ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



Prédication Confirmant Sa Parole / 64-0816 / Jeffersonville, Indiana, USA // SHP 2 heures et 54 minutes PDF

Confirmant Sa Parole

Voir le texte français et anglais simultanément
E-1 Restons debout et inclinons la tĂȘte. Seigneur JĂ©sus, nous Te sommes reconnaissants ce matin pour le privilĂšge que nous avons de venir dans Ta PrĂ©sence, dans Ta maison oĂč Ton peuple s’est rĂ©uni en Ton Nom. Tout T’appartient, Seigneur. Et nous nous confions maintenant Ă  Toi, pour l’expectative que nous avons dans nos coeurs, pour un–un service dĂ©diĂ© Ă  ceux qui sont sans Dieu et sans Christ, afin qu’ils soient sauvĂ©s, que les malades soient guĂ©ris et que les saints soient bĂ©nis. Accorde-le, Seigneur. Et alors, Ă  la fin, nous inclinerons la tĂȘte avec humilitĂ© et Te rendrons gloire pour tout ce que Tu auras fait par nous en ce jour. Car c’est au Nom de JĂ©sus que nous l’avons demandĂ©. Amen. (Vous pouvez vous asseoir.)
E-2 Je suis vraiment reconnaissant pour ce privilĂšge d’ĂȘtre de nouveau ici aujourd’hui et pour vous qui avez effectuĂ© un si trĂšs long voyage pour venir Ă©couter le message, pour le service de ce matin. Je sais que vous n’ĂȘtes pas venus juste pour me voir ou m’écouter; vous ĂȘtes venus pour rencontrer le Seigneur JĂ©sus. Et j’espĂšre donc qu’Il vous accordera le dĂ©sir de votre coeur.
E-3 Bon, je suis–je suis de retour, je suis rentrĂ©, j’avais amenĂ© ma famille Ă  Tucson et puis, je suis revenu. Je suis fatiguĂ© et Ă©puisĂ©. Et j’ai Ă©tĂ© en dĂ©placement tout l’étĂ©, depuis le mois de janvier, et maintenant, je suis revenu pour aller dans le Kentucky cette semaine chasser avec quelques amis, pour essayer de me dĂ©tendre un peu. Cela me rend trĂšs nerveux, vous savez, je suis donc... Billy et moi sommes tous les deux presque extĂ©nuĂ©s; c’est pourquoi nous–nous prions que Dieu nous aide Ă  nous dĂ©tendre pendant cette semaine.
E-4 Le Seigneur voulant, je dĂ©sire revenir ici le dimanche prochain, le Seigneur voulant. Et je dĂ©sire tenir un service spĂ©cial dimanche prochain. Je dĂ©sire faire quelque chose d’un peu diffĂ©rent de ce que nous faisons d’habitude. Eh bien, j’annonce ceci afin que les gens qui pourraient... qui ne sont peut-ĂȘtre pas intĂ©ressĂ©s n’aient pas Ă  venir. Cependant, nous prions toujours pour les malades, le Seigneur voulant, quand les gens viennent. Et le dimanche prochain, j’aimerais dĂ©couvrir ce que vous avez tous sur le coeur. Je–j’aimerais que vous Ă©criviez cela aujourd’hui et, en partant, que vous dĂ©posiez cela sur la chaire. FrĂšre Neville transmettra cela Ă  Billy Paul qui me le fera parvenir, ce que vous avez sur le coeur. Dites simplement... Si c’est une question en rapport avec la Bible, c’est en gĂ©nĂ©ral de cette maniĂšre que je procĂšde. Je vais donc Ă©claircir cela un peu: peut-ĂȘtre que vous avez certains problĂšmes sur le coeur, que–que, d’une façon ou d’une autre, vous–que vous n’arrivez pas Ă  rĂ©soudre; par exemple vous avez, oh! peut-ĂȘtre un problĂšme conjugal. Vous n’ĂȘtes pas tenu d’y mentionner votre nom, mais Ă©crivez simplement: «Mon mari fait ceci et cela, et ça me gĂȘne.» «Mon Ă©pouse fait ceci et cela.» «Et–et–il–il se passe une certaine chose dans ma vie», ou–ou quelque chose de ce genre, vous savez, tout ce que vous avez sur le coeur, quelque chose qui vous dĂ©range. Je pense que ce serait bien. N’est-ce pas?
On se rendra alors compte que peut-ĂȘtre, en rĂ©pondant Ă  votre question, je pourrais rĂ©pondre Ă  celle de quelqu’un d’autre. Vous voyez? Les gens peuvent avoir le mĂȘme problĂšme. Juste ce que vous avez sur le coeur, dites-le aussi briĂšvement que possible; par exemple: «J’ai un enfant qui semble ne pas se comporter comme il faut, que dois-je faire?» «Mon mari ne veut pas venir avec moi Ă  l’église. Il se montre arrogant envers moi, que dois-je faire?» Ou une femme qui se comporte de mĂȘme. Ou encore–ou encore, vous savez, «la Bible dit telle chose dans un passage et telle autre dans un autre; je ne comprends pas ça. J’aimerais savoir ce que ça signifie.» «Je suis chrĂ©tien, je travaille au bureau. Si le chef dit telle et telle chose, et m’invite Ă  une soirĂ©e oĂč on boit, que devrais-je–devrais-je faire?» Vous voyez, vous savez, juste des choses telles qu’on en a dans l’esprit humain. Nous voulons que vous...
E-5 Ainsi donc, aprĂšs cela, je–je dois alors retourner en Arizona. Et je me disais que j’aurais–j’aurais l’occasion de vous aider un peu Ă  comprendre, et cela de mon mieux. Aujourd’hui, j’aimerais que vous m’en dĂ©posiez autant que possible sur la chaire, avant votre dĂ©part. Ecrivez simplement cela et dĂ©posez cela ici, et–et frĂšre Neville ou l’un d’eux me les fera parvenir. Et cette semaine, Ă  la montagne, j’aurai l’occasion d’étudier cela et–et de prier pour cela et de vous trouver une rĂ©ponse scripturaire pour tout autant que je le peux, pour vous aider. En effet, c’est dans ce but que nous sommes rassemblĂ©s ici, c’est pour nous entraider. Vous voyez? Vous m’aidez en priant pour moi, et j’espĂšre que je pourrai vous aider. C’est pourquoi, n’oubliez pas, ce sera le dimanche prochain, le matin.
E-6 Et maintenant, aujourd’hui, comme d’habitude, nous sommes... nous avons parmi nous des visiteurs. Combien ont effectuĂ© une distance de plus de cent miles [160 km]? Levez la main. Ça fait quatre vingt-dix-neuf pour cent de l’assemblĂ©e. Il y a quelques dimanches, j’ai dit: «Combien ont effectuĂ© telle distance?», ou quelque chose comme ça, et je n’ai vu aucune main des gens de Jeffersonville. Oui. Cependant, le jour suivant, j’en ai vu; ils ont dit: «FrĂšre Branham, tous les visiteurs sont entrĂ©s, ont-ils dit, nous les avons simplement laissĂ©s occuper nos siĂšges dans l’église.» Ils ont donc dit que les gens Ă©taient venus par centaines, mais ils n’ont pas pu entrer. Ils ont dit: «C’est parce que nous avions des visiteurs.» Vous voyez? Eh bien, c’est gentil de la part des gens de Jeffersonville qui sont par ici. Nous–nous–nous en sommes reconnaissants, Jeffersonville et New Albany, ainsi que les gens qui sont dans les parages. Nous les en remercions. Combien ont effectuĂ© une distance de plus de mille miles [1600 km]? Oh! la la! Combien ont effectuĂ© une distance de plus de mille miles? Levez la main. Ça, par exemple! C’est merveilleux. C’est ...?...
E-7 Le dimanche passĂ©, il y a de cela une semaine, je parlais sur un sujet: La Demeure Future de l’Epouse et de l’Epoux, et je pense qu’il y avait des gens venant d’un rayon de mille cinq cents miles carrĂ© [2414 km2]. Et voilĂ  que c’était lĂ  exactement la superficie de la CitĂ© dont je parlais, mille cinq cents miles carrĂ©s. Depuis lors, je m’en rĂ©jouis, sachant que lorsque cette vie sera terminĂ©e, j’irai dans cette CitĂ©-lĂ . Je vais Ă  cette Ville, le reste n’a aucune importance. Qu’importe si le soleil ne brille pas aujourd’hui ou si demain n’arrive jamais? Nous avons une demeure, un lieu de repos. FatiguĂ© ou pas, nous avons malgrĂ© tout ce lieu de repos. Vous direz: «C’est le rĂȘve d’un vieil homme.» Non, non. C’est la VĂ©ritĂ© de la Bible.
E-8 Un soir, aprĂšs que j’eus prĂȘchĂ© ici, un homme se prĂ©cipita ici derriĂšre la chaire, alors que je franchissais la porte et qu’on cherchait Ă  m’amener Ă  la voiture. Et ce jeune homme me dit: «Je voudrais juste vous dire un mot.» Billy et quelques frĂšres cherchaient Ă  m’amener Ă  la voiture. Il a dit: «Puis-je vous dire juste un mot?»
J’ai dit: «Allez-y, monsieur.»
E-9 Et il a dit: «Ce soir, vous parliez, gueulant ces femmes Ă  cause de leur habillement, des vĂȘtements qu’elles portent.» Il a dit: «C’est normal qu’un homme de votre Ăąge pense ainsi, mais si vous aviez mon Ăąge, vous penseriez diffĂ©remment.»
Je lui ai demandé: «Quel ùge avez-vous?»
Il me rĂ©pondit: «J’ai vingt-sept ans.»
E-10 Alors, j’ai dit: «Quand j’avais dix, quinze ans de moins que vous, je prĂȘchais la mĂȘme chose. Vous voyez?» Et j’ai dit: «Mon garçon, ce qui compte, c’est ce qu’il y a dans votre coeur. Vos yeux regardent dans votre coeur.» Vous voyez? Et il baissa simplement la tĂȘte et s’en alla. Je ne pense pas qu’il y ait d’autre rĂ©ponse que celle-lĂ . Vous voyez, cela dĂ©pend de ce qui est ici dedans, c’est ce qui va se manifester ici et lĂ . Vous voyez, JĂ©sus a dit: «Si ce que vous dites est diffĂ©rent de ce qu’il y a ici Ă  l’intĂ©rieur, alors, vous devenez un hypocrite.»
E-11 Ce matin, je suis heureux d’avoir lĂ , quelque part dans l’assemblĂ©e, un–un trĂšs prĂ©cieux ami Ă  moi, le frĂšre, le rĂ©vĂ©rend Eddie Byskal, son Ă©pouse, ainsi que leurs enfants. Je pense qu’ils sont Ă  la rĂ©union ce matin. Eddie, es-tu lĂ ? Je pensais que tu... Bien, peut-ĂȘtre qu’il n’a pas pu venir. FrĂšre, oh! oui, lĂ ... Eh bien, ce n’est pas lĂ  le coin des amen, Eddie. Tu es le bienvenu ici Ă  l’estrade Ă  cĂŽtĂ© de nous, Ă  cĂŽtĂ© des prĂ©dicateurs, si tu veux bien venir. Et puis, nous avons Ă©tĂ©...
E-12 FrĂšre Eddie Ă©tait lĂ  quand le Seigneur m’a donnĂ© la vision de l’ours et du caribou. Le... Combien se souviennent de cela, quand je vous en avais parlĂ©? TrĂšs bien, il Ă©tait lĂ . C’est lui le jeune homme qui portait la chemise Ă  carreaux, frĂšre Eddie Byskal, et il se tenait lĂ  oĂč... Et je–je leur avais demandĂ© si l’un d’eux avait une chemise Ă  carreaux. «Non», personne n’en avait. J’ai dit: «Eh bien, il se peut... Il faut qu’il y ait quelqu’un avec une chemise Ă  carreaux. Il y aura un–un gros grizzly argentĂ© ainsi que–ainsi qu’une espĂšce d’animal qui a des cornes de quarante-deux pouces [106 cm], comme ceci, ayant l’apparence d’un cerf.» Et j’avais dit cela ici environ six mois avant que cela arrive, vous savez, Ă  peu prĂšs depuis si longtemps, oh! plus tĂŽt que ça au cours de l’annĂ©e.
E-13 Cet homme m’invita donc Ă  aller chasser lĂ -bas. Je n’avais jamais Ă©tĂ© lĂ -bas dans cette rĂ©gion, lĂ  oĂč nous sommes allĂ©s, et j’avais dit cela. La petite piste longeait l’autoroute de l’Alaska, lĂ  oĂč il n’y a que des forĂȘts, des montagnes et des animaux. Ce soir-lĂ , Ă  la roulotte, quand j’ai racontĂ© cela lĂ -bas Ă  frĂšre Byskal, lĂ  derriĂšre, ainsi que–ainsi qu’à frĂšre Southwick, ce dernier a dit: «Eh bien, je–je... nous allons dans une rĂ©gion Ă  moutons, a-t-il dit, ce ne sera pas lĂ -bas.»
E-14 Et j’ai dit: «Si», et j’ai dit: «L’un des jeunes gens qui Ă©taient avec moi portait une chemise Ă  carreaux.» Personne ne portait une chemise Ă  carreaux; frĂšre Byskal n’en avait pas, aucun de nous n’en avait.
E-15 Le deuxiĂšme soir, nous avions vu, repĂ©rĂ© un bĂ©lier lĂ  loin, au-dessus de la lisiĂšre de la forĂȘt. Eh bien, on Ă©tait Ă  une attitude, lĂ  oĂč les arbres ne poussent mĂȘme pas, oĂč il n’y a que des caribous et des moutons, et nous avons repĂ©rĂ© une trace au loin. Et cet aprĂšs-midi-lĂ , en route vers le bas, frĂšre Byskal a trĂ©buchĂ© et il est tombĂ© dans l’eau et s’est mouillĂ©.
E-16 Le lendemain matin, nous nous sommes levĂ©s tĂŽt et nous sommes allĂ©s Ă  la recherche des bĂ©liers, et nous nous sommes dit que nous allions en abattre. Et sur son... Nous sommes arrivĂ©s lĂ -haut et nous Ă©tions... nous avons pris notre dĂźner et nous ne pouvions pas trouver les bĂ©liers, et frĂšre Byskal venait d’abattre un caribou. Ainsi donc, je regardais tout autour et nous sommes montĂ©s. FrĂšre Southwick m’a dit, il a dit: «Je crois que nous allons... Si vous voulez faire une trĂšs bonne marche, FrĂšre Branham, nous allons gravir cette montagne, descendre dans ce ravin-lĂ ; peut-ĂȘtre que ces bĂ©liers sont allĂ©s lĂ -bas.» En effet, c’était une longue marche. Mais il fait clair trĂšs tard, peut-ĂȘtre; et parfois peut-ĂȘtre Ă  vingt-deux heures ou vingt-trois heures, et...
E-17 Cela reprĂ©sentait une bonne et longue promenade sur ces montagnes rocailleuses. J’aime donc marcher, et nous Ă©tions lĂ , bras dessus bras dessous, tous deux ayant des barbes grisonnantes, bras dessus bras dessous, pleurant et reconnaissant... J’ai dit: «FrĂšre Bud, j’espĂšre qu’un jour, pendant le MillĂ©nium, je pourrai me promener dans toutes ces montagnes-lĂ .»
E-18 Il a rĂ©pondu: «J’espĂšre que j’y serai avec vous, FrĂšre Branham.» Et nous Ă©tions lĂ , nous rĂ©jouissant vraiment dans le Seigneur. Et j’aime bien les montagnes.
E-19 Et ensuite, nous sommes descendus. C’est alors que frĂšre Byskal, qui est lĂ , tua le–le–le caribou. En fait, il est missionnaire chez les Indiens. Et il voulait le leur offrir Ă  manger. Nous sommes donc descendus, nous avons pris notre dĂźner, nous avons prĂ©parĂ© le caribou et nous sommes revenus.
E-20 Bud et moi gravissions la montagne, et quand il nous est arrivĂ© de regarder de l’autre cĂŽtĂ© et au loin avec mes jumelles, j’ai repĂ©rĂ© cet animal que j’avais vu dans un panorama, comme je vous l’avais dit ici. FrĂšre Byskal, qui est lĂ , se tenait juste Ă  nos cĂŽtĂ©s. Et j’ai donc dit: «VoilĂ  cet animal.»
E-21 Et il a braquĂ© les jumelles et a dit: «C’est un trĂšs gros, un Ă©norme vieux caribou mĂąle.»
E-22 Et j’ai dit: «Je n’en ai jamais vu, je pensais que les caribous avaient des bois plats.» Mais celui-lĂ  en avait des pointus; il Ă©tait Ă©trange, exactement tel que je l’avais vu dans la vision. Je n’avais jamais tirĂ© un caribou auparavant.
E-23 «Ainsi, eh bien, dit-il, puisque le Seigneur vous l’a donnĂ©, a-t-il dit, cela pourrait simplement...»
E-24 J’ai dit: «Oui, ça doit ĂȘtre cela. La seule chose qui m’intrigue, c’est cette chemise Ă  carreaux.» Et j’ai regardĂ© autour, et frĂšre Eddie... C’est sa femme qui doit avoir mis cela (elle est lĂ  avec lui), elle a dĂ» la mettre dans son sac marin. Quand il s’était mouillĂ© la veille, il avait changĂ© de chemise, et voilĂ  cette chemise Ă  carreaux. J’ai dit: «Ça y est!»
E-25 Quand je suis arrivĂ© lĂ  et que j’ai tuĂ© ce caribou, lui, Bud m’a dit, m’a dit: «Eh bien, FrĂšre Branham, vous dites que ces bois mesurent quarante-deux pouces [106 cm]?»
J’ai dit: «C’est ce que ça sera.»
Il a dit: «Cela m’a semblĂ© mesurer environ quatre-vingt douze pouces [230 cm].»
J’ai dit: «Non, elles mesurent quarante-deux pouces [106 cm].»
E-26 Il a dit: «Eh bien, selon ce que vous m’avez dit, avant que nous ne retournions lĂ -bas auprĂšs de ce garçon en chemise Ă  carreaux, Eddie (lĂ  oĂč ils allaient nous rencontrer au bas de la montagne, Ă  quelques kilomĂštres), a-t-il dit, vous allez tuer un ours grizzly.»
J’ai dit: «C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR.»
E-27 Il a dit: «FrĂšre Branham, d’oĂč viendra-t-il? Je peux voir d’ici dans un rayon de cinquante miles [80 km].»
E-28 Je lui ai dit: «Il est toujours JĂ©hovah-JirĂ©. Le Seigneur peut pourvoir Lui-mĂȘme. (Vous voyez?) Il peut crĂ©er des Ă©cureuils. S’Il peut crĂ©er un bĂ©lier, s’Il a parlĂ© au sujet d’un ours, un ours peut ĂȘtre crĂ©Ă©.»
E-29 Nous essayions de transporter ce caribou lourd, le trophĂ©e, en descendant la montagne, et nous Ă©changions nos charges de temps en temps, l’un portant le trophĂ©e, l’autre les fusils. Et quand nous sommes arrivĂ©s prĂšs d’un grand glacier, eh bien, nous sommes entrĂ©s lĂ  en dessous. Il faisait un peu chaud, nous sommes entrĂ©s sous ce glacier, et nous nous sommes assis lĂ  un moment pour nous rafraĂźchir. Il a dit: «Vous savez, FrĂšre Branham, nous ne sommes pas Ă  plus d’un mile [1,6 km] de l’endroit oĂč se trouvent les deux jeunes gens, Eddie et Blaine. Ce vieil ours ferait mieux de se montrer.»
J’ai dit: «Bud, je crois que tu doutes de cela.»
E-30 Il a dit: «FrĂšre Branham, mon frĂšre a piquĂ© des crises d’épilepsie pendant beaucoup d’annĂ©es. Et tu m’as dit autrefois, c’était la premiĂšre fois que tu Ă©tais ici, alors que nous Ă©tions allĂ©s Ă  un autre endroit, tu m’as dĂ©crit ce jeune homme.» Et Eddie chevauchait lĂ  juste Ă  cĂŽtĂ© de moi quand le Seigneur avait donnĂ© la vision. Je leur avais dit quoi faire avec ce garçon; les crises avaient cessĂ©. Et alors, il a dit: «Je ne peux pas douter de cela.»
E-31 J’ai dit: «Bud, je ne sais pas d’oĂč viendra cet ours.» J’avais environ cinquante ans, aujourd’hui j’en ai cinquante-cinq, cela fait donc environ trois ans. J’avais environ cinquante-deux ou cinquante-trois ans. J’ai dit: «Je n’ai jamais vu cela faillir. Dieu me donnera cet ours grizzly avant que j’arrive auprĂšs de ces jeunes gens.» Et nous Ă©tions prĂšs de l’endroit oĂč commençaient les petits sapins et la forĂȘt.
E-32 Un peu plus bas, au pied de la colline, nous Ă©tions pratiquement dans la forĂȘt. Il s’est assis. A ce moment-lĂ , c’était lui qui portait le trophĂ©e; et moi, les fusils. Et il m’a dit: «Ce vieil ours ferait mieux de se montrer, n’est-ce pas?»
J’ai dit: «Il sera lĂ . Ne t’en fais pas.»
Il a dit: «Je peux voir chaque colline.»
E-33 J’ai dit: «Je... Mais moi, je vois la promesse.» Vous voyez? Vous voyez? Il a promis. J’ai dit: «Tout ce qu’Il...» J’ai dit: «Bud, qu’est-ce qui est couchĂ© juste lĂ ?»
E-34 Il a regardĂ©. Il a dit: «C’est un grand ours grizzly argentĂ©.» J’ai dit: «C’est bien lui.» AprĂšs que nous avons tuĂ© l’ours et que nous sommes revenus... Eh bien, souvenez-vous que dans la vision que je vous avais racontĂ©e, j’avais peur Ă  cause du fusil. C’était un tout petit modĂšle 270, avec de petites balles. Vous voyez? C’est sur bande.
Et j’ai tuĂ© cet–cet ours, Ă  environ cinq cents yards [457 m], comme c’était dit. Bud me dit: «Tu ferais mieux de tirer cet ours dans le dos.» Il a dit: «As-tu dĂ©jĂ  tuĂ© un grizzly auparavant?»
J’ai dit: «Non.»
E-35 Il me dit: «Oh! Ils ne savent pas ce que c’est la mort.» J’ai expĂ©rimentĂ© cela peu aprĂšs. Il a donc dit: «Ils ne s’écroulent pas sous le choc, a-t-il dit, tu ferais mieux de l’abattre.»
J’ai dit: «Selon la vision, je l’ai atteint au coeur.»
E-36 Il a dit: «Eh bien, si c’est ce que la vision a dit, je vais rester prĂšs de toi.»
E-37 Et j’ai dit: «Allons-y!» Et nous nous sommes rapprochĂ©s un peu plus; et quand je me suis relevĂ©, l’ours m’a vu. C’est ce qu’il voulait, pour attaquer. Puis, je–j’ai tirĂ© sur l’ours, on ne dirait mĂȘme pas que cela lui a fait mal. Le voilĂ  venir. Et avant que je puisse mettre une autre balle dans le fusil, l’ours tomba mort Ă  environ cinquante yards [45 m] de moi.
E-38 Bud avait la bouche pĂąle, il m’a dit: «FrĂšre Branham, je ne voulais pas l’avoir sur moi.»J’ai dit: «Moi non plus.»
E-39 Il me dit: «Je suis content que la vision ait dit que vous l’avez tuĂ©.» Il a dit: «Eh bien, si ce... si ces bois mesurent quarante-deux pouces [106 cm], je vais piquer une...» Je vais le dire comme lui l’avait dit, il a dit: «Je vais piquer une crise de cris.»
E-40 Je lui ai dit: «Eh bien, pique-la tout de suite, car il en sera comme ça.»
E-41 Quand nous sommes arrivĂ©s auprĂšs de frĂšre Eddie, j’ai dit Ă  frĂšre Eddie... Nous avons attachĂ© les chevaux loin; ils ont peur de l’ours. Et... Oh! la la! Ils sentaient bien cette odeur. Nous ne pouvions pas Ă©corcher l’ours; il se faisait trop tard; nous devions revenir le lendemain. Et puis, la corde s’était cassĂ©e environ dix fois et les chevaux couraient dans tous les sens. Ainsi donc, quand nous sommes arrivĂ©s lĂ  en bas, il a dit... Il est allĂ© prendre le mĂštre ruban dans sa sacoche de selle, il a dit: «Blaine!»
E-42 J’ai dit Ă  frĂšre Eddie, j’ai dit: «Regarde bien cette petite main, selon...» Je pensais que ça pouvait ĂȘtre Billy Paul, la petite main de Billy Paul qui tenait le mĂštre ruban sur le bois. J’ai dit: «Regarde cette petite main», donnant un coup de coude Ă  frĂšre Eddie. Nous avons reculĂ©. Il l’a placĂ© juste comme ça, exactement sur le museau: quarante-deux pouces [106 cm]! Vous voyez, trĂšs exactement. JĂ©sus ne faillit jamais. Cette Parole ne faillira jamais tant qu’Elle vient de Dieu.
E-43 Je viens de voir parmi nous frĂšre et soeur Jackson, d’Afrique du Sud. Je pense qu’ils ont Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©s. Est-ce bien cela, FrĂšre Jackson, ce matin? Levez-vous, soeur Jackson et vous. J’aimerais bien que les gens vous voient. Eddie, mon frĂšre, voici Ă©galement un vieux partenaire de chasse venant de trĂšs loin, lĂ  en Afrique du Sud. Que le Seigneur vous bĂ©nisse, FrĂšre et Soeur Jackson; je suis trĂšs heureux de vous avoir ici parmi nous.
Que tous les ministres qui sont dans la salle lĂšvent la main, tous ceux qui sont dans le ministĂšre. Que c’est merveilleux, lĂ ! C’est bien. Que le Seigneur vous bĂ©nisse. Nous sommes contents de vous avoir tous ici. Je vais avoir une ligne de priĂšre dans quelques instants; ainsi, je–je ne... j’aurais souhaitĂ© pouvoir vous demander Ă  tous de vous lever et de monter prĂȘcher Ă  ma place. Nous sommes si heureux de vous avoir, vous tous.
E-44 Quand je pense Ă  votre fidĂ©litĂ©, traversant la nation et tout pour m’entendre parler de cet Aimable Seigneur JĂ©sus, Ă  la confiance que vous avez qu’Il exauce mes priĂšres... Il y a quelques instants, j’ai eu un entretien privĂ© avec un membre de cette Ă©glise, il n’y a pas plus de quarante-cinq minutes, une mĂšre au coeur brisĂ©. Et juste au moment oĂč j’ai commencĂ© Ă  dire quelque chose Ă  cette femme (je ne sais pas si elle voudrait que je dise qui elle est ou pas), cette mĂȘme LumiĂšre que vous voyez sur cette photo est venue lĂ . C’était terminĂ©; elle s’en est allĂ©e, heureuse. Nous sommes si heureux aujourd’hui, dans cet Ăąge instable dans lequel nous vivons, oĂč on peut Ă  peine placer sa confiance dans quoi que ce soit, nous, nous avons un Royaume stable, inĂ©branlable. L’inĂ©branlable! Notre foi ne s’appuie pas sur le Rocher de Gibraltar, mais elle peut solennellement reposer sur le Rocher des Ăąges, sur JĂ©sus-Christ, l’InĂ©branlable Rocher du salut.
E-45 Je voudrais remercier la soeur qui a apportĂ© Ă  ma femme ici prĂ©sente un petit coffret triangulaire contenant une Bible. Elle a fait un voeu au Seigneur au sujet de ce petit coffret. Elle a beaucoup aimĂ© cela. Il y a quelques anciennes images dessus. Et elle avait demandĂ© au Seigneur... Elle a peut-ĂȘtre aimĂ© un peu trop cette boĂźte. C’est juste une petite boĂźte ordinaire en forme de pyramide. Et elle l’a apportĂ©e, avec une Bible Ă  l’intĂ©rieur, Ă  mon Ă©pouse. Merci, soeur. Tous vos petits cadeaux et autres que vous donnez Ă  Billy Paul et aux autres me parviennent. Je suis reconnaissant pour tout. Que Dieu soit avec vous.
