comment est-ce que vous bĂątissez votre plateforme ici, pour dire qu’ils Le crucifient, alors?”
E-156 Ils crucifient les effets de l’Évangile sur les gens, par leurs credos. VoilĂ  la crucifixion. C’est que les gens sont assis lĂ , dans ces grandes morgues qu’ils appellent des Ă©glises, des dĂ©nominations, et ils tracent une ligne de dĂ©marcation par leur credo, et ça... La Parole de Dieu ne peut avoir aucun effet sur eux, parce qu’ils–qu’ils condamnent les choses mĂȘmes dont Christ avait dit qu’elles se produiraient. C’est qu’elles n’arrivent pas en conformitĂ© avec leur credo.
E-157 JĂ©sus non plus, Il n’est pas venu en conformitĂ© avec la conception qu’ils s’étaient faite de Sa venue. Il est venu comme Dieu L’a envoyĂ©, et Il est venu d’une maniĂšre tout Ă  fait conforme Ă  la Parole. Ce n’est pas Ă©tonnant qu’Il ait dit qu’Il l’avait “cachĂ© aux yeux des sages et des intelligents, et qu’Il l’avait rĂ©vĂ©lĂ© aux petits enfants, qui seraient disposĂ©s Ă  apprendre”. Est-ce que vous comprenez? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.]
E-158 Oh, ils ont crucifiĂ© les effets de la Parole. J’ai une sĂ©rie de passages de l’Écriture ici. Je pourrais peut-ĂȘtre juste en citer deux ou trois. Ils La crucifient. Vous dites : “Comment est-ce qu’ils crucifient la Parole?”
E-159 Alors que JĂ©sus a dit qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement, HĂ©breux 13.8, eux, ils disent : “D’une certaine maniĂšre, Il l’est.” Voyez? Bien.
E-160 Et JĂ©sus a dit, le dernier commandement qu’Il a donnĂ© Ă  l’Église : “Allez par tout le monde,” Marc 16, “allez par tout le monde, et prĂȘchez l’Évangile. Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru. Par tout le monde; Ă  toute la crĂ©ation!” On n’en a pas encore atteint la moitiĂ©. Et il y a des millions de gens qui meurent, chaque annĂ©e, qui n’ont jamais mĂȘme entendu le Nom de JĂ©sus. Donc, c’est toujours la consigne gĂ©nĂ©rale. C’est toujours un commandement de Dieu. “Par tout le monde, et prĂȘchez l’Évangile Ă  toute la crĂ©ation. Celui qui croira et qui sera baptisĂ© sera sauvĂ©; celui qui ne croira pas sera condamnĂ©. Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru : en Mon Nom, ils chasseront les dĂ©mons; ils parleront de nouvelles langues; s’ils saisissent des serpents ou boivent quelque breuvage mortel, cela ne leur fera point de mal; s’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris.”
E-161 Et eux, ils disent : “Ça s’appliquait Ă  cette gĂ©nĂ©ration-là”, et ils annulent ainsi l’effet du commandement de Dieu, et ils crucifient l’effet que doit avoir la Parole sur les gens. Amen.
E-162 Pierre a dit, le Jour de la PentecĂŽte, alors qu’il avait les clĂ©s du Royaume; JĂ©sus venait de les lui donner : “Tout ce que tu diras ici, Je le dirai LĂ -haut.”
E-163 Et, le Jour de la PentecĂŽte, ils ont demandĂ© ce qu’ils devaient faire pour recevoir le Saint-Esprit, dont ils se rĂ©jouissaient tant; ils observaient ces autres personnes, qui avaient un comportement qu’eux auraient qualifiĂ© de ridicule : ils titubaient, ils sautaient, ils tombaient, et ils se comportaient comme s’ils Ă©taient ivres. Et les gens disaient : “Ils sont pleins de vin doux.”
E-164 Mais un homme s’est levĂ©, il s’appelait Pierre, c’est lui qui avait les clĂ©s du Royaume, et il a dit : “Ces gens ne sont pas ivres,” Actes 2, “comme vous le supposez, car c’est la troisiĂšme heure du jour. Mais c’est ici ce qui a Ă©tĂ© annoncĂ©.” Voyez-vous, un retour tout droit Ă  la Parole, de nouveau, ce qui montre que l’Esprit est toujours Parole, et que la Parole est toujours Esprit, la Parole de Dieu. “Alors, comme l’a dit le prophĂšte JoĂ«l, JoĂ«l 2.38 : ‘Alors, dans les derniers jours, dit Dieu, Je rĂ©pandrai Mon Esprit sur toute chair.’”
E-165 Écoutez ce prophĂšte, qui se tenait lĂ . Regardez-le, sans peur il se tient lĂ  devant cette bande de gens, et il les condamne, il les accuse. Il a dit : “C’est ici l’Écriture! C’est ici ce qui a Ă©tĂ© annoncĂ© par le prophĂšte! ‘Je rĂ©pandrai Mon Esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles prophĂ©tiseront. Sur Mes servantes et sur Ma servante Je rĂ©pandrai de Mon Esprit; Je ferai paraĂźtre des signes en haut dans les cieux, et sur la terre : du feu, et des colonnes de fumĂ©e, et de vapeur.’” Il L’a prouvĂ© par la Parole, que C’était bien la Parole.
E-166 Et ils ont rigolĂ© et s’En sont moquĂ©s, et ils ont Ă©tĂ© jugĂ©s. La ville a Ă©tĂ© brĂ»lĂ©e, et ils ont mangĂ© les enfants les uns des autres. Et aujourd’hui, ils sont un peuple dispersĂ© partout dans le monde. Ce qui montre que le Saint-Esprit est encore la Parole de Dieu, Il apporte cette Parole, Il La faire vivre.
E-167 JĂ©sus-Christ Ă©tait la Personne, l’Homme, Dieu. AllĂ©luia. Il Ă©tait la manifestation de Dieu. Il Ă©tait Dieu sous une forme corporelle, pour reflĂ©ter la Parole de Dieu qui s’appliquait Ă  cet Ăąge-lĂ , pour faire voir Ă  cet Ăąge-lĂ  la promesse de Dieu qui s’appliquait Ă  cet Ăąge-lĂ .
E-168 Et le Saint-Esprit, c’est la mĂȘme chose aujourd’hui. C’est l’Esprit de Dieu sur la Parole Ă©crite, qui essaie de trouver quelqu’un par qui Il pourra Se reflĂ©ter Ă  cet Ăąge-ci, pour prouver qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement. Jean 14.12 : “Vous ferez, vous aussi, les oeuvres que Je fais.” “JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement.” Voyez? Il cherche constamment Ă  Se frayer un chemin pour arriver Ă  Se reflĂ©ter.
E-169 Eux, ils n’ont pas pu le faire. Ces gens pensaient tellement de bien de leurs dĂ©nominations, de leurs petits nids qu’ils avaient, et tout, ce qu’ils appelaient leurs â€œĂ©glises”, qu’ils ne voulaient pas Ă©couter ça. Et c’est aussi ce qu’ils font aujourd’hui, la mĂȘme chose, ils crucifient de nouveau.
E-170 Pierre, le Jour de la PentecĂŽte, il a dit : “Vous qui sĂ©journez Ă  JĂ©rusalem, en JudĂ©e, prĂȘtez l’oreille Ă  mes paroles. Ces gens ne sont pas ivres. Si vous restez tranquilles, je vais vous montrer ce qu’il en est.” Et il s’est mis Ă  le leur expliquer.
E-171 Alors ils ont eu le coeur vivement touchĂ©, aprĂšs avoir entendu Cela, ils ont dit : “Que pouvons-nous faire pour ĂȘtre sauvĂ©s? Que pouvons-nous faire pour recevoir Ceci? Nous sommes convaincus que ta parole est vraie.”
E-172 Il a dit : “Repentez-vous, chacun de vous, et soyez baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus-Christ, pour la rĂ©mission de vos pĂ©chĂ©s, et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car ceci est pour vous, pour vos enfants, et pour ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. Voici ce qu’ils doivent faire. Se repentir, et ĂȘtre baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus-Christ.”
E-173 Et aujourd’hui, l’église catholique romaine a adoptĂ© “PĂšre, Fils et Saint-Esprit”, pour remplacer Cela. Au lieu de Cela, une communion. “Tirez la langue, avalez l’hostie, le prĂȘtre va boire le vin, et ensemble vous faites un.” La “communion”, – au lieu que ce soit le Saint-Esprit, – ils appellent ça la “sainte Eucharistie”. Et “PĂšre, Fils, Saint-Esprit”, un baptĂȘme trinitaire, alors qu’il n’en est mĂȘme pas fait mention dans la Bible. Le Nom du PĂšre, Fils et Saint-Esprit, c’est le Seigneur JĂ©sus-Christ. Et quand on montre ça Ă  cette gĂ©nĂ©ration perverse...
E-174 Comme Pierre l’a dit : “Sauvez-vous de cette gĂ©nĂ©ration perverse.”
E-175 Quand on leur montre ce qu’il En est, qu’est-ce qu’ils font? Ils se moquent de Ça, et ils disent : “Ce n’est pas comme ça que notre Ă©glise L’enseigne.” Alors vous ĂȘtes coupables, vous ĂȘtes coupables de la crucifixion de JĂ©sus-Christ, parce que vous retirez aux gens la puissance de Dieu. Vous crucifiez la Parole Elle-mĂȘme, Ă  leurs yeux, et vous vous condamnez, vous-mĂȘmes ainsi que votre assemblĂ©e, vous les conduisez dans un piĂšge mortel.
E-176 Comme je le disais de ce ministre, dimanche passĂ©, de Martin Luther King, qui est lĂ -bas avec ces prĂ©cieuses gens, en train de les conduire directement dans un piĂšge mortel. Oh, si seulement quelqu’un pouvait parler Ă  cet homme! Si seulement je le pouvais. Juste Ă  cause d’un petit soulĂšvement au sujet de la proposition des Ă©coles, voyez-vous, ou quelque... Qu’est-ce que ça change, ça? MisĂ©ricorde! Si les gens n’ont pas assez de coeur pour cĂŽtoyer un homme, Ă  cause de sa couleur, ils sont condamnĂ©s et morts, de toute façon. Le pays leur donne ce droit-lĂ . Ne luttez pas contre ça. Non. Qu’est-ce qui se passerait si quelqu’un dĂ©clarait que tous les Irlandais, ou quelqu’un comme ça, tous les Allemands, ou quelqu’un d’autre, qu’ils n’ont pas le droit de cĂŽtoyer les autres? Ça ne troublerait pas du tout les ChrĂ©tiens; ils continueraient Ă  avancer quand mĂȘme. Et cet homme-lĂ  est ChrĂ©tien. Lui qui est–qui est ministre, il ne devrait pas pousser ces gens-lĂ  Ă  se rĂ©volter contre ça. Ils vont entraĂźner des millions de personnes dans la mort. Ça va dĂ©clencher un autre mouvement rĂ©volutionnaire. Et c’est honteux de faire une chose pareille.
E-177 Et c’est la mĂȘme chose qui se passe ici mĂȘme. Exactement la mĂȘme chose, de nouveau. C’est vrai. Voyez? Les gens, oh, si seulement ils voulaient considĂ©rer la VĂ©ritĂ©, et voir quelle est la VĂ©ritĂ©. “Notre Ă©glise ne croit pas ça. Nous, nous avons une autre maniĂšre de faire.” Eh bien, ce n’est pas la bonne maniĂšre de faire. Ce n’est pas la chose Ă  faire.
E-178 Il a dit : “Repentez-vous, et soyez baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus-Christ, pour la rĂ©mission de vos pĂ©chĂ©s.” Or, ils ne veulent pas le faire. Oh, alors, qu’est-ce qu’ils ont fait? Bon, ça, ce n’est qu’un point, il y en a des centaines. Nous allons y venir, peut-ĂȘtre, faire le plus vite possible.
E-179 Alors, maintenant, la deuxiĂšme crucifixion. Si un homme accepte “PĂšre, Fils, Saint-Esprit”, un–un credo, au lieu de la Parole, des titres au lieu du Nom, qu’est-ce qu’il fait aux gens? Il crucifie les effets de la Parole sur les gens, quand il dit que “Marc 16, c’était seulement pour cette gĂ©nĂ©ration-là”.
E-180 Alors que Dieu Lui-mĂȘme a dit, lĂ , JĂ©sus qui leur parlait, Il a dit : “Allez par tout le monde, et prĂȘchez l’Évangile Ă  toute la crĂ©ation. Celui qui croira et qui sera baptisĂ© sera sauvĂ©; celui qui ne croira pas sera condamnĂ©. Voici les signes qui accompagneront ceux...” Jusqu’oĂč? Toute nation, tout credo, toute langue, toute race, tout peuple, le mĂȘme Évangile. “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru.” Et quand un homme essaie de retrancher Ça de la Bible, il crucifie les effets de l’Évangile sur l’assemblĂ©e. Donc, je vous accuse, au Nom de JĂ©sus-Christ! Vous ĂȘtes coupables du meurtre du Seigneur!
E-181 L’église L’a haĂŻ. Pourquoi? Il Ă©tait leur Dieu, Lui-mĂȘme. Ils L’ont haĂŻ, et ils ont refusĂ© de L’accepter comme leur Messie. Non monsieur, ils ne voulaient pas d’un Messie comme celui-lĂ .
E-182 Et aujourd’hui l’église fait la mĂȘme chose. Elle nie la Parole. Ils n’En veulent pas. Elle contredit ce qu’on leur a enseignĂ© Ă  croire, dans leurs credos.
E-183 Et la Parole, c’est le Messie. Vous croyez ça? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Eh bien, le reflet de la Parole, alors, qu’est-ce que c’est? C’est de reflĂ©ter un Messie, qui est le Saint-Esprit au milieu de nous. Il Se reflĂšte, Il cherche Ă  le faire, partout oĂč Il peut trouver une lampe Ă  travers laquelle Il pourra regarder, qui n’est pas tout enfumĂ©e par des credos et tout, Ă  travers laquelle Il pourra Ă©mettre la LumiĂšre.
E-184 Souvenez-vous, “elles se levĂšrent et prĂ©parĂšrent leurs lampes”, elles en ont nettoyĂ© les verres, mais il Ă©tait trop tard. Alors, quand un homme voit les luthĂ©riens, les presbytĂ©riens, les mĂ©thodistes, qui essaient, en ces derniers jours, de venir recevoir le Saint-Esprit, eh bien, vous savez bien qu’ils ne Le reçoivent pas. Bon, il se pourrait qu’ils parlent en langues et qu’ils sautent en l’air, mais regardez bien ce qui se passe. Absolument, ils... C’est un signe du temps, qui montre que c’est terminĂ© pour elle. Nous sommes Ă  la fin.
E-185 D’une minute à l’autre, la–l’Église pourrait entendre la sommation : “Monte ici!” Amen.
E-186 Tout est bien en place, trĂšs exactement. Le Saint-Esprit est ici, Il prĂ©sente JĂ©sus-Christ comme une rĂ©alitĂ©, Ă  travers ceux en qui Il peut oeuvrer, Il dĂ©montre ce qu’Il est; Il descend, Il Se fait prendre en photo, Il le dĂ©montre, Il fait prendre ça, fait parler de ça par la science, et tout, Il le prouve, que c’est exactement ce qu’Il avait dit qu’Il ferait. Il fait exactement les choses qu’Il avait dit qu’Il ferait, le tout conforme Ă  l’Écriture. Or, il ne s’agit pas d’un credo, ni d’une idĂ©e qu’un homme aurait eue dans son emballement, – beaucoup de sang, de feu, de fumĂ©e, et ce genre de chose, – mais d’un signe du Messie, une preuve conforme Ă  l’Écriture. On a beaucoup d’imitations, et d’imitateurs, et–et tout, mais tout ce que ça fait, c’est permettre Ă  la vraie Parole de briller de Son plus bel Ă©clat, c’est vrai, des gens qui sont spirituels, qui savent discerner le vrai du faux. Voyez?
E-187 On Le renie! Ils ont reniĂ© leur Messie : “Nous ne voulions pas de Lui.” Et ils font la mĂȘme chose aujourd’hui. “Eh bien, s’il faut que j’aille lĂ -bas et que j’agisse comme cette bande de gens-lĂ , je n’En veux pas du tout.” TrĂšs bien, alors vous ne L’avez pas du tout. C’est tout. Voyez? C’est la mĂȘme chose maintenant.
