ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Le Patriarche Abraham / 64-0207 / Bakersfield, California, USA // SHP 1 heure et 5 minutes PDF

Le Patriarche Abraham

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 ...encore dans le Livre de la GenĂšse, le chapitre 22, Ă  partir du verset 15. Et nous comptons parler juste quelques instants, et ensuite commencer le service. GenĂšse 22, Ă  partir du verset 15:
L’ange de l’Eternel appela une seconde fois Abraham des cieux, et dit: Je le jure par moi-mĂȘme, parole de l’Eternel! parce que tu as fait cela, et que tu n’as pas refusĂ© ton fils, ton unique, je te bĂ©nirai et je multiplierai ta postĂ©ritĂ©, comme les Ă©toiles du ciel et comme le sable qui est sur le bord de la mer; et ta postĂ©ritĂ© possĂ©dera la porte de ses ennemis.
Toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité, parce que tu as obéi à ma voix.
E-2 Quelle promesse Ă  cause de l’obĂ©issance! L’obĂ©issance, c’est ce que Dieu exige. Il a Ă©tĂ© dit une fois: «L’obĂ©issance vaut mieux que les sacrifices.» ObĂ©ir au Seigneur vaut mieux que n’importe quel sacrifice que vous pourriez offrir.
E-3 Nous sommes en prĂ©sence d’un grand sujet ce soir: Le Patriarche Abraham. Il Ă©tait appelĂ© le pĂšre de la foi, parce que Dieu lui fit la promesse qu’il hĂ©riterait la terre, et sa postĂ©ritĂ©... Et c’est au travers d’Abraham que nous, Ă©tant morts en Christ, devenons la postĂ©ritĂ© d’Abraham, et nous sommes hĂ©ritiers avec lui selon la promesse.
E-4 Eh bien, Abraham Ă©tait juste un homme ordinaire, il n’était pas quelqu’un de spĂ©cial. Dieu ne l’avait jamais appelĂ©, d’aprĂšs tous les rĂ©cits disponibles, jusqu’à ce qu’il eut soixante-quinze ans. Sa femme, qui Ă©tait sa demi-soeur, avait alors soixante-cinq ans; ils avaient probablement vĂ©cu ensemble depuis leur jeune Ăąge, et elle Ă©tait stĂ©rile, elle n’avait pas d’enfants. Dieu a exigĂ© une sĂ©paration totale: se sĂ©parer du reste du monde, de tout son peuple et de tous ses parents. Il devait accomplir quelque chose de spĂ©cial.
E-5 Et lorsque Dieu s’attend Ă  ce que vous fassiez quelque chose de spĂ©cial, Il exige une sĂ©paration totale de tout doute. Vous devez en arriver Ă  une obĂ©issance totale, pour obĂ©ir Ă  ce qu’Il dit. Dieu exige cela. Vous ne pouvez le faire autrement. Et ce... Il donne toujours un exemple, et c’était l’exemple de la sĂ©paration totale:la sĂ©paration d’avec toute sa famille, d’avec tous ses parents, et autres, pour mener une vie sĂ©parĂ©e et consacrĂ©e Ă  Dieu.
E-6 Les annĂ©es passĂšrent; rien n’arrivait; mais toutefois Abraham tenait bon. Il n’était pas dĂ©couragĂ©. Il ne douta point, par incrĂ©dulitĂ©, au sujet de la promesse de Dieu, mais il fut fortifiĂ©, donnant gloire Ă  Dieu.
E-7 Chaque annĂ©e qui s’écoulait, nul doute que beaucoup de critiqueurs venaient lui dire: «Abraham, pĂšre des nations, combien d’enfants as-tu maintenant?» Cela ne le fit pas douter. Pas d’enfants, et Sara avait dĂ©passĂ© la pĂ©riode de la vie oĂč l’on met au monde des enfants; naturellement, elle avait atteint la mĂ©nopause depuis trĂšs longtemps, mais toutefois, Abraham croyait Dieu, malgrĂ© tout. Il fit des prĂ©paratifs pour le bĂ©bĂ© parce qu’il savait et Ă©tait pleinement persuadĂ© que Dieu ne pouvait pas faire une promesse qu’Il n’était pas assez grand pour tenir.
E-8 Sa postĂ©ritĂ© devrait penser la mĂȘme chose. Peu importe combien cela paraĂźt invraisemblable, inhabituel Ă  la pensĂ©e charnelle, cependant Dieu ne peut faire une promesse qu’Il n’est pas assez grand pour accomplir. Nous croyons la mĂȘme chose aujourd’hui. Chaque vĂ©ritable semence d’Abraham croit la mĂȘme chose. Peu importe dans quelle circonstance il se trouve, le degrĂ© de connaissance que nous avons accumulĂ©e, combien de choses se sont produites, combien cela paraĂźt illogique Ă  la pensĂ©e charnelle ou, plutĂŽt, combien ça paraĂźt insensĂ© Ă  la pensĂ©e charnelle, cela ne change rien. Si Dieu l’a dit, c’est ça. Et la semence d’Abraham est Ă©tablie sur l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Cela rĂšgle la question.
E-9 Nous dĂ©couvrons que vingt-cinq ans aprĂšs, il n’avait pas d’enfants. Mais nĂ©anmoins, Dieu Ă©tait fidĂšle pour tenir Sa promesse Ă  Abraham, car Abraham croyait Dieu. Le petit garçon vint sur la scĂšne, le petit Isaac.
E-10 Puis, aprĂšs que le petit Isaac fut venu sur la scĂšne, nous voyons donc que Dieu donna Ă  Abraham un double test. Il dit: «Cet enfant...» AprĂšs qu’Abraham eut alors atteint cent quinze ou cent vingt ans, il Ă©tait... Dieu dit: «Maintenant, Je veux que tu prennes ceci, ton unique fils, que tu l’emmĂšnes lĂ  Ă  la montagne que Je t’indiquerai, et que lĂ , tu l’offres en sacrifice, sur cette montagne.» En d’autres termes, dĂ©truire toute preuve qu’il avait, montrant que la promesse allait ĂȘtre accomplie. C’est ĂŽter tout ce qui est du naturel.
E-11 Et Abraham a dit: «Je l’ai reçu comment venant des morts, et je suis pleinement persuadĂ© qu’Il est capable de le ressusciter des morts.»
E-12 Ça, maintenant ce sont les gens, la semence d’Abraham; en effet, Il nous a ressuscitĂ©s des morts. Nous Ă©tions morts dans le pĂ©chĂ© et nos offenses, et celui qui est capable de changer mon esprit, de changer mes pensĂ©es, changer ma nature, me changer complĂštement, Il peut faire ce qui Lui plaĂźt. Tout ce qu’Il dit, je crois que c’est la vĂ©ritĂ©, et chaque semence d’Abraham croit la mĂȘme chose.
E-13 Abraham n’a pas dĂ©sobĂ©i Ă  Dieu; il prit le petit garçon et ce matin-lĂ  il dit aux serviteurs: «Attendez ici avec les mules, moi et le garçon, nous irons lĂ -bas pour adorer, et lui et moi nous reviendrons.» Oh! comment va-t-il revenir avec lui alors qu’il va au sommet de la montagne pour ĂŽter la vie de son propre fils? Cependant il dit: «L’enfant, le jeune homme et moi, nous reviendrons.» Il savait que quelque chose devait se produire; il ignorait simplement comment Dieu allait le faire. Cela n’était pas son problĂšme. Il savait que Dieu l’avait promis.
E-14 C’est tout ce que nous voulons savoir: Dieu l’a promis. Comment cela va-t-il se faire? Je ne saurais vous le dire, mais Dieu l’a dit ainsi. Il enverra JĂ©sus-Christ pour la seconde fois. Il viendra dans une forme physique. Il rĂ©clamera les Siens. Il y aura un rĂšgne du MillĂ©nium, de mille ans sur cette terre avec Lui, avec les rachetĂ©s. C’est ce qu’Il a promis, et nous attendons que cette heure approche.
E-15 Il a promis de guĂ©rir les malades, de ressusciter les morts, de chasser les dĂ©mons. Il avait promis de le faire. Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Comment? Je ne sais pas. Il a promis de le faire; nous le croyons. Cela rĂšgle la question.
E-16 Lorsqu’un homme croit Dieu, il croit tout ce que Dieu dit. Et c’est de cette maniĂšre qu’Abraham croyait Dieu. Eh bien, il lui Ă©tait demandĂ© de dĂ©truire toute preuve montrant que Sa promesse serait accomplie, mais il Ă©tait persuadĂ© que Dieu Ă©tait capable de le faire.
E-17 Eh bien, non seulement Il a donnĂ© cette glorieuse promesse [Ă  Abraham], Il l’a aussi donnĂ©e Ă  sa postĂ©ritĂ©. Et puisqu’Abraham a Ă©tĂ© fidĂšle et a gardĂ© la–la Parole de la promesse que Dieu lui avait faite, sachant que Dieu pouvait ressusciter cet enfant, il n’épargna pas son propre fils. Et Dieu... C’était un type de Dieu donnant Son Fils, bien sĂ»r, alors qu’il portait le bois sur la montagne et ainsi de suite comme Christ, plus tard, a portĂ© Son propre billot de sacrifice Ă  la colline oĂč Il fut crucifiĂ©.
E-18 Nous nous rendons compte que lĂ -dessus, en faisant ceci, cela plut beaucoup Ă  Dieu de voir qu’Abraham L’aimait au-dessus de toute chose terrestre, mĂȘme au-dessus de son unique fils. Il L’aimait par-dessus ce que m’importe qui pouvait dire ou faire. Il aimait toujours Dieu, suffisamment pour croire Sa Parole.
E-19 Toute la postĂ©ritĂ© d’Abraham croit Dieu comme cela. Ils croient Dieu. Et nous savons que cela plut tellement Ă  Dieu qu’Il a dit ceci: «Ta postĂ©ritĂ© possĂ©dera les portes de ses ennemis. Ta postĂ©ritĂ© possĂ©dera les portes de ses ennemis.» Souvenez-vous, c’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. La postĂ©ritĂ© d’Abraham croit cela. Si vous ĂȘtes la vĂ©ritable postĂ©ritĂ© d’Abraham, la foi qu’Abraham avait en Dieu est en vous. Et vous croyez que ce que Dieu a dit... Dieu tient Sa promesse.
E-20 Et Il a dit... Maintenant souvenez-vous, Il n’a fait cette promesse Ă  Abraham qu’aprĂšs qu’Il lui eut donnĂ© un test. La postĂ©ritĂ© d’Abraham doit premiĂšrement ĂȘtre testĂ©e afin de voir s’ils croient rĂ©ellement la Parole. Souvenez-vous, le seul moyen pour qu’il puisse garder la promesse de Dieu... parce qu’il croyait la promesse de Dieu et fut testĂ©, afin de voir s’il croyait cela ou non.
