Expectative

Date: 51-0930E | La durée est de: 1 hour and 33 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le texte français seulement Voir le texte anglais seulement

1          Bonsoir, mes amis. Je suis très content d’être encore ici ce soir pour prier pour les malades. Je regrette que celle-ci soit notre dernière soirée de ce réveil particulier. Si le Bon Seigneur me permet de revenir et que vous tous, vous vouliez que nous venions, nous espérons revenir vers vous un jour pour–pour tenir une–une longue série de réunions à un moment donné, là nous pourrons bien rester continuellement. La préoccupation majeure au sujet des réunions, l’une des tragédies, c’est que nous n’arrivons pas à disposer d’auditoriums assez longtemps pour voir vraiment des réunions aller jusqu’au bout, tel que ça devrait l’être. La plupart du temps, il arrive que des gens sont... Ils prennent... Avant que des résultats commencent à se manifester sur des gens, je suis parti, la plupart du temps.

            Mais j’apprécie certainement toute votre communion, votre gentillesse, et tout ce que vous avez fait; je ne vous oublierai jamais tant que je serai en vie. Que Dieu vous bénisse, c’est ma prière. Et juste... Vous continuerez à prier pour moi, j’en suis sûr, en tant que chrétien, comme je cherche à aller dans d’autres parties du monde maintenant pour apporter l’Evangile à d’autres peuples: aux nécessiteux, aux rejetés dans d’autres pays. Je sollicite certainement vos prières en ma faveur. Que Dieu soit avec vous et qu’Il vous assiste.

2          J’aimerais vous remercier. Frère Baxter venait de me dire qu’on a prélevé une offrande d’amour pour moi. Je vous remercie beaucoup. Je ne suis pas digne d’avoir une offrande d’amour; je ne fais pas assez pour mériter une offrande d’amour. Et je–j’aurais voulu ne pas la prendre. J’ai été pasteur d’une église pendant quinze ans; je n’avais jamais prélevé une offrande d’amour de ma vie, jamais de toute ma vie je n’avais prélevé une offrande pour moi-même ni pour quelqu’un d’autre. J’avais toujours travaillé et–et je subvenais à mes besoins. Quand j’arrive à un endroit comme celui-ci, on me donne une offrande d’amour. C’est ce dont je vis. J’ai une famille, je dois avoir un moyen de subvenir à leurs besoins. Et tout l’argent... Ma femme qui est ici présente sait que chaque sou que je n’utilise pas pour notre propre subsistance, juste ce que nous... Nous ne menons pas une vie de luxe; nous essayons simplement de vivre comme... juste avec ce qui nous permet–nous permet de nous en tirer. Et ce qui reste de l’offrande d’amour, nous le réaffectons droit aux missions à l’étranger, pour être utilisé à l’oeuvre du Seigneur. Ce ne sont pas les choses du monde que nous voulons; ce sont les choses célestes que nous attendons tant. Un jour, comme l’a dit le poète: Que ça soit une tente ou une cabane, pourquoi m’en faire?On me bâtit un palais là-bas!Des rubis et des diamants, de l’argent et de l’or, Remplissent ses coffres. Il a des richesses ineffables.

3          Et maintenant, nous n’aimerions pas prendre trop de temps ici en parlant maintenant même. Juste afin de vous dire un–juste un petit mot: «Merci, pour toute votre gentillesse.» Et puis, s’il y a un quelconque mérite qui jamais revienne à quelqu’un, c’est à la personne dont j’ai l’intention de parler maintenant même. Les hommes disent: «Frère Branham, je sais que vous passez un temps vraiment dur, beaucoup de gens appellent et tout.» J’aime ça; ça fait partie de ma vie. Mais s’il y a... Nous avons une très aimable petite famille à la maison. Ma première famille fut brisée par la mort, il y a beaucoup, beaucoup d’années. Je me suis donc marié un peu plus de deux ans après que la mère de Billy était rentrée à la maison ainsi que mon enfant. Et puis, j’ai essayé de vivre fidèlement envers Dieu, là quand j’ai imposé les mains sur la tête de mon bébé et que je l’avais béni, les anges de Dieu étaient venus amener sa petite âme auprès de sa mère. J’ai placé son petit corps à côté de celui de sa mère et je les ai ensevelis ensemble. Billy et moi, année après année, nous allons à cette tombe-là y déposer une fleur, sachant une seule chose, qu’à une glorieuse aube Jésus viendra.

            Je ne pensais jamais que je me remarierais donc. Billy avait assez grandi pour aller à l’école. Vous savez comme Job d’autrefois, quand ce qui lui avait été retiré, Dieu l’a restauré. Je ne pense pas que je pouvais avoir trouvé un quelconque moyen. Ce n’était pas mon choix; c’était Dieu qui m’avait donné une compagne qui est vraiment une–une chérie pour moi et une vraie mère pour Billy. Elle est juste une jeune fille; elle est de loin plus jeune que moi. Elle a beaucoup travaillé et tout, travaillant pour l’Evangile au point que ses cheveux ont grisonné à trente ans. Elle est certainement une vraie reine dans notre maison. Chérie, j’aimerais que tu te lèves juste une minute. Elle est assise juste ici devant moi. Je sais que c’est un peu ostensible; c’est ma femme et mon amie là. Très réservée, timide, un peu... Nous sommes un jeune homme et une jeune fille de campagne.

4          J’ai eu beaucoup de bons partenaires dans ma vie, de bons partenaires de chasse. J’aime chasser, aller à la chasse. C’est dans l’Etat de New York que j’ai été initié. J’aime toujours ces montagnes Adirondack par-dessus tout lieu que j’aie jamais vu de ma vie, les montagnes Adirondack. J’ai un très bon partenaire de chasse. J’appelle ma femme miel, j’appelle ma petite fille sucre; ainsi, nous avons une délicieuse famille. Elle est tout aussi réservée que sa maman, mais je me demande si ma petite Rebecca aimerait se lever juste une minute et nous allons... Oh! Je vais avoir un temps horrible pour avoir fait ceci; je vois. Elle a la tête inclinée, et aimerais-tu... Que dire de venir ici et de te tenir ici à côté de papa juste une minute? Voudras-tu que les gens voient quel bon partenaire de chasse est-ce? Ne sois pas timide. Tu as déjà rougi. Elle est assise là, la tête inclinée. Très bien, chérie. Oh! la la!

            Très bien, Billy Paul, je ne... Vous le connaissez, évidemment, mon jeune garçon. Où es-tu, Billy? Il est ici quelque part. Il a ce dur travail de distribuer les cartes de prière. Nous avons eu... C’est le travail le plus difficile qu’il y a dans une campagne, cela a fait faire la dépression à trois ou quatre personnes. Ainsi donc, Billy essaie d’exercer cette fonction-là. C’est juste un jeune garçon dans ses seize ans. Mais c’est un travail un peu difficile pour lui, mais il revient de l’Afrique avec moi; si le bon Seigneur le veut, il entrera donc au collège Bob Jones pour parfaire son instruction, tout ce que Dieu a choisi pour lui de faire dans le pèlerinage de la vie. J’espère que Dieu lui donnera donc un appel.

5          Ce n’est pas très facile de quitter la maison, de quitter les bien-aimés et les autres. J’ai une fillette chez moi maintenant; son nom est Sara, une fillette aux cheveux noirs, aux yeux bleus, tout aussi douce que possible. Je l’aime de tout mon coeur. Nous l’avons laissée l’autre jour, et ma femme est venue jusqu’ici. Ils retournent à la maison le matin pendant que nous, nous prendrons l’avion pour l’Afrique pour apporter le Message. Priez pour eux. C’est elle qui se tient à la porte, qui se tient entre le vrai et le faux, et me sert de bouclier. J’apprécie vos prières pour elle. Que Dieu nous accorde un bon voyage retour ensemble une fois de plus.

6          Maintenant, dans les réunions, maintes, maintes, maintes fois, des choses sont dites et faites, ainsi de suite, que nous ne pouvons guérir personne. Nous le savons. Nous ne prétendons pas guérir quelqu’un; nous soutenons seulement prier pour les malades. C’est Dieu qui opère la guérison. Un ministère que le Seigneur m’a donné; c’est un peu, on dirait, un tout petit peu différent du ministère des autres ministres, mais Dieu donne différemment selon Sa volonté. Croyez-vous cela? Juste tel qu’Il veut, c’est ce qu’Il–Il fait.

            Ainsi donc, nous savons qu’Il est le Rémunérateur de ceux qui Le cherchent. Est-ce vrai? Maintenant, j’aimerais lire juste un petit passage des Ecritures, et nous allons directement aborder le service. Je crois que Dieu va nous accorder un grand service ce soir. Je priais juste avec mon jeune garçon, et le révérend Ford est venu me prendre. Que Dieu veuille faire quelque chose de spécial pour nous ce soir et qu’Il veuille bénir les gens. Généralement, la dernière soirée, il y a plus de gens guéris par rapport à toutes les autres soirées, c’est parce qu’il y a une grande pression, une force d’attraction et–et les gens veulent entrer dans la ligne.

7          Eh bien, cela ne guérit personne, mais j’ai demandé à Dieu ce soir de faire quelque chose de spécial, de guérir les gens partout dans la salle, partout dans la salle. J’aimerais qu’Il le fasse. Maintenant, je sais qu’Il va le faire. De toute ma vie, je ne me suis jamais agenouillé et prié très sincèrement selon Sa volonté, sans qu’Il ait exaucé. Je n’ai jamais fait cela.

            Eh bien, parfois, si je pensais à quelque chose qui n’était pas correct, peut-être que j’étais quelque peu égoïste sur quelque chose que je demandais dans la prière, cela ne me ferait aucun bien. En effet, si ma prière me revenait simplement, et que je n’avais aucune foi, même pour commencer, cela serait exaucé. Mais juste essayer de percer seulement, vous ne pouvez rien tirer de Dieu qui ne soit pas correct; cela doit être correct.

8          Maintenant, j’aimerais lire quelques passages des Ecritures à deux endroits, dans la Sainte Parole de Dieu. Si vous voulez les lire avec moi, ou me suivre, prenez Saint Matthieu, chapitre 4, à partir du verset 23. Et puis, allez, si vous le voulez, dans Saint Luc, chapitre 1, à partir de, je vous demande pardon, chapitre 2, verset 25. Et j’aimerais lire deux portions. L’une d’elles, c’est le commencement du ministère; l’autre, c’est Sa mort, ou pas Sa mort, Sa naissance plutôt, pardonnez-moi. Maintenant, dans Saint Matthieu, chapitre 4, verset 23, Jésus commence Son ministère.

            Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie... toute infirmité parmi le peuple.

            Sa renommée se répandit dans toute la Syrie, et on lui amenait tous ceux qui souffraient de maladies et de douleurs de divers genres, des démoniaques, des lunatiques, des paralytiques; et il les guérissait.

            Une grande foule le suivit, de la Galilée, de la Décapole, de Jérusalem, de la Judée, et d’au delà du Jourdain.

            Et puis, au chapitre 2 de Saint Luc, voici ce que nous lisons, à partir du verset 25:

            Et voici, il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon. Cet homme était juste et pieux, il attendait la consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait été divinement averti par le Saint Esprit qu’il ne mourrait point avant d’avoir vu le Christ du Seigneur.

            Il vint au temple, poussé par l’Esprit. Et, comme les parents apportaient le petit enfant Jésus pour accomplir à son égard ce qu’ordonnait la loi,

            Il le reçut dans ses bras, bénit Dieu, et dit:

            Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole.

            Car mes yeux ont vu ton salut,

9          Inclinons la tête juste un instant. Dieu Tout-Puissant, nous Te remercions pour cette grande leçon ce soir. Et il est écrit ici dans les Ecritures qu’Il parcourait toute la Judée, la Samarie, le Décapole, et tout le monde connu de l’époque, faisant le bien, guérissant les malades, chassant les démons, libérant les captifs. Nous savons cela donc, que Tu n’as pas changé depuis ce jour-là, que Tu es toujours le même. A l’époque, en répondant à une question, Tu as dit que Tu faisais ce que le Père Te montrait de faire. Dans une prière adressée à Ton Père, Tu as dit que Tu avais terminé l’oeuvre qu’Il T’avait donné de faire. Et puis, le Saint-Esprit doit venir sur les hommes, ils doivent continuer avec l’Evangile jusqu’à la fin de l’âge. Et nous voici, Seigneur, l’âge touche à la fin.

            Nous Te remercions pour cette grande ville, New York, l’apogée et la chute de plusieurs. Nous Te remercions pour l’Amérique, un pays de liberté et une demeure des braves. Nous savons, Seigneur, qu’il a fallu un sacrifice suprême de beaucoup de précieux sang pour que nous soyons libres ce soir d’adorer ici, selon ce que nous dicte notre propre conscience. Que Dieu bénisse notre pays.

10        Nous nous souvenons de nos jeunes gens là-bas en Corée ce soir. Ô Dieu, je crois que si beaucoup de missionnaires y avaient été envoyés, ces choses ne se seraient pas produites. Mais nous avons de l’argent pour des appareils, tout, mais on dirait que quand on en arrive à Ton travail...

            Père, je pense que si l’argent qui est dépensé pour la défense était affecté aux missionnaires dans le champ de travail, il n’y aurait pas eu de guerre. Mais je suppose qu’il doit en être ainsi. Aide-nous donc à faire notre part, Seigneur.

            Et comme ce soir est la dernière soirée de cette série de réunions ici dans notre patrie, ô Dieu, peu importe où je vais, je me rappellerai toujours ces grands et longs pins, ce vieux drapeau sous lequel je suis né, mes aimables amis à travers le pays. Ô Dieu, bénis-les. Aide-les, Seigneur. Puissent-ils, pendant que nous serons partis... Que le grand réveil continue à gagner des milliers d’âmes.

11        Bénis cette grande ville, envoie-leur un réveil, Seigneur. Envoie Tes serviteurs ici, venant de différentes parties des nations où ils prêchent maintenant, et donne à cette grande ville une secousse pour Dieu. Quand Tes serviteurs arriveront, Billy Graham et les autres, Seigneur, déverse Ton Esprit sur eux. Que littéralement des milliers soient sauvés et convertis à Christ.

            Aide-nous, Seigneur, alors que nous préparons la voie, découpant les ronces, repoussant des pierres, enlevant les souches, sur la ligne de front, donne-nous du courage, Seigneur, et des coeurs très forts; resserre l’armure; donne-nous une grande force et la puissance de Ton Esprit.

            Et maintenant, Seigneur, bénis soeur Brown, cette veuve; que Dieu soit avec elle et qu’Il lui vienne en aide. Aide frère Byrd, le pasteur; ces autres églises, des églises qui collaborent partout dans la ville, chaque membre laïc, bénis-les tous ensemble. Père, fais que nous revenions vite, donne-nous une grande victoire en Afrique et à des endroits là-bas, ramène-nous ici pour un autre réveil à l’ancienne mode, accorde-le, Seigneur.

12        Bénis tous ceux qui sont ici ce soir. Bénis ma petite famille alors que je les quitte, Seigneur. Que Ta grâce les soutienne. Que l’Ange de Dieu nous fortifie et nous aide maintenant. Bénis la famille de frère Baxter et celle de frère Bosworth; ils sont en train de partir. Ces autres chers amis, frère Richey, et les autres ici, Seigneur, qui se tiennent près, beaucoup d’autres prédicateurs dans la prière, soutenant nos mains devant Dieu, comme Caleb d’autrefois avec Josué, et ceux qui soutenaient les mains de Moïse. Donne-nous une grande effusion de Tes bénédictions ce soir et manifeste-Toi et confirme que Tu es ici. Car nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

13        Juste parler un moment. Je déteste même prendre ce temps, mais je dois simplement dire un mot ou deux avant de vous quitter. La première fois que j’étais venu à New York, je me disais: «Il y a un groupe de riches aristocrates qui ne recevraient jamais l’Evangile.» Mais j’étais certainement en erreur. Je pense–je pense que certains des gens les plus doux et les plus humbles que j’aie jamais rencontrés, sont ici même à New York. C’est vrai; il y en a beaucoup dans les rues, c’est à peine que vous pouvez rencontrer quelqu’un...

            Ce soir, pendant que nous prenions un petit repas, il y a des gens qui sont entrés; ils ont regardé de ce côté-là, ils ont un peu souri, et je me suis dit: «Ça doit être des chrétiens.» Quelques instants après, ils m’ont serré la main; ils ont dit: «Oui, nous sommes du–du tabernacle, Glad Tidings Tabernacle.»

            Eh bien, voici ce que je–j’ai trouvé; j’ai dit à ma femme une fois dehors, j’ai dit: «Tu peux aller en Finlande, en Suisse, en Allemagne, en France, en Belgique, où tu veux, quand tu trouves des gens nés de l’Esprit, ils sont les mêmes partout dans le monde. Car ils sont tous un en Jésus-Christ, concitoyens du Royaume, co-ouvriers dans ce champ de la moisson. Nous sympathisons les uns avec les autres.»

14        Maintenant, ce soir, j’aimerais parler juste un petit instant sur: L’Expectative. Siméon était un homme; il était vieux; il était loin... Les théologiens nous enseignent qu’il était dans les quatre-vingt et quelques. Mais il avait un vrai coeur, il attendait Dieu. Parfois, l’église en est arrivée au point où il ne restait que très peu des croyants. Mais Dieu a toujours eu un reste parmi les gens quelque part qui croient en Lui. Saviez-vous cela? Considérez le monde antédiluvien. Il y avait juste quelques-uns: Noé, ses fils, ses belles-filles et sa femme. C’étaient tous ceux qui étaient entrés dans l’arche. Est-ce vrai? Jésus a dit: «Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à la Venue du Fils de l’homme.» «Etroite est la porte, resserré le chemin, mais il y en a peu qui le trouveront.»

            Oh! Chrétien, soyez l’un de ce petit nombre; vous avez une invitation, avancez simplement. «Ce qui arriva du temps de Noé.» Considérez les moeurs: «Ils mangeaient, buvaient, se réjouissaient, donnaient en mariage, et ils n’ont pas su cela jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche.» Soyez l’un de ceux qui entrent. Priez pour moi que je sois avec vous. J’aimerais y être; j’aimerais certainement être là; c’est le désir de mon coeur d’entrer en ce jour-là avec vous tous et d’être présent.

15        Souvent, j’ai voulu prendre chacun de vous, sortir, m’asseoir, parler un peu, vous amener dans ma chambre d’hôtel; je souhaiterais pouvoir le faire. Dieu connaît mon coeur. Quand j’étais un petit garçon, j’étais plus ou moins ce qu’on appelle une brebis galeuse de la famille. Je ne buvais pas, les membres de ma famille étaient tous Irlandais...?... Ils boivent, eux tous, fument, jouent à l’argent. Moi, je prends mon fusil et je vais à la chasse. Aucun d’eux ne me comprenait. Et quand j’ai été ordonné dans l’Eglise missionnaire baptiste, ils ont dit: «Un jour, tu deviendras un saint exalté.» Ils ne me comprenaient pas. Je ne pouvais, eh bien, trouver nulle part quelqu’un qui voulait de moi.

            Et finalement, un jour, Dieu m’a placé à côté de quelqu’un qui m’a aimé, et je–je suis content d’être l’un de vous. Je crois que c’est la crème de la moisson sans manquer d’égards envers qui que ce soit d’autre. Juste quelque part où je sens que je conviens comme un gant, donc je... Jamais je n’avais... je ne pouvais trouver un endroit où...?... J’avais toujours été mal compris. Et je me disais: «Certainement, il y aura quelqu’un d’autre.» J’avais toujours voulu avoir des amis. Oh! Je faisais tout pour avoir un ami.

16        Il n’y a pas longtemps, je me rappelle... Evidemment, mon père buvait et tout; nous n’avions pas une très bonne réputation dans la ville. Je descendais en ville, quand j’étais un petit garçon en lambeaux, me tenant là, les cheveux pendant, pratiquement sans habits. Je me rappelle avoir porté un vieux manteau pour aller à l’école tout l’hiver durant, pas de chemise en dessous. Je le boutonnais jusqu’en haut, comme ceci; et je ne pouvais pas enlever cela. Au printemps, la monitrice m’avait demandé si je n’avais pas chaud dans ce manteau-là; j’ai dit: «Non, madame.» Je ne pouvais pas l’enlever; je ne portais pas de chemise. Et je–je n’oublierai jamais cela, comment ces gens, vous savez, on a toujours été considéré comme de pauvres blancs rebus. Je descendais en ville, je me mettais à parler à quelqu’un. Si–s’il n’y avait personne d’autre à qui parler, il me parlait. Et je me disais: «Qu’ai-je fait? Je n’ai rien fait; je n’ai fait du mal à personne.» Si quelqu’un d’autre passait par là, pour lui parler il se détournait, me laissait seul et s’en allait.

17        L’autre jour, j’étais assis sur le porche en train de parler à ma femme, il n’y a pas longtemps. Je disais: «Penses-y, chérie, il y a quelques années, je ne pouvais même pas avoir quelqu’un à qui parler; maintenant, il me faut aller quelque part dans le bois me cacher pour avoir un peu de repos.» Je sais. Qu’était-ce? Ma personnalité? Je n’en ai pas. L’instruction? J’ai l’instruction de l’école primaire, de septième primaire. Qu’était-ce? Le Sang de Jésus-Christ est descendu et m’a ramassé. Et je L’aime de tout mon coeur, d’un amour immortel. C’est par Son mérite, Son amour.

