ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Influence / 64-0315 / Beaumont, Texas, USA // SHP 1 heure et 46 minutes PDF

Influence

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Notre PĂšre cĂ©leste, nous sommes vraiment reconnaissant cet aprĂšs-midi pour cet autre privilĂšge de nous tenir Ă  la chaire pour proclamer les richesses insondables de JĂ©sus-Christ Ă  ce monde mourant sans Dieu, sans Christ, sans espoir, et sans aucun espoir d’aller avec JĂ©sus quand Il viendra. Et nous essayons, Seigneur, de prĂ©senter JĂ©sus-Christ aux nations.
Et pendant que nous sommes assemblĂ©s ici cet aprĂšs-midi, puisse le Saint-Esprit parler, rĂ©chauffer nos coeurs et nous encourager sur le chemin. Que les malades soient guĂ©ris, que les pĂ©cheurs soient sauvĂ©s et que ceux qui sont dĂ©couragĂ©s soient encouragĂ©s. Que Dieu reçoive toute la gloire et tout l’honneur. Puisse cela ĂȘtre rendu Ă  Son Nom, car c’est lĂ  notre objectif; car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.
E-2 Je suis heureux cet aprĂšs-midi d’ĂȘtre de nouveau ici Ă  Beaumont. GĂ©nĂ©ralement, je suis fatiguĂ©. C’est depuis NoĂ«l que je suis en dĂ©placement, sans arrĂȘt. Ce ne sont pas tellement les prĂ©dications que j’apporte qui me fatiguent, ce sont les visions qui me fatiguent. Notre Seigneur, une seule vision L’avait amenĂ© Ă  se retourner et Ă  dire que la force Ă©tait sortie de Lui. Une seule vision que le prophĂšte Daniel avait eue lui a fait dire qu’il avait l’esprit troublĂ© au-dedans de lui pendant plusieurs jours. Et nous ne pouvons donc pas expliquer ces choses; nous savons simplement qu’elles sont ainsi. Et personne n’en sait mieux que ceux Ă  qui elles arrivent. Et alors, nous sommes de toute façon contents.
Ce que j’essaie de faire, c’est utiliser un don prophĂ©tique dans une oeuvre d’évangĂ©lisation. Cela ne marche pas bien comme ça. C’est trop dur.
E-3 Ainsi... mais, voici ce que j’aimerais dire: lorsque j’arriverai au bout du chemin et que cette ville-ci se lĂšvera, et si la... cette gĂ©nĂ©ration de derniers jours, je–je n’aimerais pas avoir sur moi le sang de qui que ce soit. J’aimerais ĂȘtre quitte du sang de tous. Et j’ai essayĂ© de mon mieux de–de prĂ©senter cela de façon scripturaire, ce ministĂšre que le Seigneur m’a donnĂ©, Ă  tout point de vue, au mieux de ma connaissance. Et–et je sais que le Saint-Esprit, par Sa grĂące, me permet de vivre de telle maniĂšre que je ne pense pas qu’il y aurait des taches.
E-4 Je suis reconnaissant au frĂšre Pearry Green et Ă  ces frĂšres ici prĂ©sents qui ont conjuguĂ© des efforts pour faire de cette sĂ©rie de rĂ©unions une rĂ©ussite. Si quelqu’un de cette ville, dans cette gĂ©nĂ©ration, est perdu, cela ne sera certainement pas mis sur le compte de ces hommes, car ils ont tournĂ© chaque pierre pour essayer d’en faire une rĂ©ussite. Ils ont nourri les gens, ils leur ont trouvĂ© des places oĂč dormir, et–et (utiliser) partout la tĂ©lĂ©vision, partout, ils ont soutirĂ© simplement de l’argent de leurs poches pour l’affecter directement afin que... Ils savent que les–les–les gens que nous avons ne pourraient financer cela. Ainsi donc, ils ont dĂ©pensĂ© leur propre argent pour faire cela.
E-5 Je pense donc que c’est merveilleux de trouver quelqu’un qui a une telle vision. Je pense qu’il est dit dans l’EpĂźtre aux HĂ©breux, chapitre 11: «Eux dont le monde n’était pas digne», courir les risques en un temps oĂč le–le ministĂšre est impopulaire parmi beaucoup de gens qui devraient y croire, ceux dont il a Ă©tĂ© question.
E-6 Mais chaque fois qu’il arrive quelque chose, ils manquent alors de voir cela.
Mais il doit simplement en ĂȘtre ainsi. Il vous–vous faut juste redresser les Ă©paules et aller de l’avant. De savoir que... Souvenez-vous, la mĂȘme chose s’est passĂ©e avant vous. Ils ont de mĂȘme marchĂ© droit sur la route. Les gens n’ont jamais reconnu le jour de leur visitation. Aucun prophĂšte n’a jamais Ă©tĂ© reconnu.
E-7 JĂ©sus a dit: «C’est vous qui les avez mis dans les tombeaux. Vous ornez maintenant leurs sĂ©pulcres; c’est vous qui les y avez mis. Lequel des envoyĂ©s de Dieu n’avez-vous pas persĂ©cutĂ© et tuĂ©?»
E-8 ConsidĂ©rons cela depuis ce temps-lĂ , en passant par Martin Luther et tout du long, eh bien, IrĂ©nĂ©e, saint Martin, tout au long des Ăąges. Il en a Ă©tĂ© ainsi, mĂȘme pour Jonas.... pour Jeanne d’Arc, une prophĂ©tesse du Seigneur.
E-9 Vous les catholiques, comme cette femme avait des visions, et tout, elle les annonçait et elles s’accomplissaient exactement comme elle le disait. Qu’avez-vous fait? Vous l’avez brĂ»lĂ©e sur le bĂ»cher, la taxant de sorciĂšre. Environ deux cents ans plus tard, vous vous ĂȘtes ressaisis et vous avez pris conscience de ce que vous avez fait. Ils ont certainement fait pĂ©nitence. Ils ont dĂ©terrĂ© les corps de ces prĂȘtres qui l’avaient brĂ»lĂ©e et les ont jetĂ©s dans la riviĂšre. C’est une grande pĂ©nitence Ă  faire. Ils ont failli.
E-10 Ils racontent que saint Patrick Ă©tait un catholique romain. Quiconque connaĂźt l’histoire sait que c’est faux. Il Ă©tait absolument et fermement en dĂ©saccord avec le pape, il n’est jamais allĂ© s’asseoir... Il–il ne croyait pas du tout cela. Son nom Ă©tait Succat. Ce n’était pas saint Patrick. Mais aprĂšs sa mort et son dĂ©part, vous avez tuĂ© des milliers de ses enfants. Dans ses Ă©coles, le crucifix n’est pas permis, ni rien, et cela est toujours de mise aujourd’hui en Irlande du Nord, la mĂȘme chose. On–on ne permettait que le crucifix soit introduit dans ses Ă©coles. On disait que les gens regarderaient aux idoles plutĂŽt que ce Ă  quoi il voulait qu’ils regardent. Il avait la puissance du Saint-Esprit. Il parlait en langues. Il accomplissait de grands miracles et des signes. Pourquoi l’église ne prĂȘche-t-elle pas cela aujourd’hui? Voyez-vous?
E-11 Et tous ces gens ne sont reconnus qu’aprĂšs leur dĂ©part, leur mort. C’est alors que nous cherchons Ă  bĂątir leurs tombeaux. Il est Ă©vident que nous vivons dans...
E-12 L’église vit toujours dans la lueur d’un autre jour. Et alors, une lueur est une fausse lumiĂšre. Qu’est-ce qu’une lueur? C’est comme un mirage sur la route. Le reflet du soleil produit un mirage qui ressemble Ă  l’eau; mais cela ... vous ne pourrez jamais y accĂ©der; ça n’y est pas. C’est ce que font les gens aujourd’hui. Ils promettent quelque chose qui va s’accomplir dans un futur lointain, quelque chose qui a existĂ© dans un passĂ© lointain, mais ils n’y accĂšdent jamais.
E-13 Je suis trĂšs reconnaissant que notre Dieu ne soit pas un Dieu comme cela. «Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.» Nous y accĂ©dons en croyant cela. Tout ce qui est promis pour l’ñge se trouve la mĂȘme. Ça devient difficile, mais cependant nous devons tout de mĂȘme continuer Ă  aller de l’avant malgrĂ© tout, croyant.
E-14 Et j’apprĂ©cie certainement votre prĂ©cieuse collaboration Ă  tous pendant que nous sommes ici dans la ville.
E-15 Il y a plusieurs annĂ©es, j’étais ici avec mon vieil ami frĂšre Bosworth, Raymond Richey et beaucoup de frĂšres qui Ă©taient venus ici. Je crois toujours le mĂȘme Evangile. Je n’ai pas du tout changĂ©: c’est toujours la mĂȘme chose. Mais, vous voyez, en ce temps-lĂ , le rĂ©veil Ă©tait en cours. Et lĂ  oĂč il n’y a pas de rĂ©veil, on ne peut simplement pas obtenir que des choses s’accomplissent.
E-16 Le ministĂšre est de loin plus avancĂ©. On vous l’annonçait simplement alors, que ceci viendrait. Combien s’en souviennent? AssurĂ©ment que vous vous en souvenez. Et cela s’est accompli exactement comme annoncĂ©.
E-17 En ce temps-lĂ , je prenais les gens et je leur imposais les mains. Je vous disais ce qu’Il me disait, et c’est exactement comme ça que ça se passait tout Ă  fait. Ça n’a jamais manquĂ© d’ĂȘtre la vĂ©ritĂ© Ă  chaque coup. Cela doit donc provenir de Dieu. Personne ne peut en disconvenir. Mais vous voyez, il n’y a plus de rĂ©veil.
E-18 Il suffisait simplement de marcher au milieu des gens, eh bien, ils se levaient de brancards et de civiĂšres, et marchaient. Il suffisait simplement de leur imposer les mains et, oh! la la! cela les faisait simplement tournoyer. J’ai vu des lignes oĂč passaient quatre ou cinq cents personnes, des sourds, des muets, des aveugles, des gens aux yeux louches. Aucun d’eux ne manquait d’ĂȘtre guĂ©ri, eux tous.
E-19 Essayez cela aujourd’hui. Voyez-vous? Il n’y a plus de feu. Au temple de Vesta, Ă  Rome, une fois que les feux s’éteignaient, les gens rentraient chez eux. Voyez-vous? Aujourd’hui, il n’y a pas de feu de rĂ©veil pour soutenir cela, voyez, c’est–c’est bien ça.
E-20 Au bout d’un temps, si le monde subsiste, les gens se mettront de nouveau Ă  vivre sous une lueur, voyez-vous. C’est comme ça que tout cela se termine toujours. Cela leur est dĂ©jĂ  passĂ© par-dessus et leur a Ă©chappĂ©. Et cette gĂ©nĂ©ration doit ĂȘtre jugĂ©e d’aprĂšs ce qui leur est passĂ© par-dessus. Ils ont manquĂ© de voir cela.
E-21 JĂ©sus-Christ est vivant cet aprĂšs-midi. Il marche ici parmi nous maintenant. Il est toujours prĂ©sent. «LĂ  oĂč deux ou trois sont assemblĂ©s en Mon Nom, Je suis au milieu d’eux.» Vous le croyez, n’est-ce pas? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.]
E-22 J’espĂšre, si le Seigneur tarde, revenir passer encore un temps avec vous. Si jamais je ne vous revois, lorsque je vous rencontrerai lĂ  au TrĂŽne du Jugement de Christ, lĂ  oĂč nous nous rencontrerons tous, souvenez-vous que je vous ai dit la VĂ©ritĂ©. Je dirai toujours cela lorsque je vous rencontrerai LĂ -bas. En attendant, que le Seigneur vous bĂ©nisse richement.
E-23 Priez pour moi, j’ai besoin de vos priùres. Je ne suis plus aussi jeune qu’autrefois. Ça fait environ douze ou quatorze ans.
E-24 Et l’autre jour, quelqu’un m’a demandĂ©: «Quel Ăąge avez-vous, FrĂšre Branham?»
E-25 J’ai dit: «Je viens de dĂ©passer vingt-cinq ans.» J’ai dit: «Il y a vingt-cinq ans, j’ai–j’ai dĂ©passĂ© cela.» Et je... vous ne...Vous–vous pouvez le dire. Un homme seulement...
E-26 AprĂšs votre naissance, vous commencez Ă  grandir, comme une bougie, ou ça brĂ»le. Vous ĂȘtes allumĂ©, mais vous grandissez jusqu’à environ vingt-deux, vingt-trois ans. Peu m’importe combien vous prenez soin de vous-mĂȘme, vous commencez Ă  mourir lĂ  mĂȘme. Puis, vous continuez Ă  dĂ©pĂ©rir de plus en plus jusqu’à vous Ă©teindre
E-27 Un jour, j’ai posĂ© une question dans une rĂ©union des Kiwanis alors que je parlais, j’ai dit: «J’aimerais que quelqu’un...»
E-28 Un mĂ©decin me parlait, disant: «Je ne peux pas croire l’histoire du Christ, parce que je ne peux pas croire la naissance virginale.» Il a dit: «Je ne crois pas que pareille chose existe.»
E-29 J’ai dit: «Pour moi, la naissance naturelle est plus mystĂ©rieuse que la naissance virginale.»
E-30 La naissance naturelle, Ă  voir comment elle se passe et comment elle est dĂ©terminĂ©e... Lorsque c’est fĂ©condĂ©... quelle ovule, alors qu’il y a des milliers de germes et des milliers d’ovules. Non pas... DĂšs que les deux premiers se rencontrent, c’est rĂ©glĂ©.
Mais peut-ĂȘtre que vous direz: «Eh bien, si deux devancent.» Oh! non. Voyez, il se retirera. Un peut se lever, un germe, du fin fond du sperme, de ce cĂŽtĂ©-ci, et une ovule va dĂ©terminer si c’est une fille ou un garçon, des cheveux noirs, des cheveux roux, des yeux bleus ou quoi que ce soit. Quelque chose qui dĂ©termine cela. Les autres pĂ©rissent.
E-31 L’oeuvre de Dieu est trĂšs mystĂ©rieuse, Ă  la voir. Et puis, voir des gens Ă  l’esprit Ă©troit et limitĂ© comme le nĂŽtre, chercher Ă  nier Son grand ouvrage!
E-32 Cet homme m’a dit qu’il ne pouvait rien croire si cela ne peut pas ĂȘtre dĂ©montrĂ© scientifiquement.
J’ai dit: «Croyez-vous que vous avez une Ăąme?»
Il a dit: «Bien sûr.»
E-33 J’ai dit: «Prouvez-moi alors scientifiquement que vous en avez une.» J’ai dit: «Croyez-vous–vous que l’amour existe?»
Il a dit: «Certainement.»
J’ai dit: «Aimez-vous votre femme?»
«Ouais.»
E-34 J’ai dit: «Alors, prouvez-moi scientifiquement quelle partie de votre ĂȘtre est amour. J’aimerais m’en procurer. J’irai au drugstore oĂč l’on en vend. J’en ai vraiment besoin. J’aimerais y acheter un peu d’amour.» Voyez-vous?
E-35 La... Toutes les armes de Dieu sont surnaturelles: l’amour, la joie, la paix, la longanimitĂ©, la gentillesse, la douceur, la patience, et le Saint-Esprit. Voyez? Toutes les armes du croyant consistent Ă  regarder Ă  l’Invisible, croire ce qui est dit. Voyez–vous? Vous ne voyez pas ce que vous croyez. Voyez-vous? Vous ne voyez pas. Vous ne le voyez pas de toute façon. Vous regardez cela avec vos yeux. Mais vous voyez avec votre coeur, vous voyez? Vous regardez quelque chose, vous dites: «Je ne vois vraiment pas cela.» Vous voulez dire que vous ne comprenez pas cela. Voyez-vous?
E-36 Alors, je lui ai posĂ© la question suivante, disant: «Je prends un pot d’eau, je dĂ©pose un verre ici, je dĂ©verse l’eau de ce pot dans le verre et celui-ci est plein. Et puis, je continue bien Ă  verser de l’eau; et alors, ça commence Ă  diminuer. Expliquez-moi scientifiquement oĂč va l’eau?» Voyez-vous?
E-37 J’ai dit: «Quand j’étais un jeune homme de seize ans, je mangeais la mĂȘme nourriture que je mange maintenant mĂȘme: des haricots, du pain, des pommes de terre et de la viande.» J’ai dit: «Chaque fois que je mangeais, qu’est-ce que cela faisait? Cela formait des cellules de sang. Je devenais de plus en plus grand et fort, tout le temps. Lorsque j’ai atteint environ vingt-deux ans... Je mange plus de nourriture et de meilleure qualitĂ© qu’autrefois, car Ă  l’époque je n’avais pas ceci Ă  manger. Mais je mange plus de nourriture et de meilleure qualitĂ© qu’autrefois, maintenant, je deviens de plus en plus vieux et de plus en plus faible; pourtant, cette nourriture forme des cellules de sang. Je consomme tout le temps davantage de vie, cependant je dĂ©pĂ©ris tout le temps.» C’est un rendez-vous. Nous n’y manquerons pas. C’est avec Dieu; c’est vrai. Nous allons...
E-38 Vous ne pouvez pas prouver Dieu scientifiquement; vous croyez simplement en Lui. Et vous croyez en Lui conformément à Sa Parole.
E-39 Maintenant, cet aprĂšs-midi, j’aimerais remercier tout un chacun de vous, la brave petite soeur lĂ  au–au piano, celle qui est ici, et vous tous, les prĂ©dicateurs, chacun de vous. Que le Seigneur vous bĂ©nisse.
E-40 La nuit ne sera pas trop sombre, ni la pluie ne tombera pas trop abondamment pour m’empĂȘcher de vous venir en aide, si je le peux. Autrefois, je disais que je pouvais venir chez vous, mais vous ĂȘtes tellement nombreux maintenant. J’ai Ă©tĂ© Ă  travers le monde (Voyez-vous?), et les gens sont partout. Passe-moi simplement un coup de fil, ou Ă©crivez-moi une lettre; je vous enverrai un tissu sur lequel on a priĂ©, tout ce que je peux faire. Tout est absolument gratuit, on ne paie pas pour cela. Voyez-vous? Il... J’ai gardĂ© mes rĂ©unions comme cela afin que je puisse aller lĂ  oĂč les gens n’ont pas d’argent.
E-41 Il n’y a pas longtemps, j’ai tenu une rĂ©union ici dans un–un tabernacle qui ne contenait que vingt personnes, deux soirĂ©es de rĂ©union. Il faisait horriblement froid, environ moins dix degrĂ©s. Mais le Seigneur m’y avait envoyĂ© et des choses glorieuses se sont accomplies.
