ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Messieurs, Nous Voudrions Voir Jésus / 64-0318 / Denham Springs, LA, USA // SHP 1 heure et 18 minutes PDF

Messieurs, Nous Voudrions Voir JĂ©sus

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 ... habituer les gens avec ce que nous essayons de faire. Maintenant, souvenez-vous, ce que nous cherchons, c’est de voir JĂ©sus-Christ tellement prĂ©sent que le coeur de chaque croyant sera stimulĂ©, sa foi, qu’il lĂšvera le bras et saisira Dieu pour ce dont il a besoin. Car tout ce dont nous avons besoin dans ce voyage de la vie se trouve en Christ.
E-2 C’est tout comme vos arbres par ici, tout ce dont cet arbre a besoin... Si c’est un pommier... Y avez-vous dĂ©jĂ  pensĂ©? Alors qu’il mesure environ un pouce [2,5 cm], chaque pomme qui sera jamais dans cet arbre se trouve juste lĂ , mille boisseaux [environ 1000 dĂ©calitres] s’il y en a autant, disons qu’un arbre donne cinq cents boisseaux de pommes. Tous les cinq cents boisseaux de pommes se trouvaient lĂ  Ă  l’intĂ©rieur au moment oĂč il fut plantĂ©. Si ce n’est pas le cas, d’oĂč viennent ces pommes? Voyez? Voyez? Vous le plantez simplement, et ensuite, il doit–doit tirer de l’eau, il en tire de la terre. Et il doit tirer jusqu’à une quantitĂ© au-delĂ  de sa mesure. Alors, il donne des branches, des feuilles, des fleurs, des pommes. Voyez-vous? Il fait sortir cela, il ne les fait pas entrer, il les fait sortir de sorte que...
E-3 Ainsi, je pense que Christ est la Fontaine inĂ©puisable de la Vie. Et lorsque nous sommes plantĂ©s en Lui, tout ce que nous faisons, c’est de boire Ă  cette Fontaine de Vie et de produire tout ce dont nous avons besoin dans ce voyage. Tout ce dont nous avons besoin se trouve en Lui, et nous sommes plantĂ©s en Lui et nous tirons [notre substance] de Lui. Et Il est la Fontaine inĂ©puisable de la Vie.
E-4 Tenons-nous debout maintenant, s’il vous plaĂźt, juste un instant, en signe de rĂ©vĂ©rence, alors que nous lisons la Parole de Dieu.
E-5 Pour un petit texte ce soir, Ă©tant donnĂ© qu’on est proche de la pĂ©riode de carĂȘme, ou plutĂŽt du vendredi saint, j’aimerais lire un passage dans l’Evangile de Saint Jean, Ă  partir du verset 12 du chapitre 12:
Le lendemain, une foule nombreuse de gens venus Ă  la fĂȘte ayant entendu dire que JĂ©sus se rendait Ă  JĂ©rusalem,
prirent des branches de palmiers, et allĂšrent au-devant de lui, en criant: Hosanna! BĂ©ni soit celui qui vient au nom du Seigneur, le roi d’IsraĂ«l!
JĂ©sus trouva un Ăąnon, et s’assit dessus, selon ce qui est Ă©crit:
Ne crains point, fille de Sion; voici, ton roi vient vers toi, assis sur le petit d’une ñnesse.
Ses disciples ne comprirent pas d’abord ces choses; mais, lorsque JĂ©sus eut Ă©tĂ© glorifiĂ©, ils se souvinrent qu’elles Ă©taient Ă©crites de lui, et qu’ils les avaient accomplies Ă  son Ă©gard.
Tous ceux qui étaient avec Jésus, quand il appela Lazare...des morts, lui rendaient témoignage;
et la foule vint au-devant de lui, parce qu’elle avait appris qu’il avait fait ce miracle.
Les pharisiens se dirent donc les uns aux autres: Vous voyez que vous ne gagnez rien; voici, le monde est allé aprÚs lui.
Quelques Grecs, du nombre de ceux qui Ă©taient montĂ©s pour adorer pendant la fĂȘte,
s’adressĂšrent Ă  Philippe, de BethsaĂŻda en GalilĂ©e, et lui dirent avec instance: Seigneur, nous voudrions voir JĂ©sus.
Philippe alla le dire à André, puis André et Philippe le dirent à Jésus.
E-6 HĂ©breux 13.8 dit: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.»
E-7 Inclinons la tĂȘte alors que nous prions. Maintenant, en cet instant solennel, pendant que nos tĂȘtes sont inclinĂ©es aprĂšs avoir lu cette Parole, y a-t-il quelqu’un ici qui aimerait qu’on se souvienne de lui dans cette priĂšre, et qui dĂ©sire que Dieu fasse quelque chose pour lui pendant ces rĂ©unions, ou mĂȘme juste ce soir? Voulez-vous simplement le faire savoir en levant la main. Il saura ce qu’il y a derriĂšre votre main.
E-8 Notre PĂšre cĂ©leste, nous nous approchons maintenant de Ta Parole. Nous nous approchons avec rĂ©vĂ©rence et par la priĂšre, avec nos tĂȘtes, nos coeurs inclinĂ©s, car nous savons que Tu es toujours fidĂšle Ă  cette Parole. Nous Te prions maintenant de nous Ă©loigner des choses et des soucis de la vie dans ce monde, afin que nous puissions Te servir avec des coeurs purs et sans taches, lavĂ©s dans le Sang de l’Agneau.
E-9 Nous Te demandons, Seigneur: Est-ce l’heure oĂč un grand rĂ©veil pourra Ă©clater dans cette partie du pays? Si c’est le cas, Seigneur, nous sommes ici pour Te servir de toutes les maniĂšres que nous pouvons, et nous nous remettons simplement Ă  Toi pour ce service. Et que quelque chose se produise, Seigneur, qui remuera les coeurs de gens. Et il se pourrait que cette sĂ©rie de rĂ©unions soit organisĂ©e pour quelques personnes qui sont encore dispersĂ©es dans cette contrĂ©e, qui peut-ĂȘtre... Peut-ĂȘtre que le dernier membre du Corps de Christ probablement sera ajoutĂ© juste ici en Louisiane, et alors, les–les portes seront fermĂ©es. Nous ne savons simplement pas de quoi il s’agit, Seigneur. Nous avançons simplement avec prudence, surveillant chaque mouvement.
E-10 Et nous Te prions, PĂšre cĂ©leste, de guĂ©rir tous les malades et les affligĂ©s. Comme je regarde, il y a un pauvre petit enfant Ă©tendu ici qui est souffrant, et des gens couchĂ©s partout, malades et dans le besoin. Ô Dieu, puissent-ils dĂ©tourner les yeux de leurs afflictions ce soir et durant toute cette semaine. Et qu’il n’y ait aucune personne faible parmi nous, Ă  la fin de cette rĂ©union.
E-11 BĂ©nis les ministres, ĂŽ Seigneur, et leur merveilleuse collaboration, et ce qu’ils font pour se mettre ensemble. Que les gens rĂ©alisent que leur... leur–leur pasteur a Ă  coeur d’essayer de faire venir chaque chose et chaque don, et tout ce qu’il peut et que Dieu honore, afin que cela puisse aider leur assemblĂ©e Ă  voir, Ă  croire, et Ă  grandir. Accorde-le, PĂšre.
E-12 Pardonne-nous nos offenses. Accorde chaque requĂȘte qui se trouve derriĂšre ces mains ce soir. Seigneur, la mienne est levĂ©e, Tu connais mon coeur. C’est–c’est une priĂšre pour ces gens. Que JĂ©sus soit connu parmi nous, PĂšre. Accorde-nous un grand dĂ©versement de Ses bĂ©nĂ©dictions.
E-13 Et lorsque nous partirons d’ici ce soir, alors que nous entrons dans cette pĂ©riode sacrĂ©e, puissions-nous ĂȘtre en mesure de dire comme ceux qui revenaient d’EmmaĂŒs ce jour-lĂ  aprĂšs la rĂ©surrection: «Nos coeurs ne brĂ»laient-ils pas au-dedans de nous, ont-ils dit, lorsqu’Il nous parlait en chemin?» Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.
E-14 Je n’ai pas l’intention de–de prĂȘcher ou plutĂŽt de prendre trop de temps, mais simplement de mettre en ordre juste quelques petites pensĂ©es ici maintenant, avant d’appeler la ligne de priĂšre. Dans vingt-cinq minutes environ, je suppose, j’appellerai la–la ligne de priĂšre afin de prier pour les malades. Et alors, monsieur Borders et les autres vont essayer de vous expliquer chaque soir comment–comment obtenir la guĂ©rison et ainsi de suite.
E-15 Et, souvenez-vous, nous ne sommes pas ici juste pour reprĂ©senter la guĂ©rison divine. Nous sommes ici pour reprĂ©senter JĂ©sus-Christ et en Lui se trouve la guĂ©rison. Et chaque attribut de Dieu se trouve en Lui. Et nous... Il a acquis notre salut, notre guĂ©rison et tout ce que nous possĂ©dons. Et la guĂ©rison est une chose secondaire, et vous ne pouvez pas accorder la primautĂ© Ă  ce qui est secondaire. Nous savons cela. Alors nous sommes... Mais nous essayons... JĂ©sus avait coutume... Environ quatre vingt-six pour cent de Son ministĂšre Ă©tait basĂ© sur la guĂ©rison divine, afin qu’Il puisse attirer l’attention des gens, ensuite, expliquer quel Ă©tait Son dessein lĂ -dedans. Et c’est la mĂȘme chose. Nous essayons de continuer Son ministĂšre au mieux de notre connaissance, croyant qu’Il reste toujours le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-16 Eh bien, nous savons qu’au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu, et la Parole a Ă©tĂ© faite chair et a habitĂ© parmi nous. Donc Dieu et Sa Parole, c’est la mĂȘme chose. C’est Dieu sous forme imprimĂ©e. Vous ne valez pas plus que votre parole. Dieu ne vaut pas plus que Sa Parole.
E-17 Ainsi, cette grande cĂ©lĂ©bration que nous approchons maintenant dans cette pĂ©riode, ce carĂȘme, comme on l’appelle, et nous approchons du vendredi saint, et–et ensuite, de la PĂąques... Dans une semaine, c’est le dimanche de PĂąques, je crois. Nous approchons donc de ceci. Je me suis dit que je lirais cette Ecriture, oĂč ces Grecs aux coeurs affamĂ©s Ă©taient venus pour adorer Ă  la fĂȘte de PĂąque. Et ils ignoraient que c’était lĂ  l’Agneau pascal, Christ devait l’ĂȘtre.
E-18 Mais leurs coeurs Ă©taient affamĂ©s. Ils dĂ©siraient Le voir, ils avaient tellement entendu parler de Lui, et ils connaissaient les choses glorieuses qu’Il avait accomplies et dont ils avaient entendu parler. Et ainsi, nul doute qu’en venant Ă  cette fĂȘte, ils devaient avoir lu beaucoup d’Ecritures sur ce qu’Il Ă©tait et Sa–Sa nature, et ce qu’Il ferait Ă  Sa Venue. Aussi, voulaient-ils Le voir.
E-19 Ils vinrent auprĂšs de Ses disciples, et ils eurent le privilĂšge de Le voir, par la–la bienveillance et le ministĂšre de Ses disciples. Ils furent amenĂ©s dans Sa PrĂ©sence par Ses serviteurs.
E-20 Et maintenant, si HĂ©breux 13.8 dit que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, et je suis sĂ»r qu’ici à–à–à Baton Rouge nous sommes tout aussi affamĂ©s de voir JĂ©sus que l’étaient ces gens alors. Je... Tout homme qui est dans son bon sens et qui entend parler du Seigneur JĂ©sus, dĂ©sire ardemment Le voir.
E-21 Oh! lorsque j’ai entendu parler de Lui pour la premiĂšre fois, alors que j’étais un jeune garçon, je–je–je pouvais Ă  peine rĂ©sister Ă  cela. Je me suis dit: «S’Il est Dieu, Il–Il a toujours Ă©tĂ© Dieu, Il–Il sera toujours Dieu.»
E-22 Alors, on essaie de renvoyer cela Ă  une certaine grande Ă©poque dans le passĂ©, ou–ou Ă  une grande Ă©poque Ă  venir, c’est simplement la nature de l’homme. L’homme loue toujours Dieu pour ce qu’Il a [dĂ©jĂ ] fait, attendant avec impatience ce qu’Il va faire, tout en ignorant ce qu’Il est en train de faire. C’est simplement la nature de l’homme. Cela a toujours Ă©tĂ© ainsi, et cela restera toujours ainsi ce soir.
E-23 Mais ces Grecs dĂ©siraient donc Le voir, et nous dĂ©sirons Le voir. Bien, maintenant, s’Il est ressuscitĂ© d’entre les morts et pas... Il n’est pas mort. Il est vivant. Et s’Il est vivant, comme le dĂ©clarent les Ecritures, alors, pourquoi ne pouvons-nous pas Le voir? Nous avons le droit de demander de Le voir. Souvenez-vous, Il a dit: «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez. Car Je serai avec vous, mĂȘme en vous, jusqu’à la fin du monde. Le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me verrez.» Et maintenant, s’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, alors, pourquoi ne pouvons-nous pas Le voir?
E-24 Maintenant, si je relevais les diffĂ©rentes conceptions que nous avons eues... Et, souvenez-vous-en, Dieu ne fait rien en dehors de ce qu’Il a promis de faire. Voyez? Il fait toujours une promesse, ensuite Il vient l’accomplir.
E-25 Au commencement, comme Dieu connaissait la fin dĂšs le commencement, en effet, Il est infini... Nous savons tous cela. Il est omniprĂ©sent, omnipotent et infini. Eh bien, s’Il est infini, Il connaissait donc toute chose. Et maintenant... Et omniscient...
E-26 Remarquez, Il a alors assignĂ© Ses Ecritures aux diffĂ©rents Ăąges Ă  venir. Et ensuite, lorsque cet Ăąge arrive, eh bien, nous essayons toujours de–de comprendre les choses de la maniĂšre que nous pensons ĂȘtre juste. Mais souvent, si Dieu a fait une promesse pour cet Ăąge-lĂ , Sa maniĂšre habituelle de faire la chose, Il ne la change jamais.
