Des Noms Blasphématoires

Date: 62-1104M | La durée est de: 1 heure et 57 minutes | La traduction: VGR
doc pdf mp3
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1 Merci, Frère Neville. C’est un peu une—une surprise pour moi. Je n’étais pas censé être ici aujourd’hui. Mais ce soir, c’est le soir où nous avons la communion, et je—et j’ai pensé venir faire un tour ce matin. J’ai appelé Frère Neville, et il a dit : “Eh bien, alors, si tu viens,” il a dit, “pourquoi ne pas nous parler un peu?” 2 Et je me suis dit que, eh bien, si je venais, et que c’était possible, je n’allais pas prêcher mais simplement parler à l’église pendant un petit moment de choses qui, vous savez, qui, à mon avis, affermiraient l’église. 3 Nous venons de rentrer de notre—de notre partie de chasse d’automne, les frères et moi, et là, nous avons passé des moments glorieux. Nous—nous sommes très reconnaissants, nous avons tous été comblés, et—et, nous avons attrapé le gibier que nous chassions. Et—et notre pasteur et moi, nous savons que la viande de gibier, c’est très, très bon. Donc, nous avons attrapé de beaux cerfs. J’ai attrapé un ours et deux cerfs. Et nous sommes revenus. 4 Et c’est censé être le moment où je dois prêcher sur les sept derniers Sceaux. Mais les travaux d’aménagement de l’église ne sont pas achevés. C’est qu’il y a eu quelque chose, un obstacle. En fait, je pense que la ville nous donne du fil à retordre, parce que nous n’avons pas suffisamment de places de stationnement par rapport au nombre de gens que nous…que l’église compte accueillir. 5 Nous voulons ériger une nouvelle église ici, et nous avons déjà une bonne partie de l’argent prévu à cet effet, et—et, afin que nous ayons une—une plus grande église. Mais, quand nous avons eu les réunions ici, eh bien, vous comprenez la situation. C’est vraiment pitoyable. Les gens sont debout le long des murs, dehors sous la pluie, et—et—et c’est tout simplement terrible. Et je reçois des critiques, même de mes amis. Ils disent : “Frère Branham, il me semble que…” Un médecin de mes amis a dit : “Il me semble que vous pourriez trouver un autre endroit.” Il a dit : “Ça me fait de la peine, là, les gens passent.” 6 Ma voisine, qui est infirmière, m’a dit : “Eh bien, je suis passée un matin à cinq heures. Il était prévu que vous seriez là…” Et elle a dit : “Les gens se rassemblaient déjà là-bas, autour de l’église, à cinq heures du matin. Il était prévu que vous seriez là à neuf heures trente.” Donc, voyez, ça rend les choses difficiles. 7 Nous voulons avoir une église spacieuse, avec suffisamment de places assises pour tout le monde. Et nous pensons que nous vivons dans les derniers jours, c’est ce que nous croyons. Que là où… Nous devrions enseigner à l’Église ces—ces—ces choses, ce qui est en train de prendre forme, ces choses qui ont été prophétisées, certaines d’entre elles il y a des milliers d’années. Et depuis au moins vingt-cinq à trente ans, dans cette église, il y a des choses qui ont été prophétisées et qui devaient s’accomplir. Maintenant, elles sont en train de s’accomplir. Alors, nous devrions rappeler ces choses, mais nous n’avons pas assez de place. Alors, ce matin… 8 Hier, j’ai fait des visites et tout, et je dois encore en faire quelques-unes cet après-midi et ainsi de suite. Puis, il y a des gens qui désiraient être vus en entretien, un jeune homme charmant, qui a fait une dépression nerveuse, un frère dans le ministère qui œuvre sur le champ de mission. Plusieurs autres cas, et un frère de Norvège. Et—et nous avons eu de petits entretiens là, dans la pièce du fond. Et j’ai dit : “Eh bien, maintenant, nous allons sortir.” 9 Et Frère Neville a dit : “Eh bien, nous irons dire quelques mots pour affermir un peu l’Église.” La pre-… 10 L’une des premières choses que je tiens à dire. J’ai noté sur papier, ici, certaines choses que je tenais à dire, dès que je serais de retour à l’église. Une des choses que j’avais écrites ici, c’était au sujet du décès de notre bienveillant Frère Taylor pendant notre absence. 11 Frère Taylor a fréquenté cette église pendant de très nombreuses années. Nous le connaissions tous, j’en suis certain. Mais s’il se trouve qu’il y a des visiteurs ici, il s’agit du précieux homme âgé qui trouvait toujours un siège pour que vous puissiez vous asseoir. Frère Taylor, la dernière fois que je l’ai vu, jusqu’à ce que je le revoie en tant que jeune homme, il était debout là, à la porte, il y a trois ou quatre dimanches. Il a dit : “Je voudrais avoir quelques brochures, Frère Branham. Je voudrais distribuer ces brochures.” Alors, nous, il… 12 À ce que j’ai compris, il était diabétique et il est entré dans le coma, et n’a pas…il ne savait pas qu’il avait le diabète. Et—et c’était… Il est mort. Il n’est pas mort. Il est simplement allé auprès du Seigneur Jésus. 13 Et il était un fidèle et merveilleux frère, toujours soucieux des autres. Et son plaisir était de pouvoir trouver une place pour faire asseoir les gens, quand ils venaient à l’église. Et, vous savez, peut-être que quand nous franchirons la Barre, ce serait agréable, n’est-ce pas, de voir Frère Taylor là-bas, occupé à nous trouver une place pour que nous nous asseyions, là, de l’autre côté? 14 Je pense qu’en mémoire de Frère Taylor… Je n’étais pas présent lors de ses funérailles, pour parler aux côtés de Frère Neville, mais j’aimerais adresser un mot de reconnaissance à sa veuve. Sœur Taylor est ici quelque part, ce matin, je suppose, que Dieu bénisse cette sœur au cœur si loyal! 15 Frère Taylor m’a dit un jour : “Venez me voir là-bas. J’ai creusé un petit lac là-bas, et j’y ai mis quelques poissons pour que vous puissiez venir pêcher.” Il se souciait toujours des autres. Et il y a Quelqu’un qui s’est soucié de lui : Christ, qui lui a donné le salut. 16 Je pense qu’en mémoire de notre frère, nous, notre église rassemblée comme un corps ce matin, levons-nous tous ensemble et courbons la tête devant Dieu. 17 Notre Père Céleste, nous, en tant qu’êtres humains ce matin, ceux—ceux qui fréquentent ce lieu d’adoration… Ta grande main est passée parmi nous et a pris l’un de nos précieux frères que nous aimons, et nous savons que Tu l’aimais aussi. Et Tu avais une raison pour tout cela, Seigneur, sinon ce ne serait pas arrivé de cette manière, car nous savons que notre Bible nous dit que “toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu”. Et il aimait Dieu. 18 Nous regardons dans ce monde et nous constatons que la nature, de toutes sortes de manières, nous déclare que la tombe ne peut pas retenir notre frère, car sur la terre, il a accompli le but pour lequel Tu l’avais envoyé ici. C’était un frère loyal et bon. 19 Nous constatons cela dans le cycle de vie des végétaux, et dans le cycle de vie du soleil qui se lève le matin pour nous donner la lumière. Au milieu du jour, ce soleil atteint l’âge mur. Et de nouveau, le soir, il meurt et se relève le lendemain matin, frais et renouvelé, parce qu’il a accompli le but de Dieu. 20 Nous voyons les fleurs s’épanouir et embellir la terre, décorer les salons funéraires, les lieux de mariage, et accomplir leur but; la fleur ouvre son cœur et donne gratuitement du miel aux abeilles, du parfum au passant et de la beauté à celui qui en cherche. Tout ce qu’elle possède, elle le met au service de Dieu, puis elle courbe sa petite tête. Mais quand vient le printemps, elle repousse, parce qu’elle a accompli le but de Dieu. 21 Alors, eu égard à la nature tout entière, à la Bible, à la promesse, et au Saint-Esprit, nous pouvons nous réjouir grandement dans notre cœur, Seigneur, de savoir que notre Frère Taylor aussi a accompli le but de Dieu. Et dire qu’il ne ressusciterait pas reviendrait à renier notre Bible, notre Dieu, et tout ce que Dieu nous a donné en référence pour que nous sachions qu’il y a une résurrection. Alors, nous attendons impatiemment le moment où nous le reverrons, alors qu’il sera jeune et en bonne santé, et qu’il ne sera plus jamais malade et ne vieillira plus jamais. 22 Bénis sa précieuse épouse, sa loyale compagne. Ils nous manqueront longtemps, Seigneur, on les voyait aller ensemble à l’étang, et s’installer là, sur de petits bancs, à pêcher, et à causer, et, oh, ils étaient de vrais amoureux. 23 Et maintenant, nous savons que le grand Jour vient, quand les héros de la foi défileront sous la glorieuse arche de triomphe, et que les Anges de…rempliront les airs de leurs hymnes. Nous les reverrons là-bas. 24 Jusqu’à ce moment-là, Seigneur, donne-nous du courage. Bénis-nous et aide-nous. Frère Taylor nous manquera pendant longtemps, à nous et à tous ceux qui fréquentent cette église : il se tenait là, à la porte, et il trouvait une place à celui qui venait écouter la Parole de Dieu, afin que ce dernier puisse s’asseoir et être bien. 25 L’autre jour, quand il est passé de l’autre côté, Seigneur, j’ai prié que le grand Archange de Dieu se tienne là, à la porte, pour lui trouver aussi une place, Seigneur, afin qu’il puisse s’asseoir. Car il est écrit dans la Bible que “les miséricordieux obtiendront miséricorde”. Jusqu’à ce que nous le revoyions, Seigneur, puissions-nous conserver de bons souvenirs dans nos cœurs, jusqu’au jour où nous nous rencontrerons de nouveau dans l’autre Pays. C’est par le Nom de Jésus-Christ que nous Te le demandons. Amen. 26 Il nous manquera pendant longtemps, ainsi qu’à nos visiteurs et à tous ceux qui fréquentent notre église, ou ce bâtiment-ci, pour adorer. Que son âme repose en paix devant Dieu jusqu’à ce Jour-là. 27 Un jour, nous partirons aussi, nous partirons, un à un, comme ça, jusqu’à ce que ce soit notre tour de quitter la scène. Maintenant donc, pendant que nous avons le temps et que nous pouvons le faire, préparons-nous pour ce moment qui viendra; car nous ne savons pas quand il viendra. Nous ne savons pas qui sera le prochain. Vivons chaque jour de telle manière que, s’il arrivait que ce soit notre tour d’être emporté, nous soyons prêts. 28 Maintenant, j’aimerais faire des annonces. Donc, bientôt, il est possible que, peut-être — je n’ai pas discuté avec les administrateurs depuis mon retour, au sujet de l’état d’avancement des travaux de construction de—de l’église ici, ou de ce que nous devons encore faire pour préparer notre église, afin de tenir nos réunions. Je pourrai ensuite aller de l’avant, excusez-moi, avec les—les Sept Sceaux, les Sept Coupes et bien d’autres choses que nous devrions aborder sans tarder. 29 Bon, dimanche matin prochain, là, je suis censé être à Elizabethtown, dans le Kentucky, chez Frère L. G. Hoover, pour une—une dédicace. C’est pour consacrer un nouveau tabernacle, en fait, c’est un tabernacle qu’ils ont acheté à Elizabethtown, dans le Kentucky. En suivant la route 62 jusqu’à Elizabethtown, ou, je veux dire, la route 31 ou en passant par l’autoroute à péage. Tout juste à l’embranchement, cela vous mène à Elizabethtown. C’est à environ une heure d’ici. C’est un trajet d’environ trente-cinq ou quarante milles [55 ou 60 km] jusque là-bas. Il me semble que c’est environ quarante milles [60 km], en suivant…sur la route 31, et environ trente-cinq milles [55 km], ou quelque chose comme ça, si l’on emprunte l’autre chemin qui passe par l’autoroute à péage. Ça se trouve sur la rue Mulberry. 30 La dédicace. Frère Hoover fera l’école du dimanche à dix heures comme d’habitude. Et je dois prêcher le service de dédicace, de onze heures à midi, dimanche prochain, le onze novembre. 31 Là, sur le tableau d’affichage, vous trouverez des—des informations à ce sujet. Et ce sera à… Là, vous pourrez voir l’itinéraire. C’est sur la rue Mulberry. Ou, les—les indications ont été données sur le… C’est sur le tableau d’affichage, là, dans le vestibule de l’église. 32 Puis, le—le vingt-deux novembre, je—je suis censé être à Shreveport, en Louisiane, les vingt-deux, vingt-trois, vingt-quatre, vingt-cinq, et—et vingt-six. Cinq jours, je pense, à Shreveport, en Louisiane, au Life Tabernacle. C’est chez Frère Moore. Ils célèbrent leur jubilé d’or. Le vingt-deux de ce mois, ça fera cinquante ans que la bénédiction de la pentecôte est descendue à Shreveport, en Louisiane. Ça fait cinquante ans que le premier message pentecôtiste a été prêché. Et c’est là qu’est descendu, que le Saint-Esprit est descendu en Louisiane. Et ils commémorent cela, comme c’est le jubilé d’or. Alors, au cours de ce jubilé, je dois prêcher pendant cinq soirées chez Frère Moore, au Life Tabernacle, à Shreveport. 33 Si vous avez des amis là-bas, si vous voulez bien leur écrire, ou quelque chose comme ça, eh bien, nous serons heureux qu’ils se joignent à nous. Parlez-leur de ces réunions qui auront lieu prochainement. 34 Et au Life Tabernacle, si quelqu’un y a déjà été, Frère Moore est un homme merveilleux. Là-bas, il y a un merveilleux groupe de gens, ces braves gens du Sud. C’est pratiquement impossible d’en trouver de meilleurs qu’eux. Et donc, le Life Tabernacle, tout le monde à Shreveport peut vous indiquer où ça se trouve. Shreveport a environ deux cent mille habitants. Et c’est une belle ville, où on trouve beaucoup d’options d’hébergement. Alors… 35 Et c’est un grand tabernacle, un très grand tabernacle. Il a des étages, des balcons, une salle principale, et une autre salle en plus. Il y a tout simplement beaucoup de place. C’est juste en face de la salle municipale, qui peut accueillir cinq mille personnes. Se rendre à la salle municipale, c’est exactement—exactement comme traverser la rue, ici. 36 Le révérend Jack T. Moore, ou—ou bien le Life Tabernacle, à Shreveport, en Louisiane. Ça commence le vingt-deux. Ça sera du merc-…du jeudi au dimanche. Jeudi, vendredi, samedi, dimanche, quatre jours, et non cinq. Excusez-moi. Ce sera les vingt-deux, vingt-trois, vingt-quatre et vingt-cinq. Je pense que c’est ça le programme, en—en novembre. 37 Et nous verrons alors où on en est, par rapport à notre église ici, l’état d’avancement du projet de construction de l’église. Les entrepreneurs nous disent qu’ils peuvent mobiliser assez d’ouvriers pour qu’en une dizaine de jours, le projet soit avancé au point que nous puissions pratiquement entrer dans le bâtiment, voyez, ça sera vraiment rapide. Tout ce qu’ils attendent, c’est l’approbation de la ville. Vous savez, nous devons avoir tant de places de stationnement, et tant de ceci. Et, oh! la la! il faut passer par tout un tas de tracasseries administratives, avant de commencer à construire quoi que ce soit. Mais j’aimerais revenir à l’église avant de repartir sur le champ de mission. 38 Eh bien, j’ai reçu des invitations pour aller au Tanganyika, en Ouganda, et un peu partout là-bas. Joseph a tout mis sur pied pour que cette série de réunions commence en février. 39 Hier, quand je suis arrivé, il y avait quelques frères, et Sœur Thoms, et ceux qui sont venus de l’étranger. Et il y avait…j’ai trouvé une note sur ma porte, ou—ou une invitation d’une—d’une association basée en Afrique du Sud. Alors, je vais leur écrire pour voir ce qu’on peut faire. Peut-être que comme je serai si loin, je pourrais faire un saut en Afrique du Sud, probablement vers fin février ou début mars, vers cette période-là. 40 Et nous espérons que l’église sera prête, pour que je puisse aborder les Âges de l’Église, avant—avant que l’hiver s’installe, si possible. Sinon ce sera quand je reviendrai de là-bas, si le Seigneur Jésus tarde. 