Ayez Foi En Dieu

Date: 54-0900 | La durée est de: 1 heure et 5 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1          Inclinons la tête juste un instant. Notre Bienveillant Père céleste, nous Te remercions pour cette foi qu’ont les gens. Même après que plusieurs et plusieurs années se sont écoulées, Tu as toujours des gens qui croient. Nous sommes si reconnaissants ce soir pour l’opportunité d’être associés à eux, des concitoyens du Royaume de Dieu, des pèlerins dans ce monde, des étrangers confessant que notre héritage est d’En Haut et non de ce monde. Et ce soir, nous prions que Ta glorieuse puissance soit manifestée parmi nous, à telle enseigne que les boiteux marcheront, les aveugles verront, ceux qui souffrent du coeur seront rétablis, le cancer sera guéri, les démons seront chassés, les pécheurs seront sauvés, les rétrogrades seront réclamés ; et la gloire reviendra au Père des Esprits, et au Seigneur Jésus-Christ, car nous le demandons en Son Nom et pour Sa gloire. Amen.

            Vous pouvez vous asseoir.

2          Que le Seigneur Dieu vous bénisse tous, alors que nous sommes encore rassemblés ce soir pour un autre service en Son Nom, Lui qui nous a rachetés, le Seigneur Jésus-Christ. Et je crois que par Sa grâce, Dieu nous accordera aujourd’hui infiniment au-delà de tout ce que nous pouvons faire ou penser ; puisse Dieu nous l’accorder ce soir.

            Il fait un peu plus frais, et nous en sommes très heureux, qu’il fasse plus frais. Et maintenant, comme vous le savez, c’est notre bien-aimé frère Baxter qui prêche le soir. Et d’habitude, j’ai un petit quelque chose et ensuite je commence directement le service. C’est toujours un privilège d’avoir frère Baxter pour prêcher, parce que chaque fois que j’ai essayé de parler moi-même, de prêcher pour ensuite passer directement au service, ça fait certainement une secousse de... C’est le même Esprit, mais il s’agit de deux différentes sortes de ministère. L’une d’elles, c’est la prédication. Eh bien, cela ne me fatigue pas. Je... Si vous n’avez fait que prêcher sans arrêt, mais–mais quand il est question d’une vision, oh ! la la ! alors vous voyez la différence. Et maintenant, quand on prie pour les malades, je peux faire passer les gens et je prie pour eux.

3          L’après-midi du dimanche passé, il y a de cela une semaine, j’ai prié cas après cas pour quatre mille personnes, l’une après l’autre. On les comptait pendant qu’elles passaient. Quatre mille personnes, cela m’a pris plusieurs heures pour les terminer, cela ne m’a pas du tout dérangé, je n’étais pas plus fatigué que je ne le suis à l’instant (Voyez-vous ?), cela ne m’a pas dérangé du tout. Mais qu’une vision se produise, vraiment je ne–vraiment je ne sais pas. On devient tellement faible. Beaucoup de gens ne peuvent pas comprendre cela ; je ne peux pas le comprendre. Seul Dieu sait ce qu’il en est. Mais il y a quelque chose dans le fait d’avoir une vision, c’est une autre dimension qui affaiblit l’être humain. Il en a été ainsi au travers des âges. Quand les prophètes d’autrefois avaient des visions, ils en avaient l’esprit troublé. Vous souvenez-vous que Daniel a dit qu’il était... Il a eu une vision, il en a eu l’esprit troublé pendant plusieurs jours. Une femme a touché le bord du vêtement de Jésus, et Jésus a dit: «Une vertu (ou une force) est sortie de moi.»

            Et je peux Le voir couché un soir dans la barque et les... même les vagues ne L’ont pas réveillé ; Il était tellement faible et fatigué. Il était à la fois Homme et Dieu, et c’est le côté humain qui s’affaiblit.

4          Bon, nous croyons que vous aurez tout simplement la foi et que vous croirez. Maintenant, ce soir je souhaite lire un petit passage des Ecritures, afin de... je ne sais comment, en allant droit à l’estrade... Oui, il y a quelque chose dans l’esprit humain qui fait que vous devez en avoir le coeur net. Eh bien, vous direz: «C’est de la psychologie, Frère Branham.» Eh bien, si c’est de la psychologie, c’est que le Seigneur Jésus-Christ en a fait usage. Il a fait sortir tout le monde de la maison ce jour-là chez Jaïrus, quand Il est ressuscité... Il a ressuscité sa fille d’entre les morts. Vous en souvenez-vous ?

            Il a conduit un homme hors de la ville, et Il a mis de la boue sur ses yeux et Il l’a guéri, et Il a fait entendre un autre qui était sourd. Quand Pierre est entré dans la maison où se trouvait Dorcas qui était morte, les femmes étaient toutes en train de pleurer et de faire des histoires ; Il les a toutes fait sortir de la maison comme cela, et Il est resté seul. D’habitude Jésus prenait deux ou trois témoins avec Lui, comme Pierre, Jacques, Jean ; mais parfois il vous faut être seul.

5          J’ai remarqué que les moments où il y a plus de puissance pour moi, quand je suis sous l’onction du Saint-Esprit (et ma femme qui est présente ce soir le sait), c’est lorsque je suis seul avec le patient dans la pièce, quand il n’y a personne à part le patient et moi-même. Posez la question à quelqu’un qui a déjà été là, il le reconnaîtra. C’est vraiment à ce moment-là que le Seigneur oeuvre puissamment. Mais maintenant, de cette façon-ci, ce n’est qu’un signe pour vous, montrant que Jésus-Christ confirme que ce qui vous a été prêché est la vérité. Voyez-vous ? Dieu... Hébreux 11.2 dit: «Dieu rend témoignage de Ses dons.» Dieu se manifeste.

            Maintenant, pour ce que frère Baxter vous a dit ce soir et les autres soirées, pendant les services des après-midi, les instructions et tout, alors le Saint-Esprit entre dans la réunion avec une autre démonstration, ou–ou plutôt une autre confirmation que ce qui vous a été prêché est la vérité. On n’a pas la moindre chance du tout d’échapper au Jugement, parce que Dieu a tout ratissé de toutes les manières possibles pour nous amener à croire. La chose qui vient en premier, c’est la Parole. A ce qu’il me semble, moi, si quelqu’un ne veut pas croire ma parole, eh bien, moi je–je n’aurais pas beaucoup confiance dans cette personne-là, mais Dieu, Lui, Il est différent. Bien que vous ne croyiez pas Sa Parole, Il est quand même disposé à venir vers vous par un autre canal pour vous manifester Son amour. N’est-ce pas merveilleux ? Combien nous sommes des créatures indignes d’un tel amour !

            Frère, soeur, ce dont le monde a besoin aujourd’hui, c’est davantage de l’amour de Dieu. Ce dont le monde a faim aujourd’hui, c’est davantage de l’amour de Dieu. Si nous manifestions un peu plus d’amour les uns pour les autres, un peu plus d’amour envers Dieu, combien nos églises seraient meilleures, combien les individus seraient meilleurs, et combien nous serions meilleurs, si nous nous aimions vraiment les uns les autres. Quand nous nous aimons les uns les autres, alors nous pouvons aimer Dieu, car Dieu est amour.

6          Bon, je souhaite lire dans les Ecritures juste un petit passage et parler pendant environ cinq minutes avant que nous n’entrions dans le service de guérison. Et il se trouve dans Marc. Beaucoup d’entre vous qui aimez noter cela, Marc, chapitre 11, à partir du verset 20, je vais juste lire un passage ici.

Le matin, en passant, les disciples virent le figuier séché jusqu’aux racines.

Pierre, se rappelant ce qui s’était passé, dit à Jésus: Rabbi, regarde, le figuier que tu as maudit a séché.

Jésus prit la parole, et leur dit: Ayez foi en Dieu.

            Cette histoire est très frappante, et tous les lecteurs de la Bible qui ont beaucoup lu les Ecritures connaissent cet événement. Jésus descendait la colline en tant qu’un Homme, un Homme qui avait jeûné pendant toute la nuit. Il est descendu pour chercher quelque chose à manger, et Il a regardé sur cet arbre.

