La Cruauté Du Péché Et La Peine Que Cela A Coutée Pour Delivrer Nos Vies Du Péché

Autres traductions de ce sermon: La cruauté du péché - MS
Date: 53-0403 | La durée est de: 1 heure et 25 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le texte français seulement Voir le texte anglais seulement

1          Merci, Frère Thom. Veuillez augmenter au maximum le volume de ce petit instrument que vous avez là, je vous prie. J’ai failli ne pas venir ici ce soir. J’ai la grippe. Mais j’avais promis d’être ici. Et j’ai dit à frère Neville de demander à frère Cox de venir et de le lui dire. J’ai dit: «Dites à frère Neville d’aller de l’avant et de tenir la réunion, car je suis très enroué. J’arrive à peine à faire entendre un cri.»

2          Et il a dit, il est revenu et a dit: «Vous feriez mieux de venir, Frère Bill. Je crois que ce serait une bonne chose.» Je–je suis donc toujours disposé à faire un quelconque effort. Si un... Je suis vraiment trop enroué pour vous prêcher, mais je pourrais vous parler juste un petit moment, à l’aide de ce petit dispositif. Je...

3          Chaque fois que je viens dans l’Indiana, je–je deviens enroué. Je ne sais pas pourquoi, mais chaque fois je–j’attrape un rhume. C’est une région très basse, précisément ici. Quand je descends ici, c’est comme si je ne peux pas échapper à cela. Je prie, et il semble que ça vient quand même. Mais–mais j’essaie toujours de faire de mon mieux ce que je dois faire. C’est donc de cette façon que j’ai toujours essayé de faire, tout notre possible. C’est tout ce que Dieu respecte... attend, plutôt, excusez-moi; c’est tout ce qu’Il attend.

4          Maintenant, je crois que–que notre Seigneur vous bénira tous et vous accordera une grande bénédiction pendant les services de ce vendredi, samedi et dimanche. Les services continueront ce soir, demain soir. N’est-ce pas ça, Frère Neville? [Frère Neville dit: «Oui.»–N.D.E.] Ça continue simplement demain soir.

5          Je dois venir ici, et ensuite partir d’ici pour aller parler à un groupe de missionnaires qui est à Louisville. Je pense–je pense que c’est dix-sept ou vingt-sept nations qui sont représentées à un rassemblement missionnaire. Ils ont désiré que j’aie quelques minutes là-bas demain soir. Di-... Dimanche matin, c’est le...

6          Qu’y a-t-il? [Un homme dit: «Je vous prie de prier maintenant pour cet homme-ci?»–N.D.E.] Posez votre main juste sur lui, frère.

7          Notre Père céleste, nous prions en cet instant même au Nom de Ton Fils bien-aimé, Jésus, pour que Ta miséricorde s’étende jusqu’à nous ce soir par la guérison de notre frère, l’homme qui est assis là, qui semble très malade en ce moment. Tu as dit: «Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris.» Et je prie ce soir avec ces gens, au Nom du Seigneur Jésus, afin que Tu guérisses notre frère maintenant. Pendant que notre frère se tient là, ses mains posées sur lui, représentant la main de notre Seigneur Jésus, nous joignons nos prières ensemble et Te les envoyons au Nom de Christ, pour que notre frère puisse se remettre rapidement de cette maladie dont il souffre. Amen.

8          Que le Seigneur vous bénisse, frère. Vous tous, faites un peu de sorte qu’il ait d’air. Il est plutôt un peu enfermé, là. Eh bien, laissez-le sortir. Si vous voulez sortir, monsieur, eh bien, allez-y carrément et trouvez-vous une place là au fond de la salle, où vous pouvez avoir de l’air.

9          Maintenant, le Seigneur Jésus connaît tous nos problèmes. Il est celui qui porte nos fardeaux.

10        Et maintenant, dimanche très tôt matin, à six heures, le service du lever du soleil... Combien aiment les services du lever du soleil à Pâques? Nous nous attendons à une grande bénédiction. Ainsi donc, le Seigneur voulant, je tiendrai le service du lever du soleil; c’est de 6 h à 7 h. Puis vous rentrerez chez vous pour votre petit-déjeuner, ensuite vous reviendrez. Et à 9 h 30, ce sera le service habituel de l’école du dimanche; frère Neville sera là. Et immédiatement après le service de l’école du dimanche, je tiendrai un service de baptême pour ceux qui doivent se faire baptiser, le matin du dimanche de Pâques.

11        Si vous n’avez pas été baptisé par immersion et désirez l’être, et que vous êtes chrétien, croyant dans la Divinité de–du... que Jésus-Christ est le Fils de Dieu, et désirez prendre votre–votre place dans notre fraternité, être baptisé, nous serions heureux de vous avoir ici le matin de Pâques, vers 10 h 30 pour l’immersion. Apportez vos vêtements. Si vous n’en avez pas, bien sûr, eh bien, particulièrement les femmes, elles ont là-dedans des robes de différentes tailles pour les dames. Je ne pense pas cependant qu’on en ait pour tous les hommes. Mais nous serions très heureux de vous avoir ici avec nous le matin de Pâques.

12        Et puis, dimanche après-midi, on doit tenir le service funèbre de quelqu’un qui vivait à la campagne, ou quelque part en dehors d’ici, qui était... qui, je crois, s’était converti ici, il y a quelque temps, à partir d’une prédication de frère Neville. Je crois qu’il s’appelle East, ou quelque chose comme ça. Les gens m’ont téléphoné de l’entreprise de pompes funèbres et ont demandé si moi, frère Neville ainsi qu’un groupe d’entre nous, nous pourrions nous y rendre pour chanter et tenir le service dimanche après-midi, à 14 h, à l’entreprise de pompes funèbres Mottaz.

13        Je ne me souviens pas de la dame, East, Yast ou East. Beaucoup d’entre vous ont lu cela dans le journal, je pense, ce soir. Et... [Une soeur dit: «Frère Bill?»–N.D.E.] Oui. [«C’était Edna Justice; elle venait souvent ici.»] Edna Justice, il se peut que vous la connaissiez. C’est peut-être une jeune femme. Est-ce ça? Est-ce juste, soeur? [«Vingt-neuf ans. Oui, oui.»] Une jeune femme. Je crois qu’ils... Sa mère m’a téléphoné et a dit qu’elle laisse deux ou trois petits enfants. C’est vraiment très malheureux.

14        Cela montre simplement le caractère funeste de–de cette vie mortelle, n’est-ce pas? Mais en... Si elle était en Jésus-Christ, elle est bien mieux ce soir que quiconque est assis dans ce bâtiment. Elle a simplement traversé la vallée de l’ombre de la mort que tous les mortels doivent traverser. Et un jour, vous et moi, nous devrons aussi passer par ce chemin, mais nous ne devrons pas traverser le Jourdain tout seul, car Il est notre Sauveur. Ainsi nous–nous...

15        Si vous désirez venir à l’entreprise de pompes funèbres Mottaz, qui est située sur la rue Maple, entre Walnut et... Non, je crois que c’est entre la rue Locust et la rue Wall, à  droite en allant vers l’ouest. Le... Je ne sais pas où leur... C’est à quel numéro? [Quelqu’un dit: «221.»] 221. C’est là où se trouvait la vieille entreprise de pompes funèbres Scott & Combs, quand j’étais jeune. Et c’est pour dimanche après-midi, à 14 h.

16        Et ensuite, dimanche soir, se tiendra encore ici le service habituel de Pâques. Nous prêcherons probablement sur la–la mort, l’ensevelissement et la résurrection, dimanche soir. Et nous ne savons pas ce que notre Seigneur fera la semaine suivante, celle qui arrive, si les services continueront, ou ce qu’il y aura au juste, la semaine prochaine. Nous espérons que vous serez–serez tous là dimanche, ceux qui le peuvent.

17        Je reconnais beaucoup de pasteurs, là. Quelqu’un m’a dit que M. Fuller était là; il avait l’habitude d’être... ou plutôt de venir à nos réunions. Est-ce qu’il est là? Frère Fuller, n’est-ce pas vous l’homme qui, à New York, m’amenait d’un endroit à un autre, pour aller aux réunions? Je suis enchanté de vous voir, Frère Fuller. Que le Seigneur vous bénisse.

18        Et puis, j’ai vu ici un autre jeune ministre que–que frère Thom ne connaissait pas. Je ne connais même pas le nom de famille de ce garçon, mais je sais que là-bas on l’appelle Junior; Jackson, frère Jackson, Junior Jackson, levez simplement la main, Frère Jackson. Nous sommes heureux de vous avoir parmi nous. Il vient des alentours d’Elisabeth, d’une église méthodiste là-bas, où je dois tenir un service très bientôt, le Seigneur voulant, avant que nous retournions dans le champ missionnaire.

19        Eh bien, il y a le grand appel pour l’Inde. Et chaque jour, tout devient de plus en plus impénétrable. Priez pour moi.

20        Bon, ce soir, c’est le Vendredi saint. C’est une soirée où tous nous... Oh! je pense qu’à Jérusalem, à cette époque-ci, il fait... le soleil est bien haut maintenant, le samedi matin. Mais toute la journée, les gens ont fait la marche au pas en montant ce même vieux sentier où la croix était traînée sur les empreintes des pas ensanglantées du porteur. Ils sont en larmes, leurs âmes affligées, ils pleurent. Beaucoup de grandes cathédrales, et ainsi de suite, aujourd’hui, ont célébré ce grand moment commémoratif. Si jamais il y a eu un moment que le monde devrait célébrer, c’est–c’est maintenant, en ce moment difficile.

21        Et, en voyant cette vieille petite orgue ici, je me demande, si notre soeur... Je–j’aime l’orgue. Je suis en quelque sorte vieux jeu. Et si nous pouvons obtenir, je–je vous prie, un accord sur cela: Jésus, garde-moi près de la croix.

22        Juste un de ces bons cantiques à l’ancienne mode, qui viennent du coeur, que nous chantions il y a longtemps. Et si nous pouvons tous y aller à l’unisson. J’aime cela.

            Il y a une fontaine précieuse,
            Gratuite pour tous, un flot qui guérit,
            Qui coule de la montagne du Calvaire.

23        Combien en connaissent quand même un couplet? Très bien, carrément à l’unisson avec moi maintenant. Et maintenant cet après-midi, faisons tomber simplement les rideaux autour de nous et fixons nos pensées sur ce qui s’est passé il y a quelque dix-neuf cents ans. Quel Sacrifice! Le monde n’a jamais rien connu de pareil: cela a secoué le monde entier. Et maintenant, ne voudriez-vous pas rester près de cet endroit, là où vous êtes avec Lui dans ce lieu de communion et de bénédiction?

24        Chantons tous cela maintenant, juste à l’ancienne mode, maintenant, ne... juste–juste tel que vous chanteriez cela si vous étiez tout seul maintenant. Très bien. Frère Thom, aidez-moi à conduire cela, s’il vous plaît. Ma voix n’est pas fameuse, maintenant. Et puis, ça va. Ça va. [Frère Robert Thom aide à chanter Près de la Croix.–N.D.E.]

            Jésus, garde-moi près de la croix,
            Il y a une fontaine précieuse,
            Gratuite pour tous, un flot guérissant
            Coule de la montagne du Calvaire.

            A la croix, à la croix,
            Sois ma gloire à jamais;
            Jusqu’à ce que mon âme enlevée
            Trouve le repos de l’autre côté de la rivière.

25        Pendant que vous avez la tête inclinée, s’il vous plaît, fredonnons cela très doucement maintenant. [Frère Branham et l’assemblée commencent à fredonner Près de la Croix.–N.D.E.] Près de la croix je veillerai... Espérant, croyant toujours, Jusqu’à ce que j’atteindrai la rive dorée, Juste de l’autre côté de la rivière.

26        [Frère Thom continue encore à chanter doucement le choeur Près de la Croix.–N.D.E.]

27        Je me demande si vous voudriez juste maintenant... Personne ne l’a fait pour vous. Je me demande si vous ne voudriez pas simplement... ne voudriez-vous pas consacrer de nouveau votre vie à Christ, et dire: «Seigneur, souviens-Toi de moi. J’apprécie Ton... épuisé, souffrant, saignant, mourant pour moi. Je suis indigne, mais je vais maintenant lever la main, Seigneur, et Tu me verras. Je veux que ma vie soit consacrée de nouveau.» Que Dieu vous bénisse. Que Dieu vous bénisse. Très bien. «Je veux maintenant même me consacrer de nouveau à Toi, Seigneur, ce soir du Vendredi saint.» Que Dieu vous bénisse.

28        Père, je Te prie de bénir ceux qui ont levé leurs mains, et même ceux qui n’ont pas eu le courage de le faire. Nous prions ce soir que le Tout-Suffisant bénisse chacun d’eux.

29        Nous pensons au Calvaire, quand Dieu notre Sauveur gisait dans l’ignominie; quand on L’a fait descendre, on L’a remis entre les mains d’un homme riche qui a pris Son corps, après en avoir fait la demande à Pilate; il l’a pris et l’a enveloppé d’un linceul blanc et l’a déposé dans la tombe. Ô Dieu, que doivent avoir ressenti ces pauvres disciples? Il semblait qu’ils étaient vaincus, à ce moment-là. Celui en qui ils avaient tellement placé la confiance était alors parti; mais ce n’était pas pour longtemps. C’était juste un Sacrifice sanglant, c’était tout. Un jour, quelques heures plus tard, Il est ressuscité et alors c’était la joie.

30        Aide-nous, ce soir, Seigneur, alors que nous sommes dans cette période, que cela agisse sur nous, afin que nous voyions les souffrances que cela a coûtées pour notre rédemption, la tristesse que cela a coûtée pour que nous soyons heureux. Et que nos âmes... Ce soir, Seigneur, que nous nous consacrions à Toi, et que nos âmes soient accablées, en regardant là et en voyant cette, ô Dieu, cette  mort horrible. Combien le péché doit être cruel! Et je Te prie, Père, de nous bénir ensemble maintenant.

31        Aide-moi, ô Dieu, en tant que Ton serviteur qui se tient ici avec une voix vraiment médiocre, et Tes enfants s’attendent à entendre quelque chose de la Parole. Aide-moi, Seigneur, brise gratuitement la Parole de Vie pour chacun, alors que nous consacrons de nouveau nos vies et nos coeurs. Les larmes de nos coeurs coulent au fin fond de nous, quand nous pensons au Sacrifice. Aide-nous maintenant, car nous le demandons au Nom de Christ. Amen.

32        Je veux juste lire un peu maintenant, si vous voulez bien m’accorder toute votre attention un petit moment, et prier pour moi. Dans Esaïe chapitre 53

33        Aujourd’hui, nous avons probablement suivi les émissions de radio et ainsi de suite. J’ai vraiment pensé à Christ aujourd’hui.

34        Je ne pouvais pas m’empêcher d’aller quelque part et de m’agenouiller tout simplement. Et j’ai dû simplement pleurer quand je pensais à... quand ma pensée est remontée dans le passé, pour considérer ce qui est arrivé là, au Calvaire.

35        Je n’ai pas pu suivre une quelconque émission à la radio, et peut-être qu’ils ont tiré leur prédication de l’Evangile. Et peut-être que demain soir nous aborderons cela de ce point de vue.

36        Mais ce soir, retournons dans l’Ancien Testament. Je veux prêcher sur: La cruauté du péché et la peine que cela a coûtée pour–pour délivrer nos vies du péché. Dans Esaïe 53, le prophète oint, 712 ans avant la Venue du Seigneur, a prononcé les paroles suivantes:

            Qui a cru à ce qui nous était annoncé? Qui a reconnu le bras de l’Eternel?

            Il s’est élevé devant lui comme une faible plante, ... un rejeton qui sort d’une terre desséchée; il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n’avait rien pour nous plaire.

            Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur... habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas.

            Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de notre douleur qu’il s’est chargé; et nous l’avons considéré comme puni,  frappé de Dieu, et humilié.

            Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour notre iniquité; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.

            Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie; et l’Eternel... fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous. Il a été maltraité et opprimé,... il n’a point ouvert la bouche, semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, à une brebis muette devant ceux qui la tondent; il n’a point ouvert la bouche.

            Il a été enlevé par l’angoisse et le châtiment; ... parmi ceux de sa génération, qui a cru qu’il était retranché de la terre des vivants et frappé pour les péchés de mon peuple?

            On (était) a mis son sépulcre parmi les méchants, son tombeau avec le riche, quoiqu’il n’eût point commis de violence et qu’il n’y eût point de fraude dans sa bouche.

            Il a plu à l’Eternel de le briser par la souffrance... Après avoir livré sa vie... ou plutôt après avoir livré... et tu verras... sa vie en sacrifice pour le péché, il verra une postérité et prolongera ses jours; et l’oeuvre de l’Eternel prospérera entre ses mains.