41 J’écoutais hier, pendant que je, c’était plutôt avant-hier, je crois, j’écoutais un enregistrement. Je pense l’avoir entendu jouer ici, ce matin. C’était un jeune frère du Sud qui avait… Sa mère était venue à la réunion. Elle avait une tumeur maligne à un sein, et elle était recouverte de l’ombre de la mort. Et le Saint-Esprit, dans l’une des réunions qui se sont tenues récemment à Southern Pines, je crois, ou ailleurs, lui a parlé de sa tumeur maligne, et lui a dit qui elle était et d’où elle venait. Et Il lui a dit qu’elle avait un garçon qui était un rétrograde, et qu’il allait avoir un accident, et qu’il serait accusé d’homicide involontaire. Et un tas de choses semblables. Et ce garçon… 42 Tout cela est arrivé exactement tel quel. Et son cancer malin, ou plutôt sa tumeur maligne l’a quittée. En fait, une tumeur maligne est un cancer, vous savez. Ainsi donc, cela—cela l’a quittée. Et le garçon a comparu pour homicide involontaire, et tout, exactement comme le Saint-Esprit l’avait dit. Et il a été de nouveau conduit à Christ. Et il a enregistré tout cela sur une bande, et je—je l’ai entendu jouer. Avez-vous aimé ce bon vieil accent du Sud? [L’assemblée dit : “Amen.”—N.D.É.] Il disait : “Ici, en Caroline du Nord”, disait-il. Oh, que je les aime, ces braves gens du Sud. Et il avait… Et le Seigneur a continué à le bénir. Il a dit : “Je sais que vous dites que vous ne prêchez pas de doctrine, Frère Branham; excepté aux gens de votre assemblée.” Il a dit : “Nous faisons partie de votre assemblée.” Alors, c’était bien gentil de sa part de dire ça. 43 Et maintenant, il y a une photo, je crois, qui est peut-être sur le tableau d’affichage ce matin. Si elle n’y est pas, Billy l’y affichera. On m’a souvent dit, quand j’ai commencé à en parler au tout début, les gens disaient : “Vous avez juste imaginé ça, Frère Branham, que vous voyiez cette Lumière, cette Lumière.” Il y a probablement très peu de… 44 Il se peut qu’il y en ait encore quelques-uns ici, des vieux de la vieille, qui s’en souviennent, c’était avant que des photos En aient été prises. Est-ce qu’il y a quelqu’un ici qui se souvient que je disais ça, il y a très longtemps? Regardez. Seulement quatre ou cinq mains. Sœur Spencer qui est ici, Frère et Sœur Slaughter, et—et le frère qui est ici et le frère qui est là-bas. Il ne reste plus que cinq ou six des vieux de la vieille. 45 Eh bien, maintenant, au bout de quelque temps, l’œil mécanique de l’appareil photo a capté cette image. Alors, on l’a envoyée à Washington, D.C., et les experts, après l’avoir examinée, ont déclaré : “Aucune double exposition ou quoi que ce soit.” Ils ont déclaré : “La Lumière a frappé l’objectif.” C’est George J. Lacy. Sa signature est apposée là. Voyez? 46 Eh bien, alors, bien des fois, vous m’entendez dire, je regarde et je dis : “Il y a une ombre noire qui recouvre cette personne-ci. Elle est recouverte de l’ombre de la mort.” Combien m’ont entendu dire cela? [L’assemblée dit : “Amen.”—N.D.É.] Maintes fois, voyez, maintes fois. Eh bien, justement, l’appareil photo a capté cela. Et donc, nous avons cela ici. 47 Une dame s’était présentée à une sœur et lui avait parlé de sa situation, lors de la série de réunions en—en Caroline, où nous avons eu cette merveilleuse série de réunions, à Southern Pines. Et là, cette dame se mourait du cancer aux deux seins. Les médecins l’avaient condamnée. La dame s’est penchée et a pris la photo de cette femme, au moment où je lui disais qui elle était et d’où elle venait. Et je lui ai dit : “Vous êtes recouverte d’une ombre noire. Vous êtes recouverte de l’ombre de la mort.” Et la dame a pris cela en photo. Et voilà, l’œil mécanique de l’appareil photo a capté l’ombre de la mort. 48 Si jamais vous avez vu le film Les dix commandements, et que vous avez vu l’ange de la mort, comme il avançait, cette ombre sombre et lugubre se trouve là, sur cette photo. Et je pense qu’en ce moment, c’est affiché au tableau d’affichage. Sinon, Billy m’entend, eh bien, qu’il se charge d’afficher cela au tableau d’affichage. Et il y a là une flèche qui indique la personne. Et cette personne, cette ombre a quitté cette femme, et elle a été miraculeusement guérie. Mais il y a comme un capuchon, une fumée noire qui s’est rassemblée sous forme de capuchon au-dessus de la dame, c’est suspendu, comme ça, au-dessus de ce cancer, ça vient de là. Bien entendu, c’est cette ombre qui indique que la mort se déverse en elle, par ce cancer. 49 Eh bien, peu importe combien vous essayez de dire la Vérité aux gens, il y aura quelqu’un qui soupçonnera que Ce n’est pas la Vérité. Et si vous dites toujours la Vérité, alors vous savez que vous—que vous avez raison. 50 J’ai un ami qui est un—un propriétaire de ranch dans l’Ouest. Et—et le service de protection de l’environnement avait dépensé environ quatre mille dollars pour acheter une motoneige, en vue de compter le troupeau de wapitis qui était resté là-bas dans la vallée de la rivière Troublesome. Monsieur Jeverez, qui est venu dans cette église, je l’ai conduit à Christ alors qu’il était un parfait incrédule. Vous m’avez entendu raconter la fois où nous faisions du cheval ensemble. Et lui, il ne croyait à rien d’autre qu’à la théorie de Darwin. “Cet Enfant, né d’une vierge, c’était une absurdité.” L’autre soir, nous avons campé à l’endroit même où il avait accepté Christ. 51 Et donc, voici ce que cet homme leur a dit. Il a dit : “Eh bien, vous n’avez pas besoin d’acheter cette automobile, cette motoneige.” Il a dit : “Je vais vous dire exactement combien de wapitis se trouvent là-bas.” Il a dit : “Il y en a dix-neuf.” Il a dit : “Il y en avait vingt-… Il y en avait vingt et un, et j’en ai tué deux.” Et là, il parlait au garde-chasse. On est autorisé à n’en tuer qu’un. Alors, il a dit : “Il y en avait vingt et un, et j’en ai tué deux. Il en reste dix-neuf.” Et il a dit : “Oui, Jeff, je sais que tu en as tué deux.” Il a dit : “C’est vrai.” 52 Eh bien, ils ont pris la motoneige, et y sont allés, et là, ils ont trouvé dix-neuf wapitis. Il a dit : “Billy, on n’a qu’à dire la vérité à un homme; il ne la croira pas.” 53 Alors, c’est à peu près la même chose. On a beau dire la Vérité aux gens, ils vont quand même… Il y a tellement de malentendus et—et de mensonges sur différents sujets que les gens ne croient plus que vous dites la Vérité quand vous leur dites la Vérité. Voyez-vous? 54 Mais nous sommes si reconnaissants d’avoir un Père Céleste qui atteste cette Vérité par une confirmation. C’est vrai. Alors, si aujourd’hui était mon dernier jour sur la terre…même la recherche scientifique et les preuves scientifiques auront démontré que j’ai dit la Vérité au sujet de ces choses. C’est vrai. C’est la Vérité. Donc, ce sera probablement affiché au tableau d’affichage. Billy es-tu là, dans la pièce? As-tu cette photo sous la main? Si oui, eh bien, apporte-la ici, tu pourrais la mettre ici, probablement qu’ils pourront la voir. Eh bien, je ne sais pas. Il y aura de l’éclairage sur le—sur le tableau. 55 Alors, voici la—voici la photo, juste ici. Je pense que vous ne pouvez pas la voir. Mais juste ici, on peut voir cette ombre de la mort en forme de capuchon au-dessus de la tête de cette femme. Et voici le commentaire qui l’accompagne, ici, là où cette dame avait pris cette photo, pour voir si ça se verrait vraiment. Et voilà, c’est—c’est là-dessus. C’est l’ombre de la mort sous la forme d’un capuchon. 56 [Frère Branham parle à Frère Neville.—N.D.É.] Tu vois cette femme, celle qui est juste là? Je pense que tu as vu cela, Frère Neville, n’est-ce pas? [Frère Neville dit : “Oui.”—N.D.É.] Oui. 57 Alors, Billy va probablement afficher cela au tableau d’affichage; s’il te plaît, Billy. Viens prendre cela et va l’afficher là devant, au tableau, pour que tout le monde puisse voir cela en sortant. Lui ou Doc, l’un des deux. Bon, je pensais que ce serait peut-être assez clair pour que vous puissiez la voir, mais c’est trop sombre pour ce genre de photo. Mais il va afficher cela là-bas, pour que vous puissiez la voir en sortant. Donc, rappelez-vous toutes les annonces. 58 Et maintenant, ce matin, je me suis dit que nous devrions peut-être parler un peu de quelque chose qui encouragerait l’église, quelque chose qui vous donnerait plus de… 59 [Frère Doc Branham demande à Frère Branham : “As-tu besoin de cette lampe?”—N.D.É.] Qu’est-ce que tu dis? [“Veux-tu qu’on dirige cette lampe là-dessus?”] Oui, Doc, s’il te plaît. Ce serait bien. 60 Je veux me servir de ceci. J’avais… On n’avait pas la lampe la semaine dernière, alors nous avons pensé que cela améliorerait peut-être l’éclairage aujourd’hui. Je voulais parler de ceci, parce que c’est en rapport avec un—un songe qu’une sœur a eu. 61 Je me demande si Sœur Shepherd est dans l’église ce matin. Je l’ai rencontrée l’autre soir. Et c’était la première fois que je voyais cette femme, en fait, je ne savais même pas qui elle était. Est-elle ici? Je pense que non. Oui. Est-ce que ça vous dérangerait, est-ce que ce serait contrariant si je parlais de ce songe, Sœur Shepherd? Ça ne vous dérangerait pas, n’est-ce pas? Très bien. C’est très bien. Maintenant, avant d’aborder cela, courbons de nouveau la tête. 62 Bienveillant Père Céleste, nous Te donnons la louange pour toute Ta bonté et Ta miséricorde. Et maintenant, tranquillise-nous, Seigneur, afin que nous puissions étudier la Parole du Dieu vivant, alors qu’Elle vient à nous par des visions, qu’Elle est confirmée par le Saint-Esprit et qu’Elle est soutenue par la Bible. Nous Te prions donc de nous en donner la compréhension, afin que nous sachions ce qu’il faut faire en ces derniers jours, alors que nous voyons les puissances du mal s’installer autour de nous maintenant. La bataille, la dernière bataille, est sur le point d’être livrée. Aide-nous, Seigneur. Comme de vrais guerriers forts, fais que nous brandissions continuellement le bouclier de la Foi, avec la Parole de Dieu, l’Épée, et que nous allions de l’avant. Au Nom de Jésus. Amen. 63 Maintenant, avec cette pensée d’aller de l’avant, d’une bataille, comme quand on—on se met en ordre de bataille, prêt à entrer en action, une—une vraie bataille, pour combattre le combat de la foi. 64 Sœur Shepherd, ici, et Frère Shepherd sont de nos très bons amis, et ils fréquentent ce tabernacle. Et ce sont de précieux enfants de Dieu. Et—et Sœur Shepherd, quand j’ai ramassé mon courrier — ceux auxquels Billy peut répondre, c’est quand quelqu’un dit : “Envoyez-moi tel nombre de tissus de prière.” Je prie sur ces tissus. Et il renvoie les réponses à ces personnes. Mais s’il s’agit d’une lettre personnelle, je dois y répondre moi-même, voyez-vous. Alors, j’ai ramassé mon courrier personnel, et je l’ai ramené à la maison. Je me suis mis à le lire, et il y était mentionné : “De la part de Sœur Shepherd.” Et il s’agissait là d’un songe qu’elle avait eu, il y a—il y a quelques mois. Et elle ne l’avait jamais vraiment compris, jusqu’à il y a deux ou trois dimanches, quand j’ai enseigné sur ces—ces Sept Âges de l’Église et—et les—les sept fruits, dans II Pierre, où il est dit, dans II Pierre 1, qu’il faut “joindre à notre foi”. Voyez? 65 Premièrement, le fondement, c’est la Foi. Deuxièmement, joignez à votre foi la vertu, à votre vertu la connaissance, à la connaissance la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété, à la piété l’amour fraternel, l’affection fraternelle; et ensuite l’amour, qui est la pierre de faîte. Ces sept choses. Sept âges de l’église, voyez, et sept étoiles des âges de l’église, et tout cela est cimenté par le Saint-Esprit. 66 Eh bien, voilà ce qu’il faut pour devenir un serviteur de Christ. Christ bâtit Son Église en sept âges de l’église; Son Épouse, une Personne, une femme, l’Église. Sept âges de l’église constituent et forment l’Épouse. Certains sont pris de cet âge-ci, d’autres de cet âge-là, d’autres de cet âge-là, et l’ensemble forme un genre de pyramide. 67 Comme Énoch qui, croyons-nous, a construit les pyramides. Et la pierre de faîte n’a jamais été placée à leur sommet, parce que cette pierre principale avait été rejetée. Et nous avons présenté cela, non pas comme une Doctrine, mais simplement pour comprendre, seulement pour l’église ici. Que ces… 68 Dieu se rend parfait en trois. Il se rend parfait en “Père, Fils, Saint-Esprit”, trois fonctions d’un seul Dieu. Il se rend parfait par “la justification, la sanctification, le baptême du Saint-Esprit”, ce sont les œuvres parfaites de la grâce. Il se rend parfait en trois venues : la première fois pour racheter Son Épouse, la deuxième fois pour prendre Son Épouse, la troisième fois dans le Millénium avec Son Épouse. Et tout est rendu parfait en trois. Sept, c’est le nombre de l’adoration de Dieu. Dieu est adoré en sept, Il est rendu complet, donc, parfait et complet. 69 La chose étrange, et ça, je ne le dis pas pour l’injecter là-dedans, mais seulement pour vous le montrer, c’était que le dernier cerf que j’ai eu avait cinq pointes d’un côté et trois de l’autre; voyez-vous, la grâce et la perfection. 70 Maintenant, remarquez ceci : Christ, Dieu a écrit trois Bibles. La première Bible était dans le ciel, c’est le zodiaque. Bon, si vous ne connaissez pas le Livre de Job, oubliez ça, car, en effet, c’est Job qui a expliqué cela, quand il a levé les yeux et a nommé ces choses qui étaient dans le ciel. 71 Et remarquez, dans le zodiaque, cela commence par quoi? La première chose dans le zodiaque, c’est la vierge. La dernière chose dans le zodiaque, c’est le Lion. La première venue de Christ, c’était par la vierge. Sa seconde Venue, c’est le Lion, le Lion de la tribu de Juda. 72 Et Énoch avait achevé, à son époque, ou à cette époque-là, la pyramide. Et ça… Évidemment, nous n’avons pas le temps d’en donner le contexte pour montrer comment cette pyramide a été construite avec des chambres et tout. Cela dépeint clairement ce temps de la fin. Ils sont maintenant au niveau de la chambre du roi, selon leurs mesures. Mais la pierre principale n’a jamais été posée au sommet de la pyramide. Les pierres ont été parfaitement assemblées du point de vue de l’architecture ou—ou de la maçonnerie. De sorte que même un…la fine lame d’un rasoir… Ils ne savent pas comment cela a été construit, ils ne le comprennent pas, on ne pourrait même pas glisser une lame de rasoir là où il devrait y avoir du mortier. Et il n’y a pas de mortier là-dedans. C’est tout simplement assemblé avec perfection. 73 Alors, c’est ce qui se passe quand Christ et l’Église deviennent un. Il n’y a pas de mortier entre eux. Il n’y a rien entre eux; c’est tout simplement Dieu et la personne. Dieu, Christ, et la personne. 