L'Expectative

Autres traductions de ce sermon: Expectative - Shp
Date: 58-0508 | La durée est de: 1 heure 26 minutes | La traduction: MS
doc pdf mp3
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1    Restons debout, juste un moment, si vous voulez, alors que nous courbons la tête pour la prière. Dieu Éternel et béni, nous Te sommes reconnaissants pour ce que nos yeux ont vu et nos oreilles ont entendu. Et nous pourrions nous joindre au poète qui a écrit ce chant. Et nous sommes si contents de savoir que la religion Chrétienne n'est pas simplement un livre de règles, mais elle est une expérience d'un Dieu vivant et omniprésent.

2    Nous laissons ces enfants entre Tes mains, Seigneur. Et nous prions qu'ils grandissent dans la grâce, et que leurs églises, d'où ils viennent, soient bénies et qu'il puisse y avoir un réveil dans le pays. Et ceux qui se sont levés bravement et T'ont accepté comme leur Sauveur personnel, nous Te demandons que Tu leur accordes, Seigneur, Tes riches bénédictions. Et ceux qui T'ont accepté comme leur Guérisseur; puisses-Tu les bénir, et puisse leur témoignage, quand le médecin les aura laissés aller, puisse leur témoignage être merveilleux. Que leur témoignage fasse que les docteurs prient pour leurs patients et qu'ils réalisent que Toi, ô Dieu, Tu es le seul qui peut nous guérir. Et nous Te demandons de rester avec nous ce soir, que Ta miséricorde demeure sur nous.

3    Nous réalisons que nous combattons un dur ennemi. Et nos armes ne sont pas charnelles, mais elles sont fortes, pour anéantir les forteresses de l'ennemi.

4    Et aide-nous à unir nos coeurs ensemble, ce soir, alors que nous regardons à Toi maintenant, pour avoir communion avec Toi autour de Ta Parole écrite. Et ensuite, Seigneur, que les pécheurs trouvent leur place à l'autel de Dieu, dans leur coeur, et qu'ils se repentent et deviennent Tes enfants. Et alors, que les malades soient guéris, et que la gloire puisse se trouver dans la ville, parce que Tu nous auras visités. Nous le demandons au Nom de Ton Fils, Jésus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

5    Je le dis avec sincérité, de mon coeur: Je regrette ce soir que je--ceci est la réunion de clôture de nos rencontres. Je viens juste de faire votre connaissance, juste de sentir que vous êtes--vous faites partie de nous, ce que vous êtes au commencement. Mais alors c'est ainsi que cela semble être quand je suis ici au pays, et à l'étranger également. C'est juste: «Comment allez-vous? Je suis heureux de vous rencontrer. Que le Seigneur vous bénisse. Au revoir.» Mais il y a une grande chose que j'ai à l'esprit quand je voyage et que je rencontre ces merveilleux enfants de Dieu, qu'un jour nous nous rencontrerons et nous ne devrons plus nous séparer. Il n'y aura pas des sections dans le Ciel pour que certains enfants de Dieu vivent en un certain endroit et d'autres ailleurs. Je crois que Ses enfants seront tous ensemble. Je m'attends à ce temps-là.

6    Nous ne savons simplement pas ce que c'est, mais les Écritures nous enseignent que l'oeil n'a pas vu, ni l'oreille entendue, et ce n'est pas entré dans le coeur de l'homme, ce que Dieu a en réserve pour ceux qui L'aiment. Ainsi, par-dessus tout, aimez le Seigneur Jésus et honorez Dieu le Père. Et croyez Ses serviteurs, les prédicateurs, vos pasteurs. Et enseignez la Parole, en tout temps, en saison et hors saison. Et priez que Dieu sauve les perdus et guérisse les malades.

7    Souvenez-vous, la guérison divine n'est pas là seulement quand un évangéliste passe. Dieu est dans vos églises. Il est dans votre peuple. Il est en vous. Il vous guérira si vous Le croyez. Vous ne devez pas attendre qu'un certain évangéliste arrive. Dieu n'est pas obligé d'avoir les évangélistes, bien qu'Il les utilise. Mais c'est juste pour remuer; les dons sont pour remuer... Le Guérisseur est toujours là, Dieu.

8    Ce soir c'est la réunion de clôture, et je pourrais annoncer que mon bon ami ici, Frère Leo Mercier, qui vient d'une famille catholique, une famille catholique du Canada français. Monsieur Goad et lui... je ne sais pas exactement quelle était la religion de monsieur Goad. Lorsqu'il y eut une réunion dans une certaine ville, ils étaient là. Et ils ont senti que ces visions... (Je me demande si c'était dans ma maison?) Ainsi, ils se sont constitués en petits agents du FBI, et sont venus pour découvrir si c'était vrai ou pas. Vous devriez entendre leur témoignage. Ils sont devenus mes amis.

9    Ceci ici, c'est juste quelque chose de mineur. Ils sont avec moi maintenant comme mes collaborateurs officiels pour les livres et les bandes. Les bandes des réunions, si vous avez des enregistreurs et que vous appréciez les messages que Dieu nous a donnés, ils les ont sur bande. Et je crois qu'ils pourraient vous vendre la bande avec le message, à un prix inférieur où vous pourriez acheter la bande, car ils ont une manière spéciale...

10    J'ai acheté une bande d'un certain évangéliste, juste récemment, et j'ai payé neuf dollars. Ils vendent les leurs pour pas plus de trois dollars et demi, ou trois dollars? Quoi? [Quelqu'un parle à Frère Branham. - N.D.É.] Trois dollars, un tiers du prix. Je ne sais pas comment ils font, mais ils ont dit qu'ils voulaient simplement faire passer le message vers les gens. Ce n'est pas que ces hommes veuillent de l'argent. C'est afin de répandre le message quelque part ailleurs. La Foi vient de ce qu'on entend.

11    Ainsi, ils se tiennent au stand des livres et la photo... La photo n'est pas à moi en réalité. Elle est... Vous ne l'achetez pas pour moi... parce que cela change même mon expression et tout. Quelqu'un a dit: «Frère Branham, cela ne vous ressemble pas.»
    Que Cela soit près de vous, et vous verrez quelle expression et quelle différence cela fait pour vous. Certainement.

12    Maintenant, si vous remarquez, ce n'est pas simplement une photo que nous voulons épargner pour gagner de l'argent. Nous achetons cette photo et la vendons de la même façon que nous l'obtenons; trois ou quatre cents par photo pour la manutention, c'est tout ce que nous recevons. Elle a des droits d'auteur et se trouve à Washington D.C., comme le seul Être surnaturel dont la photographie ait jamais été prouvée. Maintenant, le... George J. Lacy, des Empreintes Digitales et des Documents du FBI, a examiné ce cas.
    Et il m'a dit: «Monsieur Branham, j'ai entendu parler de vos réunions, et je suis allé à une ou deux. Et j'ai dit que c'était de la psychologie, que cette Lumière n'était pas là. Mais, dit-il, monsieur Branham, l'oeil mécanique de l'appareil photo ne prendra pas la psychologie. La Lumière a frappé l'objectif.»
    Il a signé le document et l'a transmis aux studios Douglas, membre de l'Association des photographes américains à Houston, au Texas.

13    Maintenant, je dis ceci avec humilité et respect envers Lui, qui est présent: c'est la Lumière que j'ai vue. C'est cette Lumière qui était au-dessus de mon berceau quand je suis né. C'est la Lumière qui est... De là est venue une Voix qui m'a parlé tout au long de ma vie, qui a dit des choses, par centaines. Et sondez où vous voulez; en Afrique et autour du monde, dans ma propre ville, des médecins, des juges ou qui que ce soit, et voyez si cela a jamais failli une seule fois, d'être exactement ce qu'Il avait dit. C'est cela qui parle ici sur l'estrade, pas votre Frère.

14    Maintenant, je crois de tout mon coeur... Combien savent qu'une colonne de Feu suivait les enfants d'Israël et les guidait dans le désert? Et combien savent que c'était Jésus-Christ, le Christ, l'Ange de l'alliance; vous les enseignants? Et quand Il était ici sur terre, Il était--c'était le même Dieu.

15    Il n'y a pas trois Dieux. Il n'y a qu'un seul Dieu, trois fonctions du même Dieu: Père, Fils et Saint-Esprit ne veulent pas dire trois Dieux. Si nous avons trois Dieux, nous sommes des païens. Voyez? Comme les Juifs disent: «Lequel est votre Dieu?» Il n'y a pas trois Dieux. Il y a un Dieu en trois fonctions du même Dieu: la Paternité et la Filiation. Ceci est la dispensation du Saint-Esprit. Voyez? C'est un Dieu. «Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec Lui-même», dit l'Écriture.

16    Et quand Il était ici sur Terre, ils ont dit: «Tu dis que Tu as vu Abraham, et Tu n'as pas cinquante ans?»
    Il a dit: «Avant qu'Abraham fût, Je Suis.» «JE SUIS» était Celui-là, la Colonne de Feu qui avait parlé à Moïse dans le buisson ardent. Nous en sommes tous conscients.

17    Il a dit: «Je viens de Dieu et Je retourne à Dieu.» L'un de vous, qui est enseignant, connaît-il cela dans les Écritures? Jésus a dit cela. Et alors, s'Il est venu d'une Colonne de Feu, vers quoi est-Il retourné? Vers la même chose d'où Il est venu.

