ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Le Signe / 63-1128E / Shreveport, LA, USA // SHP 1 heure et 47 minutes PDF MP3 low MP3 HQ

Le Signe

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Merci.
...je crois.
Seigneur, je crois; Seigneur, je crois.
Tout est possible; Seigneur, je crois.
E-2 Inclinons la tĂȘte juste un instant pour la priĂšre. Et, en ce moment sacrĂ©, sachant que nous nous sommes de nouveau rĂ©unis, rassemblĂ©s ici au Nom du Seigneur pour L’adorer, je ne sais pas s’il y a dans cette assistance quelqu’un qui aurait une requĂȘte spĂ©ciale qu’il voudrait faire connaĂźtre Ă  Dieu ce soir, en levant la main pour qu’on se souvienne de lui dans la priĂšre. En bas au sous-sol, et aux balcons, et partout, c’est pareil, Il voit vos mains.
E-3 Dieu Tout-Puissant, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, nous venons Ă  Toi au Nom du Seigneur JĂ©sus, parce qu’il nous a Ă©tĂ© promis que si nous venions en Son Nom, nous obtiendrions ce que nous demandons. Ainsi, nous Te prions, PĂšre, de nous pardonner d’abord tout ce qui se tient sur notre voie et qui fait obstacle Ă  nos priĂšres ce soir; puisse le Sang du Seigneur JĂ©sus expier cela maintenant mĂȘme, alors que nous confessons humblement notre tort. Et nous prions pour chaque requĂȘte, pour chacune de ces mains qui se sont levĂ©es. Tu sais ce qu’il y avait sous cette main, Seigneur, ce qu’elle signifie. Et je Te prie d’exaucer cela selon Ta grande sagesse, Seigneur, afin que nous comprenions que Tu connais toutes choses et que Tu connaissais cela depuis le commencement.
E-4 Et nous prions que ceci soit une soirĂ©e dont nous nous souviendrons longtemps, Ă  cause de Ta PrĂ©sence parmi nous. Tandis que nous sommes lĂ  ce soir, Ă  la fin de ce jour de Thanksgiving, une grande commĂ©moration dans toute la nation, pour la grande bontĂ© que Tu as manifestĂ©e Ă  nos premiers pĂšres, nous aussi, nous tournons nos tĂȘtes pour Te remercier, Seigneur, pour ce que Tu as fait pour nous. Maintenant, nous Te prions d’accorder toutes ces choses que nous demandons, car nous les demandons au Nom de JĂ©sus-Christ et pour Son honneur. Amen. Vous pouvez vous asseoir.
E-5 Je suis vraiment reconnaissant pour le privilĂšge que nous avons de nous rassembler de nouveau ici ce soir, dans cet auditorium du Life Tabernacle pour parler au peuple.
E-6 Nous sommes dĂ©solĂ©s. FrĂšre Moore a dit que dans l’histoire de cette Ă©glise, jamais il n’y a eu autant de monde. On en a renvoyĂ© ce soir plus qu’on en a renvoyĂ© dans toute l’histoire de cette Ă©glise, Ă  partir de devant, lĂ -dehors. Partout, c’est bondĂ© de monde, Ă  l’intĂ©rieur, Ă  l’extĂ©rieur, au sous-sol, le long des murs et dans les couloirs, et jusque dans les rues; et les gens continuent Ă  venir. Nous sommes donc reconnaissants qu’il y ait encore la faim d’entendre la Parole de Dieu, et ainsi, nous en sommes reconnaissants.
E-7 Et maintenant, le Seigneur voulant, nous pourrions commencer demain soir Ă  prier pour les malades, car nous avons comme d’habitude une ou deux soirĂ©es que nous consacrons Ă  la priĂšre pour les malades, quand nous nous retrouvons ici Ă  ces conventions. Et le Seigneur nous a vraiment bĂ©nis rĂ©cemment en rapport avec ces choses.
E-8 Ce matin, je vous parlais de mon Ă©pouse, disant que cela fait maintenant presque trois ans, environ, oh! cinq ou six ans, en prenant sa main un soir, pour essayer de montrer Ă  quelqu’un, Ă  une autre femme ce que c’est qu’une vibration, vous savez, et elle n’avait pas de problĂšme, mais j’ai dĂ©couvert qu’elle avait une tumeur. Le mĂ©decin n’arrivait pas Ă  voir cela. Trois ou quatre annĂ©es sont passĂ©es; il n’arrivait pas Ă  voir cela.
E-9 Finalement, ça s’est manifestĂ© il y a environ deux ans, et cela s’est mis Ă  se dĂ©velopper rapidement, passant de la grosseur d’une noix Ă  celle d’un citron, puis ç’a atteint la grosseur d’un pamplemousse. Le mĂ©decin... Nous tenions bon par la foi. Et le mĂ©decin a dit: «Vous devez tout simplement faire enlever cela. La tumeur va devenir maligne. Vous devez faire enlever cela.»
E-10 Et hier, ou plutĂŽt avant-hier, sachant qu’hier elle devait aller pour son dernier examen, et avant l’examen, je me suis agenouillĂ© dans la chambre et j’ai priĂ© de tout mon coeur. Et quand je me suis relevĂ© ou que je me suis mis Ă ... Avant que je ne me relĂšve, Il m’a dit ce qu’il fallait dire. Et je me suis relevĂ©. Et le mĂ©decin n’arrive pas Ă  retrouver nulle part une seule trace. Cela a complĂštement disparu. Et ne... et cela a disparu et il n’y en a plus.
E-11 Je l’ai encore appelĂ©e au tĂ©lĂ©phone il y a quelques instants, elle Ă©tait si heureuse. Elle a dit: «La semaine passĂ©e, a-t-elle dit, Bill, les douleurs Ă©taient si atroces que je ne pouvais mĂȘme pas rester tranquille, je n’arrivais pas Ă  dormir la nuit ni Ă  un autre moment.» Elle a dit: «Chaque fois que j’essayais de me retourner, cette grosse tumeur se retournait Ă  l’intĂ©rieur.» Et elle a dit: «J’ai ici la dĂ©claration envoyĂ©e au mĂ©decin: ‘Madame Branham...’» AussitĂŽt qu’elle est descendue de la table, elle et certaines soeurs... «Il a dit: ‘Il n’y a pas une seule trace. Je ne sais pas ce qui s’est passĂ©, a-t-il dit; il n’y a aucune trace.’» Et Il a dit–Il a dit: «LĂšve-toi.» Et ce qu’Il a dit de faire, je l’ai fait. Et cela... Le Seigneur a exaucĂ© le reste.
E-12 Je vois ici un vieil ami Ă  moi. RĂ©cemment, un ami du nom de... C’est un Allemand. Son nom est D-a-u-c-h, je crois que c’est comme cela qu’il Ă©crit son nom. Mais nous, nous l’appelons Dauch, comme je ne sais pas prononcer correctement ce mot allemand; il a quatre-vingt-onze ans. Je l’ai baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ il n’y a pas longtemps; un homme bien, il fut un grand sympathisant d’Oral Roberts et de bien d’autres hommes. Mais un jour, quand il est venu au Tabernacle, il n’avait pas de tenue, il voulait se faire baptiser de toute façon.
E-13 L’autre jour, il a accompli quatre-vingt-onze ans. Il a eu non seulement un infarctus, mais il a fait un arrĂȘt cardiaque total. Sa femme qui Ă©tait assise lĂ  est une ancienne infirmiĂšre diplĂŽmĂ©e d’Etat. On l’a amenĂ© Ă  l’hĂŽpital de Lima, dans l’Ohio, oĂč il y a certains des mĂ©decins les plus cĂ©lĂšbres de la contrĂ©e. Il n’avait aucune chance de vivre encore une heure ou plus, ç’en Ă©tait fini de lui, avec un arrĂȘt cardiaque, Ă  quatre-vingt-onze ans, un infarctus. Je me suis dit: «Pauvre frĂšre Bill Dauch, peut-ĂȘtre que c’est la derniĂšre fois que je le verrai. Je dois tĂącher de le voir.» J’ai priĂ© toute la nuit. Quand on m’a appris qu’il Ă©tait frappĂ© par un arrĂȘt cardiaque, j’ai compris qu’à quatre-vingt-onze ans, il ne pourrait pas s’en sortir.
E-14 Donc, c’est vraiment un grand ami Ă  moi et Ă  ma famille, et je suis allĂ© le visiter le lendemain matin. En route, je me disais combien c’était un homme bien. Et je me suis dit: «Un jour, je le reverrai.» Et je suis allĂ© Ă ...
E-15 J’ai roulĂ© vite, et j’ai eu un pneu dĂ©chirĂ©; je n’avais mĂȘme pas eu le temps de le faire Ă©quilibrer ou enlever... Cette roue qui Ă©tait dĂ©saxĂ©e a tout simplement dĂ©chiquetĂ© le pneu, en roulant sur ces autoroutes en bĂ©ton. Et je suis entrĂ©; j’ai dit: «Je n’ai pas le temps de le changer.»
E-16 L’homme a dit: «Vous allez le faire Ă©clater si vous faites encore deux cents miles [321 km].»
E-17 J’ai dit: «Je n’ai tout simplement pas de temps, monsieur. Merci. Qu’il Ă©clate tout simplement.» Et j’ai dit: «J’ai un pneu de rĂ©serve. Je dois atteindre un ami qui se meurt.»
E-18 Et je me suis mis Ă  marcher lĂ . Et puis, j’ai levĂ© les yeux; et une vision est apparue. J’ai vu frĂšre Dauch assis dans l’église. Je l’ai vu venir et le voilĂ  qui descendait la rue; et il a pris ma main et l’a serrĂ©e. Il a dit: «Va lui dire: ‘AINSI DIT LE SEIGNEUR!’»
E-19 Le voici assis ici. Et au tout prochain service, il m’arriva de baisser les yeux lĂ , et voilĂ  que frĂšre Dauch Ă©tait assis dans l’église, aprĂšs avoir roulĂ© sur trois cents miles [482 km] depuis l’Ohio. La semaine passĂ©e, je suis allĂ© Ă  New York, il Ă©tait assis lĂ  Ă  New York, bien malgrĂ© tout cela. Et le voici ce soir Ă  Shreveport, assis ici maintenant.
E-20 Quand je traverserai les portails du temps pour entrer dans l’éternitĂ©, si Dieu me permet donc de mourir en paix, un jour je lui serrerai la main de l’autre cĂŽtĂ©, car le mĂȘme Dieu...
E-21 Il y a quelques jours, des choses glorieuses sont arrivĂ©es, je ne peux tout simplement pas me mettre Ă  vous raconter ce qui s’est passĂ© ces quelques derniers jours. C’est comme si, je pense, pendant ce dernier... depuis cette expĂ©rience du Colorado lĂ , il y a quelques semaines, le Seigneur a Ă©tĂ© davantage bienveillant envers moi, en–en rĂ©pondant Ă  la priĂšre. Et il est censĂ© y avoir, vous savez, une troisiĂšme Ă©tape, du ministĂšre; et je ne peux pas du tout dire ce que c’est. Et ainsi, je crois que le Seigneur est avec nous et qu’Il va faire de grandes choses.
E-22 Etant donnĂ© que ce soir c’est la cĂ©lĂ©bration du Thanksgiving, je me suis dit qu’au lieu de prĂȘcher, je prendrais quelque chose comme une leçon d’école du dimanche et poser le fondement pour le service qui est... ou plutĂŽt pour le service de guĂ©rison et n’importe quel–n’importe quel service, le fondement de l’Evangile. Et j’ai demandĂ© au frĂšre de lire dans le Livre de l’Exode, chapitre 12. Et je vais continuer Ă  lire juste–ou plutĂŽt, juste lire lĂ  un autre passage qu’il a lu. J’aimerais revenir en arriĂšre pour saisir ma pensĂ©e, je pense que c’est le verset 12 du chapitre 12, ainsi que le verset 13.
Cette nuit-lĂ , je passerai dans le pays d’Egypte, et je frapperai tous les premiers-nĂ©s du pays d’Egypte, depuis les hommes jusqu’aux animaux, et j’exercerai des jugements contre tous les dieux de l’Egypte. Je suis l’Eternel.
Le sang vous servira de signe sur les maisons oĂč vous serez; je verrai le sang, et je passerai par-dessus vous, et il n’y aura point de plaie qui vous dĂ©truise, quand je frapperai le pays d’Egypte.
E-23 C’est un passage de l’Ecriture remarquable pour moi. Et maintenant, j’ai notĂ© beaucoup–beaucoup de passages de l’Ecriture ici, et quelques notes Ă  partir desquelles j’aimerais parler pendant quelques minutes. Et je ne voudrais pas... juste essayer d’apporter cela comme une leçon d’école du dimanche, afin que nous comprenions clairement.
E-24 Et je m’attends Ă  un moment d’effusion de l’Esprit de Dieu dans ces derniers jours oĂč nous vivons maintenant, Ă  un autre dĂ©ferlement du Saint-Esprit dans l’Eglise pour la foi de l’EnlĂšvement, juste avant que cela ne se produise. Et tout se met bien en ordre pour cela. Et je crois que nous sommes arrivĂ©s maintenant au moment oĂč la Parole doit avoir la prĂ©Ă©minence. Je crois que c’est le moment oĂč nous devons mettre de cĂŽtĂ© nos credos et nos pensĂ©es et revenir Ă  la Parole.
E-25 Dieu, dans chaque Ăąge, comme je l’ai dit hier soir, a annoncĂ© la fin dĂšs le commencement. Il a annoncĂ© ce qui arriverait dans chaque gĂ©nĂ©ration. Et aussi dans... A plusieurs reprises, Dieu a envoyĂ© des prophĂštes. Chaque fois quand arrivait le moment oĂč ces choses devaient se produire pour l’ñge concernĂ©, Il envoyait des prophĂštes. Et la Parole du Seigneur vient toujours Ă  Ses prophĂštes, au prophĂšte de l’ñge concernĂ©. Et chaque fois, la seule chose que ce prophĂšte faisait, c’était de manifester exactement la promesse pour cet Ăąge-lĂ .
E-26 Et quand le jour de notre Seigneur JĂ©sus arriva, Il Ă©tait la manifestation de la Parole pour cet Ăąge-lĂ . Il Ă©tait EsaĂŻe 9.6: «Un Fils nous est né», et ainsi de suite. Et puis, Il Ă©tait aussi EsaĂŻe 35, EsaĂŻe 28.19 Ă©galement. Ces... Toutes ces Ecritures qui avaient Ă©tĂ© prĂ©dites, Il vint pour manifester cette Parole-lĂ . Il a fait exactement ce qui Ă©tait censĂ© ĂȘtre fait en ce jour-lĂ . En effet, la Parole, ce Livre, c’est la Parole, et la Parole c’est Dieu. Voyez-vous?
E-27 Et maintenant, la chose est dĂ©jĂ  exposĂ©e. Il faut tout simplement que quelqu’un vienne sur la scĂšne pour manifester ces promesses, la foi dans le–l’appel de Dieu. Et je sais que nous sommes passĂ©s par beaucoup d’imitations et ainsi de suite. MoĂŻse et Aaron ont connu la mĂȘme chose. Mais quand cela arrive, tenez-vous tranquille. Quand MoĂŻse s’est retrouvĂ© en face de ces gens qui faisaient de la perception psychosensorielle, il les a tout simplement laissĂ©s faire. Ils faisaient exactement ce que lui faisait, mais il attendit jusqu’à ce que la pleine manifestation se produise. Et il a Ă©tĂ© promis que la mĂȘme chose arriverait dans les derniers jours. «Car de mĂȘme que JambrĂšs et JannĂšs s’opposĂšrent Ă  MoĂŻse», de mĂȘme les hommes de ce jour s’opposeront aussi. Mais alors, cela n’arrĂȘte pas la promesse. Cela ne fait que magnifier la promesse. Cela la rend rĂ©elle.
E-28 Maintenant, je dĂ©sire vous faire remarquer ce soir ce dont nous allons parler, c’est: Le Signe, un signe.
