Conduit Par L’Esprit De Dieu

Date: 56-0723 | La durée est de: 1 heure et 15 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1          Prions. Notre Père céleste, nous Te remercions ce soir pour la bonté du Seigneur Jésus. Pour tout ce qu’Il a fait pour nous et pour la miséricorde qu’Il a répandue sur nous, nous qui sommes indignes, mais, par la grâce rédemptrice, Il nous a ramenés maintenant à Lui.

            Et nous Te remercions pour cela. Nous Te remercions pour Ta puissance de guérison. Nous Te remercions pour le salut, pour toutes les bonnes choses que Tu as faites pour nous.

            Maintenant, parle-nous ce soir à travers Ta Parole et nous Te louerons, au Nom de Jésus. Amen.

2          Je suis tellement heureux d’être de nouveau ici ce soir dans ce service, croyant que le Seigneur vous a bénis aujourd’hui au-delà de toute mesure. Et il est une chose, c’est que vous êtes habitués à ce climat. Ce n’est pas le cas pour moi. Cela me tue presque.

            Léo, l’un de mes jeunes gens qui font les enregistrements, était malade toute la journée; il vomissait, et Gene également, Billy aussi, et moi aussi. Alors ce climat, je–je crois que je devrais venir un de ces jours pour rester ici une fois pendant l’été pour–ou pendant l’hiver afin de m’y habituer pour l’été. Mais, j’imagine que si vous veniez chez moi quand il fait environ 28° au-dessous de zéro [-2 °C], vous aimeriez pratiquement rester dans la maison. C’est à ce moment-là que nous aimons tous aller chasser le lapin, quand il fait environ–environ 28° au-dessous de zéro.

3          Cela dépend simplement de la région du pays à laquelle nous sommes habitués, et des fois, les différentes régions... Soeur Moore, je crois, me disait aujourd’hui que David était dans le camp de l’armée quelque part là, au Texas, et comme il est habitué au climat qu’il y a ici, il a dit qu’il était tellement malade l’année passée qu’il pouvait à peine conduire sa voiture jusque chez lui, tellement il faisait chaud.

            Et maintenant, ça peut sembler faire très beau et très frais pour vous tous, mais cela me brûle certainement. Bien, il est une chose: c’est un bon moment pour prêcher la repentance, n’est-ce pas, lorsque vous avez un pareil climat? Oui, oui.

4          Nous sommes donc heureux ce soir de savoir que sur base du pardon de nos péchés, et sur base du salut éternel, nous attendons la Venue du Seigneur Jésus.

            Nous sommes si heureux de savoir qu’un jour Il viendra ici, et tous les troubles cesseront. Juste de voir qu’à Chicago, même après qu’on a administré tout le vaccin Salk et tout, la polio continue à faire rage, à tel point, oh ! la la ! oh ! la la ! que c’est pire que jamais.

            Et on dirait que presqu’au moment où une chose commence à devenir banale, eh bien, une autre apparaît. Et lorsqu’on administre une sorte de médicament pour une certaine maladie, alors, il semble soigner la maladie en question, et quelques années après, voici que cela réapparaît et provoque alors quelque chose de grave qui tue presque le patient.

            Ainsi donc, la seule chose à laquelle nous pouvons nous accrocher, c’est la Venue du Seigneur. C’est à ce moment-là que tous les troubles cesseront.

5          Dites donc, en regardant soeur Anna Jean derrière moi, j’ai eu fort pitié d’elle hier soir. Je–je suis rentré chez moi, et c’est comme si j’avais un chat dans la gorge. Elle jouait au piano et elle avait un peu abandonné, et Don se tenait derrière. Il est parti aujourd’hui, je pense, n’est-ce pas, soeur Anna Jean, outre-mer et là en Amérique du Sud et ailleurs.

            Et je sais ce qu’elle ressent. Je m’imagine tout simplement, je comprends à partir de ma femme. Lorsque le téléphone sonne, vous savez, et pendant que je suis chez moi, eh bien, elle va... Je réponds au téléphone et quelqu’un dit: «Est-ce que frère Branham est là?»

            Et je... «Oui.»

            Et je tiens le téléphone et quelqu’un dit: «Eh bien, Frère Branham, voulez-vous bien venir juste pour deux soirées?»

6          Et je dis: «J’aimerais bien, frère, mais je...» Je la vois assise là, se demandant tout simplement ce que je vais dire. Alors, je comprends ce que vous ressentez, Anna Jean, mais il y a une bonne chose... Je crois que la jeune Palmer ici, son mari aussi est parti hier pour quelque part, très loin.

            Que Dieu bénisse donc ces jeunes femmes. Et souvenez-vous de ceci, Jésus a dit que «quiconque ne quittera son père, sa mère, sa femme, ses enfants, quoi que ce soit, pour s’attacher à Moi, n’est pas digne de–d’être Mon disciple.» C’est juste.

            Pierre avait donc dit: «Nous avons tout quitté, nos femmes, nos enfants, nos maisons pour Te suivre. Qu’allons-nous recevoir dans le Royaume?»

7          Il a dit: «En vérité, en vérité, Je vous le dis que vous serez assis sur douze trônes et que vous jugerez les douze tribus d’Israël.» Oh ! la la ! Eh bien, vous savez, je n’aimerais pas faire cela. Et vraiment, du fond de mon coeur, je ne désire pas quelque chose de grand, de classique. Savez-vous ce que je désire? Je désire simplement Le contempler...?... Je–je désire simplement Le voir.

            Un vieil homme de couleur, il y a quelque temps, fut sauvé au cours d’une vieille réunion dans un camp; alors il est retourné là où les gens de couleur, dans le Sud, allaient pour chanter des hymnes la nuit. Alors le lendemain matin, il racontait à tous les esclaves qu’il était libre. Oui. Alors, le patron l’a entendu dire cela, alors le patron a dit: «Que signifie ceci, Sambo? Tu disais que tu es libre?»

            «Oui.»

            Il a dit: «Viens dans mon bureau, j’aimerais te parler pendant un instant.»

8          Alors, il s’est rendu au bureau et il a dit: «Sam, je t’ai entendu dire que tu étais libre.» Il a dit: «Sais-tu que tu es mon esclave.» Et il a dit: «Absolument, Patron. Je le sais, mais a-t-il dit, hier soir le Seigneur Jésus m’a libéré de la peine du péché et de la mort.» Il a dit: «Je suis libre, Patron. Le Seigneur m’a sauvé.» Il a dit: «Tu parles sérieusement?»Il a dit: «Absolument. Oui.»Et il a dit: «Que... Si tu n’étais pas un esclave, que ferais-tu?»Il a dit: «Je passerais le reste de ma vie à en parler à mes frères.» Il a dit: «Très bien. Si tu m’accompagnes au tribunal ce matin, je vais signer le ticket, l’émanci-... la proclamation. Je vais te libérer afin que tu prêches l’Evangile à tes frères.»

9          Après avoir prêché pendant bien des années, l’heure de sa mort sonna. Il était couché malade, à l’article de la mort, et beaucoup de ses amis blancs sont venus le voir. Ainsi, il les regardait, et il était couché là comme dans un coma. Au bout d’un moment, il s’est réveillé, il a regardé autour de lui, il les a tous vus, et il a dit: «Bien, n’ai-je pas encore traversé?» Il a dit: «Je–je rêvais ou quelque chose de ce genre, que j’étais arrivé à la porte. On m’a dit: ‘Maintenant, Sam, viens. J’aimerais que tu mettes ta robe et ta couronne.’» Il a dit: «Ne me parlez pas de robe et de couronne, a-t-il dit; laissez-moi simplement me tenir là et Le contempler donc pendant mille ans.» Je pense que c’est ce que nous ressentons tous, n’est-ce pas? Nous ne voulons pas de couronne ni–ni de grandes choses. La seule chose que je désire faire, c’est simplement Le contempler. C’est tout. Si je peux simplement contempler Sa face, cela–cela serait ma récompense pour chaque effort, juste Le contempler, et Le voir. Alors je–j’ai confiance, je crois, j’espère, j’ai fait de mon mieux pour pouvoir Le voir un jour.

10        Eh bien, j’ai toujours pensé que j’aimerais vraiment m’agenouiller à–à Ses pieds pour caresser en quelque sorte un peu Ses pieds. N’aimeriez-vous pas le faire? Cela ne vous fera-t-il... Juste caresser Ses pieds et se demander quel... Les mêmes pieds que cette femme avait lavés avec ses larmes et essuyés avec sa chevelure, comme–comme je me sentirais heureux juste de me tenir là et de caresser un petit peu Ses pieds. Je crois que je prêcherais pendant cent ans pour pouvoir faire cela, pas vous? Oui, oui, et passer toute une vie... Maintenant, étant donné qu’il fait chaud ce soir, et que nous ne... Aujourd’hui, c’est le début de la semaine, et demain soir, s’il y a quelqu’un ici pour qui il faut prier, eh bien, nous allons prier pour les malades demain soir, le Seigneur voulant. Et maintenant, je ne réprimande pas les gens de ne pas être venus à l’église, s’il fait chaud à ce point; je crois que moi-même je ne viendrais pas non plus. Oh ! la la ! quelle chaleur !

11        Et ainsi, dans Romains, chapitre 8, au verset 1, nous aimerions considérer ceci juste pendant quelques instants. Romains 8.1.

Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui marchent, non selon la chair, mais selon l’Esprit.

            Maintenant, notre Père céleste, nous Te prions de focaliser nos esprits sur l’Esprit de Dieu, et puisse-t-Il nous conduire, car nous ne savons pas ce qu’il faut dire, mais Toi, Tu pourvoiras à la Parole.

            Et je Te prie de nous conduire dans une–une glorieuse réunion, Seigneur, où la Semence de Dieu tombera profondément dans le coeur de chaque personne, de telle manière que ceux qui ne sont pas sauvés et les pécheurs seront sauvés, et que les rétrogrades seront ramenés à Dieu, et que les malades seront guéris, car nous Te demandons ceci au Nom de Christ. Amen.

            Conduit par l’Esprit de Dieu. Croyez-vous que les hommes de Dieu sont conduits par l’Esprit de Dieu? C’est juste.

            Maintenant, Paul, s’adressant aux Romains ici, a dit: «Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. Maintenant, ceux qui marchent non selon... Si vous êtes en Jésus-Christ, alors vous marchez non selon la chair, mais selon l’Esprit.»

