Honteux de Lui

Autres traductions de ce sermon: Honteux de Lui - MS
Date: 65-0711 | La durée est de: 1 hour and 39 minutes | La traduction: Shp
doc pdf mp3
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1 Merci, Frère Neville. Bonjour, mes amis. C’est un plaisir d’être ici ce matin. Et – et je pense que j’ai fait un… Je dérange le tour de frère Neville; il était assis là derrière avec son… – il rassemblait son texte, et je suis entré. Il a replié son texte, et il a dit : «Bien…»
Cela me rappelle, il y a des années, qu’un frère de couleur du nom de frère Smith restait d’habitude par ici, ainsi que soeur Crosse. C’étaient de très bons amis à moi. Et quand j’entrais dans le bâtiment le soir, le vieil homme avait l’habitude… Il avait une moustache blanche. Je ne sais pas si quelqu’un parmi vous se souvient de lui. Et il était à l’estrade, vous savez. Et tous chantaient : «C’est la grande route qui mène au ciel.» Et frère Smith, vous voyez, il s’asseyait juste comme ceci, vous savez. Et j’entrais par la porte de derrière.
Il y avait une petite fille, assez sombre; elle s’asseyait au coin. Elle tapait les mains, disant : «Elevez-Le», ce cantique, vous savez. Ils chantent cela selon une mélodie propre à eux, vous savez. Et alors, là dans l’autre coin, il y avait quelqu’un d’autre qui disait, qui reprenait : «Elevez-Le.» Bien, c’est ce qu’ils chantaient quand je franchissais la porte. J’aime vraiment ce groupe de gens.
Et alors, le vieux frère Smith assis un peu là, vous savez, et il était en quelque sorte du genre calme. Il disait : «Entrez, ancien, faites reposer votre chapeau.» Non pas : «Reposez-vous», «faites reposer votre chapeau.»…?…Voyez? «Entrez, ancien, faites reposer votre chapeau.» Il se tenait là, et je pouvais deviner, par la façon dont il allait commencer, ce qui m’attendait.
Il disait : «Bien, disait-il, les enfants, vous savez, disait-il, je – j’étais assis ici, me demandant simplement : ‘Seigneur, qu’est-ce que Tu vas me donner à dire?’» Il disait : «Il – Il – Il continuait à me faire «non» de la tête : ‘Je ne vais rien te donner à dire.’»
Il disait : «J’ai vu l’ancien Branham entrer là-derrière, et j’ai dit, eh bien: ‘Seigneur, je commence à me rappeler…’» Bien, je savais ce qui m’attendait.
Frère Georges Wright, comment allez-vous, Frère? [Frère Wright répond: «Oh! bien, évidemment.» – N.D.E.] Que Dieu vous bénisse, Frère Wright! Certainement. [«Frère Elijah est là au fond» – N.D.E.] Oh! est-ce bien ça? Frère Elij’ Perry, a-t-il dit, est là au fond. Où êtes-vous, Frère Elij’? Je ne l’ai pas vu. Ça fait long… Eh bien, mon Dieu! Eh bien, il faudrait que nous ayons encore une véritable réunion ici avec Elij’ Perry, Georges Wright, et certains vétérans qui venaient ici lorsqu’il nous fallait presque maintenir les volets en place à l’aide de nos mains à cause du vent qui soufflait. Ça fait du bien de vous voir. Maman, la soeur Wright, est-elle avec vous? Est-ce que soeur Wright est ici? Elle est aussi là au fond. Oui, oui. Eh bien, je vais…?… Soeur Perry, je les vois tous maintenant. Eh bien, c’est très bien. C’est un plaisir d’être ici. C’est un plaisir d’être à des endroits comme celui-ci. C’est un plaisir d’être ensemble.
Je comptais vraiment revenir, c’était un fardeau que j’avais sur le coeur. Je reviens d’Afrique comme vous le savez tous. Et lorsque je suis arrivé là-bas, comme j’avais un visa limité, on n’a pas voulu me laisser – on n’a pas voulu me laisser prêcher, parce que cela rassemble un grand nombre de gens. Et là, on s’attend à un soulèvement à tout moment, et – et on – on n’a pas voulu me laisser prêcher, parce qu’on réunit un grand nombre de gens. Le seul moyen d’y arriver, était de me faire inviter par une organisation représentée par le gouvernement, au gouvernement, alors cela permettrait automatiquement au gouvernement d’envoyer une milice pour la protection. Vous voyez, ils sont juste… Il y aura un soulèvement, et c’est tout ce qu’il en est. C’est proche. Voyez? Ce membre du gouvernement a dit : «La dernière fois que vous étiez ici, vous avez réuni à peu près un quart de million de personnes.» Et il a dit : «Alors, voyez-vous, ça serait la chose même que le communisme cherche, pour un soulèvement.» Je ne pouvais donc pas prêcher.
Ces gens se tenaient là, [à cause de la détresse, ils agitaient les mains] et criaient : «Souvenez-vous de ma mère. Souvenez-vous de mon frère qui est mort… Mon…» Là, derrière une barrière, vous savez, une barrière métallique; et cela fait que vous vous sentez vraiment mal.

2 Et je suis rentré à la maison, je me suis dit : «Eh bien…». Mon fils Joseph, qui est là derrière, avait un petit relâchement en lecture, et il avait… Il a bien réussi, mais il devait bien la maîtriser. Il ne lisait pas assez bien. Alors je me suis dit : «Eh bien, nous allons devoir rester quelque temps à la maison», puis j’ai dit : «Si nous restons à la maison, cela va gâcher les vacances des enfants.» Nous avons donc simplement renvoyé cela à plus tard et nous l’avons inscrit pour l’autre quinzaine du mois d’août, et laisser… pour revenir ici pour deux ou trois semaines. Voyez?

3 J’ai dit : «Je crois que pendant que nous serons là-bas, je vais tenir une série de réunions. Nous prendrons l’auditorium de cette école, et – et nous tiendrons une série de réunions du 28 au 1er, une série de réunions dans l’auditorium de cette école.» Je voulais prêcher sur le déversement de ces sept dernières coupes. Nous avons donc téléphoné à l’avance et avons été quelque peu déçus. Ils ne nous permettent plus d’obtenir ces bâtiments scolaires; trop de gens s’y entasseraient. Nous ne savons les tenir nulle part. Et… J’ai donc décidé que, pendant que je serais ici, au lieu de… Nous ne saurons pas installer tout le monde si nous annonc-... (Jusqu’à présent, nous n’avons jamais fait d’annonces.) Si donc nous installons tout ce monde – si nous essayons d’installer les gens ici au Tabernacle, nous n’y arriverons pas. Vous voyez, seulement cela… Cinq jours ici, ce serait affreux. Ainsi, pendant que nous étions là parlant avec frère Neville, frère Wood et les autres, voici ce que nous avons décidé de faire : si nous n’y arrivons pas, je vais… au lieu que cela nous amène à tenir cinq services, ce qui serait les 28, 29, 30, 31 et le 1er, eh bien, je pense qu’en commençant dimanche prochain, nous pourrions avoir deux services : le dimanche matin et le dimanche soir (ce serait le 18). Puis le – le 25, nous pourrions avoir le dimanche matin et le dimanche soir. Cela ferait quatre services. Puis le premier août, nous pourrions avoir un service le dimanche matin et un autre le dimanche soir; ce qui nous ferait six services. Les gens n’auront pas à trop s’entasser pour entrer. Et je pense que… Ne pensez-vous pas que cela serait mieux que d’avoir des gens entassés, confinés et tout? Alors vous… cela… Pour ces deux services, nous pouvons tolérer cela, mais comme qui dirait tout le monde fait un effort. Mais pour cinq soirées d’affilée, cela serait difficile.

4 Maintenant, pendant que je suis ici, je voudrais rencontrer les administrateurs et les anciens. Cela se fait partout. Nous vivons dans les derniers jours, où l’Évangile n’a pas la prééminence qu’Il devrait avoir; Il n’a pas l’impact qu’Il devrait avoir. Il a été enfoui dans la politique et dans toutes ces choses… C’est comme une sorte d’union. Et c’est ce à quoi cela va finalement arriver, car la marque de la bête doit venir au moyen d’une union, nous le savons. Ainsi, nous – nous… En effet, il s’agit d’un boycott; aucun homme ne pourra acheter ni vendre s’il n’a pas la marque de la bête.

5 Et maintenant, j’aimerais voir avec les anciens… Je me sens conduit. De toute ma vie, je n’ai jamais éprouvé une telle faim de Dieu dans mon coeur comme je l’éprouve maintenant. Vous voyez? Car… Et je – je veux avoir ma propre tente et mes – mes affaires, comme le Seigneur m’en a donné la vision, et je crois que le temps est maintenant très proche. Et pendant que je suis ici, je veux voir pourquoi nous ne pourrions pas obtenir la tente. Et – et alors, quand nous partons, comme quand nous venons ici à Jeffersonville, au lieu d’avoir un jour ou deux, ou trois ou quatre jours, nous pourrions aller ici dehors et dresser cette tente et avoir deux ou trois semaines (vous voyez?), cela… Personne ne pourrait rien y trouver à redire. Nous pouvons prendre un stade de baseball ou, si on ne nous l’accorde pas, il y a des fermiers par ici qui nous accorderont une ferme. Nous louerons la ferme et – et dresserons la tente là. La seule chose que nous aurions à faire là, ce serait de bâtir nos – nos annexes et tout, et… pour nos lieux d’aisance. Et cela pourrait se faire facilement. Et alors nous commencerons à avoir nos services comme cela, car c’est selon la vision du Seigneur. C’est de cette manière que cela doit se faire.

6 Et en rentrant hier, j’ai vu, vous savez ceci cela, en passant dans la rue, un de mes bons amis qui passait par-là m’a dit : «Salut, Billy!» Je l’ai regardé; ses cheveux sont blancs comme neige et il a beaucoup pris du ventre, et – et ce garçon a mon âge! Lorsque j’étais enfant, nous avions l’habitude de jouer ensemble (c’était un beau jeune homme). Je… j’en ai eu un sentiment bizarre.
Mon petit garçon Joseph a dit : «Pourquoi es-tu triste, Papa?».
«Oh! ai-je dit, je ne peux pas t’expliquer cela, Joseph. Tu vois, je ne peux pas – ne peux pas – ne peux te le dire».

7 Je regarde Elij’ Perry, qui est là au fond, ainsi que Mme Perry. Et on dirait que c’est hier que ce jeune couple-là avait des cheveux noirs; c’étaient mes voisins. Lorsque nous avions le vieux bateau Wahoo, nous pêchions la nuit à la rivière. Je les vois tous deux avec des cheveux blancs. Vous savez, cela signifie quelque chose; c’est une petite alarme qui vous dit : «Vous n’avez plus beaucoup de temps!». Vous voyez?

8 Ainsi, je veux que chaque jour de ma vie compte pour Lui. Tout le temps qui reste, je veux l’employer à faire quelque chose quelque part, ne serait-ce que me tenir au coin de la rue à rendre témoignage de la gloire et de l’honneur de Dieu. Et c’est dans ce but que je – je suis ici. J’ai un petit endroit secret là-haut à Green’s Mill dans l’Indiana. Ce n’est pas une ville; c’est – c’est dans la nature. Mais des gens ont repris cela et ils ne veulent même pas vous laisser y mettre le pied. Mais j’ai là-bas une caverne et on ne me retrouvera jamais lorsque j’y entre. J’y vais la nuit et on ne peut pas savoir quand j’y rentre ni quand j’en sors. On ne sait pas où se trouve la caverne et on ne peut pas y accéder, peu importe où c’était. Et je veux aller là-bas pour parler au Seigneur pendant quelque temps. Je sens que c’est une nécessité.

9 Ma femme aimerait venir, elle aimerait revenir ici, elle, Rébecca, Sarah, et les autres, visiter leurs amies et... si le Seigneur le permet. Nous sommes donc revenus pour les trois prochaines semaines.

10 Et je pense qu’au lieu d’essayer d’entasser les gens tous ensemble pour des réunions ici au Tabernacle… Evidemment, ceci nous appartient, ça appartient au Seigneur, c’est Lui qui nous l’a donné; et c’est climatisé, nous aimerions avoir un service le dimanche matin et un service le dimanche soir. Cela permettrait aux gens de retourner chez eux et ensuite d’attendre jusqu’à la semaine prochaine.

11 Je ne pense pas que je pourrais prendre et – et traiter comme il faut le déversement de ces dernières coupes, car il y a là un message très, très important. Mais je pourrais prier pour les malades, et faire des choses que… J’ai des messages destinés à la… selon que le Seigneur me les donnera pour l’église. Pendant la semaine, je vais aller quelque part là dans la nature pour étudier, puis, je reviendrai dimanche matin pour avoir un service le dimanche matin, comme celui-ci, et un service le dimanche soir.

12 J’ai demandé à notre très bienveillant petit pasteur, frère Neville, si cela lui conviendrait, de le priver de tous ses services, mais il était plus que content de les abandonner pour ça.
Je pense que frère Capps, lui aussi, a attrapé la fièvre de vagabondage, et je vois qu’il est parti ainsi que – ainsi que frère Humes. Et le Seigneur a placé frère Mann ici pour prendre la relève, et cet endroit... Vous savez, n’est-ce pas merveilleux la manière dont Dieu fait les choses? Il a toujours fait les choses en leur temps, avec exactitude.

13 En arrivant, j’ai entendu quelqu’un prêcher et j’ai dit : «Cela ne… Je crois…» Frère Capps est venu à Tucson et je crois qu’il a très vite été trompé; il faisait environ 110° [Environ 43°c – N.D.T.] degrés. Il ne voulut rien avoir à faire avec cela. Il est donc parti avec frère Humes et ils sont allés à Phoenix; évidemment là il fait 115, 116, 118. [46°c, 47°c, 48°c – N.D.T.] C’était encore pire, je pense donc qu’après cela, il est parti pour le Texas. Il cherche un endroit. Mais je vous assure qu’à cette époque de l’année, vous ne voudrez pas de l’Arizona.

