Sur Ta Parole

Date: 50-0714 | La durée est de: 48 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1          Si je peux accomplir ma part au service du Maître ce soir, essayer d’aider Son peuple le long du chemin... Je suis sûr que c’est dans ce but-là que tout le monde est ici, essayer de prier et d’aider quelqu’un à s’approcher de Dieu, ou être guéri s’il est malade, affligé et épuisé. Et nous sommes très content d’apprendre que hier soir beaucoup d’entre eux avaient été guéris. Juste à la fin du service, on dirait plutôt qu’il y a eu une grande prise de la foi. J’espère qu’il en sera de même ce soir s’il y a quelque chose de plus grand, et beaucoup seront guéris.

Il y en a beaucoup qui sont guéris, que peut-être nous ne pourrons pas appeler à partir d’ici à l’estrade, mais quelques jours plus tard, vous constaterez que ce léger trouble d’estomac n’est plus là; la maladie du coeur n’est plus là. Ça part simplement, tant que notre foi subsiste, c’est ce qui guérit. Ils ont foi, en croyant en Dieu.

2          Et maintenant, ce soir, juste consacrer beaucoup de temps... juste un peu en retard, tout autant de temps que possible à la prière pour les malades. Les ministres ici, la journée, ils parlent et enseignent sur la foi, comment recevoir la foi.

Quant à moi, je ne suis pas prédicateur. Je suis juste... J’ai été envoyé afin de prier pour les malades. Je passe mon temps à prier toute la journée. Je dois faire cela pour accomplir le devoir de la soirée. Et être maladif, ça vous ôte la vie, le jeûne et la prière. Quelqu’un m’a dit il n’y a pas longtemps, il m’a dit, il a dit: «Frère Branham, quand est-ce que vous vous reposez donc?»

Je ne me repose pas. Mais un jour, j’aurai du repos, si je suis fidèle et véridique. Quand je traverserai la rivière, de l’autre côté, j’espère que Dieu aura une place où je pourrai me reposer.

3          Une personne qui mène sa vie pour elle-même, mène une vie égoïste. Nous devons vivre pour les autres: «Portez les fardeaux les uns des autres et accomplissez ainsi la loi de Christ.» Et nous devons sympathiser les uns avec les autres. Et par conséquent, quand vous faites tout ce que vous savez faire, alors en vous couchant la nuit, eh bien, vous êtes consolé de savoir que vous–vous avez essayé de faire de votre mieux.

Je ne peux pas faire croire tout le monde. C’est impossible. Jésus ne pouvait pas le faire quand Il était sur terre. Je sais qu’il y aura quelques-uns qui croiront. Mais s’il y a quelque chose que je peux ajouter pour soutenir l’Evangile   c’est mon devoir en étant ici  , c’est essayer d’aider quelqu’un le long du chemin.

4          Ce soir, je vous parle simplement pendant quelques instants, juste pour détendre un peu l’esprit. Je suis sûr que vous appréciez tous l’atmosphère qui règne ici parmi les gens. C’est comme, je pense qu’on a dit que la tente offrait quatre mille places assises. Il y a bien trois mille cinq cents qui sont dans la tente ce soir. Puis, il y a trois mille cinq cents âmes, trois mille cinq cents esprits.

Et en regardant de ce côté-ci, il y a... Et l’état dans lequel je suis en ce moment-ci, cela... je... on le sent. On peut le dire. Il y a une forte attraction. Beaucoup de gens ont foi.

Parfois, j’essaie de prendre ceux qui sont au fond dans l’assistance, au fond par rapport à moi. Mais il y arrive une telle... Je pense que je pourrai appeler cela le feu croisé. Ce côté-ci croit, ce côté-là croit; celui-ci tire, celui-là tire, c’est à peine que vous pouvez exercer le discernement.

5          Et j’ai demandé à mon organisateur de bien vouloir placer tous les malades et les affligés, comme ceci, tout autour de moi ici, afin que je n’aie pas de dérangement.

Beaucoup parmi vous peuvent se demander pourquoi les gens quittent l’estrade le soir. Cela vient donc de deux côtés, voyez; c’est difficile. On n’arrive pas à détecter d’où cela vient. Et vous devez isoler cette personne. On peut observer cela juste quelques instants, ou avoir un contact proche avec cela; cela produit généralement une vision, on dit aux gens ce qui cloche chez eux. Je ne sais pas ce qui cloche chez qui que ce soit. J’ai seulement à...

6          Souvent, quand les gens arrivent, je n’essaie pas du tout d’utiliser ma propre pensée. Cela parle simplement et dit ce qui cloche. Généralement, si moi, je me tiens et que je regarde, je vois quelque chose qui est... quelqu’un devant moi, peut-être qu’il continue à apparaître devant moi, cette personne-là; je me mets à promener le regard pour voir où c’est. Et je–je trouve. Alors, quand je trouve la personne, je–je sais où ça se trouve.

Je cherche maintenant même quelqu’un qui était... que j’ai vu cet après-midi. Mais je ne sais pas où il est. Je ne l’ai pas encore trouvé. Je le verrai là dans l’assistance, d’ici peu. Cela ne faillit jamais là-dessus, car je... Ça sera là quelque part. Il s’agit d’une dame qui porte un petit enfant souffrant du coeur. Et je–je le trouverai quelque part. Et ce–c’est dans une pièce.

7          Cela montre exactement où c’est, et à quoi il ressemble, tout à ce sujet. Et des fois, j’arrive et je cherche cette personne. Et quand–quand je la vois, alors je la reconnais. Parfois, dans la réunion, pendant que cela est en cours, je vois quelqu’un se lever et c’est... je vois la vision devant moi. Je regarde pour voir où se trouve la personne, alors j’observe comment elle agit, et puis je dis exactement ce que je vois se passer.

Alors, quand la personne est debout devant moi... C’est juste comme si ce gentleman qui est assis ici avec son... en... brun...?... dans son veston... ou en veste. Si je lui disais... s’il montait à l’estrade et que je ne l’avais jamais vu auparavant de ma vie, et que je lui parlais juste comme je lui parlais. Je l’ai vu assis quelque part, je vois une dame assise près de lui, en robe jaune, et tout. Je dis exactement ce que je vois, et tout, comme cela. Et alors, quand il y a un incrédule, ou un esprit hautain, ça le dérange.