7          Eh bien, nous pourrions aborder cela ce soir d’une dizaine de points de vue différents: celui selon lequel c’est la nation juive qui était maudite et plusieurs... Chaque Parole de Dieu écrite est inspirée, et Elle rattache la Bible entière, faisant un lien avec chaque Parole de la Bible. C’est le Livre le plus merveilleux qui ait jamais été écrit. Il n’existe point une oeuvre littéraire qui ait été écrite comme la Bible. De tous les livres qui existent, c’est le seul Livre qui vous dit d’où vous venez, qui vous êtes, et où vous allez. On a des bibliothèques pleines de livres, des rues pleines de livres, des salles de lecture pleines de livres, mais jamais un de ces livres, pas un seul, aucun de ces grands philosophes qui se sont–qui se sont levés et qui sont tombés n’a jamais été capable de nous dire ce que cette Bible nous a dit. Et toute véritable science se réfère carrément à la Bible pour avoir des preuves.

8          Jésus-Christ, le Fils de Dieu, était la Parole de Dieu ici sur la terre. Nous savons qu’Il était la Parole de Dieu. «Au commencement était la Parole, la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Et la Parole a été faite chair et a habité parmi nous.» Aujourd’hui, les gens cherchent à comparer Jésus à un prophète. Il était plus qu’un prophète. Il était Emmanuel. Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec Lui-même. Il était... Soit Il était le... Soit Il était Dieu Lui-même manifesté dans la chair, soit Il était le plus grand séducteur que le monde ait jamais connu. Il était Dieu. Il était à la fois Homme et Dieu.

            Quand Il descendait la montagne, Il avait faim comme un homme, quand Il a vu l’arbre, Il a regardé pour trouver des figues, et il n’y avait pas de figues, et Il a dit: «Que personne ne mange de ton fruit.» Il s’est retourné et s’en est allé.

            Je me demande pourquoi Il n’a pas attendu pour voir si cet arbre allait sécher ou pas. Qu’est-ce que Jésus a fait à cet arbre ? Il en a tout simplement retiré la vie. Il n’a pas attendu pour voir s’il allait sécher ou pas. Il savait qu’il allait sécher ; Il l’avait prononcé. Et la Parole de Dieu était en Lui. Et tout ce qu’Il disait, devait arriver parce que c’était Dieu qui parlait dans un Homme. Et tout ce que Dieu était, Dieu s’est vidé et a déversé tout Son Etre dans Jésus-Christ. Et tout ce que Jésus-Christ était, Il s’est vidé et l’a déversé dans l’Eglise.

            Et c’est là le problème qu’a l’Eglise pentecôtiste ce soir, les gens du Plein Evangile, ils ne comprennent pas qui ils sont. Vous ne réalisez pas la puissance qu’il y a ici même dans cette salle ce soir, mais elle est retenue par l’incrédulité. C’est la seule chose. Si Dieu pouvait avoir un canal pour oeuvrer à travers vous, ce serait merveilleux ce qu’il pourrait faire, mais cela est retenu. Vous ne libérez pas la chose ; vous retenez cela par votre in-... par l’incrédulité.

9          Et j’ai des regrets pour le peuple américain. On leur a enseigné tant de théologie. L’un dira: «Oh ! eh bien, c’est ceci ; et l’autre: c’est cela.» Et on vous a tellement inculqué des choses que vous–vous–vous savez à peine ce qu’il faut croire. Frère, écoutez, ainsi que ma soeur, écoutez ce soir. Jésus-Christ est toujours la Vérité. Sa manifestation, Sa résurrection et Sa puissance ont toujours été les mêmes. Et c’est cela la vérité ce soir, c’est que Jésus a dit: «Je suis la Vérité, le Chemin, la Vérité, la Vie.» C’est-à-dire que Jésus-Christ ressuscité se manifeste par la puissance de Sa Parole, confirmant qu’Il est ce qu’Il a dit qu’Il était, ainsi cela dissipe tout–tout doute. Le sceptique n’a aucun moyen d’échapper. Il doit soit croire, soit tourner simplement le dos à Dieu et dire: «Dieu n’existe pas.» La seule chose qu’il puisse faire, c’est devenir un infidèle.

10        Maintenant, à ce propos Jésus a dit: «Tu ne porteras aucun fruit.»

            Et le jour suivant, quand ils sont passés par le–près de l’arbre... Bien entendu, l’apôtre Pierre était attentif à chaque petite chose, quand il pouvait s’en souvenir pour la considérer, eh bien, il a regardé l’arbre et a dit: «Oh ! Maître, voici l’arbre. Oh ! il sèche déjà.» Eh bien, Jésus s’est tourné vers lui et a dit: «Ayez foi en Dieu. Car si vous dites à cette montagne: ‘Ôte-toi de là et jette-toi’, et si vous ne doutez pas, mais croyez que cela va s’accomplir, vous verrez s’accomplir ce que vous demandez.» N’est-ce pas aussi simple que ça !

            Vous–vous... Aujourd’hui, les gens cherchent à avoir la foi par le canal de quelqu’un qui a une sorte de... quelque chose comme le fait de toucher un mât totémique, ou de faire quelque chose d’autre, ou de prononcer une formule magique sur quelqu’un. Ça, ce sont des superstitions religieuses. Il n’y a pas de vérité là-dedans. C’est la Parole de Dieu qui est la Vérité. Ceci, c’est la Vérité. Et Jésus-Christ est la Parole rendue manifeste.

11        Aujourd’hui, les gens ne regardent pas à... Comme nous allons en Inde présentement... Les gens... Les autorités nous ont dit, certaines grandes autorités de l’Inde: «Ne venez pas chez nous en vous disant des missionnaires. Nous avons tous vos traités et nous en savons plus que vous là-dessus. Voyez-vous ? Ils avaient une religion avant même que l’Amérique ne soit fondée. Ils avaient Jésus-Christ. Ils ont dit: «Ce qu’il nous faut, c’est quelqu’un qui peut rendre la Parole manifeste. C’est ce que nous voulons voir, quelqu’un qui peut rendre la Parole vivante. La lettre tue, mais l’Esprit vivifie.» Voyez-vous ? Ainsi ce dont nous avons besoin, c’est la Parole rendue manifeste.

12        Maintenant, à quel point jugez-vous la Parole de Dieu ? Jésus, Lui Il La jugeait. Tout ce que le Père Lui disait, Il le faisait. Il croyait cela, mais nous aujourd’hui, le Père peut nous montrer quelque chose, et nous nous achoppons à cela. Je me demande alors si nous pourrions être valablement les enfants d’Abraham, lui qui fut–qui fut fortifié et qui a attendu pendant vingt-cinq ans l’accomplissement de la promesse, au lieu de faiblir, il se fortifiait sans cesse. Nous, en l’espace d’une nuit, nous faiblissons. Lui, il se fortifiait davantage pendant vingt-cinq ans, et cela a fait que ce que Dieu avait promis s’accomplisse. Comprenez-vous ce que je veux dire ?

            Maintenant écoutez, le monde est en train de trembler. Aujourd’hui pendant que j’étais dans un taxi avec un homme... Il expliquait qu’il y a des panneaux sur les autoroutes par ici. Cette autoroute-ci sera bloquée, elle sera utilisée à des fins militaires en cas d’une attaque. New York tremble. Je viens de quitter Los Angeles, elle tremble. Pourquoi ? Quelque chose est sur le point d’arriver. Nous avons rejeté avec mépris la miséricorde. Il ne reste que le jugement. La seule chose qui puisse venir, c’est le jugement. Je m’attends à quelque chose d’horrible. Je ne prophétise pas. J’ai simplement le coeur ouvert à la Parole de Dieu, et j’observe les choses alors qu’elles s’accumulent, quelque chose doit arriver très bientôt. Que ferait un conglomérat d’une humanité qui patauge dans le gâchis, si les sirènes retentissaient et que cette–cette ville subisse une attaque ? Ils ne sont plus obligés de quitter la Russie ou les autres pays pour le faire ; ils peuvent tout simplement lancer des missiles droit vers ici pour le faire. Ils ne sont pas obligés de faire retentir des sirènes ; ce sera fait en une minute. Ils ont déjà la chose, les essais l’ont prouvé.

13        Qu’est-ce qui nous arrive, chrétiens ? Nous avons abandonné notre responsabilité. C’est exact. La science a amené l’homme avec ses cinq sens plus loin que les prédicateurs ne l’ont fait avec son âme, son esprit, qui est de loin supérieur à sa science.

            J’aimerais tout simplement vous poser une question. Beaucoup d’entre vous ici, frères, vous pourriez retourner dans le passé avec moi jusqu’à l’époque du vieux modèle T. La science pourrait uniquement... Maintenant, écoutez juste avant que je ne termine: voici une observation dont je veux que vous vous souveniez. L’efficacité de la science réside dans sa capacité de maîtriser les mesures. Plus la science peut faire des calculs précis, plus puissants deviennent les hommes de science. Et plus l’Eglise peut mesurer avec précision, plus puissante deviendra l’Eglise.