E-27 Souvenez-vous, Dieu ne change jamais, Il ne change jamais Ses maniĂšres. C’est pour cette raison que nous pouvons absolument placer notre foi dans ce que Dieu a dĂ©clarĂ© ĂȘtre la VĂ©ritĂ©: la Bible. Eh bien, vous devez placer Dieu quelque part.
E-28 Eh bien, si Dieu allait juger le monde (et Il va le faire), si nous pouvons dire... Si je pouvais dire aux catholiques français: «Par quoi pensez-vous qu’Il jugera le monde?» «Par l’Eglise catholique française.» Les catholiques romains croient qu’Il jugera le monde par cette Ă©glise-lĂ . Les orthodoxes, les catholiques grecs orthodoxes, croient qu’Il jugera le monde par la leur. Les mĂ©thodistes diront: «Par notre Ă©glise.» Les baptistes: «Par notre Ă©glise.» Les pentecĂŽtistes... Voyez, c’est une telle confusion que les gens ne savent que faire.
E-29 Mais, Il a dit qu’Il jugerait le monde par JĂ©sus-Christ, et JĂ©sus-Christ est la Parole. Il jugera donc le monde par la Parole. Or, la Bible est la rĂ©vĂ©lation complĂšte de JĂ©sus-Christ. Ceci c’est la rĂ©vĂ©lation. Rien ne peut Y ĂȘtre ajoutĂ© ni En ĂȘtre retranchĂ©. De mĂȘme, notre part sera ĂŽtĂ©e du Livre de Vie, si nous Y ajoutons ou En retranchons. C’est la Parole de Dieu et nous le croyons.
E-30 Eh bien, dans chaque gĂ©nĂ©ration, l’église rend souvent cela si confus et tout, lorsque vient le temps pour que la Parole s’accomplisse, les gens regardent en arriĂšre Ă  une autre gĂ©nĂ©ration, trĂšs loin, Ă  ce qui s’est produit il y a longtemps dans un autre jour. Et ils manquent de voir ce qui s’est produit en ce jour-lĂ .
E-31 Maintenant, Ă  vous catholiques, combien vous avez manquĂ© de reconnaĂźtre ces saints! Qu’en est-il de Jeanne d’Arc, cette–cette Française? Je pourrais juste relever cela, comme on est dans un territoire français. Vous vous souvenez que les prĂȘtres l’ont brĂ»lĂ©e sur le bĂ»cher comme Ă©tant une sorciĂšre. Elle Ă©tait une sorciĂšre parce que cette–cette fille Ă©tait spirituelle. Elle avait des visions et ainsi de suite. Et vous l’avez brĂ»lĂ©e comme Ă©tant une sorciĂšre. Puis, peu aprĂšs, lorsque vous vous ĂȘtes rendu compte de votre erreur, vous avez dĂ©terrĂ© les corps de ces prĂȘtres et vous les avez jetĂ©s dans la riviĂšre pour faire pĂ©nitence. Mais vous voyez, c’était dĂ©jĂ  passĂ©.
E-32 Et il en a toujours été ainsi. Cela passe à cÎté de nous et nous ne le voyons pas.
E-33 JĂ©sus l’a dit mĂȘme aux disciples une fois, alors qu’Il leur parlait. Ils ont dit: «Pourquoi les–les scribes disent-ils qu’Elie doit venir premiĂšrement?»
E-34 Il a dit: «Il est dĂ©jĂ  venu et vous ne l’avez pas reconnu.» Et ils comprirent qu’il s’agissait de Jean-Baptiste. MĂȘme ces disciples, cette voix dans le dĂ©sert, l’accomplissement de Malachie 3, eh bien, c’est passĂ© carrĂ©ment Ă  cĂŽtĂ© d’eux, et ils ne le comprirent pas du tout. Voyez?
E-35 Et il est possible que nous puissions laisser cela passer carrĂ©ment par-dessus nos tĂȘtes et manquer de Le voir. La maniĂšre de Dieu est toujours...
E-36 Eh bien, si cela venait dans tout un systĂšme, ou dans une certaine organisation, comme l’organisation protestante, mĂ©thodiste, baptiste, pentecĂŽtiste ou que certaines de leurs organisations produisaient cela, ils croiraient cela. Bien, alors les autres ne voudraient rien Ă  voir avec cela.
E-37 Dieu ne traite donc jamais, en des temps comme celui-ci, avec une organisation. Il ne l’a jamais fait. Il traite toujours avec des individus, une seule personne, vous, juste cette seule personne. C’est vous–entre vous et Dieu, non pas entre votre organisation et Dieu; c’est entre vous en tant qu’individu... Dieu le fait toujours de cette maniùre, Il l’a toujours fait.
E-38 Et alors, la Bible dit: «Il ne fait rien sans l’avoir rĂ©vĂ©lĂ© Ă  Ses prophĂštes, Ses serviteurs, les prophĂštes.» Et toujours, comme–comme ce fut Ă  l’époque d’Elie, Ă  l’époque de MoĂŻse et Ă  diverses Ă©poques, Il rĂ©vĂ©lait cela.
E-39 Eh bien, il est Ă©crit dans les Ecritures que Dieu allait leur donner un super signe, un glorieux signe, un signe Ă©ternel. Une vierge allait concevoir, et alors, il allait en naĂźtre Un, un Enfant, nous savons qu’il s’agit du Messie. Toutes les Ecritures, depuis la GenĂšse, se rattachaient Ă  la Venue du Messie.
E-40 Les prophĂštes Ă©taient une partie de la Parole. JĂ©sus a dit qu’ils Ă©taient appelĂ©s des dieux. Ils Ă©taient des dieux aussi longtemps que la Parole de Dieu leur parvenait. Il a dit: «Comment pouvez-vous Me condamner lorsque Je dis que Je suis le Fils de Dieu? Et–et vous–ceux... Il est Ă©crit dans votre loi: ceux Ă  qui la Parole de Dieu a Ă©tĂ© adressĂ©e, vous les avez appelĂ©s dieux.» Voyez-vous, le... Il ne s’agissait pas des prophĂštes; il s’agissait de la Parole de Dieu. Et il en est de mĂȘme aujourd’hui. Et il s’agissait de JĂ©sus, de mĂȘme que la Parole de Dieu fut manifestĂ©e. Et c’est toujours la LumiĂšre de l’heure.
E-41 Maintenant, si nous jetons un coup d’oeil ce soir, nous allons retourner Ă  quelques-unes de ces grandes Ă©glises, tout au travers des Ăąges et dire: «C’est ceci. C’est ceci.» Si vous ne faites pas attention, nous marcherons dans une lueur au lieu de marcher dans une lumiĂšre. Nous regardons en arriĂšre, Ă  quelque chose qui est passĂ© il y a des annĂ©es.
E-42 Et tout homme qui conduit sur la route en regardant dans le rĂ©troviseur connaĂźtra un accident. C’est juste. C’est juste. Prenez par exemple nos soeurs de cinquante ans, qui cherchent Ă  avoir l’air d’une fille de seize ans (voyez-vous?), vous regardez en arriĂšre.
E-43 Regardez devant. Regardez lĂ  oĂč vous allez. Regardez lĂ  oĂč vous allez, et non lĂ  d’oĂč vous venez. Paul a dit: «Oubliant ce qui est du passĂ©, je cours vers le but pour remporter le prix de la vocation cĂ©leste en JĂ©sus-Christ.» Vous devez toujours regarder lĂ  oĂč vous allez, non pas lĂ  oĂč vous avez Ă©tĂ©.
E-44 Si vous regardez au rĂ©troviseur, vous ne tarderez pas Ă  connaĂźtre un accident. C’est cela le problĂšme. C’est pour cette raison que Luther a fait naufrage lorsque la lumiĂšre de Wesley est venue. C’est pour cette raison que Wesley a fait naufrage–a fait naufrage lorsque les pentecĂŽtistes sont venus. Si l’on n’y prend garde, les pentecĂŽtistes vont aussi faire naufrage, si nous ne restons pas vigilants pour surveiller cela. Vous voyez, vous regardez toujours en arriĂšre, vous vous rĂ©fĂ©rez Ă  ce que quelqu’un d’autre a fait lĂ  dans le passĂ©, alors que nous sommes...
E-45 Quand il nous est demandĂ© de regarder en avant, continuez Ă  aller de l’avant. Leur prophĂ©tie s’était accomplie en leur jour, ceci s’accomplit en ce jour; le suivant s’accomplira demain. C’est destinĂ© au temps de la fin. Et il y a des choses qui sont supposĂ©es s’accomplir maintenant, conformĂ©ment aux Ecritures, le Saint-Esprit sur la terre est rĂ©pandu sur les gens.
E-46 Eh bien, lorsque JĂ©sus est venu, les scribes ainsi que les autres auraient dĂ» Le reconnaĂźtre; mais ils ne L’ont pas reconnu parce qu’ils Ă©taient si figĂ©s dans leurs traditions. Les pharisiens, les sadducĂ©ens, les hĂ©rodiens, tout le reste, ils Ă©taient tellement plongĂ©s dans ces traditions que la prophĂ©tie qui parlait de Christ Lui-mĂȘme, de ce qu’Il Ă©tait censĂ© ĂȘtre, ils ne virent pas cela. Il leur a dit: «Vous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en Elles la Vie Eternelle: ce sont Elles qui rendent tĂ©moignage de Moi.»
Ils ont dit: «Nous sommes disciples de Moïse.»
E-47 Il a dit: «Si vous Ă©tiez disciples de MoĂŻse, vous M’auriez connu; car MoĂŻse a Ă©crit Ă  Mon sujet: l’Eternel, votre Dieu, suscitera un prophĂšte comme moi!»
E-48 Ils prĂ©tendaient ĂȘtre disciples de MoĂŻse, mais ils ne l’étaient pas, parce qu’ils Ă©taient tellement plongĂ©s dans leur tradition. Eh bien, c’est ainsi qu’ils manquĂšrent de Le voir en ce jour oĂč ils vivaient. Maintenant, cela pourrait se rĂ©pĂ©ter, vous savez. Cela se rĂ©pĂšte toujours. Et cela pourrait de nouveau se rĂ©pĂ©ter.
E-49 Maintenant, faisons juste un recul dans le passĂ© pour quelques minutes. Le seul moyen pour que nous comprenions ce qu’Il est...
E-50 Eh bien, si nous prenons aujourd’hui une personne ordinaire... Ce que Christ doit ĂȘtre, nous... Certaines personnes Le prĂ©sentent comme Ă©tant un grand personnage historique. Certains Le ramĂšnent tout juste Ă  un homme ordinaire. Et d’autres Le ramĂšnent Ă  un philosophe, un prophĂšte, ou–ou un personnage comme cela, un homme de bien, un docteur.
E-51 Mais Il... tout ce qu’Il Ă©tait, Il l’est toujours, conformĂ©ment aux Ecritures. Vous voyez? Eh bien, si nous allons en ville pour Le voir, et nous allons–allons chercher pour voir si... Maintenant, souvenez-vous, Sa promesse dit qu’Il serait avec nous.
E-52 Maintenant, si nous allions trouver un certain monsieur Ă  un... nous dirions... Je dirai: «Peut-ĂȘtre Il mesure six pieds [1,82 m].» Et vous direz: «Non, Il mesure sept pieds et demi [2,28 m].» Un autre dira: «Non, Il mesure seulement quatre pieds [1,22 m]. Il Ă©tait un homme de petite taille.» Voyez-vous, nous serons tous embrouillĂ©s.
E-53 Bien, on dirait: «Peut-ĂȘtre qu’Il aurait des cicatrices de clous dans les mains.» N’importe quel hypocrite pourrait avoir des cicatrices de clous dans les mains, des empreintes d’épines. Et aprĂšs tout, JĂ©sus est assis Ă  la Droite de la MajestĂ© cĂ©leste. Mais comment pourrions-nous jamais Le reconnaĂźtre?
E-54 En ce temps-lĂ , on ne L’a pas reconnu par son habillement puisqu’Il marchait juste au milieu des hommes mĂȘme aprĂšs Sa rĂ©surrection. Et ceux avec qui Il avait marchĂ©, ils ne Le reconnurent pourtant pas. Vous voyez? Ce n’était pas par son habillement; Il s’habillait comme tous les autres. Ce n’était pas par son habillement; ce n’était pas par Son comportement; ce n’était pas par Son organisation. Ce n’était pas par sa carte de membre, puisqu’Il n’en avait aucune. Franchement, Il n’approuvait pas cela. Alors, ce n’était pas par cela.
Les gens ont dit: «Nous ignorons d’oĂč Il vient.»
E-55 L’aveugle a dit: «C’est Ă©trange! Vous ĂȘtes les conducteurs de ce jour, et cet Homme a ouvert mes yeux, et cependant vous ne savez mĂȘme pas d’oĂč Il vient?» Il avait une bonne thĂ©ologie qui lui Ă©tait propre. Voyez-vous? Il a dit: «Vous ignorez ce que cet Homme a fait, les choses qu’Il a faites et pourtant vous ĂȘtes supposĂ©s ĂȘtre les conducteurs de ce jour.» Eh bien, mais ce qui Ă©tait triste pour eux, c’est que leurs yeux Ă©taient aveuglĂ©s. Il devait en ĂȘtre ainsi.
E-56 Savez-vous que l’église aussi est censĂ©e ĂȘtre comme cela dans les derniers jours? «EmportĂ©s, enflĂ©s d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piĂ©tĂ©, mais reniant ce qui en fait la force... de...» C’est la mĂȘme prophĂ©tie, la mĂȘme chose. Certainement. Dans l’ñge de l’Eglise de LaodicĂ©e, JĂ©sus se trouvait en dehors de l’église, essayant d’y rentrer, frappant Ă  la porte. Le seul Ăąge oĂč Il est mis hors de l’église, c’est l’ñge de LaodicĂ©e dans lequel nous vivons maintenant. Alors, nous voyons que nous sommes carrĂ©ment retournĂ©s lĂ  oĂč nous avons commencĂ©.