Eh bien, vous pourrez ne pas vouloir croire cela, amis chrétiens, mais c’est la vérité. Et ce–ce n’est pas quelque chose de neuf; c’est l’Evangile au cours de l’âge.

Jésus, quand Il est entré pour ressusciter la fille de Jaïrus, Il les a tous mis hors de la maison. Souvent, c’est comme cela. Il a une fois pris une personne par la main et l’a conduite en dehors de la ville, loin des foules, Il l’a amenée à l’écart et lui a parlé.

Il a parlé avec une femme au... la femme samaritaine au puits. Il avait renvoyé les disciples. Il savait qu’elle viendrait, et Il s’est mis à lui parler. Et puis, Il est allé tout droit. Après qu’Il est entré en contact, après lui avoir parlé...

8          Si vous remarquez bien souvent le soir, je peux attirer l’attention de quelqu’un et me mettre à lui parler, surtout à l’estrade. On peut lui parler. Premièrement, je dois établir le contact avec son âme. Et ensuite, quand cela commence à vibrer contre vous, alors la puissance du Saint-Esprit discerne simplement sa vie, et vous voyez le tableau de cela devant vous.

Et maintenant, vous pourrez penser: «Eh bien, c’est de la psychologie.» Eh bien, si ça l’est, Paul s’en était servi quand il avait regardé un homme et avait dit: «Je vois que vous avez la foi d’être guéri. Levez-vous.»

Et dans un sens, c’est de la psychologie, c’est la pensée de Christ dans le chrétien, qui agit. Voyez, ce n’est pas notre pensée, pas notre psychologie, mais la puissance de Christ, Sa pensée. Que la pensée qui était en Christ soit en vous. Voyez? Et alors, cela va là et connaît, pas l’homme, mais Christ connaît.

9          Maintenant, j’aimerais lire juste quelques paroles. J’aimerais commencer par prier avant vingt et une heures si possible. Et comme je dis, tout... Aucune réunion n’est complète sans la lecture de la Parole.

Et maintenant, tous ceux que je ne prendrai pas pendant la prière du jour et de la soirée pour... J’ai un frère ici, il veille sur moi. Et quand il... Je ne peux pas le savoir moi-même, mais dès qu’il voit le premier signe de faiblesse, il vient me retirer de l’estrade. Mais ne lui en voulez pas, voyez? Il cherche simplement à me protéger. Ainsi donc, je ne peux trop supporter. Et alors, c’est toute ma force qui me quitte. Je déteste le dire, mais ce qui est vrai est vrai. Et c’est–c’est simplement la vie qui se retire de vous, car vous... c’est l’onction de quelqu’un d’autre, quelque chose en dehors de l’homme, et c’est Lui qui fait l’oeuvre, pas moi.

10        Ont-ils déjà montré Sa photo? J’aimerais... L’avez-vous fait, Frère Lindsay? Eh bien, je vous demande pardon. Frère Lindsay n’a pas de photo. Frère Lindsay va tâcher de l’apporter pour la montrer, peut-être demain soir. Combien aimeraient voir cela?...?...

Il vous racontera l’histoire là-dessus. C’était lors d’un débat. Eh bien, pour ainsi dire aujourd’hui, je ne fais pas de débats. Je ne me dispute avec personne. C’est... Si Dieu n’appuie pas mes points de vue, alors ils ne sont pas vrais. Mais si Dieu dit que c’est vrai, ça va. Je ne crois pas dans des disputes, des débats, des querelles au sujet des choses. Que tout le monde garde sa propre opinion. Dieu nous jugera tous.

11        Alors, un ministre de Houston, au Texas, m’avait défié sur le caractère scripturaire de la guérison divine, telle qu’enseignée dans la Bible, aujourd’hui. Je n’oserais pas... je n’ai rien à dire là-dessus, pas du tout.

Et là... ils... évidemment, on me garde à l’écart dans une pièce, car je dois rester seul et prier toute la journée. Sinon, je n’ai pas de visions. Je ne vois pas ce qui va arriver.

Et alors, ce jour-là, j’étais en prière. Et les rapporteurs des nouvelles, les journalistes... Je ne parle pas aux journalistes; ce sont mes organisateurs qui leur parlent, aux journalistes, aux magazines et autres. Et alors... Non pas que j’aie quelque chose contre eux, c’est seulement que je passe mon temps avec Lui, s’il me faut rencontrer Son peuple.

12        Et je sais, si je venais vers vous, pour que vous priiez pour moi, j’aimerais que vous soyez sincère et que vous priiez de votre mieux pour moi si j’étais malade. Et faites aux autres ce que vous voulez qu’on fasse pour vous.

Et alors, un monsieur, Bosworth, docteur Bosworth... Eh bien, pratiquement tout le monde ici le connaît. Combien connaissent frère Bosworth? Oui. Eh bien, c’est un bien-aimé, un vieil homme chrétien; je peux vous l’assurer. Il était l’un des organisateurs de la réunion. Et tout aussi doux, et correct dans l’Evangile au possible... Et je l’aime vraiment de tout mon coeur. Et il était l’organisateur de la réunion à–à Houston en ce temps-là. Et nous étions au–au grand colisée, là, là où on allait avoir le... tenir leur centenaire au Texas et tout. Nous avions bien passé quelques soirées là-bas.

13        Alors, ce ministre baptiste, docteur Best, du tabernacle baptiste de Texas, avait lancé un défi, il l’avait publié dans un journal, il disait que si je ne venais pas en débattre avec lui, c’est que j’avais peur de soutenir ce que je croyais. Il savait donc que je ne croyais pas cela, si...

Eh bien, c’était simplement Satan qui essayait de me travailler. Alors, je–je n’allais pas me disputer avec lui.

Et il a continué. Il a publié cela dans le journal du lendemain, disant: «Eh bien, cela montre qu’ils sont... Ils ne peuvent pas soutenir ce dont ils parlent, ces pentecôtistes, saints exaltés, et autres.» Il a dit: «Ils ne peuvent pas soutenir ce dont ils parlent.» Alors, monsieur Bosworth, il avait pratiquement soixante-treize ans, mais c’était trop pour lui. Il ne pouvait pas supporter cela. Il a dit: «Frère Branham, laissez-moi y aller.» Monsieur Best était un homme jeune d’environ trente ans.

Et j’ai dit: «Frère Bosworth, vous pouvez y aller si vous ne vous disputez pas.»

