Crois-tu cela?

Autres traductions de ce sermon: Crois-tu cela? - MS
Crois-tu cela ? - Shp
Date: 60-0402 | La durée est de: 1 heure et 3 minutes | La traduction: VGR
doc pdf mp3
Voir le texte français seulement Voir le texte anglais seulement

1 Avant que nous priions, j’aimerais dire ceci que, hier soir, je crois, j’ai dit à une dame : “Si vous suivez simplement les instructions, cela… le bébé hydrocéphale, son tour de tête diminuera.” Et le tour de la tête du bébé a diminué, la nuit dernière, d’un demi-pouce [1,5 cm], en mesurant avec une ficelle. Donc, la dame l’a amenée ici maintenant.

2 Bon, la raison pour laquelle j’ai fait ça, sœur, c’est dans un but. Voyez? Si vous pouvez voir une chose se produire de manière tangible, cela fera grandir votre foi pour continuer à y croire. Je fais parfois cela simplement pour, peut-être, comme de demander à une personne de se lever, de faire un ou deux pas, de bouger la main, d’agiter le doigt, simplement une chose qu’ils peuvent faire différemment, simplement pour leur montrer que tout va bien. Ils s’agitent et pensent que ça ne va pas arriver, alors qu’en fait c’est en train d’arriver. Voyez? Il le faut.

3 Combien désirent que l’on pense à eux dans la prière, maintenant? Voulez-vous simplement lever la main et dire : “Seigneur, accorde-le”? Inclinons nos têtes.

4 Seigneur, alors que nous écoutons ce magnifique vieux cantique de l’église, écrit par mon précieux ami Paul Rader, “Crois seulement”, nous pensons maintenant à un garçon qui avait été amené aux disciples par ses parents, pas plus de dix jours après que Jésus leur avait donné le pouvoir de chasser les démons et de guérir les malades, et voici qu’ils étaient complètement tenus en échec par un cas d’épilepsie. Et ils ont vu notre Seigneur qui venait. Alors le père a couru et a dit : “Seigneur, aie pitié de nous. Mon fils est cruellement tourmenté par un démon. Je l’ai amené à Tes disciples et ils n’ont pas pu le guérir.”

5 Jésus a dit : “Je le peux, si tu crois. Crois seulement.” Ô Dieu, Tu n’as pas du tout changé depuis : Tu restes le même Dieu aimant, doux et compatissant. Ce que Tu étais alors, Tu l’es aujourd’hui. Et Seigneur, comme ce père, nous crions tous : “Seigneur, viens au secours de notre incrédulité.” C’est tellement simple; nous nous y achoppons seulement, Père.

6 Nous voulons T’offrir des actions de grâces et Te louer d’avoir touché ce petit bébé hier soir, de voir que ce crâne, qui avait gonflé, du fait que l’os était poussé vers l’extérieur, a diminué d’un demi-pouce [1,5 cm] la nuit dernière. Nous en sommes reconnaissants, Père. Quand nous savons que nos médecins, malgré leurs recherches, ne peuvent rien faire pour ça; mais Tu es toujours Dieu, le Maître de toutes les situations. Nous Te remercions, Père. Nous Te remercions pour la loyauté et la douceur de cette mère, son obéissance d’avoir ramené la ficelle et de l’avoir collée sur ce morceau de papier, ici, pour montrer ça au public, comme confirmation de son témoignage, pour la gloire de Dieu. Puisse son petit vivre comme un enfant normal, pour Ta gloire.

7 Regarde toutes ces mains qui se sont levées, Père. Chacune d’entre elles avait un besoin. La mienne est aussi levée, Père, j’ai un besoin. Et il y en a beaucoup ici, sous forme de lettre ou dans cette boîte, qui ont des besoins, des gens qui ont vraiment des besoins. Fais en sorte, Seigneur, que tous reçoivent ce soir ce qu’ils ont demandé. Puissent-ils prendre le témoignage de cette mère comme un exemple qui démontre que, quand Tu dis une chose, elle est accomplie. C’est… Vous… Tout ce que nous devons faire, c’est de l’accepter et agir en conséquence. C’est une œuvre accomplie.

8 Accorde, Seigneur, pour chacune de ces lettres et chacun de ces mouchoirs, que les gens sur qui ils sont appliqués soient guéris. Tous ceux qui ont levé la main, Père, qu’ils reçoivent le désir de leur cœur. Nous le demandons au Nom de Jésus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

9 Je voulais juste vous montrer la ficelle ici, que la dame (Voilà. Hm! Hmm!)… que la grosseur de la tête du petit bébé a effectivement diminué, comme le Seigneur nous l’avait promis par le Saint-Esprit, hier soir. N’est-Il pas merveilleux? En effet, cela nous encourage tellement à avoir la foi et à croire.

10 Bon, quand Jésus a dit à cet arbre, dans Marc 11.23 : “Dorénavant, aucun homme ne mangera de ton fruit,” Il n’a peut-être pas crié. En effet, franchement, Il l’a fait avec un tel calme que Ses disciples… Je pense que l’un d’entre eux L’a entendu. Et cela… Quand cet épileptique, quand il est arrivé devant le Seigneur Jésus, ce garçon a eu la pire crise qu’il ait jamais eue; peut-être qu’il est tombé par terre comme mort, mais il s’est rendu compte qu’il avait rencontré Quelqu’un qui avait une foi bien plus élevée que ces apôtres.

11 Là, j’aimerais que quelqu’un qui ne croyait pas à la guérison Divine regarde bien ceci. Jésus leur avait donné la puissance de chasser les esprits, et ils avaient échoué. Ce n’est pas la puissance qui avait échoué, mais c’est eux qui avaient échoué. Jésus leur a dit:

“Pourquoi n’avons-nous pas pu le chasser?”

Il a dit : “À cause de votre incrédulité.”

12 L’église a toujours une certaine puissance. Dieu n’a jamais retiré Sa puissance de l’église, mais l’église n’a pas assez de foi pour agir en conséquence. C’est tout. C’est aussi simple que ça. Nous essayons de le rendre si compliqué, parfois, mais plus vous rendez l’Évangile simple, plus vous aurez la réalité, quand vous deviendrez vraiment simple avec cela : Dieu l’a dit; c’est réglé; et c’est tout. Croyez-le simplement, allez de l’avant.

13 Quand Jésus a dit : “Aucun homme ne mangera de ton fruit,” eh bien, les feuilles étaient toujours aussi jolies et brillantes qu’avant. L’écorce était pareille, mais tout en bas dans le sol, dans les racines, la vie a commencé à s’en aller.

14 Ainsi en est-il d’un cancer, de n’importe quelle maladie à—à laquelle vous pourriez penser. Quand vous pouvez accepter la Parole de Dieu, tout en bas dans les racines, au fond, le cancer pourrait être là; votre main pourrait toujours être aussi raide. Cela n’a rien à voir avec la guérison Divine. C’est : “Si tu peux croire.” Voyez ? Tout en bas quelque part, le travail a déjà commencé.

15 Jésus a dit : “Si vous dites à cette montagne : ‘Ôte-toi de là,’ et que vous ne doutez pas dans votre cœur, mais croyez que ce que vous avez dit s’accomplira, vous pouvez avoir ce que vous avez dit.” C’est beau, n’est-ce pas? De qui cela est-il venu? Du Fils de Dieu, dont les Paroles… Les cieux et la terre passeront, mais alors…mais Ses Paroles ne passeront pas.

16 Bon, la seule manière dont vous puissiez faire cela, c’est en ayant l’objectif juste et le motif juste. Maintenant, si je sortais ici et disais : “Je vais vous montrer que je peux déplacer cette montagne, ‘Montagne, ôte-toi de là.’” Elle ne se déplacerait jamais. Certainement pas. Peu importe ce que j’aurais eu. Ça doit être… Premièrement, il faut trouver la volonté de Dieu.

17 Voilà la raison, d’habitude dans les lignes de prière, je—j’ai les cas les plus difficiles, c’est parce qu’ils sont déjà passés par des lignes et tout, et ensuite ça revient vers moi. Mais, voyez, si vous avez un péché non confessé… Avez-vous déjà remarqué un cas, avant que je demande au mauvais esprit de sortir? J’examine ce cas vraiment bien pour m’assurer qu’il n’y a rien dans cette vie qui pourrait faire obstacle, voyez, parce que, souvenez-vous, avec ces dons, on peut s’attirer des ennuis.

18 Dieu, souvenez-vous qu’une fois Il a donné un prophète…a fait d’un homme un prophète, Moïse, et Il lui a dit d’aller parler au rocher. Mais le prophète, qui était exaspéré, est sorti et a frappé le rocher, ce qui parlait de la faiblesse de Christ, indiquant qu’Il devrait mourir une seconde fois ou être frappé une seconde fois. Il avait la puissance pour la faire venir, mais ce n’était pas la volonté de Dieu.

19 Je n’ai jamais pu croire que c’était la volonté de Dieu pour Élie, pendant qu’il cheminait, parce que ces enfants le taquinaient à cause de sa calvitie, je ne pense pas qu’il aurait dû faire ça. Mais il était prophète, et il était irrité, alors il a prononcé une malédiction contre ces enfants, et deux ours ont tué quarante-deux petits enfants innocents. Voyez? Cependant, je ne crois pas qu’il aurait dû faire ça. Et cela… nous…

20 Dieu, je crois qu’aujourd’hui, avant de donner la puissance à Son Église, Il éprouve Son Église afin de voir ce qu’Elle fera.

21 Nous…la prochaine fois, peut-être, si le Seigneur le veut quand je reviendrai, nous aurons le temps de nous arrêter à quelque chose comme cela, à quelque chose qui est sur le point d’arriver, et alors nous en saurons plus à ce sujet.

22 Mais si vous prononcez simplement la parole, que vous dites : “Seigneur, je le crois,” ne doutez pas, que ça vienne vraiment du fond de votre cœur…

23 Bon, disons par exemple que je me trouve dans une vallée et que je ne…que je prêche à des millions de personnes, mais que, de l’autre côté de la montagne là, se trouve un groupe de cent personnes en train de mourir sans connaître Christ. Eh bien, j’ai un million de personnes ici à qui prêcher, pourtant Quelque chose dans mon cœur me dit : “Va de l’autre côté vers ces gens. Va vers eux. Ils sont en train de périr.” Moi, je ne veux pas y aller, pourtant il y a Quelque chose en moi. Vous voyez, alors ça c’est Dieu qui agit. Regardez quel est l’objectif, regardez quel est le motif d’y aller, pas pour vous-même… Bon, si je dis : “Eh bien…” Si mon objectif d’aller là-bas est juste, mais ensuite, que je monte ici et que là se trouve une grande montagne, que je dise : “Vous savez, si je franchis cette montagne et sauve ces cent personnes, un jour on aura une statue là-bas : Frère Branham, le grand missionnaire.” Alors mon motif n’est pas juste. La montagne ne tombera pas. Non monsieur.

24 Mais quand mon motif et mon objectif sont justes, et que Dieu, dans mon cœur, me conduit, et que je ne peux ni franchir la montagne, ni la contourner, ni passer dessous, que je dise : “Montagne, ôte-toi de là!” Peut-être qu’elle… Quand je dis cela, et sans rien dire de plus avec cette sorte d’esprit juste, en étant conduit par le Saint-Esprit, dans la volonté de Dieu, il se pourrait qu’il n’y ait qu’une petite cuillerée de cette montagne qui se détache, mais c’est en route. Le lendemain, il se peut qu’il y ait une chute de deux livres [1 kg]. Le lendemain, un quart de tonne. Et peut-être que dans un mois, il en tombera cinq tonnes. Et alors? Ce n’est peut-être même pas encore visible, mais elle est en train de bouger, c’est en route. Je resterai là à regarder la chose s’accomplir, car Dieu l’a dit et c’est réglé, tout simplement.

25 Pouvez-vous penser ça au sujet de votre mère là-bas, ce soir? Très bien, si vous le pensez, elle se rétablira. Très bien. Ça c’est si vous le croyez simplement : prononcez simplement la parole et tenez-vous-y. Voyez? Croyez-y, c’est tout; accrochez-vous-y. C’est la Vie Éternelle.

26 Bon, demain après-midi… J’ai dit à Billy, ce soir, simplement d’oublier les cartes de prière, et que je voulais parler. Je confesse la vérité, ça fait depuis janvier que je suis en route, outre-mer, de retour, à Phoenix, à la maison, de retour, et je suis complètement…(ce discernement) j’en arrive à être tellement faible que, parfois, j’ai de la peine à savoir où je me trouve. Ça m’a presque achevé.

27 Et puis, je dois repartir, et on…vous—vous, frères, m’avez invité à rester encore quelques jours. Combien j’apprécie cela. Je pense vraiment que c’est ici un merveilleux groupe de ministres. J’aurais souhaité que nous ayons un peu plus de temps pour fraterniser. Si le Seigneur le veut, je reviendrai un jour. Rien que pour aller d’une église à l’autre et faire le tour de la ville, vous rendre visite à tous. Je serais heureux de faire cela : faire tout ce que je peux afin d’aider le Royaume de Dieu, pour autant que vous le souhaitiez. Et de revenir un jour, que vous nous rejoigniez, afin d’avoir une toute bonne réunion quelque part.

28 Et souvenez-vous, frères, je prierai pour vous. Ça c’est sûr. Et je veux que vous priiez tous pour moi, vous tous.

29 Et maintenant je—je… Demain matin auront lieu les réunions dans toutes ces différentes bonnes églises de la ville.

30 Bon, quelques groupes de Jeffersonville sont ici. Quelques amis, un de mes administrateurs de l’église, Frère Fred Sothmann, est ici. Je n’ai pas encore pu le voir dans la réunion. Et frère… Oh, beaucoup de mes amis de Jeffersonville, mon pri-… mon secrétaire, là, et—et tous sont ici quelque part dans la réunion. Je ne les ai pas encore vus.

31 Et frères, il y a de bonnes églises ici dans cette ville. Et vous autres visiteurs, trouvez en une et allez dans ces églises demain. Elles vous feront du bien, j’en suis sûr. Ce sont des frères qui croient en ce genre de ministère. C’est la raison pour laquelle ils sont ici, assis sur l’estrade et à ces places ici en bas, ils croient en cela. J’apprécie de tels hommes.

