La Guérison Divine

Date: 54-1219M | La durée est de: 1 heure et 45 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1          «... là-dedans. Je dois jeter le filet jusqu’à ce que tous les poissons aient été attrapés ; vous savez, chaque poisson est à vous.» Il a dit... J’ai dit: «Alors, je vais les tirer hors de l’eau ; à ce moment-là, ils seront... ils vont donc vous appartenir. Je vous les présente.» Mais j’ai dit: «Vous n’arriverez pas à les tirer de là à moins de les pêcher à la seine.»

2          Et c’est ce que doit faire la prédication: Pêcher les poissons à la seine. Et nous jetons le filet ici, et peut-être le Seigneur dira: «Eh bien, jette ton filet de côté.» Et nous allons jeter le filet là-bas et nous le tirerons. Eh bien, à cet endroit, on ne trouve peut-être qu’un ou deux poissons, dans cet appel à l’autel. Peut-être que certains s’avancent à l’autel puis rentrent dans le monde, cela ne fait rien pour eux. Eh bien, nous avons fait de notre mieux.

3          Nous allons au point d’eau suivant, nous y jetons notre filet, nous le retirons, et ensuite nous voyons ce que nous pouvons y attraper. Peut-être qu’on n’attrape rien là-bas. Il se peut qu’un groupe vienne à l’autel, et qu’aucun d’eux ne persévère ; ainsi, ça–ça dépend du Seigneur. Vous voyez?

4          Ensuite, nous allons au point d’eau suivant et nous y jetons notre filet, il se peut que nous attrapions tout un tas de poissons à cet endroit-là, juste... Vous voyez, et puis, après tout... Vous voyez, simplement, nous–nous allons simplement y jeter notre filet ; c’est tout. Voyez-vous? Le Seigneur nous a prédestiné à prêcher l’Evangile, Il a prédestiné à la Vie Eternelle ceux qui L’écouteront. Maintenant, notre devoir est de jeter le filet. C’est juste. Vous voyez?

5          Tout ce que le... tous ceux qui appartiennent au Seigneur sont présents ; les voici tous, ils se tiennent autour de l’autel: «Maintenant, Seigneur, les voilà. J’ai fait de mon mieux. Voici tous ceux qui ont été attrapés par le filet de l’Evangile. Tu connais qui est poisson. Tu connais qui sont des tortues. Tu connais qui sont des serpents. Et Tu connais qui sont des grenouilles. Et Tu connais ce que–ce qu’ils sont. A Toi de choisir.» Mais nous ne faisons que jeter le filet.

6          Il a vu cela, mais il n’a pas accepté cela. Eh bien, c’est très bien. Oui, aussi longtemps qu’il... Vous présentez cela, c’est très bien.

7          Eh bien, il semble que tout le monde chante des chansons qui parlent d’un Noël blanc [Un jour de Noël enneigé] et prie pour cela. Apparemment, nous pouvons l’avoir. S’il continue de neiger, nous pourrions avoir un Noël blanc. Et Noël, c’est la période de l’année...

8          Mon souhait est que ce soit Noël tout le temps. Il semble que tout le monde devient très gentil à l’approche de la Noël, ils veulent s’entraider et tout. Et tout le monde dans la rue demande: «Comment allez-vous, frère?» A d’autres périodes de l’année, ils ne vous adresseraient même pas la parole. Ainsi, je... Ce serait une bonne chose si on avait Noël en permanence, n’est-ce pas? Si seulement c’était Noël tout le temps...

9          Et la réalité est que, malgré tout ce qu’il y a de faux et tout ce qui s’y rapporte, il y a dedans une chose qui fait que tout le monde essaie d’en faire une Noël, vous savez. Et, en cela, Dieu a toujours une Noël quelque part, n’est-ce pas? Certainement. Il a quelque chose qui s’y rapporte, c’est le nom même et la pensée même de la naissance du Seigneur Jésus-Christ. Oh ! Le monde l’a remplacé par le père Noël, bien sûr, mais ce n’est pas le cas pour les chrétiens. C’est toujours Noël.

10        Or, Noël n’est pas une fête protestante. C’est une fête catholique. Le 25 décembre, c’était des mois et des mois avant notre... après... ou plutôt avant la naissance de notre Sauveur. Notre Seigneur est né en avril. Mais Il n’est pas né en décembre. Si vous avez déjà été en Judée, en décembre, il fait plus froid qu’ici. Ainsi–ainsi, vous savez qu’Il n’est pas né en décembre. Et ça s’appelle C-h-r-i-s-t-m-a-s-s [en anglais], une messe pour Christ. C’est la messe de Christ.

11        Nous n’avons qu’une seule fête protestante en Amérique, et c’est Monsieur Roosevelt qui l’a changée pour nous. C’est la fête de Thanksgiving. Toutes les autres sont des fêtes catholiques, toutes. Oui, oui. Vous voyez? Monsieur Roosevelt a changé cela pour nous. Ainsi, nous l’avons chaque jeudi, ou une certaine semaine, ou quelque chose comme cela. Ce n’est plus un jour habituel fixe.

12        Alors, voyez-vous quel groupe nous avons? Le monde entier est devenu un amoncellement de–de saletés, de péchés et de désespoir. Et toujours... Il faut qu’il en arrive là pour exploser. Vous voyez? La terre entière a été dépouillée de toute sa charpente, de tout le fer et de tous les minerais pour fabriquer des navires et des ponts, etc. Ce que Dieu a utilisé afin de la rassembler, de la souder et de maintenir cela ensemble comme ceci ; on en a extrait tout le gaz et tout le pétrole et tout ce qu’elle renferme comme cela, pour brûler, et l’essence pour mettre dans les voitures, etc. Et on extrait tout le charbon pour produire l’électricité (Vous voyez?), et vous creusez cela au point que c’est devenu une coquille, avec des entailles, et des choses qu’on en retire comme cela. Et puis, des gens deviennent tellement pécheurs au point que cela est devenu un gros tas d’ordures, et c’est comme il en était au commencement: «Dieu fut affligé d’avoir créé l’homme.» Il suffit juste d’une petite secousse atomique là pour mettre la terre entière hors de son orbite ; et c’est très exactement ce qu’Il a dit qu’Il ferait. Vous voyez?

13        Ainsi, nous vivons en ce jour-là et nous sommes heureux d’être des chrétiens. Oh ! la la ! Oh ! la la ! Que ferais-je si je... Je crois que je serais devenu fou en regardant à la chose si je n’étais pas un chrétien. Je ne vois pas comment les gens arrivent à supporter cela. Je ne comprends pas comment un homme peut marcher sur terre aujourd’hui sans être un chrétien. J’aimerais que quelqu’un me donne une raison, une certaine raison pour laquelle il ne faut pas servir Christ. Je–je–je–je... Vous ne pouvez pas donner une raison valable. Vous voyez? Nous sommes juste... C’est le jour où nous devrions tous être heureux et prêts ; le grand moment du retour à la Maison est proche.

14        Et, oh ! la la ! voilà juste le: Mene, Mene, Tekel, Upharsin, écrit sur chaque nation, sur chaque mur, partout. Chaque démocratie, chaque royaume, partout ailleurs, ça s’effondre. «Tu as été pesé et tu as été trouvé léger.» Les royaumes ont failli. Les rois ont failli. Et les dictateurs ont failli. La démocratie a failli. Les églises ont failli. Les hommes ont failli. Tout a failli.

            Vous direz: «Les églises?» Oui, oui.

15        L’un des plus grands échecs au monde, c’est l’église. C’est–c’est vrai. Les églises ont lamentablement échoué. Tout a échoué. «Mais nous recevons un Royaume qui ne faillira point: Le Royaume de Jésus-Christ.» Ce Royaume ne peut pas faillir. Et nous en sommes si heureux, du fait que ce n’est pas une affaire d’église. C’est une affaire individuelle. Ce n’est pas de savoir si mon église est sauvée qui compte ; c’est de savoir si je suis sauvé. Ce n’est pas de savoir si mon diacre est sauvé, ou si mon pasteur est sauvé, ou si ma mère est sauvée, qui compte ; la question est de savoir si moi-même, je suis sauvé ou pas, je dois être sauvé. Ensuite, je dois en parler aux autres. Et alors, s’ils sont sauvés, c’est merveilleux ; s’ils ne le sont pas, je dois toutefois rester sauvé. C’est... Je dois conserver mon salut. Oh ! quel jour merveilleux !

16        Aussi, je... tous les jours, presque tous les jours, je pense à la chanson d’Eddie Perronet ; que mon espoir... Non, ce n’était pas Eddie Perronet. J’oublie qui l’a écrite. «Mon espoir ne repose sur rien d’autre que le Sang et la justice de Jésus.» N’est-ce pas un chant merveilleux? «Lorsque tout autour de mon âme cède, Il est mon espoir et mon soutien.» Vous voyez? «Sur Christ, le Roc solide, je me tiens.»

17        Quand le petit docteur... Son nom m’échappe, c’était... Il prêchait la puissance de la résurrection de Christ ; vous savez, c’était dans une grande église formaliste de la ville de New York, il n’y a pas longtemps. J’ai vu cela dans le journal, d’où provenait la coupure. Et toute son église était contre lui. Il croyait au surnaturel, à la résurrection de Christ, à la Vie Eternelle, au baptême du Saint-Esprit qui donne la Vie au croyant en tant qu’individu, aux signes et aux miracles.

18        Et son église comptait le mettre dehors. Et il a eu... Ils avaient un bal là. Il avait la possibilité de rester très longtemps dans cette église, et (Oh !) ils–ils se sont mis à s’aigrir au sujet de ce qu’il prêchait. Mais ce dernier était convaincu d’avoir raison. Il était aussi malade, il avait... Et il a dit... Non, il n’était pas malade. Excusez-moi. Il–il était mort à la chaire, mais il n’était pas malade. Ainsi, ils... Les gens–les gens l’avaient attristé si bien qu’il en est mort. Ainsi, ils se sont simplement aigris à son sujet et ne voulaient plus l’écouter, et tout. Il a continué à prêcher la vérité. Ils ont dit...

19        Ils–ils avaient... C’est une religion sociale. «Oh ! Unissons-nous, et madame Dupont que voici fait partie de ce groupe-ci ; alors, unissons-nous. Et nous avons nos parties de thé et tout.» C’est juste une affaire sociale, mais lui croyait que c’étaient des absurdités.

20        «Nous devons nous unir et naître de nouveau...» Et ils se moquaient de lui, et tout, au sujet de sa religion, et tout.

21        Et un matin, alors qu’il se tenait là, criant à la chaire, prêchant que Jésus était réel, il a piqué une crise cardiaque. Et il–il–il a commencé à flancher, et il a reculé comme cela. Et certaines personnes... Il avait deux médecins dans son assemblée, ils se sont donc approchés et l’ont pris. Ils ont mis un instrument sur son coeur.

22        Ils ont dit: «Il a une attaque cardiaque.» Ils ont dit: «Monsieur, vous–vous–vous mourez.»

            Il a dit: «Suis-je en train de mourir, moi?»

            Ils ont dit: «Oui.»

            Il a dit: «Faites venir deux de mes fidèles diacres ici.»

            Ceux-ci sont venus et l’ont soulevé. Et ils ont dit: «A présent, que représente pour vous cette nouvelle religion, cette chose dont vous parlez?»

23        Et il a dit: «Eh bien, lâchez-moi.» Ils l’ont lâché. Il a levé les mains. Il a dit: «Sur Christ, le Roc solide, je me tiens. Et tout autre sol n’est que sable mouvant.» Et pendant qu’il disait cela, il se mit à tituber à reculons comme ceci. Il y avait une croix suspendue derrière lui. Il entoura de son bras la croix et, avec l’autre bras, l’autre côté, comme ceci. Il a dit: «Tout autre sol n’est que sable mouvant. Tout autre sol n’est que sable mouvant.»

24        Je me suis dit: «Ô Dieu, voilà, c’est ça.» C’est cela. C’est ça, il est mort à la croix (Vous voyez?) ; car tout autre sol n’est que sable mouvant. Christ est l’unique espérance que nous avons. Notre foi n’est bâtie sur rien d’autre.

25        Maintenant, ce matin, j’allais prendre le 7e chapitre du Livre des–des Hébreux. Etant donné que j’ai entendu ce matin ce témoignage ou les requêtes de prière, je pensais juste changer cela pour enseigner sur: «Melchisédek, qui est le Sacrificateur, l’ordre établi d’après le Souverain Sacrificateur, demeure Sacrificateur à perpétuité.» Ensuite, je vais revenir dans l’Evangile, ou plutôt dans le Livre des Actes et parler, ou plutôt enseigner sur la guérison divine ce matin, parce qu’il y a beaucoup de personnes qui sont–qui sont malades.

26        Je venais de suivre les requêtes. J’étais assis là en train de préparer, de lire, d’étudier ce sixième chapitre de–d’Hébreux, là où il est question de Melchisédek, le Roi de Salem, le Roi de paix, et etc. Maintenant, j’ai commencé à entendre tout... Je l’ai entendu. Frère Neville, veuillez demander si quelqu’un... J’ai commencé à entendre: «Ma mère ; mon bébé ; mon ceci ; mon...»

            Je me suis dit: «Oh !...»

27        Quelque chose a dit: «Maintenant, retourne dans le Nouveau Testament, dans l’un de... Et ensuite, j’ai ouvert ici, j’ai commencé à lire dans le Livre des Actes, au chapitre 4, c’est là que nous allons commencer à lire ce matin. Je ne sais pas pourquoi, mais le Saint-Esprit veut que je–je change pour prêcher ceci. Ne sachant que dire, évidemment, toutefois, je me soumets simplement au Saint-Esprit...

28        Maintenant, tout le monde a entendu où se tiendra la prochaine réunion. Nous commençons à–à Chicago, à l’Eglise de Philadelphie ; et de là à un amphithéâtre. Cependant, je ne sais pas où exactement. Nous allons simplement commencer. Je pourrais être là pour un jour, ou pour six mois. Vous voyez? Juste pour commencer, et on y restera jusqu’à ce que Dieu dise: «C’est assez.» Ensuite, je me déplace vers un autre endroit. Et nous commençons le douze du mois prochain, le douze janvier à l’Eglise de Philadelphie de Chicago. Et puis, nous espérons être bientôt à Phoenix, à l’Ouest et aux alentours, selon que le Seigneur pourvoira.

29        Et j’ai vraiment besoin de vos prières, je veux que vous priiez pour moi. Et je... pas pour ma santé. Je suis très reconnaissant et heureux de ma bonne santé que le Seigneur m’a donnée. Et je pense que je me porte mieux et que je suis en meilleure forme comme je ne l’ai jamais été et que je ne l’ai été au cours de ces dernières années. Et je suis reconnaissant envers le Dieu Tout-Puissant, qui Lui seul me l’a donnée. Vous voyez? Parce que toute chose, tous les autres ont échoué, ils disaient que je ne m’en sortirais pas ; même chez les Mayo, ils ont dit que je ne m’en tirerais pas. Mais ce matin, autant que je sache, je suis en parfaite santé par la grâce de Dieu. Ainsi, je suis si heureux pour cela, et je donne à Dieu toute la louange et la gloire parce qu’aucune créature, rien d’autre n’aurait pu le faire sauf Lui. Ainsi, je suis heureux pour cela.

30        Mais spirituellement, j’ai–j’ai besoin de la conduite spirituelle. J’ai l’impression tout le temps que je ne vaux rien. Je–je... Quelque chose me tracasse, disant: «Oh ! Tu es tellement minable.» Eh bien, c’est–c’est juste. Vous voyez? Je–je le sais. Mais le peu que j’ai, je désire faire le mieux possible avec ce que je possède. J’ai plus besoin de la conduite du Saint-Esprit, de connaître la chose juste à faire.