Il a dit: «Je ne me disputerai pas.»

Alors, on a organisé le débat. Et les journaux ont tous publié cela à la une et tout. Et c’est ce que je pense au sujet des gens de la sainteté, ou des gens du plein Evangile. Vous pouvez donc être un peu en désaccord dans vos églises sur... en désaccord, l’un croit ceci, et sur le baptême, différentes choses sur lesquelles vous pouvez être en désaccord. Mais quand on en arrive en fait à la confrontation, ils sont d’un seul coeur. Ils vont...

Un jour, cette vieille querelle va être dissipée, et alors nous serons un, exact. Puisse Dieu hâter ce jour-là. Et eux tous qui sont nés de nouveau dans le Royaume de Dieu, ils sont frères et soeurs. On peut se disputer dans une petite famille, comme jeunes gens et frères, et se quereller les uns avec les autres, néanmoins, nous sommes tous enfants de Dieu dès lors que nous sommes nés de nouveau.

14        Et ils ont afflué là, après avoir parcouru des centaines et des centaines de kilomètres en avion, par trains et tout, ils étaient spécialement venus quand ils ont vu cela dans le journal que j’allais passer en débat. Et cette–cette nuit-là, au...

Monsieur Best avait loué les services d’un photographe pour qu’il vienne là, un membre de l’Association américaine de photographes. Et ils sont venus au... Il a dit: «J’aimerais que vous me tiriez six photos pendant que je serai en train de mettre en pièces ce vieil homme, avec l’Evangile.» Alors, le photographe était venu pour photographier cela.

Et je savais qu’il passerait un mauvais quart d’heure là-dessus. En effet, monsieur Bosworth était tout aussi calme que possible. Il est monté à l’estrade. Et monsieur Best fulminait et allait de l’avant. Il a dit: «Je pose juste une question: Est-ce là l’attitude de l’Eglise baptiste, la conférence baptiste, ou est-ce l’attitude de monsieur Best seul?»

J’ai moi-même été bercé dans un berceau baptiste. Je sais que les baptistes croient dans la guérison divine. Je savais donc que ce n’était pas l’attitude de l’église, mais je–je savais que ça devait être la sienne personnelle. Il a donc dû accepter que c’était son attitude personnelle.

15        Alors, il y avait beaucoup, beaucoup de milliers de gens réunis ce soir-là, juste un grand espace bondé. Et alors, le...

Je suis monté au troisième balcon. Je n’allais pas y aller, mais je me suis par la suite ravisé d’y aller. Alors, je me tenais au troisième balcon.

Et monsieur Bosworth a dit: «Je vais juste poser une question à monsieur Best. Les Noms rédempteurs de Jéhovah s’appliquaient-Ils à Christ? Si vous pouvez répondre à cela, c’est tout...» Il était Jéhovah Rapha, Il était Jéhovah Manassé. Et s’Il ne l’était pas, alors nous chercherons un autre Sauveur. C’était donc réglé.

16        Il n’y avait donc rien. Tout le monde s’est mis à railler l’homme et à taper ses... les mains. Alors, il s’est levé là, il a essayé de prêcher un peu sur quelque chose. Et il...?... qu’il–il n’arrivait même pas à faire cela. Il était tellement coincé et embrouillé.

Et le pauvre vieux frère Bosworth avait vraiment fait du bon travail ce soir-là, il était tout aussi calme que possible, il se tenait simplement là, il le regardait.

Et alors, ils allaient avoir une petite prise de bec à la fin, et ce monsieur Best n’arrêtait pas de dire: «Faites-moi voir ce faiseur des miracles.»

Monsieur Bosworth a dit: «Frère Branham ne prétend pas être un faiseur des miracles.»

Il a dit: «J’aimerais le voir venir s’exécuter.»

Il a dit: «Il ne fait pas le clown pour les gens», et juste comme ça. Il a dit: «Il passe son temps à prier.»

Il a dit: «Eh bien, j’aimerais le voir.» Il continuait comme cela.

17        Monsieur Bosworth a dit: «Eh bien, il est dans la salle. S’il veut venir à l’estrade, c’est en ordre.»

Et j’étais assis là, là-haut avec mon frère, et avec quatre gardes qui m’avaient fait entrer, avec ma femme et l’enfant.

Juste à ce moment-là, j’ai senti Quelque Chose descendre sur moi. Je me suis levé et j’ai commencé à descendre...?... Quand je suis arrivé à l’estrade, j’ai dit: «J’ai prêché à plusieurs millions de gens, directement ou indirectement. Il y a des livres qui ont parcouru le monde. J’ai prêché devant des milliers par radio ou par l’intermédiaire de quelqu’un. Et jamais, à aucun moment, je ne me suis dit guérisseur divin.» J’ai dit: «Je ne suis pas un guérisseur divin. Le fait de prêcher la guérison divine ne fait pas de vous un guérisseur divin, pas plus que la prédication du salut ne fait de vous un sauveur divin. Si vous prêchez le salut, cela fait de vous un sauveur divin, si prêcher la guérison divine fait de vous un guérisseur divin.» J’ai dit: « Non, ce n’est pas ce que je–je prétends.» J’ai dit: «Je fais seulement mes déclarations, et si je fais mes déclarations, et si elles sont vraies, alors Dieu confirmera que c’est vrai, Dieu soutiendra cela. Et si je dis de... faux... quelque chose de faux, alors Dieu n’honorera rien de faux. Il honorera toujours la vérité.» J’ai dit: «Je dis la vérité, et Dieu reconnaît la vérité.»

Et à ce moment-là, eh bien, la gloire du Saint-Esprit est descendue.

18        Et il s’est fait que le photographe qui était là a tiré une photo. Et il a failli piquer une crise cardiaque en voyant cela.

Cela est entré dans des réunions, souvent, comme un grand tourbillon de feu, tourbillonnant. Tenez, il n’y a pas longtemps, je baptisais; plusieurs milliers de gens étaient là à observer, au mois d’août, au bas de Spring Street à Jeffersonville. Cela est descendu des cieux, visible devant environ dix mille personnes. Cela est descendu là où je me tenais, une Voix s’est fait entendre de Là. Des centaines se sont évanouis sur le rivage, les journaux ont publié de longs articles: « Une étoile mystique apparaît au-dessus d’un prédicateur pendant qu’il baptisait.»

