L’Appel d’Abraham

Date: 55-1116 | La durée est de: 1 heure et 21 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le texte français seulement Voir le texte anglais seulement

1          Merci, mon cher frère. C’est simplement merveilleux. Gloire au Seigneur! Que tous ceux qui ont apprécié cela disent : «Amen.» [L’assemblée dit : «Amen.»–N.D.E.] Quels–quels merveilleux chants ces frères ont exécuté pour nous, ici au–notre réveil! Et nous apprécions certainement ces frères ; et que Dieu les bénisse.

            Aujourd’hui, j’ai entendu quelques bons compliments à leur sujet. Et je suis tellement reconnaissant d’entendre cela, parce que je connais ces deux frères, et je sais que ce sont de véritables chrétiens. Et nous sommes reconnaissants pour tout.

            Ainsi nous sommes heureux d’être de nouveau ici ce soir, ce mercredi soir, pour une soirée de réunion de prière ordinaire, une réunion de prière du milieu de la semaine avec les églises. Et–et notre prière est que Dieu vous bénisse richement, vous qui avez congédié vos assemblées pour venir, et qu’Il nous accorde une–une réunion de prière ici ce soir. Et ceux qui n’ont pas pu le faire, qui tiennent leurs propres services, notre prière est que Dieu leur accorde de glorieuses réunions de prière.

2          Hier soir, je pensais être sûr de sortir à vingt et une heures trente, mais, une fois encore, je n’ai pas pu. Alors je–je suis–alors je vais de nouveau essayer si je le pourrais.

            Maintenant, on m’a remis quelques mouchoirs ici sur lesquels on doit prier. J’en ai remarqué un pour lequel on a dit : «Frère Branham, s’il vous plaît, oignez-le.» Eh bien, c’est très bien. Eh bien, je sais que beaucoup de frères oignent les mouchoirs, ce qui n’est pas mal. Et je... Dieu, tout ce que Dieu bénit, je soutiens certainement cela, pas vous? C’est...

            Mais maintenant, moi je ne les oins jamais, j’utilise en quelque sorte les Ecritures pour cela. Or, dans les Ecritures je ne crois pas qu’on oignait les mouchoirs, mais la Bible dit, le passage d’où vous tirez les Ecritures pour cela, c’est Actes chapitre 19, où on prenait des linges et des mouchoirs qui avaient touché le corps de Paul. Il n’était nullement question de les oindre. Mais, bien sûr, il n’y a pas de mal si les gens oignent cela, mais moi, je n’utilise pas une huile d’onction.

3          Eh bien, je crois au fait d’oindre les malades d’huile, certainement. La Bible en parle. Les mouchoirs, ce que j’en fais, je prie simplement dessus. Et, oh! cela a connu un très grand succès. Nous avons connu des moments vraiment merveilleux en priant pour les mouchoirs. Et le–le Seigneur a béni d’une manière vraiment merveilleuse.

            Bon, il n’y a pas longtemps, juste un petit témoignage que j’aimerais donner au sujet de la prière sur les mouchoirs. Je les envoie. J’en ai envoyé (Oh! je crains de dire le nombre.) des milliers et des milliers, multiplié par des milliers, partout au monde. Et j’ai reçu une douce petite lettre d’un traducteur allemand. J’ai de petits bureaux temporaires, oh! dans huit ou dix pays différents. Et–et ils reçoivent les lettres et les traduisent, et ensuite ils me les envoient et disent ce que les gens désirent, et je le leur envoie. Alors, il y avait un... C’était vraiment doux.

            Une petite Allemande était depuis plusieurs années dans un fauteuil roulant à cause de l’arthrite. Et ils avaient traduit mon livre en allemand. Je crois que cet homme est juste ici dans cette réunion, celui qui a fait la traduction de cela, ou bien il était au petit-déjeuner des Hommes d’Affaires Chrétiens l’autre matin. Merci, monsieur. Et là au–au petit-déjeuner des Hommes d’Affaires Chrétiens, hier matin...

4          Et elle avait donc lu ce livre. Elle m’avait écrit pour demander un mouchoir. Evidemment, ces mouchoirs coûtent environ dix, quinze cents la pièce, et pour en envoyer des milliers par semaine, je n’ai pas les moyens pour les acheter, parce que je n’ai pas de fonds avec lesquels travailler ; alors j’achète tout simplement des rouleaux de tissus. Et cela me rappelle une chose, je dois essayer d’en trouver un peu pendant que je suis ici à Los Angeles. Nous sommes simplement dans notre contrée, nous avons tout acheté pour une certaine quantité. Et parfois ce sont des centaines de mètres de rubans ; je m’assieds tout simplement et je prie sur cela, je les découpe et je les envoie aux gens.

            Et cette petite Allemande, après avoir reçu cela, elle a pris... dans les instructions que nous envoyons, et nous avons un groupe de gens qui restent en prière partout dans le monde. Les gens se lèvent parfois à deux heures, trois heures du matin, pour se joindre à ce groupe de gens en prière et se mettre à prier. Et ainsi, elle a épinglé ce mouchoir à son sous-vêtement, ou plutôt ce petit tissu, et elle a placé sa main sur son coeur, elle a dit : «Maintenant, toi vieux démon, sors d’ici!» Elle s’est levée de son fauteuil roulant, et elle a vaqué à ses occupations. C’était vraiment doux. Quand on entend cela, c’est le sentiment que cela nous donne, mais la foi est très simple.

5          Vous savez, mes amis chrétiens, c’est ce qu’il en est. C’est si simple que les gens n’y–n’y croient pas, c’est tout. Ce n’est rien, tout ce que vous avez à faire c’est juste de tendre la main et de tirer, ou quelque chose comme cela. C’est–c’est tout aussi simple que–que ça.

            Bon, je vais–je vais poser ceux-ci ici, et puis vous pourrez les récupérer après. Eh bien, nous sommes toujours heureux de prier dessus. Et chaque soirée, je le ferai. Merci. Allez-vous reconnaître ce mouchoir, allez-vous le reconnaître? Très bien.

            Et maintenant, chaque soir, si vous désirez que l’on prie dessus, les mouchoirs... Et puis, s’il arrive que vous n’ayez pas un mouchoir, que vous n’en ayez pas ici, envoyez tout simplement une demande au bureau, écrivez-moi à Jeffersonville. Je ne vous dis pas... Eh bien, je suis... Je n’aurais pas dû dire cela, je pense, parce que la plupart du temps les gens disent : «Ecrivez-moi.» Eh bien, très bien, soeur. Je... «Ecrivez-moi.» Eh bien, ce qu’ils veulent donc, ils essaient d’obtenir votre adresse pour commencer. Mais moi, je n’ai pas d’émissions de radio, je n’ai rien à supporter, alors je vais–je vais répondre à votre lettre, ce sera tout, et je vous renverrai un mouchoir. Mais maintenant, et puis, si donc vous en désirez un, envoyez votre demande et recevez cela, et gardez cela dans votre Bible, si vous ne devez pas l’utiliser maintenant. Et notre Seigneur, c’est juste un petit...

6          Je pense, frère Oral Roberts, vous connaissez tous... Presque tout le monde a déjà entendu parler de frère Oral Roberts, un très précieux frère, une personne aimable. Lui, son thème principal, c’est comme le mien, c’est Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement. C’est cela son point de contact. Et je pense, juste un petit tissu, ou quelque chose comme cela, juste un point de contact, vous savez, juste quelque chose, oh! pour stimuler un peu votre foi... Ainsi maintenant, inclinons la tête un instant pour la prière.

            Maintenant, notre Père céleste, nous venons à Toi ce soir d’abord pour T’offrir nos remerciements pour tout ce que Tu as fait pour nous, en nous bénissant et en nous accordant des bénédictions que nous ne méritons pas.

            Et, Père, oui, nous ne méritons rien. Mais c’est par la justice de Ta grâce que Tu nous bénis. Et nous en sommes si reconnaissants. Nous Te prions de venir à notre rencontre ici dans la Parole, et que nous puissions avoir une grande communion autour de la Parole. Et puis, pendant le service de prière pour les malades, que le Saint-Esprit agisse au-delà de toute mesure ce soir, de façon à stimuler la foi et à bénir beaucoup de gens. Nous Te remercions tout simplement pour tout ce que Tu as fait.

            En regardant partout dans la salle ici ce soir, et voyant qu’il y a quelques soirées, il y avait trois ou quatre lits de camp et des fauteuils roulants, et qu’il n’en reste plus qu’une seule. Père, ce soir, que ce soit le tour de cette personne-là d’être guérie. Tu les as tous délivrés. Et maintenant, ce soir, que ce soit cette femme. Nous Te prions donc de lui accorder cela.

            Et maintenant, beaucoup de Tes aimables enfants sont malades, et ils ont des bien-aimés partout dans le pays qui sont malades, et ils m’ont apporté des mouchoirs pour qu’on les bénisse. Père, je Te remercie d’abord pour Jésus-Christ, le Fils de Dieu, qui rend ces choses possibles, et pour la confiance que les gens ont dans Ton serviteur inutile.

7          La Bible nous apprend qu’on prenait des linges et des mouchoirs qui avaient touché le corps de saint Paul. Or, Père, nous sommes conscient que nous ne sommes pas saint Paul, mais Tu es toujours le même Seigneur Jésus pour guérir les maladies des gens.

            Une fois, Israël était complètement coincé par la mer Rouge, les montagnes et le désert. L’armée de Pharaon les acculait. Et la Bible–un écrivain a dit que Dieu a baissé le regard à travers cette Colonne de Feu avec des yeux courroucés. La mer Rouge était juste là, leur barrant la route. Et la mer Rouge prit peur et s’ouvrit. Et un chemin l’a traversée, et Israël a traversé à pied sec, en route vers la Terre promise, parce que Dieu l’avait promis. Et, Père, lorsque ces mouchoirs seront posés sur les corps des malades et des affligés, que Dieu baisse de nouveau le regard avec des yeux courroucés, à travers le Sang du Seigneur Jésus, sur les maladies qui ont lié ces gens, que représentent ces mouchoirs, et que Satan prenne peur, qu’il se retire. Et que les victimes de la maladie avancent vers la promesse de Dieu de la bonne santé. Accorde-le, Père. Car nous les envoyons au Nom de Jésus-Christ, Ton Fils. Amen.

            Maintenant, vous pourrez récupérer ceci immédiatement après le...

8          Maintenant, je vais essayer d’aller aussi vite que possible, alors que je commence maintenant. Et je me disais que ce soir nous allons peut-être aborder une petite série de sermons sur–sur ce sujet-ci, en parlant de l’Ancien Testament.

            La semaine passée nous avons donc parlé du Nouveau Testament pendant huit soirées, et ce soir, je me suis dit que nous allions aller dans l’Ancien Testament et parler un peu. J’aime l’Ancien Testament. Pas vous? Je suis pour ainsi dire un typologue. Et je... L’Ancien Testament est simplement–simplement plein de pépites qui y sont enfouies. Et j’aime faire la prospection (Pas vous?) et déterrer ces pépites et les polir. Et vous savez quoi? Vous verrez que chacune d’elles indique Jésus-Christ. Tout dans l’Ancien Testament était une ombre du Nouveau Testament. Et ce que Dieu était pour Israël à l’époque, à traves la loi, c’est ce qu’Il est pour nous aujourd’hui, par le Seigneur Jésus-Christ. Et quelle belle, quelle belle image!

            Je me souviens que j’ai pris un Livre, dans mon... lorsque j’étais le pasteur du tabernacle dans ma ville, et j’ai passé une année et six mois sur un seul Livre, Job, une année et six mois. Et je sais que j’avais passé environ cinq semaines à parler de Job assis sur ce tas de cendres. Et l’assemblée était très gentille pour me supporter tout ce temps. Mais une dame avait perdu patience. Elle m’a écrit une lettre et a dit : «Frère Branham, quand allez-vous relever Job de ce tas de cendres?»

            Et alors, elle a dit : «Nous apprécions cela, mais, oh! la la! vous l’avez gardé là si longtemps.» Mais c’était juste... pour moi, c’était le point culminant du Livre tout entier, c’était le point culminant lorsqu’il... Elihu lui parlait, et alors l’Esprit de Dieu est descendu sur lui, les tonnerres ont grondé, les éclairs ont jailli. Job s’est levé et a dit : «Je sais que mon Rédempteur est vivant. Et je... là, et je... aux derniers jours, Il se lèvera sur la terre. Et même si les vers détruisent ce corps, cependant, dans ma chair, je verrai Dieu.» Combien c’est merveilleux! Et le point culminant de cela c’était–c’était qu’il n’y avait plus de pécheurs dans l’église. Le Seigneur Jésus les avait tous sauvés.

9          Maintenant, nous allons commencer ce soir dans le Livre de la Genèse. Et je–j’aime aussi ce Livre. Et nous voulons commencer avec le prophète Abraham, et parler un peu. Et maintenant, dans Genèse 12, nous allons lire juste une portion de la Parole, et ensuite, nous allons prendre Abraham pendant les deux prochaines soirées, le Seigneur voulant. Et je vais surveiller l’heure afin de ne pas prendre trop de temps. Ensuite nous allons l’amener au point culminant, quand il a offert un sacrifice, ou plutôt quand il est allé offrir son propre fils en sacrifice. Et ce lieu fut appelé Jéhovah-Jiré : «Le Seigneur se pourvoira d’un sacrifice.»

10        Ce soir, nous aimerions prendre l’appel d’Abraham dans–dans Genèse 12. Nous allons lire les trois premiers versets.

L’Eternel dit à Abram : Va-t-en de ton pays, de ta patrie,... de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai.

Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai ; je te rendrai–rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction.

Je bénirai ceux qui te béniront... maudirai ceux qui te maudiront ; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi.

            Que le Seigneur ajoute Ses bénédictions à la lecture de Sa Parole.

11        Maintenant, rapidement, ensuite nous passerons directement au service de guérison, parce que je pense que c’est pratiquement la même petite assistance chaque soir. Et il y a quelques soirs, les gens se précipitaient pour entrer, je crois qu’il y avait un groupe de fauteuils roulants et de lits de camp, et–et il n’en reste plus qu’un seul. Gloire à Dieu! Je loue... Je remercie Dieu ce soir. Je vais prendre ces enregistrements un peu plus tard, lorsque les jeunes gens, Léo et Gene, ainsi que les autres, mes partenaires, qui sont ici en train d’enregistrer... Je vois aussi un autre groupe ici. Et si vous désirez savoir ce qui vous a été dit, on est à moitié conscient (Voyez-vous?), et vous ne comprenez pas ce que vous, ou plutôt je ne sais pas ce que je dis. Alors prenez simplement la bande, et vous pouvez voir très exactement ce que je vous ai dit. Et, souvenez-vous toujours, suivez simplement ce que cela a dit. N’ayez pas peur.

12        Oh! j’ai juste–juste un autre petit témoignage tout au fond de mon coeur. Je–j’étais à... Je me sens pratiquement obligé de le dire. Un soir, alors que les gens passaient dans la ligne de prière, il y avait une petite dame qui souffrait de l’estomac. Et elle... Le Saint-Esprit lui a dit tout ce qui la concernait, et qui elle était. Et quelqu’un a mis en doute le fait de dire aux gens qui ils sont. Il a dit : «Ça, ce n’est pas scripturaire.» Oh! si, ça l’est. Si, ça l’est.

            Lorsque Pierre est venu vers Jésus, Celui-ci a dit : «Tu es le fils de Jonas, mais désormais tu seras appelé Pierre», ce qui signifiait une petite pierre. Jésus le connaissait, Il connaissait son nom, et Il lui a dit quel était son nom.

            Alors d’une manière ou d’une autre, cette femme, Cela lui a parlé, alors lorsque le... Tout lui a été révélé, ensuite il fut prononcé «AINSI DIT LE SEIGNEUR, vous êtes guérie.» Parce que c’était devenu clair, et j’ai vu la femme guérie, sinon je n’aurais jamais dit cela. A ce moment-là ce n’est pas moi qui parle : c’est Lui.

            Et ainsi elle est rentrée chez elle. Elle a dit : «Bien, si je suis guérie, a-t-elle dit, je ferais tout aussi bien de rentrer chez moi pour manger.»

            Alors une de ses amies, tout en bas dans le voisinage avait une grosseur au cou. Et le Saint-Esprit lui a dit la même chose, le Saint-Esprit lui a dit qu’elle était guérie. Alors elle est sortie en tâtant la grosseur qu’elle avait. Elle a dit : «Eh bien, c’est toujours là, mais on m’a informé que si cela parlait, que c’est le Seigneur qui parlait, eh bien, cela doit disparaître.» Alors elles se sont mises d’accord qu’elles rentraient chez elles, et elles se disaient qu’elles allaient avancer et faire comme si de rien n’était. Ainsi elles étaient guéries.

13        Alors cette petite dame a essayé de manger. Et oh! la la! elle se sentit très malade. Et alors, pendant quelques jours, cela ne cessait d’empirer. Alors elle continuait tout simplement à dire à sa famille et à tout le monde : «Je remercie le Seigneur, je suis guérie.» Elle s’en est tenue à cela. Environ six semaines sont passées, il n’y avait aucun changement, son état était toujours le même.

            Eh bien, certains voisins ont dit : «Eh bien, soeur, vous amenez l’opprobre sur la cause.» Ils ont dit : «Vous ne devriez pas dire ces choses à moins qu’elles soient réelles.»

            Elle a dit : «Mais d’une manière ou d’une autre, a-t-elle dit, je–je ne semble pas aller mieux,» mais elle a dit : «Il y a quelque chose dans mon coeur, si un–si un Esprit a pu se tenir là et dire à quelqu’un qui j’étais et tout ce qui concerne ma vie, et me dire où je–ce qui est arrivé et a causé cela, et ensuite me dire au Nom de Jésus-Christ que je suis guérie, a-t-elle dit : «Je–je ne peux pas m’en débarrasser.» Elle a dit : «Je le crois tout simplement de toute façon.» Elle a donc simplement continué à tenir bon.