E-57 Maintenant, le seul vĂ©ritable moyen de savoir ce qu’Il Ă©tait–ou, ce qu’Il est, c’est donc de dĂ©couvrir ce qu’Il Ă©tait, parce qu’Il doit ĂȘtre le mĂȘme. Maintenant, faisons simplement un recul dans le passĂ©, et prenons quelques-unes des choses qu’Il a accomplies. Nous connaissons tous Sa naissance virginale, nous n’allons pas commencer avec cela.
E-58 Mais, j’ai lu dans Saint Jean. Retournons dans Saint Jean, au chapitre 1, et voyons ce qu’Il Ă©tait. Et alors, nous pourrons comprendre ce qu’Il–ce qu’Il est aujourd’hui. Tout ce qu’Il Ă©tait alors, Il est la mĂȘme chose aujourd’hui. TrĂšs bien. Maintenant, nous voyons qu’ici au commencement Il Ă©tait la Parole. «Au commencement Ă©tait la Parole.» Alors, Il est toujours la Parole. Voyez-vous? Voyez-vous? TrĂšs bien. Oui, oui. «Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair, et Elle a habitĂ© parmi nous.» TrĂšs bien.
E-59 Alors, c’est donc ce qu’Il Ă©tait. Il Ă©tait la promesse de Dieu confirmĂ©e pour cet Ăąge, ce qui faisait de Lui la Parole. Est-ce vrai? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Bien, Il doit ĂȘtre la mĂȘme chose aujourd’hui, de nouveau la Parole. Voyez-vous? Et Il–Il–Il leur a dit de considĂ©rer cela. C’est ce qu’Il Ă©tait. Il Ă©tait la Parole. La Parole fut faite chair. C’est ce qu’Il Ă©tait. Eh bien, lorsqu’Il Ă©tait devenu la Parole, et que Dieu est descendu sous la forme du Saint-Esprit, sous la forme d’une colombe, et s’est posĂ© sur Lui, Il a dit: «Celui-ci est Mon Fils bien-aimĂ©, en qui Je prends plaisir de demeurer.»
E-60 Alors nous voyons que Son ministĂšre a commencĂ©: les priĂšres pour les malades, la guĂ©rison. Tout le monde L’aimait. Il Ă©tait merveilleux, Il Ă©tait connu comme un gars merveilleux. Et puis, dans Son premier ministĂšre, ce qui L’identifiait...
E-61 Souvenez-vous, les Juifs ont toujours cru Ă  la guĂ©rison divine. Ils avaient une piscine lĂ  Ă  la porte de BethsaĂŻda–BĂ©thesda. A la porte, Ă  la porte appelĂ©e la Belle, les gens s’étendaient lĂ , un grand nombre de–de gens malades qui Ă©taient boiteux, estropiĂ©s, aveugles, et ils entraient dans l’eau pour recevoir la guĂ©rison.
E-62 Dieu a toujours prĂ©parĂ© un moyen pour la guĂ©rison. Alors, la guĂ©rison qu’Il apportait n’était pas exactement ce qui attirait leur attention sur Lui. Il y avait quelque chose de plus qui attirait leur attention.
E-63 Maintenant, nous voyons que si... ce qu’Il Ă©tait censĂ© ĂȘtre, MoĂŻse avait dit ce qu’Il serait, et tous les prophĂštes avaient parlĂ© de Lui; eh bien, Il doit ĂȘtre identifiĂ© par cela.
E-64 Eh bien, voici ce qu’Il est: la Parole. Eh bien, HĂ©breux chapitre 4 dit que la Parole de Dieu est plus tranchante qu’une Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants. Elle est... sĂ©pare la moelle de l’os, et discerne les pensĂ©es du coeur. C’est ce qu’est la Parole.
E-65 Maintenant, vous voyez, lorsque la Parole venait aux prophĂštes, ils Ă©taient identifiĂ©s par leurs prophĂ©ties. Dieu a dit: «Lorsqu’il y aura quelqu’un parmi vous qui est spirituel ou prophĂšte, c’est dans des visions que Moi, l’Eternel, Je lui parlerai, et–et Je lui montrerai des songes», et ainsi de suite. En d’autres termes, il interprĂ©tera des songes comme Joseph et les autres, et ce sera cela son identification. Et, c’était donc l’identification qu’Il avait, la Parole inspirĂ©e par la rĂ©vĂ©lation (Voyez-vous?), la Parole qui devait ĂȘtre accomplie. Sa prophĂ©tie L’identifiait comme Ă©tant un ProphĂšte, et la Parole vient au prophĂšte.
E-66 Ainsi, lorsque JĂ©sus vint sur la scĂšne, la Bible dit qu’Il devait ĂȘtre un ProphĂšte. MoĂŻse a dit: «L’Eternel, votre Dieu, suscitera un prophĂšte comme moi.» Et IsraĂ«l a toujours cru en ses prophĂštes, parce que c’était Dieu qui s’identifiait dans des ĂȘtres humains, chaque fois. Tout Ă©tudiant de la Bible sait cela. C’est de cette maniĂšre qu’Il s’identifiait, par Ses prophĂštes. Ils Ă©taient juste des hommes ordinaires. Bien entendu, ils Ă©taient nĂ©s dans ce but.
E-67 Comme nous le savons, il y a des dons dans l’assemblĂ©e locale, neuf dons dans une Ă©glise. Mais, il y a des offices de l’Eglise, et cela Dieu... qui sont prĂ©destinĂ©s ou ordonnĂ©s par avance. Dieu a Ă©tabli dans l’Eglise des apĂŽtres, des prophĂštes, des docteurs, des pasteurs, des Ă©vangĂ©listes, et ainsi de suite. Ce sont des dons que Dieu a Ă©tablis dans l’Eglise. Ensuite, il y a neuf dons spirituels qui opĂšrent dans le corps local et... des croyants. Et leurs messages doivent ĂȘtre examinĂ©s par deux ou trois juges avant d’ĂȘtre apportĂ©s Ă  l’église, car quelquefois, ils peuvent ĂȘtre faux.
E-68 Mais remarquez, ces prophĂštes, lorsqu’ils naissaient... Comme dans... Je crois que cela se trouve ici dans JĂ©rĂ©mie, Dieu a dit: «Avant mĂȘme que tu sois conçu dans le sein de ta mĂšre, Je t’avais Ă©tabli prophĂšte des nations.» Vous voyez? MoĂŻse Ă©tait nĂ© prophĂšte. Et Jean-Baptiste, sept cent douze ans avant qu’il fĂ»t nĂ©, Ă©tait la voix de celui qui criait dans le dĂ©sert, le prophĂšte EsaĂŻe parlait de lui. Voyez, ce n’est pas... Ces dons sont innĂ©s, c’est Dieu qui les place dans l’Eglise.
E-69 Et alors, lors de la PremiĂšre Venue de notre Seigneur, il n’y avait pas eu des prophĂštes sur terre depuis quatre cents ans. Malachie Ă©tait le dernier prophĂšte. Et il avait parlĂ© de la venue de Jean. Au chapitre 3 de Matthieu, c’était le prophĂšte EsaĂŻe qui avait parlĂ© de lui. Et puis aussi, Malachie a donc parlĂ©, disant qu’Elie apparaĂźtrait sur la scĂšne et serait le prĂ©curseur de Christ. «J’envoie Mon messager devant Ma face pour prĂ©parer le chemin», comme Il l’a dit dans Matthieu 11, pour identifier Jean.
E-70 Et maintenant, ce qui est Ă©trange ... Lorsque JĂ©sus commença Ă  parler et qu’Il s’identifiait, voyons maintenant comment Il l’a fait. Si ce qu’Il a fait ne se trouve pas dans les Ecritures, alors Il n’était pas le Messie. Il devait venir conformĂ©ment aux Ecritures.
E-71 Eh bien, il y avait un homme du nom d’AndrĂ© qui assistait au rĂ©veil de Jean, et Jean disait que le Messie venait. Il est... Jean Ă©tait tellement sĂ»r de Sa Venue qu’il a dit: «Il se tient juste parmi vous maintenant»; en effet, il savait qu’il devait annoncer ce Messie-lĂ .
E-72 Eh bien, il n’est pas allĂ© dans un sĂ©minaire pour apprendre ce que serait le Messie. Il est allĂ© dans le dĂ©sert et il y est restĂ© seul, ensuite, il est sorti. Parce qu’il Ă©tait–il ne devait pas ĂȘtre formĂ© par l’homme, il devait ĂȘtre formĂ© par Dieu. En effet, eh bien, son pĂšre Ă©tait un sacrificateur, c’était la coutume que les fils fassent la–la profession du pĂšre, la mĂȘme formation et ainsi de suite. Mais le travail de Jean Ă©tait trop grand, trop important.
E-73 Eh bien, beaucoup de gens... Il a dit: «Eh bien, tu connais frÚre Untel; il a toutes les qualités requises.»
E-74 Mais Jean est allĂ© dans le dĂ©sert jusqu’à ce que... Il Ă©tait avec Dieu jusqu’à ce qu’il eĂ»t su avec certitude quel serait le signe du Messie. Lorsqu’il est venu, il a dit: «Je ne Le connaissais pas. Mais Il a dit: ‘Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et s’arrĂȘter, c’est Celui qui baptise du Saint-Esprit et de feu.’» Voyez-vous? Il savait, et il Ă©tait sĂ»r et certain que c’était Lui.
E-75 Alors, AndrĂ© essayait d’amener son frĂšre Simon. Ils Ă©taient des pĂȘcheurs. Et il essayait de convaincre son frĂšre Ă  venir Ă  la rĂ©union.
E-76 Eh bien, j’ai lu une histoire, il y a quelque temps, sur leur vie. Ils Ă©taient de grands croyants, dans l’ordre des pharisiens. Et il avait un–un... Son pĂšre s’appelait Jonas, et il Ă©tait–il Ă©tait aussi un grand pĂȘcheur. Et, bien souvent, ils se confiaient en Dieu pour avoir Ă  manger, pour le poisson qu’ils attrapaient pour payer les dettes, et–et gagner du pain. Et j’ai lu qu’un jour le vieux pĂšre prit Simon et le fit asseoir, lui et AndrĂ©. Et il dit: «Mes fils, j’ai toujours cru que je vivrais jusqu’à voir la Venue du Messie que nous avons attendu avec impatience toutes ces annĂ©es. Et maintenant, mes fils, je serai–je serai peut-ĂȘtre parti avant que le Messie ne vienne, car j’ai pris de l’ñge, mais, je–je ne voudrais pas que vous soyez sĂ©duits, mes fils. Eh bien, il se lĂšvera toutes sortes de choses avant qu’Il ne vienne.»
E-77 Il doit en ĂȘtre toujours ainsi, vous savez, en quelque sorte pour discrĂ©diter la–la–la vĂ©ritable chose lorsqu’elle viendra lĂ . Vous voyez, Satan est toujours lĂ , juste comme avant que JĂ©sus ne vienne, il est dit que d’autres JĂ©sus s’étaient levĂ©s, et avaient conduit des groupes de gens dans le dĂ©sert, et ces gens avaient pĂ©ri et ainsi de suite.
E-78 Mais il a dit: «Mes fils, souvenez-vous, ce Messie sera identifiĂ© par les Ecritures. (Oh! combien ce pĂšre devrait enseigner les gens d’aujourd’hui! Voyez-vous?) Le Messie sera identifiĂ© par les Ecritures, parce que MoĂŻse a dit que l’Eternel notre Dieu suscitera un prophĂšte comme lui. Et MoĂŻse est notre conducteur, et nous attendons. Maintenant, voici des centaines d’annĂ©es que nous n’avons pas eu de prophĂšte. Mais MoĂŻse a dit que ce prophĂšte-lĂ  viendrait. Et il ne fait aucun doute que ce temps oĂč il n’y a pas eu de prophĂšte, c’était pour pouvoir ident-... identifier cela quand ça viendrait; Il remplira tous les critĂšres de ce prophĂšte-lĂ . Nous savons tous que c’est ce que dit l’Ecriture.»
E-79 Maintenant, nous voyons qu’aprĂšs cela JĂ©sus n’avait encore accompli aucun signe. Un jour, Simon est venu jusque dans Sa PrĂ©sence, il Ă©tait peut-ĂȘtre un peu sceptique au sujet du tĂ©moignage d’AndrĂ©; en effet, il avait appris toutes ces choses au sujet de cet homme sauvage, qui noyait les gens dans le fleuve en les baptisant et ainsi de suite. Et il ne pouvait pas se laisser attirer par cela, parce qu’il s’était passĂ© toutes sortes de choses en Palestine en ce temps-lĂ .
E-80 Mais un jour, Simon est venu dans la PrĂ©sence du Seigneur JĂ©sus. Eh bien, observons ce qu’Il Ă©tait hier pour cette semence Ă©lue, ce Simon qui Ă©tait ordonnĂ© Ă  occuper cette place, cette semence qui...
E-81 C’est comme au commencement, Dieu n’était mĂȘme pas Dieu. Il Ă©tait le Grand Eternel. Et en Lui se trouvaient des attributs. Les attributs Ă©taient Ses pensĂ©es. Et alors, Il est devenu une Parole comme ceci. Et une parole exprimĂ©e... Eh bien, une pensĂ©e exprimĂ©e c’est une parole. Une parole exprimĂ©e est une pensĂ©e.
E-82 Et puis, souvenez-vous, si jamais vous Ă©tiez dans la pensĂ©e de Dieu, vous y serez toujours. Si vous avez la Vie Eternelle, vous ĂȘtes l’expression ou l’attribut de Sa pensĂ©e pour cet Ăąge. Sinon, vous... Il n’y a qu’une seule Vie Eternelle, et elle a toujours existĂ©. Et vous existiez dans Sa pensĂ©e avant qu’il n’y ait un monde. C’est pour cette raison qu’Il a dit qu’Il vous a choisi avant la fondation du monde. Il ne s’agit pas de ce que nous pensons, ni de ce que quelqu’un d’autre pense: c’est ce que le Dieu Eternel... Vous avez toujours existĂ©, voyez-vous, dans Sa pensĂ©e.
E-83 C’était en Lui de devenir un Homme. C’est la raison pour laquelle Christ Ă©tait l’image exprimĂ©e. Voyez-vous? Eh bien, Il devait devenir un PĂšre; Il devait devenir un Fils, Il devait devenir un Sauveur; Il devait devenir un GuĂ©risseur. Il n’y avait rien. Il n’y avait mĂȘme pas un ange, ni rien. Alors, Il crĂ©a les anges. Ensuite, Il devint Dieu; Il Ă©tait adorĂ©. Alors, ce sont les manifestations de Sa pensĂ©e.
