Mon Rédempteur Est Vivant

Date: 55-0410S | La durée est de: 1 heure et 6 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1          Salutations de Pâques à vous tous ce matin. Nous sommes très heureux d’être ici au Tabernacle, en cette grande commémoration de Pâques. Le Seigneur nous a donné une belle journée pour cette adoration. Et nous sommes ici ce matin pour célébrer le plus grand événement qui soit jamais arrivé dans le monde: la Résurrection de notre Seigneur Jésus. Il fut un grand Homme dans Sa mort. Les hommes peuvent mourir, mais jamais un homme n’a pu ressusciter des morts en dehors de Lui. Et c’est là que reposent nos espoirs ce matin, sur la Résurrection de notre Seigneur.

2          Comme j’entrais ce matin, longeant l’allée, je me suis arrêté quelques instants là derrière pour regarder. J’ai promené mon regard sur l’auditoire et je me suis dit: «Les gens sont sortis tôt ce matin et sont dans l’attente pour venir écouter la lecture de La Parole et les cantiques. Et c’est la commémoration de Celui qui tient aujourd’hui nos vies dans Sa main.»

3          J’ai pensé aux visages que je voyais tôt les matins, il y a des années. Ils reposent dans ces cimetières par ici, attendant l’avènement de leur résurrection.

4          En y réfléchissant, eh bien, cela nous amène à cette pensée: aujourd’hui nous sommes ici; nous ne savons pas exactement à quel moment nous serons amenés à l’endroit où–où ils reposent ce matin. Et ainsi, en envisageant cela, quelle sorte de personnes devrions-nous être, et comment devrions-nous aborder cette résurrection aujourd’hui? Dans le Livre de–de Job, au chapitre 10... 19, verset 25, nous lisons ces quelques Paroles:

Je sais que mon Rédempteur est vivant.

5          C’était là la prophétie que Job avait donnée, après avoir vu ce jour que nous adorons aujourd’hui, où nous adorons, la Résurrection.

6          Etant donné que je voyage dans les différentes régions du monde et vois différentes formes de religion, et différentes sortes d’adoration, cela prendrait beaucoup de temps pour me mettre à expliquer les différentes pratiques des religions de ce monde.

7          Mais aujourd’hui, sachant que nous avons devant nous un grand jour, et que nous sommes rassemblés ici ce matin juste pour cette adoration matinale pendant quelques instants...

8          Puis, nous retournerons chez nous et reviendrons pour ce que nous espérons avoir aujourd’hui: un service de guérison. Nous n’en avons eu que deux ou trois fois depuis que nous tenons–nous tenons des réunions. En effet, généralement, en venant au Tabernacle et dans les environs chez les gens de chez nous ici, il semble que l’onction du Saint-Esprit ne descend pas vraiment ici, parce que c’est chez nous. Une fois c’était là, à l’école secondaire de Jeffersonville, et puis une fois ici au Tabernacle.

9          Et depuis que je me suis réveillé ce matin... Il semble que je suis arrivé un peu en retard, mais c’était dans un but. Je me suis réveillé ce matin bien avant le jour, et j’attendais. Et je crois vraiment que nous allons avoir un grand service aujourd’hui, pendant les services de guérison.

10        Et les jeunes gens, nous allons maintenant leur donner des cartes de prière, afin qu’ils puissent les distribuer ce matin à 9 h, pour les prochains services de guérison. Et je crois que le Seigneur va nous accorder un temps glorieux.

11        Alors, nous allons L’adorer dans la prière, dans les cantiques, dans la prédication de la Parole, et ensuite nous tâcherons de partir ce matin à 7 h, si possible, afin que chacun puisse revenir et avoir suffisamment de temps en vue de s’apprêter pour le service.

12        On va distribuer les cartes de prière juste à 9 h, afin que cela ne gêne pas le reste du service.

13        Ensuite, ce soir, il y aura bien entendu aussi le service de baptême. Nous souhaitons que vous puissiez tous y assister, vous étrangers qui êtes dans nos portes et les autres. Nous sommes très heureux de vous avoir ce matin, de voir ce service du lever du soleil, ainsi que le tabernacle rempli.

14        Eh bien, aujourd’hui, pour ce qui est de différentes opinions sur l’adoration religieuse aujourd’hui, à plusieurs endroits, les gens adorent leurs ancêtres déjà morts. Par exemple, si nous allions en Chine ou au Japon ce matin et que nous prêchions la Parole de Dieu, ils se demanderaient de quel dieu vous parlez, car chaque personne qui meurt est un dieu aussitôt qu’elle meurt. Et si nous allons là où les bouddhistes, ou les autres... les mahométans adorent, eux ne croient pas que Christ est ressuscité des morts. Ils ne croient même pas qu’Il est mort. Ils disent qu’Il est monté sur un cheval, a chevauché et est allé au Ciel.

15        Mais, aujourd’hui, nous avons effectivement la Vérité et la Lumière de la Vie. Il n’y a aucun doute dans ma pensée aujourd’hui, en tant que–que prédicateur de l’Evangile chrétien, je n’ai aucun doute du tout dans ma pensée, pas l’ombre d’un doute, sauf ce que nous avons de positif, la Vérité scellée. C’est... Les autres religions peuvent être très bien, mais nous, nous avons la Vérité.

16        Si nous remarquons aujourd’hui, ce... Observez les saisons. Sûrement que le Grand Dieu du Ciel, qui a créé tous les cieux et la terre, a créé... Si vous pouvez voir comment le processus que suivait Sa pensée, comment Il a l’automne dans l’année: la mort; ensuite le printemps dans l’année: la résurrection. Pour... il faut mourir pour ressusciter. C’est toujours par la mort que la vie est apportée. Vous ne vivez que par la mort.

17        Vous êtes-vous déjà arrêté pour y penser, du fait que la race humaine ne vit que par la mort? Quelque chose doit mourir pour que vous puissiez vivre. La nourriture... les plantes, les animaux, tout meurt, et c’est par cette mort que nous pouvons manger la nourriture. Et la nourriture que nous mangeons, étant la substance morte de quelque chose d’autre, produit les cellules sanguines de vie qui se forment dans notre corps. Donc nous ne vivons, ne croissons, ne respirons et ne mangeons que par une vie. Et maintenant... et par la mort... Et il nous faut donc avoir la mort pour produire la vie.

18        Eh bien, ce message qui nous a été lu ce matin, nous l’appellerons la grande commission, car c’est la dernière commission que notre Seigneur a donnée à Ses disciples, d’aller dans le monde entier et de prêcher cette glorieuse Bonne Nouvelle de la Résurrection au monde entier, pour servir de témoignage. Et alors, Il reviendrait. Et ces prodiges et ces miracles allaient accompagner ce message qui devait être prêché.

19        Et aujourd’hui, nous découvrons même parmi les pays qui pratiquent la religion chrétienne, nous découvrons que la plupart des Américains, avec tout le respect dû à cela, nous essayons de trouver de grandes églises, des cathédrales, d’importants programmes et ainsi de suite pour... En ce jour de Pâques, les grandes églises et les croix ont été astiquées pour ce grand service de Pâques. Et aujourd’hui, des dizaines de milliers et de millions de dollars seront littéralement dépensés pour des fleurs de Pâques et tout le reste, à mettre sur les autels pour décorer ces grandes églises et ces grandes cathédrales que nous avons aujourd’hui.

20        Et à Rome, la tête de l’Eglise catholique, là, les gens... cette grande morgue, la cathédrale Saint Pierre, où les morts sont ensevelis, les croyants, de l’Eglise catholique aiment dire: «Nous avons la chose, parce que nous avons ici le corps de saint Pierre, il repose ici. Les corps de différents apôtres et disciples et de grands hommes qui sont morts et qui sont... Leurs corps sont ensevelis ici.» Et ils considèrent cela comme une grande confirmation de la doctrine de leur religion, pour montrer qu’ils ont Dieu.

21        Mais, mes amis, j’ai toujours affirmé que ces choses ne signifient rien. Ce n’est pas... Tout homme peut mourir et reposer sous la terre. Mais ce qui ressuscita et sortit de là, c’est ce que nous adorons aujourd’hui: un Seigneur Jésus vivant, ressuscité, qui est monté et qui vit aujourd’hui. Beaucoup de gens peuvent mourir.