74 Mais alors, cette pierre principale, ils ne l’ont jamais trouvée. Vous connaissez la pierre de Scone qu’on utilise en Angleterre lors de l’ordination des rois, ou pour—pour les couronner, et tout. Mais la pierre principale… 75 Si vous remarquez, sur le billet d’un dollar américain. Vous verrez si…sur le billet d’un dollar américain, sur l’un des côtés, à gauche. Il y a le sceau de l’Amérique, un aigle qui tient le…des lances dans sa patte, sur le second côté, ça s’appelle le sceau “des États-Unis”. Mais de l’autre côté, il y a la pyramide surmontée d’un grand œil, et en dessous, c’est marqué : “Le grand sceau.” Pourquoi est-ce que ce serait “Le grand sceau” dans cette nation, carrément au-dessus du sceau de notre nation? Voyez? 76 Peu importe ce que vous ferez, Dieu fera que cela parle quand même. Voyez? Il fait que le pécheur en parle. Il fait que la nation en parle. Tout doit parler de Lui. Peu importe si vous—vous voulez Y croire ou non, C’est en plein là. 77 Maintenant, remarquez, il y a un œil là, l’œil de Dieu. C’est que le faîte n’a pas été posé, le Sceau Principal, parce qu’Il a été rejeté, C’était le Fils de Dieu : la Pierre angulaire de l’édifice, le Sceau Principal de la pyramide, et de tout cela. Bon—bon, je suis…je n’aime pas… 78 Parfois, on enregistre ces prédications, et elles se retrouvent parmi les frères dans des églises, dans d’autres églises. Et quand cela se produit, les frères ont parfois la fausse impression que je parle contre des frères. Mais ce n’est pas ça. Je… Si seulement vous pouviez écouter et comprendre, voyez, je ne parle contre aucun frère. En effet, il n’est pas convenable pour des frères de parler les uns contre les autres. Nous devons parler les uns en faveur des autres, et non les uns contre les autres. 79 Mais quand je parle parfois de certaines organisations, comme les presbytériens, les méthodistes, et ainsi de suite, les gens disent : “Voyez, il est contre cela.” Je ne suis pas contre les frères qui y sont, ou contre les sœurs qui y sont. Ce que je dénonce, c’est le système qui désunit les frères. Les enfants de Dieu sont une seule famille, et non—et non des groupes distincts. 80 Et certains d’entre eux disent : “Je ne veux rien avoir à faire avec cela, parce que c’est presbytérien. Et moi, je suis méthodiste.” Voyez? Eh bien, ce n’est pas de ça qu’il s’agit. Voyez? Il s’agit du système de cette organisation, qui brise la communion entre les frères. Voyez? 81 Or, là, comme je l’ai déjà dit, si vous descendiez la rivière dans un vieux rafiot et que vous essayiez de braver les chutes, alors que je sais que cela ne marchera pas, eh bien, alors, je crierais, pas pour vous réprimander. C’est que j’essaie de vous faire sortir de ce bateau. Voyez? Parce que ce bateau-là va se briser, et—et—et vous serez abandonné à vous-même dans l’eau. Alors—alors, ce n’est—ce n’est pas contre le frère qui est dans le bateau que je crie, mais je crie au frère pour lui montrer ce qui est sur le point d’arriver. 82 Eh bien, tous ces systèmes que les hommes ont mis sur pied dans leurs grandes réalisations devront s’écrouler. C’est tout. On doit parvenir… Nous devons parvenir à l’unité, à la communion entre les frères. Cela a toujours été mon but dans la vie, d’essayer d’unir, non pas de briser une organisation, mais plutôt d’amener les gens à abandonner leurs opinions et à être des frères pour tous les Chrétiens nés de nouveau. Voyez-vous? C’est, c’est ça qu’il faut. C’est ça ma position, et, eh bien, voilà, si les frères veulent bien remarquer cela. Je… 83 Beaucoup de nos frères, même au sein des églises du Plein Évangile, ne croient pas que les baptistes, les méthodistes, les luthériens et tous les autres ont une chance. Mais je, eh bien, ils ont peut-être raison. Mais je ne partage pas ce point de vue. Je crois que cet âge, l’Âge de Luther, cet âge, ici, a été appelé, je crois, l’Âge de Sardes. Et ensuite l’Âge de Philadelphie, celui des méthodistes. Et puis les pentecôtistes, l’Âge de Laodicée. Je crois que ce sont des âges. Et Dieu, dans chacun de ces âges, a pris un peuple élu. Et là, comme Hébreux 11 le dit : “Eux, sans nous, ne parviennent pas à la perfection.” Voyez? Mais maintenant, l’Église est partie d’ici, et elle est devenue de plus en plus minoritaire, jusqu’à ce qu’Elle arrive à l’âge pentecôtiste. 84 Eh bien, la raison pour laquelle je dis ceci, c’est pour que vous puissiez avoir une idée de ce que la sœur a vu dans son songe. Et son songe se rapporte certainement à ce que j’enseigne. 85 Remarquez, alors ici, bon, toutes ces choses que vous dit I Pierre, aux versets 6 et 7, de…par votre foi, c’est la première chose. Eh bien, je dis que les gens prétendent avoir ces vertus sans même être nés de nouveau. Et je crois avoir fait une remarque assez tranchante quand j’ai dit : “C’est comme un merle qui essaie de s’attifer de plumes de paon, et de se faire passer pour un paon.” Il ne peut pas réussir. Il doit y avoir un plumage naturel qui pousse de lui. C’est de son intérieur que doit sortir ce plumage. 86 Et de tout temps, j’ai toujours été accusé d’être dur avec nos sœurs au sujet des cheveux coupés, du maquillage sur le visage, et toutes ces choses. J’ai toujours été accusé d’être dur avec nos sœurs. Ce—ce n’est pas que j’aie quoi que ce soit contre elles. Je ne dis pas que cette femme n’est pas une bonne femme, qu’elle est une fille de trottoir ou quelque chose comme ça. Ce n’est pas ça mon attitude. Mais, voici ce qu’il en est : quand elle est si artificielle à l’extérieur, ça montre qu’il y a beaucoup de choses artificielles à l’intérieur, voyez, là où ça devrait être rempli de Christ. En effet, l’extérieur exprime toujours ce qui est à l’intérieur. “C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.” Voyez-vous? Et c’est Christ qui devrait être là, à l’intérieur; elles devraient se soucier de Dieu, se soucier d’autres choses au lieu de se soucier de toute cette pompe artificielle, vous savez, ces paupières vertes, cette apparence inhumaine, et tout ce genre de choses. Je n’approuve pas du tout cela, et je ne crois pas non plus que la Bible approuve cela, alors j’aime que nous soyons nous-mêmes. 87 Remarquez, eh bien, si elle n’a pas d’ongles, et qu’elle veut en avoir; si elle n’a pas de dents, et qu’il lui en faut; si vous n’avez pas de bras, et qu’il vous en faut; si vous n’avez pas de cheveux, et qu’il vous en faut; si vous n’avez pas toutes ces choses, ça, c’est une autre affaire. Mais quand vous arrachez vos bonnes dents naturelles parce qu’elles ne sont pas aussi brillantes qu’elles devraient l’être, alors vous avez mal agi. Si vous avez des cheveux roux et vous en voulez des noirs, et qu’à cause de ça, vous allez les teindre en noir — vous avez mal agi. Oui, c’est ce que moi, je pense. Mais le plus important… Il n’y a pas d’Écriture pour ça. Par contre, pour ce qui est de couper vos cheveux, il y a des Écritures, oui, il y en a plein à ce sujet, alors, nous voulons être sûrs que ça, c’est bien clair, voilà. 88 Alors, notre sœur, dans son songe, elle a rêvé qu’elle… Eh bien, tout d’abord, elle était troublée. “À quoi ça sert d’aller de l’avant, et d’essayer de se battre dans la vie, si Dieu nous exige d’avoir le Saint-Esprit et que nous ne L’avons pas?” Eh bien, je ne pense pas… 89 Ils enregistrent peut-être ceci. Mais s’ils ne le font pas… S’ils le font, c’est uniquement pour l’église. Voyez? Maintenant, et si jamais un frère recevait cette bande, si vous entendez ma voix, frère, souvenez-vous que ceci, cet enseignement, c’est uniquement pour mon église. Vous devez toujours examiner ces—ces bandes avant votre assemblée, et si vous ne voulez pas que votre assemblée les entende, alors ne les laissez pas les entendre. Mais j’essaie simplement de m’exprimer à ce petit groupe ici, les gens dont—dont nous nous efforçons, Frère Neville et moi, par le Saint-Esprit, d’être les pasteurs, et à qui nous enseignons. 90 Eh bien, il se peut que vous ne soyez pas du tout d’accord sur certains points. Si c’est le cas, comme je l’ai toujours dit au sujet de quelqu’un qui mange du poulet frit : “Quand vous tombez sur un os, vous ne jetez pas le poulet. Vous jetez l’os.” Alors, faites toujours cela. “Si, en mangeant une tarte aux cerises, vos dents s’arrêtaient sur un noyau, vous ne jetteriez pas la tarte. Vous jetterez simplement le noyau.” Alors, faites la même chose quand vous écoutez Ceci. 91 Eh bien, je—je crois que—que la—la raison pour laquelle il y a tant de confusion aujourd’hui au sujet du Saint-Esprit, c’est que l’enseignement n’a pas été donné correctement. Je crois qu’on enseigne le baptême…et on dit simplement “le baptême”. 92 Mais alors, c’est comme quand on dit “automobile”. Eh bien, il y a plusieurs mécaniciens dans cette église, et je ne connais rien à ce sujet. Donc, si je fais une erreur, frères, je suis… Souvenez-vous que je ne suis pas un mécanicien. Il doit y avoir des bobines, des bougies, des vis platinées, des valves, et toutes ces choses qui constituent l’automobile. 93 Et quand on parle du baptême du Saint-Esprit, il y a beaucoup de choses qui vont avec Cela. D’accord? Voyez? Il y a beaucoup de choses qui vont avec Cela. Et voici ce que je pense que Dieu est en train de démontrer : c’est ici que se trouve le Saint-Esprit. Voyez? 94 Or, Pierre a dit que, premièrement, il y a la “Foi”. Maintenant, soyez vraiment attentifs. Nous allons enseigner ceci pendant quelques minutes. La foi, c’est ce qu’il vous faut premièrement. Et joignez à votre foi la vertu, à votre vertu la connaissance, à votre connaissance la tempérance, à votre tempérance la patience, à votre patience la piété, à votre piété l’amour fraternel, l’affection fraternelle; et ensuite l’amour. Et tout le monde sait que l’amour, c’est Dieu. “Dieu est amour.” Voyez? 95 Maintenant, alors, nous partons de là, et nous ramenons cela aux sept âges de l’église. Dieu forme, en sept âges de l’église, une Épouse pour Christ; à travers l’âge de Philadelphie, de Thyatire, de Pergame, de Smyrne, et d’Éphèse. Un âge de l’église dont Jésus a dit : “Que le—que l’Époux arrive à la première veille ou à la septième veille, toutes ces vierges se réveilleraient.” Effectivement — elles se sont réveillées : les vierges d’Éphèse, de Smyrne, de Pergame, de Thyatire, de Sardes, de Philadelphie et de Laodicée. Aviez-vous remarqué cela? C’est dans le septième âge qu’Il est venu et a réveillé ces vierges endormies. Donc, cela les englobe toutes, jusqu’ici, en bas. Voyez? Car c’est ainsi qu’au fil des ans, des âges, Il a formé une Épouse, donné naissance à une Épouse, engendré une Épouse sur la terre, pour Christ. Et de la même manière qu’Il a engendré cette Épouse, Il a engendré des individus. 96 Maintenant, je suis en train de mettre cela en contexte, pour que vous puissiez comprendre, quand on parlera du songe de la sœur. 97 Maintenant, ces choses-ci doivent absolument se trouver dans le Chrétien avant que le Saint-Esprit le scelle, avant que celui-ci descende là-dessus pour en faire une entité complète. 98 Maintenant, voici le songe de notre sœur. Elle était inquiète, elle se demandait si elle avait le Saint-Esprit ou non, au moment où elle s’est allongée sur le canapé où son mari était en train de lire un journal. Elle a, comme moi, de jeunes enfants, et ils font constamment du bruit et tout. Elle s’est donc endormie pendant une dizaine ou une quinzaine de minutes. Et elle a eu un songe. Elle n’arrivait pas à le comprendre, à démêler tout cela, depuis presque un an, jusqu’à ce que ce Message soit enseigné. Et pendant que j’enseignais Cela, tout le songe lui est revenu. Elle a rêvé qu’elle était en prière. 99 Elle faisait les cent pas, d’abord, avant qu’elle rêve, elle se tordait les mains et se demandait : “Seigneur, est-ce que j’ai le Saint-Esprit? Peux-Tu me le prouver? Certains disent : ‘Parce que—que j’ai poussé des cris.’ Ou encore, certains disent : ‘Parce que j’ai parlé en langues.’ Et nous croyons toutes ces choses. Mais est-ce que je L’ai vraiment?” 100 Je crois à toutes ces choses, à ces vertus, au parler en langues, aux cris de joie, à tout genre de démonstration. Je crois à tout cela. Mais, si vous avez cela sans Ceci, il y a quelque chose qui cloche. Voyez? Là, voyez, voyez-vous, vous—vous n’avez que l’enveloppe. Remarquez. 101 Elle était inquiète à ce sujet, et elle s’est alors allongée sur le canapé où son mari était en train de lire, et elle s’est endormie. 102 Et elle a rêvé qu’elle se trouvait sur le sommet d’une montagne. Et sur cette montagne, le meilleur… Je n’ai pas la copie devant moi, mais je pense que c’est comme ceci. Dans son songe, elle a vu un—un coffre en pierre, comme—comme une—une charpente, posé sur le sommet de la montagne. Et son mari se tenait juste derrière elle. Et elle a vu un homme corpulent qui se tenait là, vêtu d’un vêtement de travail, les manches retroussées, il versait l’eau la plus pure qu’elle ait jamais vue, en la déversant dans ce coffre, ce coffre en pierre qui était posé sur le sommet de la montagne. Et ce coffre en pierre ne retenait pas cette eau. Elle se répandait hors de là, elle ébouillantait toutes les impuretés, toutes les brindilles, et tout ce qui s’y trouvait, elle ébouillantait toutes ces choses, et tout cela coulait vers le bas de la montagne. Et cela a coulé sur les pieds de cette sœur, elle se tenait en plein là-dedans, mais cela ne collait pas sur elle. 103 Et—et alors, elle a demandé pourquoi le coffre ne retenait pas cela, et l’homme lui a dit : “Ce n’est pas de l’eau. C’est le Saint-Esprit, et”, a-t-il dit, “rien ne peut Le retenir.” Et elle a dit qu’il est retourné et a pris un autre grand seau, qui était rempli de miel, il a versé du miel dans le coffre, et a dit : “Maintenant, ça va retenir ceci.” Et elle pensait que ce coffre, qui était un coffre en pierre, allait se briser et répandre ce miel, mais ça ne s’est pas brisé. Ça a finalement collé et ça l’a retenu. 104 Elle s’est retournée et s’est mise à descendre de la montagne. En descendant de la montagne, elle s’est arrêtée au bas de la montagne et a regardé en arrière. Elle a vu cinq ruisseaux de cette eau pure et cristalline, qui n’était pas contaminée par tout ce qu’elle avait traversé, elle demeurait limpide et pure, et elle coulait rapidement. Ensuite, le flot a ralenti. Puis cette eau a presque tari, et elle se demandait si cela pourrait atteindre le bas de la montagne, ces cinq ruisseaux. Et elle s’est réveillée. 105 Je pense que c’est à peu près cela, n’est-ce pas, Sœur Shepherd? 106 Eh bien, à peine avais-je pris cette lettre et l’avais-je ouverte, avant même que je la lise, j’ai vu son songe. 107 C’est comme ça que les songes sont interprétés. Eh bien, beaucoup d’entre vous sont déjà venus me voir avec des songes, et—et vous m’avez dit des choses à propos des songes. Je vous ai dit : “Un instant. Vous n’avez pas tout raconté.” Voyez? Et je suis revenu en arrière pour le capter. Alors, si vous ne pouvez pas raconter le songe, comment pouvez-vous savoir si son interprétation est juste ou pas? Voyez? Vous devez, vous devez voir le songe. Une vision doit montrer le songe. Et quand vous voyez le songe que la personne a eu, et que vous êtes capable de le lui raconter avant qu’elle ne vous le raconte, alors vous en connaissez l’interprétation. 