14 L’autre jour, il faisait 140° [60°c – N.D.T.] vendredi dernier, il faisait 140° [60°c – N.D.T.] à Parker. C’est là qu’habite frère Craig, de cette église. Vous pouvez casser un oeuf, il sera frit avant de toucher le sol. [Frère Branham rit. – N.D.E.] Crachez et – et l’humidité disparaît. Cela… Il n’y a pas d’humidité, ni rien. A cette époque de l’année, c’est vraiment un four. Mais vers novembre, décembre et janvier, c’est merveilleux. Et quand on arrive vers mars et avril, vous – vous feriez mieux de partir si vous ne voulez pas suffoquer.

15 Il s’est donc trouvé que frère Capps et les autres sont venus juste à ce moment-là, ce que je pense les a fait fuir. Peut-être que le Seigneur a donc fait cela dans un but. Voici ce que je crois : les pas des justes sont ordonnés par Dieu.

16 Cela semble quelquefois dur, comme l’autre jour pendant ce voyage en Afrique. J’étais tellement sûr de me déplacer selon la volonté de Dieu parce qu’une année auparavant je tenais une série de réunions, et les gens – les gens… Je pensais que les gens de cette organisation, ils avaient dit : «Vous pouvez venir par le canal des Hommes d’Affaires Chrétiens, mais nous n’aurons rien à faire avec cela.»
Eh bien, vous savez, je ne veux pas mêler carrément ces hommes à cela et créer un conflit. Je – je veux qu’ils aient de bons sentiments les uns envers les autres. C’est pourquoi j’ai simplement dit : «Eh bien…» Je leur ai écrit une lettre, disant : «Rappelez-vous…».

17 Cela fait des années que j’essaye de retourner en Afrique, car je sens que mon ministère en Afrique n’est pas terminé. Je n’ai pas de… Pourquoi devrais-je aller en Afrique alors qu’ici, aux Etats-Unis, j’ai six ou sept cents villes ici même qui m’appellent, vous voyez? Juste ici, sans oublier le Canada, le Mexique ou l’un de ces endroits. Pourquoi faudrait-il que j’aille là-bas? Mais c’est quelque chose dans mon coeur qui m’attire en Afrique. Là-bas… ces gens, il y – il y a quelque chose en eux que j’aime, et j’aimerais y aller uniquement pour les gens de couleur. Il y a quelque chose chez bon nombre de ces dirigeants qui fait qu’ils pensent que je ne devrais pas faire cela. Je – je veux aller vers mes amis de couleur. C’est là que le Seigneur m’a appelé. Ces gens sont donc dans le besoin. Beaucoup parmi ces gens… Les Blancs peuvent avoir des médecins et tout, mais ces pauvres indigènes qui vivent là-bas sont à moitié rongés. Je – je pense que ce sont eux, on dirait, qui recevront cela. Ce sont eux. Il y a quelque chose à ce sujet. Si vous en arrivez au point où vous êtes tellement intelligent que vous connaissez tout, alors Dieu ne pourra rien faire avec vous. Mais si vous en arrivez à un niveau où vous êtes disposé à écouter et à apprendre, alors – alors c’est le temps de Dieu, Il peut venir vous parler.
Ainsi, je leur ai écrit en retour et je leur ai dit : «Souvenez-vous qu’au jour du jugement, ces mains osseuses jailliront de la fumée pour vous condamner. Que leur sang retombe sur vous et non sur moi, car cela fait environ dix ans que j’essaye de retourner là-bas.»

18 Puis, après avoir posté la lettre, je suis revenu. Quelque Chose m’a dit : «Vois Sidney Jackson; effectue une tournée de chasse». A ce même moment, le Seigneur parlait à Sidney Jackson lui disant : «Lion à la crinière blonde, frère Branham, camping; Durban, grande réunion.»

19 Eh bien, il était ici et il vous a parlé. Soit dit en passant, nous avons baptisé… Il était fermement opposé au baptême au Nom de Jésus-Christ et sa femme était pire que lui; elle se dérobait tout simplement. On pouvait… Je vous assure, je n’ai plus jamais vu des gens fervents. Ils ont là-bas environ 150 pasteurs qui ont été baptisés au Nom de Jésus-Christ et ils sont vraiment en train d’enflammer le pays. Le Message est en train de balayer l’Afrique partout. Des aviateurs et de grands hommes viennent pour être baptisés au Nom de Jésus-Christ.

20 Et ainsi je… Lorsque je me suis mis en route pour aller là, je vous assure, jamais je n’ai rencontré autant de difficultés de toute ma vie, en cherchant à y aller. Et puis à la toute dernière minute, juste à la toute dernière minute avant que je ne parte, on avait mis là sur mon visa : «Ne peut envisager un quelconque type de services religieux; ne peut venir que pour chasser.»

21 Eh bien, c’était donc flagrant; mais j’ai dit : «Je me moque de ce que fait le diable, je – je ne peux pas... Je ne peux pas confirmer ce que frère Jackson a dit du lion à la crinière blonde, de ceci, cela et le reste. Je – je ne peux pas confirmer cela. Mais je sais que Dieu m’a dit de voir Sidney Jackson et d’aller à la chasse.» Et que j’ai dit : «J’y vais.» Et des fois… j’ai effectué un de mes plus grands voyages. J’ai découvert le problème. Eh bien, si le Seigneur le veut, je pense donc pouvoir retourner en Afrique vers le mois d’octobre pour tenir une série de réunions et tout, avec une pleine collaboration et tout le reste, vous voyez. J’ai examiné le fond de la chose et j’ai découvert où était le problème et quelle en était la cause.
En écrivant ici, untel a telle chose à dire, un autre a telle chose à dire, celui-là… La meilleure chose à faire, c’est d’aller voir vous-même. Et je sais ce qui n’allait pas et quelle en était la raison. C’était à cause du rassemblement de beaucoup de gens que le gouvernement ne m’a pas permis de tenir cela.

22 Or, si ce sont les Hommes d’Affaires Chrétiens ou n’importe quelle organisation qui nous introduisent, alors automatiquement le gouvernement… Comme les organisations sont représentées au gouvernement, celui-ci envoie une milice de protection.
S’il y avait vingt-cinq hommes d’une dénomination et vingt-cinq d’une autre, on ne voudra toujours pas recevoir cela. Il faut que ce soit le – le responsable de cette organisation. Et les Hommes d’Affaires Chrétiens sont une organisation non-sectaire qui représente toutes les églises. Le Dr Simon, qui est leur responsable là-bas, est un homme très bien; j’ai eu à le voir et à lui parler. Et ils organisent des réunions et toutes les autres églises viennent se rassembler. Vous voyez? Et je crois que nous aurons une des plus grandes réunions qu’il y ait jamais eu en – en Afrique.

23 Mais voici ce à quoi je voulais en venir : lorsque vous savez que vous – vous essayez de faire ce qui est juste, la première chose à faire est de sentir si vous êtes conduit à faire quelque chose; ensuite, vérifiez à l’aide de la Parole pour voir si c’est en accord avec Elle; et à ce moment-là, que rien ne vous arrête. Peu m’importe combien de bâtons le diable va vous mettre dans les roues, passez simplement par-dessus cela.

24 Lorsque je suis venu ici, j’ai dit à ma femme, à frère Wood et à quelques amis que j’ai rencontrés hier que, pendant environ cinq ans ici, je savais à peine ce que je devrais faire. Cela a été un – un… nerveux. Vous voyez? Le réveil dans les églises est mort; tout le monde le sait. Vous sentez cela ici dans ce tabernacle; vous le sentez partout. Il y a une lourdeur – une froideur. Il y a tout simplement quelque chose qui ne va pas; c’est parce que les gens n’ont plus l’enthousiasme du réveil. Allez dans les églises et vous verrez les gens assis là, et le pasteur qui délivre un message et l’une ou l’autre chose avec hésitation. Et ensuite, vous savez, il termine par une espèce de manifestation qu’ils projettent d’avoir ou quelque chose de ce genre. C’est comme si partout il y a une lourdeur de mort.

25 Billy Graham a constaté cela, ainsi que Oral Roberts. M. Allen a eu des ennuis, comme vous le savez. Oral Roberts dispose là-bas des immeubles d’une valeur de cinquante millions de dollars et tout le reste. Il a une école. Et, eh bien, en ce moment, il n’y a personne dans le champ missionnaire.

26 Je suis parti d’ici d’après une vision pour aller à Tucson, afin de voir ce que le Seigneur voulait que je fasse. Il est venu à ma rencontre là-haut, comme Il vous a dit ici qu’Il le ferait, sous la forme de sept Anges, et Il m’a dit de retourner et que les Sept Sceaux devaient être ouverts. C’est exactement ce qui est arrivé.
Il a dit… Un jour, ensemble avec frère Wood quand il est venu là, nous sommes allés à ce même endroit et j’ai lancé une pierre en l’air, et elle est tombée. Il a dit : «Encore un jour et une nuit, tu…» (Je ne me souviens pas quels sont les termes exacts qu’Il a employés). «Tu verras la gloire de Dieu.» Et le jour suivant, un tourbillon descendit des cieux, et nous savons ce qui arriva. Lorsque ce tourbillon remonta, les gens demandèrent ce que c’était. Je dis : «Cela a prononcé trois mots dans trois grandes détonations». Les hommes n’ont entendu que les détonations. Moi, j’ai compris ce qui avait été dit. Et il était dit : «Le jugement frappe la Côte Ouest.» Deux jours plus tard, l’Alaska a failli sombrer. Il y eut des coups de tonnerre, des tremblements de terre et tout. Regardez-les simplement; chaque jour, il y a des tremblements de terre qui secouent partout.

27 Ma dernière réunion, la dernière réunion que j’ai eue… Ceci sera mon premier message, à vrai dire, que je prêche depuis ce temps-là. J’étais en train de prêcher à Los Angeles au Biltmore Auditorium et je parlais d’un homme qui s’est choisi une épouse. Vous en avez probablement la bande. C’est... J’ai dit : «Cela reflète son caractère et ses ambitions.» Lorsqu’un homme se choisit une femme, se choisit une jeune fille et... pour qu’elle devienne sa femme s’il se choisit une – vous savez, une fille moderne, une espèce de Ricketta, cela – cela montre simplement ce qu’il est… S’il épouse une reine – une reine de beauté ou une reine du sexe ou quoi que ce soit, cela montre son – ce qui est réellement dans l’homme.

28 Mais un chrétien recherche le caractère chez une femme, car il envisage de fonder un foyer avec cette femme dans l’avenir. Il envisage – il prend une femme au foyer. Et j’ai dit : «Alors Christ, selon Sa Parole ici, nous dit quelle sera notre future demeure. Quel genre de femme va-t-Il donc choisir? Une prostituée dénominationnelle? Jamais! Il choisira une femme qui est caractérisée par Sa Parole et ça sera elle, l’Epouse».

29 Et tandis que j’étais là-bas, quelque chose m’a frappé; pendant environ trente minutes, je n’ai pas su ce que c’était. Une prophétie a été donnée. La première chose dont je me souvienne, c’est que j’étais en train de marcher dans la rue avec frère Mosley et Billy. Et il était dit : «Toi, Capernaüm, qui t’appelles du nom des Anges (c’est Los Angeles, la ville des anges, vous voyez? Les anges), et qui est élevé jusqu’aux cieux, tu seras précipité au séjour des morts, car si les oeuvres puissantes qui ont été accomplies au milieu de toi avaient été faites au milieu de Sodome, elle subsisterait encore à ce jour». Et, je ne me rendais pas compte de tout cela. Vous voyez?

30 Et quand j’ai terminé d’exhorter… Christ, de L’exalter et de parler à l’Eglise, j’ai dit : «Vous les femmes, peu vous importe combien j’essaie de venir auprès de vous et de prêcher contre ces choses que… Vous, les hommes; vous les prédicateurs, vous trompez constamment les gens, toujours, vous le faites malgré tout. Vous foulez cela au pied comme si la Parole de Dieu n’était rien».

31 Et lorsque j’ai compris cela, je suis allé… J’ai dit : «Il y a un passage des Ecritures quelque part à ce sujet». Et je suis parti et j’ai découvert qu’il s’agissait de Jésus réprimandant Capernaüm qui était au bord de la mer. Ce soir-là, j’ai regardé dans les Écritures. Je suis rentré à la maison, j’ai pris un livre d’histoire; Sodome et Gomorrhe furent autrefois des – des villes prospères, le quartier général des nations dans le monde. Et vous savez que lors d’un tremblement de terre, cette ville sombra dans la mer Morte. Et Jésus Se tint là et dit : «Capernaüm, si les oeuvres qui ont été faites au milieu de toi avaient été faites au milieu de Sodome, elle existerait encore aujourd’hui; mais, maintenant, tu dois être précipité au séjour des morts.» Et environ deux ou trois cents ans après Sa prophétie, eh bien, toutes ces villes de la côte, chacune d’elle existe encore à l’exception de Capernaüm, et celle-ci se trouve au fond de la mer. Un tremblement de terre l’a précipitée dans la mer.