22        Le vendredi passé, les gens se traînaient sur leurs genoux sur les marches du Vatican. Et beaucoup de gens sont entrés et ont commémoré la mort qui était la–la grande tragédie qui arriva à Christ. Mais Il devait le faire afin de prouver qu’Il est Christ.

23        Mais aujourd’hui, c’est le jour de la Résurrection. Cela a été scellé pour toujours. Maintenant, Il n’est pas mort. Il est vivant aujourd’hui, vivant dans chaque coeur et dans chaque personne.

24        Les hommes d’autrefois, alors qu’ils attendaient avec impatience ce jour, les vieux patriarches autrefois dans la Bible: Abraham, Isaac, Jacob, bon nombre de vieux patriarches attendaient avec impatience le moment où Christ allait ressusciter des morts.

25        Je pense à Job, celui que nous venons de lire il y a quelques instants, qui attendait avec impatience ce matin. Lorsqu’il devint vieux, avancé en âge et que la chair de son corps tombait à cause des plaies qu’il avait, son coeur était brisé de  chagrin, et chaque partie de son être mortel se desséchait. Et un grand homme comme lui, qui avait fortement marqué le monde de son jour, et de voir cela, tout son... qu’il était, et la grandeur... Il a dit que quand il se rendait dans les villes orientales, les princes s’inclinaient devant lui à cause de sa sagesse.

26        Mais, voilà qu’il ne savait plus que faire. Tout semblait perdu. Son corps était rongé. Il avait perdu ses biens–il avait perdu ses enfants; il avait perdu tout ce qu’il avait.

27        Et alors, Dieu, dans Sa miséricorde, descendit vers Job et lui donna un autre sens, afin qu’il puisse ouvrir les yeux et voir le jour où il recevrait un corps.

28        Il savait que Quelqu’Un venait, le Juste, qui allait se tenir à sa place, qui allait ressusciter les corps des morts, et qui allait... Il a dit: « Je sais que mon Rédempteur est vivant.»

29        J’aime la certitude de ces mots qu’il a utilisés, non pas «Je l’espère. Je sens qu’il y aura.» C’est à peu près là l’attitude de bien des gens aujourd’hui: «J’espère qu’un jour...» Mais Job avait plus que cela. Il a dit: «Je sais que mon Rédempteur est vivant.» Le côté positif de la chose, ce n’est plus dans le négatif, c’est entièrement positif.

30        Et si aujourd’hui, si nous n’avons qu’une croix sur le faîte de l’église pour montrer quel... C’est très bien, que Christ... Nous croyons dans la mort, l’ensevelissement et la résurrection de Christ. Si nous n’avons que quelques corps de poussière morts, gisant au sous-sol de l’église où quelques saints ont été enterrés, pour montrer que ce... que nous n’avons que ça comme espoir, alors nous sommes les plus misérables de tous les peuples.

31        Mais aujourd’hui, combien nous sommes reconnaissants! Nous n’avons pas de corps morts, mais nous avons l’Esprit ressuscité du Seigneur Jésus-Christ, montrant qu’Il est ressuscité des morts, en triomphateur.

32        Il n’est plus question de: «Je pense que c’est ça.» Vous pouvez regarder une croix et dire: «Je pense que c’est ça.» Vous pouvez regarder un corps gisant en terre et dire: «Je pense que c’est ça,» et «Je l’espère.»

33        Mais quand la vision qui frappa Job devient une réalité, la résurrection du Seigneur Jésus-Christ par le Saint-Esprit dans le coeur, alors vous dites: «Je sais que mon Rédempteur est vivant.» Toutes les ombres ont disparu, toute la vieille obscurité de «je l’espère» et «peut-être que c’est ça» et «nous croyons qu’il en sera ainsi», tout cela disparaît complètement pour tous ceux qui ont déjà fait de leurs coeurs un sépulcre pour le Seigneur Jésus-Christ.

34        Mourir avec Lui, être enseveli avec Lui et être ressuscité avec Lui, être ressuscité avec Christ dans la résurrection. Ce nouvel espoir que Dieu a placé dans nos coeurs aujourd’hui, cette nouvelle assurance, c’est une espérance pour ceux qui attendent avec impatience ce moment. Mais, lorsqu’un homme ou une femme est déjà ressuscitée à nouveau, c’est un «Je le sais» maintenant. «Je sais que mon Rédempteur est vivant.» Comment? «Il vit dans mon coeur.»

35        N’est-ce pas merveilleux aujourd’hui que toutes les ombres aient disparu? Tous les «eh bien, j’espère que je viendrai à la résurrection.» Il n’est  plus question de «J’espère». Nous avons l’assurance. C’est tout. Nous le savons. Il n’est plus question de «Je l’espère», car quelque chose s’est passé dans nos vies et a ôté toutes les ombres.

36        Lorsque Christ le Ressuscité est venu dans notre condition de péché où nous nous trouvions, et que les choses anciennes sont mortes avec Lui à l’autel lors de la crucifixion, nous sommes ressuscités à nouveau avec Lui, nous vivons avec Lui, nous régnons avec Lui et nous sommes maintenant assis dans les lieux célestes en Jésus-Christ.

37        Nous sommes déjà ressuscités avec Lui. La résurrection est déjà passée en ce qui nous concerne, parce que nous sommes maintenant ressuscités avec Christ. Amen. Nous sommes assis dans les lieux célestes en Jésus-Christ. Il n’est plus question de supposition à ce sujet, c’est fini. Amen.

38        J’aime simplement cela. Il n’est plus question de «J’espère», plus question de «Je souhaite», plus question. Oh! c’est fini. Nous sommes maintenant ressuscités avec Lui, nous sommes assis dans les lieux célestes.

39        Et maintenant, dans... au-delà de ceci, pour l’Eglise... Vous direz: «Alors, Frère Branham, comment expliquer donc que nous devons prêcher l’Evangile?» C’est là notre prochaine espérance. C’est là la chose suivante.

40        Après que nous sommes ressuscités avec Lui, nous avons la grande commission d’aller dans le monde entier apporter cette Bonne Nouvelle aux autres.

41        Quel beau matin ce fut lorsque Marie de Magdala et Marie la mère se rendirent au tombeau tôt ce matin-là, en se demandant qui allait rouler la pierre loin de la tombe! Qui serait en mesure d’ôter la pierre? Elles y allèrent par la foi, en croyant. Et alors que le matin commençait à poindre, les rouges-gorges et tout cessèrent leurs chants. Et aussitôt, l’Etoile du Matin illumina le chemin, et c’est comme si un grand météore descendit en travers sur la terre et se tint au-dessus du tombeau, là où Il se trouvait. Et un Ange s’est tenu là et a roulé la pierre. Et Jésus ressuscita de la tombe, triompha de la mort, de l’enfer et de la tombe, et dit: «Voici, Je suis avec vous jusqu’à la fin du monde.»

42        Et aujourd’hui, Il vit souverainement dans nos vies et il n’est plus question de supposition à ce sujet. Je pense que la Pâques est l’un des plus grands moments. Si jamais il y a eu un temps où les pentecôtistes du Plein Evangile, nés de nouveau, régénérés, devraient crier les louanges de Dieu, c’est au matin de Pâques, puisqu’ils savent que c’est un mémorial de ce qui leur est arrivé.

43        Nous étions autrefois morts dans le péché et les transgressions, maintenant nous sommes ressuscités, assis dans les lieux célestes en Christ, étant certains que notre Rédempteur est vivant.

44        David, le prophète d’autrefois, a dit: «Eh bien, mon corps repose en sécurité. Car Il ne permettra pas que Son Bien-aimé voie la corruption, ni n’abandonnera Son âme dans le séjour des morts.» Il parlait de la résurrection, montrant que Dieu allait ressusciter Christ, conformément aux Ecritures.

45        Et étant ressuscités avec Lui aujourd’hui, nous sommes, côté position, assis avec Lui, et maintenant nous sommes prêts pour le futur Enlèvement, attendant ce glorieux moment. Notre corps reposera en sécurité. Nous le savons. Il n’y a pas le moindre doute dans ma pensée aujourd’hui. Il n’y a pas le moindre doute dans la pensée de toute personne ici qui est née de nouveau, mais plutôt l’assurance qu’elle sera là-bas, aussi sûr qu’il existe un ciel en haut. Vous devez y être. Chaque promesse s’accorde à cela. C’est tout. Soyez simplement ressuscités avec Lui, et alors vous vivrez avec Lui, vous L’aimerez, vous serez assis ensemble dans les lieux célestes, attendant ce glorieux moment.