12        Eh bien, vous savez, c’est une–c’est une chose dangereuse lorsque nous pouvons penser que bien des fois les chrétiens qui sont remplis du Saint-Esprit continuent de marcher selon la chair. Le savez-vous? Ils le font. Et à ce moment-là, le Saint-Esprit les quitte, comme nous l’avons dit... Je... Vous voyez parfois les gens, quand quelqu’un se lève et parle en langues, ce qui vient de Dieu, mais peut-être quelqu’un dira: «Gloire à Dieu, moi aussi je peux faire cela.» C’est la chair. Voyez-vous? Vous devez être conduit par l’Esprit. Voyez-vous? Et je parlais l’autre jour pendant que frère Jack et moi étions allés visiter un–un séminaire luthérien, et les gens posaient des questions au sujet de ces dons divins. Et je leur ai dit comment j’ai ordonné cela dans mon église. Je vois cela bien des fois au point que je pense que les gens du Plein Evangile qui croient dans ces dons... Non seulement cela, mais il y a beaucoup d’églises baptistes, et beaucoup d’entre elles parlent en langues. Certainement.

13        Charles Fuller a le parler en langues à Long Beach, mais il–et l’interprétation, il en a parlé à la radio tout récemment, leur disant comment ils parlaient en langues et interprétaient. Il a dit que cependant, s’il n’y a pas d’interprète, eh bien, c’est charnel; mais il a dit que si quelqu’un parlait, que tous restent vraiment silencieux, ainsi pour voir ce que sera l’interprétation.

            Eh bien, voici comment on s’y prenait chez–chez nous, lorsque j’ai reçu le Saint-Esprit, et j’ai compris que ces choses étaient destinées à l’Eglise. Nous avons trouvé que si quelqu’un parlait en langues, et qu’ensuite il n’y avait pas d’interprète, nous les amenions à rester, à se tenir tranquilles. C’est juste. Ils ne sont pas censés parler en public comme cela.

14        Mais alors, lorsqu’ils deviennent interprètes, quelqu’un peut interpréter... Eh bien, nous ne voulons pas d’un tas de sottises. Nous devrions être authentiques. Alors, nous réunissions tous ces gens, tous ceux qui avaient des dons, ceux qui avaient des révélations, ceux qui avaient la parole de prophétie, ceux qui avaient l’interprétation et le parler en langues, et ils se réunissaient à l’église environ une heure avant le début du service.

            Ils entraient là pour exercer leur ministère, et ils s’asseyaient dans l’église, ils se tenaient tranquilles, et le Seigneur donnait un message. Maintenant, avant que ce message puisse être reçu et donné à l’église, il devait y avoir là trois personnes ayant l’esprit de discernement. Et deux de ces trois personnes devaient témoigner que cela venait de Dieu.

15        Sinon, on ne considérait pas du tout cela. Mais maintenant, cela ne doit pas être une citation des Ecritures ni... parce que Dieu nous a dit de ne pas multiplier les vaines paroles. Cela devait être un message adressé à une certaine personne dans l’église, sinon cela n’était pas accepté.

            Donc, disons par exemple ceci: quelqu’un se lève et dit: «AINSI DIT LE SEIGNEUR, ce soir à la réunion il y aura une dame qui entrera ayant un bandage à la tête. Elle a connu un accident d’automobile il y a cinq ans, elle ne peut pas être guérie, on l’amène d’un certain endroit. Demandez à frère Untel dès qu’elle entrera (Ils viendront du Michigan.) de lui imposer les mains, car AINSI DIT LE SEIGNEUR, elle sera guérie.»

16        Eh bien, tout le monde restait tranquille. Après un instant l’un de ceux qui ont l’esprit de discernement dit: «Je crois que c’était le Seigneur», et un autre... Maintenant, souvenez-vous, votre parole est en jeu, l’autre dira: «Je crois que cela venait du Seigneur.»

            Très bien. Cela est noté. On dépose cela sur la chaire. Pendant tout ce temps je suis dans le bureau, en train de prier. Très bien. Ensuite, la chose suivante, vous savez, quelqu’un parle en langues et donne un message, disant: «AINSI DIT LE SEIGNEUR, dites à frère Henry Dupont de quitter l’endroit où il habite, parce qu’il y a trois gros arbres là, car AINSI DIT LE SEIGNEUR, demain après-midi vers quatorze heures, viendra un ouragan qui va renverser tous ces trois arbres. Dites-lui de s’éloigner. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR.»

17        Cela doit être adressé à quelqu’un, un message adressé à l’église. Maintenant, ensuite ils–l’un des interprètes ou l’un de ces hommes ayant le discernement dit: «Je crois que cela vient du Seigneur.»

            L’autre dit: «Je crois que cela vient du Seigneur.»

            Eh bien, s’ils disent cela, alors on note cela, on dépose cela sur la chaire. Alors, lorsque je sors juste avant le début de la réunion, je lis ces messages à l’intention de l’église. Ils ont déjà signé cela de leurs noms pour le discernement, pour dire que cela venait du Seigneur. Frère Henry Dupont quitte aussi vite que possible, et–et nous surveillons la venue de la femme. Si elle ne vient pas, ou si l’orage ne survient pas, alors, je leur demande à tous de venir à l’autel pour chasser d’eux ce mauvais esprit. C’est juste. Ce n’est pas correct. Dieu ne dit pas des mensonges. Il dit la Vérité. Voyez? Dieu dit la Vérité. Alors, c’est ce que j’ai trouvé parmi les gens, il y a tant de ces choses.

18        Récemment, en Californie, je me préparais à faire un appel à l’autel, et une dame s’est levée et s’est mise à parler en langues, elle a tout simplement gâché l’appel à l’autel.

            Eh bien, je ne dis pas ceci... mais le... Eh bien, le... Ensuite, une certaine femme s’est placée tout au fond et a donné une sorte de signe: «Soyez tous prêts. Le Seigneur vient», et ainsi de suite. Nous connaissons cela. Cela n’était pas du tout adressé à quelqu’un.

            Ainsi donc, je n’ai rien dit du tout. Ce n’était pas ma réunion. Ainsi donc, quelques jours après cela, elle a rencontré Billy Paul là dehors. Elle a dit: «Dis à ton papa de s’apprêter lorsqu’il commencera à relater l’histoire de sa vie, parce que j’ai un autre message que je dois donner.»

19        Eh bien, cela ne marchera pas. Eh bien, c’est charnel. Je ne condamne pas la personne, mais je condamne la–la manière dont les gens utilisent les dons de Dieu. Quand ces dons sont utilisés correctement, c’est la chose la plus merveilleuse qui existe; mais quand vous ne les utilisez pas correctement, cela amènera la disgrâce sur l’Eglise.

            Ainsi, nous devons être conduits par l’Esprit, et lorsque nous sommes conduits par l’Esprit, alors Dieu fait tout marcher parfaitement dans l’harmonie. Maintenant, si les gens apportent ce message, et que moi je l’annonce, et que la dame en question vienne... La voici. Tout le monde se demande où elle se trouve. Après un instant la voici qui entre, on la transporte sur une civière; je sais exactement ce qu’il faut faire. Le Saint-Esprit a déjà parlé. On va lui imposer les mains. Elle va être guérie. C’est exactement ce qui se produit.

20        Ensuite, la chose suivante, le jour suivant, frère Henry Dupont s’éloigne de ces gros arbres, ou il s’éloigne de la voie ferrée, où il y aura un déraillement, ou il ne va pas vers ce coin-ci pour certaine chose, ou quoi que ce soit. Et le jour suivant, on voit cela arriver parfaitement ainsi, alors nous disons: «Merci, Seigneur Jésus, de nous avoir avertis. Nous T’aimons parce que Tu es avec nous, et Tu accomplis pour nous Tes miracles et Tes prodiges; et nous T’aimons et T’adorons, et nous déversons devant Toi toute l’adoration de notre coeur pour avoir été si bon envers nous.» Voyez-vous? Maintenant, si ces dons sont utilisés correctement, c’est pour édifier l’église. Lorsque vous faites entrer un homme du peuple et qu’il observe et voit ce qui se produit, vous verrez alors que cela... des frissons vont lui parcourir le dos, et il va alors se mettre immédiatement en ordre avec Dieu.

21        Mais lorsqu’ils sont simplement mal interprétés et utilisés n’importe comment... Eh bien, je crois que ce sont des dons, mais les gens ne savent tout simplement pas comment les utiliser. Et ce qu’il nous faut, c’est un enseignement sur la manière d’utiliser les dons de Dieu.

            La raison pour laquelle ils commencent à disparaître, c’est parce que les–les gens ne les utilisent pas correctement, et c’est ce que nous devons faire. Paul a dit qu’il a mis l’église en ordre, en montrant comment... et comment faire cela. Nous essayons de positionner notre église juste de cette manière-là.

            Evidemment, et puis... Eh bien, depuis que je suis parti, eh bien, c’est... Il y a un pasteur méthodiste là maintenant, alors qu’il y avait le baptiste avant moi... ou plutôt juste après moi. Eh bien, c’est un frère méthodiste qui est en charge de l’église, et eux n’enseignent pas ces choses. Ils laissent simplement... vont de l’avant et prêchent l’Evangile, ils font l’appel à l’autel puis ils rentrent chez eux.

22        Mais ce dont l’Eglise a besoin ce soir, c’est de savoir comment contrôler ces dons. Voyez-vous? Car de mauvais esprits peuvent s’introduire et parler exactement comme parlent les bons esprits. Vous savez cela. Et vous devez avoir l’esprit de discernement pour faire la distinction. Cela est arrivé aux temps de la Bible.

            Oh ! si eux, ils n’ont pas fait cela en ce temps-là, pourquoi Paul a-t-il dit qu’une personne puisse juger, et que les gens puissent juger et ainsi de suite. Ces dons de prophétie, tout est censé être mis correctement en ordre.

            En effet, Satan peut imiter chaque don que Dieu possède. Il peut imiter chaque don. Et vous devez tout simplement distinguer le vrai du faux, et c’est à ses fruits que vous reconnaissez la chose. Observez si cela arrive et si c’est la vérité ou pas. Et c’est ainsi que vous reconnaissez l’Esprit.

23        Maintenant, mais nous les fils de Dieu, nous sommes conduits par l’Esprit de Dieu. «Il n’y a donc aucune condamnation (Vous n’avez pas à vous inquiéter à ce sujet.) pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui ne marchent pas selon la chair.»

            «Gloire ! Alléluia ! je peux parler en langues. Gloire à Dieu ! Je peux faire ceci.» Non, non. C’est une mauvaise attitude. C’est une mauvaise attitude. Ne faites pas cela. Voyez-vous? Mais voici ce que c’est pour eux, il n’y a aucune condamnation pour ceux qui sont en Christ, qui marchent non selon la chair, mais selon l’Esprit.

            Or, la chose suivante, c’est comment entre-t-on dans ces dons spirituels? La Bible dit: «Nous avons tous été baptisés dans un seul Esprit pour former un seul Corps.» Et ce Corps, c’est le Corps du Seigneur Jésus-Christ.

24        Maintenant, ceci est une forte déclaration pour nous les prédicateurs baptistes, mais je crois qu’il y a un seul Seigneur, un seul baptême, et–et un seul appel; et je crois que ce seul baptême, ce n’est pas le baptême d’eau. Je crois que c’est le baptême du Saint-Esprit, car nous sommes baptisés dans le Corps de Christ, pas par l’eau, mais par l’Esprit, 1 Corinthiens 12.

