ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication DIEU EST IDENTIFIÉ PAR SES CARACTÉRISTIQUES / 64-0311 / BEAUMONT, TX, USA // VGR 1 heure 16 minutes PDF MP3 low MP3 HQ

DIEU EST IDENTIFIÉ PAR SES CARACTÉRISTIQUES

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Père Céleste, nous Te remercions de ce privilège, que Tu nous aies conduits ici, à Beaumont, au Texas, de nouveau. Alors que je promène mon regard sur ces balcons, je me rappelle les autres fois où nous sommes venus, et les grandes choses que Tu as faites; sans doute que beaucoup des gens qui y étaient sont assis ici même, ce soir. Si Tu n’avais pas touché leur corps malade, ils ne seraient pas ici ce soir, mais Tu l’as fait, et ils sont ici. Beaucoup de souvenirs demeurent, ils nous accompagneront tous jusque dans l’Éternité. 2 Nous Te prions de nous accorder une grande effusion de l’Esprit. Bénis-nous ensemble. Bénis chaque église, chaque membre. 3 Et, Seigneur, bénis d’une façon toute spéciale notre cher jeune frère, ici, Frère Pearry Green, qui s’avance sur le front, pour essayer de proclamer Ceci. Puissent les gens de–de cette charmante ville voir ce que–ce que ce jeune homme ressent pour les gens d’ici, qu’il cherche à les amener au Christ qu’il aime. Il essaie de présenter tous les ministères dont il pense qu’ils sont justes, qu’il a examinés par la Parole, et il veut voir les gens être sauvés. 4 Aide-nous, Père, dans nos efforts, alors que nous nous remettons à Toi, pour Te servir, à l’honneur et à la gloire de Dieu. Nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.
E-5 Maintenant, nous, souvenez-vous, là, chaque soir, amenez quelqu’un avec vous, ou passez un coup de téléphone, parlez-en à quelqu’un, et parlez-en à tous les pasteurs, à toutes les églises. Peu importe ce qu’ils sont, même s’ils ne sont pas d’accord avec nous; pourvu que vous veniez, que vous vous asseyiez, que vous vous teniez bien et que vous soyez gentils, certainement que nous apprécions votre présence ici. 6 Et maintenant, apportez votre Bible, apportez un crayon, notez le texte. Allez faire des recherches, vérifiez ces choses avec la Parole, pour voir si elles sont justes ou pas. Voyez? Et alors, ne prenez pas votre propre théologie, prenez-le simplement comme c’est écrit dans la Bible. Voyez-vous, souvent, on peut dire : “Ça veut dire ceci, voici ce que Ça veut dire.” Dieu n’a pas besoin d’interprète, Il interprète Sa propre Parole. Voyez? 7 Dieu a dit : “Que la lumière soit”, et la lumière fut. Ça n’a pas eu besoin–besoin d’interprétation. Il... C’est arrivé exactement tel qu’Il l’avait dit. Il a dit : “Une vierge concevra”, et elle l’a fait. Ça n’a pas besoin d’interprétation. 8 Dieu a promis certaines choses pour cet âge-ci, et elles doivent s’accomplir! Il l’a dit, alors ça n’a pas besoin d’interprétation. Dieu l’a dit, et Il l’interprète Lui-même, c’est pourquoi la Bible dit qu’Elle ne peut être un objet d’interprétation particulière. Dieu interprète Sa propre Parole, en La confirmant.
E-9 Maintenant, je me demande si nous pourrions nous lever, pendant que nous lirons Sa Parole, dans l’Épître aux Hébreux, au chapitre 1. La raison pour laquelle je vous demande de vous lever, c’est en l’honneur de cette Parole. Je crois que la Parole est Dieu : “Au commencement était la Parole, la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Et la Parole a été faite chair, et Elle a habité parmi nous.” “Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et éternellement”, c’est le thème de nos campagnes. Par conséquent, quand nous Le lisons, Lui, sous forme imprimée, dans cette Parole, ici, nous nous tenons debout. Quand nous promettons fidélité à la patrie devant le drapeau, quand notre drapeau passe, nous nous tenons debout en l’honneur de notre drapeau, de notre pays, c’est ce que nous devrions faire. Alors, à combien plus forte raison devrions-nous nous tenir debout quand nous lisons la Parole de Dieu! Hébreux 1.1-3, alors que nous lisons. Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu nous a parlé par le Fils en ces jours qui sont les derniers. Il l’a établi héritier sur toutes choses, et c’est par lui qu’il a fait les mondes. Ce Fils, qui est le rayonnement de sa gloire et l’expression de son être, soutient toutes choses par sa parole puissante; après avoir accompli la purification des péchés, il s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très-hauts,
E-10 Prions. Combien, maintenant, alors que les têtes et les coeurs sont inclinés, aimeraient qu’on pense à eux en prière, pour qu’au cours de cette réunion, quelque part, Dieu vous accorde votre requête? Levez simplement la main. Le Seigneur voit votre main. 11 Notre Père Céleste, aussi loin que mes yeux humains me permettaient de voir, il y avait une foule de mains partout. Assurément, la révélation de Frère Green et mon désir de venir étaient justes. Maintenant, Père, donne-leur ce qu’ils désirent, selon Ta Parole et Ta promesse. Nous Te les confions. Et puissent nos vies être tellement conformes à la Parole, que la Parole se fera chair parmi nous, et donnera aux gens la foi qu’il faut pour puiser dans leur compte au Ciel, dont Jésus s’est occupé pour eux il y a longtemps, pour leurs péchés et la maladie qu’ils auraient pendant leur voyage. Bénis-nous maintenant, nous prions, alors que nous nous attendons à Toi, que Tu nous révèles Ta Parole, et que Tu La fasses chair parmi nous. Car nous le demandons au Nom de Jésus. Amen. (Vous pouvez vous asseoir.)
E-12 Maintenant, je vous demanderais, si vous le voulez bien, essayez de vous déplacer le moins possible, je veux dire, pour ce qui est de vous lever et de sortir avant les quarante-cinq, cinquante prochaines minutes, quelque chose comme ça. Maintenant, ce–ce que... 13 Ce qu’il y a, c’est que nous voulons connaître la Vérité. Et la seule et unique Vérité que je connaisse, c’est la Bible. Or, un jour, Dieu va juger le monde, ça, nous le croyons, et chacun de nous mortels, nous serons emmenés dans Sa Présence pour le jugement. J’ai noté quelques points ici, et quelques passages de l’Écriture, auxquels je voudrais me référer dans quelques minutes.
E-14 Maintenant, souvenez-vous, si je demandais, ce soir : “Y a-t-il un catholique ici?” “Oui”, diraient-ils. Peut-être... “Eh bien, par quoi Dieu va-t-Il juger le monde?” Ils diraient : “L’église catholique.” 15 Alors je dirais encore : “Laquelle des églises catholiques?” Elles sont en désaccord. Il y a énormément de désaccords entre elles. L’une est romaine, l’autre est grecque, et il y a l’orthodoxe, et ainsi de suite. Nous en avons énormément. Si je disais... 16 Les méthodistes se lèveraient, ils diraient : “Il va le juger par l’église méthodiste.” Eh bien, si c’est le cas, alors les baptistes n’ont pas la moindre chance d’y arriver. Et s’ils en jugent par les baptistes, alors les méthodistes n’ont pas la moindre chance d’y arriver. 17 En effet, souvenez-vous, de citer incorrectement une seule petite partie de la Parole, une seule (pas toute, pas même un verset en entier), seulement un petit iota, de ne pas croire la Parole telle quelle, c’est ce qui a causé toutes les morts, toutes les maladies, tous les chagrins. Ça a été le cas d’Ève, dans le jardin d’Éden. Maintenant, si tout ceci, c’est ce qu’il en a coûté, à cause d’une seule dame qui a mal compris la Parole... Elle–elle ne l’a pas fait volontairement, elle a été “séduite”, nous dit la Bible. “Séduite”, d’après la Parole, c’est ce qui a causé tout ceci, alors vous et moi, nous ne retournerons pas là-bas à moins d’avoir la Parole entière. 18 Or, je crois que la Bible dit qu’Il ne, je ne crois pas que Dieu va juger le monde par l’église pentecôtiste, par l’église méthodiste, baptiste ou catholique. Il va le juger par Jésus-Christ, c’est ce qu’Il a dit. Et Christ est la Parole : “Au commencement était la Parole, la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Et la Parole a été faite chair, et Elle a habité parmi nous. La même hier, aujourd’hui et éternellement.”
E-19 Tout ça, c’est le grand Éternel. L’Éternité n’a jamais eu de commencement et ne pourra jamais avoir de fin. Donc, dans ce grand Être Éternel, il y avait des attributs, d’être un Père, d’être un Fils, d’être un Sauveur, d’être un Guérisseur, et toutes ces choses se trouvaient en Lui. Et ce qui se passe maintenant, c’est simplement qu’Il manifeste Ses attributs, c’est tout. 20 Or, nos noms ont été mis dans le Livre de Vie de l’Agneau avant la fondation du monde. Et quand la Parole frappe cela, s’il s’y trouve de la lumière qui a été destinée à la Vie, Jésus a dit : “Nul ne peut venir à Moi, si Mon Père ne l’attire, et tous ceux que Mon Père M’a donnés viendront à Moi.” Alors, vous voyez, c’est la Parole, constamment, la Parole, la Parole.
E-21 Maintenant, je voudrais parler ce soir du sujet, en puisant un contexte du texte que nous lisons : Dieu est identifié par Ses caractéristiques. 22 Or, presque tout ce qu’on rencontre peut être identifié par ses caractéristiques. 23 Or, nous remarquons, par exemple, les animaux, prenez, par exemple, les oiseaux. Bon, prenez, par exemple, un–un bruant jaune, quand il vole, et un geai, ils se ressemblent beaucoup. Mais la caractéristique du bruant jaune, il bat des ailes, et il descend, et il monte et descend, monte et descend. C’est ce qui le caractérise. Si vous remarquez, le geai, lui, il vole plus en ligne droite. 24 Regardez bien arriver le colin, le colin de Virginie, sa façon de voler. Regardez bien arriver le colin de Gambel, quand lui, il arrive, vous les chasseurs. Vous voyez, il y a une différence. Observez la bécassine sourde et la bécassine des marais, c’est par la caractéristique qu’on détermine ce que c’est. 25 Un gros mouton qui se tiendrait sur le flanc d’une montagne, s’il avait le dos tourné, la partie arrière de la croupe est blanche, l’autre partie est grise. Si vous ne connaissiez pas les caractéristiques de ce mouton, ce pourrait être un cerf. Voyez? Voyez-vous, vous devez en connaître les caractéristiques, pour détecter ce que c’est, et ce que ce n’est pas. Il y a bien des choses que nous pourrions encore vous dire à propos des animaux.
