L’Agneau Et La Colombe

Date: 57-0325 | La durée est de: 1 heure et 33 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1          Merci. Pendant que nous nous tenons debout, parlons un moment au Seigneur. Notre Adorable Père céleste, nous Te remercions ce soir pour la grâce du Seigneur Jésus qui a été répandue dans nos coeurs par le Saint-Esprit, et Tu nous as rachetés alors que nous étions indignes, que nous n’étions pas dignes d’être rachetés. Et, Père, nous nous repentons de tous nos péchés, car nous sommes certains, depuis que nous avons été rachetés, que nous n’avons rien, et nous n’avons aucunement manifesté notre appréciation pour nous avoir rachetés et détournés du lieu où nous nous dirigions. Mais par Ta grâce étonnante, Tu nous as conduits en sécurité jusqu’à présent. Nous croyons que Tu nous feras entrer, parce que Tu nous as choisis en Christ avant la fondation du monde, afin que nous soyons un peuple particulier, saint, un sacerdoce royal, pour offrir un sacrifice spirituel, les fruits de nos lèvres rendant gloire à Son Nom.

            Et nous Te prions, ô Dieu, d’ouvrir nos coeurs ce soir. Envoie le Saint-Esprit. Et puissions-nous communier autour de la Parole de telle manière que lorsque nous partirons ce soir, qu’il soit dit comme dans le cas de ceux qui revenaient d’Emmaüs: «Notre coeur ne brûlait-il pas au-dedans de nous, lorsqu’Il nous parlait en chemin?» Guéris les malades, appelle les pécheurs à la repentance, ramène ceux qui errent, et nous Te louerons au Nom de Jésus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

2          Je suis vraiment heureux d’être de nouveau ici ce soir, dans cette grande arène, pour adorer avec vous le Seigneur Jésus, vous qui L’aimez, et qui aimez communier autour de Sa sainte Parole. Ceci a été un glorieux jour pour moi. J’ai eu le privilège de rencontrer certains pasteurs et ainsi de suite: Docteur Canada, entre autres, que j’ai rencontré aujourd’hui, un homme vraiment merveilleux. Il m’a montré sa grande et belle église, et j’étais très heureux de pouvoir la voir. Et ainsi, il m’a parlé de la merveilleuse communion que vous avez ici dans cette contrée de Golden Gate, et nous sommes heureux d’apprendre cela. Que le Seigneur vous bénisse richement, mes frères. Et que le Seigneur fasse de vous de grands bergers sur le troupeau que le Saint-Esprit vous conduit à paître, à nourrir, pour le faire entrer en ce jour-là.

3          Vous savez, je pense ce qu’un... ces réunions représentent lorsque nous gagnons un pécheur... Vous savez, Jésus trouva un jour un homme, c’était dans une parabole, qui partait de Jéricho ou plutôt de Jérusalem à Jéricho. Cela montrait que cet homme rétrogradait. Il venait de là-haut, descendant en bas. Il rétrogradait. Et il l’a rencontré en chemin, et un ennemi l’avait battu, dépouillé, et laissé à demi-mort; il était physiquement en vie, spirituellement mort. Ainsi le... Il... Les sacrificateurs et les lévites, et les autres, sont passés à côté de lui, mais le bon Samaritain, comme l’a enseigné Jésus, est venu, a pris cet homme, a appliqué de l’huile et du vin sur lui, puis l’a amené dans une hôtellerie.

            Bon, voilà l’endroit où j’aimerais vous amener. Il l’a amené dans une hôtellerie, et il a dit au concierge: «Prends soin de lui.» Il lui a remis deux sous, ou ce qu’ils avaient à l’époque, pour couvrir les frais, et il a dit: «Maintenant, s’il a besoin de plus, vas-y tout simplement et prends soin de lui; je te le rendrai à mon retour.»

            Maintenant, vous les bergers, Dieu vous a donné l’Esprit et la Parole pour soigner ces blessés qu’on a amenés. S’il vous faut autre chose, Il s’en occupera lorsqu’Il viendra. Alors nourrissez simplement ces brebis.

4          Hier après-midi, c’était l’un des moments et des occasions les plus émouvants de ma vie, de voir toute cette salle-ci, d’un bout à l’autre des allées, remplie des gens qui cherchaient le Seigneur Jésus. Oh! c’était un spectacle glorieux. Je... Lorsque de pareilles choses se produisent, cela fait frémir le coeur d’un ministre, d’un croyant, de voir les gens faire cela.

5          Maintenant, il nous reste encore une soirée. Je crois que les jeunes gens m’ont dit que le (Gene et Léo, ce sont les jeunes gens qui font les enregistrements.)... Ils ont les enregistrements des réunions, et si quelqu’un désire en avoir, eh bien, ils en ont. Et ils avaient des livres et quelques photos. Et je pense qu’ils ont dit qu’ils en avaient à peu près... peut-être juste... Ce sera probablement la dernière soirée pour cela. Alors vous pouvez vous en procurer si vous le désirez, pendant que vous sortez.

6          Et maintenant, demain soir c’est la soirée de clôture. Et ainsi, j’ai entendu dire que frère Erickson arrive très bientôt dans cette ville. J’ai rencontré le frère Erickson, un très bon frère; je l’aime vraiment. Et je crois vraiment que vous irez tous écouter frère Erickson lorsqu’il viendra. Frère Valdez Junior est juste de l’autre côté de la baie, ici dans la ville de San Francisco; il est en quelque sorte dans un centre de réveil, peut-être que les–certains frères pourraient faire l’annonce pour sa réunion. J’ai rencontré frère Valdez à deux reprises, un véritable frère chrétien. Je suis vraiment ravi de faire connaissance avec de tels hommes. Et il tient des réunions qui vont continuer jusqu’à la fin de la semaine. Je suis certain que cela vous fera du bien si vous allez écouter frère Valdez.

            Et ensuite, je prie pour vous tous, pasteurs et bergers. Un pasteur signifie un berger. Et je crois que Dieu vous bénira abondamment, et puisse un grand réveil balayer cette ville avant la fin des temps.

7          Maintenant, j’aimerais lire juste dans les Ecritures ce soir, le Seigneur voulant, un petit texte ici dans la Bible, et que le Seigneur nous en donne le contexte. Ça se trouve dans Saint Jean, chapitre 1, verset 29 pour commencer, et nous allons lire jusqu’au verset 32 compris. Maintenant, suivez attentivement la lecture de la Parole, car Sa Parole ne faillira pas, la mienne faillira, la Sienne, non. Alors si vous n’avez rien d’autre à part la lecture de la Parole... Combien lisent la Parole chaque jour? Faites voir vos mains. Oh! c’est merveilleux! Allez-y carrément et faites-en une–une habitude en lisant un chapitre chaque soir avant de vous coucher, et un chapitre chaque matin dès que vous vous levez. Et, oh! cela ne prendra pas beaucoup de temps, à moins que vous... Vous savez, le Saint-Esprit se nourrit de la Parole de Dieu, et il vous est avantageux de lire.

            Maintenant, nous lisons à partir du verset 29:

Le lendemain, il vit Jésus venant à lui, et il dit: Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde.

C’est celui dont j’ai dit: Après moi vient un homme qui m’a précédé, car il était avant moi.

Je ne le connaissais pas, mais c’est afin qu’il fût manifesté à Israël que je suis venu baptiser d’eau.

Jean rendit ce témoignage: J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et s’arrêter sur lui.

8          Hier soir, je crois, ou bien c’était un jour de la semaine passée, j’ai fait cette déclaration: nous ne sommes pas censés produire des fruits mais porter des fruits. Si nous avons essayé de produire des fruits, et que nous... Nous portons l’instruction et nous portons la théologie; nous... Des fois nous portons des choses en cherchant à porter des fruits, ou plutôt à produire des fruits; nous produisons la chose qu’il ne faut pas.

            Maintenant, pour ce qui est de produire quoi que ce soit, cela pourrait être une réforme externe, mais pour donner quelque chose, cela doit venir de votre intérieur. Or, on reconnait l’arbre par son fruit. C’est la vie qui se trouve dans l’arbre qui démontre ce que c’est, peu importe l’apparence de l’écorce, ou l’apparence des branches, ou la forme de l’arbre en poussant. C’est le fruit qui compte. Il se peut qu’il ait l’écorce du sycomore avec des branches comme celles d’un–un pacanier, mais s’il donne des pommes, cela montre que la sève ou la vie de l’arbre, c’est la vie d’un pommier.

9          Et c’est ainsi que l’on reconnaît un chrétien, par les fruits qu’il porte, non pas par sa manière de s’habiller, ou d’après son intellectualisme, combien il est bien instruit, ou quelle église il fréquente. On le reconnaît par la vie qu’il mène. C’est ce qui montre ce qui est en lui.

            Et nous découvrons que... Bien des fois nous essayons de faire que l’Eglise chrétienne ait une belle apparence extérieure; nous essayons de nous donner une apparence extérieure soignée. C’est très bien. Parfois, si nous essayons de crier et de nous conduire comme le chrétien d’à côté, eh bien, je ne sais pas si je dois dire que c’est correct ou pas. Je ne crois pas. Je crois que vous essayez de faire là une imitation. Vous devez être exactement ce que vous êtes à l’intérieur. C’est simplement naturel. Si vous essayez de vous conduire comme une autre personne, à ce moment-là cela devient de l’hypocrisie. Vous êtes... Jésus a dit: «Comment M’appelez-vous Seigneur sans faire les choses que–que–que Je vous demande de faire? Comment M’appelez-vous Seigneur?» Car la seigneurie, c’est la propriété. Si donc nous L’appelons Seigneur, nous devons faire les choses qu’Il nous a dit de faire.

10        Et maintenant, je suis certain qu’à ce propos nous avons trouvé beaucoup d’imitations. Et une imitation, mon ami... Une personne qui imite quelque chose, c’est la plus misérable personne que je connaisse. Ne serait-il pas mieux que vous soyez simplement vous-même? C’est comme le disait le sénateur Upshaw: «N’essayez pas d’être ce que vous n’êtes pas.» Eh bien, c’est un très bon conseil. N’essayez pas d’être ce que vous n’êtes pas. Soyez simplement vous-même. Et puis, si vous voulez être un chrétien, demandez-le simplement à Christ. Il ôtera votre vieille nature, Il introduira une nouvelle nature en vous; alors vous n’avez pas besoin d’imiter qui que ce soit; alors vous menez tout simplement votre vie normale.

            Et aussi longtemps que vous avez de la malice, de l’envie, des querelles, toutes ces choses du monde, alors vous savez bien que Christ n’est pas là à l’intérieur. La Bible dit: «Si vous aimez le monde, ou les choses du monde, l’amour de Dieu n’est même pas en vous.» Voyez, parce que la Vie de Dieu n’est pas en vous. Si la Vie est là à l’intérieur, Elle se reproduit; cela se manifeste à l’extérieur.

11        Et comme c’est bien qu’un homme... N’osez pas dire: «Je suis un chrétien parce que j’ai adhéré à une église.» Ça, c’est un moyen. «Je suis un chrétien parce que je chante dans la chorale.» Ça, c’est autre chose. «Je suis un chrétien parce que je prêche l’Evangile.» Cela ne fait pas de vous un chrétien. «Je suis chrétien parce que j’ai parlé en langues.» Cela ne fait pas de vous un chrétien. «Je suis chrétien parce que j’ai dansé dans l’Esprit.» Cela ne fait pas de vous un chrétien. «Je suis chrétien parce que j’ai poussé des cris.» Cela ne fait pas de vous un chrétien. «Je suis un chrétien parce que j’ai arrêté de fumer; j’ai arrêté de boire.» Si vous l’avez fait de vous-même, il y a cependant quelque chose qui cloche. C’est vrai. Nous ne devons pas faire cela de nous-mêmes. S’il y a en nous Quelque Chose qui fait simplement sortir de nous le monde, alors Cela commence à porter Ses propres fruits.

12        Et maintenant, le fruit de l’Esprit, ce n’est pas le fait d’adhérer à l’église. Le fruit de l’Esprit, ce n’est pas de fumer la cigarette. Le fruit de... Je veux dire d’arrêter de fumer la cigarette. Le fruit de l’Esprit, ce n’est pas de–de parler en langues. Le fruit de l’Esprit, ce n’est pas de prier pour les malades et qu’ils soient guéris. Le fruit de l’Esprit, ce n’est pas de prophétiser ou de prêcher. Mais le fruit de l’Esprit se trouve dans Galates 5.22: L’amour, la joie, la paix, la bénignité, la patience, la foi, la douceur, la bonté; voilà le fruit de l’Esprit.