32 J’ai alors prophétisé : «Los Angeles ira au fond de la mer.» Je suis rentré chez moi, puis, je suis allé en Afrique. Et pendant que j’étais en Afrique, il y a eu un tremblement de terre. Et les hommes de science… Vous avez vu cela. C’est lors d’une émission télévisée qu’on a vue de grandes et belles maisons de Los Angeles qui se sont écroulées, ainsi qu’un motel et tout. Et maintenant, il y a un… Depuis ce tremblement de terre, il y a dans la terre une fissure de deux ou trois pouces [5 ou 8 cm – N.D.T.]; elle part depuis l’Alaska, contourne les îles Aléoutiennes, s’avance jusqu’à une distance d’environ cent cinquante ou deux cents miles [240 km ou 320 km – N.D.T.] dans la mer, revient jusqu’à San Diego, passe en Californie ou à Los Angeles, et ressort juste en-dessous de la partie Nord de la Californie, là, dans une petite ville appelée San José, juste là en-dessous. Et cet homme de science expliquait dans l’interview. Nous suivions cela à la télévision. Et il a dit : «Juste en-dessous de cela, il y a de la lave qui bouillonne.» Et il a dit qu’ils… il a dit : «C’est…Une grande partie va se détacher, a-t-il dit, et cela va…»

33 Et cet inter-… homme sur… cet homme de science qui interviewait l’homme de science en chef lui a dit, il a dit : «Eh bien, se pourrait-il alors que le tout s’enfonce?» Il a dit : «Pourrait? Cela doit arriver.»
L’homme a dit : «Bien, évidemment, nous avons probablement encore beaucoup, beaucoup d’années devant nous.»
Il a dit : «Cela peut arriver d’ici cinq minutes ou d’ici cinq ans.» Il a accordé cinq ans.
Mais aussi sûrement que je me tenais là sous cette inspiration, un jugement a été prononcé contre cette Côte Ouest, cela a été suivi jusque-là par l’engloutissement de Los Angeles; c’en est fini d’elle. C’est vrai. Cela va arriver. Quand? Je ne sais pas.
Mais, oh! Que s’est-il passé? Vous savez, nous n’avons que six continents maintenant; nous en avions sept. Celui qui a sombré entre l’Afrique et les Etats Unis… Oh! C’est quelque chose d’historique; vous savez cela.

34 Eh bien, si cela sombre, alors je veux que vous observiez le moment où… C’était un sermon que j’ai prêché quand… Je crois que frère Elij’ Perry devrait être diacre ici dans l’église à ce moment-là, à ce que je sache. Et il fut dit : «Le temps viendra (je ne savais plus cela jusqu’à ce que Mme Simpson m’apporte le – le sermon l’autre jour, c’est écrit dans un petit livre) où le désert… l’océan se frayera un chemin dans le désert.» C’était il y a trente ans. Et, bien sûr, la mer Salton se trouve à environ deux cents pieds [61 m – N.D.T.] en-dessous du niveau de la mer. Si ce grand bouillonnement… cette terre engloutit comme cela des centaines de kilomètres et des centaines de kilomètres carrés qui s’enfoncent dans la terre, cela provoquera un raz-de-marée qui ira jusqu’en Arizona. Certainement!
Oh! nous sommes au temps de la fin! Quelle heure glorieuse! L’apparition du Seigneur Jésus… Il a dit : «Il y aura des tremblements de terre en divers endroits. On ne saura que faire en ce moment-là, l’angoisse parmi les nations, les hommes rendant l’âme de terreur…» Il a dit : «Lorsque ces choses commenceront à se produire, redressez la tête, votre rédemption est proche.» Oh! la la! Les nations se disloquent;
Israël se réveille;
Les signes que les prophètes avaient prédits;
Les jours des Gentils sont comptés,
Ils sont encombrés d’horreur;
Retourne, ô toi dispersé vers les tiens (Assurez-vous de faire cela!) Ce jour de rédemption est proche;
Les hommes rendant l’âme de terreur;
Soyez remplis de l’Esprit de Dieu,
Que vos lampes soient mouchées et propres;
Levez les yeux, votre rédemption est proche. (C’est juste.) Les faux prophètes mentent;
Ils renient la vérité de Dieu,
Que Jésus le Christ est notre Dieu…

35 [Espace vide sur la bande. – N.D.E.] Vous avez vu cette photo l’autre jour, comment en tournant cette photo de côté, la photo même de ces sept Anges s’élevant… Faites-la pivoter vers la droite, vous voyez le visage du Seigneur Jésus regardant de nouveau en bas vers la terre. Souvenez-vous, lorsque j’ai prêché les sept âges de l’Église, je ne comprenais pas pourquoi Jésus se tenait là avec une… blanche sur la tête. Il était un jeune homme. Je ramenais cela dans la Bible et il était dit : «Il vint vers l’Ancien des jours dont les cheveux étaient blancs comme la laine.» Jésus n’avait que trente-trois ans et demi lors de Sa crucifixion.

36 J’ai téléphoné à frère Jack Moore qui est un théologien. Il a dit : «Oh! Frère Branham! c’est Jésus dans Son état glorifié, a-t-il dit. Après Sa mort, Son ensevelissement et Sa résurrection, Il est devenu comme cela.» Ça a l’air bon pour un théologien, mais ça ne semblait pas bon; ce n’était pas convaincant.

37 Je suis allé là et j’ai commencé par le premier Age de l’Église; c’est alors là que le Saint-Esprit a révélé cela. Je… (Vous avez cela juste dans vos «Ages de l’Église». Je crois que les livres vont sortir très prochainement, et il y aura tous les détails.) Et il était montré que Jésus était le Juge. Autrefois, les gens portaient une perruque blanche, ils mettaient une perruque et la portaient en tant que juges (En Angleterre, ils le font toujours). Quand vous avez l’Autorité suprême...
En tournant cette photo de côté, on Le voit là avec Ses cheveux noirs (vous pouvez voir cela à côté de Sa barbe) et Il porte une perruque blanche. Il est la dernière Autorité; Il est l’Autorité suprême; même Dieu l’a dit Lui-même : «Celui-ci est mon Fils bien-aimé; Écoutez-Le.»

38 Le voici avec Ses Anges, le Message, lequel était les sept… l’ouverture de ces Sept Sceaux qui ont révélé la semence du serpent et toutes ces choses-là; et on voit que c’est de cela même qu’Il Se couvrait. C’est Son… c’est Son Autorité suprême. Il est Suprême et Il a une perruque, ou – ou Il est couvert. La Bible dit qu’Il a changé Son apparence, ou qu’Il S’est changé Lui-même, «en morphe.» Ce mot vient d’un mot grec, «en morphe», qui désigne un acteur grec jouant plusieurs rôles. Aujourd’hui, il est une chose, et dans l’acte suivant, il est autre chose. Il était Dieu le Père dans un acte, Dieu le Fils dans un autre acte; et Il est Dieu le Saint-Esprit dans cet acte-ci, voyez. Le voici, Sa Parole est toujours Suprême. Nous vivons dans les derniers jours.

39 Lorsque je revenais d’Afrique l’autre jour, je – j’étais un peu fatigué. Vous voyez, il fait – il fait nuit là-bas maintenant, et il vous faut vous adapter. Et alors, le temps de s’adapter, je suis revenu. Nous avons eu une merveilleuse tournée, une tournée de chasse, une des meilleures que j’aie jamais eues dans ma vie. Puis… Billy a quelques photos. Si vous en avez peut-être le temps, il peut montrer cela quelque part, et vous montrer le voyage.

40 J’ai fait un rêve. Je rêve toujours que je réintègre d’une façon ou d’une autre la Compagnie de Service Public. Et je – je pensais que j’abandonnais en quelque sorte le travail. J’étais censé… On me laissait procéder à ma façon, et je me disais que j’allais... Au lieu de parcourir les lignes ou de recouvrer les factures, ou quelque chose comme ça, ou ce que j’étais censé faire, je me suis simplement dit : «Eh bien, je suis mon propre patron.» Je suis tout simplement allé nager. Je suis arrivé là-bas, j’ai ôté mes – ces vêtements, et j’ai mis mon maillot de bain. J’étais tout seul, et je me suis dit : «Dis donc, ce n’est pas correct. La Compagnie… C’est la journée, la Compagnie me paye pour ce moment.» Je me suis dit : «C’est étrange.» Et je me suis donc dit : «Eh bien, l’argent que j’ai recouvré sur la route…» J’avais à la fois et la patrouille et la route, et j’ai dit : «Eh bien, j’ai recouvré de l’argent, j’ai fait quelque chose en parcourant par ici; j’ai perdu tous les reçus que j’avais et j’ai mélangé leur argent avec le mien. Maintenant, comment saurai-je qui a payé sa facture?» Je me suis dit : «C’est juste parce que je ne faisais pas attention!» Je me suis dit : «Ce n’est pas correct. Il ne me reste qu’une chose à faire, c’est de retourner vers mon chef et de lui en parler.» C’était Don Willis.
J’ai dit : «Don, j’ai perdu ces reçus. Eh bien, voici tout l’argent que j’avais et leur argent mélangé. Laissez-le ici dans la caisse, et lorsque les gens viendront, ils auront un reçu prouvant que j’avais reçu la facture.»

41 Il y a probablement des gens assis ici même (Je – je… je sais qu’il y en a.) dont j’avais reçu l’argent à – à cette époque et j’avais… Et je donnais un reçu. Vous savez, cela ne vous coûtait que dix pour cent lorsque vous laissiez passer l’échéance de votre facture, et peut-être 1,50$, soit 15 cents de plus. Beaucoup de ces gens vivaient… On aimait bien se mettre ensemble pour parler, et les gens laissaient passer l’échéance de leur facture pour que je vienne leur parler un moment. C’était... Ils donnaient 15 cents, vous savez, simplement pour pouvoir s’asseoir et parler un petit moment pendant que j’encaissais leurs factures. C‘était donc déchiqueté et ils avaient tellement de factures que je n’arrivais pas à les encaisser. Eh bien, je me suis dit que c’était la seule manière de le faire. Puis je me suis réveillé.

42 Là où nous vivons, chez Soeur Larson... Je ne pense pas qu’elle soit ici. Elle a été très gentille envers nous, mais elle n’aime pas que je dise cela. Mais c’est une dame très gentille. Et nous vivons dans ses appartements. Elle a deux appartements (deux petits appartements jumelés) et nous les louons tous les deux. Ma femme et moi dormons là dans – dans l’autre appartement où je reçois en quelque sorte les gens, quand je le peux, et un… Il y a là deux petits lits jumeaux. Je me suis réveillé, elle n’était pas encore réveillée. Au bout d’un moment, elle s’est réveillée. Je lui ai fait signe de la main, elle a regardé, a battu des paupières un certain nombre de fois. J’ai dit : «Tu as bien dormi?»
Elle a dit : «Non». Et j’ai dit : «J’ai eu un rêve des plus horribles. Je me suis de nouveau retrouvé à la Compagnie de Service Public.» J’ai dit : «Qu’ai-je fait?»

43 Je me souviens que lorsque j’étais petit garçon, ou jeune homme, je parcourais toutes ces lignes de Salem, dans l’Indiana et à différents… Je m’achetais un – un petit déjeuner, peut-être un bol d’avoine. Sous ce soleil brûlant et tout, c’est… Je… cela me rendait malade de prendre un petit déjeuner. J’ai ramené un bon de dix cents dans ma petite caisse. Le chef est venu et a dit – a dit : «Savez-vous ce qu’on a dit à la – à la réunion : ‘Qui est cet idiot qui ramène un bon de dix cents pour le petit déjeuner?’ a-t-il demandé. Il vous faut au moins ramener un bon de cinquante cents.» Or, vous savez tous que pour cinquante cents on avait un déjeuner copieux en ce temps-là. Et j’ai dit : «Eh bien, je ne mange pas beaucoup.» Il a dit : «Eh bien, tous les autres ramènent un bon de cinquante cents; il vous faut aussi ramener un bon de cinquante cents.» J’ai dit : «Eh bien, ce n’est pas ce que je dépense.» Il a dit : «Ramenez-les de toute façon.» C’était là mon chef.
Alors, je me suis dit : «Eh bien, que puis-je faire? Je dois demander cinquante cents, mais manger pour dix cents.» J’allais donc dans la rue chercher quelques petits enfants qui n’avaient pas eu de petit déjeuner et je leur offrais un petit déjeuner d’une valeur de quarante cents.

44 Puis je me suis alors dit : «Eh bien, que pourrais-je… Peut-être c’est là ce qu’Il a contre moi.» Et je me souviens qu’ici, il n’y a pas longtemps, une patrouille est passée; ils ont causé des dégâts là derrière, dans l’arrière-cour, et ils ont dit : «Remettez votre facture.» Vous savez qu’ils ont le droit de patrouiller, mais ils doivent payer pour les dégâts qu’ils causent. Je leur ai écrit en réponse en disant : «Vous ne me devez rien.» Je me suis dit : «Cela remboursera ces quarante cents. Il se peut que pendant ce temps, j’avais dépensé vingt ou trente dollars que j’avais donnés à des enfants. Peut-être que ça suffira.» Le rêve s’est répété.

45 Puis, j’avais là un grand arbre sous lequel les enfants jouaient, et la patrouille (maintenant, ils patrouillent en hélicoptère)... La patrouille est donc venue et m’a dit : «Billy, et si on coupait cet arbre?» J’ai dit : «Non, ne le coupez pas, nous allons le tailler.» J’ai dit : «Frère Wood et moi nous allons le tailler.» Il a dit : «Eh bien, je vais faire venir un homme pour le tailler.» J’ai dit : «Eh bien, ne le coupez pas.» Il a dit : «Je ne vais pas le couper.»
Puis, je suis parti en voyage. A mon retour, l’arbre était coupé jusqu’au sol. Alors j’allais intenter un procès, vous voyez. J’ai dit : «Eh bien, Seigneur, cela va résoudre le problème pour ce que je devais…» J’ai donc laissé tomber cela; c’était juste, j’ai simplement laissé faire.
Eh bien, j’ai continué de rêver de cela. Lorsque je me suis levé l’autre matin, j’ai dit : «Eh bien…» La première chose que nous faisons le matin lorsque nous nous levons, c’est de prier ensemble; puis nous prions le soir pour nous mettre au lit. Et ainsi, après qu’elle était allée préparer le petit déjeuner des enfants, je me suis mis à prier. J’ai dit : «Seigneur, je dois avoir été un gars horrible. Qu’ai-je fait dans ma vie pour que je – je n’arrive pas à ôter de mon esprit cette Compagnie de Service Public?» Je suis allé prendre un bain, puis je suis ressorti. C’est comme si quelque chose me disait : «Il se peut que je déserte Son travail.» Je me suis dit : «Voici environ cinq ans que je ne fais rien, que je m’attends simplement à Lui.»