E-26 Ensuite, nous en venons aux humains, les caractéristiques qui distinguent un homme et une femme. Il y a une différence. Tous deux sont des êtres humains, mais c’est par les caractéristiques des deux sexes qu’on peut détecter ce qu’ils sont. Il y a quelque temps, je lisais le récit d’un des problèmes qui avaient été soumis à Salomon comme–comme test, par la reine : elle avait fait habiller quelques femmes comme des hommes. Salomon les a fait marcher et leur a fait faire deux ou trois choses, tout de suite il a dit : “Ce sont des femmes, ça.” Voyez-vous, c’est parce qu’il pouvait déceler par leur manière de faire, que leurs–leurs caractéristiques étaient celles des femmes. Il y a chez elle un je ne sais quoi, on ne peut pas le cacher, c’est–c’est une femme, parce que sa–sa caractéristique indique qu’elle est une femme. 27 C’est tout comme la main droite et la main gauche, chez les personnes. Ce sont des personnes toutes les deux. Vous observez, l’une d’elles est droitière et l’autre est gauchère. Observez comment on peut détecter ce que c’est, par leurs caractéristiques, on peut voir s’ils sont droitiers ou gauchers, oui ou non. Voyez? Pourtant, ils ont tous les deux des mains, en apparence les deux mains sont tout à fait semblables, tout à fait semblables.
E-28 Je pourrais peut-être dire un petit quelque chose en passant, ici. Jésus a dit, dans Matthieu, chapitre 24, que “dans les derniers jours, les deux esprits seraient tellement proches l’un de l’autre que ça séduirait même les élus, si c’était possible”. 29 Maintenant, ça, c’est vraiment comme de regarder une main droite et une main gauche. Les deux ont un pouce, des doigts, des ongles, un petit doigt, un majeur, et ainsi de suite, un index, ce sont tous des doigts différents. Elles, les deux empreintes de pouce, la seule chose, c’est que l’une, c’est dans un sens, et l’autre dans l’autre, c’est la même empreinte pour les deux, faite pareille, les empreintes de pouce. Tout est parfaitement identique, la seule différence, c’est la caractéristique. L’une est une main gauche, et l’autre est une main droite, c’est la seule différence. 30 Et ce sera exactement pareil pour les esprits, au dernier jour, ils, c’est seulement par les caractéristiques qu’on pourra détecter s’ils sont de Dieu ou pas. L’un d’eux sera dans le vrai et l’autre sera dans l’erreur, c’est uniquement à la caractéristique de Dieu que vous les reconnaîtrez. Parfaitement, il faudra qu’il en soit ainsi. Mais la main droite, on pourrait dire que c’est la “bonne”, et que la main gauche, ce n’est “pas la bonne”, voyez-vous, ou vice versa, l’une des deux. Leurs caractéristiques, c’est par elles qu’on détermine ce que c’est. C’est uniquement à sa caractéristique que vous pouvez reconnaître ce qu’il en est.
E-31 Comme Israël, pendant qu’ils faisaient route, en sortant de l’Égypte. Or, Dieu était avec Israël, Il leur avait montré un grand signe là-bas, Il leur avait envoyé un prophète et Il avait identifié Sa Parole écrite. Et, comme Il les conduisait, nous observons Sa caractéristique, la façon dont Il a rencontré Moïse, les choses qu’Il a faites. Et pendant qu’il... qu’ils faisaient route, ils ont rencontré une autre nation, c’était celle de Moab. Et Moab, c’était une grande nation, là, pas des païens, absolument pas. C’étaient les enfants des filles de Lot, et c’étaient des croyants. Maintenant, observez les deux nations. L’une d’elles est une nation reconnue, l’autre ne fait que demeurer dans le pays. Et donc ils arrivent quelque part, où cette grande nation de Moab est en plein sur leur chemin, alors qu’ils sont sur le sentier du devoir, pour se rendre au pays promis. Or ils avaient... 32 Regardez les–les deux nations, elles avaient chacune un prophète. L’un d’eux, c’était le grand enseignant et le prophète, Balaam. L’autre, c’était Moïse. Voilà Balaam qui se présente, de... pour maudire Israël.
E-33 Et, remarquez, tous les deux, ils étaient tout à fait fondamentalistes. Le prophète, des fondamentalistes qui suivaient Balaam, a dit : “Bâtis-moi sept autels”, c’est exactement le nombre de Dieu. “Et offre sur chaque autel un sacrifice pur, un taureau”, exactement le même sacrifice que ce qu’ils avaient dans le camp d’Israël. Et il a dit : “Sur chaque autel, offre également un bélier”, ce qui annonçait la venue de Christ. Et là-bas, en Israël, ils offraient le même sacrifice. 34 Les mêmes autels, le même Dieu, mais l’un d’eux avait tort, et l’autre avait raison. Et maintenant, le seul moyen de déceler lequel... Fondamentalement, pour ce qui est de la Parole, ils avaient tous les deux raison. Mais, vous voyez, l’un d’eux, ses motifs n’étaient pas bons, il cherchait à barrer la route à son frère, qui cheminait vers la promesse que Dieu lui avait donnée.
E-35 Autre chose, celui-là, le prophète Balaam, était fondamentaliste, mais le prophète Moïse était identifié par les caractéristiques de Dieu. Il y avait la Colonne de Feu, une Lumière surnaturelle suspendue au-dessus d’eux. Et il y avait de grandes guérisons dans leur camp, un Dieu surnaturel qui montrait des signes surnaturels. Et ils s’en tenaient précisément à la Parole de la promesse que Dieu avait donnée à Abraham, bien avant, quand les deux nations avaient pris naissance. Mais, maintenant, Moïse, avec la promesse qui avait été donnée à Abraham, il se dirigeait vers le pays promis. Balaam, qui était aussi un prophète de l’Éternel, il était là-bas. Et le seul moyen de pouvoir les identifier, ce n’était pas par leur enseignement fondamentaliste, mais par la caractéristique de Dieu. 36 Il y avait le son d’un–un cri, la voix du Roi, ici, avec Israël. L’expiation était en action, un Serpent d’Airain, un Rocher frappé. Et Dieu était avec eux, Il S’identifiait dans une Lumière surnaturelle, et Il guérissait leurs maladies et leurs maux, au long de la route. Les caractéristiques démontraient ce qu’Il était, en étant conformes à la Parole pour cet âge-là, pour l’âge dans lequel ils vivaient. Les caractéristiques de Dieu, qui L’identifiaient avec Moïse. Voyez-vous, les caractéristiques de Dieu s’identifiaient avec Moïse. La Colonne de Feu, l’expiation en action, le Rocher frappé surnaturel, et ils... le Serpent d’Airain, aussi, qui attestait la guérison, et aussi–aussi, c’est qu’ils étaient dans l’exercice de leurs fonctions, alignés sur la promesse de Dieu.
E-37 Notez aussi, les caractéristiques de Dieu ne sont pas naturelles. La caractéristique de Dieu est surnaturelle, parce qu’Il est un Créateur. Il est Surnaturel. Et quand la caractéristique de Dieu se met à se manifester, c’est quelque chose de tellement étranger à la pensée contemporaine, que ça désoriente les gens. Ils ne peuvent pas comprendre Cela; pourtant Il ne dévie jamais de Sa promesse. Dieu, à tous les âges, comme je l’ai dit, Il a assigné une portion de Sa Parole. 38 Prenons-en un, comme exemple. Il y a eu Joseph, l’époux de Marie. Et, bon, il était fiancé à cette jeune fille, et ils devaient se marier. Mais, là, avant leur union, elle se trouva enceinte par l’Esprit-Saint. 39 Or, ça, nous le croyons tous, si nous sommes Chrétiens. Nous devons le croire, pour être Chrétiens. C’est la Bible. Vous devez croire chaque Parole de la Bible, pour être Chrétiens. Bon, parce que, si le Saint-Esprit est ici, à l’intérieur, Il ponctuera chaque Parole et chaque promesse d’un “amen”. 40 Parce que... bon, Joseph était un homme de bien, il était un brave homme. Et sans doute que Marie lui avait parlé de la visite de Gabriel, comme quoi le Saint-Esprit allait la couvrir de Son ombre, qu’elle allait concevoir et donner naissance à un Fils, et qu’Il s’appellerait du Nom de “Jésus”; elle avait certainement dû dire ces choses à Joseph. Et Joseph pouvait regarder dans ses grands yeux bruns, et il pouvait voir son innocence, et il voulait croire ça. Il voulait le croire, de tout son coeur, mais ça sortait trop de l’ordinaire, il se proposait donc de rompre secrètement avec elle.
E-41 Maintenant, si un homme est sincère dans ce qu’il fait, Dieu va pourvoir d’un moyen de montrer à cet homme que c’est la Vérité. Il est dans l’obligation de le faire – si vous êtes sincère. Si vous Le voyez, et que vous vous En détournez, dans ce cas vous serez jugé. Mais si vous êtes sincère, et que vous voyez la Vérité! Or, Joseph, il se “proposait” de le faire, c’est tout. Il disait : “Ça sort tellement de l’ordinaire!” 42 C’est comme ça aujourd’hui, que des gens, de braves hommes, des hommes très bien, des hommes de bon caractère, des bons ministres, beaucoup d’entre eux, des prêtres et tout, ce sont de braves hommes, mais la confirmation surnaturelle de la promesse de ce jour-ci sort tellement de l’ordinaire, que cela les déconcerte. Et cela, parce que c’est la caractéristique de Dieu qui se manifeste.
E-43 Donc, Joseph, son époux, qui était un homme de bien, il ne voulait pas la diffamer. Il n’arrivait pas à le croire; il–il essayait. Mais, comme il méditait sur ces choses, l’Ange du Seigneur lui a parlé et lui a dit ce qu’il en était. 44 Bon, Il ne va pas toujours nécessairement parler dans un songe. Il peut Se révéler à vous par la Parole, et vous montrer que C’est bien exact, si vous êtes assez sincère pour examiner Cela, pour voir si c’est la caractéristique de Dieu qui se manifeste, mais ce sera toujours en harmonie parfaite avec la Parole promise. 45 Autre chose : la Parole de Dieu corrige toujours l’erreur. Le croyez-vous? La Parole règle la question. Quand Dieu confirme cette Parole, ça règle la question. 46 Maintenant nous allons, j’en ai un exemple à l’esprit, sur lequel j’aimerais méditer. Nous ne prendrons pas beaucoup de temps, parce que nous voulons prier pour quelques malades. Voyons un peu. Quand Jésus, qui était la Parole... La Bible dit qu’Il était la Parole. Nous sommes tous d’accord là-dessus, qu’Il était la Parole. Remarquez, quand Il était âgé de douze ans. Or, nulle part il ne nous est fait mention qu’Il soit allé à l’école. Mais un jeune garçon de douze ans, à peu près grand comme ça, ils, Ses parents, Marie et Joseph, sont montés au temple, pour... montés au... pour adorer, à la Pâque. Et pendant qu’ils étaient là-bas, après la Pâque ils ont repris la route, ils avaient trois jours de route à faire, et ils ne trouvaient plus Jésus, nulle part. Et ils ont fini par Le trouver, après L’avoir cherché pendant trois jours, Il était dans le temple, en train de débattre la Parole de Dieu avec les anciens de là-bas.