108 Eh bien, je crois que c’est dans les Écritures aussi : Daniel, une fois. C’était bien ça, n’est-ce pas? [L’assemblée dit : “Amen.”—N.D.É.] Il a dit… Oui. Je crois que ça vient juste de me traverser l’esprit. Voyez? 109 Mais donc, vous verrez toujours le songe, si l’interprétation est juste. Quelqu’un commence à vous raconter un songe, vous pouvez l’arrêter, dire : “Un instant. Il y avait aussi telle chose. Il y avait telle chose, et telle chose.” Puis vous dites : “C’est tout à fait exact.” Voyez? 110 L’autre jour, un homme essayait de me raconter un songe qu’il avait eu. Il a dit : “Eh bien,” il a dit… J’ai dit : “Eh bien, frère, pourquoi avez-vous omis cette autre partie?” Il a dit : “Quelle autre partie?” 111 J’ai dit : “Vous avez rêvé que vous avez lancé une pierre en l’air, que j’ai tiré dessus, et que quelques fragments me sont tombés dans les yeux.” 112 Il a dit : “C’est tout à fait vrai, Frère Branham.” Et on en a retiré le dernier fragment hier. Ah oui. 113 Alors, voilà. Voyez? Voyez-vous? Pourquoi? Bien que vous n’ayez pas dit toute la vérité, voyez-vous, Il la révèle toujours, là, vous déclare votre songe, ce que vous avez rêvé. Alors, vous savez que c’est juste. 114 Maintenant, voici l’interprétation de son songe. Elle était troublée au sujet du Saint-Esprit. Or, ce coffre qu’elle a vu au sommet de la montagne, c’était le roc. Le coffre en pierre, c’est le roc, “la confession”. Eh bien, comme Jésus l’a dit dans l’Écriture. Il a dit, Pierre a dit… “Qui,” a dit Jésus, “qui dit-on que Je suis, Moi, le Fils de l’homme?” “Les uns disent que Tu es ‘Élie’, et ‘Moïse’, et ainsi de suite.” Il a dit : “Mais, vous, qui dites-vous que Je suis?” Il a dit : “Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.” 115 Bon, certains disent, l’église catholique dit, l’église catholique romaine dit que Sa con-… “Ce qu’était ce roc, dont Jésus a dit : ‘Sur ce roc Je bâtirai Mon Église, et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre Elle.’” Ils disent : “C’était sur Pierre. Pierre était ce roc, parce que Pierre signifie ‘petite pierre’. ‘Sur cette petite pierre, Je bâtirai Mon Église.’” Et c’est sur Pierre qu’ils, la succession apostolique, qu’ils ont bâti l’église. 116 L’église protestante, elle, dit : “C’est faux. Que, c’était sur Lui-même qu’Il avait bâti l’Église.” 117 Eh bien, pas pour être en désaccord, mais, moi, selon ma manière de voir, les deux ont tort. Parce qu’Il ne L’a jamais bâtie sur Pierre, ni sur Lui-même, mais sur la révélation qu’a eue Pierre de Qui Il était. Voyez? “Qui dit-on que Je suis, Moi, le Fils de l’homme? — Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. 118 — Tu es heureux, Simon, fils de Jonas. Ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela,” ce n’est pas un séminaire, voyez, “mais c’est Mon Père qui est dans les Cieux qui te l’a révélé. Tu es Pierre. Sur ce roc de la confession, sur cette révélation, Je bâtirai Mon Église.” 119 Et depuis, chaque âge de l’église a eu ce roc de la confession, jusqu’à ce roc de la confession de Laodicée. 120 Maintenant, on ne peut pas produire une sainte église. Il n’existe pas de sainte église ou de sainte organisation. Le Saint-Esprit peut y être prêché, mais là-dedans, vous trouverez des bons et des méchants, des renégats, des indifférents, et tout. Donc, une organisation ne peut pas tenir. Vous ne pouvez pas dire : “C’est nous qui L’avons. Personne d’autre ne L’a.” Non monsieur. Le Saint-Esprit est répandu sur des individus. Il s’agit de l’individu. 121 Ainsi donc, le roc, cette église pentecôtiste des derniers jours, qui a reçu le Saint-Esprit, c’est ce que les autres avaient reçu au commencement. Tout au long des âges, les gens ont reçu le Saint-Esprit, mais pas dans la mesure qu’on L’a maintenant, parce que c’est la restauration du commencement. Comme nous l’avons vu pour les chandeliers, l’Alpha et l’Oméga, on avait allumé la première chandelle; elles ont brillé de plus en plus fort, puis se sont assombries de plus en plus; et finalement cela est revenu de nouveau. Voyez? La première et la dernière, et ainsi de suite. 122 Or voilà, dans cet âge de l’église ci, le Message est en train d’être déversé dans l’église. Mais le corps de l’église lui-même, dans son ensemble, comme… 123 Ce tabernacle, disons. (C’est cette église qu’elle fréquente.) Ce tabernacle n’est pas un tabernacle du Saint-Esprit. Une telle chose n’existe pas. Ce sont les individus qui fréquentent cette église qui sont les tabernacles du Saint-Esprit. Ce sont eux qui sont des tabernacles qui contiennent le Saint-Esprit — mais pas l’église en tant que corps, en tant que groupe. C’est pourquoi Il s’échappe de celle-ci. 124 Mais là, cet homme qui versait de l’eau, le messager de l’église déversait le Message dans l’église, mais que faisait cette eau? En bouillonnant, elle en faisait sortir toutes les impuretés. C’est ce que fait le Saint-Esprit, en bouillonnant, Il élimine tout cela. 125 Le miel, lui, représentait l’amour fraternel, l’affection fraternelle, c’est-à-dire, cet âge-ci. Je viens d’en parler, voyez, de l’affection fraternelle, l’âge dans lequel nous vivons maintenant. 126 Bon, vous pourriez peut-être dire : “Écoutez, je—je—je n’aime pas du tout Frère Neville.” Ou : “Je n’aime pas du tout Frère Jones. Je n’aime pas Frère Untel”, et des choses de ce genre. Mais attendez que quelque chose lui arrive, frère, vous aurez le cœur brisé. Cela va vous tuer presque. Voyez? Nous pouvons avoir l’affection fraternelle et des sentiments les uns envers les autres. Voyez? Mais maintenir cela dans un groupe de personnes… 127 Pourquoi vous souciez-vous de ce frère? Parce que vous avez rompu le pain avec lui ici, devant l’autel, comme vous le ferez ce soir. Vous avez été en communion avec lui. Vous lui avez serré la main. Vous adorez avec lui. Il est votre frère. Il se peut qu’il fasse quelque chose dans la chair que vous n’approuvez pas, et alors, vous vous retirez un peu (ce que vous ne devriez pas faire), vous l’évitez un peu. Mais, au fond de votre cœur, si quelque chose arrivait à ce frère, ou à cette sœur, cela vous tuerait presque. 128 Je—je suis un vieil homme. J’ai été jeune, et maintenant je suis vieux. J’ai vu cela arriver tout au long de cet âge. J’ai entendu des gens dire : “Je ne veux plus jamais avoir à faire avec lui.” Et si quelque chose arrive à cette personne, cela le tue presque. Il se met à penser : “Ô Dieu, j’ai laissé partir mon précieux frère sans me réconcilier avec lui.” Voyez-vous? Voyez? Voyez? C’est l’amour fraternel. On dirait que ça ne va pas tenir, mais ça tient. Le miel, ça tient. 129 Eh bien, comme elle venait de là, et qu’elle descendait de la colline, pour aller au bas de la colline, alors, cette glorieuse eau qui jaillissait des collines se répandait par cinq ruisseaux. Or cinq, c’est le nombre de la grâce; J-é-s-u-s, f-o-i [en anglais : f-a-i-t-h—N.D.T.], g-r-â-c-e. Voyez? Cinq, c’est le nombre de la grâce. Cinq ruisseaux se déversaient du bac, là-haut, jusqu’ici, en bas. 130 Chacun de ces âges avait ce roc de la confession. Les saints dorment, ils ont attendu, attendu, attendu, attendu, voyez, jusqu’à cet âge-ci. Mais bientôt, ce Saint-Esprit qui est répandu, qui provient de Christ, viendra sceller l’Église. Alors, l’Église sera enlevée. Elle sera alors une entité complète de Dieu, une Épouse pour Christ, qui sera le Chef de tout. Vous me suivez maintenant? [L’assemblée dit : “Amen.”—N.D.É.] 131 Donc, elle se posait des questions. Et, dans son songe, elle se posait cette question : “Est-ce que ce petit ruisseau… Est-ce que ce petit ruisseau coulera jusqu’en bas?” Voyez? Il s’asséchait. Eh bien, étant donné qu’elle-même — voici donc ce que je veux que vous saisissiez — elle se posait des questions au sujet d’elle-même. Elle se demandait : “Est-ce que j’ai le Saint-Esprit?” 132 Eh bien, j’ai évité de dire ceci, il y a quelques jours, en pensant que l’église serait assez spirituelle pour le saisir. Et peut-être que je ferais mieux d’arrêter l’enregistrement en ce moment, parce que je ne voudrais pas que ceci se retrouve parmi les frères. Mais voici : on peut parler en langues, on peut pousser des cris, on peut danser, on peut chasser des démons, faire tout ce qu’on veut, sans pour autant avoir le Saint-Esprit. 133 Les disciples n’étaient-ils pas revenus en se réjouissant et en poussant des cris parce que les démons leur étaient soumis, et Jésus…parmi eux n’y avait-il pas Judas? [L’assemblée dit : “Amen.”—N.D.É.] 134 Jésus n’a-t-Il pas dit : “En ce jour-là,” où Il reviendra, que “plusieurs viendront à Moi en disant : ‘Seigneur, n’ai-je pas chassé des démons et fait des œuvres puissantes par Ton Nom?’ Je dirai : ‘Retirez-vous de Moi, ouvriers d’iniquité. Je ne vous ai pas connus.’” Ces choses ne sont pas des indications du Saint-Esprit. “C’est à leur fruit que vous les reconnaîtrez.” 135 Maintenant, vous dites : “Frère Branham, devons-nous, devrions-nous parler en langues?” Absolument. Ce sont des dons de Dieu. Mais d’avoir ces dons de Dieu, sans ces vertus, produit une pierre d’achoppement pour l’incroyant. Cela n’est pas accepté par Dieu. 136 Ceci devrait être là premièrement. Et quand vous avez la foi, la vertu, la connaissance, la tempérance, la patience, la piété et l’amour fraternel, alors le Saint-Esprit descend et vous scelle en tant qu’entité, tout comme Il scelle les âges de l’église en tant qu’entité. La manière dont Il forme Son Épouse, c’est de la même manière qu’Il forme Son individu; ils sont faits de la même matière, comme Ève était faite d’Adam, une côte prise de son côté. Voici ce que vous devez avoir premièrement. Vous ne pouvez pas simuler ces choses. Vous ne pouvez pas imiter ces choses. Elles doivent être envoyées de Dieu, nées de Dieu. L’imitation ne fera que produire de la confusion. 137 C’est comme ce que je disais. Pourriez-vous imaginer une buse perchée là, avec des plumes de colombe plantées dans ses ailes, disant : “Voyez, je suis une colombe!” Elle n’est pas une colombe. Elle est une buse, un vautour. Pouvez-vous imaginer un merle qui a une plume de paon dans ses ailes et qui dit : “Voyez!”? Ça, c’est quelque chose qu’il a appliqué sur lui. 138 Mais cela doit venir de l’intérieur vers l’extérieur et produire le Christianisme; Dieu, par la puissance du Saint-Esprit! 139 Notre sœur avait les pieds mouillés quand elle est arrivée en bas. Nous connaissons tous Sœur Shepherd comme quelqu’un de charitable. Sa maison est ouverte. Le frère et elle, peu importe si c’est un clochard, un mendiant, ou quoi que ce soit, ils lui donneront à manger, et feront tout ce qu’ils peuvent pour lui venir en aide. Oh! Dieu a accepté cela, ce fondement qu’elle a. 140 Et voici, maintenant, saisissez cette leçon. Voici ce qui ne va pas avec le—avec le… Ceci, je vais l’enregistrer. Voici ce qui ne va pas avec le Branham Tabernacle. Voyez-vous, il y a deux sortes de foi. Il y a deux sortes de vertus, comme je le disais l’autre jour. Deux sortes de connaissances. Deux sortes de tempérances. 141 Certains croient l’avoir, par la prohibition. Ce n’est pas la sorte de tempérance dont Dieu parle. Il s’agit de votre tempérament impie et incontrôlable, et des choses de ce genre, qui font que vous êtes prompts à réagir, à vous quereller. 142 Quant à la patience et tout, il en existe des parodies, des faux-semblants; il y a une foi donnée par la nature; une vertu donnée par la nature. Il y a une tempérance donnée par la nature. Toutes ces choses données par la nature. 143 Et la plus grande partie de notre foi, c’est la foi mentale. L’écoute de la Parole nous amène à une reconnaissance mentale de Dieu. 144 Mais si Cela, qui vient d’en Haut, oh, frère, si jamais Cela frappe ceci, il y aura une foi spirituelle, à caractère divin. Alors, cette foi-là, que fait-elle? Cette foi ne reconnaît que la Parole. Peu importe ce que dit toute autre chose, cette foi ne reconnaît que la Parole, parce que, voilà, “au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu”. Et la Parole reste toujours Dieu. “Et la Parole a été faite chair, et Elle a habité parmi nous.” Et quand la Parole Elle-même se déverse dans notre foi, notre foi mentale devient une révélation spirituelle. 145 “Sur ce fondement, Je bâtirai Mon Église.” Voyez? Non pas sur une conception mentale d’adhésion à l’église, ni une conception mentale de Cela, mais sur la révélation, après que les ruisseaux de la grâce se sont déversés dans cette foi mentale que vous avez. Alors, sur ceci, une révélation spirituelle, “Je bâtirai Mon Église, et les portes de l’enfer ne peuvent pas prévaloir contre Elle”. Voyez? Cela montre qu’elles seraient contre Elle, mais elles ne prévaudront jamais. Oh, que c’est glorieux! Alors, voyez : la foi. Ces cinq ruisseaux… J’avais un morceau de craie là, mais je pense qu’il ne l’a pas apporté. 146 Mais les cinq ruisseaux, vous voyez, qui coulent ici, ils cimentent tout ceci ensemble. C’est le Saint-Esprit qui a formé l’église d’Éphèse. C’est le Saint-Esprit qui a donné naissance à l’église de Smyrne. C’est le Saint-Esprit qui a produit l’église de Pergame et l’église de Thyatire dans l’Âge des Ténèbres. C’est le Saint-Esprit qui a bâti cette Épouse, cette Élue qui a été retirée de tous les systèmes d’organisation, tout au long des âges, comme ça. Il y a une Élue, une Épouse prédestinée de Jésus-Christ, que le Saint-Esprit a appelée à sortir, l’Élue. Et c’est le Saint-Esprit dans cet âge-ci, cet âge-là, cet âge-là, celui-là, celui-là, celui-là, celui-là, jusqu’au sommet, le Saint-Esprit. 147 Et maintenant de même, dans des individus, ces vertus et tout, qui sont la connaissance et la tempérance, sont jointes à notre foi. Alors, quand la Pierre de faîte vient, le Saint-Esprit cimente tout Cela ensemble. C’est ça le baptême du Saint-Esprit. C’est pour cette raison que c’est si rare aujourd’hui. 148 Laissez-moi voir, j’ai pris quelques notes ici. Voyons un peu. J’ai fait un dessin ici, pour illustrer son songe. Voyez? Vous ne pouvez pas voir cela, là-bas. 149 Or, ce qui vient du Saint-Esprit — qu’est-ce qui vient? Eh bien, Il vous donnera une foi surnaturelle, une foi spirituelle, ce qui est ici, à la base. Et cette foi spirituelle reconnaît uniquement la Parole. Peu importe ce que quiconque dit, ça ne—ça ne sert à rien. Elle ne connaît rien d’autre que la Parole. Si quelqu’un dit : “Les jours des miracles sont passés.” Cette foi ne connaît rien d’autre que la Parole. Quelqu’un dit : “Le baptême du Saint-Esprit n’existe pas.” Cette foi ne connaît rien d’autre que la Parole. Ça, c’est la véritable foi spirituelle, voyez-vous. C’est vrai. Voyez? Elle ne connaît rien d’autre que la Parole. 150 Alors, c’est ça en premier. Premièrement, ce qui vient à vous, à votre foi mentale, qui est juste ici, c’est le Saint-Esprit qui descend dans votre foi mentale, pour en faire une foi spirituelle. Ensuite, la foi spirituelle reconnaît uniquement la Parole. 