E-21 Nous sommes amenĂ©s Ă  ce test. La postĂ©ritĂ© d’Abraham aujourd’hui est amenĂ©e Ă  ce test. Allons-nous prendre la Parole de Dieu, ou allons-nous prendre ce que l’homme a dit Ă  ce sujet? Allons-nous prendre ce qu’une certaine organisation a inventĂ© comme credo et accepter cela, ou prendrons-nous ce que Dieu a dit? Si la Parole de Dieu est vraie, croyons la Parole de Dieu sans tenir compte de tout le reste. Nous considĂ©rons la parole de tout homme comme un mensonge, et Celle de Dieu comme la vĂ©ritĂ©, la vĂ©ritable postĂ©ritĂ© d’Abraham. Mais avant que vous deveniez cette vĂ©ritable postĂ©ritĂ©, vous devez passer par le test, comme Abraham lui-mĂȘme. Il n’a pas seulement fait la promesse Ă  Abraham, mais sa postĂ©ritĂ© devrait possĂ©der les portes de ses ennemis. Oh! la la!
E-22 Pensez-y simplement, le patriarche Ă©tait pleinement persuadĂ©, devant ce–devant son test concernant la promesse de la Parole de Dieu, que celle-ci Ă©tait vraie; malgrĂ© les circonstances, il croyait toujours que la Parole de Dieu Ă©tait vraie. Le... Abraham, le grand patriarche, ne faiblit jamais dans la foi lorsqu’il Ă©tait amenĂ© Ă  ce moment de test. Il croyait que Dieu Ă©tait capable de ressusciter l’enfant des morts. Il le croyait parce que c’est Dieu qui avait fait cette promesse. Et lorsque Dieu lui fit la promesse qu’il allait ĂȘtre le pĂšre des nations, et qu’il crut que c’était vrai... Il ignorait comment cela allait se passer. Lorsque le bĂ©bĂ© vint, aprĂšs qu’il eut cru pendant vingt-cinq ans, et qu’il lui fut demandĂ© de tuer l’enfant, il savait toujours que la promesse de Dieu Ă©tait vraie, et il offrit son fils. C’est pareil pour sa postĂ©ritĂ©.
E-23 La promesse de Dieu est un sceau pour ceux qui sont la postĂ©ritĂ© d’Abraham. La promesse est un sceau, un tĂ©moignage confirmĂ©. Et lorsque nous croyons chaque Parole promise, alors nous recevons le sceau comme confirmation de la promesse. Voyez-vous, si nous–si nous sommes la postĂ©ritĂ© d’Abraham, nous passons par le test pour qu’on voit si nous allons croire la Bible ou non. La Bible est la Parole de Dieu, parce qu’Elle est Dieu. Et puis, aprĂšs ĂȘtre passĂ© par le test pour croire...
E-24 Quand certaines personnes disent que les jours des miracles sont passĂ©s, si vous acceptez cela, c’est contraire Ă  la Parole.
E-25 Si vous dites qu’aujourd’hui on ne reçoit pas le Saint-Esprit, que cela n’existe pas, que seuls les douze apîtres L’ont reçu...
E-26 La Parole dit que Pierre, en prĂȘchant cela le jour de la PentecĂŽte, a dit: «Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ, pour le pardon de vos pĂ©chĂ©s, et vous recevrez le don du Saint-Esprit, car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.»
E-27 C’est trĂšs exactement ce que ça veut dire. C’est... Maintenant, si vous ĂȘtes prĂȘts Ă  passer le test, le test dĂ©cisif de Dieu, et suivre cette prescription, je vous assure, vous allez dĂ©couvrir que Dieu tient Sa Parole, si vous La croyez. C’est vrai. Mais vous devez passer par cela, parce que c’est le Sceau. Si vous pouvez recevoir cela, alors vous recevrez la promesse. En effet, c’est la prescription de Dieu, la maniĂšre dont nous devons nous y prendre, et c’est la maniĂšre dont nous devons suivre cela, juste ce qu’Il a dit. Eh bien, cela ne s’adresse pas juste Ă  quelques individus, mais Ă  quiconque, quiconque croit, quiconque se repent, quiconque croit. C’est pour toutes les gĂ©nĂ©rations, tous les peuples, Ă  quiconque veut croire cela. Et la foi dans la Parole de Dieu vous amĂšne Ă  cette promesse. Ce n’est qu’alors que vous pourrez avoir le pouvoir d’entrer en possession du sceau de la promesse.
E-28 Et la promesse que nous recevons, le Sceau, c’est le baptĂȘme du Saint-Esprit. C’est vrai, car c’est Dieu sous la forme de l’Esprit. Lorsque vous ĂȘtes... Sa Parole [en vous], alors Il entre. Si vous recevez la Parole en vous. Le Saint-Esprit est la seule chose qui puisse La vivifier. Et vous avez donc la promesse de possĂ©der la porte de chaque ennemi qui essaie de vous attaquer. Dieu l’a promis, et il en est ainsi.
E-29 Maintenant, souvenez-vous, vous ne pouvez y parvenir qu’aprĂšs, seulement aprĂšs que vous avez Ă©tĂ© testĂ© par la Parole.
E-30 Abraham fut testé par la Parole. «Crois-tu, Abraham, que tu auras un fils?»
«Oui.»
E-31 Le fils est venu. «Maintenant tue-le. Crois-tu toujours cela, Abraham?»
E-32 «Je crois encore cela, car Tu es capable de le ressusciter des morts.»
E-33 Et aprÚs cela, Il a dit: «Maintenant ta postérité possédera la porte de ses ennemis.» (Amen.) AprÚs que le test était venu.
E-34 Examinons quelques personnages dans la postĂ©ritĂ© d’Abraham, dans sa postĂ©ritĂ© naturelle; en fait, nous aujourd’hui, nous sommes la postĂ©ritĂ© spirituelle. Mais cherchons Ă  trouver dans la postĂ©ritĂ© naturelle, certains d’entre eux qui ont cru Ă  toute la promesse de Dieu et qui n’ont point doutĂ©... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
E-35 J’ai dit: «A propos, pourquoi une chrĂ©tienne chercherait-elle Ă  faire voir son jupon?» Je ne peux comprendre cela.
E-36 Vous ĂȘtes nĂ©e de nouveau de Dieu. Vous avez la beautĂ© du Saint-Esprit Ă  montrer, afin que ce que vous ĂȘtes... Vous ĂȘtes... Vous avez une vertu que ces jupes scandales n’ont pas. C’est vrai. Une vraie fille de Dieu qui se tient dehors avec la vertu, il se pourrait qu’on se moque de vous et qu’on vous traite de dĂ©modĂ©e; mais vous possĂ©dez quelque chose qu’elles ne peuvent toucher, et qu’elles ont dĂ©jĂ  perdu, et qu’elles ne peuvent plus jamais retrouver. C’est vrai. Vous avez la vertu. C’est ce que Dieu recherche, la vertu. Voyez?
E-37 Mais, premiĂšrement, s’il y a une question dans votre esprit, ne faites pas du tout la chose. N’entrez pas dans la ligne de priĂšre s’il y a une question dans votre esprit. Ne venez pas Ă  moins que vous croyiez absolument et fermement cela, et qu’il n’y ait aucun doute du tout dans votre esprit, mais en croyant que vous allez ĂȘtre guĂ©ri. Alors vous quitterez cette estrade Ă©tant bien portant, c’est vrai, s’il n’y a aucune question du tout dans votre esprit. Vous devez croire Dieu, non pas faire semblant de croire, croyez rĂ©ellement.
E-38 Et la postĂ©ritĂ© d’Abraham croit cela parce que la Parole l’a dit. Et c’est pour cette raison que nous le croyons, non pas parce que quelqu’un a critiquĂ©, parce que quelqu’un d’autre l’a dit. Parce que Dieu l’a dit, cela devient donc la vĂ©ritĂ©. Dieu l’a dit, cela rĂšgle toute la question. Il a le dernier mot. Il est la RĂ©fĂ©rence finale. Lorsque Dieu dit quelque chose, cela rĂšgle la question. Rien d’autre ne peut contredire cela. «Que la parole de tout homme soit reconnue comme un mensonge et la Mienne comme la vĂ©ritĂ©.»
E-39 Maintenant, alors que nous examinons quelques personnages dans cette postĂ©ritĂ©, rĂ©flĂ©chissons-y. Pensons aux enfants hĂ©breux. J’ai cela ici, je pensais Ă  cela, aux enfants hĂ©breux, aprĂšs qu’ils furent testĂ©s au sujet de l’adoration de la statue. Maintenant souvenez-vous que le roi avait dit: «Quiconque ne se prosternera pas devant cette statue sera jetĂ© dans la fournaise ardente.» Eh bien, ces enfants croyaient que la Parole de Dieu Ă©tait vraie, qu’ils ne devaient adorer aucune sorte d’image. Mais lorsqu’ils en vinrent Ă  l’épreuve de force, et qu’ils furent testĂ©s pour voir s’ils allaient...
E-40 Lorsque tous les autres enfants hĂ©breux lĂ -bas ont reçu [l’ordre] et sont allĂ©s adorer, ils se sont carrĂ©ment conformĂ©s Ă  ce que le roi avait dit. Ils ont suivi l’opinion populaire du jour selon laquelle ils devaient faire cela.
E-41 Mais lorsqu’eux furent testĂ©s pour voir s’ils allaient adorer les statues et briser la Parole de Dieu, ils restĂšrent fidĂšles Ă  la Parole. Sans regarder aux circonstances, ils restĂšrent fidĂšles Ă  la Parole. Et lorsqu’ils furent jetĂ©s dans la fournaise ardente, la promesse de Dieu Ă©tait accomplie. Ils possĂ©dĂšrent la porte de leur ennemi. Et il y eut un quatriĂšme Homme qui se tenait lĂ -dedans avec une clĂ© et qui ouvrit une issue pour faire dĂ©gager la chaleur du feu, et cela ne pouvait rien faire sinon les libĂ©rer de leurs liens. Amen.
E-42 Lorsqu’un homme ou une femme est prĂȘt Ă  passer le test, le test dĂ©cisif...
E-43 Voyez-vous, ils devaient entrer dans le feu. Et ensuite, lorsqu’ils y entrĂšrent, ils se trouvĂšrent dans le feu et la seule chose qui arriva, c’est que cette Ă©preuve de feu les dĂ©lia simplement, ĂŽta les liens de leurs mains.
E-44 Bien des fois, Dieu nous laisse... Lorsque nous nous trouvons complĂštement liĂ©s, liĂ©s par le monde, Il lĂąche l’épreuve de feu sur nous, au moment oĂč nous devons prendre une dĂ©cision. Et lorsque nous prenons la dĂ©cision... La seule chose qu’une Ă©preuve peut faire, lorsque la vĂ©ritable semence d’Abraham se tient au–au carrefour des dĂ©cisions, et qu’elle prend sa dĂ©cision de servir Dieu, Dieu ne peut que couper les liens et nous libĂ©rer. Satan peut vous donner une maladie. Il peut vous infliger une chose ou une autre. Comment savez-vous si ce n’est pas Dieu qui vous a placĂ© au carrefour afin de voir quelle dĂ©cision vous allez prendre?