13        Maintenant, peu importe combien vous prêchez, si vous avez un très mauvais tempérament, cela ne vous sert pas à grand-chose de prêcher. Peu importe combien vous adhérez à l’église et essayez de faire de l’imitation, si vous rouspétez contre votre voisin et que vous soyez méchant envers lui, vous ne le gagnerez alors jamais à Christ. Voyez-vous? Il s’agit des fruits de l’Esprit. C’est comme ma femme avait coutume de me dire: «Les actes sont plus éloquents que les paroles.» C’est juste. Vivez-moi un sermon au lieu de m’en prêcher un; c’est une bonne chose; vivez-moi un sermon.

14        Maintenant, ce texte que nous avons ici ce soir... Et j’essaierai d’être aussi bref que possible. Ce texte que nous étudions, je pense que si nous suivons attentivement, et si le Saint-Esprit nous le révèle, cela réglera le problème pour toujours, ce que cela... la raison pour laquelle nous n’avons pas de victoires telles que nous devrions en avoir.

15        Maintenant, nous sommes certains qu’il y a quelque chose qui cloche dans l’Eglise chrétienne. Vous direz: «Frère Branham, pourquoi continuez-vous à cogner dessus?» Eh bien, je vais cogner dessus, afin que la chose soit redressée.

            C’est comme le disait un évangéliste; un soir il avait prêché sur la repentance. La soirée suivante, il a prêché sur la repentance. Deux semaines passèrent et il continuait de prêcher sur la repentance. Quelques diacres sont venus le voir et ont dit: «Pasteur, ou évangéliste, n’avez-vous pas un autre sermon en dehors de la repentance?»

            Il a dit: «Oh! bien sûr. Mais qu’ils se repentent tous d’abord, ensuite je prêcherai sur autre chose.»

            Il en est donc ainsi. Retirons de la roue la–la–la clef ou le bâton afin que nous nous mettions à tourner. Et c’est ce que nous désirons faire: roulons- nous tous ensemble comme un grand camion pour le Seigneur Jésus.

16        Et maintenant, ce premier chapitre de Saint Jean, ici Jean le bien-aimé, lorsqu’il a fait cette déclaration, il a cité Jésus au baptême; et à mon avis, c’est l’un des passages bibliques les plus glorieux et les plus remarquables de toute la Bible. C’est... Nous allons intituler cela: L’Agneau et la Colombe.

            Et maintenant, considérons premièrement la nature de l’agneau. A ce qu’il paraissait, il a plu à Dieu, lorsqu’Il devait représenter Son Fils ici sur terre, de Le représenter par un animal, un agneau. Il fut appelé l’Agneau de Dieu. Et vous vous demandez pourquoi Il a été représenté comme un Agneau? Et alors, lorsque Dieu a voulu se manifester au monde, Il est venu sous la forme d’une colombe, un oiseau céleste.

17        Et maintenant, l’agneau... Nous voulons parler de ces deux natures, et de ces deux bêtes, ou plutôt de l’oiseau, d’une bête et d’un oiseau. Et comment Dieu et Christ étaient représentés par ces deux créatures.

            Eh bien, l’Agneau était l’agneau de sacrifice. Et c’est la raison pour laquelle dans la Bible Il a été appelé l’Agneau immolé dès la fondation du monde, c’est parce qu’Il avait reçu ce titre avant la fondation du monde, lorsqu’Il fut immolé.

18        Or, la Bible toute entière est bâtie sur la révélation. Maintenant, vous ne connaîtrez jamais la Bible en La lisant avec une certaine froideur. Vous devez lire la Bible dans l’Esprit. Vous devez être dans de bonnes dispositions pour la lecture. Vous devez aimer La lire. Et la Bible est écrite de telle sorte que ceux qui sont sages, intelligents, instruits, ne La comprennent jamais. Jésus a remercié Dieu et a dit: «Père, Je Te remercie de ce que Tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que Tu les révèles aux enfants qui veulent apprendre.» Oh! j’en suis vraiment heureux. Il n’est pas nécessaire que vous soyez quelqu’un dans ce monde pour connaître Dieu. Vous devez juste avoir un coeur disposé et Dieu traitera avec ce coeur disposé, si vous le voulez bien.

19        Maintenant, observez ceci un moment. Au commencement... Si le fait de fréquenter l’église, c’est tout ce que Dieu exige, Dieu aurait été injuste d’avoir condamné Caïn. Caïn avait bâti un autel; en effet, l’église représente un autel; Caïn avait bâti un autel de même qu’Abel en avait bâti un.

            Et Caïn s’est avancé et a offert un sacrifice de même qu’Abel en avait offert un. En d’autres termes, il avait adhéré à l’église, il avait offert un sacrifice, et il avait aussi adoré l’Eternel; il avait prié avec sincérité. Alors si le fait d’être membre de l’église, de s’agenouiller à l’autel, d’adorer Dieu, de payer ce que vous devez, de fréquenter l’église, si c’est tout ce que Dieu exige, dans ce cas Caïn était tout aussi juste–tout aussi juste qu’Abel, parce que les deux jeunes gens avaient fait la même chose.

20        Or, ils n’avaient pas de Bible en ce temps-là, alors le seul moyen par lequel Abel a su comment adorer l’Eternel, ça a dû venir par révélation. Cela lui a été révélé d’une certaine manière. Car les sacrifices de ces deux jeunes gens étaient absolument contraires l’un à l’autre. Alors Dieu avait révélé à Abel par une révélation divine que ce qui devait être–ôter le péché c’était le Sang. L’Agneau qui avait été immolé avant la fondation du monde... Oh! la la! Le voici. Il avait déjà vu Christ par la révélation. Avant la fondation du monde, lorsqu’il avait été déclaré que Christ devait être immolé pour les péchés du monde, Abel par la foi a vu cette révélation. Cela lui a été révélé. La Bible toute entière est bâtie sur cela.

21        Lorsque Jésus est venu vers Ses disciples un jour, et Il leur a dit: «Qui dit-on que Je suis, Moi, le Fils de l’homme?»

            Les uns disent: «Tu es Jean.»

            Les autres disent: «Tu es Elie.»

            Et les autres disent: «Tu es un prophète.»

            Il a dit: «Et vous, qui dites-vous que Je suis?» Il ne s’agit pas de ce que dit quelqu’un d’autre; il s’agit de ce que vous, vous dites qu’Il est.

            Et Pierre est allé tout droit au but et a dit: «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.» Cela a été un vieux débat entre les églises depuis des années.

            Or, le Vatican catholique déclare que c’était la pierre, et que Pierre était cette pierre-là.

            Et la révélation a été donnée à Pierre, alors Il a bâti Son Eglise sur Pierre. C’est faux. L’Eglise protestante déclare qu’Il–que l’Eglise catholique est dans l’erreur. L’Eglise protestante dit qu’Il parlait de Lui-même, qu’Il était le Rocher, que Christ était le Rocher sur lequel toute l’Eglise était bâtie. Peut-être qu’ils ont raison.

22        Je suis un peu en désaccord sur ce point, ce n’est pas pour me singulariser, mais voici ce que je pense qu’Il voulait dire, car aussitôt Il a dit: «Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé ceci, mais c’est Mon Père qui est dans les Cieux qui te l’a révélé. Et sur cette pierre Je bâtirai Mon Eglise; et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre Elle.» C’est quoi alors, le Rocher sur lequel Elle était bâtie? C’est la révélation divine de qui est Jésus-Christ. C’est sur ce roc solide que Christ bâtit Son Eglise; et toutes les portes du séjour des morts ne prévaudront jamais contre Elle.

            Lorsque cette révélation directe vient du Ciel, selon laquelle Christ est votre Libérateur, que lorsqu’Il est devenu votre Sauveur, votre Libérateur et que cela s’ancre dans votre coeur, aucun démon des tourments ne vous fera renier cela. C’est juste. «Sur cette pierre Je bâtirai Mon Eglise.»

23        Or, Abel vit cela et il sacrifia un agneau. C’était une révélation. Au travers des âges cela a été une révélation, une révélation; et ce soir c’est une révélation, non pas une forme extérieure, ni une déclaration du credo, ni un groupe de prière, ni un chapelet; mais une révélation directe selon laquelle Dieu vous a révélé que Christ est votre Agneau pascal, qu’Il a porté vos péchés, et que vous L’avez accepté comme Sacrifice pour le péché à votre place. «Sur cette pierre Je bâtirai Mon Eglise, et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre Elle.» Voyez-vous? C’est une révélation.

24        Jésus a dit dans Saint Jean 5.24: «Celui qui entend Ma Parole, et qui croit à Celui qui M’a envoyé, a la Vie Eternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé (au temps passé) de la mort à la Vie.» Saisissez-vous cela? Lorsque cela est effectivement révélé par Dieu dans le coeur comme quoi Jésus est le Fils de Dieu, et lorsque vous L’avez accepté comme votre Sauveur, vous êtes passé de la mort à la Vie. Christ l’a dit. Cela règle le problème.

25        L’agneau était un substitut. Un agneau devait être un substitut. L’agneau... Dieu nous a comparés à des brebis. Et si vous connaissez quelque chose sur la brebis, la brebis est un petit animal étrange.

            Et j’aimerais dire quelque chose aux bergers ce soir, et écoutez-moi. Si vous ne connaissez pas la vraie différence... C’est difficile de faire une distinction entre le bêlement d’une brebis et le bêlement d’une chèvre. Ils bêlent presque de la même façon. Et il y a des témoignages, il y a des larmes–des cris, ce sont là des imitations qui ne viennent pas d’un coeur sincère. C’est une imitation.

26        Vous direz: «Frère Branham, une personne pourrait-elle faire toutes ces choses et être perdue?» Oui, oui. Certainement. Le...?... a dit: «Je me réjouis dans l’Esprit.» Cela n’a rien à faire avec la chose. Il ne s’agit pas de vous réjouir dans l’Esprit, ni du baptême du Saint-Esprit qui est déversé sur l’assemblée. Il s’agit d’une nouvelle naissance et d’un changement de coeur qui fait passer un homme d’un être mortel à un être ressuscité et immortel, le Fils de Dieu prenant Sa place sur le trône du coeur du croyant. C’est un changement de nature.

27        N’est-ce pas vrai que la Bible dit: «La pluie tombe sur les justes et sur les injustes. Le soleil brille sur les justes et sur les injustes.»? Considérez un champ de blé et les petites têtes sont penchées, c’est la sécheresse. Les vieux diplotaxis [une herbe puante], et les ronces des plantes grimpantes, et les bidens, ainsi que toutes les autres plantes des champs, elles ont tout autant soif que le blé. C’est une vision que j’ai eue autrefois. Et elles avaient toutes besoin de pluie. Et lorsque les averses vinrent, le petit blé leva la tête et se réjouit; et le diplotaxis leva la tête et se réjouit; et la plante rampante leva la tête et se réjouit. Elles étaient toutes aussi fières de recevoir la pluie que toutes les autres, mais, frère, une seule d’entre elles portait le fruit du blé, et les autres portaient les fruits de quelque chose d’autre.

28        Et le Saint-Esprit tombe dans une réunion, et parfois le croyant et l’incroyant adorent par le même Esprit; mais le fruit de l’Esprit prouve ce que vous êtes (Oui, oui.), non pas la réaction de l’Esprit, ni le fait de parler en langues, de pousser des cris, cela accompagne aussi la chose; tout accompagne la chose. Mais tant que les fruits de l’Esprit ne rendent pas témoignage à la Parole de Dieu, vous avez tout simplement une démonstration extérieure.

            Et aujourd’hui nous nous appuyons tant sur les émotions et les démonstrations extérieures, alors qu’il faut une vie authentique, pure, née de nouveau, conduite par le Saint-Esprit pour prouver ce que vous êtes. Eh bien, c’est ça, mon cher frère et ma chère soeur. A moins qu’il y ait des fruits, et les fruits de l’Esprit, ce n’est pas une démonstration extérieure; c’est une oeuvre intérieure de la grâce: l’amour, la joie, la paix, la longanimité, la bénignité, la foi, la douceur, la bonté, la patience; et voilà.

29        Maintenant, vous n’entendez plus tellement les évangélistes prêcher sur cela. Cela va au hasard dans tous les sens que ça peut aller. Mais je suis quelqu’un du genre vieillot, qui croit dans la bonne sainteté à l’ancienne mode. Je le crois. Vous direz: «C’est une forte déclaration pour un baptiste.» Mais je suis un de ces baptistes qui ont le Saint-Esprit, qui croient dans la véritable et authentique sainteté de la nouvelle naissance. Certainement. Je crois que l’on reconnaît l’arbre à ses fruits.

30        Considérez ce petit agneau. Quelle merveilleuse petite créature il est! Dieu nous compare à des brebis. Or, l’agneau doit être un agneau ordinaire. Tout d’abord, un agneau est ordinaire de par sa nature.