E-42 Je n’ai pas–je n’ai pas de grandes Ă©missions Ă  la radio et Ă  la tĂ©lĂ©vision, et toutes ces autres choses. D’autres frĂšres en ont. Ce sont peut-ĂȘtre des intellectuels, des hommes intelligents, qui savent quoi faire, et le Seigneur leur accorde cela, comme Oral Roberts et des hommes comme cela, qui doivent disposer des milliers de dollars par jour. Il ne peut pas tourner autrement, et c’est pour une bonne cause. Et ce n’est pas le cas pour moi.
E-43 J’ai voulu que le mien reste simple et humble. Partout oĂč je peux aller et oĂč Dieu m’appelle, je n’ai rien qui m’en empĂȘche donc. Je pars simplement et je m’en vais, oĂč que ce soit. C’est ça mon ministĂšre.
E-44 Priez pour moi afin que le Seigneur m’aide Ă  garder la foi et Ă  ne pas regarder en arriĂšre, Ă  regarder en avant oĂč je vais, non pas regarder d’oĂč je viens, mais regarder oĂč je vais. «Oubliant ce qui est en arriĂšre, nous courons vers le but de la vocation cĂ©leste en Christ.»
E-45 Aujourd’hui, j’aimerais lire un passage de la Bible de Dieu. J’ai juste choisi un court passage, car je vous ai dit que je viendrais prier pour les malades cet aprùs-midi. Tous ceux qui ont des cartes de priùre et qui veulent qu’on prie pour eux seraient... Nous le ferons. Et je cherche toujours à tenir ma promesse.
E-46 Eh bien, quelqu’un, quand on dit cela, dira: «Eh bien, vous avez promis d’ĂȘtre Ă  tel endroit.»
E-47 Je ne douterais pas qu’il y ait quatre ou cinq endroits ici mĂȘme aux Etats-Unis oĂč je suis censĂ© ĂȘtre aujourd’hui, oĂč quelqu’un a annoncĂ© que je serais. Je n’ai jamais dit que j’y serais, mais on le dit (Voyez-vous?), on l’annonce dans le journal. On tĂ©lĂ©phone tout le temps chez moi. «Eh bien, que se passe-t-il?», demande-t-on Ă  ma femme ou Ă  mon personnel de bureau. «Eh bien, il est censĂ© ĂȘtre ici. On l’a annoncĂ© pour ici. C’est annoncĂ© dans le journal.» Je ne savais mĂȘme rien Ă  ce sujet. Je n’y peux rien. Je ne suis responsable que de ce que je dis moi-mĂȘme.
E-48 Ainsi donc, cet aprùs-midi, j’aimerais que nous tous, s’il vous plaüt, nous nous levions de nouveau pour la lecture de la Parole.
E-49 Le Seigneur voulant, nous tĂącherons de vous laisser sortir dans environ une heure afin que vous puissiez vous rafraĂźchir pour retourner Ă  l’église ce soir. La raison pour laquelle nous tenons ces rĂ©unions le dimanche aprĂšs-midi, c’est afin de ne pas empĂȘcher quelqu’un d’aller Ă  son Ă©glise. Les gens qui aimeraient qu’on prie pour eux ici, les malades et les affligĂ©s, eh bien, nous finirons toujours par prier pour eux; ainsi, cela n’interfĂ©rera pas avec votre service.
E-50 Peu importe...TrĂšs souvent, il y a des hommes avec qui je ne suis pas en dĂ©sa-... je suis en dĂ©saccord avec, ils sont en dĂ©saccord avec moi. Mais si cela ne peut pas se faire avec tolĂ©rance et dans l’esprit d’une meilleure communion et tout, alors je–je ne dirai rien Ă  ce sujet. Je peux ĂȘtre en dĂ©saccord avec un homme sur beaucoup de choses, si je ne peux pas passer mon bras autour de lui et le reconnaĂźtre, du fond de mon coeur, comme mon frĂšre, alors je ne devrais pas lui parler. C’est vrai. C’est ce qu’il nous faut faire.
E-51 Eh bien, vous qui aimeriez ouvrir vos Bibles, allez dans EsaĂŻe, chapitre 6. C’est lĂ  que j’aimerais lire cet aprĂšs-midi pour la derniĂšre rĂ©union, en tirer un texte.
L’annĂ©e de la mort... Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trĂŽne trĂšs Ă©levĂ©, et les pans de sa robe remplissaient le temple.
Des séraphins se tenaient au-dessus de lui; ils avaient chacun six ailes; deux dont ils se couvraient la face, deux dont ils se couvraient les pieds, et deux dont ils se servaient pour voler.
Ils criaient l’un Ă  l’autre, et disaient: Saint, saint, saint est l’Eternel des armĂ©es! Toute la terre est pleine de sa gloire!
Les portes furent ébranlées dans leurs fondements par la voix qui retentissait, et la maison se remplit de fumée.
Alors je dis: Malheur Ă  moi! Je suis perdu, car je suis un homme dont les lĂšvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lĂšvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l’Eternel des armĂ©es.
Mais l’un des sĂ©raphins vola vers moi, tenant Ă  la main une pierre ardente, qu’il avait prise sur l’autel avec des pincettes.
Il en toucha ma bouche, et dit: Ceci a touchĂ© tes lĂšvres, ton iniquitĂ© est enlevĂ©e, et ton pĂ©chĂ© est expiĂ©. J’entendis la voix du Seigneur, disant: Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous? Je rĂ©pondis: Me voici, envoie-moi.
E-52 Inclinons la tĂȘte.
E-53 TrĂšs Bienveillant Seigneur, reçois ces paroles, et que la mĂ©ditation de notre coeur Te soit agrĂ©able. Que le glorieux Saint-Esprit passe par les lĂšvres de l’orateur et entre dans les oreilles de l’auditeur, qu’en mĂȘme temps, cela puisse rendre honneur Ă  Ton Nom par Ta Parole, car nous le demandons pour la gloire de Dieu. Amen. Vous pouvez vous asseoir.
E-54 Je vais surveiller maintenant ce que... afin que nous puissions disposer de beaucoup de temps pour le service de priĂšre. Maintenant, suivez attentivement alors que j’essaie, avec ces quelques passages des Ecritures et des notes que j’ai prises ici, d’en parler. Parfois, quand je ne suis pas fatiguĂ© ni Ă©puisĂ©, je ne mets pas les passages des Ecritures par Ă©crit; je les connais, je peux m’en souvenir. Mais tout rĂ©cemment, c’est devenu juste comme... Donc je... Parfois je... Je n’arrive pas Ă  m’en souvenir. Alors, je note cela par ici, un petit quelque chose, comme un certain passage des Ecritures, je sais ce que cela veut dire, et je vais carrĂ©ment de l’avant Ă  partir de lĂ .
E-55 Maintenant, j’aimerais parler sur le sujet suivant: L’influence.
E-56 Eh bien, vous savez, vous influencez quelqu’un. Votre vie est une lettre Ă©crite et lue de tous les hommes. C’est pourquoi, si votre vie ne s’accorde pas avec votre tĂ©moignage, ou plutĂŽt votre tĂ©moignage ne s’accorde pas avec votre vie, alors, il y a... vous placez une pierre d’achoppement sur le chemin de quelqu’un d’autre, car quelqu’un vous observe. Un petit enfant observe sa mĂšre, il observe son pĂšre.
E-57 Il y a quelques annĂ©es, je lisais un petit article Ă  NoĂ«l, c’était douloureux... Certainement que cela avait amĂšrement attristĂ© mon coeur. Quand un–un–un homme Ă©tait sorti, et c’était un brave homme, il ne–il ne buvait pas en rĂ©alitĂ©. Mais il–il allait çà et lĂ  Ă  NoĂ«l rendre visite Ă  ses collĂšgues. Eux tous lui parlaient, disant: «John, prends un peu, juste un petit verre.» Et en allant de maison en maison, il–il en a trop pris, et il devait rentrer chez lui.
Alors, pendant qu’il traversait le parc, son jeune fils l’accompagnait. Et il–il a perdu de vue son jeune fils. Puis, il s’est retournĂ© et a regardĂ©. Et le petit garçon marchait en zigzag. Et le papa a attendu jusqu’à ce que le petit garçon l’ait rattrapĂ©.
E-58 Il a demandĂ©: «Pourquoi parcours-tu tout le parc, fils? Qu’est-ce qui te fait marcher comme cela?»
E-59 Il a rĂ©pondu: «Papa, j’essaie de suivre tes pas.» C’est vrai. Voyez-vous? Le petit...
E-60 Cet homme prit le petit garçon et s’assit, il le prit dans ses bras et dit: «Ô Dieu, pardonne-moi. J’aimerais marcher correctement pour que mon fils qui vient aprĂšs moi marche correctement.»
E-61 Et c’est ce que nous aimerions faire en tant que chrĂ©tiens. Nous aimerions marcher comme des chrĂ©tiens, vivre comme des chrĂ©tiens, parler comme des chrĂ©tiens.
E-62 Il y a bien des annĂ©es, au temps de l’esclavage dans le Sud, on... lĂ  dans le Kentucky, dans l’Alabama, et lĂ  d’oĂč je viens, on prenait les hommes de couleur et on les vendait aux enchĂšres, aux–aux enchĂšres, tout comme on le ferait avec les vĂ©hicules d’occasion ou quelque chose comme ça. Je crois qu’aucun homme ne doit ĂȘtre esclave. Dieu a crĂ©Ă© les hommes, et l’homme a fait des esclaves. Et on passait acheter les esclaves, tout comme on achĂšterait un vĂ©hicule d’occasion; on Ă©tablissait un acte de vente et tout. C’était une chose terrible.
E-63 Ainsi, ils... Un jour, un acheteur est passĂ© dans... un nĂ©gociant, dans une vieille plantation oĂč il y avait beaucoup d’esclaves. Et il a demandĂ©: «Combien d’esclaves avez-vous?»
«Oh! lui a-t-on répondu, environ cent cinquante, je pense, là dehors.» Il a dit: «Puis-je aller là et les examiner?» Il a dit: «Bien sûr. Servez-vous.»
E-64 L’homme est donc allĂ© examiner les–les esclaves. Et lors de sa visite, il a remarquĂ© que ces hommes Ă©taient toujours tristes. Les–Les Boers, ils les avaient amenĂ©s de l’Afrique et les avaient dĂ©barquĂ©s lĂ  au Cuba; et puis, ils les avaient envoyĂ© ici au Sud et les avaient vendus comme esclaves. Et ils savaient qu’ils ne retourneraient plus jamais chez eux. Ils savaient qu’ils ne verraient plus jamais leur pĂšre, leur mĂšre, ni leurs enfants, ni leurs maris, ni leurs femmes et tout. Ils Ă©taient–ils Ă©taient victimes des circonstances dans lesquelles ils ne s’y Ă©taient pas retrouvĂ©s de leur propre grĂ©. Et ils Ă©taient lĂ , loin de leur patrie et tristes. Et parfois, on devait prendre le fouet pour les fouetter, tout comme on fouette les bĂȘtes, le bĂ©tail, le veau, les chevaux et autres. Et ensuite, on–on les faisait travailler.
E-65 Alors, ce... on a remarquĂ©... Ce jeune nĂ©gociant a remarquĂ© un de ces jeunes esclaves, qu’on n’avait pas Ă  fouetter. Oh! la la! Il avait la tĂȘte haute, le torse bombĂ©, tout le temps, bien Ă  l’oeuvre. On n’avait rien Ă  lui faire [FrĂšre Branham claque les doigts.–N.D.E.] Il terminait son travail. Alors, le propriĂ©taire des esclaves a dit... Le nĂ©gociant a parlĂ© au propriĂ©taire, disant: «J’aimerais acheter cet esclave.»
Il a dit: «Oh! non.» Il a dit: «Celui-lĂ  n’est pas Ă  vendre.»
E-66 Il a dit: «Mais pourquoi pas?» Il a dit: «Qu’est-ce que vous...» Il a dit: «Que faites-vous... Qu’est-ce qui le rend ainsi?» Il a dit: «Est-ce lui le chef de tous les autres?»
Il a dit: «Oh! non. C’est un esclave.»
Il a dit: «Le nourrissez-vous différemment des autres?»
E-67 Il a rĂ©pondu: «Non. Ils mangent tous ensemble Ă  la cuisine.» Il a dit: «C’est juste un esclave.»
E-68 Il a dit: «Eh bien, qu’est-ce qui lui fait agir diffĂ©remment des autres?»
E-69 Il a dit: «Vous savez, moi aussi, je m’étais souvent posĂ© cette question, jusqu’à ce que j’ai dĂ©couvert que lĂ , dans son pays natal en Afrique, d’oĂč il vient, son pĂšre est le roi d’une tribu. Et, quoiqu’étranger, loin de sa patrie, nĂ©anmoins, il se reconnaĂźt fils d’un roi et il agit en consĂ©quence.» Oh! la la!
E-70 Que devraient faire les chrĂ©tiens? Nous sommes des fils et des filles du Roi. Quoiqu’étrangers, agissons comme des fils et des filles. Femmes, laissez pousser vos cheveux. ArrĂȘtez de porter ces vĂȘtements que vous portez, des habits immoraux et tout. Hommes, redevenez des hommes comme il en faut. Ne... Agissez comme des fils et des filles de Dieu. Vous ĂȘtes des Ă©trangers ici, mais souvenez-vous, nous sommes des fils du Roi.
E-71 Observez l’influence que cet homme avait exercĂ©e sur les autres, son moral gardait haut les espoirs des autres.
E-72 Nous voyons que ce roi, Ozias, Ă©tait un jeune homme, un berger Ă  l’époque du prophĂšte EsaĂŻe. EsaĂŻe Ă©tait un prophĂšte.
E-73 On naĂźt prophĂšte. Donc, ils... On ne devient pas prophĂšte par l’imposition des mains. Les prophĂštes le sont dĂšs la naissance et ils sont prĂ©ordonnĂ©s par Dieu. «Les dons et les appels sont sans repentir.» Il y a un–un don de prophĂ©tie dans l’église, cela doit ĂȘtre jugĂ© par trois personnes avant que l’assemblĂ©e en entende parler. Mais cela n’est qu’un don de prophĂ©tie. Mais un prophĂšte est absolument ordonnĂ© avec l’AINSI DIT LE SEIGNEUR depuis son enfance.
E-74 EsaĂŻe Ă©tait un prophĂšte du Seigneur et il avait Ă©tĂ© amenĂ© au temple. Et il avait... Cet Ozias, ce jeune homme, ce berger, exerçait une–une grande influence sur ce jeune prophĂšte, car Ozias... 2 Chroniques 26 nous dit qu’il Ă©tait devenu roi d’IsraĂ«l Ă  l’ñge de 16 ans. AprĂšs la mort de son pĂšre Amatsia, il lui avait succĂ©dĂ© comme roi; selon la tradition, le–le fils succĂ©dait au–au roi. On l’a pris et on a fait de lui roi Ă  16 ans. Et il avait son pĂšre, Ozias...Amatsia fut un– fut–fut un grand homme. Il fut un–un–un homme pieux. Comme il avait eu ce parent pieux, eh bien, cela lui avait fait faire des choses correctes, car il Ă©tait influencĂ© par son pĂšre. Voyez-vous?
E-75 Comment pouvez-vous vous attendre aujourd’hui Ă  autre chose qu’à plus d’Oswald et de Jack Rubys? Regardez... J’ai quittĂ© mon motel il y a quelques instants. Un grand gĂąchis par une bande d’ivrognes de la Californie couchĂ©s lĂ , ces femmes complĂštement nues lĂ  sur ce... lĂ  dehors avec juste une petite ficelle autour d’elles, l’une ou l’autre chose du genre, lĂ  dehors. Et des hommes buvant du whisky Ă  la glace et tout, se mĂ©conduisant, se vautrant dans les piscines. Comment pouvez-vous vous attendre Ă  ce que leurs enfants, les jeunes qui Ă©taient lĂ  dans la cour en train de jouer, deviennent autre chose qu’un Oswald ou quelque chose comme cela? C’est l’influence qui est placĂ©e devant eux.
E-76 Oh! l’AmĂ©rique est pourrie jusqu’à la moelle. Elle rĂ©coltera ce qu’elle a semĂ©. Un Dieu juste ne peut pas la laisser s’en tirer sans plus. Vous dites: «Etes-vous am-...»
E-77 Certainement que je–je suis amĂ©ricain. Sur les champs missionnaires en Allemagne et au Japon, il y a partout lĂ  des tombeaux amĂ©ricains qui jonchent partout avec les miens, les Branham. Et s’il me fallait y aller, je donnerais ma vie pour cela.
E-78 Mais permettez-moi de vous dire quelque chose: Nous avons besoin d’un rĂ©veil, cette nation en a besoin. Nous avons perdu ce que nous avions autrefois, et nous cherchons Ă  vivre sur base de la rĂ©putation de ce que quelqu’un d’autre a fait. Nous moissonnerons pour cela. Dieu a fait d’IsraĂ«l un peuple selon Son coeur, Il leur a fait rĂ©colter ce qu’ils ont semĂ©; et nous aussi, nous rĂ©colterons Ă  cause de ce que nous faisons. Il ne nous reste qu’à rĂ©colter ce que nous avons semĂ©. Nous avons traversĂ© la ligne de dĂ©marcation entre la grĂące et la misĂ©ricorde, et il ne reste qu’à rĂ©colter ce qu’on a semĂ©. Notez-le dans vos Bibles. Je suis un vieil homme, mais notez-le et voyez si c’est vrai ou pas. Et peut-ĂȘtre aprĂšs mon dĂ©part, et ainsi de suite, vous dĂ©couvrirez que ces paroles sont vraies. Nous comprenons cela. Nous sommes pesĂ©s dans la balance et nous sommes trouvĂ©s lĂ©gers, et il n’y a plus d’issue. Exact. Nous avons traversĂ© cette ligne de dĂ©marcation. Vous devez rĂ©colter ce que vous semez, Ă  chaque coup.
E-79 Donc, ce jeune homme exerçait une grande influence sur ce... Le jeune roi exerçait une influence sur–sur le jeune prophĂšte. Et il s’appuyait sur le bras de ce prophĂšte, car il–il savait qu’il Ă©tait un prophĂšte. Et il l’avait tout le temps Ă  ses cĂŽtĂ©s pour–pour jouir de son influence, issue de ses visions et tout, de la part de Dieu, afin de savoir comment diriger son royaume.