            Et un matin, les enfants étaient allés à l’école, et elle faisait la vaisselle, et–et elle a eu très faim. Elle a senti une sensation très étrange la parcourir, et elle a eu faim. Il se pourrait que cette femme soit assise ici en ce moment même, à ce que je sache. Alors elle... Et elle a eu faim. Elle est allée là et elle a essayé de manger un petit morceau de pain grillé. Et cela... très bon. Alors elle s’est dit : «Eh bien...» D’habitude ce pain grillé beurré la rendait malade, elle avait un ulcère à l’estomac. Et elle a dit : «Eh bien, c’était très bon.» Alors, eh bien, elle avait encore faim, alors elle s’est dit qu’elle prendrait encore un peu d’avoine, vous savez, que les enfants avaient laissé là. Ils n’avaient donc pas mangé toute leur avoine, alors elle s’est simplement assise et elle a fini l’avoine des gosses. Eh bien, elle se sentait très bien. Elle s’est vraiment offert un jubilé gastronomique. Alors elle a donc frit quelques oeufs, et elle a pris une tasse de café. Eh bien, elle a dit : «Il ne s’est rien produit.» Elle se sentait tout simplement très bien. D’habitude elle se sentait malade, avait des maux de tête et elle se mettait à vomir. Il ne s’est rien produit.

14        Elle a attendu aussi longtemps que possible, environ trente ou quarante minutes. Elle ne pouvait plus garder cela. Elle a descendu la rue et est allée en parler à sa voisine. Oh! la la! Elle est entrée dans la maison en courant, et la voisine criait à tue-tête. Elle a dit : «Dites, mon esto-... Oh! a-t-elle dit, cette grosseur, je–je ne m’en suis pas du tout rendu compte. Je... Elle se trouvait là hier, mais–mais tout à l’heure je suis allée me laver, a-t-elle dit, la grosseur a disparu. C’est–j’ai senti une sensation très drôle, a-t-elle dit : «Cela a complètement–cela m’a quittée.»

            Et ces deux petites femmes se sont mises ensemble, et environ une semaine plus tard elles sont venues, à des milliers de kilomètres pour témoigner aux autres que ce que le Saint-Esprit disait était vrai, et leur dire de tenir bon.

            Maintenant, que s’était-il passé? Voici ce que c’était. Eh bien, ne soyez pas quelque peu embrouillé, mes amis. Quand Dieu dit une chose, cela doit arriver. Quand Dieu déclare cela... Maintenant, bien sûr, c’est de Sa Bible que nous parlons. Ses Ecritures disent : «Si tu peux croire, alors tout est possible.»

15        Maintenant, ce qu’Il pourrait dire par Ses serviteurs est secondaire. Mais si c’est vraiment la Parole de Dieu, cela doit arriver. Et étant donné que c’est depuis mon enfance que j’ai des visions, et Dieu est mon juge, devant Qui je me tiens ce soir, je n’ai jamais vu Cela faillir une seule fois, pas une seule fois. C’est toujours parfait, parce que c’est Dieu.

            Maintenant, qu’est-il arrivé? Vous pensez que Dieu doit agir sur l’impulsion du moment, mais vous vous trompez. Voyez? Non, non. Une fois, Daniel qui était un–un serviteur de l’Eternel, un Ange l’a suivi, qui a été envoyé pour le suivre. Vous souvenez-vous de l’histoire? Et une fois, il était en train de prier, l’Ange, après qu’Il fut parvenu auprès de lui, c’était je crois au bout d’environ vingt et un jours, ou quelque chose comme cela, avant que l’ange puisse parvenir auprès de lui. Vous souvenez-vous de cette histoire?

16        Eh bien maintenant, lorsque l’Ange de l’Eternel a prononcé cette bénédiction, qu’était-ce? L’Ange de l’Eternel passait dans le voisinage où Il avait prononcé la bénédiction, pour accomplir l’oeuvre. C’était tout ce qu’il y avait. Il manifestait simplement ce qu’Il avait fait. C’est pourquoi quand Dieu a dit une chose, croyez-le toujours de tout votre coeur.

17        Eh bien, ça c’est la toile de fond, c’est une bonne toile de fond pour ce que nous allons dire pendant un moment sur Abraham. Or, au commencement, au jardin d’Eden, Dieu avait fait une alliance entre Lui et Adam. Et Adam a brisé Son alliance. Eh bien, l’homme brise toujours son alliance avec Dieu, mais Dieu ne brise jamais Son alliance avec l’homme.

            Alors Dieu ayant vu ce qui allait arriver, Il a donc fait cette alliance. Après que le monde eut commencé à se multiplier, et qu’il fut plein de méchanceté et tout. Et les gens sont allés à Babylone, et–et la première fois qu’on a commencé à parler de l’adoration des idoles, c’était à Babylone. Dieu cherchait dans tous les pays, pour essayer de trouver quelqu’un qui allait–qui était sincère, quelqu’un qu’Il pouvait bénir, parmi tous les hommes qu’il y avait dans le pays, Dieu, par une élection souveraine a choisi Abraham.

            Combien de chrétiens y a-t-il ici ce soir? Faites voir votre main. Eh bien, je crois que c’est presque cent pour cent. C’est bien. Cent pour cent de chrétiens, alors j’aimerais vous dire quelque chose. Ce n’est pas très facile de le dire devant les pécheurs. Savez-vous pourquoi vous êtes un chrétien? C’est parce que Dieu vous a appelé. Vous n’avez jamais cherché Dieu à quelque moment que ce soit. Non, non. C’est Dieu qui vous a cherché. Nul homme, à aucun moment, n’a cherché Dieu. C’est Dieu qui a cherché l’homme.

            «Nul ne peut venir à Moi, a dit Jésus, si Mon Père ne l’attire premièrement.» C’est la tendance même depuis le jardin d’Eden, au lieu que le pécheur déchu essaie de trouver Dieu, c’est Dieu qui essaie de trouver le pécheur déchu, et depuis cela a toujours été ainsi.

18        Dieu par élection et, souvenez-vous, vous avez commencé avant que le monde ne commence, spirituellement parlant. Lorsqu’Il a créé l’homme, mâle et femelle, à Sa propre image, en fait Il était un Esprit, Il savait à quel moment vous viendriez à l’existence.

            Maintenant, par élection. Eh bien, si vous remarquez... Oh! nous allons prendre beaucoup de temps, mais nous n’en avons pas pour aborder cela. Nous pourrions donner le contexte de ceci, comment les–les patriarches... Abraham, par exemple. Abraham c’est l’élection. N’oubliez aucunement ceci. Abraham c’est l’élection de Dieu ; Isaac, la justification ; Jacob, la grâce. Tout le monde sait que je crois dans la grâce : Regardez ce que Dieu a fait pour Jacob. Et Joseph, c’est la perfection. Puis c’est tout. Dieu montrant Son élection dans Abraham, Sa justification en Isaac, Sa grâce en Jacob, et Sa perfection en Joseph.

19        Ainsi Dieu a appelé Abraham, non pas parce qu’il était meilleur que n’importe qui d’autre, mais Dieu a appelé Abraham parce qu’Il l’avait élu. Et Il l’a appelé et lui a donné Son alliance sans condition, et Il lui a dit qu’Il allait le sauver, et Il lui a dit ce qu’allait être sa destinée : Il s’était révélé à lui alors qu’il avait un âge avancé. Il l’avait déjà fait, Dieu était décidé de sauver l’homme. L’homme, il n’y a rien qu’il puisse faire, et il–il est un échec, au départ. Ainsi Dieu par élection a appelé Abraham et l’a sauvé.

            Vous direz : «Oh! frère. Si seulement j’avais pu être Abraham.» Eh bien, attendez. Pas seulement Abraham, mais Il a aussi appelé et élu sa postérité après lui. Amen.

            Maintenant, mes frères, j’aimerais, peut-être... On pourrait ne pas être tout à fait d’accord, mais attendez quelques minutes et observez. Dieu a appelé Abraham par l’élection souveraine, ce n’est pas que ce dernier ait fait quoi que ce soit. Il était venu de la Tour de Babel avec son père, et sa mère, et sa femme Sara. Il est allé habiter au pays de Schinear, il menait une très bonne vie, à ce que je sache. Et il sortait probablement le matin, et il mangeait des baies, et il allait dans les bois et tuait un animal pour avoir des protéines, et puis il cueillait des fraises et tout. Et il vivait là à Schinear dans la ville d’Ur, au pays de Chaldée, et Dieu par élection a appelé Abraham. Et Il a dit : «Je...» Pas : «Si tu fais telle chose», mais : «Je l’ai déjà fait.» Dieu était décidé de sauver l’homme, même contre la propre volonté de ce dernier, malgré sa nature.

            L’homme, de par sa nature, est absolument opposé à la volonté de Dieu. Il est un pécheur, il est né un pécheur, il est né dans le péché, il a été conçu dans l’iniquité, il est venu au monde en proférant des mensonges, il est perdu dès sa naissance, il n’y peut rien.

20        Pouvez-vous vous imaginer sortir ici et parler à un cochon, lui dire : «Eh bien, écoute ceci, monsieur le cochon, je vais te dire que tu as tort.» Oh! vous pouvez le laver et lui mettre un smoking, si vous voulez. Cela ne servira à rien : il retournera droit dans la flaque de boue pour s’y vautrer de nouveau. C’est sa nature. Il est un cochon au départ. Et tout homme, toute personne qui n’est pas régénéré, peu importe combien vous essayez d’être bon, combien vous pensez être bon, vous êtes un pécheur par nature, jusqu’à ce que Dieu change votre nature. Amen.

            Eh bien, c’est juste. Nous n’aimons pas dire cela. «Oh! direz-vous, je porte les plus beaux vêtements dans le quartier. J’ai la meilleure voiture. J’ai la meilleure...» Cela n’a rien à voir avec la chose. Si la nature n’est pas... «Je n’ai jamais menti. Je n’ai jamais...» Cela n’a toujours rien à voir avec la chose. Il ne s’agit pas de vos propres mérites, mais il s’agit de l’élection sans condition et de l’appel de Dieu. Et le salut c’est le mérite de Jésus-Christ, et ce n’est nullement ce qu’un individu peut faire. Dieu a sauvé l’homme par Son amour. Ce n’est pas ce qu’un homme peut faire, il n’y a rien que vous puissiez faire à ce sujet. Vous ne pouvez même pas avoir une nature qui a soif de Dieu, parce que vous êtes un pécheur. Donc aucun homme n’a cherché Dieu à aucun moment. Mais c’est Dieu qui a cherché l’homme.

            «Nul ne peut venir à Moi, si Mon Père ne l’attire premièrement. Tous ceux qui viendront auront la Vie Eternelle. Je les ressusciterai au dernier jour. Celui qui écoute Mes Paroles, et qui croit à Celui qui M’a envoyé, a (pas aura), a (au temps présent, maintenant même) éternelle, la Vie Eternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la Vie.» Parce que vous avez cru, pas intellectuellement, mais du fond de votre coeur.

21        Oh! bien des gens disent : «Oh! je crois.» Et ils essaient de procéder à une réforme. Notre travail n’est pas de réformer : c’est de prêcher l’Evangile. Nous ne sommes pas des réformateurs. Nous devons être des prédicateurs de l’Evangile. Abraham, dès que Dieu l’a appelé, Il l’a appelé à se séparer. C’est étrange, n’est-ce pas? Dieu, dès qu’Il appelle un homme, Il exige une totale séparation. Vous savez que le monde veut des hommes sociables, aujourd’hui. Lorsque les gens choisissent leur pasteur, ils veulent quelqu’un qui prendra un petit verre amical, qui portera les plus beaux vêtements du pays, et qui racontera quelques sales plaisanteries grossières, et continuera ainsi, et qui sera sociable avec les jeunes, et tout. Mais Dieu a dit : «Mettez-Moi à part Paul et Barnabas.» Le Saint-Esprit exige une totale séparation (Amen.), une séparation.

            Il a dit : «Abraham, sépare-toi de ta patrie.» C’est une grande chose à faire, n’est-ce pas? «Je veux que tu séjournes dans un pays étranger. Tu n’as jamais marché dans cette voie auparavant, mais Je veux que tu te sépares afin que tu marches avec Moi, parmi un peuple étranger, qui parle une langue étrangère. Et tu dois être un pèlerin, un étranger.» Et le voici. Tout homme qui est né de Christ se sépare immédiatement du péché. Le Saint-Esprit vous appelle carrément à sortir, c’est une nature différente.

22        Voici un agneau qui mange de la luzerne. Voici un cochon qui mange dans des eaux sales, dans la porcherie. Faites sortir la nature de l’agneau et mettez-la dans le cochon qui est dans la porcherie, il ne mangera plus dans ces eaux sales, mais il se mettra à manger de la luzerne. Mais vous pouvez le réformer et le polir, il retournera directement dans la porcherie. C’est ce que dit la Bible : «La truie retourne à son bourbier.» Voyez-vous? C’est juste. Ça doit être quelque chose que Dieu fait pour l’homme, pas ce que l’homme fait, mais ce que Dieu fait. Nous avons trop de réformes humaines aujourd’hui : «Signez votre nom. Inscrivez votre nom sur le registre de l’église. Adhérez à une église. Amenez votre lettre d’affiliation.» Oh! je n’ai rien contre cela, si l’autre a déjà été fait. Si vous êtes né de nouveau, c’est très bien. Vous ne vous souciez pas de l’endroit où se trouve votre lettre, de toute façon, elle se trouve au Ciel, ce n’est pas écrit sur une feuille de papier, mais sur un–la peau d’un Agneau, c’est écrit avec le Sang de l’Agneau. Alléluia!

            Remarquez : «Sépare-toi de toute ta patrie, et va dans un pays étranger.» Certainement. Vous avez coutume de courir les boîtes de nuit, et les endroits que vous fréquentiez, peut-être tous les lieux où vous ne devriez pas aller. Et alors, lorsque Dieu vous a appelé, Il vous a appelé à vous séparer de ce genre de vie et à mener une vie différente.

            Vous souvenez-vous avoir chanté ce vieux cantique : «Je suivrai le chemin avec le reste des méprisés qui servent le Seigneur. J’ai commencé avec Jésus, maintenant, Seigneur, amène-moi jusqu’au bout.»

23        Je me souviens, lorsque je venais d’être sauvé, ma mère a dit : «Billy, tu as absolument perdu le peu de bon sens que tu avais.» Eh bien, c’était le cas, c’est vrai, pour ce qui était du monde. Mais j’ai trouvé quelque chose de meilleur, une nouvelle vie. Eh bien, cela m’a amené... même mon père à me dire que je ne pouvais plus rester à la maison aussi longtemps que je me comporterais comme cela. Mais Dieu m’a donné des pères partout dans le monde, et des mères partout dans le monde, des amis partout ; cela sera rétribué des millions de fois dans cette vie et par la Vie Eternelle dans le monde à venir : la séparation.

            Donc c’est sur base de cela qu’Il a donné une promesse à Abraham. Abraham avait–avait soixante-quinze ans lorsque Dieu l’a appelé. Et Sara, sa femme, avait soixante-cinq ans, ce qui faisait environ quarante, cinquante, soixante, environ quarante ans depuis qu’elle avait dépassé la ménopause. Et il l’avait épousé selon l’histoire théologique qui, ou plutôt selon l’histoire théologique, Il l’avait appelé lorsque, ou plutôt il l’avait épousée lorsqu’elle avait environ dix-sept ans. Et il avait vécu avec elle comme sa femme durant toutes ces années, et à ce moment, elle avait soixante-cinq ans, et Dieu a dit : «Je vais faire quelque chose, et Je t’ai choisi, ce n’est pas toi qui M’as choisi, mais Je t’ai choisi pour que tu fasses ceci. Et tu auras un bébé par Sara ta femme, après qu’elle eut totalisé soixante-cinq ans.»

            La Bible dit qu’Abraham ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu ; mais il fut fortifié, donnant gloire à Dieu.

24        Maintenant, souvenez-vous, ils n’ont pas eu le bébé pendant vingt-cinq ans après cela. Abraham avait cent ans et Sara en avait quatre-vingt-dix. Mais je peux m’imaginer, dès que Dieu leur a dit qu’ils allaient avoir le bébé, j’imagine qu’ils sont allés acheter toutes les épingles, et tout ce qu’ils étaient censés avoir en ce temps-là, et ils se sont préparés pour cela. Amen. Dieu l’avait dit, et c’était réglé.

            Pouvez-vous imaginer Abraham en ce jour-là avec une femme de soixante-cinq ans, et lui qui en avait soixante-quinze, tout tremblant, s’appuyant sur son bâton, aller au centre ville, dire : «Eh bien, docteur, j’aimerai prendre des dispositions pour que vous veniez chez moi maintenant. Nous allons avoir un bébé, et ma femme a soixante-cinq ans»?

            Eh bien, il dirait : «Abraham, vous êtes simplement un petit peu dérangé mentalement.» Et chaque personne... Tenez, saisissez cela. Chaque personne qui suit Dieu fidèlement, le monde la considère comme un peu mentalement dérangée. C’est vrai. Amen. Oui.

25        Eh bien, pouvez-vous imaginer aujourd’hui un homme de soixante-quinze ans, avec une femme de soixante-cinq ans, et qui a vécu avec elle depuis qu’elle avait dix-sept ans, et ils n’ont pas eu d’enfants, elle était parfaitement stérile, et lui aussi était stérile, et ensuite sortir là et dire qu’ils vont avoir un bébé, et apprêter les vêtements du bébé?

            Pourquoi? Peu importe de quoi cela avait l’air dans le naturel, Dieu l’avait dit. Maintenant, excusez ceci, vous jeunes femmes et vous jeunes gens. Je suis votre frère. Et remarquez, à la fin du mois, ou les premiers jours du mois, je... Peut-être, on entend Abraham dire : «Sara, comment te sens-tu?»

            «Aucun changement.»

            «Bien, gloire à Dieu, nous allons l’avoir de toute façon.»

            Le premier mois passa. «Alors qu’en est-il, Sara?»

            «Aucun changement.»

            «Gloire à Dieu! nous allons l’avoir de toute façon.»

            La première année passa. «Qu’en est-il alors, Sara?»

            «Aucun changement.»

            «Eh bien, gloire à Dieu! nous allons l’avoir de toute façon.»

26        Et au lieu de faiblir comme vous et moi... Si Dieu ne répond pas juste dans la minute qui suit : «Eh bien, j’ai manqué d’obtenir cela.» Mais Abraham se fortifiait tout le temps, sachant que plus cela durait, la naissance du bébé, plus le miracle allait être glorieux.

            Et si vous êtes enfants d’Abraham, vous possédez le même genre de foi. Alléluia! N’ayez pas peur de cela. Alléluia! signifie gloire à notre Dieu.

            Remarquez. Abraham se fortifiait au fur et à mesure que les jours passaient, il devenait plus fort, il croyait, lui et Sara. Eh bien, si Dieu avait appelé Abraham, et qu’Abraham avait ce genre de foi parce que Dieu l’avait appelé, les enfants d’Abraham ont le même genre de foi. Maintenant, la seule raison pour laquelle Abraham avait cette foi, c’est parce que Dieu avait vu en lui la qualité, et Il l’avait appelé, et lui avait parlé face à face. Et chaque personne que Dieu a élue, entre et reçoit la foi d’Abraham, après qu’elle a parlé face à face avec Dieu.

