Montre-Nous Le Père, Et Cela Nous Suffit

Date: 55-0625 | La durée est de: 1 heure et 37 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1          Je suis heureux d’être de nouveau ici ce soir pour être avec le Seigneur. Puisse le Seigneur ajouter Ses bénédictions à tout ce que nous faisons ce soir. [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Eh bien, nous sommes vraiment désolés de savoir que la série de nos réunions arrive si vite à la fin. C’est peut-être le dimanche soir qu’aura lieu notre service de clôture. Et nous espérons que Dieu nous accordera la plus grande réunion que nous ayons jamais eue. Généralement–depuis hier soir, c’est... Voyez, les gens... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] l’attente augmente. Et puis, ils savent qu’ils doivent donc venir, et généralement, cela produit plus de guérisons que dans toutes les autres réunions. Et nous espérons qu’il en sera de même cette fois-ci.

            Maintenant, nous allons prier pour les–les lettres. Et alors, quand vous recevrez ces lettres, eh bien, attachez les mouchoirs à votre sous-vêtement. Attachez-les à votre sous-vêtement. S’il y a un quelconque péché dans votre vie, demandez à Dieu de vous pardonner. Et demandez si–si vous avez fait quelque chose de mal, allez arranger cela. Et s’il y a... Si votre pasteur croit dans la guérison, faites-le venir là chez vous. Mais s’il n’y a pas de–de pasteur dans les parages, prenez quelques chrétiens dans le voisinage, priez et croyez, et puis agissez comme si la chose était déjà accomplie. Rappelez-vous, la foi sans les oeuvres est morte. Elle ne vous servira à rien.

2          Or, quand vous devenez chrétien, vous–vous venez confesser que Jésus est votre Sauveur. Croyez-vous cela? Une fois que vous êtes dehors, vos–vos amis critiqueurs disent : «Je ne vois aucun changement en vous.» Mais vous, vous croyez qu’il y en a un. Puis vous vous mettez à agir en conséquence. Et puis, peu après, tout le monde constate qu’il y a un changement.

            Voyez, Jésus est le Souverain Sacrificateur de notre confession. Il ne peut rien faire pour vous jusqu’à ce que vous acceptiez d’abord cela et que vous confessiez que c’est déjà fait. Et Il amènera votre corps, votre nature, à se soumettre à Sa Parole. Comprenez-vous maintenant? Vous devez agir juste comme si c’était déjà fait. Je me rappelle lorsque j’étais très malade, les meilleurs médecins que je connaissais ont dit que je ne pouvais pas vivre. J’avais des ulcères à l’estomac, cela avait éclaté. Et ils ont dit qu’une seule bouchée de nourriture solide me causerait une indigestion aiguë et que j’en mourrais après quelques instants. Je lisais la Bible. Et il Y est dit : «Lorsque vous demandez quelque chose, croyez que vous recevez cela.»

3          Je me suis mis à dire aux gens que j’étais guéri. Lorsque j’avalais ma nourriture, elle avait tendance à remonter. Je disais : «Oh! non», je tenais la main sur la bouche, je ravalais cela. Dieu avait fait une promesse. Je descendais la rue. Les gens me disaient : «Salut, Frère Branham. Comment te sens-tu?»

            Je disais : «Le Seigneur m’a guéri. Gloire au Seigneur.»

            Une grande bouchée était remontée, j’avais ravalé cela. Je disais : «Satan, si tu ne veux pas m’entendre témoigner, tu feras mieux de t’en aller, car je crois que Jésus a dit la vérité. Si tu veux donc rester ici, tu m’entendras certainement témoigner de Sa puissance guérissante.»

            Après, vous savez, tout était parti. Et quand je suis allé me présenter chez le médecin, il a dit : «Eh bien, avez-vous changé de médecin?»

            J’ai dit : «Oui, monsieur.»

            Il a dit : «Qui êtes-vous... être... allez maintenant.»

            J’ai dit : «Docteur Jésus.»

            Il a dit... Il s’est gratté la tête; il a dit : «Je ne crois pas avoir déjà entendu parler de Lui.» Il a dit : «Où se trouve Son cabinet?»

            J’ai dit : «Dans la gloire.» C’est là que se trouve Son cabinet, mais Sa puissance est ici.

4          Prions pour ces mouchoirs. Maintenant, n’oubliez pas, Dieu exauce votre prière tout autant qu’Il exauce la mienne ou celle de n’importe qui. Eh bien, qu’arriverait-il si votre petit enfant était malade? Qu’arriverait-il si c’était pour votre vieux père aveugle? Vous aimeriez que quelqu’un soit vraiment sincère. Maintenant, soyez sincère, moi aussi je serai sincère, et Jésus tiendra Sa promesse.

            Prions. Bien-aimé Père céleste, nous T’apportons ceci ce soir au Nom de Ton Fils. Et nous Te prions, Père, de regarder du haut des cieux maintenant même et de considérer la foi de ces gens. Et quand ces mouchoirs retourneront auprès–auprès de ceux qui les ont envoyés, nous Te prions de guérir leurs corps. Nous demandons donc cette bénédiction au Nom de Jésus-Christ. Amen. Maintenant, nous allons lire un passage des Ecritures dans Saint Jean 14 : 1 à 9, 9 inclus.

            [Que votre coeur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi. Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi.

            Vous savez où je vais, et vous en savez le chemin. Thomas lui dit : Seigneur, nous ne savons où tu vas; comment pouvons-nous en savoir le chemin? Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.

            Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe! Celui qui m’a vu a vu le Père; comment dis-tu : Montre-nous le Père?]

            [C’est l’interprète qui a lu ce passage des Ecritures.–N.D.E.]

5          Nous aimerions tirer un sujet de là, du verset 7 : «Montre-nous le Père, et cela nous suffit.» «Suffire» signifie satisfaire. Eh bien, c’est le désir du coeur humain, depuis le commencement du monde, de voir seulement Dieu.

            Job d’autrefois a dit quelque chose de ce genre : «Si seulement je peux aller chez Lui et frapper à Sa porte.» Son coeur avait soif de Dieu, et Dieu s’est révélé à Job. De même tout au long des âges, les gens cherchent à voir Dieu. Croyez-vous qu’on peut voir Dieu? Je crois qu’on le peut. Et si j’arrive à démontrer cela ce soir, accepterez-vous Jésus comme votre Sauveur, et croirez-vous qu’Il est ici? Allez-vous le faire? Que Dieu vous bénisse.

            Maintenant, nous devons nous dépêcher. Demain soir–ou plutôt le dimanche soir, je tâcherai de prendre un peu de temps pour vous parler. Et le dimanche après-midi, ça sera l’histoire de ma vie, de ma jeunesse.

6          Maintenant, voyons Dieu. Assurément, si Dieu est réel, comme nous l’affirmons, quelque chose doit Le manifester. Si seulement nous pouvons ouvrir nos yeux, nous pourrons voir Dieu.