46        Or, la grande commission consistait à aller dans... Après qu’Il fut ressuscité des morts, alors Il... la grande commission était: «Allez par tout le monde, et prêchez la Bonne Nouvelle à toute la création.» Toute la création devait entendre la Bonne Nouvelle. C’est là la commission de l’Eglise ce matin, que toute la création entende la Bonne Nouvelle. Puis, lorsque toute la création aura entendu la Bonne Nouvelle, alors Jésus reviendra.

47        Vous êtes-vous déjà arrêté pour réfléchir ce matin sur le mot retourner, qui signifie devenir visible? Il est déjà ici avec nous aujourd’hui. Il... Un de ces jours, nous... Eh bien, aujourd’hui, imaginez simplement que Sa Présence est ici aujourd’hui. Le Seigneur Jésus se trouve dans un autre monde, ou plutôt dans une autre dimension, ici même aujourd’hui, sous la forme de l’Esprit. Son Esprit se marie avec le nôtre. Nos yeux ne peuvent pas Le voir, parce qu’ils sont encore physiques, à moins que quelque chose ne se produise afin que nous puissions voir une vision. Mais Il est ici tout aussi visible, tout aussi réel qu’Il l’était le jour où Il parla à Marie au tombeau ou rencontra Cléopas sur le chemin d’Emmaüs. Sa Présence est ici. On peut La sentir avec ça, La sentir avec ce gestionnaire intérieur qui se trouve à l’intérieur du corps humain, appelé la nouvelle naissance. L’âme est aimantée par Lui.

48        Et de temps en temps, lorsque vous laissez votre pensée concentrée sur Lui, en croyant en Lui, au bout d’un certain temps, quelque chose... la réalité, vous pouvez sentir quelque chose envahir votre être. C’est la confirmation de Sa résurrection. Ce n’est pas un «Je le pense.» Ce n’est pas «Je l’espère.» Mais pour toute personne née de nouveau, c’est un «Je le sais.» C’est... Vous le savez. C’est juste là. Et lorsque vous entrez en contact avec Lui...

49        J’ai vu des saints dire: «Oh! pouvez-vous... La Présence du Seigneur est proche.» Vous direz: «Eh bien, il y a quelque chose...» Eh bien, certainement. Il est juste là, juste à... Il est ressuscité des morts, et Il se tient juste à côté de vous.

50        Maintenant, un de ces jours, lorsque nous nous en irons pour être avec Lui, ces esprits ici à l’intérieur qui sentent cet Esprit-là, feront pression pour y entrer. Alors, à la résurrection, lorsqu’Il se rendra visible, nous serons rendus visibles et nous aurons un corps semblable à Son propre corps de gloire. Car, lorsque nous sortons de l’esprit du monde, Il nous emmène avec Lui. Tous ceux qui sont morts en Christ, Dieu les amènera avec Lui dans la résurrection. Oh! quelle édification! quelle bénédiction!

51        Oh! si je ne prenais pas ceci... Oh! si je pouvais être proclamé roi de toute la terre et avoir l’assurance de vivre un million d’années, je n’échangerai pas une année d’adoration du Seigneur, et les choses que j’ai vues et apprises de Dieu l’année passée à la place de toutes les richesses du monde. Cette espérance bénie... Après ce million d’années, ou quoi que cela puisse être, je cesserais d’exister.

52        Il y a quelque temps, frère Cox (il est debout au fond du bâtiment maintenant) et moi étions assis sur un... Il y a une allée qui mène jusqu’à la maison, et il y avait des pierres broyées sur la route. Il y avait le petit fossile d’un certain animal marin ou de quelque chose comme ça, qui a vécu il y a plusieurs, plusieurs années. J’ai dit: «Regardez cette chose-ci.»

53        Et frère Cox a dit: «Frère Branham, je me demande quel âge cela doit réellement avoir.»

54        J’ai dit: «Eh bien, Frère Cox, les chronologistes diront peut-être que cela remonte à des millions d’années, bien avant que cette terre ne fût habitée par des êtres humains, et lorsque les eaux recouvraient la terre. Ces animaux ont vécu il y a peut-être des millions et des millions d’années. Mais je...»

55        Il a dit: «Regardez, Frère Branham.» Il a dit: «La vie humaine n’est-elle pas plus courte que cette vie-là? Pensez-y un peu, puisque ce fossile demeure encore là après des millions d’années.»

56        J’ai pensé: «Oh!» J’ai dit: «Frère Cox, il y aura un temps où ce fossile n’existera plus. Il n’y aura plus une ombre de cela. Mais puisqu’Il est ressuscité des morts, je vivrai et vous vivrez pour toujours et pendant des âges éternels.»

57        Lorsque tous les fossiles auront disparu, lorsque tous les temps anciens se seront écoulés et que les ombres se seront dissipées, nous continuerons à vivre et à vivre éternellement. En effet, en acceptant la Résurrection du Seigneur Jésus-Christ, nous devenons des êtres immortels, nous gémissons dans l’esprit, attendant l’heure de notre délivrance, puisque nous aussi, nous serons avec Lui dans Sa Présence bénie pour vivre éternellement. Comme c’est merveilleux!

58        Il n’est pas étonnant que cela ait fait tressaillir les coeurs des gens. Il n’est pas étonnant que cela ait amené les gens à adorer. Il n’est pas étonnant que les gens se traînent sur leurs genoux aujourd’hui, touchent des pierres et astiquent des croix, et–et ainsi de suite; c’est parce que quelque chose en eux, quelque chose au fond de l’âme humaine réclame quelque chose qu’ils n’arrivent pas à trouver: «La profondeur appelle la profondeur...» Et s’il y a une profondeur qui appelle, il doit y avoir une profondeur pour répondre. Forcément.

59        Aussi sûr que le soleil chaud baigne de ses rayons les champs couverts de boursouflures à la suite du froid d’hiver, il doit y avoir... Ce soleil a été placé là pour quelque chose. Là quelque part sous terre, il y a une végétation et une vie que l’oeil humain ne voit pas, qui vont de nouveau bourgeonner, parce que le soleil a été envoyé pour ce but même.

60        Et aussi sûr que la lumière du soleil de Dieu baigne de ses rayons le coeur de l’homme, il y a là un petit quelque chose caché, que l’homme ne peut pas expliquer. Cela appelle. Cela doit être quelque part. Lorsque je pense à cela, mon coeur frémit de joie de savoir que nous avons aujourd’hui l’évidence suprême que Christ est ressuscité des morts.

61        Maintenant, je pense aussi aux jours de l’Ancien Testament, alors que les gens attendaient avec impatience la venue du Seigneur Jésus, lorsqu’ils L’ont vu d’avance et ont adoré rien que d’y penser. Il y avait en eux quelque chose qui appelait, une profondeur appelant une profondeur, attendant le moment, attendant avec impatience le moment où Jésus allait venir. Eh bien, aujourd’hui, après Sa venue...

62        Eh bien, autrefois Satan essayait d’aveugler les yeux de ceux qui attendaient cela, en leur disant que cela n’existait pas. D’une façon ou d’une autre, au-delà de tout ce que nous pouvons dire ce matin, comme le Saint-Esprit pressait leur coeur et leur donnait une faim et une soif parce qu’il y avait un Juste qui venait...

63        Maintenant, pensez-y. Job, quatre mille ans–quatre mille ans avant la venue du Seigneur Jésus, Job vit la Résurrection. Et lorsqu’il vit cela dans une vision, qu’il allait s’écouler quatre mille ans avant que cela n’arrive, il a eu cette assurance: «Je sais que mon Rédempteur est vivant, et qu’Il se lèvera le dernier sur la terre; quand ma peau sera détruite, Il se lèvera; quand je n’aurai plus de chair, je verrai Dieu. Je Le verrai, et Il me sera favorable; mes yeux Le verront, et non ceux d’un autre.» Il y avait en Job une profondeur qui appelait une profondeur.