32 Seigneur, bénis ce chapitre des Hommes d’Affaires du Plein Évangile qui—qui ont parrainé cette réunion. Il y a…je crois que c’était juste, qui ont parrainé la réunion. Je—je vais à beaucoup de leurs parrainages, parce que là… Nous ne devrions pas être comme ça, mais, souvent, les frères laissent de petites différences de rien du tout, comme un homme qui croit une petite chose, une autre petite chose; cela produit un peu de friction et ça rouvre d’anciennes blessures d’il y a très longtemps. À ce jour, elles devraient être guéries, mais elles—elles… Et si on…si j’ai les Hommes d’Affaires du Plein Évangile, ça permet de relier un peu tout ça, nous nous réunissons et nous avons une vraie communion ensemble, de vraiment bons moments. Et nous apprécions cela. Que Dieu bénisse ce chapitre. Je crois que le Seigneur l’a suscité dans un but.

33 Bon…et puis, l’autre jour, j’ai eu le grand privilège de voir l’endroit où se trouve Frère Oral Roberts. Et, oh! c’est colossal, c’est vraiment beau. C’est—c’est un monument commémoratif de la Pentecôte.

34 Ensuite je suis allé chez Frère Tommy Osborn, un autre endroit merveilleux, un homme de Dieu merveilleux, qui… Frère Tommy et moi sommes vraiment proches, et Frère Oral aussi, des frères vraiment très proches, nous nous aimons les uns les autres et essayons d’agir au mieux pour le bien des gens dans le Royaume de Dieu.

35 Donc, j’apprécie vraiment que ces hommes soient ici dans cette ville parmi les autres hommes remarquables que vous avez. Vous, brebis, avez de merveilleux bergers. Je—je le dirai simplement comme ça. Ma prière est que le Seigneur continue à être avec vous tous. Et, bon, demain après-midi, je… À quelle heure commence le service, frères? Quatorze heures trente. Disons qu’à treize heures—treize heures trente vous devriez être ici afin que cela n’interrompe pas les autres services.

36 Bon, si les frères ne vous l’ont pas déjà dit, ce soir, ils ont des livres, des photos et ainsi de suite, et des bandes, et des disques, et…des réunions, et ils les vendent. Mais nous ne les laisserons pas les vendre le jour du sabbat, demain. Aucun livre ni rien d’autre ne doit être vendu demain. Ainsi nous ne…nous n’avons jamais permis ça. Bien que beaucoup aient dit : “Vous avez vraiment tort…”

37 Le vieux papa Bosworth me disait : “Oh, Frère Branham, là, vous avez tort,” mais c’est ce que je ressens (Voyez?), et je—je le ressens. Si vous en voulez un, ils vous le donneront, mais si vous… Mais nous ne pouvons pas vendre le—le jour du sabbat. Non. C’est tout. Si je crois cela, il faut que je le vive, simplement…il faut que je vive en accord avec moi-même. Vous voyez? Et il—il faut que je vive en accord avec mes convictions et alors… Ou bien vous pouvez nous contacter, et, passer à la maison, venir sur place, et l’obtenir.

38 Bon, ce soir, oh, nous tous, oublions simplement cela, oh, qu’il y a du travail à faire, ou quoi que ce soit d’autre, ou les peines de la journée. Mettons simplement tout de côté et regardons dans la Parole pendant quelques instants, voyons ce que Dieu voudrait nous dire à travers Sa Parole. Et je prie que Dieu nous donne simplement une immense bénédiction ce soir.

39 Gene, pourrais-tu la kidnapper pour moi? Pourrais-tu kidnapper cette petite fille pour moi? N’est-elle pas mignonne? Voudrais-tu rentrer à la maison avec moi et jouer avec ma petite Sara, grande comme ça? Oh, oui? Je—j’aimerais bien. Elle a à peu près ta taille, et elle est la petite fille à papa. Hm! Hmm! Hm! Et je te parie que tu—tu aimes aussi ton papa, n’est-ce pas? Ta maman? Oh, bien sûr que oui. La plus mignonne petite fille, alors que je me tiens ici, que je regarde. On dirait des petits yeux avec des cernes et—et des petits cheveux châtain.

40 J’aime vraiment les petits enfants. J’ai deux petites filles chez moi. L’une d’elles c’est Rébecca et l’autre Sara.

41 Il y a quelque temps, j’étais loin. Elles sont toutes les deux les petites filles à papa, vous savez, et je les aime. Et aussitôt que je rentre, il faut que je les prenne sur le dos, et…mais Becky devient trop grande pour ça; elle est aussi grande que moi. Maintenant elle me casserait le dos; elle est…mais elle est quand même toujours la petite fille à papa. Et maintenant, d’ici un an, nous voulons la mettre à l’école biblique quelque part, loin de l’école publique.

42 Et alors, elles sont restées debout en attendant que papa rentre à la maison, vous savez. J’étais ailleurs pour des réunions. Et demain soir, elles attendront jusqu’à minuit, si j’arrive à rentrer. Donc, je suis rentré très tôt ce matin-là, vers trois ou quatre heures. Et maman est venue à la porte et m’a fait entrer, j’étais si fatigué, épuisé, je… Ici sur l’estrade, je…quand…sous l’onction on se sent bien, mais quand elle vous quitte, c’est là que vous vous attirez des ennuis. Combien savaient cela? Mais, bien sûr que c’est comme ça.

43 Regardez, Élie est allé sur la montagne et a appelé le feu du ciel, il a appelé la pluie du ciel, et ensuite, quand l’Esprit l’a quitté, il a erré dans le désert pendant quarante jours, et Dieu l’a trouvé, caché au fond d’une caverne quelque part.

44 Jonas, il est allé au fond et est resté en vie dans le ventre d’une baleine trois jours et trois nuits, il a été recraché sur la rive et est parti prêcher. Toute la ville s’est repentie et est venue à Dieu. Et quand l’onction l’a quitté, il est monté au sommet de la colline et a demandé à Dieu de lui ôter la vie. Voyez?

45 Il n’y a pas longtemps, je me suis tenu près de la tombe de William Cowper, qui avait écrit ce célèbre cantique que nous utilisons lors du service de communion :

Il y a une Source remplie du Sang

Des veines d’Emmanuel,

Tout pécheur plongé dans ce flot…

46 Avez-vous déjà entendu ce qu’il…ce qui lui est arrivé? Après que cette inspiration l’eut quitté, il a essayé de trouver la rivière pour se suicider.

47 J’habite juste de l’autre côté de la vieille Maison du Kentucky. Et Stephen Foster a donné à l’Amérique ses chants populaires les plus célèbres. Et quand il écrivait, que l’inspiration venait, cette inspiration, qu’il écrivait un chant, ensuite, quand il en sortait, il allait s’enivrer. Finalement, il a appelé un serviteur, a pris un rasoir et s’est suicidé.

48 Les gens ne savent pas par quoi passent les gens qui vivent dans cette dimension spirituelle. Bon ici, vous sentez que vous pourriez déplacer une montagne. Mais laissez seulement l’onction vous quitter, franchissez cette porte (s’il n’y a pas quelqu’un là pour vous attraper, voyez) et alors, peut-être que pendant quelques heures, vous savez à peine, vous vous demandez où vous êtes. Et alors soir après soir, cela prend le meilleur de vous.

49 Et la petite… J’aimerais vous parler des petites Sara et Rébecca. Donc le lendemain matin, je ne pouvais pas dormir et je me suis levé, je me suis assis sur une chaise, et au bout d’un moment Becky, qui est l’aînée, elle était—avait des jambes plus longues que Sara, et alors Becky est venue en courant… elle s’est réveillée, a sauté du lit, sans réveiller sa petite sœur, elle a traversé la maison en courant aussi vite qu’elle pouvait. Elle disait : “Papa, papa…” J’ai tendu une jambe, elle a sauté à califourchon, en gardant assez bien son équilibre. Un peu comme la—l’église moderne, vous savez, ça fait longtemps qu’elle est dans la course, vous savez, depuis plusieurs centaines d’années. Elle arrivait bien à se tenir en équilibre, elle m’a entouré de ses bras et a dit : “Oh, mon papa, mon papa…”

50 Et, à cause du bruit, la petite Sara s’était réveillée. Eh bien, je ne sais pas si c’est le cas avec vos enfants ou pas; c’est le cas avec les miens : le plus jeune reçoit les vêtements usagés de l’aîné. Donc, Sara portait les pyjamas de Becky, les pieds environ comme ça trop longs, vous savez. Et la voilà qui est arrivée, un tout petit bout de femme, en tombant, en trébuchant. Et elle est arrivée, un peu en retard. Becky s’est alors retournée, elle a dit : “Sara, ma sœur, je veux te dire quelque chose.” Elle a dit : “J’étais ici en premier. Et j’ai le monopole. Donc j’ai tout de papa et il ne reste plus rien pour toi.”

51 C’est de cette manière que certains perçoivent la religion, n’est-ce pas? Ah oui. C’est vrai.

52 Et la pauvre petite Sara, les coins de sa petite bouche sont retombés, ses petits yeux noirs se sont levés vers moi, et elle s’est mise à pleurer. Becky, elle, avait sa joue contre la mienne, elle me serrait dans ses bras. Je l’aime. Et Sara a commencé à s’éloigner parce que Becky avait tout de papa. J’ai présenté l’autre genou comme ceci et je lui ai fait signe comme ça. Elle s’est vite reprise, elle a couru et a sauté sur mon genou… Ça ne faisait pas longtemps qu’elle était née et ses jambes n’atteignaient même pas le sol. Elle était un peu vacillante (peut-être, comme je le suis, juste un peu vacillant, vous savez), et elle n’avait…elle ne pouvait pas atteindre le sol. Elle n’était pas une grande dénomination, vous savez, et donc elle ne pouvait pas s’appuyer par terre. Elle n’était pas née depuis assez longtemps.

53 Et donc, elle était un peu vacillante, alors j’ai mis mes deux bras autour d’elle comme ceci, je l’ai serrée contre moi, et ses petits yeux noirs se sont mis à briller, en regardant de nouveau Rébecca. Elle a dit : “Rébecca, ma sœur,” elle—elle a dit, “c’est peut-être vrai que tu as tout de papa, mais je veux que tu saches une chose, papa a tout de moi.” Alors…

54 C’est… Pourvu qu’Il ait tout de moi. Je n’ai peut-être pas l’instruction pour faire passer les grandes choses, mais aussi longtemps que je sais qu’Il a tout de moi, alors que je suis vacillant, puisse-t-Il simplement m’entourer de Ses deux bras, ainsi je me sentirai bien.

55 Eh bien, offrons-Lui encore un petit mot de prière avant d’ouvrir la Parole.

56 Maintenant, Père Céleste, nous sommes conscients que nous sommes aussi comme des enfants. Et—et Tu aimes être avec nous et adorer avec nous. Et alors que nous T’adorons, et que Tu nous aimes, et que Tu nous tiens dans Tes bras, que Tu envoies Ton Saint-Esprit et nous fais savoir que Tu es vivant et que Tu es notre Père, nous Te disons un grand merci. Maintenant, puisse le Saint-Esprit venir vers nous, ce soir. Aime chaque cœur, Seigneur. Donne-nous une bénédiction toute fraîche. Père, déverse sur nous les gouttes de rosée de la miséricorde. Ne regarde pas à nos péchés. Ils sont trop nombreux. Seigneur, pardonne-les simplement. N’en tiens pas compte, Père, et prends-nous simplement dans Tes bras, et—et guéris nos maladies, et—et purifie nos âmes, et libère nos esprits, Seigneur, afin que nous puissions T’adorer et Te louer, être comme de petits enfants qui courent dans la maison, en sachant simplement que Papa veille sur nous. Accorde-le, Seigneur.

57 Maintenant, nul n’est capable de—d’interpréter la Parole. Nous en sommes conscients. Jean a vu le Livre dans la main droite de Celui qui était assis sur le trône, et il n’y avait personne dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre qui était digne de prendre le Livre, de l’ouvrir ou d’en rompre les sceaux. Et un Agneau est apparu, qui avait été immolé depuis la fondation du monde. Et Lui était digne. Il a pris le Livre, a rompu les sceaux et a ouvert le Livre. Ô Agneau, viens ce soir. Ouvre pour nous le Livre, Père, tandis que nous nous attendons à Toi, car nous le demandons au Nom de Jésus, l’Agneau de Dieu. Amen.

58 Ce soir, j’ai choisi ici un petit verset des Écritures de trois mots. Mais, premièrement, je veux lire un ou deux versets dans Jean, au chapitre 11, en commençant par le verset 23.

Jésus lui dit : Ton frère ressuscitera.

Je sais, lui répondit Marthe, …il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour.

Jésus lui dit : Je suis la résurrection et…la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort;

Et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela?

Elle lui dit : Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde.

59 Et comme sujet, je souhaite utiliser ces trois mots : Crois-tu cela?

60 J’ai lu une histoire, il y a quelque temps. Je pense que c’était une histoire inventée. Et la plupart des ministres ont lu, je pense, le livre du Dr Ingraham Le Prince de la Maison de David. C’est un livre excellent. Il est, je pense qu’il est complètement épuisé. J’aimerais bien l’avoir imprimé, afin de pouvoir le passer aux gens.

61 Et là-dedans, je lisais un petit article sur ce même Lazare et sur Jésus, et Marie, et Marthe, que, les sœurs de Lazare. Et j’y lisais que c’était là où Jésus habitait, je crois, avec Marthe et Marie. Elles étaient toutes les deux de charmantes filles israélites. Et Lazare apprenait ou était en formation pour devenir scribe au temple, écrivant des lettres de la loi pour les sacrificateurs.

62 Et Jésus avait une merveilleuse communion, en particulier avec Lazare. Nous lisons dans ce livre qu’une fois Il était venu dans leur maison et que Marthe avait tendance à remettre à plus tard d’écouter Ses paroles, comme elle devait préparer le dîner et mettre la table, tandis que Marie restait assise à Ses pieds. Et Jésus a dit que Marie avait choisi les meilleures choses.

63 Et alors, on nous raconte que Lazare était celui qui avait conduit Jésus vers Jean, dans l’histoire des livres du Dr Ingraham, et…sur Le Prince de la Maison de David. Cependant, bien que cela ne soit peut-être pas vrai, je ne sais pas, mais, simplement pour décrire le contexte, Il était censé avoir habité chez eux.

64 Bon, nous avons appris, la semaine prochaine, la semaine dernière, plutôt, que Jésus dit, dans Jean 5.19 : “Je… Le Fils ne peut rien faire de Lui-même, Il ne fait que ce qu’Il voit faire au Père; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement.” Voyez? “Ce qu’Il voit faire au Père.”