E-46 N’oubliez donc pas, dimanche prochain, le matin. AussitĂŽt le service terminĂ© aujourd’hui, Ă©crivez votre question. Si vous ne le pouvez pas, apportez-les le dimanche prochain, le matin. Je viendrai un peu tĂŽt; alors, qu’on me les apporte au bureau afin que j’aie le temps de chercher des rĂ©fĂ©rences scripturaires pour cela. Nous rĂ©pondrons aux questions dimanche prochain, le matin, le Seigneur voulant.
E-47 Eh bien, il y a beaucoup de mouchoirs posĂ©s ici. Et je les Ă©carte juste pour poser mes–mes notes ici, et aussi ma–ma Bible, ainsi... ou plutĂŽt ma Bible et mes notes, car il me faut un peu de place. Mais je suis... Je prie pour chacun.
E-48 J’ai notĂ© mes passages des Ecritures. Je ne dispose pas de beaucoup de temps. Je ne vais pas vous garder comme je l’ai fait la derniĂšre fois que j’étais ici, environ quatre heures. Je me suis fait la promesse que, si je fais un enregistrement comme celui-lĂ , je le ferai seul ici, ou quelque chose comme cela, ainsi je n’aurai pas Ă  vous retenir trĂšs longtemps.
E-49 Est-ce que le docteur Lee Vayle est ici ce matin? Je voudrais demander si le docteur Lee Vayle... Etes-vous lĂ , FrĂšre Vayle? Levez la main, si vous ĂȘtes lĂ . Est-il au fond? TrĂšs bien, merci, FrĂšre Roy. Et je voudrais que vous vous rassuriez de vĂ©rifier ces notes, FrĂšre Vayle. Vous ĂȘtes quelque part lĂ  derriĂšre dans la foule, je n’arrive pas Ă  voir, ou dans le hall d’entrĂ©e. Nous devons veiller pour ne pas laisser trop de gens debout, le capitaine des pompiers nous l’interdit, vous voyez, nous sommes donc... Je dĂ©sire que vous contrĂŽliez le texte de ma rĂ©vĂ©lation sur la semence du serpent, Ă  insĂ©rer dans le premier, dans l’Age de l’Eglise d’EphĂšse qu’il rĂ©dige, dont il corrige la grammaire pour moi. C’est merveilleusement fait! Et je dĂ©sire que vous contrĂŽliez cela, alors que quelqu’un dise quelque chose contre la semence du serpent, si c’est vrai ou pas. Le Seigneur m’a donc donnĂ© cela hier. Vous voyez? Oh! Cela dĂ©passe...
Voici comment je reçois un message. Pendant que je suis en route, quelque chose me frappe. Alors... Et si je suis sĂ»r que c’est Dieu, je prends cela et je trouve cela dans les Ecritures. Alors, je... Cela n’a jamais failli, cela demeure vrai de la GenĂšse Ă  l’Apocalypse, quoi qu’en pensent les gens Ă  ce sujet. Et c’est plus vrai que jamais depuis l’ouverture de ces Sept Sceaux. Vous voyez? C’est ce qu’il en est depuis ce temps-lĂ . Ainsi, que le Seigneur vous bĂ©nisse maintenant pendant que nous Ă©tudions ce sujet. Maintenant, par respect pour la Parole...
E-50 Et je pense, la personne, le technicien ou qui que ce soit qui est lĂ , il y a un peu de rĂ©sonance ici, dans l’acoustique. Maintenant, entendez-vous bien, lĂ  au fond? Levez la main si c’est le cas. C’est bien.
E-51 Maintenant, ouvrons la Bible Ă  deux endroits, dans les Ecritures. Je m’efforcerai d’apporter le message et de sortir Ă  temps, le Seigneur voulant. Et Ă  prĂ©sent, prenons Marc, chapitre 5 et 1 Rois, chapitre 10. Marc, chapitre 5 et 1 Rois, chapitre 10.
E-52 Eh bien, toutefois, Ă  l’intention des Ă©trangers qui pourraient ĂȘtre dans nos murs, ce... nous tenons notre Ă©cole du dimanche dans une seule grande classe. Et c’est cette classe-ci. En effet, les salles sont toutes bondĂ©es et nous ne pouvons pas avoir des classes ordinaires sĂ©parĂ©ment; et nous Ă©tudions un peu la Parole, nous avons communion. Nous ne–nous ne sommes pas une dĂ©nomination. Nous n’avons point de dĂ©nomination. Nous sommes bien libres dans le Seigneur, et nous ne voulons pas dire un tas de fanatisme. Nous enseignons bien la Bible et rien que cela. Et le Seigneur est si bon envers nous qu’Il confirme cela et montre que c’est la vĂ©ritĂ©. Et c’est une grande consolation pour nous.
E-53 Et maintenant, vous ĂȘtes–vous ĂȘtes Ă  tout moment le bienvenu parmi nous. Eh bien, je ne suis pas ici tout le temps, mais nous avons ici d’excellents pasteurs; frĂšre Neville, c’est l’un de nos pasteurs; frĂšre Capps, c’est Ă©galement un de nos pasteurs, frĂšre–frĂšre Collins, Wilbur Collins, un autre de nos pasteurs. Et puis, nous en avons plusieurs venant de diffĂ©rents endroits, de nos petites Ă©glises associĂ©es. Si vous ĂȘtes lĂ  au–au Texas, le frĂšre Martin ici ainsi que frĂšre... c’est qui le frĂšre qui vous accompagne? Oui, il est... Je ne vois pas frĂšre Blair ce matin. Oh! FrĂšre Blair, je ne vous avais pas vu, FrĂšre Blair. FrĂšre Ruddell, il est juste lĂ  derriĂšre, qui vient de l’une des Ă©glises sur l’autoroute 62, l’une des Ă©glises soeurs d’ici. FrĂšre Junior Jackson, assis juste ici Ă  cĂŽtĂ© de frĂšre Blair, je le vois maintenant, une autre de nos Ă©glises soeurs. Et nous avons des Ă©glises partout Ă  travers le pays.
E-54 FrĂšre Jack Palmer, alors qu’il venait Ă  bord de la nouvelle voiture de son fils, prenait un peu de la vitesse, je pense, vous savez, ils ont, on dirait, dĂ©passĂ© un peu la vitesse permise et ils ont fait un accident. Il s’est blessĂ© Ă  la mĂąchoire et il n’était plus en mesure de venir; il est rentrĂ© chez lui. Maintenant, il va donc bien. Et nous... FrĂšre Ben, ici, c’est Ă©galement l’un de nos frĂšres qui est lĂ  au Kentucky, lui a tĂ©lĂ©phonĂ© ce matin pour voir s’ils avaient besoin d’argent ou d’une quelconque assistance de la part de l’église; il a dit que tout allait bien. Et il avait pris un tournant Ă  grande vitesse, il a cognĂ© sur du gravier et cela lui a Ă©crasĂ© la mĂąchoire ou quelque chose comme ça, au point que... Ils ont tĂ©lĂ©phonĂ© depuis lĂ -bas, aprĂšs que sa voiture avait cognĂ© un poteau, ou quelque chose comme cela, et il a tĂ©lĂ©phonĂ© pour qu’on prie pour lui.
E-55 FrĂšre Billy Collins, aussi, nous le savons, s’est trĂšs fortement Ă©crasĂ© un pouce, l’os s’est brisĂ©, d’aprĂšs ce que j’ai appris, et on a dĂ» remettre cela en place. Nous voulons aussi nous souvenir de lui dans la priĂšre.
E-56 Et maintenant, voici la raison pour laquelle nous nous tenons debout: quand nous promettons fidĂ©litĂ© devant le drapeau, que les drapeaux dĂ©filent ou quoi que ce soit, nous nous tenons toujours au garde-Ă -vous, ou nous exĂ©cutons le salut, ou nous nous tenons debout, au moins; c’est pour tĂ©moigner du respect Ă  notre nation, c’est ce que nous sommes censĂ©s faire envers notre drapeau. Et alors, qu’en est-il donc de notre Seigneur, quand nous lisons Sa Parole? Levons-nous maintenant alors que nous lisons Saint Marc 5, Ă  partir du verset 21. Soyez maintenant attentifs pendant que nous lisons.
JĂ©sus dans la barque regagna l’autre rive, oĂč une grande foule s’assembla prĂšs de lui. Il Ă©tait au bord... la mer.
Alors vint un des chefs de la synagogue nommĂ© JaĂŻrus, qui, l’ayant aperçu, se jeta Ă  ses pieds,
Et lui adressa cette instante priĂšre: Ma petite fille est Ă  l’extrĂ©mitĂ©; viens, impose-lui la main... les mains, afin qu’elle soit sauvĂ©e et que... vive.
JĂ©sus s’en alla avec lui. Et une grande foule le suivait et le pressait.
Or, il y avait une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans.
... avait beaucoup souffert entre les mains de plusieurs mĂ©decins, elle avait dĂ©pensĂ© tout ce qu’elle possĂ©dait, et elle n’avait Ă©prouvĂ© aucun soulagement, mais Ă©tait allĂ©e plutĂŽt en empirant.
Ayant entendu parler de JĂ©sus, elle vint dans la foule par derriĂšre, et toucha son vĂȘtement.
Car elle disait: Si je puis seulement toucher ses vĂȘtements, je serai guĂ©rie.
Au mĂȘme instant la perte de sang s’arrĂȘta, et elle sentit dans son corps qu’elle Ă©tait guĂ©rie de son mal.
JĂ©sus connut aussitĂŽt en lui-mĂȘme qu’une force Ă©tait sortie de lui,
Et, se retournant au milieu de la foule, il dit: Qui a touchĂ© mes vĂȘtements?
Ses disciples lui dirent: Tu vois la foule qui te presse, et... dis: Qui m’a touchĂ©?
Et il regardait autour de lui pour voir celle qui avait fait cela.
La femme, effrayĂ©e et tremblante, sachant ce qui s’était passĂ© en elle, vint se jeter Ă  ses pieds et lui dit toute la vĂ©ritĂ©.
Mais JĂ©sus lui dit: Ma fille, ta foi t’a sauvĂ©e; va en paix et sois guĂ©rie de ton mal.
Comme il parlait encore, survinrent de chez le chef de la synagogue des gens qui dirent: Ta fille est morte; pourquoi importuner davantage le maĂźtre?
Mais JĂ©sus, sans tenir compte de ces paroles, dit au chef de la synagogue: Ne crains pas, crois seulement.
Et il ne permit à personne de l’accompagner, si ce n’est à Pierre,... Jacques,... Jean, frùre de Jacques.
Ils arrivĂšrent–arrivĂšrent Ă  la maison du chef de la synagogue, oĂč JĂ©sus vit une foule bruyante et quand... et... qui pleuraient et poussaient de grands cris.
Il entra, et leur dit: Pourquoi faites-vous du bruit, et pourquoi pleurez-vous? L’enfant n’est pas morte, mais elle dort.
Et ils se moquaient de lui. Alors, ayant fait sortir tout le monde, il prit avec lui le pĂšre et la mĂšre et l’enfant...de l’enfant (plutĂŽt) et aussi ceux qui l’avaient accompagnĂ©, et il entra lĂ  oĂč Ă©tait l’enfant.
Il dit à l’enfant et il... (excusez-moi)... Il la saisit par la main, et lui dit: Talitha koumi, ce qui signifie: Jeune fille, lùve-toi, je te le dis.
AussitĂŽt la jeune fille se leva, et se mit Ă  marcher; car elle avait douze ans. Et ils furent dans un grand Ă©tonnement.
JĂ©sus leur adressa de fortes recommandations, pour que personne ne sĂ»t la chose; et il dit qu’on donnĂąt Ă  manger Ă  la jeune fille.
E-57 Dans le Livre de 1 Rois chapitre 10, nous lisons ces trois versets:
La reine de SĂ©ba apprit la renommĂ©e que possĂ©dait Salomon, Ă  la gloire de l’Eternel, et elle vint pour l’éprouver par des Ă©nigmes.
Elle arriva Ă  JĂ©rusalem avec une suite fort nombreuse, et avec des chameaux portant des aromates, de l’or en trĂšs grande quantitĂ©, et des pierres prĂ©cieuses. Elle se rendit auprĂšs de Salomon, et il... elle lui dit tout ce qu’elle avait dans le coeur.
Salomon rĂ©pondit Ă  toutes ses questions, et il n’y eut rien que le roi ne sĂ»t lui expliquer.
E-58 Prions. Seigneur JĂ©sus, quand nous lisons ces histoires de la Bible, nos coeurs tressaillent de joie. Car nous savons que Tu es Dieu et que Tu ne changes jamais. Tu ne changes jamais Tes mĂ©thodes; Tu ne changes jamais Tes voies; Tu restes Dieu Ă  jamais. Et ce matin, nous Te prions, ĂŽ Dieu, de nous donner l’interprĂ©tation de ces Ecritures, ce que Tu veux que nous sachions, afin que nos coeurs puissent ĂȘtre discernĂ©s, et que le Glorieux Saint-Esprit vienne au milieu de nous aujourd’hui et discerne nos pensĂ©es et nos coeurs. Et que rien ne soit omis, afin que nos coeurs ne soient pas... dĂ©bordent tellement de joie en partant d’ici, et que nous disions comme ceux qui revenaient d’EmmaĂŒs, ce soir-lĂ : «Notre coeur ne brĂ»lait-il pas au-dedans de nous lorsqu’Il nous parlait en chemin.» Tu restes Dieu pour toujours, et nous sommes Tes enfants affamĂ©s, rassemblĂ©s ce matin. Car il est Ă©crit: «L’homme vivra de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.» BĂ©nis-nous, ĂŽ Seigneur, pendant que nous sommes rassemblĂ©s ainsi que tous ces gens, qui sont venus de centaines de kilomĂštres, oui, de milliers de kilomĂštres. Nous prions que, lorsqu’ils rentreront chez eux, leurs coeurs soient comblĂ©s de bonnes choses, de la misĂ©ricorde et de la grĂące de Dieu. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-59 De tout ce que j’ai lu, je ne vais tirer qu’un tout petit bout de texte. Vous pourriez dire: «C’est trĂšs court, trois mots tirĂ©s de tout ce que vous avez lu, des passages tirĂ©s de deux chapitres de la Bible.» Je–j’ai pourtant fait cela pour avoir une toile de fond afin de prendre ces trois mots: Confirmant Sa Parole.
E-60 Vous savez, il y a une Ecriture dans la Bible, dans 1 Thessaloniciens 5.21, oĂč il est dit: «Mais examinez toutes choses; retenez ce qui est bon.» Quand quelque chose est examinĂ©, cela s’avĂšre soit juste, soit faux. Et quand quelque chose est remis en question, cela devrait ĂȘtre examinĂ© jusqu’à ce que l’on dĂ©couvre la vĂ©ritĂ© Ă  ce sujet. Et alors, quand vous trouvez ce qui est juste Ă  ce sujet, il est dit: «Retenez cela.» En d’autres termes: «Saisissez cela; ne lĂąchez pas cela. Retenez cela.» En d’autres termes: «Tenez cela fortement de sorte que cela ne s’échappe point.» Retenez ce qui est bon, aprĂšs que cela s’est avĂ©rĂ© juste. Et tout ce qui ne s’avĂšre pas juste, lĂąchez-le alors aussi vite que possible, Ă©loignez-vous-en. Ne vous accrochez jamais Ă  ce qui est faux.
E-61 Or, il est possible que des chrĂ©tiens fervents, de braves gens, s’attachent des fois Ă  ce qui est faux, pensant que c’est juste. Mais alors, ces choses doivent ĂȘtre examinĂ©es pour voir si elles sont justes ou fausses. Et c’est notre devoir Ă  nous tous, puisque nous nous attendons Ă  aller au Ciel quand JĂ©sus viendra... Et il est du devoir du ministre, quand une question est soulevĂ©e, d’élucider cela, et puis de prouver cela devant les gens, afin qu’ils puissent comprendre, car personne ne dĂ©sire ĂȘtre trouvĂ© dans l’erreur, s’accrochant Ă  ce qui est faux.
E-62 Nous avons donc une Ecriture (Et JĂ©sus a dit: «Toutes les Ecritures doivent s’accomplir») qui dit que nous devons examiner toutes choses. Et ensuite, «retenez fortement ou retenez fermement, agrippez-vous Ă  la chose, et ne lĂąchez pas cela, retenez fermement ce qui est bon».
E-63 Je me souviens avoir appris quelque chose Ă  l’école, et beaucoup d’entre vous ont appris la mĂȘme leçon. AprĂšs que vous avez rĂ©solu un problĂšme et que vous y avez trouvĂ© la rĂ©ponse, vous pouvez prendre la rĂ©ponse et la prouver par le problĂšme. Combien ont dĂ©jĂ  fait cela? Vous tous, bien entendu. Alors–alors, vous n’avez donc pas Ă  vous faire des soucis pour savoir si votre rĂ©ponse est correcte ou pas, la solution au problĂšme a Ă©tĂ© prouvĂ©e par le problĂšme. Par consĂ©quent, vous savez que vous avez la bonne rĂ©ponse. Si chacune de vos rĂ©ponses qui figurent sur votre ardoise ou sur votre feuille a Ă©tĂ© prouvĂ©e, le problĂšme prouvĂ© par... la rĂ©ponse prouvĂ©e par le problĂšme, alors vous l’avez trouvĂ©e. Personne ne peut dire que c’est faux. Vous devez prendre... Et si vous faites votre travail soigneusement, correctement et tel qu’il devrait ĂȘtre fait, et que la rĂ©ponse que vous avez trouvĂ©e a Ă©tĂ© prouvĂ©e, vous pouvez vous asseoir et vous reposer avec l’assurance que vous recevez une note excellente sur cette–sur cette feuille de papier que vous avez remise, car cela a Ă©tĂ© prouvĂ©, prouvĂ© par le problĂšme.
E-64 Eh bien, il y a aussi un vieux proverbe qui dit: «Prouve-le-moi et je le croirai.» Eh bien, dans l’un de nos Etats, l’un des Etats de notre pays, les gens ont un slogan qui dit: «Je viens de Missouri, montre-le-moi.» Vous voyez, en d’autres termes: «Prouve-le-moi.» Mais ça ne marche pas toujours, car dans chaque Ăąge, Dieu a accompli et confirmĂ© l’oeuvre qu’Il avait prĂ©parĂ©e pour cet Ăąge-lĂ  et qu’Il avait annoncĂ©e dans Sa Parole. Et chaque fois que la Parole de Dieu a Ă©tĂ© confirmĂ©e dans l’ñge, la majoritĂ© L’a rejetĂ©e. Ainsi, «prouve-le-moi, et je le croirai», ce n’est pas vrai. Vous ne pouvez avoir la foi que lorsque Dieu vous donne la foi. La foi est un don de Dieu. Peu importe combien vous pouvez ĂȘtre religieux, il faut malgrĂ© tout la... Cela doit... vous devez avoir la foi. Et votre foi ne peut reposer, si vous ĂȘtes un chrĂ©tien, que sur la Parole de Dieu confirmĂ©e.
E-65 Eh bien, souvenez-vous, Dieu a attribuĂ© une portion de Sa Parole Ă  chaque Ăąge. Et Il a annoncĂ© d’avance ce qui arriverait dans un Ăąge donnĂ©, dont Il a parlĂ©. Eh bien, si MoĂŻse Ă©tait venu avec le message de NoĂ©, cela n’aurait pas marchĂ©. Si JĂ©sus Ă©tait venu avec le message de MoĂŻse, cela n’aurait pas marchĂ©. Ou si l’un des prophĂštes Ă©tait venu avec le message d’un autre prophĂšte, cela n’aurait pas marchĂ©. Mais au travers de Ses prophĂštes, Il s’est rĂ©vĂ©lĂ© entiĂšrement et Il a rĂ©vĂ©lĂ© tout Son plan. Par consĂ©quent, on ne peut pas ajouter une parole Ă  la Bible ni En retrancher une.
E-66 Si donc vous prouvez votre problĂšme par votre... votre rĂ©ponse par votre problĂšme, pourquoi alors ne pas prouver la–la rĂ©ponse que nous recevons maintenant par la Parole de cet Ăąge? Si la Bible dit qu’une certaine chose doit se produire dans cet Ăąge-ci, si c’est dans la Bible, alors cela arrivera. Si donc la rĂ©ponse que vous essayez de donner aux gens est prouvĂ©e par le Livre, alors elle est juste; elle est vraie. Autrement, elle ne l’est pas.
E-67 Maintenant, voyons un autre proverbe. Sans doute que vous avez donc entendu les gens dire: «Voir, c’est croire.» C’est un autre vieux proverbe que nous avons ici, mais ça non plus, ça ne marche pas. Ça ne marche pas, car un homme peut se tenir lĂ  et regarder quelque chose droit en face et ne pas le voir. Le mot see [voir], le mot anglais see a plusieurs significations. Sea [mer] pourrait signifier une Ă©tendue d’eau. Et see [voir] pourrait signifier comprendre. See pourrait signifier regarder la chose. Et, oh! il y a toutes sortes de mots que vous pouvez utiliser. Mais quand vous dites: «Voir, c’est croire», vous vous trompez.
E-68 Quand vous comprenez la chose, vous la croyez. JĂ©sus dit: «Si un homme ne naĂźt de nouveau, il ne peut voir le Royaume», en d’autres termes: «Comprendre le Royaume», car le Royaume, c’est le Saint-Esprit en vous. Vous devez donc comprendre ce qui est en vous. Et l’unique moyen pour vous de pouvoir comprendre cela, c’est de comparer ce que cela vous amĂšne Ă  faire avec ce que la Bible dit que cela vous amĂšnera Ă  faire. Alors, votre problĂšme est rĂ©solu. Vous voyez? C’est donc le Saint-Esprit.
E-69 Donc, voir, ce n’est pas croire. Je peux prouver cela par les sens du corps, vous voyez, que voir, ce n’est pas croire. Je ne peux pas voir cette bouteille d’huile. Je ne la vois pas parce qu’elle est derriĂšre moi; et pourtant, j’ai le sens du–du toucher qui me dĂ©clare que je l’ai dans ma main. Vous voyez? Maintenant, je ne la vois pas, c’est impossible. Et maintenant, je ne peux pas la toucher; c’est impossible, et pourtant, je crois cela. Dans tel cas, voir, c’est croire; dans tel autre, sentir, c’est croire. Maintenant, je ferme les yeux, je ne peux ni la voir ni la toucher, mais si je rapproche cela de moi et que je peux flairer cela, je crois toujours qu’elle est lĂ . La foi est donc une ferme assurance des choses qu’on espĂšre, une dĂ©monstration de celles qu’on ne voit pas, qu’on ne goĂ»te pas, qu’on ne touche pas, qu’on ne sent ni n’entend. Vous croyez cela! Et la foi doit avoir un fondement. Et tout ce qui est contraire Ă  la Parole de Dieu... La foi en Dieu ne peut reposer que sur une promesse de Dieu. Et lĂ , elle prend sa position Ă©ternelle.
E-70 Mais malgrĂ© tous ces... les Ăąges d’incrĂ©dulitĂ© et les choses que nous avons connues et vĂ©cues aujourd’hui, le pire de tous, malgrĂ© tous ces doutes, Dieu continue carrĂ©ment Ă  confirmer que Ses Paroles sont vraies, comme Il l’a fait dans chaque Ăąge. Il... L’incrĂ©dulitĂ© n’arrĂȘte pas Dieu; elle ne Lui fait pas obstacle. Peu m’importe combien le monde ne croit pas, cela arrivera malgrĂ© tout. L’incrĂ©dulitĂ© ne fait que condamner l’incroyant. L’incrĂ©dulitĂ© enverra l’incroyant en enfer. Elle lui ravira chaque bĂ©nĂ©diction que Dieu lui a promise, mais elle n’empĂȘchera pas Dieu d’aller droit de l’avant avec les croyants. Vous voyez, l’incrĂ©dulitĂ© n’arrĂȘte pas Dieu; elle n’arrĂȘte que l’incroyant.
E-71 Si vous dites: «Je... Demain, le soleil ne brillera pas; je vais l’arrĂȘter.» Essayez de le faire. Vous voyez? Certainement, vous n’y arriverez pas. Dieu a Ă©tabli un certain ordre pour cela et Il a dit que cela brillera, et cela brillera. C’est tout. Il a dit que cela brillerait. Des nuages peuvent le couvrir, mais malgrĂ© tout, il brille toujours. Et vous ne pouvez pas arrĂȘter Dieu avec ça. Lui, ce que...
E-72 Comment rĂ©vĂšle-t-Il Sa Parole aux gens? D’abord, Dieu, sachant qu’il y aura des incroyants... Eh bien, observez la sagesse de Dieu. Sachant qu’il y aura des incroyants, que la majoritĂ© serait constituĂ©e d’incroyants, par Sa prescience, Il a prĂ©destinĂ© pour chaque Ăąge une semence, qui croira Cela. Eh bien, si vous remarquez bien lĂ , dans chaque Ăąge Il va carrĂ©ment de l’avant avec Sa Parole, tout est parfaitement Ă  temps; rien ne fait obstacle Ă  Dieu. Il va carrĂ©ment de l’avant, et tout marche parfaitement bien. Des fois, on pense que ça n’ira pas bien. Mais ne vous en faites pas. Son horloge est rĂ©glĂ©e avec exactitude, Ă  la seconde prĂšs, et tout se passe tout Ă  fait parfaitement.
E-73 Quand parfois je regarde tout autour et que je vois ces Ricky et ces Ricketta que nous avons aujourd’hui, dans des rues, et comment tout se passe, je me dis: «Ô Dieu!»
E-74 «Attends une minute, dit-Il (Voyez), mon horloge est parfaitement Ă  l’heure. Je dois te placer sur la mĂȘme base que j’ai placĂ© le premier homme, Ă  cette Ă©poque-lĂ . Et Je t’ai placĂ© sur la mĂȘme base que Luther, sur la mĂȘme base que Wesley.» En effet, vous voyez, Ă  cette Ă©poque-lĂ , le pĂ©chĂ© n’était pas connu comme aujourd’hui. Et puisqu’aujourd’hui nous avons plus de connaissance qu’autrefois, alors quand l’ennemi vient comme un fleuve, l’Esprit de Dieu Ă©lĂšve un Ă©tendard contre lui. Vous voyez? Aujourd’hui, nous avons donc plus de connaissance, plus de comprĂ©hension, si bien que le fleuve de l’incrĂ©dulitĂ© coule avec force, Dieu lĂšve cependant un Ă©tendard contre cela. Mais, souvenez-vous, Il a toujours... la raison pour laquelle Il–Il a prĂ©destinĂ© l’accomplissement de ces choses, Il a prĂ©dit par Ses prophĂštes qu’elles se produiraient... Et quand le juste voit ces choses ĂȘtre confirmĂ©es, il sait alors que c’est juste. Sans tenir compte de ce que quelqu’un d’autre dit, il sait que c’est juste.
E-75 Nous voyons lĂ  dans–dans–dans... Je crois que c’est dans 1 Thessaloniciens qu’il est dit: «Il nous a prĂ©destinĂ©s Ă  ĂȘtre Ses enfants d’adoption par JĂ©sus-Christ.» Ce n’est pas que Dieu ait dit: «Je te choisirai, toi; et toi, Je ne te choisirai pas», mais par Sa prescience Il savait ce que vous feriez. Aussi, par prescience, a-t-Il pu mettre les choses en ordre, et Il fait tout concourir pour Son bien Ă  Lui ainsi que pour votre bien.
E-76 Dans GenĂšse, Dieu avait annoncĂ© Ă  Adam et Ève ce qui arriverait s’ils ne croyaient pas Sa Parole. Eh bien, Il a placĂ© le bien et le mal devant eux et Il a dit: «Le jour oĂč tu en mangeras, tu mourras.» Et Dieu voulait dire exactement ce qu’Il avait dit. Il l’a toujours fait, Il veut dire ce qu’Il dit.
E-77 Satan a amenĂ© Ève Ă  ne pas croire cela, car Satan lui-mĂȘme n’avait jamais cru cela. Il ne croit pas cela, aussi a-t-il amenĂ© Ève Ă  croire cela. Et il fait toujours la mĂȘme chose, il enseigne aux autres la mĂȘme chose, et eux, ils doutent de cela comme Ève. Dieu protĂ©geait Son peuple derriĂšre Sa Parole; c’est cela votre seule dĂ©fense, ce n’est pas votre dĂ©nomination, ce n’est pas votre pĂšre ou votre mĂšre; c’est en ordre. Mais derriĂšre la Parole de Dieu, c’est le lieu de protection du croyant, derriĂšre la Parole. Lorsque cette petite voie d’accĂšs a Ă©tĂ© frayĂ©e lĂ  par un petit «je me demande si c’est vrai ou pas», cela...?... Le raisonnement est entrĂ© et a pris la place de la foi, les barriĂšres ont Ă©tĂ© brisĂ©es. Mais Dieu a tenu Sa Parole; Il a accompli Cela. Satan a essayĂ© d’amener Ève Ă  croire... Ă  ne pas croire cela ou Ă  raisonner.