Un soir, pendant que je parlais dans une salle, j’étais... j’avais environ trois mille personnes assis comme ceci, environ deux mille debout. Et je me suis mis à prier pour le... un petit garçon, c’était le premier, c’était un cas d’infirmité. Ses petits pieds étaient recroquevillés, comme ceci, par la polio. Je tenais le petit garçon dans les bras et je priais.

Et pendant que je priais, la Lumière a brillé fort en face de moi. Et je me suis dit: «Le concierge doit avoir allumé la lumière.» Là-haut... On a... On fait des spectacles là, à cet endroit-là. Alors, je me suis dit: «Eh bien, c’est en ordre. C’est étrange qu’un homme fasse cela. Ce n’est même pas courtois, ne parlons même pas d’un chrétien qui allume la lumière en face de quelqu’un pendant qu’il prie.»

J’ai simplement continué de prier. Elle devenait de plus en plus intense. Et tout le monde était très respectueux, avec la tête inclinée. J’ai redressé la tête. Cela a parcouru la salle en voltigeant, l’Etoile du Matin est arrivée, Elle est directement venu là où j’étais. Je tenais le petit garçon. Elle s’est établie juste là où j’étais.

19        Je ne sais pas si je l’avais laissé tomber ou ce qui est arrivé. Mais dès qu’il a touché le plancher, ses petits pieds qui étaient recroquevillés, comme ceci, se sont redressés. La maman, assise devant elle, a redressé la tête, elle s’est mise à crier, elle s’est évanouie et elle est tombée par terre. Le petit garçon s’est mis à courir sur l’estrade, criant à sa maman.

Et il y avait une jeune fille nazaréenne qui jouait un grand piano pour enfant, assise juste là. Les nazaréens sont un peu émotifs. Y a-t-il des nazaréens ici? Faites-nous voir les mains. Certainement, il y a des nazaréens quelque part. C’est bien. Eh bien, ils ont assez de religion pour crier de temps à autre, vous savez. Alors, ils étaient assis... Cette jeune fille était une jeune fille très attrayante, blonde, elle était assise en train de jouer du piano. Et quand elle a regardé et a vu Cela, elle a simplement levé les mains en l’air, elle est devenue très pâle, et elle s’est mise à crier à tue-tête; en effet, elle était l’amie intime de ces gens. Elle a vite arrêté de jouer du piano.

Elle jouait ce cantique Le Grand Médecin est ici maintenant. Vous avez entendu cela. Et là même, aussitôt qu’elle avait quitté en courant, devant environ cinq mille personnes, ces touches en ivoire ont continué à jouer.

Le Grand médecin est ici maintenant,

Le Compatissant Jésus,

Il console les coeurs par des paroles,

Pas un autre nom que Jésus.

Cela n’a pas joué un ou deux mots, mais tout jusqu’à la fin, comme cela. Des centaines ont commencé à affluer à l’autel, criant, avec leurs mouchoirs, pleurant: «Ô Dieu, aie pitié de moi, un pécheur.»

20        Ainsi donc, cela est arrivé plusieurs fois. Et alors... Et ce soir-là, quand on En a pris une photo... Souvent, les gens disaient que c’était de la psychologie. Mais l’homme qui avait photographié Cela était un Juif orthodoxe, du nom de Ted Kipperman. Monsieur Ayers était un catholique romain. Il se tenait là, faisant des moqueries. On a publié un article dans un journal, la veille de cela, juste avant, et on disait que j’étais un hypnotiseur, on a fait toutes sortes de commentaires injurieux.

Il a failli piquer une crise cardiaque. Et il essaie... Il avait cherché à entrer à l’Hôtel Rice. Et, évidemment, on ne lui a pas permis de venir là où j’étais.

Le lendemain matin, on a envoyé la photo, par avion, à Washington, D.C., protégée par le droit d’auteur. Avant que cela soit publié, cela a dû passer par le FBI pour des examens. Et quand on l’a fait, on a envoyé chercher le meilleur, George J. Lacy, le meilleur qu’il y a aux Etats-Unis. Il a gardé cela pendant deux ou trois jours, pour voir s’il y avait quelque retouche, ou quelque chose qui n’allait pas, cette photo pourrait...

21        Quand Il a fait sortir cela, il a dit: «Eh bien, c’était parfaitement vrai que cette Lumière était là, Cela l’a frappé», et il a rédigé un remarquable commentaire, qui devait accompagner chaque photo, comme cela. Cela est là, visible.

Et on m’a demandé si je voulais vendre cela. J’ai dit: «Non, monsieur. Si Jésus-Christ, le Fils de Dieu, a eu assez de considération pour moi pour se tenir à mes côtés et se faire photographier, j’ai assez de considération pour Lui pour ne pas vendre cela.» Voyez? Ainsi donc, j’ai dit... Jamais je... Ainsi donc, j’ai remis cela aux studios, je les ai laissés faire ce qu’ils voulaient faire avec. Et ils ont dit qu’ils devraient en tirer quelque chose, afin que chaque pauvre personne puisse–puisse en avoir, si elle en voulait. Et je...

22        La première fois, monsieur Lacy a dit que c’était la première fois, dans toute l’histoire de l’humanité, qu’un Être surnaturel ait jamais été photographié. On a dit que juste un... il a été dit plusieurs fois que ces halos autour des saints, et les incroyants disent que c’était un artiste qui avait peint cette photo-là. Mais il a dit: «Cela doit avoir été certainement là, car les objectifs optiques... l’oeil mécanique de l’appareil photo ne prendrait pas de la psychologie. C’était–c’était là.»

Et je suis très reconnaissant ce soir de savoir que cette même Colonne de Feu et–et la Nuée, et je ne sais ce que C’est... On vous montrera la photo très bientôt. Et peut-être, si... On peut en trouver une ici pour le service. Et si oui, vous êtes plus que le bienvenu pour ça.

Et je suis très reconnaissant de savoir que j’ai un rôle, que je suis compté parmi vous, la grande Eglise de Dieu qui se tient debout aujourd’hui pour le plein Evangile, pour la justice, et pour la puissance du Saint-Esprit dans ces derniers jours. Je suis reconnaissant pour vous, et je suis reconnaissant que Dieu m’ait accordé l’occasion d’être compté parmi vous, et d’être appelé votre frère, et soeur. Et c’est... Vous et moi, nous sommes frère et soeur.