18    Vous dites: «Frère Branham, est-ce authentique?»
    Oui, dans Actes, vers le huitième ou neuvième chapitre, vous trouverez où Paul, après la résurrection de Jésus, était en chemin vers Damas pour mettre en prison les gens qui faisaient trop de bruit et causaient du désordre. Et il... Ils étaient contre--ils étaient contre leur enseignement orthodoxe, et il était un grand enseignant, sous Gamaliel, le grand maître orthodoxe.

19    Et sur son chemin, il y eut une--une Lumière qui le frappa et le jeta à terre, aveugle. Tous les enseignants savent cela. Tous les gens savent cela, ceux qui lisent la Bible. Il fut aveuglé, et il--et quand il s'est relevé, il a dit, une voix est venue et a dit: «Saul... (C'est au huitième chapitre des Actes.) Saul, Saul, pourquoi Me persécutes-tu? Il te serait dur de regimber contre les aiguillons.» Et il a dit: «Qui es-Tu, Seigneur, que je persécute?» La Voix revint et dit: «Je suis Jésus, que tu persécutes.»

20    Alors nous voyons dans les Écritures que Dieu, après avoir habité en Christ, était retourné, dans le Nom de Jésus, dans la même Lumière où Il était au commencement.

21    Quand saint Pierre, l'apôtre, était en prison; et dans la maison de saint Marc, ils priaient que Dieu le délivre--nous comprenons, selon les Écritures, qu'une Lumière est venue en prison où se trouvait l'apôtre. Et comme la Lumière le conduisait, les portes s'ouvrirent devant lui--les portes intérieures et extérieures--jusque dans la rue. Et il pensait qu'il avait rêvé, parce que la Lumière qui était si réelle, avait ouvert les portes devant lui.

22    Si Dieu habite dans l'immortalité, alors Il ne peut mourir. Il est immortel. Et c'est Lui que nous adorons ce soir. C'est Lui qui a fait la promesse: «Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi.» Il a promis à Son église qu'Il agirait dans Son Église, parmi Ses membres, Son Corps mystique- parlant de manière spirituelle- jusqu'à ce qu'Il revienne, afin que les mêmes choses qu'Il a faites, soient confirmées dans Son Église, par les croyants.

23    Les dernières paroles que notre Seigneur a dites quand Il quittait la terre furent: «Allez dans le monde entier et prêchez l'Évangile à chaque créature. Celui qui croit et est baptisé, sera sauvé. Celui qui ne croit pas, sera condamné. Et ces signes suivront ceux qui auront cru...» Nous ne pouvons rien ajouter ou retrancher à cela. Nous devons croire ce que Dieu a dit. Vous pouvez obtenir la photo et les bandes qui sont au stand des livres, ainsi que les livres.

24    Cela a été un--un plaisir d'être avec vous, ces quelques soirées. J'apprécie, s'il y a des journalistes ici, leur bonté et leur gentillesse pour essayer de faire avancer la cause. Ils ont été des «gentlemen» qui sont venus et ont fait un rapport honnête des réunions. Et j'apprécie cela. Et je suis sûr que les gens apprécient cela.

25    Parfois les gens sont critiques; c'est parce qu'ils ne savent pas. S'ils ne savent pas mieux que cela, alors nous avons pitié de telles personnes, parce qu'ils ne savent pas mieux que cela. Et ce serait une chose horrible, mes amis, de penser... Si vous étiez l'une de ces personnes qui ont critiqué Christ et qui ne croyaient pas? Si vous aviez suivi les réunions et remarqué ce qui arrive, à des gens qui sont devenus fous, qui sont morts du cancer, qui ont été paralysés, après les réunions... Ce n'est pas simplement ma parole; ce sont des faits authentiques, des documents signés et enregistrés.

26    J'ai vu des gens être paralysés dans la réunion et devant être emmenés hors de la salle, qui étaient venus en se moquant, juste pour troubler. J'ai vu des gens qui ont perdu la raison, et deux jours plus tard on les trouvait dans la rue, des officiels de la ville de Phoenix en Arizona, complètement fous; ils sont morts ainsi, faisant appel à la miséricorde et demandant que quelqu'un vienne prier pour eux. On ne joue pas à l'église. Ce jour-là est terminé. Nous vivons dans l'église du Dieu vivant. Ainsi, soyons respectueux et ayons de la révérence pour le Dieu que nous adorons.

27    Maintenant, je désire remercier les gens qui nous ont fait avoir l'auditorium. Nous sommes reconnaissants pour ce privilège. Que le Seigneur vous bénisse. Et pour les policiers qui se sont tenus ici chaque soir et qui ont été très respectueux et gentils. J'apprécie, et je suis sûr qu'une ville devrait apprécier des officiers de ce genre et les autorités.

28    Et le programme de radio et de télévision; vous avez été si gentils. Et je suis sûr que cette petite ville sera bénie pour son effort. Bien que beaucoup parmi vous peuvent ne pas être d'accord avec moi, dans la théologie; il y a beaucoup de catholiques, beaucoup de dénominations différentes. Je ne parle pas en mal d'aucune dénomination. J'essaie juste d'aider les gens à connaître Christ et j'essaie d'aider ceux qui sont malades. Je ne viens pas pour de l'argent. Je ne viens que pour vous aider. Et j'ai essayé de mon mieux et je suis reconnaissant pour les prières que vous avez faites. Que Dieu vous bénisse toujours. J'espère qu'un jour ce sera la volonté de Dieu que je vous revoie ici, où je pourrai rester plus longtemps et rencontrer vos prédicateurs et le clergé et ainsi de suite.

29    Je veux également remercier ces prédicateurs de nous avoir introduits, de nous avoir donné cette occasion. Et comme je l'ai dit à un journaliste, cet après-midi, pour l'émission de ce soir, nous essayons tous de faire simplement tout ce que nous pouvons pour nous aider les uns les autres.

30    Vous savez, on entend souvent dire... Dans les premiers jours, aux jours de la Bible, quand un miracle se faisait, on ne disait rien à ce sujet, si ce n'est remercier le Seigneur, c'est tout. Aujourd'hui, cela doit être prouvé scientifiquement. Je me demande s'il n'y a pas quelque chose de faux aujourd'hui, à ce sujet. Je pense à- comme dans des professions, comme le médecin. Si vous remarquez, bien souvent le médecin ne sera pas d'accord avec le chirurgien. «Vous ne devriez pas vous faire opérer. Vous avez besoin de médicaments.»
    Et le chirurgien dira: «Vous avez besoin d'une opération et non de médicaments.»
    Et ils vont pratiquement... Tous deux seront en désaccord avec les chiropracteurs et les ostéopathes, et bien souvent, tous sont en désaccord avec le prédicateur. Quand vous voyez des choses comme celles-là, mes amis, à mon opinion, tout comme avec les gens d'église, c'est une motivation égoïste. Si nous nous intéressions les uns aux autres, le docteur, le chiropracteur, l'ostéopathe, qui font tous du bien, nous le savons, mettons nos épaules et nos bras ensemble et allons de l'avant pour rendre la vie un peu meilleure aux gens avec qui nous vivons. S'il n'y a pas de motivation égoïste, je suis certain que c'est l'attitude que nous prendrions.

31    Maintenant, je vais lire quelques passages des Écritures de la Parole Éternelle de Dieu. Et alors, brièvement, nous nous occuperons des malades, Dieu voulant.

32    Maintenant, demain soir, nous devons commencer à... Quel est ce nom? [Quelqu'un dit: «Pittsfield, Massachusetts.» - N.D.É.] Pittsfield dans le Massachusetts. De là, jusqu'à Boston, je crois. [Quelqu'un dit: «Everett.»] Everett, et alors dans le Maine, de retour au Texas, de nouveau, et au-delà de la mer.

33    Maintenant, je désire lire ce soir dans saint Luc, au deuxième chapitre, le verset 25:
    Et voici, il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon. Cet homme était juste et pieux, il attendait la consolation d'Israël, et l'Esprit-Saint était sur lui.
    Il avait été divinement averti par le Saint-Esprit qu'il ne mourrait point avant d'avoir vu le Christ du Seigneur.
    Il est venu au temple, poussé par l'Esprit. Et, comme les parents apportaient le petit enfant Jésus pour accomplir à son égard ce qu'ordonnait la loi,
    il le reçut dans ses bras, bénit Dieu, et dit:
    Maintenant, Seigneur, Tu laisses Ton serviteur s'en aller en paix, selon Ta Parole.
    Car mes yeux ont vu Ton Salut...

34    Puisse-t-Il ajouter Ses bénédictions à la lecture de Sa Parole. Dans tous les âges, Dieu n'a jamais été sans un témoin quelque part, en tout temps. Parfois, c'est allé si bas, peut-être, un témoin, comme au temps d'Élie ou aux jours de Noé, mais Il a toujours eu un témoin quelque part, quelqu'un en dehors de millions de gens, de qui Il pouvait dire: «Celui-ci est Mon serviteur.» Et Il pouvait utiliser une telle personne.

35    Et au temps de la lecture de cette Écriture, l'église juive orthodoxe, Israël, était occupée par Rome, parce qu'ils avaient manqué de croire leurs prophètes, qui les avaient avertis que leurs péchés les conduiraient finalement dans la destruction. Et ils ont ignoré leurs prophètes. Ils voulaient suivre leurs propres voies. Ils voulaient juste vivre comme ils voulaient et croire ce qu'ils voulaient croire; et les prophètes les avaient avertis d'une pareille condition et ils devaient recevoir la punition.

