L'Accusation

Autres traductions de ce sermon: L’Accusation - Shp
Date: 63-0707M | La durée est de: 2 heures et 42 minutes | La traduction: VGR
doc pdf mp3
Voir le texte français seulement Voir le texte anglais seulement

1 Merci, Frère Neville. Restons debout un instant maintenant, pour prier. Inclinons la tête. Y aurait-il des demandes que vous voudriez exprimer, si vous voulez bien les signifier par une main levée, dites simplement à Dieu : “Je—je…”? Ayez présent à l’esprit ce que—ce que vous voulez Lui demander, et croyez-le de tout votre cœur, pendant que moi aussi, j’offre ma prière pour vous.

2 Père Céleste, nous sommes…considérons vraiment ceci comme un très grand privilège, de venir à la maison du Seigneur en cette journée sombre, et—et d’y voir briller la Lumière du Fils de Dieu, et d’entendre le Saint-Esprit chanter à travers les gens et parler à travers les gens, c’est tout simplement un—un petit faisceau de la Lumière du Fils, à l’intérieur. Nous Te remercions pour ceci : la Lumière Céleste du Fils, qui enveloppe nos cœurs. Combien nous T’en remercions! Maintenant, ils…

3 Ton peuple vient de lever la main, dans cette assemblée, pour indiquer qu’ils ont des demandes, et qu’ils désirent que Tu les exauces, ce matin. Je Te prie, Père, d’accorder chacune de leurs demandes. Il y en a beaucoup, empilées sur la chaire, et il y a tant de demandes, partout : des gens qui sont malades, qui souffrent; des appels longue distance, une cinquantaine par jour. Ô Dieu, que devons-nous faire? Conduis-nous, Seigneur. Nous—nous ne savons pas quelle direction il faut prendre, ni ce qu’il faut faire, mais Toi, Tu peux diriger ces choses, aussi nous Te prions de nous accorder cela. En effet, notre intention, Seigneur, c’est—c’est que cette vie, que nous avons sur terre, elle nous a été donnée par Toi, alors nous voulons l’utiliser pour T’honorer. Maintenant guide-nous dans ces choses, Père.

4 Bénis-nous aujourd’hui, alors que nous nous sommes assemblés pour écouter la Parole du Seigneur, pour chanter les cantiques, pour prier. Exauce nos prières. Réjouis-Toi avec nous dans nos cantiques, et parle-nous à travers la Parole, car nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

Vous pouvez vous asseoir.

5 Je ne connais vraiment pas d’endroit où j’estimerais que j’ai un plus grand privilège, que de me tenir en—en chaire, afin de rompre le Pain de Vie pour un peuple dans l’attente, affamé et assoiffé. Ceci est un grand privilège.

6 D’abord, je voudrais demander si—si quelqu’un de la famille Wright est ici, Hattie ou Orville, ou quelqu’un? Hattie. Est-ce qu’Orville est avec toi, Hattie? Eh bien, demande-lui de passer à la maison, tout de suite après, au sujet de ce dont je lui ai parlé, tu sais. Qu’il fasse un saut à la maison, si possible. J’ai oublié d’apporter ça avec moi, ce matin : quelque chose pour le petit chien qu’ils ont là-bas. Alors je—je… Si vous le voulez bien, passez donc tout de suite à la maison, quand vous prendrez la route pour—pour votre ser-…après le service.

7 Maintenant, Édith, la sœur de Hattie, que nous connaissons comme la jeune fille qui est infirme depuis qu’elle est toute—toute petite. Maintenant elle est une femme, et elle est très mal en point. Bon, je, il y a environ un an, je suis allé là-bas, au moment où elle a fait sa première crise, et j’ai tout de suite découvert quel était son problème, avec l’aide et la grâce de Dieu. Maintenant, en réalité, le problème chez cette enfant…

8 Elle est assise là, ses membres sont comme soudés, elle ne peut même pas les ouvrir, et c’est dû à la pression énorme exercée sur le—le système nerveux. Mais ce qu’il y a, physiquement, il n’y a rien qui ne va pas chez cette enfant, à part l’affliction de la paralysie infantile dont elle est atteinte depuis l’âge d’environ six mois. Elle a poussé des cris et elle a pleuré presque toute sa vie, jusqu’à ce que… Nous avons prié pour elle, il y a bien des années, et—et après ça elle a toujours été heureuse, jusqu’à il y a environ un an.

9 Et maintenant ce qu’il y a, en réalité, c’est la ménopause. En d’autres termes, c’est son retour d’âge, et ses nerfs sont dans un état terrible. La jeune femme s’imagine qu’elle est en train de mourir, que d’une heure à l’autre, elle—elle ne va plus vivre. Et, vous savez. Des femmes qui sont robustes et en bonne santé traversent une période terrible, parfois elles sont obligées de recevoir des injections d’hormones, et—et d’aller à l’hôpital psychiatrique, de recevoir des électrochocs et tout, pendant cette période-là.

L’être humain traverse deux périodes de changement dans sa vie.

10 On a la période de changement, pour passer d’un garçon à un—un homme; pour passer d’une femme…d’une jeune fille à une femme. Vers l’âge de seize, dix-sept ans, ils sont comme une bande d’étourdis. Et—et si vous pouvez simplement être patients avec eux pendant qu’ils sont à cet âge-là. J’ai une fille qui est à cet âge-là en ce moment : Rébecca. Priez pour elle. Et, Billy, oh, chacun de nous, nous traversons cette petite période de turbulence à cet âge-là. Et—et alors, il faut être patients avec eux, comprenant que c’est quelque chose que—qu’ils—qu’ils doivent traverser.

11 Et maintenant Édith, elle passe tout simplement par ce changement des—des—des sept ans. Tous les sept ans, votre vie change. Là c’est sept fois sept, voyez-vous, et—et alors c’est ce qui rend les choses un peu difficiles, c’est un changement complet. Et—et ça perturbe les femmes. En général, les hommes ont un drôle de comportement, un peu bizarre, pendant cette période-là, et parfois ils quittent leur femme. Mais, quant aux femmes, elles ne sont—sont plus fertiles après ça. Tous, nous passons par là, et nous devons nous rappeler que ce sont des choses où nous devons exercer notre patience les uns avec les autres, et comprendre ces choses.

12 La petite Édith s’est retrouvée dans cet état-là, elle a perdu beaucoup de poids, et elle a mauvaise mine. Et—et—et, tenez, un soir, pas tous ensemble, mais allez donc faire un tour là-bas… Ils restent à son chevet jour et nuit. Allez faire un—un tour là-bas, vous de ce tabernacle, et—et des autres tabernacles, des—des tabernacles frères, ici, quelques-uns d’entre vous, allez voir la famille Wright. Je suis sûr qu’ils apprécieraient ça. Allez donc là-bas, vous asseoir avec eux pendant un petit moment, causer avec eux, leur serrer la main, et, juste une petite visite amicale, c’est tout.

13 Nous—nous oublions ça si facilement, vous savez. Quand c’est dans notre propre foyer que ça arrive, alors nous l’apprécions. Et nous devons nous rappeler que les autres aussi, ils l’apprécient. Et la famille Wright, je suis sûr qu’ils apprécieraient ça. Je—je sais que vous l’auriez fait, si vous aviez su que cette situation existait. Mais vous ne le saviez pas, alors c’est—c’est pourquoi je vous en parle, ce matin, pour cette raison.

14 Allez rendre visite à la famille Wright, et essayez d’égayer Édith. Bon, ne lui dites pas qu’elle a mauvaise mine. Dites-lui qu’elle “a bonne mine”, qu’elle “va se rétablir”. Et effectivement, elle va se rétablir, si nous continuons simplement à la soutenir. Nous sommes là pour ça. Elle est notre sœur, et—et nous sommes là pour soutenir cette enfant pendant ces moments qu’elle traverse. Tout comme moi, j’aimerais que quelqu’un me soutienne et prie pour moi pendant que je traverse mes épreuves, et vous aussi, vous aimeriez que quelqu’un le fasse pendant que vous traversez les vôtres.

15 Et—et la famille Wright est là de—de longue…ils sont parmi les membres les plus anciens qui fréquentent cette assemblée. Il y a eux, je pense, et Frère Roy Slaughter et Sœur Slaughter. Je les ai vus, il y a quelques instants, je les ai salués de la main, pendant qu’ils entraient. Je me suis dit en moi-même, en tournant le coin en voiture : “Ça fait combien d’années que je vois Frère et Sœur Slaughter venir s’asseoir dans cette église, malgré les hauts et les bas, ils continuent à avancer?” Et la famille Wright, et tous ces gens-là, on les apprécie, voyez-vous. Alors, montrons-leur combien nous les apprécions.

16 Maintenant, aujourd’hui j’ai un Message long. Le sujet, c’est une accusation.

17 Et—et puis, ce soir, on m’a dit qu’il y aurait la communion et le lavage des pieds, et tout. Alors, le pasteur va prêcher, et nous allons…nous viendrons. Si vous—si vous êtes dans les parages, venez passer des moments agréables à écouter le—le message que le pasteur nous transmettra de la part du Seigneur, et puis aussi à participer au lavage des pieds et à la—et à la communion, ce soir. Ce sera vraiment une soirée bien remplie; alors, si vous n’avez pas d’autre endroit où aller, nous serions contents que vous soyez parmi nous.

18 Et nous voulons montrer que nous apprécions Don Ruddell, et—et, notre frère, et Frère Jackson. Et—et ces frères, ce sont nos églises fraternelles, nos églises sœurs, qui nous sont associées. Frère Jack Palmer, ici, qui s’occupe du—du groupe qui est en Géorgie. Nous—nous—nous voulons montrer que nous apprécions ces hommes-là, de tout notre cœur. En effet, les fois où nous faisons des réunions, quand je suis là, alors ils—ils viennent nous rendre visite, et nous apprécions ça.

19 Ce matin, je vois mon bon ami, le docteur Lee Vayle, et sa femme. J’ai d’abord reconnu Sœur Vayle, là-bas, et je promenais le regard pour voir où était Frère Lee. Et j’ai un, — selon notre vieille expression du sud, — “un compte à régler avec lui”, voyez-vous, quand je l’aurai attrapé. Chaque jour, à la convention là-bas, je cherchais à le voir pour qu’il vienne m’aider. Et je disais : “Eh bien, si Lee se présente, faites-le prêcher, et moi je m’occuperai simplement de prier pour les malades.” Nous l’avons fait appeler, et tout, mais nous n’avons jamais réussi à le trouver. Alors, je—je, j’ai ça, ce compte-là à régler avec lui, quand je pourrai causer avec lui. Et, nous sommes heureux que Frère et Sœur Vayle soient ici ce matin.

20 Il y en a peut-être beaucoup d’autres ici, nous n’en savons rien. Je vois une sœur, ici, qui est de Chicago, je crois. Je n’arrive pas… Je connais ce groupe-ci, mais je n’arrive pas à tous les nommer. Alors nous—nous apprécions les gens de partout, d’où que vous soyez.

21 Je vois les frères, ici, deux jeunes hommes qui doivent être ordonnés (jeunes dans le ministère, du moins) ce matin. Deux de nos frères de couleur de New York, qui viennent de recevoir leurs papiers par l’entremise de l’église de Philadelphie, et ils déclarent que c’est de cette église-ci qu’ils viennent. Alors nous allons leur imposer les mains, afin que Dieu bénisse leur ministère à New York. Nous avons deux ou trois petites églises là-bas, je crois. Frère Milano est responsable de l’un des petits groupes, là-bas, et nous sommes…nous les apprécions. Et—et en voici maintenant deux autres qui vont aller, qui vont faire des réunions pour les gens de là-bas. Et nous—nous apprécions ces choses-là.

22 Que le Seigneur vous bénisse abondamment. Il y a tellement de gens; je promène le regard et j’en vois plusieurs, je n’arrive pas à tous les nommer, mais je sais qu’Il comprend.

23 Maintenant, je crois, si notre sœur, si la pianiste ou quelqu’un d’autre veut bien venir jouer pour nous.

Quand la pierre ardente toucha le prophète,

Le rendant aussi pur qu’on puisse l’être,

Quand la Parole de…la Voix de Dieu dit : “Qui marchera pour nous?”

Il répondit : “Me voici, envoie-moi.”

24 Alors que nous ordonnons ces ministres par l’imposition des mains. Bon, nous comprenons bien que la manière Scripturaire d’ordonner un ministre, c’est par l’imposition des mains. Je pense que c’est là que nos frères de la Dernière Pluie, ou ceux de Battleford, et tout, se sont embrouillés; c’est quand ils ont vu l’imposition des mains comme un moyen de communiquer des dons spirituels. Or, nous ne croyons pas que les dons sont conférés par l’imposition des mains. Nous croyons qu’un…que l’imposition des mains, c’est une approbation de ce que nous avons déjà constaté. Voyez? C’est un “amen”. Voyez?

25 Or, quand on a imposé les mains à Timothée, et à ces frères, c’est qu’on avait remarqué que le don était dans ces hommes. Vous vous souvenez : “Ranime ce don qui a été en toi, que tu tiens de ton aïeule Loïs.” Et, c’est ce qu’ils avaient vu en Timothée, c’est pourquoi les anciens lui ont imposé les mains et l’ont ordonné. Il ne s’agit pas d’imposer les mains à un homme en qui rien ne s’est manifesté jusque-là, voyez-vous. Et ils ont demandé les bénédictions, tout simplement. Et c’est ce que nous croyons tous. Donc, nous ne communiquons pas les dons spirituels; nous ne faisons que reconnaître leur présence, et nous imposons les mains à ces gens, en guise d’approbation, comme quoi nous croyons que Dieu a fait ces choses pour les gens.

26 J’ai remarqué, ce matin, tout au fond, le Frère McKinney, de…je crois que c’est Kinney ou McKinney, le ministre méthodiste qui est assis là-bas, qui lui aussi a été ordonné dernièrement ici, je crois que c’est bien ça, à cette estrade; afin d’apporter la Parole, là-bas dans l’Ohio, avec Frère et Sœur Dauch, et le groupe de l’Ohio.

27 Oh, quand nous nous assemblons tous, ces petits lieux qui se réunissent, c’est formidable. Aucune dénomination, aucune attache du tout, si ce n’est Jésus-Christ, Lui seul, voyez-vous; simplement “assis ensemble dans les lieux Célestes”.

28 Très bien, sœur, si vous voulez bien nous donner… Chantons donc ce couplet-ci : “Quand la pierre ardente toucha le prophète.” Chantons-le en chœur maintenant.

Quand la pierre ardente toucha le prophète,

Le rendant aussi pur qu’on puisse l’être,

Quand la Voix de Dieu dit : “Qui marchera pour nous?”

Il répondit : “Me voici, envoie-moi.”