65 Alors, pour que cette histoire soit vraiment véridique, le Père, Dieu, doit avoir parlé à Son Fils Jésus et dit : “Ton ami Lazare va mourir, mais il va en ressortir du bien, alors Toi quitte la maison. Pars, parce qu’on Te demandera de prier pour lui, ou de le guérir, et—et Je ne veux pas que Tu fasses cela.” Si vous regardez le déroulement de l’histoire, vous verrez que la tournure que prennent les choses aboutit à cette vérité. Donc, Jésus, sans aucun avertissement ou quoi que ce soit, a quitté la maison pour aller ailleurs, Il n’est pas rentré ce soir-là. Il est allé dans d’autres villes. Et aussitôt que Jésus eut quitté la maison, les ennuis ont commencé.

66 Et quand Jésus quitte votre maison, les ennuis sont en route. Souvenez-vous bien de ceci, quand Il quitte votre maison, les ennuis sont en chemin. Quand vous avez des activités sociales et tout dans votre église qui fonctionnent d’une façon si parfaite, comme une énorme Rickenbacker de seize cylindres, et que vous laissez Jésus en dehors, quand Jésus quitte votre église, il y a des ennuis sur la route. Oui monsieur, quand Jésus quitte une dénomination, qu’on Le met de côté et qu’on déclare : “Eh bien, maintenant nous ne croyons plus que ces choses soient absolument correctes”, et que vous adoptez autre chose, les ennuis sont en route. Souvenez-vous bien de cela.

67 Cela me rappelle une histoire du Seigneur Jésus, qui se trouve dans le Livre de Luc. Vous savez, quand Il n’était qu’un garçon d’une douzaine d’années, les gens de Sa famille L’avaient emmené, selon la coutume chaque année, à la fête de la Pentecôte. Et pendant qu’ils étaient à la fête, dans la ville de Jérusalem, et qu’ils passaient de bons moments, nous voyons dans la Bible qu’ils ont marché pendant trois jours sans Lui. Ils ont peut-être pensé, considéré la chose comme allant de soi, que Jésus devait être parmi leurs proches. Or, on ne peut pas faire ça. Quand ils sont allés se renseigner auprès de leurs proches, Il n’était pas là.

68 Et on ne peut pas considérer les choses comme allant de soi, simplement parce qu’on est méthodiste, baptiste, presbytérien, pentecôtiste, et que, dans notre milieu, nos ancêtres étaient de grands croyants, eh bien, on considère la chose comme allant de soi, que Jésus est avec nous. On ne peut pas faire ça. On doit être en contact avec Lui chaque jour, à chaque minute. Oh, j’aime ça.

69 Je veux ce que Dieu est maintenant. Ce que mes parents avaient, ce que mes ancêtres avaient, c’est merveilleux. Mais (Ce qu’ils avaient est bien.) je pense que nous sommes plus loin sur la route.

70 Voyons ce qu’Il est aujourd’hui. Je ne veux pas regarder en arrière et voir ce que M. Moody a fait, parce que nous sommes plus loin sur la route que M. Moody. Le problème avec nos églises, c’est que nous regardons en arrière et disons : “Eh bien, voyons ce que M. John Wesley a dit, ce que d’autres ont dit.” C’est la raison pour laquelle la science est bien plus avancée dans son domaine, que la religion dans le sien.

71 Tenez, il y a trois cents ans, un savant français a démontré que si on allait à la vitesse vertigineuse de trente-cinq milles à l’heure [50 km/h], la gravitation vous élèverait de la terre. Vous pensez que la science se référerait à cela aujourd’hui? Ils vont à mille neuf cents milles à l’heure [3000 km/h] et continuent encore. Ils vont de l’avant, ils regardent en avant. Mais, nous, nous voulons regarder en arrière et voir ce que Moody a dit; ce que Sankey a dit; ce que Finney a dit; Knox, Calvin; certains d’entre eux. Ce qu’ils ont dit était très bien. C’était pour leur âge, mais nous, nous avançons.

72 Mon grand-père conduisait une charrette à bœufs. Je conduis une Ford V8. Mon fils volera en avion à réaction. C’est ça, nous avançons. C’est ce que la religion devrait faire. La Venue du Seigneur est proche. L’Église devrait avancer pour entrer dans la puissance qui Lui appartient. La science peut monter seulement jusqu’à un certain point et ensuite elle doit redescendre, mais nous, nous avons des sources inexploitées, intactes, de la puissance illimitée de Dieu, dans lesquelles nous devons entrer. Nous vivons à un million de kilomètres en dessous de nos privilèges, ce soir, des privilèges dont les Chrétiens devraient jouir. J’ai honte de moi quand je regarde ici et que je vois les hôpitaux psychiatriques, et la maladie, et les problèmes qu’il y a maintenant même. Notre église devrait arpenter les rues, guérir les malades, ressusciter les morts, chasser les démons, accomplir des signes et des prodiges, faire prendre conscience au monde entier que Jésus-Christ vit. C’est ce que nous avons besoin de faire.

73 Mais, vous dites : “M. Moody n’a jamais…” M. Moody n’a pas vécu de nos jours. C’est vrai. Nous vivons pour la Venue du Seigneur. Et nous avons simplement considéré les choses comme allant de soi, qu’Il était avec nos proches. Mais, l’autre jour, quand un adversaire a défié M. Graham, nous avons vu qu’Il n’était pas parmi nos proches.

74 Où Le trouvent-ils? Où ont—où ont-ils trouvé Jésus? Exactement là où ils L’avaient laissé. Où L’ont-ils laissé? A la fête de la Pentecôte. Où laissons-nous Jésus, où l’église l’a-t-elle fait? A la fête de la Pentecôte. Quand nous nous éloignons de la puissance de la Pentecôte de jadis et de la fête de la Pentecôte, nous nous éloignons de Jésus. C’est tout à fait exact, mon ami. Nous vivons en dessous de nos privilèges. Oui, monsieur.

75 Ils L’ont laissé à la fête de la Pentecôte, et c’est le seul endroit où les méthodistes, les baptistes, les presbytériens et les pentecôtistes Le trouveront, c’est en retournant là où vous L’avez laissé. Où est la joie du Seigneur? Où est la puissance du Seigneur? L’église se demande aujourd’hui : “Que—qu’est-il arrivé au Dieu de l’histoire?” Il attend que Son peuple L’appelle à entrer en scène. Mais le…

76 Nous ne pouvons pas le faire à travers les dénominations. Nous ne pouvons pas le faire par la psychologie. Nous ne pouvons pas le faire par l’arithmétique, ou nous ne pouvons pas le faire par l’instruction. Nous nous séparons, nous nous divisons. Nous ne sommes pas divisés. Nous sommes une seule personne, réellement, en Jésus-Christ. Nous sommes tous un en Christ, et nos dénominations n’y arriveront jamais. Aussi bonnes soient-elles, elles n’y arriveront pas. Notre instruction est le plus grand obstacle que l’Évangile ait jamais rencontré — l’instruction.

77 Ce dont nous avons besoin, ce n’est pas d’instruction. Nous avons besoin de la puissance et de la démonstration du Saint-Esprit de retour dans l’église pour démontrer la puissance. Jésus n’a jamais dit : “Allez par tout le monde et—et enseignez.” Il n’a jamais dit : “Allez par tout le monde et faites…” Il a dit : “Allez par tout le monde et prêchez l’Évangile.” Et l’Évangile, c’est démontrer la puissance du Saint-Esprit, la résurrection. Nous sommes toujours un million de kilomètres en deçà d’où nous devrions être. Avançons. Retournons là où nous L’avons laissé à la fête de la Pentecôte.

78 Jésus a dit, dans Jean, je crois, au chapitre 15, Il a dit : “Je suis le Cep; vous êtes les sarments.” Eh bien, alors, si ce Cep a produit le premier sarment, et qu’à partir de ce sarment a été écrit un Livre des Actes, le second sarment produira un autre Livre des Actes. Le troisième sarment produira un autre Livre des Actes. Et chaque sarment qui sort de ce Cep sera semblable au premier sarment.

79 Bon, on peut greffer, nous savons cela. J’ai vu un citronnier avec environ huit différentes sortes de fruits. J’ai vu un oranger qui portait des pamplemousses, des citrons et tout le reste, mais ils ont été rattachés.

80 C’est ça le problème aujourd’hui. Nous avons rattaché nos idées, rattaché nos dénominations, mais si, un jour, cet arbre produit lui-même une autre branche à fruits, elle sera comme les premières à l’origine. Alléluia! Oh, l’église va s’harmoniser, mais nous avons besoin de la puissance qui était à l’origine. Nous avons besoin du Saint-Esprit, de la puissance de la résurrection de Jésus-Christ. C’est ce qu’Il nous a dit de faire.

81 “Je suis le Cep, vous êtes les sarments.” Si un plan de vigne produit un sarment, et que de là sortent de beaux raisins bleus, le prochain sarment qu’il produira portera de beaux raisins bleus. Si le premier Cep est sorti et qu’ils sont tombés sous l’effet du Saint-Esprit, qu’ils ont accompli de grands miracles et des signes, et qu’ils ont scellé leur témoignage à un monde… Même beaucoup parmi eux, avec leur propre témoignage, ils—ils ont scellé leur témoignage de leur sang. Ils ont traversé toutes sortes de périls et tout, pour apporter l’Évangile. Ils ont souffert; ils ont été battus, ils ont été punis. “Devons-nous être transportés à la maison au Ciel sur un lit de facilité garni de fleurs, alors que d’autres ont combattu pour gagner le prix et navigué à travers des mers de sang?” Que nous attendons-nous à faire? “Je dois combattre si je veux régner. Augmente mon courage, Seigneur.” Certainement. Nous avons besoin d’un…

82 Nous n’avons pas besoin d’une nouvelle dénomination. Nous n’avons pas besoin d’un nouveau bâtiment d’église. Ce dont nous avons besoin aujourd’hui c’est d’un vrai réveil pentecôtiste à l’état brut, comme autrefois, qui tue le péché, qui est né à la Pentecôte et qui est revenu de nouveau dans l’église, de nouveau la puissance du Saint-Esprit, pour faire entrer Jésus en scène.

83 Le Dieu de l’histoire entre toujours en scène à un moment crucial. Nous en avons besoin. C’est ça le problème de notre église aujourd’hui. Nous retournons trop loin en arrière. Nous nous conformons aux modes du monde. Et progressivement, année après année, elle commence à mourir et à dépérir.

84 Ce sera très bientôt le temps de l’émondage. Dieu va la tailler, aussi certainement que je me tiens à cette chaire. Dieu va la tailler afin qu’elle porte du fruit. Il en retranchera les œuvres du monde, un de ces jours. Quelle honte, la manière dont l’église s’est comportée au nom de la religion.

85 Et nous voyons, quand Jésus est parti, que la mort s’est installée. Quand Jésus quitte notre église, que la puissance du Saint-Esprit quitte notre église, elle commence à dépérir et—et à mourir. Et, au bout d’un moment, il ne reste plus rien d’elle. Là, quand Jésus est parti, la mort s’est installée. Oh, quelle triste période cela a été.

86 Et remarquez, elles se posaient des questions, et elles ont envoyé chercher Jésus, mais Il n’est pas venu. Elles L’ont envoyé chercher de nouveau, et Il n’est pas venu, mais Il savait ce qu’Il allait faire. Il sait, ce soir, ce qu’Il va faire. Ce n’est pas perdu avec Lui : Il sait exactement ce qu’Il est sur le point de faire. Il va susciter un peuple, aussi certainement que je me tiens à cette chaire. Il va susciter un peuple à cause de Son Nom, qui sortira de la génération des nations. Il va le faire.

87 Le temps des Juifs est tout proche, maintenant, et celui des nations est en train de prendre fin, parce qu’elles se sont détournées. Elles rejettent Christ; elles rejettent leurs signes; elles rejettent tout ce qui est sacré et cataloguent cela comme étant de la télépathie ou une puissance diabolique, et font… Elles blasphèment contre le Saint-Esprit et se séparent définitivement de Dieu. Et Dieu prendra cette minorité, après quelque temps, et Il l’établira comme une Église puissante, et ensuite Il dirigera l’Esprit vers les Juifs et emmènera l’Église des nations à la maison. Exactement. Elle se prépare, maintenant. Oh, combien, nous sommes au temps de la fin, presque.

88 Jésus, Il savait. Et après quelque temps, Il a dit : “Notre ami Lazare dort.”

89 Eh bien, les disciples ont pensé qu’il se reposait un peu. Il a dit : “Eh bien, s’il dort, c’est qu’il va très bien.”

90 Eh bien, Il l’a dit dans Ses…leurs mots, afin qu’ils comprennent, Il a dit : “Il est mort, et, à cause de vous, Je me réjouis de ce que Je n’étais pas là.” Voyez? “À cause de vous, Je me réjouis de ce que Je n’étais pas là.” Parce qu’ils Lui auraient demandé de—de guérir—de le guérir, mais Il savait qu’Il ne pouvait pas le faire, parce que la vision était encore…après ces quatre jours, Il savait que c’était le moment que le Père Lui avait indiqué. Comme c’est beau; au sépulcre, Il a dit : “Père, Je Te rends grâces de ce que Tu M’as déjà exaucé, mais Je parle à cause de la foule qui M’entoure.” Voyez? Il savait déjà ce qu’Il allait faire. Il a dit : “Je vais aller le réveiller.”

91 Bon, je peux m’imaginer que ce petit foyer était vraiment brisé. Le soutien de famille n’était plus, la tristesse. Oh, c’est merveilleux quand vous avez un foyer triste ou un cœur triste, et qu’alors Jésus apparaît subitement, n’est-ce pas? Je peux m’imaginer de voir Marthe, une belle petite femme, le visage recouvert d’un voile noir, et la petite Marie, et qui se tiennent l’une l’autre, en disant : “Qu’allons-nous faire? Papa et Maman ne sont plus, et notre précieux frère… Maintenant, nous avons quitté l’église, et nous avons été excommuniées par eux, et nous sommes sorties pour suivre Jésus de Nazareth. Et Il s’est retiré quelque part et nous a laissées.”

92 Je peux entendre un critiqueur venir dire : “Hé, où est ce Guérisseur Divin, ce Prophète de Galilée? Où est-Il maintenant? Regardez, quand il est vraiment temps pour Lui de faire quelque chose, Il n’est pas là.” C’est ça. Voyez, Dieu aime faire ça, c’est tout, simplement, laisser les gens, simplement, laisser les gens montrer ce qu’ils sont, oui, simplement les éprouver pour voir ce qu’ils sont réellement. Il leur donne une bénédiction. Il apparaît, Se montre, Se présente aux gens, juste pour voir le genre de réaction qu’ils auront, juste pour voir ce qu’ils vont faire.