E-47 Et écoutez bien Marie, là. Maintenant, pour les gens qui la prennent pour une déesse, regardez. Voyez-vous, c’est la–la femme qui a été séduite, au commencement. Et regardez-la bien, ici. Si vous ne l’avez jamais remarqué, regardez bien ceci. Elle a dit : “Ton père et moi, nous Te cherchions, avec larmes.” Remarquez, elle a condamné le témoignage (devant ces sacrificateurs), la chose dont elle avait témoigné. Elle avait dit qu’elle avait “conçu du Saint-Esprit”, et voici qu’elle appelait “Joseph” Son père. 48 Maintenant regardez bien ce Garçon de douze ans, qui était la Parole pour cette heure-là. Il était la Parole promise pour cette heure-là, le Messie oint. Regardez bien ce qu’Il a dit : “Ne savez-vous pas qu’il faut que Je m’occupe des affaires de Mon Père?” La Parole corrige l’erreur. Voyez-vous, et le Surnaturel, un Enfant de douze ans! Je ne pense pas que Jésus ait compris ce qu’Il disait, mais Il était la Parole, et la Parole corrige l’erreur. Voyez-vous, Il a corrigé Sa mère, et Il l’a réprimandée en parlant ainsi. Or, si c’était–c’était les affaires de Son père, Il aurait été avec Son père, si Joseph avait été Son père. 49 Mais, voyez-vous, comme elle était toute chavirée, et agitée, comme Ève, et influencée, eh bien, elle a dit : “Ton père et moi, nous Te cherchions, avec larmes.” 50 Il a dit : “Ne savez-vous pas qu’il faut que Je m’occupe des affaires de Mon Père?” Vous voyez comme la Parole est correctrice, Elle corrige l’erreur. 51 Satan a fait une erreur quand il a essayé de tenter Jésus. Mais c’est par Sa propre Parole qu’Il a répliqué, et Il l’a vaincu par la Parole.
E-52 “Dieu,” la Bible dit ici, “à plusieurs reprises et de plusieurs manières, a fait connaître Son identité à Ses prophètes, Il a parlé à nos pères à travers les prophètes.” Alors, montrant Sa caractéristique, la façon dont Il fait connaître Son identité, voyez-vous, à l’homme, Il a parlé aux prophètes. Les prophètes, leurs visions, confirmées, c’était–c’était la caractéristique de Dieu, qui se faisait connaître par la vision du prophète. 53 Or, aucun homme ne peut expliquer une vision, il n’y a pas moyen de faire ça. C’est surnaturel. C’est quelque chose par lequel vous voyez ce qui a été, ce qui est, et ce qui sera. Et c’était ça le moyen de Dieu, d’envoyer un homme qui prononçait ces choses, et qui montrait des choses qui allaient s’accomplir (pas seulement ce soir), chaque soir, chaque fois. Tout ce qu’il disait devait être en harmonie parfaite avec le Seigneur, ce devait être la Parole du Seigneur.
E-54 C’est ainsi que les dons et les appels sont sans repentance. Vous ne pouvez pas rendre vos yeux bruns, alors qu’ils sont bleus. Vous ne pouvez pas vous faire mesurer six pieds [un mètre quatre-vingts], alors que vous ne mesurez que quatre pieds [un mètre vingt]. “Qui, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à sa taille?” Nous sommes, chacun, ce que nous sommes, par la grâce de Dieu. 55 Donc, les dons et les appels sans repentance. Ces prophètes étaient prophètes de naissance. Moïse, à sa naissance, il était beau. Jésus était le Fils de Dieu, dès avant la fondation du monde, l’attribut de Dieu. Jérémie... -douze, sept cent douze ans, je crois, avant sa naissance, il était la voix de celui... Non, excusez-moi. Il avait été établi prophète pour les nations, et avait été–et avait été sanctifié, dans le sein de sa mère, et établi prophète pour la nation. Jean-Baptiste, c’est lui que j’avais en tête, c’était sept cent douze ans avant sa naissance; il était la voix de celui qui crie dans le désert.
E-56 Voyez-vous, c’est Dieu qui donne une position. Il envoie un homme, qui porte la Parole de l’âge en question. Mais, bon, avant que vous puissiez croire la Parole de cet âge-là, Il S’identifie par Sa caractéristique, voyez-vous, par la connaissance, par la vision. Il avait annoncé que certaines choses arriveraient, et elles arrivent. Et Dieu a dit : “Quand la chose arrive, alors croyez qu’il a l’interprétation de la Parole, parce que la Parole du Seigneur vient à cet homme.” Et ses références, c’est qu’il est identifié comme voyant, selon l’Ancien Testament. Ça ne peut pas être plus clair! Ses caractéristiques s’identifient, se font connaître, les traits qui le caractérisent. 57 Alors, c’est comme ça que “Dieu a traité, à plusieurs reprises,” la Bible dit, “de plusieurs manières, Il a parlé à nos pères à travers les prophètes, mais en ces derniers jours, c’est à travers Jésus-Christ, Son Fils, qu’Il parle.” 58 Or, Jésus a dit, dans Jean 10.37 : “Si Je ne fais pas les oeuvres de Mon Père, alors ne Me croyez pas.” Voyez-vous, ils disaient : “Toi qui es un Homme, Tu Te fais Dieu.” 59 Il a dit : “Si Je ne fais pas les oeuvres de Mon Père, alors ne Me croyez pas.” Or, Il a dit : “Jean était une lampe qui brûle et qui luit. Vous, bien, vous avez bien voulu marcher dans sa lumière pour un temps. Or, Jean a dit : ‘Il faut que je m’éteigne; il faut qu’Il croisse.’” Il était la Lumière du monde, parce qu’Il était la Parole faite chair, confirmée, identifiée. Voyez-vous, Il était Dieu avec nous.
E-60 Les prophètes, c’était Dieu avec eux. Jésus l’a dit. Il a dit : “Si vous appelez ‘dieux’ ceux à qui la Parole de Dieu est venue, comment pouvez-vous Me condamner lorsque Je dis que Je suis le Fils de Dieu?” Voyez? Donc, là où la Parole qui a été prononcée par Dieu est confirmée, alors, c’est Dieu qui Se fait connaître par Sa caractéristique, qui accomplit Sa Parole. Elle n’a pas besoin d’interprétation. Elle est déjà interprétée, c’est Elle-même qui démontre ce qu’il En est. 61 Tout comme Il a dit : “Que la lumière soit”, et la lumière fut. Vous n’avez pas à dire : “Eh bien, qu’est-ce que ça voulait dire?” Ça veut tout simplement dire, elle est là, c’est la preuve. C’est déjà accompli. 62 Or, Jésus a dit que : “Si Je ne fais pas les oeuvres de Mon Père,” ou, autrement dit, “si Je n’ai pas la caractéristique de Mon Père, n’y croyez pas. Elles identifient Mon caractère, Qui Je suis. Si vous ne pouvez pas Me croire, alors croyez l’identification que Dieu a donnée. Si vous–si vous ne... Si Je ne, si Mon caractère n’identifie pas Ma position, alors ne croyez pas Mes affirmations.” Voyez? Vous saisissez, ce soir? Combien comprennent, levez la main. Voyez? “Si Mon caractère n’identifie pas Celui que J’affirme être,” a dit Jésus, “alors croyez les... Si vous ne pouvez pas Me croire, eh bien, croyez simplement la–la–l’identification du caractère, de ce que Je suis.”
E-63 Jean 14.12 : “Celui qui croit”, Jésus a dit, “en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais.” Maintenant regardez : “Celui qui croit en Moi”, un croyant véritable, “fera aussi les oeuvres que Je fais.” Remarquez. Autrement dit, comme ceci : “Celui qui croit en Moi sera identifié par Ma caractéristique, les oeuvres.” Donc, c’est ça qu’Il faisait. Il a dit : “Si Je ne fais pas les oeuvres du Père, alors ne Me croyez pas.” Et le Père a parlé aux prophètes, et c’était ça leur caractéristique, ce qui les identifiait. Même chose pour Jésus. Et c’est ce qui a été promis à celui qui croit. “Mes caractéristiques produiront en lui exactement ce qu’elles ont produit en Moi. Et si Je ne fais pas les oeuvres de Mon Père, alors ne Me croyez pas. Mais si Je fais les oeuvres, et que vous ne pouvez pas Me croire, alors croyez aux oeuvres, puisqu’elles ont été annoncées, elles doivent se produire.” 64 Il a dit : “Sondez les Écritures; en effet, vous pensez avoir en Elles la Vie Éternelle, et ce sont Elles qui vous déclarent Qui Je suis.” Ça, c’était Jésus, voyez-vous, Dieu manifesté, qui montrait Qui Il était. “Elles rendent témoignage de Qui Je suis.” Voilà, Hébreux 1.1, maintenant, “Dieu, à plusieurs reprises, a parlé par les prophètes”, identifie clairement la caractéristique actuelle de la résurrection de Son Fils. À l’époque, Dieu a parlé par les prophètes; maintenant, à travers Son Fils. Le Dieu immuable, la même caractéristique : “Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.” Dieu, qui Se fait connaître par Sa caractéristique, identifiée. Voilà comment vous savez. 65 Vous dites : “Eh bien, je vais vous dire ceci, nous chantons ceci, nous faisons ceci, et nous faisons.” Ce n’est pas de ça que je parle. 66 Je parle de la Parole manifestée, et qui identifie les... ainsi les caractéristiques de la Parole promise pour l’âge. 67 Les pharisiens, ils connaissaient la Bible aussi bien que n’importe qui, mieux qu’aucun de nous, les membres du clergé, nous La connaissons aujourd’hui. Il fallait que leur vie s’Y conforme. Leurs arrière-arrière-grands-pères, c’étaient des sacrificateurs. Ils L’étudiaient, jour et nuit, et ils n’ont pas vu cette Parole identifiée.
E-68 Aujourd’hui, Luther dit : “Quand vous croyez, vous L’avez.” Le méthodiste dit : “Quand vous criez, vous L’avez.” Le pentecôtiste dit : “Quand vous avez parlé en langues, vous L’avez eu.” Nous constatons que tout ça, c’est faux! Certains disent : “C’est par le fruit de l’Esprit, c’est Ça.” Et c’est faux! La seule preuve, c’est quand la confirmation, quand Dieu Lui-même S’identifie dans la Parole promise de l’heure. Voilà. 69 Qui avait plus de fruits de l’Esprit que ces bons vieux sacrificateurs, qui circoncisaient les enfants et les bénissaient, et tout le reste? Et voilà ce gars, Jésus, qui arrive : Il a renversé les billots qui servaient à leurs sacrifices, les a regardés d’un regard furieux, leur a donné des coups de fouet, les a chassés, sans S’identifier aucunement. C’est l’Écriture qui L’identifie! Il n’avait pas de carte d’une association. Il ne faisait partie d’aucune organisation. Mais Dieu avait parlé de Lui, c’est ça qui L’identifiait! 70 Voilà l’authentique identification de Dieu, à toute heure, c’est ça Son identification. C’est ça : les Écritures qui ont été promises, identifiées par la caractéristique de la promesse, c’est-à-dire Dieu, et Dieu est la Parole. Et la caractéristique de cette promesse, identifiée, c’est ce qui produit le croyant. Jésus l’a dit, alors c’est réglé. Amen. 71 Remarquez, alors nous voyons que les caractéristiques L’identifient. “Si...” Il a dit : “Si elles ne le font pas, alors ne Me croyez pas.” Alors, Jésus a dit qu’elles L’identifieraient.