14        La science, il y a environ trente-cinq ans, ne pouvait faire que des mesures de l’ordre d’un dix millième de pouce ; avec cela, ils ont pu fabriquer la Ford modèle T, avec un segment de piston d’un dix millième de pouce qui pouvait la propulser à la vitesse vertigineuse d’environ vingt-cinq miles à l’heure [40 km/h]. Au-dessus de cela, on a placé une bougie, une valve pour pomper le gaz vers le haut, le gaz qui était allumé par la bougie ; mais ce gaz perdait une bonne partie de sa compression en s’échappant par une ouverture d’un dix millième de pouce, c’est seulement avec cela qu’on pouvait conduire le véhicule. Quand vous atteigniez trente-cinq–trente-cinq miles à l’heure [56 km/h], c’était une excellente Ford modèle T très rapide. Eh bien, se sont-ils arrêtés là ? Pas du tout. A présent ils peuvent descendre jusqu’à un cent millième de pouce. Ils réduisent leurs mesures, ils font des calculs plus précis. Eh bien, ils peuvent mettre cette même Ford, ou ce même piston dans un avion à réaction et le propulser pratiquement à six cents miles à l’heure [965 km/h], avec la même bougie produisant une étincelle au-dessus de ce piston. Comment expliquer cela ? Ils peuvent faire des calculs plus précis, de sorte qu’il n’y ait aucune fuite. La pression s’exerce là, mais vos mesures n’étaient pas assez précises. Ils peuvent même prendre ce cent millième de pouce et scinder un atome avec cela. Est-ce qu’ils s’arrêtent ? Non, ils continuent à aller de l’avant. Mais nous, oh ! eh bien, nous nous contentons de ce qu’a dit Moody, de ce qu’a dit Finney. C’étaient des hommes bien. C’étaient des chrétiens, des frères qui sont dans la gloire.

15        La première fois que l’étalon de mesure fut fait sur le... placé sur la Parole de Dieu... Comment mesurez-vous cela ce soir ? Quelle valeur la Parole de Dieu a-t-Elle pour vous ? Maintenant, écoutez, chrétien, Martin Luther est venu et il l’a placé sur le catholicisme, et il a découvert que le juste vivra par la foi. Il a laissé une grande brèche là ; beaucoup de choses sont passées. Mais lui croyait que le juste devait vivre par la foi, et il est sorti sur base de cela, parce que c’est ce que dit la Parole de Dieu. Il a donné la mesure de la Parole de Dieu au peuple: «Le juste vivra par la foi.» Ensuite vint un petit homme de l’Angleterre répondant au nom de John Wesley ; il a donné une mesure plus précise. Il a pris une mesure plus serrée, il a pu prendre une mesure plus précise: la sanctification, comme on l’appelait à cette époque-là, la seconde oeuvre de la grâce. Considérez ce qu’il a fait ; il a présenté la sainteté à l’Eglise.

16        Puis vint la Pentecôte qui donna la mesure du don du Saint-Esprit, le parler en langues et les miracles. Mais on laisse une grande brèche. Ce soir donnons l’étalon de mesure de Dieu et mesurons toute la Parole de Dieu. Le même Saint-Esprit qui mit le feu au piston autrefois et qui les fit sortir par la foi, la justification, le même Saint-Esprit a donné la sanctification, le même Saint-Esprit a donné le baptême du Saint-Esprit, cette même puissance, le même Saint-Esprit peut amener l’Eglise à la perfection, et c’est ce qui se fera: pour tout ce que Dieu a promis dans Sa Parole. Dieu va le faire. Le problème est que... Faisons–faisons sortir le monde. Mesurons la Parole de Dieu, et c’est la vérité. «Ayez foi en Dieu, a dit Jésus. Car si vous dites à cette montagne: ‘Ôte-toi’, et si vous ne doutez pas de cela, elle fera exactement ce que vous lui avez ordonné.» N’est-ce pas merveilleux ?

            Mesurons la chose. Peu m’importe. Les luthériens sont des gens merveilleux. Les baptistes sont des gens merveilleux. Les méthodistes sont des gens merveilleux. Les pentecôtistes sont des gens merveilleux. Toutes ces différentes choses, c’est en ordre. Mais mettons carrément cela de côté et disons que chaque Parole de Dieu est vraie. Tout ce que Dieu a dit est parfait, et s’Il l’a dit: «Tout ce que vous désirez, quand vous priez, croyez que vous l’avez reçu...» Je crois que c’est la vérité. Ô Dieu, laisse-moi placer ma canne à mesurer sur mon âme et la mettre sur la Parole de Dieu, en disant: «Ô Dieu, c’est la vérité ; envoie l’onction du Saint-Esprit et met le feu au cylindre qui est au-dessus de moi. J’En crois chaque Parole.» Et vous verrez des choses arriver. Croyez-vous cela ?

17        Jésus est ressuscité des morts. Il accomplit toutes sortes de choses pour amener les gens à croire cela, mais nous, nous sommes tout simplement si relâchés. Nous laissons cela nous échapper. Il pourrait venir ici ce soir, s’avancer sur l’estrade, visible dans un corps portant des cicatrices de clous dans les mains et retourner. Il est ici sous la forme de l’Esprit, mais pas sous la forme de la chair. Quand Il ramènera Son corps avec Lui, eh bien, ce sera la Seconde Venue. Alors tout sera terminé.

            Mais Il pourrait venir ici dans la ville de–de... cette grande ville de New York ce soir, et des dizaines de milliers, oui, des millions se riraient de Lui et se moqueraient de Lui. C’est l’exacte vérité. C’est parce que les gens sont si relâchés qu’ils disent tout simplement: «Oh ! je ne sais pas ce que je crois.» Voyez-vous ? Ils ne veulent pas accepter cela ; ils ne veulent pas croire ; ils ne veulent pas s’accommoder à ce que dit la Parole de Dieu.

            Jésus a dit, quand Il était ici sur terre: «Vous ferez aussi les choses que Je fais, vous en ferez même davantage, car Je m’en vais au Père.» Les mêmes oeuvres qu’Il a accomplies ici sur terre sont... Il a dit que nous pourrions faire la même chose par Sa puissance de résurrection. Et, bien que Dieu manifeste cela parmi les gens, ils ne veulent pas y croire malgré tout. Je pourrais vous en dire la raison à l’instant même, mais je ne le ferai pas. Parce que je crois que ce n’est pas le moment opportun de vous dire le pourquoi. Mais vous qui croyez réellement vous devriez être un peuple très heureux, de ce que Dieu vous a appelés à la foi en Lui.

18        Prions. Père, la foi vient de ce qu’on entend, de ce qu’on entend la Parole de Dieu. Et nous Te remercions ce soir pour la foi que nous avons dans Ta Parole, dans Ton Fils, le Seigneur Jésus. Et nous prions ce soir que ce petit groupe, cette poignée de gens ici dans cette ville gigantesque, alors que des gens sont dehors ce soir en train de boire, de jouer à l’argent, de faire la noce, cherchant à satisfaire leurs âmes avec la convoitise, les passions, sans savoir que la main même de Dieu, la colère de Dieu est juste à la porte...

            Ô Dieu, je prie qu’il y ait un réveil. Est-il possible, ô Père, que nous puissions l’avoir avant que je voie cette nation être réduite en miettes ?

            Nous Te remercions pour ceux qui ont été appelés à sortir. Tu as dit que ceux qui échapperaient en ce jour-là, le germe de l’Eternel, le peuple de Dieu serait magnifique. Et nous Te remercions pour la magnificence d’un peuple saint, pur et rempli du Saint-Esprit, qui vit pour Toi ; ils le sont par Ta grâce. Et nous Te remercions.

19        Et Tu as dit qu’il y aurait des gens, le monde, qui ne Te verraient plus jamais, mais qu’il y en aurait qui Te verraient dans chaque âge jusqu’à la fin du monde. «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus ; mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, même en vous jusqu’à la fin du monde.» Nous Te remercions ce soir pour le «vous», et nous prions pour qu’un peu plus grand nombre dans le monde fasse partie de ce «vous».

20        Accorde-le, Seigneur. Maintenant, selon la façon très humble que j’ai de–d’apporter l’Evangile au peuple, je Te prie de faire en sorte que les Anges de Dieu se tiennent maintenant dans cette salle. Et que chaque chrétien place à l’instant même la Parole de Dieu sur son coeur, et dise: «Seigneur, je vais mesurer chaque iota de la Parole. Je ne vais rien laisser échapper, mais je vais croire en Toi, Père.» Et puis, que le Saint-Esprit vienne comme un vent impétueux, qu’Il fasse entrer chaque pécheur dans le Royaume de Dieu, et ramène chaque rétrograde à la Maison de Dieu, et restaure la bonne santé et la force de chaque personne malade. Accorde-le, Père, car nous le demandons au Nom de Ton Enfant bien-aimé, le Seigneur Jésus-Christ. Amen.

