Crois-tu cela?

Autres traductions de ce sermon: Crois-tu cela? - MS
Crois-tu cela ? - Shp
Date: 60-0402 | La durée est de: 1 heure et 3 minutes | La traduction: VGR
doc pdf mp3
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1 Avant que nous priions, j’aimerais dire ceci que, hier soir, je crois, j’ai dit à une dame : “Si vous suivez simplement les instructions, cela… le bébé hydrocéphale, son tour de tête diminuera.” Et le tour de la tête du bébé a diminué, la nuit dernière, d’un demi-pouce [1,5 cm], en mesurant avec une ficelle. Donc, la dame l’a amenée ici maintenant.

2 Bon, la raison pour laquelle j’ai fait ça, sœur, c’est dans un but. Voyez? Si vous pouvez voir une chose se produire de manière tangible, cela fera grandir votre foi pour continuer à y croire. Je fais parfois cela simplement pour, peut-être, comme de demander à une personne de se lever, de faire un ou deux pas, de bouger la main, d’agiter le doigt, simplement une chose qu’ils peuvent faire différemment, simplement pour leur montrer que tout va bien. Ils s’agitent et pensent que ça ne va pas arriver, alors qu’en fait c’est en train d’arriver. Voyez? Il le faut.

3 Combien désirent que l’on pense à eux dans la prière, maintenant? Voulez-vous simplement lever la main et dire : “Seigneur, accorde-le”? Inclinons nos têtes.

4 Seigneur, alors que nous écoutons ce magnifique vieux cantique de l’église, écrit par mon précieux ami Paul Rader, “Crois seulement”, nous pensons maintenant à un garçon qui avait été amené aux disciples par ses parents, pas plus de dix jours après que Jésus leur avait donné le pouvoir de chasser les démons et de guérir les malades, et voici qu’ils étaient complètement tenus en échec par un cas d’épilepsie. Et ils ont vu notre Seigneur qui venait. Alors le père a couru et a dit : “Seigneur, aie pitié de nous. Mon fils est cruellement tourmenté par un démon. Je l’ai amené à Tes disciples et ils n’ont pas pu le guérir.”

5 Jésus a dit : “Je le peux, si tu crois. Crois seulement.” Ô Dieu, Tu n’as pas du tout changé depuis : Tu restes le même Dieu aimant, doux et compatissant. Ce que Tu étais alors, Tu l’es aujourd’hui. Et Seigneur, comme ce père, nous crions tous : “Seigneur, viens au secours de notre incrédulité.” C’est tellement simple; nous nous y achoppons seulement, Père.

6 Nous voulons T’offrir des actions de grâces et Te louer d’avoir touché ce petit bébé hier soir, de voir que ce crâne, qui avait gonflé, du fait que l’os était poussé vers l’extérieur, a diminué d’un demi-pouce [1,5 cm] la nuit dernière. Nous en sommes reconnaissants, Père. Quand nous savons que nos médecins, malgré leurs recherches, ne peuvent rien faire pour ça; mais Tu es toujours Dieu, le Maître de toutes les situations. Nous Te remercions, Père. Nous Te remercions pour la loyauté et la douceur de cette mère, son obéissance d’avoir ramené la ficelle et de l’avoir collée sur ce morceau de papier, ici, pour montrer ça au public, comme confirmation de son témoignage, pour la gloire de Dieu. Puisse son petit vivre comme un enfant normal, pour Ta gloire.

7 Regarde toutes ces mains qui se sont levées, Père. Chacune d’entre elles avait un besoin. La mienne est aussi levée, Père, j’ai un besoin. Et il y en a beaucoup ici, sous forme de lettre ou dans cette boîte, qui ont des besoins, des gens qui ont vraiment des besoins. Fais en sorte, Seigneur, que tous reçoivent ce soir ce qu’ils ont demandé. Puissent-ils prendre le témoignage de cette mère comme un exemple qui démontre que, quand Tu dis une chose, elle est accomplie. C’est… Vous… Tout ce que nous devons faire, c’est de l’accepter et agir en conséquence. C’est une œuvre accomplie.

8 Accorde, Seigneur, pour chacune de ces lettres et chacun de ces mouchoirs, que les gens sur qui ils sont appliqués soient guéris. Tous ceux qui ont levé la main, Père, qu’ils reçoivent le désir de leur cœur. Nous le demandons au Nom de Jésus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

9 Je voulais juste vous montrer la ficelle ici, que la dame (Voilà. Hm! Hmm!)… que la grosseur de la tête du petit bébé a effectivement diminué, comme le Seigneur nous l’avait promis par le Saint-Esprit, hier soir. N’est-Il pas merveilleux? En effet, cela nous encourage tellement à avoir la foi et à croire.

10 Bon, quand Jésus a dit à cet arbre, dans Marc 11.23 : “Dorénavant, aucun homme ne mangera de ton fruit,” Il n’a peut-être pas crié. En effet, franchement, Il l’a fait avec un tel calme que Ses disciples… Je pense que l’un d’entre eux L’a entendu. Et cela… Quand cet épileptique, quand il est arrivé devant le Seigneur Jésus, ce garçon a eu la pire crise qu’il ait jamais eue; peut-être qu’il est tombé par terre comme mort, mais il s’est rendu compte qu’il avait rencontré Quelqu’un qui avait une foi bien plus élevée que ces apôtres.

11 Là, j’aimerais que quelqu’un qui ne croyait pas à la guérison Divine regarde bien ceci. Jésus leur avait donné la puissance de chasser les esprits, et ils avaient échoué. Ce n’est pas la puissance qui avait échoué, mais c’est eux qui avaient échoué. Jésus leur a dit:

“Pourquoi n’avons-nous pas pu le chasser?”

Il a dit : “À cause de votre incrédulité.”

12 L’église a toujours une certaine puissance. Dieu n’a jamais retiré Sa puissance de l’église, mais l’église n’a pas assez de foi pour agir en conséquence. C’est tout. C’est aussi simple que ça. Nous essayons de le rendre si compliqué, parfois, mais plus vous rendez l’Évangile simple, plus vous aurez la réalité, quand vous deviendrez vraiment simple avec cela : Dieu l’a dit; c’est réglé; et c’est tout. Croyez-le simplement, allez de l’avant.

13 Quand Jésus a dit : “Aucun homme ne mangera de ton fruit,” eh bien, les feuilles étaient toujours aussi jolies et brillantes qu’avant. L’écorce était pareille, mais tout en bas dans le sol, dans les racines, la vie a commencé à s’en aller.

14 Ainsi en est-il d’un cancer, de n’importe quelle maladie à—à laquelle vous pourriez penser. Quand vous pouvez accepter la Parole de Dieu, tout en bas dans les racines, au fond, le cancer pourrait être là; votre main pourrait toujours être aussi raide. Cela n’a rien à voir avec la guérison Divine. C’est : “Si tu peux croire.” Voyez ? Tout en bas quelque part, le travail a déjà commencé.

15 Jésus a dit : “Si vous dites à cette montagne : ‘Ôte-toi de là,’ et que vous ne doutez pas dans votre cœur, mais croyez que ce que vous avez dit s’accomplira, vous pouvez avoir ce que vous avez dit.” C’est beau, n’est-ce pas? De qui cela est-il venu? Du Fils de Dieu, dont les Paroles… Les cieux et la terre passeront, mais alors…mais Ses Paroles ne passeront pas.

16 Bon, la seule manière dont vous puissiez faire cela, c’est en ayant l’objectif juste et le motif juste. Maintenant, si je sortais ici et disais : “Je vais vous montrer que je peux déplacer cette montagne, ‘Montagne, ôte-toi de là.’” Elle ne se déplacerait jamais. Certainement pas. Peu importe ce que j’aurais eu. Ça doit être… Premièrement, il faut trouver la volonté de Dieu.

17 Voilà la raison, d’habitude dans les lignes de prière, je—j’ai les cas les plus difficiles, c’est parce qu’ils sont déjà passés par des lignes et tout, et ensuite ça revient vers moi. Mais, voyez, si vous avez un péché non confessé… Avez-vous déjà remarqué un cas, avant que je demande au mauvais esprit de sortir? J’examine ce cas vraiment bien pour m’assurer qu’il n’y a rien dans cette vie qui pourrait faire obstacle, voyez, parce que, souvenez-vous, avec ces dons, on peut s’attirer des ennuis.

18 Dieu, souvenez-vous qu’une fois Il a donné un prophète…a fait d’un homme un prophète, Moïse, et Il lui a dit d’aller parler au rocher. Mais le prophète, qui était exaspéré, est sorti et a frappé le rocher, ce qui parlait de la faiblesse de Christ, indiquant qu’Il devrait mourir une seconde fois ou être frappé une seconde fois. Il avait la puissance pour la faire venir, mais ce n’était pas la volonté de Dieu.