64        Satan pourrait chercher à balayer cela par la mort. Il pourrait dire: «Voyons, Job, tu vas aller dans la tombe. Les vers vont détruire ton corps.» C’est vrai. Nous le savons.

65        Mais Job a dit: «Je me lèverai au dernier jour avec Lui.» Il avait l’assurance qu’il serait là, car il y avait en Job quelque chose qui lui disait cela. Et alors que Satan faisait de son mieux pour balayer cela par la mort et tout, Job attendait avec impatience pour voir cela. Il mourut dans la foi, rendit l’âme, ressuscita le matin de Pâques avec Christ; et il est parmi les immortels aujourd’hui. Alléluia. Remarquez; il n’est pas étonnant que les êtres angéliques puissent chanter: «Alléluia.» Sachant...

66        Eh bien, aujourd’hui il se pourrait qu’il y en ait quelques-uns, nous pourrions astiquer des croix, nous pourrions frotter les ossements des morts: c’est le coeur humain qui est en train de réclamer quelque chose. Voilà! Il y a en eux quelque chose qui semble... Etant des êtres humains, ils ont besoin... Ils savent qu’il y a quelque chose quelque part, qui est plus grand que ce qu’ils en savent, et ils cherchent cela, ils cherchent cela. Et ils essayent de trouver cela en adorant les ossements des morts, en astiquant des croix, en construisant de grandes églises.

67        Mais, oh! pour cette espérance bénie aujourd’hui, pour cette assurance bénie, du fait que chaque homme qui est déjà entré en contact avec la résurrection sait sans l’ombre d’un doute que Christ est ressuscité de la tombe, et nous sommes ressuscités avec Lui. Nous sommes ressuscités avec Lui ce matin. Cela... voyez, il n’y a pas de...

68        Il s’agit de la faim, chacun de vous en venant à Christ, avant que vous receviez le Saint-Esprit, vous aviez eu faim et soif. Vous vous êtes mis en action. Vous avez cherché. Vous avez lu la Bible. Vous avez pleuré, vous avez fait tout ce qu’il y avait à faire. Vous pourriez avoir récité les rosaires. Vous pourriez avoir répété votre chapelet. Vous pourriez avoir fait toutes sortes d’actes religieux. Vous pourriez avoir arrêté de manger de la viande. Vous pourriez avoir observé le sabbat. Vous pourriez avoir accompli toutes ces choses religieuses dont le monde parle aujourd’hui.

69        Mais dès que vous vous abandonnez à la crucifixion, il y a une résurrection qui vient vous donner l’assurance selon laquelle «je sais que mon Rédempteur est vivant aujourd’hui». Cette assurance bénie, Jésus est à moi, oh! quel avant-goût de la gloire divine! héritier du salut, acquis de Dieu, né de Son Esprit, lavé dans Son Sang.

70        Voilà la Bonne Nouvelle. C’est ça l’ordre général. C’est ça la grande commission selon laquelle nous devrons aller par tout le monde et prêcher cet Evangile, L’apporter aux gens dans la puissance de la résurrection. Eh bien, en croyant que...

71        Eh bien, le temps que nous avions pour ce petit entretien matinal est presque terminé. Nous devons prêcher maintenant dans environ deux heures, nous devons être de retour, afin de prêcher au cours du service de Pâques aujourd’hui.

72        Mais aujourd’hui, lors de ce petit entretien, quel merveilleux sentiment! Quelle merveilleuse communion! Et je crois de tout mon coeur que ce vieux petit tabernacle verra aujourd’hui une évidence directe que Jésus-Christ est ressuscité des morts, qu’Il est visible sous leurs yeux: Dieu guérissant les malades, et accomplissant de grands miracles et prodiges, lesquels font partie de la grande commission.

73        Ces choses étaient incluses dans la grande expiation qui fut faite au Calvaire. Et pour moi, ce sont les preuves infaillibles de Sa résurrection. Après Sa résurrection des morts, Il a dit: «Vous devez aller par tout le monde, et prêcher cette Bonne Nouvelle à toute la création. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.»

74        Et vous pouvez avoir toutes les cathédrales, tous les astiquages et toutes les autres choses que vous voulez. Mais donnez-moi la puissance de la résurrection afin que je voie le Seigneur Jésus aujourd’hui, comme étant le Lis de la vallée et l’Etoile du matin. Cela règle la question pour moi. Et alors, je peux dire avec Job d’autrefois: «Je sais que mon Rédempteur est vivant.»

75        Qu’est-ce qui peut laver mes péchés? Rien que le Sang de Jésus. Qu’est-ce qui peut me délivrer encore de toute maladie, de tout, de tous les liens dans lesquels je me trouvais? Rien que le Sang de Jésus et Sa puissance de résurrection. Comme c’est merveilleux! Je L’aime. Pas vous? [L’assemblée dit: «Amen.»–N.D.E.] Béni soit Son saint Nom!

76        Maintenant, Job a-t-il été déçu? Job a-t-il été mis de côté parce qu’il croyait ceci? Jamais. Jamais. Job a-t-il été dupé par ce qu’il voyait, sa révélation? La profondeur qui appelle la profondeur a-t-elle séduit Job? Beaucoup ont peut-être pensé cela en son jour. Mais, oh! comment cela s’est-il terminé? Et lorsque Job mourut, après qu’il fut devenu vieux, Dieu l’a béni dans sa vie.

77        Je vous assure, observez toute personne que vous voulez. Ecoutez ceci, vous qui êtes du Tabernacle et vous les visiteurs qui êtes avec nous. Peu importe la vie que vous menez, c’est cette vie que vous allez récolter. Vous... vous ne récoltez que ce que vous semez.

78        J’ai totalisé quarante-six ans l’autre jour. Dieu m’a accordé de vivre assez longtemps pour comprendre que vous ne pouvez mal agir et vous en tirer. Vous devez faire la chose correcte, parce que Christ est ressuscité des morts, Ses yeux sont sur l’Eglise, Il veille sur Elle et la conduit. N’allez jamais à l’encontre des sentiments du Saint-Esprit, lorsqu’Il vous dit de faire quelque chose. Peu importe ce que le monde dit, faites ce que Lui vous dit de faire. Il confirmera toujours la vérité et la gardera en ligne.

79        Maintenant, lorsqu’il... Lorsque Job, ce grand prophète de l’Eternel, mourut et fut enterré... Juste un petit éclaircissement maintenant de ce que... Je voudrais clôturer ce petit service maintenant, afin que nous puissions vite rentrer à la maison et revenir pour le grand service de guérison. Je...

80        Je ne suis pas un fanatique. Vous le savez bien. Ou bien, si je le suis, je l’ignore. Mais je sens juste quelque chose au plus profond de mon être, qui pousse et fait pression. Je crois simplement que nous avançons vers quelque chose de glorieux ce matin, pour la gloire de Dieu. Je vous assure, je n’aimerais pas... Oh! la la! Quel... de savoir cette glorieuse chose, que Christ vit aujourd’hui.

81        A travers le monde, partout et dans chaque religion, tout ce qui existe, peu importe ce que c’est, le groupe tout entier pourrait rejeter cela, toutefois pour moi, Il est vivant. Il est vivant. Alors nous allons voir si les gens qui croient cela ont été déçus.

82        Lorsque Job mourut, il fut enterré là dans un–un champ, là. Et sa tombe fut conservée. Et ensuite, vinrent les prophètes d’autrefois, dont Abraham. Les bien-aimés de la Bible: Abraham et Sara. Lorsque Sara mourut, Abraham acheta une portion de terre juste à côté de l’endroit où Job fut enterré, et il y enterra Sara. Il a dit: «Je suis cohéritier avec toi là de l’autre côté.» Oh! la la! j’aime cela; cohéritier!

83        C’est ce qu’il en est aujourd’hui. Certains d’entre eux disent: «Frère Branham, vous voulez dire que vous avez quitté l’Eglise baptiste, que vous avez fait ceci, cela et tout le reste?» Je suis cohéritier avec ces saints exaltés; je–j’aimerais être ici avec eux. Je...

84        Là où... Comme l’a dit Ruth d’autrefois: «Là où tu... Ton peuple sera mon peuple. Ton Dieu sera mon Dieu. Là où tu mourras, je mourrai. Là où tu seras enterrée, je serai enterrée.»