E-29 Bon, bon, tout d’abord je dĂ©sire que vous remarquiez quel–quel est l’ordre de ceci, l’ordre de la PĂąque. Le... Ce devait ĂȘtre une brebis mĂąle, et il devait ĂȘtre Ă©prouvĂ© pendant quatorze jours.
E-30 Quel type parfait de Christ, l’Antitype, un MĂąle, un Agneau, et Il fut Ă©prouvĂ© pendant trois ans et demi de Son ministĂšre, au travers des critiques et tout, le clergĂ© de ce jour-lĂ , mais il s’avĂ©ra qu’Il s’en tenait fermement Ă  la Parole du PĂšre. MĂȘme en prĂ©sence de Satan, Il a dit: «Il est Ă©crit. Il est Ă©crit.» Il a constamment vaincu l’ennemi par la Parole, un modĂšle parfait pour nous aujourd’hui; vaincre toujours l’ennemi par la Parole de Dieu qui a Ă©tĂ© Ă©crite pour ce jour.
E-31 Et Il a dit aux gens: «Vous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en Elles la Vie Eternelle: ce sont Elles qui rendent tĂ©moignage de Moi.» En d’autres termes: «Si Je ne fais pas ce qui, selon les Ecritures doit ĂȘtre fait en ce jour, alors Je suis un incroyant. Mais alors qui peut M’accuser du pĂ©chĂ©?» Le pĂ©chĂ©, c’est l’incrĂ©dulitĂ©.
E-32 Il a manifestĂ© chaque promesse que Dieu avait faite pour ce jour-lĂ . Il a accompli cela. Il Ă©tait la rĂ©ponse Ă  l’attente du jour, parce qu’Il Ă©tait le Messie, et c’était le jour du Messie.
E-33 Maintenant, nous remarquons que l’agneau Ă©tait tuĂ© au temps du soir, aprĂšs le dĂźner, tard dans la soirĂ©e, de la mĂȘme façon que l’Agneau fut tuĂ©.
E-34 Maintenant, remarquez, toute la congrĂ©gation d’IsraĂ«l Ă©tait–devait tuer l’agneau. Et ce fut IsraĂ«l qui fut tĂ©moin de Sa mort et qui rĂ©clama Son Sang. Nous en parlerons demain soir, si possi-... le Seigneur... si c’est possible et que cela plaise au Seigneur: Du sang sur les mains.
E-35 Et remarquez, ce sang n’était mĂ©langĂ© Ă  rien d’autre. Il ne pouvait pas ĂȘtre mĂ©langĂ©. C’était uniquement le sang de cet agneau. Et il devait ĂȘtre appliquĂ© sur le linteau et sur le montant de la porte. Il ne pouvait pas ĂȘtre mĂ©langĂ©.
E-36 C’est ce que les gens essaient de faire aujourd’hui, en mĂ©langeant n’importe quoi d’autre avec Ceci, des credos, des affiliations, et–et toutes sortes d’amusements et tout, mais Ça ne se mĂ©langera pas. Cela ne se mĂ©langera absolument Ă  rien. Le sang ne se mĂ©langera pas.
E-37 Et l’agneau devait ĂȘtre mangĂ© par des gens prĂȘts, habillĂ©s et prĂȘts pour le voyage. Quand cela Ă©tait appliquĂ©, les gens devaient ĂȘtre prĂȘts pour le voyage.
E-38 Ce n’est pas pour l’incroyant qui se tient dehors et qui sympathise avec la chose. C’est pour le croyant qui est dĂ©jĂ  sous le Sang, qui est dĂ©jĂ  habillĂ©, chaussĂ©, qui a le bĂąton Ă  la main, les reins ceints, et qui est prĂȘt pour le voyage.
E-39 La raison pour laquelle j’ai choisi ceci aujourd’hui, en ce jour de la commĂ©moration du Thanksgiving, c’est parce que c’est un–un jour de commĂ©moration, du fait que Dieu avait bĂ©ni nos premiers pĂšres qui Ă©taient des pĂšlerins et qui sont venus ici pour fonder une nation; et ils ont fondĂ© une nation puissante. En dĂ©pit de sa corruption, elle surpasse tout ce qu’il y a dans le monde aujourd’hui, mais elle doit tomber. Selon les Ecritures, elle n’est jamais arrivĂ©e Ă  maturitĂ©. Elle n’a jamais vieilli. Elle Ă©tait jeune, un agneau. «L’agneau parlait alors comme le dragon avant lui.» Elle est sortie non pas des eaux, des foules et des multitudes, mais elle est sortie de la terre. Nous voyons donc que l’agneau avait deux cornes qui reprĂ©sentaient le pouvoir civil et le pouvoir ecclĂ©siastique; bien sĂ»r, ils s’unissent maintenant pour parler comme un dragon, pour former une image Ă  la bĂȘte, et nous avons encore la libertĂ© d’adorer Dieu dans cette nation.
E-40 Et maintenant, nous inclinons la tĂȘte autour de notre table aujourd’hui afin de remercier Dieu pour la nourriture naturelle qu’Il a fait croĂźtre pour nous et qu’Il a prĂ©parĂ©e pour nous cette annĂ©e. Et s’Il n’avait pas fait cela, nous serions tous morts. Car le seul moyen pour que vous puissiez vivre physiquement, il faut que quelque chose meure chaque jour pour que vous viviez. Lorsque vous mangez du boeuf, la vache est morte. Quand vous mangez du mouton, eh bien, le mouton est mort. Quand vous mangez des pommes de terre, leur vie, elles sont mortes. Quand vous mangez des lĂ©gumes, ils sont morts. Vous ne vivez que des substances mortes. Et si rien ne meurt, vous n’allez pas vivre.
E-41 Et si quelque chose doit mourir pour que vous puissiez vivre physiquement, Ă  combien plus forte raison Quelque Chose a dĂ» mourir pour que nous puissions vivre Ă©ternellement. Et c’est de la substance de cette mort dont je parle ce soir que nous vivons ce soir. Quelque chose doit mourir. La PĂąque Ă©tait un type de Christ, notre Vie Eternelle. Maintenant, nous voulons avoir toute votre–votre attention.
E-42 Un signe... Il a dit: «Le sang vous servira de signe», de–de symbole. «Un signe», selon le Webster, «c’est un symbole montrant qu’un prix a Ă©tĂ© payé». Un signe est un symbole qu’un prix a Ă©tĂ© payĂ©.
E-43 C’est comme dans les compagnies de chemin de fer et les compagnies d’autobus, quand vous y entrez et que vous voulez avoir... Vous ne pouvez voyager Ă  bord du bus ou du train Ă  plusieurs endroits que grĂące Ă  un jeton. Vous achetez votre billet; vous le payez et l’on vous donne un jeton montrant que vous avez dĂ©jĂ  payĂ© votre billet. C’est donc ce que vous devez avoir pour avoir accĂšs au tramway ou au train.
E-44 JĂ©hovah avait exigĂ© qu’IsraĂ«l immole un agneau. Pour Ă©chapper Ă  la mort, il fallait la mort d’un substitut. Et JĂ©hovah exigeait que l’agneau soit immolĂ©, et le sang Ă©tait un signe montrant que l’exigence avait Ă©tĂ© remplie. Eh bien, le sang Ă©tait–était un symbole montrant que quelque chose Ă©tait mort, et le sang lui-mĂȘme Ă©tait le signe. Cela indiquait que «cette maison a rempli les exigences de la Parole de JĂ©hovah, et par consĂ©quent elle est sous la protection de ce signe qui montre que notre prix a Ă©tĂ© payé».
E-45 Quel merveilleux type on a ici par rapport à Christ! Quel type de notre Signe d’aujourd’hui!
E-46 La vie Ă©tait sortie du sacrifice. Et maintenant, le sang Ă©tait un signe montrant que Ses ordres avaient Ă©tĂ© exĂ©cutĂ©s. Le sang... JĂ©hovah n’avait pas besoin de vous voir tuer l’agneau. Il vous fallait simplement avoir le sang sur la porte quand l’ange de la mort passait, et c’était un signe montrant que l’agneau Ă©tait mort. Le sang Ă©tait le signe qui montrait que dans cette maison on avait satisfait aux exigences de JĂ©hovah, et que le prix avait Ă©tĂ© payĂ©, et c’est ce qui Ă©tait le signe. «Quand Je verrai le signe, Je passerai par-dessus vous.» Quand le signe est lĂ , cela montrait que le prix... Voyez-vous, le sang n’était pas la mort, mais c’était le signe de la mort. «Quand Je verrai le sang, Je saurai que le prix de la mort a Ă©tĂ© payĂ©, alors Je passerai par-dessus vous.»
E-47 Suivez. Voyez-vous, l’adorateur qui croyait Ă©tait identifiĂ© Ă  son sacrifice au moyen du signe. L’adorateur qui croyait en JĂ©hovah et qui avait satisfait aux exigences de JĂ©hovah s’était identifiĂ© en appliquant le signe pour lui-mĂȘme et pour sa maison, ce qui montrait que l’adorateur croyait cela: c’est un type parfait de Christ aujourd’hui. Ainsi le sang Ă©tait un signe d’identification, montrant que ce croyant avait dĂ©jĂ  satisfait aux exigences de JĂ©hovah. «Et je suis sĂ»r que l’ange de la mort devra passer ma maison, parce que j’ai satisfait aux exigences en plaçant le signe exigĂ© par JĂ©hovah. Un agneau est mort Ă  la place de ma famille et de mes bien-aimĂ©s qui sont sous ce sang, et c’est lĂ  le signe que l’agneau est mort. (Amen.) VoilĂ  le signe. L’exigence de Dieu a Ă©tĂ© satisfaite.» Amen. Quand j’y pense, mon coeur bondit de joie.
E-48 Eh bien, la vie de l’animal ne pouvait pas revenir sur le croyant; ainsi donc le sang devait ĂȘtre synonyme du signe. Voyez-vous, le sang qui se trouvait dans cet animal, lequel avait commencĂ© par une seule cellule de sang, qui avait formĂ© tout ce sang qui Ă©tait dans l’animal... Quand ce sang se sĂ©parait, la vie quittait l’animal. Eh bien, l’adorateur, en s’identifiant au sang, devait exhiber le sang chimique littĂ©ral. Pourquoi? C’est tout ce qu’il pouvait exhiber. En effet, la vie de l’animal ne pouvait pas venir sur l’ĂȘtre humain, parce que la vie de l’animal n’a pas d’ñme. Mais l’ĂȘtre humain a une Ăąme. Par consĂ©quent, la vie ne pouvait pas revenir, alors le sang devait vouloir dire le signe de la mort.
E-49 Eh bien, nous avons un Signe aujourd’hui. Nous avons reçu un Signe qui est un Antitype de ce type-lĂ , de ce signe naturel; nous avons reçu le Signe surnaturel suprĂȘme. Toutes ces prĂ©figurations ont Ă©tĂ© donnĂ©es Ă  cette gĂ©nĂ©ration, elle a reçu le Signe. Eh bien, nous avons le Saint-Esprit, Il est notre Signe, et Il est notre identification, montrant que nous avons acceptĂ© la mort de l’Agneau. Non seulement JĂ©sus Ă©tait une vie humaine devant revenir sur nous, mais c’était Dieu Lui-mĂȘme manifestĂ© dans la chair, ce qui nous a ramenĂ© l’adoption des fils, de sorte que nous sommes maintenant des fils et des filles de Dieu. C’est cela le Signe. C’est notre identification de la PĂąques. C’est notre identification montrant que nous avons cru en Dieu, et que Dieu a agrĂ©Ă© cela.
E-50 Autrefois les gens n’avaient pas l’Evangile comme nous L’avons aujourd’hui; Cela leur Ă©tait enseignĂ© sous forme des prĂ©ceptes et c’était devenu des rituels, parce que le Saint-Esprit n’avait pas encore Ă©tĂ© donnĂ©.
E-51 Mais aujourd’hui, nous avons la Substance. Nous n’avons pas juste la forme, ou plutĂŽt juste les Ă©lĂ©ments chimiques; vous ne pouviez pas prendre le sang de JĂ©sus-Christ et l’appliquer Ă  chaque coeur. Mais Dieu nous a de nouveau envoyĂ© le Saint-Esprit, c’est-Ă -dire le Signe qui Ă©tait sur l’homme, dans le coeur de l’homme. Et c’est cela votre identification, montrant que vous avez acceptĂ© le programme de Dieu, que vous avez satisfait aux exigences de JĂ©hovah. Il a satisfait Ă  cela pour vous au Calvaire; et vous, vous avez satisfait Ă  cela Ă  genoux. Et Dieu vous a donnĂ© le symbole du Signe, le retour de l’Esprit qui Ă©tait sur Christ; Il est en vous et c’est une garantie, l’identification Ă  Sa Vie, Ă  Sa mort, Ă  Son ensevelissement, et Ă  Sa rĂ©surrection, montrant qu’Il est donc Ă©ternellement vivant dans l’Eglise qui croit. Amen. C’est un Signe certain, le symbole d’un Signe qui peut...
E-52 On dira certainement du mal de cela. C’est dans ce but que la chose se trouve lĂ . L’Egypte s’en est moquĂ©e; de mĂȘme aujourd’hui les gens s’en moquent. Mais, malgrĂ© tout, c’est le Signe que Dieu exige. On ne pourrait pas appliquer le Sang, le Sang chimique de JĂ©sus, comme ce fut le cas pour l’agneau; en effet, ils appliquaient sur eux le sang chimique de l’agneau parce qu’il n’y avait pas dans l’agneau une vie qui pouvait revenir sur l’adorateur. Mais dans ce cas-ci, la Vie qui Ă©tait dans le Sang, c’est-Ă -dire la Vie qui est dans le Sang... Eh bien, le Sang fut rĂ©pandu au Calvaire, Il a baignĂ© le sol et nous avons le Signe du Sang qui est le baptĂȘme du Saint-Esprit pour nous identifier en tant que croyants.
E-53 «Et voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru», non pas ceux qui professent simplement, mais des croyants identifiĂ©s. «Ils pourraient ne pas accompagner. Ils accompagneront probablement, et peut-ĂȘtre qu’ils accompagneront.» JĂ©sus a dit: «Ils accompagneront ceux qui auront cru.» C’est absolument impossible que cela ne se produise pas.»Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.» C’est cela l’identification. L’identification de JĂ©sus consistait Ă  manifester la Parole de Dieu qu’Il Ă©tait. Et aujourd’hui, l’identification de l’Eglise, c’est manifester la Parole promise pour ce jour par le mĂȘme Esprit qui manifesta et vivifia la Parole Ă  l’époque. Aujourd’hui, le mĂȘme Esprit vivifie la Parole pour le croyant et manifeste la mĂȘme chose, montrant que le Signe est sur cette personne, c’est-Ă -dire la Vie ressuscitĂ©e de JĂ©sus-Christ vivant dans Son croyant. Oh! cela devrait enflammer une Ă©glise. Et c’est vrai, tout aussi vrai que cela puisse l’ĂȘtre.
E-54 Nous devons nous identifier Ă  notre Sacrifice. Nous devons ĂȘtre identifiĂ©s en Sa mort. Quand un Juif plaçait sa main sur le sacrifice, il s’identifiait en transfĂ©rant ses pĂ©chĂ©s sur son sacrifice, et le sacrifice mourait. Maintenant, par la foi nous plaçons nos mains sur JĂ©sus-Christ, et nous sommes identifiĂ©s Ă  Lui en Sa mort, non seulement en Sa mort, mais si nous sommes agrĂ©Ă©s, nous sommes identifiĂ©s non seulement en Sa mort mais aussi en Sa rĂ©surrection. C’est par la Vie qui Ă©tait en Lui et qui est renvoyĂ©e sur le croyant comme un signe, un mĂ©morial montrant que la mort s’en est allĂ©e, et que Dieu vous a scellĂ© dans le Royaume de Dieu jusqu’au jour de votre rĂ©demption: EphĂ©siens 4.30.
E-55 Le vrai et authentique Evangile, aussi pur que je le sache... Je sais que c’est vrai. J’ai Ă©prouvĂ© cela. Il n’existe point d’autre isme, point de manoeuvre, point de–point de machination, point d’astuces, rien.