31        Parce qu’après avoir atteint l’âge de quarante-cinq ans... Bien sûr, je réalise que je continue à dire: «Je deviens vieux», mais ça, ce n’est pas être vieux. Je ne le dis pas pour vous ennuyer, vous qui êtes plus âgés que moi. C’est... Eh bien, voici frère Bosworth dans ses quatre-vingts ans, un homme en meilleure forme que moi. Et, mais c’est... Et regardez, le vieux docteur Hamm que voilà est âgé de cent ans, et cependant, c’est un bon prédicateur. Ainsi, j’en ai encore pour très–très longtemps avant d’en arriver là. Et je doute s’il va admettre qu’il est vieux ou pas. Ainsi, c’est juste le...

32        L’idée qui en ressort est que, bien sûr que maintenant, je devrais... A n’importe quel moment ou à n’importe quel âge, si jamais je dois être en meilleure forme pour le Seigneur, ça devrait probablement être maintenant même. Vous voyez? Parce que tout ce qui est de l’enfance a disparu, et l’on devient posé, on grisonne et, vous savez, cependant, c’est juste le moment de la vie où vous devez être réellement ancré et suffisamment fort, et au mieux de votre forme ; assagi, l’enfantillage et l’enfance sont ôtés, juste au moment d’entrer dans le champ. Si jamais je dois connaître quelque chose que j’ai, je devrais le connaître maintenant. Je suis très reconnaissant pour ce qu’Il m’a montré dans Son Evangile, et j’en suis très heureux.

33        Mais je–je... Cependant, je–je ne peux pas me rassurer moi-même de toute façon. Je... vraiment je... quelque chose... J’ai soif de Dieu. Je... Il semble qu’il y a quelque chose que je devrais faire, et je ne parviens pas à le faire correctement, je ne sais pourquoi. Seulement... C’était ici, il y a des années, je vous en parlais, je pouvais tendre la main vers quelque chose et le palper presque. Vous voyez? Pour moi, il me semble qu’il y a là-bas quelque chose d’autre que je suis en train de toucher. Si seulement je peux atteindre ce point-là, et à ce moment-là–à ce moment-là, ce serait bien.

34        Eh bien, les gens m’ont posé des questions au sujet du livre que monsieur Church a écrit, ou des choses qui y sont contenues. Et (Oh !) beaucoup ont appelé et demandaient si j’allais dire quelque chose à ce sujet, et tout. Non, je ne dirai rien à ce sujet. Ne vous mêlez pas de ça. Vous voyez?

35        Ecoutez, je continuerai probablement à prêcher la guérison divine après la mort de monsieur Church. Ainsi, maintenant... Vous voyez, la guérison divine... Lorsque moi et monsieur Church serons tous les deux couchés dans la tombe, la Bible de Dieu continuera à être prêch-... à enseigner la guérison divine, et les gens la pratiqueront. Ça ne change donc rien. C’est... C’est dommage que nous les prédicateurs américains, nous n’ayons pas assez de travail à faire si ce n’est aller çà et là pour nous disputer les uns les autres et provoquer des histoires pour semer la pagaille (Vous voyez?), pendant que la Parole de Dieu soutient la guérison divine. Et c’est ce que les gens ont fait tout au long des âges et il en sera toujours ainsi.

36        Et quant à croire que la Parole de Dieu est inspirée, je crois que chaque iota de la Bible est inspiré. Il n’y a aucun de cela... Tout...

37        Permettez-moi de vous transmettre quelque chose pendant que nous y réfléchissons. Savez-vous ce qui pousse les protestants à se convertir au catholicisme? C’est parce que les catholiques croient que cette Parole est inspirée. Les protestants croient que certaines parties sont inspirées. La partie que lui désire être inspirée, c’est celle-là qui est inspirée ; le reste n’est pas inspiré. Si Cela porte atteinte à sa doctrine, Cela n’est pas inspiré. Vous voyez, c’est ça le protestant.

38        Le catholique dit qu’Elle est entièrement inspirée, chaque portion de Cela, mais leur église est au-dessus de la Parole. Ainsi, ce que dit la Parole ne change rien [pour eux] ; c’est l’église qui compte. Donc, en toute conscience, je ne peux pas être un catholique.

39        Je n’ai rien contre les catholiques, ce sont mes amis. Et s’ils croient au Seigneur Jésus-Christ et L’acceptent comme Sauveur personnel, ils sont mes frères.

40        Eh bien, je fais allusion aux églises. Je pourrais... Je suis en désaccord avec la doctrine catholique. Je ne pourrais pas être un catholique dans ce sens-là, l’Eglise catholique romaine, car ils déclarent «l’infaillibilité du pape ; et l’église est au-dessus de la Parole, et que l’église est au-dessus de la Parole.» Je ne le peux pas.

41        En toute conscience, je ne peux pas être un protestant, parce que je ne peux pas prendre une partie de la Parole et dire: «Une partie de la Parole est inspirée, et cette autre partie est inspirée ; ceci voulait dire autre chose, et ceci...»

42        Je suis un adorateur de la Bible. Je crois qu’Elle est la Parole de Dieu. Il n’y a rien qui soit au-dessus d’Elle, et il n’y en aura jamais. Aussi longtemps qu’il y aura une éternité, Elle demeurera la Parole de Dieu. Vous voyez? Je crois qu’Elle l’est. Maintenant, je...

43        Il se peut qu’il y ait là-dedans des choses que je ne comprends pas, peut-être des choses que je n’arriverais pas à accomplir avec la faible petite foi que je possède. Peut-être que je n’arrive pas à accomplir cela, cela reste malgré tout toujours la vérité. C’est la Parole de Dieu. C’est la Parole de Dieu. Peu importe ce que quelqu’un d’autre dit, je crois qu’Elle est la Parole de Dieu.

44        Et je crois qu’en Elle se trouve la–la Semence. C’est une corbeille pleine de Semences. Et je crois que le Saint-Esprit prend cette Semence et la sème dans nos coeurs, comme cela. Ne le croyez-vous pas? Et nous devenons Ses enfants.

45        Ainsi, je dois donc croire. S’il y a même une seule Parole non inspirée, je ne pourrais pas croire en ce Livre. Je ne pourrais pas Y croire parce que si cette partie-ci n’est pas inspirée... Monsieur Church a dit: «Certaines parties de la Bible ne sont pas inspirées, telles que Marc 16, etc.» Il a dit: «Ce n’est pas inspiré.»

46        Eh bien, j’ai rencontré ses amis prédicateurs méthodistes, précisément à New Albany, et ils étaient en désaccord avec lui sur cent millions de milles. Ils ont dit qu’ils ne pouvaient pas digérer cela.

47        Et un prédicateur presbytérien qui se tenait là a dit: «Eh bien, frères, je–je ne sais pas ce que cet homme a.» Vous voyez? Maintenant, il a dit: «Eh bien, maintenant, écoutez, il...»

48        J’ai dit: «C’est ce qui caractérise les catholiques. C’est ce qui fait des protestants ce qu’ils sont, un faible groupe de rien du tout.» Vous voyez? J’ai dit: «C’est ça, parce qu’ils n’ont aucune espérance. Ils ne peuvent pas fonder leur espérance sur cette Bible, parce qu’une partie En est inspirée ; une partie ne l’est pas.»

49        Alors, il n’est pas étonnant que ce mahométan... Docteur Reedhead, pendant qu’il se tenait là et qu’il a demandé au mahométan pourquoi il n’acceptait pas le Seigneur Jésus ressuscité, ce dernier a dit: «Eh bien, a-t-il dit, j’aimerais vous voir, vous les enseignants, accomplir votre Parole, ce que votre Jésus a dit qu’Il ferait.»

50        Il a dit: «Oh ! Vous vous référez à Marc 16.» Il a dit: «Ce n’est pas inspiré.»

51        Il a dit: «Quel genre de Livre lisez-vous?» Il a dit: «Notre Coran, chaque portion de notre Coran est inspirée.» C’est la Bible des mahométans. Il a dit: «Il est inspiré. Nous en croyons chaque parole. Et tout ce que Mahomet a promis, nous pouvons l’avoir tel quel.» C’est juste. Il a dit: «Maintenant, vous–vous autres, vous faites parler la Bible ainsi.» Il a dit: «Eh bien, si Elle n’est pas inspirée, alors vous n’avez rien.»Vous voyez? Voilà. Il a dit: «Vous n’avez rien qu’une petite théorie dans votre esprit.» Eh bien, l’homme a parfaitement raison. Qu’il soit païen, qu’il soit athée, il a parfaitement raison.

52        Mais moi, je dis qu’Elle est inspirée, et Chacune de Ses Paroles est la Vérité. Chacune de ses Paroles est la Vérité.

53        Et laissez-moi vous montrer quelque chose. Jésus-Christ a dit, lorsqu’Il a écrit le dernier chapitre de cette Bible, Il a dit: «Celui qui ajoutera, ou retranchera à cette Parole sera retranché du Livre de Vie.» Est-ce vrai? «Celui qui Y ajoute ou En retranche quelque chose...»

54        C’est pourquoi je crois de tout mon coeur que depuis Au commencement de la Genèse, jusqu’à l’Amen dans Apocalypse, c’est inspiré de Dieu. C’est entièrement la vérité. Il n’y a pas une seule de Ses Paroles qui soit fausse. Tout, c’est la Vérité. J’En crois chaque Parole. Je ne veux rien retrancher ni rien ajouter. Je ne veux rien de plus, je ne veux que cette Parole. Et c’est justement ce que je désire.

55        Que penses-tu, Gene? Penses-tu que c’est la Vérité? Moi, je crois que Chacune de Ses Paroles est la Vérité ; ainsi, c’est de cette façon que nous La croyons.

56        Maintenant, si vous prenez des hommes qui ont une vision bornée en Amérique... Et écoutez, mes amis, là où nous nous disputons sur le fait d’être des méthodistes, des baptistes, ou des pentecôtistes, et sur les évidences et toutes ces autres choses, des milliers et des milliers de gens meurent chaque jour sans jamais avoir entendu parler de Jésus-Christ. C’est vrai. Environ cent quarante mille personnes meurent chaque jour sans être convertis. Et nous nous disputons pour savoir s’il faut parler en langues, s’il faut crier ou s’il faut être membre de l’église méthodiste, baptiste ou pentecôtiste, des piètres choses insignifiantes. Et nous les prédicateurs, paresseux, nous restons ici à ne rien faire, nous parcourons l’Amérique pour prêcher à des gens à qui on a prêché maintes et maintes fois. C’est comme le fait de ratisser, ratisser, et ratisser. C’est cela. Et des millions dans d’autres pays...

57        Et la toute dernière commission que Jésus a donnée était: «Allez par tout le monde et prêchez cet Evangile à toute la création.» Pouvez-vous donc voir, mes amis, pourquoi je ne peux pas rester à la maison? Il y a vraiment en moi quelque chose qui me met en pièces. Je–je me rends compte qu’il y a quelque chose à faire, mon frère, ma soeur. Nous... Je–je ne peux pas le faire moi-même. Et je–je ne sais pas ce que...

58        Je vois comment ces sociétés missionnaires se replient et échouent et tout là-bas, parce qu’ils y vont avec la mauvaise chose, la théologie. Eh bien, ces gens s’en moquent. Vous ne pouvez pas vous rendre là-bas avec de la théologie. Ces gens-là ne croient même pas à ces choses. Vous devez leur démontrer que Dieu est Dieu. C’est vrai.

59        Et que peut-on faire? Je ne sais pas. Mais je sais qu’un de ces jours, tout sera fini, et la trompette du Seigneur sonnera et dira: «Il n’y aura plus de temps.»

60        Je pense à Daniel lorsqu’il se tenait sur la rive ce jour-là et qu’il a eu cette vision. Et un Ange est descendu, enveloppé du soleil, avec l’arc-en-ciel autour de Sa tête. Il a posé une terre... Il a posé un pied sur la terre et un pied sur la mer, et Il a levé Sa main et a juré par Celui qui vit aux siècles des siècles qu’il n’y aurait plus de temps. Vous voyez? Hum. Je–je... Cela doit arriver l’un de ces jours. Et chaque Parole s’accomplira exactement tel qu’Il l’a annoncé.

61        Alors, ensuite, que vais-je donc faire? Qu’allez-vous donc faire? Vous voyez? Vous êtes responsables autant que moi. Nous sommes tous responsables. Nous sommes responsables de la mort de Jésus-Christ, nous tous, jusqu’à ce que nous L’acceptions comme notre Sauveur personnel, ensuite travailler pour Lui de tout notre coeur. Si Dieu nous a donné quelque chose à faire et que nous manquions de le faire, alors Dieu nous le redemandera à la fin du jour.

62        Ô Dieu, donne-moi donc la foi, donne-moi–donne-moi du courage. Encourage-moi.

63        Je me décourage très facilement (Vous voyez?), parce que je vois de mauvaises choses, et je–je ne parviens pas à les redresser. Ça ne vaut pas la peine que j’essaie de le faire. Ça ne vaut pas la peine. C’est comme discuter avec ce frère à propos de son livre. On n’obtient rien en discutant.

64        Il n’y a pas longtemps, A. B. Neums... Vous le connaissez, l’homme qui est décédé la semaine passée. Il s’en prenait à moi et m’en a fait voir de toutes les couleurs et que sais-je encore à propos de la guérison divine. Frère Neums était un homme bien, je crois qu’il est dans la Gloire aujourd’hui avec les autres saints de Dieu, criant victoire.

65        Eh bien, le genre d’attitude qu’il a affichée à l’égard de la guérison divine... Peu m’importe si chaque prédicateur, pape, et quiconque se levait pour condamner la guérison divine ; le lendemain, je prêcherai la guérison divine. C’est juste. Vous voyez? Pourquoi? Elle est dans la Parole. C’est la Parole de Dieu. C’est ce que Dieu a dit. Ce n’est pas... Je suis responsable de ce que Dieu a dit. En tant que ministre, je suis responsable de prêcher ce que Dieu a dit et d’appeler cela la vérité.

66        J’étais en route pour aller chercher frère Boze. J’ai allumé la radio. J’aime écouter frère Neums ; c’est un bon prédicateur. Et je suis allé l’écouter. Et en route (Oh ! la la !), il traitait la guérison divine de fanatisme, d’une affaire démoniaque, et que sais-je encore. Et il a dit: «Par exemple, les frères Bosworth...» Il a dit: «Lorsque j’étais... ils... J’étais avec eux quand ils étaient des jeunes gens en pleine forme, tous les deux à peine des enfants.» Et il a dit: «Tous les deux sont morts, ils n’étaient que des enfants.» Il a dit: «Si la guérison divine existe, qu’en dites-vous?»

            J’ai pensé: «Ô frère Neums, mon...»

67        Il a dit: «Aimée McPherson est morte, elle n’était qu’une fille (Vous voyez?), à peine une petite enfant.» Et Aimée était une femme âgée lorsqu’elle est morte.

68        Alors, je me suis dit: «Oh ! la la !» Eh bien, je suis sorti et je me suis dit: «Je sais qu’il a commis une grosse bévue.» Ainsi, je me suis rendu là à–à–à l’aéroport, et je–je suis entré. Je l’ai appelé. J’ai dit: «Est-ce bien vous frère Neums?»

            Il a dit: «Oui.»

            J’ai dit: «C’est frère Branham.»

            Il a dit: «Que voulez-vous?»

69        Et j’ai dit: «Frère Neums, vous avez commis une erreur qui va vous causer du tort si vous ne faites pas attention. Je crois que vous allez faire la même chose à mon endroit. Mais vous avez prêché et dit: ‘Les frères Bosworth sont morts quand ils étaient tous deux des enfants.’»

70        Il a dit: «Oui.»

            J’ai dit: «Frère Neums, B. B. est à Detroit en ce moment en train de tenir une–une réunion. Et F. F., Fred Bosworth, c’est mon sponsor.» Et j’ai dit: «Il a presque quatre-vingts ans. Il est à Miami pour le moment.» Et j’ai dit: «Frère Neums, il y a deux ans, nous avons tenu un réveil ici à Louisville ensemble, où des milliers de gens sont venus et ont écouté frère Bosworth.» Et j’ai dit: «Sa photo, ses articles et autres circulent parmi des milliers de gens à travers le pays ici et tout.» J’ai dit: «Il est en vie aujourd’hui et en parfaite santé.» Et j’ai dit: «Voici un homme fort d’environ quatre-vingts ans, qui prêche encore l’Evangile, et qui est revenu de l’Afrique avec moi.» J’ai dit: «C’est la vérité.»

