ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Encore Une Fois Seulement, Seigneur / 63-1201E / Shreveport, Louisiana, USA // SHP 1 heure et 21 minutes PDF

Encore Une Fois Seulement, Seigneur

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 [Seigneur, je crois.–N.D.E.] Inclinons maintenant la tĂȘte. Avec nos tĂȘtes et nos coeurs inclinĂ©s devant Dieu, Ă  la fin de cette grande convention, du jubilĂ© que nous avons eu ici autour de la Parole du Seigneur, je me demande ce soir si nos coeurs ne brĂ»lent pas pour quelque chose de la part de Dieu. Si c’est le cas, levons simplement les mains vers Lui pour dire, juste dire: «Voici ma requĂȘte, Seigneur. Tu sais.»
E-2 Notre PĂšre cĂ©leste, baisse maintenant Ton regard sur nos mains. Ces mains levĂ©es veulent dire que nous nous abandonnons complĂštement Ă  Toi. Tu connais ce dont nous avons besoin, PĂšre, et nous Te prions de pourvoir Ă  nos besoins. Parfois, nous avons plus de dĂ©sirs que de besoins. Mais, PĂšre, pourvois Ă  nos besoins; c’est ce que nous pouvons en effet demander avec foi. Tu as promis de le faire. Au Nom de JĂ©sus-Christ, je le demande. Amen. Amen. Asseyez-vous maintenant.
E-3 A frĂšre et soeur Moore, frĂšre Brown et les siens, frĂšre Lyle, frĂšre Boutliere, et tous ces braves frĂšres de cette Ă©glise-ci, les administrateurs, les diacres, qui qu’ils soient, je suis certainement reconnaissant pour cette opportunitĂ© et de bons moments que j’ai passĂ©s ici. Ces grands fondateurs qui sont venus ici il y a des annĂ©es, avec des bouts de papiers au bout de leurs souliers et qui ont consenti des efforts sans Ă©goĂŻsme, qui se sont consacrĂ©s pour construire ce lieu d’adoration ici, et ces gens
 Je pense que Shreveport doit beaucoup Ă  un homme comme Jack Moore et des gens comme ceux-ci. Ils se sont dĂ©pensĂ©s, par des efforts inlassables et sans Ă©goĂŻsme, pour Ă©riger un lieu oĂč la LumiĂšre de Dieu et la Vie de Dieu peuvent atteindre des hommes et des femmes en voyage, qui s’arrĂȘteront ici et se rĂ©jouiront des rĂ©unions. Puisse cela subsister longtemps jusqu’à la Venue du Seigneur JĂ©sus, jusqu’à ce qu’Il aura terminĂ© avec cela.
E-4 J’ai beaucoup apprĂ©ciĂ© les assemblĂ©es, la bonne rĂ©action que vous avez rĂ©servĂ©e au–au ministĂšre, aux messages. Et de grandes choses que Dieu a accomplies pour nous, c’est simplement illimitĂ©. Et jamais nous ne saurons ce que cela reprĂ©sentait avant de traverser de l’autre cĂŽtĂ©. En effet, la Semence a Ă©tĂ© plantĂ©e et Elle viendra Ă  la Vie dans les jours qui sont devant nous. Et beaucoup ont Ă©tĂ© guĂ©ris, ils n’en savent probablement rien en ce moment-ci; d’ici peu, vous dĂ©couvrirez que cela est fini. Et nous voyons cela tant de fois, ce n’est pas juste ce que vous voyez se produire; vous ne savez jamais ce qui va se produire, ce qui va arriver, comme les rĂ©sultats de cela. Et je crois qu’il–il n’y aura personne qui quittera cette rĂ©union Ă©tant faible, sans assez de foi pour savoir que l’oeuvre est accomplie, et qu’elle sera bien portante.
E-5 Pour ceux qui ont levĂ© les mains vers Christ, pour le baptĂȘme du Saint-Esprit et pour beaucoup de choses, et les–les oeuvres de grĂące que vous dĂ©sirez que Dieu continue Ă  accomplir avec vous, je crois bien que chacun de vous sera rempli du Saint-Esprit, tout le monde. N’oubliez pas mon message sur Le Signe. Vous devez vous y accrocher. Rappelez-vous, montrer le Signe.
E-6 Bon. Il nous faudra partir tout Ă  l’heure pour Arizona, Yuma et Phoenix. Et ensuite, nous retournerons ici par le sud. Je ne connais vraiment pas l’itinĂ©raire, ce qu’il est, avec exactitude. Mais nous serons ici, je pense (c’est encore plus au sud de la Louisiane), vers fĂ©vrier, quelque part ici en Louisiane et Ă  Dallas. Et lĂ , en GĂ©orgie, lĂ -bas, et puis, en Floride. Et puis, de lĂ , nous sommes censĂ©s aller en Europe jusque juin. Et puis, nous reviendrons ici, de juillet jusque mi-aoĂ»t. Et enfin, aller encore vers la partie basse de la terre, en AmĂ©rique du Sud
 pas en AmĂ©rique du Sud, en Afrique du Sud. Et le 2 septembre de l’annĂ©e prochaine, 1964, le Seigneur voulant, nous allons commencer à–à Durban, en Afrique du Sud, lĂ  oĂč nous avons vu trente mille personnes venir au Seigneur en une fois. FrĂšre Julius Stadsklev assis ici Ă©tait Ă  la rĂ©union cette fois-lĂ . Je pense que c’est vrai.
E-7 Et je pense que frĂšre Julius a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©, l’homme qui a Ă©crit le livre Un ProphĂšte visite l’Afrique du Sud. J’ai
 Soeur Stadsklev est sans doute ici quelque part. Je–je n’arrive pas Ă  la repĂ©rer
Oui, oui, je la vois maintenant, ainsi que les–les enfants. Je me souviens, il y a quelques annĂ©es, Ă  Minneapolis, ils Ă©taient de tous petits enfants; maintenant, je dois lever les yeux pour les regarder, il y a un grand garçon et une grande fille.
E-8 Il n’y a pas longtemps, soeur Stadsklev que voici avait vraiment remuĂ© mon coeur, une petite mĂšre, elle avait perdu son bĂ©bĂ©. Et le Seigneur a Ă©té  avait trouvĂ© bon de le reprendre. Elle m’avait tĂ©lĂ©phonĂ© et elle voulait
 Ils allaient me faire venir en Allemagne par avion. Et le mĂ©decin avait Ă©tĂ© assez gentil pour attendre, laissant le bĂ©bĂ© Ă©tendu lĂ . La petite enfant Ă©tait morte subitement, une douce enfant, une dodue petite fille. Soeur Stadsklev avait perdu sa mĂšre et elle Ă©tait bien abattue. Elle avait certainement investi le meilleur d’elle-mĂȘme dans cette enfant. Alors, elle a tĂ©lĂ©phonĂ© de loin, de l’Allemagne, et elle voulait que je prenne l’avion vers lĂ . Et j’ai dit: «Soeur Stadsklev »
E-9 Elle a confessĂ© sa foi, qu’elle croyait que le Seigneur JĂ©sus m’avait envoyĂ© pour une oeuvre dans les derniers jours, un tĂ©moignage bien loyal que personne ne pouvait donner, et elle a dit cela de tout son coeur. Elle avait vu le Seigneur Dieu accomplir ce genre de choses, ressusciter les morts aprĂšs qu’ils furent dĂ©clarĂ©s morts. Mais, vous voyez, vraiment vous, pour moi
 combien
 Quelle gloire ça aurait Ă©tĂ© pour Dieu, en Allemagne et tout! Si je pouvais le faire, moi-mĂȘme, je l’aurais fait. Mais, pour commencer, nous ne devons pas aller avant de savoir pourquoi nous y allons.
E-10 Je suis donc sorti prier. Et je pense qu’elle est restĂ©e au tĂ©lĂ©phone un bon bout de temps, la nuit. Le jour suivant, je suis revenu, il n’y avait rien. Meda, ma femme, m’a encore dit, elle a dit: «Soeur Stadsklev a appelĂ© deux fois. N’y a-t-il pas encore une Parole de la part du Seigneur?»
J’ai dit: «Rien.» Et j’ai dit 

E-11 Eh bien, je suis encore sorti prier. J’étais dans les bois cette nuit-lĂ . Alors, Ă©videmment, on a dĂ» prendre soin de la petite enfant. Et alors, juste Ă  mon retour, j’ai vu en vision le Seigneur JĂ©sus, debout devant moi. Et j’ai entendu Sa Voix dire: «Ne rĂ©prime pas cela. C’est la main du Seigneur.» J’ai alors compris que Dieu, pour une raison quelconque, avait repris son enfant dans la Gloire, et c’était certainement contraire Ă  la volontĂ© du Seigneur, pour moi, de dire quoi que ce soit de contraire Ă  cela.
E-12 Et alors, je me suis dit: «Eh bien, ce sera une grande dĂ©ception. Mais tout ce que j’ai fait, j’ai tenu compte de la volontĂ© du Seigneur. J’ai fait ce qu’Il m’a dit.»
E-13 Il n’y a pas longtemps, j’ai reçu une lettre d’un prĂ©dicateur de lĂ , et il reprenait les dĂ©clarations de beaucoup d’autres prĂ©dicateurs. Il disait: «Celui » Et il Ă©tait, je pense, peut-ĂȘtre qu’il Ă©tait un luthĂ©rien allemand. Je n’en suis pas sĂ»r. Mais il disait: «Il y a une chose que j’apprĂ©cie chez frĂšre Branham. Alors qu’il y avait toutes les agitations, il est restĂ© calme jusqu’à ce qu’il eĂ»t reçu une dĂ©cision nette et claire de Dieu; alors, il Ă©tait sĂ»r de ce qu’il faisait.»
E-14 Et c’est l’unique moyen pour vous de vous y prendre dans ce genre des choses, c’est d’abord d’entendre parler le Seigneur, quand Il parle. S’Il me disait ce soir d’aller Ă  ce cimetiĂšre-lĂ  ressusciter le prĂ©sident Kennedy, j’inviterais le monde entier Ă  venir voir cela s’accomplir, car j’aurais l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Voyez? Eh bien, comment puis-je cependant dire: «AINSI DIT LE SEIGNEUR» si le Seigneur ne l’a pas dit? Voyez? Voyez?
E-15 Souvent, les gens deviennent tout agitĂ©s, impressionnĂ©s et des choses semblables, ce qu’ils peuvent penser de meilleur. Ce n’est pas toujours vrai. Attendez qu’Il vous parle, alors vous en ĂȘtes sĂ»r, vous avez alors la chose exacte. Vous n’avez pas Ă  deviner lĂ -dessus. Il vous a effectivement parlĂ©; c’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. S’Il vous a donc parlĂ©, vous pouvez alors aller dire ce qu’Il a dit. Avant ça, vous pouvez aller et faire tout ce que vous pouvez, faire ce que vous pouvez, par vous-mĂȘme, mais vous ne pouvez pas ĂȘtre certain si Dieu ne l’a pas dit. Alors, vous ĂȘtes sĂ»r.
E-16 Sur la bande intitulĂ©e Messieurs, quelle heure est-il?... Beaucoup parmi vous ont cette bande, voyez. J’avais pu parler aux chapitres et ailleurs, disant: «C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR, je rencontrerai sept Anges. Et cela sera connu partout dans les pays, voyez. Et quelque chose est sur le point d’arriver, car Il me l’avait dit.» La chose Ă©tait lĂ , voyez, juste trois mois plus tard. Voyez? Et toutes ces autres choses, lorsque vous
 Si le Seigneur l’a dit, cela doit s’accomplir.
