La Voie À Laquelle Dieu A Pourvue Pour Aujourd’hui

Date: 64-0206E | La durée est de: 52 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1          ... l’Ecriture. Je suis vraiment content d’avoir, ici derrière moi ce soir... [Espace vide sur la bande.–N.D.E.] Prenons les Ecritures, juste pour un petit texte, si le Seigneur le veut.

2          Et, souvenez-vous, demain soir, nous allons encore prier pour les malades. Et maintenant, pendant que je parle... Ecoutez, essayez tous de faire ceci: N’attendez pas qu’une certaine chose se produise. Ce qu’il vous faut faire, c’est croire Dieu maintenant même. Croyez-Le maintenant même! Voyez?

3          Maintenant, il y a eu toutes sortes de ministères. Dieu, dans ces derniers jours, je crois, nous a donné tout ce qu’Il a dans Son Livre. Tout ce qu’Il a promis, nous l’avons vu, et malgré ça, il semble que les gens n’arrivent pas à le saisir. Ceux qui sont destinés à le saisir le saisiront, uniquement ceux-là. Ça aveugle l’un, ça ouvre les yeux d’un autre.

4          Souvenez-vous, nous croyons que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Il n’est pas mort, mais Il est vivant aux siècles des siècles. Et Il est ici ce soir. Nous sommes dans Sa Présence, ce soir, et Il est ici pour confirmer et accomplir toute promesse qu’Il a faite pour aujourd’hui. Et Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Donc, tout ce qu’Il a été, Il l’est ce soir. Alors, croyons-Le maintenant, alors que nous lisons Sa Parole et que nous parlerons de Lui, pendant les quinze ou vingt prochaines minutes.

5          Genèse, chapitre 22, les versets 7 et 8, pour me servir de texte:

          Alors Isaac, parlant à Abraham, son père, dit: Mon père! Et il répondit: Me voici, mon fils! Isaac reprit: Voici le feu et le bois; mais où est l’agneau pour l’holocauste?

          Abraham répondit: Mon fils, Dieu se pourvoira lui-même de l’agneau pour l’holocauste. Et ils marchèrent tous deux ensemble.

6          Seigneur Jésus, bénis Ta Parole, qu’Elle ne retourne point sans effet, mais que les Semences tombent sur une terre qui produira le salut pour ceux qui sont dans le besoin, tant physiquement que spirituellement. Nous nous remettons à Toi: l’assemblée, l’auditoire, la Parole, le texte, le contexte. Puisse le Saint-Esprit prendre le contrôle de nos êtres, pour que nous voyions Jésus-Christ. Amen.

7          J’aimerais parler maintenant pendant les quelques prochaines minutes sur: La voie à laquelle Dieu a pourvu pour aujourd’hui.

8          Dieu a toujours eu une voie. Il y a deux voies, c’est-à-dire nos voies ou bien Ses voies. Dieu a une voie pour aujourd’hui; en effet, Il a toujours pourvu d’une voie pour tout. Dieu, au commencement, connaissait la fin, alors Il a disposé Ses Ecritures pour chaque âge. Et l’âge en question, quand il arrive... Maintenant, ne manquez pas de voir ceci. L’âge en question, quand il arrive... Généralement, le ministère est tellement embrouillé dans des ismes et tout, et dans des traditions, qu’il est à un million de miles de la Parole.

9          Et alors, Dieu envoie toujours quelqu’un sur la scène, un prophète. Et ce prophète... Dieu ne change jamais Son système. Il ne change jamais Ses voies. Il agit toujours de la même manière. Il l’a toujours fait; Il doit le faire cette fois-ci. Et c’est par ce moyen que Dieu agit et confirme cette Parole-là. Comme je vous le disais hier soir, c’est Dieu qui fait Sa propre interprétation. Dieu n’a besoin de personne pour Lui interpréter la Parole. Il L’interprète Lui-même, en La confirmant, en La rendant réelle. Et quand Dieu dit qu’Il fera une certaine chose, et qu’ensuite Il la fait, il n’y a plus aucun doute là-dessus. C’est ainsi qu’Il s’y prend.

10        Alors, Dieu a pourvu d’une voie pour nous. Dieu aime Ses enfants. Il aime Son peuple. Il veut les aider. Il veut vous aider, plus que vous voulez vous-mêmes être aidés. Si seulement vous pouvez faire pénétrer ça dans votre coeur, que Dieu est plus disposé à vous aider que vous êtes disposés à vous aider vous-mêmes. Mais Il a une voie, et Sa voie est l’unique moyen par lequel Il agira. Vous devez accepter Ses conditions à Lui, pas vos conditions à vous. Ses conditions! Vous voulez que ce soit d’une certaine manière. Mais Lui–Lui vous le donne à Sa manière à Lui.

11        Comme Naaman, qui s’est plongé dans les–les–les eaux du Jourdain. Eh bien, il disait que les eaux, là-bas dans son pays, étaient bien plus propres, qu’elles valaient bien mieux, mais ce n’était pas ce que le  prophète avait dit. «Plonge-toi ici.» Il s’est plongé une fois, la lèpre était toujours là; six fois, elle était toujours là. Il devait obéir et suivre la voie de Dieu. Et quand il a obéi entièrement à la voie de Dieu, la lèpre s’en est allée.

12        Et je dis, ce soir, que si nous obéissons à la voie à laquelle Dieu a pourvu, la lèpre s’en ira, la maladie s’en ira, tout s’en ira, mais nous devons suivre Sa voie pour aujourd’hui. Bon, se plonger dans le Jourdain ne servirait à rien aujourd’hui; ça, c’était pour Naaman. La loi, c’était pour les–pour les Juifs. La grâce, c’est par Christ.

13        Mais chaque âge a sa part de l’Evangile déjà prédite. Cette Bible est la révélation complète de Jésus-Christ. Rien ne peut Y être ajouté, ni En être retranché; la personne qui le fait est maudite. Nous ne pouvons rien Y ajouter, rien En retrancher. Nous devons regarder Ici, et voir ce qui est promis pour cet âge-ci, et ensuite le voir se produire. C’est Dieu interprétant Sa propre Parole. Quand il Y a été dit: «Une vierge concevra», elle a conçu. C’est ça qui En est l’interprétation de Dieu. Ce qu’Il promet, c’est ce qu’Il fait.

14        Maintenant, nous voyons que Dieu ne change pas Ses systèmes de faire les choses. Il fait toujours les choses de la même manière. Nous, nous changeons constamment, parce que nous sommes limités.  Nous commettons toutes sortes d’erreurs, et nous pouvons nous améliorer et devenir meilleurs. Mais Dieu est infini. Sa première décision reste tout le temps parfaite. Il ne peut pas devenir plus intelligent. Il a été le... Il est la source de toute sagesse. Il est toute la sagesse. Il est toute la puissance: omnipotent, omniprésent, omniscient et infini. Ainsi donc, quand Il dit quelque chose, accrochez-vous-Y de toute votre âme, parce que c’est vrai.

15        Or, certains églises disent: «Nous ne croyons pas ceci, et nous croyons cela.» Dieu ne jugera jamais le–le monde par une église. Il le juge par Jésus-Christ, et Jésus est la Parole. Il jugera le monde par la Parole.

16        Et si Ceci est la révélation de Jésus-Christ pour tous les âges et pour cet âge-ci, Il a révélé dans cette Bible ce qu’Il ferait dans cet âge-ci. Et quand nous voyons cela se faire, quand nous Le voyons faire ce qu’Il a promis de faire,   pas une naissance virginale, ça, c’était il y a deux mille ans, mais ce qu’Il a promis de faire aujourd’hui; ce qu’Il a dit qu’Il ferait aujourd’hui  , c’est ça qu’Il est aujourd’hui.

17        Bien des fois, les gens disent: «Eh bien, je ne crois pas cela.» Eh bien, vous avez de nouveau là l’interprète d’Ève: il n’En prend qu’une partie, mais il ne prend pas le tout.

18        Donc, nous voulons nous rappeler que Dieu reste toujours le même. Sa Parole, et ce qu’Il dit, Il le fera.

19        Pour montrer qu’Il ne change pas, dans Genèse 1, Il a dit: «Que chaque semence produise selon son espèce. Que chaque semence produise selon son espèce.» C’est précisément là que nous touchons, précisément là, à quelque chose qui donne le coup fatal à tous les évolutionnistes. Vous ne pouvez pas faire se reproduire certaines choses. Prenez par exemple le cheval et–et la... et la–l’ânesse, croisez-les, vous aurez un mulet, mais un mulet ne peut pas se reproduire à son tour et donner un autre mulet. Ça s’arrête là même. «Chaque semence selon son espèce.» On peut faire  un croisement, mais ça va tout de suite revenir à ce que c’était, ce qui montre que ça n’évolue pas comme ça. Non, non. Ça s’arrête là même. Vous pouvez croiser l’épinard avec quelque chose d’autre pour produire  un chou frisé, mais ça, vous ne pouvez pas le faire se reproduire à son tour. Non, non. Vous pouvez produire du maïs hybride, mais replantez ce maïs hybride, vous n’obtenez rien. Vous devez refaire le croisement chaque fois, parce que Dieu a dit: «Que chaque semence produise selon son espèce.»