71        J’ai dit: «Frère Neums, ai-je dit, je crois que vous ferez la même chose à mon endroit.» J’ai dit: «Eh bien, vous–vous avez un grand message de réveil ici à la radio et ainsi de suite. Vous avez... Vous–vous avez tous les... Et beaucoup de gens vous écoutent. Et frère Neums, s’ils découvrent... Et ces milliers de gens qui vous écoutent en ce moment savent que... ils connaissent frère Bosworth.» J’ai dit: «En faisant une telle déclaration, ça fera du mal à votre ministère, et nous sommes des frères. Vous ne devriez pas le faire.»

            Il a dit: «Je vais corriger cela.»

72        Eh bien, vous voyez, il ne sert à rien de se disputer. Dieu prend soin de toutes choses. Vous voyez? Ne le faites pas. Aimez-le seulement. Rendez chaque fois le bien pour le mal. Est-ce vrai? Lorsque quelqu’un parle en bien de vous, eh bien, soyez reconnaissant. Si quelqu’un parle en mal de vous, bénissez-le malgré tout. Bien sûr. C’est juste. Que Dieu prenne soin du reste. C’est Lui qui prend soin. N’est-ce pas vrai? C’est Lui. Ainsi, après tout, nous devons tous répondre auprès de Lui. Et peu importe de qui il s’agit, si votre pire ennemi... Si vous êtes sensible, si vous savez que votre pire ennemi va à un endroit comme l’enfer, cela va vous indisposer.

73        Je ne connais personne ; je ne–ne me rappelle plus la personne la plus vile du monde aujourd’hui ; si c’était Staline, là-bas, qui que ce soit... j’aurais horreur de savoir qu’il souffre dans les tourments de l’enfer ce matin. J’aurais horreur de le savoir. Certainement. Je prie Dieu d’avoir pitié de son âme perdue alors qu’il est mort. (Vous voyez?) Que Dieu ne le laisse pas souffrir comme cela pour l’éternité.

74        Pensez à un homme dans les tourments de l’enfer, tel que la Bible le décrit ici, cet incroyant. Pensez-y, un être humain, eh bien, je... Il faudrait avoir un coeur de pierre pour souhaiter qu’un homme aille à un endroit pareil. Je ferais tout mon possible afin de l’empêcher d’y aller. Certainement. Et j’aurais pitié de lui du fond de mon coeur, s’il allait à un endroit pareil.

75        Maintenant, vous pouvez voir un frère dans le mal, et–et vous essayez de le guider, mais s’il refuse d’écouter, alors la seule chose à faire est de l’aimer de toute façon et de prier pour lui. N’est-ce pas vrai?

76        Maintenant, combien L’aiment de tout leur coeur? De tout leur coeur, ceux qui aiment le Seigneur? C’est vraiment bon. Eh bien, continuez. Continuez simplement. Et cherchez à L’aimer davantage.

77        Maintenant, ce matin, dans cette vieille Parole bénie... Oh ! C’est vraiment merveilleux de lire ce–ce Nouveau Testament, l’Ancien Testament, l’un ou l’autre. Mais nous allons commencer au quatrième chapitre du Livre des Actes ce matin pour un petit aperçu maintenant. Nous faisons un retour dans le passé. Ceci se passe à l’époque où l’église venait d’être rallumée. Et c’est le temps dont nous aimons parler.

78        Maintenant, que quelqu’un veille à ce que je ne prêche pas trop longtemps. Je vais tenir un service funèbre d’un certain monsieur Underwood juste après ce service, à la chapelle Coot, cet après-midi à quatorze heures. Et demain après-midi, ce sera le service funèbre d’un certain monsieur Tinsley, notre voisin qui est mort hier. Et ainsi, à quatre-vingt-cinq ans... J’aurais donc à tenir ses funérailles demain.

79        J’ai demandé à la soeur Gertie de bien vouloir venir jouer un hymne pour moi, parce que je ne pense pas que les gens ont même un chant ou quoi que ce soit cet après-midi, je suppose. Et je demanderais à soeur Gertie de bien vouloir venir jouer pour moi cet après-midi. Peut-être que nous serons fixés demain concernant les funérailles de monsieur Tinsley...?...

80        Maintenant, au début de cette église, ce groupe de pionniers, tous...

81        Israël avait été plutôt dominé pendant des années et des années, mais maintenant, c’était le moment où le Messie était venu et leur a donné de l’espérance, en tant que Seigneur Jésus. Mais au début, on L’a persécuté, on s’est moqué de Lui, on Lui a craché dessus, on L’a traité de saint exalté et tout, ou simplement de fanatique, de Béelzébul, de diable, et de tout le reste. Mais Il avait un seul but, c’était celui de faire la volonté de Dieu. Et peu importe le nombre de personnes qui étaient contre Lui, Il est quand même venu afin que la Parole de Dieu soit accomplie. Est-ce juste? Vous voyez?

82        Maintenant, regardez les érudits et les enseignants de l’époque. Eh bien, ils dépassaient tous les érudits que nous pouvons former aujourd’hui, du point de vue érudition. Du point de vue sainteté, eh bien, ils amèneraient les membres de l’église de la sainteté à avoir honte d’eux-mêmes, lorsqu’on en vient à la sainteté. Ils devaient vraiment mener une vie sainte. Ils menaient une vie séparée et consacrée. C’est comme les prêtres catholiques romains d’aujourd’hui, pas tout à fait comme eux, parce que ceux-ci sont dans les paroisses. Mais eux tous et des milliers devaient se retrouver en un seul endroit, juste là au temple, des milliers et des milliers d’entre eux vivaient là, séparés, consacrés, juste comme à la Cité du Vatican.

83        Et c’étaient des érudits versés dans les Ecritures. Ils devaient connaître Celles-ci mot à mot, à la lettre. Et ils en avaient une connaissance si parfaite que même une lettre mal écrite changeait le sens de tout. Ils ne devaient ni toucher ni manipuler cela. Et même s’ils étaient... Ils devaient être... La Bible dit: «Ils ont été trouvés irréprochables.» Maintenant, ça, c’est vraiment connaître les Ecritures, n’est-ce pas?

84        Cependant, eux tous, comme ils avaient déjà leurs pensées fermement établies sur une chose qu’on leur avait enseignée et qu’ils ne voulaient pas se soumettre à l’Evangile, à toute la puissance de Dieu, ils ont manqué de reconnaître le Seigneur Jésus-Christ. Il était là, et toute l’Ecriture parlait de Sa Venue, mais ils ont manqué de reconnaître cela, parce qu’ils avaient leur propre théologie. «C’est nous qui sommes l’église. Et si quelque chose vient, cela passe par nous. Et c’est nous qui dirigeons les nations ainsi que la religion. Et nous sommes ceci, nous sommes cela.» Une très belle image du catholicisme aujourd’hui. Vous voyez? Nous soumettons tout à nos propres exigences.»

85        Et ensuite, ils se sont divisés en différents petits ismes tels que les pharisiens, les sadducéens. Les pharisiens croyaient aux esprits, aux anges et à la résurrection. Les sadducéens ne croyaient ni aux anges, ni aux esprits, ni à la résurrection. Et ils avaient toutes sortes de–de différentes sectes parmi eux, exactement comme nous en avons, la même chose.

86        Et voici qu’un homme s’est levé et a dit: «Nous sommes des personnes importantes.» Il y en a eu un qui s’est levé comme un Jésus et a amené quatre cents personnes dans le désert ; ils ont tous péri. Et ensuite, d’autres se sont levés et ont dit qu’ils étaient des personnes importantes, et ils ont conduit les gens dans une espèce de petits cultes, et ainsi de suite.

87        Et exactement pendant tout ce temps, la Chose véritable et authentique de Dieu est venue dans le monde: la Chose véritable. Oh ! la la ! Cela devrait nous réjouir immédiatement. Il est venu sans avoir de culte, sans approuver des cultes, sans approuver l’église, mais ne faisant qu’une seule chose, la parfaite volonté de Dieu écrite dans la Bible. C’est juste. Il avait Son... Il savait ce que le Père avait dit. Il connaissait les Ecritures par inspiration. Ainsi, sans se soucier de ce que les gens disaient, Il est resté ferme.

88        Il a dit: «Eh bien, hypocrites ! a-t-il dit ; vous liez les gens par vos traditions, et ainsi de suite comme cela. Et vous, par vos traditions, vous annulez la Parole de Dieu.» Vous voyez?

89        Ô frère, combien Il en a gravé chaque portion sur le roc. Il a carrément continué sans rien changer. Oh ! J’aime Son courage. Pas vous? Jamais Il n’a été bouleversé, Il savait qu’Il marchait parfaitement dans la volonté de Dieu.

90        Alors que l’orage faisait rage et que le petit bateau était sur le point de sombrer, Il est sorti, tout calmement, Il a posé Son pied sur le bastingage. Et Il a levé les yeux vers le Père et a dit: «Paix ! Paix !» Il a regardé l’océan et a dit: «Tais-toi !» Il est retourné se coucher. Les vagues s’étaient calmées. C’était Lui: Il n’a jamais eu peur ; Il n’a jamais été excité ; Il ne s’est jamais agité.

91        Ils ont dit: «Oh ! Nous savons qui Il est, c’est Béelzébul. Nous savons qu’Il fait ceci par la puissance du prince des démons.»

92        Il a dit: «Si Satan chasse Satan, alors son royaume est divisé. Et si Moi, Je chasse les démons par le doigt de Dieu, par qui vos enfants les chassent-ils? Soyez-en juges.» Il était tout aussi calme que possible. Jamais... Eh bien, chez Lui, la foi était inconsciente. Il a continué à marcher, parce qu’Il savait qu’Il accomplissait parfaitement la volonté de Dieu.

93        Lorsqu’Il guérissait les malades, que dit la Bible concernant la raison pour laquelle Il guérissait les malades? «Il guérissait les malades afin que ces choses soient accomplies.» Pourquoi? Vous voyez? Pourquoi? C’est facile de croire tout ce que Dieu dit.

94        Si Dieu dit: «Demain, il fera tellement chaud que tout le monde pourra aller nager», ce ne sera pas difficile pour moi d’apprêter un maillot de bain. S’Il dit: «Il va pleuvoir à verse demain toute la journée», c’est facile pour moi de prendre un parapluie. Est-ce vrai? Si Dieu dit: «Il y aura une bonne saison l’année prochaine, et toutes les cultures vont pousser partout», je planterai n’importe quoi avec une bonne foi. Vous voyez? Est-ce vrai? Si Dieu dit qu’Il va nous accorder une grande réunion ce soir, je–je pourrais venir même sans un texte en tête. Lui va le faire de toute façon. Est-ce vrai? Dieu l’a dit. Ça règle la question.

95        Si vous êtes souffrant, à l’article de la mort, et que Dieu dise: «Je suis l’Eternel qui te guérit», cela ne vous ébranle pas le moins du monde, vous avancez simplement. Dieu l’a dit. Vous voyez? Voilà la foi inconsciente. Vous voyez? Continuez carrément à croire cela. Dieu l’a dit, et ça règle la question.

96        Eh bien, c’était facile pour Jésus parce qu’Il est venu dans l’année favorable pour faire l’oeuvre de Dieu, prêcher la Parole de Dieu, faire les miracles de Dieu et accomplir ce que Dieu avait annoncé. Eh bien, pourquoi l’église aujourd’hui ne pense-t-elle pas à la même chose, aux Paroles mêmes que Jésus a prononcées? Vous voyez?

97        Parce que nous, certains parmi nous, nous reculons et disons: «Oh ! Le temps des miracles est passé. Gloire à Dieu ! Cette partie n’est pas inspirée. C’est ça, mais pas celle-ci, parce que ces choses ne peuvent pas s’accomplir de nos jours.» Vous voyez? Voilà pourquoi nous ne pouvons pas avancer.

98        Oh ! Si le grand Corps de Christ pouvait se lever dans l’amour et le respect (Vous voyez?) et avancer d’un seul coeur et d’un commun accord, avec une foi inconsciente parmi eux, frère, vous verriez sur la terre une église qui allait... le Millénium commencerait juste à ce moment-là. C’est en route. C’est en route. Oh ! Oui. C’est par la grâce de Dieu que nous verrons cela. Je serai là. C’est vrai. Dieu l’a promis. Je le crois, j’y serai donc quand ça arrivera.

99        Bon. Maintenant, les coeurs des disciples ont été brisés lorsqu’ils ont compris qu’Il s’en allait. Il a dit: «Je m’en vais. Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus.» Il a dit...

100      Ils se sont dit: «De quoi parle-t-Il?» Il est la Personne la plus difficile à se faire comprendre. Personne ne Le comprenait. Eh bien, ils ont dit... Il a dit à Ses frères...

            Ses frères ont dit: «Montons à la fête.»

            Il a dit: «Je n’y monte pas.»

101      Quand ils sont partis, Il a dit: «J’y vais par un autre chemin. Je ne pars pas avec eux», parce que Ses frères ne croyaient même pas en Lui. C’est juste. Sa propre famille ne croyait pas en Lui. Il a dit: «Je monte par un autre chemin.» Eh bien, ils se posaient des questions.

102      Et il a dit: «Cet Homme parle en paraboles. Nous ne comprenons pas.»

103      Ici au chapitre 17, ils ont dit: «Voici...» Juste avant qu’Il aille dans la Gloire, ils ont dit: «Voici, maintenant, Tu parles clairement, et non en paraboles», ou par des proverbes et ainsi de suite.

            Vous voyez, ils ont dit: «Eh bien, a-t-Il dit ceci?»

104      Lorsque Nicodème s’est entretenu avec Lui, il a demandé: «Comment un homme peut-il naître de nouveau?»

            Jésus a dit: «Si un homme ne naît d’eau, comment toutes ces choses peuvent-elles s’accomplir?» Il n’avait pas compris. Il a dit: «Cet Homme parle en mystères.» Personne ne comprenait cela. Même Sa propre mère ne Le comprenait pas.

105      Il était un Homme difficile à comprendre parce qu’Il était de Dieu ; et leur esprit à eux était du monde. Ainsi, Il était donc tout à fait différent. Un esprit du monde face à la–la–l’inspiration de Dieu, eh bien, c’est de la folie. Mais la chose étrange, c’est qu’Il avait le pouvoir d’accomplir ce qu’Il déclarait. C’est là qu’ils se sont fait avoir. Et Il faisait des choses que d’autres hommes ne pouvaient pas faire.

106      Ainsi donc, Il a dit: «Maintenant, encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez.» Maintenant, écoutez ceci: «Mais vous, vous Me verrez.» Le vous, à qui s’adressait-Il? Aux croyants. Est-ce vrai? Il a dit: «Vous Me verrez. Car Je... (pas quelqu’un d’autre) Car Je serai avec vous, et même en vous, jusqu’à...» la fin des apôtres? Jusque quand? «La fin du monde.» Tout du long, Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement.

107      Maintenant: «Je m’en vais. Je prierai le Père ; Il vous donnera un autre Consolateur, qui est le Saint-Esprit.» Je, pronom personnel, qui était le corps. «Je m’en vais. Je prie le Père avant de m’en aller, le Père est en Moi. Et Il vous enverra un autre Consolateur, Lequel est le Saint-Esprit. Il est en Moi maintenant. Quand Il viendra, Il convaincra le monde en ce qui concerne le péché. Et les mêmes choses que Je fais, vous les ferez aussi. Maintenant, Je veux que vous alliez par tout le monde prêcher l’Evangile à toute la création.»

108      L’Evangile, c’est la démonstration de la puissance de Dieu. Vous voyez? Le seul Evan-... Paul a dit: «L’Evangile n’est pas venu en paroles seulement, mais par la puissance et la manifestation du Saint-Esprit.»