            Eh bien, c’est comme quand–quand Elie était là à Dothan, il avait avec lui un serviteur du nom de Guéhazi. Et Guéhazi n’avait pas de visions, mais Elie en avait. Il pouvait être chez lui et savoir ce que comptait faire le roi de Syrie. Ainsi, un jour, ils avaient... Une nuit, ils avaient dormi là à Dothan, et quand Guéhazi s’est levé de bon matin le lendemain, il est sorti, et toute l’armée syrienne avait encerclé la ville. Et il a accouru et a dit : «Toute la ville est encerclée.» Mais le prophète calme, blanc, a dit : «Ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec eux.» Il a regardé tout autour, Guéhazi, il n’a rien vu. Elie a étendu les mains et a dit : «Ô Dieu, ouvre les yeux de cet homme.»

7          Et quand ses yeux se sont ouverts pour voir le monde spirituel, il y avait des Anges tout autour de ce vieux prophète. Les montagnes étaient embrasées avec des Anges, et des chars de feu. Voyez, il existe un monde ici même maintenant, il y a dans ce bâtiment des légions d’Anges.

            Jésus a dit, dans les Psaumes du roi David, que les Anges de Dieu campaient autour de ceux qui Le craignent. Regardez donc ces croyants ici, ceux qui craignent Dieu, les Anges sont donc partout. Maintenant, si seulement on peut adorer Dieu, ouvrir les yeux, on verra que Dieu est tout autour de nous.

8          Maintenant, avec l’aide de Dieu je vais essayer de démontrer que Dieu est ici même. Eh bien, ce dont nous allons parler en premier lieu, c’est de Dieu dans Sa création, et ensuite, de Dieu dans Sa Parole, et puis, de Dieu dans Son Fils, et enfin parler de Dieu dans Son peuple. Et voyons si nous pouvons Le voir.

            Il y a quelque temps sur l’estra-... dans ma propre ville, il y avait un petit garçon qui avait l’habitude de passer tout son temps à la rivière, en compagnie d’un vieux pêcheur, qui avait une barbe blanche et fournie. Et un jour, il était en amont de la rivière, et la pluie s’est mise à tomber; et quand il a cessé de pleuvoir, toutes les feuilles étaient devenues jolies, les fleurs répandaient du parfum, le vieux pêcheur descendait la rivière à la rame à bord de sa pirogue. Et là, à l’est est apparu un arc-en-ciel. Et pendant que le vieux pêcheur continuait à regarder l’arc-en-ciel, les larmes ont commencé à couler sur ses joues, et il a dit, il a levé les mains, puis il les a posées sur la rame. Le petit garçon qui était assis à l’arrière de la pirogue, a accouru auprès du vieil homme, il lui a dit : «Monsieur, je vais vous poser une question à laquelle mon prédicateur n’a pas pu me répondre. Je lui avais demandé s’il était possible de voir Dieu.»

            Il a dit : «Non.»

            Il a dit : «J’ai demandé à mon enseignante d’école du dimanche.»

            Elle a dit : «Non.»

            Et il a dit : «J’avais demandé à ma mère, mais elle m’avait renvoyé auprès d’eux.» Et il a dit : «Monsieur, je vous la pose.»

9          Et il a fait rentrer ses rames, il a pris le petit garçon dans ses bras, il l’a embrassé sur le front, il l’a tapoté et a dit : «Que Dieu bénisse ton coeur. Chéri, tout ce que je vois durant ces trente-cinq dernières années, c’est Dieu.» Il avait tellement de Dieu dans son coeur qu’il pouvait Le voir dehors. Il en est de même maintenant. Ayez Dieu ici dedans, alors vous pourrez Le voir là dehors. Qui peut dire que Dieu n’existe pas, et expliquer comment ce monde se tient dans l’espace, si parfaitement réglé par rapport au temps qu’on peut annoncer, plusieurs années en avance, le moment exact où se produira l’éclipse de la lune? Toutes vos bonnes montres qu’il y a ici, elles faillissent, mais le soleil ne faillit jamais. Dieu a fixé le temps pour le soleil. Allez ici à l’océan, et observez ces grandes vagues en furie, alors qu’elles déferlent avec fureur vers le rivage. Elles couvriraient le monde entier si c’était possible. Vous savez, elles l’ont une fois fait du temps de Noé, mais pourquoi ne peuvent-elles pas le faire de nouveau? Dieu a dit à la lune de surveiller les frontières de la mer. Dès que la lune tourne la tête, la marée monte. Lorsqu’elle ramène la tête, la marée suit cela. La lune est une bonne sentinelle. Voyez-vous Dieu? Sans cela, le monde disparaîtrait simplement en étant couvert d’eau. Qu’arriverait-il si ce monde basculait un tout petit peu de son orbite, en s’éloignant du soleil? On deviendrait une montagne de glace en une minute. Qu’arriverait-il s’il entrait dans le soleil? Il se consumerait la minute suivante. Pourquoi cela ne se fait-il pas? Dieu l’a dit. Dieu est dans Son univers.

10        Je ne pense pas que quelqu’un puisse regarder une fleur en face et dire que Dieu n’existe pas. S’il le fait, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans la tête de cette personne. Comment se fait-il que l’une est rouge, l’autre blanche, l’autre jaune, et tout cela, c’est la même fleur, la même espèce? D’où vient la couleur? Le même soleil qui brille sur la fleur blanche, rend l’autre rouge. D’où vient cette couleur? De Dieu.

            Croyez-vous que Dieu est dans Son univers? Dites : «Amen.» [L’assemblée dit : «Amen.»–N.D.E.] Pouvez-vous voir l’arc-en-ciel sans penser à ce que Dieu a dit? Les nombreuses couleurs de l’arc-en-ciel, c’est une alliance. Avant la destruction antédiluvienne, il n’y en avait pas, mais Dieu a donc mis de l’humidité sur la terre, c’est ce qui produit cela. Prenez un morceau de verre triangulaire, tenez-vous juste sous le soleil, cela produira sept couleurs pures.

11        La raison pour laquelle nos péchés sont couverts par le sang, le sang est pour nous le–le signe du danger... ou plutôt le rouge est pour nous un signe du danger, mais c’est aussi un signe de la rédemption. Il y a un fil rouge du sang qui parcourt toute la Bible. Vous pouvez prendre le rouge et le regarder à travers le rouge, cela donne le blanc. Le rouge regardé à travers le rouge donne le blanc. Même si vos péchés sont rouge cramoisi, Dieu les regarde au travers du sang de Jésus, ils sont blancs comme neige. Alléluia!

            Il ne voit plus de péché. Quand vous confessez vos péchés, et que vous prenez le Sang de Jésus, le problème du péché est réglé. Dieu regarde à travers le rouge et vous apparaissez blanc comme neige.

            Il y a quelque temps dans ma patrie... Je suis un chasseur, et je fais beaucoup de tours à cheval dans la prairie avec le bétail. Et une–une année, j’étais là loin dans les montagnes. J’aime vraiment cela. Ma mère est une demi-indienne. Il y en a assez en moi pour me faire aimer la nature. Je peux contempler le coucher du soleil, je pleure. Je vois le soleil se lever, et je peux pleurer, les grandes montagnes aux crêtes blanches, de belles... L’homme n’a pas touché à cela. C’est ainsi que Dieu a créé cela. Pour moi, c’est plus beau que toutes les grandes maisons du monde. Les maisons, c’est ce que l’homme a construit. Les montagnes, c’est ce que Dieu a créé. J’aime ce qu’Il aime.