19 Je n’ai jamais pu croire que c’était la volonté de Dieu pour Élie, pendant qu’il cheminait, parce que ces enfants le taquinaient à cause de sa calvitie, je ne pense pas qu’il aurait dû faire ça. Mais il était prophète, et il était irrité, alors il a prononcé une malédiction contre ces enfants, et deux ours ont tué quarante-deux petits enfants innocents. Voyez? Cependant, je ne crois pas qu’il aurait dû faire ça. Et cela… nous…

20 Dieu, je crois qu’aujourd’hui, avant de donner la puissance à Son Église, Il éprouve Son Église afin de voir ce qu’Elle fera.

21 Nous…la prochaine fois, peut-être, si le Seigneur le veut quand je reviendrai, nous aurons le temps de nous arrêter à quelque chose comme cela, à quelque chose qui est sur le point d’arriver, et alors nous en saurons plus à ce sujet.

22 Mais si vous prononcez simplement la parole, que vous dites : “Seigneur, je le crois,” ne doutez pas, que ça vienne vraiment du fond de votre cœur…

23 Bon, disons par exemple que je me trouve dans une vallée et que je ne…que je prêche à des millions de personnes, mais que, de l’autre côté de la montagne là, se trouve un groupe de cent personnes en train de mourir sans connaître Christ. Eh bien, j’ai un million de personnes ici à qui prêcher, pourtant Quelque chose dans mon cœur me dit : “Va de l’autre côté vers ces gens. Va vers eux. Ils sont en train de périr.” Moi, je ne veux pas y aller, pourtant il y a Quelque chose en moi. Vous voyez, alors ça c’est Dieu qui agit. Regardez quel est l’objectif, regardez quel est le motif d’y aller, pas pour vous-même… Bon, si je dis : “Eh bien…” Si mon objectif d’aller là-bas est juste, mais ensuite, que je monte ici et que là se trouve une grande montagne, que je dise : “Vous savez, si je franchis cette montagne et sauve ces cent personnes, un jour on aura une statue là-bas : Frère Branham, le grand missionnaire.” Alors mon motif n’est pas juste. La montagne ne tombera pas. Non monsieur.

24 Mais quand mon motif et mon objectif sont justes, et que Dieu, dans mon cœur, me conduit, et que je ne peux ni franchir la montagne, ni la contourner, ni passer dessous, que je dise : “Montagne, ôte-toi de là!” Peut-être qu’elle… Quand je dis cela, et sans rien dire de plus avec cette sorte d’esprit juste, en étant conduit par le Saint-Esprit, dans la volonté de Dieu, il se pourrait qu’il n’y ait qu’une petite cuillerée de cette montagne qui se détache, mais c’est en route. Le lendemain, il se peut qu’il y ait une chute de deux livres [1 kg]. Le lendemain, un quart de tonne. Et peut-être que dans un mois, il en tombera cinq tonnes. Et alors? Ce n’est peut-être même pas encore visible, mais elle est en train de bouger, c’est en route. Je resterai là à regarder la chose s’accomplir, car Dieu l’a dit et c’est réglé, tout simplement.

25 Pouvez-vous penser ça au sujet de votre mère là-bas, ce soir? Très bien, si vous le pensez, elle se rétablira. Très bien. Ça c’est si vous le croyez simplement : prononcez simplement la parole et tenez-vous-y. Voyez? Croyez-y, c’est tout; accrochez-vous-y. C’est la Vie Éternelle.

26 Bon, demain après-midi… J’ai dit à Billy, ce soir, simplement d’oublier les cartes de prière, et que je voulais parler. Je confesse la vérité, ça fait depuis janvier que je suis en route, outre-mer, de retour, à Phoenix, à la maison, de retour, et je suis complètement…(ce discernement) j’en arrive à être tellement faible que, parfois, j’ai de la peine à savoir où je me trouve. Ça m’a presque achevé.

27 Et puis, je dois repartir, et on…vous—vous, frères, m’avez invité à rester encore quelques jours. Combien j’apprécie cela. Je pense vraiment que c’est ici un merveilleux groupe de ministres. J’aurais souhaité que nous ayons un peu plus de temps pour fraterniser. Si le Seigneur le veut, je reviendrai un jour. Rien que pour aller d’une église à l’autre et faire le tour de la ville, vous rendre visite à tous. Je serais heureux de faire cela : faire tout ce que je peux afin d’aider le Royaume de Dieu, pour autant que vous le souhaitiez. Et de revenir un jour, que vous nous rejoigniez, afin d’avoir une toute bonne réunion quelque part.

28 Et souvenez-vous, frères, je prierai pour vous. Ça c’est sûr. Et je veux que vous priiez tous pour moi, vous tous.

29 Et maintenant je—je… Demain matin auront lieu les réunions dans toutes ces différentes bonnes églises de la ville.

30 Bon, quelques groupes de Jeffersonville sont ici. Quelques amis, un de mes administrateurs de l’église, Frère Fred Sothmann, est ici. Je n’ai pas encore pu le voir dans la réunion. Et frère… Oh, beaucoup de mes amis de Jeffersonville, mon pri-… mon secrétaire, là, et—et tous sont ici quelque part dans la réunion. Je ne les ai pas encore vus.

31 Et frères, il y a de bonnes églises ici dans cette ville. Et vous autres visiteurs, trouvez en une et allez dans ces églises demain. Elles vous feront du bien, j’en suis sûr. Ce sont des frères qui croient en ce genre de ministère. C’est la raison pour laquelle ils sont ici, assis sur l’estrade et à ces places ici en bas, ils croient en cela. J’apprécie de tels hommes.

32 Seigneur, bénis ce chapitre des Hommes d’Affaires du Plein Évangile qui—qui ont parrainé cette réunion. Il y a…je crois que c’était juste, qui ont parrainé la réunion. Je—je vais à beaucoup de leurs parrainages, parce que là… Nous ne devrions pas être comme ça, mais, souvent, les frères laissent de petites différences de rien du tout, comme un homme qui croit une petite chose, une autre petite chose; cela produit un peu de friction et ça rouvre d’anciennes blessures d’il y a très longtemps. À ce jour, elles devraient être guéries, mais elles—elles… Et si on…si j’ai les Hommes d’Affaires du Plein Évangile, ça permet de relier un peu tout ça, nous nous réunissons et nous avons une vraie communion ensemble, de vraiment bons moments. Et nous apprécions cela. Que Dieu bénisse ce chapitre. Je crois que le Seigneur l’a suscité dans un but.

33 Bon…et puis, l’autre jour, j’ai eu le grand privilège de voir l’endroit où se trouve Frère Oral Roberts. Et, oh! c’est colossal, c’est vraiment beau. C’est—c’est un monument commémoratif de la Pentecôte.

34 Ensuite je suis allé chez Frère Tommy Osborn, un autre endroit merveilleux, un homme de Dieu merveilleux, qui… Frère Tommy et moi sommes vraiment proches, et Frère Oral aussi, des frères vraiment très proches, nous nous aimons les uns les autres et essayons d’agir au mieux pour le bien des gens dans le Royaume de Dieu.

35 Donc, j’apprécie vraiment que ces hommes soient ici dans cette ville parmi les autres hommes remarquables que vous avez. Vous, brebis, avez de merveilleux bergers. Je—je le dirai simplement comme ça. Ma prière est que le Seigneur continue à être avec vous tous. Et, bon, demain après-midi, je… À quelle heure commence le service, frères? Quatorze heures trente. Disons qu’à treize heures—treize heures trente vous devriez être ici afin que cela n’interrompe pas les autres services.

36 Bon, si les frères ne vous l’ont pas déjà dit, ce soir, ils ont des livres, des photos et ainsi de suite, et des bandes, et des disques, et…des réunions, et ils les vendent. Mais nous ne les laisserons pas les vendre le jour du sabbat, demain. Aucun livre ni rien d’autre ne doit être vendu demain. Ainsi nous ne…nous n’avons jamais permis ça. Bien que beaucoup aient dit : “Vous avez vraiment tort…”

37 Le vieux papa Bosworth me disait : “Oh, Frère Branham, là, vous avez tort,” mais c’est ce que je ressens (Voyez?), et je—je le ressens. Si vous en voulez un, ils vous le donneront, mais si vous… Mais nous ne pouvons pas vendre le—le jour du sabbat. Non. C’est tout. Si je crois cela, il faut que je le vive, simplement…il faut que je vive en accord avec moi-même. Vous voyez? Et il—il faut que je vive en accord avec mes convictions et alors… Ou bien vous pouvez nous contacter, et, passer à la maison, venir sur place, et l’obtenir.

38 Bon, ce soir, oh, nous tous, oublions simplement cela, oh, qu’il y a du travail à faire, ou quoi que ce soit d’autre, ou les peines de la journée. Mettons simplement tout de côté et regardons dans la Parole pendant quelques instants, voyons ce que Dieu voudrait nous dire à travers Sa Parole. Et je prie que Dieu nous donne simplement une immense bénédiction ce soir.

