Quand leurs yeux s’ouvrirent, ils Le reconnurent

Date: 64-0212 | La durée est de: 1 hour and 17 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1 Notre Père céleste, nous Te prions maintenant de tirer gloire de notre rassemblement. Nous Te remercions pour cette occasion. Bénis Ta Parole, alors qu’Elle$ est proclamée chaque soir. Bénis Ton peuple pendant qu’il L’écoute. Et puisse le glorieux Saint-Esprit s’emparer de la Parole qui se déverse dans le coeur et faire qu’Elle se manifeste de telle manière que, littéralement, des centaines de gens à travers cette contrée-ci soient sauvés ; que des centaines d’entre eux qui souffrent, couchés à l’ombre de la mort, voient une grande Lumière jaillir et soient guéris et que Ton glorieux Nom soit honoré. C’est pourquoi nous sommes ici, Seigneur. Ce n’est pas pour notre propre honneur, mais pour honorer Jésus-Christ parmi nous, car nous le demandons en Son Nom. Amen.

2 Maintenant, alors que vous prenez votre Bible juste pour quelques instants… Et chaque soir donc, je parlerai pendant environ vingt à trente minutes. Je l’ai fait les quelques dernières semaines. Je vais juste parler pendant très peu de minutes. Et puis, nous formerons une ligne de prière, nous prierons pour les malades, ou n’importe quoi, selon la conduite du Saint-Esprit.

3 Et combien, parmi vous qui êtes venus pour la première fois ce soir, ainsi que vous tous ensemble, vont prier pour la réunion ? Allez-vous le faire ? Nous ne sommes pas ici juste pour… Nous sommes–nous sommes ici parce que nous cherchons à aider. Frères, je crois, si Dieu nous vient en aide, que nous aurons une glorieuse réunion en l’honneur de notre Seigneur et Sauveur.

4 Nous croyons qu’Il vient très bientôt. S’Il n’est pas ici ce soir, je L’attendrai pour le matin. S’Il n’est pas ici demain soir, je serai ici, le Seigneur voulant. Et puis, s’Il n’est pas ici, je L’attendrai demain soir. Et alors, s’Il n’est pas ici, je L’attendrai le soir suivant. J’aimerais. Ça fait maintenant trente-trois ans que je L’attends, la grande partie de ma vie. Et je ne suis pas découragé. J’attends jour après jour, heure après heure, qu’Il apparaisse.

5 Maintenant, alors que nous ouvrons la Bible dans l’Evangile selon–selon Saint Luc, chapitre 24, à partir du verset 13, levons-nous pour honorer la Parole pendant que nous La lisons : Saint Luc 24, à partir du verset 13. Eh bien, si certains parmi vous ont des Bibles, ceux qui aimeraient noter les passages des Ecritures utilisés par le prédicateur pour prêcher. Ainsi donc, j’aimerais que vous suiviez attentivement. Lisez avec moi si vous le pouvez, pour vous-mêmes, pendant que nous lisons. Et voici, le même jour, deux disciples allaient à un village nommé Emmaüs, éloigné de Jérusalem de soixante stades; Et ils marchaient de tout ce qui s’était passé (Excusez-moi), et ils s’entretenaient de tout ce qui s’était passé. Pendant qu’ils parlaient et discutaient, Jésus s’approcha, et fit route avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. Il leur dit : De quoi vous entretenez-vous en marchant, pour que vous soyez tout tristes ? L’un d’eux, nommé Cléopas, lui répondit, dit : Es-tu le seul qui, séjournant à Jérusalem, ne sache pas ce qui y est arrivé ces jours-ci ? Quoi ? leur dit-il. Et ils lui répondirent : Ce qui est arrivé au sujet de Jésus de Nazareth, qui était un prophète puissant en oeuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple, ... maintenant, les principaux sacrificateurs et les magistrats l’ont livré pour le faire condamner à mort et l’ont crucifié. Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël ; mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces choses se sont passées. Il est vrai que quelques femmes d’entre nous nous ont fort étonnés : s’étant rendues de grand matin au sépulcre et n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire que des anges leur sont apparus et ont annoncé qu’il est vivant. Quelques-uns de ceux qui étaient avec nous sont allés au sépulcre, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont point vu. Alors Jésus dit… Alors Jésus leur dit : « Ô hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu’il entrât dans sa gloire ? Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua… toutes les Ecritures ce qui le concernait. Lorsqu’ils furent près du village où ils allaient, il parut vouloir aller plus loin. Mais ils le pressèrent, en disant : Reste avec nous, car le soir approche, le jour est sur son déclin. Et il entra, pour rester avec eux. Pendant qu’il était à table avec eux, il prit le pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent ; mais il disparut de devant eux. Et ils se dirent l’un à l’autre : Notre coeur ne brûlait-il pas au-dedans de nous, lorsqu’il nous parlait en chemin, et nous expliquait les Ecritures ? Se levant à l’heure même, ils retournèrent à Jérusalem, et ils trouvèrent les onze, et ceux qui étaient avec eux, assemblés, disant : Le Seigneur est réellement ressuscité, et il est apparu à Simon. Et ils racontèrent ce qui leur était arrivé en chemin, et comment ils l’avaient reconnu au moment où il rompit le pain.

6 Inclinons la tête. Seigneur Jésus, nous Te prions de Te faire connaître à nous de la même manière ce soir, alors que nous nous attendons à Toi. Nous prions au Nom de Jésus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

7 Comme sujet, à partir de cela, j’aimerais prendre ces paroles : Quand leurs yeux s’ouvrirent, ils Le reconnurent.

8 Eh bien, nous parlons évidemment de la résurrection, ce que tous les croyants chrétiens croient aujourd’hui. C’est l’espérance de l’Eglise. Si Christ n’est pas ressuscité, alors nous sommes perdus. Et le fondement du christianisme, c’est donc la résurrection ; pas le remplacement, la résurrection. Par exemple, cette clé du motel ici, si je la laissais tomber par terre et que je disais : « Eh bien, je l’ai fait tomber, je vais la remplacer par une autre identique ici », là, ce n’est pas la résurrection ; c’est le remplacement. Voyez, la résurrection, c’est relever la même chose qui était tombée. Et Dieu L’a ressuscité le troisième jour. Nous croyons cela de tout notre coeur, et nous croyons l’histoire de la Bible.

9 Et remarquez, en ce premier matin de Pâques, Jésus est vivant parmi eux, ressuscité d’entre les morts.

10 Quelle merveilleuse chose ! Combien je suis content ce soir de ponctuer cela d’un amen, comme quoi je crois qu’Il est toujours vivant parmi nous en ce printemps glorieux de l’Evangile de Christ. Je crois qu’Il est toujours vivant.

11 Je crois que ça a été un… oui. C’était aussi un printemps de résurrection pour la vie de l’homme. L’homme avait toujours eu peur de la mort. Il n’était jamais sûr de revenir après la mort.

12 Mais ils ont vu Christ mourir au Calvaire, puis ressusciter, et Il était avec eux, marchant parmi eux en ce glorieux jour. Après le chagrin, la tristesse et autres qu’ils avaient connus, pendant ces heures sombres où on L’avait vu être crucifié, couvert de crachats, ridiculisé, et tout ce qu’Il avait connu pendant ces trois ans et demi et en ces dernières heures de ténèbres, qui L’avaient rendu… ces pharisiens Le haïssaient de toute façon ; ils se réjouissaient parce qu’ils pensaient qu’ils avaient mis fin à cela. Et Le voici apparaître parmi eux. Oh ! la la ! Quel jour ! j’aurais…

13 Voudriez-vous effectuer un voyage avec Cléopas et l’autre sur le chemin d’Emmaüs ? J’aurais voulu marcher avec eux. Et c’est possible… je suis content d’être en vie en ce jour où je peux encore faire la même chose : Marcher avec Lui aujourd’hui exactement comme eux autrefois.

14 Ce qui est triste à ce sujet, c’est quand on pense que ce… Jésus était ressuscité des morts. Mais ce qui est triste à ce sujet, c’est que certains de ceux qui L’aimaient ne reconnaissaient pas cela.

15 Et c’est certainement le tableau d’aujourd’hui. Il y a beaucoup de gens qui L’aiment et qui ne se rendent pas encore compte qu’Il est vivant. Ils… c’est une espèce d’histoire qu’ils ont apprise dans une école. C’est un quelconque manuel de théologie, une certaine éthique, un code d’éthique qu’ils ont appris quelque part. Et Jésus est pour eux un personnage historique. Et cependant, selon leur vision historique, ils L’aiment, mais ne se rendent pas compte qu’Il est vivant parmi nous, marchant avec nous exactement comme Il l’a toujours fait. Il est ici juste le même que–qu’Il l’a toujours été.

16 Eh bien, ils… la raison (ils) pour laquelle ils n’avaient pas cru cela, c’est que la résurrection était trop inhabituelle. Voyez, il y avait… Cela n’était pas arrivé auparavant. C’était donc inhabituel pour eux de croire pareille chose.

17 Dieu est dans l’inhabituel. Voyez ? La naissance de Christ était inhabituelle : « Une vierge concevra. » Dieu est toujours inhabituel. Il fait des choses inhabituelles, mais c’est toujours conforme à Sa Parole. Il ne fait rien en dehors de Sa Parole ; jamais. C’est très inhabituel. En effet, Il promet d’abord cela et, ensuite, Il envoie quelqu’un manifester cette Parole, La rendre réelle pour les gens.

18 Tout au début, quand vous, les pentecôtistes, avez reçu le baptême du Saint-Esprit, c’était une chose inhabituelle. Mais cependant, Dieu avait promis cela, de « déverser Cela dans les derniers jours », et c’était là. Peu importe donc combien c’était inhabituel, c’était une promesse de Dieu qui devait être rendue manifeste, parce que Dieu avait promis cela.

19 Donc, la résurrection était inhabituelle pour beaucoup de siens qui L’aimaient ; cependant, c’était une Parole promise, mais trop inhabituelle pour être crue.

20 La guérison divine aujourd’hui est–est tellement inhabituelle pour les gens qu’ils ne veulent pas croire cela. Et pourtant, c’est la Parole promise.

21 Ce que nous voyons arriver aujourd’hui est une promesse de Dieu. Mais c’est si inhabituel à l’esprit qui n’y a jamais pensé sous cet angle.

22 C’est comme ça qu’était la résurrection pour beaucoup de gens qui L’aimaient. Il y avait des gens qui L’honoraient, qui croyaient qu’Il était le prophète de Dieu, qui croyaient qu’Il était le Fils de Dieu et tout, mais cependant, ils–ils… la–la résurrection, ils n’y croyaient pas ; c’était trop pour eux. C’était trop surnaturel.

23 Prenez n’importe quoi qui est vraiment très surnaturel, comme cela, examinez cela avec la Parole. Et si la Parole a promis cela, alors c’est seulement Dieu qui entre en scène une fois de plus. C’est comme ça pour chaque promesse.

24 Et c’est comme ça qu’ils auraient dû voir cela à l’époque ; en effet, Dieu avait promis de Le ressusciter le troisième jour. David a dit : « Je ne laisserai pas Son âme au séjour des morts. Je ne permettrai pas que Mon Bien-aimé voie la corruption. » Jésus a dit : « Détruisez ce corps, et en trois jours Je le relèverai. » Voyez, c’était une promesse.

25 Et c’était surnaturel, très inhabituel. Et beaucoup de gens qui L’aimaient ne pouvaient pas comprendre cela, parce que c’était–c’était stupéfiant pour le monde entier qu’un Homme qui avait été crucifié et dont le coeur avait été transpercé par une épée, ou plutôt une lance… chaque goutte du sang de Son corps avait coulé sur la croix. Et on L’avait pris, on L’avait scellé dans une tombe et on avait roulé une pierre là-dessus. Il a fallu un groupe de gardes pour déplacer cela, et puis sceller cela d’un sceau romain. Et alors, dire qu’un ange est descendu, a brisé le sceau et a roulé la pierre, et que cet homme est ici vivant parmi nous, c’était plutôt étrange.