36    Maintenant, Dieu ne change pas. Dieu ne peut grandir en sagesse. Les premières paroles qu'Il a dites, doivent également être Ses dernières paroles. Vous et moi, dans notre condition humaine, chaque génération devient un peu plus sage que la génération précédente, parce qu'il est enseigné dans la Parole de Dieu que nous serions plus faibles et plus sages. Les hommes ne vivent plus aussi longtemps qu'ils vivaient jadis dans leur espace de vie. Tout d'abord ce fut cent vingt ans. Ensuite soixante-dix, soixante-dix, fut le temps alloué. Nous dans la--notre génération, nous nous sommes approchés de cela. La vie moyenne est quelque part entre trente-cinq ou quarante ans, selon les assurances. Je pense que cela doit être correct.

37    Et dans cette vie, si nous avons l'occasion de choisir ce qui est juste et ce qui est faux, c'est de nouveau la même chose, comme c'était au jardin d'Éden: un homme et une femme ayant reçu le choix pour agir bien ou mal. Ils avaient deux arbres devant eux. Les Écritures nous enseignent que l'un était l'arbre de la Vie: l'autre, un arbre de la connaissance. L'homme a choisi de manger de l'arbre de la connaissance. Et la première fois où il mangea de cet arbre, il se sépara de son amitié avec Dieu, et il devint un être mortel.

38    Depuis lors, l'homme a désiré vivre de cet arbre de la connaissance. Et il a fait de grandes choses, mais la connaissance ne peut atteindre qu'un certain point. La connaissance est très bien, mais quand vous avez atteint la fin de votre connaissance, alors croyez à partir de là.

39    Et quand ils laissèrent l'arbre de la foi, ils ont perdu Dieu. L'homme ne peut connaître Dieu par la connaissance. L'homme connaît Dieu par la foi, la seule manière pour l'homme de connaître Dieu est sur le terrain de la foi. «Si tu crois», a dit le Seigneur Jésus. Non pas si vous dites un credo, ou si vous êtes baptisé de telle et telle manière, mais «Si tu crois...»

40    Il n'y a qu'un péché, et c'est le péché d'incrédulité. Chaque personne ici ce soir est possédée, soit par la foi, soit par l'incrédulité. Votre vie prouve ce que vous êtes, par la vie que vous vivez et les choses que vous faites.

41    Vous ne pouvez attendre qu'une colombe mange avec un charognard. Un charognard est celui qui mange les vieilles charognes de la terre. Ils sont satisfaits de n'importe quoi. Mais la colombe n'a pas de bile; elle ne peut digérer ces choses que le charognard, le vautour mange. Ainsi, vous pouvez observer la vie d'un homme ou d'une femme et voir ce qu'ils font et la manière dont ils agissent, et les désirs qu'ils ont, et dire quelle est la nature de cette personne. Un Chrétien ne peut pas tolérer les choses de ce monde. Jésus a dit: «Si un homme aime le monde ou les choses qui sont dans le monde, l'Amour de Dieu n'est pas en lui.» Cela a été solennellement dit par notre Seigneur. Et nous devons le croire.

42    Donc, si Dieu a dû amener la punition sur Sodome et Gomorrhe pour leur péché, Il a dû prendre Son peuple élu, Israël, et les punir pendant des années en captivité sous de cruels gardiens, parce qu'ils ne croyaient pas la Parole du Seigneur, venant par inspiration, par leurs scribes et leurs prophètes, et parce qu'ils continuèrent à vivre comme le reste du monde... Si Dieu les a fait payer pour leur péché, nous n'échapperons pas. Nous devons payer pour nos péchés, notre incrédulité. L'incrédulité est une chose misérable. C'est terrible. C'est la mort, l'ombre de la mort, c'est l'incrédulité.

43    Et alors en Israël, en ce temps-là, il y avait beaucoup d'hommes de distinction. Et Siméon était l'un de ces hommes. Il était un homme qui avait été bien enseigné parmi le peuple. C'était un enseignant et un maître en Israël. Et Dieu a choisi d'utiliser cet homme particulier. Et un jour, pendant qu'il était en prière, le Saint-Esprit est venu à lui et a dit: «Siméon, tu ne verras pas la mort jusqu'à ce que tu aies vu le Christ.»

44    Pouvez-vous imaginer l'attitude des gens quand cet homme d'environ quatre-vingts ans, un vieil enseignant, un sage, prêtre d'Israël, est sorti disant: «J'ai eu une vision. Et le Saint-Esprit m'a dit que je ne verrai pas la mort que je n'aie vu le Christ.» S'il y avait un temps où ils ne s'attendaient pas au Christ, c'était en ce jour-là. Ils l'avaient attendu depuis le jour d'Éden, depuis que la promesse avait été faite: «La semence de la femme écrasera la tête du serpent.»

45    David, Samuel et tous les prophètes avaient regardé et prophétisé, et attendu le Messie. Et ici, un homme de quatre-vingts ans, au moment où on s'y attendait le moins, avait fait la déclaration: «J'ai vu l'Ange du Seigneur. Et Il m'a dit que je ne mourrai pas avant d'avoir vu le Christ.»

46    Oh! je peux imaginer les autres prêtres dire: «Le vieux est au bout du rouleau.» Ou peut-être: «Il a perdu la raison.» Et de dire aux autres prêtres: «N'écoutez pas ce gars-là, parce qu'il est fou. Laissez-le tranquille, ainsi il dira lui-même à tout le monde qu'il est fou. Nous savons que les anges n'apparaissent pas aux hommes de nos jours. Nous savons que ces choses n'arrivent pas. Cela n'est plus arrivé depuis le temps des prophètes et de Moïse.»

47    Mais le vieux prêtre savait ce dont il parlait. Cela lui avait été révélé par le Saint-Esprit, et il tint ferme son témoignage. Et il n'avait pas honte de dire aux autres: «Je ne verrai pas la mort avant que je ne voie le Christ.»
    Il avait raison, car cela lui avait été révélé par le Saint-Esprit.

48    Maintenant, il n'y a pas deux Saint-Esprit. Il n'y a qu'un Saint-Esprit. Et si le Saint-Esprit est dans les églises, conduisant les gens, Il les conduira de la même manière. Et alors vous connaîtrez si votre église a raison ou non; cela sera comparable avec la conduite du Saint-Esprit au commencement, la manière dont Il le fit en premier lieu.

49    Maintenant, nous remarquons cet homme avec cette affirmation. Et tous les gens qui se moquaient de lui. Et il n'y a jamais eu d'âge -sondez l'histoire, sondez les Écritures, il n'y a jamais eu d'âge ou une personne que Dieu ait appelé et dont le monde ne se soit moqué. Voyez les Écritures. Considérez le Seigneur Jésus; considérez les prophètes; considérez les saints; et trouvez s'il y a jamais eu une telle chose: jamais, dans toute l'histoire du monde.

50    Le monde a montré ce qu'il était quand ils ont dit: «Donnez-nous Barabbas, et non Jésus.» Et qui a dit cela? L'église, non pas le monde extérieur; l'église a dit cela: «Nous ne voulons pas Jésus; nous préférons avoir un meurtrier.» Cela sera exprimé de lui-même alors, et il en est de même aujourd'hui.
    Mais le véritable croyant dit: «Je désire Jésus. Nous souhaitons l'avoir.»

51    Maintenant, nous découvrons que... Situons la chose dans une petite histoire; étant donné qu'il y a des petits enfants. Et rendons les choses simples, afin que les petits comprennent. Ils formeront la génération de demain, s'il y en a une.

52    Remarquons... Nous dirions que Siméon, c'était un lundi matin. Le jour du Sabbat avait été un grand jour. Et maintenant, c'est lundi matin, et Siméon est dans son bureau, étudiant la Parole de Dieu. Disons qu'il regardait dans le rouleau d'Ésaïe. Et il arrive au--au neuvième chapitre et au verset 6. Et là, il est écrit ceci: «Un Enfant nous est né, un Fils nous est donné: et le gouvernement sera sur Ses épaules; et Son Nom sera appelé Conseiller, Prince de la Paix, Dieu Puissant, Père Éternel.»

53    Et comme il lisait les Écritures, au même moment, Marie et Joseph entrèrent dans le temple, emmenant l'Enfant Christ. Car c'était la loi, que huit jours après la naissance d'un enfant, la mère devait venir au temple et offrir une offrande pour sa purification et la circoncision de l'enfant, si c'était un mâle. Et Marie entre avec l'Enfant.

54    Israël était constitué d'environ trois millions de personnes, en ces jours-là, en Palestine. Combien d'enfants naissaient en l'espace de vingt-quatre heures, avec autant de monde? Des centaines de petits enfants naissaient. Et les mères étaient alignées, pour faire circoncire leurs enfants et pour offrir pour la purification de la mère. Et l'offrande était soit un--un petit agneau (les riches pouvaient se le permettre), et les pauvres paysans offraient deux tourterelles.

55    Et voici que le Christ Se tient ici. Voici le Christ, dans le temple, pour la première fois de toute l'histoire, dans la chair, sous la forme d'un petit bébé, dans les bras de Marie.
    Et alors que les mères formaient une ligne, attendant leur tour pour passer devant le prêtre, elles attendaient.