E-80 Et cela fit de lui un grand homme. Il ne tenait pas compte de la politique de l’époque ni des idĂ©es populaires, et il servait Dieu d’un coeur sincĂšre. VoilĂ  le genre de prĂ©sident qu’il nous faut. VoilĂ  le genre de conducteur qu’il nous faut pour le peuple de n’importe quelle nation, n’importe oĂč. Son royaume se rapprochait de celui de Salomon. Il n’y avait rien... Dieu l’avait vraiment bĂ©ni et Il ne l’avait privĂ© d’aucune bĂ©nĂ©diction, parce qu’il Le servait.
E-81 Et cela avait beaucoup aidĂ© le jeune EsaĂŻe, car il avait vu comment Dieu bĂ©nissait ceux qui Ă©taient fidĂšles Ă  Sa Parole. Peu importaient les difficultĂ©s, ils restaient fidĂšles Ă  cette Parole. Et c’est aussi un exemple pour nous aujourd’hui, rester fidĂšles Ă  la Parole. Et cela exerçait une grande influence sur lui.
E-82 Eh bien, il plantait des vignes, il Ă©tait un berger et il avait toutes sortes de bĂ©tail et de vignes. Si vous voulez le lire, c’est lĂ  dans 2 Chroniques 26, et dans d’autres passages des Ecritures oĂč il est parlĂ© de–d’Ozias; c’était un grand homme. Il–il aimait le plein air; vraiment un homme de bien, Dieu bĂ©nissait tout ce qu’il entreprenait. Cela prospĂ©rait simplement et allait de l’avant. Et aucune nation ne l’inquiĂ©tait, elles avaient peur de lui, car il servait l’Eternel Dieu qui Ă©tait avec lui. Ce n’est pas qu’elles avaient peur de sa force militaire, mais du Dieu qu’il servait.
E-83 Cela devrait ĂȘtre notre requĂȘte. «Notre foi est en Dieu.» C’est ce qui est Ă©crit sur nos dollars. Mais je me pose souvent des questions.
E-84 Eh bien, tout ça est arrivĂ©. Et cela montre ici un exemple. J’aimerais y puiser cet aprĂšs-midi pour vous montrer que Dieu peut bĂ©nir un homme et faire de lui un grand homme. Mais, vous savez, lorsque ce roi Ă©tait devenu... s’était senti en sĂ©curitĂ©, il en Ă©tait arrivĂ© Ă  ĂȘtre bien ancrĂ©, et il n’y avait aucun moyen pour lui de tomber donc, il s’est enflĂ© d’orgueil. C’est alors qu’il tomba. C’est alors que n’importe qui tombe.
E-85 Je pense que c’est ce qui se passe avec beaucoup parmi nous aujourd’hui. Nous nous enflons d’orgueil. Je pense que c’est ce qui amĂšne les organisations Ă  faire ce qu’elles font. Elles ont une meilleure classe de ce qu’elles considĂšrent comme une meilleure classe de gens trĂšs intellectuels, pensent-ils. Des hommes, leurs Ă©r-... tous leurs prĂ©dicateurs ont une instruction de l’école secondaire et universitaire, de deux ou trois ans en psychologie, on leur fait passer un test psychologique, des idĂ©es de gĂ©nie et tout pour voir si c’est appropriĂ© Ă  la tĂąche. Et parfois, ils ne connaissent pas Dieu pas plus que le lapin ne connaĂźt la raquette de neige. C’est vrai. C’est vrai. Cet aspect mental n’a rien Ă  faire avec cela. C’est la puissance du Saint-Esprit qui compte. Elle n’est pas dans votre esprit; elle est dans votre coeur. C’est vrai. Mais, voyez, nous avons... Ils s’enflent donc d’orgueil et disent: «Notre... Nous frĂ©quentons la meilleure Ă©glise de la ville. Nous sommes membres de la PremiĂšre Ă©glise. Nous sommes membres de l’église que frĂ©quente le maire. Nous sommes membres de ceci.»
E-86 Et toutes ces autres choses, voyez, ce qui se passe, les gens ne peuvent donc tout simplement pas supporter d’entendre Cela. Ils pensent donc que vous ĂȘtes juste–juste une personne terrible. Mais le problĂšme en est que la Semence ne trouve pas d’endroit oĂč s’ancrer. Elle n’a aucun endroit oĂč ĂȘtre posĂ©e. Elle pourrira simplement. Elle ne subsistera jamais. Les oiseaux viendront La picorer, dit la Bible.
E-87 Mais lorsque ce roi s’enfla et se sentit en sĂ©curitĂ©, il s’enfla d’orgueil...
E-88 Je constate, bien des fois, que nous trouvons mĂȘme des gens, des Ă©vangĂ©listes en arriver au point oĂč plusieurs d’entre eux ont Ă©tĂ© accusĂ©s de ces choses. Et certains de ces choses sont peut-ĂȘtre vraies: boire et tout. Le problĂšme, Ă  mon avis, c’est qu’ils se bĂątissent un petit royaume autour d’eux, ils pensent que ces gens les aiment tellement qu’il n’y a pas moyen pour le... Ces gens peuvent simplement faire tout ce qu’ils veulent, et ces gens domineront cela.
E-89 Les gens peuvent le faire, mais qu’en est-il de Dieu? C’est lĂ  que nous manquons de voir. C’est Dieu qui vous regarde. Voyez-vous? Dieu sait cela. Lorsque vous voyez la VĂ©ritĂ© et la LumiĂšre et que vous rejetez Cela, Dieu sait ce que vous avez fait. Vous ne progresserez jamais jusqu’à ce que vous reveniez droit au mĂȘme point. Vous ne pourrez pas passer par-dessus cela. Il vous faut revenir droit lĂ  oĂč vous vous ĂȘtes arrĂȘtez.
E-90 Il fut tellement enflĂ© dans son esprit et–et il se sentit tellement en sĂ©curitĂ© et tout qu’il chercha Ă  prendre la place du sacrificateur. Il chercha Ă  entrer pour offrir l’encens (C’est ce que nous apprend la Bible), pour brĂ»ler l’encens, tĂąche exclusivement rĂ©servĂ©e Ă  un LĂ©vite, Ă  un sacrificateur qui Ă©tait oint pour cet office. Il chercha Ă  exercer l’office de ce dernier.
E-91 Nous avons ici l’influence de ce roi, qui faisait savoir au peuple que cette imitation charnelle les uns des autres aujourd’hui ne vient pas du Seigneur. Vous n’ĂȘtes pas ordonnĂ© Ă  de telles choses. Vous ne prendrez jamais la place d’une autre personne et personne ne pourra prendre votre place. Cherchez votre position et demeurez-y. Voyez?
E-92 Il se disait: «Eh bien, maintenant, je... Que Dieu soit bĂ©ni, je suis un roi et l’Eternel a Ă©tĂ© bon envers moi. Je peux faire ceci. J’ai ceci. Ceci c’est mon ministĂšre.» Et finalement, on voit, quand il a procĂ©dĂ© comme cela, il a cherchĂ© Ă  passer par-dessus, Ă  fouler aux pieds la bĂ©nĂ©diction que Dieu avait pour lui. Si vous ĂȘtes un bon membre laĂŻc, soyez un bon membre laĂŻc.
E-93 Si–si vous ĂȘtes une bonne mĂ©nagĂšre, que Dieu vous a bĂ©nie comme telle et qu’Il a fait de vous une soeur loyale et fidĂšle, continuez simplement comme telle. Ne vous mettez pas Ă  penser que vous ... que Dieu vous a appelĂ© Ă  ĂȘtre un prĂ©dicateur, ou–ou un diacre, ou autre chose.
E-94 Et–et vous, hommes, faites de mĂȘme. Restez lĂ  oĂč Dieu vous a bĂ©ni, car c’est lĂ  que Dieu vous a placĂ©. Faites juste ce qu’Il vous dit de faire, et voyez lĂ  oĂč Dieu vous bĂ©nit.
E-95 Mais n’essayez jamais de vous interposer. C’est–c’est ça le fondement de la PentecĂŽte. Lorsque madame McPherson... Quand je lisais son livre, je n’ai pas... Je n’étais pas prĂ©dicateur Ă  son Ă©poque. Et on disait que quand elle montait en chaire avec ces histoires qui ressemblaient aux ailes, vous savez, ou vous savez, une espĂšce de robe comme cela, chaque femme prĂ©dicateur portait la mĂȘme chose. Chacune d’elles portait la Bible de la mĂȘme maniĂšre que madame McPherson.
E-96 Avez-vous dĂ©jĂ  suivi ces Ă©missions radiophoniques? Tout le monde disait: «Que le Seigneur vous bĂ©nisse, trĂšs abondamment, ami.»–Un Billy Graham. C’est une imitation charnelle.
E-97 J’ai lu la–l’histoire de Martin Luther. Et il y est dit que ce n’était pas tellement un mystĂšre que Martin Luther ait pu protester contre l’Eglise catholique et s’en tirer, mais il a pu garder la tĂȘte au-dessus de tout le fanatisme qui avait suivi son rĂ©veil. C’est vrai.
E-98 Gardez-vous pur et net pour votre appel. Restez fidĂšle Ă  la Parole de Dieu et ne bougez pas pour rien au monde. Accrochez-vous-Y, restez avec votre appel. S’Il vous confie un travail en dehors de cela, comme fermier lĂ , soyez un bon fermier. Que Dieu vous bĂ©nisse lĂ , payez vos dĂźmes et je ne sais quoi encore, vos offrandes pour aider le ministĂšre Ă  aller de l’avant. S’Il a fait de vous mĂ©canicien et qu’Il vous a bĂ©ni dans ce travail, accrochez-vous-y et remerciez-Le pour cela. Voyez? Demeurez simplement lĂ  oĂč Dieu vous appelle.
E-99 Nous trouvons ici une influence. Et ensuite, lorsqu’on a essayĂ© de le corriger, le sacrificateur l’a suivi et lui a dit: «Dites donc, un instant! Ce n’est pas votre appel, ça.» Oh! il s’est mis en colĂšre. Eh bien, il Ă©tait prĂȘt Ă  donner sa tĂȘte Ă  couper.
E-100 Vous voyez, il y a une autre chose que nous devons savoir. Peu importe combien Dieu vous a bĂ©ni, vous n’avez pas le droit de rĂ©primander les oints de l’Eternel, ou de dire quelque chose contre eux. C’est vrai. C’est Dieu qui s’en occupe. S’ils sont Ă  rĂ©primander, ce sont Ses enfants; laissez-les tranquilles. Vous n’ĂȘtes pas censĂ©s le faire. Voyez-vous?
E-101 Et lorsque vous–vous dĂ©noncez les pĂ©chĂ©s des gens et que vous leur dites qu’ils sont en erreur, que vous dites: «Sortez! N’essayez pas d’aller au Ciel sur base d’un systĂšme dĂ©nominationnel», ou quelque chose comme cela, oh! la la! bontĂ© divine! ils voudraient... Ils vont... Ils voudraient exploser. Ils le voudront. Ils voudront dĂ©couvrir vos fautes. Ils ne vont pas–ils ne vont mĂȘme pas s’asseoir pour vous Ă©couter, ils se lĂšveront et sortiront, ils seront grossiers et agiront n’importe comment. Vous voyez, cela montre, pour commencer, que c’est un signe d’une mauvaise Ă©ducation.
E-102 Mais nous voyons que ce gars a apportĂ© cette attitude en faisant ce qu’il avait fait. Qu’est-il arrivĂ©? Le Seigneur l’a frappĂ© de lĂšpre lĂ  mĂȘme au temple. De quoi la lĂšpre est-elle le type? Du pĂ©chĂ©, de l’incrĂ©dulitĂ©. Il n’y a pas d’autre pĂ©chĂ© en dehors de l’incrĂ©dulitĂ©. «Celui qui ne croit pas est dĂ©jĂ  jugĂ©.» Et l’incrĂ©dulitĂ© est l’unique pĂ©chĂ© qui existe.
E-103 Une fois, je prĂȘchais dans une Ă©glise mĂ©thodiste et je disais: «Fumer la cigarette n’est pas un pĂ©chĂ©. Commettre adultĂšre n’est pas un pĂ©chĂ©. Prendre le Nom du Seigneur en vain n’est pas un pĂ©chĂ©.»
E-104 C’était trop pour une soeur, elle s’est levĂ©e et a dit: «Dites-moi, je vous en prie, RĂ©vĂ©rend Branham, le pĂ©chĂ©, c’est quoi?»
J’ai dit: «C’est l’incrĂ©dulitĂ©.»
E-105 Vous faites ces choses parce que vous ne croyez pas. C’est vrai. La raison pour laquelle vous refusez de marcher dans la Lumiùre de la Parole, c’est que vous ne croyez pas la Parole. Cela fait de vous un incroyant
E-106 Un homme m’a parlĂ©, disant: «Peu m’importe combien de preuves vous pourriez produire, et combien de preuves le mĂ©decin pourrait produire sur diverses guĂ©risons, a-t-il dit, je ne crois pas dans la guĂ©rison. Ça n’existe pas.»
E-107 J’ai dit: «Certainement. Cela n’est pas destinĂ© aux incroyants. Cela n’est destinĂ© qu’à ceux qui croient.»
E-108 C’est uniquement pour les croyants. Il a dit: «Tout est possible Ă  celui qui croit», pas Ă  celui qui ne croit pas.
E-109 Une moindre incrĂ©dulitĂ© contre la Parole de Dieu vous exclura du Royaume des cieux. Cela fit sortir Ève. C’est ce qui est Ă  la base de tout ce trouble, une fois... rien que pervertir la Parole, juste un petit peu. Il vous faut vous accrocher Ă  Elle, Ă  ce qu’Elle dit.
E-110 Maintenant, nous voyons que cet homme Ă©tait devenu tout hautain, tout enflĂ©, il a rougi et s’est retournĂ© et a parlĂ© Ă  ces sacrificateurs. Et, la premiĂšre chose, vous savez, il fut frappĂ© de lĂšpre. LĂ  mĂȘme, alors qu’il se fĂąchait, il fut frappĂ©. Il n’en fut jamais guĂ©ri. Quoi? L’incrĂ©dulitĂ© Ă  la Parole de Dieu, c’est ce qu’on essayait de lui dire.
E-111 Il y a lĂ  un vĂ©ritable exemple. Remarquez. Il Ă©tait... Il n’a pas cru et, dans sa colĂšre, il fut frappĂ© de lĂšpre; puis, il mourut lĂ  dans sa propre maison, sans qu’il lui fut plus jamais permis de regarder le royaume, d’exercer les fonctions du roi. Son fils Ă  dĂ» prendre sa place et–et faire de son mieux. Et il est restĂ© dans cet Ă©tat jusqu’à sa mort. Eh bien, vous voyez, il ne s’en Ă©tait jamais remis.
E-112 JĂ©sus a dit qu’une parole contre Cela ne sera point pardonnĂ©, la Parole, ni dans ce siĂšcle, ni dans le siĂšcle Ă  venir. C’est impardonnable. Voyez-vous donc pourquoi le monde est prĂȘt pour le jugement? Les grands Ă©vangĂ©listes et d’autres ont parcouru la terre avec l’Evangile, on a ri d’eux, on les a raillĂ©s, on s’est moquĂ© et tout le reste. Il ne reste rien. Il n’y a donc plus aucun moyen pour cela de revenir. Ils ont blasphĂ©mĂ© contre le Saint-Esprit, s’En sont moquĂ© et tout le reste, et ils ont... Et ils... il n’y a donc aucun moyen pour cela de revenir. Il doit payer pour cela. Il n’y a pas d’échappatoire. Dieu est juste. Ce serait contraire Ă  Sa justice, ce serait contraire Ă  Sa–Sa–Sa nature, Ă  ce qu’Il est. Et maintenant, il doit payer pour cela.
E-113 Alors, ce roi, peu importe combien Dieu l’avait aimĂ©, quel grand homme il Ă©tait, les diplĂŽmes qu’il avait, nĂ©anmoins il avait mal agi, et il devait rĂ©colter ce qu’il avait semĂ©. Et il en sera de mĂȘme pour chaque homme.
E-114 Ce fut donc une leçon pour le jeune prophĂšte. Ce fut donc une vĂ©ritable leçon. EsaĂŻe a appris par lĂ  que c’est Dieu Lui-mĂȘme qui ordonne un homme Ă  sa position, non pas ce Ă  quoi quelqu’un d’autre l’ordonne. C’est Dieu qui ordonne Son homme Ă  son office, eh bien, Il l’ordonne Ă  sa position. Il ne doit pas chercher Ă  occuper la position d’un autre.
E-115 La vision, la chose était si frappante que ça a conduit le prophÚte au temple pour prier.
E-116 Je me demande, aujourd’hui, si en voyant la mort des Ă©glises, en voyant les–les gens qui s’éloignent en Esprit, qui rentrent servir leurs credos, si cela ne devrait pas pousser les croyants Ă  s’agenouiller.
E-117 Cela a amené Esaïe le prophÚte, un vrai croyant, un croyant ordonné, à se mettre à genoux.
E-118 Et lĂ  au temple, il vit Dieu assis sur Son TrĂŽne trĂšs Ă©levĂ©. Dieu allait lui montrer le modĂšle Ă  regarder; pas regarder l’un Ă  l’autre, mais lever les yeux, voir ce qu’Il est, ce que... Il s’était Ă©levĂ© sur Son TrĂŽne.
E-119 Observez les sĂ©raphins cĂ©lestes avec leurs faces couvertes. Maintenant, les sĂ©raphins sont ceux qui brĂ»lent le sacrifice, ce qui est l’un des rangs les plus Ă©levĂ©s des anges. Ils viennent aprĂšs les chĂ©rubins. Il y a des anges, et ensuite les sĂ©raphins, et puis les chĂ©rubins. Et les sĂ©raphins sont en rĂ©alitĂ© ceux qui brĂ»lent le sacrifice, prĂ©parant une approche au pĂ©cheur; c’est un niveau de la saintetĂ© trĂšs Ă©levĂ© dans le temple de Dieu.
E-120 Et il a vu... Alors qu’il Ă©tait Ă  genoux sur le pavĂ© Ă  l’autel en train de prier: «Seigneur, je suis un homme dont les lĂšvres sont impures et j’habite au milieu d’un peuple impur», c’est ce qu’il confessait.
E-121 Et alors, il leva les yeux et vit ces sĂ©raphins. Ils se couvraient la face de deux ailes et les pieds de deux ailes, et ils se servaient de deux ailes pour voler, ils criaient: «Saint, saint, saint est l’Eternel Dieu Tout-Puissant. Saint, saint, saint, tout en Dieu est saint! Saint, saint, saint est l’Eternel Dieu Tout-Puissant.»