26 Et aujourd’hui, c’est le même genre de surnaturel. Alors que les gens pensent qu’Il est mort, que cela a été réglé il y a mille neuf cents ans, mais Le voici aujourd’hui, après mille neuf cents ans, toujours parmi nous, autant qu’Il l’était en ce temps-là, tout aussi réel qu’en ce temps-là, accomplissant les mêmes oeuvres qu’en ce temps-là. C’est trop surnaturel. Les gens n’arrivent pas à comprendre cela. Cela dépasse leur entendement. Certainement. Qui peut comprendre Dieu ? Personne ne peut comprendre Dieu.

27 Personne ne peut interpréter Dieu. Dieu est Son propre interprète. Dieu proclame la Parole, et les gens disent : « Eh bien, vous en faites une mauvaise interprétation. » C’est Dieu qui l’accomplit. C’est ça l’interprétation. On n’a besoin de personne pour L’interpréter. Je venais d’en parler dans une ville, au sud d’ici. Dieu a dit : « Que la lumière soit », et la lumière fut. Cela n’a besoin d’aucune interprétation. La lumière était là. Dieu a dit : « Une vierge concevra. » Elle a conçu. C’était réglé. Ainsi, quand Il dit quelque chose, Il–Il est donc Son propre interprète. Il n’a pas besoin de notre interprétation de la chose. La Bible dit que les Ecritures ne peuvent être un objet d’interprétation particulière. C’est Dieu Lui-même qui interprète Cela. Remarquez. Beaucoup n’avaient pas vu cela parce qu’ils n’avaient pas sondé les Ecritures. Ils n’avaient pas écouté ce qu’Il avait dit.

28 Beaucoup aujourd’hui n’ont pas écouté le Message, ils n’ont pas écouté les Ecritures, ainsi que ce que Christ avait promis pour ces derniers jours. C’est pourquoi les–les gens sont dans la condition où ils sont aujourd’hui, et que les églises sont toutes collées les unes avec les autres. Elles n’ont pas vu ce que les Ecritures ont annoncé pour ce jour-ci. Elles n’ont pas vu que ces choses devaient s’accomplir. C’est l’accomplissement des Ecritures, c’est tout. Beaucoup de gens L’aiment. Beaucoup de gens croient en Lui. Mais cependant, c’est trop surnaturel. Ils n’arrivent pas à comprendre cela. Quand vous dites qu’Il est le même qu’Il était hier, qu’Il accomplit les mêmes oeuvres, ils disent qu’ils croient cela. Mais quand cela s’accomplit, alors ils ne le comprennent pas. Ils–ils n’arrivent simplement pas à croire cela.

29 Observez. Ils parlaient de Lui quand Il leur est apparu. Là, c’est une bonne chose. Nous voyons ici, dans les Ecritures, qu’il est dit : « Et pendant qu’ils parlaient de Lui, pendant qu’ils parlaient de ces choses, ils allaient tout en parlant de Lui, tristes », c’est alors qu’ils L’ont vu apparaître. Et quand Il est apparu, Il leur est apparu pendant qu’ils allaient, tout en discutant à Son sujet. C’est toujours quand nous parlons de Lui qu’Il apparaît. Dans les Ecritures, chaque fois que les gens parlaient de Dieu, Il apparaissait.

30 Aujourd’hui, nous sommes trop occupés à parler d’autres choses. Je pense que c’est pourquoi beaucoup de ceux qui L’aiment manquent de Le voir. Nous sommes trop occupés à nos crédos et à nos dénominations, aux affaires des églises, aux affiliations, à avoir plus de membres, et tout ; nous sommes trop occupés pour parler de Lui. Il est la Parole. Nous sommes trop intéressés à ce que le… à un credo, un manuel, ou à ce que dit quelque chose. « Combien de membres pouvons-nous faire entrer ? Voter pour eux. Devons-nous prendre Untel, tel autre ou les autres ? » Nous devrions constamment nous adonner à la Parole de Dieu, à la prière et à l’étude de la Parole. Mais nous sommes trop intéressés à autre chose.

31 Ces gens étaient tristes. Ils parlaient d’un grand événement qui était arrivé. Il avait été retiré. Mais ils parlaient de Lui, et Il est apparu là. Et quand Il est apparu, Il était pour eux un étranger. Ils ne comprenaient pas cela. Premièrement, Il… premièrement, nous voyons qu’Il était…

32 Pendant qu’ils étaient en route vers cette petite ville, Emmaüs, juste à un ou deux miles [1,6 ou 3 km] là-bas, à une journée de sabbat ou quelque chose comme cela, d’abord, Il leur a révélé les Ecritures promises à Son sujet pour ce jour-là. Maintenant, faites attention. Quand Jésus entre en scène, si nous voulons Le voir et parler avec Lui après Sa résurrection comme eux autrefois, comme ils L’avaient vu… La première chose qu’Il avait faite pour eux, c’était se révéler à eux par les Ecritures. Amen. Pour quoi faire ? C’étaient des Juifs. Ils croyaient la Parole. Et Ils… Lui, Il s’est révélé, Il a révélé la Parole écrite à Son sujet, ce qu’Il était censé faire pour cet âge-là. Amen. Chaque…

33 Dieu, dans la Genèse, là, avant la fondation du monde, Il a réparti cela par portion. Et Il a proclamé Cela, annonçant ce qui arriverait, du début–début à la fin.

34 Les églises embrouillent toujours cela d’un bout à l’autre. Et elles s’écartent, l’homme doit injecter ce qu’il croit à ce sujet, et tel autre dit : « Eh bien, je crois un peu différemment de cela », et il se fait quelque chose. Et tel autre doit faire autre chose. Chacun a une tour, ou une cité, ou quelque chose comme ça qu’il doit construire. On cherche toujours à ajouter quelque chose, ou à faire quelque chose pour dire : « C’est nous qui avons fait ceci. » Oh ! C’est ainsi qu’on tombe dans la confusion.

35 Sortez du tableau. Laissez Dieu faire cela. Voyez ? Voici Sa Parole, ce qu’Il a dit qu’Il ferait. Dans chaque âge, Il envoie un prophète là avec… oint. La Parole du Seigneur vient au prophète, chaque fois, pour confirmer cela dans l’âge.

36 Jean-Baptiste est entré en scène. Il était un prophète pour ce temps-là. Il était la lumière de l’âge. En effet, le prophète Malachie avait annoncé sa venue : « J’enverrai Mon messager devant Ma face. » Esaïe, 712 ans avant cela, avait dit : « Une voix crie : Préparez au désert… Voici, Je… » Ce qu’il ferait dans les derniers jours : « Aplanissez dans les lieux arides une route », ainsi que toutes ces choses qui avaient été prophétisées à son sujet. Quand il est entré en scène, il était le prophète qui devait manifester cette promesse-là.

37 Jésus est la Parole. Et la Parole vient toujours au prophète. Et, rappelez-vous, quand ce prophète prophétisait d’aplanir une route, alors, quand la Parole était sur la terre, la Parole est entrée directement dans l’eau et est venue au prophète. Amen. Oh ! comme c’est parfait ! La Parole vient au prophète, et Il était la Parole. Car : « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Et – et la Parole a été faite chair et a habité parmi nous, et nous L’avons contemplée. » Il n’est pas étonnant qu’Il ait dit : « Il est convenable que nous accomplissions ainsi tout ce qui est juste. » La Parole était venue au prophète dans l’eau pour accomplir ainsi tout ce qui est juste.

38 Et nous voyons donc qu’Il s’est révélé à Cléopas et à son ami ici, dont le nom est inconnu, l’autre partenaire. Mais c’est Cléopas que nous connaissons. Et Il s’est révélé à eux par les Ecritures. Observez comment Il–Il a parlé…

39 Remarquez, ils–ils L’ont appelé un Prophète. « Ne connais-tu pas ces choses ? Jésus de Nazareth, un Prophète auquel Dieu s’était manifesté » (Voyez ?), devant tout le peuple et autres, Il était considéré comme un Prophète. Alors, puisqu’ils avaient reconnu que Celui dont ils parlaient était un Prophète, on dirait qu’ils auraient pu voir là sur-le-champ que ce même Prophète avait, une fois de plus, pris la Parole et s’était mis à la révéler.

40 En fait, Il était la Parole, et Il se révélait lui-même par la bouche, la Parole qui était écrite à Son sujet. Alors, Il a commencé–a commencé par Moïse, et Il leur a expliqué tout ce que les prophètes avaient dit à Son sujet. Oh ! la la ! Comme Il a fait connaître ça pour cet âge-là ! « Hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent. Vous savez que Moïse et tous les prophètes avaient dit que Christ devait souffrir et entrer dans Sa Gloire. » Voyez ? Et pour cet âge-là, c’est ce qui était censé arriver. Ne savez-vous pas qu’Il était censé faire cela ? » (Voyez ?) Révélant la Parole écrite à Son sujet.

41 C’est ainsi que Christ s’y prend toujours. Dieu ne change jamais Son programme. Comme Il l’a fait la première fois, Il le fait chaque fois. Il a pris une décision dans le jardin d’Eden, quand l’homme était perdu, de le sauver par le Sang versé. C’est le seul lieu où Il ait jamais rencontré l’homme. C’est le seul lieu où il ait jamais rencontré l’homme depuis, sous le Sang versé.

42 Nous avons essayé de les instruire. Nous avons construit des tours. Nous avons construit des villes; nous avons construit tout le reste, cherchant à unir les gens. Nous avons essayé d’adopter l’instruction pour les unir. Nous avons cherché à utiliser la puissance militaire pour les unir. Nous avons essayé les dénominations pour les unir. Tout cela a échoué.

43 Dieu a un seul lieu ; c’est sous le Sang. C’est l’unique voie. C’est sous le Sang qu’Il rencontrera l’homme. Et ils sont des frères de Sang.

44 J’espère que je ne vous abassourdis pas là avec ceci, mais on dirait qu’il y a un écho. Si c’est le cas… M’entendez-vous très bien ? Si oui, levez la main. Très bien. Eh bien, c’est afin que je sache que vous recevez cela. Il vous le faut.

45 Observez. Eh bien, quand Il a dit… Ils manquaient toujours de Le reconnaître par la Parole écrite. Pensez-y ! Alors qu’Il était venu et qu’Il s’était révélé à eux par la Parole, ils manquaient toujours de voir cela.

46 Si ce n’est pas là un tableau d’aujourd’hui, je ne sais pas ce que c’est. Ils manquent toujours, alors que les Ecritures annoncent ces choses : « Dans les derniers jours, dit Dieu, Je répandrai Mon Esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles prophétiseront. Je répandrai Mon Esprit en ce jour-là sur Mes serviteurs et Mes servantes. Je ferai paraître des prodiges en haut dans le ciel, du feu et de la fumée et autres. » Ils ne voient toujours pas cela.

47 Jésus a dit : « Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à la Venue du Fils de l’homme. Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et donnaient en mariage. Ce qui arriva du temps de Lot arrivera de même à la Venue du Fils de l’homme. » Toutes ces choses dont ils avaient parlé, et la Parole était prêchée du haut de la chaire, et beaucoup parmi ceux qui L’aiment ne voient toujours pas cela. Ils croupissent encore dans les ténèbres. Ils manquent toujours de Le reconnaître par la Parole écrite.

48 Ils construisent des séminaires, ils y vont, interprètent mal Cela et tout, et ils ramènent cela. Ils ne savent pas quoi diantre croire. L’un dit : « C’est comme ceci. » Et l’autre dit : « C’est comme cela. » Donc, rien que la Parole écrite. Jésus ne leur a jamais dit d’aller par tout le monde enseigner. Il a dit : « Allez par tout le monde, et prêchez la Bonne Nouvelle. » Il y a une grande différence entre essayer d’enseigner quelque chose et le prêcher. Prêcher, c’est manifester la chose. Et cela doit s’accomplir. Démontrer la puissance du Saint-Esprit. « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. » Il faut le Saint-Esprit pour manifester cette Parole. Si c’est la Vérité, la Parole, Dieu manifestera Cela. Si ce n’est pas la Vérité, Dieu n’aura rien à faire avec cela, car Dieu ne s’enchevêtrera pas dans des mensonges ; vous le savez, parce qu’Il est Dieu. Bon. C’est pareil aujourd’hui.