E-17 C’est ce qui me fait savoir que Sa Parole est parfaite. Peu importe ce que les gens En pensent, c’est la Parole de Dieu. [Frùre Branham tapote sur sa Bible.–N.D.E.] C’est vrai, c’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Voyez, c’est, et nous le savons, c’est vrai.
E-18 JĂ©sus vient. Quand? Je ne sais pas. Sous quelle forme et comment viendra t-Il? J’ai une idĂ©e, mais je–je ne sais pas. C’est Ă©crit Ici, Il a dit: «Et Moi, quand J’aurai Ă©tĂ© Ă©levé», Il attirera tous les hommes Ă  Lui et Il reviendra. Je sais qu’Il vient. Oh! Ça, c’est sĂ»r. Peu m’importe quand. Voyez? Si c’est ce soir, l’annĂ©e prochaine ou dans mille ans, Il vient quand mĂȘme! J’ai la Vie Eternelle. Je ne serai pas trĂšs avancĂ© en Ăąge, je serai simplement lĂ  Ă  Sa Venue. C’est tout. C’est
, voyez, peu m’importe quand, comment, de quelle maniĂšre Il s’y prend, je serai donc lĂ !
E-19 Il m’a promis que je serai lĂ , et Il m’a dĂ©jĂ  donnĂ© la Vie Eternelle, car Il a dit: «Celui qui reçoit Mes Paroles et qui croit en Celui qui M’a envoyĂ©, a la Vie Eternelle; et il ne vient point en jugement, mais il est passĂ© de la mort Ă  la Vie.» Ça me suffit bien. LĂ  mĂȘme, c’est mon Absolu. C’est mon Absolu. Il l’a promis. Il n’y a aucun moyen que cela faillisse. Ça ne peut simplement pas faillir, pas plus que Dieu ne peut faillir. Et il est impossible Ă  Dieu de faillir. C’est la seule chose que Dieu ne peut pas faire: faillir. Il ne peut pas faillir. N’en ĂȘtes-vous pas heureux? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Oh! la la!
E-20 Comme je commence Ă  voir des annĂ©es s’accumuler et–et je commence Ă  voir que tenir deux ou trois services par jour, cela commence Ă  me fatiguer un peu, alors qu’autrefois, cela ne me dĂ©rangeait pas! Mais alors, je me dis: «Eh bien, qu’est-ce que ça change?»
E-21 J’aimerais vous poser une question. Nous sommes en famille, j’aimerais donc le faire. Qu’arriverait-il si vous aviez quatre-vingts ans, ou quinze ans ce soir? Si vous aviez quatre-vingts ans, et que vous vous retrouviez en vie Ă  cette heure, demain soir, vous auriez survĂ©cu Ă  beaucoup, beaucoup de jeunes enfants de seize ans. Y avez-vous dĂ©jĂ  pensĂ©? AssurĂ©ment que vous auriez survĂ©cu. Vous ĂȘtes ici pour un but: servir Dieu. Ainsi, que change l’ñge pour vous? Servez simplement Dieu.
E-22 Si Dieu venait vers moi et qu’Il me disait: «J’aimerais que tu ailles sur la terre», et–et que j’étais lĂ -haut et qu’Il me disait: «Va sur la terre, Je vais t’accorder une connaissance de cent ans, mais J’aimerais que tu dĂ©limites tes–tes annĂ©es. Quelle tranche d’annĂ©es veux-tu prendre, la premiĂšre tranche de vingt-cinq ans, la deuxiĂšme tranche de vingt-cinq ans, la troisiĂšme tranche de vingt-cinq ans, ou la derniĂšre tranche de vingt-cinq ans?»
E-23 Que dirais-je? Eh bien, si je vais consacrer mon temps ici Ă  ĂȘtre, oh! un footballeur, un athlĂšte ou autre, je prĂ©fĂ©rerais prendre la premiĂšre tranche de vingt-cinq ans. Si je vais devenir un charpentier ici, ou une personne de ce genre, eh bien, je prĂ©fĂ©rerais prendre la deuxiĂšme tranche de vingt-cinq ans. Mais si je veux me consacrer Ă  servir le Seigneur, je choisirais la derniĂšre tranche de vingt-cinq ans; de soixante-quinze Ă  cent ans, car j’aurais accumulĂ© beaucoup de connaissance, j’aurais plus de connaissance lĂ -dessus. Voyez? Tant que je me tiendrai sur mes deux pieds et que je marcherai, qu’est-ce que mon Ăąge change? Je suis ici pour servir le Seigneur, et c’est ça. Amen. Ça me suffit bien. Il l’a promis.
E-24 Maintenant, j’aimerais remercier tout un chacun parmi vous pour votre gentillesse. Et j’espĂšre, le Seigneur voulant, que–que nous nous rencontrerons encore quelque part sur cette terre; si plus ici, nous nous rencontrerons de l’autre cĂŽtĂ©. Et que le Seigneur accorde Ses bĂ©nĂ©dictions. Et j’aimerais prier sur ces mouchoirs. AussitĂŽt que nous aurons abordĂ© le Message, nous ne savons pas exactement ce qui va arriver. Nous avons essayĂ© de consacrer quelques soirĂ©es au
 trois, environ trois soirĂ©es; cinq ou six, cinq soirĂ©es, je pense. Le Seigneur nous a confiĂ© une mission parmi les gens, celle d’appeler les gens Ă  sortir, afin que le Seigneur les guĂ©risse. Et puis, nous avons eu une soirĂ©e, hier soir, nous avons fait venir dans la ligne de priĂšre tout celui qui voulait qu’on prie pour lui, et nous avons priĂ© pour eux. Et j’espĂšre n’avoir failli nulle part Ă  essayer de faire tout mon possible, pour que nous soyons ce soir dans une condition spirituelle et physique meilleure que celle oĂč nous Ă©tions lorsque nous sommes venus ici il y a environ quatre ou cinq soirĂ©es. Si j’ai failli, que Dieu me pardonne, et que vous aussi, vous me pardonniez.
E-25 Maintenant, pour le message de clĂŽture, je vais essayer de l’apporter aussi vite que possible; en effet, je–je prĂȘche longtemps. Et j’ai annoncĂ© Ă  mon assemblĂ©e, et aux autres, qu’à partir du premier de cette annĂ©e, je vais essayer de (J’ai essayĂ© cela les trente-cinq derniĂšres annĂ©es, depuis que je suis dans le ministĂšre) de rĂ©duire de deux heures et tout Ă  trente minutes. Mais je suis trĂšs lent, je n’arrive pas Ă  dire en trente minutes, ce que je veux dire; c’est l’unique chose. Je suis du sud, vous savez, et ainsi, je–je le dois bien. Je n’arrive pas Ă  concevoir cela trĂšs vite. Il me faut attendre et voir. Je dois m’attendre Ă  Lui, pour mes mots. Ainsi, mais je–je
 tant que je peux m’attendre Ă  Lui, vous serez bien patient avec moi.
E-26 Maintenant, lisons un passage des Ecritures, car nous savons que Ceci ne passera pas. Et aprĂšs notre petite rĂ©union amicale et notre entretien, avant d’aborder cette partie trĂšs sacrĂ©e du service, apporter le Pain de Vie, prions encore.
E-27 Seigneur JĂ©sus, nous Te sommes maintenant reconnaissants. Nous nous tournons tous vers Toi pour Te remercier pour ces glorieuses journĂ©es et soirĂ©es de service, de communion autour de la Parole, et avec les gens. Nous sommes reconnaissants, Seigneur. Nos esprits ont Ă©tĂ© Ă©levĂ©s, et nous sommes trĂšs reconnaissants d’avoir pu nous asseoir dans les lieux cĂ©lestes avec Toi. Et maintenant, PĂšre, en cette glorieuse et derniĂšre soirĂ©e de la–de la fĂȘte d’amour, puisses-Tu Te tenir encore debout au milieu de nous, une fois de plus ce soir, et T’écrier: «Si quelqu’un a soif, qu’il vienne Ă  Moi.» Accorde-le, Seigneur. Nous savons que Tu le feras, car c’est ce que Tu fais. C’est Ta façon de T’y prendre, et Tu ne changes jamais cela. Et je Te prie, ĂŽ Dieu, de rompre le Pain de Vie pour nous. Que nous puissions recevoir cette Parole dans notre coeur, qu’Elle ouvre une source de bĂ©nĂ©dictions pour nous tous. BĂ©nis la lecture de la Parole, et aide-moi alors que j’essaie de rompre le Pain de Vie pour l’assemblĂ©e, pour tous les besoins qu’il y a. Au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-28 Prenons le–le Livre de Juges, les Juges d’IsraĂ«l. Et j’aimerais aller au chapitre 16 de Juges, lire une portion de–de la Parole. Juges, chapitre 16, et j’aimerais lire les versets 27 et 28.
La maison Ă©tait remplie d’hommes et de femmes; tous les princes des Philistins–des Philistins Ă©taient lĂ , et il y avait sur le toit environ trois mille personnes, hommes et femmes, qui regardaient Samson jouer.
Alors Samson invoqua l’Eternel, et dit: Seigneur Eternel! souviens-toi de moi, je te prie; î Dieu! donne-moi de la force seulement cette fois, et que d’un seul coup je tire vengeance des Philistins pour mes deux yeux!
E-29 Quel tableau pitoyable! Et de ce petit passage, je vais tirer un sujet intitulé: Encore une fois seulement, Seigneur. Encore une fois seulement!
E-30 Ça a dĂ» ĂȘtre une journĂ©e chaude. Ils avaient eu une grande fĂȘte. Et cela me fait mal, chaque fois que j’y pense, Ă  cause du caractĂšre de cette fĂȘte religieuse. Vous savez, une fĂȘte est une bonne chose, mais tout dĂ©pend du caractĂšre de la fĂȘte. Et celle-ci Ă©tait une fĂȘte dont je dĂ©teste certainement parler. C’était dans le pays des Philistins. Et ils cĂ©lĂ©braient (Ça me fait vraiment mal de le dire) la victoire sur les serviteurs de Dieu. Un serviteur de Dieu dĂ©sobĂ©issant avait jetĂ© l’opprobre sur le Nom de l’Eternel, il avait Ă©tĂ© vaincu; alors, ces Philistins cĂ©lĂ©braient le–le grand moment de victoire que leur dieu-poisson avait remportĂ©e sur le serviteur de JĂ©hovah.
E-31 N’est-ce pas lĂ  un sujet pour clĂŽturer une sĂ©rie de rĂ©unions? Mais je me suis senti conduit, alors que je regardais les cinq ou six cents sujets que j’avais lĂ , mes yeux sont tombĂ©s sur celui-ci, et je me suis dit: «Je pense que je vais juste parler un peu de cela ce soir.» Et peut-ĂȘtre que c’est ce que le Saint-Esprit veut que nous apprenions, quelque chose lĂ -dessus. Le
 au sujet

E-32 Par une chaude journĂ©e, je pense (et on consumait les sacrifices au feu autour de ce grand dieu-poisson), il y avait lĂ  trois mille Philistins qui regardaient en bas le couple alors qu’il entrait au grand stade. Celui-ci devait ĂȘtre en forme de champignon, tel qu’on l’avait construit. Je dirais, par exemple, quelque chose sous forme d’un–un champignon, ou un champignon vĂ©nĂ©neux renversĂ© comme ceci, soutenu par deux grands pilastres, ou–ou des colonnes, qui soutenaient le stade, alors qu’il reposait on dirait, plus sur cette forme-ci, peut-ĂȘtre, de sorte que les spectateurs dans ce grand stade voient en bas le divertissement qui se dĂ©roulait lĂ  en bas dans la salle principale.