            Et je vois des gens qui m’aiment; vous ne savez simplement pas quel sentiment j’éprouve vis-à-vis de vous. Je peux vous donner un rendez-vous, amis; je pourrais ne pas être en mesure ce soir de tenir cela, mais un glorieux jour, quand tout sera terminé, que nous monterons dans la Gloire... Si vous arrivez là avant moi, un matin, lorsque vous sortirez de votre palais, que le soleil se lèvera à l’horizon, regardez en bas dans une petite cabane, là en bas, quelque part sur le flanc de la colline, vous entendrez quelqu’un se tenant dehors sur la véranda de derrière, en train de chanter: Grâce étonnante, oh! quel doux son!, vous direz: «C’est frère Branham qui est arrivé.» Ça sera moi. Je n’ai jamais été capable de chanter, mais j’ai toujours voulu chanter Grâce étonnante. Je me tiendrai là en train de chanter Grâce étonnante, oh! quel doux son qui sauva un vil comme moi.

18        Nous nous assiérons ensemble là-bas à côté du puits de Jacob; nous n’aurons pas à nous dépêcher, pour avoir des réunions de prière pour les malades; il n’y aura pas de malades là-bas; on sera tous biens portants alors. Nous nous assiérons et nous causerons pendant quelques milliers d’années ensemble, nous parcourrons les rues d’or. Ne sera-ce pas merveilleux? Ce n’est pas un rêve monté de toutes pièces; c’est la Vérité de l’Evangile. Nous verrons... Un ancien cantique baptiste que nous chantions dans le Kentucky, nous chantions:

            Je Le reconnaîtrai, oui, je Le reconnaîtrai,

            Et racheté, je me tiendrai à Ses côtés;

            Je Le reconnaîtrai, je Le reconnaîtrai,

            Par les empreintes des clous dans Ses mains.

            Je Le reconnaîtrai. Ce que nous serons n’a pas encore été manifesté, mais nous aurons un corps semblable au Sien, car nous Le verrons tel qu’Il est. Et tant que je pourrais Le voir et être avec Lui, peu m’importe l’aspect qu’Il aura, tant que c’est Lui, ça sera le Ciel pour moi, où que ce soit. Et je sais que c’est le même sentiment que vous éprouvez. Un reste, que Dieu m’accorde le privilège d’être associé avec vous tous ce soir, un reste qui attend Dieu, comme c’était à l’époque de notre texte.

19        Le Saint-Esprit avait promis à Siméon qu’il ne mourrait pas sans avoir vu le Christ du Seigneur. Il est donc allé çà et là raconter aux gens qu’il ne mourrait pas sans avoir vu le Christ du Seigneur. Pouvez-vous vous imaginer ce que cet homme avait senti? Allant çà et là... C’était un vieux sage, à la barbe blanche et aux cheveux blancs qui retombaient jusqu’en bas. Il allait çà et là dire aux gens: «Eh bien, je ne mourrai pas sans avoir vu le Christ du Seigneur.»

            Eh bien, les gens disaient: «Il se peut que le vieil homme ait un peu perdu la tête.» Mais le Saint-Esprit lui avait fait la promesse. Il croyait qu’il recevrait... qu’il verrait le Christ avant de mourir, car le Saint-Esprit avait appelé. Il avait donc ce désir là dans son coeur, car il avait la promesse.

20        Si vous croyez, tout ce que vous croyez... Si vous êtes venu à la réunion ce soir, rien que pour trouver quelque chose à critiquer, le diable vous le montrera; vous le verrez. Et si vous êtes venu trouver quelque chose au sujet de Dieu, de sorte que vous puissiez vous en aller, béni, Dieu vous le montrera. Tout ce que vous désirez, tout ce que vous êtes: «L’homme est comme les pensées de son âme.» Vous partirez et vous direz: «Eh bien, je–je ne m’attendais pas à être appelé dans la ligne de prière.» Bon. «Je–je ne m’attendais pas à ce que le Saint-Esprit parle et me désigne ici.» Si vous ne vous attendez pas à cela, vous ne recevrez pas cela. Mais, selon votre foi (Voyez?), l’expectative.

            Une fois, ma mère m’avait envoyé quelque part pour rencontrer sa soeur. Je ne l’avais jamais vue. Elle m’a décrit, elle l’a décrite, disant: «Eh bien, elle a un front fuyant.» Elle a dit: «Elle a des cheveux noirs.» Ma mère est une métisse; c’est une Indienne. Et alors, elle a dit: «Elle a un front fuyant. Elle a des cheveux fins.» Elle l’a décrite, disant: «Elle est mince, une petite femme.» Elle a dit: «Tu la reconnaîtras par des traits donnés.»

            Je parcourais l’assistance du regard, j’avais une idée de son aspect, et aussitôt que je l’ai vue, j’ai dit: «Tu es ma tante.»

            Elle a dit: «Qui es-tu?»

            J’ai dit: «Connais-tu Ella Branham?»

            Elle a dit: «Oui.»

            J’ai dit: «C’est ma mère.»

            Elle a dit: «Ma soeur.» Et nous étions là. Voyez?

21        Eh bien, nous devrions avoir une certaine idée ce soir, de ce à quoi le Saint-Esprit devrait ressembler dans Son opération. Le... Jésus nous a décrit exactement à quoi ressemblera l’Eglise du Dieu vivant. Il a dit: «En Mon Nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues, ils saisiront des serpents, s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal. Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris. Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais»: connaître les pensées du coeur, décrire, discerner, et tout. Est-ce vrai?

            Or, si vous vous attendez à Dieu, cela montre qu’il y a quelque part ici quelque chose que vous attendez. Eh bien, David dit dans les Ecritures: «Quand la profondeur appelle la profondeur...» La profondeur appelle la profondeur, en d’autres termes, quand il y a un–un désir ici à l’intérieur, il doit y avoir quelque chose là dehors qui cause... En d’autres... Ici, avant qu’il y ait un désir ici à l’intérieur, il doit y avoir quelque chose qui crée ce désir-là. Voyez? Et s’il y a un Créateur qui crée ce désir-là, de cette création... Comprenez-vous ce que je veux dire?

22        Tenez, avant qu’il y ait une–une nageoire sur le dos d’un poisson... Vous ici, vous avez beaucoup de poissons qui passent par ces baies ici. Regardez, avant qu’il y ait une nageoire sur le dos d’un poisson là-bas, il a dû y avoir premièrement une eau où ce poisson nagerait, sinon il n’y aurait pas eu cette nageoire-là. Voyez, Dieu a placé cette nageoire sur lui pour nager dans l’eau, il a donc dû y avoir premièrement de l’eau avant qu’il y ait une nageoire sur son dos.

            Avant qu’il y ait un arbre qui pousse dans la terre, il a dû y avoir premièrement une terre où il devait pousser, sinon il n’y aurait pas eu d’arbre pour pousser. Et s’il y a un désir dans le coeur humain pour davantage de Dieu, il doit y avoir davantage de Dieu quelque part pour répondre à cette profondeur qui appelle la profondeur. Voyez-vous ce que je veux dire?

23        Eh bien, quand la profondeur appelle... Eh bien, combien ici croient dans la guérison divine? Faites-nous voir les mains. Eh bien, c’est merveilleux. Très bien. Maintenant, quelque chose dans votre coeur vous dit qu’il y a la guérison divine en Dieu. Est-ce vrai? Eh bien, maintenant, avant que vous puissiez avoir cela dans votre coeur, il doit y avoir un Créateur pour placer cela dans votre coeur. Voyez? C’est...?...

            Il n’y a pas longtemps, je lisais dans un journal qu’un petit garçon mangeait les pédales d’une bicyclette, il mangeait la gomme d’un crayon. Eh bien, le médecin, quand il a reçu le petit garçon, il a dit... Il l’a consulté, il lui a fait faire cet examen; il a dit: «Vous savez quoi? Le petit garçon n’a pas de calcium dans son corps.» Eh bien, son petit corps est constitué de façon à avoir besoin de calcium; ou je vous demande pardon, pas le calcium, c’est du soufre. C’est le soufre qui est l’un des éléments constitutifs du corps humain. Il a dit: «L’enfant n’a pas de soufre, il y a certains organes à l’intérieur qui doivent avoir du soufre.» Il y a donc quelque chose ici qui réclame du soufre. Voyez? Si cela réclame du soufre, il doit y avoir du soufre quelque part, sinon ceci n’aurait pas éprouvé le désir du soufre. Voyez?

24        Et s’il y a quelque chose dans le corps humain qui a un ardent désir de la guérison divine (Oh! la la!), nous voici partis, la guérison divine existe; il y a une fontaine ouverte quelque part. Il doit y en avoir. Si vous éprouvez un vif désir... Quand vous étiez là-bas, avec juste une expérience tiède, alors votre coeur a commencé à avoir un vif désir pour davantage de Dieu, il devait y avoir une fontaine ouverte quelque part. Est-ce vrai? Et Dieu a envoyé cela. Et comme vous éprouvez un vif désir pour la guérison divine, il doit... il y a un Créateur qui a placé cette création dans votre coeur. Elle réclame, la profondeur appelle la profondeur. Il y a une fontaine quelque part.

            Alors, le Saint-Esprit avait promis à Siméon qu’il ne mourrait pas avant d’avoir vu le Christ du Seigneur. Il y avait un appel dans son coeur. Présentons cela sous forme d’une saynète une minute. Disons qu’on était un lundi matin.

25        Il y avait environ deux millions de Juifs en Palestine à l’époque ou plus, probablement quelques centaines d’enfants naissaient chaque soir. Chaque jour, il y avait des enfants. Huit jours après, on les amenait au temple pour la circoncision, la purification.

            Et quand Il naquit dans une mangeoire en Judée, à Bethléhem de Judée, il n’y avait personne là pour célébrer Sa naissance. Dieu a donc envoyé du Ciel des anges, ils ont chanté des cantiques, comme on chante généralement à la naissance des rois. Des bergers sur des collines, ils sont allés le leur annoncer. Trois mages sont venus en suivant l’étoile, qui était passée par-dessus chaque planétarium, et personne, à part ces mages, ne l’avait vue, et elle les avait conduits vers Christ. On ne connaissait pas grand-chose à ce sujet, il n’y avait pas de presse à l’époque comme nous en avons aujourd’hui, la radio et la télévision. Le message se transmettait juste de bouche à oreille.

26        Eh bien, huit jours après, voyons, la petite Marie, avec une mauvaise réputation, pour commencer, elle était censée avoir eu un Enfant illégitime avec Joseph, né en dehors du lien de mariage. Tout le monde dans la contrée se moquait alors d’elle: «Voilà cette femme qui a eu un Enfant sans avoir été même mariée.» Dans son coeur, elle savait de Qui cet Enfant était. Nous en avions donc parlé cet après-midi.

            La voici venir au temple; regardons, eh bien, peut-être deux cents femmes, ou trois cents se tiennent dans la ligne. Là loin se tiennent certaines d’entre elles avec un agneau; c’est l’offrande d’un homme riche. Mais là loin vers le bas, je vois une petite vierge d’environ dix-huit ans, le visage tout voilé, tenant un petit Enfant emmailloté.

27        C’est quoi, emmailloté? D’après ce que j’ai appris, c’était un morceau d’étoffe retiré du joug d’un veau. Et quand il labourait, on mettait là ce morceau d’étoffe pour empêcher le frottement. On n’avait rien à mettre dans l’Enfant... sur l’Enfant, on a donc retiré cette étoffe et on en a emmailloté l’Enfant. Et Il était là, dans les bras de Sa mère, au temple. Tout le monde se tenait à distance: «Je n’aimerais pas m’approcher d’une telle femme. Ce drôle de petit Enfant, ça doit être sûrement une pauvre Créature, Il n’a même pas d’habits à porter.» Mais c’était le Prince de gloire.

            Elle tenait deux petites tourterelles en main, l’offrande des paysans. Personne ne faisait cas d’elle. Regardons là loin au temple... Je vois un vieil homme assis là en train de lire le rouleau, les larmes lui coulant sur les joues, disant: «Seigneur, Tu m’as promis que je ne mourrais pas avant d’avoir vu Ton Christ. Maintenant, je pense que Tu le feras un jour; je deviens terriblement vieux, mais Tu me le montreras un jour.»

28        A ce moment-là, le Saint-Esprit est descendu sur lui, Il a dit: «Lève-toi, Siméon, mets-toi en marche.»

            «Où, Seigneur?»

            «Avance simplement.» Peut-être qu’Il vous parle ce soir, c’est votre tour d’être guéri.

            «Lève-toi, mets-toi en marche.»

            «Où?»

            «Je ne sais pas, lève-toi.» Très bien.

            Le voici traverser là, conduit par le Saint-Esprit. Il s’avance vers cette ligne-là. Il parcourt cette ligne sous la conduite du Saint-Esprit, il va droit là où se tenait cette femme, dans la honte, la tête inclinée, regardant son petit Enfant, alors que les larmes tombaient sur Son visage; Il était emmailloté dans Ses petites langes. Ce vieux sacrificateur étendit ses bras là, sans mot dire, il prit l’Enfant dans ses bras, leva les yeux, les larmes lui coulant sur la barbe, il dit: «Seigneur, laisse Ton serviteur s’en aller en paix, selon Ta Parole, car mes yeux ont vu Ton salut.» [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

            Là loin où fourmillaient un demi-million de gens, au temple, il y avait une vieille prophétesse assise là, du nom d’Anne. Nous avons appris qu’elle était aveugle, mais elle attendait la consolation d’Israël. Le Saint-Esprit lui avait parlé. Elle se lève donc, aveugle; elle parcourt le temple, traversant le temple, conduite par le Saint-Esprit, elle est allée droit devant l’Enfant, elle a levé les mains et a béni Dieu.

29        Qu’est-ce? Ce même Dieu qui avait agi sur eux... Si vous croyez dans la guérison divine ce soir et que vous croyez qu’il y a une Fontaine ouverte quelque part, le même Saint-Esprit qui était sur Siméon, qui était sur Anne, vous a fait entrer au temple ce soir, là où il y a une Fontaine ouverte, gratuite pour la guérison ce soir. Attendez-vous à cela. Dieu vous a donné la promesse, que vous pouvez être guéri par Sa puissance. Il est ici pour faire cela ce soir. Croyez-vous cela?

            Oh! ce que j’ai vu, ça émerveillait dans les réunions, oh! les conduites de l’Esprit! Il y a une femme assise ici présentement; je souhaiterais lui parler. J’étais à Fort Wayne, dans l’Indiana. Un grand réveil était en cours là chez B.E. Rediger et Paul Rader, beaucoup de ces vaillants hommes. Frère Bosworth était assis là, il était à la réunion, il prêchait. Je restais à l’hôtel Indiana, et les gens avaient découvert que je restais à l’hôtel Indiana. Alors, le huissier est venu, le garçon d’hôtel est venu me parler, disant: «Frère Branham, vous ne pouvez même pas descendre, il y a trop de gens là.»

30        Ils m’ont donc fait sortir. C’était là que cet homme qui souffrait de sclérose en plaques avait été guéri. On a envoyé un message à ce roi George d’Angleterre pour que j’aille, ce roi George d’Angleterre a envoyé un message pour que j’aille prier pour lui pour sa sclérose en plaques, Dieu l’en a guéri. Cet homme avait été alité, malade pendant dix ans, paralysé depuis la taille jusqu’en bas. Il était assis là, il ne pouvait même pas entrer dans la ligne en se tordant. Et un homme d’affaires, ce soir-là, la dernière soirée de la réunion (Frère Bosworth, assis ici, en est témoin), l’a relevé.

            Combien lisent We The People? [Nous le peuple]? Vous avez vu cet article dans We the people, ce célèbre livre qui parcourt le monde. Mes réunions y étaient publiées, au sujet de la jeune fille aveugle et tout, dans cette réunion de Fort Wayne, qui était... Combien reçoivent le Pentecostal Evangel [L’Evangile de la Pentecôte]? Cela y avait été aussi publié, et partout. Vous avez sans doute vu l’article; il a été publié dans ce très célèbre livre We The People de cette année.

31        Et puis, alors que nous montions à l’estrade, eh bien, cet homme, un homme d’affaires l’a relevé; il n’avait pas marché pendant dix ans, il était alité à cause de la sclérose en plaques. On a essayé de l’étendre là; les gens lui marchaient dessus. Nous avons juste eu ce que nous appelions une ligne rapide. Et cet homme, on l’a retiré de l’estrade; et il était pratiquement mort. Et il était assis dans son fauteuil roulant une fois de plus; il a levé le regard comme cela. Et je me suis retourné, j’ai senti l’attraction de la foi, j’ai regardé vers le bas et il était assis là. Il a dit: «Oh! Frère Branham, a-t-il dit, si seulement je pouvais toucher la jambe de votre pantalon, je serais guéri.» Il cherchait à toucher la jambe de mon pantalon pour être guéri. J’ai dit: «Que Dieu vous bénisse, frère.» Je l’ai encore regardé; je l’ai vu en vision s’en aller en marchant. Je savais que cela devait donc se produire. J’ai dit: «Frère, ça fait dix ans que vous êtes alité, malade.»

            «C’est vrai, monsieur.»

            J’ai dit: «Mais Jésus-Christ vous guérit.»

            Il s’est levé de ce fauteuil roulant, comme cela, et il s’en est allé.

32        Un vieil homme était couché là-bas, il a dit: «Si seulement je pouvais toucher vos habits, mon frère, je serai guéri.» Il était paralysé, il souffrait de l’arthrite. Et je suis descendu vers lui; il a mis sa vieille main estropiée sur moi, il a dit: «Merci, Seigneur. Merci, Seigneur, c’est ce que je voulais faire.» Voyez, son attente. Quoi? Qu’il vous soit fait selon votre foi.

            J’ai reçu une lettre de leur part environ six mois plus tard, l’homme qui souffrait de la sclérose en plaques conduisait sur la route, et l’homme qui était paralysé, ou qui souffrait de l’arthrite, était là dans le champ labourant sur un tracteur. Et l’un a vu l’autre, c’étaient des copains, ils étaient assis tout au long de la réunion, et se parlaient. C’était la dernière soirée. Et là, cet homme qui était estropié pendant des années à cause de l’arthrite, recroquevillé, malade au lit, a vu l’autre descendre la rue, celui qui souffrait de la sclérose en plaques, et cet homme a sauté du véhicule et il a couru dans le champ. Et cet autre, l’autre homme a sauté du tracteur, ils ont couru, ils se sont saisis, ils se sont mis à s’étreindre, criant et poussant des cris là dans le champ: «Grâce étonnante, oh! quel doux son, qui sauva un vil comme moi!» Oui, là-bas.

33        Je me rappelle un matin, je sortais, ma femme et moi, madame Morgan, une infirmière de chez les Mayo, qui avait été guérie d’un cancer. On l’avait abandonnée avec cela et tout, le cancer s’était propagé partout. Elle pesait une quarantaine de livres [18 kg], son état était de loin pire que celle de mademoiselle, cette dame que je vous ai montrée, mademoiselle Florence Nightingale d’Angleterre, de l’Afrique du Sud plutôt; de loin pire qu’elle. Et on disait que rien ne pouvait être fait. Elle pèse cent cinquante-cinq livres [70 kg] aujourd’hui, elle jouit d’une parfaite santé.

            Elle était avec nous, et nous descendions la rue; nous sommes passés par le–le sous-sol, et nous sommes sortis, nous descendions la rue. Et j’avais relevé mon manteau; je portais la petite Becky, placée dans mes bras. Nous descendions la rue. Et tout d’un coup, le Saint-Esprit a dit: «Ne va pas chez Toddle House», là où ce grand monsieur Eaton du Canada avait été guéri, là, dans cette petite Toddle House. Il a dit: «Descends par ici pour le petit-déjeuner.»

34        Je me suis retourné dans cette direction-là, sans savoir où j’allais. J’ai continué à marcher; les femmes me suivaient. J’avais entendu Sa Voix; j’ai regardé, et j’étais devant un restaurant où il était mentionné: «Miller’s Cafeteria. Il a dit: «Entres-y.» Et je suis entré. J’ai commandé des prunes et une tasse de café. Je me suis assis. Je venais de demander la bénédiction et, à ce moment-là, quelqu’un a dit: «Gloire à Dieu!»

            Mademoiselle Morgan a dit: «Eh bien, on vous a eu, n’est-ce pas?»

            J’ai dit: «Mais attendez un instant.»

            Et elle remerciait Dieu, une vieille mère s’est levée et a dit: «Frère Branham, a-t-elle dit, mon frère ici... j’ai suivi réunion après réunion, réunion après réunion, cherchant à entrer, je n’y arrivais pas.» Elle a dit: «Et, hier soir, j’ai prié toute la nuit, a-t-elle dit, nous avons même vendu notre vache.» (Ils venaient de Texas.) Elle a dit: «Nous avons vendu notre vache pour avoir de l’argent et venir ici, et la dernière réunion se termine ce soir.» Elle a dit: «Nous ne pouvons pas avoir une carte de prière.» Elle a dit: «Nous avons eu plusieurs cartes, mais nous n’avons pas pu être appelés.» Elle a dit: «Nous savons que nous n’avons pas d’autres ressources, pas du tout, que nous pouvons vendre pour suivre une autre réunion.» Elle a dit: «J’ai prié toute la nuit durant, et vers quatre heures ce matin, je me suis endormie.» Elle a dit: «J’ai vu en songe que je devais venir à la Miller’s Cafeteria, et que je devais me rassurer d’être ici à neuf heures, et il est neuf heures pile.» 