49 Ils affirmaient avoir cru, être Ses disciples, L’aimer, croire Cela. Et Il était là juste parmi eux, interprétant la Parole pour montrer qui Il était, et ils ne reconnaissaient toujours pas cela. Pensez-y donc. Ils ne reconnaissaient pas cela, pourtant Il se tenait là en personne : C’était écrit dans les Ecritures, et Il s’est référé aux Ecritures et les a citées, c’était écrit depuis des centaines d’années à Son sujet, cela annonçait ce qu’Il devait faire, et toutes ces choses comme ça. Et ils s’avancent et disent : « Ce n’est pas vrai. Eh bien, que savez-vous ? » Et c’est Lui, Lui qui parlait. Mais ils ne reconnaissaient toujours pas cela.

50 Quel tableau de ce jour-ci ! C’est pareil aujourd’hui. Ils affirment croire qu’Il est ressuscité des morts. Mais quand Il apparaît pour se manifester, ils ne croient toujours pas cela. Voyez ? Pourtant, ils affirment croire cela. « Oh ! Oui. Nous croyons qu’Il est ressuscité le troisième jour. » Qu’Il fasse quelque chose pour montrer qu’Il est ressuscité le troisième jour : « Oh ! je ne crois pas ça. » Voyez ? Vous y êtes, la même chose.

51 Observez, Il a dit : « Hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à comprendre la promesse scripturaire pour cet âge-ci. »

52 Hommes sans intelligence ; ils disaient : « Oh ! Il est mort. Ils L’ont crucifié. Et nous avons appris qu’Il est ressuscité. Mais, oh! la la ! c’est juste une histoire mystérieuse que quelqu’un a racontée. Nous n’en savions rien. Oh ! je vous assure, c’est la chose la plus misérable ! »

53 Il a dit : « Vous, hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à comprendre ce que les Ecritures ont dit pour cet âge-ci. » Amen !

54 Vous y êtes. J’aurais souhaité pouvoir marteler cela au Conseil oecuménique. Oui, oui, dont le coeur est lent, alors qu’ils savent que les Ecritures annoncent ces choses, ils ne comprennent toujours pas cela. Vous y êtes.

55 Il a dit : « Hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à comprendre les Ecritures qui étaient prophétisées pour ce jour-là », et c’est exactement ainsi que cela est arrivé. Et c’était accompli là. Christ est entré dans Sa Gloire après avoir souffert d’abord, étant mort ; Il est mort, Il est ressuscité le troisième jour. N’est-ce pas… C’est comme ça que les Ecritures avaient annoncé qu’Il devait s’y prendre, Il est ressuscité le troisième jour. Il est dit : « C’est le troisième jour depuis que cela est arrivé. »

56 Il a dit : « Eh bien, c’est ce que J’essaye de vous dire. » Et ils ne comprenaient toujours pas cela. Alors, Il a dit : « Vous êtes des hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à comprendre tout ce qu’ont dit les prophètes et les Ecritures annoncées pour ce jour-ci. Cela est bien arrivé là, juste devant vous, et vous ne le savez pas. »

57 Ils ont dit : « Eh bien, comment le savoir ? » Voyez, leurs yeux étaient aveuglés. Vous direz : « Peuvent-ils l’être en ce jour-ci ? » Oui, oui.

58 Ils sont aussi aveugles aujourd’hui qu’autrefois. C’est vrai. La Bible ne dit-Elle pas qu’ils seraient emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, déloyaux, calomniateurs, intempérants, ennemis des gens de bien ; ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force, la puissance de la résurrection et la manifestation du Fils de Dieu ? La Bible dit que cela arriverait. Cela doit donc arriver. Exactement tel que c’est dit ; Esaïe en a parlé, disant : «Vous avez des yeux, mais vous ne voyez pas ; vous avez des oreilles, mais vous n’entendez pas. » C’est le même Dieu qui a cité la même Ecriture.

59 Puis, nous voyons, Paul, avec la grande révélation qu’il avait de qui était Jésus-Christ. C’était si glorieux à savoir. Eh bien, Dieu a mis cela dans la Bible. C’était glorieux à ce point-là. C’est pourquoi il lui a été mis une écharde dans la chair pour le garder humble, afin qu’il ne puisse pas se faire important et s’exalter. Dieu l’a gardé humble et petit, afin qu’Il puisse l’utiliser dans différentes parties du pays, qu’il fasse pour Dieu ce que Dieu voulait, parce qu’il avait la révélation de qui était Jésus-Christ.

60 Remarquez donc. Voici la chose à faire. La chose suivante, nous voyons qu’Ils L’ont invité à entrer. Il est arrivé dans un petit village, à une petite auberge où ils allaient rester. C’était vers le soir, alors ils ont dit : « Oh ! Viens et demeure avec nous. » Il parut vouloir continuer.

61 Oh ! J’ai souvent pensé à cela. Il veut seulement que vous L’invitiez. Il parut vouloir les dépasser. Il peut paraître vouloir vous dépasser, soeur, vous dans le fauteuil roulant, ou vous, monsieur, sur la civière, ou vous, là, dans l’assistance, souffrant du coeur, vous qui ne pouvez vivre que peu de temps. Ces gens sont peut-être estropiés. Ils peuvent avoir une durée normale de vie. Mais quelqu’un qui là, dans l’assistance, souffrant du coeur, peut mourir avant le matin, il peut mourir avant demain. Il peut paraître vouloir vous dépasser, mais Il veut seulement que vous L’invitiez à entrer. Voyez ?

62 Vous pouvez dire : « Eh bien, Il a guéri Untel l’autre jour. Il… Le mois passé… Je sais qu’il y a deux ans, j’ai vu… » Ouais. Il peut agir comme s’Il allait vous dépasser, mais Il veut seulement que vous L’invitiez. Il fait comme s’Il va dépasser. Ce qu’Il était jadis, Il l’est aujourd’hui. Ce qu’Il a fait jadis, Il le fait aujourd’hui. C’est ce qu’Il a dit. Remarquez. Vous devez agir de même. Vous devez L’inviter à entrer. Ce fut alors, et alors seulement, qu’Il a pu se révéler.

63 Il n’a pas pu y arriver par la prédication de la Parole. Cela leur passait par-dessus la tête, alors qu’Il marchait là, disant : « Eh bien, vous devriez savoir là… Vous, hommes sans intelligence, dont le coeur est lent. La Bible a dit ces choses, que Christ devait faire ces choses », et tout. Il a continué à marcher là. Eh bien, on dirait qu’ils auraient pu voir qui C’était. Il n’est jamais apparu du coup pour leur dire : « C’est Moi. » Si vous trouvez un gars qui fait ça, vous savez alors qu’il n’y a rien en lui, pour commencer. Mais Il a laissé simplement le Saint-Esprit révéler cela. Il nous a parlé.

64 Il a parlé aux pharisiens, disant : « Vous sondez les Ecritures, vous pensez avoir en Elles la Vie Eternelle, et ce sont Elles qui rendent témoignage de Moi. Elles vous révèlent qui Je suis. » Ils auraient dû reconnaître cela. On devrait de même reconnaître cela aujourd’hui. Il ne s’agit pas du tout du boucan, des disputes et des comportements bizarres, ou de beaucoup de bruit. C’est Jésus-Christ manifesté parmi Son peuple. C’est clair. Les Ecritures le déclarent. Remarquez donc. Et cela confirme la chose, quand Dieu le dit.

65 Nous voyons que l’unique moyen pour Lui de pouvoir apporter une révélation, c’est d’entrer en vous. Il est… Il peut… Il est la Parole, et c’est quand la Parole est en vous que le Saint-Esprit révèle Christ au travers de la Parole, après qu’Il est entré en vous. Il est en vous. Il vous faut recevoir Sa Parole.
Vous direz : « Eh bien, mon église ne croit pas Cela. »

66 Très bien. Vous n’entrerez jamais. Voyez ? Quand vous rejetez la Parole, vous Le rejetez.
« Eh bien, mon église croit qu’on doit le faire comme ça. »

67 Mais la Bible dit de le faire comme ceci. C’est comme ça. Recevez cela tel que c’est écrit là. Pas ce que quelqu’un d’autre Y a ajouté, mais ce que Dieu a dit à ce sujet. Et alors, Il peut vous révéler cela. Mais Il doit premièrement entrer en vous. Alors, et alors seulement, Il peut révéler cela.

68 Ne vous tenez pas là à regarder Cela, cherchant à le comprendre comme les pharisiens le disaient. Ils se tenaient là, Le regardaient et disaient : « Cet homme est Béelzébul. » Ils ne pouvaient pas comprendre cela. Ils devaient coller un nom à cela. Ils ont dit : « C’est par l’esprit du diable que cet Homme fait ça. Il est–il est Béelzébul, un diseur de bonne aventure. Eh bien, n’ayez rien à faire avec ce Gars. Il est né dans le péché. Il n’a pas une carte de nos membres. Il n’est pas des nôtres. Et, oh ! la la ! ils… « Nous ne connaissons même pas l’école qu’Il a fréquentée. Il n’a pas d’instruction. Eh bien, eh bien, d’où venait cet Homme ? Eh bien, Il dit qu’Il est le Fils de l’homme, qu’Il va monter, qu’Il est descendu, alors qu’Il est né ici même. Il est toqué. ‘Si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et que vous ne buvez Son Sang.’ Il est un cannibale. » Il a fait cela juste pour les amener à dire ce genre des choses. Ils devaient le faire.

69 Et, de même, le Saint-Esprit manifeste aujourd’hui Sa Parole de telle manière que les gens puissent condamner Cela, que Dieu puisse faire descendre Son jugement sur terre comme Il l’avait promis. C’est Lui qui avait endurci le coeur de Pharaon. Alléluia ! Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Il ne change pas. Il est Dieu. Son système, pour faire les choses, c’est de se montrer puissant par Sa Parole, pour La manifester. Il n’est pas obligé de tout vous dire à ce sujet. Vous n’avez pas à comprendre cela. Vous ne pouvez pas comprendre Dieu. Il vous faut accepter cela. Invitez-Le simplement à entrer, et voyez ce qui arrive.

70 Bon. Nous voyons encore comment Il s’est fait connaître à eux après qu’Il est entré. Comment s’y était-Il pris ? Il leur a ouvert les yeux pour qu’ils sachent qui Il était. Quand Il est entré en eux, c’est alors qu’Il leur a ouvert les yeux pour voir.

71 Eh bien, quand la Parole entre en vous, quand vous acceptez la Parole de Dieu et qu’Elle entre en vous, alors la promesse, cette promesse que vous avez acceptée, se manifeste. Et alors, vous savez Qui c’est.

72 Comment s’y était-Il pris ? Comment s’était-Il fait connaître à eux ? En faisant les mêmes choses qu’Il avait faites avant Sa crucifixion. Alors, ils ont reconnu que C’était Lui ; en effet, Il était ressuscité des morts. Toute la prédication, tout l’enseignement et tout le reste qu’Il avait fait, avaient échoué. Mais quand Il s’est révélé, en faisant la même chose qu’Il avait faite avant Sa crucifixion, ils ont reconnu que C’était Lui. Cela leur avait ouvert les yeux.

73 Frère, soeur, Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Il ne change pas. C’est exactement ce qu’Il avait fait avec la femme au puits (voyez ?), Il ne change jamais Son programme.