E-45 Ils possĂ©dĂšrent la porte du feu. Le feu n’a pas pu les brĂ»ler. Il n’y avait mĂȘme pas l’odeur du feu sur eux, parce qu’ils savaient qu’ils Ă©taient la postĂ©ritĂ© d’Abraham, et ils avaient pris position pour Dieu et Sa Parole. Ils possĂ©dĂšrent la porte de l’ennemi, et le feu ne pouvait pas les brĂ»ler, parce qu’ils possĂ©daient les portes.
E-46 Plus tard, un homme, un prophĂšte du nom de Daniel se trouvait lĂ . Il Ă©tait–il est passĂ© par l’épreuve pour voir s’il allait servir le seul vrai Dieu ou non. Lorsque vint ce temps oĂč l’on devait savoir s’il allait servir le seul vrai Dieu ou adorer un dieu paĂŻen, il refusa d’adorer celui-ci, il tirait les rideaux et priait son Dieu chaque jour. A cause de cela, il tomba sous le coup de–de la loi fĂ©dĂ©rale, et il fut jetĂ© dans une fosse aux lions. Une meute de lions affamĂ©s lui rugissait aprĂšs. Que fit-il? Il possĂ©da la porte de son ennemi. Les lions ne purent le dĂ©vorer. Dieu fit descendre une Colonne de Feu, un Ange se tint entre lui et les lions.
E-47 Il possĂ©da la porte de l’ennemi; puisqu’il fut mis Ă  l’épreuve pour voir s’il adorerait le seul vrai Dieu, ou s’il aurait Ă  adorer tout un tas de dieux. Alors il rĂ©ussit Ă  l’épreuve et possĂ©da la porte de l’ennemi. Le lion ne pouvait mĂȘme pas le toucher, parce que Dieu Ă©tait avec lui. La promesse de Dieu est restĂ©e vraie, parce qu’il Ă©tait une vraie semence d’Abraham.
E-48 MoĂŻse, oh! un–un autre grand personnage. Il fut aussi mis Ă  l’épreuve afin de voir la promesse que Dieu lui fit: «Je serai avec toi lorsque tu descendras lĂ -bas.» Et lorsqu’il se tint devant les imitateurs de son don, JannĂšs et JambrĂšs essayĂšrent de se lever et d’imiter la chose mĂȘme que MoĂŻse avait reçu l’ordre de faire. Et Dieu avait appelĂ© MoĂŻse, et ce dernier savait qu’il Ă©tait le seul qui avait reçu la commission de faire cela. Et il se tint lĂ  et accomplit le miracle tel que Dieu le lui avait ordonnĂ©, et voici que les imitateurs se tenaient lĂ  pour faire la mĂȘme chose. Mais cela ne troubla pas MoĂŻse. Il resta fidĂšle Ă  la Parole de Dieu, et il possĂ©da la porte (amen) de l’ennemi, parce qu’il resta fidĂšle Ă  la promesse de Dieu, peu importe celui qui essayait d’imiter cela.
E-49 Quelle leçon pour chaque chrĂ©tien! Lorsque vous jetez un coup d’oeil autour de vous et que vous voyez un hypocrite, souvenez-vous simplement qu’il essaie d’imiter une chose authentique. Mais cela veut seulement dire qu’il y a une personne qui est authentique. Restez fidĂšle Ă  la Parole de Dieu. Peu importe les circonstances. Restez attachĂ© Ă  Sa promesse. Oui, Daniel resta fidĂšle Ă  la Parole de Dieu.
E-50 Peu importe combien de gens ont essayĂ© de l’imiter et tout le reste, il resta fidĂšle. Et il vint pour un but, celui de faire sortir IsraĂ«l d’Egypte et de les emmener dans la Terre promise. Et cela... lorsque vint le moment pour eux d’entrer dans la Terre promise, aprĂšs ĂȘtre sortis de l’Egypte, la mer Rouge leur barra la route. Et il possĂ©da la porte de l’eau, et les portes s’ouvrirent, les–les eaux reculĂšrent, et MoĂŻse emmena IsraĂ«l dans le dĂ©sert, Ă  la montagne oĂč Dieu lui avait donnĂ© la commission de les emmener. Amen. Il possĂ©da les portes de l’ennemi.
E-51 Son pĂšre Abraham avait reçu cette promesse, selon laquelle sa vĂ©ritable semence possĂ©derait la porte de l’ennemi. Et les portes de l’eau Ă©taient fermĂ©es, et il ne pouvait traverser. Mais c’était le sentier du devoir. Il Ă©tait censĂ© emmener ces enfants Ă  cette montagne. Dieu le lui avait ordonnĂ©. Et voici que cette porte leur barrait la route, mais il possĂ©da la porte de l’ennemi.
E-52 Avec JosuĂ©, un peu plus tard, lorsqu’ils arrivĂšrent lĂ  Ă  KadĂšs-BarnĂ©a, qui Ă©tait le trĂŽne du jugement du monde en ce temps-lĂ , ce fut lĂ  qu’IsraĂ«l passa en jugement. Nous voyons que JosuĂ©, Caleb et les douze autres, ou plutĂŽt les dix autres (un de chaque tribu) furent envoyĂ©s pour espionner le pays qu’ils Ă©taient sur le point de possĂ©der.
E-53 Et lorsqu’ils virent ces grands gĂ©ants qui se tenaient lĂ , dix d’entre eux Ă©taient tellement dans l’embarras qu’ils dirent: «Nous ne pourrons pas nous en emparer, c’est prendre trop de risques. Eh bien, regardez l’opposition Ă  laquelle nous devons faire face.» Et lorsqu’ils retournĂšrent pour faire le rapport, ils firent un mauvais rapport.
E-54 Pourquoi ont-ils fait un mauvais rapport, alors que Dieu leur avait dit: «Je vous ai donnĂ© ce pays. Il vous appartient.»? LĂ  en Egypte, Il lui avait dit: «Je vous ai donnĂ© ce pays. C’est un bon pays. C’est un pays oĂč coule le lait et le miel.»
E-55 Mais, lorsqu’ils virent que l’opposition Ă©tait trĂšs grande, dix d’entre eux revinrent et dirent: «Nous ne pouvons pas le possĂ©der.»
E-56 C’était JosuĂ© qui calma le peuple et qui dit: «Nous sommes plus que capables d’en prendre possession. Nous sommes plus que capables.» Pourquoi? Il regardait Ă  la promesse. Il Ă©tait une vĂ©ritable semence d’Abraham. Quelle que fĂ»t l’opposition, il dit: «Nous pouvons possĂ©der la porte, puisque Dieu a promis le pays.» Et il possĂ©da la porte.
E-57 Plus tard, lorsqu’il emmena les enfants d’IsraĂ«l Ă  la riviĂšre, au mois d’avril, la grande riviĂšre en crue se tenait lĂ , le Jourdain, descendant des montagnes et se rĂ©pandant Ă  travers les plaines. A ce qu’il paraissait, il s’est retrouvĂ© lĂ  au moment le mal indiquĂ© de l’annĂ©e. Mais cependant, il Ă©tait la semence d’Abraham; il savait qu’il avait reçu une promesse, et il Ă©tait dans la ligne du devoir. Dieu lui donna une vision lui montrant comment s’y prendre, et il possĂ©da la porte de la riviĂšre. Lorsque les portes s’ouvrirent, les eaux reculĂšrent jusque dans les montagnes. Et JosuĂ© et IsraĂ«l possĂ©dĂšrent les portes de l’ennemi, traversĂšrent et entrĂšrent dans la terre promise, parce que Dieu leur avait dit de le faire. La vĂ©ritable postĂ©ritĂ© d’Abraham...
E-58 Mes frĂšres et soeurs, lorsqu’il fut de l’autre cĂŽtĂ©, JĂ©richo Ă©tait tout entourĂ©e d’une muraille si haute [et si Ă©paisse] qu’on pouvait faire courir au-dessus trois chars cĂŽte Ă  cĂŽtĂ©. Comment ces IsraĂ©lites pouvaient-ils y parvenir alors que la ville Ă©tait barricadĂ©e? Ils prirent des Ă©pĂ©es et tout, des bĂątons et des pierres... comment allaient-ils faire pour y entrer? Mais il Ă©tait toujours la semence d’Abraham. Dieu lui donna une vision, lui montrant comment s’y prendre. Il a dit: «Sonnez une trompette. (Amen. C’est ça.) Poussez des cris. Avancez vers la muraille, les portes tomberont devant vous.» Amen! Il Ă©tait la semence royale d’Abraham. Il Ă©tait un vĂ©ritable croyant de Dieu. «Les portes tomberont devant vous. Poussez simplement des cris et sonnez de la trompette. C’est tout ce que vous avez Ă  faire.» Et que s’est-il passĂ©? Les portes tombĂšrent, et JosuĂ© s’empara de la ville.
E-59 Un peu plus tard, nous dĂ©couvrons qu’il mit l’ennemi en dĂ©route et continua Ă  avancer, aprĂšs cela; et il arrĂȘta mĂȘme le soleil dans sa course. Et comme je le disais l’autre matin, en prĂȘchant sur Le Paradoxe, il a arrĂȘtĂ© le soleil jusqu’à ce qu’il possĂ©da les portes de son ennemi. Amen. Il savait que si jamais cet ennemi pouvait de nouveau se rassembler... Ils Ă©taient dispersĂ©s, et le soleil allait se coucher. Et les AmorĂ©ens, les AmalĂ©cites et tous les autres avaient Ă©tĂ© dispersĂ©s. Si jamais ils pouvaient se rassembler de nouveau et faire front commun, il allait alors avoir des moments difficiles pour les mettre de nouveau en dĂ©route. Et il n’y avait qu’une seule chose qui le retenait, c’était le temps. Et il arrĂȘta le temps. Amen. Amen. Il n’y a qu’une chose qui les empĂȘchait de possĂ©der la promesse. C’était le soleil, la nature elle-mĂȘme qui faisait obstacle. Et il arrĂȘta la nature. Pourquoi? Il Ă©tait une semence d’Abraham. Il croyait Ă  la promesse de Dieu. Il l’arrĂȘta et possĂ©da les portes. Absolument.
E-60 Ces grands hommes, ils Ă©taient tous de grands hommes. Mais, vous savez, un jour, eux tous, lorsqu’ils arrivĂšrent Ă  la porte de la mort, tous moururent. Chacun d’eux a dĂ» mourir. Puisqu’ils Ă©taient de grands hommes, ils fermĂšrent la–la gueule des lions, Ă©chappĂšrent au feu, au tranchant de l’épĂ©e, et ainsi de suite, comme nous l’apprend HĂ©breux 11. Et ils possĂ©dĂšrent la porte de l’ennemi, de tous les ennemis, sauf un seul, et c’était la mort. La mort engloutit chacun d’eux.