35        Oh! combien Il est merveilleux! Dieu a guéri cet homme là même. Je suis rentré sans avoir mangé, je sortais, le Saint-Esprit conduisait, je suis allé à la porte, une petite dame, une jeune dame bien habillée, habillée en noire, est tombée pratiquement dans la rue, elle a dit: «Ça par exemple!» Elle venait de Chicago; elle est dans cette réunion ici ce soir quelque part; elle était ici hier. Dieu lui avait parlé, sachant que sa vie était en danger, en fin de compte, Il a dit: «Va, tiens-toi devant la Miller’s Cafeteria à neuf heures dix.»

            Je me demande si la dame est ici quelque part maintenant; elle et son mari ont une fabrique de spaghetti à Chicago. Si vous êtes ici, levez la main ou faites signe de la main, l’une ou l’autre chose. On m’a envoyé un mot qu’elle était ici. La voilà, là même. Rendons gloire à Dieu. Là même. Un cancer malin, fort avancé. Je pense que les Mayo et tous les autres l’avaient abandonnée, et la voilà ce soir après deux ans. Grâce étonnante. Voyez, elle était conduite par le Saint-Esprit, elle est en parfaite santé. Je pense qu’elle vient de rentrer de l’Amérique du Sud, elle était dans une réunion ici il n’y a pas longtemps, donnant un témoignage. Très bien.

36        Après l’avoir quittée, je me suis mis à descendre la rue. Le Saint-Esprit a dit: «Ne bouge pas.» Madame Morgan et Meda ont dit: «Allons-y», ma femme. J’ai dit: «Traversez la rue, allez dans le drugstore, et achetez un livre à colorier pour l’enfant. Montez en passant par le sous-sol, la place est archicomble.» J’ai dit: «Le Saint-Esprit n’a pas encore terminé.» Je me tenais là dans le coin; je suis rentré. J’aime les fusils, les articles de pêche et autres. Je regardais cela et j’observais, personne ne me voyait; je me suis glissé furtivement dans un coin; j’ai dit: «Père céleste, que veux-Tu que je fasse?»

            Il a dit: «Descends au coin, traverse la rue, et tiens-toi là un petit instant.»

            Je suis allé, j’ai traversé la rue, et je me suis tenu là. Ceci arrive tout le temps. Je me suis tenu là au coin un petit moment; je ne savais pas ce qui allait se passer. Je me suis tenu là environ dix minutes et les gens continuaient à aller et venir, aller et venir. Peu après, un gros policier Irlandais a fait retentir le sifflet et d’autres piétons ont traversé. Alors, j’ai regardé, une dame venait, coiffée d’un petit béret écossais et en tailleur à carreaux, tenant un–un sac à main sur son bras. Elle a traversé la rue. Moi... Elle est passée juste à côté de moi comme cela, elle a continué. Il avait dit: «Approche-toi d’elle.» Et c’est ce que j’ai fait. Il est passé comme cela, et je me suis dit: «C’est étrange. Pourquoi a-t-Il voulu que je m’approche d’elle?» Et je me suis tenu là un petit moment; elle s’est retournée et a dit: «Oh! a-t-elle dit, Frère Branham.»

            J’ai dit: «Oui, madame.»

            Elle a dit: «Oh! J’ai failli m’évanouir.»

            J’ai dit: «Qu’y a-t-il, soeur?»

            Elle a dit: «Je viens du Canada.» Elle a dit: «Je reçois juste une allocation de cent cinquante dollars par an par ici, j’ai dépensé tout mon argent.» Elle a dit: «J’avais cinq cents pour le café; j’ai dormi dans le couloir de l’hôtel hier soir dans un fauteuil, là où on m’a laissée dormir.» Et elle a dit: «J’avais cinq cents pour le café ce matin, je descendais pour faire l’autostop afin de retourner au Canada. J’étais à environ deux ou trois pâtés de maisons ici en bas, en train de pleurer, disant: ‘Il me faudra rentrer telle que j’étais venue.’ Il a dit: ‘Tourne à ta droite.’ Puis, elle a dit: «Je suis entrée dans l’Esprit, je ne savais pas où j’étais jusqu’à ce que je vous ai vu vous tenir ici.» Elle a dit: «Je ne sais combien de tours j’ai effectués.»

            J’ai dit: «Qu’y a-t-il, soeur?»

            Elle a dit: «Mon bras est infirme. Je conduisais un chien quand j’étais une petite fille et je m’étais fracturée la main.»

            J’ai dit: «Tendez votre main, Jésus-Christ vous a guérie.» Ce gros policier-là a dit: «Je sais qui vous êtes: Frère Branham.» Comme cela. Et vous parlez d’une ligne de prière, nous en avons formée une là-bas dans la rue pendant environ une heure donc, jusqu’à ce qu’on ait dû venir me prendre. Beaucoup, beaucoup de choses, et comment... l’une des choses, encore une chose juste un instant. Tard... Il me reste encore cinq minutes.

37        Regardez, vite maintenant, je revenais de Dallas. Frère Bosworth se souvient des choses là-bas. Je rentrais à la maison, par avion. Une tempête a éclaté, et j’ai atterri à Memphis. On m’a dit, la compagnie aérienne a dit: «Nous vous appellerons le matin.» Je suis allé à l’hôtel Peabody. On est resté toute la nuit là-bas. Le lendemain matin, on m’a appelé tôt, on a dit: «Maintenant, soyez prêt à huit heures.»

            J’ai dit: «C’est en ordre.» J’avais quelques courriers, j’avais des courriers à expédier. Alors je suis sorti, et je priais. Je descendais à la poste en courant pour placer les courriers dans la boîte. Ecoutez attentivement ceci maintenant, comment le Saint-Esprit conduit. Je descendais à la poste, descendant la rue, je descendais en chantant ce petit cantique que vous les pentecôtistes, vous chantez: «Il raconte maintenant partout que Sa puissance est juste la même.» Avez-vous déjà entendu cela? «Je suis content de pouvoir dire que je suis l’un d’entre eux.» Je descendais en chantant: «Je suis l’un d’entre eux, je suis l’un d’entre eux. Je suis content de pouvoir dire que je suis l’un d’entre eux.» Je descendais comme cela. Je traversais la rue, et le Saint-Esprit a dit: «Arrête-toi.»

38        J’ai senti l’approche de l’Ange du Seigneur, et je suis revenu parmi ces quelques grandes colonnes là-bas et j’ai dit: «Père céleste, que veux-Tu que Ton serviteur fasse?»

            Il a dit: «Fais demi-tour et rentre. Continue simplement à aller.» J’ai fait demi-tour, je suis retourné dans la rue. Je continuais à marcher, je continuais, je continuais, une distance, voyez, d’environ trois ou quatre miles [4,8 km ou 6,4 km]. Il était huit heures, neuf heures. Oh! la la! Je savais que j’étais... l’avion était parti, mais je continuais simplement à marcher. Peu après, j’étais dans le quartier des gens de couleur. J’ai regardé là, il y avait une drôle de petite maison peinte en blanc, à la chaux, là-bas, avec des roses en floraison autour de la porte. J’ai regardé, il y avait un vrai type de tante Jemima, appuyée sur le portail, elle était appuyée là. Elle avait une chemise d’homme nouée autour de la tête, comme ceci. Elle était appuyée contre le portail, comme ceci, et (Oh!) je l’ai vue, oh! à cent yards [91 m]. Et je chantais «Crois seulement, crois seulement, tout est possible, crois seulement», en descendant. J’ai arrêté de chanter, je commençais à passer, j’ai regardé là, elle a dit: «Salut, parson.»

            J’ai dit: «Salut, tantine.»

            Et là dans le Sud, on appelle un prédicateur parson; alors, j’ai dit, j’ai dit: «Salut, tantine.» Et j’ai regardé: Les larmes lui coulaient sur ses très grosses joues. Elle m’a regardé; j’ai dit: «Dites donc, comment avez-vous su que j’étais un parson?»

            Elle a dit: «Je savais que vous veniez.»

39        J’ai dit: «Eh bien, comment avez-vous su que j’étais un parson?»

            Elle a dit: «Avez-vous déjà lu sur la femme sunamite dans la Bible, qui avait un enfant?»

            J’ai dit: «Oui.»

            Elle a dit: «Bon, j’étais ce genre de femmes.» Elle a dit: «Je–j’étais stérile, et j’avais promis au Seigneur que s’Il me donnait un enfant, je l’élèverais pour Lui. Mais, a-t-elle dit, j’ai fait de tout mon mieux.» Elle a dit ensuite, elle a dit: «Tout d’un coup, vous savez, mon jeune garçon a pris une mauvaise voie.» Elle a dit: «Il a contracté une horrible maladie, et il est étendu là, mourant.» Elle a dit: «Les médecins ne peuvent rien faire pour lui; il est maintenant inconscient, ça fait deux jours. Les médecins lui ont donné toutes sortes de piqûres et rien ne peut arrêter cela.» Elle a dit: «Cela est entré dans la moelle de l’os et, a-t-elle dit, rien ne l’en évacue.» Elle a dit: «Il est inconscient, ça fait deux jours mais, a-t-elle dit, lui, un rétrograde.» Elle a dit: «Oh! a-t-elle dit, j’ai prié toute la journée, et toute la nuit: ‘Seigneur, s’Il te plaît, envoie quelqu’un.’» Et elle a dit: «Ce matin, vers quatre heures, le Seigneur m’a dit de sortir et que je verrais un homme en costume brun. Un petit homme aux cheveux noirs qui descendrait la rue, et ça serait un parson.» Et elle a dit: «Je me tiens ici depuis ce temps-là. J’ai vu ce costume brun tourner ce coin-là, a-t-elle dit, j’ai su que c’était le parson.»

40        Oh! Alléluia! De quoi suis-je en train de parler? Le même Saint-Esprit qui avait conduit Siméon, c’est le même Saint-Esprit qui conduit l’Eglise aujourd’hui. Voyez? J’ai dit: «Tantine, je m’appelle Branham. Avez-vous déjà entendu parler de moi?»

            Elle a dit: «Non, non, parson Branham, je n’ai jamais entendu parler de vous.» Elle a dit: «Voulez-vous entrer voir mon garçon?» Elle a dit: «Je n’aimerais pas qu’il meure un rétrograde, a-t-elle dit, j’aimerais qu’il soit sauvé, parson.»

            Et j’ai dit: «Oui, madame.» J’ai dit: «Tantine, je prie pour les malades, avez-vous déjà entendu parler de mes réunions?»

            Elle a dit: «Non, non, parson Branham.» Elle a dit: «Tout ce que je sais, c’est que le Seigneur m’a décrit que vous seriez un petit homme aux cheveux noirs et que vous porteriez un costume brun, que vous descendriez par ce chemin.»

            Oh! Ce même Saint-Esprit qui avait vécu à l’époque de Siméon est le même Saint-Esprit aujourd’hui. Il est prêt à venir quand la profondeur appelle la profondeur.

41        Alors, amis, ce matin-là... J’ai été aux palais des rois; j’ai été dans des maisons des aristocrates, là, qui valent vingt-huit millions de dollars ou plus. J’ai été chez les plus pauvres. Mais je n’avais jamais eu un accueil comme celui que j’avais eu dans cette petite vieille cabane peinte à la chaux ce matin-là, alors que le soleil se levait au-dessus de la colline là-bas, séchant le doux parfum de roses en floraison. Une vieille chaîne était accrochée au portail, un soc de la charrue suspendu là à son bout pour faire contre poids.

            Je suis entré dans cette vieille petite maison, il y avait là un petit lit métallique en cuivre, un petit lit en fer placé dans un coin, avec une paillasse dessus servant de matelas; et au-dessus de la porte, il était mentionné: «Que Dieu bénisse notre maison.» Un vieux baquet à lessive était placé là dans la cuisine, mais c’était un foyer.

            J’ai regardé: Là, sur le lit, était étendu un grand gaillard de couleur, fort, tenant des couvertures en main et faisant: «Hmm, Hmm, Hmm, il fait si sombre. Hmm.»

            J’ai dit: «Qu’y a-t-il, tantine?»

            Elle a dit: «Parson, il pense être dehors sur une...?... mer, a-t-elle dit, il est perdu ces deux derniers jours.» Elle a dit: «Il est perdu et il pense que c’est...»

            Il a dit: «Il fait si froid ici, hmm.»

            J’ai dit: «Tantine, prions donc.»

            Elle s’est agenouillée, et cette vieille sainte a offert une prière. Frère, je vous assure, je me suis agenouillé aux pieds du lit et des larmes tombaient simplement par terre. Elle s’est relevée, elle a pris son vieux tablier et s’est essuyé les yeux. Elle a dit: «Seigneur, ne le laisse pas mourir, Seigneur, jusqu’à ce que j’entende mon petit garçon dire à sa maman qu’il est sauvé.»

42        J’ai touché ses pieds: ils étaient froids, moites; la mort était sur le jeune homme, il avait contracté la syphilis, ça s’était répandu en lui, pas moyen. On lui avait administré le Salvarsan, le 606, le mercure, et tout le reste, la pénicilline. Rien n’avait pu arrêter cela; cela avait continué. Il avait eu de mauvaises fréquentations.

            Je me suis alors agenouillé, j’ai dit: «Tantine, prions.» Je me suis mis à genoux pour prier; et j’ai dit: «Père céleste, l’heure pour cet avion-là est maintenant passée, ou plus.» J’ai dit: «Mais Tu m’as dit de faire demi-tour et de venir de ce côté-ci, et Tu as dit: ‘Ceux qui sont enfants de Dieu sont conduits par l’Esprit de Dieu.’ Je ne sais pas, Père, pourquoi Tu m’as envoyé par ici. Cela se fera connaître un autre jour. Mais de toute façon, je crois que c’est ici le lieu où Tu m’as conduit, comme ça se présente. Tu m’as montré à cette femme, elle m’a vu en train de venir, et Tu m’as fait venir par ici.» J’ai dit: «Tout ce que je sais, Seigneur, j’impose les mains à cet homme mourant au Nom de Ton Fils, Jésus-Christ. Je T’en supplie, épargne sa vie.» Dès que j’ai dit cela, il a crié: «Oh! Maman, a-t-il dit, il fait clair dans la pièce maintenant.»

43        Quelques minutes après, il était assis sur le bord du lit, nous parlant, dans son bon sens. Environ six mois plus tard, je passais à bord du train, j’allais en Arizona à bord du train. Je passais... J’étais descendu à Memphis, j’allais m’acheter quelque chose à manger là-bas. La petite gare, si quelqu’un parmi vous était... a été là, vous savez comment le train se dirige tout droit et la gare est de l’autre côté devant. Et j’ai entendu quelqu’un crier: «Oh! Parson Branham.»

            Et j’ai regardé, il venait là; c’était l’un des porteurs là-bas. Il est venu en courant, il m’a saisi par la main, sautillant çà et là, et il a dit: «Parson Branham, vous souvenez-vous de moi?»

            J’ai dit: «Je ne pense pas.»

            Il a dit: «Un matin, le Saint-Esprit vous avait conduit à la cabane de ma maman, a-t-il dit, là où j’étais mourant.» Il a dit: «Parson Branham, je suis non seulement guéri, mais je suis sauvé maintenant. Je suis chrétien, parson Branham.»

44        Alléluia! Je dis que le Dieu qui avait vécu à l’époque est le même Dieu aujourd’hui. [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Soyez dans l’attente. Cette maman-là s’attendait à ce que son jeune garçon... s’attendait à ce que Dieu fasse quelque chose. Je m’attends à ce que Dieu fasse quelque chose ce soir. Vous attendez-vous à cela? Je m’attends à ce que la gloire de Dieu descende. Je m’attends à ce qu’il y ait une telle explosion de foi ici qui introduira littéralement des milliers de ces gens dans une sphère, où ils pourront toucher le bord de Son vêtement et se rétablir.

            Notre Père céleste, nous Te remercions ce soir pour le grand prix. Ô Dieu, combien nous L’aimons! Alors que nous étions des pécheurs, Il est mort à notre place; Il a pris notre place au Calvaire, Lui qui ne connaissait pas de péché, Il a cependant été rendu coupable de tout péché. Son âme est allée au séjour des morts, Tu n’as pas souffert que Ton Saint voie la corruption. Le troisième jour, Il est ressuscité. Et ce soir, comme c’était sur le chemin d’Emmaüs, Il est avec nous, ressuscité, se tenant ici parmi nous maintenant, le Fils de Dieu, se tenant parmi nous, prouvant par des signes et des prodiges qu’Il est ici, entrant dans les coeurs des saints par le Saint-Esprit, prenant les Paroles de Dieu et Les envoyant là dans cette assistance.

45        Ô Dieu, exauce la prière de Ton serviteur, et comme ceci est la fin de nos réunions dans cette tournée pour ce beau et magnifique, Dieu sauve l’Amérique. Ô Dieu, envoie les anges de Dieu ce soir, et qu’il y ait une effusion du Saint-Esprit telle que littéralement chaque personne dans la salle sera guérie. Accorde-le, Seigneur. Je T’en supplie, exauce ma prière, ô Dieu, alors que j’essaie de Te servir, implorant avec tout ce que j’ai. Ô Dieu, pendant que nous essayons de faire quelque chose pour Toi, aide-moi, Bien-Aimé Jésus, à être Ton serviteur. Et que plusieurs, plusieurs, plusieurs qui sont dans cette salle ce soir, tous ceux qui sont malades et affligés, soient complètement guéris.

            Et Seigneur, combien nous en serons contents! Et nous Te rendrons toute la louange, toute la gloire. Nous savons que Tu es ici pour guérir, pour répondre. Tu es un Tendre Père, un intermédiaire entre la maladie et la mort. Oh! Que Tu es magnifique! Grâce étonnante, comme Tu nous as sauvés par Ta grâce, Tu nous as guéris par Tes meurtrissures, Tu nous as rendus complètement des vainqueurs de toutes choses par le Bien-Aimé Fils de Dieu. Maintenant, accorde une grande effusion ce soir, au Nom de Ton Fils Jésus. Amen.

46        Gloire à Dieu! Quelqu’un a été guéri maintenant là derrière. Amen! C’est bien merveilleux. Comment pouvez-vous rester tranquille? Très bien. Maintenant, soyons à mesure de... Combien aiment le Seigneur? Dites amen. Combien croient qu’ils vont être guéris ce soir? Faites-nous voir les mains. Très bien. Que... Où est Billy? Billy, quelle–quelle lettre est-ce? Très bien. Billy dit qu’ils ont distribué toutes les cartes qu’il avait laissées, des centaines... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Crois seulement. Allons-y maintenant, allons-y, très bien:

            Crois seulement, crois seulement,

            Tout est possible, crois seulement;

            Crois seulement, crois seulement

            Tout est possible, crois seulement.

            Chantons cela comme ceci:

            Seigneur, je crois, Seigneur, je crois,

            Tout est possible, Seigneur, je crois;

            Seigneur, je crois (C’est vrai.), Seigneur, je crois,

            Tout est possible, Seigneur, je crois.

            Changeons cela comme ceci et chantons. Maintenant je crois... Maintenant, maintenant même. Combien croient maintenant même? Très bien. Maintenant, chantons cela très fort maintenant, faisons retentir les chevrons. Allons-y.

            Maintenant je crois, maintenant je crois,

            Tout est possible, maintenant je crois;

            Maintenant je crois, maintenant je crois,

            Tout est possible, maintenant je crois;

            Maintenant que nous... Doucement, fredonnons cela. [Frère Branham se met à fredonner.–N.D.E.]

47        Un matin, un modeste Galiléen descend d’une montagne, là où Son Père avait dit: «Celui-ci est Mon Fils bien-aimé en qui J’ai mis toute Mon affection.» Je vois un papa monter avec son enfant qui souffrait de l’épilepsie; il a dit: «Je l’ai amené à Tes disciples; ils n’ont pu lui faire aucun bien.» Il a dit: «Seigneur, peux-Tu m’aider?»Il a dit: «Je le peux, si tu crois. Car tout est possible à ceux qui croient.» Il a dit: «Seigneur, je crois; viens au secours de mon incrédulité.»

            Ce même Jésus est ici ce soir parmi nous tous. Soyons tous en prière, tout le monde maintenant, nous attendant à Le rencontrer.

48        Maintenant, un à un, alors que vous vous mettez en ligne maintenant, veuillez être tout aussi respectueux. Je vais vous demander de faire pour moi quelque chose ce soir. Je vous ai parlé, et j’aimerais que vous fassiez ceci pour moi, s’il vous plaît. Ne vous déplacez pas, s’il vous plaît, s’il vous plaît; restez tout aussi respectueux que possible pendant que la ligne continue, car cela me désarçonne ici. Et le diable veut simplement une seule chose de travers. Il ne cherchera pas toutes les bonnes choses; il cherchera cette seule mauvaise chose. Voyez? Et maintenant, soyez vraiment respectueux, et Dieu parlera et témoignera que je vous ai dit la vérité.

            Maintenant, souvenez-vous de ceci: Je ne prétends pas être un guérisseur divin. Je soutiens simplement un don prophétique, avec lequel je suis né dans ce monde avec, il détecte, il connaît, il voit, juste tel que le Père me montre. Et je soutiens que c’est la même Colonne de Feu qui avait conduit les enfants d’Israël dans le désert vers la promesse. Etait-ce une Colonne de Feu? Eh bien, quand le Saint-Esprit, cet Ange de Dieu, a permis que Sa photo soit prise, c’est exactement ce que C’était, une Colonne de Feu, la même Chose.