            Et nous sommes les fils et les filles de Dieu, et sommes conduits par l’Esprit de Dieu, après avoir été baptisés dans le Corps des croyants. Oh ! comme c’est merveilleux ! Le péché a percé le coeur du Seigneur Jésus et nous a donné un flot de Sang, qui coule de Lui, afin qu’au travers de la Vie qui se trouve dans ce Sang nous soyons ramenés dans le Corps de Christ par le baptême du Saint-Esprit.

25        Oh ! la la ! cela vous fait oublier la chaleur. Remarquez, et pendant que vous êtes dans ce Corps, vous êtes tout aussi affranchi que Lui de toute condamnation. Vous n’aurez jamais à passer par un jugement. Dieu a fait que le jugement tombe sur Son Corps. Et si vous êtes en Lui, Dieu ne peut pas vous juger; Il vous a déjà jugé lorsqu’Il a jugé Christ. Amen. Et vous ne pouvez plus être sous le jugement. Christ a porté votre jugement. Et lorsque vous êtes baptisé dans ce Corps de Christ, vous êtes exempt du jugement de Dieu. La colère de Dieu passera par-dessus vous. C’est pourquoi Il a dit: «Quand Je verrai le Sang, Je passerai par-dessus vous.»

26        C’était l’agneau de sacrifice. Le sang était appliqué en forme de croix, sur le linteau, sur le poteau de la porte, et c’était un signe que la mort ne pouvait pas entrer dans cette maison-là. Et lorsque la mort essaie de nous frapper, cette séparation d’avec Dieu, alors le Sang est appliqué par le Seigneur Jésus-Christ, et l’Ange de la mort ne peut prendre cela. Pas du tout, car nous sommes libres à ce moment-là.

            Nous sommes en Christ et sommes conduits par l’Esprit de Christ: nous sommes conduits. Beaucoup d’hommes et presque tous les hommes... Je dirais que tous les hommes qui ont réalisé de très grandes choses dans cette vie, c’étaient des hommes et des femmes qui ont été conduits par l’Esprit de Dieu à accomplir les oeuvres héroïques qu’ils ont réalisées.

            Je crois ce soir que l’un des plus grands généraux que l’Amérique ait jamais eus, c’était Stonewall Jackson. Je crois qu’il n’y a jamais eu un général comme lui depuis Josué. Pourquoi a-t-il fait cela? C’était un vaillant homme. C’était un homme de prière. Il–il fermait tout, il amenait même tous ses généraux et les autres, à ne même pas prendre le petit déjeuner, ni rien, et à rester sur leur face et à chercher Dieu. Oui, oui. Le général Grant, ou, je suis... Stonewall Jackson, je pense à lui plutôt qu’à Grant...

27        Le général Grant était un ivrogne, un alcoolique, mais Stonewall Jackson était un gentleman chrétien, et il aimait le Livre de Josué. Il désirait être comme Josué, et Dieu lui a accordé le désir de son coeur. Et un jour, on lui a posé la question: «Comment expliquer, Monsieur Jackson, que vous pouvez résister face à une telle opposition, à un si grand nombre de gens qui sont contre vous, mais vous prenez juste une poignée de gens et vous résistez?»

            Il était le genre de gars très timide, un tout petit gars, il avait plutôt des yeux bleus et des cheveux noirs. Il a donné un coup de ses bottes sur le sol, et a dit: «Je ne porte jamais un verre d’eau à ma bouche sans avoir rendu grâces au Dieu Tout-Puissant.»

            C’est de là que ça vient. C’est juste. C’est là que se trouve le secret: avoir confiance en Dieu, être conduit par l’Esprit de Dieu. Dieu parle à l’homme; et l’homme écoute Sa Voix.

28        Noé, tout au commencement, lors de la destruction du monde antédiluvien, au moment où il était l’homme craignant Dieu, un fermier, il vivait dans la ferme, il dit que Dieu lui avait parlé un jour, et il était conduit par l’Esprit de Dieu à construire une arche afin de sauver sa maison.

            Et maintenant, le Dieu qui parla à Noé est le même Dieu qui parle ce soir. Lorsqu’Il dit à Noé de trouver un moyen pour sauver sa maison, Il le dit à chaque homme. Et le chemin pour le salut de votre maison a déjà été frayé: le Seigneur Jésus-Christ, les souffrances et la mort qu’Il a endurés à votre place au Calvaire.

            Et comment Noé... Or, il n’y avait aucun signe indiquant qu’il allait pleuvoir, la pluie n’était jamais tombée du ciel. C’était toujours... Dieu arrosait la terre par les torrents, comme par irrigation. La pluie n’était jamais tombée du ciel, mais Dieu dit à Noé que Ses jugements allaient venir.

29        Et Il a dit: «Ce qui arriva du temps de Noé arrivera pareillement à la Venue du Fils de l’homme.» Les jugements devaient frapper, parce que l’homme était constamment porté au mal. Toutes leurs pensées étaient mauvaises. Ils avaient toutes sortes d’engins comme nous aujourd’hui, ils étaient de loin plus intelligents que nous. Ils ont construit la pyramide, le Sphinx, et beaucoup de ces choses-là que nos machines modernes ne pourront pas construire. Nous n’arriverons jamais à faire cela.

            Ils devaient avoir une maîtrise de la puissance atomique. La puissance de l’essence, la puissance de l’électricité n’arriveraient jamais à soulever ces grandes pierres et à construire quelque chose comme la pyramide. Ces pierres pèsent des centaines de tonnes, et elles sont suspendues là très haut, pratiquement à la hauteur d’un pâté de maison. Et comment ont-ils pu les faire monter là-haut? Voilà le mystère, et une maçonnerie tellement parfaite qu’on ne peut même pas glisser une lame de rasoir entre elles: elles ont été taillées. Ce sont des chefs-d’oeuvre, c’est l’oeuvre des génies.

30        Ils étaient devenus très intelligents et très habiles. Et la Bible dit qu’ils avaient la maîtrise dans le travail du bois, de l’airain, que c’était un grand âge de la science. Et ils étaient devenus tellement intelligents qu’ils pensaient qu’ils sont tout simplement plus intelligents que Dieu et qu’ils n’avaient plus besoin de Lui.

            Et alors, Dieu ne voulant pas qu’aucun périsse, Il a parlé à un homme là dans les champs un jour, Noé, et lui a dit de bâtir une arche afin de les protéger du jugement. Dieu l’a conduit à faire cela.

            Et Noé a pris immédiatement ses vieux outils rudimentaires et tout, et il s’est mis à construire l’arche sans relâche. Et pendant qu’il la construisait sans relâche, Dieu lui a montré comment la faire...

31        Et je me suis souvent demandé avec quel genre de bois Il lui avait dit de la construire, quel genre de bois ça devait être. Le bois d’acacia. Je me demandais quel genre de bois c’était. En étudiant cela une fois, j’ai découvert que c’était un... Je crois que c’était le bois de gopher, qu’Il lui avait dit d’utiliser pour la construction de l’arche, le bois de gopher.

            Et pour... l’étude de ce bois de gopher montre que c’est le bois le plus léger qui existe au monde; c’est comme le baume, il est très léger. Et quand vous le mettez dans l’eau, il coule immédiatement. S’il absorbe de l’eau, il coule immédiatement.

            Et puis, nous voyons que Dieu lui a dit de l’enduire de poix à l’intérieur et à l’extérieur. Et pour l’enduire de poix, on extrayait la colophane d’un autre arbre en le battant, et on faisait bouillir cela, puis on déversait cela dans ces pores qui étaient très ouverts et vides, et on remplissait ces pores de colophane, et cela le rendait très dur et même aussi dur que l’acier que nous avons aujourd’hui.

32        Quel merveilleux type de l’Eglise aujourd’hui ! Elle est complètement vide; les choses du monde ont disparu. Le coeur est entièrement vide, et Dieu a battu un seul Homme de notre espèce: Christ.

            Et Il a subi le jugement à notre place, et par le Sang du Seigneur Jésus au travers du Saint-Esprit, Il déverse cela en nous et remplit chaque crevasse, chaque endroit d’où le monde a été retiré, le Saint-Esprit remplit cela, nettoie cela et scelle cela (Amen.) jusqu’à ce jour-là, contre les jugements ardents de Dieu.

            Frère, soeur, tant de gens se moquent du baptême du Saint-Esprit. C’est la seule chose qui vous sauvera, pas autre chose. Dieu n’a pourvu à aucun autre moyen, sinon que les hommes et les femmes doivent être remplis du Saint-Esprit et conduits par le Saint-Esprit. C’est exact.

33        Dieu enduit complètement Son Eglise ... Souvenez-vous, cette poix qu’on mettait dedans, cette colophane qui était à l’extérieur et à l’intérieur, dont ce navire était imbibé entièrement, le rendait étanche au possible, et ça le préservait du jugement. Amen.

            Oh ! la la ! l’eau, c’était le jugement de Dieu. C’est juste. Et la seule chose qui l’empêchait d’entrer, c’était cette poix. Et la seule manière pour nous d’échapper à la colère et la condamnation du jugement de Dieu, c’est de nous vider complètement, et de laisser le Saint-Esprit nous remplir tellement du baptême de l’Esprit. Et en ce jour-là, souvenez-vous, la chose même dont les gens s’étaient moqués, dans laquelle Noé en la fabriquant avait versé la poix, la chose même dont les gens s’étaient moqués, la chose même que Dieu l’avait conduit à faire, les gens s’en étaient moqués.

34        Et la chose même que les hommes et les femmes remplis de l’Esprit sont conduits à faire aujourd’hui, le monde s’en moque, il traite cela de sottise; en fait, c’est la seule chose (Alléluia !), c’est la seule chose qui a séparé Noé du jugement.

            Le Sang de Christ, par le Saint-Esprit, c’est l’unique chose qui séparera l’Eglise du monde. Les dénominations et les barrières, et ainsi de suite, et l’instruction ne feront jamais cela. Il faut le baptême du Saint-Esprit dans notre coeur pour qu’il se répande devant Dieu et se vide. Lorsque Dieu a rempli cette personne-là, alors elle est conduite par le Saint-Esprit. Amen. J’aime cela.

            Maintenant, Il a pris des dispositions pour nous. Il a tiré la Vie de Christ en Le battant; c’est ce qu’a fait le péché à la croix. Et cette Vie qui a été tirée d’un Homme en Le battant, un Homme qui a vécu et mangé comme vous et moi, est déversée en nous lorsque nous nous sommes vidés et rendus légers.

35        Vous est-il déjà arrivé de vous agenouiller et de prier jusqu’à atteindre le point où vous sentiez comme si vous marchiez sur des nuages? C’est à ce moment-là que vous devenez léger.

            La Bible dit dans Hébreux, chapitre 11–chapitre 12: «Puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau (vidons-nous) et le péché qui nous enveloppe si facilement, afin que nous puissions courir avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur le Chef et le Consommateur de notre foi: le Seigneur Jésus.»