E-33 Et les seigneurs de guerre trĂšs raffinĂ©s assistaient Ă  cette rencontre en compagnie de leurs belles femmes ornĂ©es de bijoux. Et soudain, ils se sont tous arrĂȘtĂ©s et se sont penchĂ©s en avant, comme l’évĂšnement principal Ă©tait sur le point de se dĂ©rouler. Parfois, nous avons ce que nous appelons les prĂ©liminaires, ils
 Et puis, l’introduction, le prĂ©lude Ă  le–à l’évĂšnement principal. Et ils avaient eu beaucoup de divertissements, comme ils le faisaient souvent, offrir des sacrifices, tuer et tout. Mais maintenant, le–l’évĂšnement principal Ă©tait sur le point de se dĂ©rouler, et tout ce groupe de grandes cĂ©lĂ©britĂ©s, de toutes les
 des rĂ©gions du pays des Philistins. Ils se sont levĂ©s parce qu’ils en avaient le privilĂšge. Ils Ă©taient assis lĂ  dans ce grand, ce que nous appellerions, en quelque sorte, un champignon. Et peut-ĂȘtre que les pauvres et les autres Ă©taient ici en bas, par–par terre. Mais eux Ă©taient assis lĂ  en haut oĂč ils pouvaient bien voir, et voir tout le divertissement. C’était une–c’était une tribune d’honneur. Ils Ă©taient trois mille! L’air dĂ©gageait l’odeur de la boisson, les festivitĂ©s des hommes ivres, toute la journĂ©e, buvant, bavant et faisant des histoires, comme peut bien l’ĂȘtre une querelle d’ivrognes. Alors, ils se sont tous levĂ©s, car l’évĂšnement–l’évĂšnement principal allait se dĂ©rouler, et ils se sont penchĂ©s. Ils tenaient Ă  bien voir. Ils ne pouvaient pas se permettre de rater cela, car c’était l’évĂšnement principal.
E-34 Que virent-ils? Un jeune homme conduisant un aveugle lĂ  au milieu de la salle, lors de la fĂȘte du dieu-poisson, Dagon. Le jeune homme conduisit cette masse de chair aveugle qui titubait, aveugle, vers le poteau, et la plaça Ă  cĂŽtĂ© du poteau, pour divertir.
E-35 Voici donc Samson, un homme qui autrefois Ă©tait un–un extraordinaire serviteur de Dieu, se tenir maintenant lĂ , humiliĂ©, aveugle, affaibli: une disgrĂące. C’est le tableau d’une–d’une gĂ©nĂ©ration dĂ©moralisĂ©e, engloutie. C’est le tableau de–d’une–d’une nation qui a perdu sa position en Dieu. C’est le tableau d’une Ă©glise qui a perdu sa position dans la Parole de Dieu. En effet, c’est ce que Samson reprĂ©sentait ici. HumiliĂ©, abattu, il Ă©tait dans un Ă©tat horrible alors qu’il Ă©tait assis lĂ , ou plutĂŽt qu’il se tenait lĂ , debout. Pouvez-vous donc vous le reprĂ©senter, debout lĂ , ce grand homme qui
 autrefois, ce qu’il pouvait faire? Et ici, il est lĂ  debout dans cet Ă©tat-lĂ , humiliĂ©, comme je l’ai dit, abattu; une image que j’aimerais faire voir ce soir. Cette image reprĂ©sente l’heure mĂȘme dans laquelle nous vivons prĂ©sentement, l’état prĂ©sent de l’église: abattue, en dehors de la Parole du Seigneur; humiliĂ©e, en dehors de sa position. Et la question surgit aujourd’hui: L’écriture est sur la muraille, qui peut la lire? Ils n’en savent rien.
E-36 ConsidĂ©rons et sondons les esprits de ces Philistins. Le nom mĂȘme de cet homme, Samson, autrefois, faisait trembler toute la nation, rien que de mentionner Samson, car Dieu Ă©tait avec lui. Et les nations tremblaient Ă  cause mĂȘme de son nom.
E-37 Il en Ă©tait ainsi autrefois du Nom de JĂ©sus-Christ, mais aujourd’hui, on s’En sert comme une parole de blasphĂšme, de plaisanterie. On ne semble plus avoir de la rĂ©vĂ©rence pour Cela, alors que ce Nom est au-dessus de tout nom qui ait jamais Ă©tĂ© nommĂ© par les langues des mortels. C’est le Nom qui est mĂȘme
Il est trĂšs Ă©levĂ©, au-dessus de tout nom dans le Ciel, de tout nom sur la terre, et toute la famille dans le Ciel et sur la terre porte ce Nom. Et, cependant, l’homme L’utilise comme parole de blasphĂšme, les membres d’églises L’utilisent dans des plaisanteries, et beaucoup de conducteurs religieux blasphĂšment contre Cela par leurs credos. C’est pourquoi nous sommes humiliĂ©s devant le communisme, le romanisme, le protestantisme et des choses qui s’élĂšvent sur la terre aujourd’hui. Et c’est pourquoi nous sommes humiliĂ©s. Nous devrions connaĂźtre ces rĂ©ponses. Dieu en a dans Son Livre, pour aujourd’hui, mais nous sommes allĂ©s aprĂšs autre chose, oubliant Cela.
E-38 Beaucoup de ces Philistins, alors qu’ils Ă©taient lĂ  debout, ces grands guerriers, sans doute
 Quelqu’un a annoncĂ©: «Le prochain Ă©vĂ©nement, c’est Samson.» Plusieurs de ces guerriers, avec leurs belles femmes lustrĂ©es et ornĂ©es de bijoux, ont regardĂ© par-dessus les rampes, se sont souvenus d’avoir vu Samson autrefois dans des situations diffĂ©rentes, lorsque l’Esprit du Seigneur Ă©tait sur lui; se tenir avec la mĂąchoire d’un mulet en mains tandis que mille Philistins gisaient tout autour de lui et d’autres fuyaient se rĂ©fugier quelque part au rocher.
E-39 Lorsqu’un homme avait ramassĂ© la mĂąchoire d’un mulet qui traĂźnait lĂ  au dĂ©sert, (Tout le monde sait qu’un seul coup avec cet os contre un rocher, ou quelque chose comme cela, la ferait s’envoler en Ă©clats)
 Et ces casques d’airain Ă©taient d’une Ă©paisseur, certains, d’un pouce [2,54 cm]; d’autres d’un pouce et demi [3,8 cm]. Et cet homme n’était pas un soldat. Il n’était pas un homme formĂ© à–à utiliser la lance. Et les Philistins Ă©taient en cottes de maille, les mailles entrelacĂ©es et chevauchant comme une persienne, avec un mĂ©tal qui les protĂ©geait contre les lances et autres, et aussi avec des casques, des boucliers et des lances. Ils avaient entourĂ© cet homme, Samson, se disant: «Le grand Ă©lite de l’armĂ©e serait capable de se saisir de cet homme.»
E-40 Il n’avait rien en main. Il a trouvĂ© une vieille mĂąchoire sĂšche de mulet, et il s’est mis Ă  frapper, Ă  droite, Ă  gauche, jusqu’à terrasser mille Philistins. Pourquoi? La Bible dit: «L’Esprit du Seigneur Ă©tait sur lui.»
E-41 Il était là, cette fois-ci, dans une autre situation. Il avait livré son secret. Et ils pouvaient bien se souvenir de lui.
E-42 Il y avait peut-ĂȘtre lĂ  un autre groupe qui pouvait se rappeler une nuit lorsque Delila l’avait sĂ©duit dans la–la ville de–de Gaza. Ils avaient fermĂ© leurs larges portails qui pesaient probablement une tonne, ou plus, la piĂšce, d’énormes portails de la ville, en airain, avec des barres de fer qui s’enfonçaient dans des rochers et c’étaient bien fixĂ©s avec des charniĂšres que nous ne pourrons pas avoir aujourd’hui. Et on a dit: «Les Philistins sont sur toi, Samson!» Et beaucoup de soldats se sont tenus au portail, bouche bĂ©e, quand il a pu rompre les cordes et descendre. Et ils se sont dispersĂ©s comme un tas de cafards la nuit, aussitĂŽt la lumiĂšre allumĂ©e. L’Esprit du Seigneur Ă©tant sur lui, il a tendu la main et a ouvert un battant, il a ouvert un autre, et il les a mis sur son Ă©paule, il a gravi la colline et s’y est assis. Ils pouvaient s’en souvenir. «Quel guerrier!» Beaucoup d’entre eux pouvaient se souvenir l’avoir vu remporter une grande victoire, «mais regardez-le maintenant!»
E-43 C’est ça le tableau de l’église. Je peux lire dans la Bible au sujet de l’église, quand elle Ă©tait, au dĂ©but, remplie du Saint-Esprit et que de grands signes et de grands prodiges accompagnaient ses rĂ©unions. Nous pouvons nous rappeler il y a quelques annĂ©es, quarante ou cinquante ans, lorsque l’église Ă©tait remplie de cette mĂȘme puissance. Mais regardez-la aujourd’hui, elle se tient lĂ , dĂ©possĂ©dĂ©e. Quelque chose l’a dĂ©possĂ©dĂ©e, la mĂȘme chose qui avait dĂ©possĂ©dĂ© Samson, tout ça pour avoir Ă©coutĂ© une femme qui l’avait trompĂ©. Et qu’est-ce qui a dĂ©possĂ©dĂ© l’église? C’est le fait d’avoir fait cas de la situation de cette femme organisĂ©e, cette vieille JĂ©zabel. La chose mĂȘme contre laquelle Samson avait Ă©tĂ© suscitĂ© pour la vaincre, l’avait vaincu. Et l’Eglise pentecĂŽtiste, ce soir, se retrouve sur la mĂȘme voie. La chose mĂȘme contre laquelle elle avait Ă©tĂ© suscitĂ©e, pour la vaincre, le dĂ©nominationalisme, elle y est rentrĂ©e de nouveau, en masse, et elle a perdu sa puissance. Exact. La puissance du Seigneur l’a quittĂ©e.
E-44 Nous devrions savoir que chaque fois, au cours de l’histoire, une Ă©glise s’organisait, Dieu la quittait Ă  l’instant mĂȘme. Elle tombait et ne se relevait jamais. Et la PentecĂŽte, c’est quelque chose qui est sorti de la dĂ©nomination, mais le problĂšme est que nous avons adoptĂ© une conduite faite de mains d’homme au lieu du Saint-Esprit.
E-45 Et c’est exactement ce que Samson avait fait. Pensez-y! Qu’est-ce qui doit avoir traversĂ© l’esprit de cet homme pendant qu’il se tenait lĂ ? Il doit avoir pensĂ© Ă  toutes les grandes victoires que Dieu lui avait accordĂ©es, les grandes oeuvres que Dieu avait accomplies par lui et pour lui; et comment, pendant qu’il Ă©tait avec Dieu, la puissance de Son Esprit, la joie et la paix qu’il avait pendant qu’il Ă©tait avec Dieu, et de Dieu et de Son peuple. Comment Samson Lui avait fait dĂ©faut! Eh bien, la nation mĂȘme contre laquelle Samson avait Ă©tĂ© suscitĂ©, pour la dĂ©truire, l’avait liĂ©.