56    Maintenant, si Dieu avait dit à Siméon qu'il n'allait pas mourir qu'il n'ait vu le Christ, alors il appartenait à Dieu de faire savoir à Siméon que le Christ était dans Son temple, car le Saint-Esprit donne la promesse; c'est au Saint-Esprit de tenir cette promesse. Et voici, Il était là pour la première fois.

57    Maintenant, comme nous pouvons l'imaginer, alors que Siméon lisait les Écritures, tout à coup le Saint-Esprit lui parla et dit: «Siméon, lève-toi.» Il dépose le rouleau. Il ne savait pas où aller, mais la Bible dit que les fils de Dieu sont conduits par l'Esprit de Dieu. Il n'est pas nécessaire de savoir où vous allez, aussi longtemps que vous êtes conduits par Son Esprit.

58    Et voici le Christ dans le temple. Siméon sort. Il ne sait simplement pas par où aller, mais il y a Quelque chose en lui qui le conduit, qui est le Saint-Esprit qui lui a donné la promesse. «Quand la profondeur appelle la profondeur...» Siméon croyait le Saint-Esprit; peu importe ce que les gens disaient, il le croyait.

59    Et s'il y a une faim ici pour quelque chose, il doit y avoir quelque chose d'abord pour répondre à cette faim, sinon vous n'auriez pas cette faim. Puis-je dire ceci: avant qu'il y ait une nageoire sur le dos d'un poisson, il y avait de l'eau premièrement, pour qu'il y nage, sinon il n'aurait pas de nageoire. Tout est pour une cause. Avant qu'il y ait un arbre qui puisse grandir sur Terre, il devait y avoir une terre pour qu'il y grandisse, sinon il n'y aurait pas d'arbre. En d'autres termes, je dis ceci: avant qu'il puisse y avoir une création, il devait y avoir un Créateur.

60    Maintenant, il y a quelque temps, j'ai lu dans un journal qu'un petit garçon mangeait les gommes des crayons à l'école. Et sa mère en était alarmée. Et alors, un après-midi, à sa surprise, elle trouva le petit garçon assis dans la véranda, en train de manger la pédale d'une bicyclette. Elle fut fort alarmée.

61    Elle prépara rapidement le petit et l'emmena à la clinique. Pendant que les docteurs examinaient son sang et--et lui faisaient passer un examen complet, ils découvrirent que son sang avait besoin de soufre. Maintenant, on trouve du soufre dans le caoutchouc. Vous voyez, avant qu'il puisse avoir besoin de soufre, il devait y avoir du soufre d'abord, pour répondre à ce besoin, sinon il n'aurait jamais éprouvé ce besoin.

62    Et aussi longtemps que des hommes et des femmes, protestants et catholiques, juifs ou quels qu'ils soient, aussi longtemps qu'il y a quelque chose dans leur coeur qui réclame la guérison de Dieu, il doit y avoir un endroit où ils peuvent aller trouver cette guérison; ou il doit y avoir un Créateur pour créer ce désir avant qu'il puisse y avoir un désir.

63    Beaucoup de catholiques vont vers cet écrin de reliques (j'ai oublié le nom, je suis allé là) à Paris; j'étais à Notre-Dame là où la--la soeur qui est enterrée là et les gens ont frotté le sommet de la pierre, pour la guérison, la priant de leur donner la guérison. Et les gens de toutes les religions semblent avoir quelque chose en eux qui fait appel à quelqu'Un qui les a créés, pour qu'Il les aide quand il y a des problèmes.

64    Quand nous sommes arrivés en Amérique, au Rocher de Plymouth, nos ancêtres ont découvert l'indien, qui adorait le soleil ou quelque chose. Il y a quelque chose à l'intérieur de l'homme qui lui dit qu'il y a un Dieu quelque part.

65    Dans la jungle lointaine, en Afrique, chez les Hottentots, vous les trouvez avec des idoles maculées de sang, des bêtes à l'aspect hideux. Ils savent qu'il y a quelque chose quelque part. Et aussi longtemps qu'il y a quelque chose dans le coeur de l'homme, qui fait appel à Dieu, il doit y avoir un Dieu pour répondre à cet appel. S'il y a une faim pour la guérison divine... La raison même pour laquelle vous êtes assis ici ce soir, peut-être les docteurs vous ont-ils abandonné... Si je n'avais jamais lu les Écritures, quelque chose me dirait qu'il y a une Fontaine ouverte quelque part.

66    Et si vous êtes juste venu comme cela, et que vous vous attendiez à trouver quelque chose à critiquer, en venant ici; Satan vous le montrera. Vous obtenez toujours ce que vous attendez. Dieu a promis cela. Si vous êtes venus pour trouver du bon, si vous êtes venus pour connaître Christ, et pour--pour Le voir, et pour Lui parler de votre maladie ou de votre âme; Dieu veillera à ce que vous Le trouviez. Vous obtenez ce que vous attendez, toujours. Tout dépend de ce que vous vous attendez à trouver.

67    Maintenant, Siméon s'attendait à trouver l'Enfant Christ, parce que la promesse avait été faite. Et à la première petite secousse venue dans son coeur, qui ressemblait à la Même qui lui avait parlé en premier lieu, «il se leva, dit l'Écriture, et fut conduit par l'Esprit», le même Esprit qui avait donné la promesse.

68    Maintenant, si le Saint-Esprit ne change pas, et Il a donné la promesse de la guérison Divine pour tous les âges, dans Sa Parole, qu'est-ce qui vous a amenés en cet endroit ce soir. Dieu est lié à Sa Parole. Et s'Il est lié à Sa Parole, et que vous croyez qu'Il est un Guérisseur, Il est obligé de vous amener à cette fontaine où il y a la guérison. Si vous avez soif pour de l'eau, il doit y avoir de l'eau à boire quelque part, sinon vous n'auriez jamais soif. C'est pourquoi vous êtes ici ce soir.

69    Observons ce que Siméon a fait. Maintenant, il n'est pas nécessaire que vous soyez ici. Vous pourriez être à l'autel dans votre église, dans votre propre maison. Vous pourriez être à votre autel ou quelque part où vous auriez fait votre autel. Dieu vous rencontrera où vous voulez Le rencontrer. Mais vous avez entendu que d'autres ont été guéris. Ainsi donc, vous êtes venus pour voir... Je crois que vous l'avez fait. Sinon, que Dieu ait pitié de votre âme pécheresse, car vous n'avez fait que prendre la place de quelqu'un qui serait venu avec sincérité.

70    Remarquez alors, si vous avez été conduit par le Saint-Esprit, c'est le même Saint-Esprit qui a fait la promesse dans la Bible, qui vous a amenés ici. Observez la manière dont Il l'a fait. Quand le Saint-Esprit a parlé à son coeur, il s'est levé, ne sachant pas ce qu'il allait faire. C'est par la foi. Il a marché vers le temple, dans le parvis extérieur, et il a remarqué les femmes qui étaient alignées. Ensuite, le Saint-Esprit commença à le conduire. Il s'est dirigé vers les femmes, et a commencé à remonter la ligne de femmes...

71    Observez, voici une jeune fille qui n'a pas plus de dix-huit ans, et elle se tient là avec un Bébé dans les bras et toutes les autres femmes se tiennent éloignées d'elle, parce qu'elle a une mauvaise réputation: l'Enfant est né hors des liens sacrés du mariage, comme le monde disait, ainsi disait l'église.

72    Marie allait être mère avant que Joseph ne l'épouse. Et l'Enfant, toutes les femmes, les femmes riches, elles tenaient leurs bébés dans des linges brodés, rose et bleu, elles avaient des agneaux en offrande pour leur purification; mais cette petite dame, pauvrement vêtue, venant d'un foyer paysan, se tenant avec un petit Bébé dans les bras, enveloppé dans des langes...

73    Si je comprends ce qu'étaient ces langes, à ce qu'on m'a dit, c'était le... ce qui provenait du joug d'un boeuf qui avait été au labour; cela se trouvait dans l'étable où Christ était né. Et ils avaient pris cette étoffe pour L'emmailloter et L'avaient enveloppé dedans, dit l'Écriture.

74    Et les femmes se tenaient toutes à distance, car elles disaient: «Cette personne, ce bébé est né en dehors du mariage, et nous ne voulons rien à voir avec cela. Nous ne garderons pas notre... Nous allons nous tenir à distance d'une telle chose.»

75    Ô Dieu! aie pitié de nos esprits et de nos âmes pécheurs et impies, quand nous voulons nous tenir à distance de Dieu, et de la Vérité, et de l'Amour, et de la Puissance. Quelle chose pécheresse et impie. Et elles se tenaient à distance.

76    Et alors, voici qu'arrive ce vieux prêtre qui avait été considéré comme fanatique parce qu'il disait qu'il avait vu un ange. L'ange lui avait dit qu'il ne mourrait pas qu'il n'ait trouvé le Christ.

77    Que pensez-vous que l'église orthodoxe, se tenant là par dizaines de milliers, la plus grande église du monde, tous leurs érudits, et les prêtres, et ainsi de suite; se tenant là, et voici ce vieux fanatique, comme ils voulaient l'appeler, qui sort, ne sachant pas où il allait, conduit par l'Esprit, le long de cette ligne, et il arrive directement vers cette petite vierge et s'arrête, il prend ce petit Enfant en haillons, qu'ils pensaient illégitime, il Le prit dans les bras, les larmes coulant le long de ses joues et dit: «Seigneur, laisse Ton serviteur s'en aller en paix, selon Tes Paroles, car mes yeux ont vu Ton Salut.»