74 Or, cette petite femme au puits, elle connaissait la promesse des Ecritures pour ce jour-là. Remarquez, quand Il est allé auprès de cette petite femme au puits, à Sychar, Il a dit–Il a dit : « Femme, donne-Moi à boire. »

75 Elle a dit : « Eh bien, il n’est pas de coutume que vous, les Juifs, vous demandiez aux Samaritains pareille chose. »

76 Il a dit : « Mais si tu connaissais Celui à qui tu parles, c’est toi qui M’aurais demandé à boire. »

77 Eh bien, elle s’est alors dit : « C’est un Je–sais–tout. Je vais alors L’interroger un peu. »
Elle a dit… elle s’est mise à L’interroger.
Tout d’un coup, Il a dit : « Va chercher ton mari et viens ici. »
Elle a dit : « Je n’ai point de mari. »

78 Il a dit : « C’est vrai. Tu en as eu cinq. Et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari. »

79 Observez ! Très vite, qu’est-ce que cela a fait ? C’était entré. Très vite, elle a reconnu quelque chose ; elle a dit : « Seigneur, je vois que Tu es prophète. » (Amen !) Voyez, il y avait là une semence qui devait venir à la Vie. Il y avait là un interrupteur par lequel on pouvait allumer la Lumière. Pour ces pharisiens, c’étaient des ténèbres pour commencer ; pas d’interrupteur, pas de batteries, rien d’autre. Mais devant cet Homme, cette femme, une petite prostituée, a dit : « Seigneur ! »

80 Pourquoi ? Elle attendait la manifestation de la Parole. Quatre cents ans depuis Malachie, il n’y avait pas eu de prophètes. Et il y avait là un Homme qui montrait qu’Il était un Prophète. Elle a très vite reconnu qu’il y avait quelque chose. Elle a dit : « Seigneur, je vois que Tu es Prophète. » Elle a dit : « Nous savons que quand le Messie sera venu, c’est ce qu’Il fera. »

81 Il a dit : « Je Le suis, Moi qui te parle. » Il peut alors se révéler. Elle L’avait déjà reçu. Il est alors à l’intérieur, voyez, Il peut se faire connaître. C’est ainsi qu’Il s’est fait connaître au monde, à cette femme-là. Pourquoi ? Elle croyait la Parole promise. Et quand elle a vu la Parole promise être manifestée…

82 Eh bien, nous savons que dans Deutéronome, chapitre 18, verset 15, Moïse a dit : « L’Eternel, ton Dieu, te suscitera un prophète comme moi. » Et elle savait que ce Messie serait un Prophète. Et le dernier prophète remontait à beaucoup, beaucoup d’années avant cela. Il n’y avait plus eu de prophètes. Et il y en avait un là. Qu’était-ce ? C’était là la chose suivante attendue. C’était la Parole. Qu’a-t-Il fait ? Il a révélé cela à la femme en lui disant, en lui révélant qu’Il était ce Prophète-là, en lui révélant ce qu’elle avait fait. Oh ! la la !

83 C’était réglé. Elle a laissé cette cruche d’eau, elle est entrée dans la ville en courant, disant : « Venez voir un Homme qui m’a dit ce que j’ai fait. Ne serait-ce point le Messie même ? » L’arrêter ? Eh bien, vous ne le pouvez. C’est juste comme essayer d’éteindre un feu par un jour de vent et une maison à sec en flammes. Oui, oui. Ça brûlait et c’était enflammé. Dieu avait touché au but. Elle avait vu quelque chose. Elle avait reconnu que c’était la Vérité. La Parole avait été manifestée devant elle, exactement comme Elle l’avait été devant les disciples plus tard (voyez ?), quand Il cherchait à leur présenter la Parole ; alors, Il a manifesté la Parole. Et ici, elle connaissait la Parole. Et quand elle a vu Cela être manifesté, ça y était.

84 Un jour, un homme du nom d’André observait Jean, il l’entendait parler de la Venue du Messie. son frère Pierre n’était pas intéressé. Ils avaient eu un vieux père pieux qui les avait enseignés, disant : « Eh bien, fils, nous avons fait confiance en Dieu pour tous nos besoins. Les jours où nous ne pouvions pas payer nos factures, nous priions : Ô Dieu, accorde-nous d’attraper des poissons aujourd’hui.’ Nous allions, et Dieu nous accordait d’attraper des poissons. Et après avoir attrapé du poisson, que faisions-nous ? Nous rentrions et nous louions Dieu pour cela, et nous vendions nos poissons. Nous faisions confiance en Dieu. Maintenant, je suis un vieil homme. Probablement que je ne verrai pas la Venue du Messie. Mais écoutez. Avant Sa venue, il y aura beaucoup de fausses manifestations. »

85 Et la Bible dit qu’il y en a eu ; de faux Christs se sont levés. C’est vrai. Que faisaient-ils? Ils cherchaient à éteindre la Lumière du véritable Christ qui allait venir. Voyez ? Nous avons eu beaucoup de cultes, de clans et tout le reste, qui se sont levés, et on vous amène au Canada, et on vous cloue quelque part dans un asile, là ailleurs, on vous introduit dans un groupe de gens ; ça se répète bien exactement, une fois de plus. Qu’est-ce que cela vise ? Qu’est-ce que cela vise ? Cela vise à étouffer la Lumière de la Vérité. Eh bien, nous le constatons.

86 Alors, un jour, Pierre est venu sur le rivage pour faire la pêche, et il nettoyait ses filets. Et Jésus y est arrivé. Tout d’un coup, nous le savons, aussitôt qu’Il est arrivé là où Pierre pouvait Le voir…

87 Il avait été bien enseigné sur ce que le Messie ferait. Son vieux père lui avait dit, il disait : « Maintenant, Simon, voici ce que disent les Ecritures. Tu es, ne l’oublie pas, tu es un Juif. Le Seigneur nous a dit que s’il y a parmi nous quelqu’un qui est spirituel ou prophète, « Moi l’Eternel, Je lui parlerai. Et si ce qu’il dit est la Vérité, la Vérité manifestée, et si ce qu’il dit arrive constamment, alors vous savez qu’il a la révélation divine des Ecritures. Eh bien, vous reconnaîtrez le Messie quand vous Le verrez. »

88 Alors, un jour, il s’est avancé, droit en face de Jésus ; il se disait qu’il allait voir ce dont André parlait.

89 Aussitôt arrivé devant Lui, celui-ci lui a dit : « Ton nom est Simon, et tu es le fils de Jonas. » C’était réglé. C’était réglé, car il avait été enseigné là-dessus, qu’Il serait un prophète. Il a reconnu cela.

90 Il y avait un autre petit érudit qui avait été enseigné. En ce moment-là, Philippe se tenait là, voyant arriver ces choses. Il a très vite contourné la montagne, il est allé prendre un autre homme du nom de Nathanaël, un étudiant de la Bible, un érudit. Ils avaient étudié les Ecritures ; en effet, ils savaient que le temps était proche. Ils attendaient Sa Venue.

91 C’est à ceux-là qu’Il vient, à ceux qui L’attendent. Et, aujourd’hui, nous voyons qu’Il ne vient pas à ceux qui ne L’attendent pas. La guérison divine n’existe pas pour ceux qui n’y croient pas. Le baptême du Saint-Esprit n’existe pas pour ceux qui n’y croient pas. C’est juste pour ceux qui y croient. C’est exact. C’est tout. Nous voyons donc que Dieu est tenu envers ceux qui désirent ardemment connaître la Vérité, de la leur révéler. Il proclame Sa Parole, ensuite, Il vient L’accomplir, Il donne Sa propre interprétation.

92 Nous voyons donc qu’aussitôt que cette petite femme… Elle a dit… Elle n’arrivait pas à comprendre comment cet Homme faisait le malin avec elle. Elle a dit, au sujet de donner de l’eau à la femme, elle a dit, ou plutôt de Lui donner à boire, à Lui, cherchant à faire le malin. Et la chose suivante, vous savez, eh bien, elle s’est mise à Lui parler. Et finalement, elle a dit : « Nous savons que le Messie viendra. Et quand Il sera venu, Il nous révélera ces choses. »

93 Il a dit : « Je Le suis, Moi qui te parle. » Alors, ses yeux s’ouvrirent. Les yeux de la femme s’ouvrirent. A quoi? A la promesse des Ecritures. Les yeux de la femme furent ouverts par la promesse des Ecritures.

94 Pierre savait que son père lui avait dit que ce Messie serait un Prophète. Et voici, Jean lui avait parlé, ou plutôt André lui avait parlé d’un prophète, Jean, qui était là en train de prophétiser et tout, annonçant quelque chose qui arriverait. Alors, un jour, il est allé là, après que Jésus était venu. Quand il est entré dans la Présence de Jésus, Jésus lui a dit : « Tu es Simon, le fils de Jonas. » Qu’était-ce? Ses yeux s’ouvrirent. Il reconnut cela.

95 Philippe et–et Nathanaël avaient étudié les Ecritures relatives à Sa Venue. Il est venu, il a dit : « Viens voir qui j’ai trouvé : Jésus de Nazareth, le fils de Joseph. » « Oh ! a-t-il dit, rien de bon ne peut venir de Nazareth. » Il a dit : « Viens voir. »

96 Ils ont contourné la montagne. Sans doute qu’il lui a rapporté plusieurs choses que Jésus avait faites, ce qu’Il avait dit à Simon, ce qu’Il avait fait, ces oeuvres qu’Il avait accomplies.

97 Aussitôt que Philippe est entré dans Sa Présence avec Nathanaël, Jésus a regardé Nathanaël et a dit : « Voici un Israélite dans lequel il n’y a point de fraude. »
Il a dit : « Rabbi, quand m’as-Tu connu ? »

98 Il a dit : « Avant que Philippe t’appelât, quand tu étais sous l’arbre, je t’ai vu. » Ses yeux s’ouvrirent.

99 Il a dit : « Tu es le Fils de Dieu. Tu es le Roi d’Israël. » Qu’était-ce ? Il avait vu la Parole promise de ce jour-là être révélée.

100 Ecoutez, frère, soeur. La Parole promise peut vous être promise et vous pouvez voir que c’est l’heure pour cela ; mais quand Dieu révèle Cela, L’interprète, alors c’est un péché que de rejeter cela. Ne faites jamais cela. Dieu lui a ouvert les yeux en lui montrant la Parole manifestée qu’Il avait promis d’accomplir.
Bon. C’est comme ça qu’Il le fait toujours. C’est ce qu’Il fait. Il ne change jamais Son système en faisant cela. Non. Ainsi, souvenez-vous, c’est toujours pareil. Il a promis des Ecritures pour chaque âge. Et quand Il manifeste la promesse scripturaire pour cet âge-là, ceux qui ont les yeux ouverts pour voir Cela, ce sont ceux-là qui Le reçoivent.

101 « Eh bien, Frère Branham, vous dites qu’il se fait tard ? Maintenant, qu’allez-vous dire donc ? »

102 Quelle est l’Ecriture promise pour cet âge-ci, afin que nous puissions savoir de quoi nous parlons ici ? Pourquoi sommes-nous ici ce soir ? A quoi cela sert-il ? Sommes-nous près de quelque chose ? Croyons-nous réellement cela ? Avons-nous témoigné en vain ? Croyons-nous, d’après ce que nous disons, qu’Il vient ? Croyons-nous Sa Présence visible ? Croyons-nous qu’Il vient pour la seconde fois? Ou sommes-nous tout simplement en train de nous faire… étant séduits, ou croyons-nous réellement cela ?

103 Sondons donc les Ecritures et voyons ce qui est promis pour ce jour-ci. Alors, nous verrons comme la femme au puits, comme Philippe et tous les autres, nous pourrons voir.

104 Rappelez-vous, Hébreux 13.8 dit : « Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement. » Est-ce vrai ? [L’assemblée dit : « Amen. » – N.D.E.] Il l’a promis. C’est l’Ecriture.

105 Saint Jean 14.12 dit : « Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que je fais. » Je suis en train de jeter le fondement pour quelque chose.

106 Eh bien, dans Joël 2.28, 2.28 et 30 jusqu’à la fin, Il l’a promis. Il a dit : « Ce que le gazam a laissé, le hasil l’a dévoré, et ce que le hasil a laissé, Untel l’a dévoré. » Chacun de ces insectes, c’est le même insecte, il ne fait que changer de nature. Le gazam, c’est le hasil, et ainsi de suite. Ce sont les différentes étapes de son évolution. Et il ne fait que dévorer, dévorer, dévorer, et il dévore cet arbre de Dieu jusqu’à la souche. Et alors, cet arbre revivra-t-il jamais ? Mais il semblait être un cas désespéré. Mais Dieu a dit: « Je restituerai, dit l’Eternel, toutes les années que le hasil a dévorées, ainsi que le gazam ; ce qu’ils ont dévoré, Je le restituerai dans sa puissance. »

107 Ce que les luthériens ont laissé, les méthodistes l’ont dévoré. Ce que les méthodistes ont laissé, les pentecôtistes l’ont dévoré. Ce que les pentecôtistes ont laissé, Untel l’a dévoré, ainsi de suite, ainsi de suite, ainsi de suite, l’un avec ceci, l’autre avec cela, l’autre avec autre chose, l’autre avec autre chose, l’autre avec autre chose, jusqu’à ce que ça se dissolve en un tas d’ismes. Nous savons que c’est la vérité. Je suis parmi vous, et je vous aime.