12        J’étais là très haut cette année-ci, et j’étais à environ soixante miles [environ 97 km–N.D.T.] loin des hommes. Et j’avais laissé mon cheval là loin, au bas de la montagne. Il n’y avait pas encore de neige. Alors, je faisais la chasse à l’élan, et il y en avait encore là très haut. Je me promenais avec mon fusil. Je pouvais percevoir Dieu. Les murmures des arbres, le–le vent soufflant dans les pins, cela semblait chanter un cantique comme ceci :

Il y a un pays au-delà de la rivière,
Qu’on appelle la douceur éternelle,
Et nous n’atteignons ce rivage que par le degré de la foi;
Un à un, nous atteignons les portails,
Pour demeurer là avec les immortels,
Un jour, les cloches d’or retentiront pour toi et pour moi (Et elles retentiront un jour.)

13        Il y eut un orage, j’ai dû me cacher derrière un arbre. Et il pleuvait à verse. Le vent soufflait. Et puis, après que le vent eut cessé de souffler, il y a eu de la glace suspendue à tous les arbres. Je suis parti de derrière l’arbre, et le soleil se couchait à l’ouest. Son grand oeil regardait à travers la fissure du rocher. J’ai levé la main, j’ai dit : «Grand Jéhovah, je Te vois regarder dans le coucher du soleil.» J’ai regardé en arrière dans cette direction-ci, et le reflet du soleil sur les glaçons formait l’arc-en-ciel. Je pouvais voir Dieu dans le coucher du soleil. Je pouvais voir Dieu dans l’arc-en-ciel. Je pouvais entendre Dieu dans le vent. Puis, j’ai entendu un troupeau d’élans bramer. Alors j’ai entendu le vieux loup gris hurler, son compagnon répondre au fond. Alors je me suis mis à... mon coeur battait fortement. La nature, j’aime ça. Il y a là quelque chose de divin à voir. Et j’ai déposé mon fusil par terre, j’ai levé les mains, les larmes me coulaient sur les joues, je me suis mis à dire–j’ai chanté des louanges à Dieu. J’étais très heureux, et j’ai couru continuellement tout autour de l’arbre. S’il y avait quelqu’un là, il penserait que je venais d’un asile de fous. Peu m’importait ce que les gens penseraient, Dieu était tout autour, et je L’adorais comme David, qui dansa devant l’arche.  Et alors, j’ai entendu quelque chose. En Amérique, nous avons un petit écureuil, c’est un tout petit animal. Oh! il fait trop de bruit. Et il a sauté sur une petite souche et s’est mis à jacasser : «Chatt, chatt, chatt, chatt.»

14        Et je me suis demandé sur qui il criait. Je me suis dit que c’est peut-être moi qui l’avais provoqué, mais je l’ai vu regarder vers le bas, dans la brousse, et j’ai vu sortir de ces buissons, un grand aigle que le vent avait forcé d’atterrir. C’est sur lui que ce petit écureuil criait. Alors le grand aigle a sauté sur un rondin et je me suis dit : «Seigneur, pourquoi as-Tu placé cela devant moi? Tu es partout ici, mais je –puis-je Te voir dans cet aigle?»

            Alors je me suis demandé : «Pourquoi cette scène-ci?» Et j’ai remarqué que le grand aigle n’avait pas peur. Je lui ai dit : «Sais-tu que je peux te tirer dessus?» Cela ne le dérangeait pas du tout. Il a tout simplement roulé ses grands yeux, il m’a regardé, il a retourné le regard vers le petit écureuil, comme pour dire : «Essaie.»

15        Mais je ne le voulais pas, je l’appréciais, car il était brave. Je n’aime pas un lâche. Il vient à l’église, il se comporte comme un chrétien, et il sort dans les rues, et il ne témoigne même pas au sujet de Jésus. Il entend un pécheur blasphémer et il a peur de le reprendre. Dieu ne peut pas utiliser un tel homme. Il veut quelqu’un de brave.

16        Je me suis posé la question : «Qu’est-ce qui le rend si brave?» Et il m’est arrivé de constater qu’il avait deux ailes. Il continuait à sentir ces ailes. J’ai pensé: «Voilà. Dieu lui a donné deux ailes, et il sait qu’il peut se retrouver au sommet de cet arbre avant que je puisse prendre mon fusil en mains.» J’ai pensé : «Gloire à Dieu. C’est ça. Cela...» Cet aigle avait une parfaite confiance en ce que Dieu lui avait donné, dans ces deux ailes, pour échapper à son ennemi. Que devrait alors faire un homme né du Saint-Esprit, lorsqu’il sent le Saint-Esprit autour de lui, et qu’il sait qu’il est amoureux de Dieu? Que vous importe ce que dit le diable? Qu’importent les nombreuses menaces qu’il profère?

17        J’ai observé ce grand oiseau. Un instant après, il en avait marre de ces jacasseries, il a alors fait un seul grand bond, il a donné quelques coups d’ailes. Il s’est retrouvé au-dessus des sommets des arbres, il n’a plus battu ses ailes. Il... Voilà. Il savait comment disposer ses ailes. Il ne les a plus battues, battues, battues. Il pouvait disposer ses ailes, et il savait comment naviguer dans les airs. Et chaque fois qu’il y avait un coup de vent...?... Cela l’élevait, il était continuellement élevé, sans bouger une plume, il était continuellement élevé. A chaque coup de vent, il était élevé. Je me suis mis à pleurer. J’ai pensé : «Ô Dieu! C’est ça. Il n’est pas question de courir ça et là pour se joindre à telle église et puis à telle autre, battre, battre ici et battre, battre là-bas. Disposer simplement vos ailes, vos ailes de la foi. Et chaque fois que le Saint-Esprit s’avance, continuez à avancer avec Lui. Continuez.» Et il a continué sans cesse jusqu’à ce qu’il était devenu un petit point. Et il avait laissé ce petit écureuil terre à terre, perché là à jacasser, jacasser, jacasser.

18        J’ai dit : «C’est ça, Seigneur.» Etre élevé par la foi, abandonner cette vieille bande terre à terre ici qui dit : «Les jours des miracles sont passés; la guérison divine n’existe pas. Jésus est mort et c’est tout ce qu’il en est. La Bible est une fable.» Etre simplement élevé par le Saint-Esprit et s’envoler loin de pareille sottise (Alléluia!), là très haut. Dieu est dans Sa création.

            Il n’y a pas longtemps, j’étais rentré chez moi très fatigué. Il y avait des gens tout autour de la maison, venus de partout au monde; et on cherchait à les faire rentrer après un instant. On voulait que j’aille au lit. Et je me suis réveillé, je tenais un oreiller en mains et je priais pour cela. Je pensais que j’étais toujours dans la ligne de prière. Ma femme est arrivée, elle m’a pris, elle m’a amené dans la véranda et nous nous sommes assis. Elle a dit : «Bill, tu sais que tu ne peux pas vivre longtemps comme ça. Tu dépéris du coup. Tu as beaucoup vieilli pendant ces cinq dernières années, tu n’as pas l’air d’être la même personne.» J’ai mis mon bras sur le sien, et j’ai dit : «Chérie, Jésus, alors qu’Il avait trente ans, les gens pensaient qu’Il en avait cinquante.»