E-72 Et maintenant, souvenez-vous, qu’en ces jours, ces derniers jours, nous dit Hébreux 1.1 : “Dieu, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, a parlé à nos pères à travers les prophètes. En ce dernier jour, Il nous a parlé à travers Son Fils, Jésus-Christ.” Voyez? L’identification de Dieu Lui-même, manifesté de la même manière qu’Il l’avait fait dans le passé, par Sa même caractéristique. Amen. Remarquez, Hébreux 13.8 dit : “Il est le même hier (à plusieurs reprises), aujourd’hui, et éternellement le même!” Sa même manière de faire, Son même moyen, Sa même caractéristique, tout est le même! Dieu, le Dieu immuable ne peut pas plus s’écarter de cette caractéristique qu’Il ne peut s’écarter de Son Commandement. C’est ce qu’Il est, Il est la Parole. Il est la Parole de l’heure. Il est la Parole. Quand Il a créé le monde, c’était la Parole. Quand Il a créé l’homme, c’était la Parole, Ses attributs. Quand Il a créé Christ, c’était Dieu, Emmanuel. Et quand Il a fait de Lui un Sauveur, c’était Ses attributs. Quand Il a fait de Lui un Guérisseur, c’était Ses attributs. Voyez? Toujours, c’est la Parole qui est identifiée, la Parole identifiée par la caractéristique de Dieu. Remarquez Sa manière de faire, toujours, Il ne change jamais.
E-73 Regardez les trois hommes qui sont venus à Abraham, comme il était assis à l’entrée de sa tente, ce jour-là. Nous allons le regarder, là, pendant quelques minutes. Il était venu, il avait été appelé à sortir du pays de la Chaldée, des Chaldéens, de la ville d’Ur. Il avait quitté sa ville sur l’ordre de Dieu, comme quoi il devait se séparer de toute incrédulité. Voilà la première caractéristique de Dieu, – séparez-vous de l’incrédulité, – quand Il appelle un homme! 74 Et Il lui a donné quelque chose qui était absolument, totalement, impossible à croire, pour la pensée naturelle. Il a dit : “Abraham...” Il avait soixante-quinze ans, et Sara en avait soixante-cinq. Ils, c’était sa demi-soeur, ils avaient vécu ensemble toutes ces années, sans avoir eu d’enfants. Il a dit : “Je te donnerai un fils par Sara, et il, c’est par lui que Je ferai de toi un père d’un grand nombre de nations.” Or, il l’a cru.
E-75 Le temps a passé, aucun changement en Sara. Voyez? Elle avait passé l’âge, elle–elle avait déjà eu sa ménopause. À soixante-cinq ans, elle avait déjà passé ce temps-là. Abraham, à soixante-quinze ans, son corps était comme mort. Son sein à elle était comme mort. Mais Abraham n’a jamais douté, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu. Il a continué à croire, parce que Dieu l’avait dit, et il était convaincu : “Si Dieu l’a dit, Ses caractéristiques produiront ce qu’Il a dit!” Or, nous sommes censés être les enfants d’Abraham, la Postérité d’Abraham! Ça a continué, et continué, vingt-cinq ans ont passé. Aucune différence en Sara, rien, sinon qu’elle était plus âgée, voûtée, et lui aussi. Mais Abraham a continué à le croire quand même.
E-76 Et un jour, quand Dieu a vu que Son serviteur était déterminé à être un exemple pour les gens d’aujourd’hui, et puisque, par lui, Il allait bénir les nations, par une chaude matinée, vers onze heures, trois hommes sont venus à lui. Ils lui ont parlé. Et il les a invités à entrer s’asseoir. Il y avait chez eux un je ne sais quoi, ils semblaient différents des hommes. Les choses spirituelles se comprennent par les choses spirituelles. Remarquez, alors ils sont venus et se sont assis. Abraham les a bien regardés, il a dit : “Mon Seigneur.” Que devait-il faire? 77 Deux d’entre eux sont descendus prêcher à Sodome, un témoignage contemporain d’aujourd’hui. Vous avez là les trois catégories de gens : Sodome, et l’église qui est dans Sodome, Abraham l’Élu qui n’est pas dans Sodome. Deux messagers, un Billy Graham contemporain, et... Souvenez-vous, de tous les messagers à l’église, il n’y a jamais eu un homme qui a oeuvré dans l’église dénominationnelle, là-bas, dont le nom se termine par h-a-m, auparavant. Il y a eu Finney, Sankey, Knox, Calvin, et ainsi de suite, Billy Sunday, et tout le reste, mais jamais G-r-a-h-a-m, ou aucun qui se termine par h-a-m, ce qui veut dire “père de nations”. Il est descendu là-bas prêcher. Regardez quelle heure il est! Voici, on a les soi-disant croyants, les incroyants et les croyants. Ces trois hommes sont venus. Deux d’entre eux sont descendus dans la ville, un Billy Graham et un Oral Roberts contemporains, là-bas parmi les gens, ils prêchaient. Ce cadre, Jésus en a parlé.
E-78 Remarquez, l’Élu qui venait... qui était assis à l’extérieur, ici, Abraham et son groupe. Et quand cet Homme qui est resté avec Abraham, observez-Le, Il a manifesté la caractéristique de Dieu; en effet, Il a dit : “Où est Sara?” Son nom, la veille, c’était Saraï; maintenant c’est Sara, S-a-r-a. Il a dit : “Abraham,” pas Abram, “Abraham, où est ta femme Sara?” Il a dit : “Elle est dans la tente, derrière Toi.” 79 Il a dit : “Je vais te visiter.” Alors Abraham a écouté ces propos. “Je vais te visiter à la période de la vie.” 80 Et Sara a ri, comme on dit, sous cape, en elle-même, et elle disait : “Moi qui suis vieille, mon seigneur qui est vieux, nous aurions encore du plaisir comme les jeunes hommes et les jeunes femmes? Pour ce qui est des–des relations intimes, peut-être, c’est du passé, depuis de nombreuses années. Moi?” Elle a ri. 81 Et l’Homme, en regardant Abraham, alors que Sara était dans la tente, derrière Lui, Il a dit : “Pourquoi Sara a-t-elle ri, en disant ces choses : ‘Comment ces choses peuvent-elles se faire?’” Il S’est identifié. 82 Et Abraham L’a appelé “Elohim”. Maintenant, tous ceux d’entre vous qui lisent la Bible, vous savez ça. Elohim, Dieu, Celui qui est entièrement suffisant, voyez-vous, identifié dans un corps humain, alors qu’Il a mangé de la viande de veau, qu’Il a bu du lait de vache, et mangé du pain et du beurre. Elohim a identifié les caractéristiques de Dieu, et Abraham L’a appelé “Dieu”. Qu’est-ce? Il était identifié, Elohim!
E-83 Jésus a dit, dans Luc, chapitre 17, que quand, dans les derniers jours (Dieu, à plusieurs reprises, a parlé par les prophètes, dans les derniers jours par Son Fils), maintenant regardez bien, Il a dit : “Au temps où le Fils de l’homme sera révélé.” Regardez bien, “révélé”, fait connaître, en ces derniers jours, avant le temps de la fin, au moment où le Fils de l’homme serait révélé, on se retrouverait dans le même cadre qu’à Sodome. “Ce qui arriva aux jours de Sodome, arrivera de même à la venue du Fils de l’homme, au moment où Il se révélera, se fera connaître, à l’Église, aux Élus (pas à Sodome, aux Sodomites, ou à ceux qui étaient dans Sodome), aux Élus.” Abraham était l’Élu. Et la Postérité royale d’Abraham, ce sont les croyants, par Jésus-Christ la Parole, ce sont les Élus. Et au moment où le Fils de l’homme se révélerait, on se retrouverait dans le même cadre.
E-84 Regardez le monde, aujourd’hui. Si ce n’est pas tout simplement Sodome et Gomorrhe, je n’en ai jamais vu. Sodome et Gomorrhe! Regardez l’église, semblable à Lot, qui était assis là et dont l’âme juste était attristée de voir les péchés de Sodome. De nombreux ministres assis dans leur... Un brave homme assis dans son bureau, en train de préparer son sujet, et tout, il n’a qu’à regarder dans la rue et il y voit les femmes, qui portent des shorts, et l’immoralité et tout, et les choses qui continuent comme ça, il ne peut pas dire un mot là-dessus, son organisation le mettrait à la porte. Lot n’avait pas l’audace de défendre Ce qui était juste, et c’est pareil pour les Sodome et Gomorrhe contemporains, d’aujourd’hui. 85 Mais il y en a quelques-uns qui sont en dehors de Sodome, qui sont nés, là-bas, non par la volonté des hommes, mais par la volonté de Dieu et la Semence de Dieu. Observez l’identification qu’il y a eu là, ce n’est pas seulement la prédication, mais le signe qui a identifié la Parole de Dieu faite chair dans un homme. On se retrouve dans le même cadre, exactement tel qu’à l’époque, et nous sommes précisément en ce jour-là. Tout est parfait, tout est exactement conforme. J’aimerais avoir le temps de continuer quelques minutes là-dessus, mais nous ne l’avons pas, alors nous allons nous dépêcher. On doit se retrouver dans le même cadre, dans les derniers jours.
E-86 Or, Hébreux 10.1 : “Dieu, à plusieurs reprises, par les prophètes, Il S’est identifié. Et dans les derniers jours, Il S’est identifié à travers le Fils,” ce qui fait de Lui Hébreux 13.8, “le même hier, aujourd’hui et éternellement”. 87 Remarquez, Dieu, à plusieurs reprises, a parlé à Moïse. Et alors, et, souvenez-vous, Il S’est identifié par une Lumière, une Colonne de Feu dans un buisson ardent. C’est comme ça qu’Il l’a fait, à plusieurs reprises. Et Il a parlé à Moïse. Et cette Lumière, qu’est-ce qu’Elle a fait? Elle a produit la caractéristique de Dieu, Elle a prononcé la Parole : “J’ai entendu les plaintes de Mon peuple, là-bas en Égypte. J’ai vu leurs gémissements et J’ai entendu leurs cris, et Je me souviens de Ma Parole. Je descendrai, une Colonne de Feu, une Lumière, pour aller et délivrer le peuple. Je t’envoie, Moïse.”
E-88 Observez les caractéristiques de Dieu. Il a ramassé une poignée de poussière, il l’a lancée en l’air, et elle s’est transformée en puces. Le Créateur, la caractéristique de Dieu était en Moïse. 89 Et Moïse a parlé, dans Deutéronome 18.15, il a dit : “L’Éternel, ton Dieu, suscitera un Prophète comme moi.” Maintenant regardez bien, voilà encore la Parole, la caractéristique. Dieu qui parlait à travers Moïse, leur disant que le Seigneur allait en susciter Un comme lui. Maintenant remarquez comment les caractéristiques de Jésus ont identifié qu’Il était cette Parole promise. Alors que Moïse l’avait annoncé, le caractère de Jésus l’a identifié. Remarquez, maintenant : “L’Éternel, ton Dieu,” ça, c’est Dieu, c’est la Parole, “suscitera un Prophète comme moi. Quiconque ne croira pas ce Prophète, sera retranché du milieu du peuple.” Maintenant regardez bien, quand Jésus est venu, alors, quel genre de caractéristique devait-Il avoir? Voyez-vous, remarquez, maintenant, la Parole promise, d’après la promesse Il devait être un Prophète comme Moïse.