93 Bon, alors nous voyons, quelques—quelques jours plus tard, quatre jours, le pauvre Lazare était mort. On l’avait enterré. Le deuxième jour, troisième jour, quatrième jour… Eh bien, tout le monde sait que la corruption s’installe après trois jours : en premier, le nez s’affaisse sur le visage. Et alors la corruption s’installe; les vers de la peau commencent à dévorer le corps. On l’a mis en terre, on a placé une grosse pierre devant l’entrée de la grotte où on l’avait déposé. Et de temps en temps, les jeunes filles allaient s’agenouiller au sépulcre et pleuraient.

94 Et après quelque temps, la nouvelle s’est répandue : “Jésus est arrivé. Nous L’avons vu entrer en ville.” Oh, cette petite Marthe qui, apparemment, avait eu tendance à remettre ça à plus tard, a montré alors de quoi elle était faite. La voilà qui arrive. Elle est alors en route, elle court à Sa recherche. Je peux entendre certains d’entre eux, le long de la route, qui disent : “Eh bien, je suppose que tu es convaincue, maintenant, que ta religion était fausse.” Elle les a tout simplement ignorés et a continué, elle a passé à côté de tous les critiqueurs sans s’arrêter. Elle a continué jusqu’à qu’elle Le voie, peut-être assis au coin de la rue.

95 Bon, semble-t-il, elle devait…elle aurait eu le droit de Lui faire des reproches et—et de Lui parler méchamment. Mais, elle n’a pas couru vers Lui en disant : “Dis donc, dis donc, Toi. Tu es censé être un Prophète, un Homme de Dieu. Pourquoi n’es-Tu pas venu lorsque nous T’avons appelé? En effet, maintenant, nous sommes la risée de la ville. Nous avons quitté notre église pour Te suivre.” Il semble que c’était son droit. Mais, vous savez, c’est comme L’Agneau et la Colombe sur lesquels je vous ai prêché, si nous sommes un agneau, un agneau renonce à tous les droits qu’il a. C’est tout à fait vrai. Il n’a que de la laine, alors il doit renoncer à cela. Et vous renoncez à tous les droits que vous avez afin de servir Dieu. C’est exactement cela.

96 Je m’en prenais aux femmes à propos de leur façon de porter ces espèces de petits vêtements, vous savez, et elles ont dit : “Eh bien, nous sommes—nous sommes américaines. Nous pouvons faire ce que nous voulons.”

97 J’ai dit : “C’est tout à fait exact, mais si vous êtes un agneau, vous renoncerez à vos droits.” Fumer des cigarettes et avoir un comportement inconvenant comme ça, c’est la pire chose qu’une femme ait jamais faite. C’est tout à fait exact.

98 Il n’y a pas longtemps, une dame m’a dit, en me parlant, elle a dit : “Mais, Frère Branham, on ne fait pas d’autre genre de vêtements.”

99 J’ai dit : “Mais on fabrique toujours des machines à coudre, et on vend du tissu. Il n’y a absolument aucune excuse.” C’est tout à fait exact.

100 Souvenez-vous, un jour, il se peut qu’ici vous soyez pure vis-à-vis de votre mari, mais vous aurez à répondre d’adultère pour cela, très certainement, car “Quiconque regarde une femme pour la convoiter, a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur.”

101 Qu’est-ce qui se passe avec les femmes pentecôtistes aujourd’hui, c’est la question que je me pose. La façon dont vous vous êtes éloignées de l’ancienne ligne de conduite. La façon dont vos mères avaient l’habitude de porter de longs cheveux, et aujourd’hui, les femmes pentecôtistes peinturlurées comme pour le mardi gras se coupent les cheveux et portent de petits vêtements courts comme ça, exactement comme tout le reste… elles vont tondre la pelouse pendant l’après-midi, quand les hommes passent par là, vous rendez-vous compte, les femmes, que vous aurez à répondre d’avoir commis un adultère avec ces hommes? Vous vous présentez à eux dans ce but. C’est un mauvais esprit sur l’église et les gens, et ils ne le savent pas. Aveugles et ils ne le savent pas. C’est la vérité.

102 Vous dites peut-être que je n’ai pas le droit de dire cela en tant qu’évangéliste. Eh bien, je—je dois suivre la conduite du Saint-Esprit; c’est tout ce que je peux dire. Vous… Si je vous rencontre au jugement, alors je n’aurai pas à avoir votre sang sur mes mains. Éloignez-vous de chaque pouce de terrain qui semble appartenir à Satan. Restez-en éloigné. Partez de là. Peu m’importe combien de vedettes de télévision…Vous n’êtes pas une vedette de télévision; vous êtes une fille de Dieu.

103 J’ai prêché dans l’église d’un pasteur, l’autre matin, au sujet d’un vieil esclave, au temps où on vendait les esclaves, il y a longtemps. Et ils avaient l’habitude de venir là et de les acheter aux enchères. Et les gens étaient là, ils sanglotaient, pleuraient, à cause de leur patrie dans laquelle ils ne retourneraient plus jamais. On devait leur donner le fouet. On les achetait comme on achèterait une automobile, pour n’importe quoi, on fixait un prix, et on vendait ces êtres humains.

104 Un jour, un acheteur est passé par là, un courtier, dans une grande fonda-…une grande plantation, plutôt. Et il a dit : “Combien d’esclaves avez-vous à vendre?”

105 Il a dit : “Eh bien, j’en ai quelques-uns à troquer.” On essayait de faire qu’ils soient plus grands. On prenait ces mères, ces pères… Si la femme qu’il avait épousée était une petite femme chétive, on prenait ces grands hommes en bonne santé et on les faisait se reproduire…comme des chevaux, des animaux. Ce n’était pas bien du tout. Dieu a fait l’homme. L’homme a fait les esclaves. Ce n’est pas bien dès le départ, jamais. Dieu ne veut pas qu’un homme soit un esclave. Non monsieur. Et aucun… Regardez ce qui s’est passé.

106 Et au milieu de tout cela, ce gars a dit : “Eh bien, j’aimerais en acheter quelques-uns…” Il avait remarqué là un jeune gars. On n’avait pas besoin de lui donner le fouet. Il avait le menton relevé, la tête haute, comme un vrai monsieur, il allait et venait. Et le courtier a dit : “J’aimerais l’acheter.”

107 Il a dit : “Mais il n’est pas à vendre.”

108 Il a dit : “Eh bien, pourquoi?” Il a dit : “C’est le chef?”

109 Il a dit : “Non, c’est un esclave.”

110 “Eh bien,” il a dit, “comment ça? Est-ce que vous le nourrissez mieux que les autres?”

111 Il a dit : “Non. Il mange là-bas à la cantine avec les autres. C’est un esclave.”

112 Il a dit : “Qu’est ce qui le rend si différent des autres?”

113 Et le chef a dit : “Je me suis moi-même longtemps posé la question, mais, un jour, j’ai trouvé. Là-bas, dans sa patrie, son père est le roi de la tribu. Et bien qu’il soit un étranger loin de chez lui, il sait toujours qu’il est le fils d’un roi et il se comporte comme tel.” Si ce… Si un indigène africain pouvait se rendre compte que son père est un roi et que, ici, un étranger dans un pays lointain, il pouvait toujours savoir qu’au-delà de la mer il est le fils d’un roi, comment devraient se comporter les femmes et les hommes, alors que vous êtes des fils et filles de Dieu? Agissez en conséquence. Certainement. Comportez-vous bien; nettoyez vos vies et agissez comme des fils et filles de Dieu. Pas étonnant, regardez la condition.

114 Nous y voilà. Oh, la petite Marthe, elle est sortie en courant. On penserait qu’elle aurait trouvé le moyen de Lui reprocher quelque chose. “Pourquoi n’es-Tu pas venu vers mon frère? Regarde ce que nous avons fait pour Toi, et Tu nous as laissé tomber.” Eh bien, si elle avait dit cela, l’histoire ne se serait jamais terminée de la manière dont elle l’a fait. Non monsieur. Il s’agit de la manière dont vous vous approchez d’un don Divin de Dieu. Si Dieu envoie un don, vous devez vous en approcher comme il faut. Si vous vous attendez à en obtenir quelque chose, vous devez vous en approcher comme il faut. Et Marthe savait cela. Elle avait probablement lu quelque chose au sujet de la femme sunamite et de son bébé. Et elle… Si cette femme sunamite savait que Dieu était en Élie, combien plus encore était-Il en Jésus? Assurément.

115 Alors, elle est venue avec la bonne approche. Elle a couru et est tombée à Ses pieds. J’aime ça! Elle est tombée à Ses pieds et a dit : “Seigneur…” C’est Son titre correct. C’est ce qu’Il était. Il était son Seigneur. “Seigneur, si Tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort.”

116 Oh! la la! Je peux juste m’imaginer voir Son grand cœur, lorsqu’Il a regardé cette belle femme, les larmes coulant sur ses joues. Elle a dit : “Seigneur, si Tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort.” Regardez ce qu’elle a dit. “Mais, même maintenant, Seigneur, bien qu’il soit mort, bien que les vers rampent à travers son corps, même maintenant, Seigneur, tout ce que Tu demanderas à Dieu, Dieu Te l’accordera.”

117 Oh, voilà le secret. Il se pourrait que vous disiez : “J’ai fait le tour de tous les hôpitaux. Le médecin dit que je vais mourir, mais même maintenant, Seigneur… Je suis estropié à cause de l’arthrite; je ne peux pas bouger, mais même maintenant, Seigneur…”

118 Ce petit bébé hydrocéphale avait une tête de cette taille-là hier soir. On ne pouvait rien faire. Cela allait continuer à s’étendre et faire éclater sa petite tête et le faire mourir, “Mais, même maintenant, Seigneur…” Il est toujours le même Dieu. Il est toujours le même Seigneur. “Même maintenant, Seigneur…” Et Il est assis à la droite du Dieu Tout-Puissant, intercédant pour les choses que nous déclarons qu’Il a faites pour nous.

119 Maintenant, je me sens vraiment religieux. Assurément. Vous allez de toute façon me traiter d’exalté, alors autant commencer tout de suite et en finir avec ça.

120 Alors, oui monsieur, “Même maintenant, Seigneur, tout ce que Tu demanderas à Dieu, Dieu le fera.”

121 “Demandez n’importe quoi au Père en Mon Nom, Je le ferai,” a dit Jésus.

122 “Même maintenant, Seigneur, tout ce que Tu demanderas, Dieu Te l’accordera.” Oh, cela a dû remuer Son grand cœur.

123 Il a dit : “Ton frère vivra de nouveau.”

124 Elle a dit : “Oui, Seigneur. Il vivra. C’était un bon garçon. Il sortira lors de la résurrection générale, au dernier jour.” Ces Juifs croyaient à la résurrection générale. “Il sortira à la résurrection des derniers jours.”

125 Regardez-Le. Il S’est ressaisi dans Sa petite personne. Il a dit : “Je suis la Résurrection et la Vie,” Oh! la la! Jamais homme n’avait pu dire ça auparavant. Jamais il n’y en aura un après qui puisse le dire. Il est le Seul qui puisse le dire. “Je suis la Résurrection et la Vie,” dit le Seigneur. “Celui qui croit en Moi vivra, quand même il serait mort. Et quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais. Crois-tu cela?”

126 Elle a dit : “Oui, Seigneur.” Oh, elle savait que quelque chose était sur le point d’arriver. Obligatoirement.

127 Quand la foi émanant d’un cœur pur rencontre Dieu, les rouages s’assemblent comme cela. Quelque chose doit se produire. Je défie cet auditoire ce soir, au Nom de Jésus Christ, laissez votre foi se connecter à Dieu comme cela, dans quelques minutes nous aurons une autre Pentecôte. Un réveil tel éclatera dans cette ville, qu’il n’y aurait pas assez de policiers dans tout le pays pour les retenir. C’est vrai. Il y aura un véritable réveil. “Même maintenant, Seigneur…”

128 “Eh bien, Seigneur, on s’est déjà fait prendre par ceci; on a fait ceci et fait cela.” Peu m’importe ce que vous avez fait, “Même maintenant, Seigneur…” Il attend que vous fassiez appel à Lui. Il… “Crois-tu cela?” Bien sûr. Oui monsieur. “Même maintenant, tout ce que Tu Lui demanderas…”

129 “Où l’avez-vous mis?” Maintenant, Il descend au sépulcre. Il était suffisamment homme pour pleurer; Il était suffisamment Dieu pour ressusciter les morts.

130 Ici, il y a quelque temps, une femme qui appartient à un certain groupe de gens… Ce n’est pas du tout mon habitude de mentionner des dénominations. Mais cette femme… Ils ne croient pas que Jésus était Divin. Ils ont dit qu’Il était seulement un prophète. Bon, Il était… S’Il était seulement un prophète, nous sommes tous dans le péché. Il était soit Dieu, rien de moins que Dieu, soit le plus grand imposteur que le monde ait jamais eu. C’est vrai. Il était plus qu’un homme. Elle a dit : “Il n’était pas Divin.”

131 Il y a tellement de cela dans cet évangile social, aujourd’hui; essayer de faire de Jésus-Christ un prophète. Mais, voyons, Il était le Dieu des prophètes. Bien sûr qu’Il l’était.

132 Elle a dit : “Je vais vous le prouver par votre Bible, ‘qu’Il n’était qu’un homme’.”

133 J’ai dit : “Faites-le donc.”

134 Et elle a dit : “Quand Il est allé au sépulcre de Lazare, la Bible dit, ‘Il pleura.’ Il devait être mortel, sinon Il n’aurait pas pu pleurer.”

135 J’ai dit : “Madame, est-ce ça, votre passage de l’Écriture?” Je ne veux pas être sacrilège ici, en disant ceci, mais je vais vous dire ce que je lui ai dit.

136 Elle a dit : “C’est ça.”

137 J’ai dit : “Cette déclaration est plus légère que le bouillon fait avec l’ombre d’un poulet qui serait mort de faim.” J’ai dit : “Eh bien, vous—vous n’avez rien sur quoi vous tenir.”

138 Elle a dit : “Pourtant, Il a pleuré. Cela a montré qu’Il était mortel.”

139 J’ai dit : “Il est né à la fois mortel et immortel. Il était Dieu dans la chair.”

140 Elle a dit : “Oh, ce sont des sottises!”

141 J’ai dit : “Il est allé au sépulcre en pleurant. C’est absolument vrai, mais quand Il a redressé Son petit corps…” La Bible dit : “Il attirait peu les regards; Son aspect n’avait rien pour nous plaire.” Mais lorsqu’Il a rejeté ses petites épaules en arrière et a dit : “Lazare, sors!,” un homme qui était mort depuis quatre jours et avait pourri dans le sépulcre, est sorti. C’était plus qu’un homme. Montrez-moi l’homme qui peut faire ça. Qu’est-ce que c’était? La corruption a reconnu son Maître. La vie a reconnu son Créateur. Quelque chose devait se produire. Il a parlé, et un homme qui était mort et dans le sépulcre depuis quatre jours, est ressuscité, s’est mis debout et a vécu. Alléluia! C’était Dieu dans Son Fils. Oui monsieur. C’était Dieu qui Se faisait connaître à travers Lui, le Fils. C’était Dieu qui parlait, pas un homme.