Parle, Seigneur, parle, Seigneur,

Maintenant, les frères vont s’avancer; si vous le voulez bien.

…et je Te répondrai aus-…

29 Que les autres frères dans le ministère s’avancent, s’ils le veulent bien, ceux qui vont leur imposer les mains. “…Seigneur…” Les associés de ce tabernacle, Frère Ruddell, Frère Lamb et les autres. Juste ici, si vous le voulez bien.

…et je Te répondrai : “Envoie-moi.”

Lentement maintenant, s’il vous plaît.

Oh, des millions se meurent dans le péché,

Entendez leurs cris tristes et amers!

Dépêchez-vous, frères, allez vite à leur secours!

Oh, répondez-Lui : “Maître, me voici!”

Parle, Seigneur, parle, Seigneur,

Et je Te répondrai aussitôt!

Parle, Seigneur, parle, Seigneur!

Et je Te répondrai : “Envoie-moi.”

30 Comment vous appelez-vous, frère? [Le frère dit : “Orlando Hunt.” — N.D.É.] Frère Orlando Hunt, de New York. C’est bien ça? Et Frère… [L’autre frère dit : “Joseph Coleman.”] Joseph Coleman.

Maintenant, si vous voulez bien vous tourner vers l’auditoire, mes frères.

31 Le Frère Hunt et le Frère Coleman, qui ont un appel de Dieu dans leur cœur. Et comme nous venons de chanter le cantique : “Des millions se meurent dans le péché.” Ils ont entendu leurs cris tristes et amers. Et nous leur demandons : Dépêchez-vous, frères, allez vite à leur secours! Voyez? Répondez aussitôt : “Maître, me voici.” C’est la réponse qu’ils font, ce matin.

32 Et maintenant nous, comme frères de cette église, et de ce groupe, nous donnons notre approbation à ceci, en leur imposant les mains et en leur donnant la main d’association, afin qu’ils soient des témoins de Jésus-Christ, avec notre appui, ici, comme quoi nous les soutiendrons dans tout ce qui est honorable et juste, dans l’Évangile. Nous prierons continuellement pour ces hommes, que Dieu les utilise pour Son honneur. Et puisse leur ministère être prospère et grand à New York. Puisse leur—leur vie être pleinement à Son service, alors qu’ils rentreront de précieuses gerbes dans le Royaume. Puissent-ils avoir une vie longue et heureuse. Puisse le Seigneur Dieu les soutenir par Sa Présence perpétuelle, leur donner la santé et la force, et les garder à Son service jusqu’à ce que Jésus-Christ les appelle à rentrer à leur Demeure Éternelle, dans le repos du Ciel.

33 Maintenant, que cette assemblée…alors que nous inclinons la tête, et que nous, les ministres, nous nous avançons pour leur imposer les mains.

34 Notre Père Céleste, nous imposons les mains à Frère Hunt, au Nom du Seigneur Jésus-Christ, car, à notre connaissance, Seigneur, c’est un homme juste. Et nous Te remercions pour cet appel au ministère, dans sa vie. Seigneur, parle à travers ce frère, gagne des âmes, apporte la délivrance, Seigneur, à ceux qui sont captifs autant par la maladie que—que mentalement, physiquement et spirituellement. Seigneur, donne-lui un ministère véritable, afin qu’au bout du chemin, il puisse parcourir du regard ce long sentier derrière lui, et voir qu’il a pu, par la grâce de Dieu, capturer tous les ennemis. C’est par Jésus-Christ notre Seigneur que nous le demandons. Amen.

35 Frère Coleman aussi, nous lui imposons les mains, comme témoins, Seigneur, pour donner notre approbation à son appel, comme quoi nous, cette église, ce groupe de gens, nous croyons qu’il est un serviteur de Christ. Et nous Te demandons de le bénir et de lui donner un ministère grand et puissant, afin qu’il gagne des âmes à Toi, Seigneur, et délivre les captifs, et—et brise les pouvoirs de Satan autour de la vie des gens qu’il côtoiera. Donne-lui, Seigneur, une vie productive, une bonne santé et de la force. Et lui aussi, quand il arrivera au bout du chemin, ô Dieu, accorde-lui de pouvoir parcourir du regard un long sentier, et de voir que, par la grâce de Jésus-Christ, il a pu briser toutes les chaînes de l’ennemi, pour l’honneur de Dieu.

36 Père Céleste, maintenant puissent ces hommes vivre et travailler vraiment à la moisson de Dieu. Puissent Tes bénédictions reposer sur eux, et sois avec eux jusqu’au moment où nous nous rassemblerons tous aux pieds de notre glorieux Maître. C’est au Nom de Jésus-Christ que nous le demandons. Amen.

37 Que Dieu vous bénisse, Frère Hunt, qu’Il vous donne un ministère fructueux. Que Dieu vous bénisse, frère, et qu’Il vous donne un—un ministère fructueux, à vous aussi, Frère Coleman. Que Dieu vous bénisse. Encore une fois :

Quand la pierre ardente toucha le prophète,

Le rendant aussi pur qu’on puisse l’être,

Quand la Voix de Dieu dit : “Qui marchera pour nous?”

Il répondit : “Me voici, envoie-moi.”

Oh, parle, Sei-… (Puisse-t-Il parler au cœur de beaucoup de jeunes gens.)…parle, Seigneur, (Appelés de Dieu!)

…je Te répondrai aussitôt!

Parle, Seigneur, parle, Seigneur!

Et je Te répondrai : “Envoie-moi.”

38 Combien nous remercions le Seigneur, ce matin, pour le grand honneur qu’a cette église d’être témoin de l’envoi de ministres sur le champ de travail, en ce dernier jour. Que la grâce de Dieu vous accompagne, mes frères! J’espère qu’Il vous enverra dans les champs de mission à l’étranger, et partout dans le monde, prêcher ces richesses insondables de Jésus-Christ, il y a un si grand besoin là-bas. Il y a un si grand besoin, dans le monde aujourd’hui.

39 Maintenant, il y a tant de ces bonnes choses, qu’on est obligé d’en prendre un peu ici et un peu là, pour pouvoir incorporer tout ça dans le service de ce matin. Bon, aujourd’hui, nous allons…je traite un sujet que je…parfois je n’aime pas en arriver à ces moments assez dramatiques.

40 Maintenant, dimanche passé, si certains d’entre vous n’étaient pas ici, et—et que vous ne vous êtes pas procuré le Message, Le troisième exode; et si vous aimez écouter les bandes, je crois que vous prendrez plaisir à écouter celle-là : Le troisième exode.

41 Qu’est-ce que nous avons là, un garçon malade, ou quoi? Oh, un petit garçon infirme. Oui. Que Dieu le bénisse. C’est ça. Bien. À la fin du service, nous devons prier pour les malades, de toute façon, voyez-vous. Alors nous, bon, nous…

42 Nous vous demandons de vous procurer, si vous le pouvez, ce Message, sur Le troisième exode : la troisième fois que la Lumière, que l’Ange du Seigneur, qui a appelé le peuple à un exode, S’est montré visiblement sur terre, au cours d’un exode. Voyez? Moi, je trouve ça vraiment remarquable : le troisième exode!

43 Est-ce ça vous dérangerait que j’enlève mon veston? [L’assemblée dit : “Non.” — N.D.É.] Il fait terriblement chaud dans le Tabernacle, ce matin, et la seule climatisation que nous avons, c’est—c’est ce que vous pouvez produire en vous éventant. Vous devez produire votre propre énergie. Nous prévoyons donc installer, un jour, un système de climatisation ici, dès que nous pourrons arranger tout ça.

44 Maintenant, nous apprécierions, si vous—si vous aimez à—à entendre le Message, c’est Le troisième exode. Bon, nous avons connu beaucoup d’exodes, mais nous pouvons établir de façon très nette le lieu, le temps, de trois exodes, où Dieu, sous la forme d’une Colonne de Feu, est descendu pour appeler des gens et pour les mettre à part. Donc, il s’agit de mettre des gens à part.

45 Et nous voyons que, quand Il a convoqué Son premier exode, Il allait devant eux, dans une Colonne de Feu, et Il les a conduits vers…Il les conduisait vers un pays, où, plus tard, Il est apparu devant eux sous la forme d’un Homme appelé Jésus-Christ. Celui-ci est venu de Dieu, et Il s’en est allé à Dieu. Et…alors Il a été rejeté. Et là Il était venu pour appeler un peuple à sortir de—à sortir de l’état de formalisme dans lequel ils s’étaient retrouvés; comme celui dans lequel ils s’étaient retrouvés, là-bas en Égypte, alors qu’ils s’étaient livrés au péché et aux—aux voies des Égyptiens. Et Dieu les avait appelés à sortir.

46 Et là, nous constatons que, la deuxième fois, pendant la captivité, ils avaient cédé à un—un Empire romain. Ils s’étaient lancés dans les credos, et ils s’étaient éloignés de la vraie sincérité de l’adoration, alors Dieu, de nouveau, Il a lancé un autre exode. Et…Il est apparu sous la forme d’un Homme, qui a conduit des hommes.

47 Dans le premier exode, Il était une Colonne de Feu. Ensuite, quand Il est venu sur terre, dans le pays même où Il les avait conduits. Quel beau type ce sera, dans le Millénium, là où Il conduit l’Église maintenant. “Nous Le verrons tel qu’Il est, et nous aurons un corps semblable à Son corps glorieux.”

48 Et aujourd’hui, à la Lumière de l’Évangile, qui se reflète à partir d’une Lumière, d’une Colonne de Feu visible au milieu de nous! La science L’a vue. Elle est dans les magazines, et partout dans le monde. Et Elle a été reconnue, autant scientifiquement que spirituellement, comme étant la même Colonne de Feu, par les mêmes signes, et par les mêmes choses qu’Elle a toujours faites. Et maintenant, au milieu de ces jours où il y a beaucoup de fanatisme et autres, malgré tout ça, Dieu S’identifie toujours. Or, c’est ce que nous constatons.

49 Et comme c’est glorieux de savoir que “cette tente où nous habitons sur la terre, un jour”, ce vieux corps frêle dans lequel nous connaissons la maladie et l’affliction, “il sera transformé et rendu semblable à Son corps glorieux; alors nous Le verrons tel qu’Il est”, et nous serons avec Lui, dans ce Pays vers lequel nous sommes en route aujourd’hui. Oh, je…ça nous donne presque envie de nous lever et de chanter Je vais à la Terre promise. Probablement qu’ils vont chanter ça au service de baptêmes de toute manière, parce que c’est ce que nous chantons aux baptêmes.

50 Maintenant, je m’adresse aux frères, aussi bien à ceux qui sont ici qu’à ceux qui sont dans le pays, là où parviennent les bandes, c’est-à-dire tout autour du monde. Ces Messages ne visent aucun individu en particulier. Et nous ne voudrions pas que les gens s’imaginent que nous sommes une espèce de clan, ou une bande de fanatiques, que nous nous sommes rassemblés “pour nous séparer des autres, en semblant ne pas avoir la Foi”, ou pour nous séparer des autres, en nous opposant à qui que ce soit, ou—ou en nous opposant à Dieu, ou en nous opposant à l’Église. Nous sommes pour l’Église. Mais nous essayons seulement de montrer, par le Saint-Esprit et avec Son aide, la raison de cette ségrégation que nous connaissons aujourd’hui. Nous—nous ne croyons pas à ça.

51 Nous croyons que toutes les églises devraient être en communion les unes avec les autres, et non séparées les unes des autres : les méthodistes dans leur groupe, les baptistes dans leur groupe, et les unitaires, les trinitaires et quoi encore, toutes séparées. Nous croyons qu’elles devraient être ensemble, formant un seul grand groupe uni, le Corps de Jésus-Christ, dans l’attente de cette glorieuse Venue. Elles ne devraient pas du tout être séparées.

52 Et la cause de cette séparation — forcément qu’il y a une raison fondamentale pour laquelle nous ne sommes pas ensemble. En étudiant ça, ce dont je me rends compte, en étudiant ça, c’est que ce n’est pas la couleur de notre peau; en effet, les jaunes, les noirs, les bruns et les blancs, tous, ils se séparent, dans différentes organisations. Ce n’est pas la sorte de nourriture que nous mangeons; nous mangeons tous la même nourriture. Nous portons le même genre de vêtements, et tout. Mais je vois que la raison fondamentale, c’est que l’homme s’est écarté du sentier battu de l’enseignement de l’Évangile. Chaque homme.

53 Et il doit y avoir un moyen de montrer de façon très nette ce qui est vrai et ce qui est faux. Et le seul moyen d’y arriver, c’est de ne mettre aucune interprétation à la Parole : lisez-La telle quelle, tout simplement, et croyez-La telle quelle.

54 Chaque homme, en Y mettant sa seule, sa propre interprétation, c’est ce qui Lui fait dire quelque chose d’autre, et on en revient alors à l’organisation originelle de l’église catholique. En effet, l’église catholique croit que Dieu est dans Son église. “Et, la Parole n’a rien à voir là-dedans; Dieu est dans Son église.”

55 Et nous, les protestants, comme nous le constatons, et c’est selon Apocalypse 17, que toutes, elles s’étaient rassemblées, et que l’église catholique était “la mère” de toutes les organisations. Et nous voyons que l’organisation protestante, bien qu’elle soit aveugle à ça, qu’elle soit aveugle à ça, elle a la même nature que l’église catholique. La Bible appelle l’église catholique une “prostituée”, et Elle appelle l’église protestante des “impudiques”, Elle dit que la prostituée était “la mère des impudiques”. Et ça, ce sont des gens, c’est une femme de mauvaise vie, qui n’est pas fidèle à ses vœux de mariage.

56 Tous, nous affirmons être l’Épouse de Christ, et pourtant, combien nous sommes infidèles. À quoi consiste cette infidélité? À mener une vie qui est contraire à la—la discipline que Dieu a établie et selon laquelle Son Épouse doit vivre, — voilà mon opinion là-dessus, — la Bible, et Elle est la Parole infaillible de Dieu, c’est ce que je crois.

57 Et donc, nous voyons que l’église protestante, pour pouvoir former une organisation, va même jusqu’à se séparer des Écritures, pour former son organisation. Des ministres ordonnés vont s’accrocher à des choses qu’ils…

58 Or, ils viennent dans mon bureau, et dans les pièces, des centaines d’entre eux, et ils me disent : “Frère Branham, vous adressez ces défis aux gens. Personne n’ira s’opposer à Ça. Ils savent que c’est la Vérité.”

Eh bien, je leur dis : “Pourquoi, pourquoi est-ce que vous, vous ne le feriez pas?

59 — Eh bien, voyez-vous, si je le fais, je devrai mendier mon pain. Plus personne… J’ai un ministère. Il faut que j’atteigne le Seigneur, et, il faut que j’atteigne les gens, et je n’aurai aucun soutien.”