78    Croyez-vous que l'église a cru cela? Non, monsieur. Tout d'abord, c'était un fanatique, un prêtre qui disait avoir vu un ange. La chose suivante... Regardez ce qu'il en était: les plus pauvres des pauvres. Non, ils ne pouvaient pas croire cela.

79    Et ils ne le croient pas aujourd'hui. Les humains ne changent pas, et Dieu ne change pas. Dieu prend Son homme, jamais Son Esprit. Le diable prend son homme, jamais son esprit.

80    Et si vous deviez prendre la place de ces prêtres en enfer, ce soir? Il n'y aurait pas assez de prières dans toute l'éternité pour vous sauver. Vous seriez partis, éternellement; parce que vous auriez refusé. Vous dites: «J'aurais voulu vivre en ce jour-là.»
    Vous auriez la même attitude.

81    Maintenant, remarquez, alors qu'il se tenait là, bénissant Dieu pour l'Enfant et de l'avoir laissé être considéré comme fanatique. Et sans doute, les gens moqueurs disaient: «Maintenant, cela montre... Regardez cette femme. La voilà, avec ce bébé hors des liens sacrés du mariage. Et la voici qui entre, et voilà ce vieux fou que tous les prêtres nous ont dit de ne pas écouter; et voici ce vieux fou qui vient... Maintenant, je me demande ce qu'ils vont faire à ce sujet?»

82    Oh! Mais, Marie savait dans son coeur à Qui cet Enfant appartenait. Et de même le vrai croyant ce soir, qui est né de l'Esprit de Dieu. Vous pourriez être appelé un fanatique ou quoi encore; mais dans votre coeur vous savez Qui est votre Père, si vous êtes né de l'Esprit de Dieu. Vous vous souvenez quand cette naissance a eu lieu, et vous connaissez ce sable sacré, dans le lieu aride du désert. Ce doit être ainsi avec chaque croyant. Et ils étaient là.

83    Et maintenant, il y en avait une dans le temple, appelée Anne. Elle était prophétesse. Elle était aveugle depuis de nombreuses années, nous dit la Bible. Elle avait vécu avec son mari pendant sept ans après sa virginité, mais elle avait environ quatre-vingt-quatre ans, dit l'Écriture. Environ quatre-vingt-quatre, je crois que c'est quatre-vingt-quatre. Et elle est assise dans un coin. Elle ne quittait le temple ni la nuit, ni le jour, mais elle demeurait dans le temple, servant Dieu dans le jeûne et la prière.
    Et elle attendait la venue de Christ, également. Et le Saint-Esprit était sur elle. Maintenant, si elle L'attendait, Le voici dans le temple. Et elle se leva, aveugle. Et voici cette prophétesse, Anne, dans le temple, aveugle, se frayant un chemin parmi les gens, touchant l'un: «Pardonnez-moi, pardonnez-moi.» Ils voyaient qu'elle était aveugle. Elle, conduite par l'Esprit, aveugle... Jusqu'à ce qu'elle se tienne dans la présence de cette scène critique, comme l'église l'avait dit, une femme qui avait un Enfant (comme ils le pensaient) né hors des liens sacrés du mariage, et un prêtre fanatique qui disait qu'il avait vu un ange et des visions... Et cette vieille femme aveugle, conduite par l'Esprit, se fraie un chemin parmi ces milliers de gens et se tient aux côtés de l'Enfant et bénit Dieu et prophétise à Son sujet.

84    Si Dieu peut conduire une femme aveugle... Il est bien pire d'être spirituellement aveugle que d'être aveugle physiquement. Si je dois perdre l'une des deux vues, que ce soit ma vue physique; laissez-moi rester en contact avec Dieu, spirituellement.

85    Et le Dieu qui les a conduits ce jour-là n'a pas changé. Il est le Même Dieu ce soir. Mais le problème est que les gens s'attendent à ce que quelqu'un d'autre va dire, ce que Jean va dire.

86    Si le roi George, quand j'ai prié pour lui, avec cette sclérose multiple, s'il était allé demander à tous les prédicateurs anglicans, que se serait-il passé? Il ne l'aurait pas cru.

87    Si Florence Nightingale, l'ombre d'une femme, l'arrière petite-fille de la fameuse Florence Nightingale, la fondatrice de la Croix-Rouge... Sa photo est dans le livre. Elle pesait environ trente-deux kilos, mourant d'un cancer... Et quand je suis allé en Angleterre, par avion, pour prier pour elle; pendant que je priais, une petite colombe est entrée et s'est posée à la fenêtre et a roucoulé, pendant que nous étions en train de prier, et ensuite elle s'est envolée.

88    Et cette femme est en parfaite santé, pesant environ quatre-vingt-cinq kilos. Si elle avait considéré ce que les gens disaient? Mais elle était conduite par l'Esprit. Ne faites pas attention à ce que quiconque dit. Regardez à ce que Dieu dit et soyez conduit par Son Esprit.

89    Un jour, un musicien avait été formé dans toutes les musiques où il pouvait être formé, car il voulait maîtriser la musique. Et il y eut un grand concert, et ce jeune garçon devait jouer. Et après avoir terminé son oeuvre de maître... Oh! c'était formidable et tous les gens commencèrent à se lever et à applaudir le jeune homme en frappant des mains, en criant et en sifflant. Mais le jeune homme ne prêtait pas attention à cela. Il gardait les yeux fixés vers le haut. Et plus ils essayaient d'attirer son attention par leurs cris et leurs applaudissements, plus il regardait fixement vers le sommet des balcons. Et l'audience était étonnée de ne pas le voir accepter ou se courber à leurs--leurs applaudissements. Et ils se tournèrent pour voir, et là-haut, au balcon, se trouvait le vieux maître. Il regardait vers le haut, pour voir ce que le vieux maître allait dire, et il ne prêtait aucune attention à ce que disaient les gens autour de lui. Si seulement nous faisions la même chose, si nous voulions regarder vers le haut pour voir ce que le Maître dit, sans faire attention à ce que disent les gens...

90    John Sproule, qui fut guéri de la gorge, il ne pouvait pas parler, ce qui a alarmé la nation dans le magazine... Je lui parlais, il y a quelque temps, et il disait: «J'étais à Paris, et je faisais le tour de la visite guidée des monuments religieux et ainsi de suite, et je suis arrivé dans un certain jardin, disait-il, et il y avait une statue de Christ». Et il disait: «Je la regardais, et ma femme la regardait. Et nous la critiquions dans notre coeur, parce qu'il ne paraissait rien y avoir qui fasse apparaître les souffrances de Christ.»

91    Et il dit: «Le guide est venu vers moi, et il a dit: «Monsieur, vous faites probablement comme les autres touristes qui viennent ici. Vous vous demandez pourquoi le sculpteur a pu faire une statue comme cela?»
    J'ai dit: «C'est vrai, monsieur.»
    Il a dit: «Venez ici un moment.» Il a dit: «Vous voyez, il y a un--un endroit pour s'agenouiller au bas de la statue.»
    J'ai dit: «Oui, monsieur.»
    Il a dit: «C'est un autel.» Il a dit: «Maintenant, venez ici et mettez-vous à genoux.» Et il le fit.

92    - Il dit: «Maintenant, regardez vers le haut.» Et quand il regarda vers le haut, il dit que son coeur a failli le lâcher en voyant les--les--les souffrances de Christ dans l'oeuvre du sculpteur. Et il a dit: «Monsieur, vous voyez que le sculpteur avait dans l'esprit que Christ doit être vu à genoux et en regardant vers le haut. C'est ainsi qu'il l'a fait. Non pas pour se tenir à distance... Sinon vous allez critiquer. Mais si vous vous abaissez et que vous regardiez vers le haut, alors vous verrez le but entier.»

93    Et avant que vous critiquiez le Saint-Esprit et la Parole de Dieu, Elle n'a pas été faite pour être critiquée; ni le Saint- Esprit. Agenouillez-vous et regardez-y vers le haut, et vous penserez différemment. Et Dieu vous bénira. Prions.

94    Seigneur Divin, qui a ramené des morts le Seigneur Jésus, Ton Fils, et qui nous L'a donné comme mémorial de Ton Amour et de Ta grâce; nous partageons mutuellement cette communion, ce soir, autour de Ses bénédictions, nous Te demandons de venir vers nous ce soir, de la même manière que lorsque Tu étais ici sur Terre dans un corps physique, et que Tu agisses, ce soir, dans Ton Corps mystique, l'Église, et que Tu fasses les choses que Tu as faites quand Tu étais ici sur Terre, afin que, lorsque le grand jugement viendra, et que chaque homme et chaque femme, chaque garçon et chaque fille, ici, devra se tenir à ce jugement (et cela peut être avant le matin... nous ne savons pas, Seigneur)...
    Il peut y avoir un accident ce soir, quelque part sur la route, et le sang peut couler et les gens pourront implorer la miséricorde. Ce sera trop tard. Dieu, puissions-nous maintenant nous agenouiller et regarder vers le haut, à Toi, et dire: «Seigneur Dieu, aie pitié de moi.»