E-84 Il n’y a rien qui cloche. Tout finira bien. N’ayez pas peur. La grande horloge de Dieu marche parfaitement tout le temps. Ce sera lĂ . Il aura une Ă©glise sans tĂąche ni ride. Cela se trouvait dans Sa pensĂ©e. Voici la question: «Suis-je lĂ -dedans?» «Etes-vous lĂ -dedans?»
E-85 Et Le voilĂ  qui Ă©tait la pensĂ©e Ă©ternelle de Dieu exprimĂ©e dans la filiation. Oh! la la! c’est donc lĂ  Dieu Emmanuel. Remarquez. Donc, Il Ă©tait la Parole. Eh bien, ici...
E-86 Suis-je en train de vous assourdir? Je n’ai pas l’intention de hurler sur vous. Des fois, nous prĂȘchons en plein air et dans de grands endroits; je n’ai pas l’intention de parler trĂšs fort. Eh bien, que le... celui qui surveille cette chose veuille bien diminuer plutĂŽt cela pour moi, si ça devient trĂšs fort.
E-87 Maintenant, remarquez lĂ -dessus, lorsque JĂ©sus est venu, voici venir Simon qui s’avance dans Sa PrĂ©sence. Et aussitĂŽt que JĂ©sus posa Son regard sur lui, Il dit: «Tu t’appelles Simon, et tu es fils de Jonas.»
E-88 Oh! cela a enflammĂ© le coeur de ce pĂȘcheur. Il ne savait mĂȘme pas Ă©crire son propre nom. Il n’avait aucune instruction. Mais il a reconnu que c’était la Parole, parce que Cela avait discernĂ© les pensĂ©es qui se trouvaient dans son coeur. VoilĂ  le Messie. Bien que la Bible dit qu’il Ă©tait un homme du peuple sans instruction, mais il devint le chef de l’église de JĂ©rusalem.
E-89 Il tomba Ă  Ses pieds. Il reconnut que c’était... Non seulement Il savait qui il Ă©tait, Il connaissait son vieux pĂšre qui Ă©tait un homme pieux, et qui Ă©tait dĂ©jĂ  mort. Voyez-vous? Cela montrait qu’Il Ă©tait la Parole. La Parole discerne les pensĂ©es qui se trouvent dans les coeurs des gens. C’est exactement cela. JĂ©sus les regardait et connaissait leurs pensĂ©es. Voyez-vous? Et la Bible dit que la Parole de Dieu discerne les pensĂ©es et les intentions du coeur.
E-90 Cela faisait donc de Lui la Parole, ce MaĂźtre-ProphĂšte, ce Dieu-ProphĂšte, Il Ă©tait plus qu’un prophĂšte. Lui, c’était tout ce qu’étaient les prophĂštes, plus le reste de Dieu. Voyez-vous? Il Ă©tait Emmanuel, Dieu, reprĂ©sentĂ© dans la plĂ©nitude dans le Fils, Christ JĂ©sus. Eh bien, nous voyons que Dieu Ă©tait en Christ, rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme.
E-91 Maintenant, si nous remarquons, Pierre Ă©tait alors convaincu, d’aprĂšs ce que son vieux pĂšre qui Ă©tait un homme pieux lui avait enseignĂ©, que c’était lĂ  l’évidence scripturaire que c’était le Messie.
E-92 Si c’était Lui hier, c’est Lui aujourd’hui. Comment s’identifierait-Il une fois de plus?
E-93 Eh bien, Il est un... Il ne s’est pas identifiĂ© comme un grand docteur, dĂ©tenant un doctorat, dĂ©tenant un doctorat en droit. Voyez-vous? Il ne s’est pas identifiĂ© comme un certain sacrificateur. La Parole de Dieu L’a identifiĂ©. La Parole qui parlait au travers de Lui L’a identifiĂ©. Voyez-vous? C’est comme cela que les gens ont reconnu ce que–qui Il Ă©tait.
E-94 Eh bien, il y en avait un qui se tenait lĂ , du nom de Philippe, et Philippe avait Ă©tudiĂ© la Bible, les Ecritures contenues dans les rouleaux, avec un ami du nom de NathanaĂ«l. Et lorsqu’il vit ceci se produire, cela enflamma simplement son coeur, Ă  tel point qu’il ne pouvait plus rĂ©sister. Il reconnut que la chose se trouvait lĂ . Il Ă©tait simplement un Homme ordinaire, mais il a reconnu que c’était le Messie.
E-95 Alors, il contourna les collines en courant. Cela faisait environ quinze miles [24 km], si vous calculez la distance par rapport Ă  l’endroit oĂč JĂ©sus prĂȘchait. Il a dĂ» mettre un jour pour aller et Il est revenu le jour suivant. Et il est allĂ© trouver cet ami avec qui ils Ă©tudiaient les Ecritures, un homme trĂšs loyal et honnĂȘte. Vous en avez par ici, ces hommes qui ont–consacrent toute leur vie Ă  l’étude de la Parole. Alors, il avait Ă©tudiĂ© la Parole. Et Philippe est allĂ© le trouver, peut-ĂȘtre qu’il a frappĂ© Ă  la porte. Et–et–et la femme de NathanaĂ«l a dit: «Eh bien, il vient de sortir pour faire un tour lĂ -bas dans l’oliveraie.» Il cultivait des olives.
E-96 Alors, il est allé–il a couru lĂ  derriĂšre le voir, et il l’a trouvĂ© Ă  genoux sous l’un des arbres, en train de prier. Eh bien, un gentleman chrĂ©tien accorde toujours–fait toujours montre de la courtoisie. Alors, il–il a attendu jusqu’à ce qu’il ait fini de prier.
E-97 Il a dit: «Viens voir Qui nous avons trouvé: Jésus de Nazareth, le Fils de Joseph.»
E-98 Et alors, ce loyal et brave HĂ©breu du nom de NathanaĂ«l a dit: «Eh bien, un instant, Philippe. Es–es-tu tombĂ© dans l’extrĂ©misme? Eh bien, peut-il... Tu as dit oĂč? Tu as dit que l’homme s’appelait comment?»
«Jésus de Nazareth.»
E-99 Il a dit:»Eh bien, peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon?»
E-100 Et je pense que Philippe lui a donnĂ© la meilleure rĂ©ponse qu’un homme puisse donner Ă  un autre. Il a dit: «Viens, et vois.»
E-101 Ne restez pas Ă  la maison Ă  critiquer. Venez vous rendre compte. Sondez les Ecritures. Venez, et voyez.
E-102 Eh bien, peut-ĂȘtre le long de la route il s’est mis Ă  lui parler, il a dit: «Maintenant, tu sais, nous savons... Nous savons par les Ecritures que ce Messie sera un ProphĂšte, parce que MoĂŻse avait dit qu’Il Ă©tait un ProphĂšte. Et cet homme... Tu te souviens du vieux pĂȘcheur qui ne savait pas Ă©crire son nom sur le reçu lorsque tu as achetĂ© son poisson?»
«Oui.»
E-103 «Eh bien, il lui a dit qui il Ă©tait.» Et, je me reprĂ©sente Philippe qui dit: «Eh bien, un instant.» C’est plutĂŽt NathanaĂ«l: «Il faut que je–je voie cela premiĂšrement.»
E-104 Lorsque finalement il est arrivĂ© lĂ  oĂč Il se trouvait, il est venu en compagnie de Philippe. Philippe l’a amenĂ© juste comme quelqu’un vous a amenĂ©, il est entrĂ© dans Sa PrĂ©sence, dans la rĂ©union oĂč JĂ©sus Ă©tait en train de prĂȘcher. Et il L’a regardĂ©. Il Ă©tait juste un homme ordinaire, habillĂ© comme tout autre homme. Il n’avait pas du tout une apparence particuliĂšre, et Il ne mĂąchait pas Ses mots. Il Ă©tait toujours juste un Homme au franc-parler.
E-105 Et Il leur parlait parfois en paraboles, afin qu’ils ne puissent pas comprendre, mĂȘme Ses disciples. Cela n’a pas dĂ©rangĂ© leur foi. Voyez? Ils croyaient en Lui.
E-106 Remarquez, une fois, une grande multitude s’était rassemblĂ©e autour de Lui, des milliers de gens. Il Ă©tait un grand Homme. «Oh! ce prophĂšte de GalilĂ©e, un grand Homme.» Il allait dans chaque Ă©glise. Tout le monde voulait de Lui. Mais un jour, Il s’est mis Ă  leur prĂȘcher la doctrine. Et alors, cela changea les choses un petit peu. Vous voyez? DĂšs lors, Il n’était plus aussi populaire. Voyez-vous? Mais le signe accompagnait la Voix.
E-107 Maintenant, nous voyons que lorsque Philippe s’est avancĂ© lĂ  oĂč Il se trouvait, lui et NathanaĂ«l, JĂ©sus s’est retournĂ© et ayant regardĂ© NathanaĂ«l, Il a dit: «Voici un IsraĂ©lite, dans lequel il n’y a point de fraude.»
E-108 Maintenant, vous direz: «C’était peut-ĂȘtre la maniĂšre dont il Ă©tait habillĂ©.» Ils s’habillaient tous de la mĂȘme façon. Voyez-vous? Et, «un IsraĂ©lite, dans lequel il n’y a point de fraude».
E-109 Eh bien, cela l’a pratiquement secouĂ©, Ă  tel point qu’il ne savait quoi faire. Il a dit: «Rabbi, quand m’as-Tu connu? Eh bien, Tu ne m’as jamais vu. C’est la premiĂšre fois que nous nous rencontrons. Et j’ai appris que Tu vivais lĂ -bas Ă  BĂ©thanie. Et–et comment m’as-Tu connu?»
E-110 Bien, il pensait que lorsque le Messie viendrait, que–que Dieu allait tenir et tirer une sorte de levier, et que les corridors du ciel allaient descendre jusque sur les–sur les grandes marches de leur dĂ©nomination lĂ -bas, et qu’Il allait dire: «CaĂŻphe, Je vous envoie maintenant Mon Messie.» Alors Celui-ci dirait: «Je suis arrivĂ©.» Et les anges viendraient et diraient: «Le voici.»
E-111 Voyez-vous, c’est la raison pour laquelle Il le fait. Et alors, cela passe carrĂ©ment par-dessus la tĂȘte de ces gens qui dorment, et ils ne savent jamais ce qui se passe. Remarquez, Le voilĂ . Il se tenait lĂ .
NathanaĂ«l dit: «Quand m’as-Tu connu, Rabbi?»
E-112 Il a dit: «Avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous l’arbre, Je t’ai vu.»
E-113 Oh! quels yeux! Il vous voit maintenant. Il vous connaĂźt maintenant. Il est simplement le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-114 Quels yeux! A une distance de quinze miles [24 km] le jour prĂ©cĂ©dent, de l’autre cĂŽtĂ© des montagnes, «Je t’ai vu lorsque tu Ă©tais sous l’arbre.»
E-115 Qu’a-t-il fait? Il a couru et s’est prosternĂ©, et il a dit: «Tu es...» «Rabbi, Tu es le Roi d’IsraĂ«l, Tu es le Fils de Dieu.» Il a cru cela. Pourquoi? Il Ă©tait si parfaitement identifiĂ© qu’Il Ă©tait la Parole, parce qu’Il pouvait discerner les pensĂ©es qui se trouvaient dans le coeur. Oui. Le voilĂ  qui se tenait lĂ .
E-116 Eh bien, il y en avait qui se tenaient lĂ  Ă  cĂŽtĂ©, qui ne croyaient pas cela. Nullement. Plusieurs d’entre eux n’ont pas cru cela. Il y avait certains des sacrificateurs et tous les autres qui se tenaient Ă  cĂŽtĂ© lĂ , ils ont dit: «Cet homme est BĂ©elzĂ©bul.» La–la–la chose Ă©tait accomplie. Les Ecritures Ă©taient identifiĂ©es. Et puis, le–le–le clergĂ© de ce jour-lĂ  devait donner une rĂ©ponse Ă  leur assemblĂ©e, et il ne pouvait expliquer cela d’aucune–aucune autre maniĂšre qu’en disant: «Il est le Messie», ou «Il ne l’est pas.» Alors, ils ont dit: «Cet homme accomplit ceci par BĂ©elzĂ©bul.» En d’autres termes, c’est un diseur de bonne aventure, un mauvais esprit. Tout le monde sait qu’un diseur de bonne aventure, c’est un dĂ©mon. Alors, il a dit: «Cet homme accomplit ces mauvaises choses par BĂ©elzĂ©bul.»
E-117 Et JĂ©sus a dit: «Maintenant, Je vous pardonne pour cela.» Le sacrifice n’avait pas encore Ă©tĂ© offert. L’expiation n’avait pas encore Ă©tĂ© faite. Mais il a dit: «Lorsque le Saint-Esprit viendra faire cela, un seul mot contre cela ne sera jamais pardonnĂ© ni dans ce siĂšcle ni dans le siĂšcle Ă  venir.» Alors, vous voyez oĂč cela nous amĂšne aujourd’hui.
E-118 Eh bien, pour une dĂ©claration c’en Ă©tait une. Et... Mais Philippe et NathanaĂ«l ont cru de tout leur coeur. Eh bien, c’était de cette maniĂšre que JĂ©sus s’était identifiĂ© hier comme Ă©tant le Messie. Maintenant, nous savons tous... Juste quelques minutes maintenant.
E-119 Eh bien, nous savons tous qu’il n’y a que trois races de gens dans le monde. Et ce sont les fils de NoĂ©: Cham, Sem, et–et Japhet. Voyez? Et ce sont les Juifs, les Gentils, et les Samaritains. Or, nous, en tant que Gentils, nous Ă©tions des paĂŻens; les Romains, et que sais-je encore en ce temps-lĂ , les Anglo-saxons. Et nous adorions des idoles. Mais les Juifs attendaient un Messie, et les Samaritains attendaient un Messie.