E-46 Et la chose mĂȘme contre laquelle Dieu avait suscitĂ© la PentecĂŽte, pour la dĂ©truire, les a liĂ©s, les a dĂ©possĂ©dĂ©s de la communion, les a dĂ©possĂ©dĂ©s de la puissance, ils sont devenus des membres tiĂšdes, querelleurs et dans tous leurs Ă©tats. De bonnes choses, de grandes choses, tout, mais ça aurait Ă©tĂ© mieux pour eux–eux s’ils avaient encore le vieux tambourin de l’ArmĂ©e du Salut, ou la petite vieille guitare, lĂ  quelque part au coin. Je prĂ©fĂ©rerais avoir cela plutĂŽt que d’avoir nos cathĂ©drales que nous nous construisons avec de millions de dollars.
E-47 Mais il Ă©tait lĂ . Il avait Ă©chouĂ©. Maintenant, il Ă©tait devenu prisonnier de la nation mĂȘme pour laquelle Dieu l’avait suscitĂ©, pour dĂ©truire.
E-48 Ils lui faisaient faire des jeux pour les divertir. Et c’est tout ce qu’il y a aujourd’hui, une espùce de petit truc pour essayer de les divertir.
E-49 Il a laissĂ© une femme l’éloigner par ruse de la Parole promise de Dieu! C’est la mĂȘme chose que l’Eglise a faite, elle a laissĂ© une femme, JĂ©zabel, «la mĂšre des prostituĂ©es» reprĂ©sentĂ©e dans Apocalypse 17, la ramener par ruse aux choses vomies, d’oĂč elle Ă©tait sortie. Comme le dit la Bible: «Comme une truie va
 retourne Ă  son bourbier, et un chien Ă  ce qu’il avait vomi.»
E-50 Et tant que cette truie reste une truie, elle va
 sa nature demeure celle d’une truie, elle retournera droit dans le bourbier. Et vous, l’unique moyen pour vous de la garder hors du bourbier, c’est de changer sa nature.
E-51 C’est l’unique moyen pour vous d’obtenir donc autre chose de l’église aujourd’hui, c’est de changer absolument la nature. Au lieu qu’un systĂšme ecclĂ©siastique dirige les prĂ©dicateurs, il faudra le Saint-Esprit, par la Parole, pour les ramener Ă  cette disposition d’esprit oĂč on craint Dieu. C’est vrai. Si le chien vomit et que cela lui a donnĂ© les maux de ventre pour la premiĂšre fois, cela ne le rendra-t-il pas malade la seconde fois? Et si Dieu nous a appelĂ©s Ă  sortir d’un tel gĂąchis, parce que
 eh bien, cela ne fera-t-il pas encore la mĂȘme chose? Nous retournons donc droit Ă  cela, la mĂȘme chose. Cela ne devrait jamais se faire.
E-52 Ce systĂšme de JĂ©zabel, aujourd’hui spirituellement aveugle, je l’affirme, Ă  la Parole de Dieu, ils adhĂšrent bonnement au Conseil des Ă©glises. Tout, notre grand enseignement Ă©vangĂ©lique, il nous faut perdre cela pour devenir une organisation. En effet, toutes les organisations qui ne font pas partie de ce Conseil des Ă©glises... J’ai un journal qui en parle. MĂȘme si votre Ă©glise ne fait pas partie de ce Conseil des Ă©glises, au temps de trouble, ils pourront s’en servir pour y stocker les munitions ou tout ce qu’ils veulent. Et si on attrape un homme, qui n’est pas membre de ce Conseil des Ă©glises, en train de prier pour quelqu’un d’autre, on peut le fusiller pour avoir commis un crime contre la nation. C’est vrai. J’ai des journaux de Washington qui en parlent. Vous, ils vous contraindront Ă  y entrer. C’est pourquoi j’ai Ă©tĂ© contre ce systĂšme dĂ©nominationnel. C’est cela. J’ai dĂ» garder silence sur le fait que c’est cela la marque de la bĂȘte, mais il fait assez tard maintenant pour qu’on sache que c’est la vĂ©ritĂ©. Oui, oui. Voyez? C’est cela. C’est exactement cela.
E-53 Maintenant, qu’est-ce que cela a fait? Cela a dĂ©pouillĂ© l’église de sa puissance, il ne lui reste que le nom. Cela est bien reprĂ©sentĂ© dans Apocalypse 3, l’ñge de l’Eglise de LaodicĂ©e, qui a rejetĂ© Christ, et Il se retrouve dehors. Exact. Pourquoi? Elle a fait exactement comme sa mĂšre, elle est redevenue une dĂ©nomination. Les pentecĂŽtistes, nĂ©s hors de la dĂ©nomination, nĂ©s hors de cela et, aussitĂŽt qu’ils ont eu un groupe d’enfants issus d’une certaine Ă©cole, alors, il leur a fallu avoir des sĂ©minaires et autres, plutĂŽt que des chambres hautes. Et maintenant, pour beaucoup de grandes Ă©glises, un homme doit passer un test psychiatrique avant d’ĂȘtre admis comme missionnaire outre-mer. La premiĂšre Eglise n’avait pas Ă  faire passer un test, un test psychiatrique, mais ils devaient passer le test du Sang de JĂ©sus-Christ; c’est ce qui faisait la diffĂ©rence.
E-54 Remarquez, Samson avait livrĂ© son secret Ă  Delila. Elle l’avait finalement aimĂ©, elle le tapotait, lui disant qu’il Ă©tait un beau gars, qu’elle l’aimait beaucoup, jusqu’à ce qu’elle a dĂ©couvert oĂč rĂ©sidait son secret, alors elle l’a divulguĂ©.
E-55 C’est exactement ce que la vieille mĂšre JĂ©zabel a fait Ă  l’Eglise protestante, elle l’a tondue. Et maintenant, ils font des compromis sur de petites doctrines qu’ils disaient avoir, afin qu’ils aient l’unitĂ© dans le monde. Et le premier endroit oĂč l’église s’est fait couper la chevelure, c’était Ă  NicĂ©e, et elle va encore se la faire couper tant qu’elle est ici. C’est ça son secret Ă  elle, la Parole: «Si vous demeurez en Moi, et que Ma Parole demeure en vous, vous pouvez demander ce que vous voulez, et cela vous sera accordĂ©.» Voyez, c’est lĂ  qu’ils ont perdu leur secret. Maintenant, regardez-les, vaincus tout comme Samson. Des prĂ©dicateurs, au lieu de naĂźtre

E-56 Comme David duPlessis a dit une fois: «Dieu n’a pas de petits-enfants pentecĂŽtistes.»
E-57 Mais c’est ce que vous dites: «Ma mĂšre Ă©tait pentecĂŽtiste. Elle avait une expĂ©rience. Elle a fait ceci. Mon pĂšre a fait telle et telle chose.» Cela n’a rien Ă  voir avec vous. Il vous faut avoir la mĂȘme chose.
E-58 Aujourd’hui, nous avons des sĂ©minaires qui Ă©closent nos prĂ©dicateurs, et nous construisons des sĂ©minaires plus grands tout le temps. Et–et nous avons des Ă©tudiants en psychologie. Et c’est trĂšs bien si vous voulez enseigner la psychologie; nĂ©anmoins, je m’en fiche. Je veux juste connaĂźtre JĂ©sus-Christ, c’est tout, je–je
 Tout ce que je veux connaĂźtre, c’est Lui. Nous voyons donc que c’est ce que nous avons. Cela doit certainement accomplir la prophĂ©tie de 2 TimothĂ©e 3, oĂč ils deviendraient «tiĂšdes», vous savez, «emportĂ©s, enflĂ©s d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, dĂ©loyaux, intempĂ©rants, cruels et–et ennemis de gens de bien.»
E-59 Qu’est-ce que cela nous a fait? Cela a pratiquement donnĂ© Ă  nos femmes pentecĂŽtistes un sens du spectacle Ă  la Hollywood. C’est vrai. Autrefois, c’était mauvais d’aller au cinĂ©ma, Ă  la projection cinĂ©matographique. Mais aujourd’hui, vous savez, le diable les a simplement eus lĂ -dessus, il a placĂ© cela en plein dans la maison. Voyez? C’est vrai. Autrefois, c’était mal de faire cela. Autrefois, c’était mal pour nos soeurs de se couper les cheveux ou de porter des robes courtes. Mais aujourd’hui, ce n’est plus le cas, pas d’aprĂšs la conception pentecĂŽtiste, selon leur organisation. Mais c’est toujours mauvais, d’aprĂšs la Parole de Dieu! Mais, vous voyez, ils ont Ă©tĂ© dĂ©pouillĂ©s de leur–leur–leur–leur puissance. Oui, oui. Voyez? Et alors, ils disent: «Eh bien, notre Ă©glise croit » Peu m’importe ce que croit votre Ă©glise. C’est ce que Dieu a dit qui compte. C’est pourquoi elle se tient lĂ  aujourd’hui sans rĂ©ponse.
E-60 C’est exactement ça la position de Samson. Samson Ă©tait dans la mĂȘme situation. Il doit avoir pensĂ© Ă  ses erreurs alors qu’il se tenait lĂ . Je ne pense pas qu’un homme puisse se tenir, dans tout son bon sens, lĂ , sans pouvoir penser en toute conscience que lĂ  oĂč il est maintenant, il est devenu une–une–une pierre d’achoppement. Quelle situation! Un grand homme qui se tient lĂ ! Tout ce qu’il y avait d’homme en lui Ă©tait lĂ , ce que j’appelle les muscles, tout Ă©tait lĂ . Il avait toujours ses muscles. Il avait toujours ses gros muscles, ses biceps. Il avait de trĂšs gros poings. Il Ă©tait probablement aussi grand que jamais. Franchement, l’Eglise pentecĂŽtiste est de loin plus grande que jamais, mais oĂč est Dieu? C’est ça. Oui. Alors qu’il Ă©tait lĂ , se rappelant ses erreurs, il s’est rappelĂ© ce qui en a Ă©tĂ© la cause, au dĂ©part. La cause, au dĂ©part, n’était pas exactement ses yeux naturels qui Ă©taient crevĂ©s, mais c’était sa vue spirituelle qu’il avait perdue pour avoir laissĂ© Delila lui faire la cour.
E-61 Et ce qui fait obstacle Ă  l’église aujourd’hui; c’est que la perception spirituelle de la Parole de Dieu a Ă©tĂ© troquĂ©e contre un tas de credos. C’est ça l’oeil que le diable a. La premiĂšre chose qu’il peut faire, c’est vous crever les yeux, vous dire: «C’est une bande de saints exaltĂ©s», vous dire que c’est ceci, cela, ou autre; ou: «C’est un mouvement diabolique», ou: «C’est de la tĂ©lĂ©pathie mentale», ou quelque chose du genre. S’il peut vous crever les yeux, vous vous retrouverez dans les tĂ©nĂšbres.
E-62 Et remarquez la premiĂšre requĂȘte de Samson dans sa priĂšre: «Seigneur, que je puisse tirer vengeance de mes deux yeux!» Il savait que c’était lĂ  son problĂšme. Remarquez, ses tresses avaient poussĂ©, mais il Ă©tait aveugle. Il aurait eu Ă  tituber le reste de ses jours. Il Ă©tait aveugle.
E-63 Nous pouvons avoir toute la machinerie que nous avons toujours eue, avec beaucoup de membres, mais Ă  quoi cela sert-il si vous ĂȘtes aveugle Ă  la chose mĂȘme qui se passe devant vous et que vous ne pouvez pas voir cela? Qu’est-ce qui se passe ici mĂȘme, jour aprĂšs jour, avec les gens? Le Saint-Esprit se rĂ©vĂšle, et les gens ne voient pas Cela. C’est ĂȘtre aveugle, spirituellement aveugle!