142 C’était un homme quand, ce jour-là, Il a regardé autour de Lui vers cet arbre, pour y trouver quelque chose à manger. C’était un homme. Mais quand Il a pris cinq petits pains et deux poissons et qu’Il a nourri cinq mille personnes, c’était plus qu’un homme. C’était Dieu qui les nourrissait là-bas. C’était plus qu’un prophète, plus qu’un homme, C’était un Homme-Dieu. Assurément.

143 Il s’est allongé à l’arrière de cette petite barque, cette nuit-là, alors que la mer rugissait et qu’elle rebondissait comme un bouchon de bouteille au milieu de cette mer déchaînée, alors que dix mille démons de la mer avaient juré qu’ils Le noieraient cette nuit-là. C’était un homme, faible et fatigué d’avoir prié pour les malades, allongé là derrière; et le vent ne Le dérangeait même pas. C’était un homme, quand Il était endormi, mais, quand Il s’est réveillé, qu’Il a posé Son pied sur le bastingage de la barque, qu’Il a levé les yeux et a dit : “Silence! Tais-toi!,” et que les vents et les vagues Lui ont obéi, c’était plus qu’un homme. C’était Dieu dans l’homme, Se faisant connaître. C’est vrai.

144 C’était un homme à la croix, quand Il a imploré la miséricorde. Quand Il s’est écrié : “J’ai soif,” c’était un homme. Quand Il est mort, C’était un homme, mais, le matin de Pâques, quand Il a brisé les sceaux de la mort, de l’enfer et de la tombe, et qu’Il est ressuscité, C’était plus qu’un homme : C’était Dieu manifesté. Pas étonnant que le poète ait dit :

En vivant, Il m’a aimé. En mourant, Il m’a sauvé.

Enseveli, Il a emporté mes péchés au loin.

En ressuscitant, Il a justifié gratuitement pour toujours.

Un jour Il reviendra, ô jour glorieux!

145 Il a dit : “Parce que Je vis, vous vivez aussi. Crois-tu cela?” Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Crois-tu cela? Je crois que le Saint-Esprit est ici, maintenant. Crois-tu cela? Je crois qu’Il va nous remplir de Sa Présence. Crois-tu cela? Je crois que le Saint-Esprit veut déverser Sa Présence, guérir tous les malades, remplir toutes les personnes qui n’ont pas reçu le Saint-Esprit. Crois-tu cela? Croyez-vous de tout votre cœur? Levons-nous et donnons-Lui la gloire. Je crois qu’Il va descendre sur nous à l’instant même.

146 Ô Seigneur Dieu, Créateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie Éternelle, Donateur de tout bon don, nous “Crois-tu cela,” Seigneur. Nous croyons que Tu es ici dans la réunion. Nous croyons que c’est Toi qui bénis nos âmes. Nous croyons que c’est Toi qui déverses Ton Esprit sur nous. Nous croyons que Tu es le même hier, aujourd’hui et éternellement. Nous croyons que Tu vis à jamais et que nos noms sont écrits dans le Livre de Vie de l’Agneau. Tous les cieux et la terre passeront, mais nous vivrons à jamais, parce que Tu vis à jamais. Seigneur, Tu nous l’as promis. Nous le croyons de tout notre cœur. Avec tout ce qui est en nous, nous le croyons, Seigneur. Je L’aime, je L’aime.

147 Croyez-vous en Lui? Je crois que c’est le Saint-Esprit. Il y a Quelque chose qui descend sur nous. Crois-tu cela? Je crois qu’Il veut guérir chaque personne, maintenant. Crois-tu cela? Levez les mains vers Lui. Levez-vous. Crois-tu cela? Le Saint-Esprit est ici. Ceci, c’est Cela! Pierre a dit : “Ceci, c’est Cela.” C’est Ça, le Saint-Esprit.

148 Ô Seigneur, Créateur des cieux et de la terre, envoie Ta puissance et Tes bénédictions, et Ta bonté sur ces gens, et bénis leurs cœurs, et permets-leur de voir que le Fils de l’homme vit éternellement. Accorde-le, ô Seigneur. Nous Te les présentons, au Nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu.

149 Quiconque n’a pas le Saint-Esprit, levez les mains et louez Dieu. Je crois qu’Il va descendre sur vous. Que quelqu’un leur impose les mains. C’est maintenant l’heure. Pourquoi attendre encore? C’est maintenant le moment. C’est maintenant le moment pour la Pentecôte, de revenir à Dieu. Mettez-vous en règle avec Dieu, la Pentecôte! Que vos cœurs soient remués par la puissance du Dieu vivant. Laissez Son Esprit s’établir en vous, saturant vos âmes. Il est ici soir après soir, ici afin de guérir les malades, de donner la vue aux aveugles, Sa grande et formidable puissance, Il prouve Lui-même qu’Il est à jamais le même. Alléluia!

150 Louez-Le. Levez les mains. Oubliez où vous êtes; sachez simplement que vous êtes près de Lui, et de Sa bonté, et de Sa gloire, et de Sa puissance, et que Sa miséricorde dure à toujours. Il est pour toujours le même. Béni soit le Nom du Seigneur. Alléluia! Oh, gloire à Son Saint Nom.

151 Oh, comme Il est merveilleux, comme Il est puissant. Combien veulent reconsacrer leur vie à Dieu, maintenant? Levez la main. Combien veulent consacrer leur vie à Dieu? C’est ça. Levez les mains. Voyons la Pentecôte. Voyons le peuple de Dieu. Je vais lever la main. “Seigneur, me voici. Envoie-moi.” Et puis prends un Ange avec les charbons de l’autel et envoie Ta puissance sur nous, Seigneur. Ô Dieu, accorde-le dans la plénitude de Ton Esprit, ô Père. Entends notre prière, ô Seigneur. Entends notre prière, en tant qu’enfants debout qui croient. Loué soit Son Nom.

152 Oh, comme des vagues de gloire qui descendent, oh, les gouttes de rosée de la miséricorde. Oh, que Dieu soit loué. Que nos âmes attendent. Crois-tu cela? Crois-tu cela? C’est le Saint-Esprit qui vient. C’est cette force invisible qui nous pousse dans le Royaume de Dieu, les bénédictions de la Pentecôte. Revenez à la maison. Vous êtes attendus à la maison. Vous êtes des gens précieux. Dieu veut que vous vous consacriez. Femmes, nettoyez vos vies. Hommes, nettoyez vos vies. Allons et retournons à Dieu, et servons Dieu d’un cœur vraiment pur.

153 Gloire à Dieu, le Saint-Esprit est là dans la réunion. Faites simplement ce que vous vous sentez conduits de faire, c’est tout. Laissez simplement le Saint-Esprit se mouvoir sur vous. Je ne peux rien dire. Je ne sais pas quoi dire maintenant. Le Saint-Esprit est partout dans le bâtiment. Béni soit le Nom du Seigneur. Louange au Seigneur. Oh, alléluia! Alléluia! Louange au Seigneur. Gloire au Seigneur! Comme c’est merveilleux, comme c’est glorieux… Comme c’est beau, comme c’est merveilleux la louange des saints de Dieu sur vos visages, par la présence du Saint-Esprit ici qui agit et nous montre Sa gloire émanant de cette grande multitude d’un même accord, qui loue Son Nom.

154 Tournez-vous et serrez la main de quelqu’un, dites : “Gloire au Seigneur, frère. Gloire au Seigneur, sœur.” Alors, allons-y et laissons Dieu travailler nos cœurs. Gloire au Seigneur. C’est ça. Vous tous méthodistes et baptistes, presbytériens, pentecôtistes, et adventistes du septième jour, et quoi que ce que soit que vous soyez, serrez-vous la main les uns les autres dans la Présence du Seigneur Dieu. C’est ça. Oh, alléluia! Alléluia! Alléluia! Oh, je suis si heureux d’être l’un d’entre eux. Je suis si heureux. Oh, démolissant les murs, jetant les impuretés dehors. Gloire! Liberté dans le Seigneur, en louant Son saint Nom… Béni soit le Nom du Seigneur. Oh, alléluia! Gloire à Dieu.

155 Oh, j’aime voir ça : des gens qui se serrent la main et dont les visages s’illuminent. La puissance de Dieu qui dit : “C’est ça. C’est ça, nous sommes des enfants de Dieu. Nous sommes tous une très grande église, une très grande personne en Jésus-Christ, Son Épouse, La glorieuse.” La Venue du Seigneur est proche. Son peuple s’assemble et s’aime…avec amour et la puissance de Sa Présence. Oh, c’est comme le Ciel. Oh, c’est bon. Amen. Oh, comme c’est glorieux, comme c’est merveilleux : simplement d’adorer le Seigneur en Esprit et en puissance. Quel moment. (C’était pour s’arrêter; nous commençons.)

156 On ne peut pas… J’ai dit aux frères : “Frères, on ne peut pas s’arrêter ici.” On ne peut pas ici… Puisque nous n’avons pas commencé, il n’y a pas lieu de nous arrêter. Absolument—absolument merveilleux! Combien se sentent vraiment bien? Simplement la Présence du Seigneur, oh! la la! C’est merveilleux, la Présence du Seigneur ici.

157 Maintenant, la Présence du Seigneur est ici pour guérir les malades, rétablir les gens. Croyez-Le, tout simplement. Le croyez-vous? Si nous pouvons Le croire Lui, tout est possible. Vous croyez ça? Croyez-vous que c’est la Présence du Seigneur?

158 Maintenant, pendant que vous… Donnez-moi juste un instant, juste un instant maintenant, et écoutez juste pour un instant. Laissez-moi vous prouver que c’est le Saint-Esprit qui est ici. Laissez-moi vous montrer que le Saint-Esprit, Celui qui parle, Celui qui accomplit la chose, sait cela. Combien, qui sont ici maintenant, sont venus malades? Voyons vos mains. Ceux qui avaient une maladie… Il y a des gens…

159 Il y a un homme debout là. Croyez-vous, monsieur? Aucune carte de prière n’a été distribuée, mais, croyez-vous que Dieu peut vous guérir? Croyez-vous qu’Il peut me dire votre problème? C’est dans votre côté. Vous devez bientôt subir une opération. C’est vrai. Vous vous appelez M. Cartwright. C’est vrai. Pas vrai? Agitez la main. Très bien. Rentrez chez vous et soyez guéri, vous n’en aurez pas besoin. Le croyez-vous?

160 Cet homme qui tient ce bébé dans les bras, croyez-vous que je suis le serviteur de Dieu? Vous croyez que ceci c’est le Saint-Esprit? Je ne vous connais pas, pas vrai? Je ne vous ai jamais vu de ma vie; nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. Croyez-vous que le Saint-Esprit peut me dire ce qui ne va pas chez ce bébé? Il a de l’urticaire. C’est vrai. Pas vrai? Certainement. Vous n’êtes pas d’ici. Non. Vous-même, vous avez des problèmes d’estomac, vous en souffrez. C’est vrai, n’est-ce pas? Vous venez de Kansas City. Très bien. Retournez chez vous, Jésus-Christ vous rétablit. Alléluia! Croyez. Le croyez-vous de tout votre cœur?

161 Voici l’Ange du Seigneur qui se tient au-dessus de ce petit—petit bout de femme, assez âgée, assise juste ici, qui souffre d’une hernie. Vous croyez que Dieu va vous guérir de cette hernie, sœur? Vous, avec la petite fleur rouge sur votre chapeau, levez la main. Très bien. Rentrez chez vous et soyez guérie. Amen. Oh, c’est Dieu; c’est Christ, le Fils de Dieu. Il est ressuscité des morts. Il est ici.

162 Maintenant, posez vos mains les uns sur les autres et passez un bon moment dans la prière, vous tous, pendant que je demande à quelqu’un de venir ici. Venez ici, frère. Pendant que vous avez les mains les uns sur les autres pour montrer que Dieu guérit, j’ai le frère ici qui va aussi prier. (Allez-y. Très bien.) Louange au Seigneur Dieu. 

E-1 And before we pray, I would like to say this, that last evening, I believe it was, I said to a lady, "If you'll just do as we're instructed to do, that it would--the baby with a waterhead, it would shrink. And the baby's head shrunk, last night, one-half a inch by measure of a string. So the lady brought it here now.
Now, the reason I did that, sister, is for a purpose. See? If you can see something tangible happen, that'll make your faith increase to keep believing it. Sometimes I do that just to, maybe, like ask the person to get up and make a step or two, move your hand, wiggle your finger, just something that they can do different, just to let them see that it's all all right. They just get nervous and think it isn't going to happen, but it's happening all the time. See?? It has to.

E-2 How many wants to be remembered in prayer, now? Would you just raise your hands and say, "Lord, grant it"? Let us bow our heads.
Lord, as we hear this grand old hymn of the church, wrote by my precious friend, Paul Rader, "Only Believe," we are thinking now of a boy, was brought by his fathers to the disciples, no more than ten days after Jesus had given them power to cast out devils and heal the sick, and here they was completely defeated on an epileptic case. And they seen our Lord coming. And the father ran and said, "Lord, have mercy on us. My son is variously vexed with the devil. I brought him to Your disciples and they could not cure him."
And Jesus said, "I can, if ye believe. Only believe." O God, You haven't changed a bit since then: You're just the same loving, sweet, and compassionate God. As You were then, so are You today. And Lord, like that father, we all cry, "Lord, help Thou our unbelief." It's so simple; we just stumble over it Father.

E-3 We want to offer You thanks and praise for touching that little baby last night, to see that that skull, that's been swollen, that is, that the bone has pushed out, it went down an half an inch last night. We're grateful for that, Father. When we know that our doctors has nothing in the research for it, there's nothing that they can do for it; but Thou art still God, the Master of all situations. We thank Thee Father. We thank Thee for this mother's loyalty, and sweetness, and obedience to bring back the string and paste it on this piece of paper, here, to show to the public her testimony for the glory of God. May her little one live and be a normal child, for Your glory.
Look at all those hands that went up, Father. Each of them had a need. Mine up, too, Father, I have need. And here's many here, in the form of letter or in this box, that's needy, people who are really needy. Let it come to pass, Lord, that each will receive their request this night. May they take this mother's testimony and just as an example to show that when You say anything, it's finished. It's... You--all we have to do is to receive it and act upon it. It's a finished work.
Grant, Lord, that each one of these letters and these handkerchiefs, the people that they're laid upon, may they be healed. Every one that raised their hands, Father, they may receive their hearts desire... We ask it in Jesus' Name. Amen. You may be seated.