E-61 Puis, un jour vint la Semence royale d’Abraham, JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, la Semence d’Abraham par la foi; non pas par Isaac, la semence naturelle. Ils avaient jouĂ© leur rĂŽle. Mais voici venir un Homme qui n’était pas nĂ© d’une naissance naturelle. Voici venir un Homme qui n’était pas venu par un dĂ©sir sexuel. Voici venir un Homme nĂ© d’une naissance virginale, le Fils de Dieu, la Semence d’Abraham. Quel grand Homme Ă©tait-ce! Les autres semences naturelles naquirent toutes par la naissance naturelle; [mais] cet Homme naquit par une naissance virginale. Que fit-Il lorsqu’Il vint sur terre? Il vainquit chaque ennemi qui Ă©tait de Satan. Il vainquit toute chose.
E-62 Qu’a-t-Il fait? Il se prĂ©senta et vainquit la maladie. On ne pouvait pas trouver de maladie autour de Lui. Quelle que fĂ»t la maladie, Il vainquit cela. Qu’a-t-Il fait aprĂšs qu’Il a vaincu cela? Il nous a remis les clĂ©s (Amen), en disant: «Tout ce que vous lierez sur la terre, Je le lierai dans le Ciel.» Amen. VoilĂ  la Semence royale d’Abraham comme promis, le Saint-Esprit en nous maintenant, avec les clĂ©s retenant la maladie. Il vainquit la maladie. La maladie ne peut rĂ©sister dans Sa PrĂ©sence, et Il a dit qu’Il nous a remis les clĂ©s pour faire la mĂȘme chose: vaincre la maladie. «Tout ce que vous lierez sur la terre, Je le lierai dans le Ciel.»
E-63 La tentation aussi; Il fut tentĂ© de toutes les maniĂšres, comme nous. Qu’a-t-Il fait? Il vainquit cela. Que nous a-t-Il dit? «RĂ©sistez au diable, et il fuira loin de vous.» Il vainquit la maladie pour nous. Il vainquit la tentation pour nous, brisa les portes, arracha la clĂ© de la main du tentateur et la remit au croyant qui est la semence d’Abraham, et dit: «S’il vous tente, rĂ©sistez-lui, et il fuira loin de vous.» Oh! la la! RĂ©sistez-lui.
E-64 Il vainquit et la mort et l’enfer. Il ressuscita le troisiĂšme jour, et Il dit: «J’ai vaincu, et puisque Je vis, vous vivrez aussi.» Oh! quelle promesse! Ça, c’est pour la semence d’Abraham. Il vainquit la tombe et ressuscita le troisiĂšme jour pour notre justification. Lorsqu’Il ressuscita, Il Ă©tait notre justification. Qu’est-ce que cela fait de nous? Il vainquit la maladie; Il vainquit la mort; Il vainquit l’enfer; Il vainquit la tombe; Il vainquit la tentation.
E-65 Oh! maintenant, nous sommes plus que vainqueurs par Celui qui nous a aimĂ©s et qui a donnĂ© Sa Vie pour nous, nous qui sommes la semence royale d’Abraham, ayant en nous le mĂȘme Esprit de Dieu qui Ă©tait en Lui. Nous sommes plus que vainqueurs. Chaque porte a Ă©tĂ© vaincue pour nous. La seule chose que nous ayons Ă  faire, c’est de la possĂ©der. Ç’a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© vaincu. La maladie est vaincue; la mort est vaincue; l’enfer est vaincu; la tombe est vaincue; tout est vaincu, et nous tenons les clĂ©s par Sa grĂące. Avez-vous peur de les introduire dans la serrure et de dire: «Je viens au Nom de JĂ©sus-Christ»? «Demandez toute chose au PĂšre en Mon Nom.» Je L’aime.
E-66 AprĂšs que deux mille ans se sont Ă©coulĂ©s, deux mille ans, Le voici encore au milieu de nous, le Puissant Vainqueur qui dĂ©chira le voile en deux, qui prit chaque maladie, chaque mal, toute chose sur Lui et porta nos infirmitĂ©s Ă  la croix, nos maladies et nos maux, triompha d’eux, ressuscita pour notre justification et se tint vivant aprĂšs deux mille ans, pour se manifester comme Ă©tant JĂ©sus-Christ vivant au milieu de la semence royale d’Abraham qui est hĂ©ritiĂšre de toutes choses (Oh! la la!), ceux qui, aprĂšs, passent par le test de la promesse de la Parole. Si vous croyez la Parole, alors vous ĂȘtes aussi la semence d’Abraham. C’est de cette maniĂšre que vous y parvenez.
E-67 Si vous ne pouvez passer ce test de la Parole, donc... Si vous en doutez, si vous ĂȘtes un peu mĂ©fiant Ă  ce sujet, et si vous avez du mal Ă  y croire, s’il y a une chose ou une autre qui fait que vous ne puissiez y croire, n’entrez donc pas dans la ligne de priĂšre. Je ne perdrai mĂȘme pas mon temps Ă  l’autel jusqu’à ce que vous ayez assez de grĂące pour reconnaĂźtre que la Parole de Dieu est vraie.
E-68 Et une fois que vous avez traversĂ© ce voile de l’incrĂ©dulitĂ©, alors vous dĂ©tenez dans vos mains les clĂ©s de la mort, du sĂ©jour de mort et de la tombe, parce que vous avez un Vainqueur qui a vaincu pour vous. Vous avez alors HĂ©breux 13.8 qui nous dit que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Comment pouvons-nous y arriver?
E-69 Aujourd’hui les gens disent: «Oh! eh bien, je vous assure, Il est... dans un certain sens, Il l’est.»
La Bible dit qu’Il est le mĂȘme.
«Oh! eh bien, Il n’agit plus aujourd’hui comme autrefois.»
E-70 Nous le voyons maintenant mĂȘme lorsque nous voyons Sa Parole ĂȘtre confirmĂ©e. Qu’est-ce que cela fait? Cela leur refile la chose une fois de plus. Amen.
E-71 La vĂ©ritable semence d’Abraham croit cela, ils le savent. Et Il se tient ici ce soir, comme lorsqu’Il rencontra Abraham lĂ -bas au temps de Lot, et Il a accompli ce miracle comme Il le fit en disant Ă  Sara ce qu’elle avait dit derriĂšre Lui. JĂ©sus a promis Ă  la semence royale d’Abraham que l’Eglise verrait cette mĂȘme chose juste avant Sa Venue. Qu’est-ce? Cela doit arriver; Dieu l’a promis; JĂ©sus-Christ l’a confirmĂ© et a dit qu’il en serait ainsi. Et nous voici aujourd’hui, aprĂšs deux mille ans, nous Le voyons encore parmi nous, le Puissant Vainqueur. Il vainquit la mort, le sĂ©jour des morts, la tombe, toutes les superstitions, prit la Parole et vous L’amena. Oui.
E-72 Il a dit: «Si vous demeurez en Moi, et que Ma Parole demeure en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordĂ©.» Qu’était-ce? La Parole, Christ, qui est dans votre coeur. «Si vous demeurez en Moi, et que Mes Paroles demeurent en vous, alors vous avez vaincu toute chose, parce que J’ai vaincu cela pour vous. Si vous demeurez en Moi (Si vous pouvez me comprendre), si vous pouvez demeurer en Moi, celui qui croit en Moi, qui Me reçoit (non pas qui fait juste semblant de croire, mais qui peut Me recevoir), celui qui entend Mes Paroles (comprend Ma Parole), et croit en Celui qui M’a envoyĂ© a la Vie Eternelle, et ne vient point en tentation, ou plutĂŽt en jugement, mais il est passĂ© de la mort Ă  la Vie.» Le voilĂ , le Puissant Vainqueur.
E-73 Le voici aujourd’hui, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Le voici qui accomplit [des prodiges] devant la semence d’Abraham qui a Ă©tĂ© appelĂ©e Ă  sortir de Babylone, Ă  sortir de Sodome, Ă  sortir du monde et Ă  ĂȘtre sĂ©parĂ©e, montrant que Sa promesse est tout Ă  fait vraie. AprĂšs deux mille ans, Le voici qui se tient au milieu de nous ce soir, ce Puissant Vainqueur, la Parole de Dieu, qui peut discerner les pensĂ©es et les sentiments du coeur. Qu’est-ce? La semence de Dieu possĂ©dera les portes de ses ennemis. Qu’est-ce? C’est la semence d’Abraham, la semence royale, qui croit Ă  la Parole, et la Parole c’est–la Parole c’est Dieu.
E-74 Eh bien, lorsque nous voyons ceci, nous pouvons crier avec eux, comme le poùte d’autrefois:
Vivant, Il m’aima; mourant, Il me sauva;
Enseveli, Il emporta mes péchés au loin;
Ressuscitant, Il me justifia gratuitement pour toujours;
Un jour, Il reviendra, oh! quel jour glorieux!
E-75 Quelqu’un a dit: «Tu te fais vieux, mon gars.» Je n’y peux rien.
E-76 J’ai vĂ©cu depuis que j’étais un petit garçon, et la seule rĂ©alisation que j’aie jamais accomplie, c’est de voir JĂ©sus-Christ venir. J’ai donnĂ© ma vie dans ce but-lĂ . Je me tiens encore Ă  la chaire, comme un vieil homme; je crois la mĂȘme histoire. Et la chose la plus glorieuse Ă  laquelle je puisse penser, c’est de voir JĂ©sus-Christ venir des cieux pour recevoir les Siens. Dieu, ensuite mon... Il n’est pas Ă©tonnant que nous puissions chanter:
Que tous acclament la puissance du Nom de JĂ©sus!
Que les anges se prosternent;
Apportez le diadĂšme royal,
Et couronnez-Le Seigneur de tous.
E-77 Pourquoi? Il est le Puissant Vainqueur. Si vous ĂȘtes en Lui, vous ĂȘtes dans la Parole. Il a dit: «Si vous demeurez en Moi, demandez ce que vous voulez.» Ce que vous voudrez; car chaque porte a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© vaincue. Nous pouvons donc dire:
Car chaque promesse dans le Livre est mienne,
Chaque chapitre, chaque verset est mien.
Je crois dans Sa divine Parole,
Car chaque promesse dans le Livre est mienne.
E-78 Mes amis, vous rendez-vous compte de ce que cela veut dire? Chaque promesse que Dieu fit Ă  Abraham, chaque promesse qui fut exprimĂ©e par le prophĂšte, chaque promesse que JĂ©sus-Christ a faite pour ce jour, Il est ici pour la confirmer et pour montrer qu’Il vit Ă©ternellement. «Ta postĂ©ritĂ© possĂ©dera la porte de l’ennemi.»
E-79 Venons-en Ă  l’heure de la mort. Vous direz: «Qu’en dites-vous?» Vous avez toujours cette possession. Comme Paul qui a dit: «Ô tombe, oĂč est ta victoire? Ô mort, oĂč est ton aiguillon? Mais grĂąces soient rendues Ă  Dieu qui nous donne la victoire par ce Puissant Vainqueur, JĂ©sus-Christ.» Oh!
Que les anges se prosternent;
Apportez le diadĂšme royal,
Et couronnez-Le Seigneur de tous.