E-64 Les gens se tenaient lĂ , regardant JĂ©sus accomplir des miracles et tout, montrer qu’Il Ă©tait le Messie, mais ils ne voyaient pas cela. Il a dit: «Ils ont des yeux, mais ils ne voient pas.» Ils Ă©taient aveugles.
E-65 Et Samson Ă©tait aveugle. Mais voici ce que Samson avait reconnu, ce que l’église n’a point encore reconnu, il a reconnu qu’il y avait une possibilitĂ© de revenir.
E-66 Si seulement l’église pouvait reconnaĂźtre cela, une possibilitĂ©, mais les gens d’aujourd’hui ne semblent pas encore saisir la vision. Ils ne semblent pas la saisir, qu’il y a une possibilitĂ©. Ça ne s’aperçoit pas. Vous pouvez crier un peu plus, taper un peu plus les mains ou danser un peu plus, ce n’est pas ça. Non. Il est question de retourner Ă  la Parole; il y a une possibilitĂ© d’Y revenir et de faire pĂ©nĂ©trer la Parole Ă  l’intĂ©rieur une fois de plus. Vous L’avez contournĂ©e, lĂ . Remarquez, ils Ă©taient assis lĂ , serrĂ©s, oh! certainement, en train de frapper les mains. Oui, oui. Mais, vous voyez, tout ça, c’est un bateau sans ancre.
E-67 J’ai vu des paĂŻens taper les mains, danser, parler en langues, faire toutes ces choses et interprĂ©ter cela; cependant, c’étaient des paĂŻens africains. AssurĂ©ment. Je les ai vus dĂ©poser un crayon par terre, un sorcier se tenait lĂ  et faisait que ce crayon se tienne debout et parcourre un espace lĂ ; il revenait et jouait Shave and a hair cut, two bits. [rasage et coiffure] dans une langue inconnue, et il Ă©crivait cela; puis, l’un d’eux se levait lĂ  et interprĂ©tait cela. Oh! la la!
E-68 Vous ne pouvez pas vous fonder sur cela. Beaucoup parmi eux parlent en langues et renient les principes mĂȘme de JĂ©sus-Christ. J’ai pris ma Bible, je L’ai tendue Ă  un homme qui Ă©tait lĂ , parlant en langues, et j’ai dit: «FrĂšre, c’est Ceci qui est exact.»
E-69 «Je ne veux mĂȘme pas voir Cela. Gloire Ă  Dieu! Je sais ce que JĂ©sus a dit, peu m’importe le reste de Cela. AllĂ©luia! Gloire Ă  Dieu», comme cela. Eh bien, un homme qui tourne le dos Ă  la VĂ©ritĂ© et qui, en rĂ©alitĂ©, fait du tapage comme cela pour ne pas voir la VĂ©ritĂ©, c’est de l’hypocrisie Ă  son comble. C’est que, s’il acceptait la VĂ©ritĂ©, il lui faudrait renoncer Ă  sa carte de membre. C’est pire que Samson. Remarquez, mais ils n’ont pas saisi Cela. Ils restent coincĂ©s.
E-70 Maintenant, oh! certainement, nous tenons de grands rassemblements, «des rĂ©unions», que nous appelons des rĂ©veils, Ă  l’échelle mondiale et tout, pleins de guirlandes, certainement, de choses grandioses, et une forte publicitĂ©: «L’homme qui a le Message de l’heure, et patati patata.» Nous avons tout cela, mais oĂč est Dieu? Cela, c’est ce que nous cherchons: oĂč est Dieu? Une trĂšs forte exhibition de l’érudition, un homme avec suffisamment d’instruction qui ne pourrait pas
 utilisant les termes que la moitiĂ© des gens n’arrivaient mĂȘme pas Ă  comprendre, ils ne comprenaient pas ce dont il parlait, et pourtant, il lui a Ă©tĂ© dĂ©cernĂ© un diplĂŽme Ă  titre honorifique, un diplĂŽme et un diplĂŽme et un diplĂŽme, au point qu’il peut tenir des confĂ©rences, agencer les mots, se tenir parfaitement droit et dire amen d’une maniĂšre parfaitement correcte, puis se retourner comme un militaire, en quittant l’estrade. Mais oĂč est Dieu?
E-71 Samson s’était une fois retrouvĂ© dans cette situation, lui-mĂȘme, et il connaissait la puissance de Dieu; mais il Ă©tait alors dĂ©pouillĂ© de ces privilĂšges. Il Ă©tait tout aussi gros qu’autrefois, mais Dieu n’était pas lĂ .
E-72 Nous en avons beaucoup aujourd’hui. C’est vraiment dommage que nous ayons cela, mais nous en avons. Eh bien, nous remarquons cela. Mais cela ne ramĂšne pas l’Esprit de Dieu. Eh bien, le problĂšme est que les gens ne veulent pas payer le prix pour revenir Ă  Cela. Je pense que Dieu demeure le mĂȘme qu’Il a toujours Ă©tĂ©. Mais le problĂšme est que les gens sont tellement emballĂ©s dans le monde, et le monde les a envahis, qu’ils ont juste assez de religion pour se rendre misĂ©rables. Ils n’en ont pas assez pour s’abandonner Ă  Dieu, Lui confier tout leur coeur, mais vous en avez assez pour dire: «Oui, je vais Ă  l’église. Certainement, j’apprĂ©cie de bons cantiques et des applaudissements. Oui, j’aime cela, vous voyez.»
E-73 Mais lorsqu’on en arrive Ă  mettre en pratique ce qu’on dit croire et ĂȘtre disposĂ© Ă  confesser le mal, ils ne le font pas. Ça n’y est tout simplement pas. Ils n’en ont pas. Or, il s’agit d’une vraie conviction. C’est ce dont nous avons besoin. C’est depuis longtemps que nous avons laissĂ© cela, depuis belle lurette, et que nous l’avons Ă©changĂ©. La priĂšre, la confession et la conviction, nous avons troquĂ© cela contre l’émotion, le tremblement, les secousses, les sautillements. C’est pourquoi il n’y a pas de prise de position ferme, c’est parce qu’il n’y a rien lĂ  pour les faire tenir ferme, jusqu’à ce que vous veniez sur la base de la Parole de Dieu, du regret selon Dieu, prĂȘt Ă  vous repentir, Ă  tout arranger, Ă  faire ce qui est juste, prĂȘt Ă  vivre correctement. Peu m’importe ce que disent les gens, ou n’importe quoi d’autre, vous vivez pour vous-mĂȘme, pour JĂ©sus-Christ et ce qu’Il a dit. Prenez alors une telle Ă©glise, qui revient, il y a une possibilitĂ© pour elle de revenir. Mais on n’est pas disposĂ© Ă  faire cela.
E-74 Samson a bien priĂ©: «Seigneur, que je meure avec ces Philistins.» Oh! la la! Voyez-vous le prix que cela va lui coĂ»ter? Et si Dieu exauçait sa priĂšre? «Que je meure.» Oh! J’aime ça!
E-75 Etait-ce Patrick Henry qui avait dit: «Donnez-moi la libertĂ© ou la mort»? C’est vrai.
E-76 TrĂšs bien, c’est ça, la libertĂ© ou la mort! Il est question de retourner Ă  Dieu, sinon–sinon mourir. Qu’allons-nous faire? Qu’imitons-nous? A quoi cherchons-nous Ă  jouer? Au christianisme? Si le Saint-Esprit est toujours le Saint-Esprit qui est descendu Ă  la PentecĂŽte, Il accomplit toujours les mĂȘmes oeuvres qu’Il avait accomplies Ă  l’époque. La mĂȘme puissance, le mĂȘme Esprit, Il agira de mĂȘme. Nous n’avons pas besoin d’un conseil des Ă©glises. Nous avons besoin de revoir la Bible en action. C’est exact.
E-77 Eh bien, nous voyons que Samson avait bien priĂ©: «Seigneur, que je meure avec l’ennemi», mourir Ă  l’ennemi qui l’avait ainsi liĂ©. S’il y a une priĂšre que les gens devaient offrir ce soir
 Et nous voyons ce qui Ă©tait Ă  la base de cela, c’est le fait de s’ĂȘtre Ă©loignĂ© de la Bible, pour s’attacher Ă  un credo. Donc, mourir avec la chose, en sortir! Mourir Ă  cela. Samson Ă©tait disposĂ© Ă  payer le prix pour rĂ©cupĂ©rer la puissance de Dieu. Il y a un prix Ă  payer pour Cela, mais, aujourd’hui, les gens ne semblent pas le faire.
E-78 Oh! Nous entendons parler du rĂ©veil, certainement. Oui, nous avons un rĂ©veil dĂ©nominationnel, faire entrer plus de membres, et des choses semblables. Mais considĂ©rez les moeurs, c’est en constante dĂ©gradation. ConsidĂ©rez combien on s’éloigne de plus en plus de Dieu, tout le temps, on s’éloigne de la Parole. Et maintenant qu’ils entrent dans le Conseil des Ă©glises, eh bien, ils ont acceptĂ© le plus grand assassin que le monde des Ă©glises ait eu. La Parole que Dieu leur avait laissĂ©e, ils Ă©vitent tout cela. Vous ne pouvez pas enseigner cette Bible; vous devez enseigner leur credo. C’est ça.
E-79 Samson connaissait une chose, et je me demande si l’église sait cela aujourd’hui. Il savait qu’il ne pouvait pas relever le dĂ©fi de l’heure dans son Ă©tat de rĂ©trograde. Et je sais aujourd’hui que l’église ne peut pas relever le dĂ©fi de cette heure dans son Ă©tat rĂ©trograde. Et ça va s’empirer. La Bible dit: «De mĂȘme que JannĂšs et JambrĂšs s’opposĂšrent Ă  MoĂŻse, de mĂȘme s’opposent ces hommes aux pensĂ©es perverties, en ce qui concerne la foi.» Ils peuvent imiter cela presque Ă  la lettre.
E-80 MoĂŻse est descendu sur l’ordre de Dieu, avec un bĂąton en main. Et Dieu a dit: «Accomplis tel signe devant eux. Et s’ils n’écoutent pas cela, alors accomplis tel autre signe devant eux. Et s’ils n’écoutent pas cela, alors, Je serai avec toi, Je m’occuperai du reste.»
E-81 Eh bien, MoĂŻse est descendu avec son premier signe. Et aussitĂŽt qu’il l’a accompli, il y eut des imitateurs partout, accomplissant le mĂȘme signe. Mais MoĂŻse ne s’est point agitĂ© lĂ -dessus. Il est simplement restĂ© tranquille, car il savait que c’est Dieu qui l’avait envoyĂ©. Nous verrons cela se rĂ©pĂ©ter encore dans les derniers jours, ne l’oubliez pas. Voyez?
E-82 Et notre actuel Ă©tat de rĂ©trograde ne relĂšvera pas le dĂ©fi de l’heure malgrĂ© toute la grande structure qu’il y a ici. Il y a dans le monde aujourd’hui plus de pentecĂŽtistes que jamais, Ă  ce que nous sachions, plus de croyants pentecĂŽtistes. C’est vrai.
E-83 Vous savez, The Sunday Visitor, un journal catholique, un journal dominical appelĂ© The Sunday Visitor, il y a de cela environ deux ans, je pense, avait fait un genre de dĂ©claration comme quoi l’église qui grandit plus vite dans le monde, ce sont les pentecĂŽtistes. Il disait: «L’annĂ©e passĂ©e, l’Eglise catholique comptait un million de conversions au catholicisme.» Mais il disait que le
 lĂ , c’est le catholicisme dans l’ensemble. Mais il disait: «L’Eglise pentecĂŽtiste seule, elle seule, comptait un million cinq cents mille.»