151 Et deuxièmement, troisièmement. Alors, vous aurez ce qui est spirituel, vous aurez le Saint-Esprit, qui scellera toutes ces choses en vous — car ce Saint-Esprit couvrira ceci. De votre foi jusqu’au Saint-Esprit, vous êtes scellé en Christ. Vous devenez alors Un. Amen. (Débarrasse-moi de ceci; c’est lourd pour les bras.) Vous devenez Un. Voyez-vous, vous et Christ vivez ensemble. “En ce jour-là, vous connaîtrez que Je suis dans le Père, que le Père est en Moi, que Je suis en vous, et que vous êtes en Moi.” Voyez? Alors là, c’est une entité scellée du Seigneur Dieu, voilà. 152 Et ils sont alors confirmés et placés. Quand ce moment arrive, ils deviennent des fils et des filles de Dieu confirmés. 153 Vous souvenez-vous, dans le Livre de Mathieu, au chapitre 17, du verset 1 au verset 5, Jésus sur la montagne de la Transfiguration? 154 Vous avez déjà entendu Écoutez-Le. Le sermon que j’ai prêché, là, il y a environ un an, et qui est devenu très populaire, Écoutez-Le. Le placement d’un fils, ce qu’on trouve aussi dans Éphésiens 1.5 : “Dieu nous a prédestinés à être Ses enfants d’adoption.” 155 Voyez, quand un fils naît dans une famille, déjà là, c’est un fils. Mais alors, ce fils avait des précepteurs qui étaient chargés de l’élever. Et si ce fils ne devenait jamais un—un bon fils, il ne serait jamais héritier. Mais s’il était un bon fils, un fils qui obéit à son père, alors ce fils était adopté, ou placé dans sa position. Il devenait héritier des biens de son père. 156 Et c’est ce que Dieu faisait sur la montagne de la Transfiguration. Quand Il a pris Son propre Fils, après qu’il avait été démontré qu’Il était un bon Fils, voyez, qu’Il avait supporté toutes les tentations, alors Il L’a amené sur la montagne de la Transfiguration et L’a couvert de Son ombre. 157 Vous savez, dans l’Ancien Testament, on prenait un fils, on lui mettait un beau vêtement, et on le présentait devant le public. Alors on procédait à la cérémonie de placement, ce que nous appelons l’adoption. Là, dans Galates, je pense que Paul appelle cela adopter des fils. Mais le placement du fils, les ministres comprennent ce terme, de même que les lecteurs spirituels de la Bible, le placement de ce fils. Autrement dit, le fils était un fils à sa naissance. 158 C’est là que nos pentecôtistes ont commis leur erreur. On naît dans la famille par le Saint-Esprit, c’est exact, mais il faut ensuite que nous soyons de bons enfants, enseignés par le Précepteur idéal. Voyez? 159 Maintenant, dans les temps anciens, si un homme pensait à son fils et voulait qu’il soit un bon fils, il recrutait le meilleur précepteur qu’il pouvait trouver, le meilleur enseignant, parce qu’il voulait que son fils grandisse et devienne comme son père. Voyez? Alors, il recrutait le précepteur idéal. 160 Eh bien, si un homme terrestre pouvait penser au meilleur précepteur, qu’en est-il de Dieu, notre Père? Alors, Il n’a jamais recruté des évêques, des cardinaux, des prêtres. Il nous a donné le Saint-Esprit comme Précepteur. Et c’est le Saint-Esprit qui est notre Enseignant. Il—Il est dans l’Église, et Il présente Son rapport au Père. 161 Mais, si le père, ou, le précepteur venait dire : “Eh bien, Père…” Or, il n’aurait jamais recruté un genre de précepteur qui désire recevoir des honneurs, une plume à son chapeau, comme on dit. Se disant : “Oh, si je dis quelque chose au père au sujet de… Ce petit garçon est un renégat de toute façon, mais si je—si je dis ceci au père — le père pourrait me donner une augmentation.” Ça, ce n’est pas le genre de précepteur qu’il faut. Le précepteur qu’il faut est honnête, il dit la vérité. 162 Et le Saint-Esprit dit la Vérité quand Il se présente devant Dieu à notre sujet. Oui. Donc, Il se présente là. Qu’est-ce que vous en pensez? Aujourd’hui Il rougirait en disant : “Tes filles se coupent toutes les cheveux, pourtant Tu le leur as défendu. Les pensées de Tes fils sont tellement orientées vers les organisations qu’ils ne peuvent pas se supporter les uns les autres. C’est vrai. Et ils adoptent ceci à la place de Ceci, et ceci à la place de Cela.” Comme Il doit rougir! Mais combien ce Précepteur aimerait venir dire : “Oh! la la! Ce fils, c’est un vrai fils. Il est vraiment comme son Père.” Oh, combien Il aimerait dire cela! Voyez? Alors le Père, rempli de fierté, dirait : “Celui-ci est Mon Fils!” 163 C’est exactement ce que Dieu a fait sur la montagne de la Transfiguration. Remarquez, là sont apparus Moïse et Élie. Et Pierre était surexcité; le surnaturel s’était produit. Pierre, surexcité, a dit : “Dressons trois tentes : une pour Toi, une pour Moïse et une pour Élie.” 164 Comme il parlait encore, Dieu l’a fait taire. Il a dit : “Celui-ci est Mon Fils bien-aimé, en Qui J’ai mis toute Mon affection. Écoutez-Le.” Voyez? Dieu s’est mis en retrait, et a dit : “Celui-ci est Mon Fils.” 165 Moïse représentait la loi. Les prophètes représentaient Sa justice. Nous ne pouvions pas vivre en accord avec Sa loi. Nous ne pouvions pas vivre en accord avec Sa justice. Je ne réclame pas la justice. Je veux la miséricorde, pas la justice. Je ne peux pas garder Sa loi, je ne peux pas accomplir Sa justice. Mais j’ai besoin de Sa miséricorde. Et Dieu a dit que la loi et la justice ont été accomplies en Lui. “Il est Mon Fils bien-aimé. Écoutez-Le. Le voilà. C’est Lui.” 166 Maintenant, dans l’Ancien Testament, quand ce fils était adopté, ou placé dans la famille, son nom était tout aussi valable sur le chèque que celui de son papa. Oui monsieur. Il n’y avait pas de… Il y avait un anneau, en ce temps-là, un—un signe, un cachet. Et ils… [Frère Branham fait semblant de cracher sur un objet et donne un coup sur la chaire.—N.D.É.] On crachait dessus, et on l’appliquait, c’était le cachet. C’était tout aussi… Il portait l’anneau de son papa, son cachet. Et c’était tout aussi valable que celui de son papa. 167 Maintenant, comme Jésus avait été obéissant, Jésus envers Dieu, alors Dieu L’a placé dans Sa position : “Le voici.” 168 Maintenant, quand un membre est né, par le Saint-Esprit, dans la famille de Dieu et qu’il a démontré qu’il a en lui ces vertus, de sorte que Dieu peut voir en lui la vertu, la connaissance, la tempérance, la patience, l’amour fraternel et la piété, alors Dieu le scelle, ou le place. Et c’est là qu’on voit des fils et des filles de Dieu. 169 Alors, Éphésiens 4.30 dit : “N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés jusqu’au Jour de votre Rédemption.” Bon, certains d’entre vous, les baptistes, vous qui voulez mettre en avant la sécurité Éternelle, eh bien, si vous arrivez à ce stade-là, vous aurez mon soutien. Vous avez la sécurité Éternelle si vous arrivez à ce niveau-là. 170 Mais, s’il suffit juste de dire, si quelqu’un dit : “Je suis membre de l’église baptiste. Je suis presbytérien. J’ai la sécurité Éternelle.” C’est faux. Votre propre vie démontre que vous ne L’avez pas, tant que vous n’avez pas Ceci. 171 Et si Dieu vous a adopté et vous a scellé par le Saint-Esprit dans Son Royaume, alors il n’y a plus moyen d’en sortir. Vous avez la sécurité pour l’Éternité. Croyez. “N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous et toutes vos vertus divines avez été scellés jusqu’au Jour de la Rédemption.” 172 Je crois qu’il y a une Épouse qui a été prédestinée. Je crois que Dieu a dit qu’Il aurait “une Église sans tache ni ride”. Je crois à la prédestination, que l’Épouse a été prédestinée. Elle sera forcément Là-bas. J’espère que j’Y serai avec Elle. C’est ça, voyez, que j’Y serai avec Elle. Alors, il m’appartient de travailler à mon propre salut avec Dieu, jusqu’à ce que ces choses aient été approuvées de Dieu, et ensuite scellées dans le Royaume de Dieu. Voilà le Saint-Esprit. Voilà les véritables œuvres de Dieu. “Scellés jusqu’au Jour de la rédemption.” C’était ça son songe. Je l’ai trouvé magnifique. 173 Ainsi donc, une fois qu’Elle l’a fait, que l’Église est arrivée à ce niveau, ou l’individu, eh bien, l’Église sera forcément Là-bas. Permettez-moi de le dire très clairement, pour que vous le saisissiez. L’Église a été prédestinée à être Là-bas. Je désire Y être avec Elle, mais le seul moyen pour moi d’Y être avec Elle, c’est d’En faire partie. Comment puis-je En devenir une partie? En étant à l’intérieur. Comment puis-je Y entrer? Par un baptême, par un seul Esprit. I Corinthiens 12 : “Nous avons tous été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul Corps.” Un seul Corps; on Y entre par le baptême. 174 Mais vous ne pouvez pas vous appliquer ces petites choses, et dire : “J’ai parlé en langues. Je L’ai.” Vous sortez là, vous vous mettez en colère, vous proférez des jurons, et vous vous conduisez mal. Voyez? Ça, c’est mettre des plumes de paon dans un—dans un geai. Voyez? Vous ne le pouvez pas. Votre propre vie démontre qu’il n’en est rien. 175 Mais quand ces choses agissent en vous par Dieu, alors, vous êtes scellés. Alors ce n’est pas artificiel. Vous êtes vous-même, c’est tout. C’est là que les visions, ce qui est parfait, le Saint-Esprit, les œuvres de Dieu, tout se manifeste (pourquoi?), parce que vous et Christ devenez un. J’espère que c’est compris. Vous et Christ devenez un. 176 J’avais noté autre chose ici, sur quoi je voudrais faire porter ma réflexion. Cela nous amène au lieu où se trouve la Vie. Vous devenez alors…vous avez la Vie Éternelle. 177 Eh bien, j’ai le lexique grec ici, le Emphatic Diaglott. J’ai étudié un mot l’autre jour. 178 Maintenant, dans Jean 14 ou Jean 3.16, nous voyons qu’il y a un endroit où il est dit : “avoir la Vie perpétuelle”. À un autre endroit, il est dit : “avoir la Vie Éternelle”. Mais, en grec, dans la version grecque…en hébreu, il est dit : “la Vie sans fin”. Le mot grec s’écrit a-i-n-i-o-a-n. 179 C’est presque comme “aion”. Aion, c’est une “durée” qui ne peut pas, un nombre qui ne peut pas être compté. C’est au-delà des millions, des billions, des milliards. 180 Mais ici, ce sont des aionios de temps, la Vie Éternelle. Et le mot anglais pour ça, c’est Éternel. Nous connaissons cela comme étant Éternel, aionios, ou “la Vie sans fin”. Voyez? Et si vous avez la Vie sans fin, comment pouvez-vous périr? Vous êtes devenu une partie de ce qui est Éternel. Et il n’y a qu’une chose qui est Éternelle. 181 Satan n’est pas Éternel. Non. Il—il est devenu Satan. L’enfer n’est pas Éternel. L’enfer a été créé. Il n’est pas Éternel. Et nos corps ne sont pas Éternels. Ils ont été créés. 182 Mais l’Esprit de Dieu est Éternel. Il n’a jamais eu de commencement, et Il n’aura jamais de fin. Et le seul moyen pour nous d’avoir la Vie Éternelle, de ce mot grec Zoe, qui signifie “la Vie même de Dieu”, c’est que nous ayons, que nous devenions une partie de Dieu en devenant des fils et des filles de Dieu, et nous avons alors la Vie aionios. Donc, la partie qui vit, nous, qui reconnaît cette Parole, d’ici à là, qui La reconnaît, c’est la Vie aionios, “la Vie sans fin”. C’est la Vie de Dieu Lui-même en nous. Amen. Fiou! 183 L’autre jour, au cours d’un voyage, j’ai eu une discussion avec un témoin de Jéhovah. Eh bien, je ne dis pas ça pour manquer d’égards envers la foi de qui que ce soit. Il y a de nombreux témoins de Jéhovah reconvertis qui sont assis là, parmi nous. L’un des administrateurs de notre église était témoin de Jéhovah, il l’était, et il a été sauvé, lui et sa famille. Son père était un lecteur; Frère Wood et les autres. Maintenant, tous ses frères et sœurs, presque tous sont venus et ont reçu le Saint-Esprit, à cause des visions de Dieu qui ont révélé ce qu’ils avaient fait. Et ce qu’ils… Voyez? C’est ce qui a produit ce résultat. 184 Eh bien, mais ici, dans le livre des témoins de Jéhovah, il est dit que le souffle que vous respirez, c’est l’âme. Or, cela ne peut pas être juste. Le souffle que vous respirez n’est pas l’âme. Si c’était le cas, vous seriez—vous seriez, à un certain moment, vous seriez une certaine âme, et à un autre moment, vous seriez quelqu’un d’autre, pour avoir respiré cette âme-là. Regardez où ça vous mènerait. Eh bien, le souffle, c’est le vent, et le vent, c’est ce que vous respirez par vos narines. 185 Or eux, ils prennent l’Écriture qui dit : “Et Dieu souffla dans ses narines un Souffle, et il devint une âme vivante.” Maintenant, je voudrais vous demander quelque chose. S’il était un homme, quelle sorte de souffle respirait-il avant que Dieu souffle en lui Son Souffle de Vie? Voyez? Quelle sorte de souffle? Il était un homme vivant qui respirait. Eh bien, s’ils ont raison, alors, chaque animal est une âme vivante, parce qu’il respire l’âme humaine, nos âmes, et tout le reste. Alors, Jésus n’aurait pas eu besoin de mourir. Le sacrifice des animaux aurait été suffisant. Voyez? Donc, frères, cet argument ne tient pas la route. 186 Mais ce que Dieu a fait, c’est qu’Il a soufflé le Souffle de la Vie Éternelle, amen, et il est devenu une âme vivante, une âme qui ne peut pas mourir. Eh bien, regardez maintenant. Nous allons nous enfoncer dans le miel jusqu’aux coudes. Remarquez. “Il a soufflé le Souffle de la Vie Éternelle dans ses narines, et il est devenu une âme Éternelle.” Car Dieu a soufflé, ce n’est pas ce que la nature a fait, mais ce que Dieu a fait : Il a soufflé dans ses narines le Souffle de Vie, et il est devenu une âme vivante. Alors, vous me direz : “Adam est mort, Frère Branham.” 187 Mais souvenez-vous : avant qu’Adam meure, il y a un agneau qui l’avait racheté. Alléluia! “Ceux qu’Il a connus d’avance, Il les a appelés.” Il a pris un agneau pour les racheter. Il était un type : Adam est tombé. Ensuite, l’agneau a été pourvu pour Adam, parce qu’il avait déjà reçu, dans ses narines, le Souffle du Dieu Éternel, et qu’il était devenu une âme vivante. Il était un fils de Dieu. 188 Pas son souffle, dans le sens du mot africain. Je ne connais pas le mot grec pour ça, en ce moment. Mais le mot africain qu’ils emploient, c’est amoyah, qui signifie “le vent; une force invisible”. Les animaux respirent l’amoyah. Les pécheurs respirent l’amoyah. 189 Pourquoi donc luttons-nous pour la Vie Éternelle, si ce qui entre en nous par la respiration, c’est l’âme Éternelle? Pourquoi luttons-nous pour la Vie Éternelle? Ça vous retombe sur le nez, frères. Voyez? Ça—ça—ça ne peut pas se faire. 190 Mais Dieu a particulièrement soufflé sur Adam le Souffle de la Vie Éternelle, et il est devenu une personne Éternelle auprès de Dieu. Il avait la puissance, comme Dieu. Il était un dieu amateur. Il était le dieu de la terre; pas le Dieu du Ciel, là. Le dieu de la terre! 191 Et un jour, les fils de Dieu redeviendront des dieux. Jésus l’a dit. “N’est-il pas écrit dans vos lois : ‘Vous êtes des dieux’? Si vous pouvez appeler dieux ceux qu’Il a appelés, ceux que Dieu a visités, comment pouvez-vous Me condamner, de dire, quand Je dis que Je suis le Fils de Dieu?” Voyez? Maintenant nous entrons dans quelque chose de profond. Alors, observez ceci, quand nous allons enfoncer le clou. 192 Donc, les voilà. Il est maintenant un fils de Dieu, mais il commet une erreur. Il sait qu’il fait ce qui est mal. Rappelez-vous, là, Adam n’a pas été séduit. La Bible le dit. I Timothée 3. “Ce n’est pas Adam qui a été séduit, c’est la femme qui, séduite, s’est rendue coupable de transgression.” Adam est allé avec Ève, parce qu’elle était sa femme. 