E-90 Or, ils avaient eu toutes sortes de docteurs, toutes sortes de rabbins. Il y avait quatre cents ans qu’ils n’avaient pas eu de prophète, depuis–depuis Malachie, et là, tout d’un coup, un Homme arrive. 91 Or, il y avait un pêcheur, il y en avait deux, les fils d’un homme, l’un d’eux s’appelait André, et l’autre s’appelait Simon. Leur père leur avait dit que, ce qu’il faudrait surveiller à leur époque; il y avait eu beaucoup de faussetés qui avaient surgi. Le vieil homme... J’ai lu un petit livre une fois, qui racontait – c’était peut-être un livre de fiction, je ne sais pas – qu’il avait dit : “Mes fils, juste avant le Messie qui doit venir, là, Celui que nous attendons tous, il y aura un temps où toutes sortes de choses arriveront. Mais ce à quoi vous reconnaîtrez ce Messie, c’est qu’Il correspondra à l’Écriture. Il sera Prophète, parce que la Parole de Dieu dit de Lui qu’Il est Prophète.”
E-92 André avait écouté parler Jean. Eh bien, tout ce que Jean faisait, il prophétisait. Vous savez, Jésus a dit : “Vous avez bien marché dans la lumière de Jean, mais J’ai une Lumière plus grande que celle de Jean. J’ai une identification plus grande que celle de Jean, car les oeuvres que le Père M’a donné d’accomplir, elles rendent témoignage de Moi.” Jean a simplement prêché, il a simplement été le précurseur, il n’a pas produit de miracles ni aucune des caractéristiques de Dieu quant à la promesse. Mais voici Jésus qui arrive, avec cette caractéristique-là! 93 Simon est allé L’écouter, un jour, et aussitôt que... Peut-être que Simon y est allé avec André. André y assistait depuis le début. Mais Simon, quand il est entré dans la Présence, – maintenant écoutez, je termine avec ceci, – quand il est entré dans la Présence de Jésus, Jésus l’a regardé, Il a dit : “Ton nom est Simon, et tu es le fils de Jonas.” Voyez-vous, la caractéristique de ce qui avait été promis s’identifiait en Lui. 94 Cet homme ne savait pas signer son nom, la Bible dit qu’il était à la fois ignorant et sans instruction. Mais l’identification était telle qu’il a vite abandonné toute son incrédulité, et il a dit : “C’est le Messie que nous attendions!” Bon, il Y a cru.
E-95 Il y en avait un qui se tenait là, du nom de Philippe, il a couru de l’autre côté de la ville, de la colline, des campagnes, environ quinze milles [vingt-quatre kilomètres] plus loin, il est allé chercher un ami, et il est revenu le lendemain avec celui-ci, il s’appelait Nathanaël. Il l’a trouvé sous un arbre, en train de prier. Il a dit : “Viens voir Qui nous avons trouvé, Jésus de Nazareth, le fils de Joseph.” 96 Il a dit : “Allons, allons, allons! Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon, de cette bande de gens sans distinction, là-bas?” Il a dit : “Viens voir!” 97 Voilà la meilleure–voilà la meilleure observation qu’un homme peut faire. Ne restez pas chez vous à critiquer. Venez voir ce qu’il en est, sondez les Écritures! Venez voir!
E-98 Chemin faisant, en marchant, ils ont parlé des choses qui s’étaient passées, il lui a raconté ce qui était arrivé, qu’Il avait su qui était Simon, son père et tout. 99 Alors, quand il est entré dans la ligne, peut-être que c’était une ligne de prière, peut-être que c’était dans l’auditoire, je ne sais pas. Mais où qu’il ait été, quand Jésus a posé les yeux sur lui la première fois, Il a dit : “Voici un Israélite, dans lequel il n’y a pas de fraude!” Il a dit : “Rabbi, quand m’as-Tu déjà connu?” 100 Il a dit : “Avant que Philippe t’appelle, quand tu étais sous l’arbre, Je t’ai vu.” C’était l’identification des caractéristiques du Dieu oint. 101 Il a dit : “Rabbi, Tu es le Fils de Dieu!” Qu’était-ce? Ses caractéristiques L’identifiaient. Il savait, par l’Écriture, que c’était là cet Homme oint, Dieu oint, dans la chair. Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec Lui-même. Il a dit : “Rabbi, Tu es le Fils de Dieu. Tu es le Roi d’Israël.” 102 Jésus a dit : “Parce que J’ai dit cela, tu crois en Moi? Tu verras de plus grandes choses que celles-ci.”
E-103 Or, certains de ceux qui se tenaient là n’Y ont pas cru. Ils ont dit : “Cet Homme est Béelzébul, C’est un diseur de bonne aventure.” 104 Jésus a dit : “Je vous pardonne cela. Mais quand le Saint-Esprit sera venu pour faire la même chose, un seul mot contre Cela ne sera jamais pardonné, ni dans ce siècle, ni dans le siècle à venir.” 105 Voyez-vous, l’expiation n’avait pas encore été faite. Voyez-vous, il ne pouvait pas y avoir, vous ne pouvez pas avoir... Vous ne pouvez pas être jeté en enfer avant d’avoir passé en jugement. Cette nation ne le ferait pas, Dieu ne le fera pas non plus. Voyez-vous, vous êtes dans un lieu, à attendre, enchaîné dans une prison, jusqu’à ce que vous soyez jugé. Et, vous voyez, Il ne pouvait pas les renvoyer, parce que l’expiation n’avait pas encore été faite. 106 Mais après Sa mort, Son ensevelissement, et que le Signe a émané du Sang, le Saint-Esprit; à ce moment-là, de parler contre Cela, c’est un péché impardonnable. Un seul mot, c’est tout ce que vous avez à dire contre Cela, et alors il n’y a plus jamais de pardon, nulle part. Un seul mot contre Cela, voyez-vous, c’est une chose très sérieuse. 107 Maintenant, donc, nous voyons, de nouveau, c’est ce qui L’a identifié comme le Messie oint. Dieu en Christ, l’Expiation pour les derniers jours, Christ qui a fait l’expiation, pour les derniers jours. Or, Nathanaël, lui, il–il–il Y a cru, et il L’a reconnu.
E-108 Une petite femme s’est présentée au puits, un jour, à Sychar, une ville de–de Samarie. Il fallait que Jésus passe par là, quand Il était en route, en bas de la colline, près de Jérusalem, pour aller à Jéricho, mais Il est passé par la Samarie. Il a dit “qu’il fallait qu’Il passe par là”, le Père L’avait conduit là-bas. Une fois arrivé là, Il a renvoyé les disciples. Et Il s’est assis, à se demander, j’imagine, ce qu’il en était. 109 Maintenant, souvenez-vous, Jean 5.19, Jésus a dit : “En vérité, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-même, mais ce qu’Il voit faire au Père.” Maintenant, souvenez-vous, Il n’a jamais fait un seul miracle, si ce n’est, non pas quand Il l’entendait, mais pendant qu’Il le “voyait”. “Le Fils ne fait rien, avant de l’avoir vu faire au Père, premièrement.” 110 Voyez-vous, cela démontrait ce qu’Il était : ce Prophète, ce Prophète-Dieu. Plus qu’un Prophète, Il était Dieu! Tout ce que les prophètes avaient été se trouvait en Lui, et plus. Les prophètes avaient seulement eu une portion de la Parole. Lui, Il avait toute la Parole, Il était la Parole dans Sa plénitude. Mais remarquez : “Dieu, à plusieurs reprises, a parlé de plusieurs manières, par des petites portions. En ce dernier jour, la plénitude de la Parole est venue, dans Son Fils Jésus-Christ, Dieu fait chair parmi nous.”
E-111 Cette petite femme de mauvaise vie, parfois nous disons d’elle que c’était une prostituée. Peut-être qu’enfant, elle avait été jetée à la rue. Parfois, c’est comme maintenant : en fait, ce n’est pas tant de la délinquance juvénile, c’est de la délinquance parentale, de laisser la demoiselle sortir et se conduire comme ça. C’était peut-être une ravissante jeune femme. Elle s’est présentée là pour remplir son seau d’eau, vers onze heures. 112 Maintenant, souvenez-vous, si vous êtes déjà allés en Orient, ils n’ont pas changé du tout, ils ont toujours les mêmes coutumes. Les femmes y vont, les vierges vont au puits de bonne heure, pour chercher leur eau. Une prostituée, une femme de mauvaise vie, ne peut pas y aller avec elles. Elles ne se côtoient pas. 113 Elle était obligée d’y aller après que toutes les autres avaient fini. Elle y est allée, peut-être qu’elle était fatiguée, peut-être qu’elle s’était fait un nouveau petit ami, son mari de cette nuit-là. Elle est arrivée, avec sa cruche, elle l’a mise là. Elle l’a installée, pour la faire descendre avec le treuil. Elle a entendu un Homme dire : “Apporte-Moi à boire.” 114 Elle a jeté un coup d’oeil et elle a vu un Homme d’âge moyen qui se tenait là, la barbe un peu grisonnante. Il avait seulement une trentaine d’années, mais la Bible dit qu’Il avait l’air d’en avoir cinquante. “Tu n’as pas plus de cinquante ans, et Tu dis que Tu as vu Abraham?” 115 Il a dit : “Avant qu’Abraham fût, JE SUIS.” Voyez? Voyez-vous, ils n’ont pas compris Cela. Il se débarrassait des parasites. 116 Aujourd’hui, il faut supplier et implorer, et dorloter et supplier, et persuader, et faire des promesses aux Chrétiens, pour qu’ils viennent à l’église : “S’ils viennent à l’église, nous ferons telle et telle chose.”
E-117 Jésus, quand Il était sur terre, Il avait trop de gens avec Lui. Il a regardé autour de Lui, et Il a vu l’assemblée, Il voulait se débarrasser d’eux, Il a dit : “Si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme et si vous ne buvez Son Sang, vous n’avez pas la Vie en vous-mêmes.” 118 Pouvez-vous vous imaginer un médecin, qui aurait été assis là? “Mais,” il aurait dit, “cet Homme veut faire de nous des vampires humains. Boire Son Sang? Ridicule! Éloignez-vous tous, laissez cet Homme, Il est fou.” Ils se sont éloignés. 119 Il ne L’a jamais expliqué. Il n’avait pas besoin de L’expliquer. Parfois Il secoue votre foi, pour voir ce que vous allez faire. Et Il fait la même chose en ce jour-ci, oui, de laisser tout ça vous paraître un peu fantomatique, pour voir votre position, voir si vous croyez vraiment. 120 Rappelez-vous, ces disciples, prédestinés par Dieu, ils n’ont pas bronché. Eux non plus, ils ne pouvaient pas L’expliquer, mais ils ne voulaient pas broncher. Alors Il est revenu à la charge, Il a dit... Toute l’assemblée s’était éloignée, des milliers.