E-78 Ne raisonnez pas avec Cela. Vous–vous direz: «Eh bien, je pense...» Vous n’avez aucun droit. Quand Dieu dit quelque chose, faites-le simplement tel qu’Il l’a dit. Vous dites: «Eh bien, je pense...» Mais vous n’avez pas Ă  penser. Ayez en vous les pensĂ©es qui Ă©taient en Christ. Et Christ est la Parole. Que la Parole soit en vous. Que toutes les autres paroles soient fausses. Que les Paroles de Christ soient reconnues pour vraies. Les autres croient Satan et tous ses raisonnements comme Ève, les raisonnements, ils disent: «Eh bien, pourquoi Dieu ferait-Il ceci? Eh bien, ceci n’est-il pas aussi valable que cela?» Si c’est contraire Ă  la Parole, ça ne l’est pas. Ainsi, n’importe quoi, n’importe quel docteur, n’importe quel commentateur de la Bible, n’importe quoi d’autre qui vous enseignerait ou chercherait Ă  vous amener Ă  croire quelque chose autrement que ne le dit la Bible, mĂȘme Ă  un petit iota de diffĂ©rence, c’est un faux enseignement. C’est encore Satan, exactement comme ce fut avec Ève. Dieu va carrĂ©ment de l’avant, peu importe ce qu’il fait, ce que Satan fait, Dieu va carrĂ©ment de l’avant, confirmant que c’est vrai.
E-79 Maintenant, considĂ©rez ce qu’il a dit Ă  Ève: «Vous ne mourrez certainement point. Vous deviendrez sages.» C’est ce que le monde cherche aujourd’hui, des preuves scientifiques, une certaine connaissance humaine. Et il a dit: «Vous ne mourrez certainement point.»
E-80 Mais Dieu avait dit: «Vous mourrez», et Dieu l’a confirmĂ©. Et nous voyons cela. Il voulait bien dire ce qu’Il a dit. Allez ici au cimetiĂšre, vous saurez s’Il voulait bien dire cela ou pas. «Le jour oĂč tu en mangeras, tu mourras.» Et si vous allez ici et que vous examinez la vie de tous les hommes selon votre choix, de tous les Ăąges, il n’y a pas un seul qui ait vĂ©cu mille ans. Dieu a confirmĂ© que Sa Parole est vraie; Il le fera toujours.
E-81 Mais, souvenez-vous, Il tient aussi bien toutes Ses promesses de bĂ©nĂ©dictions que celles de malĂ©dictions. Parce qu’ils en mangĂšrent, ce jour-lĂ , ils moururent; et Il vous le prouve, comme quoi on meurt effectivement le jour oĂč on mange cela. Il tient aussi chaque Parole qu’Il a dite au sujet de Ses bĂ©nĂ©dictions. Dieu tient chaque promesse. Oh! J’aime cela. Vous devez choisir ce que vous voulez: Ses bĂ©nĂ©dictions en croyant, ou bien Ses malĂ©dictions en pervertissant Cela. Si vous pervertissez Cela et que vous En croyez ce qui est perverti, alors vous ĂȘtes maudit. Si vous croyez cela juste tel qu’Il l’a Ă©crit et que vous vous attachez Ă  cela, alors vous ĂȘtes bĂ©ni. Et c’est toujours contraire Ă  la science, c’est toujours contraire Ă  la maniĂšre scientifique et humaine de dĂ©montrer les choses. En effet, Il tient chaque Parole, aussi bien Celle qui annonce Ses bĂ©nĂ©dictions que Celle qui annonce Ses malĂ©dictions.
E-82 Quand l’homme et la femme avaient tellement pĂ©chĂ© dans le monde antĂ©diluvien, Il... contre Sa vraie Parole... Adam et Ève pĂ©chĂšrent contre Sa vraie Parole. Et toutes les gĂ©nĂ©rations qui sont venues aprĂšs eux se sont mises Ă  faire la mĂȘme chose, Dieu prononça la sentence de mort sur elles, et finalement cela a abouti Ă  une destruction totale et complĂšte de tout ce qu’il y avait sur la terre, celle-ci a Ă©tĂ© submergĂ©e par l’eau, et cela a Ă©tĂ© complĂštement dĂ©truit par l’eau.
E-83 Eh bien, le mĂȘme Dieu qui a tout dĂ©truit sur la terre, toute herbe, toute crĂ©ature, Ă  l’exception de ce qu’Il avait mis Ă  l’écart et qu’Il avait Ă©levĂ© au-dessus de la terre, tout ce qu’Il avait promis de faire, Il l’a fait. Et le mĂȘme Dieu qui avait promis l’eau et qui avait tenu Sa Parole, le mĂȘme Dieu promet le feu, et Il tiendra Sa Parole. Il tiendra Sa Parole.
E-84 Eh bien, eh bien, que fit-Il? Comment les gens ont-ils reconnu Sa Parole? Parce qu’avant de faire quoi que ce soit, avant de se confirmer Lui-mĂȘme, de faire quelques dommages que ce soit, d’exercer un jugement, Ă  Sa maniĂšre habituelle, Il envoie toujours la Parole aux gens et Il les avertit; toujours! Oh! J’aime ça! Comme ça, nous voyons exactement oĂč nous en sommes.
E-85 Au temps de NoĂ©, il y avait toutes sortes de ministres et d’associations. Au temps de NoĂ©, il y avait toutes sortes de religions, car JĂ©sus a dit: «Ce qui arriva du temps de NoĂ© arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.» Et un prophĂšte entra en scĂšne et se mit Ă  faire quelque chose, il se mit Ă  construire une arche. Dieu a envoyĂ© son prophĂšte NoĂ© pour confirmer qu’Il–Il a envoyĂ© Sa Parole pour leur annoncer qu’il y aura une destruction, qu’Il ne pouvait plus supporter ce que les gens faisaient, qu’Il dĂ©truirait l’homme qu’Il avait crĂ©Ă© autrefois.
E-86 Or, la Parole vient toujours aux prophĂštes; Il ne change jamais. Malachie 3 dit: «Je suis l’Eternel, et Je ne change pas.»
E-87 NoĂ© fut envoyĂ© Ă  un Ăąge scientifique avec un message non scientifique. Il fut envoyĂ© Ă  un Ăąge intellectuel avec un message non intellectuel. Il fut envoyĂ© Ă  un Ăąge scientifique, alors qu’il avait un message de foi et de promesse pour un Ăąge scientifique. Pourriez-vous donc croire qu’un Ăąge scientifique croirait un message non scientifique? Un Ăąge de grands intellectuels! Croiriez-vous donc qu’ils auraient eu la foi dans quelque chose qui paraissait totalement absurde Ă  l’esprit humain? Mais c’est toujours ainsi que Dieu agit. NoĂ© fut un prophĂšte confirmĂ© du Seigneur et il Ă©tait le messager de Dieu pour cette heure. Il devait croire que... Le peuple devait croire son Message, aprĂšs qu’il eut Ă©tĂ© confirmĂ© par le Seigneur comme Ă©tant la Parole de Dieu, et Dieu tiendrait Sa Parole.
E-88 Eh bien, c’est pareil aujourd’hui. Nous sommes au temps de la fin. Eh bien, ces gens auraient dĂ» savoir. Vous voyez? Eh bien, remarquez, NoĂ© Ă©tait un type des Juifs qui passeront par la tribulation. HĂ©noc Ă©tait un type du–du vrai Message de–de–de l’EnlĂšvement de l’Eglise, car HĂ©noc fut enlevĂ©; ensuite, le dĂ©luge vint. Et la... Tous les deux... Le premier prophĂšte, HĂ©noc, fut ĂŽtĂ© du chemin pour que NoĂ© puisse continuer avec son–avec son–avec... afin que Dieu puisse continuer avec NoĂ©. Et maintenant, l’Eglise sera retirĂ©e pour que Dieu puisse traiter de nouveau avec les Juifs, le reste des Juifs, les 144.000, comme nous l’avons vu ici dans les Ecritures.
E-89 Mais face Ă  cet Ăąge complĂštement scientifique et incrĂ©dule, Dieu a confirmĂ© que Sa Parole promise est la VĂ©ritĂ© en leur envoyant le dĂ©luge. Eh bien, souvenez-vous, au temps de NoĂ©, il n’avait jamais plu sur la terre. Dieu faisait s’élever de la terre une vapeur pour l’arroser, mais il n’avait jamais plu. Mais NoĂ© a dit: «Il va pleuvoir.» Eh bien, c’était...
E-90 Ils pouvaient prendre un appareil et l’envoyer dans les cieux et dĂ©clarer qu’il n’y a point d’humiditĂ© lĂ -haut. «Il n’y a point de pluie, lĂ -bas. Nous pouvons prouver qu’il n’y a point de pluie, lĂ -bas.»
E-91 MalgrĂ© ce que disait la science, Dieu avait dit qu’il pleuvrait, et il a donc plu. Eh bien, qu’a fait Dieu? A mon avis, quand la terre fut Ă©branlĂ©e un peu sur son axe, la chaleur de la terre vint dans les rĂ©gions froides, et cela fit apparaĂźtre l’humiditĂ©. Et la premiĂšre chose, la terre en fut couverte, et les atmosphĂšres lĂ -haut, l’humiditĂ© dans l’air, se condensĂšrent en nuages, et la pluie tomba; c’était tout.
E-92 Or, nous savons aujourd’hui qu’il y a du feu lĂ -haut, parce qu’il y a des gaz sous la terre. Et la Bible dit: «Les cieux et la terre passeront avec un grand fracas; la terre embrasĂ©e se dissoudra.» Nous savons donc que ça se trouve lĂ -haut, exactement comme ce fut le cas du temps de NoĂ©.
E-93 Et maintenant, souvenez-vous, le Message du temps de NoĂ© ne relĂšve que de la foi, il n’était pas prouvĂ© scientifiquement. Mais aujourd’hui, le Message est conforme Ă  la Parole de Dieu et il est scientifiquement prouvĂ©. Elie, quand il est venu pour la premiĂšre fois, il a accompli des miracles, il n’a pas prĂȘchĂ©, il allait simplement de lieu en lieu, accomplissant des miracles. La fois suivante, il est venu sous la forme de Jean-Baptiste, il est venu, n’accomplissant aucun miracle, il a tout simplement prĂȘchĂ©. Et la troisiĂšme fois qu’il vient, il y a et des miracles et la prĂ©dication. Vous voyez? Vous voyez comment ceci se passe? Observez la continuitĂ© des Ecritures! Nous pourrions simplement passer beaucoup de temps lĂ -dessus, mais nous ne le ferons pas; nous allons mettre cela de cĂŽtĂ©, parce que je crois que vous avez saisi cette pensĂ©e.
E-94 Il fit dans cet Ăąge-lĂ  ce qu’Il fit dans tous les Ăąges, et c’est ce qu’Il fera, exactement tel qu’Il l’a promis. Quand Dieu promet quelque chose, alors Il descend et prouve que Sa Parole est la VĂ©ritĂ©. Tous ceux qui crurent–tous ceux qui crurent le Message de cet Ăąge-lĂ  entrĂšrent et furent sauvĂ©s. Il en sera ainsi dans chaque Ăąge. Tous ceux qui ne crurent pas le Message et le messager pĂ©rirent.
E-95 Et, aujourd’hui, tous ceux qui croient sincĂšrement la Parole de Dieu seront enlevĂ©s. Tous ceux qui ne croient pas la Parole de Dieu pĂ©riront avec le monde, parce qu’ils sont du monde; et tout ce qui est dans le monde doit pĂ©rir avec le monde. Et tout ce qui est sauvĂ© en Dieu doit ĂȘtre en Dieu et ne peut pĂ©rir: «Je leur donnerai la Vie Eternelle et Je les ressusciterai au dernier jour.» Eh bien, quelle consolation pour chaque croyant de savoir que lorsque vous ĂȘtes en Christ, aussi sĂ»r que Dieu tiendra Sa Parole et fera pĂ©rir le monde, Il tiendra Sa Parole et ressuscitera Son peuple et le sauvera. Il le prouve.
E-96 Il a prouvĂ© Ă  Abraham, dans son Ăąge Ă  lui, que Sa Parole promise est la VĂ©ritĂ©. Remarquez, dans l’ñge d’Abraham, ce n’était pas scientifique qu’un homme de cent ans et une femme de quatre-vingt-dix ans aient un enfant, ils avaient depuis longtemps dĂ©passĂ© l’ñge. Mais Abraham ne pouvait pas expliquer cela. Il pouvait aller chez un mĂ©decin et demander: «Docteur, est-ce possible?»
E-97 «C’est impossible.» S’il Ă©tait allĂ© Ă  l’hĂŽpital faire les prĂ©paratifs pour la mĂšre qui devait avoir l’enfant, ou quoi que ce soit, si vous voulez comparer cela avec cet Ăąge-ci, les gens le traiteraient de fou en disant: «Il a perdu la tĂȘte.» Mais Dieu l’avait dit. Et il... La Bible dĂ©clare, dans Romains, chapitre 4 qu’Abraham ne douta point par incrĂ©dulitĂ© au sujet de la promesse de Dieu, mais il fut fortifiĂ©, donnant gloire Ă  Dieu, car il se montra ferme comme voyant Celui qui est invisible; il Ă©tait convaincu, il a tenu bon, il a tenu ferme, ayant la pleine conviction que ce qu’Il promet, Il peut aussi l’accomplir. Et nous, nous sommes censĂ©s ĂȘtre les enfants d’Abraham. Amen.
E-98 Maintenant, je me sens religieux, stimulĂ©, rien qu’en pensant Ă  cela. Oh! Il confirma Cela aprĂšs toutes ces annĂ©es; Il a changĂ© Abraham et Sara; celle-ci est redevenue une jeune femme et ils ont eu l’enfant. Abraham et Sara vĂ©curent... Sara mourut quarante-cinq ans plus tard, et Abraham se remaria Ă  cent quarante-cinq ans, et il eut sept autres fils, sans compter les filles. Alors que, pratiquement, cent ans auparavant, il ne pouvait pas avoir des enfants, il Ă©tait stĂ©rile, il–il n’avait plus de semence, il n’y avait plus de vie en lui. Amen. Pourquoi? Il ne considĂ©ra point l’état de son propre corps, il ne considĂ©ra point le fait que Sara n’était plus en Ă©tat d’avoir des enfants. Il ne considĂ©ra que ce que Dieu avait dit, et il savait que Dieu confirmerait ce qu’Il avait dit. Amen. Dieu confirme ce qu’Il dit qu’Il fera. Au milieu des scientifiques et des non scientifiques et–et de tout, de quoi que ce soit, Dieu prouve qu’Il a raison, Il confirme toujours Sa Parole. C’est Lui qui a raison; tous les autres ont tort.
E-99 Il en a aussi donnĂ© la confirmation Ă  Lot, quand Il a dit: «Si tu ne sors pas de cette ville... Je vais la brĂ»ler.» Et Il avait dit Ă  Abraham que s’Il pouvait trouver dix hommes, Il Ă©pargnerait la ville. Mais Il ne put trouver les dix hommes, confirma-t-Il Sa Parole.
E-100 «D’oĂč viendra le feu? Il n’y en a point lĂ  dans ces plaines, lĂ  dans ces puits de bitume.» Mais Dieu l’avait dit, et Abraham savait que cela arriverait. Lot le savait aussi, et il s’échappa dans la montagne.
E-101 Il avait promis que la postĂ©ritĂ© d’Abraham serait Ă©trangĂšre dans une terre Ă©trangĂšre et qu’elle y serait mĂ©prisĂ©e, et qu’elle sĂ©journerait quatre cents ans parmi des Ă©trangers, un peuple Ă©tranger. Et Il a accompli Sa Parole, exactement ce qu’Il avait dit qu’Il ferait. La semence d’Abraham a effectivement sĂ©journĂ© quatre cents ans en Egypte. Il avait aussi promis de les dĂ©livrer par une main puissante, par une main forte, qu’Il dĂ©livrerait le peuple de la servitude des Egyptiens. Et Il a tenu Sa Parole. ConsidĂ©rez ce qu’Il a dĂ» faire pour amener ces enfants en Egypte. C’était comme si un dĂ©sastre s’était abattu... allait s’abattre, et tout.
E-102 C’était horrible, on dirait, pour Joseph d’ĂȘtre considĂ©rĂ© comme mort, et le pauvre Isaac–ou plutĂŽt Jacob, son pĂšre–ou Isaac, son pĂšre, plutĂŽt pour Jacob qui Ă©tait... (Isaac Ă©tait son grand-pĂšre)–pour Jacob, son pĂšre, de penser que son propre fils avait Ă©tĂ© tuĂ© par des bĂȘtes. Comme c’était dur pour le petit Joseph, le pauvre petit, de savoir qu’il Ă©tait loin des siens! Il avait Ă©tĂ© trahi par ses frĂšres, jetĂ© dans une citerne; il Ă©tait censĂ© ĂȘtre mort, on avait appliquĂ© le sang de la brebis sur son manteau. Alors qu’ils avaient tuĂ© un agneau pour le manger, ils ont appliquĂ© le sang dessus et ont ramenĂ© le manteau Ă  son pĂšre; ils savaient tout cela. Mais Joseph pouvait se souvenir d’une chose, c’est que la main de l’Eternel Ă©tait sur lui. Il savait qu’il Ă©tait un croyant. Peu importe que ses frĂšres l’aient rejetĂ©, qu’il n’y ait point de collaboration ni rien d’autre, Joseph savait que Dieu tiendrait Sa Parole. Quand il a eu cette vision oĂč eux tous se prosternaient devant lui, il savait que cela devait s’accomplir parce que c’était l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Amen! Peu lui importait combien cela paraissait absurde, Joseph savait que c’était la vĂ©ritĂ©. Peu lui importait combien la tĂąche Ă©tait difficile, ce qu’il devait endurer, il savait qu’un jour chacun d’eux se prosternerait devant lui, Ă  ses pieds. Comment cela arriverait-il alors qu’ils le haĂŻssaient? Mais il savait que Dieu confirmerait toujours Sa Parole.
E-103 Il fera de mĂȘme aujourd’hui. Dieu confirmera Sa Parole, mĂȘme si la science dit: «C’est impossible», si instruits, si intellectuels que nous devenions, et bien que les Ă©glises soient tombĂ©es dans un tas de formalisme et tout, Dieu prouvera toujours que Sa Parole est la VĂ©ritĂ©. Reposez-vous simplement sur cette Parole.
E-104 Oui, Joseph avait beaucoup endurĂ©, mais... Il a dĂ» descendre en Egypte, mais Dieu l’a fait sortir exactement comme Il l’avait dit; c’est un trĂšs beau type d’aujourd’hui, si nous avions le temps d’aborder cela. Je pense que nous avons vu cela auparavant ici au tabernacle. Mais Dieu a tenu Sa Parole, car ils ont dĂ» rester lĂ -bas.
Ce fut dur pour ces enfants hĂ©breux, en esclavage lĂ  en Egypte, de voir qu’ils ont dĂ» devenir des esclaves lĂ , eux qui avaient Ă©tĂ© bĂ©nis et avaient reçu les fruits du pays, le meilleur endroit, Gosen; et ce fut dur pour ces mĂšres d’ĂȘtre contraintes de remettre entre les mains d’un soldat Ă©gyptien les fruits de leurs entrailles, leurs petits bĂ©bĂ©s chĂ©ris, et de voir ce soldat se tenir lĂ , prendre un grand couteau et Ă©ventrer simplement l’enfant, le jeter par terre, le donner en pĂąture aux alligators. Eh bien, c’était dur pour elles de devoir endurer cela.
E-105 Mais un jour, la semence prĂ©destinĂ©e naquit, un bel enfant. Il avait quelque chose de particulier. Un jour, derriĂšre le dĂ©sert, le Saint-Esprit descendit sous la forme d’une Colonne de Feu, se plaça dans un buisson et lui dit: «J’ai entendu les gĂ©missements de Mon peuple et Je me suis souvenu de Ma promesse. Le jour de la dĂ©livrance est arrivĂ©; Je t’envoie lĂ -bas pour accomplir cela.» MoĂŻse, bĂąton en main, avec sa femme assise sur une mule, portant un enfant sur les genoux, accomplit cela par la puissance du Dieu Tout-Puissant. C’était la chose la plus ridicule. Que pouvait–que pouvait reprĂ©senter un bĂąton tordu par rapport Ă  dix mille lances? Mais, vous voyez, Dieu Ă©tait lĂ -dedans. Tout dĂ©pend dans quoi se trouve Sa Parole. MoĂŻse avait Sa Parole; Pharaon avait des lances.
E-106 MoĂŻse avait la Parole. C’est tout ce dont il avait besoin, la Parole. C’est tout ce dont vous avez besoin aujourd’hui. On n’a pas besoin d’une lettre de recommandation d’une certaine Ă©glise. Vous n’avez pas besoin du soutien d’une dĂ©nomination. Vous avez besoin de la Parole pour qu’Elle vous amĂšne dans l’EnlĂšvement. Vous n’avez pas besoin d’une lettre de recommandation. Vous n’avez pas besoin d’une longue histoire d’une certaine Ă©cole pour ĂȘtre guĂ©ri ce matin. Il vous faut accepter la Parole; c’est tout.
E-107 Vous n’avez pas besoin d’un mot du mĂ©decin. Si le mĂ©decin dĂ©clare qu’il a fait tout son possible, c’est tout ce qu’il a pu faire. S’il dĂ©clare que vous avez le cancer, une tumeur, que vous serez aveugle, que vous ĂȘtes sourd, muet, ou quoi que ce soit, cela importe peu. Si vous pouvez prendre cette Parole, L’approcher du buisson ardent de la promesse (Amen!), quelque chose va arriver. Dieu confirmera Sa Parole chaque fois qu’Elle est reçue dans une bonne sorte de terre. C’est ce dont vous avez besoin, Sa Parole. Il La confirme; Il La tient. Vous pouvez vous reposer, assurĂ© qu’Elle est vraie.
E-108 Dans chaque Ăąge, Il confirme Sa Parole de la façon la plus inhabituelle, mais Il le fait toujours de la mĂȘme maniĂšre. Vous voyez? Que fit-Il du temps de NoĂ©, quand Il se prĂ©para Ă  dĂ©livrer le reste? Il leur envoya NoĂ©, le prophĂšte. Il envoya NoĂ©, un signe.
E-109 Et remarquez donc, quand Il est venu pour dĂ©livrer les enfants d’IsraĂ«l, qu’a-t-Il fait? Sa maniĂšre habituelle. Il a envoyĂ© Son prophĂšte. Son prophĂšte a la Parole. Les signes et les prodiges de la Parole promise confirment que c’est l’exacte vĂ©ritĂ©. IsraĂ«l se mit en marche vers la Terre promise parce qu’il a cru cela.
E-110 Et pendant leur pĂšlerinage dans le dĂ©sert, il arriva qu’ils ont cessĂ© de croire ce prophĂšte; aprĂšs avoir vu la Parole ĂȘtre tellement confirmĂ©e, l’Epouse a cessĂ© de marcher au pas (Vous savez de quoi je parle, en rapport avec la vision, voyez), a cessĂ© de marcher au pas. Il y en eut qui restĂšrent debout, JosuĂ© et Caleb, qui crurent que la Parole de la promesse Ă©tait la VĂ©ritĂ©, sans tenir compte des circonstances.
E-111 Observez quand ils sont arrivĂ©s Ă  KadĂšs BarnĂ©a. A KadĂšs BarnĂ©a, MoĂŻse envoya une personne de chaque tribu pour aller explorer le pays, pour voir par oĂč ils devaient y entrer. Et il a envoyĂ© JosuĂ©, son gĂ©nĂ©ral, qui Ă©tait un prophĂšte, il a donc envoyĂ© un prophĂšte mineur qui Ă©tait sous son autoritĂ©. Et JosuĂ© Ă©coutait MoĂŻse. Et il l’a envoyĂ©, il a donc dit: «Va et explore ce pays.»
E-112 Et le gĂ©nĂ©ral est allĂ© et s’est choisi un homme de chaque tribu, et ils sont partis. Il a pris Caleb, son proche ami, car il savait que Caleb croyait. Ils sont entrĂ©s dans la Terre promise et en sont revenus avec une grappe de raisins si grosse qu’il fallait deux hommes pour la porter. Vous voyez? Il a donc dit: «Ainsi, IsraĂ«l aura l’évidence avant mĂȘme qu’il n’entre dans la promesse. (Voyez?) Ils auront l’évidence de ce que Dieu avait dit que c’est un bon pays oĂč coulent le lait et le miel. C’est un grand pays. C’est un pays merveilleux. Eh bien, votre... Oh! Tous ces misĂ©rables ails, poireaux et quoi que ce soit que vous aviez lĂ  en Egypte. Maintenant, nous vous amenons dans un pays oĂč il y a du lait et du miel. Peut-ĂȘtre que toutes ces annĂ©es vous n’avez jamais goĂ»tĂ© Ă  l’un ou Ă  l’autre, au lait ou au miel lĂ -bas en Egypte. On vous donnait tout simplement la ration des esclaves. Mais maintenant, vous allez dans ce pays.» Ainsi, quand ils Ă©taient Ă  une journĂ©e de marche, Ă  KadĂšs BarnĂ©a, oĂč Ă©tait le grand siĂšge du jugement du monde, ils s’arrĂȘtĂšrent sous ces–sous ces grands palmiers lĂ -bas, prĂšs des sources, ils campĂšrent. Il dit: «A prĂ©sent, pour que le peuple sache...» Voyez quelle Ă©vidence parfaite, rĂ©elle, et parfaite, est-ce, comment Dieu fit cela exactement comme Il le fait aujourd’hui. Il dit: «Eh bien, Dieu a dit que le pays est vaste. Maintenant, avant que vous y alliez, je dĂ©sire que vous voyiez que le pays est vaste, allez donc, ramenez-moi une preuve du pays et montrez cela au peuple.»
E-113 Ils sont donc arrivĂ©s lĂ . Mais alors, toutes les fois que vous ramenez une preuve, l’ennemi est lĂ  sur la route. Quand certains d’entre eux ont regardĂ© et ont vu ces terribles gĂ©ants de Canaan (Oh! la la!), ils ont dit: «Nous n’y arriverons pas.» Pourtant, ils avaient ramenĂ© l’évidence que le pays Ă©tait lĂ . Ils n’avaient pas Ă©tĂ© conduits au mauvais endroit. Dieu leur confirmait Sa Parole, mĂȘme avant leur entrĂ©e dans le pays.
E-114 Ne pouvez-vous pas comprendre, aujourd’hui, que si vous faites des milliers de kilomĂštres en voiture pour entendre la Parole et pour La voir prouvĂ©e et confirmĂ©e, c’est la preuve que c’est un pays glorieux? Vous pouvez voir couchĂ© lĂ  un homme qui n’est plus que l’ombre de lui-mĂȘme, mourant du cancer, ĂȘtre guĂ©ri. Et nous voyons les Paroles de Dieu qu’Il a dit devoir arriver en ce jour ĂȘtre confirmĂ©es, c’est une Ă©vidence qu’Il tient Sa Parole. Il y a un pays glorieux. Si ma vie est pratiquement finie et que Dieu descende et l’épargne, cela montre qu’il y a la preuve de la Vie Eternelle. Alors que vous ne mettriez mĂȘme pas les pieds dans cette Ă©glise, vous ĂȘtes aujourd’hui en ligne pour y entrer. C’est une Ă©vidence. Dieu tient Sa Parole et Il vous confirme qu’Elle est la VĂ©ritĂ©.