E-4 I just wanted to show you the string here, that the lady... There you are. That... The little baby's head did shrink as the Lord promised us through the Holy Spirit last night. Isn't He wonderful? So, gives us so much courage to have faith and believe.
Now, when Jesus said to that tree (in Mark 11:23) "No man eateth from thee from henceforth," He might not have yelled out. Why, frankly, He was so easy about it, till His disciples just... I think one of them heard him. And it... When that epileptic, when it come up before the Lord Jesus, the boy had the hardest fit he ever had; perhaps, fell on the ground like he was dead, but he realized that he met Someone Who had faith far above those apostles.

E-5 Now, I'd like for someone that didn't believe in Divine healing to watch this. Jesus had given them power to cast the spirits out, and they had failed. Not the power had failed, but they had failed. Jesus told them... "Why could we not cast him out." He said, "because of your unbelief."
The church still has a power. God's never taken His power from the church, but the church don't have faith enough to act upon it. That's all. It's just that simple. We try to make it so complicated sometimes, but the more simple you make the Gospel, the more reality you'll have, when you just get real simple with it: God said so; that settles it; and that's all. And just believe it, go ahead.

E-6 When Jesus said, "No man eateth from thee," why, the leaves were just as pretty and bright as they ever was. The bark looked the same, but way down beneath the ground in those roots, the life begin to dwindle away.
So is it upon a cancer, upon any kind of disease that--that you might want to think. When you can accept God's Word, way down deep in the roots, the cancer may be there; your hand may be just as stiff. That don't have anything to do with Divine healing. It's "If Thou canst believe." See? Way down somewhere, it's already gone to work.

E-7 Jesus said, "If you say to this mountain, be moved, and don't doubt in your heart, but believe that what you said will come to pass, you can have what you said. Isn't that lovely? Who'd that come from? The Son of God, Whose Words... Heavens and earth will pass away, but now--but His Word's won't.
Now, the only way that you can do that, you've got to have the right objective and the right motive. Now, if I went out here and said, "I'll show you I can move this mountain, 'Be moved, mountain.'" It would never move. Certainly not. No matter what I had. It's got to be... First you've got to find the will of God.
That's the reason, usually in the prayer lines, I--I get the very hardest, is because it's something that's went through lines and so forth, and that's where you get it back. But see, if you've got unconfessed sin... Did you ever notice on a case, before I ask the evil spirit to leave, I watch that case real sure to be certain that there's nothing in that life that would hinder anything (See?), because remember, on these gifts, you could get in trouble with them.

E-8 God--you remember one time--gave a prophet--made a prophet out of a man, Moses, and told him to go down and speak to the rock. And the prophet was all excited, and went out, and smote the rock, speaking of the weakness of Christ, that He'd have to die the second time or be smitten the second time. He had power to bring it, but it wasn't the will of God.
I never could believe that it was God's will for El--Elijah to go around, 'cause them children was teasing him about being baldheaded, I don't think he should have did that. But he was a prophet, and was angered, and he put a curse on those children and two she bears killed forty-two little innocent children. See? But I don't believe he should've done that. And it just--just... we...
God, I believe today, before He puts His church in power, He tries His church to see what it will do.
We--next time, maybe, if the Lord willing when I come back, we have time to dwell on something like that, on something that's fixing to happen, and then we'll know more about it then.

E-9 But if you'll just speak the word, say, "Lord, I believe it," don't doubt, mean it in your heart...
Now, say for instance, I was in the valley, and I don't... I'm preaching to a millions of people, but just across the mountain there is a group of people of one hundred, and they're dying without knowing Christ. Well, I've got a million here to preach to, but yet, something in my heart's telling me, "Get across to those people. Get to them. They're perishing." I don't want to go myself, but yet there's something in me. See, that's God then, moving. See what the objective is, see what the motive is of going, not for self... Now, if I say, "Well..." If--if my objective is right to get over there, but then I get up there and here's a big mountain. I say, "You know, if I get over that mountain and save all those hundred people, someday they'll have a statue there: Brother Branham, the great missionary. Now, my motive's not right. The mountain won't fall. No, sir.

E-10 But when my motive and objective is right, and God in my heart is leading me, and I can't get over the mountain, around the mountain, under the mountain, I'd say, "Mountain, move." Maybe it... When I say that, and no more than I say it with that kind of a right spirit, led of the Holy Spirit, in the will of God, there might not be but one little spoonful of that mountain drop down, but it's on its road. The next day there may be a two pounds fall. The next day a quarter of a ton. And maybe in a month, five ton drops in. What of it? May not even see it yet, but she's moving, on its road. I'll stay right there and watch the thing be done, because God said so and that just settles it.
Can you think that about your mother there tonight? All right, if you'll think it, she'll get well. All right. That's if you just believe it: just speak the word and stay with it. See? Just believe it; hang onto it. It's Eternal Life.

E-11 Now, tomorrow afternoon... I told Billy, tonight, just to omit the prayer cards, and I wanted to speak. I'm confessing in truth, I've been going since January, overseas, and back, in Phoenix--right home, and back, and all completely... That discernment... Till I am so weak I hardly know where I'm standing at times. It's just 'bout got me whipped out.
And then, I have to leave, and they--you--you brethren invited me to stay over for some more days. How I appreciate that. I certainly think that this is a wonderful bunch of ministers here. Wish we could've had a little more time for fellowship. If the Lord willing, I'll be back some time. Nothing else, just go from one church to the other and wind around through the city and visit you all. I'd be glad to do that: anything that I could do to help the Kingdom of God, that is, if you'd want me to do it. And to come back some time and join up with us and have a nice good meeting somewhere.
And remember, brethren, I'll be praying for you. That's one thing sure. And I want you all to pray for me, all of you.

E-12 And now I--I'm--tomorrow morning is the church services in all these different fine churches around the city.
Now, some of the groups from Jeffersonville is here. Some of my friends, one of my trustees of the church, is here, Brother Fred Sothmann. I've never been able to see him in the meeting. And brother... Oh, many other of my friends from up there at Jeffersonville, my...?... secretary there and--and all is here, somewhere in the meeting. I haven't seen them yet.
And brethren, there's some fine churches here in this city. And all the rest of you visitors, find one of them and go to these churches tomorrow. They'll do you good, I'm sure. They're brethren who believe in this kind of a ministry. That's the reason they're here setting on the platform and down in the places here, because they believe in it. And I appreciate those men.

E-13 Lord, bless this Full Gospel Businessmen's chapter here who--who sponsored this meeting. There's--I believe that was right--that sponsored the meeting. I--I go a lot of their sponsors, because in there... We oughtn't to be this way, but many times, brethren lets little bitty differences, like a man believe a little something, another little something... It kindly makes a little friction and old sores from way back. It ought to be healed up by time, but it--it... And if you--if I get the Full Gospel Businessmen, then that kindly helps bind it up, and we get together, and we have real fellowship together, just real good times. And we appreciate that. God bless that chapter. I believe the Lord raised it up for a purpose.

E-14 Now--and then I had the grand privilege of seeing Bro--Brother Oral Roberts' place the other day. And my, such a mammoth place, such a beautiful thing. It's--it's a memorial to Pentecost.
Then I went over to Brother Tommy Osborn's, another wonderful place, wonderful man of God, who... Brother Tommy and I are just close, and Brother Oral, too, just real close brothers, and we love one another, and trying our best to work everything that we can for the good of the people in the Kingdom of God.
So I certainly appreciate those men being here in this city among the rest of these fine men you've got. You sheep have got wonderful shepherds. I--I'll say it like that. May the Lord continue to be with you all is my prayer. And now tomorrow afternoon, I... What time's the service start, brethren? Two-thirty. Let's say one--one or one-thirty you ought to be here so they won't interrupt with the rest of the services.

E-15 Now, if the boys hasn't already told you, tonight they have some books, pictures and so forth, and tapes, and records, and--of the meetings, and they sell them. But we will not let them sell them on the Sabbath, tomorrow. No books nor nothing to be sold tomorrow. So we won't--we never permitted that. Although many said, "You're awful wrong..."
And old Daddy Bosworth used to tell me, "Oh, Brother Branham, you're wrong there," but that's the way I feel (See?), and I--I feel. If you want one, they give you one, but if you... But we can't sell on--on the Sabbath. No. That's all. If I believe that, I got to live it, just... I got to live with myself. You see? And I--I got to live with my convictions and so... Or you can send home, and--up to the house, up the place and get it.

E-16 Now tonight, oh, let's just all just forget that, oh, that there's any work to be done, or anything else, or the toils of the day. Let's just lay aside everything, and look into the Word for a few minutes, and see what God would speak to us through His Word. And may I pray that God will just give us an extremely great blessing tonight.
Gene, could you kidnap her for me? Could you kidnap that little girl for me? Isn't she a pretty little thing? Would you like to go home with me and play with my little Sarah, about this high? Oh, you would? I--I'd like for you to. She's just about your size, and she's daddy's little girl. Uh-huh. And I bet you--you love your daddy too, don't you? Mommy? Oh, sure you do. The prettiest little girl, I'm setting here, looking at. Little eyes look like two burnt holes in a blanket and--and little brown hair.

E-17 I just love little children. I got two little girls at home. One of them is Rebekah and the other one is Sarah.
Here sometime ago, I was away. They're both daddy's little girls, you know, and I love them. And as soon as they get in I got to give them a piggy-back, and--only Becky's getting too big for it; she's big as I am. She'd break my back now; she's--but she's still daddy's little girl, anyhow. And now, about another year, we want to get her in Bible school somewhere and away from the public school.
And then--they was waiting up for daddy, you know, to come home. I'd been out in the meeting. (And tomorrow night they'll be waiting until midnight for me to try to get in.) And so, I got in real early in the morning, around three or four o'clock. And mother come to the door and let me in, and I was so tired and weary, I... Here on the platform, I--when the--anointed it feels fine, but when that once leaves you, that's where you get in trouble. How many ever knew that? Why, sure it is.

E-18 Look. Elijah went up on the mountain and called fire out of heaven, called rain out of heaven, and then when the Spirit left him, he wandered in the wilderness forty days and God found him, pulled back in a cave somewhere.
Jonah, he went down and stayed live in a belly of a whale for three days and nights, was spit out upon the bank and went around preaching. The whole city repented and come to God. And when the anointing left him, he went up on top of the hill and asked God to take his life. See?
I stand by the side of William Cowper's grave, not long ago, that wrote that famous hymn that we use at our communion service, "There is a Fountain Filled with Blood, Drawn from Emmanuel's veins, Where sinners plunged beneath the flood..." Did you ever hear what he--happened to him? After the inspiration left him from that, he tried to find the river to commit suicide.

E-19 I live right across from the old Kentucky Home. And Stephen Foster gave America its most famous folk songs. And when he'd write, get inspiration up, that inspiration write a song, then when he come out of it, he'd go get on a drunk. Finally, called a servant and took a razor and committed suicide.
People don't know what those people that live in the spiritual realm go through. Now here, you feel like you could move a mountain, but just let the anointing drop from you, and start through that door... If somebody ain't there to catch you... See? And then, maybe for a few hours you hardly wonder where you're at. And then night after night, that takes the best of you.

E-20 And little... Want to tell you about little Sarah and Rebekah. So the next morning, I couldn't sleep, and I'd got up, was setting in a chair, and after a while Becky, being the oldest, she was--had longer legs than Sarah, and so Becky come running--woke up, jumped out of bed, not waking her little sister up, and here she come through the house, running as hard as she could. She was saying, "Daddy, daddy..." And I stuck out one of my legs, and she jumped across there, pretty well balanced (kinda like the--the modern church, you know, it's been in the game for a long time, you know, for several hundred years.) She could balance herself right well, and she put her arms around me and said, "Oh, my daddy, my daddy..."
And little Sarah had, in the commotion, woke up. Well, I don't know whether your children does it not; mine does: The younger one gets the hand-me-downs. And so Sarah had on Becky's pajamas, feet about that much too long, you know. And here she come, little bitty short fellow, falling, stumbling. And she got there a little late. So Becky turned around and said, "Sarah, my sister, I want to tell you something." She said, "I was here first. And I have the monopoly. So I've got all of daddy and there's none left for you."
That's the way some people tries to think about religion, isn't it? That's right.

E-21 And poor little Sarah, she dropped her little lip, and her little black eyes looked up at me, and she started to cry. And Becky had her cheek against mine, hugging me. I love her. And Sarah started to walk away 'cause Becky had all of daddy. I scooted the other knee out like this and motioned to her like that. Oh, she perked up right quick and run, jumped up on my knee so... She hadn't been around very long and her legs wouldn't even reach the floor. She was kinda little tottery (perhaps, like I am, just a little tottery, you know), and she didn't--couldn't reach the floor. She wasn't a big denomination, you know, and so she couldn't get down on the solid floor. She hadn't been around long enough.
And so, she was kindly tottering, and I throwed both arms around her like this and hugged her up close to me, and she sparkled those little black eyes, and looked back to Rebekah. She said, "Rebekah, my sister," she sai--she said, "it may be true that you've got all of daddy, but I want you to know one thing, Daddy's got all of me."
That's--just so He's got all of me. I might not have the education to put the big things over, but just long as I know He's got all of me, and my tottering, just let Him have both arms around, it'll just make me feel fine.

E-22 Well, let's offer another little word of prayer to Him before we open up the Word.
Now, Heavenly Father, we realize that we're just like children also. And--and You love to be with us, and worship with us. And as we worship You, and You love us, and hold us in Your arms, and send down Your Holy Spirit, and make us to know that You're living and You're our Father, we thank You so much. Now, let the Holy Spirit come to us tonight. Love each heart, Lord. Give us a fresh blessing. Pour out the dew drops of mercy upon us, Father. Do not look at our sins. They're too many. Lord, just forgive them. Omit them, Father, and just take us into Thy arms, and--and heal our sickness, and--and cleanse our souls, and set our spirits free, Lord, that we can worship and praise Thee, be like little children running around the house, just know that Daddy's watching over us. Grant it, Lord.
Now, no man is able to--to interpret the Word. We realize that. John saw the Book in the right-hand of Him that set upon the throne, and there was no man in heaven, or in earth, or beneath the earth that was worthy to take the Book to open it, or to loose the seals. And there come a Lamb up, that had been slain since the foundation of the world. And He was worthy. And He took the Book, and loosed the seals, and opened the Book. O Lamb, come tonight. Open the Book to us, Father, as we wait upon Thee, for we ask it in Jesus' Name, the Lamb of God. Amen.