E-122 Examinons la vision que le prophĂšte a eue et voyons-en les dĂ©tails. Deux ailes couvraient leurs faces. Pensez-y. MĂȘme les saints anges devaient cacher leur face sans pĂ©chĂ© pour se tenir dans la PrĂ©sence de Dieu! Il leur est donnĂ© des ailes pour se couvrir la face dans la PrĂ©sence du Dieu Saint! Comment vous et moi allons-nous nous tenir LĂ  si les sĂ©raphins ont dĂ» utiliser des ailes (La voie pourvue par Dieu) pour se couvrir la face afin de se tenir dans Sa PrĂ©sence, chanter: «Saint, saint, saint est l’Eternel Dieu Tout-Puissant», avec rĂ©vĂ©rence dans Sa PrĂ©sence?
E-123 Aujourd’hui, nous n’avons pas du tout de respect envers Dieu. Tout le monde pense ĂȘtre bien en sĂ©curitĂ© au point qu’il–qu’il ne–il n’honore pas Dieu comme il le devrait. Pourquoi? Pourquoi font-ils cela? C’est parce qu’ils ne sont pas conscients de Sa PrĂ©sence. C’est pourquoi les gens font cela. Ils–ils ne reconnaissent pas cela. Ils n’arrivent pas–ils n’arrivent pas Ă  comprendre qu’ils sont dans la PrĂ©sence de Dieu. Leurs esprits deviennent si corrompus et si emportĂ©s dans les choses du monde qu’ils ne font mĂȘme pas attention Ă  Cela. Ils vont Ă  l’église, assurĂ©ment. Mais quant Ă  se rendre compte qu’ils sont dans la PrĂ©sence de Dieu... Non seulement dans une Ă©glise, oĂč que vous soyez, vous ĂȘtes dans la PrĂ©sence de Dieu.
E-124 S’ils pouvaient faire comme David a dit: «Je place toujours l’Eternel devant ma face. C’est pourquoi, je ne chancelle pas.» Tant que l’Eternel Ă©tait devant lui, il ne pouvait pas chanceler.
E-125 Et si ces ĂȘtres cĂ©lestes chargĂ©s de brĂ»ler le sacrifice se couvraient la face avec des ailes et criaient: «Saint, saint, saint» pour se tenir dans la PrĂ©sence de Dieu, qu’arrivera-t-il aux pĂ©cheurs qui n’honorent pas Dieu?
E-126 Vous direz: «Eh bien, FrĂšre Branham, vous veniez de dire qu’il leur a Ă©tĂ© donnĂ© deux ailes.»
E-127 Et il a Ă©tĂ© aussi pourvu Ă  quelque chose pour vous: le Sang de JĂ©sus-Christ. C’est ça votre couverture. Vous ne vous tenez pas comme un sĂ©raphin; vous ne vous tenez pas comme un chĂ©rubin, vous ne vous tenez pas comme un ange, mais vous vous tenez comme un fils ou une fille de Dieu rachetĂ© par ce Sang. Vous n’avez pas Ă  avoir ces ailes qu’ils avaient. Ça, c’est une couverture spĂ©ciale pour eux dans cette PrĂ©sence. Mais vous, vous avez le Sang de JĂ©sus-Christ comme couverture pour vous tenir lĂ . Maintenant, comment... Eh bien, vous, si vous avez ce Sang, alors vous honorerez Dieu, vous aimerez Dieu, vous respecterez Dieu, et Dieu est la Parole.
E-128 Remarquez donc, deuxiĂšmement, ils se couvraient les pieds avec deux ailes. Qu’est-ce que cela signifiait? L’humilitĂ© devant Dieu, dans Sa PrĂ©sence.
E-129 Comme MoĂŻse au buisson ardent, il a ĂŽtĂ© ses souliers lorsqu’il L’a entendu dire: «JE SUIS CELUI QUI SUIS.» Paul, sur le chemin de Damas, s’est prosternĂ© sur sa face.
E-130 Jean, lorsqu’il a vu le–l’Esprit de Dieu sur JĂ©sus, il a dit: «C’est moi qui ai besoin d’ĂȘtre baptisĂ© par Toi. Pourquoi viens-Tu Ă  moi?»
E-131 VoilĂ  un bon exemple. Soyez toujours conscient de votre petitesse, pas de votre grandeur.
E-132 Aujourd’hui, nous–nous les AmĂ©ricains, tellement... En effet, nous cherchons Ă  nous convaincre d’ĂȘtre quelqu’un de grand: «Nous sommes membres de quelque chose de grand, d’une grande organisation, d’un Ă©norme quelque chose qui a...» Oh! Ă©norme, grand, grand, c’est tout ce que nous voyons!
E-133 Et lorsque... Nous en avons un exemple dans la Bible, c’est arrivĂ© une fois. Il y avait un–un prophĂšte qui s’était retirĂ© dans une caverne et... Elie. Et Dieu cherchait Ă  attirer son attention pour qu’il en sorte. Il vint du feu, de la fumĂ©e, des vents violents sur les montagnes, des tonnerres aussi, des tremblements de terre, des secousses et tout le reste. Le prophĂšte n’était point Ă©branlĂ©. Dieu n’y Ă©tait mĂȘme pas. Mais lorsque ce Murmure doux et lĂ©ger s’est fait entendre, il se couvrit la face et s’avança. Quand ce Murmure doux et lĂ©ger de la Parole de Dieu parle, pas un vacarme, pas nos grandes dĂ©nominations, pas quelque chose de grand, mais ce Murmure doux et lĂ©ger de la Parole qui est nĂ©gligĂ©e, cela doit appeler un homme Ă  la repentance. Dieu dans Sa Parole!
E-134 Cependant, il s’est couvert les pieds et est devenu conscient de sa... de notre petitesse devant Dieu.
E-135 TroisiĂšmement, avec les deux ailes, il pouvait voler.
E-136 Ne l’oubliez donc pas, avec deux ailes il se couvrait la face dans la PrĂ©sence de Dieu par rĂ©vĂ©rence. DeuxiĂšmement, les deux ailes sur ses pieds reprĂ©sentaient l’humilitĂ© devant Dieu. Et maintenant, avec la troisiĂšme paire d’ailes, il entrait en action. Il pouvait se servir de ces deux ailes pour voler, voyez. Deux sur son visage; deux sur ses pieds et, avec deux, voler. Qu’était-ce donc? La rĂ©vĂ©rence, l’humilitĂ©, et l’entrĂ©e en action.
E-137 Dieu montrait au prophĂšte comment doit ĂȘtre Son serviteur prĂ©parĂ©: rĂ©vĂ©rencieux, humble et en action. Eh bien, EsaĂŻe a vu quelque chose de diffĂ©rent de ce qu’Ozias avait produit. Il montrait au prophĂšte ce qu’il devait ĂȘtre, pas comme Ozias, mais ressembler Ă  ces chĂ©rubins cĂ©lestes. Et si vous voulez regarder Ă  un roi, Ă  un roi terrestre... Regardez au Roi cĂ©leste qui est Ă©levĂ© au-dessus de tous les Cieux, dont les pans de la robe remplissaient les Cieux.
E-138 Nous voyons donc qu’Il lui montrait lĂ  quelque chose Ă  quoi regarder, pour exercer sur lui une influence diffĂ©rente de celle qu’il considĂ©rait, pensant qu’un homme qui avait servi Dieu et avait prospĂ©rĂ© et tout, Ă©tait brave. Mais EsaĂŻe avait fixĂ© ses pensĂ©es sur un homme.
E-139 Mais un homme est un ratĂ©, pour commencer. Peu m’importe qui il est. «Il est nĂ© dans le pĂ©chĂ©, conçu dans l’iniquitĂ©, il est venu au monde en profĂ©rant des mensonges.» Il est donc complĂštement un ratĂ©. Peu m’importe qu’il soit Ă©vĂȘque, pape, pasteur, ou quoi qu’il soit, il est un ratĂ© pour commencer. Et ne regardez jamais Ă  l’un d’eux. Peu m’importe qu’il dĂ©place les montagnes par la foi et qu’il distribue tous ses biens pour nourrir les pauvres, regardez toujours Ă  JĂ©sus-Christ. Il est le Seul. C’est Lui qu’il faut regarder, pas un homme.
E-140 Nous voyons donc qu’Il montrait ici ce que doit ĂȘtre un serviteur de Dieu, comment il doit ĂȘtre humble, rĂ©vĂ©rencieux et en action.
E-141 Entrez en action. Beaucoup parmi vous peuvent ĂȘtre humbles. Beaucoup parmi vous peuvent ĂȘtre rĂ©vĂ©rencieux. Mais c’est difficile de les mettre en action.
E-142 Et nous voyons donc que Dieu montrait comment Il prĂ©parait Son serviteur, ce qu’il devait ĂȘtre. Ces chĂ©rubins Ă©taient... ou–ou plutĂŽt les sĂ©raphins Ă©taient des serviteurs de Dieu.
E-143 Remarquez. Un exemple, la femme au puits, alors qu’elle attendait l’accomplissement d’une Ecriture (Nous en avons parlĂ© deux ou trois fois cette semaine), alors qu’elle attendait son accomplissement. Cette–cette fille, Ă  ce que nous sachions, ne frĂ©quentait pas l’église. Probablement qu’elle... Elles Ă©taient tellement Ă©loignĂ©es de la Parole, et des choses comme cela, qu’elles... adoptant leurs credos et autres, comme JĂ©sus l’a dit: «Vous annulez la–la Parole de Dieu par vos traditions.»
E-144 C’est pratiquement la mĂȘme chose qui se passe aujourd’hui. Les credos et autres qu’on nous a enseignĂ©s ont empĂȘchĂ© la Parole de Dieu d’agir. La Parole ne peut pas se reproduire. Et les choses qui sont dites sont vraies; les gens sont si endoctrinĂ©s par autre chose qu’ils ne peuvent pas voir Cela.
E-145 Souvenez-vous, cette Voix vous hantera, non seulement vous ici, cette bande ira dans le monde entier. Je ne parle pas prĂ©cisĂ©ment Ă  vous tous ici. Mais s’il y a ici quelqu’un qui en a besoin, eh bien, alors, c’est pour vous. Voyez-vous? Mais, souvenez-vous, cette Voix vous hantera tant que vous serez en vie. Et le jour de votre mort, Elle vous hantera. ObĂ©issez-Y! Revenez!
E-146 Nos traditions ont rendu la Parole de Dieu nulle. La Parole de Dieu est rendue manifeste, et les gens se tiennent lĂ  et disent: «Eh bien, je pense que c’est assez bien.» Voyez? Oh! la la! Cela devait enflammer votre Ăąme. Cela devait faire quelque chose, mais cela ne le fait pas. Cela ne le fait pas. Nous trouvons Dieu...
E-147 Lorsque cette femme... Ces sacrificateurs et autres... Elle ne frĂ©quentait probablement pas l’église, car elle ne voyait pas la raison d’y aller, ou quelque chose comme cela. Mais elle avait lu les Ecritures, car, remarquez, elle a reconnu, trĂšs vite, aussitĂŽt qu’Il lui a rĂ©vĂ©lĂ© son problĂšme. Eh bien, elle a dit: «Eh bien, nous savons que Tu es ProphĂšte. Nous n’en avons pas reçu un depuis des centaines d’annĂ©es. Mais Tu dois ĂȘtre un ProphĂšte. Nous savons...» Maintenant, voyez, Ă  mon avis, elle pensait...
E-148 Si vous considérez les notes marginales là et que vous lisez cela dans les Ecritures, cela se rapporte au «ProphÚte», lequel est Christ.
E-149 Elle a dit: «Nous savons que nous...Tu dois ĂȘtre un ProphĂšte. Nous savons que quand le Messie sera venu, Il nous annoncera ces choses. C’est ce qui L’identifiera.» Et JĂ©sus a dit: «Je Le suis, Moi qui te Parle.»
E-150 Elle est entrĂ©e en action. Elle ne pouvait plus supporter cela. La chose mĂȘme qu’ils attendaient Ă©tait sur la terre en ce moment-lĂ  mĂȘme, et elle avait vu Cela. Peu importe combien corrompu Ă©tait son Ă©tat, une prostituĂ©e, ou une femme de ce genre, ne pouvait pas... Les hommes sur la rue n’auraient mĂȘme pas voulu l’écouter. Ils ne le voudraient pas non plus aujourd’hui. Mais arrĂȘtez-la! Comment auriez-vous pu le faire? C’était comme une maison en feu sous un vent fort. Vous ne pourriez pas l’éteindre. Un feu enflammait son coeur.
E-151 Elle a dit: «Venez voir un Homme qui m’a dit ce que j’ai fait. Ne serait-ce point le Messie mĂȘme?» Et cela s’est aussi ancrĂ©. Alors, JĂ©sus n’avait plus Ă  faire cela une fois de plus. Les gens avaient cru en elle Ă  cause de... avaient cru en JĂ©sus Ă  cause du tĂ©moignage de la femme. Voyez-vous? Qu’est-ce que cela a fait? Elle Ă©tait humble, respectueuse et en action. Elle est entrĂ©e en action lorsqu’elle a vu la chose se produire.
E-152 Ses signes devraient influencer aujourd’hui. Les signes promis pour aujourd’hui, la Parole promise qui a Ă©tĂ© prĂ©vue pour ce jour, voir Dieu accomplir ce qu’Il a dit qu’Il ferait, cela devrait nous faire quelque chose, mais ça ne le fait pas.
E-153 C’est pareil Ă  ce que Cela avait fait aux Juifs. Ils Ă©taient si religieux qu’ils–qu’ils ne pensaient pas En avoir besoin. Ils–ils pensaient tout avoir.
E-154 Et c’est ce qui se passe avec le monde aujourd’hui. Il a beaucoup Ă  manger, beaucoup d’habits de rechange, de bonnes Ă©glises, de belles places, de bons prĂ©dicateurs instruits, et ils n’ont donc besoin de rien d’autre. «Mais tu ne sais pas, dĂ©clarent des Ecritures, que tu es nu, misĂ©rable, aveugle, et tu ne le sais pas.» «Tu ne le sais pas.» Et vous ne pouvez pas leur dire le contraire. Ils continueront tout bonnement Ă  patauger sur toute la ligne, et ils manqueront de laisser la Parole de Dieu les influencer Ă  croire que JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© d’entre les morts et qu’Il est vivant aujourd’hui, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, se manifestant Lui-mĂȘme vivant. Ils sont simplement morts. Partout, partout oĂč vous allez, ça semble ĂȘtre pareil. Vous savez, il faut qu’il en soit ainsi. Il doit ĂȘtre mis hors de l’église. Il n’y a pas du tout moyen de l’empĂȘcher. Dieu a dit qu’il en serait ainsi. Mais si–si...
E-155 Que cela vous secoue. Que cela vous secoue bien. Peu importe la nation que vous habitez, oĂč que vous soyez, qui que vous soyez, que cela vous rĂ©veille.
E-156 Des heures s’écoulent. Tout d’un coup, vous savez, vous direz: «Eh bien, je–je pensais que telle chose Ă©tait censĂ©e arriver avant l’EnlĂšvement.»
E-157 Peut-ĂȘtre qu’une Voix se fera entendre en retour comme autrefois: «Ça a dĂ©jĂ  eu lieu, mais vous ne l’avez pas su.»
E-158 Vous serez peut-ĂȘtre tout enracinĂ© quelque part dans une Ă©glise, disant: «Je suis bien en sĂ©curitĂ© au possible», et tout d’un coup, vous savez, l’EnlĂšvement sera passĂ©. Ça sera un dĂ©part secret et soudain, personne n’en saura rien. Le monde continuera Ă  aller de l’avant.
E-159 C’est comme lorsque NoĂ© Ă©tait entrĂ© dans l’arche. Rappelez-vous, aprĂšs que NoĂ© Ă©tait entrĂ© dans l’arche, il y a passĂ© sept jours aprĂšs que Dieu eut fermĂ© la porte. Dieu a fermĂ© la porte et NoĂ© est restĂ© dans l’arche sept jours avant que quelque chose arrivĂąt.
E-160 Et la porte de misĂ©ricorde vous sera fermĂ©e au nez, et peut-ĂȘtre qu’elle est dĂ©jĂ  fermĂ©e. Et pensez-y donc! Les gens continueront Ă  prĂȘcher, ils penseront ĂȘtre sauvĂ©s, inscrivant leurs noms dans les registres, adhĂ©rant aux Ă©glises, criant et sautillant.
E-161 Eh bien, j’ai vu les musulmans pousser des cris. J’ai entendu... les gens boire du sang dans un crĂąne humain, parler en langues et faire toutes ces choses. Cela n’est pas un signe que vous ĂȘtes sauvĂ©. Oh! non.
E-162 «Ayant l’apparence de la piĂ©tĂ©...» C’est quoi «ce qui en fait la force» dont ils parlent?
E-163 Voyez, ces choses peuvent arriver, et cela sera dĂ©jĂ  passĂ© et vous ne l’aurez pas reconnu. Vous ne pouvez pas vous permettre de courir pareil risque. Ne le faites pas, mes amis. Entrez pendant que vous le pouvez. Ne soyez pas influencĂ© par un trĂšs grand bĂątiment, par une trĂšs grande dĂ©nomination, par un trĂšs grand Ă©rudit raffinĂ©. Que la Parole de Dieu vous influence. C’est exactement ce qui a engendrĂ© ces apĂŽtres. Lorsqu’ils ont vu la Parole de Dieu ĂȘtre rendue manifeste, cela les a influencĂ©s: «Nous sommes certains!»
E-164 Peut-ĂȘtre qu’on se rĂ©pĂšte. JĂ©sus avait de grandes foules de milliers qui Le suivaient. Il a dit: «Vous ĂȘtes trop nombreux. Regardez, regardez, quelque chose d’étrange ici, il y a peu d’appelĂ©s... Il y a beaucoup d’appelĂ©s, et peu d’élus.»
E-165 Ainsi donc, Il a vu de grandes assemblĂ©es, Il a dit: «Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’Homme et que vous ne buvez Son Sang, vous n’avez point de Vie en vous-mĂȘme.» Il n’a jamais expliquĂ© cela.
E-166 Je me demande: Et s’Il disait cela Ă  Beaumont aujourd’hui, peu importe combien Il Ă©tait populaire, que pensez-vous que les mĂ©decins, les gens bien cultivĂ©s et les hommes de science diraient? «Cet Homme est un vampire. Eh bien, Il veut que vous buviez Son Sang? Eh bien, quel genre de... Vous piquerez une crise.»
E-167 JĂ©sus n’avait jamais expliquĂ© cela. Il voulait se dĂ©barrasser des parasites. C’est vrai. Alors, ils se sont tous levĂ©s et sont partis.