85        Je veux mourir vraiment à moi-même, jusqu’à ce que je devienne une nouvelle personne en Jésus-Christ.

86        Ils ont donc enterré Job. Et juste à côté de la demeure de ce dernier, Abraham enterra Sara. Quelque chose en eux, cet instinct...

87        «Eh bien, dites-vous, eh bien, existe-t-il une telle chose, Frère Branham? Maintenant, vous avez parlé de différentes religions. Ils ont aussi lu cela dans un livre.» C’est juste. Ils ont lu cela dans des livres.

88        Mais, il ne s’agit pas ici de la lecture d’un livre. Ceci, c’est le Livre qui est en train d’être rendu manifeste. Ceci est la Parole. La–la semence commence à croître, c’est ainsi que je le sais. Si vous êtes en train de lire une lettre, vous direz: «Je l’espère. Je Le crois.» Mais lorsque la semence est ramenée à la vie, alors vous en êtes certain. Amen. Amen. Oh! c’est un «j’en suis certain».

89        Job a dit: «Je sais. Je l’espérais. J’y croyais. J’ai offert des sacrifices. J’ai fait toutes ces choses. J’espère qu’il en est ainsi.» Mais lorsque vint la vision, il a vu cela, il a dit: «Je le sais.» Quelque chose s’est produit.

90        Vous pouvez fréquenter l’église. Vous pouvez réciter tous les credos des apôtres. Et vous pouvez faire toutes ces autres choses religieuses. Vous pouvez être baptisé de n’importe quelle manière que vous voulez. Vous pouvez faire toutes ces choses que vous voulez. Mais, à moins que votre âme ait été réveillée par la résurrection du Seigneur Jésus, vous... Tous les «je l’espère» disparaissent à ce moment-là, et un «je le sais» vient. Je sais. Job a dit: «Je sais que mon Rédempteur est vivant.»

91        Abraham a dit: «J’ai eu le même genre de vision. Là de l’autre côté sur la montagne, lorsque Christ, Dieu, m’a rencontré et m’a donné le... Ses Noms rédempteurs tels que Jéhovah-Jiré, Jéhovah-Rapha, ainsi que tous les autres Noms; en voyant la mort, l’ensevelissement et la résurrection, en voyant la chose, j’ai offert cela à mon propre fils, lorsque j’ai vu le petit Isaac. La mère de ce... La défunte mère, ici, lorsque j’ai amené son fils sur la montagne, je lui ai fait porter son propre bois là-haut, au sommet de la montagne (Genèse 22) et là il... Je l’ai étendu sur l’autel et j’allais lui ôter la vie, sachant que je l’avais reçu comme venant des morts. Je croyais qu’Il le ressusciterait. Et au travers de cette grande espérance qui bat dans mon coeur, je sais qu’Il avait dit qu’Il était capable de le ressusciter.» Voyez-vous? Il avait vu à l’avance la résurrection, la même chose que Job avait vue.

92        Alors il a dit: «Eh bien, je suis cohéritier avec Job, alors enterrez-moi dans la même terre.» Et c’est juste. Alors on l’a emporté là, on a emporté Sara là-bas et on l’a enterrée juste à côté de Job. Abraham a dit: «Eh bien, étant donné qu’ils... Cette terre pourrait être vendue à quelqu’un d’autre, ou ... puisque vous me l’avez offerte. Je ne veux pas que vous me l’offriez. Je veux payer cela. Même si vous me l’offrez, je veux payer cela.»

93        Et c’est ainsi que chaque homme qui est... «C’est par grâce que vous êtes sauvé, et non par les oeuvres.» Il n’y a rien que vous puissiez faire. Mais si vous avez déjà la résurrection bénie dans votre coeur, et que vous vouliez vivre la vie d’un chrétien, tous les désirs de votre coeur, c’est de faire ce qui est juste. Oh! j’aime cela. Ce n’est pas que vous soyez tenu de faire ceci. Vous n’êtes pas obligé, mais il y a en vous quelque chose qui fait que vous voulez faire cela. Vous voulez faire cela. Vous ne le faites pas par devoir. Vous le faites par amour.

94        Vous dites: «Je sais. Eh bien, je suis obligé de me réveiller pour apprêter les enfants pour aller à l’église ce matin.» Oh! la la! Voyez-vous? Oh! la la! vous n’êtes jamais entré en contact avec la résurrection.

95        Frère, lorsque la résurrection entre dans votre coeur, vous languissez de faire la chose. Il y a quelque chose que vous ne pouvez simplement pas tenir éloigné de cela, quelque chose à l’intérieur.

96        Lorsque Job vit ce... Et Abraham vit cela; il enterra Sara à côté de Job; il acquit le champ, il l’acheta avec son argent, afin que cela puisse être assuré, il plaça des témoins devant cela afin de s’assurer qu’il avait acheté ce champ comme lieu de sépulture. Et ensuite, lorsqu’Abraham lui-même mourut, il fut aussi enterré avec eux dans le même champ.

97        Abraham engendra Isaac. Et lorsqu’Isaac mourut, il fut enterré avec Abraham, avec la même vision, la même pensée, la même profondeur appelant la profondeur, le même «je sais que mon Rédempteur est vivant», la même chose, la même évidence.

98        Et puis, après qu’Isaac eut engendré Jacob, Jacob mourut très loin en Egypte, très loin de cette terre... Et il était boiteux. Il avait une marche différente de celle qu’il avait avant, parce qu’une nuit, il entra en contact avec un Ange de Dieu. Et l’Eternel le frappa à la hanche et le fit marcher différemment. Il avait cette évidence qu’il s’était saisi de Dieu et que Dieu s’était saisi de lui. Et c’est comme ça; lorsqu’il avait eu cette évidence, cette vieille hanche infirme par laquelle il marchait, ce qui le faisait marcher droit...

99        De l’autre côté, un grand prétentieux, un grand... Eh bien, c’est effectivement ce dont on le traitait, il était un trompeur. Il portait le nom de trompeur. Le mot même Jacob signifie trompeur. Et de ce côté-ci, il était un trompeur, un grand trompeur bien portant et fort, et de l’autre un prince boitillant, qui avait été avec Dieu, qui avait été frappé et qui était devenu différent, et qui avait en lui cette espérance bénie.

100      Il marchait différemment. Il se comportait différemment. Il vivait différemment.

101      Et lorsqu’il fut sur le point de mourir, très loin en Egypte... Eh bien, pensez-y. Avec cette inspiration avant la résurrection, inspiration qui lui fut accordée avec mesure avant la résurrection, il a dit: «Je sais que quelque chose va arriver là en Egypte, un... non pas en Egypte, mais là dans la Terre promise, un de ces jours.»

102      Ainsi, à l’endroit même où cette inspiration... «Viens ici, mon fils, Joseph,» qui était un prophète. Il a dit: «Viens ici et place ta main sur ce... à l’endroit où j’ai été frappé. Et jure-moi, par le Dieu du Ciel, que tu ne vas pas m’enterrer ici. Jure que tu ne vas pas m’enterrer ici:» Il savait, en effet, qu’il était indispensable qu’il soit recueilli auprès de ces gens-là.

103      C’est la raison pour laquelle lorsque nous posons notre main sur la vieille croix rugueuse, nous aimons chanter «Je prendrai le chemin avec les quelques méprisés du Seigneur, quoique cela soit critiqué, quoiqu’on s’en moque, quoique je sois un gars très populaire ici...»

104      C’est comme ce jour-là, pour ainsi dire, alors que j’étais un petit garçon parcourant cette ville, et en quelque sorte populaire parmi les jeunes et tout. Mais un jour, j’ai vu quelque chose qui est descendu ici dedans. Et je me suis rangé du côté de ceux qui boitillent, de l’autre côté.

105      N’êtes-vous pas heureux ce matin de prendre position là-bas? Car il y avait quelque chose en–en vous.

106      Une jeune fille... Lorsque je n’étais qu’un jeune prédicateur, je prêchais quelque part ici, elle... Je l’ai amenée à l’église un soir. Et elle a dit: «Billy, nous allons... Pouvons-nous aller au spectacle après le culte?» J’ai dit: «Je ne vais pas au spectacle.»