95    Et pardonne notre incrédulité et nos doutes et laisse-nous recevoir Ton Fils comme notre Sauveur et notre Guérisseur. Et accorde ce soir, Seigneur, alors que Ton Église se soumet à Ton Esprit, et Ton serviteur, accorde Seigneur, que de grands signes du Christ ressuscité apparaissent, comme notre cher frère l'a expliqué à l'auditoire dans la première partie de la réunion, car nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

96    Je me demande, ce soir, alors que nous nous regardons en face les uns les autres, y aurait-il quelqu'un ici, qui n'est pas Chrétien, qui voudrait lever la main et dire: «Prédicateur, priez pour moi. Je ne suis pas Chrétien. J'aimerais l'être.» Voudriez-vous faire cela? Que le Seigneur vous bénisse. Que le Seigneur vous bénisse, partout dans l'assemblée. Que Dieu soit miséricordieux envers vous.

97    Maintenant, j'ai terminé de parler sur le sujet de «l'expectative». Qu'avez-vous attendu ce soir? Les Écritures disent que Christ est ressuscité des morts. Et s'Il est ressuscité, Il demeure le Même, hier, aujourd'hui et éternellement.

98    Combien étaient ici dans les réunions précédentes et ont vu l'oeuvre du Saint-Esprit, voudriez-vous juste lever la main afin que...? Merci. Combien sont ici pour la première fois, voudriez-vous lever la main et juste dire: «Je suis ici pour la première fois.» Je suis très heureux de vous voir ici ce soir.

99    Maintenant, je dis ceci avant de commencer à prier pour les malades. Si jamais il y avait quelqu'un, une personne, qui soit critique, je dois dire ceci en conformité avec la loi, je ne suis pas responsable de ce qui leur arrivera à partir de maintenant. Voyez? Maintenant, si vous êtes ici et que vous ne soyez pas respectueux, je vous demande maintenant, pendant que nous chanterons ce chant et que nous appellerons la ligne de prière, que vous puissiez sortir. Si vous pouvez rester et que vous soyez respectueux et respectable, alors nous serons responsables de cela dans la suite de la réunion. Que le Seigneur vous bénisse.

100    Maintenant, nous appelons les cartes de prière. Je pense que le premier soir, nous avons appelé les gens qui avaient les cartes... Ils les ont numérotées, afin que tout le monde ne courre pas sur l'estrade en même temps. Ce n'est pas une arène, maintenant, c'est un lieu de rencontre de Chrétiens, qui sont appelés l'Église, Son Corps mystique qui se rassemble. Maintenant, si... Je crois que le premier soir nous avons pris la première partie... Mon fils a distribué cent cartes ici. Et hier soir, nous avons simplement prié pour les gens qui n'avaient pas de carte, juste dans l'auditoire. Je pense que c'est juste. Ainsi, ce soir, appelons la dernière partie des cartes; disons... Je crois que c'est «T», comme une Croix. Tournez votre carte et, disons, prenons-en le dernier groupe, disons de n°85 à n°100; et s'ils peuvent se lever, qu'ils le fassent, sinon nous les amènerons sur l'estrade.

101    Et alors nous allons chanter, maintenant, si le pianiste veut jouer doucement:
Ma foi regarde à Toi,
Toi, Agneau du Calvaire,
Sauveur Divin;
Écoute ma prière
Enlève tout mon péché,
Laisse-moi dès ce jour
Être tout à Toi.

102    Je veux d'abord demander: «Qui a la carte de prière n°85?» Voulez-vous lever la main? Cette dame. 86, voulez-vous venir ici, madame, si vous pouvez marcher? 86? Le monsieur? Ici, monsieur. 87? Oui, ici, monsieur. 88? Maintenant, si vous ne pouvez marcher, agitez la main comme ceci et les huissiers iront vous chercher. 85, 86, 87, 88. [Passage blanc sur la bande. - N.D.É.] Ces choses ne se font pas dans un coin. J'ai...

103    Hier soir, combien ici sont témoins de m'avoir entendu dire que j'avais été en prière sur la montagne, pratiquement toute la journée, car l'ennemi m'avait tendu un piège? Mais Dieu va s'occuper de cet ennemi. Vous voyez, cela a été prédit avant que cela n'arrive, ainsi vous savez que c'était la vérité.

104    Je suppose, madame, que vous et moi, nous sommes étrangers l'un à l'autre? Oui. Maintenant, voici une scène sous nos yeux, comme dans les Écritures, Saint Jean 4. Cette dame, je ne l'ai jamais vue. Quelqu'un lui a donné une carte de prière, avec un numéro. Son numéro a juste été appelé au hasard, et la voici. Et tous deux, devant le Dieu des cieux, nous ne nous sommes jamais rencontrés, autant que je sache. Je ne connais pas cette dame; elle ne me connaît pas. Et alors, c'est ainsi que c'était dans Saint Jean, au chapitre 4 de l'Évangile, un Homme et une femme s'étaient rencontrés là pour la première fois. Et Jésus a dit à cette femme quel était son problème, et elle a cru qu'Il était le Messie, et l'a dit aux autres gens: «N'est-ce pas le signe du Messie?»

105    Et Il demeure ce soir le Même, qu'Il était alors, cela continuera d'être le signe du Messie. C'est... Et Il a promis qu'Il le ferait juste avant la destruction du monde. Nous vivons en cette heure. Nous sommes marqués.

106    Sur la photo qui se trouvait ici, il y a un moment. [Quelqu'un demande: «Vous la voulez?» - N.D.É.] Non. Vous avez vu là une Lumière. Et cette Lumière, je dis que c'est l'Esprit de Dieu, un des Esprits de Dieu, un Ange, qui est sorti de Lui.

107    Et devant Lui, où nous nous tenons maintenant, vous êtes consciente que le fait de vous tenir dans la présence d'un homme ne vous ferait pas ressentir ce que vous ressentez maintenant. Il y a quelque chose qui se passe. C'est exact.

108    Et je veux vous demander, devant l'auditoire, vous serez le juge si--si je devine et que je dise que vous êtes malade et que quelque chose ne va pas avec vous (ce que je ne sais pas), mais vous pourriez dire: «Le Frère devine cela.»
    Mais s'Il vous dit quelque chose que vous savez, quelque chose qui, comme Il l'a fait dans la Bible, et comme Il l'a fait avec la femme au puits, ou quelque chose au sujet duquel vous savez que je ne sais rien, et qu'Il fasse cela, alors vous saurez qu'il y a ici Quelque chose de présent, qui vous connaît. Moi, pas. Croirez-vous que c'est le--l'Esprit de Dieu? Le croirez-vous? L'auditoire croirait-il la même chose? Puisse-t-Il l'accorder.

109    Maintenant, si l'auditoire peut encore entendre ma voix, cette dame souffre d'un problème de nervosité extrême. C'est exact. Si c'est vrai, levez la main.

110    Croyez-vous que c'est l'Esprit de Dieu qui a dit cela? Croiriez-vous que j'ai juste deviné cela? Si vous l'avez fait, juste afin que vous connaissiez la différence, laissez le Saint-Esprit parler maintenant. Et voyons... Si Dieu est Dieu, Il demeure Dieu. Je ne sais pas ce qui vous a été dit, madame. Ce n'est pas moi qui ai parlé. C'était ma voix, mais je ne l'utilisais pas. Tout comme ceci, ici, c'est muet à moins que quelqu'un ne parle dedans. Je serais muet en ce jour-ci, car je ne vous connais pas, mais Il nous dira peut-être quelque chose d'autre. Mais, quoi qu'Il ait dit, c'était la vérité. Je vous parle comme un homme et une femme, tout comme notre Seigneur a parlé à la femme au puits, simplement pour voir ce que le Père va dire, car Il a dit: «Je ne fais rien, si ce n'est ce que le Père Me montre.»

111    Oui, je vois la dame dans sa maison. Elle est très nerveuse, dérangée au sujet de quelque chose; elle laisse si souvent tomber des objets, et c'est... Ce qui a causé ceci, c'est le temps de la vie où elle se trouve, le temps de la ménopause qui vient pour elle. Autre chose, je vois qu'elle a le diabète sucré. C'est vrai. Vous n'êtes pas de cette ville; vous venez d'une autre ville. Cette ville s'appelle Richford dans le Vermont, et votre nom est Madame John Jones. C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Retournez à la maison, car Dieu vous a guérie par votre foi. Allez et soyez en bonne santé. Que le Seigneur vous bénisse, Soeur.

112    Croyez-vous? Réalisez-vous que vous êtes dans la présence du Dieu Tout-Puissant, les amis? Avec cette Bible, qui est Sa Parole, ne doutez plus; ayez foi.

113    Monsieur, nous sommes étrangers l'un à l'autre. Le Dieu du Ciel, Que nous rencontrerons et Qui nous jugera un jour. Je n'ai aucun moyen de vous connaître, monsieur. Vous m'êtes étranger, mais si le Dieu du Ciel veut me dire pourquoi vous êtes ici, monsieur... Je crois que vous êtes venu dans la sincérité. Oui. Voulez-vous l'accepter comme étant le Fils de Dieu qui a promis ceci?

114    Jésus demeure le Même, Celui qui a rencontré Nathanaël, un autre... Deux hommes se sont rencontrés. J'essaie de citer les Écritures dans chaque cas, afin que les gens voient le parallèle, et sachent que ce n'est pas moi, un homme; je n'ai rien à voir avec cela, monsieur.