E-168 Puis, il s’est tournĂ© vers ces apĂŽtres qui n’étaient pas ordonnĂ©s Ă  la Vie, mais que Lui avait choisis. Ils n’étaient pas ordonnĂ©s. Il a dit: «Que direz-vous si vous voyez le Fils de l’Homme monter au Ciel d’oĂč Il est venu?» Oh! C’était un collier de chien. Qu’a-t-Il...
E-169 Ces–ces ministres ont dit: «Monter au Ciel? Eh bien, cet Homme est nĂ© juste ici en GalilĂ©e. Il est nĂ© Ă  Nazareth. Nous connaissons Sa mĂšre, Ses–Ses frĂšres. Nous connaissons le berceau oĂč Il Ă©tait bercĂ©. Nous avons vu Ses habits d’enfance. Nous parlons Ă  Sa mĂšre. Et alors, cet Homme dit qu’Il est venu, qu’Il retourne d’oĂč Il est venu? Il est venu de Nazareth. Que veut-Il dire par ‘Ciel’?»
E-170 Il n’a jamais expliquĂ© cela. Il y avait encore beaucoup de parasites. «Ils sont partis et ils n’ont plus marchĂ© avec Lui.» C’est ce que dit la Bible.
E-171 Ensuite, Il s’est retournĂ© et a dit: «Je... Voulez-vous aussi tous partir?», s’adressant aux douze.
E-172 Souvenez-vous, ils ne pouvaient pas expliquer cela, pourtant ils reconnaissaient cela. Ils reconnaissaient que c’était Lui. Ainsi, ils se sont adressĂ©s Ă  Lui. Il les avait influencĂ©s par Ses signes confirmĂ©s de la part de Dieu. Observez. Il a dit: «Voulez-vous aussi partir?», s’adressant aux douze.
E-173 Pierre a rĂ©pondu: «Seigneur, Ă  qui irions-nous? Car nous sommes convaincus...» Eh bien, ce... Regardez, examinez cela. Qu’est-ce? «Nous savons ce que la Parole dit pour aujourd’hui. Nous savons ce que le Messie est censĂ© faire s’Il vient aujourd’hui. Nous avons vu cette Chose de la part de Dieu, y convenir.
E-174 Pierre l’a dit plus tard Ă  la PentecĂŽte. Il a dit: «JĂ©sus de Nazareth, cet Homme Ă  qui Dieu a rendu tĂ©moignage parmi vous par des oeuvres qu’Il Ă©tait censĂ© accomplir, et vous avez pris le Prince de Vie et vous L’avez crucifiĂ©. Et–et Dieu L’a ressuscitĂ©, vous en ĂȘtes tĂ©moins.» Remarquez ici, voyez, il a dit: «OĂč irions-nous.»
E-175 JĂ©sus a dit: «N’est-ce pas Moi qui vous ai choisis, vous les douze? Et l’un de vous est un dĂ©mon.»
E-176 Il n’y en avait que onze lĂ , sur des milliers de milliers de gens; onze se tenaient lĂ . Oh! la la! InfluencĂ©s! AssurĂ©ment.
E-177 Cette petite femme, une fois influencĂ©e, est entrĂ©e en action. Elle devait faire quelque chose Ă  ce sujet. Elle devait en parler Ă  quelqu’un d’autre.
E-178 Et chaque homme vraiment sincùre qui rencontre Christ doit en parler à quelqu’un d’autre.
E-179 Pierre, lorsqu’il L’a pris au Mot ce soir-lĂ  sur la mer, il L’avait vu lĂ , il Ă©tait... ou c’était en ce jour-lĂ . Ils avaient pĂȘchĂ© toute la nuit sans rien attraper. Ils avaient pĂȘchĂ© Ă  la seine de part et d’autre, c’était un moment dĂ©courageant pour un pĂȘcheur. Il avait pĂȘchĂ© Ă  la seine toute la nuit, et il Ă©tait aussi un pĂȘcheur. Son pĂšre Ă©tait un pĂȘcheur. Il avait passĂ© toute sa vie dans ce lac; ses parents et ses grands parents venaient de ce lac-lĂ . Et il connaissait le moment favorable de par la position de la lune et la direction du vent, et tous les signes. Et la pĂȘche Ă©tait son gagne-pain. Il avait donc pĂȘchĂ© toute la nuit sans rien attraper.
E-180 Puis, le lendemain, ils ont appris que ce prophĂšte prĂȘchait lĂ  sur la rive. Et je me reprĂ©sente les petites femmes et d’autres sortir de petites huttes pour aller L’écouter. Des foules trĂšs immenses s’étaient entassĂ©es le long de la rive au point qu’Il a dĂ» emprunter cette barque, la barque de Pierre. Ils Ă©taient allĂ©s pour laver leurs filets, il n’y avait mĂȘme pas un poisson et ils ont jetĂ© les filets en l’air, Ă©tant dĂ©couragĂ©s.
E-181 Et parfois, c’est quand on est dĂ©couragĂ©, si vous observez bien, que JĂ©sus vient. Mais ne soyez pas assez aveugle pour manquer ceci. Voyez? Lorsque vous voyez des choses se passer au monde tel que ça se passe aujourd’hui, n’ayez pas peur. Voyez? N’ayez pas peur. Souvenez-vous simplement–simplement qu’Il a promis de venir auprĂšs de vous.
E-182 Et maintenant, remarquez. Quand Il est venu, Il a parlĂ© Ă  Pierre, disant: «Maintenant, avance en pleine eau, et jette tes filets pour pĂȘcher.»
E-183 Pierre a peut-ĂȘtre dit: «Je n’ai jamais vu ceci se faire auparavant. Je–je ne sais pas. J’ai pĂȘchĂ© toute ma vie ici. Les–les signes... Nous avons pĂȘchĂ© toute la nuit durant dans cette mĂȘme eau, et il n’y avait pourtant rien. Nous n’avons rien attrapĂ©. Mais sur Ta Parole, Seigneur (C’est ça), je jetterai le filet. Ta Parole!»
E-184 Il se peut que vous ayez parcouru chaque hĂŽpital, FrĂšre King. Il se peut qu’on ait dĂ©clarĂ© que vous allez mourir. Il se peut qu’on ait dit, soeur, ceci, cela ou autre chose. Peu m’importe ce qu’ils ont dit. «Sur Ta Parole, Seigneur, je jetterai le filet!»
E-185 Quand il a vu cette Parole ĂȘtre confirmĂ©e, aprĂšs que JĂ©sus lui eut dit quelque chose, il a cru cela. Et il a jetĂ© le filet dans l’eau, lĂ  oĂč il n’y avait point de poisson. Mais puisque Dieu l’a dit, Il Ă©tait capable d’y placer les poissons, de mĂȘme qu’Il avait placĂ© l’eau dans les cieux.
E-186 Il est capable de placer la guĂ©rison dans votre corps, peu m’importe qu’il n’y ait rien lĂ . Vous Lui faites confiance qu’Il ressuscitera cela dans les derniers jours. «Sur Ta Parole, Seigneur, je jetterai le filet.»
E-187 Cela avait tellement influencĂ© ce pĂȘcheur qu’il avait abandonnĂ© la pĂȘche et tout et avait suivi JĂ©sus. Il y eut une influence quand il L’a pris au Mot. Qu’a donc fait JĂ©sus? Eh bien, Pierre a-t-il dit: «Merci, Seigneur, pour un bon tas de poissons?»
JĂ©sus a dit: «Laisse ton filet de cĂŽtĂ©. DĂ©sormais, tu attraperas des hommes.» L’apĂŽtre entra en action.
E-188 Finalement, au bout du chemin, quand on allait Le crucifier, Le tuer, l’apĂŽtre a fui la ville. Et sur la voie de sortie, comme l’histoire nous le raconte, il s’enfuyait pour sauver sa vie, sortant de la ville. Et il a rencontrĂ© JĂ©sus qui revenait. Ce Dernier lui a demandĂ©: «OĂč vas-tu, Simon?» Ou plutĂŽt, Simon Lui a demandĂ©: «OĂč vas-Tu, Seigneur?»
E-189 Il a rĂ©pondu: «Je rentre dans la ville pour ĂȘtre de nouveau crucifiĂ©.»
E-190 Simon a fait demi-tour et y est retournĂ©. Et lorsqu’on l’a attrapĂ©, dit-on, ne... Ils l’ont placĂ© sur la croix. Simon a dit: «Ne me pendez pas comme cela.» Il a dit: «Mettez-moi la tĂȘte en bas, les pieds en haut.»
E-191 Il avait Ă©tĂ© influencĂ© quand il a vu JĂ©sus ressusciter d’entre les morts, influencĂ© pour sa mort; il Ă©tait influencĂ© en tout. Il est entrĂ© en action. La mort ne pouvait mĂȘme pas arrĂȘter cela. La crucifixion ne pouvait pas arrĂȘter cela. Il avait Ă©tĂ© influencĂ© par JĂ©sus.
E-192 On a dit Ă  l’aveugle qui avait Ă©tĂ© guĂ©ri de garder silence, mais il a rĂ©pandu la rĂ©putation de JĂ©sus partout. Les membres de sa famille ont dit: «Eh bien...» Les sacrificateurs ont dit: «Eh bien, si quelqu’un va assister Ă  ces rĂ©veils, il reviendra juste pour retirer ses lettres d’affiliation Ă  l’église; c’est tout.» Le pĂšre et la mĂšre de l’enfant avaient peur de cela. Voyez? Ainsi, ils ont dit...On est venu leur demander: «Comment ce garçon a-t-il recouvrĂ© la vue?»
Ils ont rĂ©pondu: «Il a–il a de l’ñge. Demandez-le-lui.» Ils avaient peur. Mais celui qui avait Ă©tĂ© guĂ©ri Ă©tait influencĂ©. Amen.
E-193 On lui a dit: «Cet Homme est un pĂ©cheur; donne gloire Ă  Dieu. Nous ne savons d’oĂč vient cet Homme. Il n’a pas–il n’a pas de rĂ©fĂ©rences. Nous ne collaborons pas avec Lui. Nous n’avons rien Ă  faire avec Lui. Nous ne savons d’oĂč Il vient. Nous savons que c’est un pĂ©cheur, et–et qu’Il est du diable.»
E-194 Cet homme avait une bonne rĂ©ponse pour eux. Il a dit: «Eh bien, c’est vraiment Ă©trange.» Il a dit: «Eh bien, vous ĂȘtes censĂ©s ĂȘtre les conducteurs du pays. Et cet Homme m’a redonnĂ© la vue. Et cependant, vous ne savez pas d’oĂč Il vient.» Il a dit: «Eh bien, s’Il est un pĂ©cheur, ou pas, je ne peux pas vous le dire. Mais je sais une seule chose, c’est que j’étais aveugle et que maintenant je vois.»
E-195 Il avait Ă©tĂ© influencĂ©. Il lui importait peu de se tenir devant les sacrificateurs ou n’importe quoi; il avait Ă©tĂ© influencĂ©. Ses parents, mĂȘme le miracle accompli sur leur propre fils ne les avait pas influencĂ©s. Mais cela l’a influencĂ©, lui.
E-196 Les gens Ă  la PentecĂŽte, comme je l’ai dit hier soir, avec la police d’assurance de la Vie Eternelle, quand ils sont montĂ©s lĂ  pour tirer leurs... les dividendes LĂ -dessus. Remarquez aprĂšs qu’ils avaient Ă©tĂ© influencĂ©s. Ils Ă©taient devenus saints et rĂ©vĂ©rencieux devant Dieu. Ils s’étaient couvert la face aux choses du monde, et leurs pieds dans l’humilitĂ©. Et quand ils ont senti la puissance de Dieu venir, comme cela avait Ă©tĂ© promis par JoĂ«l, comme cela avait Ă©tĂ© promis par les prophĂštes, comme cela avait Ă©tĂ© promis par JĂ©sus...: «Attendez lĂ  dans la ville de JĂ©rusalem jusqu’à ce que vous soyez revĂȘtus de la puissance d’En haut.» AussitĂŽt que ce Dieu, dans la Personne du Saint-Esprit, est descendu sur eux, ils furent influencĂ©s. Ils ne se souciaient pas du nombre de gens qui se moquaient d’eux. Ils sont sortis dans la rue, titubant comme des gens ivres. Ils Ă©taient influencĂ©s par le Saint-Esprit. Vous pouvez aussi ĂȘtre influencĂ©s. Les gens se sont tenus juste...
E-197 Regardez-le. Pierre n’est pas allĂ© rĂ©citer une espĂšce de credo; il est directement retournĂ© Ă  la Parole et a dit: «Vous tous qui sĂ©journez Ă  JĂ©rusalem, vous qui habitez en JudĂ©e, sachez ceci, et prĂȘtez l’oreille Ă  mes paroles! Ces gens ne sont pas ivres comme vous le supposez, car c’est la troisiĂšme heure du jour. Mais c’est ici ce qui a Ă©tĂ© dit par le prophĂšte JoĂ«l: «Dans les derniers jours, dit Dieu, Je rĂ©pandrai de Mon Esprit sur toute chaire.» Ils Ă©taient influencĂ©s par la Parole vers la Parole. Cela devrait faire la mĂȘme chose sur nous.
E-198 Ils sont entrĂ©s en action, oui, quand Sa promesse Ă©tait accomplie. Lorsqu’ils ont vu ce... JĂ©sus leur a promis qu’Il leur enverrait la promesse du PĂšre (Luc 24.49): «Voici, J’enverrai la promesse de Mon PĂšre sur vous; mais vous, attendez...» Attendre ne veut pas dire prier; cela veut dire juste patienter Attendre veut dire patienter. «Patienter lĂ  dans la ville de JĂ©rusalem jusqu’à ce que vous soyez revĂȘtus de la puissance d’En haut.» Et lorsque cette influence du Saint-Esprit les a frappĂ©s, Cela les a remplis. Ils ont vu la Parole promise par JĂ©sus ĂȘtre accomplie.
E-199 Maintenant, je me demande si cela exercerait la mĂȘme influence sur nous cet aprĂšs-midi. Si nous avons vu ce qu’Il a promis de faire dans les derniers jours ĂȘtre accompli, quel genre d’influence Cela exercerait-il sur nous? Quoi? Tout ce que nous avons vu s’accomplir dans ces derniers jours devrait nous mettre en action. Cela devrait certainement le faire, avec rĂ©vĂ©rence et humilitĂ©.
E-200 Au-delĂ  de toute ombre de doute, c’est ce qui a Ă©tĂ© dit, il y a trente ans, sur la Colonne de Feu que l’appareil photo a photographiĂ©e. Votre appareil photo de Texas a photographiĂ© Cela il n’y a pas longtemps. La recherche scientifique a fait passer cela par toutes sortes de recherche qu’on ne pouvait pas rĂ©aliser par la FBI. Et... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] ... pris Ă  Texas, pour les Texans. Lorsque vous voyez le signe, cela ne peut pas ĂȘtre rĂ©futĂ©. C’est la vĂ©ritĂ©. Mais croirez-vous Ă  la Voix qui suit le signe? Le signe est scientifiquement prouvĂ©. Eh bien, un jour, quand JĂ©sus retournera prendre les gens partout oĂč ils sont, ça se fera aussi connaĂźtre.
E-201 Remarquez. La Colonne de Feu devrait nous mettre en action, alors qu’Elle confirme Sa promesse pour les derniers jours. JĂ©sus a dit: «Je viens de Dieu, et Je retourne Ă  Dieu.» Et c’est ce qu’Il devrait faire dans les derniers jours. Et Le voici, Il est prouvĂ© scientifiquement et spirituellement dans Sa Parole qu’Il vient de Dieu et qu’Il demeure toujours le mĂȘme. Il est toujours Dieu, concernant la promesse pour les derniers jours. Elle devrait nous mettre en action.
E-202 Les signes de la Venue sont proches. JĂ©sus a dit que ce qui arriva du temps de Sodome, juste avant que le monde soit brĂ»lĂ©, le monde des Gentils, se rĂ©pĂ©tera. Cela devrait nous influencer et nous mettre aussi en action. Quand nous voyons la Parole qu’Il a promise ĂȘtre accomplie, cela devrait nous mettre en action.
E-203 Nous, comme le prophĂšte, nous avons vu la finalitĂ© des dĂ©nominations prĂ©tentieuses, elles ont perdu leur position. J’aimerais que cela pĂ©nĂštre trĂšs profondĂ©ment, car je pourrais ne plus vous parler de nouveau. Mais hommes et femmes, puissĂ©-je dire ceci, et vous parler librement cet aprĂšs-midi au Nom de JĂ©sus-Christ. Des hommes bien pensants, des hommes qui ne sont pas orgueilleux, qui sont tellement Ă©loignĂ©s de Dieu par les traditions que... Ils ont vu l’Eglise pentecĂŽtiste; vous avez vu les baptistes, les mĂ©thodistes et les presbytĂ©riens; vous avez vu l’Eglise catholique perdre sa position en Dieu, cesser de s’accrocher Ă  la Parole en acceptant les credos.
E-204 Je–j’étais interviewĂ© par un prĂȘtre il n’y a pas longtemps, il m’a parlĂ©, disant: «Eh bien, je...» Il m’a questionnĂ© au sujet d’une certaine chose, et de ces choses. Il a dit: «Eh bien, l’Eglise catholique avait l’habitude de pratiquer cela.»
E-205 J’ai demandĂ©: «Quand? L’Eglise catholique n’était pas organisĂ©e trois cents ans durant aprĂšs la mort du dernier apĂŽtre.»Il a dit–il a dit: «Vous essayez de juger votre affaire par une Bible.»
J’ai dit: «C’est la Parole.»
Il a dit: «Dieu est dans Son église.»
E-206 J’ai dit: «Dieu est dans Sa Parole. Tout le reste est un mensonge, et Sa Parole est la VĂ©ritĂ©.»
E-207 Et il a dit: «Eh bien, c’est juste un Livre Ă©crit par les catholiques primitifs.»
E-208 J’ai dit: «Alors, je suis un catholique primitif. Je crois Ă  la lettre ce qui Y est Ă©crit.» Je ne... J’ai dit alors...
Il a dit: «Eh bien, voyez, nous sommes aujourd’hui une grande Ă©glise.»
E-209 J’ai dit: «OĂč donc avez-vous failli? Que s’est-il passĂ©? Si l’église primitive chassait les dĂ©mons et prouvait que JĂ©sus est vivant sur la terre, par des prodiges et des miracles spirituels, et vous voilĂ  avec des milliers d’intercesseurs et toutes espĂšces de femmes mortes et d’hommes morts et tout, dont vous faites des intercesseurs. Dans la Bible, le premier pape avait dĂ©clarĂ© qu’il n’y a pas d’autre mĂ©diateur entre Dieu et les hommes si ce n’est l’Homme Christ JĂ©sus.’»