23        Eh bien, tout au long du pèlerinage, il est arrivé tellement de choses que je... Ça a été remarquable. Beaucoup de choses qui dépassent ce que je pourrais savoir dire ici dans cette salle, de grands miracles et autres.

Et chaque soir, j’essayerai de lire un petit passage des Ecritures pour vous dire quelque chose d’ici la fin des services. Et maintenant, il est temps pour moi de me mettre à prier pour les malades. J’ai quelques quarante-cinq minutes maintenant pour tenir le service.

Et maintenant, tous ceux que je n’arriverai pas à prendre ce soir avec les cartes de prière... Je pense qu’il y a environ cent ici à l’intérieur maintenant avec des cartes de prière. Et si je n’en prends pas beaucoup ce soir, alors demain soir, eh bien, ou demain après-midi, frère Lindsay et frère Hall prieront pour le reste d’entre eux qui n’ont pas... qui ont les cartes de prière qui sont restées. Nous commencerons demain après-midi. Venez au service de l’après-midi et suivez ces hommes. Si vous donnez des instructions pour savoir comment recevoir Christ... Tenez, ça ne fait que déclencher cela ici même. Le don de Dieu fera marcher cela pour vous. Voyez? Mais pour obtenir et rester avec cela, vous devez avoir la foi pour croire et garder bien cela.

24        J’ai vu des gens monter à l’estrade, complètement aveugles, ils ne pouvaient même pas voir leurs mains devant eux. Et en moins de cinq minutes, ils prennent cette même Bible et en lisent un chapitre. Et alors, dans trois ou quatre jours, ils reviennent tout aussi aveugles qu’au départ. Ils sont allés parmi les incroyants, ils sont allés là et ont laissé Satan se tenir juste...

Si vous pouvez lire cela ici devant le don, vous pouvez lire cela là dans l’assistance, n’importe où, car Dieu couvre la terre entière. Gardez simplement la foi en Lui.

Vous direz: «Eh bien, c’est étrange.» Non, ça ne l’est pas, prédicateur de l’Evangile. J’ai perçu un petit ressentiment, juste un tout petit peu. Alors je... Rappelez-vous, les choses spirituelles sont discernées spirituellement.

Un homme peut être ici ce soir et recevoir le baptême du Saint-Esprit, et être un vrai chrétien ici même ce soir, et demain être un vrai chrétien, et dans une semaine, se retrouver ivre dans un bar. C’est vrai, n’est-ce pas? C’est quand il perd la foi en Dieu que cela revient. C’est la même chose avec la guérison.

25        Tout ce que vous pourrez jamais recevoir de Dieu, c’est par la foi. Et la raison pour laquelle je dis cela, qu’ils seront délivrés ici, ou qu’il leur sera dit ce qui cloche chez eux, il a dit les raisons pour lesquelles ils ne le peuvent pas, c’est que je crois ce qu’Il m’a dit, c’est la vérité. Et pendant ces années, Il s’est tenu à mes côtés. Et je sais qu’Il le fera maintenant. C’est parce que je crois cela. Je crois simplement cela, juste de tout mon coeur, de toute mon âme, de tout mon corps, de toute ma pensée. Et croyez cela.

Et alors, si votre numéro est appelé ce soir dans la ligne de prière, et si Dieu révèle votre coeur et vous parle, et qu’Il vous délivre ici; n’ayez jamais un autre témoignage, si ce n’est qu’Il vous a guéri. En effet, si vous le faites, si une fois vous témoignez dans l’autre sens, du côté négatif, cela vous retournera pire que jamais. Rappelez-vous donc, si vous ne pouvez pas accepter cela sur ces bases-là, ne venez pas du tout. Voyez? Ne venez pas du tout. En effet, ça serait embarrassant ici devant l’assistance de toute façon que cela soit dit. Ainsi donc, ne venez pas du tout.

En effet, la Bible déclare: «Va et ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive une chose pire.» Voyez? Va et... pèche...

26        Or, le péché, c’est l’incrédulité. Est-ce vrai? Le premier péché qui a été commis par Ève, c’était à cause de son incrédulité à la Parole de Dieu. Est-ce vrai? C’est là que tout réside ce soir, douter de la Parole de Dieu. Si vous croyez la Parole de Dieu telle qu’Elle est écrite ici, vous n’avez besoin de rien d’autre.

Mais pour stimuler la foi des gens, Dieu envoie des dons. Cela exalte Sa Parole, cela parle de Sa Parole. Et si un quelconque don, ou un ange, ou n’importe quoi ne parle pas directement par la Parole de Dieu, ce n’est pas le genre correct d’ange. C’est vrai. Ce n’est pas l’ange qu’il faut. Mais si cela parle et rend témoignage à Jésus-Christ, et parle conformément aux Ecritures, alors cela vient de Dieu. C’est ce que 1 Jean 4 dit.

27        Bon, je souhaiterais lire une portion de la Parole, dans Saint Marc chapitre 5, ou plutôt Saint Luc, chapitre 5. Ensuite, nous prierons, et alors nous commencerons la ligne de prière.

Comme Jésus se trouvait auprès du lac... et que la foule se pressait autour de lui pour entendre la parole de Dieu, (Oh! N’auriez-vous pas aimé être là?)

Il vit au bord du lac deux barques, d’où les pêcheurs étaient descendus pour laver leurs filets.

Il monta dans l’une de ces barques, qui était à Simon, et il le pria de s’éloigner un peu de terre. Puis il s’assit, et de la barque il enseignait la foule.

Lorsqu’il eut cessé de parler, il dit à Simon: Avance en pleine eau et jetez vos filets pour pêcher.

Simon lui répondit: Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre; mais, sur ta parole, je jetterai le filet.

Que Dieu ajoute Ses bénédictions à ce passage des Ecritures.

28        Donc, je... juste un commentaire, juste un instant. Il guérissait et Il prêchait. J’aurais voulu Le voir, pas vous? Quand Il marchait, l’Aimable Homme de chagrin, habitué à la souffrance, Il n’avait pas de beauté pour attirer nos regards, probablement qu’Il était de petite taille, un Homme d’apparence délicate... Un bel homme, du temps de la Bible, c’était un homme aux larges épaules et d’une forte constitution. Mais Lui n’avait pas de beauté pour attirer nos regards, l’Homme de douleur, habitué au chagrin. Mais Il n’avait pas une apparence attrayante, mais, oh! ce qui était en Lui!