37        Si je devais considérer un passage de l’Ecriture, ce soir, je prendrai le verset 6.

             Nous étions tous errants comme des brebis, et l’Eternel... chacun suivait sa propre voie; et l’Eternel... fait retomber sur lui l’iniquité de nous tous.

38        Je désire parler juste quelques instants. Nous sommes toujours heureux quand nous avons la joie du Seigneur au milieu de nous; et combien je me réjouis énormément avec vous! Mais vous êtes-vous déjà arrêté pour penser à ce que cela a coûté pour l’avoir? Vous êtes-vous déjà rendu compte du prix qui était derrière cela, de ce qu’ont été le jugement et la peine du péché? Combien le péché doit être cruel, car il a envoyé le Fils de Dieu au Calvaire et Dieu L’a frappé, a détourné de Lui Son visage et L’a frappé, et–et Il a été humilié! Considérez Qui Il était.

39        Maintenant, je veux vous dépeindre juste un petit tableau, en parlant maintenant. Faisons tous un petit voyage ce soir, dans un petit navire, et faisons... un petit vaisseau spatial, un aéronef. Retournons à il y a cent million d’années, avant qu’il n’y eût un monde, avant même qu’il n’y eût une étoile ni quoi que ce soit, et là, vous ne pouvez voir que l’espace. Et tout cet espace, c’était Dieu. Au commencement était Dieu.

40        Et alors, nous voyons venir à l’existence une petite Lumière blanche. Nous appellerons cela, pour ainsi dire, un Halo. Et c’était le Fils de Dieu, le Logos qui est sorti de Dieu au commencement.

41        Et alors, pendant qu’Il se trouvait là, Lui, dans Sa pensée, Il a commencé à penser à ce que serait le monde et Il s’est représenté tous ces tableaux dans Sa pensée. Et Il a dit: «Que la lumière soit.»

42        Et un atome s’est scindé et s’est mis à se diviser, et il y eut une explosion atomique, la première explosion atomique. Et alors, ces atomes ont commencé à s’accumuler jusqu’à former des cendres, au fur et à mesure que l’humidité, quoi que ce fût, commençait à se former, et que les atomes se scindaient. Et peu après, une étoile est apparue, ou un morceau du... un projectile s’est détaché et a commencé à naviguer dans les airs. Il l’a observé peut-être pendant quelques millions d’années, puis l’a arrêté. Il n’était pas pressé. Il était... avait tout le temps, l’éternité. Du commencement jusqu’à la fin. Le temps ne–ne comptait pas pour Lui. Et alors, un autre s’est détaché, et Il l’a arrêté là comme ceci.

43        Qu’est-ce qu’Il est en train de faire? Il écrit Sa première Bible. La première Bible qui a été écrite, l’a été dans les cieux: le zodiaque. Elle commence par la vierge; c’est comme ça qu’Il est venu la première fois. Elle se termine par Léo le lion, la seconde venue. Et Il écrit Sa première Bible.

44        La deuxième Bible qui a été écrite, l’a été par Enoch; et elle a été mise dans la pyramide.

45        La troisième et la dernière Bible qui a été écrite, c’est Celle-ci. [Frère Branham montre sa Bible.–N.D.E.]

46        Dieu fait toujours les choses en trois. Dieu est parfait en trois. Il est parfait. [Frère Branham se racle la gorge.] Excusez-moi. Il est parfait dans Père, Fils et Saint-Esprit. Il est parfait dans la justification, la sanctification et le baptême du Saint-Esprit. Il est parfait dans Ses trois.

47        Nous sommes à Sa ressemblance, c’est pourquoi nous sommes parfaits en trois: l’âme, le corps et l’esprit. Et notre corps est contrôlé par–par les nerfs, le sang et les cellules (la chair): trois. Tout est parfait en trois.

48        Puis Il a dit, après qu’Il eut fait tout cela, avant de faire quoi que ce soit d’autre... Je peux voir ce petit Halo se déplacer au-dessus–au-dessus de cette terre qui était simplement de la cendre gelée, suspendue là comme un grand iceberg. Et Il l’a rapprochée du soleil. Et Il a commencé à la faire tourner comme cela, autour du soleil. Cela a commencé à fondre, et les grands glaciers se sont détachés.

49        Le Texas se formait, et les plaines, là; comme on nous l’a enseigné, les icebergs sont venus là, les meilleurs chronologistes peuvent comprendre. Et alors toute la terre, après que cela s’est précipité dans le Golfe du Mexique, et ainsi de suite, a commencé à se couvrir d’eau. «Et la terre était informe et vide...» Maintenant nous sommes dans Genèse 1. Voyez-vous? Maintenant ensuite, Dieu a déplacé l’étendue et l’a séparée des eaux. Et Il a fait les luminaires.

50        Et alors Il a créé toute Sa création. Et puis, après qu’Il eut fait cela, tous les arbres ont germé, les plantes, et ainsi de suite. Quelle belle configuration Il avait! Il a aimé cela. C’était magnifique. Et Il trouvait que c’était superbe.

51        Il ne pouvait donc pas laisser cela dans cet état; Il devait laisser quelque chose avec. Il a donc dit: «Faisons (au pluriel) l’homme (au pluriel) à notre image. Faisons l’homme à notre image.» Ainsi donc, quand Dieu a fait Son premier homme, c’était un homme esprit. C’était quelque chose appartenant à l’ordre de Dieu, ou du Fils de Dieu, du Logos. C’était le premier homme. Puis Il a donné à l’homme l’autorité sur le... pour diriger tous les animaux, juste comme le Saint-Esprit dirige le croyant aujourd’hui: «Va là. Fais ceci.»

52        Maintenant, si nous nous soumettions totalement au Saint-Esprit, Dieu nous dirigerait par le Saint-Esprit, juste comme Adam dirigerait les animaux en ce temps-là.

53        Il–Il les a donc créés. Et alors, après avoir fait cela, Il commence alors à envisager de faire l’homme de la poussière de la terre. Il n’y avait point d’homme pour cultiver le sol, personne pour travailler, aucun être physique.  Il forma donc l’homme de la poussière de la terre..

54        Eh bien, c’est là où je pense que le–le botaniste, ou–ou plutôt la science et le Christianisme ne s’opposent pas. En effet, la science dit que l’homme vient d’une vie différente; mais nous, nous disons que quand on regarde l’homme ici, il est à l’image de Dieu. Ceci n’était pas à l’image de Dieu, pour commencer. Ceci était à l’image de l’animal. Et il... Et les évolutionnistes soutiennent que nous... Je ne crois pas dans la chaîne de l’évolution comme eux, à savoir que tout provient d’une seule cellule. Mais je crois que nous évoluons, certainement, l’évolution d’un homme à partir d’un autre. En revanche, quand Dieu a créé tout cela, et a fait–placé l’homme dans le...

55        Il l’a formé de la poussière de la terre donc, pas à Son image. Il avait déjà créé l’homme. Alors Il a soufflé en lui le souffle de vie, et l’homme est devenu une âme vivante. L’âme de l’homme, c’est donc la nature de l’esprit.

56        Or, quand vous naissez de nouveau, vous ne recevez pas un nouvel esprit. Vous recevez une nouvelle nature de cet esprit. C’est le même esprit, mais avec une nouvelle nature. Prenez deux hommes, et mettez-les debout là ensemble, tous les deux ont la même apparence; mais l’un d’eux est un pécheur, et l’autre est un chrétien. L’un dit: «J’ai un esprit comme vous.» Voyez-vous? Mais l’autre est différent; son âme, sa nature est différente. Il a été changé.

57        Ainsi donc, Il a soufflé dans cet homme. Eh bien, je ne sais pas comment, je ne sais pas comment Il l’a créé. Il–Il l’a doté de cinq sens pour qu’il puisse entrer en contact avec sa demeure terrestre, et qu’il voie, goûte, touche, sente et entende. Et Il l’a créé de cette manière. Or, ces sens n’étaient pas pour entrer en contact avec Dieu.

58        Le sens qu’il avait pour entrer en contact avec Dieu, c’était son esprit, son âme, c’était pour con-... «L’âme qui pèche, c’est celle qui mourra.»

59        Maintenant, je fais un long détour pour arriver à quelque chose, mais j’espère que vous en saisissez chaque point, vous pouvez ainsi voir exactement ce que Dieu a dû faire au Calvaire.

60        Eh bien, quand cet homme... quand Il a donc doté cet homme de ses sens, de ses cinq sens... Et puis, l’homme était seul; Il lui a alors fait une femme, une compagne; Il a tiré de son côté une côte, et Il a fait la femme.

61        C’est un beau type, là, tout en type: Dieu tirant l’Epouse du côté de Christ. Voyez-vous? Dieu a ouvert le côté d’Adam, Il a pris une côte; en effet, l’homme a une côte de moins que la femme, dans l’ossature du–du corps. Et Dieu a donc ouvert le côté de Christ, dans le... au Calvaire, et Il a fait sortir l’Epouse. L’Eglise entre dans le Corps de Christ à travers le Sang de Christ. Voyez-vous?

62        C’est de cette manière–de cette manière que nous entrons, et d’aucune autre manière. Peu importe que vous soyez membre de l’église, combien vous êtes un homme de bien, combien vous êtes une femme de bien; vous devez accepter le Sacrifice tout suffisant de Dieu, la voie à laquelle Il a pourvu, sinon vous êtes perdu. C’est juste. C’est la seule voie par laquelle vous pouvez venir, c’est par là. Maintenant, il n’y a qu’un seul chemin, et c’est ça la Porte.

63        Jésus a enseigné cette parabole bien connue, quand Il était ici sur terre. Il a dit que le souper des noces était préparé et–et qu’un–un habit était donné à chaque homme, mais il a trouvé là un homme sans l’habit. Il a dit: «Mon ami, qui est-ce que tu... Comment–comment se fait-il que tu n’as pas l’habit?»

64        Maintenant, selon la coutume orientale en cette matière, quand l’époux invitait chaque personne, il plaçait... il lançait des invitations. S’il invitait cinquante personnes, alors il avait cinquante robes. Et il plaçait une personne à la porte, et chaque fois qu’un homme arrivait, riche ou pauvre, il mettait une robe sur lui. Ainsi, personne ne savait s’ils étaient riches ou pauvres. Il... Tous avaient la même apparence, dans une robe.

65        Et c’est ce que Dieu fait aujourd’hui. Il donne le Saint-Esprit, lequel est un type. Tous les hommes qu’Il invite, on est tous pareils; non pas celui-ci parce qu’il est un peu meilleur que l’autre, ou celui-là parce qu’il est un peu plus important que cet autre. Nous sommes tous les mêmes aux yeux de Dieu, tous ceux qui sont invités au souper des noces.

66        Quand donc il est entré, il a alors trouvé un homme... Eh bien, il n’y a qu’une seule porte par où passer; en effet, c’est là que les habits étaient distribués. Et il a trouvé à la table du souper un homme sans l’habit. Il a dit: «Mon ami, que fais-tu ici? Pourquoi n’as-tu pas l’habit?» Et l’homme resta muet. Il était entré par une fenêtre, par une autre voie. Il n’était pas passé par la porte.

67        Et tout homme qui, par Christ, entre dans le Corps de Christ, reçoit le Saint-Esprit, la Robe. Il se tient juste là pour La mettre sur vous dès que vous entrez. Voyez-vous? C’est ce qu’Il a promis et c’est ce qu’Il fait.

68        Or, autrefois là au–au commencement, en Eden, Il lui a donc fait une femme, ou une compagne.

69        Maintenant, vous voyez parfois dans des magazines ces peintures faites par certains artistes. Eh bien, c’est vraiment une piètre inspiration. Si vous voyiez Ève avec des cheveux dressés comme cela, et, oh! quel tableau affreux! Et dire que c’était notre mère, eh bien, personne au monde ne pourrait admirer cela. Je crois qu’Ève était la plus belle femme qu’il ait jamais existé sur la terre. C’est juste. Quand Adam l’a regardée, son... il–il... Cela... Eh bien, cela montre que cette tendance se retrouve juste dans les êtres humains aujourd’hui. Sinon, ce serait l’inverse.

70        Adam a donc pris Ève comme sa femme. Et alors, quand le péché est entré... Et j’ai mon idée de ce que c’était. Je ne l’expose pas dans l’église, à moins que j’aie une petite classe d’un certain genre, sur ce qu’était le péché au commencement. Mais de toute façon, quand il est entré, il les a séparés de la communion avec Dieu.

71        Maintenant, voici le tableau que je veux avoir. Eh bien, quand Dieu s’est rendu compte, ou plutôt un ange ou un être est venu annoncer à Dieu: «Ton fils est perdu. Il–il a péché. Il est tombé»...

72        Maintenant, observez la tendance de l’homme, bien vite il se fait une religion. L’homme a toujours une certaine religion.

73        Je parlais l’autre jour à un homme célèbre ici dans la ville. Il a dit: «Vous savez, ma religion, Frère Branham, c’est d’observer la règle d’or.» C’est bien. Mais, frère, si un homme ne naît de nouveau, il périra. Oui. Forcément; il doit naître de nouveau.

74        Maintenant, la règle d’or, c’est très bien; ça, un homme vertueux peut le faire. Mais ça doit être entièrement dans la ligne du surnaturel. Et vous verrez ce que Dieu a dû faire pour que nous puissions naître de façon surnaturelle.

75        Eh bien, ensuite quand il a péché, il–il s’est fait une reli-... Le mot religion veut dire couverture. C’est comme quelque chose qui couvre. Cette veste est une–est une–une religion morale pour moi, parce qu’elle couvre mon être. Et c’est pareil pour vos vêtements. Et c’est une... C’est une–une couverture.

76        Maintenant, remarquez donc, quand Adam, ses feuilles de figuier, c’était très bien aussi longtemps qu’il n’avait pas à faire à Dieu. Mais quand il devait faire face à Dieu, il s’est rendu compte que ses feuilles de figuier ne valaient rien. Et, mon ami, vous pourriez penser maintenant que vous êtes une personne bien brave (Voyez-vous?), et vous l’êtes peut-être. C’est juste. Mais quand vous en venez à  faire face à Dieu, vous êtes... si vous n’avez pas accepté le sacrifice auquel Dieu a pourvu pour vous, vous êtes perdu et vous en serez conscient.

77        Je me suis tenu à côté de ces gens, je les ai vus mourir, j’ai vu le médecin leur donner des injections au bras pour les tranquilliser, et je les ai entendus crier et faire des histoires. Lui disait: «Oh! ils sont juste hors d’eux.»

78        J’ai dit: «Doc, s’il te plaît, garde ça encore juste une minute.» Voyez-vous? Et vous pouvez les entendre quand ils–ils pensent que vous avez raison.

79        «Telle voie paraît droite à un homme, mais son issue, c’est la voie de la mort.»

80        Et tout homme qui est non généré–non régénéré par Dieu, suivra cette voie de la perdition. Vous n’y pouvez rien. Votre âme vous guide. Si vous êtes né de nouveau, vous monterez forcément. Si vous n’êtes pas né de nouveau, vous descendrez forcément. C’est juste votre–votre âme qui le fera. Juste comme une–une baguette magique qui ouvrirait une porte ou quelque part; si vous n’avez pas la–la baguette, la porte ne s’ouvrira pas. Et si vous n’êtes pas né de nouveau, vous êtes automatiquement rejeté; c’est tout. Maintenant...

81        Et puis, quand je–je regarde là, alors, quand ils sont sortis, Dieu savait qu’ils ne pouvaient pas se tenir devant Lui. Il le savait. Et ils se cachaient, se cachaient derrière des buissons. Bien qu’ils s’étaient couverts, ils savaient toutefois que leur couverture ne suffisait pas.

82        Et chaque homme ou femme qui va à l’église... Aujourd’hui je pensais aux cathédrales qui retentissent, et aux cloches qui carillonnent, et tout comme ça; et les gens qui vont à l’église, et qui se préparent, et les femmes qui achètent leurs chapeaux de Pâques, et ainsi de suite. Qu’est-ce que cela est devenu? Oh! la la! je n’arrive pas à comprendre quel rapport il y a entre un lapin et la résurrection (Voyez-vous? Certainement pas.), ou quel rapport il y a entre un arbre de Noël et la naissance de Christ. C’est païen, mes amis. Nous sommes sortis du chemin quelque part. C’est juste. Mais maintenant, un homme ou une femme réellement né de nouveau comprend, parce que la Vie est en vous, Elle vous dit que c’est faux. Est-ce juste? [L’assemblée dit: «Amen.»–N.D.E.]