46 Pendant que je me tenais là l’autre jour (on a construit là une nouvelle maison là-haut), et frère Moseley est venu et il parlait de cette maison. J’ai dit : «C’est juste un petit don venant de mon Père.» Et il s’est mis à pleurer. J’ai dit : «Voyez-vous, Il a dit, si vous laissez vos foyers, vos maisons, vos terres, vos pères, vos mères, Je vous donnerai des maisons, des terres, des pères et des mères au centuple dans ce monde et la Vie Éternelle dans le siècle à venir. Je dis : «Voyez-vous, j’ai dû quitter ce tabernacle que j’aime tellement; j’ai dû quitter la maison que le Seigneur m’a donnée. Et Il m’a tout simplement donné celle-ci en retour. J’ai dit : «Il est merveilleux; voyez-vous?» Et il s’est mis à pleurer.

47 Eh bien, je – j’ai dit : «J’ai dû venir ici et me séparer des gens pour venir dans ce désert.» Et j’ai pensé : «Je me demande pourquoi Dieu m’a amené dans un désert, ici où il n’y a que des scorpions et des monstres de Gila [Grands lézards venimeux – N.D.T.] Ce n’est simplement pas un désert où il fait chaud, mais c’est aussi un désert spirituel. Oh! la la! Il n’y a pas du tout de vie spirituelle dans des églises, elles sont contre… Eh bien, vous n’avez jamais vu pareille chose dans votre vie. Nous n’avons même pas une église où aller, ni rien. Et puis lorsque… Spirituellement, les gens périssent pratiquement. Je vois cela dans les gens qui viennent là, je les observe, je vois leurs divergences. Et ainsi… Si vous demeurez sous l’influence de l’Esprit de Dieu, votre vie devient douce, tendre, comme l’eau qui fait pousser l’herbe et ces tendres bourgeons. Si… Cette herbe ne pousserait pas en Arizona. Ces arbres seraient des cactus. Ces feuilles se replieraient tout simplement et deviendraient piquantes. C’est ce qui se passe quand on devient sec dans l’église, les gens se piquent les uns les autres, vous savez et juste… Vous voyez? Il vous faut avoir les douces eaux de pluie pour vous rendre doux et produire des feuilles et de l’ombre pour les pèlerins qui passent.

48 Et ainsi, quelque chose m’a dit : «Peut-être que tu trahis le travail de Dieu. J’ai donc prié pour avoir une vision. Meda venait de m’offrir une nouvelle Bible et frère – frère Brown de l’Ohio m’a aussi offert une nouvelle Bible, tous les deux en même temps, à Noël. Je suis allé et j’ai pris l’une de ces nouvelles Bibles et j’ai dit : «Seigneur, autrefois, Tu avais un Urim thummim.

49 Maintenant, écoutez, permettez-moi de dire ceci. Bien sûr, ils ne sont pas… service n’est pas enregistré. C’est pourquoi je demande – je dis ceci. Permettez que je dise ceci : Ne faites pas ça; ce n’est pas bien, mais j’ai dit : «Seigneur, autrefois lorsque quelqu’un faisait un songe, on l’amenait vers l’Urim Thummim et il racontait son songe; et si le – si l’Urim Thummim réfléchissait en retour les Lumières (la Lumière Surnaturelle), c’est que le songe était vrai. Je dis: «Mais ce sacerdoce et cet Urim Thummim sont passés. Maintenant, c’est Ta Bible qui est l’Urim Thummim. Seigneur, puissé-je ne jamais refaire cela; je T’ai demandé en priant de me donner une vision et de me dire pourquoi je fais ces songes. Qu’ai-je fait? Si j’ai fait du mal ou si j’ai fait quelque chose à qui que ce soit au monde, fais-le moi savoir; je vais – je vais – j’irai mettre cela en ordre. Si je dois quelque chose à la Compagnie de Service Public, si je leur ai fait quelque chose de mal ou à qui que ce soit d’autre, si je T’ai fait quelque chose de mal, fais-le moi savoir; je – je veux mettre cela en ordre.» Mettons ces choses en ordre maintenant même; n’attendez pas plus longtemps, cela peut être trop tard, faisons-le maintenant.

50 Et j’ai dit : «Certainement qu’il y a quelque chose, dans cette Parole de Dieu, de la Genèse à l’Apocalypse, qui serait en rapport avec un certain personnage avec qui Tu as traité et qui se serait trouvé dans la même situation que moi. Si quelqu’un a fait quelque chose, et – et que Tu Te sois acharné contre lui à ce sujet, alors permets qu’en ouvrant cette Bible, je tombe à cet endroit-là. Si quelqu’un… quoi qu’il ait fait, si cela correspond à mon cas, là où j’ai failli ou s’il y a quelque chose que Tu veuilles que je fasse ou que je n’ai pas, montre-moi un personnage dans la Bible qui se trouvait dans le même cas. Puis j’ai fermé les yeux, j’ai laissé simplement ma Bible s’ouvrir; j’ai posé mon doigt sur un passage de l’Écriture, Genèse 24.7 où Eliezer, le serviteur fidèle d’Abraham, le serviteur modèle de la Bible, a été envoyé pour chercher une épouse pour Isaac. J’ai senti des frissons me parcourir.
Certainement qu’il s’agit de mon – c’est en accord avec le reste du Message : faire sortir l’Épouse. Il dit : «Jure que tu ne prendras pas une épouse parmi ces femmes mais que tu iras vers mon propre peuple.» Il dit : «Et si la femme ne veut pas me suivre?» . Abraham dit : «Tu seras alors libéré de ce serment, dit-il. Et Dieu va… du Ciel va – va envoyer Son Ange devant toi afin de te conduire.» Il partit immédiatement et commença à prier, puis il rencontra la belle Rébecca qui devint l’épouse d’Isaac.

51 C’était un parfait message qui m’a ramené à la Parole. «Va chercher cette Épouse. C’est un devoir; c’est pour cela que je suis ici; c’est ce que j’essaye de faire, d’appeler une Épouse à sortir.

52 Souvenez-vous là en Californie, cette interview de l’Epouse, cette vision préalable de l’Épouse que j’aie eue ici. Que cette Épouse est premièrement venue, et ensuite je l’ai vue passer, et puis Miss Amérique est venue, Miss Asie et tout, oh! c’était la chose la plus horrible à voir; puis cette même Épouse est encore passée. L’une d’elles ne marchait plus au pas et je la remettais à marcher au pas (il s’agissait de deux d’entre elles); et c’est là ce que je suis censé faire : maintenir cette Epouse au pas. Chercher cet homme…
J’ai dit : «Ô Dieu! je retourne à la maison, je vais renouveler mes voeux et prendre un nouveau départ. C’est donc ce que nous avons l’intention de faire; c’est pour cela que je suis ici.
Je pense que ce serait une bonne chose si nous faisions comme ceci : si on commençait le 18 la semaine prochaine, dimanche prochain le matin, dimanche prochain, le soir, puis le dimanche suivant et encore celui d’après. Combien pensent que ce serait une bonne chose? Merci.

53 Maintenant, je veux que vous fassiez quelque chose pour moi. Si vous avez informé les gens qu’il – qu’il y aura une réunion le 28, voulez-vous encore informer que nous ne saurons pas la tenir? Dites-le leur, écrivez-leur une lettre ou quelque chose comme ça. Nous ne voulons pas que les gens viennent et soient déçus; en tout cas, nous n’avons pas pu obtenir l’auditorium. Vous voyez, nous n’avons pas pu l’obtenir. Et ainsi… Parce qu’à la dernière réunion, je pense que nous avons eu tant de monde là-bas et tout, seulement ils… Vous savez comment le public se comporte et ils sont… Eh bien, nous vivons simplement dans les derniers jours, c’est tout. On prétend que les gens qui viennent là dérangent l’école, qu’ils sont venus trop tôt, qu’ils ont fait ceci et cela, que la salle était trop bondée et que le capitaine des pompiers a fait ceci et cela. Eh bien, vous savez… Nous allons donc aborder ces Coupes et ces Trompettes. J’aimerais les situer, je vous avais dit que j’allais le faire. Elles interviennent sous une autre chose; il en est de même de ces Coupes qui interviennent quand les Trompettes sonnent. Mais nous voulons les parcourir entièrement d’un trait et apporter cela, relier cela ensemble.

54 Combien ont lu ce que frère Vayle a réécrit à ce sujet en l’arrangeant et en corrigeant la grammaire pour moi? En avez-vous lu une partie le… Vous l’avez lu, deux ou trois d’entre vous. Je pense que c’est vraiment un bon travail que vous avez fait, frère Vayle, un bon travail. Est-ce que vous … je pense que c’est soeur Vayle qui a fait cela, et vous, vous l’avez simplement transcrit, mais c’est elle qui l’a fait. C’est elle qui était… Voyez, je ne suis pas contre les femmes, n’est-ce pas, soeur Vayle?

55 Ainsi donc, lisons ici un passage de l’Ecriture pour les quinze ou vingt minutes qui suivent. Et je – j’ai un petit livre ici. J’ai parlé, je pense que c’était à frère Vayle, ou je ne sais qui, ou je pense que c’est à frère Roy Borders. Frère Vayle qui m’a acheté ce livre. Je veux en faire un petit manuel. Mais si quelqu’un a déjà jeté un coup d’oeil à ce que j’appelle notes… Si, par exemple, je veux prêcher sur l’Étoile du Matin, je dessinerai une étoile; et si je veux prêcher sur quelque chose, je représente tout cela ici par des symboles, des griffonnages. Personne ne peut savoir ce que c’était.

56 Lorsque je sors et que je pense à quelque chose, je mets cela sur… en route, des fois, pendant que la voiture a des secousses, je note cela, j’ajoute ceci cela et je fais des petits signes, des croix, des ponts et – et toutes sortes de choses. Par exemple, si je veux prêcher sur l’Étoile qui descend, je mettrai une pyramide ici, je la dessinerai et je mettrai l’Étoile à cinq branches de David en train de descendre sur elle. Et je sais où je vais dans les Écritures. Et pour une certaine chose que Moïse a faite, je dessine par exemple de petits signes. J’en ai plusieurs ici, je me disais que j’allais… Ce matin, là-bas, lorsque l’idée m’est venue de prêcher pendant quelques minutes ici sur ce sujet sur un… mes notes, cela prendra peut-être vingt minutes. Et puis, je ne – n’aimerais pas arracher à frère Neville le service de ce soir. Ce soir, je – je – je vais me reposer et l’écouter; et puis, si le Seigneur le veut, nous commencerons le service le dimanche prochain, le matin. Vous allez tous m’aider et nous prierons, car j’avais à coeur d’essayer de…

57 Les gens ont dit : «Eh bien, nous pourrions aller soit à Louisville, soit à New Albany». Mais la réunion était prévue pour Jeffersonville. J’irai à Louisville et à New Albany à des moments différents, mais cette réunion était censée avoir lieu ici à Jeffersonville.
Maintenant, inclinons la tête juste une minute pendant que nous avons été – je vous ai parlé ici depuis environ trente minutes, maintenant parlons-Lui un moment.

58 Seigneur Jésus, nous sommes – nous sommes certainement un peuple béni au-delà de notre – notre imagination, au-delà de notre entendement. En effet, s’il y avait un noble parmi nous, par exemple une certaine personne venant d’un autre pays, ou un certain diplomate, nous estimerions que ça serait merveilleux d’avoir une seule personne noble parmi nous. Mais aujourd’hui, nous avons le Dieu du Ciel, qui est non seulement parmi nous mais en nous, habitant et vivant Sa vie au travers de nous, et nous sommes si reconnaissants pour cela, Seigneur. Cela dépasse bien sûr notre entendement.

59 Mais maintenant, après avoir parlé de ce que les services… de notre voyage en Afrique et des choses que nous avons essayé d’organiser pour ces quelques jours ici dans l’Indiana... Et d’une manière ou d’une autre, il se peut, Seigneur, que Tu sois en train de nous conduire vers cette tente pour que cette vision s’accomplisse. Ainsi, que Ta volonté soit faite; nous avons confié cela de cette façon, au mieux de notre compréhension. Ainsi, nous Te prions, Seigneur, s’il y a quoi que ce soit de contraire à Ta volonté, de nous le faire savoir, afin que nous puissions apprendre à faire Ta parfaite volonté.
Maintenant, bénis-nous pendant ces quelques prochaines minutes. Parle-nous au travers de Ta Parole, Seigneur, car Ta Parole est la Vérité. Nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

60 Ouvrons la Bible dans Marc chapitre 8…?… C’est… Cela devient… Quand est-ce que vous laissez partir les gens d’habitude? A 12 heures juste? Vers 12 heures. Très bien. Maintenant, je vais – maintenant, juste un tout petit message ici, que je peux vous prêcher sur la Parole, après avoir rendu témoignage de ce qui s’est passé là-bas et ainsi de suite. Marc chapitre 8, commençons vers le verset 34 jusqu’au verset 30, nous allons jusqu’au verset 38, tout le reste de ce chapitre. J’aime lire ce qu’Il a dit, car je sais que c’est vrai. Maintenant nous… Puis, ayant appelé la foule avec Ses disciples, Il leur dit: Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive : Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra; celui qui perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera. Et que sert-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perd son âme? Que donnerait un homme en échange de son âme? Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l’homme aura aussi honte de lui, quand il reviendra dans la gloire de son Père, avec les saints anges.

61 J’aimerais tirer de là un petit sujet (si on peut l’intituler ainsi), ça s’intitule Honteux. Vous savez, j’aime cela : «Quiconque aura honte de Moi et de Mes Paroles, J’aurai honte de lui».
Eh bien, le mot «honteux» pourrait être aussi traduit par embarrassé. Vous savez, quelque chose au sujet duquel vous êtes… Vous êtes confronté à quelque chose qui vous embarrasse, dont vous avez honte. Cela…

62 Une autre chose que fait la honte : cela montre que vous n’êtes pas sûr de ce dont vous parlez. Si vous savez de quoi vous parlez et que vous êtes sûr que vous savez de quoi vous parlez, vous pouvez le dire à n’importe qui. Vous n’avez pas honte. Mais si vous vous sentez gêné, si vous sentez que vous n’êtes pas à votre place, cela montre que vous n’avez pas d’assurance.
Remarquez qu’il y a tant de gens qui sont ainsi aujourd’hui, spécialement concernant le sujet dont je suis en train de parler, Honteux de la Parole.
Eh bien, Lui et la Parole sont la même chose : «Au commencement était la Parole; et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Et la Parole a été faite chair, et a habité parmi nous : le même hier, aujourd’hui, et éternellement».