39 Gene, pourrais-tu la kidnapper pour moi? Pourrais-tu kidnapper cette petite fille pour moi? N’est-elle pas mignonne? Voudrais-tu rentrer à la maison avec moi et jouer avec ma petite Sara, grande comme ça? Oh, oui? Je—j’aimerais bien. Elle a à peu près ta taille, et elle est la petite fille à papa. Hm! Hmm! Hm! Et je te parie que tu—tu aimes aussi ton papa, n’est-ce pas? Ta maman? Oh, bien sûr que oui. La plus mignonne petite fille, alors que je me tiens ici, que je regarde. On dirait des petits yeux avec des cernes et—et des petits cheveux châtain.

40 J’aime vraiment les petits enfants. J’ai deux petites filles chez moi. L’une d’elles c’est Rébecca et l’autre Sara.

41 Il y a quelque temps, j’étais loin. Elles sont toutes les deux les petites filles à papa, vous savez, et je les aime. Et aussitôt que je rentre, il faut que je les prenne sur le dos, et…mais Becky devient trop grande pour ça; elle est aussi grande que moi. Maintenant elle me casserait le dos; elle est…mais elle est quand même toujours la petite fille à papa. Et maintenant, d’ici un an, nous voulons la mettre à l’école biblique quelque part, loin de l’école publique.

42 Et alors, elles sont restées debout en attendant que papa rentre à la maison, vous savez. J’étais ailleurs pour des réunions. Et demain soir, elles attendront jusqu’à minuit, si j’arrive à rentrer. Donc, je suis rentré très tôt ce matin-là, vers trois ou quatre heures. Et maman est venue à la porte et m’a fait entrer, j’étais si fatigué, épuisé, je… Ici sur l’estrade, je…quand…sous l’onction on se sent bien, mais quand elle vous quitte, c’est là que vous vous attirez des ennuis. Combien savaient cela? Mais, bien sûr que c’est comme ça.

43 Regardez, Élie est allé sur la montagne et a appelé le feu du ciel, il a appelé la pluie du ciel, et ensuite, quand l’Esprit l’a quitté, il a erré dans le désert pendant quarante jours, et Dieu l’a trouvé, caché au fond d’une caverne quelque part.

44 Jonas, il est allé au fond et est resté en vie dans le ventre d’une baleine trois jours et trois nuits, il a été recraché sur la rive et est parti prêcher. Toute la ville s’est repentie et est venue à Dieu. Et quand l’onction l’a quitté, il est monté au sommet de la colline et a demandé à Dieu de lui ôter la vie. Voyez?

45 Il n’y a pas longtemps, je me suis tenu près de la tombe de William Cowper, qui avait écrit ce célèbre cantique que nous utilisons lors du service de communion :

Il y a une Source remplie du Sang

Des veines d’Emmanuel,

Tout pécheur plongé dans ce flot…

46 Avez-vous déjà entendu ce qu’il…ce qui lui est arrivé? Après que cette inspiration l’eut quitté, il a essayé de trouver la rivière pour se suicider.

47 J’habite juste de l’autre côté de la vieille Maison du Kentucky. Et Stephen Foster a donné à l’Amérique ses chants populaires les plus célèbres. Et quand il écrivait, que l’inspiration venait, cette inspiration, qu’il écrivait un chant, ensuite, quand il en sortait, il allait s’enivrer. Finalement, il a appelé un serviteur, a pris un rasoir et s’est suicidé.

48 Les gens ne savent pas par quoi passent les gens qui vivent dans cette dimension spirituelle. Bon ici, vous sentez que vous pourriez déplacer une montagne. Mais laissez seulement l’onction vous quitter, franchissez cette porte (s’il n’y a pas quelqu’un là pour vous attraper, voyez) et alors, peut-être que pendant quelques heures, vous savez à peine, vous vous demandez où vous êtes. Et alors soir après soir, cela prend le meilleur de vous.

49 Et la petite… J’aimerais vous parler des petites Sara et Rébecca. Donc le lendemain matin, je ne pouvais pas dormir et je me suis levé, je me suis assis sur une chaise, et au bout d’un moment Becky, qui est l’aînée, elle était—avait des jambes plus longues que Sara, et alors Becky est venue en courant… elle s’est réveillée, a sauté du lit, sans réveiller sa petite sœur, elle a traversé la maison en courant aussi vite qu’elle pouvait. Elle disait : “Papa, papa…” J’ai tendu une jambe, elle a sauté à califourchon, en gardant assez bien son équilibre. Un peu comme la—l’église moderne, vous savez, ça fait longtemps qu’elle est dans la course, vous savez, depuis plusieurs centaines d’années. Elle arrivait bien à se tenir en équilibre, elle m’a entouré de ses bras et a dit : “Oh, mon papa, mon papa…”

50 Et, à cause du bruit, la petite Sara s’était réveillée. Eh bien, je ne sais pas si c’est le cas avec vos enfants ou pas; c’est le cas avec les miens : le plus jeune reçoit les vêtements usagés de l’aîné. Donc, Sara portait les pyjamas de Becky, les pieds environ comme ça trop longs, vous savez. Et la voilà qui est arrivée, un tout petit bout de femme, en tombant, en trébuchant. Et elle est arrivée, un peu en retard. Becky s’est alors retournée, elle a dit : “Sara, ma sœur, je veux te dire quelque chose.” Elle a dit : “J’étais ici en premier. Et j’ai le monopole. Donc j’ai tout de papa et il ne reste plus rien pour toi.”

51 C’est de cette manière que certains perçoivent la religion, n’est-ce pas? Ah oui. C’est vrai.

52 Et la pauvre petite Sara, les coins de sa petite bouche sont retombés, ses petits yeux noirs se sont levés vers moi, et elle s’est mise à pleurer. Becky, elle, avait sa joue contre la mienne, elle me serrait dans ses bras. Je l’aime. Et Sara a commencé à s’éloigner parce que Becky avait tout de papa. J’ai présenté l’autre genou comme ceci et je lui ai fait signe comme ça. Elle s’est vite reprise, elle a couru et a sauté sur mon genou… Ça ne faisait pas longtemps qu’elle était née et ses jambes n’atteignaient même pas le sol. Elle était un peu vacillante (peut-être, comme je le suis, juste un peu vacillant, vous savez), et elle n’avait…elle ne pouvait pas atteindre le sol. Elle n’était pas une grande dénomination, vous savez, et donc elle ne pouvait pas s’appuyer par terre. Elle n’était pas née depuis assez longtemps.

53 Et donc, elle était un peu vacillante, alors j’ai mis mes deux bras autour d’elle comme ceci, je l’ai serrée contre moi, et ses petits yeux noirs se sont mis à briller, en regardant de nouveau Rébecca. Elle a dit : “Rébecca, ma sœur,” elle—elle a dit, “c’est peut-être vrai que tu as tout de papa, mais je veux que tu saches une chose, papa a tout de moi.” Alors…

54 C’est… Pourvu qu’Il ait tout de moi. Je n’ai peut-être pas l’instruction pour faire passer les grandes choses, mais aussi longtemps que je sais qu’Il a tout de moi, alors que je suis vacillant, puisse-t-Il simplement m’entourer de Ses deux bras, ainsi je me sentirai bien.

55 Eh bien, offrons-Lui encore un petit mot de prière avant d’ouvrir la Parole.

56 Maintenant, Père Céleste, nous sommes conscients que nous sommes aussi comme des enfants. Et—et Tu aimes être avec nous et adorer avec nous. Et alors que nous T’adorons, et que Tu nous aimes, et que Tu nous tiens dans Tes bras, que Tu envoies Ton Saint-Esprit et nous fais savoir que Tu es vivant et que Tu es notre Père, nous Te disons un grand merci. Maintenant, puisse le Saint-Esprit venir vers nous, ce soir. Aime chaque cœur, Seigneur. Donne-nous une bénédiction toute fraîche. Père, déverse sur nous les gouttes de rosée de la miséricorde. Ne regarde pas à nos péchés. Ils sont trop nombreux. Seigneur, pardonne-les simplement. N’en tiens pas compte, Père, et prends-nous simplement dans Tes bras, et—et guéris nos maladies, et—et purifie nos âmes, et libère nos esprits, Seigneur, afin que nous puissions T’adorer et Te louer, être comme de petits enfants qui courent dans la maison, en sachant simplement que Papa veille sur nous. Accorde-le, Seigneur.

57 Maintenant, nul n’est capable de—d’interpréter la Parole. Nous en sommes conscients. Jean a vu le Livre dans la main droite de Celui qui était assis sur le trône, et il n’y avait personne dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre qui était digne de prendre le Livre, de l’ouvrir ou d’en rompre les sceaux. Et un Agneau est apparu, qui avait été immolé depuis la fondation du monde. Et Lui était digne. Il a pris le Livre, a rompu les sceaux et a ouvert le Livre. Ô Agneau, viens ce soir. Ouvre pour nous le Livre, Père, tandis que nous nous attendons à Toi, car nous le demandons au Nom de Jésus, l’Agneau de Dieu. Amen.