E-56 Il ne s’agit que d’une foi pure et sans mĂ©lange dans la Parole de Dieu et dans l’oeuvre achevĂ©e que Dieu a exigĂ©e au Calvaire, sachant que nous ne pouvions rien faire pour nous sauver nous-mĂȘmes. Nous acceptons tout simplement ce qu’Il a fait pour nous.
E-57 Abraham crut Dieu et cela lui fut imputĂ© Ă  justice. Alors Dieu lui donna le sceau de la circoncision comme un signe que Dieu avait agrĂ©Ă© sa foi. C’est cela l’Evangile.
E-58 Eh bien, quand nous dĂ©clarons que nous croyons en Dieu, alors Dieu agrĂ©e notre foi, en nous donnant le Signe du Sang de JĂ©sus, qui a achevĂ© pour nous l’oeuvre au Calvaire; alors notre vie est dans la Sienne. La Vie de notre Sacrifice est en nous.
E-59 Elle ne pouvait pas venir par le sang chimique de l’agneau, parce qu’il n’y avait lĂ  rien qui pouvait revenir; ce n’était que de la chimie. On ne pourrait pas transfĂ©rer ce sang dans un ĂȘtre humain. Ça ne marcherait pas, le sang d’un animal ne peut pas passer dans le sang humain. Ainsi les Ă©lĂ©ments chimiques ne pouvaient pas agir, ce qui montre que c’était une ombre.
E-60 Mais alors, la Vie qui Ă©tait dans le Sang devient le Signe. Et ainsi, quand nous nous identifions Ă  Sa mort, Ă  Son ensevelissement, Ă  Sa rĂ©surrection, en croyant en Lui et en Ă©tant baptisĂ©s en Sa mort, Son ensevelissement et Sa rĂ©surrection... Lorsque nous nous relevons, le Saint-Esprit est lĂ  pour nous donner un Signe, un Signe Ă©ternel Ă©crit sur votre coeur, sur votre Ăąme, sur votre caractĂšre, sur votre esprit, sur votre corps, sur tout le reste, montrant que vous ĂȘtes une personne sĂ©parĂ©e de l’incrĂ©dulitĂ©. Vous ĂȘtes une personne sĂ©parĂ©e des choses du monde. Vous ĂȘtes sĂ©parĂ© de la mort. Vous ĂȘtes sĂ©parĂ© de tout. Et vous ĂȘtes un produit que Dieu a scellĂ© par le Saint-Esprit dans le Royaume.
E-61 Aucun dĂ©mon, aucune–aucune maladie, aucune mort, aucun chagrin ni rien d’autre ne peut vous nuire aussi longtemps que vous avez ce Signe lĂ -dessus. Amen. Votre foi immuable fait vibrer cela, et cela façonne la forme de JĂ©sus-Christ, l’Image dans laquelle vous marchez aujourd’hui.
E-62 «Et quand Je verrai le signe, Je passerai par-dessus vous.» C’est un symbole; c’est un symbole montrant que le prix a Ă©tĂ© payĂ©. JĂ©sus a payĂ© le prix, et vous avez reçu cela de Lui. En tenant le Signe dans votre main, vous avez l’assurance de la rĂ©surrection. Vous avez l’assurance que tout ce dont vous avez besoin dans ce voyage est offert par le Signe de Ses souffrances au Calvaire, oĂč Il a payĂ© le prix de chaque malĂ©diction qui pouvait ĂȘtre placĂ©e sur vous. Ce Signe parle de la paix. Amen.
E-63 Aucun dĂ©mon ne peut tenir devant cela. Rien ne peut tenir devant Cela, parce que Dieu L’a agrĂ©Ă©. Et vous tenez dans votre main le Signe qui montre que le prix a Ă©tĂ© payĂ©. Oh! c’est–c’est un Signe certain.
E-64 Vous savez, en cas d’un procùs dans un tribunal, si vous savez que vous risquez la mort, comme cet homme qui passe sa vie dans les boütes de nuit et qui vient d’assassiner par ici ce monsieur Oswald... Si vous saviez que vous risquiez cela ou quelque chose de semblable, vous engageriez le meilleur avocat que vous puissiez trouver. C’est ce que je ferais.
E-65 Si je savais que ma vie Ă©tait en jeu, j’engagerais le meilleur avocat que je puisse trouver. Toute personne le ferait. C’est la seule chose raisonnable Ă  faire.
E-66 Eh bien, dans ce cas, sachant que vous allez passer par la chaise Ă©lectrique et que vous allez ĂȘtre sĂ©parĂ© pour toujours de votre famille, quand on va vous Ă©lectrocuter, ou quoi que l’on puisse faire, parce que vous ĂȘtes certain d’ĂȘtre coupable... Et cet avocat va essayer de plaider votre cause.
E-67 Eh bien, l’avocat pourrait penser avoir tout renversĂ©. Mais, voyez-vous, c’est le juge qui va trancher l’affaire, mĂȘme si l’avocat peut lui dĂ©montrer que vous ĂȘtes justifiĂ© dans vos actes. L’avocat doit faire bien comprendre la chose au juge, afin que ce dernier puisse voir que votre acte n’est pas coupable.
E-68 Ô Dieu, si seulement les gens pouvaient voir ceci. Notre Juge, c’est notre Avocat. L’affaire est classĂ©e. C’est terminĂ©. La mĂȘme Personne qui est le Juge est l’Avocat, c’est notre Avocat. L’affaire est classĂ©e; nous avons le Signe. Le Juge et l’Avocat, c’est la mĂȘme Personne. Quand Dieu fut fait chair et qu’Il habita parmi nous, notre Juge devint notre Avocat, et l’affaire est classĂ©e. Et le Saint-Esprit est ici comme un Signe montrant que nous sommes prĂȘts Ă  passer de ce lieu-ci au Pays de l’au-delĂ .
E-69 Nous sommes libres du pĂ©chĂ©; nous ne pĂ©chons plus, nous ne sommes pas du monde. «Petits enfants, vous n’ĂȘtes pas du monde.» Notre Juge et notre Avocat, c’est la mĂȘme–la mĂȘme Personne, et ainsi l’affaire est classĂ©e. Le–le–le–le motif de notre accusation Ă©tait si grave... Le motif de notre accusation (notamment le pĂ©chĂ©) Ă©tait si grave que mĂȘme un Archange ne pouvait plaider notre cas; il ne pouvait pas satisfaire aux exigences. Aucun Ange, aucun ChĂ©rubin, aucun SĂ©raphin, personne ne pouvait payer le prix. La seule chose qui pouvait ĂȘtre faite pour sauver la race humaine, c’était que le Juge prenne position et devienne aussi l’Avocat. Et c’est trĂšs exactement ce qu’Il a fait.
E-70 Si le signe ou le sang, au moment de la sortie de l’Egypte, dans leur exode, si le signe Ă©tait vraiment le signe suprĂȘme... Maintenant, si... Le signe ne servait Ă  rien Ă  moins qu’il soit exhibĂ©. Le signe devait ĂȘtre exhibĂ©. Il n’était pas question de sympathiser avec le signe; mais le signe devait ĂȘtre appliquĂ©.
E-71 Et peu importe combien quelqu’un pouvait prouver qu’il Ă©tait un Juif, qu’il Ă©tait un Juif sous l’alliance par la circoncision, cela n’avait rien Ă  voir avec la chose. Le... Il fallait le signe, pas l’alliance. Il n’avait jamais dit: «Quand Je verrai le signe de l’alliance», plutĂŽt: «Quand Je verrai le signe.»
E-72 Ainsi aujourd’hui, vous pourriez ĂȘtre un chrĂ©tien de confession; vous pourriez ĂȘtre une alliance–avoir une alliance avec Christ; mais si ce Signe n’est pas exhibĂ© en cette derniĂšre heure oĂč nous sommes arrivĂ©s maintenant, il est impossible qu’Il passe par-dessus. Le Signe doit ĂȘtre exhibĂ©. Il doit ĂȘtre lĂ .
E-73 Maintenant, souvenez-vous, un Juif aurait pu s’approcher et dire: «Je vais vous prendre, frĂšres, Ă  cĂŽtĂ©. Je crois que ça, c’est la vĂ©ritĂ©. Je crois le prophĂšte MoĂŻse. Je crois que cette Colonne de Feu le conduit. Je crois que c’est JĂ©hovah.» Il peut tĂ©moigner de tout cela, croire toute la Parole, tout le Message, mais cependant dire: «Eh bien, je suis aussi heureux que vous parce que je suis un Juif circoncis.» S’il n’avait pas ce sang la nuit de PĂąques, il mourait malgrĂ© tout.
E-74 Et aujourd’hui, chaque Ă©glise, chaque individu qui n’est pas... qui ne peut pas exhiber ce Signe du Saint-Esprit se meurt spirituellement et mourra. Peu importe combien vous croyez dans la mort, l’ensevelissement et la rĂ©surrection; peu importe combien vous rĂ©citez le Credo des ApĂŽtres, que vous le rĂ©citiez et quoi que vous fassiez; peu importe combien vous ĂȘtes bien instruit et l’expĂ©rience thĂ©ologique que vous avez; vous pourriez avoir des doctorats, des licences en lettres et que sais-je, un doctorat en thĂ©ologie, un doctorat en droit, un doctorat en latin ou quoi que vous puissiez avoir, ou en littĂ©rature, cependant ça ne marchera pas. Il faut que ce Signe soit exhibĂ©.
E-75 C’était seulement une ombre de la RĂ©alitĂ© pour aujourd’hui, de l’Antitype. Le Signe doit ĂȘtre exhibĂ©. Un Juif pouvait donner–pouvait donner la preuve qu’il Ă©tait inclus dans l’alliance, mais si le signe n’était pas lĂ , l’alliance n’avait pas d’effet. Et il en est de mĂȘme aujourd’hui, mon frĂšre, ma soeur.
E-76 Je voudrais que vous vous souveniez de ceci: Vous qui ĂȘtes Ă  l’intĂ©rieur, Ă  l’extĂ©rieur, au sous-sol, oĂč que vous soyez, l’heure est venue. Et tout le monde peut constater la somnolence de l’église aujourd’hui. Tout le monde peut constater l’engourdissement qui caractĂ©rise beaucoup–beaucoup de membres. C’est parce que vous vous ĂȘtes amusĂ©s; vous avez choisi des sensations et vous avez choisi d’autres choses. Et vous vous ĂȘtes confiĂ© dans la sagesse d’un certain homme, dans la thĂ©ologie d’une certaine organisation, dans le fait d’ĂȘtre membre de l’église de votre mĂšre, dans un certain pasteur loyal. Mais toutes ces choses sont bonnes, je n’ai rien contre, pas plus que la circoncision ne l’était pour les Juifs, mais ce n’était pas lĂ  le programme de Dieu. «Quand Je verrai le sang», et seulement cela.
E-77 Et aujourd’hui le Saint-Esprit, c’est l’Alliance de Dieu avec le peuple de Dieu par alliance. Le Saint-Esprit, la Vie du Christ ressuscitĂ©, doit ĂȘtre manifestĂ© dans l’Eglise parmi les gens, faisant de Lui le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-78 Peu importe combien vous ĂȘtes un membre loyal; vous pourriez ĂȘtre tout ce que vous pouvez, un homme de bien ou une femme de bien. Certainement que c’est une bonne chose. Nous apprĂ©cions cela. Mais seul le Signe vous gardera en vie, le Signe de Dieu. Vous pourriez ĂȘtre un Ă©tudiant de la Bible. Vous pourriez ĂȘtre une brave personne. Vous pourriez mĂȘme ĂȘtre le prĂ©sident. Vous pourriez ĂȘtre tout ce que vous voulez. Il n’y a point d’excuses.
E-79 Quand Dieu a commencĂ© l’exode partant de l’Egypte, appelant IsraĂ«l Ă  sortir de l’Egypte pour aller dans la Terre qu’Il avait promise, il n’y avait point d’excuses. Tout homme devait exhiber le sang.
E-80 Et aujourd’hui, l’exode consiste en un appel Ă  quitter les systĂšmes pour entrer dans l’Epouse. Peu importe le nombre de systĂšmes dans lesquels vous vous trouvez, malgrĂ© tout, cela exige encore le Signe de la Vie de JĂ©sus-Christ. Rien d’autre ne marchera. Le Signe est toujours exigĂ©.
E-81 Tout homme, peu importe qu’il fĂ»t un homme loyal; il pourrait avoir Ă©tĂ© le Pharaon d’Egypte, et mĂȘme si c’était l’homme le plus important de l’époque, mais toutefois il devait avoir le signe appliquĂ© sur lui, peu importe combien il Ă©tait important. Qu’il soit un Ă©vĂȘque, un prĂȘtre, que sais-je encore, un prĂ©sident, un roi, un potentat, un monarque, cela n’avait rien Ă  voir avec la chose. Dieu ne reconnaissait que le peuple de l’alliance qui avait le signe. C’est pareil aujourd’hui, le Saint-Esprit ne reconnaĂźtra que le peuple de l’alliance.
E-82 Nous voyons que la mort Ă©tait prĂȘte Ă  frapper l’Egypte Ă  tout moment donc. Dieu leur avait manifestĂ© Sa grĂące, Sa puissance et Ses miracles.
E-83 Je veux que vous sachiez que cela a accompagnĂ© chaque rĂ©veil: la grĂące, la puissance et les signes. La grĂące, pour venir vers le peuple; la puissance pour se rĂ©vĂ©ler; et le signe du temps, trĂšs exactement ce qu’Il a fait aujourd’hui, une autre chose. Il l’a fait de plusieurs maniĂšres. Vous pourriez prendre cette seule Ecriture-lĂ  et la retourner encore et encore pendant dix semaines ici et ne jamais quitter cela.
E-84 Cela symbolise les trois Ă©tapes par lesquelles nous sommes passĂ©s. Cela symbolise les trois misĂ©ricordes de Dieu, au travers de Luther Martin, de la PentecĂŽte... de Martin Luther et–et aussi au travers de Wesley, et de la PentecĂŽte, les trois Ă©tapes du voyage. Les trois Ă©tapes du voyage d’IsraĂ«l, les trois messagers envoyĂ©s Ă  Sodome, cela symbolise toutes ces diffĂ©rentes choses.
E-85 Cela symbolise le ministĂšre d’aujourd’hui. Cela symbolise le message de Billy Graham, de la grĂące au monde, le message d’Oral Roberts, comme Ă©tant la puissance au monde; et celui de la PrĂ©sence de JĂ©sus-Christ, en tant que le dernier signe pour le monde. En effet, Sodome a reçu son dernier signe; l’Eglise spirituelle, celle qui Ă©tait appelĂ©e Ă  sortir, reçut son dernier Signe avant que le monde des Gentils ne soit brĂ»lĂ©. JĂ©sus a dit: «Cela arrivera de mĂȘme Ă  l’avĂšnement du Fils de l’homme», la mĂȘme chose.
E-86 Et nous voyons que ces grandes choses ont été manifestées en Egypte, et malgré cela les gens ne voulurent ni se repentir ni croire au message.
E-87 Et si cela–si ce n’est pas lĂ  le monde d’aujourd’hui, je ne connais pas le monde. Les gens ont reçu la grĂące, la puissance, et ils ont vu les signes de l’ñge, les signes du temps: Dieu Ă©crivant, et de Sa main dans la nature, des phĂ©nomĂšnes vraiment terribles dans les cieux, que les gens ignorent; on les appelle des soucoupes volantes, et tout; des spoutniks et peu importe comment on appelle cela, des astronautes volant dans les cieux; des phĂ©nomĂšnes terribles, des tremblements de terre en divers lieux, le mugissement de la mer, les hommes rendant l’ñme; la terreur, des temps de perplexitĂ©, l’angoisse chez les nations... Toutes les choses qu’Il a promises, nous avons vu ces Ecritures sur la muraille. Nous avons vu cela de nos yeux.
E-88 Nous voyons dans l’église oĂč la grĂące a Ă©tĂ© proclamĂ©e pour appeler les gens. Nous voyons lĂ  oĂč la puissance a Ă©tĂ© dĂ©montrĂ©e par le groupe pentecĂŽtiste pour ramener le baptĂȘme du Saint-Esprit, la puissance. Et nous avons vu la puissance surnaturelle de l’identification de JĂ©sus-Christ Lui-mĂȘme se tenant parmi nous, au milieu de nous, et faisant les choses qu’Il faisait au commencement, exactement les mĂȘmes tĂ©moignages, tout Ă  fait.