19        Juste à ce moment-là, de drôles de grandes cigognes ont survolé, le soleil se couchait. Elles se sont toutes dirigées là vers la rivière, et elles habitent en groupe là-bas toute la nuit. Puis, deux petits rouges-gorges se sont envolés. Ils sont allés dans un arbre.

            J’ai dit : «Chérie, un jour, quand le soleil de ma vie se couchera, Dieu aura certainement pour moi une place où je me rassemblerai avec ceux qui m’aiment.» C’est vrai. Dieu est dans Sa création. Croyez-vous cela? Nous pouvons prendre toute la nuit à parler de Dieu dans Sa nature, mais ouvrons Sa Parole. Vous tous qui croyez que Dieu est dans la nature, faites voir les mains. Eh bien, merci. Maintenant, voyons si Dieu est dans Sa Parole. Jésus a dit que la Parole de Dieu est une Semence qu’un semeur avait semée.

20        Bon, vous ici, vous avez de beaux arbres, peut-être que vous avez de grands pommiers, des pruniers. Ecoutez donc, un petit arbre d’une hauteur d’environ 3 cm a tout en lui, toutes les pêches, toutes les pommes. Tout ce qu’il y aura là s’y trouvait déjà quand il n’avait que 3 cm. Si ce n’est pas le cas, d’où vient donc cela? Eh bien, plantez ce petit arbre comme une semence et il s’abreuvera, il s’abreuvera, il s’abreuvera, il s’abreuvera. Et il doit s’abreuver au-delà de sa capacité. Et au fur et à mesure qu’il se met à s’abreuver, il fait pousser des branches, il fait pousser des fleurs, il produit des pommes. Tout ce que cet arbre fait, c’est s’abreuver, et il produit. C’est pareil pour chaque homme, ou chaque femme qui est née de l’Esprit de Dieu. Vous êtes planté en Jésus-Christ, et tout ce que vous avez à faire, c’est vous abreuver de Sa promesse. Cela produira la guérison divine...?... tout ce dont vous avez besoin, cela le produira tant que vous êtes planté en Jésus-Christ.

21        Voici ce que je pense à Son sujet. Je crois qu’Il est la Fontaine intarissable de la Vie, et chaque semence qui tombe là-dedans, produira certainement ce que cela dit. Dieu est dans Sa Parole. Il a fait des promesses des centaines d’années auparavant, et cela s’accomplit. Tout ce qu’Il dit, s’accomplira exactement. Croyez-vous que Dieu est dans Sa Parole?

            La Bible dit : «Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu (...) Et la Parole a été faite chair et Elle a habité parmi nous.» Maintenant, nous allons lire... Dieu de–dans la Parole, donc. Dieu dans Son Fils, car Son Fils était la Parole. C’est Saint Jean 1. Suivez donc. Bon, Dieu était-Il dans Son univers? Oui. Dieu dans Sa Parole? Oui. Maintenant, nous allons voir si Dieu était dans Son Fils.

22        Eh bien, lorsqu’Il était ici sur terre, Il a dit qu’Il était Dieu. Il agissait comme Dieu. Il prêchait comme Dieu. Il guérissait comme Dieu. Il est mort comme un homme, mais Il est ressuscité comme Dieu. Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec Lui-même. Croyez-vous cela? Merci. Bon, aujourd’hui, alors qu’on cherche à rabaisser Jésus... Il n’y a pas longtemps une femme m’a dit : «Frère Branham, tu vantes trop Jésus.»

            J’ai dit : «Non, je ne peux pas Le vanter assez.»

            Elle a dit : «Tu cherches à Le rendre Divin.»

            J’ai dit : «Il était Divin.»

            Elle a dit : «Non.» Elle a dit : «Il était un prophète.» Ecoutez, s’Il n’était qu’un prophète, nous serions toujours dans nos péchés. Soit Il était Dieu Lui-même, soit Il était le plus grand séducteur que le monde ait jamais connu. Il était Dieu manifesté dans la chair.

23        J’étais content d’entendre Billy Graham dire cela l’autre jour, que Jésus était Dieu. Il est Dieu manifesté dans la chair. Un prophète, c’est un prophète, mais Lui était Dieu. C’est comme ce petit don ici, que j’ai. Bon, Jésus avait l’Esprit sans mesure, mais nous, nous L’avons avec mesure. Par exemple, Jésus, c’est comme tous les océans, mais ce petit don que j’ai, c’est juste comme une cuillerée d’eau de l’océan. Mais, mes amis, ce sont les mêmes éléments, les mêmes matières chimiques qui sont dans l’océan qui se retrouvent dans la cuillerée. [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Jésus était Dieu.

            Cette femme a dit, elle a dit : «Croyez-vous la Bible?»

            J’ai dit : «Oui.»

            Elle a dit : «Si je prouve par la Bible que Jésus n’était qu’un homme, allez-vous dire la même chose?»

            J’ai dit : «Si la Bible le dit, car je crois la Bible.»

            Elle a dit : «D’accord.»

            J’ai dit : «Allez-y.»

24        Alors, elle a dit : «Dans Saint Jean 11, quand Jésus descendait à la tombe de Lazare, eh bien, Il avait pleuré. Cela prouve donc qu’Il était un homme. Mais s’Il était Dieu, Il n’aurait pas pu pleurer.»

            J’ai dit : «Oh! madame, vous êtes en erreur.» J’ai dit : «J’accepterai qu’Il était un Dieu-Homme; Sa chair, c’était la chair, mais Dieu était en Lui. Il était un homme.»

            Ecoutez : «Lorsqu’Il descendait à la tombe en pleurant, c’était un Homme qui pleurait. Mais quand Il S’est tenu à côté de la tombe d’un homme qui était mort depuis quatre jours; son corps avait pourri, son esprit avait effectué un voyage de quatre jours quelque part, Il a redressé Son petit corps, la Bible dit que Son aspect n’avait rien pour nous plaire, mais Il a dit : ‘Lazare, sors. Et un homme qui était mort depuis quatre jours s’est tenu debout, vivant et en bonne santé. Ça, c’était plus qu’un homme. C’était Dieu.’» Amen.

25        Il était un homme lorsqu’Il descendait de la montagne, affamé, cherchant quelque chose à manger dans l’arbre. Là, c’était un Homme affamé, mais lorsqu’Il a pris cinq petits pains et deux morceaux de poisson, et qu’Il a nourri cinq milles personnes, c’était plus qu’un homme. C’était Dieu. C’était un homme qui était couché là, à l’arrière d’une barque, tellement épuisé après le service de guérison qu’Il ne pouvait pas se lever, qu’on n’arrivait pas à Le réveiller. Et sur la mer orageuse, ballottait le petit navire pareil à un bouchon de liège, dix mille démons de la mer disaient qu’ils allaient Le noyer. Les vagues ne L’ont pas réveillé. Il était épuisé. C’était un Homme. Mais quand Il s’est réveillé, Il a posé Son pied sur le bastingage de la barque, Il a levé les yeux vers le ciel, et Il a dit : «Silence.» Et Il a regardé les vagues, Il a dit : «Du calme.» C’était plus qu’un homme. C’était Dieu dans cet Homme-là.