83        Maintenant, suivez; Adam et Ève. Oh! la la! Quand je pense à cela, j’oublie la grippe que j’avais, quoi que ce soit que j’avais. Quand je pense qu’autrefois, là au commencement... Suivez! Vous parlez du sang?

84        Il n’y a pas longtemps, quand ils envisageaient donc, dans le grand conseil méthodiste, d’éliminer du livre des cantiques méthodistes tous les cantiques sur le Sang... Ils ont dit: «Ce n’est pas une religion-boucherie.» Ils ont dit: «Nous ne... Nous voulons quelque chose de beau et de digne.» Frère, ce n’est pas comme ça que Dieu reçoit cela. C’est soit...

85        «Quand Je verrai le sang, Je passerai par-dessus vous.» Le sang! Dieu, le seul substitut qui soit est seulement dans... «La vie se trouve dans le sang. Vous pouvez donc manger la viande, mais le sang qui en est la vie, répandez-le sur la terre.» Voyez-vous, ne mangez pas la vie.

86        Remarquez, comme c’est beau! Comme je pense à cela! Alors Dieu a dit: «Maintenant, venez ici, Adam et Ève. Et avant que Je puisse vous faire sortir, Je vais devoir faire quelque chose.» Il va donc là-bas sur le flanc de la colline, et Il prend une brebis, la tue, Il lui ôte la peau, la laisse mourir.

87        En effet, Dieu doit tenir Sa Parole, peu importe combien vous êtes un brave homme, combien vous êtes une brave femme, ce que vous êtes. C’est Dieu. Dieu doit tenir Sa Parole.

88        C’est la raison pour laquelle la vierge Marie a dû monter là le jour de la Pentecôte, pour recevoir le baptême du Saint-Esprit, exactement comme les autres. En effet, elle était née ici comme une mortelle et devait naître de nouveau avant de pouvoir aller au Ciel. Amen.

89        Maintenant, suivez, madame, laissez-moi vous le dire. Ce n’est pas juste parce que les époques ont changé que Dieu a changé. Si jamais vous manquez cela, vous êtes perdu. Voyez-vous? Eh bien, aujourd’hui je parle uniquement pour ce que Dieu a fait au Calvaire il y a mille neuf cents ans, pour vous montrer quel sacrifice a dû être fait pour payer ceci, et c’est là la voie de Dieu. Eh bien, telle voie paraît droite; mais Dieu a pourvu à une voie. Si vous marchez toujours dans la voie à laquelle Dieu a pourvu, vous ne vous égarerez jamais.

90        C’est comme si vous vous mettez en route pour Indianapolis, ou à traverser le pont et que vous disiez: «Eh bien, voilà, est-ce Louisville là de l’autre côté?»

            «Oui.» Et vous traversez directement et allez de ce côté-ci; vous serez bientôt rattrapé. C’est juste. Vous feriez mieux de prendre le plan, la carte, de l’étudier pour voir quel chemin vous allez prendre.

91        Et voici donc le plan de Dieu qui mène vers la gloire. Etudiez-Le. Le voilà. C’est aspergé de Sang d’un bout à l’autre. Vous ne pouvez pas perdre la piste, si vous suivez le Sang. Amen. Maintenant, vous voyez. Demeurez simplement avec le Sang, et tout ira bien pour vous, car il y a une empreinte de pas ensanglantée à chaque pas du chemin.

92        Maintenant, remarquez que Dieu, là autrefois, avant qu’Il puisse le faire, eh bien, Il pouvait se tenir là ou... Même s’ils avaient pu se tenir là pour recevoir, Il les aurait tués sur le champ. Il était tenu de le faire, parce qu’Il est souverain. Il doit tenir Sa Parole. Il a dit: «Le jour où tu en mangeras, ce jour-là tu mourras.» Cela a réglé la chose pour toujours. Je peux donc Le voir là autrefois, quand Il a tué ces brebis. Vous dites: «Etait-ce des brebis, Frère Branham?» Je le crois. Il était l’Agneau qui a été immolé depuis la fondation du monde.

93        Et c’était une peau de brebis; Il l’a prise et la leur a jetée dans les buissons, et Il leur a dit de s’en envelopper, et de venir ensuite pour recevoir.

94        Et je peux voir Adam et Ève mettre autour d’eux ces vieilles peaux flasques ensanglantées. Pourriez-vous vous imaginer les beaux et magnifiques corps de ces deux êtres humains parfaits enveloppés alors dans des peaux de brebis ensanglantées? Je peux les voir comme ils se tiennent là.

95        Dieu a dit: «Adam, puisque tu as écouté ta femme plutôt que Moi, alors, Je t’ai tiré de la poussière, et tu retourneras à la poussière.»

96        Et, «Ève, puisque tu as écouté le–le serpent plutôt que Moi, eh bien, tu as apporté la vie... a ôté du monde la vie, tu devras apporter la vie dans le monde. Je multiplierai tes peines, et tes désirs se porteront vers ton mari», et ainsi de suite.

97        Et ensuite, Il a dit: «Toi, serpent, puisque tu as fait ceci, tu marchais debout...» Il n’était pas un reptile. Il était une bête, il marchait debout, il était plus rusé que tous les animaux des champs. Croyez-moi : c’est la Parole. Il marchait debout, comme un homme, et il l’a séduite. Et Il a dit: «Et puisque tu as fait ceci, tu seras privé de tes jambes, et tu marcheras sur ton ventre, tous les jours de ta vie. Et la poussière sera ta nourriture.»

98        Et ils étaient juste là: le jugement. Dieu devait respecter Son jugement, parce qu’Il l’avait prononcé. Et Il est Dieu; Il ne peut pas revenir là-dessus. Il doit rester... Pour être Dieu, Il doit tenir Sa Parole. C’est juste.

99        Là, je peux donc m’imaginer voir cette pauvre petite Ève, quand elle a regardé Adam, avec ses longs cheveux blonds qui lui tombaient dans le dos, ces grands yeux bleus brillants qui ressemblaient aux cieux où Dieu les avait faits, les larmes coulaient et se mêlaient au sang sur les vêtements qui lui battaient le corps, Ève... Adam, avec son corps robuste, l’a prise et l’a appuyée contre sa poitrine, et là les larmes se mélangeaient, en tombant, en coulant sur les peaux de brebis, le sang tombait goutte à goutte. Du sang, tout du long. Voilà. Alors, Il dit: «Eloignez-vous de Ma Présence.»

100      Et je peux voir Ève et Adam, leurs bras l’un autour de l’autre, s’en aller, partir comme ceci, avec ces vieilles peaux ensanglantées de brebis pendant sur leurs jambes, battant leurs jambes. [Frère Branham bat les mains une fois.–N.D.E.]

101      Je peux donc voir tout cet espace qui était Dieu. Dieu n’avait ni commencement de jours ni fin d’années. Il est d’éternité en éternité. Je peux voir tout ce grand espace commencer à se condenser comme ceci, prendre une forme pareille à un entonnoir, et cela se mouvait simplement là, pendant qu’Il a commencé à regarder ce jeune couple traverser le jardin d’Eden, des peaux ensanglantées pendant sur leurs jambes. Il ne pouvait pas supporter cela. Et cela est descendu, oh, cela a fait descendre la chose jusque dans le coeur même de Dieu, ça s’écrit l’a-m-o-u-r, «Dieu a tant aimé...». Il ne pouvait simplement pas les regarder partir.

102      Il les a rappelés, Il a dit: «Je mettrai inimitié entre ta Postérité et la postérité de Satan.» Alors, cela s’est accompli au Calvaire, quand Dieu Lui-même est descendu au travers d’une femme, qu’Il était né d’une vierge.

103      Comme j’aimerais aborder cela un tout petit peu, en Eden. Remarquez, quand ils ont été chassés du jardin à cause de la transgression, toutes les bénédictions ont été coupées à cause de la transgression.

104      Et je pense, ce soir, que c’est là le problème de l’Eglise. Toutes les bénédictions sont coupées à cause de la transgression. Vous y êtes!

105      Chassés du jardin d’Eden! Maintenant, je veux que vous remarquiez, voilà venir... Quand Caïn et Abel, les deux fils d’Adam et Ève, se sont avancés pour faire une offrande...

106      Je crois que le grand Chérubin était à l’est de la porte, et avec cette Epée qui tourbillonnait, Il gardait cette porte qui donnait l’accès à l’Eden... Remarquez, le Feu, le Feu du Saint-Esprit garde la porte.

107      Et, aujourd’hui, c’est ce qui garde la porte. Si vous avez peur du Saint-Esprit et du Feu, vous n’entrerez jamais. L’Epée flamboyante de Dieu, Dieu est un Feu dévorant, qui veille sur cet Arbre, qui garde cet Arbre de Vie.

108      Et maintenant, remarquez, voilà donc un beau tableau. Oh! la la! Je peux voir Adam, ou plutôt Caïn et Abel travailler dur maintenant, ou allant offrir un sacrifice. Je crois qu’ils ont construit leur autel juste à la porte, au Trône où ils pouvaient adorer.

109      Remarquez, voilà venir Caïn. Il a travaillé probablement toute l’année, travaillant dur et faisant tout ce qu’il pouvait pour obtenir les plus grosses pommes, ou les plus gros potirons, ou tout ce qu’il avait; il a amené cela jusqu’à la porte. Il s’est bâti un autel juste là, à côté de la porte, dans la Présence de Dieu, il a mis tous ses fruits, et les grands lis callas et tout, et il les a déposés correctement sur l’autel, puis il s’est agenouillé et a adoré Dieu.

110      Maintenant, je désire que vous... J’espère que ceci pénètre bien au profondément, comme jamais auparavant, au point que vous saisissez cela. Voyez-vous? Maintenant, remarquez. Si aller à l’église était tout ce que Dieu exigeait de vous, Caïn était aussi juste qu’Abel. Caïn a bâti un autel à l’Eternel. Vous dites: «Eh bien, Frère Branham, je ne fais pas que ça, mais j’offre aussi un sacrifice. Je donne de l’argent aux missions à l’étranger, et je...» Ces choses sont très bien. C’est tout à fait en ordre. Mais Dieu exige plus.

111      Caïn a fait cela, lui-même. Voyez-vous? Il a apporté un sacrifice. Il a adoré le Seigneur. Il s’est agenouillé et a offert des louanges au Seigneur, et il a dit: «Seigneur, me voici. Me voici, je t’ai apporté une offrande. J’ai bâti un autel.» Amen.

112      En d’autres termes: «Je suis membre d’église.» Cela arrive-t-il au fond? Suivez. «Je suis membre d’église. Je crois en Toi.» Ça va arriver au fond, maintenant.

113      Que cela pénètre très profondément. «Je crois en Dieu. J’ai bâti un autel. J’ai apporté un sacrifice. Et me voici, Seigneur. Je T’adore.» Mais Dieu a tourné le dos à cela. C’est juste.

114      «Et le matin de Pâques», comme un pasteur de cette ville l’a dit, «savez-vous ce que je fais, pasteur, le matin de Pâques?»

            J’ai dit: «Quoi donc?»

            Il a dit: «Je dis à tous mes fidèles, je leur souhaite un ‘Joyeux Noël’.»

            J’ai dit: «Pourquoi?»

            J’ai dit: «Je ne les reverrai plus jusqu’à la Pâques prochaine.»

115      Tout le monde apparaît à Pâques, c’est tout, on achète de nouveaux bonnets et de nouveaux vêtements. Et qu’est-ce que cela a à voir avec Christ? Oh! Et des millions de dollars seront gaspillés cette année, demain, dans le monde protestant, pour des lis, de grands beaux lis; chaque membre viendra les poser sur l’autel. Cela importe peu à Dieu qu’il y ait des lis sur l’autel. C’est vous qu’Il veut sur l’autel. Ce n’est pas le lis; ce n’est pas votre sacrifice. C’est vous qui devriez être sur l’autel. Voilà la différence. Mettre ce que Dieu exige sur l’autel, et c’est vous.

116      Maintenant, je veux que vous remarquiez que cette tendance, c’était Satan dans Caïn. Et remarquez que le... même...

117      Eh bien, cela devrait faire que vous vous sentiez très bien, certains de vous qui êtes des pèlerins et des voyageurs. Et nous devons peut-être dire: «Bien, j’aurais voulu que nous fassions ceci et cela dans notre église.» Soyez satisfait. Alléluia. Je préférerais adorer dans une sale petite pièce quelque part, sur une rue mal famée, et avoir Dieu là-dedans, plutôt que dans une cathédrale où il n’y a pas Dieu. C’est juste. Assurément. Là! Il était un homme pauvre. Remarquez. Alors Caïn a apporté son offrande et l’a déposée là-dessus. Maintenant remarquez, il est venu de la lignée de Satan; en effet, il s’attendait à ce que Dieu les reçoive, parce que c’étaient de beaux fruits, quelque chose qu’il a fait lui-même.

118      Et bien, des gens disent: «Eh bien, je suis membre de différents ordres. Et je–je donne à la Croix Rouge, et je donne aux oeuvres de charité. Je fais des dons aux églises. Qu’en dites-vous, Frère Branham?» Tout ça c’est bien.

119      Mais «si un homme ne naît de nouveau, il n’entrera d’aucune manière dans le Royaume». Remarquez cela.

120      Ces oeuvres de charité, c’est bien, mais en dehors... Cependant ce n’est pas la voie à laquelle Dieu a pourvu. Caïn a pris sa propre voie. Et beaucoup, ce soir, prennent  leur propre voie.

121      Vous ne pouvez même pas raisonner là-dessus. Eh bien, la raison ne peut même pas... Vos raisonnements ne peuvent pas y arriver. Vous n’êtes pas capable de raisonner là-dessus. Si vous pouviez raisonner là-dessus, ce ne serait plus la foi. Vous devez offrir cela par la foi.

122      Eh bien, vous dites: «Frère Branham, vous voulez dire que je dois m’agenouiller là et–et être rempli du Saint-Esprit et me conduire bizarrement comme tous les autres?» Si vous vous attendez à être avec les autres, faites-le. C’est tout. Absolument. C’est tout. Vous pouvez prendre...

123      C’était pareil avec Naaman. Dieu a dit au prophète: «Dis-lui: ‘Va et plonge sept fois’.»

124      Il a dit: «Cette eau-ci n’est-elle pas plus pure et meilleure?» C’était pourtant cette eau du Jourdain, qui paraît des fois très mauvaise.

125      Mais j’aimerais que ce soir chacun ici regarde au Calvaire et à ce que cela a coûté à Dieu, il y a dix-neuf cents ans, et qu’il lève la main en disant: «Je prendrai le chemin avec le petit nombre de méprisés du Seigneur.»

126      Vous dites: «Je dois me joindre à ces gars que frère Thom ou certains d’entre eux appellent ‘saints exaltés’.»

127      Frère, j’ai fait le tour du monde, à presque trois reprises, et je n’ai jamais vu un saint exalté jusque-là. Non, monsieur. J’ai vu la sainteté, mais pas de saints exaltés. C’est le nom que le diable a collé à l’Eglise. Dieu a dit: «Sans la sainteté, nul ne verra Dieu.» Faites comme vous voulez là-dessus. C’est la voie de Dieu.

128      Vous dites: «Des gens qui crient et hurlent sans cesse?» Frère, c’est ce que c’est. «Eh bien, dites-vous, ça, pour moi, ça paraît de la folie.»

129      C’est la raison pour laquelle vous devez naître de nouveau. Quand vous naissez de nouveau, alors cela ne sera plus de la folie. Vous serez avec nous. Autrefois, ces gens pensaient comme vous. C’est juste. Ils pensaient la même chose que vous, jusqu’au moment où eux-mêmes ont fait partie de la chose. C’est un changement, une conversion. Convertir signifie changer quelque chose. Et à moins qu’un homme meure à lui-même et dise: «Seigneur, je n’en sais rien. Fais-moi simplement entrer.» Amen. Alors Dieu le fera. Voyez-vous?

130      Maintenant, Caïn a dit: «J’ai déposé tout ceci.» Dieu a refusé cela. Il avait arrangé cela de façon tout à fait magnifique.

131      Et peut-être que vous vous dites: «Eh bien, je vais au service du lever du soleil; je dois avoir un nouveau bonnet.»

132      Une fois, une jeune fille voulait chanter dans ma réunion. Et elle a dit: «Frère Branham...» Sa mère faisait la lessive dans une bassine pour vivre. Et il lui fallait avoir une de ces coiffures ondulées, vous savez.

133      Qu’est-ce, la manucure? Ou comment appelez-vous cette histoire, cette chose qu’elle a dans les cheveux? Je sais que ce n’est pas ça le mot correct. Je n’arrive pas à me rappeler le nom de cela. Je n’en sais pas grand-chose. Toni? [Quelqu’un dit: «Non. Une permanente.»–N.D.E.] Sa chevelure avait une permanente, c’était ça.