58 Ce soir, j’ai choisi ici un petit verset des Écritures de trois mots. Mais, premièrement, je veux lire un ou deux versets dans Jean, au chapitre 11, en commençant par le verset 23.

Jésus lui dit : Ton frère ressuscitera.

Je sais, lui répondit Marthe, …il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour.

Jésus lui dit : Je suis la résurrection et…la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort;

Et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela?

Elle lui dit : Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde.

59 Et comme sujet, je souhaite utiliser ces trois mots : Crois-tu cela?

60 J’ai lu une histoire, il y a quelque temps. Je pense que c’était une histoire inventée. Et la plupart des ministres ont lu, je pense, le livre du Dr Ingraham Le Prince de la Maison de David. C’est un livre excellent. Il est, je pense qu’il est complètement épuisé. J’aimerais bien l’avoir imprimé, afin de pouvoir le passer aux gens.

61 Et là-dedans, je lisais un petit article sur ce même Lazare et sur Jésus, et Marie, et Marthe, que, les sœurs de Lazare. Et j’y lisais que c’était là où Jésus habitait, je crois, avec Marthe et Marie. Elles étaient toutes les deux de charmantes filles israélites. Et Lazare apprenait ou était en formation pour devenir scribe au temple, écrivant des lettres de la loi pour les sacrificateurs.

62 Et Jésus avait une merveilleuse communion, en particulier avec Lazare. Nous lisons dans ce livre qu’une fois Il était venu dans leur maison et que Marthe avait tendance à remettre à plus tard d’écouter Ses paroles, comme elle devait préparer le dîner et mettre la table, tandis que Marie restait assise à Ses pieds. Et Jésus a dit que Marie avait choisi les meilleures choses.

63 Et alors, on nous raconte que Lazare était celui qui avait conduit Jésus vers Jean, dans l’histoire des livres du Dr Ingraham, et…sur Le Prince de la Maison de David. Cependant, bien que cela ne soit peut-être pas vrai, je ne sais pas, mais, simplement pour décrire le contexte, Il était censé avoir habité chez eux.

64 Bon, nous avons appris, la semaine prochaine, la semaine dernière, plutôt, que Jésus dit, dans Jean 5.19 : “Je… Le Fils ne peut rien faire de Lui-même, Il ne fait que ce qu’Il voit faire au Père; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement.” Voyez? “Ce qu’Il voit faire au Père.”

65 Alors, pour que cette histoire soit vraiment véridique, le Père, Dieu, doit avoir parlé à Son Fils Jésus et dit : “Ton ami Lazare va mourir, mais il va en ressortir du bien, alors Toi quitte la maison. Pars, parce qu’on Te demandera de prier pour lui, ou de le guérir, et—et Je ne veux pas que Tu fasses cela.” Si vous regardez le déroulement de l’histoire, vous verrez que la tournure que prennent les choses aboutit à cette vérité. Donc, Jésus, sans aucun avertissement ou quoi que ce soit, a quitté la maison pour aller ailleurs, Il n’est pas rentré ce soir-là. Il est allé dans d’autres villes. Et aussitôt que Jésus eut quitté la maison, les ennuis ont commencé.

66 Et quand Jésus quitte votre maison, les ennuis sont en route. Souvenez-vous bien de ceci, quand Il quitte votre maison, les ennuis sont en chemin. Quand vous avez des activités sociales et tout dans votre église qui fonctionnent d’une façon si parfaite, comme une énorme Rickenbacker de seize cylindres, et que vous laissez Jésus en dehors, quand Jésus quitte votre église, il y a des ennuis sur la route. Oui monsieur, quand Jésus quitte une dénomination, qu’on Le met de côté et qu’on déclare : “Eh bien, maintenant nous ne croyons plus que ces choses soient absolument correctes”, et que vous adoptez autre chose, les ennuis sont en route. Souvenez-vous bien de cela.

67 Cela me rappelle une histoire du Seigneur Jésus, qui se trouve dans le Livre de Luc. Vous savez, quand Il n’était qu’un garçon d’une douzaine d’années, les gens de Sa famille L’avaient emmené, selon la coutume chaque année, à la fête de la Pentecôte. Et pendant qu’ils étaient à la fête, dans la ville de Jérusalem, et qu’ils passaient de bons moments, nous voyons dans la Bible qu’ils ont marché pendant trois jours sans Lui. Ils ont peut-être pensé, considéré la chose comme allant de soi, que Jésus devait être parmi leurs proches. Or, on ne peut pas faire ça. Quand ils sont allés se renseigner auprès de leurs proches, Il n’était pas là.

68 Et on ne peut pas considérer les choses comme allant de soi, simplement parce qu’on est méthodiste, baptiste, presbytérien, pentecôtiste, et que, dans notre milieu, nos ancêtres étaient de grands croyants, eh bien, on considère la chose comme allant de soi, que Jésus est avec nous. On ne peut pas faire ça. On doit être en contact avec Lui chaque jour, à chaque minute. Oh, j’aime ça.

69 Je veux ce que Dieu est maintenant. Ce que mes parents avaient, ce que mes ancêtres avaient, c’est merveilleux. Mais (Ce qu’ils avaient est bien.) je pense que nous sommes plus loin sur la route.

70 Voyons ce qu’Il est aujourd’hui. Je ne veux pas regarder en arrière et voir ce que M. Moody a fait, parce que nous sommes plus loin sur la route que M. Moody. Le problème avec nos églises, c’est que nous regardons en arrière et disons : “Eh bien, voyons ce que M. John Wesley a dit, ce que d’autres ont dit.” C’est la raison pour laquelle la science est bien plus avancée dans son domaine, que la religion dans le sien.

71 Tenez, il y a trois cents ans, un savant français a démontré que si on allait à la vitesse vertigineuse de trente-cinq milles à l’heure [50 km/h], la gravitation vous élèverait de la terre. Vous pensez que la science se référerait à cela aujourd’hui? Ils vont à mille neuf cents milles à l’heure [3000 km/h] et continuent encore. Ils vont de l’avant, ils regardent en avant. Mais, nous, nous voulons regarder en arrière et voir ce que Moody a dit; ce que Sankey a dit; ce que Finney a dit; Knox, Calvin; certains d’entre eux. Ce qu’ils ont dit était très bien. C’était pour leur âge, mais nous, nous avançons.

72 Mon grand-père conduisait une charrette à bœufs. Je conduis une Ford V8. Mon fils volera en avion à réaction. C’est ça, nous avançons. C’est ce que la religion devrait faire. La Venue du Seigneur est proche. L’Église devrait avancer pour entrer dans la puissance qui Lui appartient. La science peut monter seulement jusqu’à un certain point et ensuite elle doit redescendre, mais nous, nous avons des sources inexploitées, intactes, de la puissance illimitée de Dieu, dans lesquelles nous devons entrer. Nous vivons à un million de kilomètres en dessous de nos privilèges, ce soir, des privilèges dont les Chrétiens devraient jouir. J’ai honte de moi quand je regarde ici et que je vois les hôpitaux psychiatriques, et la maladie, et les problèmes qu’il y a maintenant même. Notre église devrait arpenter les rues, guérir les malades, ressusciter les morts, chasser les démons, accomplir des signes et des prodiges, faire prendre conscience au monde entier que Jésus-Christ vit. C’est ce que nous avons besoin de faire.

73 Mais, vous dites : “M. Moody n’a jamais…” M. Moody n’a pas vécu de nos jours. C’est vrai. Nous vivons pour la Venue du Seigneur. Et nous avons simplement considéré les choses comme allant de soi, qu’Il était avec nos proches. Mais, l’autre jour, quand un adversaire a défié M. Graham, nous avons vu qu’Il n’était pas parmi nos proches.

74 Où Le trouvent-ils? Où ont—où ont-ils trouvé Jésus? Exactement là où ils L’avaient laissé. Où L’ont-ils laissé? A la fête de la Pentecôte. Où laissons-nous Jésus, où l’église l’a-t-elle fait? A la fête de la Pentecôte. Quand nous nous éloignons de la puissance de la Pentecôte de jadis et de la fête de la Pentecôte, nous nous éloignons de Jésus. C’est tout à fait exact, mon ami. Nous vivons en dessous de nos privilèges. Oui, monsieur.

75 Ils L’ont laissé à la fête de la Pentecôte, et c’est le seul endroit où les méthodistes, les baptistes, les presbytériens et les pentecôtistes Le trouveront, c’est en retournant là où vous L’avez laissé. Où est la joie du Seigneur? Où est la puissance du Seigneur? L’église se demande aujourd’hui : “Que—qu’est-il arrivé au Dieu de l’histoire?” Il attend que Son peuple L’appelle à entrer en scène. Mais le…

76 Nous ne pouvons pas le faire à travers les dénominations. Nous ne pouvons pas le faire par la psychologie. Nous ne pouvons pas le faire par l’arithmétique, ou nous ne pouvons pas le faire par l’instruction. Nous nous séparons, nous nous divisons. Nous ne sommes pas divisés. Nous sommes une seule personne, réellement, en Jésus-Christ. Nous sommes tous un en Christ, et nos dénominations n’y arriveront jamais. Aussi bonnes soient-elles, elles n’y arriveront pas. Notre instruction est le plus grand obstacle que l’Évangile ait jamais rencontré — l’instruction.