E-89 La sortie d’IsraĂ«l Ă©tait juste un signe, juste comme c’est le cas aujourd’hui. Observez ce qu’IsraĂ«l a connu dans son exode. La premiĂšre chose qu’ils ont reçue pour identifier entiĂšrement que l’heure Ă©tait proche, c’était un prophĂšte avec le message. MoĂŻse est venu avec le message. MoĂŻse avait la Parole de Dieu.
E-90 La chose suivante, MoĂŻse devait ĂȘtre identifiĂ©. Et il fut identifiĂ© par la Colonne de Feu. Elle a identifiĂ© son oeuvre, montrant que Dieu l’avait envoyĂ©.
E-91 Et MoĂŻse avait la Parole de Dieu, mĂȘme pour crĂ©er des choses et les faire venir sur la terre.
E-92 Et le signe que Dieu leur a donnĂ© par le sang Ă©tait l’identification, ou plutĂŽt l’assurance qu’on passerait par-dessus eux au moment de la mort.
E-93 La mĂȘme chose est arrivĂ©e aujourd’hui, la mĂȘme chose. La Parole de Dieu nous a Ă©tĂ© apportĂ©e; la Colonne de Feu est parmi nous, identifiant JĂ©sus-Christ ressuscitĂ© des morts, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement; avec l’assurance du baptĂȘme du Saint-Esprit sur nos coeurs, tournant notre amour vers Dieu. L’exode est de nouveau en cours.
E-94 La sortie d’IsraĂ«l, comme je l’ai dit, est un type de la sortie de l’Eglise, ou de l’Epouse sortant de l’Eglise. L’Epouse sera le reste, elle sera le petit groupe, les Ă©lus, les prĂ©destinĂ©s.
E-95 Lorsqu’une femme Ă©tale un morceau de tissu, elle pose le patron dessus, la maniĂšre dont elle va le couper, et elle fait son choix Ă  sa propre maniĂšre. Mais la partie du tissu au-delĂ  des limites du patron, c’est le mĂȘme genre de tissu que celle qui Ă©tait sous le patron, mais il Ă©tait ordonnĂ© qu’elle prenne celle-ci. Elle a elle-mĂȘme dĂ©terminĂ© cela.
E-96 Dieu a fait la mĂȘme chose. «Et le reste de la postĂ©ritĂ© de la femme qui Ă©tait restĂ© sur la terre...» Aujourd’hui c’est l’appel de l’Epouse Ă  sortir de l’Eglise, c’est l’exode pour l’EnlĂšvement. En effet, l’Eglise passe rĂ©ellement par la pĂ©riode de tribulation, comme vous frĂšres pentecĂŽtistes avez prĂȘchĂ©. Je crois cela. L’Eglise passe par cela, mais pas l’Epouse. Non, non.
E-97 Il n’y a pas longtemps, quelqu’un a discutĂ© de cela avec moi; il a dit: «L’Eglise devra passer par cela pour–pour ĂȘtre purifiĂ©e.»
J’ai dit: «C’est vrai, parce qu’elle a rejetĂ© le Sang.»
E-98 Et si la pĂ©riode de tribulation surprenait l’Epouse, que Sa propre Epouse se retrouvait dans la tribulation? Absolument pas. Le Sang de JĂ©sus-Christ nous a purifiĂ©s de tout pĂ©chĂ©, et il n’est plus question de purification. Et le Sang de JĂ©sus-Christ, ce Signe, comme identification, montre qu’elle a Ă©tĂ© purifiĂ©e (Amen), c’est le Signe de l’Epouse qui porte l’alliance.
E-99 Le ministĂšre de MoĂŻse pour IsraĂ«l consistait Ă  rĂ©unir toute la congrĂ©gation dans un endroit pour prier et adorer. Quand cela eut lieu, comme ç’a Ă©tĂ© lu ce soir, ils devaient tenir ferme et persĂ©vĂ©rer. De mĂȘme la congrĂ©gation du Seigneur s’assemble en dehors de tout credo et de toute doctrine du monde. Ils sont venus de tous les coins de l’Egypte pour aller au seul endroit oĂč ils Ă©taient rassemblĂ©s. Nous ici, nous pourrions–nous pourrions lire HĂ©breux 10.26 pour voir cela trĂšs clairement.
E-100 Puisque nous voyons les glorieux signes du temps de la fin sur terre, nous avertissant que le temps est proche, nous devrions nous aimer les uns les autres plus que nous ne l’avons fait dans toute notre vie. Il devrait y avoir une telle soif d’aller Ă  l’église. Il devrait y avoir une telle soif pour nous de nous rapprocher les uns les autres. Cela devrait ĂȘtre une affaire d’amour.
E-101 Je suis impatient d’aller Ă  Tucson. Oh! Dieu a guĂ©ri ma petite Ă©pouse. Elle est une partie de moi. Je suis impatient d’aller lĂ -bas. Les heures, je compte les jours et les heures en vue du moment oĂč je pourrai aller lĂ  pour ĂȘtre avec elle.
E-102 C’est ainsi que devrait ĂȘtre l’Eglise. En voyant cela, la puissance de Dieu, ce qu’elle a fait pour nous, nous devrions compter les minutes, nous rassembler dans l’amour, afin que nous puissions nous envoler un jour pour aller Ă  la rencontre de JĂ©sus.
E-103 Il n’y a pas longtemps quelqu’un me parlait, disant: «FrĂšre Branham, vous effrayez les gens en disant que la Venue du Seigneur est trĂšs proche.»
E-104 J’ai dit: «Ils ne devraient pas s’inquiĂ©ter Ă  ce sujet. Cela devrait ĂȘtre la chose la plus heureuse que nous connaissons.» Hum hum, oui. «Et Il apparaĂźtra pour la seconde fois Ă  tous ceux qui aiment Son avĂšnement», qui aiment cela et attendent cela avec impatience. C’est une affaire d’amour.
E-105 Et combien nous devrions nous aimer les uns les autres, parce que nous sommes des concitoyens du mĂȘme Corps. Nous devrions nous aimer les uns les autres.
E-106 Un avertissement nous est adressĂ©, le temps est proche... Les croyants devraient se sĂ©parer des choses du monde, des soucis du monde. C’est la raison pour laquelle je martĂšle contre les femmes et ainsi de suite, tel que je le fais. Et puis, sĂ©parez-vous de ces Ă©missions de tĂ©lĂ©vision. SĂ©parez-vous de cet Ă©vangile d’Hollywood. Revenez Ă  la profonde sincĂ©ritĂ©. On se tient Ă  la chaire, on sautille, on rit, on crie, on fait des histoires, et les femmes dansent sur la piste, portant des vĂȘtements trĂšs serrĂ©s, et toutes sortes de bijoux et d’histoires qui pendent, avec des cheveux coupĂ©s, et certaines d’entre elles portant du maquillage. Et elles ont lĂ  un pasteur intellectuel, un prĂ©dicateur qui sait parfaitement agencer les mots. Ce n’est pas cela. On ne va pas Ă  l’autel de Dieu en riant, en faisant des histoires et en se comportant mal. On va Ă  l’autel de Dieu avec une profonde sincĂ©ritĂ©, parce que c’est lĂ  qu’on meurt. On ne va pas Ă  la mort en riant et en blaguant, quand on a toute sa tĂȘte. Il faut ĂȘtre fou pour faire cela.
E-107 Il y a quelques semaines, je suivais une–une Ă©mission dans une des stations services oĂč je me trouvais, c’était une Ă©mission de notre remarquable frĂšre Billy Graham, quand il tenait le plus grand rĂ©veil qu’il ait jamais tenu, ou quand il a tenu le plus grand rĂ©veil en Californie. En suivant la tĂ©lĂ©vision, je regardais le visage des gens qui venaient Ă  l’autel: il y avait des enfants qui se donnaient des coups de poing, ils se battaient, en allant Ă  l’autel; ils riaient et blaguaient, sans sincĂ©ritĂ©, en mĂąchant du chewing-gum, regardant tout autour. Ils vont droit lĂ  et disent: «Oui», et font une confession et puis ils retournent. Billy a dĂ©clarĂ© qu’il peut en avoir trente mille; et une annĂ©e aprĂšs, il ne lui en reste pas trente. Il n’y a pas de sincĂ©ritĂ©. Il n’y a plus de sincĂ©ritĂ©.
E-108 Les gens ne sont pas disposĂ©s Ă  confesser. Ce qu’ils dĂ©sirent dire dans leur priĂšre, c’est: «Ô Dieu, guĂ©ris-moi, fais ceci ou fais cela, ou fais cela.» Mais quant Ă  mourir, Ă  confesser ses pĂ©chĂ©s et Ă  se mettre en ordre avec Dieu, on ne voit plus cela. C’est la raison pour laquelle nous ne voyons pas plus de guĂ©risons que ce que nous avons. C’est la raison pour laquelle je prĂȘche ces choses. PrĂ©parons les choses pour un service de guĂ©rison. Vous devez d’abord amener la chose Ă  agir. Dieu vous guĂ©rit pour Sa gloire. Et nous devons nous prĂ©parer pour Sa gloire.
E-109 Eh bien, c’est ce que l’Egypte devait faire. Rappelez-vous, on examinait l’agneau pendant quatorze jours. L’Egypte... Il a dit: «Faites sortir toute souillure de votre maison. Faites sortir chaque–tout le levain.» Vous ne pouvez pas avoir de levain. Quand cette marque vient dans votre maison, ce Signe, vous ne pouvez pas avoir de levain lĂ -dedans, c’est-Ă -dire le monde.
E-110 Vous ne pouvez pas aimer Dieu et Mamon (le monde) en mĂȘme temps; tous les soucis du monde, toutes les inquiĂ©tudes et vos credos, et vos histoires et vos divergences. Vous venez Ă  JĂ©sus-Christ.
E-111 Pourriez-vous vous imaginer un Juif, dans l’Ancien Testament, venant avec son agneau pour faire une offrande? Il obĂ©issait Ă  JĂ©hovah, Ă  ce qu’Il lui avait ordonnĂ©. Cela a continuĂ©. Il agrĂ©ait le sacrifice. Il voyait l’agneau mourir. Ses mains Ă©taient couvertes du sang de l’agneau qui mourait. Il rentrait chez lui justifiĂ©, parce qu’il Ă©tait venu avec sincĂ©ritĂ©. C’était une bonne chose.
E-112 Mais, aprĂšs un temps, c’est devenu une tradition. Et quelqu’un disait: «Tu sais, c’est la PĂąques, on ferait mieux d’aller faire ceci, et je dois offrir un agneau.» La chose en arriva Ă  un point oĂč on pouvait acheter un agneau et demander Ă  quelqu’un d’autre de l’offrir Ă  sa place. C’était devenu un credo. C’était devenu un dogme dans l’église. Et Dieu a dit du sacrifice mĂȘme qu’Il avait exigĂ© que c’était devenu une puanteur Ă  Ses narines, parce que c’était offert sans sincĂ©ritĂ©.
E-113 Et nous pentecĂŽtistes, nous arrivons Ă  ce mĂȘme point. C’est juste. Nous en sommes arrivĂ©s Ă  un point oĂč la sincĂ©ritĂ© a disparu du milieu de nous. Nous venons et nous cherchons Ă  faire entrer les gens dans l’église, comme le fait l’autre Ă©glise, pour avoir de grandes foules et tout dans nos Ă©glises. Nous ne devrions jamais faire cela.
E-114 Nous devrons arriver Ă  ĂȘtre sincĂšres et alors mourir autant que possible afin que le Sang de JĂ©sus-Christ et le Signe puissent venir sur nous. Cela fait de vous une personne diffĂ©rente. Une femme peut se relever de lĂ  et s’en aller; elle cherchera Ă  obĂ©ir Ă  chaque Ecriture qui se trouve dans cette Bible, peu importe ce qui se passe; il en est de mĂȘme d’un homme. Ni la dĂ©nomination, ni les credos, ni quoi que ce soit d’autre ne peuvent le sĂ©parer de l’amour de Dieu qu’il a trouvĂ© lĂ  Ă  cet autel, s’il continue Ă  marcher dans la voie du Seigneur. Mais aujourd’hui, nous ne faisons pas cela avec sincĂ©ritĂ©, nous considĂ©rons tout simplement la chose comme une simple tradition, nous disant: «Nos pĂšres ont fait ceci.»
E-115 C’est exactement comme le Thanksgiving. Beaucoup de gens aujourd’hui n’y ont jamais rĂ©flĂ©chi: des dizaines et des dizaines de milliers, des millions d’AmĂ©ricains, pour cĂ©lĂ©brer le Thanksgiving, dĂźnent aujourd’hui avec une dinde sur la table, sans prendre du tout la peine d’offrir une bĂ©nĂ©diction, ni de rendre grĂąces. Mais ils n’auraient pas eu ceci, s’il n’y avait pas eu cela. Sur la mĂȘme table oĂč ils ont mis la dinde, il y a un litre de whisky et beaucoup de biĂšre posĂ©e sur la table... C’est devenu une tradition.
Vous direz: «C’est ridicule. Ce n’est mĂȘme pas amĂ©ricain.»
E-116 Je vais vous renvoyer aussitĂŽt la balle. Venir Ă  l’autel avec une confession aux yeux secs, c’est une tradition. Vous devriez mourir lĂ  avec votre Sacrifice, tandis que vous vous identifiez comme Ă©tant mort (Amen), enseveli en Christ, le–le monde Ă©tant mort derriĂšre vous.
E-117 Et vous devriez marcher en nouveautĂ© de vie avec JĂ©sus-Christ dans Sa rĂ©surrection, aimant Sa Parole, acceptant Sa Parole, vous Le voyez s’identifier dans Sa Parole, en vous donnant l’identification que vous ĂȘtes passĂ© de la mort Ă  la Vie. Quel temps que celui dans lequel nous vivons! Oui, oui.
Eh bien, nous voyons que nous vivons dans les derniĂšres heures, que les croyants doivent accepter toute la Parole.
E-118 Remarquez, il ne s’agissait pas tout simplement de se rassembler et de parler de la chose, que tous les Juifs se rĂ©unissent et disent: «Eh bien, je vais vous dire quoi, je vous assure, les amis. Vous savez, je crois que MoĂŻse a raison parce que, Ă©coutez, nous voyons Dieu s’identifier Ă  MoĂŻse. En effet, nous voyons cette Colonne de Feu; nous savons ce qui s’est passĂ©. Nous connaissons toutes les identifications que Dieu a donnĂ©es Ă  MoĂŻse. C’est juste. Vous savez, il a dit que nous devons avoir le sang sur la porte. Je crois cela. Mais, vous savez, aprĂšs tout, je crois que je suis pratiquement comme quiconque. Je–je–je–je suis un vĂ©ritable Juif sous l’alliance. J’ai Ă©tĂ© circoncis, et je donne mes offrandes et mes dĂźmes dans l’assemblĂ©e. Oh! mĂȘme le sacrificateur, je prends le dĂźner avec lui. Eh bien, je suis pratiquement comme vous autres.» Ce n’est pas ce qui s’est passĂ©.
E-119 Nous ne devons pas nous rĂ©unir pour parler du Message. Nous devons nous rĂ©unir pour entrer dans le Message. Et le Message, c’est Christ; Il est la Parole. C’est juste. Nous devons entrer dans le Message, nous placer sous le Message. Oui, oui. C’est ce que nous sommes censĂ©s faire.
E-120 Il n’était pas responsable de tous ceux qui n’étaient pas sous le sang, pas d’un seul; peu importe qui c’était, il n’était pas responsable de celui-lĂ . Chacun devait non seulement s’y placer lui-mĂȘme, mais aussi toute sa famille. Ils n’étaient en sĂ©curitĂ© que lorsqu’ils... le signe Ă©tait exhibĂ©.