134      Et sa chevelure devait en avoir une avant qu’elle puisse chanter dans la chorale. Et sa pauvre vieille maman faisait la lessive dans une bassine pour vivre. Quand elle est allée se faire faire une permanente, j’ai dit que je ne la laisserais pas chanter, parce qu’elle n’était pas digne de chanter après avoir fait cela à sa chevelure. C’est juste.

135      Que Dieu nous aide à garder la chaire pure, de toutes les façons. C’est là le problème qu’a le monde aujourd’hui, dans leur...?... Maintenant, écoutez, frère. Je crois à une expérience à l’ancienne mode, une expérience de sassafras, loin là-bas dans les buissons, où vous avez ôté toutes les racines d’amertume, remué la terre (c’est juste), et planté la semence.

136      Maintenant, remarquez donc, Caïn s’est dit: «La beauté.»

            Les gens se disent: «Eh bien, maintenant, notre église... Nous allons construire une nouvelle église.» C’est bien. Tout, c’est la beauté. C’est tout à fait en ordre, si vous ajoutez à cela le Seigneur Jésus. Si donc vous Le placez, Lui, en premier, Il prendra soin du reste.

137      Quelqu’un a dit: «Frère Branham, croyez-vous que cette fille devrait venir à l’autel, ayant une telle apparence?»

138      J’ai dit: «Frère, le printemps approche. Tous les chênes là-dehors, chacun d’eux porte juste les feuilles qu’il avait l’automne dernier. Mais il n’est pas nécessaire que nous allions arracher les feuilles pour permettre aux nouvelles feuilles de venir. Laissez simplement la nouvelle vie monter, et les vieilles feuilles tomberont.» C’est juste. Amen.

139      Ecoutez. Puis-je dire également ceci. Si la vieille feuille ne tombe pas, cela montre que la nouvelle vie n’est pas montée. Ne vous fâchez donc pas contre moi. Je parle de Jésus. Très bien. C’est cela. Très bien.

140      Considérez ce que cela a coûté à notre Père céleste. Regardez donc ce qu’Il a fait.

141      Et Caïn est allé là, et il a offert son offrande. Il a adoré. Il est allé à l’église. Il est aussi bon que l’autre.

142      Esaü était pareil. A considérer son caractère, Esaü était meilleur que Jacob, il était plus gentleman. Il aimait son père, à voir les choses qu’il faisait. Mais Dieu a choisi Jacob.

143      Remarquez maintenant que lorsqu’Abel est venu faire son offrande, eh bien, c’était vraiment différent quand Abel est venu. Voilà venir Abel. Il n’a pas travaillé; il n’a pas essayé de trouver la plus grande église de la ville pour la fréquenter. Il n’a pas essayé de trouver le meilleur groupe de gens pour s’y associer. Amen. Il a juste pris quelque chose qu’il avait et il est venu. C’est tout. Il était un berger. Il a donc simplement tendu les bras et a pris un agneau, et il a attaché... Je pense qu’il n’avait pas de chanvre [Plante textile–N.D.T.] à l’époque, il doit donc avoir pris une vigne et l’a simplement passée au cou de la bête.

144      Et de quoi cela parlait-il? Ils L’ont conduit au Calvaire. Il était l’Agneau. On a demandé: «Pourquoi est-Il né dans une étable?» Eh bien, les agneaux ne naissent pas dans les maisons. Ils naissent dans les étables. Et ils furent conduits... ils L’ont conduit à la boucherie comme un agneau. Et ils L’ont conduit là, L’ont conduit au Calvaire. Il était l’Agneau de Dieu (amen) depuis la fondation du monde. Quand j’y pense, frère... Voilà venir le petit agneau d’Abel. Voilà venir l’Agneau de Dieu.

145      Quand j’y pense, mon coeur ne cesse simplement pas de se remuer. Quand je pense que moi, un pauvre pécheur, indigne, impie, qui mourait dans le monde sans Dieu, sans Christ, sans espérance... Et, au temps convenable, Christ est mort à ma place, Lui le Merveilleux, et Il a été méprisé et rejeté, afin que moi, je puisse être agréé à Ses yeux, prenant ma place. Oh! je n’en reviens simplement pas. Je n’arrive simplement pas à imaginer comment Il a pu faire cela pour moi. Qui étais-je? Vous dites donc: «L’a-t-Il fait pour vous?» Oui.

146      Le Saint-Esprit est venu, Il m’a cherché, un jour, et Il a dit: «Il l’a fait pour toi», et j’ai cru en Lui. J’ai cru en Lui. Oui, oui. Je L’ai accepté, et j’ai découvert que c’était vrai. Peu importe ce qu’on disait de ces gens, «qu’ils étaient des fanatiques», ou peu importe ce qu’ils étaient; je crois en Dieu. Et je... Et Il a fait exactement ce qu’Il avait dit.

147      Je peux voir le petit Abel. Suivez maintenant. Oh! la la! Je peux voir Abel aller prendre cette petite vigne, tendre les bras et prendre un petit agneau mâle, le premier-né de la pauvre maman agnelle, il enroule cette plante grimpante autour de son cou. Le voici venir, en le traînant (Ce n’est pas très beau ça, n’est-ce pas?), le tirant là-bas. Puis il l’a fait monter sur un grand rocher qui se trouvait là, à l’extrême est de la porte... Maintenant, remarquez.

148      Caïn avait probablement travaillé dur toute l’année pour faire la meilleure récolte possible, pensant qu’il allait plaire à Dieu avec cela.

149      Et beaucoup de gens disent: «Je vais cesser de mentir. Je vais cesser de voler. Je vais cesser de fumer. Je vais me tourner vers une meilleure classe de gens. Je vais adhérer à une association.»

150      Voilà! Cela importe peu à Dieu que vous tourniez une nouvelle page. Il veut que vous tourniez votre coeur vers Christ et que vous Le laissiez vous façonner. Ce n’est pas ce que vous pouvez faire, ce n’est pas par les bonnes oeuvres que nous sommes sauvés, mais c’est par Sa miséricorde que nous avons été rachetés. «Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie.» Car nous sommes–car nous sommes à Dieu, en effet... Il ne s’agit pas de ce que je suis; il ne s’agit pas de ce que je fais, moi-même. Il s’agit de ce que Christ, en Dieu, a fait pour moi et pour vous.

151      Remarquez, c’est un beau type. Le voici venir, traînant le petit agneau, le tirant. Je peux m’imaginer le petit animal tomber, il savait probablement ce qui approchait, il traînait ses petites pattes. Un type parfait de Christ qui traînait la croix, l’Agneau de Dieu qui traversait Jérusalem, qui tombait, étant faible.

152      Voici venir le petit animal, en bêlant tout du long. Et quand il l’a fait monter jusqu’au grand rocher, il l’a étendu sur le rocher, il a pris un morceau de pierre tranchant... Je ne sais pas, je suppose qu’ils n’avaient pas de couteaux en ce temps-là. Il l’a étendu comme cela. Il l’a pris par la nuque, et l’a tiré comme ceci, il a pris un cout-... ou plutôt la pierre, et il a commencé à lui trancher la petite gorge, et la pierre a commencé à couper sa gorge. L’agneau est mort sur ce rocher, saignant, bêlant, le sang faisant des éclaboussures, avec ses petites artères tranchées, le sang giclant partout. Sa petite laine blanche, baignant dans le sang, était devenue rouge. Du Ciel, Dieu a baissé le regard, et a dit: «C’est ça. Maintenant, vous y êtes. C’est  ça la voie.» Le sang qui jaillissait de ses petites veines...

153      De quoi s’agissait-il? Du Fils de Dieu. Il y a dix-neuf cents ans et quelques, cet après-midi, Il a été pris de la prison, a été traîné au tribunal, et de là dans la salle de torture; de là, on L’a amené à Golgotha, on Lui a fait monter la colline. Simon de Cyrène L’a aidé à porter la croix. Et là, Il est mort sur le Rocher des Âges, Son sang est sorti de Lui à cause des coups, Son corps marqué de coups de fouet. Alléluia!

154      Son visage était couvert de gros et sales crachats des soldats moqueurs. Et Il a dit: «Si Mon Royaume était de ce monde, je demanderais à Mon Père; Il me donnerait des légions d’Anges qui viendraient combattre pour Moi. Mais ceci n’est pas Mon royaume. Mais que Ton règne vienne. Que Ta volonté soit faite.» Et ça sera là très bientôt. «Que Ton règne vienne, que Ta volonté soit faite.» Oh! la la!

155      Quand Billy Sunday a dit un jour: «Dans chaque arbre il y avait un ange qui disait: ‘Dégage simplement Ta main et pointe du doigt; c’est tout ce que Tu as à faire. Nous allons régler le problème tout de suite.’» Oh! la la! n’est-ce pas la vérité!

156      Caïphe a regardé là et a dit: «Il a sauvé les autres; Il ne peut pas se sauver Lui-même.» C’était le plus grand compliment qui Lui ait jamais été fait. S’Il s’était sauvé Lui-même, Il n’aurait pas pu sauver les autres. Il a donc donné Sa vie pour pouvoir sauver les autres. Alléluia. Amen.

157      «Nous étions tous errants comme des brebis; Dieu a fait retomber sur Lui l’iniquité de nous tous. Semblable à une brebis qu’on mène à la boucherie, à une brebis muette qu’on mène devant ceux qui la tondent, Il n’a point ouvert la bouche. Mais Il était blessé pour nos péchés, brisé pour notre iniquité; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur Lui, et c’est par Ses meurtrissures que nous sommes guéris.» Comment pourriez-vous repousser un amour aussi incomparable? De Le voir monter le flanc de la colline en titubant, ce pauvre petit corps faible et fragile qui ployait sous le fardeau!

158      Je pense au poète quand il s’est tenu là ce jour-là; il a eu un aperçu de cela, et il a écrit:

            Alors que les rochers se fendaient et que les cieux s’assombrissaient,

            Mon Sauveur baissa la tête et mourut;

            Le voile ouvert révéla le chemin

            Vers les joies célestes et les jours sans fin.

159      Quel Sauveur! Oh! la la! Comment pourrions-nous jamais, comment  pourrais-je repousser un amour aussi incomparable, pour Quelqu’un qui a fait cela pour vous et pour moi?

160      Je crois, ce soir, mon frère, ma soeur, que vous allez venir. Dieu, c’était la voie à laquelle Dieu a pourvu. C’est la voie pour vous. C’est Lui seul qui peut avoir quelque chose à faire avec vous. C’est Lui qui a pris votre place. C’est Lui qui, ce soir, se tient là en tant que Rédempteur ressuscité, qui se tient à la droite du Père, ce soir; voyez-Le supplier et intercéder  pour que chaque pécheur qui est dans ce bâtiment vienne à Lui. Je crois que vous allez venir. Je crois que vous n’allez pas  laisser passer cette–cette Pâques.

161      Chers amis, nous sommes à la fin de la route. Je crois de tout mon coeur que nous le sommes. Nous sommes arrivés à la fin de la route. Puisse le Seigneur Jésus vous bénir. Ma prière est qu’Il fasse de vous une nouvelle créature en Lui, ce soir. Qu’Il vous conduise. Un jour dans la...

162      Il y avait dans la Bible un vieil aveugle du nom de–de Bartimée. Le vieil aveugle avait deux petites colombes, nous rapporte l’histoire. Ces petites colombes s’exhibaient en faisant de petites culbutes l’une sur l’autre, et les gens tenaient leur... Il tenait sa coupe, et alors quand les–les gens passaient, ils contemplaient ces petites colombes qui faisaient de petites culbutes, et ils y laissaient tomber des pièces pour le vieux mendiant aveugle. Il était marié et avait une fillette. De sa vie, il n’avait jamais vu cette fillette. Elle avait entre douze et quatorze ans, à l’étape où nous allons voir sa vie maintenant. Et il s’asseyait...

163      On rapporte qu’une nuit sa fillette est tombée malade, et il est allé auprès du Seigneur. Et il a dit: «Seigneur, si seulement Tu guéris ma fillette, je T’offrirai mes deux colombes en sacrifice demain.» Ainsi elles... Le Seigneur a guéri sa fillette, et il a offert en sacrifice les deux colombes. Peu de temps après, sa...

164      Et peu après, sa chère épouse est tombée malade, et elle pensait qu’elle était... Les gens pensaient qu’elle allait mourir. Il est donc allé la nuit auprès du Seigneur, marchant à tâtons le long du mur de sa maison, il s’est agenouillé dans les champs, et a dit: «Ô Dieu, ô Dieu, si seulement Tu épargnes la vie de ma femme, demain je T’offrirai mon agneau en sacrifice.»

165      Eh bien, vous voyez des aveugles conduits par un chien aujourd’hui. On dresse ces chiens pour les conduire. En ce temps-là, on dressait des brebis pour qu’elles conduisent les gens, et il avait donc un–un–un agneau qui le conduisait partout.

166      Et il a dit: «Seigneur, si seulement Tu guéris ma femme, eh bien, demain je vais alors T’offrir mon agneau en sacrifice.» Et sa femme s’est rétablie.

167      Et le lendemain, il se rendait au temple; et le souverain sacrificateur, Caïphe a dit, s’est avancé et a dit: «Aveugle Bartimée, où vas-tu?»

168      Il a dit: «Je monte au temple, ô souverain sacrificateur, offrir mon agneau en sacrifice. J’avais promis au Seigneur de Lui offrir mon agneau, s’Il guérissait ma femme.»

169      Il a dit: «Tu ne peux pas offrir cet agneau, Bartimée, car c’est cet agneau qui est tes yeux.» Il a dit: «Je vais te donner de l’argent, et achète-toi un agneau chez les vendeurs dans le temple.»

170      Mais Bartimée a dit: «Ô souverain sacrificateur, je n’ai jamais promis à Dieu un agneau; je Lui ai promis cet agneau-ci.» Oh! la la!

171      Je me demande si vous avez fait des promesses comme cela. Et si vous voyez cet Agneau tout-suffisant ce soir, et que vous vous dites: «Seigneur, si Tu m’accordes de me rétablir, je Te promets de Te servir; je ferai tout ce que je peux. Si Tu laisses mon bébé vivre...» Ou, si vous vous teniez là et que votre mère descendait dans la tombe, ou votre papa ou vos bien-aimés–«Ô Dieu, je les reverrai, je les reverrai encore». Je me demande si vous le penserez réellement. Je me demande si cette Pâques va venir et passer sans que vous ayez accompli ce que vous avez promis.

172      Il est monté et a offert son agneau. En revenant quelqu’un le conduisait.

173      Alors il a donc dit, à son retour, il a dit: «Bartimée tu ne peux pas faire ça.» Le sacrificateur, qui allait offrir son agneau, a dit: «Tu ne peux pas offrir celui-ci. Tu ne peux pas donner cet agneau en sacrifice.» Il a dit: «Bartimée l’aveugle, sais-tu que c’est cet agneau qui est tes yeux?»

174      Il a dit: «Oui, je le sais. Mais j’avais fait la promesse à Dieu, et Dieu pourvoira à un agneau pour les yeux de l’aveugle Bartimée.»

175      Peu après cela, un jour, il frissonnait dans le froid; il a entendu un bruit. Dieu avait pourvu à l’Agneau pour les yeux de l’aveugle Bartimée. Il longeait la rue. Il s’est dit: «C’est quoi tout ce bruit?» D’habitude, il y a du bruit là où Il se trouve. Il a dit: «C’est quoi tout ce bruit?»

            Quelqu’un a dit: «Un certain Jésus de Nazareth passe.»

176      Il a jeté son manteau sans se préoccuper de savoir où c’est tombé; il ne s’en est pas soucié alors. Dieu avait pourvu à un Agneau. Il est allé droit vers l’Agneau. Il a dit: «Ô Jésus, Fils de David, aie pitié! aie pitié!»

177      Les riches et ceux qui étaient tout autour pour s’approcher du Prophète, du Roi, dirent: «Oh! tais-toi; Il ne peut pas t’entendre.» Il a crié encore plus fort.

178      Certains d’entre eux ont dit: «Les jours des miracles sont passés. Un tel jour n’existe pas.»

179      Il a crié plus fort: «Fils de David, aie pitié de moi. Aie pitié de moi.» Dieu a pourvu à l’Agneau.

180      Le même Agneau auquel Il a pourvu pour les yeux de l’aveugle Bartimée, Il y a pourvu aussi pour vous il y a aujourd’hui dix-neuf cents ans et quelques, quand Il est monté là à Golgotha et S’est offert Lui-même, tout meurtri et battu à la fois.