E-188 Bien qu’Il ait Ă©tĂ© trĂšs bien identifiĂ©, ils n’ont pas voulu de Lui. Ils L’ont haĂŻ. Pourquoi donc? On appelait leurs pasteurs une bande de “serpents”. Il a dit : “Bande de murailles blanchies. Vous n’ĂȘtes rien d’autre qu’un cimetiĂšre. Au dehors, vous prĂ©sentez le raffinement des soutanes et des cols tournĂ©s vers l’arriĂšre, mais au dedans ce sont des ossements de morts.” Voyez? Il n’a pas pris de gants. C’était un petit GalilĂ©en tout simple, le fils d’un charpentier, mais Il n’a pas pris de gants, Il leur a dit ce qu’il en Ă©tait.
E-189 “Ne prĂ©tendez pas”, a dit Jean, Son prĂ©curseur, il a dit... En voilĂ  un autre qui n’a pas pris de gants. Il a dit : “Ne venez pas dire que vous avez Abraham pour pĂšre. De ces pierres-ci Dieu peut susciter des enfants Ă  Abraham.” Oui monsieur. “La cognĂ©e est mise Ă  la racine de l’arbre, et tout arbre qui ne produit pas de fruits est coupĂ© et jetĂ© au feu.” Oui monsieur. Dieu est sĂ©vĂšre, Il est ferme et inflexible quant Ă  Sa Parole. Oui monsieur.
E-190 Remarquez, JĂ©sus, qui avait Ă©tĂ© prouvĂ© par l’Écriture! M’écoutez-vous? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] JĂ©sus avait Ă©tĂ© identifiĂ© par Dieu, d’un bout Ă  l’autre des Écritures, comme Ă©tant le Messie. Pas vrai? [“Amen.”] Nous allons voir l’accusation portĂ©e par Pierre, dans quelques minutes, et vous allez voir si c’est le cas, oui ou non. Il avait Ă©tĂ© parfaitement bien identifiĂ©, comme Ă©tant Dieu manifestĂ© dans un Homme appelĂ© le Fils de Dieu. C’est vrai. Bien qu’Il ait Ă©tĂ© trĂšs bien identifiĂ©, et qu’Il ait confirmĂ© la Parole promise, qu’Il Ă©tait bien le Messie. MoĂŻse avait dit : “Ce Messie, quand Il viendra, Il sera prophĂšte”, et toutes ces choses qui allaient se produire.
E-191 La petite femme qui avait... qui Ă©tait au puits, dans cet Ă©tat de souillure totale, qu’est-ce que ça symbolisait? Que Dieu, en ces derniers jours, choisirait des bannis.
E-192 Vous vous souvenez, hier soir, aux noces... Ou, l’autre fois oĂč j’ai prĂȘchĂ© ici. Au souper des noces, ils disaient, ce qu’ils disaient lĂ  : “J’ai donnĂ© un grand festin, et tout. Et tous ces hommes, Je les avais conviĂ©s, mais chacun avait une excuse. ‘Je ne peux pas, parce que ça dĂ©molirait nos credos. Je ne peux pas y aller, parce que j’ai... j’ai Ă©pousĂ© une femme; elle ne veut pas que j’y aille. Oh, je–je me suis mariĂ© avec une Ă©glise, ici. Ma mĂšre Ă©tait mĂ©thodiste, ou baptiste, ou catholique, ou prot-... Je ne peux vraiment pas soutenir Ça.’”
E-193 Il a dit : “Et vous n’y viendrez pas. Et vous ne goĂ»terez pas de Mon souper! Mais va lĂ -bas, et contrains les prostituĂ©es, les impudiques, les ivrognes et tous ceux que tu trouveras. Fais-les entrer, et Je les remettrai d’aplomb. J’ai prĂ©parĂ© Mon souper, et ceux que J’avais–que J’avais conviĂ©s... J’ai dressĂ© la table, et quelqu’un y sera.” Ils n’étaient pas venus. Il condamnait les Juifs de cette Ă©poque-lĂ .
E-194 Qu’en est-il d’aujourd’hui? “Je–je–je fais partie des presbytĂ©riens. Je–je ne peux pas. Je suis mĂ©thodiste, luthĂ©rien. Je suis unitaire. Je suis binitaire. Je suis ceci. Je ne peux pas. Je ne peux pas.” VoilĂ . Alors, vous n’y serez pas! C’est exactement ce qu’Il a dit. Bien.
E-195 TrĂšs bien confirmĂ© comme Ă©tant le Messie. TrĂšs bien confirmĂ© comme Ă©tant la Parole, la Parole promise. Le Dieu qui avait promis la Parole, que c’est ce que le Messie allait ĂȘtre, voilĂ  qu’Il est venu et qu’Il s’est tenu lĂ , parfaitement. Il leur a dit : “Maintenant, en quoi ai-Je Ă©chouĂ©? Si vous ne pouvez pas Me croire comme Homme, croyez aux oeuvres que Je fais; car ce sont elles qui indiquent Qui Je suis. Ce sont elles qui indiquent que Je suis le Messie. Vous ne voulez pas Me croire, parce que vous pensez que–que Joseph, lĂ -bas... Et que Je suis nĂ© lĂ -bas dans cette petite cabane, et–et que Mon pĂšre nourricier, ici, c’est un–un charpentier, lĂ -bas. Et–et vous...”
E-196 Quand Il est arrivĂ© en GalilĂ©e, lĂ -bas, ils, et qu’Il allait... Il disait : “HĂ©! Qui est cet Homme? Qui est Celui-ci? Eh bien, cet Homme, n’est-ce pas... Joses et les autres, lĂ , ne sont-ils pas Ses frĂšres? Ses soeurs ne sont-elles pas avec nous? Sa mĂšre ne s’appelle-t-elle pas Marie, et Son pĂšre Joseph? OĂč, oĂč est-ce que vous ĂȘtes allĂ©s chercher un Gars comme ça? De quelle Ă©cole sort-Il? Il n’a pas de carte d’association. Il–Il n’a pas de rĂ©fĂ©rences. D’oĂč est-ce qu’un Gars comme ça... Mais enfin, oĂč est-ce que vous ĂȘtes allĂ©s chercher ça?” Et la Bible dit que c’était pour lui–pour lui une occasion de chute. Il a dit...
E-197 “Il ne put faire beaucoup de miracles”, Il leur a tournĂ© le dos et s’est Ă©loignĂ© d’eux. Il a dit : “Un prophĂšte n’est pas sans honneur, si ce n’est parmi ses parents, voyez-vous, dans sa rĂ©gion,” observez, “ou dans sa patrie.”
E-198 Le voilĂ , trĂšs bien confirmĂ© comme Ă©tant le Messie. Il ne s’attribuait aucun mĂ©rite personnel. Il disait : “Je ne peux rien faire, mais seulement ce que Je vois faire au PĂšre.” Et Il les a mis au dĂ©fi de se renseigner pour savoir si c’était bien le Messie.
E-199 Voyez cette petite femme de mauvaise vie; elle, elle l’a reconnu. Elle–elle n’était pas endoctrinĂ©e. La lampe n’était pas... CĂŽtĂ© moralitĂ©, elle avait tort, Ă©videmment. Personne n’aurait pu approuver ça. Les lois de Dieu condamnent ça. CĂŽtĂ© moralitĂ©, elle avait tort. Mais elle...
E-200 Voyez-vous, Dieu ne vous juge pas sur... ce que vous ĂȘtes. Il jou-... Il juge, non pas votre grandeur ou votre petitesse. Il juge votre coeur, ce que vous dĂ©sirez ĂȘtre.
E-201 Et toutes ces choses-lĂ , elle n’en voulait pas. Alors, quand Ceci a brillĂ© devant elle, c’est Ça qu’elle voulait. Peu importe ce qu’elle Ă©tait, Ă  ce moment-lĂ , elle Ă©tait prĂȘte Ă  venir. Voyez? Dieu juge le coeur. L’homme juge sur l’apparence extĂ©rieure. Dieu regarde au coeur. Peu importe ce qu’elle Ă©tait; cette LumiĂšre a brillĂ©, et avec ça, c’était rĂ©glĂ©. Elle a saisi la–la–la–l’essence de la Vie Éternelle.
E-202 Oh! la la! quelle richesse pour moi, voyez-vous, de voir et de savoir que c’est la VĂ©ritĂ©. Je–je m’en tiendrai Ă  Ceci. Je vais... Le Dieu du Ciel se lĂšvera, et ma voix sera sur la bande magnĂ©tique du grand temps de Dieu, lĂ -bas, et elle condamnera cette gĂ©nĂ©ration, au dernier jour. En effet, elle est–elle est sur bande magnĂ©tique, et puis lĂ , elle sera sur la bande Éternelle. C’est vrai. Elle condamnera cette gĂ©nĂ©ration de prĂ©dicateurs qui ont une forme extĂ©rieure de piĂ©tĂ©, mais qui renient la Puissance de la Parole et Sa manifestation, alors que C’est trĂšs bien identifiĂ©, qu’Il est toujours JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement. Je les accuse, par la Parole de Dieu.
E-203 Je dois en venir à une autre promesse, en vitesse, parce qu’il ne nous reste plus qu’une quinzaine de minutes.
E-204 “La ils–lĂ  ils...” Quoi? Oh! la la! Le Calvaire! Et ils Le “crucifiĂšrent”, troisiĂšmement. Ils L’ont crucifiĂ©, en ne reconnaissant pas la Parole promise de Dieu, qui avait Ă©tĂ© manifestĂ©e. Pourquoi ont-ils crucifiĂ© cet Homme-lĂ ? Pouvez-vous vous imaginer un peu? Permettez-moi de revenir lĂ -dessus, un instant. Quel motif ces gens-lĂ  pouvaient-ils bien avoir de crucifier un Homme comme celui-lĂ ? Comme Marie...
E-205 Comme ce livre que j’ai lu, une fois, qui s’intitulait Le Prince de la maison de David. Il a Ă©tĂ© Ă©crit par Ingraham, le docteur Ingraham. Un livre formidable! C’est un rĂ©cit dramatique, dans lequel on prĂ©tend qu’il y aurait une part de vĂ©ritĂ©; il s’agirait d’un manuscrit ancien provenant d’une femme qui se nommait Adina, dont... Elle Ă©tait venue en Palestine, depuis–depuis l’Égypte, le Caire, je crois, pour poursuivre ses Ă©tudes. Elle se trouvait lĂ -bas Ă  l’époque de–de Christ, et elle aurait Ă©crit des lettres Ă  son pĂšre. Il serait bon que vous le ramassiez quelque part et que vous le lisiez. C’est–c’est vraiment bien, Le Prince de la maison de David. Le mĂȘme homme qui a Ă©crit La Colonne de Feu; et c’est d’aprĂšs ça que Cecil DeMille a tournĂ© Les Dix Commandements.
E-206 Donc, dans ce livre, nous voyons que cette Adina Ă©crivait, et elle racontait lĂ  que, le jour de la crucifixion, Marie-Madeleine, de laquelle Il avait chassĂ© sept dĂ©mons, s’est prĂ©cipitĂ©e au-devant de la foule, en disant : “Qu’est-ce qu’Il a fait? Qu’est-ce qu’Il a fait? Rien d’autre que de guĂ©rir les malades et de chercher Ă  dĂ©livrer ceux qui Ă©taient en prison! Qu’est-ce qu’Il a fait, si ce n’est du bien? Dites-le-moi, quelqu’un!”
E-207 Et un homme l’a giflĂ©e, elle s’est presque retrouvĂ©e Ă  l’autre bout de la cour, et il a dit : “Allez-vous Ă©couter cette idiote, plutĂŽt que d’écouter vos sacrificateurs?”
E-208 VoilĂ . Voyez? Qu’est-ce qu’Il avait fait? Il n’avait rien fait. Pourquoi L’ont-ils crucifiĂ©? Pourquoi? Pourquoi? Parce qu’ils n’avaient pas reconnu Qui Il Ă©tait.
E-209 C’est la mĂȘme chose aujourd’hui. Les prĂ©dicateurs, et les gens de notre Ă©poque, et nos docteurs contemporains, ils ont tellement endoctrinĂ© les gens, pour qu’ils croient que Ceci, c’est de la “sorcellerie, ou que c’est du diable, ou de la tĂ©lĂ©pathie mentale, ou un coup montĂ©, ou un genre de tour”, Ă  tel point que les gens ne reconnaissent pas que c’est la confirmation de la Parole de Dieu pour aujourd’hui. Ce sont les signes du dernier jour.
E-210 Les Ă©glises, si vous ne faites pas partie de leur organisation, elles disent : “Ah, ça, eh bien, c’est de la frime. Ça, c’est–c’est un coup montĂ©. Eh bien, regarde, lĂ , un tel et une telle.” Mais qu’ils le prouvent donc, une seule fois, que la Chose authentique est un coup montĂ©. Ah oui. Qu’ils le prouvent donc, une seule fois, que C’est faux. Ils ne peuvent pas. Il est reconnu que Ça n’a jamais Ă©tĂ© faux, et Ça ne le sera jamais, parce que C’est Dieu. Voyez? Par contre, ils aiment bien montrer du doigt.
E-211 Ils pensent : “Oh, eh bien, si c’était un homme qui a une grande renommĂ©e!” Étant donnĂ© que c’est un petit groupe, une petite bande de gens qui sont un peu comme des bannis : “Eh bien, cette personne-lĂ , nous l’avons expulsĂ©e de notre Ă©glise.” Voyez? “Avant, ils–ils frĂ©quentaient notre groupe, voyez-vous, mais ils sont allĂ©s se joindre Ă  ceci, puis ils sont allĂ©s se joindre Ă  cela, et voilĂ  que maintenant, vous voyez, ils se sont retrouvĂ©s... Eh bien, regardez ce que c’est, qui c’est.”
E-212 Ça m’est Ă©gal. Ils auraient pu dire la mĂȘme chose de Pierre, Jacques et Jean. “Un homme du peuple sans instruction”, c’est ce qu’ils disaient. Mais ils ont Ă©tĂ© forcĂ©s de reconnaĂźtre qu’il s’était passĂ© quelque chose depuis ce temps-lĂ . Ils avaient Ă©tĂ© avec JĂ©sus. C’est ça qui faisait la diffĂ©rence. Voyez?
E-213 S’ils ont fait ça, c’est parce qu’ils n’ont pas reconnu Qui Il Ă©tait. Ils n’ont pas reconnu que la confirmation de la Parole de Dieu, ce n’était pas lĂ -bas qu’elle se trouvait, Ă  cette Ă©poque-lĂ ... Bon, elle s’y Ă©tait trouvĂ©e, Ă  une autre Ă©poque, ça, c’était bien exact; elle s’y Ă©tait trouvĂ©e, Ă  une autre Ă©poque : il fallait observer les lois, et tout. Mais ces mĂȘmes lois qui avaient Ă©tĂ©, qu’ils observaient, elles les dirigeaient vers le temps oĂč Il allait venir et ĂȘtre l’Homme mĂȘme qu’Il devait ĂȘtre. Ils avaient cette partie-ci, mais ils n’ont pas acceptĂ© l’autre partie.
E-214 Et ce qu’ils font maintenant, c’est la mĂȘme chose. Ils ont une Ă©glise, et ils “croient en JĂ©sus-Christ”, ils disent qu’ils croient en Lui, et tout, mais ils nient l’heure oĂč nous vivons! Ce qui ramĂšne le vieux proverbe, de nouveau : L’homme loue toujours Dieu de ce qu’Il a dĂ©jĂ  fait, il est dans l’expectative de ce qu’Il pourrait faire, ou de ce qu’Il fera, et il ne tient aucun compte de ce qu’Il est en train de faire – et il est condamnĂ© Ă  cause de ça. Voyez? Ils se disent : “Dieu est merveilleux. Comme Il est grand! Ce qu’Il va faire : Il va venir, et il va y avoir un EnlĂšvement, un jour, on va rentrer Ă  la Maison”, et ils nient les signes et les prodiges qui se produisent ici mĂȘme, en plein au moment oĂč l’Écriture avait annoncĂ© qu’Il le ferait. Ils passent complĂštement Ă  cĂŽtĂ© de la Chose!
E-215 “Si un aveugle conduit un aveugle,” a dit JĂ©sus, “ils tomberont l’un et l’autre dans une fosse.” Prions simplement Dieu qu’Il ouvre nos yeux, en ces derniers jours. Bien.