E-115 Vous faites des milliers de kilomĂštres en voiture; je suis venu ici un matin, j’ai regardĂ© lĂ  et j’ai vu ces gens se servir d’une bouteille de Coca Cola pour nourrir leurs enfants, d’un peu de cĂ©rĂ©ales, c’était vers cinq heures du matin, ils se tenaient lĂ  au parking. Je me suis dit: «Ô Dieu, je serais le pire des hypocrites du monde si je laissais ces gens parcourir toute cette distance pour leur dire quelque chose de faux. En effet, j’ai pitiĂ© d’eux; mon coeur saigne pour eux. Ils ont faim et soif de Dieu. Aide-moi, ĂŽ Seigneur, Ă  leur dire la vĂ©ritĂ©, ou alors retire-moi de ce monde. Laisse-moi dire la vĂ©ritĂ© Ă  ces gens, aide-moi donc, ĂŽ Dieu.» J’ai dit: «Tiens ma main, et fais-moi connaĂźtre la vĂ©ritĂ©, alors confirme cela par une Ă©vidence qui montre que ce que j’ai dit est la vĂ©ritĂ©, afin qu’ils sachent que c’est la vĂ©ritĂ©. Ne permets pas que ces pauvres gens soient sĂ©duits. Non.» Combien mon coeur est touchĂ© par pareille chose, de voir des gens fidĂšles!
E-116 Je m’imagine que JosuĂ© s’est dit la mĂȘme chose ce jour-lĂ  quand il les a rassemblĂ©s autour de lui, quand il les a vus laver leurs vĂȘtements et se prĂ©parer pour le troisiĂšme jour. Oui, Dieu a confirmĂ© cela. Eh bien, qu’a dit JosuĂ©? Quand ils ont dit: «Oh! Nous ne pouvons pas faire cela. Vous ne pouvez simplement pas faire cela. Il nous faudra sortir de notre organisation. Ça en est–ça en est–ça en est fini de nous. Vous voyez? Nous ne pouvons pas faire cela maintenant. Nous ne pouvons simplement pas faire ceci, car ce n’est pas raisonnable.» Et quand JosuĂ© les a conduits lĂ -bas, c’était au mois d’avril, quand les eaux sont en crue et que le Jourdain Ă©tait presque aussi large que le fleuve Ohio. C’était comme si Dieu avait commis une grosse erreur.
E-117 Vous savez, parfois, vous tombez malade, vous dites: «Eh bien, je suis un chrĂ©tien. Ô Dieu, Il–Il a commis une erreur; Il m’a laissĂ© tomber malade, pourtant je suis un chrĂ©tien.» Ne savez-vous pas que la Bible dit que tout concourt pour le bien de ceux qui aiment Dieu?
E-118 Quand JosuĂ© les a conduits lĂ ... A cette pĂ©riode-ci, le Jourdain est trĂšs peu profond. Vous pouvez pratiquement traverser Ă  pieds presque partout, sauf Ă©videmment lĂ  oĂč il y a des trous d’eau trĂšs profonds; vous le pouvez, et avec tous les petits guĂ©s et autres juste lĂ  sur les–sur les rives de JĂ©richo. Eh bien, c’est... eh bien, vous pouvez traverser Ă  pieds; l’eau ne dĂ©passe pas beaucoup les chevilles, on traverse bien cela en jeep, en vĂ©hicule, Ă  cheval, Ă  pieds, ou par n’importe quel moyen. Mais il les a conduits lĂ  en avril, Ă  l’époque oĂč cette contrĂ©e-lĂ  Ă©tait inondĂ©e sur Ă  peu prĂšs un mile [1,6 km]. LĂ , l’eau avait peut-ĂȘtre une profondeur de trente ou quarante pieds [9,14 m ou 12,19 m]. Et il a dit: «Le troisiĂšme jour, nous allons traverser. C’est Dieu qui l’a dit. Que le peuple s’assemble et se sanctifie, car le troisiĂšme jour, vous allez traverser le Jourdain.» Voyez-vous comment Dieu fait les choses? Juste pour le faire, faire que le peuple... juste pour faire sortir Son peuple. Qu’ont-ils fait? Ils se sont sanctifiĂ©s et se sont prĂ©parĂ©s, sans tenir compte de la profondeur des eaux, de la boue et du dĂ©bit du courant d’eau. Vous voyez, ils savaient que Dieu confirmerait Sa Parole.
E-119 Peu importe les circonstances, combien vous ĂȘtes prĂšs du Jourdain, peu importe les circonstances, si seulement vous pouviez garder cette promesse de Dieu dans votre coeur, Dieu confirmera que c’est la vĂ©ritĂ©. Au milieu de toute l’incrĂ©dulitĂ©, Il confirmera malgrĂ© tout qu’Elle est la vĂ©ritĂ©. Oui, Il ne fait pas... Les circonstances ne L’arrĂȘtent pas; Il fera toujours la mĂȘme chose comme autrefois.
E-120 Remarquez, c’est par Ses croyants qu’Il confirme Sa Parole. Il ne peut confirmer Sa Parole que... pas par les incroyants; ce n’est que par les croyants qu’Il peut confirmer Sa Parole. Peu importe combien les autres prĂ©tendaient l’ĂȘtre, en disant: «Oh! Je crois, frĂšre!» Vous voyez, si vous croyez, Dieu le confirmera, car nous regardons et nous voyons les autres. Comment pouvons-nous alors le savoir? Vous voyez, c’est par les vĂ©ritables croyants qu’Il confirme Sa Parole, pas par ceux qui disent qu’ils croient, mais par ceux qui croient rĂ©ellement. C’est par Ses enfants qui croient qu’Il confirme Sa Parole.
E-121 Eh bien, JosuĂ© avait des croyants. Le groupe des vieux Ă©tait mort, les incroyants qui disaient: «Nous n’arriverons pas Ă  nous en emparer», Dieu a laissĂ© pĂ©rir chacun d’eux (Pourquoi?), tous, sauf les croyants. Qui Ă©tait restĂ©? MoĂŻse Ă©tait rentrĂ© dans la Gloire. Et les incroyants avaient pĂ©ri dans le dĂ©sert, et ceux-lĂ  Ă©taient leurs enfants. Il n’y en eut que deux qui traversĂšrent, et c’étaient des croyants, JosuĂ© et Caleb. Ils Ă©taient des croyants; c’est eux qui ont traversĂ©. L’unique moyen pour Dieu de pouvoir faire cela, c’est par Ses enfants qui croient. Croyez-vous cela? TrĂšs bien. Ce sont Ses croyants qui ont fait cela. C’est eux qu’Il a fait traverser. Vous voyez?
E-122 A prĂ©sent, je dĂ©sire que vous remarquiez que c’est ce qu’Il fait dans chaque Ăąge. Il le fait chaque fois selon la mĂȘme mĂ©thode. Il doit prendre des croyants. Et alors, amener les croyants Ă  se conformer Ă  cette Parole, Il doit prĂ©destiner cela pour cet Ăąge-lĂ . Comprenez-vous cela? Il doit prĂ©destiner cette chose Ă  ĂȘtre lĂ  pour relever le dĂ©fi de l’ñge. Avez-vous saisi cela? Avez-vous senti cela? Avez-vous vu cela? Avez-vous compris cela? C’est ce qui se passe aujourd’hui. C’est par Sa prescience qu’Il a prĂ©destinĂ© cela pour ceci. Ce qu’Il a prĂ©destinĂ© dans Malachie 4 doit arriver. Quand Il vient et prĂ©destine n’importe quoi Ă  s’accomplir dans Sa Parole, Il doit confirmer Sa Parole comme Ă©tant vraie. Quand Il prĂ©destine n’importe quoi Ă  arriver et qu’Il dit que cela arrivera, Il sait que cette semence sera lĂ  juste Ă  ce moment-lĂ . Il a prĂ©destinĂ© une Epouse; Elle sera lĂ ; qu’il y aura un EnlĂšvement, cela sera lĂ . Il prĂ©destine cela par Sa prescience. Vous voyez, rien ne va arrĂȘter cela.
E-123 Quand Dieu leur a dit: «Eh bien, Je vous donne la promesse de la Terre promise. J’avais dit Ă  votre pĂšre Abraham que ses enfants sĂ©journeraient ici quatre cents ans»...
E-124 Eh bien, Moise a dit: «Je suis le prophĂšte de l’Eternel. Eh bien, observez et voyez ce que je prophĂ©tise. Si cela arrive, vous saurez alors que c’est l’Eternel qui m’a envoyĂ©, car vous le savez, Dieu vous en a dĂ©jĂ  parlĂ©. Eh bien, si donc je prophĂ©tise telle chose et que cela arrive, telle autre et que cela arrive, telle autre et que cela arrive, chaque fois la mĂȘme chose, alors vous saurez que c’est l’Eternel qui m’a envoyĂ© pour vous parler. Eh bien, il y a une Terre promise que Dieu a promise. Vous voyez? Et c’est Dieu qui a promis ce pays. Eh bien, c’est un bon pays oĂč coulent le lait et le miel. Suivez-moi.»
E-125 Et quand ils sont allĂ©s dans le dĂ©sert oĂč il devait voyager, les amener dans le dĂ©sert oĂč Dieu lui avait dit de les amener au mont SinaĂŻ, alors Dieu est descendu devant tout IsraĂ«l dans une Colonne de Feu et Il a confirmĂ© que ce que MoĂŻse avait dit y Ă©tait accompli, confirmant que c’était juste, confirmant MoĂŻse, lĂ , disant: «MoĂŻse a dit que Moi, Dieu, J’étais sur cette montagne; Je lui Ă©tais apparu sous la forme d’un buisson ardent. Et maintenant, J’ai embrasĂ© toute la montagne.»
E-126 Ils dirent alors: «Que Dieu ne nous parle pas; que Moïse nous parle, sinon nous périrons.»
E-127 Il a dit: «Je–Je... C’est... Je ne ferai plus ceci. Je leur susciterai un prophĂšte, il–il leur parlera en Mon Nom.» C’est ce qu’Il fait maintenant, c’est exactement ainsi qu’Il fait agir Sa Parole.
E-128 Remarquez alors, ceux qui n’ont pas cru, aprĂšs qu’ils sont arrivĂ©s si prĂšs du pays au sujet duquel ils ne crurent point... Eh bien, vous qui prenez des notes, notez HĂ©breux 6, juste lĂ  oĂč il est dit: «Ceux qui ont Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ©s, qui ont eu part au Saint-Esprit, puisque... ils tombent, d’ĂȘtre renouvelĂ©s et amenĂ©s Ă  la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et L’exposent Ă  l’ignominie. Il est impossible pour ceux-ci d’ĂȘtre sauvĂ©s.» Vous voyez, tout aussi impossible qu’il l’était pour ceux-lĂ  de traverser et d’entrer dans cette Terre promise.
E-129 Les gens iront jusqu’au baptĂȘme du Saint-Esprit; ils arriveront jusqu’à la Parole; ils passeront au travers de toutes les dĂ©nominations, toutes les Ă©glises et tous les catĂ©chismes et tout; mais quand on en vient Ă  cette Parole, cette ligne de dĂ©marcation, ils disent: «Oh! Je n’en sais rien. Mon Ă©glise ne l’enseigne pas ainsi.» Peu m’importe ce qu’enseigne votre Ă©glise; la Bible dit que c’est ainsi. Et puis, vous direz: «Comment saurai-je que c’est vrai?» Il le confirme et le prouve.
E-130 Eh bien, en ce temps-lĂ , la Bible dit: «Il y a lĂ -bas un bon pays oĂč coulent le lait et le miel, de bons raisins et de bonnes grenades. Et, oh! c’est un beau pays.»
E-131 Eh bien, ils dirent: «Maintenant, que quelques-uns d’entre vous y aillent discrĂštement, puis qu’ils reviennent, de la sorte nous pourrons consoler ces gens. Nous allons donc traverser incessamment, si seulement vous tous, vous croyez cela.» Eh bien, ils sont partis.
E-132 Et voici qu’à leur retour, oh! il n’y eut que deux qui criaient: «Eh bien, gloire Ă  Dieu! Nous avons vu cela. Nous avons vu cela! Oh! C’est merveilleux! Il n’y a rien de pareil!»
Les dix autres qui se tenaient lĂ , disaient: «Oh! Non, non, non, non, nous n’y arriverons pas.»
Combien avaient traversĂ© lĂ ? Ces deux-lĂ . C’est juste. Ces deux-lĂ , en effet, Ă©taient convaincus que Dieu confirmerait que Sa Parole est la VĂ©ritĂ©. Remarquez, ni le Jourdain en crue, pas du tout, ni les rives inondĂ©es du Jourdain, ni aucun gĂ©ant de Canaan ne pouvaient les arrĂȘter. Dieu a confirmĂ© Sa Parole, Il les a directement fait entrer dans le pays.
E-133 Il fera encore la mĂȘme chose (absolument!) selon les promesses d’aujourd’hui. Il confirme Sa Parole. Il confirme Sa Parole sans tenir compte de quoi que ce soit.
E-134 Un jour, Il ferma la gueule des lions affamĂ©s, mangeurs d’hommes, pour confirmer au prophĂšte Daniel que Sa Parole est la VĂ©ritĂ© et qu’Il pouvait dĂ©livrer. Et ces lions Ă©taient constamment nourris de la chair humaine. Et ils gardaient ces lions affamĂ©s de telle sorte que quand un homme tombait lĂ -dedans, ou un enfant, tout ce qu’ils jetaient lĂ -dedans (c’était la peine capitale), ces lions les mettaient en piĂšces, cette horde de lions affamĂ©s. Et ils prirent ce prophĂšte qui avait la Parole du Seigneur pour les enfants d’IsraĂ«l, ce prophĂšte qui avait prophĂ©tisĂ© qu’ils prendraient cette ville. Et il Ă©tait lĂ  avec eux. Mais Dieu n’avait pas encore terminĂ©. Il voulait confirmer Sa Parole, Il pouvait le dĂ©livrer. Mais eux ont affamĂ© ces lions et ont jetĂ© ce prophĂšte lĂ -dedans. Et ces lions se sont ruĂ©s vers lui comme cela. Cette Colonne de Feu se tenait lĂ ; et tout animal a peur du feu. Comme cette Colonne de Feu se tenait lĂ , les lions se couchĂšrent. Il a tenu Sa Parole. Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Dieu tient Sa Parole; Il La confirme; Il confirme qu’Elle est la VĂ©ritĂ©.
E-135 Eh bien, Il ĂŽta carrĂ©ment la chaleur de la fournaise ardente pour confirmer que Sa Parole est la VĂ©ritĂ©, comme quoi Il pouvait dĂ©livrer du feu. En plein milieu de ces flammes oĂč ces enfants avaient Ă©tĂ© jetĂ©s et oĂč ils Ă©taient restĂ©s un long moment, alors que la forte chaleur de la–de la fournaise avait mĂȘme tuĂ© ceux qui les y avaient jetĂ©s, les robustes soldats qui les y avaient conduits... Et Dieu laissa le feu continuer Ă  brĂ»ler, mais Il en ĂŽta la chaleur. Il prouve! Si vous restez auprĂšs de Lui, Il restera auprĂšs de vous. Rester auprĂšs de vous? Eh bien, certainement. Une heure plus tard, on a ouvert la porte et on a dit: «Dites donc, finalement combien en avez-vous jetĂ© lĂ -dedans?» On a dit: «Nous voyons les trois que nous avons mis lĂ -dedans.» On a dit: «Il y en a quatre, et l’Un d’eux ressemble au Fils de Dieu.» Vous voyez? Il confirme. Pourquoi? Il est la Parole.
E-136 Et ils avaient dit: «Dieu est capable de nous dĂ©livrer de cette fournaise ardente; mais, nĂ©anmoins, nous ne nous prosternerons pas devant une quelconque statue, car nous nous en tenons Ă  la Parole.» Eloignez-vous de n’importe quelle statue, de n’importe quelle forme de religion. Dieu se tiendra Ă  vos cĂŽtĂ©s. Il ĂŽtera la chaleur de la persĂ©cution. Il ĂŽtera la–la vie du cancer. Il ĂŽtera le... Il fera n’importe quoi. Il est Dieu. Restez avec Lui, et Il restera avec vous. Il confirme chaque fois que Sa Parole est la VĂ©ritĂ©. Il ĂŽta la chaleur du feu, et Il ferma la gueule des lions et ainsi de suite.
E-137 Voici une autre chose que Dieu a faite pour montrer qu’Il est Dieu. AprĂšs le dĂ©sert, les hommes sont arrivĂ©s au point oĂč ils recherchaient l’érudition, se faisant eux-mĂȘmes de grands hommes. Ils avaient des organisations qu’on appelait organisations des pharisiens, des sadducĂ©ens, des hĂ©rodiens, et que sais-je encore. Et c’était de grands hommes. Ils s’ordonnĂšrent mutuellement sacrificateurs. Et ils firent de grandes choses de ce genre, ils firent des souverains sacrificateurs, des hommes importants, des dignitaires et consorts.
E-138 Mais Dieu, au milieu de tout cela, suscita un prophĂšte, le fils d’un sacrificateur. Jamais... Il alla dans le dĂ©sert Ă  l’ñge de neuf ans. Il ne savait pas lire son nom, mĂȘme si c’était Ă©crit en des lettres de la taille d’un wagon. Pourquoi? Pourquoi a-t-il fait cela? Il Ă©tait un prophĂšte. S’il avait Ă©tĂ© instruit selon la formation de son pĂšre, il aurait probablement Ă©tĂ© un pharisien ou un sadducĂ©en, ou il aurait fait partie de l’un de leurs groupes. Mais il avait une oeuvre importante; qui Ă©tait d’annoncer le Messie. Pourquoi? Dieu tint Sa Parole et la confirma. «La voix de celui qui crie depuis le sĂ©minaire: ‘Je viens d’avoir mon doctorat’?» On peut retrouver cela–cela dans l’almanach d’anniversaire de vieilles dames, mais pas dans la Parole de Dieu. Il a dit: «La voix de celui qui crie dans le dĂ©sert: ‘PrĂ©parez le chemin du Seigneur, aplanissez Ses sentiers!’» Ne prĂ©para-t-Il pas la voie Ă  la Parole Ă  ce moment-lĂ  afin que la Parole puisse ĂȘtre rendue manifeste? AllĂ©luia!
E-139 Ne voyez-vous pas les ombres? ArrĂȘtez ici une minute. Dans les derniers jours, un lieu doit ĂȘtre prĂ©parĂ© pour que la Parole soit rendue manifeste; aujourd’hui, nous vivons de l’évidence du nouveau Pays (Amen!), le Fils de l’homme.
E-140 Jean, avec la commission qu’il reçut, n’ayant aucune instruction, n’ayant rien, demeurait dans le dĂ©sert. Il utilisait des types dans ses sermons: «La cognĂ©e est mise Ă  la racine de l’arbre»; c’est ce qu’il voyait. Il a coupĂ© avec la cognĂ©e, a construit sa hutte, a fait du feu pour brĂ»ler son bois.» Oh! Vous, race de serpents», c’est ce qu’il avait vu. Pour lui, ce qu’il y avait de plus mĂ©chant dans la jungle, la brousse, c’était le serpent. Il disait: «Vous, race de serpents, qui vous a appris Ă  fuir la colĂšre Ă  venir? Ne vous mettez pas Ă  dire: ‘ Nous avons ceci, nous sommes membres de ceci, nous sommes membres de cela; de ces pierres-ci Dieu peut susciter des enfants Ă  Abraham. La cognĂ©e est mise Ă  la racine de l’arbre, et tout arbre qui ne porte pas de bons fruits...» Que faisait-il au dĂ©sert lorsque cela ne pouvait pas... lui donner des sauterelles et autres? Il le coupait et le consumait. Vous voyez? «Il amassera les grains dans le grenier, mais il brĂ»lera la paille dans un feu qui ne s’éteint point.» C’était ça le genre d’homme qu’il Ă©tait, un homme qui n’avait mĂȘme pas sa robe ecclĂ©siastique, qui n’avait mĂȘme pas de bonnet de sacrificateur, vous voyez. Il est venu, vĂȘtu d’une peau de brebis, d’un cuir retirĂ© du dos d’un chameau, barbu, les cheveux en broussaille, comme cela; il a dit: «DĂ©jĂ  la cognĂ©e est mise Ă  la racine de l’arbre.» Il vint avec hardiesse. Pourquoi? C’était la Parole de Dieu en train d’ĂȘtre confirmĂ©e: «De ces pierres-ci Dieu peut...» Dieu l’avait promis: «Voici, J’envoie Mon messager devant Ma face.» Non pas une preuve trĂšs religieuse ni scientifique, ou plutĂŽt religieuse, mais il s’agissait plutĂŽt d’une confirmation de la Parole de Dieu. Dieu tenait Sa Parole. Vous voyez? Pas du tout un Ă©rudit, mais plutĂŽt un prophĂšte envoyĂ© au Nom du Seigneur. C’est ce qu’Il fit. Pourquoi? Pour confirmer Sa Parole.
E-141 Eh bien, ces sacrificateurs dirent: «Eh bien, nous savons que quelqu’un viendra dans les derniers jours, c’est pourquoi nous allons envoyer chacun de nos fils Ă  l’école et nous prĂ©parer pour cela. Chacun de vous, jeunes gens, doit recevoir une instruction universitaire. Vous devez venir ici. Sans doute qu’il sortira de cette lignĂ©e; il sortira de la lignĂ©e des LĂ©vites, car c’est lĂ  qu’on exerce le sacerdoce.» Mais il n’était pas un sacrificateur; il Ă©tait un prophĂšte! Et c’était Dieu qui l’avait choisi. Il ne devait pas venir d’une certaine dĂ©nomination ou d’une certaine lignĂ©e, c’est Dieu qui choisit par prĂ©destination, par prescience. Il vient selon le choix de Dieu. C’est pourquoi ils ne voulaient pas croire en lui, parce qu’il n’était pas venu de la maniĂšre qu’ils se l’étaient imaginĂ©. Cela pourrait se rĂ©pĂ©ter, vous savez, c’est ce qui arrive gĂ©nĂ©ralement. Mais nous voyons qu’il est venu selon la voie de Dieu, pour que Dieu confirme Sa Parole.
E-142 Remarquez, Il a fait concevoir une vierge afin de confirmer Sa Parole. EsaĂŻe 9.6, nous voyons cela: «Un Fils nous est nĂ©, un Enfant nous est donnĂ©.» Eh bien, nous voyons qu’Il avait dit qu’une vierge concevrait et Dieu fit concevoir une vierge. Quoi? Pour confirmer Sa Parole. (Maintenant, suivez juste quelques instants. Nous allons terminer.) Il fit concevoir une vierge pour confirmer Sa Parole. C’était absolument... Cela a dĂ©concertĂ© tous les hommes de science. [Espace vide sur la bande.–N.D.E.] ... pour aller.
E-143 Vous avez compris cela, n’est-ce pas? Vous voyez, la terre est maudite. La terre entiĂšre est maudite Ă  cause du pĂ©chĂ© d’Adam. Mais lorsque cette petite semence... Or, la femme n’a pas de semence. Elle a un champ dans lequel repose la semence, pas une semence, car il n’y a point de germe, le germe doit... une semence doit avoir la vie en elle, sinon ce n’est que de la matiĂšre; la vie n’est pas lĂ . C’est donc l’homme qui a la semence. C’est pourquoi cela a dĂ» ĂȘtre la semence du serpent dans la femme (Vous voyez?); en effet, ce n’était pas la semence de Dieu. Nous savons cela. Allez-y; attendez que vous ayez ce livre et que vous le lisiez, vous–vous comprendrez alors, ou cela vous sera simplement dĂ©montrĂ© par des Ecritures, la chose entiĂšre vous sera simplement rĂ©vĂ©lĂ©e, de mĂȘme que le baptĂȘme d’eau en Son Nom, pour que vous voyiez ce que c’est. Dieu ne se trompe jamais. Il a toujours raison. MĂȘme si vous n’arrivez pas Ă  comprendre cela, croyez-le nĂ©anmoins. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©.
E-144 Et nous voyons donc qu’Il–Il avait dit cela; Il a fait que cela arrive. Eh bien, quand cette petite semence, sans l’intervention d’un homme, est entrĂ©e dans une petite ovule dans le champ qu’Il avait crĂ©Ă©, alors cette petite semence... le petit germe se faufila dans l’ovule, et sa petite queue tomba et le germe commença Ă  se dĂ©velopper cellule aprĂšs cellule, vivant de la vie de la mĂšre, la... de son corps, et lĂ , c’est elle qui Le nourrissait par sa circulation sanguine. Et nous voyons alors qu’elle nourrit cela. Ce n’est pas que le sang de l’enfant est le sang de la mĂšre. Non, il n’a pas une seule goutte du sang de la mĂšre. Mais il se nourrit des vitamines qui proviennent de la mĂšre, mais pas de son sang Ă  elle. Il est entiĂšrement environnĂ© de beaucoup de sang de la mĂšre ainsi que de l’eau qui le protĂšge des chocs et des choses semblables, mais il n’a pas une seule goutte du sang de la mĂšre. Une mĂšre peut ĂȘtre en train de mourir de la tuberculose et donner naissance Ă  un enfant, celui-ci ne peut pas en hĂ©riter, car la tuberculose est un germe qui se communique par le courant sanguin. Mais voyez, il peut–il peut... La tuberculose n’est pas hĂ©rĂ©ditaire; la faiblesse l’est, mais pas la tuberculose. En effet, si l’enfant attrape ce germe, c’est que c’est par la respiration de la mĂšre (Voyez?), avant que cela puisse se faire. A sa naissance, l’enfant est parfaitement exempt de cela, parce qu’il n’a rien du sang de la mĂšre.
E-145 Eh bien, nous voyons que Dieu est entrĂ© dans cette petite cellule, vous voyez, et Il a commencĂ© Ă  multiplier ces cellules, les nourrissant des vitamines et autres provenant de la mĂšre, au fur et Ă  mesure qu’elle... Ensuite, quand Il devint assez grand pour se nourrir Lui-mĂȘme, Il a commencĂ© Ă  manger. Et qu’est-ce? C’est la–c’est la poussiĂšre de la terre, d’oĂč vous avez Ă©tĂ© tirĂ©... vĂ©gĂ©tale et la vie animale et tout, et quand Il s’est mis Ă  manger du poisson, du pain et ainsi de suite, des cellules ont commencĂ© Ă  se dĂ©velopper. Et alors, quand Il a atteint la pleine maturitĂ©, Ă  l’ñge de trente ans, Il fut baptisĂ© lĂ  dans l’eau par obĂ©issance Ă  Jean, ou plutĂŽt Ă  Dieu, et Il est sorti. Qu’arriva-t-il alors? La Colombe, qui Ă©tait Dieu, descendit du ciel et une voix se fit entendre: «Celui-ci est Mon Fils bien-aimĂ© en Qui J’ai trouvĂ© bon de demeurer.» Qu’était-Il venu faire? Racheter cette partie de la terre. Il Ă©tait le Commencement de la crĂ©ation de Dieu. En effet, Dieu n’est pas une crĂ©ation; mais en Christ Il est devenu une crĂ©ation. En effet, Dieu est Ă©ternel et Il est Esprit, et un Esprit n’est pas quelque chose de crĂ©Ă©. Il Ă©tait le Commencement de la crĂ©ation de Dieu, et Dieu a rachetĂ© ce corps-lĂ . Vous voyez, quand Il descendait, Il a dit: «Celui-ci est Mon Fils bien-aimĂ© en Qui j’ai mis toute mon affection.»
E-146 Ainsi donc, Dieu est descendu dans ce Fils, et maintenant, Il peut descendre dans chaque fils, nĂ© naturellement par le sexe, lorsque ce fils passe par le baptĂȘme d’eau, puis le baptĂȘme du Saint-Esprit, alors le Saint-Esprit descend dans le baptĂȘme de Feu et revendique cette crĂ©ation, comme Il le fit de mĂȘme que cela s’est passĂ© avec Lui. Le Saint-Esprit et Dieu, c’est le mĂȘme Esprit, vous voyez, Il descend et revendique la rĂ©surrection du corps. Et Il fut ressuscitĂ© pour notre justification: «Tous ceux que le PĂšre M’a donnĂ©s viendront, pas un seul ne sera perdu. Je les ressusciterai au dernier jour. Pas un seul cheveu de leur tĂȘte ne pĂ©rira.» Ça, c’est le commencement de la crĂ©ation de Dieu. Ceci, c’est la continuation de la crĂ©ation de Dieu. Ensuite, la terre entiĂšre doit passer par un baptĂȘme. Et puis, le Saint-Esprit descendra sous forme d’une ville pour demeurer sur la terre, et le tabernacle de Dieu est avec les hommes et Il demeure parmi les hommes; Dieu a habitĂ© dans un tabernacle ici sur terre. C’est le plan entier de la rĂ©demption, la justification, la sanctification, le baptĂȘme du Saint-Esprit, c’est la mĂȘme chose qu’alors.