77 Ce dont nous avons besoin, ce n’est pas d’instruction. Nous avons besoin de la puissance et de la démonstration du Saint-Esprit de retour dans l’église pour démontrer la puissance. Jésus n’a jamais dit : “Allez par tout le monde et—et enseignez.” Il n’a jamais dit : “Allez par tout le monde et faites…” Il a dit : “Allez par tout le monde et prêchez l’Évangile.” Et l’Évangile, c’est démontrer la puissance du Saint-Esprit, la résurrection. Nous sommes toujours un million de kilomètres en deçà d’où nous devrions être. Avançons. Retournons là où nous L’avons laissé à la fête de la Pentecôte.

78 Jésus a dit, dans Jean, je crois, au chapitre 15, Il a dit : “Je suis le Cep; vous êtes les sarments.” Eh bien, alors, si ce Cep a produit le premier sarment, et qu’à partir de ce sarment a été écrit un Livre des Actes, le second sarment produira un autre Livre des Actes. Le troisième sarment produira un autre Livre des Actes. Et chaque sarment qui sort de ce Cep sera semblable au premier sarment.

79 Bon, on peut greffer, nous savons cela. J’ai vu un citronnier avec environ huit différentes sortes de fruits. J’ai vu un oranger qui portait des pamplemousses, des citrons et tout le reste, mais ils ont été rattachés.

80 C’est ça le problème aujourd’hui. Nous avons rattaché nos idées, rattaché nos dénominations, mais si, un jour, cet arbre produit lui-même une autre branche à fruits, elle sera comme les premières à l’origine. Alléluia! Oh, l’église va s’harmoniser, mais nous avons besoin de la puissance qui était à l’origine. Nous avons besoin du Saint-Esprit, de la puissance de la résurrection de Jésus-Christ. C’est ce qu’Il nous a dit de faire.

81 “Je suis le Cep, vous êtes les sarments.” Si un plan de vigne produit un sarment, et que de là sortent de beaux raisins bleus, le prochain sarment qu’il produira portera de beaux raisins bleus. Si le premier Cep est sorti et qu’ils sont tombés sous l’effet du Saint-Esprit, qu’ils ont accompli de grands miracles et des signes, et qu’ils ont scellé leur témoignage à un monde… Même beaucoup parmi eux, avec leur propre témoignage, ils—ils ont scellé leur témoignage de leur sang. Ils ont traversé toutes sortes de périls et tout, pour apporter l’Évangile. Ils ont souffert; ils ont été battus, ils ont été punis. “Devons-nous être transportés à la maison au Ciel sur un lit de facilité garni de fleurs, alors que d’autres ont combattu pour gagner le prix et navigué à travers des mers de sang?” Que nous attendons-nous à faire? “Je dois combattre si je veux régner. Augmente mon courage, Seigneur.” Certainement. Nous avons besoin d’un…

82 Nous n’avons pas besoin d’une nouvelle dénomination. Nous n’avons pas besoin d’un nouveau bâtiment d’église. Ce dont nous avons besoin aujourd’hui c’est d’un vrai réveil pentecôtiste à l’état brut, comme autrefois, qui tue le péché, qui est né à la Pentecôte et qui est revenu de nouveau dans l’église, de nouveau la puissance du Saint-Esprit, pour faire entrer Jésus en scène.

83 Le Dieu de l’histoire entre toujours en scène à un moment crucial. Nous en avons besoin. C’est ça le problème de notre église aujourd’hui. Nous retournons trop loin en arrière. Nous nous conformons aux modes du monde. Et progressivement, année après année, elle commence à mourir et à dépérir.

84 Ce sera très bientôt le temps de l’émondage. Dieu va la tailler, aussi certainement que je me tiens à cette chaire. Dieu va la tailler afin qu’elle porte du fruit. Il en retranchera les œuvres du monde, un de ces jours. Quelle honte, la manière dont l’église s’est comportée au nom de la religion.

85 Et nous voyons, quand Jésus est parti, que la mort s’est installée. Quand Jésus quitte notre église, que la puissance du Saint-Esprit quitte notre église, elle commence à dépérir et—et à mourir. Et, au bout d’un moment, il ne reste plus rien d’elle. Là, quand Jésus est parti, la mort s’est installée. Oh, quelle triste période cela a été.

86 Et remarquez, elles se posaient des questions, et elles ont envoyé chercher Jésus, mais Il n’est pas venu. Elles L’ont envoyé chercher de nouveau, et Il n’est pas venu, mais Il savait ce qu’Il allait faire. Il sait, ce soir, ce qu’Il va faire. Ce n’est pas perdu avec Lui : Il sait exactement ce qu’Il est sur le point de faire. Il va susciter un peuple, aussi certainement que je me tiens à cette chaire. Il va susciter un peuple à cause de Son Nom, qui sortira de la génération des nations. Il va le faire.

87 Le temps des Juifs est tout proche, maintenant, et celui des nations est en train de prendre fin, parce qu’elles se sont détournées. Elles rejettent Christ; elles rejettent leurs signes; elles rejettent tout ce qui est sacré et cataloguent cela comme étant de la télépathie ou une puissance diabolique, et font… Elles blasphèment contre le Saint-Esprit et se séparent définitivement de Dieu. Et Dieu prendra cette minorité, après quelque temps, et Il l’établira comme une Église puissante, et ensuite Il dirigera l’Esprit vers les Juifs et emmènera l’Église des nations à la maison. Exactement. Elle se prépare, maintenant. Oh, combien, nous sommes au temps de la fin, presque.

88 Jésus, Il savait. Et après quelque temps, Il a dit : “Notre ami Lazare dort.”

89 Eh bien, les disciples ont pensé qu’il se reposait un peu. Il a dit : “Eh bien, s’il dort, c’est qu’il va très bien.”

90 Eh bien, Il l’a dit dans Ses…leurs mots, afin qu’ils comprennent, Il a dit : “Il est mort, et, à cause de vous, Je me réjouis de ce que Je n’étais pas là.” Voyez? “À cause de vous, Je me réjouis de ce que Je n’étais pas là.” Parce qu’ils Lui auraient demandé de—de guérir—de le guérir, mais Il savait qu’Il ne pouvait pas le faire, parce que la vision était encore…après ces quatre jours, Il savait que c’était le moment que le Père Lui avait indiqué. Comme c’est beau; au sépulcre, Il a dit : “Père, Je Te rends grâces de ce que Tu M’as déjà exaucé, mais Je parle à cause de la foule qui M’entoure.” Voyez? Il savait déjà ce qu’Il allait faire. Il a dit : “Je vais aller le réveiller.”

91 Bon, je peux m’imaginer que ce petit foyer était vraiment brisé. Le soutien de famille n’était plus, la tristesse. Oh, c’est merveilleux quand vous avez un foyer triste ou un cœur triste, et qu’alors Jésus apparaît subitement, n’est-ce pas? Je peux m’imaginer de voir Marthe, une belle petite femme, le visage recouvert d’un voile noir, et la petite Marie, et qui se tiennent l’une l’autre, en disant : “Qu’allons-nous faire? Papa et Maman ne sont plus, et notre précieux frère… Maintenant, nous avons quitté l’église, et nous avons été excommuniées par eux, et nous sommes sorties pour suivre Jésus de Nazareth. Et Il s’est retiré quelque part et nous a laissées.”

92 Je peux entendre un critiqueur venir dire : “Hé, où est ce Guérisseur Divin, ce Prophète de Galilée? Où est-Il maintenant? Regardez, quand il est vraiment temps pour Lui de faire quelque chose, Il n’est pas là.” C’est ça. Voyez, Dieu aime faire ça, c’est tout, simplement, laisser les gens, simplement, laisser les gens montrer ce qu’ils sont, oui, simplement les éprouver pour voir ce qu’ils sont réellement. Il leur donne une bénédiction. Il apparaît, Se montre, Se présente aux gens, juste pour voir le genre de réaction qu’ils auront, juste pour voir ce qu’ils vont faire.

93 Bon, alors nous voyons, quelques—quelques jours plus tard, quatre jours, le pauvre Lazare était mort. On l’avait enterré. Le deuxième jour, troisième jour, quatrième jour… Eh bien, tout le monde sait que la corruption s’installe après trois jours : en premier, le nez s’affaisse sur le visage. Et alors la corruption s’installe; les vers de la peau commencent à dévorer le corps. On l’a mis en terre, on a placé une grosse pierre devant l’entrée de la grotte où on l’avait déposé. Et de temps en temps, les jeunes filles allaient s’agenouiller au sépulcre et pleuraient.