49        Et je sais, et n’importe quel érudit sait, que cet Ange était l’Ange de l’alliance (Est-ce vrai?), C’était Christ. C’est vrai. Il avait rencontré Moïse dans le buisson ardent; C’était la Colonne de Feu. Ce n’était pas Moïse qui accomplissait les oeuvres, mais c’était cette Colonne de Feu qui le conduisait; c’était Elle qui accomplissait les oeuvres. Et je crois que c’est le même Esprit qui était sur Christ qui est ici aujourd’hui. Il ne peut pas guérir, seulement Il a déjà accompli la guérison, Il a déjà accompli la guérison. Maintenant, mes amis, vérifiez maintenant vos cartes les uns les autres, il peut y avoir des sourds; j’ai appelé de 1 à 20 pour commencer. S’ils sont... Huissiers, tous vos clients sont-ils là? Sont-ils tous là, tout...? C’est merveilleux. Très bien. Faites venir votre patient.

50        Eh bien, s’il vous plaît, s’il vous plaît, amis, c’est la dernière soirée, et on est dimanche soir. Et nous avons juste un peu de temps maintenant. Et peut-être que j’ai beaucoup par ici; cela peut isoler certaines personnes qui sont en train de prier. Mais que chacun de vous reste assis, ceux qui sont–qui sont dans leur siège donc. Et soyez tout aussi respectueux, regardez de ce côté-ci et priez. Partout dans la salle, partout, jusque là au fond, là sur les côtés, en haut, de ce côté-ci, partout où vous êtes, maintenant, soyez vraiment sincère ce soir, et voyez si Dieu ne parle pas et ne confirme pas votre foi. Très bien.

            Et je crois que le–l’un des organisateurs ici, dans la salle m’a dit qu’on a arrangé ce microphone. Entendez-vous très bien là tout au fond? Là tout au fond? Veuillez lever les mains, si vous entendez très bien. C’est magnifique.

51        Bonsoir, monsieur. Je pense que nous sommes inconnus, monsieur. Je ne vous connais pas. Eh bien, je fais ceci juste pour–pour établir un contact avec votre esprit humain. Voyez? Croyez-vous que je suis serviteur de Dieu? Croyez-vous? Maintenant, il y a quelque chose qui cloche chez vous. Et maintenant, si moi, par l’Esprit de Dieu, je peux voir tout ce qui cloche chez vous, je pourrais être en mesure d’avoir un moyen surnaturel d’analyser cela (Est-ce vrai?), sinon je ne saurais rien à ce sujet.

            Je... L’aimez-vous? N’est-Il pas merveilleux? Certainement qu’Il... Vous êtes juste un peu nerveux maintenant. Voyez? En effet, vous êtes bien sous tension du fait d’être là-bas. Mais il n’y a rien de nuisible. Tout cela, c’est pour faire donc du bien; tout cela, c’est pour vous aider. C’est la raison de ma présence ici ce soir. Si je ne croyais pas que Dieu m’avait envoyé faire quelque chose pour aider ces pauvres malades, je ne serais certainement pas ici comme un séducteur. Si je ne pensais pas et n’étais pas sûr que Dieu m’avait envoyé pour aider les gens, je ne–je n’irais certainement pas en Afrique, je retournerais chez moi auprès de ma famille. Le matin, je reprendrais mon travail et j’irais travailler là-bas pour le service de la conservation de la nature. Mais je–je ne pourrais pas être un séducteur. Mais je crois et je sais que Dieu m’a envoyé pour aider les gens. Et c’est pourquoi je suis ici ce soir, c’est que je crois que si–que si Dieu peut faire quelque chose par moi pour augmenter votre foi au point d’accepter le Fils de Dieu comme votre Guérisseur, alors vous serez guéri. Vous croyez cela, n’est-ce pas? Vous le croyez. Oui, oui.

52        Eh bien, oui, oui. Je vois que vous–vous souffrez d’une maladie horrible; ça s’appelle le cancer. Est-ce vrai? C’est un cancer. Ce cancer se localise sous la langue; je pense que c’est dans la bouche. N’est-ce pas vrai? Vous êtes horriblement nerveux, et je vois que c’est la prostatite qui en est la cause. Cela a eu lieu il y a quelque temps, vous avez été un peu dérangé. Vous n’avez jamais été en mesure de mener votre vie, évidemment, vous avez des yeux en mauvais état, quelque chose cloche dans vos yeux. Votre ouïe n’est pas saine. Dernièrement, vous vous êtes senti horriblement abattu et épuisé, vous vous êtes affaibli. N’est-ce pas vrai? Etait-ce vrai? Eh bien, si c’est vrai, afin que l’assistance voie cela, levez cette main si c’était vrai, chaque parole de cela. Très bien.

            Acceptez-vous maintenant Jésus comme votre Guérisseur? Je vous impose les mains et, selon Sa Parole qui dit: «Les malades seront guéris», vous aurez votre guérison, mon frère. Rentrez chez vous en vous réjouissant et soyez heureux et rétabli. Au Nom de Jésus-Christ. Dites: «Gloire au Seigneur!» Disons: «Gloire à Dieu!»

53        Oh! Ceci est si merveilleux. Souvent cela vous affaiblit beaucoup. Hier soir, ils ont passé un petit moment avec moi. Mais je me rends compte que je ne peux pas rester plusieurs années comme ceci, ami. Cela vous consume la vie. Beaucoup parmi vous peuvent ne pas comprendre pourquoi parfois on doit me retirer de cette estrade. Là, c’est un cas de ce démon qui quitte cette personne tout à l’heure, qui me fait vaciller, tituber. Voyez? Le côté humain est parti; le surnaturel entre et opère au travers de la chair humaine, ce n’est pas la chair humaine, mais le surnaturel opère au travers. Juste comme la lumière qui passe par cette ampoule-là. Ce n’est pas l’ampoule; c’est la lumière. Le courant passe par cela. Voyez? On peut éteindre, il fait sombre. C’est pareil avec l’humain ...

            Combien se souviennent quand une femme avait touché le vêtement de Jésus et qu’Il était devenu très faible? Combien se souviennent du prophète Daniel? Quand il avait eu une seule vision, il a dit: «J’ai eu mal à la tête pendant plusieurs jours.» Est-ce vrai? Maintenant, comprenez-vous ce que je veux dire? Vous voyez, vous entrez dans une sphère dont les gens ne savent rien. Ça ne sert à rien d’essayer d’expliquer cela; vous ne savez pas cela; et cela ne sera pas connu. Après mon départ, ceci viendra sur quelqu’un d’autre. Très bien.

54        Bonsoir, soeur. C’est vous la patiente, n’est-ce pas? Mais nous sommes inconnus, je pense, madame; je ne pense pas vous avoir déjà vue. Si nous sommes inconnus, alors je me tiens ici en tant qu’un homme, vous en tant qu’une dame; et il y a des milliers de personnes qui nous regardent. A part cela, un Etre surnaturel se tient ici, c’est l’Ange de Dieu dont je parle. Et tout aussi certainement que je me tiens ici, vous en êtes consciente. Vous savez qu’il y a quelque chose que vous n’avez jamais ressenti comme cela de votre vie. N’est-ce pas vrai? Si c’est vrai, levez la main afin que les gens voient que c’est vrai. En effet, votre foi commence à agir, à tirer.

            Oui, madame, je vous vois vous éloigner de moi maintenant; vous revenez, vous vous arrêtez à côté d’un lit. Je vous vois tenir le côté d’un lit, vous êtes estropiée, ou–ou non, vous souffrez de l’arthrite, ou d’une espèce de maladie. Je vous vois ensuite traverser la rue, vous descendez très doucement pour traverser la rue. Et vous portiez les mêmes habits. C’est récemment. Dites donc, vous avez à l’esprit quelque chose qui vous inquiète. Vous êtes bouleversée, je vois quelque chose près de vous. Vous êtes–vous êtes bouleversée au sujet de quelque chose, n’est-ce pas? Vous êtes inquiète. Maintenant, soyez honnête avec moi; il y a–il y a quelque chose dont vous vous inquiétez. Voici cela apparaître; oui, c’est concernant un enfant, l’accouchement. Vous craignez de faire une fausse couche comme vous attendez un enfant. Est-ce vrai? Ne vous en faites pas, allez, et Jésus-Christ... Disons: «Gloire à Dieu», à Jésus-Christ. Louons Dieu, comme ceci, glorifions Dieu.

55        Maintenant, Il est ici pour rétablir, pour guérir, pour tout faire. La raison pour laquelle je continue à retenir cette dame... Je ne cherche pas à retenir les gens trop longtemps. Si je vois une seule chose, je laisse simplement aller. Mais cette dame était déconcertée quand j’ai dit qu’elle s’inquiétait au sujet de quelque chose. J’ai alors constaté, j’ai vu pourquoi elle était inquiète, je suis allé de l’avant jusqu’à ce que sa foi fût confirmée. Parfois, vous devez parler plus longtemps pour les uns que pour les autres. Mais évidemment, cela détend, cela réduit les foules. Peut-être qu’on doit écourter. Mais soyez respectueux maintenant.

            Très bien. Madame, avancez maintenant. Tout le monde, soyez respectueux. Vous êtes bénie, ma soeur. N’ayez pas peur; ayez seulement foi. Ne laissez personne vous mettre autre chose dans l’esprit; vous allez être bien portante. Allez de l’avant. Quand elle est passée, ce qui me l’a fait savoir, c’est, j’ai senti cela aller de nouveau vers elle. Voyez? Je sais que Dieu a honoré la foi de cette femme.

56        Très bien. Voudriez-vous vous approcher, madame, s’il vous plaît? Je pense que vous et moi, nous sommes inconnus. Je ne me souviens pas de vous. Si jamais je vous ai vue, ça a dû être quelque part dans la vie, que je ne me rappelle pas. Mais vous êtes... Vous êtes venue pour être guérie, n’est-ce pas, soeur? Et je vois tout de suite que vous êtes une chrétienne. Vous êtes du genre charitable; vous avez un coeur qui fait que vous aimez donner et faire du bien aux autres. Dites donc, vous êtes une femme d’affaires, n’est-ce pas? N’est-ce pas que vous êtes dans une espèce d’affaires? C’est vrai, vous y êtes. Je pense que vous êtes dans l’habillement, n’est-ce pas vrai? Est-ce vrai? Voyez, oui, madame. Et vous, eh bien, dites donc, vous m’avez même envoyé des habits, madame. Vous m’avez donné des habits. L’avez-vous fait? Vous l’avez fait.

            Et vous souffrez d’une espèce de maux de tête et tout. Vous éprouvez une drôle de sensation. Vous avez jeûné pendant les quelques derniers jours, n’est-ce pas? Oui, oui. Vous n’avez plus éprouvé cette sensation depuis que vous jeûnez, c’est parce que cela va mieux. Est-ce vrai? Est-ce vrai? Vous avez aussi subi une intervention chirurgicale, n’est-ce pas? C’est vrai, oui, oui. Et maintenant, vous avez toujours cru que si je vous impose les mains et que je demande à Dieu, cela vous quitterait. Quand ces sensations vous frappent, vous éprouvez des sensations drôles, vous sentez comme si cela vous tire et vous pousse en avant. Est-ce vrai? Venez ici, soeur; ceci vous donnera une confirmation.

            Au Nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, bénis cette femme que je bénis. Tu as dit: «Tout ce que vous lierez sur terre, Je le lierai au Ciel; tout ce que vous délierez sur terre, Je le délierai au Ciel.» Dieu Tout-Puissant, sachant que ce mauvais esprit a quitté cette femme par les jeûnes, puisse cela rester loin d’elle maintenant au Nom de Jésus-Christ, qu’elle s’en aille et qu’elle soit bien portante. Amen. Que Dieu vous bénisse, soeur. Allez en vous réjouissant, soyez heureuse, et soyez bien portante. Disons: «Gloire au Seigneur», tout le monde.

57        Mon âme, bénis l’Eternel, que tout ce qui est en moi bénisse son saint Nom. Mon âme, bénis l’Eternel, et n’oublie aucun de Ses bienfaits, c’est Lui qui guérit toutes tes maladies, qui pardonne toutes tes iniquités; ce sont là les bienfaits de servir le Seigneur.

            Très bien. Faites venir la dame. Tout le monde, soyez respectueux. Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas. Croyez seulement; ayez foi en Dieu.

58        Je crois que le Tout-Puissant va faire quelque chose de merveilleux. Oh! S’il vous plaît, amis, s’il vous plaît. Puisque Dieu confirme ces choses, je sais que cela semble trop profond pour être sondé, et je ne suis pas en train de lire vos pensées, mais juste un groupe là dans l’assistance se pose des questions. Ce n’est pas que vous ne croyez pas, mais vous êtes simplement dans l’admiration, vous vous posez des questions. Eh bien, faites savoir à l’assistance que c’est vrai. N’est-ce pas vrai? Si c’est vrai, levez la main. Là dans cette assistance ici, je sens cela (C’est vrai), juste une admiration, juste une sympathie. Eh bien, ne vous posez pas des questions; acceptez simplement. Personne ne peut comprendre Dieu. Vous ne le pouvez pas, ça ne sert à rien de l’essayer. Vous ne comprendrez jamais Dieu; vous devez Le croire par la foi.

59        Bonsoir, madame. Eh bien, je ne sais pas, comme si je vous ai déjà vue dans ma vie; nous sommes inconnus. Et maintenant, regardez, assistance, Dieu a dit à Moïse: «Je vais t’envoyer là en Egypte délivrer les enfants d’Israël.»

            Il a dit: «Je suis un homme à la langue embarrassée.»

            Il a dit: «Mais je vais te donner un signe à accomplir devant les gens. Et si tu l’accomplis devant les gens, alors...» Changer sa main, la guérir de la lèpre, et attacher un serpent au bâton. Il a dit: «Alors, les gens vont croire que Je t’ai envoyé.» Il a fait cela une fois et c’était réglé. Est-ce vrai?

            Maintenant, voici une femme, à ce que je sache, je ne l’ai jamais vue de ma vie. Elle se tient ici; je ne la connais pas, je ne l’ai jamais vue de ma vie. Elle ne me connaît pas non plus, je pense donc que c’est par les journaux, ou pour avoir été dans une réunion et m’avoir vu. Mais nous sommes inconnus, et si je vous témoigne que quand je suis né, étant un petit garçon, là-bas dans les montagnes, cette Lumière est venue et était suspendue au-dessus de là où j’étais. Elle m’a suivi tous les jours de ma vie, je ne dis pas que c’était à cause de ma justice... Cela était prédestiné par Dieu. Ephésiens 1 dit: «Ce qui était prédestiné avant la fondation du monde.»

60        Maintenant, certains parmi vous aimeraient un passage des Ecritures pour cela, je le pense. Très bien, je vais vous le donner. Très bien, dans Jude, les quatre premiers versets se lisent comme suite:

            Les gens d’autrefois prédestinés, il s’est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, c’est la dissolution, des gens qui changent la grâce de notre Seigneur en dissolution. Est-ce vrai? Des gens dont la condamnation était écrite depuis longtemps, comme Pharaon en Egypte, Juda Iscariot, né fils de la perdition. Et si vous avez la moindre étincelle dans votre coeur pour Dieu, vous devriez remercier Dieu et Le servir de toute votre force. (C’est vrai.) Car Il vous en donne une opportunité.

            Maintenant, je me tiens ici, manifestant le Créateur des cieux et de la terre, Jéhovah Dieu. Eh bien, je soutiens être Son représentant en ces derniers jours pour susciter la foi de Son Eglise. Une femme se tient ici à côté de moi, et si je dis la vérité, alors que Dieu confirme mes paroles comme étant la vérité. Si je ne dis pas la vérité, Il n’aura rien à faire avec moi. Tout homme peut dire n’importe quoi, mais si Dieu en parle et confirme que c’est la vérité, alors, croyez la vérité, croyez Dieu.

61        Maintenant, si je vous dis la vérité, si donc Dieu me vient en aide, je pourrai voir notre soeur. Eh bien, savez-vous ce que je veux dire par la voir? Non pas que je sais la voir maintenant, mais quand Elie, quand ils descendaient, le roi Jéroboam et–et le fils d’Achab, et tous se sont présentés devant, et Josaphat aussi, se sont présentés devant Elie et ont dit: «Devrions-nous aller à la bataille?» Ou ceci, cela. Savez-vous ce qu’Elie a dit? «Si je n’avais égard à Josaphat, je ne ferais aucune attention à toi, ou je ne te regarderais pas.» Est-ce vrai? Le prophète a dit: «Je vais... Mais par égard à lui, je ferais attention à toi.»

62        Maintenant, madame, j’aimerais que vous regardiez de ce côté-ci et que vous sachiez avec assurance que cette sensation que vous éprouvez maintenant, c’est le Dieu Tout-Puissant. Croyez-vous cela? J’aimerais que vous soyez aussi respectueuse que possible dans Sa Présence.

            Maintenant, regardez ici et permettez-moi de vous parler juste un peu. Eh bien, vous êtes nerveuse; je le vois. En effet, vous vous tordez les mains continuellement. En fait, n’importe qui peut le voir, vous voir trembloter et savoir que vous êtes nerveuse. C’est un peu plus maintenant que jamais, à cause de la–de la Présence. Maintenant, soyez en prière, frère Richey, je vois cela revenir là-bas, interférant avec moi ici. Eh bien, j’aimerais que vous vous tourniez de ce côté-ci juste un instant.

            Voyez, parfois, ce n’est pas que j’ose vous dire de ne pas croire, mais vous êtes des êtres humains possédés par un–par un esprit. Et lorsque cela vient de ce côté-ci, cette vague vient de ce côté-ci, la vision ne va pas se matérialiser correctement. Voyez-vous?

63        Et maintenant, oui, vous souffrez du coeur. Est-ce vrai? Vous souffrez du foie; cela dérange votre foie. C’est vrai. Vous êtes extrêmement nerveuse. N’est-ce pas vrai? Et vous avez... Dites donc, on avait prié pour vous auparavant, n’est-ce pas? Je vous vois dans une espèce de grande réunion, où on a prié pour vous. C’est une grande réunion aussi. Je vois un noir, il y a frère Osborn. Est-ce vrai? Si c’est vrai, levez la main. C’est vrai. Venez ici une minute. Allez-vous... Vous allez être... Allez-vous croire maintenant de tout votre coeur?

            Dieu Tout-Puissant, Auteur de la Vie et Donateur de tout don excellent, envoie Tes bénédictions sur la femme et rétablis-la. Jésus de Nazareth, guéris la femme. Je Te prie, Père, au Nom de Jésus, que cette horrible chose la quitte, surtout cette nervosité, afin qu’elle se calme. Qu’elle quitte ce tabernacle ce soir, rentrant chez elle en se réjouissant, heureuse, guérie, chantant les louanges de Dieu, et qu’elle ne soit plus jamais dérangée, car je la bénis au Nom de Ton Fils, Jésus-Christ. Amen.

64        Que Dieu vous bénisse, soeur. Croyez-vous de tout votre coeur? Vous croyez que vous ferez cela de tout votre coeur et de toute votre force, croire que Dieu pourvoira, et fera... Croyez-vous que vous êtes guérie? Croyez-vous? Oui. Dites donc, il y a quelque chose ici. Juste pour confirmer votre foi un peu plus. Je vois un chirurgien à côté de vous dans une salle d’opération; vous avez subi une intervention chirurgicale, n’est-ce pas? N’est-ce pas vrai? N’était-ce pas une intervention chirurgicale pour les reins, ici? J’ai vu qu’on avait déposé cette chose sur vous dans ce sens-ci. Eh bien, est-ce la vérité? Si c’est vrai, levez ce bras-ci. J’ai vu qu’on avait placé cette chose sur vous comme ceci, et on vous a tournée en travers, lorsqu’on vous a administré l’anesthésie. C’est vrai, n’est-ce pas? Très bien. Maintenant, croyez-vous de tout votre coeur? Très bien. Quittez l’estrade en vous réjouissant, en réclamant votre guérison. Ne dites plus jamais autre chose à ce sujet, si ce n’est que vous êtes guérie. Disons: «Gloire au Seigneur!» C’est ça la malédiction de passer de ligne de prière en ligne de prière. Une fois que vous avez accepté votre guérison, ne passez plus jamais par une autre ligne de prière. Laissez cela être réglé une fois pour toutes. Voyez? Chaque fois que vous revenez, cela rend la chose plus difficile, de plus en plus difficile (Voyez?), et c’est ce qui brise cela.

65        Maintenant, frère Baxter a tiré ces rideaux par ici, et cela sera donc de loin mieux pour moi maintenant, je suis sûr. Très bien, faites venir la dame. Très bien. Bonsoir, soeur. Croyez-vous maintenant de tout vote coeur? Croyez-vous que le Seigneur Jésus-Christ est ici pour vous bénir et vous–vous rétablir? Croyez-vous? Très bien, monsieur. Vous êtes anémique, n’est-ce pas? N’est-ce pas vrai? Vous souffrez aussi des nerfs, vous étouffez beaucoup, à cause d’une maladie du coeur, ce sont les pensées que ça vous donne, mais ce ne sont que des nerfs. Mais vous allez vous rétablir, croyez-vous cela?

            Au Nom du Seigneur Jésus-Christ, quittez l’estrade en vous réjouissant, disant: «Merci, Seigneur, pour ma guérison.»

            Disons: «Gloire au Seigneur.» Avancez maintenant. Ayez foi; ne doutez pas. Combien dans cette ligne maintenant vont croire de tout leur coeur? Très bien, là dans l’assistance, continuez donc à croire. Très bien, faites venir la dame.