E-120 Eh bien, JĂ©sus a dit, lorsqu’Il Ă©tait en route pour JĂ©richo, qui se trouve juste au bas de la colline en partant de JĂ©rusalem: «Je dois passer par la Samarie.» Ainsi, Il s’est rendu lĂ  en Samarie, et Il s’est assis Ă  la porte, au puits. Il y a... C’est toujours comme c’était Ă  l’époque. Cela n’a pas changĂ© du tout. Il y a un vieux panorama comme celui que nous avons ici, et des vignes qui poussent contre un mur de pierre. Et–et Il s’est simplement assis et Il a envoyĂ© Ses disciples dans cette petite ville appelĂ© Sychar, pour chercher des provisions, de la nourriture.
E-121 Et pendant qu’ils Ă©taient partis, une femme de mauvaise rĂ©putation... Peut-ĂȘtre, comme je le disais, la jeune femme avait peut-ĂȘtre Ă©tĂ© jetĂ©e dans la rue, non pas Ă  cause de la dĂ©linquance juvĂ©nile, mais peut-ĂȘtre Ă  cause de la dĂ©linquance parentale. Ils l’avaient livrĂ©e Ă  la rue. Et peut-ĂȘtre que c’était une belle jeune fille, et elle s’était mĂ©conduite.
E-122 Et elle est venue lĂ  pour puiser son eau, car elle ne pouvait pas venir au mĂȘme moment que les vierges, les bonnes femmes respectables. Elles ne pouvaient pas le faire. Elles puisaient leur eau les premiĂšres, ensuite–ensuite, les autres, les prostituĂ©es et les autres venaient la journĂ©e. Les vierges puisaient leur...
E-123 Eh bien, je les ai vues mettre sur la tĂȘte cette grande bouilloire de cinq gallons [18,9 litres], cette grande cruche, et une sur chaque Ă©paule, et marcher en causant comme les femmes savent le faire, sans jamais renverser une seule goutte d’eau. J’ignore comment elles y arrivent, mais elles le font sĂ»rement.
E-124 Mais elles... Par lĂ ... Et elle est venue puiser son eau pour la journĂ©e. Les autres n’y Ă©taient plus; ça devait ĂȘtre vers midi. Et elle a pris les manches, et elle a placĂ© cela sur le treuil, afin de faire descendre cela pour puiser la...
E-125 Voyez, c’était juste comme une sorte de cruche. Et c’est... et cela avait une anse sur le cĂŽtĂ©. On mettait ces crochets dans ces anses. Et comme cela pesait, lorsque cela arrivait en bas, cela se retournait. Ensuite, on faisait tourner le treuil pour faire remonter l’eau, c’est juste comme on le faisait autrefois par ici dans ces contrĂ©es et ainsi de suite. Mais cela avait comme une auge qu’on faisait descendre.
E-126 Maintenant, nous–nous voyons qu’elle a commencĂ© Ă  faire descendre cette cruche dans le puits, et elle a entendu quelqu’un dire: «Femme, apporte-Moi Ă  boire.» Et ayant regardĂ© tout autour, elle a vu un homme d’ñge moyen assis lĂ .
E-127 Il–Il devait paraĂźtre un peu plus ĂągĂ© qu’Il ne l’était, car dans Saint Jean 6, ici, nous voyons que–qu’à la fĂȘte, les gens disaient... Il a dit ce qu’Il–ce qu’Il Ă©tait. Et les gens ont dit: «Eh bien, Tu dis que Tu as vu Abraham? Et Tu es un homme qui n’a pas plus de cinquante ans?» Voyez-vous, «pas plus de», voyez, Il paraissait certainement avoir cinquante ans, alors qu’Il n’en avait que trente. Ils ont dit: «Tu n’as–Tu n’as pas plus de cinquante ans, et Tu dis avoir vu Abraham?»
Il a dit: «Avant qu’Abraham fĂ»t, JE SUIS.» Voyez-vous?
E-128 Ainsi donc, nous voyons qu’Il devait paraĂźtre un peu plus ĂągĂ©. Il Ă©tait assis, appuyĂ© au mur.
E-129 Nous ne savons simplement pas quelle apparence Il avait. Je ne sais pas. Les psychiatres, ou les psychologues nous brossent un portrait. Mais celui de Hofmann, de Sallman, et que sais-je encore... Mais c’est simplement ce qu’ils se reprĂ©sentent lĂ -dessus. Voyez-vous, nous ne savons simplement pas quelle apparence Il avait.
E-130 Et voilĂ  qu’Il Ă©tait assis lĂ . Et alors, Il a dit ceci. Et alors, Il s’est retournĂ©; la femme s’est retournĂ©e vers Lui immĂ©diatement et Lui a fait comprendre qu’il y avait une sĂ©grĂ©gation. Elle a dit: «Eh bien, un instant.» Elle a dit: «Eh bien, Tu es un Juif, et je suis une Sam-... une Samaritaine, et nous n’avons pas de relations entre nous.» Et elle a dit...
E-131 Il a dit: «Si tu connaissais Celui Ă  qui tu parles, tu M’aurais toi-mĂȘme demandĂ© Ă  boire. Je t’aurais apporté–t’aurais donnĂ© une eau que tu ne viens pas puiser ici.»
E-132 Et par cette conversation, que faisait-Il? Il cherchait donc Ă  contacter son esprit (vous voyez?) pour voir quel Ă©tait son problĂšme. Vous voyez? Eh bien, le PĂšre L’avait envoyĂ© lĂ -bas, juste de la mĂȘme maniĂšre que je crois que le PĂšre m’a envoyĂ© ici. Voyez-vous? Pourquoi, je ne sais pas. Voyez? Mais Le voilĂ , et Il parlait Ă  la femme.
E-133 Et elle a dit: «Oh! vous dites qu’il faut adorer Ă  JĂ©rusalem. Nos pĂšres adoraient sur cette montagne...», et au sujet du puits, et ainsi de suite.
E-134 Il a dit: «L’heure vient, et elle est dĂ©jĂ  venue, et Dieu cherche ceux qui adorent en esprit et en vĂ©ritĂ©.»
E-135 La conversation s’est poursuivie, jusqu’à ce qu’Il a dĂ©couvert ce qu’était son problĂšme. Combien dans mon assemblĂ©e ce soir savent ce qu’était son problĂšme? Bien sĂ»r. Elle avait beaucoup de maris. Alors, Il a dit–Il a dit: «Va, cherche ton mari, et viens ici.»
Elle a dit: «Je n’ai point de mari.»
E-136 Il a dit: «Tu as dit la vĂ©ritĂ©. Tu as eu cinq maris, et celui avec qui tu vis n’est pas ton mari.»
E-137 Maintenant, suivez. ConsidĂ©rez ces sacrificateurs instruits qui ont manquĂ© de voir cette Parole manifestĂ©e. Lorsqu’Il a accompli cela devant ces sacrificateurs, ils ont dit qu’Il Ă©tait BĂ©elzĂ©bul.
E-138 Regardez cette femme dans son Ă©tat, la condition dans laquelle elle se trouvait, une femme de mauvaise rĂ©putation, elle avait six maris. Et voici qu’elle se trouvait lĂ -bas au puits. Et cette femme dans cet Ă©tat, remarquez, elle a aussitĂŽt dit: «Seigneur, je vois que Tu es ProphĂšte. Nous n’avons pas eu de prophĂšte depuis des centaines d’annĂ©es. Je vois que Tu es ProphĂšte. Nous attendons un Messie. Et lorsque ce Messie viendra, ceci sera Son signe. Il fera ceci lorsqu’Il viendra.» Amen. Oh! la la!
E-139 Vous y ĂȘtes. Cette femme, dans sa condition, en savait plus sur la Parole de Dieu que la moitiĂ© des prĂ©dicateurs de ce pays. C’est vrai. C’est vrai. Elle a dit: «Je sais que lorsque le Messie viendra, Celui qu’on appelle Christ, lorsqu’Il viendra, c’est ce qu’Il va faire.» Si c’était Lui hier, c’est Lui aujourd’hui. Voyez, voyez-vous? C’est comme cela qu’Il s’est identifiĂ© Ă  la fois devant les Juifs et devant les Samaritains. Voyez-vous? Remarquez. C’était Lui hier.
E-140 Elle a dit: «Je sais que lorsque le Messie viendra, Il nous annoncera ces choses. Mais Toi, qui es-Tu?
Il a dit: «Je Le suis, Moi qui te parle.»
E-141 Elle est entrĂ©e dans la ville, laissant cette cruche d’eau. Elle a dit: «Venez voir un Homme qui m’a dit ce que j’ai fait. Ne serait-ce point le Messie mĂȘme?»
E-142 Ça, c’était Son identification devant les Juifs et devant les Samaritains, mais pas devant les Gentils. Pas une seule fois cela n’a Ă©tĂ© fait devant un homme des Gentils. Mais dans Luc, au chapitre 17, Il a dit: «Dans les derniers jours, ce qui arriva du temps de Sodome, lorsque le Fils de l’homme sera rĂ©vĂ©lĂ©, ce qui arriva comme au temps de Sodome...» Et au temps de Sodome... Maintenant, nous terminons. Remarquez. Il y avait...
E-143 Faites toujours attention. Il y a toujours trois classes de gens, partout. L’un d’eux c’est le croyant, l’autre le soi-disant croyant, et l’autre l’incroyant. Et ils sont partout. Observez cela.
E-144 Observez JĂ©sus identifier le temps de Lot avec Sa Venue. Maintenant, suivez. «Ce qui arriva du temps de Lot...» Maintenant, Ă  quel genre... Il se rĂ©fĂ©rait alors... Il lisait le mĂȘme Livre de la GenĂšse que nous lisons. C’est ce que JĂ©sus lisait. «Le temps de NoĂ©,» et puis, «ce qui arriva du temps de Lot...» Regardez dans le passĂ©, et voyez ce que les gens faisaient au temps de NoĂ© et au temps de Lot, puisque c’est la mĂȘme Ecriture.
E-145 Eh bien, nous remarquons qu’au temps de Lot il y avait un homme qui avait Ă©tĂ© appelĂ© Ă  sortir du milieu des gens. Et il avait un groupe avec lui, ce qui reprĂ©sente l’Eglise spirituelle. Et cette Eglise spirituelle, c’était le groupe d’Abraham.
E-146 Alors, il avait quelqu’un lĂ  dans son groupe, son neveu qui l’a quittĂ©, du nom de Lot, et qui est allĂ© vivre Ă  Sodome. Et les pĂ©chĂ©s de Sodome tourmentaient son Ăąme; seulement, sa femme ne lui permettait pas de faire quelque chose Ă  ce sujet. Elle Ă©tait membre de tous les clubs, et ainsi de suite.
E-147 Et il y a simplement tant de Lot qui sont assis partout dans ces derniers jours et qui savent que la chose est mauvaise. Mais s’il disait quelque chose Ă  ce sujet, la femme Ă©glise, dont il est membre, lui retirerait sa carte. Donc, ce n’est qu’un gagne-pain. Alors, nous voyons donc que c’est...
E-148 Maintenant, attendez. Abraham attendait un fils promis (Est-ce juste?), un fils spirituel promis. [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.]
E-149 Maintenant... Et Lot était là-bas, il avait déjà oublié tout à propos du fils. Il était simplement là-bas vivant avec sa femme et ses enfants et tout le reste, là-bas à Sodome. Il était devenu le maire de la ville, et il était un grand homme. Sa femme était membre de tous les clubs, et tout marchait bien pour eux.
E-150 Et alors, observez ce tableau maintenant. Maintenant, accordez-moi encore juste une minute ou deux, votre attention, suivez attentivement. Observez le tableau. Le monde ne s’est jamais trouvĂ© dans une telle situation depuis, comme c’est le cas maintenant, c’est un tableau parfait. Observez ici le groupe appelĂ© Ă  sortir. Eh bien, trois Anges sont venus chez Abraham. Et deux d’entre eux sont descendus Ă  Sodome, l’Un d’eux est restĂ© avec Abraham. Et Celui qui est restĂ© avec Abraham...
E-151 Les deux qui sont descendus Ă  Sodome ont prĂȘchĂ© la repentance et ont dit: «Sortez d’ici.» «Sortez de cela», disaient-ils.
E-152 Mais Celui qui Ă©tait restĂ© avec Abraham, regardez comment Il s’est identifiĂ© devant Abraham. Or, souvenez-vous, Abraham Ă©tait Abram un jour ou deux avant cela. Et Sara Ă©tait... Elle n’était pas Sara. Maintenant, il est A-b-r-a-h-a-m, A-b-r-a-h-a-m, sept lettres. Et elle Ă©tait S-a-r-r-a-h cinq lettres; la grĂące, vous voyez. Non pas S-a-r-r-a, mais S-a-r-a-h (Voyez-vous?), Sarah. Et observez, Celui-ci qui est assis ici maintenant, en train de manger du veau, de boire du lait de vache, et de manger des gĂąteaux de maĂŻs avec du beurre. Pendant qu’Il Ă©tait assis lĂ , en train de manger et de parler Ă  Abraham, Il a dit: «Abraham.» Comment savait-Il que son nom Ă©tait Abraham? La Parole, Il Ă©tait la Parole. «Abraham, oĂč est ta femme, Sara?»
E-153 Les femmes en ce temps-lĂ  ne se comportaient pas comme celles d’aujourd’hui, vous savez, qui doivent se mĂȘler des affaires du mari et ainsi de suite, vous savez; elles restaient Ă  l’écart, vous voyez? Ainsi, elles... ainsi, elle se trouvait dans... Il a dit: «Elle est dans la tente, derriĂšre Toi.»
E-154 Et Il a dit: «Je...» Maintenant, c’est un pronom personnel. «Je vais te visiter selon la promesse.» Et elle avait Ă©tĂ© faite vingt-cinq ans auparavant. Elle avait quatre-vingt-dix ans, et lui, cent ans. Le voilĂ , la tĂȘte chauve qui brillait, sa barbe blanche pendante; elle, une vieille petite grand-mĂšre, avec une petite canne Ă  la main, lĂ -bas derriĂšre, un petit chĂąle sur les Ă©paules. «Je vais te visiter, et tu vas avoir cet enfant promis.»