60 Vous ne vous rendez donc pas compte, c’est Christ qui est notre soutien! C’est la Bible qui est notre soutien. Voyez?

61 Mais là, voyez-vous, alors elles sont dans le même sac, la—l’église protestante, c’est exactement la même chose que l’église catholique.

62 L’église catholique se fiche… Eh bien, je ne dis pas… Je ne manquerai pas de délicatesse au point de dire qu’ils se fichent de ce que dit la Bible. Ils—ils croient la Bible, mais, voyez-vous, ils ont une… La succession apostolique, c’est sur cette base-là que l’église catholique est établie. C’est la succession des papes, et ils disent de Pierre qu’il a été le premier pape, et ainsi de suite. Or, ils, ils croient ça. Ils, ils croient ça dur comme fer.

63 Et les protestants, voyez-vous, ils—ils se rassemblent, et ils forment une organisation, tout comme ce qu’ils avaient fait, à Nicée, Rome, où ils avaient organisé la—l’église catholique, par…au concile de Nicée. Et nous voyons que l’une et l’autre sont pareilles. L’une et l’autre sont pareilles. Elles abandonnent la Parole de Dieu pour former une organisation. Voyez? Et puis, pour ce qui est de bien des grandes Vérités qui semblent bizarres aujourd’hui, à eux, Elles leur sont étrangères, parce que tout ce qu’ils ont reçu comme enseignement, c’est un rituel.

64 Nous n’avons aucun rituel, si ce n’est la Bible. Nous n’avons rien d’autre que la Sainte Parole de Dieu, et c’est à Elle que nous nous en tenons.

65 Et maintenant, aujourd’hui je voudrais prendre un instant pour lire un passage dans la Parole sainte et sacrée de Dieu, et celui-ci se trouve dans le Livre de Luc, au chapitre 23 de Luc, et c’est ce qui va servir de base, fournir une—une plateforme à ce que je—je veux dire, l’idée fondamentale du sujet sur lequel je veux parler. Donc vous prenez maintenant dans Luc, le chapitre 23, et je veux lire un seul verset. C’est tout ce qu’il me faut, comme base ce matin, pour faire reposer ceci. Maintenant nous lisons au chapitre vingt…au chapitre 23, le verset 33 du chapitre 23.

Lorsqu’ils…arrivèrent au lieu appelé Crâne, ils le crucifièrent là, ainsi que les deux malfaiteurs, l’un à droite, l’autre à gauche.

66 Maintenant je voudrais tirer quatre mots de là, de cette lecture, pour qu’ils servent de base à ce que je veux dire : “Là, ils Le crucifièrent”, quatre mots. Et maintenant, mon sujet, ça s’intitule… Je—je porte une accusation contre les églises dénominationnelles d’aujourd’hui, et aussi contre un grand nombre des églises indépendantes, pour avoir de nouveau crucifié Jésus-Christ aujourd’hui. Je les accuse! Ce matin, ça s’intitule : L’accusation.

67 Et je voudrais m’y référer un peu comme si ça se passait dans une salle d’audience d’un tribunal, où il y aurait… Après tout, la chaire et l’église forment une salle d’audience. La Bible dit que “c’est un tribunal, que—que le jugement doit commencer par la maison du Seigneur”. Et ceci, c’est comme le—le trône, et le—et le jury, et les témoins, et tout. Et comme témoin, aujourd’hui, j’ai la Parole de Dieu.

68 Et l’accusation que je porte, c’est contre les églises d’aujourd’hui. Or je—je n’implique pas le pécheur dans cette affaire. J’adresse ceci uniquement à l’église. Ce—ce sera enregistré sur les—les—les bandes, là, et je—je vais tâcher de faire aussi vite que possible. J’accuse cette génération de la deuxième crucifixion de Jésus-Christ.

69 Et maintenant, pour ce faire, en cet âge où nous vivons, je—je dois, pour faire ceci, je dois fournir une preuve. Si je dois porter une accusation, il faut fournir une preuve du délit qui a été commis. Je—je dois, pour pouvoir les accuser, je—je dois fournir la—la preuve, pour prouver ça, qu’il en est bien ainsi, afin que ce que je dis ne soit pas réfuté par le Juge principal. Et moi, je me présente comme avocat pour…dans cette accusation. En prenant comme témoin la Parole de Dieu, j’accuse cette génération de cette crucifixion.

70 Je dois démontrer, et je vais démontrer, que l’esprit qui a amené la première crucifixion, c’est ce même esprit qui est sur les gens aujourd’hui, et qu’il fait la même chose. Je—je dois le faire, s’il s’agit d’une crucifixion, s’ils ont effectivement crucifié. Je dois démontrer aux—aux gens que cette même attitude qu’ont les gens aujourd’hui, elle produit spirituellement la même chose, que ce que les gens avaient fait physiquement en ce temps-là. Ils avaient crucifié, physiquement, Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Et maintenant, aujourd’hui, par la même Parole et, par le—le même Saint-Esprit et par la même Parole, je—je voudrais montrer aux églises dans quelle—quelle position elles se trouvent, c’est-à-dire qu’elles sont en train de faire la même chose aujourd’hui, — et la Bible avait dit qu’elles le feraient, — et prouver que c’est en ce jour-là que nous vivons actuellement.

71 La chose n’aurait pas pu se faire il y a quelques années. Je dirais qu’il y a cinquante ans, la chose n’aurait pas pu se faire, mais aujourd’hui, ça tombe vraiment à point. Et la chose n’aurait pas pu se faire il y a peut-être dix ans, mais aujourd’hui ça peut se faire, parce que le—le temps est écoulé. Nous sommes—nous sommes au temps de la fin. Et je crois, comme Son serviteur, que nous sommes—nous sommes presque sur le point de passer de ce pays-ci dans un Autre.

72 Par conséquent, le temps de la repentance, pour ce qui est d’une nation, il est passé. Je crois que cette nation ne peut pas se repentir. Je crois qu’elle a franchi la ligne qui sépare la miséricorde et le jugement. Je crois qu’elle est chancelante dans la balance.

73 “Frère Branham, avant de vous engager dans ce procès, comment allez-vous pouvoir prouver ça?”

74 Tout simplement comme ceci : nous sommes coupables des mêmes péchés que ceux à cause desquels Dieu avait détruit le monde, à l’époque du monde antédiluvien. Nous sommes coupables des mêmes péchés à cause desquels Il avait détruit le monde, à l’époque de Sodome et Gomorrhe. Et, maintenant, et nous avons toutes les mêmes preuves spirituelles, ici devant nous, toutes les mêmes preuves spirituelles, portées à la connaissance du monde entier, que celles dont Dieu s’était servi pour faire descendre Sa miséricorde sur ces générations-là. De même, le fait d’avoir rejeté ça avait amené le jugement. Alors, si cette génération-ci a rejeté la même miséricorde qui avait été repoussée à ces époques-là, il serait injuste de la part de Dieu de laisser les gens échapper au jugement.

75 Comme Jack Moore, un de mes amis, le disait, une fois : “Si cette nation s’en sort sans recevoir de Dieu un châtiment, alors Dieu sera dans l’obligation de ressusciter Sodome et Gomorrhe, et de s’excuser de les avoir brûlées.”

76 Or, nous savons que, spirituellement, les gens font la même chose aujourd’hui; en effet, et ils le font dans le même but, et de la même façon qu’ils l’avaient fait, quand ils avaient crucifié le Seigneur physiquement. Ils le font par jalousie, parce qu’ils sont aveugles spirituellement. C’est qu’ils ne veulent pas voir. Ils ne veulent pas écouter Cela.

77 Jésus, pendant Son voyage ici-bas, Il a dit : “Ésaïe a bien fait mention de vous : ‘Vous avez des yeux, et vous ne voyez pas, des oreilles, et vous n’entendez pas.’” Voyez?

78 Le même motif, le même—le même but, et les mêmes raisonnements; ils amènent de nouveau la crucifixion de Christ, de nouveau (comme nous allons le voir tout à l’heure), pour les mêmes motifs qu’ils l’avaient fait à l’époque.

79 Ils ne peuvent rien trouver contre Ça. Ils n’osent pas essayer de Le défier. Ils savent que la preuve est là. Ils savent que la Bible le dit. Alors tout ce qu’ils peuvent faire, c’est de blasphémer Ça. C’est tout à fait exact. Donc, et tout ça, pour les mêmes motifs.

80 Et maintenant, en me basant là-dessus, j’adresse une sommation à cette génération, pour avoir crucifié Jésus-Christ; pour L’avoir crucifié, et elle en est coupable; par la main impure, sordide et intéressée des dénominations, elle crucifie le Prince de la Vie, qui voulait Se présenter devant les gens.

Vous dites : “La même Personne?”

81 “Au commencement était la Parole, et la Parole était Dieu. Et la Parole a été faite chair, et Elle S’est manifestée.” La Parole a été manifestée dans la chair, et ils ont condamné la chair, et l’ont fait mourir, parce que la Parole avait été manifestée. Hébreux 13.8 dit : “Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement.” C’est la même Parole. Voyez? Et pour la même raison, ils cherchent à crucifier la Parole.

82 Maintenant, pour revenir à mon texte, pour pénétrer dans ce sujet que je veux traiter. “Là”, les quatre mots, expliquons “là”. “Là”, la ville la plus sainte du monde : Jérusalem. “Là”, la ville la plus religieuse du monde. Là, “ils”, le peuple le plus religieux du monde, à une fête religieuse, la fête de la Pâque. “Là”, l’endroit le plus religieux, la ville la plus religieuse, la—la plus grande de toutes les organisations, qui était à la tête de toutes. Là, “ils”, les gens les plus religieux du monde entier, qui s’étaient rassemblés de partout dans le monde. Ils “crucifièrent”, la mort la plus honteuse dont on peut mettre à mort, dont une personne peut être mise à mort : nu, ils Lui ont ôté Ses vêtements. “Il—Il a méprisé l’ignominie.” Ils… Sur le crucifix, il y a un—un—un morceau d’étoffe qui L’enveloppe; mais ils Lui avaient ôté Ses vêtements. Ce qu’il y a de plus honteux!

83 “Là”, la ville religieuse la plus importante, “ils”, les gens les plus religieux, “crucifièrent”, la mort la plus honteuse, “Lui”, la Personne la plus précieuse. Si ça, ça ne suffit pas pour condamner cette génération-ci!

84 “Là”, l’organisation la plus religieuse, les plus grandes églises, toutes rassemblées dans un lieu. “Ils”, le peuple le plus religieux de toutes les races, les gens censés être les vrais adorateurs de Dieu. Ils s’étaient rassemblés, à leur fête religieuse la plus importante, la purification de…la Pâque, où ils avaient été libérés, délivrés de l’esclavage. Et “là”, à ce moment-là, “ils”, à ce moment-là, les gens les plus religieux, qui participaient à la fête la plus religieuse, dans le lieu le plus religieux, ils ont infligé au Prince de la Vie la chose la plus honteuse qui se puisse faire : de dévêtir un Homme et de Le pendre au bois. En effet : “Maudit est quiconque,” c’est ce que disait la loi selon laquelle ils rendaient leur culte, “maudit est quiconque est pendu au bois.” “Et Il est devenu malédiction pour nous.” Ils lui ont ôté Ses vêtements, ils L’ont battu et se sont moqués de Lui, le Dieu du Ciel Lui-même; ils Lui ont enlevé Ses vêtements, et ils L’ont cloué à une croix. Lui! “Là, ils Le crucifièrent, Lui”, condamné à la peine capitale romaine.

85 La mort la plus honteuse, aujourd’hui, ce ne serait pas d’être fusillé. La mort la plus honteuse, aujourd’hui, ce ne serait pas d’être renversé par une voiture et tué, d’être noyé sous les eaux, d’être brûlé au feu. Mais la mort la plus honteuse, aujourd’hui, c’est la peine capitale prononcée publiquement, alors que le monde entier vous condamne et vous déclare coupable.

86 Et le monde entier a mis la main sur cet Homme et L’a déclaré coupable, alors qu’Il était innocent. Et Il est mort, condamné par l’ennemi (non pas par Ses amis, non pas par Ses lois), mais condamné à la crucifixion par l’ennemi. Le Prince de la Vie, la Personne la plus précieuse qui ait jamais vécu, ou qui vivra jamais, Jésus-Christ. “Lui”, la Personne la plus précieuse! Retenez bien ça maintenant, pendant que nous bâtissons notre plateforme autour de ça aujourd’hui.

87 Pouvez-vous vous imaginer, en un lieu comme Jérusalem, où, depuis deux mille cinq cents ans ou plus, les gens…ou, des centaines d’années. Peut-être que ce n’était pas aussi long que ça. Il se peut que ç’ait été environ huit ou neuf cents ans, ou quelque chose comme ça. Je ne sais pas exactement combien, quel espace de temps s’était écoulé depuis le temps où Salomon avait construit le temple. J’imagine, environ huit cents ans, quelque chose comme ça.

88 Et ils avaient attendu un Messie qui devait venir. Ils s’étaient rassemblés là pour le culte de la Pâque. Pensez un peu à ça maintenant! Ceux qui étaient à la tête de tous les pharisiens, sadducéens et quoi encore, dans un grand rassemblement, pour adorer Dieu. Le lieu le plus saint, Jérusalem, le temple du Seigneur, et le peuple du Seigneur s’est saisi du Seigneur Lui-même, et L’a crucifié : la peine capitale. Quelle affaire!

89 Maintenant, ces quatre mots : ils, “là, ils Le crucifièrent”. Maintenant, on voit encore là comment est la Bible, voyez-vous. Ce ne sont que quatre mots, mais la Bible condense Ses Vérités.

90 Bon, moi, il faut que j’entre dans de longs développements, que j’explique ce que j’avance, mais la Bible n’a pas à expliquer quoi que ce soit. Elle est entièrement la Vérité, tout simplement; alors, la—la—la Bible n’a pas à expliquer quoi que ce soit. Elle—Elle n’a pas à expliquer ce qu’il en est, parce qu’Elle est entièrement la Vérité.

91 Voici quatre mots de Sa grande chaîne de Vérité. Je vais essayer de Les expliquer. Et à essayer de Les expliquer clairement, on pourrait constituer une bibliothèque. Il n’y a aucun moyen pour moi d’expliquer ces quatre mots-là. Mais, bon, avec l’aide de Celui qui a fait en sorte que Ce soit écrit, essayons d’expliquer ces quatre mots, de présenter ça de manière que les gens comprennent ce qu’il en est.

92 Ce que nous avons devant nous, maintenant, nous avons la première crucifixion devant nous; le lieu le plus saint, le peuple le plus religieux, la mort la plus honteuse, infligée à la Personne la plus précieuse. Oh, c’est tellement contradictoire. Oh! la la! que c’est honteux!