E-216 Maintenant c’est la mĂȘme chose, ils font la mĂȘme chose aujourd’hui. Ils renient et ils crucifient le mĂȘme Dieu aujourd’hui, en ne Le reconnaissant pas. La mĂȘme chose, en Le reniant. Et en faisant – du fait qu’ils Le renient – ces choses qu’ils font aujourd’hui, ils ne crucifient pas Christ de nouveau, pas exactement, mais ils blasphĂšment le Saint-Esprit. Et en faisant ça, ils... En quoi est-ce qu’ils blasphĂšment le Saint-Esprit? En quoi?
E-217 En quoi est-ce qu’ils L’avaient blasphĂ©mĂ©, Ă  cette Ă©poque-lĂ ? Eh bien, ils ne pouvaient pas Le blasphĂ©mer, Ă  l’époque; Il n’était pas encore venu. Ils ont appelĂ© JĂ©sus “BĂ©elzĂ©bul”, ils L’ont appelĂ© “BĂ©elzĂ©bul”, parce qu’Il connaissait les secrets de leur coeur, et tout. Ils disaient : “C’est un dĂ©mon.” Autrement dit : “C’est un diseur de bonne aventure. C’est comme ça qu’Il s’y prend, c’est de la divination. Ce n’est rien d’autre qu’un dĂ©mon.” Voyez-vous, ça faisait quatre cents ans qu’ils n’avaient pas eu de prophĂšte, alors ils avaient perdu l’habitude de ces choses. Voyez? Tout ce qu’ils avaient, c’était leurs lois. Ils disaient : “C’est BĂ©elzĂ©bul.”
E-218 Et JĂ©sus a dit : “Je vous le pardonne, mais quand le Saint-Esprit sera venu,” voyez-vous, maintenant, “si vous parlez contre Lui, ça ne vous sera jamais pardonnĂ©.”
E-219 Souvenez-vous, ça ne le sera, et ne le pourra, en aucun cas, il n’y a aucune misĂ©ricorde, quand vous blasphĂ©mez, et que vous appelez l’Esprit de Dieu, la Parole de Dieu qui a Ă©tĂ© confirmĂ©e par l’Esprit... Voyez-vous, la Parole dit qu’il en est ainsi, l’Esprit Le confirme, et vous, vous dites que C’est “quelque chose d’impur” : vous avez franchi la ligne qui sĂ©pare la misĂ©ricorde et le jugement, ça ne vous sera jamais pardonnĂ©.
E-220 C’est pour cette raison que j’accuse cette gĂ©nĂ©ration, d’ĂȘtre coupable de crucifier, de blasphĂ©mer le Fils de Dieu manifestĂ©, tel qu’il avait Ă©tĂ© promis – par tous les prophĂštes et par Christ Lui-mĂȘme – qu’Il serait, dans les derniers jours; comme aux jours de NoĂ©, aux jours de Sodome. Un blasphĂšme! En effet, ils crucifient aux yeux des gens le Fils de Dieu, de nouveau, Sa Parole confirmĂ©e. Une seule Parole contre Cela ne pourra jamais ĂȘtre pardonnĂ©e.
E-221 Maintenant, qu’est-ce que vous allez faire, alors? Quelle position allez-vous prendre? Ils sont condamnĂ©s, ils attendent simplement l’heure oĂč la colĂšre de Dieu se rĂ©pandra. Ils seront Ă©crasĂ©s.
E-222 Ils aiment la doctrine des dĂ©nominations faites de main d’homme et les dogmes plus que la Parole de Dieu confirmĂ©e; cette gĂ©nĂ©ration de gens. Oh! je–je voudrais bien avoir beaucoup de temps pour apporter ceci. Voyez? Cette gĂ©nĂ©ration de gens, cette gĂ©nĂ©ration rejette la rĂ©vĂ©lation de Dieu. Mais nous suivons les traces des apĂŽtres. C’est vrai. “‘Dieu’, vous dites? Eh bien, les autres aussi, ils disent ça.” Dieu Le confirme.
E-223 JĂ©sus a dit : “Si–si–si les oeuvres ne rendent pas tĂ©moignage de Moi, alors, allez-y donc, dites que Je le dis par Moi-mĂȘme. Mais si les oeuvres rendent tĂ©moignage, vous feriez mieux de croire aux oeuvres, voyez-vous, parce que l’heure est venue.” Il a dit : “Vous savez que demain le soleil va briller, ou qu’il y aura de l’orage; parce que le ciel est d’un rouge sombre, que demain il fera beau.” Il a dit : “Vous savez discerner l’aspect du ciel; mais des signes du temps, vous ignorez tout. Si vous aviez connu Dieu, vous auriez connu Mon jour.”
E-224 Et ils ont dit : “Tu fais beaucoup de choses de Ton propre chef; Tu Te fais Dieu.” Et ils L’ont attachĂ© sur la croix.
E-225 Et le Saint-Esprit, aujourd’hui, ce n’est pas une troisiĂšme Personne. C’est Dieu Lui-mĂȘme, manifestĂ© dans la chair humaine, par le Sang de JĂ©sus-Christ, qui sanctifie une vie afin qu’Il puisse Se reflĂ©ter en elle. Et ils crucifient cette mĂȘme Parole manifestĂ©e. Vous comprenez? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] La crucifixion de Christ, aujourd’hui, c’est que les gens renient le Fils de Dieu, confirmĂ© et manifestĂ© au milieu des gens par les–les choses qui tĂ©moignent de Lui, et dont Il avait dit qu’elles se produiraient aujourd’hui, par Sa Parole. Voyez?
E-226 Donc, la mĂȘme confirmation, forcĂ©ment que ce serait la mĂȘme, s’Il est le mĂȘme Fils de Dieu, puisqu’Il a dit dans Jean 14.12, lĂ , que “vous ferez, vous aussi, les oeuvres que Je fais”. HĂ©breux 13.8 : “Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement.” “Si vous demeurez en Moi,” Jean 15, “si vous demeurez en Moi, et que Mes Paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordĂ©.” Oui monsieur!
E-227 Souvenez-vous, ceux qui ont fait ça, c’étaient des gens trĂšs religieux. Ce n’étaient pas des Ă©trangers. C’étaient les gens religieux de l’époque. Et ce sont eux qui le font aujourd’hui : les gens religieux; la mĂȘme crucifixion, la mĂȘme chose aujourd’hui. Rapidement...
E-228 “LĂ , ils Le crucifiĂšrent”, en ce temps-lĂ , en ce temps-lĂ . Bien sĂ»r. En ce temps-lĂ , ils rejetaient la Parole de Dieu manifestĂ©e, ils acceptaient leurs credos au lieu de la Parole.
E-229 Est-ce que c’est ça qu’ils font aujourd’hui? C’est exactement ça, ils font la mĂȘme chose aujourd’hui. Il Ă©tait la Parole; et ils ont rejetĂ© la Parole. Ce point-lĂ , c’en est un que je ne veux pas que vous manquiez, voyez-vous, je ne veux pas que vous le manquiez. Il Ă©tait la Parole, et quand ils L’ont rejetĂ©, Lui, ils ont rejetĂ© la Parole. Et une fois qu’ils L’ont rejetĂ©, alors ils ont fini par Le crucifier. Et c’est ce qu’ils ont fait aujourd’hui : ils ont rejetĂ© la Parole de Dieu, et acceptĂ© leurs credos; et ils ont crucifiĂ©, publiquement, devant leur assemblĂ©e, l’action du Saint-Esprit. Alors ils sont coupables, et je les accuse au Nom de JĂ©sus-Christ.
E-230 Pendant quinze ans, je L’ai vu agir, partout dans le pays, et ils continuent quand mĂȘme Ă  s’accrocher Ă  leurs credos. Ils sont coupables! Ils ont pris la Parole, qui aurait rĂ©uni l’église, rĂ©uni toutes les Ă©glises, et qui aurait suscitĂ© une grande union fraternelle entre les pentecĂŽtistes et tous les autres; au lieu de ça, ils L’ont rejetĂ©e, ils L’ont refusĂ©e, S’en sont moquĂ©s, et ont traitĂ© Cela de tous les noms, lĂ .
E-231 Et maintenant, par une fĂ©dĂ©ration d’églises, qui met Ă  exĂ©cution le plan du diable, ils cherchent Ă  entrer, et ils disent : “Maintenant nous viendrons acheter de l’Huile.” Ils sont rejetĂ©s. Et ils ont... Ils sont coupables d’avoir crucifiĂ© JĂ©sus-Christ. Vous recevrez ça aux conditions posĂ©es par Dieu, ou sinon, Ă  vos conditions Ă  vous, ça ne marchera pas. Voyez?
E-232 Ils ont rejetĂ© la Parole de Dieu manifestĂ©e, en optant pour leurs credos, et ils font la mĂȘme chose aujourd’hui. “Il Ă©tait la Parole”, Jean, Jean 1. HĂ©breux 13.8 dit “qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement”. Maintenant ils Le crucifient de nouveau.
E-233 Saviez-vous que la Bible dit qu’on peut faire ça? Combien aimeraient lire un petit peu? Voulez-vous me donner encore quinze minutes lĂ -dessus? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] TrĂšs bien. Prenons donc un instant pour aller lire ça, “crucifiĂ© de nouveau”. Prenons dans HĂ©breux, chapitre 6, et lisons un petit peu. HĂ©breux 6, pour voir si nous “crucifions de nouveau le Fils de Dieu”, voir si c’est chose faisable. Vous dites : “On ne peut pas Le crucifier une deuxiĂšme fois.”
E-234 Nous allons voir si on le peut, oui ou non. La Parole de Dieu est vraie. N’est-ce pas? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] C’est HĂ©breux 6.1 C’est pourquoi, laissant les Ă©lĂ©ments de la parole de Christ, tendons Ă  ce qui est parfait, sans poser un fondement, du renoncement, des oeuvres mortes, de la foi en Dieu, De la doctrine du baptĂȘme, de l’imposition des mains, de la rĂ©surrection des morts, et du jugement Ă©ternel. C’est ce que nous ferons, si Dieu le permet.
E-235 Voyez-vous, Paul veut reconnaĂźtre que ces choses-lĂ  sont absolument essentielles : les baptĂȘmes, l’imposition des mains, la rĂ©surrection, la seconde Venue. Toutes ces choses sont Éternelles. Elles sont la VĂ©ritĂ© absolue.
E-236 Maintenant remarquez : “Car il est impossible.” Lisez-le avec moi, ce verset-lĂ . Je veux que vous le lisiez avec moi, maintenant, le verset 4. [FrĂšre Branham et l’assemblĂ©e lisent le verset suivant tous ensemble.–N.D.É.] Car il est impossible que ceux qui ont Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ©s, qui ont goĂ»tĂ© le don cĂ©leste, qui ont eu part au Saint-Esprit, Qui ont goĂ»tĂ© la bonne parole de Dieu et la puissance du siĂšcle Ă  venir, – et qui sont tombĂ©s, – soient encore renouvelĂ©s et amenĂ©s Ă  la repentance, car ils crucifient de nouveau, pour leur part, le Fils de Dieu et le dĂ©shonorent publiquement.
E-237 Ça, est-ce que c’est ma parole, ou bien la Sienne? “L’homme qui arrive Ă  une connaissance.” Souvenez-vous, ils ne L’ont jamais reçue. C’étaient des croyants frontaliers. “AprĂšs avoir reçu la connaissance de la Parole de Dieu”, vous La recevez au niveau de la connaissance, pour L’avoir lue et pour L’avoir vue, “et ensuite vous La rejetez, alors vous, il est impossible que vous soyez un jour sauvĂ©s.” Est-ce que vous l’avez lu, lĂ ? Voyez-vous : “Avoir reçu une connaissance de la VĂ©ritĂ©â€, vous le comprenez, c’est tout. Vous ne L’avez jamais reçue.
E-238 C’est comme ces croyants, qui Ă©taient allĂ©s lĂ -bas. C’est le type mĂȘme du voyage. Ceci, ce troisiĂšme, ce troisiĂšme exode, celui-lĂ  est simplement un type des deux autres. Regardez, regardez, Ă  cette Ă©poque-lĂ . Je vais vous montrer quelque chose, lĂ , pendant une minute. Pardonnez-moi cette expression. Regardez.
E-239 IsraĂ«l avait choisi douze hommes, un de chaque tribu, un chef dĂ©nominationnel, et on les avait amenĂ©s lĂ -bas, Ă  la frontiĂšre, tout prĂšs du pays promis, et on leur avait montrĂ© les biens Ă  venir, ce qu’ils possĂ©daient. Et ils sont revenus, en se plaignant que “nous ne sommes pas capables d’y arriver”.
E-240 Mais il y en avait deux, parmi les douze, JosuĂ© et Caleb, qui ont dit qu’ils regardaient Ă  la Parole. “Dieu a dit qu’il nous appartient, et nous sommes plus que capables de nous en emparer.” Pas vrai? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.]
E-241 Qu’est-ce que c’était? Des croyants frontaliers. Voyez? En fait, ils Ă©taient nĂ©s dans cette Ă©glise. C’étaient des chef du peuple. C’étaient des Ă©vĂȘques, pour ainsi dire, qui se sont avancĂ©s jusqu’au lieu mĂȘme oĂč la Parole de Dieu avait Ă©tĂ© dĂ©montrĂ©e comme Ă©tant la VĂ©ritĂ©. “VoilĂ  le pays!” Ils n’y avaient jamais Ă©tĂ© auparavant. Ils ne savaient pas qu’il Ă©tait lĂ . Mais ils y sont allĂ©s pour voir qu’il Ă©tait bien lĂ . “Il Ă©tait bien lĂ !” Et Caleb et JosuĂ© y sont allĂ©s, ils en ont rapportĂ© une–une–une grappe de raisin, et ils le leur ont fait goĂ»ter. Ils ont goĂ»tĂ© le bon pays, ensuite ils s’en sont retournĂ©s, et ils ont dit : “Nous ne pouvons pas y arriver. Voyez? Nous ne pouvons vraiment pas y arriver.”
E-242 Voici le mĂȘme groupe de gens, du temps de JĂ©sus-Christ. “Rabbi, nous savons que Tu es un docteur venu de Dieu.” Voyez? Frontaliers! “Nous savons que Tu es un docteur venu de Dieu. Personne ne peut faire ces choses que Tu fais. Nous reconnaissons qu’il faut que Dieu soit avec Toi.” Pourquoi ne l’ont-ils pas acceptĂ©? Pourquoi ne l’ont-ils pas reçu? Frontaliers! Frontaliers!
E-243 Les voici maintenant, en ce troisiĂšme exode : le mĂȘme signe, la mĂȘme manifestation, le mĂȘme Christ, le mĂȘme Saint-Esprit, les mĂȘmes oeuvres, le mĂȘme Dieu, le mĂȘme Message, et ils ne peuvent pas L’accepter. Ils seraient obligĂ©s de cĂ©der leur carte d’association. Qu’en est-il? “Ils ont reçu une connaissance de la VĂ©ritĂ©.” Ils ont regardĂ© et ils ont vu que c’était tout Ă  fait la VĂ©ritĂ©. Ils ne peuvent pas Le nier. Les magazines sont obligĂ©s d’en tĂ©moigner, qu’ils ont vu Ça. Les photos, les journaux, la preuve, la rĂ©surrection de morts, les attestations de mĂ©decins sur des cas de maladie, ils sont obligĂ©s de dire que c’est Lui. Et les prĂ©dictions, pas une seule d’entre elles n’a jamais manquĂ© de se rĂ©aliser, tout au long des annĂ©es, elles sont toutes arrivĂ©es pile, exactement, ils ne peuvent pas dire que ce n’est pas Dieu. Mais ils ne peuvent pas L’accepter.
E-244 Cette bande de prĂ©dicateurs Ă  Chicago, il y en avait trois cents et quelques, ils devaient venir se faire baptiser au Nom de JĂ©sus-Christ. OĂč sont-ils? Le prix est trop Ă©levĂ©. Ils ne peuvent pas. Qu’en est-il? La Bible dit que, quand ils font ça, qu’est-ce qu’ils font? Ils franchissent eux-mĂȘmes la ligne de sĂ©paration entre la misĂ©ricorde et le jugement. “Car il est impossible que ceux qui ont Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ©s”, qui ont Ă©tĂ© amenĂ©s Ă  regarder Cela, “qui ont reçu une connaissance de la VĂ©ritĂ©, qui ont goĂ»tĂ© la bonne Parole de Dieu, et qui s’En sont dĂ©tournĂ©s, si bien que lĂ  il faudrait qu’ils se renouvellent, qu’ils disent : ‘Bon, eh bien, je le ferai, oui...’”