36        Pensez-y, comment Dieu a frayé un chemin en battant Son propre Corps. Il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités, considérez la Vie qui est sortie de Lui. On prenait l’arbre, on l’étendait par terre et on le battait. Et pendant qu’on le battait, la résine en sortait. Et on prenait cette même résine qui était sortie d’un arbre et on la versait dans l’autre pour faire expiation, pour faire une séparation de quelque chose qui allait flotter.

            Et le seul moyen par lequel Noé a su faire cela, cela ne pouvait pas être prouvé par la science, mais Noé était conduit par Dieu pour faire cela. C’est ainsi que sont aujourd’hui les hommes et les femmes qui sont nés de nouveau de l’Esprit de Dieu, ils sont conduits par l’Esprit de Dieu pour vivre comme des chrétiens, et agir comme des chrétiens, et croire au plein Evangile du Seigneur Jésus-Christ. Amen.

            C’est une conduite. C’est tout à fait absurde pour l’incrédule. Je pourrais vous prouver ce soir avec la Bible que l’Eglise du Dieu vivant est bâtie sur la vérité spirituelle révélée.

37        Au départ, lorsque Caïn et Abel étaient dans le jardin d’Eden, Caïn était aussi religieux qu’Abel. Mais qui a dit à Abel qu’il fallait un agneau? Qui a dit à Caïn qu’il fallait quelque chose de joli pour attirer le regard de Dieu?

            Et Caïn a adoré Dieu tout autant qu’Abel. Caïn a fait une offrande tout autant qu’Abel. Caïn était tout aussi sincère qu’Abel. Donc, la sincérité ne vous sauve pas. Dieu a une voie, un programme, et vous devez y marcher.

38        Et Caïn s’est approché et a adoré. Si la seule chose que Dieu exige d’un homme, c’est d’adhérer à une église, de s’agenouiller à l’autel, et d’adorer Dieu, et de donner sa–sa dîme à l’église, ou–ou que sais-je, et toutes les bonnes oeuvres et le reste qu’il peut faire, que cela témoigne en sa faveur dans la Gloire, alors Dieu était injuste de condamner Caïn.

            Mais Abel, ce n’est pas par des oeuvres, ce n’est pas en construisant une grande organisation, ni en faisant quelque chose d’autre, en faisant de grandes églises, et des autels fleuris, et des discours fleuris, mais d’une façon ou d’une autre il était conduit par l’Esprit de Dieu. Il est allé là, et il a pris un petit agneau, et il lui a enroulé un sarment de vigne autour du cou, et il l’a offert en offrande sur l’autel, et il est mort sur le même autel que son agneau. Voilà une révélation.

            Tout homme qui vient à Dieu est affranchi des jugements et doit mourir sur le même autel où l’Agneau était mort... se vider, afin que Dieu puisse déverser en lui le Saint-Esprit. C’est juste.

39        Remarquez. Jésus descendait la montagne un jour. Ceci c’est dans le Nouveau Testament. Il descendait de la montagne un jour, Il a vu quelques personnes, et en s’entretenant avec elle, Il leur a posé une question, Il a dit: «Qui dit-on que Je suis, Moi, le Fils de l’homme?»

            «Les uns disent que Tu es Moïse, et Elie, et [l’un] des prophètes, et ainsi de suite.»

            Il a dit: «Et vous, qui dites-vous que Je suis? Ce que dit quelqu’un d’autre m’importe peu, mais quelle est votre opinion à Mon sujet?»

            Pierre, étant conduit par l’Esprit, n’a pas pris ce que quelqu’un d’autre a dit, il a dit: «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.»

40        Ecoutez-Le. Il s’est retourné et a dit: «Tu es heureux, Simon fils de Jonas, ou fils de Jona: car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé ceci. Tu n’as pas appris cela dans un livre; tu n’as pas appris cela dans un séminaire; on ne t’a pas enseigné cela dans une certaine église; ton papa, ta maman ne t’ont jamais appris ceci; un certain prédicateur ne t’a pas dit ceci, tout aussi bon que cela puisse être, mais ce n’est pas cela cependant.» Il a dit: «C’est Mon Père qui est dans les Cieux qui t’a révélé ceci (et tu as été conduit, en d’autres termes, autrement dit), tu as été conduit à faire cette confession, et sur cette pierre Je bâtirai Mon Eglise; et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre Elle.» C’était sur la vérité spirituelle révélée du Dieu vivant.

41        Alors, si beaucoup de doctrines du plein Evangile vous semblent difficiles, agenouillez-vous tout simplement et priez jusqu’à ce que le Saint-Esprit entre en vous, cela vous conduira à la Fontaine, aussi sûr que je me tiens ici.

            Oh ! la la ! si seulement vous pouvez vous agenouiller à la Fontaine, et vous vider afin que Dieu vous remplisse ! Conduit par l’Esprit. Les fils et les filles de Dieu sont conduits par l’Esprit de Dieu. Abraham, le vieux patriarche, lorsqu’il avait soixante-quinze ans, et Sara, soixante-cinq, Dieu l’a rencontré un jour là dans la vallée de Schinear, dans la ville d’Ur, et Il a dit à Abraham: «Je vais te bénir, et Je vais te donner un fils par Sara.» Il a dit: «Maintenant, pour ce faire, si tu restes au milieu de toute cette incrédulité qu’il y a ici, tu vas te mettre à douter. Mais je veux que tu te sépares.»

42        Bien souvent, pour qu’un homme devienne un croyant, il doit se séparer de ses amis mondains, de tout le–le monde. Ne vous mettez pas sous un même joug avec les incrédules. Ils vont seulement vous ramener dans le monde.

            L’environnement y joue un grand rôle. Le savez-vous? Votre environnement... Assurément. C’est comme frère Bosworth avait coutume de dire, vous pouvez placer un oeuf de poule sous un chiot et attacher ce dernier, cela fera éclore l’oeuf. Le chiot fera alors éclore le poussin. Voyez, c’est parce que le–le chiot garde l’oeuf au chaud, et c’est l’environnement qui compte. Et lorsque vous êtes un chrétien, associez-vous à des chrétiens, marchez avec des chrétiens, et soyez un chrétien. Vous devez avoir la bonne sorte d’environnement autour de vous.

            Si vous allez à la salle de billard, à des salles de bal, et à des fêtes mondaines et tout le reste, et que vous vous disiez chrétien, bien vite, vous allez croire que c’est tout à fait en ordre de faire cela.

43        Voilà le problème de l’Eglise pentecôtiste. Voilà le problème de toutes les femmes pentecôtistes; elles se coupent les cheveux, et–et elles appliquent du maquillage, et–et les hommes agissent comme ils le font, c’est parce qu’ils commencent à s’associer à... Mettez-vous ensemble, n’abandonnez pas votre assemblée d’autant plus que vous voyez le temps approcher. Mais vous laissez tomber les barrières.

            C’est la raison pour laquelle vous n’entendez plus cette vieille prédication à l’ancienne mode, du fonds des bois, qui parle d’un enfer de feu et de soufre. Les hommes ont peur de prêcher cela. Les prédicateurs disent que–ont peur de dire que c’est cela parce que leurs femmes se comportent de la même manière, et ils ont peur de dire cela.

44        Tout récemment, un certain monsieur m’a pris à parti; j’avais loué le service d’un homme afin de conduire un camion pour moi, cet homme fumait. C’était un brave homme, mais il fumait. Il ne confessait pas être chrétien, mais c’était un brave homme. Je l’avais pris pour un coup de main.

            Cet homme a dit: «Nous ne pouvons pas faire ceci. Nous sommes les gens du Plein Evangile. Cela va complètement indisposer nos fidèles de savoir que vous avez amené avec vous un homme qui fume.»

            J’ai dit: «Dans ce cas, je vais le renvoyer, et prendre quelqu’un d’autre.» Il a dit: «Très bien.»

            J’ai dit: «J’ai essayé deux ou trois personnes pour le faire, et il n’y a pas moyen de leur faire confiance; lorsque vous êtes sur le point de partir, ils sont déjà partis ailleurs», et j’ai dit: «C’est pour cette raison que je l’ai utilisé.»

            Il a dit: «Eh bien, nous sommes les gens du Plein Evangile. Ce serait pour nous une pierre d’achoppement», a dit ce ministre.

            J’ai dit: «Très bien, dans ce cas, je vais simplement parler gentiment à cet homme et le renvoyer.» C’est ce que j’ai fait.

45        La réunion même qui a suivi et à laquelle nous sommes allés, je me suis rendu à une grande tente qui, je pense, était trois ou quatre fois plus grande que celle-ci et qui était bondée. Je me suis avancé sur l’estrade en compagnie de ce ministre, et il a dit: «Voici le surveillant général», ou quoi que ce fût, le surveillant général de cette grande église dénominationnelle.

            J’ai dit: «Bonjour, monsieur.» Et je lui ai serré la main.

            Il a dit: «Monsieur Branham, j’aimerais que vous fassiez connaissance de ma femme»Et elle se tenait là. De ma vie, je n’avais jamais vu quelque chose d’une telle apparence. Elle avait les cheveux coupés très court comme un garçon, et bouclés à l’extérieur. Elle avait appliqué une couche si épaisse de maquillage sur ses lèvres, et elle portait une robe qui donnait l’impression qu’elle y avait été moulée. De ma vie, je n’avais jamais vu une telle tenue, et voilà qu’elle se tenait là, et avait de très longs ongles comme cela, et on dirait qu’elle saignait des doigts. De ma vie, je n’avais jamais vu quelque chose d’une telle apparence.

            Et j’ai dit: «Est-elle une chrétienne, votre femme?»

            Il a dit: «Oh ! oui. C’est une sainte.»

            J’ai dit: «Pour moi, elle a l’air d’un fantôme, monsieur, à la voir, avec tout ce bleu et ces affaires qu’elle a appliqués sur ses yeux et tout.» Quel est le problème?

46        Les gens se sont éloignés de la borne ancienne. Vous vous éloignez de la Bible. Vous vous éloignez de la conduite du Saint-Esprit, et vous êtes sortis comme les autres. C’est exactement là le problème.

            Maintenant, pensez-vous que ce prédicateur pouvait prêcher contre cela? L’autre ministre qui était avec moi, pas celui qui m’avait dit ceci, mais l’autre homme, un autre homme, son beau-frère, qui était avec moi, sa femme l’a blâmé lorsque nous nous sommes rendus à l’hôtel Antler, où nous sommes allés manger.

            Elle a dit: «Ecoutez, Frère Branham, et vous allez ruiner votre ministère.»

            J’ai dit: «J’aimerais vous poser une question, madame. Lorsque je... Si mon ministère sera ruiné par la prédication de l’Evangile, qu’il soit ruiné.»