93 Maintenant, prenons d’abord le premier mot : “là”. Parlons-en pendant quelques minutes avant de porter l’accusation. Nous allons décortiquer ça, et vous montrer ce qu’eux, ils avaient fait, ensuite nous verrons si mon accusation est fondée ou pas. “Là”, Jérusalem, le lieu le plus simple, saint, parce que le temple était là; le lieu le plus saint, parce que c’est là qu’était le temple. Et des Juifs, qui venaient de partout dans le monde, se rassemblaient tous en ce lieu-là : un terrain de rencontre pour le culte. Le lieu le plus…le lieu le plus important qu’il y avait, pour le culte, c’était à Jérusalem. Le temple était là. C’est que : “Il est écrit : ‘Tous doivent adorer à Jérusalem’”, effectivement, parce que c’est un centre d’adoration.

94 Et aujourd’hui, on les entend, l’un qui cherche à dire qu’eux : “Oh, nous venons à ces grandes conventions”, là où les dénominations font ça. Et—et puis, il y a la—la cérémonie d’inauguration de…à la Cité du Vatican, et—et ces ordinations de papes, et ainsi de suite. Ils, tous ils disent : “Nous devrions tous aller au terrain de camping des méthodistes, ou à la convention Biblique des baptistes.” Ou—ou : “Nous devrions tous aller à—à Rome, là-bas, c’est le grand centre”, comme ils disent, “du Christianisme.”

95 Pendant la dernière guerre, quand Rome est tombée, les soldats allemands… Beaucoup d’entre vous, les frères, vous êtes au courant de ça. Les soldats allemands s’étaient repliés là, dans la Cité du Vatican; et ils tiraient sur les Américains, pendant que ceux-ci avançaient sur eux. Frère Funk et Frère Roberson, et beaucoup d’entre vous, Frère Beeler et beaucoup de ces frères-là, qui ont fait cette guerre, sont au courant. Et, savez-vous quoi? Nous avons donné la consigne qu’ils ne devaient pas faire feu sur cette ville-là. Vous, les Américains, vous vous êtes tenus là, et vous leur avez servi de cible. Mais à West-…l’abbaye de Westminster, à…en Angleterre, ça, pas de problème, vous pouviez faire feu là-dessus. Là-bas, c’était le lieu de rassemblement des protestants; alors, on pouvait faire feu là-dessus sans problème. Mais faire feu sur le Vatican, ça, pas question. Parce que, comme le président Roosevelt… J’ai écouté son discours, le soir où il—où il l’a diffusé, et ça s’intitulait Entretien au coin du feu. Il a dit : “Quand Rome est tombée,” il a dit, “quel dommage que ce soit arrivé, parce que Rome est à la tête de tout le Christianisme.” Pouvez-vous vous imaginer : un protestant qui dit une chose pareille?

96 Donc, le grand centre de la religion chrétienne, eh bien, là nous allons—nous allons le situer comme si c’était Jérusalem, si vous le voulez bien. Si vous êtes d’accord qu’on fasse ça, disons que c’est à Jérusalem. La tête de tous ceux-là, des—des—des sanhédrins, et—et des pharisiens, et—et des sadducéens; tous, ils montaient à Jérusalem. Ça, c’était vraiment le siège.

97 Et dans le monde des organisations, il faut bien admettre que l’église catholique romaine est la mère de toutes. Bien sûr qu’elle l’est. Et ça a commencé à la Pentecôte. Elles en sont arrivées là quand elles se sont organisées. Maintenant nous, les protestants, nous ne sommes que les petites sœurs de cette église-là. Alors, disons qu’aujourd’hui, ce serait là-bas, au Vatican.

98 Ou, là-bas à Jérusalem, comme ça l’était à cette époque-là, “alors que tous devaient venir à Jérusalem pour œuvrer…adorer”. Pourquoi le faisaient-ils, à l’époque de—de Jésus? Pourquoi déclaraient-ils que tous devaient adorer à Jérusalem? C’est qu’il n’y a qu’un seul lieu où Dieu sera en communion avec l’homme, c’est sous le sang du sacrifice. C’est pour ça qu’ils devaient se rendre à Jérusalem.

99 Dieu ne rencontrera jamais l’homme nulle part ailleurs que sous le Sang. Quand vous rejetez le Sang, alors votre lieu de rencontre avec Dieu a été supprimé. Dieu a pris Sa première décision dans le jardin d’Éden, c’était que l’homme n’allait L’adorer que sous le sang versé du sacrifice. C’était le seul lieu où Dieu rencontrait l’homme en ce temps-là, et c’est le seul lieu où Dieu ait jamais rencontré l’homme.

100 Et c’est le seul lieu où Il rencontre l’homme aujourd’hui, c’est sous le Sang versé du Sacrifice. Voyez? Peu m’importe que vous soyez méthodiste, baptiste, presbytérien, si vous pouvez oublier vos divergences, catholique romain, ou quoi que vous soyez, et que vous venez sous le Sang versé, Dieu nous rencontrera là, vous et moi. C’est là que nous pouvons tous nous rencontrer et être en communion, sur le même terrain. Mais autrement, Il ne vous rencontrera pas simplement parce que vous êtes méthodiste; Il ne vous rencontrera pas simplement parce que vous êtes pentecôtistes, Il vous rencontrera à une seule condition : que vous soyez sous le Sang versé, une fois vos péchés confessés et éliminés dans Sa Présence, alors, par le Sang. Et le Sang est toujours devant Lui; par conséquent, Il ne peut vous voir qu’à travers ce Sang versé. Et vous êtes blancs comme la neige, voyez-vous, une fois que vous avez confessé vos péchés. Autrement, vous n’y êtes pas, vous ne pouvez pas être en communion.

101 C’est pour ça qu’on ne voit pas grand-chose se produire dans les églises. Elles confessent qu’elles croient au Sang, mais elles rejettent le plan même qui donne accès au Sang : la Parole. Voyez? Il n’y a qu’un seul moyen par lequel Dieu honorera cette Parole. Vous n’honorerez jamais cette Parole, en venant dire : “Je suis catholique romain. J’exige que ceci soit fait.” Vous ne pouvez pas faire ça. Que vous soyez méthodistes, baptistes ou pentecôtistes, vous ne pouvez pas faire ça.

102 Le seul moyen pour vous d’y arriver, c’est avec la miséricorde de Dieu, par Sa grâce, de venir, à travers le Sang versé de Jésus-Christ, dire : “Seigneur, je réclame la promesse.” Voyez? Et alors, si vous êtes réellement sous ce Sang-là, Dieu est tenu d’accomplir cette Parole. Mais il faut d’abord que vous soyez sous ce Sang. Vous le voyez maintenant? [L’assemblée dit : “Amen.” — N.D.É.]

103 Ce n’est pas étonnant qu’ils ne puissent pas croire aux miracles. Ce n’est pas étonnant que vous ne puissiez pas croire au surnaturel. Ce n’est pas étonnant qu’ils condamnent ça. Le motif même pour lequel ils avaient condamné ça à l’époque, c’est le même motif pour lequel ils le condamnent aujourd’hui. Ils sont aussi coupables qu’on puisse l’être. Car ce n’est que sous le Sang versé!

104 Et ceux qui oseraient, un simple frère qui, avec humilité, ose prendre Dieu au Mot, s’avancer là, confesser ses péchés, oublier tous ces dogmes et tout ça, et se tenir là, sous le Sang, et Y croire, alors les gens voudront le traiter de “fanatique”. Ils voudront l’étiqueter comme un…comme on dit, ce n’est pas un bon terme à employer en chaire, mais c’est pour que vous compreniez : il est un “drôle d’oiseau”.

105 Après tout, nous sommes tous des drôles d’oiseaux, n’est-ce pas? Voyez-vous, le croyant est un drôle d’oiseau pour l’incroyant, et l’incroyant est un drôle d’oiseau pour le croyant; alors, le drôle d’oiseau, c’est qui? Voyez? Le cultivateur est un drôle d’oiseau pour l’homme d’affaires; l’homme d’affaires est un drôle d’oiseau pour le cultivateur, voyez-vous; alors, finalement, c’est qui?

106 Je vais vous dire une chose : le salut est une affaire individuelle entre l’homme et Dieu seul; chacun individuellement, “nous cherchons notre salut avec crainte et tremblement”. Et je ne connais aucune autre base, comme enseignant, ce matin, ou comme serviteur de Christ, que de fonder cela sur la Parole. Je ne peux pas poser cela sur aucune autre base.

107 Ainsi donc, nous voyons que c’est uniquement sous le sang que Dieu rencontrait l’adorateur, et c’est pourquoi ils se rencontraient à Jérusalem.

108 Et Christ est l’Agneau auquel Dieu a pourvu comme Sacrifice. Et aujourd’hui, il n’y a qu’un seul lieu où Dieu rencontrera l’homme, c’est sous le Sang de Jésus-Christ. En tout autre lieu, c’est condamné; Dieu n’écoutera jamais ça. Vous aurez beau produire des émotions de toutes sortes, et des ismes de toutes sortes, et trembler, sauter, avoir du sang, du feu, de la fumée et tout le reste; mais tant que la vie qui est là ne coïncide pas avec la Parole, et que Dieu ne s’identifie pas parfaitement avec cette vie-là, alors il est inutile d’essayer, parce que vous n’êtes pas dans la course. Et Dieu ne la rencontrera jamais, tant qu’elle n’aura pas été mise sous la protection du Sang. C’est vrai.

109 Alors, voyez-vous, dans l’Écriture, nous avons une Jérusalem, l’Église en a une; elle est au Ciel, une Jérusalem Céleste, là où Dieu est Dieu. Et aujourd’hui, ça ne relève pas d’un credo ou de quelque chose dont nous nous efforçons de faire une Jérusalem. Nous voudrions, les méthodistes, ils voudraient, bon, ils voudraient faire du—du siège des méthodistes une Jérusalem. Les catholiques voudraient que ce soit Rome. Et—et les différents lieux où chacun, nous avons notre siège, nous voudrions faire de ça notre…une Jérusalem. Mais la Bible dit que “notre Jérusalem est d’en Haut, c’est la mère de tous les croyants”.

110 Alors, et Christ est l’Agneau pourvu par Dieu. Remarquez comme c’était opportun, là, pour montrer que cette Jérusalem-là prenait fin. Quand? C’était en vigueur, jusqu’à cette heure-là. Le sang de l’agneau, c’était bien, jusqu’à ce jour-là. Mais voilà qu’à la crucifixion, il y a un changement. L’ancien système, c’est terminé. Là il y en avait un nouveau, et le—l’Agneau était là comme Sacrifice. L’Agneau, l’Agneau du Sacrifice, était sur les lieux. Ils étaient en train de condamner, et de faire la chose même qu’ils devaient faire. C’est vrai.

111 Que Dieu soit béni — de voir cette merveilleuse Lumière Céleste en ce dernier jour! En effet, les églises font la même chose aujourd’hui. Jusqu’à l’heure où la religion organisée a été condamnée et où il a été prouvé qu’elles sacrifiaient la Parole de Christ; c’est à partir de ce moment-là que vient la Parole, et la Parole seule. Au jour de la crucifixion, c’est à partir de là que l’ancien agneau pascal a disparu, et que Christ est devenu notre Agneau. De même le jour où la dénomination a crucifié la Parole de Dieu, et a accepté un credo au lieu de la Parole, c’est ce jour-là que la Parole a pris pleinement effet. C’est arrivé tout dernièrement.

112 Remarquez, deuxièmement. Premièrement, “là”, Jérusalem. Deuxièmement, “ils”, ils. Qui ça? Les Juifs, les adorateurs. Pensez-y! Les adorateurs eux-mêmes étaient en train de tuer Celui-là même qu’ils prétendaient adorer. Pouvez-vous imaginer une chose pareille : eux, des hommes intelligents, qui étaient sacrificateurs, qui avaient reçu une formation, qui avaient un doctorat, si bien que probablement qu’ils… Ils—ils devaient être issus d’une certaine génération avant de… ou—ou, d’une certaine tribu, avant même de pouvoir être sacrificateurs. Il fallait qu’ils soient Lévites. Leur père avait été sacrificateur. Leur grand-père avait été sacrificateur. Leur arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-grand-père avait été sacrificateur. Et il fallait qu’ils vivent une vie tellement consacrée, qu’un seul iota contre eux, et on les lapidait. Aucune miséricorde n’était accordée. Saints? Assurément, mais une sainteté à laquelle ils étaient arrivés par eux-mêmes. Il fallait qu’ils agissent comme ça, pour faire bonne figure devant leur église. “Au-dedans”, Jésus a dit, “vous êtes pleins d’ossements de morts.”

113 Oh, je pourrais vraiment porter une accusation, en plein là! Des hommes qui savent que C’est la Vérité, que cette Parole est la Vérité, et qui font des compromis sur Elle pour faire bonne figure devant une organisation, ah oui, j’ai le droit de les accuser, c’est vrai, en me fondant sur la Parole de Dieu.

114 Remarquez, “ils”, les adorateurs, les hommes qui avaient attendu la promesse, les hommes qui l’avaient attendue, au fil des années et au fil des âges, et dont la seule activité était leur présence constante au séminaire. Mais ils avaient dispensé la Parole conformément à l’enseignement du séminaire, et ils avaient passé à côté de la Vérité même qui s’Y trouvait. “Ils”, les sacrificateurs, le clergé de ce jour-là! “Là”, à leur siège, “ils”, le clergé de ce jour-là, ils tuaient le Dieu même, l’Agneau même, Celui-là même qu’ils prétendaient adorer, ils Le tuaient.

115 Et, aujourd’hui, j’accuse cette bande de ministres ordonnés; c’est par leurs credos et leurs dénominations qu’ils crucifient, aux yeux des gens, le Dieu même qu’ils prétendent aimer et servir. J’accuse ces ministres, au Nom du Seigneur Jésus, en raison de leur doctrine, car ils déclarent que “les jours des miracles sont passés”, et que “le baptême d’eau au Nom de Jésus-Christ ne suffit pas et n’est pas bon”. En raison de chacune de ces Paroles, auxquelles ils ont substitué des credos, je les accuse, ils sont coupables, et le Sang de Jésus-Christ est sur leurs mains, pour avoir crucifié le Seigneur Jésus de nouveau, une seconde fois. Ils crucifient Christ, aux yeux du public, ils retirent aux gens la Chose qu’ils sont censés leur donner. Et ils Y ont substitué quelque chose d’autre : le credo d’une église, pour jouir de popularité.