21        Je vous remercie pour votre gentillesse. Je n’avais pas l’intention de parler si longtemps, mais comme vous le savez, pour tout orateur, il commence par une chose, après il passe à une autre, et vous commencez à vous étendre. Humiliez votre coeur. Il ne fait pas chaud ici ce soir, alors devant Dieu calmez-vous, et soyez prêt pour que lorsque le Saint-Esprit va agir pour vous... N’attendez pas de venir sur l’estrade pour que l’on prie pour vous. Quand vous ressentez quelque chose ici au-dedans de votre corps, dans votre coeur, commencez à dire: «Oui, je crois», c’est le moment d’accepter la chose à l’instant même. Maintenant, cela ne me dérangera pas ; cela m’aidera. Quand je vois une réponse de la foi partout, cela édifie toujours, toujours.

            Ainsi, que le Seigneur vous bénisse, mes amis chrétiens. Nous ne venons jamais ici dans un autre but. Dieu, qui connaît mon coeur sait que maintenant nous nous dirigeons vers l’autre côté de l’océan. Et n’eût été une vision du Seigneur, je ne partirais certainement pas. C’est exact. La dernière fois que nous nous y étions rendus, nous avons failli mourir (Vous savez de quoi il s’agit) dans l’avion. Et alors je–je... N’eût été la vision du Seigneur, je ne quitterais certainement pas mon épouse, ma famille, mon foyer et mes amis.

22        Quelqu’un m’a demandé: «Comptez-vous y retourner ?»

            J’ai dit: «Oh ! oui, parce que le Seigneur m’a dit d’y retourner.» J’ai la vision ici par écrit et je vais vous la raconter afin que vous puissiez la noter et que vous voyiez si elle ne s’accomplira pas exactement tel qu’Il l’a annoncée.

            C’est pour cela que nous sommes ici. Nous aimons toujours venir chez vous les fidèles de New York, nous pouvons ainsi avoir un petit tremplin pour aller outre-mer, c’est presque le seul moment que nous avons pour vous visiter. Et ma prière est que vous soyez humbles de coeur. Vous pourriez ne pas être d’accord avec moi sur ma théologie ; ma façon d’enseigner la Parole peut sembler un peu différente de celle de vos pasteurs et d’autres enseignants, mais ne... ne vous mettez pas en colère contre moi, aimez-moi de toute façon, car moi je vous aime de toute façon. Donc ça ne dérange pas. Très bien.

23        Maintenant, nous allons appeler la ligne de prière. Si frère Baxter... Il était ici il y a quelques... ou Bill... (Comment ? Il a distribué cent cartes ?) Appelons à partir de... Retournons en arrière et appelons à partir du numéro 1 ce soir, appelons encore à partir du numéro 1. Qui a la carte numéro 1 ? C’est quelle lettre ? W, très bien. W numéro 1, qui a... Voudriez-vous lever la main quelque part, vous qui avez la carte de prière W numéro 1 ? Regardez... Maintenant, jetez un coup d’oeil sur vos cartes de prière. Et vous, retournez-la et regardez au verso. Au recto ici il y a ma photo, et il y a un petit endroit pour votre adresse et votre nom ; au dos, il y a une lettre et un numéro, et c’est la lettre W, et on commence avec le numéro 1.

            Quelqu’un a-t-il la carte de prière W numéro 1 ? Levez la main. Est-ce vous qui l’avez, madame ? Est-ce vous qui avez reçu W numéro 1 ? Très bien. Numéro 2, qui a le numéro 2 ? Numéro 2, très bien, monsieur. Numéro 3, numéro 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10. Que ceux-là d’abord se tiennent debout. W-1 jusqu’à W-10, alignez-vous par ici à droite avec les huissiers, s’il vous plaît, et ensuite nous allons voir comment on avance. W-1 à W-10, s’il vous plaît, juste par ici. A présent, si l’organiste veut bien nous donner maintenant une petite note de Demeure avec moi, Crois seulement, ou quelque chose de ce genre.

24        Combien croient que Dieu aime la musique ? Merci. Il y a quelque temps, quelqu’un m’a dit: «Frère Branham, il y a une chose que j’ai contre... le fait que vous avez de la musique dans vos réunions.»

            J’ai dit: «Le Seigneur aime ça.»

            Il a dit: «Oh ! Pas la musique, non, non.»

            J’ai dit: «Une fois il y avait un prophète qui était tout... Il était en quelque sorte fâché parce que certaines personnes étaient venues auprès de lui et–et l’ont en quelque sorte énervé ; il s’appelait Elie.» Nous n’aimons pas penser à cela, mais c’est la vérité. «Et il a dit: ‘Si ce n’était pas par égard à Josaphat, je ne te regarderais même pas.’» Oh ! la la ! Quelle déclaration pour un prophète ! Mais il a dit: «Néanmoins, qu’on amène un joueur de harpe.» Est-ce exact ? Et quand le joueur de harpe s’est mis à jouer, l’Esprit du Seigneur est venu sur le prophète. Des visions ont commencé à apparaître. Il a commencé à voir des choses quand il est entré dans l’Esprit. Et la musique a aidé à amener cela sur le prophète. Si l’Esprit... Si la musique a aidé en ce jour-là, elle aidera encore aujourd’hui. Ne le croyez-vous pas ? C’est pourquoi j’aime la musique, et je sais que le Seigneur aussi aime la musique. Très bien.

25        Maintenant, je crois... Tous les dix sont-ils montés, frères ? Très bien. C’était... Où en étais-je, de cinquante à combien ? Vous dites ? Combien vous en manquent-ils ? Un seul... Le numéro 4 manque, la carte de prière W-4. Que quelques-uns d’entre vous jettent un coup d’oeil chez le voi-... Tous ceux qui ont des cartes, regardez sur vos cartes, et regardez sur les cartes des autres. La carte de prière W-4 manque, et ça doit être un... Il s’agit peut-être de quelqu’un qui n’entend pas, peut-être d’un sourd ou quelque chose comme ça. Si vous voulez bien y jeter un coup d’oeil, cela nous aidera beaucoup, si vous le faites. Et parfois ce sont des personnes qui ne parlent pas anglais. Et je–je ne voudrais pas laisser qui que ce soit après que sa carte de prière a été appelée. W-4, très bien. Et maintenant, appelons... On était à quel niveau, jusqu’à 10 ? Maintenant, appelons jusqu’à 25: W-1 à W-25. Voyons comment... Qu’ils s’alignent par ici: W-1 à W-25. Et ensuite nous verrons comment ils s’alignent et...

            Il arrive que je ne les prenne pas tous, je fais tout simplement de mon mieux, et–et je suis... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

26        Je peux simplement m’imaginer maintenant, alors que nous calmons cette crainte juste avant de... Nous croyons que le Saint-Esprit va venir parmi nous. Je peux voir là autrefois... Tournons nos regards là vers Jérusalem ; je vois un Homme qui descend la montagne en compagnie de trois hommes qui Le suivent, un Homme d’âge moyen... J’ai lu un passage qui dit que les gens estimaient qu’Il était dans la cinquantaine, mais Il n’était que dans la trentaine. Peut-être que Son travail était très pénible ; Sa barbe devenait probablement blanche et... Ils Lui ont dit qu’Il était un Homme d’environ cinquante ans, alors qu’Il en avait trente. Sa vie était courte, mais elle était très chargée.

            Et je vois un–un père venir avec un enfant ; le pauvre petit avait l’épilepsie. Bien entendu, à l’époque ils appelaient cela un démon, mais aujourd’hui on a donné à cela un autre nom. C’est toujours un démon. Et il a dit: «Je l’ai amené à Tes disciples, et ils n’ont pu rien faire pour lui.»

27        Et Jésus a dit: «Si tu peux croire. Eh bien, tout est possible à ceux qui croient.» Est-ce exact ? Croire seulement, car tout est possible à ceux qui croient. C’est tout aussi réel aujourd’hui que ça l’était à l’instant même où Il l’avait dit. Tout est possible à ceux qui croient.

            Très bien, frères, sont-ils tous–tous dans la ligne ? Très bien. Très bien, monsieur. Voulez-vous bien amener la dame ?