E-210 Vous avez cessĂ© de vous accrocher Ă  la Parole en acceptant les credos et les prĂ©tentions par l’incitation des hommes. Nous les avons vus cesser de s’accrocher au grand Saint-Esprit. Nous avons vu les pentecĂŽtistes faire la mĂȘme chose. Et vous voyez cela. DĂšs qu’ils s’organisent, ils meurent. Il n’y a pas de chemin de retour. Il n’y en a jamais eu et il n’y en aura jamais. Dieu est contre la chose. C’est vraiment un pĂ©chĂ©... Il a dit, pour les derniers jours, Il a dit: «Sortez du milieu d’elle, Mon peuple, afin que vous ne touchiez pas Ă  leurs impuretĂ©s, et Je vous recevrai.»
E-211 Comme Ozias, qu’essayait-il de faire? Il essayait d’occuper la position d’un office oint, l’office oint de Dieu. Ozias essayait d’usurper cette autoritĂ© parce qu’il Ă©tait un grand homme.
E-212 Nous avons vu ces organisations prĂ©tentieuses exclure tout ce qui est Dieu, et essayer d’exercer l’office de l’Eglise, de l’Eglise ointe. Et par des credos, nous voyons qu’elles sont mortes dans l’incrĂ©dulitĂ© et qu’elles ne se relĂšveront jamais. Elles mourront dans le camp des lĂ©preux avec les autres.
E-213 Voyez-vous lĂ ? Les hommes, les hommes raisonnables, les croyants de la Bible, comprennent cela. Si vous ĂȘtes nĂ© de Dieu, vous comprendrez cela. Dieu identifie trĂšs clairement la chose pour vous influencer. Comme nous l’avons prĂȘchĂ© toute la semaine, et tout, ce que cela doit faire, c’est attirer l’attention. Cela vous influence de voir oĂč ils sont partis et ce qui leur est arrivĂ©, Ă  chacun d’eux.
E-214 S’ils s’organisent, cela fera la mĂȘme chose. Mais il n’y en aura plus. Non, ils... c’est fini maintenant. C’est trop tard maintenant.
E-215 Ils lñchent prise en acceptant des credos et des doctrines faites de mains d’hommes. Ils ont peur de venir et de soutenir Cela. Voyez-vous?
E-216 C’est comme Ozias qui cherchait Ă  usurper la position d’un office oint parce qu’il Ă©tait devenu un grand homme, un grand monsieur. Et il n’y a pas de grands hommes parmi le peuple de Dieu; nous sommes tous des enfants de Dieu. Dieu confie Ă  l’un de nous quelque chose Ă  faire, et Ă  un autre, autre chose. Cela ne fait pas de nous plus que quelqu’un d’autre; cela fait que Dieu exige plus de vous, c’est tout.
E-217 Maintenant, les effets d’une telle vision... Puis, nous allons terminer pour commencer Ă  prier pour les malades dans quelques instants. Maintenant, les effets d’une telle vision, quels Ă©taient les effets sur ce prophĂšte? Je me pose la mĂȘme question au sujet d’un prĂ©dicateur, je me pose cette question au sujet d’un Ă©vangĂ©liste, ou d’un pasteur. Observez ce qu’une vision de ce genre a fait et ce qu’EsaĂŻe a vu, ce qui Ă©tait arrivĂ© Ă  cet Ozias prĂ©tentieux. Et puis... Bien qu’il fĂ»t un grand homme honorĂ© par Dieu, la grande chose, il a vu cela mourir. Quels effets cela a dĂ» avoir sur le prophĂšte?
E-218 Voici ce que cela a fait. Cela l’a amenĂ© Ă  confesser qu’il Ă©tait un pĂ©cheur associĂ© aux pĂ©cheurs. Il a confessĂ©, disant: «Je suis un homme dont les lĂšvres sont impures, et je vis au milieu d’un peuple dont les lĂšvres sont impures.» Cela a fait de lui un–un prophĂšte, pas un prĂ©dicateur. Un prophĂšte a confessĂ© qu’il Ă©tait un pĂ©cheur, car il s’était associĂ© aux pĂ©cheurs.
E-219 Alors quoi? AprĂšs la confession de ses pĂ©chĂ©s, alors vient la purification. Oh! Vous ne pouvez pas ĂȘtre purifiĂ©s de votre pĂ©chĂ© avant de le confesser et de le reconnaĂźtre. Ensuite est venue la purification aussitĂŽt qu’il a dit: «Malheur Ă  moi, car mes yeux ont vu la manifestation d’un Grand Dieu. Les anges, ceux qui brĂ»lent l’holocauste, ceux qui offrent le sacrifice sont ici; et Ă  leurs voix, les poteaux sont Ă©branlĂ©s dans leur fondement. Et les voici ici dans cette vision, volant de part et d’autre.» Il a vu quelque chose de rĂ©el; il y avait une vision. Il a dit: «Je suis un homme dont les lĂšvres sont impures, et je vis au milieu d’un peuple impur.» Il a dit... Il a implorĂ© la misĂ©ricorde et il s’est reconnu pĂ©cheur.
E-220 Qu’est-ce qui est arrivĂ© aprĂšs? Un des chĂ©rubins est allĂ© Ă  l’autel, a pris des pincettes, a portĂ© une pierre ardente et l’a tenue en main. Il n’a donc pas portĂ© avec une pincette, il a pris les pierres, il a placĂ© cela dans sa main, il est venu poser cela sur les lĂšvres du prophĂšte, disant: «Ton iniquitĂ©...» L’iniquitĂ©, qu’est-ce que l’iniquitĂ©?
E-221 L’iniquitĂ©, c’est quelque chose que vous reconnaissez ĂȘtre faux, et auquel vous tenez. Lorsque vous savez que vos credos sont faux et que vous vous y accrochez, c’est ça l’iniquitĂ©.
E-222 Mais aprĂšs avoir confessĂ© qu’il Ă©tait en erreur, il y avait lĂ  une puissance de purification. Il a reçu une pierre ardente. Avez-vous remarquĂ© comment Dieu...?
E-223 Nous voyons comment Dieu remet Son serviteur Ă  l’ordre et avec quoi Il l’a prĂ©parĂ©, comment il pouvait ĂȘtre humble, rĂ©vĂ©rencieux et entrer en action.
E-224 Observez. Quand Il a purifiĂ© le serviteur, il ne l’a point fait par un sĂ©minaire. Il ne l’a point fait par un tas de livres. Nous dĂ©couvrons ici que Dieu a purifiĂ© Ses serviteurs par le feu. Une pierre ardente a touchĂ© le prophĂšte et a purifiĂ© ses lĂšvres. Dieu purifie Ses serviteurs par Son saint Feu, pas par des livres, ni par l’instruction, ni par la thĂ©ologie, Il a purifiĂ© Son serviteur par le feu.
E-225 Puis, aussitĂŽt qu’il avait confessĂ© et qu’il Ă©tait purifiĂ©, la commission avait donc suivi. D’abord, il a dĂ» confesser; ensuite, il a dĂ» ĂȘtre purifiĂ©, et alors, il y a eu la commission. Ce fut alors qu’EsaĂŻe purifiĂ© s’est Ă©criĂ©... lorsqu’il a entendu la Voix de Dieu demander: «Qui marchera pour nous?»
E-226 Retournons Ă  l’histoire, vous lirez cela une fois rentrĂ©s chez vous, ce qui est arrivĂ© Ă  IsraĂ«l. Il en Ă©tait arrivĂ© au point oĂč nous sommes. Ils avaient appelĂ©... Tous leurs sacrifices et autres Ă©taient devenus pour eux une tradition. Il n’y avait point de sincĂ©ritĂ©. Ils n’honoraient pas la Parole de Dieu. Ce fut alors que Dieu suscita EsaĂŻe pour leur dire que leurs sacrifices Ă©taient une puanteur Ă  Ses narines. Il n’en voulait pas. Pour Dieu, c’était un blasphĂšme et Il ne voulait plus avoir Ă  faire avec cela. Et aprĂšs... Cet EsaĂŻe a Ă©tĂ© purifiĂ© et il Ă©tait alors prĂȘt Ă  aller prĂȘcher l’Evangile.
E-227 Et la Voix de Dieu a dit: «Maintenant, il y a un besoin. Il faut que ces choses soient annoncĂ©es.» Et une Voix a demandĂ© Ă  l’autre, (les anges qui volaient) disant: «Qui marchera pour nous?»
E-228 Avec un coeur pur, alors Esaïe purifié, qui a confessé, purifié et commissionné, la vision... il a dit: «Me voici, Seigneur, envoie-moi. Envoie-moi. Me voici, envoie-moi.»
E-229 Ô Dieu, envoie de nouveau Tes saints anges aujourd’hui. Trouve Ton EsaĂŻe quelque part. C’est ma priĂšre. Je–je ne suis pas... je dĂ©clare simplement cela, car je sais qu’Il est ici. Quand la pierre ardente toucha le prophĂšte,
Le rendant aussi pur que possible,
Quand la Voix de Dieu demanda:
«Qui marchera pour nous?»
Alors il répondit:
«Maßtre, me voici. Envoie-moi.»
E-230 Il n’avait alors pas peur avec la Parole. Il Ă©tait un prophĂšte; la Parole avait pu venir Ă  lui. Il Ă©tait... Toute son incrĂ©dulitĂ© et ses traditions avaient disparu. Il pouvait se tenir devant cet Ăąge de tradition et leur dire: «Vos sacrifices sont une puanteur aux narines de Dieu. Et le Dieu mĂȘme que vous prĂ©tendez servir vous dĂ©truira.» C’est ce qu’il a dĂ©clarĂ©. «Le Dieu que vous prĂ©tendez servir vous dĂ©truira.» Et Il l’a fait.
Ils ont dit: «Un signe!»
Il a dit: «Je vous donnerai un super signe: une vierge concevra.»
E-231 Esaïe a écrit soixante-six chapitres dans son Livre, et il y a soixante-six Livres dans la Bible. Il commence par le commencement de la création et termine par le Millénium, exactement comme se présente la Bible entiÚre.
E-232 Ce grand prophĂšte de Dieu qui Ă©tait disposĂ© Ă  confesser que toutes leurs traditions Ă©taient fausses, s’est agenouillĂ© lĂ , s’est fait purifier et alors, la Parole de Dieu pouvait venir Ă  lui. Alors, il a dit: «Je suis prĂȘt Ă  aller, Seigneur. Je suis prĂȘt. Je dirai ce que Tu me diras de dire. Je dirai ce que Tu me diras.» Il Ă©tait prĂȘt Ă  partir.
E-233 Ô Dieu, envoie encore les anges cet aprùs-midi, le Saint-Esprit et le feu, et purifie les coeurs de mes frùres partout. Qu’ils exercent une influence telle que les autres verront et aimeraient aussi suivre.
E-234 Inclinons la tĂȘte. Doucement:
Quand la pierre ardente toucha le prophĂšte,
Le rendant aussi pur, aussi pur que possible,
Quand la Voix de Dieu demanda:
«Qui marchera pour nous?»
Alors il répondit: «Maßtre, envoie-moi.»
Tous ensemble, doucement maintenant:
Parle, mon Seigneur; parle, mon Seigneur,
Parle, et je Te répondrai;
Parle, mon Seigneur; parle, mon Seigneur,
Parle, et je répondrai: Seigneur, envoie-moi.
Aujourd’hui, des millions meurent dans le pĂ©chĂ© et la honte;
Ecoutez leur cri triste et amer;
HĂątez-vous, frĂšre, Ă  leur secours.
Répondez vite: «Maßtre, me voici.»
Parle, mon Seigneur; parle, mon Seigneur,
Parle, et je Te répondrai vite;
Parle, mon Seigneur; parle, mon Seigneur,
Parle, et je répondrai: «Seigneur, envoie-moi.»
E-235 Fredonnons cela doucement. [Frùre Branham se met à fredonner Parle, mon Seigneur.–N.D.E.] Descendons au temple maintenant.
Ecoutez leur cri triste et amer,
(Oh! FrĂšre, venez avec moi, ne le voulez-vous pas? )
HĂątez-vous, frĂšre, hĂątez-vous Ă  leur secours;
(Ils ne savent pas de quelle dĂ©nomination ils sont membres, ni rien d’autre)
Répondez vite: «Maßtre, me voici.»
Parle, mon Seigneur; parle, mon Seigneur, (EsaĂŻe, ĂȘtes-vous ici? )
... et je Te répondrai vite;
Parle, mon Seigneur; parle, mon Seigneur,
Parle, et je répondrai: «Seigneur, envoie-moi.»
E-236 Je me demande, avec vos tĂȘtes inclinĂ©es et vos coeurs aussi, EsaĂŻe, oĂč ĂȘtes-vous? Voudriez-vous lever la main pour dire: «Seigneur, me voici, envoie-moi. Je suis prĂȘt»? Que Dieu vous bĂ©nisse. «C’est ce que cela veut rĂ©ellement dire maintenant.» Quatre-vingt-dix pour cent de l’auditoire.
...Parle, mon Seigneur;
Parle, et je répondrai: «Seigneur, envoie-moi.»
E-237 Regardez, vous les prĂ©dicateurs qui avez levĂ© la main, regardez nos femmes, nos soeurs: quelle disgrĂące! [FrĂšre Branham Ă©met un son dĂ©sapprobateur.–N.D.E.] Regardez nos hommes: ils pensent plus Ă  une organisation qu’à la Parole de Dieu. JĂ©sus-Christ se rĂ©vĂšle au milieu d’eux, et c’est exactement l’Ecriture trĂšs clairement rendue manifeste, et pourtant ils s’y accrocheront bien. Ô frĂšre!
E-238 Quelqu’un dira: «Eh bien, je n’aurais rien. Je–je... ce qu’ils... Je n’aurais nulle part oĂč aller.»
E-239 FrĂšre, s’il me faut manger des biscuits secs et boire de l’eau du robinet, je resterai Ă  cĂŽtĂ© de mon Seigneur. Il est ma vie. Il est mon pain. Pensez-vous que je ferais ceci pour ĂȘtre particulier? Je fais ceci parce que je L’aime, car c’est ma commission: Me ranger de Son cĂŽtĂ©, avec Lui, avec cette Parole.
Oh! Parle, et je répondrai: «Seigneur, envoie-moi.»
E-240 PĂšre cĂ©leste, pendant que la musique joue doucement, que chaque personne qui est dans la PrĂ©sence divine, Seigneur, voie que celui-ci est le temps de l’appel. C’est un–c’est un temps de sĂ©paration, oĂč la balle et–et le blĂ© doivent se sĂ©parer. MĂȘme si le–le blĂ© Ă©tait enveloppĂ© dans la balle, mais maintenant, c’est le temps de l’appel Ă  sortir. C’est un autre exode.
E-241 Je prie, ĂŽ Dieu, comme la grande LumiĂšre du Fils a fait mĂ»rir le grain Ă  chaque Ă©tape de sa Vie, depuis le temps oĂč... Comme au Canada maintenant, alors que le blĂ© est en train de pousser, ce soleil ardent de juillet le tuerait tout de suite. Mais il doit mĂ»rir selon que la nature fait briller le soleil dessus. Ainsi, s’il y a un Fils brĂ»lant sur la doctrine de Luther, de Wesley et des autres, cela les dessĂ©chera complĂštement. Pourtant, cela doit faire mĂ»rir le blĂ©. Ce dernier doit mĂ»rir, Seigneur, au fur et Ă  mesure qu’il monte.
E-242 Mais, souvenez-vous, toutes les branches Ă©taient Ă©mondĂ©es, et l’Arbre-Epouse sortira droit du centre. «Je restaurerai toutes les annĂ©es qu’ont dĂ©vorĂ©es le gazam, le hasil (c’est le mĂȘme insecte, seulement Ă  des Ă©tapes diffĂ©rentes).» «Je restaurerai cela», dit le Seigneur. Tu le feras, Seigneur. Tu l’as promis. Je Te prie de le faire dans chaque coeur cet aprĂšs-midi.
E-243 Ils sont Tiens, Seigneur. Je Te les confie maintenant. Et il se peut que je ne les revoie pas. Si je revenais dans une annĂ©e, il y en a beaucoup qui sont assis ici, si je reste en vie, qui ne seront plus lĂ . Sans doute, dans une foule de cette importance, la prochaine fois que je les rencontrerai, ça sera au Jugement. Accorde-leur de comprendre, Seigneur. Que leurs yeux s’ouvrent s’il y a... et voient.
E-244 Tous ceux qui suivent sur la bande, Seigneur, qui ont Ă©coutĂ© la Voix en ce moment (dans diverses langues, mĂȘme celles traduites), puissent-ils comprendre. Beaucoup d’hommes et de femmes dans de petites maisons, lĂ , dans les jungles d’Afrique, munis de ces petits appareils avec des Ă©couteurs placĂ©s aux oreilles, puissent-ils entendre, Seigneur, entendre. Accorde-le.
Le missionnaire avait raison de dire cela, mais ceci est un plus grand tĂ©moignage que ce qu’il avait. Il est prĂȘt maintenant. PĂšre. Ecoute-nous, nous Te confions tout cela, au Nom de JĂ©sus-Christ, Ton Fils, et pour l’appel de Son Epouse. Amen.
E-245 Maintenant, mon frĂšre, ma soeur, nous allons prier pour les malades, chacun de vous qui avez levĂ© la main. Je–je ne pourrais pas accorder cela. Si je pouvais vous accorder cela, je le ferais. Certainement. Je descendrais droit lĂ  et dirais: «Tenez, en voulez-vous? Je–j’aurai cela.» Ce n’est pas Ă  moi de l’accorder. Cela relĂšve de Dieu, et Dieu vous l’accordera si votre coeur est affamĂ©.
E-246 Avant qu’une profondeur appelle, il doit y avoir une profondeur pour rĂ©pondre Ă  cet appel. Avant qu’il y ait une crĂ©ation, il doit y avoir un CrĂ©ateur pour crĂ©er cette crĂ©ation.
E-247 Vous savez qu’il y a lĂ  quelque chose que vous cherchez. Il doit y avoir lĂ  quelque chose pour rĂ©pondre Ă  cet appel. Ne voudriez-vous pas recevoir cela maintenant? Ne laissez pas cela s’éteindre. S’il vous plaĂźt, ne le faites pas. Si jamais je ne vous revois plus de ce cĂŽtĂ© du Jugement, ma priĂšre est que je vous revoie lĂ -bas, lavĂ©s et prĂȘts.