63 Ainsi, «Quiconque a honte de moi et de ma Parole,» (Et Lui et Sa Parole sont Un, si donc vous avez honte de Sa Parole dans cette génération pécheresse d’aujourd’hui) «J’aurai honte de lui».
Eh bien, nous remarquons aujourd’hui que si quelqu’un demande : «Etes – êtes-vous chrétien?», c’est très courant de dire : «Oh! je suis chrétien». Vous voyez? Mais croyez-vous la Parole de Dieu lorsqu’Elle dit : «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru?». Oh! Même les prédicateurs rougissent. Vous voyez? «Avez-vous honte, disons, de la guérison divine? Avez-vous honte du Plein Évangile? Avez-vous honte de votre expérience de pentecôte? C’est cela être honteux de Sa Parole, c’est Sa Parole qui est faite chair en vous.

64 Sa Parole doit donc vivre par Elle-même pour chaque génération. Elle a vécu par Elle-même du temps de Moïse, car en ce temps-là, la Bible dit dans Hébreux chapitre1 : «Dieu, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, a parlé aux pères par les prophètes.» Et ces prophètes… L’église a tellement tordu tout cela que, lorsque ces prophètes... Ces audacieux messagers de Dieu vinrent sans église, sans dénomination, sans organisation, sans rien, et ils défièrent des rois, des royaumes, des églises et tout.

65 Lorsque ces sacrificateurs furent amenés devant… Lorsqu’ils furent amenés devant les sacrificateurs, ils n’eurent pas honte, car ils avaient directement le «Ainsi dit le Seigneur!». Si vous remarquez bien, le prophète, dans un sens du mot, dans l’Ancien Testament, lorsqu’il disait «Ainsi dit le Seigneur», (Eh bien, observez-le!), dans ses paroles, il prenait directement la place de Dieu. Vous remarquerez que lorsqu’il prononçait le «Ainsi dit le Seigneur», il devenait carrément Dieu, et il agissait comme Dieu. Alors, il donnait son Message, c’était Dieu qui parlait en lui : Ainsi dit le Seigneur.

66 Je pense aux prophètes de l’ancien temps, lorsqu’ils venaient avec ce Message qui mettait les rois dans l’embarras et qui mettait les gens mal à l’aise. Même les prêtres se sentaient mal à l’aise; car ce sont eux qui étaient censés être des conducteurs, des hommes religieux; et lorsqu’ils – la Parole sortait comme cela, Elle les exposait et ils étaient embarrassés ou honteux.
Et bien des fois, nous voyons cela, pas bien des fois – trop souvent, aujourd’hui, que l’homme… Vous dites : «Je suis chrétien». «Avez-vous reçu le Saint-Esprit depuis que vous avez cru?». «Oh! Euh… ha!»
Vous voyez, ils sont – ils sont embarrassés à ce sujet.

67 Quelqu’un demandera : «Etes-vous membre de ce groupe là-bas qui pousse tous ces cris et qui exerce toutes ces histoires de guérison divine?». Souvent les chrétiens reculent. S’ils sont membres d’une dénomination, ils aiment donc le proclamer : «Je suis baptiste», «Je suis presbytérien», «Je suis luthérien». Ils n’en ont pas honte, mais pour ce qui est d’être un chrétien qui peut prendre la Parole de Dieu telle qu’Elle est, alors ils ont – ils ont – ils ont honte.
— «Je ne suis pas membre d’une quelconque dénomination». Vous voyez? Ils – ils ont honte de le dire. Ils sont forcément comme le reste du monde, représentés par une organisation.

68 Eh bien, c’est tout récemment que cela est arrivé. Du temps de Luther, si vous avouez que vous étiez un luthérien, un disciple de Luther, eh bien, cela signifiait pratiquement être mis à mort par l’église catholique. Du temps de Wesley, si on apprenait que vous aviez défié l’église anglicane, les anglicans vous infligeaient la peine de mort si vous avouiez que vous étiez méthodiste. Du temps des pentecôtistes, c’était presque une honte de dire qu’on était un – qu’on était un pentecôtiste, car on vous taxait vite d’un saint exalté ou – ou d’un parleur en langues ou autre chose de ce genre. Maintenant, ils se sont organisés et se sont directement associés au reste du groupe.

69 Maintenant, lorsque viendra le temps d’appeler les gens à sortir et que vous n’appartiendrez à aucune… Il est très courant de dire : «Je suis pentecôtiste»; il est très courant de dire : «Je suis presbytérien, luthérien». Mais qu’en sera-t-il lorsque viendra le temps où vous devrez sortir et prendre position pour la Parole? «Je ne suis membre d’aucune de ces organisations». Cela – cela euh... embarrassé.
Jésus a dit : «Eh bien, si vous avez honte de Moi, alors J’aurai honte de vous». Pourquoi aurait-Il honte de vous? Parce que vous prétendez Lui appartenir alors que vous ne voulez pas Le suivre. Qu’arriverait-il si je disais : «Ce petit garçon, c’est – c’est mon fils», et qui se retourne et dise : «Qui? Moi, être votre fils? Pour qui donc me prenez-vous?».

70 Cela m’embarrasserait. Cela vous embarrasserait s’il s’agissait de votre fils. Et c’est ainsi que la soi-disant chrétienté d’aujourd’hui… Si vous portez le nom d’une dénomination, c’est très bien; on accepte la paternité d’une dénomination, mais lorsqu’il faut accepter la paternité de la Parole de Dieu, Christ, non! Ils sont embarrassés; ils ne veulent pas dire : «Oui, j’ai parlé en langues. Oui, j’ai eu des visions. Oui, je crois dans la guérison divine. Oui, je loue le Seigneur. Je suis libre de toute organisation. Je ne m’incline devant aucune d’elles; je suis un serviteur de Christ». Oh! la la! Cela… les met tout simplement en pièces.

71 L’autre soir, un grand orateur est allé chez les Hommes d’Affaires du Plein Évangile à Chicago. Puis-je m’arrêter juste une minute pour vous dire ceci, (excusez-moi) : mais, bien des fois, vous pensez, et moi aussi, que ces choses dont nous parlons, la Vérité de la Bible, n’atteignent pas les gens; mais ça atteint les gens. Parfois les gens vont se dresser directement contre cette Vérité, mais ils ne le font pas intentionnellement. Ils cherchent à découvrir où vous vous tenez.
C’est comme l’histoire concernant un groupe d’ivrognes qui discutaient, disant que le christianisme n’existait pas. Un homme a dit : «Moi, je sais où il y a un chrétien; c’est ma femme».
L’un d’eux a dit : «Eh bien, je – je n’y crois pas».
Il a dit : «Viens! Nous allons… agissons tous comme si nous étions vraiment ivres».

72 Ils sont allés là à la maison, et ils ont fait tout ce qui leur était possible de faire. Et – et il a demandé à sa femme de leur préparer des oeufs, qu’il jeta par terre en disant : «Tu sais bien que ce n’est pas comme ça qu’il faut me préparer les oeufs!» (Et il a fait des histoires dans la maison.) Puis ils sont allés dans l’autre pièce et se sont jetés sur un fauteuil. Ils ont entendu quelqu’une balayer cela sans dire un mot, disant – chantant un petit cantique pour elle-même. Jésus doit-Il porter seul la croix
Et le monde entier ne rien porter? …
Il y a une croix pour chacun,
Et il y a une croix pour moi, Et je porterai cette croix consacrée,
Jusqu’à ce que la mort me libère,
Et alors je rentrerai à la maison pour porter une couronne…
Ce vieil ivrogne dit alors : «Qu’est-ce que je vous avais dit?». Ils dirent : «C’est une chrétienne!». Vous voyez? Ils la mettaient simplement à l’épreuve. Et j’ai trouvé que, des fois, le monde vous met à l’épreuve.

73 Aussi, je n’aurais jamais pensé que cela pourrait arriver, mais samedi soir dernier, je crois que c’était ça ou plutôt c’était dimanche soir, ce grand orateur… (je ne dois pas citer le nom des gens) mais il essaye… il agit exactement dans le sens contraire. J’essaye de garder ces églises hors de ce mouvement oecuménique et cet homme essaye de les y faire entrer. Il prêche donc aux Hommes d’Affaires Chrétiens (avec qui j’étais censé avoir une réunion à Chicago. Je pensais que je serais en Afrique à ce moment-là; ainsi je ne pouvais y participer.) Cet homme a dit, il s’est levé là et a dit : «C’est le plus grand mouvement, la plus grande chose qui ait jamais existé sur terre maintenant; toutes les églises retournent à l’église catholique dans le mouvement oecuménique, et les catholiques recevront le Saint-Esprit». Quel piège du diable!

74 Et ce dirigeant, frère Shakarian, le président de l’Association Internationale des Hommes d’Affaires, s’est levé et a dit (après que cet homme s’est assis), il a dit : «Ce n’est pas ainsi que nous avions appris la chose.» Il a dit : «Frère Branham nous a dit que ce mouvement oecuménique les conduira tous à la marque de la bête.» Et cet homme était assis là à l’estrade. Il a dit : «Cela conduira à la marque de la bête.» Et il a dit : «Nous sommes enclins à croire que ce qu’il dit est la Vérité. Suivez-nous.» Il a dit : «Combien aimeraient entendre frère Branham et aimeraient qu’il vienne vous montrer le véritable aspect de la chose? Levez…». Et cinq mille et quelques personnes s’exclamèrent et s’écrièrent : «Qu’il vienne pour un jour – (Voyez) – un jour!».

75 Frère Carl Williams m’a appelé disant : «Frère Branham, eh bien, j’ai parcouru toute cette foule, dit-il, les gens ont rempli les mains de tas de billets de cent dollars pour vous procurer un billet d’avion aller et retour». Voyez-vous, juste pour un jour! Vous voyez, ces gens… Cette Parole s’enfonce parfois à des endroits que nous ignorons. Vous voyez? Mais, voyez, lorsque vous êtes vraiment… Peu importe combien le monde est contre cela, combien les dénominations sont contre cela, Dieu confirme que c’est la Vérité.

76 Lorsque, enfin, cette heure glorieuse sonnera, il se passera des choses auxquelles nous n’aurions peut-être pas songé.
Oui, si vous êtes dans l’embarras, cela montre que vous n’êtes pas sûr. Ainsi, vous pourriez… ou plutôt vous ne discuteriez pas sur ce sujet si vous savez que vous allez avoir honte de cela; vous n’aimeriez pas discuter sur ce sujet, vous vous retiendriez.

77 Mais comment un homme rempli du Saint-Esprit, un homme dont le coeur est rempli de la Puissance de Dieu et de l’amour de Dieu, peut-il parler à quelqu’un pendant quelques minutes et ne rien mentionner au sujet de cet amour qui est dans son coeur? Voyez? Il y a quelque chose qui fait que cela… Vous ne pouvez pas le faire. C’est un… ça doit être le mauvais jour dont parlait Jésus. Les gens ont honte de la Parole et de l’Esprit de Dieu qui agit en eux. Mais lorsque la Vérité est clairement révélée aux gens, alors c’est Dieu Lui-même qui se révèle au travers de la Parole… Eh bien, n’importe qui peut avoir toutes sortes de prétentions. Et nous en avons eu en ces jours-ci, où on a eu tant de prétentions que c’est devenu horrible. Mais voyez-vous, s’il y a une Vérité, Elle doit venir par la Parole. En effet, on dit qu’ils ont toutes sortes de choses : de l’huile sort de ces gens, du sang sort de leurs mains, les femmes ont du sang qui leur coule depuis le dos jusqu’aux chaussures, elles lèvent leurs chaussures et déversent de l’huile, des grenouilles sortent d’un bond et descendent l’estrade en sautillant et toutes sortes de choses semblables. Des telles histoires n’existent pas dans la Bible. Il n’y a aucune promesse des choses pareilles dans la Bible. Elle déclare simplement que dans les derniers jours, l’esprit serait si proche que cela séduirait même les élus si c’était possible. Mais il n’y a pas d’Écriture pour cela.

78 Mais pour ce qui est de la véritable Parole de Dieu sans mélange, confirmée par Dieu, il semble que cela embarrasse même l’autre groupe radical. Vous voyez? Cette Parole cause de l’embarras, mais pour chaque homme, chaque femme, chaque garçon ou fille qui est vraiment un chrétien authentique, Elle est une réalité.

79 Dieu a fait la promesse du baptême du Saint-Esprit, et si vous recevez Cela, quelque chose s’installe en vous que rien ne peut remplacer. Quand un homme rencontre Dieu, non pas dans un emballement d’émotions, un enthousiasme ou une doctrine religieuse, un catéchisme, un credo ou un dogme qu’il a accepté par commodité… mais lorsqu’il arrive vraiment au point, comme ce fut le cas pour Moïse derrière le désert, de se tenir face à face avec le Dieu Tout-Puissant, et que vous entendez la Voix vous parler exactement selon la Parole et la promesse de l’heure, Cela vous fait quelque chose. Vous voyez? Vous n’En avez pas honte. Ça fait quelque chose en vous. Eh bien, suivons maintenant, pendant les quinze prochaines minutes.

