ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Le Compte A Rebours / 64-0209 / Bakersfield, California, USA // SHP 1 heure et 10 minutes PDF

Le Compte A Rebours

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Maintenant, nous avons environ trente, trente-cinq minutes de retard. Je ne parlerai que quelques instants, parce que nous allons avoir une ligne de priùre, appeler tous ceux qui ont une carte de priùre afin de prier pour eux. C’est là notre promesse.
E-2 Mais maintenant, nous nous tenons debout, pour honorer la Parole, pendant que je lis un passage de l’Ecriture ici et que je demande Ă  Dieu un contexte pour mon sujet. Nous ouvrons dans HĂ©breux chapitre 11, si vous voulez bien suivre pendant que nous lisons.
Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espĂšre, une dĂ©monstration de celles qu’on ne voit pas.
Pour l’avoir possĂ©dĂ©e, les anciens ont obtenu un tĂ©moignage favorable.
C’est par la foi que nous reconnaissons que l’univers a Ă©tĂ© formĂ© par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas Ă©tĂ© fait de choses visibles.
E-3 Prions. Seigneur, bĂ©nis Ta Parole. Sanctifie l’instrument qui sera utilisĂ© et puisse l’instrumentation aller de pair avec la Parole, afin d’amener la Vie et faire revivre encore cette Parole devant nous. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.
E-4 Maintenant, accordez-moi toute votre attention pendant quelques instants, environ vingt minutes. J’ai ici un petit sujet que j’aimerais intituler: Le compte à rebours.
E-5 Vous savez, toutes choses... Avez-vous entendu ce que dit l’Ecriture? Les choses qui sont... que nous voyons ont Ă©tĂ© faites de choses qui n’étaient pas, parce que c’était la Parole de Dieu qui les a appelĂ©es Ă  l’existence. La terre sur laquelle nous nous tenons aujourd’hui, les chaises sur lesquelles nous sommes assis, le plancher qui est en dessous de nous, la terre, les arbres, tout n’est rien que l’interprĂ©tation de la Parole de Dieu. Quand Dieu L’interprĂšte, lorsqu’Elle s’accomplit, cela en est la rĂ©vĂ©lation. «Que ceci soit», et cela fut. «Que ceci soit», et cela fut.
E-6 Et quand on voit la nature, telle qu’elle est faite... Eh bien, la nature a Ă©tĂ© ma Bible. Comme le sait tout le monde qui m’a dĂ©jĂ  Ă©coutĂ© quand je parle, je suis presque dans le camp des illettrĂ©s, je sais Ă  peine lire. J’ai une instruction du primaire. J’ai fait beaucoup d’expĂ©riences, mais quand je prĂȘche, je dois prendre mon inspiration et reprĂ©senter cela par quelque chose comme type dans la–dans la nature, afin que vous compreniez ce dont je parle. Je ne peux pas utiliser les termes qu’utiliserait un homme intelligent et instruit, parce que je n’ai pas l’instruction pour le faire. C’est pourquoi je prends la nature et en tire le type de ce que me donne l’inspiration. Je me suis senti trĂšs seul de ce fait, mais un jour, j’ai lu dans la Bible lĂ  oĂč les prophĂštes de l’Ancien Testament faisaient la mĂȘme chose.
E-7 Et puis, le plus grand prophĂšte, c’était Jean. Et nous remarquons qu’à l’ñge de neuf ans, il fut conduit par l’Esprit dans le dĂ©sert, car il devait prĂ©senter le Messie. Son pĂšre Ă©tait un sacrificateur. Normalement, il–il Ă©tait censĂ© marcher sur les traces de son pĂšre. Mais, son travail Ă©tait trop important pour qu’il prenne une quelconque Ă©thique conçue par quelqu’un d’autre. Il devait recevoir son message de Dieu. Ainsi, Ă  l’ñge de trente ans, il est sorti du dĂ©sert, sans instruction, mais avec un zĂšle brĂ»lant dans son coeur, avec une rĂ©vĂ©lation venant de Dieu et une vision selon laquelle il allait annoncer le Messie. Il le savait si clairement qu’il a dit: «Au milieu de vous il y a Quelqu’un maintenant mĂȘme que vous ne connaissez pas.» Pensez-y. «Au milieu de vous il y a Quelqu’un, juste ici, que vous ne connaissez pas. Il... Je ne suis mĂȘme pas digne de dĂ©lier Ses chaussures, mais c’est Lui qui baptisera du Saint-Esprit et de Feu. Il a Son van Ă  la main.»
E-8 Et avez-vous remarquĂ© son–son langage? Eh bien, il a dit aux pharisiens, quand il s’est prĂ©sentĂ©... Il savait, Ă©tant prophĂšte, il savait ce qu’il y avait dans leurs coeurs. Et il a dit: «Vous, race de vipĂšres», ce qui signifie serpents. Vous voyez, ils... il savait que cela...
E-9 Eh bien, quelqu’un d’autre aurait pu dire: «Vous, espĂšce de ceci...» Vous savez, utilisant un langage trĂšs raffinĂ©: «EspĂšce de vaurien importun», ou tout autre qualificatif qu’il aurait voulu utiliser. Cela peut ĂȘtre mal choisi; j’ai juste pris cela, vous voyez. Ainsi, il aurait utilisĂ© d’autres termes.
E-10 Mais vous voyez son inspiration, il savait qu’un serpent Ă©tait petit, vil et sournois. Il a donc dit: «Vous, race de serpents, qui vous a appris Ă  fuir la colĂšre Ă  venir? Ne vous mettez pas Ă  dire en vous-mĂȘmes que vous appartenez Ă  ceci ou Ă  cela, car je vous dĂ©clare que de ces rochers (les pierres qu’il avait vues dans le dĂ©sert et sur le rivage) Dieu peut susciter des enfants Ă  Abraham. Et aussi la cognĂ©e est mise Ă  la racine des arbres.» Ce qu’il avait vu, comme dans le dĂ©sert, chaque arbre qui ne portait pas de fruits, c’est ce qu’il utilisait comme bois pour le feu. Vous voyez? «Et c’est mis Ă  la racine des arbres! Et s’il ne produit pas de bons fruits, il est coupĂ© et jetĂ© au feu.» Vous voyez, son inspiration suivait la nature.
E-11 Et si vous observez trĂšs attentivement la nature, vous ne vous Ă©loignerez pas beaucoup de la Parole; en effet, Dieu est dans la nature. Je crois que la derniĂšre fois que j’étais ici sur la cĂŽte ouest, j’ai prĂȘchĂ© sur les quatre façons de voir Dieu: Dieu dans Son Fils, Dieu dans Sa Parole, Dieu dans la nature et ainsi de suite.
E-12 Maintenant, si nous observons tout ce que Dieu a crĂ©Ă© dans la nature, Ă©tant donnĂ© que je vais parler dans ce sens-lĂ , Ă  savoir que les choses naturelles sont le type des choses spirituelles, cela... En effet, cela a Ă©tĂ© fait de choses invisibles. C’était la Parole. Maintenant, prenons par exemple, comme...
E-13 Il y a quelques mois, on m’a demandĂ© de prĂȘcher un sermon, un sermon funĂšbre pour un prĂ©cieux vieil ami. Beaucoup ont lu mon livre, et vous vous rappelez lĂ  oĂč je... un garçon qui Ă©tait un... faisait partie des scouts, ou de quelque chose comme ça. Et il.... Je lui avais demandĂ© de me garder mon... de me garder son vieux cou... ou plutĂŽt–ou plutĂŽt, son costume de scout, quand il l’aurait usĂ©. Eh bien, il m’a gardĂ© une jambe de pantalon. Vous vous rappelez cela, c’est dans le livre, et je l’ai portĂ©e. Lloyd Ford, sa mĂšre est morte rĂ©cemment, elle avait Ă  peu prĂšs quatre-vingt-cinq ans. Une de mes trĂšs prĂ©cieuses amies. Et Lloyd, Ă©tant tout seul maintenant (il restait avec sa mĂšre), il est venu me voir et il a dit: «FrĂšre Bill?» C’est par ce nom qu’il me connaissait. Nous... Je l’appelais Lloyd, il m’appelait Bill.
Et je lui ai dit: «Que voulez-vous, FrÚre Lloyd?»
Il a dit: «Voudriez-vous–voudriez-vous prĂȘcher aux funĂ©railles de ma mĂšre?»
E-14 Et j’ai dit: «Je serais heureux de le faire. Ce serait vraiment comme pour ma propre mĂšre, ai-je dit; elle m’a prĂ©parĂ© tant de repas et tout, et elle a Ă©tĂ© si douce envers moi.»
E-15 Il a dit: «J’aimerais que ces paroles que vous venez de dire, vous les prononciez sur elle, FrĂšre Branham.»
E-16 J’ai dit: «Qu’aimeriez-vous, qu’aimeriez-vous que je dise, Lloyd?»
E-17 Il a dit: «La chose que j’aimerais que vous fassiez, c’est rassurer simplement ma famille, nous rassurer de sa rĂ©surrection.»
E-18 Ainsi, j’ai tirĂ© un texte de quelque chose lĂ  dans Job, lĂ  oĂč Job observait la nature, et j’ai dit... dans mon...
E-19 Lors de ma... la mort de ma propre mĂšre–ma propre mĂšre est morte il y a environ deux ans –, ma jeune soeur venait juste d’ĂȘtre sauvĂ©e, et elle m’a fait venir quand elle a compris que ma mĂšre s’en allait. Et elle a dit: «Bill, que puis-je faire?» Elle a dit: «Je n’arrive plus Ă  supporter de rester lĂ , Ă  regarder ma mĂšre.»
J’ai dit: «C’est la scĂšne la plus douce que j’aie jamais vue.»
Elle a dit: «Comment peux-tu dire une chose pareille, et c’est ta mĂšre?»
E-20 «Oh! ai-je dit, elle est prĂȘte Ă  partir et elle veut partir. Elle est vieille et elle est prĂȘte Ă  quitter cette vie.»
E-21 Je lui ai dit: «Maman, JĂ©sus reprĂ©sente-t-Il toujours ce qu’Il reprĂ©sentait pour toi le jour oĂč tu as reçu le Saint-Esprit?»
Elle a dit: «Oui.»
Lorsque je... Lorsqu’elle ne pouvait plus le dire, je lui ai dit: «Souris.»
E-22 Quand, devenue trop faible, elle ne pouvait plus sourire ni parler, je lui ai dit: «Maman, tu es en train de mourir.» Elle Ă©tait dans mes bras. J’ai dit: «Maman, si JĂ©sus-Christ reprĂ©sente encore la mĂȘme chose pour toi, s’Il est aussi doux ou mĂȘme plus doux qu’Il Ă©tait quand tu as reçu le Saint-Esprit... Je suis ton fils prĂ©dicateur, je dois faire face au public. JĂ©sus reprĂ©sente-t-Il quelque chose pour toi alors que tu meurs? Si c’est cela... Si tu ne peux plus parler...» Et elle ne pouvait plus parler. J’ai dit: «Ne peux-tu pas parler, maman?» Elle ne pouvait plus bouger. J’ai dit: «Bats des yeux trĂšs vite.» Et elle s’est mise Ă  battre les yeux trĂšs vite, les larmes coulant sur ses joues, alors qu’elle ne pouvait mĂȘme plus parler. Mais ses sens sentaient la PrĂ©sence de JĂ©sus-Christ. AprĂšs quelques minutes, un vent a balayĂ© la piĂšce et ma mĂšre s’en est allĂ©e avec pour rencontrer Dieu.
E-23 Maintenant, quand cette femme est morte, j’ai dit: «Y a-t-il de l’espoir pour la rĂ©surrection?» J’ai dit: «Tout...»
E-24 J’ai eu le privilĂšge de parler presque Ă  chaque nation sous les cieux. J’ai vu toutes sortes de dieux et toutes sortes de religions, mais il n’y en a aucune de vraie en dehors du Christianisme. C’est la seule. MĂȘme la nature elle-mĂȘme tĂ©moigne en faveur du Christianisme, de Dieu le CrĂ©ateur!