E-121 Nous ne pouvons pas nous sentir en sĂ©curitĂ© jusqu’à ce que ce Signe soit exhibĂ©. C’est juste. Vous devez venir sous ce Signe, le Saint-Esprit de Dieu. Et Cela vous montre JĂ©sus-Christ, parce que Cela vient vivre en vous.
E-122 Comme je l’ai dit hier soir, et–et Ă  New York dans l’un des messages, si je–si je vous disais que Shakespeare vivait en moi, je ferais les oeuvres de Shakespeare. En effet, je ne pourrais pas m’en empĂȘcher, je ne serais plus moi-mĂȘme; je serais mort. Shakespeare et moi, nous ne pouvons pas vivre ensemble ici dedans. Shakespeare Ă©tait un poĂšte, et moi, je suis un prĂ©dicateur; nous ne pouvons pas vivre ensemble. Mais si alors je suis mort Ă  moi-mĂȘme et que Shakespeare vive en moi; je ferai les oeuvres de Shakespeare. La vie de Shakespeare en moi va manifester Shakespeare. Si la vie de Beethoven Ă©tait en moi, je serais Beethoven. Si la vie de John Dillinger Ă©tait en moi, je serais John Dillinger. C’est juste.
E-123 Et si la Vie de JĂ©sus-Christ est dans la personne, cette personne deviendrait identifiĂ©e Ă  Lui. C’est Christ en vous, pas un membre d’église, pas un systĂšme, mais la puissance de la rĂ©surrection. C’est le Saint-Esprit qui est un Signe sur vous, afin que votre vie dise amen Ă  chaque Ecriture, aux promesses qui y sont Ă©crites.
E-124 Et vous n’ĂȘtes plus vous-mĂȘme. Vous ĂȘtes Ă  Christ. Vous ne pensez plus vos propres pensĂ©es. Vous ne pensez plus vos propres pensĂ©es. Vous direz: «Je pense.» Il ne vous vient plus aucune pensĂ©e. La Vie qui Ă©tait en Christ est en vous. La pensĂ©e qui Ă©tait en Christ est en vous. Les oeuvres qui Ă©taient en Christ sont en vous, et Christ Lui-mĂȘme est en vous. Vous ĂȘtes mort; votre vie est cachĂ©e en Dieu au travers de Christ, scellĂ©e lĂ  Ă  l’intĂ©rieur par le Saint-Esprit. Vous ne vous appartenez plus.
E-125 Il n’était responsable de personne. Toute la famille devait ĂȘtre amenĂ©e Ă  l’intĂ©rieur, et le signe devait ĂȘtre exhibĂ©. Absolument. S’il n’était pas exhibĂ©, alors cela n’avait aucun effet. Vous pouviez croire dans la chose; vous pouviez dire: «Oh! oui, je crois cela.» Mais cela ne faisait pas l’affaire. Cela... Vous pourriez dire: «Eh bien, je vais vous dire ce que je ferai. Je vais mettre cela dans un seau que je vais dĂ©poser ici sur le mur. Mais en fait, je pense qu’aussi longtemps que je–que je l’ai ici dedans, si j’avais le sang ici au-dessus...» Non, non. Vous ne pouvez pas cacher Cela. Non, non. Vous devez avoir la Chose. Vous devez La mettre au grand jour.
E-126 C’était dans ce but-lĂ  qu’on mettait cela sur les portes, pour que Lui voie cela sur le linteau et sur le montant de la porte. C’est quelque chose dont vous n’avez pas honte. Vous voulez que le monde entier sache que vous ĂȘtes mort, et votre vie est cachĂ©e en Dieu Ă  travers Christ.
E-127 Vous parlez du Thanksgiving, je vous assure, ce n’est pas une tradition, pas du tout. Nous avons trop de traditions maintenant. Ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est d’un rafraĂźchissement, d’un nouveau baptĂȘme du Saint-Esprit dans l’église, non pas d’une cĂ©lĂ©bration, mais d’un remplissage. Alors cela devrait ĂȘtre la cĂ©lĂ©bration de notre Thanksgiving, comme nous l’appellerions. Cela devrait ĂȘtre la venue du Saint-Esprit dans nos vies. Si nous pouvions manger une dinde comme nos premiers pĂšres, nous devrions recevoir le Saint-Esprit comme nos premiers pĂšres L’avaient reçu (Amen!), non pas une tradition, mais un commandement venant de Dieu. Nous devrions recevoir Cela.
E-128 ConsidĂ©rez JosuĂ©, et lisez JosuĂ©, chapitre 2. J’ai Ă©crit ici: «Lisez cela.» Je n’en ai pas le temps. Mais je dĂ©sire que vous sachiez que quand MoĂŻse et JosuĂ© Ă©taient en route dans le dĂ©sert, effectuant l’exode, ils ont envoyĂ© des ministres, des espions, pour aller espionner le pays. Mais, souvenez-vous, il y avait lĂ -bas de l’autre cĂŽtĂ© du fleuve une femme des Gentils du nom de Rahab. Elle Ă©tait une prostituĂ©e. La pauvre enfant Ă©tait une fille des rues, elle avait peut-ĂȘtre Ă©tĂ© chassĂ©e par sa famille. Mais nous voyons que lorsqu’elle a vu ces hommes, elle a compris que c’était des hommes de Dieu. Elle Ă©tait une prostituĂ©e, et elle voulait savoir si une grĂące quelconque pouvait lui ĂȘtre accordĂ©e.
E-129 Dieu fait miséricorde à ceux qui implorent miséricorde. Tous ceux qui implorent miséricorde obtiendront miséricorde.
E-130 Observez cette prostituĂ©e, elle a dit: «Je vais montrer de la bienveillance.» Observez, elle n’avait pas besoin de voir JosuĂ©. Elle ne savait pas comment il se peignait les cheveux, ou quels vĂȘtements il portait. Elle a dit: «J’ai appris que Dieu est avec vous.» C’est tout ce qu’elle voulait savoir.
E-131 Et je vous dĂ©clare aujourd’hui, frĂšre, il ne s’agit pas de la façon dont vous vous peignez les cheveux ou de ce que vous faites ou du genre de vĂȘtements que vous portez, du type de doctorat que vous possĂ©dez. «J’ai appris que Dieu est parmi vous»; voilĂ  l’essentiel. Nous voulons savoir parmi [tout] ceci oĂč Dieu se trouve.
E-132 Observez les organisations. Voyez vers oĂč elles vont. Dieu est-Il parmi les organisations? Si c’est le cas, alors Il est en train de les conduire tout droit vers le Conseil des Eglises et jusqu’à la marque de la bĂȘte. Dieu n’est pas lĂ -dedans.
E-133 Dieu est dans Sa Parole, car Il est la Parole. C’est exact. «J’ai entendu.» Et la foi vient de ce qu’on entend, non pas le conseil, mais la Parole, de ce qu’on entend la Parole.
E-134 Ils ont vu cela et ils ont compris. Elle savait que c’était la vĂ©ritĂ©. Elle a implorĂ© misĂ©ricorde (Suivez.) Ă  la fois pour elle et pour sa famille. Elle l’a implorĂ©e pour elle et pour sa famille, exactement comme les autres le firent en Egypte.
E-135 Et remarquez, un signe lui fut donnĂ©, un signe rouge. En effet, le fil cramoisi avec lequel elle avait fait descendre les gens, les espions, par la fenĂȘtre devait servir de signe. Dieu n’allait pas... L’ange destructeur... L’ange destructeur de Dieu n’allait pas s’approcher d’elle aussi longtemps qu’elle avait ce signe. Mais... Et que serait-il arrivĂ© si elle avait dit: «Oh! je les ai fait descendre. J’ai fait–fait une bonne oeuvre. Ainsi maintenant, pour Ă©viter que quelqu’un me critique, en voyant cette corde cramoisie suspendue ici dehors, je vais tirer la corde pour la faire remonter»? Alors le–l’Ange du jugement ne serait jamais passĂ© par-dessus sa maison. Elle devait exhiber le signe. Cela devait rester lĂ . AllĂ©luia! Oh! cela signifie «gloire Ă  notre Dieu», en ces heures-ci.
E-136 Souvenez-vous de ceci. Je ne suis pas ici pour gagner ma vie. Je ne suis pas ici en train de prĂȘcher pour gagner ma vie. Certainement pas. Je peux encore travailler pour ça. Je ne fais pas ceci pour cela. Si j’estimais qu’il existait un quelconque autre moyen Ă  part ceci juste... Souvenez-vous, ça c’est moi; je dois rencontrer Dieu. Il s’agit de mon Ăąme. Ça doit ĂȘtre moi. Ce n’est pas seulement moi, mais je serai condamnĂ© davantage. La Parole de Dieu est Dieu. C’est le programme de Dieu qui se trouve lĂ -dedans, et c’est la vĂ©ritĂ©.
E-137 Je crois que le fil cramoisi avait dĂ» ĂȘtre exhibĂ©, sinon l’ange, l’ange destructeur, n’aurait jamais honorĂ© quelque chose d’autre que ce signe, qui aurait Ă©tĂ© exhibĂ©. Les messagers ont donnĂ© Ă  la femme un signe, et elle devait le garder exposĂ©.
E-138 Remarquez, JĂ©richo avait appris ce que Dieu avait fait, mais elle n’avait rien fait pour prendre en considĂ©ration l’avertissement.
E-139 Aujourd’hui le monde... il n’est pas enfermĂ© quelque part d’un cĂŽtĂ©, le monde entier est au courant du dĂ©roulement de ces choses. Le monde entier est au courant. Les Ă©piscopaux, les catholiques, les luthĂ©riens, toutes les dĂ©nominations savent qu’il y a un Dieu qui agit Ă  travers Sa Parole en ce jour-ci, et qui continue Ă  opĂ©rer Ses miracles et prodiges. La chose n’est pas enfermĂ©e dans un coin. Les gens en ont entendu parler, mais ils n’ont pas voulu la recevoir. Ils en ont entendu parler.
E-140 Sa glorieuse puissance et Ses signes avaient Ă©tĂ© exercĂ©s–manifestĂ©s, mais ils ont refusĂ© de recevoir cela. C’est exactement ce qui arriva Ă  Sodome, Ses glorieux miracles et prodiges y avaient Ă©tĂ© manifestĂ©s, mais les gens n’ont pas voulu recevoir cela. AprĂšs, il ne restait rien d’autre que le jugement. Il leur fallait croire Ă  toute la Parole pour ĂȘtre en sĂ©curitĂ©. Mais eux pensaient qu’ils Ă©taient peut-ĂȘtre en sĂ©curitĂ© dans la trĂšs grande organisation qu’ils avaient Ă  JĂ©richo, leur ville. Ils pensaient que c’était suffisant, mais ce n’était pas le cas.
E-141 Mais une petite prostituĂ©e... Quelques jeunes gens qui enregistrent les bandes ont dĂ» se glisser discrĂštement lĂ  et ont jouĂ© certaines bandes. Et la semence prĂ©destinĂ©e a saisi la chose et a cru. Ainsi, de toute façon, ils sont entrĂ©s lĂ  pour un message. Ils ont eu culte ce soir-lĂ  dans sa maison. Elle s’est servie de Sa maison comme Ă©glise pour recevoir le message.
E-142 Ô Dieu, laisse-nous ouvrir nos coeurs et recevoir le message selon lequel JĂ©sus est vivant ce soir. Il est ici mĂȘme parmi nous. Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-143 Ouvrez votre maison et laissez le Messager, le Saint-Esprit, entrer et vous identifier par Sa propre PrĂ©sence, le Signe, qui est sur vous. Alors vous n’aurez plus Ă  croire quelqu’un d’autre sur parole; Il est lĂ  pour s’exprimer. Et Il est la Parole. C’est juste. C’est le Signe de Dieu pour s’identifier personnellement.
E-144 Elle s’est servie de sa maison pour abriter les messagers. Alors elle a amenĂ© sous le mĂȘme signe toute la ville qui voulait croire. Et c’est ce que l’Eglise devrait ĂȘtre en train de faire aujourd’hui: amener sous le signe tous ceux qui veulent croire. Le Signe, c’est le Saint-Esprit. Souvenez-vous tout simplement, les gens doivent venir sous le Saint-Esprit.
E-145 Et quand Dieu a dĂ©truit Ses anges... L’ange destructeur est passĂ©, et quand ils ont vu le symbole du signe, sa maison est restĂ©e debout. Le reste de JĂ©richo s’est Ă©croulĂ©. Mais juste au son de la trompette, pensez-y un peu, toute la muraille s’est Ă©croulĂ©e. Ils sont allĂ©s directement et ils ont dĂ©truit complĂštement tout ce qui s’y trouvait, mais tout ce qui se trouvait sous ce signe Ă©tait en sĂ©curitĂ©. Pourquoi? Le messager de Dieu Ă©tait venu. Ils leur avaient dit la vĂ©ritĂ©, et ces gens se sont placĂ©s sous le signe. Oui, oui. Mais beaucoup d’entre eux n’ont pas voulu croire cela. Si donc ils n’ont pas voulu croire cela, ils ont certainement considĂ©rĂ© les circonstances.
E-146 La mĂȘme vie qui Ă©tait dans le signe en Egypte (Voyez-vous?), la vie, c’était la mĂȘme chose, comme le signe de vie en Egypte.
E-147 Quand ils firent descendre le fil, c’était cela le signe. LĂ  dans ce monde des Gentils, le sang n’était pas encore appliquĂ© pour eux, mais ils ont donnĂ© le symbole du rouge, du signe. Quand donc ils virent le signe... JosuĂ©, un type de JĂ©sus, fut fidĂšle au signe et au symbole que ses messagers avaient prĂȘchĂ©s, quand JosuĂ© ordonna que personne ne puisse s’approcher de cette maison oĂč se trouvait ce signe-lĂ  (non, non), parce que personne de ceux qui Ă©taient sous ce signe ne devait ĂȘtre tuĂ©. Et en fait, JosuĂ© signifie «JĂ©hovah Sauveur», de mĂȘme que JĂ©sus. Et quand il a envoyĂ© ses messagers, JosuĂ©, un autre type pour le monde des Gentils, et les Gentils, cette petite minoritĂ© qui a cru et qui a manifestĂ© ce signe, mĂȘme l’ange destructeur a reconnu ce signe. Voyez-vous?
E-148 Aujourd’hui, c’est la seule chose qu’Il reconnaĂźtra. Il n’a jamais reconnu le prĂ©sident de cette firme. Non. Il n’a pas reconnu les chefs, les seigneurs de la guerre, les grands hommes. Il ne les a jamais reconnus. Il n’a reconnu que l’endroit oĂč le signe Ă©tait exhibĂ©. Il se pourrait que beaucoup d’entre eux aient cru cela. Beaucoup d’entre eux avaient peut-ĂȘtre cru qu’ils allaient ĂȘtre pris, mais cela n’a pas arrĂȘtĂ© la chose. Le signe devait ĂȘtre exhibĂ©. Oui, oui. C’est tout. Tous ceux qui se trouvaient sous ce signe en Egypte furent sauvĂ©s. Et quand la mĂȘme heure a sonnĂ©, tous ceux qui se trouvaient sous ce signe Ă  JĂ©richo ont Ă©tĂ© sauvĂ©s.
E-149 L’Agneau sanglant est notre Signe ce soir. Dans HĂ©breux 13.10 et 20, cela est appelĂ© l’alliance Ă©ternelle, si vous voulez le lire. Les promesses de Dieu liĂ©es au Sang nous ont libĂ©rĂ©s du pĂ©chĂ© et de la chair. C’est une alliance Ă©ternelle pour L’adorer et manifester les signes qu’Il a promis. Le Nouveau Testament est la Nouvelle Alliance dans Son Sang. C’est la Bible qui le dit. Le «Nouveau Testament» signifie la «Nouvelle Alliance», la Vie du Sang, le nouveau Signe de Vie en nous. Alors, le sang autrefois jouait le rĂŽle d’un simple symbole chimique, montrant qu’un agneau Ă©tait mort, le Saint-Esprit est la Vie qui Ă©tait dans la Personne de JĂ©sus-Christ, Lequel est manifestĂ© en vous et en moi ce soir. En dehors de cela, il n’y a point de misĂ©ricorde. «C’est seulement quand Je verrai le sang que Je passerai par-dessus vous.»