94 Et après quelque temps, la nouvelle s’est répandue : “Jésus est arrivé. Nous L’avons vu entrer en ville.” Oh, cette petite Marthe qui, apparemment, avait eu tendance à remettre ça à plus tard, a montré alors de quoi elle était faite. La voilà qui arrive. Elle est alors en route, elle court à Sa recherche. Je peux entendre certains d’entre eux, le long de la route, qui disent : “Eh bien, je suppose que tu es convaincue, maintenant, que ta religion était fausse.” Elle les a tout simplement ignorés et a continué, elle a passé à côté de tous les critiqueurs sans s’arrêter. Elle a continué jusqu’à qu’elle Le voie, peut-être assis au coin de la rue.

95 Bon, semble-t-il, elle devait…elle aurait eu le droit de Lui faire des reproches et—et de Lui parler méchamment. Mais, elle n’a pas couru vers Lui en disant : “Dis donc, dis donc, Toi. Tu es censé être un Prophète, un Homme de Dieu. Pourquoi n’es-Tu pas venu lorsque nous T’avons appelé? En effet, maintenant, nous sommes la risée de la ville. Nous avons quitté notre église pour Te suivre.” Il semble que c’était son droit. Mais, vous savez, c’est comme L’Agneau et la Colombe sur lesquels je vous ai prêché, si nous sommes un agneau, un agneau renonce à tous les droits qu’il a. C’est tout à fait vrai. Il n’a que de la laine, alors il doit renoncer à cela. Et vous renoncez à tous les droits que vous avez afin de servir Dieu. C’est exactement cela.

96 Je m’en prenais aux femmes à propos de leur façon de porter ces espèces de petits vêtements, vous savez, et elles ont dit : “Eh bien, nous sommes—nous sommes américaines. Nous pouvons faire ce que nous voulons.”

97 J’ai dit : “C’est tout à fait exact, mais si vous êtes un agneau, vous renoncerez à vos droits.” Fumer des cigarettes et avoir un comportement inconvenant comme ça, c’est la pire chose qu’une femme ait jamais faite. C’est tout à fait exact.

98 Il n’y a pas longtemps, une dame m’a dit, en me parlant, elle a dit : “Mais, Frère Branham, on ne fait pas d’autre genre de vêtements.”

99 J’ai dit : “Mais on fabrique toujours des machines à coudre, et on vend du tissu. Il n’y a absolument aucune excuse.” C’est tout à fait exact.

100 Souvenez-vous, un jour, il se peut qu’ici vous soyez pure vis-à-vis de votre mari, mais vous aurez à répondre d’adultère pour cela, très certainement, car “Quiconque regarde une femme pour la convoiter, a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur.”

101 Qu’est-ce qui se passe avec les femmes pentecôtistes aujourd’hui, c’est la question que je me pose. La façon dont vous vous êtes éloignées de l’ancienne ligne de conduite. La façon dont vos mères avaient l’habitude de porter de longs cheveux, et aujourd’hui, les femmes pentecôtistes peinturlurées comme pour le mardi gras se coupent les cheveux et portent de petits vêtements courts comme ça, exactement comme tout le reste… elles vont tondre la pelouse pendant l’après-midi, quand les hommes passent par là, vous rendez-vous compte, les femmes, que vous aurez à répondre d’avoir commis un adultère avec ces hommes? Vous vous présentez à eux dans ce but. C’est un mauvais esprit sur l’église et les gens, et ils ne le savent pas. Aveugles et ils ne le savent pas. C’est la vérité.

102 Vous dites peut-être que je n’ai pas le droit de dire cela en tant qu’évangéliste. Eh bien, je—je dois suivre la conduite du Saint-Esprit; c’est tout ce que je peux dire. Vous… Si je vous rencontre au jugement, alors je n’aurai pas à avoir votre sang sur mes mains. Éloignez-vous de chaque pouce de terrain qui semble appartenir à Satan. Restez-en éloigné. Partez de là. Peu m’importe combien de vedettes de télévision…Vous n’êtes pas une vedette de télévision; vous êtes une fille de Dieu.

103 J’ai prêché dans l’église d’un pasteur, l’autre matin, au sujet d’un vieil esclave, au temps où on vendait les esclaves, il y a longtemps. Et ils avaient l’habitude de venir là et de les acheter aux enchères. Et les gens étaient là, ils sanglotaient, pleuraient, à cause de leur patrie dans laquelle ils ne retourneraient plus jamais. On devait leur donner le fouet. On les achetait comme on achèterait une automobile, pour n’importe quoi, on fixait un prix, et on vendait ces êtres humains.

104 Un jour, un acheteur est passé par là, un courtier, dans une grande fonda-…une grande plantation, plutôt. Et il a dit : “Combien d’esclaves avez-vous à vendre?”

105 Il a dit : “Eh bien, j’en ai quelques-uns à troquer.” On essayait de faire qu’ils soient plus grands. On prenait ces mères, ces pères… Si la femme qu’il avait épousée était une petite femme chétive, on prenait ces grands hommes en bonne santé et on les faisait se reproduire…comme des chevaux, des animaux. Ce n’était pas bien du tout. Dieu a fait l’homme. L’homme a fait les esclaves. Ce n’est pas bien dès le départ, jamais. Dieu ne veut pas qu’un homme soit un esclave. Non monsieur. Et aucun… Regardez ce qui s’est passé.

106 Et au milieu de tout cela, ce gars a dit : “Eh bien, j’aimerais en acheter quelques-uns…” Il avait remarqué là un jeune gars. On n’avait pas besoin de lui donner le fouet. Il avait le menton relevé, la tête haute, comme un vrai monsieur, il allait et venait. Et le courtier a dit : “J’aimerais l’acheter.”

107 Il a dit : “Mais il n’est pas à vendre.”

108 Il a dit : “Eh bien, pourquoi?” Il a dit : “C’est le chef?”

109 Il a dit : “Non, c’est un esclave.”

110 “Eh bien,” il a dit, “comment ça? Est-ce que vous le nourrissez mieux que les autres?”

111 Il a dit : “Non. Il mange là-bas à la cantine avec les autres. C’est un esclave.”

112 Il a dit : “Qu’est ce qui le rend si différent des autres?”

113 Et le chef a dit : “Je me suis moi-même longtemps posé la question, mais, un jour, j’ai trouvé. Là-bas, dans sa patrie, son père est le roi de la tribu. Et bien qu’il soit un étranger loin de chez lui, il sait toujours qu’il est le fils d’un roi et il se comporte comme tel.” Si ce… Si un indigène africain pouvait se rendre compte que son père est un roi et que, ici, un étranger dans un pays lointain, il pouvait toujours savoir qu’au-delà de la mer il est le fils d’un roi, comment devraient se comporter les femmes et les hommes, alors que vous êtes des fils et filles de Dieu? Agissez en conséquence. Certainement. Comportez-vous bien; nettoyez vos vies et agissez comme des fils et filles de Dieu. Pas étonnant, regardez la condition.

114 Nous y voilà. Oh, la petite Marthe, elle est sortie en courant. On penserait qu’elle aurait trouvé le moyen de Lui reprocher quelque chose. “Pourquoi n’es-Tu pas venu vers mon frère? Regarde ce que nous avons fait pour Toi, et Tu nous as laissé tomber.” Eh bien, si elle avait dit cela, l’histoire ne se serait jamais terminée de la manière dont elle l’a fait. Non monsieur. Il s’agit de la manière dont vous vous approchez d’un don Divin de Dieu. Si Dieu envoie un don, vous devez vous en approcher comme il faut. Si vous vous attendez à en obtenir quelque chose, vous devez vous en approcher comme il faut. Et Marthe savait cela. Elle avait probablement lu quelque chose au sujet de la femme sunamite et de son bébé. Et elle… Si cette femme sunamite savait que Dieu était en Élie, combien plus encore était-Il en Jésus? Assurément.

115 Alors, elle est venue avec la bonne approche. Elle a couru et est tombée à Ses pieds. J’aime ça! Elle est tombée à Ses pieds et a dit : “Seigneur…” C’est Son titre correct. C’est ce qu’Il était. Il était son Seigneur. “Seigneur, si Tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort.”

116 Oh! la la! Je peux juste m’imaginer voir Son grand cœur, lorsqu’Il a regardé cette belle femme, les larmes coulant sur ses joues. Elle a dit : “Seigneur, si Tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort.” Regardez ce qu’elle a dit. “Mais, même maintenant, Seigneur, bien qu’il soit mort, bien que les vers rampent à travers son corps, même maintenant, Seigneur, tout ce que Tu demanderas à Dieu, Dieu Te l’accordera.”