E-25 Regardez: il y a la vie, la mort, l’ensevelissement, la rĂ©surrection–la rĂ©surrection! Toute la... Vous ne pouvez pas sortir lĂ  dehors et ne pas voir cela. Observez les feuilles sortir au printemps. Observez-les atteindre l’ñge de la jeunesse, la vieillesse; l’ñge mĂ»r et ensuite vieillir. Et les nervures apportent la vie dans les feuilles. En quelques minutes, vous dĂ©couvrez (ça ne traĂźne pas), avant que le gel ou autre ne tombe, ces feuilles tombent. Et que se passe-t-il? La vie qui est dans cet arbre, cette sĂšve descend dans les racines. Si elle ne le faisait pas, le froid de l’hiver tuerait l’arbre, tuerait la vie. Elle ne peut pas rester en haut. Elle doit descendre et s’ensevelir. Mais au printemps, la voilĂ  qui revient Ă  nouveau avec de nouvelles feuilles. Cela tĂ©moigne qu’il y a une vie, une mort, un ensevelissement et une rĂ©surrection. Tout en type. Nous ne pouvons simplement pas nous Ă©loigner de cela.
E-26 Observez le soleil quand il se lĂšve le matin, le soleil qui Ă©claire les cieux. C’est un petit bĂ©bĂ©, bercĂ© dans les bras de sa mĂšre. Lorsqu’il est encore faible, il ne donne pas beaucoup de lumiĂšre, il n’est pas trĂšs fort. Et puis, vers huit heures, il commence l’école. A onze heures trente, il est diplĂŽmĂ©, il a fini l’école secondaire et l’universitĂ©. Ensuite, il est dans sa pleine force entre midi et quatorze heures. Puis, il commence Ă  faiblir et devient de plus en plus faible et, finalement, il perd toute sa force; et comme un vieil homme ou une vieille femme, il se couche. Est-ce lĂ  sa fin? Elle revient le lendemain matin pour tĂ©moigner qu’il y a une rĂ©surrection et une vie au-delĂ  de la mort.
E-27 Tout en tĂ©moigne. Toute la nature en tĂ©moigne. La Parole en tĂ©moigne. L’Esprit mĂȘme qui est dans notre coeur tĂ©moigne de cela. Quelque chose en nous crie qu’il y a une rĂ©surrection des morts. Ainsi, vous voyez, de dire...
E-28 Pour tout ce qui accomplit le dessein de Dieu, il y a une rĂ©surrection. Mais cela ne peut ressusciter que si cela a accompli le dessein de Dieu. Si une fleur vit et si elle n’est pas fĂ©condĂ©e, elle ne ressuscitera pas. Si vous plantez un maĂŻs qui n’est pas fĂ©condĂ©, il ne ressuscitera pas. Tout ce qui n’accomplit pas le dessein de Dieu ne ressuscite pas. Mais vous ne pouvez pas garder en terre quelque chose qui a accompli le dessein de Dieu. Cela apparaĂźt de nouveau pour tĂ©moigner de la rĂ©surrection. Nous savons que toutes ces choses sont vraies. Ce sont des tĂ©moignages pour nous, afin de nous encourager. Chaque jour, oĂč que vous regardiez, vous voyez Dieu.
E-29 Il existe un corps naturel formé des gens. Il existe un Corps spirituel formé des gens.
E-30 Il existe une Epouse naturelle. J’ai eu le privilĂšge de marier de beaux couples de jeunes. Et je n’y pense jamais avant que je les tourne en quelque sorte–une petite superstition–j’offre mon dos Ă  l’est, et eux regardent vers l’est. Et tandis que je les regarde, je pense Ă  leurs coeurs battant comme un seul, Christ et Son Epouse. Il existe une Epouse naturelle, et le fait qu’il existe une Epouse naturelle n’est qu’un tĂ©moignage qu’il existe une Epouse spirituelle. Puisqu’il existe une Epouse naturelle, il existe une Epouse spirituelle.
E-31 Tous ces Ă©vĂ©nements naturels annoncent donc les Ă©vĂ©nements spirituels. Chaque Ă©vĂ©nement correspond Ă  l’autre Ă©vĂ©nement, seulement il amĂ©liore la chose.
Vous dites: «Quoi, par exemple?»
E-32 Eh bien, quelque chose comme une Vie spirituelle, quand cela entre dans la vie naturelle, cela amĂ©liore celle-ci. Cela vous met dans une condition meilleure que celle oĂč vous Ă©tiez dans la vie naturelle.
E-33 Quand la feuille devient vieille et meurt, en revenant avec la vie dans la rĂ©surrection, pour rendre tĂ©moignage dans une autre annĂ©e, elle revient dans une condition meilleure que celle oĂč elle Ă©tait en tombant. Vous voyez, tout tĂ©moigne de ces choses.
E-34 Maintenant, prenons par exemple les rĂ©alisations que l’homme a Ă©tĂ© capable d’accomplir sur terre. Dans toutes ces rĂ©alisations naturelles, maintenant, je veux toute votre attention maintenant, le... Toutes les rĂ©alisations naturelles qui ont eu lieu sur terre annonçaient des rĂ©alisations spirituelles que Dieu a faites par Son Eglise.
Toutes les choses naturelles sont des types des choses spirituelles! Eh bien, vous dites: «Comment?»
E-35 Prenons-en une: le transport. PremiĂšrement, le moyen de transport Ă©tait le cheval. Ensuite, c’était l’automobile. Puis, la science a construit un avion et... Mais vous voyez, c’est un... D’abord, c’était un cheval-vapeur, la voiture avait peut-ĂȘtre vingt chevaux, l’avion va jusqu’à des centaines de chevaux. Voyez-vous ce que c’est? C’est juste comme on est parti du cheval, puis on a construit l’automobile, ensuite c’était un avion. Nous continuons simplement Ă  faire des rĂ©alisations de plus en plus importantes, de plus en plus grandes. Ça, ce sont les exploits de la science. Cela annonçait des choses spirituelles que Dieu a accomplies par Son Esprit et qui Ă©taient dans Sa Parole promise.
E-36 L’homme naturel, grĂące Ă  son savoir, regarde en arriĂšre pour faire ses rĂ©alisations (C’est la science, vous voyez?), Ă  ce que Dieu a fait dans la premiĂšre crĂ©ation. Il va lĂ  et ramasse des mottes de terre, des morceaux de rochers et de fossiles, et–et des Ă©lĂ©ments et les assemble. Vous voyez, dans cette rĂ©alisation, il prend ce que Dieu a fait et le pervertit de son Ă©tat originel, rendant son habitat, son Ă©conomie et ainsi de suite un peu meilleurs Ă  partir de ce qui a Ă©tĂ© crĂ©Ă©. Ça, c’est en ce qui concerne la rĂ©alisation naturelle de l’homme.
E-37 Mais Dieu, en ce qui concerne la rĂ©alisation spirituelle, va de l’avant et non en arriĂšre. Il va de l’avant, regardant dans la Parole et croyant les promesses pour des choses qui n’étaient jusqu’alors jamais arrivĂ©es, pour des rĂ©vĂ©lations spirituelles, afin de manifester les choses spirituelles que Dieu a promises. Il les voit s’accomplir. De mĂȘme que le scientifique, dans son laboratoire, travaille sur diffĂ©rentes choses prises dans la crĂ©ation pour aider l’homme, l’homme spirituel regarde en avant, Ă  quelque chose que Dieu a promis et qui n’a pas encore Ă©tĂ© crĂ©Ă© jusque-lĂ . L’homme naturel regarde en arriĂšre. L’homme spirituel regarde en avant.
E-38 Il en est de mĂȘme–de mĂȘme dans l’Eglise. Le membre de l’Eglise naturelle regarde en arriĂšre, Ă  ce que Finney, Sankey, Knox, Calvin... Cela Ă©tait trĂšs bien, mais c’était leur jour. Nous regardons en avant, attendant quelque chose d’autre: une promesse plus grande et plus glorieuse, ce que Dieu a promis. La science retourne en arriĂšre pour prendre la chose. Nous–nous allons de l’avant, dans la Parole du Seigneur, pour trouver ce que Dieu a accompli.
E-39 Dans ces deux cas, l’un annonce l’autre ou en est le type. Maintenant, de mĂȘme que la science a Ă©tĂ© capable d’obtenir plus de chevaux (tel qu’il l’a fait en prenant cette puissance pour faire de plus grands instruments, les autos et les avions), Dieu a fait des rĂ©alisations de la mĂȘme maniĂšre, comme chacun de ces types. Maintenant, suivez.
E-40 LĂ  autrefois, au temps de Luther, leur puissance, c’était la puissance du cheval. Et alors, Dieu, en prenant Luther dans Ses mains (Il le contrĂŽlait), le tirant d’une grande organisation ou d’un grand systĂšme, permit Ă  cet homme de voir que le juste vivra par la foi. Et lorsqu’il fut capable d’accomplir la justification et de la prĂȘcher, l’Eglise vint Ă  la Vie. Elle vint Ă  la Vie et commença Ă  bouger, juste un peu, lĂ  dans ces jours de la puissance du cheval, oĂč la puissance du cheval Ă©tait sur le point de disparaĂźtre, celle de l’attelage, du cheval et du boghei [sorte d’attelage–N.D.T.]. Maintenant, Il a accompli la justification et au travers de cela, l’Eglise a reçu alors la Vie, en croyant en JĂ©sus-Christ. Pas en prenant une...
Vous dites: «Je crois dans l’Eglise. Je crois Ă  ce...»
E-41 Croire en Lui, c’est la Vie. JustifiĂ© par la foi! Telle Ă©tait la prĂ©dication de Luther. Cela Ă©tait reprĂ©sentĂ© en type par les jours du cheval et du boghei.
E-42 Ensuite, Il prit sous Son contrĂŽle un homme en Angleterre, du nom de John Wesley, pour Ă©loigner de lui tous les ismes. Et Il fut capable, au travers de John Wesley, d’apporter la sanctification dans l’Eglise. La sanctification a remis l’Eglise sur ses pieds et l’a rendue capable de marcher. Maintenant, c’est Ă  la fin de l’ñge de Wesley qu’apparaĂźt l’automobile. Nous rĂ©alisons que lorsque la–la fin de l’Eglise de Wesley, je veux dire, pas... Vous voyez, chaque–chaque rĂ©formateur vient Ă  la fin de l’ñge. Or, nous voyons que Wesley, Ă  la fin de son Ăąge de l’Eglise, lequel est venu juste avant les pentecĂŽtistes, eh bien, nous voyons que l’Eglise a eu assez de force, au travers de la sanctification pour s’éloigner des choses du monde. Sanctifier signifie sĂ©parer pour la gloire de Dieu. C’est bien dommage qu’elle ait perdu cela! Mais elle a eu assez de force.
Luther lui donna la vie autrefois au temps du cheval et du boghei.
E-43 Wesley l’a mise sur ses pieds pour qu’elle marche: la sanctification, la sĂ©paration d’avec les choses du monde. De petites branches sont sorties de lĂ , comme les PĂšlerins de la SaintetĂ©, les NazarĂ©ens, et les autres sont sortis de lĂ , Ă  travers la sanctification.
E-44 Mais, rappelez-vous, on ne pouvait pas rester immobile. La Colonne de Feu s’est dĂ©placĂ©e, et on est arrivĂ© sur la rue Azusa, ici en Californie. Et alors, qu’est-ce que cela a fait? Cela reprĂ©sentait le temps de l’avion, aprĂšs l’automobile, quand les gens... Dieu a Ă©tĂ© capable, par les frĂšres Wright de... ou plutĂŽt l’homme a Ă©tĂ© capable de fabriquer un avion qui pouvait voler. Annonçant cela, la PentecĂŽte de la rue Azusa est immĂ©diatement tombĂ©e et l’homme s’est Ă©levĂ© dans les airs, vers le surnaturel, vers l’inconnu. Il parla en des langues inconnues. Il fit des choses inconnues, qui Ă©taient Ă©trangĂšres Ă  l’Eglise, car il avait dĂ©collĂ© du sol, il avait quittĂ© les airs... gagnĂ© les airs. Qu’est-ce que cela fit? ImmĂ©diatement aprĂšs sont venus les avions, il s’éleva dans les airs. Dieu montrait par les avions que Son Eglise Ă©tait en train de s’élever. Il montre par les choses naturelles ce qui se passe dans le spirituel. Elles suivent toujours, tout comme les mages suivaient l’étoile pour trouver Christ, aprĂšs l’avoir suivie pendant deux ans.
E-45 Maintenant, remarquez. Toutes ces choses que l’homme a rĂ©alisĂ©es ne sont que des types et des ombres de ce que Dieu est en train de faire. Il le fait toujours de cette maniĂšre. Il nous a annoncĂ© les signes qui apparaĂźtraient dans le ciel, des choses qui arriveraient juste avant la Venue de Christ. Nous voyons cela maintenant. C’est seulement un poteau indicateur. Et nous voyons ce qu’ils ont rĂ©alisĂ© dans le domaine scientifique et ce que Dieu a accompli par Son Eglise.