            Maintenant, qu’est-ce que la postérité d’Abraham? Découvrons cela une minute. Eh bien, la postérité d’Abraham c’était Isaac. Isaac, par Isaac vint Christ. Nous sommes... La Bible dit : «Nous, qui sommes morts en Christ nous devenons la postérité d’Abraham et sommes héritiers selon la promesse.» La même promesse qu’Il a donnée à Abraham, c’est la promesse qu’Il nous donne. Si nous sommes morts en Christ, nous devenons la postérité d’Abraham, et sommes héritiers selon la même promesse. Et puis, la même foi qui était en Abraham habite dans ses enfants, qui appellent des choses qui ne sont pas comme si elles étaient, parce que Dieu l’a dit.

            Frère, si je peux seulement vous voir acquérir ce genre de foi ce soir, il n’y aura pas une seule personne faible parmi nous dans les cinq prochaines minutes.

27        Abraham appelait ces choses qui n’étaient pas comme si elles étaient, parce que Dieu l’avait dit : «Comment le sais-tu, Abraham?»

            «Dieu l’a dit.»

            «Comment peux-tu le prouver?»

            «Dieu l’a dit.»

            «Oh! c’est contraire à toute la nature.»

            «Mais Dieu l’a dit.»

            Le médecin dit : «Vous ne pouvez pas guérir.»

            «Mais Dieu l’a dit.» Voyez?

            Il dit : «Vous ne marcherez plus jamais.»

            «Mais Dieu l’a dit.» Amen.

28        Les Mayo m’avaient dit qu’il me restait trois minutes à vivre, mais Dieu avait dit que j’allais vivre longtemps. Me voici. J’étais pratiquement aveugle, ils avaient dit que je n’allais plus recouvrer la vue. Mais me voici. Dieu l’a dit.

29        Voilà ce qu’il faut faire. Lorsque Dieu le dit. Voyez? Un chrétien ne fait pas des estimations, ni ne regarde aux choses qu’il voit. Vous ne voyez pas avec vos yeux de toute façon. Pas du tout. Vous ne voyez certainement pas avec vos yeux. Vous regardez avec vos yeux. Vous voyez avec votre coeur. Voir ne signifie pas regarder. Voir signifie comprendre.

            Jésus a dit à Nicodème : «Si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le Royaume de Dieu.» La traduction correcte de voir, c’est «il ne peut pas comprendre le Royaume de Dieu». Quelqu’un peut faire quelque chose, et vous montrer cela. «Je ne le vois pas.» Vous regardez cela, mais vous ne le comprenez pas. Et vous ne saurez jamais ce que c’est le Royaume de Dieu jusqu’à ce que vous naissiez de nouveau, c’est à ce moment-là que vous comprendrez ce que c’est. Vous saurez ce qui rend les gens heureux, ce qui fait qu’ils tiennent ferme au milieu des difficultés, et disent : «C’est ainsi», sans jamais broncher. Ils comprennent. Dieu l’a dit.

            Maintenant, je–je vous ai parlé l’autre soir. Vous devez avoir la foi, mais vous devez savoir comment utiliser cette foi pour être guéri, pour tirer la joie de la vie. Si vous êtes né de nouveau, tout ce dont vous avez besoin est juste là en vous lorsque vous naissez de nouveau, parce que le Saint-Esprit vient là, et c’est tout ce qu’il vous faut. C’est le Saint-Esprit ; Cela produit le reste.

            Maintenant, remarquez Abraham, ou plutôt les chrétiens que nous avons, la postérité d’Abraham. Peu importe ce que quelqu’un d’autre dit, ils croient cela de toute façon.

30        Il y a quelque temps, je parlais à un très bon docteur, qui était membre de la même église que moi. Et il a dit : «Billy, vous savez quoi? J’ai assisté à vos réunions.»

            Il a dit : «J’apprécie tout ce qui s’est fait.» Mais il a dit : «Laissez-moi vous demander une chose, Billy.» Il a dit : «Avant longtemps vous deviendrez un saint exalté.»

            Et j’ai dit : «Eh bien, que voulez-vous dire, docteur?»

            Il a dit : «Parce que ces gens sont tout simplement émotifs.»

            «Eh bien, ai-je dit, selon la science, tout ce qui n’a pas d’émotion est mort. Dans ce cas si votre religion n’a pas un peu d’émotion, vous feriez mieux de l’enterrer.» Et il a dit... J’ai dit : «Elle est morte.»

            Et il a dit : «Ça alors, Billy!»

            J’ai dit : «J’aimerais vous demander quelque chose. Je...»

            Il a dit : «Ne savez-vous pas que ces gens-là deviennent simplement excités?» Il a dit : «Lorsque vous vous mettez à prêcher, ils deviennent excités. C’est ce qui les fait crier ‘amen’, et pleurer.»

31        J’ai dit : «Maintenant, docteur, j’aimerais vous demander quelque chose. Vous savez, il n’y a rien qui puisse les exciter ; en étant assis là normalement, ils ne peuvent... Il doit y avoir quelque chose qui excite ces nerfs.» Vous ne pouvez tout simplement pas descendre cette allée et... si vous n’avez pas peur, vous n’avez pas peur. Et si vous avez peur, il y a quelque chose qui vous excite. Certainement.

            Et j’ai dit : «Bien sûr, dans un sens ils sont excités, mais qu’est-ce qui suscite cette émotion?»

            J’ai dit : «C’est comme lorsque vous avez peur, il doit y avoir quelque chose qui vous effraie. Et quelque chose doit exciter ces gens. Ce dont il s’agit, c’est le Saint-Esprit qui est à côté d’eux, qui prend la Parole de Dieu et leur donne la Vie Eternelle, et Cela les excite.» Certainement.

            Remarquez. Les chrétiens ne peuvent pas être des chrétiens et ne pas avoir la foi. «Et la foi est la ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas.»

            Vous ne voyez pas votre salut. Vous ne voyez pas Jésus, mais cependant, vous croyez en Lui. Et nous appelons ces choses qui ne sont pas comme si nous étions–elles étaient. Et les chrétiens regardent à l’invisible, pas à ce qu’ils voient, à ce qu’ils ne voient pas.

32        Il n’y a pas longtemps j’étais au Canada dans une grande campagne à laquelle environ dix ou quinze mille personnes prenaient part, à Montréal. Nous y tenions une grande réunion. Et je regardais, alors qu’on descendait la rue, monsieur Baxter et moi, il y avait là une télévision qui était allumée. Et elle montrait un homme qui était loin quelque part en Amérique, qui grattait de la guitare, un de ces cowboys qu’on a par ici, vous savez. Alors il grattait de la guitare...

            Et un homme s’est approché, il a dit : «Bonjour!»

            Et j’ai dit : «Bonjour, monsieur.»

            Il a dit : «Je vais vous vendre ce poste téléviseur.»

            J’ai dit : «Non, merci. Je suis juste de passage par ici.»

            «Oh!» Il a dit : «Eh bien, a-t-il dit, je peux affranchir cela de toute taxe, si vous voulez la ramener avec vous aux Etats-Unis.»

            J’ai dit : «Non, non, merci.» J’ai dit : «J’étais juste en train de regarder cela.» J’ai dit : «C’est bien. D’où cela est-il diffusé?»

            Il a dit : «De là quelque part aux Etats-Unis, de Detroit où quelque part là-bas.»

            J’ai dit : «Oui, oui.» J’ai dit : «C’est très bien.» Et j’ai dit...

            Il a dit : «Vous êtes juste de passage?»

            J’ai dit : «Non, non, je suis ici pour quelques jours.»

            Il a dit : «Oh!»

            J’ai dit : «Oui, monsieur.» J’ai dit : «Je suis ici pour une–une série de réunions.»

33        «Oh! a-t-il dit, vous êtes avec cette équipe de Branham par ici, n’est-ce pas?»

            Et j’ai dit : «Oui, monsieur.»

            Et il a dit : «Oh! a-t-il dit, que pensez-vous de ce gars-là?»

            J’ai dit : «Eh bien, je ne sais pas.»

            Et il a dit : «Bien, a-t-il dit, je vais vous dire.» Il a dit : «Je pense que c’est le plus grand hypocrite que j’aie jamais vu.»

            J’ai dit : «Vraiment?»

            Il a dit : «Oui, monsieur. C’est ce que je pense.» Il a dit : «Tout d’abord, tout ce qu’il a, c’est de la psychologie.»

            J’ai dit : «Etiez-vous là hier soir?»

            Il a dit : «Oui.»

            J’ai dit : «Que pensez-vous de ce soldat qu’on a fait monter là sur l’estrade, qui était complètement infirme?»

            «Oh! a-t-il dit, ce soldat aurait pu marcher de toute façon, si seulement il avait essayé de le faire.» Hum!

            J’ai dit : «Etes-vous un chrétien?»

            Il a dit : «Oh! non.» Il a dit : «Je ne crois rien de ces affaires-là.»

            J’ai dit, j’ai dit : «Oh!»

            Il a dit : «Je suis un homme de science.» Il a dit : «Si une chose ne peut pas être prouvée scientifiquement, c’est absolument une erreur.»

            «Oh! ai-je dit, oui, oui.» J’ai dit : «Je déteste soutenir le contraire.» Mais j’ai dit : «Je vais vous dire que les choses réelles sont des choses qui ne peuvent pas être prouvées scientifiquement.»

            «Oh! a-t-il dit, vous vous trompez.»

            J’ai dit : «Très bien. J’aimerais...»

            Il a dit : «Si une chose ne peut pas être prouvée scientifiquement, elle n’est pas réelle.»

34        J’ai dit : «Eh bien, mon partenaire, je crois que les choses qui sont–qui sont réelles ne peuvent pas être prouvées scientifiquement. Et tout ce qui est prouvé scientifiquement n’est pas réel, c’est périssable.»

            Et il a dit : «Oh! a-t-il dit, je pense que vous vous trompez.»

            J’ai dit : «J’aimerais vous poser une question. Etes-vous marié?»

            Il a dit : «Certainement.»

            «Avez-vous des enfants?»

            «Oui.»

            J’ai dit : «Aimez-vous votre femme?»

            Il a dit : «Oui, monsieur.»

            J’ai dit : «Qu’est-ce que l’amour?» J’ai dit : «Scientifiquement parlant, montrez-moi ce qu’est l’amour. Quelle différence y a-t-il entre cette femme là et n’importe quelle autre femme? Quelle différence y a-t-il entre ces enfants et n’importe quel autre enfant? L’amour... et scientifiquement vous ne saurez pas prouver l’amour, s’il le fallait.» J’ai dit : «Je... Vous ne pouvez pas me prouver scientifiquement que vous avez un esprit.»

            C’est vrai. Vous n’y arriverez pas.

35        J’ai dit : «Les choses véritables ne sont pas scientifiques. Elles sont une ferme assurance des choses qu’on espère : la foi.» Eh bien, j’ai dit : «Regardez cette image-là.» J’ai dit : «Cette image traverse directement cette salle.» J’ai dit : «C’est comme avec la télévision.» J’ai dit : «C’est de cette manière que les gens ont ces visions.» J’ai dit : «C’est–c’est quelque chose qui apparaît.» Et j’ai dit : «Pourquoi cette radio ne peut pas réceptionner cette vision-là?»

            Il a dit : «Eh bien, elle n’a pas été conçue pour cela.»

            J’ai dit : «Voyez-vous? Dieu établit dans l’Eglise certains comme des prophètes, d’autres comme des docteurs, d’autres comme des évangélistes.»

            Il a dit : «Oh! c’est un non-sens. On a une station émettrice pour émettre ceci.»

            J’ai dit : «Nous aussi.» Amen.

            Il a dit : «Et vous croyez que cet homme-là a raison?»

36        J’ai dit : «Oui, monsieur. Je suis cet homme là.» Et j’ai dit : «C’est moi.»

            Il a dit : «Vous n’êtes pas le révérend Branham?»

            J’ai dit : «Si, si.»

            Il a dit : «Et je vous ai traité d’hypocrite en face!»

            J’ai dit : «C’est ce qu’il faut faire, toujours. Dites-le-moi en face, pas derrière mon dos.» C’est vrai.

37        Mais c’est ça, mes amis. Voyez? Nous avons une station émettrice : elle se trouve au Ciel. Nous avons une station réceptrice, c’est votre coeur. Et lorsque vous acceptez réellement la Parole de Dieu dans votre coeur, cela devient réel. Peu importe ce que les autres voient, vous voyez cela de toute façon. Et Abraham a cru en Dieu, et cela lui a été imputé à justice.

            Et tandis que les années passaient, elle continuait de croire. Abraham croyait. (Notre temps s’épuise.)

            Au chapitre 17, nous allons prendre cela pendant juste un moment. Au chapitre 17, après qu’il fut devenu très vieux, il avait alors quatre-vingt-dix ans, Dieu lui était apparu sous différents noms. Mais Il lui est apparu au chapitre 17 comme le Dieu Tout-Puissant, Il a dit : «Je suis le Dieu Tout-Puissant.» Eh bien, en fait le mot hébreu pour cela c’est El Shaddaï, qui signifie la poitrine, ou le sein, comme celui d’une femme.

            Il a dit : «Abraham, tu es vieux. Tu as presque cent ans. Mais Ma promesse est toujours valable. Et Je suis le Dieu qui porte des seins.» C’est comme une mère avec son bébé, lorsque le bébé est malade et qu’il s’agite, la mère prend le bébé, peu importe à quel point il est malade, elle le pose sur son sein, et le petit bébé tire la force de la mère en tétant. Et le bébé est rétabli par la force de la mère.

            Et Il a dit : «Abraham, tu es vieux, tu es un homme très vieux, tu as quatre-vingt-dix ans. Sara maintenant a quatre-vingts ans, mais Je suis le Dieu qui porte des seins. Tiens ferme, et continue à téter Ma promesse, et Je vais l’accomplir.» Alléluia! Il est encore le Dieu Tout-Puissant ce soir, El-Shaddaï, Celui qui porte des seins. «Il était blessé pour nos péchés, et c’est par Ses meurtrissures que nous sommes guéris.» Une double raison, Celui qui porte des seins.

38        Ensuite Il a invité Abraham à aller dehors pour lui donner la confirmation de cette alliance. Abraham a dit : «Tu vois que je suis encore sans enfant, et le seul héritier de ma maison, c’est Eliézer de Damas...» Il a dit : «Je m’en vais sans enfant, c’est lui qui sera mon héritier. Et le seul enfant que j’ai, c’est Ismaël, celui que j’ai eu de la servante, Agar.»

            Il a dit : «Eh bien, sors par ici, Je vais te faire comprendre cela, Abraham, ce que Je vais faire pour toi et pour ta postérité après toi.»

            Maintenant, enfants d’Abraham, restez tranquillement assis et écoutez, rapidement, et nous irons tout droit au but.

            Il a amené Abraham dehors, et Abraham a offert un sacrifice à l’Eternel. Et il a tué une petite génisse, et une chèvre, tous de trois ans, et un bélier. Et il a pris un pigeon et une tourterelle, il a divisé en deux la génisse, le bélier et la chèvre, il a mis les morceaux ensemble. Mais la tourterelle et le–le pigeon, il ne les a pas divisés en deux. Oh! j’aurais souhaité que nous ayons le temps pour aborder... Nous aborderons peut-être cela demain soir (Voyez?) pourquoi il n’a pas divisé en deux ce pigeon et cette tourterelle.

            Voici la raison. Une tourterelle, ou un pigeon, cela représentait, ou bien cela faisait l’expiation pour la guérison. Dieu a changé Son alliance, passant de la loi à la grâce, mais Il n’a jamais changé la guérison. Elle est restée toujours la même.

            Et il ne les a pas divisés. Et lorsqu’il les a mis ensemble, il en a éloigné les oiseaux jusqu’au coucher du soleil... Maintenant, écoutez attentivement. Voici comment on faisait l’alliance. Voici pourquoi aujourd’hui Jésus est ressuscité des morts. Voici pourquoi aujourd’hui Il fait les choses mêmes que vous Le voyez faire.

39        Maintenant, Il–Il montre à Abraham en symbole ce qu’Il allait faire pour toute sa postérité après lui ; en effet, d’Abraham viendrait Isaac, et d’Isaac viendrait Christ ; cela montrait quel genre de sacrifice Il allait accomplir par Christ. Lorsqu’Abraham en a donné une préfiguration, quand il est allé à la montagne pour offrir Isaac, Dieu a épargné Isaac, mais Il n’a pas épargné Son propre Fils, parce qu’Isaac, qui portait le bois, ainsi que tout le reste juste là sur la même colline, était seulement une ombre de Christ, comme nous allons le voir plus tard dans notre leçon pendant une soirée ou deux.

            Bien, remarquez. Qu’a-t-il... Oh! c’est merveilleux. Il en a éloigné les oiseaux jusqu’au coucher du soleil. Remarquez. Ensuite un profond sommeil est tombé sur Abraham. «Tout d’abord, Abraham, Je vais t’écarter de la scène pour te montrer que tu ne peux rien faire là-dedans. Ceci c’est Mon alliance.»

            Et il n’y avait rien, frère, que vous pourriez faire là-dedans. Il n’y a pas une seule chose, soeur, que vous avez faite là-dedans. C’est ce que Dieu a fait pour vous en Christ. Ce n’est pas parce que vous étiez bon, ce n’est pas parce qu’une mère était bonne. Mais quoi? Christ a été bon, et c’est ce que Christ a fait en vous appelant.

40        Il l’a endormi. Eh bien, il n’a rien à voir là-dedans. Alors, après qu’il se fut endormi, alors il y eut une obscurité très profonde et effroyable. Qu’est-ce que cela représentait? L’enfer, la séparation, c’est ce que mérite chaque pécheur, la séparation. Et ensuite, plus loin il y avait une fournaise ardente, la mort : la séparation, l’enfer après la mort pour chaque pécheur. Mais ensuite, au-delà de cela une petite Lumière blanche est passée. J’espère que désormais vous n’allez plus jamais douter. Abraham était endormi, et dans une vision, cela montre que chaque homme doit arriver à cette obscurité effroyable de la séparation, la mort. Chaque homme mérite d’aller en enfer, parce qu’il est un pécheur, il est tombé. Il est le rejeton d’un pécheur. Et puis, au-delà de cela, la petite Lumière blanche est passée, en d’autres termes, la même Colonne de Feu qui accompagnait Israël, le même Saint-Esprit qui est ici ce soir. Et Elle est passée juste entre chacun de ces sacrifices, Dieu confirmait par Sa grâce ce qu’Il allait faire en Jésus-Christ un jour.