108 Mais, rappelez-vous, dans Malachie 4, pas Malachie 3 donc, Malachie 4, Dieu a promis d’envoyer une fois de plus l’onction et de restaurer la foi des enfants, en la ramenant une fois de plus à celle des pères. C’était exactement ce que Dieu a promis à Joël. Comment cela se fera-t-il? Nous voyons que Jésus a dit dans Luc 17.26 à 30. Il a dit dans le... 27… Luc 17, Il a dit : « Ce qui arriva du temps de Noé… les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient, donnaient en mariage, ils n’ont pas reconnu cela jusqu’à ce que Noé était entré, arrivera de même à la Venue du Fils de l’homme. » Mais Il a aussi dit : « Ce qui arriva du temps de Lot… »

109 L’avez-vous déjà examiné ? Je souhaiterais avoir le temps d’examiner et de révéler simplement ça. Remontez dans la Genèse. C’est le même Livre que Jésus lisait. C’est ce qu’Il révélait, c’est ce dont Il parlait. Remontez là. Examinez ce qu’Il dit. « Et les fils des hommes… les fils de Dieu prirent pour femmes les filles des hommes. » Des femmes, la version originelle là, en hébreux, dit que c’étaient des femmes. « Ils prirent pour eux des femmes », voyez ?

110 Observez simplement aujourd’hui. Regardez, le mariage, donner en mariage, ils n’ont pas reconnu cela jusqu’à ce que…

111 Regardez ça, regardez l’Angleterre, cette grande disgrâce. Regardez ici aux Etats-Unis d’Amérique. Considérez la prostitution ; considérez tout. C’est pratiquement comme un comédien l’a dit l’autre soir, que les femmes ont des vêtements tellement serrés sur elles, c’est tellement immoral lorsqu’elles marchent dans la rue ; la chose suivante, il ne leur reste qu’à exercer un travail de pulvérisation. Elles n’auront plus besoin d’habits. C’est pratiquement la vérité. Regardez-les, comment elles vont çà et là, combien elles deviennent immorales, sales, souillées. Et vous prenez... dites une plaisanterie, vous vous retrouvez au milieu des hommes, l’une ou l’autre chose comme cela, et vous dites : « Le seul moyen pour vous de distinguer… Elles s’habillent comme des hommes, et des hommes s’habillent comme des femmes. C’est à peine si vous… Elles se coupent les cheveux de la même façon, la même façon. Le seul moyen pour vous de distinguer l’un de l’autre, c’est de dire une sale plaisanterie : un homme va rougir, tandis que la femme ne rougira pas. » Ouais !

112 Alors, les filles de Sion marcheront de manière hautaine dans les derniers jours. Elles ne suivront pas l’Eternel. Peu importe ce que vous leur dites, vous pouvez prêcher, prêcher, prêcher, c’est comme cogner contre ce mur là-bas. Il y a d’épaisses ténèbres sur eux. Il n’y a pas… on dirait que c’est tellement difficile de trouver un homme authentique qui soit un homme et de trouver une femme qui soit une vraie dame.

113 Regardez dans les rues aujourd’hui, regardez les écrans, n’importe où ce soit, ces émissions non censurées, on y fume la cigarette, on profère des jurons, on fait des histoires, on s’habille comme des hommes, et tout. Jésus a dit que ces choses arriveraient, et elles sont ici. Elles n’ont pas besoin d’une révélation. Elles sont déjà révélées.

114 Maintenant, suivez. Il a dit : « Ce qui arriva du temps de Lot. » Regardez la scène chez Lot. Dieu est descendu. Et les deux hommes sont allés à Sodome et y ont prêché, là. Un Homme était assis là avec Abraham, l’Eglise élue, le type des pentecôtistes, les appelés à sortir aujourd’hui, qui n’étaient pas là à Sodome.

115 Ceux qui vivent parmi les pentecôtistes, les femmes qui se coupent les cheveux, les hommes qui font des histoires comme cela, disent de sales plaisanteries et font des scènes, ce ne sont pas des pentecôtistes ; ils sont pentecôtistes de nom, c’est tout. Ils ne sont pas pentecôtistes. Les authentiques dames pentecôtistes sont des dames. Les authentiques hommes pentecôtistes sont des hommes.

116 Les écoles doivent pratiquement fermer à cause de la perversion des jeunes gens et des choses comme cela qui se passent dans des écoles, des homosexuels partout. C’est un spectacle nauséabond, c’est tout. « Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera de même à la Venue du Fils de l’homme.

117 Ne l’oubliez pas. Remarquez, juste au verset 30 : « Quand le Fils de l’homme sera révélé. » Avez-vous déjà remarqué cela ? Observez ce verset 30, quand le Fils de l’homme sera révélé, ça sera comme c’était avant Sodome. Observez ce qui était arrivé à Sodome. Cet Homme était resté derrière. Deux d’entre eux étaient descendus là-bas, ils ont parlé à–à Lot, lui disant de sortir de là. Et ils n’ont pas accompli–accompli de miracles là, si ce n’est aveugler les gens. Mais Celui-ci a accompli un miracle devant les élus. Il avait Son dos tourné à Sara, et celle-ci était dans la–la tente derrière Lui. Il a dit : « Où est Sara, ta femme ? »
Il a dit : « Elle est dans la tente, derrière Toi. »

118 Rappelez-vous, Il l’a appelée Sara, et lui, Abraham. La veille, ils étaient, celui-ci, Abram, et celle-là, Saraï, pas Sara. Et, remarquez, il a dit : « Elle est dans la tente, derrière Toi. »

119 Il a dit : « Je vais te visiter. » Qu’était-ce ? Dieu dans la chair. « Je vais te visiter selon la promesse. » Et Sara a ri, disant : « Ce n’est pas possible. »

120 Il a dit : « Pourquoi Sara a-t-elle ri, disant que c’est impossible ? » Il lui a révélé ce qu’elle faisait. Lui, étant la Parole dans la chair humaine, a su les secrets du coeur de Sara, et Il lui a dit : « Tu as ri. »

121 Et quand Il a été fait chair sur terre, c’était exactement ce qu’Il avait fait.

122 Et qu’a-t-Il dit ? « Quand le Fils de l’homme sera révélé dans les derniers jours, comme du temps de Sodome. » S’il y a des sodomites partout dans le pays, si le monde entier est dans le gâchis et que c’en est fini de lui, que nous voyons que c’en est fini de l’église, alors il est temps que le Fils de l’homme se révèle comme étant le même hier, aujourd’hui et éternellement. C’est la promesse de Dieu.

123 Suivez ce qu’Il a dit : « Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus. Mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, et même en vous. Vous Me verrez, vous le croyant. » Le même hier, aujourd’hui et éternellement ! Oui. « Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus. » Il ne peut pas Le voir. Leurs yeux sont aveuglés.

124 Mais quand vous verrez le Fils de l’homme révélé, c’est que la Parole est revenue dans la chair humaine. Un Homme qui mange la viande de veau, boit le lait de vache, mange le gâteau cuit sur le brasier et qui est appelé Elohim. Amen ! Un Homme en habits poussiéreux, Dieu manifesté dans la chair ! Il était là sur terre, manifesté dans la chair, et Il a dit : « Ce qui arriva du temps de Sodome, quand le Fils de l’homme sera révélé dans les derniers jours, le monde se retrouvera dans une condition sodomite. » Et ça y est. Frère, soeur, mesdames et messieurs, qui que vous soyez, l’heure est arrivée, et l’interprétation appartient à Dieu. Puisse Dieu ouvrir nos yeux aveugles à la réalité des Ecritures, et que nous sachions que nous vivons dans les derniers jours. Amen ! Inclinons la tête.

125 Père céleste, on peut dire beaucoup de choses. C’est assez. Je vais m’arrêter. Seigneur Dieu, Toi qui as fait la promesse, viens sur la scène, Seigneur. Révèle cela. Notre chair ne vaut rien. Notre chair est faible, et elle–elle est minable, Seigneur. Il n’y a personne qui soit digne ; nous ne sommes pas dignes, Seigneur. Mais Tu l’as promis, et l’heure est arrivée. La Parole est devant nous. Marche avec nous ce soir, Seigneur, et accomplis quelque chose comme Tu l’avais fait quand Tu étais jadis sur terre il y a deux mille ans, afin que cette église puisse savoir ce soir que Tu vis aux siècles des siècles, que Tu es le même hier, aujourd’hui et éternellement, et que Tu as promis que les oeuvres que Tu faisais se répéteraient. Le Fils de l’homme serait révélé dans les derniers jours comme à Sodome. Seigneur, Tu n’as jamais mentionné cela au sujet de Lot… au sujet de Noé. Tu n’as jamais dit que ce serait révélé comme du temps de Noé, mais Tu as dit que ce serait comme à Sodome, quand le Fils de l’homme sera révélé. Oh ! Puisse…

126 Seigneur, que les lecteurs de la Bible présents ici ce soir voient cette Vérité. Qu’ils voient que Malachie 4, que cette onction est censée venir et restaurer une fois de plus cette foi que les pères avaient vue autrefois, la révélation de Dieu en Christ. Maintenant, puissent-ils voir la révélation de Dieu dans des êtres humains, Christ manifesté dans la chair de Son Eglise, marchant parmi nous. Accorde-le, Seigneur. Les promesses que Tu as faites ; les promesses que Tu tiendras. Et je m’abandonne moi-même à Toi maintenant avec la Parole, avec l’église, avec tout, au Nom de Jésus-Christ.

127 Avec nos têtes inclinées, y en aurait-il ici, avant que nous formions la ligne de prière, qui aimeraient dire : « Frère Branham, je–je ne suis pas un chrétien. Je–je–je –j’aimerais être sauvé. Priez pour moi, s’il vous plaît, Frère Branham » ? Levez simplement la main. « Je le ferai », si vous êtes ici même et que vous n’êtes pas chrétien… Que Dieu vous bénisse, monsieur. Que Dieu vous bénisse, jeune homme. Que Dieu vous bénisse, monsieur. C’est bien. Juste… Que Dieu vous bénisse, madame. Que Dieu vous bénisse, madame. Que Dieu vous bénisse. C’est bien. Que Dieu vous bénisse, vous, monsieur, là derrière. Que Dieu vous bénisse. C’est bien.

128 Quelqu’un d’autre ? Levez simplement la main et dites : « Je ne suis pas chrétien. » Que Dieu vous bénisse. Je vous ai vu là derrière, jeune homme. Que Dieu vous bénisse là tout au fond, là de ce côté-ci, au coin, oui. Que Dieu vous bénisse. « Je ne suis pas chrétien, Frère Branham, mais je crois vraiment que vous dites la vérité. Je crois que c’est la vérité. Je crois que c’est ce que dit la promesse. J’ai lu cela, et je vois que la promesse a promis cela. Je n’avais jamais vu cela, mais je–je–je crois cela. » Que Dieu vous bénisse, jeune dame. Encore un autre ?

129 Quand vous levez la main, cela vous fait quelque chose. Certainement. Vous sentez, une fois cela fait, que vous avez fait quelque chose de bien. Il n’y a personne qui ait levé la main… Je vous vois, là au fond. Oui. Il n’y a personne qui ait levé la main sans que… Que Dieu vous bénisse. Je vous vois également là, et vous ici. Oui. Oh ! la la ! C’est bien. Rappelez-vous, si moi, je ne vois pas votre main, Lui vous verra. Il sait tout à ce sujet. Rappelez-vous, Il sait. Que Dieu vous bénisse, jeune soeur. Il sait cela.

130 Notre Père céleste, ils sont à Toi maintenant. Ils ne pouvaient pas lever cette main ; Quelque Chose leur a dit de le faire. Cependant, peut-être que personne parmi eux n’a jamais vu des signes extraordinaires et visibles de Ta Présence ici sur terre dans ces derniers jours. Mais ils voient cela ici ; les Ecritures le déclarent. Et puissent-ils comprendre ce soir que, malgré que la Bible a été prêchée pendant toutes ces années, les gens ne croient toujours pas. Mais quand Tu as pris Cléopas et son ami, et qu’après Tu as fait quelque chose exactement comme Tu l’avais fait quand Tu étais vivant sur terre avant la crucifixion, ils ont reconnu que c’était le même Jésus. Maintenant, Seigneur, fais de même pour nous ce soir. Fais-le ce soir pour ces malades, juste comme Tu l’avais fait avant Ta crucifixion. Alors, deux mille ans après, les hommes et les femmes reconnaîtront que Tu es vivant. Nous nous attendons à Toi, Père, au Nom de Jésus. Amen.