E-248 Maintenant, le Dieu d’Abraham, d’Isaac, et de Jacob, qui est apparu sur la terre sous la forme d’un Homme, le Fils de Dieu, JĂ©sus-Christ, qui a souffert sous Ponce Pilate, qui a Ă©tĂ© crucifiĂ©, enseveli, qui est ressuscitĂ© le troisiĂšme jour, et qui est montĂ© au Ciel, oĂč Il est assis maintenant Ă  la droite de la MajestĂ© divine, qui a renvoyĂ© l’Esprit qui Ă©tait sur Lui, appelĂ© le Saint-Esprit, ĂŽ Dieu, sur... afin de revenir sur l’humanitĂ©, pour communier, pour continuer le ministĂšre qui continue dans ce glorieux Corps du Christ... Ce ministĂšre est censĂ© venir une fois que la pyramide a pris forme, comme cela. La Pierre de faĂźte n’avait jamais Ă©tĂ© posĂ©e dessus. Pourquoi? Elle a Ă©tĂ© rejetĂ©e.
E-249 Eh bien, depuis le bas, l’Eglise est constamment en train de devenir une minoritĂ©, Elle monte maintenant jusqu’à ce que tous les Ăąges de l’Eglise arrivent Ă  la fin. Elle doit ĂȘtre affĂ»tĂ©e. Cette Pierre doit correspondre parfaitement. Le ministĂšre qui Ă©tait en JĂ©sus-Christ doit ĂȘtre dans Son Eglise pour accomplir la Venue de Christ pour l’Eglise, pour amener chaque Ăąge Ă  L’amener... Ă  manifester cela.
E-250 C’est comme le blĂ©. Le blĂ© doit directement revenir, alors qu’il commence Ă  mĂ»rir, partant du grain qui avait pourri, qui Ă©tait mort, qui a poussĂ©, qui a continuĂ© Ă  pousser du brin d’herbe en quelque chose d’autre. Vous ne pouvez pas redevenir l’herbe. Ne redevenez pas l’herbe; ne redevenez pas ceci; ne redevenez pas une gerbe. Continuez jusqu’à devenir du blĂ©. Et le blĂ© doit ĂȘtre le mĂȘme genre de blĂ© qui avait Ă©tĂ© enterrĂ© aprĂšs sa mort.
JĂ©sus est ressuscitĂ© d’entre les morts. Il a maintenant atteint la maturitĂ©. Il a atteint la maturitĂ© dans Son Eglise par la justification, la sanctification, le baptĂȘme du Saint-Esprit, par ces rĂ©formateurs de l’époque primitive. Maintenant, Il est ici sur terre aujourd’hui dans Son peuple. Croyez en Lui. Il est ici.
E-251 Juste afin que vous Le voyiez (s’il y a des Ă©trangers), que le Dieu du Ciel honore ce que j’ai dit Ă  Son sujet.
Eh bien, j’aimerais que vous qui ĂȘtes dans l’auditoire, s’il vous plaĂźt, que plus personne ne sorte. TĂ©moignez du respect au Dieu du Ciel en restant assis juste un instant. Maintenant, ne vous dĂ©placez pas. Que tout celui ici qui est malade ou dans le besoin lĂšve la main. Ou soyez... TrĂšs bien. Merci. Maintenant, je ne connais pas...
E-252 Je connais frĂšre King, qui est assis juste ici. Je viens de l’identifier il y a juste quelques minutes. J’en suis sĂ»r. Je pense que c’est bien lui, c’est frĂšre King qui est assis lĂ . Il a parrainĂ© mes derniĂšres rĂ©unions ici. FrĂšre King, je n’arrive pas Ă  dire ce que je veux dire, mais vous savez que je sais ce que je veux dire. Vous en avez bavĂ©, mon petit frĂšre. Que Dieu soit misĂ©ricordieux envers vous.
E-253 Les autres, je ne les connais pas. Je vois encore Pat Tyler assis ici. Je pense que c’est le seul homme dans le bñtiment, ou c’est la seule femme, tout ce que je connais, tous. Est-ce Pat Tyler, l’homme assis ici?
E-254 Croyez maintenant. Si je suis le serviteur de Dieu, et si Dieu est ici, et que je confirmais que Sa Parole est la Vérité, alors, que le Dieu du Ciel qui a ressuscité Son Fils, Jésus-Christ, qui a fait ces promesses, vous confirme que je vous ai dit la vérité.
E-255 Comment le fera-t-Il? Pas en venant avec une robe sur Lui, portant une barbe; mais par Sa Vie: «Je suis le Cep; vous ĂȘtes les sarments.» La Vie qui est dans le Cep est dans le sarment. «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.» C’est ce qu’Il a promis en ce jour, lorsqu’une autre branche sort. Nous avons beaucoup de branches greffĂ©es ici. Bien sĂ»r qu’elles porteront des fruits, mais pas ce genre de fruit. Non, non.
E-256 Il n’y a pas longtemps, j’ai vu Ă  Phoenix un arbre qui portait environ huit ou neuf divers fruits. Il appartient Ă  frĂšre John Sharrit. J’ai dit: «Quel genre d’arbre est-ce?» Il a rĂ©pondu: «C’est un oranger, FrĂšre Branham.»
E-257 «Eh bien, ai-je dit, il y a des citrons, des pamplemousses, des tangelos et des mandarines.»
E-258 Il a dit: «Oui, ce sont tous des agrumes.» Il a dit: «Je les ai greffées là dedans.»
E-259 «Oh! ai-je dit, je vois. Eh bien, l’annĂ©e prochaine, ils seront tous des oranges?»
E-260 Il a dit: «Oh! Non. Non. Non. L’annĂ©e prochaine, la–la branche de citrons portera des citrons. La–la branche de pamplemousses portera des pamplemousses.»
E-261 J’ai dit: «De cette mĂȘme vigne? De cette mĂȘme... De–d’un oranger?»
E-262 Il a dit: «Oui. Ce sont tous des agrumes, FrÚre Branham. Ils vivent de la vie des agrumes.»
E-263 Alors, j’ai senti les larmes me couler sur les joues. J’ai dit: «Seigneur JĂ©sus, je sais ce que Tu veux dire lĂ .» Ça y est. Ces dĂ©nominations se sont greffĂ©es elles-mĂȘmes, mais elles portent des fruits dĂ©nominationnels.
E-264 Ecoutez. Si jamais cette vĂ©ritable branche fait sortir... une vĂ©ritable Vigne fait sortir une autre branche, ce sera l’original. Croyez cela.
E-265 [Une soeur se met à parler en langues.] sh–sh–sh–sh–sh! [Elle continue, puis termine. Un frùre interprùte.–N.D.E.] Merci, Seigneur. Oh! C’est ce qu’Il a promis!
E-266 Eh bien, que tout le monde soit vraiment respectueux. Je vais juste me tenir ici et implorer le Seigneur JĂ©sus.
E-267 Ceci est un don. Un don, c’est quoi? C’est la capacitĂ© de me dĂ©faire de mes propres pensĂ©es. La capacitĂ© de me dĂ©faire de ma propre vie, ma–ma vie naturelle, mon Ăąme. C’est-Ă -dire William Branham. Si je peux le mettre hors du chemin, Dieu pourra utiliser l’esprit, le corps pour parler.
E-268 Que le Saint-Esprit vienne maintenant, Seigneur, afin que les ĂȘtres humains comprennent que le Saint-Esprit identifiĂ© est ici. Un don pour se mettre hors du chemin. Que tout le monde soit respectueux. Tenez-vous tranquille.
E-269 Il y a juste un homme assis ici. J’aimerais que vous releviez tous la tĂȘte et que vous regardiez juste un instant. Pouvez-vous voir cette LumiĂšre ici sur cet homme? Une LumiĂšre, une LumiĂšre ambre, brĂ»lant, tournoyant. Combien en ont dĂ©jĂ  vu la Photo? Elle a Ă©tĂ© prise ici Ă  Houston. Vous voyez? Elle est Ă  Washington D.C., elle est partout dans le monde. C’est le seul Etre surnaturel qui ait jamais Ă©tĂ© photographiĂ© dans le monde entier. Le voici juste ici maintenant.
E-270 Je prends chaque esprit ici sous mon contrĂŽle, au Nom de JĂ©sus-Christ.
E-271 Cet homme souffre d’une maladie de glande dans sa gorge. Je ne le connais pas, je ne l’ai jamais vu de ma vie, mais c’est la vĂ©ritĂ©. N’est-ce pas vrai, monsieur? Croyez-vous maintenant? L’homme assis lĂ  derriĂšre, croyez-vous que Dieu me rĂ©vĂ©lera ce qui vous concerne? Vous ĂȘtes monsieur Hall. C’est ça votre nom, n’est-ce pas? TrĂšs bien, monsieur. Elle est au-dessus de vous maintenant. Votre foi vous guĂ©rit.
E-272 Je peux appeler une ligne de priĂšre, les faire monter ici Ă  l’estrade. Ça ne sert Ă  rien. Prenons l’une de ces rangĂ©es quelque part ici. Tenez, commençons juste ici. Voici une petite fille assise ici. Regarde dans cette direction, chĂ©rie. Il se peut que tu ne sois pas malade, je ne sais pas. Mais disons donc qu’au lieu de faire monter une ligne de priĂšre ici, tenons-la en bas.
E-273 Regarde ici, chĂ©rie. Regarde frĂšre Branham. Quand JĂ©sus Ă©tait ici sur la terre... Oui, elle est malade. Elle est sĂ©rieusement malade, cette enfant. Oui, oui. Si JĂ©sus Ă©tait ici, Il pourrait te dire ce qu’est ta maladie, n’est-ce pas? Crois-tu que JĂ©sus a envoyĂ© frĂšre Branham pour le faire? Si je te dis ce qu’est ta maladie, croiras-tu qu’Il te guĂ©rira? Cette petite enfant souffre du diabĂšte de sucre. Il n’y a aucun moyen au monde pour elle d’ĂȘtre guĂ©rie en dehors de Dieu. Crois-tu, chĂ©rie?
E-274 Eh bien, la dame assise Ă  cĂŽtĂ©, qui a levĂ© la main, c’est la mĂšre de l’enfant. C’est vrai. Imposez-lui les mains, soeur. Croyez donc. Dieu vous a ramenĂ© cette enfant. Que le Seigneur accorde sa guĂ©rison.
E-275 Cette autre dame assise Ă  cĂŽtĂ© de cette maman lĂ . Regardez-moi, madame. Croyez-vous que je suis Son serviteur, le serviteur de Dieu? Si Dieu me rĂ©vĂšle quelque chose dans votre vie, ou ce dont vous avez besoin, si vous ĂȘtes malade ou non, ou quoi que ce soit, si Dieu me rĂ©vĂšle votre dĂ©sir, croirez-vous? Ou quelque chose comme cela, je ne sais pas ce qu’Il fera. Croiriez-vous cela? Reconnaissez que ça doit ĂȘtre JĂ©sus-christ.
E-276 Vous ĂȘtes trĂšs loin de moi. Vous ne pourriez pas me toucher s’il le fallait; en effet, si vous me touchiez, ça devrait ĂȘtre sur le plan physique. Il vous faut toucher l’Esprit. L’Esprit est Christ. La Bible dit qu’Il est maintenant le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par les sentiments de nos infirmitĂ©s.
E-277 Vous souffrez aussi. Croyez-vous que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler ce qu’est votre maladie? Vous souffrez du mal de dos et de la tension. Et vous–vous souffrez de l’hypertension, et vous souffrez du coeur. C’est tout Ă  fait juste. Si c’est vrai, levez la main. C’est vrai, croyez-vous maintenant?
E-278 Qu’en est-il de vous avec le bras autour d’elle lĂ -bas? La dame qui est dans cette direction; regardez ici. Vous... Je vous suis inconnu. Croyez-vous que je suis Son serviteur? Croyez-vous que ce que j’ai dit est la VĂ©ritĂ©, que je vous ai dit la VĂ©ritĂ©? Croyez-vous que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler votre problĂšme? Quoi que–quoi que ce soit, croyez-vous qu’Il peut me le rĂ©vĂ©ler? Ce n’est pas vraiment quelque chose pour lequel vous avez besoin de priĂšre. Vous avez une carte de priĂšre, je la vois dans votre main. Vous ĂȘtes la premiĂšre personne Ă  dĂ©tenir une carte de priĂšre. Croyez-vous que Dieu peut me dire ce pour quoi vous avez la carte de priĂšre? C’est pour votre mari. Croyez-vous que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler la maladie de votre mari? Si Dieu ne le touche pas, il va mourir. [La soeur dit: «C’est vrai.–N.D.E.] Il souffre du cancer, et il a une affection pulmonaire. C’est vrai, n’est-ce pas? [«C’est vrai»] Oui. Levez la main si c’est vrai. Si vous croyez, les autres croiront qu’il peut ĂȘtre guĂ©ri.
E-279 Cet homme assis Ă  cĂŽtĂ© de vous, monsieur, croyez-vous que je suis Son serviteur? Si Dieu peut me rĂ©vĂ©ler votre maladie, croirez-vous alors de tout votre coeur? Vous souffrez du coeur. C’est vrai. Si c’est vrai, levez la main. Oui, oui. TrĂšs bien.
E-280 La dame qui vient de secouer la tĂȘte, elle-mĂȘme comme cela, celle qui est assise Ă  cĂŽtĂ© de vous, croyez-vous que Dieu peut me dire ce qui est dans votre coeur, ou quelque chose que vous dĂ©sirez dans votre coeur, ou quelque chose comme cela, ou quelque chose que vous rĂ©clamez pour quelqu’un d’autre? Croyez-vous que Dieu peut me le rĂ©vĂ©ler pendant que l’onction est ici et que nous pouvons voir Cela et voir que Ça doit ĂȘtre quelque chose de rĂ©el? Cela rĂ©vĂšle les secrets du coeur, dĂ©clarant quoi, juste comme JĂ©sus avait dit Ă  la femme au puits. Eh bien, vous souffrez aussi. Vous–vous souffrez de dos. La vĂŽtre, c’est le dos. Levez la main si c’est vrai. Oui, oui.
E-281 Maintenant, la dame assise Ă  cĂŽtĂ© d’elle, celle qui pleure, elle a un porte-monnaie en poche, celle en robe bleue, aux cheveux noirs, elle est corpulente. Regardez-moi. Croyez-vous que je suis le serviteur de Dieu? Regardez ici. Voyez, vous ĂȘtes dans la rangĂ©e de devant. Je peux vous contacter facilement avec l’aide de Dieu. Croyez-vous que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler votre maladie, comme si vous Ă©tiez dans la ligne de priĂšre? Croyez-vous que, d’ici, c’est possible? Croyez-vous? Vous souffrez de l’hypertension. Si c’est vrai, levez la main. TrĂšs bien. Si vous croyez, vous pourrez ĂȘtre guĂ©rie.
E-282 La dame assise Ă  cĂŽtĂ© d’elle, que pensez-vous, soeur? Regardez vers moi, dans cette direction. Croyez-vous que je suis le prophĂšte de Dieu, ou Son serviteur? Le croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que Dieu peut me dĂ©crire, comme pour la femme au puits lorsque JĂ©sus et la femme s’étaient rencontrĂ©s, qu’Il peut me rĂ©vĂ©ler votre problĂšme? Croyez-vous? Cela vous aiderait-il, cela vous aiderait-il Ă  croire? Regardez. Oh! vous avez un problĂšme sĂ©rieux. Il s’agit d’un fils, un garçon. Oui–oui. Et ce garçon souffre de nerfs. Il est Ă  la maison. C’est vrai. Si c’est vrai, levez la main. Croyez de tout votre coeur, le garçon se rĂ©tablira. Croyez.
E-283 La dame suivante, lĂ . Croyez-vous, soeur, de tout votre coeur? Croyez-vous que je suis Son prophĂšte, Son serviteur? Croyez-vous que c’est JĂ©sus-Christ, juste par un don que...
E-284 La prophĂ©tie est un don. Vous savez, un don de Dieu est ordonnĂ© dĂšs avant la fondation du monde. Cela a dĂ» ĂȘtre ordonnĂ© pour ce jour-ci. Vous n’avez aucun moyen de savoir cela. Dieu confirme simplement cela et interprĂšte Sa Parole.
E-285 Croyez-vous que c’est vrai, ce que vous avez entendu? Croyez-vous que je peux... Si je peux vous dire ce qui cloche, vous reconnaĂźtrez que ça n’était pas moi. Ça devrait ĂȘtre Quelqu’Un d’autre: La voix est bien la mienne, mais elle est utilisĂ©e par Quelqu’Un d’autre. Juste comme ce microphone: il est muet jusqu’à ce que quelque chose d’autre parle Ă  travers cela. Nous ne nous connaissons pas. Voyez? J’ai perdu...
E-286 La voilĂ . Oui, oui, la dame souffre de l’anĂ©mie. C’est dans son sang. Si c’est vrai, levez la main, madame. C’est vrai. Vous–vous priez aussi pour ce petit garçon au bout. C’est votre fiston qui est assis lĂ  au bout. Si c’est vrai, faites signe de la main. Si Dieu peut me rĂ©vĂ©ler la maladie de votre fiston, croirez-vous de tout votre coeur que c’est Dieu qui me parle et que c’est vrai? Est-ce vrai? Il souffre des troubles nerveux aigus. C’est vrai. N’est-ce pas vrai? Imposez-lui donc la main et croyez de tout votre coeur, il se rĂ©tablira.
E-287 Je vous demande de croire cela. AINSI DIT LE SEIGNEUR DIEU. Texas, si vous mourez dans le pĂ©chĂ©, vous mourrez sans mon sang sur vous. Souvenez-vous, votre sang n’est pas sur moi. VoilĂ . C’est la vĂ©ritĂ©. C’est JĂ©sus-Christ identifiĂ© dans les lignes de priĂšre, oĂč que ce soit. Croyez au Seigneur JĂ©sus-Christ. Allez-vous le faire? Etes-vous convaincus? Etes-vous parfaitement convaincus que ça doit ĂȘtre JĂ©sus-Christ, selon la Parole de la promesse pour ce jour? Que tous ceux qui sont parfaitement convaincus qu’il s’agit du Seigneur JĂ©sus-Christ lĂšvent la main. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-288 Je sais que vous avez Ă©tĂ© enseignĂ©s. On vous a enseignĂ©, vous tous, quelque chose. Eh bien, je vois que c’est le–c’est le... Une telle onction, ça agit partout maintenant, voyez? On vous a enseignĂ© qu’il faut qu’on impose les mains aux malades. C’est une tradition. C’est bien. JĂ©sus a approuvĂ© cela.
E-289 Mais ce Romain... C’est ce que j’essayais de vous faire comprendre cette semaine. «Je ne suis pas digne, a dit le Romain, que Tu viennes sous mon toit. Dis seulement un mot.» Voyez-vous?