20        Et maintenant, en hybridant les choses, regardez où en est le monde aujourd’hui. Je lisais un article ici, dans le Reader’s Digest, qui disait que «dans vingt ans, les femmes n’auront plus de bébés, si ça continue. Elles mangent une nourriture hybride.» Ce qu’il y a, ce qu’ils l’ont hybridée, et l’être humain n’a pas été fait comme ça, pour manger ce genre de nourriture-là. Il a été fait pour la rencontrer telle... ou, pour la manger telle qu’elle a été créée. C’est pour ça qu’aujourd’hui ils ne peuvent pas conserver les viandes, et que toutes les choses sont dans l’état où elles sont, c’est parce qu’elles sont hybridées, et plantées en serre chaude, et, oh! avec toutes sortes de procédés. C’est simplement tout mélangé. On en arrive à la destruction de toute la race humaine par ses propres réalisations, en essayant de prendre quelque chose que Dieu a créé bon et de le transformer pour le rendre différent, à leur manière. Laissez les choses telles que Dieu les a créées!

21        On en est même arrivé à essayer d’hybrider les églises, aujourd’hui: du vrai baptême du Saint-Esprit à une poignée de main; une sorte d’aspersion, pour un baptême d’eau. Oh! la la! Tout est hybridé. Nous devons revenir.

22        Une plante hybride, on est obligé de la dorloter, de la vaporiser et d’en éloigner les insectes et les coléoptères. Mais pas une plante authentique en bonne santé; elle est robuste, forte; aucun insecte ne vient sur elle. Elle a en elle ce qu’il faut pour se débarrasser de l’insecte.

23        Et c’est comme ça qu’est un chrétien authentique! On n’a pas besoin de le dorloter, de le flatter et de lui dire ceci, cela ou autre chose. Il a en lui quelque chose, le baptême du Saint-Esprit, qui le débarrasse de tous les restes. On n’a pas besoin de le supplier tout le temps, parce qu’il est une plante authentique de Dieu. Il a en lui quelque chose qui combat. Un chrétien se bat pour chaque pouce de terrain sur lequel il se tient. Il doit faire ça, si jamais il espère exister. Et, en le faisant, il y a en lui quelque chose qui prend soin de lui.

24        Ève a essayé d’hybrider la Parole, au commencement. Dieu lui avait dit: «Le jour où tu en mangeras, ce jour-là tu mourras.» Elle a essayé de La croiser avec la connaissance que Satan lui avait donnée. Et quand elle l’a fait, c’est là même qu’elle a causé la perte de toute la race humaine au profit du diable, quand elle a essayé de mélanger la Parole pure de Dieu avec la connaissance. Ça ne vient pas par la connaissance du monde.

25        Ça vient par la puissance du Saint-Esprit! «Ce n’est ni par la puissance ni par la force, mais c’est par Mon Esprit», dit l’Eternel. C’est ainsi que Dieu s’y prend. La Parole de Dieu est la Semence de la Vie Eternelle.

26        Si vous essayez de L’hybrider, qu’allez-vous faire? Vous allez vous tuer avec Elle. Ça ne marchera pas. Elle ne se mélangera pas, pas plus que l’huile et l’eau ne se sont jamais mélangées. Ça ne se mélangera pas.

27        On n’a jamais, malgré tous les procédés, essayé de trouver quelque chose qui soit mieux que la voie de Dieu pour faire les choses. Vous savez, on n’a jamais trouvé un meilleur moyen, pour un poussin, de naître dans ce monde que de sortir de sa coquille à coups de bec. Saviez-vous ça? On n’a jamais trouvé un meilleur moyen. Le petit poussin naît avec un petit pif sur le bout de son–sur le bout de son bec. Et ce petit bec qu’il a, c’est pour se mettre au travail et se mettre à gratter; avec un mouvement de va-et-vient, il va gratter, jusqu’à ce qu’il réussisse à engager sa tête, qu’il sorte sa tête de là, qu’il se gratte un chemin jusqu’à la liberté. C’est la voie à laquelle Dieu a pourvu. Si vous le tirez de la coquille, ça le tuera. Il ne vivra pas, si vous le tirez de la coquille. Il doit suivre la voie de Dieu.

28        C’est là le problème chez les chrétiens aujourd’hui. Nous les avons tellement caressés dans le sens des poils, et nous leur avons serré la main et les avons fait entrer en secret, et nous les avons fait entrer dans l’église par une adhésion. Ce qu’il leur faut, c’est un autel de prière à l’ancienne mode, où ils prieront jusqu’à l’exaucement, jusqu’à ce que, en se dépensant, ils suivent la voie à laquelle Dieu a pourvu, jusqu’à ce qu’ils se libèrent du monde. Le problème, aujourd’hui, ce qu’ils inscrivent leur nom dans le registre et adhèrent à l’église, et ça s’arrête là. Mais la voie de Dieu, la voie pourvue, c’est de rester là et de vous frayer un passage, jusqu’à ce que Dieu vous donne la nouvelle naissance. C’est tout à fait exact. Faites-le sortir, et ça le tuera.

29        C’est là le problème, aujourd’hui, chez les gens. Une nouvelle naissance, ils esquivent tous ça. Ils n’aiment pas ça. Oh, ils ont substitué quelque chose à la nouvelle naissance: «Venez et croyez, c’est tout ce que vous avez à faire.» Le diable, lui-même, croit, et vous savez qu’il n’est pas né de nouveau. Il y a une nouvelle naissance. Il y a quelque chose qui va de paire avec ça, quelque chose qui, pour le monde, semble inconvenable, de mauvais goût.

30        Toute naissance est un gâchis, peu m’importe où elle a lieu. Qu’elle ait lieu dans une porcherie, ou–ou dans un hôpital, une naissance est un gâchis.

31        C’est pareil pour la nouvelle naissance! Elle vous fera faire des choses que vous n’aurez pas pensé faire. Elle vous fera vous agenouiller à l’autel et pleurer, pousser des cris, vous laver le visage pour ôter le maquillage, lever les mains, louer Dieu, parler en langues et toutes sortes de choses. La nouvelle naissance fera ça, parce que c’est la voie à laquelle Dieu a pourvu pour naître de nouveau.

32        Vous devez mourir. Vous devez mourir avant de pouvoir renaître. Toute semence doit mourir avant d’être régénérée de nouveau. Si elle ne meurt, elle reste seule. Il faut qu’un homme meure à sa propre pensée. Il faut qu’il meure à toute pensée autre que la Parole de Dieu, et qu’il suive Sa voie à Lui. C’est ça le terrain de Dieu. Nous ne Le rencontrons pas sur base de nos pensées; nous Le rencontrons sur base de ce qu’Il a dit de faire. C’est la voie à laquelle Dieu a pourvu pour ça. Les gens l’évitent; ils n’en veulent pas. Mais n’empêche que c’est vrai. Ça–ça produit la mort, et vous devez mourir, mourir à votre pensée.

33        «Eh bien, je sais que la Bible le dit, mais je n’arrive pas à le comprendre.» Alors, restez là jusqu’à ce que Dieu le révèle. C’est exact. Il faut... C’est ça la nouvelle naissance.

34        Les canards et les oies, on ne leur a jamais trouvé un meilleur moyen pour se diriger vers le sud si ce n’est de se regrouper premièrement. Et c’est vrai. Vous les verrez tous se rassembler, et ils viendront d’eux-mêmes. Une sorte d’instinct les réunit, et ils se rassemblent et se regroupent avant de s’envoler, avant de se diriger vers le sud. Qu’est-ce? C’est le temps du réveil, quand ils se rassemblent tous. Avez-vous, de votre vie, entendu un tel jacassement, comme d’entendre ces oies au moment de leur rassemblement, ou ces canards? Je n’ai jamais rien entendu de pareil! Et ils ont... il n’y a pas d’autre meilleur moyen pour eux de s’y prendre.

35        Bien des fois, dans les bois du nord, j’observe le début de la période du grand froid, au Canada. Une bande de canards nés là même sur ce lac, ils n’ont jamais quitté ce lac, ce petit canard ne l’a jamais quitté. Et tout à coup, vous savez, une brise froide descend du nord. Ce petit, brave petit canard mâle, il est tout simplement un chef dès sa naissance, il va droit là, au milieu de cet étang, lève son petit bec en l’air, cacarde quatre ou cinq fois, et tous les canards de l’étang viennent directement à lui. Et il se lève de là, et il part en ligne aussi droit qu’il le peut vers la Louisiane, vers les rizières.