131 Eh bien, à vous qui avez levé la main, j’aimerais que vous restiez très respectueux pendant quelques minutes. Je vais former une ligne de prière. Je ne dis pas que Dieu le fera. Mais j’aimerais vous demander quelque chose solennellement, amis, comme il y a, oh ! plusieurs centaines ici, cinq ou six cents, ou je ne sais pas combien. Regardez, c’est–c’est beaucoup de gens. Mais, regardez, j’aimerais vous demander quelque chose. Nous sommes responsables devant Dieu. Nous le sommes. Et Il est responsable de Sa Parole. Eh bien, s’Il vivifie encore cette Parole, vous, vous, vous, vous… J’aimerais que vous tous qui avez levé la main, et vous qui n’avez pas levé la main, aussitôt après, venez ici et tenez-vous à l’autel, aussitôt que nous aurons prié pour les malades.

132 Où est Billy ? Avez… 1, la carte de prière série B, oh ! 1 à 100 ? Très bien. Nous sommes pressés ; nous allons alors commencer juste par le numéro 1. La carte de prière série B numéro 1. Qui l’a ? Levez la main. Regardez votre carte de prière, voyez ce qu’il y a. Si vous ne pouvez pas marcher, eh bien, que quelqu’un d’autre descende là, afin qu’il… La série B numéro 1, 2, 3, 4, 5, mettez vous debout ici même, s’il vous plaît. 1, 2, 3... Si vous ne pouvez pas marcher, levez la main, alors ils vous porteront. 1, 2… Je ne vois qu’une seule personne jusque-là. Voudriez-vous vite venir, aussi vite que possible ? 1, 2, 3, 4, 5.

133 Que quelqu’un veuille le dire en espagnol, je vois qu’il y a beaucoup d’espagnols. B 1, 2, 3, 4, 5 ; 1, 2, 3… Très bien. Il y a 3. 1, 2, 3, 4. Il y en a un autre. Numéro 5, qui a la carte de prière numéro 5 ? Levez la main, quelqu’un. Comment le diriez-vous en espagnol ? Est-ce la carte de prière numéro 5, monsieur ? [Quelqu’un dit en espagnol : « Cinco. » – N.D.E.] Hein ? [« Numéro cinco, et numéro cinco. » « voici 5.] Voilà, nous l’avons. Merci. 1, 2, 3, 4… Alors, ce que… Qui manque ? [« Ils sont là, les 5. »] Y en a-t-il cinq là ? [« Oui. »] oui, je vois maintenant. Je ne l’ai pas vu là, debout. Très bien.

134 6, 7, 8, 9, 10. Dites donc… [Espace vide sur la bande – N.D.E.] Tenez-vous ici, juste une minute. 6, 7, 7, 8, 9… C’est ça. 11, 12, 13, 14, 15. [« Once, docen trece, catorce, quince. »] C’est bien. C’est bien. Un instant. Appelons-en encore. 17, 18, 19, 20. 1 à 20. Recommencer ? 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9… 13, 14, 15, 16, 17, 18… C’est ça. Très bien. C’est bien. C’est assez. Commençons là même. Merci, frère.

135 Combien ici n’ont pas une carte de prière (Levez la main), et cependant vous êtes malades ? Eh bien, rappelez-vous, vous n’avez pas à être ici sur l’estrade. Vous n’avez pas à être ici. Croyez simplement.

136 Eh bien, que tout le monde soit vraiment respectueux. Maintenant, je vais demander, au Nom de Jésus, que personne ne se déplace pendant les prochaines dix minutes, quinze environ, en tout cas, dix ou quinze minutes. Soyons donc, soyons–soyons vraiment respectueux envers Dieu. Que tout le monde reste assis là même. Soyons vraiment calmes maintenant. Juste un moment, ils formeront la ligne ici. Eh bien, pendant qu’il… ils attendent là, écoutez-moi attentivement donc.

137 Maintenant, savez-vous dans quelle situation je me trouve ici ? Combien comprennent ce que j’ai prêché ? Voyez ? Et j’ai affirmé qu’Il est ressuscité des morts. Eh bien, Il est ressuscité des morts et Il a promis de faire ceci. Maintenant, cela ne s’est passé à aucun temps, depuis le temps des apôtres jusqu’à présent, à ce que nous sachions. Mais, Il a promis qu’en ce temps le Fils de l’homme sera révélé comme à Sodome. Eh bien, lisez cela dans Luc 17, versets 20 à 30, et voyez si ce n’est pas vrai. Il l’a promis.

138 Lisez Malachie 4. Ne confondez donc pas cela avec Malachie 3 ; Malachie 3, c’était Jean-Baptiste. Voyez ? Mais Malachie 4, aussitôt que cela est terminé, les méch… les justes marcheront sur les méchants et le monde sera consumé par le feu, voyez. Cela n’est jamais arrivé du temps de Jean. Nous nous attendons à ce que cette grande onction vienne sur l’Eglise, que cela ramène les coeurs à la doctrine originelle des pères, les ramène à la véritable et authentique Pentecôte.

139 Très bien. Soyez respectueux. Billy, appelle aussitôt que vous les aurez tous en ligne là. Très bien. Sont-ils tous prêts ? O.K. Maintenant, soyez très respectueux. Quelqu’un va aider à descendre ici de ce côté. Maintenant, que tout le monde soit vraiment calme, juste quelques minutes.

140 J’aimerais que vous me fassiez une promesse. Je promets à Dieu que je… Il connaît mon coeur, et Il connaît les vôtres. Maintenant, je suis seulement tenu de dire ce qui est vrai. C’est tout ce envers quoi je suis tenu. C’est Dieu qui a écrit Cela, pas moi, ce n’est pas moi ; ce n’est pas moi, c’est la Bible. Vous le savez. Eh bien, s’Il révèle cela, cela ne Le manifestera-t-il pas ici même, vivant parmi nous ? [L’assemblée dit : « Amen. » – N.D.E.] Voyez ?

141 Qu’arriverait-il si vous n’aviez pas le sens de la vue, si personne n’en avait, et que vous sortiez ici, au soleil ? Parfois, vous ne reconnaîtriez pas où vous marchez, parce que vous seriez aveugles. Et vous marcheriez au soleil, vous sentiriez vraiment quelque chose de vraiment chaud autour de vous. Et peu après, vous entreriez sous l’ombre, et vous diriez : « Il n’y en a plus maintenant. » Personne n’a jamais su ce qu’était le soleil, et il n’a jamais eu ce sens de la vue. Voyez ? Vous ne sauriez pas ce que c’était.
Quelqu’un dirait : «C’est la lumière du soleil. »

142 Qu’est-ce que la lumière du soleil ? Qu’est-ce que la lumière, et qu’est-ce que le soleil ? Voyez ? Vous n’avez jamais entendu parler de cela. Voyez ?
« Eh bien, c’est une lumière qui descend. »
« Qu’est-ce qu’est une lumière ? » Voyez ?

143 Eh bien, c’est ainsi que nous sentons la Présence de Dieu. Si donc nous ne sentons pas cela, nous entrerons alors dans cela… Voyez ? Si vous êtes dans une–une dimension où vous voyez, vous pouvez dire ce que c’est. Voyez, vous savez ce que c’est.

144 Eh bien, si Dieu est ressuscité des morts et qu’Il est ici ce soir… Il l’a promis. Eh bien, Son corps physique se trouve sur le Trône de Dieu. Il a pris… Il est assis sur le Trône de Dieu. Mais le Saint-Esprit est ici, c’est Christ sous forme de l’Esprit. Le mot Christ signifie l’Oint. Et cette onction qui était sur Lui est sur l’Eglise, vous tous. Eh bien, cela n’a fait qu’aller de la justification, de la sanctification, du baptême du Saint-Esprit, de la restauration des dons, jusqu’au sommet de cela. Ça s’amenuise tout le temps, une minorité. On est ensemble maintenant. Et maintenant, voilà une église. Eh bien, une Epouse sortira de l’église. Voyez ? L’église passera par la période de tribulation ; pas l’Epouse. Excusez-moi, je ne devais pas prêcher la doctrine. Je suis désolé. Très bien. Voici la dame. Venez ici.

145 Remarquez, je crois qu’il n’y a ici personne que je regarde, que je connaisse. Si vous m’êtes tous inconnus ici, levez la main. Vous savez que je ne sais rien à votre sujet ; ainsi donc, les gens sont des étrangers ici.

146 Maintenant, s’il vous plaît, s’il vous plaît, ne vous déplacez pas. Restez calmes, s’il vous plaît.

147 Que tous ceux qui sont dans la ligne de prière et qui ne me connaissent pas, et qui savent que je ne sais rien à leur sujet, lèvent la main. Voilà.

148 Eh bien, un groupe de prédicateurs est assis ici. Voyez, c’est juste ici, nous pouvons tous regarder, voyez.

149 Eh bien, cette dame-ci m’est inconnue. (Maintenant, qui que ce soit qui s’occupe de cela, le technicien, surveillez ce micro.) Très bien. Maintenant, je vais parler à cette dame. Voici–voici se répéter Saint Jean 4, là où Jésus parlait à une femme et lui avait dit quel était son problème. Et elle a cru que c’était le signe du Messie. Si c’était le signe du Messie à l’époque, c’est toujours le signe du Messie, parce qu’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Est-ce vrai ? [L’assemblée dit : « Amen. » – N.D.E.] Ils s’étaient rencontrés comme ceci.

150 Maintenant, je ne suis pas Jésus, et sans doute que cette femme n’est pas ce genre-là de femmes. Mais ce que j’essaye de dire, c’est que c’est pareil. Voici un homme qui rencontre une femme, et puis, il y a quelque chose qui ne marche pas là. Et s’il se passe quelque chose ici pour révéler cela, cela montre que ça doit être Dieu. Eh bien, je ne peux pas le savoir, parce que je–je n’ai jamais vu cette femme de ma vie. Voyez ? Et elle a levé la main, montrant que je ne la connaissais pas, et elle ne me connaît pas. Et nous voici ici debout.

151 Maintenant, j’aimerais vous parler juste un instant, après avoir parlé comme cela, en prêchant, soeur. Si c’est juste… ainsi, vous voyez, une chose, c’est la prédication, et une autre, l’onction. C’est quelque chose d’autre.

152 Maintenant, si le Seigneur Jésus peut m’expliquer, ou plutôt me montrer en vision ce dont vous avez besoin, quelque chose qui, peut-être, peut être la maladie ; ça peut être de l’argent, ça peut être le foyer ; ça peut être pour quelqu’un d’autre. Je ne le sais même pas, voyez. Je n’en ai aucune idée. Mais s’Il me révèle ce qui cloche, ou ce qui ne va pas dans votre vie, ou–ou quelque chose comme cela, que vous êtes terriblement malade ou quelqu’un d’autre qui est malade, ou quelque chose qui ne va pas, s’Il révélait cela, vous sauriez si c’est la vérité ou pas. Vous, vous pourrez dire si c’était la vérité ou pas. Eh bien, s’Il sait ce qui a été, alors Il sait certainement ce qu’il y aura. S’Il peut révéler le passé, Il peut révéler le présent et le futur. Eh bien, cela vous amènerait-il à croire de tout votre coeur que vous recevrez ce que vous demandez ?

153 Cela amènerait-il l’auditoire à croire qu’elle recevra ce que ceci…?... [L’assemblée dit : « Amen. » – N.D.E.] Maintenant, ne vous déplacez donc plus. J’attends simplement pour voir, voir ce qu’Il me dira, parce que je ne le sais pas. Moi donc, réunion après réunion, je deviens nerveux, vous savez, et je prêche, je me dépêche, je surveille cela, et je surveille ceci et ce que j’avais promis, vous laisser sortir à 21h30’. Il est pratiquement temps maintenant. Ça me rend nerveux. Je dois donc me détendre moi-même. Voyez ? C’est un…

154 Un don, ce n’est pas comme prendre un couteau et couper quelque chose. Ce n’est pas ça un don. Un don, c’est se mettre hors du chemin, afin que le Saint-Esprit puisse vous utiliser. C’est tout ce que je dois faire, mettre William Branham hors de–hors de la scène (voyez ?), afin que Dieu puisse venir.