26        Il était un homme lorsqu’Il mourut en criant au secours sur le Calvaire, mais lorsqu’Il ressuscita le matin de Pâques, Il prouva qu’Il était Dieu. Dieu était dans Son Fils. Croyez-vous cela? Dites : «Amen.» [L’assemblée dit : «Amen.»–N.D.E.] Dieu dans Son univers. Dieu dans Sa Parole. Dieu est dans Son Fils. Maintenant, croyez-vous que Dieu est dans Son peuple?

            Considérez Elie, après qu’il était mort et que sa chair s’était détachée de ses os, on a déposé un homme mort sur son corps, et Dieu était toujours en lui, dans cette tombe-là, et cela a ressuscité l’homme mort–mort. Considérez l’expérience de la Pentecôte. Lorsqu’ils sont montés dans la chambre haute, ils priaient [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Ils étaient devenus braves; ils sont sortis dans les rues, louant Dieu. Ils ne se souciaient pas de ce que les gens disaient. Dieu est dans Son peuple. Eh bien, par exemple l’apôtre Paul, on plaçait des mouchoirs sur son corps, et on les envoyait aux malades et les malades étaient guéris.

27        Il y a eu saint Pierre, un pêcheur, un homme du peuple sans instruction, dit la Bible. Et on couchait les gens à son ombre. Et tous ceux qui se couchaient à son ombre et qui croyaient étaient guéris. Ce n’était pas Pierre, ni Paul. C’était Dieu dans Son peuple. Ici même, chaque soir, vous voyez l’Esprit de Dieu amener les paralytiques à se lever, et toutes sortes de choses à être accomplies, des oeuvres surnaturelles par la vision. Croyez-vous que Dieu est dans Son peuple? Dites : «Amen.» [L’assemblée dit : «Amen.»–N.D.E.] Dieu est donc avec Son peuple.

            Juste un instant. J’aimerais vous poser une question avant que nous commencions à prier pour les malades. Vous avez besoin de votre... Il faut qu’on leur ouvre les yeux. Vous devenez si... terre. Les gens deviennent très attachés à la terre comme si ceci était le seul endroit qui existe, mais il y a aussi un monde céleste. C’est tout autour de nous.

28        Je lisais récemment une histoire sur l’aveugle Bartimée. On raconte qu’il était–que ça faisait des années qu’il était aveugle, et un... il avait deux petites tourterelles, et elles faisaient de petites culbutes l’une sur l’autre pour attirer les touristes, afin qu’ils lui donnent de l’argent. Alors une nuit, sa femme tomba malade. Le médecin ne pouvait rien faire pour elle. L’aveugle Bartimée s’est donc mis à prier. Et on raconte, dans ce petit livre, qu’il avait promis à Dieu, que s’Il guérissait sa femme, il prendrait les deux tourterelles et les Lui offrirait en sacrifice. Sa femme fut guérie. Il a fait... Il est allé offrir ses tourterelles.

            Plus tard, il avait une fillette. Il ne l’avait jamais vue, et elle tomba malade. L’unique chose qui lui restait, c’était un agneau. Eh bien, aujourd’hui, ce sont les chiens qui conduisent les aveugles. Ecoutez attentivement, mais en ce jour-là, c’était un agneau qui conduisait l’aveugle. Il s’est donc mis à prier et il a dit : «Seigneur, si tu guéris ma fillette [Espace vide sur la bande–N.D.E.] sa petite–sa fillette fut guérie. Le lendemain matin, il s’est rendu au temple pour offrir l’agneau, tenant sa promesse envers Dieu. Et le souverain sacrificateur est apparu, Caïphe. Et il a dit : «Aveugle Bartimée, où vas-tu?»

            Il a dit : «Souverain sacrificateur, je vais offrir cet agneau. Dieu a guéri ma fillette, et je–je Lui avais promis cet agneau-ci.»

            Le souverain sacrificateur a dit: «Non non.» Il a dit: «Aveugle Bartimée, tu ne peux pas offrir cet agneau-là, je vais te donner de l’argent, tu vas t’acheter un agneau.»

            Il a dit : «Non, je n’avais jamais dit à Dieu que je Lui donnerais un agneau; mais je Lui avais promis cet agneau-ci. Je dois Lui donner celui-ci.»

            Le souverain sacrificateur a dit: «Tu ne peux pas offrir cet agneau-là.» Il a dit: «Bartimée, cet agneau-là, ce sont tes yeux.» Mais le vieux patriarche a dit : «Oh! Souverain sacrificateur, Dieu pourvoira d’un agneau pour les yeux de l’aveugle Bartimée.»

29        Environ un an plus tard, il frissonnait dans le froid, son– son agneau était parti; ses petits pigeons étaient partis. Le froid d’hiver venait, mais il s’était acquitté envers Dieu. Il a entendu un bruit, et il a dit : «Que se passe-t-il?»

            Les gens ont dit: «C’est Jésus de Nazareth qui passe.»

            Il a crié : «Ô Jésus, Toi le Fils de David, aie pitié de moi.»

            Qu’arriva-t-il? Dieu avait pourvu d’un Agneau pour les yeux de l’aveugle Bartimée. Il a le même Agneau ce soir pour vos yeux. J’espère qu’Il les ouvrira pour vous révéler la vérité: Dieu dans Son univers, Dieu dans Sa Parole, Dieu dans Son Fils, Dieu dans Son peuple. Inclinons la tête pendant que nous prions.

30        Père céleste, nous Te remercions ce soir pour Ta bonté et Ta miséricorde. Accorde que Ton Esprit se meuve sur ces gens. Encore un peu de temps et nous ne nous reverrons plus les uns les autres jusqu’au moment où nous nous verrons à Tes pieds. Ô Dieu, sois miséricordieux et pardonne les péchés de tout celui qui est dans cette salle ce soir. Nous apprécions Ton Agneau, l’aimable Seigneur Jésus. Oh! puisse-t-Il passer ce soir et toucher chaque coeur, car nous le demandons en Son Nom.

            Pendant que vous avez la tête inclinée, je me demande combien ici voudraient lever la main pour dire : «Frère–Frère Branham, je te demande de prier pour moi, afin que l’Agneau de Dieu passe près de moi ce soir, et en levant la main, je voudrais L’accepter quand Il passera près de moi.»

31        Voudriez-vous lever la main maintenant, partout? Oh! la la! Il y a littéralement des milliers de gens. Combien ici maintenant (Dites-leur de baisser les mains) croient? Croyez-vous que Christ est ici et voulez-vous L’accepter comme votre Sauveur, le précieux Agneau de Dieu? Vous voulez qu’Il vous sauve du péché et qu’Il vous accorde de la miséricorde, levez la main. Que Dieu soit miséricordieux... des milliers.

            Ô Père, Dieu, accorde-le, Ton Saint-Esprit, ô Dieu, ne laisse personne parmi eux périr, mais donne-leur la Vie Eternelle maintenant même. Ô Dieu, si cela touche mon coeur, qu’est-ce que cela fera à Ton grand coeur lorsque Tu les verras avec leurs mains levées? Ils T’aiment, Seigneur. Pardonne-leur chaque péché, puissent-ils à partir de ce soir, puissent-ils être Tiens, Divin. Ô Divin Père, je Te les présente au Nom du Seigneur Jésus-Christ. Amen.