109      «Maintenant, allez par tout le monde entier et prêchez l’Evangile. Voici, Je suis tous les jours avec vous, même...» jusqu’à la fin des apôtres? Non. Je veux dire: «Jusqu’à la fin–la fin du monde. Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus.» Les gens critiqueront Cela et s’en moqueront comme ils le font maintenant, a-t-Il dit. «Mais vous les croyants, vous Me verrez ; car Je serai avec vous, et même en vous tout du long jusqu’à la fin du monde.» J’aimerais voir quelqu’un effacer cela. «Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement.» «Les mêmes oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi.»

110      Maintenant, c’est soit vrai, soit faux. Et si c’est vrai, ça s’accomplira. Et je peux le prouver ici même, ce matin, que c’est vrai par la grâce de Dieu, qu’Il fait les mêmes oeuvres qu’Il fit à l’époque.

111      Maintenant, le monde reste là et dit: «Ha ! Cet homme a perdu la raison. Il est fou. Ce n’est rien du tout. Ces gens sont juste excités.» Vous voyez? En effet, c’est le monde. Oh ! Vous pouvez avoir un grand nom, mais ça n’a rien avoir avec la chose. Et là-Haut? Vous voyez? Très bien. Maintenant, nous croyons que c’est la même chose.

112      Alors, les disciples se sont posé des questions. Ils ont demandé: «Ô Seigneur, où vas-Tu?» Oh ! Je–je... «Où–où vas-Tu et ne pouvons-nous pas aller avec Toi?»

113      Et dans ce quatorzième chapitre de Saint Jean, Il explique et dit: «Je vais chez Mon Père, car là il y a plusieurs demeures. Je m’en vais vous préparer une place. Je reviendrai vous prendre un jour et Je vous recueillerai auprès de Moi, afin que là où Je suis, vous y soyez aussi.» Et le... et Il a dit: «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.»

114      Thomas Le regarda, ou plutôt Philippe, et dit: «Seigneur, montre-nous le Père. Qui–qui est ce Père chez qui Tu vas?»

115      Il a dit: «Eh bien, il y a si longtemps que Je suis avec vous. Tu ne Me connais pas?» Il a dit: «Quand vous Me voyez, vous avez vu le Père. Le Père est en Moi. Croyez que Moi et le Père, nous sommes Un. Ou bien, croyez en Moi à cause des oeuvres mêmes, que le Père est en Moi. Ce n’est pas Moi qui fais les oeuvres ; c’est le Père qui est en Moi qui fait les oeuvres.»

116      Je ne suis pas le Saint-Esprit. Vous n’êtes pas le Saint-Esprit. Mais il y a quelque chose... Il n’est pas le Saint-Esprit. Mais ces messages qu’il prêche ne proviennent pas de lui. C’est le Saint-Esprit en lui. Est-ce vrai? Eh bien, un de ces jours, tout ce vieux corps qui est sien va tomber, mais son Saint-Esprit et son esprit vont devenir Un. De même que ce Saint-Esprit a ressuscité Jésus de la tombe, Il relèvera aussi son corps dans la résurrection. Vous voyez? Alors, voilà l’espérance que nous avons aujourd’hui.

117      Ils étaient alors tous découragés et ils sont montés le jour de la Pentecôte. Et Jésus s’est adressé à eux et a dit: «Montez là et attendez.»

118      Ils L’ont vu après Sa résurrection. Ils se sont dit: «Oh ! la la ! C’est merveilleux. Nous L’avons vu ressuscité.»

119      Même Thomas a dit: «Seigneur, je–je...» Il a d’abord dit aux apôtres: «Je ne croirai même pas cela, à moins que je mette ma main dans Son–dans Son côté.»

120      Et à ce moment-là, Jésus est apparu dans la pièce et a dit: «Thomas !» Il a dit: «Viens ici.» Il a dit: «Touche Mes mains. Mets tes mains ici dans Mon côté.» Il a dit: «Touche-Moi. Est-ce qu’un esprit a de la chair et des os comme Moi?» Il a demandé: «Avez-vous quelque chose à manger?»

            Ils ont dit: «Oui, nous avons du pain et du poisson ici.»

121      Il a dit: «Donnez-M’en.» Et Il s’est tenu là, Il a mangé et a avalé cela. Il a demandé: «Eh bien, est-ce qu’un esprit mange comme tu M’as vu manger?»

122      Thomas a dit: «Oh ! Ce n’est pas seulement mon Seigneur, mais Il est mon Dieu.» Il a dit: «Mon Seigneur et mon Dieu.»

123      Il a dit: «Maintenant, Thomas, parce que tu M’as touché et que tu M’as vu, et tu M’as touché de ta main, et tout, tu crois.» Il a dit: «Combien meilleure est la foi de ceux qui ne M’ont jamais vu et qui cependant croient en Moi !» Vous voyez?

124      Il a dit: «Maintenant, avance ici.» Il s’est avancé. Il a dit: «Maintenant, voici, J’envoie sur vous la promesse du Père.» Il a dit: «Mais restez à Jérusalem jusqu’à ce que vous soyez remplis de la puissance d’En Haut.»

125      Il a dit: «Maintenant, J’aimerais que vous alliez dans le monde entier et que vous prêchiez l’Evangile (le monde entier), que vous prêchiez l’Evangile à toute la création.» Est-ce vrai? Il a dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: En Mon Nom, ils chasseront les démons ; ils parleront de nouvelles langues ; ils saisiront des serpents ; ils prendront des breuvages mortels; s’ils imposent les mains aux malades, et les malades seront guéris.» Et lorsqu’Il a fait cela, Il–Il leur a donné leur dernière commission.

126      Quelle a été la première commission qu’Il a donc donnée à Ses apôtres? Voulez-vous que je lise cela? Elle se trouve au–au dixième chapitre de Matthieu. Jésus avait donné la commission à Ses disciples. Il avait dit: «Allez, guérissez les malades, purifiez les lépreux, ressuscitez les morts, chassez les démons, de même que vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.» Matthieu, le dixième chapitre. Est-ce vrai? C’était là Sa première commission à Ses apôtres.

127      Sa dernière commission aux apôtres... Eh bien, ce n’était pas seulement pour les apôtres. Soixante-dix avaient été choisis. C’est vrai? Soixante-dix avaient été choisis. Il a donné à tous les soixante-dix... Il les a envoyés deux à deux, deux à deux. Il leur a dit: «Guérissez les malades, purifiez les lépreux ; ressuscitez les morts, chassez les démons ; comme vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. Ne prenez pas d’argent ni beaucoup de vêtements de rechange ni une grande valise.» Il a dit: «Partez seulement.» Il a dit: «Car l’ouvrier mérite son salaire. N’emmuselez pas le boeuf qui foule le blé.» Il a dit: «Allez-y.» Et ensuite, ils sont partis prêcher. Ce fut Sa première commission.

128      Ensuite, Sa dernière commission fut: «Allez par tout le monde...» Eh bien, si Sa première commission fut de guérir les malades et de chasser les démons, comment allez-vous essayer de retrancher la dernière commission, qui est en réalité plus importante que la première? La première commission fut donnée avant que Jésus soit glorifié, avant que l’expiation soit faite. Et si la guérison divine existait de l’autre côté de l’expiation (Or l’expiation parlait de la guérison), comment pouvons-nous le nier de ce côté-ci de l’expiation? C’est impossible. C’est impossible. Cela ne peut être nié. C’est la Parole de Dieu.

129      Chaque fois, dans chaque réveil, dans chaque âge où on a toujours eu un réveil, il y avait aussi la guérison divine et les miracles. Au temps de Moody, de Sankey, Wesley, Knox, Calvin, tous, chacun avait des signes et des prodiges. Mais le monde s’est refroidi. Vous voyez? Et puis, les choses se sont aussi refroidies. Mais ils ont commencé un réveil. Considérez John Wesley: il parlait des miracles. Martin Luther...

130      Même de grands hommes, des présidents tels qu’Abraham Lincoln, George Washington, tous les autres. Devant Valley Forge, George Washington s’est tenu debout dans la neige, il a prié au point qu’il était trempé jusqu’à cette hauteur. Les trois mousquets... balles des mousquets ont transpercé son manteau sans jamais le toucher. Vous voyez?

131      Eh bien, depuis le début, il y a eu des miracles tout le temps (Oui, oui). Dieu accomplit des miracles. Et tous ceux qui croient en Lui et qui sont nés de nouveau ont la même pensée qui était en Dieu ; et ça se trouve dans l’homme parce que ce dernier est un fils de Dieu. Et il ne peut rien faire d’autre que croire à la grande puissance surnaturelle, parce qu’il est une partie de ce surnaturel.

132      Considérez Dieu, avant qu’il y ait même un atome dans l’air, avant qu’il y ait quoi que ce soit, quand il n’y avait que Dieu seul partout. Il remplissait tout l’espace et tout le temps. Il a dit: «Qu’il y ait», et cela fut. Ce monde dans lequel nous vivons, c’est juste une des Paroles de Dieu exprimée et matérialisée. Maintenant, si vous êtes une partie de Lui, vous devez croire cela. Mais si vous ne croyez pas cela, ça montre que vous n’êtes jamais devenu une partie de Lui.

133      Ecoutez. Ce n’est pas celui qui veut être sauvé qui est sauvé. C’est celui qui est sauvé par le choix de Dieu. Esaü aussi voulait être sauvé. Il a pleuré amèrement, mais il n’avait plus la possibilité de se repentir. Il voulait être sauvé. Ce n’est pas parce que vous voulez être sauvé. Dieu a dit: «J’endurcirai celui que Je veux endurcir. Je fais miséricorde à qui Je veux faire miséricorde.» C’est vrai. Il a dit: «Avant qu’Esaü ou Jacob fussent nés, ne connaissant ni bien ni mal, a dit Dieu, J’ai aimé Jacob et J’ai haï Esaü.» Et Esaü a essayé de se mettre en règle avec Dieu et il n’y est pas parvenu. Pharaon a essayé de se mettre en règle avec Dieu et n’y est pas parvenu. Ainsi, cela ne dépend pas de vous, ce n’est pas ce que vous voulez. C’est ce que Dieu a ordonné pour vous de faire. C’est juste.

134      Là, dans le chapitre 9 des Romains, Paul a dit: «Le potier n’a-t-il pas le pouvoir de faire de l’argile un vase d’honneur ou un vase d’usage vil, pour montrer sa gloire à ceux qu’Il a honorés?» Vous ne le saviez pas, n’est-ce pas? C’est ce que déclarent les Ecritures.

135      Pharaon a essayé de son mieux de se repentir. Il avait bon coeur. Il a dit: «Certainement, je vous laisserai partir. Partez.»

136      Dieu a dit: «Non, non. Je vais endurcir son coeur afin que vous ne partiez pas.» En effet, la Parole de Dieu doit s’accomplir.

137      Et si nous vivons en ce jour où la froideur et tout ont démoli l’église et l’ont emportée à la dérive, eh bien, c’est la Parole de Dieu qui s’accomplit. Aussi sûr que Dieu a dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru», aussi sûr que Dieu a dit que ces églises seront comme elles le sont maintenant, Dieu a dit aussi qu’on rencontrerait cette opposition. Alors, le même Dieu qui a ordonné ces signes et ces miracles a dit qu’il y aurait la persécution contre cela. Voilà donc. Si vous êtes de l’autre côté, je suis désolé. Je n’aimerais pas que vous soyez ainsi, mais peut-être que vous n’y pouvez rien. Vous voyez? Peut-être que Dieu a arrangé les choses de cette manière.

138      Je vous ai posé une question il y a un instant avant de dire ceci: Combien parmi vous aiment le Seigneur? Et j’ai découvert, pour commencer, que vous étiez tous des chrétiens (Vous voyez?), car vous ne pouvez pas être un chrétien... Ça, ce n’est pas pour le monde extérieur. C’est pour le peuple du Seigneur.

139      Vous ne pouvez pas être un chrétien si Dieu ne vous a pas choisi. «Nul ne peut venir à Moi si Mon Père ne l’attire. Et tous ceux qui viennent, Je leur donnerai alors la Vie Eternelle et Je les ressusciterai au dernier jour.» Dieu l’a prédestiné et a connu cela d’avance, avant même le commencement du monde, Il a dit qu’Il nous a prédestinés comme fils de Dieu–de Dieu, avant même que le monde ait commencé. C’est ce que nous devons être.

140      En effet, vous avez tourné le dos et avez vu des gens qui leur ont parlé ; ils n’ont pas voulu écouter cela. Ils ont méprisé cela. Pourtant, ce sont peut-être des ministres, peut-être des prédicateurs de l’Evangile, peut-être ceux que vous pensez être des chrétiens célèbres, mais qui ne sont mêmes pas sauvés. C’est vrai. Ils ne sont mêmes pas sauvés...

141      Considérez ces pharisiens de l’époque qui étaient aussi religieux, pieux, propres et saints que possible ; c’étaient des hommes qui avaient le sens des Ecritures comme cela. Et Jésus a dit: «Vous êtes de votre père le diable.» Vous voyez?

142      Mes amis, il y a des choses dans la Bible que l’église ignore. C’est vrai. Vous voyez? Et vous vous interrogez parfois sur ces choses, disant: «Pourquoi la Bible dit-Elle ceci? Pourquoi Jésus a dit...»

143      Pierre a dit: «Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au Nom du Seigneur Jésus-Christ, et vous recevrez le don du Saint-Esprit.»

144      Et nous avons ici à l’autel des gens qui perdent du temps pour ceci et pour cela, et cela annule la Parole de Dieu. Dieu est obligé de prendre soin de Sa Parole. Et à la minute où vous remplirez Ses exigences, Dieu répondra sans tarder (C’est vrai.), car Il est là et attend cela.

145      Mais on entend des gens dire: «Oh ! A moins que vous criiez ou que vous parliez en langues, à moins que vous dansiez dans l’Esprit.» Toutes ces choses ne sont pas mal. Elles sont bonnes, mais elles n’ont rien à voir avec le salut, rien du tout.

146      Car, dès que vous vous repentez de vos péchés, si vraiment Dieu vous a convaincu et que vous vous êtes repenti, puis vous vous êtes fait baptiser au Nom du Seigneur Jésus-Christ, Dieu est obligé de vous donner le Saint-Esprit à l’instant même (C’est vrai.), parce que c’est ce que dit Sa Parole. Et Il ne peut pas...

147      Ce n’est pas du tout la responsabilité de Dieu. C’est votre responsabilité à vous, parce que le peuple a été mal enseigné. Chaque fois que les gens viennent et qu’ils commencent une petite affaire, ils disent: «C’est cela. C’est cela.» Oh ! la la ! Ce ne sont pas ces démonstrations charnelles qui comptent ; ce sont les attributs du Saint-Esprit. Mais recevoir le Saint-Esprit, c’est recevoir une Personne, Christ ; alors, toutes ces autres choses s’accompliront dans votre vie.

148      Nous avons vu des gens pousser des cris et mener n’importe quel genre de vie. Nous avons vu des gens parler en langues et faire de même. Nous avons vu des gens aller prier pour les malades afin qu’ils soient guéris, et faire n’importe quoi, mener n’importe quel genre de vie. Jésus a dit: «Beaucoup viendront à Moi et diront: ‘Seigneur, n’ai-je pas prophétisé et prêché en Ton Nom? N’ai-je pas chassé les démons en Ton Nom?’»

            «Oui.»

            «N’ai-je pas accompli ces puissantes oeuvres?»

            «Oui.»

            Il dira: «Eh bien, retirez-vous donc de Moi, ouvriers d’iniquité. Je ne vous ai même pas connus.»

149      «Cela ne dépend pas de celui qui veut ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde», déclare la Bible. Il a dit: «N’ai-je pas dit à Moïse: ‘Je ferai miséricorde à qui Je fais miséricorde et J’endurcirai celui que Je vais endurcir’?»

            Paul a dit: «Nul homme...»

            Bien, vous direz alors: «Comment peut-Il blâmer? S’Il vous a prédestiné à la destruction éternelle, comment peut-Il blâmer?»

            Il a dit: «Ô homme, le vase peut-il parler ainsi à celui qui l’a formé? Il ne le peut pas.»

150      C’est ainsi que vous trouvez des gens à qui on peut adresser la parole et qui ne veulent pas écouter, ils ne veulent pas entendre parler des Ecritures ; mais ils croient qu’une partie En est vraie et l’autre partie est fausse ; et cependant, ils font ceci.