            Maintenant, au fond de la salle où les–les gens sont... Je veux que vous ayez la foi ; je veux que vous qui êtes dans l’assistance, vous ayez la foi. Maintenant, soyez vraiment respectueux. Si le Saint-Esprit parle et si vous faites tout ce que le Saint-Esprit vous dit de faire... Peu importe ce que c’est, combien cela semble impossible, faites-le de toute façon, car si vous ne le faites pas, cela montre quoi ? Vous êtes incrédule. Est-ce juste ? Allez et ne faites plus quoi ? Ne péchez plus, sinon il vous arrivera quelque chose de pire. Est-ce juste ?

28        Qu’est-ce que le péché ? Le péché c’est l’incrédule. Boire, fumer, jouer à l’argent, commettre adultère, ce n’est pas ça le péché ; ce sont des attributs du péché. Vous pratiquez ces choses parce que vous n’êtes pas un croyant. Et la paix, la joie, l’amour et la bonté, ce n’est pas–ce n’est pas cela le salut ; vous faites ces choses parce que vous êtes un croyant. Voyez ? Vous voyez, c’est... Vous... Tout dépend du fait que vous êtes un croyant ou un incroyant. Si vous n’êtes pas un croyant, vous êtes quelqu’un qui doute. Vous dites que ce n’est pas vrai et vous faites des choses que vous ne devriez pas faire, c’est parce que vous êtes un incroyant. Et c’est pourquoi la Bible dit: «Va, et ne doute plus, sinon il t’arrivera quelque chose de pire.»

29        Maintenant, je veux que vous veniez par ici, madame. Maintenant, à l’attention de l’assistance... Y a-t-il quelqu’un qui est ici pour la première fois ? Faites voir la main, si vous êtes là. Eh bien, chaque soir... Merci. C’est à peu près ce nombre chaque soir.

            Maintenant, vous qui êtes venu pour la première fois, je ne suis pas un guérisseur divin. Je suis votre frère dans le Seigneur Jésus. Je ne prétends pas avoir la puissance pour guérir. Et je déclare de manière catégorique que personne sur terre aujourd’hui n’a le pouvoir de guérir, cette guérison a déjà été acquise, de même que votre salut, au Calvaire. Quand Jésus est mort, c’est à ce moment-là qu’Il vous a sauvé, et lorsque vous êtes... Il vous a guéri, mais vous ne pouvez en bénéficier que quand vous croyez et acceptez la chose. Voyez-vous ?

            Bon, mais quand Jésus était ici, Il a dit: «Vous ferez aussi les choses que Je fais.» Il a dit: «Je ne peux rien faire de Moi-même.» A-t-Il dit cela ? Jean 5.19, Il a dit: «Je ne fais que ce que le Père Me montre de faire.» Est-ce juste ? Jean 5 dit: «Le Fils ne peut rien faire de Lui-même, Il ne fait que ce qu’Il voit faire au Père et cela, le Fils le fait pareillement. Car le Père agit jusqu’à présent, et le Fils aussi.» En d’autres termes, Jésus a dit: «Je ne fais rien, à moins que le Père Me le montre.» C’est pour cette raison qu’Il a parlé à la femme au puits pour découvrir où se situait son problème. Il a vu Nathanaël venir et Il lui a dit où il était avant même qu’il ne vienne à la réunion. Et le...

            De quoi L’a traité le monde religieux ? De démon, de diseur de bonne aventure, de Béelzébul. Mais comment L’ont appelé les croyants ? Le Fils de Dieu. C’est ce qu’Il était, le Fils de Dieu.

30        Or, Il a dit: «Vous ferez aussi les choses que Je fais, toujours, même jusqu’à la fin du monde. Je serai même en vous, manifestant les mêmes choses jusqu’à la fin du monde.» Est-ce l’Ecriture ? «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus ; mais vous, vous Me verrez, car Je (pronom personnel) serai avec vous (Il a dit qu’il s’agissait uniquement des disciples. Oh ! Non), même en vous, jusqu’à la fin du monde», ce qui fait que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement.

            J’ignore si cette femme qui se tient ici est malade. Je ne l’ai jamais vue de ma vie. Si elle est malade, il n’y a absolument rien que je puisse faire pour la guérir ; il n’y a rien que quelqu’un d’autre puisse faire pour la guérir. Si Jésus se tenait ici ce soir tel que je me tiens, dans–dans la chair, Il ne pourrait pas la guérir. Il lui dirait: «Je l’ai fait il y a mille neuf cents ans quand Je suis mort pour toi. Ne crois-tu pas cela ?» Eh bien, si elle disait: «Si...» Eh bien, Il la connaîtrait, Il saurait probablement qui elle est et tout à son sujet, si le Père le Lui révélait. Mais Il ne le saurait pas jusqu’à ce que le Père le Lui révèle, parce qu’Il a dit qu’Il ne le savait pas.

            Il se tiendrait donc ici. Et vous qui êtes là dans l’assistance, vous auriez la foi, comme la femme qui a touché le bord de Son vêtement. Elle était convaincue. Elle a dit: «Je L’ai touché maintenant. Je retourne à ma place, et je crois que je vais me rétablir.» Elle croyait dans son coeur que la perte de sang avait cessé. Jésus s’est retourné ; la foi de la femme L’avait touché. Il a dit: «Ta foi t’a sauvée.» Voyez-vous ? Beaucoup d’autres exemples...

31        Vous direz: «Vous essayez de gagner du temps pour quelque chose, Frère Branham.» C’est tout à fait exact. Certainement, je L’attends, et s’Il ne vient pas, je ne pourrais pas vous servir. Je ne peux rien faire, rien du tout. Mais quand Il est ici, Il peut faire toutes choses, et Il peut le faire à travers moi, si je peux me soumettre suffisamment à Lui. Il est seulement question de s’abandonner au Saint-Esprit, juste s’abandonner en sachant comment Lui abandonner votre vie. Maintenant, je sais qu’Il va l’accorder, car Il a promis qu’Il le ferait, et quand Il promet quelque chose, Sa Parole s’accomplit. C’est pour cette raison que je n’ai jamais éprouvé de crainte, parce qu’Il a toujours pris soin de moi et Il le fera maintenant. C’est exact. Il est ici.

            Au Nom du Seigneur Jésus-Christ, je prends chaque personne, chaque esprit sous mon contrôle pour Sa gloire.

32        Et maintenant, madame, j’aimerais vous parler juste un instant, étant donné que vous êtes la première patiente. Je réalise que ces microphones fonctionnent et qu’on... C’est... Ils font cela à dessein, c’est pour que l’assistance puisse entendre. Maintenant, si nous sommes des inconnus l’un pour l’autre, que nous ne nous connaissons pas, que nous ne nous sommes jamais vus, est-ce que... C’est vrai, n’est-ce pas ? Si c’est vrai, voudriez-vous lever la main ? Nous ne nous connaissons pas, nous ne nous sommes jamais vus ; c’est la première fois de nous rencontrer. Mais Dieu nous connaît tous les deux, Il sait tout ce qui nous concerne. Et un jour nous allons nous tenir dans Sa Présence pour rendre compte de tout ce que nous avons fait. Vous croyez cela, n’est-ce pas ?

            Croyez-vous que si le Seigneur Jésus se tenait ici en ce moment, Il serait en mesure de vous connaître, même avant votre naissance ? Eh bien, si donc Il est ici et qu’Il a promis qu’Il révélerait à Ses serviteurs la même chose, alors croyez qu’Il peut le faire. Et s’Il le fait, L’accepterez-vous, croirez-vous en Lui de tout votre coeur ? De tout votre coeur. Vous vous rendez compte qu’il se passe quelque chose, madame. Ce n’est pas la présence de votre frère qui fait cela ; c’est le Saint-Esprit. Maintenant, juste... J’aimerais juste que vous...

33        Vous êtes un petit peu secouée, car j’essaie de vous calmer. En effet, ce qui est sur vous maintenant, ce n’est pas pour vous faire du mal ; c’est pour vous aider. C’est Sa Présence. Et... Maintenant, vous êtes devenue... Vous devenez floue pour moi. Maintenant, c’est Sa Présence. Vous–vous travaillez dans une sorte de service des urgences ; vous êtes une infirmière. Et vous souffrez d’un trouble de l’estomac ; vous n’arrivez plus à manger. C’est une maladie de l’estomac qui vous cause ces ennuis. Et il y a un–un–un endroit dans votre dos qui vous dérange, et cela a commencé un jour en soulevant un malade ; et cela a exercé une pression sur votre dos. Ces choses sont vraies. Maintenant, si Dieu est présent pour dire ce qui est vrai... Vous savez si c’est vrai ou pas, tout ce qu’Il vous a dit concernant votre vie passée. Allez-vous me croire ce soir en tant que Son prophète ? Vous êtes guérie ; vous pouvez partir. Que Dieu vous bénisse, car je vous vois en forme dans le futur. Que Dieu soit avec vous et vous assiste.