E-46 Un homme prend-il un avion? Il n’a plus besoin du cheval et du boghei, Ă  moins qu’il cherche Ă  s’amuser un peu. Mais le cheval et le boghei... Rappelez-vous, quelle est la puissance d’un avion? C’est juste plus de chevaux ajoutĂ©s, c’est tout.
E-47 Et quand John Wesley a donc trouvĂ© la sanctification, une oeuvre de mise Ă  part aprĂšs la justification, il n’a jamais condamnĂ© la justification, il y a seulement ajoutĂ© plus de puissance.
E-48 Et quand les pentecĂŽtistes ont trouvĂ© le baptĂȘme du Saint-Esprit et la restauration des dons, ils n’ont jamais rejetĂ© la sanctification ou la justification. Ils ont juste eu plus de puissance, ils se sont levĂ©s et sont montĂ©s parce qu’ils avaient trouvĂ© plus de puissance. Vous voyez?
E-49 Toutes ces choses Ă©taient des prĂ©figurations, au fur et Ă  mesure qu’elles arrivaient. Si nous avions le temps, nous pourrions vraiment nous attarder dessus, mais nous n’en avons pas. Et ils se sont Ă©levĂ©s. De mĂȘme que la science a accompli quelque chose en regardant en arriĂšre, Dieu a accompli quelque chose en allant dans ce sens, en allant de l’avant vers le Royaume.
E-50 Maintenant, nous voyons que de la rue Azusa, les avions ont dĂ©collĂ©, avec de grands rĂ©veils qui ont balayĂ© le monde, jusque dans l’inconnu, dans les lieux cĂ©lestes, parlant des langues inconnues, apportant des dons inconnus au monde. Eh bien, on pensait qu’ils Ă©taient des fanatiques, mais ils en avaient Ă©tĂ© capables. Dieu a pris un groupe de gens dans Ses mains. Il a pris un petit nĂšgre qui louchait, ici sur la rue Azusa, qui n’avait pas plus de bon sens que de croire que ce que Dieu a dit est la VĂ©ritĂ©. C’est juste.
E-51 Voyez, alors que la science doit faire beaucoup de bon sens dans la tĂȘte d’un homme, beaucoup de sagesse, de connaissance, afin qu’il puisse retourner en arriĂšre et trouver ces choses, Dieu doit simplement faire sortir de lui ce qu’il a pour pouvoir l’utiliser. L’un va dans ce sens, l’autre dans celui-lĂ . L’un descend, l’autre monte.
E-52 Maintenant, les pentecĂŽtistes ont laissĂ© ces Eglises intellectuelles clouĂ©es au sol quand ils ont dĂ©collĂ© avec le parler en langues et de grands dons de guĂ©rison. Ils ont guĂ©ri les malades. Ils ont fait de grandes choses. Ils ont accompli cela. Il n’y a aucun doute lĂ -dessus. C’est une Ă©vidence qu’ils ont fait cela! Ils l’ont certainement fait! Et ils ont laissĂ© cette Eglise intellectuelle au sol. Qu’importe s’ils disent: «Eh bien, vous ne pouvez pas...» Ils ont fait cela, de toute façon. MĂȘme si vous...
E-53 C’est comme le jeune homme qui a Ă©tĂ© emprisonnĂ© pour avoir tirĂ© sur une canonniĂšre. Quelqu’un est entrĂ© lĂ  et a dit... Un garçon est venu lui rendre visite et a dit: «Oh! ils ne peuvent pas te jeter en prison pour cela!» Il a dit: «Ils ne le peuvent pas?» Il y Ă©tait dĂ©jĂ .
E-54 Et c’est comme cela que les gens disent que le Saint-Esprit Ă©tait pour un autre Ăąge. C’est ce qu’ils pensent! Il est lĂ ! Nous le savons. Nous... Et c’est–c’est... Nous volons avec Lui dans les airs depuis les quarante, cinquante derniĂšres annĂ©es, voyant des choses dont les intellectuels ne connaissent rien. La seule chose qu’ils peuvent faire, c’est s’asseoir et dire... juste s’en moquer.
E-55 C’est comme ce petit veau qui, une fois, est sorti de l’étable, raconte-t-on, et qui Ă©tait bien gras et rondelet; il bondissait de joie. Et il avait un trĂšs bon fermier qui le nourrissait bien, et il Ă©tait tout rondelet et plein de vitamines. Et il y avait par-lĂ  un autre vieux fermier paresseux, qui avait un petit veau qui Ă©tait aussi nĂ© dans l’étable cet hiver-lĂ , et qui alors n’avait rien d’autre Ă  manger que de mauvaises herbes. Et quand il est sorti, il Ă©tait si faible qu’il pouvait Ă  peine se dĂ©placer. Et chaque fois que le vent soufflait, il l’entraĂźnait de cĂŽtĂ©. Il voyait ce petit veau gras qui bondissait de joie et qui se tapait du bon temps. Vous savez, il regardait Ă  travers les fissures de la clĂŽture et disait: «Quel fanatisme!» Il Ă©tait plein de vitamines, il n’était pas Ă©tonnant qu’il pĂ»t bondir de joie.
E-56 Et quand un homme est rempli du Saint-Esprit, il y a en lui quelque chose qui est plein des vitamines spirituelles de Dieu; cela lui fait louer Dieu, crier et agir diffĂ©remment. Pourquoi? Il n’est plus liĂ© Ă  la terre. Il est dans les Cieux, voguant lĂ  dans les lieux cĂ©lestes en Christ JĂ©sus.
E-57 Il a laissé les autres attachés à la terre avec leurs bicyclettes et leurs automobiles, et il est allé dans les airs. Certainement. Faisant pratiquement sortir ces choses de... Elles sont dépassées. Ils ont guéri les malades, ils ont parlé dans des langues inconnues et fait des tas de choses.
E-58 Mais maintenant, mes amis, puis-je dire ceci? On est arrivĂ© Ă  l’ñge de l’astronaute. On a quittĂ© l’ñge de l’avion. On a plus de puissance maintenant. L’ñge de l’astronaute est arrivĂ©. Qu’est-ce? Pas un... Nous sommes arrivĂ©s dans l’ñge spirituel de l’astronaute, vous voyez, allant plus haut. Ce n’est pas... C’est le mĂȘme Esprit, seulement avec plus de puissance, on est seulement Ă©levĂ© plus haut. On peut aller plus haut, voir plus, croire plus, ressembler davantage Ă  Christ. Pas l’automobile, pas le cheval et le boghei, mĂȘme pas l’avion, mais l’astronaute. Et il passe trĂšs vite et s’élĂšve au-dessus de tous.
E-59 Dans la Bible, c’est appelĂ© l’ñge de l’aigle. Dieu appelle Ses prophĂštes... L’ñge de l’aigle... Nous rĂ©alisons que dans la Bible, nous voyons dans Malachie 4 qu’il nous est promis cela dans les derniers jours. Eh bien, Il compare Ses prophĂštes Ă  des aigles. Il s’appelle Lui-mĂȘme l’Aigle. Il est le Grand Aigle JĂ©hovah.
E-60 Il est capable de se faire une Epouse pour Lui-mĂȘme. Il sera capable, dans les derniers jours, d’avoir une Epouse, avec un ministĂšre qui est si exactement ce... C’est comme un homme et sa femme deviennent un. Et quand JĂ©hovah rend Son peuple semblable Ă  Lui, Il vit alors dans Son peuple. Ils sont Un.
E-61 Cela accomplit l’Ecriture, c’est exactement ce qu’Il a dit dans Saint Jean 14.12: «Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais.» Cela accomplit aussi ce que JĂ©sus a annoncĂ©: «Ce qui arriva aux jours de Sodome, arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.»
E-62 Maintenant, c’est l’ñge de l’astronaute. Et l’astronaute voit des choses que ni le cavalier, ni l’automobiliste, ni mĂȘme le pilote ne voit. Il va plus haut. L’avion est encore ici en bas, il s’élance dans les nuages, il a des pannes, il descend Ă  toute vitesse et tout le reste. Mais lui, il va au-delĂ  des nuages des credos et des dĂ©nominations, il monte jusque dans les cieux, s’éloignant carrĂ©ment de tout.
E-63 L’ñge de l’astronaute, nous vivons dans l’ñge de l’astronaute. Aussi sĂ»r que Dieu a attestĂ© par les Ă©vĂ©nements naturels lĂ -bas, aussi atteste-t-Il maintenant que si nous avons produit un astronaute, Dieu a accompli ce qu’Il avait promis d’accomplir dans les derniers jours, selon Malachie 4. La seule chose qu’Il a Ă  faire, c’est avoir dans Ses mains quelqu’un qui peut se dĂ©tacher des avions et des automobiles et autres, quelqu’un qui ne regardera pas en arriĂšre, Ă  ce que la chose Ă©tait, mais qui trouvera plus de puissance pour ĂȘtre Ă©levĂ© plus haut, ĂȘtre Ă©levĂ© jusque dans la PrĂ©sence de Dieu, ĂȘtre Ă©levĂ© lĂ -haut, oĂč tout est possible. Eh bien, nous voyons cela arriver. Il n’y a aucun doute Ă  ce sujet.
E-64 C’est ce que fait l’astronaute spirituel. De mĂȘme que le–l’astronaute naturel va plus haut que les avions... Les avions font toujours des accidents et du bruit dans les nuages et tout comme cela. Il ne peut y avoir quelque chose de plus grand, une plus grande rĂ©alisation que l’astronaute. La seule chose qu’il doit faire, c’est juste continuer Ă  ajouter plus de puissance. Il peut aller oĂč il veut, vous voyez, parce qu’il est dĂ©jĂ  entrĂ© dans l’espace. Les avions sont encore en bas, faisant des accidents, du bruit, maintenus au sol et tout comme cela. Mais l’astronaute n’a pas besoin d’ĂȘtre maintenu au sol. Il va au-delĂ  des nuages. Il va au-delĂ , au-delĂ  des credos, au-delĂ  des dĂ©nominations, au-delĂ  de ceux qui disent: «Ce n’est pas vrai, ce n’est pas vrai!» Il a un guide, le Saint-Esprit. C’est ce que la Parole lui dit, et il avance.
E-65 Comment la science produit-elle un astronaute? Il prend la puissance qu’on a et continue simplement Ă  injecter quelque chose, et cela lui donne la capacitĂ© d’aller plus loin, d’aller sans air et ainsi de suite. Et cela continue... Je n’en connais pas la composition chimique; je ne suis pas un mĂ©canicien. Mais qu’importe ce que c’est, il continue Ă  le faire aller de plus en plus haut. Il continue Ă  l’amĂ©liorer tout le temps, au point que maintenant il peut aller au-delĂ  de tout raisonnement. C’est ce que fait l’astronaute de Dieu, il va au-delĂ  de tous les credos des Eglises, de toutes les frontiĂšres, de toutes ces choses qui disent: «Les jours des miracles sont passĂ©s; ça n’existe pas.»
E-66 Comment l’astronaute a-t-il trouvĂ© cela? Il a reprĂ©sentĂ© cela sur du papier. Ce qu’il a imaginĂ© vient de ce qui Ă©tait Ă©crit sur papier. C’est pareil pour un homme qui peut s’asseoir pour lire la Parole de Dieu et voir ce qui est promis. «Vous sondez les Ecritures. Vous pensez avoir en Elles la Vie Eternelle, a dit JĂ©sus, et ce sont Elles qui rendent tĂ©moignage de Moi.» Ce groupe des gens attachĂ©s Ă  la terre qui Ă©taient lĂ  en ce temps-lĂ  ne savaient pas Qui Il Ă©tait.
E-67 Le ministĂšre, que fait-il? L’astronaute voit des choses que les avions et autres, qui sont dĂ©passĂ©s, ne voient pas. L’astronaute spirituel fait de mĂȘme, il va au-delĂ  des nuages, au-delĂ  des credos, au-delĂ  du doute, et entre dans l’espace, au-delĂ  de l’atmosphĂšre, au-delĂ  de l’atmosphĂšre de toute incrĂ©dulitĂ©, au-delĂ  de l’atmosphĂšre oĂč il n’entend pas ce bavardage: «Eh bien, vous ne pouvez pas y arriver. Personne ne coopĂ©rera, ne coopĂ©rera avec vous. Vous ne pouvez pas faire ceci, vous ne pouvez pas faire cela.» Il ne voit pas cela. Il est un astronaute. Il va au-delĂ  de ces nuages. «Il y a trop de tempĂȘte, nous n’y arriverons pas.» Ça ne change rien pour un astronaute. Il va au-delĂ  de la tempĂȘte. Vous voyez, il en est ainsi de la foi d’un vĂ©ritable astronaute. Les gens disent: «Eh bien, le docteur a dit ceci et cela.» Cela peut ĂȘtre juste, mais un astronaute ne croit pas cela.