E-245 Vous, les presbytĂ©riens, vous, les mĂ©thodistes, les baptistes et les luthĂ©riens; ces salades des Hommes d’Affaires du Plein Évangile, qui racontaient qu’ils “allaient venir”, ils ont rejetĂ© le Message. Votre Ă©glise le fera. Il y aura des individus qui y seront, bien sĂ»r. Mais pas l’église; vous devez sortir de l’église pour Le recevoir. Voyez? C’est vrai. Des individus, ça, d’accord.
E-246 Mais quand vous pensez que l’église presbytĂ©rienne va recevoir le Saint-Esprit, et qu’ils vont tous laisser tomber leurs documents, et, n’allez jamais penser ça. Vous pensez que vous, les mĂ©thodistes, vous allez faire ça? Vous ne le ferez jamais. Pensez-vous que vous, les trinitaires, vous allez finir par accepter le Nom de JĂ©sus-Christ, et que chacun de vous va se faire baptiser au... Vous ne le ferez jamais. Vous ne le ferez jamais. Mais des individus sortiront de lĂ , et eux le feront, c’est vrai, et c’est ça le signe de Sa Venue. Mais, quant aux Ă©glises qui ont vu la VĂ©ritĂ©, et qui L’ont rejetĂ©e quand elles ont tenu conseil, “c’est impossible”.
E-247 Alors, elles sont coupables de la crucifixion de JĂ©sus-Christ. Et je les accuse, par la Parole de Dieu, parce que Dieu... “Comment pouvez-vous les accuser, FrĂšre Branham?” Je les accuse, parce que Dieu S’est clairement identifiĂ© dans Sa Parole, dans les derniers jours, et qu’Il S’est fait connaĂźtre, dĂ©montrant qu’Il est encore le mĂȘme, hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement, et ils ont froidement refusĂ© Cela. Vous ĂȘtes coupables de la crucifixion de JĂ©sus-Christ, pour avoir blasphĂ©mĂ© le Saint-Esprit. C’est vrai.
E-248 Nous vous renvoyons Ă  HĂ©breux 10, de nouveau, oĂč il nous est dit dans les Écritures, lĂ  encore, que non seulement c’est “impossible”, mais que vous ne pourrez jamais. Ça vous sĂ©pare de Dieu, Ă©ternellement. Vous ne pourrez jamais plus entrer dans la PrĂ©sence de Dieu, une fois que vous avez rejetĂ© le Saint-Esprit et que vous vous ĂȘtes moquĂ©s de Lui.
E-249 Donc, voyez-vous, “ont goĂ»tĂ© la Parole”. Voyez-vous, des croyants frontaliers! “Oh, vous dites que ces gars-lĂ  n’étaient pas des croyants?”
E-250 C’étaient des croyants, du moins ils faisaient profession d’ĂȘtre croyants, mais quand il s’est agi de la Parole... Ils Ă©taient IsraĂ«l. Ils Ă©taient sortis, sous le sang. Ils Ă©taient sortis sous l’action des signes de MoĂŻse. Ils avaient vu ces signes s’opĂ©rer. Dieu avait dit : “Je vais vous emmener lĂ -bas.”
E-251 Mais quand il s’est agi du principe mĂȘme, de la Parole promise qui devait se rĂ©aliser, qu’est-ce qu’ils ont dit? “Oh, nous ne pouvons pas y arriver.” Voyez?
E-252 Et lĂ  ils Ă©taient revenus, avec des raisins et tout, pour prouver que le pays Ă©tait bien tel qu’il devait ĂȘtre. La Parole de Dieu est vraie. Dieu avait dit : “Je vous le donne.”
E-253 Mais les circonstances : “Oh,” ils disaient, “nous sommes comme des sauterelles Ă  cĂŽtĂ© d’eux. Nous ne pouvons pas y arriver, il n’y a absolument pas moyen.”
E-254 Il y a quelques annĂ©es, Ă  l’époque de cette vieille bicoque qu’était le Tabernacle, ici, quelqu’un Ă©tait entrĂ©, puis il est venu me parler dehors, il m’a dit : “Billy, Ă  prĂȘcher des Messages comme celui-lĂ , un de ces jours tu vas prĂȘcher Ă  quatre poteaux.”
E-255 J’ai dit : “Je prĂȘcherai Ă  quatre poteaux, parce que de ces poteaux Dieu peut susciter des enfants Ă  Abraham.” Oui monsieur. C’est la VĂ©ritĂ©. J’ai dit : “Si vous avez des arguments qui peuvent dĂ©montrer la faussetĂ© de Cela, allez-y.” Ils aiment vous narguer, mais quand il s’agit de dĂ©montrer la chose, lĂ , c’est diffĂ©rent. Oui, c’est ça qui fait la diffĂ©rence. Bien.
E-256 Oui, par leurs credos, ils Le crucifient de nouveau. Maintenant, HĂ©breux, chapitre 6, et nous continuons. Nous pourrions continuer Ă  lire, et continuer Ă  lire, parcourir ce qui se trouve ici. Nous avons beaucoup de temps. J’ai notĂ© une Écriture, ici, le passage oĂč vous trouverez ça, HĂ©breux, chapitre 6. Tout simplement, notez-le au complet, je pense. “Impossible que ceux qui ont Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ©s, qui ont eu part au Saint-Esprit...” Nous n’avons pas le temps d’aller plus loin lĂ -dessus, parce qu’il y a un autre passage de l’Écriture que je voudrais vous faire lire, dans un instant. Remarquez ceci : “Ils crucifient de nouveau, pour leur part, le Fils de Dieu.” Qu’est-ce qu’ils ont fait? Quoi? C’est qu’ils y ont goĂ»tĂ©, qu’ils savaient que C’était la VĂ©ritĂ©, et ensuite ils ont fait demi-tour et L’ont niĂ©e. Qu’est-ce que cela a eu pour consĂ©quence? “Il est impossible...”
E-257 Alors, voilĂ  ce que cette nation a fait. VoilĂ  ce que ce peuple a fait. VoilĂ  ce que ces Ă©glises ont fait. Elles ont rejetĂ© Cela, et elles ont crucifiĂ© le Message. Elles ont crucifiĂ© la VĂ©ritĂ© aux yeux des gens. Qu’est-ce qu’ils ont fait Ă  JĂ©sus? Ils L’ont dĂ©shonorĂ©, ils L’ont dĂ©pouillĂ© de Ses vĂȘtements, ils L’ont pendu Ă  la croix, ils L’ont clouĂ© lĂ -haut, le Prince de la Vie. Ils ont fait la mĂȘme chose aujourd’hui, par leurs credos! Ils ont fait la mĂȘme chose. Ils L’ont dĂ©pouillĂ© de ces choses, ils ont dĂ©pouillĂ© l’Évangile de Sa–Sa bontĂ© et de Son vĂȘtement, en essayant de dire que Ça s’applique ailleurs, et ils L’ont pendu Ă  la croix. Oh! la la! Pourquoi?
E-258 “LĂ  ils–lĂ  ils Le crucifiĂšrent”, maintenant, la derniĂšre citation, “Lui”, Lui, cette Personne la plus prĂ©cieuse. Pourquoi est-ce qu’ils ont fait ça? Ils ne L’ont pas reconnu. Pourquoi est-ce qu’ils le font aujourd’hui? Ils ne reconnaissent pas que ceci est la VĂ©ritĂ©. Ils sont–ils sont muets et aveugles devant Elle. Ils ne La reconnaissent pas. En voilĂ  la raison. Leurs credos et leurs traditions les ont Ă©loignĂ©s de la Parole de Dieu.
E-259 Maintenant je m’adresse Ă  vous, qui ĂȘtes ici, pour conclure, Ă©coutez ceci avec beaucoup d’attention. Voyez? Je sais qu’il fait chaud. Moi aussi, j’ai chaud.
E-260 Mais, oh, frĂšre, cette Parole, c’est la Vie, pourvu que vous vous en teniez Ă  Elle. Regardez, Ce n’est pas quelque chose que nous avançons, qui pourrait arriver ici et plus tard; C’est quelque chose qui est dĂ©jĂ  ici avec nous, et qui est en train d’arriver maintenant mĂȘme. Non pas quelque chose qui sera; quelque chose qui est dĂ©jĂ . Nous ne rendons pas tĂ©moignage “que nous savons ce qu’Il a fait; que nous savons ce qu’Il va faire”, mais maintenant, nous disons ce qu’Il est en train de faire. Voyez? C’est maintenant notre heure Ă  nous.
E-261 Il se pourrait que nous ne vivions pas assez longtemps pour voir l’EnlĂšvement. Il se pourrait que je meure aujourd’hui; il se pourrait que vous mouriez aujourd’hui. Je ne sais pas. Mais l’EnlĂšvement va avoir lieu; ça, c’est–c’est, quand ça aura lieu, nous y serons, ne vous en faites pas. Oui, et tous les autres aussi, qui, tout au long des Ăąges, y ont cru et l’ont attendu. Ils ont marchĂ© dans la LumiĂšre de leur jour.
E-262 Et voici la LumiĂšre : JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement. Abandonnez vos credos et croyez cette Parole. C’est Ceci qui est la VĂ©ritĂ©. La Parole est la VĂ©ritĂ©. JĂ©sus a dit : “Mes Paroles sont Esprit, Ma Parole est Vie.” Comment pouvez-vous recevoir la Vie, alors que vous rejetez la Vie? Comment pouvez-vous accepter un dogme, qui est la mort, tout en acceptant une Parole de Vie? Vous mettez la Parole de Vie Ă  la porte, pour recevoir la mort, comment pouvez-vous accepter les deux Ă  la fois? Vous ne pouvez pas. “Que toute parole d’homme soit reconnue pour mensonge, tout dogme pour mensonge.” La Parole de Dieu est la VĂ©ritĂ©.
E-263 Je mets au dĂ©fi n’importe quel homme de me montrer, n’importe qui, – et je sais que cette bande va partout dans le monde, – n’importe quel homme, n’importe quel Ă©vĂȘque, de venir dans mon bureau, ou devant cette assemblĂ©e, et d’indiquer un seul endroit oĂč qui que ce soit ait jamais Ă©tĂ© baptisĂ© au Nom du “PĂšre, Fils, Saint-Esprit”, dans le Nouveau Testament. Moi, je vous y montrerai que toutes les personnes qui ont Ă©tĂ© baptisĂ©es... Et celles qui avaient Ă©tĂ© baptisĂ©es autrement ont Ă©tĂ© obligĂ©es de venir se faire rebaptiser, pour recevoir le Saint-Esprit.
E-264 Qu’est-ce que vous allez faire Ă  l’égard de ces choses? Rester lĂ -bas, dans vos credos? Rester lĂ -bas, dans vos dogmes, et mourir? Vous ĂȘtes coupables! Par la main des impies, vous avez crucifiĂ© le Prince de la Vie, la Parole de Vie, aux yeux des gens.
E-265 Or, qu’est-ce qu’ils ont fait? Ils ne savaient pas. Aujourd’hui les hommes marchent dans l’ignorance. Ils ne savent pas que c’est la VĂ©ritĂ©. Ils pensent que c’est un isme quelconque. Ils ne creusent pas assez profondĂ©ment pour entrer dans l’Esprit de rĂ©vĂ©lation. Ils ne prient pas assez. Ils n’invoquent pas Dieu assez.
E-266 Ils prennent Cela Ă  la lĂ©gĂšre : “Oh, eh bien, je crois qu’il y a un Dieu. Bien sĂ»r!” Le diable croit la mĂȘme chose. Le diable le croit plus que certaines personnes prĂ©tendent le croire. Le diable le croit, et il tremble. Les gens ne font que le croire, et ils poursuivent leur chemin. Mais le diable tremble, de savoir que son Jugement vient, alors que les gens le croient, et ils ne prĂȘtent aucune attention au fait que le Jugement vient.
E-267 Coupables de Le crucifier! Bien sĂ»r! J’accuse cette gĂ©nĂ©ration, je les dĂ©clare coupables, par la Parole mĂȘme qui les avait dĂ©clarĂ©s coupables au commencement. C’est vrai. JĂ©sus a dit : “Qui peut Me dĂ©clarer coupable?” Il Ă©tait la Parole faite chair. Et aujourd’hui, la mĂȘme Parole est faite chair.
E-268 Pierre a dit, quand il a portĂ© son accusation, dans Actes. Lisons-le donc. Pierre, quand il a vu ce qui se passait, ce qu’ils avaient fait, l’Esprit... Regardez, Pierre dĂ©fendait Christ, par rapport Ă  ce que, eux, ils avaient fait. Moi, je dĂ©fends ce que sont les Évangiles. Je... Pierre les a accusĂ©s d’avoir tuĂ© l’Homme, Christ, qui Ă©tait la Parole. Moi j’accuse cette gĂ©nĂ©ration d’essayer de tuer la Parole, qui est manifestĂ©e dans des hommes. Observez ce que Pierre a dit. Sa juste indignation avait dĂ» ĂȘtre excitĂ©e Ă  un trĂšs haut degrĂ©. Écoutez-le ici, dans Actes, chapitre 2, et Ă  partir du verset 22. IsraĂ©lites, Ă©coutez ces paroles! JĂ©sus de Nazareth, approuvĂ©, cet homme prouvĂ© de Dieu devant vous par les miracles,... les signes que Dieu a faits par lui au milieu, comme... de vous, comme vous le savez vous-mĂȘmes;
E-269 Fiou! Imaginez ce qu’ils ont dĂ» ressentir! Écoutez ça. IsraĂ©lites, le prince, vous les hommes d’église, vous les hommes saints, vous les sacrificateurs, vous les hommes censĂ©s ĂȘtre des hommes de Dieu, Ă©coutez ces paroles! JĂ©sus de Nazareth a Ă©tĂ© approuvĂ© de Dieu devant vous...
E-270 Maintenant je vous dis Ă  vous, membres du clergĂ©, et Ă  vous tous. JĂ©sus de Nazareth, le Saint-Esprit, Il est ici dans la Personne du Saint-Esprit, la Vie mĂȘme qui Ă©tait en Lui. Il est ici, en train d’oeuvrer Ă  travers des gens, et de Se faire connaĂźtre par les signes et les prodiges qu’Il accomplit. Et les preuves sont ici, accrochĂ©es aux murs, identifiĂ©es par la science. Et des gens sont assis ici : ils Ă©taient morts, et aujourd’hui ils sont en vie; ils Ă©taient rongĂ©s par le cancer, et aujourd’hui ils sont en bonne santĂ©; ils Ă©taient aveugles, et aujourd’hui ils voient; ils Ă©taient infirmes, et aujourd’hui ils marchent. Il est JĂ©sus de Nazareth. Cet homme, livrĂ© selon le dessein arrĂȘtĂ© et selon la prescience de Dieu, prĂ©destinĂ© Ă  Sa tĂąche, vous l’avez... fait mourir par la main des impies.
E-271 Ça, est-ce que–est-ce que c’est une accusation? [L’assemblĂ©e dit : “Amen.”–N.D.É.] Il accuse quoi? Ce conseil du sanhĂ©drin.
E-272 Et moi, ce matin, j’accuse la fĂ©dĂ©ration des Ă©glises. J’accuse les pentecĂŽtistes. J’accuse les presbytĂ©riens, les baptistes et toutes les dĂ©nominations du monde. PoussĂ©s par l’appĂąt d’un gain sordide et intĂ©ressĂ©, vous avez crucifiĂ© la Parole de Vie devant les gens, vous L’avez blasphĂ©mĂ©e, et vous L’avez appelĂ©e “fanatisme”, alors que Dieu a suscitĂ© Cela au milieu de nous, pour prouver qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement. J’accuse cette gĂ©nĂ©ration!
E-273 Dieu a prouvĂ© qu’Il est vivant. Dieu a prouvĂ© que Ceci, c’est Sa Parole. Qu’est-ce que vous avez d’autre qu’un tas de dogmes et de credos! OĂč est-ce que vous pouvez produire le Dieu vivant? En effet, vous avez rejetĂ© la Parole de Vie, qui vous aurait donnĂ© ces choses. Oui monsieur! Oh, quelle heure que celle oĂč nous vivons maintenant. Fiou! MĂȘme chose! Oh, je dĂ©clare... Pierre a dit... vous l’avez crucifiĂ© et vous l’avez fait mourir par la main des impies. Dieu l’a ressuscitĂ©, en le dĂ©livrant des liens de la mort, parce qu’il n’était pas possible qu’il fĂ»t retenu par elle.
E-274 Et par vos credos, par vos organisations et vos dĂ©nominations, par votre forme extĂ©rieure de piĂ©tĂ©, – on continue Ă  parler, – par vos formes extĂ©rieures de piĂ©tĂ©, vous avez reniĂ© la puissance de Sa rĂ©surrection.