80 Certaines personnes vivent une telle expérience. Et tel que je vous parle aujourd’hui, ce n’est pas en tant qu’une église ou une dénomination, mais je vous parle en tant qu’un individu; ce n’est pas parce que vous êtes venus ici dans ce tabernacle, c’est parce que je vous aime et que vous m’aimez… ce n’est pas à cause de cela. Laissez-moi vous parler comme à des personnes mortelles qui devront un jour parvenir à la fin de cette vie. Et il se peut que je ne sois pas là, et le… Il se peut qu’un autre prédicateur ne soit pas là, mais il n’y en a qu’un Seul qui peut vous rencontrer là, et c’est Dieu. Et vous – vous écoutez cela et ne vous demandez pas : «Ma femme est-elle une bonne chrétienne?», ni – ni «mon mari est-il un bon chrétien?», mais : «Suis-je en ordre avec Dieu? Ai-je rencontré Dieu comme cela?». Non pas parce que «Mon pasteur a rencontré Dieu», ni parce que «Mon diacre a rencontré Dieu», mais «L’ai-je rencontré?» Non parce que «J’ai crié», non parce que «J’ai parlé en langues», mais parce que «Je L’ai rencontré en tant qu’une Personne». Alors, vous n’aurez jamais honte de cela!

81 Il y a quelque chose de tellement parfait, pur et vrai… Souvenez-vous qu’il se peut que vous rencontriez un esprit qui agisse comme Dieu; il se peut que vous rencontriez un esprit qui fait telle ou telle chose; suivez cela un petit instant, voyez comment cela s’identifie avec la Parole de Dieu. Il se peut que vous rencontriez un esprit qui vous dise que vous êtes sauvé et qui vous procure une sensation glorieuse; vous criez, vous poussez des cris, et puis lorsque cet esprit en vient à renier la Parole… Comment le Saint-Esprit qui a écrit la Parole peut-Il renier Sa propre Parole? Cet Esprit doit ponctuer d’un «amen» chaque promesse de Dieu. Sinon, alors vous n’avez jamais rencontré Dieu; vous avez rencontré un esprit séducteur, et le monde en est plein aujourd’hui!

82 Mais lorsque vous voyez Dieu descendre et dire qu’Il va faire une certaine chose, et qu’Il vienne ensuite faire cela, à maintes reprises, c’est que vous avez un véritable Esprit de Dieu. Comment l‘Esprit pourrait-Il être sur un homme, ce Saint-Esprit qui a écrit la Bible, puis faire volte face et nier que c’est vrai et dire que c’était pour un autre jour? Il a dit que la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu en appellera (C’était Actes 2.38). Comment donc un esprit peut-il être de Dieu et accepter quelque chose différent de cela, alors qu’Hébreux 13.8 dit que «Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement»? Qu’arriverait-il si quelqu’un disait : «Oh! je pense qu’Il était un philosophe, qu’Il était un homme de bien, qu’Il était un prophète; mais en ce qui concerne Sa puissance…»

83 L’autre soir, je parlais avec George Smith, le jeune homme qui fréquente ma fille Rébecca. C’est un gentil garçon, il a chanté ici au Tabernacle. Un jeune baptiste, qui a tout récemment dit : «Otez mon nom de cette histoire; je ne veux rien avoir à faire avec cela.» Et il y a une jeune dame… Il y avait une conférence dans une certaine église baptiste là-haut sur les collines, et – et là-bas ils sont tous fermement et vraiment opposés à moi. Et au sujet de ce…En fait, ils n’ont rien contre moi, mais contre cette Parole. Ils ne peuvent rien dire contre moi en tant qu’homme; je ne leur ai jamais fait de mal, mais c’est de ceci qu’ils ont peur. Vous voyez? Eh bien, nous étions…

84 Ils tenaient plutôt cette réunion là-haut, ils avaient – allaient recevoir un missionnaire les trois derniers soirs de cette grande conférence qui avait lieu là-haut sur les collines, où il fait frais. Il arriva que le missionnaire se leva et en vint à parler de Marc 16, et il dit : «Il y a aujourd’hui beaucoup de gens qui ne peuvent pas croire dans la guérison divine». Il a dit : «J’étais en Inde. Je suis indien et je me trouvais en Inde lorsqu’un homme d’ici aux Etats-Unis, du nom de frère Branham est arrivé (le pasteur commençait à s’agiter.), a-t-il dit. Ma femme se mourait du cancer et moi j’étais aveugle (ou quelque chose de ce genre). Il a prié pour l’un de nous et a appelé l’autre du milieu de l’assistance; il ne connaissait même pas notre langue. Il a proclamé la Puissance de Dieu.» Et il a dit : «Nous voici, guéris».

85 Eh bien, ils ont essayé de le faire taire, mais ils n’ont pas réussi. C’est notre… vous voyez, en plein dans leur propre conférence. Ensuite, ils ont même nié que quelque chose… Certaines personnes, même mon… la soeur de ce garçon. Ceux qui étaient sur place n’avaient même rien à dire. Ils voulurent savoir si elle n’avait pas une certaine relation, de sorte qu’ils puissent arriver à découvrir... Une des dames a dit : «Eh bien, je crois cela.» Rébecca et George sont allés voir cette dame. Et elle est allée chercher une fille qui souffrait d’un – un… était en quelque sorte un peu retardée. Alors, l’autre soir, ils m’ont fait venir là pour voir cette fille. Et je suis allé et cette jeune fille était assise là et je lui ai dit : «Etes-vous croyante?» Elle a dit : «Oh! je ne sais pas si j’en suis une ou pas.» Eh bien, elle n’était pas retardée, ce n’était qu’un esprit démoniaque; on ne s’en rend pas compte. Vous voyez, cela vous saisit et vous ne le savez pas. Cela vient… [Espace vide sur la bande — N.D.E.] …la violence saisit la personne sans qu’elle le sache.

86 Les femmes qui marchent là dans la rue en shorts ne s’en rendent pas compte. Il se peut qu’elles soient, elles peuvent – pourraient prouver et le jurer, qu’elles n’ont jamais rien fait de mal envers leur mari, ou autre; mais dans leur coeur elles ne sont pas conscientes, mais l’esprit démoniaque s’est emparé d’elles. Elles en sont possédées. Pourquoi une femme voudrait-elle ôter ses habits devant un homme? Il n’y a qu’une seule personne qui a fait cela dans la Bible, et elle était folle. Les autres cherchent à se couvrir. Elles ne s’en rendent pas compte; c’est tellement rusé et subtil. Vous devez veiller, vous examiner avec la Parole de Dieu et voir où vous en êtes.

87 Cette jeune fille a dit : «Oh! on m’a dit que j’ai été baptisée quand j’étais enfant; a-t-elle dit. Je ne sais pas si je dois croire ces balivernes ou non.»
J’ai dit : «Ne croyez-vous pas en Jésus-Christ?».
Et elle a dit : «Eh bien, je ne sais pas si oui ou non.» Elle a dit : «Je ne crois pas à cette supercherie.»
J’ai dit : «Eh bien, naturellement, vous ne croyez pas à cette supercherie.» J’ai dit : «Mais, croyez-vous qu’Il était le Fils de Dieu?».
«Oh! a-t-elle dit, c’est possible qu’Il l’ait été.»
J’ai dit, et j’ai dit : «Croyez-vous qu’Il est le même aujourd’hui, qu’Il est ce Dieu qui peut vous sauver?».
Elle a dit : «Existe-t-il quelque chose comme ces miracles-là et ces et – ces affaires-là? Mais, je n’en crois rien.»
Et j’ai dit : «Que feriez-vous si vous étiez assis à une réunion et que vous voyiez Dieu, le Saint-Esprit, qui est le seul Dieu qui existe, oeuvrer parmi les gens, Dieu étant dans Son office de Père, la Colonne de Feu… et des prophètes, Dieu dans Son Fils, puis Dieu dans Son peuple? Ce ne sont que des attributs de Dieu, du seul grand Dieu qui remplit l’Éternité.» J’ai dit : «Que diriez-vous si vous Le voyiez parmi Son peuple faire voir les – les aveugles, faire entendre les sourds, regarder à travers l’auditoire, et dire aux gens ce qui cloche en eux, et exactement comme Il le fit lorsqu’Il était ici sur terre?»
Elle a dit : «Je crois que ce serait l’horoscope.»
Et j’ai dit : «Vous êtes dans un état pire que je ne le pensais.»
«Ça serait mieux pour toi si tu étais folle, voyez, tu n’aurais pas à répondre de cela.» Mais, je lui ai dit : «Tu es possédée d’un mauvais esprit.» J’ai dit : «Lorsque Jésus a parlé à la femme au puits de ses maris, lorsqu’Il regardait les gens et qu’Il connaissait les pensées de leurs coeurs, appellerais-tu cela de l’horoscope?» Voyez, elle est tellement plongée dans une dénomination appelée luthérienne que toute autre chose contraire à cela serait fausse…
Maintenant, Dieu a besoin des gens qui sont plongés dans la Parole. Toute chose contraire à Elle est fausse. Jésus à dit : «Que toute parole d’homme soit reconnue comme mensonge et la mienne comme vraie.»
Il y avait là un homme du nom de Noé qui vivait dans un âge très scientifique. Il n’avait pas honte de la Parole de Dieu. Dieu l’avait rencontré. Il lui avait parlé. Il savait bien que c’était Dieu. Et Il lui a dit : «Il va pleuvoir.»
Il n’avait jamais plu, mais il croyait qu’il allait pleuvoir et il n’avait pas honte de mettre en pratique la foi qu’il avait. Cela lui prit cent-vingt ans pour construire une arche, alors que le monde était contre lui. Il n’avait pas honte de la Parole de Dieu en son jour; Dieu le sauva pour cela, lui et sa maison.

88 Il y avait un… Comme cela a dû paraître insensé pour les autres, mais pour lui, il avait rencontré Dieu. Quels que scientifiques qu’aient été les autres, ceux qui étaient opposés à cela, à quel point on soutenait que cela ne pouvait arriver, que ça ne pouvait arriver, il avait rencontré Dieu. Il en est ainsi quand vous savez que vous Lui parlez…

89 Vous pourriez penser que c’était quelque chose d’insensé; quand quelqu’un.. alors que je sais qu’il y a quelques personnes dans le monde qui s’accrochent à ce que je dis comme étant la Vérité. Je me suis tenu ici et j’ai dit: «AINSI DIT LE SEIGNEUR, je vais en Arizona. Là, je rencontrerai une constellation de sept Anges». Eh bien, il y avait un groupe d’hommes qui étaient là pour voir cela arriver.

90 L’autre soir, il a été dit : «Los Angeles sombrerait dans l’océan». Mais quand vous avez rencontré Dieu, ce Dieu qui ne faillit jamais, ce Dieu qui fait exactement ce qu’Il a dit qu’Il ferait, Il l’a toujours fait, alors vous n’avez pas honte de cela. Vous n’avez pas à faire marche arrière et à être embarrassé à ce sujet; vous pouvez le dire au monde entier. Si un homme rencontre Dieu, Lui parle et que Dieu devienne réel dans son coeur, il n’en aura pas honte.

91 Noé n’avait pas honte. Cela semblait insensé au reste du monde, mais pas à lui.

92 Moïse, quand il était devant Pharaon, il n’eut pas honte de dire à Pharaon que certaines choses devaient arriver, parce qu’il avait rencontré Dieu. Dieu lui avait parlé dans le buisson ardent. Moïse avait dit : «Je – je bégaie». C’est ce qu’il avait, un défaut d’élocution.
Dieu lui a dit : «Voici venir Aaron; sois Dieu pour lui et il sera ton prophète. Je sais qu’il parle bien, mais je serai avec ta bouche. Qui fait parler l’homme?» Amen. Mes amis. J’aime cela. C’est Dieu! «Qui rend l’homme sourd ou muet, ou qui fait parler l’homme? C’est Dieu.»
Il a dit : «Seigneur, montre-moi Ta gloire!»
Dieu a dit : «Qu’y a-t-il dans ta main?»
Moïse a dit : «C’est un bâton.»
Dieu dit : «Jette-le par terre!» Et ça devint un serpent.
Dieu dit : «Ramasse-le!»Et c’était redevenu un bâton. Amen! Il est Dieu!
«Mets ta main dans ton sein!» Il l’a fait entrer et il l’a fait sortir, elle était blanche de lèpre. Dieu dit : «Remets-la et ressors-la de nouveau (et elle redevint comme l’autre main). Je suis Dieu».
Puis il s’avança devant Pharaon et lui dit ce que Dieu avait dit de lui dire. Il a dit : «Telle et telle chose va arriver.» Il ramassa du sable, le jeta en l’air et dit: «AINSI DIT LE SEIGNEUR, que des mouches viennent sur la terre». Et les mouches vinrent. Il prit de l’eau, la versa dans la rivière et dit : «AINSI DIT LE SEIGNEUR,» et toutes les rivières et tout devinrent du sang. Il fit aussi descendre de la grêle du ciel.

93 Vous savez, dans ces derniers jours, ces plaies sont censées revenir. Et souvenez-vous, au temps biblique, ceux qui commettaient l’adultère étaient condamnés à mourir par lapidation; et l’église incroyante sera lapidée à mort avec des grêlons. C’était autrefois le châtiment de Dieu. Il lapidera ce monde incrédule, cette génération adultère. Il la lapidera depuis le ciel avec des grêlons pesant chacun un talent, ce qui représente quarante-cinq kilos. L’église adultère mourra, le monde adultère mourra sous le châtiment de Dieu, Il les lapidera comme Il le fit au commencement. Église, mets-toi en ordre avec Dieu! C’est ce que nous devons tous faire : retourner à Dieu!

94 Voyez ce vieil Elie âgé de quatre-vingts ans, au visage couvert de duvet, à la barbe grise, chauve et aux bras maigres, se tenant là dans le désert, regardant les gens en train de pécher. Un matin, Dieu lui a parlé et lui a dit : «Descends là-bas et dis à Achab que même la rosée ne tombera pas du ciel, sinon à ta parole». Je me représente ses petits yeux drôles en train de regarder par-dessous cette barbe duveteuse blanche, avec ce bâton en main, marchant dans la rue comme un jeune garçon de 16 ans. Il alla directement se présenter devant le roi et dit : «Même la rosée ne tombera pas du ciel sinon à ma parole!» Il n’avait pas honte de Dieu ni de Sa – Sa Parole. Il pouvait en parler au roi ou à n’importe qui d’autre. Il n’avait pas honte; il n’avait pas besoin de se cacher, en disant : «Eh bien, Achab, tu – tu serais un…»

95 Cela me fait penser à quelque chose qui ressemble à ce que je disais le jour où j’ai dit aux gens : «J’en arrive à un point où j’ai besoin de plus de foi». C’est pour cela que je suis revenu à la maison maintenant, c’est pour avoir une – une nouvelle explosion de foi. C’est un peu comme si, lorsqu’on prie pour les gens, on s’excuse : «Monsieur le Diable, voudriez-vous, s’il vous plaît, partir et me laisser…» Non! La foi a des muscles et des poils sur la poitrine. Quand elle parle, tout le reste se tait. N’allez pas dire : «Démon, sors». «Pars d’ici; je suis un fils de Dieu, envoyé par Dieu; laisse ces gens tranquilles!». Et il s’en va.