E-121 Il a dit aux soixante-dix qui étaient assis là, Ses ministres qu’Il avait ordonnés pour qu’ils aillent devant Lui prêcher, Il a dit : “Je vais les secouer, pour voir où ils en sont.” Alors, Il a dit : “Eh bien, que direz-vous quand vous verrez le Fils de l’homme monter au Ciel, d’où Il est venu?” 122 “Le Fils de l’homme monter au Ciel? Nous pêchons avec Lui, nous nous étendons sur le rivage avec Lui. Nous mangeons avec Lui. Nous avons vu la crèche dans laquelle Il est né. Nous connaissons Sa mère, Ses frères. Et ce Fils de l’homme monterait là d’où Il est venu? Il est venu de Nazareth! Cette parole est dure.” Eux aussi, ils se sont éloignés. Ils ont dit : “Nous ne pouvons pas comprendre Cela.” Vous voyez? Qu’est-ce qui s’est passé? (Ça n’a pas fait broncher les disciples. Eux ne pouvaient pas L’expliquer.) Ils se sont tous éloignés. Il ne L’a jamais expliqué. Il n’était pas obligé de L’expliquer.
E-123 Aujourd’hui, on a des plantes de serre chaude, ce qu’on appelle des Chrétiens, quelqu’un qu’on est obligé de vaporiser, de cajoler, de ménager, “et voudriez-vous m’accorder votre communion, voudriez-vous collaborer, voudriez-vous faire ceci”. Oh, bande de plantes de serre chaude! Nous avons besoin d’un Christianisme authentique, né de l’Esprit de Dieu. Et ça, ça ne demande aucune collaboration, ni rien d’autre, ils ne veulent rien du tout. 124 Jésus s’est tourné vers les disciples, Il les a regardés, Il a dit : “Allez-vous aussi vous en aller? Voulez-vous aussi vous en aller?” Il a dit : “Je vous ai choisis, vous les douze, et l’un de vous est un démon. Pourquoi ne vous en allez-vous pas aussi?” 125 C’est là que Pierre a prononcé ces paroles mémorables : “Seigneur, où irions-nous? Nous sommes convaincus, nous savons que Tu es la Source de la Vie, identifiée. Tu as la Parole, et Elle seule. Nous sommes convaincus.” Cette petite femme qui se tenait là. Il a dit : “Apporte-Moi à boire.”
E-126 Elle a dit : “Ce n’est pas la coutume, il y a de la ségrégation entre nous, on ne permet pas ce genre de chose ici.” 127 Il lui a tout de suite fait savoir qu’il n’existait aucune différence, que ce soit avec les Juifs ou quoi encore. Il était Dieu. Il a dit : “Va chercher ton mari, et viens ici.” Elle a dit : “Je n’ai pas de mari.” 128 Il a dit : “Tu as dit la vérité. Tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis maintenant n’est pas ton mari.” 129 Maintenant regardez bien cette femme. Il s’est passé quelque chose, cette petite Semence prédestinée, là au fond de son coeur! 130 Quand Il a dit Ça à ces pharisiens, regardez-les, ils ont complètement noirci ce qu’ils professaient. Ils professaient le Christianisme, ils professaient être des disciples, ils professaient qu’ils L’aimaient. Mais quand la Vérité est venue, Elle les a plongés dans les ténèbres. 131 Mais quand ceci est venu, Elle a donné la Vie, Elle a retiré les ténèbres, et tout a été blanchi. Il a dit : “Où...” 132 Elle a dit : “Monsieur, je vois que Tu es prophète. Or, il y a quatre cents ans que nous n’en avons pas eu. Voyez? Je vois que Tu es Prophète. Or, nous savons que, quand le Messie sera venu, Son identification, ce sera ce genre de caractéristique, Il nous dira ces choses.” Il a dit : “Je Le suis, Moi qui te parle.” 133 Et, là-dessus, elle a laissé tomber sa cruche, elle est allée dans la ville, et elle a dit : “Venez voir un Homme qui m’a dit ce que j’ai fait. Ne serait-ce pas la caractéristique même du Messie oint, c’est-à-dire la Parole, qui connaît les pensées qui sont dans le coeur? Ne serait-ce pas le Messie?” Oh! la la!
E-134 Regardez, la femme qui avait la perte de sang, Il s’est identifié à elle, par Sa caractéristique, qu’Il était le Messie. La femme qui avait la perte de sang L’a identifié, Lui, la Parole. 135 Hébreux 4.12, la Bible dit : “La Parole de Dieu est plus puissante qu’une épée à deux tranchants, et Elle discerne les pensées qui sont dans le coeur,” (combien savent ça?) “dans l’esprit.” Voilà ce qu’est la Parole. Croyez-vous qu’Il était la Parole? Croyez-vous qu’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement? Alors c’est réglé, si vous croyez Cela. 136 Remarquez, cette petite femme a dit : “Si je peux seulement Le toucher! Peu m’importe tout ce qu’ils peuvent dire de Lui. Je crois qu’Il est exactement ce qu’Il a dit qu’Il était. Si je peux Le toucher, je serai guérie.” Alors elle s’est frayé un passage jusqu’à Lui, et elle L’a touché. Elle est retournée dans l’auditoire. Jésus s’est arrêté, et Il a dit : “Qui M’a touché?” 137 Et Pierre a essayé de Le faire passer pour un névrosé, il a dit : “Voyons, tout le monde! Ne dis pas des choses pareilles, voyons, les gens ne sauront pas quoi penser de Toi. Un Homme de Ton calibre, et Tu dis : ‘Qui M’a touché?’ Tout le monde Te touche.” 138 Il a dit : “Mais Je sens que Je me suis affaibli, de la vertu est sortie de Moi.” Il savait qu’il s’était passé quelque chose! 139 Maintenant regardez, regardez ce qui arrive, la prochaine commotion. Il a regardé autour de Lui, jusqu’à ce qu’Il la trouve, et Il lui a dit quel était son état, et que sa foi l’avait sauvée. Elle était... Il s’est identifié comme la Parole de Dieu, en connaissant les secrets du coeur. Oh! la la! La Parole discerne le corps, discerne le coeur.
E-140 Un instant, maintenant, je termine. Alors, comme Hébreux 13.8 est vrai : “Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement”, croyez-vous Cela? Maintenant, je laisse de côté beaucoup de choses ici que je devrais dire. Alors, Son caractère L’identifiera maintenant, à l’heure actuelle, – s’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement, – exactement tel qu’Il était à l’époque. Pas vrai? Il l’a promis. Et, souvenez-vous, Sa caractéristique est Son identification. Combien le comprennent? Levez la main. Sa caractéristique est Son identification. 141 C’est comme ceux qui revenaient d’Emmaüs, je vais dire ceci. Jésus avait été crucifié. Tout le monde était triste. Ils étaient allés dans le sépulcre. Maintenant on disait que “quelqu’un était venu Le dérober”. Un jour, Il est sorti des buissons et Il a marché avec eux, en allant à Emmaüs. Et ils disaient... Il a dit : “Pourquoi êtes-vous–pourquoi êtes-vous si tristes?” Il a dit : “Eh bien, Tu n’es qu’un étranger ici.” 142 Ensuite, quand Il les eut fait entrer, Il a fait quelque chose exactement de la même manière qu’avant Sa crucifixion. C’était Sa caractéristique, de le faire de cette manière. Et ils ont vite reconnu, par Sa caractéristique, que c’était le même Jésus qui avait été crucifié. Amen.
E-143 Dieu L’a ressuscité des morts, et aujourd’hui Sa caractéristique, comme elle l’était, la même, comme à l’époque! Et les jours de Sodome qui reviendraient, comme Jésus l’a prophétisé, la même chose doit se produire, “au moment où le Fils se révélera aux gens”. C’est l’identification de Sa caractéristique. Hébreux 4.14 et 15 : “Il est maintenant notre Souverain Sacrificateur, qui peut être touché par le sentiment de nos infirmités, exactement tel qu’Il l’était à l’époque.” Le croyez-vous? Nos infirmités Le touchent. Eh bien, si elles Le touchaient, comment agirait-Il, s’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement? Sa caractéristique serait la même. Alors Il agirait comme Il l’a fait quand la femme a touché Son vêtement. Le croyez-vous? Il vit à jamais, Il est vivant à jamais, et Ses caractéristiques L’identifient encore aujourd’hui tel qu’Il était à l’époque. Le croyez-vous, de tout votre coeur? Dieu, identifié par Sa caractéristique, ce qui L’identifie. Courbons la tête.
E-144 Père Céleste, nous sommes simplement des hommes et des femmes, assis ici ce soir. Mais, pour ainsi dire, nous touchons Dieu, quand nous touchons la Parole. Et, Père, je craindrais d’essayer de dire quelque chose qui ne soit pas ici. Je craindrais d’essayer d’En donner ma propre interprétation, parce qu’elle pourrait être fausse. Et Tu as dit : “Quiconque En retranchera une seule Parole, ou Y ajoutera une seule parole, sa part sera retranchée du Livre de Vie.” À quoi servirait ma vie, dans ce cas, Seigneur, si je faisais une vilaine chose comme celle-là? Alors, je La prononce telle quelle, tout simplement. 145 Et, Père, Tu as promis que Tu L’identifierais. Je crois que Tu es ressuscité des morts il y a deux mille ans, et que Tu es vivant ce soir, en train d’appeler un peuple simple, comme Tu l’as toujours fait, un ici et un là; pas de groupes, pas d’organisations, pas de grandes réalisations à la manière de l’homme. Mais Tu as dit que Tu prendrais un peuple parmi les nations, un peuple : “Deux dans un champ; J’en laisserai un, J’en prendrai un. Deux dans un lit; J’en laisserai un, J’en prendrai un”, un peuple pris ici et là, à cause de Ton Nom : l’Épouse.
E-146 Je crois que Ton caractère T’identifie. Tu as promis que “ce qui arriva aux jours de Sodome” arriverait de même au jour où Tu serais révélé, la Parole. La Parole, Elle-même, de cette heure, doit révéler la Parole, Elle-même, tout comme la Parole est venue aux prophètes. Et, Père, nous voyons Jean, qui était ici sur terre, et la–la Parole qu’il révélait était là. Et la Bible dit que “la Parole vient toujours au prophète”. Et la Parole était chair à cette époque-là, alors Elle est allée directement à Jean, en marchant dans l’eau. La Parole est venue au prophète. 147 Dieu notre Père, viens ce soir, je T’en prie, et viens à notre secours. Viens au secours de notre incrédulité. Pardonne-nous nos manquements. Guéris les malades et les affligés. Une seule Parole de Toi, Seigneur, comptera plus que tout ce qu’un homme pourrait dire. Que ce soit simplement Toi qui parles, Père, une seule Parole comptera tellement. Or, Tu es le même hier, aujourd’hui et éternellement. Nous nous remettons à Toi maintenant. Et nous prions que, quand nous repartirons et rentrerons chez nous ce soir, nous disions comme ceux qui revenaient d’Emmaüs après L’avoir vu faire quelque chose pour identifier devant eux qu’Il était le Seigneur ressuscité. On avait beau dire : “Ils ont dérobé Son corps, et–et ils ont fait ceci, cela et autre chose”, eux, ils le savaient, qu’Il était ressuscité des morts. Ce soir, ne veux-Tu pas nous montrer que Tu es vivant, de nouveau, et appeler à Toi ceux de cette belle ville et des environs, qui sont destinés à la Vie. Car nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.