Il est descendu au bord du lac pour prêcher. Et alors, tous les gens étaient allés pour L’entendre. Je peux me représenter Pierre assis sur une souche après avoir tiré ses filets toute la nuit, découragé, et il était assis là et il a dit: «Voyons ce que ce Gars a à dire.»

Mais quand Il s’est mis à parler, il y avait quelque chose de différent. Il parlait différemment de tous les autres hommes.

29        Je peux bien Le voir s’approcher un peu plus près tout le temps. Et les foules grossissaient. Je peux L’entendre, Il monte à bord de la barque et se repousse un peu du rivage. Et Il avait emprunté la barque de Simon. Après qu’Il eut terminé de parler, Il a dit à Simon: «Maintenant, avance en pleine eau et jette le filet.»

Jésus ne vous emprunte jamais quelque chose sans vous rembourser au centuple. Est-ce vrai? Tout ce qu’Il... Laissez-Le avoir votre foi ce soir.

Un petit garçon est venu une fois avec quelques poissons en main. Il y avait cinq mille personnes là, ou plus. Eh bien, le petit garçon avait cinq poissons. Ce n’était pas grand-chose entre ses mains. Mais, oh! la la! une fois que cela fut placé entre les mains du Maître, ce que cela a pu faire! Cela avait nourri cinq mille personnes, entre les mains du Maître. Et le peu que vous avez ce soir, placez-le simplement entre les mains du Maître. Avance donc en pleine eau et jette.

30        Pierre a dit: «Seigneur, nous avons durement travaillé toute la nuit, sans rien attraper.» On est découragé. C’étaient des pêcheurs. Ils ne devinaient pas tout bonnement. Ils connaissaient la mer, la position que la lune devrait avoir là, là où devraient être les poissons. Ils étaient... ils avaient grandi au bord de cette mer, des Galiléens. Ils avaient durement travaillé toute la nuit dans cette même eau, et ils n’avaient rien attrapé. Mais il a dit: «Seigneur, sur Ta Parole, je jetterai le filet.»

Voilà le secret. Vous avez peut-être pêché à la seine dans chaque cabinet de médecin qu’il y a dans le pays. Vous êtes peut-être passé par des lignes de prière. Vous avez peut-être demandé à votre pasteur de prier. Vous avez peut-être demandé aux chrétiens consacrés de prier. Vous avez peut-être essayé tout ce que vous savez faire. Mais ce soir, dites: «Sur Ta Parole, Seigneur, je vais jeter le filet maintenant même. Je vais arrêter d’essayer n’importe quoi, je vais simplement Te croire maintenant même, et Te prendre aux Mots. Je vais jeter les filets.» Et ce ne sera pas long, que vous tirerez jusqu’à ce que vous sentirez une petite secousse et le filet sera plein de poissons: la joie, le salut, la guérison, les bénédictions de la part de Dieu.

31        Voici la dame que je cherche, elle est assise ici même, elle porte une robe à carreaux. Votre enfant souffre-t-il de coeur, madame, vous qui pleuriez là? Si c’est le cas, levez la main, si ce n’est pas vrai, levez la main. Certainement. Oui, madame. D’accord. N’ayez plus peur, votre enfant se rétablira maintenant. C’est... Regardez là.

Il m’est juste arrivé de me retourner. J’ai senti quelque chose tirer sur moi. Vous étiez en train de prier tout à l’heure, soeur, pour quelqu’un... n’est-ce pas? C’est le père de l’enfant qui est assis à côté d’elle, n’est-ce pas? Oui, monsieur.

Eh bien, vous venez d’un endroit loin d’ici, n’est-ce pas? N’est-ce pas que vous êtes venus d’un endroit loin d’ici? Et vous devez retourner, n’est-ce pas? Et alors, ramenez maintenant votre enfant, et ne vous en faites pas. C’était lui qui pleurait tout à l’heure. Alors, le petit enfant va se rétablir maintenant. N’ayez pas peur, car Dieu a exaucé votre prière; Jésus l’a fait. Que Dieu vous bénisse.

32        Oh! Il est merveilleux, n’est-ce pas? Je sais, la femme portait une espèce de robe à carreaux. Et je regardais constamment cette dame assise ici, et je n’arrivais pas à voir un enfant. Mais la dame était censée avoir un petit enfant dans ses bras, avec son petit comme cela, un petit–un petit enfant chauve. Et je le cherchais pour voir si quelqu’un... j’ai cherché les enfants. Et un enfant a pleuré là derrière il y a quelques instants, une maman l’a pris et elle est sortie. J’ai regardé attentivement et ce n’était pas cet enfant-là. Mais je savais que celui-là était ici quelque part. Très bien.

Dieu va... Priez simplement, Il me parlera, et Il me dira quoi vous dire.

33        Prions maintenant. Ô Père, Tu es si doux, si plein d’amour et de compassion. Et je sais que Tu es ici, et Tu nous aimes tous. Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné Son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse point, mais qu’il ait la Vie Eternelle.

Oh! Combien c’est vrai, que Tu es le Rocher dans une terre aride. Moïse a frappé le rocher, il a fait jaillir de ses eaux pour un peuple mourant et périssant. Et de même que le Rocher était dans le désert, Il est avec nous aujourd’hui, déjà frappé, les eaux du salut jaillissant pour ceux qui périssent, qui se meurent du péché, des gens aimables.  «Venez à Moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés. Venez à Moi, vous toutes les extrémités de la terre, abreuvez-vous, et soyez satisfaits.

34        Nous Te remercions pour Ton amour, dont Tu nous as aimés alors que nous étions étrangers,  des aliénés par rapport à Dieu, retranchés de la miséricorde, pécheurs de nature, allant à la tombe sans Christ et à l’éternité sans Dieu. Et Christ est mort pour nos péchés à notre place, Il est passé devant Dieu maintenant avec nos péchés comme sacrifice expiatoire, pour s’offrir pour nous, prendre notre place, et Son âme est allée en enfer. Mais il n’était pas possible que Son Saint voie la corruption, aussi L’a-t-Il ressuscité après trois jours.

Oh! Et Il est le Souverain Sacrificateur ce soir, assis là, intercédant, avec Son propre sang; Il est passé devant le Maître. Et ce soir, ce que nous serons n’apparaît pas, mais nous savons que nous aurons un corps semblable au Sien, car nous Le verrons Tel qu’Il est. Nous croyons que c’est bientôt, Seigneur. Viens, Seigneur Jésus.