47        C’est ce que j’ai dit une fois au sujet d’un vieil homme de couleur. Quelqu’un a dit: «Eh bien, écoute ceci, Sambo, j’aimerais te parler. Ne prêche pas sur cet enfer de feu et de soufre et sur le baptême du Saint-Esprit.» Il a dit: «Cela ruinera certainement ton église si tu fais cela.»

            Il a dit: «Ecoutez, patron, une église qui aurait été ruinée par la prédication de l’enfer de feu et de soufre et du baptême du Saint-Esprit, veuillez bien me faire savoir où se trouve cette église-là, patron.» Il a dit: «Je vais vous dire ce que j’aimerais faire. J’aimerais monter sur la toiture et poser ma grosse main noire sur son clocher et dire: «Heureux ceux qui meurent dans le Seigneur, désormais, ils se reposent dans la tombe.» C’est juste.

            N’ayez jamais peur que cela fasse du mal à quelque chose. Vous pourriez faire du mal au péché, mais vous ne ferez jamais du mal à la justice en prêchant la justice.

48        Conduits par le Saint-Esprit, les fils et les filles de Dieu, conduits par l’Esprit de Dieu... Abraham ne se souciait pas de ce que quelqu’un d’autre disait. Dieu a dit: «Maintenant, sépare-toi !»

            Alors, il a réuni son petit groupe et sa femme, et il est parti sans savoir où il allait. Amen. Pourquoi vous souciez-vous de l’endroit où vous allez? Continuez simplement à avancer.

            «Frère Branham, vous... Eh bien, où cela conduit-il?» Continuez simplement de marcher. Il était conduit par l’Esprit de Dieu, et les hommes, les grands hommes sont toujours... Il est inutile de poser des questions à Dieu pour savoir ce qu’il en est, et de vous asseoir pour expliquer tout cela par la science, et comment l’Esprit d’un Etre surnaturel vient entrer en nous.

49        Eh bien, c’est comme les Hottentots. Là en Afrique, ils utilisent le mot l’invisible, Amoya, le vent. Ils disent: «Vous adorez le Dieu qui est une Force que vous ne voyez pas.» Il leur faut voir quelque chose avant d’adorer cela. C’est de l’idolâtrie.

            Dieu est Esprit. Ceux qui L’adorent, L’adorent en Esprit et en Vérité, et ils sont conduits par le même Esprit. Alléluia !

            Abraham, Moïse–Moïse était un homme de Dieu conduit par l’Esprit de Dieu. Oh ! il a voulu se conduire lui-même une fois. Il avait dans sa tête toutes les mathématiques, et la science militaire. Il savait qu’il était un grand homme, alors il s’est dit qu’il pouvait carrément aller là et faire cela lui-même, mais il s’est rendu compte qu’il était un échec.

            Chaque tactique qu’il a essayée, ce n’était pas la chose. Il a tué un homme. C’est la première chose que les militaires vous font, tuer quelqu’un. C’est ce qu’on leur enseigne. Il est allé tuer quelqu’un d’autre. Certainement. C’était cela sa tactique.

50        Alors, il est allé là sur base de sa formation militaire, et il a tué un homme, et il était devenu un étranger vis-à-vis de ses frères pendant quarante ans. Mais un jour, un vieux berger qui marchait là derrière le désert, et aussitôt, il est entré dans la Présence de Dieu. Et alors, le Saint-Esprit a mis en feu un buisson, là, et Il a parlé à Moïse au sujet de Sa conduite en cinq minutes plus que tout le... Il a dû ôter de lui toute la connaissance militaire pour placer en lui le véritable Saint-Esprit, afin qu’il puisse être conduit par l’Esprit.

            J’aimerais que vous remarquiez. Moïse était un poltron, malgré toute sa formation militaire, malgré toute sa théologie, malgré toute sa compréhension de la Bible.

51        Sa mère lui avait enseigné depuis son enfance comment... ce qui allait se produire, comment il allait être le libérateur de cette grande nation d’Israël. Malgré toutes ces choses qu’elle lui avait enseignées, cependant, par son propre esprit, il était incapable d’accomplir ce dessein. Et tout homme, peu m’importe le degré d’instruction que vous possédez, à quel point vous connaissez bien la Bible, combien vous avez appris la théologie, vous n’êtes pas qualifié tant que vous n’aurez pas reçu le baptême du Saint-Esprit, et que vous n’êtes pas conduit par l’Esprit de Dieu.

            Cent vingt personnes étaient montées dans la chambre haute. Ces apôtres et–et Matt-... Marc 11.24. Non, je crois que c’est Luc 24.49. Dans Luc 24.49, Jésus a parlé aux apôtres, après qu’ils avaient été avec Lui et qu’ils avaient prêché et tout, Il a dit: «Vous êtes Mes témoins, mais d’abord J’aimerais que vous alliez à la ville de Jérusalem et que vous attendiez là jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’En Haut.» C’est juste.

52        Peu importe qu’ils aient été associés à Lui pendant trois ans et demi (ils avaient vu Ses miracles, ils connaissaient Ses enseignements), mais il leur fallait avoir le Saint-Esprit pour que ce Dernier les conduise.

            Nos écoles sont bonnes, mais il nous faut le Saint-Esprit pour les conduire. C’est juste.

            Maintenant, lorsque Moïse... Lorsque le Saint-Esprit vous conduit, le Saint-Esprit vous conduira dans les choses les plus ridicules que le monde ait jamais vues, et Il vous amènera à faire les choses les plus ridicules auxquelles le monde ait jamais pensé.

            Vous serez considéré comme un petit peu toqué. Souvenez-vous tout simplement, s’ils ont persécuté les prophètes qui ont été avant vous, ils vous persécuteront.

            Jésus a dit: «Heureux serez-vous. Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les Cieux.»

53        Remarquez. Comme c’est merveilleux ! Ils les ont persécutés, c’est ce qu’ils feront à cause de vos actes particuliers.

            Maintenant, prenons une minute. Voici un homme qui possède toute la formation militaire. Il a en lui toute la théologie de séminaire. Il connaît la Bible, mais c’est un poltron. Il se tient là derrière le désert, il a peur de descendre en Egypte, il a peur de son ombre. Il a peur de s’y rendre, il a même peur de visiter ses bien-aimés.

            Et lorsque Dieu l’a rencontré là, et qu’il a reçu une révélation de Sa part, lorsque Dieu s’est mis à le conduire, il a fait la chose la plus ridicule qu’aucun homme ne pouvait faire: il a couru et il a donné à son beau-père un baiser d’au revoir, il a mis sa femme à califourchon sur une mule avec un enfant sur chaque hanche, et il a pris en main un vieux bâton tordu, il s’est mis en route, la barbe flottant au vent, conduisant une vieille petite mule, disant: «Alléluia, nous descendons en Egypte pour prendre le contrôle.» Si ce n’était pas là une scène ridicule, descendre là où il y avait des millions d’hommes formés !

            «Où vas-tu, Moïse?»

            «Nous allons en Egypte pour prendre le contrôle.»

            «Comment le sais-tu?»

            «C’est Dieu qui me conduit. Quelque Chose en moi me pousse.» Et ce qui est intéressant, c’est qu’il l’a fait aussi. Il est allé là et a pris le contrôle, parce qu’il était conduit par l’Esprit de Dieu.

54        Vous criez, vous hurlez, vous sautillez, vous ignorez ce qui se passe.

            Une fois... Lorsque je vais chasser dans les montagnes, je vais souvent à un grand et vieil endroit, là, où il y a la meilleure eau que j’aie jamais bue, je vais simplement là et je m’étends là. Si je pouvais boire cela ce soir ! Et je m’étends là et je bois de l’eau; de ma vie, c’est la source la plus heureuse que j’aie jamais vue. Elle bouillonne, bouillonne, bouillonne tout le temps.

55        Eh bien, une fois je me suis assis et j’ai parlé à cette source. J’ai dit: «Eh bien, qu’est-ce qui te rend si heureuse? Est-ce peut-être parce que les cerfs boivent de ton eau?»

            «Non. Ce n’est pas ça.»

            «Peut-être, est-ce parce que les ours boivent de ton eau?»

            «Non. Ce n’est pas ça.»

            «Peut-être que tu es heureuse parce que... ce qui te fait bouillonner, c’est parce que je bois de ton eau. Tu n’arrêtes pas de bouillonner afin que je puisse boire de ton eau.»

            «Non. Ce n’est pas ça.» Si cette source pouvait parler, savez-vous ce qu’elle me dirait? Eh bien, elle dirait: «Ce n’est pas moi qui bouillonne. C’est quelque chose derrière moi qui me pousse, qui me fait bouillonner.»

            Et c’est ce qu’il en est de chaque homme qui est né de l’Esprit de Dieu. Il n’agit plus par lui-même, mais il y a Quelque Chose derrière lui, lorsqu’il est conduit par le Saint-Esprit, qui l’amène à faire des choses qu’il ne pensait pas qu’il ferait.

            Ce n’est pas vous qui bouillonnez; c’est Quelque Chose en vous qui vous fait bouillonner. Ce n’est pas vous qui criez, c’est Quelque Chose en vous qui crie. Ce n’est pas vous qui pleurez; c’est Quelque Chose qui est entré dans vos canaux lacrymaux. Amen. C’est ça. Etre conduit par l’Esprit de Dieu.

56        Il est descendu là avec cette femme sur une mule et deux petits enfants, avec en main un bâton, avec en main un vieux bâton mort, avançant en boitillant, la barbe pendant comme ceci, il était peut-être chauve, avec des favoris pendants, son dos était tout voûté, il avait presque cent ans (quatre-vingts ans), descendant en Egypte pour prendre le contrôle de cette grande nation. Cela montre que peu importe combien vous êtes minoritaire, aussi longtemps que vous êtes conduit par le Saint-Esprit, une seule personne constitue la majorité.

57        Ce que disent vos voisins ne change rien. Elle dit: «Vous savez quoi? Sally, je ne sais pas ce qui lui est arrivé. Elle avait coutume de m’accompagner au centre-ville. Nous avions coutume de faire les courses et d’acheter toutes sortes de vêtements et tout, mais, vous savez, elle ne les porte plus. Il y a quelque chose qui cloche chez Sally.» Sûrement. Dieu s’est emparé d’elle. C’est exact. «Vous savez quoi? Chaque fois que la cloche de l’église sonne, voilà Sally qui s’en va à l’église.» Eh bien, gloire à Dieu ! C’est bien.

58        «Qu’est-ce qui a produit ce changement, Sally?» Elle possède en elle Quelque Chose qui la pousse, qui la conduit, qui la stimule. C’est juste.

            J’avais coutume d’observer... J’étudie la nature. Il y avait un vieux rossignol... Chez moi il y a ces oiseaux moqueurs [mockingbird–N.D.E.] tachetés, ils... nous... J’habite sur Mockingbird Hill. Toute la nuit, nous laissons les fenêtres ouvertes. C’est comme ça qu’on appelle cela, l’avenue Mockingbird. Et là-dedans dans ces buissons, il y a des dizaines d’oiseaux moqueurs.