E-155 Observez. Et Sarah s’en est moquĂ©e. Elle a dit: «Comment ces choses pourraient-elles se faire? Je suis vieille, et mon seigneur (son mari) est aussi vieux.» Vous comprenez ce que je veux dire, ils n’avaient plus vĂ©cu comme mari et femme depuis des annĂ©es et des annĂ©es et des annĂ©es. Eh bien, elle avait quatre-vingt-dix ans, et lui avait cent ans. Le sein de Sara Ă©tait mort; sa semence Ă  lui s’était dessĂ©chĂ©e et avait dĂ©pĂ©ri. Il n’y avait plus de dĂ©sir. Elle a dit: «Moi, avoir du plaisir comme une jeune femme avec mon mari, lui qui est aussi avancĂ© en Ăąge?» Eh bien, elle a ri.
E-156 Et l’Ange, ou le Messager, l’Homme, Son dos tournĂ© Ă  la tente, a dit: «Pourquoi Sara a-t-elle dit cela?» Voyez-vous? Qu’était-ce? Maintenant, suivez. Et alors, aprĂšs que le sacrifice a Ă©tĂ© offert, Il a disparu.
E-157 Maintenant, souvenez-vous, Abraham appela cet Homme «Elohim». Combien de lecteurs de la Bible savent cela? Vous le savez, c’est vrai. Elohim, c’est le Dieu Tout-Puissant sous la forme d’un homme. Il Ă©tait la Parole, puisqu’Il pouvait discerner les pensĂ©es. Voyez-vous?
E-158 Dieu dans la chair, qu’est-ce que cela tĂ©moigne? Que dans les derniers jours, a dit JĂ©sus, juste avant... quand le Fils de l’homme sera rĂ©vĂ©lĂ© Ă  Son Eglise promise, l’Eglise qui n’est pas lĂ -bas Ă  Babylone...
E-159 Nous avons une Ă©glise de Babylone, vous savez cela, les dĂ©nominations; elles sont Ă  Babylone. Et nous avons un–un Billy Graham et un Oral Roberts, et les autres lĂ -bas qui grondent sur eux aussi. Et, souvenez-vous, n’importe qui d’entre vous, historiens, il n’y a jamais eu un homme dans toute l’histoire des Ăąges de l’Eglise, qui soit allĂ© prĂȘcher lĂ -bas Ă  Babylone, dont le nom se termine avec h-a-m, jusqu’à ce jour: Billy G-r-a-h-a-m, ce qui fait six lettres, pas sept. LĂ -dessus, observez les messagers lĂ -bas qui prĂȘchent la repentance, et qui aveuglent leurs yeux par l’Evangile.
E-160 Et il y en avait Un qui Ă©tait avec les appelĂ©s Ă  sortir, l’Eglise Ă©lue, qui montrait le signe que Dieu Ă©tait dans la chair.
E-161 JĂ©sus Ă©tait Dieu dans la chair. Et si JĂ©sus est en vous ce soir, c’est toujours Dieu qui se manifeste dans les derniers jours, le Fils de l’homme qui se rĂ©vĂšle dans Son Eglise, la chair humaine, se faisant connaĂźtre. Saisissez-vous cela? Voyez? Dieu ici dans Son Eglise, se faisant de nouveau la Parole, le Fils de l’homme Ă©tant rĂ©vĂ©lĂ© dans les derniers jours comme du temps de Sodome.
E-162 Maintenant, souvenez-vous, si Dieu a donnĂ© aux Juifs et aux Samaritains ce signe, qu’Il Ă©tait la Parole, le ProphĂšte dont MoĂŻse avait parlĂ©, les Gentils... AprĂšs qu’ils L’avaient attendu quatre mille ans, nous avons eu deux mille ans pour L’attendre. Il doit s’identifier devant nous de la mĂȘme maniĂšre qu’Il l’avait fait autrefois, sinon Il avait commis une erreur lorsqu’Il s’était identifiĂ© cette fois-lĂ . Dieu, dans le mĂȘme contexte doit agir chaque fois de la mĂȘme maniĂšre; sinon, Il avait commis une erreur la premiĂšre fois. S’Il a sauvĂ© un homme sur la base de sa foi...
E-163 Ecoutez, Dieu ne change jamais, mes amis. Lorsque l’homme fut perdu dans le jardin d’Eden, et il cherchait la misĂ©ricorde, Dieu a pris une dĂ©cision sur la maniĂšre dont Il sauverait l’homme. Et Il l’a sauvĂ© par le Sang versĂ© d’un innocent. Est-ce vrai? Il n’a jamais changĂ© cela. Nous avons bĂąti des villes, des tours; nous avons bĂąti des systĂšmes Ă©ducationnels dĂ©nominationnels, et ils demeurent les mĂȘmes. Nous avons des dĂ©nominations et toutes sortes de choses. Mais Il ne sauve que par le Sang. Il ne peut pas changer cela. Dieu reste toujours fidĂšle Ă  Son systĂšme, Sa Parole. Tout ce qu’Il a fait la premiĂšre fois, Il doit le faire de nouveau ou alors, Il avait commis une erreur la premiĂšre fois.
E-164 Donc, tout ce que cette Parole de Dieu promet, c’est ce qui doit arriver. Et JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Il doit faire de mĂȘme; Il doit agir de la mĂȘme maniĂšre; Il doit ĂȘtre le mĂȘme. Comme Il l’a promis pour les derniers jours, Il serait dans Son Eglise.
E-165 Et, souvenez-vous, c’était le dernier signe que l’Eglise avait reçu avant la venue du fils promis. Abraham avait vu beaucoup de signes et de miracles. Mais celui-lĂ , c’était le dernier, la derniĂšre visitation avant la venue du fils promis. Est-ce vrai? VĂ©rifiez cela.
E-166 Maintenant, Ă©glise, observez. «Ce qui arriva en ce temps-là», nous avons eu toutes sortes de signes: la guĂ©rison, les miracles, le parler en langues, les prophĂ©ties. Mais, souvenez-vous, nous devons recevoir le dernier signe. Juste avant... Et, souvenez-vous, c’était un monde des Gentils qui fut brĂ»lĂ©. Cela doit ĂȘtre de mĂȘme en ce temps-ci. Juste avant que le feu ne descende, le Fils de l’homme se rĂ©vĂ©lera quand Il sera ici. «Encore un peu de temps, le monde ne Me verra plus. Mais vous, vous Me verrez (Ă  la consommation.) Je serai avec vous, mĂȘme en vous, Ă  la fin du monde.» JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. «Messieurs, nous voudrions voir JĂ©sus.» Inclinons la tĂȘte.
E-167 Notre PĂšre cĂ©leste, les Ecritures nous enseignent que Dieu L’a ressuscitĂ© le troisiĂšme jour. Saint Jean, chapitre 14, verset 12, nous apprend que JĂ©sus a dit: «Celui qui croit en Moi, fera aussi les oeuvres que Je fais, il en fera mĂȘme davantage; car Je M’en vais au PĂšre.»
E-168 Seigneur JĂ©sus, l’heure devient sombre et indistincte. L’église est perdue dans le dĂ©sert, elle erre partout, les gens vont d’une organisation Ă  une autre, d’une dĂ©nomination Ă  une autre.
E-169 Entre dans Ta Parole promise, viens, Seigneur JĂ©sus, et entre en nous ce soir. Entre dans chaque coeur qui est ici. Entre dans mon coeur et dans ma vie. Et puisses-Tu t’identifier avec notre foi en Toi ce soir, pour montrer que Tu es ressuscitĂ© d’entre les morts. Tu es le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Puissions-nous Te voir, Seigneur, dans ce petit groupe de pauvres gens, alors que nous sommes assemblĂ©s ici. Nous sommes ici parce que nous cherchons la vie. Quelle chose glorieuse que de savoir que Celui qui est la RĂ©surrection et la Vie est au milieu de nous, en train de s’identifier, non pas avec quelque chose de mystique, mais conformĂ©ment Ă  la Parole promise, comme il en Ă©tait au temps de NoĂ© et comme il en Ă©tait au temps de Lot, lorsque le Fils de l’homme s’était rĂ©vĂ©lĂ©.
E-170 Je Te prie, PĂšre, de l’accorder ce soir, que les malades et les nĂ©cessiteux qui sont ici, et ceux qui sont malades dans leurs Ăąmes, ceux qui n’ont fait qu’adhĂ©rer Ă  l’église, et qui ne connaissent rien au sujet de recevoir le Saint-Esprit, et de Le voir ponctuer chaque Parole qui se trouve dans la Bible d’un «Amen»... La Bible est un Livre mystĂ©rieux pour eux. Ils n’arrivent pas Ă  La comprendre. Puissent-ils recevoir l’InterprĂšte de la Parole ce soir, Laquelle n’a besoin d’aucun autre interprĂšte Ă  part Lui, qui La rend rĂ©elle pour leur vie. Accorde-le, PĂšre. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-171 Ce soir, je vais peut-ĂȘtre terminer avec dix minutes de retard pour avoir Ă©tĂ© si long. Pardonnez-moi. Nous allons simplement appeler quelques cartes de priĂšre, permettez-moi de prier pour eux.
E-172 Maintenant, je vais vous demander une chose. Maintenant, ne–ne vous levez pas et ne vous dĂ©placez pas, je vous prie. Restez simplement tranquilles, Ă  moins que ce soit simplement–simplement quelque chose comme un petit enfant ou quelque chose comme ça, que vous devez prendre. Mais si vous voulez bien rester tranquilles pendant quelques instants, juste...
E-173 Et voyons s’Il va venir. S’Il va venir pour s’identifier ce soir, Messieurs, nous voudrions voir JĂ©sus, et vous pouvez voir Sa Vie se manifester carrĂ©ment, accomplir exactement ce qu’Il avait fait alors, car Il doit faire de mĂȘme. Voyez- vous?
E-174 Il a dit: «Je suis le (quoi?) Cep. Vous ĂȘtes les (quoi?) sarments.» Eh bien, maintenant, de quelle maniĂšre... Le genre de vie qui se trouve dans le cep doit se trouver dans le sarment. Maintenant, regardez. Disons qu’ici aujourd’hui, vous...
E-175 N’est-ce pas que vous cultivez vous tous des fruits par ici, des agrumes et ainsi de suite? [Quelqu’un dit: «Des prunes.»–N.D.E.]. Quoi? [«Des prunes.»] Des prunes. TrĂšs bien. Vous cultivez...
E-176 Regardez par ici, si votre cep bourgeonne et qu’une branche sorte de ce cep, tout fruit qui se trouve sur ce cep... Si ce cep produit une autre branche, ce sera le mĂȘme fruit.
E-177 Je me tenais une fois avec mon ami, monsieur Sharrit, il y a deux ans, lĂ -bas en Arizona, et il avait un agrume lĂ -bas. Je pense que cela portait neuf diffĂ©rentes sortes de fruits. Et il y avait des citrons, des pamplemousses, des mandarines, des tangelos, des oranges. J’ai dit: «Quelle sorte d’arbre est-ce?»
Il a dit: «C’est un oranger.»
J’ai dit: «Bien, comment ces fruits se sont-ils retrouvĂ©s lĂ ?»
Il a dit: «Je les ai greffés.»
E-178 «Oh! j’ai dit, je vois, FrĂšre Sharrit.» J’ai dit... Je pense que frĂšre Sharrit Ă©tait avec moi la derniĂšre fois que j’étais ici. Et alors, j’ai dit: «Bien, FrĂšre Sharrit, alors l’annĂ©e prochaine, tous les fruits seront des oranges, et il n’y aura pas...»
E-179 «Oh! non. Non, non. Hum! hum!» Il a dit: «La branche du pamplemoussier produira des pamplemousses, la branche du citronnier produira des citrons.»
«Bien, ai-je dit, comment cela?»
Il a dit: «Ce sont tous des agrumes.»
E-180 Oh! j’ai alors compris cela. J’ai dit: «C’est ça.» J’ai dit: «Merci, Seigneur.»
E-181 Voyez-vous, nous greffons nos organisations dans ce cep. Cela vivra du cep, mais cela portera le genre de fruit selon son espĂšce. Mais si cet oranger produisait une autre branche, celle-ci portera des oranges. Et si cette Vie est venue de JĂ©sus-Christ, et que le Livre des Actes a Ă©tĂ© Ă©crit aprĂšs cette premiĂšre Eglise, si elle produit une autre branche, un autre Livre des Actes sera Ă©crit avec la mĂȘme chose aprĂšs cela, parce que cela doit ĂȘtre pareil. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]
E-182 Nous n’avons pas le temps de les prendre tous. Ainsi, allons rapidement maintenant, alors que nous avons juste quelques minutes, commençons à partir de M-1, 2, 3, 4, 5. Levez la main, vous qui avez...
E-183 Qui a M-1? Est-ce ici? La carte de priÚre M-1? Etes-vous certain? Oh! M-1? Vous avez la carte de priÚre n°1? Qui a... La dame là, le n°1? Venez carrément par ici. Est-ce là que vous allez? N°1, venez par ici, madame.
E-184 N°2, qui a la carte de priÚre n°2? Juste ici. TrÚs bien. Venez par ici, monsieur. 3? Levez la main.
E-185 Maintenant, regardez ces gens qui sont sur les civiĂšres. Lorsque leurs cartes seront appelĂ©es, transportez-les jusqu’ici, parce que je ne pense pas que l’un ou l’autre puisse marcher. Le monsieur lĂ -bas, sur le fauteuil roulant... TrĂšs bien.
E-186 1, 2, 3, carte de priĂšre 3? TrĂšs bien. 4? 4? Carte de priĂšre 4? Que... Regardez sur votre carte, maintenant, trĂšs rapidement. 5? Juste lĂ , levez-vous. Venez carrĂ©ment ici, monsieur. 6? Carte de priĂšre 6? 6? 7? Est-ce–est-ce... Ces gens parlent-ils français? 7? TrĂšs bien. 8? 8? Regardez, ce pourrait ĂȘtre un sourd ou quelqu’un comme cela. 8? TrĂšs bien. TrĂšs bien. Maintenant, regardez le–regardez le... Huissiers, regardez les cartes lĂ -bas. 8? 9, 9, 10? On ne sait jamais oĂč elles sont. On les mĂ©lange simplement et on les distribue partout. Vous voyez? 10? TrĂšs bien. 11? 11? Avez-vous 11? Carte de priĂšre 11? TrĂšs bien, par ici. 11, 12 Carte de priĂšre 12?