            Maintenant, pour ce qui est du serment, Dieu a fait un serment là-dessus. Il a fait un serment ce soir, Il a juré par Lui-même, comme il n’y avait personne de plus grand par qui jurer, Il jura par Lui-même, qu’Il tiendrait Sa Parole. Amen. Il tiendra Sa promesse. Il n’a pas seulement dit cela, mais Il a juré cela, qu’Il le ferait.

41        «Qu’essayez-vous de faire, Frère Branham?» De vous amener à un point où vous pourrez voir ce que Dieu a fait pour vous. C’est la raison pour laquelle ces choses se produisent. Dieu a promis de le faire, et Il doit le faire. Pour être Dieu, Il doit tenir Sa promesse, frères.

            Remarquez. Dans l’Ancien... On conclut des alliances de plusieurs manières différentes. Ici, en Amérique, lorsque nous faisons une alliance, eh bien, nous sortons et nous concluons un accord, nous tendons la main et nous nous serrons la main, et nous disons : «C’est ça, mon gars. C’est conclu! Nous y sommes. Très bien.» Nous nous serrons la main pour cela. C’est de cette manière que nous faisons une alliance.

            Là, au Japon, ils ont une drôle de manière de faire une alliance. Ils sortent et ils concluent leur accord ; ensuite ils prennent un peu de sel et se jettent cela l’un sur l’autre. C’est de cette manière qu’ils font une alliance, en jetant du sel l’un sur l’autre.

            Mais au temps d’Abraham, la manière dont les gens faisaient une alliance, la manière dont Dieu faisait une alliance, les gens prenaient un animal et le coupaient en deux, ils prenaient un morceau de papier et écrivaient sur ce morceau de papier tout ce qu’ils étaient–ce qu’était leur accord. Ils déchiraient ce morceau de papier en deux, et l’un prenait une partie, et l’autre homme prenait l’autre partie. Et ils faisaient un serment sur le cadavre de ce sacrifice, selon lequel si l’un d’eux brisait cette alliance, que son–qu’il soit comme cet animal mort qui gisait à leurs pieds. Et lorsqu’ils se retrouvaient pour accomplir cette alliance, ces deux morceaux de papier devaient s’ajuster correctement mot à mot, car c’était le même papier.

42        Maintenant, voici ce que Dieu a fait pour nous en Christ. Dieu s’est manifesté en chair, Il a amené Son propre Fils là-haut au Calvaire, et là, Il a tué Son propre Fils sur la croix du Calvaire pour faire une alliance avec la race humaine. Et alors, Il L’a cloué à la croix, le sacrifice mort, c’était cela, et Il a retiré de Lui le Saint-Esprit. «Je remets Mon Esprit entre Tes mains.» Le Sang coulait de Son côté, de Ses mains et de Ses pieds. Et Dieu a retiré de Lui l’Esprit, et Il a placé le corps là dans la tombe, Il L’a ressuscité le troisième jour, et Il L’a fait asseoir à Sa droite, et Il a envoyé l’autre partie de l’alliance à l’Eglise, et c’est le même Saint-Esprit qui était sur Christ, qui est venu sur l’Eglise. Et le seul moyen au monde pour que nous puissions nous en tirer au jour du Jugement est que ce même Saint-Esprit qui était sur Jésus-Christ doit s’ajuster en tant que Sa femme au travers du Corps. Amen. C’est l’alliance que Dieu a écrite pour l’Eglise. Il a déchiré Christ en deux, l’âme et le corps.

            Il a dit à cette femme-là : «Pouvez-vous être baptisée du baptême dont Je dois être baptisé?»

            Elle a dit : «Oui.»

            Il a dit : «Et vous le serez.»

            Le même Saint-Esprit qui était sur Jésus-Christ a été retiré de Son corps pour en retirer la Vie, pour verser le Sang pour la rémission des péchés, et Dieu a ressuscité Son corps et l’a placé sur Son propre Trône, à Sa droite, et Il a envoyé sur terre le même Saint-Esprit qui était sur Christ pour qu’Il soit sur l’Eglise dans une double portion.

43        Mes amis, si vous avez reçu le Saint-Esprit, vous êtes des fils et des filles de Dieu. Vous êtes la postérité d’Abraham et cohéritiers avec Lui dans le Royaume. Et la même foi qui était en Abraham est dans chaque croyant ce soir. Alléluia!

            Dieu, par Sa grâce étonnante, vous a appelé à sortir des eaux sales du monde qui sont pleines des ordures, et Il vous donne le Saint-Esprit, et ce n’est pas parce que vous le méritez, mais c’est parce qu’Il vous y a appelé sans condition. Ce n’est pas parce que vous étiez bon, car vous ne l’étiez pas. Ce n’est pas parce que votre mère était sauvée. Cela est très bien. Mais vous êtes un individu à part. C’est juste. Dieu vous a appelé par élection.

            Et ami pécheur, si vous êtes ici, ou vous membre d’église tiède, ces choses que vous voyez arriver ici dans la tente le soir, c’est le Saint-Esprit manifestant la résurrection de Jésus. C’est l’alliance que Dieu a dite et qu’Il a déversée par Christ. «Vous ferez aussi les mêmes choses que Je fais. Vous en ferez même davantage, car Je m’en vais au Père. Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus ; mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, même en vous, jusqu’à la fin du monde.»

            Je ne suis pas excité. Je me sens bien. Je me sens très religieux. Pourquoi? Parce que le Saint-Esprit n’est pas une supposition, Il n’est pas une éventualité ; Il n’est pas une probabilité ; ce n’est pas quelque chose que je suppose. Mais je sais que Jésus-Christ vit et règne ce soir, et Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Son Saint-Esprit est ici dans la salle ce soir pour faire les mêmes choses qu’Il a faites sur terre, s’Il peut trouver exactement la même foi. Amen. Nous allons commencer ici, demain soir. Prions.

44        Notre Père céleste, nous Te remercions pour Jésus. Oh! l’alliance inconditionnelle... Moi-même, je suis né pécheur, étranger, privé du droit de cité en Dieu ; par la grâce étonnante, par l’élection de Dieu, Il a parlé à mon pauvre petit coeur irlandais un jour et m’a appelé. Oh! je suis très heureux d’avoir entendu cela, Seigneur. Je chéris cela plus que tout, sachant qu’un jour ce corps d’humiliation dans lequel nous sommes maintenant sera gâté par la mort. Toutes ses caractéristiques et toutes ses facultés mentales s’abîmeront et retourneront avec les cellules cérébrales. Mais là à l’intérieur vit le Saint-Esprit qui reviendra un jour, qui produira ce corps ressuscité, dont celui-ci est le négatif : un corps fort, en bonne santé, jeune. Et aujourd’hui nous avons le gage de cela quand nous Te voyons guérir les malades et les affligés. Ton Saint-Esprit est ici, prouvant sans l’ombre d’un doute que Tu es toujours Jésus. Dieu L’a ressuscité des morts, a fait asseoir Son corps à Sa droite, comme le Souverain Sacrificateur qui fait intercession, qui guérit les infirmités des gens, qui se présente devant Dieu chaque jour avec Son Sang, en disant : «C’est dans ce but que Je suis mort.» Le Saint-Esprit qui était sur Lui est ici sur terre maintenant, travaillant à travers des coeurs soumis, accomplissant la même chose.

            Ô Dieu, tous les doutes ont disparu. Abraham s’est levé et a cru en Dieu. Père, s’il y en a ici qui sont sans Toi, qui Te sont étrangers, qu’ils se lèvent ce soir et croient en Dieu, et disent : «C’est fini pour moi. Ceci règle la question. J’ai vu la Bible, j’ai entendu cela être lu. J’ai regardé cela : le Saint-Esprit a confirmé cela. Je suis maintenant un croyant. Désormais, j’abandonne tout péché. Je m’accroche à Christ et à Lui seul. Avec Son aide et Sa grâce, je ferai ceci.»

45        Pendant que nous avons la tête inclinée, y a-t-il quelqu’un qui aimerait lever la main vers Dieu et dire : «Ô Dieu, voici ma main. Ce soir je suis un croyant. Je promets à partir de ce soir, désormais, de Te servir le reste de mes jours.» Allez-vous L’accepter? Il verra votre main si vous la levez tout simplement.

            Que Dieu vous bénisse, frère, pour vous être tenu debout, pour accepter le Seigneur Jésus comme votre Sauveur. Y a-t-il quelqu’un d’autre, pendant que l’église prie, voulez-vous simplement vous tenir debout? C’est bon. J’apprécie la manière dont vous le faites. Tenez-vous simplement debout, montrez à Dieu que vous acceptez maintenant le Seigneur Jésus comme votre Sauveur personnel.

            «Et celui qui écoute Ma Parole (Pas celui qui se joint à Mon église), mais celui qui écoute Ma Parole, et qui croit à Celui qui m’a envoyé (Aura-t-il? Non.) a (maintenant même) la Vie Eternelle (Ce n’est pas d’un point de vue mental, là, c’est du fond de votre coeur), a la Vie Eternelle et ne vient point en jugement (ou en condamnation), mais il est passé de la mort à la Vie.»

            Allez-vous croire? Je vous persuade en tant que votre frère chrétien, sachant que ceci pourrait être mon dernier voyage en Californie. Mon travail m’appelle à aller rapidement outre-mer, où nous avons des dizaines de milliers de gens qui sont sauvés par semaine, peut-être qu’on en a quatre ou cinq ici en–en une soirée en Californie, ou dans d’autres coins du pays. Je crois que notre temps est presque fini. L’Ecriture est sur la muraille. Les gens sont tellement indifférents.

            Si vous êtes ici n’ayant pas Christ, voulez-vous juste vous tenir debout un instant? Peut-être que vous êtes tous des chrétiens nés de nouveau ; j’espère que vous l’êtes.

46        Maintenant, Père céleste, pour ceux qui se sont tenus debout ou–et qui ont levé leurs mains, je Te prie humblement de guérir leur esprit ce soir. Accorde-le. Qu’une véritable foi s’installe, qu’il n’y ait plus de doute. Ôte simplement cela par le Sang du Seigneur Jésus, et fais d’eux Tes serviteurs qui T’aiment. Je T’en prie, Père.

            Et ceux, peut-être, qui ne se sont pas tenus debout, qui auraient souhaité avoir assez de courage pour se tenir debout, ô Dieu, nous vivons dans un jour horrible, un jour où les gens sont très instruits, comme c’était le cas avant le jour de Noé, un grand jour scientifique, un grand jour de constructions, un grand jour du travail de matières. Tu as dit : «Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même avant Ton jour.» Et nous y sommes. Mais il y eut un Message qui fut proclamé au temps de Noé. Et Ton Message est proclamé aujourd’hui, appelant les gens à la croix.

            Maintenant, guéris les malades ce soir, Père, car nous remettons ces choses entre Tes mains, au Nom de Jésus. Amen.

            Que le Seigneur vous bénisse donc, alors que nous commençons à appeler quelques malades à monter. Et maintenant, il ne me reste en fait que dix minutes, mais nous allons prendre un peu plus de temps que ça. Voyons.

47        As-tu distribué...?... C’est toujours la série F? Tu as encore distribué la série F, les cartes de prière de la série F.

            Maintenant, ces cartes de prière, lorsque vous les recevez, ceci... Lorsque vous... On les distribue de nouveau chaque jour. Et pour les recevoir, vous devez venir ici pour les avoir. Vous ne pouvez pas en recevoir une et la donner à quelqu’un d’autre qui n’a jamais entendu le Message, ou qui ne sait pas comment... Ne le faites pas, parce que Cela va vous bloquer. Venez vous-même chercher votre propre carte de prière. Vous pouvez en recevoir une, et alors venez.

            Maintenant, voyons, quel sera... Appelons... Rapidement, appelons à partir de–voyons, à partir de 80, 85. Appelons à partir de 85. Que celui qui a la carte de prière F-85 lève la main, rapidement, voyez si je suis dans le bon. La carte de prière F-85, levez la main, juste... Par ici. Très bien, 86, 87, 88, 89, 90, jusqu’à 100, tenez-vous debout juste ici, s’il vous plaît, juste par ici. Alignez-vous rapidement, si vous le pouvez.

            Regardez tous autour de vous. Si quelqu’un est assis près de vous, jetez un coup d’oeil sur sa carte de prière. Peut-être qu’il en a une, et–et qu’il ne–n’entend pas ou quelque chose comme cela. Et peut-être qu’il ne peut pas se tenir debout.

            Et maintenant, pendant qu’on aligne ces gens, F-80... A partir de quel numéro ai-je appelé? A partir de quel numéro ai-je appelé? Voyons, 85. 85 oui, 85, cartes de prière de 85 jusqu’à 100, de la série F. Regardez sur la toute petite carte, elle porte un numéro au verso, et la lettre F. Et alignez-vous par ici, s’il vous plaît, aussi vite que possible. Nous allons immédiatement commencer la ligne de prière.

            Maintenant, est-ce que vous L’aimez? Oh! n’est-Il pas merveilleux? Chantons : Le Grand Médecin, si vous voulez bien nous donner l’accord.

48        Jésus de Nazareth, lorsqu’Il marchait sur le chemin où il y avait les malades et les nécessiteux, Dieu Lui parlait et Lui montrait des gens dans l’assistance qui croyaient, Il se retournait et leur disait : «Ta foi t’a guérie de cette perte de sang. Je te connais, Je sais qui tu es, tu viens de tel endroit.»

            «Oui.»

            «Et comment m’as-Tu connu?»

            «Je t’ai vu lorsque tu étais sous l’arbre.»

            Il a dit : «Va là-bas et jette ton hameçon dans la rivière, et le premier poisson que tu attraperas a une pièce de monnaie dans sa bouche, va payer le–la dîme et l’impôt.» Et, oh! Il est toujours Jésus, n’est-ce pas?

            Très bien, chantons un couplet : Le Grand Médecin, maintenant. Tous ensemble, pendant qu’on est en train de les aligner.

Le Grand Médecin est proche maintenant,

Le Compatissant Jésus,

Il parle au... (Que dites-vous?)

            [Un homme dit : «87.»–N.D.E.] 87... Il y a une carte de prière qui manque, le numéro 87. Si quelqu’un a la carte de prière 87, c’est peut-être quelqu’un qui ne peut pas se tenir debout. Vérifiez. Que quelqu’un jette un coup d’oeil chez cette dame assise ici. Je ne sais pas. On dirait qu’elle ne peut pas se tenir debout, juste ici. Voyez si elle a une carte de prière. Très bien. Jetez un coup d’oeil sur la carte de votre voisin. Celui qui a la carte de prière F-87, voulez-vous lever la main, 87, F-87? Vérifiez autour de vous. Très bien.

49        Maintenant, si vous êtes ici, et qu’ils ne... Eh bien, vous ne verrez pas, demain soir, vous avez ce soir la chance d’entrer dans la ligne de prière, alors vous ne devrez plus demander une autre carte de prière demain, si vous en avez eu la chance ce soir. Maintenant, venez, et entrez dans la ligne de prière, tout celui qui vient. Très bien. Pendant que les jeunes gens sont en train d’examiner ces cartes de prière, disons un mot de prière, s’il vous plaît.

            Père céleste, maintenant, nous sommes ici pour nous servir l’un et l’autre en tant que des frères dans le ministère. Et je Te prie, Dieu bien-aimé, d’accorder que Ta bienveillante miséricorde repose sur chacun. Aide-moi ce soir, Dieu bien-aimé, à prier pour Tes enfants malades qui sont nécessiteux. Accorde-le. Que chaque personne qui est dans Ta divine Présence, qui est malade, soit guérie. Accorde-le, Seigneur, car nous le demandons au Nom du Seigneur Jésus, et à cause de Lui. Amen. Très bien.

50        Maintenant, je vais vous demander quelque chose. Et, frère, soyez attentif. Ne me laissez pas rester debout trop longtemps. Je sais que vous devez vous dépêcher pour rentrer chez vous, mais commençons tout simplement la réunion. Personne n’a répondu. Très bien. Très bien. Très–très bien. Il se peut que la personne soit sortie. Elle est peut-être dehors quelque part. S’il entre, eh bien, un huissier verra quelqu’un, si quelqu’un entre, peut-être portant cette carte-là, nous allons l’introduire dans la ligne de toute façon, parce qu’il a le droit de venir. Très bien.

            Maintenant, j’aimerais vous poser une question. Je–je ne connais personne, à ce que je sache, dans cette salle en ce moment même, à part l’homme qui est derrière moi, juste le groupe local qui est avec moi, ces deux jeunes gens. Et ma femme est ici quelque part, mais je ne l’ai pas encore vue ici à l’intérieur ce soir. Mais elle est ici quelque part ainsi que ma petite fille, mon fils qui est ici, et c’est tout. Mais Dieu vous connaît tous, ne le croyez-vous pas?

            Maintenant, si tu peux croire... Ayez simplement la foi. Combien ici veulent être guéris, mais n’ont pas de carte de prière? Vous ne serez pas ici au-dessus sur l’estrade, levez simplement la main. Je peux juste me faire une idée générale de l’endroit où vous êtes assis. Très bien. C’est bien. Il semble que c’est tout le monde, partout.

            Maintenant, cette personne-ci, cette femme, ou plutôt cette jeune fille, elle m’est parfaitement inconnue. Je ne l’ai jamais vue. Mais Dieu la connaît. Et Dieu sait tout ce qui la concerne. Maintenant, si je pouvais la guérir, si elle est malade... Je ne sais pas si elle est malade. Mais si je pouvais la guérir et que je ne le fasse pas, je serais–je serais une personne cruelle. Mais je–je ne peux pas la guérir. Et–et si Jésus se tenait juste ici où je me tiens maintenant, Lui non plus ne pourrait pas la guérir. Il l’a déjà fait. Il essaierait de l’amener à croire cela, mais... Est-ce juste? C’est juste. Voyez-vous, parce que le Sang a déjà été versé, l’expiation a été faite. Il ne peut pas oeuvrer contre Lui-même. Voyez? Il ne peut pas faire cela. Il l’a déjà fait. Et vous ne le pouvez pas non plus, après qu’Il l’a déjà fait. Il a établi un programme. «J’ai versé Mon Sang pour rendre cela possible.» La question du péché a déjà été réglée, la question de la guérison a déjà été réglée. Maintenant, si vous pouvez croire, c’est ça, c’est tout ce qui peut être fait.