            Je tiens le chat à distance tout le temps avec une carabine 22. J’espère que je ne fais pas du mal à ceux qui aiment les chats, mais je ferais certainement du mal à un chat s’il attrapait un de mes oiseaux. Alors je... Ils... là-bas... Ils viennent là et ils grandissent là chaque année, parce que nous essayons de les protéger. J’ouvre la fenêtre et je me tiens là et, je vous assure, ils se posent dans ces buissons et ils chantent toute la nuit.

59        Et une fois, j’ai pu lire quelque chose sur eux, et vous savez ce qu’ils font, ils tournent leur regard droit vers une étoile, et droit vers le clair de lune, si la lune brille. Et ils chantent, ils cessent de chanter quand il fait très sombre, mais alors quand les nuages se retirent et qu’ils voient un petit point de lumière, ils se mettent à chanter. Aussi longtemps qu’ils voient la lumière dans les cieux, ils savent qu’il y a une lumière quelque part, que le soleil est en train de briller là-dessus, et que le soleil brillera de nouveau sur la terre.

            Et c’est ce que nous ressentons au sujet des réunions du Saint-Esprit à l’ancienne mode. Vous ne devez pas avoir chaque fois le cafard, mais lorsque vous arrivez à un point où vous pouvez sentir le premier petit tintement de Dieu descendre du Ciel jusque dans votre coeur, cela amène un enfant de Dieu à chanter: «Gloire à Dieu dans les lieux très hauts !» Peu importe combien l’église est froide là-dessus ou que sais-je ... cela pourrait être en plein dans une cathédrale de Rome, mais vous allez crier: «Alléluia !»

60        Tout récemment dans ma région, j’espère que tous vous n’avez pas une telle chose ici. Un jeune homme venait d’être sauvé ou d’être converti, et il est allé adhérer à une certaine église dénominationnelle. Eh bien, c’était une église méthodiste. Alors, lui et sa femme... Alors, ils ont quitté la campagne, et ils sont allés en ville, et ils ont cessé d’être membres de l’Eglise méthodiste de la campagne, où ils avaient reçu le salut, et ils sont allés dans l’église de la grande ville où il y avait beaucoup de théologie, oh ! où tout était guindé au possible.

            Ainsi, après quelques années, la vieille maman du jeune homme continuait de lui écrire, elle a dit: «Mon chéri, est-ce que tu vas toujours à l’église?»

            Il a dit: «Oui.» Il a dit: «Nous continuons d’aller à l’église. Moi et Molly, nous y allons chaque fois.»

61        Elle a dit: «Eh bien, je vais venir vous rendre visite.» Alors, elle vivait tout en haut dans les montagnes du Kentucky, et lorsqu’elle est descendue en ville, elle portait ses vêtements du Kentucky–au très long col, aux très grandes épaules bouffantes et avec une vieille petite paire de chaussures, et une très longue robe. Et lorsqu’elle est entrée dans l’église, quelqu’un a dit: «D’où sort cette antiquité?»

            Eh bien, le père, le jeune homme et sa–sa–sa femme ne voulaient pas l’amener à l’église, parce qu’ils savaient qu’elle était bruyante. Elle venait d’une église où on faisait beaucoup de bruits. Alors, ils craignaient de se trouver embarrassés. Alors ce matin-là, elle est entrée, elle a dit: «Eh bien, gloire au Seigneur !» à l’huissier qui se tenait à la porte.

            Il a dit: «Ummmm.» Oh ! la la ! Là vous devenez... Voilà votre théologie. «Ummmm.»

62        Alors, la petite dame s’est trouvé une place et s’est assise, sa belle fille a baissé la tête, son visage et ses oreilles étaient si rouges qu’on aurait pu y allumer une allumette. Son fils regardait de côté. Voyez-vous, ils s’étaient associés au mauvais groupe. C’est tout. C’est comme ça que vous devenez aussi lorsque vous vous associez au mauvais groupe. Oh ! c’est tellement sournois. Cela entre très subtilement, mais vous entrez tout simplement au mauvais endroit.

            Après un moment, le prédicateur a dit: «Chers amis, a-t-il dit, nous avons un Rédempteur et c’est le Seigneur Jésus.»

            Elle a dit: «Amen !»

            Il a dit: «Ummmm.» Oh ! la la ! Il a dit: «Il est venu sur terre pour sauver les perdus.»

            Elle a dit: «Alléluia ! C’est vrai !»

            Alors, il a fait signe de la tête à son diacre. Le diacre est allé vers elle et lui a dit: «Eh bien, madame, nous sommes contents que vous veniez à l’église, mais vous interrompez le pasteur. Si vous ne vous tenez pas tranquille, nous serons obligés de vous conduire à la porte.»

63        Elle a dit: «Vous feriez tout aussi bien de me prendre, car je ne peux simplement pas me tenir tranquille.» Amen. C’est ça. Lorsque vous êtes conduit par l’Esprit de Dieu, vous allez exploser si vous ne dites rien. Amen. Conduit par l’Esprit de Dieu.

            Maintenant, suivez. Son nom n’était peut-être pas écrit dans le bottin mondain... mais j’imagine qu’il était écrit dans le Livre de Vie de l’Agneau. Je préfère qu’il soit écrit là-bas de toute façon. Il se pourrait qu’elle n’ait pas réalisé grand-chose ici sur terre, mais au Ciel, elle était une sainte. Amen. Conduit par l’Esprit de Dieu.

            Moïse est allé jusqu’en Egypte. Il a délivré les enfants d’Israël parce qu’il était conduit par l’Esprit de Dieu. Tout ce qu’ils ont accompli dans l’Ancien Testament, les saints, les prophètes, Elie...

64        Quel grand homme était Elie ! il est monté là, conduit pas l’Esprit de Dieu et il a défié Achab. Il a dit: «Amène tous tes sacrificateurs là-bas, et voyons qui est Dieu.» Eh bien, voilà comment s’y prendre. Amenons cela dans une confrontation, pour voir qui est Dieu. Et ils ont fait venir là tous leurs sacrificateurs. Ils ont immolé leur sacrifice, ils se sont fait des incisions, et ils sautaient sur l’autel en criant avec toute la sincérité du monde. «Oh ! Balaam. Réponds, Balaam. Réponds.»

            Elie faisait les cent pas et il a dit: «Peut-être qu’il est parti à une partie de pêche ou quelque chose comme ça. Criez un peu plus fort.» Il savait qu’au départ ce n’était pas un dieu. Mais alors, quand ce fut presque le moment de l’offrande du soir, Elie tua le taureau et le déposa sur l’autel; il s’avança là, conduit par l’Esprit de Dieu, et il a dit: «Ô Dieu, j’ai fait tout ceci sur Ton ordre.» Amen.

            Je vous assure; les démons trembleront, les pécheurs se réveilleront, lorsque les hommes et les femmes se soumettront à Dieu et seront conduits par le Saint-Esprit. Combien c’est différent !

            Alors, il a donc fait l’offrande, et il a dit: «Ô Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, exauce-moi.» Et juste à ce moment-là, le Feu de Dieu s’est mis à tomber, parce qu’il était conduit par l’Esprit de Dieu.

65        Pour les hommes et les femmes qui sont–sont conduits par l’Esprit de Dieu, il n’y a point de condamnation. Ils sont en Christ, ils marchent non selon la chair, mais selon l’Esprit.

            Considérez la petite Marie. Un jour, alors qu’elle était une petite–petite jeune fille d’environ dix-huit ans, elle vivait dans une ville très méchante, mais elle était une vierge. Elle menait une vie correcte; elle faisait ce qui était juste, elle se comportait d’une manière correcte, et Dieu regardait partout dans le monde pour trouver une femme à qui Il pouvait faire confiance. Il a vu toutes les femmes assises là, chantant de beaux hymnes là à l’église, avec leurs chapeaux ornés de plumes ou tout ce qu’elles portaient en ce jour-là.

            Ce n’était qu’une petite jeune fille pauvre, qui revenait du puits avec un seau d’eau posé sur la tête, et Dieu a dit: «Je vais simplement la prendre.»

66        Et le Seigneur lui a parlé et lui a dit ce qu’elle allait faire. Elle allait avoir un bébé sans connaître un homme. Elle a dit: «Voici je suis la servante du Seigneur. Qu’il me soit fait selon Ta volonté.» En d’autres termes, quel... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

            «Je ne sais pas du tout comment Tu vas le faire. Je ne connais aucun homme. Je ne connais pas un homme d’après la nature de–la vie humaine. Je ne sais pas comment Tu vas le faire. Je ne peux pas démontrer cela scientifiquement, et je ne vais pas aller demander au médecin quoi que ce soit à ce sujet. Je ne sais pas comment cela va se faire, peu m’importe ce que quelqu’un d’autre me dit à ce sujet, si Tu as dit qu’il en sera ainsi, il en sera ainsi.» Et elle a pris Dieu au Mot.

67        Et si vous voulez être conduit par l’Esprit de Dieu, vous ne pouvez pas tourner les pages de cette Bible et dire: «Les jours des miracles sont passés et la guérison divine n’existe pas», et toutes ces autres choses, et ensuite marcher par l’Esprit de Dieu, et être conduit par Lui.

            L’Esprit de Dieu témoignera que chaque Parole qui se trouve là-dedans est la Vérité. Amen. Dieu se défendra Lui-même. Oui, oui.

            Alors, vous savez quoi? Elle n’a pas attendu jusqu’à ce qu’elle sente la vie. Elle n’a pas attendu jusqu’à ce qu’elle soit certaine. Elle n’a rien attendu d’autre après les paroles que l’Ange lui a adressées. Elle s’est mise à se réjouir, à dire: «Je vais avoir un Bébé.» Amen.

            Elle a pris Dieu au Mot. Elle était conduite par l’Esprit de Dieu. Elle est devenue la mère du Seigneur Jésus-Christ. Elle a pris Dieu au Mot.

68        La petite Marthe, elle était en quelque sorte une jeune fille lente, et elle voulait donc toujours que la maison soit propre. Elle devait tout nettoyer, elle devait faire en sorte que tout paraisse impeccable, pendant que Marie écoutait les Paroles de Vie.

            Mais j’imagine que Marthe écoutait aussi, parce qu’elle l’a prouvé un jour. Un jour, lorsque son frère était mort, cela faisait quatre jours qu’il était mort; il sentait; son nez s’était déjà affaissé; les vers grouillaient dans son corps, ils le rongeaient dans la tombe. Elle a entendu dire que Jésus venait. C’était une bonne nouvelle. Elle a entendu dire que Jésus venait, et elle savait que si jamais elle entrait en contact avec Jésus, ce serait la fin se ses soucis.

69        Je pense que c’est une bonne manière de voir les choses aujourd’hui. Et pendant qu’elle réfléchissait sur ces choses, le Saint-Esprit s’est emparé d’elle et l’a conduite directement à Lui. Elle était conduite par le Saint-Esprit, et elle a dit: «Seigneur, si Tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort, mais maintenant même, tout ce que Tu demanderas à Dieu, Dieu le fera.» Amen.