E-84 Donc, la mĂ©canique est bel et bien lĂ , mais nous n’avons pas la puissance que nous avions lorsque nous Ă©tions un petit nombre. Toute la grande masse de Samson Ă©tait lĂ , mais oĂč Ă©tait la puissance du Seigneur? Oui, le systĂšme dĂ©nominationnel ne confirme pas la Parole du Seigneur. C’est vrai. Maintenant, remarquez.
E-85 Je parlais Ă  un prĂȘtre de l’église SacrĂ© Coeur qui habite Ă  une avenue de chez moi.
E-86 Cela fait environ un mois depuis la parution de ce nouveau numĂ©ro: Un pasteur luthĂ©rien avait invitĂ© un prĂȘtre de l’Eglise Catholique, de l’église SacrĂ© Coeur, Ă  prĂȘcher pour lui Ă  sa chaire. Et le–le prĂȘtre catholique a invitĂ© le pasteur luthĂ©rien Ă  dire la messe pour lui. «Un Ă©change de chaire»; un long article dans le journal. Oui. Certainement. Oh! la la! Si quelqu’un peut voir cela et ne pas
 Si vous ne pouvez pas comprendre cela, eh bien, vous ĂȘtes–vous ĂȘtes–vous ĂȘtes certainement aveugle, quant aux Ecritures. Voyez? Oui.
E-87 J’ai parlĂ© Ă  ce prĂȘtre. Et il m’a dit, il a dit: «J’aimerais vous parler, monsieur Branham.»
J’ai dit: «D’accord.»
E-88 Et il a dit: «Avez-vous baptisé telle fille Frazier, du nom de Marie Elisabeth Frazier?»
J’ai dit: «Oui, oui, Je l’ai baptisĂ©e.»
Il a dit: «L’évĂȘque voudrait avoir une dĂ©claration signĂ©e de votre part Ă  ce sujet.»
J’ai dit: «Je comprends que–qu’elle est devenue catholique.»
E-89 Et il a dit: «Oui.» Il a dit: «Elle est rentrĂ©e dans l’église-mĂšre.»
E-90 Et j’ai dit: «Oui, oui» J’ai dit: «Sa mĂšre m’en a parlĂ©.»Il a dit: «Oui, sa mĂšre n’avait pas beaucoup apprĂ©ciĂ© cela.»
E-91 J’ai dit: «Oui, sa mĂšre m’a dit qu’elle prĂ©fĂ©rerait plutĂŽt marcher avec elle jusque dans la tombe.» Et j’ai dit: «Franchement, c’est ce qu’elle faisait.»
E-92 Et alors, il a dit–il a dit: «J’aimerais que vous signiez cette dĂ©claration.» Il a dit: «L’avez-vous baptisĂ©e? Comment l’avez-vous baptisĂ©e?»
J’ai dit: «Du baptĂȘme chrĂ©tien.»
E-93 Et il a dit: «Je veux savoir comment, monsieur? L’avez-vous aspergĂ©e? Avez-vous dĂ©versĂ© de l’eau sur elle? Ou l’avez-vous immergĂ©e?» J’ai dit: «Le baptĂȘme chrĂ©tien, c’est par immersion.»
E-94 «Oui, oui, a-t-il dit, trĂšs bien.» Il a dit: «Eh bien, vous, vous l’avez donc immergĂ©e au Nom du PĂšre, Fils et Saint-Esprit?»
E-95 J’ai dit: «Oui, oui, c’est-Ă -dire JĂ©sus-Christ, c’est ça le Nom du PĂšre, Fils et Saint-Esprit. C’est ainsi que je–je l’ai baptisĂ©e.»
E-96 Et il a dit: «Vous l’avez baptisĂ©e au Nom du PĂšre, Fils et Saint-Esprit?»
E-97 J’ai dit: «Oui, oui. Je n’avais point prononcĂ© ces paroles, lĂ . Je l’ai baptisĂ©e au Nom du PĂšre, Fils et Saint-Esprit, ce qui est ‘JĂ©sus-Christ.’»
E-98 Il a dit: «Oui, oui, je comprends», et il a notĂ© cela comme ça. Il a dit: «Vous savez, c’est ainsi que l’Eglise catholique primitive baptisait les gens.»
J’ai dit: «Oh! Est-ce vrai?»
Et il a dit: «Oui, c’est comme cela.»
J’ai dit: «Qu’est-il arrivĂ©? ‘Ils couraient certes bien.’»
E-99 Et il a dit: «Eh bien, a-t-il dit, vous voyez, a-t-il dit–a-t-il dit, vous croyez la Bible. Dieu est dans Son Ă©glise.»
E-100 J’ai dit: «Dieu est dans Sa Parole, monsieur, Sa Parole.» J’ai dit: «Avez-vous dit que Pierre Ă©tait le premier pape?»
Il a dit: «Oui.»
E-101 «Or, ai-je dit, puisque... si l’Eglise catholique doit donc dire toutes ses messes en–en latin et tout, afin que ça ne change pas, qu’avait donc dit le premier pape dans Actes 2.38, oĂč il est dit: ‘Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-christ pour le pardon de vos pĂ©chĂ©s’»?
Il a dit: «Si vous allez...»
J’ai dit: «Sur base de cette confession, et ainsi de suite», ai-je dit.
E-102 Il a dit: «Eh bien, JĂ©sus n’a-t-Il pas dit Ă  Ses disciples: ‘Ceux Ă  qui vous pardonnerez les pĂ©chĂ©s, ils leur seront pardonnĂ©s, et ceux Ă  qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus’»?
J’ai dit: «C’est ce qu’Il a dit.»
E-103 «Alors, qu’est-ce qui cloche lĂ ? Votre Bible mĂȘme vous le dit.»
E-104 J’ai dit: «Si donc vous pardonnez les pĂ©chĂ©s comme eux les avaient pardonnĂ©s, je serai d’accord avec vous. En effet, il a Ă©tĂ© demandĂ© Ă  Pierre, celui qui avait les clĂ©s: ‘Que devons-nous faire pour ĂȘtre sauvĂ©s?’ Il a rĂ©pondu: ‘Repentez-vous, que chacun de vous soit baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ pour le pardon de vos pĂ©chĂ©s.’ Alors, faites-le comme cela, et je serai d’accord avec vous.» Amen. C’est la Parole. C’est la façon de faire de Dieu. Il fut dĂ©sarmĂ© lĂ -dessus. C’est

Il a dit: «Eh bien, eh bien, je ne suis point venu discuter avec vous.»
E-105 J’ai dit: «Qui discutait?» Voyez? J’ai dit: «Je ne discutais point. Je ne discute pas. Je
 Vous m’avez juste posĂ© une question, et j’y ai rĂ©pondu au mieux de ma connaissance.»
E-106 J’ai dit: «Je vais vous en poser une.» J’ai dit: «Vous avez dit que le
 que Dieu Ă©tait avec l’église. Et maintenant, je vais vous accorder le bĂ©nĂ©fice de votre dĂ©claration: les premiers chrĂ©tiens, si vous voulez les appeler les catholiques, c’est trĂšs bien; Pierre, Jacques, Jean, Marc, Luc, et tous les autres, eux, oui.» J’ai dit: «Alors, le fait que vous obĂ©issez Ă  une instruction de la Bible, Ă©crite par ces apĂŽtres, eh bien, vous voulez dire qu’aujourd’hui vos diocĂšses sont actuellement de loin plus grandes qu’à l’époque, que vous avez plus de sagesse, et que vous savez comment prendre soin de
?»
«Oui, oui. C’est tout Ă  fait vrai.»
E-107 J’ai dit: «Alors, comment se fait-il qu’en suivant les commandements de JĂ©sus-Christ, eux ont ressuscitĂ© les morts, ils ont chassĂ© les dĂ©mons, ils ont accompli toutes sortes de signes et de prodiges, et qu’aujourd’hui, vous, vous ne le faites pas? Eh bien, qu’est-ce qui ne va pas?»
E-108 Si la condition de l’église a Ă©tĂ© meilleure dans l’ñge luthĂ©rien, ou dans l’ñge wesleyen, ou dans n’importe quel autre Ăąge, qu’elle ne l’avait Ă©tĂ© Ă  cette Ă©poque-lĂ , pourquoi n’ont-ils donc pas accompli les oeuvres que les autres avaient accomplies jadis? Voyez? Voyez? Certainement. Retournez Ă  la Parole!
E-109 Samson se tenait lĂ , dĂ©pouillĂ© de sa puissance. Mais, vous savez, il y avait quelque chose (j’aimerais me dĂ©pĂȘcher) que les Philistins n’avaient pas remarquĂ© pendant que Samson Ă©tait lĂ , rĂ©flĂ©chissant Ă  tout ça.
E-110 Je souhaiterais prendre les pentecĂŽtistes et les mettre quelque part dans un coin, les laisser rĂ©flĂ©chir comme cela un instant, juste penser Ă  ces choses raisonnables. OĂč sommes-nous maintenant avec une Ă©norme masse d’organisation, opposĂ©es toutes les unes aux autres? Les unitaires contre les binitaires, les binitaires contre les trinitaires, ainsi de suite, tous, c’est juste ainsi que ça se passe. Ça ne devrait pas ĂȘtre ainsi. Ça ne devrait pas ĂȘtre ainsi. Il nous faut revenir, nous rassembler et rĂ©gler cela sur base de l’AINSI DIT LE SEIGNEUR.
E-111 Qu’est-ce qui ne va pas avec les prophĂštes dans l’église? La Parole du Seigneur est censĂ©e venir aux prophĂštes. Et si un prophĂšte qui se dit prophĂšte renie cette VĂ©ritĂ© de la Bible, selon la Parole, il n’est pas un prophĂšte. Eh bien, nous sommes censĂ©s avoir ces dons pour nous mettre en ordre, nous garder en ordre. Mais lĂ , d’une maniĂšre ou d’une autre, nous nous en sommes tous Ă©loignĂ©s. Et ils se tiennent lĂ , acculĂ©s dans un coin.
E-112 Samson se tenait lĂ , debout dans un coin, rĂ©flĂ©chissant Ă  tout ce qui s’était passĂ©. Et ces Philistins Ă©taient lĂ -haut, avec leurs bras autour de ces femmes, regardant en bas, vomissant, ivres et cĂ©lĂ©brant la victoire sur le serviteur de JĂ©hovah. Oh! la la! Cela ne vous fait-il pas quelque chose de penser Ă  cela, la victoire sur le plan de JĂ©hovah? Oui, ils se tenaient lĂ  avec un dieu-poisson. Dagon Ă©tait le dieu-poisson. Et ils offraient un holocauste. Des vies humaines Ă©taient livrĂ©es, un petit enfant devait ĂȘtre immolĂ© en sacrifice, on lui perçait le coeur avec une Ă©pĂ©e, comme sacrifice. Et ils Ă©taient lĂ , cĂ©lĂ©brant avec faste la victoire sur JĂ©hovah.
E-113 Et l’église ce soir, comme une bande de Philistins, est en train de jubiler Ă  l’idĂ©e que d’ici peu le Conseil des Ă©glises fermera chaque Ă©glise qui ne lui appartient pas. Samson, ne te coupe jamais les cheveux! Reste fidĂšle Ă  cette Parole. Advienne que pourra, reste fidĂšle Ă  cette Parole. Ne te mĂȘle pas Ă  cela.