66        Bonsoir, soeur. Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que Dieu est ici pour vous guérir? Croyez-vous que le Saint-Esprit confirmera Son oeuvre ce soir et fera cela? Tout ce que vous vous demandez maintenant, c’est ce qui va être dit à votre sujet, ce n’est pas la lecture de vos pensées, mais votre maladie du coeur vous a quittée, et vous pouvez partir, et votre mal de dos aussi. Vous pouvez donc quitter l’estrade, vous réjouir et dire: «Merci, Seigneur, je suis guérie.» Disons: «Gloire au Seigneur.»

            Très bien, venez, madame. Me croyez-vous en tant que prophète de Dieu? Est-ce de tout votre coeur? Croyez de tout votre coeur. Vous êtes diabétique, n’est-ce pas? Rentrez chez vous et soyez rétablie au Nom du Seigneur Jésus. Amen.

            Soyez respectueux, tout le monde, soyez respectueux. Restez partout dans la salle si vous le pouvez. Maintenant, ne vous déplacez pas. Soyez en prière. Voyez, amis, si seulement vous saviez combien cela me désarçonne ici. Combien croient, comprennent ce dont je parle? Voyez? C’est un...?... Voyez, c’est juste... C’est le Saint-Esprit, Il est très timide, tout aussi timide que possible. Très bien. Que tout le monde soit très respectueux. Très bien.

67        Venez, madame. Bonsoir. Croyez-vous en tant que Dieu... moi en tant que serviteur de Dieu? Vous avez deux ou trois choses qui vous dérangent. Une chose qui vous préoccupe, ce sont vos yeux, ce dont vous souffrez. Vous souffrez d’une petite affection d’estomac aussi, cela est causé par une maladie des nerfs et le stigmatisme, et cela vous abat. Aimeriez-vous être guérie? Dites: «Jésus, j’accepte Ton expiation maintenant même.» Que Dieu vous bénisse, allez et soyez guérie au Nom du Seigneur Jésus.

            Venez, madame. Si vous venez dans ce sens-ci, si Dieu me parle et me dit ce qui cloche chez vous, allez-vous accepter cela? La maladie du coeur. Partez et soyez rétablie au Nom du Seigneur Jésus. Disons: «Gloire au Seigneur!» C’est comme ça. Si vous continuez à croire, si seulement vous avez foi, continuez à croire.

68        Vous assis là en train de parler à cette soeur muette, continuez à croire; il y a quelqu’un qui croit là même, qui croit très fermement. J’ai observé cela à deux ou trois reprises maintenant. Je surveille cette dame là juste un instant, en robe verte. J’ai vu Cela se mouvoir au-dessus d’elle à deux reprises maintenant. Dites-lui de se rassurer d’avoir la foi, de ne pas douter; croyez de tout votre coeur.

            Je crois que la femme va recouvrer son parler et son ouïe. Que tout le monde soit respectueux; je ne peux dire exactement que ce qui arrive. Je vois ce qui se passe; elle a été comme cela depuis longtemps. Je pense qu’elle est née dans cet état-là. Je la vois en vision venir, mais cela continue à paraître sombre autour de sa tête. Que tout le monde soit respectueux. Très bien.

69        Venez, monsieur. Evidemment, maintenant Cela quitte, Ça va vers cet homme. Bonsoir, monsieur. Vous êtes guéri de votre mal de dos, vous pouvez donc quitter l’estrade et remercier Dieu d’avoir guéri votre mal de dos, vous n’en souffrez plus. Que Dieu vous bénisse, frère.

            Disons: «Gloire au Seigneur!» Tout le monde, soyez respectueux, croyez de tout votre coeur. Quelque chose a frappé quand j’ai parlé de mal de dos. Il y a un esprit sympathisant qui a frappé tout de suite, quelqu’un d’autre... juste un instant. Je sais que quelqu’un a été guéri de la même chose tout à l’heure. J’ai encore senti cela me tirer de côté. Attendez que cet homme passe. Voilà cela passer, oui, c’est une dame. Non, c’est–c’est une dame assise là, avec ces cerises sur son chapeau. Elle souffre de dos. Elle a été guérie. La dame assise là derrière, n’est-ce pas que vous souffriez de colonne vertébrale? Une maladie de colonne vertébrale là à l’intérieur? Tenez-vous debout, Jésus-Christ vous guérit, madame. Que Dieu vous bénisse. Vous pouvez rentrer chez vous maintenant, bien portante.

            Très bien, madame, votre maladie du coeur vous a quittée pendant que vous étiez ici debout. Vous pouvez rentrer chez vous maintenant et être bien portante au Nom du Seigneur Jésus.

70        Venez, madame. Ayez foi, croyez. La petite dame là debout dans le noir, continuez à croire, Cela s’est dirigé vers vous tout à l’heure, il y a quelques instants, ayez foi, croyez, ne doutez pas.

            Bonsoir, soeur. Croyez-vous de tout voter coeur? Votre trouble d’estomac sera guéri. Rentrez chez vous et mangez ce que vous voulez et dites: «Merci Dieu de m’avoir guérie, mon estomac.» Très bien, disons: «Gloire au Seigneur!»

            Très bien, viens ici, chérie. Tu veux guérir de cet asthme, n’est-ce pas? Eh bien, viens ici, fais passer tes bras autour de frère Branham.

            Notre Père céleste, je Te demande d’être miséricordieux envers cette enfant. Dieu Tout-Puissant, qu’elle porte ce Message à son peuple catholique, qu’elle leur annonce que Jésus-Christ, le grand Guérisseur, l’a guérie. Je maudis cet asthme au Nom de Jésus-Christ; qu’elle soit guérie dès maintenant. Amen. Que Dieu te bénisse, chérie. Rentre chez toi et sois bien portante. Disons: «Gloire au Seigneur!»

71        Très bien, venez, mon frère. Bonsoir, frère. Croyez-vous de tout votre coeur? Vous souffrez, il y a quelque chose qui cloche aussi dans votre coeur, n’est-ce pas? Vous souffrez aussi du coeur. Non seulement cela, mais vous souffrez aussi de l’arthrite, n’est-ce pas vrai? Allez-vous m’obéir en tant que prophète de Dieu? Levez les mains, martelez vos pieds de haut en bas. Ne dites plus rien au sujet de souffrir de l’arthrite, quittez l’estrade; vous êtes guéri de l’arthrite, de la maladie du coeur et autres. Que Dieu vous bénisse.

            Disons: «Gloire au Seigneur!»

            Très bien, madame, croyez-vous là où vous êtes assise? Si je peux par l’Esprit de Dieu vous dire ce qui cloche chez vous, là où vous êtes debout, allez-vous accepter votre guérison maintenant même? Vous souffriez d’une tumeur, n’est-ce pas? Quittez l’estrade et ne dites plus cela, soyez guérie au Nom de Jésus.

            Croyez-vous de tout votre coeur? Qu’en pensez-vous là en haut? Soyez respectueux. Soyez respectueux, et Dieu fera s’accomplir cela. N’ayez pas de doute, ayez toujours foi. Dieu guérira cela, Il vous guérira.

72        J’observe cette dame assise ici dans ce fauteuil, et cet homme aussi. Frère, j’aimerais vous voir tous sortir de ces fauteuils ce soir et marcher. J’aimerais que vous croyiez. Quelqu’un... Parfois, les gens pensent, quand ils sont ici dans des fauteuils, ils en arrivent à penser qu’ils constituent des cas désespérés. Vous ne l’êtes pas. Vous n’êtes pas des cas désespérés. Non, non. Jésus-Christ vous aime et Il veut vous guérir. Très bien. Soyez respectueux maintenant.

            Très bien. Faites venir votre patiente. Très bien, soeur. Oh! victime de circonstances, des maladies, j’en ai vu beaucoup de cela dans votre vie. Maintenant, ici, vous souffrez du dos, vous éprouvez tout le temps des douleurs lombaires. Vous avez une rate enflée; vous souffrez du coeur; oui, mais vous n’en souffrez plus. Votre foi vous a guérie. Rentrez chez vous et soyez bien portante... C’est comme ça. C’est comme ça. Une personne qui a la foi comme ces petites femmes, elles ont été toutes guéries là-bas dans l’assistance maintenant. C’est bien. Ayez foi en Dieu et ne doutez pas. Très bien, venez, madame. Croyez-vous de tout votre coeur? N’aimeriez-vous pas aller manger un bon repas une fois de plus comme vous en aviez l’habitude? Me croyez-vous en tant que prophète de Dieu? Allez manger tout ce que vous voulez. Au Nom de Jésus-Christ, soyez guérie.

            Disons: «Gloire au Seigneur!» Rendons gloire à Dieu comme ceci. Oh! la la! C’est comme ça. Soyez respectueux.

73        J’ai vu un petit enfant être guéri; il porte une chemise blanche; il souffrait du coeur. Je ne pouvais pas identifier l’endroit exact où il était. On dirait qu’il était assis à droite. Maintenant, que tout le monde soit respectueux, il y a un petit garçon, un petit garçon un peu étourdi, d’environ huit ans, qui souffrait du coeur, en chemise blanche. Très bien. Que tout le monde soit respectueux. Si cet enfant est dans l’assistance, il est guéri. Je l’ai vu apparaître devant moi, en chemise blanche. Et il... C’est un petit garçon un peu écervelé. Il a à peu près... on dirait qu’il est de cette taille, il souffre du coeur. Si cet enfant est dans l’assistance, parents, n’ayez plus peur, car l’enfant va se rétablir.

74        Très bien, soeur, avancez. Croyez-vous de tout votre coeur? Alors, votre maladie du coeur est terminée. Très bien. Aussi, je vois autre chose. Je vois, oui, vous avez souffert aussi de l’estomac, n’est-ce pas? Très bien, monsieur, allez de l’avant, mangez ce que vous voulez maintenant. Croyez-vous? C’est tout ce qu’il vous faut faire; vous pouvez aller...?... Que Dieu vous bénisse.

            Disons: «Gloire au Seigneur!» Cela peut ne pas représenter beaucoup pour vous, par rapport à ce que cela représente pour elle. Elle a eu de l’acide dans l’estomac; elle n’a pas mangé depuis longtemps. Voyez, je l’ai vue tourner la tête, vomir et tout comme cela, et se laver de nouveau le visage, et tout, elle a failli s’évanouir. Mais elle va se rétablir maintenant même. Cela ne représente peut-être pas beaucoup pour quelqu’un d’autre qui n’en souffre pas, mais si c’était vous, vous seriez très–très reconnaissant de recevoir cela. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

75        Très bien, madame, vous assise dans un fauteuil. Croyez-vous de tout votre coeur? Passez et serrez-moi simplement la main. Me croyez-vous en tant que prophète de Dieu? Vous allez donc guérir de la tumeur, et allez au Nom du Seigneur. Disons: «Gloire au Seigneur!» Bénissons le Seigneur. Oh! la la! Mon âme. Regardez ici, des gens se posent des questions au sujet de ces gens dans des fauteuils roulants. Juste un instant, ayez foi. N’ayez pas peur. Ecoutez donc, je vous observe, mais le problème avec vous tous, souvent, quand les gens sont dans des fauteuils roulants, ils pensent: «Oh! la la! Je–je suis un cas désespéré. Je... Le médecin m’a dit que je ne peux pas en guérir.» Alors, vous–vous croyez cela. Tant que vous croyez, il en sera ainsi.

            Maintenant, je peux vous voir; je vous ai vus soirée après soirée. J’ai vu beaucoup de choses. J’ai vu cette dame assise ici pendant les deux ou trois dernières soirées, j’ai eu une vision chaque soir. Je sais ce qui cloche chez la femme, certainement que je peux lui dire ce qui cloche chez elle, mais je ne peux pas–je ne peux pas la guérir.

76        Cette dame assise là même a une espèce de crise; elle a des crises d’affaiblissement. Quand elle se lève, elle se met bien à avancer, n’est-ce pas vrai, madame? Si seulement vous vous servez d’un peu de foi, ayez foi comme votre infirmière en a là, et vous pouvez sortir de ce fauteuil roulant, parcourir la salle, continuer jusque chez vous et oublier cela; vous pouvez être guérie. Je peux vous voir en vision, mais je ne peux pas vous guérir.

            Ce gentleman assis ici avec la main levée, que pensez-vous, papa? Me croyez-vous en tant que prophète de Dieu? Vous m’êtes inconnu; vous êtes assis là avec une armature orthopédique autour de votre jambe. Vous savez ce qui vous est arrivé, vous avez connu un accident, vous vous êtes fracturé la hanche, et cela ne se guérira pas. N’est-ce pas vrai? C’est vrai, levez la main et faites signe de la main comme ceci. C’est vrai. Ayez foi en Dieu, et Dieu guérira votre hanche. Vous pouvez rentrer à la maison, rétabli. Amen. Croyez-vous de tout votre coeur? Ne demandez pas...

77        Cet homme assis ici, je vous vois me regarder, monsieur. Regardez de ce côté-ci et croyez que je suis le prophète de Dieu. Me croyez-vous? Très bien. Je sais ce qui cloche chez vous; vous souffrez de sclérose en plaques. Mais Dieu vous guérira. Maintenant, voyez, Dieu... N’est-ce pas vrai? Levez la main, n’est-ce pas vrai? Dieu peut vous rétablir, si seulement vous croyez cela. Ayez foi; ne doutez pas; croyez de tout votre coeur. Oh! Que c’est merveilleux!

            Paralysie, mais Dieu peut vous guérir et vous rétablir. Est-ce vrai? Paralysé, j’ai vu ce qui est arrivé. Vous tirez vos membres...?... Mais Dieu peut vous rétablir. Voyez, là, amis, ce n’est pas l’infirmité; ils en sont arrivés à penser qu’ils ne peuvent pas...

            Maintenant, le même esprit est en train de se mouvoir parmi ces gens, ils manquent d’avoir un peu de foi. Si vous faites la même chose, vous sortirez de la salle en marchant ce soir. Je ne peux guérir personne, si je le pouvais, je leur demanderais d’accepter leur foi, d’accepter la foi et de croire. Je défie n’importe qui dans cette salle de regarder ici et de croire que Dieu m’a envoyé et de croire le témoignage que je donne, que c’est la vérité, et Dieu vous rétablira. C’est vrai. Dieu le fera.

78        Je vois une dame assise ici même maintenant, elle regarde de ce côté-ci; elle porte un chapeau noir, une robe noire. Tenez-vous debout là même, madame. Vous là même, oui, non, oui. Comme vous êtes debout, tenez-vous debout, vous tous deux, tenez-vous simplement debout une minute. Très bien, madame, regardez dans cette direction et croyez-moi. Me croyez-vous de tout votre coeur?

            Maintenant, ne vous tenez pas tous debout, vous allez interférer avec la... interférer avec cette vision qui se déroule devant la dame. Laissez-moi la voir premièrement. Ceci ici même.

            Oui, monsieur, vous souffrez des nerfs. N’est-ce pas vrai? N’est-ce pas vrai? Levez la main si c’est la vérité. Le recevez-vous maintenant comme votre guérison? Au Nom de Christ, soyez guéri. Amen.

            Qu’en est-il de vous, madame, là debout avec un truc blanc sur votre chapeau? Croyez-vous de tout votre coeur? De tout votre coeur? Vous souffrez du coeur, n’est-ce pas, d’une maladie du coeur? Levez la main. Recevez votre guérison au Nom de Jésus-Christ. Amen.

79        Eh bien, amis, il n’y a pas de fin à cela. Cela peut continuer sans cesse et sans cesse. Croyez-vous de tout votre coeur? Il y a un petit homme ici, cet homme, assis ici en train de me regarder, assis juste derrière la dame. Cet homme assis là souffre de, je pense, de la hernie, assis juste derrière; n’est-ce pas vrai, monsieur? Levez-vous, levez la main et recevez votre guérison au Nom du Seigneur. Assurément. Il y a un autre homme assis juste là à côté de vous maintenant en veste avec cravate. Il regarde de ce côté-ci. Cet homme là a une grande foi, levez-vous, monsieur. Vous souffrez du cancer, mais maintenant, vous êtes guéri au Nom du Seigneur Jésus. Allez et soyez bien portant. Amen. Maintenant, croyez-vous de tout votre coeur? Il y a un homme assis de ce côté-ci avec une chevelure fine, portant un petit noeud à carreaux. Là même, monsieur, vous souffriez de l’arthrite, n’est-ce pas? Vous avez été guéri il y a quelques instants pendant que vous étiez assis là. Levez-vous et recevez cela, et soyez guéri au Nom du Seigneur Jésus. Vous y êtes; c’est ainsi qu’il faut être guéri.

80        Là tout au fond, regardez de ce côté-ci, croyez de tout votre coeur. Combien là derrière croient que Dieu m’a envoyé accomplir Son oeuvre? Levez la main. Je vois une dame, assise par ici, quelque chose arrive. Cette dame est en robe bleue, avec une espèce de fleur épinglée de côté ici, on dirait une rose. Cette dame souffre de l’estomac, là au fond au balcon. Elle est assise là même à côté de la balustrade. Levez-vous, madame. Vous là derrière, de ce côté ici, en robe bleue avec une rose; c’est vous, oui, madame. Tenez-vous debout. Vous souffriez de l’estomac, n’est-ce pas? Levez la main si c’est vrai. Très bien, vous êtes guérie; rentrez chez vous et soyez rétablie au Nom du Seigneur Jésus.

            N’importe qui ici peut être guéri maintenant même pour la gloire de Dieu. Nous pouvons nous tenir ici une demi-heure. Croyez-vous cela? Qu’en est-il de vous ici, madame? Vous pouvez marcher; vous pouvez le faire si seulement vous demandez à Dieu et...?... Vous aussi, monsieur. Ça ne sert à rien que vous restiez assis là, vous pouvez être rétabli. Levez-vous, au Nom de Jésus-Christ, chacun de vous qui est malade. Soyons guéris.

81        Imposez-vous les mains les uns aux autres. C’est bien, vous allez être... Imposez-vous les mains les uns aux autres; élevez la main, et élevez les mains vers Dieu.

            Dieu Tout-Puissant, Auteur de la Vie et Donateur de tout don excellent, envoie Tes bénédictions sur les gens, guéris chacun d’eux, Seigneur. Accorde-le. Au Nom de Jésus-Christ, je maudis la maladie sur ces gens dans l’assistance. Seigneur, accorde que ces gens ici dans les fauteuils roulants se lèvent au Nom de Jésus-Christ, qu’ils soient rétablis. Ô Dieu Tout-Puissant, Auteur de la Vie, que le Saint-Esprit descende maintenant sur chaque personne ici présente, l’enveloppe de Ta puissance divine... de la foi, Seigneur, qu’elle se consacre, qu’elle se lève au Nom du Seigneur Jésus-Christ et qu’elle glorifie Dieu, sortant de ce bâtiment en marchant, en criant, en louant Dieu, avec une parfaite victoire.

E-1 Good evening, friends. Very happy to be here again this evening to pray for the sick. Sorry this is our closing night of this particular revival. If the good Lord will permit me to come again and you all would want us, we hope to come your way again some time to--to have a--a long meeting some time where we can just stay on and on. The main thing about the meetings is this, one of the tragedies: We can't get auditoriums long enough to really see the meeting through, way it should be. Most of the time, is that the people are... They get... I'm gone before the results begins to show onto the people, most times.
But I certainly enjoy all your fellowship, your kindness, and all that you've done; I shall never forget you as long as I live. May God bless you is my prayer. And just... You will continue to pray for me, I'm sure, being a Christian. As I try to go into other parts of the world now to bring the Gospel to other peoples: the needy, and the outcast in other lands. I certainly do solicit your prayers for me. May God be with you and help you.

E-2 Want to thank you. Brother Baxter just told me they taken a love offering for me. I thank you so much. I'm not worthy to have a love offering; I don't do enough to deserve a love offering. And I--I would not take it. I was a pastor of a church for some fifteen years; I never took a offering in my life, never in all my life took an offering for myself or anyone else. I've always worked and--and made my living. When I come to a place this way, they give me a love offering. This is what I thrive on. I have a family, and I have--have to make some way to make a living for them. And all the money... My wife which is setting present, knows, that every penny that I don't use for our own living, just what we... We don't live luxurious; we just try to live just as, just what we can--can get by with. And what's left over out of the love offering, we put back straight in foreign missions, to go into the work of the Lord. It's not worldly things that we desire; it's heavenly things that we look forward to. Someday, as the poet said:
A tent or a cottage, why should I care?
They're building a palace for me over there!
Rubies and diamonds, and silver and gold,
His coffers are full, He has riches untold.

E-3 And now, we don't want to take too much of the time here in speaking just now. Just so that you will have a, just a little say, "Thank you, for all your kindness." And then, if there's any credit, ever goes to anyone, it's a person I'm aiming to speak of just now. Men say, "Brother Branham, I know you have an awful hard time, many people calling and things." I love it; that's part of my life. But if there's... We have a very lovely little family at home. My first family was broken up by death, many, many, years ago. I was just married a little over two years, Billy's mother, she was taken home, and my baby. And then I tried to live as true to God, there when I laid my hands on my baby's head, and blessed her, and the Angels of God come packed her little soul with her mother. I put her little body with her mother's and buried them together. Billy and I, year after year go to that grave and place a flower on there, knowing one thing, that some glorious daybreak, Jesus shall come.
Never thought I'd ever be married again. Billy got big enough to go to school. You know as Job of old, when what was taken from him, God restored. I don't believe I could've found any way. It wasn't by my choice; it was God Who gave me a companion that's really been a--a sweetheart to me and a real mother to Billy. She's just a young girl; she's years younger than I am. She's worked so hard and things, laboring in the Gospel until her hair's turned gray at thirty years old. And she certainly is a real queen to our home. Sweetheart, I want you to stand up just a minute. She's setting right down here before me. I know this is kind of conspicuous; that's my wife and friend there. Very backward, timid, little... We're country boy and girl.