115    Vous souffrez également d'un problème de nervosité extrême, et vous êtes devenu si nerveux que cela a porté sur le coeur. Vous avez un problème de coeur. (C'est exact. Oui, monsieur.) Des palpitations. Vous n'arrivez pas à dormir. Je vous vois vous relever la nuit, essayant de reprendre votre souffle. C'est la vérité, monsieur. Pas seulement cela, mais vous croyez que je suis le--le--le serviteur de Christ... Laissez-moi vous dire, afin que vous me croyiez davantage. Vous avez quelqu'un dans votre coeur, pour qui vous désirez la prière; c'est votre mère. Elle a des complications, n'est-ce pas? Vous avez une très bonne foi. C'est vrai. Vous êtes catholique, pour commencer. Vous êtes catholique. Je vous vois avec un rosaire, ainsi cela ne peut être caché. Vous êtes catholique. C'est parfaitement vrai. Votre foi vous guérit, monsieur. Le croyez-vous? Retournez et donnez gloire au Dieu du Ciel pour votre guérison. Que Dieu vous bénisse. Que Dieu vous bénisse. Que le Dieu du ciel vous bénisse, mon Frère. [Quelqu'un parle à Frère Branham. - N.D.É.] Veillez à cela comme vous voulez, monsieur.

116    Quelqu'un veut-il venir ici, s'il vous plaît? Et faites attention, de l'autre côté. Croyez-vous? Ayez simplement la foi, maintenant; ne doutez pas, ayez foi. [Frère Branham marque une longue pause, puis s'adresse à un couple de jeunes gens qui se comportent mal dans l'auditoire. – N.D.É.]

117    Jeune couple, arrêtez cela ou sortez du bâtiment. Tenez-vous bien. Le Dieu du ciel va vous maudire. Je ne vous connais pas. Un jour, nous nous tiendrons au jugement. Il est arrivé qu'une bénédiction est venue sur une dame avec des lunettes; là, avec le manteau marron, elle souffre d'un problème de coeur, assise ici, elle regarde autour d'elle... Croyez-vous que le Seigneur Dieu vous guérisse, ma soeur? Vous pouvez avoir ce que vous demandez, si vous croyez. Ne doutez pas. Ayez simplement la foi, maintenant. Priez, croyez.

118    Vous essayez de croire, vous qui êtes assise là au bout de la rangée. Vous marchez avec une canne. C'est parce qu'une partie de votre pied a été enlevée. C'est vrai. Je ne vous connais pas. Je ne vous ai jamais vue, mais c'est la vérité. Levez la main, si c'est vrai. Si vous croyez Dieu de tout votre coeur, vous pourrez sortir sans votre canne. Qu'a-t-elle touché, elle qui est assise là? Qu'est-il arrivé? Qu'est-ce qui a réprimandé un jeune couple et béni une dame âgée?

119    Maintenant, jeune homme, allez-vous faire attention à ce que je dis? Jeune dame, vous interférez avec le Saint-Esprit. Je vous avertis avant que cela n'arrive. Soit vous vous comportez bien, sinon l'huissier viendra vous faire sortir, ou la police, là derrière. Maintenant, vous êtes dans une réunion religieuse, et cela peut vous coûter deux ans, pour des troubles. Comportez-vous bien. Pas en ce moment, messieurs les officiers.

120    Croyez-vous que Dieu va guérir ce problème d'estomac pour vous? Croyez-vous qu'Il va le faire? Que pensez-vous du fils? Pensez-vous qu'il va sortir de cette paralysie? Il est à l'hôpital. C'est vrai, monsieur. Votre femme est avec vous, et vous priez pour elle. Si Dieu me dit quel est le problème avec votre femme, accepterez-vous sa guérison? Elle souffre de troubles à la tête et d'hypertension. C'est vrai, monsieur. Est-ce que tout est vrai? Maintenant, allez et trouvez tout comme vous le croyez, et que Dieu vous bénisse.

121    Vous n'êtes pas ici pour vous-même. Vous êtes ici pour une amie, une dame, qui a la sclérose en plaques. C'est vrai. Je ne puis la guérir, mais croyez-vous que Dieu va la guérir? Alors, croyez de tout votre coeur, vous pouvez recevoir ce que vous avez demandé. Comment allez-vous?

122    Je déteste faire ceci... Croyez-vous que Dieu va guérir votre oreille et qu'Il va vous rétablir? Croyez-vous qu'Il connaisse les pensées de votre coeur? Vous priez pour quelqu'un d'autre. C'est pour votre mère et votre père. L'un a de l'arthrite. L'autre a un problème de coeur et quelque chose qui ne va pas au pied. C'est vrai. Vous croyez? Allez, trouvez la chose comme vous l'avez crue. Ce sera exactement comme vous le croyez. Que le Dieu du Ciel vous bénisse.

123    Un coeur nerveux... Dieu peut guérir les problèmes de coeur. Il y en a beaucoup ici, qui souffrent de la même chose. Voici l'Ange de Lumière, l'Esprit de Dieu. L'homme assis ici, au bout de la rangée, là derrière, vous avez un problème de sinus, l'homme plus âgé, assis près de l'homme bien portant, un problème de sinusite. Vous avez un problème d'estomac. C'est exact, monsieur. Levez la main, monsieur. Je vais vous dire ce qui provoque cela. Vous essayez d'abandonner une habitude. Le tabac est quelque chose de mauvais pour les sinus. C'est quelque chose de mauvais pour l'estomac. Vous acceptez que Dieu vous l'enlève, n'est-ce pas, et vous croyez qu'Il va vous guérir? Que le Seigneur vous bénisse, alors. Allez et recevez-le comme vous l'avez cru. Ayez foi.

124    Un homme assis juste là, derrière vous, en train de me regarder avec ces lunettes, vous avez de l'arthrite, également un trouble de la tête. Si vous croyez de tout votre coeur, vous pouvez en être guéri. Étant donné que vous avez cela également, il y a une dame assise là, en train de regarder un enfant. Elle a des troubles de la tête, également. C'est vrai. Ce sont vos petits enfants de chaque côté de vous. Correct. Levez la main, si c'est vrai. Je ne vous connais pas, n'est-ce pas? Vous êtes consciente que quelque chose est en train de se passer. L'un de vos petits enfants souhaite la prière car il est nerveux. L'autre a une infection. C'est exact. Levez la main. Tous les deux sont guéris.

125    Vous tous qui avez un problème de coeur, levez-vous juste un moment. Toutes les personnes avec un problème de coeur; il y en a trop pour les appeler, on ne peut simplement pas les faire venir. Tenez-vous ici juste un moment, Soeur.

126    Venez, notre Soeur souffre d'un problème d'estomac provoqué par la nervosité. Tous ceux qui ont des problèmes nerveux ou des problèmes d'estomac, levez-vous une minute, et restez debout; tous ceux qui ont de la nervosité ou un problème d'estomac. Tenez-vous ici. Vous aviez un problème d'estomac aussi, ainsi, tenez-vous ici, juste de la même manière. Croyez-vous, peu importe ce qui ne va pas avec vous?

127    Venez, soeur. Votre problème est dans votre dos. Très bien. Tenez-vous ici. Tous ceux qui ont des problèmes de dos, levez-vous juste une minute; ce sont les reins et ainsi de suite. Dieu ne peut-Il pas vous guérir là? Voyez, il y en a trop, je ne peux tout simplement pas les appeler. Ils sont hors de ma portée. Vous croyez, c'est la raison pour laquelle vous vous êtes levés. Vous croyez.

128    Maintenant, la raison pour laquelle je vous ai dit, hier soir, avant que cela n'arrive... Combien étaient ici hier soir, et m'ont entendu dire: «Satan a fait du mal, il a mis un piège devant moi. Et je ne sais pas comment traiter cela.» Combien se souviennent de cela?

129    C'était le jeune homme et la jeune dame assis là. Les maudire, et ils seraient aveugles ou paralysés; Si je me tais, ils vivront. Maintenant, avant que cela n'arrive, je vous épargne.

130    Croyez que Dieu est ici. Maintenant, pour vous, qui êtes malades, courbez la tête juste un moment pour la prière. Croyez, vous qui êtes ici, de tout votre coeur, le Saint-Esprit qui est proche.

131    Dieu éternel et béni, qui a rugi du Mont Sinaï, Toi qui as parlé au travers de l'apôtre Pierre et qui as dit à Ananias et à Saphira: «Pourquoi avez-vous fait ceci au Saint-Esprit?» Rien que parce qu'il a parlé, l'un est tombé mort et l'autre fut emportée un peu plus tard. Tu es toujours Dieu, mais Tu es plein de miséricorde. Et ceci fut prédit aux gens, avant que cela n'arrive, afin qu'ils sachent que Ton serviteur dit la vérité.

132    Maintenant, Dieu éternel, sois miséricordieux et accorde ce soir, que, comme l'ennemi a envoyé ce jeune couple, que Tu leur pardonnes leur péché, que rien de mal ne leur arrive, mais que Tu leur pardonneras. Tu es venu pour épargner la vie des hommes, mais le Saint-Esprit a envoyé Ses bénédictions pour guérir les gens juste de la même manière. Ta grâce a surmonté cela.

133    Mais maintenant, les gens sauront et le jeune couple saura que je n'avais rien à faire avec leur venue, mais j'avais dit la nuit précédente qu'ils seraient ici.

134    Maintenant, Seigneur Dieu, je Te prie d'être miséricordieux envers ceux qui sont debout, qui sont malades et affligés. Puisse le grand Saint-Esprit venir dans leurs coeurs, juste maintenant, dans leurs corps et qu'ils sachent que le Dieu qui a vécu dans l'Ancien Testament, est vivant ce soir. Cela a été prédit, ensuite cela arrive. Et toutes choses sont faites parfaitement et véritablement par le Saint-Esprit. Nous le trouvons ainsi et nous T'aimons, Seigneur Jésus, parce que Tu nous as aimés et lavés dans Ton Sang, et fait de nous Tes enfants. Merci, Père, pour ces choses.