            Maintenant, ayez la foi ; ne doutez pas. Maintenant, à vous qui êtes dans l’assistance, commencez à croire maintenant. Dites simplement: «Seigneur, je–je crois que cet homme m’a dit la vérité, car il a rendu témoignage de Jésus-Christ.» Faites-le et voyez ce qui va arriver.

34        Bonsoir, monsieur. Je suppose que vous et moi nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. Mais le Seigneur Jésus nous connaît tous les deux, n’est-ce pas ? Il nous connaît.

            Il y a un mauvais esprit sombre qui se déplace dans la salle. Il est suspendu au-dessus d’un petit garçon de couleur assis ici dans l’assistance. Je vois que le petit pique en quelque sorte un certain genre de crises. C’est l’épilepsie. Il s’agit de cet enfant qui est assis là, maman ; c’est lui. Posez la main sur lui, soeur. Oui, posez votre main sur sa petite tête, s’il vous plaît.

            Dieu Tout-Puissant, aie pitié de cet enfant. Maintenant, Satan, tu es exposé. Et par le Nom du Dieu vivant, le Seigneur Jésus-Christ, je t’adjure de quitter cet enfant ; tu ne peux plus le retenir. Le Seigneur Dieu te réprimande, sors de lui au Nom de Jésus-Christ. Amen.

            Ayez la foi maintenant, soeur. Croyez-vous que le petit garçon va se rétablir ? Cela l’a quitté à l’instant ; maintenant, cela restera loin si vous continuez à croire.

            Voilà revenir ce même mauvais esprit qui se déplace encore ; il a quitté l’enfant, mais... Non, ce n’est pas celui-là ; il est loin de l’enfant, mais voici une autre personne assise juste là. Vous souffrez aussi de l’épilepsie, madame. La dame assise juste ici, vous n’avez peut-être pas une carte de prière, mais vous n’avez pas besoin d’une carte de prière, il vous faut simplement la foi. Et vous en avez une. Posez la main sur elle, soeur, vous qui êtes assise à côté d’elle. Croyez-vous maintenant même, madame, que ce démon va vous quitter ? Que l’assistance soit respectueuse, ces choses passent d’une personne à l’autre.

            Dieu Tout-Puissant, qui a ressuscité Son Fils, le Seigneur Jésus-Christ, des morts, et Il est vivant ce soir ici, Celui qui a dit au père qui avait amené l’enfant épileptique...

            Oh ! Satan, tu savais que c’était alors le Seigneur Jésus ; Tu as dû obéir à Sa voix, et tu dois obéir de même maintenant. Car Il nous a dit que tout ce que nous demanderions, que nous croyions que nous l’avons reçu. Et je demande que cet esprit mauvais sorte de la femme, et qu’elle puisse se rétablir. Je le demande au Nom de Jésus-Christ. Amen.

            Ayez la foi, soeur ; ayez la foi. Vous verrez s’accomplir ce que vous avez demandé, si seulement vous croyez maintenant.

35        Excusez-moi, c’est toujours vous le patient. Je... Cela–cela m’a quitté et est allé dans l’assistance. Voyez-vous ? Je voudrais simplement vous parler. Je... Sommes-nous... Nous sommes des inconnus l’un pour l’autre, je crois. Je–je ne suis pas hors de moi, et pourtant c’est quelque chose de différent. Je ne peux pas l’expliquer. Mais Dieu sait tout ce qu’il en est, frère. Evidemment, en vous voyant debout là, portant des lunettes, bien sûr, je pourrais dire qu’il s’agit de vos yeux. Mais je ne vous ferai pas passer comme cela, parce que le public sait que vous portez des lunettes. Si je disais que quelque chose cloche dans vos yeux, certainement, ils savent qu’il s’agit de cela. Mais il pourrait y avoir autre chose, et peut-être qu’il y a quelque chose plus loin dans votre vie, ou peut-être quelque chose qui doit arriver. Je ne sais pas, et Il se peut qu’Il ne me montre rien du tout à votre sujet, mais s’Il me le montre, et que ça soit quelque chose que–que vous savez que j’ignore... Et si nous ne nous connaissons pas, pour commencer je ne sais rien à votre sujet. Mais si le Seigneur Jésus peut me révéler quelque chose à votre sujet, vous croirez de tout votre coeur, n’est-ce pas, monsieur ? L’assistance fera-t-elle de même ?

            Maintenant, regardez simplement ici et croyez, et s’Il parle, laissez-Le terminer, alors vous pourrez savoir si c’est vrai ou pas. Parfois, quand vous parlez pendant que la vision se déroule, cela interrompt la vision. Mais je–je crois vraiment qu’Il vous aidera d’une façon ou d’une autre. Un de ces jours, nous devrons comparaître dans Sa Présence à la barre du Jugement.

36        Voulez-vous guérir de ce diabète, vous qui êtes assis là ? Croyez-vous que Dieu va vous rétablir ? Oui, croyez-vous cela ? L’homme assis là en petite veste blanche, vous étiez assis là en train de prier, n’est-ce pas ? Très bien. Tenez-vous debout. Jésus-Christ vous a... Posez votre main sur la dame qui est là à côté de vous. Maintenant, posez votre main sur celle qui est à côté de vous, la dame de l’autre côté, la dame, là. Elle a... Non, celle qui est juste de l’autre côté, là, de l’autre côté, monsieur, cette dame-là. Posez votre main sur elle. Elle aussi souffre d’un trouble gynécologique.

            Père céleste, au Nom de Ton Fils, le Seigneur Jésus-Christ, je réprimande le diable. La foi des gens s’élève maintenant à telle enseigne que Satan sait que son heure a sonné. Il recevra bientôt son jugement, et ce soir il va devoir quitter ces gens. Sors d’eux, au Nom du Seigneur Jésus-Christ, en tant que l’Eglise du Dieu vivant, en tant que les bébés nouveaux nés en Christ qui ont le Nom du Jésus-Christ pour exécuter le jugement sur les puissances maléfiques, je déclare, par l’autorité de la Parole de Dieu, sors des gens au Nom de Jésus-Christ. Amen.

            Votre foi vous sauve, allez en vous réjouissant, c’est terminé, c’est fini. L’écoulement que vous aviez s’est arrêté, soeur, ainsi, ça ne vous dérangera plus.

37        Oh ! Voilà comment croire ! C’est ça ! Ayez foi en Dieu. Croyez simplement de tout votre coeur, de toute votre âme et de toute votre pensée.

            Je ne peux faire que ce qu’Il me dit. Les gens sont en train de prier, monsieur. Le voilà qui revient.

            N’aviez-vous pas la tête inclinée dans la prière, la dame en robe rose, assise juste là derrière, vous, oui ? Croyez-vous que je suis Son prophète ? Une affection du rectum vous dérange. N’est-ce pas exact ? La dame juste là, en robe rose, n’étiez-vous pas en train de prier lorsque j’ai tourné la tête ? Vous aviez incliné la tête pour prier, juste là. Cela vous a quittée maintenant. Votre foi vous a sauvée, soeur. Que Dieu vous bénisse. Ce n’est pas du tout moi qui vous ai guérie. Vous êtes convaincue que quelque chose vous est arrivé, vous aviez... Si c’est exact, agitez la main, la dame, là, regardez... Oui, agitez la main comme cela. Un problème rectal, une inflammation constante qui faisait mal, cela a cessé maintenant. Agitez la main, si c’est vrai. Voyez-vous ? Vous êtes guérie. Votre foi vous a sauvée, c’est le même genre de foi qu’avait la femme qui avait la perte de sang quand elle s’est retournée. Jésus a dit: «Ta foi t’a guérie.» Votre foi L’a touché ce soir, au travers de Son Eglise, et au travers de Son Etre qui est ici. Maintenant, rentrez chez vous et portez-vous bien ; ne doutez pas ; ayez la foi.

38        Voulez-vous juste vous tenir à côté par ici un petit peu, monsieur, afin que je puisse... ? Cela... Juste ici. Je peux... Non, vous, regardez-moi tout simplement, mais je voulais tourner le dos à l’assistance juste une minute. Vous me croyez, n’est-ce pas, monsieur ? Je le crois vraiment, car entre vous et moi il semble y avoir une atmosphère de bienvenue. Plus je vous parle, peut-être plus le Seigneur Jésus nous montrera des choses, nous parlera, nous révélera des choses. Bien sûr, il y a encore beaucoup de gens qui se tiennent là dans la ligne. Plus je parle, plus je m’affaiblis. Vous vous rendez compte de cela. Mais croyez-moi.