E-4 I've had many good partners in my life, good hunting partners. I like to hunt, go hunting. New York state's where I was initiated. I still love these Adirondack Mountains above any place I've ever seen in my life, the Adirondack Mountains. I have a very fine hunting partner. I call my wife "honey." I call my little girl "sugar," so we got a sweet family. She's as backward as her mother is, but I wonder if my little Rebekah would stand up just a minute, and we'll get... Oh, I'm going to have awful time doing this; I see. She's got her head down, and would you like... How about coming up here and standing with dad just a minute. Would you like for the folks to see who the real hunting partner is? Don't be bashful. You're already turning red. And she's setting there with their head down. All right, honey, oh, my.
All right, Billy Paul, I don't... You know him, of course, my boy. Where you at, Billy? He's around here somewhere. He has that hard job of giving out prayer cards. We've had... That's the hardest job there is in a campaign, caused three or four different men to have breakdowns. And then Billy's trying to take that place. Just as a lad in his sixteen years, but kind of a hard work for him, but he returns back from Africa, if the good Lord willing, with me, and he enters Bob Jones College then to finish his education, whatever God has chose for him to do in life's journey. I hope that God gives him a calling then.

E-5 Not very easy leaving home, leaving our loved ones and so forth. I've got a little girl at home now; her name is Sarah, a little black-headed, black-eyed girl just as sweet as she can be. And I love her with all my heart. And we left her the other day and wife come this far. They're return home in the morning while we fly away to Africa to bring the message. Pray for them. She's the one that stands at the door, stands between the right and wrong, and shields me. I appreciate your prayers for her. May God give us a safe journey back together again.

E-6 Now, in the meetings, many, many, many times things are said and done, so forth, that we can't heal no one; we know that. We don't claim to heal anyone; we only claim to pray for the sick; God does the healing. A ministry that the Lord has given me; it's a little, kinda little bit different from some of the minister's ministry, but God gives severally as He will. You believe that? Just as He will, that's what He--He does.
And so we know that He is, and a Rewarder of those who diligently seek Him. Is that right? Now, I want to read just a little Scripture, and we'll go right straight into the service. I believe God's going to give us a great service tonight. I was just praying with my boy, and Reverend Ford come up to get me, that God would do something special for us tonight and would bless the people. Usually the last night there's more healed than there is in any of other nights, is because that great pressure, pull and--and wanting to get into the line.

E-7 Now, it doesn't heal anyone, but I've asked God tonight to do something that's special, to heal people all the way around over the building, all the way around the building. I want Him to do it. Now, I know He's going to do it. I have never for His will, any of my life, ever got down and really prayed sincerely, but what He answered. I've never done it.
Now, sometimes if I thought something that wasn't right, and maybe I was some selfish something I prayed, it wouldn't do me any good. Because if my prayer would just come back, and I would have no faith, even in the beginning it would be answered. But just trying to break through. But you can't pull nothing from God that's not right; it's got to be right.

E-8 Now, I wish to read some Scripture in two places in the blessed Word of God. If you'd like to read them with me, or follow me, turn to Saint Matthew the 4th chapter, beginning with the 23rd verse. And then, turn over to, if you will, in Saint Luke the 1st chapter and beginning with the, I beg your pardon, the 2nd chapter with the 25th verse. And I want to read two portions. One of these is the starting of the ministry; the other is at His death, or not of His death, at His birth, rather, pardon me. Now, in Saint Matthew the--the 4th chapter, the 23rd verse, Jesus just beginning His ministry:
And Jesus went about all Galilee, teaching in the synagogues... preaching the gospel of the kingdom, and healing all manner of sickness... all manner of diseases among the people.
And His fame went throughout all Syria: and they brought unto Him all the sick people that were taken with divers diseases and torments, and those which were possessed with devils, and those which were lunatick, and those which had the palsy; and He healed them.
And there followed Him great multitudes of people from Galilee... and--and from Jerusalem, and from Judaea, and from beyond Jordan.
And then over in the 2nd chapter of Saint Luke we read this, beginning with the 25th verse:
... behold, there was a man in Jerusalem, whose name was Simeon; the same man was just and devout, waiting for the consolation of Israel: and the Holy Ghost was upon him.
And it was revealed unto him by the Holy Ghost, that he should not see death, before he had seen the Lord's Christ.
And he came by the Spirit into the temple: and when the parents brought the child Jesus, to do for Him after the customs of the law,
Then took he him up in his arms, and blessed God, and said,
Lord, now let... thy servant depart in peace, according to thy word:
For my eyes have seen thy salvation.

E-9 Let's bow our heads just a moment. Almighty God, we thank Thee for this great lesson tonight. And it's written here in the Scripture, that He went about all Judaea, and Samaria, around Decapolis, and all around over the world that was known then, doing good, healing the sick, casting out devils, setting the captive free. And we know that, now that Thou has not changed since that day, that You're still the same. In the day of the question You said that You did what the Father showed You to do. In the prayer to Your Father You said that You'd finish the work that He had give You to do. And then the Holy Spirit must come upon men, and they must continue the Gospel to the end of the age. And here we are, Lord, the age is ending.
We thank Thee for this great city, New York, the rise and fall of many. We thank Thee for America, a land of the free and the home of the brave. We realize, Lord, that much precious blood has taken the supreme sacrifice that we could be free tonight to worship here, according to the dictates of our own conscience. God bless our land.

E-10 Remember our boys out there in Korea tonight. God, I believe if there'd been more missionaries sent in, these things would not have happened. But we have money for machinery, everything, but seem like when it comes to Your work.
Father, I believe that the money that would been spent on defense would've been placed missionaries in the field, there would been no war. But I suppose it's to be this a way. So help us to do our bit, Lord.
And tonight being the closing night of this series of services here in the homeland, God, no matter wherever I go, I'll still remember the great tall pines, the old flag that I was born under, my loving friends throughout the nation. God, bless them; help them, Lord, and may, while we're gone, may the great revival continue on winning thousands of souls.

E-11 Bless this great city; send them a revival, Lord. Send Thy servants in here from different parts of the nations where they're ministering now and give this great city a shaking for God. When Thy servants come in, Billy Graham and them, Lord, pour out Your Spirit upon them. Literally thousands will be saved and turned to Christ.
Help us, Lord, as we're working the row, cutting down the briars, moving back the rocks, and pulling out the stumps, the front line, give us courage, Lord, big strong hearts, buckle up the armor; give us great strength and the power of Thy Spirit.
And now, Lord, bless Sister Brown, that widow; God be with her and help her. Help Brother Byrd, the pastor; these other churches, cooperating churches all out through the city, every lay member, bless them together. Father, hasten us back again quickly, giving us a great victory in Africa and through the places down there, and bring us back here for another old fashion revival, grant it, Lord.

E-12 Bless all that's here tonight. Bless my little family as I leave them, Lord, may they be sustained by Thy grace. May the Angel of God undergird us and help us now. Bless Brother Baxter and Brother Bosworth's family; they're leaving. These other dear friends, Brother Richey, and them here, Lord, who's standing by, and many other ministers in prayer, holding our hands before God, as Caleb of old and Joshua and those who held the hands of Moses. Give us a great out pouring of Thy blessings tonight and manifest Thyself and vindicate that Thou art here. For we ask it in Jesus' Name. Amen.

E-13 Just a moment to talk. I hate to even take this time, but I just must say a word or two before leaving you. When I first come to New York, I thought, "There's a richy bunch of aristocrats that would never receive the Gospel." But I certainly was wrong. Think--think some of the sweetest, humblest people I've ever met, been right here in New York. That's true; there's so many on the streets, you hardly meet anybody...
Tonight while we were having a little lunch, some people come in; they looked over that way and kind of smiled, and I thought, "That must be Christians." In a few moments they shook my hand; they said, "Yes, we're from the--the Tabernacle, the Glad Tidings Tabernacle."
Now, I--I found this; I said to my wife when I went out, I said, "You can go to Finland, Sweden, Germany, France, Belgium, wherever you want to, when you find people that's borned of the Spirit, they're the same thing the world over." For we're all one in Christ Jesus, fellow citizens of the Kingdom, co-workers together in this harvest field. We have feeling one for the other.

E-14 Now, tonight, I want to speak just a moment on "Expectation." Simeon was a man; he was old; he's way... We're taught by theologians that he was somewhere in his eighties. But he had a real heart, waiting for God. Sometimes the church has got to a place to just a very few left, believers. But God has always had a remnant of people somewhere who would believe Him. Did you know that? Look at the antediluvian world. There was just a few, Noah, his sons, his daughter-in-laws, and his wife. That was all went into the ark. Is that right? Jesus said, "As it was in the days of Noah, so will it be in the coming of the Son of man." "Straight is the gate, narrow is the way, and but few there'll be that'll find it."
Oh, Christian, make yourself one of the few; you have an invitation, just move on. "As it was in the days of Noah." Look at the morality, "Eat, drink, be merry, and giving in marriage, and knew it not, till the day that Noah entered into the ark." Be one of them that goes in. Pray for me that I'll be with you. I want to be; I sure want to be; that's my heart's desire to go in at that day with you all, be represented.

E-15 Many times here I'd like to take each one of you, and go out, and set down, and talk awhile, take you to my hotel room; wish I could do that. God knows my heart. When I was a little boy I was more or less, what they call, a black sheep of the family. I didn't drink, my people are all Irish...?... they drink; all of them smoke, gamble, and I take my gun and go hunting. None of them understood me. And when I was ordained in the Missionary Baptist Church, they said, "Someday you'll be a holy-roller." They didn't understand me. I couldn't, well, find nowhere, nobody wanted me.
And finally one day God placed me with somebody who loved me, and I--I'm happy to be one of you. I believe it's the cream of the crop, and no disregards to anyone else. Just somewhere that I just fit like a glove, I just... I never did--could find a place where...?... I was always misunderstood. And I thought, "Surely, there'd be somebody else." I always wanted friends, oh, I'd just do anything to get a friend.

E-16 Not long ago, I remember... 'Course, my father drinking and everything; we didn't have too much of a name in the city. I used to go downtown; when I was a little old ragged boy standing there, my hair hanging down, no clothes hardly. Remember wearing an old coat to school all winter long, no shirt on, had it buttoned up like this; and I couldn't take it off. Springtime come, the teacher asked me if I wasn't hot with that coat on; I said, "No ma'am." I couldn't take off; I didn't have on no shirt. And I--and I never will forget that, and how that people, you know, always poor white trash, looking like that. I'd go downtown, go talking to somebody. If there's--if there's no one else to talk to, they'd talk to me. And I thought, "What have I done? I haven't done nothing; I haven't harmed anybody." Somebody else would come along to talk to them; they'd turn around, and leave me alone, and walk away.

E-17 The other day I was setting on the porch talking to my wife, not long ago. I said, "Think of it, honey, a few years ago I couldn't get even anyone to talk to me; now I have to get out in the woods somewhere and hide away to have a little rest." I know, what was it? My personality? I have none. Education? I have a grammar school, seventh grade. What was it? The Blood of Jesus Christ stooped down and picking up. And I love Him with all my heart, with that undying love. It's by His merit, His love.
And I see people that love me; you just don't know how I feel towards you. I'll make an appointment with you, friends; I might not be able tonight to fulfill this, but some glorious day when it's all over, we come up to glory... If you get there before I do, some morning when you get out of your palace, the sun's a rising over the horizon, look down there in a little cabin down there on the hill side somewhere you hear somebody standing out on the back porch singing, "Amazing Grace how sweet the sound"; you say, "Brother Branham made it." That'll be me. I've never been able to sing, but I've always wanted to sing, "Amazing Grace." I'll be standing down there singing "Amazing Grace, how sweet the sound that saved a wretch like me."

E-18 We'll set down together down there by Jacob's well; won't be hurry up we got prayer meeting for the sick; there'll be no sick there; they'll all be well then. We'll set down and talk a few thousand years with one another, walk up and down the streets of gold. Won't that be wonderful? That's not a fictitious dream; that's the Gospel truth. We shall see... And old Baptist song we used to sing down in Kentucky, we sang,
I shall know, yes, I shall know Him,
And redeemed by His side I shall stand;
I shall know, I shall know Him,
By the prints of the nails in His hands.
I'll know Him. That does not yet appear what we shall be like, but we'll have a body like His, for we shall see Him as He is. And as long as I can see Him and be with Him, no matter what He looks like, as long as it's Him it'll be heaven to me wherever it is. And I know you feel the same way. A remnant, God give me the privilege to be associated with you all tonight, a remnant waiting for God, as it was in the days of our text.

E-19 Simeon had a promise of the Holy Spirit that he was not going to die until he seen the Lord's Christ. So he went around telling people that he wasn't going to die until he seen the Lord's Christ. Could you imagine how that man felt. Going around... He was an old sage, his white beard and white hair hanging down. He'd go around telling people, "Now, I'm not going to die until I see the Lord's Christ."
Why, the people said, "Maybe the old fellow's just a little bit off." But he had the promise of the Holy Spirit. He believed that he would receive--see the Christ before he seen death, because the Holy Ghost called. Now, he had that desire in his heart, because he had the promise.

E-20 If you believe, whatever you believe... If you come to the meeting tonight, just to find something to go away to criticizing it, devil will show it to you; you'll see it. And if you come to find something about God, that you could go away and be blessed, God will show it to you. Whatever you desire, whatever you are, "As a man thinketh in his heart, so is he." You go away and say, "Well, I--I didn't expect to be called in the prayer line." Well. "I--I didn't expect the Holy Spirit to speak and call me out here." If you don't expect it, you won't receive it. But, as you believe (See?), expectancy...
My mother one time sent me to a place to meet her sister. I'd never seen her. She told me what I would look like, what she would look like. Said, "Now, she'll have a high forehead." Said, "She's got dark hair." My mother's a half-breed; she's an Indian. And so she said, "She'll have a high forehead. She's got thin hair." And described how she looks. Said, "She's thin, little woman." And said, "You'll know her by certain descriptions."
And I was looking through the audience, and I had some idea of what she looked like, and as soon as I seen her I said, "You're my Auntie."
She said, "Who are you?"
And I said, "You know Ella Branham?"
Said, "Yes."
I said, "That's my mother."
She said, "My sister." And there we was. See?

E-21 Now, we ought to have some idea tonight, what the Holy Spirit in Its operation should look like. The... Jesus described to us just what the Church of the living God will look like. He said, "In My Name they'll cast out devils; they'll speak with new tongues; if they take up serpents or drink anything, it won't harm them. If they lay their hands on the sick, they shall recover. The things that I do shall you do also," know the thoughts of the heart and describe, discern, so forth. Is that right?
Now, if you're looking for God, that shows that there's something somewhere here that you're looking for. Now, David said in the Scriptures, "When the deep calleth to the deep..." The deep calls to the deep, in other words, when there's a--a desire in here, there's something out there that's causing... In other... Here, before there is a desire in here there has to be something create that desire. See? And if there's a creator to create that desire of that creation. You get what I mean?

E-22 Here, before there was a--a fin on a fish's back... You here you have much fish that gets along these bays here. Look, before there was a fin on a fish's back there had to be a water first for him to swim in, or he wouldn't have had that fin. See, God put that fin on him to swim in the water, so there had to be a water first before there was a fin on his back.
Before there was a tree to grow on the earth; there had to be a earth first for it to grow into, or there would've been no tree to grow. And if there's a desire in the human heart for more of God, there's got to be more of God somewhere to respond to that deep calling to the deep. See what I mean?

E-23 Now, when the deep calling... Now, how many here believe in Divine healing, let's see your hands. Well, that is wonderful. All right. Now, something in your heart tells you that there is Divine healing in God. Is that right? Well, now before you could have that in your heart, there has to be a Creator to put that in your heart. See? It's...?...
Here not long ago I was reading in a paper where a little baby eat the pedals off of a bicycle, eat the rubber off of a pencil. Well, the doctor when he got the little fellow, he said... He examined him, give him this test; he said, "You know what? The little baby hasn't got any calcium in its body." Now, it's little body was made up to needing calcium; Or I beg your pardon, not calcium, it was sulfur. It was sulfur goes in the human body. He said, "The baby has no sulfur, and there's certain organs in there that's got to have sulfur." Then there's something here calling out for sulfur. See? If it's calling for sulfur, there's got to be sulfur somewhere, or this wouldn't be made to desire sulfur. See?

E-24 And if there's something in the human heart craving Divine healing, oh, my, here we go, there is a Divine healing; there's a fountain open somewhere. There's got to be. If you're craving... When you were back yonder, just with a lukewarm experience, and your heart begin to crave for more of God, there just had to be a fountain open somewhere. Is that right? And God sent it. And when you're craving for Divine healing, there's got, there's a Creator putting that creation in your heart. It's a calling out, deep calling to the deep. There's a fountain somewhere.
And Simeon had a promise of the Holy Spirit that he wasn't going to see death before he seen the Lord's Christ. There was a call in his heart. Let's drama a minute. Let's take it on Monday morning.

E-25 There's about two million Jews in Palestine, then or more, probably couple hundred babies born every night. Every day there'd be the babies. After eight days they'd be brought to the temple for circumcision, purification.
And when He was born in a manger in Judaea, Bethlehem of Judaea, there wasn't no one there to celebrate His birth. So God sent some Angels down out of heaven, and they sang songs as they usually sing at a kings birth. Some shepherds out on the hills, They went and told them about it. Three Magi come following the star, that passed over every planetarium, and no one see it but those Magis, just led them to the Christ. Not much known about it, there was no press in them days like we have today, radio and television. Message was just from mouth to ear.

E-26 Well, after eight days, let's notice, little Mary, with a black name to start with, supposingly to have a illegitimate child by Joseph, born out of wedlock. Everyone in the country then would scoff at her, "There's that woman not even married and got a baby." But in her heart she knew Who's baby that was. We was just talking on that this afternoon.
Here she comes to the temple; let's look, standing down the line, now maybe two hundred women, or three. Way down there stood some of them holding a lamb, a rich man's offering. But way down there I see a little virgin about eighteen years old, a veil pulled over her face, holding a little baby wrapped in swaddling's cloth.

E-27 What is swaddling's cloth? I'm taught that it was a--that stuff on a yoke of an ox. And when he's plowing, that cloth they had on there to keep it from rubbing, they had nothing to put the, in the baby--on the baby, so they just unwrapped this cloth and wrapped it around the baby. And here He was standing in his mother's arms in the temple. Everybody standing back, "I wouldn't stand near that woman like that. That little old baby, must be sure poor thing, not even no clothes to put on it." But it was the Prince of glory.
Here she had two little turtledoves in her hand, a peasants offering. No one paying any attention to her. Let's take way back over there in the temple, I see an old man setting there reading the scroll, the tears rolling down his cheeks, saying, "Lord, You promised me that I'd not die until I seen Your Christ. Now, I believe that You will someday; I'm getting awful old, but You'll show me someday."

E-28 About that time the Holy Ghost moved upon him, said, "Rise, Simeon, start moving."
"Where Lord?"
"Just move." Maybe He's speaking to you tonight, it's your time to be healed.
"Rise, start moving."
"Where?"
"I don't know, rise." All right.
Here he comes out through there led by the Holy Spirit, moves over to that line. Goes down that line, the Holy Ghost leading, come right straight to where that woman stood there in shame, with her head bowed, watching her little baby's tears dripped upon its face, in it's little swaddling's cloth. There that old priest reached over in her arms without saying a word, and took the baby in his arms, and looked up, the tears rolling down his beard, said, "Lord, let Your servant depart in peace, according to Thy Word: for mine eyes has seen Thy Salvation."
Way back down where half a million people were milling in the temple, was an old blind prophetess setting down there by the name of Ann. We're taught that she was blind, but she was waiting for the consolation of Israel. The Holy Ghost spoke to her. Here she rises, blind; here she comes down through the temple, moving around through the temple, led by the Holy Spirit, moved right over in front of the child and raised up her hands and blessed God.

E-29 What is it? That same God that moved on them... If you believe in Divine healing tonight, believe there is a fountain open somewhere, the same Holy Ghost was on Simeon was on Ann, has moved you into the temple tonight, where there is a fountain open freely for healing tonight. Be expecting it. God gave you the promise that you could be healed by His power. And He's here to do it tonight. Do you believe that?
How that I've seen, wondered through the meetings, how the leadings of the Spirit. There's a woman setting present now that I wish to speak to. I was in Fort Wayne, Indiana. A great revival was going on there from the B. E. Redigar, and Paul Rader, many of those gallant men. Brother Bosworth was setting; he was at the meeting, speaking. I got up in the Indiana Hotel and they found out I was in Indiana Hotel, and the usher come, a bellhop come told me, said, "Brother Branham, you can't even get down, there's so many people there."

E-30 So they took me out. There was the place where this man with multiple sclerosis was healed, they sent the word that king George of England for me to, that king George of England sent word back for me to have prayer for him for his multiple sclerosis, which God healed him. The man had been a bed patient for ten years, paralyzed from his waist down. He was setting there, and couldn't even get in the line twisting. And some businessman that night, the last night of the meeting... Brother Bosworth setting here is a witness of this, picked him up.
How many reads "We The People?" You see the article of it in "We The People," that noted book that goes around the world. My meetings was represented in there from a blind girl and so forth, in that Fort Wayne meeting that was... How many take the "Pentecostal Evangel"? It was in that too, and all around. You seen the article no doubt at all; it was represented in the great famous book of "We The People," this year.