36        Pourquoi? On n’a jamais trouvé un meilleur moyen pour lui de se rendre là-bas. Vous ne pouvez pas les rassembler en troupeau. Mettez-les dans une cocotte et... dans une cage à poules et transportez-les là-bas par camion. Ce canard a plus de bon sens que ça. Mettez-le dans cette cage à poules pour l’amener là-bas, il sait qu’il se dirige vers l’abattoir. C’est tout à fait vrai. Il suit la voie à laquelle Dieu a pourvu.

37        C’est comme ça que les hommes devraient faire aujourd’hui, non pas être rassemblés en troupeau dans une cage à poule dénominationnelle, mais suivre la voie arrêtée par Dieu pour entrer, par le baptême du Saint-Esprit et la nouvelle naissance, un réveil en essaim. Non pas adhérer à l’église, faire du porte-à-porte et distribuer des magazines, mais une naissance, naître de nouveau, être rempli du Saint-Esprit, la voie de Dieu, se libérer du monde. C’est vrai! Croire la Parole de Dieu! C’est maintenant l’heure. C’est ce que nous devons croire.

38        L’homme, vous ne pouvez jamais... peu m’importe combien d’hommes essayeraient d’aller là-bas à cet étang de canards et dire: «Maintenant, attendez une minute, les petits canards, j’ai quelque chose à vous dire. Nous avons ici un canard instruit. Il a un doctorat en philosophie et un doctorat en droit. Je vous le dis, lui peut vous conduire.»

39        Ces canards ont plus de bon sens que ça. Oui, oui. Ils se fichent de sa meilleure instruction, quelle qu’elle soit. Ils peuvent reconnaître le cri particulier qu’il lance. C’est un instinct. Oh! la la! L’Eglise devrait en savoir autant au sujet de la Parole de Dieu!

40        C’est un son particulier, confus. La Bible dit, Paul a dit: «Si la trompette rend un son confus, qui se préparera au combat?» C’est vrai. Si l’église–si l’église rend un son confus, d’ «adhérer.»

41        Dieu a dit: «Une naissance!» Ce que la naissance a produit là-bas, la naissance le produit aujourd’hui, car Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Ce qu’Il était à l’époque, Il l’est aujourd’hui. Ce qu’ils ont fait à l’époque, nous le faisons aujourd’hui. La façon dont ils L’ont reçu là-bas, c’est ainsi qu’ils le font aujourd’hui. La même chose qu’ils ont aujourd’hui, c’est ce qu’ils avaient à cette époque-là. Si jamais ça vient, c’est comme cela que ça vient. C’est ça la voie, la voie à laquelle Dieu a pourvu. Ça ne change pas du tout.

42        Les canards ne changent pas du tout. Ils se regroupent au grand complet chaque année, ils se dirigent vers le nord, vers le sud et, quelque soit la direction qu’ils prennent, ils se regroupent d’abord.

43        C’est comme ça que Dieu fait. Il envoie Sa Parole, en Sa saison; alors, en cette saison-là, Elle est manifestée. Et peu m’importe combien d’autres choses peuvent se passer, quand ils voient la Parole de Dieu promise pour ce jour-là, confirmée et promise, rien ne les arrêtera. «Une vierge concevra.» Et quand ils ont dit...

44        «L’Eternel, notre Dieu, suscitera un Prophète comme moi», a dit Moïse.

45        Et quand ils ont vu cet Homme venir et faire les choses qu’Il avait faites, ils ont reconnu que c’était le Messie. Quand Philippe a vu cela se faire, il a dit: «Tu es le Christ. Tu es le Roi d’Israël.» Il l’a su, parce que la Parole avait promis cela, et c’était vivant en ce jour-là. Peu importe combien de pharisiens, de sadducéens se tenaient là, de docteurs en théologie, ça ne l’a pas du tout arrêté, parce qu’il attendait ce signe-là. Quand il l’a vu s’accomplir, c’était le signe de l’heure. C’est ce qu’ils attendaient, la voie à laquelle Dieu a pourvu. Oui, oui.

46        Or, vous ne pourriez pas donner de l’instruction à un canard. Il n’y arriverait pas. Il n’en voudrait pas. Les autres canards ne le suivraient pas, peu importe le nombre de diplômes qu’il affirmerait avoir. «Eh bien, écoutez; moi, je suis allé à l’école des canards. Je m’y connais. J’ai obtenu mon diplôme. Je connais toutes ces choses.» Ça ne servirait absolument à rien. Aucun de ces autres canards ne le suivrait, s’ils sont des canards authentiques (Amen!), parce qu’ils attendent un signe particulier. Quand ils voient ce signe-là, ils y croient.

47        Et si un canard a un moyen de reconnaître ça, qu’en est-il d’un chrétien né de nouveau? Nous devrions reconnaître Jésus-Christ dans la puissance de Sa résurrection. Exact. Dieu agit selon la voie à laquelle Il a pourvu.

48        Souvenez-vous, ce n’est pas l’instruction qui serait l’instrument pour les conduire au lieu auquel Dieu a pourvu. L’instrument qu’ils ont, c’est l’instinct. Et eux, ces canards, ils savent que cet instinct les conduira au lieu auquel Dieu a pourvu.

49        C’est ainsi que le Saint-Esprit conduit l’Eglise au lieu auquel Dieu a pourvu. Non pas pour adhérer à une église, mais pour être rempli de Sa Présence, voir Sa Parole manifestée, confirmée. C’est ça la voie dont Dieu a toujours pourvu l’Eglise, les gens, pour les amener au lieu auquel Dieu a pourvu pour eux. C’est exactement ce que devrait être l’Eglise aujourd’hui. Maintenant, nous savons que c’est vrai.

50        Il n’a pas de meilleur moyen pour qu’un... On n’a jamais trouvé un meilleur moyen pour un bébé d’obtenir ce qu’il désire, que de le réclamer en criant. Si vous lui donnez une clochete et que vous dites: «Junior, tu n’es âgé que de trois jours, mais, bon, quand tu veux–quand tu veux ton biberon, soulève cette clochete et sonne-la», voyez si ça marche. Ça ne marche pas. Le bébé réclame en criant ce qu’il désire. C’est la voie à laquelle Dieu a pourvu. Plus fort vous criez... Ne flanquez pas une raclée à ce petit, il ne fait que suivre la voie à laquelle Dieu a pourvu. Il veut quelque chose. C’est exact. C’est le seul moyen qu’il connaît pour appeler sa mère: pousser des cris, crier pour ça. C’est vrai.

51        C’est ce que Dieu recommande pour Ses enfants. C’est ce que Dieu recommande pour Ses enfants qui croient. Effectivement. Non pas des discours intellectuels, non pas une grande théologie, une théologie à enseigner. Il veut que vous réclamiez en criant ce dont vous avez besoin. C’est exact, réclamez-le à grands cris! Si vous êtes trop guindés et empesés, vous ne le recevrez jamais. Si vous êtes prêts à vous dégourdir un peu, et à crier, Dieu vous le donnera. Il aime entendre Ses enfants crier. Criez à Dieu pour vos besoins! C’est ce que Dieu veut. C’est cela Sa voie pourvue. Réclamez-le à grands cris! C’est comme ça que les bébés crient; c’est comme ça qu’Il veut que vous criiez.

            «Crier jusqu’à quand?»

52        Jusqu’à quand un bébé crie-t-il? Jusqu’à ce qu’il soit satisfait. C’est ainsi que devait faire le chrétien qui croit, l’enfant de Dieu. Si vous voyez que Dieu a fait la promesse, n’y renoncez pas, criez jusqu’à ce que ce soit exaucé. Criez jusqu’à ce que vous voyiez Dieu confirmer Sa Parole. Quand Dieu confirme Sa Parole, et qu’Il prouve que voilà, ça y est, alors, vous n’avez plus besoin de crier; vous l’avez, repartez et remerciez-Le pour ça. Avant de le faire, criez de toutes vos forces, jusqu’à ce que vous l’ayez reçu. J’aime ça; persévérer, tenir bon.

53        Non pas une plante hybride, non pas de celles qu’il faut dorloter et chouchouter, et porter çà et là. Les chrétiens sont de vrais produits de Dieu, authentiques, nés. Ils combattent pour leur place, ils combattent jusqu’à la fin de leur séjour sur cette terre. Chaque mouvement est un combat.

54        Dieu a dit à Moïse qu’Il lui avait donné le pays. Il a dit a Josué: «Tout lieu que foulera le pied, ou la plante de votre pied, je vous l’ai donné.» Ils ont dû combattre pour chaque pouce de terrain. Et nous aussi, nous combattons pour chaque pouce de terrain. Ce n’est pas quelque chose qu’on doit dorloter ou chouchouter, et çà et là, comme ça, et dire: «Eh bien, je vais vous emmener là-bas, voir ce que vous en pensez. Donnez votre opinion.» Ce n’est pas comme ça qu’il faut venir.