107      Elle a dit: «Eh bien, a-t-elle dit, pourrions–pourrions-nous nous fixer un–un rendez-vous ou bien sortir pour aller à un bal qui va avoir lieu?» Et cette fille était une monitrice de l’école du dimanche.

108      Et j’ai dit: «Eh bien, non!» Son frère était un ministre. Il n’habite pas très loin d’ici. Et elle a dit: «Pouvons-nous aller à un–un–un bal?»J’ai dit: «Je ne danse pas.»

109      Et elle a dit: «Tu ne danses pas?» Elle a dit: «Où est-ce que tu t’amuses, toi?» J’ai dit: «Viens à l’église, je vais te montrer.» Amen.

110      Et je vous assure, frère, lorsque je sens cette puissance de résurrection et de transformation du Seigneur Jésus-Christ environner un corps humain, ce qui donne cette parfaite assurance, il y a plus de joie là-dedans en cinq minutes qu’il n’y en a dans tout le plaisir du monde qui puisse être donné. Cette puissance de résurrection...

111      Eh bien, ce soir-là des pécheurs vinrent à l’autel, elle se trouvait là derrière, en train de pleurer aussi. J’ai dit: «Maintenant, regardez, soeur, voyez- vous où se trouve ma joie?» J’ai dit: «Je suis plus heureux en cet instant même que je ne pourrais l’être avec toutes les choses que vous pouvez m’offrir dans le monde. Le monde et toute sa puissance ne prendront jamais la place de ceci.» De voir venir des âmes, il y a quelque chose là-dedans.

112      Vous dites: «Eh bien, qu’est-ce? Cela ne vous regarde pas.» Oh! si, ça me regarde. C’est l’affaire de chaque homme et de chaque femme qui est né de l’Esprit de Dieu, de voir des chrétiens entrer dans le Royaume. C’est votre devoir. Cela vous regarde. Et quelle joie cela fait lorsque tout est arrivé et tout est terminé, voyez-vous quelle paix... Oui.

113      Jacob a dit: «Maintenant, mets ta main ici et jure que tu ne vas pas m’enterrer ici.» Alors on l’emporta et l’enterra là-bas avec les autres.

114      Et ensuite–ensuite Joseph, en quelque sorte cela est passé de Jacob à Joseph. Et lorsque Joseph mourut là-bas en Egypte, il a dit: «Maintenant, écoutez. Ne m’enterrez pas ici, parce que je sais qu’un jour, nous allons partir d’ici. Alors, Je... Laissez simplement mes os à la surface de la terre.» Oh! la la! «J’aimerais donner chaque témoignage que je peux donner et auquel je crois.» C’est juste. Il a dit: «Après ma mort, laissez simplement mes os là pour servir de témoignage.» Voyez-vous? Qu’est-ce? Il pouvait dire autant que Job: «Je sais que mon Rédempteur est vivant.» En effet, il avait vu la chose entière présentée en scène. Comme Job, il avait vu cela.

115      Job vit cela dans une vision. Abraham vit cela au travers d’Isaac. Et Isaac qui... Et Jacob et ainsi de suite, et Jacob avait vu cela au travers de la lutte.

116      Eh bien, Joseph a vu cela à travers sa propre vie. Il avait vu qu’il était né un garçon particulier, qu’il était un voyant. Il y avait quelque chose en lui, il pouvait voir des visions. Il n’arrivait pas à comprendre cela. Il est même allé voir... Il raconta à sa mère et à son père, lorsqu’ils ont essayé de le corriger, lorsqu’il vit toutes les gerbes s’incliner devant la sienne. Il n’arrivait pas à comprendre cela. Mais après, la chose suivante, il réalisa alors qu’il avait été trahi par ses frères. Il a dit: «Que suis-je en train de représenter ici? Quelle est cette prescience que je suis en train de recevoir?» Il observait sa propre vie.

117      Et tout homme peut observer sa propre vie et dire ce qu’il est; s’il s’examine simplement, pour voir s’il est réellement un chrétien ou pas. Observez ce que vous faites, ce que vous dites, vos associés et ainsi de suite. Vous saurez si réellement vous avez quelque chose là ou non.

118      Il vit sa vie alors qu’elle se mit à se dérouler. Et ensuite, on découvrit qu’il fut jeté dans un trou; déçu par ses frères, il était supposé mort et jeté dans un trou, et on le fit remonter. Joseph avait vu cela d’avance. Il s’est vu en prison. Il s’est vu au cachot. Il voyait que Dieu était avec lui dans tout ce qu’il faisait. Non... Il était le prince de la prospérité. Le monde avait prospéré. Partout où se trouvait Joseph, il y avait la prospérité, car il était le prince de la prospérité.

119      Et il était la préfiguration de Christ; et partout où se trouve Christ, il y a la prospérité. Et lorsque Christ reviendra sur terre, toute la malédiction de la terre sera ôtée. Un de ces jours, le vieux désert va fleurir comme une rose, et les endroits raboteux seront aplanis. Et elle produira en abondance, car Il est le Prince de la prospérité où qu’Il se trouve. Alléluia!

120      Le Prince de la prospérité, combien nous pourrions rester ici à l’instant même pendant une heure! Mais pour aller vite maintenant, nous devons nous dépêcher.

121      Maintenant, considérez Joseph; en voyant cela, quand il a alors compris que tout ce qu’il faisait... Il vit ses frères qui l’avaient trahi venir finalement vers lui, ignorant qui il était, et ils se sont prosternés devant lui avec révérence. Et ceux qui l’avaient crucifié pour ainsi dire et l’avaient jeté en terre, ceux qui l’avaient vendu aux Egyptiens, tous ceux qui l’avaient maltraité, se tenaient devant lui, et lui était le grand prince. Et les autres tremblaient et disaient: «Oh! ce...» Ils tremblaient parce qu’ils se disaient: «Nous avons tué notre frère», et tout à ce sujet. Combien cela devait être une préfiguration!

122      Joseph savait que ce serait là la condition du monde lors de la Venue du Seigneur Jésus, alors il fit mention de ses os. Il a dit: «Ne m’enterrez pas ici. Je veux plutôt laisser chaque témoignage que je peux pour montrer que je crois qu’un jour, il y aura la résurrection là de l’autre côté, là où sont allés ceux qui avaient la même inspiration ...

123      Et c’est ce que l’Eglise pourrait dire ce matin. Bien que l’on nous traite de fanatiques, parce que nous croyons dans la puissance de la résurrection, nous croyons dans la guérison divine et dans tous les signes surnaturels que Christ avait promis, nous devons nous ranger du côté des illettrés, ou plutôt des fanatiques et tout.

124      Le côté où nous devons nous ranger ne change rien, aussi longtemps que nous savons que notre Rédempteur est vivant, et qu’Il a apporté dans nos coeurs l’évidence selon laquelle Il vit et règne.

125      Joseph a dit: «Je vais donner chaque témoignage que je peux contre le diable.» Alors il jeta ses os là-bas, et ceux-ci gisaient là pendant quatre cents ans. Amen. Car il regardait au-delà de cela.

126      Les gens disaient: «Quel fanatisme!» Cela semblait alors du fanatisme, mais cela s’est confirmé comme étant la vérité; amen. Il en sera ainsi pour celui qui a cette espérance bénie de notre texte de ce matin: «Je sais que mon Rédempteur est vivant. Je le sais, peu importe ce que c’est.»

127      Les gens disent: «Oh! nous prospérons ici. L’Egypte entière a prospéré pendant que nous sommes ici,» et toutes ces choses. Mais cela ne faisait aucune différence. Il savait qu’ils allaient sortir, aussi sûr que le monde existe. Il a dit: «Maintenant, prenez mes os qui sont là, et enterrez-les là en Egypte... là dans la Terre promise, là-bas dans le pays de Canaan, hors d’Egypte.»

128      Quand donc ils... Moise vint, un autre prophète inspiré, et il prit les os de Joseph, les emporta et les enterra dans le même champ, au même endroit où les autres furent enterrés. Il a pris le même chemin que les autres. Pourquoi? Il y avait quelque chose en lui–quelque chose en lui. Peu importe...