E-275 Mais l’heure est venue, les derniers jours sont arrivĂ©s, le temps oĂč Dieu a promis, selon Malachie 4, qu’Il susciterait, dans les derniers jours, “et qu’Il ramĂšnerait le coeur des gens aux bĂ©nĂ©dictions originelles et Ă  la Foi pentecĂŽtiste des pĂšres”. Vous ne pouvez pas le nier, et vous ne pouvez pas vous y opposer.
E-276 Et maintenant, je vous condamne, vous ĂȘtes coupables, et je vous adresse une sommation, je vous accuse devant Dieu, d’avoir, par la main sordide et intĂ©ressĂ©e des dĂ©nominations, crucifiĂ© la Parole de Dieu devant les gens. Et je vous dĂ©clare coupables, et prĂȘts pour le Jugement. Amen. Oui monsieur!
E-277 J’adresse le mĂȘme appel que Pierre. Il a adressĂ© Ă  cette gĂ©nĂ©ration-lĂ  un appel Ă  la repentance. J’adresse Ă  cette gĂ©nĂ©ration-ci un appel Ă  la repentance, Ă  la repentance envers Dieu, et Ă  un retour Ă  la VĂ©ritĂ© originelle de la Parole. Revenez Ă  la Foi de nos pĂšres. Revenez au Saint-Esprit, parce que Dieu ne peut faire aucun changement Ă  Cela.
E-278 Quand Dieu dit : “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru”, Il est obligĂ© de s’en tenir Ă  ça, pour toute l’ÉternitĂ©. C’est Sa Parole.
E-279 Quand vous dites : “Serrez la main, ou prenez la communion”, ou quelque chose comme ça, quelque chose en rapport avec ce credo-lĂ , quelque chose dans cet ordre d’idĂ©es lĂ , que n’importe quel homme, n’importe quel ivrogne, n’importe quel incrĂ©dule peut faire. N’importe quel imitateur, n’importe quelle prostituĂ©e–prostituĂ©e peut faire ça. Prendre la communion, adopter des formes et des choses comme ça, vous pourriez faire ça.
E-280 Mais JĂ©sus a dit que l’identification, ce serait ceci : “Voici les signes qui accompagneront”, non pas peut-ĂȘtre qu’ils les accompagneront, “ils accompagneront, de gĂ©nĂ©ration en gĂ©nĂ©ration, ceux qui auront cru! En Mon Nom, ils chasseront les dĂ©mons; ils parleront d’autres langues, parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; ils boiront quelque breuvage mortel, et cela ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.” “GuĂ©rissez les malades, ressuscitez les morts, chassez les dĂ©mons; comme vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.”
E-281 Toutes ces combines lucratives, et tout, et de s’embarquer dans toutes sortes de choses aujourd’hui, ce n’est pas Ă©tonnant qu’ils soient tellement engloutis dans le jugement. Oui monsieur! Oh! la la!
E-282 Maintenant, voyons un peu. Oui monsieur. L’appel à la repentance, et l’accusation que je porte maintenant.
E-283 En ce nouveau Calvaire, il s’agit de–de l’église, les lieux prĂ©tendus les plus saints, les chaires imposantes, l’autel du catholicisme, l’autel catholique, ce qu’ils appellent leur chaire. Celle des mĂ©thodistes, des baptistes, des presbytĂ©riens, des luthĂ©riens, des pentecĂŽtistes, les lieux les plus saints, c’est lĂ  qu’on Le perce le plus violemment. Un nouveau Calvaire! OĂč est-ce que ça se trouve? Dans les lieux saints, l’église.
E-284 OĂč est-ce qu’on Le crucifie? Ce sont les pasteurs qui le font. Hypocrites que vous ĂȘtes, vous savez ce qu’il en est! Je ne suis pas en colĂšre, mais il y a quelque chose Ă  l’intĂ©rieur de moi qui s’agite. Dieu a Ă©tĂ© parfaitement bien identifiĂ© parmi vous.
E-285 Les coups de lance dans Son cĂŽtĂ©, oĂč est-ce qu’Il les a reçus? OĂč est-ce qu’on L’a percĂ©? Sur le Calvaire. OĂč est-ce qu’on Le perce aujourd’hui? Du haut de la chaire. D’oĂč est-ce qu’ils provenaient? De JĂ©rusalem. D’oĂč est-ce qu’ils proviennent? De la dĂ©nomination. Ceux qui prĂ©tendaient L’aimer, c’est eux qui ont fait ça. C’est eux qui le font aujourd’hui. Son deuxiĂšme Calvaire, alors qu’on Le perce de coups portĂ©s contre la Parole, voilĂ  ce qui Le perce. Qui est-Il? Il est la Parole. Il est la Parole. OĂč est-ce qu’on Le perce le plus violemment? Du haut de la chaire, dans les lieux saints, tout comme en ce temps-lĂ .
E-286 J’ai le droit d’accuser cette gĂ©nĂ©ration. J’ai le droit de le faire, comme ministre de l’Évangile de JĂ©sus-Christ, accompagnĂ© de Ses signes, et prĂ©sentant la preuve qu’Il est Dieu. J’ai le droit de porter une accusation contre cette gĂ©nĂ©ration. En effet, les coups de lance les plus violents qu’Il a reçus, Il les a reçus de la chaire, oĂč ils ont critiquĂ© la chose et dit : “N’allez pas Ă©couter ce genre de chose. C’est du diable.” En plein dans le lieu oĂč on est censĂ© L’aimer!
E-287 Et les signes mĂȘmes que JĂ©sus avait annoncĂ©s : “La Parole de Dieu est plus tranchante qu’une Ă©pĂ©e Ă  double tranchant; la Parole discerne les pensĂ©es, les intentions du coeur.” Et on appelle Ça du diable; oĂč ça? Du haut des chaires, des lieux saints.
E-288 Oh, Dieu, comment peut-Il abaisser le regard? Ce n’est que–que Sa misĂ©ricorde, c’est tout, Sa grĂące. Nous ne pouvons pas faire autrement que d’aller vers le Jugement. Nous en sommes dĂ©jĂ  lĂ . Oui.
E-289 Pensez-y. LĂ  oĂč Il a Ă©tĂ© percĂ© le plus violemment, c’est du haut de la chaire. C’est lĂ  que se dĂ©roule Son nouveau Calvaire. Ils Le crucifient, Lui, la Parole, du haut de la chaire. C’est vrai. Comment, comment sont-ils arrivĂ©s Ă  faire ça? Par leurs formes extĂ©rieures de piĂ©tĂ©. C’est exactement ça!
E-290 CouronnĂ© depuis l’auditoire, par les moqueurs! Il a une nouvelle couronne d’épines. Les moqueurs! PercĂ© du haut de la chaire; couronnĂ© par les moqueurs. Est-ce qu’on Le crucifie encore une fois, de nouveau? Meurtri par des credos faits de main d’homme, des docteurs de la dĂ©nomination, qui s’opposent Ă  Sa Parole. Ils La meurtrissent, La dĂ©shonorent, ils La condamnent.
E-291 JĂ©sus a dit : “C’est en vain qu’ils Me rendent un culte.” En vain, “ça ne sert Ă  rien”. À Qui est-ce qu’ils rendent un culte? Ils rendent un culte Ă  ce mĂȘme Dieu. Ils rendaient un culte Ă  ce mĂȘme Dieu, lors de Sa premiĂšre crucifixion, et c’était un culte vain. C’est la mĂȘme chose aujourd’hui. C’est en vain qu’ils construisent ces dĂ©nominations. C’est en vain qu’ils construisent ces sĂ©minaires. C’est en vain qu’ils ont ces credos, en enseignant des doctrines qui sont des commandements d’hommes, et en niant la Parole de Dieu. Ils sont coupables de crucifier le Prince de la Vie, en enseignant des doctrines d’hommes au lieu de Sa Parole. “C’est en vain qu’ils Me rendent un culte”, meurtri, percĂ©, couronnĂ©.
E-292 Quand on les voit, qui circulent dans la rue, et quelques-unes d’entre vous, les dames qui ont une longue chevelure; ils disent : “Elle est vieux jeu, hein?” Souvenez-vous, ce sont des moqueurs. C’est ça la couronne que vous portez. Dieu a dit que c’était votre gloire; portez-la fiĂšrement. AllĂ©luia! Portez-la fiĂšrement, comme vous porteriez une couronne d’épines pour votre Seigneur. Portez-la fiĂšrement. N’ayez pas honte. C’est ce que Lui, Il a dit; qu’importe ce que disent ces JĂ©zabel d’aujourd’hui. Ce que ces imposteurs qui se tiennent en chaire, ceux qui crucifient Christ, qu’importe ce qu’ils disent, portez-la fiĂšrement. C’est ce que Dieu a dit. Gardez-la.
E-293 Couronné, par des moqueurs de nouveau, des épines. Percé du haut de la chaire, avec des credos.
E-294 Il a eu un nouveau Golgotha, lĂ  oĂč ils L’emmĂšnent : ces chorales en longues robes, des femmes qui portent des shorts, qui ont les cheveux coupĂ©s, le visage fardĂ©, et qui chantent dans la chorale, comme des Anges, elles ont des talents. C’est Son nouveau Golgotha, tout simplement des strip-teaseuses contemporaines, protĂ©gĂ©es par une loi, comme Ă  Sodome et Gomorrhe.
E-295 On voit une petite chienne se promener dans la rue. À certaines pĂ©riodes, il n’y a pas un seul chien qui va s’approcher d’elle. Qu’une certaine chose arrive, et ils vont tous courir aprĂšs elle. C’est qu’il lui est arrivĂ© quelque chose. Vous savez pourquoi. Que...
E-296 Pourquoi donc est-ce que ces femmes se dĂ©shabillent, et se promĂšnent comme ça dans la rue? Ne me dites pas que ce n’est pas pareil. C’est une identification. Ne condamnez pas les hommes. Mais elles sont protĂ©gĂ©es par une loi sodomite. Cette loi devrait dĂ©clarer qu’il leur est interdit de sortir comme ça.
E-297 Les prĂ©dicateurs, en chaire, ils devraient porter un jupon au lieu d’un habit ecclĂ©siastique; ils se tiennent lĂ  et ils permettent ces choses, ils ont honte de s’élever contre ça, parce que leur dĂ©nomination les mettrait Ă  la porte. Vous crucifiez, au yeux de la–l’assemblĂ©e, la Parole de Dieu, qui dit que “c’est une abomination pour une femme de porter un vĂȘtement d’homme”.
E-298 Je–je condamne la chose. Je–je–je–je–je–je l’accuse de crucifier la Parole de Dieu devant les gens. Des femmes aux cheveux coupĂ©s, qui portent des shorts, et la couronne... elles font partie de la chorale!
E-299 Quelqu’un m’a dit, l’autre jour, une femme me demandait, elle disait : “Eh bien, d’aprĂšs vous, oĂč allez-vous en trouver?”
E-300 J’ai dit : “Si le Seigneur me demandait d’en choisir une douzaine dans le monde entier, je serais–je serais complĂštement paniquĂ©.”
E-301 Alors que, par le discernement de l’Esprit, je suis lĂ  Ă  les observer; Ă  me tenir lĂ  comme ça et Ă  voir ces choses qui sont sur elles : des fumeuses de cigarettes, impures, dĂ©goĂ»tantes, dĂ©gradĂ©es, lĂ -bas Ă  faire toutes sortes de choses comme ça, et elles vont se tenir lĂ , dans une chorale en longues robes, et chanter dans cet Ă©tat-lĂ , se prĂ©senter devant l’auditoire. Elles vont dire : “Eh bien, si elle, elle peut le faire, moi aussi je le peux.” La vie chrĂ©tienne est une vie de saintetĂ©, de puretĂ©, d’innocence!
E-302 Je les accuse, au Nom de JĂ©sus-Christ, Ă  cause de leur souillure et de leurs saletĂ©s. Elles ont jetĂ© l’opprobre sur l’Évangile. Et celles qui essaient de s’Y conformer, on les traite de “fanatiques”, on dit que “c’est vieux jeu”. Quel non-sens. Je les accuse, au Nom de JĂ©sus-Christ.
E-303 Ce sont tout simplement des strip-teaseuses contemporaines, qui circulent dans la rue; elles chantent dans les chorales, elles qui fument la cigarette, qui racontent des histoires sales, qui ont trois ou quatre maris, et qui en cherchent un sixiĂšme; et elles vont chanter dans la chorale, parce qu’elles ont une belle voix. Pauvres ĂȘtres intellectuels, dĂ©nuĂ©s de l’Esprit, rejetĂ©s sur votre propre terrain; vous lisez la mĂȘme Bible que n’importe quel autre homme peut lire, mais vous avez rejetĂ© l’Esprit de Dieu, si bien que la Bible dit que vous serez “livrĂ©s Ă  une puissance d’égarement, pour que vous croyiez au mensonge et que vous soyez condamnĂ©s Ă  cause de ça”. Vous croyez rĂ©ellement que vous ĂȘtes dans le vrai, et la Bible le dit, que vous allez le croire et ĂȘtre condamnĂ©s Ă  cause de ce mensonge mĂȘme que vous croyez ĂȘtre la VĂ©ritĂ©.
E-304 Par consĂ©quent, je vous accuse, par la Parole de Dieu. Vous enseignez une erreur aux gens, et vous crucifiez les principes de Christ, de la saintetĂ© et d’une Vie irrĂ©prochable, qui donnent Ă  une personne de sortir dans la rue en Ă©tant une personne diffĂ©rente.
E-305 Des prĂ©dicateurs vont se tenir lĂ , sur les terrains de base-ball, Ă  fumer la cigarette : des pierres d’achoppement. Toutes les autres Ăąneries qu’ils tolĂšrent. Les femmes de leur chorale, qui portent des shorts, qui ont les cheveux coupĂ©s, et qui se conduisent n’importe comment, le visage fardĂ©; et puis ils appellent ça : “Soeur Une Telle”, alors que la Bible condamne ce genre de chose. C’est vrai. Aller Ă  des soirĂ©es, et vous conduire n’importe comment, tout en Ă©tant membre de l’église; maintenir votre tĂ©moignage, alors que vous vivez n’importe comment, comme vous l’entendez.
E-306 N’allez pas penser que je parle seulement des presbytĂ©riens. Je parle de vous, les pentecĂŽtistes. C’est vrai. À un moment donnĂ© vous avez connu la VĂ©ritĂ©, mais vous vous ĂȘtes dit que vous ne pourriez pas L’assumer. Vous ne pourriez pas subvenir aux besoins de votre pasteur. Votre–votre pasteur ne pourrait pas avoir ce poste important, avec un salaire de plusieurs centaines de dollars par semaine, et une grande et belle Ă©glise dans laquelle prĂȘcher, et se promener en voiture et faire toutes les choses que ces gens-lĂ  font. S’il condamnait ça, l’organisation le mettrait Ă  la porte; alors, il est obligĂ© de s’en tenir Ă  ça, il est obligĂ© de dire ça. Par consĂ©quent, il a vendu ses droits d’aĂźnesse pour un plat de lentilles du monde, de la pĂątĂ©e d’ÉsaĂŒ. Et qu’est-ce qu’il va rĂ©colter pour ça? L’un et l’autre tomberont dans la fosse de la condamnation, et ils seront condamnĂ©s. Je les accuse d’ĂȘtre des prostituĂ©es de l’Évangile.
E-307 J’étais Ă  une chorale, c’était Ă  l’un des grands endroits bien connus, il n’y a pas longtemps, un groupe parmi ceux de plus haut rang des pentecĂŽtistes. Et il s’est trouvĂ© que j’étais dans le bureau de ce frĂšre, au moment oĂč quatre ou cinq chorales se rencontraient lĂ -bas. Et il s’agit lĂ  de l’une des... de quelques-unes des organisations pentecĂŽtistes de premier ordre. Et ils ne savaient pas que je me trouvais dans le bureau de ce ministre, c’était dans l’Oklahoma. J’étais assis Ă  l’étage du dessous, lĂ  oĂč ce ministre Ă©tudie avant de venir sur l’estrade. Et Ă  ce moment-lĂ ...