151      Vous direz: «Cela pourrait-il être des ministres?»

            C’est ce que dit la Bible. Elle a dit: «Les hommes d’autrefois, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, prennent la grâce de Dieu et la changent en dissolution.» Qu’est-ce que c’est la dissolution? C’est: «Connaître la vérité et refuser d’y marcher.»

152      Elle dit: «Lorsque la vérité a été présentée à quelqu’un et qu’il s’en détourne délibérément, ignore cela, il ne reste plus de sacrifice pour le péché pour cette personne.» Pourquoi? Il n’y a rien en lui pour croire. Comprenez-vous ce que je veux dire?

153      Ecoutez. Comment pourriez-vous nourrir un agneau avec une pâtée? Il n’en mangera pas. C’est vrai. Il n’en mangera pas parce qu’il est un agneau. Mais un porc en mangera bien (Vous voyez ce que je veux dire?), parce que sa nature est celle d’un porc.

154      Et tous ceux qui sont prédestinés à la Vie Eternelle entendront la Vérité, croiront la Vérité et viendront à la Vérité. Mais ceux qui fréquenteront l’église et qui seront aussi pieux que tous les autres, qui pourtant ne voudront pas accepter la vérité parce qu’il leur est impossible de s’unir avec Elle, ils ne peuvent pas croire au surnaturel, car il n’y a pas de surnaturel ici pour s’unir au surnaturel. Voilà. Voyez-vous ce que je veux dire? Il n’y a rien de surnat-...

155      Je vois une dame qui a un petit bébé malade couchée là ce matin. Je l’ai vue sortir de la voiture pendant que je traversais la rue. Quelque chose... Elle avait probablement suivi l’émission à la radio ou quelque chose du genre. Elle savait que nous allions prier pour les malades. Quelque chose au fond de son coeur a dit: «Amène l’enfant à l’église.» Elle a obéi à cela. C’est vrai. Vous voyez?

156      Car quelque chose là à l’intérieur dit: «C’est juste.» Voyez-vous ce que je veux dire? D’où cela provient-il?

157      Toute pensée, tout ce que vous avez, vient de quelque part. Ça doit avoir un commencement. Est-ce vrai? Oh ! la la ! J’aime ça. Ça doit avoir un commencement. Et alors, d’où cela tire-t-il son origine? Vous voyez? Cela a commencé dans la Gloire, a tournoyé dans le domaine des anges.

158      Les messagers de Dieu sont descendus, ils ont dit: «C’est cela.» Vous avez regardé dans la Parole. D’où cela est-il venu? De là. Et là, cette partie-là qui se trouve également à l’intérieur dit: «C’est juste.»

159      Par exemple, si je voulais appeler la Californie. La première chose, je vais décrocher le combiné et appeler l’opérateur. «Est-ce le central téléphonique?»

            «Oui.»

160      «Appelez-moi un tel en Californie.» Je dois passer par le central. Voyez-vous ce que je veux dire? De ma maison au central et du central à travers la nation. C’est ça.

161      «Tout ce que vous demanderez au Père en Mon Nom, Je le ferai.» Tout d’abord, vous savez, nous devons passer par le central. Premièrement, vous devez consulter les pages pour voir s’il existe un tel endroit. Est-ce vrai? Et lorsque vous trouvez l’endroit, alors vous décrochez et dites: «Père...»

            «Oui?»

            «Au Nom de Jésus-Christ, donne-moi ceci.» Voilà.

162      «Certainement mon fils. Branche-le.» Vous entendez le téléphone sonner au bout du fil à travers la ligne de la Parole de Dieu rendue manifeste. Assurément, c’est ça. La Bible est aussi simple que ça. C’est pareil pour les croyants, le salut et la guérison. Tout ce que Dieu a promis est là. Ça vous appartient. Demandez-le. Toute chose pour laquelle Il est mort vous appartient.

163      Voilà tout, et nous aimons vraiment cela. N’est-ce pas de la nourriture pour votre âme? Et chaque fois que nous croyons, ce petit point à l’intérieur grandit de plus en plus, il augmente de volume, jusque quelque temps après, il devient... Vous croyez toutes choses. Et au fur et à mesure que toutes ces choses commencent à entrer, l’amour commence à entrer ; le doute, la haine, la malice, la peur s’envolent comme cela. Cela se répand, cela grandit au point que cela fait éclater la petite vieille coquille. Voyez-vous ce que je veux dire? Toute la mondanité est épurée. Nous croissons chaque jour dans la grâce de Dieu.

164      Maintenant, remarquez ces gens qui se tiennent là à dire: «Eh bien, j’accepte le Seigneur.» Vous le croyez sur parole pour cela. Moi aussi. Je ne peux pas juger. C’est Dieu qui juge. Mais d’ici dix ans, ils n’auront fait aucun progrès du tout, ils seront juste au même endroit. Vous voyez?

165      Nous croissons chaque jour. Chaque jour, notre coeur a faim, il ne cesse de battre. Quelque chose grandit au-dedans de vous. Amen. Vous devenez plus grand, vous vous déployez, ça peut prendre plus de... Paul a dit: «Quand vous...» Il s’adressait à l’église corinthienne, il a dit: «Vous devenez des hommes mûrs, vous grandissez. Mais alors que vous devriez être des maîtres, vous êtes encore des bébés qui ont besoin qu’on leur enseigne (Est-ce vrai?), alors que vous devriez être des maîtres», quelque chose grandit là à l’intérieur, pousse, devient plus grand, le Saint-Esprit grandissant.

166      La nouvelle naissance... Lorsqu’une naissance a lieu à partir de l’extérieur, de l’intérieur vers l’extérieur, l’enfant grandit s’il vit. S’il ne vit pas, il ne change pas. Est-ce vrai? Eh bien, lorsqu’une naissance se fait de l’intérieur, l’enfant ne grandira-t-il pas? Le Christ qui est dans votre coeur devrait grandir chaque jour ; Il devrait devenir plus grand, plus puissant, avoir une meilleure compréhension des choses, pardonner, continuer de marcher comme Dieu le voudrait, jusqu’à ce que Christ, l’espérance de la Gloire, soit formé en vous.

167      Nous devons combattre avec les faibles jusqu’à ce qu’ils soient complètement mûrs en Jésus-Christ. Alors, ils seront de bons soldats. Alors, ils revêtiront l’armure complète. Lorsque les gens parleront d’eux, ça ne les blessera pas. Lorsque les gens riront et se moqueront d’eux, ils n’y feront pas attention. Ils ont une chose ; ils sont si grands (Oh ! la la !), ils sont tellement remplis de gloire. La seule chose qu’ils doivent laisser tomber, c’est cette robe de chair et aller droit de l’avant jusque dans la Gloire. Vous voyez?

168      Quelqu’un dira: «Savez-vous que quelqu’un a dit que vous êtes hypocrite, madame Dupont?»

            «Vraiment? Eh bien, que Dieu le bénisse.»

169      «Savez-vous qu’il se passe telle et telle chose dans cette église-là, et qui ne devrait pas se faire?»

            «Eh bien, je prierai pour cela.» Vous voyez? Il a grandi.

170      Oh ! Si vous êtes petit, alors vous direz: «Oh ! Est-ce vrai? Laissez-moi intervenir. A quel camp dois-je me joindre?» Vous voyez? C’est là que vous avez des ennuis. C’est là où vous ne pouvez pas arriver à maturité.

171      Mais lorsque vous devenez suffisamment grand et gros (Vous voyez?), vous avez augmenté de volume, non seulement vous avez augmenté de volume, mais vous avez poussé, Christ grandit en vous, Il affaiblit la malice, Il l’ôte de vous et la fait sortir... Au fur et à mesure que Dieu entre, Il fait sortir cela. Vous direz: «Oh ! Que c’est petit ! Que c’est propre aux jeunes ! Que c’est enfantin de se disputer et faire des histoires.» Mais bien vite, vous savez, ça grandit par-dessus tout cela. Cette chose-là n’a plus de place. «Oh ! Autrefois, j’avais horreur de voir ceci et cela. Mais vous savez, je suis arrivé au point où je ne prête plus du tout attention à cela.» Vous grandissez. Oui, oui.

172      Vous savez, lorsque vous êtes jeune, on dit que vous avez des douleurs de croissance pendant que vous grandissez. Vous savez ce que je veux dire. Cela veut dire que vous devenez un peu plus grand. Vous savez, sachez que vos bras vous feront mal. Et vous les enfants, vos jambes font mal pendant que vous grandissez. J’ai connu ça, moi aussi. Je grandissais tout le temps. Oh ! la la !

173      Nous avons par moments des douleurs de croissance lorsque nous devenons des hommes et des femmes, lorsque nous naissons dans le Royaume de Dieu, en Christ. Mais le problème est que ça fait mal ; le fait est que Cela vous rend joyeux et heureux. Ce sont des douleurs de croissance. Vous vous développez, vous devenez plus grand, vous devenez maintenant un homme par rapport à ce que vous étiez. Vous pouvez réfléchir.

174      Ce n’est pas parce que vos épaules sont devenues plus larges ; cela ne signifie rien du tout. Mais vous êtes plus large ici à l’intérieur (Vous voyez?), ce n’est pas par votre carrure. Ici à l’intérieur, c’est ici que vous êtes censé vous développer, devenir plus grand, à l’intérieur dans votre coeur. Lorsque Christ entre dans le coeur, Il entre ensuite dans la bouche, puis dans les yeux et dans la pensée.

175      Il entre dans la bouche. Il vous fait parler différemment. Vous ne parlez plus comme vous en aviez l’habitude. Christ est entré dans votre bouche. Il a fait croître dans votre coeur l’amour que vous aviez pour Lui, au point que vous pouvez tenir votre langue en bride. Frère, c’est une chose glorieuse.

176      Ensuite, la chose suivante, vous savez, Il grandit dans vos yeux. La chose suivante, vous savez, vous vous apercevez que vous détournez la tête de ces vieilles choses obscènes que vous aviez l’habitude de convoiter. Vous grandissez.

177      Et puis, bien vite, vous savez, vous continuez à détourner la tête, mais vous y pensez. Vous voyez? Quelque temps après, Il grandit dans votre pensée ; vous n’y pensez même plus. Alors, vous êtes donc devenu un grand garçon. Vous atteignez la pleine stature d’un homme mûr qui vit pour le Seigneur. Ainsi, vous êtes donc une nouvelle créature en Christ.

178      Eh bien, lorsque ces apôtres ont commencé à recevoir cela, oh ! ils étaient très contents ! Ils se sont dit: «Oh ! la la ! N’est-ce pas merveilleux?» Et le Saint-Esprit les a remplis, et ils guérissaient les malades et opéraient des miracles.

179      Et deux petits hommes, du nom de Pierre et Jean, sont passés par la porte appelée la Belle, là au troisième chapitre. Et ils...

180      Si nous pouvions avoir plus de temps pour en parler, mais nous n’en avons pas. Nous devons maintenant nous dépêcher, pour noter quelques versets. Je commence à faire une toile de fond et je n’arrive jamais au chapitre dont je parlais. Ainsi donc, vous entrez dans la chose. C’est tellement bon. C’est tout à fait bon. Et on trouve cela partout, on n’a pas envie de laisser cela. C’est vraiment...

181      Ecoutez, je lis la Bible depuis vingt-trois ans. Et même quand je ne lisais qu’un verset, je pouvais toujours prêcher sur ce même verset avec un nouveau texte et une nouvelle chose chaque soir. Vous voyez, Elle est tellement réelle. Elle est inspirée. Si Elle est inspirée, il n’y a pas... Elle n’a pas de fin. Cela dure d’éternité en éternité. Si vous pouviez prêcher sur une Parole «Je suis le Seigneur», pendant un million d’années, elle sera aussi fraîche que le jour où Elle a été prononcée ; vous voyez, Elle n’a pas de fin. Elle continue sans fin. Elle n’a pas de fin. Vous continuez tout simplement.

182      Maintenant, écoutez ceci. Eh bien, les disciples ont passé un moment merveilleux. Et Pierre est allé à la porte appelée la Belle, lui et Jean. Ils étaient allés là prier et ils passaient un moment merveilleux. Et voici qu’un homme était couché, ayant une petite... Il était boiteux. Vous savez ce que c’est qu’un boiteux, plutôt–plutôt il arrivait à peine à marcher. Peut-être qu’il avait l’arthrite ou une autre maladie. Il était boiteux depuis le ventre de sa mère.

183      Pierre a regardé pendant qu’il passait par là, s’entretenant avec Jean. Il a dit: «Maintenant, nous allons au temple pour adorer.» Il a dit: «Jean, nous passons un moment merveilleux, n’est-ce pas?» Ou quelque chose comme cela ; la gloire dans leurs coeurs. Ils devaient plutôt surveiller ce qu’ils disaient, car l’assemblée et les gens autour d’eux étaient tellement persé-... Ils étaient si persécutés.

184      Un homme infirme de naissance était couché là. Un pauvre vieux mendiant, il a regardé par là et avait besoin de quelque chose. Pierre a dit: «Maintenant, je n’ai ni or ni argent. Je n’ai pas d’argent. Mais ce que j’ai, je te le donne, si tu veux bien l’accepter.» Et ce dernier leva les yeux vers lui, s’attendant à recevoir quelque chose. Il a dit: «Au Nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche.»

185      Et cet homme qui ne pouvait pas bouger, Pierre s’est donc avancé et l’a tenu par la main, lui et Jean, et ils l’ont aidé à se lever. Il a dit: «N’as-tu pas entendu ce que nous avons dit? Lève-toi et marche.» C’est ça. L’homme s’est levé. Eh bien, oh ! il a dit... Tout d’abord, vous savez... Ils l’ont tenu là un petit moment et les os de ses chevilles se sont un peu fortifiés, puis il s’est mis à marcher.

186      Il a dit: «Eh bien, regardez.» Et il est parti. Et, bien vite, vous savez, il s’est mis à bondir, à sauter et à courir.

187      Et savez-vous ce que les gens ont dit? Ils ont dit: «Qu’est-ce qui les prend, ces gens?» Eh bien, on les a arrêtés là, on les a battus et mis en prison. Les gens ont dit: «Eh bien, on ne devrait pas faire ça. On n’a jamais vu cela arriver dans l’église.» Voilà.

188      Eh bien, le début du quatrième chapitre:

Mais comme ils parlaient au peuple, les sacrificateurs et le commandant du temple et les sadducéens survinrent, [Darby]

            Pierre et les autres parlaient encore aux gens... Oh ! oui. Ecoutez ceci. Laissez-moi prendre un ou deux versets pour soutenir ceci au troisième chapitre, pour appuyer cela un peu ici. Prenons le verset 20.

Et qu’il envoie... (C’est Pierre qui prêche)... qu’il envoie Celui qui vous a été destiné, Jésus-Christ.

189      Par les prophètes et tout (Vous voyez?), il leur a dit qu’ils étaient censés accepter cela, mais ils ne l’ont pas fait. Il leur avait parlé auparavant, il avait dit: «Par la main des impies vous avez crucifié le Prince de la Vie.» Il leur a parlé, disant: «Vous l’avez fait par ignorance, car Dieu avait annoncé que vous le feriez.»

190      Pourquoi ces sacrificateurs ne pouvaient-ils pas croire? Pourquoi les religieux, les saints hommes, ne pouvaient-ils pas...? Oh ! Je ne peux pas laisser passer ceci, Frère Neville. Ecoutez, les religieux, les saints hommes, qui ont vécu dans chaque portion de lumière qu’ils avaient reçue et tout, les religieux, les saints hommes, ne pouvaient pas croire ; la Bible dit qu’ils ne pouvaient pas croire au Seigneur Jésus. Pourquoi? Dieu l’avait prédestiné ainsi.

191      Et Esaïe en a parlé et a dit: «Ils ont des yeux...», a-t-il dit. Ils ne pouvaient pas croire au Seigneur, parce qu’Esaïe a dit sous l’inspiration... Dieu le lui avait montré environ huit cents ans avant qu’Il vienne au monde, il a dit: «Ils ont des yeux, mais ne voient pas ; et des oreilles, mais ils n’entendent pas.» Et par conséquent, ils ne pouvaient pas recevoir Jésus. Peu importe à quel point ils désiraient croire, il y avait quelque chose qui les empêchait de croire, parce que Dieu l’avait annoncé.