            Eh bien, examinons-nous juste pendant quelques instants. Un agneau est simplement un agneau, mais pas nous; nous le savons tous. On ne peut rien nous dire, et nous prétendons être des agneaux. Oh! un agneau doit être conduit. Il ne peut pas se conduire. Avez-vous jamais vu un agneau quand il est perdu? Lorsqu’une brebis se perd, elle est complètement impuissante. Elle ne peut pas se débrouiller. Elle est perdue. Elle doit être conduite. Et un véritable et authentique chrétien doit être conduit. Il n’a en soi aucune intelligence pour connaître Dieu; il suit simplement la conduite de l’Esprit.

31        Et le véritable berger conduit les brebis. Oh! frère. Un véritable berger nourrit les brebis de la bonne sorte de nourriture, s’il aime les brebis. Et la nourriture de brebis... Vous direz: «Frère Branham, qu’est-ce?» Il ne s’agit pas de l’intellect. Il ne s’agit pas d’aller à l’école et de recevoir de l’instruction. Tout ça, c’est bien, mais ce n’est pas cela. Le berger nourrit les brebis de la nourriture de brebis. Savez-vous ce qu’est la Nourriture des brebis? La Parole de Dieu. C’est vrai. «L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.» Voilà la Nourriture de brebis.

            Maintenant, remarquez, il ne va pas... Il ne va pas vous laisser crever de faim. Il va vous donner de vraies vitamines. Il se pourrait qu’il n’ait pas une bonne grange où vous mettre, mais il vous nourrira correctement. Voilà qui est mieux. Je–je vous assure, je préférerais avoir une vieille chaumière et prendre un bon repas substantiel plutôt que d’être quelque part et de n’avoir rien à manger, sinon un–toutes sortes de belles décorations avec un prix élevé du couvert là-dessus. J’aime manger et spécialement à la Parole de Dieu à la table de Dieu, avec une prédication d’une expérience de la nouvelle naissance à l’ancienne mode, venant de la Parole de Dieu. Certainement.

32        C’est ce qu’il nous faut, frère, pas de nouvelles églises, ni de nouveaux bâtiments, ni des pasteurs instruits; nous avons besoin des gens qui nous nourriront de la Parole. Tenez-vous-en à la Parole. Restez-Y. C’est l’unique chose à faire. Ne vous éloignez pas du tout de cette Parole. Tenez-vous-en à Cela. C’est ce que la Parole dit, et Elle le déclare de la Genèse à l’Apocalypse; tenez-vous-en à Cela. Si cela n’est pas confirmé tout au travers de la Bible, éloignez-vous-en. Il y a tant de choses réelles à avoir pour perdre le temps avec quelque chose dont vous n’êtes pas sûr. Tenez-vous-en à ce qui est réel. C’est ça. Tenez-vous-en à ce qui est réel.

33        Maintenant, nous voyons que l’agneau est simple. Il doit être conduit. Considérez l’Agneau de Dieu. Maintenant, voici venir la Colombe vers l’Agneau de Dieu. Or, la colombe est l’oiseau le plus doux de tous les oiseaux des cieux. L’agneau est l’animal le plus doux de tous les animaux de la terre. L’un d’eux est de la terre, l’autre du ciel. L’agneau est un animal terrestre: il ne vole pas. Et la colombe vole dans les airs. L’un représentait Christ, l’autre représentait Dieu. Maintenant, vous voyez que l’agneau est un substitut innocent. Il doit être pur; il doit être innocent pour être un substitut. Or, la colombe doit aussi avoir la même nature que l’agneau, sinon ils ne peuvent pas demeurer ensemble.

            Maintenant, c’est pour cette raison que, parfois nous nous embrouillons complètement, parce que nous avons une certaine nature, et nous voulons que la Colombe demeure sur nous.

            Maintenant, alors que cette Colombe est descendue se poser sur l’Agneau, que serait-il arrivé si l’Agneau avait grogné comme un loup? Savez-vous ce qui serait arrivé? Cette Colombe aurait immédiatement pris Son envol. Certainement. Elle ne serait pas restée là. Il faut que ce soit le même genre de nature. Si vous désirez être un chrétien, vous devez être un agneau. Et si vous voulez être un agneau, vous devez vous éloigner de vos propres pensées et laisser le Saint-Esprit vous conduire. Certainement.

34        Maintenant, une colombe, une colombe ne peut en aucun cas... Oh! j’aimerais que vous voyiez cela. Une colombe, c’est le seul oiseau, à ma connaissance, qui n’a pas de bile. Elle ne peut pas digérer n’importe quoi; elle a une certaine alimentation. Et la colombe ne peut manger qu’une certaine nourriture. Si elle allait là-bas manger la même nourriture que le corbeau ou la buse, elle mourrait. Elle ne peut pas supporter cela. Et c’est ce qu’il en est du croyant. Toute la bile d’amertume est ôtée de vous, et vous ne voulez plus des choses du monde. Vous n’avez pas à vous inquiéter pour une colombe. Vous n’allez jamais la trouver en train de manger des choses mortes, parce qu’elle ne peut pas manger cela. Elle a une nature différente. Et lorsqu’un homme devient un chrétien, sa nature change. Il est constitué différemment. Tous les vieux désirs du monde l’ont quitté. Il est uni à la Colombe de Dieu.

35        Lorsque cette Colombe est descendue des cieux, l’oiseau le plus doux de tous les oiseaux du ciel est venu vers l’animal le plus doux de toute la terre, le ciel et la terre se sont embrassés. Le ciel et la terre se sont unis. L’Homme et Dieu se sont réconciliés dans un Corps, le Seigneur Jésus-Christ. Certainement. C’était le Dieu du Ciel sous la forme de la Colombe, le Fils de Dieu sous la forme de l’Agneau. Et la Colombe est descendue sur l’Agneau et a demeuré sur Lui. Elle n’est jamais descendue pour se poser et ensuite s’en aller; Elle est restée là. Elle était satisfaite. Et l’Agneau était satisfait d’avoir la Colombe.

            Observez-Le sous la conduite du Père; ce n’était pas Sa propre volonté, c’était la volonté du Père qui L’avait envoyé. «Je suis venu non pas pour faire Ma propre volonté, mais la volonté de Celui qui M’a envoyé.»

36        Maintenant–maintenant, l’agneau ne peut être... ne peut se conduire lui-même. Mais nous prétendons être des agneaux de Dieu, et nous voulons décider de notre propre voie. «Je vais voir si je peux supporter ceci ou pas.» Voyez-vous? Vous essayez de décider de votre propre voie. Et dès que la colombe vient se poser sur vous et que vous essayez de décider de votre propre voie, et comment vous allez faire ceci, comment vous allez faire cela, Dieu ne peut plus vous conduire, alors la Colombe prend tout simplement Son envol.

37        Maintenant, j’aimerais que vous remarquiez une autre chose. L’Agneau était disposé à être conduit. Il était disposé. Et les agneaux de Dieu sont disposés à être conduits par l’Esprit de Dieu: «Mes brebis connaissent Ma voix; elles ne suivront point un étranger.» Eh bien, c’était un Agneau disposé. Et une autre chose, c’était un Agneau qui se sacrifiait. Il n’avait aucun motif égoïste. Cet Agneau était disposé à offrir tout ce qu’Il avait. Un petit agneau, vous pouvez l’amener là-dehors, et il n’a qu’une seule chose qui lui appartient, c’est sa laine. Vous pouvez jeter le petit animal sur la table et lui lier les pattes (Je l’ai fait bien des fois.) et tondre chaque brin de droit qu’il possède, il restera tranquille. Mais, oh! que nous sommes différents! Oh! la la! Essayez de nous tondre une fois. Oh! oui. Frère, nous nous mettons en colère et grondons les gens, n’est-ce pas? Ensuite, vous vous demandez ce qui ne va pas en nous. C’est ça. Oh! un agneau est un agneau disposé.

38        Vous direz: «Maintenant, Frère Branham, que voulez-vous dire?» Ecoutez ceci. Vous direz: «Je suis un Américain.»

            Certaines parmi vous les femmes disent: «Je suis une Américaine. La semaine passée vous avez prêché sur le fait que nous nous maquillons. Vous avez prêché sur le fait que nous portons nos shorts dans les rues et tout. Je suis une citoyenne américaine. J’ai tout à fait le droit de faire ce que je veux, aussi longtemps que la loi le permet. On vend cela dans les magasins. C’est bien mon privilège en tant qu’Américaine.» Je le sais. Mais, soeur, si vous êtes une agnelle de Dieu, vous allez abandonner vos droits, parce que... C’est ça. Oui, oui. Vous allez abandonner cela.

            Vous direz: «Eh bien, si je veux rester chez moi pour suivre Qui aime Suzy (et toutes ces choses qu’on regarde), c’est bien mon privilège en tant qu’Américain.» Je le sais. Mais si vous êtes un agneau, vous allez abandonner cela, parce que ce n’est pas la nourriture des brebis. Amen. C’est juste.

            Vous direz: «C’est américain–mon privilège en tant qu’Américain. Si je veux mettre de la bière dans mon réfrigérateur pour prendre un verre bien froid le soir, lorsque je rentrerai chez moi après le souper, c’est bien mon privilège en tant qu’Américain.» Je le sais, monsieur. Mais si vous êtes un agneau, vous allez abandonner vos droits pour devenir un chrétien. C’est tout à fait exact.

39        Je ne suis pas du tout surpris de voir un cochon en train de fouiller dans un tas de fumier, pas du tout. C’est un cochon; c’est sa nature. Je ne crierais pas après un pécheur qui est là en train de prendre de la bière et de fumer la cigarette. Mais lorsque vous voyez un... Et une femme pécheresse seule dehors dans la rue, habillée de manière à attirer l’attention des hommes... Eh bien, ne me dites pas que vous ne cherchez pas à attirer l’attention des hommes, c’est ce que vous faites. C’est juste. Vous pouvez aussi bien vous présenter là et être fidèle. Qui cherchez-vous à attirer alors? Pourquoi alors vous habillez-vous comme cela? Dans ce cas, vous devenez un spectacle pour le monde. C’est juste. C’est juste.

            Eh bien, vous direz: «C’est mon privilège. Et vous prédicateur, vous n’avez aucun...» Oui, mais si vous êtes une agnelle, vous abandonnerez cela.

            La Bible dit: «Que les femmes s’habillent avec modestie, comme il convient à des femmes saintes.» C’est juste.

            Eh bien, vous direz: «Si je ne me coupe pas les cheveux, cela me donne des maux de tête.» Dans ce cas, coupez le tout; c’est ce que dit la Bible; rasez cela. Vous n’aurez plus de maux de tête si c’était ça le cas. C’est vrai.

40        Eh bien, vous direz: «Vous vous en prenez aux femmes.» Oui, et je vais aussi vous dire quelque chose, à vous les hommes. Tout homme qui laisse sa femme se conduire comme cela, fumer la cigarette, se comporter telle qu’elle le fait, cela montre de quoi vous êtes fait. Ça, c’est la moindre des choses pour un homme. C’est... Dieu vous a donné l’autorité sur elle, et que faites-vous? C’est elle qui vous dirige, et cela montre de quoi vous êtes fait. C’est juste. C’est vrai. Oh! frère, il n’est pas étonnant que l’Eglise de la sainteté connaisse la déchéance. C’est ça.

41        Maintenant, si vous voyiez un cochon en train de manger dans un tas de fumier, vous ne penserez à rien, parce que c’est un cochon. Mais je vais vous dire une chose: vous ne verrez jamais un agneau aller là-bas manger à ses côtés. C’est juste. C’est juste. Et vous les fidèles, vous savez que c’est vrai.

            Et vous voyez un homme qui se déclare être chrétien, en train de se complaire dans les choses du monde, à débiter de sales plaisanteries, et à écouter Arthur Godfrey et ce genre de saletés à la radio, et vous allez me dire que vous êtes un chrétien? Vous vous comportez comme un cochon plutôt que comme un agneau. C’est juste. Si j’entre chez vous, et sur le mur il y a des photos de femmes nues, de sales photos, et dans votre bureau vous jouez de la musique de boogie-woogie, et vous me dites être un chrétien? Cela montre ce qui est en vous. Oui, oui. Ensuite vous vous demandez pourquoi nous n’avons pas de victoire. C’est ça.