E-68 Quand c’est Ă©crit Ici, et qu’il a reçu cela dans son coeur, et que quelque chose le lui dit, il se propulse immĂ©diatement. C’est tout. Il va droit dans l’espace, car nous vivons dans l’ñge de l’astronaute. Certainement. Dans l’espace, oĂč tout est possible Ă  celui qui croit. Il a un guide, qui est Sa Parole, qui lui dit comment aller, la Parole de Dieu.
E-69 L’astronaute naturel est... a quelque chose qui le contrĂŽle. Quand l’astronaute est dans l’espace, il a quelque chose qui le contrĂŽle ici derriĂšre, ici en bas sur terre. Cela s’appelle le radar. Ce radar dirige ses mouvements, montre oĂč il se trouve, indique ce qu’il fait. Et ce radar le contrĂŽle depuis une tour radar, ici sur terre. Ça, c’est l’astronaute naturel.
E-70 De mĂȘme, l’astronaute spirituel a une Puissance de contrĂŽle, il a aussi une tour de contrĂŽle. Ce n’est pas ici en bas oĂč se trouve l’homme. C’est LĂ -haut. Et c’est le Saint-Esprit qui est en lui qui le contrĂŽle. Une tour du baptĂȘme du Saint-Esprit. C’est sous contrĂŽle, cela le maintient sous contrĂŽle par la Parole. Pas dans un tas de fanatisme, ni de cris stupides. Mais l’AINSI DIT LE SEIGNEUR, et la chose arrive. C’est toujours sous contrĂŽle. Il a une tour de contrĂŽle qui est le Saint-Esprit. Et la Parole est Son–Son programme. Et il entre carrĂ©ment dans ce programme. Et la puissance du Saint-Esprit lui donne la capacitĂ© de partir, et cela accomplit ce que Dieu veut pour Son peuple, pour que cela accomplisse ce qu’Il a promis.
E-71 JĂ©sus ne guĂ©rissait pas les gens parce qu’Il devait le faire. Il a rempli cela–a accompli l’Ecriture. Il a guĂ©ri parce qu’il Ă©tait Ă©crit qu’Il le ferait. Il n’est pas tenu d’opĂ©rer ces miracles aujourd’hui. Il n’est pas tenu d’avoir tel ou tel autre ministĂšre, mais Il a promis qu’Il le ferait. Il le fait pour accomplir Sa promesse.
E-72 FrĂšre, soeur, hommes, femmes, ne pouvez-vous pas voir cela? Ne voyez-vous pas le type du spirituel et du naturel?
E-73 Ces grandes rĂ©alisations ont fait que l’horloge de la science soit Ă  un point oĂč ils disent maintenant que c’est seulement... L’horloge de la science, disent-ils, indique minuit moins trois. Ils sont Ă  la fin. Ils ont trouvĂ© la chose qui les dĂ©truira. Ils ont tout trouvĂ©. Un astronaute peut aller dans l’espace et aller lĂ -bas avec la puissance atomique et se tenir lĂ -haut et dire: «Rendez-vous, sinon vous allez sauter.» Minuit moins trois! Ils ont travaillĂ© en partant de ce que Dieu a fait. Ils ont Ă©tĂ© capables de pervertir. Au lieu d’essayer d’apporter la vie, ils sont toujours occupĂ©s Ă  trouver quelque chose pour tuer quelqu’un. Quelque chose qui surpasserait ce qu’a le voisin, qui battrait la nation voisine, qui battrait le territoire voisin. C’est ce qu’ils essaient de faire.
E-74 Mais cet homme regarde, appelle l’homme son frĂšre et essaie de le conduire Ă  une demeure oĂč il ne devra plus mourir. L’un est dans la mort, l’autre est dans la Vie. Mais ceux qui sont dans la mort reprĂ©sentent seulement la Vie. Quand la feuille tombe d’un arbre et meurt, cela signifie seulement qu’elle reviendra encore, car elle a Ă©tĂ©.
E-75 Par rapport aux rĂ©alisations scientifiques, aujourd’hui l’horloge indique minuit moins trois. La grande horloge de Dieu, elle, indique: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement.» Nous sommes arrivĂ©s! «Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi.» «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement.» Alors que l’horloge scientifique indique trois minutes avant la destruction, l’horloge de Dieu indique: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement.» Il est sur terre, dans la puissance du Saint-Esprit, pour vivifier Sa Parole et faire pour Son Eglise exactement ce qu’Il avait promis qu’Elle ferait, remplissant Ses astronautes, les remplissant tous de carburant et les apprĂȘtant.
E-76 Ainsi, il n’y a pas longtemps, ils sont entrĂ©s dans leur Ă©norme tube scientifique, le tube de l’astronaute, et ils suivent le compte Ă  rebours maintenant, et se dirigent vers la lune. Vous partirez d’ici aussi. Ils ont un astronaute dans un grand tube propulsĂ© par la puissance atomique, et ils dĂ©clarent qu’ils peuvent l’envoyer tout droit sur la lune. Ils sont entrĂ©s dans leur tube et attendent le compte Ă  rebours.
E-77 L’astronaute spirituel entre en Christ et Ă©coute le compte Ă  rebours de la Parole. Amen. Eh bien, vous luthĂ©riens, vous devriez crier, ainsi que vous les baptistes et vous les presbytĂ©riens. Suivez le compte Ă  rebours de la Parole. Oh! la la! Le compte Ă  rebours de la Parole! Et ils se dirigent vers le Ciel, pas vers la lune. Ils passeront la lune Ă  une telle vitesse qu’ils ne la verront mĂȘme pas. Oh! la la! Attendant le compte Ă  rebours! Certainement. Attendant le compte Ă  rebours, c’est vrai.
E-78 Que font-ils? Ils sont enveloppĂ©s en Christ, dans la grĂące de l’enlĂšvement. Ils n’ont rien fait d’eux-mĂȘmes. Christ a pris les choses folles et sans instruction du monde; Il a enveloppĂ© Ses astronautes de cela et, par le Saint-Esprit, leur a donnĂ© la puissance pour dĂ©coller. Ce monde sera abandonnĂ©, c’est vrai; le dĂ©collage!
E-79 Remarquez. L’homme naturel fait mĂȘme son comptage en reculant. J’ai dit qu’il faisait des choses Ă  rebours. Il compte Ă  rebours. Observez sa maniĂšre de compter: «Dix, neuf, huit, sept, six, cinq, quatre, trois, deux, un, zĂ©ro!» Vous voyez, il recule et commence Ă  compter. Vous voyez? Il est tout... Dix est un mauvais chiffre. C’est vrai. Commencer par dix, c’est un mauvais chiffre.
E-80 Il y avait dix tribus en IsraĂ«l et elles Ă©taient alors toutes charnelles. Et il dut prendre deux fils de Joseph, EphraĂŻm et ManassĂ©, les enfants du prophĂšte, et il les bĂ©nit. Et alors qu’il le faisait, ses mains se croisĂšrent. Et Joseph dit: «PĂšre, pas comme ça, tu as posĂ© les mains sur EphraĂŻm, cela devrait ĂȘtre sur ManassĂ©.»
E-81 Il a dit: «C’est Dieu qui a croisĂ© mes mains.» De... retirant cela du fils aĂźnĂ© (la loi), pour mettre cela lĂ  sur Christ. Et au travers de cela vint... au travers de la croix s’opĂ©ra un changement oĂč le droit d’aĂźnesse (Amen!) fut donnĂ© au fils cadet. Oh! la la! Comme c’est merveilleux! Si seulement nous avions le temps d’aborder cela! Nous le ferons une autre fois. TrĂšs bien.
E-82 Eh bien, dix est un mauvais chiffre. Mais l’homme compte toujours Ă  rebours, et il commence par dix. «Dix, neuf, huit, sept, six, cinq, quatre, trois, deux, un, zĂ©ro.»
E-83 Que fait Dieu? Il commence par Son chiffre, sept. C’est le chiffre de Dieu. Observez-Le: sept. Oh! Il compte en avançant, en commençant par un. Il commence par Son premier Ăąge de l’Eglise. C’est ce qu’étaient Ses symboles sur la terre. Il y a sept Ăąges de l’Eglise. Il crĂ©a le monde en sept jours; le septiĂšme jour, Il s’est reposĂ©. C’est Son dernier chiffre dans Sa crĂ©ation. Il s’est reposĂ©.
E-84 Remarquez, Il compte directement en avançant, pas Ă  rebours. Il avance. Il commence Ă  partir de Son premier Ăąge de l’Eglise, qui a dĂ©butĂ© en l’an 33 aprĂšs JĂ©sus-Christ, et Il a commencĂ© le compte Ă  rebours. Il a comptĂ© Ses Ăąges de l’Eglise. Le jour de la PentecĂŽte, c’était la naissance de l’Eglise. Qu’a-t-Il commencĂ© Ă  compter? Il a commencĂ© Ă  compter les Ăąges de l’Eglise. Le premier fut EphĂšse, numĂ©ro un; deux, Smyrne; trois, Pergame; quatre, Thyatire; cinq, Sardes; six, Philadelphie; sept, LaodicĂ©e! Il est plus tard que vous ne le pensez. Il est plus tard que vous ne le pensez. Le comptage est terminĂ©. Ce qui suit, c’est zĂ©ro. Allons-y! Tout est prĂȘt. Le comptage est terminĂ©.
E-85 Quand John Glenn, notre astronaute, est entrĂ© dans ce grand tube pour dĂ©coller, la nation s’est tenue lĂ , ne sachant quoi dire. Les gens ne savaient pas, ce matin-lĂ , qu’il dĂ©collerait. Quand il le fit, il est entrĂ© dans le tube et tout le monde pleurait, attendait et observait ce qui allait se passer. La nation se tenait lĂ , captivĂ©e. Vous avez vu le... Toutes les tĂ©lĂ©visions beuglaient et tout, tout le monde a donc pu voir cela. L’oeil naturel ne pouvait pas voir cela. En effet, ils ont retransmis cela Ă  la tĂ©lĂ©vision, vous vous en souvenez!
E-86 Quand il a Ă©tĂ© donc bien installĂ© dans le tube, alors ils ont commencĂ©: «Dix, neuf, huit, sept, six, cinq, quatre, trois, deux, un, zĂ©ro», et il dĂ©colla. Que s’est-il passĂ©? Quand le grand levier a Ă©tĂ© tirĂ©, les atomes ont commencĂ© Ă  prendre feu, ont commencĂ© Ă  se briser, le feu Ă  voler, la fumĂ©e Ă  jaillir en se roulant, et l’énorme tube s’éleva dans les airs vers l’inconnu, quelque part lĂ -bas. Il dĂ©colla Ă  bord de la rĂ©alisation de l’homme, la plus grande qu’il ait jamais faite. Mais laissez-moi vous dire, cela n’est qu’une toute petite chose.
E-87 Un de ces quatre matins, la rĂ©alisation de Dieu par Ses astronautes qui sont montĂ©s en JĂ©sus-Christ, qui sont nĂ©s lĂ -dedans par le Saint-Esprit, remplis de Sa puissance, un de ces quatre matins, l’univers entier criera, gĂ©mira et grincera des dents, quand ils verront qu’ils ont manquĂ© la chose. Quand le Grand Aigle, propulsĂ© par le Saint-Esprit et le Feu, commencera Ă  dĂ©ployer Ses ailes, les astronautes dĂ©colleront vers le Ciel, pour aller Ă  la rencontre de l’Epoux; quand l’Epouse dĂ©collera avec la puissance de l’astronaute venant du Dieu Tout-Puissant qui a envoyĂ© JĂ©sus-Christ sur la terre sous la forme du Saint-Esprit, et a fait passer l’Eglise par ces rĂ©alisations. Jusqu’à prĂ©sent, Elle reçoit en Elle la Puissance de la rĂ©surrection pour voler au-delĂ  des choses du monde, en Le voyant ici dans l’Eglise, se faisant Lui-mĂȘme le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement. Certainement.
E-88 Le comptage est mĂȘme terminĂ©. Chaque Ăąge de l’Eglise est dĂ©jĂ  passĂ©. Nous sommes en train de terminer celui de LaodicĂ©e.