E-114 Samson s’est mis Ă  penser: «Je me demande s’il y a une possibilitĂ©.» Eh bien, il s’est dit: «Je sais que ma chevelure a poussĂ©, mais je suis aveugle. Il y a peut-ĂȘtre une possibilitĂ© d’avoir un autre rĂ©veil. Il y a une possibilitĂ©.»
E-115 Il a dit au jeune homme: «Place mes mains sur la colonne. Sont-ce là les colonnes sur lesquelles repose tout le bùtiment?»
«Oui.»
«Et tu dis que tous les rois et les célébrités sont là en haut?»
«Oui.»
E-116 «Je suis fatiguĂ©. Tu as eu à
 tu m’as fait faire beaucoup de trucs et autres! Veux-tu juste placer mes mains sur la colonne?»
E-117 Alors, il a placĂ© ses mains sur la colonne, et il s’est tenu entre les colonnes, peut-ĂȘtre comme ceci. Et il s’est tenu lĂ  avec les mains contre les colonnes. Les Philistins festoyaient et se tapaient de bons moments, ils avaient oubliĂ© de veiller sur lui. Oh! la la!
E-118 Mais lui s’est mis Ă  penser: «Dieu reste toujours Dieu. Je sais qu’Il l’est. Je L’ai expĂ©rimentĂ©. Je L’ai mis Ă  l’épreuve. Je sais qu’Il reste toujours Dieu. C’est moi qui suis en erreur. C’est moi qui ai pĂ©chĂ©.» Les autres n’ont pas remarquĂ© les larmes qui coulaient de ces orbites sans vue et lui tombaient sur le menton. Ils n’ont pas vu bouger ses lĂšvres: «Seigneur, j’ai mal agi. Que je meure avec les Philistins.»
E-119 Il voulait que la Parole de Dieu soit manifestĂ©e devant cette JĂ©zabel plus qu’il ne tenait Ă  sa propre vie. Oh! si l’église pouvait encore Ă©prouver pareil dĂ©sir! Oui. Il ne priait pas pour un nouvel ordre, une nouvelle dĂ©nomination, mais pour que la Parole de Dieu soit de nouveau connue; la promesse qu’il avait autrefois, qu’elle lui revienne. Il savait ce qui arriverait si sa priĂšre Ă©tait exaucĂ©e, mais il Ă©tait prĂȘt et trĂšs sĂ©rieux. Oh! si seulement l’église pouvait en arriver lĂ ! Puis, il a criĂ©!
E-120 Il priait doucement: «C’est possible, Seigneur. C’est possible. Je me tiens ici, j’ai encore toute ma grande carrure. Je suis ici, ma chevelure a poussĂ©. Mais je ne vois plus comment les battre, mes yeux Ă©tant devenus aveugles. Je ne vois pas oĂč je vais. Mais c’est possible; que–que Tu permettes encore cela, Seigneur, pour montrer Ta puissance.»
Il a crié: «Encore une fois, Seigneur! Encore une fois seulement!»
E-121 Oh! si seulement l’église pouvait ainsi crier: «Encore une fois, Seigneur, fais-nous voir Ta puissance.»
E-122 «Encore une fois!» Et alors qu’il criait, demandant Ă  Dieu, je peux voir ces muscles commencer Ă  gonfler, chaque fibre de son corps commencer Ă  se tortiller. Le Saint-Esprit venait donc sur lui. Il a encore tendu les mains, avec la puissance du Saint-Esprit sur lui, le bĂątiment s’est Ă©croulĂ©. La Bible dit: «Ceux qu’il fit pĂ©rir en ce jour-lĂ  Ă©taient plus nombreux que ceux qu’il avait tuĂ©s tout le reste de ses jours.» Il avait alors accompli la commission que Dieu lui avait donnĂ©e. «Encore une fois!»
E-123 Ça a toujours Ă©tĂ© ainsi chaque fois que la puissance de Dieu vient, de grandes structures des ismes tombent. La plus grande victoire de Samson sur ses ennemis, c’était Ă  la fin de sa vie.
E-124 Maintenant, permettez-moi de dire ceci, juste pour terminer. PentecĂŽtistes, pouvons-nous nous tenir Ă  la colonne de ces grandes organisations? Pouvons-nous nous tenir Ă  la colonne de Hollywood et de toutes ces autres choses qui nous sĂ©parent de l’amour de Dieu qui est en Christ? Pouvons-nous nous tenir lĂ , nous repentir et crier encore Ă  haute voix: «Seigneur, fais de nous encore une fois des pentecĂŽtistes? Encore une fois, Seigneur, encore une fois, fais de nous des pentecĂŽtistes! Manifeste encore une fois Ta puissance en nous, Seigneur! Encore une fois seulement»?
E-125 Ecoutez: DĂ©truisez votre ennemi avant qu’il vous dĂ©truise. Il le fera. Ramenez des rĂ©unions Ă  l’ancienne mode et autres. Et, oh! laissez Delila tranquille, laissez le monde tranquille, cette chose qui vous courtise, vous entraĂźnant dans des choses insignifiantes que vous ne devriez pas faire. Et quand il y a des choses insignifiantes, des problĂšmes dans l’église, vous ne voulez pas supporter la correction, parce que vous n’y ĂȘtes pas obligĂ©; vous pouvez aller dans une autre Ă©glise, et des choses semblables. Dans les temps anciens, lorsqu’un homme ne s’accordait pas avec la Parole de Dieu, on le faisait sortir, mort.
E-126 «RamĂšne-nous Ă  la PentecĂŽte!» Pas au spectacle Ă  la Hollywood, mais Ă  un retour de tout coeur Ă  Dieu, c’est ce dont nous avons besoin. «Encore une fois, ĂŽ Seigneur, encore une fois!»
E-127 Si je pouvais voir cela arriver, si mes vieux yeux qui s’affaiblissent pouvaient encore regarder et voir cette Ă©glise oublier ses divergences! Si je pouvais voir ce systĂšme dĂ©nominationnel s’écrouler et ĂȘtre renvoyĂ© en plein sur le conseil en disant: «Nous ne voulons rien avoir Ă  faire avec! Nous ne perdrons pas nos droits d’aĂźnesse.» Si je pouvais voir les trinitaires, les unitaires, eux tous, se rĂ©unir et dire: «FrĂšres, retournons lĂ  oĂč nous L’avons abandonnĂ©. Retournons lĂ  oĂč nous avons commencĂ© Ă  nous quereller, retournons au sujet du baptĂȘme d’eau, retournons et suivons la voie de la Bible sur ça», et alors, crions: «Encore une fois, Seigneur, encore une fois!» Et ĂŽtez tout ce spectacle
 et beaucoup de ces gens Ă  l’estrade, ils ne connaissent pas plus au sujet de Dieu qu’un lapin au sujet des raquettes de neige; et ces femmes, en habits si serrĂ©s que leur chair est exposĂ©e, parcourent l’estrade, frappant les mains, sautillant çà et lĂ  comme cela, on dirait un tas de show, ou l’une ou l’autre chose du genre.
E-128 Ô Dieu, ramĂšne-nous au Saint-Esprit, Ă  la puissance et Ă  la manifestation de la Parole! «Encore une fois, Seigneur, encore une fois!» Croyez-vous cela? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] «Seigneur Dieu, encore une fois, fais-moi voir, encore une fois, la PrĂ©sence de JĂ©sus-Christ parcourant l’église; fais-moi voir Sa puissance et Sa promesse rendues manifestes devant nous. Encore une fois, Seigneur, encore une fois! Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux, aide-nous!»
E-129 Voyez-vous ce que ces autres choses nous amĂšnent? Cela tue le
 mĂȘme, cela chasse la nature de Christ de l’assemblĂ©e, de–de l’église, des gens. Nous devrions ĂȘtre si soudĂ©s ensemble que rien ne nous sĂ©parerait de cette Parole et de l’amour que nous avons les uns pour les autres.
E-130 JĂ©sus-Christ est ici. Il est notre PĂšre. Il est notre MĂšre. Il est mon GuĂ©risseur. Il est mon Roi. Il est mon Dieu. Il est ma Vie. Il est ma Joie. Il est ma Paix. Tout ce qui existe, Il l’est pour moi. Il est mon Tout en tout. Il est ici maintenant.
E-131 Il veut ramener l’église Ă  cet endroit-lĂ . Je me demande si nous pouvons crier: «Encore une fois, Seigneur» et laisser les–les larmes de repentance couler de nos orbites aveugles. Je ne m’adresse pas tellement Ă  cette Ă©glise-ci. Ceci est enregistrĂ© sur bande, vous voyez; d’ici, ça ira partout dans le monde. Que les–que les nĂŽtres reviennent encore Ă  cela, qu’on en arrive encore Ă  tenir des rĂ©unions du genre de celles que nous tenions autrefois.
E-132 MĂȘme en ne considĂ©rant que les dix ou quinze derniĂšres annĂ©es, voyez comment ça s’est dĂ©gradĂ© depuis lors, voyez comment ça s’est dĂ©gradĂ©, dĂ©gradĂ©, dĂ©gradĂ©. On en est arrivĂ© Ă  Ă©prouver pratiquement la honte. Un frĂšre Ă©tait pratiquement embarrassĂ© de parler de la guĂ©rison divine, tellement on y a jetĂ© de l’opprobre; parler du Saint-Esprit, alors qu’on y a jetĂ© tant d’opprobre! C’est vrai. La faute n’incombe pas Ă  Dieu, elle incombe Ă  un Samson qui a abandonnĂ© les principes de la Parole de Dieu, Y a substituĂ© autre chose et a laissĂ© l’organisation le tondre, lui faire la cour.
E-133 Je vous dis, mon frĂšre, ma soeur, si jamais je ne vous revoyais plus de ce cĂŽtĂ©-ci de–de la barre du grand Jugement de Dieu, «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.» Sa Parole, pour moi, c’est la Vie. Il est ici maintenant. Croyez-vous cela? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Je sais qu’Il est ici.
E-134 Et tout ce qu’il vous faut faire pour savoir qu’Il est ici, c’est vous mettre hors du chemin. Voyez? Tant que vous ĂȘtes sur le chemin, Dieu ne peut alors rien faire pour vous. Lorsque vous vous servez de vos pensĂ©es, alors ce n’est plus possible pour les pensĂ©es de Dieu. Mais si vous cessez d’utiliser vos pensĂ©es, et que vous utilisez Ses pensĂ©es
 «Mes pensĂ©es ne sont pas vos pensĂ©es», a-t-Il dit. «Et que ce qui est digne de louange et ce qui est vertueux soit l’objet de vos pensĂ©es.» Pas ce qu’une Ă©glise va dire Ă  ce sujet, mais ce que Dieu a dit Ă  ce sujet.
E-135 Comme cette petite dame qui est couchĂ©e ici, tremblotant, sur ce petit lit. Cette femme restera couchĂ©e comme cela toute sa vie si elle ne rĂšgle pas bien sa foi sur JĂ©sus-Christ. Et advienne que pourra, si cela lui est rĂ©vĂ©lĂ©, alors, rien n’empĂȘchera la guĂ©rison. C’est vrai. Mais lorsque vous prenez vos
 Cela dĂ©pend de ce Ă  quoi vous pensez.