55        Venez avec détermination. Venez, déterminés à rester là jusqu’à ce que ce soit terminé, à rester là jusqu’à ce que Dieu réponde et confirme. Un homme qui croit en Dieu peut voir la Présence de Dieu, sentir la Présence de Dieu, se rendre compte de la Présence de Dieu, et savoir qu’Il est ici. Il est ici pour accorder tout ce qu’Il a promis pour aujourd’hui. Alors, criez jusqu’à ce que vous l’obteniez! Accrochez-vous à Lui. Ne partez pas, même si vous devez rester là jour et nuit. Dieu ne veut pas que Ses enfants écoutent des discours intellectuels. Il veut que leurs cris s’élèvent pour cela, jusqu’à ce que la promesse soit confirmée.

56        Ici, Abraham avait besoin d’un sacrifice. Que se passa-t-il? Que s’est-il passé? Dieu s’est pourvu d’un agneau. C’était la voie à laquelle Dieu a pourvu. Il avait besoin d’un sacrifice. Aussi Dieu y a-t-Il pourvu. Plus tard, il appellera ce lieu Jéhovah-Jiré, «L’Eternel Se pourvoira Lui-même du sacrifice.»

57        Maintenant, Job, à un moment donné, le vieux prophète Job. Il était prophète. Il avait eu des ennuis. Satan avait voulu le tenter, et il l’avait couvert d’ulcères. Et il avait pris ses enfants, il avait pris son bétail, il avait pris tout ce qu’il avait, et il l’avait couvert d’ulcères.

58        Et ses consolateurs sont venus, qu’ont-ils fait? Ils n’ont apporté que du mépris, ils l’ont tourmenté, en lui disant: «Voyons, tu as péché  en secret.»

59        Mais Job a tenu ferme. Il s’est écrié. Il était sûr qu’il suivait les commandements de Dieu. Il avait agi exactement selon ce que Dieu avait promis de faire, ce que Dieu lui avait promis, qu’Il le soutiendrait à cause de l’holocauste, et il n’a pas bougé de là.

60        Alors, Dieu lui a donné une vision. Il était prophète. Qu’a-t-il vu? Il a vu la Parole, Jésus-Christ. Il a dit: «Je sais que mon Rédempteur est vivant. Et au dernier jour, Il se tiendra sur la terre. Quand les vers de mon corps détruiraient ce corps, de ma chair je verrai Dieu.» Voyez-vous, Il lui a donné la vision de la résurrection. Comme il était prophète, il a vu la Parole. Il a vu la Parole et il a su que ses os et son corps ressusciteraient au dernier jour. Il lui a demandé s’il savait où était Dieu, s’il pouvait seulement voir.

61        Il a dit: «Une fleur meurt, elle repousse; un arbre tombe, il repousse. Mais un homme se couche et il expire, il perd sa force, où est-il? Oh! si Tu voulais me cacher dans le séjour des morts, et m’y tenir à couvert jusqu’à ce que Ta colère soit passée!»

62        Alors, les tonnerres se mirent à gronder, les éclairs se mirent à briller, l’Esprit du Seigneur vint sur le prophète. Et il s’est levé, il a vu la Venue du Seigneur, et il s’est écrié: «Je sais que mon Rédempteur est vivant, et qu’aux derniers jours, Il se tiendra sur la terre. Quand les vers de mon corps détruiraient ce corps, de ma chair je verrai Dieu.» Dieu a pourvu de la Parole, Jésus-Christ; et il a vu Celui-ci et L’a appelé son Rédempteur.

63        Israël avait besoin d’un moyen de sortir de l’Egypte, et Dieu leur a fourni un prophète, un prophète qui a confirmé la Parole qui avait été promise à Abraham. Exactement, la voie à laquelle Dieu a pourvu! Ils ne pouvaient pas entraîner un soldat, ils ne pouvaient pas faire  ceci, ils ne pouvaient pas faire cela. Tout ce qu’ils faisaient, c’était attendre la voie à laquelle Dieu a pourvu. Il avait annoncé, Il avait dit qu’Il ferait sortir ces gens au bout de quatre cents ans. Que Son peuple serait en esclavage, mais qu’Il le ferait sortir par une main puissante. Qu’Il ferait paraître Ses signes et Ses prodiges, et recevrait la gloire dans cette nation-là.

64        Le voici, cet homme, qui arrive, alors qu’ils criaient, et criaient! Or, souvenez-vous, tous ces cris n’allaient pas les délivrer, jusqu’à ce que le temps soit accompli.

65        Ces choses que nous voyons aujourd’hui ne pouvaient pas se produire il y a vingt ans, ou quarante ans. C’est aujourd’hui qu’elles se produisent. C’est maintenant l’heure! C’est maintenant le temps! Maintenant, c’est le temps où c’est accompli. Pourquoi? Dieu l’a promis, et le voici.

66        Ils disaient, il y a cent ans, que le baptême du Saint-Esprit ne pouvait plus exister. Ils disaient, il y a cinquante ans, que le Saint-Esprit... Mais vous, les pentecôtistes, vous leur avez prouvé que c’était l’heure prévue par Dieu pour répandre le Saint-Esprit. Peu importe ce que disaient les méthodistes, les baptistes, les presbytériens, les luthériens, vous vous en êtes tenus strictement à la Parole de Dieu. Des hommes courageux sont allés là-bas et ils ont tenu bon jusqu’à ce que le baptême du Saint-Esprit vienne, et ils ont parlé en langues et exalté Dieu. Personne ne peut vous dire le contraire. Dieu est Son propre interprète: vous l’avez. Vous ne pouvez peut-être pas l’expliquer, mais vous savez que vous l’avez reçu. Qui peut expliquer Dieu? Personne.

67        Je ne peux pas vous dire comment Dieu fait pour montrer une vision, mais je sais que ça arrive. Je ne peux pas voir comment Dieu peut faire ces choses. Ce n’est pas à moi de l’expliquer. Il est... Il demeure seul. Il est Elohim, Celui qui se suffit à Lui-même. Je ne suis que Son serviteur. Je sais qu’Il l’a promis, et je sais que cela est ici. Ça, c’est une chose que je sais. Je le sais, qu’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Je sais qu’Il a promis ceci, et Dieu est ici pour confirmer Sa promesse. Oui. La voie à laquelle Dieu a pourvu!

68        Israël avait été pourvu d’un prophète, qui avait confirmé la Parole, et il les avait fait sortir. Ce prophète, Moïse, il avait vécu plusieurs années dans le désert, quarante ans, à lutter avec ces gens, à essayer de les garder jusqu’à ce qu’il puisse les amener à la terre promise. Le moment arriva où cet homme devait mourir; il avait cent vingt ans. Il n’y avait aucun lieu où il pouvait mourir. Quand il était sur le point de mourir, Dieu a pourvu d’un Rocher pour lui: le Rocher qu’il avait frappé dans le désert, le Rocher qui les avait suivis, auquel ils avaient bu. Dieu a pourvu d’un Rocher pour lui, d’un lieu où mourir, où Moïse pourrait mourir d’une mort convenable.

69        Sur ce Rocher, ô Dieu, laisse-moi mourir sur ce même Rocher! C’est là que je veux mourir. Ce Rocher, c’était Jésus-Christ. Oui, oui.

70        Après sa mort sur ce Rocher, il eut besoin de porteurs de cercueil. Dieu lui envoya un groupe d’anges. Pourquoi pas un groupe de ses anciens? Parce que personne ne pouvait l’emporter là où il allait, si ce n’est des anges. Ils l’ont emporté dans la Présence de Dieu, il avait besoin de porteurs de cercueil, et Dieu y a pourvu. Il a suivi la voie à laquelle Dieu a pourvu, Alléluia!

71        Enoch avait marché cinq cents ans avec Dieu, et il Lui était agréable. Il eut besoin d’une route par laquelle rentrer à la Maison. Dieu y pourvut.

72        Elie avait maudi Jézabel à cause de son visage fardé et de ses manières dans lesquelles elle avait entraîné tout le peuple, à agir. Et il était fatigué et épuisé, et il était tout près de rentrer à la Maison. Il était tellement vieux, c’est à peine s’il pouvait traverser le Jourdain; Dieu l’a pourvu d’un moyen de traverser le Jourdain. Il voulait monter au Ciel, à la rencontre de Dieu; Dieu a fait descendre un char de feu, et des chevaux, et l’a emporté. La voie à laquelle Dieu a pourvu. La voie à laquelle Dieu a pourvu. Il fait toujours les choses parfaitement. C’est vrai. Oui, oui. Dieu pourvoit d’une voie, toujours. Oui.