181      Écoutez, mon ami. Rappelez-vous, Abel est allé dans son troupeau et a pris l’agneau, et l’a tué sur le billot du sacrifice. Et [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... mieux de saisir ceci maintenant. Abel est mort sur le même rocher que son agneau.

182      Etes-vous disposé ce soir à mourir à vous-même? Etes-vous disposé à mourir à toutes vos pensées personnelles? Etendez-vous simplement sur le roc, là, avec votre Agneau, et mourez, dites: «Ô Dieu, aie pitié.» Quand je pense aux hommes et aux femmes qui pensent beaucoup à leur dignité, des jeunes gens et des jeunes femmes qui consacrent leurs vies à des choses! Et aussi des hommes mûrs qui pensent beaucoup à leur travail, à leur prestige et à leurs voisins, ou à quelque chose comme ça!

183      Oh! pourquoi ne vous traînez-vous pas ce soir jusque-là au Calvaire? Alléluia. Que votre propre vie soit battue là et que vous mouriez là-bas sur la croix avec Lui. Entourez de vos bras le «Rocher des Âges, fendu pour moi, laisse-moi me cacher en Toi. Alors que les vieilles eaux proches grondent, alors que la tempête est encore violente, cache-moi, oh, mon Sauveur, cache-moi. Que le monde fasse ce qu’il veut. Que les théologiens fassent ce qu’ils veulent; je ne veux pas de leur théologie. Ce que je veux, c’est Jésus-Christ dans mon coeur. Que je meure avec mon Agneau.»

184      Oh! je sais combien c’était dur ce soir-là, quand je suis entré là-bas dans cette vieille petite mission de gens de couleur, et tous les blancs qui étaient là tout autour disaient: «Voilà qu’il va dans une mission des gens de couleur.» C’était dur. Je suis entré là-bas avec en moi beaucoup de fierté du Kentuckien, comme cela, mais Dieu a dit: «Si tu désires Cela, entre tout droit là.» Et je suis entré tout droit là et je me suis agenouillé à l’autel, et je suis resté là jusqu’à ce que l’Agneau... Je suis mort à mon vieil homme, Bill Branham, il y a vingt ans. Alléluia.

185      «J’ai été crucifié avec Christ. Ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi.» Un jour, dans cette glorieuse résurrection, quand Il viendra, il se pourrait que mon corps repose là, sous le gazon. Mais alors, vous verrez l’herbe s’écarter et j’apparaîtrai à Sa très glorieuse image, en plus de beaucoup de gens (alléluia), car je Le connais dans Sa puissance de résurrection.

186      Je crois que c’est ce que chacun de vous fait ce soir, se traîner droit jusque-là à Golgotha ce soir. Faisons maintenant un petit voyage.

187      Pendant ce temps, donnez-nous la mélodie, s’il vous plaît, soeur, de Mon Dieu, plus près de Toi. Pendant que nous sommes...

188      Vous dites: «Ce sont des funérailles.» Eh bien, frère, si jamais il y a eu un temps où nous avons besoin de funérailles, c’est en cet instant même, où les hommes doivent mourir à eux-mêmes et à leur orgueil.

189      Inclinons la tête, silencieusement maintenant, pendant qu’elle nous donne un petit accord, si c’est en ordre.

190      Ô Dieu, oh! quand je pense à ce qui s’était passé là-bas (Hum!) même mes os tremblent d’y penser. Je m’imagine voyant cet Agneau, quand ils L’ont frappé, oui, quand ils ont mis des épines sur Sa tête et ont enfoncé cela. Les soldats ont craché sur Son visage, et ont dit: «Toi le roi, maintenant fais quelque chose à ce sujet.»

191      Il était le Prophète des prophètes. Ils ont mis un chiffon autour de Son visage, et L’ont frappé à la tête avec un roseau, et ont dit: «Maintenant, prophétise, dis-nous qui t’a frappé.»

192      Mais le prophète avait dit: «Il n’a point ouvert la bouche.» Il l’avait déjà dit.

193      Ils Lui ont lié les mains derrière le dos; ils se sont tenus à distance et, avec un grand fouet, ils L’ont flagellé jusqu’à ce que Ses précieuses côtes sont devenues visibles dans Son dos; le Sang coulait de Son côté, tombait au sol en clapotant. Je L’entends marcher maintenant; j’entends le clapotement du sang dans Ses sandales. C’était Emmanuel. C’était Dieu, le Sang de Dieu.

194      Et je les vois prendre et mettre sur Son dos cette vieille croix rude, rugueuse et couverte de boursouflures. Et Le voilà qui s’en va, avec cette croix sur ce dos endolori, Il longe la rue, sous les hurlements, les moqueries de la foule qui Le tourne en dérision: «Voilà passer ce prophète. Voilà passer ce grand docteur. Voilà passer ce guérisseur divin.» Mais Il est mon Seigneur. Ô Dieu, j’ai... Laissez-moi monter avec Lui.

195      Le voilà monter la colline. Je vois les jeunes femmes à moitié vêtues courir là en rigolant. Leurs petits amis s’embrassent l’un et l’autre, comme ils montent la colline. Frère Ward, ça n’a pas encore beaucoup changé.

196      Je peux voir les grands membres d’église dire: «Regardez, voilà le gars qui allait déchirer notre église; il prêchait contre notre pasteur. Regardez-le maintenant.» Mais le prophète avait dit que ça devait être ainsi. Il était l’Agneau de Dieu.

197      Je Le vois comme Il tourne la tête, et le crachat couler de Sa barbe. Il lève les yeux vers le ciel; Il gémit, et avance encore un peu.

198      Seigneur, par la foi, je veux subir cela maintenant avec Lui. Je veux Le tapoter dans le dos, dire: «Seigneur, je vais rester ici. Dis-moi simplement ce que je dois faire, je le ferai. Comme je T’apprécie, Seigneur!»

199      Là-bas sur la colline, quand ils L’ont étendu, ils ont ramené Ses précieuses mains en arrière. Ces mains qui ont arrêté la fièvre; ces mains qui ont dit... au fils de cette pauvre veuve, quand elles ont touché son front, ou plutôt le cercueil où il gisait; le garçon est revenu à la vie...

200      Celui qui a rappelé Dorcas à la vie, Celui qui a rappelé la fille de Jaïrus à la vie, Celui qui a dit: «Lazare, sors!» Ces lèvres saignent maintenant, desséchées, crient, comme les grands clous cruels s’enfoncent dans Ses mains et dans Ses pieds.

201      «Ils ont percé Mes mains et Mes pieds», a dit le prophète, sept cents ans avant que cela n’arrive. Qu’était-ce? C’était l’Agneau d’Abel. Ils L’ont jeté là par terre, et la chair s’est déchirée. Son pauvre corps a frémi.

            Il a dit: «J’ai soif.» Ils lui donnent du vinaigre.

202      Ils L’ont agacé et L’ont ridiculisé, et ils se sont moqué de Lui, ils ont dit: «Toi le grand faiseur de miracles, fais maintenant quelque chose à ce sujet.»

203      Mais les cieux commencent alors à s’assombrir, les éclairs commencent à jaillir. Dieu s’est caché le visage; Il ne pouvait plus supporter cela. Ô Dieu! combien le péché doit être cruel, combien cruel, combien cruel, cela a fait que cette précieuse Personne subisse cela. Le prix qu’Il a payé était si grand que Dieu Lui-même s’est caché le visage. Les Anges se sont voilé les visages et se sont retournés pour pleurer avec Lui. La lune et les étoiles ne pouvaient pas aller plus loin. Elles ne pouvaient plus briller. Le Dieu même qui les a créées mourait sur la croix. Et Il a baissé la tête.

204      Avant cela, Il a baissé le regard là vers ceux qui misaient sur Son vêtement, accomplissant ce que le prophète avait dit. Il a dit: «Père, pardonne-leur; ils ne savent pas ce qu’ils font.» Tout dans l’amour, l’Agneau d’Adam, l’Agneau auquel Dieu a pourvu, et qui a été immolé depuis la fondation du monde... Il est mort là, sans ami, abandonné même de Dieu Lui-même. Dieu, Son Propre Père donc, L’a abandonné; et Il saignait.

205      Pourtant, nous allons çà et là en riant, tout joyeux, juste comme si de rien n’était.

206      Ô Dieu! c’était ce Sang. Quand, là-bas à l’hôpital, le médecin a dit: «Il est mourant», c’est ce Sang qui m’a guéri. Quand j’étais un pauvre petit garçon pécheur qui courait par ici, c’est ce Sang qui a pardonné mes péchés. C’est ce Sang qui a pris... qui m’a retiré du lieu de corruption où je vivais, qui m’a établi et a fait de moi Ton fils. Oh! ...?... et, Agneau mourant, Ton Sang précieux. Garde-moi près de la croix, Seigneur.

207      C’est là ma vision. C’est ce dont il s’agit là-bas, l’amour, tout le grand coeur de Dieu s’est mû là. Et tout celui qui vient à Lui ne sera pas rejeté. Ils recevront tous la Vie Eternelle. «Je ne mettrai pas dehors celui qui vient à Moi.»

208      Ô Dieu, que chaque individu ici rentre chez lui ce soir avec ceci à l’esprit, en se disant: «Quel sacrifice! Quel prix cela a coûté pour faire le rachat! Qu’est-ce que cela a coûté à Dieu!» Cela ne nous a rien coûté du tout. Cela a coûté à Dieu Son Fils. Cela a coûté à Dieu le plus grand prix. Cela a coûté à Christ Sa vie. Il était la Rose de Saron; mais pour extraire d’une rose le parfum, vous devez l’écraser. Sa belle vie, d’un Jeune Homme de trente-trois ans et demi, a été écrasée pour que nous puissions vivre.

209      Plus près de Toi, ô mon Dieu. Reste près de moi, Seigneur. Reste près de moi. Et quand j’arriverai à la fin de cette route et que ma vie se terminera, Seigneur, que Celui qui mourut là, vienne alors près de moi. Qu’il en soit de même pour chacun ici.

210      Demain, Seigneur, ou après demain, sera enterrée une petite dame qui s’asseyait ici dans cette église autrefois, pour écouter le sermon. Tu sais donc tout d’elle. Si elle était effectivement venue, elle est sauvée. Si ce n’est pas le cas, elle est perdue.

211      Ô Dieu, aie pitié. Que chaque homme et chaque femme, quand ils quitteront ce bâtiment ce soir, pour rentrer chez eux, rentrent en se disant sérieusement: «Il n’y a rien dans mes mains; je m’attache simplement à Ta croix.» Et que chacun meure sur cette croix.

212      Seigneur, pendant que je suis ici, devant cette chaire ce soir, dans ce vieux petit édifice en béton, je Te consacre ma vie. Je Te remercie pour ce que Tu as fait pour moi. Et je me consacre de nouveau à Toi, en cette soirée commémorative de Ta crucifixion. Prends-moi, Seigneur. Pardonne-moi toutes mes erreurs et mes torts. Rends-moi fort et puissant, Seigneur, dans l’Esprit de Dieu, afin que je puisse gagner des âmes à Toi.

213      Et bénis cette assemblée, car nous le demandons en Son Nom. Pardonne chaque pécheur. Réclame chaque rétrograde.

214      Pendant que nous avons la tête inclinée, et que chaque pécheur, homme et femme, qui est ici en ce moment, jeunes garçons et jeunes filles, vous tous... Certains d’entre vous, jeunes gens, qui êtes là derrière, j’ai dû vous parler sévèrement l’autre soir. Je déteste faire cela. Que Dieu bénisse vos coeurs. Vous vous êtes peut-être dit que frère Branham a été rude, mais je–je vous aime. Je me suis tenu là où vous avez commencé. Je sais ce que c’est; la raison pour laquelle j’ai dit cela, c’est pour voir si vous n’aimeriez pas notre Seigneur. Priez pour moi, priez, que ceci soit pour moi le temps de consécration. Certains parmi vous, mères et pères, personnes âgées, faites de ceci le temps de consécration, en ce moment même, je vous prie. Acceptez-Le dans votre coeur. Croyez en Lui de toute votre âme.

215      Maintenant, pendant que chaque tête est inclinée, y a-t-il quelqu’un qui voudrait qu’on se souvienne de lui dans la prière? Si vous le voulez, levez simplement la main pour dire: «Frère Branham, souvenez-vous de moi. Je veux être plus près de Dieu.» Très bien, il y a des dizaines de mains.

216      Père, souviens-Toi d’eux tous. Je Te prie d’accorder cela, qu’ils aient la paix. Pendant que les larmes coulent sur nos joues et s’égouttent ici, les miennes aussi tombent sur la chaire. Certains d’entre eux ont des mouchoirs. D’autres, des hommes imposants, costauds, rudes qui sont ici, qui sont assis ici devant moi, les larmes  coulent de leurs visages aux joues ridées. Reçois-nous, Seigneur. Pardonne chacun de nous dans cette Présence Divine. Dieu bien-aimé, ce soir, pardonne-nous, Seigneur, les jeunes comme les vieux. Que nous soyons sauvés en ce jour-là et amenés dans Ton Royaume, car nous le demandons en Son Nom. Amen.

217      Maintenant, vous pouvez vous tenir debout, en silence. Maintenant,  gardez simplement vos têtes inclinées. Doucement:Mon Dieu, plus près de Toi, plus près de Toi;Même si c’est une croix qui m’élève;Tous mes cantiques seront toujours...

218      [Frère Branham prie calmement pour les gens.–N.D.E.] «Ô Dieu, Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m’as-Tu abandonné?» Viens, Seigneur, bénis ces coeurs. [Frère Branham continue à prier avec les gens.]

219      Je vous prie simplement, avec révérence, sans parler à qui que ce soit du tout, sans dire un mot de plus, de quitter simplement le bâtiment, tranquillement maintenant, et de rentrer chez vous. Tournez-vous simplement et rentrez maintenant chez vous. Sans rien dire, tournez-vous et sortez. Que Dieu soit avec vous.[Frère Branham fait une pause, pendant que l’assemblée commence à quitter le bâtiment sans faire de bruit et que l’organiste et la pianiste continuent à jouer Mon Dieu, plus près de Toi.–N.D.E.]

            «Nous étions tous errants comme des brebis; l’Eternel a fait retomber sur Lui l’iniquité de nous tous. Mais Il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur Lui...?... Et nous L’avons considéré comme puni, frappé et humilié.»

            [Frère Branham continue à prier calmement pour les gens, pendant que l’organiste et la pianiste continuent à jouer Mon Dieu, plus près de Toi.]

1 Thank you, Brother Thom. Will you give that little thing all the volume you have got there, if you will. I almost got out of coming down here tonight. I got the flu. And I promised to be here. And I said to Brother Neville, to have Brother Cox to come up and tell him. I said, "Tell Brother Neville to go ahead and have the service, 'cause I'm so hoarse. I can hardly make a squeak."
And he said, come back and said, "You better come up, Brother Bill. I believe it'd be a good thing." So I--I'm always willing to make some sort of an effort. If a... I'm really too hoarse to preach to you, but I can talk to you just a little while, by the help of this little gadget here. I...
Every time when I come to Indiana, I--I get hoarse. I don't know why, but I--I do, every time, take a cold. It's so low right in here. I drop down in here, and it just looks like I just can't keep from it. I pray, looks like it comes anyhow. But--but I always try to do the best I can with what I have to do with. So that's the way I've always tried to do, the best that we can. That's all God respects--expects, rather, excuse me; is all He expects.

4 Now, I trust that--that our Lord will bless you all and will give you a great blessing throughout this service this Friday, Saturday, and Sunday. The services will go on tonight, tomorrow night. Isn't it, Brother Neville? [Brother Neville says, "Yes."--Ed.] Just goes right on tomorrow night.
I've got to come down here, and then leave here and go over to speak to a group of missionaries that's in Louisville. I think--I think it's either seventeen or twenty-seven nations represented at a missionary rally. They wanted me to have a few minutes over there tomorrow night. Sun... Sunday morning is the...

6 What is it? [A man says, "Would you pray for this man right here now?"--Ed.] Lay your hand right on him, brother.
Our heavenly Father, we pray in the Name of Thy beloved Child, Jesus, just at this time, that Thy mercy may be extended to us tonight, in the way of healing of our brother, the man setting that's there who seems to be very sick at this time. You said, "Confess your faults one to another, and pray one for another, that ye may be healed." And I pray with these people tonight, in the Name of the Lord Jesus, that You'll heal our brother at this time. As our brother stands there with his hands laid upon him, representing the hand of our Lord Jesus, and we together join our prayers and send them to Thee in Christ's Name, that our brother may recover quickly from this sickness that he has. Amen.
The Lord bless you, brother. You all give him a little air. He's kind of penned in there a little bit. Why, let him walk out. If you want to walk out, sir, why, go right ahead and get you a seat in the back of the building there, where you get you some air.
Now, the Lord Jesus knows all of our troubles. He is our burden barrier.