E-150 J’essaie de faire pĂ©nĂ©trer dans votre pensĂ©e, mon ami, que l’heure est venue oĂč quelque chose doit se faire par cela. Nous devons faire quelque chose. Ou on est Ă  l’intĂ©rieur, ou on est Ă  l’extĂ©rieur; c’est tout. L’heure est venue oĂč le Signe doit se trouver lĂ . Si jamais ceci... Si cette Ă©glise espĂšre demeurer vivante jusqu’à la Venue de JĂ©sus-Christ, le Signe devra ĂȘtre manifestĂ© lĂ . C’est tout. Si la mort ne la prend pas, elle attrapera la marque de la mort. Et bientĂŽt, la chose est au niveau du CongrĂšs en ce moment mĂȘme, la grande machine est en place pour faire entrer toutes les Ă©glises dans cette fĂ©dĂ©ration des Ă©glises. Et vous feriez mieux de faire rĂ©ellement briller le Signe. Mais l’heure est venue pour l’exode. Et cette fois, nous allons Ă  la Terre promise, la promesse de la Vie Eternelle.
E-151 Ce Signe montre que JĂ©sus-Christ... Le Saint-Esprit montre que JĂ©sus a satisfait pour nous Ă  toutes les exigences, parce que de par notre nature, nous sommes des fils dĂ©chus de Dieu. Et nous n’avons point de puissance en nous. Nous n’avons pas la Vie en nous. Nous sommes une race de gens dĂ©chus depuis Adam. Mais quand nous pouvons exhiber le Signe comme quoi la Parole et nous, nous sommes devenus une mĂȘme chose, cela montre que JĂ©sus-Christ a satisfait Ă  toutes les exigences pour nos pĂ©chĂ©s et notre mort, et qu’Il a manifestĂ© Son Signe en nous. Oh! combien ça peut ĂȘtre simple!
E-152 Vous ĂȘtes condamnĂ©. Nous Ă©tions tous condamnĂ©s. Il est impossible que nous nous sauvions nous-mĂȘmes, et Dieu nous a envoyĂ© un Signe. Il a tuĂ© Son Fils au–au Calvaire pour nous. Et la Vie qui Ă©tait dans ce Sang, quand Il fut versĂ© au Calvaire, est revenue pour ĂȘtre un Signe sur nous, le Signe Ă©ternel et perpĂ©tuel de Dieu. C’est la Vie Eternelle par le Dieu Ă©ternel. Et tout ce qui a eu un commencement a une fin; et tout, Ă  part Dieu, a eu un commencement. Et Dieu est la seule forme de Vie Eternelle qui existe. Et quand Dieu place Son Saint-Esprit en vous, Lequel est Dieu, et quand Dieu se place Lui-mĂȘme en vous, vous ĂȘtes autant Ă©ternel que Dieu est Ă©ternel. En effet, vous ĂȘtes une partie de Lui, parce que vous ĂȘtes devenu un fils ou une fille de Dieu et vous manifestez Sa Parole. AllĂ©luia! Je me sens religieux. C’est vrai. Dieu Lui-mĂȘme identifie cela. Vous avez la Vie Eternelle, et c’est Dieu en vous. Et cette Parole, c’est Dieu. Et cette Parole vit et se manifeste. C’est trĂšs exactement ce que Dieu a ordonnĂ© pour cet Ăąge, vous avez cela (Amen), le Saint-Esprit, le Saint-Esprit est manifestĂ©. Oui, oui.
E-153 Qu’est-ce? Le Saint-Esprit, la Parole a Ă©tĂ© vivifiĂ©e pour vous par le Saint-Esprit pour confirmer cet Ăąge, que vous ĂȘtes passĂ© de la mort Ă  la Vie, et que maintenant vous Lui appartenez.
E-154 Oh! puisqu’Il existe, nous avons droit Ă  tout ce qu’Il a acquis pour nous. Chaque promesse dans la Bible est vĂŽtre. Elle vous appartient quand ce Signe est sur vous et que Dieu vous a scellĂ©. Eh bien, il nous faut nous examiner juste un instant. Quand Dieu vous donne le vĂ©ritable baptĂȘme du Saint-Esprit, alors la Vie de JĂ©sus-Christ est en vous. Eh bien, c’est vrai; tout thĂ©ologien devra admettre que c’est la vĂ©ritĂ©; c’est la nouvelle naissance. Vous ĂȘtes nĂ© de nouveau, du Saint-Esprit. Et comme Dieu a fait cela, vous savez en vous-mĂȘme que vous n’ĂȘtes bon Ă  rien, mais que vous acceptez ce que Dieu a fait, alors Il vous scelle dans le Royaume par le Saint-Esprit. Et tout ce que JĂ©sus a acquis pour vous et qu’Il vous a promis dans la Bible est vĂŽtre. C’est votre propriĂ©tĂ© parce que cela a Ă©tĂ© payĂ©. Amen. La Vie est mienne, Il a payĂ© pour cela. La Vie est vĂŽtre, Il a payĂ© pour cela. La guĂ©rison est mienne, Il a payĂ© pour cela. La guĂ©rison est vĂŽtre, Il a payĂ© pour cela. La libertĂ© est mienne; Il a payĂ© pour cela. Le Ciel est mien, Il a payĂ© pour cela. Il a payĂ© le prix. Tout ce qu’Il a acquis appartient Ă  l’homme qui dĂ©tient le Signe. Amen. «Mettez Mon Signe sur le tramway, au jour de jugement, et Je passerai par-dessus vous.» Amen. En gardant Cela dans... En gardant votre confession dans la Parole, que JĂ©sus-Christ est mort pour vous. Et quand Il le fait, Il se manifeste Ă  travers vous. Amen. Oui.
E-155 Quand vous reconnaissez le Signe, la Vie qu’il faut pour que le Sang parle. Vous direz: «Le Sang parler? Attendez une minute, FrĂšre Branham.» Le Sang parle. C’est la Bible qui le dit. C’est ça. Le Sang parle. Souvenez-vous, le Sang de l’alliance n’est pas reconnu en dehors du Signe. Eh bien, la Parole nous donne l’assurance de la promesse. Le signe est l’évidence que l’acquisition a Ă©tĂ© faite pour nous, et que Dieu a agrĂ©Ă© cela.
E-156 Quand vous allez lĂ  et dites: «Je veux voyager pour New York.» Que fait-on? On vous donne un ticket. Qu’est-ce? C’est un signe. Ce n’est pas de l’argent. C’est un signe, mais il faut de l’argent pour l’acheter.
E-157 Eh bien, quand vous voulez la Vie Eternelle, vous recevez un Signe montrant que le prix a Ă©tĂ© payĂ©. Il ne s’agit pas du Sang, mais du Signe du Sang. C’est la Vie elle-mĂȘme. Amen. La pleine obĂ©issance Ă  toute la Parole de Dieu, Ă  l’entiĂšre Parole de Dieu, vous donne droit Ă  ce Signe.
E-158 Comment le faites-vous? Le jour de la PentecÎte, Pierre a dit: «Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au Nom de Jésus-Christ pour le pardon des péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit, le Signe. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, pour ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.»
E-159 Quand ils ont vu cette merveilleuse dĂ©monstration de la puissance de la rĂ©surrection, il (Pierre) s’est levĂ© lĂ  et a citĂ© les Ecritures de JoĂ«l et ainsi de suite; il a donnĂ© la promesse pour cet Ăąge-lĂ , et il a montrĂ© que JĂ©sus-Christ avait accompli les exigences pour cet Ăąge-lĂ , et qu’Il avait envoyĂ© un Signe de Sa mort. Et ce Signe Ă©tait sur eux. Et Il a dit: «Le Signe est pour vous, pour vos enfants, et pour ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera, ils devront avoir ce Signe.» Amen. Ce n’est pas qu’ils «devraient peut ĂȘtre» L’avoir. «Ils L’auront. Vous recevrez le Saint-Esprit.»
E-160 Lorsque vous obĂ©issez pleinement Ă  la Parole de Dieu, en–en vous Y abandonnant entiĂšrement, vous avez droit au Signe. Oui, oui. L’obĂ©issance; «Ce n’est pas celui qui dit: ‘Seigneur, Seigneur’, mais celui qui fait la volontĂ©.» Et quand nous prions, nous devons avoir le Signe Ă  prĂ©senter avec notre priĂšre.
E-161 C’est trĂšs exactement ce que nous faisons lorsque nous allons à–allons Ă  la gare d’autobus, nous disons: «Je voudrais voyager.»
– Pour quelle destination?
– Pour tel endroit.
E-162 Vous devez avoir le signe, si un signe est exigĂ©. Vous devez avoir le signe. Vous dites: «Eh bien, attendez une minute, je suis–je suis monsieur Dupont. Eh bien, permettez...» Cela ne change rien du tout; vous devez avoir le signe. «Eh bien, je vais vous dire quoi; je–je suis pressĂ© pour aller au travail. Je n’ai pas de temps Ă  perdre.» Soit vous aurez le signe, soit vous n’aurez pas le signe. Si vous n’avez pas le signe, vous ne ferez pas le voyage.
E-163 Supposons qu’ayant un ticket, vous alliez ici Ă  l’aĂ©roport, et que vous disiez: «Je dĂ©sire me rendre Ă  New York.»
– Ticket? Signe?
E-164 Vous direz: «Eh bien, je–je–je vous assure, je n’en ai pas. Je suis le genre de personne trĂšs sĂ©rieuse. Je vais vous payer un jour.» Non, non, tenez le signe; vous devez le tenir Ă  la main. Il doit ĂȘtre exhibĂ©. Il le faut. Oh!
E-165 Comprenez-vous ce que je veux dire? Il vous faut L’avoir. Vous ne devez pas juste penser L’avoir; ça doit ĂȘtre un Signe identifiĂ©. C’est juste. Cela vous donne le droit, quand vous payez le... Quand vous acceptez que le prix a Ă©tĂ© payĂ©... Oui, oui.
E-166 Paul nous dit, parlant du sang qui parle, Paul nous dit que le sang parle. Croyez-vous que le sang parle? Dans GenĂšse 4.1, ou plutĂŽt 4.10, Dieu a parlĂ© Ă  CaĂŻn; Il a dit: «OĂč est ton frĂšre?» Il a dit: «Son sang, sa–sa voix... Le sang de sa... La voix de son sang crie contre toi.»
E-167 Eh bien, nous voyons aussi dans HĂ©breux, chapitre 12, verset 24, que le Nouveau Testament, que le Sang parle de meilleures choses. Le Sang parle. Donc le Sang a une voix. Et la voix du Sang, c’est la Parole. AllĂ©luia! C’est ce qui fait que la chose soit vraie ou fausse. La–la Parole est identifiĂ©e par la Voix du Sang. La Voix du Sang, c’est le Saint-Esprit qui apporte la Vie. C’est la Vie, et Il apporte la Vie Ă  la Parole et La vivifie. Amen, amen, amen.
E-168 Le Sang parle bien sĂ»r; Il parle d’une chose meilleure. Dans l’Ancien Testament, le sang a parlĂ© de la culpabilitĂ©. Dans le Nouveau Testament, Il parle de la RĂ©demption. Dans l’Ancien Testament, il a parlĂ© de la mort et du chagrin. Dans le Nouveau Testament, Il parle de la RĂ©surrection et de la Vie. Il parle de la guĂ©rison. Il parle de la joie. Il parle de la puissance. Il parle de la Vie. Il parle du Ciel. Et ce mĂȘme Sang qui fut rĂ©pandu sur le sol a criĂ© contre son frĂšre mort ou plutĂŽt le... a criĂ© contre son frĂšre qui l’avait tuĂ©. Le Sang de JĂ©sus-Christ couvre tous nos pĂ©chĂ©s et parle paix et rĂ©surrection, puissance, Vie et guĂ©rison; et toutes les bĂ©nĂ©dictions rĂ©demptrices pour lesquelles le Sang a Ă©tĂ© versĂ©, Cela parle pour nous. Certainement, le Sang parle. Oh! la la!
E-169 Nous devons croire pour nous-mĂȘmes, comme ils le firent lĂ -bas en Egypte, et aussi pour la maison comme ils le firent en Egypte, Ă  JĂ©richo, et ainsi de suite. Et nous voyons... J’ai notĂ© une Ecriture ici, il s’agit de Actes 16.31, lĂ  oĂč le centenier romain allait se suicider, il voulait se donner la mort Ă  l’aide d’un couteau, et Paul lui a dit: «Crois au Seigneur JĂ©sus-Christ, et tu seras sauvĂ©, toi et ta famille.» Il faut que ça soit une famille. Qu’est-ce qui fait que bien des petits enfants... Qu’est-ce qui fait qu’il y ait tant de femmes dans la rue? Qu’est-ce qui fait qu’il y ait tant de dĂ©linquance juvĂ©nile? C’est parce que nous ne sommes pas en mesure d’amener notre famille sous le Sang.
E-170 Certains disent: «Eh bien, je suis membre de l’église. Ma mĂšre allait lĂ -bas, et je–je–je–j’ai Ă©tĂ© consacrĂ© lĂ , encore bĂ©bĂ©.» Vous devez exhiber le Signe. Oui, oui.
E-171 Faites sortir toutes les ordures du monde, toutes les choses du monde, car vous ne pouvez pas aimer les choses du monde. Toute votre incrĂ©dulitĂ© dans la Parole de Dieu... Souvenez-vous, Il a promis ces choses pour les derniers jours. Tout dans votre vie qui–qui s’oppose Ă  Cela, faites sortir cela, prĂ©parez-vous, et faites entrer le Signe. Alors appliquez le Signe avec consĂ©cration dans la priĂšre et soyez-en convaincu et prĂ©occupĂ©.
E-172 Si nous pouvions lire ici EphĂ©siens 2.12, cela nous frapperait. Remarquez, «... serviez le Dieu vivant», avec des signes vivants, des ordonnances vivantes; HĂ©breux 9.11 Ă  14 nous dit la mĂȘme chose. Et nous–nous ne servons pas des prĂ©ceptes morts; nous ne... ou des oracles. Nous servons le Dieu vivant avec des signes vivants. Pas: «Je vais Ă  l’église. J’ai fait mon adhĂ©sion. Je connais le credo. Je–je connais le catĂ©chisme», ce sont des formes mortes.
E-173 Mais le vĂ©ritable Signe du Sang, qui crie, parle d’une PrĂ©sence ressuscitĂ©e et vivante, JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. C’est vrai, vivant maintenant mĂȘme au milieu de nous. Amen.
E-174 Cela parle mieux non pas Ă  partir des formes et des credos morts, mais d’un Signe vivant d’un Christ vivant et ressuscitĂ©, qui vit en nous. Non, les gens renient que cela existe, mais nous, nous savons que c’est la vĂ©ritĂ©. Mais nous qui croyons la Parole, nous savons que Dieu a promis Cela, et Il tient Sa promesse. Nous savons que c’est Sa PrĂ©sence vivante, parce qu’Il agit comme autrefois.
E-175 Si Cela est en vous et que vous disiez: «Eh bien, je–je ne vole pas. Je ne mens pas.» Eh bien, ça c’est juste quelque chose que vous pouvez abandonner. Vous pouvez cesser de voler, cesser de mentir; un homme de bonne moralitĂ© fait cela. «J’observe les dix commandements.» Les gens faisaient cela avant la mort de JĂ©sus. Oui. La chose qu’il faut, c’est Christ vivant en vous. HĂ©breux 13.8: «Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement», prouvant que Dieu L’a ressuscitĂ© des morts pour nous, conformĂ©ment Ă  Sa Parole de promesse.
E-176 C’est une confirmation que JĂ©sus-Christ est vivant ce soir. Nous acceptons le sacrifice de Son Sang, parce qu’Il a donnĂ© Sa Vie. Le Signe du sceau du Saint-Esprit est notre promesse. EphĂ©siens 4.30 dit: «N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu par lequel vous avez Ă©tĂ© scellĂ©s pour le jour de la rĂ©demption.»
E-177 Etant baptisĂ©s par ce Signe pour former le Corps de Christ, 1 Corinthiens 12, maintenant nous sommes candidats aux dons de l’Esprit qui sont lĂ -dedans. Le monde ne croit pas aux dons. L’église ne croit pas aux dons. Mais la Parole de Dieu dĂ©clare que les dons existent. Et il faut uniquement ce Signe pour identifier ces dons. Absolument.