E-147 Maintenant, remarquez, Il fit concevoir cette vierge, et c’est pourquoi elle enfanta un Fils sans connaĂźtre d’homme. Cela a confondu la science au fil des Ăąges. Cela continue Ă  le faire. Ils se sont peut-ĂȘtre moquĂ© d’EsaĂŻe quand il a parlĂ©, disant que cette vierge concevrait; ils ont dit: «Eh bien, comment est-ce possible?»
E-148 J’imagine l’embarras d’EsaĂŻe, quand il a entendu Dieu dire: «Je vais leur donner un super signe, je vais leur donner un signe Ă©ternel, une vierge concevra.» Eh bien, lui qui Ă©tait bien connu parmi les gens, parmi son peuple, il Ă©tait un prophĂšte confirmĂ© de Dieu, quand il se prĂ©senta alors devant les mĂ©decins et tout avec cette dĂ©claration: «Une vierge concevra.» Vous voyez, cela ne s’était jamais fait depuis le commencement du temps, depuis le jour oĂč Dieu crĂ©a Son premier homme. Mais voici qu’une femme va, sur cette terre, concevoir un enfant. Pensez combien ce prophĂšte avait de quoi ĂȘtre embarrassĂ© dans ce royaume oĂč fleurissait la science! Mais il savait que Dieu tiendrait Sa Parole; Il confirmerait Cela. J’imagine que chaque famille juive prĂ©parait ses jeunes filles Ă  avoir cet Enfant (Voyez?), on Lui achetait des souliers et des chaussons, ou tout ce qu’on porte, les petites couches, elles se prĂ©paraient pour–pour l’Enfant qui devait venir. Des gĂ©nĂ©rations passĂšrent, mais Dieu confirma Sa Parole. Une vierge conçut effectivement et enfanta cet Enfant, prouvant que la Parole de Son prophĂšte Ă©tait la VĂ©ritĂ©. Il les soutient toujours.
E-149 Ce Fils de la vierge Ă©tait la Parole rendue manifeste. Eh bien, Saint Jean 1, si vous voulez lire cela, Saint Jean 1. Ce prophĂšte, ce prophĂšte aussi... Mais ce Fils de la vierge Ă©tait la Parole rendue manifeste, le commencement de la crĂ©ation de Dieu. Or, la terre entiĂšre est la crĂ©ation de Dieu, mais elle est perdue. Vous voyez? Il rachĂšte donc cette terre. Et vous, vous ĂȘtes une partie de la terre. Et Il vous rachĂšte par le mĂȘme procĂ©dĂ© qu’Il rachĂšte la terre entiĂšre. Vous voyez? Eh bien, ce Fils de la vierge Ă©tait la Parole rendue manifeste: «Au commencement Ă©tait la Parole, la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair et Elle a habitĂ© parmi nous.»
E-150 Satan a essayĂ© toutes ses ruses pour L’amener Ă  douter de cela. Satan a essayĂ© tout ce qu’il pouvait pour–pour Lui faire douter de cela, il a essayĂ© de Lui faire accepter de prendre possession du Royaume sans passer par la souffrance, il a essayĂ© de L’amener Ă  le possĂ©der sans accomplir l’acte de rĂ©demption (alors que le plan de Dieu dans le jardin d’Eden, quand Il tua l’agneau, Ă©tait de racheter cela par le sang); il Lui a mĂȘme promis tous les royaumes du monde s’Il acceptait cela. Pensez-y, quelle promesse!
E-151 Ne comprenez-vous pas, mes trĂšs prĂ©cieux amis, maintenant que Satan vous fait des promesses pour... qu’il fera de vous l’un des meilleurs prĂ©dicateurs de l’organisation? Il vous donnera la premiĂšre place dans chaque Ă©glise et fera de vous un diacre. Il fera tout, si seulement vous vous Ă©loignez de cette Parole.
E-152 Maintenant, remarquez, faire de chaque... Il Lui offrit le monde et tous les royaumes, alors que JĂ©sus avait le pouvoir de les prendre Lui-mĂȘme. Il essaya de Le faire dĂ©sobĂ©ir Ă  cette Parole, car il savait qu’il L’aurait lĂ  mĂȘme s’il le pouvait. C’est ce qu’il fit avec MoĂŻse, ce qu’il fit avec Ève; mais cette fois-ci, il Ă©tait tombĂ© sur la Personne qu’il ne fallait pas. Pourquoi? Il Ă©tait la Parole, mais Satan ne le savait pas. Il Ă©tait Lui-mĂȘme cette Parole.
E-153 Je peux le voir. Nous voulons reprĂ©senter Satan un peu comme les enfants le font. Je vois ces grandes ailes noires battre autour d’Ève, lui disant: «Eh bien, je vais te dire quoi, c’est agrĂ©able. Tu devrais essayer cela.»
«Mais Dieu a dit que si nous le faisons, nous mourrons.»
E-154 «Oh! Eh bien, certainement que vous ne mourrez pas. Tu vois? Oh! C’est absurde. Comme idĂ©e, c’est une vieille baderne. N’en crois rien.» Mais Dieu l’avait dit. Dieu a prouvĂ© que c’est vrai. Et Il le prouve maintenant mĂȘme. Les gens meurent en cet instant. Il continue Ă  prouver que c’est vrai.
E-155 Remarquez, quand il est allĂ© vers MoĂŻse, il a dit: «MoĂŻse, tu sais, tu es impĂ©tueux; tu es colĂ©rique. Regarde ce que cette bande de renĂ©gats a fait. Tu vois? Pourquoi ne descends-tu pas simplement lĂ -bas pour leur en parler vraiment?» Et il l’a fait.
E-156 Mais quand il a touchĂ© cette ligne de dix mille volts, il s’est brĂ»lĂ© les plumes en se jetant sur Lui; il a dit: «Oh! Ecoute, a-t-il dit, je vais te donner tous les royaumes.»
«Il est écrit. (Vous voyez?) Il est écrit.»
E-157 Il a alors dit: «Si Tu es le Fils de Dieu...» Vous voyez, il a toujours douté de Cela. Il apprend toujours aux autres à douter de Cela. Il a appris à Ève à douter de Cela. Il a appris à Moïse, et il a appris à tous les autres à chercher à douter de Cela.
E-158 Il vous apprend Ă  chercher Ă  douter de Cela. Et vous qui ĂȘtes assis ici mĂȘme maintenant, si vous voulez que je cite vos noms, c’était... Ça fait longtemps que Satan cherche Ă  vous amener Ă  douter de moi. Ne faites pas cela. Soeur, si vous faites cela, eh bien, vous... ou pas moi, mais simplement douter. Croyez simplement cette Parole. Vous n’avez pas Ă  me croire, mais croyez ceci. Vous voyez? Si je prononce cette Parole, Elle n’est pas mienne; Elle est Sienne. Mes paroles sont diffĂ©rentes, mais Ceci, ce sont Ses Paroles Ă  Lui. Vous voyez? Remarquez maintenant, remarquez, je n’aimerais pas aborder cela maintenant mĂȘme.
E-159 Remarquez, Il a promis que toutes Ses Paroles sont la VĂ©ritĂ© absolue. Il Les a confirmĂ©es. Il a confirmĂ© cela. En effet, Il a confirmĂ© qu’Il Ă©tait la vraie Parole. «L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.»
E-160 Quoi donc, comment vit-il? «En... eh bien, s’il accepte seulement une portion de la Parole de Dieu, vivra-t-il?» Eh bien, ce n’est pas ce qu’Il a dit. Avez-vous remarquĂ©: «Toute Parole»? Comment vit-il? «Oh! Se nourrit-il lĂ ?» Non, il meurt vite, c’est la chair. «Eh bien, il... Oh! Il est membre de l’église; il croit tout sauf cela.» Il est toujours mort. Comprenez-vous cela? «Il ne peut vivre que de toute parole qui sort de la bouche du souverain sacrificateur? De l’évĂȘque? Du cardinal? Du pasteur?» De Dieu. De toute Parole qui sort de la bouche de Dieu. Comment savons-nous que c’est la Parole de Dieu? Il le dit, ensuite Il La confirme. Il confirme Sa Parole.
Remarquez donc. Alors, s’il en est ainsi, votre confession ne vous fera pas vivre. Votre qualitĂ© de membre d’église ne vous fera pas vivre. Remarquez, c’est seulement de Sa Parole, sans une Parole mal placĂ©e. Aucune Parole ne doit... Une seule Parole a causĂ© la mort de la race humaine. Dans la Bible, dans Apocalypse 22, une seule Parole causera encore la mort de tout; son nom sera retranchĂ© du Livre de Vie. «Celui qui ajoutera une seule parole ou En retranchera une seule Parole.» Pas une seule parole, pas... Non, je veux dire... pas–pas deux paroles, juste une seule parole, pas une phrase; une seule parole, une seule parole. Oh! Mes amis, comprenez-vous?
E-161 Eh bien, ce n’est pas exactement Ă  cet auditoire-ci que je m’adresse. Ceci est enregistrĂ©, vous voyez, et cela va dans le monde entier. Comprenez-vous, amis du monde qu’une seule Parole, une seule Parole, pas une phrase, pas un paragraphe, une seule Parole, c’est tout ce qu’Ève n’avait pas cru? Cela a amenĂ©... Dieu a confirmĂ© cela. «Mais alors, si vous observez chaque Parole, vous vivrez.» Ils doutĂšrent d’une seule Parole, cela a plongĂ© la race humaine dans la mort. Mais l’homme ne vivra pas de pain seulement pour sa force physique, mais de toute Parole, de toute Parole, exactement tel que c’est Ă©crit. La Bible dit qu’Elle ne fait l’objet d’aucune interprĂ©tation particuliĂšre. Aucun homme ne doit, en aucune circonstance, chercher Ă  interprĂ©ter quoi que ce soit de la Parole de Dieu, pas du tout, chercher Ă  interprĂ©ter quoi que ce soit de la Parole de Dieu. Dieu est Son propre InterprĂšte.
E-162 Quand Il a fait la promesse, Il a dit: «Que la lumiÚre soit, et la lumiÚre fut.» Il a dit: «Une vierge concevra», et elle a conçu. Vous voyez, tout ce que Dieu dit, Il le confirme.
E-163 Peu importe combien vous cherchez Ă  penser que la rĂ©surrection physique ne pourrait avoir lieu, et que ces gens d’autrefois ne sont que poussiĂšre de la terre, et aujourd’hui ils sont plus que poussiĂšre, ils sont redevenus des acides et des gaz dont leurs corps Ă©taient constituĂ©s. Leurs Ăąmes vivent toujours. Dieu a dit: «Je ressusciterai cela.» Job a dit: «Quand ma peau sera dĂ©truite, il se lĂšvera. Quand je n’aurai plus de chair, je verrai Dieu.» Vous voyez, peu importe, chaque Parole doit ĂȘtre observĂ©e, et l’homme vivra de cette Parole.
Il a ressuscitĂ© un homme d’entre les morts aprĂšs que celui-ci Ă©tait mort depuis quatre jours, pour confirmer qu’Il Ă©tait la RĂ©surrection et la Vie. Alors qu’un homme Ă©tait mort depuis quatre jours et qu’il puait, son nez s’était dĂ©jĂ  affaissĂ© en l’espace de quatre jours. C’est juste. La premiĂšre chose qui s’affaisse chez l’ĂȘtre humain, c’est le nez, c’est ce qui tombe du cadavre, cela devient mou, puis cela s’enfonce. Ensuite, la peau, les bestioles, vous... MĂȘme si l’on vous mettait dans un cercueil plombĂ©, dans n’importe quoi, mais cependant les vers de la peau ne viennent absolument pas de la terre; ils sont en vous. Avez-vous remarquĂ© ce qu’a dit Job: «MĂȘme si les vers qui sont dans mon corps dĂ©truisent...» Pas les vers de la terre, il pourrait ne pas y en avoir. Les vers sont en vous, ils sont prĂȘts Ă  vous dĂ©truire; la mort agit dans votre corps mortel. Mais quand vous recevez Christ, alors la Vie agit dans votre corps mortel pour vous ressusciter. Vous voyez? Il a ressuscitĂ© des morts un homme aprĂšs que ce dernier Ă©tait dĂ©cĂ©dĂ© depuis quatre jours. «Il sent dĂ©jà», pour confirmer ce qu’Il avait dit: «Je suis la RĂ©surrection et la Vie.» Or, qui d’autre que Dieu pouvait dire cela, voyez: «Je suis la RĂ©surrection et la Vie; celui qui croit en Moi vivra, quand mĂȘme il serait mort. Croyez-vous cela?» Et Il a ressuscitĂ© cet homme pour confirmer que Sa Parole Ă©tait vraie. Exact.
E-164 Remarquez, Il Ă©tait la Parole. HĂ©breux 4.12, si vous voulez noter cela. HĂ©breux 4.12 dit: «La Parole de Dieu est plus tranchante qu’une Ă©pĂ©e quelconque Ă  deux tranchants, Elle discerne les pensĂ©es et les intentions du coeur.» Est-ce vrai? «Elle discerne...» Qu’a-t-Il fait pour prouver qu’Il Ă©tait la Parole? Pierre est venu auprĂšs de Lui; il s’appelait Simon. Et il est venu auprĂšs de JĂ©sus et JĂ©sus a dit... Il s’est assis lĂ  et JĂ©sus, aussitĂŽt que Pierre est arrivĂ©, Il lui a dit: «Tu es Simon, le fils de Jonas.» Il n’était pas instruit, il n’avait aucun diplĂŽme, il n’était rien qu’un pĂȘcheur ordinaire, il n’avait pas d’instruction, la Bible dit qu’il Ă©tait un homme du peuple sans instruction, mais il est devenu l’évĂȘque de l’Eglise de–de JĂ©rusalem. Pourquoi? Pourquoi? JĂ©sus lui a dit qui il Ă©tait, quel Ă©tait son nom, et quel Ă©tait le nom de son pĂšre. Et il a reconnu que c’était la Parole.
En effet, la Bible dit: «L’Eternel ton Dieu te suscitera un prophĂšte comme moi», et ça devait ĂȘtre ce ProphĂšte, et il n’avait Ă©tĂ© promis aucun prophĂšte aprĂšs Malachie jusqu’au Messie: quatre cents ans sans prophĂšte. Et voilĂ  qu’un Homme se tenait lĂ , confirmant, ou prouvant Sa Parole Ă  cet homme qui Ă©tait prĂ©destinĂ© Ă  la Vie, Il a dit: «Tu es Simon, dĂ©sormais... Tu es le fils de Jonas; dĂ©sormais, tu t’appelleras Pierre.» Pensez-y. A qui confirma-t-il cela? Pourquoi n’a-t-il pas confirmĂ© cette Parole Ă ... Pourquoi n’a-t-il pas confirmĂ© cette Parole Ă  CaĂŻphe? Il Ă©tait Dieu. Il savait que CaĂŻphe ne croirait jamais cela. Mais cet homme-ci Ă©tait ordonnĂ© Ă  la Vie; il reconnut cela sur-le-champ.
E-165 Une fois, Il se tenait lĂ  parmi les gens... Quelques jours plus tard, un autre homme est allĂ© prendre son copain de l’autre cĂŽtĂ© de la montagne, Ă  environ 15 miles [24 km] de lĂ  oĂč la prĂ©dication Ă©tait apportĂ©e; il l’a amenĂ© le jour suivant. JĂ©sus se tenait lĂ  parmi les gens, et cet homme s’est approchĂ© de JĂ©sus. JĂ©sus a regardĂ© tout autour; Il Ă©tait Dieu, voyez; Il discernait. Ça en Ă©tait une preuve voyez, en montrant que la Parole est vraie. Il confirma la Parole.
Eh bien, certains d’entre eux ont dit: «Vous savez, cet Homme est la Parole.»
E-166 «C’est absurde, ont dit les sacrificateurs, pas ce gars-lĂ ... Non. Ce n’est pas la Parole.»
E-167 Il a dit: «Vous savez ce que dĂ©clarent les Ecritures: ‘L’Eternel notre Dieu suscitera un prophĂšte comme MoĂŻse.’ Et c’est Lui. Ecoutez-Le.»
E-168 Eh bien, JĂ©sus a dit:» Tu es... Voici un IsraĂ©lite dans lequel il n’y a point de fraude.»
Cet homme a dit: «Rabbi, quand m’as-Tu connu?»
E-169 Il a dit: «Avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous l’arbre, Je t’ai vu.» Il savait qui croirait cela.
E-170 Il a dit: «Rabbi, Tu es le Fils de Dieu. Tu es la Parole.» JĂ©sus a prouvĂ© par la Parole qu’Il Ă©tait la Parole.
E-171 Remarquez la petite femme au puits; elle attendait le Messie. Elle n’avait rien Ă  voir avec leurs grands groupes, leurs grandes dĂ©nominations et tout, qu’ils avaient en ce temps-lĂ . Elle attendait la Parole. Aussi, une fois, un Homme se tenait lĂ , un Homme ordinaire, Il se tenait lĂ  au bord de la route, Il a dit–Il a dit: «Femme, apporte-moi Ă  boire.»
E-172 Elle a dit: «Eh bien, une minute; peut-ĂȘtre qu’Il cherche Ă  se permettre des familiaritĂ©s avec moi», a-t-elle peut-ĂȘtre pensĂ© dans son coeur, car elle Ă©tait reconnue comme Ă©tant une femme de mauvaise vie. Elle a dit: «Pourquoi, oui, pourquoi me poses-Tu une telle question? Nous avons une sĂ©grĂ©gation ici. Tu es–tu es–tu es juste un... Tu es un Juif, nous, nous sommes des Samaritains, pas... Il n’est pas de coutume, il n’est pas correct que Toi, Tu me demandes une telle chose.» Vous voyez?
E-173 Il a dit: «Femme, si tu savais Ă  Qui tu parlais, c’est toi qui M’aurais demandĂ© Ă  boire.»
E-174 Elle a dit: «Toi, Ă  boire? Je ne vois mĂȘme pas de seau ni de corde. Comment me donnerais-Tu donc de l’eau de ce puits?»
Il a dit: «Ce n’est pas de ce puits dont Je parle.» Vous voyez?
E-175 Et peu aprĂšs, elle a dit: «C’est un Homme Ă©trange.» Elle s’est donc mise Ă  faire monter le rĂ©cipient d’eau, en tirant.
E-176 Il a dit: «Eh bien, l’eau que Moi, Je donne, ce sont des sources d’eau, des geysers, une eau qui jaillit jusque dans la Vie Eternelle, dans ton Ăąme.»
E-177 «Eh bien, a-t-elle donc dit, eh bien, une minute, je–je comprends que Tu es un Juif.» Elle a dit: «Eh bien, vous les Juifs, a-t-elle dit, Tu veux me dire que Tu es plus grand que notre pĂšre Jacob qui a creusĂ© ce puits?» Il Ă©tait le Dieu de Jacob. Vous voyez? Elle a dit: «Tu veux dire que Tu es plus grand que–que Jacob qui a creusĂ© ce puits?» Un Homme apparemment ordinaire, voyez-vous, c’est tout ce qu’on pouvait voir, un Homme ordinaire. Elle a dit: «Tu dis que Tu es plus grand que notre pĂšre Jacob qui a creusĂ© le puits, et lui-mĂȘme en a bu, ainsi que son bĂ©tail? Eh bien, nous sommes bĂ©nis rien qu’en buvant de ce puits que ce prophĂšte a creusĂ©.»
Il a dit: «Oui, oui.» Il a dit...
«Et nous, nous adorons sur cette montagne. Vous, vous dites que c’est Ă  JĂ©rusalem.»
E-178 Il a dit: «Le salut vient des Juifs, femme; nous, nous savons de quoi nous parlons.» Il a dit: «Vous, vous adorez ce que vous ne connaissez pas.» Le Juif est censĂ© connaĂźtre la Parole, voyez-vous, ce que cela est censĂ© ĂȘtre. Mais, vous voyez, Il l’observait donc. Observez. Il va... Que va-t-Il faire? Confirmer Sa Parole. Vous voyez? Eh bien, elle a dit... Il a dit: «Au fait, va chercher ton mari et viens ici.»
Et elle a dit: «Je n’ai point de mari.»
E-179 «Eh bien, a-t-Il dit, Tu as dit vrai (Voyez). En effet, tu en as eu cinq, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari.» Vous voyez? Observez. Quelque chose se produisit, voyez; quelque chose a Ă©tĂ© vivifiĂ©. Eh bien, si cela n’avait pas Ă©tĂ© lĂ  Ă  l’intĂ©rieur dĂšs le dĂ©part, si elle n’avait pas une reprĂ©sentation par prĂ©destination, cela n’allait pas tenir.
E-180 Les sacrificateurs se tenaient là et ils ont dit: «Cet Homme est Béelzébul.» Vous voyez, sans représentation.
E-181 La Vie Eternelle: vous avez toujours existĂ©. Vous voyez, vous avez la Vie Eternelle, il n’en existe qu’une seule forme, c’est Dieu. Vous Ă©tiez Son attribut, Il vous avait dans Sa pensĂ©e et Il vous connaissait avant la fondation du monde dans Sa pensĂ©e. Vous voyez?
E-182 Elle a regardĂ© tout autour. ConsidĂ©rez dans quelle–quelle condition pĂ©cheresse elle se trouvait. Mais, vous voyez, Il ne pouvait pas–Il ne pouvait pas avoir ce sacrificateur-lĂ , parce que le sacrificateur Ă©tait un Ă©rudit, un thĂ©ologien de la Parole, mais sans reprĂ©sentation au Ciel (voyez), il n’était pas du tout dans la pensĂ©e de Dieu. Mais cette femme y Ă©tait. Elle a dit: «Seigneur, je vois que Tu es ProphĂšte.» C’est tout ce qu’Il voulait qu’elle voie, voyez. Elle a dit: «Nous croyons que Tu es... Je crois que Tu es un ProphĂšte. Eh bien, nous, nous savons. Nous, nous ne comprenons pas ce qu’il en est des prophĂštes aujourd’hui, en fait le temps est trop avancĂ©; nous savons que le Messie doit venir. Et quand ce Messie sera venu, Il sera la Parole. Tu vois? Il connaĂźtra les secrets du coeur; Il fera la mĂȘme chose que–que Tu as faite lĂ .» Elle a dit: «Tu dois ĂȘtre l’un de ces prophĂštes pour ĂȘtre Son prĂ©curseur ou quelque chose comme ça.»
Il a dit: «Je Le suis.»
E-183 Que faisait-Il? Il confirmait Sa Parole, Il confirmait Sa position, Il confirmait ce qu’Il Ă©tait. Dieu Ă©tait en Christ, rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme. Et Dieu est la Parole.
TrĂšs bien. Il calma le vent et les vagues pour confirmer la prophĂ©tie d’EsaĂŻe qui disait: «On L’appellera Dieu Puissant, PĂšre Eternel.» Vous voyez? Il a aussi multipliĂ© les pains et les poissons, ce Fils nĂ© d’une vierge. Qu’était-ce? Pour confirmer la Parole. Toutes les Ecritures doivent ĂȘtre accomplies. Il confirma la Parole en disant qu’Il Ă©tait JĂ©hovah rendu manifeste. Il Ă©tait le Commencement de la crĂ©ation de Dieu. Dieu dans la crĂ©ation, Dieu avec une petite partie de cette crĂ©ation-ci, dans laquelle Dieu Lui-mĂȘme vivait; Il Ă©tait le commencement de cette crĂ©ation de Dieu: «C’est Ă  partir de Lui que beaucoup de fils sont engendrĂ©s.» Remarquez, Il a aussi multipliĂ© les poissons. Il est la Parole et la Confirmation de la Parole.
E-184 Maintenant, Ă©coutez attentivement, alors que nous nous approchons de la fin. Ce jour-lĂ , j’ai lu il y a quelques instants, eh bien, quand Il est arrivĂ© chez JaĂŻrus, Il est entrĂ©, quand Il est arrivĂ© lĂ . Eh bien, souvenez-vous, JaĂŻrus Ă©tait un–un sacrificateur, un croyant frontalier. Il voulait bien croire en JĂ©sus, mais il dĂ©testait quitter son Ă©glise, car on avait dit: «Quiconque croira en Lui sera chassĂ© de l’église.»
Maintenant, Ă©coutez donc attentivement maintenant pour terminer; accordez-moi toute votre attention. Suivez ceci. Je crois que JĂ©sus savait cela quand Il traversait la mer, car Il connaissait tout. Et quand Il a traversĂ© la mer, Il s’est arrĂȘtĂ© lĂ -bas, et voilĂ  venir ce petit sacrificateur. Sa fille Ă©tait tombĂ©e gravement malade; le mĂ©decin l’avait abandonnĂ©e, JaĂŻrus a dit: «Elle est Ă  l’article de la mort.» Eh bien, le moment Ă©tait venu pour l’action.
E-185 Peut-ĂȘtre que cela vous concerne ce matin: il est temps pour vous d’agir. Vous voyez? Peut-ĂȘtre que vous ĂȘtes trĂšs malade. Peut-ĂȘtre que vous ĂȘtes convaincu que vous avez tort. C’est possible. Dieu prĂ©cipite la dĂ©cision lorsqu’il est temps d’agir.
E-186 Maintenant, soyez attentif. Il est carrĂ©ment venu en public et il n’a pas tenu compte de ce que les autres disaient, il est venu tomber aux pieds de JĂ©sus. Quelle approche pour–pour un Ă©rudit de venir vers Quelqu’Un dont on n’avait aucune information selon laquelle Il aurait Ă©tĂ© Ă  l’école! Un homme est venu, un homme qui Ă©tait censĂ© ĂȘtre versĂ© dans toute la thĂ©ologie, il est venu vers un Homme qui Ă©tait censĂ© ĂȘtre un rĂ©prouvĂ©, un sauvage, un fou, un Homme ayant perdu la tĂȘte, et qui n’avait mĂȘme pas son bon sens. Excusez-moi cette expression, mais on disait: «Ce n’est qu’un vrai toquĂ© du jour.» Tout le monde pensait cela de Lui. Comme nous dirions aujourd’hui selon l’expression de la rue: un cinglĂ©. Comme je l’ai prĂȘchĂ© l’autre jour sur l’écrou et le boulon, vous savez. Vous voyez, c’est ce qu’Il Ă©tait pour le public, un... vulgaire de tous les jours... Les gens disaient: «Eh bien, tu as perdu la tĂȘte, tu es fou. Tu es toquĂ©.» Eh bien, voilĂ  un homme qui avait toute l’érudition venir auprĂšs de Celui qui Ă©tait censĂ© avoir perdu la tĂȘte. Il fut contraint de le faire.
E-187 Observez cette fille maintenant. Ça va piquer un tout petit peu, mais cela vous fera du bien. Vous voyez, des fois, un choc vous rĂ©veille.
E-188 Remarquez, Il est venu, Il est entrĂ© et s’est tenu auprĂšs de cette fillette morte, qui Ă©tait probablement morte des heures auparavant. On l’avait dĂ©jĂ  Ă©tendue lĂ , on l’avait embaumĂ©e et on l’avait mise sur une couchette. C’est ce qu’on faisait en ce temps-lĂ : on les emportait et on les enterrait en les mettant sur une planche. Elle Ă©tait Ă©tendue sur une couchette, avec des fleurs tout autour.
E-189 Et, oh! ce brave petit pasteur, le petit JaĂŻrus, j’imagine qu’il Ă©tait un brave petit pasteur, tout le monde l’aimait. En effet, vous voyez, je peux prouver cela, car dans son coeur, il croyait vraiment en JĂ©sus. Mais il n’arrivait pas Ă  prendre la dĂ©cision, Ă  peine, sinon il ne pourrait plus recevoir un chĂšque chaque samedi ou chaque lundi matin. Vous voyez? Il n’arrivait pas Ă  prendre la–la dĂ©cision, Ă  peine. Et autre chose, les gens, comme il jouissait d’un trĂšs grand prestige parmi les gens, ceux-ci disaient: «Vous savez quoi, JaĂŻrus est devenu fanatique. Vous voyez? Il est allĂ© lĂ -bas avec ce faux prophĂšte. C’est trĂšs exactement ce qu’il a fait, lĂ  oĂč il y avait ces soi-disant miracles et autres, ce ProphĂšte de GalilĂ©e, vous savez, JĂ©sus de Nazareth.»