E-136 Si seulement vous croyez et que vous avez la foi, Dieu peut tout faire pour vous. Et la plus grande chose qu’Il peut faire pour vous, ce soir, c’est ramener votre Ăąme dans la PrĂ©sence de Son Être au travers d’un nettoyage. Retourner droit lĂ  oĂč chaque personne ici

E-137 Pensez-y donc, qu’arriverait-il si le Saint-Esprit avait chaque personne ici prĂ©sente sous Son plein contrĂŽle? Pensez Ă  ce qui arriverait ce soir! Pensez Ă  ce qui arriverait Ă  Shreveport demain soir vers cette heure-ci! Il y aurait de gros titres partout: «Un groupe de gens a attrapĂ© la folie. Ils ont guĂ©ri des malades et ont ressuscitĂ© des morts. Ils accomplissent toutes sortes de choses Ă  Shreveport, Louisiane, Etats-Unis, USA.» On en parlerait Ă  la tĂ©lĂ©vision, de ce qu’on serait en train de faire, si le Saint-Esprit prenait un plein contrĂŽle.
E-138 Pourquoi ne le fait-Il pas? Il le veut bien. Il est disposé à le faire. Il attend. «Eh bien, direz-vous, je Lui ai demandé beaucoup de choses, je déteste simplement Lui en demander trop.» Demandez beaucoup afin que votre joie soit parfaite!
E-139 Pouvez-vous vous imaginer un petit poisson, de la longueur d’un demi–pouce [1,27 cm], en plein milieu de l’ocĂ©an Pacifique, dire: «Je ferais mieux de boire avec parcimonie cette eau, je pourrais l’épuiser un jour»? Pouvez-vous vous imaginer une petite souris, grosse comme ça, dans les grands greniers d’Egypte, se dire: «Je m’allouerai un grain par jour, car je pourrais ĂȘtre Ă  court avant la prochaine rĂ©colte»? Oh! la la! Or, divisez cela par cent milliards, et c’est Ă  ce point-lĂ  qu’il vous est facile d’épuiser les misĂ©ricordes, la grĂące et la puissance de Dieu pour vous; si seulement vous croyez cela, vous pouvez simplement quitter
 Eh bien, je suis dĂ©solĂ©, je
 c’est
 vous ne pouvez pas L’épuiser.
E-140 Il est la Fontaine inĂ©puisable de la Vie Eternelle, ici ce soir, pour rendre manifeste toute promesse divine de Sa Bible, pour quiconque La croira. Amen. Oui, oui. Tout ce que vous faites, c’est boire. Venez Ă  la Fontaine et buvez. Buvez jusqu’à ce que vous soyez satisfait. Vous ne pouvez pas L’épuiser. Non, non. Il est absolument l’InĂ©puisable et vous pouvez sans cesse boire, boire et boire. Vous pouvez boire votre guĂ©rison. Vous pouvez boire votre salut. Venez simplement et buvez. «Que celui qui a soif vienne et boive.» Amen. Je–je–je–je sais qu’Il est ici, et je sais qu’Il fera abondamment au-delĂ  de toute mesure, si seulement nous le Lui permettons.
E-141 Je viens de voir quelque chose arriver. Et je–je n’aimerais pas commencer l’un de ces genres de services, vous voyez, avec des visions, car je–je parle d’autre chose. Voyez, je parle du fait pour vous de venir, pas pour la guĂ©rison du corps, mais venir pour–pour
 AussitĂŽt qu’ils se mettent Ă  faire cela, eh bien, c’est juste
 Voyez, aussitĂŽt que j’ai commencĂ© Ă  me dĂ©tendre donc, Ă  me mettre Ă  l’écart, la chose suivante, vous savez, les gens ont saisi, vous savez, vous sentez cela venir.
E-142 Tenez, je peux vous dire: Cet homme assis lĂ  derriĂšre, avec le fils de son neveu, a mal Ă  la hanche. S’il croit, Dieu le guĂ©rira et le rĂ©tablira. Croyez-vous qu’Il le guĂ©rira et le rĂ©tablira? [Le frĂšre dit: «Amen.»–N.D.E.] Si vous le croyez, eh bien, alors, Dieu le fera. Voyez? Tout Ă  fait. Amen.
E-143 Voici un homme assis ici mĂȘme, regardant droit vers moi. Il prie pour sa famille. Il n’est en fait pas d’ici. Il vient de la Caroline du Sud. Monsieur Dixson. Mais si seulement il croit de tout son coeur, Dieu lui accordera cette bĂ©nĂ©diction. Croyez-vous cela, monsieur? Je lui suis totalement inconnu. Je ne l’ai jamais vu de ma vie. Amen. Je ne l’ai jamais vu de ma vie.
E-144 Mais voyez-vous ce que je veux dire? Qu’est-ce? «Comment cela opĂšre-t-il, FrĂšre Branham?» Lorsque frĂšre Branham arrive Ă  se mettre hors du chemin! Oui, oui. Lorsque j’arrive Ă  me mettre hors du chemin, alors JĂ©sus-Christ entre.
E-145 A propos, juste au-delĂ  de cet homme, il y a un autre homme enflammĂ©, et il vient aussi de la Caroline du Sud. C’est vrai. Je vois Cela suspendu juste au-dessus de lui. C’est tout Ă  fait vrai. Il prie pour un frĂšre alcoolique. C’est tout fait vrai. Ecoutez. Vous ĂȘtes frĂšre Holmes. Croyez-vous que Dieu
 Est-ce lĂ  votre nom? Dieu fait
 Dieu vous accordera cela. Voyez-vous ce que je veux dire? «Encore une fois, Seigneur, encore une fois!»
E-146 Levons-nous, nous tous. Criez, pentecĂŽtistes, levez les mains: «Encore une fois, Seigneur! Encore une fois, Seigneur! Encore une fois!» AllĂ©luia! Je ne sais quoi faire, mais Cela est ici. Crions d’un commun accord: «Encore une fois, Seigneur!» Criez-le Ă  haute voix: «Encore une fois, Seigneur! Encore une fois, Seigneur! Encore une fois, Seigneur, envoie Ta puissance, envoie Tes bĂ©nĂ©dictions. Envoie le Saint-Esprit sur nous comme un vent impĂ©tueux et remplis de nouveau chaque Ăąme ici prĂ©sente.» Gloire Ă  Dieu! Croyez cela de tout votre coeur. «Encore une fois, Seigneur, encore une fois!» AllĂ©luia!
E-147 Ivre de l’Esprit! Si seulement le Saint-Esprit peut se dĂ©verser en vous, vous enivrer au point d’oublier votre nom, d’oublier tous vos doutes; vous enivrer de l’Esprit au point d’oublier vos doutes (Amen!), alors, vous pouvez arriver quelque part avec Dieu. Alors, le cri «Encore une fois» montera avec sincĂ©ritĂ© et, puis, un autre: AllĂ©luia! Ils sont remplis du Saint-Esprit, ces gens ivres de l’Esprit. La justice, la saintetĂ© et la puissance de Dieu vous rendent tellement ivre que vous oubliez qui vous ĂȘtes. Vous n’ĂȘtes rien, pour commencer. Rappelez-vous, Dieu veut entrer en vous. «Encore une fois, Seigneur, encore une fois! Encore une fois, Seigneur, encore une fois!»
E-148 Oh! pentecĂŽtistes, pentecĂŽtistes, sauvez-vous! Il ne reste qu’un peu de temps. Il est plus tard que vous ne le pensez. MĂȘme si je ne prononce pas une autre parole du haut de cette chaire, souvenez-vous-en, sauvez-vous! Il est plus tard que vous ne le pensez. Je sens le Saint-Esprit sur moi dire: «Dis-le encore.» Sauvez-vous! Il est plus tard que vous ne le pensez.
E-149 Encore une fois, Seigneur, encore une fois, remplis Life Tabernacle de la Vie Eternelle, chaque membre ici prĂ©sent, et que la gloire du Seigneur tombe sur cette assemblĂ©e, Seigneur JĂ©sus. AllĂ©luia! AllĂ©luia! Je crois, ĂŽ Dieu. Encore une fois, Seigneur, encore une fois, que l’homme oublie ce qu’il est. Que l’homme oublie son incrĂ©dulitĂ©, que nous puissions crier: «Encore une fois, Seigneur, encore une fois!»L’aimez-vous? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.]
E-150 Ô Dieu, PĂšre cĂ©leste, donne-nous un rĂ©veil dans nos Ăąmes, Seigneur. Nous voyons les–les–les lampes fumer, le Feu sur l’autel est en train de s’éteindre. Ô Seigneur Dieu, baisse le regard sur une nation maudite par le pĂ©chĂ©, mais, Seigneur, n’oublie pas Ton peuple. Ces gens-ci ont fourni des efforts pendant des annĂ©es, Seigneur, pour Te construire ce petit environnement. Life Tabernacle a Ă©tĂ© construit, Seigneur, pour servir de station pour le salut des Ăąmes, pour un rĂ©veil. Ô Dieu, dĂ©verse encore une fois Ta sainte puissance dedans. RelĂšve chaque membre, ĂŽte chaque divergence. Envoie une pluie du Saint Feu de Dieu et Ă©claire nos Ăąmes, Seigneur, par la PrĂ©sence de JĂ©sus-Christ. Que les gens ne soient pas enfoncĂ©s dans l’incrĂ©dulitĂ©, au point de ne pas voir que Tu es ici avec nous, que Tu es la Parole, et que Tu discernes les pensĂ©es du coeur, alors que la Bible nous a Ă©tĂ© tant prouvĂ©e, Ă  maintes reprises. Seigneur Dieu, rends-nous conscients de ce que l’Esprit de Dieu est au milieu de nous. Accorde-le, PĂšre. Je Te confie cela, ainsi que moi-mĂȘme. Amen.
E-151 FrĂšre, soeur, je ne connais pas, dans ma Bible, autre chose que Dieu ait promis de faire avant l’EnlĂšvement de l’Eglise. Je n’en connais pas. Vous pensez Ă  la marque de la bĂȘte qui arrive; je vous l’ai dit, c’est
 ils l’ont dĂ©jĂ  reçue. Voyez? Ce qui reste, c’est l’EnlĂšvement de l’Eglise. Il peut avoir lieu n’importe quand, sans interrompre aucune Ecriture dans la Bible, au mieux de ma connaissance lĂ -dessus. Dieu sait que c’est vrai. Oui, oui. Le temps est proche. Il est plus tard que nous le pensons.
E-152 Fermons simplement les yeux et chantons Je L’aime. Peut-ĂȘtre que si nous L’adorons et Le louons, peut-ĂȘtre qu’Il accomplira quelque chose. J’ai priĂ© toute cette semaine pour voir une effusion dans ce tabernacle. J’avais priĂ© avant de venir ici. J’ai demandĂ© aux gens de prier pour ça. Oh! Il y a–il y a des priĂšres qui montent pour ça. J’essaie de croire de tout mon coeur. RĂ©veillons-nous, trĂšs vite. Adorons-Le simplement et louons-Le, alors que nous chantons cela maintenant avec nos yeux fermĂ©s et nos mains levĂ©es vers Dieu.
Je L’aime, Je L’aime
Parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.
E-153 Maintenant, pendant que nous chantons le prochain vers, serrez la main Ă  quelqu’un Ă  cĂŽtĂ© de vous, votre frĂšre chrĂ©tien, dites: «Que Dieu vous bĂ©nisse», maintenant, pendant que nous chantons cela.
Je L’aime, Je

(Si vous vous aimez les uns les autres, vous ne pouvez pas manquer d’aimer Dieu.)
Parce qu’Il
 le premier

 salut
Sur
 Calvai-

E-154 Maintenant, disons: «AllĂ©luia!» [FrĂšre Branham et l’assemblĂ©e disent ensemble: «AllĂ©luia!»–N.D.E.] Disons-le encore: «AllĂ©luia!» Encore: «AllĂ©luia! Gloire Ă  notre Dieu!»
Je L’aime, je L’aime
Parce que

FrĂšre Don, ĂȘtes-vous prĂȘt?

En haut