            Il a dit: «Ton frère ressuscitera.» Comment pouvait-Il dire autre chose? Excusez-moi.

            Il a dit: «Crois-tu que Je suis capable de faire cela?»

            «Oui, Seigneur, je crois. Dans mon coeur Quelque Chose me le dit; je suis conduite par l’Esprit à dire ceci: ‘Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.’»

            Il a dit: «Où l’avez-vous enterré?»

            «Viens voir.» Il s’est rendu à la tombe en pleurant. Lorsqu’Il est arrivé à la tombe, Il était toujours conduit par l’Esprit de Dieu, parce que Dieu était en Lui sans mesure. Il était Dieu, Dieu était au-dedans de Lui.

70        Il a dit: «Père, Je Te remercie de ce que Tu m’exauces toujours, mais Je dis ceci, Je fais cette prière... (En d’autres termes) afin que ceux-ci... un exemple pour ceux qui se tiennent autour de Moi.» Il a donc dit: «Ôtez la pierre.» Ils ont ôté la pierre. Il a dit: «Lazare, sors !» Et un homme qui était mort, et qui pourrissait s’est tenu debout et est revenu à la vie. Amen.

            Une fois, une petite vieille femme était conduite par l’Esprit de Dieu. Elle avait une perte de sang. Je peux simplement la voir assise là sur la colline.

            Oh ! elle avait dépensé tout son argent. Son mari était probablement mort, et elle avait une–une ferme. Elle l’avait vendue pour payer le médecin. Peut-être qu’elle avait vendu ses–les attelages et tous ses harnais, pour payer le médecin. Elle avait dépensé tout son argent, et il ne lui restait plus rien, mais son état empirait sans cesse.

71        Cela faisait bien des années qu’elle souffrait de cette perte de sang. Et un jour, je peux la voir regarder dehors par la fenêtre, elle était très pâle et elle a regardé là, elle s’est dit: «Je me demande qui est là en bas. Il y a une grande agitation.»

            Vous savez, d’habitude, là où Jésus se trouve, il y a beaucoup de bruit et d’agitation. C’est étrange, mais ça se passe ainsi. Et, vous savez, il y a beaucoup d’agitation. Ce jour-là, lorsqu’Il est entré à Jérusalem sur le dos d’un âne, je vous assure, Il a dit: «S’ils se taisent (pendant que les gens braillaient et criaient), les pierres crieront et hurleront.» Il y a beaucoup d’émotion là où Il se trouve. Vous trouvez toujours beaucoup de bruit. Eh bien, j’aime être près de Lui.

            S’il y a une chose que je déteste, c’est un silence absolu. Lorsque vous allez à l’une de ces vieilles morgues par ici... Vous en avez aussi à Shreveport. Cela me rappelle le salon d’un entrepreneur de pompe funèbre. On y amène un cadavre, et on l’embaume, au point qu’il ne peut pas revenir. Pour le garder mort. C’est à peu près la même chose, on lui enseigne là-bas une certaine théologie qui est morte au possible; et on ne lui dit rien au sujet du Saint-Esprit qui doit le remplir, lui donner une nouvelle vie, et le conduire. Très bien.

72        Qu’est-il arrivé? Cette petite femme, elle a dit: «Tu sais quoi? Je me sens étrangement conduite. Si seulement je peux descendre là et toucher Son vêtement, je crois que je serai guérie.»

            Elle s’est dit: «Eh bien, le médecin ne m’a pas dit cela, et lorsque mon pasteur me verra descendre là, oh ! je serai immédiatement excommunié. Cela va régler la question. Eh bien, il y a une chose que je dois faire, c’est écouter ce que dit le médecin, ce que dit le pasteur, parce que les deux disent qu’Il est un fanatique, et que cela ne vaut rien. Et la seule chose qu’Il va faire...?... pour être dans d’autres églises et tout. Eh bien, je ferais mieux de ne pas aller là.»

            Et le Saint-Esprit a dit: «Maintenant, ma fille, si tu veux être guérie, tu feras mieux d’y aller.»

73        Alors, elle a écouté le Saint-Esprit et elle était conduite par le Saint-Esprit. Et elle est descendue là où Il se trouvait. Il y avait beaucoup d’autres Brigham Youngs et le reste tout autour de Lui, au point que les gens n’arrivaient même pas–elle n’arrivait pas à s’approcher de Lui.

            Alors, savez-vous ce qu’elle a fait? Elle s’est glissée, et a rampé sous leurs pieds jusqu’à ce qu’elle est arrivée à Lui et a touché Son vêtement. Car le Saint-Esprit lui avait parlé, elle avait la foi pour croire; et rien ne peut produire la foi en dehors du Saint-Esprit, même la foi pour être sauvé.

            «Nul ne peut venir à Moi, si Mon Père ne l’attire premièrement», et c’est le Saint-Esprit. Et nul ne peut être sauvé sans que cette foi agisse d’abord à votre place, qu’elle agisse en vous. Et elle avait la foi. Le Saint-Esprit l’a conduite là-bas.

74        Alors, lorsqu’elle est arrivée là, le diable a dit: «Maintenant, regarde autour de toi. Comment vas-tu arriver là? Eh bien, tu es tellement pâle que tu n’arriveras pas... si tu te faufiles dans cette foule, tu vas te faire écraser.»

            Eh bien, je peux simplement l’entendre dire: «Seigneur, comment y arriverai-je?»

            Et le Saint-Esprit a dit: «Mets-toi à genoux.» C’est ce qu’Il fera toujours. «Mets-toi à genoux et commence simplement à avancer.»

            Et là, à travers cette foule, elle s’est avancée jusqu’à ce qu’elle a touché Son vêtement, elle était conduite par le Saint-Esprit, elle est retournée à travers la foule en rampant, et elle s’est tenue debout à l’écart. Jésus a dit: «Quelqu’un M’a touché.» Amen.

            La seule manière de faire ce soir, c’est de vous mettre à genoux et de rester à genoux jusqu’à ce que vous allez...?... «Quelqu’un M’a touché.» Amen. Elle avait touché le bord de Son vêtement et elle a été complètement guérie, parce qu’elle était conduite par le Saint-Esprit.

75        Il y avait un vieux petit homme là-bas, qui était couché à côté de la piscine de Béthesda, il était couché là depuis trente-huit ans, ayant une infirmité dans son corps. Il priait de tout son coeur, et Jésus avait été conduit par le Saint-Esprit jusque là où il se trouvait, et Il l’a guéri, alors que les autres se souciaient pour leurs maladies et tout, Il s’est carrément éloigné d’eux, sans dire un seul mot.

            Si vous voulez–vous voulez que Dieu envoie la puissance sur vous, mettez-vous à prier et à croire. Le Saint-Esprit vous accordera la chose, la guérison, le salut, tout ce dont vous avez besoin, Dieu vous l’accordera.

            Je vois un groupe des gens qui avaient peur, ils étaient cent vingt. Oh ! c’était un petit groupe de gens peureux, et ils étaient là. Ils ont gravi un petit escalier une fois, parce que Dieu avait dit: «Maintenant, ne prêchez plus; ne chantez plus; ne rendez plus témoignage jusqu’à ce que vous serez remplis du Saint-Esprit. Alors, Il va vous conduire dans toutes les nations pour prêcher cet Evangile.»

76        Et ils sont montés dans la chambre haute et ils y sont restés, ils avaient peur, ils avaient fermé la porte, les fenêtres, ils priaient à voix très basse, et ils se cachaient des Juifs, jusqu’à ce que le Saint-Esprit est tombé sur eux.

            «Il vint du Ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues semblables à des langues de feu, séparées les unes des autres, se posèrent sur chacun d’eux, et ils sortirent par les portes et les fenêtres et ils descendirent dans les rues, conduits par le Saint-Esprit. Et ce Feu qui s’était allumé le jour de la Pentecôte est toujours allumé dans nos coeurs depuis ce jour-là jusqu’à aujourd’hui. Des hommes qui désirent être conduits par le Saint-Esprit...

            Si vous êtes disposé à être conduit par le Saint-Esprit, pensez à Lui, obéissez-Lui, faites ce que vous pouvez pour Lui. Lorsque vous voyez un–un endroit où vous pouvez être utilisé, laissez Dieu vous utiliser là. Croyez-vous cela?

77        Je crois que le Saint-Esprit est ici maintenant pour nous conduire. Ne le croyez-vous pas? Je crois qu’Il nous a conduits ici ce soir. Non, monsieur, vous n’avez jamais promis que l’on vous verrait là sous cette tente surchauffée ce soir. Pas du tout. C’est Dieu qui vous a conduit ici.

            Et si c’est Dieu qui vous a conduit ici, Il vous a fait venir dans un but. C’est pour une chose qu’Il peut vous donner. Je suis sûr, étant donné que je suis dérangé durant toute la journée, et que l’eau me dérange, que je me sens fatigué, courbaturé et que j’ai des douleurs, je ne suis pas venu ici ce soir juste pour être vu. Je suis venu ici sans savoir quoi dire, mais le Saint-Esprit s’est mis à parler. Maintenant, nous avons le message dans nos coeurs; faisons quelque chose à ce sujet. Amen. Faisons quelque chose à ce sujet.

78        Demandons à Dieu ce soir au Nom de Christ de remplir à nouveau nos coeurs et de nous envoyer d’ici avec une nouvelle vision, avec une nouvelle détermination d’être conduits par le Saint-Esprit, enfermés [avec Lui], et un mur nous séparant à l’extérieur des choses du monde, afin d’être de nouvelles créatures en Jésus-Christ.

            Inclinons maintenant la tête un moment pour la prière. Pendant que nous avons la tête inclinée, et que la pianiste s’approche du piano, je me demande s’il y a un pécheur ou une pécheresse ici ce soir, qui ne connaît pas Christ comme son Sauveur, voulez-vous au Nom de Christ lever la main vers Lui et dire: «Ô Christ, je suis un pécheur»?

            Que Dieu vous bénisse, madame. Que Dieu vous bénisse, mon ami. Y a-t-il quelqu’un d’autre? Levez la main et dites: «Je suis un pécheur, et je ne connais pas Christ dans le pardon des péchés, j’aimerais que vous vous souveniez de moi dans un mot de prière, Frère Branham, alors que vous terminez, parce que je sais qu’il me faut cette sorte de vie.»

79        Y a-t-il quelqu’un ici qui n’a pas le Saint-Esprit et qui aimerait dire: «Ô Dieu, si... je sais que j’ai laissé le monde s’infiltrer en moi, et je sais que lorsque le–ce que–lorsque le monde s’infiltre, le Saint-Esprit prend son envol.»