193 De même, Christ n’a pas été séduit par Satan, mais Il est allé avec l’Épouse dans la mort. Il est allé accompagner l’Épouse, afin de pouvoir racheter l’Église. 194 Adam, sachant très bien qu’il agissait mal, il est allé et a accompagné Ève. Voyez? Mais un agneau avait été pourvu pour eux, afin de les racheter. 195 Et aujourd’hui, pour ces agneaux qui avaient été connus d’avance par Dieu, et que Dieu a appelés, il y a un Rédempteur. “Nul ne peut venir à Moi, si le Père ne l’attire. Et tous ceux que le Père M’a donnés viendront à Moi.” Pas vrai? [L’assemblée dit : “Amen.”—N.D.É.] Donc, un Agneau a été pourvu, dès la fondation du monde, où leurs noms ont été mis dans le Livre de Vie de l’Agneau. Un Agneau a été pourvu pour ouvrir la voie de la grâce, afin qu’ainsi chacun d’eux puisse participer à la résurrection : un Agneau a été pourvu; l’agneau d’Adam, remarquez bien, tout comme un agneau avait été pourvu pour Adam. 196 Eh bien, c’est l’Église aujourd’hui. Je ne veux pas dire la—l’église. Vous savez quoi? 197 Je ne dis pas ceci pour être sacrilège, et je ne le dis pas pour blesser qui que ce soit. Je ne suis pas ici pour ça, comme je vous l’ai déjà expliqué. Je suis ici pour aider, mais ce que j’essaie de faire… 198 Vous savez quoi? En fait, toutes ces églises ne sont pas des églises. Il n’y a qu’une seule Église. Tout le reste, ce sont des clubs. Voyez? Ce sont des clubs. Je n’ai rien… C’est très bien. Mais je—je veux vous le prouver dans quelques instants, que ce sont simplement des clubs. Vous êtes membre du club méthodiste, du club presbytérien, ou même, en fait, du club pentecôtiste. Ah oui. Des clubs! Voyez? Vous ne pouvez pas… Voyez? Les églises sont en réalité des clubs où les gens qui partagent les mêmes idées se rassemblent. 199 Mais l’Église, il n’y en a qu’Une. Et vous ne pouvez pas adhérer à l’Église. Vous Y naissez. Et quand vous Y naissez, vous En êtes membre. 200 Tout comme ma famille. Ça fait cinquante-trois ans que je fais partie de la famille Branham. On ne m’a jamais demandé d’adhérer à cette famille. Pourquoi? Je n’ai pas besoin d’adhérer à cette famille. Je suis né un Branham. 201 Et vous naissez dans l’Église. Et toutes les autres, ce sont des clubs. Avez-vous déjà réfléchi à ça? [L’assemblée dit : “Amen.”—N.D.É.] Oui monsieur. 202 Un jour, j’étais en train de tondre le gazon, et je pensais à, disons, “la grande et sainte église catholique”, comme on l’appelle. Je pensais à ça, tout en tondant le gazon. 203 Et Quelque Chose m’a arrêté net, et a dit : “N’appelle pas cela ainsi.” J’ai regardé tout autour de moi. J’ai recommencé à tondre le gazon. Une fois de plus, Cela m’a arrêté et a dit : “Ne les appelle pas ainsi.” Il a dit : “Ils sont un club, comme les autres. Ils ne sont pas l’Église. Il n’y a qu’une seule Église.” Voyez? Ils sont membres d’un club, car on peut adhérer à un club. Mais on ne peut pas adhérer à l’Église. L’Église, on Y naît. On En devient membre par la nouvelle Naissance, on devient alors un membre de la Famille, un frère ou une sœur qui En fait partie. 204 Maintenant, permettez-moi de vous lire quelque chose ici, dans le Emphatic Diaglott, Apocalypse 17.3, de l’Apocalypse selon le Emphatic Diaglott que voici. Et regardez bien ce qui est dit là, oh—oh, cela concorde merveilleusement bien avec ceci. Apocalypse 16, 17. Très bien. Maintenant, lisons ici, juste un instant. Écoutez ceci très attentivement : Apocalypse 17.3. Et l’un de ces sept Anges qui tenaient…sept Coupes vint et me parla,… 205 Je vous lis cela du Lexique. “Qui tenaient…” …“Viens, je te montrerai le jugement de cette grande prostituée, qui est assise sur de Grandes Eaux; 206 Et nous savons tous qu’il s’agit du Vatican. Nous avons là Notre Visiteur du dimanche édité par l’église catholique, qui nous déclare que c’est exactement cela. Voyez? 207 Et comme réponse, à ce sujet, il m’a été dit : “Mais attendez un instant.” Il a dit : “Il y a eu toutes sortes de noms”, il a dit, “qui pourraient faire six cent soixante-six.” J’ai dit : “Mais, un instant.” Il a dit : “Votre nom pourrait faire six cent…” 208 “Mais,” j’ai dit, “par contre, je ne suis pas assis sur sept collines, à gouverner le monde, voyez-vous.” Ah oui! Voyez? C’est exact. Voyez? 209 [Frère Branham lit Apocalypse 17.1 dans le Emphatic Diaglott.—N.D.É.] …te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur de Grandes Eaux; 210 Les Eaux, Apocalypse 17.15, ce sont “la masse et les foules de gens”. Voyez? C’est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à des impudicités, et c’est du vin de cette…son impudicité que les habitants de la terre se sont enivrés. 211 Ensuite, quoi? Et il me conduisit, en Esprit, dans un Désert;… 212 Ça, c’est le Emphatic Diaglott. Voyez? …et je vis une Femme assise sur une Bête de couleur écarlate, pleine de Noms Blasphématoires,… 213 Or, dans la version du roi Jacques, il est dit : “pleine de noms de blasphème”. Juste un instant et je vais retrouver cela ici, juste une minute. Apocalypse, 3. Très bien, le voici. Très bien. Je voulais dire Apocalypse 17 et non 7; 17, maintenant écoutez le verset 3. Et il me transporta en esprit dans un désert. Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, … 214 C’est de cette manière que c’est dit en anglais. Mais la version originale en grec qui se trouve dans le Diaglott rend cela comme ceci; Apocalypse 17.3. Écoutez. Et il me conduisit en Esprit dans un Désert. Et je vis une Femme assise sur une Bête—Bête de couleur écarlate, pleine de Noms Blasphématoires… 215 Il y a une grande différence entre “noms de blasphème” et “noms blasphématoires”. Qu’en est-il? Et nous… Eh bien, elle était : …LA MÈRE DES PROSTITUÉES… 216 Nous savons tous cela. Mais de quoi s’agit-il? [Quelqu’un dit : “De l’église catholique romaine.”—N.D.É.] On n’a pas besoin d’être… Eh bien, c’est exact, cela inclut l’église catholique romaine. Mais elle est pleine de “noms blasphématoires” : méthodiste, baptiste, presbytérienne, luthérienne, elles disent toutes être des “églises de Dieu”. Des noms blasphématoires! Il y a une grande différence entre “des noms de blasphème” et “des noms blasphématoires”. Elles se donnent le nom : “Église de Dieu”, et elles se représentent ainsi devant le monde : des parties de cartes, de la boisson, des mauvais comportements, des soupers où on sert de la soupe, et ainsi de suite, tout est permis. 217 Il n’y a qu’une seule Église. On Y naît. On n’Y entre pas tant qu’on n’a pas été lavé dans le Sang de l’Agneau et scellé par le Saint-Esprit. 218 Il y a toute une différence entre “des noms de blasphème” et “des noms blasphématoires”. Vous comprenez? [L’assemblée dit : “Amen.”—N.D.É.] 219 J’ai saisi cela ce matin, quand je lisais le… En venant ici, Quelque Chose m’a dit : “Va dans ton bureau et prends le Diaglott.” 220 Eh bien, par simple obéissance. Voilà. Je suis entré. J’ai ouvert Apocalypse 17. Je me suis dit : “Pourquoi veux-Tu que je lise cela?” Je me suis mis à lire. [Frère Branham fait claquer ses doigts.—N.D.É.] Aussitôt que je suis tombé dessus : “C’est ça.” J’ai pris un crayon et je l’ai noté. J’ai dit : “C’est ça.” 221 Et là, les gens rouspètent, parce que je proteste contre les organisations. Il s’agit de ces noms blasphématoires, elles se disent “églises de Dieu, églises de Christ, églises méthodistes, et tout”. Ce sont des clubs et non des églises. 222 Il y a une seule Église, c’est l’Église du Seigneur Jésus-Christ. Et qu’est-ce que C’est? C’est le Corps mystique de Jésus-Christ, qui est en action sur la terre, constitué des membres de n’importe laquelle de ces assemblées, de ceux qui veulent être des membres du Corps de Christ. On doit Y entrer par une naissance, et non par une adhésion. 223 Et d’adhérer à celles-là, qui sont des noms blasphématoires — cette femme. Cette femme, sa puissance! 224 Et vous voyez maintenant qu’ils se proposent de prendre tous ceux qui ont des idées bizarres au sujet de la religion, et de les envoyer en Alaska. Vous avez vu cela. Toutes nos croyances bizarres. 225 Et qu’est-ce que c’est? Le concile, le Conseil mondial des Églises et les catholiques, ils ont leur grand rassemblement en ce moment, là-bas au Vatican, où ils essaient, — tous ces évêques et tout, — ils essaient de s’entendre, afin de combattre le communisme. Le monde combat le communisme, mais en fait, il ne fait que se joindre au catholicisme. 226 Et c’est comme ça aujourd’hui. Nous y voilà, comme je l’ai dit. Nous allons… Nous sommes presque en faillite. Nous empruntons et dépensons de l’argent maintenant, en comptant sur des impôts qui seront payés dans quatorze ans. C’est là où nous en sommes. Qui détient l’argent du monde? L’église catholique. Dans quel but prêtera-t-on cela aux États-Unis? Pour préserver ces entreprises qui fabriquent du tabac, du whisky et tout. Certainement, ils le leur emprunteront. Quand ils feront cela, ils vendront directement leur droit d’aînesse à l’église catholique romaine. Nous nous unissons. Observez ceci, c’est très clair, plus clair que de lire un journal. Voilà. Voyez? 227 Elles sont méthodistes, baptistes, presbytériennes, et ainsi de suite, et elles se donnent pour nom “l’Église de Dieu”. Les catholiques et tout ce genre de choses, c’est cette puissance de la bête pleine de noms blasphématoires. De vous donner ce nom, en disant : “Je suis…” J’ai dit… 228 Je suis allé à l’hôpital, là-bas, il n’y a pas longtemps, j’y allais pour prier pour une personne. J’ai dit : “Nous allons…” C’était ma mère. J’ai dit : “Nous allons prier pour ma mère.” Et l’autre dame a dit : “Tirez ce rideau.” J’ai dit : “N’êtes-vous pas Chrétienne?” Elle a dit : “Nous sommes méthodistes.” 229 J’ai dit : “Merci. Je pensais que vous étiez peut-être une croyante.” J’ai simplement tiré le rideau autour de moi. Voyez? Donc, si vous n’êtes pas Chrétien, là, c’est autre chose. Voyez? 230 Mais : “Nous sommes méthodistes”, c’est un blasphème. La bête, les églises, ce qu’on appelle des églises, ce ne sont pas des églises. Je veux m’assurer que cela a bien été enregistré. Oui. Ce ne sont pas des églises. Ce sont des clubs. Les gens y adhèrent. 231 Mais vous ne pouvez pas adhérer à l’Église du Dieu vivant. Vous Y entrez par une naissance, par le baptême du Saint-Esprit. Et quand vous êtes baptisé du Saint-Esprit, ces vertus sont scellées en vous, par le Saint-Esprit, et donc, “celui qui est né de Dieu ne pratique pas le péché”. “Il ne le peut pas.” Voilà, c’est ça. Oh! la la! Nous pourrions en parler toute la journée, n’est-ce pas? 232 L’Église, c’est le Corps mystique de Christ, née du Souffle de Dieu. Wouououhh! L’avez-vous saisi? [L’assemblée dit : “Amen.”—N.D.É.] L’Église de Dieu est née du Souffle de Dieu. Dieu a soufflé Son Souffle dans les narines d’Adam, spirituellement, et il est devenu une âme vivante. Saviez-vous que les pentecôtistes, ou la véritable Église pentecôtiste est née du Souffle de Dieu? [“Amen.”] 233 Permettez-moi de prendre un instant pour vous lire quelque chose là-dessus. Laissez-moi voir, un instant. Jean, je crois, c’est là que je vais lire. Nous verrons si l’Église de Dieu l’est, oui ou non. Jean, voyons un peu, je crois que c’est 16, 19; 20. Très bien. Voilà, je crois que nous trouverons cela ici. Très bien. Je vais vous le lire, et voyons si, oui ou non, l’Église est née du Souffle de Dieu, comme Adam l’était au commencement. Observez. Et le soir de ce jour, qui était le premier de la semaine, les portes du lieu où se trouvaient les disciples étant fermées à cause de la crainte qu’ils avaient des Juifs, Jésus vint, se présenta au milieu d’eux, et leur dit : La paix soit avec vous! Et quand il eut dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Où… Les disciples furent dans la joie en voyant le Seigneur. Et Jésus… Et Jésus leur dit de nouveau : La paix soit avec vous! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. 234 Observez. Le Père qui L’a envoyé, Il était là, en Lui. Et Jésus, quand Il envoie un disciple, Il est là, en lui. Celui-là même qui l’a envoyé : Dieu. Après ces paroles, il souffla sur eux, et…dit : Recevez le Saint-Esprit. 235 L’Église née du Souffle de Dieu! Quand cette stature est façonnée là, et qu’elle est prête, le Souffle de Dieu souffle sur eux : “Recevez le Saint-Esprit”, et vous êtes alors un fils de Dieu. Vous pouvez adhérer à tout ce que vous voudrez, mais dans l’Église de Dieu, on Y entre par une naissance; cette naissance, c’est par le Souffle de Dieu. Dieu a soufflé sur eux, et a dit : “Recevez”, wououh, “le Saint-Esprit.” Oh! la la! Voilà, c’est ça. 236 Non pas : “Venez adhérer, inscrivez votre nom ici.” Avec vos soupers où on sert de la soupe et tout ce qui va avec, vous adhérez à un club. Vous pouvez adhérer à un club méthodiste, à un club baptiste, à un club presbytérien, à un club catholique, ou à un club pentecôtiste, et à tout ce à quoi vous voulez adhérer, mais vous adhérez quand même à un club. 237 En revanche, quand vous devenez un enfant de Dieu, vous naissez du Souffle de Dieu. Amen. Maintenant je ferais mieux de ne pas aller plus loin là-dessus. Très bien. 238 Alors la Vie de Dieu se trouve aussi en vous; Jésus l’a dit. Un instant. Jésus l’a dit : “Je suis le Cep. Vous êtes le sarment.” 239 Maintenant, regardez. Pourquoi cherchaient-ils querelle à Jésus? Ils cherchaient querelle à Jésus, parce qu’Il était un Homme qui Se faisait Dieu. Il était Dieu. Dieu était en Christ. Voyez? Et Il le leur a dit. Il a dit : “Ne regardez pas à Moi. Ce n’est pas Moi. C’est Mon Père, et Il demeure en Moi.” Oh! Voyez? 240 Or eux, ils regardaient à ce petit corps qui était né de Marie. Voyez? Ça, ce n’était pas Dieu. Ça, c’était le Fils de Dieu, mais Dieu était à l’intérieur de ce Corps. C’était Dieu. Il a dit : “Si Je ne fais pas les œuvres de Mon Père, alors condamnez-Moi. Mais qui de vous peut Me déclarer coupable de péché, d’incrédulité à l’égard de la Parole? Quelle Parole prononcée par Dieu n’a pas été accomplie en Moi?” Le péché, c’est l’incrédulité. “Qui de vous peut M’accuser d’avoir péché?” Le péché, c’est l’incrédulité. “Montrez-le-Moi. Si Je ne fais pas les œuvres de Mon Père, alors ne Me croyez pas. Mais si Je fais les œuvres de Mon… Même si vous ne pouvez pas Me croire, croyez aux œuvres que Je fais, car ce sont elles qui rendent témoignage.” Autrement dit : “Le Père est en Moi, Il rend témoignage de Lui-même.” En effet : “Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec Lui-même.” Vous saisissez? [L’assemblée dit : “Amen.”—N.D.É.] 241 Eh bien, alors, la même Vie qui est dans le Cep se trouve aussi dans le sarment. Comment ferez-vous pour adhérer à Cela? C’est impossible. 