E-89 Entrez, mon frĂšre, ma soeur. Soyez pressurisĂ©. La pression ne vous fera aucun mal quand vous serez Ă  l’intĂ©rieur et que vous serez pressurisĂ©. Entrez en Christ et vous ne ferez pas attention Ă  ce que le monde dit. De toute façon, ils ne peuvent jamais vous atteindre. Vous ĂȘtes en sĂ©curitĂ©. Vous ĂȘtes Ă  l’abri.
E-90 JĂ©sus-Christ est notre grand et glorieux tube astronautique dans lequel nous serons et qui sera propulsĂ© par le Saint-Esprit avec la puissance et le Feu, quand le tube commencera Ă  voler un de ces quatre matins. Le Feu du Saint-Esprit frappera la terre comme cela, et alors l’Eglise sera enlevĂ©e. Et toutes les nations se tiendront lĂ , elles n’auront pas besoin de la tĂ©lĂ©vision, elles Le verront. Tout genou flĂ©chira et toute langue confessera, quand Elle se propulsera lĂ -bas, dans les glorieux domaines cĂ©lestes, pour se marier avec Son Epoux. Que Dieu nous aide Ă  vivre pour ce jour-lĂ !
Inclinons la tĂȘte.
E-91 Vous dĂ©placez-vous au moyen d’un cheval et d’un boghei aujourd’hui? Utilisez-vous une bicyclette? Etes-vous... une automobile ou ĂȘtes-vous montĂ© dans les nuages Ă  bord d’un avion? Si c’est le cas, j’ai quelque chose Ă  vous dire. Maintenant, c’est l’ñge de l’astronaute. Pourquoi ne venez-vous pas, n’entrez-vous pas dans l’ñge de l’astronaute? Oh! je sais que cela semble effrayant. Le premier homme qui est montĂ© dans un avion dut avoir une peur bleue; le premier qui a eu une automobile, vous savez ce que cela fit; mais maintenant, c’est une chose ordinaire. Oh! frĂšre, soeur. JĂ©sus-Christ est ici, le grand tube astronautique dans lequel nous devons ĂȘtre. Ces nuages qui sont au-dessus de nous ne reprĂ©senteront rien; Il brisera chaque nuage de doute, tout ce qui est de l’incrĂ©dulitĂ© et les balayera jusque lĂ -bas dans l’espace.
E-92 Si vous n’ĂȘtes pas encore entrĂ© en Lui, vous avez une opportunitĂ© cet aprĂšs-midi. Voulez-vous lever la main et dire: «Priez pour moi, FrĂšre Branham, afin que je puisse entrer en ce lieu oĂč je peux voir chaque Parole que Dieu a promise, oĂč je peux voir et sentir la Puissance de Dieu vibrer en moi, afin que je sache que mon... ce monde et tout m’ont quittĂ©.» Que Dieu vous bĂ©nisse. Regardez simplement les mains. Oh! la la! Oh! la la! Tout le monde, partout.
E-93 Notre PĂšre cĂ©leste, Tu vois leurs mains. Je ne suis responsable que de prĂȘcher la Parole. Tu... Ils sont Ă  Toi. Je Te les confie. Ils sont Ă  Toi. A prĂ©sent puisse le Saint-Esprit...
E-94 Et puissent-ils voir que ces rĂ©alisations... Ils les voient dans le naturel. Ensuite, quand nous regardons en arriĂšre, nous les voyons dans le spirituel. Tu es ici, Seigneur, Tu as promis que, juste avant que vienne la fin des temps, il en sera comme aux jours de Sodome et Gomorrhe. Et nous avons regardĂ© en arriĂšre et nous avons vu ces jours-lĂ , nous avons regardĂ© lĂ  et avons vu quand deux ministres remarquables, des anges, des hommes oints, sont allĂ©s Ă  Sodome et ont prĂȘchĂ© dans les jours d’Abraham, appelant Lot Ă  sortir. Et puis, Un Ă©tait restĂ© avec Abraham, et c’est Celui qui a accompli un signe devant Abraham. Les autres, Ă  Sodome, accomplirent leur signe.
E-95 Et, ĂŽ PĂšre, tant de choses peuvent ĂȘtre dites juste ici; peut-ĂȘtre que l’Eglise ne comprendra pas. Mais je Te prie de leur donner un ardent dĂ©sir pour cela, Seigneur, afin qu’ils viennent et voient que nous sommes au temps de la fin, dans l’ñge de l’astronaute. Je prie, ĂŽ PĂšre, qu’ils puissent comprendre que ce n’est pas pour essayer de condamner ce qu’ils avaient; mais c’est seulement pour essayer de leur donner plus de grĂące pour l’enlĂšvement. Car, l’heure viendra oĂč il nous faudra avoir la puissance pour l’enlĂšvement, pas seulement pour guĂ©rir le corps, mais pour changer celui-ci en un instant, en un clin d’oeil. Christ sera si rĂ©el dans leurs corps qu’Il pourra changer ces derniers par Sa glorieuse mort, ceux qu’Il a acquis. Puissent-ils accepter cela aujourd’hui, ce Signe dont j’ai parlĂ© hier soir, Le tenir devant eux et entrer dans cet Astronaute (Accorde-le, PĂšre), oĂč des visions, des puissances et des mondes au-delĂ  de ce qui est connu, ĂŽ Dieu, oĂč tous les grands mystĂšres de Dieu sont rĂ©vĂ©lĂ©s dans ces Sept Sceaux et portĂ©s Ă  la connaissance des hommes. Accorde-le, PĂšre.
E-96 Ils sont maintenant Ă  Toi. Je rĂ©alise que les appels Ă  l’autel, c’est ce que nous, nous faisons; mais, Seigneur, Toi, Tu as dit: «Tous ceux qui croyaient.» Je Te prie de leur donner la foi pour croire. Ils sont dans Tes mains, Seigneur. Et si je ne les revois plus et qu’ils ne me revoient plus jusqu’à ce que nous nous rencontrions Ă  Tes cĂŽtĂ©s, nous connaĂźtrons alors comme nous avons Ă©tĂ© connus. Je Te prie de les aider. Et puissions-nous tous ĂȘtre lĂ -bas en sĂ©curitĂ©, transportĂ©s par l’étonnante grĂące de notre grande foi d’astronaute, que nous avons en JĂ©sus-Christ, en qui nous sommes, Ă  l’abri avec Lui. Amen.
E-97 Maintenant, juste un instant. Nous allons prier pour les malades. Dieu... Nous avons promis de le faire. Nous voulons le faire. Et maintenant, j’aimerais dire ceci, que pendant cette semaine... Maintenant, il nous reste environ quinze, vingt minutes. J’ai Ă©courtĂ© un peu cela, il me reste donc environ quinze ou vingt minutes, avant que nous puissions faire cela.
E-98 Maintenant, la premiùre chose, c’est... Ces choses dont nous parlons sont-elles vraies? Ne le sont-elles pas? Nous savons que la Bible les a promises, mais est-Il ici? Dieu est ici pour faire ce que nous... ce qu’Il a promis de faire. Dieu est ici.
Vous voyez? Nous sommes allĂ©s au-delĂ  du parler en langues. C’est–c’est bien. Vous voyez? Nous sommes allĂ©s au-delĂ  de ces petites choses que... Vous voyez? Nous sommes maintenant au niveau oĂč il nous faut avoir la foi de l’astronaute. C’est la puissance de l’astronaute pour comprendre que nous sommes dĂ©jĂ  en Christ, que nous avons tout simplement davantage de Christ (Vous voyez?) pour nous Ă©lever dans les lieux cĂ©lestes.
E-99 La vieille mĂ©thode de priĂšre, l’imposition des mains aux malades, c’est bien. C’étaient les jours de Luther, mon ami, lĂ  au temps de l’automobile et autres. Nous sommes au-delĂ  de cela maintenant.
E-100 Rappelez-vous, JĂ©sus est venu chez les Juifs autrefois et JaĂŻrus a dit–JaĂŻrus a dit: «Viens, impose les mains Ă  ma fille afin qu’elle vive.» Mais le Romain a dit: «Je ne suis pas digne que Tu viennes, dis simplement un mot.» Vous voyez? Pour rec-... Il avait reconnu la puissance de Christ, qu’Il Ă©tait au-dessus de toutes choses.
E-101 Or, si Christ est au-dessus de toutes choses, Il–Il doit tenir Sa Parole. Il est Roi. Il est Dieu. Il doit tenir Sa Parole. «Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi.» Maintenant, pour ce qui est de guĂ©rir quelqu’un, personne ne peut le faire, parce que cela a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© fait. C’est dĂ©jĂ  fait. Il est juste question de reconnaĂźtre cela, vous voyez, de reconnaĂźtre qu’Il est devant nous. Croyez-vous cela? Maintenant, priez quelques minutes, dites: «Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux.»
E-102 PĂšre cĂ©leste, afin que les gens sachent... Il y a peut-ĂȘtre des Ă©trangers ici, afin qu’ils sachent que ce dont je parle est la vĂ©ritĂ©, je–je suis juste... A ma pauvre et humble façon, Seigneur, j’essaie de prĂ©senter l’Évangile au mieux de ma connaissance. Seigneur, que les gens ne fassent pas attention Ă  ma grammaire, mais qu’ils comprennent simplement ce que j’essaie de dire. Je Te prie de confirmer ceci et de le rendre rĂ©el pour la gloire de Dieu, au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-103 Maintenant, les amis, il y a peut-ĂȘtre deux ou trois cents cartes de priĂšre ici. Il me serait difficile de les prendre ici, une Ă  une. AprĂšs environ quatre ou cinq cas de discernement, je serai peut-ĂȘtre Ă©tendu sur le sol, peut-ĂȘtre, ou si faible que je ne pourrais mĂȘme pas le savoir. Une vision, quand vous avez une vision, elle doit aussi ĂȘtre interprĂ©tĂ©e, vous savez. Bien des fois, ce n’est pas tout Ă  fait le cas, cela a simplement...
E-104 Eh bien, c’est vous-mĂȘme qui faites cela, c’est votre propre foi. La foi de la femme a touchĂ© le Seigneur JĂ©sus, et elle croyait qu’Il Ă©tait–Il Ă©tait le Fils de Dieu. Et cela a tirĂ© la puissance de JĂ©sus vers elle, lui a accordĂ© son dĂ©sir, et Il s’est retournĂ© et lui a dit que sa maladie Ă©tait guĂ©rie.
E-105 Vous voyez: «Ta foi t’a sauvĂ©e.» Maintenant, il y a des Ă©rudits assis ici, je le sais. Ce mot, c’est sozo. «Ta parole t’a sauvĂ©e. Ta foi t’a sauvĂ©e.» De mĂȘme que votre foi vous sauve du pĂ©chĂ©, votre foi vous sauve physiquement de la maladie, vous voyez. Donc, vous devez le croire.
E-106 Maintenant, je demande Ă  tout le monde d’ĂȘtre trĂšs calme et trĂšs respectueux pendant quelques minutes. Et puisse le Saint-Esprit maintenant... tout ce que je demande, c’est juste deux ou trois personnes au moins dans cette audience, afin que vous puissiez voir que ce n’est pas simplement quelque chose de spontanĂ© et que sais-je encore. Le Saint-Esprit est ici pour Se manifester Lui-mĂȘme.
E-107 Maintenant, quelqu’un dans l’audience. Eh bien, je ne connais personne en dehors de ma chùre soeur Upshaw qui est assise là, je ne vois personne dans l’audience en ce moment que je connais. Elle est la seule. Et maintenant, je ne peux pas...
E-108 C’est exactement comme votre conscience. Vous voyez, c’est dans votre subconscient que vous faites des rĂȘves.
E-109 J’ai subi un examen mĂ©dical ici il y a deux ou trois ans, avec des ondes de temps, des ondes cĂ©rĂ©brales, vous savez. Et quand les mĂ©decins sont sortis, ils ont dit: «HĂ©! vous ĂȘtes un drĂŽle de type.»
J’ai dit: «Qu’y a-t-il?»
E-110 Ils ont dit: «Vous savez quoi?» Ils ont dit: «Vous pouvez rĂȘver tout en Ă©tant bien Ă©veillĂ©.»
J’ai dit: «Quoi?»
Ils ont dit: «Vous pouvez rĂȘver tout en Ă©tant bien Ă©veillĂ©.»