42        Tenez, l’autre soir je suis allé assister à une réunion pentecôtiste, et il y avait des femmes là sur l’estrade portant des boucles d’oreille, c’était comme si le diable avait posé une selle sur elles et qu’il se servait d’elles comme étrier, se balançant çà et là à cet endroit, et elles dansaient, dans leurs petites robes, on dirait qu’elles y étaient moulées; cela serrait tellement que la peau se voyait à l’extérieur, et vous voulez me dire que c’est ça le christianisme? Ce n’est pas ça, selon la Bible. C’est juste. Eh bien, vous savez que c’est juste. C’est tout à fait exact. Quelque chose est arrivé.

43        Tout récemment, un homme est venu me voir... J’avais loué le service d’un homme pour conduire un camion par ici, directement en Californie aussi. J’espère que cette personne est encore assise ici. Vraiment je... Ce n’est pas pour être malin... Si je le suis, si je le dis avec une telle intention, je devrais tomber ici et me repentir. Mais je le dis seulement pour que vous voyiez ce qu’en dit la Parole de Dieu. J’avais loué le service d’un vieux pécheur pour amener ici mon camion avec des livres et tout; et il est arrivé que cet homme l’a trouvé là derrière le camion, en train de fumer une cigarette.

            Cet homme a dit: «Frère Branham, savez-vous que cet homme-là a fumé une cigarette?»

            J’ai dit: «C’est un pécheur. J’ai dû le prendre juste pour conduire pendant quelques instants ce camion par ici.»

            Il a dit: «Eh bien, je vous assure, ne faites plus jamais cela. Nos fidèles sont des saints.»

            J’ai dit: «Je le sais, frère.» Et j’ai dit: «Je vais le renvoyer maintenant même, aussitôt que je trouverai quelqu’un pour conduire mon camion.»

            Il a dit: «Eh bien, ne le faites plus jamais.»

            J’ai dit: «Je sais.» Mais j’ai aussitôt su qu’il coulait un moucheron et avalait un chameau. C’est juste.

44        Et le même après-midi je suis allé à la tente, et cet homme se tenait là, et il a dit: «Voici le représentant de telle dénomination ecclésiastique dont je suis membre.»

            J’ai dit: «Enchanté.»

            Cet homme a dit: «J’aimerais vous présenter à ma femme.» Et voici venir un... Je ne plaisante pas. Si je plaisante, je suis un hypocrite. Je vous dis la vérité. Une femme est passée là, je n’avais jamais vu pareille femme de ma vie. Cette femme avait suffisamment de cette histoire bleue sous les yeux, et du rouge à lèvre, et une vieille petite robe qui collait au dos et devant, et elle se conduisait comme... en marchant...

            J’ai dit: «Vous voulez me dire que c’est là votre femme, monsieur?»

            Il a dit: «Oui.» Et j’ai dit... Il a ajouté: «Elle va jouer au piano ce soir.»

            Je me suis dit: «Ah! oui. Est-ce juste?» Elle est...

            Il a dit: «Vous savez...»

            J’ai dit: «Est-elle une sainte?»

            Il a dit: «Ça, oui.»

            J’ai dit: «Frère, je n’aimerais pas blesser vos sentiments, mais pour moi elle ressemble à un fantôme plutôt qu’à une sainte.» J’ai dit... C’est juste. Frère, c’est une honte et une disgrâce.

45        Qu’est-il arrivé à l’Eglise? Alors vous vous demandez pourquoi nous n’arrivons pas à collaborer. Ensuite vous allez vous demander pourquoi nous n’arrivons pas à tenir ces réunions de prière à l’ancienne mode, qui durent toute la nuit. Vous vous demandez ce qui ne va pas. Le Saint-Esprit a pris Son envol. C’est tout à fait exact. C’est la vérité. C’est juste.

46        Vous direz: «Eh bien, c’est mon privilège en tant qu’Américain.» Je sais, mais, ma chère soeur et mon cher frère, si vous êtes un agneau, vous allez abandonner vos droits (C’est tout à fait exact.) pour devenir un chrétien. C’est juste.

            Vous direz: «Eh bien, frère Branham, si je m’habille comme ma mère s’habillait il y a longtemps et que je m’habille comme...» Vous n’êtes pas obligée de vous habiller comme votre maman s’habillait; habillez-vous d’une manière décente. Ayez l’apparence d’une personne respectable. C’est juste. Eh bien, vous dites: «Si je le faisais, les gens me traiteraient de ceci et de cela.» Eh bien, peu m’importe ce dont les gens me traitent. J’aimerais plutôt que Dieu me regarde; soyez habillée pour que les hommes–non pas pour que les hommes vous voient, mais pour que Dieu vous regarde. Dieu connaît vos intentions.

            Eh bien, vous direz: «Est-ce que l’habillement change quelque chose?» Certainement.

47        Et vous prenez ces vieux petits efféminés aujourd’hui ayant une crinière qui descend jusqu’au cou comme cela, et des favoris comme Elvis Presley, et il se tient là et joue toute cette histoire de boogie-woogie, et vous les chrétiens vous cherchez à imiter un pareil imposteur. C’est vrai. C’est vrai. Vous sortez en portant de petits habits et vous avez l’air d’un efféminé, et une femme sort là en pantalon d’homme. Savez-vous que la Bible dit que c’est une abomination aux yeux de Dieu? Certainement. Vous savez que c’est la vérité. C’est l’exacte vérité.

            Eh bien, écoutez, vous direz: «Bon, frère, qu’est-ce...» Eh bien, observez simplement ce qui est arrivé. Qu’est-il arrivé aux réunions à l’ancienne mode que vous teniez autrefois? Où sont passées ces vieilles réunions de prière? Où sont ces vieux saints qui pleuraient et criaient avec sincérité? Où sont ces réunions sous tente que vous teniez autrefois? Cela a disparu. Pourquoi? Vous avez commencé à grogner comme des loups, et à vous comporter comme Elvis Presley, et ainsi de suite, et la Colombe a pris Son envol et s’en est immédiatement allée. C’est l’exacte vérité. C’est juste.

48        Oh! frère, je sais que cela vous rend malade. Mais ma maman me disait lorsque nous étions petits... Nous ne–nous n’avions pas beaucoup à manger. Maman faisait bouillir des peaux de viande dans un vieux... pour les ramollir dans un vieux moule à pain où elle faisait cuire son pain de maïs. Elle recueillait cette graisse et déversait cela, et là elle conservait cela, et ensuite elle fabriquait du pain de maïs. Et on prenait des pois cassés, et de la choucroute, et du pain de maïs. Nous devions manger cela pratiquement trois fois par jour. Et ce n’était pas bon pour notre santé. Et nous faisions une éruption de petites pompes–de petits boutons sur tout notre corps. Et chaque samedi soir, je sais que maman nous faisait prendre à chacun de l’huile de ricin. Et je n’arrive pas à supporter l’odeur de cette affaire aujourd’hui. Et je m’approchais, et je me pinçais le nez, puis je lui parlais et disais: «Maman, cela me rend vraiment malade. Je ne peux pas supporter cela.»

            Elle disait: «Chéri, si cela ne te rend pas malade, ça ne te fera aucun bien.» Alors je vais peut-être appliquer cela à l’Evangile ce soir. Si cela ne secoue pas l’église, et ne vous rend pas un peu malade, ne fait pas que vous ayez honte de vous, cela ne pourra pas vous faire beaucoup de bien. Ce qu’il nous faut aujourd’hui, c’est une bonne purification par l’Evangile à l’ancienne mode. C’est tout à fait exact: ôter de l’Eglise toute la mondanité et remettre Christ sur le trône du coeur.

49        Ainsi, on reconnaît l’arbre à son fruit. Cela portera des fruits. Mais aussi longtemps que nous pouvons danser dans l’Esprit, et courir sur l’estrade, tout en nous comportant comme... et ensuite sortir dans la rue, et être assez colériques pour affronter une scie circulaire, et nous comporter comme cela, faire des histoires et nous comporter comme cela dans le voisinage, courir çà et là, et plaider, et toutes ces autres affaires, cela ne marchera jamais tant que la précieuse Colombe de Dieu ne reviendra pas s’installer sur le coeur pour vous amener à porter du fruit de l’Esprit. C’est tout à fait exact. Une eau propre et une eau stagnante ne peuvent pas provenir d’une même citerne. Certainement pas. On reconnaît l’arbre à ses fruits.

            Eh bien, cet agneau était un agneau silencieux; il était muet devant ceux qui le tondaient, il n’a pas ouvert la bouche.

            Quelqu’un pouvait dire: «Eh bien, écoute, Liddy. Que t’est-il arrivé? Tiens! tu ne te comportes pas comme d’habitude. Es-tu devenue une sainte exaltée?»

            «Je vais te faire savoir tout de suite. Je t’assure, alléluia! alléluia!» Oh! oh! faites attention. Oh! oh! il s’est passé quelque chose. C’est juste.

50        L’Agneau de Dieu est un Agneau silencieux. Lorsqu’on L’a frappé sur une joue, Il a tendu l’autre. Et lorsqu’on s’est moqué de Lui, Il n’a pas riposté. C’est juste. Il a continué en s’occupant d’une seule chose, c’étaient les affaires de Son Père.

            Il ne s’agit pas de fourrer le nez dans chaque petit problème de l’église. Vous continuez tout simplement, en mâchant votre chewing-gum le soir, et vous dites: «Liddy, que sais-tu au sujet de...?... je t’assure, Jean, je ne vais–je ne vais jamais... J’avais l’intention d’aller à la pêche aujourd’hui, mais ce prédicateur a prêché la moitié de la journée!» Cela montre le genre d’esprit qui est en vous. C’est vrai. Certainement.

            Oh! oui. Il est un Agneau silencieux. Il se nourrit de la Parole de Dieu. Il s’en tient juste à cela. Il aime cela.

51        Vous savez, on m’a dit, dans le domaine physique, si vous avez l’habitude de manger un tout petit peu, c’est tout ce que vous pouvez manger. Mais vous pouvez tout simplement continuer de manger une quantité de plus en plus grande jusqu’à ce que votre–votre estomac devienne de plus en plus gros. Je vous assure que ce qu’il faut à l’Eglise aujourd’hui, c’est un bon jubilé gastronomique spirituel à l’ancienne mode, c’est ce que–c’est exactement ce qu’il nous faut. C’est de nous nourrir de la Parole de Dieu jusqu’à ce que nous–nous fassions sortir toute la mondanité et tout et introduire la Parole de Dieu là- dedans et vivre par Elle, mourir par Elle.

            L’agneau, certainement, les agneaux de Dieu, ce sont des agneaux dociles, des agneaux doux. Ils aiment la nourriture des brebis, et ils s’en tiennent carrément à la Parole.

52        Eh bien, il se fait tard. Oh! je perds simplement–simplement ceci et j’imagine ce que je pourrais dire d’autre. Voyez-vous? J’aimerais vous dire quelque chose, frères. Ce qu’il faut à l’Eglise aujourd’hui, c’est de revenir en arrière.

            Vous direz: «Frère Branham, quel–quel–quel est le remède? Quel est le remède aujourd’hui?» Voici le remède: soyez simplement un agneau; Dieu est toujours la Colombe. Eh bien, Il ne s’est pas envolé très loin. Il s’est envolé pour se poser sur le–juste sur un arbre, juste là devant vous. Il soupire et Il attend pour voir ce moment où vous allez vous abandonner, en disant: «Oh! précieuse Colombe de Dieu, reviens encore dans mon coeur.»

53        Lorsque vous vous agenouillez et que vous vous apprêtez à lire la Parole, vous dites: «Oh! la la! je–je suis censé lire un–un verset aujourd’hui. Oh! la la! ce que je vais faire... me trouver le verset le plus court qu’il y a. Oh! je–je... Là où la Bible s’ouvrira, je lirai cela.» Et il se fait que c’est l’un des psaumes les plus longs, ou... «Oh! la la! je vais en lire juste la moitié.» Voyez? Vous y êtes.

            Mais l’agneau aime simplement manger cette nourriture de brebis; il la mange simplement, et il l’aime; il s’en tient juste à cela, et il garde la tête dans l’auge toute la journée en mangeant. Certainement. Il aime cela, et il est heureux, le chrétien, d’être conduit par le Saint-Esprit. Il est conduit par la Colombe de Dieu.

54        Frère, soeur, laissez-moi dire ceci dans cette observation pour terminer: encore une fois le seul remède consiste pour... Vous n’allez jamais... Vous pouvez prêcher cela aux gens; je l’ai fait pendant des années. Et dans l’église de la sainteté, les femmes continuent de se couper les cheveux. Chaque année les gens laissent leurs filles porter ces sales petits shorts et tout dans les rues. Et quand un jeune homme lui dira quelque chose, va l’insulter, et vous papa, vous cherchez à jeter ce jeune homme en prison. Frère, c’est vous que l’on devrait jeter en prison pour l’avoir laissée sortir comme cela. C’est tout à fait exact.