E-190 Nous ne croyons pas cela aujourd’hui; ça a l’air sacrilĂšge, mais il en Ă©tait ainsi Ă  cette Ă©poque-lĂ . Vous voyez? «Et un jour, ce qui se passe aujourd’hui, c’est ce qui se passera de mĂȘme en ce moment-lĂ .» Vous voyez, la mĂȘme chose.
E-191 Maintenant, remarquez, il est allĂ© lĂ -bas. C’est Ă  peine s’il pouvait le faire, mais le temps Ă©tait venu oĂč il Ă©tait forcĂ© de le faire. Il devait le faire. Et il est allĂ© et a trouvĂ© JĂ©sus, juste devant eux tous et il est tombĂ© Ă  Ses pieds et a dit: «MaĂźtre, MaĂźtre...» Vous savez ce que cela signifie? Le souverain, le propriĂ©taire. C’est vrai.
E-192 Vous voyez, beaucoup de gens veulent que JĂ©sus soit leur Sauveur, mais pas leur Seigneur. Vous voyez? Seigneur veut dire celui qui rĂšgne. Oui. Vous dites: «JĂ©sus, sauve-moi et laisse-moi rester ici mĂȘme et ça sera en ordre, et je m’occuperai de mes propres affaires. Eh bien, ne T’ingĂšre pas dans mes affaires. Mais Tu peux ĂȘtre mon Sauveur, mais pas mon Seigneur.» Il veut ĂȘtre Seigneur, vous voyez, c’est alors qu’Il est votre Sauveur.
E-193 Mais lĂ , il a dit: «MaĂźtre, Sauveur... (Voyez?) Je... Ma fillette, mon unique enfant, elle a douze ans, les mĂ©decins l’ont abandonnĂ©e.» Sans doute que le sacrificateur a peut-ĂȘtre dit ceci: «Tu sais, tous disent que Tu es un fanatique, mais, Tu sais, MaĂźtre, je–je–je crois en Toi. Je crois. Je sais que Tu as le discernement. Et tout ce que je veux que Tu dises, c’est... Viens simplement lui imposer les mains et, ensuite, dis-moi ce que je dois faire; je le ferai.» Oh! LĂ , vous arrivez quelque part.
Il a dit: «J’irai. J’irai.» Et Il s’est mis en route.
E-194 AprĂšs qu’il Ă©tait parti depuis plusieurs heures, voilĂ  venir un homme en courant, comme c’était l’habitude Ă  l’époque, avec de la cendre sur la tĂȘte, il a dit: «Ne dĂ©range pas cet Homme; ta fille est morte. Elle est dĂ©jĂ  morte; on l’a dĂ©jĂ  apprĂȘtĂ©e et on a fait sa toilette.»
E-195 Oh! Son petit coeur! JĂ©sus s’est retournĂ© et l’a regardĂ©. JaĂŻrus faisait: «Oh! oh! oh!»
E-196 Il a dit: «Ne te l’ai-Je pas dit?» Eh bien, ce qu’Il a fait, c’est ce qu’Il avait promis Ă  JaĂŻrus. Maintenant, Il doit confirmer cela. Amen. «Je te l’ai dit. Crois seulement, et tu verras la gloire de Dieu.» Eh bien, Il savait ce qu’Il faisait. Vous voyez? Vous voyez? Il a dit qu’Il ne faisait rien avant que le PĂšre ne le Lui ait d’abord montrĂ© premiĂšrement, Saint Jean–Saint Jean 5.19: «Je ne fais que ce que le PĂšre me montre», donc Il Lui avait montrĂ© ce qui allait arriver.
E-197 Ainsi, quand Il est entrĂ© dans la maison, Il s’est tenu lĂ  Ă  cĂŽtĂ© de ce petit corps froid et raide qui Ă©tait couchĂ© lĂ  et qui avait Ă©tĂ© malade pendant des semaines. Et le petit corps de la jeune fille Ă©tait pĂąle, elle n’avait pas pris de nourriture, elle avait attrapĂ© de la fiĂšvre et tout, et elle Ă©tait–elle Ă©tait morte. On l’avait entiĂšrement aspergĂ©e de parfum d’embaumement et tout, elle Ă©tait Ă©tendue lĂ , vous savez, sur une couchette et tout, on s’apprĂȘtait Ă  l’envelopper pour la mettre dans une tombe, et on avait fait la petite cĂ©rĂ©monie, en l’entourant de fleurs. JĂ©sus arriva. Et tout le monde disait: «Oh! JaĂŻrus, ta fillette est morte. Ô pĂšre JaĂŻrus, oh! nous sommes vraiment dĂ©solĂ©s pour toi», et tout.
E-198 JĂ©sus a dit: «Oh! Taisez-vous; vous faites trop de bruit.» Il a dit: «Pourquoi faites-vous tout ce tumulte par ici?» Vous voyez? «Ce tumulte, vous... Vous criez et vous hurlez. Cette fille n’est pas morte. Elle dort. Chut!»
E-199 Qu’ont-ils alors fait? Quand ils L’ont entendu dire qu’elle n’était pas morte, il est dit: «Ils se moquĂšrent de Lui.» En d’autres termes, ils Le huĂšrent. «Hou! Tiens, Toi... Tiens, espĂšce de faux prophĂšte. Oh! Toi qui trompes les gens, la fille est morte. Le mĂ©decin a dit qu’elle Ă©tait morte. Nous l’avons embaumĂ©e, nous avons fait sa toilette. Elle est Ă©tendue lĂ , elle est morte.» Les gens ont dit: «Ha! ha! ha! Eh bien, JaĂŻrus, tu parlais de Lui; maintenant, que dire de ceci?»
E-200 Savez-vous ce que JĂ©sus a fait? Il a dit: «Sortez d’ici, vous tous.» LĂ  oĂč il y a une telle incrĂ©dulitĂ©, ça ne peut pas marcher. Eh bien, pourquoi avait-Il dit cela? Il avait dit: «JaĂŻrus, si tu crois seulement, tu verras la gloire de Dieu.» Eh bien, ça, c’est Sa Parole. Il doit confirmer cela. TrĂšs bien.
E-201 Donc, quand Il est entrĂ© dans la maison, lĂ  oĂč tout le monde pleurait, Il a dit: «Elle dort.» C’était contraire Ă  la science. C’était contraire au bon sens. Elle Ă©tait morte et embaumĂ©e.
E-202 AussitĂŽt que quelqu’un mourait, on l’embaumait directement, dĂšs que la vie le quittait, on dĂ©versait sur lui ces aromates et tout, et on l’enveloppait, puis on l’emportait. Vous voyez? On l’enterrait, on l’enterrait tout simplement; eh bien, des fois on n’informait mĂȘme pas les gens. Vous savez, Ananias et Saphira; on avait dĂ©jĂ  enterrĂ© Ananias quand Saphira... Ananias, et quand Saphira est arrivĂ©e, vous voyez, on avait dĂ©jĂ  emmenĂ© et enterrĂ© Ananias. Vous voyez? AussitĂŽt que quelqu’un mourait, on rĂ©pandait ce produit sur lui et on l’emmenait lĂ  pour l’enterrer. Vous voyez?
E-203 Ainsi, elle Ă©tait dĂ©jĂ  prĂȘte pour ĂȘtre mise dans la tombe, mais on a voulu attendre que son pĂšre la voie avant qu’elle soit enterrĂ©e. Quand JĂ©sus est arrivĂ©, alors qu’elle Ă©tait dans cet Ă©tat-lĂ , Il a dit: «Elle fait la sieste, c’est tout.»Eh bien, les gens ont dit: «Cet homme est vraiment fou, n’est-ce pas?»
E-204 Alors, qu’a-t-Il donc fait? Il avait dĂ©jĂ  dĂ©clarĂ© qu’elle dormait; Il devait confirmer Sa Parole. Il ne pouvait pas le faire devant cette foule, Il a donc dit: «Faites-les tous sortir!» Et je peux Le voir tourner les regards vers JaĂŻrus et dire: «Crois-tu toujours?»
«Oui, Seigneur.»
E-205 «Toi et ta femme, venez ici. Pierre, Jacques et Jean, venez avec Moi.» Ils se sont avancĂ©s lĂ  et Il a prononcĂ© ces paroles: Talitha koumi, ce qui signifie jeune fille, lĂšve-toi. Et Il a confirmĂ© Sa Parole; elle Ă©tait seulement endormie. Est-ce vrai? Il a confirmĂ© lĂ  que Sa Parole est la VĂ©ritĂ©. Sans tenir compte de leur incrĂ©dulitĂ©, Il a confirmĂ© malgrĂ© tout que Sa Parole est la VĂ©ritĂ© en la rĂ©veillant, car Il avait dit qu’elle Ă©tait endormie. Elle Ă©tait endormie.
E-206 Un jour, Il fera la mĂȘme chose pour tout vrai croyant, car Sa Parole l’a promis. «Ceux qui sont en Christ, Dieu les ramĂšnera avec Lui (voyez), ceux qui sont en Christ...»
E-207 Qu’a fait cette jeune fille juive? J’allais contourner cette Ecriture-ci, mais je–je vais–je vais La garder. Je sais qu’il se fait peut-ĂȘtre un peu tard, nous allons en arriver Ă  la ligne de priĂšre dans quelques minutes. Peut-ĂȘtre que je ne vous reverrai pas l’autre semaine, mais attendons une minute. «L’homme ne vivra pas de pain seulement.» Vous voyez? Remarquez, permettez-moi d’enfoncer ceci maintenant pour vous le montrer. Pourquoi JĂ©sus a-t-Il rĂ©veillĂ© cette jeune fille juive? Parce qu’Il savait qu’elle n’était pas morte. La prĂ©destination. Tout comme Il le fit avec Lazare. Vous voyez? Peut-ĂȘtre que beaucoup de jeunes filles Ă©taient mortes le mĂȘme jour; Il ne leur a pas dit un seul mot. Il savait que celle-ci avait la Vie Eternelle. Vous voyez, Il n’a pas rĂ©veillĂ© les autres.
E-208 Ecoutez, quand Il est sorti de JĂ©richo, les gens ont dit: «Tenez, voilĂ  le Gars!» Sans doute qu’ils ont dit: «Tu ressuscites les morts? Tu me dis que Tu peux ressusciter les morts; nous en avons un cimetiĂšre plein ici, viens ressusciter ceux-ci.» Vous voyez? Il ne leur a mĂȘme pas accordĂ© la moindre attention, vous voyez, Il ne l’a point fait, car Il le savait, Il Ă©tait la Parole.
E-209 Remarquez, elle Ă©tait seulement endormie. Il savait que le pĂšre viendrait. Eh bien, cette jeune fille, vous voyez, Il savait que cette jeune fille juive Ă©tait seulement endormie. Vous voyez, les–les justes ne meurent pas. JĂ©sus est venu racheter les justes. Et racheter signifie ĂȘtre ramenĂ© lĂ  oĂč vous Ă©tiez autrefois. Voyez? Il ne pouvait pas racheter les incroyants, peu importe le niveau de leur instruction et le nombre de leurs doctorats. Il ne pouvait pas les racheter, parce qu’ils n’étaient pas rachetables; ils devaient suivre leur destinĂ©e. Mais, par Sa prescience, Il savait que Lazare sortirait de la tombe. Il savait aussi que cette jeune fille avait la Vie Eternelle. Elle n’était donc pas morte; elle Ă©tait seulement endormie. Et quand notre tache sera accomplie sur terre, mĂȘme si nous ne vivons pas jusqu’à Sa Venue, il est impossible que nous mourrions; nous serons seulement endormis. Il l’a prouvĂ© ici. Il le prouvera encore. «MĂȘme si les vers de mon corps dĂ©truisent ce corps, je me rĂ©veillerai toutefois Ă  Sa ressemblance.»
E-210 Il confirme toutes Ses Paroles, toutes Ses Paroles. Pensez-y donc, toutes Ses Paroles. Et vous, vous Ă©tiez Sa Parole. Il Ă©tait la Parole et vous Ă©tiez une partie de Sa Parole. Et c’est pourquoi vous ĂȘtes envoyĂ© ici, pour confirmer votre place dans la vie. Je–je–je ne pense pas que vous ayez saisi cela. Vous voyez? Il est la Parole. Maintenant, saisissez-vous cela?
E-211 Avec Luther, Il Ă©tait au niveau des pieds; avec Wesley, au niveau des cuisses; avec la PentecĂŽte, au niveau des Ă©paules. Voyez-vous ce que je veux dire? Il est la TĂȘte. Il y a une partie qui unit cela, en cette heure dans laquelle nous vivons maintenant: ce ne sont pas les pieds, pas les cuisses, ni les Ă©paules, mais le cou. Est-ce vrai? C’est cela qui relie Ă  la TĂȘte. C’est cette partie-lĂ  du corps. Dieu ramĂšnera avec Lui ceux qui dorment en JĂ©sus. La trompette de Dieu sonnera et les morts en Christ ressusciteront premiĂšrement. Est-ce juste? Vous voyez, vous devenez une partie de cette Parole; vous devenez une partie de Lui. Et vous prenez Son Nom pour reconnaĂźtre cela, vous voyez, vous ĂȘtes placĂ© lĂ -dedans, vous entrez dans Son Nom, dans Son Corps par le baptĂȘme: «Nous avons tous Ă©tĂ© baptisĂ©s d’un seul Esprit pour former un seul corps», lĂ -dedans, exactement la mĂȘme position. Il ne change jamais Sa voie. Si... Combien croient que l’Eglise primitive est en Lui? Voyons, combien croient cela? Comment ont-ils Ă©tĂ© baptisĂ©s? TrĂšs bien. Vous voyez? Il est le Dieu immuable. Nous avons dĂ©montrĂ© cela. Nous pouvons rester ici ce soir jusqu’à minuit Ă  prouver cela, et continuer encore sans interruption. Vous voyez, immuable! Vous voyez? Vous ĂȘtes en Lui et vous ĂȘtes une partie de Lui, parce que vous Ă©tiez une partie de Sa pensĂ©e. Il vous a appelĂ©s avant la fondation du monde.
E-212 La Bible dit que la bĂȘte sur la terre... C’est la venue de l’antichrist dĂ©nominationnel sur la terre, formant la bĂȘte Ă  Rome, ce qui Ă©tait la premiĂšre dĂ©nomination. Et ce Conseil mondial des Eglises forme une image Ă  la bĂȘte, exactement ce que nous avons insĂ©rĂ© dans le livre l’autre jour. Remarquez, c’est ce que cela forme, vous voyez, l’antichrist. Et la Bible dit: «Tous ceux dont les noms n’étaient pas Ă©crits dans le Livre de Vie de l’Agneau (Quand, lors du rĂ©veil?) immolĂ© avant la fondation du monde (votre nom a Ă©tĂ© inscrit lĂ ), cet antichrist vous sĂ©duira.» Matthieu 24.24 dit que–que l’antichrist serait si proche de la chose vĂ©ritable dans les derniers jours que cela sĂ©duirait mĂȘme les Ă©lus, ou les prĂ©destinĂ©s.» C’est la mĂȘme chose: l’élection et la prĂ©destination, c’est la mĂȘme chose. Dieu vous a Ă©lu ou prĂ©destinĂ© avant la fondation du monde. «... sĂ©duira tous ceux dont les noms n’étaient pas prĂ©destinĂ©s dans le Livre de Vie.»
E-213 Daniel a parlĂ© de cela, de ce que seraient les sages en ce jour-lĂ  et de ce que seraient ceux qui ne le sont pas et ainsi de suite. TrĂšs bien, il y a tellement de choses, et je ne cesse de m’éloigner; l’horloge avance trop vite pour moi. Remarquez, maintenant, Ă©coutez, il a remarquĂ© aprĂšs... Maintenant, observez ce qui est arrivĂ© ici. «Tous ceux qu’Il a connus d’avance, Il les a appelĂ©s. Tous ceux qu’Il a appelĂ©s, Il les a justifiĂ©s. Tous ceux qu’Il a justifiĂ©s, Il les a glorifiĂ©s.» Votre voyage est terminĂ©; vous ĂȘtes en train de jouer votre rĂŽle. La grĂące, c’est ce que Dieu a fait pour vous. Les oeuvres, c’est ce que vous faites par apprĂ©ciation.
E-214 Ce Fils nĂ© d’une vierge a prouvĂ© par les choses mĂȘme qu’Il a faites qu’Il connaissait tout. Il savait oĂč il y avait du poisson dans l’eau, alors que Pierre et les autres avaient pĂȘchĂ© Ă  la seine lĂ  mĂȘme sans rien attraper. Cela confirmait Sa Parole. Est-ce vrai? Il connaissait toute chose.
E-215 Et quand Il se prĂ©parait Ă  payer Son impĂŽt, il a Ă©tĂ© dĂ©montrĂ© que tout Lui appartenait. Il savait oĂč se trouvait le poisson qui avait dans sa bouche la piĂšce de monnaie qui suffisait pour payer le... Quelqu’un l’avait fait tomber lĂ , et ce poisson l’avait avalĂ©e. Et Il a dit: «Pierre, va lĂ -bas et jette ta ligne (Voyez?), attrape ce poisson et retire cette piĂšce de sa bouche. Viens et donne-leur ce qui leur revient; paie l’impĂŽt.» Oh! Oui!
E-216 Les renards ont des taniĂšres et les oiseaux du ciel ont des nids, mais Lui avait la Parole; Il Ă©tait la Parole et Il L’a confirmĂ©e. Il confirme toujours Sa Parole. Il fera de mĂȘme aujourd’hui; dans chaque gĂ©nĂ©ration, Il a confirmĂ© la mĂȘme chose.
E-217 AprĂšs le troisiĂšme jour, aprĂšs Sa mort, Son ensevelissement, le troisiĂšme jour, Il est ressuscitĂ© pour confirmer Sa Parole, car le prophĂšte avait dit: «Je ne permettrai pas que Mon Bien-AimĂ© voie la corruption, ni ne livrerai Son Ăąme au sĂ©jour des morts», le troisiĂšme jour, avant que la corruption ne puisse s’installer dans l’espace de soixante-douze heures. Vous voyez, cela n’a pas totalisĂ© les trois jours, car la corruption s’installe dans l’espace de soixante-douze heures. Vous voyez, Il n’y a donc pas passĂ© tout ce temps, car le prophĂšte a dit, voyez, le prophĂšte a dit: «Je ne permettrai pas que Mon Bien-AimĂ© voie la corruption.» Il a confirmĂ© Sa Parole.
E-218 Il a guĂ©ri les malades, les boiteux, pour confirmer Sa Parole, ce qu’EsaĂŻe et les autres prophĂštes avaient annoncĂ©.
E-219 Il a envoyĂ© le Saint-Esprit le jour de la PentecĂŽte pour confirmer Sa Parole. Si vous voulez noter quelques-unes de ces Ecritures maintenant, JoĂ«l 2.28; Il a dit: «Dans les derniers jours, dit Dieu, Je rĂ©pandrai Mon Esprit sur toute chair, Je rĂ©pandrai Mon Esprit sur Mes servantes et sur Mes serviteurs. Vos jeunes gens auront des visions, vos vieillards auront des songes, et ainsi de suite.» Il a confirmĂ© cela par l’effusion de Son Esprit. En outre, Il a aussi dit dans Luc 24.49 qu’avant ce temps, si vous voulez le noter, Il a dit: «Voici, J’enverrai sur vous ce que Mon PĂšre a promis. Mais vous, restez dans la ville de JĂ©rusalem jusqu’à ce que vous soyez revĂȘtus de la puissance d’En Haut.» VoilĂ . Il a fait cela, Il a envoyĂ© l’Esprit pour continuer Ă  confirmer Sa Parole. Mais voyez ce qu’Il a dit. L’a-t-Il fait? TrĂšs bien.
E-220 Dans Marc 16, Il a dit: «Allez par tout le monde, prĂȘchez l’Evangile Ă  toute la crĂ©ation.» Jusqu’oĂč? Par tout le monde. A qui? A toute la crĂ©ation. «Celui qui croit et qui sera baptisĂ© sera sauvĂ©. Celui qui ne croira pas sera condamnĂ©, et voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Il a dit dans Marc 4, Il a dit dans Jean 14.12, Il a aussi dit: «Celui qui croit en Moi (pas faire semblant), mais celui qui croit en Moi, les oeuvres que Je fais, il les fera aussi.» Il fallait le mĂȘme Esprit qui Ă©tait sur Lui pour faire la mĂȘme oeuvre. Pourquoi? L’Esprit venait pour manifester la Parole promise dans le futur. Vous voyez, Il a pris des dispositions pour cela; Il savait que ces choses arriveraient.
E-221 Eh bien, dix-neuf cents ans aprĂšs, les Âges de L’Eglise sont passĂ©s, ainsi que toutes les choses qu’Il avait prophĂ©tisĂ©es sur Luther, Wesley. Nous avons parcouru cela et nous l’avons vu ĂȘtre dessinĂ©, et la lune est apparue et a reprĂ©sentĂ© cela, et le Seigneur a dessinĂ© cela ici au tableau pour nous, et Il a montrĂ© cela, Il est descendu Lui-mĂȘme et a confirmĂ© que c’est la vĂ©ritĂ©. Dix-neuf cents ans plus tard, et nous sommes Ă  la fin de l’Age de l’Eglise de LaodicĂ©e, il a promis dans Luc 17.30 que ce mĂȘme Fils de l’homme (Il a promis cela) serait rĂ©vĂ©lĂ© sur la terre en des jours comme les jours de Sodome. L’a-t-Il fait? Cela doit-il se produire? Il est impossible...
Eh bien, souvenez-vous, Il vient sous trois noms: Le Fils de l’homme, un ProphĂšte; le Fils de Dieu, l’Esprit; le Fils de David, pour le MillĂ©nium. Mais dans cet intervalle, Ă  cette jonction, donc conformĂ©ment Ă  Ses propres Paroles, au jour oĂč le Fils de l’homme sera rĂ©vĂ©lĂ©, se rĂ©vĂšlera. En tant que quoi? Pas en tant que Fils de Dieu, en tant que Fils de l’homme. Il se rĂ©vĂ©lera Lui-mĂȘme d’une autre maniĂšre. Or, qu’est-ce que cela accomplit? Malachie 4; c’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Vous voyez? Le Fils de l’homme se rĂ©vĂ©lera Lui-mĂȘme, pas dans toutes ces grandes dĂ©nominations et tout, comme nous en avons eu au cours des Ăąges, mais Il se manifestera de nouveau en tant que Fils de l’homme pour manifester Malachie 4. «Et en ce jour-lĂ , Je vous enverrai Elie le prophĂšte, il ramĂšnera les coeurs des enfants Ă  la foi des pĂšres apostoliques, il les retirera de tout ce systĂšme dĂ©nominationnel et les ramĂšnera de nouveau Ă  la Parole originelle», pour faire sortir cet Arbre-Epouse du dernier jour qu’Il a promis. «Vers le soir, la LumiĂšre paraĂźtra»; ce n’est pas «pendant le jour brumeux, la LumiĂšre paraĂźtra», ce serait un jour qui ne pourra ĂȘtre appelĂ© ni jour ni nuit. Vous voyez, cela forme le corps. Mais la mĂȘme TĂȘte qui Ă©tait lĂ  en Orient est de nouveau ici en Occident: «Vers le soir, la LumiĂšre paraĂźtra.» Oh! la la! J’ai envie de chanter un cantique:
Vers le soir la lumiĂšre paraĂźtra,
Vous trouverez certainement le sentier de la Gloire;
Aujourd’hui, la lumiùre c’est en passant par l’eau,
Ensevelis dans Son précieux Nom.
Jeunes et vieux, repentez-vous de tous vos péchés,
Alors, le Saint-Esprit entrera certainement;
Les lumiĂšres du soir sont venues,
C’est Ă©vident et c’est un fait que Dieu et Christ sont Un.
E-222 Le Fils de l’homme se rĂ©vĂšle avec la mĂȘme puissance qu’autrefois (pas au cours de l’Age de l’Eglise, par la justification, la sanctification, toutes ces choses-lĂ ), mais le Fils de l’homme... Qui est le Fils de l’homme? La Parole. Et la Parole est plus efficace, plus puissante qu’une Ă©pĂ©e quelconque Ă  deux tranchants, Elle discerne les pensĂ©es du coeur. Que devrait-Il faire? Il doit confirmer cette Parole. Que fera-Il? Faites attention Ă  cela, quand vous voyez cela arriver, voyez cela sous la mĂȘme forme qu’Il avait lĂ  au commencement, la Colonne de Feu (Oh! la la!), confirmant qu’Il est HĂ©breux 13.8, qui dit: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.» Qu’était-ce? JĂ©sus-Christ le mĂȘme hier; lĂ , c’était Christ dans le dĂ©sert avec MoĂŻse. Combien savent que la Bible dit cela? Hier. Aujourd’hui, c’était Christ pendant que Paul parlait lĂ  (Croyez-vous cela?) dans le Nouveau Testament. Ensuite, le Fils de l’homme, le mĂȘme Christ, dans les derniers jours. Vous voyez? TrĂšs bien.
E-223 Remarquez aussi Jean 14.12, Il a dit: «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.» Toutes ces autres Ecritures, que fait-Il? Il est ici maintenant, confirmant–non pas l’ñge de Luther, non pas l’ñge de Wesley, non pas l’ñge pentecĂŽtiste, non pas l’ñge baptiste, non pas l’ñge presbytĂ©rien; nous avons vu tout cela et nous avons prouvĂ© cela avec l’histoire de la Bible; mais quoi?–l’ñge oĂč le Fils de l’homme est rĂ©vĂ©lĂ© pour introduire ces choses, afin d’accomplir la Parole, quand tout doit ĂȘtre accompli. Vous voyez? Nous voyons cela et c’est vrai.
E-224 Et pensez-y, par les mĂȘmes mĂ©thodes qu’Il a utilisĂ©es au commencement, cela est non seulement confirmĂ© parmi nous, mais c’est aussi confirmĂ© par la science. Ils doivent admettre que c’est vrai. George J. Lacy, le responsable du service du FBI chargĂ© des empreintes digitales et des documents douteux, a dit: «La LumiĂšre a frappĂ© l’objectif. Moi-mĂȘme, j’appelais cela de la psychologie, mais, a-t-il dit, Monsieur Branham, cet appareil photo ne captera pas la psychologie. C’est bien lĂ .»
E-225 Qu’est-ce? Un tĂ©moignage selon lequel, il y a des annĂ©es, quand cette Colonne de Feu se tenait lĂ  dans ce buisson comme un tourbillon, parlant, Il a dit: «Ne bois jamais, ne fume jamais, il y a un travail Ă  faire par toi quand tu seras plus ĂągĂ©.»
E-226 Les gens ont dit: «Ce garçon a perdu la tĂȘte.» Maman voulait appeler un mĂ©decin, j’étais nerveux.
E-227 Mais qu’était-ce? Il s’est tenu juste lĂ , lĂ  au bout de cette riviĂšre, Ă  la riviĂšre Ohio, et Il a dit: «De mĂȘme que Jean-Baptiste fut envoyĂ© pour prĂ©parer les gens Ă  la manifestation de la Parole, il en sera de mĂȘme de ton Message.»
E-228 Le docteur Davis et les autres dirent que j’avais perdu la tĂȘte, ils voulurent me chasser de l’église parce que je n’étais pas d’accord avec lui au sujet des femmes prĂ©dicateurs et de toutes ces choses qui ne sont pas scripturaires. Il a dit: «Et tu prĂ©tends que tu vas prĂȘcher et susciter un rĂ©veil qui va secouer le monde?»
J’ai dit: «Ce n’est pas moi, mais c’est Lui qui l’a dit.»
Il a dit: «Billy, tu as eu un cauchemar.»
J’ai dit: «Je vais remettre Ă  l’instant ma carte, je ne suis plus des vĂŽtres.»
E-229 Il a dit Cela; je crois Cela; et Il l’a confirmĂ©. C’est ce qui est bien; Il a confirmĂ© cela, Il a confirmĂ© Sa Parole par la Parole, car Il est la Parole. Vous voyez? Et la Parole fait quoi? Elle connaĂźt les secrets du coeur. Est-ce juste? TrĂšs bien, Il confirme cela selon HĂ©breux 13.8.
E-230 Et dans les derniers jours, Il apprĂȘtera une Eglise-Epouse. «Comment va-t-Il le faire, FrĂšre Branham?» Je ne sais pas. Mais Il a dit qu’Il le fera. Il confirmera cela. Un appelĂ© Ă  sortir de tous les autres, c’est juste, l’oiseau tachetĂ© qui porte les taches de Son Sang. Vous voyez? AppelĂ© Ă  sortir, tous les autres oiseaux sont contre lui. Il est mĂ©prisĂ© et rejetĂ©.