E-178 Et en Lui habite toute la plĂ©nitude. En Lui habite toute la plĂ©nitude de Dieu, toute la plĂ©nitude de la promesse. Quand nous sommes baptisĂ©s en Lui, nous avons au bout de nos doigts chaque promesse que Dieu a faite. Il n’y a pas de pĂ©chĂ© lĂ . Il n’y a pas de mort lĂ . Et mĂȘme la maladie ne peut pas tenir dans Sa PrĂ©sence. Si donc Satan met ses mains sur vous et essaie de vous tenter pour vous amener Ă  faire quelque chose, tenez votre Signe entre vos mains et montrez cela, que vous ĂȘtes un produit rachetĂ© de JĂ©sus-Christ. Amen. Que votre foi sans mĂ©lange agite ce Signe-lĂ , et dise: «Je suis un produit que JĂ©sus-Christ a rachetĂ©.» Amen. La maladie disparaĂźt.
E-179 Qu’est-ce qui a fait disparaĂźtre du corps de ma femme cette grosse tumeur hier? Juste quelques jours auparavant, elle Ă©tait prĂȘte pour la table d’opĂ©ration, et maintenant ils ne trouvent rien. C’est parce que la puissance de rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ, ce Signe de Dieu qui montre qu’Il vit toujours, a dĂ©truit cela.
E-180 Pourquoi ces choses arrivent-elles? C’est parce que Dieu l’a promis. Vous ĂȘtes un produit. Gardez le Signe par votre foi inĂ©branlable dans la Parole de Sa promesse. Dieu nous a donnĂ© autrefois le Signe...
E-181 Tandis que je termine, je ne désire pas vous garder trop longtemps. Nous allons sortir à vingt et une heures trente.
E-182 Dieu a donnĂ© autrefois un signe au monde; c’était l’arc-en-ciel. Il a donnĂ© aux gens un signe montrant qu’Il ne dĂ©truirait plus jamais le monde par l’eau. Et Il est restĂ© toujours fidĂšle Ă  ce signe. Amen. Il ne manque jamais de l’exhiber. Dieu a fait un signe, Il a dit: «Je vous donnerai un signe. Et quand Je vous promets ceci, chaque fois que la pluie viendra, Je vous montrerai ce signe.»Et Dieu, quand Il fait un signe, Il exhibe le Sien, parce que c’est ce qu’Il a promis de faire. Et Il s’attend Ă  ce que nous fassions de mĂȘme. Il est toujours restĂ© fidĂšle Ă  Son signe.
E-183 Et si nous sommes nĂ©s de l’Esprit de Dieu, restons toujours fidĂšles Ă  Cela. Si vous ĂȘtes en quelque sorte un mythe fabriquĂ©, que vous Ă©tiez en quelque sorte excitĂ©, que vous aviez adhĂ©rĂ© Ă  une certaine Ă©glise, que vous ayez Ă©prouvĂ© une sorte d’émotion, peut-ĂȘtre vous avez parlĂ© en langues, ou criĂ©, ou vous avez sautillĂ© ou chantĂ© dans l’Esprit, comme vous appelez cela... J’ai vu toutes ces choses ĂȘtre exhibĂ©es parmi les paĂŻens. Voyez-vous? Ça ne veut rien dire. Mais quand le vĂ©ritable produit, la nouvelle Vie de JĂ©sus-Christ entre dans un homme ou une femme, il devient une nouvelle crĂ©ation, le vieil homme est mort; ç’en est fini de lui; ç’en est fait de lui. Ce Signe doit toujours ĂȘtre exhibĂ©.
E-184 Dieu a exhibĂ© le Sien. Regardez, pendant tous ces milliers d’annĂ©es, Il n’a jamais manquĂ© de nous exhiber Cela. Il est loyal et fidĂšle envers Son signe, en nous montrant qu’Il ne manque jamais d’honorer ce qu’Il a fait, qu’Il ne manque jamais de l’honorer. Nous voyons l’arc-en-ciel, et cela montre que Dieu nous a fait cette promesse. Et Il a dit qu’il en serait ainsi et Il ne manque jamais d’honorer Sa Parole; Il honorera toujours Sa Parole. En faisant cela, Il La confirme. Pour chaque signe qu’Il a donnĂ©, Il tient Sa Parole.
E-185 Oh! Dieu nous a promis un Signe. «Et quand Je verrai le Sang, Je passerai par-dessus vous. Et le sang vous servira de signe.»
E-186 Oh! pĂ©cheur, ce soir, comment pouvez-vous vous Ă©loigner de cet endroit, sortir du dessous ce Signe? Comment pouvez-vous prendre le risque en vous appuyant sur votre appartenance Ă  une Ă©glise ou sur quoi que ce soit d’autre? Comment pouvez-vous vous permettre de faire cela, voyant que nous vivons dans un temps oĂč il n’y a point d’espoir dans la politique, point d’espoir dans le futur? La seule chose qui reste, c’est la Venue de JĂ©sus-Christ, la Venue de Christ pour prendre Son Eglise.
E-187 Comment pouvez-vous, avec tout votre bon sens, sortir de ce sous-sol, sortir de cette salle, ou de quelque part, et vous fier Ă  un certain credo ou Ă  quelque chose que vous rĂ©citez, qui ne montre aucun symbole du Signe de la Vie et le VĂ©ritable JĂ©sus-Christ, qui se rĂ©vĂšle et se manifeste comme Ă©tant le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, et manifeste Sa Parole comme Il a promis de le faire? Et puis vous pouvez vous tenir lĂ  et dire: «Les jours des miracles sont passĂ©s», avec le Signe mĂȘme de Dieu Lui-mĂȘme dans votre vie!
E-188 Dieu exhibe Son Signe maintenant. Et Il sera toujours fidùle à cela. A l’heure de votre mort, les Anges de Dieu viendront vous emporter de la mort, et avant que le grand jugement ne frappe le monde.
E-189 Et nous lisons lĂ  dans Saint Jean 5.24: «Celui qui Ă©coute Ma Parole...» Eh bien, la vraie traduction lĂ , ce n’est pas «celui qui Ă©coute». Ça, c’est le Roi Jacques. La vraie traduction de cela, en considĂ©rant l’HĂ©breu, est: «Celui qui reçoit Ma Parole», non pas celui qui Ă©coute. N’importe qui peut Ă©couter Cela, les pĂ©cheurs et tout le reste. Mais»celui qui reçoit», qui peut L’accepter dans sa totalitĂ©; non pas»celui qui reçoit une de Mes Paroles.» «Celui qui reçoit Ma Parole, et qui croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ©...» Quand vous recevez la Parole, vous Le recevez, Lui. Tout ce qu’Il a dit de faire, vous ĂȘtes disposĂ© et heureux de le faire. «Celui qui reçoit Ma Parole, et qui croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ©, a la Vie Eternelle et ne vient point en jugement, mais il est passĂ© de la mort Ă  la Vie.» Oh! quelle promesse! «Quand Je verrai ce Signe, Je passerai par-dessus vous.»
E-190 Il s’attend maintenant Ă  ce que nous exhibions Son Signe devant tous les cultes et dĂ©nominations incrĂ©dules et sataniques de ce monde, pour montrer que nous croyons Ă  ce qu’Il a promis. Nous, Ă©tant la postĂ©ritĂ© d’Abraham, Il est capable de tenir [la promesse]. Peu importe combien d’hommes de science, d’astronautes, de savants se lĂšvent pour prouver ceci ou cela (et l’annĂ©e suivante ils sont obligĂ©s de retirer cela), nous ne faisons pas attention Ă  ce qu’ils disent. Toute notre instruction ne peut jamais vous donner la Vie.
E-191 J’habite une ville oĂč se trouve l’UniversitĂ© d’Arizona. Et qu’est-ce que je vois lĂ -bas si ce n’est la souillure et la crasse! Et les Ă©coles secondaires et autres de cette ville... L’autre jour, il y avait quatre cents adolescents garçons et filles sans vĂȘtements, avec des canettes de biĂšre, qui dansaient sur un endroit vaste lĂ - haut dans le Sabino Canyon. Tous ces jeunes enfants venaient des familles et tout, dans les environs, on les voit lĂ -haut venant de l’universitĂ©. Qu’avons-nous? L’universitĂ© peut vous donner la composition d’une semence, mais elle ne peut pas donner la vie Ă  une semence. Votre instruction ne fait que vous Ă©loigner davantage de Dieu.
E-192 Il n’y en a qu’un Seul qui peut vous donner la Vie. Il n’y en a qu’un Seul qui peut vous donner la Vie, et Il le fera. Si vous appliquez le Signe ce soir, Il est ici pour se donner Lui-mĂȘme Ă  vous et vous donner la Vie. JĂ©sus-Christ est votre Vie. Ne voulez-vous pas Le recevoir ce soir tandis que nous inclinons la tĂȘte?
E-193 Que tout le monde soit rĂ©vĂ©rencieux, Ă  l’intĂ©rieur et Ă  l’extĂ©rieur, au sous-sol et partout. C’est un moment solennel. C’est un temps oĂč il faut ĂȘtre reconnaissant. C’est un temps oĂč vous remerciez Dieu Ă  table aujourd’hui, vous frĂšres (J’espĂšre que vous l’avez fait), pour la nourriture qu’Il vous a donnĂ©e, la substance morte, car quelque chose est mort afin que vous puissiez vivre, et vous remerciez Dieu d’avoir fait croĂźtre cela pour que vous viviez par cela.
E-194 Maintenant, ce soir, pourquoi n’acceptez-vous pas, non pas cette vie naturelle qui doit retourner Ă  la terre avec la substance morte, mais pourquoi n’acceptez-vous pas la Vie Eternelle, alors qu’Il a donnĂ© Quelque Chose, qu’Il L’a ressuscitĂ©, Son propre Fils, afin que vous puissiez ĂȘtre semblable Ă  Sa propre image par le renouvellement de votre esprit, pour ĂŽter le vĂŽtre et recevoir le Sien qui est le Signe montrant que vous avez la Vie? Et Il passera par-dessus vous et vous ressuscitera Ă  la RĂ©surrection.
E-195 Ce serait un vĂ©ritable Thanksgiving. Cela montrerait votre gratitude envers Dieu qui a frayĂ© une voie pour vous et qui a placĂ© devant vous la Vie Eternelle sur Sa propre table, et qui vous Y invite ce soir. Comment pouvez-vous rejeter cela? Comment pouvez-vous vous asseoir Ă  table et ĂȘtre reconnaissant pour la nourriture naturelle, selon une tradition que nos pĂšres pĂšlerins ont observĂ©e au Thanksgiving; pourquoi pas maintenant, alors que cela vous a Ă©tĂ© rendu si clair ce soir par cette maniĂšre humble et simple de prĂȘcher cela?
E-196 Pourquoi n’acceptez-vous pas cela maintenant pour dire: «Je dĂ©sire ce genre de Vie, FrĂšre Branham. J’accepte cela. JĂ©sus est mort pour moi. Et moi, peut-ĂȘtre que j’ai adhĂ©rĂ© Ă  une Ă©glise, j’ai observĂ© un credo; mais de voir rĂ©ellement la Vie de Christ vibrer en moi jusqu’à ce que le monde meure et que Lui vive Sa Vie en moi comme Il L’a vĂ©cue ici sur terre, je ne vois pas cela, FrĂšre Branham. Et je dĂ©sire avoir cela. Je veux ĂȘtre certain.»?
E-197 Vous ne pouvez pas vous permettre de prendre le risque. Nous sommes à une heure trop avancée maintenant. Il se fait trop tard pour que nous prenions ces risques. Recevons cela maintenant.
E-198 Eh bien, je ne peux pas faire venir des gens Ă  cet autel. Je ne peux pas le faire; il n’y a pas assez de place ici. Mais l’appel Ă  l’autel est aussi une tradition. Les appels Ă  l’autel ont commencĂ© Ă  l’époque de Wesley. La Bible en rĂ©alitĂ© dĂ©clare: «Tous ceux qui crurent furent baptisĂ©s.»
E-199 Combien y en a-t-il ici, que je peux voir visiblement, en haut aux balcons, dans les couloirs et le long des murs, et sur les bancs? Je ne sais pas combien il y en a dehors ou au sous-sol. Mais combien d’entre vous dĂ©sirent ce Signe, le Saint-Esprit dans votre vie, qui se manifestera Lui-mĂȘme juste devant vous, juste devant les cultes et les choses de ce monde, afin que vous voyiez que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, que le Sang a Ă©tĂ© appliquĂ©? Voudriez-vous lever la main et dire: «FrĂšre Branham, maintenant, en levant la main, je dĂ©clare Ă  Dieu que je dĂ©sire Cela dans ma vie. Priez pour moi, FrĂšre Branham.»?
E-200 Il y a deux cents mains levĂ©es ou plus, je pense. Y en a-t-il encore? Levez-la tout simplement. MĂȘme si je ne la vois pas, Lui la verra. LĂ -haut au balcon, lĂ -haut dans les salles vitrĂ©es, si vous voulez bien lever la main; Dieu vous verra. A l’extĂ©rieur, Dieu vous verra. En bas de la–la salle, Dieu vous verra si vous levez la main.
E-201 FrĂšre, soeur, maintenant Ă  vous qui avez reçu Christ il y a des annĂ©es et qui, peut-ĂȘtre, sentez que–que vous avez reçu ce Signe... J’espĂšre que c’est juste. Si vous L’avez, vous n’avez pas Ă  vous inquiĂ©ter Ă  ce sujet. Cela se reflĂšte. Comment pourrais-je m’empĂȘcher d’ĂȘtre Beethoven si celui-ci vivait en moi? Si Christ est en vous, observez-vous tout simplement ici dans le miroir de Dieu, la Bible. Voyez Ă  quel personnage de la Bible vous ressemblez, voyez si votre image est semblable Ă  celle de Daniel, d’EzĂ©chiel, des chrĂ©tiens de l’Eglise primitive. Voyez si votre image leur est comparable. Etes-vous du monde? Aimez-vous le monde ou les choses du monde? Tout cela est-il mort et ĂȘtes-vous devenu une nouvelle crĂ©ature?
E-202 DerriĂšre, Ă  ma droite; derriĂšre, dans cette aile-ci, voudriez-vous lever la main et dire: «Souvenez-vous de moi, FrĂšre Branham, je dĂ©sire vraiment exhiber ce Signe. Je dĂ©sire Cela dans ma vie. Il me faut avoir Cela.» Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse, ainsi que vous. Beaucoup d’entre vous, oui, le Seigneur vous voit. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-203 J’aurais souhaitĂ© qu’il y ait un moyen maintenant, aprĂšs que vous avez levĂ© la main comme cela, et sans doute qu’il y en a probablement autant en bas qu’il y en a ici en haut, presque, et–et alors, nous nous demandons... Que puis-je faire maintenant? Voici, je vous ai apportĂ© la Parole, je suis un... Ă  ma simple façon, parce que je suis–je ne suis qu’une personne simple. Et c’est ce que vous devez ĂȘtre maintenant mĂȘme, juste simple. Devenez juste simple. Et Dieu est si simple.
E-204 Si vous n’avez jamais Ă©tĂ© baptisĂ© du baptĂȘme chrĂ©tien, venez. On va vous baptiser ce soir, si vous dĂ©sirez ĂȘtre baptisĂ©. Soyez reconnaissant envers Dieu du fait qu’il y a un moyen pour vivre. Vous Ă©tiez reconnaissant aujourd’hui de ce que vous vivez en AmĂ©rique. Remerciez Dieu de ce que vous avez une Ă©glise ici qui croit la Parole de Dieu. Vous remerciez Dieu parce qu’Il vous donne de la nourriture Ă  manger, afin que vous puissiez vivre un peu plus longtemps, alors pourquoi ne pas Le recevoir et ĂȘtre reconnaissant pour le Saint-Esprit qui vous donne la Vie Eternelle? Pourquoi ne pouvez-vous pas venir et accepter Cela? Y a-t-il quelqu’un d’autre qui n’a pas levĂ© la main, et qui voudrait le faire maintenant, que je peux voir visiblement ici? TrĂšs bien. Que Dieu vous bĂ©nisse, jeune dame. Que Dieu bĂ©nisse cette jeune femme. Et que Dieu vous bĂ©nisse. C’est–c’est bien.