            Et puis, pour cette raison, Il envoie des prédicateurs et Il envoie des prophètes, Il envoie différents ministères et Il les établit dans l’Eglise pour Sa gloire, afin que les gens puissent voir et croire.

51        Maintenant, cette jeune fille, vous êtes... Nous sommes des inconnus l’un pour l’autre, n’est-ce pas, madame? Je ne vous ai jamais vue de ma vie, je ne... Vous ne m’avez jamais vu. Nous sommes de parfaits inconnus. Très bien. Si le Seigneur Jésus me révélait pourquoi cette jeune fille est ici, vous autres ici, allez-vous croire de tout votre coeur que c’est... Souvenez-vous, Jésus Lui-même a dit... Et au cours de ces soirées, s’il y a un inconnu ici... C’est exactement ce qu’a dit Jésus.

            «En vérité, en vérité, Je vous le dis, Je ne peux rien faire, sinon ce que le Père Me montre premièrement.» Est-ce juste? «Je ne peux rien faire de Moi-même. Je ne fais que ce que le Père Me montre.» Et lorsqu’Il est parti, Il a dit : «Maintenant, la même chose que J’ai faite, vous la ferez aussi, car Je serai toujours avec vous, jusqu’à la fin du monde. Vous ferez la même chose que J’ai faite, jusqu’à la fin du monde.» Donc c’est Lui.

            Et Il... La Bible dit : «Il est ressuscité des morts.» Alors s’Il est ressuscité des morts et s’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement, Il doit faire la même chose, n’est-ce pas? Alors comme vous devriez le savoir, après avoir entendu Sa Parole, après avoir cru en Lui, après L’avoir accepté comme votre Sauveur personnel, et Il est ici accomplissant la même chose, alors il n’y a point de supposition à ce sujet. C’est entièrement la vérité, n’est-ce pas?

52        Maintenant, cette jeune dame, et comme ce soir on commence encore avec une femme. Nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. Et maintenant, soeur, vous savez que c’est vrai. Nous ne nous connaissons pas. Mais maintenant, vous savez que j’ignore le motif de votre présence ici. Je–je n’ai aucune idée. Vous êtes juste une–une jeune dame qui est montée ici sur l’estrade et c’est tout. Et vous n’étiez pas nécessairement obligée de monter ici ; vous auriez pu rester assise là et avoir la foi. Mais comme vous êtes ici près de moi (Vous voyez?) je peux vous parler. Et si je peux vous amener à avoir la foi, alors votre propre foi produira la vision pour vous. Vous voyez? C’est Dieu qui vous montre qu’Il vous aime. Ce n’est pas moi. Je ne sais rien à votre sujet, mais Lui si. Et–et si vous ne croyez pas, eh bien, alors rien ne pourrait être fait. Vous pourriez vous tenir là toute la soirée, mais si vous ne croyez pas, eh bien, jamais cela ne–jamais cela ne marchera (Vous voyez?) parce que c’est votre foi qui actionne cela, pas la mienne. C’est la vôtre. Le don de Dieu, mais je–je ne suis pas le don. Je suis juste le–le canal. Vous voyez?

            Cette ampoule n’est pas la lumière ; ce fil n’est pas la lumière ; c’est le courant dans le fil qui produit la lumière. Ce n’est que le conducteur. Dans ce cas-ci, je suis le conducteur. Vous voyez? Et il faut que ce soit Sa lumière, et quelqu’un doit appuyer sur le bouton. Et vous êtes la personne qui devez appuyer sur le bouton. Dieu allume la lumière, et Il l’éteint, vous saurez si c’est vrai ou pas.

53        Maintenant, alors que nous parlons, pendant que je suis en train de te parler, c’est certainement pour contacter ton esprit ; c’est juste. Et–et vous... Il est ici tout près, le Saint-Esprit, vous en êtes consciente, qu’il y a Quelque Chose tout près. Moi également, mais Cela ne nous a pas encore oints, c’est juste, pour montrer ce dont il s’agit. Mais je vois cette dame maintenant alors qu’elle commence à disparaître de devant moi. Je la vois. Elle souffre de la–la nervosité. Elle est très dérangée. Ça fait un certain temps qu’elle est dans cet état. Elle souffre aussi d’une–une maladie de femme ; c’est dans les glandes féminines. Elle a un problème des glandes féminines. Ces choses sont vraies, n’est-ce pas, madame?

            Et je... Vous n’êtes–n’êtes pas d’ici. Vous venez de quelque part ailleurs, d’une autre ville. Je vous vois vous déplacer, venir dans cette direction. Quelqu’un vous a dit quelque chose, c’était au sujet de la réunion, et vous êtes venue afin que l’on prie pour vous. Et je vois le numéro de la maison d’où vous êtes venue, c’est–c’est–c’est le 8614, le numéro de votre rue. Et quelqu’un vous appelle : «Betty.» Et votre nom de famille c’est Moore. C’est juste. Juste... Eh bien, vous pouvez rentrer chez vous ; vous êtes guérie. C’est votre foi qui a fait cela, soeur. Que le Seigneur vous bénisse, ma soeur.

            Ayez foi en Dieu. Croyez de tout votre coeur.

            Notre Seigneur... Nous sommes la postérité d’Abraham. Jésus-Christ était la postérité d’Abraham, c’est de Lui que nous venons. C’est Dieu qui nous a créés. Ayez simplement la foi. Ne doutez pas. Croyez de tout votre coeur, et vous recevrez très exactement... C’est très bien. Mais elle sort à peine de sous Cela. Elle est restée longtemps sous cette onction ; c’est de cela qu’il s’agissait. Elle a complètement perdu conscience ; c’est tout. Tout va bien. Elle est guérie maintenant. Voyez? Elle est rétablie. Elle est simplement épuisée. Elle est...?...

54        Maintenant, cet homme qui se tient ici, monsieur. Nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. Nous ne nous connaissons pas. Dieu seul nous connaît tous les deux. Est-ce juste, monsieur? Gentil monsieur, vous étiez en train de pleurer là, parce que vous étiez très excité. Vous en pardessus, ce petit problème du coeur vous dérangeait. C’est fini maintenant. Ayez simplement la foi. C’est bien.

            Dites, la dame assise là à côté de vous, elle aussi a un–un problème des poumons. C’est vrai, n’est-ce pas, madame? Maintenant, levez aussi la main, soeur. Maintenant, posez votre main sur elle, monsieur. C’est ça. Père céleste, leur foi est suffisamment proche pour tirer la vertu du Saint-Esprit et produire une vision. Je prie pour que, si cette foi est suffisamment forte maintenant, qu’ils soient guéris tous les deux, au Nom de Jésus. Amen.

            Qu’en pensez-vous, monsieur? N’est-Il pas merveilleux? Certainement. Vous ne cessez de regarder dans cette direction parce que vous êtes préoccupé pour quelqu’un, n’est-ce pas? C’est votre femme. C’est vrai. Vous avez un problème de la gorge. Oui, oui. C’est la dernière soirée où vous pouvez rester, n’est-ce pas? Vous devez rentrer chez vous. Vous allez être guéri. Vous avez aussi une petite habitude que vous désirez abandonner. Allez-vous cesser de faire cela? Jetez cette chose et ne la reprenez jamais, et partez servir Dieu pour le reste de votre vie. Imposez les mains à votre femme qui est là ; elle va aussi être guérie. Que Dieu vous bénisse. Continuez votre chemin en vous réjouissant au Nom du Seigneur Jésus. Amen.

            Disons : «Grâces soient rendues au Seigneur Dieu, Créateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie Eternelle.»

55        Approchez, soeur. Croyez. «Si tu peux croire, tu peux recevoir.»

            Je ne... Madame, vous qui avez la pochette et qui avez posé la main dessus, vous avez des ennuis avec votre côté. C’est ça, vous qui êtes assise là, oui, c’est juste. Très bien. C’est fini maintenant. Votre foi vous a guérie. Amen. Que Dieu vous bénisse.

            Il est merveilleux, n’est-ce pas? Cette autre dame assise juste là avec sa pochette dans la main, qui souffrez de l’hypertension, mais Jésus-Christ peut vous guérir, n’est- ce pas, soeur? Croyez-vous cela? Très bien, vous pouvez être guérie. C’est merveilleux, ne l’est-Il pas?

            Vous qui vous êtes retourné près de ce poteau, qui me regardez, vos yeux vous dérangent, n’est-ce pas, monsieur? Oui, oui. C’est sûr, c’est ce dont vous souffrez. L’homme à côté de vous aussi. Très bien. Tenez-vous debout tous les deux, et recouvrez la vue au Nom du Seigneur Jésus, et soyez guéris.

            Avez-vous la foi? «Si tu peux croire.» Cela dépend de vous.

            Est-ce que vous croyez, soeur? De tout votre coeur? Vous êtes une femme très malade. Vous souffrez d’un problème du coeur, ça c’est une chose. Et vous–vous avez un problème de la gorge. Et vous êtes dérangée par la sinusite, une sorte de complication. Votre âge est contre vous pour bien des choses que vous pensez. Mais Dieu est avec vous. J’aimerais vous dire quelque chose, afin que vous sachiez. Vous avez quelqu’un pour qui vous êtes très préoccupée, n’est-ce pas? Cette personne a connu une attaque d’apoplexie ou quelque chose comme cela. Cela fait neuf ans qu’elle est alitée. Pas vrai? Maintenant, continuez simplement votre chemin, en recevant et en croyant de tout votre coeur. Dieu confirmera cela.

            Disons : «Grâces soient rendues à Dieu!» Si tu peux croire...

            Bonsoir, madame. Parlez-vous anglais? Oh! très bien. Je vous suis inconnu. Vous ne me connaissez pas. Je ne vous connais pas. Vous avez votre bébé. C’est ce qui vous préoccupe. Si Jésus me révélait quelque chose, la raison de votre présence ici, allez-vous croire en Lui de tout votre coeur?

            Soeur, votre bébé est très malade. Les médecins ignorent ce qui ne va pas chez lui, parce que c’est un problème qui se trouve dans son cou. C’est un problème des glandes, un gonflement. C’est juste. Vous devriez amener ce bébé chez le médecin, à l’hôpital, c’était hier. Mais vous remettiez cela à plus tard. C’est une très grande foi pour une pécheresse. Vous étiez catholique autrefois, n’est-ce pas? Et vous avez quitté l’Eglise catholique. C’est vrai. Et ensuite vous avez commencé à fréquenter une Eglise pentecôtiste, mais vous n’y avez pas adhéré. Vous n’êtes plus retournée dans cette église-là depuis presque une année. Vous ne savez que faire. Cela est venu sur votre bébé pour que vous serviez le Seigneur. Maintenant, partez, et naissez de nouveau de Son Esprit. Je vais bénir le bébé.

            Un instant. J’ai vu quelqu’un d’autre tenir un rosaire ou... Ce sont des femmes qui sont à côté. Les voilà. Il y a une jeune dame assise là en train de me regarder, la dame assise à côté d’elle est sa grand-mère. Elle souffre de l’estomac. C’est vrai, n’est-ce pas? Et vous souffrez des maux de tête, vous avez des ennuis. Pas vrai? Vous êtes catholiques toutes les deux. Croyez-vous que le Seigneur Jésus vous sauvera et vous guérira maintenant même, et qu’Il vous rétablira toutes les deux? Allez-vous le croire? Levez les mains si vous allez le croire. Très bien. Maintenant, posez votre main sur votre grand-mère là.

56        Dieu notre Père, Créateur des cieux et de la terre, tout est possible à ceux qui croient. Pardonne chaque péché, Seigneur, je prie. Et que Tu guérisses ce précieux petit bébé ici, et j’ôte de lui cette malédiction. Il est trop jeune pour avoir la foi. Que ce bébé vive. Satan a compté ses jours, mais la mère est venue vers Toi, Seigneur Jésus, maintenant même. Et maintenant, je maudis cette maladie, afin qu’elle n’ôte pas la vie au bébé, que Jésus-Christ le Fils de Dieu sauve l’enfant. Et bénis aussi ceux qui sont en bas et qui n’ont pas levé les mains, au Nom de Jésus. Amen.

            Maintenant, c’est fini, soeur. J’aimerais vous demander une chose. Vous n’avez jamais senti ce que vous ressentez maintenant. Pas vrai? Tous vos péchés vous sont aussi pardonnés, et votre–et votre bébé vivra. N’ayez pas peur. Poursuivez votre chemin. Dites à votre mère ou plutôt grand-mère de manger tout ce qu’elle désire. Vos maux de tête ont cessé, soeur. Ce problème gynécologique est terminé. Maintenant, ayez simplement la foi et croyez de tout votre coeur. Alléluia!

            Cette dame, une dame espagnole est assise juste là, elle a un problème au niveau de la poitrine, n’est-ce pas, soeur? Vous qui êtes assise juste là, la–la tête baissée, en train de pleurer parce que Dieu nous a parlé. Il a aussi exaucé vos prières, soeur. Que Dieu vous bénisse. Vous êtes aussi guérie. Votre foi vous a sauvée.

            Nous avons quelques Espagnols ici, ils ont la foi. Qu’est-ce qui ne va pas chez vous pentecôtistes? Regardez ces catholiques qui viennent en ayant la foi. On leur a enseigné de croire que ce que leur prêtre dit est vrai. Il vous suffit d’avoir une personne correctement en ligne pour que l’on voie le Saint-Esprit opérer, elle croira tout ce qui a été dit.

57        Qu’en pensez-vous, madame, qui êtes aussi une Espagnole? Le croyez-vous? Très bien. Savez-vous ce qui est arrivé? Votre trouble gynécologique vous a quittée. Cela... Vous êtes guérie. Poursuivez votre chemin en vous réjouissant, et soyez guérie au Nom de Jésus. Alléluia.

            Maintenant...?... Soeur? Allez-vous croire que Dieu peut guérir les troubles cardiaques et vous rétablir? Eh bien, continuez carrément votre chemin en vous réjouissant, parce qu’Il est Jéhovah-Jiré qui pourvoit à tout ce dont nous avons besoin.

            Est-ce que vous L’aimez? Oh! la la! C’est de cette manière qu’il faut avoir la foi. Eh bien, Cela commence à s’établir partout.

58        Lorsque je me suis adressé à cette dame, quelque chose est arrivé, n’est-ce pas? Eh bien, poursuivez simplement votre chemin en vous réjouissant, en remerciant Dieu, et soyez guérie au Nom de Jésus. Ne doutez pas du tout, croyez simplement de tout votre coeur.

            Approchez, monsieur. Maintenant, j’aimerais vous poser une question. Croyez-vous que ce trouble de l’estomac a disparu? Alors continuez simplement votre chemin en vous réjouissant, parce qu’Il vous a guéri.

            Disons : «Gloire à Dieu!»

            Croyez-vous, soeur? Aimeriez-vous aller manger un hamburger gros comme ça avec des oignons dessus? Alors allez le manger, et soyez guérie, au Nom du Seigneur. Cet ulcère de l’estomac qui–qui est...

            Mon Seigneur peut guérir l’arthrite très facilement. Ne le croyez-vous pas? Eh bien, partez simplement en vous réjouissant et en remerciant Dieu pour–pour ce qu’Il a fait pour vous.

            Bien, vous souffrez d’un problème gynécologique, vous êtes nerveuse et vous avez l’arthrite. Mais descendez simplement de l’estrade en vous réjouissant, en disant : «Merci, Seigneur.»

            Disons : «Gloire au Seigneur!» [L’assemblée dit : «Gloire au Seigneur!»–N.D.E.] Croyez-vous tous? Maintenant, retournez-vous pour recevoir cela maintenant même. «Si tu crois.»

59        Je crois maintenant même que le Saint-Esprit désire vous guérir tous. Qu’en est-il de cela, madame? Qu’en est-il de cela, soeur? Croyez-vous cela?

            Maintenant même pendant que j’ai la force et que je suis conscient pour savoir ce qui est en train de se passer, voulez-vous croire maintenant même? Prions. Père céleste, je Te prie, au Nom de Jésus, de condamner chaque démon qui a lié ces gens et de faire de ceci une glorieuse soirée, un grand succès. Pendant que Ton Esprit est ici se mouvant sur les gens, que le Saint-Esprit baptise chaque croyant maintenant même, et leur révèle qu’ils sont la postérité d’Abraham et qu’ils sont héritiers de la promesse ; et que la promesse de la guérison leur appartient.

            Et maintenant je condamne Satan, ce démon de doute, qui essaie de retenir les gens, mais qui n’a aucun droit légal. Satan, Jésus-Christ t’a dépouillé de toute la puissance que tu possédais, et de tout le pouvoir du péché que tu avais, au Calvaire, lorsque le Sang du Fils de Dieu s’est répandu, et qu’il a jailli de Son côté. Et le Saint-Esprit a été retiré de Son corps, et Il a été envoyé à l’Eglise pour te dévoiler et t’exposer, après deux mille ans. Et te voici exposé. Tu es un perdant. Sors de ces gens! Je t’adjure, par Jésus-Christ le Fils du Dieu vivant qui...?...

E-1 Thank you, my dear brother. That's just wonderful. Praise the Lord. Everyone enjoyed that, say, "Amen." [Congregation says, "Amen."--Ed.] What--what wonderful singing these brothers has been doing for us, here at the--our revival. And we're certainly appreciative to them, and God bless them.
I heard some fine compliments on them today. And I'm so thankful to hear that, 'cause I know both these brothers, and know they're real Christians. And we're thankful for everything.
So we're happy to be in tonight again, this Wednesday night, regular prayer meeting night, midweek prayer meeting among the churches. And--and we pray that those who has dismissed to come out, that God will richly bless you and give us a--a prayer meeting here tonight. And those who could not, and had their own services, we just pray that God will give them great prayer meeting.

E-2 Last night, I thought I would be sure to get out at nine-thirty, but I missed it again. So I--I'm--so I'm going to try again if I can.
Now, they've give me some handkerchiefs here to pray over. I noticed on one, said, "Brother Branham, please anoint." Now, that is just fine. Now, I know many brethren anoint the handkerchiefs, which that's good. And I... God, anything that God will bless, I'm certainly for it, aren't you? That's...
But now, I never anoint them; I just kinda use the Scripture by it. Now, in the Scripture I don't believe they anointed the handkerchiefs, but the Bible said, where you're getting the Scripture for it, is Acts the 19th chapter, where that they taken from the body of Paul, handkerchiefs and aprons. Wasn't nothing about anointing them. But 'course, that's all right, if they anoint them, but I don't have any anointing oil.