E-80 Ce soir, aprÚs deux mille ans, nous nous tenons là et nous Le voyons encore, Lui, le Puissant Vainqueur qui déchira le voile qui nous séparait de toutes les promesses de Dieu. Et nous sommes plus que vainqueurs en Lui. Prions.
E-81 PĂšre cĂ©leste, alors que nous nous tenons ici ce soir dans la PrĂ©sence du Saint-Esprit, cette Glorieuse Personne de JĂ©sus-Christ, sous la forme de l’Esprit, lequel devait venir sur la semence d’Abraham, la semence royale, comme promis... Nous prions, ĂŽ Dieu, s’il y a ici un homme ou une femme, garçon ou fille, qui ne Te connaĂźt pas, s’ils ont des doutes et s’ils sont agitĂ©s dans leur esprit au sujet de la Parole de Dieu, se demandant si Elle est vraie ou non, ĂŽ Grand Dieu, qui a fait la promesse, viens ce soir. S’il y a une glorieuse promesse que Tu as faite, Seigneur, Tu es capable de la tenir. Tu as dit: «Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvre que Je fais, Il en fera davantage, car Je m’en vais au PĂšre.» Dieu notre PĂšre, nous Te prions de confirmer Ta Parole.
E-82 Il y a ici ce soir beaucoup d’enfants d’Abraham qui sont malades. Oh! le diable les a sĂ©questrĂ©s. Il les a enfermĂ©s et les a placĂ©s sous les verrous et il a dit: «Maintenant tu dois mourir. Tu souffres d’un trouble cardiaque, tu as ceci ou cela et tu dois mourir.»
E-83 Ô Dieu, que la trompette du jubilĂ© de l’Evangile sonne ce soir, afin que chaque esclave reparte libre. JĂ©sus-Christ a vaincu ces portes. Nous tenons les clĂ©s dans nos mains. Oh! «En Mon Nom ils chasseront les dĂ©mons. Tout ce que vous demanderez au PĂšre en Mon Nom, Je le ferai. Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais.» «La Parole de Dieu est plus efficace, plus tranchante qu’une Ă©pĂ©e quelconque Ă  deux tranchants, pĂ©nĂ©trante jusqu’à partager jointure et moelle; Elle juge mĂȘme les pensĂ©es du coeur.»
E-84 «Et ce qui arriva du temps de NoĂ© arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme. Car les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient, mariaient leurs enfants.» De grands programmes de construction... Et nous observons le monde; il y aura des signes, des phĂ©nomĂšnes terribles en haut dans les cieux (ceci et des soucoupes volantes), des tremblements de terre en divers lieux, le mugissement de la mer (les raz-de-marĂ©e), les coeurs des hommes dĂ©faillant de terreur, l’angoisse parmi les nations qui ne sauront que faire.
E-85 «Et ce qui arriva du temps de Lot arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.» Ô Dieu, viens ce soir et accomplis Ta Parole. Viens ce soir et honore la foi des enfants d’Abraham. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-86 Que le Seigneur vous bĂ©nisse richement. Je ne vais pas faire l’appel Ă  l’autel juste maintenant. Je vais vous laisser en dĂ©cider. Je pense que bien des fois les appels Ă  l’autel... Je crois en cela, mais tous ceux qui avaient reçu [la Parole] furent baptisĂ©s. C’est ça. Plusieurs L’avaient reçu... Nous allons prier pour les malades.
E-87 Je pourrais parler ici toute la nuit. Vous ĂȘtes un aimable auditoire. Mais ce que je dis, ce n’est qu’en tant qu’un homme. Mais si je rĂ©pĂšte Ses Paroles, Ă  ce moment-lĂ , ce n’est pas ma Parole; c’est Sa Parole. Si je dis quelque chose et que cela–Dieu ne confirme pas cela, c’était donc ma parole. Si je rĂ©pĂšte Sa Parole et qu’Il La confirme, qui est cet homme pĂ©cheur ou cette femme pĂ©cheresse, ce garçon pĂ©cheur ou cette fille pĂ©cheresse qui s’en Ă©loignera et dira que cela n’est pas vrai?
E-88 JĂ©sus a dit... Lorsqu’Il a accompli ces choses, les gens ont dit: «Cet homme est un diseur de bonne aventure. C’est un dĂ©mon, un diseur de bonne aventure.» Tout le monde sait que la bonne aventure est du diable. Ils ont dit: «C’est un diseur de bonne aventure.» Mais avez-vous dĂ©jĂ  vu un diseur de bonne aventure prĂȘcher l’Evangile? Avez-vous dĂ©jĂ  vu un diseur de bonne aventure chasser les dĂ©mons? Pas du tout, ils ne le font pas.
E-89 Il a dit: «Aujourd’hui, Moi, le Fils de l’homme, Je vous pardonne cela, mais lorsque le Saint-Esprit viendra, un mot contre cela ne sera jamais pardonnĂ© ni dans ce siĂšcle ni dans le siĂšcle Ă  venir.» Parce que c’est traiter l’oeuvre de Dieu d’esprit impur.
E-90 Que Dieu ait pitié de nous ce soir. Et je prie que Dieu descende et confirme cette Parole devant vous.
E-91 Mon frùre, ma soeur, ça, c’est mon ñme. Je dois rencontrer Dieu. Je suis responsable de ce que je vous dis. Dieu m’en tiendra responsable. C’est vrai. Quel bien cela me ferait-il maintenant de me tenir ici et de dire ces choses, si je savais que je condamne mon ñme à aller en enfer?
E-92 «Telle voie paraĂźt droite Ă  un homme, mais son issue, c’est la voie de la mort.» Dieu n’a pas besoin d’interprĂšte, comme je l’ai dit. Il interprĂšte Lui-mĂȘme Sa Parole.
E-93 La semence d’Abraham possĂ©dera la porte de l’ennemi. Le croyez-vous?
E-94 Si je pouvais vous guĂ©rir, je le ferais. Christ vous a dĂ©jĂ  guĂ©ris. La seule chose, c’est que vous avez la clĂ© en main. Cette clĂ©, c’est votre foi pour vous emparer de la chose. DĂ©verrouillez cela ce soir, ne voulez-vous pas le faire, alors qu’Il vient au milieu de nous, ce Puissant Vainqueur qui vainquit chaque maladie, et Il est venu ici et vous a montrĂ© qu’Il l’a fait. Car Il est toujours la Parole, et la Parole juge les pensĂ©es qui se trouvent dans le coeur.
E-95 Quelles cartes de priĂšre? B-1 jusqu’à... Par oĂč avons-nous commencĂ© l’autre soir? Par 1? Commençons Ă  partir de 50. Qui a la carte de priĂšre B-50? Levez la main. Carte de priĂšre B... Nous avons commencĂ© Ă  partir de 1, l’autre soir. Maintenant, nous allons commencer Ă  partir de 50, ce soir.
E-96 Qui a B–B-50? Levez la main. La carte de priùre B-50. Vous voulez dire que la personne qui l’a n’est pas ici? Est-ce vous qui l’avez? Ça va. B-50, B-51. Qui l’a? B-51? Ça va. B-52, qui a B-52? Ça va. L’avez-vous? B-53, 54. Venez juste ici. 54, 55?
E-97 Mon fils vient ici juste avant que je n’entre, et il mĂ©lange un lot de cartes. Voyez-vous comment il y en a une ici et une autre lĂ -bas? Les gens ne le savent pas. Vous pourriez venir dans cette rangĂ©e et obtenir le numĂ©ro 1, le suivant obtiendra le numĂ©ro 10, un autre obtiendra le numĂ©ro 25. Nous ignorons oĂč cela se trouve, mais oĂč qu’ils soient...
E-98 Maintenant, combien en avons-nous appelĂ©? Cinq? Quatre? B-50, n’est-ce pas? B-50 jusqu’à 55, 56, 57, 58, 59, 60. Maintenant, voyons. Un, deux, compte-les, Billy; nous allons... 60, 70. Qu’ils se tiennent d’abord debout, s’il vous plaĂźt. B-50 jusqu’à 70, 75 comptez-les, frĂšre Roy, s’il vous plaĂźt, pendant que je m’adresse Ă  l’assistance.
E-99 Combien y en a-t-il lĂ -bas maintenant, alors que vous regardez de ce cĂŽtĂ©, qui n’ont pas reçu une carte de priĂšre?
E-100 Souvenez-vous, JĂ©sus a dit: «Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi.» Est-ce la vĂ©ritĂ©? C’est la vĂ©ritĂ©. Le croyez-vous? C’est ce qu’a dit la Semence d’Abraham.
E-101 La Bible dit qu’Il est le Souverain Sacrificateur (HĂ©breux, chapitre 4)–Il est le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s. Croyez-vous cela? S’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, comment le fera-t-Il?
E-102 Dans la Bible, il y avait une petite femme, alors que vous prĂȘtez attention Ă  ce que je dis, une petite femme dans la Bible. Peut-ĂȘtre qu’elle n’avait pas une carte de priĂšre; mais elle s’est dit dans son coeur: «Si je peux toucher cet Homme... Je crois en Lui.» Elle avait dĂ©pensĂ© tout son avoir pour le–chez les mĂ©decins. Ils n’ont pas pu l’aider; son cas Ă©tait au-dessus de leur compĂ©tence. Ils n’ont pas pu l’aider, mais elle croyait que Dieu allait l’aider. Et elle toucha le bord de Son vĂȘtement.
E-103 Et Il a dit: «Je sens qu’une vertu est sortie de Moi.» Est-ce vrai?
E-104 Croyez-vous qu’Il est le mĂȘme ce soir? Croyez-vous qu’Il est ici? Combien croient qu’Il est ressuscitĂ© des morts? Eh bien, comment pouvez-vous prouver qu’Il est ressuscitĂ© des morts?
E-105 Il n’y a pas longtemps, un baptiste renommĂ© est venu vers moi, et il a dit: «FrĂšre Branham, j’ai Ă©tĂ© battu une fois par un mahomĂ©tan qui m’a dit cela. Il a dit: ‘S’Il est ressuscitĂ©, Il a promis qu’Il ferait la mĂȘme chose. Voyons-Le faire cela’.» Voyez-vous, ils croient qu’Il ne l’a pas fait.
E-106 Mais nous, nous croyons qu’Il le fait. Nous croyons qu’Il est ressuscitĂ© des morts. Aucune autre religion dans le monde ne peut prouver que leur fondateur est vivant, Ă  part le christianisme, et le seul moyen par lequel Dieu peut confirmer cela, c’est au travers de ceux qui croient cela. Car c’est le seul moyen par lequel Dieu accomplit effectivement Sa Parole, c’est-Ă -dire par ceux qui La croient.
E-107 Eh bien, alors qu’ils forment cette petite ligne de priĂšre ici, j’ignore combien nous allons prendre. Je veux que chacun de vous garde sa position. Restez Ă  votre place. Ne vous dĂ©placez pas. Regardez de ce cĂŽtĂ©, et priez. Dites: «Seigneur JĂ©sus, je crois.»