E-111 Ils ont dit: «Voici votre premiĂšre conscience, ont-ils dit, elle est contrĂŽlĂ©e par vos sept ou plutĂŽt vos six sens: la vue, le goĂ»t, le toucher, l’odorat et l’odorat. Votre premiĂšre conscience n’est active que quand vous ĂȘtes dans ces six sens.» Ils ont dit: «Voici votre subconscient.» Ils ont dit: «Quand ceux-lĂ  sont inactifs, alors vous entrez dans votre subconscient. Quand ils sont inactifs, vous ĂȘtes endormi et vous entrez ici et vous avez un rĂȘve. Une partie de vous entre lĂ . Ensuite, quand vous revenez ici, ont-ils dit, alors vous vous rappelez ce dont vous avez rĂȘvĂ© quand vous Ă©tiez hors de vos sens du toucher, du goĂ»t, de la vue, de l’odorat et de l’ouĂŻe.» Vous voyez? Et ils ont dit: «Ça, c’est... ordinaire...»
E-112 Ils ont dit: «Nous n’avions jamais vu cela auparavant, mais vos deux consciences sont ensemble, juste ici, ont-ils dit, vos deux ondes de temps, celle de votre subconscient et celle de votre deuxiĂšme conscience.» De ma vie, on n’en avait jamais entendu parler auparavant. Ils ont dit: «Monsieur, vous pourriez faire un rĂȘve, tout en Ă©tant debout et bien Ă©veillĂ©.»
J’ai dit: «Docteur, avez-vous dĂ©jĂ  entendu parler d’une vision?»
Il a dit: «Non, je ne pense pas.» J’ai dit: «Etes-vous un croyant?»
E-113 Il a dit: «Je suis presbytĂ©rien, FrĂšre Branham. Et, a-t-il dit, c’est tout.» Il a dit: «Le pasteur rĂ©unit des gens lĂ -bas tous les jeudis soir, a-t-il dit; tout ce que j’entends, c’est: presbytĂ©rien, presbytĂ©rien, presbytĂ©rien.» Il a dit: «Je n’y vais mĂȘme plus.»
J’ai dit: «Avez-vous dĂ©jĂ  lu cela dans la Bible?» Il a dit: «Oui.»
E-114 «Avez-vous dĂ©jĂ  entendu dire que les anciens prophĂštes dans l’Ancien Testament entraient dans une autre dimension et des choses comme cela?»
Il a dit: «Est-ce de cela que vous parlez?»
J’ai dit: «C’est ça.» Et j’ai dit...
E-115 Il a dit: «Eh bien, c’est merveilleux. Dites, FrĂšre Branham, vous devriez aller...»
E-116 J’ai dit: «J’ai dĂ©jĂ  Ă©tĂ© interviewĂ© par les Mayo. Vous voyez?» Et j’ai dit qu’il... J’ai dit: «Mais Ă©coutez, avez-vous dĂ©jĂ  fait un rĂȘve, docteur?»
Il a dit: «Oh! bien sûr.»
E-117 J’ai dit: «Faites-moi donc un rĂȘve. Mettez-vous au lit et faites un rĂȘve et dites-moi ce qu’il faut faire. Vous ne pourriez pas y arriver. Mais qui que ce soit qui vous contrĂŽle peut vous donner un rĂȘve sur moi, et alors vous pouvez vous rĂ©veiller et le raconter.»
E-118 Je ne peux pas non plus le faire. Je ne peux pas dire ce que c’est, ni l’endroit. Il faut que Lui fasse cela. Et votre foi en Lui confirme cette Parole. Tout comme cette femme, peu importe ce que n’importe qui disait, elle croyait que si elle pouvait toucher Son vĂȘtement, cela se ferait, cela arriverait. Or, Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement. Eh bien, voilĂ  tout ce qu’il en est.
E-119 Vous voyez, mon ami, quand vous voyez ces imitations et tout, en quelque sorte cela vous bouleverse un peu. Mais continuez de toute façon. Ça va–ça va marcher. Vous voyez? Maintenant, suivez, vous devez ĂȘtre nĂ©s pour cela. Vous naissez et tous les dons naturels viennent Ă  vous. Les dons et les appels sont mĂȘme sans repentir, comme un homme... Comme j’en parlais Ă  Paul Cain, il n’y a pas longtemps, au sujet de... Par exemple, Ernie Ford, Red Foley, Elvis Presley, ces gens qui ont de grands talents de chanteurs qu’ils utilisent pour le monde... Dieu leur a donnĂ© ces talents, mais, voyez-vous ce qu’ils en font?
E-120 C’est comme Judas Iscariot qui a gagnĂ© trente piĂšces d’argent Ă  partir de cela. Pour Celui qui les leur a donnĂ©s, ils devraient utiliser cela pour le Royaume de Dieu. Et quand vous mĂ©langez cela... Je pense qu’on ne devrait pas les autoriser Ă  chanter un cantique; cela appartient Ă  l’Eglise et au peuple, ce n’est pas quelque chose pour lĂ  dehors, afin de faire plus d’hypocrites. Quand je suis allĂ© en Afrique du Sud, les gens disaient: «Oh! Elvis Presley est un jeune homme trĂšs religieux, il chante des cantiques.» Oh! cela ne veut rien dire! Pour moi, c’est un autre Judas. Et tous ceux qui prennent ces dons de Dieu et les pervertissent, mĂȘme un ministre qui prend cela, le pervertit en credo au lieu de la Parole de Dieu, et qui use de son influence pour influencer avec un credo et non pas la Parole de Dieu, c’est un second Judas.
E-121 Je ne... je n’aurais pas dĂ» dire cela. Si je vous ai blessĂ©, pardonnez-moi. Je–je ne suis pas censĂ© dire ces choses ici. TrĂšs bien.
E-122 Voici une chose, je peux dire ce qu’Il me dit. Priez.
E-123 Maintenant, Seigneur, une seule Parole venant de Toi aura plus d’importance que ce que je pourrais dire dans toute une vie. Je crois. Tu l’as promis. Je suis Ă  Toi. Laisse-les voir que Ton Esprit est ici; alors, quand ils viendront dans cette ligne de priĂšre pour qu’on prie pour eux, ils comprendront, Seigneur. «La priĂšre de la foi sauvera le malade.» Je prie pour qu’ils voient que ce n’est pas Ton serviteur, que c’est Toi. Je le demande au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-124 Restez tranquilles juste un instant. Je ne peux pas fabriquer cela. Vous dites: «Quoi, FrĂšre Branham?» Je ne peux pas vous rĂ©vĂ©ler la chose. Je ne peux le faire que s’Il me le montre.
E-125 Jésus a dit: «Je ne fais rien, à moins que le PÚre Me le montre premiÚrement. Ce que le Fils voit faire au PÚre, Il le fait pareillement.»
E-126 Tenez, si vous avez la tĂȘte redressĂ©e, regardez ici. Vous voyez cette petite dame assise juste ici au bout de la rangĂ©e? Elle souffre des troubles fĂ©minins, d’une maladie des femmes. C’est vrai, jeune dame. C’est vrai, une perte de sang et tout... Est-ce vrai? Levez la main. Vous m’ĂȘtes totalement Ă©trangĂšre. Jeune dame, il y a une LumiĂšre juste au-dessus de la soeur qui est juste lĂ  au bout de la rangĂ©e, sur la petite dame, la jeune dame aux cheveux... Je la vois derriĂšre. Si vous croyez, maintenant mĂȘme... Maintenant, vous savez que quelque chose est arrivĂ© maintenant mĂȘme. Juste tout Ă  coup, quelque chose vous a parcourue, n’est-ce pas? C’était votre guĂ©rison. Vous voyez? C’est juste quand Cela vous a soulagĂ©e et ĂŽtĂ© la chose. Votre foi vous a sauvĂ©e.
E-127 N’est-ce pas la mĂȘme chose que ce que fit notre Seigneur? Ta... Cette femme-lĂ  avait une perte de sang. Elle a touchĂ© Son vĂȘtement et a fait demi-tour. Il a senti cela. Il a regardĂ© et a dit: «Il s’agit de ta perte de sang.» Elle a senti que cela s’est arrĂȘtĂ©. C’est exactement la mĂȘme chose que fit JĂ©sus-Christ. Qu’est-ce? C’est Lui. Oh! je–je sais que vous avez tout vu, mais je suis–je suis seulement responsable de ceci. Dieu n’est responsable que de Sa Parole.
E-128 Tenez, afin que vous puissiez savoir. Une dame est assise juste derriĂšre elle, lĂ , elle souffre de l’épilepsie. Elle fait des crises d’épilepsie. Si vous croyez, Dieu va ĂŽter de vous l’épilepsie, madame; Il le fera, si vous croyez. Ayez foi. Ne doutez pas.
E-129 Vous voyez ce que je veux dire? Maintenant, quelqu’un dans cette section, ici quelque part, juste ici, afin que vous voyiez. Vous voyez? Ce qu’il y a... vous regardez...
E-130 Laissez-moi vous dire juste une chose avant que j’aille donc me reposer un peu.
E-131 Vous voyez, cela–cela vous saisit. Cela exige plus de force que lorsque je prĂȘche. Certainement. Vous voyez, c’est vous qui utilisez le don de Dieu. Si Dieu avait donnĂ© le don ou donnĂ© la–la vision automatiquement... C’est comme JĂ©sus qui avait vu Lazare mourir et qui s’est Ă©loignĂ© de la maison et a attendu; et aprĂšs, Il a dit aux autres ce qui allait arriver, et Il est revenu et a fait cela. Il n’a jamais dit qu’Il s’était affaibli. Mais cette seule petite femme, elle utilisait le don de Dieu. C’est vous. Le don de Dieu, quand c’est Lui qui le fait opĂ©rer, ça ne fait pas cela. Mais quand c’est vous qui le faites opĂ©rer... c’est alors que Dieu vous prend dans Ses mains et dit: «Ceci sera ainsi, ici, ici et ici. C’est ainsi que ce sera.» C’est comme ça. Cela ne vous fait pas souffrir. Mais quand ce sont les personnes qui tendent la main et le tirent, c’est ça qui fait cela. C’est ça qui fait cela.
E-132 Les gens d’aujourd’hui, l’Eglise de l’ñge de LaodicĂ©e, le dernier compte Ă  rebours, avez-vous vu l’autre soir, juste avant que le pape de Rome fasse sa premiĂšre visite (de toute l’histoire) Ă  JĂ©rusalem? Jamais auparavant un pape n’avait Ă©tĂ© envoyĂ© Ă  JĂ©rusalem. Vous voyez? Il est allĂ© de Rome Ă  JĂ©rusalem. L’Eglise, la lune reprĂ©sente l’Eglise reflĂ©tant la lumiĂšre du soleil en son absence. Dieu montre des signes dans les cieux avant de dĂ©clarer la chose sur la terre. Avez-vous remarquĂ© que la lune s’est complĂštement obscurcie? JĂ©rusalem est la plus vieille Eglise du monde. Vous voyez? Et quand ce Conseil OecumĂ©nique et ces choses qui...
E-133 J’espĂšre que si vous ĂȘtes ici, cela vous pĂ©nĂštre vraiment. Lorsque vous y adhĂ©rez, ne savez-vous pas que vous prenez la marque de la bĂȘte, mon ami? «Oh! dites-vous, si je vois cela arriver...» Ce sera alors trop tard. Vous aurez dĂ©jĂ  attrapĂ© cela. Voyez-vous? A ce moment-lĂ , ce sera trop tard. Rappelez-vous, elles sont venues pour acheter de l’huile, mais il y avait... C’était impossible.
E-134 Avez-vous remarquĂ© ce qui s’est passĂ©, ce qui a fait que la lune s’obscurcisse? La terre s’est mise sur sa trajectoire. Ainsi le monde s’est mis en travers de la LumiĂšre des Ecritures parmi les presbytĂ©riens, les mĂ©thodistes, les baptistes, les pentecĂŽtistes et nous tous. C’est pour cela qu’il y a eu obscurcissement.
E-135 Et avez-vous aussi remarquĂ© que l’ñge de l’Eglise de LaodicĂ©e Ă©tait le seul Ăąge de l’Eglise oĂč JĂ©sus Ă©tait Ă  l’extĂ©rieur, cherchant Ă  entrer? Avez-vous remarquĂ© qu’Il n’a jamais dit: «Laissez-les tranquilles?» JĂ©sus est la Parole (Est-ce juste?), la Parole rendue manifeste. Maintenant Il... Ecoutez donc: Il n’était pas... Voyez-vous? Il ne s’est pas Ă©loignĂ© d’eux ni ne les a abandonnĂ©s, mais Il cherchait Ă  avoir une certaine coopĂ©ration quelque part. «Celui qui ouvrira la porte, J’entrerai avec... souperai avec lui et lui avec Moi.» Mais aucune porte, vous voyez... Il cherche juste Ă  entrer, Ă©tant Ă  l’extĂ©rieur. Ce n’est pas un homme qu’ils rejettent. Ils rejettent Dieu.