E-290 Si quelqu’un vous impose les mains, alors: «C’est frĂšre untel qui m’a imposĂ© les mains. Gloire Ă  Dieu!»
E-291 Je–je–je vais demander aux ministres, aux ministres croyants, de venir ici, pour que ce ne soit pas mes mains. C’est–c’est juste ce que JĂ©sus a dit: «Ils imposeront les mains aux malades.»
E-292 Nous allons prier pour tous les malades. Combien ont des cartes de priĂšre dans la salle maintenant? Faites voir la main. Oui. Nous vous avons promis. Maintenant, il nous reste une demi-heure pour accomplir cela. Je vais demander...
E-293 Comment pourrons-nous le faire, FrÚre Pearry? Avez-vous une suggestion? De ce cÎté-ci vers ici?
E-294 Que ceux qui sont dans cette rangĂ©e-ci se mettent Ă  l’écart, ceux qui ont les cartes de priĂšre, qu’ils se tiennent debout contre le mur. Mettez-vous Ă  l’écart de ce cĂŽtĂ©-lĂ , et tenez-vous contre le mur [Un frĂšre parle Ă  frĂšre Branham Ă  propos de la ligne de priĂšre.–N.D.E.]. TrĂšs bien, monsieur, c’est bien. Tenez-vous de ce cĂŽtĂ©.
E-295 Tous ceux qui sont au milieu ici, tenez-vous de ce cĂŽtĂ©. Voyez-vous? Tenez-vous juste dans l’allĂ©e. Ceux qui sont dans cette allĂ©e, dans la rangĂ©e du milieu ici, tenez-vous lĂ  dans l’allĂ©e.
E-296 Ceux qui sont de ce cĂŽtĂ©, tenez-vous de ce cĂŽtĂ©-lĂ . Ceux qui sont ici, tenez-vous ici au milieu, de ce cĂŽtĂ©-ci. Et ceux qui sont de ce cĂŽtĂ©-lĂ , tenez-vous lĂ -bas. Puis, suivez simplement vos lignes au fur et Ă  mesure qu’elles passent. C’est bien. Ils seront lĂ -bas pour vous donner des instructions sur quoi faire.
E-297 Je demande... Ça va, FrĂšre Pearry? [FrĂšre Pearry Green dit: «AssurĂ©ment.»–N.D.E.] Je demande aux ministres qui croient en Christ, qui croient que Christ guĂ©rira ces malades par l’imposition de mains et l’observation de Ses commandements, je vous demande de venir vous tenir ici avec moi si vous croyez que ceci est la vĂ©ritĂ©. Tout ministre de l’Evangile, que vous soyez mĂ©thodiste, baptiste, presbytĂ©rien, luthĂ©rien, prĂȘtre catholique, quoi que vous soyez, si vous croyez que JĂ©sus-Christ guĂ©rit les malades et qu’Il a commissionnĂ© Ses disciples d’imposer les mains aux malades pour leur guĂ©rison, veuillez bien venir ici.
E-298 [Un frĂšre dit: «Dites Ă  tout le monde de passer derriĂšre.» FrĂšre Pearry Green dit: «Que tous ceux qui aimeraient qu’on prie pour eux veuillent bien passer derriĂšre.»–N.D.E.]
E-299 Maintenant, passez par derriĂšre et contournez, voyez? Vous tous qui ĂȘtes dans ces lignes donc, allez directement lĂ  derriĂšre et occupez votre position, contournez directement comme ça. Ensuite, vous retournez directement Ă  votre place, tout autant en ordre que possible.
E-300 Je me demande, frĂšres, si nous ne ferions pas mieux de descendre lĂ -bas. Je pense que c’est une bonne idĂ©e. Maintenant, nous ferions mieux de quitter ce microphone. Que... Roy, tenez-vous ici au microphone. Ou plutĂŽt, oui, vous feriez mieux de descendre avec moi, voyez-vous. Oui. Ou, Ă  moins que vous vous teniez ici. TrĂšs bien, Roy, tenez-vous donc ici. D’accord.
E-301 Eh bien, allez-y. Maintenant, j’aimerais... Que personne ne quitte, s’il vous plaĂźt. Voyez, la chose mĂȘme pour laquelle nous prions...
E-302 Eh bien, vous direz: «FrÚre Branham, pourquoi faites-vous venir tous ces ministres ici?» Je vais bien venir avec eux, mais je...
E-303 Vous voyez, ce qu’il y a, c’est qu’ils ont autant que moi, ou n’importe qui, le droit de prier pour les malades, autant qu’Oral Roberts ou–ou n’importe quelle autoritĂ©, peu importe qui il est. Ils ont le mĂȘme droit que Pierre, Jacques, Jean, Matthieu, Marc, Luc, n’importe qui d’entre eux, de prier pour les malades. Ce sont des ministres, appelĂ©s de Dieu. Il m’est arrivĂ© de voir deux ou trois frĂšres lĂ  que je connais personnellement qui ont le ministĂšre de prier pour les malades.
E-304 Eh bien, alors que vous vous alignez par ici, j’aimerais... Combien dans cette assemblĂ©e sont parfaitement convaincus, de tout leur coeur, qu’ils croient que c’est la volontĂ© de Dieu de guĂ©rir ces gens? [L’assemblĂ©e se rĂ©jouit et dit: «Amen!»–N.D.E.] AssurĂ©ment. Certainement, c’est la volontĂ© de Dieu de les guĂ©rir.
E-305 Maintenant, comment sont-ils guĂ©ris? Eh bien, s’Il Ă©tait ici Lui-mĂȘme, Il ne pourrait pas faire plus que ce qu’Il a fait maintenant mĂȘme. Croyez-vous cela? [L’assemblĂ©e dit: «Amen!»–N.D.E.] Juste ce qu’Il a accompli maintenant, c’est ce qu’Il ferait, car Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-306 Combien savent que Saint Jean 5.19 dĂ©clare ceci: «Le Fils ne peut rien faire de Lui-mĂȘme»? Combien savent cela? [L’assemblĂ©e dit: «Amen!»–N.D.E.] «Mais Il ne fait que ce qu’Il voit faire au PĂšre, le Fils aussi le fait pareillement.» Croyez-vous cela? [«Amen.»] Donc, JĂ©sus n’avait jamais fait un seul miracle avant que le PĂšre Lui ait montrĂ© en vision quoi faire. C’est Sa propre Parole. Si cela n’est pas vrai, alors nous sommes tous perdus, nous ne savons pas oĂč nous nous tenons. Vous y ĂȘtes. Voyez, Ses Paroles sont infaillibles.
E-307 Observez-Le passer prĂšs de la piscine de BĂ©thesda, quelques heures... environ une heure avant cela. LĂ  Ă©tait couchĂ© une grande foule d’estropiĂ©s, d’aveugles, de boiteux, de gens aux membres atrophiĂ©s. Combien savent que c’est vrai? Et Il n’avait jamais touchĂ© l’un d’eux, Il Ă©tait cependant le Dieu compatissant. Croyez-vous qu’Il avait la compassion? [L’assemblĂ©e dit: «Amen!»–N.D.E.] Il a abandonnĂ© cette mĂšre avec un enfant hydrocĂ©phale, ce pauvre vieux pĂšre aveugle rĂ©clamant que quelqu’un le jette dans l’eau pendant que celle-ci Ă©tait agitĂ©e. Un Dieu compatissant! Voyez?
E-308 Les gens ne savent pas ce que c’est la compassion. Ils confondent l’amour phileo avec l’amour Agapao. Ce sont deux genres d’amour tout Ă  fait diffĂ©rents. Il en est de mĂȘme de la compassion. Les dĂ©sirs et la compassion sont diffĂ©rents.
E-309 Mais, remarquez, Il s’est dirigĂ© vers un homme qui peut-ĂȘtre souffrait de la prostatite, ou peut-ĂȘtre que c’était la tuberculose. C’était chronique. Il en avait souffert pendant... ça faisait–ça faisait trente-huit ans qu’il en souffrait. Cela n’allait pas le tuer. Et Il s’est dirigĂ© vers cet homme et a dit: «Veux-tu ĂȘtre guĂ©ri?» Combien savent que c’est vrai? Il a laissĂ© le reste de l’assistance couchĂ© lĂ .
E-310 Qu’arriverait-il s’Il faisait cela Ă  Beaumont aujourd’hui? «Oh! la la! La guĂ©rison divine n’existe pas», alors, voyez?
E-311 Voyez, ils ne comprennent pas. JĂ©sus est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. «Je ne fais que ce que le PĂšre Me montre premiĂšrement.»
E-312 Mais beaucoup de gens se couchaient juste Ă  Son ombre et, par leur foi, ils Ă©taient guĂ©ris. Une petite femme toucha le bord de Son vĂȘtement et elle fut guĂ©rie. Combien savent cela? La guĂ©rison repose sur votre foi. L’identification de Dieu repose sur la promesse de Sa Parole. Mais c’est votre foi dans Son identification qui vous guĂ©rit. Si vous ne... peu importe, l’homme le plus saint du monde entier peut se tenir ici et prier toute la journĂ©e, cela ne vous ferait pas le moindre bien si vous ne croyez pas carrĂ©ment cela vous-mĂȘme.
JĂ©sus peut se tenir ici Lui-mĂȘme dans un corps incarnĂ©, vous imposer les mains, vous ne seriez toujours pas guĂ©ri. Combien savent cela? «Il ne put faire beaucoup de miracles Ă  cause de leur incrĂ©dulitĂ©.» C’est l’Ecriture.
E-313 Vous voyez donc, vous, dans la ligne de priĂšre, qu’il faut votre foi dans la Parole. Maintenant, si vous voyez Dieu accomplir ce qu’Il avait fait... Regardez, permettez-moi juste de vous donner un petit tĂ©moignage pendant que vous vous apprĂȘtez. Ecoutez attentivement. Avant hier soir...
E-314 Il y a un petit prĂ©dicateur quelque part ici; je l’ai vu ici il y a quelques instants. Son nom est Martin. J’oublie... Il est l’un des sponsors. Ici mĂȘme.
E-315 Vers minuit, Ă  peu prĂšs, quelqu’un m’a rĂ©veillĂ© dans la chambre. Un petit monsieur criait, un petit prĂ©dicateur, son enfant venait de mourir. Les larmes lui coulaient sur le visage.
E-316 Il est bien quelque part dans... Quel est le nom de cette ville oĂč ils habitent? [Quelqu’un dit: «Missouri.»–N.D.E.] Missouri. C’est oĂč c’est? [«Wardell, Missouri.»] Wardell, Missouri. Je connais le garçon. Je connais aussi son frĂšre ici. Ce sont mes amis Ă  moi.
E-317 Ce frĂšre est entrĂ© lĂ , avec des larmes lui coulant sur les joues, il a dit: «FrĂšre Branham, je viens d’appeler... Ma femme vient de m’appeler. Mon petit enfant vient d’expirer.» Il a posĂ© ses mains sur moi et a dit: «FrĂšre Branham, je crois que la Parole du Seigneur est avec vous.» Oh! Comment Dieu pourrait-Il...? C’est comme: «Maintenant mĂȘme, Seigneur! Si Tu eusses Ă©tĂ© ici, mon frĂšre ne serait pas mort.» Voyez, ce n’est pas Ă  moi qu’il confessait. Il confessait la Parole du Seigneur, vous voyez, que je prĂȘchais la VĂ©ritĂ©. Il a dit: «Je crois que la Parole du Seigneur est avec vous. Demandez-Lui simplement; mon enfant vivra.» Dix minutes plus tard, la respiration de cet enfant Ă©tait redevenue normale et il est aujourd’hui bien portant.
E-318 Mon fils qui est quelque part ici, Billy Paul, est allĂ© lui parler. J’étais lĂ  en pyjama. Et quelques minutes plus tard, il est revenu et a dit: «Papa, papa, regarde ici.» Sa gorge Ă©tait tout gonflĂ©e, rouge, et il y avait une trĂšs grosse zĂ©brure, grosse Ă  peu prĂšs comme ça. Il a dit: «Une grande araignĂ©e noire tachetĂ©e de rouge lĂ -dessus... J’étais lĂ . Je parlais Ă  John et elle m’avait rencontrĂ© lĂ . Et regarde lĂ ; ça gonfle.»
E-319 J’ai dit: «Oh! Billy, c’est peut-ĂȘtre une veuve noire.» J’ai dit: «Regarde ta gorge, comment elle est gonflĂ©e.»
E-320 J’ai posĂ© ma main lĂ , j’ai dit: «Seigneur JĂ©sus...» Dix minutes plus tard, il n’y avait mĂȘme pas... Vous ne pourrez mĂȘme pas retrouver la tache qui y Ă©tait. Voyez? Qu’est-ce? Voyez?
E-321 L’autre jour, quelqu’un est arrivĂ© au bureau et a dit... Et un des agents du bureau est sorti. Il a dit: «Dites Ă  frĂšre Branham de juste dire que mon enfant...» Il a dit: «Je crois que si... ce que vous avez dit.» Mais, voyez, je ne peux pas le dire avant qu’Il me le dise.
E-322 Mais ici j’ai la Parole qui dĂ©clare: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.» Eh bien, Dieu ne peut pas faire ces choses et vous laisser vous tenir lĂ . Il vous le faut. Croyez la mĂȘme chose, cela arrivera pour vous. Mais il vous faut croire cela, pas juste bluffer lĂ -dessus. Il vous faut croire cela. Maintenant, prions d’abord tous ensemble.
E-323 J’ai besoin de vous tous, pendant que le frĂšre se tient ici Ă  ce microphone, je vais descendre lĂ  pour pouvoir aussi leur imposer les mains. C’est mon peuple. Ils sont mon... Ils sont des Ă©toiles dans ma couronne. Oui, ils sont dans votre couronne, mes frĂšres prĂ©dicateurs. Je viens lĂ , car nous les aimons et ce sont des enfants de Dieu. Nous venons pour les aider. Maintenant, prions.
E-324 Seigneur JĂ©sus, l’homme qui dirait que Ta PrĂ©sence n’est pas ici serait... aurait quelque chose qui cloche mentalement, tout comme un homme qui refuserait d’accepter la lumiĂšre du soleil. Quelqu’un lui dit que le soleil brille, mais lui descend dans le sous-sol en courant, ferme la porte et dit: «Je refuse simplement de croire cela. Je refuse de croire cela.» Eh bien, nous savons, Seigneur, que quelque chose cloche mentalement chez cet homme. Et c’est pareil Ă  un homme qui fermerait ses entrailles de compassion, et dans la LumiĂšre de la Parole de JĂ©sus-Christ rendue manifeste, et dirait: «Je ne crois pas cela.» Il y a quelque chose qui cloche spirituellement chez cet homme.
E-325 Ainsi, nous savons que Tu es ici, Pùre. Nous le croyons sans aucun doute. Nous voyons les empreintes de Tes–Tes pas; nous voyons Tes traces; nous voyons Ta Parole.
E-326 Il y a des centaines qui se tiennent ici dans cette ligne de priĂšre. Et de braves hommes de Dieu se tiennent ici, de vaillants guerriers de la foi. Je descends leur prĂȘter main forte, Seigneur. Lorsque ces malades passeront dans cette ligne de priĂšre, fais savoir Ă  chacun d’eux qu’il ne s’agit pas seulement de passer Ă  cĂŽtĂ© d’un homme; ils passent sous la croix de la promesse. Puissent-ils partir d’ici guĂ©ris; qu’ils s’en aillent en se rĂ©jouissant, Ă©tant rĂ©tablis, qu’ils en parlent Ă  leur pasteur. Que cela dĂ©clenche un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode dans ces contrĂ©es, Seigneur, que cela amĂšne beaucoup d’ñmes Ă  Toi. Seigneur, ils sont Tiens. Aide-les; guĂ©ris-les, je prie, au Nom de JĂ©sus-Christ. J’aimerais que tout le monde maintenant, avec vos tĂȘtes inclinĂ©es, prie.
E-327 Et j’aimerais, comme vous... Ecoutez donc vous qui ĂȘtes dans la ligne de priĂšre. Lorsque vous passerez, juste comme si vous passiez sous la croix, croyez avec tout ce qui est en vous. Partez d’ici en vous rĂ©jouissant, Ă©tant heureux, et en disant: «Merci, Seigneur. Je crois dans ma guĂ©rison.» Et si vous ne croyez pas cela, vous feriez mieux de regagner votre siĂšge, car cela ne vous servira Ă  rien.
E-328 J’aimerais que toute l’assemblĂ©e, tout le monde, explose simplement comme un ouragan vers le ciel comme ça, dans la PrĂ©sence du Christ. « Seigneur JĂ©sus, rĂ©vĂšle-Toi Ă  nous maintenant. GuĂ©ris ces malades.» Allez-vous le faire? [L’assemblĂ©e dit: «Amen!»–N.D.E.]
FrĂšre Borders, pendant que vous chantez Crois seulement.
E-329 Laissez ça ici. Nous n’en avons pas besoin. [Un frĂšre demande au sujet du microphone: «Vous allez le laisser ici.»–N.D.E.] Oui.
E-330 [FrĂšre Branham et les prĂ©dicateurs descendent alors prier pour tout celui qui passe dans la ligne de priĂšre, pendant que frĂšre Borders conduit l’assemblĂ©e dans le cantique Crois seulement. Espace vide sur la bande.–N.D.E.]
E-331 ... crois seulement (levons maintenant les mains.)
Tout est possible, crois seulement:
Maintenant, chantons-le comme ceci.
Maintenant, je crois, oh! maintenant, je crois.
Tout est possible, maintenant, je crois.
Maintenant, je crois, oh! maintenant, je crois.
Tout est possible, oh! maintenant, je crois.
E-332 Jusqu’à ce que je vous rencontrerai de nouveau, j’aimerais quitter Texas en les voyant louer Dieu. Levons simplement les mains et rendons gloire Ă  Dieu, nous tous. [L’assemblĂ©e se rĂ©jouit, crie et loue Dieu.–N.D.E.]
E-333 Seigneur JĂ©sus, nous Te rendons grĂące pour Ta Parole, pour ce que Tu as fait pour nous. Je Te rends grĂące pour avoir pu parler Ă  ces braves personnes, et de voir Ta Puissance et Tes bĂ©nĂ©dictions sur eux. BĂ©nis-les, Seigneur. Qu’ils comprennent. Et que le Saint-Esprit guĂ©risse tout le monde et le sauve dans ces derniers jours. Au Nom de JĂ©sus-Christ, Seigneur, je Te les prĂ©sente comme du matĂ©riau pour l’Epouse, car ils croient dans la grĂące de Dieu.

En haut