E-23 I have chosen tonight, a little Scripture verse here of three words. But first I want to read a verse or two out of Saint John, the 11th chapter beginning with the 23rd verse.
Jesus said unto her, Thy brother shall rise again.
Martha said unto him, I know... he shall rise again in the resurrection at the last day.
Jesus said unto her, I am the resurrection and... life: he that believeth in me, though he were dead, yet shall he live:
And whosoever liveth and believeth in me shall never die. Believest thou this?
She said unto Him, Yea, Lord: I believe that thou art the Christ, the Son of God, that should come into the world.
And for a text I wish to use these three words: Believest Thou This?

E-24 I read a story sometime ago. I think it was a fiction story. And most all ministers, I guess, have read Dr. Ingraham's book of--of "The Prince of the House of David." It's a great book. It's--I think it's absolutely out of print. I'd like to have it in print, so I could put it among the people.
And in there, I was reading a little article on this Lazarus, and upon Jesus, and Mary, and Martha, that's the sisters of Lazarus. And I was reading in there that where Jesus lived, I believe, with Martha and Mary. They were both lovely Hebrew girls. And Lazarus was learning or training to be a scribe at the temple, making letters of the law for the priests.
And Jesus had great fellowship, especially with Lazarus. When we read in the book that where he did come to their home, and Martha was a little dilatory about listening to His words, but she had to get the dinner ready and set the table, but Mary set at His feet. And Jesus said that Mary has chosen the better thing.

E-25 And then, we were told that Lazarus was the one that brought Jesus to John, in the story of Dr. Ingraham's books... And a... on the Prince of the House of David. However, that might not have been true, I do not know, but just for the background of it, but He was supposed to have been living with them.
Now we've been learning this coming--this last week, rather--that Jesus said in Saint John 5:19, "I... The Son can do nothing in Himself, but what He sees the Father doing: that doeth the Son likewise. The Father worketh and the Son worketh hitherto." See? What He sees the Father doing...
So to make this really the right story, the Father, God, must have spoke His Son, Jesus, and said, "Your friend, Lazarus, is going to die, but it's going to be for the good, so You leave the home. Go away, 'cause it'll ask of You to pray for him or make him well, and--and I don't want You to do that." If you'll watch the story as we go along, you'll see it heaps up to that very truth of that. So, Jesus, just without any warning or anything, walked away from the house and went somewhere else, didn't return that night. And He went to some other city. And as soon as Jesus left the home, then trouble set in.

E-26 And when Jesus leaves your home, trouble is on its road. Just remember, when He leaves your home, trouble is on the way. When you get social societies and everything operating in your church so perfectly, like some great big sixteen cylinder Rickenbacker, and you leave Jesus out of it, when Jesus goes from your church, trouble's on the road. Yes, sir, when Jesus leaves a denomination, that they lay Him aside and say, "Well, now we just don't believe that these things could be just exactly right," and you adopt something else, trouble's on its road. Just remember that.
Reminds me of a story of the Lord Jesus, that's found in the book of Luke. You know when He was just a boy of about twelve years old, His people taken Him, as the custom was each year, up to the feast of Pentecost. And while they were in the city of Jerusalem at the feast and having a good time, we find in the Bible, that they went three days without Him. And that they thought maybe, just took it for granted, that Jesus must have been among some of their kinfolks. Now, we cannot do that. When they come to go through their kinfolks to find out, He wasn't there.

E-27 And we can't take it for granted, just because we're Methodist, Baptist, Presbyterian, Pentecost, and our backgrounds and our forefathers were great believers, we just take it, well, for granted, Jesus is with us. We can't do that. We've got to be in contact with Him every day and every minute. Oh, I love that.
I want what God is now. What my parents had, what my forefathers had, is wonderful. But what they had is good. I think we're farther up the road.
Let's see what He is today. I don't want to look back and see what Mr. Moody did, because we're farther up the road than Mr. Moody. The trouble with our churches we look back and say, "Well, let's see what Mr. John Wesley said, what some of the others said." That's the reason science is so farther in their field than religion is in its.

E-28 Here three hundred years ago, a french scientist proved that if you'd go the terrific speed of thirty-five miles an hour, gravitation would take you off the earth. You think science would refer back to that today? They're going nineteen hundred miles an hour and still going on. They're pressing forward, looking forward. But we want to look back and see what Moody said; Sankey said; Finney said; Knox, Calvin; some of those. What they said was all right. That was for their age, but we're going on.
My grandfather rode a ox cart. I'm driving a Ford V8. My son will fly a jet plane. That's we're moving on. That's what religion ought to be. The coming of the Lord is at hand. The church ought to be moving on into the powers. Science can only climb so far and then it has to drop off, but we got untapped sources, that's never been touched, of the power, unlimited, of God, that we ought to be moving into. We're living a million miles under our privilege tonight, of privileges of Christians to be enjoying. I feel ashamed of myself when I look out here and see the institutions, and the sickness, and the troubles that's going on right now. Our church ought to be walking the street, healing the sick, raising the dead, casting out devils, doing signs and wonders, making the whole world realize that Jesus Christ lives. That's what we need to be done, a doing.

E-29 Why, you say, "Mr. Moody never..." Mr. Moody wasn't living in this day. That's right. We're living on the coming of the Lord. And we've just took it for granted that He was with our kinfolks. But the other day when a challenger challenged Mr. Graham, we found out that He wasn't among our kinfolks.
Where do they find Him? Where did--where did they find Jesus? Right where they left Him. Where did they leave Him? At the feast of Pentecost. Where do we leave Jesus, where did the church? At the feast of Pentecost. When we get away from that old time Pentecostal power and the feast of Pentecost, we walk away from Jesus. That's exactly right, friend. We are living under our privileges. Yes, sir.
They left Him at the feast of Pentecost, and there's the only place that Methodist, Baptist, Presbyterian, and Pentecostals will ever find Him, is go back where you left Him at. Where is the joy of the Lord? Where is the power of the Lord? The church asks today, "What--what happened to the God of history?" He's waiting for His people to call Him on the scene. But the...

E-30 We can't do it through denominations. We can't do it under psychology. We can't do it under arithmetic, or we can't do it with education. We separate ourselves, divide ourselves. We are not divided. We are one person indeed in Christ Jesus. We are all one in Christ, and our denominations will never do it. As good as they are, they won't do it. Our education's the greatest hindrance the Gospel ever had, is education.
What we need is not education. We need the power and demonstration of the Holy Ghost back in the church to demonstrate the power. Jesus never said, "Go into all the world and--and teach." He never said, "Go into all the world and do..." He said, "Go into all the world and preach the Gospel." And the Gospel is to demonstrate the power of the Holy Ghost, the resurrection. We're still a million miles short than where we should be. Let us move forward. Let's go back where we left Him at the feast of Pentecost.

E-31 Jesus said, in John, I believe, the 15th chapter, He said, "I am the Vine; ye are the branches." Well now, if that Vine put forth the first branch, and out of that branch wrote a book of Acts, the second branch will make another book of Acts. The third branch will make another book of Acts. And every branch that comes out of that Vine will be the same as the first branch was.
Now, you can graft, we know that. I've seen a citrus tree with about eight different kinds of fruit on it. I've seen a orange tree putting grapefruits, and lemons, and everything else on it, but they were drafted in.
That's what's the matter today. We've drafted in our ideas, drafted in our denominations, but if that tree ever puts forth another fruit vine, itself, it'll be like the original ones that went into it. Hallelujah. Oh, church will blend together, but we need the power of the original. We need the Holy Ghost, the power of the resurrection of Jesus Christ. That's what He told us to do.

E-32 "I am the Vine, ye are the branches." If a grape vine puts forth a shoot, and it comes out with pretty blue grapes, the next vine it brings out will have pretty blue grapes on it. If the first Vine come out, and they fell under the impact of the Holy Spirit, and they did great miracles, and signs, and sealed their testimony to a world... Even many of them with their own testimony they--with their blood they sealed their testimony. They went through all kinds of perils and everything to bring the Gospel. They suffered; they were beaten; they were punished. "Must we be carried home to heaven on a flowery bed of ease, while others fought to win the prize, and sailed through bloody seas?" What do we expect to do? "I must fight if I must reign. Increase my courage, Lord." Certainly. We need a...
We don't need a new denomination. We don't need a new church building. What we need today is an old-time backwoods, sky blue, sin killing Pentecostal revival, that was borned at Pentecost and is back into the church again, the power of the Holy Ghost again, to bring Jesus on the scene.

E-33 The God of history always rises on the scene in a crucial moment. We need it. That's what's the matter with the church today. We're getting too far back. We're falling into the fashions of the world. And gradually, year by year, it begins to die a little and wither away.
It's pruning time pretty soon. God will cut it back as sure as I'm standing in this pulpit. God will cut her back to make her bear fruit. He will cut the works of the world out of it one of these days. Such a disgrace, the way the church has carried on under the name of religion.
And we find out, when Jesus left, death set in. When Jesus leaves our church, the power of the Holy Spirit leaves our church, it begins to dwindle and--and die. And after while there's nothing no more to it. Now, when Jesus left, death set in. Oh, what a sad time it was.

E-34 And notice, they wondered around, and they sent for Jesus, but He didn't come. They sent for Him again, and He didn't come, but He knowed what He was going to do. He knows tonight, what He's going to do. It's not lost with Him: He knows exactly what He's fixing to do. He's going to raise a people up, just as certain as I'm standing in this pulpit. He will raise the people for His Namesake out of the Gentile generation. He will do it.
It's the Jews' time's right at hand now, and of--the Gentiles are ending out, because they just went on out. They're rejecting Christ; they're rejecting their signs; they're rejecting everything that's called godly, and brand it as some kind of telepathy or devil power and do... They're blaspheming the Holy Ghost and sealing themselves away from God. And God will take that minority, after while, and raise it up into a powerful church, and then turn the Spirit to the Jews, and take the Gentile church home. Exactly right. She's in the making now. Oh, how, we're at the end time, nearly.

E-35 Jesus, He knew. And after while He said, "Our friend, Lazarus, sleepeth. Why, the disciples thought He was taking a little rest. He said, "Well, if he's a sleeping, he's a doing very well."
Well, He said in His--their words, so that they would understand, said, "He's dead, and for your sake I'm glad I wasn't there (See?)--for your sake, I'm glad I wasn't there." Because they'd been asking Him to--to heal, to heal him, but He knowed He couldn't do it, because the vision was yet--after those four days He knowed that was the time the Father told Him. How beautiful; he said at the grave, "Father, I thank Thee that I was already heard, but I just say it for these that stands by." See? He already knowed what He was going to do. He said, "I'll go wake him."

E-36 Now, I can imagine that little home was really broken up. The breadwinner gone, sadness... Oh, it's wonderful when you got a sad home or a sad heart, and then Jesus appears all at once, isn't it? I can imagine seeing Martha, a beautiful little woman with a black veil over her face, and little Mary and them holding one another, saying, "What will we do? Papa and mama's gone, and our precious brother... Now, we have left the church, and we're excommunicated from them, and come out to follow Jesus of Nazareth. And He's pulled away and left us, somewhere."
I can hear a critic come by and say, "Hey, where's that Divine healer, that prophet of Galilee? Where's He at now? See, when it really comes the time for Him to do something, He's gone." There it is. See, God just loves to do that, just to let people--just let people show what they are, that--just trying them to see what they really are. He gives them a blessing. He appears, shows Himself, introduces Himself to the people, just to see what kind of a reaction they'll take, just to see what they'll do about it.

E-37 Now, we find then, after a--a few days, four days, poor Lazarus was dead. They buried him. Second day, third day, fourth day... Now, anyone knows corruption sets in after three days: the nose falls in on the face, first. And then corruption sets in; the skin worms begins to eat the body. They laid him in the ground, put a big rock over the top of the cave where they had him. And every once in a while, the young girls would go out and kneel down at the grave and cry.
And after while, the news got around, "Jesus has come. We seen Him moving into the city." Oh, that little Martha, that had been so, seemingly, so dilatory about it, she proved then what she was made out of. Here she comes. She's coming on her road then, run out seek Him. I can hear some of them along the road say, "Well, I guess you're satisfied now, that your religion was false." She just ignored them and went on, passed right on by all the critics. She went down till she seen Him, maybe setting down at the street corner.

E-38 Now, it seemingly, she must--she might have had a right to upbraid Him and--and speak evil to Him. Why, she didn't run up and say, "Looky here, looky here, You. You're supposed to be a prophet, a Man of God. Why didn't You come when we called You? Why, we're the laughing stock of the town now. We come out of our church to follow You." Seemed like she had a right. But you know, just like I preached on, "The Lamb and Dove," if we're a lamb, a lamb forfeits every right he's got. It's exactly right. He ain't got nothing but wool, so he has to forfeit that. And you forfeit every right that you've got to serve God. That's exactly right.
I was getting after the women about the way they was wearing these little old clothes, you know, and they said, "Well, we're--we're Americans. We can do what we want to."
I said, "That's exactly right, but if you're a lamb, you'll forfeit your rights." Smoking cigarettes and carrying on like that, that's the worst thing a woman ever done. That's exactly right.

E-39 A lady said to me, not long ago, talking... she said, "But, Brother Branham, they don't make no other kind of clothes."
I said, "But they still make sewing machines and sell goods. There's no excuse for it at all." That's exactly right.
Remember, someday, you may be pure here to your husband, but you'll answer for adultery for it, just as certainly: "Whosoever looketh upon a woman to lust after her, has committed adultery with her already in his heart."

E-40 What's the matter with the Pentecostal women today, is what I'm a wondering. How you have got away from the old hewing line. How your mothers used to wear long hair, and today the Pentecost women paint up like a bunch of Mardi Gras, and cut their hair, and wear little old short clothes like that, just like the rest of the wo... Get out and mow the yard in the afternoon, when men's coming by, do you realize, woman, that you're going to have to answer for committing adultery with them men? You present yourself to them for that purpose. It's a evil spirit on the church and the people, and they don't know it. Blind and don't know it. It's the truth.
Maybe you might say I haven't got a right to say that as evangelist. Well, I--I have to follow the leading of the Holy Spirit; that's all I can say. You... If I meet you at judgment, then I won't have to have your blood on my hands. Get away from every bit of the ground that looks like Satan. Stay away from it. Get from it. I don't care how many television stars... You're not here, a television star; you're a daughter of God.