10 And now, Sunday morning, early, six o'clock, sunrise service... How many likes sunrise services at Easter? We're expecting a great blessing. So then, if the Lord willing, I will have the sunrise services; it's from six until seven. Then return home to your breakfast, be back. And at nine-thirty, the regular Sunday school service; Brother Neville will be here. And immediately after the Sunday school service, I will have baptismal services for those who are to be baptized, Easter Sunday morning.
If you haven't been baptized by immersing, and desire so, and you're a Christian, believe in the Deity of--of the--Jesus Christ being the Son of God, and want to take your--your place in our fellowship, to be baptized, we would be happy to have you here Easter morning about ten-thirty for immersing. Bring your garments. If you do not have any, of course, why, especially the women, they have robes in there, different sizes for the ladies. I don't think they have yet for all the men. But we very happy to have you here with us Easter morning.

12 Then Sunday afternoon is a funeral service to be held, from someone lived out in the country, or somewhere from here, that was... I believe was converted here under Brother Neville's preaching here sometime ago. I believe the name is East, or something another. They called me from the funeral home and asked if I and Brother Neville and a bunch of us would come and sing and have the services for Sunday afternoon at two o'clock, at the Mottaz Funeral Home.
I don't remember the lady, East, Yast or East. Many of you seen it in the paper, I suppose, tonight. And... [A sister says, "Brother Bill?"--Ed.] Yes. ["That used to be Edna Justice; used to come here quite a bit."] Edna Justice, you may know her. She's perhaps a young woman. Is she? Is that right, sister? ["Twenty-nine. Uh-huh."] A young woman. I believe they... Her mother was calling me and said that she leaves two or three little children. That's sure too bad.

14 It just goes to show the evil of--of this mortal life, doesn't it? But in... If she was in Christ Jesus, she's far better off, tonight, than any person that's sitting in this building. She just walked through the valley of the shadow of death that all mortals have to go. And someday you and I will have to journey that way, too but we'll not have to cross Jordan alone, for He is our Saviour. So we--we...
If you desire to come to the Mottaz Funeral Home, which is located on Maple Street, between Walnut and... No, I believe it's Locust and Wall Street, on the right-hand side as you go west. The... I don't know where their... What is the number of that? [Someone says, "221"--Ed.] 221. It's where the old Scott and Combs Funeral Home used to be, when I was young. And that's for Sunday afternoon, and two o'clock.

16 And then Sunday evening, the regular Easter services here again. We'll probably be preaching the--the death, burial, and the resurrection, for Sunday night. And we just don't know what our Lord will do for the following week coming on, whether the services will continue, or just what, for the coming week. We trust that you'll all be--be here Sunday, that can be.
I recognize many of the preachers around. Somebody told me that Mr. Fuller was here, that was used to be... or come to our meetings. Is the man here? Brother Fuller, aren't you the man that used to take me in New York, from place to place, go down to the meeting? Happy to see you, Brother Fuller. The Lord bless you.
Then I seen another little minister here that--that Brother Thom didn't know. I don't even know the boy's last name, but I know they call him Junior back there: Jackson, Brother Jackson, Junior Jackson, just raise up your hand, Brother Jackson. We're glad to have you with us. He's from down around Elisabeth, Methodist church down there, where I'm to hold a service pretty soon, the Lord willing, before we go back into the field.
Now, the great call to India. And everything is going denser and denser, every day. Pray for me.

20 Now, tonight, this is Good Friday. It's a night that when we all... Oh, I guess, in Jerusalem, by this time, it's--sun's up pretty well now, on Saturday morning. But all day, the people has crawled up that same old path there where the cross drug out the bloody footprints of the Bearer: tears, afflicting their souls, crying. Many great cathedrals, and so forth, today, have celebrated this great memorial time. If there ever was a time that the world ought to be celebrating, it's--it's now, in this hour of trouble.
And I wonder if our sister, seeing this little, old organ here... I--I love an organ. I'm just kind of old fashion. And I--I wonder if we could get a chord on that:
Jesus, keep me near the cross.
Just one of those good old fashion, heart songs we used to sing a long time ago. And wonder if we could all join in on that. I love it.
There's a precious fountain,
Free to all, a healing stream,
That flows from Calvary's mountain.
How many knows a verse of it, anyhow? All right, you join right in with me now. And now, let's just pull down the curtains around us and set our minds to some nineteen hundred years ago this afternoon. What a Sacrifice, the world's never knowed nothing like that: shook the whole world. And now, don't you want to stay near that place, where you're in the place of fellowship and blessings with Him?

24 Let's all sing it now, just the old fashion way, now, don't... just--just the way you'd sing it if you was by yourself now. All right. Brother Thom, you help me lead it, will you? I haven't got much of a voice now. And then, all right. All right. [Brother Robert Thom helps in singing "Near The Cross"--Ed.]
Jesus, keep me near the cross,
There a precious fountain,
Free to all, a healing stream,
Flows from Calvary's mountain.
In the cross, in the cross,
Be my glory ever;
Till my raptured soul shall find
Rest beyond the river.
While you bow your heads, if you will, let's just hum it real slowly now. [Brother Branham and congregation begin to hum "Near The Cross"--Ed.]
Near the cross I will watch...
Hoping, trusting, ever,
Till I reach the golden strand,
Just beyond the river.
[Brother Thom continues to softly sing the chorus again, "Near The Cross"--Ed.]
I wonder if you just would want to just now... Nobody did it for you. I wonder if you just won't... wouldn't want to reconsecrate your life to Christ, and, "Lord, remember me. I appreciate Your... the tired, and suffering, bleeding, dying for me. I'm unworthy, but I'm going to slip up my hand now, Lord, and You'll see me. I want my life rededicated." God bless you. God bless you. All right. "Want to rededicate myself to Thee just now, Lord, on this Good Friday night." God bless you.

28 Father, I pray that You'll bless these who lifted their hands, and those who did not even have the courage to do it. We pray that the all-sufficient One tonight, will bless every one of them.
We're thinking of Calvary, when God our Saviour, laid in the shame; taken down, was given into the hands of a wealthy man who taken His body, after begging Pilate; took it over and wrapped Him in some clean linen and laid it in the grave. O God, what a feeling must have been over those poor disciples; seemed like they were defeated at that time. The One they had trusted so much was now gone, but not for long. Just a bleeding Sacrifice, that was all. Someday, a few hours later, He arose and then joy came.

30 Help us, tonight, Lord, as we're in this season, may it be upon us, that we'll see the suffering that it cost for our redemption, the sadness it cost for us to be happy. And may our souls... Tonight, Lord, may we consecrate ourselves to Thee, and our souls be afflicted, to look yonder and see what, O God, what a horrible death. How cruel sin must be. And I pray, Father, that You'll bless us together now.
Help Thou me, O God, as Your servant standing here with a very poor voice, and Your children waiting to hear something from the Word. Help me, Lord, break the Word of Life freely to everyone, as we rededicate our lives and our hearts. The tears of our hearts drop down deep in our bosom, when we think of the Sacrifice. Help us now, for we ask it in Christ's Name. Amen.

32 Just want to read a little now if you'll give me your undivided attention for a little while, and pray for me. In Isaiah, the 53rd chapter.
We have probably, today, heard radio broadcasts, and so forth. I just thought of Christ today. I couldn't help from going out somewhere and just kneeling down. And I just had to weep, when I thought of--when my mind went back to see what taken place there at Calvary.
I didn't get to hear any of the radio programs, but perhaps out of the Gospel they preached. And maybe tomorrow night we'll approach it from that standpoint.

36 But tonight, let's go back in the Old Testament. I want to talk on: "The Cruelty Of Sin, And The Penalty That It Cost To--To Rid Sin From Our Lives." In Isaiah 53, the prophet, anointed, seven hundred and twelve years before the coming of the Lord, he said these words:
Who has believed our report?... to whom are the arm of the LORD is revealed?
For he shall grow up before him as a tender plant and... a root out of... dry ground: he hath no form nor comeliness; and when we shall see him, there is no beauty that we should desire him.
He is despised and rejected of men; a man of sorrow,... acquainted with grief: and we hid as it was our faces from him; he was despised, and we esteemed him not.
Surely he has borne our grief,... carried our sorrow: yet we did esteem him stricken, smitten of God, and afflicted.
But he was wounded for our transgressions, he was bruised for our iniquity: the chastisement of our peace was upon him; and with his stripes we are healed.
All we like sheep have gone astray; we have turned every one to his own way; and the LORD... laid upon him the iniquity of us all.
He was oppressed, and... afflicted,... he opened not his mouth: he--he was brought as a lamb to the slaughter, and as a sheep before his shearers is dumb, so opened he not his mouth.
He was taken from prison and from judgment:... who shall declare his generation? for he was cut off from the land of the living: for the transgressions of my people he was stricken.
... he (was) made his grave with the wicked, and with the rich in his death; because he had done no violence, neither was there deceit in his mouth.
Yet it pleased the LORD to bruise him; he hath put him to grief: when thou shall make a soul... or when thou shall... and thou shall see... his soul an offering for sin, he shall see his seed, and shall prolong his days, and the pleasure of the LORD shall prosper in his hand.
If I would call it a Scripture text, tonight, I'd take the 6th verse.
All we like sheep have gone astray; and the LORD... turned every one to his own way; and the LORD... Laid upon him the iniquity of us all.

38 I want to talk just a few moments. We always happy when it comes to having the joy of the Lord in our midst; and how I rejoice with you, greatly. But did you ever stop to think what it cost to have it? Did you ever realize just the price that's behind it, what judgment was and what the penalty of sin? How cruel must sin be, when it caused the Son of God to go to Calvary, and God would strike Him, and turn His face from Him, and smite Him, and--and He'd be afflicted. Look Who He was.
Now, I want to draw just a small picture to you, talking now. Let's all of us take a little trip tonight, on a little ship, and let's... a little spaceship, or airship. Let's go back a hundred million years before there was a world, before there even was a star or anything, and there you can see nothing but space. And all that space was God. In the beginning was God.
And now, we'll watch coming into existence a little white Light. We'll call it, like, a Halo. And that was the Son of God, the Logos that went out of God in the beginning.

41 And then that how that He was standing there; and He, in His mind He begin to think of what the world would be and drew all this pictures in His mind. And He said, "Let there be light."
And a atom split and begin to break forward, and a atomic went off, the first atomic explosion. And then them atoms begin to accumulate till it made into cinders, as the moisture, ever what it was, begin to break, and the atoms split. And after while, there came a star, or a piece of the--a missile that flew off and went sailing through the air. He watched it maybe for a few million years, and then stopped it. He had no hurry. He was--had plenty of time, forever. He was from the beginning to the end. There was no--no time with Him. And then another one flies off, and He stops it over this a way.

43 What's He doing? He's writing His first Bible. The first Bible was ever written, was written in the skies, the zodiac. It starts out with the virgin; that's how He come first. It ends up with Leo the lion, the second coming. And He's writing His first Bible.
The second Bible was written, was written by Enoch, and put in the pyramid.
The third Bible was written, and the last one, is this One. [Brother Branham indicates his Bible--Ed.]
God always does things in threes. God is perfect in three. He's perfect. [Brother Branham clears his throat--Ed.] Pardon me. He's perfect in Father, Son, Holy Spirit. He's perfect in justification, sanctification, baptism of the Holy Spirit. He's perfected in His threes.
We are in His making, so we are perfected in three: soul, body, and spirit. And our body's controlled of--of nerves, of blood, and of cells (flesh): three. All perfected in three...

48 Then He said, after He had got all of that made, before He'd ever done anything else... I can see this little Halo move over--over this world, which was merely a cinder, frozen, hanging out there like a great iceberg. And He moved it over near the sun. And He begin to turn it like that, around the sun. It begin to melt, and the big ice glaciers tore loose. Texas was being formed, and the plains there; as we're taught how the icebergs come down through there, best chronologists can figure out. And then the whole world, after it run down into the Gulf of Mexico, and so forth, begin to berm up with water. "And the world, without form, and void..." Now we're in Genesis 1. See? Now then, God moved and separated the firmament from the waters. And He made the lights.
And then He created all His creations. Then after He made it, all the trees come up, and the plants, and so forth. What a beautiful setup He had. He loved it. It was beautiful. And He thought that was fine.

51 So He couldn't just leave it in that state; He had to leave something with it. So He said, "Let us (plural) make man (plural) in our own image. Let us make man in our own image." So then when God made His first man, He was a spirit man. He was something on the order of God, or the Son of God, the Logos. That was the first man. Then He gave the man jurisdiction over the--to lead all the animal life, just like the Holy Spirit leads the believer today: "Go here. Do this."
Now, if we were perfect in submission to the Holy Spirit, God would lead us by the Holy Spirit, just like Adam led the animals of that day.

53 So He--He made them. And then, when He did, He begin to move upon--upon the idea then that--that He had made man out of the dust of the earth. There was no man to till the soil, no one to do work, no physical being. So He made man out of the dust of the earth.
Now, there's where I think that a--a botanist, or--or science and Christianity, does not conflict one with another. Because science says, the man came from different a life; and we say, when you look at a man here, he's in the image of God. This is, was not the image of God to begin with. This was the image of animal life. And he... And the evolutionists argues that we... I don't believe in the chain of evolution the way they do, all coming from the single cell. But I believe we evolute, certainly, the evolution one man from another. But then when God made all of that, and got--put the man in the...

55 Made him out of the dust of the earth, now, not in His Own image. He had already made the man. Then He breathed into him the breath of life, and he became a living soul. So the soul of man is the nature of the spirit.
Now, when you're reborn, you don't get a new spirit. You get a new nature of that spirit. It's the same spirit, but a new nature of it. You take two men, stand them together, both look alike; and one of them is a sinner, and one of them is a Christian. One man say, "I got a spirit the same as you have." See? But one of them is a different, his soul, his nature's different. He's been changed.

57 So then He breathed into this man. Now, I don't know how, I don't how He made him. He--He put him in five senses so he could contact his earthly home, and see, taste, feel, smell, and hear. And He made him in that manner. Now, those senses was not to contact God.
His sense to contact God was his spirit, his soul was to con... "The soul that sinneth, the soul shall die."
Now, I'm going a long ways around to get something, but I hope you get every point of it, so you can see exactly what God had to do at Calvary.

60 Now, when this man, then, when He put him in his senses, his five senses... And then, the man, he was lonesome, so He made him a wife, a helpmate, taken from his side a rib and made a woman.
A beautiful type there, all in type, of God taking from the side of Christ, the Bride. See? God opened up Adam's side, taken a rib; which, a man has one less rib than a woman in the structure of the--the body. And now God opened up the side of Christ, in the--at Calvary, and taken out the Bride. The Church comes through the Blood of Christ into the Body of Christ. See?
That's how--how we come in, and through no other way. No matter how church you belong to, how good a man you are, how good a woman you are; you must accept God's all-sufficient Sacrifice, His provided way, or you're lost. That's right. That's the only way that you can come in, is through there. Now, there's only one way, and that's the Door.

63 Jesus taught that famous parable, when He was here on earth. He said the wedding supper was made and--and every man was given a--a garment, and he found one man there without a garment. He said, "Friend, what are you... How--how comes you haven't got a garment?"
Now, the oriental custom of that, when the bridegroom invited every person, he put--he invited. If he invited fifty people, then he had fifty robes. And he stood someone at the door, and every time a man come in, rich or poor, he put the robe on him. Then no one knew whether they was rich or poor. He, all looked the same under a robe.
And that's the way God does today. He gives the Holy Spirit; which is a type. Every man that He invites, we're all the same; not this one 'cause a little better than the other one, and that one a little higher than this one. We're all the same in the sight of God, everyone that's invited to the wedding supper.

66 Then when he came in and he found one man now... Now, there's only one door to come through, because there's where the garments was given out. And he found a man at the supper table, without a garment on. He said, "Friend, what's you doing here? Why haven't you got a garment on?" And the man was speechless. He came in by a window, some other way. He didn't come by the door.
And every man that comes by Christ, into the Body of Christ, receives the Holy Spirit, the Robe. He's standing right there, to put It on you, just as soon as you come in. See? That's what He's promised and that's what He does.

68 Now, back there in the--in the beginning, in the Eden, then He made a wife for him, or a helpmate.
Now, you see these pictures in magazines, sometime, of some artists. Now, that's very poor inspiration. If you'd see Eve with hair sticking out like that, and, oh, what a horrible looking thing, and say, "That was our mother," why, there wouldn't be no one in the world could admire that. I believe Eve was the most beautiful woman that was ever on the earth. That's right. When Adam looked at her, his, he--he... It just, why, it goes to show that strain comes right on down through human beings today. If it didn't, it would be vice versa.