116 Là ils, “ils”, ceux qui auraient dû savoir ce qu’il en était. Si quelqu’un aurait dû savoir ce qu’il en était, c’est bien ces ministres. Si quelqu’un devrait savoir ce qu’il en est, c’est bien le clergé d’aujourd’hui. Si quelqu’un devrait savoir, c’est bien les—les—les évêques, et les archevêques, et—et les ministres, et les docteurs en théologie, eux devraient savoir ce qu’il en est. Mais pourquoi ne savent-ils pas? Hum! Quelle contradiction! Nous sommes en présence de quoi, ici, si ce n’est une—une contradiction! Ils prétendent adorer Dieu, et ils tuent le Prince de la Vie. Ils, “là, ils Le crucifièrent”, et ici ils, de nouveau, ils font la même chose, car Il est la Parole.

117 C’est ce qu’Il est : uniquement un reflet de la Parole. Et c’est ce qu’Il est aujourd’hui : un reflet de la Parole, Il essaie de trouver quelqu’un en qui Il pourra Se refléter.

118 Et ces gens tiennent l’assemblée éloignée de Dieu. Et—et s’il y a quelque chose qui se produit, et que l’assemblée en parle, alors ils condamnent ça du haut de l’estrade, du haut de la chaire, et ils disent : “C’est du fanatisme. Tenez-vous loin de ça!” Et c’est ainsi qu’ils crucifient Jésus-Christ en 1963, et ils sont tout aussi coupables que ces gars-là l’étaient à la…en ce jour-là. C’est une déclaration terrible, mais c’est la vérité. En raison… C’est exactement ce qu’ils font aujourd’hui.

119 Et en raison de ces choses, en raison du fait qu’ils crucifient Christ, en raison du fait que la Parole, ils La retirent aux gens; c’est exactement ce qu’ils avaient fait là-bas. La Parole même que Dieu reflétait dans Son propre Fils pour prouver que C’était bien la Parole, et Celui qu’ils prétendaient aimer, le Jéhovah qui S’était manifesté selon les Écritures, qui avait fait exactement ce qu’Il avait dit qu’Il ferait, exactement ce que Dieu avait dit qu’Il ferait, et qui avait reflété Cela devant eux. Pour l’amour de leurs groupes, de leurs églises, et de ce genre de chose, ils ont condamné le Prince de la Vie.

120 Et moi, je condamne ce même groupe-là aujourd’hui, et je les accuse, ils sont coupables devant Dieu, par la Parole de Dieu, de faire la même chose. Cette génération est mise en accusation. Souvenez-vous, Hébreux 13.8 : “Il est le même hier, aujourd’hui, et éternellement.”

121 Comment ont-ils pu Le mettre en accusation? C’est parce que leurs credos refusaient de L’accepter, mais au fond de leur cœur, ils savaient ce qu’il en était. Nicodème, au chapitre 3 de Jean, ne l’a-t-il pas bien exprimé? “Rabbi, nous, les pharisiens,” les prédicateurs, les docteurs, “nous savons que Tu es un docteur envoyé de Dieu, car personne ne peut faire ces choses que Tu fais, si Dieu n’est avec lui.” Voyez? Ils en ont rendu témoignage publiquement, par la bouche de l’un de leurs hommes de renom, et dans la commotion…à cause de leurs credos, ils ont crucifié Christ.

122 Et aujourd’hui, il n’y a pas un seul lecteur qui ne puisse lire Actes 2.38 autant que moi, je peux Le lire, et tous les autres Passages autant que moi, je peux Les lire. Mais, à cause de leurs credos, et à cause de leur carte de la dénomination, qu’ils ont dans leur poche, leur marque de la bête qu’ils portent sur eux, leur carte de l’association; et en acceptant ces choses, ils crucifient de nouveau, pour leur part, Jésus-Christ, ils Le crucifient devant le public, et ils blasphèment le Dieu même qui avait promis de faire Ceci, entraînant toute la race dans la damnation.

123 Donc, là, “ils”, non pas le pécheur. “Ils”, c’est-à-dire l’église de ce jour-là, ils ont porté un jugement défavorable sur l’Homme qui était la Parole. Pas vrai? Ils ont porté un jugement défavorable sur l’Homme qui était la Parole. Maintenant ils portent un jugement défavorable sur la Parole qui œuvre à travers l’homme. Voyez-vous, ils font tout simplement l’inverse. Alors que Ce qui est dans la personne, ce Saint-Esprit qui œuvre à travers elle, c’est la confirmation de Dieu.

124 Comment ont-ils su qu’Il était le Christ? C’est parce que Ses œuvres prouvaient ce qu’Il était. Il a dit : “Lequel d’entre vous peut Me déclarer coupable de péché? Si Je n’ai pas fait exactement ce que l’Écriture avait dit que Je ferais! Et lequel… Que quelqu’un vienne Me dire en quoi J’ai échoué, si Je n’ai pas présenté tous les signes qui démontrent que Je suis le Messie, que Je suis Celui-là même dont vous promettiez la venue.”

Ils ont dit, ils ont dit : “Eh bien, nous avons Moïse. Nous croyons Moïse.”

125 Il a dit : “Si vous croyiez Moïse, vous Me croiriez aussi. Si vous… Moïse a vu Mon jour, et Il a désiré de—de vivre en ce jour. Moïse l’a vu de loin, et les prophètes aussi. Et vous y voilà, vous vivez tout près de Cela, et vous condamnez…” Il a dit : “Hypocrites!”, Il a dit, “vous savez discerner l’aspect des cieux, mais le signe du temps, vous ne pouvez le discerner.”

126 Voilà, c’est ça : le signe du temps. Comment L’ont-ils étiqueté? Comme “un fanatique, un fou”. Oui, ils ont porté un jugement défavorable sur l’Homme qui était la Parole.

127 Il était la Parole. Jean, chapitre 1, le prouve : “Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu. Et la Parole a été faite chair, et Elle a habité parmi nous.” Il était la Parole vivante de Dieu, parce qu’Il exprimait Dieu à travers Lui. Il était complètement abandonné à la—à la Parole de Dieu, à tel point que Lui et la Parole, c’était une seule et même chose. Et c’est exactement ce que l’Église devrait être aujourd’hui : avec la Parole de Dieu, une seule et même chose.

128 Comment pouvez-vous être une partie de cette Parole, alors que vous La niez pratiquement toute? Et la raison pour laquelle ça se passe comme ça, ce n’est pas à cause des gens, — et c’est pour ça, je pense, que Dieu m’a parlé du fait d’appeler Son peuple des “Ricky” et des “Ricketta”, — c’est à cause de ces dénominations égoïstes, c’est à cause d’elles que les gens mènent le genre de vie qu’ils mènent. Ils ont crucifié la Vérité. Et les gens appellent Cela un blasphème, ou plutôt ils En font le blasphème. Ils appellent Cela du fanatisme, et tout, sans savoir qu’ils sont en train de blasphémer le Dieu même qu’ils veulent servir en allant à l’église.

129 Par conséquent, j’accuse cette bande de membres du clergé, aujourd’hui. J’accuse cette génération, au Nom de Jésus-Christ, par l’autorité de la Parole de Dieu. Vous Le crucifiez de nouveau.

130 Remarquez, “Il est le même hier, aujourd’hui, et éternellement”, la Parole de Dieu confirmée dans un homme.

131 Comparez les deux Calvaires et l’accusation de chacun. Souvenez-vous : “Parce qu’Il Se fait Dieu, nous ne voulons pas que cet Homme règne sur nous.” Quel chef d’accusation ont-ils trouvé, quand ils ont tenu conseil ce matin-là, quand ils ont crucifié Jésus? C’est “qu’Il Se faisait Dieu”. Il était Dieu. “Et qu’Il violait le sabbat.” Et Il était Maître du sabbat. Ils L’ont condamné parce qu’Il Se faisait Dieu. “Tu n’as pas le droit de faire ça. Tu n’as pas le droit. Nos souverains sacrificateurs, s’il y a quoi que ce soit qui doit venir, c’est par nos sacrificateurs que ça viendra.” Maintenant comparez ça au Calvaire d’aujourd’hui.

132 Alors que Dieu, qu’il avait plu au Père, à Dieu, à l’Esprit, de susciter Son propre Fils; Il a couvert Marie de Son ombre, par le Saint-Esprit, et Il a engendré un corps qui pourrait Le servir et exécuter Son dessein, alors qu’Il, que “Dieu était en Christ, la plénitude de la Divinité corporellement était en Lui”, reflétant ce que Dieu était, devant les gens,faisant connaître au—faisant connaître au monde entier ce que Dieu voulait de chaque individu : qu’il soit un fils, une fille. Il s’est servi d’un seul Homme pour accomplir cela. Mais, parce qu’Il n’était pas entré dans les rangs de leur organisation, ils L’ont condamné et L’ont crucifié.

133 Maintenant comparez ce Calvaire-là à aujourd’hui. [espace non enregistré sur la bande — N.D.É.] À cause des préjugés de leurs organisations, à cause de l’indifférence qui règne parmi les érudits, qui devraient connaître la Parole et le plan de Dieu; à cause de ces choses, alors Dieu se sert d’un petit groupe de gens à travers lesquels Il peut œuvrer quelque part, et Se refléter, des gens qui vont s’humilier devant la Parole. Et ils ne peuvent pas dire qu’il n’en est pas ainsi.

134 Ils ne pouvaient pas dire qu’Il n’avait pas fait ces choses, car leur assemblée en avait été témoin. C’était devant eux. Ils ne pouvaient pas le nier. Ils ne pouvaient pas nier Ses affirmations, parce que la Parole même qu’ils déclaraient croire, c’était Elle qui avait prouvé qu’Il était bien cela. En effet, Dieu avait pris la Parole qui devait correspondre au Messie, et Il L’avait démontrée à travers un Homme. Alors il fallait qu’ils se débarrassent de Lui. Le seul moyen pour eux de pouvoir continuer, c’était de se débarrasser du Messie. Et ils l’ont fait, parce qu’ils étaient aveugles et qu’ils étaient dans l’ignorance, malgré leur instruction. Ils étaient futés, intelligents; je parle de l’intelligence du monde.

135 Comme nous avons fait la comparaison l’autre soir : quand la Lumière a touché le jeune homme riche, regardez ce qu’il a fait. Il a rejeté; un homme intelligent. Paul, un autre homme intelligent, la Lumière l’a touché. Qu’est-ce qu’il a fait? Il L’a acceptée. Il a oublié tout ce qu’il avait connu jusque-là, pour pouvoir connaître Christ. C’est ce qui a rendu sa vie digne de l’Évangile. (Le Message de dimanche soir passé.)

136 La voilà aujourd’hui. Elle va peut-être toucher un petit homme qui s’en était allé, — il avait un appel de Dieu, c’est ce qu’il ressentait, — il s’en était allé au séminaire, et il y avait appris un credo. Il doit vivre d’après ce credo-là, sinon il devra céder sa carte de l’association. Et s’il le fait, c’est une tache à sa réputation, plus personne ne voudra de lui, parce qu’à un moment donné il faisait partie de quelque chose d’autre, mais que maintenant il n’en fait plus partie. Ils pensent qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond chez cet homme, et ils ne veulent pas de lui dans leur assemblée. Alors que l’assemblée, tout ce qu’elle veut voir comme signe, c’est s’il croit ce que, eux, ils croient.

137 S’il a sa carte, s’il est méthodiste, s’il est une carte…s’il fait partie d’une autre assemblée, ou qu’il est unitaire, ou trinitaire, ou quoi que ce soit, de l’église de Dieu, ou dans les rangs des pentecôtistes, et tous ces rangs-là. S’il porte une carte, ils considèrent que le siège de l’organisation l’a inspecté : on a mesuré son état mental, on lui a fait passer un test psychiatrique, on a vérifié si son quotient intellectuel était assez élevé pour parler devant eux. Sinon, ils le refusent. C’est vrai.

138 Mais, voyez-vous, l’assemblée devrait chercher à voir la main du Seigneur, voir si Dieu lui a donné son ordination ou pas. Voilà ce que nous devrions regarder. Mais aujourd’hui ils crucifient de nouveau le—le—le Fils de Dieu. Quand un homme a la capacité — que, par la grâce de Dieu, il a été appelé de Dieu — de laisser Dieu Se refléter en lui. “Vous ferez, vous aussi, les œuvres que Je fais”, a-t-Il dit. Remarquez : quel jour que celui où nous vivons!

139 Ils—ils considèrent, ils—ils considèrent ce—ce même Calvaire, — nous pouvons le faire ce matin, — et pour le même motif. Or, ils savaient que C’était la Vérité; mais, à cause de la jalousie, des préjugés. Qu’est-ce que Jésus leur a dit? “Si Je chasse les démons par le doigt de Dieu, alors vous, par qui—par qui les chassez-vous? Qu’ils soient eux-mêmes vos juges, voyez-vous, si c’est par le doigt de Dieu que Je chasse les démons.”

140 Maintenant, comme vous les avez entendus dire : “Pouvez-vous prouver que c’est le doigt de Dieu?” J’aurais aimé voir, j’aurais aimé les entendre Lui poser cette question-là. Ils étaient trop futés pour ça.

141 Remarquez, “parce qu’Il Se faisait Dieu”, et Il était Dieu. “Et nous ne voulons pas qu’Il règne sur nous.”

142 Mais maintenant, voilà que le même vieux cri se fait entendre. “Cette Bible a été écrite par des hommes”, qu’ils disent. “Nous ne sommes pas obligés d’aligner notre vie Là-dessus.” Ça, c’est Celle de Dieu, ça, c’est la Parole de Dieu. C’est Dieu Lui-même.

Hier, je parlais à un homme, qui disait : “Eh bien, c’est peut-être un homme qui a écrit la Bible.”

J’ai dit : “Oui, c’est ça. Son Nom — nous savons que c’est Dieu.”

143 Elles ont été écrites dans un intervalle de quatre mille ans, presque, les Écritures l’ont été, à partir de l’époque reculée de Job, jusqu’à celle du Nouveau Testament, et Elles ont été écrites par des centaines, par—par…et à des centaines d’années d’intervalle, et Elles ont été écrites par différents hommes, des hommes qui ne se connaissaient pas, écrites dans différentes régions du pays, et pas une seule Parole ne condamne l’autre. Je défie n’importe qui de venir se mettre sous le Sang de Jésus-Christ et réclamer toute promesse qui s’Y trouve! Dieu est tenu de L’accomplir.

144 Mais ils ne le feront pas. Ils vont venir là, dire : “Ô Seigneur, je voudrais faire quelque chose. Donne-moi un grand don. Alléluia, Seigneur! Gloire à Dieu, je crois que je l’ai reçu. Alléluia!” Ça ne marchera jamais. Peut-être que vous produirez beaucoup de psychologie, mais ça ne marchera pas.

145 Dieu doit accepter cette repentance. C’est Dieu qui doit faire ça. Nous pourrions dire beaucoup de choses là-dessus, mais j’espère que vous—que vous comprenez.

146 Regardez, mais maintenant, ils ne veulent pas que la Parole règne sur eux. Je dis : “Tous autant que vous êtes, faites demi-tour. Votre baptême est faux. Vous êtes baptisés dans l’église catholique.”