            Vous êtes un chrétien. Et je vois que l’on vous emmène quelque part, et vous êtes recouvert d’un drap ; c’était lors d’une–une opération. Cela se répète une deuxième fois ; vous avez subi deux opérations. Et on a ôté de vous une tumeur, et cette tumeur est revenue ; vous l’avez de nouveau. A ce sujet, on a pris un... On a retiré des côtes de votre corps, et ces côtes viennent de... Voyons ; vous avez la face tournée vers votre fenêtre, c’était dans le... Elles ont été retirées du côté droit. Vos côtes ont été retirées du côté droit. Et je vous vois essayant de faire quelque chose...

39        Vous êtes sourd de l’oreille gauche. Maintenant, je vois des palmiers balancés, agités par le vent. C’est... Vous n’êtes pas de cette contrée, mais vous ne venez pas d’une contrée où il y a des palmiers, oh ! vous venez d’une contrée montagneuse, d’une contrée où il y a des mines de charbon, où il y a beaucoup de cèdres ou de pins. Vous venez de la Virginie occidentale, mais vous êtes... Il y a un homme, quelqu’un qui est venu vous prendre de la Floride ; il est venu de la Floride, où il y a des palmiers. C’est un homme de grande taille, mince, plutôt chauve qui est venu vous prendre et qui vous a amené ici à la réunion. Ces choses sont vraies, monsieur. Alors vous savez que vous êtes dans la Présence de Quelque Chose, n’est-ce pas ? Si j’ai bon souvenir, vous êtes sourd des deux oreilles ou de l’une d’elles. Approchez juste une minute. Voyons le Royaume de Dieu être manifesté. Que l’assistance veuille bien incliner la tête.

40        Seigneur Dieu, Créateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie, Donateur de tout don excellent, afin que cette assistance sache que Tu es Christ, le Fils de Dieu, nous implorons maintenant miséricorde. Que la puissance qui a ressuscité le Seigneur Jésus des morts entre maintenant dans ce frère et lui donne une nouvelle ouïe.

            Toi démon, toi le malin, sors de lui ! Toi esprit de surdité, au Nom de Jésus-Christ, sors de lui !

            S’agissait-il de cette oreille-ci ? M’entendez-vous maintenant ? M’entendez-vous bien ? Depuis combien de temps avez-vous été sourd de cette oreille ?...?... Très bien, vous pouvez relever la tête. Cet homme était sourd de cette oreille-ci toute sa vie. Maintenant, vous voyez mon doigt. M’entendez-vous bien ? Dites: «Amen.» J’aime le Seigneur. Dites: «Gloire au Seigneur !» Maintenant, observez. Je ne fais que murmurer. Observez, je vais mettre mon doigt ici. Voyez-vous ? J’aime le Seigneur. Gloire au Seigneur. Vous êtes guéri. Vous pouvez rentrer chez vous en vous réjouissant, mon frère. Le Seigneur Jésus vous a guéri.

41        Ayez foi en Dieu. Jésus a dit: «Si vous dites à cette montagne: ‘Ôte-toi de là, déracine-toi, jette-toi dans la mer, et si vous ne doutez pas, mais croyez que ce que vous dites s’accomplira, vous le verrez s’accomplir.» Je crois que j’obtiens ce que je demande, parce que je le demande pour la gloire de Dieu.

            Ayez foi en Dieu. Voulez-vous approcher ? Bonsoir, madame. Sommes-nous des inconnus l’un pour l’autre ? [Une dame parle à Frère Branham.–N.D.E.] Oui. Vous m’avez simplement vu à partir de l’assistance, il y a quelques années depuis l’assistance. Très bien, oui, madame. Bien, cela fait donc que nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. Il n’y a que Jésus-Christ qui nous connaît tous les deux. N’est-ce pas juste ?

            Maintenant, pendant que l’onction de Sa Présence est ici, comme lorsqu’Il parlait un jour à une femme au puits, juste pour contacter son esprit... Nul doute que le Père Lui avait dit de prendre le chemin de la Samarie. Et quand Il s’est tenu là au puits et qu’Il a vu la femme venir, peut-être habillée tel que le Père Lui avait dit qu’elle serait habillée... Et que diriez-vous si le Père m’avait dit pendant que j’étais encore dans la salle, assis en bas, qu’une femme viendrait vers moi ce soir, vêtue d’une robe bleue, ayant les cheveux gris ? Croirez-vous cela ? Et si–s’Il m’avait dit que cette femme avait des difficultés pour dormir, qu’elle n’arrive vraiment pas à dormir, ce serait la vérité, ce serait vous, n’est-ce pas cela ? Et si c’était aussi la vérité que vous avez connu un accident et que vous aviez eu un pied fracturé, et que la radiographie avait montré qu’un, deux, trois endroits étaient fracturés, et que votre pied s’est raidi ? Est-ce exact ? Alors Il me dit que vous êtes guérie ; croyez-vous cela ? Amen. Alors continuez votre chemin en vous réjouissant. Tortillez votre pied. Tortillez votre pied un petit peu. Voilà ; voilà son pied qui se décontracte et qui redevient normal. C’était fracturé et tordu depuis un bon bout de temps.

            Béni soit le Nom du Seigneur Jésus-Christ qui nous donne Sa victoire, Sa puissance ! Croyez simplement ; c’est tout ce que je vous demande de faire, avoir foi en Dieu.

42        Bonsoir, monsieur. Croyez-vous de tout votre coeur ? Croyez-vous que les choses que vous voyez se faire viennent du Seigneur Jésus ? Vous croyez. Vous avez un endroit qui a cédé, n’est-ce pas ? Vous avez une hernie dans votre flanc droit. C’est exact. C’est une hernie dans votre flanc droit. Afin que vous sachiez que je sais par la puissance de Dieu... Vous êtes un homme marié, vous avez une femme, et elle a une grosseur au cou. Et vous êtes venu ici du New Jersey. Retournez chez vous et portez-vous bien, frère, et imposez les mains à votre femme. Au Nom de Jésus-Christ, qu’Il vous guérisse et vous rétablisse. Très bien, voudriez-vous...

            Croyez-vous de tout votre coeur ? Croyez-vous que le Seigneur Jésus-Christ est ici pour vous révéler votre vie, tout à votre sujet ? Si le Seigneur Jésus me révèle où se situe votre problème, allez-vous L’accepter comme Celui qui pourvoit pour vous à toutes choses ? Qu’il s’agisse de difficultés, de problèmes financiers, que ça soit la maladie ou quoi que ce soit, s’Il me révèle ce qui est votre–ce que vous avez, allez-vous croire en Lui de tout votre coeur ? Vous avez plusieurs problèmes ; mais le problème majeur, c’est que vous êtes inquiet au sujet de votre coeur ; vous souffrez du coeur. J’ai dit: «Vous souffriez du coeur.» La maladie vous a quitté maintenant. Que Dieu vous bénisse. Allez au Nom du Seigneur Jésus ; soyez rétabli. Il avait la même chose.

43        Vous êtes dérangée ; vous ne savez pas de quoi il s’agit. Vous savez que l’après-midi vous devenez faible, vous éprouvez en quelque sorte des faiblesses. Parfois vous n’arrivez pas à terminer votre travail ; vous vous asseyez. La nuit vous ne vous reposez pas bien. C’est une chose hideuse. Cela attaque les femmes ; c’est la tuberculose. Mais Jésus-Christ est ici pour vous rétablir. Je ne vous connais pas. Je ne vous ai jamais vue, mais je vous ai vue assise dans une sorte de fauteuil rembourré qui est à la fenêtre, du côté gauche, ou vous étiez assise, en quelque sorte en train de méditer. Quand vous avez appris que je venais ici, vous vous êtes dit que si vous entriez dans cette ligne de prière et que l’on priait pour vous, vous seriez guérie. N’est-ce pas vrai ? Seul Dieu va... C’est ce que vous avez dit dans la prière. Je ne lis pas votre pensée. Je vous dis simplement ce que vous avez fait. Et le Seigneur Jésus-Christ est ici, et Il vous a guérie. Maintenant, continuez votre chemin en vous réjouissant.