192      Frère, vous devriez être la personne la plus heureuse au monde de savoir que, ce matin, vous êtes assis ici comme un croyant dans le Seigneur Jésus. Oui, oui, frère. Vous ne vous en rendez pas compte, ou un pécheur ne sait pas ce que ça signifie quand le Dieu Tout-Puissant frappe à son coeur. Eh bien, il n’y a rien de semblable nulle part. Vous ne pourrez pas... Vous pourriez chercher ou ratisser les cieux et vous ne trouverez rien de semblable à cela, qu’un Dieu saint et infini descende et frappe à la porte du coeur d’un pécheur et désire vivre en ami avec lui. Fiou. Cela devrait nous libérer tous.

193      Suivez. Il a dit: «Cela vous a déjà été prêché.»

194      Maintenant, écoutez. Avant même le commencement ou avant le monde antédiluvien, avant que le monde antédiluvien soit détruit par l’eau, Jésus avait été prêché au peuple. Dans le jardin d’Eden, Jésus-Christ avait été prêché au peuple. Le saviez-vous?

195      Quand Jésus est mort à la croix pour accomplir... C’était Jésus, pas le Saint-Esprit en Lui. Vous voyez? Lorsqu’Il mourut à la croix et que Son âme, pas l’Esprit de Dieu, mais que Son âme est allée en enfer, car Il devait... C’est ce que la Bible dit qu’Il ferait. Mais Jésus savait qu’Il allait ressusciter trois jours plus tard, car Il savait qu’en l’espace de trois jours la corruption allait s’installer.

196      Et David a dit: «Je ne permettrai pas que Mon Saint voie la corruption ni n’abandonnerai Son âme dans le séjour des morts.»

197      Jésus a dit: «Détruisez ce corps, et en trois jours, Je le relèverai.» En trois jours... Il n’y a pas passé exactement trois jours à la lettre. C’était pendant le laps de temps compris entre trois jours qu’Il allait ressusciter. Car Il savait qu’Il allait... Son corps allait pourrir, pour parler clairement ; Il allait se détériorer, se décomposer trois jours après.

198      Et Il savait que pas une seule cellule n’allait se corrompre, car Il a dit: «Je ne permettrai pas que Mon Saint voie la corruption.» Alléluia ! Avec une seule Ecriture, prononcée par un prédicateur rétrograde qui était sous l’inspiration, Jésus a cru cela et a fait confiance que Son âme irait dans le séjour des morts. C’est vrai. [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

199      Et Il est allé prêcher aux âmes qui étaient en prison, qui ne s’étaient pas repenties lorsque la patience [de Dieu se prolongeait] aux jours de Noé pendant la construction de l’arche.

200      Ils ont Enoch et tous les autres, ainsi que les pyramides et tout, et pendant qu’ils les érigeaient, il leur a prêché le Seigneur Jésus-Christ, mais ils ont refusé de croire cela, parce qu’ils étaient emportés, enflés d’orgueil, et ils ont refusé de croire cela.

201      Et Jésus est arrivé aux portes de l’enfer et a dit: «Je suis Celui dont les prophètes ont annoncé la Venue.» Alléluia ! «Vous voyez, Me voici. La Parole de Dieu est infaillible. Des milliers d’années se sont écoulées, quatre mille ans ; mais, Me voici. Mon Sang est sur le Calvaire ce matin.» Certainement. La Parole de Dieu est réelle. «Pourquoi ne vous êtes-vous donc pas repentis?» Ils étaient perdus et condamnés.

202      Il en sera de même à la Seconde Venue du Seigneur. La Parole de Dieu est infaillible. Ce qu’Il a prédit s’accomplira ; rien ne peut arrêter cela. Aucun obstacle ne peut L’arrêter. Peu importe combien le temps change, combien les gens changent, combien les prédicateurs changent, combien les églises changent, la Parole de Dieu restera la même. Elle va s’accomplir. Il sera ici. Il viendra dans Sa gloire avec tous Ses anges. C’est vrai. C’est ce que la Parole de Dieu dit.

203      Et un jour, chaque personne assise dans cette salle aujourd’hui rendra compte en Le voyant venir dans la Gloire. Il viendra pour votre joie ou pour votre tristesse, l’une ou l’autre chose. C’est vrai ; il doit venir. La Parole de Dieu est infaillible.

204      Souvenez-vous de la statue de la Liberté là-bas, là dans le bras... cette nuit-là. Je pense l’avoir déjà dit ici. J’ai vu ces petits moineaux gisant tout autour, tout autour de cette grande vitre là, avec leurs pauvres petites têtes écrasées. J’ai dit au guide, j’ai dit: «Eh bien, que leur est-il arrivé là?»

205      Il a dit: «Eh bien, il y a eu un orage hier soir.» Et il a dit: «Lorsque les lampes éclairaient la statue de la Liberté, les pauvres petits oiseaux ont été surpris par l’orage et l’obscurité. Et au lieu d’essayer d’utiliser la lumière pour voler afin de se mettre à l’abri, ils ont volé contre elle en essayant de l’éteindre.» Or, cette même lumière qui les a fait périr aurait pu leur sauver la vie, s’ils s’en étaient correctement servi. Il a dit: «Et ils gisaient là, parce que leurs crânes étaient défoncés. Ils avaient essayé d’éteindre cette lumière. Au lieu d’accepter la lumière et de dire: Merci, et de se laisser conduire par elle, ils ont essayé de l’éteindre.»

            J’ai dit: «Gloire à Dieu !»

206      Les incroyants se lèveront, les credos se lèveront, les gens diront: «La Bible n’est pas vr–vraie. Elle n’est pas inspirée.» Ils ne font que se défoncer les crânes, alors qu’ils peuvent emporter–qu’ils peuvent emporter cela jusque dans la gloire. Elle est une lumière, une lampe sur le sentier et destinée au peuple. Et tout homme ou toute femme qui voudrait accepter la Parole de Dieu et dire: «Il se peut que je ne La comprenne pas ; mais, Seigneur, je marcherai en Elle, vers cette Lumière...»

Nous marcherons dans la lumière, cette belle Lumière

Elle vient là où brillent les gouttes de rosée de miséricorde ;

Brille tout autour de nous le jour et la nuit.

Jésus la Lumière du monde.

207      Certainement, nous marcherons dans la Lumière, pas pour essayer de l’éteindre, pas pour essayer de dire: «Ce n’est pas vrai. C’est faux. Et cela n’est pas vrai. Et cela n’est pas vrai.»

208      Ô Dieu, ne me laisse pas me cogner contre Ta Lumière. Laisse-moi L’accepter dans mon coeur et dire: «C’est vrai, Seigneur.» Je marcherai dans la Lumière.

209      Ces oiseaux auraient pu prendre cette lumière et s’en servir carrément pour retrouver leur passage alors qu’elle descendait par là et qu’elle entrait directement dans une jolie cave d’une maison quelque part, dans un abri quelque part, afin de se mettre à l’abri de l’orage.

210      Et...?... le grand orage du formalisme, le grand orage de l’indifférence, un grand orage du reniement de Dieu. «O Dieu, ne me laisse pas essayer d’éteindre la Lumière. Laisse-moi m’En servir pour y marcher. Je La crois, Seigneur.» Voilà. Marchez dans la Lumière. «Comme je le vois dans les Ecritures, c’est la Lumière. C’est la Parole de Dieu, et laisse-moi y marcher. Seigneur, Seigneur, laisse-moi y marcher, et ne jamais, ne jamais essayer de La renier.»

Et qu’il envoie Celui qui vous a été destiné, Jésus-Christ,

Que le Ciel doit recevoir jusqu’au temps du rétablissement de toute chose, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes.

211      Le vingt-et-unième verset du troisième chapitre 3: La restauration de toutes choses, quand il y aura de nouveaux cieux, une nouvelle terre, un nouveau gouvernement, une nouvelle économie (Oh ! la la !), un nouveau Roi, une nouvelle Vie, un nouveau commencement sans fin (Oh ! la la !), un nouvel âge, un nouveau temps, un nouveau peuple.

212      Oh ! Je suis si content d’avoir la promesse de Dieu, si infaillible qu’Il est allé en enfer pour en témoigner. Le même Dieu m’a promis que je serai là, ayant la Vie Eternelle parce que j’ai accepté Son Fils Jésus-Christ, et je crois que chaque Parole qu’Il a prononcée est la Vérité. Je serai certainement là. Oh ! la la ! Que c’est merveilleux !

213      Combien nous devrions être amoureux de Lui, cet Aimable, Infaillible Saint de Dieu ! Combien nous devrions L’aimer et laisser que toute autre chose soit secondaire ! Tout, même votre foyer, votre famille, tout, tous les vôtres, toute autre chose est secondaire. «Celui qui ne renonce pas à son père, à sa mère, à sa soeur, à son frère, à son mari, à sa femme, à ses enfants ou à son foyer, quoi que ce soit pour Me suivre, n’est pas digne d’être appelé Mien. Et celui qui mettra sa main à la charrue et qui regardera en arrière n’est pas digne de labourer.»

214      Donne-moi de l’huile dans ma lampe, Seigneur. Ô Dieu, remplis-moi constamment. Vaccine-moi contre les choses du monde. Puissé-je être immunisé contre toutes les choses impies ! C’est ce que je veux. Que Ton Saint-Esprit vienne sur moi pour m’immuniser contre toutes les choses du monde.

215      Je veux voir Jésus. Je veux voir Jésus. Pas vous? C’est vrai. Jésus mon Sauveur, comme Il est vrai ! Mais quand j’atteindrai cette rive sur cette Terre lointaine qui apparaît là dans un nouveau pays, ne connaissant personne, j’aimerais alors voir Jésus. Je sais que j’aurai un Ami là-bas. Pas vous? Alors, Jésus me montrera maman, Il me montrera mes bien-aimés, et alors tous mes bien-aimés seront autour de moi. Humm !

216      C’est au moment de la restauration de toutes choses. Vous voyez? Ecoutez. Laissez-moi le lire encore, le vingt-et-unième verset:

Que le Ciel doit recevoir...? (C’est-à-dire le Ciel doit recevoir Jésus. Vous voyez?)... jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses–de toutes choses dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de... ses saints prophètes.

217      Oh ! la la ! Qu’il était inspiré, cet homme qui se tenait là ! Cependant, la Bible dit qu’il était un homme du peuple sans instruction. Il a guéri un homme à la porte appelée la Belle, par sa foi au Nom du Seigneur Jésus-Christ. C’est vrai.

218      Et eux, ces enseignants religieux et ces docteurs en théologie, très haut placés, et les membres les plus influents de l’église et autres, ont dit: «Liez cet homme. Mettez-le en prison. Mais enfin, c’est cette hérésie ; ce sont des futilités.»

219      Mais il savait de quoi il parlait. Ils les ont reconnus, ils ont reconnu qu’ils avaient été avec Jésus.

220      Ô Dieu, oui, c’est... voilà l’instruction que j’aimerais avoir. Si je peux vivre assez près de Dieu jusqu’à ce que les autres voient Christ en moi, et Christ en vous, voilà toute l’instruction dont je me soucie. C’est là que j’aimerais être.

221      Je n’aimerais pas que les gens disent: «Bon, maintenant, sa grammaire est tellement excellente et il est si bien instruit qu’il connaît la théologie.» Oh ! la la ! Ô Dieu, ôte cela. Je–je ne–je n’ai pas ce genre d’instruction et j’en suis heureux.

222      Laisse-moi avoir Jésus au point que je peux marcher et que les gens pourront dire: «Ce gars-là, je ne le crois pas, je... mais il–il a certainement été avec Jésus.» C’est... N’est-ce pas ce que vous aimeriez qu’ils disent de vous? «Cette femme, cette fille, cet homme, cette femme a été avec Jésus. Oui, oui. Bon, observez leur vie. Regardez comment ils vivent et observez comment ils marchent. Observez comment Dieu les bénit et les honore. Et lorsqu’ils commettent des erreurs et tout comme cela, cela passe tout simplement comme cela, et ils avancent carrément.» C’est ce que j’aimerais être. Pas vous?

223      Maintenant, pendant dix minutes, lisons ceci, le reste de ce chapitre, ou plutôt commençons ce chapitre, le quatrième ver... le quatrième chapitre.

            Mais comme ils parlaient au peuple, aux sacrificateurs et aux sadducéens du temple, et les sadducéens... (plutôt)... dans le... du temple, et les sadducéens survinrent.

224      Maintenant, voici les sadducéens, ceux qui ne croient pas: une véritable image des églises d’aujourd’hui qui ne croient pas au surnaturel. Et elles ne pouvaient pas croire cela. Maintenant, souvenez-vous, souvenez-vous, il y a aujourd’hui des gens qui ne croient pas à–à la direction et à l’autorité du Saint-Esprit dans l’église. Ils ne croient pas aux miracles. Ils ne croient pas aux signes. Ils ne croient pas au surnaturel. Ils ne peuvent tout simplement pas y croire. Eh bien, cet esprit-là, ce n’est pas quelque chose de nouveau. Le voici juste ici sur les sadducéens. Ils croyaient la même chose. Vous voyez? Les esprits ne meurent pas. Les gens meurent ; les esprits continuent.

225      Dieu prit Son Esprit, Il retira Son homme, Elie, et une double portion de Son Esprit vint sur Elisée. Est-ce vrai? Et puis, environ huit cents ans plus tard, Il vint sur Jean-Baptiste. Est-ce vrai? Et une fois encore, Il revient carrément dans les derniers jours.

226      Dieu retira Son Fils, le Seigneur Jésus. Croyez-vous cela? Mais Son Esprit est revenu. Est-ce vrai? Il était sur Martin Luther. Il était sur John Wesley. Il a été là, au cours des âges, sur Sankey, sur Moody, sur Finney, sur Knox, sur Calvin, chacun d’eux (Vous voyez?) ; Cela revient carrément, et maintenant, Cela continue jusqu’aujourd’hui. Considérez leurs enfants en ce temps-là, ils renient tout ce que ces gens-là croyaient ; mais pas les fondateurs.

227      Lorsque je me suis tenu, il n’y a pas longtemps, près de ce grand fondateur qui se tenait là, j’ai regardé et je me suis dit: «Ô Dieu ! Regardez là-bas, Dwight Moody.» Je me suis dit: «Regardez là-bas. Les choses que cet homme croyait: la puissance de Dieu, le surnaturel. Un homme sans instruction, ses livres que vous lisez, voyez qui les a écrits. Il les a écrits lui-même, mais qui en a amélioré la grammaire? Sa grammaire était médiocre. Il avait à peu près une instruction de troisième primaire et c’était un vieux cordonnier. Mais, frère, il a envoyé un demi-million d’âmes à Dieu. Vous voyez? Qu’était-ce? Ils l’ont chassé de l’église et ont dit que c’était un fanatique et tout le reste. Mais il est sorti et a rencontré un groupe de gens...

228      Il avait un message sur le coeur. Il devait absolument prêcher, il ne savait que faire. Ainsi, il est allé acheter une boite à chaussures auprès d’un homme, en bois, grand, une grande boite à chaussures en bois, à dix cents. Il l’a placée à un coin de rue. Et ces hommes qui passaient à côté... Il s’est tenu là et leur a prêché juste au coin de la rue comme cela. C’est juste. Et je pense à l’église qu’il avait ; considérez l’Institut Biblique Moody aujourd’hui.

229      Et je me suis dit: «Considérez John Wesley.» Me tenant exactement à l’endroit où cet homme est mort, j’ai porté la dernière robe qu’il avait portée. On l’a mise sur mes épaules par respect du fait que je me tenais là, quand j’ai prié pour le roi. Lorsque... On l’a mise sur mes épaules. Je me suis tenu à cette chaire où il allait prêcher à mille cinq cent personnes chaque matin à cinq heures.