70 So, Adam taken Eve as his wife. And then when sin came in... And I have my idea of what that was. I don't express it out in the church, less I just having a little class of some sort, of what the sin was in the beginning. But anyhow, when it did, it separated them from fellowship with God.
Now, here's the picture I want to get. Now, when God realized, or some Angel, or some being had come up and told God, that, "Your son is lost. He--he sinned. He's fallen."...
Now, watch the strain of man, the first thing, is make hisself a religion. A man, he's got some kind of a religion.
I was talking to a famous man here in the city the other day. Said, "You know, my religion, Brother Branham, is keeping the Golden Rule." That's good. But, brother, unless a man is born again, he will perish. Yes. He's got to; he's got to be borned again. Now, the Golden Rule is all right; that, a moral man can do that. But it's got to be all in the supernatural line. And you'll see what God had to do in order that we could be supernaturally born.

75 Now, when, then, he sinned, he--he made hisself a reli... A word "religion" means "covering." It's like something covers. This coat is a--is a--a moral religion to me, because it covers my being. And your clothes is the same way. And it's a... It's a--a covering.
Now, notice then, when Adam, his fig leaves were all right as long as he didn't have to face God. But when he had to face God, he realized his fig leaves was no good. And now, friend, you might think you're a pretty good person (See?), and you might be. That's right. But when you come to face God, you're... if you haven't accepted God's provided Sacrifice for you, you're lost and you'll know it.

77 I have stood by their side, watch them die, see the doctor shoot hypos in their arms to keep them quiet, and hear them scream and carry on. Say, "Oh, they're just beside themselves."
I said, "Doc, please keep it out, just a minute longer." See? And you can hear them when they--they think you're right.
"There is a way that seemeth right unto a man, but the end thereof is the ways of death."
And every man that's ungenerated--unregenerated of God, will go that way of destruction. You can't help it. Your own soul guides you. If you're borned again, you're bound to go up. If you're not born again, you've got to go down. Just your--your own soul will do it. Just like a--a magic wand that would open a door or somewhere; if you haven't got the--the wand, the door won't open. And if you're not borned again, you're just rejected automatically; that's all. Now...

81 And then when I--I see there, then, when they come out, and God knew that they could not stand before Him. And He knew. And they were hiding, hiding back in some bushes, yet covered up, but they knowed their covering wasn't sufficient.
And every man or woman that goes to church... Today I was thinking of the cathedrals a ringing out, and the bells a tolling, and so forth like that; and people going to the church, and making ready, and the women buying their Easter hats and so forth. What has this come to? My, how I can't understand where a rabbit has anything to do with the resurrection (See? No, sir.), or how a Christmas tree has anything to do with the birth of Christ. It's pagan, friends. We've got off the path somewhere. That's right. But now a real born again man or woman realizes, because there's life within you, tells you that that's wrong. Is that right? [Congregation says, "Amen."--Ed.]

83 Now, watch; Adam and Eve. Oh, my! When I think of that, I lose the thoughts of my influenza, ever what I had. When I think, way back in the beginning... Watch! You talk about blood?
Here not long ago, when they were figuring on now, in the great Methodist council, to taking all of the Blood songs out of the Methodist hymnal... Said, "It's not a slaughter block religion." Said, "We don't... We want something nice and dignified." Brother, that's not the way God receives it. It's either...
"When I see the blood, I will pass over you." Blood! God, only substitutionary there is, is in only... "The life lays in the blood. You may eat the meat therefore, but the blood thereof, which is the life thereof, pour it upon the ground." See, not eat the life...
Notice, how beautiful. How I think of that. Then God thought, "Now, come out here, Adam and Eve. And before I can bring you out, I'm going to have to do something." So He goes over there on the hillside and gets a sheep, kill him, pull the skin off of him, let him die.

87 Because God has to keep His Word, no matter how good a man you are, how good a woman you are, what you are. It's God. God has got to keep His Word.
That's the reason the virgin Mary had to go up at the day of Pentecost, and receive the baptism of the Holy Ghost, just like the rest of them did, because she was born here as a mortal and had to be borned again before she could go to heaven. Amen.

89 Now, look, lady, let me tell you. Just because the times has changed, God hasn't changed. You come anything short of that, you're lost. See? Now, I'm only speaking in behalf of what God did nineteen hundred years ago today on Calvary, to show you what a sacrifice that had to be made to pay this, and that's God's way. Now, there's a way that seems right; but God has a provided way. If you'll always go in God's provided way, you'll never go wrong.

90 Like if you start to go to Indianapolis, or across the bridge, and you say, "Well, here, is that Louisville over there?"
"Yes." And just take right across this way; you'll be caught up pretty soon. That's right. You better get the blueprint, the map, study it out and see which a way you're going.
And then, Here is God's blueprint to glory. Study It out. There It is. It's Blood-sprinkled all the way. You can't lose the track, if you'll follow the Blood. Amen. Now, you can see. Just keep right with the Blood and you'll be all right, for there's a bloody footprint every step of the way.

92 Now, notice how God back there, before He could do it, now He could stand or... Even they could stand to receive, He'd kill them right now. He had to, because He's sovereign. He has to keep His Word. He said, "The day you eat thereof, that day you die." That settled it forever. Then I can see Him back there, when He killed these sheep. You say, "Were they sheep, Brother Branham?" I believe it. He was the Lamb that was slain from the foundation of the world.
And it was a sheepskin; take and throwed them back in the bushes, and told them to wrap up in these, and come out, and to receive.

94 And I can see Adam and Eve pull these old bloody, flappy skins around them. Could you imagine, the lovely, beautiful bodies of those two perfect human beings, now wrapped in bloody sheepskin? I can see them stand out there.
God said, "Adam, because you listened to your wife instead of Me, then, I took you out of the dust, and dust you'll return."
And, "Eve, because you listened to the--the serpent instead of Me, why, you brought life--took life out of the world, you'll have to bring life into the world. I will multiply your sorrows, and your desire shall be to your husband," and so forth.
And He said then, "Serpent, because you did this, walked up..." He wasn't a reptile. He was a beast, walked up, more subtle than all the beasts of the field. Bear me record: that's Scripture. Walked up, like a man, and he had deceived her. And He said, "And because you did this, off comes your legs, and on your belly you'll go, all the days of your life. And dust shall be your meat."
And right there they was: judgment. God had to keep His judgment, 'cause that He spoke it. And He's God; He can't back up on it. He's got to stay... In order to be God, God has to keep His Word. That's right.

99 So there I can imagine seeing that poor little Eve, when she looked at Adam, her long blond hair hanging down her back, those big, bright, blue eyes that looked like the skies, where God had made them, the tears pouring down, mixing with the blood on the garments, and flapping down around her body, Eve... Adam, with his strong body, caught her and leaned her over on his bosom, and there the tears, mingling, falling, as it run through the sheepskins, blood dripping down. Blood, all the way. There. Now, He says, "You have to depart out of My Presence."
And I can see Eve and Adam, with their arms around one another, going, moving out like this, them old sheepskins flopping against their leg, bloody, beating on their leg. [Brother Branham clapped his hands together once--Ed.]

101 Then I can see all that space, which was God. God had no beginning of days, ending of years. He's forever and forever. I can see all that great space begin to move together like this, coming down to a funnel shape like that, and it moved right down, as He begin to eye that little couple going down through the garden of Eden, bloody skins flopping against their leg. He couldn't stand it. And it moved down, oh, it moved it down to the very heart of God, spelled l-o-v-e, "God so loved..." He just couldn't see them go.
He called them back, said, "I'm going to put enmity between your Seed and Satan's seed." Then when that was done, was at Calvary, when God Himself came down through a woman, born of a virgin.

103 How I would like to deal there just a little bit, in Eden. Notice, when they were driven from the garden because of transgression, all the blessings cut off because of transgression.
And I think, tonight, that's what's the matter with the Church. All the blessings are being cut off because of transgression. There you are.

105 Driven from the garden of Eden! Now, I want you to notice, here come... When Cain and Abel, the two sons of Adam and Eve, came forward to make an offering...
I believe the great Cherubim was at the east side of the gate, and that Sword whirling back and forth, guarding that gate there that entered into Eden... Notice, Fire, the Holy Spirit Fire guarding the gate.
And, today, that's what guards the gate. If you're scared of Holy Ghost and Fire, you'll never get in. Fiery, the Sword of God, God is a consuming Fire, watching that Tree, guarding that Tree of Life.

108 And now notice, then this is a beautiful picture. Oh, my. I can see Adam, or Cain and Abel, rather, toiling now, or going out to make a sacrifice. I believe they built their altar right at the gate, at the Throne, where they could worship.
Notice, here comes Cain. He probably worked all year, toiling, doing everything he could to get the very biggest apples, or the very biggest pumpkins, or whatever he had, brought it up to the gate. Built him an altar right there by the side of the gate in the Presence of God, put all of his fruits, and the big calla lilies and everything, and laid them on the altar correctly, then knelt down and worshipped God.

110 Now, I want you to... I hope this just soaks way down, as it never before, till you get it. See? Now, notice. If God only required you to go to church, Cain was just as just as Abel was. Cain built an altar unto the Lord. You say, "Well, Brother Branham, I don't only do that, but I make a sacrifice. I pay to foreign missions, and I..." Them things are all right. Them's all right. But God requires more.
Cain did that, himself. See? He brought a sacrifice. He worshipped the Lord. He knelt down and offered praise unto the Lord, and said, "Lord, here am I. Here am I, and I've brought You an offering. I've built an altar." Amen.
In so many words, "I am a member of a church." Did it hit the bottom? Look. "I am a member of a church. I believe in You." It'll go to the bottom now. Let it soak real deep. "I am a believer in God. I have built an altar. I have brought a sacrifice. And here I am, Lord. I am worshipping You." And God turned His back on it. Right.

114 "And Easter morning," like a pastor of this city said, "you know what I do, preacher, on Easter morning?"
I said, "What?"
Said, "I tell all my folks, I bid them a 'Merry Christmas.'"
Said, "Why?"
Said, "I won't see them anymore till next Easter."
Everybody comes out on Easter, that's all, buy new bonnets and new clothes. And what's that got to do with Christ? Oh! And there'll be millions of dollars spent this year, tomorrow, in the Protestant realm, of lilies, great beautiful lilies; each member will come around and lay it on the altar. God don't care about the lily on the altar. He wants you on the altar. It isn't the lily; it isn't your sacrifice. You are the guy should be on the altar. That's the difference. Putting what God requires on the altar, is you.

116 Now, I want you to notice how that, that strain, that was Satan in Cain. And notice that the very...
Now, this ought to make you feel real good, some of you that's a pilgrim and wayfaring person. And we have to maybe say, "Well, I wish we could do this in our church, and that." Be satisfied. Hallelujah. I'd rather worship in a little, old room somewhere in a back alley, and have God in it, than in a cathedral with God not in it. That's right. Sure. There! He was a poor man. Notice. Then he brought his offering, Cain did, and laid it upon there. Now, notice, he came from the line of Satan, because he expected God to receive it, because it was beautiful fruit, something that he done, himself.

118 And so many people say, "Well, I belong to the certain different orders. And I--I give to the Red Cross, and I give to charity. I donate to churches. What about that, Brother Branham?" That's all all right.
But, "Except a man be born again, he will in no wise enter the Kingdom." Notice it.
Those charitable things are fine, but out... That's not God's provided way yet. Cain come his own way. And many, tonight, are coming their own way.

121 You can't even reason it. Why, reasons can't even... Your reasons are not eligible. You're not eligible to reason it out. If you could reason it, it would no more be of faith. You've got to offer it by faith.
Now, you say, "Brother Branham, you mean I have to get down there and--and get filled with the Holy Ghost and carry on like the rest of them?" If you expect to be with the rest of them, you do. That's all. Yes, sir. That's all. You can take...
Naaman had the same thing. God told the prophet, "Tell him, 'Go down and dip seven times."'
He said, "Isn't this water cleaner and better?" But it was that water of Jordan; looks pretty bad sometimes.

125 But I wish every one here tonight would look at Calvary, and what it cost God, nineteen hundred years ago, and would raise your hand, say, "I will take the way with the Lord's despised few."
You say, "I have to join with those guys that Brother Thom or some of them call 'holy-roller'?"
Brother, I've been around the world, pretty near three times, and I've never seen a holy-roller yet. No, sir. I've seen holiness, but not holy-rollers. That's the name the devil tacked on the Church. God said, "Without holiness, no man shall see God." You can suit yourself, about it. That's God's way.

128 You say, "People that scream and shout and go on?" Brother, that's what it is. "Why," you say, "that, that seems crazy, to me."
That's the reason you ought to be born again. When you are born again, then it won't be crazy. You'll be with us. They thought the same as you did, one time. That's right. They thought the same as you did, until they got into it themself. It's a change, a conversion. "Convert" means to "change" anything. And except a man dies out to himself and say, "Lord, I don't know nothing about it. Just take me in." Amen. Then God will do it. See?

130 Now, Cain said, "I've laid all this down." God refused it. He made it all pretty.
And maybe you think, "Well, I'm going to sunrise service; I got to have a new bonnet."
A girl one time was going to sing in my meeting. And she said, "Brother Branham..." Her mother washed over a washtub to make a living. And she had to have one of them "kinking" in her hairs, you know.
What is it, manicure? Or what is it you call the thing, ever what the thing is in her hair? I know that's wrong. I can't never think of that name of that. I don't know much about it. Toni? [Someone says, "No. Permanent."--Ed.] Permanent in it, that's what it was.
And she had to have one in her hair before she could sing in the choir. And her poor old mammy washing over a washtub to make her a living. When she went and got her a permanent, and I said I wouldn't let her sing, 'cause she wasn't fit to sing when she did that to it. Right.

135 God help us to keep the pulpit clean, anyhow. That's what's the matter with the world today, in their...?... Now, listen, brother. I believe in an old fashion, sassafras experience, way back yonder in bushes, where you grub out all the roots of bitterness, and stir up the ground (that's right), plant the seed.
Now, notice now, Cain, he thought, "The beauty."
They think, "Well, now, our church... We'll build a new church." That's all right. Everything's of beauty, is all right, if you take along with it the Lord Jesus. Then if you'll just get Him first, He will take care of the rest of it.

137 Someone said, "Brother Branham, do you believe this girl should come to the altar, looking like this?"
I said, "Brother, it's coming springtime. All those scrub oaks out here, every one of them has got the leaves right on them they had last fall. But we don't have to go pick the leaves off, to let new leaves come on. Just let the new life come up, and the old leaf drops off." That's right. Amen.
Listen. May I say this too. If the old leaf don't drop off, it shows the new Life hasn't come. Don't get angry with me now. I'm talking about Jesus. All right. That's it. All right.

140 Watch what it cost our heavenly Father. Look what He did now.
And there come Cain, and he made his offering. He worshipped. He went to church. He's just as good as the next fellow.
Esau was the same. Esau, in his character, was a better man than Jacob, more of a gentleman. He loved his father; and the things that he done. But God chose Jacob.

143 Notice now when Abel come to make his offering, well, it was quite a difference when Abel come. Here come Abel. He didn't work; he didn't try to find the biggest church in town to go to. He didn't try to find the nicest bunch of people to associate with. Amen. He just took something that he had and come on. That's all. He was a sheepherder. So he just reached over and got a lamb, and tied... I suppose they didn't have any hemp in that day, so he must've got a grapevine and just wrapped it around his neck.
But what did it speak of? They led Him to Calvary. He was the Lamb. Said, "Why was He born in a barn?" Well, lambs are not born in houses. They're born in barns. And they was led... they led to the slaughter like a lamb. And they led Him away, leading Him up Calvary. He was God's Lamb (amen) from the foundation of the world. When I think of it, brother... There come Abel's little lamb. There come God's Lamb.

145 When I think of it, my heart just turns over and over. When I think, me, a poor, unworthy, ungodly sinner, dying without God, without Christ in the world, without hope... And in due season Christ died in my stead, the beautiful One, and became despised and rejected, that I might be accepted in His sight, in my stead. Oh, I just can't get over it. I just can't imagine how He could do that for me. Who was I? Then, you say, "Did He do it for you?" Yes.
The Holy Spirit come, hunted me up, one day, and said, "He did it for you," and I believed Him. I believed Him. Yes, sir. I accepted Him, and I found it was so. No matter what the people said they was, "they were fanatics," or whatever they was; I believe God. And I... And He done just what He said.

147 I can see little Abel. Watch now. My, I can see Abel go and get this little grapevine, reach out and get a little male lamb, first from the old mother ewe, wrapped this vine around his neck. Here he comes, dragging him (Not much beauty to that, is there?), pulling him up there. Then he got him up to a big rock, laying there at the east end of the gate... Now, notice.
Cain had probably toiled all year to make the best of crop that he could, thought he could please God by that.