            Tenez, autre chose, j’ai remarqué dans votre vie que vous n’étiez pas satisfaite de la vie que vous meniez. N’est-ce pas exact ? Vous avez essayé ; vous avez... Maintenant, personne ne le sait, à part vous et Dieu ; mais c’est la vérité, n’est-ce pas ? Maintenant, vous avez la victoire. Allez, vivez pour Lui de tout votre coeur. Que Dieu vous bénisse.

44        Croyez-vous de tout votre coeur ? Si je demandais à Dieu de vous guérir... Croyez-vous que Sa Présence est ici maintenant, et qu’Il va vous guérir ? Approchez juste un instant.

            Seigneur, que la puissance de l’ennemi quitte notre soeur, et qu’elle parte d’ici ce soir étant complètement rétablie. Je demande cela pour Ta gloire, Seigneur. Je l’ai demandé au Nom de Jésus. Amen. Que Dieu vous bénisse, soeur ; croyez.

            Juste un instant, quelque chose est arrivé juste à ce moment-là. Quelqu’un a été guéri. Je ne peux pas... Oh ! je... C’était vous. Vous souffriez de l’estomac. Cela vous a quitté. Que Dieu vous bénisse. Votre foi vous a guéri avant que vous ne puissiez arriver ici. Disons: «Gloire à Dieu !» [L’assemblée dit: «Gloire à Dieu !»–N.D.E.]

            Croyez-vous...?... Croyez-vous que Jésus-Christ va vous rétablir, qu’Il va guérir vos–vos yeux ? Croyez-vous qu’Il va vous rétablir ? Si Dieu sait quel est votre problème, Dieu sait comment vous guérir, n’est-ce pas ? Approchez une minute, mon frère.

45        Père céleste, Je Te prie de bénir notre cher frère dans Ta bonté. Ôte de lui cette mauvaise chose, et puisse-t-il sortir de cette salle ce soir en bonne santé, heureux et en se réjouissant. Je le demande au Nom de Jésus le Fils de Dieu. Amen. Très bien. Que Dieu vous bénisse, frère. Continuez votre chemin heureux et en vous réjouissant maintenant, et soyez rétabli.

            Si je vous disais que pendant que vous vous teniez dans la ligne, là derrière les rideaux, que je vous ai vu dans une vision souffrant de ces troubles cardiaques et autres, et que vous étiez guéri, le croiriez-vous ? Vous êtes guéri, ainsi vous pouvez simplement aller...?... Approchez...

46        Tout le monde croit-il de tout son coeur ? [L’assemblée dit: «Amen !»–N.D.E.] Croyez-vous que le Seigneur Jésus va vous rétablir, soeur ? Croyez-vous qu’Il se tient dans–que vous vous tenez maintenant dans Sa Présence ? Vous souffriez aussi du coeur ?... c’est une maladie de femmes, une maladie gynécologique, mais le Seigneur Jésus est ici pour vous rétablir. Croyez-vous cela de tout votre coeur ? Donnez-moi votre main. J’aimerais vous montrer quelque chose, afin que vous soyez sûre et certaine ; j’aimerais que vous regardiez ma main, ici. Voyez-vous comment elle... ? Maintenant, observez, je vais placer votre main sur la mienne. Eh bien, regardez maintenant. Voyez-vous ces petites choses blanches qui apparaissent sur ma main ? Maintenant, je la retire ; cela a disparu. Je place ma main dessus, cela a disparu. Maintenant, prenez l’autre main ; cela a disparu. Maintenant, placez l’autre main... Placez vous-même votre main sur...?... Ça y est ! Voyez-vous cela ? Maintenant, il se passe quelque chose là. Voyez-vous cela ? Vous êtes...

            Maintenant, relevez votre main ; retirez simplement votre main. Maintenant, voyez-vous comment–comment elle est différente ? Maintenant, mettez l’autre main dessus. Mettez vous-même votre main dessus. Retournez-la de côté de sorte qu’elle soit étendue à plat sur ma main. Cela a disparu maintenant, n’est-ce pas ? Maintenant, observez la différence dans cette main-ci et cette main-là ? Voilà que ça apparaît. Maintenant, croyez-vous que si je Lui demande, cela va s’en aller ? Très bien. Je veux que vous gardiez la main juste... et que vous observiez la mienne.

47        Maintenant, Bienveillant Père céleste, afin que cette femme sache que Tu es Christ, le Fils de Dieu, et que je me tiens ici en tant que Ton serviteur, j’implore miséricorde pour elle, et à ce démon qui veut la tromper, et lui ôter la vie, je dis: Sors d’elle au Nom du Seigneur Jésus-Christ, quitte la femme !

            Je voudrais que vous regardiez votre main. Quelque chose s’est passé, n’est-ce pas ? Maintenant, placez cette main ici dessus. Cela ne bouge plus, n’est-ce pas ? Maintenant, mettez de nouveau cette main qui était devenue rouge...?... Quelque chose s’est passé, n’est-ce pas ? Cela vous a quittée ; vous êtes guérie. Vous êtes bien portante maintenant ; vous pouvez vous en aller. Que Dieu vous bénisse.

            Bonsoir, soeur. Croyez-vous de tout votre coeur que vous vous tenez dans Sa Présence, la Présence du Seigneur Jésus ? Vous souffrez du coeur...?... maladie gynécologique qui affecte les femmes de votre âge. Vous êtes terriblement nerveuse, c’est simplement dû à la période de la vie que vous traversez... Dieu seul sait ces choses, mais Il me révèle exactement ce qu’est votre problème. N’est-ce pas exact ? Maintenant, croyez-vous qu’Il va vous rétablir ?

            Alors, Bienveillant Père céleste, j’implore miséricorde pour notre soeur, qu’elle s’en aille d’ici ce soir bien portante, car je condamne ce démon afin qu’il la quitte, au Nom de Jésus-Christ. Amen.

            Que Dieu vous bénisse, soeur. Partez maintenant étant heureuse et en vous réjouissant, et soyez rétablie.

48        Voulez-vous approcher, madame ? Maintenant, ne vous déplacez pas si possible, mes amis. Vous voyez, l’Ange du Seigneur, quand Il agit dans l’assistance, Il agit... Mais les déplacements des gens me perturbent. Etes-vous fatigués ou épuisés ? L’assistance devient floue, et quand les gens se déplacent, cela me perturbe, et vous ne savez pas la pression que cela exerce sur moi en me tenant ici. Et je–je prie pour ne pas faire quelque chose de faux en faisant que vous–ou plutôt en vous gardant trop longtemps. J’essaie simplement d’aider les gens qui sont ici. S’il était question des membres de votre famille, vous auriez voulu rester tranquillement assis, si vous étiez concerné.

            J’aimerais donc prendre votre main une minute, madame. Tout le monde dans cette salle ne veut-il pas être guéri à l’instant même ? Madame, vous êtes guérie de ces troubles cardiaques dont vous souffriez, et des différentes choses qui n’allaient pas. Dieu vous a guérie maintenant. Continuez votre chemin en vous réjouissant.

49        Et je voudrais que vous autres, vous vous teniez debout une minute, s’il vous plaît. Je voudrais que vous me regardiez un instant. Maintenant, soyez respectueux juste un moment. J’étais sincère avec vous autant que je le pouvais. Je vous ai annoncé la Parole du Seigneur. Le Seigneur Jésus est venu directement et a confirmé que c’est la vérité. Est-ce juste ? Me croyez-vous maintenant ? [L’assemblée dit: «Amen.»–N.D.E.] Si je vous dis quelque chose, le croirez-vous maintenant ? [L’assemblée dit: «Amen.»] Vous le croirez. Je vous assure que c’est la vérité: chaque personne dans cette salle peut être guérie à l’instant même, si seulement vous acceptez le Seigneur Jésus-Christ comme votre Guérisseur. Si ces autres choses étaient la vérité, ceci est la vérité. Et je vous assure, Il veut rétablir maintenant chaque personne ici, si vous êtes prêt à l’accepter. L’êtes-vous ? Si vous l’êtes, levez la main, dites: «Je l’accepte.»

            Maintenant, Seigneur Jésus, Toi qui connais toutes choses, je prie pour que Tu sois béni parmi Ton peuple ce soir. Et ces gens qui se tiennent ici les mains levées en l’air, envoie du Ciel la puissance du Saint-Esprit, comme au jour de la Pentecôte, et au Nom de Jésus-Christ condamne chaque maladie des gens.

            Satan, sors d’ici ; tu es un...?... s’en est fait de toi. Ton canular a été déjoué ; et je déclare maintenant pour chaque personne ici présente sous la puissance du Saint-Esprit que Jésus-Christ vous rétablit.

Up

S'abonner aux nouvelles