230      Je me suis assis sur sa chaise d’où il avait gagné un homme qui organisait des combats de coqs qui... un homme qui avait l’habitude de se battre, qui organisait des combats de coqs. Il l’a gagné à Christ. Elle était garnie de cuir et elle avait deux grandes cornes et un endroit comme celui-ci, qui était disposé de ce côté comme ici, où on enregistrait des combats. Et après que Wesley fut converti... Wesley convertit cet homme à Christ, alors ce dernier lui donna la chaise. Et je me suis assis sur cette chaise, et–et j’ai prié.

231      Je me suis assis sur sa selle, celle sur laquelle il s’était assis juste ici en Amérique, il avait son petit compartiment secret derrière lorsqu’il s’asseyait à l’arrière sur son cheval, il retournait les étriers comme ceci. Et lorsqu’il venait ici avec Asbury et les autres, il s’asseyait là pour rédiger ses messages et tout comme cela, selon que Dieu les lui donnait. Comme il n’avait même pas le temps de s’arrêter quelque part, il montait sur son cheval, juste ici en Amérique, et il restait en selle. Et je me suis dit: «Ô Dieu...»

232      Je me suis tenu à l’endroit où on a construit son mémorial, là où une fois, alors qu’il prêchait la guérison divine, la grande église d’Angleterre lâcha un renard et des chiens et les fit courir au milieu [de la foule] pendant que Wesley prêchait la guérison divine. Et Wesley pointa son doigt sur le visage [de cet homme] et dit: «Le soleil ne se couchera pas trois fois que tu m’appelleras pour prier pour toi.» Et cet homme mourut ce soir-là des crampes à l’estomac, appelant Wesley de venir prier pour lui.

233      Ce même homme... Vous pouvez vous asseoir dans votre église et écouter docteur Church et les autres, les doctrines mêmes de la même église qui a cru la même chose et qui n’accepte pas que la Bible est inspirée. Que Dieu ait pitié. Je ne veux point d’organisation.

234      Mais aide-moi à vivre de sorte que dans ma génération... Je ne me tiendrai pas dans une autre génération. Je n’aurai rien pour les juger. Je n’aurai pas à me tenir en jugement avec eux. Mais j’aurai à me tenir en jugement avec les hommes et les femmes avec lesquels j’ai vécu. C’est là que ça comptera là de l’autre côté, à la résurrection. Lorsque mes jours seront finis et que j’aurai fait de mon mieux, si je suis serviteur de Dieu, Dieu va susciter pour Lui un autre homme en ce jour-là, après ma mort. Ainsi, il n’est pas nécessaire que je mette quelque chose autour de ma théologie ; il m’appartient de vivre dans la lumière que j’ai et attendre que... m’attendre à Dieu. Pour la prochaine génération, Il aura un homme là lorsque cette génération se lèvera. Amen. Oh ! la la !

235     

            Mécontents... (Ecoutez ces sadducéens.)... Mécontents de ce qu’ils enseignaient le peuple, et annonçaient en la Personne de Jésus la résurrection des morts (Le surnaturel.).

236      «Oh ! ont-ils dit, c’est... Oh ! Nous croyons à la résurrection des morts. Mais maintenant, la guérison divine et ces autres choses, elles sont passées.» Eh bien, c’est le même démon. C’est la même chose. Vous voyez?

237      Maintenant, en ce jour-là, ils ont dit: «Oh ! nous savons qu’Il peut guérir. Mais Il se fait que Dieu, lorsqu’Il pardonne les péchés...» Maintenant, ce même démon a juste retourné cela et a dit: «Aujourd’hui, Il peut pardonner les péchés, mais Il ne peut pas guérir.»

238      S’Il est Dieu, Il peut guérir, sauver, pardonner les péchés ou n’importe quoi. Il demeure Dieu, le même hier, aujourd’hui et éternellement. Ecoutez.

Ils mirent les mains sur eux, et ils les jetèrent en prison jusqu’au lendemain ; car c’était déjà le soir.

Cependant, beaucoup de ceux qui avaient entendu la Parole crurent...

239      Pourquoi? Pourquoi certains ont-ils cru et d’autres pas? Ô frère, certains étaient prédestinés à la Vie Eternelle et d’autres étaient prédestinés à la condamnation éternelle. Voilà la raison. C’est exact. Jésus a dit: «Nul ne peut venir à moins que le Père le lui montre. Mon Père...»

240      Comment un poisson pourrait-il mordre l’appât d’une tortue? Vous voyez? Il ne le peut pas. L’appétit d’un poisson est différent de l’appétit d’une araignée d’eau. Le serpent et le poisson n’ont pas la même alimentation. Voyez-vous ce que je veux dire? Oui, oui. Le poisson reste toujours le même type d’animal, car il est né un poisson. Il sera toujours un poisson. Et cet homme pourrait interpréter... Cette tortue pourrait désirer être un poisson. La tortue a en elle la chair d’un poisson, mais elle n’est pas un poisson. L’autre a également une autre espèce de chair en lui. Il ne sera jamais un poisson. Non, non. Le poisson non plus ne deviendra jamais une tortue. Car, dès le début, elle est une tortue ; elle restera une tortue. Et dès le début, l’autre est poisson ; il restera un poisson.

241      Et tout homme ou toute femme (Alléluia !), qui est né véritablement de l’Esprit de Dieu, peut rétrograder. Oui, oui. Lorsque vous retournez dans le monde, vous deviendrez la personne la plus misérable dont vous ayez jamais rêvé dans votre vie à moins de retourner. Et si vous ne le faites pas, Dieu vous ôtera de la terre. Dieu a promis de le faire.

242      Il n’y a pas longtemps, je suis entré dans un garage de Vorgang par ici et je parlais à un bon prédicateur qui est mon voisin ici. Et j’ai toujours témoigné le plus grand respect pour cet homme. C’était un homme bien, un bon prédicateur, il sortait dans les rues pendant la crise pour vendre les produits Rawleigh afin de prêcher l’Evangile. Oui, oui.

243      Quelqu’un s’est moqué de lui, juste ici à la dix-septième rue, il a dit: «Pourquoi ne fais-tu pas–ne fais-tu pas ceci ou cela?»

244      Il a dit: «Monsieur, je gagne honnêtement ma vie.» Il a dit: «Je vends des produits ainsi que des gâteaux à base de farine, peu importe ce que c’est, je fais de mon mieux, car je suis un ministre de l’Evangile.» Juste ici à l’église de Dieu ; c’était le frère Ramsey. Et il a dit: «Je fais de mon mieux.» C’est ce qu’il a répondu à cet homme. Il était vraiment né de l’Esprit de Dieu.

245      Un jour, je suis entré dans le garage d’Osborne ici. Il a dit... J’ai dit: «Que Dieu te bénisse, frère Ramsey.» J’ai dit... Il était pauvre. J’ai dit: «Jette un coup d’oeil sur ma voiture que voici ; je dois effectuer un voyage.» J’ai dit: «Je viens de passer un moment merveilleux.» J’ai dit: «J’aurais voulu que tu sois avec moi, frère Ramsey.»

            Il a dit: «Bien, je pense que ça aurait été très bien, Billy.»

246      J’ai regardé autour de lui. Je me suis dit: «Ça ne sonne pas juste.» Vous savez, on peut savoir quand quelque chose arrive. Je l’ai regardé.

            Il a dit: «Frère Branham, je pense que tu sais que je ne sers plus le Seigneur.»

247      Et j’ai dit: «Quoi?» Je–j’ai dit: «Eh bien, tu me fais une plaisanterie.»

            Il a dit: «Non, je ne Le sers plus.»

248      Eh bien, je pensais qu’il continuait de plaisanter avec moi. Je suis sorti. Je suis rentré chez moi. J’en ai parlé à Meda. J’ai dit: «Frère Ramsey m’a dit qu’il ne sert plus le Seigneur. Meda, il y a quelque chose qui cloche là-dessus.»

249      Cela me tapait sur les nerfs. Je suis de nouveau retourné là-bas. Je lui ai dit: «Frère Ramsey, viens ici, j’aimerais te parler une minute.»

            Il a dit: «D’accord, Billy.»

250      Je me suis approché. J’ai dit: «Frère Ramsey, j’étais ici il y a deux jours et tu m’as dit que tu ne servais plus le Seigneur.» J’ai dit: «Ce n’était pas pour me faire rire, n’est-ce pas?»

            Il a dit: «Non, non.»

251      J’ai dit: «Frère Ramsey, tu veux dire que tu ne sers plus le Seigneur?»

            Il a dit: «Non.» Il a dit: «J’ai rétrogradé.»

252      J’ai dit: «Eh bien, frère Ramsey, tu ferais mieux de retourner à Dieu.» J’ai dit: «Viens, viens avec moi à la réunion.»

            Il a dit: «Non, Billy.» Il a dit: «Je–je ne me soucie plus du tout de Le servir.» Il a dit: «Vraiment, je...»

253      J’ai dit: «Est-ce que tu crois en Lui?»

            Il a dit: «Oh ! Je crois en Lui, mais je ne Le sers plus. J’ai abandonné.» Il a dit: «Il s’est passé bien des choses.»

254      J’ai dit: «Frère Ramsey, ne regarde pas à ces choses. Regarde à Lui.»

            Et il a dit: «Eh bien, frère Branham, a-t-il dit, je ne sers plus le Seigneur, et je préférerais ne pas en parler.»

255      J’ai dit: «Eh bien, frère, que Dieu soit avec toi, qu’Il t’aide.»

256      Et quelques jours après cela, il est tombé malade. Un autre ministre, je n’aimerais pas citer son nom, parce que je ne suis pas sûr. Je crois qu’il est assis au fond en ce moment. Ce ministre est allé le voir, c’est un ami, il a dit: «Frère Ramsey, ne voulez-vous pas venir servir le Seigneur?»

257      Il a dit: «Non.» Dieu lui a donné des avertissements à deux reprises par Ses messagers. Il a dit: «Non.» Quelques heures après, Il l’a pris dans Ses bras, et il est rentré à la Maison. Dieu l’a retiré de la terre. Oui, oui.

258      Vous souvenez-vous de Paul, ce qu’il leur a dit là-bas, au sujet de cet homme qui ne voulait pas obéir à l’Evangile? Il a dit: «Livrez-le au diable pour la destruction de sa chair, afin que son âme soit sauvée.» C’est vrai. Vous ne pouvez pas jouer avec Dieu. Frère, cette Parole est inspirée ; Chacune de Ses Paroles repose exactement sur la ligne de démarcation. C’est vrai. Vous allez soit vous mettre au pas... Mais si jamais vous êtes né de l’Esprit de Dieu, vous êtes un fils de Dieu.

259      Maintenant, entrez. La colombe et le vieux corbeau étaient tous dans l’arche. C’est vrai. Lorsqu’on a lâché le vieux corbeau... Prenons-le comme un type du rétrograde

260      Le vieux corbeau volait d’un cadavre à l’autre, et il se nourrissait de ces vieilles carcasses. Il était très à l’aise. Cela ne lui disait rien parce qu’il était un corbeau au départ. Sa nature, son appétit, sa gastronomie pouvait digérer une telle nourriture. Pourquoi? Il est né avec ce genre de gastronomie. Vous voyez, sa bile et tout ce qui est en lui allaient transformer ces vieux cadavres et en faire sa nourriture. Mais lorsque... Il était satisfait.

261      Et il en est ainsi de tout homme, peu m’importe le temps que vous avez passé à l’église, et que vous ayez renoncé au monde ; si vous pouvez encore sortir pour faire les choses que vous faisiez autrefois et que vous vous en réjouissiez, cela montre que vous n’êtes jamais venu à Dieu.

262      Mais quand il a lâché la colombe pour voir ce qu’elle allait faire... La colombe n’a pas de bile. Elle ne peut pas digérer ces choses. Si elle les mangeait, ça la tuerait. Mais la colombe a essayé de descendre ; «Fiou !», elle n’a pas pu supporter cela. Elle a essayé de se poser quelque part ; «fiou !», elle n’a pas pu supporter cela. Elle s’est posée sur un petit buisson pour se reposer. Et elle a pris une feuille d’olivier dans sa patte ; elle est rentrée et elle a frappé à la porte. «Papa Noé, ouvre et laisse-moi entrer. Je ne peux pas supporter de rester ici à l’extérieur.»

263      Tout homme, ou toute femme, né de l’Esprit de Dieu, peut certainement rétrograder. Mais frère, si vous êtes un enfant de Dieu, vous ne saurez plus supporter les choses du monde, car vous digérez les choses qui ont été changées.

264      Pierre a dit: «Seigneur, où irions-nous?», lorsqu’Il a dit: «Ne voulez-vous pas aussi partir?»,

265      Lorsque les autres avaient fait volte-face, il a dit: «Où irions-nous? Que pourrions-nous faire? Tu es le Seul qui a la Vie Eternelle. Alors, où pouvons-nous aller?»

266      Le voici se tenant ici dans sa puissance, oint du Saint-Esprit, un apôtre et prophète donc. Alléluia ! Oh ! Combien j’aime voir cela ! Or, quelques-uns parmi eux crurent, ils avaient reçu cela parce qu’ils étaient destinés à la Vie Eternelle, quand ce prédicateur a prêché.

267      Que fit-il, frère Neville? Juste parmi cette bande d’hypocrites qui hurlaient, juste parmi cette horde de loups qui l’auraient mis en pièces à cause des traditions religieuses, Pierre jeta son filet là et se dit: «Il pourrait y avoir des poissons là-dedans.» C’est juste. Lorsqu’il y jeta son filet, il se mit à le tirer. Il a dit: «Le Dieu de nos pères qui a marché avec Abraham d’Ur en Chaldée (Oui, oui.) a envoyé Son Fils, le Seigneur Jésus, que le Ciel doit recevoir jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses.» Il a dit comment ils... Il a dit: «Vous avez livré le Prince de la paix et vous L’avez fait mourir et crucifier par la main des impies.» Il a dit: «C’est par la foi en Son Nom que cet homme est guéri.» Voilà pourquoi je crois au surnaturel.

268      Il jeta son filet là et le retira. Et lorsqu’il l’a retiré, certains parmi eux étaient toutefois des poissons. Le reste: les tortues, les serpents et les autres s’enfuirent. Ils bondirent et retournèrent dans l’eau. Mais il y avait aussi des poissons là-dedans.

Cependant, beaucoup... crurent la Parole,... (Ils étaient prédestinés à la Vie Eternelle. Oui, oui.)... crurent ; et le nombre de ceux qui crurent s’éleva à environ cinq mille.

269      Quel filet plein il a attrapé ! Oui, oui. Peut-être sur un million, il a attrapé–il a attrapé cinq mille. Remarquez, il ne s’est pas soucié de l’aspect de l’étang. Il y a jeté son filet. C’est juste.

270      Et peu nous importe si ce sont des bootleggers [contrebandiers d’alcool, aux USA, pendant la prohibition], si ce sont des prostituées, qui que ce soit, jetez le filet. Vous ne savez pas qui est là-dedans. Vous ne savez pas. Vous ne pouvez pas juger. Personne ne peut juger. Mais vous pouvez jeter le filet et les attirer à l’autel et dire: «Les voici, Seigneur. Eh bien, j’ai fait ma part.» Si c’est un... Et s’il est un poisson au départ, il sera toujours un poisson. Oui, oui. Et s’il est une araignée dès le départ, il sera toujours une araignée. Si le Fils du Dieu vivant ré–réincarné fait descendre Sa puissance et attrape une personne, l’amène à l’autel, le filet de l’Evangile est là. Observez.

Le lendemain, les chefs du peuple, les anciens et les scribes, s’assemblèrent à Jérusalem,

Avec Anne, le souverain sacrificateur, Caïphe, Jean, Alexandre, et... tous ceux qui étaient de la race des principaux sacrificateurs.

Ils firent placer au milieu d’eux Pierre et Jean ; et leur demandèrent: Par quel pouvoir, ou au nom de qui avez-vous fait cela?