Agis ce soir avec un amour doux et une douce compassion sur Ton peuple. Guéris tout celui qui est malade et nécessiteux; brise les coeurs des hautains. « Celui qui marche en pleurant quand il porte la semence, revient sans doute avec allégresse quand il porte de précieuses gerbes.» Modèle-nous et façonne-nous selon Ta propre volonté. Bénis ceux qui ne sont pas sauvés, et puissent-ils, d’une façon ou d’une autre ce soir, par la Parole ou par l’Esprit de Dieu, être convaincus de ce qu’ils sont en erreur, et qu’ils viennent humblement Te donner leurs coeurs. Que tous les malades soient guéris, car nous le demandons au Nom de Ton Fils bien-aimé, Jésus. Amen.

35        Quel numéro de carte de prière? D’accord, monsieur. De 100 à ... de... de 50... de 1à 100 de la série A. Commencez vers... Combien avions-nous fait passer hier soir? 15? 1 à 15? C’était à une place. Prenons de 85 à 100, peut-être.

36        [Frère Lindsay annonce les cartes de prière à appeler et ensuite fait des commentaires sur la photo, dans le texte suivant:

Pendant qu’on forme la ligne de prière, j’aimerais vous montrer cette photo qu’il nous est arrivé d’avoir tout à l’heure, celle dont frère Branham parlait, qui montre la Lumière surnaturelle au-dessus de sa tête. Aussitôt que cette photo a été prise, j’ai pris des arrangements pour soumettre le négatif à un examinateur de documents douteux, monsieur George J. Lacy, de Houston, au Texas. Je lui ai présenté une requête, j’ai dit: «Vous avez tous les moyens scientifiques à votre disposition, pouvez-vous me dire s’il y a eu une tricherie sur ce négatif précis? Pouvez-vous dire s’il y a une superposition? Pouvez-vous dire s’il y a eu une double exposition? Pouvez-vous dire si le film a été fabriqué de quelque manière que ça soit?» Il a dit: «Absolument, je le peux.» Alors il l’a prise, ça nous a coûté une somme considérable, comme c’est un expert spécialisé dans ce domaine, il a examiné cela pendant plusieurs heures dans son laboratoire.

Et puis, il a signé de son propre nom en dessous de cela, il a déclaré que le négatif était absolument, absolument, sans aucun doute authentique.

Puis-je juste ajouter cette parole: La photo avait été prise par un photographe hostile, celui-là qui parlait en mal de la réunion. Le fait qu’il... la déclaration même avait été publiée dans le journal, et il était tout aussi surpris que tout le monde.

C’étaient des Juifs, des Juifs orthodoxes, et autres. Je considère simplement ceci comme une vérification et une confirmation. Et frère Branham considère cela–non pas qu’il est surnaturel sous quelque aspect que ce soit–mais une confirmation de son ministère et du Message, d’apporter la guérison divine au peuple du monde. Amis, je crois que la Bible est vraie. Ainsi donc, ce soir, alors que frère Branham accomplit ce service, puissions-nous tous être dans l’Esprit de Dieu et nous rendre compte que le surnaturel est ici ce soir pour délivrer les gens, non seulement les guérir, mais les guérir dans leurs âmes, amener des hommes et des femmes à Jésus.

Maintenant, chantons ce choeur Crois seulement

Crois seulement, crois seulement,

Tout est possible, crois seulement;

Crois seulement, crois seulement,

Tout est possible, crois seulement.

Vous pouvez vous asseoir.–N.D.E.]

37        C’est bien. C’est l’arrière fond de cela, soeur. Si vous le faites, j’apprécierai cela. Eh bien, que tout le monde soit respectueux. Et je... Puis-je dire ceci maintenant, alors que je fais cette déclaration: Je ne suis pas responsable de ces réunions. Je suis... J’espère que des gens dehors entendront aussi cela. Je ne suis pas un fanatique, amis. Si je meurs ce soir, ce que j’ai dit s’avérera la vérité. Cette photo scelle la chose, d’une part. Dieu confirme que je dis cela... Voyez, ce n’est pas moi, c’est Lui. Avez-vous vu cela... Pouvez-vous tous voir cela ici? Nous ramènerons cela sur la table des livres, si vous le voulez, Frère Lindsay, afin qu’ils voient cela. Et nous veillerons à vous en apporter quelques exemplaires.

Une dame à l’hôpital, dernièrement, en avait une placée sur sa table. Elle regardait cela, pas moi, mais l’Ange du Seigneur, sous forme d’halo. Et elle a dit que la photo a commencé à tournoyer, la... Cela s’est détaché et s’est suspendu au-dessus d’elle. Elle s’est levée et est rentrée à la maison, bien portante. C’était donc une... c’était... ce n’est pas... ce–c’est Lui. Eh bien, je ne fais que dire des faits et la vérité.

38        Maintenant, je ne serai pas responsable pour des sceptiques et des incroyants qui sont à la réunion, ou de ceux qui ne garderont pas leurs têtes inclinées alors qu’on le leur a demandé. Combien savent que j’ai dit cela? Faites-nous voir les mains. Si donc quelque chose est dit, je peux vous prendre à témoin. Car c’est une chose dangereuse de jouer avec Dieu.

Dieu est ici pour agir, guérir les gens, les rétablir, sauver les perdus et les nécessiteux. Et nous aimerions que vous fassiez cela. Je ne crois pas qu’il y en ait ici qui soient sceptiques. Soyez vraiment respectueux et en prière.

Certains d’entre eux disent: «Eh bien, la guérison divine, je n’y crois pas.» Eh bien, si je n’y croyais pas, je ne ferais pas obstacle à quelqu’un qui y croit.

39        J’aurais bien voulu avoir la foi de l’un des patriarches. Nous pouvons ne pas être capable d’être enlevé comme Elie. Nous pouvons ne pas arrêter le soleil comme Josué. Nous pouvons ne pas faire une promenade un après-midi comme Enoch et rentrer simplement à la Maison en marchant avec Dieu, sans même–sans même goûter à la mort. Nous pouvons ne pas être capables de faire cela, mais ne faisons pas... Ne faisons pas obstacle à quelqu’un d’autre qui le peut.

Très bien. Que tout le monde soit respectueux.