96 Vous n’avez pas à vous excuser devant le diable, vous n’avez rien à faire avec lui, n’ayez pas honte de la Parole de Dieu, n’ayez pas honte de la commission, on n’a pas honte de ce que l’on est. La seule honte que j’éprouve, c’est celle d’être un Branham, c’est ma naissance terrestre. J’ai honte de mes manquements; mais en tant que Son serviteur, je n’ai pas honte! Je n’ai pas honte de Sa Parole; je suis toujours prêt à donner une réponse, que ce soit aux dénominations, aux rois, aux potentats ou quoi que ce soit, je suis prêt à donner une réponse. Dieu exige cela.

97 Moïse s’est avancé devant Pharaon; il n’avait pas honte de lui dire qu’ils ne feraient pas de compromissions et qu’il emmènerait les siens pendant tant de jours dans le désert. Pharaon a dit : «Que quelques-unes des femmes et des enfants restent». Moïse a dit : «Nous irons tous. Il ne restera pas un seul sabot derrière nous; nous emprunterons notre bétail et tout le reste». Il n’avait pas honte. Pourquoi? Il était entré dans la Lumière de la délivrance.

98 C’est la raison pour laquelle une fois qu’un homme ou une femme qui est malade ou qui a un problème quelconque entre dans la présence de Dieu avec l’assurance que Dieu l’a guéri, il pénètre dans la Lumière de la délivrance! Il ne fait de compromission sur rien. La délivrance était dans son coeur, car il avait rencontré Dieu qui avait dit : «Je suis le Dieu d’Abraham, qui a donné la promesse à Abraham, et le temps – le temps de la rédemption, de la délivrance est proche; je t’envoie là-bas pour les faire sortir.» Qu’y a-t-il à s’excuser là-dessus?

99 Pharaon aurait pu le tuer, Moïse n’était qu’un homme. C’était un esclave. Pharaon aurait pu le tuer, mais Moïse n’avait pas honte de la Parole. Il n’est pas venu s’agenouiller devant Pharaon pour le supplier pour quelque chose. Il a dit : «Je suis venu les emmener».
Pharaon a dit : «Eh bien, tu ne peux pas les emmener».
Moïse a dit : «Très bien, il y aura alors tant de puces sur la terre que vous aurez de la peine à vous frayer un chemin.» Et c’est ce qui arriva.
Pharaon a dit : «Oh! Moïse, emmène-les!»
Moïse a dit : «Très bien; te repens-tu, à présent?»
Pharaon a dit : «Eh bien, vous pouvez aller pendant autant de jours dans le désert.»
Moïse a dit : «Alors des mouches viendront.» Amen! Il a dit : «L’obscurité viendra», et il faisait très noir au point qu’ils ne pouvaient rien voir.

100 Finalement, la mort frappa, depuis chez Pharaon jusqu’au serviteur, le fils aîné de chaque famille mourut. Moïse ne s’excusa auprès de personne. Il était un fils d’Abraham, né de l’Esprit de Dieu, commissionné par Dieu; le Message de Dieu consistait à descendre faire sortir ces gens.
Eh bien, Dieu n’est-Il pas capable de faire venir la même chose en ce temps-ci pour faire sortir une Épouse de l’église?

101 Daniel, ou plutôt David n’avait pas peur devant Saül. Alors que tout le monde avait peur de Goliath là-bas, il n’eut pas peur de s’avancer. Et il a dit : «Ton serviteur…». Ce petit jeune homme blond, il a dit : «Ton serviteur gardait les moutons de son père lorsqu’un ours est venu et a emporté l’un d’eux. Je l’ai pourchassé dans la nature et je l’ai tué avec cette fronde. Un lion est entré (oh! la la! un lion est entré!), il est venu et a emporté un des moutons et s’est enfui dans le désert. Je l’ai terrassé à l’aide d’une fronde et lorsqu’il s’est relevé, je l’ai abattu.» Il a dit : «Et le Dieu…» Et ce roi rétrograde se tenait là avec ces soldats mous qui prétendaient servir le Dieu du Ciel et qui laissaient ce Philistin incirconcis se tenir là et défier les armées du Dieu Vivant. David a dit : «Ton serviteur va également le tuer; car le Dieu qui m’a livré le lion et l’ours, me livrera aussi ce Philistin incirconcis». Il n’a pas bégayé, il n’a pas dit : «Peut-être que cela sera fait.» Il a dit : «Ça sera chose faite!» Il n’avait pas honte.

102 Devant le roi, Daniel n’avait pas peur de désobéir aux ordres du roi, d’après lesquels on ne devait adresser de prière qu’à lui. Daniel ouvrait les fenêtres, en remontait le châssis et priait trois fois par jour. Il n’avait pas peur.
Schadrac, Méschac et Abed-Nego n’avaient pas peur de la fournaise ardente. Ils ont dit : «Notre Dieu est capable de nous délivrer. Dieu peut nous délivrer, et même s’Il ne le fait pas, nous ne nous inclinerons pas devant ta statue». Ils n’avaient pas honte de cela. Certainement pas! Certainement pas! Ils n’en avaient certainement pas honte, car ils étaient sûrs.

103 Samson n’avait pas honte devant les Philistins. Alors qu’un millier d’entre eux accouraient vers lui, il ramassa la mâchoire d’une mule. Or les casques de ces Philistins avaient une épaisseur de 1,5 pouce d’airain [Environ 4 cm – N.D.T.]. Il en a battu un millier avec sa mâchoire. Il avait encore la mâchoire en main. Il n’était pas embarrassé. Il ramassa simplement ce qu’il avait sous la main et se mit au travail avec. Il savait que l’Esprit de Dieu était sur lui. Il savait qu’il était né naziréen. Il savait que rien ne pouvait le déranger; il était serviteur de Dieu. Tant qu’il restait dans la volonté de Dieu, rien ne pouvait se mettre en travers de son chemin, peu importait le nombre des rois, des Philistins ou quoi que ce soit qui s’élevaient. C’est juste.

104 Jean n’eut pas honte de la Parole de Dieu qui vint à lui dans le désert et lui dit d’aller baptiser d’eau. Il n’eut pas honte de dire : «Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde», car l’Esprit de Dieu était sur lui. Il n’eut pas honte devant les sacrificateurs. Il n’eut pas honte de la Parole de Dieu lorsqu’il s’avança devant Hérode. La femme de Philippe vivait avec Hérode. Il alla directement en face de ce roi; ce brave homme barbu qui venait du désert est sorti de là, c’est de là qu’il est sorti, sans instruction ni quoi que ce soit d’autre, il alla directement devant Hérode et dit : «Il ne t’est pas permis de l’avoir!» Il n’avait pas honte de la Parole de Dieu. Certainement. Il n’en avait absolument pas honte.
Etienne n’eut pas honte de la Parole de Dieu.

105 Tout d’abord, le jour de la Pentecôte, quand les gens de la Pentecôte s’étaient rassemblés dans la chambre haute, le Saint-Esprit descendit sur eux selon une promesse de Dieu. Luc 24.49 dit :
…et voici, moi, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis. Mais vous, attendez dans la ville de Jérusalem, jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut.
Et la promesse même que la Parole de Dieu leur avait faite… «Voici, J’envoie sur vous la promesse de Mon Père, mais attendez là; n’apprenez plus de théologie, et d’instructions et tout. Attendez jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la Puissance.» Et lorsque cette Puissance du Ciel est venue comme un vent impétueux, ils n’eurent pas honte de l’Évangile.
Pierre se leva et dit : «Repentez-vous tous. Vous avez, par la main des impies, crucifié le Prince de Paix que Dieu a ressuscité d’entre les morts; et nous en sommes témoins. C’est ici ce qui a été dit par Joël et qui arriverait dans les derniers jours : ‘Je répandrai de mon Esprit sur toute chair.’» Il n’avait pas honte de l’Évangile.

106 Le jeune Etienne, c’est comme je l’ai dit quand je parlais de lui il y a quelques minutes, il y est allé comme une – une – une tornade. Il n’était pas prédicateur, il n’était qu’un diacre, mais il témoignait partout de la résurrection. Il avait rencontré Dieu. Et c’était juste comme… Essayer de l’arrêter? Eh bien, c’était comme essayer d’éteindre le feu d’une – une maison, d’une maison en flamme, par un jour de vent, en un temps sec. Eh bien, chaque fois que le vent soufflait, le feu s’enflammait davantage.

107 Ils le traînèrent devant le conseil du Sanhédrin. Réalisez-vous de quoi il s’agit? C’est comme le Conseil OEcuménique. Toutes les religions se dirigent vers le Conseil OEcuménique; toutes les religions se dirigeaient vers le conseil du Sanhédrin. Les Pharisiens, les Sadducéens, les Hérodiens ou peu importe ce qu’ils étaient, ils devaient entrer dans ce conseil. Et ils l’ont saisi, non pas une seule organisation, mais le grand conseil s’est saisi de lui. «Nous allons lui causer une grande frayeur.»

108 La Bible dit que, lorsqu’il s’est avancé là ce matin-là, son visage ressemblait à celui d’un ange. Gloire! Il a dit : «Hommes frères, laissez-moi vous parler. Nos pères ont habité en Mésopotamie avant de venir à Charan» et ainsi de suite. Il continua ainsi à citer des passages des Écritures; et lorsqu’il était tout blessé, le Saint-Esprit est venu sur lui et il a dit : «Hommes au cou raide, incirconcis de coeur et d’oreilles, vous vous opposez toujours au Saint-Esprit; ce que vos pères ont été, vous l’êtes aussi.» Il n’avait pas honte de l’Évangile; il n’avait pas honte de la Parole; il n’était embarrassé devant aucun conseil du Sanhédrin. Non!

109 Paul s’est exprimé devant Agrippa. Il était un juif, enseigné aux pieds de Gamaliel (un grand dignitaire) mais… un jour qu’il était sur le chemin de Damas, il est entré dans la présence – en contact avec Dieu. Un Ange était descendu du Ciel sous la forme d’une Colonne de Feu, une Lumière qui l’a terrassé. Il se releva et dit : «Seigneur, qui es-Tu?» Et Il répondit : «Je suis Jésus».
Pendant qu’il se tenait devant Agrippa, il raconta encore cette histoire. Il a dit : «Je n’ai pas honte de l’Évangile de Jésus-Christ, car c’est la Puissance de Dieu pour le salut pour quiconque croit!» Certainement.

110 Maintenant, mes amis, nous avons passé en revue des hommes au travers des âges (nous avons dépassé l’heure), mais laissez-moi dire ceci : un homme qui a été une fois en contact avec Dieu, c’est-à-dire la Parole, et à qui la Parole a été manifestée et rendue claire, n’en a pas honte. Vous n’êtes pas embarrassés. Je ne suis pas embarrassé de dire que je crois chaque Parole de Dieu. Je ne suis pas embarrassé quand le Seigneur me dit de dire quelque chose, vous allez le dire et faire ce qu’Il dit. Je ne suis pas embarrassé de dire que je suis rempli du Saint-Esprit. Je ne suis pas embarrassé de dire que j’ai parlé en d’autres langues. Je ne suis pas embarrassé de dire que notre Seigneur m’a montré des visions. Je ne suis pas embarrassé de dire qu’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement.

111 «Quand vous comparaîtrez devant des gouverneurs et des rois à cause de Mon Nom, ne pensez pas à ce que vous devrez dire car cela vous sera donné à l’heure même. Ce n’est pas vous qui parlerez, mais Mon Père qui habite en vous. Mais quiconque a honte de Moi et de Ma Parole dans cette génération, j’aurai honte de lui devant Mon Père et devant les saints anges.» Que Dieu nous aide à ne pas avoir honte, mais à être des témoignages vivants.

112 Dans l’Ancien Testament, chaque homme… Lorsque ces prophètes venaient, ils devenaient – ils devenaient la Parole vivante. Ils étaient la Parole. Jésus a dit qu’ils étaient appelés des dieux et c’est ce qu’ils étaient, car la Parole de Dieu venait à eux. Ils disaient : «C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR.» Et tout disciple de Christ qui est entré en contact avec Lui par la Rédemption et qui a reçu le salut dans son coeur, possède Dieu en lui. Et quel genre de vie devrions-nous vivre, comment devrions-nous marcher, comment devrions-nous parler si Dieu s’identifie au travers de nos propres corps mortels? Qui pourrait avoir honte de cela?

113 S’il m’arrivais d’être dans la police ici à Jeffersonville et que je descende ici la rue avec toute autorité, je n’aurais pas honte de la ville; je m’identifierais à la ville; je serais un policier, m’identifiant à la ville pour y maintenir l’ordre et la discipline. Si un homme brûlait un feu rouge, je n’aurais pas honte de lui dire qu’il a mal agi, de lui coller une contravention. C’est mon devoir, car je suis – je suis payé par la ville; c’est la ville qui me fait vivre, j’ai reçu l’autorité de la ville. Peu importe si cet homme était ivre ou quoi que ce soit qui clochait en lui, la ville me soutiendra. Je tiendrais bon, car je suis policier, et ou… j’en ai reçu la commission, j’ai été placé là et j’ai reçu l’autorité de le faire. Vous devriez accepter la loi, le droit et d’autres choses, et veillez à ce que ce soit appliqué.