E-231 Mais l’oiseau tachetĂ©... Eh bien, peu m’importe combien cet auteur voulait ĂȘtre en dĂ©saccord lĂ -dessus, il est dans l’erreur. Souvenez-vous, que faisait-on Ă  l’oiseau? Que reprĂ©sentait l’oiseau tachetĂ©? On en prenait deux, l’un Ă©tait tuĂ©, son compagnon, on en dĂ©versait le sang sur l’autre et c’était pour la purification de la lĂšpre, et les taches de sang, et il criait: «Saint, saint, saint est le Seigneur.» Et c’était notre Compagnon, JĂ©sus-Christ, qui a Ă©tĂ© tuĂ©, et Son Sang est sur nous, criant: «Saint, saint, saint est le Seigneur.» Et tous les autres oiseaux... Je suis heureux que mon nom soit dans Son Livre; pas ici sur terre, mais lĂ -haut; pas sur la peau d’une chĂšvre, mais sur la peau de l’Agneau. C’est vrai.
E-232 Il y aura une rĂ©surrection des morts. Il confirmera cela. C’est vrai. Il prouvera cela. Il y aura un EnlĂšvement de l’Eglise. «Comment cela va-t-il se faire?» Je ne sais pas, mais Il confirmera cela. Sa Parole est vraie. Il y aura un MillĂ©nium. Il confirmera cela; c’est Sa Parole. Il y aura de nouveaux cieux et une nouvelle terre. Il confirmera cela, car Sa Parole le dit. Et seuls les justes y seront. Il confirmera aussi cela. C’est vrai. Seuls ceux qui sont devenus une partie de cette Parole (Vous voyez, ça sera leur rĂŽle et leur position dans cette Parole pour leur Ăąge) seront les seuls Ă  y ĂȘtre. En effet, c’est tout ce qu’il en est, Il est la Parole. Et qu’est-ce qu’une femme? L’image d’un homme. Et que–qu’est-ce que l’église? L’image de la Parole. Vous voyez, c’est exact. Vous voyez? Cela va donc s’accomplir, trĂšs exactement. Seuls les vrais croyants de Sa Parole savent cela et peuvent le croire. Et Dieu les aide Ă  confirmer cela (C’est juste), que c’est la vĂ©ritĂ©.
E-233 Croyez-vous cela maintenant? Croyez-vous cela? Si tel est le cas, Ă©tendez la main par la foi et touchez Son vĂȘtement, car Il est en train de passer par ici. Il confirmera qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement: HĂ©breux 13.8. «Voici, Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde»: Matthieu. Et Il est le Souverain Sacrificateur, selon HĂ©breux, l’EpĂźtre aux HĂ©breux, chapitre 4 verset 15: «Il est le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s.» Croyez-vous cela? Etendez la main et touchez le Seigneur. Il est Ă  jamais prĂ©sent: «Voici, je suis avec vous tous les jours.» Regardez tout au travers des Ăąges. «Examinez toutes choses. Retenez ce qui est bon.»
E-234 Eh bien, si vous ĂȘtes membre d’une Ă©glise qui ne croit pas qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, le mĂȘme Ă  tous points de vue, Ă©loignez-vous-en. Examinez...
E-235 Eh bien, nous disons qu’Il est ressuscitĂ© des morts. Ce n’est pas moi qui l’ai dit; c’est cette Parole qui le dit. Il est dit: «Il est ressuscitĂ© des morts.» Il dit qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Croyez-vous cela? Il a promis que ces choses arriveraient dans les derniers jours, que le mĂȘme Fils de l’homme serait rendu manifeste.
E-236 Maintenant, souvenez-vous, lĂ , ce n’était pas JĂ©sus qui parlait Ă  Abraham et qui avait pu discerner les pensĂ©es du coeur de Sara qui Ă©tait derriĂšre Lui. Ce n’était pas JĂ©sus; Il n’était pas encore nĂ©. Mais c’était un Homme dans une chair humaine qu’Abraham appela Elohim, le Grand Tout-Puissant, montrant... Et JĂ©sus a dit: «Ce qui arriva du temps de Sodome (Suivez attentivement maintenant) du temps de Sodome arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme, quand le Fils de l’homme sera rĂ©vĂ©lĂ©.» Ce ne sera plus en tant qu’église, voyez, ce ne sera plus le cas; l’Epouse est appelĂ©e, voyez. «En ce jour-lĂ , le Fils de l’homme sera rĂ©vĂ©lĂ©.» Pourquoi? Pour relier l’Eglise Ă  la TĂȘte, unir, le mariage de l’Epouse.
L’appel de l’Epoux retentira juste Ă  travers ceci, quand le Fils de l’homme descendra et viendra dans la chair humaine pour unir les deux ensemble. L’Eglise doit devenir la Parole; Il est la Parole, et les deux s’unissent; et pour faire cela, il faudra la manifestation de la rĂ©vĂ©lation du Fils de l’homme. Pas un pasteur. Je–je ne sais pas, je... Comprenez-vous ce que je veux dire?
Vous voyez, il s’agit du Fils de l’homme, JĂ©sus-Christ, Il descendra dans la chair humaine parmi nous et rendra Sa Parole si rĂ©elle que cela unira l’Eglise et Lui comme une seule personne, l’Epouse, et ensuite, elle ira Ă  la maison pour le Souper des Noces. Amen. Elle est dĂ©jĂ  unie, voyez; nous allons au Souper des Noces, pas au mariage. «Rassasiez votre chair... rassasiez-vous de la chair de tous les puissants, car les Noces de l’Agneau sont venues.» Mais l’EnlĂšvement, c’est le dĂ©part pour le Souper des Noces. Quand cette Parole s’unit Ă  quelqu’un et que les deux deviennent un, alors, qu’arrive-t-il donc? Cela manifeste de nouveau le Fils de l’homme, pas les thĂ©ologiens ecclĂ©siastiques, le Fils de l’homme. La Parole et l’Eglise deviennent une seule chose. Tout ce que le Fils de l’homme a fait, Il Ă©tait la Parole, l’Eglise fait la mĂȘme chose.
E-237 Comment s’est-Il manifestĂ© au travers des Ăąges? Par les prophĂštes, qui pouvaient prononcer la Parole, connaĂźtre les pensĂ©es des gens. C’est par cela qu’on Le reconnaissait, cela. Il a Ă©tĂ© promis que, dans l’ñge de l’église, un temps viendrait qui ne serait ni nuit ni jour, mais vers le soir, quand le Fils de l’homme serait rĂ©vĂ©lĂ©, cela reviendrait. «Vers le soir, la LumiĂšre paraĂźtra.» Vous voyez? Que fait-Il? Il confirme Sa Parole.
E-238 Eh bien, remontons dans le temps, est-Il venu comme une vierge... ou plutĂŽt: est-Il venu comme ils l’avaient annoncĂ©, par la vierge? Est-Il venu exactement tel qu’Il l’avait dit? Observez aujourd’hui; Il a confirmĂ© Sa Parole, sans tenir compte du nombre des athĂ©es, des incroyants et des indiffĂ©rences; Il continue malgrĂ© tout, Il a confirmĂ© Sa Parole. Nous y sommes, on a traversĂ© cet Ăąge de toutes les Ă©glises et tout, on est loin exactement comme c’était le cas pour eux de Malachie Ă  la Venue de Christ. Tous les prophĂštes et autres ont cessĂ© d’exister, ils Ă©taient devenus des dignitaires et autres, mais regardez quel genre de personnage Il a envoyĂ©. C’est exact. C’est exact, Elie, quelqu’un qui dĂ©testait les femmes immorales, celles qui mettaient tout un tas de fard, de poudre, de maquillages et toutes ces histoires-lĂ . Et le clergĂ©, il en a tuĂ© de part et d’autre. Quand il sortit du dĂ©sert, il n’a mĂ©nagĂ© aucun d’eux, il a dit: «Le Messie vient. Je Le reconnaĂźtrai quand Il viendra; je Le prĂ©senterai. (Amen!) Mais vous, ne vous mettez pas Ă  vous dire que vous ĂȘtes membre de ceci ou de cela», exactement ce qu’Elie avait fait.
E-239 «Et dans les derniers jours, avant le grand et redoutable jour de l’Eternel, Je vous enverrai... avant ce grand et redoutable jour de l’Eternel, Je vous enverrai Elie, le prophĂšte, et il ramĂšnera la foi des enfants Ă  celle des pĂšres.» Et, observez, la foi des pĂšres Ă  celle des enfants, les Juifs. Vous voyez? La promesse qui leur fut faite dans les Ecritures, les Gentils, et lĂ  oĂč ils sont tombĂ©s. Regardez ces deux choses, c’est tout Ă  fait parfait. Et nous le voyons ici, Dieu confirmant Sa Parole.
E-240 Inclinons la tĂȘte un instant. Dieu bien-aimĂ©, Toi qui as ramenĂ© notre Seigneur JĂ©sus d’entre les morts pour confirmer Ta Parole, et Il est vivant aujourd’hui, Il confirme Ta Parole: «Voici, Je suis avec vous tous les jours, mĂȘme jusqu’à la fin.» Il confirme Sa Parole. «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.» S’il n’y avait pas Ă©ternellement, on pouvait–pouvait peut-ĂȘtre s’achopper Ă  certaines d’entre elles. Je ne me suis pas arrĂȘtĂ© pour expliquer cela, Seigneur. Mais Ă©ternellement, ils le savent, ce n’est qu’un–un espace de temps. Et donc, aprĂšs cet Ăąge-ci, il n’y aura plus de Ă©ternellement; ce sera l’éternitĂ©. Il Ă©tait donc le mĂȘme Dieu qui Ă©tait en MoĂŻse et dans les prophĂštes. Il est ensuite venu aprĂšs un espace de temps, et Il s’est mane-... manifestĂ© comme le Dieu-ProphĂšte. Et ensuite, nous avons eu un espace de temps, et Il revient. «Le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.»
E-241 Nous pensons Ă  ce Salomon lors de ce glorieux millĂ©nium des Juifs, quand aucune nation n’osait les toucher et que ce grand don de Dieu Ă©tait dans le prophĂšte au point qu’il a rĂ©vĂ©lĂ© Ă  la reine tous les secrets de son coeur, rien ne fut cachĂ©. Ce glorieux Ăąge, une prĂ©figuration et un type du glorieux Ăąge Ă  venir...
E-242 Et maintenant, PĂšre, c’était Toi, ce n’était pas Salomon. C’était Toi en JĂ©sus, car Il a dit: «Dieu Ă©tait en Christ, rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme. Il Ă©tait le commencement de la crĂ©ation.» Son corps Ă©tait la crĂ©ation rachetĂ©e. Et alors, au fil des Ăąges, l’église a perdu son premier amour, et maintenant, dans les derniers jours, Tu as promis d’appeler une petite minoritĂ©, le petit Troupeau, dans les derniers jours.
E-243 Ô PĂšre, nos coeurs bondissent, mon coeur bat fort, quand je pense Ă  cela et que je sais que Tes Paroles sont vraies, qu’aucune d’Elles ne peut faillir. Et que ces gens comprennent cela aujourd’hui, et que les pĂ©cheurs Te cherchent en cette heure, avant que les portes ne se ferment et qu’il n’y ait plus de temps. Que l’Epouse se remette au pas, alors qu’elle commence Ă  ne plus marcher au pas Ă  cause de ceci et de cela, comme la vision d’il y a quelques semaines l’a montrĂ©.
E-244 Je Te prie maintenant, PĂšre, de bĂ©nir et de guĂ©rir les malades. Il y a des tissus dĂ©posĂ©s ici, des mouchoirs venant–venant de diffĂ©rents endroits. Et maintenant, il est dit dans les Ecritures: «On appliquait aux malades des tissus, des linges et des mouchoirs qui avaient touchĂ© le corps de Paul, et Dieu les guĂ©rissait.» Or, nous savons que nous ne sommes pas saint Paul, mais nous savons que ce n’était pas saint Paul, c’était la foi que les gens avaient en lui en tant que Ton serviteur. Seigneur, ces gens ne feraient pas ces centaines de kilomĂštres en vĂ©hicule s’ils ne croyaient pas. RĂ©compense leur foi, Seigneur, alors que je... non pas oindre les mouchoirs (Paul ne les a jamais oints, ils ont touchĂ© son corps), alors que je tiens ces mouchoirs, Seigneur, non pas Ă  cause de mon corps, car il ne vaut rien, mais c’est Ton bien que Tu as rachetĂ©; je Te prie donc, ĂŽ Dieu, d’honorer leur foi. Que chacun d’eux soit guĂ©ri, pour l’amour du Royaume de Dieu.
Maintenant, Seigneur, ça a Ă©tĂ© un long message, je voulais que ça ne prenne que quelques minutes, mais cela a pris deux heures ou plus. Maintenant, que les malades soient guĂ©ris, Seigneur; que les gens voient que Tu es ici, que je n’ai pas dit cela de moi-mĂȘme. Que c’est Toi, Seigneur. Et je prie au Nom de JĂ©sus. Amen.
E-245 Maintenant, juste environ dix minutes. Je ne sais pas... (En avez-vous distribuĂ© ici? Qu’était-ce?) Billy a dit qu’il en a distribuĂ© quelques-unes. Je lui ai demandĂ© de le faire ce matin. Et quand je suis arrivĂ© lĂ  derriĂšre, il y a quelques instants, je n’ai pas eu l’occasion de lui poser la question, car je parlais Ă  frĂšre Ben et Ă  d’autres qui Ă©taient lĂ . Je n’ai pas eu l’occasion de lui parler. Il vient de me dire qu’il a distribuĂ© des cartes de priĂšre. La carte de priĂšre B, 100... (de 1 Ă  100), sĂ©rie B? Eh bien, prenons, je pense, la carte de priĂšre numĂ©ro 1, B. Qui a B? Pouvez-vous... Si vous pouvez vous tenir debout, levez la main, si vous ĂȘtes en mesure de marcher. Une femme au fond. TrĂšs bien, B numĂ©ro 1, numĂ©ro 2, 3, 4, 5, venez par ici. Je vais demander Ă  ces petits enfants de bien vouloir passer juste derriĂšre la chaire et de s’asseoir ici. Maintenant, trĂšs bien. Bon, maintenant, je vous assure, envoyez-les, traversez cette allĂ©e-lĂ , vous Ă  partir de 1 Ă  5, passez par-lĂ  et venez ici. Que ceux qui sont lĂ  dans l’allĂ©e, si possible, qu’ils fassent le tour ici et aillent vers leurs siĂšges. Maintenant, vous les petits enfants qui ĂȘtes assis ici, passez juste derriĂšre la chaire. Je veux que les gens passent directement ici afin que je puisse prier pour eux.
E-246 Bien, voyons donc. Je vois. Qu’ai-je appelĂ©, de 1 Ă  5, n’est-ce pas cela? 1, 2, 3, 4, 5. 1... Que tout celui qui a une carte de priĂšre lĂ  de 1 Ă  5 lĂšve la main; voyez s’ils sont tous debout. Il y a 1, 2, 3, 4. Il en manque une. Un, deux, trois, quatre, cinq, de la sĂ©rie B. Etes-vous tous le 1, le 2, le 3, le 4? Un, deux, trois, quatre? OĂč est le 5 de la sĂ©rie B? Cinq, allez derriĂšre par lĂ , madame. TrĂšs bien, monsieur, faites le tour par lĂ . C’est ça. Faites le tour et revenez, 5. 6, 7, 8, 9, 10. TrĂšs bien, B, carte de priĂšre 6, 7, 8, 9, 10. Vous voyez, nous faisons ceci, ainsi vous ne serez donc pas dĂ©rangĂ©. 6, 7, 8, 9, 10. Maintenant, j’ai... Je pense. Avez-vous une carte de priĂšre, monsieur, vous qui ĂȘtes debout lĂ ? Sept? TrĂšs bien, allez directement lĂ ; allez avec eux. Je pense que je n’en ai que deux, lĂ , trĂšs bien. 6, 7, 8, 9, 10, carte de priĂšre 6, 7, 8, 9, 10. Je n’en ai que deux, voici... Vous en avez une, monsieur? VoilĂ ! VoilĂ ! 10, 11, 12, 13, 14, 15. Maintenant, ça fait 1, 2, 3, 4, 5. TrĂšs bien, 16, 17, 18, 19, 20. Un, deux, trois, quatre, cela... TrĂšs bien, 20, 21, 22, 23, 24, 25. Un, deux, trois... Faites le tour par-lĂ , monsieur. Faites carrĂ©ment le tour, entrez dans la ligne, 25, 25. Aidez-le, lĂ , laissez-le passer par oĂč il veut. VoilĂ , frĂšre, ici mĂȘme on a dĂ©gagĂ© une voie lĂ  pour vous. Les gens vous ont ouvert un passage lĂ . Que quelqu’un l’aide Ă  passer lĂ , si possible. Qu’il fasse le tour et qu’il entre lĂ  dans la ligne. Je vous demande de l’asseoir juste lĂ , et quand son numĂ©ro sera appelĂ©, mettez-le lĂ . Vous voyez? Quand ce sera son tour, placez-le dans la ligne. TrĂšs bien, je pense que c’est Ă  peu prĂšs le nombre qu’on pourrait–qu’on pourrait faire passer maintenant.
E-247 Maintenant, combien ici n’ont pas de carte de priĂšre et sont confiants, sont–sont absolument certains que Dieu peut guĂ©rir les malades? Levez la main. Croyez-vous cela? Combien parmi vous ici viennent de... savent que je ne sais rien Ă  leur sujet, que je ne sais rien au sujet de leurs maladies? Il y a–il y a des gens ici maintenant, mon tabernacle, pour l’un de vous qui ĂȘtes Ă©tranger, c’est Ă  peine si je reconnais quelqu’un Ă  part ces frĂšres prĂ©dicateurs. Je vois juste lĂ  quelqu’un que je reconnais. Je ne suis pas souvent ici, voyez, et ce sont des gens qui viennent de partout. Combien ici... Laissez-moi vous prouver cela. Combien ici savent que je ne sais rien Ă  leur sujet? Levez la main, lĂ . C’est vrai. Vous voyez? Vous voyez? C’est votre main devant Dieu. Vous voyez? Je ne sais rien Ă  leur sujet. Eh bien, je ne sais pas, si j’ai peut-ĂȘtre appelĂ© dans la ligne de priĂšre comme cela quelqu’un que je connais effectivement, mais j’ignore pourquoi ils sont ici. Vous voyez, je ne connais pas la raison de leur prĂ©sence ici.
E-248 Maintenant, ce que j’essaie de faire, c’est de vous amener Ă  voir ceci; maintenant, soyez attentifs: «Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi». Croyez-vous cela? Croyez-vous qu’Il confirmera cette Parole? TrĂšs bien. A-t-Il dit qu’Il se rĂ©vĂ©lerait comme Fils de l’homme Ă  la fin de l’ñge de l’église? Combien? Et que le monde paraĂźtra... sera dans la condition de Sodome et Gomorrhe? Croyez-vous cela?
E-249 Eh bien, Billy, pourquoi ne les laisses-tu pas simplement passer par ici? Oui, trĂšs bien, eh bien, O.K., trĂšs bien.
E-250 C’est à–à la fin de l’ñge qu’Il se rĂ©vĂ©lera. Maintenant, suivez, vous rendez-vous donc compte que c’est totalement impossible? Eh bien, voici debout dans cette ligne des gens que je n’ai jamais vus de ma vie. Il y a des gens assis dans l’assistance que je n’ai jamais vus. Mais, souvenez-vous, HĂ©breux 4.15, je pense, dit qu’Il est le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© maintenant par le sentiment de nos infirmitĂ©s. Est-ce vrai? Or, s’Il est le Souverain Sacrificateur, alors Il est HĂ©breux 13.8, donc, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Est-ce vrai? Eh bien, comment se rĂ©vĂšle-t-Il? Comme je vous l’ai dit, Il parle toujours par Ses prophĂštes. Il envoie toujours un–un–un message avant le jugement. Eh bien, dans tout cela, Il ne change jamais Sa mĂ©thode.
E-251 Dans le jardin d’Eden, Il dĂ©cida de la maniĂšre dont Il sauverait l’homme, c’est par le Sang versĂ© d’un innocent. Il n’a jamais changĂ© cela. C’est nous qui cherchons Ă  changer cela par l’instruction, par les Tours de Babel; par les grandes villes et tout comme cela. Nous cherchons Ă  changer cela, mais ça ne marche pas. Nous cherchons Ă  changer cela en amenant le monde auprĂšs de Lui par l’instruction. Nous cherchons Ă  changer cela par les dĂ©nominations des hommes. Cela n’a jamais marchĂ©. Le seul lieu oĂč les hommes peuvent se rencontrer pour adorer, c’est sous le Sang. Vos dĂ©nominations vous diviseront, mais vous ĂȘtes les mĂȘmes sous le Sang. Il ne change jamais.
E-252 Or, s’Il est l’immuable Souverain Sacrificateur, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, alors Il doit tenir cette Parole. Ce n’est pas parce que nous avons dit qu’Il l’a fait; c’est parce qu’Il a dit qu’Il le ferait. Vous voyez? Maintenant, maintenant, s’Il fait cela... Eh bien, arrĂȘtez-vous juste une minute; rĂ©flĂ©chissez. Eh bien, combien d’entre vous dans cette ligne de priĂšre savent que je ne sais rien du tout Ă  votre sujet, au sujet de votre maladie? Levez alors la main, vous savez ce que je... Combien dans cette ligne de priĂšre savent que je ne vous connais mĂȘme pas? Levez la main.
E-253 Regardez dans l’auditoire. Vous voyez? Eh bien, vous lĂ -bas, vous n’ĂȘtes pas tenu d’ĂȘtre ici; touchez simplement Son vĂȘtement. Parlez tout simplement, dites: «Seigneur JĂ©sus, je crois en Toi.» Eh bien, dites: «Je crois cela. Et je–je crois que–que Tu peux le rĂ©vĂ©ler Ă  FrĂšre Branham, car...»
E-254 Eh bien, ce n’est pas parce que c’est frĂšre Branham, il n’est qu’un homme ordinaire. Et probablement que si l’EnlĂšvement a lieu ce matin... Vous pensez Ă  l’EnlĂšvement. Si l’EnlĂšvement a lieu ce matin, je dis ceci avec humilitĂ©, il n’y a point de doute que la moitiĂ© de cette assemblĂ©e, si nous y allons en tenant compte des diplĂŽmes, de la position que nous devrons avoir, la moitiĂ© d’entre vous partirait avant moi. C’est vrai. Je ne suis pas... ConsidĂ©rez la responsabilitĂ© que j’ai, et combien–combien je le fais de façon relĂąchĂ©e. Je suis un serviteur inutile de Christ, de savoir ce que je sais Ă  Son sujet et ensuite de vivre tel que je le fais: ce n’est pas que je sois immoral, impur ni quoi que ce soit de semblable, Dieu sait que c’est vrai. Vous voyez? J’essaie de mener une vie correcte, mais je–je–j’ai simplement l’impression que je n’arrive pas Ă  transmettre la chose. Peut-ĂȘtre que si c’était quelqu’un d’autre, peut-ĂȘtre trĂšs instruit ou quelque chose comme ça, il pourrait le transmettre aux gens. Mais alors, on penserait que ce n’est pas tout le monde qui va de toutes les façons saisir cela. Vous voyez? Vous voyez? Vous voyez? Il sait ce qu’Il va faire. Ainsi, je me confie tout simplement Ă  Lui et je dis: «Seigneur, je suis entre Tes mains, fais de moi comme bon Te semble.» Eh bien, si JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement...
E-255 Bien, je pense que je connais cette femme-ci. Je n’arrive pas Ă  me rappeler qui elle est, mais je la connais. D’une façon ou d’une autre, je la connais. J’ai dĂ©jĂ  vu son visage, mais je–je ne sais pas qui elle est en ce moment prĂ©cis. Mais, d’une façon ou d’une autre, je–je–je la connais. Ne me connaissez-vous pas? Oui, oui. Non, non. Je–je pensais–je... en voyant son visage, je pensais que je la connaissais. Je ne me rappelle pas qui elle est. Mais je–je crois qu’elle.... N’est-ce pas que votre mari... N’ĂȘtes-vous pas la femme qui travaille au... Son mari travaille Ă  Seven–Seven–Seven, ou plutĂŽt Ă  Seven-Eleven, ou quelque chose comme ça, lĂ  Ă  New Albany. Madame Agan, c’est juste. Eh bien, je... Vous ĂȘtes ici et vous frĂ©quentez l’église. Roy, est-ce la dame chez qui nous sommes allĂ©s un jour au... Est-ce–est-ce celle qui habite lĂ -haut sur la montagne? Que dites-vous? Sa soeur. C’était... Eh bien, cela... c’est ça. Vous voyez? Je me souviens que Roy et moi, nous roulions; il a citĂ© ce nom-lĂ  et le Seigneur m’a envoyĂ© lĂ -haut et a guĂ©ri la femme sur-le-champ. Certainement, je viens de m’en souvenir.
E-256 Bon, mais quant Ă  savoir ce qui cloche en vous, je n’ai aucune idĂ©e. Vous savez cela. Et si le Seigneur JĂ©sus peut lui rĂ©vĂ©ler quelque chose qu’elle a fait... ou si peut-ĂȘtre elle–elle a des problĂšmes financiers. Peut-ĂȘtre elle et son mari ont des problĂšmes, peut-ĂȘtre elle et ses enfants, peut-ĂȘtre un de ses enfants, si elle en a, je ne sais pas. Mais si elle en a, peut-ĂȘtre que certains de ses enfants fuient. Peut-ĂȘtre qu’elle se tient ici pour savoir quelque chose Ă  ce sujet. Je ne sais pas. Je n’ai aucun moyen de le savoir. Je–je–je ne peux pas vous le dire. Mais Lui, Il le sait. Vous voyez? Vous voyez donc? Vous voyez?
E-257 Suivez, Ă©coutez trĂšs attentivement. Je n’ai jamais dit ceci dans un auditoire auparavant, mais je me sens conduit Ă  le dire maintenant. Qu’est-ce qu’une parole? C’est une pensĂ©e exprimĂ©e. Or, comment puis-je exprimer sa pensĂ©e Ă  elle? Ou: Comment puis-je lui exprimer ce qu’elle pense? Ça devra ĂȘtre l’une des pensĂ©es qui est prĂ©sentĂ©e, et elle ne peut pas faire cela. Je dois donc exprimer Sa pensĂ©e Ă  Lui, et si c’est juste... Si c’est la pensĂ©e de Dieu, ce sera vrai; si ce n’est pas la pensĂ©e de Dieu, alors cela ne sera pas vrai; elle le saura; vous le saurez; tout le monde le saura. Vous voyez? C’est inĂ©vitable. Soit c’est Dieu, soit ce n’est pas Dieu. Sa grĂące est suffisante. Maintenant, croyez maintenant, tout le monde.
E-258 Et, combien vont croire? Eh bien, peut-ĂȘtre que vous n’avez jamais assistĂ© Ă  l’une de ces rĂ©unions auparavant, mais allez-vous croire si Dieu fait cela? Et vous lĂ  dans l’assistance, vous qui ne serez donc pas dans la ligne de priĂšre, priez aussi. Vous voyez? Ou mĂȘme si vous venez dans la priĂšre, peu m’importe qui vous ĂȘtes, priez donc.
E-259 Seigneur JĂ©sus, maintenant, j’ai pris beaucoup de temps, mais c’est Ton service, Seigneur. Et j’ai fait tout ce que je pouvais faire humainement parlant, mais Toi, Tu es Dieu; Ă  prĂ©sent, le reste est entre Tes mains, PĂšre. Que l’on sache que Tu es Dieu, et que Ta Parole est la VĂ©ritĂ©. Seigneur, confirme Ta Parole, de ces derniers jours oĂč le Fils de l’homme sera rĂ©vĂ©lĂ©. Comment s’est-Il fait connaĂźtre? Il Ă©tait la Parole. Qu’est-ce que la Parole? Elle discerne les pensĂ©es et les intentions du coeur. Il connaissait les pensĂ©es des gens, Il a rĂ©vĂ©lĂ© Ă  Pierre, Ă  Philippe, Ă  NathanaĂ«l, Ă  la femme au puits, Ă  tous les autres lĂ -bas, quand ils sont venus, Il savait que la jeune fille Ă©tait endormie, qu’elle n’était pas morte. Je Te prie, ĂŽ Dieu, d’utiliser aujourd’hui nos humbles tabernacles dans lequel nous habitons sur la terre, afin que Tu Te fasses connaĂźtre. Au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
E-260 Eh bien, quant Ă  guĂ©rir, je ne le peux pas; vous savez cela. «Qu’est-ce qu’un don, FrĂšre Branham? Quelque chose que vous utilisez...» Non. C’est savoir vous mettre hors du chemin. Vous voyez? Aussi longtemps que vous ĂȘtes lĂ , ça ne marchera jamais. William Branham est mon plus grand ennemi. Vous voyez? Mais quand je le mets hors du chemin, vous voyez, alors JĂ©sus-Christ peut utiliser le corps. Vous voyez? Vous voyez, maintenant, j’en viens Ă  cette femme. Quoi donc? Maintenant, Ă  supposer qu’elle–qu’elle est malade.