E-3 Now, I believe in anointing the sick with oil, just certainly. The Bible said so. The handkerchiefs, the way I do them, is just pray over them. And, oh, it's been such a great success. We just had such a wonderful time in praying for the handkerchiefs. And the--the Lord has blessed in such a marvelous way.
Now, here not long ago, just a little testimony, I'd like to say about praying over handkerchiefs. I send out. I've sent out (Oh, I would be afraid to say the number.) thousands times thousands, and multiplied thousands around the world. And I got a cute little letter that come from a German translator. I have a little temporary offices in, oh, eight or ten different nations. And--and they get the letter and translate it, and then send it to me and say what they want, and I send it back. So there was a... It was real cute.
There was a little German woman had been in a wheelchair with arthritis for a number of years. And they had translated my book, in German. And I believe the man's right here in the meeting, that did that, or he was down at the Christian Business Men's breakfast the other morning. Thank you, sir. And down at the--the Christian Business Men's breakfast, the other morning...

E-4 And so she had been reading that book. And she sent to me for a handkerchief. Of course, handkerchiefs cost about ten, fifteen cents a piece, and sending out thousands a week, I can't afford to buy them, because I don't have any capital to work on, so I just buy, great spools of ribbon. And that just reminds me, I've got to try to find some while I'm here in Los Angeles. We're just out in our country; we just bought it all up for some. And sometimes for hundreds of yards of ribbon; I just set and pray over them and cut them off, and send them to the people.
And this little German woman, after receiving it, she took... In the instructions we send, and we have a prayer group all around the world. People get up sometime, two, three o'clock in the morning, to get in that prayer group to go to praying. And so, she pinned the handkerchief on her underneath garment, or the little cloth, and put she put her hand over her heart, and she said, "Now, you old Devil, you get out of here," raised up out of her wheelchair and went on about her business. Just how cute that was. In sounding that way would make us think that, but such a simple faith.

E-5 You know, Christian friends, that's what it is. It's so simple, it--it fools the people; that's all. It's not nothing, just you have to reach up and pull down or something. It's--it's just simple as--as that.
Now, I'll--I'll lay these here, and then you can get them afterwards. Now, we're always happy to pray for them. And each night, I'll do it. Thank you. You'll recognize this handkerchief, will you? All right.
And, now, each night if you want them prayed for, handkerchiefs... And then if you happen to fail to get one, not get one in, just send up to the office, just write me, Jeffersonville. I'm not telling you... Now, I'm... Oughtn't to have said that, I suppose, 'cause most of the time people saying, "Write me." Why, all right, sister. I... "Write me," well they mean then, they're trying to get your address to start. But I don't have any radio programs, anything to support, so I'll--I'll just answer your letter, that'll be all, and send back the handkerchief. But now, and then if you want one, send and get it, and keep it in your Bible, if you don't have use for it now. And our Lord, just some little...

E-6 I think, Brother Oral Roberts, you all know of... Nearly all of you have heard of Brother Oral Roberts, a very dear brother, and a lovely person. He, his main subject is like mine, being Jesus the same yesterday, today, and forever. His is the point of contact. And I think, just a little cloth, or something like that, just a point of contact, you know, just something to, oh, kinda stimulate your faith a little... So now, let us bow our heads just a moment for prayer.
Now, our heavenly Father, we come to Thee first tonight to offer thanksgiving for all that You've done for us, blessing us, and giving us blessings that we are not deserving. And Father, yes, we deserve nothing. But it's through Thy righteousness of grace that Thou doest bless us. And we're so thankful. We pray that You'll meet with us here tonight in the Word, and may we have much fellowship around the Word. And then in the service, the prayer for the sick, may the Holy Spirit do the exceedingly abundantly tonight in some way to stimulate faith and bless the many. We just thank Thee for all Thou hast done.
Looking around tonight here in the building and seeing that a few nights ago, three or four cots and wheelchairs set, and only one left tonight. Father, may it be tonight for that person, there to be healed. Thou did deliver each one of them. And now, tonight this woman. So we pray that You'll grant it to her.
And now, many of Your lovely children are sick and have loved ones across the country who's sick, and they've brought to me, handkerchiefs to be blessed. Father, I thank Thee, first, for Jesus Christ the Son of God, Who makes these things possible, and for the confidence the people has in Your unprofitable servant.

E-7 Now, we're taught in the Bible, that they took from the body handkerchiefs and aprons from Saint Paul. Now, Father, we realize that we're not Saint Paul, but Thou art still the same Lord Jesus to meet the conditions of the people.
One time, Israel was all cornered off by the Red Sea and the mountains and deserts. Pharaoh's army was pushing them. And the Bible, some writer said, that God looked down through that Pillar of Fire with angry eyes. There laid the Red Sea right in the path. And the Red Sea got scared and opened up. And a road went through it, and Israel passed over on dry land, going to the promised land, 'cause God had promised it.
And, Father, when these handkerchiefs are placed upon the bodies of the sick and the afflicted, may God look back again, down with angry eyes, through the Blood of the Lord Jesus, at the sickness that's got these people bound, that these handkerchiefs represent, and may Satan get scared, move out. And may the victim of the sickness move to the promise of God's good health. Grant it, Father. For we send them in Jesus Christ's Name, Thy Son. Amen.
Now, you can get these, right immediately after the...

E-8 Now, I'm going to try to go just quickly as I can, getting on the way now. And I thought maybe tonight we would run a little series of--of this subject, speaking out of the Old Testament.
Last week we've spoke now the eight night on the New Testament, and tonight, I thought, we'd turn over in the Old Testament and speak awhile. I love the Old Testament. Don't you? I'm kind of a typologist. And I... The Old Testament is just--just full of nuggets buried down in there. And I like to go prospecting (Don't you?) and dig out those nuggets and polish them up. And you know what? You'll find every one of them pointing to Jesus Christ. Everything of the Old Testament was a shadow of the New Testament. And what God was to Israel then, through the law, He is to us today, through the Lord Jesus Christ. And what a beautiful, beautiful picture.
I remember taking one Book, in my, when I used to pastor the tabernacle at my home town, and I was a year and six months in one Book, Job: one year and six months. And I know I was about five weeks with Job setting on that ash heap. And the congregation was very nice to bear with me that long. But a lady's patience run out. She wrote me a letter and said, "Brother Branham, when you ever going to get Job off the ash heap?" And so she said, "We're enjoying it, but, my, you've had him there so long." But it was right... was the climax, just the whole Book to me, that's the climax when he... Elihu was talking to him, and then the Spirit of God came on him; the thunders roared, and the lightning flashed. Job stood up and said, "I know my Redeemer liveth. And I... There, and I... at the last days, He will stand on the earth. And though the skins worms destroys this body, yet, in my flesh, I will see God." What a beautiful thing. And the climax of it was--was, there wasn't a sinner left in the church. The Lord Jesus saved them everyone.

E-9 Now, we're going to start tonight in the Book of Genesis. And I--I love this Book also. And we want to start off on the prophet Abraham, and speak awhile. And now, in Genesis 12 we'll read just a portion of the Word, and then, we're going to take Abraham for the next couple nights, the Lord willing. And I'll watch my time so I won't take much time. And then bring him over to the climax, of where he sacrificed, or went to sacrifice his own son. And was called Jehovah-jireh, "the Lord will provide for Himself a sacrifice."

E-10 Tonight, we want to take the calling of Abraham in--in Genesis 12. Read the first three verses.
And the Lord... said unto Abram, Get thee out of thy country, and from thy kindred,... from thy father's house, unto a land that I will show thee:
And I will make of thee a great nation, and I will bless thee, and make thee--make thy name great; and thou shall be a blessing:
And I will bless them that bless thee,... curse him that curses thee: and--and all the families of the earth shall be blessed.
May the Lord add His blessings to the reading of His Word.

E-11 Now, quickly, and then we'll go right straight to the healing service, because thinking this, about the same little audience each night. And a few nights ago, they run in, I believe, about a bunch of wheelchairs, and cots, and--and they dwindled down now to one. Praise be to God. I praise... Thank God tonight. I'll catch the tapes a little later on, when the boys Leo and Gene, and them, my partners, that's here taking the recordings... I see another group in here also. And if you want to know what was said to you, it's in a semiconscious (You see?), and you don't realize what you, or I don't, what I'm saying. So just get the tape, and you can find out just exactly what I told you. And always remember, just what It said, follow it up. Don't be scared.

E-12 Oh, I got just--just another little testimony right on the end of my heart. I--I was over... I just have to say it almost. One night they was coming along the prayer line, there was a little lady who had been suffering with stomach trouble. And she... The Holy Spirit told her all about her, and who she was. And somebody questioned telling people who they were. Said, "That ain't Scripture." Oh, yes, it is. Yes, it is.
When Peter came to Jesus, He said, "Thou art the son of Jonas, but thou shalt be called hereafter, Peter," which was a little stone. Jesus knew him, knew his name, and told him what his name was.
So anyhow, this woman, It told her, then when the... It all revealed to her, then it come out, "THUS SAITH THE LORD, you're healed." 'Cause it turned light, and I seen the woman well, or I'd never said that. It's not me speaking then; it's Him.
And so she went home. She said, "Well, if I'm well," said, "I might as well go home and eat."
So one of her friends, way down in the neighborhood had a big lump on her neck. And the Holy Spirit spoke the same thing to her, told her, "She was healed." So she went out feeling for her lump. She said, "Well, it's still there, but I was instructed, if it," said, "it was the Lord speaking, why, it has to be gone." So they agreed going home that they was going to go ahead and act just like it wasn't nothing to it. So they was well.

E-13 So the little lady tried to eat. And oh, my, she really got sick. And then a few days, it just kept getting worse. So she just kept on telling her family and everybody, "Thank the Lord, I'm healed." She just stayed with it. About six weeks had passed, no different, just still the same.
Well, some of the neighbors had said, "Now, sister, you're bringing a reproach upon the cause." Said, "You shouldn't say those things unless they are real."
She said, "But somehow or another," said, "don't look I--I'm any better," but said, "just something in my heart, if a--if a spirit could stand there and tell a person who I was, and all about my life, and tell me where I'd--what happened that caused it; and then tell me, in the Name of Jesus Christ that I was healed..." Said, "Just I--I can't get over it." Said, "I just believe it anyhow." So she just kept holding on.
And one morning, the children had went to school, and she was washing the dishes, and--and she got real hungry. A real strange feeling come over her, and she got hungry. The woman may be setting present right now for all I know. So she... And hungry. She went over and she tried to eat a little piece of toast. And it... pretty good. So she thought, "Well, usually that buttered toast made her sick," ulcered stomach. And she said, "Well, that was pretty good." So well, she was still hungry, so she thought she'd just have a few oats, you know, some of the children had left there. So they hadn't eaten all their oats, so she just set down finished up the little child's oats. Well, that felt pretty good. So she just really had her a gastronomical jubilee. So she just fried her a couple eggs then, drunk a cup of coffee. Well, she said, "Nothing's happened," just felt real good. Usually she'd be sick and have a headache and start vomiting. Nothing happened.

E-14 She waited as long as she could, about thirty or forty minutes. She couldn't hold it any longer. Down the street she went to tell her neighbor. Oh, my. She run into the house, and the neighbor was screaming top of her voice. And she said, "Say, my sto... Why," said, "that lump I--I never noticed it. I... It was on there yesterday, but--but awhile ago I started to wash," and said, "the lump's gone." It's, I felt a real funny feeling," said, "it all--it's gone from me."
And them little women got together, and about a week later come way, thousands of miles away to testify to the other people, that what the Holy Spirit said was true, to hold on.
Now, what happened? Here's what it was. Now, don't be kinda mixed up, friends. When God says anything, it's got to happen. When God speaks it... Now, of course, His Bible is what we're speaking of. His Scripture said that, "If thou canst believe, why, all things are possible."

E-15 Now, what He would speak through His servants would be secondarily. But if It's still truly the Word of God, it'll have to happen. And as being, since I was a child, seeing visions, and God my Judge, Who I stand before tonight, I've never seen It one time fail, not one time. It's always perfect, because It's God.
Now, what happened. You think God has to move just in a spur of a moment, but you're wrong. See? No, no. Daniel, one time, he was a--a servant of the Lord. And there was an Angel Who followed him, was sent to follow Daniel. Do you remember the story? And one time, he was praying, and the Angel, after It got to him, it was, I believe about twenty-one days, or something like that, before the Angel could ever get to him. You remember that story?

E-16 Well now, when the Angel of the Lord had pronounced this blessing, what was it? The Angel of the Lord passing through the neighborhood where He pronounced the blessing, performing the work. That was all there was to it. He was just carrying on what He had done. So always, when God has said anything, believe it with all your heart.

E-17 Now, that's the background, a good background for what we're going to talk on for a few moments with Abraham. Now, God in the beginning in the garden of Eden, He made a covenant between Him and Adam. And Adam broke his covenant. Now, man always breaks his covenant with God, but God never breaks His covenant with man.
So God seen what was going to happen, so He made this covenant, after the world had begin to multiply, and got full of wickedness, and so forth. And they'd went up into Babylon, and--and the first idol worship was ever spoke of begin in Babylon. God searching out across the lands, to try to find somebody who would--was honest in heart, somebody He could give blessings to, and of all the people there was in the land, God, by sovereign election chose Abraham.
How many Christians is here tonight? Let's see your hand? Well, I believe it's about a hundred percent. That's fine. A hundred percent Christians, then I want to tell you something. It isn't very easy to say before sinners. Do you know why you're a Christian? Because God called you. You never did seek God at any time. No, sir. It's God seeking you. No man, at any time, has ever sought God. God sought man.
"No man can come to Me," said Jesus, "except My Father draws him first." The very strain from the garden of Eden, instead of the fallen sinner trying to find God, it was God trying to find the fallen sinner, and has been ever since.

E-18 God by election, remember, you begin before the world begin, spiritually speaking. When He made man, male and female, in His own image, which He was a Spirit, He knew when you'd come into existence.
Now, by election. Now, if you'll notice... Oh, we'd take plenty time, but we haven't got it to give. How we could give the background on this, how the--the patriarchs... For instance, Abraham. Abraham is election. Don't forget this anyhow. Abraham is God's election; Isaac, justification; Jacob, grace (Anybody would know I believe in grace, see what God did for Jacob); and Joseph, perfection. Then it run out. God showing His election in Abraham, His justification in Isaac, His grace in Jacob, and His perfection in Joseph.

E-19 So God called Abraham, not because he was any better than anyone else, but God called Abraham because He had elected Abraham. And He called him and gave him His covenant unconditionally, and told him that He would save him, and told him what his destination would be: He'd come to him in an old age. Already done, God was determined to save man. Man, there's nothing he can do, and he--he's a failure to begin with. So God by election called and saved Abraham.
You say, "Oh, brother. If I could only been Abraham." Now, wait. Not only Abraham, but his seed after him also He called and elected. Amen.
Now, my brethren, I wish, maybe... That might not agree just right, but just hold it a few minutes and watch. God, by sovereign election called Abraham, not because he'd done anything. He had come down from the tower of Babel with his father, and his mother, his wife Sarah. And he dwelt down in the land of Shinar, lived a pretty good life, as far as I know. And he'd go out, probably in the morning and eat berries, and into the bush and kill an animal for his protein, and then blackberries, and so forth. And he lived down in Shinar in the city of Ur, of the land of Chaldean, and God by election called Abraham. And said, "I..." Not "If you'll do a certain thing, but I have already done it." God had determined to save man, even against his own will, against his nature.
Man in his nature, is absolutely contrary to God's will. He's a sinner, borned a sinner, borned in sin, shaped in iniquity, come to the world speaking lies, lost from his birth, nothing he can do about it.

E-20 Could you imagine going out here and telling a pig, say, "Now, looky here, Mr. Pig, I'm going to tell you, you're wrong." Why, you could wash him up and put him on a tuxedo, if you wanted to. That wouldn't do no good; he'd go right back to the mud puddle and wallow again. It's his nature. He's a pig to begin with. And every man, every unregenerated person, no matter how good you try to be, how good you think you are, you are a sinner by nature, until God changes your nature. Amen.
Now, that's right. We don't like to say that. "Oh," you say, "I wear the best clothes in the neighborhood. I got the best car. I have the best..." That doesn't have one thing to do with it. If the nature's not... "I never told lies. I never..." That still hasn't got anything to do with it. It's no merits of your own, but it's the unconditional election and calling of God. And salvation is the merits of Jesus Christ, and nothing that any individual could do. God, by His love saved man. Not what man could do, there's nothing you could do about it. You couldn't even have a nature to long for God, because you're a sinner. So no man has sought God at any time. But God has sought man.
"No man can come to Me, except My Father draws him first. All that comes will have Everlasting Life. I'll raise them up at the last day. He that heareth My Words, believeth on Him that sent Me, hath (not will have), hath (present tense, right now) Everlasting, Eternal Life, and shall not come into condemnation, but's passed from death unto Life." Because you have believed, not intellectually, but from your heart.

E-21 Oh, many people say, "Oh, I believe," and try to reform. Our business is not to reform; it's to preach the Gospel. We're not reformers. We should be Gospel preachers. Abraham, as soon as God called him, He called him to separate himself. That's a strange thing, isn't it? God, as soon as He calls a man, He calls for a complete separation. You know the world wants mixers, today. People selecting their pastor, they want somebody who'll take a little sociable drink, and wear the best clothes in the country, and crack a few wild jokes, and go on like that, and be a sociable with the young folks, and everything. But God said, "Separate Me, Paul and Barnabas." The Holy Spirit calls for total separation (Amen.), separation.
Said, "Abraham, separate yourself from your kindred." That's a big thing to do, wasn't it? "I want you to sojourn in a strange land. You've never walked this way before, but I want you to separate yourself so you can walk with Me, among a strange people, speaking a strange language. And you're to be a pilgrim, a sojourner." And here it is. Every man that's borned of Christ separates himself from sin immediately. The Holy Spirit just calls you right out, a different nature.

E-22 Here's the lamb feeding in alfalfa. Here's a pig feeding in the pen on slop. Take the nature out of a lamb and put it in the pig pen, he will never eat no more slop, but go to eating alfalfa. But you can reform him and polish him up, he will run right back to the pig pen again. The Bible said so, "The hog goes to it's wallow." See? That's right. It's got to be something God does for a man, not what man does, what God does. We got too much manmade reforming today. "Sign your name. Put your name on the church book. Join a church. Bring your letter in." Oh, I ain't got nothing again' it, if the other has already took place. If you've been born again, all right. You don't care where your letter is at here, anyhow, it's in heaven, not written on a piece of paper, but on a--a Lamb's skin by Lamb's Blood. Hallelujah.
Notice, "Separate yourself from all your kindreds, and come over into a strange land." Sure. You used to run to nightclubs, and to places you went, maybe everywhere that you should not have went. And now, when God called you, He calls you to separate from that kind of a life and walk a different life.
Do you ever remember singing the old song: "I'll take the way with the Lord's despised few. I've started in with Jesus, now, Lord, take me through."