Je devine, vous vous demandez pourquoi j’enlève cette montre. Avez-vous remarqué cela? Les vibrations arrêtent cette montre, complètement. J’en ai eu une dans un magasin, là, une montre Longines que quelqu’un m’a donné. Je ne sais pas quelle force cela exerce sur ça, mais ça arrête la montre là.

40        Eh bien, que tout le monde soit en prière, et faites venir les patients, s’il vous plaît. Maintenant, vous ici en bas, sans cartes de prière, continuez simplement de regarder dans cette direction et croyez de tout votre coeur maintenant. Très bien.

Bonsoir, soeur. Y a-t-il deux micros? Si vous voulez l’un d’eux, je vais... ou peut-être que c’est mieux... Eh bien, c’est...

Maintenant, les cartes de prière, c’est simplement pour garder la ligne en état. C’est tout, afin que tout le monde ne se précipite pas à venir, et accorder juste une bonne chance à tout le monde. Voyez? Nous pouvons les garder en ligne. Mais maintenant, il n’est pas nécessaire d’avoir une carte, si seulement vous croyez. Prions juste encore une fois si vous voulez. Je...

41        Père, je–je Te demande d’être près maintenant, alors que nous savons que Ta conduite devra être ce qui va s’occuper de cette soirée. Maintenant, nous savons que nous sommes un peuple en route vers l’éternité, nous inclinons la tête vers la poussière de la terre d’où nous avons été tirés et où, un jour, nous retournerons si Jésus ne vient pas bientôt. Et nous savons que quelque part, des milliers d’années d’ici ce soir, nos âmes seront quelque part dans l’éternité.

Et nous sommes ici avec une profonde sincérité, cherchant à apporter l’Evangile tel que nous savons L’apporter, l’Evangile, la puissance et la démonstration du Saint-Esprit aux gens. Même si cela est souvent mal compris, mais, Père, je Te prie d’accorder ce soir que beaucoup puissent croire.

Et aide Ton humble serviteur à pouvoir discerner les maladies et les causes chez les gens.

42        Je Te remercie pour la guérison de ce petit enfant bien-aimé que nous connaissions... Tu connais toutes choses, et ce que Tu as dit. Il ne vivrait qu’un peu de temps, mais maintenant il a la vie. Nous Te sommes très reconnaissant d’avoir exaucé la prière de cette chère mère et d’avoir manifesté cela. Des années à venir, elle se rappellera les bénédictions.

Maintenant, aide-moi, Père, alors que je défie l’ennemi, sachant que je suis allergique à ces choses, comme nous tous. Mais je prie que le Sang de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, nous entoure, chacun de nous, et qu’il ne puisse entrer nulle part, mais qu’il soit chassé dans les ténèbres du dehors, dans l’attente de la destruction totale du dernier jour. Aide-moi, Père, car je m’avance maintenant pour lancer le défi, en tant que représentant de Jésus-Christ. Je le demande, en Son Nom. Amen.

43        Bonsoir. Avancez juste... Puis-je avoir votre main juste un instant. [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Oui, madame. Maintenant, regardez dans cette direction. Vous vous efforcez beaucoup de croire, n’est-ce pas? Vous voulez croire. L’aimez-vous de tout votre coeur? Maintenant, ce qu’il y a maintenant, c’est essayer d’amener votre foi au point. Je sais ce qui ne va pas chez vous maintenant. Mais j’aimerais vous amener au point où vous pourrez réellement être en mesure d’être guérie, d’être bien portante. C’est ce que vous désirez. Vous savez que l’unique espoir que vous avez est en Christ, n’est-ce pas? En effet, tant que vous perdez le temps avec ceci, vous soignez avec ceci, il n’y a pas d’espoir à moins de trouver Christ et de trouvez miséricorde auprès de Lui.

44        Eh bien, vous... que pensez-vous qu’Il ferait s’Il se tenait ici portant mon veston? Il vous dirait ce qui cloche chez vous, Il vous imposerait les mains, peut-être, et dirait: «Maman bien-aimée, cela vous fait-il mal?» Mais Il est monté en haut, Il est monté en haut et Il a fait des dons aux hommes. Croyez-vous cela?

Maintenant, ce que vous pensez... Eh bien, je ne lis pas vos pensées. Mais ce que vous pensez, c’est ce que je vais vous dire. Eh bien, votre maladie, c’est la maladie d’estomac, ça vous dérange. Est-ce vrai? Je vous vois refuser la nourriture et tout, et parfois vous êtes tellement affamée que vous voulez manger. Certaines choses que vous pouvez avoir, et certains... des brûlures. On vous a dit que c’était une maladie de nerfs, et aussi cela cause des ulcères. Et avec cela, vous avez une fuite au niveau de la vésicule biliaire. Vous souffrez d’une autre maladie, qui vous a dérangée; vous devenez aussi faible tard (N’est-ce pas vrai?), dans les après-midi, vous devenez très faible. Je vous vois couchée.

45        Vous avez prié, juste avant de venir à cette réunion, que quelque chose arrive ici, vous vous étiez agenouillée à côté. Oui, madame. Je vous ai vue là où vous vous teniez, regardant par les fenêtres, le soir. C’est vrai, n’est-ce pas? Je–je vois cela tel que je vous le dis, cela est fermé. C’est vrai, n’est-ce pas, maman?

Eh bien, quand j’ai prononcé cette dernière parole, quelque chose vous a envahie, n’est-ce pas vrai? Cela vous a envahie, vous avez éprouvé une sensation étrange qui vous a frappée. C’est alors que votre foi vous a guérie. Vous ne souffrez plus d’estomac maintenant. Jésus-Christ vous a guérie. Maintenant regardez ici. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

46        Par une seule prière pour cette assistance, je vais demander à Dieu d’ôter chaque affliction et chaque maladie dans l’assistance. Je crois qu’Il le fera, pas vous? D’accord. J’aimerais que vous jetiez vos cannes par terre et que vous sortiez de fauteuils roulants, de je ne sais quoi, et que vous marchiez.

Ô Père, au Nom de Ton Fils Jésus-Christ, entre dans cette assistance maintenant. Je réprimande chaque puissance démoniaque qui retient Ton peuple. Qu’il le lâche maintenant, et qu’il loue de façon glorieuse Jésus-Christ pour la puissance de guérison, au Nom de Jésus. Alléluia!

 

Up

S'abonner aux nouvelles