147 “Vous êtes qui, vous, pour venir nous dire ça?” Ce n’est pas moi; c’est la Parole. “Mais je vais vous dire, nous—nous croyons…” Peu m’importe ce que vous croyez; ça, c’est ce que dit la Bible. “Mais nous ne sommes pas obligés d’aligner notre vie Là-dessus.”

148 Oui, vous êtes obligés de le faire, sinon le jugement de cette Bible est sur vous. En effet : “Quiconque retranchera une seule Parole de Ceci, ou Y ajoutera une seule parole, à celui-là sera retranchée, sa part, du Livre de Vie”, qu’il soit ministre, membre du clergé, ou qui qu’il soit. Vous devez vous soumettre à l’autorité de cette Parole, car Elle est Dieu. La Bible dit qu’Elle est Dieu.

149 “Nous ne voulons pas qu’Elle règne sur nous.” Ils optent pour leurs credos, leurs dénominations, et leurs—leurs petites futilités auxquelles ils croient et qui ont été adoptées par des conseils d’hommes, ils optent pour ça plutôt que d’opter pour la Parole de Dieu.

150 Qu’est-ce qu’ils ont fait? Au jour de la première crucifixion, ils ont accepté un Barabbas, un meurtrier, au lieu d’accepter le Fils de Dieu.

151 Et aujourd’hui, ils acceptent la parole d’un homme, ce qui est un mensonge et le chemin de la mort, et ils refusent d’accepter le chemin de la Vie, la Parole de Dieu. Je condamne cette génération, je l’accuse, par la Parole du Seigneur : ils ont tort. Ils sont coupables de crucifixion, ou de chercher à crucifier l’Esprit.

152 Partout ils réclament un réveil. Comment allez-vous faire pour avoir un réveil, alors que la Parole Elle-même ne peut pas agir dans les gens? J’aimerais bien que quelqu’un me donne une réponse à ça. Comment est-ce possible, alors que vous niez le Réveil Lui-même? Le prophète a bien parlé d’eux : “Des formes extérieures de piété.” Les formes extérieures qu’ils adoptaient, à cette époque-là, niaient la Parole de Vie. Les formes extérieures qu’ils adoptent aujourd’hui, nient la chose qui peut leur apporter un réveil; les credos et les formes extérieures qu’ils adoptent. Oui monsieur.

153 Ils optent pour la dénomination et pour leurs credos plutôt que d’opter pour la—la Parole, et c’est ce qui crucifie Sa Parole, et annule l’effet de Sa Parole sur les gens. Quand ils voient la Parole de Dieu, de façon si vivante, Se mettre en place, alors que Dieu avait fait la promesse qu’Il ferait ceci, et voici qu’Il le fait; et eux, ils se moquent de Ça, et ils s’En éloignent, c’est un blasphème. Et ils cherchent à crucifier la Parole Elle-même.

154 Pourquoi est-ce qu’ils La crucifient? Ils ne peuvent pas crucifier la Parole, pas plus qu’ils n’ont pu crucifier Dieu. Ils ont pu crucifier le corps dans lequel habitait Dieu, le Fils de Dieu. Ça, ils ont pu le crucifier, mais ils ne peuvent pas crucifier Dieu. Il fallait qu’Il soit crucifié, cette fois-là, parce qu’Il était le Sacrifice, ce afin de faire entrer beaucoup de fils qui avaient été prédestinés à la Vie Éternelle. Il fallait qu’ils le fassent en ce temps-là, mais ils ne peuvent pas le faire maintenant. Ils ne peuvent pas le faire, car la Parole Elle-même continuera à vivre. Mais ils…

155 “Qu’est-ce qu’ils font? Comment se forment-ils? Qu’est-ce que vous êtes en train de dire, alors, prédicateur? Comment est-ce que vous bâtissez votre plateforme ici, pour dire qu’ils Le crucifient, alors?”

156 Ils crucifient les effets de l’Évangile sur les gens, par leurs credos. Voilà la crucifixion. C’est que les gens sont assis là, dans ces grandes morgues qu’ils appellent des églises, des dénominations, et ils tracent une ligne de démarcation par leur credo, et ça… La Parole de Dieu ne peut avoir aucun effet sur eux, parce qu’ils—qu’ils condamnent les choses mêmes dont Christ avait dit qu’elles se produiraient. C’est qu’elles n’arrivent pas en conformité avec leur credo.

157 Jésus non plus, Il n’est pas venu en conformité avec la conception qu’ils s’étaient faite de Sa venue. Il est venu comme Dieu L’a envoyé, et Il est venu d’une manière tout à fait conforme à la Parole. Ce n’est pas étonnant qu’Il ait dit qu’Il l’avait “caché aux yeux des sages et des intelligents, et qu’Il l’avait révélé aux petits enfants, qui seraient disposés à apprendre”. Est-ce que vous comprenez? [L’assemblée dit : “Amen.” — N.D.É.]

158 Oh, ils ont crucifié les effets de la Parole. J’ai une série de passages de l’Écriture ici. Je pourrais peut-être juste en citer deux ou trois. Ils La crucifient.

Vous dites : “Comment est-ce qu’ils crucifient la Parole?”

159 Alors que Jésus a dit qu’Il est le même hier, aujourd’hui, et éternellement, Hébreux 13.8, eux, ils disent : “D’une certaine manière, Il l’est.” Voyez? Bien.

160 Et Jésus a dit, le dernier commandement qu’Il a donné à l’Église : “Allez par tout le monde,” Marc 16, “allez par tout le monde, et prêchez l’Évangile. Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru. Par tout le monde; à toute la création!” On n’en a pas encore atteint la moitié. Et il y a des millions de gens qui meurent, chaque année, qui n’ont jamais même entendu le Nom de Jésus. Donc, c’est toujours la consigne générale. C’est toujours un commandement de Dieu. “Par tout le monde, et prêchez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé; celui qui ne croira pas sera condamné. Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru : en Mon Nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; s’ils saisissent des serpents ou boivent quelque breuvage mortel, cela ne leur fera point de mal; s’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guéris.”

161 Et eux, ils disent : “Ça s’appliquait à cette génération-là”, et ils annulent ainsi l’effet du commandement de Dieu, et ils crucifient l’effet que doit avoir la Parole sur les gens. Amen.

162 Pierre a dit, le Jour de la Pentecôte, alors qu’il avait les clés du Royaume; Jésus venait de les lui donner : “Tout ce que tu diras ici, Je le dirai Là-haut.”

163 Et, le Jour de la Pentecôte, ils ont demandé ce qu’ils devaient faire pour recevoir le Saint-Esprit, dont ils se réjouissaient tant; ils observaient ces autres personnes, qui avaient un comportement qu’eux auraient qualifié de ridicule : ils titubaient, ils sautaient, ils tombaient, et ils se comportaient comme s’ils étaient ivres.

Et les gens disaient : “Ils sont pleins de vin doux.”

164 Mais un homme s’est levé, il s’appelait Pierre, c’est lui qui avait les clés du Royaume, et il a dit : “Ces gens ne sont pas ivres,” Actes 2, “comme vous le supposez, car c’est la troisième heure du jour. Mais c’est ici ce qui a été annoncé.” Voyez-vous, un retour tout droit à la Parole, de nouveau, ce qui montre que l’Esprit est toujours Parole, et que la Parole est toujours Esprit, la Parole de Dieu. “Alors, comme l’a dit le prophète Joël, Joël 2.38 : ‘Alors, dans les derniers jours, dit Dieu, Je répandrai Mon Esprit sur toute chair.’”

165 Écoutez ce prophète, qui se tenait là. Regardez-le, sans peur il se tient là devant cette bande de gens, et il les condamne, il les accuse. Il a dit : “C’est ici l’Écriture! C’est ici ce qui a été annoncé par le prophète! ‘Je répandrai Mon Esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles prophétiseront. Sur Mes servantes et sur Ma servante Je répandrai de Mon Esprit; Je ferai paraître des signes en haut dans les cieux, et sur la terre : du feu, et des colonnes de fumée, et de vapeur.’” Il L’a prouvé par la Parole, que C’était bien la Parole.

166 Et ils ont rigolé et s’En sont moqués, et ils ont été jugés. La ville a été brûlée, et ils ont mangé les enfants les uns des autres. Et aujourd’hui, ils sont un peuple dispersé partout dans le monde. Ce qui montre que le Saint-Esprit est encore la Parole de Dieu, Il apporte cette Parole, Il La faire vivre.

167 Jésus-Christ était la Personne, l’Homme, Dieu. Alléluia. Il était la manifestation de Dieu. Il était Dieu sous une forme corporelle, pour refléter la Parole de Dieu qui s’appliquait à cet âge-là, pour faire voir à cet âge-là la promesse de Dieu qui s’appliquait à cet âge-là.

168 Et le Saint-Esprit, c’est la même chose aujourd’hui. C’est l’Esprit de Dieu sur la Parole écrite, qui essaie de trouver quelqu’un par qui Il pourra Se refléter à cet âge-ci, pour prouver qu’Il est le même hier, aujourd’hui, et éternellement. Jean 14.12 : “Vous ferez, vous aussi, les œuvres que Je fais.” “Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui, et éternellement.” Voyez? Il cherche constamment à Se frayer un chemin pour arriver à Se refléter.

169 Eux, ils n’ont pas pu le faire. Ces gens pensaient tellement de bien de leurs dénominations, de leurs petits nids qu’ils avaient, et tout, ce qu’ils appelaient leurs “églises”, qu’ils ne voulaient pas écouter ça. Et c’est aussi ce qu’ils font aujourd’hui, la même chose, ils crucifient de nouveau.

170 Pierre, le Jour de la Pentecôte, il a dit : “Vous qui séjournez à Jérusalem, en Judée, prêtez l’oreille à mes paroles. Ces gens ne sont pas ivres. Si vous restez tranquilles, je vais vous montrer ce qu’il en est.” Et il s’est mis à le leur expliquer.

171 Alors ils ont eu le cœur vivement touché, après avoir entendu Cela, ils ont dit : “Que pouvons-nous faire pour être sauvés? Que pouvons-nous faire pour recevoir Ceci? Nous sommes convaincus que ta parole est vraie.”

172 Il a dit : “Repentez-vous, chacun de vous, et soyez baptisés au Nom de Jésus-Christ, pour la rémission de vos péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car ceci est pour vous, pour vos enfants, et pour ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. Voici ce qu’ils doivent faire. Se repentir, et être baptisés au Nom de Jésus-Christ.”

173 Et aujourd’hui, l’église catholique romaine a adopté “Père, Fils et Saint-Esprit”, pour remplacer Cela. Au lieu de Cela, une communion. “Tirez la langue, avalez l’hostie, le prêtre va boire le vin, et ensemble vous faites un.” La “communion”, — au lieu que ce soit le Saint-Esprit, — ils appellent ça la “sainte Eucharistie”. Et “Père, Fils, Saint-Esprit”, un baptême trinitaire, alors qu’il n’en est même pas fait mention dans la Bible. Le Nom du Père, Fils et Saint-Esprit, c’est le Seigneur Jésus-Christ. Et quand on montre ça à cette génération perverse…

174 Comme Pierre l’a dit : “Sauvez-vous de cette génération perverse.”

175 Quand on leur montre ce qu’il En est, qu’est-ce qu’ils font? Ils se moquent de Ça, et ils disent : “Ce n’est pas comme ça que notre église L’enseigne.” Alors vous êtes coupables, vous êtes coupables de la crucifixion de Jésus-Christ, parce que vous retirez aux gens la puissance de Dieu. Vous crucifiez la Parole Elle-même, à leurs yeux, et vous vous condamnez, vous-mêmes ainsi que votre assemblée, vous les conduisez dans un piège mortel.

176 Comme je le disais de ce ministre, dimanche passé, de Martin Luther King, qui est là-bas avec ces précieuses gens, en train de les conduire directement dans un piège mortel. Oh, si seulement quelqu’un pouvait parler à cet homme! Si seulement je le pouvais. Juste à cause d’un petit soulèvement au sujet de la proposition des écoles, voyez-vous, ou quelque… Qu’est-ce que ça change, ça? Miséricorde! Si les gens n’ont pas assez de cœur pour côtoyer un homme, à cause de sa couleur, ils sont condamnés et morts, de toute façon. Le pays leur donne ce droit-là. Ne luttez pas contre ça. Non. Qu’est-ce qui se passerait si quelqu’un déclarait que tous les Irlandais, ou quelqu’un comme ça, tous les Allemands, ou quelqu’un d’autre, qu’ils n’ont pas le droit de côtoyer les autres? Ça ne troublerait pas du tout les Chrétiens; ils continueraient à avancer quand même. Et cet homme-là est Chrétien. Lui qui est—qui est ministre, il ne devrait pas pousser ces gens-là à se révolter contre ça. Ils vont entraîner des millions de personnes dans la mort. Ça va déclencher un autre mouvement révolutionnaire. Et c’est honteux de faire une chose pareille.

177 Et c’est la même chose qui se passe ici même. Exactement la même chose, de nouveau. C’est vrai. Voyez? Les gens, oh, si seulement ils voulaient considérer la Vérité, et voir quelle est la Vérité. “Notre église ne croit pas ça. Nous, nous avons une autre manière de faire.” Eh bien, ce n’est pas la bonne manière de faire. Ce n’est pas la chose à faire.

178 Il a dit : “Repentez-vous, et soyez baptisés au Nom de Jésus-Christ, pour la rémission de vos péchés.” Or, ils ne veulent pas le faire. Oh, alors, qu’est-ce qu’ils ont fait? Bon, ça, ce n’est qu’un point, il y en a des centaines. Nous allons y venir, peut-être, faire le plus vite possible.

179 Alors, maintenant, la deuxième crucifixion. Si un homme accepte “Père, Fils, Saint-Esprit”, un—un credo, au lieu de la Parole, des titres au lieu du Nom, qu’est-ce qu’il fait aux gens? Il crucifie les effets de la Parole sur les gens, quand il dit que “Marc 16, c’était seulement pour cette génération-là”.

180 Alors que Dieu Lui-même a dit, là, Jésus qui leur parlait, Il a dit : “Allez par tout le monde, et prêchez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé; celui qui ne croira pas sera condamné. Voici les signes qui accompagneront ceux…” Jusqu’où? Toute nation, tout credo, toute langue, toute race, tout peuple, le même Évangile. “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru.” Et quand un homme essaie de retrancher Ça de la Bible, il crucifie les effets de l’Évangile sur l’assemblée. Donc, je vous accuse, au Nom de Jésus-Christ! Vous êtes coupables du meurtre du Seigneur!