32        Vivez pour Lui. Ce n’est pas mon intention que de faire l’enfant, mais voir les gens venir à Christ comme ça, cela touche mon coeur, de voir des gens venir avec les mains levées. Je pense à l’aveugle d’autrefois, Fanny Crosby. Elle disait :

Ne me passe pas, ô doux Sauveur,
Ecoute mon humble cri;
Pendant que Tu appelles les autres,
Ne me passe pas.

            Oh! je L’aime de tout mon coeur. Et je vous aime comme mon frère et ma soeur. Je suis très heureux de vous voir venir à Jésus. Vivez pour Lui tous les jours de votre vie. Dieu aime tellement voir l’appel à l’autel que je... On dirait que le service de guérison réussit mieux après un appel à l’autel. Vous sentez-vous vraiment bien maintenant? Dites : «Amen.» [L’assemblée dit : «Amen.»–N.D.E.]

33        Tous ceux qui ont levé la main, dites : «Gloire au Seigneur.» [L’assemblée dit : «Gloire au Seigneur.»–N.D.E.] Gloire au Seigneur. Bon, n’est-ce pas merveilleux?

            Je disais à mes frères américains : «Comme c’est merveilleux! Ne sera-ce pas merveilleux lorsque la bataille sera terminée, et que les armes seront entassées, le soleil se couchera pour la dernière fois? Un cri parcourra la Suisse, les saints de Dieu ressusciteront d’entre les morts, et nous irons ensemble au Ciel la main dans la main, chantant les louanges à Jésus.» Oh! je désire ardemment voir ce jour-là, amis chrétiens. Lorsque je vous rencontrerai alors, nous parlerons la même langue et nous parlerons de cette soirée-ci. Que Dieu vous bénisse.

34        Qu’est-ce que le... Frère Fandler, qu’est-ce que...?... Oh! le frère Fandler, il parle anglais, un peu. Je ne m’y prends pas très bien. C’est l’un de vos jeunes gens d’ici en Suisse–d’ici en Suisse. Il distribue les cartes de prière, et je lui demandais quelle carte il a distribuée aujourd’hui. Il a dit : «D1 à 100.» Ainsi, demandons à quelques-uns parmi eux de se lever et prions pour eux. Sommes-nous trop en retard? Sommes-nous trop en retard? Si vous voulez rester, levez la main, tous ceux qui le voudraient. Merci.

            Qui a le numéro D1, D1, la carte de prière D1. C’est vous qui l’avez, madame? Très bien. Très bien, D2, très bien, par ici. D3, D3. Très bien. 4, D4, 4? 5, qui a D5? Levez la main. Très bien. 6, D6, D7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25. Laissons-les simplement... Maintenant, dites donc, attendons une minute et laissons-les se mettre en rang.

35        Eh bien, combien ici n’ont pas de cartes de prière? Levez la main. Voulez-vous que Dieu vous guérisse? Très bien, si–si vous pouvez croire, Dieu peut le faire. Maintenant, combien ici, tout au long ici sur ces civières et ces brancards sont des paralytiques et croient que Dieu les guérira? Que Dieu vous bénisse.

            Maintenant, regardez dans cette direction-ci. Ne regardez pas à moi, mais regardez juste au représentant de Dieu, et puis croyez en Dieu, et Dieu vous guérira. Combien ont été dans des réunions auparavant? Levez la main. Très bien. C’est...?... Combien sont des nouveaux venus? Levez la main. A peu près la moitié.

            Maintenant, écoutez, mes amis, je dois faire ceci afin que vous compreniez. Remarquez donc, Jésus de Nazareth, lorsqu’Il était ici sur terre, Il ne disait pas qu’Il était un guérisseur. Il disait : «Ce n’est pas moi qui guéris, disait-Il, c’est Mon Père qui habite en Moi.» Il a dit : «Je ne fais rien, mais je vois ce que le... Le Père Me montre par la vision quoi faire.»

36        Maintenant, permettez-moi de vous citer un passage des Ecritures. Saint Jean 5 et Il a dit... Il a traversé la–la belle..., la piscine de Béthesda; des foules immenses des estropiés étaient étendues là. Il les a tous passés et Il a trouvé un homme qui était couché sur un dessus–de–lit, un grabat, et Il l’a guéri, et Il s’en est allé, laissant les autres couchés là-bas. Cet homme a été trouvé portant son lit, et les Juifs l’ont interrogé. Ecoutez donc ce que Jésus a dit, c’est saint Jean 5.19.

Jésus a dit : En vérité, en vérité Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-même, mais ce qu’Il voit faire au Père, le Fils aussi le fait pareillement.

            «Le Père montre au Fils. Le Père agit, et Moi aussi j’agis jusqu’à présent.» 

37        Eh bien, combien comprennent cela? Levez la main. Eh bien, Jésus avait autant de pouvoir que–que Dieu Lui en donnait. Il pouvait Se tenir dans l’auditoire, et les gens venaient vers Lui. Il savait qui ils étaient, ce qui n’allait pas en eux, d’où ils venaient. Souvent, leurs noms devaient être cités. Les péchés qu’ils avaient commis, souvent... Mais Jésus a dit : «Encore un peu de temps et le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous jusqu’à la fin du monde.» Je crois que Jésus est ressuscité des morts. Croyez-vous cela? Dites : «Amen.» [L’assemblée dit : «Amen.»–N.D.E.] La Bible dit : «Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement.»

38        Avant de s’en aller, Jésus a dit : «Ces mêmes oeuvres que Je fais, ce que le Père Me montre, vous les ferez aussi.» Combien savent que la Bible le dit? Dites : «Amen.» [L’assemblée dit : «Amen.»–N.D.E.] Cela montre que vous lisez la Bible, c’est un peu différent de la tradition formaliste de l’église...?... pendant les âges. Nous sommes près de la fin. Lorsque Jésus viendra, Il parlera en se servant de la Bible; mais les Pharisiens avaient tout enlevé à volonté, eux qui n’ont pas gardé cela comme il fallait. Mais Dieu a prouvé par des signes surnaturels que Jésus était dans le vrai. Pierre l’a dit dans Actes 2.

            Maintenant, je crois qu’Il est ici parmi ces gens. Et comme don divin, cela ne guérit personne, cela élève tout simplement la foi de quelqu’un au niveau où il peut accepter sa guérison, c’est la même chose que prêcher la Parole. Mais si Jésus vient ici maintenant et qu’Il fasse les mêmes oeuvres qu’Il faisait lorsqu’Il était ici sur terre, cela vous encouragera-t-il au point que vous pourrez retourner à la maison, sachant qu’Il est ressuscité d’entre les morts? En effet, je pense que vous tous, vous L’avez accepté ce soir, plusieurs milliers. Je suis donc très heureux.

39        Eh bien, je crois que votre Christ que vous avez trouvé tout récemment sera ici même pour prendre ce pauvre corps humble et l’oindre. Rappelez-vous, ce microphone reste muet tant qu’une voix ne parle pas au travers de cela. Il en est de même pour moi. Je ne connais personne parmi vous. Je ne vous ai jamais vus de ma vie. Il me faudra donc me soumettre moi-même à Dieu. C’est Lui qui vous a créés, Il sait qui vous êtes, et Il sait pourquoi vous vous tenez ici. Et puissé-je être Son microphone s’Il veut se servir de moi comme cela. Croyez-vous cela? Dites : «Amen.» [L’assemblée dit : «Amen.»–N.D.E.] Prions. (Restez avec moi, juste un peu plus longtemps.)