135    Maintenant, nous réprimons le démon de maladie des gens, qu'il s'en aille d'eux et qu'ils soient tous rétablis, dans le Nom du Seigneur Jésus-Christ.

136    Que tous ceux qui croient et acceptent leur guérison de Dieu se tiennent debout maintenant, alors que vous acceptez, sans l'ombre d'un doute, sentant dans votre coeur que Dieu vous a guéris. Combien vous devriez rendre grâces à Dieu!

137    La Bible dit que, lorsque quelque chose comme ceci se produisait au temps de la Bible, une crainte s'emparait de tout le monde dans toutes les régions. Que pensez-vous ce soir? Si vous êtes un pécheur, si vous êtes un incroyant, je vous invite ici à cette estrade, à la chaire, pour abandonner votre vie à Christ. Venez maintenant. Que tout homme... Si vous croyez que Dieu entend ma prière et guérit les malades et les affligés, ce que tous ceux qui sont debout ont accepté...

138    Et vous, madame? Il y a quelque chose qui ne va pas avec un estropié là-bas, ou quelque chose là. Croyez-vous que Dieu vous a rétablie? Vous n'allez plus devoir marcher avec vos béquilles, n'est-ce pas? Alors vous pouvez avoir ce que vous avez demandé. Très bien, que Dieu vous bénisse. Vous êtes debout, pour y rester, si vous le croyez.

139    Maintenant, vous qui désirez que Jésus soit miséricordieux envers vous, maintenant à l'heure de la mort, voudriez-vous venir à l'estrade, ici, pendant que nous chantons cet hymne: «Pratiquement persuadé.» Très bien. Que Dieu vous bénisse. Allons-y, chanteur...
Pratiquement persuadé de croire maintenant;
Pratiquement persuadé de recevoir Christ;
Il semble qu'une âme dise maintenant: «Va, Esprit, va Ton chemin,
Un jour plus propice, je T'appellerai.»
Pratiquement persuadé.

140    Faites-vous une place ici autour, pour vous tenir comme des gens pénitents qui viennent pour recevoir Christ. Que celui qui veut, vienne; catholiques, protestants. Il y a ici des catholiques et des protestants. Cela ne fait pas de différence. Nous ne vous demandons pas de changer d'église. Nous vous demandons, dans la présence de Dieu, en tant que Son serviteur, et vous êtes témoins de ces choses...
    Il semble qu'une âme dise maintenant, (Ne laissez pas aller votre jour de grâce en chantant...)
...va Ton chemin, Un jour plus propice, je T'appellerai.

141    Courbons la tête maintenant, respectueusement, dans la prière. Lui, qui a créé la terre, Lui qui a ramené Jésus des morts et a fait la promesse que Son, que l'Esprit de Son Être, vivrait dans Son Église jusqu'à ce qu'Il revienne... Il ne devrait pas rester le moindre doute dans vos coeurs. S'il y en a, vous êtes certainement maudits de Dieu. Si vous pouvez vous tenir ici en voyant cela et que vous continuiez de ne pas croire, que Dieu ait pitié.

142    Vous, qui êtes ici à l'autel, peu importe l'église à laquelle vous appartenez, protestante ou catholique, cela n'a rien à voir avec cela. Regardez les gens qui ont été guéris. Je ne crois pas qu'il y en ait un seul qui soit debout et qui n'ait pas accepté sa guérison. Vous avez vu ce qui est arrivé sur l'estrade, et aussi certainement que vous avez pu l'entendre des jours auparavant, des semaines auparavant et des mois auparavant, il est parlé maintenant d'une guérison. S'Il savait ce qui était, Il sait ce qui sera. Il connaît le futur et peut le dire. Il est Dieu. Vous êtes dans Sa présence. Que Dieu soit miséricordieux envers vous, maintenant. Priez et repentez-vous. Demandez à Dieu de vous pardonner et de vous donner Sa miséricorde. Je suis sûr qu'Il le fera.

143    Et s'il y a quelqu'un d'autre qui désire venir en ce moment, nous ne vous disons pas d'aller dans une certaine église. Nous voulons que vous alliez dans n'importe quelle église que vous voulez, mais nous désirons que vous veniez maintenant. Si vous vous sentez condamné dans votre coeur, quand vous êtes entré et que vous avez tort, et que vous avez péché et fait ce qui est mal, l'autel est ouvert pour votre confession à Dieu. Venez demander le pardon. Il est ici avec grande miséricorde, pour guérir les malades et pardonner aux pécheurs.

144    S'il y en a un autre, alors que nous chantons doucement, encore une fois, un hymne, ce verset... «Pratiquement persuadé» maintenant de croire, «pratiquement persuadé» maintenant de recevoir Christ. Voulez-vous le chanter? Et si vous désirez venir, priez et demandez simplement au Saint-Esprit... Il n'est pas nécessaire que je vous dise qu'Il est, Lui, ici. Vous savez qu'Il est là. Chantons maintenant, avec nos têtes inclinées, en prière, alors que nous chantons cet hymne:
Pratiquement persuadé, viens, viens aujourd'hui;
Pratiquement persuadé de recevoir Christ;
    («Pratiquement» ne peut suffire; «pratiquement», c'est échouer!)
Triste, triste, cette amère lamentation:
Pratiquement, mais perdu!
    [Frère Branham commence à fredonner. – N.D.É.]

145    Fredonnons-le maintenant. Ô Seigneur Dieu, nous nous tenons dans la crainte. Moi-même, je me demande; je suis étonné de Ta grâce: comme Tu es bon, et comme Tu es Saint, comme la longanimité et la tendre miséricorde peuvent durer. Je... Cela est étonnant pour moi. Comme un poète a dit: «Grâce étonnante...» Nous T'aimons, cher Dieu. Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. Et librement, de notre coeur, nous pardonnons à tous ceux qui nous ont offensés, afin que nos péchés soient effacés. Prends notre iniquité, et ensevelis-la dans la mer de l'oubli de Ton Sang. Accorde-le, Seigneur. Bénis ces gens qui attendent. Dieu, accorde-le.

146    Ceux qui se tiennent ici, se repentant devant Toi, demandant miséricorde, parce qu'ils savent qu'ils sont dans Ta Présence. Ô Dieu éternel, donne-leur la paix du coeur. Parle-leur. Donne-leur une expérience, comme Tu l'as fait aux jours de la Bible, car vraiment les jours de la Bible sont ici à nouveau, à la fin de cet âge des Nations.

147    Bientôt nous nous attendons au retour de Jésus. Nous ne savons simplement pas quand ce sera, jusqu'à ce que le monde soit réduit en poudre par une bombe atomique ou par une attaque prophétisée par les prophètes, il y a des milliers d'années, que le monde serait détruit et brûlerait comme--comme une fournaise ardente.

148    Et nous demandons, ô Dieu, que Tu sois miséricordieux envers nous, et accorde, Seigneur, que chaque personne qui se tient pénitente à cet autel, que leurs péchés soient partis. Je demande ceci comme Ton serviteur, me tenant entre les vivants et les morts. Je demande que la question de leurs péchés et de leur iniquité soit réglée.

149    Je ne pourrai peut-être jamais leur serrer la main sur cette terre, mais je m'attends à ce moment-là, si je vis fidèlement. Ils sont les trophées de Ta Présence ce soir. Tu as dit: «Aucun homme ne peut venir à Moi, si le Père ne l'attire. Et tous ceux qui viennent, Je leur donnerai la Vie éternelle et Je ne les rejetterai pas, mais Je les ressusciterai au dernier jour.» Et nous croyons cela, et nous appelons cela pour Tes enfants qui sont pénitents à l'autel. Puisse... Il y en a ici qui auraient dû venir et qui ne l'ont pas fait. Sois miséricordieux envers eux, cher Dieu. Et accorde-leur la même chose, je prie.

150    Maintenant, s'il en reste un, quelque part, qui n'a pas accepté la guérison, qui ne ressent pas que Christ l'a rétabli, puissent-ils le recevoir ainsi en ce moment. Et que l'on se souvienne longtemps de cette réunion, dans les mémoires, même les petits enfants, si Jésus tarde.

151    Nous croyons, Seigneur, que Tu vas bénir ces gens pour leurs efforts et pour tout ce qu'ils ont fait. Nous Te les remettons, dans le Nom de Ton Fils, le Seigneur Jésus.

152    Et avec nos têtes inclinées, je vais demander à l'un des pasteurs ici, Frère Sweet, avancez-vous, maintenant, alors que vous gardez la tête inclinée, pour la prière finale et pour tout ce qu'Il a choisi de faire. J'apprécie toute votre sincérité.

153    Combien, ici à l'autel, avec la tête courbée, croient que leurs péchés sont pardonnés et que vous êtes sous le Sang du Seigneur Jésus? Voudriez-vous lever la main vers Lui et dire: «Seigneur, je crois ceci.» Que le Seigneur vous bénisse, chacun de vous, ici à l'autel. Il ne faillit jamais. Il répond toujours à la prière. Je vous suis tellement reconnaissant. Que Dieu vous bénisse maintenant, alors que nous courbons la tête et que nous remettons la réunion à monsieur Sweet.

Up

S'abonner aux nouvelles