E-308 Il y avait lĂ  des petits Ricky; et des Ricketta, maquillĂ©es, pas une seule d’entre elles n’avait les cheveux longs, elles avaient toutes les cheveux coupĂ©s, elles Ă©taient toutes maquillĂ©es, et elles portaient toutes la longue robe. Et il y avait un petit Ricky qui Ă©tait lĂ , Ă  se promener comme ça, (et un autre homme allait ramasser une offrande missionnaire), il faisait comme s’il Ă©tait aveugle, une coupe Ă  la main, il se promenait en disant toutes sortes de blasphĂšmes au sujet de ramasser l’offrande, et des choses comme ça. Mais il s’est prĂ©sentĂ© lĂ  et il a essayĂ© de chanter le–le Messie, oh! la la! et–et il a quand mĂȘme bien chantĂ©, mais ça ne donnait pas un son clair. Non, c’était mort, voyez-vous. Oh! la la! VoilĂ . C’est Son nouveau Golgotha.
E-309 D’aprĂšs vous, si une jeune fille ou une jeune femme s’était trouvĂ©e lĂ ? Voyons, si elle Ă©tait entrĂ©e lĂ  habillĂ©e comme il se doit, les cheveux longs, sans aucun maquillage, ni rien de tout ça, ils se seraient moquĂ©s d’elle; si elle avait pris position, et pendant qu’ils faisaient tout ce remue-mĂ©nage, ce groupe de jeunes, il y en avait une trentaine ou une quarantaine. L’élite des pentecĂŽtistes, et ils faisaient des choses pareilles! Si cette jeune fille avait dit quelque chose Ă  ce sujet, ils l’auraient exclue de la chorale.
E-310 Si le prĂ©dicateur de l’Évangile se tenait en chaire et disait quelque chose Ă  ce sujet, ils le mettraient Ă  la porte de l’organisation. Vous crucifiez de nouveau le Fils de Dieu, et vous Le dĂ©shonorez publiquement. C’est Son Évangile que vous prĂ©tendez prĂȘcher, et vous Le crucifiez. Cette gĂ©nĂ©ration qui rejette Christ, je l’accuse, par la Parole de Dieu, et par la puissance de cette Parole, qui produit en ces derniers jours la confirmation qu’Il est toujours vivant. Oui. Ils sont contre la Parole de Dieu, nettement confirmĂ©e. Leurs organisations ne peuvent pas L’affronter.
E-311 Les grandes Ă©glises et les dĂ©nominations, c’est Son nouveau Calvaire. Je le rĂ©pĂšte. Ce sont elles, ces strip-teaseuses contemporaines, qui sont leurs chorales.
E-312 Le souverain sacrificateur de chaque dĂ©nomination s’écrie, comme le souverain sacrificateur de ce jour-lĂ  : “Maintenant descends, et fais-nous voir un miracle.” Oui. Ça, c’était la premiĂšre crucifixion.
E-313 C’est la mĂȘme chose aujourd’hui. Certains m’ont dit : “Eh bien, tu ressuscites les morts, toi, n’est-ce pas? Pourquoi est-ce que tu ne vas pas lĂ -bas? Tu as une Ă©pouse au cimetiĂšre. Tu as un bĂ©bĂ© lĂ -bas.”
E-314 Ils Lui ont dit : “On nous dit que Tu as ressuscitĂ© les morts. Nous avons un cimetiĂšre plein de morts par ici. Viens les ressusciter.” Oh, l’ignorance engendre l’ignorance. Voyez? Oui.
E-315 Les grandes Ă©glises, les grandes chorales, les souverains sacrificateurs d’aujourd’hui : “Descends donc, fais-nous voir un miracle que notre dĂ©nomination ne peut pas faire.”
E-316 Il n’y a pas longtemps, un homme m’a fait une remarque sur... aprĂšs une petite Ă©mission Ă  laquelle j’avais participĂ©, Ă  Jonesboro, en Arkansas, oĂč j’avais parlĂ© d’une femme qui avait Ă©tĂ© guĂ©rie. Cet homme, qui faisait partie d’une certaine Ă©glise dĂ©nominationnelle, il s’était prĂ©sentĂ© lĂ  et avait dit : “Je mets n’importe quel homme au dĂ©fi de me prĂ©senter, de me faire voir un miracle.”
E-317 Je suis allĂ© chercher un mĂ©decin. Un homme avait Ă©tĂ© guĂ©ri d’un cancer. Je suis allĂ© chercher une femme qui avait Ă©tĂ© dans un fauteuil roulant pendant une vingtaine d’annĂ©es; elle avait Ă©tĂ© guĂ©rie de l’arthrite, elle avait Ă©tĂ© dans un fauteuil roulant. J’ai apportĂ© tout ça, et j’ai dit : “Maintenant je veux cet argent, mille dollars.”
E-318 Il a dit : “Eh bien, euh, euh, euh, euh, ce n’est pas ici. C’est lĂ -bas, Ă  Waco, au Texas, lĂ  oĂč se trouve notre siĂšge.”
E-319 J’ai dit : “D’accord, on n’a qu’à aller lĂ -bas chercher ça.” J’ai dit, j’ai dit : “Faites les prĂ©paratifs, et on y ira demain.” Voyez? J’ai dit : “On va poster...” J’ai dit : “Voici le mĂ©decin qui est ici pour dĂ©clarer que ces gens-lĂ  avaient carrĂ©ment le cancer. C’est ici sur la liste, la radiographie. Voici cette femme, tout le voisinage sait qu’elle a Ă©tĂ© assise dans un fauteuil roulant pendant vingt ans, et elle marche maintenant. Et les mĂ©decins, il y a eu mĂ©decin aprĂšs mĂ©decin aprĂšs mĂ©decin aprĂšs mĂ©decin, et tout, et la voici, elle est vivante aujourd’hui. Maintenant, vous avez dit que vous alliez ‘donner mille dollars’. Je veux verser ce montant dans un fonds missionnaire. Je le veux.” Voyez? Voyez? Il a dit : “Eh bien, c’est lĂ -bas, Ă  Waco, au Texas.” J’ai dit : “On y ira demain.”
E-320 Il a dit : “Attendez une minute. Je vais vous dire quelque chose. Je vais emmener une petite fille avec moi. Et je vais lui couper le bras avec un rasoir, ensuite guĂ©rissez-la devant nos frĂšres, et ils vous donneront l’argent.” J’ai dit : “EspĂšce de dĂ©mon!”
E-321 “Si Tu es le Fils de Dieu, descends de cette croix.” “Dis-nous qui T’a frappĂ©â€, ils Lui avaient entourĂ© la tĂȘte d’un morceau d’étoffe. Ils Le frappaient Ă  la tĂȘte, en disant : “Maintenant, si Tu es prophĂšte, dis-nous qui, proph-...” “Si Tu es le Fils de Dieu, descends de la croix.”
E-322 Des aveugles qui conduisent des aveugles! Ils ont besoin de guérison mentale, un homme qui ferait une chose pareille, ou qui ferait une remarque pareille. Certainement.
E-323 Mais c’est le vieux cri familier : “Que nous Te voyions faire un miracle. MaĂźtre, nous voudrions Te voir faire un miracle.” Alors que, chaque jour, Ă  chaque heure, ils se produisaient continuellement, selon que Dieu conduisait ces choses. Mais eux n’étaient pas prĂ©sents. Et s’ils l’étaient, ils appelaient ça “BĂ©elzĂ©bul, le diable”. Voyez? “MaĂźtre, nous voudrions que Tu le fasses Ă  notre maniĂšre, comme nous, nous voulons que Tu le fasses.” C’est ça. “Que Tu ailles oĂč nous voulons que Tu ailles, que Tu fasses ce que nous voulons.” Oh oui. Oui. Il n’était pas leur marionnette. Non monsieur. C’est pour ça qu’il fallait qu’ils L’îtent du milieu d’eux. Oui monsieur. Ils cherchent Ă  faire la mĂȘme chose aujourd’hui. Et c’est par la fĂ©dĂ©ration des Ă©glises qu’ils finiront par rĂ©ussir Ă  le faire, voyez-vous, alors qu’elles se rassemblent toutes. Le vieux cri familier.
E-324 Nous voyons ici, de nouveau, le lieu le plus religieux, les thĂ©ologiens les plus raffinĂ©s, qui Ă©lĂšvent la voix, de nouveau, et contre Lui, ils Ă©lĂšvent la voix. MĂȘme les meilleurs thĂ©ologiens, qui devraient savoir ce qu’il en est; mĂȘme les Ă©glises les plus imposantes et les thĂ©ologiens les mieux formĂ©s Le chassent du milieu d’eux. Ils ne veulent pas de Cela. Vous dites : “C’est faux, FrĂšre Branham.”
E-325 Alors, vous n’étiez pas ici pour voir Les Âges de l’Église, ou pour entendre prĂȘcher lĂ -dessus. Vous n’étiez pas ici, alors que cet Âge de l’Église de LaodicĂ©e Ă©tait le seul oĂč on L’avait chassĂ© de l’église. Et Il Ă©tait Ă  l’extĂ©rieur, au dehors, Il frappait, Il cherchait Ă  revenir Ă  l’intĂ©rieur. Ils L’ont chassĂ©, parce qu’ils n’ont pas besoin de Lui. Ils Le crucifient de nouveau. Amen! Nous pourrions continuer pendant combien de temps?
E-326 Souvenez-vous, le prophĂšte de la Parole de Dieu nous a annoncĂ© d’avance, dans II TimothĂ©e 3, si vous le notez. Nous n’avons pas le temps de le lire. Mais il y est dit que “dans les derniers jours, il viendrait des moqueurs. Ils seraient emportĂ©s, enflĂ©s d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu; calomniateurs, intempĂ©rants, cruels et ennemis des gens de bien; traĂźtres, emportĂ©s, enflĂ©s d’orgueil, Ă©rudits; ayant une forme extĂ©rieure de piĂ©tĂ©, mais reniant ce qui en fait la Force. DĂ©tourne-toi de telles gens! Il en est parmi eux qui entraĂźnent des femmes d’un esprit faible et bornĂ©, qui ont les cheveux coupĂ©s”, qui portent des shorts, qui ont le visage fardĂ©, “de lieu en lieu, ils les mĂšnent captives”. C’est exactement ça.
E-327 Il a dit : “DĂ©tourne-toi de ça, dans les derniers jours.” ObĂ©issons au prophĂšte. DĂ©tournez-vous de ces choses, dans les derniers jours. Elles en sont lĂ . Je lance un appel Ă  l’Église, maintenant. Oui monsieur. Éloignez-vous de ça!
E-328 Ils ont, eux, les–les ministres d’aujourd’hui, ils devraient reconnaĂźtre ces choses. Ils auraient dĂ» reconnaĂźtre JĂ©sus, Ă  Son Ă©poque. Ils auraient dĂ» reconnaĂźtre. Et maintenant, ils devraient reconnaĂźtre ça, mais ils ne le reconnaissent pas. Tout comme les docteurs juifs de Son Ă©poque auraient dĂ» Le reconnaĂźtre par Son jour, – c’est la mĂȘme chose aujourd’hui, – la Parole de Dieu avait Ă©tĂ© clairement confirmĂ©e en ce temps-lĂ . Il Ă©tait la Parole, et Il a prouvĂ© qu’Il Ă©tait la Parole. Il a prouvĂ© qu’Il Ă©tait la Parole pour ce jour-lĂ . Et aujourd’hui Dieu a prouvĂ© qu’Il est la Parole de ce jour-ci, la LumiĂšre de l’heure. Ils auraient dĂ» le reconnaĂźtre en ce temps-lĂ , et ils devraient le reconnaĂźtre maintenant.
E-329 Ils L’ont crucifiĂ© en ce temps-lĂ , et ils Le crucifient maintenant. Je les accuse de ça! C’est vrai. Comme un Ă©clair, ça me traverse continuellement : “Accuse-les, parce que Dieu va le leur faire payer cher!”
E-330 Les Juifs de leur Ă©poque. Dieu de nouveau, aux jours oĂč Il Ă©tait sur terre, JĂ©sus a dit : “JĂ©rusalem, JĂ©rusalem, combien de fois ai-Je voulu vous rassembler, pour former un seul grand groupe, mais vous ne l’avez pas voulu.”
E-331 Combien Dieu a essayĂ©, en ces derniers jours, de rĂ©unir Son peuple, mais vous ne l’avez pas voulu. Vous avez voulu votre credo, alors maintenant vous ĂȘtes livrĂ©s Ă  la destruction. VoilĂ  ce que JĂ©rusalem a reçu; elle a Ă©tĂ© dĂ©molie, brĂ»lĂ©e, elle n’existe plus. Et voilĂ  exactement ce qui arrivera, un de ces jours, Ă  toutes ces grandes choses d’ici. Vos grands credos et vos dĂ©nominations vont mourir et pĂ©rir, mais la Parole de Dieu sera Éternelle et Elle vivra Ă  jamais. Voyez?
E-332 Ses blessures les plus profondes Lui sont venues de la maison de soi-disant amis. Pensez, pensez-y. Pensez-y! ArrĂȘtez-vous! J’attends une minute. Ministres, pensez-y! D’oĂč Lui sont venues Ses blessures? De la maison de Ses soi-disant amis. Ce qui est arrivĂ©, Ă  l’époque, arrive de mĂȘme maintenant. Pensez-y! Au Calvaire, Il n’était pas encerclĂ© par des–des hommes sauvages, des barbares, mais par des ministres qui prĂ©tendaient L’aimer. Et aujourd’hui, alors que l’Évangile est parfaitement bien identifiĂ©, alors qu’il a Ă©tĂ© prouvĂ© que les grands signes de Sa rĂ©surrection sont parmi nous, ce ne sont pas les gens de la rue, lĂ -bas, qui vous tombent dessus, ce sont les soi-disant ministres.
E-333 Ceux qui sont censĂ©s L’aimer, c’est eux qui L’encerclent aujourd’hui. “Nous ne voulons pas de cette Affaire-lĂ  parmi nous. Nous ne voulons pas que cet Homme rĂšgne sur nous. Nous ne donnerons pas notre appui, nous n’aurons aucune collaboration avec Ça, dans cette ville, si cette Affaire-lĂ  se prĂ©sente par ici. Ce n’est rien d’autre que du spiritisme. C’est du diable.” Ils ne connaissent pas la Parole de Dieu, les aveugles conduisent des aveugles. Ce qui Ă©tait arrivĂ© en ce temps-lĂ , pensez-y, arrive de mĂȘme maintenant. Exactement ce qui Ă©tait arrivĂ© en ce temps-lĂ , arrive de mĂȘme maintenant. Pensez-y!
E-334 Sa Puissance, qui peut guĂ©rir et libĂ©rer des hommes et des femmes de l’amour du siĂšcle prĂ©sent, des JĂ©zabel aux cheveux coupĂ©s, au visage peinturlurĂ©, qui se disent ChrĂ©tiennes, et qui mĂšnent ce genre de vie lĂ  : fumer la cigarette, raconter des histoires sales. S’asseoir lĂ , une sociĂ©tĂ© missionnaire, et un cercle de couture, et jacasser et cancaner, et–et sortir dans la rue en shorts, et tout ce genre de chose; ensuite elles se dĂ©clarent ChrĂ©tiennes devant les autres femmes. Vous vous rappelez l’histoire que j’avais racontĂ©e, au sujet de l’esclave qui savait qu’il Ă©tait fils de roi, du caractĂšre qu’il avait. Que devrait-il en ĂȘtre de nous? Des hommes et des femmes, qui renient...
E-335 Ces membres du clergĂ©, ces chaires d’oĂč on Le perce, ils acceptent et ils approuvent ce genre de vie lĂ  parmi les gens; c’est lĂ  qu’on Le perce. Ils renient la Puissance qui peut les libĂ©rer de ces choses, et ils les approuvent. Alors que c’est contraire Ă  la Parole de Dieu pour une femme de se couper les cheveux, ou de se maquiller, ou de porter des shorts. C’est contraire Ă  la Parole de Dieu, mais ils approuvent ça, ce qui produit un autre Calvaire (oĂč ça? dans la rue? dans le bar?) du haut de la chaire, du haut de la chaire.
E-336 Et puis aussi, le cri, c’était quoi? “Il Se fait Dieu.” Ils nient Sa DivinitĂ©. Ils cherchent Ă  Le partager pour faire de Lui trois ou quatre Dieux. Alors qu’Il est Dieu, qu’Il Ă©tait Dieu, qu’Il sera toujours Dieu : le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement. Quand vous leur parlez d’un seul Dieu, ils se moquent de vous. “Nous croyons en une sainte trinitĂ©.”
E-337 Moi, je crois en un Dieu saint, un seul, oui monsieur, en Sa Puissance, qui peut guĂ©rir, libĂ©rer et dĂ©barrasser ces gens-lĂ  de l’amour du monde, les libĂ©rer, comme Il l’a fait dans le cas de Marie-Madeleine. Souvenez-vous, elle aussi, c’était une petite JĂ©zabel peinturlurĂ©e. Elle avait sept dĂ©mons en elle. C’était une strip-teaseuse.