E-23 I remember, when I first got saved, my mother said, "Billy, you've absolutely lost what little sense you did have." Well, I did, that's right, as far as the world was concerned. But I found something better, a new life. Why, it caused me... Even my father to tell me I couldn't stay home as long as I acted like that. But God give me fathers all over the world, and mothers all over the world, friends everywhere; millions times paid in this life, and Eternal Life in the world to come: Separation.
Then upon that He gave Abraham a promise. Abraham was--was seventy-five years old when God called him. And Sarah, his wife, was sixty-five years old, which was around forty, fifty, sixty, around forty years a past menopause. And he married her according to theological history that, or theological history, rather, that He called him when, or she married when they was about seventeen years old. And he had lived with her as a wife all these years, and now, she was sixty-five, and God said, "I'm going to do something, and I've chose you, not You chose Me, but I've chosen you to do this. And you're going to have a baby by Sarah your wife after she's sixty-five years old."
The Bible said that Abraham staggered not at the promise of God through unbelief, but was strong giving praise to God.

E-24 Now remember, they never had the baby for twenty-five years after that. Abraham was a hundred and Sarah was ninety. But I can imagine, as soon as God told them they was going to have the baby, I'd imagine they went out and bought all the pins, and the things they had to have in them days, and got ready for it. Amen. God said so, and that settled it.
Could you imagine Abraham in this day with a wife sixty-five and him seventy-five, shaking on his staff, going downtown, "Well, doctor, I want to make arrangements for you to come to my house now. We're going to have a baby, and my wife is sixty-five?"
Why, they'd say, "Abraham, you're just a little bit mentally upset." And every person... Here it is; get it. Every person that walks truly after God is considered by the world, a little mentally upset. That's right. Amen. Yes.

E-25 Why, could you think of an old man today seventy-five years old, with a wife sixty-five and lived with her since she was seventeen, and no children, perfectly barren, and him sterile too, and then go out and say they're going to have a baby, and getting the baby clothes ready.
Why? No matter what it looked like in the natural, God said so. Now, excuse this, you young women and young men. I'm your brother. And notice, at the end of the first month, or the first few days, I... Maybe, hear Abraham say, "Sarah, how do you feel?"
"No different."
"Well, praise God, we're going to have it anyhow."
First month passed. "What about it, Sarah?"
"No different."
"Praise God, we're going to have it anyhow."
First year passed. "What about it, Sarah?"
"No different."
"Well, praise God, we're going to have it anyhow."

E-26 And instead of getting weak like you do, and like I do... If God don't answer right in a minute, "Well, I failed to get it." But Abraham got stronger all the time, knowing that longer it lasted, before the baby was born, greater miracle it was going to be.
And if you are the children of Abraham, you got the same kind of faith. Hallelujah. Don't get scared at that. "Hallelujah" means "praise our God."
Notice. Abraham got stronger as the days went on; he got stronger, believing, him and Sarah. Now, if God called Abraham, and Abraham had that kind of faith because God called him, Abraham's children has the same kind of faith. Now, the only reason that Abraham had that faith is because God seen the quality in him, and called him, and talked to him face to face. And every person that's elected by God, comes in and gets the faith of Abraham when they have a talk face to face with God.
Now, what is Abraham's seed? Let's find out just a minute. Now, Abraham's seed was Isaac. Isaac, through Isaac come Christ. We be... The Bible said, "We, being dead in Christ take on Abraham's seed and are heirs according to the promise." The same promise He give Abraham is the promise that He gives us. If we be dead in Christ, we take on Abraham's seed, and are heirs according to the same promise. And then, the same faith that was in Abraham dwells in his children, who call those things which are not as though they were, because God said so.
Brother, if I could just see you get that kind of a faith tonight, there wouldn't be a feeble person among us in the next five minutes.

E-27 Abraham called those things which were not as though they were, because God said so. "How do you know, Abraham?"
"God said so."
"How can you prove it?"
"God said so."
"Why, it's against all nature."
"But God said so."
The doctor says, "You can't get well."
"But God said so." See?
Say, "You'll never walk again."
"But God said so." Amen.

E-28 Mayo's told me I had three minutes to live, but God said I was going to live a long time. Here I am. I was practically blind, said my sight never would come to me again. But here I am. God said so.

E-29 That's the way. When God says so. See? A Christian does not calculate, or does not look at things he sees. You don't see with your eyes anyhow. You don't. Certainly you don't see with your eyes. You look with your eyes. You see with your heart. "See" doesn't mean "look." "See" means "understand."
Jesus said to Nicodemus, "Except the man be born again he cannot see the Kingdom of God." See what the right translation that is, "cannot understand the Kingdom of God." Somebody be doing something, showing you. "I just can't see it." You're looking at it, but you don't understand it. And you'll never know what the Kingdom of God is until you're born again, then you'll understand what It is. You'll know what makes people happy, what makes them stand right out in the midst of difficulty, and say, "It's so," never move. They understand. God said so.
Now, I--I told you the other night. You got to have faith, but you've got to know how to use that faith to make yourself well, to get happiness out of life. If you're born again, everything you got need of is right in you when you're born again, because the Holy Spirit comes there, and that's all you have need of. It's the Holy Spirit; It produces the rest.
Now, notice Abraham, our Christians, rather, Abraham's seed. No matter what anybody else says, they believe it anyhow.

E-30 Here sometime ago, I was talking to a fine doctor, who belonged to the same church that I belong to. And he said, "Billy, you know what? I was at your meeting." He said, "I appreciate all that was done." But said, "Let me ask you something, Billy." Said, "It isn't going to be long till you're going to be a holy-roller."
And I said, "Well, what do you mean, doctor?"
He said, "Because them people are just emotional."
"Well," I said, "according to science, anything that hasn't got emotion is dead. Then if your religion hasn't got a little emotion about it, you better bury it." And he said... I said, "It's dead."
And he said, "Now, Billy."
I said, "I want to ask you something. I..."
He said, "Don't you know those people just get excited." Said, "You go to preaching, and they get excited. That's what makes them holler 'Amen' and cry."

E-31 I said, "Now, doctor, I want to ask you something. You know, they can't be nothing excite them; just sitting there normally, they can't... There has to be something excite that nerve." You just can't be walking down the alley, and if you're not scared, you're not scared. If you get scared, something excites you. Certainly, it is.
And I said, "Sure, in one sense, they're excited, but what's the emotion excited about?" I said, "Just like you getting scared, something has to scare you. And something has to excite those people. And what it is, it's the Holy Spirit near them, taking the Word of God and giving them Eternal Life, and It is excitable." Certainly.
Notice. Christians cannot be Christians and not have faith. "And faith is the substance of things hoped for, the evidence of things not seen."
You can't see your salvation. You don't see Jesus, but yet, you believe Him. And we call those things which were not, as though we were--they were. And Christians look at the unseen, not what they see, what they don't see.

E-32 Here not long ago I was over in Canada, great campaign where about ten, fifteen thousand people was out, Montreal. We was having a great meeting there. And I was watching, coming down the street, Mr. Baxter and I, there was a television going on there. And a guy standing on there from way over in America somewhere, strumming a guitar, one of these here cowboys, around, you know. So strumming on a guitar...
And the fellow walked out, he said, "How do you do."
And I said, "How do you do, sir."
He said, "Let me sell you that set."
I said, "No, thank you, I'm just passing through here."
"Oh." Said, "Well," said, "I can get the tax free if you want to take it back to the States with you."
I said, "No, no, thank you." I said, "I was just looking at it." I said, "That's fine. Where's that coming from?"
He said, "Way down in the United States somewhere, Detroit or somewhere."
I said, "Uh-huh." I said, "That's very fine." And I said...
He said, "Just passing through?"
I said, "No, no, I'm here for a few days."
He said, "Oh."
I said, "Yes, sir." I said, "I'm in here for a--a meeting."

E-33 "Oh," he said, "you ain't with this Branham outfit down here, are you?"
And I said, "Yes, sir."
And he said, "Oh," he said, "what do you think about that guy?"
I said, "Well, I don't know."
And he said, "Well," he said, "I'll tell you." Said, "I think he's the biggest hypocrite I ever seen."
I said, "You really do?"
He said, "Yes, sir. I do." He said, "The first thing, he's got nothing but psychology."
I said, "Were you there last night?"
He said, "Yeah."
I said, "What about that soldier they brought up there all crippled up?"
"Oh," he said, "that soldier could've walked anyhow, if he just tried it." Hum.
I said, "Are you a Christian?"
He said, "Oh, no." Said, "I don't believe in none of that stuff."
Said, I said, "Oh."
He said, "I'm a scientist." He said, "If anything cannot be scientifically proven, it's absolutely an error."
"Oh," I said, "Uh-huh." I said, "I hate to take the other side." But I said, "I'm going to tell you the real things are things that cannot be scientifically proven."
"Oh," he said, "you're wrong."
I said, "All right. I want to..."
He said, "If it can't be scientifically proven, it's not real."

E-34 I said, "Well, partner, I believe the things that's--that's real cannot be scientifically proven. And anything that's scientifically proven is not real; it's perishable."
And he said, "Oh," he said, "I think you're wrong."
I said, "I want to ask you something. Are you a married man?"
He said, "Sure."
"Got any children?"
"Yes."
I said, "You love your wife?"
He said, "Yes, sir."
I said, "What is love?" I said, "Scientifically, show me what love is. What's different about that woman than there is any other woman? What's different about them children than there is any other children? Love... and you couldn't scientifically prove love if you had to." I said, "I... You can't scientifically prove me that you got a mind." That's right. You can't.

E-35 I said, "The real things are unscientific. They're substance of things hoped for: faith." Well, I said, "look at that picture there." I said, "That picture's coming right through the room." I said, "That's like it is on the television." I said, "That's the way they see them visions." I said, "It's--it's something that comes out." And I said, "Why can't that radio see that vision?"
He said, "Well, it's not made that way."
I said, "See? God sets some in the church, prophets, some teachers, some evangelists."
He said, "Oh, nonsense. We got a sending station to send this."
I said, "We have too." Amen.
He said, "And you believe that guy is right?"

E-36 I said, "Yes, sir, I am that guy." And I said, "I am."
He said, "You're not Reverend Branham?"
I said, "Yes, sir."
He said, "I called you a hypocrite to your face."
I said, "That's the way to do it, always. Tell me to my face, not to my back." That's right.

E-37 But that's it, friend. See? We have a sending station; that's heaven. We've got a receiving station; that's your heart. And when, really in your heart you accept the Word of God, it becomes positive. No matter what the rest of them is seeing, you're seeing it anyhow. And Abraham believed God, and it was imputed unto him for righteousness.
As the years passed by, she still believed. Abraham believed. (Our time's getting away.)
In the 17th chapter, we'll pick that up just for a moment. In the 17th chapter, after he got real old, he was ninety now, God appeared to him in different names. But He appeared to him in the 17th chapter as Almighty God, said, "I am Almighty God." Now, the really, the Hebrew word for that, is "El Shaddai," meaning "the breast, or the bosom, like a woman."
He said, "You're old, Abraham. You're nearly a hundred. But My promise is still good. And I am the breasted God." Like the mother to her baby, when the little baby's sick and fretting, the mother takes the little baby up, no matter how sick it is, and holds it to her bosom, and the little baby nurses the mother's strength. And the baby is made well through the mother's strength.
And He said, "Abraham, you're old, you're a real old man, ninety. Sarah now is eighty, but I am the breasted God. Just hold on, and keep nursing My promise, and I'll bring it to pass." Hallelujah. He's still tonight Almighty God, the El Shaddai, the Breasted One. "He was wounded for our transgressions, with His stripes we were healed." Compound reason, the Breasted One.

E-38 Then He called Abraham out to confirm this covenant to him. Abraham said, "See that I'm childless yet, and the only heir of my house is this Eliezer of Damascus..." He said, "Seeing that I go without a child, and he's going to be my heir. And only thing I have is Ishmael, and that's from the handsmaid, Hagar."
He said, "Well, come out here, and I'll make this clear to you, Abraham. What I'm going to do for you and for your seed after you."
Now, Abraham's children, set quiet and listen, quickly, and we'll go right straight to the point.
He took Abraham out, and Abraham made a sacrifice unto the Lord. And he killed a little heifer, and a she goat of three years old, each one of them, and a ram. And he took a pigeon and a turtledove, and he split the heifer, and the ram, and the she goat apart, laid the pieces together. But the turtledove and the--the pigeon, he never split apart. Oh, I wish we just had time to go... We get that tomorrow night, maybe (See?) why he didn't split that pigeon and turtledove?
Here's what it was. A turtledove, or a pigeon, was a representative, or it atoned for healing. God has changed His covenant from law to grace, but He never has changed healing. It's always been the same.
And he didn't divide them. And when he laid them together, and he kept the birds off of them until the sun went down... Now, listen real close. Here's how the covenant was made. Here's why today that Jesus has risen from the dead. Here's why today He's doing the very things you see Him doing.

E-39 Now, He--He is showing in a figure to Abraham what He was going to do for all his seed after him; which out of Abraham would come Isaac, and out of Isaac would come Christ; showing what kind of a sacrifice that he would make through Christ. When Abraham give a pre-shadow of it, when he went to the mountain to offer Isaac, and God spared Isaac, and didn't spare His own Son, because Isaac was only a shadow of Christ, packing the wood, and everything right up the same hill, as we'll get to it later on in our lesson in a night or two.
Well, notice. What he did... Oh, it's marvelous. He kept the birds off of it until the sun went down. Notice. Then a deep sleep fell on Abraham. "First thing, Abraham, I'm just going to shut you off to show you there's not one thing you can do about it. This is My covenant."
And it wasn't one thing, brother, that you could do about it. It isn't one thing, sister, that you done about it. It's what God did for you in Christ. Not because you was good, not because a mother was good. But what? Christ was good, and what Christ did by calling you.

E-40 Put him to sleep. Now, he hasn't got anything to do with it. So after he went to sleep, then there come a real deep horrible darkness. What did that mean? Hell, separation, every sinner deserves it, separation. And then beyond that was a burning furnace, death: separation, hell after death, to every sinner. But then beyond that went a little white Light. I hope you never disbelieve no more from this hour. Abraham, asleep, and in a vision, showing that every man must come to this horrible darkness of separation, death. That every man deserves to go to hell, 'cause he's a sinner; he fell. He's the offspring of a sinner. And then, beyond that, went the little white Light, in other words, the same Pillar of Fire that followed Israel, the same Holy Spirit that's here tonight. And It went right in between each one of these sacrifices, God confirming by His grace, that someday what He would do in Christ Jesus.
Now, to the oath, God took an oath over It. He took an oath tonight swore by Himself, that none other greater to swear by, He swore by Himself, He'd keep His Word. Amen. He will keep His promise. He didn't only say it, but He swore to it, that He'd do it.

E-41 "What are you trying to do, Brother Branham?" Get you to a place where you can see what God has done for you. That's why these things take place. God has promised to do them, and He's got to do them. In order to be God, He has to keep His promise, brethren.
Notice. In the Old... Many ways we make covenants. Here in America when we make a covenant, why, we just go out and make an agreement and reach over and shake one another's hands, and say, "That's it, boy. Seal her. Here we are. All right." We shake on it. That's the way we make a covenant.
Down in Japan they got a funny way of making a covenant. They go out and make their agreement; then they get a little salt and throw it on one another. That's the way they make a covenant, throwing salt on one another.
But in the time of Abraham, the way they made a covenant, the way God made a covenant, they took an animal and split it apart. And they took a piece of paper and wrote on this piece of paper, whatever they were--their agreement was. And they tore this piece of paper apart, and one man took one part, and the other man took the other part. And they took an oath over the dead body of this sacrifice, that if either of those broke that covenant, let their--let them be as this dead animal was below them. And when they come together again, to make this covenant right, these two pieces of paper had to dovetail right straight together letter by letter, for it would be the same piece of paper.

E-42 Now, here's what God did for us in Christ. God manifested in flesh, took His own Son up to Calvary, and there He killed His own Son on Calvary's cross to make a covenant with the human race. And when He did, He nailed Him to the cross, the dead sacrifice, it was, and pulled out of Him the Holy Spirit. "Into Thy hands I commend My Spirit," Blood running from His side, and hands and feet. And God pulled out the Spirit from Him, and shoved the body down in the grave, raised it up on the third day, and set it on His right hand, and sent the rest of the agreement back to the Church, which was the same Holy Ghost that was upon Christ come upon the Church. And the only way in the world we'll ever be able to make it at the day of the judgment is for that same Holy Spirit, that was upon Jesus Christ to have to dovetail, as His Wife through the Body. Amen. That's the covenant that God wrote to the Church. He tore Christ apart, soul and body.
He said to the woman, "Can you be baptized with the baptism I am baptized with?"
She said, "Yes."
He said, "And you will."
The same Holy Spirit that was upon Jesus Christ was tore out of His body to take the Life out of it, to shed the Blood for remission of sins, and God raised His body and set it on His own throne, on His right side and sent back the same Holy Ghost that was upon Christ to be on the Church in a double portion.

E-43 Friends, if you have received that Holy Spirit, you are sons and daughters of God. You are the seed of Abraham and joint heirs with him in the Kingdom. And the same faith that was in Abraham is in every believer tonight. Hallelujah.
God, by His amazing grace, called you out of the slop pens of the world, and give you the Holy Ghost, and not because you deserved It, but because He called you to It unconditionally. Not because you were good, 'cause you wasn't good. Not because your mother was saved. That's all right. But you're another individual. That's right. God called you by election.
And sinner friend, if you're here, or lukewarm church member, these things that you see going on here in the tent at nighttime, the Holy Spirit making manifest the resurrection of Jesus. It's the covenant that God said and poured it out through Christ. "The same very same things that I do shall you also. Even more than this, for I go to My Father. A little while and the world will see Me no more, yet you shall see Me, for I will be with you, even in you, to the end of the world."
I'm not excited. I'm feeling good. I feel very religious. Because why? The Holy Spirit, it's not a guess so; it's not a maybe so; it's not probably so; it's not I'm guessing at it. But I know that Jesus Christ lives and reigns tonight, and He's the same yesterday, today, and forever. His Holy Spirit is here in the building tonight to do the very same thing He done upon earth, if He can find the very same faith. Amen.
We'll begin here, tomorrow night. Shall we pray?