E-187 Est-il poss-...?... Est-ce poss-... parlent-ils français? [Un frĂšre parle Ă  frĂšre Branham.–N.D.E.] Comment? Comment? Oh! si je vous ai dĂ©jĂ  rencontrĂ©... Est-ce que vous parlez français?...?... 12.
E-188 13. Regardez, il se peut que ce soit un sourd. Vous voyez? Ils n’entendent pas, et ils sont simplement assis lĂ , tenant leurs cartes. 13, 14, 14? Carte de priĂšre 14? 14? Regardez chez certains–regardez chez votre voisin. Peut-ĂȘtre qu’il tient une carte, il est assis lĂ , sourd, vous savez. Et il n’entend rien. Alors, nous... Il n’y a pas de rĂ©action. 14. Maintenant, les cartes de priĂšre ne peuvent ĂȘtre Ă©changĂ©es et doivent ĂȘtre... Les gens doivent venir chercher leurs cartes et les garder. Il se peut que quelqu’un soit sorti.
E-189 Bien. 15? Eh bien, nous... Nous allons arrĂȘter. TrĂšs bien, allez-y. Vous avez 15? Allez-y. TrĂšs bien.
E-190 Maintenant, attendons juste ici une minute alors (voyez?), pendant que nous nous apprĂȘtons. TrĂšs bien, maintenant, s’il vous plaĂźt, soyez trĂšs rĂ©vĂ©rencieux et restez tranquilles juste un moment.
E-191 Maintenant, tout ce que j’ai dit ce soir, combien croient que c’est une promesse de l’Ecriture? Maintenant, eh bien, est-ce vrai, c’est la chose suivante. Voyez-vous? Est-ce que c’est vrai? [Amen.] Bien, si c’est vrai, alors, c’est la Parole de Dieu. Donc, Il est tenu d’accomplir Sa Parole, chaque promesse. Croyez-vous cela? [Amen.] Maintenant, s’Il se faisait connaĂźtre de la mĂȘme maniĂšre qu’Il s’est fait connaĂźtre aux Juifs et aux Samaritains (et Il a dit qu’Il le ferait de nouveau dans les derniers jours, chez les Gentils), allez-vous croire? Levez la main, dites: «Je croirai cela.» [Je crois cela. Amen.] Maintenant, il y a...
E-192 Maintenant, ces gens qui sont ici, je–je ne pense pas qu’il y ait quelqu’un ici qui me connaisse. Je–je pensais avoir vu quelqu’un ici il y a quelques instants que je connaissais, mais je–je pense qu’ils sont partis, quelqu’un. Tout le monde m’est inconnu. Combien lĂ -bas savent que je ne connais rien Ă  leur sujet? Levez la main, partout au balcon, oĂč que vous soyez. SĂ»rement. Maintenant, suivez, alors qu’on est en train de les apprĂȘter lĂ -bas...
E-193 Il y avait une fois, une petite dame, et disons qu’elle n’avait pas une carte de priĂšre. Elle avait quelque chose de mieux. Elle avait la foi. Et elle a dit: «Je crois cet Homme. Si je peux juste toucher le bord de Son vĂȘtement, je serai rĂ©tabli.» Combien savent que c’est dans les Ecritures, la femme Ă  la perte de sang? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] TrĂšs bien.
E-194 Maintenant, suivons ceci, encore une Ecriture–en attendant qu’ils me disent qu’ils sont prĂȘts.
E-195 Cette femme n’avait pas de carte de priĂšre, mais elle avait la foi. Elle a dit... Elle n’avait aucune Ecriture pour cela, comme vous en avez ce soir, mais elle, elle n’avait aucune Ecriture, mais elle a dit: «Si je peux toucher Son vĂȘtement, je crois cet homme, je serai guĂ©rie.» Et elle s’est faufilĂ©e Ă  travers la foule, et a touchĂ© Son vĂȘtement.
E-196 Eh bien, avez-vous dĂ©jĂ  vu les vĂȘtements des Palestiniens? Cela flotte librement, et cela comporte aussi un vĂȘtement de dessous. Maintenant, si vous touchiez la poche de mon manteau, je ne sentirais jamais cela. Voyez-vous? Et Son vĂȘtement flottait Ă  cette distance de Lui.
E-197 Il n’a jamais senti le toucher physique. Il–Il a mĂȘme donc prouvĂ© cela. Il a dit: «Qui M’a touchĂ©?»
E-198 Et Pierre a dit: «Eh bien, Seigneur...» En d’autres termes, Tu amĂšneras les gens Ă  penser que Tu es–que Tu es mentalement... Voyez-vous? «Ne–ne–ne dis pas cela. (Voyez-vous?) Ne fais pas cela, car c’est tout le monde qui Te touche.»
E-199 Il a dit: «Mais Je sens que Je me suis affaibli.» Une vertu Ă©tait sortie de Lui; c’est-Ă -dire, la force. «Je Me suis affaibli.» Et Il a cherchĂ© des yeux partout dans l’assistance, et Il a trouvĂ© la femme, et Il lui a parlĂ© de sa perte de sang, et lui a dit que sa foi l’avait guĂ©rie. Combien connaissent cette histoire? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»] C’est vrai.
E-200 Maintenant, maintenant, Ă  vous ministres et les frĂšres qui sont ici, eh bien, la Bible dit qu’Il est ce soir le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s. Est-ce vrai? [Amen.]
E-201 Combien parmi ceux qui sont lĂ -bas croient cela? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»]
E-202 Il est le Souverain... assis Ă  la Droite de Dieu ce soir, un Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s. Alors, comment agirait-Il si vous Le touchiez? Il agirait de la mĂȘme maniĂšre qu’Il le fit alors, s’Il est le mĂȘme hier et Ă©ternellement. Est-ce vrai? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»]
E-203 Ainsi, maintenant, croyez; priez; ayez confiance. Voyez ce que Dieu fait (voyez-vous?). Si vous pouvez toucher Son vĂȘtement, touchez-Le. Dites: «Seigneur JĂ©sus, je sais que ce prĂ©dicateur ne me connaĂźt pas. Il ne sait rien Ă  mon sujet. Mais Toi, Tu connais tout Ă  mon sujet. Alors, Seigneur, lorsque je Te toucherai, Toi parle au travers de lui.» Eh bien, qu’est-ce?
E-204 Un don, ce n’est pas quelque chose que vous prenez, comme une faucille, ou un couteau, et vous y allez avec ce couteau, comme un don pour couper. Ce n’est pas ça un don de Dieu. Un don de Dieu, c’est simplement... Un don de Dieu, c’est savoir vous dĂ©tendre, vous mettre hors du chemin, afin que Dieu puisse entrer et vous utiliser. Ce n’est pas quelque chose que vous tenez en main, avec lequel vous donnez des coups de couteau partout. Vous vous mettez simplement hors du chemin, et vous laissez le Saint-Esprit vous utiliser. N’est-ce pas ce que vous faites lorsque vous parlez en langues, vous les pentecĂŽtistes? Mettez-vous simplement hors du chemin.
E-205 C’est la mĂȘme chose ici maintenant. Et s’Il nous l’accorde, croirez-vous cela, accepterez-vous cela, et saurez-vous que Sa PrĂ©sence est ici? Vous n’aurez alors pas besoin d’une carte de priĂšre.
E-206 Qu’en est-il du Juge des cieux et de la terre? Comme L’a appelĂ© Abraham: «Juge du ciel et de la terre, ferais-Tu quelque chose de mal?» Voyez-vous? Si Lui, dans ces derniers jours, conformĂ©ment Ă  Sa promesse... Eh bien, pendant la semaine, nous allons simplement continuer Ă  donner des Ecritures lĂ -dessus, pour vous montrer que c’est la vĂ©ritĂ©. Et s’Il est avec nous ici ce soir de façon si manifeste que vous pouvez voir Ses oeuvres et reconnaĂźtre qu’Il est ici, et que c’est Sa Parole promise, pas quelque chose de mythique, mais ce que Sa Parole a promis qu’Il serait, alors, croyez en Lui.
E-207 Maintenant, je ne sais pas. Eh bien, des fois, lorsque les visions viennent, alors cela... Je ne peux pas savoir ce que je dis. Alors, laissez le–le microphone, ou quoi que ce soit, celui qui s’occupe de cela, augmentez le volume de cela. Je veux que vous soyez trĂšs rĂ©vĂ©rencieux juste pendant un instant.
E-208 Maintenant, est-ce lĂ  la–la dame? Eh bien, il se trouve que c’est une femme, c’est juste ce dont j’étais en train de parler, Saint Jean 4. Une femme et un homme qui se rencontrent pour la premiĂšre fois dans leur vie. Je suis un parfait inconnu. Nous sommes de parfaits inconnus l’un pour l’autre. Si c’est vrai, levez simplement la main, afin que les gens voient. Nous ne nous sommes donc jamais rencontrĂ©s dans la vie. VoilĂ  une femme qui se tient ici, je... c’est juste quelque chose de parfait de notre... Vous n’ĂȘtes pas cette femme-lĂ , et je ne suis pas le Seigneur, mais il–il s’agit de deux personnes qui se rencontrent ici juste dans un petit endroit, comme eux s’étaient rencontrĂ©s pour la premiĂšre fois dans leur vie. Maintenant, s’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, Il vous parlera peut-ĂȘtre une minute (voyez-vous?) comme Il le fit avec la femme. Voyez-vous? Maintenant, le PĂšre...
E-209 L’autre jour, rĂ©cemment, lorsque frĂšre Borders que voici Ă©tait... Nous avions six cents et quelques invitations pour nous rendre dans ces Etats d’ici, Ă  part celles d’outre-mer. Il a dit: «A Baton Rouge, en Louisiane, il y a un groupe de gens lĂ -bas.»
E-210 J’ai dit: «Allez-y. C’est trĂšs bien. PrĂ©parez la rĂ©union lĂ -bas.» Je me suis senti conduit Ă  faire cela. Me voici. Maintenant, je ne sais pas quelle sera la chose suivante; je suis juste ici. C’est tout ce que je sais. Voyez-vous?
E-211 Maintenant, vous voilĂ  une personne. Moi, je prĂȘche la Parole, en disant qu’Il n’est pas mort, qu’Il est vivant. Il est vivant, et Il a promis de s’identifier dans notre chair, dans la chair humaine, comme Il l’avait fait lĂ -bas. Voyez-vous? Tout ce que Dieu Ă©tait, Il l’a dĂ©versĂ© en Christ. Tout ce que Christ Ă©tait, Il l’a dĂ©versĂ© dans l’Eglise. C’est Lui, Christ en nous. Maintenant, si le Seigneur JĂ©sus est ressuscitĂ© d’entre les morts...
E-212 Si je vous faisais monter ici et vous imposais les mains, peut-ĂȘtre comme le font certains de nos frĂšres Ă©vangĂ©listes (ce qui est tout Ă  fait en ordre), et vous imposais les mains, en disant: «Votre infirmitĂ© est partie. Le Seigneur vous a guĂ©rie», ce serait en ordre. Vous pourrez partir. C’est OK. Je soutiens certainement cela Ă  cent pour cent. C’est ce que la Bible dit.
E-213 Mais maintenant, qu’en serait-il s’Il se tenait ici et vous disait quelque chose que vous avez fait, ou quelque chose que vous n’auriez pas dĂ» faire? S’Il sait ce que vous avez Ă©tĂ©, et vous dit ce que vous avez Ă©tĂ©, et vous savez si c’est vrai ou non, si ensuite Il vous dit ce que sera le futur... Si cela est vrai, ceci sera aussi vrai. Est-ce vrai? Par consĂ©quent, c’est Lui. Vous voyez? Eh bien, je le dis simplement afin de contacter votre esprit (voyez?), juste comme Il a fait avec la femme au puits: «Apporte-moi Ă  boire.»
E-214 Eh bien, il y a une chose que j’aimerais que vous remarquiez maintenant. Observez cette femme, remarquez l’expression de son visage changer Ă  l’instant mĂȘme. Vous voyez? Elle est consciente que quelque chose est en train de se produire. Combien ont dĂ©jĂ  vu la photo de cette LumiĂšre? Voyez? Elle est juste sur cette femme maintenant. Voyez, voyez? La voyez-vous–La voyez-vous lĂ ? C’est une sorte de LumiĂšre ambre, qui se dĂ©place. Maintenant, voici son problĂšme ...
E-215 Eh bien, si je pouvais vous guĂ©rir, je le ferais. Mais, je ne peux pas. Je ne peux pas vous guĂ©rir. C’est Dieu qui guĂ©rit, c’est votre foi en Dieu.
E-216 Vous ĂȘtes extrĂȘmement nerveuse. Vous souffrez de nervositĂ©. Et puis, vous avez un problĂšme dans votre gorge. Vous pouvez Ă  peine parler, c’est lĂ©gĂšrement au-dessus d’un murmure. Il s’agit de la glande tyroĂŻde. C’est juste. Maintenant, croyez-vous? Eh bien, un instant. Juste pour que les gens ne pensent pas que j’ai devinĂ© cela, juste une minute. Voyez-vous? Je (oui)–je le dis pour que les gens ne puissent pas penser... Vous ĂȘtes une personne aimable. Et j’ai un bon contact avec le Saint-Esprit, avec vous (voyez?). Alors maintenant, oui, on vous avait recommandĂ© de vous faire opĂ©rer, mais vous avez refusĂ© cela. C’est tout Ă  fait juste. Vous vous attendez Ă  Dieu. Absolument.
E-217 Autre chose, vous souffrez de l’asthme, cela vous dĂ©range. C’est vrai, n’est-ce pas? Maintenant, vous voyez, il y a Quelque Chose ici qui vous connaĂźt. N’est-ce pas vrai? Croyez-vous que c’est Lui? Croyez alors cela, descendez de l’estrade et portez-vous bien. Et croyez cela de tout votre coeur. Croyez-vous maintenant de tout votre coeur? «Si tu peux croire.»