129      Ne prêtez pas oreille à ce que les autres là-bas disent à ce propos: «Eh bien, n’importe où, c’est en ordre.» Ils tombent simplement partout où ils veulent. Mais il y avait quelque chose en lui, quelque chose qui avait la même vision que Job, la même vision qu’avaient les autres. Peu importe ce que le reste du monde pensait, ce qu’ils faisaient n’avait rien à voir avec Joseph, cela n’avait rien à voir avec Abraham, Isaac, Jacob, avec tous les autres. Quelque chose faisait pression pour aller à cette Terre promise. Cela avait l’air fanatique, mais ils désiraient cela, parce qu’il y avait quelque chose en eux: la profondeur appelant la profondeur.

130      C’est ce qu’il en est aujourd’hui de chaque croyant. Il y a en lui quelque chose qui fait pression vers cela. Peu importe que vous cherchiez à faire ceci, cela ou autre, mais il y a quelque chose qui fait pression.

131      Vous savez sans l’ombre d’un doute qu’il y a une cité dont Dieu est l’Architecte et le Constructeur. Vous savez qu’il y a quelque chose là, alors vous vous efforcez pour y aller.

132      Eh bien, le jour où on l’enterra, ses os là-bas, des centaines d’années s’étaient écoulées.

133      Et finalement, un jour c’était: «Un enfant nous est né, Un fils nous est donné; on L’appellera: Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Prince de la paix, Père éternel.» Et Il est venu sur la terre, Il est venu par une étable pauvre et délabrée.

134      Mais il y avait en Lui quelque chose qui savait... Il se tenait là avec une prophétie de la Bible. Il a dit: «Détruisez ce corps, et en trois jours Je le relèverai.»

135      Il était le seul Homme qui pouvait dire cela, qui était capable de faire cette déclaration, ou qui sera jamais capable de la faire: «J’ai le pouvoir de donner Mon corps. J’ai le pouvoir de le relever.» C’est vrai, Emmanuel Lui-même.

136      Et ensuite, lorsqu’Il mourut, le jour de Sa mort, on Le fit descendre de la croix, et on Le déposa dans la tombe. Et Il reposa là de vendredi après-midi à dimanche matin; en ce merveilleux matin de Pâques, lorsqu’Il ressuscita et que Son âme fut libérée des prisons de l’enfer, là de l’autre côté, là où Il était allé comme un pécheur pour vous et moi, emportant au loin nos péchés, afin de nous donner une parfaite assurance (Il n’y a plus de raison de douter), donner une assurance bénie... Il a dit: «Je ...»

137      Parce qu’il avait fait cela, Son âme fut jetée en enfer, parce qu’Il était un proscrit. Il était le bouc émissaire de l’Ancien Testament, qui... On plaçait les péchés du peuple sur le bouc émissaire et on le lâchait dans le désert, afin qu’il meure. Jésus était ce bouc émissaire qui portait sur Lui les péchés du peuple, Il fut chassé et alla en enfer pour endurer la torture. Son corps entra dans la tombe afin de payer le prix de notre résurrection. Oh! la la!

138      Puis, en ce matin de Pâques, lorsqu’Il est revenu de la tombe, là où les liens de la mort et l’enfer ne pouvaient pas Le retenir... Et Il ressuscita le matin de Pâques, non seulement Lui-même ressuscita, mais Job, Jacob, Abraham, Isaac ressuscitèrent aussi. Tous les autres ressuscitèrent dans Mathieu 27: «Et Ils apparurent à beaucoup et partout dans les rues.» Ce fut là le sceau de leur témoignage, parce qu’ils avaient en eux quelque chose qui disait: «Je sais que mon Rédempteur est vivant.» Et à chaque homme... Eh bien, ils savaient...

139      Dieu savait que dans les jours à venir, les théologiens allaient s’emparer de cette Bible. Il savait que des hommes intelligents allaient s’En emparer, qu’ils allaient Y ajouter leur propre interprétation, qu’ils allaient dire: «Oh! ça ne veut pas dire ceci. Ça ne veut pas dire cela.» Alors pour s’assurer que Son glorieux plan allait s’accomplir dans les âges à venir...

140      Ecoutez attentivement maintenant, alors que nous terminons le service. Comme Son plan allait s’accomplir dans les âges à venir, Dieu y a donné un témoignage bien clair.

141      Nous pouvons lire cela et dire: «Je crois cela.» Ça c’est mental. C’est là une foi intellectuelle. C’est une théologie mentale, mais il y a quelque chose au-delà de cela. C’est juste.

142      Il n’est pas seulement ressuscité de la tombe, mais Il est monté au Ciel et Il a envoyé le Saint-Esprit. Etant monté en haut, Il a fait des dons aux hommes, Il a emmené des captifs, et Il a fait des dons aux hommes.

143      Et aujourd’hui, après que les théologiens ont altéré la Bible, après que les églises organisées se sont établies et ont dit: «Eh bien, voici ce dont nous avons besoin: des gens enterrés dans le sous-sol de l’église, des saints. Nous déterrerons leurs ossements et les emmènerons ici.» Certains ont dit: «Nous allons bâtir une église au-dessus de la tombe où Il–où Il fut crucifié, ou plutôt où Il avait été enterré. Nous allons y bâtir une église.» Les gens, pour ce qui est du matériel, cherchent à accomplir des choses matérielles, mais c’est vraiment un échec. Ça ne vaut rien. Tout ça, c’est absurde, et Ça ne vaut rien.

144      Mais la vraie résurrection concerne ceux qui sont morts avec Lui, qui sont nés de nouveau, qui ont cette foi qui dit: «Je le sais,» et qui déclare: «Je sais que mon Rédempteur est vivant.» Et Dieu agit à travers ces gens, par des miracles et des prodiges, et par la grande commission ici, pour montrer qu’Il est ressuscité des morts en accomplissant des miracles et des prodiges visibles.

145      Que Dieu vous bénisse. Croyez-vous cela? [L’assemblée dit: «Amen.»– N.D.E] Croyez-vous cela de tout votre coeur?

146      Si nous pouvons nous dépêcher maintenant pour rentrer à la maison. Prenez votre petit-déjeuner et revenez à 9 h. Puis, nous allons laisser les jeunes gens commencer la distribution des cartes de prière à 9 h.

147      D’après mon... disons, ce matin, et ici les dernières paroles là-dessus: Jusqu’à ce que Je revienne... Le même Seigneur Jésus qui est ressuscité des morts est vivant aujourd’hui, et Il peut accomplir exactement les mêmes choses comme Il l’a promis. «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru, jusqu’à ce que Je revienne.» Même si on vous rejette, même si on vous traite de fanatiques, Il est cependant ici dans toute Sa puissance. Que Dieu vous bénisse. Je prie que Dieu vous accorde aujourd’hui une Pâques que vous n’oublierez jamais aussi longtemps que vous vivrez.

148      Eh bien, vous dites: «Etes-vous contre eux, ces gens qui vont à l’église, qui ont de grosses croix et ainsi de suite?» Pas du tout, mon frère. Ces choses, aussi bonnes qu’elles puissent être, c’est juste comme prendre...

149      Voici ce que je pense de ces grandes églises. Vous dites: «Oh! bien sûr, si le Seigneur veut bien nous donner un très grand bâtiment, j’apprécierai cela.»

150      Mais voici mon analyse à ce sujet. Vous êtes-vous déjà imaginé que vous alliez là dans les fonderies et les usines pour fabriquer un très long train de passagers, luxueux, avec de très beaux sièges, bien raffinés, avec un sifflet puissant au-dessus; ensuite vous y placez des ingénieurs, sans la moindre vapeur pour le tirer? Voyez-vous? Vous... Cela ne ferait aucun bien.

151      Je préférerais avoir une voiture quelque part, ayant un peu de vapeur, que d’avoir tout cela, pas vous? Parce que vous irez...?... C’est vrai. Alors, rappelez-vous donc simplement la véritable résurrection, la chose réelle. Vous dites: «Cette chose peut rouler d’elle-même, là-haut.» Comment peut-elle rouler? Prouvez-le-moi.

152      Et c’est ce que nous avons fait. Nous avons embelli les sièges. Nous avons astiqué le sifflet. Nous avons raffiné des érudits pour qu’ils enseignent avec une théologie impressionnante et utilisent de grands mots qui vont juste... De grandes choses qu’ils apprennent dans le dictionnaire toute la nuit durant, pour un semblant de sermon qu’ils vont apporter au matin suivant, avec un style très pompeux... Mais, frère, pour moi, c’est du non-sens.