E-31 And then when we was going to the platform, well, this man, some businessmen picked him up; he hadn't walked for ten years, he'd been in bed with multiple sclerosis. Tried to lay him there; people was walking over him. We just had what we call a fast line. And the fellow, they pulled him off the platform; and he was about dead. And he was setting in his wheelchair again; he looked up like that. And I turned; I felt the faith pulling, looked down and there he was setting there. He said, "Oh, Brother Branham," he said, "if I could only touch your trouser leg I'd have got well."
Trying to touch my trouser leg to get well. I said, "God bless you, brother." I looked again; I seen a vision of him going walking away. I knew it had to happen then. I said, "Brother, you've been a bed patient for ten years."
"That's right, sir."
I said, "But Jesus Christ makes you whole."
Up he got from that wheelchair, like that, and away he went.

E-32 And there was an old man laying there, said, "If I could only touch your clothes, my brother, I'll get well." He was paralyzed, had arthritis. And I passed down to him; he put his old crippled hand over on me, said, "Thank You, Lord. Thank You, Lord, that's what I wanted to do." See, his anticipation. What? According to your faith, be it unto you.
I got a letter from them about six months later, the man that had multiple sclerosis was driving down the road, and the man that had been paralyzed, or had his arthritis, was out in the field plowing on a tractor. And one seen the other, and they were buddies, set all through the meeting talking one to another. This was the last night. And there the man that would have been crippled for years with arthritis, drawed up a bed patient, seen the man coming down the road that had been a multiple sclerosis patient; and the man jumped out of the car and run through the field. And the man, the other man jumped off the tractor, and they run grabbed one another, and begin to hug each other screaming and crying out there in the field, "Amazing Grace how sweet the sound that saved a wretch like me." Yes, in there.

E-33 I remember going out one morning, my wife and I, Mrs. Morgan, Mayo's nurse that just been healed with a cancer. They'd give her up with it and everything, and just cancer through. She weighed forty something pounds, lots worse looking than Miss, this lady that I showed you, Miss Florence Nightingale of England, South Africa, rather; lots worse than she was. And they said there nothing could be done. She weighs a hundred and fifty-five pounds now, in perfect health.
She was with us, and we was going down the street; we went out through the, under the basement and come out, going down the street. And I had my coat up; I was holding little Becky, setting there in my arms. We were going down the street. And all at once the Holy Spirit said, "Don't go over to the Toddle House," where this great Mr. Eaton of Canada was healed there in that little Toddle House. Said, "Go down this a way for breakfast."

E-34 And I turned down that way, not knowing where I was going. I walked on; the women followed. I heard His voice; I looked, and I before a place said Miller's Cafeteria, said, "Turn in." And I went in. I got some prunes and a cup of coffee, set down. I'd just asked the blessing, and about that time somebody said, "Glory to God."
Miss Morgan said, "Now, you're caught, aren't you?"
I said, "But wait just a moment."
And she was thanking God, an old mother got up and she said, "Brother Branham," said, "my brother here... I've followed meeting after meeting, meeting after meeting trying to get in, and I couldn't do it." She said, "And last night I prayed all night," said, "we even sold our cow." They was from Texas, said, "We sold our cow to get to have the money to come here, and the last meeting is gone tonight." Said, "We can't get a prayer card." Said, "We've had many cards, but can't be called." Said, "We know we haven't got another resource at all that we could sell to follow another meeting." Said, "I've prayed all night long, and about four o'clock this morning I fell asleep." She said, "I dreamed that I was to come to Miller's Cafeteria, and be sure to be here at nine o'clock, and it's just on the dot."

E-35 Oh, how He is wonderful. God healed the man standing right there. Turned without eating, and started walking out, the Holy Spirit leading. I went to the door, a little lady, fine dressed young lady, dressed in black, fell almost to the street, said, "Oh, my." She was from Chicago; she sets in this meeting tonight somewhere; she was here yesterday. God had spoke to her, knowing that her life was at the end at stake, and said, "Go, stand before Miller's Cafeteria ten minutes after nine."
I wonder if the lady's here somewhere now; she, her husband owns a spaghetti company in Chicago. if you are raise your hand, or wave your hand, or something or another. They sent me word that she was here. There she is, right there. Let's give God praise. Right there. Cancer, malignant, way out. I think Mayo's and all had turned her down, and there she is tonight after two years. "Amazing grace." See, led by the Holy Spirit, perfect health. I think she just returned from South America; she was in a meeting here not long ago giving a testimony. All right.

E-36 After I left her, I started on down the street; the Holy Spirit said, "Stand still." Mrs. Morgan and Meda said, "Come on." My wife. I said, "Cross the street, go in the drugstore, and get the baby a coloring book." Go on down through the basement, go up, the place is full. I said, "The Holy Spirit's not through yet." And I stood there on the corner; I got back. I love guns and fishing tackle and things. I was looking at it and watching, nobody seen me; I slipped back in the corner; I said, "Heavenly Father, what would You have me do?"
He said, "Go down to the corner, cross the street, and stand there for a little bit."
I went out, and crossed the street, and stood there. This happens all the time. Stood there on the corner a little bit; I didn't know what was going to happen. Stood there about ten minutes and people kept coming and going, coming and going, coming and going. After while the big Irish cop blowed the whistle and some more pedestrians crossing. And I looked, and here come a lady with a little tam on and with a checkered like suit, holding a--a pocketbook on her arm. She crossed the street, I--went right by me like that and went on. He said, "Draw close to her." And I did. He went on by like that, and I thought, "That's strange, why did He want me to go by her?" And I stood there a little bit; she turned around and she said, "Oh," she said, "Brother Branham."
I said, "Yes ma'am."
She said, "Oh, I feel like I'm going to faint."
And I said, "What's the matter, sister?"
She said, "I'm from Canada." Said, "I'm only allowed a hundred and fifty dollars a year down here; spent all my money." Said, "I had five cents for coffee; I slept in a hotel lobby last night in a chair where they let me sleep." And she said, "I had five cents for coffee this morning; I was going down to hitchhike my way back to Canada, and I was about two or three squares below here crying, saying, I'll have to go back the way I come."
He said, "Turn to your right."
Then said, "I got in the Spirit, didn't know where I was at till I seen you standing here." Said, "I don't know how many turns I made."
I said, "What's the matter, sister?"
She said, "My arm has been crippled. I was riding a dog when I was a little girl and I hurt my hand."
I said, "Stretch forth your hand; Jesus Christ has healed you."
There that big cop said, "I know who you are, Brother Branham." Like that. And talk about a prayer line, we had one there on the street for about a hour then. Till some of them had to come and get me. Many, many, things, and how, one of the things, one more thing just a moment. Late... I've got five minutes yet.

E-37 Look, quickly now, I was coming from Dallas. Brother Bosworth remembers things over there. And I was flying back. A storm come up, and I was sent down at Memphis. And they told me, the airline said, "We'll call you in the morning." I went up to the Peabody Hotel. They stayed all night there. Next morning they called me early, said, "Now, be ready at eight o'clock."
I said, "All right." And I had some mail I had to mail back. And I went out, and been praying. I run down to the post office to put the mail in the box. Listenly close now to this, how the Holy Spirit leads. I went down to the post office, going down the street, I was going down singing that little song you Pentecost people sing, "They're telling now both far and wide His power's just the same." Did you ever hear it? "I'm Glad I Can Say I'm One Of Them." I was going down singing, "I'm one of them, I'm one of them. I'm so glad that I can say, I'm one of them." I was going down like that. I started to cross the street, and the Holy Spirit said, "Stop."

E-38 I felt the Angel of the Lord come near, and I got back up amongst some big pillars there and I said, "Heavenly Father, what would You have Your servant do?"
He said, "Turn and go back. Just keep going."
I turned and went walking back down the street. I walked on and on and on for look about three or four miles. Eight o'clock come, nine o'clock come. Oh, my, I knew I was... The plane's gone, but I just kept on walking. After while I was down in colored district. I looked down there, a little old whitewashed house down there, roses blooming around the door. I looked, hanging out over the gate, there hung a very typical Aunt Jemima. She had a man's shirt pinned around her head, like this. She was hanging over the gate like this, and oh, I seen her, oh, a hundred yards away. And I was singing, "Only Believe, Only Believe, all things are possible, only believe," walking on down. I quit singing, started by, I looked over, she said, "Hello, parson."
I said, "How do, Auntie?"
And down south they call a preacher a parson, so I said; I said, "Hello, Auntie." And I looked, tears was rolling her big fat cheeks. She looked at me; I said, "Say, how'd you know I was a parson?"
She said, "I knowed you was coming."

E-39 I said, "Well, how'd you know I was a parson."
Said, "Did you ever hear about the Shunammite woman in the Bible that had the baby?"
And I said, "Yes."
Said, "Well, I's one of them kind of women." She said, "I--I was barren, and I promised the Lord if He give me a child, I'd raise it for Him." But said, "I done the best that I could." And said then, said, "The first thing you know, my boy took the road that's wrong." Said, "He took a horrible disease, and he's laying in there dying." Said, "The doctors can't do nothing for him; he's been unconscious now two days. The doctors give him all kinds of shots and nothing will stop it." Said, "It's done into the marrow of the bone and," said, "nothing will drive it out." Said, "He's been unconscious for two days," but said, "him a backslider." Said, "Oh," said, "I prayed all day and night, 'Lord, please send somebody.'" And said, "The Lord this morning about four o'clock, told me to go out and see a man with a brown suit on. A small man with dark hair would come down the street, that would be the parson." And she said, "I've been standing here ever since that time. I seen that brown suit come around that corner," said, "I knowed that was the parson."

E-40 Oh, hallelujah. What am I speaking of? The same Holy Ghost that led Simeon is the same Holy Ghost leading the Church today. See? I said, "Auntie, my name is Branham; did you ever hear of me?"
She said, "No, sir, Parson Branham, I never heard of you." She said, "Will you come in and see my boy?" Said, "I don't want him to die a backslider," said, "I want him to be saved, parson."
And I said, "Yes, ma'am." I said, "Auntie, I pray for the sick, did you ever hear my meeting?"
She said, "No, sir, Parson Branham." She said, "The only thing I know, the Lord told me you'd be a small man with dark hair and you'd have on a brown suit, you'd be coming this a way."
Oh, that same Holy Spirit that lived in Simeon's day is the same Holy Ghost today. He's ready to come when the deep calls to the deep.

E-41 Then friends, that morning... I've been into king's palaces; I've been in aristocrats homes where they're worth as many as twenty-eight million dollars or more, and I've been in the poorest. But I never was any welcome than I was in that little old whitewashed cabin that morning, when the sun coming up across the hill there, kissing away the sweetness of the fragrance of the roses as they was blooming. An old chain hanging at the gate, and a plow horn hanging down on the end of it for a weight.
I walked into that little old house, there with a little old brass looking poster bed, a little iron bed stood--standing in the corner, a straw tick on it for a mattress, and up over the door it said, "God bless our home." An old wash tub setting in the kitchen, but it was home.
I looked, laying there on the bed, a great big colored boy, strong looking, with the blankets in his hand going, "Umm, umm, umm, it's so dark, umm."
I said, "What's the matter with him, Auntie?"
Said, "Parson, he thinks he's out in a...?... sea," said, "he's been lost the last two days." Said, "He's lost and he thinks it's..."
He said, "It's so cold out here, umm."
I said, "Auntie, let's just pray."
She knelt down, and that old saint prayed a prayer; brother, I'm telling you: I just knelt at the foot of the bed and tears just spat on the floor. She raised up, took her old apron, and wiped her eyes. Said, "Lord, don't let him die, Lord; till I hear his little boy tell his mammy that him saved."

E-42 I felt his feet, they were cold, sticky, death was on the boy, had syphilis: went through him, nothing. They give him Salvarsan, 606, mercury, and everything else, penicillin, nothing could stop it; it gone on. Got out with the wrong crowd.
Then I knelt down; I said, "Auntie, let's pray." And I got down to pray; and I said, "Heavenly Father, that plane's hour past now, or more." I said, "But You said turn and come this way, and You said, 'They that are sons of God are led by the Spirit of God.' I don't know, Father, why You sent me down here. That'll be explained another day, but somehow, I believe this is the place You were leading me, the way it's been brought around. You showed her me coming and had me coming this a way." I said, "The only thing I know, Lord; I lay my hand on this dying man in the Name of Your Son, Christ Jesus, please spare his life."
When I said that, he hollered, "Oh, mammy," said, "It's getting light in the room now."

E-43 A few minutes he was setting on the side of the bed, talking to us in his right mind. About six months later I passed through on a train, going down in Arizona on a train. I passed... I got out there at Memphis, was going up to get something to eat there. The little railroad station, if any of you was--had been there, you know how the train goes straight ahead, and the railroad station's across the front. And I heard somebody holler, "Oh, Parson Branham."
And I looked, and here he come; he was one of the Redcaps there. He come running, grabbed my hand, jumped around and around, and said, "Parson Branham, you remember me?"
I said, "I don't believe I do."
Said, "One morning the Holy Spirit led you down to my mammy's cabin," Said, "where I was dying." He said, "Parson Branham, I's not only well, but I's saved now. I's a Christian, Parson Branham."

E-44 Hallelujah. I say the God that lived in that day is the same God today. Be expecting. That mother was expecting her boy, expecting God to do something. I'm expecting God to do something tonight. Are you expecting it? I'm expecting God's glory to fall. I'm expecting it to be such a spontaneous clap of faith here, that'll send literally thousands of these peoples into a sphere there, where they could touch the hem of His garment and be made whole.
Our heavenly Father, we thank Thee tonight for the great price. Oh, God, how we love Him. When we were sinners He died in our place; He took our place at Calvary, knowing no sin, yet was made guilty of all sin. His soul went to hell, which You wouldn't suffer Your holy One to see corruption. On the third day He rose again. And tonight, like it was on the road from Emmaus, He's with us, resurrected, standing here in our midst now, the Son of God, standing in our midst, proving that He's here with signs and wonders, moving into the saints hearts by the Holy Spirit taking the Words of God and sending them out there in that audience.

E-45 O God, hear the prayer of Your servant, and as this is closing our services on this tour, for this beautiful, wonderful, God save America. O God, send the Angels of God down tonight, and may there be such an outpouring of the Holy Spirit, till literally every person in the building be healed. Grant it, Lord. Please hear my prayer, God, as I try and serve You, pleading everything I've got. God, while we're trying to do something for You, help me, dear Jesus to be Your servant. And may many, many, many people's in this building tonight, every one that's sick and afflicted, be made completely well.
And Lord, how happy we'll be for this. And we'll give You all the praise, all the glory. We know that Thou art here to make well, to answer. You're a loving Father, a Go-between, standing between sickness and death. Oh, how wonderful You are. Amazing grace, how You saved us by Your grace, healed us by Your stripes, made us completely overcomers of all things in the beloved Son of God. Now, grant a great outpouring tonight, in the Name of Thy Son Jesus. Amen.

E-46 Praise be to God. Someone now got healed back there. Amen, that's just wonderful. How can you hold your peace. All right. Now, let's be able to... How many loves the Lord, say, "Amen"? How many believes that you're going to get healed tonight, let's see your hand? All right. Let's...
Where's Billy at? Billy, what--what's that letter? All right, Billy said they give out all the cards he had left over, hundreds... [Blank.spot.on.tape--Ed.] Only Believe, come on now, let's go, all right:
Only believe, only believe,
All things are possible, only believe;
Only believe, only believe,
All things are possible, only believe.
Let's sing it like this:
Lord, I believe, Lord, I believe,
All things are possible, Lord, I believe;
Lord, I believe, (That's right.) Lord, I believe,
All things are possible, Lord, I believe.
Let's change it this way and sing, "Now I believe," now, right now. How many believes right now? All right, now, let's get it way up now, make the rafters ring, come on.
Now I believe, now I believe,
All things are possible, now I believe;
Now I believe, now I believe,
All things are possible, now I believe.
Now, as we... Softly, let's hum it. [Brother Branham begins humming.--Ed.]

E-47 Coming down off of a mountain one morning, come a lowly Galilean, where His Father had said, "This is My Beloved Son, in Whom I'm well pleased." I see a father coming up with his child that had epilepsy; said, "I took to Your disciples; they could do him no good." Said, "Lord, can You help me?"
He said, "I can if you believe. For all things are possible to them that believe."
Said, "Lord, I believe; help Thou my unbelief."
That same Jesus tonight is here in the midst of us all. Let's all be in prayer, everybody now, expecting to meet Him.

E-48 Now, one by one, as you're lining up now, if you will be just as reverent. I'm going to ask you something to do for me tonight. I've been speaking to you, and I want you to do this for me if you will. Don't move around, please, please; just keep as reverent as you can, while the line's going on, 'cause it throws me out of here. And the devil just wants one thing to be made wrong. He won't look for all the good things; he will watch for that one bad thing. See? And now, just be reverent and God shall speak and testify that I have told you the truth.
Now, remember this: I do not claim to be a Divine healer. I only claim a prophetic gift, that I was born in this world with, that detects, and knows, sees, just as the Father shows me. And I claim that it's the same Pillar of Fire that led the children of Israel through the land of the wilderness to the promise. Was it a Pillar of Fire? Well, when the Holy Ghost, this Angel of God, permitted His picture to be taken, that's exactly what It was, a Pillar of Fire, the same thing.

E-49 And I know, and any scholar knows that that Angel was the Angel of the Covenant (Was that right?), which was Christ. That's true. It met Moses, in the burning bush; it was the Pillar of Fire. Not Moses done the works, but it was that Pillar of Fire that led him; That done the works.
And I believe it's the same Spirit that was upon Christ, is here today. He can't heal, only He's already done the healing, already done the healing.
Now, people, check one another's cards now, there might be some deaf people; I called from 1 to 20 to start with. If them are... Ushers is all your clients there? Are they all there, every...? That's wonderful. All right. Bring your patient.

E-50 Now, please, please, friends, this is the last night, and it's Sunday night. And we got just a little time now. And maybe I got too many in here; it might shut off some of the people praying. But everyone just be seated, that's--that's in your seat now. And just be reverent, and look this a way and pray. All over the building, everywhere, plumb back in the back, over on the sides, up this way, everywhere you are, now just be really sincere tonight, and see if God doesn't speak and confirm your faith. All right.
And I believe the, one of the mangers here of the building told me that they'd fix this microphone. Can you hear way back in the back there all right? Way back in the back? If you can raise your hands up if you can hear all right. That's fine.

E-51 How do you do, sir? I believe that we are strangers, sir. I do not know you. Now, I'm just going through this merely to--to contact your human spirit. See? Do you believe that I be God's servant? You do? Now, there's something wrong with you, and now if I, by the Spirit of God, could see anything wrong with you, I would have to be able to have some supernatural way to bring it down, is that right? Or I would know nothing about it.
I... Do you love Him? Isn't He wonderful? He certainly... You're just a little nervous now (See?), 'cause it's just the tension of you standing here. But nothing to harm; it's all to do good then; it's all to help you. And that's why I'm here tonight. If I didn't think that God had sent me to do something to help these poor sick people, I certainly wouldn't be here as a deceiver. If I couldn't think and didn't know that God had sent me to help the people, I--I sure wouldn't go to Africa, I'd go home with my family in the morning, and take my job back, and go to work out there for the conservation. But I--I wouldn't be a deceiver. But I believe and know that God has sent me to help people. And that's why I'm here tonight, is because that I believe that if--if God can do something through me to increase your faith to accept the Son of God as your Healer, then you'll get healed. You believe that, don't you? You do, yes sir.

E-52 Now, yes, sir, I see you're--you're suffering with a horrible thing; it's called cancer. Is that right? It's a cancer. That cancer is located under the tongue; I believe it's in the mouth. Isn't that right? You're awfully nervous, and I see that's a prostate trouble that's caused that. That's been some time, you've been a little upset. You never have been able to do your life, you've got, 'course you got bad eyes, something wrong with your eyes. Your hearing's not good. You've been lately feeling awfully sluggish and wore out, your strength depleted. Isn't that right? Was that true? Now, if that's true, so the audience will be able to see it, raise up this hand if that was true, every word of it. All right.
Do you now accept Jesus as your Healer? I lay my hands on you and according to His Word, and said, "They shall recover." You shall have your healing, my brother, go home rejoicing and happy and be made well. In the Name of Jesus Christ. Say, "Praise the Lord." Let's say, "Praise be to God."

E-53 Oh, this is so wonderful. Many times it gets you so weak. Last night they had a little time with me. But I realize I can't last many years like this, friend. It burns your life right out of you. Many of you might not understand why that sometimes they have to pack me off this platform. That's one case of that demon leaving that man just then, that's got me reeling, staggering. See? The human part's gone; the supernatural comes in and works through human flesh, not the human flesh, but the supernatural working through. Just like the light coming through that bulb. It isn't the bulb; it's the light, the current going through it. See? They could turn off; it's dark. Same as the human is...
How many remembers when a woman touched Jesus' garment, and He got real weak. How many remembers the prophet Daniel? when he saw one vision, he said, "I was troubled at my head for many days." Is that right? Now, you understand what I mean? See, you got to break into a sphere that people know nothing about. There's no need of trying to explain it; you don't know it; it won't be known. After I'm gone this will come upon someone else. All right.