            Et elle va sortir ici quelque part sur la plage et s’étendre là pour se bronzer là dans la cour arrière, ou quelque part, portant un de ces vêtements, couverte juste d’une serviette de toilette ou quelque chose comme cela, et quelqu’un va faire une observation à son sujet et vous allez vous dire: «Oh! eh bien, la petite chérie voulait se bronzer.»

            Ecoutez. J’ai deux filles, elles sont encore petites. J’espère vivre pour les voir devenir des femmes. Si jamais l’une d’elles s’étendait dehors comme cela, elle recevrait un bronzage du fils, mais ce serait monsieur Charles Branham, le fils de mon père, qui leur donnerait un bronzage à l’aide d’une latte en bois. Et elles en auront vraiment un dont elles se souviendront pendant longtemps. Je suis...

55        Ce qu’il nous faut... Il ne s’agit pas de la délinquance juvénile, c’est de la délinquance parentale qu’il s’agit. C’est parce que les parents ont été négligents. Et tout cela c’est puisque l’église ne prêche jamais cela. Que se passe-t-il, frères? Retournez à l’Evangile; prêchez la sainteté à l’ancienne mode et ramenez cela dans l’église. Nous devons avoir un étalon.

56        N’essayez pas... Un vieux prédicateur méthodiste avait coutume de nous chanter un cantique, qui disait:

Nous avons laissé tomber les barrières.
Nous avons laissé tomber les barrières.
Nous avons fait des compromis avec le péché.
Nous avons laissé tomber les barrières.
Les brebis sont sorties,
Mais comment les boucs sont-ils entrés?

            Vous avez laissé tomber les barrières. Voilà le problème. Certainement. Vous faites entrer n’importe qui dans l’église, juste parce qu’il a dansé un peu et qu’il a jeté les mains en arrière et a crié un peu.

            Eh bien, vous direz: «Je les ai entendus parler en langues.» Peut-être que cela était authentique, mais tant que cette naissance ne s’est pas produite là-dedans, et que le Saint-Esprit n’est pas descendu du Ciel et n’a pas pris Sa place là-dedans pour soutenir ce que ce cri disait, frère, je vous assure, c’est toujours un bouc. C’est tout à fait exact. Il pourrait verser des larmes comme un crocodile et bêler à l’autel, ou quoi que ce soit, mais tant que cette nature n’est pas changée, c’est toujours le vieil animal puant. C’est tout à fait exact. Certainement.

            Ce qu’il nous faut, c’est le Tendre Esprit de Dieu qui descend dans nos coeurs et nous rend aimables, doux, et fait de nous des enfants semblables à Christ. Et c’est ça que nous désirons être; si ce n’est pas cela, nous sommes perdus. Réfléchissez-y, je vous prie, pendant que nous inclinons nos têtes un moment. Que l’organiste veuille bien passer à l’orgue. Que le Seigneur vous bénisse.

57        J’aimerais vous poser une question. Nous avons tant de choses charnelles aujourd’hui (pendant que vous êtes en prière), tant d’imitations charnelles, de petites choses absurdes et tout. Eh bien, tout récemment, cela ne fait pas quelques jours, ou plutôt quelques semaines, à Dallas, au Texas, on avait demandé aux gens de se tenir dans la rue. En fait, un ministre avait écrit un article dans le journal, disant que les petits supermans allaient descendre du ciel à bord des soucoupes volantes, et qu’ils allaient descendre pour confirmer que c’est au centre de son réveil que le véritable et authentique Saint-Esprit se trouvait. Et il avait demandé aux gens de se tenir dans la rue pour attendre de telles choses. Jusqu’à quel point l’église chrétienne peut-elle s’incliner et à partir de... manger dans une poubelle? Cela n’existe pas dans la Parole de Dieu. Les brebis ne prêtent pas attention à de telles balivernes. Certainement pas. Peu m’importe si des soucoupes volantes jetaient–traversaient cette salle et tout le reste, tant que cette Colombe n’est pas là, frère, il n’est pas nécessaire d’avoir quoi que ce soit.

58        Maintenant, si vous voulez que la Colombe de Dieu vienne dans votre coeur ce soir... Vous dites: «Frère Branham, autrefois j’avais ces sensations, j’aimais prier, j’aimais parler du Seigneur, mais j’en suis arrivé à un point où je ne veux plus qu’on m’en parle. Oh! je vais à l’église de temps en temps parce que je ne veux pas aller en enfer, mais je suis...» Mais vous ne faites certainement pas quelque chose de bien en vous en éloignant. C’est juste.

            Vous direz: «Je vais... je–j’aimerais y retourner.» Maintenant, je ne suis pas... Je vous ai prêché durement ce soir et je vous ai réprimandé, mais écoutez, frère, c’est pour votre bien. C’est juste. C’est pour votre bien. C’est pour vous aider. Je vous aime.

59        Quelqu’un, mon fils m’a dit hier soir, qu’on avait prélevé une petite offrande d’amour ici pour moi. Je n’en voulais pas. Mais ils l’ont quand même fait. Cela m’aidera à élever mes enfants. J’ai des enfants, et une partie de votre–une partie de votre argent servira–servira à acheter la nourriture pour mes enfants. Je n’ai jamais demandé cela, jamais... Je leur ai dit de ne pas le faire, mais ils l’ont fait, de toute façon. Bien sûr, j’en ai besoin. Certainement. Je vous suis reconnaissant, et Dieu vous bénira. Mais pensez-vous que je pourrais me tenir là d’un coeur sincère et réprimander les gens après qu’ils ont été si bons envers moi? Non, mon cher frère. Je voudrais vivre dans l’éternité avec vous. Soeur, je voudrais que vous soyez en ordre avec Dieu. C’est la raison pour laquelle je dis cela. C’est la raison pour laquelle je suis–je suis... Juste comme votre papa le ferait, je–j’essaie de vous dire ce qui est juste, ce qui est de Dieu.

60        Et cet esprit doux, humble, que vous aviez autrefois, vous n’étiez pas tout en colère, et vous n’étiez pas des lames de scie comme vous l’êtes maintenant. Le Saint-Esprit a pris simplement Son envol. Vous avez porté des shorts, le Saint-Esprit s’est envolé. Vous avez fumé la cigarette, le Saint-Esprit s’est envolé. Vous êtes devenu grincheux et difficile, et le Saint-Esprit s’est envolé. Vous avez commencé un petit culte dans votre église, et le Saint-Esprit s’est envolé. Vous vous êtes séparé de votre église et vous êtes parti pour commencer un petit culte, le Saint-Esprit s’est envolé. Le Saint-Esprit n’est pas l’auteur de la confusion. Son travail est d’unir le grand Corps de Christ: un seul Esprit, un seul but, un commun accord. C’est ce qui s’est passé lorsque le Saint-Esprit est descendu le jour de la Pentecôte.

            Il y avait cent vingt personnes là-haut: des pharisiens, des sadducéens et tout le monde, mais ils étaient d’un commun accord. Ils étaient humbles, c’étaient des agneaux de Dieu qui avaient été conduits à la chambre haute, il n’y avait aucune dispute, ni quoi que ce soit. Et tout d’un coup les ailes du Saint-Esprit descendirent–descendirent du Ciel, et Cela entra dans chaque coeur. Oh! ils marchèrent, vécurent, moururent dans leur témoignage. Si ce n’est pas cela, ça ne marchera pas.

61        Maintenant, pendant que nous prions, avant que nous priions plutôt, je ne sais pas s’il y a... Combien ici aimeraient lever la main et dire: «Frère Branham, j’ai levé les mains devant Dieu. Je sais que j’ai... Le Saint-Esprit ne traite plus avec moi comme autrefois. J’avais la plus douce expérience. Au début, lorsque je venais d’être sauvé, je vous assure, j’aimais tout le monde. Mais, oh! j’ai prêté l’oreille à celui-ci, j’ai prêté l’oreille à celui-là. J’ai écouté ceci, et j’ai entendu cela, à tel point que je suis devenu–à tel point que je ne sais plus ce que je veux vraiment. Je suis dans une confusion terrible.»? C’est une condition horrible où se trouver, chéri.

            Mon cher frère, laissez-moi vous dire quelque chose. Dieu vous aime et Il ne veut pas que vous soyez dans la confusion. Il veut que vous reconnaissiez Sa voix. Et si vous voulez avoir encore cet Esprit doux et humble...

62        Vous dites: «Est-ce ça, Frère Branham?»

            Permettez que je cite l’Ecriture. Il a dit: «Passe dans la ville, au milieu de la ville, et fais une marque sur le front de ceux qui soupirent et qui gémissent à cause des abominations qui se commettent dans la ville.» Ce Doux Saint-Esprit, c’est quelque chose dans le coeur de l’homme, qui appelle avec l’amour de Dieu à faire la volonté de Dieu, non pas à sautiller et à hurler, non pas à courir partout dans la salle, ni à parler en langues, ni à prier pour les malades, ni à prophétiser, ni à interpréter, ce n’est pas de cela que je parle. Ça c’est quelque chose à l’extérieur. Mais si quelque chose... C’est bon. Ça c’est quelque chose qui vient de l’Esprit. C’est vrai. Mais s’il n’y a rien là-dedans avec quoi vous ancrer, cela ne vous fera aucun bien. C’est la roue dont je parlais, qui n’a pas de moyeu. Si cela n’est pas ancré là-dedans par l’amour, cela fera plus de mal que de bien.

63        Maintenant, si vous désirez réellement que Dieu vienne dans votre coeur et vous rende doux, docile, humble, aimable, si vous désirez que la Colombe revienne... Il–Il s’est simplement–simplement envolé et s’est éloigné un peu de vous. Il aimerait revenir ce soir, mes enfants. Il aimerait revenir. Assurément. Voulez-vous simplement lever la main vers Lui et dire: «Ô Dieu, souviens-Toi de moi.»? Que Dieu vous bénisse. C’est merveilleux. Des dizaines de mains se sont levées partout, assurément; vous les méthodistes, les baptistes, les luthériens, les pentecôtistes, les nazaréens, les pèlerins de la sainteté, certainement...

            Qu’en est-il de vous les nazaréens, combien vous étiez doux autrefois! Mais vous êtes devenus tout à fait différents. Vous avez une racine d’amertume. Il s’est passé quelque chose.

            Que vous est-il arrivé, vous pentecôtistes? Vous aussi vous étiez doux autrefois. Mais que s’est-il passé? «Gloire à Dieu, alléluia! J’ai la chose.» Mais vous vous êtes rendu compte que cela vous a amené à vous comporter d’une manière contraire. Vos fruits montrent ce que vous êtes. C’est ça.

64        Et maintenant, voyez ce que l’église a fait. Soit elle est tombée dans un tas de fanatisme, soit elle est devenue très raide et très empesée et n’accepte rien de cela. Mais, frère, il y a le milieu de la route où le véritable et authentique Evangile est prêché, accompagné des–des véritables miracles et prodiges de la Bible; et un doux Saint-Esprit conduit cette église. C’est le genre d’église qu’il faut fréquenter, une église intelligente, qui prêche la Parole, qui s’en tient à la Parole, à l’aide d’un véritable sermon du Plein Evangile, d’un véritable Esprit de Dieu; tout se passe dans l’Esprit, tout est décent, tout le monde est en ordre, tout se fait dans l’amour; c’est le genre d’église dont nous avons besoin. Combien aimeraient être membres d’une telle église? Levez la main. Eh bien, nous le voulons tous évidemment. Or, c’est ce que Dieu veut que nous soyons. Qu’est-ce qui a fait la différence? Nous avons juste commencé à devenir un peu arrogants et différents dans nos églises; la Colombe s’est envolée.

65        Maintenant, y a-t-il un autre groupe de gens ici qui n’ont pas levé la main et qui aimeraient que l’on se souvienne d’eux maintenant? Oh! je... Remarquez que j’ai très vite arrêté ce soir. Quelque chose m’a dit: «Arrête. Il y a des malades pour lesquels il faut prier.» Voyez-vous? Et je désire faire un appel à l’autel. Y aurait-il un autre...Que Dieu vous bénisse, madame. Que Dieu vous bénisse, là-haut. C’est bon.

            Au balcon, par ici à ma gauche, y a-t-il quelqu’un d’autre par ici? Que Dieu vous bénisse. C’est bien. Dieu voit votre main. Assurément. Au balcon à droite, je vois vos mains là-haut. Que Dieu vous bénisse. Certainement. C’est juste. Que le Seigneur soit avec vous et qu’Il vous bénisse.

            Maintenant, à l’assistance qui est ici au rez-de-chaussée, juste ici dans la–la salle principale. Voulez-vous de nouveau lever la main et dire: «Ô Dieu, aie pitié de moi. Je désire avoir ce genre d’Esprit qui est doux et humble.»? Que Dieu vous bénisse.