E-218 Bonsoir, monsieur. Je suis un inconnu pour vous, je suppose, si nous... [Le frĂšre dit: «Je vous ai dĂ©jĂ  rencontrĂ© une fois Ă  Baton Rouge.–N.D.E.] Vous–vous avez fait ma connaissance lorsque j’étais ici auparavant, Ă  Baton Rouge, oh! la la! cela fait bien longtemps, n’est-ce pas? Je pense que cela fait douze ans ou plus, peut-ĂȘtre plus, peut-ĂȘtre quatorze ans. Bien, je ne savais rien Ă  votre sujet, pas plus que de savoir que vous vous trouviez dans la rĂ©union ou autre. Mais Dieu vous connaĂźt.
E-219 Et c’est une LumiĂšre. Je dois La surveiller, voir oĂč Elle va. Vous voyez, vers d’autres personnes. Cela c’est l’onction. Maintenant, si le Seigneur JĂ©sus va... Nous voilĂ ... Je–je crois que la derniĂšre personne Ă©tait une–une femme. Eh bien, c’est simplement comme un rĂȘve (Vous voyez?), comme si vous avez rĂȘvĂ© quelque chose.
E-220 Eh bien, maintenant, vous ĂȘtes un homme. Et maintenant, lorsque JĂ©sus rencontra un homme, Simon Pierre... Lorsqu’Il s’est identifiĂ©, le nom de l’homme Ă©tait alors Simon. Il l’a appelĂ© Pierre. Il a dit qu’il serait dĂ©sormais appelĂ© Pierre. Si le Seigneur JĂ©sus me disait ce qu’est votre problĂšme, croiriez-vous que je suis Son serviteur et qu’Il est prĂ©sent?
E-221 Chaque homme qui se trouve ici croirait-il la mĂȘme chose? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Peut-ĂȘtre que vous ĂȘtes connu ici, du fait que vous vivez dans cette ville.
E-222 Je vois quelque chose, c’est comme si vous ĂȘtes excitĂ© au sujet de quelque chose. C’est... Oui. C’est ça, car il s’agit du sang, un problĂšme de sang. Vous saignez au niveau des entrailles. [Le frĂšre dit: «Amen.»] C’est tout Ă  fait exact. Un ulcĂšre s’est aussi formĂ© dedans. Vous voyez? Eh bien, c’est vrai, n’est-ce pas? [Amen.]
Maintenant, vous croyez? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»]
E-223 C’est de cette maniĂšre que notre Seigneur l’aurait fait, n’est-ce pas? C’est Lui qui le fait. Ne le croyez-vous pas? [Le frĂšre dit: «Amen.»] Et si... JĂ©sus a dit Ă  Simon quel Ă©tait son nom. Qu’en serait-il si Dieu me rĂ©vĂ©lait votre nom? Allez-vous croire? TrĂšs bien, Monsieur Louis Carey. C’est tout Ă  fait exact. Continuez votre chemin. Ayez foi en Dieu.
E-224 [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»] Croyez-vous? Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.
E-225 Je suis un inconnu pour vous, soeur. Je ne vous connais pas. Je ne vous ai jamais vue de ma vie. Vous ĂȘtes juste une femme qui se tient ici; vous ĂȘtes plus jeune que moi, nous sommes nĂ©s Ă  des kilomĂštres de distance et Ă  des annĂ©es d’intervalle. Mais, Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Croyez-vous cela? [La soeur dit: «Oui.»] Croyez-vous cela–cela?
E-226 Eh bien, vous savez, le fait de vous tenir Ă  cĂŽtĂ© d’un homme, de votre frĂšre ici, ne ferait pas que vous vous sentiez comme cela. Vous savez qu’il doit y avoir Quelque Chose d’autre qui est prĂ©sent. Quelque Chose de trĂšs doux, d’humble, de bienveillant. N’est-ce pas vrai? Si c’est vrai, afin que l’assistance le sache, levez simplement la main pour que les gens puissent voir. Voyez, je la regarde droit en face. Cette LumiĂšre est en train de dĂ©crire des cercles juste autour d’elle.
E-227 Cette dame se tient ici pour quelqu’un d’autre. Elle n’est pas ici pour elle-mĂȘme; c’est pour une fille. C’est juste. Croyez-vous que le Seigneur peut me dire ce que... Vous comptez amener cette fille Ă  la rĂ©union. Mais croyez-vous–vous que Dieu peut me dire ce dont elle souffre? Allez-vous croire et poser ce mouchoir sur elle, et croire qu’elle sera guĂ©rie? Il s’agit de son dos. C’est vrai. C’est exact. Partez, croyez maintenant. Posez cela sur elle, elle sera guĂ©rie. TrĂšs bien. Croyez-le simplement.
E-228 Croyez-vous de tout votre coeur? Si tu peux croire, tout est possible Ă  ceux qui croient.
E-229 Bonsoir. Nous sommes inconnus l’un Ă  l’autre, je suppose. Je ne vous connais pas. Vous ne me connaissez pas. Mais le Seigneur nous connaĂźt tous deux. Alors, Ă©tant donnĂ© que c’est un homme et une femme qui se rencontrent pour la premiĂšre fois... Eh bien, notre Seigneur a dit cette seule chose Ă  cette femme, et toute la ville a cru. Les gens n’ont pas... Il n’a plus fait cela. Il a fait cela juste une fois et toute la ville a cru.
E-230 Maintenant, ne–n’ayez pas peur. Rien ne va vous dĂ©ranger. Cela va vous aider (voyez-vous?) parce que je ne crois pas que vous soyez une critiqueuse, sinon cette vibration de... l’Esprit du Seigneur ne serait pas venu comme cela. Vous ĂȘtes une croyante, vous n’avez donc aucune raison de vous alarmer au sujet de quoi que ce soit.
E-231 Vous souffrez de la–la hernie. C’est tout Ă  fait exact. Et croyez-vous que le Seigneur JĂ©sus vous guĂ©rira de cela? Qu’en serait-il si je vous disais quelque chose d’autre dont vous souffrez? Cela vous encouragera-t-il Ă  croire? Vous avez un nodule. Si je peux vous le dire, cela ne se trouve pas sur votre joue; c’est sur le dos. Si c’est vrai, agitez la main. TrĂšs bien. Maintenant, croyez. Partez, croyez et soyez rĂ©tablie.
E-232 Croyez-vous maintenant, chacun de vous, de tout votre coeur? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Eh bien, cela devrait amener chacun Ă  rĂ©aliser qu’il est dans la PrĂ©sence de Dieu. TrĂšs bien.
E-233 Monsieur, croyez-vous que Dieu peut guérir cette arthrite et vous rétablir? [Le frÚre dit: «Oui.»] Si vous croyez, continuez simplement à marcher, en disant: «Merci, Seigneur Jésus.»
E-234 Maintenant, venez par ici, madame. Je vois que vous essayez aussi de vous lever du lit, trĂšs lentement: c’est aussi l’arthrite. Si vous croyez de tout votre coeur, Dieu vous rĂ©tablira. Le croyez-vous? TrĂšs bien. Continuez simplement Ă  marcher, en disant: «Merci, Seigneur JĂ©sus. Je le crois certainement de tout mon coeur.» TrĂšs bien.
E-235 Approchez, monsieur. Vous souffrez de la nervositĂ© et d’autres choses, de la prostate et de l’arthrite aussi. Et posez cela sur elle, croyez de tout votre coeur. Elle sera aussi guĂ©rie. Maintenant, continuez simplement Ă  marcher, Ă  croire en Dieu et tout ira bien, si vous pouvez simplement croire. C’est ça.
E-236 Venez par ici, madame. Croyez-vous que je suis Son serviteur? Le croyez-vous? Croyez-vous que Dieu peut guĂ©rir ce trouble cardiaque dont vous souffrez? Bien, continuez simplement Ă  marcher et dites: «Merci, Seigneur. Je Te remercie pour m’avoir guĂ©rie du trouble cardiaque.» Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est ça.
E-237 Approchez, monsieur. Croyez-vous que ce que vous voyez est la vĂ©ritĂ©? Qu’en serait-il si je vous disais que ce trouble de l’estomac a Ă©tĂ© guĂ©ri lĂ -bas et que vous pouvez aller prendre votre souper? Le croirez-vous? TrĂšs bien. Allez-y, prenez votre souper. Vous irez bien.
E-238 Vous devez... Vous ĂȘtes couvert par une ombre, c’est le cancer. Croyez-vous que Dieu peut vous rĂ©tablir et vous guĂ©rir? C’est ça. Continuez simplement Ă  marcher, en disant: «Merci, Seigneur JĂ©sus. Je crois que c’est complĂštement parti.»
E-239 Vous avez aussi un coeur nerveux. Croyez-vous que Dieu guérira cela et vous rétablira? Continuez simplement à marcher, en disant: «Merci, Seigneur Jésus.» Croyez cela de tout votre coeur.
E-240 Venez par ici, madame. Regardez ici. La chose dont vous souffrez principalement... Vous souffrez de plusieurs choses, dont une maladie gynĂ©cologique. Mais votre problĂšme principal c’est un trouble cardiaque qui vous dĂ©range terriblement. Croyez-vous que Dieu va guĂ©rir cela et vous rĂ©tablir? Continuez simplement Ă  marcher, en disant: «Merci, Seigneur JĂ©sus. Je crois de tout mon coeur.» C’est ça.
E-241 Approchez, monsieur. Vous avez deux ou trois problĂšmes, des complications. Mais votre problĂšme principal pour lequel vous voulez que je prie, ou sur lequel vous voulez vous enquĂ©rir, c’est cette arthrite que vous avez. Ne regardez pas Ă  l’arthrite. Continuez simplement Ă  marcher, Ă  croire et vous n’aurez plus jamais Ă  tenir ce bĂąton. Amen. Croyez-Le de tout votre coeur.
E-242 Vous souffrez d’un trouble de l’estomac. C’est dĂ»... Vous l’avez depuis longtemps, c’est la nervositĂ© qui a provoquĂ© des ulcĂšres dans l’estomac. Lorsque vous buvez quelque chose, notamment du cafĂ© ou quelque chose du genre, cela devient aigre dans votre bouche et tout comme cela. Partez, croyez maintenant et cela ne vous dĂ©rangera plus. JĂ©sus-Christ va vous rĂ©tablir.
E-243 Approchez, madame. Croyez-vous que JĂ©sus-Christ... Un instant. Un instant.
E-244 Croyez-vous que Dieu guĂ©rit cette sinusite, vous qui ĂȘtes assise lĂ -bas, et qu’Il vous rĂ©tablit de la sinusite? Le croyez-vous de tout votre coeur? La dame assise lĂ -bas, portant une robe Ă  carreaux, croyez-vous que Dieu va vous guĂ©rir et vous en rĂ©tablir? Vous aviez plus de foi que vous ne le pensiez. C’est trĂšs bien. C’est fini maintenant. Croyez.
E-245 Qu’en pensez-vous? Croyez-vous que Dieu va vous guĂ©rir et vous rĂ©tablir de cette nervositĂ©, l’homme assis par lĂ , cet homme-lĂ ? [Le frĂšre dit: «Oui, monsieur.»–N.D.E.] Croyez-vous? Le croyez-vous? Alors, Qui avez-vous touchĂ©? Vous ne m’avez point touchĂ©, moi. Vous L’avez touchĂ©. C’est ce qui fait cela. Amen.
E-246 Vous ĂȘtes tombĂ© sur vos genoux, vous souffriez des yeux. Vos yeux deviennent si malades que vous avez de la peine Ă  vous dĂ©placer. Croyez-vous que Dieu va vous rĂ©tablir? Croyez-le et vous pouvez recevoir la chose. Amen. Je vous demande de le croire.
E-247 Ce trouble, ce trouble de l’estomac vient de vous quitter. Le croyez-vous? Maintenant, continuez votre chemin, rĂ©jouissez-vous et dites: «Merci Seigneur», et soyez guĂ©ri.
E-248 Cette petite dame assise juste ici, portant une robe verte, vous essayez de toucher quelque chose. Vous ĂȘtes en train de prier. Croyez-vous que Dieu peut me dire ce pour quoi vous priez? Si vous ĂȘtes dĂ©barrassĂ©e de cette affection de la vĂ©sicule biliaire, pensez-vous que vous irez bien? La dame plutĂŽt corpulente assise lĂ , qui porte une robe, de forte corpulence, croyez-vous que Dieu va vous guĂ©rir de cette affection de la vĂ©sicule biliaire, si vous pouvez croire? Dieu va vous l’accorder et vous pouvez partir et ĂȘtre guĂ©rie. Amen.
E-249 Vous devez le croire. Vous ne pouvez recevoir que selon la mesure de votre foi. Combien parmi vous veulent croire de tout leur coeur?
E-250 Eh bien, Messieurs, nous voudrions voir JĂ©sus. Il est ressuscitĂ© d’entre les morts. Il est vivant aujourd’hui. Il est ici dans Son Eglise, montrant que Sa Venue est proche.
E-251 Le monde va ĂȘtre brĂ»lĂ© comme il en Ă©tait aux jours de Sodome. Des charges [atomiques] et autres sont dĂ©jĂ  constituĂ©es pour le mettre en feu. Mais avant que cela n’arrive, le Fils promis, JĂ©sus-Christ, viendra en Personne ramener Son Eglise Ă  la maison. Croyez-vous cela de tout votre coeur? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»]
E-252 Croyez-vous qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»] Combien croient maintenant que Sa PrĂ©sence est ici et croient qu’Il a fait cette dĂ©claration «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: s’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris»? Levez la main.
E-253 Maintenant, imposez-vous les mains les uns aux autres. LĂ  oĂč il y a des malades, imposez-vous les mains. Oui, je suis en retard, je crains qu’ils me disent d’arrĂȘter. Placez vos mains, maintenant, priez les uns pour les autres. Ne priez pas pour vous-mĂȘme; priez pour celui Ă  qui vous avez imposĂ© les mains. Maintenant, Il est ici afin de guĂ©rir chacun de vous. Croyez-le.
E-254 PÚre céleste, nous croyons maintenant de tout notre coeur que dans la Présence de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, le diable a perdu sa puissance, son influence. Et Jésus-Christ vit maintenant.
E-255 Sors, Satan! Que ces gens soient guĂ©ris pour l’amour du Royaume de Dieu.

En haut