242 J’ai vu un arbre, il n’y a pas longtemps, dans le jardin de Frère Sharrit, en Arizona, il portait neuf différentes sortes d’agrumes. Qu’est-ce que c’était? C’était—c’était un oranger, un oranger navel. Mais il portait un—il portait un—un citron, une mandarine, un tangelo, et un pamplemousse. Il en portait de toutes sortes. Je me suis tenu là à regarder cet arbre. Et j’ai dit : “Frère Sharrit, vous n’allez pas me dire que cet arbre est un oranger?” Il a dit : “Certainement.” 243 Et j’ai dit : “Eh bien, comment ça? Comment est-ce possible?” J’ai dit : “Je vois un pamplemousse ici, une mandarine là, un tangelo ici, un citron là, et tous ces autres fruits. Comment est-ce possible?” Il a dit : “Eh bien, voyez-vous, ils y ont été greffés.” 244 “Oh!” J’ai dit : “Eh bien, je veux vous demander quelque chose. Bon, vous allez cueillir ce pamplemousse et ce citron. Alors, l’an prochain, qu’est-ce qui en sortira? Il en sortira certainement une orange.” “Oh non.” Il a dit : “Il en sortira du citron. Voyez?” “Oh,” j’ai dit, “je vous remercie.” Voyez? On ne peut pas le faire. On ne peut pas s’y rattacher. 245 “Mais”, il a dit, “chaque fois que cet arbre vieillit d’un an, et que de nouvelles branches en sortent, elles produisent des oranges, quand le cep lui-même produit des branches.” 246 Et ce que nous avons essayé de faire, c’est d’être des membres qui se sont rattachés à Lui, et nous vivons sous le nom du Christianisme. Parce que nous sommes, et c’est une façon toute simple de l’exprimer, nous sommes ces agrumes, l’Église chrétienne. 247 Mais, quand le Cep Lui-même produira un autre cep, celui-ci sera comme le premier Cep qu’Il avait produit. Si, à la suite du premier Cep qu’Il avait produit, un Livre des Actes a été écrit; alors, si jamais Il en produit un autre, un autre livre des actes s’écrira à la suite de celui-là. C’est exact. 248 Donc, vous ne faites qu’adhérer à des clubs. Mais, quand vous êtes né du Cep… Vous avez un fruit. C’est exact. Vous avez un fruit, mais qu’est-ce que vous produisez avec cela? “Vous avez l’apparence de la piété, tout en reniant ce qui en fait la force.” Vous niez les signes. Vous niez les prodiges. Vous niez le Saint-Esprit. Vous niez le parler en langues. Vous niez les visions. Vous niez les prophéties. Vous niez la guérison. Et cependant, “vous vous donnez un nom”. Ce n’est pas surprenant que le Saint-Esprit ait dit : “Une puissance, un groupe de gens pleins de noms blasphématoires, certainement, ils se donnent le nom de ‘Chrétiens’.” “Ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Éloigne-toi de ces hommes-là, car il en est parmi eux qui conduisent des femmes d’un esprit faible et borné, chargées de passions de toute espèce.” 249 Toutes sortes d’organisations! L’église est tellement remplie de ce genre d’association ci, et de ce genre d’association là. Qu’en est-il de l’association de Jésus-Christ? Voyez? Nous avons toutes ces autres choses, et nous avons surchargé l’église. Alors, voilà. On ne peut jamais adhérer à une Église. 250 On adhère à un club. On est membre d’un club, d’un groupe de gens, exactement comme dans un club. “Nous croyons ceci. Nous avons nos ordres établis. Nous avons nos secrets, et ainsi de suite.” Vous faites la même chose, seulement vous adhérez à une soi-disant église. 251 Mais vous ne pouvez pas adhérer à l’Église. Vous avez adhéré à un club de membres, mais pas à une Église, car c’est par une naissance qu’on entre dans cette Église et dans le Cep Lui-même. 252 Maintenant, un instant. Observez. Je vais terminer — après un certain temps. Remarquez. Excusez-moi. Je—je ne voulais pas dire ça. Observez. Regardez. 253 Si Dieu a cimenté cette Épouse par cet Esprit, alors Il cimente l’individu par cet Esprit, voyez, c’est alors que vous naissez dans ce Royaume-là. Alors, la même Vie qui était dans cette Église-ci est dans cette Église-là, dans celle-là, celle-là, celle-là, celle-là. Et la même Vie qui était dans l’enveloppe, le Cep, Jésus, est dans le membre qu’Il a produit. Gloire! “Alors, les mêmes choses que Je fais, les œuvres que Je fais, vous aussi, vous les ferez.” Voilà le vrai membre du Corps de Christ, aucun nom n’est collé sur lui. Les œuvres mêmes de cet individu prouvent d’où il vient. Sa vie témoigne de ce qu’il est. 254 “Vous êtes membre de quoi? À quel Corps appartenez-vous?” Au Corps de Christ. “Eh bien, où Y avez-vous adhéré?” Je n’Y ai pas adhéré. J’Y suis entré par une naissance. Voyez? J’Y suis entré par une naissance. 255 Vous n’avez pas à le leur dire. Ils savent ce qui s’est passé. “Vous, comment pouvez-vous allumer une lampe et la couvrir d’un boisseau?”, a-t-Il dit. Voyez? Non, non. 256 Quand on entre dans le Royaume de Dieu par une naissance, alors c’est la Vie, la Vie même qui était en Jésus. Alors, on s’intéresse aux âmes. Alors, on n’a pas à supplier les gens pour qu’ils viennent à l’autel. On n’a pas besoin de supplier qui que ce soit de venir se joindre à ceux qui sont devant l’autel. Oui. Les—les—les—les choses se font automatiquement, parce que C’est scellé en vous. Vous êtes une entité de Dieu. Vous êtes scellé du Saint-Esprit. Eh bien, savez-vous ce que “le Saint-Esprit” signifie? 257 Ça ne signifie pas : “J’ai sauté et j’ai poussé des cris. J’ai eu une sensation étrange.” Toutes ces choses sont en ordre. J’ai sauté, j’ai poussé des cris, et j’ai eu une sensation étrange. “J’ai parlé en langues.” Je crois que le Saint-Esprit parle en langues. Certainement. “J’ai interprété.” Oui monsieur. Ça aussi, j’y crois. Mais ce n’est pas Cela. Ce n’est pas de ça que je parle. Il peut y avoir une fuite là, quelque part. Il peut y avoir une fuite ici, dans votre patience. 258 Si quelqu’un vous frappe sur un côté du visage, présentez-vous l’autre côté? Au contraire, vous dites : “Quel sale hypocrite!” Alors, il y a une fuite quelque part, un jet. Nous ferions mieux de laisser ça de côté. Très bien. Mais vous savez ce que je veux dire. 259 Par contre, quand vous êtes scellé dans le Corps de Christ, alors, vous êtes rempli de l’Esprit, et vous êtes un fils de Dieu. 260 Oh, j’aurais souhaité avoir environ dix minutes de plus pour lire quelque chose ici. [L’assemblée dit : “Allez-y. Lisez cela, frère.”—N.D.É.] Alors, voudriez-vous me supporter encore dix minutes? [“Oui.”] Je veux lire quelque chose, juste un petit peu. Franchement, là, les haricots ne vont pas brûler. Je vous le garantis, voyez, si nous lisons ceci pendant quelques instants. C’est tellement bon que je ne peux pas laisser ça de côté. Il y a une ou deux choses qui me viennent à l’esprit et dont je voudrais parler. 261 Prenons Jean, chapitre 3, qui parle de la Vie Éternelle. Voyons un peu ce qui est dit là, quant à ce problème qui s’était posé au sujet de la Vie Éternelle, la Vie de Dieu. Eh bien, maintenant regardez bien ici. Mais il y eut un homme d’entre les pharisiens, nommé Nicodème, un chef des Juifs, Qui donc vint, lui, auprès de Jésus, de nuit, et lui dit : Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu;…personne ne peut faire les miracles que… si Dieu n’est avec lui. 262 Donc, eux, les tribunaux du sanhédrin, ils reconnaissaient qu’Il était le Fils de Dieu. Ils le savaient. Voici que leur chef était là, à Lui dire : “Nous savons que Tu es un docteur venu de Dieu, parce que la Vie même de Dieu coule en Toi.” Voyez? “Nous savons que Ton enseignement n’est pas de Toi. C’est de Dieu, parce que Dieu Le prouve.” Voyez? “La Vie de Dieu coule en Toi.” Maintenant, regardez bien. Jésus lui répondit : En vérité,…je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. 263 Oh! la la! “Si tu n’adhères pas à mon église”? Oh! Voyez-vous comme ils s’En éloignent? Voyez? Voyez? Jésus, alors, Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne t’étonne pas que je t’aie dit : Il faut que vous naissiez de nouveau. Le vent souffle où il veut,… Voyez, ça va et ça vient, voyez, ça va et revient, voyez. Le vent souffle où il veut,…tu ne peux pas en entendre…peux en entendre le bruit; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme…né de l’Esprit. Nicodème lui dit : Comment cela peut-il se faire? Jésus lui répondit : Tu es le docteur d’Israël, et tu ne sais pas ces choses! 264 Regardez-moi ça, frère, un—un docteur en théologie, un docteur en philosophie, un docteur en droit, voyez : “Et tu ne sais pas ces choses!” En vérité,…je te le dis, nous disons ce que nous savons, et nous rendons témoignage de ce que nous avons vu; et vous ne recevez pas notre témoignage. 265 “Nous savons ces choses. Nous les avons vues. Nous savons Cela, et vous ne recevez même pas notre témoignage.” Adhérents d’église! Voyez? Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes? 266 Maintenant, écoutez ceci. Regardez bien. Personne n’est monté au ciel, si ce n’est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme qui est dans le ciel. 267 Allez donc comprendre ça. 268 Vous savez, une fois, Il a dit : “Que pensez-vous du Christ? De Qui est-Il le Fils?” Ils ont dit : “Le Fils de David.” 269 Il a dit : “Alors, pourquoi David, en Esprit, Lui a-t-il dit : ‘Le Seigneur a dit à mon Seigneur : “Assieds-toi à Ma droite”’? Comment pouvait-Il être Son Seigneur et Son Fils?” Personne ne Lui a plus demandé quoi que ce soit. 270 Dans Apocalypse, Il a dit : “Je suis la Racine et la Postérité de David.” Voyez? “Je suis le Cep et le Sarment. Je suis le commencement. J’existais avant le commencement. J’étais le commencement, et—et J’étais aussi Sa Postérité.” 271 Alors, Il a dit ici : “Personne n’est descendu du Ciel, si ce n’est le Fils de l’homme qui est maintenant dans le Ciel.” 272 Une fois, une dame m’a posé une question. Je lui ai dit : “Répondez-moi à ceci.” J’ai dit : “Qui Jésus priait-Il dans le jardin de Gethsémané?” 273 J’ai dit : “De Qui parlait-Il quand Il a dit : ‘Personne n’est monté au Ciel, si ce n’est celui qui est descendu du Ciel, le Fils de l’homme qui est dans…qui est maintenant dans le Ciel’? Qui?” 274 Et Le voici, sur le toit d’une maison, en train de parler à Nicodème, et Il dit : “Je suis dans le Ciel.” N’est-ce pas vrai? [L’assemblée dit : “C’est vrai.”—N.D.É.] Laissons ça pour ce soir. Qu’en dites-vous? [“Amen.”] Il se fait trop tard. Oh! la la! Je vous laisse méditer un peu là-dessus cet après-midi. 275 Comment entre-t-on dans l’Église? [L’assemblée dit : “On y naît.”—N.D.É.] On y naît. Par quoi? Le Souffle de Dieu. Souffle sur moi, Souffle sur moi; Esprit du Dieu vivant, Souffle sur moi. 276 C’est ma prière : que le Saint-Esprit souffle. Oh! la la! Car le Souffle de Dieu, qu’est-ce que C’est? Scellé dans le Royaume de Dieu, sachant qu’au début, quand j’ai fait ma confession, j’ai cru en Jésus-Christ. Oui. Alors, à ma Foi, je joins la vertu, la vertu divine. Et à ma vertu, je joins la connaissance de la Parole. 277 À ma connaissance, je joins la tempérance, la maîtrise de soi. J’aime ce chant : “Mon pays, c’est toi que je chante, couronne mon âme de la maîtrise de soi, d’un océan étincelant à l’autre.” Voyez? 278 La patience. Oh! la la! Les tests. Ne vous en faites pas, Satan les comptera pour vous. Là, je suis en train de monter plus haut sur l’échelle. Voyez? J’ai joint la vertu, la connaissance, la tempérance, maintenant je dois joindre la patience. Jusque-là, je n’ai pas encore le Saint-Esprit. 279 Alors, après avoir joint la patience, je joins la piété. Savez-vous ce que c’est? C’est d’être comme Dieu. Je joins cela. Je ne me conduis pas mal. J’agis comme doit le faire un Chrétien intègre. Que ce ne soit pas quelque chose de fabriqué. Mais quelque chose qui est en moi, l’amour de Dieu qui bouillonne. Voyez? Voyez? Ne dites pas : “Aïe aïe aïe aïe, oh! la la! J’aurais pu le faire, mais peut-être que je ferais mieux de m’abstenir.” Voyez? Non. Non. Quoi qu’il arrive, C’est toujours là. 280 C’est une Naissance. Je suis né dans ceci, dans ceci, dans ceci, dans ceci, dans ceci, dans ceci, dans ceci. Et alors, l’amour de Dieu, Christ, descend et scelle tout cela en moi, pour le service. Voyez? 281 Alors, que fait-Il quand Il me donne le Saint-Esprit? Il vous retire quelque part, et Il fait une marque sur vous. Voyez? Et là, vous êtes une personne différente. Vous n’êtes plus de ce monde. Voyez? Vous portez un vêtement différent. Vous êtes habillé différemment. Il ne s’agit pas de ce vêtement extérieur. Non, non. Vous n’avez pas à être bizarre et étrange, le col tourné vers l’arrière, une apparence cérémonieuse. Non, non. Vous ne faites pas ça. Vous vous habillez physiquement comme ceci. C’est le vêtement spirituel qui compte. Vous avez été revêtu de l’habit de noces. Qu’est-ce que vous êtes? 282 Comme Jésus, regardez, quelque chose L’a couvert, et Il a été transfiguré là, devant eux, Ses vêtements resplendissaient comme le soleil. Voilà, Il était là, Jésus, Dieu plaçait Son propre Fils. Voyez? Alors Moïse est apparu. Alors Élie est apparu. Et Pierre a dit : “Vous savez, il est—il est bon que nous soyons ici.” Voyez-vous la manière humaine? Oui. Oh, le surnaturel s’était produit! Il a dit : “Dressons trois tentes. Dressons-en une pour Moïse, une pour Élie, et une pour Toi.” 283 Et avant qu’il ait fini de parler, Dieu a arrêté tout cela, en disant : “Celui-ci est Mon Fils bien-aimé. Toutes ces choses que J’ai exigées de Moïse, et que J’ai prescrites dans la loi de Moïse; et la justice par les prophètes; Il a accompli tout cela. Écoutez-Le. Je vais Me retirer de la scène maintenant. Alors, écoutez-Le. Alors, écoutez-Le.” Oh! la la! Que c’est merveilleux! 284 Donc, après que nous avons rempli ces conditions requises, et que nous sommes remplis des vertus de Dieu et des choses de Dieu, alors le Saint-Esprit descend et nous scelle dans le Royaume. Ne vous en faites pas. Tout le monde saura que vous L’avez reçu. Vous n’aurez pas à dire : “Eh bien, gloire à Dieu, je sais que je L’ai reçu. J’ai parlé en langues. Gloire à Dieu, je sais que je L’ai reçu. Une fois, j’ai dansé par l’Esprit.” Vous n’aurez pas à dire un mot là-dessus. Tout le monde saura que vous L’avez. Ne vous en faites pas. Oui. Il rendra témoignage de Lui-même. Il fera que cela se sache parmi les hommes. 285 Que Dieu vous bénisse. Je suis vraiment content d’être parmi vous ce matin, d’avoir ce moment de communion. Écoutez, notre église est petite, et donc nous n’avons pas suffisamment de places pour les gens qui viennent ici. Nous ne sommes pas une organisation. Nous croyons, et nous avons la communion fraternelle avec chaque organisation. Vous venez ici simplement parce que vous le voulez. Et vous, nous vous aimons. Et nous voulons que chaque organisation, chaque personne… 286 Je crois que, dans chacune de ces organisations, il y a des Chrétiens. Ce sont des frères et des sœurs en Christ. 287 Ainsi donc, nous n’avons pas d’attache, pas à adhérer à quoi que ce soit, rien d’autre à faire que d’être Chrétiens. Comme E. Howard Cadle avait l’habitude de dire : “Nous n’avons aucune autre loi que l’amour; aucun autre livre que la Bible, aucun autre credo que Christ.” C’est vrai. Venez nous rendre visite. Ça nous fera plaisir. Nous croyons le Plein Évangile, toute la Parole, d’un bout à l’autre. Nous La croyons telle quelle. Nous n’Y ajoutons rien, nous n’En retranchons rien, nous n’Y ajoutons aucune camelote d’organisation. Nous La laissons telle quelle. C’est tout. Et nous sommes toujours heureux de vous recevoir. Venez vous joindre à nous quand vous le pouvez. Nous prions pour les malades. Nous croyons tout ce que la Bible dit de faire. Nous “oublions nos faiblesses, les laissons en arrière, et nous courons vers le but de la Vocation céleste”. 