181 L’église L’a haï. Pourquoi? Il était leur Dieu, Lui-même. Ils L’ont haï, et ils ont refusé de L’accepter comme leur Messie. Non monsieur, ils ne voulaient pas d’un Messie comme celui-là.

182 Et aujourd’hui l’église fait la même chose. Elle nie la Parole. Ils n’En veulent pas. Elle contredit ce qu’on leur a enseigné à croire, dans leurs credos.

183 Et la Parole, c’est le Messie. Vous croyez ça? [L’assemblée dit : “Amen.” — N.D.É.] Eh bien, le reflet de la Parole, alors, qu’est-ce que c’est? C’est de refléter un Messie, qui est le Saint-Esprit au milieu de nous. Il Se reflète, Il cherche à le faire, partout où Il peut trouver une lampe à travers laquelle Il pourra regarder, qui n’est pas tout enfumée par des credos et tout, à travers laquelle Il pourra émettre la Lumière.

184 Souvenez-vous, “elles se levèrent et préparèrent leurs lampes”, elles en ont nettoyé les verres, mais il était trop tard. Alors, quand un homme voit les luthériens, les presbytériens, les méthodistes, qui essaient, en ces derniers jours, de venir recevoir le Saint-Esprit, eh bien, vous savez bien qu’ils ne Le reçoivent pas. Bon, il se pourrait qu’ils parlent en langues et qu’ils sautent en l’air, mais regardez bien ce qui se passe. Absolument, ils… C’est un signe du temps, qui montre que c’est terminé pour elle. Nous sommes à la fin.

185 D’une minute à l’autre, la—l’Église pourrait entendre la sommation : “Monte ici!” Amen.

186 Tout est bien en place, très exactement. Le Saint-Esprit est ici, Il présente Jésus-Christ comme une réalité, à travers ceux en qui Il peut œuvrer, Il démontre ce qu’Il est; Il descend, Il Se fait prendre en photo, Il le démontre, Il fait prendre ça, fait parler de ça par la science, et tout, Il le prouve, que c’est exactement ce qu’Il avait dit qu’Il ferait. Il fait exactement les choses qu’Il avait dit qu’Il ferait, le tout conforme à l’Écriture. Or, il ne s’agit pas d’un credo, ni d’une idée qu’un homme aurait eue dans son emballement, — beaucoup de sang, de feu, de fumée, et ce genre de chose, — mais d’un signe du Messie, une preuve conforme à l’Écriture. On a beaucoup d’imitations, et d’imitateurs, et—et tout, mais tout ce que ça fait, c’est permettre à la vraie Parole de briller de Son plus bel éclat, c’est vrai, des gens qui sont spirituels, qui savent discerner le vrai du faux. Voyez?

187 On Le renie! Ils ont renié leur Messie : “Nous ne voulions pas de Lui.” Et ils font la même chose aujourd’hui. “Eh bien, s’il faut que j’aille là-bas et que j’agisse comme cette bande de gens-là, je n’En veux pas du tout.” Très bien, alors vous ne L’avez pas du tout. C’est tout. Voyez? C’est la même chose maintenant.

188 Bien qu’Il ait été très bien identifié, ils n’ont pas voulu de Lui. Ils L’ont haï. Pourquoi donc? On appelait leurs pasteurs une bande de “serpents”. Il a dit : “Bande de murailles blanchies. Vous n’êtes rien d’autre qu’un cimetière. Au dehors, vous présentez le raffinement des soutanes et des cols tournés vers l’arrière, mais au-dedans ce sont des ossements de morts.” Voyez? Il n’a pas pris de gants. C’était un petit Galiléen tout simple, le fils d’un charpentier, mais Il n’a pas pris de gants, Il leur a dit ce qu’il en était.

189 “Ne prétendez pas”, a dit Jean, Son précurseur, il a dit… En voilà un autre qui n’a pas pris de gants. Il a dit : “Ne venez pas dire que vous avez Abraham pour père. De ces pierres-ci Dieu peut susciter des enfants à Abraham.” Oui monsieur. “La cognée est mise à la racine de l’arbre, et tout arbre qui ne produit pas de fruits est coupé et jeté au feu.” Oui monsieur. Dieu est sévère, Il est ferme et inflexible quant à Sa Parole. Oui monsieur.

190 Remarquez, Jésus, qui avait été prouvé par l’Écriture! M’écoutez-vous? [L’assemblée dit : “Amen.” — N.D.É.] Jésus avait été identifié par Dieu, d’un bout à l’autre des Écritures, comme étant le Messie. Pas vrai? [“Amen.”] Nous allons voir l’accusation portée par Pierre, dans quelques minutes, et vous allez voir si c’est le cas, oui ou non. Il avait été parfaitement bien identifié, comme étant Dieu manifesté dans un Homme appelé le Fils de Dieu. C’est vrai. Bien qu’Il ait été très bien identifié, et qu’Il ait confirmé la Parole promise, qu’Il était bien le Messie. Moïse avait dit : “Ce Messie, quand Il viendra, Il sera prophète”, et toutes ces choses qui allaient se produire.

191 La petite femme qui avait…qui était au puits, dans cet état de souillure totale, qu’est-ce que ça symbolisait? Que Dieu, en ces derniers jours, choisirait des bannis.

192 Vous vous souvenez, hier soir, aux noces… Ou, l’autre fois où j’ai prêché ici. Au souper des noces, ils disaient, ce qu’ils disaient là : “J’ai donné un grand festin, et tout. Et tous ces hommes, Je les avais conviés, mais chacun avait une excuse. ‘Je ne peux pas, parce que ça démolirait nos credos. Je ne peux pas y aller, parce que j’ai…j’ai épousé une femme; elle ne veut pas que j’y aille. Oh, je—je me suis marié avec une église, ici. Ma mère était méthodiste, ou baptiste, ou catholique, ou prot-… Je ne peux vraiment pas soutenir Ça.’”

193 Il a dit : “Et vous n’y viendrez pas. Et vous ne goûterez pas de Mon souper! Mais va là-bas, et contrains les prostituées, les impudiques, les ivrognes et tous ceux que tu trouveras. Fais-les entrer, et Je les remettrai d’aplomb. J’ai préparé Mon souper, et ceux que J’avais—que J’avais conviés… J’ai dressé la table, et quelqu’un y sera.” Ils n’étaient pas venus. Il condamnait les Juifs de cette époque-là.

194 Qu’en est-il d’aujourd’hui? “Je—je—je fais partie des presbytériens. Je—je ne peux pas. Je suis méthodiste, luthérien. Je suis unitaire. Je suis binitaire. Je suis ceci. Je ne peux pas. Je ne peux pas.” Voilà. Alors, vous n’y serez pas! C’est exactement ce qu’Il a dit. Bien.

195 Très bien confirmé comme étant le Messie. Très bien confirmé comme étant la Parole, la Parole promise. Le Dieu qui avait promis la Parole, que c’est ce que le Messie allait être, voilà qu’Il est venu et qu’Il s’est tenu là, parfaitement. Il leur a dit : “Maintenant, en quoi ai-Je échoué? Si vous ne pouvez pas Me croire comme Homme, croyez aux œuvres que Je fais; car ce sont elles qui indiquent Qui Je suis. Ce sont elles qui indiquent que Je suis le Messie. Vous ne voulez pas Me croire, parce que vous pensez que—que Joseph, là-bas… Et que Je suis né là-bas dans cette petite cabane, et—et que Mon père nourricier, ici, c’est un—un charpentier, là-bas. Et—et vous…”

196 Quand Il est arrivé en Galilée, là-bas, ils, et qu’Il allait… Il disait : “Hé! Qui est cet Homme? Qui est Celui-ci? Eh bien, cet Homme, n’est-ce pas… Joses et les autres, là, ne sont-ils pas Ses frères? Ses sœurs ne sont-elles pas avec nous? Sa mère ne s’appelle-t-elle pas Marie, et Son père Joseph? Où, où est-ce que vous êtes allés chercher un Gars comme ça? De quelle école sort-Il? Il n’a pas de carte d’association. Il—Il n’a pas de références. D’où est-ce qu’un Gars comme ça… Mais enfin, où est-ce que vous êtes allés chercher ça?” Et la Bible dit que c’était pour lui—pour lui une occasion de chute. Il a dit…

197 “Il ne put faire beaucoup de miracles”, Il leur a tourné le dos et s’est éloigné d’eux. Il a dit : “Un prophète n’est pas sans honneur, si ce n’est parmi ses parents, voyez-vous, dans sa région,” observez, “ou dans sa patrie.”

198 Le voilà, très bien confirmé comme étant le Messie. Il ne s’attribuait aucun mérite personnel. Il disait : “Je ne peux rien faire, mais seulement ce que Je vois faire au Père.” Et Il les a mis au défi de se renseigner pour savoir si c’était bien le Messie.

199 Voyez cette petite femme de mauvaise vie; elle, elle l’a reconnu. Elle—elle n’était pas endoctrinée. La lampe n’était pas… Côté moralité, elle avait tort, évidemment. Personne n’aurait pu approuver ça. Les lois de Dieu condamnent ça. Côté moralité, elle avait tort. Mais elle…

200 Voyez-vous, Dieu ne vous juge pas sur…ce que vous êtes. Il jou-…Il juge, non pas votre grandeur ou votre petitesse. Il juge votre cœur, ce que vous désirez être.

201 Et toutes ces choses-là, elle n’en voulait pas. Alors, quand Ceci a brillé devant elle, c’est Ça qu’elle voulait. Peu importe ce qu’elle était, à ce moment-là, elle était prête à venir. Voyez? Dieu juge le cœur. L’homme juge sur l’apparence extérieure. Dieu regarde au cœur. Peu importe ce qu’elle était; cette Lumière a brillé, et avec ça, c’était réglé. Elle a saisi la—la—la—l’essence de la Vie Éternelle.

202 Oh! la la! quelle richesse pour moi, voyez-vous, de voir et de savoir que c’est la Vérité. Je—je m’en tiendrai à Ceci. Je vais… Le Dieu du Ciel se lèvera, et ma voix sera sur la bande magnétique du grand temps de Dieu, là-bas, et elle condamnera cette génération, au dernier jour. En effet, elle est—elle est sur bande magnétique, et puis là, elle sera sur la bande Éternelle. C’est vrai. Elle condamnera cette génération de prédicateurs qui ont une forme extérieure de piété, mais qui renient la Puissance de la Parole et Sa manifestation, alors que C’est très bien identifié, qu’Il est toujours Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui, et éternellement. Je les accuse, par la Parole de Dieu.

203 Je dois en venir à une autre promesse, en vitesse, parce qu’il ne nous reste plus qu’une quinzaine de minutes.

204 “La ils—là ils…” Quoi? Oh! la la! Le Calvaire! Et ils Le “crucifièrent”, troisièmement. Ils L’ont crucifié, en ne reconnaissant pas la Parole promise de Dieu, qui avait été manifestée. Pourquoi ont-ils crucifié cet Homme-là? Pouvez-vous vous imaginer un peu? Permettez-moi de revenir là-dessus, un instant. Quel motif ces gens-là pouvaient-ils bien avoir de crucifier un Homme comme celui-là? Comme Marie…

205 Comme ce livre que j’ai lu, une fois, qui s’intitulait Le Prince de la maison de David. Il a été écrit par Ingraham, le docteur Ingraham. Un livre formidable! C’est un récit dramatique, dans lequel on prétend qu’il y aurait une part de vérité; il s’agirait d’un manuscrit ancien provenant d’une femme qui se nommait Adina, dont… Elle était venue en Palestine, depuis—depuis l’Égypte, le Caire, je crois, pour poursuivre ses études. Elle se trouvait là-bas à l’époque de—de Christ, et elle aurait écrit des lettres à son père. Il serait bon que vous le ramassiez quelque part et que vous le lisiez. C’est—c’est vraiment bien, Le Prince de la maison de David. Le même homme qui a écrit La Colonne de Feu; et c’est d’après ça que Cecil DeMille a tourné Les Dix Commandements.

206 Donc, dans ce livre, nous voyons que cette Adina écrivait, et elle racontait là que, le jour de la crucifixion, Marie-Madeleine, de laquelle Il avait chassé sept démons, s’est précipitée au-devant de la foule, en disant : “Qu’est-ce qu’Il a fait? Qu’est-ce qu’Il a fait? Rien d’autre que de guérir les malades et de chercher à délivrer ceux qui étaient en prison! Qu’est-ce qu’Il a fait, si ce n’est du bien? Dites-le-moi, quelqu’un!”

207 Et un homme l’a giflée, elle s’est presque retrouvée à l’autre bout de la cour, et il a dit : “Allez-vous écouter cette idiote, plutôt que d’écouter vos sacrificateurs?”

208 Voilà. Voyez? Qu’est-ce qu’Il avait fait? Il n’avait rien fait. Pourquoi L’ont-ils crucifié? Pourquoi? Pourquoi? Parce qu’ils n’avaient pas reconnu Qui Il était.

209 C’est la même chose aujourd’hui. Les prédicateurs, et les gens de notre époque, et nos docteurs contemporains, ils ont tellement endoctriné les gens, pour qu’ils croient que Ceci, c’est de la “sorcellerie, ou que c’est du diable, ou de la télépathie mentale, ou un coup monté, ou un genre de tour”, à tel point que les gens ne reconnaissent pas que c’est la confirmation de la Parole de Dieu pour aujourd’hui. Ce sont les signes du dernier jour.

210 Les églises, si vous ne faites pas partie de leur organisation, elles disent : “Ah, ça, eh bien, c’est de la frime. Ça, c’est—c’est un coup monté. Eh bien, regarde, là, un tel et une telle.” Mais qu’ils le prouvent donc, une seule fois, que la Chose authentique est un coup monté. Ah oui. Qu’ils le prouvent donc, une seule fois, que C’est faux. Ils ne peuvent pas. Il est reconnu que Ça n’a jamais été faux, et Ça ne le sera jamais, parce que C’est Dieu. Voyez? Par contre, ils aiment bien montrer du doigt.

211 Ils pensent : “Oh, eh bien, si c’était un homme qui a une grande renommée!” Étant donné que c’est un petit groupe, une petite bande de gens qui sont un peu comme des bannis : “Eh bien, cette personne-là, nous l’avons expulsée de notre église.” Voyez? “Avant, ils—ils fréquentaient notre groupe, voyez-vous, mais ils sont allés se joindre à ceci, puis ils sont allés se joindre à cela, et voilà que maintenant, vous voyez, ils se sont retrouvés… Eh bien, regardez ce que c’est, qui c’est.”

212 Ça m’est égal. Ils auraient pu dire la même chose de Pierre, Jacques et Jean. “Un homme du peuple sans instruction”, c’est ce qu’ils disaient. Mais ils ont été forcés de reconnaître qu’il s’était passé quelque chose depuis ce temps-là. Ils avaient été avec Jésus. C’est ça qui faisait la différence. Voyez?