            Maintenant, à vous qui êtes au petit balcon latéral à ma gauche, voulez-vous lever la main? Que Dieu vous bénisse. C’est juste. Que Dieu vous bénisse, vous qui êtes au balcon latéral à ma droite. Que Dieu vous bénisse. C’est bon. Que le Seigneur soit avec vous.

66        Maintenant, mettons-nous à prier. Maintenant, alors que nous inclinons la tête dans la prière, souvenez-vous que cette Colombe s’est posée juste là devant vous. Elle aimerait revenir. «Comment puis-je le faire, Frère Branham?» Soyez simplement un agneau. Soyez simplement un agneau. Dites: «Ô Dieu, je–je regrette pour tout ce que j’ai fait. Ce soir je reviens. Je vais être un agneau à partir de ce soir.»

67        Maintenant, Père céleste, Tu vois leurs mains, et je suis si content que–pour cette ville d’Oakland, de voir que la–la contamination du grand nombre de choses n’a pas encore touché cette ville, et certaines choses qui se sont produites. Ou, du moins, Seigneur, Tu as encore des enfants qui ont faim et soif. Je Te remercie pour eux. Je Te prie de les bénir abondamment, Seigneur, et de leur accorder le profond désir de leurs coeurs.

            Agis, ô Saint-Esprit, vole directement au-dessus de chacun de ces coeurs maintenant même. Et descends tout au fond de leur âme, pas une émotion extérieure, mais tout au fond de l’âme, qu’ils sentent quelque chose de doux, d’humble et de réconfortant venir sur eux, sachant que c’est Dieu qui revient, pendant qu’il change cette vieille nature qu’ils avaient pour devenir des agneaux, le Saint-Esprit entrant directement comme une colombe pour demeurer là, y demeurer tout simplement. Et qu’à partir de cette heure, ils puissent vivre une vie chrétienne pieuse, humble. Que Tu les conduises de victoire en victoire jusqu’au jour où Tu en auras fini avec nous sur terre et où Tu nous recevras ensuite dans la Gloire. Car nous le demandons au Nom de Christ. Amen.

68                    Il y a force, force, merveilleuse force,
Dans le Sang de l’Agneau;
Il y a force, force, merveilleuse force,
Dans le précieux Sang de...

            Combien pensent que c’est vrai? Certainement. J’aimerais dire ceci, mes amis: Je suis venu de la côte est, de Boston, en faisant des zigzags çà et là à travers les Etats-Unis, et je dis ceci, non pas pour faire la différence avec n’importe quelle autre ville, mais j’ai trouvé dans ce réveil les gens les plus affamés et les plus assoiffés que j’aie jamais vus depuis New York jusqu’à la côte ouest. C’est l’exacte vérité. Je crois que l’Esprit de Dieu est prêt ici à Oakland pour qu’un grand réveil balaie la contrée et puisse... Et c’est juste. Maintenant, c’est le... Dans mon coeur, c’est la vérité. Je crois que ceci est le groupe de gens les plus gentils que j’ai rencontrés depuis je ne sais quand. Et c’est presque le seul endroit où j’ai trouvé que la véritable et authentique faim est dans le coeur.

            Maintenant, je le sais, puisque lorsque l’onction me saisit, c’est juste une grande explosion qui parcourt cette assistance ici. Je sais que vous avez faim. Et que Dieu bénisse vos coeurs, mes chéris.

            J’espère que Dieu vous remplira si pleinement de l’amour divin de Christ qu’aucun de ces ismes modernes et tout ne pourra vous séparer de l’amour de Dieu qui est en Christ Jésus. Tenez-vous-en à cela.

69        Que Dieu vous bénisse, pasteurs. Et recevez ces paroles comme étant une correction. Ne laissez jamais quoi que ce soit prendre la place de l’amour dans votre église. Si vous le faites, c’est terminé, frère. Si cela est bâti sur quelque chose d’autre que l’amour de Dieu, cela doit faillir. C’est juste. Nous croyons dans la guérison, nous croyons dans les miracles, nous croyons dans les signes, mais cela n’a pas grand-chose à voir avec la chose. Tant que le Saint-Esprit n’est pas encore là pour vous garder humble, pour vous garder doux, vous garder dans la Bible, alors cela ne vous servira pas à grand-chose d’avoir ces choses. C’est juste.

70        Vous pouvez ramasser des pommes, mais vous n’avez pas l’arbre. La vie... La pomme est un produit de l’arbre. C’est juste. Alors avoir une pomme n’est pas avoir un pommier. Le pommier a en lui la vie, et il continue de donner des pommes. Voyez-vous? Comprenez-vous ce que je veux dire? Très bien. Que le Seigneur vous bénisse.

71        Je vous avais dit que j’allais essayer de vous laisser sortir tôt, et je–je ne saurais pas le faire ce soir. Mais je sais qu’il me reste une soirée pour vous prêcher, et ensuite je vais aller au nord dans le Canada. Et je–j’aime tellement vous parler que je–je déteste laisser tomber mon sujet du soir pour m’en aller. Maintenant, cela... Je ne le dis pas pour vous flatter. Si je le faisais, je serais un hypocrite et je devrais descendre là à l’autel et m’en repentir. C’est tout à fait exact. Je vous le dis parce que je crois que c’est la vérité.

72        Je ne vois pas l’homme en question ce soir, c’est un bon gentleman. Il est venu à ma rencontre par ici, c’est un–l’un des techniciens ici qui s’occupent du–du microphone. Il m’a serré la main là dehors. Il a dit: «Révérend, j’étais heureux de travailler avec vous, d’enregistrer votre voix et tout.» Il a dit: «Vous faites un merveilleux travail.» Il a dit: «Continuez comme ça.» Je lui ai pris la main, et je me suis dit: «Ô Dieu, bénis cet homme, et sauve-le, et remplis-le du baptême du Saint-Esprit.» Voyez-vous? C’est sincère. Je prie qu’Il le fasse. Que le Seigneur vous bénisse.

73        Maintenant, soyons vraiment humbles pour les quelques prochaines minutes, et prions maintenant pour que le Seigneur puisse... Et je continue d’observer... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] au... Lorsque j’étais ici à Oakland, je prenais la main des gens et je me tenais là, et le Seigneur... Vous en souvenez-vous? Combien se souviennent qu’il y a eu une prophétie, où j’ai dit: «Lorsqu’Il m’a rencontré là-bas ce soir-là, Il m’avait dit: ‘Si tu es sincère et que tu restes humble, il arrivera que tu connaîtras les secrets mêmes de leurs coeurs.’» Combien savent que cela a été dit? Voyez? Et la voici de nouveau. Et, oh! je vais–je suis très heureux.

74        Je me souviens de ces jours agréables passés avec vous ici à Oakland. Et je crois que les frères qui ont parrainé la réunion, l’un d’eux est assis juste ici derrière. Je crois que c’est juste. Morse? Est-ce là... Morse, frère Morse. Comment allez-vous, Frère Morse? Je me deman-... je me réjouis tant à votre sujet, frère. Je n’oublierai jamais ces quelques jours où nous étions assis là dans votre école, et où vous et moi ainsi que frère Kidd parlions tous de la Bible et de la grâce de Dieu. Et le docteur Price avait prophétisé sur la venue d’un grand mouvement. Et le docteur Price a quitté la terre un jour. Wigglesworth a quitté le soir, le docteur Price le matin suivant. Et le surlendemain j’ai reçu la visite de l’Ange du Seigneur juste pour sortir. Et un homme avait vu cela venir à l’avance (Voyez-vous?), et voici maintenant.

75        Maintenant, nous savons que lorsque le... Lorsque Dieu parle, Il accomplit des choses. Je me souviens de ce jeune garçon de prédicateur qui avait un aud-... l’auditorium, et nous avions échangé les auditoriums avec lui, et nous sommes allés dans le grand... Etait-ce ce même endroit? Etait-ce ce même endroit? Je crois que c’est ça. Là où le... Et le Seigneur nous avait bénis. Je n’oublierai jamais Oakland. Pendant longtemps je suis resté loin d’ici, des environs, frère; mais le même Dieu, le même Evangile, le même amour, se trouve toujours là dans mon coeur ce soir comme à l’époque. Je L’aime de tout mon coeur.

            Je me fais vieux maintenant. Et un jour, mon oeuvre ici sur terre sera terminée, et il me faudra rentrer là-haut à la maison et rendre compte à la porte. J’aimerais que mon témoignage soit clair là ce jour-là, et que je dise: «Je n’ai sur moi le sang d’aucun homme. J’ai essayé avec l’amour pieux, sans jamais me dérober, d’amener l’Eglise et de La garder dans la Bible et avec l’amour de Dieu.»

            Que Dieu vous bénisse maintenant. Nous allons prier pour quelques malades, et ensuite... Non pas quelques malades, nous allons prier pour tous les malades. On prie pour chaque personne chaque soir, pour chacun. Nous ne laissons personne.

76        Très bien. Billy, as-tu distribué des cartes de prière, chéri? Comment? O quoi? O de 1 à 100. Très bien. Commençons par O-1, ensuite ce sera de 1 jusqu’à 100. Jetez un coup d’oeil sur votre petite carte, c’est un petit quelque chose plus petit que ça. S’il y a des nouveaux venus, il y a un O là-dessus. Et alignons-en quelques-uns maintenant, immédiatement.

            Nous... Qui a le numéro 1? Voulez-vous vous tenir par ici, ou vous lever, ou lever la main, ou quelque chose comme cela? Es-tu sûr d’avoir distribué de 1 jusqu’à 100? N’y a-t-il pas de O-1? Très bien. Nous allons alors commencer par un autre numéro. Très bien. Oh! je suis désolé–désolé. Très bien, madame, venez ici. O numéro 2? Très bien, par ici, monsieur. 3? Par ici. 4? Voulez-vous lever la main, autre chose comme... 5? 6? 6, ai-je vu le 6? 7, 8, 9, 9? A-t-elle la carte de prière numéro 9, cette dame? Elle n’a pas de carte de prière. Elle n’est pas obligée d’en avoir. Non, dites-lui simplement de s’asseoir juste quelque part là et de croire, qu’elle ait foi en Dieu. Vous n’êtes pas obligée d’avoir une carte de prière. Très bien. 9, 10, 11, 11? Est-ce que vous avez le 11? Est-ce que... A-t-il le 11? 11. Très bien. 11, 12. Très bien. 12, 13, 14? La carte de prière 14, O-14, 14, 15? Qui a la carte de prière O-15? Voulez-vous lever la main? Ça ne se trouve pas ici? Oh! je suis désolé. Que dites-vous? [Frère Branham parle à quelqu’un sur l’estrade.–N.D.E.] Oh! mettez quelques... Maintenant, vous avez quelques... Vous avez quelques mouchoirs juste... Je vais–je vais prier pour cela immédiatement, dans une minute.

77        Maintenant, ceux-ci sont tous... Si vous–si vous n’avez pas votre mouchoir ici, envoyez-le-moi tout simplement. Je serai chez moi après quelques jours, juste pour un jour. Alors envoyez-le là, et je prierai dessus là chez moi.

78        Maintenant, inclinons la tête juste un moment pour la prière. Précieux Père céleste, alors que je vois venir le mardi soir, je–je me sens un peu triste à ce sujet, Seigneur. Je sens tout simplement comme s’il y a... Ô Dieu, envoie immédiatement quelqu’un d’autre dans cette ville, Seigneur, et ne laisse pas ce petit groupe s’éloigner. Oh! que le Saint-Esprit, à partir de ceci, envoie un réveil, Seigneur, qui ne s’arrêtera pas, un réveil qui continuera jour et nuit, et qui unira les coeurs des prédicateurs. Qu’il y ait un sain et véritable réveil de l’Evangile de l’amour de Dieu une fois de plus dans chaque église et dans chaque coeur. Accorde-le, Père.

            Maintenant, voilà les malades que ces mouchoirs représentent, peut-être un pauvre vieux papa aveugle assis là dans une petite chambre sombre ce soir, tenant une canne blanche en main. Il attend le retour de ce mouchoir. Il y a un petit bébé malade, avec une mère anxieuse veillant sur lui à l’hôpital, attendant que le mouchoir revienne... Tu les connais tous, Seigneur. Ô Dieu, je Te prie de baisser les yeux et d’honorer les paroles et les prières de Ton serviteur. Et alors que ces mouchoirs sont bénis...