155 Maintenant, au Nom de Jésus-Christ, je prends chaque esprit ici sous mon contrôle pour Sa gloire, afin que les Paroles que j’ai prêchées puissent être manifestées. Il est ici maintenant. Je–je souhaiterais pouvoir vous montrer ce qui se passe. Oh ! la la ! Oh ! la la ! S’Il me disait d’aller demain matin au cimetière présidentiel ressusciter George Washington, je vous dirai de venir voir cela. Ça serait exactement ce qu’Il m’aura donc dit. Voyez ? Je ne sais pas ce qu’Il dira, mais ce qu’Il dit sera vrai.

156 Cette dame souffre de maux des yeux. Elle est dérangée par des maux des yeux. Elle est dérangée par un mal de dos. Elle est nerveuse, extrêmement nerveuse. Exact. N’est-ce pas vrai ? Si c’est vrai, levez la main. Dites donc, autre chose. Vous êtes un genre de prédicateur, vous êtes, on dirait une femme… Vous êtes une femme prédicateur. C’est ça. Eh bien, croyez de tout votre coeur, allez, et vous pouvez avoir ce que vous demandez. Croyez-vous cela ? [L’assemblée dit : « Amen. » – N.D.E.]

157 Venez, monsieur. Nous sommes inconnus l’un à l’autre, je pense. Le Seigneur nous connaît tous deux. Croyez-vous que Dieu peut me donner la révélation ? Là, c’était une femme ; ici, c’est un homme. Croyez-vous que Dieu peut me révéler votre maladie ? Cela vous fera-t-il croire ? Vous souffrez de la nervosité. Vous avez aussi des maux des yeux ; et la vue baisse tout le temps. C’est depuis un temps que cela a lieu. Autre chose, je vois quelque chose sur votre bras. Oh ! vous avez l’hypertension. C’est ça. Vous souffrez de l’hypertension. C’est ça, n’est-ce pas ? Eh bien, levez la main si ces choses sont vraies. [Le frère dit : « Merci, Jésus ! » – N.D.E.]

158 Plus vous lui parlez, plus il en arrivera. Voyez ? Maintenant, suivez. Regardez, suivez. Abaissez simplement la main. Nous n’en avons pas beaucoup ici. Abaissez simplement la main. Maintenant, je ne sais plus ce que je vous ai dit, mais c’est enregistré là (voyez ?), c’est exactement tel quel sur la bande. Je ne sais plus ce qu’Il a dit.

159 Mais voyons donc. Oui, il s’agit des yeux, ça, c’est une chose. Et puis, autre chose, vous avez un caillou dans le sang, c’est au cerveau. Et vous avez une attaque d’apoplexie. C’est vrai. Très bien. Eh bien, croyez-vous maintenant ? Croyez-vous que vous allez vous rétablir ? Croyez-vous que c’est Dieu qui parle et non moi ? Très bien. Alors, allez en croyant cela. C’est tout ce qu’il vous faut faire, seulement croire. Si seulement ils peuvent croire, c’est tout. Si seulement ils croient, c’est terminé.

160 Bonsoir. Croyez-vous que Dieu peut me révéler votre maladie ? [La soeur répond : « Oui. » – N.D.E.] Et s’Il le peut, cela vous amènera-t-il à croire en Lui ? [« Oui. »] Oui ? De quoi avez-vous peur ? Vous ne pouvez pas le dire, n’est-ce pas ? On dirait des ténèbres, la nervosité. Puis, autre chose, vous avez mal au cou. [« Oui. »] C’est vrai. Votre mal est au niveau du cou. Puis, vous avez quelqu’un à coeur pour qui vous priez. [« Oui. »] Et ça vous ennuie beaucoup. [« Oui. »] C’est au sujet de l’alcool. [« Oui. »] Il s’agit de votre mari. [« Oui. »] Il est alcoolique. [« Oui. »] Et vous priez pour lui. Croyez-vous pour lui ? [« Oui, je crois. »] Alors, je vais prier que Jésus-Christ accomplisse ces choses pour vous. Très bien.

161 Croyez-vous ? [L’assemblée dit : « Amen. » – N.D.E.] Maintenant, cela, pratiquement, juste… ces 2, 3, ou quoi, 4, je ne sais combien sont passés par ici, c’est autant que Jésus a fait dans toute la Bible. Voyez ? C’est vrai. Il a fait cela devant une femme, lui disant une seule chose, et Il est allé à Sychar. Il n’a plus jamais dit autre chose à qui que ce soit là-bas. Mais ils ont cru sur base du témoignage de la femme. Oui. Cette femme-là n’a pas à vous donner un témoignage. Vous vous tenez là et vous voyez cela de vous-même. Vous devez simplement croire. Evidemment, d’autres n’avaient pas cru. Il n’y avait rien en eux pour croire.

162 Bonsoir. Eh bien, nous sommes inconnus. Ne serais-je pas une personne horrible si je me tenais ici si… une aimable femme grisonnante comme celle-ci et, pensez-y, c’est exactement l’âge qu’aurait eu ma pauvre précieuse mère. Elle est morte il y a quelques années. Et s’il y a quelque chose que je pouvais faire pour aider cette pauvre femme, je le ferai. Je sais, si elle–elle est malade, si je pouvais prendre et–et pousser une pièce de monnaie avec mon nez à travers cette cité, je le ferais, peu m’importe qui se moquerait de moi. Je–je veux qu’elle se rétablisse. Si je pouvais lui venir en aide, je le ferais donc. Mais je ne peux pas l’aider, pour autant qu’Il l’a déjà fait ; Dieu l’a déjà fait. Et Il vous aime plus que moi, je ne vous aime. Il est mort pour vous, et moi, je ne l’ai jamais fait. Mais Il vous a assez aimés pour mourir pour vous.

163 Mais alors, Il m’a envoyé de nouveau, juste un petit don. Il a envoyé votre pasteur ici prier et imposer les mains aux malades. Et vous voyez, cela s’est tellement répété pendant le réveil que c’est, on dirait, du passé, vous savez. Et maintenant, cela est monté à un autre niveau, vous savez ce que je veux dire, un échelon, quelque chose d’autre.

164 Maintenant, si le Seigneur me révèle votre problème, croyez-vous que je suis Son prophète, ou Son–Son serviteur ? Croyez-vous que c’est Lui ? [La soeur dit : « Oui, je le sais. » – N.D.E.] Vous–vous… Eh bien, merci, soeur. [« Assurément. »] Eh bien, je crois que cette affection des reins dont vous souffriez vous quittera. Croyez-vous aussi cela ? Vous avez dans votre coeur une requête que vous voulez me soumettre. [« Oui. »] Qu’arriverait-il si je révèle cette requête avant que vous me la soumettiez ? Cela vous fera-t-il croire davantage ? [« Assurément. »] Vous voulez que je prie pour votre fille. Elle n’est pas ici. C’est vrai.. Voulez-vous que je vous révèle la maladie dont elle souffre ? Elle est très nerveuse. Eh bien, croyez, et elle sera rétablie. Voyez ? Que Dieu vous bénisse, soeur. « Si tu peux croire, tout est possible. » Voyez ?

165 Qu’est-ce que la Parole de Dieu… Vérifiez si ces prédicateurs ne disent pas cela. La Bible dit dans Hébreux, dans le Nouveau Testament, chapitre 4 : « La Parole de Dieu est plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager la moelle de l’os, et elle discerne les pensées et les intentions du coeur. » Est-ce vrai, frères ? [Les ministres disent : « Amen. » – N.D.E.] Voyez ?

166 Qu’est-ce ? C’est la portion de la Parole assignée à ce jour-ci, la portion de la Parole assignée à ce jour-ci, accomplissant cette promesse : Quand le Fils de l’homme sera révélé, les jours de Sodome, toutes ces autres choses qui ont été promises. Ça y est. C’est la Parole de Dieu qui est révélée, parce que c’est la Parole Elle-même qui discerne les pensées du coeur. Voyez, c’est tout à fait vrai.

167 Maintenant, cette dame, je ne la connais pas. C’est aussi une aimable personne. Je serais une personne horrible si je pouvais aider et…

168 Maintenant, juste un instant. Quelqu’un d’autre, c’était un homme. Un homme était apparu ; quelqu’un là qui est en train de prier. Ayez simplement foi. Je–je vois maintenant que c’est… Je dois simplement dire ce que je vois. Voyez, c’est tout ce que je peux dire, juste ce que–ce que je vois.

169 Vous, oui, vous souffrez d’une affection de l’estomac. C’est dans votre estomac. Et vous voulez me soumettre une requête, c’est pour votre mère. Elle n’est pas ici, mais elle est malade. Vous voulez que je prie pour elle. N’est-ce pas vrai ? Vous avez une autre requête. C’est pour–c’est pour quelqu’un qui n’est pas ici. C’est très loin d’ici. Et je vois que c’est loin. C’est dans un autre pays. C’est très loin d’ici. C’est un–c’est un jeune homme, un enfant qui souffre d’une espèce de maladie, une maladie tropicale, en Amérique du Sud. C’est exact. C’est sur vous. C’est l’exacte vérité. Bien. Croyez donc de tout votre coeur maintenant.

170 Je ne guéris pas. Il a déjà guéri. Vous saviez ce que Sa Présence représente, n’est-ce pas ? [L’assemblée dit : « Amen. » – N.D.E.] Je pourrais bien continuer sans cesse. Maintenant, ça commence à m’aveugler un peu. Voyez ? Vous direz : « Ça ! »

171 Mais, frère, soeur, Jésus, une femme toucha Son vêtement, Il se retourna et vit ce que c’était. Et Il a dit : « Une vertu est sortie de Moi. » [L’assemblée dit : « Amen. » – N.D.E.] Est-ce vrai ? Eh bien, Il était… C’était Dieu. Qu’en est-il de moi, un pécheur ? Vous devez croire. Ne doutez pas ; croyez. C’est…

172 Croyez-vous ? Jeune femme, croyez-vous que Dieu peut me révéler votre problème ? Eh bien, allez-vous–allez-vous accepter cela et croire de tout votre… Vous reconnaîtrez que c’est vrai. Voyez ? Eh bien, une chose, c’est que vous avez mal au dos. Vous avez mal au dos. Et, aussi, vous désirez ardemment quelque chose dans votre coeur, c’est que vous cherchez le baptême du Saint-Esprit. C’est tout à fait vrai. Croyez-vous cela ? Eh bien, vous allez recevoir cela. Amen. Maintenant, allez de l’avant et croyez cela de tout votre coeur, et vous recevrez le baptême.

173 Croyez-vous que Dieu peut guérir cette arthrite et vous rétablir ? Maintenant, continuez simplement à marcher et à Le remercier. C’est exact, maintenant. Voyez ? Si seulement vous croyez ! Très bien, monsieur.

174 Voudriez-vous venir, madame, juste pendant que vous vous teniez là, s’il vous plaît ? Voudriez-vous venir ? Croyez-vous de tout votre coeur ? [La soeur dit : « Comment puis-je douter de cela ? » – N.D.E.] Eh bien, c’est comme ça. Alors, vous n’aurez plus cette arthrite. Cela ne vous rendra pas estropiée. Allez simplement de l’avant, vous réjouissant. Cette maladie gynécologique s’est aussi arrêtée. Allez-y donc, remerciant le Seigneur, disant–disant : « Gloire à Dieu. » Très bien. Très bien.

175 Maintenant, croyez-vous, vous qui êtes assise là, madame, croyez-vous ? Très bien, monsieur. Maintenant, cette maladie gynécologique que vous aviez, cette maladie gynécologique qui date, croyez simplement de tout votre coeur, partez, et ça va… vous vous rétablirez. Et vous n’aurez plus cela, si vous croyez. Il vous faut croire cela.

176 Très bien. Faites venir cette dame, ou la petite fille. Viens ici, chérie. Eh bien, soeur, ici. Je vais prendre sa main juste un instant. Viens ici, chérie. Je me disais que c’était bien ça. Ça vous étouffe parfois, n’est-ce pas ? Tu n’arrives pas à respirer à cause de cet horrible asthme, mais Dieu peut guérir cela. Ne crois-tu pas cela ? Seigneur Jésus, je Te prie de guérir cette enfant…?...

177 Ne doute pas, soeur. Cela va la quitter. Va et crois maintenant de tout ton coeur.

178 Le Dieu qui guérit le diabète peut rétablir tout ce qu’Il veut. Ne croyez-vous pas cela ? [La soeur dit : « Amen. » – N.D.E.] Croyez-vous qu’Il vous guérira ? [« Amen. »] Très bien. Dites : « Merci, Seigneur », et allez bien de l’avant, vous réjouissant seulement.