73        Les mages, quand ils étaient en route, en provenance de Babylone, ils voyaient un chemin qu’ils voulaient suivre, car ils savaient que ce Roi devait naître. Ils avaient besoin d’une boussole; Dieu a pourvu d’une Etoile. Ils ont laissé toutes les autres choses. Ils n’avaient pas besoin de boussoles; ils ont suivi l’Etoile. C’était la voie à laquelle Dieu a pourvu. Dieu a pourvu d’une voie, ils ont suivi l’Etoile jusqu’à ce qu’ils aient trouvé la Lumière parfaite. Oh!

74        Un jour, le monde avait besoin d’un Sauveur. Ils étaient perdus; ils ne le savaient pas. Ils pensaient avoir été sauvés, mais ils avaient besoin d’un Sauveur. Dieu a pourvu d’un Fils, comme le Sauveur. Pourquoi? Personne d’autre ne pouvait le faire. Il n’y avait personne sur la terre, aucun homme au Ciel, nulle part, qui était capable de le faire. Dieu a couvert de Son ombre une vierge, elle a conçu, et elle a enfanté un Enfant Mâle. Et cet Enfant Mâle n’était ni Juif ni Gentil. Il était Dieu, manifesté dans la chair, l’unique qui pouvait racheter. Son Sang nous sauve. Son Sang nous guérit. C’est sur ce Sang que nous pouvons nous tenir, pour chaque promesse qu’Il a faite. Dieu a promis de le faire.

75        Dieu ne rencontre l’adorateur qu’à travers le Sang, et sous le Sang. Israël avait un seul lieu pour rencontrer Dieu. Non pas dans... Dieu a un seul Lieu, aujourd’hui, où Il–Il rencontre l’adorateur; non pas chez les méthodistes, les baptistes ou les pentecôtistes. Il les rencontre sous le Sang. C’est le seul Lieu auquel Dieu a pourvu; non pas dans l’organisation, ni dans une union. Mais c’est sous le Sang que Jésus-Christ rencontre Son adorateur. «Quand Je verrai le Sang!» C’est la voie à laquelle Dieu a pourvu.

76        Après que l’église eut été tout à fait convaincue, quand ils L’avaient vu, qu’Il était le Messie...

77        Quand la petite femme au puits, quand elle eut besoin d’un Sauveur, qu’elle eut besoin de voir quelque chose... Elle avait été à l’église et tout le reste, et ils avaient vu ce credo-ci et ce credo-là, si bien qu’elle avait fini par devenir une prostituée. Elle s’était retrouvée sur le trottoir. Un jour, elle allait puiser un seau d’eau, vers onze heures du matin, et un Homme était assis là, un Juif, ici, à ce petit panorama. Et elle a dit...

78        Comme elle allait faire descendre son seau par le treuil, pour puiser son eau, elle a entendu un Homme dire: «Femme, apporte-moi à boire», Et elle a dit...

79        Elle a vite répliqué, et elle a pensé qu’Il n’était qu’un Juif ordinaire; en effet, il n’était qu’un Humain, pour ce qui est du corps. Il était un Homme, Il pouvait mourir, et pourtant Il était Dieu. Et puis, nous voyons que quand...

80        Elle a dit: «Vous n’avez pas coutume, vous les Juifs, de demander ce genre de choses-là aux Samaritains.»

81        Il a dit: «Mais si tu connaissais Celui à Qui tu parles, c’est toi qui M’aurais demandé à boire.» Il a dit: «Va chercher ton mari et viens ici.»

            Elle a dit: «Je n’ai point de mari.»

82        Il a dit: «Tu as dit la vérité. Tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis maintenant n’est pas le tien.» Qu’arriva-t-il? Dieu avait pourvu de quelque chose pour elle.

83        Elle a dit: «Seigneur, je vois que Tu es Prophète. Nous savons que quand le Messie sera venu, Il nous annoncera ces choses. C’est ce qu’Il fera. C’est ce que dit la Parole. C’est ce que nous attendons. J’en ai par-dessus la tête de tout ce fatras; de leurs credos et tout ça, des pharisiens, des sadducéens et des hérodiens, et tout ce qu’il peut y avoir. Mais nous savons qu’un Messie va venir, et quand Il sera venu... Toi, qu’en dis-Tu?»

84        Il a dit: «Je Le suis.» Amen! Dieu avait pourvu d’une voie. Elle  laissa la cruche, une femme changée, elle entra dans la ville en courant et dit: «Venez voir un Homme qui m’a dit ce que j’ai fait. Ne serait-ce point le Messie?»

85        Pierre, en écoutant l’histoire d’André... Bien des fois, il avait écouté, entendu André parler de Jean qui présentait un Messie, et d’un Homme, et de toutes ces choses qui se passaient. Tout ça, c’était un mystère pour Pierre. Mais un jour, il est venu avec André pour voir Jésus. Et quand il est entrée dans la Présence de Jésus, Jésus l’a regardé et a dit: «Ton nom est Simon, et tu es le fils de Jonas.» Dieu avait pourvu d’une voie pour permettre à Pierre de voir Qui Il était. Il était bien ce Messie.

86        Or, nous voyons qu’après la mort et l’ascension de Jésus au Ciel, l’Eglise eut besoin de puissance pour témoigner. Dieu leur donna une Pentecôte. Il a pourvu d’une Pentecôte.

87        Deux mille ans ont passé, mes amis. Deux mille ans ont passé. Dans ces derniers jours, nous sommes devenus si... l’homme s’est introduit dans le système du christianisme, et il l’a perverti de nouveau, il l’a hybridé avec des credos, des églises, des dénominations, des discours intellectuels, si bien que la puissance et la réalité de l’Evangile de Christ sont pratiquement perdues. Et nous voici avec la Parole promise pour ces derniers jours, ce qui arrivera, ce qui aura lieu; les hommes n’Y croient pas. Ils se sont éloignés d’Elle. Vous leur demandez s’ils sont chrétiens; ils disent: «Je suis membre de telle et telle église.» Ça ne veut absolument rien dire. Vous devez être chrétien par une naissance. Maintenant, on se retrouve complètement dans Babylone de nouveau, après deux mille ans.

88        Aujourd’hui, l’Eglise a de nouveau besoin de la puissance et de la Vérité. Oh! Dieu a ressuscité Son Fils pour que ceci puisse se réaliser; en effet, Il a dit: «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, et même en vous.» Nous voyons, dans Hébreux 13.8, qu’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement.

89        Nous voyons, dans Malachie 4, qu’Il nous a promis un Message pour les derniers jours, qui ramènera la foi des gens de nouveau aux pères. Il l’a promis, dans les derniers jours.

90        Il a aussi promis dans Jean 14.12: «Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais. Et il en fera davantage, ou de plus grandes, car Je m’en vais au Père.»

91        Un jour, Il parlait. Ils ont dit: «Maître, montre-nous un signe.»

92        Il a dit: «Une générations faible et adultère demande un signe.» C’est la génération dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Il a dit: «Et Je leur donnerai un signe. Car, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre d’un grand poisson, il faut de même que le Fils de l’homme soit trois jours et trois nuits dans le sein de la terre.»

93        Quel genre de signe une génération méchante et adultère verrait-elle? Le signe de la résurrection. Et c’est ce qui nous est promis aujourd’hui: le signe de la résurrection, qu’Il est toujours vivant, Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement.

94        Il a dit: «Ce qui arriva du temps de Lot», comme nous l’avons vu hier soir. «Du temps de Lot, ce qui arriva du temps de Lot, arriverait de même à la Venue du Fils de l’homme.» Ces choses nous ont été promises, il y a bien d’autres passages de l’Ecriture. Pour ne pas prendre trop de temps... «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus. Cosmos, ‘l’ordre, l’âge de l’église,’ ils ne Me verront plus. Mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, et même en vous, jusqu’à la fin de l’âge.» «Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et éternellement.» Qu’est-ce? C’est le signe auquel Dieu a pourvu, la voie à laquelle Dieu a pourvu.

95        Abraham, qui attendait le fils, le dernier signe qu’il a vu avant la destruction des Gentils, c’était Dieu manifesté dans la chair humaine, qui connaissait les secrets du coeur de Sara, alors que celle-ci était dans la tente. Jésus a dit: «Cela se répétera à la Venue du Fils de l’homme.» Frère, soeur, je crois que nous vivons en ce jour-là. Je crois que c’est maintenant le jour de la promesse.

96        Vous devez avoir la foi dans ce que vous faites. Si vous n’avez pas la foi, si vous prenez simplement la chose en présumant... Le mot présumer, d’après le Webster, veut dire s’aventurer sans autorité. Mais quand la Parole le promet, et que Dieu se tient derrière cette Parole, vous ne présumez plus. Vous faites exactement ce que Dieu a dit de faire, et Il est tenu de confirmer Cela.

97        Un–un grand revivaliste bien connu, il y a de cela bien des années, je l’ai vu quand j’étais tout jeune, c’était Paul Rader. Il avait raconté une histoire, un jour, et je ne l’ai jamais oubliée. Il a dit: «Un jour, nous coupions un bois.» Il était bûcheron, là dans l’Oregon, et il a dit que le patron lui avait dit de monter au sommet de la colline. Il était en train de rêver. En fait en ce moment-là, il était là dans les îles; et il faisait de la fièvre, une très forte fièvre, et il était mourant. Ils sont allés chercher un médecin, mais il fallait faire des kilomètres et des kilomètres en pirogue.