149 And many people say, "I'm going to quit lying. I'm going to quit stealing. I will quit smoking. I will turn to a better class of people. I will get in some society."
Here it is! God don't care about your turning a new page. He wants you to turn your heart to Christ, and let Him make out of you. Not what you can do, it's not by good works we're saved, but by His mercy are we bought. "Not by works, lest any man should boast." For we are--for we are God's because... It isn't what I am; it isn't what I do, myself. It's what Christ, in God, has did for me and for you.

151 Notice, beautiful type. Here he comes, dragging the little lamb, pulling him along. I can imagine the little fellow falling, probably knew what was near, dragging his little feet. Perfect type of Christ dragging the cross, God's Lamb coming down through Jerusalem, falling, weak.
Here come the little fellow, bleating along. And when he got him up to the great rock, laid him upon the rock, taking a piece of sharp rock... I don't know, guess they had no knives in those days. Laid him like that. Took him by the back of his head, and pulled him up like this, took a kni... or the rock, and begin to chop his little throat, and the rock begin to beat through his throat. On that rock died the lamb, bleeding, bleating, blood splashing, his little arteries cut, the blood flying all over. His little white wool become bathed red then with blood. God looked down from the heaven, and said, "That's it. Now, you got it. That's the way." The blood spurting from his little veins...

153 What was it? Of the Son of God, nineteen hundred and something years ago this afternoon. He was led from prison. He was taken to the judgment seat, and from there, to the hall of scourging, from there, up Golgotha, pulled up the hill. Simon, the Cyrene, helping Him bear the cross. And there, died, on the Rock of Ages, with His Blood beat out of Him, His body striped. Hallelujah! Great big old gobs of mocking soldiers' spit upon His face. And He said, "If My Kingdom was of this world, I'd ask My Father; He would give me legions of Angels that would come and fight for Me. But this is not My kingdom. But Thy Kingdom come. Thine will be done." And it will be here pretty soon. "Thy kingdom come, Thine will be done." Oh, my.

155 When Billy Sunday said, one time, that, "In every tree set an angel," said, "He just pull your hand loose and point your finger; that's all you'll have to do. We'll settle the question down here." My, ain't it the truth.
Caiaphas looked by, and said, "He saved other; Himself He cannot save." It was the greatest compliment was ever paid Him. If He saved Hisself, He couldn't save others. So He gave His life, that He could save others. Hallelujah. Amen.
"All we like sheep have gone astray; God laid upon Him the iniquity of us all. He was led to the slaughter like a sheep; and led like a sheep, dumb, before her shearers, opened not His mouth. Yet He was wounded for our transgressions, bruised for our iniquity; the chastisement of our peace upon him; and with His stripes we are healed." How could you reject such matchless love? To see Him as He goes staggering up the hillside: poor, little, weak, frail body bending beneath the load.

158 I think of the poet when he set there that day; he caught a glimpse of it, and he wrote.
Mid rendering rocks and darkening skies,
My Saviour bowed His head and died;
The opened veil revealed the way
To Heaven's joys and endless day.
What a Saviour. Oh, my. How could we ever, how could I reject such matchless love, for One Who would do that for me and you?

160 I trust, tonight, my brother, sister, that you will come. God, that was God's provided way. That's the way for you. That's the only One Who can have anything to do with you. That's the One that took your place. That's the One Who stands tonight, a resurrected Redeemer, standing at the right hand of the Father, tonight; see Him begging and pleading for every sinner that's in this building to come to Him. I trust that you will. I trust that you won't let this--this Easter pass.
Dear friends, we're at the end of the road. I believe we are, with all my heart. We're down to the end of the road. May the Lord Jesus bless you. May He make you a new creature in Him, tonight, is my prayer. May He lead you. One time in the...

162 There was an old blind man in the Bible, by the name of--of Bartimaeus. Old blind Bartimaeus, he had two little doves, we're told by history. That these little doves used to set out and do little tumbles over one another, and the people would--would hold their... He would hold his cup, and then when the--the people would come by, they'd watch these little turtle doves do little tumbles, and they'd drop in coins for the old blind beggar. He was a married man and had a little girl. He'd never seen the little girl in his life. She was about twelve, fourteen years old, at the stage that we're fixing to enter to his life now. And he was setting...
One night, said his little girl got sick, and he went to the Lord. And he said, "Lord, if You'll just heal my little girl, I will sacrifice my two doves for You, tomorrow." So they... The Lord healed his little girl, and he sacrificed the two doves. After while, his...

164 And the first thing you know, his dear wife got sick, and she thought she was... They thought she was going to die. So he goes out to the Lord in the night, feeling his way along the side of the wall of his house, knelt down in the field, and said, "God, God, if You'll just spare my wife's life, tomorrow I will sacrifice my lamb for You."
Now, you've seen blind men led by a dog today. They train those dogs to lead them. In them days they trained sheep to lead people, and so he had a--a--a lamb that led him around.
And he said, "Lord, if You'll just heal my wife, well, then, tomorrow I will sacrifice my lamb to You." And his wife got well.

167 And the next day he was going up to the temple, and said the high priest, Caiaphas, stood out and said, "Blind Bartimaeus, where are you going?"
He said, "I'm going up to the temple, O high priest, to sacrifice my lamb. I promised the Lord, if He'd heal my wife, I would give my lamb."
He said, "You can't give that lamb, Bartimaeus, because that that lamb is your eyes." Said, "I will give you some money, and you buy you a lamb with the sellers in the temple."
But Bartimaeus said, "O high priest, I never promised God a lamb; I promised Him this lamb." Oh, my.

171 I wonder if you've made promises like that. And if you see that all-sufficient Lamb tonight, think, "Lord, if You'll let me get well, I will promise you I will serve You; I will do everything I can. If You'll let my baby live..." Or, when you stand and your mother was going down in the grave, or your dad or your loved ones, "O God, I will meet them, I will meet them again." I wonder if you really meant that. I wonder if this Easter is going to come and go without you fulfilling that what you've promised.

172 He went on up and offered his lamb. Come back, someone leading him around.
So he said then, when he come back, said, "Bartimaeus you can't do that." The priest that went to take his lamb, he said, "You can't take this. You can't sacrifice this lamb." Said, "Blind Bartimaeus, do you know that lamb is your eyes?"
He said, "Yes, I know that. But I promised God, and God will provide a lamb for blind Bartimaeus' eyes."

175 Not long after that, he was shivering in the cold, one day; he heard a noise. God had provided the Lamb for blind Bartimaeus' eyes. He came along the street. He said "What's all this noise?" There's usually noise where He's at. Said, "What's all this noise?"
He said, "One, Jesus of Nazareth, passed by."
He threw down his coat, not looking where it went; he didn't care then. God had provided a Lamb. He got right to the Lamb. He said, "O Jesus, Thou son of David, have mercy. Have mercy."
The rich people and those who stood around, to get close to the prophet, to the king; he said, "Oh, be still; He can't hear you." He cried that much the more.
Some of them said, "The days of miracles is passed. There's no such a thing as that day."
He cried the louder, "Thou son of David, have mercy on me. Have mercy on me." God provided the Lamb.

180 That same Lamb He provided for blind Bartimaeus' eyes, He provided for you nineteen hundred and something years ago, today, as He climbed Golgotha, yonder, and offered Himself, all bruised and hacked together.
Listen, friend. Remember, Abel went out into his herd and got the lamb, and killed it on the sacrifice block. And [Blank.spot.on.tape--Ed.]... better catch this now. Abel died on the same rock that his lamb died on.
Are you willing tonight, to die unto yourself? Are you willing to die out to all thoughts of yourself? Just lay on the rock, with your Lamb there, and die out, say, "O God, have mercy." When I think of men and women who think of pride, young men and women who will give their lives over to things. And men of age, too, thinking of their job and of their prestige and of their neighborhood, or something like that.
Oh, why don't you crawl up Calvary yonder tonight? Hallelujah. Let your own life be hacked out, and die yonder on the cross with Him. Throw your arms around the "Rock of Ages, cleft for me, let me hide myself in Thee. While the near, old waters roll, while the tempest still is high, hide me, oh, my Saviour, hide me. Let the world do whatever they want to. Let the theologians do whatever they want to; I don't want their theology. What I want is Jesus Christ in my heart. Let me die with my Lamb."

184 Oh, I know how hard it was that night when I walked in that little old colored mission out there, and all the white folks standing around there, said, "There he goes into a colored mission." It was hard. I walked up there with a whole lot of Kentucky pride in me, like that, but God said, "If you want It, walk right on in there." And I walked right in there and knelt down to an altar, and there I stayed until the Lamb... I died to old self, Bill Branham, twenty years ago. Hallelujah.
"I was crucified with Christ. Yet I live; not me, but Christ lives in me." Someday in that glorious resurrection, when He comes, my body may be resting beneath the sod out yonder. But when it does, you'll see the grass move back and I will come forth in His great glorious image, besides a many of them (hallelujah), for I know Him in the power of His resurrection.
I trust that's what every one of you do tonight, crawl right up Golgotha yonder tonight. Let's take a little trip now.
While, you'll give us the key, if you will, sister, of "Nearer, My God, To Thee." While we are...
You say, "That's a funeral." Well, brother, if there ever was a time we needed a funeral, is right now, when men will die to theirself and pride.
Let's bow our heads, silently now, while she gives us a little chord, if that's all right.

190 O God, oh, when I think what happened yonder. Uh. Even my bones tremble to think. I think of seeing that Lamb, when they hacked Him, yes, put thorns on His head and pushed it down. The soldiers spit in His face, and said, "Thou King, now do something about it."
He was the Prophet of prophets. They put a rag around His face, and hit Him on His head with a reed, said, "Now, prophesy, tell us who hit You."
But the prophet said, "He opened not His mouth." He done told it.
Tied His hands up, behind Him, stood off, with a great whip, and lashed Him till His precious ribs showed through His back; the Blood running down His side, tinkling off on the ground. I hear Him walk now; out of His sandals I hear the blood squashing. That was Emmanuel. That was God, God's Blood.

194 And I seen them take, put that cross on His back, that old blistery, ragged, rugged cross. And there He goes, laying across that sore back, down through the street He went, the howling mob, laughing, making fun of Him, "There goes that prophet. There goes that great teacher. There goes that divine healer." But He's my Lord. O God, I've... Let me climb with Him.
There He goes up the hill. I see the young, half-dressed women, running around, making fun. Their boyfriends hugging one another, as they go up the hill. Brother Ward, it hasn't changed too much yet.
I can see the great church members, saying, "Look, that was the Guy that was going to tear our church up; preached against our pastor. Look at Him now." But the prophet said it must be that way. He was God's Lamb.

197 I see Him as He turns His head, and the spit sliding down off of His beard. Rolls His eyes up to Heaven; groans, and moves a little farther.
Lord, by faith, I want to walk that now with Him. I want to pat Him on the back, say, "Lord, I will stand here. Just tell me what to do, I will do it. How I appreciate You, Lord."
Yonder on the hill, when they laid Him down, pulled His precious hands back. Those hands that stood the fever; that hands that said... to that poor widow woman's boy, when it touched his brow, or the casket he was laying in; he come to life...
That One Who called Dorcas back to life, that One Who called Jairus' daughter to life, that One Who said, "Lazarus, come forth." Them lips are bleeding now, parching, crying.

201 As the great cruel nails drive into His hands and in His feet. "They pierced my hands and my feet," said the prophet, seven hundred years before it happened. What was it? It was Abel's Lamb. There they flung Him down in the ground, and the flesh tore. His poor body quivered.
Said, "I thirst." They give Him vinegar.
They riled and mocked, and made fun of Him, said, "You great miracle-worker, do something about it now."
But then the skies begin to get dark, lightning begin to flash. God was hiding His face; He couldn't stand it no more. O God, how cruel sin must be, how cruel, how cruel, that caused that precious One to do that. Even such a price He paid till God Himself hid His face. The Angels veiled their faces and turned around, to weeping with Him. The moon and stars could not go any farther. They could not shine no more. The very God that created them was dying on the cross. And He bowed His head.

204 Before He did that, He looked down there to them people gambling for His garment, fulfill what the prophet said. Said, "Father, forgive them; they don't know what they're doing." All in love, Adam's Lamb, God's provided Lamb, slain from the foundation of the world... There He died, friendless, even forsaken by God Himself. God, and, then, His Own Father, forsaken Him, bleeding.
Yet, we go around laughing, gaiety, just like nothing had happened.
O God, it was that Blood. When yonder in the hospital, the doctor said, "He's dying," it was that Blood that healed me. A little old sinner boy running around here, it was that Blood that forgive my sins. It was that Blood that took--that taken me out of a debauch of a place that I was living, and set me and made me Your son. Oh,...?... and dying Lamb, Thy precious Blood. Keep me near the cross, Lord.

207 That's my vision. That's what it is yonder, love, all God's great heart moving down there. And all that comes by Him will not be rejected. They'll all receive Everlasting Life. "He that cometh to me I will in no wise cast out."
God, may every individual here go home tonight with this on their mind, thinking of, "What a Sacrifice. What did it cost to redeem? What did it cost God?" Never cost us nothing. It cost God His Son. It cost God the greatest price. It cost Christ His life. He was the Rose of Sharon; but to get the perfume out of a rose, you have to crush it up. His beautiful life was crushed at a young Man of thirty-three and a half years, that we might live.
Nearer, my God, to Thee. Stay near me, Lord. Stay near me. And when I come to the end of this road, my life is finishing, Lord, may He, Who died there, come near me then. May every one in here be likewise.

210 Tomorrow, Lord, or day after tomorrow, bury a little woman who set here in this church one time, listening at the sermon. Thou knowest all about her now. If she did come, she's saved. If she didn't, she's gone.
O God, have mercy. May every man and woman, as they leave this building tonight, go to their homes, go, thinking seriously, "Nothing in my arms; just simply to Thy cross." And may each one die on that cross.
Lord, while I'm here at this pulpit tonight, this little old concrete structure, I consecrate my life to You. I thank You for what You've done for me. And I consecrate myself anew, at this crucifixion night memorial to You. Take me, Lord. Forgive me, all my mistakes and troubles. Make me strong and powerful, Lord, in the Spirit of God, that I might win souls to You.
And bless this congregation, for we ask it in His Name. Forgive every sinner. Reclaim every backslider.

214 While we have our heads down, and every sinner man and woman in here just now, little boys and girls, all of you... Some of you young folks back there, had to speak sharp to you, the other night. I hate to do that. God bless your hearts. You might have thought Brother Branham was rough, but I--I love you. I've set where you started from. I know what it is; that's the reason I said that, see if you just wouldn't love our Lord. Pray for me, pray this will be the consecration time for me. Some of you mothers and dads, elderly people, make this the time of consecration, just now, would you? Accept Him in your heart. Believe Him with all of your soul.
Now, while every heads bowed, would somebody like to be remembered in prayer? If you would, just raise your hand, say, "Brother Branham, remember me. I want closer to God." All right, dozens of hands.

216 Father, remember them all. I pray You'll grant it; they'll have peace. As the tears are rolling down our cheeks and dripping off here, with mine, pulpit. Some of them with handkerchiefs. Some of them, great, burly-looking, rough men in here, setting here before me, tears running down from their faces with the wrinkled cheeks. Receive us, Lord. Forgive every one of us in the Divine Presence of this. Dear God, tonight, forgive us, Lord, young and old. May we be saved at that day, and taken to Thy Kingdom, for we ask it in His Name. Amen.
Now, you can stand to your feet, quietly. Now, just keep your heads bowed. Slowly:
Nearer, my God, to Thee, nearer to Thee;
Even though it be a cross that raiseth me;
Still all my song shall be...
[Brother Branham quietly prays for the people--Ed.] "God, My God, My God, why hast Thou forsaken Me?" Come, Lord, bless these hearts. [Brother Branham continues praying with the people.]

219 Will you just, reverent, without speaking to anyone, at all, without saying one more word, just leave the building, quietly now, and go to your homes. Just turn and go to your home now. Without saying a word, turn and go out. God be with you.
[Brother Branham pauses as the congregation begins to quietly leave the building, while the organist and pianist continue playing "Nearer, My God, To Thee."--Ed.]
"All we like sheep have gone astray; the Lord hath laid upon Him the iniquity of us all. But He was wounded for our transgressions, He was bruised for our iniquity; the chastisement of our peace was upon Him...?... Yet we did esteem Him stricken, smitten, afflicted."
[Brother Branham continues to quietly pray for the people, while the organist and pianist continue playing "Nearer, My God, to Thee."--Ed.]

Up

S'abonner aux nouvelles