E-205 Soyez rĂ©ellement sincĂšre maintenant, vraiment sincĂšre. C’est maintenant l’heure de clĂŽturer, il nous reste cinq minutes avant l’heure de clĂŽture, avant vingt et une heures trente. Restons simplement tranquilles un instant, Ă  l’intĂ©rieur comme Ă  l’extĂ©rieur. Pensons sincĂšrement Ă  ceci. Ce n’est pas... Cela apporte certainement des Ă©motions. Mais ne pensons pas aux Ă©motions maintenant mĂȘme. Pensons Ă  la sincĂ©ritĂ© de ce que nous faisons: «Par la foi, je pose les mains sur mon Sacrifice, JĂ©sus-Christ. Je veux ĂȘtre identifiĂ© en Sa mort. J’en ai fini avec le monde. Je–j’en ai fini avec Hollywood. J’en ai fini avec les modes.»
E-206 Que les femmes disent: «J’en ai fini avec les cheveux coupĂ©s. J’en ai fini avec le port des vĂȘtements immoraux. J’en ai fini avec le port du maquillage. J’en ai fini avec le jeu des cartes. Je–j’en ai fini avec les ordures du monde.»
E-207 De mĂȘme, vous hommes, dites: «J’en ai fini avec la boisson. J’en ai fini avec le tabac. J’en ai fini avec le mensonge. J’en ai fini avec les blagues. J’en ai fini–fini avec les plaisanteries. J’en ai fini avec toutes ces paroles vaines pour lesquelles la Bible dit que nous rendrons compte.»
E-208 «Je dĂ©sire avoir le Sceau. Je dĂ©sire avoir le Signe dans ma vie. Par la foi, je pose maintenant mĂȘme mes mains sur mon Sacrifice, JĂ©sus-Christ. Je m’identifie comme un homme mort», ou une femme morte, un garçon mort ou une fille morte. «Je meurs maintenant avec Lui, parce qu’Il est mort afin que je vive. Et j’accepte ma Vie en Lui. Et, ĂŽ Seigneur, rĂ©vĂšle-moi ce soir que la Vie Eternelle demeure maintenant en moi.» Ayez de telles pensĂ©es. Croyez de telles choses.
E-209 Que tout ce groupe de gens qui est ici, en haut et en bas, et partout, qu’ils considĂšrent tous cela profondĂ©ment et avec sincĂ©ritĂ©. Vous allez voir une rĂ©union de guĂ©rison que vous n’avez jamais vue auparavant quand ceci va commencer–cela va commencer. Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est la guĂ©rison de notre Ăąme, la foi, quelque chose en nous qui s’emparera de la Parole, afin que lorsque vous verrez la Parole devenir rĂ©elle... Prononcez simplement la Parole et la chose arrivera. C’est comme le Romain l’a dit Ă  JĂ©sus: «Prononce la Parole, et la chose arrivera.»
E-210 PĂšre cĂ©leste, je rĂ©alise maintenant que ma priĂšre est entre les vivants et les morts. Que dois-je dire, Seigneur? Quel genre de mots puis-je utiliser? Avec quelle expression puis-je venir auprĂšs de Toi, Seigneur? Je ne sais pas ce qu’il faut dire. Ils ont levĂ© leurs mains. Tu sais ce qui Ă©tait derriĂšre cela, s’ils Ă©taient sincĂšres ou s’ils l’ont fait simplement comme une routine ou s’ils Ă©taient vraiment sincĂšres. S’ils Ă©taient sincĂšres, Seigneur, je sais que Tu es sincĂšre au sujet de Ta Parole. Tu es prĂȘt Ă  manifester tout ce que Tu as promis.
E-211 Et je prie maintenant pour ces gens. Je rĂ©clame chacun d’eux pour le... pour Christ. Je rĂ©clame chacun d’eux ce soir comme un trophĂ©e de ce message sur le Sang de JĂ©sus-Christ, et le Saint-Esprit qui est venu du Sang. Il a bien sĂ»r offert la substance chimique, Son Sang. Il a ressuscitĂ© Sa chair, mais Il a offert Son Sang. La substance chimique s’est dessĂ©chĂ©e il y a longtemps lĂ -bas au Calvaire. Mais le Signe qui Ă©tait dans cette substance chimique, le Saint-Esprit qui Ă©tait dans cette substance chimique, est tout aussi rĂ©cent et rĂ©el ce soir qu’Il l’était le jour oĂč les cellules furent brisĂ©es dans Son corps. C’est cela le Signe. C’est le Signe, le Signe perpĂ©tuel; c’est la Vie Eternelle. Je prie que Cela vienne maintenant sur tous ceux qui ont inclinĂ© la tĂȘte, s’ils veulent bien accepter Cela.
E-212 Ils sont reconnaissants ce soir, Seigneur, de ce que Tu as frayĂ© une voie. Ils sont reconnaissants pour JĂ©sus-Christ, la substance morte que Tu as ressuscitĂ©e pour notre justification, afin de montrer que si nous prenons de Sa Vie, nous pouvons vivre pour toujours. Puisse Cela venir sur ce groupe, sur ceux qui ont levĂ© la main. Et peut-ĂȘtre que certains d’entre eux, alors qu’ils savaient qu’ils auraient dĂ» le faire, mais qu’ils ont renvoyĂ© cela Ă  plus tard pendant si longtemps qu’au bout d’un moment une marque a Ă©tĂ© faite lĂ . Ils n’en ont plus le dĂ©sir. Ô Dieu, secoue encore cette personne. Cela pourrait ĂȘtre la derniĂšre soirĂ©e de leur vie sur terre. Demain pourrait ĂȘtre trop tard.
E-213 Comment monsieur Kennedy aurait-il pu se douter en descendant la rue avec sourire que dans la minute qui suivait il serait étendu mort sur les genoux de sa femme? La semaine qui précédait il était joyeux, il se réjouissait, il jouait avec ses enfants; ce soir son corps est en train de se décomposer dans la tombe. Un homme de renom, notre président, mais la mort ne fait acception de personne. Elle doit venir.
E-214 Et maintenant, Seigneur, puissions-nous nous prĂ©parer pour cette mort en cette heure-ci. J’accepte cela, Seigneur, de nouveau. Moi-mĂȘme, je Te dĂ©sire ardemment de nouveau ce soir, Seigneur, comme je me tiens Ă  la chaire. Comme je l’ai dit aux gens ce matin au sujet de Ta visitation au sommet de la montagne, Seigneur Dieu, je–je Te promets encore, laisse-moi vivre aussi longtemps que Tu dĂ©sireras que je sois en vie, et que je sois fidĂšle aux principes de cette Parole. Puis-je vivre de telle façon que je puisse rejeter mes propres pensĂ©es, rejeter ma propre vie, et laisser la Vie de JĂ©sus-Christ se reflĂ©ter Ă  travers celle-ci, selon Sa Parole promise de ce jour. Et que cette glorieuse promesse vienne sur tous ceux qui sont ici maintenant, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus-Christ.
E-215 Avec nos tĂȘtes inclinĂ©es maintenant.
Il y a une fontaine remplie de Sang,
TirĂ© des veines d’Emmanuel,
Et les pécheurs plongés dans ce flot,
Perdent toutes les taches de leur culpabilité.
Perdent toutes les taches de leur culpabilité,
Perdent toutes les taches de leur culpabilité;
Et les pécheurs plongés dans ce flot,
Perdent toutes les taches de leur culpabilité.
E-216 Maintenant, avec nos tĂȘtes inclinĂ©es... Vous qui avez acceptĂ© cela en disant: «JĂ©sus-Christ, je Te dĂ©sire. Je dĂ©sire avoir Ton Signe...» Voyez-vous, c’est votre priĂšre qui vous sauve; c’est votre foi qui vous sauve. Croyez-vous maintenant de tout votre coeur, et ĂȘtes-vous prĂȘt pour le baptĂȘme chrĂ©tien? Vous pouvez simplement lever la main? Dites simplement: «Je suis prĂȘt.» Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est juste. En bas, je ne sais pas combien ils sont lĂ -bas. Faites simplement la promesse Ă  Dieu. DerriĂšre dans cette aile-ci, Ă  ma droite...»Je crois maintenant en JĂ©sus-Christ, et je suis prĂȘt pour le baptĂȘme chrĂ©tien.»
E-217 «Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ, pour le pardon de vos pĂ©chĂ©s.» Pourquoi? Pourquoi vous baptise-t-on au Nom de JĂ©sus-Christ? Pour le pardon, pardonner. «Aucun autre nom sous le ciel n’a Ă©tĂ© donnĂ© aux hommes.» Pour le pardon des pĂ©chĂ©s. «Et vous recevrez le Signe. Car la promesse est pour vous, et pour ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.»
E-218 Et si Dieu vous appelle, vous qui avez levĂ© la main, alors la promesse est pour vous. Soyez reconnaissant. Montez vous-mĂȘme ici pour vous identifier Ă  Christ, pendant que vous venez pour le baptĂȘme. Le ministre va vous rencontrer ici et se prĂ©parer pour le service de baptĂȘme, si vous dĂ©sirez que l’on vous baptise. Je pense qu’ils ont apprĂȘtĂ© des robes et tout maintenant mĂȘme au sous-sol pour le service de baptĂȘme, si vous le dĂ©sirez. Ne renvoyez pas cela Ă  demain. Faites-le maintenant. «Celui qui met la main Ă  la charrue, et qui se tourne pour regarder en arriĂšre, n’est pas digne de labourer.» [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Exhibez le Signe au travail; exhibez-Le partout. Oh! si vous ĂȘtes reconnaissant, levez la main et remerciez Dieu de ce que vous avez Ă©tĂ© identifiĂ© Ă  Christ. Que Dieu vous bĂ©nisse...?...
E-219 Maintenant, soeur qui ĂȘtes Ă  l’orgue: Ma foi regarde Ă  Toi. Soeur Anna Jean, si tu veux bien nous accompagner au piano, Ma foi regarde Ă  Toi, pendant que nous nous tenons–nous levons maintenant mĂȘme pour rendre tĂ©moignage Ă  Dieu. Que tout le monde chante maintenant ce vieil hymne de l’église pour le futur, afin que si nous partons d’ici, ce monde, avant le prochain Thanksgiving, le jour du Thanksgiving, que chaque jour de notre vie soit un Thanksgiving, pour montrer que la Parole vit toujours, que nous sommes identifiĂ©s Ă  Lui dans Sa mort, Son ensevelissement et Sa RĂ©surrection.
E-220 Et maintenant, vous qui ĂȘtes en bas, vous en haut au balcon, vous Ă  l’extĂ©rieur dans les couloirs, quelqu’un va venir vous chercher ici maintenant pour s’adresser Ă  vous pour le baptĂȘme d’eau, juste dans peu de temps.
E-221 Fermons maintenant les yeux, levons les mains, comme notre offrande de Thanksgiving Ă  Dieu, ceux qui sont en bas, au-dessus, et partout. TrĂšs bien.
Ma foi regarde Ă  Toi,
Toi Agneau du Calvaire,
Ô Sauveur divin;
Maintenant Ă©coute-moi pendant que je prie,
Ôte tous mes pĂ©chĂ©s,
Ne me laisse pas non plus... dĂšs ce jour ĂȘtre tout Ă  Toi!
Pendant que je marche dans le labyrinthe sombre de la vie (Sois une lumiĂšre),
Et que les chagrins autour de moi se multiplient (Exhibe ton Signe.),
Sois mon Guide (Oh!);
Ordonne que les ténÚbres se changent en jour,
Oh! ĂŽte toutes mes craintes,
Que je ne m’égare plus jamais loin de Toi.
E-222 [FrĂšre Branham se met Ă  fredonner Ma foi regarde Ă  Toi. Un message en langues est donnĂ© ainsi que son interprĂ©tation.–N.D.E.]
E-223 Soyez tout simplement trĂšs respectueux. Avec un tel appel, je sens que je devrais appeler ces candidats Ă  s’approcher ici devant cet autel. Votre foi regarde-t-elle Ă  cela? Vous souvenez-vous une fois quand la congrĂ©gation se tenait lĂ  et que l’Esprit est tombĂ© sur un homme et que ce dernier a prophĂ©tisĂ©? Le parler en langues avec son interprĂ©tation, c’est une prophĂ©tie. Je demande donc maintenant aux candidats de bien vouloir s’avancer, vous qui n’ĂȘtes pas sĂ»r d’avoir Ceci. Entendez-vous cet avertissement? Vous n’avez plus beaucoup de temps. Ce soir pourrait ĂȘtre votre derniĂšre opportunitĂ©, vous pourriez attrister Cela pour la derniĂšre fois.
E-224 Je vous prie de venir pendant que nous gardons la tĂȘte baissĂ©e. Et chantez encore, doucement Il y a une fontaine (Faites-le juste ici maintenant) remplie du Sang tirĂ© des veines d’Emmanuel. TrĂšs bien. Avec vos tĂȘtes baissĂ©es. Venez, les candidats. Je dĂ©sire... Que Dieu vous bĂ©nisse. Montez directement maintenant, au-dessus ou en bas, allez et mettez-vous ensemble et qu’on envoie maintenant un ministre lĂ -bas pour s’en charger. Avancez-vous maintenant. Vous qui venez, venez directement maintenant. Ne renvoyez plus cela Ă  plus tard. Ne laissez pas Satan dire: «Oh! Ă  un autre moment.» Faites-le maintenant mĂȘme. Maintenant mĂȘme, vite, agissez. Ayez votre bĂąton en main, bĂąton en main, vos reins ceints; la PĂąques vient.
... taches de culpabilité.
Perdent toutes les taches de leur culpabilité,
Perdent toutes les taches de leur...
E-225 Continuez simplement à venir, descendez carrément, contournez carrément ce...
Et–et les pĂ©cheurs plong-...
E-226 N’essayez pas; ne courez simplement pas le risque. Il fait trop tard pour courir le risque, mon ami. Si vous n’ĂȘtes pas sĂ»r, venez maintenant. Maintenant, c’est le moment.
Le voleur mourant s’est rĂ©joui de voir
Cette fontaine... (Oh! c’est un vĂ©ritable Thanksgiving.)... son jour;
E-227 Quelqu’un est reconnaissant que Dieu ait envoyĂ© Son Fils afin qu’Il puisse ĂȘtre identifiĂ© aux gens.
...vil comme moi,
Lavé tous mes péchés...
E-228 Que la dame descende l’allĂ©e. C’est juste. Venez carrĂ©ment, soeur.
Laver tous mes péchés...
Laver tous... (Oh! quel moment donc!)...
Oh! et là puis-je bien qu’aussi vil que lui,
Laver tous mes péchés...
E-229 Oh! la Fontaine est ici maintenant. Levons nos mains partout en guise d’actions de grñces à Dieu: actions de grñces.
E-230 Dieu notre PÚre, reçois nos actions de grùces ce soir. Reçois ces gens dans Ton Royaume, Seigneur. Nous Te remercions et Te louons au travers du Seigneur Jésus.
E-231 Que certains d’entre vous, frùres, descendent là parmi ces gens maintenant. Descendez directement parmi les gens.
E-232 Gloire à Dieu! Je suis reconnaissant ce soir pour le Saint-Esprit et pour les choses que nous savons qu’Il est en train de faire.
E-233 Vous qui ĂȘtes autour de l’autel maintenant, abandonnez-Lui carrĂ©ment vos vies. Que ceci soit le moment oĂč la Vie entre.
Perdent toutes les taches de leur culpabilité,

E-234 Soyez simplement reconnaissants au Seigneur maintenant, vous tous, tout simplement avec des actions de grĂąces. Il vous a promis le Saint-Esprit; soyez reconnaissants pour Cela. C’est ce qu’ils sont en train de faire, en remerciant et en bĂ©nissant Dieu pour la promesse. Croyez cela maintenant. FrĂšre Don, venez.

En haut