98        Avant que le médecin puisse arriver là, Paul s’est mis à dépérir, à devenir de plus en plus malade. Il a appelé sa fidèle épouse. Il a dit: «Chérie, il commence à faire noir dans la chambre, plus noir, de plus en plus noir.» Et il est entré dans le coma.

99        Et à ce moment-là, il a dit qu’il avait rêvé, pendant qu’il était dans le coma, que son patron l’avait envoyé là couper un certain arbre. Il a trouvé l’arbre, il l’a abattu, il y a planté sa hache, et il s’est penché pour le soulever. Il n’arrivait tout simplement pas à le soulever. Il a dit qu’il n’avait plus de force. Il n’arrivait tout simplement pas à le soulever. Il a dit: «Un arbre de cette grosseur-là, je peux le soulever, c’est sûr. Je vais encore essayer.» Et il s’est penché et il a tiré, il s’est vraiment démené jusqu’à l’épuisement. Il s’est assis, adossé à un arbre, et il a dit: «Je ne sais vraiment pas ce que je vais faire. Le patron veut avoir cet arbre, là-bas au camp, et je suis trop faible pour l’apporter là-bas.»

100      Il a dit qu’il a entendu la voix la plus douce qu’il ait jamais entendue, c’était son patron qui parlait; mais il a dit que, quand il s’est retourné pour voir qui était son patron, c’était le Seigneur Jésus. Il a dit: «Paul, pourquoi te démènes-tu comme ça? Pourquoi es-tu si agité? Tu vois cette eau qui coule là-bas?» Il a dit: «Pourquoi ne bascules-tu pas simplement ce rondin dans la rivière, et ne le chevauches-tu pas jusque là-bas? Chevauche-le jusqu’au camp.»

101      Il a sauté sur le rondin et il s’est lancé sur les vagues, en criant à tue-tête: «Je chevauche dessus! Je chevauche dessus!»

102      Frère, soeur, Jésus-Christ a promis que ces choses arriveraient dans les derniers jours. Je crois que nous y vivons. Je crois qu’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Je ne sais pas comment c’est arrivé, mais je chevauche Cela. Je crois que C’est la Vérité, parce que C’est l’Evangile, la voie à laquelle Dieu a pourvu. Je crois que C’est le Message de l’heure, du temps où nous vivons. C’est la voie à laquelle Dieu a pourvu. Je chevauche Cela!Montez vite avec moi, ne le voulez-vous pas, pendant que nous inclinons la tête?

103      Père céleste, nous allons dans la Gloire en chevauchant Ta Parole. Nous croyons que Ta Parole est la Vérité. Ô Dieu, que chaque homme et chaque femme, ce soir, montent à bord de la Parole, et qu’ils se souviennent, tout au long du voyage, qu’ils peuvent confesser: «Je chevauche la promesse de Dieu. Elle m’amènera tout droit dans la Gloire. C’est la voie à laquelle Dieu a pourvu pour moi aujourd’hui. ‘Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et éternellement.’»

104      Tu as dit: «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez; car Je serai avec vous, et même en vous.» Tu nous as promis, Seigneur, que nous Te verrions.

105      Les Grecs sont venus, une fois, et ils ont dit: «Messieurs, nous voudrions voir Jésus.» Et ce privilège leur a été accordé. Et ce soir, Seigneur, nous aussi, nous voulons Te voir. C’est le désir de notre coeur. Personne ne peut jamais entendre parler de Toi sans désirer Te voir. Alors, s’il a été permis à ces Grecs de Te voir, de même Tu as pourvu d’une voie pour que nous, nous Te voyions; Tu pourvois toujours d’une voie parce que Tu es le même hier, aujourd’hui et éternellement. C’était un serviteur qui avait amené ces Grecs en Ta Présence, et ils ont pu Te voir. Accorde-nous le même privilège ce soir, Père. Puissions-nous, en tant que serviteurs, amener cet auditoire en Ta Présence. Et puissions-nous voir Jésus, ce soir, qui est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Accorde-le, Seigneur.

106      Sauve les perdus, Seigneur, s’il y avait un homme, une femme, un garçon ou une fille. Alors que nous voyons notre nation si polluée par des meurtriers, et des assassins, et des pervertis; de voir la corruption dans la nation aujourd’hui! Et de voir la corruption dans les églises, de les voir se diriger vers ce massacre oecuménique là-bas, parce qu’elles ne suivent pas la voie à laquelle Dieu a pourvu! Elles suivent la voie d’un credo, au lieu de venir par la Parole.

107      Ô Dieu, nous prions que de vrais chrétiens nés, authentiques, comme je l’ai illustré, en étant de vrais canards, qu’ils... «Mes brebis entendent Ma Voix, elles ne suivront pas un étranger.» Seigneur, Ta Voix, c’est la Parole. C’est Elle qui a toujours été la voie à laquelle Tu as pourvu, pour l’Eglise et pour les gens: Ta Parole. «Ta Parole est la Vérité.» Et Tu es la Parole. Et la Bible nous dit: «La Parole de Dieu est plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, Elle discerne les sentiments et les pensées du coeur.»

108      Israël, pourquoi n’ont-ils pas vu leur Messie, alors qu’ils voyaient qu’Il était bien la Parole, qu’Il pouvait discerner les pensées de leur coeur? Pourquoi ne l’ont-ils pas? Ils l’avaient compris, par les prophètes, que les prophètes le pouvaient; mais quand la plénitude de Dieu a pris forme dans Son Fils, et qu’Il a vécu parmi nous, alors là, ils n’ont pas vu ce qu’il en était, parce qu’ils étaient aveuglés.

109      Seigneur, ceux qui ont les yeux ouverts, ce soir, puissions-nous voir Jésus au milieu de nous. Que tous les malades soient guéris. Puisse ceci régler la question, Seigneur, de sorte que plus jamais, à partir de cette heure, ils ne... qu’ils croiront que Tu es le Messie. Ils suivent la voie de Dieu. Beaucoup d’entre eux sont ici, ce soir, mourants. Il y en a beaucoup ici, ce soir, qui probablement ne seront pas ici dans une semaine, si Tu–Tu ne leur viens pas en aide.

110      Or, Père, Tu n’es responsable que de ce que Tu as promis. Mais Tu l’as effectivement promis, que nous Te verrions. Tu as promis que ce que Tu avais fait, nous le ferions aussi. C’est maintenant l’heure. Je l’ai confessé; je le crois. Je T’ai entendu le dire; Ta Parole le dit. Tu le confirmes. Je sais que c’est vrai. Maintenant, qu’on le sache, Seigneur. Cela a été écrit, maintenant, que cela se fasse, pour la cause du Royaume de Dieu. Amen.

111      Je ne crois pas que nous allons former une ligne de prière. Je crois que je vais utiliser cela à partir d’ici même.

112      Combien parmi vous sont malades? Maintenant, est-ce que vous... Levez la main pour témoigner que vous êtes malades.

113      Combien parmi vous veulent témoigner de la même chose: «Frère Branham, en réalité je ne suis pas sauvé»? Voulez-vous lever la main: «Priez pour moi»? Que Dieu vous bénisse, et vous, là. C’est bien. C’est... Que Dieu vous bénisse. «Je ne suis pas sauvé.»

114      Maintenant, vous qui avez levé la main, et vous qui ne l’avez pas fait: «Mais, Frère Branham, vraiment, je veux être sauvé. C’est ce que j’ai à coeur. Je crois qu’il ne reste plus rien dans ce monde, pour personne.» Que pourriez-vous réaliser de plus, de plus grand que votre salut? «Priez pour moi. Je veux être sauvé.» Voulez-vous lever la main, partout dans la salle, n’importe où: «Je veux...»?

115      Combien parmi vous n’ont pas reçu le Saint-Esprit et disent: «Je sais qu’il me faut Le recevoir»?  Levez la main. «Je ne L’ai pas reçu; je veux Le recevoir.» D’accord, il y a un bon nombre de gens qui ne L’ont pas reçu.

116      Maintenant, Christ tient Sa Parole, et vous devez maintenir votre foi en Lui. Il est la Parole. Or, dans Hébreux chapitre 4, il est dit que la Parole de Dieu, qui est Christ... Christ est la Parole. Le savez-vous tous? Dites: «Amen.» [L’assemblée dit: «Amen.»–N.D.E.] Il est la Parole, le même hier, aujourd’hui et éternellement. Ce qu’Il était en Moïse, Il l’était aussi en Elie; ce qu’Il était en Elie, Il l’était en Jean; ce qu’Il était en Jean, Il a atteint Son achèvement en–en Jésus. Et aujourd’hui, Il est le même qu’à l’époque. Et C’est toujours la Parole de Dieu, qui avait été prophétisée pour le jour, ce qui fait de Lui la Lumière qui éclaire et qui confirme la Parole promise.