179 Un instant. Je continue à voir un homme apparaître de ce côté-ci ; je vois. Voilà, c’est un jeune homme assis là, il tient un petit garçon dans ses bras. Croyez-vous, monsieur ? Je vous suis inconnu. Croyez-vous que Dieu peut me révéler ce que vous voulez ? Voyez, vous L’avez touché. Je ne vous connais pas. Mais vous souffrez d’une maladie, une maladie des os. C’est vrai. Votre petit garçon là en souffre. Votre petit garçon assis à côté de lui en souffre. C’est votre fillette qui est assise à côté de ce... Sa maladie, c’est aux bras ; elle louche. Si c’est vrai, levez la main. Maintenant, croyez-vous ? Ne doutez pas. Ayez foi en Dieu. Ne doutez simplement pas. Croyez simplement. Tout est possible à ceux qui croient.

180 Pourquoi pleurez-vous, petite dame, assise ici au bout, avec le mouchoir au visage, en train de pleurer ? Croyez-vous que je suis Son serviteur ? Croyez-vous que Dieu peut me révéler votre maladie à partir d’ici ? Vous avez un problème spirituel auquel vous pensez. Est-ce vrai ? Ce sera complètement fini. Ça sera en ordre.

181 Cette dame assise à côté de vous, là, vous venez de lui parler tout à l’heure. Elle vient de mettre son mouchoir au visage. Croyez-vous que Dieu peut me révéler votre problème, soeur ? Allez-vous croire que je suis Son prophète, Son serviteur ? Allez-vous croire ? Très bien. Cette sinusite qui vous dérange vous quittera, si vous le croyez. Croirez-vous cela ? Si oui, levez la main et dites : « Je crois cela. »

182 Voulez-vous prendre votre souper malgré cette gastrite, vous madame, à côté ici ? Croyez-vous aussi de tout votre coeur ?

183 La dame à côté a un problème spirituel, là. Et vous êtes aussi dérangée par une éruption cutanée. Vous avez une fille qui a aussi une éruption cutanée. N’est-ce pas vrai ? Oui, oui. Elle est assise ici. Croyez-vous cela ? Très bien, vous pouvez être guérie si vous le croyez.

184 Qu’en est-il de vous autres ? Tenez, voyez-vous ce petit Mexicain assis ici, au bout, qui regarde droit vers moi ? Ne voyez-vous pas cette Lumière suspendue au-dessus de lui ? Cet homme, c’est sombre au-dessus de cela. Voyez-vous ce que c’est, là autour de lui ? C’est l’épilepsie. Croyez-vous que Dieu peut vous guérir de l’épilepsie, monsieur ? Croyez-vous ? Très bien. Il le fera.

185 Dites donc, le petit homme à côté de vous là, le petit Espagnol, il souffre de la hernie. Croyez-vous que Dieu peut guérir votre hernie, monsieur ? Croyez-vous cela de tout votre coeur ? Croyez-vous ?

186 Le suivant souffre de la gastrite. Vous qui secouez la tête là, vous souffrez de la gastrite. Croyez-vous que Dieu vous a guéri ? Allez donc prendre votre souper. Il le fera.

187 Dites-moi ce qu’ils touchent, là loin dans l’auditoire. Qu’est-ce ? C’est la manifestation de la Parole de Dieu. Croyez-vous cela vous-même ? Croyez-vous cela ? [L’assemblée se réjouit. – N.D.E.]

188 Où sont les autres ? Voici–voici un homme couché sur une civière. Monsieur, je ne vous connais pas. Je ne vous ai jamais vu. Me croyez-vous ? Croyez-vous que ce que vous avez entendu est la vérité ? Croyez-vous cela de tout votre coeur ? Si–si Dieu peut me dire ce qui cloche en vous, allez–allez-vous… croiriez-vous cela ? Je vais vous dire quelque chose maintenant, et vous savez cela, comme vous êtes assis à côté de lui. Il est couvert de l’ombre de la mort. C’est le cancer. C’est le cancer. Et vous êtes ministre de l’Evangile. Je vous vois debout à la chaire. C’est vrai. Vous n’êtes pas de cette ville. Eh bien, vous croyez de tout votre coeur. Croyez de tout votre coeur. Pourquoi restez-vous couché là jusqu’à ce que vous mouriez ? Voyez ? Vous ne pouvez pas perdre.

189 Il y avait des lépreux. Vous souvenez-vous de l’histoire, quand Samarie était assiégée, ces lépreux étaient montés là. Ils avaient dit : « Pourquoi restons-nous assis ici jusqu’à ce que nous mourions ? Si nous restons ici, nous mourrons. Si nous entrons dans la ville, nous mourrons. »

190 Le médecin a fait tout son possible. Rien ne peut être fait, c’est ça sa réponse à cela. Il ne vous reste qu’une seule chance. Ces lépreux avaient une seule chance : S’ils descendaient dans le camp de l’ennemi et que celui-ci les épargnait, ils vivraient. Sinon, ils mourraient de toute façon. Mais vous, vous n’êtes pas dans le camp de l’ennemi. Vous êtes dans la Présence de votre Dieu. Vous vous attendez … Pourquoi ne vous levez-vous pas et ne prenez-vous pas cette civière pour rentrer chez vous au Nom de Jésus-Christ. Croyez cela, rentrez chez vous et croyez que vous avez été guéri.

191 Est-ce que vous autres, vous croyez la même chose ? Si vous croyez, levez-vous.

192 Je demande à ceux qui avaient levé la main comme quoi ils voulaient être sauvés, ils voulaient accepter Jésus-Christ, je veux que vous veniez vous tenir ici avec moi, un instant. Voulez-vous venir maintenant ? Venez ici, vous qui croyez et qui voulez accepter Christ. Vous ne serez jamais plus proches de Lui jusqu’à ce vous Le rencontriez sous une forme visible. Rappelez-vous la Parole que j’ai prêchée, Dieu a confirmé que C’est la Vérité. Venez ; venez par ici, chacun de vous, tout celui qui n’a pas connu Christ, qui avait levé la main, venez ici. Vous avez dit que vous étiez des pécheurs et que vous vouliez être sauvés, venez ici, tenez-vous debout un instant pour la prière. Voudriez-vous le faire ? Voudriez-vous venir pendant qu’Il est si proche ?

193 Vous voulez dire que vous pouvez voir ici la Parole être prêchée, voir Dieu venir après et dire que cette Parole est la Vérité : « C’est Moi. C’est Moi. Je me tiens ici, le Dieu même qui va vous juger », et puis vous en abstenir ? Ne faites pas ça. Vous risquez de vous éliminer vous-même pour toujours. Voyez ? Il y en a trois qui se tiennent ici. Il y avait environ deux douzaines. Venez maintenant même, s’il vous plaît.

194 Pas–pas de cantique, on n’en a pas besoin. Christ est votre cantique. Christ est votre conviction. C’est la Parole qui le dit.

195 C’est vrai. Voici venir ici deux jeunes gens. Venez donc, vous qui êtes des pécheurs. Venez directement ici, juste un instant, s’il vous plaît. Exact, pendant que je me sens conduit à arrêter cette ligne de prière à cette fin. Venez ici même maintenant. Venez ici même. Nous allons nous occuper de la ligne de prière. Juste… C’est bien. Ouais, mesdames. Venez directement, jeunes dames.

196 En ce jour même où ces jeunes gens viennent, en cette heure critique, alors qu’il y a encore une recrudescence d’immoralité chez les adolescents, ces gens viennent pour… Je crois que Dieu fera d’eux des modèles tels que tout le voisinage verra que Jésus-Christ sauve encore les perdus.

197 Ne voudriez-vous pas venir ? Venez directement, là où vous êtes. Descendez ici juste un instant. C’est bien. Que Dieu vous bénisse, mes gars. C’est bien. Avancez et tenez-vous debout. Venez, venez. Là tout au fond, au fond, certaines personnes là au fond avaient levé la main. Ne voudriez-vous pas descendre maintenant ?

198 Je vous persuade pratiquement. Je suis… [Frère Branham se met à frapper sur la chaire. – N.D.E.] La Parole se trouve à l’extérieur, en train de frapper, cherchant à entrer : « Voici, Je me tiens à la porte et Je frappe. Si quelqu’un ouvre et entre, Me laisse entrer, Je souperai avec lui et lui avec Moi. » Ne voudriez-vous pas venir ? Venez directement maintenant et tenez-vous ici. Regardez, la Parole a été prêchée. Elle est confirmée, Christ est ressuscité des morts. Le voici, faisant exactement ce qu’Il avait dit qu’Il ferait, sans être rattaché aux organisations, aux dénominations, pour vous amener dans quelque chose. C’est votre choix. J’aimerais que vous receviez Christ maintenant.

199 Venez, ne le voudriez-vous pas ? Y en a-t-il un autre ? Est-ce… Que Dieu vous bénisse. C’est bien. Amenez-le directement ici.

200 Frères, voudriez-vous descendre ici ? Eh bien, ceux-ci vont devenir des membres de vos églises. Descendez ici.

201 Venez. Quelqu’un d’autre ? Juste dans la Présence de Christ, je peux bien sentir l’Esprit appeler dans mon coeur. Assurément, si c’est ce qui se passe dans mon coeur, c’est qu’il y a quelqu’un dans l’auditoire qui doit venir. Y a-t-il un rétrograde dans l’auditoire qui doit venir ? Venez vous tenir ici. Voulez-vous le faire, certains parmi vous ? Rétrograde, voulez-vous venir ? C’est bien. Que Dieu vous bénisse. Venez. C’est ça, venez directement. Certainement. C’est comme ça. Soyez un véritable homme, une véritable dame. Dieu a fait de vous une dame ; Dieu a fait de vous un homme. C’est la vertu. C’est la force. Venez donc, le voulez-vous ? Venez vous tenir ici. C’est bien ; c’est bien. Dieu veut que vous soyez dans Sa divine Présence. Rappelez-vous, le même…

202 Par qui Dieu va-t-Il juger le monde ? Par Jésus-Christ. Qui doit faire ceci, selon la promesse, pour se révéler dans les derniers jours ? Jésus-Christ. Pas moi. C’est Christ. C’est Christ qui est ici, se révélant Lui-même : dans l’humilité comme Il l’était ; venu de nulle part comme autrefois, venant parmi nous comme Il l’avait fait. Il est Dieu.

203 Maintenant, vous tous prédicateurs, rassemblez-vous autour de ces gens, très vite donc, venez vite parmi eux ici. Mettez-vous autour d’eux. Nous allons prier pour eux.

204 Quelqu’un d’autre voudra-t-il venir pour cette prière ? Juste un instant. Très bien.

205 Ces gens-ci deviendront membres de vos églises, mes amis. Ce sera… Vous–vous devez désormais vous occuper d’eux maintenant. Ils voient le Seigneur Jésus dans la puissance de Sa résurrection. Ils sont ici pour devenir membres de votre église. Baptisez-les du baptême chrétien. Recevez-les dans votre communauté. Ils sont vôtres, désormais. C’est vous le gardien de l’auberge.

206 Inclinons la tête, tout le monde. Tout le monde, les chrétiens, là dans l’auditoire, qui sont sincères, priez pour ces gens.

207 Si ces prédicateurs veulent les amener dans une pièce où ils peuvent être instruits davantage, c’est en ordre.

208 Père céleste, voici les fruits de la réunion. Des pécheurs sont venus ici, quinze ou vingt, rassemblés autour de l’autel, voulant Te donner leurs coeurs. Je Te prie, ô Père, de les recevoir au Nom du Seigneur Jésus-Christ. Je Te prie de les recevoir et de leur donner la Vie Eternelle. Ils sont Ton héritage, Seigneur.

209 Tous ceux qui sont malades maintenant, ici présents, imposez-vous les mains. Tendez les mains. Imposez-vous les mains et mettez-vous à prier les uns pour les autres. Imposez-vous les mains les uns aux autres, mettez-vous à prier les uns pour les autres.

210 Prédicateurs, imposez les mains à ces gens qui sont ici. C’est ça. Il y a de la puissance, de la gloire et des bénédictions sur nous, et Satan est vaincu dans la Présence de Christ.

Up

S'abonner aux nouvelles