288 Bon, encore une chose. Me permettrez-vous de le dire? Avant-hier matin… Là-bas, sur le—le tableau, vous remarquerez qu’il y a une vision. J’ai eu une vision. C’était vers cinq heures, comme ma femme, là derrière, le sait, ou six heures. Je m’étais réveillé. Nous nous étions levés pour préparer les enfants pour l’école. 289 Ces choses m’arrivent de temps en temps. Et vous ici, vous le savez tous, qu’elles n’échouent jamais. Elles, elles sont absolument parfaites. Voyez? Elles n’échouent jamais. 290 Et je pensais que j’étais la personne la plus heureuse que j’aie jamais vue. J’étais debout, sous le soleil, s-o-l-e-i-l, et je—et je prêchais l’Évangile à une assemblée immense, très nombreuse. 291 [Frère Branham fait une pause.—N.D.É] Je voulais juste voir si c’était enregistré. 292 C’était une—une assemblée immense, très nombreuse, et les gens étaient assis dans une forêt. Des rayons de soleil brillaient sur eux, ici et là, ils recevaient Cela, ils recevaient la Parole. 293 Et, comme d’habitude, je prends toujours trop de temps, je m’attarde trop, je prêche trop longtemps. Et j’avais prêché tellement longtemps que l’assemblée a commencé à avoir faim de la nourriture physique. Et ils, quelques-uns d’entre eux, étaient fatigués. Alors, ils se sont levés, sont sortis pour chercher à manger, ils ont commencé à sortir. J’ai dit : “Ne sortez pas. Ne sortez pas.” 294 J’avais deux points culminants que je voulais atteindre, que je voulais atteindre, dans ma prédication. Et le Seigneur m’avait donné ces choses. Et tout prédicateur le sait, quand vous êtes vraiment convaincu que c’est Dieu qui vous les a données, vous brûlez du désir de le dire aux gens. 295 Et je prêchais tout simplement, Charlie, avec autant de force que je le pouvais, j’insistais beaucoup, vous savez, je disais : “Toutes ces choses glorieuses, ces choses que Dieu est en train de faire. Regardez cela. Il discerne les pensées du cœur. Qu’est-ce que C’est? La Parole.” Et je continuais comme cela. Et, oh, comme j’aimerais pouvoir me rappeler ce que je disais et quel était mon sujet. Je n’arrive pas à me le rappeler. Voyez? Mais je prêchais de toutes mes forces. 296 Et je me voyais en train de le faire. Et donc, pendant que j’étais là, je regardais, je me voyais en train de prêcher Cela. 297 Et je prêchais vraiment à qui voulait m’entendre. Un peu plus tard, en me redressant, vous savez, j’ai pensé : “Gloire à Dieu!” J’ai dit : “Regardez toutes ces choses merveilleuses, ceci, cela!” 298 Tout à coup, j’ai remarqué que les gens commençaient à donner l’impression d’avoir faim de la nourriture physique. Et donc, ils en avaient assez de la nourriture spirituelle, alors ils ont commencé à s’en aller. Et certains d’entre eux… [Frère Branham imite un bâillement.—N.D.É.] Ils ont commencé à s’en aller. Je me suis dit : “Mais qu’est-ce qu’ils ont tous?” 299 Et—et j’ai regardé, il y avait là quelques jeunes couples qui passaient, à côté de moi. Je me suis dit…j’ai dit : “Un instant, mon ami! Un instant! Vous reviendrez quand les ombres du soir tomberont.” Voyez? J’ai dit : “Vous reviendrez. Mais laissez-moi vous présenter ce premier point culminant. D’où viennent toutes ces choses que je vous ai montrées? D’où viennent-elles?” J’ai dit : “Les voici. Elles sont dans la Parole de Dieu. Elles sont AINSI DIT LE SEIGNEUR, Sa promesse. En effet,” j’ai dit, “vous me rendez tous témoignage, vous êtes témoins de ce que ma commission, c’est : ‘Tiens-t’en à la Parole.’” J’ai dit : “Mais qu’est-ce que vous avez tous? Ne pouvez-vous pas comprendre la Parole? Il faut que vous La compreniez.” 300 Et certains d’entre eux ont dit : “Oh, que j’aimerais manger des petits pains”, et ainsi de suite, comme ça. 301 Eh bien, je me suis dit : “Eh bien, gloire à Dieu! S’ils veulent manger des petits pains, qu’ils aillent les chercher.” 302 Alors, je—je me suis retourné. Je me suis dit : “Oh, mais, sais-tu quoi? Les ombres vont bientôt tomber, ça ne tardera pas.” J’ai dit : “Alors, ce soir, quand cette assemblée sera de nouveau rassemblée, je leur présenterai le point culminant, et je leur dirai que les choses qu’ils m’ont vu faire se trouvent dans la Parole de Dieu, pas dans un livre de mythes ou dans une organisation. Elles se trouvent dans la Parole. Voyez? Toutes ces choses se trouvent dans la Parole, parce que c’est Cela la commission que j’ai reçue.” 303 Je me suis dit : “Tu sais, ils vont, tout le monde sera de retour ce soir, et voici ce que je vais faire. Je vais récapituler, récapituler un peu.” Vous savez, de la même manière que je l’ai fait pour les âges de l’église et tout, je répète ce que j’ai déjà dit. “Je vais reprendre le contexte dans la Parole, et je leur présenterai ensuite ce glorieux et merveilleux point culminant.” J’ai dit : “Quel moment ça sera! Gloire à Dieu!” Et je me suis vu en train de devenir vraiment petit, et j’ai entendu ce “Gloire à Dieu.” Je me suis vu en train de disparaître comme cela. Et voici que je me tenais là. 304 Maintenant, voici l’interprétation de cela. Voyez? Ce que j’ai fait en premier, ces choses qui ont été faites, elles étaient mystiques aux yeux des gens, de la plupart d’entre eux. Là, je ne parle pas des gens du Plein Évangile et des saints de Dieu, mais je parle de la plupart des gens. Et il ne faut jamais considérer le monde, le cosmos, comme étant le Message de Dieu. Quand vous allez dire… 305 Comme Boze l’a dit : “J’ai toujours…” Il a dit : “J’ai rêvé, il y a des années de cela, que le—le, que Dieu allait m’envoyer à Chicago et que Chicago serait secouée pour la gloire de Dieu.” J’ai dit : “Joseph, Il l’a déjà fait.” “Eh bien,” il a dit, “ils n’ont pas été secoués depuis Moody.” 306 J’ai dit : “Ça? Moi, je parle de l’Église. Ceux qui sont là-dehors, c’est de la chair à canon. C’est juste de la poussière de la terre, ce groupe de gens qui déambulent dans les rues, ces Jézabel toutes maquillées et tout.” J’ai dit : “Ça, c’est là-dehors. Ces grands clubs et ces choses s’écrouleront et tomberont là, dans les rues.” J’ai dit : “Lui, Il parle de l’Église. L’Église qui a vu la révélation de Jésus-Christ se manifester, et qui reconnaît Cela. Peut-être qu’il n’en sortira pas même une quinzaine de Chicago. Peut-être qu’il n’y en aura pas une dizaine dans cette génération, qui sortiront de toute la ville de Chicago.” 307 Avez-vous déjà réfléchi à ça? “Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à la venue du Fils de l’homme, en ce temps-là huit personnes furent sauvées.” Ah oui. Combien sont sortis de Sodome? Vous voyez ce que je veux dire? Je doute qu’il en sorte une poignée. Voyez? 308 Mais l’Église Elle-même a été secouée. Ils ont reconnu cela. Ils connaissaient la Parole. Ils ont vu la Parole Se matérialiser, et ils L’ont saisie. Alors, regardez donc cela un instant. 309 Bon, et ce premier Message, quand ils L’ont vu, tout le monde s’Y est rallié, en disant : “Oh, gloire à Dieu! Oh, si je pouvais voir ceci, cela, et autre chose.” Et ils repartent tout bonnement, de la même manière qu’ils sont entrés. Voyez? 310 Et maintenant, ils se disent : “Eh bien, je ne sais pas. À quoi va-t-on adhérer? Si je ne fréquente pas ceci, voici ce qui va se produire. Là-bas, on va me mettre à la porte, et ici, je n’aurai rien.” Les frères s’assoient et disent : “Eh bien, que ferais-je si je…?” Voyez-vous, là? Ils ne s’arrêtent pas suffisamment longtemps pour reconnaître que c’est la Parole que Dieu a promise qui est en train de se manifester. Voyez? Et ils s’en sont allés. 311 Mais ne vous en faites pas, les ombres sont très proches, voyez, quand je retournerai sur le champ de mission. 312 Vous vous rappelez, l’autre soir, quand je vous ai parlé du Message qu’Il m’avait donné, là, quand je posais la pierre angulaire? Exactement. Il avait dit : “Fais l’œuvre…” Il avait dit : “Quand tu sortiras de cette vision, lis II Timothée 4.” Vous savez, cela se trouve là, dans la pierre angulaire, il y a de cela trente-trois ans. 313 Il avait dit : “Fais l’œuvre d’un évangéliste, remplis bien ton ministère. Car il viendra un temps où les gens ne supporteront pas la saine Doctrine; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs; ils se détourneront des fables…de la Vérité et se tourneront vers les fables.” Si ça ne s’est pas accompli tout à fait mot pour mot! [espace non enregistré sur la bande—N.D.É.] 314 Mais vous vous rappelez aussi, l’autre soir : là, je n’avais jamais lu cela jusqu’à la fin. Pendant tous les trente ans et plus que j’ai prêché dans ce tabernacle, je n’avais jamais lu au-delà de ce verset, et je ne sais pas pourquoi. 315 Je m’étais souvent posé la question, jusqu’au jour où j’ai vu le passage où Jésus avait pris le Rouleau et s’était mis à lire; Il a lu la moitié de la prophétie, s’est arrêté et a dit, là-bas à Capernaüm, Il a dit : “Aujourd’hui, cette prophétie est accomplie.” Pourquoi n’en avait-Il pas lu le reste? Cela s’applique à Sa seconde Venue. Voyez? 316 Et là, j’avais lu cela sans le savoir. J’ai pris ce passage, et c’était en plein là, sous mes yeux, à Southern Pines, en Caroline du Sud. Ce matin-là, j’étais dehors et je parlais à Joseph Boze, appuyé sur le côté d’une voiture, j’ai saisi cela. [Frère Branham fait claquer ses doigts.—N.D.É.] Paul a dit : “Je… Tous se sont retournés contre moi. Il n’y a personne qui soit pour moi. Démas m’a abandonné; par amour pour le siècle présent. Et maintenant, je…” Regardez. “Et le forgeron m’a fait beaucoup de mal.” 317 Regardez ce que Démas a dû penser : “Eh bien, j’ai vu Paul prêcher l’Évangile et guérir les malades. Et voici que lui-même, il est là, souffrant, traînant avec lui un médecin, Luc. Partout où il va, il se fait accompagner par un médecin, lui qui prêche la guérison Divine. Eh bien, je l’ai vu frapper un homme d’aveuglement. Il a dit : ‘Que le Seigneur te réprime, tu seras aveugle pour un temps.’ Et il laisse un forgeron le chasser d’une réunion. Je pense qu’il a perdu la puissance par laquelle il frappe les hommes d’aveuglement. Hélas, il a perdu sa puissance de la guérison Divine. Dieu s’est retourné contre lui.” 318 Je ne pense pas que Démas soit retourné dans le monde, parce que Démas était de… Vous connaissez son histoire. Il était d’une grande et riche famille. Et il voulait suivre le courant. 319 Mais, Paul, le pauvre Paul. Qu’en était-il? Dieu laisse toujours un ministère en arriver là, puis Il le couronne. 320 Il a laissé Jésus en arriver là. Regardez, là. Alors qu’Il pouvait ressusciter les morts, alors qu’Il pouvait faire tout ce qu’Il voulait, Il a laissé le soldat romain Lui arracher la barbe, et Lui cracher au visage. [Frère Branham imite le bruit d’un crachat.—N.D.É.] Le frapper sur… Lui bander le visage avec une étoffe, et dire : “Maintenant, Tu sais, on me dit que Tu es Prophète.” Tous se tenaient autour de Lui et, avec des roseaux, ils Le frappaient sur la tête. [Frère Branham imite le bruit de quelque chose qu’on frappe.] Ils disaient : “Eh bien, dis-nous qui T’a frappé.” Il savait qui L’avait frappé. Ah oui. Certainement. Il le savait. Voyez? Mais Son ministère était sur le point d’être couronné. 321 Cela en arrive toujours là, où ça semble vraiment, vraiment faible, pratiquement fini, alors Dieu couronne cela. Ô Seigneur, fais que cela se produise. Fais que cela se produise, Seigneur. Courbons la tête. Je L’aime, je L’aime, Parce qu’Il… Maintenant, adorons-Le. Nous avons eu un enseignement difficile. Et a acquis mon salut Sur le bois du Calvaire. 322 Levons les mains vers Lui maintenant. Je… Maintenant, soyez dans l’Esprit, voyez, “Je L’aime”. …je L’aime, Parce qu’Il m’a aimé le premier Et a acquis mon salut Sur le bois du Calvaire. 323 Levons-nous maintenant. Nous allons chanter notre petit cantique que nous avons l’habitude de chanter pour nous séparer; le premier couplet, nous le chanterons en nous serrant la main; le deuxième couplet, nous le chanterons à Dieu. Très bien. Ensuite, nous pourrons nous séparer. Maintenant, chantons. Revêts-toi du Nom de Jésus, Ô toi, enfant de tristesse; Il va te procurer la joie, Prends-Le partout où tu vas. Précieux Nom, Nom si doux! Espoir de la terre, joie du Ciel; Précieux Nom, Nom si doux! Espoir de la terre…Ciel. 324 Eh bien, souvenez-vous de cela, maintenant. Je vais demander à un jeune frère qui est ici, — celui que j’ai rencontré dans la pièce il y a quelques instants, un—un précieux jeune frère, un missionnaire des Assemblées de Dieu qui travaille là, dans le désert, son nom m’échappe, — je vais lui demander de terminer par la prière juste après que nous aurons chanté le prochain couplet : “Revêts-toi du Nom de Jésus, comme d’un bouclier puissant; et quand les tentations surviennent, murmure Son Nom en priant.” 325 Regardez bien les démons s’enfuir. Voyez? 326 Maintenant, souvenez-vous : “Revêtez-vous du Nom de Jésus, comme d’un bouclier puissant; et quand les tentations surviennent, arrêtez-vous et murmurez Son saint Nom en priant.” Regardez ce qui se produira. Très bien. Tous en chœur maintenant. Revêts-toi du Nom de Jésus, Comme d’un bouclier puissant; Quand les tentations sur-… (Alors, qu’est-ce que vous faites?) Murmure Son Nom en priant. Précieux Nom, (précieux Nom), Nom si doux! (Nom si doux!) Espoir de la terre, joie du Ciel; Précieux… (…?…voyez cette petite fille…?…) Nom si doux! (Viens ici, chérie.) Espoir de… 327 Pendant que vous êtes là debout, la dernière fois que j’étais ici, au Tabernacle (Sa mère ne fait que rire en désignant l’enfant.), cette enfant portait un appareil orthopédique. La voici qui court partout, et qui s’amuse très bien aujourd’hui. N’est-ce pas beau? Gloire à Dieu. Maintenant, regardez par ici : Trésor, saute pour montrer à ceux qui sont là-bas que tu peux courir partout. Voyez? Oh, précieux Nom (Souvenez-vous, ce soir, nous avons la communion.) …Nom si doux! Espoir de la terre, joie du Ciel; Précieux Nom, Nom si doux! Espoir de la terre, joie du… 328 Maintenant, courbons la tête. Et souvenez-vous des services de ce soir, maintenant; c’est le soir où nous avons la communion. Vous tous qui êtes Chrétiens, rappelez-vous que nous vous invitons à venir prendre la communion avec nous. Nous nous attendons à passer des moments glorieux. 329 Notre précieux pasteur, ici, Frère Neville, et… Combien aiment Frère Neville? Dites : “Amen.” [L’assemblée dit : “Amen.”—N.D.É.] Écoutez, frères, écoutez-moi en tant que votre…en tant que l’un des pasteurs du Tabernacle : Restez attachés à Frère Neville. Restez avec lui. Voyez? Il est un serviteur de Christ. Restez avec lui. La Bible dit : “Assemblons-nous, et cela d’autant plus que nous voyons s’approcher ce jour mauvais.” Venez aux réunions, venez; réunissons-nous et restons auprès de notre pasteur. Voyez? Restez avec…

Up

S'abonner aux nouvelles