117 Oh, voilà le secret. Il se pourrait que vous disiez : “J’ai fait le tour de tous les hôpitaux. Le médecin dit que je vais mourir, mais même maintenant, Seigneur… Je suis estropié à cause de l’arthrite; je ne peux pas bouger, mais même maintenant, Seigneur…”

118 Ce petit bébé hydrocéphale avait une tête de cette taille-là hier soir. On ne pouvait rien faire. Cela allait continuer à s’étendre et faire éclater sa petite tête et le faire mourir, “Mais, même maintenant, Seigneur…” Il est toujours le même Dieu. Il est toujours le même Seigneur. “Même maintenant, Seigneur…” Et Il est assis à la droite du Dieu Tout-Puissant, intercédant pour les choses que nous déclarons qu’Il a faites pour nous.

119 Maintenant, je me sens vraiment religieux. Assurément. Vous allez de toute façon me traiter d’exalté, alors autant commencer tout de suite et en finir avec ça.

120 Alors, oui monsieur, “Même maintenant, Seigneur, tout ce que Tu demanderas à Dieu, Dieu le fera.”

121 “Demandez n’importe quoi au Père en Mon Nom, Je le ferai,” a dit Jésus.

122 “Même maintenant, Seigneur, tout ce que Tu demanderas, Dieu Te l’accordera.” Oh, cela a dû remuer Son grand cœur.

123 Il a dit : “Ton frère vivra de nouveau.”

124 Elle a dit : “Oui, Seigneur. Il vivra. C’était un bon garçon. Il sortira lors de la résurrection générale, au dernier jour.” Ces Juifs croyaient à la résurrection générale. “Il sortira à la résurrection des derniers jours.”

125 Regardez-Le. Il S’est ressaisi dans Sa petite personne. Il a dit : “Je suis la Résurrection et la Vie,” Oh! la la! Jamais homme n’avait pu dire ça auparavant. Jamais il n’y en aura un après qui puisse le dire. Il est le Seul qui puisse le dire. “Je suis la Résurrection et la Vie,” dit le Seigneur. “Celui qui croit en Moi vivra, quand même il serait mort. Et quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais. Crois-tu cela?”

126 Elle a dit : “Oui, Seigneur.” Oh, elle savait que quelque chose était sur le point d’arriver. Obligatoirement.

127 Quand la foi émanant d’un cœur pur rencontre Dieu, les rouages s’assemblent comme cela. Quelque chose doit se produire. Je défie cet auditoire ce soir, au Nom de Jésus Christ, laissez votre foi se connecter à Dieu comme cela, dans quelques minutes nous aurons une autre Pentecôte. Un réveil tel éclatera dans cette ville, qu’il n’y aurait pas assez de policiers dans tout le pays pour les retenir. C’est vrai. Il y aura un véritable réveil. “Même maintenant, Seigneur…”

128 “Eh bien, Seigneur, on s’est déjà fait prendre par ceci; on a fait ceci et fait cela.” Peu m’importe ce que vous avez fait, “Même maintenant, Seigneur…” Il attend que vous fassiez appel à Lui. Il… “Crois-tu cela?” Bien sûr. Oui monsieur. “Même maintenant, tout ce que Tu Lui demanderas…”

129 “Où l’avez-vous mis?” Maintenant, Il descend au sépulcre. Il était suffisamment homme pour pleurer; Il était suffisamment Dieu pour ressusciter les morts.

130 Ici, il y a quelque temps, une femme qui appartient à un certain groupe de gens… Ce n’est pas du tout mon habitude de mentionner des dénominations. Mais cette femme… Ils ne croient pas que Jésus était Divin. Ils ont dit qu’Il était seulement un prophète. Bon, Il était… S’Il était seulement un prophète, nous sommes tous dans le péché. Il était soit Dieu, rien de moins que Dieu, soit le plus grand imposteur que le monde ait jamais eu. C’est vrai. Il était plus qu’un homme. Elle a dit : “Il n’était pas Divin.”

131 Il y a tellement de cela dans cet évangile social, aujourd’hui; essayer de faire de Jésus-Christ un prophète. Mais, voyons, Il était le Dieu des prophètes. Bien sûr qu’Il l’était.

132 Elle a dit : “Je vais vous le prouver par votre Bible, ‘qu’Il n’était qu’un homme’.”

133 J’ai dit : “Faites-le donc.”

134 Et elle a dit : “Quand Il est allé au sépulcre de Lazare, la Bible dit, ‘Il pleura.’ Il devait être mortel, sinon Il n’aurait pas pu pleurer.”

135 J’ai dit : “Madame, est-ce ça, votre passage de l’Écriture?” Je ne veux pas être sacrilège ici, en disant ceci, mais je vais vous dire ce que je lui ai dit.

136 Elle a dit : “C’est ça.”

137 J’ai dit : “Cette déclaration est plus légère que le bouillon fait avec l’ombre d’un poulet qui serait mort de faim.” J’ai dit : “Eh bien, vous—vous n’avez rien sur quoi vous tenir.”

138 Elle a dit : “Pourtant, Il a pleuré. Cela a montré qu’Il était mortel.”

139 J’ai dit : “Il est né à la fois mortel et immortel. Il était Dieu dans la chair.”

140 Elle a dit : “Oh, ce sont des sottises!”

141 J’ai dit : “Il est allé au sépulcre en pleurant. C’est absolument vrai, mais quand Il a redressé Son petit corps…” La Bible dit : “Il attirait peu les regards; Son aspect n’avait rien pour nous plaire.” Mais lorsqu’Il a rejeté ses petites épaules en arrière et a dit : “Lazare, sors!,” un homme qui était mort depuis quatre jours et avait pourri dans le sépulcre, est sorti. C’était plus qu’un homme. Montrez-moi l’homme qui peut faire ça. Qu’est-ce que c’était? La corruption a reconnu son Maître. La vie a reconnu son Créateur. Quelque chose devait se produire. Il a parlé, et un homme qui était mort et dans le sépulcre depuis quatre jours, est ressuscité, s’est mis debout et a vécu. Alléluia! C’était Dieu dans Son Fils. Oui monsieur. C’était Dieu qui Se faisait connaître à travers Lui, le Fils. C’était Dieu qui parlait, pas un homme.

142 C’était un homme quand, ce jour-là, Il a regardé autour de Lui vers cet arbre, pour y trouver quelque chose à manger. C’était un homme. Mais quand Il a pris cinq petits pains et deux poissons et qu’Il a nourri cinq mille personnes, c’était plus qu’un homme. C’était Dieu qui les nourrissait là-bas. C’était plus qu’un prophète, plus qu’un homme, C’était un Homme-Dieu. Assurément.

143 Il s’est allongé à l’arrière de cette petite barque, cette nuit-là, alors que la mer rugissait et qu’elle rebondissait comme un bouchon de bouteille au milieu de cette mer déchaînée, alors que dix mille démons de la mer avaient juré qu’ils Le noieraient cette nuit-là. C’était un homme, faible et fatigué d’avoir prié pour les malades, allongé là derrière; et le vent ne Le dérangeait même pas. C’était un homme, quand Il était endormi, mais, quand Il s’est réveillé, qu’Il a posé Son pied sur le bastingage de la barque, qu’Il a levé les yeux et a dit : “Silence! Tais-toi!,” et que les vents et les vagues Lui ont obéi, c’était plus qu’un homme. C’était Dieu dans l’homme, Se faisant connaître. C’est vrai.

144 C’était un homme à la croix, quand Il a imploré la miséricorde. Quand Il s’est écrié : “J’ai soif,” c’était un homme. Quand Il est mort, C’était un homme, mais, le matin de Pâques, quand Il a brisé les sceaux de la mort, de l’enfer et de la tombe, et qu’Il est ressuscité, C’était plus qu’un homme : C’était Dieu manifesté. Pas étonnant que le poète ait dit :

En vivant, Il m’a aimé. En mourant, Il m’a sauvé.

Enseveli, Il a emporté mes péchés au loin.

En ressuscitant, Il a justifié gratuitement pour toujours.

Un jour Il reviendra, ô jour glorieux!

145 Il a dit : “Parce que Je vis, vous vivez aussi. Crois-tu cela?” Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Crois-tu cela? Je crois que le Saint-Esprit est ici, maintenant. Crois-tu cela? Je crois qu’Il va nous remplir de Sa Présence. Crois-tu cela? Je crois que le Saint-Esprit veut déverser Sa Présence, guérir tous les malades, remplir toutes les personnes qui n’ont pas reçu le Saint-Esprit. Crois-tu cela? Croyez-vous de tout votre cœur? Levons-nous et donnons-Lui la gloire. Je crois qu’Il va descendre sur nous à l’instant même.

146 Ô Seigneur Dieu, Créateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie Éternelle, Donateur de tout bon don, nous “Crois-tu cela,” Seigneur. Nous croyons que Tu es ici dans la réunion. Nous croyons que c’est Toi qui bénis nos âmes. Nous croyons que c’est Toi qui déverses Ton Esprit sur nous. Nous croyons que Tu es le même hier, aujourd’hui et éternellement. Nous croyons que Tu vis à jamais et que nos noms sont écrits dans le Livre de Vie de l’Agneau. Tous les cieux et la terre passeront, mais nous vivrons à jamais, parce que Tu vis à jamais. Seigneur, Tu nous l’as promis. Nous le croyons de tout notre cœur. Avec tout ce qui est en nous, nous le croyons, Seigneur. Je L’aime, je L’aime.