E-108 Souvenez-vous, Il m’a dit: «Si tu amĂšnes les gens Ă  te croire et si ensuite tu es sincĂšre lorsque tu pries...» Cela est arrivĂ© partout Ă  travers cette nation depuis quinze ans. Pas une seule fois cela n’a failli; ça ne peut pas faillir.
E-109 Dieu, une seule chose que Dieu ne peut pas faire, c’est faillir. Il est obligĂ© de tenir Sa Parole. Je le crois. Je le crois autant que je... plus que je ne crois que je me tiens ici, plus que je ne crois que je suis dans ce bĂątiment. Ceci pourrait ĂȘtre un mirage. Ce pourrait ĂȘtre un rĂȘve. Dans mon Ăąme, je sais que JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, vit. Et vous, Ă©tant la semence d’Abraham, Ă©tant morts en Christ, vous ĂȘtes la semence d’Abraham.
E-110 Maintenant, on a quelques mouchoirs ici. Ceci connaĂźt un grand succĂšs. Les gens qui croient... Maintenant, inclinons la tĂȘte, pendant qu’ils s’apprĂȘtent et que nous prions pour ces mouchoirs.
E-111 PĂšre cĂ©leste, la Bible nous enseigne... Et il y a ici des gens qui croient que chaque Parole que Tu as dite est la VĂ©ritĂ©. Seigneur, quelques fois, ils tĂątonnent et frĂŽlent le trou de la serrure avec la clĂ©, en ratant cela et en grattant lĂ ; mais ils croient que c’est lĂ . Laisse-les simplement continuer Ă  frĂŽler lĂ . Ils trouveront ce trou, car il se trouve lĂ , et la clĂ© est une bonne clĂ©. «Si tu crois, tout est possible», pendant qu’on chante, ou qu’on joue le cantique maintenant.
E-112 Dans la Bible, il est dit que l’on retirait du corps de Paul des mouchoirs et des linges et on les envoyait aux malades et aux infirmes, et les esprits impurs quittaient les gens, et les gens Ă©taient guĂ©ris.
E-113 Maintenant, Seigneur, nous savons que saint Paul est auprĂšs de Toi; mais ce n’était pas lui, c’était Toi, Seigneur, Christ en lui. «Ce n’est pas moi qui vis, mais c’est Christ qui vit en moi» a-t-il dit.
E-114 Et maintenant, pour cette gĂ©nĂ©ration, Tu es toujours Christ aujourd’hui, comme Tu l’étais hier. Et pendant que je prie sur ces mouchoirs, touche-les, je Te prie de vaincre chaque ennemi. Accorde-leur la foi, afin qu’ils sachent que l’ennemi est vaincu.
E-115 Et une fois, comme nous venons juste d’en parler, la mer Rouge avait barrĂ© Ă  IsraĂ«l la route vers la promesse. Ils Ă©taient dans la ligne du devoir. Un Ă©crivain a dit que Dieu baissa le regard avec des yeux courroucĂ©s au travers de cette Colonne de Feu, et la mer eut peur et ouvrit ses portes, et ils traversĂšrent.
E-116 Baisse le regard ce soir au travers du Sang de JĂ©sus-Christ. Et lorsque ces mouchoirs seront posĂ©s sur les malades, que l’ennemi voie notre foi ce soir alors que nous faisons cette priĂšre de la foi pour eux. Et que chacun d’eux soit dĂ©livrĂ©, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-117 Maintenant, je veux que vous m’accordiez toute votre attention. Que celui qui s’occupe de ce micro-ci en augmente le volume, parce que si le Saint-Esprit faisait ceci... Je ne dis pas qu’Il va le faire.
E-118 Eh bien, si quelqu’un vient ici et vous dit qu’il a le pouvoir de guĂ©rir les malades, ne croyez pas cela. Toute la puissance se trouve en Christ. C’est Lui le Vainqueur, pas vous ni moi. Nous acceptons simplement ce qu’Il a fait. Aucun homme n’a le pouvoir de sauver ni de guĂ©rir.
E-119 Pour tout homme qui est dans ce monde, le prix a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© payĂ©. Les exigences ont Ă©tĂ© remplies. Comment cela? Il Ă©tait blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s; c’est par Ses meurtrissures que nous avons Ă©tĂ© guĂ©ris. Le prix pour votre guĂ©rison a Ă©tĂ© payĂ©. Le prix pour votre salut a Ă©tĂ© payĂ©. Avez-vous la foi pour venir et accepter cela? Si vous ĂȘtes la semence d’Abraham, si vous avez la foi, Dieu l’a promis, il y a en vous quelque chose qui dit que ça se trouve lĂ , et ça y est.
E-120 Maintenant, qu’est-ce qu’un don? Le don consiste-t-il Ă  sortir et guĂ©rir les gens? Non. Le don, c’est vous mettre hors du chemin afin que Dieu puisse vous utiliser.
E-121 Eh bien, Il a promis que le dernier signe selon JĂ©sus-Christ... Ce qui arriva du temps de Sodome, juste avant qu’elle ne brĂ»le, non pas avant que d’autres choses ne se produisent, pas avant que l’Evangile ne fĂ»t prĂȘchĂ© par Lot, et ainsi de suite, pas cela. Mais juste avant que Sodome ne soit brĂ»lĂ©e, Dieu descendit sous la forme d’un Homme et s’assit avec l’Eglise Ă©lue, Abraham et son groupe qui avaient la promesse.
E-122 Maintenant, souvenez-vous, ce n’est que la Semence d’Abraham qui reçoit cela. «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus», a dit JĂ©sus. «Vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, en vous jusqu’à la fin du monde.»
E-123 Mais Il a promis que juste avant qu’Il retourne comme il en Ă©tait Ă  Sodome... Regardez ce que Sodome est en train de recevoir; regardez ce que l’Eglise Ă©lue est en train de recevoir. Il a dit: «Il en sera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.» Dieu manifestĂ© sous la forme d’un Homme, qui, le dos tournĂ© Ă  la tente, rĂ©vĂ©la ce que Sara avait fait Ă  l’intĂ©rieur de la tente. Tous ceux qui savent que c’est la vĂ©ritĂ©, levez la main. C’est exact. Eh bien, Il l’a promis. Nous sommes au temps de la fin. Maintenant, souvenez-vous, c’était le dernier signe qui arriva, et le monde des Gentils fut brĂ»lĂ©, Sodome, et le fils promis vint sur la scĂšne. Nous attendons un Fils promis, le Fils de Dieu.
E-124 Nous y sommes. Que Dieu vous ouvre les yeux. Je ne sais quoi dire d’autre: Que Dieu vous ouvre les yeux.
E-125 Maintenant, PĂšre cĂ©leste, je suis aussi impuissant... Je suis une motte d’argile que Tu as façonnĂ©e et placĂ©e ici. Ô Dieu, puissent Ta grĂące et Ta PrĂ©sence m’ĂȘtre accordĂ©es ce soir, afin que cela s’accomplisse, afin que Tu puisses utiliser ces petites mottes d’argile que Tu as ici, pour que ceux-lĂ , Seigneur, que Tu as appelĂ©s Ă  la Vie Eternelle et qui, peut-ĂȘtre, ne l’ont pas encore acceptĂ©e, voient ces promesses. On leur a peut-ĂȘtre enseignĂ© que c’était pour un autre jour, mais ça se trouve ici dans la Bible. Confirme cela, Seigneur. C’est Ta propre interprĂ©tation. Cela n’a pas besoin d’une autre interprĂ©tation. Si Tu accomplis cela, alors ils verront que la Parole est vraie. Accorde-le, PĂšre. Nous nous recommandons Ă  Toi.
E-126 Que chaque personne qui se trouve ici, Seigneur, utilise sa foi ce soir. Que chaque membre de la tribu d’Abraham au travers de JĂ©sus-Christ ait la foi ce soir et accepte Ta PrĂ©sence. Et nous allons Te louer. Amen.
E-127 Eh bien, est-ce le... Maintenant, ceci est... Ă©trange. Je veux que vous m’aidiez maintenant; priez pour moi. Restez trĂšs calmes. Ne vous dĂ©placez pas. Restez tranquilles. Priez.
E-128 Maintenant, voyez, on passe de l’évangĂ©lisation Ă  autre chose, pour s’abandonner de telle maniĂšre que l’Esprit de Dieu vous introduise complĂštement dans une autre dimension.
E-129 Maintenant, ici se tient cette jeune... Avancez un peu par ici, madame. C’est ça, c’est trĂšs bien. Comme ça je ne vais pas m’éloigner de ce micro. Voyez? J’ignore ce qui se passe (Vous voyez?), et puis... Parfois, vous savez... Eh bien, le seul moyen pour moi de le savoir, c’est lorsque cela passe Ă  travers le micro. Vous voyez? Et ils essaient d’enregistrer cela par-lĂ , et j’ignore simplement ce que...
E-130 Eh bien, nous sommes inconnus l’un de l’autre. Je ne vous connais pas, je ne vous ai jamais vue de ma vie, mais vous ĂȘtes beaucoup plus jeune que moi. Nous sommes probablement nĂ©s Ă  des kilomĂštres de distance et Ă  des annĂ©es d’intervalle. C’est la premiĂšre fois que nous nous rencontrons. Est-ce vrai? Si c’est vrai, levez la main afin que l’assistance puisse voir. Elle est juste une femme; elle se tient ici.
E-131 Ecoutez, ramenez cela aux Ecritures. Prenons Saint Jean 4. Que chacun de vous lise cela lorsqu’il sera rentrĂ© Ă  la maison. Ce n’est pas que–ce n’est pas que cette femme soit le mĂȘme genre de femme que cette femme-lĂ , je ne sais pas. Et vous savez que je ne suis pas JĂ©sus-Christ. Mais Il est ici. C’est Lui. Maintenant, Son Esprit qui est en train de nous oindre peut lui rĂ©vĂ©ler son problĂšme, comme Il le fit avec la femme au puits; la mĂȘme chose.
E-132 Et pour cela, les sacrificateurs et les conducteurs de l’époque ont dit: «Cet homme est un diseur de bonne aventure, un dĂ©mon, BĂ©elzĂ©bul.»
E-133 Cette femme a dit: «Seigneur, je vois que Tu es prophÚte. Nous savons que le Messie vient, et ce sera Son signe.»
E-134 Eh bien, combien savent que c’est vrai? Bon, s’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, ne serait-ce pas lĂ  Son signe ce soir? A-t-Il promis que cela arriverait juste avant la fin des temps? Maintenant, voyez s’Il tient Sa promesse Ă  l’égard de la semence d’Abraham.
E-135 Eh bien, si quelqu’un ici pense que c’est faux, montez ici et faites la mĂȘme chose. Si vous ne le pouvez pas, alors, ne dites rien Ă  ce sujet. Vous avez ce privilĂšge-lĂ .
E-136 Maintenant, au Nom de Christ, je prends tout esprit sous mon contrîle pour la gloire et l’honneur de Dieu.
E-137 Il faudra que je vous parle pendant un moment, jeune dame. Vous savez, notre Seigneur a parlé à cette femme au puits. Il a dit: «Apporte-moi à boire.» Que faisait-Il?