E-136 Croyez-vous cela, la jeune dame, assise lĂ -bas, portant des lunettes de soleil? Oui. Vous croyez cela? Vous Ă©tiez absorbĂ©e dans vos pensĂ©es juste Ă  l’instant. Vos yeux seront guĂ©ris, si vous le croyez.
E-137 Maintenant, laissez-moi vous le dire. Quelqu’un a dit: «Elle porte des lunettes, c’est ainsi qu’il l’a su.» Non.
E-138 Regardez ici. Venez ici; pas venir ici, regardez-moi juste un instant. Croyez-vous que je suis Son prophÚte, ou plutÎt Son serviteur? Le croyez-vous? Vous le croyez. Vous le devriez, avec ces pensées que vous aviez alors, pensant à ce grand mystÚre, comme ceci: «Quelle grande révélation sur la lune, représentant cela!» Est-ce vrai? Est-ce vrai? Levez la main.
E-139 Maintenant, comment pouvais-je savoir mĂȘme ce qu’elle pensait dans son coeur? «La Parole de Dieu est plus tranchante qu’une Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants, Elle juge les sentiments du coeur.»
E-140 Maintenant, priez pour quelqu’un, ou faites quelque chose. Tenez, voici ce qui se passe dans votre coeur à cet instant. Tenez, voici ce qu’il y a dans votre coeur: vous avez deux frùres pour lesquels vous priez. Tous deux sont des alcooliques. Si c’est vrai, levez la main. Oui.
E-141 TrĂšs bien, vous voyez, vous y ĂȘtes. Vous voyez, vous voyez lĂ ? Vous voyez? Elle est plus tranchante qu’une Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants, Elle juge les sentiments et les pensĂ©es du coeur. Ne le voyez-vous pas, mes amis? Nous avons dĂ©passĂ© le parler en langues, nous sommes dans l’ñge de l’astronaute.
E-142 Tenez, voici un homme juste devant elle, ayant la tĂȘte baissĂ©e. Il a des cheveux ras, il porte une veste blanche et des lunettes. Il a un problĂšme spirituel pour lequel il est... John Thom.
E-143 Oh! un instant. Je connais cet homme. Un instant. Je suis dĂ©solĂ©. Je–je connais cet homme. C’est vrai. Je crois que je–je l’ai rencontrĂ© une fois quelque part. Je ne me rappelle pas... Je crois que c’était Ă  Tucson, il n’y a pas longtemps. Je vous ai serrĂ© la main Ă  un... Et–et c’est vrai.
E-144 Mais vous invoquiez Dieu juste lĂ . Vous avez un grand problĂšme spirituel qui vous dĂ©passe. Regardez, M. Thomas, ne vous inquiĂ©tez pas. Ça ira. Maintenant, afin que vous sachiez que cet ... Vous avez dit: «Eh bien, il–il connaissait cet homme.» Eh bien, c’est sa femme qui est assise Ă  cĂŽtĂ© de lui. Je ne savais pas que c’était lĂ  le problĂšme de M. Thomas. Il–il va en tĂ©moigner. Mais sa femme, assise lĂ  Ă  cĂŽtĂ© d’elle–de lui, souffre de l’oreille. Est-ce vrai? C’est vrai. TrĂšs bien.
E-145 Tenez, prenez la dame suivante, la dame Ă  cĂŽtĂ© d’elle. Regardez par ici, madame. Croyez-vous que je suis Son serviteur? La petite dame au veston rouge, croyez-vous que je suis Son serviteur? Vous ĂȘtes aussi malade. Vous avez constamment des maux de tĂȘte. Croyez-vous que Dieu va les guĂ©rir? Si vous le croyez, levez la tĂȘte–les mains et dites: «Je crois.» TrĂšs bien. C’est trĂšs bien. Vous voyez? C’est trĂšs bien si vous le croyez!
E-146 Tenez, la petite dame au veston bleu, assise Ă  cĂŽtĂ© d’elle. Croyez-vous, soeur? Croyez-vous que Dieu peut guĂ©rir les troubles cardiaques et vous rĂ©tablir? Le croyez-vous? TrĂšs bien, vous pouvez obtenir cela.
E-147 La dame assise Ă  cĂŽtĂ© d’elle, la dame ĂągĂ©e aux cheveux gris, croyez-vous que Dieu peut guĂ©rir aussi l’hypertension et vous rĂ©tablir? TrĂšs bien, vous pouvez obtenir votre guĂ©rison, vous voyez?
E-148 La dame assise Ă  cĂŽtĂ© d’elle, vous souffrez aussi des oreilles. Croyez-vous que Dieu guĂ©rit les maux d’oreilles? Alors, vous pouvez obtenir votre guĂ©rison.
E-149 La dame assise Ă  cĂŽtĂ© d’elle. Croyez-vous de tout votre coeur, madame, que Dieu guĂ©rit? Vous avez quelque chose pour lequel vous priez. Croyez-vous de tout votre coeur que Dieu guĂ©rit? TrĂšs bien. Si vous le croyez de tout votre coeur, vous serez rĂ©tablie de votre mal d’estomac. Vous pouvez rentrer chez vous, prendre votre dĂźner et ĂȘtre bien portante.
E-150 Monsieur, vous qui ĂȘtes assis Ă  cĂŽtĂ© de–d’elle, croyez-vous que–que Dieu peut vous guĂ©rir aussi et vous rĂ©tablir? Voulez-vous l’accepter?
Combien parmi le reste d’entre vous veulent croire cela de tout leur coeur? Certainement, Il le fera.
E-151 Des maux d’estomac, les troubles cardiaques, Dieu guĂ©rit tout cela, Il rĂ©tablit. C’est vrai. Si vous...
E-152 L’homme assis Ă  cĂŽtĂ© d’elle souffre du dos. Croyez-vous que Dieu guĂ©rit le mal de dos, monsieur? Le croyez-vous?
E-153 La dame assise Ă  cĂŽtĂ© de vous souffre aussi du dos. Croyez-vous que Dieu guĂ©rit le mal de dos, madame? TrĂšs bien, vous pouvez avoir votre guĂ©rison. C’est vrai. Oh! la seule chose que vous devez faire...
E-154 La dame assise lĂ  Ă  cĂŽtĂ© souffre du cĂŽlon. C’est vrai. Croyez-vous que Dieu va guĂ©rir votre maladie du cĂŽlon, madame? Le croyez-vous?
E-155 Ici, en bas de la ligne, regardez. Il y a là un cas de lésion cérébrale. Croyez-vous que Dieu guérit les lésions cérébrales? Croyez-vous? Vous pouvez recevoir cela.
E-156 La personne assise Ă  cĂŽtĂ© de vous a des crises d’épilepsie. Croyez-vous que Dieu guĂ©rit l’épilepsie?
E-157 La personne assise Ă  cĂŽtĂ© de vous souffre–elle souffre des yeux. Croyez-vous que Dieu guĂ©rit les maux des yeux, monsieur?
E-158 La personne assise Ă  cĂŽtĂ©, ce petit garçon, il souffre aussi de l’épilepsie. Crois-tu que Dieu guĂ©rit l’épilepsie?
E-159 Sa bien-aimĂ©e qui est assise lĂ  avec lui a des maux de tĂȘte. Croyez-vous que Dieu va guĂ©rir vos maux de tĂȘte, madame? TrĂšs bien, vous pouvez recevoir cela.
E-160 Amen! Qu’est-ce? La Parole de Dieu pour ce jour est plus tranchante qu’une Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants, JĂ©sus-Christ dans la puissance de l’astronaute! Croyez-vous cela?
E-161 Quelle Ă©tait notre premiĂšre carte de priĂšre? [Quelqu’un dit: «La sĂ©rie A.»–N.D.E.] A. Que tous ceux qui ont une carte de priĂšre A se tiennent debout de ce cĂŽtĂ©-ci. Maintenant, venez rapidement, vous qui avez les cartes de priĂšres A, pendant que l’Onction est en train d’agir comme cela. Cartes de priĂšre... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
E-162 Juste ici en bas, afin que je descende prier pour eux ici en bas. Je crois que ce serait mieux de... [Quelqu’un dit: «Vous voulez le microphone? Voulez-vous le microphone du col?»–N.D.E.]
E-163 Allez comme ceci, mes amis. Par ici, de façon qu’on puisse former une ligne. Que tous ceux qui ont les cartes de priùre A se tiennent d’abord debout. Ils ont encore leurs cartes. Que le... Que tout celui qui a une carte de priùre A se tienne debout par ici. Billy, descends voir s’ils sont en ligne.
E-164 Maintenant, ceux qui ont la carte de priĂšre B, qu’ils les suivent. Tous ceux qui ont une carte B, suivez les cartes A. Passez–passez par l’autre allĂ©e lĂ -bas, si c’est possible, et faites que votre ligne vienne dans ce sens; les A et les B.
E-165 Si seulement vous croyez! Juste une fois l’astronaute! Eloignez-vous de l’automobile et de l’avion. Continuons à avancer, jusqu’à ce que tout soit possible.
E-166 A, B. Maintenant, que tous ceux qui ont une carte de priĂšre C suivent directement et se mettent derriĂšre eux. Les cartes de priĂšre C, passez derriĂšre, lĂ  au fond. Allez comme ceci, par le couloir du milieu, traversez et formez votre ligne lĂ -bas. Les cartes de priĂšre A, B, C. [Quelqu’un dit: «Il en reste peut-ĂȘtre encore. Il se pourrait qu’il y en ait encore. Appelez simplement toutes les cartes!»–N.D.E.]
E-167 Par ici derriĂšre maintenant. C’est bien. Formez votre ligne directement par ici. C’est bien. Tournez carrĂ©ment par ici, afin d’ĂȘtre sĂ»rs d’ĂȘtre dans la ligne. Cartes de priĂšre A, B, C, que ceux-lĂ  s’alignent d’abord.
E-168 Tenez simplement votre carte en main, je vais demander à quelques huissiers de prendre vos cartes. Je ne sais pas comment nous réussirons à aligner les gens selon le numéro. Je crois que ça va aller. Laissez-les simplement
E-169 A, B, C, maintenant D. A, B, C, D, cartes de priĂšre sĂ©rie D. A, B, C, D. Y a-t-il la sĂ©rie E? Je crois que j’ai appelĂ© toutes les sĂ©ries. Les cartes de priĂšre sĂ©ries A, B, C, D. TrĂšs bien. Que tous ceux qui ont une carte de priĂšre s’alignent maintenant. Que tout celui qui a une carte de priĂšre rejoigne son groupe et s’aligne. Il ne nous est pas du tout possible de faire... de les maintenir tous parfaitement en ligne suivant les numĂ©ros.
E-170 Maintenant, je voudrais savoir combien ici vont prier avec moi pendant que vous ĂȘtes–que nous prierons pour ces malades. Suivez. Est-ce que vous...
E-171 Maintenant, Ă©coutez. Si vous allez venir ici pour qu’on prie pour vous, et que vous disiez: «Eh bien, je vais aller lĂ  pour voir comment cela arrive», vous feriez mieux de regagner votre place. Cela n’arrivera pas. Vous voyez?
E-172 Maintenant, Il ne peut plus rien faire et Il n’accomplira pas un autre signe devant les gens. C’est selon la Bible. J’aimerais que quelqu’un me dise quel autre signe Il a promis d’accomplir, Ă  part ce qu’Il a accompli juste ici? «Ce qui arriva aux jours de Sodome», et Malachie 4, et ces promesses qu’Il a faites, tout se rattache directement Ă  la mĂȘme chose. L’Eglise ne recevra plus d’autres signes. La chose suivante que vous verrez, c’est un envol vers le Ciel. Elle sera enlevĂ©e.
E-173 Ne–ne manquez pas cela, mon ami. Rappelez-vous, Ă©coutez ma voix. Elle hantera toute votre vie, si vous n’ĂȘtes pas entrĂ©. LĂ , au dehors quand vous souffrirez Ă  cause de votre chĂątiment, lĂ  oĂč il y aura des pleurs, des gĂ©missements et des grincements de dents, cette voix criera sans arrĂȘt. Vous l’entendrez tout le temps dans ce lieu lugubre et fatigant qu’est l’enfer. Ne manquez pas cela. C’est aujourd’hui votre chance.
E-174 Eh bien, vous savez, il y a tellement... Je me demande si je pourrai obtenir... Est-ce que cela vous arrange, frùres, de prier avec moi, de m’aider à prier pour eux? Maintenant, ceux-ci sont-ils des ministres? Je–je ne voudrais pas quitter cet endroit...