40        Père céleste, maintenant, je ne prie pas pour que cet auditoire m’entende, mais Seigneur, c’est afin que Toi, Tu m’entendes. Oins Ton indigne serviteur que voici–et que–et que Ton Esprit repose sur moi maintenant. Rapidement, Seigneur, afin qu’ils comprennent et qu’ils sachent que Tu es Christ, et que je suis Ton serviteur. Ô Dieu saint, j’ai déclaré devant les gens, que Tu es dans Ta nature, que Tu es dans Ta Parole, dans Ton Fils, et ici dans Ton peuple. Maintenant, Seigneur, prouve que c’est la vérité, s’il Te plaît. J’apprécie cela, pour la gloire de Dieu, au Nom de Jésus-Christ. Amen.

            Chrétiens, priez pour moi. Je suis allé de réunion en réunion, et je suis vraiment très faible. Juste en ce moment-ci, l’Ange du Seigneur est ici. Dieu, qui sera mon Juge au jour du Jugement, sait que c’est vrai. Très bien. Faites venir vos malades, où qu’ils soient.

41        Une dame se dirige vers moi. Je vais demander à tout le monde de rester assis et d’être très calme. On ne me laissera pas rester longtemps, mais j’aimerais que chacun de vous...?... juste...?... Je souhaiterais pouvoir vous prendre tous, mais si Dieu me parle de vous, et qu’Il me dise de vous appeler, faites ce qu’Il dit. Je vous assure, ça se passera exactement tel qu’Il l’a dit. Peu m’importe combien critique est votre état d’estropié, ça ne sera pas ma voix, ça sera Sa Voix. Priez donc. Vous tous, là dans l’auditoire, priez tout simplement. Regardez dans cette direction-ci. Soyez calmes.

42        Maintenant, ici se tient une femme. Maintenant, pour moi, en tant qu’un humain, elle me semble être en bonne santé, peut-être qu’elle l’est. Je ne sais pas. Mais maintenant, si je disais : «Telle personne est estropiée.» «Eh bien, diriez-vous, assurément, assurément, je vois cela. Il n’y a rien de surnaturel là.» Mais ici se tient une femme qui semble être en bonne santé. Eh bien, qu’est-ce qui ne va pas en elle? C’est là la chose. Et si Dieu est ici, Il connaît cette femme. Moi, je ne la connais pas. Je ne l’ai jamais vue de ma vie... elle ne m’a jamais vu, je pense. Nous sommes des inconnus, mais Dieu nous connaît tous deux. Nous sommes nés à des endroits séparés des milliers de kilomètres, avec un écart de beaucoup d’années. C’est notre première rencontre. Mais je regarde cette dame, je lui parle par un intermédiaire. C’est le même tableau que celui de notre Seigneur Jésus qui, se tenant au puits, avait vu une femme, Il lui a demandé de Lui donner de l’eau. Il s’est mis à lui parler jusqu’à ce que le Père Lui a montré où était le problème de la femme, et Il lui en a directement parlé.

43        Elle Lui a dit : «Je crois que Tu es prophète.» Elle a dit : «Je sais, on nous a enseigné que lorsque le Messie qui est Jésus viendra, Il dira ces choses. Il saura que j’avais eu cinq maris. Mais Toi, qui es-Tu?»

            Jésus a dit : «Je le suis.»

            C’était Jésus en ce temps-là. La Bible dit qu’Il est le même aujourd’hui. Croyez-vous cela? Levez la main. Croyez-vous cela?

            Maintenant, je ne vous connais pas. Si Dieu me fait savoir par le même Esprit qui était sur Jésus-Christ, qui est ici dans l’église, et qui y sera jusqu’à la Venue de Jésus, allez-vous alors accepter votre guérison, ou n’importe quoi que vous attendez?

44        Maintenant, regardez-moi. Je vois une–cette femme, il y a quelqu’un à côté d’elle. Ce sont des médecins, et ils font quelque chose sur son–son sein. Elle a eu une opération de sein, et cela n’a servi à rien. Cela la dérange encore, car ils n’ont pas tout enlevé. Il lui a été conseillé de venir ici pour qu’on prie pour elle, et elle sera guérie. Ces choses sont vraies. Si c’est vrai, levez la main. Comment ai-je... Ce n’était pas moi. C’était ma voix. Je ne sais pas ce que je vous ai dit. C’est Dieu qui vous parle. Croyez-vous maintenant? Venez ici. Jésus a dit : «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris.» Seigneur Dieu, aie pitié de cette femme et accorde que Ton Esprit la guérisse...?... au Nom de Jésus-Christ. Amen. Que Dieu vous bénisse.

45        Voudriez-vous vous approcher? Il y a un esprit noir autour de cette petite dame, c’est la mort qui la suit. Cette femme souffre d’une affection à l’estomac, et il y a aussi un cancer, qui est entré jusque dans les organes de femme, et ils sont dans un très mauvais état. C’est vrai...?... Croyez-vous qu’Il va vous guérir? Approchez-vous.

            Ô Dieu, sois miséricordieux envers elle et ôte ce mal d’elle, qu’elle soit guérie au Nom de Jésus-Christ. Amen. Que Dieu vous bénisse.

            Croyez-vous? L’Ange du Seigneur est suspendu là. Cette dame regarde droit vers moi. Elle a une affection de foie. Elle regarde droit par-dessus l’épaule de cette dame ici. Croyez-vous, madame? La deuxième rangée derrière... Croyez-vous de tout votre coeur? C’est bien. Mettez-vous debout, madame. C’est ça...?... en robe à carreaux, elle a une affection de foie. Faites signe de la main. Vous êtes guérie. Votre foi vous a guérie. Voudriez-vous savoir comment j’ai su cela? C’est quand je parlais à cette dame il y a quelques instants, disant qu’elle avait un esprit de mort. Alors vous–vous vous êtes dit, lorsque je lui ai dit ce qui n’allait pas, que c’est la même chose qui n’allait pas en vous, mais ce n’était pas au niveau de son foie. C’était dans le vôtre, et vous vous êtes mise à prier. Et je me suis senti très faible; je me suis retourné; et cette Lumière était là au-dessus de vous; et j’ai vu la Lumière tout autour de vous. La mort est partie, et la vie est revenue. Votre foi vous a guérie. Que Dieu vous bénisse.

46        Ayez foi. Vous n’êtes pas obligé d’être ici. Il vous faut avoir la foi en Dieu. Maintenant, je sais que j’ai des critiqueurs assis ici derrière. Maintenant, écoutez mon ami, cela peut venir sur vous. Cela a quitté cette dame, et ça peut venir sur vous tout aussi facilement, et franchement, cela est venu sur vous. Vous le découvrirez. Nous ne jouons pas.

            Vous rappelez-vous comment cela est arrivé dans la Bible? On est toujours au temps de la Bible. Cela est exactement le même hier, aujourd’hui et éternellement.