E-138 Maintenant, observez. Il a dit dans Saint Jean 5: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, le Fils (C’était Lui, le Corps.) ne peut rien faire de Lui-mĂȘme.» Seulement ce qu’Il voyait faire au PĂšre... «Ce que le PĂšre fait, Il le montre au Fils.» Voyez-vous? «Je ne peux rien faire par Moi-mĂȘme, sinon ce que Je vois faire au PĂšre.» Donc, JĂ©sus n’avait jamais accompli un seul miracle avant que Dieu ne le Lui ait premiĂšrement montrĂ© par une vision; Il ne le Lui disait pas Ă  l’oreille, mais Il le Lui montrait. «Ce que Je vois (pas entendre, voir) faire au PĂšre...» C’est ce qui faisait de Lui un prophĂšte comparable Ă  MoĂŻse, comme MoĂŻse l’avait dit. Eh bien, lorsqu’Il... Il savait que le PĂšre...
E-139 Il Ă©tait en... Il se rendait Ă  JĂ©richo, mais il fallait qu’Il passe par la Samarie, et Il arriva dans la ville de Sychar. Et maintenant voyez, les Samaritains attendaient un Messie.
E-140 Les Juifs attendaient cela, et Il leur montra Son signe. Philippe, Nathanaël, Pierre, aussitÎt que ce signe fut manifesté, ils ont dit: «Tu es le Fils de Dieu.» Les rabbins ont dit: «Cet homme est Béelzébul.»
E-141 Mais maintenant, souvenez-vous, nous les Gentils... nous Ă©tions... Les Anglo-Saxons, nous–nous n’attendions pas de Messie. Nous Ă©tions des paĂŻens, les Romains et les autres. Nous n’attendions pas de Messie. Il vient seulement vers ceux qui L’attendent.
E-142 Mais les Samaritains L’attendaient; c’est ainsi qu’Il a dĂ» passer par la Samarie. Il s’assit Ă  un puits. Une jeune femme, qui avait probablement votre Ăąge, est sortie. Elle Ă©tait une femme de mauvaise rĂ©putation. Vous avez lu le rĂ©cit, je pense.
Et Il a dit: «Femme, apporte-Moi à boire.»
E-143 Elle a dit: «Oh! il n’est pas de coutume que Toi, un Juif, Tu demandes une telle chose Ă  une Samaritaine.»
E-144 Il a dit: «Mais si tu connaissais Celui Ă  qui tu parles, c’est toi qui M’aurais demandĂ© Ă  boire.»
E-145 La conversation se poursuivit. Finalement, Il dĂ©couvrit ce qu’était son problĂšme. Vous souvenez-vous de ce que c’était? Elle avait trop de maris. Voyez?
Il a dit: «Va, cherche ton mari, et viens ici.»
Elle a dit: «Je n’en ai point.»
E-146 JĂ©sus lui dit: «Tu as raison.» Il a dit: «Parce que tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis maintenant n’est pas ton mari.»
E-147 Elle a dit:»Seigneur, je vois que Tu es prophÚte. Nous savons que le Messie doit venir, et Il nous annoncera ces choses.»
Et Il a dit: «Je Le suis.»
E-148 Elle laissa ses cruches d’eau, entra dans la ville en courant et dit: «Venez voir un Homme qui m’a dit ce que j’ai fait. Ne serait-ce point le Messie?» Ils n’avaient pas eu de prophĂšte depuis quatre cents ans, et voici un Homme qui dĂ©clarait ĂȘtre le Messie, qui avait prouvĂ© qu’Il Ă©tait un prophĂšte, et qui avait manifestĂ© le signe du Messie.
E-149 Cela ne vous amĂšnerait-il pas Ă  croire la mĂȘme chose, s’Il faisait la mĂȘme chose, Ă©tant donnĂ© qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, et que ces Ecritures ont promis qu’Il ferait cela? Cela amĂšnera-t-il l’assistance Ă  croire?
E-150 Vous souffrez des reins. Si c’est vrai, levez la main.
E-151 Pourquoi cela revient-il toujours devant moi? Quelqu’un dit: «Il a devinĂ© cela.» Je ne l’ai point devinĂ©.
E-152 Tenez, c’est une femme aimable. Me croyez-vous? Maintenant, vous savez que je n’avais pas devinĂ© cela. Laissez-moi dire quelque chose d’autre. Votre mari est avec vous. Il est aussi malade, n’est-ce pas? C’est une maladie de la colonne vertĂ©brale. C’est vrai, n’est-ce pas? Vous avez un petit garçon avec vous. Il est aussi malade. Vous dĂ©sirez que l’on prie pour lui. Il souffre des yeux. C’est vrai. Vous avez une petite fille avec vous. Elle souffre des reins, comme vous. Est-ce vrai? Maintenant, vous pouvez tous ĂȘtre guĂ©ris, si vous le croyez. Le croyez-vous? Que Dieu vous bĂ©nisse. Continuez votre chemin et portez-vous bien.
E-153 Est-ce que vous croyez? Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Qu’est-ce? Qu’est-ce qu’Il essaye de faire? A vous la semence d’Abraham, Il est en train de vous montrer qu’Il n’est pas mort. Moi, je ne peux pas faire ces choses. Il n’est pas mort, mais Il est vivant et Il vous montre que vous avez le droit de possĂ©der les portes de votre ennemi. Cela devrait rĂ©gler la question.
E-154 Cette dame, venez par ici juste un instant. Nous avons Ă  peu prĂšs le mĂȘme Ăąge, je suppose, mais nous sommes–nous sommes inconnus l’un de l’autre, Ă  ce que je sache. Je ne vous connais pas, et nous ne nous connaissons pas. Je ne connais rien Ă  votre sujet. Si c’est vrai, levez la main. Juste... L’un d’eux vous a donnĂ© une carte de priĂšre, et vous voilĂ  ici. TrĂšs bien, maintenant, si le Seigneur JĂ©sus...
E-155 Si je... Dites donc, si j’essayais peut-ĂȘtre de prendre la place de frĂšre Oral Roberts ou de l’un de ces grands hommes de la foi, je dirais: «Madame, quel est votre problĂšme?»
E-156 Vous diriez; «Eh bien, j’ai tel problĂšme.» Eh bien, ça pourrait ne pas ĂȘtre vrai. Voyez-vous? Je ne sais pas. Voyez-vous? Mais il–vous pourriez lui dire ce qui ne va pas. Il vous imposerait les mains et dirait: «Dieu m’a envoyĂ© afin de–de prier pour les malades. Croyez-vous cela?»
E-157 «Oui.»
E-158 «Gloire Ă  Dieu! Allez, croyez cela.» C’est trĂšs bien, c’est trĂšs bien. Dieu a promis cela. Mais vous voyez, nous vivons un peu plus loin au-delĂ  de ce–de ce jour-lĂ . JĂ©sus a promis: «Ce qui arriva du temps de Sodome... Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi.»
E-159 Eh bien, si Dieu peut me rĂ©vĂ©ler ce qu’a Ă©tĂ© votre vie, vous saurez si c’est la vĂ©ritĂ© ou pas. Il peut vous dire ce que vous serez. Et si c’est vrai, ceci sera aussi vrai. S’Il vous disait quelque chose, je ne le sais pas, mais s’Il me rĂ©vĂšle votre problĂšme, allez-vous aussi le croire, auditoire?
E-160 Je devrais vraiment arrĂȘter. Cette seule fois, cette personne qui se trouvait ici il y a un instant, cela devrait confirmer la chose. JĂ©sus l’a fait une seule fois. Il ne l’a plus fait une autre fois. Tout le monde Ă  Sychar a cru cela, tout le monde a cru le tĂ©moignage de la femme lorsqu’elle alla le leur raconter, et elle Ă©tait une femme de mauvaise rĂ©putation.
E-161 Une chrĂ©tienne vient juste de quitter l’estrade avant vous tous. Amen. Mais, Ă©tant donnĂ© qu’il est plus tard que nous ne le pensons, que le Seigneur Lui-mĂȘme continue Ă  confirmer qu’Il est le Grand, le Puissant Vainqueur, que la postĂ©ritĂ© d’Abraham devrait, comme Abraham... Il l’a fait une fois pour Abraham; ensuite, Il a dĂ©truit et l’a fait une fois de plus. Abraham a continuĂ© de croire en Dieu.
E-162 Vous n’ĂȘtes pas ici pour vous-mĂȘme. Vous ĂȘtes ici pour quelqu’un d’autre, et c’est une dame. C’est votre soeur. Et la–la dame est recouverte par l’ombre de la mort, et elle souffre du diabĂšte. Et elle n’est pas d’ici. Elle est d’un... Elle est de la Louisiane, une contrĂ©e marĂ©cageuse, c’est... Et voici autre chose, afin que l’auditoire puisse le savoir. Vous avez une fille qui est trĂšs malade; elle comptait assister Ă  cette sĂ©rie de rĂ©unions, et elle a l’épilepsie. C’est vrai. C’est vrai, n’est-ce pas? Vous croyez maintenant? Si vous ĂȘtes une semence d’Abraham, acceptez cela, partez et soyez guĂ©rie, au Nom de JĂ©sus-Christ.
E-163 Croyez-vous? Certainement. Souvenez-vous, c’est Sa promesse. Il a dit qu’Il le ferait; Il tient Sa promesse.
E-164 Bonsoir. Nous sommes inconnus l’un de l’autre. Je ne vous connais pas, mais Dieu vous connaĂźt. Croyez-vous? Si Dieu me rĂ©vĂšle votre problĂšme, alors vous saurez que cela doit venir d’une puissance spirituelle. Eh bien, il n’y a que deux sources que vous pourriez imaginer, d’oĂč cela pourrait provenir. Lorsque cela s’accomplit, c’est au-delĂ  de toute explication, parce que c’est un miracle et c’est aussi un paradoxe: eh bien, quelque chose d’invraisemblable, mais vrai. Ce serait un paradoxe. Et alors, vous saurez si c’est vrai ou pas. Vous saurez s’Il vous a dit la vĂ©ritĂ©.
E-165 Eh bien, souvenez-vous, je ne vous connais pas. Ce doit ĂȘtre Quelqu’Un d’autre que moi. Si vous faites comme les pharisiens et dites: «Oh! c’est un esprit dĂ©moniaque», alors vous aurez cette rĂ©compense-lĂ . Si vous croyez que c’est Christ, vous aurez Sa rĂ©compense. La raison pour laquelle vous le croyez, c’est parce qu’Il l’a promis pour ce jour. Et cela ne s’est jamais accompli depuis ce temps-lĂ  jusqu’aujourd’hui. C’est ce qui fait de ce temps-ci le temps de la fin.
E-166 Il y a quelqu’un qui continue d’apparaĂźtre devant vous tout le temps. C’est un homme, il a des cheveux gris. C’est votre mari; il est assis juste lĂ . Il essaie d’accepter sa guĂ©rison, il est recouvert par l’ombre du cancer, des tumeurs, un cancer. Vous avez un problĂšme des reins, de la vessie. Vous ĂȘtes M. et Mme Little. Est-ce vrai? Croyez de tout votre coeur et soyez guĂ©ris.