E-175 Maintenant, suivez, j’ai dit des choses trĂšs rudes en rapport avec l’avion et l’automobile. Rappelez-vous, ce sont aussi des chevaux-vapeurs. Tout ça, c’est le cheval-vapeur. L’Eglise est simplement en train de monter. La puissance du Saint-Esprit. C’est par le Saint-Esprit que nous sommes justifiĂ©s. Vous les prĂ©dicateurs, vous savez cela, n’est-ce pas? C’est le Saint-Esprit qui sanctifie. C’est le Saint-Esprit qui nous remplit. C’est le Saint-Esprit qui nous donne la foi de l’enlĂšvement, vous voyez, au fur et Ă  mesure que nous montons.
E-176 Eh bien, je ne voudrais pas quitter cette contrĂ©e-ci, vous tous qui pensez que votre... que: «Oh, frĂšre Branham est quelqu’un!» Je ne le suis pas. Je ne suis mĂȘme pas digne de m’asseoir Ă  cĂŽtĂ© de ces pasteurs. Je–je n’ai aucune instruction. Je–je suis un intrus. Et c’est la raison pour laquelle Dieu me laisse accomplir cette petite chose-ci, juste pour confirmer ce que votre pasteur vous enseigne. Ce sont des hommes de Dieu.
E-177 Ecoutez, si vous ĂȘtes malade, vous n’avez pas besoin d’attendre frĂšre Oral Roberts, frĂšre Paul Cain, moi ou quelqu’un d’autre. Votre pasteur qui est un homme pieux, ses mains saintes et sanctifiĂ©es posĂ©es sur vous, vous savez que vous l’avez appelĂ© pour qu’il prie pour vous. Il vous a imposĂ© les mains quand vous brĂ»liez de fiĂšvre; quelques jours aprĂšs, vous n’avez plus cette fiĂšvre et vous ĂȘtes bien portant. Qu’est-ce? C’est la foi de votre pasteur associĂ©e Ă  la vĂŽtre. Certainement. Il n’est pas sur la touche, c’est un serviteur de Dieu qui est juste au front, avec une EpĂ©e Ă  deux tranchants dans sa main. Certainement. Il l’est assurĂ©ment.
E-178 Je vais demander Ă  ces pasteurs de s’approcher, de se tenir avec moi pendant que nous prions. Voulez-vous le faire, vous tous? Venez juste ici et... Je vais carrĂ©ment descendre me joindre Ă  vous et nous allons former deux lignes juste ici. Maintenant, quand les gens sont guĂ©ris, ils ne peuvent pas dire: «Vous voyez?» J’ai besoin de vos mains, pasteurs; vous, mes frĂšres. Et maintenant, nous sommes... Vous ĂȘtes... Si seulement vous pouvez...
E-179 Si vous venez en disant: «Eh bien, je vais essayer. Je vais...» Non, ne faites pas cela. Ne–ne prenez pas la place de quelqu’un d’autre. Vous voyez? Venez en Ă©tant certain que vous allez obtenir ce que vous avez demandĂ©.
E-180 Regardez simplement ici, quel grand groupe de ministres! Oh! la la! J’ai dĂ©jĂ  rencontrĂ© la plupart de ces hommes. Je les connais. Je les connais pour les avoir rencontrĂ©s au petit dĂ©jeuner et–et ainsi de suite. Ce sont des saints. Ce sont des serviteurs de Dieu.
E-181 Maintenant, regardez ici. Le jour de la PentecĂŽte, le Saint-Esprit s’est divisĂ© et des langues de Feu se sont posĂ©es sur chacun d’eux. La Grande Colonne de Feu s’est divisĂ©e, et chacun a reçu une portion de ce Saint-Esprit sur lui, comme des langues de Feu. Eh bien, si vous mettez ensemble une langue de Feu avec deux langues de Feu, vous avez deux fois la force que vous aviez avec une seule. Rappelez-vous, Ă©tait-ce EzĂ©chiel qui avait eu la vision de deux bĂątons dans la main? Vous voyez?
E-182 Maintenant, regardez ici, regardez ici ce que vous avez, tous ces hommes de Dieu! A part cela, combien lĂ -bas dans l’audience vont prier? Levez vos mains. Regardez ici! Maintenant, vous qui ĂȘtes dans la ligne de priĂšre, regardez ceci. Regardez ici, ceux qui vont prier pour vous, des centaines de gens.
E-183 Maintenant, le Saint-Esprit est ici, en cet instant, JĂ©sus-Christ, confirmant Lui-mĂȘme qu’Il est ici. Il ne peut faire autre chose. Maintenant, combien dans la ligne de priĂšre croient cela? Levez la main. Maintenant, que tous...
E-184 Je vais demander maintenant à frùre Borders ou à quelqu’un, au conducteur de chants... Qui est le conducteur de chants? Avez-vous le micro là? Trùs bien. Je vais demander à certains d’entre eux de venir ici pour chanter ce cantique: Crois seulement. Tout est possible, crois seulement.
E-185 Et pendant qu’ils chantent ce cantique, je veux que chacun soit en priĂšre. Ne–ne... Ne levez mĂȘme pas les yeux, Ă  moins que quelque chose d’extraordinaire se produise.
E-186 Eh bien, vous devez ĂȘtre sincĂšre. C’est une question de vie ou de mort pour certains. Ils sont bien lĂ  avec le cancer, des tumeurs, la tuberculose et tout, et ils sont mourants. Et si c’était votre mĂšre? C’est la mĂšre de quelqu’un, rappelez-vous. Maintenant, soyez vraiment respectueux. Et lorsqu’ils passeront et que nous leur imposerons les mains... Je descends directement avec ces hommes. Et alors qu’ils–nous imposons les mains Ă  ces gens, priez qu’ils soient guĂ©ris.
E-187 Et maintenant, vous qui ĂȘtes dans la ligne de priĂšre, maintenant permettez-moi... Je ne peux que vous le dire. Maintenant, lĂ  derriĂšre, et tous ceux qui seront dans la ligne de priĂšre. Quand vous passerez, faites donc ceci, si vous al-... si vous allez me croire. Ecoutez, quand vous passerez dans cette ligne et quand le... vous marchez dans cette ligne, rappelez-vous, c’est comme si vous marchiez Ă  l’ombre de la Croix. Vous faites... Ces hommes font exactement ce que JĂ©sus a dit qu’ils doivent faire. «Ils imposeront les mains aux malades et les malades seront guĂ©ris.» Je descends, comme je l’ai dit au dĂ©but, Ă©tendant mon filet avec eux, afin que nous fassions tout ce que nous pouvons pour vous aider. Allez-vous croire?
E-188 Maintenant, prions d’abord, car il est dit... Vous savez, Pierre est allĂ© et a priĂ© dans un coin de la chambre oĂč Dorcas Ă©tait morte, puis il est allĂ© lui imposer les mains. AprĂšs avoir priĂ©, il s’est levĂ© et est allĂ© lui imposer les mains. Élie a fait les cent pas jusqu’à ce que l’Esprit vienne sur lui, alors il est allĂ© et a Ă©tendu son corps sur l’enfant mort. Vous vous souvenez de cela? Maintenant, nous allons prier, et ensuite nous allons vous imposer les mains pendant que vous passerez dans la ligne. Et quand vous passerez ici, dĂšs que ces mains vous toucheront, levez-vous, acceptez votre foi et partez en louant Dieu. Soyez donc un astronaute pendant que vous passerez; Ă©loignez-vous de toute incrĂ©dulitĂ©.
E-189 Notre PĂšre cĂ©leste, voici que nous arrivons au point culminant, au moment crucial. La chose la plus glorieuse peut arriver aux malades Ă  cet instant mĂȘme, pendant que cette masse de centaines de gens passera par une ligne de priĂšre formĂ©e par des ministres que Tu as appelĂ©s de toutes les conditions sociales. Et ils T’ont donnĂ© leur vie pour honorer la Parole de Dieu et leur appel.
E-190 Il y a ici dans cette boĂźte des mouchoirs destinĂ©s aux malades et aux affligĂ©s. Seigneur JĂ©sus, permets que chacun d’eux soit guĂ©ri, alors que nous les envoyons au Nom de JĂ©sus-Christ.
E-191 Et tandis que ces malades passeront dans cette ligne, que chacun d’eux, Seigneur, ait la foi maintenant. Puissent-ils prendre la dĂ©cision et dire: j’ai passĂ© mon temps Ă  m’amuser. Je ne vais plus m’amuser. Si je vais croire, je vais croire maintenant mĂȘme. J’ai vu la Parole vivante de Dieu rendue manifeste. Je sais que JĂ©sus-Christ est quelque part dans cette salle. Certainement, celui Ă  travers qui Il se manifeste ne nous dira rien de faux, car Tu as dit: «S’il y en a un qui est spirituel ou prophĂšte, si ce qu’il dit s’accomplit, alors Ă©coutez-le.»
E-192 Seigneur Dieu, puisse cela ĂȘtre dans l’esprit des gens Ă  qui j’essaie de dire que Tu n’es pas mort, que Tu es vivant ici en ce moment mĂȘme et que Tu–Ton onction est sur Ton Eglise et Ton peuple. Accorde qu’ils soient guĂ©ris pendant qu’ils passeront. J’offre cette priĂšre au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-193 Maintenant, restons en priĂšre, pendant que frĂšre Borders ou qui que ce soit conduit les chants. Gardez vos tĂȘtes inclinĂ©es et je descends maintenant pour me tenir ici dans la ligne pour prier avec ces gens.
E-194 [FrĂšre Branham et les ministres prient dans la ligne de priĂšre, alors que l’assemblĂ©e prie et chante: «Crois seulement.» Espace vide sur la bande–N.D.E.]
Seigneur, je crois,
Car tout est possible,
O Seigneur, je crois;
Ô Seigneur, je crois (Levez vos mains pendant que nous chantons cela.)
Seigneur, je crois,
Tout est possible,
Ô Seigneur, je crois.
E-195 Vous savez, de toute ma vie, je ne crois pas avoir dĂ©jĂ  Ă©tĂ© dans une ligne de priĂšre oĂč j’ai vu plus de foi que dans cette ligne. Franchement, je crois que, dans ma vie, c’est la meilleure ligne de priĂšre que j’aie tenue aux Etats-Unis, voir une ligne se dĂ©rouler comme cela! J’en suis sĂ»r, aussi sĂ»r que mon nom est William Branham et que je me tiens ici sur cette estrade. Vous pasteurs, vous aurez des nouvelles de vos fidĂšles qui sont passĂ©s dans cette ligne. C’était effectivement une grande foi, certaines des meilleures que j’aie connues dans ma vie, selon la seule maniĂšre que je doive en tĂ©moigner, par l’onction du Saint-Esprit. C’était vraiment merveilleux! Je vous remercie.
E-196 Maintenant, tous ceux qui croient ĂȘtre guĂ©ris, dites: «Amen.» [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Ecoutez donc cela! Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-197 Que Dieu soit avec vous jusqu’à ce que je vous revoie. Le Seigneur voulant, je serai là à Tulare. Est-ce comme ça que ça s’appelle? Tulare, là à Tulare, la semaine prochaine.
E-198 Maintenant, mettons-nous tous debout juste un instant, alors qu’on nous congĂ©die selon la procĂ©dure habituelle. Et puis on va distribuer les linges sur lesquels on a priĂ© ici et ainsi de suite. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-199 Et que Dieu vous bĂ©nisse, mes frĂšres ministres. C’est ce qui rend cela vraiment rĂ©el, quand vous, frĂšres... Il y avait Paul Cain et tous ces pasteurs, tous se tenaient debout ici, un grand soutien dans la foi.
E-200 Franchement, j’ai beaucoup apprĂ©ciĂ© cette rĂ©union. Je la considĂšre comme une des rĂ©unions phare que j’ai tenues aux Etats-Unis. J’en ai tenu de plus grandes.
E-201 Que Dieu vous bénisse, soeur. Que Dieu vous bénisse, soeur Upshaw. [Soeur Upshaw dit: «Je voulais juste vous serrer la main. Oh! alléluia!»]
E-202 Il ne se passe pas une semaine sans que je pense Ă  vous et–et Ă  frĂšre Bill. Je vous rencontrerai sur ce rivage-lĂ , soeur, lorsque le–toutes les vieilles choses seront passĂ©es. Nous serons lĂ  ce jour-lĂ . Amen!
E-203 Maintenant, inclinons la tĂȘte alors que nous demandons au pasteur d’ici, (l’un d’eux) de venir nous congĂ©dier officiellement par la priĂšre. Inclinons la tĂȘte. FrĂšre, que le Seigneur vous bĂ©nisse.

En haut