E-338 Tout comme la femme moderne qui circule dans la rue aujourd’hui; allez oĂč vous voudrez et regardez. Si vous ne croyez pas que les gens se prosternent devant le temple des femmes nues, jetez un coup d’oeil dans la rue aujourd’hui. Ce qui arriva aux jours de Sodome arrivera de mĂȘme. Jetez un coup d’oeil, si vous ne le croyez pas, vous n’avez qu’à aller n’importe oĂč. Ouvrez un journal, ouvrez un magazine, regardez un panneau publicitaire, qu’est-ce que vous y trouvez? Vous vous souvenez de ce qu’il a Ă©tĂ© dit : “Quand les fils de Dieu virent que les filles des hommes Ă©taient belles, ils en prirent pour femmes.” Regardez le scandale qu’il y a en Angleterre, regardez le scandale qu’il y a ici, regardez toute la chose, c’est devenu une maison de prostitution.
E-339 Pourquoi donc? Pourquoi est-ce que la Russie est passĂ©e au communisme? À cause de la vulgaritĂ©, et de la saletĂ©, et de l’absence de Puissance de l’église catholique. Et c’est prĂ©cisĂ©ment Ă  cause de ça que cette nation y a Ă©tĂ© livrĂ©e, au communisme et Ă  la fĂ©dĂ©ration des Ă©glises, et qu’elle se joint Ă  l’église catholique. D’ailleurs, le communisme et le catholicisme vont s’unir, vous le savez, et les voilĂ  qui sont en train de le faire. Pourquoi? Parce qu’ils ont rejetĂ© l’Évangile qui les met Ă  part et fait d’eux un peuple diffĂ©rent!...?... C’est prĂ©cisĂ©ment pour ça.
E-340 Et les ministres, du haut de la chaire, ils tolĂšrent ça, pour avoir un gagne-pain, pour avoir un rang social dans un credo quelconque, dire : “Je suis membre de ceci”, ils substituent l’instruction Ă  la Puissance de Dieu, qui peut les libĂ©rer de cette race d’aliĂ©nĂ©s, comme Marie-Madeleine l’a Ă©tĂ©.
E-341 Cette mĂȘme Puissance, qui avait pu s’emparer de cette petite strip-teaseuse qui Ă©tait Ă  la rue, lui faire mettre des vĂȘtements et la faire se conduire comme une dame, faire d’elle une ChrĂ©tienne, ils ont condamnĂ© cette Puissance-lĂ , et ils ont crucifiĂ© l’Homme qui L’avait, au Calvaire.
E-342 Et aujourd’hui, ce mĂȘme Évangile et ce mĂȘme Saint-Esprit qui va s’emparer de la petite strip-teaseuse, et la faire s’habiller comme une dame et se conduire comme une ChrĂ©tienne, ils appellent Ça du “fanatisme”. Ils ne veulent pas que Ça se mĂȘle Ă  leur assemblĂ©e, que Ça cause de la stimulation au milieu d’eux, que Ça incite d’autres femmes Ă  faire la mĂȘme chose. Qu’est-ce qu’ils font? Ils L’expulsent, tout comme ils l’avaient fait en ce temps-lĂ . Et maintenant ils crucifient cette mĂȘme Parole, et ils disent que C’était pour un autre Ăąge. Je les accuse, de nouveau, oui monsieur, exactement comme ils avaient Ă©tĂ© accusĂ©s en ce temps-lĂ .
E-343 Le signe qui a fait que le vieux LĂ©gion a mis ses vĂȘtements. Rappelez-vous, une personne qui enlĂšve ses vĂȘtements est folle. Voyez? Que dire d’une femme? LĂ©gion Ă©tait fou; il avait enlevĂ© ses vĂȘtements. Dieu a pris Sa Puissance et lui a fait mettre ses vĂȘtements. Il Ă©tait vĂȘtu, et dans son bon sens, assis aux pieds de JĂ©sus.
E-344 Regardez la Puissance qui a donnĂ© la vue au vieux BartimĂ©e, au beau milieu de leurs credos. Il Ă©tait sur la terre, au moment oĂč il y avait autant d’incrĂ©dulitĂ© qu’il y en a aujourd’hui, mais ça ne L’a jamais arrĂȘtĂ©. Il a continuĂ©. Il n’a pas pris de gants avec eux. Il leur a dit : “Vous avez pour pĂšre le diable.” Il a condamnĂ© toute la chose.
E-345 La Puissance qui a pu faire sortir Lazare de la tombe, et qui a redonnĂ© son fils Ă  la veuve de NaĂŻn! Ô Dieu! La Puissance qui a pu faire ces choses, qui a pu prĂ©dire les choses qui sont arrivĂ©es. “Il y a deux... L’ñnon, il y a un Ăąnon attachĂ©, au contour du chemin”, et toutes ces choses qu’Il avait prĂ©dites. L’Homme mĂȘme qui possĂ©dait cette Puissance : “À mort! Nous ne voulons pas de Lui parmi nos fidĂšles. Il corrompt nos enseignements”, et ils L’ont crucifiĂ©.
E-346 C’est exactement la mĂȘme chose aujourd’hui : “À mort le Saint-Esprit!” – ils ne veulent avoir rien Ă  faire avec Lui. “Il condamne, et Il fait ces choses, Il parle Ă  nos fidĂšles de ces choses, et nous ne voulons pas mĂȘler ça Ă  nos organisations. Ça va Ă  l’encontre de nos credos.” Ils Le crucifient de nouveau. Oh! la la! Remarquez maintenant, alors que nous terminons. Il faut terminer. Et, de nouveau, ils appellent Ça du “fanatisme”.
E-347 Et ils L’avaient traitĂ©, Lui, de “fanatique”. Ils disaient “qu’Il Ă©tait fou”. Tout le monde sait que la Bible dit que “JĂ©sus Ă©tait”, que les pharisiens disaient que “cet Homme est un Samaritain et Il est fou”. Or, le mot fou, qu’est-ce que ça veut dire? “CinglĂ©.” “Cet Homme est cinglĂ©. C’est une bande de cinglĂ©s qui Le suivent. Il est BĂ©elzĂ©bul.”
E-348 Et, de nouveau, ils disent la mĂȘme chose : “C’est un genre de sorcellerie. C’est de la divination”, ils Le mettent de nouveau sur la croix du dĂ©shonneur. Quelle croix? Quel dĂ©shonneur? Il est la Parole confirmĂ©e; ils rient de Cela, ils disent aux gens que C’est du diable. Ils en font quelque chose, et appellent...
E-349 Il a dit : “Qu’ils disent des oeuvres saintes de Dieu que ‘c’est un esprit impur qui les fait’, il n’y a pas de pardon pour ça.”
E-350 Ils dĂ©shonorent Sa Parole, ils cherchent Ă  La dĂ©noncer et Ă  appeler Ça de la frime ou du fanatisme. “N’y allez pas. N’assistez pas Ă  ces rĂ©unions-lĂ .” Ah.
E-351 En faisant ça, qu’est-ce qu’ils font? Ils se servent des clous de leurs credos dĂ©nominationnels. C’est vrai. Ces docteurs en quĂȘte de plaisirs, mondains, impies, atteints de folie dĂ©nominationnelle, ils se servent des clous dĂ©nominationnels pour crucifier de nouveau le Fils de Dieu, du haut de leur chaire.
E-352 Pourquoi est-ce qu’ils font ça? “Ils aiment les louanges des hommes”, les grades que l’église peut leur confĂ©rer, “plus que l’amour de la Parole de Dieu.” Je les condamne. Ils ne peuvent pas se conformer au monde, parce qu’ils... Ils ne peuvent pas se conformer Ă  la Parole, parce qu’ils sont dĂ©jĂ  en conformitĂ© avec le monde. DĂ©jĂ , ils en sont lĂ . Quel jour hypocrite que celui oĂč nous vivons! N’est-ce pas...
E-353 Un seul Calvaire pour mon Seigneur, n’est-ce pas suffisant? Pourquoi voulez-vous faire ça? Vous qui ĂȘtes censĂ©s L’aimer, vous qui savez que Ceci est Sa Parole, vous qui pouvez lire Apocalypse, chapitre 22, qui dit : “Quiconque retranchera une seule Parole ou ajoutera une seule parole”, pourquoi le faites-vous? Un seul Calvaire pour Lui, n’est-ce pas suffisant?
E-354 Je prends Sa dĂ©fense. Je suis Son avocat, et je vous accuse, par la Parole de Dieu. Changez vos maniĂšres de faire, sinon vous irez en enfer. Vos dĂ©nominations vont ĂȘtre Ă©crasĂ©es. Je vous accuse, en PrĂ©sence du Juge, c’est vrai, vous, avec vos formes extĂ©rieures de piĂ©tĂ©, vos hypocrisies. Pourquoi est-ce que vous appelez Ça... Un seul Calvaire, n’est-ce pas suffisant?
E-355 Comme Pierre l’a dit : “Vos pĂšres dĂ©nominationnels”, Pierre vous a accusĂ©s, par... Il a dit : “Lequel de vos pĂšres n’a pas fait ceci?” Étienne a fait la mĂȘme chose : “Par la main des impies vous avez crucifiĂ© le Prince de la Vie.” JĂ©sus Lui-mĂȘme n’a-t-Il pas dit : “Lequel de vos pĂšres n’a pas mis les prophĂštes dans le tombeau? Et aprĂšs ça, vous les ornez”? C’est ce qu’ils ont fait aux justes, tout au long des Ăąges!
E-356 De mĂȘme, moi aussi j’accuse cette bande de gens d’aujourd’hui, trĂšs raffinĂ©s et assidus Ă  l’église, qui rejettent Christ. Vous, avec vos formes extĂ©rieures de piĂ©tĂ©, vous crucifiez mon Christ, une deuxiĂšme fois, en disant aux gens que “ces Paroles s’appliquent Ă  une autre Ă©poque, et que ça ne s’applique pas aujourd’hui”. Je vous accuse. Vous ĂȘtes coupables du mĂȘme crime qu’eux au jour de la crucifixion. Repentez-vous et convertissez-vous Ă  Dieu, sinon vous pĂ©rirez.
E-357 Et je dis encore ceci : “Ici”, les Ă©glises, “ils”, les docteurs, “crucifient”, par un blasphĂšme, “Lui”, la Parole. Que Dieu soit misĂ©ricordieux! Je vais rĂ©pĂ©ter ça. Peut-ĂȘtre que ce n’était pas clair, sur la bande. “Ici”, les Ă©glises, “ils”, le clergĂ©, “crucifient”, par un blasphĂšme, “Lui”, la Parole. Ce n’est pas Ă©tonnant que ceci se reproduise : Alors que les rochers se fendaient et que les cieux s’assombrissaient, Mon Sauveur courba la tĂȘte et mourut. Mais le voile dĂ©chirĂ© rĂ©vĂ©la le chemin Vers les joies du Ciel et le jour sans fin.
E-358 Je le dis sur cette bande, et pour cet auditoire. Je dis ceci sous l’inspiration du Saint-Esprit. Que celui qui est pour l’Éternel se soumette Ă  cette Parole! Certes, Dieu exercera un jugement sur cette gĂ©nĂ©ration mĂ©chante qui renie et qui rejette Christ, pour avoir blasphĂ©mĂ©, pour la crucifixion de Sa Parole identifiĂ©e. Elle va passer en Jugement. Je l’accuse! “Que celui qui est pour l’Éternel”, a dit MoĂŻse, “vienne Ă  moi”, alors que la Colonne de Feu se tenait lĂ , comme preuve. Que celui qui est pour l’Éternel prenne cette Parole, qu’Il renonce Ă  son credo, et qu’il suive chaque jour JĂ©sus-Christ. Et je vous rencontrerai Ă  l’aube. Inclinons la tĂȘte maintenant, pour prononcer une priĂšre.
E-359 Ô Seigneur Dieu, Donateur de la Vie Éternelle et Auteur de cette Parole, qui as ramenĂ© d’entre les morts le Seigneur JĂ©sus, qui l’as trĂšs bien identifiĂ© devant une–une gĂ©nĂ©ration d’incrĂ©dules. Ça a pris beaucoup de temps, ce matin. Beaucoup de gens sont restĂ©s assis ici. L’église est pleine Ă  craquer. Des gens sont debout un peu partout. Et on est en train d’enregistrer les bandes, qui vont aller partout dans le monde, dans diffĂ©rents endroits. Des ministres vont Ă©couter ceci, dans leur bureau. Je prie pour eux, Seigneur. Que ces Paroles descendent profondĂ©ment dans leur coeur, qu’elles coupent profondĂ©ment, qu’elles retranchent tout ce qui est du monde. Afin qu’ils puissent dire comme...
E-360 Le petit ministre mĂ©thodiste du Kentucky, qui est venu me voir l’autre jour, et qui disait : “Pendant que j’écoutais les Sept Âges de l’Église, j’ai entendu ce cri : ‘Éloignez-vous des murailles de Babylone’”, il disait, “j’ai tout abandonnĂ©, et je suis parti. Je ne sais pas quelle direction prendre ni ce qu’il faut faire, mais je suis parti.” BĂ©ni soit le courage de ce jeune homme, qui a une femme et deux ou trois enfants.
E-361 Ô Dieu, puissent beaucoup de gens se frayer un chemin jusqu’à la Parole de Dieu, le seul chemin de la Vie, car Il est la Parole. Je prie pour chacun, PĂšre. Quelquefois, on dit ces choses, mais ce n’est pas par cruautĂ©, c’est par amour, parce que l’amour est correctif. Alors je prie, ĂŽ Dieu, que les gens comprennent que c’est le cas ici, que ces choses sont dites pour corriger. Toi qui avais dĂ» les corriger, et qui as priĂ© pour eux, Ă  la croix, en ces Mots : “PĂšre, pardonne-leur. Ils–ils sont aveugles, ils–ils ne comprennent tout simplement pas ce qu’ils font.”
E-362 Je prie pour ces ministres, aujourd’hui, qui crucifient de nouveau la Parole, en prenant leurs credos, leurs dĂ©nominations et leurs dogmes, et en les substituant Ă  la Parole de Vie. Et puis, devant les gens, ils–ils critiquent la VĂ©ritĂ© vraie, que Dieu confirme comme Ă©tant Sa VĂ©ritĂ©. Nous prions pour eux, PĂšre, que Tu les convies de nouveau au Souper des Noces. Et cette fois, puissent-ils venir, au lieu de chercher des excuses; en effet, je suis conscient que le dernier appel pourrait dĂ©jĂ  avoir Ă©tĂ© lancĂ©. Il se pourrait qu’il soit trop tard maintenant. J’espĂšre que non.
E-363 BĂ©nis cette petite assemblĂ©e ici prĂ©sente, ces quelques centaines de personnes qui se sont rassemblĂ©es ici ce matin, en cette journĂ©e chaude, qui sont restĂ©es assises ici, pendant un service trĂšs long, de peut-ĂȘtre deux heures ou plus, et qui ont Ă©coutĂ©. Ils ne sont pas partis. Ils sont restĂ©s tranquillement assis et ils ont Ă©coutĂ©. Beaucoup d’entre eux ont un dĂźner qui les attend, et les femmes sont lĂ  avec leurs bĂ©bĂ©s, elles attendent. Ils s’accrochent Ă  chaque Parole.
E-364 Seigneur, je suis conscient de ce qui m’arrivera au Jour du Jugement si j’induis ces gens en erreur. J’en suis conscient, Seigneur, aussi conscient que je peux l’ĂȘtre. Alors, je cherche Ă  les amener Ă  la Parole, et Ă  faire en sorte qu’ils vivent de la Parole, je leur dis que Tu es “le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement”, que le grand Saint-Esprit, c’est JĂ©sus-Christ, tout simplement sous la forme du Saint-Esprit, le mĂȘme Homme. C’est ce que Tu as dit : “Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, et mĂȘme en vous.” Et je sais que ceci, c’est Toi, Seigneur. Et nous croyons en Toi, parce que nous Te voyons faire la mĂȘme chose au milieu de nous.
E-365 Aujourd’hui nous nous abandonnons, sĂ©rieusement; nous le faisons, nous qui sommes ici dans cette assemblĂ©e, ainsi que ceux qui sont Ă  l’écoute des bandes. Seigneur, Ă  l’instant mĂȘme, puissent homme et femme, garçon ou fille, tous ceux qui sont–qui sont ici prĂ©sents, ou debout Ă  l’extĂ©rieur, ou qui l’entendent sur la bande, puissions-nous, en ce moment, faire une consĂ©cration profonde et abandonner notre ĂȘtre entier au service de Dieu.