            Nous avons appris dans la Bible qu’une fois Dieu avait appelé Israël hors d’Egypte pour aller dans la Terre promise. La mer Rouge a fait obstacle à Israël, mais lorsque Dieu a regardé à travers cette Colonne de Feu avec des yeux courroucés, la mer eut peur et se dressa comme un mur, et laissa Israël passer par le sentier de Dieu. Et lorsque ces mouchoirs seront posés sur les malades et les affligés, que Dieu regarde à travers le Sang de Son propre Fils Jésus, et voit le mémorial, et que la maladie recule, et accorde à cette personne le droit de passage vers la bonne santé pour laquelle Jésus est mort. Je réprimande chaque maladie que ces mouchoirs représentent, et vers laquelle est dirigée la prière de la foi. Et qu’ils soient guéris au Nom de Jésus-Christ. Amen.

79        Oh! il y a quelque chose... Mon vieux coeur d’Irlandais bouillonne d’amour ce soir. Ne le sentez-vous pas, juste–juste quelque chose comme si je voulais crier un tout petit peu? Vous êtes-vous déjà senti comme cela? Je pense que c’est juste... Je ne sais pas, c’est simplement quelque chose ici dedans. Je L’aime.

80        Maintenant, nous allons voir comment ils sont... Voulez-vous voir, frères, tout ce qu’ils... Très bien. Maintenant, j’aimerais que vous m’accordiez juste une faveur, si vous voulez. Restez très respectueux; soyez très calmes; et puis attendez juste quelques minutes. Soyez en prière et voyez ce que Dieu va faire.

            Maintenant, combien n’ont pas de carte de prière là-bas et désirent que le Seigneur Jésus les guérisse? Faites voir vos mains. Très bien. Eh bien, Il va le faire. Il va le faire. Maintenant, franchement, Il l’a déjà fait. Combien savent cela? Maintenant, la seule chose que cela requiert, c’est juste pour votre... Combien sont malades et sont des chrétiens, des chrétiens nés de nouveau? Faites voir vos mains, vous qui êtes malades et qui êtes des chrétiens nés de nouveau.

            Eh bien, Dieu vous a donné deux ailes. Le savez-vous? Vous souvenez-vous du sermon de l’autre soir sur les ailes? Maintenant, la seule chose que vous avez à faire avec ces ailes, lorsque le Saint-Esprit envoie un [Frère Branham souffle dans le micro.–N.D.E.], envolez-vous simplement là-dessus (Voyez?), élevez-vous carrément. Dieu vous a donné ces ailes pour vous porter sur les hauteurs. Ainsi donc, soyez fidèles et écoutez le Saint-Esprit.

81        Il y a de l’épilepsie ici ce soir. Et gardez vos enfants près de vous (Voyez?), parce que c’est ça la chose. Beaucoup parmi vous ont assisté à mes réunions et voient ce qui arrive des fois; cela m’échappe. Et ainsi donc, soyez très respectueux; soyez en prière.

            Maintenant, souvenez-vous, pendant que je prie pour ces gens, ce n’est pas simplement ma prière qui compte. Que chacun de vous prie en même temps. Voyez-vous? Nous sommes tous réunis. Nous ne sommes pas divisés. Votre prière vaut autant ou plus que la mienne. Voyez? Nous sommes tous un. J’aimerais que vous les ministres, vous vous joigniez immédiatement à moi; priez. Et vous tous, les laïcs, vous tous, joignez-vous à moi. Nous voulons aider quelqu’un à se rétablir.

            Maintenant, j’aimerais que vous fassiez quelque chose pour moi demain soir, si vous voulez, certains d’entre vous les huissiers. Ne laissez pas les–les lits de camp et autres rester de côté. Amenez-les ici devant moi demain soir, je vous prie. Faites-le.

82        Très bien. Maintenant, allons... Etes-vous la dame qui doit être... très bien, approchez. Chaque personne est un esprit. Chacun de vous a une âme. Et lorsque vous vous mettez à croire, c’est dans ce canal de foi. Le croyez-vous? Certainement. Et si vous êtes d’un commun accord, c’est à ce moment-là que le Saint-Esprit va intervenir.

            Maintenant, si vous ne... Ne... Nous ne considérons donc pas les émotions. Il faut la foi et l’amour. «Seigneur, je T’aime. Tu ne peux pas mentir parce que Tu es Dieu; je T’aime.» L’amour règle la chose. Lorsque vous aimez votre femme de tout votre coeur, de toute votre âme, vous l’aimez tout simplement, et il n’y a personne dans cette ville qui peut vous faire croire qu’elle n’est pas une bonne femme. C’est ça. Voyez-vous? C’est la même chose, les vieilles commères viendront vous dire que votre mari vous trompe, alors que vous l’aimez vraiment et avez confiance en lui. Est-ce juste? L’amour couvre tout. C’est tout. Lorsque vous aimez Dieu, toute crainte se dissipe partout, et vous dites tout simplement: «Ô Dieu, Tu as raison. Et je T’aime, et je suis guéri; et je vais simplement continuer de prendre cela en considération.» C’est ça. Tout peut arriver à n’importe quel moment, si vous croyez tout simplement.

83        Maintenant, voici une dame. Et voici une autre scène comme celle de la Bible. Maintenant, cette dame est une dame de couleur; moi, je suis un Blanc. Nous sommes venus tous les deux, nous sommes tous les deux de la race d’Adam. C’est simplement parce qu’elle a grandi en Afrique et moi en Irlande, maintenant, ça n’a rien à faire avec la chose. Voyez-vous? Son peuple vient de l’Afrique, le mien de l’Irlande. Et ça, Dieu est descendu carrément là-bas en Afrique avec moi et les a guéris. J’en ai vu environ, oh! je pense, trente ou quarante mille qui ont été guéris par une seule prière. C’est juste. Est-ce juste, Frère Stadsklev? C’est juste. Juste. Juste là parmi–parmi les autochtones africains... Voyez-vous? Dieu les aime. Ils étaient assis là, certains d’entre eux étaient des païens et, ou plutôt étaient assis là, ayant la lèpre, et ils regardaient à travers ces cheveux bouclés qui pendaient là avec de la boue.

            Et ils ont tout autant le droit de manger et de vivre comme nous. Et leurs petits enfants affamés sont tout aussi affamés que nos petits enfants américains.

84        Et ce n’est pas juste, frères et vous jeunes gens, d’ériger simplement une église ici, puis une église par ici, ensuite une église par ici et une église par ici, et pendant que le reste du monde est en train de mourir, faute de la Parole de Dieu, et nous nous querellons et nous nous mettons dans tous nos états les uns contre les autres. Nous devrions unir nos efforts et envoyer des missionnaires dans le monde entier et prêcher l’Evangile, car Jésus vient. C’est juste.

85        Bon, maintenant, prions, et soyons donc respectueux. Maintenant, est-ce que cette dame-ci... Nous ne nous connaissons pas; nous sommes des inconnus l’un pour l’autre, n’est-ce pas, madame? Je ne vous ai jamais vue de ma vie, mais le Seigneur Jésus vous connaît et me connaît.

            Maintenant, mon thème c’est–c’est: Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement. S’Il est le même, Il doit être le même en puissance, le même en principe, Il doit faire les mêmes oeuvres de la même manière. Est-ce juste? N’a-t-Il pas dit: «Je ne fais rien à moins que le Père Me le montre d’abord.» A-t-Il dit cela? Très bien.

86        Et maintenant, Il a révélé à la femme au puits ce qu’était son problème. Il a dit à Philippe, Il connaissait plutôt–ou à Nathanaël là où il se trouvait et ce qu’il faisait. Il connaissait le nom de Pierre. Il... Oh! cela a continué tout simplement. C’est là ce qu’Il a fait. Il ne prétendait jamais guérir. Combien savent qu’Il ne prétendait jamais guérir? Il a dit: «Ce n’est pas Moi qui fais les oeuvres; c’est Mon Père qui habite en Moi. Je ne fais rien à moins que le Père Me le montre.» Saint Jean 5.19. Maintenant, souvenez-vous des propres Paroles de Jésus, à savoir qu’Il n’avait jamais accompli un seul miracle sans que Dieu Lui ait d’abord montré quoi faire. Est-ce juste? C’est ce qu’Il a dit.

87        Maintenant, si Christ se tenait ici, le Seigneur Jésus, dans un corps physique comme le mien, portant ce complet-ci... J’aimerais alors vous poser une question. Faites donc attention à la réponse que vous allez donner. Si Christ se tenait ici dans un corps physique comme le mien, et que cette femme, ayant besoin de guérison, vienne à Lui et dise: «Seigneur, veux-Tu me guérir?» Maintenant, faites attention. Pourrait-Il le faire? Il l’a déjà fait. Est-ce juste? Combien savent que la guérison est une oeuvre achevée?

            Ainsi donc, Il... Si vous avez été... Si vous aviez quelque chose au bureau de prêt sur gages et que vous y alliez pour racheter la chose, cela pourrait-il être de nouveau racheté? C’est déjà sorti du bureau de prêt sur gages; vous avez juste à reconnaître cela. Est-ce juste? Et c’est de cette manière... En est-il ainsi du salut? «Il était blessé pour nos péchés. C’est par Ses meurtrissures que nous avons été guéris.» Est-ce juste? Dans ce cas, que ferait Christ s’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement? Il dira: «Je t’ai déjà guéri lorsque Je suis mort pour toi. J’étais meurtri à cause de toi.» Voyez? C’est pour cette raison que vous avez obtenu votre guérison.

            Mais maintenant, que pourrait-il faire? Il pourrait dire ce que le Père Lui révélerait à son sujet. Est-ce juste? S’Il fait ce soir la même chose qu’Il avait faite à l’époque, dans ce cas Il est le même. Est-ce juste? Maintenant, prions.

88        Maintenant, madame (Peu importe celui qui fait l’ingénieur à l’instant, si vous voulez bien...), j’aimerais juste vous parler comme notre Seigneur l’a fait avec la femme au puits. Maintenant, nous savons que dans les derniers jours il y aura un réveil du surnaturel qui ne sera pas de Dieu. Nous le savons. Mais nous allons en parler sur base de la Bible, c’est juste, sur base de la Bible. Maintenant, puisqu’il est dit: «Plusieurs viendront vers Moi en ce jour-là et diront: ‘Seigneur, n’ai-je pas fait ceci et cela?’ Et Il dira: ‘Eloignez-vous de Moi.’» Voyez? C’est juste. Maintenant, ça doit être absolument AINSI DIT LA BIBLE.

            Maintenant, pour accomplir les Ecritures... Jésus fait ces choses pour accomplir Ses Ecritures. C’est ce qu’Il a fait lorsqu’Il est venu. Il a guéri les gens afin que soit accompli ce qui avait été annoncé par les prophètes.

89        Maintenant, si–s’Il vient et fait la même chose ici ce soir, révéler la chose pour laquelle vous désirez que je prie, allez-vous croire en Lui et accepter que c’est une oeuvre achevée? Le croirez-vous? L’assistance le croira-t-elle, si la femme... Vous allez simplement voir. Nous ne croyons pas au fait de jurer, mais de voir sa sincérité...

            Je n’ai jamais vu cette femme de ma vie. Sommes-nous des inconnus l’un pour l’autre, vous et moi? Si c’est le cas, levez simplement la main afin que les gens voient. Je ne l’ai jamais vue, je ne la connais pas, ni rien du tout. Mais le Seigneur Jésus vous connaît et me connaît.

            Ainsi donc, s’Il veut bien accomplir Ses oeuvres, je prie qu’Il le fasse. On lui demande simplement ce qu’Il... Cette dame est très consciente qu’il se passe quelque chose, parce que c’est–seulement–c’est le... Vous ne pouvez pas voir cela. Ça semble venir légèrement puisque c’est dans un autre monde.

90        Paul a vu cette Lumière et Cela l’a aveuglé, vous le savez, et c’était Christ. Donc Christ était sous forme de la Lumière lorsque Paul L’a vu. C’est la même Lumière qui conduisit les enfants d’Israël, la Colonne de Feu. Alors, lorsque nous voyons cela de nos yeux, nous pouvons voir quelque chose parfois que d’autres ne voient pas. Mais vous êtes consciente qu’il se passe quelque chose.

            Maintenant, je vois cette dame se tenant près de quelqu’un; c’est un médecin ou un... Il donne une piqûre. Cela–c’est un... Vous n’êtes pas ici pour vous-même; c’est pour le bébé. C’est votre bébé, et le–ce bébé a un... Ce–c’est une allergie dont souffre le bébé, cela fait que dès qu’il mange quelque chose, il enfle. C’est juste. Et il lui a fallu des piqûres, le médecin a fait ce qu’il a pu; mais cela ne lui fait toujours aucun bien; il continue d’enfler. Et vous voulez que l’on prie pour quelqu’un d’autre, et c’est une femme. C’est une prédicatrice, et elle a le cancer. Maintenant, est-ce que vous croyez?