271      «Etes-vous baptiste? Etes-vous presbytérien? Par quel pouvoir? De quelle église êtes-vous membre? Quelle est votre autorité? De quel séminaire sortez-vous? De toute façon, qui êtes-vous? Montrez-nous vos pièces d’identité. Faites-nous voir qui vous êtes.» La même chose. «Par quelle autorité avez-vous rassemblé les gens ici pour prêcher comme cela? Etes-vous ici au nom du sanhédrin? Etes-vous ici au nom des–des sadducéens, des pharisiens, des hérodiens ou des publicains? Ou: Qui êtes-vous?» Voilà. «Est-ce vous qui avez fait ceci?»

272      «Et Pierre fraîchement sorti du séminaire?» Au verset huit. «Pierre avec son diplôme de licence? Avec son diplôme de doctorat?» Non. Oh ! la la ! La Bible ne le dit pas ainsi. Voici ce qui arriva à Pierre:

...Pierre rempli du Saint-Esprit...

273      Oh ! Il avait grandi, non pas dans une petite mesure comme cela ; il avait entièrement grandi. Rempli.... Tout ce qui est rempli est complètement plein. Pierre, non pas légèrement aspergé du Saint-Esprit, mais «Pierre, rempli du Saint-Esprit.»

274      Maintenant, voyons voir ce que vous allez leur dire. Maintenant, faites attention à ce que vous dites, car ils peuvent vous jeter en prison, mon gars. Eh bien, vous êtes un–vous êtes un fou religieux, c’est ce qu’ils pensent. Maintenant, voyons, vous faites du prosélytisme ; vous faites tout ; ainsi, faites attention à ce que vous dites.

Mais Pierre, rempli du Saint-Esprit, leur dit: Chefs du peuple, et anciens d’Israël,

Puisque nous sommes interrogés aujourd’hui sur un bienfait accordé à un homme malade, afin que nous disions comment il a été guéri,

Sachez-le tous, et que... le peuple d’Israël le sache... c’est par le Nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, et que Dieu a ressuscité des morts, c’est par Lui que cet homme se présente en pleine santé devant vous.

275      Ouf ! Pourriez-vous imaginer un homme qui essaie de mettre une sorte de–de dictionnaire de théologie sur cet homme comme cela? Frère, il s’est tenu là, oint et rempli du Saint-Esprit. Il a dit: «Eh bien, vous, chefs du peuple qui professez avoir la puissance de Dieu, ce même Dieu a ressuscité Son Fils Jésus-Christ pour manifester le surnaturel. Et vous L’avez crucifié par la main des impies.»

276      Vous n’êtes pas obligé de Le clouer à la croix ; il suffit de Le renier pour Le crucifier à nouveau. Les gens font la même chose aujourd’hui. Vous Le crucifiez.

277      Il a dit: «Sachez-le...» En d’autres termes: «Le même Dieu que vous avez professé représenter a relevé ce garçon.» Voilà. Il a dit: «C’est par Lui que cet homme vit. Si nous sommes jugés sur ce que nous avons fait à cet homme, a-t-il dit, sachez-le que ce n’est pas nous. Mais c’est par Jésus-Christ, le Fils de Dieu, que cet homme se présente aujourd’hui en pleine santé.»

278      Maintenant, laissez-moi vous dire une autre chose qu’il a dite ici.

C’est la pierre... (Oh ! oh ! Frère, va-t-on l’effacer maintenant?)... C’est la pierre rejetée par vous qui bâtissez, et qui est devenue la principale de l’angle. (Ecoutez.)

Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes par lequel nous devions être sauvés.

279      Frère, j’aime plutôt la prédication de Pierre là-bas. Que leur a-t-il dit explicitement? «Ne savez-vous pas que le prophète Esaïe et tant d’autres prophètes ont dit que ceux qui bâtissaient allaient rejeter la Pierre de faîte?» En d’autres termes: «C’est la chose même que vous rejetez qui est celle que Dieu a dit que vous rejetteriez. Ne savez-vous pas que vous en êtes une partie?»

280      Et puis-je dire avec révérence, avec respect, et dans l’amour divin aujourd’hui même, mes chers frères et soeurs: La chose même que la Bible a annoncée que ces gens feraient dans les derniers jours: «Ils ont l’apparence de la piété, mais ils renient ce qui en fait la force» ; ils y sont. La pierre angulaire rejetée... Oh ! la la ! Certainement, je crois au surnaturel.

            Il a dit: «Il n’y a de salut en aucun autre nom.»

281      Puis-je prendre Sa place ce matin pour dire à cette génération: «Si un homme ne naît de nouveau, il ne peut comprendre ces choses, le Royaume de Dieu», tel qu’Il l’avait dit à Nicodème autrefois.

282      Vous ne pouvez pas le comprendre, vous ne le comprendrez jamais, à moins que Dieu entre dans votre coeur. Et lorsque vous deviendrez une partie de Lui, alors vous direz: «Oui, Seigneur, chaque portion de la Parole est inspirée. J’En crois chaque portion. Je crois que c’est la vérité. Et me voici, Seigneur, pour marcher dans la lumière.» Aussi longtemps que vous restez frontalier, vous ne pourrez pas le croire. Vous ne le pourrez pas. Puisse le Seigneur vous aider ce matin à voir le surnaturel.

283      Puissiez-vous comprendre qu’Hébreux 13.8 a dit: «Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement»? Souvenez-vous que ces promesses sont aussi valables aujourd’hui qu’elles l’étaient jadis ; chaque précepte, chaque Parole de Dieu reste valide.

284      Et frère, peu m’importe de savoir combien de gens La critiquent, combien disent qu’Elle n’est pas vraie. Je peux aujourd’hui, par la grâce de Dieu, présenter dix mille personnes se tenant ici, qui autrefois se mouraient du cancer, qui autrefois étaient aveugles, infirmes, qui autrefois étaient dans un tel état au cours de ces quelques dernières années, et qui ont été guéries par la puissance du Dieu vivant.

285      C’est la chose même dont Jésus avait annoncé l’accomplissement dans les derniers jours.

286      Et aussi sûr que Jésus avait dit que ces guérisons auraient lieu, Il avait aussi dit qu’il y aurait d’autre part des critiques qui s’En moqueront et tout. Tous les deux étaient destinés à la Vie Eternelle, et Je suis... à la Vie Eternelle, ou à la condamnation éternelle.

287      Je suis tellement heureux de savoir que Dieu est parmi nous ; la clameur royale est ici, les louanges de Dieu.

288      Bien des fois, j’ai manqué de faire la prière de la foi. Bien des fois, j’ai vraiment essayé, mais je n’ai pas réussi à le faire parce que ma foi n’était pas à la hauteur. Ça ne change en rien la Parole de Dieu. Si je priais pour dix mille personnes aujourd’hui et que ces dix mille mourraient demain matin, demain soir, je prierai pour les malades malgré tout, parce que la Parole de Dieu le dit. C’est vrai.

Je crois dans l’ancien Evangile,

Je crois dans la joie que je connais,

Je crois que le sentier sur lequel nous marchons,

C’est le sentier sur lequel nos pères ont marché.

Oh ! donnez-moi cet ancien Evangile,

Oh ! donnez-moi la joie que je peux connaître ;

Car je crois à un Evangile sincère,

Comme Celui que nos pères reçurent autrefois.

289      Amen. Frère, laissez-moi mourir à la tâche. Laissez-moi partir comme un serviteur de Dieu. Que je meure ou que je vive, je crois que la Parole infaillible de Dieu est la Vérité. Et Elle enseigne que la guérison divine, les signes, les prodiges et les miracles apparaîtront dans les derniers jours. Et cela peut être prouvé par la Parole de Dieu et on peut montrer cela au monde où Elle a agi. Et si Elle a agi là-bas, pourquoi n’agirait-Elle pas pour vous? Jésus a dit: «Si tu peux croire, tout est possible.» Prions.

290      Dieu, notre Père, nous venons à Toi dans la lumière de Ta Parole et par la puissance du Saint-Esprit, dont nous sommes revêtus, Seigneur, dont nous avons été revêtus d’En Haut pour être Tes serviteurs. Et nous T’aimons. Et nous savons que Tu nous aimes vraiment, parce que Tu nous as choisis. Tu as dit, par Ton Fils Jésus: «Ce n’est pas vous qui M’avez choisi, mais c’est Moi qui vous ai choisis. Nul ne vient à Dieu si ce n’est par Christ. Et nul ne vient à Christ si Dieu ne l’attire premièrement.»

291      Ainsi, Père, nous Te louons. Devant Toi, j’humilie mon coeur, Seigneur. Ô Christ de Dieu, ôte de mon coeur tout ce que Tu ne veux pas y trouver, Seigneur. Et qu’il soit simplement pour Toi et pour Ta gloire. Je T’aime, mon Seigneur. Et je Te prie de bénir ces gens, Ton peuple qui est ici ce matin, eux tous. Beaucoup parmi eux sont malades, Seigneur. Ils ont des membres de famille qui sont malades. Ils présentent des requêtes.

292      Et Père, (Oh !) pendant ces années, depuis que je Te connais, je crois que Tu es le grand Guérisseur. Tu as confirmé cela dans le monde entier, Seigneur, que Tu es le Seigneur Jésus-Christ ressuscité des morts. Maintenant, je Te prie, ô Père, de bénir ces personnes ici ce matin. Bénis...

293      S’il y a ici une personne qui n’est pas sauvée, puisse-t-elle maintenant croire au Seigneur Jésus-Christ. Peu importe si je l’amène ici à l’autel, s’ils ne sont pas prédestinés à la Vie Eternelle, on jettera simplement le filet. C’est tout. Mais Père, pendant que Pierre prêchait la Parole, il est dit: «Tous ceux qui croyaient étaient ajoutés à l’Eglise.» Père, je Te prie d’ajouter du monde à Ton Eglise. Accorde-le. Que beaucoup de gens croient ceci et voient que c’est la Vérité. Ils sont ici ce matin dans un but. Et je prie que Tu les destines à la Vie Eternelle. Et puissent-ils La recevoir aujourd’hui par Jésus.

294      Et je prie pour les malades, pendant que je les amène maintenant autour de l’autel afin de prier et de les oindre d’huile. Ton ancien et moi, je prie, ô Dieu, que nous trouvions grâce à Tes yeux, qu’il y ait une foi infaillible de notre part.

295      La Parole de Dieu, laquelle... même des milliers d’années après, et ceux qui étaient morts depuis quatre mille ans, Jésus était allé leur dire que la Parole de Dieu avait été confirmée sur terre. Combien Elle est infaillible.

296      Et Tu as dit: «Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris.» La dernière commission, les dernières Paroles qui sont sorties de Tes lèvres sacrées, la Parole inspirée de Dieu, Tu as dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris.»

297      Et Père, pendant qu’on amène les malades ici en personne pour qu’on prie pour eux, je prie, alors que nous leur imposons les mains, nous les oignons d’huile conformément à Ta Parole, qu’ils soient tous guéris. Accorde que notre foi soit bonne, et que la leur soit bonne. Elle est correctement ancrée sur la Parole qui a été prêchée ce matin, la Parole du Dieu vivant. Et tires-en gloire, car nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

Elle vient là où brillent les gouttes de rosée de miséricorde,

Brille tout autour de nous le jour et la nuit.

Jésus, la Lumière du monde.

Nous marcherons dans la Lumière, cette belle Lumière,

Elle vient là où brillent les gouttes de rosée de miséricorde,

Brille tout autour de nous, le jour et la nuit,

Jésus, la Lumière du monde.

298      Je regrette de vous avoir gardés si longtemps. Maintenant, les petits enfants vont apporter un cadeau de l’école du dimanche dans un instant. On a (Oh !) des boites de bonbons, des oranges et tout un sachet de choses ici pour les tout petits aussitôt que nous aurons terminé la partie sacrée du service dans un instant.

299      [Une soeur dans l’assemblée dit: «Frère Branham?»–N.D.E.] Oui. Oui. [La soeur parle à Frère Branham. Espace vide sur la bande–N.D.E.]...?...

300      Il y a quelque chose, et je crois qu’il s’agit de ce bébé. Ainsi donc, si vous pouvez incliner la tête.

301      Dieu Tout-Puissant, je ne sais pas. Tu sais que, pour moi, c’est quelque chose que je ne comprends pas du tout. Je ne sais pas. Mais, Père, il semble qu’après ce message, cette venue... ce bébé qui vient ici, et pendant que je regarde son visage, conformément à ce qui m’a été dit quelque part et d’après le témoignage de soeur Cox, et le Saint-Esprit ici à l’autel... Je ne sais pas, pas plus que je ne le savais le jour où j’ai marché avec cet homme de couleur qui était aveugle. Je ne comprends pas non plus maintenant, Seigneur, pas plus que le cas de ce garçon en Finlande qui était ressuscité. Je ne comprends pas non plus ce cas-ci ; comment Tu as voulu mettre sur le coeur du docteur d’envoyer cet enfant ici. Ton Esprit est en train d’agir.

302      Maintenant, Père, par obéissance à ce que Tu as donné comme commission, et conformément à la Parole que j’ai prêchée si durement ce matin, en tant que croyant de Cela, je m’avance pour défier le diable qui a lié ce bébé. Je pose les mains sur sa tête et sur ses petits yeux ; je lève la main vers Dieu en qui je crois, qui a parlé et cela ne peut faillir. Je demande que le cancer sorte des yeux de ce bébé ; va dans les ténèbres du dehors, où–où est ta place, toi esprit des ténèbres, au Nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu que je représente !

303      Et que les yeux de ce bébé redeviennent normaux. Que la maman retourne chez elle, louant Dieu et Le glorifiant pour la guérison de ce bébé. Je fais ceci dans la vraie foi en Dieu, croyant que c’est Sa Parole qui l’enseigne, et croyant qu’une vision est venue à moi, Son serviteur, qui se tient au même endroit.

304      Et Seigneur, Tu sais ce que Tu mets dans mon coeur à l’instant même. Et je demande que Tes Paroles s’accomplissent, et que la vie de ce bébé soit épargnée, qu’il vive et soit en bonne santé et fort, qu’il recouvre la vue, au Nom de Jésus-Christ. Amen.

305      Bien-aimée soeur, ne sachant pas ce que détient le futur, mais croyant... Voici ce qui me vient à l’esprit. Le voici. Cela devait être quelque chose... C’est juste ici que le cercueil de ma femme a été posé, Hope. Et c’était un matin comme maintenant. Et c’était–c’était Hope qui s’est levée et a dit qu’elle n’allait pas mourir. Et la chose, je crois, faisant allusion à ce bébé maintenant. Elle est couchée exactement au même endroit. Et je peux presque dire avec certitude que c’est AINSI DIT LE SEIGNEUR.

306      Madame, je ne vous connais pas, mais je crois que ce bébé va se lever et vivre, et être normal. Que Dieu vous bénisse. Veuillez m’envoyer des nouvelles de votre bébé.

307      Votre nom, c’est? [La maman dit: «Madame Bowen», et elle se met à raconter l’origine de la maladie de son bébé.–N.D.E.] Oui, vous avez un manquement vis-à-vis de Dieu.

            [La maman continue de raconter l’origine de la maladie de son bébé.–N.D.E.] C’est aussi le thème de ma chanson: «Tout est possible, crois seulement.» Maintenant...

            [La soeur continue de raconter l’origine de la maladie de son bébé.–N.D.E.] Oui, soeur. Oui. Vous voyez?

308      Et maintenant, faites une promesse à Dieu pendant que vous vous tenez au même endroit. Si Dieu guérit votre bébé, allez-vous Le servir aussi longtemps que vous vivrez, et être une chrétienne de renom, et Le servirez-vous, vous et votre mari également?

309      Voulez-vous également le promettre, papa là au fond? Si Dieu laisse vivre votre bébé, promettez-vous de Le servir? Il a levé sa main vers Dieu. Vous ferez la mê-...

            [La maman continue de raconter l’origine de la maladie de son bébé.–N.D.E.]

310      Très bien. Bon, maintenant, partez ; vous et votre mari, servez le Seigneur. Et que Dieu bénisse le bébé et qu’Il le rétablisse. Amen. Que Dieu vous bénisse, soeur. Inscrivez cela dans vos carnets maintenant.

            Venez, frère, frère Neville.

Up

S'abonner aux nouvelles