E-366 Agis sur l’auditoire, Seigneur, avec Puissance, et guĂ©ris les malades. On m’a dit qu’il y avait un petit garçon infirme assis lĂ -bas. Que le grand Saint-Esprit... Nous savons que, rien que d’ĂȘtre assis dans Sa PrĂ©sence, comme ceci, c’est suffisant pour accomplir Cela. Si Tu peux, en passant par les ondes de la radio et de la tĂ©lĂ©vision, aller dans toutes les rĂ©gions, et guĂ©rir les malades : “Tu as envoyĂ© Ta Parole, et Elle les a guĂ©ris”, Tu peux faire la mĂȘme chose, Ă  l’instant mĂȘme. Je Te prie, ĂŽ Dieu de guĂ©rir tous les malades, tous les infirmes, tous les affligĂ©s, ceux qui sont ici de mĂȘme que ceux qui Ă©coutent ces Paroles. Ô Dieu, accorde-le. J’adresse cette priĂšre pour eux.
E-367 Avec–avec l’amour de Christ dans mon coeur et avec de la sympathie pour ceux qui ont des besoins, je Te les prĂ©sente, Seigneur, sur l’autel du sacrifice, lĂ  oĂč se trouve le corps couvert de Sang de cet Agneau, qui est lĂ  comme victime expiatoire pour nos pĂ©chĂ©s et pour la maladie. J’implore Ta misĂ©ricorde sur les gens. Je veux, comme MoĂŻse l’a fait, me tenir Ă  la brĂšche pour eux, Seigneur, et dire : “Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux pour eux, envers eux, encore un peu, et laisse-leur encore une chance.” Ne–ne le fais pas tout de suite, Seigneur. Permets–permets que l’Évangile continue Ă  avancer, juste un peu encore.
E-368 Ils sont–ils sont condamnĂ©s, Seigneur. Je prie que Ta grande misĂ©ricorde et que Ta grĂące se–s’étendent jusque sur la derniĂšre personne dont le nom est dans le Livre. Et je sais qu’elles le feront. Ce n’est pas difficile de prier contre Ta Parole Divine, ou contre–ou contre... selon la Parole Divine, c’est ce que je veux dire, Seigneur; la Parole qui a Ă©tĂ© promise, la Parole qui a Ă©tĂ© confirmĂ©e, la Parole qui a prĂ©destinĂ© ces gens, dĂšs avant la fondation du monde. Ce n’est pas–ce n’est pas difficile de Te prier de sauver ceux dont le nom est dans le Livre, parce que je sais que Tu le feras. JĂ©sus l’a dit : “Tous ceux que le PĂšre M’a donnĂ©s viendront.” Et nul ne peut venir, si cela ne lui a Ă©tĂ© donnĂ©.
E-369 Maintenant je prie, ĂŽ Dieu, que partout oĂč tomberont ces Paroles, sur ceux qui Ă©couteront la bande aussi bien que sur ceux qui sont ici prĂ©sents, que, maintenant mĂȘme, le Saint-Esprit appelle toutes les personnes qui ont Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©es dĂšs la fondation du monde, oĂč leur nom a Ă©tĂ© Ă©crit dans le Livre de Vie de l’Agneau. Puissent-elles entendre la Voix de Dieu parler aujourd’hui, avec cette toute petite voix tranquille, au fond de leur coeur, qui dit : “Voici le Chemin, marches-Y!” Accorde-le, PĂšre. Je le demande au Nom de JĂ©sus.
E-370 Et en ce moment, pendant que nous avons la tĂȘte inclinĂ©e, ici dans l’auditoire. Si vous croyez que ceci est la VĂ©ritĂ©, et que vous–vous... J’ai placĂ©, posĂ© ma main sur les mouchoirs qu’il y a ici, et sur les paquets destinĂ©s aux malades et aux affligĂ©s. Je voudrais vous poser une question, sincĂšrement, lĂ .
E-371 Je ne viens pas ici simplement pour ĂȘtre entendu. Je–je–je suis fatiguĂ©. Je suis Ă©puisĂ©. Je ne suis plus trĂšs jeune, et je–et je sais que nos jours sont comptĂ©s. Et je sais que je dois faire tout ce que je peux pour le Royaume de Dieu. Je dois prĂȘcher chaque fois que j’en ai la possibilitĂ©. Je dois, je dois y aller, que j’en aie envie ou pas.
E-372 Si je viens ici, c’est parce que je–j’ai Ă  coeur de le faire. Je–je veux le faire. Je vous aime. Et je ne dis pas des choses dĂ©sagrĂ©ables et dures, pour–pour... parce que je le veux. Il–il y a quelque chose qui palpite Ă  l’intĂ©rieur de moi. Cette chose qui a Ă©tĂ© confirmĂ©e, c’est justement ça qui me pousse Ă  faire ces choses. Je le dis avec bienveillance, avec amour. Mon intention n’est pas de rĂ©primander nos femmes et nos hommes. Mon intention, ce n’est pas ça, frĂšre, soeur. Ma seule intention est de faire ressortir–ressortir nettement devant vous, vous faire voir la correction et le fouet du Seigneur, que vous devez entrer maintenant. Ne remettez pas ça Ă  plus tard; vous pourriez avoir attendu trop longtemps.
E-373 Et ceux d’entre vous qui veulent venir dans le camp de l’Éternel, avec un abandon total dans votre coeur, en prĂ©sence de l’auditoire, maintenant, ou bien dans le pays oĂč iront les bandes; est-ce que vous voulez, avec la tĂȘte inclinĂ©e... Ne levez pas la main si vous n’ĂȘtes pas sĂ©rieux. Maintenant, si vous ĂȘtes vraiment sĂ©rieux, que vous voulez venir au Seigneur, avoir une vie plus consacrĂ©e, voulez-vous lever la main maintenant mĂȘme. Vous, – que le Seigneur vous bĂ©nisse, – vous vous consacrez de nouveau Ă  Christ, pour essayer de porter l’opprobre. Vous dites : “Je suis prĂȘt aujourd’hui Ă  accepter l’opprobre.”
E-374 Moi aussi, j’ai les deux mains levĂ©es. Je, je veux porter l’opprobre de JĂ©sus-Christ sur moi. Je porte volontiers cette marque, d’ĂȘtre appelĂ© un “exaltĂ©â€, ou quel que soit le nom que vous voudrez donner Ă  ça. Je la porte fiĂšrement, parce que c’est pour le Seigneur que je le fais. Je la porte fiĂšrement.
E-375 Ne voulez-vous pas faire la mĂȘme chose? Levez les mains, et dites : “Par la grĂące de Dieu, je–je–je veux... je...” Les disciples sont revenus, ils considĂ©raient que c’était un grand honneur de porter l’opprobre de Son Nom. Ou voulez-vous plutĂŽt porter l’opprobre d’une vedette de Hollywood, ou de quelque chose de la tĂ©lĂ©vision, ou d’un membre d’église, ou quelque chose comme ça? Ou bien voulez-vous l’opprobre de la Parole de JĂ©sus-Christ? “Donne-moi l’opprobre de la Parole, Seigneur. Je sais qu’Il a portĂ© l’opprobre de la Parole de Dieu. Que moi aussi, je le porte, Seigneur.” Je porterai cette croix consacrĂ©e Jusqu’à ce que la mort me libĂšre, Alors je rentrerai Ă  la maison, pour porter une couronne.
E-376 Un jour, il y aura une couronne pour nous. Elle est en fabrication maintenant. Quand cette vie terrestre sera Ă©coulĂ©e, nous savons qu’à ce moment-lĂ  elle sera telle qu’elle doit ĂȘtre.
E-377 En ce moment il n’y a pas assez de place pour qu’on fasse venir les gens autour de l’autel. Que votre siĂšge, lĂ  oĂč vous ĂȘtes, que ce soit un autel. “Tous ceux qui crurent...” Pendant que nous prions.
E-378 PĂšre CĂ©leste, il m’a semblĂ© que presque toutes les mains, des jeunes comme des vieux, Ă©taient levĂ©es, dans cet auditoire. Et je prie que, chaque fois qu’on fera jouer cette bande, que les gens lĂšveront leurs mains, et s’agenouilleront dans la piĂšce; que le papa et la maman se prendront par la main, et qu’ils diront : “ChĂ©rie, ça fait assez longtemps que nous sommes des membres d’église. Venons Ă  Christ.” Accorde-le, Seigneur.
E-379 BĂ©nis ces gens qui sont ici. Je Te prie de leur donner, Seigneur, une vie consacrĂ©e. Beaucoup d’entre eux, Seigneur, sont de braves gens. Ce sont–ce sont les Tiens; mais c’est qu’ils n’avaient pas connu la VĂ©ritĂ©. Aussi je Te prie de leur montrer Ta VĂ©ritĂ©, Seigneur. “Ta Parole est la VĂ©ritĂ©.”
E-380 Comme Tu l’as dit, dans Jean, vers le chapitre 17, je pense, Tu as dit : “Sanctifie-les, PĂšre, par la VĂ©ritĂ©. Ta Parole est la VĂ©ritĂ©.”
E-381 Et Elle l’est encore, Ta Parole est encore la VĂ©ritĂ©. Elle est toujours la VĂ©ritĂ©, parce qu’Elle est Dieu. Et je Te prie, ĂŽ Dieu, de les sanctifier par la VĂ©ritĂ©. C’est-Ă -dire, sanctifie-les, purifie-les de tous les credos et de toutes les dĂ©nominations. Purifie-les de toutes les choses du monde, pour qu’ils aient une vie consacrĂ©e Ă  la Parole. Accorde-le, Seigneur. Maintenant ils sont Ă  Toi. Tu as promis de le faire. Et comme Ton serviteur, j’offre ma priĂšre pour eux. Au Nom de JĂ©sus-Christ.
E-382 Maintenant, avec nos tĂȘtes inclinĂ©es, chantons ce cantique, pendant que nous continuons Ă  prier. JĂ©sus a tout payĂ©, Et je Lui dois tout; (Pensez-y!) Le pĂ©chĂ©...
E-383 Hier, j’étais quelque–quelque part, un homme prenait mes mesures pour un complet qu’un frĂšre de cette Ă©glise m’a achetĂ©. Il m’a dit : “Votre complet avait l’air de donner chaud, alors je vous en ai achetĂ© un plus lĂ©ger.”
E-384 Je suis donc allĂ© le faire raccourcir, et il disait : “Dites donc, votre Ă©paule droite s’affaisse. À un moment donnĂ©, vous avez dĂ» porter une lourde charge.”
E-385 Et je me suis dit : “Oui, une charge de pĂ©chĂ©. Mais JĂ©sus a tout payĂ©.” Écoutez, pendant que nous le chantons. JĂ©sus a tout payĂ©, Alors tout, toute ma vie, je la Lui... Qu’est-ce que le pĂ©chĂ© avait fait? Le pĂ©chĂ© souillait ma vie, Mais Il a tout lavĂ©.
E-386 Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers nous. Pendant ce moment de profonde mĂ©ditation, que la Parole s’imprĂšgne profondĂ©ment, Seigneur, dans le coeur. Que les gens, mĂȘme s’ils sont en retard pour leur dĂźner... Mais, Seigneur, Ceci, c’est plus que de la nourriture. Ceci, c’est la Vie. “Ma Parole est une nourriture”, as-Tu dit. Et c’est d’Elle que se dĂ©lectent nos Ăąmes affamĂ©es.
E-387 Maintenant, prends-nous, Seigneur, et façonne-nous. Seigneur, prends-moi, moi aussi, avec eux. Je veux y aller avec eux. Je monte au Calvaire, maintenant, Seigneur, par la foi. J’y vais avec cette assemblĂ©e. Maintenant façonne-moi de nouveau, Seigneur. J’ai mal agi. Il y a bien des fois oĂč je...
E-388 DerniĂšrement, ici, je voulais tout simplement arrĂȘter de prĂȘcher. Les gens ne voulaient pas m’écouter. Ils continuaient toujours Ă  faire la mĂȘme chose, alors je–je me suis dĂ©couragĂ©. J’en ai fait un complexe. Ô Dieu! Un dimanche, il y a quelques semaines, quand Tu m’as donnĂ© ce signe, lĂ -bas; je lisais dans la Bible, et j’ai vu que Tu avais dit Ă  MoĂŻse, exactement comme dans le songe, oĂč il y avait une montagne aussi, et que ça, ce serait un signe pour lui. Et puis, juste Ă  la fin, pour que je sache, – alors que je–j’avais abandonnĂ© beaucoup de malades, un ministĂšre non seulement prophĂ©tique, mais d’enseignement de la Parole, et–et de priĂšre pour les malades, – Tu as laissĂ© un homme tomber raide mort Ă  terre, ici mĂȘme, ensuite Tu l’as ramenĂ© Ă  la vie, pour confirmer que c’était vrai. Tu confirmes toujours Ta Parole.
E-389 Maintenant, Seigneur, confirme-La, en ce moment oĂč je suis devant Ton TrĂŽne. Prends chacune de ces personnes, Seigneur, dĂ©barrasse-nous de ce qui est du monde. Prends-moi, Seigneur, pendant que nous sommes dans Ta PrĂ©sence. Ôte tout ce qui est du monde, tords-nous le coeur, ĂŽ Dieu, maintenant mĂȘme. Arrache de nous le monde et les soucis du monde. Donne-nous d’ĂȘtre des ChrĂ©tiens consacrĂ©s, ĂŽ Dieu, d’ĂȘtre affectueux, gentils et doux, en portant le fruit de l’Esprit. Ne veux-Tu pas le faire, Seigneur? Nous sommes devant Ton TrĂŽne. Le pĂ©chĂ© a laissĂ© une tache cramoisie sur chacun de nous, mais Ton Sang peut en faire la rĂ©mission, Seigneur, et le rendre blanc comme la neige. Accorde-le, pendant que nous nous attendons Ă  Toi. Prends-nous; nous sommes Ă  Toi; nous T’avons consacrĂ© nos vies. Au Nom de JĂ©sus-Christ, accorde-le, Seigneur, Ă  chacun de nous.
E-390 Tords-moi le coeur, Seigneur. Je vois toutes mes erreurs. Je vois mes fautes. Ô Dieu, à partir de maintenant, je vais essayer de vivre du mieux que je peux, pour T’aider. Je veux aller, je veux consacrer de nouveau ma vie à Toi, ici, ce matin.
E-391 AprĂšs avoir portĂ© cette accusation contre mes–mes amis membres du clergĂ©, lĂ -bas, alors que j’ai Ă©tĂ© obligĂ© de dire ces choses qui Ă©taient dures, mais, Seigneur, je l’ai fait par Ton inspiration. J’ai le sentiment que c’est Toi qui m’as dit de le faire. Maintenant, ce n’est plus sur mes Ă©paules, Seigneur. Je–je suis content que ce ne le soit plus. Qu’ils en fassent ce qu’ils voudront, PĂšre. Je prie qu’ils l’acceptent. Je Te prie de sauver chacun d’eux, Seigneur.
E-392 Qu’il se produise un rĂ©veil des justes, et qu’une grande Puissance vienne dans l’Église juste avant Son dĂ©part. Ce n’est pas difficile de faire cette priĂšre-lĂ , parce que Tu l’as promis. Et nous attendons, Seigneur, ce TroisiĂšme Pull dont nous savons qu’il accomplira de grandes choses pour nous, au milieu de nous.
E-393 Je suis Ă  Toi, Seigneur. Je me dĂ©pose moi-mĂȘme sur cet autel, aussi consacrĂ© que je peux l’ĂȘtre. Ôte de moi ce qui est du monde, Seigneur. Ôte de moi les choses pĂ©rissables; donne-moi les choses impĂ©rissables : la Parole de Dieu. Que je sois capable de vivre tellement prĂšs de la Parole, que la Parole sera en moi, et moi dans la Parole. Accorde-le, Seigneur. Que je ne m’En dĂ©tourne jamais. Que je tienne cette ÉpĂ©e du Roi vraiment solidement, et que je La serre trĂšs fort. Accorde-le, Seigneur.
E-394 Bénis-nous tous. Nous sommes Tes serviteurs, alors que nous nous consacrons à Toi ce matin, de nouveau, dans notre coeur. Nous sommes à Toi, au Nom de Jésus-Christ, à Ton service. Jésus... Que Dieu vous bénisse! FrÚre Neville.

En haut