153      Donnez-moi Christ. Donnez-moi la résurrection. Donnez à mon coeur l’évidence selon laquelle Christ est ressuscité des morts. Pour moi, cela règle la question. Amen.

154      Donnez-moi quelque chose qui fera que je pourrais dire avec Paul d’autrefois, que cette grande chambre noire qui se trouve là devant moi est une... mortelle. Et je ne suis plus un bébé, je sais que chaque fois que mon coeur bat, je me dirige là vers cette grande chambre noire appelée la mort, chaque fois. Et un jour, il va battre pour la dernière fois, et je vais devoir entrer dans cette chambre de la mort avec tous les mortels.

155      Mais j’aimerais dire avec Paul, ce grand apôtre, comme il l’a dit: «Je veux Le connaître dans Sa puissance de résurrection», afin que lorsqu’Il m’appellera d’entre les morts, j’apparaisse avec Lui à ce moment-là. C’est ce que je veux connaître de Lui ce matin. C’est ce dont je suis reconnaissant à Dieu, du fait de Le connaître dans Sa puissance de résurrection, car je sais que mon Rédempteur est vivant.

156      Ces yeux aveuglés qui ont été autrefois aveugles ont été ouverts. Ce pauvre petit corps frêle qui vaut 125 livres [57 kg–N.D.T.], qui titube ici a été... La chair a crû dessus. Ce coeur qui, autrefois, était noir de péché a été rendu blanc. Ces désirs que j’avais d’aimer les choses du monde sont morts il y a vingt-deux ans, et maintenant ce coeur est ressuscité, et ces yeux mortels au travers desquels je regarde, par la grâce de Dieu, j’ai le privilège de voir les boiteux marcher, les aveugles voir, oh! de grands miracles et prodiges, et la puissance de Dieu.

157      Je sais que mon Rédempteur est vivant. Je le sais sans l’ombre d’un doute. Je le sais. Je le sais. Je le sais. Mon Rédempteur est vivant (Amen), sans arrêt, tout le temps. Même si mes reins se consument au-dedans de moi, même si ma langue s’attache à mes lèvres, même si les vers rongent mon corps, même si l’on dresse une pierre tombale, cependant je sais que mon Rédempteur est vivant. Amen. Prions.

158      Père céleste, nous Te remercions ce matin pour cette résurrection, Ô Dieu... J’étais autrefois un pécheur lié par les chaînes du péché, j’étais autrefois prisonnier de circonstances; j’étais hanté, effrayé, j’avais peur de la mort, peur de Te rencontrer, mais un glorieux jour, il vint de là une résurrection. Christ ressuscita dans mon coeur et, aujourd’hui, nous avons cette glorieuse assurance. Aujourd’hui, Il vit de manière suprême; et nous Te remercions pour Lui.

159      Et nous Te prions maintenant, Père, de bénir ce petit auditoire où nous nous sommes rassemblés. Puisse Ton Saint-Esprit reposer sur chacun. Sois avec nous dans le prochain service, Seigneur. Et puisse le Saint-Esprit venir au milieu de nous ce matin et guérir chaque malade qui se trouve dans la salle. Accorde-le, Seigneur. Puissent les gens partir d’ici en se souvenant éternellement de cette Pâques. Accorde-le, Seigneur. Et que la grande puissance, que les puissants anges qui avaient roulé la pierre le matin de Pâques, puissent être là aujourd’hui pour rouler chaque pierre de doute, toute frayeur, toute discorde. Ôte cela des coeurs des gens. Accorde, Seigneur, que le Saint-Esprit descende avec une grande puissance et ait accès à chacun. Accorde-le. Au Nom de Jésus-Christ, nous le demandons. Amen.

160      Levons-nous.

Le premier à mourir pour ce plan du Saint-Esprit,
Fut Jean le baptiste, mais il mourut comme un homme;
Puis vint le Seigneur Jésus, et ils L’ont crucifié,
Il prêcha que l’Esprit sauverait l’homme du péché.

Il ruisselle toujours de sang.
Oui, il ruisselle de sang,
Cet Evangile du Saint-Esprit ruisselle de sang,
Du sang des disciples qui sont morts pour la Vérité,
Cet Evangile du Saint-Esprit ruisselle de sang.

Oh! ensuite ils lapidèrent Etienne qui prêchait contre le péché;
Il les rendit si furieux, qu’ils lui brisèrent la tête.
Mais il mourut étant dans l’Esprit, il rendit l’âme,
Et s’en alla rejoindre les autres qui ont donné leur vie.

Il y avait Pierre et Paul, et Jean le divin;
Ils donnèrent leurs vies pour que cet Evangile brille;
Ils mêlèrent leur sang comme les prophètes d’autrefois,
Afin que la vraie Parole de Dieu soit honnêtement annoncée.
Sous l’autel il y a des âmes qui crient: «Jusques à quand?»,
Pour que le Seigneur punisse ceux qui ont mal agi,
Mais il y en aura beaucoup qui donneront le sang de leur vie
Pour cet Evangile du Saint-Esprit et son flot cramoisi.

Il ruisselle toujours de sang.
Oui, il ruisselle de sang.
Cet Evangile du Saint-Esprit ruisselle de sang,
Du sang des disciples qui sont morts pour la Vérité.
Cet Evangile du Saint-Esprit ruisselle de sang.

161      Ne L’aimez-vous pas? Nous chantons ce petit cantique parce que nous croyons que l’Evangile du Saint-Esprit ruisselle toujours de sang. C’est un chemin de persécution. C’est un chemin de malentendu. C’est vrai. Le monde ignore cela. Le monde a toujours ignoré cela. Le monde va vous haïr. Mais «prenez courage, J’ai vaincu le monde.» Les gens ne comprennent pas cela. «La prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent.» Mais il y a quelque chose au fond du coeur du croyant, qui dit: «Je sais que mon Rédempteur est vivant. Je le sais, sans aucun doute.»

162      Est-ce que tout le monde se sent bien? Dites: «Amen.» [L’assemblée dit: «Amen.»–N.D.E.] Maintenant, serrez la main à celui qui se tient à côté de vous, et dites: «Gloire au Seigneur.» Gloire au Seigneur. Gloire au Seigneur. Gloire au Seigneur. C’est bien. C’est bien.

163      Prenez position ce matin pour Christ. Il est ressuscité des morts. Prenez le chemin avec le petit nombre de méprisés du Seigneur. Très bien. Maintenant, inclinons la tête juste un instant.

164      Et maintenant, n’oubliez pas les services qui vont avoir encore lieu dans quelques minutes. Nous allons donc reprendre à–à 9 h; on va distribuer des cartes de prière. Les préliminaires vont commencer à 10 h, le Seigneur voulant. La prédication va commencer aux alentours de cette heure-là, vers–vers 10 h, je suppose. Mais vous, soyez ici de bonne heure, à 9 h pour recevoir vos cartes de prière. Et les jeunes gens seront ici à 9 h, ce matin, pour distribuer les cartes de prière. Très bien.

165      Maintenant, rentrez vite à la maison. S’il vous faut manger, allez-y. Sinon revenez donc sans déjeuner. Oh! la la! nous mangeons trop, de toute façon. Alors revenez en jeûnant, en vous réjouissant; que votre coeur soit en ordre.

166      Gardez simplement ceci à l’esprit: «Je sais que mon Rédempteur est vivant. Je le sais. Les cloches de joie sonnent dans mon coeur. Puisqu’Il est ressuscité, je vais aussi ressusciter. Car je suis déjà provisoirement, côté position, ressuscité avec Lui maintenant, je suis assis dans les lieux célestes en Christ Jésus.»

167      Maintenant, inclinons la tête, partout dans la salle. Et j’ai demandé à frère Beeler, l’un des pasteurs ici...

168      Frère Tom Meredith, je l’ai vu aussi là derrière. Nous allons l’utiliser pendant le service, un peu plus tard.

169      Et maintenant, si frère Beeler veut bien s’avancer, alors que tout le monde a incliné la tête dans la prière, nous allons lui demander de nous congédier par la prière. Très bien, Frère Beeler, s’il vous plaît.

Up

S'abonner aux nouvelles