117      Nous sommes au temps de la fin, mes amis. Jésus est présent. Je sais que vous avez déjà entendu cela.

118      Que se passerait-il si de votre vie, vous n’aviez jamais vu et que vous n’aviez jamais eu le sens de la vue, qu’aucun être humain ne l’avait, mais que de temps à autre vous ressentiez une sensation très chaude, et que moi, ayant la vue, je voyais et vous disais que c’était le soleil? Vous diriez: «Je ne sais pas comment ça se fait, mais je sens quelque chose, c’est comme chaud, on peut le sentir.»Je dirais: «C’est le soleil.»«C’est quoi, le soleil?»«C’est une lumière.»«C’est quoi, une lumière?» Tout ça, ce serait un monde nouveau pour vous.

119      Mais, et si je vous disais que Jésus-Christ se tient ici maintenant? Et si je vous disais qu’Il est au milieu de nous? Il l’a promis. «Là où deux ou trois sont assemblés en Mon Nom, Je suis là au milieu d’eux. Je suis là!» Ça, ou bien c’est la Vérité, et pour moi, Ceci est toute la Vérité, ou bien ce n’est pas la Vérité du tout. C’est soit la Chose vraie, soit ce n’est pas vrai.

120      Bon, pour ce qui est de vous sauver, ça, Il l’a fait quand Il est mort au Calvaire; de vous guérir, Il l’a fait quand Il est mort au Calvaire. Vous croyez ça. La Parole déclare qu’Il l’a fait.

121      Maintenant, tout ce qu’Il pourrait faire, s’Il se tenait ici, vêtu–vêtu de ce complet qu’Il m’a donné, ce serait seulement vous prouver qu’Il est le Messie.

122      Non pas par des marques de clous dans Sa main. N’importe quel hypocrite peut faire ça, mettre des marques de clous, et du sang sur Son visage, des marques et tout ça. Ça peut se faire. Ça s’est fait. Beaucoup de personnes ont même été crucifiées comme Lui. Ce n’est pas ça.

123      Mais Sa Vie, ce qui était en Lui! «Le Fils ne peut rien faire de Lui-même, Il ne fait que ce qu’Il voit faire au Père.» C’est la Vie qui était en Lui qui le prouvait. Ce n’est pas parce qu’Il était Juif que la petite femme au puits a cru qu’Il était le Messie; c’est parce qu’Il pouvait discerner les pensées de son coeur, c’est ça qui faisait de Lui le Messie. Si c’était là la manière dont le Messie s’était présenté autrefois, si c’était la voie à laquelle Il avait pourvu pour se faire connaître, c’est la voie à laquelle Il a pourvu, selon les Ecritures, pour cet âge-ci. Le croyez-vous? [L’assemblée dit: «Amen.»–N.D.E.]

124      Or, chacun de vous ici, je vous suis inconnu. J’ai regardé de tous côtés, je ne vois personne que je connais. Que ceux qui sont ici, qui ne me connaissent pas, et qui savent que je ne sais rien de vous, levez la main. C’est tout le monde, partout. Cette personne, couchée ici sur ce lit de camp, a levé la main. Il ne me connaissait pas. Personne ne me connaît.

125      Mais, souvenez-vous, Dieu, Lui, Il vous connaît. Dieu vous connaît. Maintenant, s’Il prouve qu’Il est ici.«Qu’est-ce, Frère Branham?» C’est un don.

126      Un don, c’est quoi? Un don, c’est quoi, après tout? Ce n’est pas prendre quelque chose et s’en servir, dire: «J’ai un don de guérison! Je vais aller guérir celui-ci, guérir celui-là.» Si je le pouvais, je le ferais certainement. Bon, mais, un don, vous–vous... Vous interprétez mal un don. Un don, c’est simplement «vous enlever du chemin et laisser le Saint-Esprit vous utiliser». Voyez? C’est ça le don.

127      C’est ce qu’est un ministre. Il ne prêche pas ce qu’il veut prêcher. Il se met simplement hors du chemin, c’est un don, et l’inspiration vient, et il–il parle par l’inspiration du Saint-Esprit. C’est pareil pour tout autre don. Or, les dons-ministères, et autres, on a eu ça. Il y a premièrement, parmi les dons donnés par Dieu, il y a premièrement les apôtres, les prophètes, les docteurs, les pasteurs et les évangélistes. Ça, ce sont les fonctions. Ce sont nos dons.

128      Maintenant, Jésus-Christ a promis qu’Il ferait ceci dans les derniers jours. S’Il le fait, s’Il promet ça et qu’Il le fait, combien croiront et L’accepteront, ce soir? Levez la main pour dire: «Je L’accepterai.» Alors, combien ici... Merci. Combien ici n’ont jamais assisté dans une des réunions auparavant? Levez la main. Oh! Presque la moitié de la foule. Combien croient, avant qu’Il le fasse, vous croyez de toute façon? Que Dieu vous bénisse.

129      Maintenant, regardez. Si je vous ai dit la Vérité, Dieu est obligé de me répondre. Il le fera. Il place Ses Paroles dans votre bouche, et Elles se matérialisent. C’est vrai, Ce sont Ses Paroles, Elles doivent le faire. «J’ai envoyé Ma Parole, Elle ne reviendra point sans effet.»

130      Maintenant, si je pouvais guérir, je le ferais. Tout comme feu honorable frère Upshaw, dont nous parlions. Ce vieillard était assis là-bas au fond, dans ce fauteuil roulant, un brave vieillard, je l’aurais guéri si je l’avais pu. En fait, j’allais quitter l’estrade, je me suis retourné et je l’ai vu en vision, il s’en allait en marchant. Je l’ai appelé, je lui ai dit ce qu’il en était, et avec ça, c’était classé. Il s’est levé et il a marché, il est venu à l’estrade, il a touché ses orteils, après avoir été infirme pendant soixante-six ans. Voyez?

131      Le même soir, une dame de couleur avec sa petite fille, là-bas sur le côté. J’ai dit: «Je vois un–un médecin avec des lunettes, et–et il a opéré une petite fille de couleur, et elle a été frappée de paralysie à partir de la gorge.»

132      Une vieille femme de couleur, c’est à peine si on arrivait à la retenir, pour l’empêcher de monter sur l’estrade. Elle disait: «Seigneur, oh! miséricorde, c’est ma petite!» Et la voilà qui s’amène, un groupe d’huissiers n’arrivait même pas à la retenir.

133      J’ai dit: «Tantine, ça ne servira à rien de monter ici. Ce n’est pas... C’est Dieu.» J’ai dit: «Ça ne servira à rien de venir ici. Croyez seulement.» Et elle s’est agenouillée et s’est mise à prier. J’ai regardé par-dessus l’auditoire, et j’ai vu comme une ruelle, qui descendait. J’ai vu une petite fille de couleur avec une poupée dans ses bras, qui descendait la ruelle. Et j’ai regardé la petite fille de couleur, puis j’ai regardé là-bas, c’était la même petite fille. J’ai dit: «C’est exaucé.» D’un coup, elle s’est levée, quittant le lit de camp. Voyez?

134      C’est Dieu. Voyez? C’est Dieu. Voyez? Il ne peut pas... Personne ne peut guérir. C’est votre foi en Dieu.

135      Or, la Bible dit qu’Il est, maintenant même, le Souverain Sacrificateur qui peut être touché par le sentiment de nos infirmités. Le croyez-vous? [L’assemblée dit: «Amen.»–N.D.E.] Un Souverain Sacrificateur! Maintenant, s’Il est le Souverain Sacrificateur, comment agira-t-Il? S’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement, Il agira de même hier, aujourd’hui et éternellement.

136      Maintenant, priez, et alors laissez le Saint-Esprit... Dites à Dieu: «Ô Dieu, cet homme, là, ne me connaît pas, mais ce qu’il dit a du sens. Tu es le même. Tu es Christ. Je suis malade. J’ai un besoin. Et si Tu me permets, soit... Si je n’ai pas la foi qu’il faut pour faire ça, permets que quelqu’un que je connais ait la foi, et que cela... Appelle, et permets–permets–permets que moi, ou que cette personne touche le bord de Ton vêtement, dans la Gloire. Puis, si cet homme est hors du chemin, alors utilise sa bouche pour répondre, et fais-le tout simplement de la même manière que Tu l’avais fait quand Tu étais sur terre. Je saurai que Tu es le même hier, aujourd’hui et éternellement.»Inclinons maintenant la tête.