            Il y a ici devant moi un homme. Je ne le connais pas. Je ne l’ai jamais vu. Nous sommes des inconnus. Si c’est vrai, levez la main. Jésus vous connaît, et Il peut me dire pourquoi vous êtes ici. Et s’Il le fait, allez-vous L’accepter comme votre Guérisseur? Si oui, levez la main. Je vois que vous utilisez une canne, mais je ne sais pas pourquoi. Bon, regardez-moi et croyez que je suis Son prophète. Cet homme a un problème de dos. Il a été quelque part pour subir une opération, une, deux, trois–trois opérations dans le dos. Cet homme est un ministre. C’est un ministre de l’Evangile, et il a un... Pentecôtistes. Et il est ici avec sa femme, et sa femme a une affection de vésicule biliaire, et elle a un problème de dos, et elle se tient juste là. Rentrez à la maison, prêchez l’Evangile, et soyez guéris. Que Dieu vous bénisse. (Mettez cela sur...?...)

            Disons : «Gloire au Seigneur.» [L’assemblée dit : «Gloire au Seigneur.»–N.D.E.] Alléluia! Si tu peux croire, tout est possible.

47        Voudriez-vous faire venir cette dame? Ayez foi. Approchez-vous. C’est très bien. Croyez-vous? Je vous suis inconnu.

            L’Ange du Seigneur est suspendu au-dessus d’une femme, et c’est une petite femme assise là-derrière. Elle a une robe à pois. Elle porte un chapeau bleu, et elle souffre de l’arthrite. Voudriez-vous vous lever, madame, la petite dame qui me regarde, juste ici derrière? C’est vrai, madame. Vous qui avez levé la main au niveau de la bouche. Croyez de tout votre coeur. C’est vrai. Vous avez l’arthrite. Si c’est vrai, levez la main. Levez la main. Croyez de tout votre coeur. Afin que vous sachiez, si vous voulez le savoir, que Cela a désigné la femme qu’il fallait, cette femme a dans son porte-monnaie une lettre. Et il y a là dedans un petit tissu sur lequel j’avais prié. Levez donc la main, soeur. C’est vrai. Très bien. Retournez à la maison bien portante. Jésus vous guérit.

48        Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que Dieu est ici? Je vous suis inconnu, mais Jésus vous connaît. Et Jésus peut vous guérir. Vous souffrez de l’affection de coeur, et vous êtes très nerveux. Et la raison pour laquelle vous êtes nerveux, c’est parce que vous avez une grande tristesse. Vous êtes très triste. Vous avez perdu quelqu’un, c’est une fille. Et votre fille a été capturée par des soldats allemands, appelés les Nazis...?... Vous avez récemment eu un songe. Et vous avez rêvé que cette fille était ici pendant un moment. C’est vrai. Levez la main. Allez, et puisse Dieu vous accorder votre requête. Disons : «Gloire au Seigneur.» [L’assemblée dit : «Gloire au Seigneur.»–N.D.E.]

49        Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que Dieu est ici pour vous guérir? Cet homme assis juste ici, dans la deuxième rangée derrière, a une affection de coeur. Levez-vous. Que le Seigneur vous bénisse.

            Ici, cela est juste ici chez cette femme en dessous de vous, elle regarde par-dessus l’épaule de cet homme, là, dans cette allée en dessous de vous. Cette dame a un mauvais esprit. C’est l’épilepsie. Et cette dame me regarde, elle est assise juste ici, elle regarde par-dessus l’épaule de cet homme aux cheveux gris, croyez-vous de tout votre coeur que Jésus vous guérit? Amen. Cette dame a un esprit de mort...?... sur–sur les seins. Croyez-vous que Jésus vous guérit? Ayez foi.

50        Cet homme assis ici, cherchant à regarder par-dessus la tête de la femme, a un problème des yeux, et il a un mal des yeux depuis sa tendre enfance, celui qui est assis juste ici. Levez-vous monsieur. C’est vrai. Cet homme en lunettes... Vous avez eu un problème, vous avez fait un accident une fois. C’est vrai. Croyez en Dieu, et Dieu vous guérira. C’est votre foi qui fait cela. Que Dieu vous bénisse.

            La deuxième femme là a l’arthrite, juste en dessous, juste en dessous, levez-vous. Jésus-Christ vous guérit. Alléluia! Cet Esprit est en train de tirer depuis l’auditoire. Il y a beaucoup d’endroits à partir desquels Ça tire, je n’arrive simplement pas à voir où tout cela se trouve. Chaque personne qui se trouve dans le bâtiment, qui a le cancer, levez-vous, tout le monde qui a le cancer, levez-vous. Oui, oui. Jésus-Christ vous guérit. Que tout celui qui a le cancer se lève... Restez debout, restez debout.

            Ô Dieu, Jésus de Nazareth, je réprimande ces démons de cancer qui appellent au secours. Mais je sais que Tu les réprimandes, et les gens sont guéris au Nom de Jésus. Amen.

51        C’est vous qui commencez dans un bâtiment spécial, on dirait [Espace vide sur la bande–N.D.E.] au Nom de Jésus, sors des gens. Amen. La Lumière est partout dans la salle. Vous êtes guéris. Gloire à Dieu. Amen. Allez, vous réjouissant. Amen...?... C’est quelque chose de merveilleux, c’est comme si les gouttes tombent dans toute la salle et lorsque nous prions, tout disparaît. C’est merveilleux. Oh! nous remercions le Seigneur. Cette dame, elle se lève, elle a un mal de dos–les reins, dans son dos. Tous ceux qui ont une affection des reins, levez-vous. Ô Jésus, Fils de Dieu, sois miséricordieux. Je condamne le diable au Nom de Jésus. Satan, sors au Nom de Jésus. Amen.

            Oh merveilleux! Je ne suis pas un fanatique. Je dis la vérité. Le Saint-Esprit est en train de guérir les gens en masse.

52        Disons : «Gloire au Seigneur.» [L’assemblée dit : «Gloire au Seigneur.»–N.D.E.] Oh! c’est... (Vous pouvez partir maintenant.) Croyez-vous de tout votre coeur? L’affection de coeur, dans le coeur, que tout celui qui a l’affection de coeur, se lève. Voilà. Tous ceux qui veulent être guéris, levez-vous.

            Ô Dieu, Auteur de la Vie, envoie Tes bénédictions, et je réprimande chaque esprit impur, et toutes les maladies, toutes les maladies, toutes les affections de coeur, toutes les autres maladies, toutes les afflictions. Et, ô Grand Dieu, qui as ressuscité Jésus, aie pitié en ce moment-ci et guéris tout le monde qui est ici. Je condamne le diable et je le chasse au Nom de Jésus-Christ. Amen. Et les gens ont dit : «Gloire au Seigneur.» Tous ceux qui veulent être guéris, rendez gloire à Dieu. Il y a là une dame assise, il y a ici une dame assise, avec un manteau blanc sur le dos. Elle est avancée en âge...?... Non, elle a eu une attaque d’apoplexie. Levez-vous, Jésus vous guérit. Dites : «Gloire au Seigneur.» Levez-vous et rendez gloire à Dieu...?...

Up

S'abonner aux nouvelles