            C’est comme j’ai prêché l’autre soir, sur la Colombe et l’Agneau, c’est seulement ces deux créatures là qui peuvent demeurer ensemble. La colombe ne peut pas demeurer avec le loup, l’agneau non plus.

            Alors, si vous êtes un agneau, la colombe sera avec vous. Mais si votre–si votre âme n’a pas été façonnée, ainsi que vos désirs, et que vous ne conformez pas votre vie aux exigences de la douceur, de l’humilité, de la modestie pour être conduit par le Saint-Esprit, voulez-vous lever la main et dire: «Frère Branham, souvenez-vous de moi. Et, ô Dieu, voici ma main, je veux que Tu m’accordes le Saint-Esprit.» Que Dieu vous bénisse, vous, vous, vous. Vous êtes nombreux.

80        Très bien. Maintenant, demoiselle, vous qui êtes assise là... Pendant que chaque tête est inclinée maintenant, et chaque oeil fermé; il y a une petite dame assise ici, elle a attiré mon attention. J’ignore pourquoi. Je suis conduit par le Saint-Esprit. Je me suis tourné vers elle. Elle a levé la main pour montrer qu’elle est une pécheresse. Elle veut qu’on se souvienne d’elle dans la prière.

            J’ai été appelé il y a quelques instants, on voulait que je prenne l’avion le matin pour aller vers une jeune fille d’environ vingt ans, le cancer s’est déclenché dans ses hanches et elle est mourante. Alors là, la pauvre jeune fille, j’espère... Je me demande bien si elle est sauvée. Oh ! la la ! si elle ne l’est pas et qu’elle doit rencontrer Dieu dans cet état-là...

            Et maintenant, mes amis, un de ces jours, nous devrons tous rencontrer Dieu. Et, chère soeur, voulez-vous simplement Lui abandonner maintenant votre vie? Et Quelque Chose vous a appelée à faire cela, vous ne pouviez pas le faire de vous-même, parce que Jésus a dit que vous ne le pouvez pas. Il a dit: «Nul ne peut venir à Moi à moins que Mon Père ne l’attire, et tous ceux qui viendront à Moi, Je leur donnerai la Vie Eternelle.»

81        Je veux que vous soyez vraiment sincère et que vous priiez, parce que vous avez un désir dans vote coeur, si Dieu n’avait pas créé ce désir-là pour qu’Il vous accorde le salut dans votre âme...

            Et vous autres qui avez levé la main pour le baptême du Saint-Esprit, c’est Dieu qui a dû faire cela.

            Je vais dire maintenant une prière, et demander à Dieu, et utiliser toute la foi que je peux afin que Dieu accomplisse votre désir ce soir, et qu’Il vous amène ici au vieux banc de prière à l’ancienne mode, qui n’est qu’un plancher couvert de poussière, une vieille balustrade; mais, frère, il y a des taches de larmes dessus en ce moment. J’ai été sauvé à l’un d’eux, à un autel où un pécheur s’était repenti et avait baissé les yeux.

82        Et je l’ai dit hier soir, de voir le Saint-Esprit venir ici sur l’estrade, de Le voir se tenir là et faire des choses au-delà de toute mesure. De Le voir descendre là et opérer dans les gens, comme un garçon me disait aujourd’hui les choses qu’Il a faites...

            Si Lui, le Dieu du Ciel, s’humilie pour venir dans cette tente, et se tient sur cette estrade, eh bien, sûrement qu’en tant que pécheur pénitent, c’est suffisamment bon pour vous, c’est suffisamment bon pour moi.

            Maintenant, Père céleste, la Parole tranche comme une épée à deux tranchants. Elle sort; Elle se fraye un chemin, et Elle retranche la–la chair du coeur, Elle retranche toutes les parties pierreuses, Elle ôte tout le mal, et Elle place le doux Saint-Esprit dans le coeur, ouvrant une porte pour que ce pécheur pénitent puisse se décharger de toutes les choses du monde.

83        C’est ce que fait la Parole. Elle ôte le–toutes les portes de pierre. Et alors, le pécheur déverse le monde devant Dieu par la pénitence, et ensuite le Saint-Esprit entre et remplit ce coeur-là, et quelle chose merveilleuse que cela !

            Dieu notre Père, Tu connais le coeur de ces enfants. Je Te prie de les sauver tous ce soir et de leur accorder le baptême du Saint-Esprit.

            Pendant que nous avons la tête inclinée, juste dans un–un–un doux cantique, je me demande si vous aimeriez vous avancer ici et vous tenir à l’autel pour un mot de prière. Nous pourrions vous imposer les mains. Je serais heureux de le faire moi-même, ainsi que les autres ministres ici présents. J’aimerais que vous gardiez vos têtes inclinées, que ce soit juste vous et le Saint-Esprit.

84        Maintenant, souvenez-vous que votre sang est devant moi, je le place devant Christ. En tant que ministre, j’ai des obligations à l’égard de la Parole. Dieu me jugera si je ne prêche pas la vérité. Et si donc je prêche la vérité, alors c’est sur vos mains. Il a dit que si vous voyez l’ennemi venir et que vous n’avertissiez pas les gens, alors Il vous redemandera ce sang-là; mais si vous avertissez les gens, alors c’est sur leur propre tête.

85        Ainsi donc, pendant que nous chantons doucement, je me demande s’il y a quelqu’un qui cherche le Saint-Esprit, ou s’il y a un pécheur pénitent qui aimerait venir à l’autel, je me tiens ici vous attendant.

J’entends mon Sauveur appeler,

            Que Dieu te bénisse, jeune femme. Que Dieu bénisse son coeur, cette charmante jeune femme. Que Dieu vous bénisse, frère. Que Dieu vous bénisse, soeur. Que Dieu vous bénisse. Que Dieu vous bénisse, frère, venez autour de ce...?... C’est juste.

J’entends mon Sauveur appeler,
Prends ta croix et sui-...

            Etes-vous prêt à être complètement tondu, à prendre la croix et à Le suivre? Maintenant, écoutez ceci.

Là où Il conduit...

            Si vous avez quelque chose pour venir à l’autel avant de rentrer chez vous... jeune ou vieux, personne d’âge moyen ou quoi que...

... me... je suivrai, (Que Dieu vous bénisse, mademoiselle.)
... me... je suivrai.
J’irai avec Lui, avec Lui jusqu’au bout.

            Etes-vous vraiment sérieux? Etes-vous vraiment sérieux lorsque vous dites que vous allez le faire? Encore une fois.

... par le jugement,
... passerai avec Lui par le jugement...
... passerai avec Lui par...
J’irai avec Lui, avec Lui jusqu’au bout.

            Maintenant, voulez-vous donc approcher pendant que nous chantons le choeur?

Là où Il... conduit...

            Que Dieu vous bénisse, mère, c’est bon...?... par la conviction du Saint-Esprit. Ceux qui ont été conduits, le désir d’être...?... pour ce soir...?... et recevoir Christ comme votre Sauveur.

Oh ! là où Il me conduit, je suivrai,
J’irai avec Lui, avec Lui jusque...

            Qu’a dit David? «Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car Tu es avec moi.» Marchez avec Lui maintenant; Il marchera avec vous dans la vallée. «Ta houlette et Ton bâton me rassurent.» La correction du Seigneur, cela me rassure. Cela me permet de savoir que Dieu est avec moi, parce qu’Il me corrige de toutes mes fautes.

86        Peut-être qu’Il essaie de vous corriger ce soir. Pourquoi ne laissez-vous pas cette houlette et ce bâton vous rassurer? La houlette, c’est la prédication dure de l’Evangile; mais c’est un réconfort qui me fait savoir que Dieu me parle quand ce genre d’Evangile est prêché pour me corriger. Il m’a aimé. Il désire que je marche avec Lui maintenant, et alors je vais... Il va marcher avec moi en cette heure-là.

            Si vous–si vous L’abandonnez maintenant, Il a dit que dans vos malheurs Il va simplement se moquer de vous.

            Maintenant, ne voudriez-vous donc pas venir pendant que la miséricorde est là? Si vous refusez et rejetez la miséricorde, il ne reste qu’une chose: le jugement. Voulez-vous venir?

87        Maintenant, je me demande si quelques saints aimeraient s’avancer aussi et s’agenouiller juste ici maintenant, ici autour de certains d’entre vous, les ouvriers de l’autel à l’ancienne mode.

            Les gens pleurent, la conviction que l’on se tient ce soir ici sur le lieu sacré. C’est juste, amis chrétiens. Certains d’entre vous ici qui désirent que l’on prie, aimeriez-vous...?... Ministres, voulez-vous bien venir...?... prédicateur...?... prier.

... avec Lui jusqu’au bout.

Là où Il me conduit, je suivrai (Ô Dieu, accorde cela... je suivrai carrément malgré...)
Là où Il me conduit, je suivrai,
Là où Il me conduit, je suivrai;
J’irai avec Lui, avec Lui jusqu’au bout.

            Criez cela, les enfants. Dites à Dieu ce que vous désirez maintenant. Si vous désirez le Saint-Esprit, dites-Lui simplement ce que vous désirez maintenant. Il fera tout pour vous. Cette charmante jeune fille qui vient de croire au Seigneur Jésus, cette demoiselle-là...?... tout ce qu’il lui faut, c’est de croire au Seigneur Jésus.

88        Père céleste, nous T’amenons ces enfants ce soir, et nous Te les présentons au Nom de Christ. Tous ces pécheurs pénitents, tous ceux qui cherchent le Saint-Esprit, nous Te les amenons au Nom de Christ, implorant la miséricorde divine, la conduite et le pardon. Ô Dieu, moi-même me tenant à l’autel, je crie, Seigneur, que j’ai besoin de Toi, tout autant qu’eux; nous avons tous besoin de Toi.

            Ô Dieu du Ciel, ne veux-Tu pas venir vers nous maintenant et déverser Tes bénédictions sur nous. Nous attendons humblement devant Toi, croyant que Tu feras pour nous ce que Tu as promis de faire. Envoie le Saint-Esprit au Nom de Christ. Guéris les malades au Nom de Christ. Sauve les pécheurs au Nom de Christ. Accorde-le, Seigneur. Tire gloire de cette réunion maintenant. De voir la douceur et l’humilité sur Ton peuple, leurs joues tachées de larmes, de voir cela se manifester tendrement sur le peuple de Dieu, comme c’est beau ! Je Te prie, ô Dieu, de nous accorder ces choses au Nom de Christ.

89        Gloire au Seigneur ! Continuez simplement à crier. Continuez simplement à louer...?... Glorieux Esprit...?... Christ, le Fils de Dieu est mort afin que nous qui étions autrefois éloignés, nous soyons rapprochés du Royaume, de sorte que nous devenions des fils et des filles de Dieu. Et maintenant pendant que l’on fait pénitence dans cette réunion, que le Saint-Esprit apporte la conviction, et que les gens crient à Dieu aujourd’hui, qu’ils soient complètement guéris, ô Dieu, accorde-le pour Ta gloire.

Up

S'abonner aux nouvelles