137      Seigneur Jésus, je passe de l’évangélisation à l’oeuvre prophétique, mais toutefois, je crois en Toi, Seigneur, c’est Toi qui l’as promis. Et je Te prie de l’accorder ce soir. Accorde-le. Exauce-moi. Quand cet auditoire repartira d’ici, ce soir, et que nous rentrerons chez nous, puissions-nous dire comme ceux qui revenaient d’Emmaüs: «Notre coeur ne brûlait-il pas au-dedans de nous alors qu’Il nous parlait en chemin?» Jésus était ressuscité des morts; ils ne le savaient pas. Ils Lui parlaient; ils ne le savaient pas. Mais après les avoir fait entrer dans la maison, et avoir refermé la porte, alors Il a fait quelque chose de la manière dont Il l’avait fait avant Sa crucifixion. Cela leur a ouvert les yeux. Ils ont vu que c’était Lui. Encore une fois, Seigneur, puissent nos coeurs brûler, comme les leurs avaient brûlé, alors que nous rentrerons chez nous ce soir. En effet, nous savons que Tu nous as parlé en chemin. Ce soir, fais les choses que Tu avais faites quand Tu étais sur terre, car Tu es le même hier, aujourd’hui et éternellement. Nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

138      Maintenant, soyez en prière, et croyez simplement. Consacrons d’abord ce côté-ci. Où que vous soyez dans la salle, croyez en Dieu. J’aimerais que tout le monde soit vraiment respectueux, restez assis, tranquilles, priez.

139      Ceci est totalement impossible. Je parlais ce matin, au petit-déjeuner des ministres, d’un paradoxe. Un paradoxe est incroyable, «quelque chose d’incroyable, mais pourtant vrai». Vous savez que le Saint-Esprit se tiendrait ici et dirait quelque chose dans cet auditoire, à des gens que je ne connais pas, ça doit être un paradoxe. C’est quelque chose qui ne s’explique pas. Je ne sais pas s’Il le fera. J’espère seulement qu’Il le fera, j’ai confiance qu’Il le fera.

140      Maintenant, priez simplement, et dites: «Seigneur Jésus, je veux toucher Ton vêtement, et je–j’ai un besoin. Je Te promets, Seigneur, que je–je Te servirai toute ma vie.» Dieu veut que vous vous repentiez. Si vous ne vous êtes pas repentis, repentez-vous, dites: «Je veux me repentir, Seigneur. Je veux que Tu me guérisses. Je veux que Tu me bénisses. Guéris-moi maintenant, Seigneur. Je suis Ton serviteur.»

141      J’allais... As-tu distribué des cartes de prière aujourd’hui? J’allais juste demander à Billy si... Sinon, j’aurais appelé une ligne de prière. Mais ils n’ont pas distribué des cartes de prière aujourd’hui. Restez simplement assis, respectueusement, croyez.

142      Maintenant, au Nom de Jésus-Christ, je prends tout esprit ici sous mon contrôle, pour la gloire de Dieu, pour que Sa Parole puisse se faire connaître, qu’au jour du Jugement nous n’ayons pas d’excuse.

143      Maintenant, regardez par ici, et alors croyez. Priez de tout votre coeur, simplement, priez, et humblement. Ne combattez pas Cela. Détendez-vous simplement, et dites: «Seigneur, Tu as fait la promesse. Je crois en Toi.» C’est ce que je dois faire.

144      Je sais qu’il est inutile que je vous le demande. Combien ont déjà vu cette Lumière? Faites-nous voir... Vous En avez déjà vu la photo. Faites-nous voir les mains, ceux qui En ont déjà vu la photo. Ne La voyez-vous pas, juste là? Voyez-vous, c’est une autre dimension. Elle est juste au-dessus de cette dame.

145      Elle a mal aux jambes et au dos. Elle... Croyez-vous que Dieu peut vous guérir, soeur? Qu’a-t-elle touché? Moi, vous ne me connaissez pas, mais vous avez touché Quelque Chose. Si le Seigneur Jésus me dit qui vous êtes, cela nous aidera-t-il à mieux croire? Vous êtes Mme Phillips. Si c’est vrai, levez-vous. Très bien. Est-ce que je vous suis complètement inconnu? Levez la main si c’est vrai. Je ne l’ai jamais vue de ma vie. Qu’a-t-elle touché? Allez parler à cette femme, après. Maintenant, les douleurs sont toutes parties. Vous allez bien. Vous pouvez rentrer chez vous et être en bonne santé.

146      Voici une dame, juste derrière elle, là-bas. Elle souffre d’une dépression nerveuse. Ô Dieu, si elle ne... Son nom est Mme Star. Croyez, Jésus-Christ va vous rétablir. Levez-vous et acceptez votre guérison. Si je vous suis inconnu, faites signe de mains. Votre dépression est terminée. Jésus-Christ vous rétablit.

147      Qu’a-t-Il promis? C’est ce qu’Il a promis. Croyez-vous? [L’assemblée dit: «Amen.»–N.D.E.]

148      Il y a une dame juste derrière elle, assise là. Elle est en train de prier. Elle est nerveuse, elle a des complications. Elle veut cesser de fumer. Son nom est Mme Bordon. Levez-vous, Mme Bordon. La cigarette, pour vous, c’est terminé. Jésus-Christ vous rétablit. Je n’ai jamais vu cette femme de ma vie.

149      Croyez-vous? Maintenant, vous savez que je ne peux pas faire ça. C’est Jésus-Christ. Qu’est-ce? «La Parole est plus vivante, plus efficace qu’une épée quelconque à deux tranchants, Elle discerne les sentiments et les pensées du coeur.» C’est la Parole, Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et éternellement. Ne pouvez-vous pas croire ça?

150      Tenez, voici un homme assis ici, souffrant d’une hernie, de maladie du coeur. C’est exact. Je ne connais pas cet homme. Je ne l’ai jamais vu. Mais c’est un prédicateur. Révérend monsieur Kinsey. C’est exact. Croyez-vous, monsieur? Levez-vous, et recevez votre guérison. Jésus-Christ vous rétablit.

151      Au fait, voulez-vous me rendre un service, vu que vous êtes prédicateur? Imposez les mains à votre femme, elle souffre de reins, de foie, de surcharge pondérale, des complications. Imposez-lui les mains. Ça va la quitter, si vous croyez.

152      Dites, il y a un homme assis juste derrière vous, il est recouvert de l’ombre de la mort. Il souffre du cancer. Cet homme souffre d’une tumeur, d’un cancer, de nervosité. Son nom est M. Young. Croyez maintenant. Jésus-Christ vous rétablit. Le croyez-vous? L’acceptez-vous? Très bien, monsieur.

153      Voici un homme couché, couché ici sur ce lit de camp. Monsieur, je ne vous connais pas. Si je pouvais vous guérir, je le ferais. Je vous suis inconnu. Vous avez fait tout le trajet jusqu’ici. Vous avez fourni l’effort de venir ici. Vous ne pouvez pas cacher ce qui ne va pas chez vous; mais je ne peux pas vous guérir. Vous êtes venu ici avec votre femme. C’est elle qui est assise là, vêtue du manteau pêche. C’est exact. Très bien. Cet homme est recouvert de l’ombre de la mort; il ne lui reste que peu de temps à vivre maintenant. Il a le cancer.

154      Vous souffrez aussi, soeur. Croyez-vous que Dieu peut me dire de quoi vous souffrez? C’est votre mal de dos. C’est exact. Si c’est exact, levez-vous. Très bien, recevez votre guérison. Croyez-le. Posez la main sur votre mari.

155      Croyez-vous que je suis Son prophète, monsieur? Si vous restez étendu là, vous allez mourir, c’est sûr. Vous ne pouvez pas vivre, c’est tout. Les médecins vous ont abandonné. Le cancer vous a rongé. J’ai vu des cas plus graves que le votre être guéris. Je ne peux pas vous guérir. Mais seulement, si vous acceptez cela, et que vous le croyez! Le croyez-vous? C’est votre seule et unique chance. Vos derniers moments sont en train de s’écouler. Le croyez-vous? Si oui, levez-vous de ce lit de camp. Levez-vous de là, au Nom de Jésus-Christ! Tenez-vous sur vos pieds et soyez guéri, repartez d’ici en glorifiant Dieu. Que quelqu’un lui tende la main, là, aidez-le. Le voilà debout.

156      Combien ici croient? [L’assemblée se réjouit, dit: «Amen.»–N.D.E.] Levez les mains. Levez-vous. Tous les autres qui veulent être guéris, levez-vous, au Nom de Jésus-Christ. Levez les mains, louez Dieu. Donnez-Lui la louange et la gloire. Maintenant, remerciez le Seigneur pour votre guérison. Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et éternellement!

157      Frère, les médecins ont échoué. Ceci, c’est la voie à laquelle Dieu a pourvu. Croyez-y!

158      Combien veulent accepter la voie à laquelle Dieu a pourvu? Levez les mains et donnez la louange à Dieu, chacun de vous, et croyez que vous êtes guéris, au Nom de Jésus-Christ. Amen.

Up

S'abonner aux nouvelles