            Maintenant, Adorable Sauveur, au Nom du Seigneur Jésus, que ceci arrive. Maudit soit la maladie et tout ce qui cloche, que cela soit réprimandé par le Glorieux Saint-Esprit. Je le demande au Nom de Jésus. Amen. Que Dieu vous bénisse, madame. Partez et recevez ce que vous avez demandé.

91        Disons: «Gloire au Seigneur!» tout le monde maintenant, juste... [L’assemblée dit: «Gloire au Seigneur!»–N.D.E] Voyez? C’était très étrange; je–je n’arrivais pas à sentir la Présence du Saint-Esprit. Je n’arrivais pas à La sentir, et maintenant, de cette manière-là je vais donc dire. J’étais tellement... C’est comme si je voulais amener tout le monde autour de l’autel, ou quelque chose comme cela. J’étais tellement... Mais maintenant, c’est–c’est différent à présent. Voyez? Que Dieu soit béni à jamais!

92        Bonsoir, monsieur. Croyez-vous de tout votre coeur? Nous sommes des inconnus l’un pour l’autre, mais Dieu vous connaît; Il me connaît.

            Il vient de guérir de la nervosité cet homme qui est assis là, si vous voulez déclarer cela, mon frère, et rentrer chez vous. Eh bien, vous–vous avez donc reçu ce que vous avez demandé.

            C’est pour cet enfant. C’est juste. Et cet enfant a une–a une–a subi une opération ou quelque chose de ce genre, et c’est à l’oreille. Et cela ne guérit pas, l’écoulement continue. C’est juste.

            Que dites-vous? Ozzie, pensez-vous que Dieu vous rétablira? Croyez-vous cela? Hein? Ozzie Johnson. C’est tout à fait exact. Vous habitez sur une rue appelée Juniper (Oui, oui.) 8404 (C’est juste.), à Castro Valley. Ramenez l’enfant à la maison; il va se rétablir...?... Que Dieu vous bénisse. Si tu peux croire...

93        Bonsoir, monsieur! Nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que Christ est ici maintenant? La prédication de la Parole, Il aime cela, parce que c’est Sa Parole. Je ne vous connais pas. C’est la première fois que nous nous rencontrons. Mais si par le Saint-Esprit, le Seigneur Dieu, notre Père céleste, me révèle ce que vous désirez que Dieu fasse, allez-vous alors accepter cela, que c’est Dieu qui vous dit que vous avez cela? Est-ce juste? Croirez-vous cela? Croirez-vous? Votre problème se trouve dans votre estomac. C’est juste. C’est un ulcère qui saigne. Vous avez subi une opération pour cela; cela n’a pas servi à grand-chose. Vous désirez que je prie aussi pour votre femme, n’est-ce pas? Elle a une maladie des femmes. Très bien. Rentrez chez vous et recevez ce que vous avez demandé. Que Dieu vous bénisse.

94        Si tu peux croire... Croyez-vous, madame? Vous souffrez de quelque chose sur votre côté, des douleurs au côté. Vous avez un nodule au cou. C’est vrai. Vous désirez que je prie pour quelqu’un d’autre: c’est une nièce. Elle souffre de l’asthme. Rentrez chez vous et trouvez la chose ainsi. Au Nom du Seigneur Jésus, que Dieu l’accorde.

            Si vous croyez... Si vous pouvez croire, Dieu est tout suffisant, si tu peux croire.

            Bonsoir, monsieur! Je pense que nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. Le Seigneur Jésus nous connaît tous les deux. Vous êtes un ministre. Vous souffrez de l’arthrite; vous avez un problème dans les oreilles. C’est juste. Révérend Wade, vous êtes en prière pour quelqu’un d’autre: c’est un homme. Il n’habite pas ici, il vit dans le Dakota du Nord. C’est votre beau-frère, il souffre du cancer. Allez trouver cela tel que vous le croyez, mon frère. Au Nom du Seigneur Jésus-Christ, qu’il en soit ainsi. Ayez la foi.

            Maintenant, lorsque j’ai dit à cet homme: «Arthrite», vous avez ressenti une sensation étrange, parce que c’est ce dont vous souffrez aussi. Croyez-vous que Christ vous rétablira? Prions. Adorable Père céleste, reçois cette femme pour Ta gloire maintenant, et guéris-la et rétablis-la pour l’amour de Christ. Amen.

95        Approchez, madame. Voulez-vous guérir de cette maladie gynécologique, cette maladie des femmes? Croyez-vous que Dieu vous rétablira? Ce livre que vous portez renferme la Vie Eternelle, si vous le croyez. Cela renferme aussi la guérison pour vous, le croyez-vous? Et alors, Père céleste, je Te prie de guérir cette femme et de la rétablir. Je prie au Nom de Jésus. Amen. Maintenant, croyez de tout votre coeur et passez carrément...

            Vous avez des fois du mal à vous lever. Vous souffrez d’une autre maladie, madame, qui vous dérange parfois. Je ne lis pas votre pensée, mère, mais la chose principale dont vous désirez que Dieu vous guérisse est l’arthrite, parce que cela vous dérange terriblement. Maintenant écoutez, il y a Quelque Chose ici qui vous connaît. Est-ce juste? Vous savez que ce n’est pas moi. Croyez-vous que c’est le Fils de Dieu? Il essaie... Il vous aime.

            Puis la Bible a dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris.» Est-ce juste? Alors, venez ici un moment. Prions. Adorable Père céleste, je Te prie de la guérir et de lui permettre de rentrer chez elle guérie, au Nom de Christ. Amen. Que Dieu vous bénisse, soeur. Maintenant, croyez de tout votre coeur.

96        Voulez-vous venir, madame? Bonsoir. Si Dieu me révèle la maladie pour laquelle vous désirez être guérie, allez-vous croire en Lui et accepter qu’Il le fera? Alors ce diabète vous quittera, et vous serez rétablie. Le croyez-vous? Allez-vous... Voudriez-vous Le servir tout le reste de votre vie?

            Bien-Aimé Père céleste, je bénis cette femme et je Te prie de la rétablir pendant que nous tous, en tant qu’un grand groupe de gens unis, prions au Nom de Jésus. Amen. Que Dieu vous bénisse, madame. Croyez de tout votre coeur maintenant.

            Des centaines de gens en meurent chaque année, madame; ils s’en vont rapidement. Mais Dieu peut guérir la maladie du coeur, ce n’est pas difficile pour qu’Il le fasse. Croyez-vous qu’Il vous rétablira? Eh bien, la Bible dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Je deviens faible, voilà la raison pour laquelle j’essaie de trouver quelque chose... Eh bien, puis-je simplement vous imposer les mains, croyant qu’Il va... Adorable Père céleste, je bénis cette femme. Je Te prie de la guérir et de la rétablir au Nom de Jésus-Christ. Amen. Que Dieu vous bénisse, soeur. Partez maintenant et soyez guérie.

97        C’est la nervosité qui est à la base de cette maladie de l’estomac. Mais croyez-vous que Dieu vous rétablira? Est-ce que vous croyez? Laissez-moi avoir votre main une minute, mère. Ô Dieu, j’impose la main sur elle pendant qu’elle... Nous savons que Tu es ici, Père, et je bénis cette femme au Nom de Jésus pour sa guérison. Amen.

            J’arrive à peine à voir l’assistance. C’est juste... Vous constituez un grand banc de foi là maintenant. Qu’est-ce que Dieu ne peut pas faire pour vous en ce moment même?

            Croyez-vous qu’Il vous rétablira maintenant, qu’Il ôtera de vous cette arthrite et autres et vous rétablira? Croyez-vous qu’Il vous rétablira? Vous n’aurez plus jamais à vous déplacer à l’aide d’un petit bâton blanc, en boitillant. Le croyez-vous? Alors recevez cela au Nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Très bien. Ayez la foi.

98        Croyez-vous que Dieu vous guérira de cette maladie des reins et vous rétablira, et que vous pourrez rentrer chez vous et être rétablie? Croyez-vous cela? Venez, et que je vous impose les mains. Adorable Père, je Te prie au Nom de Christ de guérir cette femme et de la rétablir, pour l’amour de Jésus-Christ. Amen.

            Très bien. Voulez-vous venir, madame? Croyez-vous que je suis le serviteur de Dieu? Croyez-vous de tout votre coeur que je suis un serviteur de Dieu? Vous souffrez de l’estomac, vous souffrez de l’arthrite, et vous désirez que Dieu vous guérisse. Est-ce vrai? Alors vous pouvez recevoir cela. Ô Jésus, Fils de Dieu, je Te prie de guérir cette femme et de la rétablir au Nom de Jésus. Amen. Ayez la foi.

99        Approchez, madame. Croyez-vous, madame, pendant que vous venez, de tout votre coeur? Croyez-vous que je suis prophète de Dieu? Le croyez-vous? C’est l’asthme, croyez-vous que Dieu vous rétablira? Voici une chose dont vous avez bien plus besoin que cela: vous avez besoin du salut, de Jésus-Christ. Vous avez aussi un mari malade, n’est-ce pas? Il souffre de l’estomac. Il n’est pas sauvé non plus. Voulez-vous donner votre vie à Christ maintenant? Croyez-vous en Lui comme étant le Fils de Dieu? Dites à votre mari de croire la même chose, et faites-vous baptiser tous les deux, et vos maladies et tout ainsi que vos péchés vont tous disparaître. Si vous me croyez en tant que prophète de Dieu, alors allez faire cela.

            Acceptez-vous Christ comme votre Sauveur personnel maintenant? Oui. Venez ici. Jésus de Nazareth, ses péchés sont pardonnés. Elle est maintenant prête pour la guérison. Ô Dieu, accorde qu’il en soit ainsi maintenant même, au Nom de Christ. Amen. Que Dieu vous bénisse, madame.

100      Que quelques ministres la fassent rapidement... Oui. Croyez-vous? Que l’ass-... Est-ce là... Que le... Une minute. Jetons un coup d’oeil à cette ligne de prière par ici une minute. Tenez-vous tranquilles. Regardez par ici. La réunion n’est pas encore finie. Christ est ici. Mon fils est ici derrière et quelques-uns... Je sais que lorsqu’il vient me toucher sur le côté, c’est le moment pour moi de partir. Je–j’aimerais regarder cette assistance une minute. Je veux que vous me croyiez. Je veux que vous croyiez de tout votre coeur.

101      Voici un homme assis jute ici, portant des lunettes, assis juste à côté de cette femme de couleur; il est assis juste ici et souffre du coeur. Il prie Dieu afin que je prie pour lui. Si c’est juste, monsieur, j’aimerais que vous leviez la main. C’est juste. Croyez-vous que Dieu vous guérira?

            Celui qui est assis juste à côté de vous, cet homme qui est juste à côté de vous, croyez-vous que je suis serviteur de Dieu, monsieur? Le croyez-vous? Vous cherchez à guérir de cet asthme. C’est juste, n’est-ce pas? Oui, oui.

            Très bien, celle qui est à côté de lui, madame, qu’en pensez-vous? Croyez-vous que c’est l’oeuvre du Fils de Dieu? Le croyez-vous? Vous voulez guérir de cette maladie des femmes. C’est juste. Levez la main. Ça c’est très bien. La Bible a dit: «Si tu crois, tout est possible.»

102      La petite dame à côté d’elle, qu’en pensez-vous? Vous voulez guérir de cette maladie de l’estomac. C’est juste. Levez la main, si c’est vrai. Très bien. Croyez. Si tu crois...

            Il y a une dame assise juste à côté d’elle, qu’en pensez-vous, madame? Croyez-vous que je suis prophète de Dieu? Vous désirez guérir de ces ulcères, n’est-ce pas, de ces ulcères à l’estomac? Levez la main, si c’est vrai. Très bien. Vous pouvez recevoir cela.

            Et vous, madame qui regardez par là, juste là à côté d’elle. Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous? Vous voulez guérir de cette maladie de la colonne vertébrale? Bien sûr. Alors vous pouvez recevoir cela.

            Et vous la dame à côté d’elle? Croyez-vous? Vous croyez? Vous voulez guérir de cette maladie du coeur? Alors acceptez cela.

103      Je demande à n’importe qui ici au Nom de Christ de croire cela. Je vous demande de le croire, mon frère. Je ne suis pas un séducteur. Je suis votre frère, et Christ est votre Sauveur, et Il est votre Guérisseur ici. Croyez-vous cela? Alors au Nom de Jésus-Christ, tenez-vous debout et acceptez votre guérison et vous recevrez cela, si vous Le louez et Le glorifiez, au Nom du Seigneur Jésus-Christ.

Up

S'abonner aux nouvelles