E-261 Voici une femme, ici, qui a la jambe sur un–sur un fauteuil. Eh bien, si je... Si JĂ©sus Ă©tait ici et qu’Il allait imposer les mains Ă  cette femme, cette jambe se rĂ©tablirait. Il n’y a pas de doute Ă  ce sujet. Mais, vous voyez, nous, nous sommes des ĂȘtres humains aux mains impures. Ses mains Ă  Lui sont saintes; Dieu L’a confirmĂ©. Il Ă©tait la Parole. Croyez-vous cela? Certainement, Il n’avait point de doutes. Il lui imposerait les mains, Il dirait: «Ma fille, sois guĂ©rie», et elle se rĂ©tablirait. Mais alors, Il nous a donnĂ© la commission de faire la mĂȘme chose. Je pense qu’Il a clairement identifiĂ© cela.
E-262 Maintenant, et s’Il me donnait une vision et qu’Il disait Ă  cette femme quoi faire? LĂ , eh bien, je croirai alors que si je lui impose les mains, elle sera rĂ©tablie. Croyez-vous cela? Mais qu’en serait-il s’Il ne donnait pas une vision? Que ferait la vision? Seulement me donner la foi, transmettre ma foi, la puissance invisible de Dieu. Vous voyez? Eh bien, si vous, chacun de vous mourait Ă  cette minute mĂȘme, on ne vous verrait jamais quitter votre corps. Toutes vos facultĂ©s mentales, tout ce que vous ĂȘtes s’en irait, mais on ne verrait jamais cela s’en aller. Vous voyez? Ça serait un in-... La force qui me fait bouger les mains, c’est une force, n’est-ce pas? La force qui me fait penser, la force qui me fait prĂȘcher, la force qui me fait vivre, agir, cette mĂȘme force qui peut faire bouger ce corps me quitterait, mais vous ne verriez pas cette force quitter. C’est une force invisible. Il en est de mĂȘme de la foi. Ne manquez pas ceci. La foi... JĂ©sus a dit: «Ils imposeront les mains aux malades.» Eh bien, vous voyez, si j’avais une vision et que je lui imposais les mains, je crois qu’elle serait guĂ©rie, parce que j’ai eu la vision, ma confiance est dans la vision. Mais qu’en est-il de la Parole? Je lui imposerais les mains avec la mĂȘme foi. La vision n’est donnĂ©e que pour stimuler ma foi et la vĂŽtre. La mĂȘme foi sans vision agira de la mĂȘme façon. Certaines personnes ont reçu une grande foi. D’autres n’ont pas ce genre de foi; ils reçoivent des visions pour avoir cette foi. Vous voyez? Or, vous voyez, ce serait toujours les mĂȘmes mains impures, la mĂȘme personne, nĂ©anmoins, elle lui imposerait les mains.
E-263 Maintenant, que le Saint-Esprit confirme Sa PrĂ©sence, qu’Il confirme la Parole qu’Il a promise. Maintenant, j’ai oubliĂ© votre nom. Quel est donc votre nom? Agan. Eh bien, Il aurait pu me le dire s’Il le voulait, vous voyez, mais je viens de dire que je–je suis sĂ»r que je vous connais. Eh bien, venez juste ici un instant, un peu plus prĂšs; il y a des gens qui sont lĂ  en train de prier, voyez. C’est... Maintenant, Madame Agan, si je–si je suis le serviteur de Christ, et que j’ai prĂȘchĂ© la Parole que je crois ĂȘtre la VĂ©ritĂ©, croyez-vous cela? [Madame Agan dit: «Oui.»–N.D.E.] Vous croyez cela. Maintenant, si vous avez besoin de quelque chose, moi, je ne pourrais pas vous le donner parce que je n’en ai pas pour vous le donner; Ă  moins que ça soit peut-ĂȘtre un peu d’argent ou quelque chose comme ça, ou je pourrais aller parler Ă  votre mari, Ă  vos enfants, Ă  vos bien-aimĂ©s ou quelque chose comme ça, je pourrais le faire. Mais si vous avez besoin de la guĂ©rison, je ne pourrais pas vous l’accorder; cela a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© acquis. Mais par un don, je peux vous amener Ă  reconnaĂźtre, si vous avez la foi, que cela a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© acquis, car Celui qui a acquis cela, la seule Personne en qui vous pouvez avoir foi, c’est le Fils de Dieu. Celui qui a payĂ© le prix se tient ici. Vous voyez? Est-ce vrai? Celui qui a payĂ© le prix est ici.
E-264 Bon, vous me connaissez en tant que frĂšre, un ministre, et je vous connais en tant que soeur. Nous Le connaissons en tant que Dieu. Maintenant, si cette Personne invisible, par un don que j’ai, qui me permet de me mettre hors du chemin, peut me parler, vous parler par moi, par mes lĂšvres... Vous voyez? Eh bien, quand je prie, Dieu ne me voit pas; Il entend tout simplement ma voix au travers du Sang de JĂ©sus. Vous voyez? Il ne me voit pas; Il entend ma voix. Et ce Sang-lĂ , c’est pour prĂ©senter ce que je demande. Vous voyez? Il entend donc ma voix, mais Il ne voit que le Sang. Vous voyez? Il ne me voit pas, je ne peux donc pas ĂȘtre impur quand je suis sous le Sang. Le Sang purifie, voyez. Il est le pare-chocs entre Dieu et moi, et il a Ă©tĂ© promis: «Tout ce que vous demanderez au PĂšre, Je le ferai.» Croyez-vous que c’est la vĂ©ritĂ©?
E-265 Maintenant, si tout le monde... On dirait... Voyez-vous ce qui se passe? Regardez (voyez), voici venir ici une LumiÚre ambre, elle se déplace.
E-266 Maintenant, elle ne pouvait pas cacher cela, mĂȘme s’il le fallait. Non, non. Vous ĂȘtes ici Ă  la suite de ce qui vous est arrivĂ©. Vous avez contractĂ© la pneumonie et vous avez Ă©tĂ© hospitalisĂ©e. Vous avez Ă©tĂ© sous une tente Ă  oxygĂšne. Et vous souffrez Ă  cause de cela. Vous allez ĂȘtre guĂ©rie. JĂ©sus-Christ va vous guĂ©rir. Vous voyez? Et soyez guĂ©rie. Continuez votre chemin en croyant, soeur Agan. Je vais vous imposer les mains au Nom de JĂ©sus. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Partez, soyez maintenant heureuse; ne doutez pas du tout de ce qu’Il a dit.
E-267 Bonjour, soeur. Je–je ne pense pas que je vous connais. Nous sommes Ă©trangers l’un Ă  l’autre. Maintenant, voici une femme que je ne connais pas. Je ne vous connais pas. Il m’est impossible de vous connaĂźtre. Mais, croyez-vous que Dieu peut me le rĂ©vĂ©ler par Sa Parole, vous voyez, puisqu’Il l’a promis? Croyez-vous qu’Il peut me dire quelque chose Ă  votre sujet? Et cela vous amĂšnera Ă  accepter cela (Est-ce juste?), sachant que ce ne serait pas moi, votre frĂšre, que c’est Lui, votre Sauveur? Croyez-vous cela? Vous ĂȘtes sur le point de subir une intervention chirurgicale. On vous a dit que vous devez vous faire opĂ©rer. Croyez-vous qu’Il peut me dire pourquoi on va vous opĂ©rer? C’est Ă  l’estomac et aux intestins. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Vous voulez y Ă©chapper. Croyez-vous maintenant avec cet Esprit qui est ici, l’Esprit de Christ qui nous environne complĂštement et qui est sur moi? Vous savez que Quelque Chose a dĂ» vous le dire, car moi, je ne vous connais pas. Croyez-vous que, par l’imposition des mains, cela vous transmettra la foi que j’ai, et que vous, avec votre foi, et devant Dieu, notre PĂšre, vous serez guĂ©rie? Alors, Seigneur JĂ©sus, j’obĂ©is Ă  Tes commandements. Tu as dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.» Que notre soeur soit guĂ©rie pour la gloire de Dieu au Nom de JĂ©sus. Amen. Rentrez chez vous, oubliez simplement cela, vous voyez; continuez votre chemin en croyant cela de tout votre coeur.
E-268 Bonjour. Je dis cela juste pour entrer en contact avec votre esprit, madame. Exactement comme JĂ©sus l’a fait au puits, Il a dit: «Apporte-moi Ă  boire.» Eh bien, je crois... Je ne pense pas vous avoir dĂ©jĂ  vue. Je pense que vous m’ĂȘtes Ă©trangĂšre. Est-ce vrai? Si c’est vrai, levez la main pour que l’auditoire puisse voir. Je ne connais pas cette dame.
E-269 Ceci, c’est une guĂ©rison authentique; c’est une foi authentique, ce sont les Ecritures authentiques, la Parole de Dieu sans mĂ©lange rendue manifeste et qui est confirmĂ©e, montrant qu’Il n’est pas mort. Il est vivant Ă  jamais. «Celui qui croit en Moi, les oeuvres que Je fais, il les fera aussi, et ce croyant imposera les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.» Oh! Comment pouvez-vous douter de cela? Vous voyez? Or, Lui, Il savait qui douterait et qui ne douterait pas; moi, je ne le sais pas. LĂ , c’est Ă  Lui.
E-270 Mais maintenant, comme cette dame est une Ă©trangĂšre, eh bien, je ne la connais pas, je ne l’ai jamais vue de ma vie, c’est une jeune femme, elle est bien plus jeune que–que moi. Mais je–je ne l’ai jamais vue. Et elle est ici dans un but. Croyez-vous que ces choses que j’ai enseignĂ©es, de la Bible, madame, sont la VĂ©ritĂ©? Croyez-vous qu’elles sont la VĂ©ritĂ©? Et acceptez-vous cela, pas parce que je le dis, parce que Dieu l’a dit?
E-271 Croyez-vous que nous vivons dans les derniers jours, oĂč le Fils de l’homme devait ĂȘtre manifestĂ©? Ce serait toute la Parole qui a Ă©tĂ© rassemblĂ©e au travers de Luther, Wesley, des baptistes et tout cela, des pentecĂŽtistes, toute la Parole rassemblĂ©e jusqu’à la rĂ©vĂ©lation de ce que tout cela a Ă©tĂ©. Le septiĂšme ange devait ouvrir le mystĂšre des six sceaux. Tout cela doit ĂȘtre rassemblĂ© dans le Fils de l’homme, Sa plĂ©nitude de Son temps est arrivĂ©e Ă  la plĂ©nitude de Sa Parole pour manifester la plĂ©nitude de Son Corps. C’est la Parole. Ainsi, c’est la Parole parlĂ©e rendue manifeste par la Parole, rĂ©vĂ©lant la Parole.
E-272 Maintenant, si Dieu peut me dire ce que sont, plutĂŽt ce qu’est votre problĂšme... C’est Lui qui vous a crĂ©Ă©; Il sait tout Ă  votre sujet. Et s’Il peut rĂ©vĂ©ler cela... Vous avez l’air d’une personne en bonne santĂ©. Mais s’Il peut me rĂ©vĂ©ler la chose, vous saurez si c’est la vĂ©ritĂ© ou pas. Accepterez-vous cela? Maintenant, regardez droit vers moi. Bien sĂ»r, vous portez des lunettes; vous avez... il vous faut–faut les porter. En fait, ce n’est pas pour cela que vous ĂȘtes ici. Je vois cela reculer, voyez. Eh bien, vous ĂȘtes ici Ă  cause d’un caillot de sang. Vous voyez? Vous voyez? Croyez-vous qu’Il peut me dire oĂč cela se trouve? Dans vos jambes. Croyez-vous que c’est Dieu qui fait cela? Croyez-vous que Dieu peut me dire davantage Ă  votre sujet? Hein? C’est... Vous ĂȘtes une Ă©trangĂšre et je...?... vous parler une minute. Croyez-vous qu’Il peut–croyez-vous qu’Il peut me dire d’oĂč vous venez? Vous venez de Gary, dans l’Indiana. Croyez-vous qu’Il peut me dire qui vous ĂȘtes? Madame Ogden. C’est vrai. Maintenant, rentrez chez vous et soyez guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ.
E-273 Bonjour. Nous sommes aussi Ă©trangers l’un Ă  l’autre. Je ne vous connais pas. Vous voyez? Mais, croyez-vous que le Seigneur JĂ©sus peut me rĂ©vĂ©ler votre problĂšme? [La soeur dit: «Je le sais.»–N.D.E.] Vous savez cela. Merci, soeur. C’est trĂšs bien. TrĂšs bien, comme vous savez cela, alors cette hernie sera guĂ©rie. Et vous avez–vous avez une–une grosseur au flanc. C’est vrai, n’est-ce pas? Voulez-vous que je vous dise de quel cĂŽtĂ© c’est? C’est du cĂŽtĂ© droit. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Maintenant, continuez votre chemin et croyez cela, et vous serez guĂ©rie.
E-274 Croyez-vous? Absolument, c’est la vĂ©ritĂ©. Croyez-vous que le Fils de Dieu, le Fils de l’homme est venu au cours des Ăąges comme Il l’avait promis? Cependant... Croyez-vous que le monde est dans une condition sodomite, prĂȘt Ă  ĂȘtre dĂ©truit par le feu comme le fut Sodome? Les sodomites Ă©taient des Gentils, souvenez-vous-en. Mais lĂ -bas Ă  Sodome, il y avait quelques justes; Dieu a envoyĂ© un messager pour les appeler Ă  sortir; certains d’entre eux sont venus, d’autres pas; la plupart Ă©taient restĂ©s. Mais un groupe habitait lĂ  sur la montagne, Abraham, et un Messager est venu vers lui pour lui montrer ce qui allait arriver. De toute façon, il n’allait pas s’y retrouver. Mais alors, le monde est dans cette mĂȘme condition aujourd’hui, et JĂ©sus-Christ est le Fils de Dieu, le Fils de l’homme, le Fils de David, et Il est venu pour se manifester.
E-275 Je vois quelque chose arriver Ă  cette femme. Elle est ici pour une cause noble. Elle n’est pas ici Ă  cause d’une maladie. Savez-vous ce qu’elle veut me demander? Lui imposer les mains pour qu’elle reçoive le baptĂȘme du Saint-Esprit. Voyez? Voyez? N’est-ce pas vrai? Levez la main, si c’est vrai. Vous voyez? Vous voyez? Elle a une chose noble. Bien-aimĂ© PĂšre cĂ©leste, donne Ă  Ton enfant que voici le dĂ©sir de son coeur, qu’elle reçoive le baptĂȘme du Saint-Esprit. Qu’elle reçoive donc cela. Amen. Vous allez le recevoir. Que Dieu vous bĂ©nisse.
E-276 Croyez-vous? Qu’en est-il de vous dans l’assistance, croyez-vous aussi? Si tu peux croire, tout est possible. Vous semblez trĂšs sincĂšre Ă  ce sujet, croyez-vous que ce caillot de sang peut aussi disparaĂźtre? Vous qui ĂȘtes assis juste lĂ , en chemise verte, levez la main si vous croyez que cela partira. Ça partira. Je n’ai jamais vu cet homme de ma vie, il m’est totalement et absolument Ă©tranger. Je ne l’ai jamais vu.
E-277 Croyez-vous cela, vous autres, l’auditoire? Eh bien, ne voyez-vous pas que ça doit ĂȘtre Lui?
E-278 Ce n’est pas difficile pour Dieu de guĂ©rir le cancer. Il peut guĂ©rir cela, n’est-ce pas? Croyez-vous qu’Il le fera? TrĂšs bien. Alors, partez, recevez cela, au Nom de JĂ©sus-Christ. Croyez tout simplement de tout votre coeur.
E-279 Salut, chĂ©rie. Tu sais, JĂ©sus a versĂ© son Sang afin que–afin que ton sang soit sain. Crois-tu cela? Dieu bien-aimĂ©, je bĂ©nis cette enfant, puisse-t-elle avoir une transfusion sanguine depuis le Calvaire. Ôte tout le sucre, Seigneur, et fais qu’elle soit guĂ©rie, au Nom de JĂ©sus. Que Dieu te bĂ©nisse.
E-280 Bonjour. Croyez-vous qu’Il peut guĂ©rir ce dos et le rĂ©tablir? [Le frĂšre dit: «Je sais qu’Il le peut.»–N.D.E.] TrĂšs bien, partez, croyez cela, ayez foi. Je vais juste vous imposer les mains afin que vous ayez la foi. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre.
E-281 Croyez-vous? Il a crĂ©Ă© la nourriture pour qu’elle soit mangĂ©e; Il a crĂ©Ă© l’estomac pour qu’il la digĂšre. Et quand quelque chose ne va pas Ă  l’estomac, Il en est le GuĂ©risseur. Croyez-vous cela? TrĂšs bien. C’est tout ce qu’il vous faut savoir; croyez de tout votre coeur.
E-282 Comme vous aviez la mĂȘme chose, allez simplement de l’avant et croyez aussi de tout votre coeur.
E-283 C’est en ordre, amenez la demoiselle. Bonjour. Une jolie jeune fille, elle est vraiment jeune pour souffrir d’une maladie gynĂ©cologique. Croyez-vous que JĂ©sus vous en rĂ©tablira? Dieu bien-aimĂ©, cette jeune fille... je maudis cet ennemi pendant qu’elle est dans la PrĂ©sence de JĂ©sus-Christ, que cela la quitte; qu’elle soit guĂ©rie. Au Nom de JĂ©sus. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse. Vous irez bien.
E-284 Croyez-vous? Eh bien, une ombre noire se meut au-dessus: la mort. Le cancer n’est pas... Dieu peut guĂ©rir le cancer et rĂ©tablir. Croyez-vous cela de tout votre coeur? Croyez-vous qu’Il va vous en guĂ©rir? Au Nom de JĂ©sus-Christ, je maudis cette chose maudite qui est sous le signe des poissons entrecroisĂ©s, que la croix de Christ ĂŽte cela. Fais que cela s’en aille, au Nom de JĂ©sus. Ne doutez pas, partez, croyez de tout votre coeur. Amen. Si tu peux croire, tout est possible.
E-285 Bonjour. Bien sĂ»r, votre arthrite s’en ira, et vous serez rĂ©tablie si vous croyez. Croyez-vous cela? Croyez-vous que vous serez en Ă©tat de marcher encore une fois de plus et ĂȘtre bien portante? Que le Seigneur bĂ©nisse cette bien-aimĂ©e soeur et la rĂ©tablisse, au Nom de JĂ©sus-Christ. Partez en croyant de tout votre coeur.
E-286 Croyez-vous que la mĂȘme chose peut vous arriver? Eh bien, je crois que cela vous est arrivĂ©. Vous allez... si vous croyez cela, vous ĂȘtes guĂ©ri maintenant mĂȘme. Moi-mĂȘme, je crois que cela vous a quittĂ©. Au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre frĂšre s’en aille, normal et bien portant, pour la gloire de Dieu. Amen.
E-287 Cela est finalement arrivĂ©. Vous assis lĂ , en train de pleurer, croyez-vous que ces hĂ©morroĂŻdes vont vous quitter? Il est restĂ© lĂ  mĂȘme pendant cette derniĂšre demi-heure, on dirait, juste devant moi; Il se tient juste Ă  cĂŽtĂ© de cet homme. Vous croyez, n’est-ce pas? Croyez de tout votre coeur et vous pourrez retourner au Texas et ĂȘtre bien portant. Je n’ai jamais vu cet homme de ma vie.
E-288 Crois-tu que ce petit dos va ĂȘtre rĂ©tabli et que tu vas ĂȘtre prĂȘt pour ĂȘtre guĂ©ri? Seigneur JĂ©sus, touche ce petit enfant et guĂ©ris-le, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Crois cela de tout ton coeur.
E-289 Maintenant, cet Esprit s’approche; Il est partout dans la salle. Il est difficile de dire d’oĂč cela a pu venir, la nervositĂ©. Laissez-moi vous montrer quelque chose. Combien sont nerveux, dans l’assistance? Levez la main. Vous voyez, il est difficile de distinguer qu’est-ce qui est quoi. Mais Dieu connaĂźt tout Ă  ce sujet, tous vos dĂ©sirs. Vous avez tout essayĂ©, c’est difficile de vaincre cela. Vous essayez d’abandonner beaucoup de choses dans la vie, et vous voulez servir Dieu avec tout ce qui est en vous. On dirait qu’il y a toujours quelque chose qui vous retient. Croyez-vous que cela va se faire maintenant mĂȘme ce matin, que vous allez ĂȘtre dĂ©livrĂ© de ces choses? Allez-vous croire cela?
E-290 Notre PĂšre cĂ©leste, afin que ces autres personnes puissent voir que Tu es le Christ, le Fils de Dieu, guĂ©ris cette chĂšre femme qui se tient ici, ĂŽ PĂšre; apaise-la. Nous savons tous de quoi elle souffre, Seigneur, et nous Te prions de la guĂ©rir. Alors que je lui impose les mains avec toute la foi, moi aussi, je suis attaquĂ© maintenant mĂȘme, je suis Ă©puisĂ©, Satan... Je suis surmenĂ©, mes nerfs craquent. Quitte-la, Satan. Je lui impose les mains avec toute la foi que je possĂšde; quitte-la, au Nom de JĂ©sus. Partez, en croyant en Lui. C’est ce que vous vouliez que je fasse.
E-291 Je ne vous connais pas; vous m’ĂȘtes inconnu. Si vous croyez, cette hernie sera guĂ©rie. Et autre chose; vous souffrez de l’arthrite. Si vous croyez, vous serez guĂ©ri. Votre mal de dos vous a quittĂ©. Partez en croyant.
E-292 Croyez-vous de tout votre coeur? Ici, ce... Combien... Est-ce lĂ  tous ceux qu’il y a dans la ligne? Est-ce qu’il y en a encore dans la ligne? Passez tous par ici pour que je puisse imposer les mains aux malades. Inclinons la tĂȘte juste une minute; il est treize heures passĂ©es. Dieu bien-aimĂ©, j’impose les mains Ă  ma soeur, pendant que l’onction du Saint-Esprit est ici. GuĂ©ris-la, au Nom de JĂ©sus.
Bien-aimĂ© PĂšre cĂ©leste, j’impose les mains Ă  mon frĂšre... [Espace vide sur la bande. FrĂšre Branham continue Ă  prier pour les malades.–N.D.E.]...crois...?...
E-293 Oh! On n’a pas priĂ© pour vous, frĂšre? [Espace vide sur la bande.–N.D.E.] ... FrĂšre, savez-vous ce qu’il a fait? C’est un ancien chasseur de cerfs. Il a dit qu’il avait un fusil avec lequel il chassait toujours le cerf. Il a dit qu’il est trop avancĂ© en Ăąge maintenant pour aller chasser. Il voulait apporter le fusil pour me le donner. Amen. Disons: «Gloire au Seigneur!» [L’assemblĂ©e dit: «Gloire au Seigneur!»–N.D.E.]
Je L’aime...
(N’oubliez pas votre petite question; dĂ©posez-la... Si vous ne l’avez pas aujourd’hui, amenez-la mercredi ou dimanche.)
Parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit...
(Etiez-vous tous dans la ligne de priĂšre, la ligne de priĂšre?)
... salut,
Sur le bois du Calvaire.
E-294 ConsidĂ©rez combien Il est doux pour nous maintenant. Pensez-y simplement; Il confirme Sa Parole, voyez. Eh bien, vous voyez, si je pouvais guĂ©rir, ça serait autre chose, vous voyez, mais c’est Lui qui a dĂ©jĂ  fait cela. Vous voyez? Il ne fait que confirmer Sa PrĂ©sence ici: «J’étais mort... et je suis vivant aux siĂšcles des siĂšcles». Il n’y a jamais eu d’homme comme Lui. Il Ă©tait un Homme unique en Son genre. Il Ă©tait Dieu. Vous voyez? Jamais homme n’a vĂ©cu comme Lui. Jamais homme ne naquit comme Lui. Jamais homme ne put faire ce que... comme Lui. Jamais homme ne mourut comme Lui. Jamais homme ne ressuscita des morts comme Lui. «Oh! dites-vous, une minute, FrĂšre Branham, il y en a eu d’autres qui sont ressuscitĂ©s des morts.» Oui, mais ils sont morts de nouveau. Mais Lui, Il vit aux siĂšcles des siĂšcles, vous voyez. Jamais homme ne ressuscita comme Lui. Il ressuscita des morts, aux siĂšcles des siĂšcles.
E-295 [Frùre Branham fredonne Je L’aime.–N.D.E.] Chantons-le-Lui maintenant.
Oh! Je L’aime, je L’aime Parce qu’Il m’aima le premier,
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.
E-296 Inclinons simplement la tĂȘte. Seigneur JĂ©sus, j’aime ce peuple. Et je les ai bien retenus, Seigneur; ce n’était pas mon intention de faire ceci. Pourtant, beaucoup d’entre eux sont ici avec leurs petits enfants qui attendent; ils ont faim; ils ne comprennent pas. Mais ils sont simplement restĂ©s assis ici, parce qu’ils savent que l’homme ne peut vivre que de la Parole de Dieu. Et quand donc la Parole est prononcĂ©e et qu’Elle est ensuite rĂ©vĂ©lĂ©e, rendue manifeste, confirmĂ©e, ils reconnaissent alors que cela ne peut ĂȘtre que Toi. Je prie pour tout le monde. BĂ©nis-les, PĂšre. Puissent-ils ĂȘtre en bonne santĂ© et forts pour le voyage qui est devant nous. BĂ©nis-les pendant la semaine. Et si c’est Ta volontĂ©, Seigneur, que nous puissions de nouveau nous rencontrer ici le prochain dimanche, le prochain sabbat, venir ici adorer. Je Te prie, ĂŽ Dieu, de les fortifier. Certains d’entre eux ne le pourront pas; d’autres devront rentrer chez eux dans diffĂ©rents coins du pays, peut-ĂȘtre de l’autre cĂŽtĂ© de l’ocĂ©an, ou en dehors des Etats-Unis. Nous Te prions d’ĂȘtre avec eux et de les assister. Puissions-nous nous rencontrer un jour aux pieds de JĂ©sus. Accorde-le, PĂšre. Aide-nous maintenant, comme nous nous aimons les uns les autres et que nous croyons en Toi, et nous espĂ©rons qu’un jour le lien qui unit nos coeurs maintenant deviendra une corde Ă©ternelle qui nous... que nous vivrons pendant toute l’éternitĂ© dans cette CitĂ© de forme carrĂ©e. Au Nom de JĂ©sus. Amen. TrĂšs bien.
Prends le Nom de JĂ©sus avec toi,
Enfant de...
(Maintenant, serrez-vous la main les uns aux autres.)
... malheur;
Cela... la joie...
(Tournez-vous et serrez la main Ă  quelqu’un, dites: «Je suis heureux d’ĂȘtre ici avec vous ce matin.»)
Prends-Le partout oĂč tu vas.
Précieux Nom, Î Nom si doux! (Que Dieu vous bénisse, Ben.)
Espoir de la terre et joie du Ciel;
Précieux Nom, Î Nom si doux!
Espoir de la terre et joie du Ciel.
Maintenant, Ă©coutez donc ceci; maintenant, chantez comme ceci:
Prends le Nom de JĂ©sus avec toi,
Comme bouclier face Ă  tous les piĂšges;
(Maintenant, Ă©coutez attentivement.)
Quand les tentations t’environnent.
(Que faut-il faire?) Murmure ce Saint Nom en priĂšre.
Précieux Nom (précieux Nom), Î Nom si doux!
Espoir de la terre et joie du Ciel;
Précieux Nom, Î Nom si doux...

En haut