114 Alors, si je suis un chrétien et que je suis rempli de l’Esprit, et que je porte le témoignage de la résurrection de Jésus-Christ selon lequel Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement, ne laissez aucun démon essayer de vous malmener en disant : «Ne fais pas ceci et ne fais pas cela». Faites-le carrément. C’est Dieu qui vous a donné le… Vous voyez, nous n’avons pas de puissance. Ce policier n’a pas de puissance pour arrêter une voiture. C’est à peu près… Parfois, elle a un moteur d’une puissance de trois cents ou quatre cents chevaux; que peut-il faire contre cela? Mais il a l’autorité. Et c’est cela l’Église. Nous avons reçu l’autorité par la résurrection de Jésus-Christ et par Sa Parole promise! Alléluia! «Les choses que je fais, vous les ferez aussi; et vous en ferez de plus grandes, car je m’en vais au Père».

115 N’ayez pas honte de Lui dans cette génération pécheresse et perplexe, la dernière génération sur terre. C’est une génération pécheresse, adultère et pleine de plaies en putréfaction. Tout, tout ce qui était décent est devenu indécent. La politique nationale, la souillure… les nations se disloquent. Là, très loin, dans les jungles d’Afrique, les chasseurs qui allaient en safari devraient emporter des radios de fortes puissances pour écouter Elvis Presley, Pat Boone et ces gars qui font du rock and roll et du twist. Et les indigènes cherchaient à les voir agir comme cela, secouant la tête, et agir comme cela, les indigènes se tenaient là et les observaient. Mais vous voyez, ce ne sont pas des Américains comme Pat Boone, Elvis Presley et Ricky Nelson et tous ces gars. Ce n’est pas cette sorte de Judas, mais ils sont… Vous voyez, il s’agit d’un esprit, et cet esprit ne se trouve pas seulement en Amérique; il s’est répandu dans le monde entier pour amener les gens à la bataille d’Armagédon. Ils agissent comme ça, qu’ils soient… quelle que soit la nation dont ils sont ressortissants; en Afrique, en Inde, où que ce soit, ces histoires sales et vulgaires se sont répandues sur toute la terre, à partir d’un seul homme qui en est l’initiateur.

116 De même, l’Évangile et la Puissance du Dieu Tout-Puissant se sont répandus à travers le monde! Et c’est maintenant le temps de la séparation où Dieu appelle une Épouse et où le diable appelle une église. Laissez-moi faire partie de l’Épouse! Prions.

117 Dieu bien-aimé, nous voyons l’Ecriture sur la muraille; nous sommes au temps de la fin. Nous savons que de grandes choses sont devant nous, mais pourtant quelque part, quelque part dans ce gâchis se trouvent encore des gens honnêtes qui sont destinés à la Vie. Il serait impossible qu’un homme ou deux le fassent, mais permets, ô Dieu, que tous ensemble nous puissions répandre dans chaque coin cette Bonne Nouvelle, que Jésus vient; et, voyons, puissions-nous répandre un peu de Pain sur le chemin, un peu de Parole. Où que soient les Aigles, ils suivront cette Nourriture. Qu’Elle vienne par bande cassette, par la parole ou par un témoignage, les Aigles La suivront jusque dans Son quartier Général. Car il est écrit : «Là où se trouve le corps, là s’assembleront les Aigles».

118 Bien-aimé Jésus, nous savons que Tu es le Corps que nous mangeons. Tu es la Parole et la Parole a été faite chair et a habité parmi nous. Nous Te prions, ô Dieu, comme nous répandons la Parole, que les véritables Aigles La trouvent. Fais en sorte que nous n’ayons pas honte lorsque nous nous tenons devant les gens méchants, indifférents, religieux, quoi qu’ils soient. Comme Paul le disait à Timothée : en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure et exhorte, avec toute douceur et en instruisant, car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine, mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. Ô Dieu, nous vivons en ce jour-là. Tu m’as laissé vivre assez longtemps pour voir cela arriver, comme cela se trouve juste là dans la pierre angulaire de ce tabernacle voici aujourd’hui trente trois ans.

119 Que Dieu bénisse chaque personne ici présente. S’il y a quelqu’un ici, Seigneur, qui n’est pas encore prêt à Te rencontrer, parce qu’il ne peut tout simplement pas s’accorder avec Ta Parole, parce qu’il ne T’a pas rencontré face à face pour – pour savoir qu’on ne Te reçoit pas par un quelconque acte de – de – d’approbation, comme on le ferait avec un credo ou quelque chose comme ça, mais qu’il a rencontré le Dieu Vivant. Et s’il n’a pas fait cela, Seigneur, puisse-t-il le faire maintenant même. Je – je crois qu’à cette heure, Tu es – Tu es très proche. Je ne sais pas qui ils sont. Je ne sais même pas s’il y en a, mais je me sens simplement conduit à T’adresser cette prière. Non afin que les gens m’entendent, car ce serait un rite hypocrite. Que Dieu m’en garde; je ne veux pas être un hypocrite. Mais je le demande par ma prière avec sincérité dans mon coeur, Seigneur. Peu importe l’homme ou la femme à qui Tu as parlé ce matin, qu’en toute humilité, ils n’aient pas honte, mais au plus profond du coeur qu’ils Te reçoivent maintenant, qu’ils viennent ce soir pour être baptisé au Nom de Jésus-Christ, obéissant à chaque Parole – chaque Parole. S’ils ont été baptisés autrement, s’ils ont été aspergés, si on leur a versé de l’eau dessus. Souviens-Toi (nous nous en souvenons, Seigneur), que Tu as dit : «Quiconque retranchera un mot de ce Livre ou Y ajoutera un mot, sa part sera retranchée du Livre de Vie». Même si cette personne cherche à venir inscrire son nom dans le Livre, cela – cela ne marchera pas. Soyons sincères et humbles. Maintenant, ils sont entre Tes mains, Seigneur. Fais d’eux comme bon Te semble, car ils sont à Toi. Au nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu.

120 Maintenant pendant que nous avons nos têtes inclinées, je veux que vous réfléchissiez très sérieusement maintenant. Tout d’abord, je m’excuse pour les quelques quinze minutes de retard. Nous voulons maintenant fredonner. Et réfléchissez donc simplement dans votre coeur : «Ai-je réellement rencontré Dieu?» Réfléchissez très sincèrement à ce sujet maintenant, car il n’y aura peut-être plus beaucoup d’occasions jusqu’à ce que… Il se peut que ce soit maintenant la dernière fois que nous nous rencontrons avant Sa venue. C’est proche, mes amis. Il semble que chaque Écriture est pratiquement accomplie. Cela peut être pour vous ou pour moi. Il se peut que ce soit notre dernière occasion. Il se peut qu’avant cette nuit, nous soyons partis. …J’irai avec Lui tout le long du chemin. J’entends : (Avez-vous honte de Moi et de Ma Parole?)
J’entends mon Sauveur… (Imaginez simplement que vous soyez étendu sur votre lit de mort.) J’entends… Il se peut que ce soit alors trop tard, mais ce n’est pas le cas maintenant même. «Prends ta croix et (Il se peut qu’il y ait des sacrifices à faire maintenant) … suis-moi». (Maintenant dans votre coeur répondez ceci :) Je traverserai le Jardin avec Lui,
Je traverserai le Jardin avec Lui,
Je traverserai le Jardin avec Lui,
J’irai avec Lui, avec Lui tout le... (Maintenant, avec nos têtes inclinées, levons simplement les mains et disons :) Je passerai avec Lui en Jugement, (C’est ce qui se passe maintenant même; Il nous juge.)
J’irai… (Seigneur, me trouves-Tu coupable? Alors pardonne-moi) par Son Jugement,
(Comment me juges-Tu ce matin, Seigneur?)
….avec Lui en Juge – … (Eprouve-moi, Seigneur, vois s’il y a en moi une chose impure.)
…avec Lui, avec Lui tout le long du chemin.

121 Père, ce matin nous Te remercions pour toutes ces mains. Je n’ai pas vu une seule personne qui n’a pas levé la main. Je Te remercie, Seigneur. Je – j’espère que Toi, non plus, Tu n’en as pas vu, Seigneur. Il n’y en a aucun qui n’ait levé la main; ils sont prêts à passer en Jugement. Juge-nous, Seigneur, et s’il y a un mal en nous, pardonne-nous pour cela, Père. Accorde-nous Ta miséricorde car nous ne voulons pas rencontrer Ton Jugement, quand il n’y aura plus miséricorde. Ainsi, comme la miséricorde est présente maintenant, nous Te prions donc, ô Dieu! de nous juger et de nous pardonner nos péchés, selon Ta Parole et Ta promesse; Laisse-nous vivre pour Toi tous les jours de notre vie sans que nous ayons honte de l’Évangile.

122 Maintenant, Père, si c’est Ta volonté, nous commençons des réunions qui auront lieu trois dimanches d’affilée. Prépare nos coeurs pour cela, Seigneur. Prépare-moi, ô Dieu! C’est moi qui ai profondément besoin de Toi. Je Te prie de me guider et de me diriger dans les choses que je suis censé faire et dire dans les jours à venir. Guide et conduis notre précieux frère Neville qui est Ton vaillant serviteur, Seigneur, ainsi que frère Mann et les diacres de l’église, les administrateurs et toutes les personnes qui sont assemblées ici. Prépare-nous, Seigneur, afin que nous soyons capables comme des vrais chrétiens à ramener des pécheurs à Toi, à amener les membres d’église à connaître le Dieu que nous connaissons et que nous avons rencontré personnellement, qu’Il devienne aussi leur Dieu.

123 Maintenant, Père, cela, nous ne pouvons pas le faire. Nous ne pouvons pas les faire entrer; mais Toi, le Saint-Esprit, meus-Toi sur les gens, les membres des églises. Et comme la petite expérience que j’ai eue l’autre matin avec Toi : «Va chercher une Épouse pour mon Fils. Prends-la parmi les gens, parmi les églises; fais sortir cette Épouse.» Laisse-moi donc le faire en prière maintenant, Seigneur. Envoie la Rébecca; j’essaierai d’être Eliezer. Aide-moi à être un serviteur fidèle. Et que le Dieu du Ciel envoie Son Ange devant moi, devant nous, afin que nous mettions les choses ensemble et que nous sélectionnions l’Épouse que Tu as choisie. Nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

124 Eh bien, je suis désolé de vous avoir gardé un peu tard; cela fait vingt-cinq minutes de plus. Il y a 25 minutes que je devrais être parti. Mais... Maintenant, aimez-vous ce vieux cantique «Prends le Nom de Jésus avec toi»? [L’assemblée dit : «Amen.» – N.D.E.] N’est-il pas beau? Cela fait maintenant trente-trois ans que je le chante pour congédier l’assemblée. Lors des baptêmes d’eau, c’est «Je me tiens sur les rives tumultueuses du Jourdain». Je pense que c’est tellement beau : «Prends-Le simplement partout où tu vas». Précieux Nom, Nom si doux!
Espoir… Maintenant serrez la main à quelqu’un à côté de vous Précieux Nom, précieux Nom, ô Nom si doux!
Espoir de la terre et joie du ciel. Eh bien, souvenez-vous de la réunion de ce soir, à 19h30’, à 19h30’ ce soir. Maintenant, chantons juste un couplet, voyez. Prends le Nom de Jésus avec toi
Comme un bouclier contre tout piège
Quand les tentations t’assaillent… Que faites-vous alors? Murmure simplement ce saint Nom en prière.
Précieux Nom, ô Nom si doux!
Espoir de la terre et joie du ciel
Précieux Nom, ô Nom si doux!
Espoir de la terre, et joie du ciel. Inclinons la tête, et prions que Dieu bénisse chacun de nous très richement afin que Sa grâce et Sa miséricorde soient avec nous le long de la semaine prochaine, et s’il arrive que quelqu’un parmi vous passe donc au-delà du voile...

125 Y a-t-il des gens qui sont venus pour être baptisés après ce service? S’il y en a, levez la main. Y a-t-il quelqu’un à baptiser? Deux, c’est bien, à baptiser aussitôt après ce service. Si le reste d’entre vous, n’importe qui parmi vous veut être baptisé, nous aurons le service de baptême à chacune de ces réunions.
Tout ce que vous avez à faire, c’est de demander. Nous sommes prêts à vous baptiser. C’est notre devoir, de vous baptiser au Nom de notre Seigneur Jésus-Christ. C’est notre devoir de le faire. Et nous serons heureux de le faire n’importe quand.
Vous qui devez être baptisé, allez dans des pièces, aussitôt après le service, et nous continuerons juste avec le baptême d’eau. Quiconque veut les suivre, qu’il se rassure que nous sommes ici… Si vous vous êtes repenti de votre péché et que vous avez accepté Jésus comme votre Sauveur…

126 Si vous êtes chrétien depuis des années et que vous n’avez jamais vu la Lumière, (et que) la Lumière de la délivrance est maintenant venue. Une femme, une Epouse qui doit prendre le Nom… Jésus a dit : «Je suis venu au Nom de Mon Père, et vous ne M’avez pas reçu. Mais un autre viendra en son propre nom, et vous le recevrez». Ce sont vos dénominations.

127 Chaque fils vient au nom de son père. Je suis venu au nom de mon père. Vous les hommes, vous êtes venus au nom de votre père.

128 Et quel était Son Nom, quel est le Nom du Père? Jésus! «Il»..., suis venu au Nom de Mon Père, vous ne M’avez pas reçu! Maintenant Son Epouse portera Son Nom, assurément.

129 J’ai épousé une femme du nom de Broy, et elle est devenue une Branham.

130 Il vient chercher une Epouse, soyez-en sûrs et souvenez-vous-en alors que vous venez au baptistère. Inclinons maintenant la tête.

131 Et Frère Vayle ici n’est pas un étranger pour nous. C’est un très précieux frère. Il a été avec moi dans beaucoup de réunions, son épouse et lui. Et il met également par écrit ces sermons et tout, sous forme de livre. Frère Vayle, voudriez-vous nous congédier par la prière, pendant que nous inclinons la tête? [Frère Vayle prie. – N.D.E.]

Up

S'abonner aux nouvelles