E-148 Maintenant, je vais vous demander, maintenant, pour une quinzaine de minutes. Nous allons être en retard d’une dizaine de minutes. Je vais me dépêcher. Je veux appeler les cartes de prière. Je crois que Billy... G, les cartes de prière G, est-ce celles-là qu’on a distribué? G, les cartes de prière G, prenons de un à quinze ou vingt, quelque chose. G, un. Combien... Qui a G, numéro un, levez la main, pour voir si elle est ici. [espace.non.enregistré.sur.la.bande–N.D.É.] Et, souvenez-vous, gardez vos cartes de prière, on va prier pour vous. Même si ce n’est pas ce soir, on va s’en occuper. Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, ici, en avant, le plus rapidement possible, avancez-vous ici, et mettez-vous dans la file. Très bien. Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept. Il en manque trois, là. Sept, sept, et, un, deux, trois... Compte-les, Roy, pour moi. Très bien, dix. Très bien, de un à dix. Quinze, maintenant, G, de un à quinze, c’est-à-dire quin-... ou, dix, onze, douze, treize, quatorze, quinze. Très bien. On va–on va s’arrêter là, avec celles-ci. Très bien. 149 Maintenant nous–nous essayons de tenir notre parole, voyez-vous, d’être sortis pas plus tard que neuf heures et demie [vingt et une heures trente], mais nous ne le ferons pas ce soir, je–je–je le sais. Mais maintenant je voudrais que tout le monde m’accorde toute son attention.
E-150 Maintenant, si j’ai dit la Vérité, et je vous ai dit que ces choses sont censées se produire, et c’est annoncé ici dans la Bible, que c’est maintenant l’heure. Il se peut que vous ayez été enseignés dans une autre école. C’était aussi le cas des pharisiens. Mais la Bible avait dit qu’en ce jour-là “une vierge concevrait”, Il... Elle l’a fait. Il a dit que les caractéristiques du Messie seraient celles-là. Elles l’ont été. Mais ils ne L’ont pas cru. Ça ne L’a pas empêché de continuer à avancer quand même. C’est pareil maintenant. Nous vivons aux dernières heures du dernier jour. 151 La science dit qu’il est minuit moins trois. Je pense qu’il est maintenant plus tard que ça; d’un moment à l’autre. Le communisme s’est insinué dans notre pays, et les prédicateurs insistent sur le communisme, au lieu d’insister sur Christ. On dirait qu’ils sont là, à chercher à condamner ça. Pourquoi ne pas voir l’heure où nous vivons? Le communisme, nous n’avons pas... Oh! la la! Je n’ai pas peur du communisme. Ce qu’il y a, par rapport à l’église, c’est que la venue du Seigneur va vous surprendre, vous n’y serez pas préparés. Or, que tout le monde, que toute l’Amérique se tourne vers Dieu, et regardez bien ce qui arrivera au communisme. Il faut découvrir quelle est la maladie, et ensuite y remédier.
E-152 Maintenant, que tout le monde soit respectueux, s’il vous plaît, ne vous déplacez pas. Maintenant, combien dans l’auditoire n’ont pas de carte de prière, et vous voudriez que Dieu vous guérisse, levez donc la main, dites : “Je–je–je–j’ai la foi.” Où que vous soyez. 153 Maintenant regardez, je pense que celui-ci est branché [Frère Branham souffle dans le microphone.–N.D.É.], ici. Bien. Si vous... M’entendez-vous, ici? Bien. Bien. Maintenant surveille ça, Frère Roy. 154 Maintenant, une seule Parole de Dieu comptera plus que tout ce que moi, je pourrais dire. 155 Bon, quand on regarde, d’ici, c’est difficile, ça–ça l’est toujours. Voyez-vous, on a les lumières en plein visage, et c’est assez difficile de voir dans l’auditoire, de voir les gens. 156 Et, je ne sais pas. Je ne vois pas une seule personne, en fait, de celles que je vois en ce moment, que je connaisse. Combien d’entre vous me sont inconnus, levez la main, vous savez que je ne sais rien de vous. Je pense que c’est partout. Combien dans la ligne de prière savent que je ne sais rien de vous, levez la main. Partout dans la ligne de prière, là-bas, si vous m’entendez, levez la main, si–si je vous suis inconnu. Tout le monde.
E-157 Maintenant qu’est-ce qu’Il est? Il est le Souverain Sacrificateur qui peut être touché par le sentiment de nos infirmités. Cette femme qui a touché Son vêtement, peut-être qu’elle non plus, elle n’avait pas de carte de prière, mais elle L’a touché, et à ce moment-là, il s’est passé quelque chose. Maintenant, vous, touchez de la même manière, touchez-Le. Combien savent qu’il est dit, dans Hébreux, chapitre 4 : “Maintenant Il est le Souverain Sacrificateur qui peut être touché par le sentiment de nos infirmités”? Combien le savent? Eh bien, manifesterait-Il Sa même caractéristique? S’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement, Il le ferait. Très bien. Maintenant, est-ce... 158 Frère Pearry, maintenant amène-les-moi. Maintenant, je voudrais que tout le monde soit très respectueux. Ici, juste ici, soeur. Maintenant, m’entendez-vous? Bon, je ne sais pas. Surveillez bien, celui qui s’en occupe, le–l’ingénieur, là, parce que je ne sais pas comment ça va se passer.
E-159 Une vision. Maintenant, souvenez-vous, je ne suis pas le Messie, je ne suis pas le Christ. Mais Il est ici. C’est ce que je cherche à vous faire voir : Il est ici, Il tient Sa Parole. 160 Maintenant, si cette femme est malade, je ne sais pas. Je ne la connais pas. Elle est plus âgée que moi. Nous sommes probablement nés à des années d’intervalle, et à des milles d’intervalle, c’est la première fois que nous nous rencontrons. 161 Là, c’est comme quand notre Seigneur a rencontré une femme, dans Jean 4. J’essaie de vous rendre ça tellement clair que vous ne pourrez pas faire autrement que de le voir; comme ça, au Tribunal du Jugement, je n’aurai pas de sang sur les mains, ce jour-là. Maintenant, Jésus a promis qu’aux derniers jours, ceci se produirait de nouveau. À mesure que nous avancerons dans la semaine, vous verrez ce qu’il en est. C’est une promesse.
E-162 Donc, je ne connais pas cette femme, il s’agit ici d’un homme et d’une femme qui se rencontrent pour la première fois. Maintenant, si le Seigneur Jésus me révèle pourquoi vous êtes ici, ou quelqu’un d’autre, ou ce que vous faites, ou ce qui ne va pas chez vous, ou ce que vous avez fait, si c’est financier, familial, quoi que ce soit, il faudra que ça vienne d’une Puissance surnaturelle, parce que je ne vous connais pas. Combien attesteront cela, qu’il faudra que ça vienne par une Puissance surnaturelle? Bon, vous pouvez jouer le jeu des pharisiens, dire que c’est... (Par l’autre côté, Frère Roy, vois-tu.) Vous pouvez jouer le jeu des pharisiens, et dire : “C’est un mauvais esprit”, c’est ce que font beaucoup de gens. C’est entre vous et Dieu, à ce moment-là. Alors vous avez leur récompense. Mais si vous dites : “C’est de Dieu”, alors vous avez Sa récompense. (Bon, c’est mieux comme ça. Merci.)
E-163 Maintenant regardez-moi un petit instant. Comme Jésus a dit... Comme Pierre et Jean, en entrant par la porte appelée la Belle, ils ont dit : “Regarde-moi.” Je–je ne vous connais pas. Et maintenant si le Saint-Esprit, Quelqu’un d’autre que moi, vient révéler ce qu’il y a dans votre coeur, alors, la Bible dit : “La Parole de Dieu est plus tranchante qu’une épée à deux tranchants, Elle discerne les pensées, les intentions du coeur.” C’est exactement ce que dit la Bible. Alors, c’est donc ce qui révèle le secret du coeur. Alors, ce serait la caractéristique de Dieu, la Parole manifestée en ce jour-ci. Combien croient cela, maintenant? Maintenant vous voyez de quoi il s’agit?
E-164 Bon, je l’ai prêché, je vous en ai parlé, mais est-ce vrai? C’est ça qu’il faut voir, ensuite, voyez-vous. Maintenant, si c’est vrai, chacun de vous... Si ce n’est pas vrai, elle, elle le saura. Certainement, elle le saura. Vous le saurez aussi. Mais si ce n’est pas vrai, alors j’ai–je–j’ai rendu un faux témoignage de Christ. Si c’est vrai, alors chacun de vous, vous devriez Lui donner votre coeur, vous devriez Le croire de tout votre coeur, tendre la main vers Lui et L’accepter, pour tout ce dont vous avez besoin. C’est vrai. 165 Maintenant, puisse le Saint-Esprit S’identifier, au Nom de Jésus-Christ. Or je n’ai pas la moindre idée de ce pour quoi vous êtes là. Vous avez l’air d’une gentille femme, bien maternelle, qui se tient là, et c’est tout ce que je sais de vous. Mais le Saint-Esprit peut révéler ce pour quoi vous êtes ici, quel est votre problème, ou quelque chose. Vous saurez si c’est la vérité ou pas. Maintenant, vous êtes, ce pour quoi vous voulez recevoir de la prière, c’est pour quelque chose comme les muscles de votre visage. C’est le côté neurologique, comme, de votre visage. Maintenant, si c’est exact, levez la main. Croyez-vous? Bon, là, vous pourriez dire : “Il l’a simplement deviné.”
E-166 Maintenant, elle est quelqu’un de très bien. Maintenant, regardez bien ici un petit instant, soeur. Je ne sais pas ce qu’Il vous a dit. Mais, quoi que ce soit, c’était vrai. Vous–vous en êtes témoin, là, n’est-ce pas? [La soeur dit : “C’est exact.”–N.D.É.] C’est exact. [“Ça fait vingt ans.”] Oh! Vous croyez que Dieu va vous guérir de ça? Maintenant, vous savez que C’est Sa Présence, il y a Quelque Chose ici qui vous connaît, Quelque Chose. Comme Jésus a dit à la femme, Il a su quel était son problème, à elle; maintenant Il a su quel était votre problème, à vous. 167 Et on dirait que vous avez un fardeau pour quelqu’un d’autre. C’est votre... C’est un homme, c’est votre mari. Il est ici aussi. C’est exact. Et–et vous croyez que Dieu peut me révéler quel est le problème de votre mari? [La soeur dit : “Oui, je le crois.”–N.D.É.] C’est un homme très malade, il a des complications. Une chose qui lui cause des ennuis, c’est qu’il souffre du coeur. Il souffre du coeur. Si c’est exact, levez la main. [“C’est exact.”] Il a aussi une hernie. [“C’est exact.”] C’est exact. Voyez? Exact? Oui. Très nerveux, oui, très nerveux. C’est vrai, n’est-ce pas? [“Oui.”] 168 Si Jésus me révèle, – Il a dit à Pierre qui il était, – s’Il me révèle qui vous êtes, croirez-vous qu’il s’agit de Lui? [La soeur dit : “Oui.”–N.D.É.] Vous n’êtes pas d’ici. [“Non.”] Vous venez de l’est, vous êtes de la Louisiane. [“Exact.”] C’est exact. Exact. Et votre nom est Mme Coleman. [“C’est exact.”] Rentrez chez vous, Jésus-Christ vous rétablit. Votre foi opère votre guérison.