E-54 How do you do, sister? You are the patient, aren't you? But we be strangers, I believe, lady, I don't think I ever seen you. And if we be strangers, then I'm standing here as a man, you as a lady; and there's some few thousand people looking at us. Besides that, there's a supernatural Being standing here, which is the Angel of God that I'm speaking of. And just as certain as I'm standing here, you're aware of that. You know there's something that you never felt anything like that in your life. Isn't that right? If that's right raise up your hand, so the people see that that is right. Because your faith is begin moving, pulling.
Yes, ma'am, I see you going away from me now; you're going back; you stop at the side of a bed. I see you holding on to the side of a bed. You're crippled, or--or no, you have a arthritis or some kind of a condition. I see you then start across the street, and you move down real easy to cross the street. And you were wearing the same clothes; it's been recently.
Say, you got something on your mind you're worried about. You're upset, I see something hanging near you. You are... You're upset about something aren't you? You're worried. Now, be honest with me; it is--it's something you're worrying about. Here it comes, yes, it's concerning child, childbirth. You're afraid of a miscarriage which being pregnant. Is that right? Don't worry, go and Jesus Christ...
Let's say, "Praise be to God," to Jesus Christ. Let's give God praise like this, glorify God.

E-55 Now, He is here to make well, to heal, to do all things. The reason I kept holding on with the lady; I try not to hold on to those people too long. If I see one thing I just let it go. But the lady was stumped when I said she was worrying about something, and I noticed then, I seen what she was worried about, and I went ahead till her faith got confirmed. Sometimes you have to talk longer than others. But 'course that lightens, brings the crowds down. Maybe have to cut off short. But be reverent now.
All right lady, come ahead now. Everybody, be reverent. You are blessed, my sister. Don't you fear; you only have faith. Don't let nobody put nothing else in your mind; you're going to be all right. You go on.
When she passed by, the reason I know, I felt it go out to her again. You see? I know God had respected that woman's faith.

E-56 All right, would you come near, lady, if you would. I believe that you and I are--are strangers. I don't remember you. If I've ever seen you, it's been somewhere in life that I do not remember. But you are... You come to be made well, aren't you, sister? And I perceive right away that you're a Christian woman. You're charitable sort of a person; you have a heart that you like to give and to do things good for others. Say, you're a business woman, aren't you? Aren't you in some sort of a business? That's right, you are. I believe you're in a clothing business, isn't that right? Is that true? See, yes, ma'am. And you, why, say, you've even sent me clothes, lady. You've given me clothes. Have you? You have.
And you're suffering with kind of a headaches and everything. You have a funny odd feeling. You've been fasting for the last few days, haven't you? Uh-huh. You haven't had that feeling since you been fasting because it's been better. Is that right? Is that true? You've had an operation too, haven't you? That's right, uh-huh. And now, you've believed always, if I lay hands on you and ask God that that would leave you. When those feelings hit you, you have funny feelings, feel like it's pulling you and shoving you forward. Is that right? Come, here sister, this will confirm you.
In the Name of Jesus Christ, the Son of God, bless this woman who I bless. You said, "Whatever you bind on earth, I'll bind in heaven: whatever you loose on earth I'll loose in heaven." Almighty God knowing that this evil spirit has left the woman through the fast, may it stay away from her now in the Name of Jesus Christ may she go and be made well. Amen. God bless you, sister. Go rejoicing, being happy, and being well.
Let's say, "Praise the Lord," everybody.

E-57 And bless the LORD, O my soul: and all that is within me, bless His holy name.
Bless the LORD, O my soul, and forget not all of his benefits:
Who healeth all of thy diseases; who forgives all of thy iniquities; That's the benefits of serving the Lord. All right, bring the lady. Everybody be reverent. Have faith in God. Do not doubt. Only believe; have faith in God.

E-58 I believe the Almighty's going to do something wonderfully. Oh, please, friends, please. If God is testifying things to be true. I know it seems too deep to fathom, and I'm not reading your mind, but just a group out there, just a wondering. Not that you don't believe; but you're just in admiration, you're wondering. Now, let the audience know this is true. Isn't that true? If it is raise your hands. Right out through this audience here; I feel it (That's right), just an admiration, and just feeling. Now, don't wonder; just accept. No one can figure God out. You can't do it, there's no need of trying. You'll never figure God out; you've got to believe Him by faith.

E-59 How do you do, lady? Well, I don't know as I've ever seen you in my life; we are strangers. And, now look audience, God told Moses, "I'm going to send you down into Egypt to deliver the children of Israel."
He said, "I'm a man of slow speech."
He said, "But I'm going to give you a sign to do before the people. And if you do this before the people, then..." To turn his hand, and heal it with leprosy, and fix the stick to a serpent. Said, "then the people's going to believe that I sent you." He did that one time, and that settled it. Is that right.
Now, here is a woman; as far as I know, I've never seen her in my life. She's standing here; I don't know her, never seen her in my life. She doesn't know me no more, I guess then for the papers, or being in a meeting and looking at me. But we being strangers, and if I testify to you that when I was born, a little boy back there in the mountains, that that Light come and hung over where I was. It followed me all the days of my life, not saying it was because of my righteousness, my... It was a foreordination of God. Ephesians 1 said, "These things was foreordained before the foundation of the world."

E-60 Now, some of you wanting the Scripture for that, I feel it. All right, I will give it to you. All right, in Jude, the first 4 verses read: These men of old, foreordained, the men crept in unawares, foreordained to this condemnation; it's lasciviousness, using the grace of our Lord for lasciviousness.
Is that right? Man foreordained of old to this condemnation, like Pharaoh in Egypt, Judas Iscariot borned the son of perdition. And if you got the least spark upon your heart for God, you ought to thank God and serve Him with all your might (That's right.) for He's giving you an opportunity.
Now, I stand here declaring the Creator of heavens and earth, Jehovah God. Now, I claim to be a representative of His in these last days to bring faith to His Church. And here stands a woman by me, and if I tell truth, then God vindicate my words truth. If I do not tell the truth, He will have nothing to do with me. Any man can say anything, but if God speaks of it and says it's truth, then you believe the truth, you believe God.

E-61 Now, if I tell truth, then if God will help me, I'll be able to see our sister. Now, you know what I mean by see her? Not as I know to see her now, but when Elijah, when they came down, the king Jehoram and--and Ahab's son, and all come down before, and Jehoshaphat, come down before Elijah and said, "Should they go up to battle?" or so forth. You know what Elijah said? "If it wasn't that I respected the presence of Jehoshaphat, I wouldn't even look to you," look at you or see you. Is that right? The prophet said, "I'll... But being that I respect him, I'll look at you."

E-62 Now, lady, I want you to see this way and know surely, and that feeling that you feel on you now, that's Almighty God. You believe that? I want you to be just as reverent as you can be in His Presence.
Now, look here and let me talk to you just a little bit. Now, you're nervous; I see that, 'cause you're twisting your hands and going on, which, that's just anyone could see that. See you shaking and know that you're nervous. And it's a little more than ever now, because it's--it's the Presence. Now, be in prayer Brother Richey, see that coming from back in there, interfering with me here. Now, I just want to turn this way just a moment.
See, sometimes, not as I'm trying to say you people don't believe, but you're human beings possessed with--with a spirit. And when it's coming this way, that waves coming this way and the vision won't materialize right. You see?

E-63 And now, yes, you suffer with a heart trouble. Is that right? You have liver trouble; it's bothering your liver. That is right. You're extremely nervous. Isn't that right? And you have... Say, you've been prayed for before, haven't you? I see you in some sort of a big meeting being prayed for. It's a great big meeting too. I see a black--there's Brother Osborn. Is that right? If it is, raise your hand. That's right. Come, here a minute. Will you... You going to be... You going to believe now with all your heart?
Almighty God, Author of Life and Giver of every gift, send Thy blessings upon the woman and make her well. Jesus of Nazareth, heal the woman. I pray Thee, Father, in Jesus' Name that this horrible thing will leave her, especially this nervousness that she can get herself to quieten. May she leave this tabernacle tonight, going to her home rejoicing, happy, made well, singing the praises of God, and never be bothered no more, for I bless her in the Name of Thy Son, Jesus Christ. Amen.

E-64 God bless you, sister. Do you believe with all your heart? You believe that you will do this with all your heart and strength, believing that God will provide, will make... Do you believe that you're healed? You do? Yes. Say, here's something. Just to confirm your faith a little farther. I see a surgeon standing near you in an operating room; you've had an operation, haven't you? Isn't that right? And wasn't that a kidney operation, in here; I seen they had this thing laying across you this a way. Now, is that truth? If it is, raise up this arm? I seen they had the thing laying over you like this and turned you over sideways when they give you the anesthetic. That's true, isn't it? All right. Now, do you believe with all your heart? All right, go off the platform rejoicing, claiming your healing, don't never say nothing else about it, just what you're healed.
Let's say, "Praise the Lord." There's the cursedness of passing through prayer line after prayer line. When you once accept your healing, don't you never go through another prayer line. You let that settle it forever. See? Every time you come back, it just makes it that much harder, that much harder, that much harder (See?), and it breaks it.

E-65 Now, Brother Baxter has pulled that screen across there, so it'll make it a whole lot better for me now I'm sure. All right, bring the lady, all right.
How do you do, sister? Do you believe now with all your heart? You believe that the Lord Jesus Christ is here to bless you and to make your--you well? You do? All right, sir. You're anemia, aren't you? Isn't that right? Have nervous trouble also, smother a whole lot with a heart condition; it kinda makes you think that, but it isn't nothing but nerves. But you're going to get well; do you believe that?
In the Name of the Lord Jesus Christ go off the platform rejoicing, saying, "Thank You, Lord, for my healing."
Let's say, "Praise the Lord." Move in now. Have faith; don't doubt. How many's standing in this line now is going to believe with all your heart? All right, out in there now just keep believing. All right, bring the lady.

E-66 How do you do, sister? Do you believe with all your heart? Believe that God is here to make you well? Believe the Holy Spirit will confirm His work tonight and do it? Only thing you're wondering now, is what's going to be said about you, not reading your mind; but your heart trouble has left you and you can go off, and your back trouble also. So you can go off the platform, and rejoice, and say, "Thank You Lord, I'm healed."
Let's say, "Praise the Lord."
All right, come, lady. Do you believe me as God's prophet? Is that, with all your heart? Believe with all your heart. You're diabetic, aren't you? Go home and be well, in the Name of the Lord Jesus. Amen.
Be reverent, everyone, keep reverent. Hold everywhere in the building if you possibly can. Now, don't move around. Be in prayer. See, friends, if you only knew how that throws me out here. How many believes you understand what I'm talking about. see? It's a...?... See, it's just... It's the Holy Spirit, and It's so timid, just as timid as It can be. All right. Everyone real reverent. All right.

E-67 Come, lady. How do you do? You believe as God--me as God's servant? You got two or three things bothering you. One thing you're interested in is your eyes, which you got. You had a little stomach trouble also, which is caused by a nervous condition and stigmatism and bringing you down. You want to be healed? Say, "Jesus, I accept Your atonement right now." God bless you, go and be healed in the Name of the Lord Jesus.
Come, lady. If you come in this way, if God will speak to me and tell me what's wrong with you, will you accept it? Heart trouble. Go off and be made well in the Name of the Lord Jesus.
Let's say, "Praise the Lord." That's the way. If you keep believing, if you just have faith, keep believing.

E-68 You setting there talking to the mute sister, keep them believing; there's one believing right there just real strong. I've watched it two or three times now. Watch that lady there just a moment, the green dress on. I seen It move over her twice now. Tell her to be sure to have faith; don't doubt; believe with all your heart.
I believe the woman's going to receive her speech and hearing. Everyone reverent; I can't say just what's happening. I see what's the matter; she's been that way a long time. I think she was born in that condition. I see a vision coming over her, but still it looks dark around her head part. Everyone reverent. All right.

E-69 Come, sir. 'Course, now It leaves coming to the man. How do you do, sir? You're healed of your back trouble, so you can go off the platform and thank God for being healed of your back trouble; you don't have it any more. God bless you, brother.
Let's say, "Praise the Lord."
Everyone reverent, believe with all your heart. There's something struck when I said back trouble. There's a sympathic spirit struck then, somebody else... Just a moment. I know that somebody was healed then of the same thing. I felt it pull me sideways again. Wait till the man passes by. Here it goes, yes, it's a lady. No it's--it's a lady setting there with them cherries on her hat; she has back trouble, has been healed. Lady setting back there, didn't you have something wrong in your spine? A spinal trouble in there? Stand up on your feet, Jesus Christ makes you whole, lady. God bless you; you can go home now and be well.
All right, lady, your heart trouble left you while you were standing here; you can go home now and be made well in the Name of the Lord Jesus.

E-70 Come, lady. Have faith, believe. The little lady standing there in dark, keep believing, It moved towards you just then for a few moments, have faith, believe, don't doubt.
How do you do, sister? Do you believe with all your heart? Your stomach trouble will get all right. Go home and eat what you want to and say, "Thank God for healing me, my stomach." All right, say, "Praise the Lord."
All right, come here, honey. You want to get over that asthma, don't you? Well, come here, put your arms around Brother Branham.
Our heavenly Father, I ask Thee to be merciful to this child. Almighty God, may she take this message back to her Catholic people, telling them that Jesus Christ the great Healer has made her whole. I curse this asthma in the Name of Jesus Christ; may she be healed from now on. Amen. God bless you, honey. Go home and be well. Let's say, "Praise the Lord."

E-71 All right, come, my brother. How do you do, brother? You believe with all your heart? You're suffering, something wrong in your heart too, isn't that right? You have a heart trouble. Not only that, but you have arthritis. Isn't that right? Will you obey me as God's prophet? Raise your hands up in the air. Stomp your feet up-and-down. Don't never say anything about more arthritis, go off the platform; you're healed with arthritis, heart trouble and so forth. God bless you.
Say, "Praise the Lord."
All right, lady, do you believe where you're setting? If I'm able by the Spirit of God to tell you what's wrong with you where you stand, will you accept your healing right now? You had a tumor, didn't you? Go off the platform and don't claim it no more; be healed in the Name of Jesus.
You believe with all your heart? What do you think up there? Be reverent. Be reverent, and God shall bring it to pass. Don't have no doubts, always have faith. God will make it--make you well.

E-72 I'm watching this woman setting here in this chair, and this man too. Brother, I want to see you all come up from them chairs tonight and walk. I want you to believe. Somebody, sometimes people think, when people are setting in the chairs, they get to a place where they think they're helpless. You're not, and hopeless, no, sir. Jesus Christ loves you and wants to heal you. All right, be reverent now.
All right, bring your patient. All right, sister. Oh, victim of a circumstances, trouble, seen much of it in your lifetime. Now, here you are suffering with a back trouble, right across your back you have pains all the time. You got a swollen spleen; you have heart trouble; you did have, but you don't no more; your faith has healed you. Go home and be well... That's the way.
That's the way. A person have faith like that little women, they'd all get healed out there in the audience now. That's right. Have faith in God and do not doubt.
All right, come, lady. Do you believe with all your heart? Wouldn't you like to eat a good meal again like you used to? You believe me as God's prophet? Go eat anything you want to. In the Name of Jesus Christ be made well.
Let's say, "Praise the Lord." Let's give God praise like this. Oh, my, that's the way. Be reverent.

E-73 Seen a little child healed; he's wearing a white shirt; he had a heart trouble. I couldn't tell just where it was at. It seems to be setting to the right. Now, everyone reverent, there's a little boy, a little light headed boy, about eight years old, had heart trouble, wearing a white shirt. All right, everybody reverent. If the such and such a child is in the audience, he's healed. I seen him come before me, had a white shirt on, and he--he's a little light headed boy. He's about, looked to be about this high, suffering with heart trouble. If such a child is in the audience, parents, fear no more, because the baby's going to be well.

E-74 All right, sister, come forward. Do you believe with all your heart? Then your heart trouble's over. All right. Also, I see another thing. I see, yes, you had a stomach trouble also, didn't you? All right, sir, just go on eat what you want to now. Do you believe? That's all you have to do; you can go...?... God bless you.
Let's say, "Praise the Lord." That might not mean much to you, but what that means to her. She had an acid stomach; she hasn't eat for a long time. See, I seen her turn her head, and vomit, and everything like that, and rewash her face, and everything, fainty like. But she's going to be all right now. That don't mean much maybe to anyone who's not suffering that, but if it was you, you'd sure be very, very, thankful to receive it.

E-75 All right, lady, you set in a chair. Do you believe with all your heart? Pass by and just take a hold of my hand, you believe me as God's prophet? You'll pass the tumor then, and go in the Name of the Lord.
Let's say, "Praise the Lord." Let's bless the Lord, oh, my soul. Looky here, some people wonder about these people in these wheelchairs. Just a moment, have faith. Don't fear. Now look, I watching to you people, but the thing of it is with you all, many time when people get in a wheelchair they think, "Oh, my, I--I'm hopeless; I--the doctor told me I can't do it." Then you--you believe that. As long as you believe that, it'll be that way.
Now, I can see you; I've seen you night after night. I seen many things. I seen this lady setting here for the last two or three nights, seen a vision come over each night. And I know what's wrong with the woman, certainly I can tell her what's wrong with her, but I can't--I can't heal her.

E-76 That lady setting right there has some kind of a spell; she's weak spells. When she raises up she just starts and goes forward. Isn't that right, lady? If you just use just a little bit of faith, have faith like your nurse has got there, and you can come out of that wheelchair, and go down through the building, and go on home and forget about it; you can be healed. I can see your vision, but I can't heal you.
This gentleman setting here with your hand up, what do you think, dad? Do you believe me as God's prophet? You're a stranger to me; you're setting there with braces over your limb. You know what happened to you, you had a accident and broke your hip and it won't heal. Isn't that right? It is, raise your hand up and wave it like that. That's right. Have faith in God, and God will heal your hip; you can go home and be well. Amen. You believe with all your heart. Don't ask...

E-77 This man setting here, I see you look at me, sir. Look this a way and believe me to be God's prophet. Do you believe me? All right. I know what's wrong with you; your suffering with multiple sclerosis. But God will make you well. Now, see, God... Isn't that right? Raise your hand, isn't that true? God can make you well, if you'll just believe it. Have faith; don't doubt; believe with all your heart. Oh, how wonderful.
Paralyism, but God can heal you and make you well. Is that right? Paralyzed, I seen what happened. You draw down your limbs...?... But God can make you well. See, there friends, it ain't the cripple; they get to a place where they think they can't...
Now, the same spirit's moving amongst these people, they just lack having a little faith. If you'll do the same thing you'll walk from this building tonight. I can't heal no one, if I could, I'd ask them to accept their faith, to accept faith and believe. I challenge anybody in the building to look to here and believe that God sent me and believe the testimony that I say is the truth, and God will make you well. That's right. God will do it.

E-78 I see a lady setting right here now, looking this way; she's got a dark hat on, a dark dress. Stand up right there, lady. You right there, yes, no, yeah, being that you're up; you stand up, both of you just stand up there a minute. All right, lady, look this way and believe me. Do you believe me with all your heart? Now, don't all of you stand up, you'll interfere with the--interfere with that vision's coming before the lady. Let me see her first. This right here.
Yes, sir, you're suffering with a nervous trouble. Isn't that right? Isn't that right? Raise up your hand if that's the truth. Do you receive Him now as your healing? In the Name of Christ, be healed. Amen.
What of you, lady, standing up there with that white thing on your hat? You believe with all your heart? With all your heart? You're suffering with a heart trouble, aren't you, heart condition? Raise up your hand. Receive your healing in the Name of Jesus Christ. Amen.

E-79 Why, friends, there's no end to it. It could keep going on and on and on. Do you believe with all your heart? Here this little fellow, this man, setting here looking to me, setting right behind the lady. That man's setting there suffering with a, I believe it's a ruptured condition, setting right back, isn't that right, sir? Stand up, raise up your hand, and receive your healing in the Name of the Lord. Sure.
There sets another man, setting right there by you now with a vest on with a tie. He's looking this way. Great faith in that man, stand up, sir. You suffer with a cancer, but now you're healed in the Name of the Lord Jesus, go be well. Amen.
Now, do you believe with all your heart? Here sets a man over here, thin hair, wearing a little checkered bow tie. Right there, sir, you had arthritis, didn't you? You was healed awhile ago while you were setting there. Stand up and receive it and be healed in the Name of the Lord Jesus. There you are; that's the way to be healed.

E-80 Way back in the back, look this a way, believe with all your heart. How many back there believes that God sent me to do His work raise your hand?
I see a lady, setting right through here; something's happening. The lady got on a blue dress; she's got some kind of a flowers pinned on her side here, looks kinda pink. The lady's suffering with a stomach trouble, way back up there in the balcony. Setting right there near the rail. Stand up, lady. You back there to this side here with a blue dress on a pink; that's you, yes, ma'am. Stand up. You had a stomach trouble, didn't you? Raise your hand up if that's true. All right, you're healed; go home and be well in the Name of the Lord Jesus.
Any person in here can be healed right now for the glory of God. We could stand here right on half an hour. Do you believe it? What about you here lady; you can walk; you can do it if you'll just ask God and...?... You too, sir. There's no need of you setting there, you can be made whole, stand to your feet, in the Name of Jesus Christ every one of you that's sick. Let's be healed.

E-81 Lay your hands over on one another, that's right, you're getting to be... Put your hands on one another; raise your hand up and raise your hands to God.
Almighty God, Author of Life and Giver of every good gift, send Thy blessings upon the people, heal every one of them, Lord. Grant it. In Jesus Christ's Name I curse the sickness of this people in the audience. Lord, let these people here in the wheelchair rise up in the Name of Jesus Christ, and be made well. Oh, Almighty God, Author of Life, now may the Holy Ghost fall upon every person in here, enshroud them with Your Divine power...?... of faith, Lord, may they make this committal, rising in the Name of the Lord Jesus Christ and glorifying God, walking out of this building, shouting, praising God, with perfect victory.

Up

S'abonner aux nouvelles