147 Croyez-vous en Lui? Je crois que c’est le Saint-Esprit. Il y a Quelque chose qui descend sur nous. Crois-tu cela? Je crois qu’Il veut guérir chaque personne, maintenant. Crois-tu cela? Levez les mains vers Lui. Levez-vous. Crois-tu cela? Le Saint-Esprit est ici. Ceci, c’est Cela! Pierre a dit : “Ceci, c’est Cela.” C’est Ça, le Saint-Esprit.

148 Ô Seigneur, Créateur des cieux et de la terre, envoie Ta puissance et Tes bénédictions, et Ta bonté sur ces gens, et bénis leurs cœurs, et permets-leur de voir que le Fils de l’homme vit éternellement. Accorde-le, ô Seigneur. Nous Te les présentons, au Nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu.

149 Quiconque n’a pas le Saint-Esprit, levez les mains et louez Dieu. Je crois qu’Il va descendre sur vous. Que quelqu’un leur impose les mains. C’est maintenant l’heure. Pourquoi attendre encore? C’est maintenant le moment. C’est maintenant le moment pour la Pentecôte, de revenir à Dieu. Mettez-vous en règle avec Dieu, la Pentecôte! Que vos cœurs soient remués par la puissance du Dieu vivant. Laissez Son Esprit s’établir en vous, saturant vos âmes. Il est ici soir après soir, ici afin de guérir les malades, de donner la vue aux aveugles, Sa grande et formidable puissance, Il prouve Lui-même qu’Il est à jamais le même. Alléluia!

150 Louez-Le. Levez les mains. Oubliez où vous êtes; sachez simplement que vous êtes près de Lui, et de Sa bonté, et de Sa gloire, et de Sa puissance, et que Sa miséricorde dure à toujours. Il est pour toujours le même. Béni soit le Nom du Seigneur. Alléluia! Oh, gloire à Son Saint Nom.

151 Oh, comme Il est merveilleux, comme Il est puissant. Combien veulent reconsacrer leur vie à Dieu, maintenant? Levez la main. Combien veulent consacrer leur vie à Dieu? C’est ça. Levez les mains. Voyons la Pentecôte. Voyons le peuple de Dieu. Je vais lever la main. “Seigneur, me voici. Envoie-moi.” Et puis prends un Ange avec les charbons de l’autel et envoie Ta puissance sur nous, Seigneur. Ô Dieu, accorde-le dans la plénitude de Ton Esprit, ô Père. Entends notre prière, ô Seigneur. Entends notre prière, en tant qu’enfants debout qui croient. Loué soit Son Nom.

152 Oh, comme des vagues de gloire qui descendent, oh, les gouttes de rosée de la miséricorde. Oh, que Dieu soit loué. Que nos âmes attendent. Crois-tu cela? Crois-tu cela? C’est le Saint-Esprit qui vient. C’est cette force invisible qui nous pousse dans le Royaume de Dieu, les bénédictions de la Pentecôte. Revenez à la maison. Vous êtes attendus à la maison. Vous êtes des gens précieux. Dieu veut que vous vous consacriez. Femmes, nettoyez vos vies. Hommes, nettoyez vos vies. Allons et retournons à Dieu, et servons Dieu d’un cœur vraiment pur.

153 Gloire à Dieu, le Saint-Esprit est là dans la réunion. Faites simplement ce que vous vous sentez conduits de faire, c’est tout. Laissez simplement le Saint-Esprit se mouvoir sur vous. Je ne peux rien dire. Je ne sais pas quoi dire maintenant. Le Saint-Esprit est partout dans le bâtiment. Béni soit le Nom du Seigneur. Louange au Seigneur. Oh, alléluia! Alléluia! Louange au Seigneur. Gloire au Seigneur! Comme c’est merveilleux, comme c’est glorieux… Comme c’est beau, comme c’est merveilleux la louange des saints de Dieu sur vos visages, par la présence du Saint-Esprit ici qui agit et nous montre Sa gloire émanant de cette grande multitude d’un même accord, qui loue Son Nom.

154 Tournez-vous et serrez la main de quelqu’un, dites : “Gloire au Seigneur, frère. Gloire au Seigneur, sœur.” Alors, allons-y et laissons Dieu travailler nos cœurs. Gloire au Seigneur. C’est ça. Vous tous méthodistes et baptistes, presbytériens, pentecôtistes, et adventistes du septième jour, et quoi que ce que soit que vous soyez, serrez-vous la main les uns les autres dans la Présence du Seigneur Dieu. C’est ça. Oh, alléluia! Alléluia! Alléluia! Oh, je suis si heureux d’être l’un d’entre eux. Je suis si heureux. Oh, démolissant les murs, jetant les impuretés dehors. Gloire! Liberté dans le Seigneur, en louant Son saint Nom… Béni soit le Nom du Seigneur. Oh, alléluia! Gloire à Dieu.

155 Oh, j’aime voir ça : des gens qui se serrent la main et dont les visages s’illuminent. La puissance de Dieu qui dit : “C’est ça. C’est ça, nous sommes des enfants de Dieu. Nous sommes tous une très grande église, une très grande personne en Jésus-Christ, Son Épouse, La glorieuse.” La Venue du Seigneur est proche. Son peuple s’assemble et s’aime…avec amour et la puissance de Sa Présence. Oh, c’est comme le Ciel. Oh, c’est bon. Amen. Oh, comme c’est glorieux, comme c’est merveilleux : simplement d’adorer le Seigneur en Esprit et en puissance. Quel moment. (C’était pour s’arrêter; nous commençons.)

156 On ne peut pas… J’ai dit aux frères : “Frères, on ne peut pas s’arrêter ici.” On ne peut pas ici… Puisque nous n’avons pas commencé, il n’y a pas lieu de nous arrêter. Absolument—absolument merveilleux! Combien se sentent vraiment bien? Simplement la Présence du Seigneur, oh! la la! C’est merveilleux, la Présence du Seigneur ici.

157 Maintenant, la Présence du Seigneur est ici pour guérir les malades, rétablir les gens. Croyez-Le, tout simplement. Le croyez-vous? Si nous pouvons Le croire Lui, tout est possible. Vous croyez ça? Croyez-vous que c’est la Présence du Seigneur?

158 Maintenant, pendant que vous… Donnez-moi juste un instant, juste un instant maintenant, et écoutez juste pour un instant. Laissez-moi vous prouver que c’est le Saint-Esprit qui est ici. Laissez-moi vous montrer que le Saint-Esprit, Celui qui parle, Celui qui accomplit la chose, sait cela. Combien, qui sont ici maintenant, sont venus malades? Voyons vos mains. Ceux qui avaient une maladie… Il y a des gens…

159 Il y a un homme debout là. Croyez-vous, monsieur? Aucune carte de prière n’a été distribuée, mais, croyez-vous que Dieu peut vous guérir? Croyez-vous qu’Il peut me dire votre problème? C’est dans votre côté. Vous devez bientôt subir une opération. C’est vrai. Vous vous appelez M. Cartwright. C’est vrai. Pas vrai? Agitez la main. Très bien. Rentrez chez vous et soyez guéri, vous n’en aurez pas besoin. Le croyez-vous?

160 Cet homme qui tient ce bébé dans les bras, croyez-vous que je suis le serviteur de Dieu? Vous croyez que ceci c’est le Saint-Esprit? Je ne vous connais pas, pas vrai? Je ne vous ai jamais vu de ma vie; nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. Croyez-vous que le Saint-Esprit peut me dire ce qui ne va pas chez ce bébé? Il a de l’urticaire. C’est vrai. Pas vrai? Certainement. Vous n’êtes pas d’ici. Non. Vous-même, vous avez des problèmes d’estomac, vous en souffrez. C’est vrai, n’est-ce pas? Vous venez de Kansas City. Très bien. Retournez chez vous, Jésus-Christ vous rétablit. Alléluia! Croyez. Le croyez-vous de tout votre cœur?

161 Voici l’Ange du Seigneur qui se tient au-dessus de ce petit—petit bout de femme, assez âgée, assise juste ici, qui souffre d’une hernie. Vous croyez que Dieu va vous guérir de cette hernie, sœur? Vous, avec la petite fleur rouge sur votre chapeau, levez la main. Très bien. Rentrez chez vous et soyez guérie. Amen. Oh, c’est Dieu; c’est Christ, le Fils de Dieu. Il est ressuscité des morts. Il est ici.

162 Maintenant, posez vos mains les uns sur les autres et passez un bon moment dans la prière, vous tous, pendant que je demande à quelqu’un de venir ici. Venez ici, frère. Pendant que vous avez les mains les uns sur les autres pour montrer que Dieu guérit, j’ai le frère ici qui va aussi prier. (Allez-y. Très bien.) Louange au Seigneur Dieu. 

Up

S'abonner aux nouvelles