E-41 Preached in a pastor's church the other morning, about an old slave--time they was selling slaves long ago. And they used to come by and buy them on the auction. And the people were there weeping, crying, because their homeland; they'd never go back no more. And they had to whip them. And they'd buy them just like you'd buy an automobile, just for anything, the prices, and selling them human beings.
And one day, a buyer come by, a broker, into a big founda--a big plantation, rather. And he said, "How many slaves you got for sale?"
Said, "Well, I got some to swap." They'd try to get them big. Take them mothers, fathers... If the woman he had married was a little weakly woman, take these big healthy men and breed them to--like horses and animals. Never was right. God made man. Man made slaves. Not right to begin with, never. God don't intend any man to be a slave. No, sir. And no... Watch what taken place.
Then in the midst of all that, this fellow said, "Well, I'd like to buy some of them..." He noticed one young fellow there. They didn't have to whip him. His chin was up, head up, just like a real gentleman, walking around. And that broker said, "I'd like to buy him."
He said, "But he's not for sale."
He said, "Well, why?" Said, "Is he the boss?"
He said, "Nah, he's a slave."
"Well," said, "Why? Do you feed him better than you do the rest of them?"
He said, "No. He eats out there in the galley with the rest of them. He's a slave."
Said, "What makes him so much different than the rest of them?"
And the boss said, "I wondered that myself for a long time, but one day I found out. Over in the homeland, his father is the king of the tribe. And though he's an alien away from home, he still knows he's a king's son and he conducts himself like one." If the... If an African native could realize that his father is a king, and over here an alien in a strange land can still know that across the sea he's a king's son, how ought women and man conduct themselves when you're sons and daughters of God? Act like it. Certainly. Conduct yourselves; clean up yourselves and act like sons and daughters of God. No wonder, what a condition.

E-42 Here we are. Oh, little Martha, come running out. She looked like she had a--a way to have said something against Him. "Why didn't You come to my brother? Look what we've done for You, and You let us down." Well, if she'd have said that, the story never would've finished the way it did. No, sir. It's the way you approach a Divine gift of God. If God sends a gift, you've got to approach it right. If you're ever expect to get anything from it, you've got to approach it right. And Martha knew that. She'd probably read about the Shunammite woman and her baby. And she... If that Shunammite woman knew that God was in Elijah, how much more was He is Jesus? Sure.
So, she went up with the right approach. She run up and fell down at His feet (I like that.), fell down at His feet and said, "Lord..." That's His right title. That's what He was. He was her Lord. "Lord, if Thou would've been here, my brother would not have died."
Oh, my. Oh, I could just imagine seeing His great heart as He looked at that beautiful woman, the tears running down her cheeks. Said, "Lord, if You'd have been here, my brother would not have died." Watch what she said. "But even now, Lord (though he's dead, though the skin worms is crawling through his body), even now, Lord, whatever You ask God, God will give it to You."

E-43 Oh, that's the secret. You might say, "I've seined through every hospital. The doctor says I'm going to die, but even now, Lord... I'm all crippled up with arthritis; I can't move, but even now, Lord..."
That little baby had a waterhead that big around last night. There's nothing you can do. It'd spread on out and burst its little head and die, "But even now, Lord..." He's still the same God. He's still the same Lord. "Even now, Lord..." And He's setting at the right hand of God Almighty, making intercessions upon the things that we claim that He's done for us.
Now, I really feel religious. Sure do. You're going to call me a holy roller anyhow, so you might as well get started, and get it over with.

E-44 So, yes, sir, "Even now, Lord, whatever you ask God, God will do it."
"Ask the Father anything in My Name, I'll do it," Jesus said.
"Even now, Lord, whatever you ask, God will give it to You." Oh, that must have turned in His great heart.
He said, "Thy brother shall live again."
She said, "Yea, Lord. He will live. He was a good boy. He will come forth in the general resurrection at the last day." Them Jews believed in the general resurrection. "He will come forth in the resurrection of the last days."
Look at Him. He pulled His little self together. He said, "I am the Resurrection and Life." Oh, my. There never was a man could say that before. There never will be one afterwards, can say it. He's the only One that can say it. "I am the Resurrection and Life," saith the Lord. "He that believeth in Me, though he were dead, yet shall he live. And whosoever liveth and believeth in Me shall never die. Believest thou this?"
She said, "Yea, Lord." Oh, she knowed something was fixing to happen. Has to be.

E-45 When faith from an honest heart meets God, them cogs just comes together like that. Something has to take place. I challenge this audience tonight, in the Name of Jesus Christ, let your faith connect with God like that, in a few minutes we'll have another Pentecost. They'll be such a revival break in this town, there wouldn't be enough cops in the country to keep them down. That's right. There'll be a real revival. "Even now, Lord..."
"Well, Lord, we've done caught off on this; we've did this and did that." I don't care what you've done, "Even now, Lord..." He's waiting for you to call on Him. "Believest thou this?" Sure. Yes, sir. Even now, whatever you ask Him...
"Where have you laid Him?" Now, He goes down to the grave. He was man enough to cry; He was God enough to raise the dead.

E-46 Here some time ago, a woman that belongs to a certain group of people. (I never make it a habit to make it about denominations), But this woman... They do not believe that Jesus was Divine. They said He was just a prophet. Now, He was... If He was just a prophet, we're all in sin. He was either God, nothing less than God, or the biggest deceiver the world ever had. That's right. He was more than a man. She said, "He wasn't Divine."
There's so much of that in this social gospel today; trying to make Jesus Christ a prophet. Why, He was a God of the prophets. Sure He was.
She said, "I'll prove it to you by your Bible, He was just a man."
I said, "You do it."
And she said, "When He went to the grave of Lazarus, the Bible said, 'He wept.' He had to be mortal or He couldn't weep."
I said, "Lady, is that your Scripture?" I don't mean to be sacrilegious here to say this, but I'll tell you what I told her.
She said, "That's it."
I said, "That statement is weaker than the broth made out of a shadow of a chicken that starved to death." I said, "Well, you--you haven't got one thing to stand on."
She said, "Why, He wept. That showed He was mortal."
I said, "He was both mortal and immortal. He was God in flesh."
She said, "Oh, nonsense."
I said, "He went to the grave weeping. That's true enough, but when He straightened His little self up... (The Bible said, 'There wasn't much to look upon Him, no beauty we should desire Him... ') but when throwed them little shoulders back and said, "Lazarus, come forth," and a man that'd been dead four days and rotten in the grave, he came forth. That was more than a man. Show me the man can do it? What was it? Corruption knew its Master. Life knew its Creator. Something had to happen. He spoke and a man that was dead and in the grave for four days, raised again, and stood on his feet, and lived. Hallelujah. That was God in His Son. Yes, sir. That was God making Himself known to Him Son. That was God speaking, not a man.

E-47 He was a man when He looked around on that tree that day for something to eat. That was a man. But when He took five biscuits and two fish and fed five thousand, that was more than a man. That was God feeding them in there. He was more than a prophet, more than a man, He was a God-man. Sure.
He laid on the back of that little boat that night, and the seas roaring and bouncing like a bottle stopper out there in that mighty sea, when ten thousand devils of the sea swore they'd drown Him that night. He was a man, weak and tired from praying for the sick, laying back there; and the wind didn't even disturb Him. He was a man when He was asleep, but when He woke up, put His foot upon the brail of the boat, looked up, and said, "Peace, be still," and the winds and the waves obeyed Him, that was more than a man. That was God in man, making Himself known. That's right.
He was a man at the cross when He cried for mercy. When He cried and said, "I thirst," that was a man. When He died, He was a man, but on Easter morning when He broke the seals of death, hell, and the grave, and rose again, He was more than a man: He was God made manifest. No wonder the poet said:
Living, He loved me; dying, He saved me;
Buried, He carried my sins far away;
Rising, He justified freely forever:
Some day He's coming--Oh, glorious day!

E-48 He said, "Because I live, you live also. Believest thou this?" He's the same yesterday, today, and forever. Believest thou this? I believe the Holy Ghost is right here now. Believest thou this? I believe He will fill us with His Presence. Believest thou this? I believe the Holy Ghost wants to pour His Presence out, heal all the sick, make all the people that hasn't got the Holy Ghost be filled. Believest thou this? Do you believe with all your heart? Let's stand to our feet and give Him praise. I believe He will fall right now upon us.
O Lord God, Creator of the heavens and earth, Author of Eternal LIfe, Giver of every good gift, we "Believest thou this, Lord." We believe that that's You here in the meeting. We believe that that's You, blessing our souls. We believe that's You pouring out Your Spirit upon us. We believe that You're the same yesterday, today, and forever. We believe You're alive forevermore and our names are written in the Lamb's Book of Life. All heavens and earth will pass away, but we'll live forever, because You live forever. Lord, You promised to us. We believe it with all of our heart. Everything that's in us, we believe it, Lord. I love Him, I love Him.

E-49 Do you believe Him? I believe that's the Holy Ghost. There's something falling on us. Believest thou this? I believe He ought to heal every person right now. Believest thou this? Raise your hands to Him. Stand up to your feet. Believest thou this? The Holy Spirit is here. This is that! Peter said, "This is that." This is It, the Holy Ghost.
O Lord, Creator of heavens and earth, send Thy power, and Thy blessings, and Thy goodness upon this people, and bless their hearts, and let them see that the Son of man is alive forevermore. Grant it, O Lord. We present them to Thee, in the Name of Jesus Christ, the Son of God.

E-50 Anybody doesn't have the Holy Ghost, raise up your hands and praise God. I believe He will fall on you. Somebody put your hands on them. This is the hour. Why do we wait any longer? This is the time. This is the time for Pentecost, coming back to God. Get right with God, Pentecost! Get your heart stirred by the power of the living God. Let His Spirit move into you, saturating your souls. He's here night after night, here to heal the sick, give sight to the blind, through the great and mighty powerfulness He proves Hisself to be evermore the same. Hallelujah.
Praise Him. Raise your hands. Forget where you're at; just know that you're around Him, and His goodness, and His glory, and His power, and His mercy endures forever. Amen. Blessed be the Name of the Lord. Hallelujah. Oh, praise His Holy Name.

E-51 Oh, how wonderful, how mighty is He. How many'd like to consecrate your lives to God right now, afresh? Raise up your hand. How many like to consecrate your lives to God? That's it. Raise up your hands. Let's see Pentecost. Let's see the people of God. I'll raise my hand. "Lord, here am I. Send me." Take an Angel then with the coals of the altar and send Your power upon us, Lord. God, grant it in fullness of Thy Spirit, Father. Hear our prayer, O Lord. Hear our prayer, as believing children who stands. Praise be to His Name.
Oh, like waves of glory falling, oh, the dew drops of mercy. Oh, praise be to God. May our souls wait. Believest thou this? Believest thou this? This is the Holy Spirit that comes. This is that unseen force that drives us into the Kingdom of God, the blessings of Pentecost. Come back home. You're expected back home. You're precious people. God wants you to consecrate yourself. Women, clean up yourselves. Men, clean up yourselves. Let's get started back to God and serve God with a real clean heart.

E-52 Praise God, the Holy Spirit's out in the meeting. Just do what you feel led to do. Just let the Holy Ghost move on you. There's nothing I can say. I just don't know what to say now. The Holy Spirit's just all over the building. Blessed be the Name of the Lord. Praise be forever. Oh, Hallelujah, hallelujah. Praise be to the Lord. Praise the Lord. How wonderful, how glorious... How beautiful, how wonderful the praise of the saints of God upon your faces, upon the Presence of the Holy Spirit here moving and showing us His glory out of these great multitude and one accord, praising His Name.
Turn right around and shake hands with somebody, say, "Praise the Lord, brother. Praise the Lord, sister." Let's get right in and let God stirs us up. Praise the Lord. That's right. All you Methodists, and Baptists, and Presbyterians, Pentecostals, and Seventh Day Adventists, and whatever you are, shake hands with one another in the Presence of the Lord God. That's it. Oh, Hallelujah. Hallelujah. Hallelujah. Oh, I'm so glad that I'm one...?... Oh, tearing down the walls, throwing out the dross. Pray. Freedom in the Lord, praising His holy Name... Blessed be the Name of the Lord. Oh, how...?... Praise God.

E-53 Oh, I just love to see that: people shaking one another's hands and lighting up their faces. The power of God saying, "That's it. That's it, we're children of God. We're all one great big church, one great big person in Christ Jesus in the bride, the glorious One." The coming of the Lord's drawing nigh. It's people getting together and loving themselves... with love and the power of His Presence. Oh, this is like heaven. Oh, this is good. Amen. Oh, how glorious, how wonderful, just worshipping the Lord in Spirit and in power... Such a time...?... Start...
There's just no... I told the brethren, "Brethren, there's no place to stop. There's no place here that... We never begin, so we don't stop. Just--just wonderful... How many feels real good, just the Presence of the Lord. Oh, my, wonderful, Presence of the Lord here.

E-54 Now, the Presence of the Lord is here to heal the sick, make the people well. Just believe Him. Do you believe Him? If we can believe Him, all things are possible. You believe that? Do you believe that that's the Presence of the Lord?
Now, while you... Give me just a moment, just a moment now, and listen just for a moment. Let me prove to you it's the Holy Spirit here. Let me show you that the Holy Spirit, the very One that does the talking, the One that does the thing, knows that. How many's here now, that come in here sick. Let's see your hands. The ones that had a sickness... There's people...
There's a man standing there. Do you believe, mister? There's no prayer cards out, but do you believe that God can heal you? Do you believe he can tell me your trouble? It's in your side. You're up for an operation. That's right. Your name is Mr. Cartwright. That's right. Is that right? Wave your hand. All right. Go home and be well, you won't need it. You believe it?

E-55 That man holding that baby in his arms, you believe me to be God's servant? You believe this to be the Holy Ghost? I do not know you, is that right? Never seen you in my life; we're strangers. Do you believe the Holy Ghost can tell me what's the matter with that baby. Got a rash. That's right. Isn't that right? Certainly. You're not from here. No. You got a stomach trouble, you suffering with yourself. That's right, isn't it? You're from Kansas City. All right. Return back, Jesus Christ makes you well. Hallelujah. You believe. Do you believe it with all your heart?
Here's the Angel of the Lord, hovered over this little--little bitty woman, kindly elderly, setting right here, suffering with a hernia. You believe God will heal you of that hernia, sister? You, with the little red flower on your hat, raise up your hand. All right. Go home and be well. Amen. Oh, it's God; it's Christ the Son of God. He's raised from the dead. He's here.
Now, put your hands upon one another and just offer a good season of prayer, every one of you, while I ask... Somebody come here. Come here, brother. While you got your hands on one another to show that God heals too, I have the brother here to offer prayer too. Go ahead. Praise be to the Lord God.

Up

S'abonner aux nouvelles