E-169 Maintenant croyez. Croyez-vous de tout votre coeur? C’est Jésus-Christ qui S’identifie dans Sa résurrection! Vous voyez ce que je veux dire? Maintenant, n’importe quelle personne sensée saurait qu’aucun être humain ne peut faire ça. 170 Maintenant, vous dans l’auditoire, dites à Dieu, comme ceci : “Je–je–je sais que cet homme ne me connaît pas, alors je vais prier pour quelque chose. Seigneur, est-ce que je peux toucher Ton vêtement? Si oui, alors, identifie-Toi dans Ta résurrection. Retourne-Toi, laisse-moi Te toucher, et ensuite parle-moi à travers lui.” Voyez ce qui arrivera. Faites-en donc l’essai. 171 Bonjour, monsieur. Voudriez-vous vous avancer par ici, un peu plus près? Là-bas il y a des gens derrière vous, voyez-vous. 172 Maintenant tout, c’est, chaque–chaque esprit est comme un battement. On le capte, voyez-vous, on perçoit aussi leurs pensées à eux, et ça devient, voyez-vous, on ne s’y reconnaît plus. 173 Croyez-vous que je suis Son serviteur? Croyez-vous que Christ pourrait me révéler pourquoi vous êtes ici? Souvenez-vous, nous nous rencontrerons un jour au Tribunal du Jugement, et nous rendrons compte de ceci, de ce soir. Vous en êtes conscient? Votre problème, un de vos problèmes, se situe au niveau du dos. Vous avez beaucoup de problèmes. Vous avez mal au dos. Et vous êtes en train de perdre la vue, vous avez des problèmes d’yeux. Si c’est exact, levez la main. Bon, il y a aussi quelque chose que vous faites, dont vous voulez vous débarrasser. Vous n’avez pas d’objection à ce que je le dise? Vous voulez cesser de fumer. Et–et autre chose, vous avez eu... vous avez l’impression que c’est cette chose-là qui vous a empêché de recevoir le Saint-Esprit. Maintenant vous voulez recevoir le Saint-Esprit, c’est un désir dans votre coeur. C’est exact, faites signe de la main, comme ceci. Eh bien, c’est parti maintenant, allez recevoir le Saint-Esprit, et soyez guéri. Que Dieu vous bénisse, monsieur.
E-174 Vous croyez? Maintenant, s’il vous plaît, soyez très respectueux. Maintenant, il commence à être vraiment tard, restez assis tranquillement un petit instant. 175 Bonjour. Nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. [La soeur dit : “Oui.”–N.D.É.] Le Seigneur Jésus nous connaît tous les deux. N’ayez pas peur, là, voyez-vous; vous êtes un peu... Voyez-vous, détendez-vous, C’est Sa Présence. Voyez-vous, c’est ça. C’est Sa Présence. Maintenant vous éprouvez une sensation très étrange, bizarre, une sensation pleine de douceur, d’humilité. Voyez? Or, de vous tenir dans la présence d’un homme, vous ne vous sentiriez pas comme ça. 176 Combien ont déjà vu cette Lumière, cette Colonne de Lumière, ce Feu? Elle a été photographiée ici même au Texas, la première fois, la deuxième fois. Elle est suspendue juste là, près de cette femme, voyez-vous, dans cette dimension, maintenant. J’aimerais vraiment que vous... si seulement vous pouviez voir. 177 Quand vous vous mettez à vous déplacer, c’est ce que ça fait, voyez-vous. Demain soir, nous formerons la ligne de prière au plus tard à neuf heures [vingt et une heures], voyez-vous. Je–je vous retiens trop longtemps. Alors, arrêtons-nous sur cette femme, ici. Un instant.
E-178 Vous croyez, assise là-bas? Oui, cet état de faiblesse qui vous affecte, c’est ce qui ne va pas. Voyez? Qu’est-ce qu’elle a touché? Je ne connais pas cette femme. Elle a touché le Souverain Sacrificateur. Mais, voyez-vous, je lui tournais le dos, exactement comme ça s’est passé à l’époque d’Abraham. Tenez, regardez par ici, soeur, un petit instant. Vous semblez avoir un fardeau sur votre coeur. C’est ça. C’est votre fille, là-bas, au fond. Elle a des problèmes avec ses oreilles. C’est exact. Vous croyez maintenant, de tout votre coeur? Très bien, maintenant croyez, simplement, et elle se rétablira. 179 Vous voyez ce que je veux dire? “Si tu peux croire, tout est possible.” Croyez-vous? 180 Il y a une petite dame qui a baissé la main, là-bas, elle regarde droit vers moi. Elle souffre du diabète. Croyez-vous que Dieu va guérir ce diabète, assise là-bas? Très bien, vous pouvez recevoir ce que vous demandez, alors. Croyez seulement. 181 La dame près de vous, là-bas, a des problèmes de côlon et de vessie. Croyez-vous que Dieu va guérir ça, rétablir ça? Très bien, vous pouvez avoir ce que vous demandez. La main de la petite dame. Voyez-vous, maintenant regardez, vous n’avez qu’à lui demander, Quelque Chose d’une grande douceur l’a touchée. Voyez-vous, sa foi, c’est ça qui agit. Ce n’est pas moi. C’est Dieu.
E-182 Tenez, voici un homme assis ici, au bout. Il a des problèmes avec ses bronches, cet homme âgé, assis juste ici, qui me regarde. Vous croyez que Dieu va guérir ça, monsieur? Celle qui est assise à côté de vous souffre d’une infection dans son corps. C’est exact, soeur, agitez votre mouchoir si c’est exact. Très bien. Très bien, imposez-vous les mains l’un à l’autre, croyez de tout votre coeur. Père et fille, alors pourquoi pas? Imposez-vous les mains l’un à l’autre, et croyez de tout votre coeur, Jésus vous rétablira. Je–je défie votre foi, de le croire! 183 La dame qui est assise juste derrière lui, là, elle souffre de maux d’estomac. Vous croyez que Dieu va vous guérir, madame? C’est votre problème. Si c’est exact, levez-vous, pour que les gens voient. Voyez? Qui touchent-ils, dans l’auditoire? Dites donc, je ne me trompe pas, c’est votre mère qui est assise à côté de vous, là. Elle a une infection intestinale. Vous croyez que Dieu va guérir ça, madame? Levez-vous, vous aussi, et soyez guérie.
E-184 Croyez! Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Il S’identifie. Croyez-vous que je suis Son prophète, ou, serviteur? Les gens s’achoppent à ça, de dire “prophète”, ils ne comprennent pas. 185 Regardez ici. Croyez-vous de tout votre coeur? Vous souffrez d’une nervosité extrême. Vous croyez que je peux vous dire ce qui a provoqué ça? Vous avez eu un accident d’automobile. [La soeur dit : “C’est exact.”–N.D.É.] C’est exact. C’est exact, un accident en voiture, et vous vous êtes blessée au dos, et à l’épaule. Est-ce exact? Ça va s’en aller maintenant. Il y a aussi votre retour d’âge qui vous affecte, qui vous trouble, mais tout ira bien pour vous. Allez, croyez de tout votre coeur. Jésus-Christ vous rétablira, si vous croyez. Amen. 186 Vous croyez? Vous croyez qu’Il peut guérir l’arthrite? Eh bien, continuez simplement à marcher, alors, Il vous rétablira.
E-187 Combien d’entre vous croient de tout leur coeur, dites : “Je crois vraiment, de tout mon coeur”? “Si tu peux croire!” 188 Vous croyez qu’Il guérit le diabète, qu’Il rétablit les gens qui ont du diabète sucré, et les guérit? Vous le croyez? Continuez simplement à marcher, dites : “Seigneur, je T’en remercie.” Croyez de tout votre coeur, et vous guérirez. 189 Combien dans l’auditoire croient maintenant, de tout votre coeur? Ne, voyez-vous, vous vous déplacez, vous Le dérangez, mes amis. Je vais vous dire, combien croient? Levez simplement la main, dites : “Je crois de tout mon coeur.” 190 Maintenant je vais vous demander de faire quelque chose. Or, si Jésus a tenu Sa Parole, et vous le croyez, et Il vous l’a démontré, Jésus a aussi dit ceci, la dernière commission qu’Il a donnée à Son Église : “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru.” Maintenant combien croient? Il a dit : “S’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guéris.” Croyez-vous cette promesse? Alors imposez les mains à quelqu’un près de vous. 191 S’Il ne vous guérit pas, vous allez mourir. Vous êtes sous une ombre. Mais Jésus-Christ vous rétablit. Le croyez-vous? Très bien, mettez... allez-y, croyez maintenant, et vous vous rétablirez. 192 Venez, madame. Croyez-vous que Dieu va guérir cette tuberculose, et ce diabète, et vous rétablir? Prenez... Très bien, allez croire de tout votre coeur, et soyez rétablie.
E-193 En prière, êtes-vous en prière les uns pour les autres? Imposez-vous les mains les uns aux autres, et prions tous ensemble. Tout le monde, imposez-vous les mains les uns aux autres. Il se fait tard. Posez vos mains les uns sur les autres, et prions. 194 Seigneur Jésus, nous sommes certains que Dieu S’identifie parmi Son peuple. Ses caractéristiques, d’être le même hier, aujourd’hui et éternellement, se manifestent. Ô Seigneur Dieu, Toi qui as fait cette promesse de la Parole, Tu as dit : “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru. S’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guéris.” Ces gens ont confessé qu’ils étaient des croyants, les croyants au Jésus ressuscité, qui S’identifie maintenant, par Sa même caractéristique, comme quand Il était ici sur terre, ce qui rend les Écritures incontestablement vraies, comme quoi Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Seigneur Jésus, alors que ces croyants ont les mains posées les uns sur les autres, dans la Présence Divine du Fils de Dieu ressuscité, identifié, qui s’est fait chair parmi nous de nouveau ce soir, dans la chair de Ses croyants, j’ordonne à tout esprit impur, à toute maladie et affection, de sortir de ces gens, alors que ces croyants ont les mains les uns sur les autres. Au Nom de Jésus-Christ, qu’il en soit ainsi.
E-195 Tous ceux qui vont croire à leur guérison maintenant, qui croient qu’en ce moment même, dans la Présence identifiée du Fils de Dieu ressuscité, vous croyez que votre requête vous est accordée, et vous êtes prêts à identifier qu’il en est bien ainsi, levez-vous et dites : “Je l’accepte de tout mon coeur.” Levez-vous, tous ceux, dans la Présence de Jésus-Christ, qui vont croire. Louez-Le! Donnez-Lui la louange et la gloire. Levez simplement vos mains et rendez-Lui grâces. Dieu confirmera chaque promesse qu’Il a faite.

En haut