E-44 Our heavenly Father, we thank Thee for Jesus. Oh, the unconditional covenant... Born, myself, a sinner, alienated, out of the commonwealth of God, by amazing grace, by the election of God, spoke to my poor little Irish heart one day and called. Oh, I'm so glad I heard it, Lord. I cherish it above everything, knowing that someday this body of humiliation that we're in now, will be marred by death. All of its features, and all of its mentalities will break and go back with the brain cells. But inside of there lives the Holy Spirit that'll come again someday, bringing forth the resurrected body, which this is the negative of: strong, healthy, young. And today we have the earnest of that by seeing You heal the sick and the afflicted. Your Holy Spirit here, proving without a shadow of doubt that You're still Jesus. God raised Him up from the dead, set His body on His right side, as a High Priest, making intercessions, healing the infirmities of the people, going before God daily with His Blood saying, "I died for this purpose." The Holy Spirit that was upon Him here on the earth now, working through submitted hearts, performing the same thing...
God, all the questions are gone. Abraham rose and believed God. Father, if there's some here without You that's aliens, may they rise tonight and believe God, say, "I'm finished. This settles it. I've seen the Bible, heard It read. I've looked at It; the Holy Spirit's confirmed It. I am now a believer. From henceforth, I forsake all sin. I cling to Christ and Him only. By His help and grace, I'll do this."

E-45 While we have our heads bowed, is there one would raise your hand to God and say, "God, this is my hand. Tonight I am a believer. I promise from this night, henceforth, to serve You the rest of my days." Will you accept Him? He will see your hand if you'll just raise it.
God bless you, brother, for standing up, accepting the Lord Jesus as Saviour. Someone else, just, while the Church is praying, would you just stand up? That's a good thing. I like the way you did that. Stand up, just to your feet, let God see you, that you're now accepting the Lord Jesus as your personal Saviour.
"And he that hearth My Word (not he that joineth My church), but he that hearth My Word and believeth on Him that sent Me. (Will have? No.) hath (right now) Everlasting Life (Not from a mental standpoint now, from your heart,)--has Everlasting Life and shall not come into judgment (or condemnation), but has passed from death to Life."
Will you believe? I persuade you as a Christian brother, knowing that this might be my last trip to California. My work's calling swiftly for overseas, where we get tens of thousands saved in a week, maybe, four or five here in--in a night in California, or other parts of the nation. I believe our time is about finished. The handwriting is on the wall. People are so indifferent.
If you're here and without Christ, would you just stand for a moment? Maybe every one of you are Christians, born again; I hope you are.

E-46 Now, heavenly Father, to those who stood or and raised their hands, I pray, humbly that You'll heal their spirit tonight. Grant it. May real faith come in, not no more doubt. Just wash it out by the Blood of the Lord Jesus, and make them Thy loving servants. Please, Father.
And those, maybe, who did not stand, who wish they could've had enough courage to stand, God, we're living in an horrible day, great educated day, like it was before Noah came, a great day of science, great day of building, great day of working of materials. You said, "As it was in Noah's time, so will it be just before Your time." And here we are. But there was a Message went forth in Noah's day. And Your Message is going forth today, calling people to the cross.
Now, heal the sick tonight, Father, for we commit these things into Thy hands, in Jesus' Name. Amen.
The Lord bless you now as we start calling for some sick to come up. And now, I'm really only got ten minutes, but we'll run a little longer than that. Let's see.

E-47 Did you give out...? Still in F? Still got F's out, prayer cards F.
Now, these prayer cards, when you receive them, this... When you... Each day they're given out fresh anew. And when you receive them, you have to come here to get it. You can't get, take it over to somebody else that's never heard the message, or know how to... Don't do that, 'cause you'll be stopped by it. You come get your own prayer card. You can have it, and then come.
Now, let's see, what be... Let's call... Quickly, let's call from, let's see, from 80, 85. Let's call from 85. Anybody got prayer card F-85, raise up your hand, right quick, see if I'm on right ground. Prayer card F-85, raise up your hand, right... Over here. All right 86, 87, 88, 89, 90, up to a 100, stand up right over here, if you will, right over here. Line up real quick, if you can.
You all look around. If somebody setting next to you, look at their prayer card. Maybe, they got one, and--and they don't, can't hear or something. And maybe they can't get up.
And now, while they're lining those people up, F-80... Where did I call from? Where did I call from? Let's see, 85. 85, yeah, 85, prayer card 85 to 100 in F. Look at the little bitty card, got a number on the back, and its got an F. And line up over here, if you will, quickly, as you can. We'll start the prayer line right away.
Now, do you love Him? Oh, isn't He wonderful? Let's sing: "Great Physician," if you give us the key.

E-48 Jesus of Nazareth, coming along the road where the sick and the needy was, God speaking to Him and showing Him, people out in the audience, believing, He'd turn around and tell them, "Thy faith has healed you from the blood issue. I know you, who you are, you come from a certain place."
"Yes."
"And how'd You know me?"
"I seen you when you were under the tree."
Said, "Go down yonder and throw your hook into the river, and catch the first fish. He's got a coin in his mouth, go pay the--the tithe and the tributes." And, oh, He's still Jesus, isn't He?
All right, let's sing one verse: "The Great Physician," now. All together while they're lining them up.
The great Physician now is near,
The sympathizing Jesus;
He speaks the... (What'd say?)
[A man says, "87."--Ed.] 87... There's one card missing, number 87. If someone with prayer card 87, it maybe somebody who can't get up. Look. Somebody look at this lady setting here. I don't know. Look like she can't get up right here, see if she's got a prayer card. All right. Look at your neighbor. Anybody with prayer card F-87, would you raise your hand, 87, F-87? Check around and see. All right.

E-49 Now, if you're here and they don't... Well, you won't see, tomorrow night, you had a chance tonight to get in the prayer line, then you shouldn't ask for a card again tomorrow, if you got a chance tonight. Now, come on, and get in, ever who is coming. All right. While the boys are checking around, let us have a word of prayer will you?
Heavenly Father, now, we are here to minister as ministering brethren, one to the other. And I pray Thee, dear God, that Your blessed mercy will rest upon each and every one. Help me, dear God, tonight to pray for Your sick children who are needy. Grant it. And may every person in Divine Presence, that's sick, be healed. Grant it, Lord, for we ask it in Jesus' dear Name, and for His sake. Amen. All right.

E-50 Now, I'm going to ask you something. And brother, you watch. Just don't let me stand too long. I know you have to hurry home, but let's just start the meeting. No one responded. All right. All right. All--all right. They maybe stepped out. Maybe out somewhere. If they come in, why, somebody usher will find out, somebody, if someone comes in, maybe, bearing that card, we'll put them in the line anyhow, 'cause they deserve to come. All right.
Now, I want to ask you. I, not knowing no one, as far as I know in the building right now, but the man behind me, just the local group that's with me, the two boys. And my wife's here somewhere, but I've never seen her yet tonight in here. But she's here somewhere and my little girl, my son here, and that's all. But God knows every one of you, don't you believe that?
Now, if thou canst believe... Just have faith. How many here that wants to be healed, but hasn't got no prayer card, you won't be up here on the platform, just raise your hand. I can just get a general idea of where you're setting. All right. That's fine. Just looks like it's solid, everywhere.
Now, this person here, this woman, young lady, rather, is a perfect stranger to me. I've never seen her. But God knows her. And God knows all about her. Now, if I could heal her, if she's sick. I don't know if she's sick. But if I could heal her, and wouldn't do it, I'd--I'd be a cruel person. But I--I can't heal her. And--and if Jesus was standing right here where I am now, neither could He heal her. He's already done it. He might try to get her to believe it, but... Is that right? That's right. See, 'cause the Blood's already been shed, the atonement's made. He can't work against Himself. See? He can't do that. He's already did it. And you can't do it again, after He's already got it done. He's laid down a program. "I shed My Blood to make it possible." The sin question's already paid for, the healing question's already paid for. Now, if you can believe, that's it; that's all can be done.
Then in that, He sends preachers and He sends prophets, and He sends different ones and sets them in the Church for His glory, that they might see and believe.

E-51 Now, this girl, you are... We're strangers to each other, are we, lady? I never seen you in my life, I don't... You never seen me. We're total strangers. All right. If the Lord Jesus will let me know what the girl's here for, will the rest of you here believe with all your heart, that it's... You remember, Jesus said Himself... And through the nights, if there's a stranger here... That's exactly what Jesus said.
"Verily, verily, I say unto you, I can do nothing but what the Father shows Me first." Is that right? "I can't do nothing in Myself. Just what the Father shows Me, that I do."
And when He went away, He said, "Now, the same thing that I done, you'll do also. For I'll be with you, always to the end of the world. You'll do the same thing I done, until the end of the world." So that's Him.
And He... The Bible said, "He's raised from the dead." So if He's raised from the dead and the same yesterday, today, and forever, He's got to do the same thing, hasn't He? Then as you ought to know, after hearing His Word, believing Him, accepting Him as personal Saviour, and here He is doing the same thing, then there's no guess about it. It's all truth, isn't it?

E-52 Now, the young lady, as again tonight it's a woman to begin with. We are strange to each other. And now, sister, you know that to be true. We're strangers. But now, you know that I don't know what you're here for. I--I have no idea. You're just a--a young lady that walked up here on the platform and that's all. And you wouldn't necessarily had to been up here; you could've been sitting out there and had faith. But being that you're here close to me (See?) I can speak to you. And if I can get you to have faith, then your own faith will make the vision operate for you. See? It's God showing you that He loves you. It isn't me. I know nothing about you; but He does. And--and if you don't believe, well, then there's nothing could be done. You could stand there all night, and if you didn't believe, why, it would never--it would never work (See?) 'cause it's your faith that operates it, not mine. It's yours. God's gift, but I--I'm not the gift. I'm just the--the channel. See?
That bulb is not the light; that wire is not the light; it's the current in the wire that gives the light. It's just the conductor. In this case, I'd be the conductor. See? And it takes His, and somebody has to press the button. And you're the person that'll have to press the button. God shows the Light, and He snaps It off, you'll know whether that's right or not.

E-53 Now, as we talk, talking to you, is sure, it's to contact your spirit; that's right. And--and you... He's near, the Holy Spirit, you're aware of that, that Something's near. So am I, but It just hasn't anointed us yet, just right, to what it is. But I see the lady now as she begins to dim out to me. I see her. She's suffering with a--a nervous condition. She's real upset. She's been that way for sometime. She also has a--a ladies condition; it's in the female gland. She's having trouble in the female gland. Those things are true, aren't they, lady?
And I... You're--you're not from here. You've come from somewhere else, another city. I see you moving, coming this a way. Someone had told you something; it was about the meeting, and you come to be prayed for. And I see the number that you left from, it's--it's--it's 8614 is your street number. And somebody calls you, "Betty." And your last name is Moore. That's right. Just... Now, you can go home; you're healed. Your faith has done it, sister. The Lord bless you, my sister.
Have faith in God. Believe with all your heart.
Our Lord... We are Abraham's seed. Jesus Christ was Abraham's Seed, out of Him come. God has made us. Just have faith. Don't doubt. Believe with all your heart, and you shall receive just exactly... It's all right. She's just coming out from under It. She set under the anointing long; that's what it was. She just completely passed out; that's all. That's all right. She's well now. See? She's all right. She's just exhausted. She's...?...

E-54 Now, the man standing here, sir. We are strangers to each other. We do not know each other. Only God knows us both. Is that right, sir? Kind sir, you were weeping there because you was real excited. With the overcoat on; the little heart trouble's been bothering you. It's over now. Just have faith. That's fine.
Say, the lady setting next to you there, suffers with a--a trouble with her lungs too. That is right, isn't it, lady? Now, just raise up your hand too, sister. Now, lay your hand over on her, sir. That's it. Heavenly Father, their faith is close enough to draw the virtue of the Holy Spirit to a vision. I pray that if faith is strong enough now to make them both well, in Jesus' Name. Amen.
What do you think of that, sir? Isn't He wonderful? Certainly is. You keep looking that way because you're interested in somebody, aren't you? It's your wife. That's right. You got a throat trouble. Uh-huh. This is your last night you can stay, isn't it? You have to go home. You're going to be well. You got a little habit you want to give up too. You going to quit it? Throw the thing away and never pick them up, and go and serve God the rest of your life. Lay your hands on your wife down there; she's going to get healed too. God bless you. Pass on your road rejoicing in the Name of the Lord Jesus. Amen.
Let us say, "Thanks be to the Lord God, Creator of heavens and earth, Author of Everlasting Life."

E-55 Come near, sister. Believe. "If thou canst believe, thou canst receive."
I do not... Lady, with the pocketbook and your hand laying on it, been having some trouble with your side. That's it, you setting there, yes, that's right. All right. It's over now. Your faith has healed you. Amen. God bless you.
He's wonderful, isn't He? The other lady setting there with her pocketbook in her hand, with high blood pressure, but Jesus Christ can make you well, can't He, sister? You believe it? You believe it? All right, you can be healed. That's wonderful, isn't He?
You turned around, post, looking at me, been bothered with your eyes haven't you, sir? Yes, yes. Sure, you have. The man next to you has too. All right. Both of you stand up and receive your sight in the Name of the Lord Jesus, and be made well.
You have faith? "If thou canst believe." That's up to you.
You believe, sister? With all your heart? You're a very sick woman. You have trouble with heart trouble, for one thing. And you--you have trouble with your throat. And you're bothered with sinus trouble, complications like. Your age is against you on many of the things you think. But God is for you. I want to tell you something, that you might know. You got someone you're real interested in, aren't you? It's had a stroke or something. They've been in bed for nine years. Isn't that right? Now, just go on receiving and believing with all your heart. God will confirm it.
Let us say, "Thanks be to God." And if thou canst believe...
How do you do, lady? You speak English? Oh, very well. I'm a stranger to you. You do not know me. I do not know you. You got your baby. That's what you're interested in. If Jesus will let me know something, what you're here for, will you believe Him with all your heart?
Sister, you're baby is very sick. They really don't know what's the matter with it, 'cause it's got trouble in its neck. It's a gland trouble, swelling. That is right. You was to take that baby to the doctor, the hospital, it was, about yesterday. But you're holding off. That's very good faith for a sinner. You used to be a Catholic, wasn't you? And you quit the Catholic church. That's right. And then you started going to a Pentecostal church, but you didn't join it. You haven't been back to that church for about a year. You don't know what to do. This come upon your baby that you might serve the Lord.
Now, go, and be born again of His Spirit. I'll bless the baby.
Just a moment. I seen someone else with a rosary or... It's some women standing by. There they are. A young lady setting looking at me, lady setting next to her is her grandmother. She's suffering with a stomach trouble. That's right, isn't it? And you suffer with headaches, troubles. Isn't that right? You're both Catholic. You believe that the Lord Jesus will save and heal right now, and make you both well? Will you believe it? Raise up your hands if you will. All right. Now, put your hand over on grandmother there.

E-56 And Father God, Who made heavens and earth, all things are possible to them that believe. Remit every sin, Lord, I pray. And that You'll heal this darling little baby here, and I take the curse off of it. It's too young to have faith. May this baby live. Satan has numbered its days, but the mother has come to You, Lord Jesus ,just now. And now, I curse this disease, that it will not take the baby's life, that Jesus Christ the Son of God will save the child. And bless those who are holding hands below, in Jesus' Name. Amen.
Now, it's all over, sister. I want to ask you something. You've never had a feeling like you have now. Isn't that right? You are also forgiven of every sin, and your--and your baby will live. Don't fear. Go on your road. Tell mother or grandmother to eat what she wants to. Your headaches cease, sister. The lady's trouble, it's all over. Now, just have faith and believe with all your heart. Hallelujah.
The lady, Spanish lady setting right over there, got a chest trouble, haven't you, sister, setting right there with the--with her head down weeping because that God had spoke to us. He heard your prayers too, sister. God bless you. You are healed also. Your faith has saved you.
Get some of these Spanish people in here; they got faith. What's the matter with you Pentecostal people? Look at Catholics coming in with faith. They're taught to believe that what their priest says is right. You ever get one lined up right so you can see the Holy Spirit working, he will believe everything that's said.

E-57 What do you think about that, lady, being Spanish too? You believe it? All right. You know what has happened? You female trouble has left you. It... You're healed. Go on your road rejoicing, and be made well through Jesus' Name. Hallelujah.
Now...?... Sister? Will you believe God can heal heart trouble and make you well? Well, just go right on--on your road rejoicing, because He's Jehovah-jireh that provides everything we have need of.
You love Him? Oh, my, that's the way to have faith. Now, It just begins to set in everywhere.

E-58 When I spoke to that lady, something happened, didn't it? Now, just go on your road rejoicing, thanking God and be well through Jesus' Name. Don't doubt a bit; just believe with all your heart.
Come, sir. Now, I want to ask you something. You believe that stomach trouble's gone? Just go on your road rejoicing then, 'cause He has healed you.
Let's say, "Praise be to God."
Do you believe, sister? You'd like to go eat a big hamburger about that big with onions on it? Go eat it then, and be well, in the Name of the Lord. That ulcered stomach that--that's...
My Lord can heal arthritis just so easy. Don't you believe that? Well, just go rejoicing and thanking God for--for what He's done for you.
Well, you have a lady's trouble; you're nervous and got arthritis. But just go off the platform rejoicing, saying, "Thank You, Lord."
Let's say, "Praise the Lord." [Congregation says, "Praise the Lord."--Ed.] Every one of you, do you believe? Now, turn to receive right now. "If thou canst believe."

E-59 I believe right now the Holy Spirit wants to heal every one of you. What about it, lady? What about it, sister, brother? Do you believe it?
Right now while I've got strength and while I'm conscious of knowing what's going on, would you want to believe right now?
Let's just pray. Heavenly Father, I pray Thee, in Jesus' Name, that You'll condemn every devil that's bound the people and make this a great night, a great success. While Your Spirit is here moving on the people, may the Holy Ghost just now baptize every believer, and let them know that they are the seed of Abraham and are heirs of the promise. And the promise of healing is theirs.
And I now condemn Satan, the old doubting Devil, and he's trying to hold the people, but he no legal rights. Satan, Jesus Christ stripped you of every power you had, and all the power of sin that you had, at Calvary, when the Blood of God's Son poured out, and gushes from His side. And the Holy Ghost was stripped from His body, and was sent back to the Church to reveal and expose you, after two thousand years. And here you are, exposed. You are a loser. Come out of the people. I adjure thee, by Jesus Christ the Son of the living God that...?...

Up

S'abonner aux nouvelles