E-167 Vous direz: «Est-ce qu’ils s’appellent... Eh bien, certainement. JĂ©sus n’a-t-il pas dit Ă  Pierre: «Tu t’appelles Simon, fils de Jonas»?
E-168 Voici un homme. Nous sommes inconnus l’un de l’autre, monsieur. Je ne vous connais pas, mais vous ĂȘtes un homme comme–comme la–Pierre qui vint auprĂšs du Seigneur JĂ©sus; nous nous rencontrons. Croyez-vous que je suis Son serviteur? Croyez-vous que ce que je vous ai dit est la vĂ©ritĂ©? Si vous le croyez... Eh bien, s’il y a quelque chose que je puisse faire pour vous, je le ferai. Mais il n’y a rien que je puisse faire, Il l’a dĂ©jĂ  fait. C’est simplement quelque chose pour vous amener Ă  croire cela.
E-169 Et voyez, ce n’est pas moi. Si c’était moi, je–je ferais tout ce que je pourrais pour vous. Mais, Il m’a accordĂ© un don, et je m’abandonne simplement Ă  Lui, et c’est Lui qui parle. Croyez-vous cela? Et vous l’auditoire, croyez-vous cela?
E-170 Je voulais trouver un homme. Vous avez beaucoup de problĂšmes. Et voici l’un de ces problĂšmes: vous avez une tumeur dans votre oeil droit. C’est votre problĂšme majeur. Voici autre chose: une femme continue d’apparaĂźtre ici. C’est votre femme. Croyez-vous que Dieu peut me dire quel est le problĂšme de votre femme ici? Son problĂšme, c’est dans sa bouche, il s’agit de ses dents. C’est vrai. Croyez-vous que c’est le mĂȘme JĂ©sus qui savait qui Ă©tait Simon Pierre, et qu’Il peut me dire qui vous ĂȘtes? Cela vous amĂšnera-t-il Ă  croire davantage? C’est vrai? Oscar Barnes. Est-ce vrai? Retournez chez vous, soyez guĂ©ris.
E-171 [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... vous suis inconnu. Je ne vous connais pas, mais Dieu vous connaĂźt. Croyez-vous qu’Il est capable de me rĂ©vĂ©ler votre problĂšme? Croirez-vous cela de tout votre coeur? Votre problĂšme se situe au niveau de la gorge et de votre poitrine ici. C’est une carie des os. Vous dĂ©veloppez une sorte de grosseurs et de nodositĂ©s Ă  l’intĂ©rieur de la structure osseuse. Vous n’ĂȘtes pas d’ici. Vous habitez une–une ville qui a des orangeraies tout autour. Elle se trouve dans une vallĂ©e qui offre une vue panoramique des montagnes derriĂšre. Il y a lĂ  un hĂŽtel appelĂ© Antlers. C’est la ville de San Bernardino. C’est de lĂ  que vous venez. Rentrez, JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit, si vous le croyez.
E-172 Il n’y a qu’une seule chose qui peut guĂ©rir le cancer, c’est Dieu. Croyez-vous qu’Il va vous guĂ©rir? Croyez-le. Allez, et que le Seigneur Dieu vous rĂ©tablisse complĂštement.
E-173 La raison pour laquelle vous ĂȘtes extrĂȘmement nerveuse, trĂšs bouleversĂ©e... suite Ă  cette nervositĂ©, votre estomac est dans un Ă©tat tel que vous ne pouvez pas digĂ©rer votre nourriture; vous la renvoyez juste dans la bouche, il y a de l’acide dans toute votre bouche. Tard dans les aprĂšs-midi, vous vous Ă©puisez tellement et tout le reste. Vous avez un ulcĂšre gastro-duodĂ©nal. Croyez-vous que JĂ©sus-Christ est Celui qui peut vous le rĂ©vĂ©ler? Allez prendre votre souper et croyez de tout votre coeur.
E-174 Bonsoir. Vous avez beaucoup de problĂšmes, mais l’une des choses dont vous avez peur, c’est de devenir paralytique Ă  cause de l’arthrite. Mais, croyez-vous que Dieu va vous rĂ©tablir, vous guĂ©rir de cela?
E-175 Seigneur JĂ©sus, je Te prie d’accorder cela Ă  ma soeur. Accorde-lui la vue, ĂŽte d’elle cette maladie gynĂ©cologique, et guĂ©ris-la de cette arthrite, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-176 Allez maintenant en croyant. Il va le faire. Vous vous porterez bien. Ne doutez pas, continuez Ă  marcher et Ă  croire de tout votre coeur.
E-177 Le trouble cardiaque est une chose terrible, mais Christ guĂ©rit le coeur. Le croyez-vous? Allez, croyez cela, ça va disparaĂźtre; c’est terminĂ©.
E-178 Croyez-vous que vous allez devenir paralytique? Je ne le pense pas non plus. C’est l’arthrite. Cette ombre-lĂ , c’est le cancer, croyez-vous qu’Il va le guĂ©rir? Allez, croyez cela; Il va vous rĂ©tablir.
E-179 Cela vous dĂ©range depuis un bon bout de temps. Il s’agit d’une obstruction cardiaque. Mais croyez-vous que cela sera terminĂ© ce soir? Allez, croyez cela, JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablit.
E-180 C’est une affection bĂ©nigne due Ă  un problĂšme gynĂ©cologique qui a durĂ©; et puis, vous ĂȘtes–vous avez du mal Ă  vous lever le matin. Vous avez les jambes ankylosĂ©es. Bien des fois, vous marchez avec peine; vous ne pouvez marcher que dans la journĂ©e. C’est l’arthrite. Partez, ne doutez pas, vous n’en souffrirez plus. Croyez simplement de tout votre coeur.
E-181 Vous avez beaucoup de problĂšmes, de complications, mais il y a une chose qui vous dĂ©range tellement; vous pensez aussi que c’est l’arthrite (ce qui est bien le cas) qui vous rend estropiĂ©. Croyez-vous qu’Il va vous faire marcher et vous rĂ©tablir? Allez, croyez cela de tout votre coeur, JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablit.
E-182 La nervositĂ©, le coeur et l’arthrite; mais croyez-vous que Dieu va vous rĂ©tablir? Le croyez-vous? Partez, que le Seigneur JĂ©sus vous rĂ©tablisse.
E-183 Cet estomac vous a sĂ»rement fait beaucoup de peine ces quelques derniĂšres annĂ©es, n’est-ce pas? Cela ne vous dĂ©rangera plus. Partez et croyez. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-184 Vous pouvez aussi vous en aller, votre estomac est guéri. Partez, croyez de tout votre coeur, ne doutez pas.
E-185 Vous avez du mal Ă  respirer. Ce vieil asthme vous dĂ©prime vraiment, n’est-ce pas? Croyez-vous que ça va se terminer maintenant? TrĂšs bien, partez, croyez. Amen.
E-186 Gloire au Seigneur. Alléluia. Croyez-vous de tout votre coeur?
E-187 Un instant. Voyez-vous cette LumiĂšre lĂ -bas? Une petite femme de couleur est en train de me regarder, elle est assise juste ici, elle a une grosseur sur son cĂŽtĂ© gauche. Elle a un problĂšme des reins, elle a des complications. Vous avez eu beaucoup de foi; vous n’avez pas besoin de monter ici. C’est terminĂ©. Croyez-le simplement. Amen. Ayez foi en Dieu.
E-188 Croyez-vous cela? Croyez-vous, soeur? Savez-vous que cette maladie de la colonne vertĂ©brale, vous qui ĂȘtes assise ici, croyez-vous qu’Il va vous rĂ©tablir? OK. Ne doutez simplement pas de cela. Vous pouvez l’obtenir, si vous croyez simplement cela.
E-189 Cet homme assis ici, qui me regarde, souffre de la prostate; il se réveille la nuit et tout le reste. Croyez-vous, monsieur? Ce sera alors terminé, si vous le croyez.
E-190 Voici un homme de couleur assis par ici qui me regarde. Il souffre de l’épilepsie. Il cherche aussi le baptĂȘme du Saint-Esprit. Tenez-vous debout, monsieur. Acceptez votre guĂ©rison. Que Dieu vous donne le baptĂȘme du Saint-Esprit. Amen.
E-191 Il y a un enfant qui est assis juste en face de moi par lĂ , et qui souffre aussi de l’épilepsie; il fait des crises d’évanouissement; il est assis lĂ  de l’autre cĂŽtĂ©. Croyez-vous que Dieu va rĂ©tablir cet enfant lĂ -bas? Croyez-vous de tout votre coeur? Alors Dieu va guĂ©rir l’enfant.
E-192 Croyez-vous, chacun de vous? N’est–n’est-Il pas... N’est-Il pas rĂ©ellement la Semence royale d’Abraham? N’est-Il pas le Puissant Vainqueur? A-t-Il promis que vous possĂ©derez les portes de l’ennemi?
E-193 Combien parmi vous sont liĂ©s et sentent la pression de l’ennemi? Levez la main si vous sentez la pression de l’ennemi et que vous ĂȘtes la semence d’Abraham. Levez la main comme ceci, dites: «FrĂšre Branham, je suis dĂ©rangĂ© par la nervositĂ©.» Oh! Ă  peu prĂšs quatre-vingt pour cent d’entre vous le sont. Dites: «Je...» C’est tellement Ă©pais maintenant; toute l’assistance devient simplement comme un trĂšs grand... laiteux. Cela m’aveugle presque en regardant lĂ  oĂč vous vous trouvez.
E-194 Ne voyez-vous pas qu’il y a vingt ou trente cas, peut-ĂȘtre plus, juste ici sur l’estrade et lĂ  dans l’assistance, montrant que Dieu ne peut faillir? C’est JĂ©sus-Christ le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Croyez-vous cela? Alors pourquoi pas, chaque semence d’Abraham, pourquoi ne prenez-vous pas la clĂ© maintenant? Le Grand Vainqueur qui a vaincu cela pour vous est ici. Il a confirmĂ© qu’Il est ici. Croyez-vous en Lui?
E-195 Alors prenez votre clĂ© de la foi, Ă©tendez les mains et dites: «JĂ©sus-Christ, je crois pour ma guĂ©rison maintenant mĂȘme.» Tenez-vous debout, levez les mains, dĂ©verrouillez votre foi maintenant. «Je crois, Seigneur JĂ©sus. Je crois maintenant mĂȘme.»
E-196 Maintenant, imposez-vous les mains les uns aux autres. Posez vos mains les uns sur les autres, sur une autre semence d’Abraham. Maintenant, priez pour cette personne-là. Imposez-lui les mains.
(197) JĂ©sus a dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: S’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris.»
E-197 (178) Satan, tu as perdu la bataille. Au Nom de JĂ©sus-Christ, sors d’ici et laisse ces gens s’en aller pour la gloire de Dieu.

En haut