213 S’ils ont fait ça, c’est parce qu’ils n’ont pas reconnu Qui Il était. Ils n’ont pas reconnu que la confirmation de la Parole de Dieu, ce n’était pas là-bas qu’elle se trouvait, à cette époque-là… Bon, elle s’y était trouvée, à une autre époque, ça, c’était bien exact; elle s’y était trouvée, à une autre époque : il fallait observer les lois, et tout. Mais ces mêmes lois qui avaient été, qu’ils observaient, elles les dirigeaient vers le temps où Il allait venir et être l’Homme même qu’Il devait être. Ils avaient cette partie-ci, mais ils n’ont pas accepté l’autre partie.

214 Et ce qu’ils font maintenant, c’est la même chose. Ils ont une église, et ils “croient en Jésus-Christ”, ils disent qu’ils croient en Lui, et tout, mais ils nient l’heure où nous vivons! Ce qui ramène le vieux proverbe, de nouveau : L’homme loue toujours Dieu de ce qu’Il a déjà fait, il est dans l’expectative de ce qu’Il pourrait faire, ou de ce qu’Il fera, et il ne tient aucun compte de ce qu’Il est en train de faire — et il est condamné à cause de ça. Voyez? Ils se disent : “Dieu est merveilleux. Comme Il est grand! Ce qu’Il va faire : Il va venir, et il va y avoir un Enlèvement, un jour, on va rentrer à la Maison”, et ils nient les signes et les prodiges qui se produisent ici même, en plein au moment où l’Écriture avait annoncé qu’Il le ferait. Ils passent complètement à côté de la Chose!

215 “Si un aveugle conduit un aveugle,” a dit Jésus, “ils tomberont l’un et l’autre dans une fosse.” Prions simplement Dieu qu’Il ouvre nos yeux, en ces derniers jours. Bien.

216 Maintenant c’est la même chose, ils font la même chose aujourd’hui. Ils renient et ils crucifient le même Dieu aujourd’hui, en ne Le reconnaissant pas. La même chose, en Le reniant. Et en faisant — du fait qu’ils Le renient — ces choses qu’ils font aujourd’hui, ils ne crucifient pas Christ de nouveau, pas exactement, mais ils blasphèment le Saint-Esprit. Et en faisant ça, ils… En quoi est-ce qu’ils blasphèment le Saint-Esprit? En quoi?

217 En quoi est-ce qu’ils L’avaient blasphémé, à cette époque-là? Eh bien, ils ne pouvaient pas Le blasphémer, à l’époque; Il n’était pas encore venu. Ils ont appelé Jésus “Béelzébul”, ils L’ont appelé “Béelzébul”, parce qu’Il connaissait les secrets de leur cœur, et tout. Ils disaient : “C’est un démon.” Autrement dit : “C’est un diseur de bonne aventure. C’est comme ça qu’Il s’y prend, c’est de la divination. Ce n’est rien d’autre qu’un démon.” Voyez-vous, ça faisait quatre cents ans qu’ils n’avaient pas eu de prophète, alors ils avaient perdu l’habitude de ces choses. Voyez? Tout ce qu’ils avaient, c’était leurs lois. Ils disaient : “C’est Béelzébul.”

218 Et Jésus a dit : “Je vous le pardonne, mais quand le Saint-Esprit sera venu,” voyez-vous, maintenant, “si vous parlez contre Lui, ça ne vous sera jamais pardonné.”

219 Souvenez-vous, ça ne le sera, et ne le pourra, en aucun cas, il n’y a aucune miséricorde, quand vous blasphémez, et que vous appelez l’Esprit de Dieu, la Parole de Dieu qui a été confirmée par l’Esprit… Voyez-vous, la Parole dit qu’il en est ainsi, l’Esprit Le confirme, et vous, vous dites que C’est “quelque chose d’impur” : vous avez franchi la ligne qui sépare la miséricorde et le jugement, ça ne vous sera jamais pardonné.

220 C’est pour cette raison que j’accuse cette génération, d’être coupable de crucifier, de blasphémer le Fils de Dieu manifesté, tel qu’il avait été promis — par tous les prophètes et par Christ Lui-même — qu’Il serait, dans les derniers jours; comme aux jours de Noé, aux jours de Sodome. Un blasphème! En effet, ils crucifient aux yeux des gens le Fils de Dieu, de nouveau, Sa Parole confirmée. Une seule Parole contre Cela ne pourra jamais être pardonnée.

221 Maintenant, qu’est-ce que vous allez faire, alors? Quelle position allez-vous prendre? Ils sont condamnés, ils attendent simplement l’heure où la colère de Dieu se répandra. Ils seront écrasés.

222 Ils aiment la doctrine des dénominations faites de main d’homme et les dogmes plus que la Parole de Dieu confirmée; cette génération de gens. Oh! je—je voudrais bien avoir beaucoup de temps pour apporter ceci. Voyez? Cette génération de gens, cette génération rejette la révélation de Dieu. Mais nous suivons les traces des apôtres. C’est vrai.

“‘Dieu’, vous dites? Eh bien, les autres aussi, ils disent ça.” Dieu Le confirme.

223 Jésus a dit : “Si—si—si les œuvres ne rendent pas témoignage de Moi, alors, allez-y donc, dites que Je le dis par Moi-même. Mais si les œuvres rendent témoignage, vous feriez mieux de croire aux œuvres, voyez-vous, parce que l’heure est venue.” Il a dit : “Vous savez que demain le soleil va briller, ou qu’il y aura de l’orage; parce que le ciel est d’un rouge sombre, que demain il fera beau.” Il a dit : “Vous savez discerner l’aspect du ciel; mais des signes du temps, vous ignorez tout. Si vous aviez connu Dieu, vous auriez connu Mon jour.”

224 Et ils ont dit : “Tu fais beaucoup de choses de Ton propre chef; Tu Te fais Dieu.” Et ils L’ont attaché sur la croix.

225 Et le Saint-Esprit, aujourd’hui, ce n’est pas une troisième Personne. C’est Dieu Lui-même, manifesté dans la chair humaine, par le Sang de Jésus-Christ, qui sanctifie une vie afin qu’Il puisse Se refléter en elle. Et ils crucifient cette même Parole manifestée. Vous comprenez? [L’assemblée dit : “Amen.” — N.D.É.] La crucifixion de Christ, aujourd’hui, c’est que les gens renient le Fils de Dieu, confirmé et manifesté au milieu des gens par les—les choses qui témoignent de Lui, et dont Il avait dit qu’elles se produiraient aujourd’hui, par Sa Parole. Voyez?

226 Donc, la même confirmation, forcément que ce serait la même, s’Il est le même Fils de Dieu, puisqu’Il a dit dans Jean 14.12, là, que “vous ferez, vous aussi, les œuvres que Je fais”. Hébreux 13.8 : “Il est le même hier, aujourd’hui, et éternellement.” “Si vous demeurez en Moi,” Jean 15, “si vous demeurez en Moi, et que Mes Paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé.” Oui monsieur!

227 Souvenez-vous, ceux qui ont fait ça, c’étaient des gens très religieux. Ce n’étaient pas des étrangers. C’étaient les gens religieux de l’époque. Et ce sont eux qui le font aujourd’hui : les gens religieux; la même crucifixion, la même chose aujourd’hui. Rapidement…

228 “Là, ils Le crucifièrent”, en ce temps-là, en ce temps-là. Bien sûr. En ce temps-là, ils rejetaient la Parole de Dieu manifestée, ils acceptaient leurs credos au lieu de la Parole.

229 Est-ce que c’est ça qu’ils font aujourd’hui? C’est exactement ça, ils font la même chose aujourd’hui. Il était la Parole; et ils ont rejeté la Parole. Ce point-là, c’en est un que je ne veux pas que vous manquiez, voyez-vous, je ne veux pas que vous le manquiez. Il était la Parole, et quand ils L’ont rejeté, Lui, ils ont rejeté la Parole. Et une fois qu’ils L’ont eu rejeté, alors ils ont fini par Le crucifier. Et c’est ce qu’ils ont fait aujourd’hui : ils ont rejeté la Parole de Dieu, et accepté leurs credos; et ils ont crucifié, publiquement, devant leur assemblée, l’action du Saint-Esprit. Alors ils sont coupables, et je les accuse au Nom de Jésus-Christ.

230 Pendant quinze ans, je L’ai vu agir, partout dans le pays, et ils continuent quand même à s’accrocher à leurs credos. Ils sont coupables! Ils ont pris la Parole, qui aurait réuni l’église, réuni toutes les églises, et qui aurait suscité une grande union fraternelle entre les pentecôtistes et tous les autres; au lieu de ça, ils L’ont rejetée, ils L’ont refusée, S’en sont moqués, et ont traité Cela de tous les noms, là.

231 Et maintenant, par une fédération d’églises, qui met à exécution le plan du diable, ils cherchent à entrer, et ils disent : “Maintenant nous viendrons acheter de l’Huile.” Ils sont rejetés. Et ils ont… Ils sont coupables d’avoir crucifié Jésus-Christ. Vous recevrez ça aux conditions posées par Dieu, ou sinon, à vos conditions à vous, ça ne marchera pas. Voyez?

232 Ils ont rejeté la Parole de Dieu manifestée, en optant pour leurs credos, et ils font la même chose aujourd’hui. “Il était la Parole”, Jean, Jean 1. Hébreux 13.8 dit “qu’Il est le même hier, aujourd’hui, et éternellement”. Maintenant ils Le crucifient de nouveau.

233 Saviez-vous que la Bible dit qu’on peut faire ça? Combien aimeraient lire un petit peu? Voulez-vous me donner encore quinze minutes là-dessus? [L’assemblée dit : “Amen.” — N.D.É.] Très bien. Prenons donc un instant pour aller lire ça, “crucifié de nouveau”. Prenons dans Hébreux, chapitre 6, et lisons un petit peu. Hébreux 6, pour voir si nous “crucifions de nouveau le Fils de Dieu”, voir si c’est chose faisable.

Vous dites : “On ne peut pas Le crucifier une deuxième fois.”

234 Nous allons voir si on le peut, oui ou non. La Parole de Dieu est vraie. N’est-ce pas? [L’assemblée dit : “Amen.” — N.D.É.] C’est Hébreux 6.1

C’est pourquoi, laissant les éléments de la parole de Christ, tendons à ce qui est parfait, sans poser un fondement, du renoncement, des œuvres mortes, de la foi en Dieu,

De la doctrine du baptême, de l’imposition des mains, de la résurrection des morts, et du jugement éternel.

C’est ce que nous ferons, si Dieu le permet.

235 Voyez-vous, Paul veut reconnaître que ces choses-là sont absolument essentielles : les baptêmes, l’imposition des mains, la résurrection, la seconde Venue. Toutes ces choses sont Éternelles. Elles sont la Vérité absolue.

236 Maintenant remarquez : “Car il est impossible.” Lisez-le avec moi, ce verset-là. Je veux que vous le lisiez avec moi, maintenant, le verset 4. [Frère Branham et l’assemblée lisent le verset suivant tous ensemble. — N.D.É.]

Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit,

Qui ont goûté la bonne parole de Dieu et la puissance du siècle à venir,

— et qui sont tombés, — soient encore renouvelés et amenés à la repentance, car ils crucifient de nouveau, pour leur part, le Fils de Dieu et le déshonorent publiquement.

237 Ça, est-ce que c’est ma parole, ou bien la Sienne? “L’homme qui arrive à une connaissance.” Souvenez-vous, ils ne L’ont jamais reçue. C’étaient des croyants frontaliers. “Après avoir reçu la connaissance de la Parole de Dieu”, vous La recevez au niveau de la connaissance, pour L’avoir lue et pour L’avoir vue, “et ensuite vous La rejetez, alors vous, il est impossible que vous soyez un jour sauvés.” Est-ce que vous l’avez lu, là? Voyez-vous : “Avoir reçu une connaissance de la Vérité”, vous le comprenez, c’est tout. Vous ne L’avez jamais reçue.

238 C’est comme ces croyants, qui étaient allés là-bas. C’est le type même du voyage. Ceci, ce troisième, ce troisième exode, celui-là est simplement un type des deux autres. Regardez, regardez, à cette époque-là. Je vais vous montrer quelque chose, là, pendant une minute. Pardonnez-moi cette expression. Regardez.

239 Israël avait choisi douze hommes, un de chaque tribu, un chef dénominationnel, et on les avait amenés là-bas, à la frontière, tout près du pays promis, et on leur avait montré les biens à venir, ce qu’ils possédaient. Et ils sont revenus, en se plaignant que “nous ne sommes pas capables d’y arriver”.

240 Mais il y en avait deux, parmi les douze, Josué et Caleb, qui ont dit qu’ils regardaient à la Parole. “Dieu a dit qu’il nous appartient, et nous sommes plus que capables de nous en emparer.” Pas vrai? [L’assemblée dit : “Amen.” — N.D.É.]

241 Qu’est-ce que c’était? Des croyants frontaliers. Voyez? En fait, ils étaient nés dans cette église. C’étaient des chef du peuple. C’étaient des évêques, pour ainsi dire, qui se sont avancés jusqu’au lieu même où la Parole de Dieu avait été démontrée comme étant la Vérité. “Voilà le pays!” Ils n’y avaient jamais été auparavant. Ils ne savaient pas qu’il était là. Mais ils y sont allés pour voir qu’il était bien là. “Il était bien là!” Et Caleb et Josué y sont allés, ils en ont rapporté une— une—une grappe de raisin, et ils le leur ont fait goûter. Ils ont goûté le bon pays, ensuite ils s’en sont retournés, et ils ont dit : “Nous ne pouvons pas y arriver. Voyez? Nous ne pouvons vraiment pas y arriver.”

242 Voici le même groupe de gens, du temps de Jésus-Christ. “Rabbi, nous savons que Tu es un docteur venu de Dieu.” Voyez? Frontaliers! “Nous savons que Tu es un docteur venu de Dieu. Personne ne peut faire ces choses que Tu fais. Nous reconnaissons qu’il faut que Dieu soit avec Toi.” Pourquoi ne l’ont-ils pas accepté? Pourquoi ne l’ont-ils pas reçu? Frontaliers! Frontaliers!

243 Les voici maintenant, en ce troisième exode : le même signe, la même manifestation, le même Christ, le même Saint-Esprit, les mêmes œuvres, le même Dieu, le même Message, et ils ne peuvent pas L’accepter. Ils seraient obligés de céder leur carte d’association. Qu’en est-il? “Ils ont reçu une connaissance de la Vérité.” Ils ont regardé et ils ont vu que c’était tout à fait la Vérité. Ils ne peuvent pas Le nier. Les magazines sont obligés d’en témoigner, qu’ils ont vu Ça. Les photos, les journaux, la preuve, la résurrection de morts, les attestations de médecins sur des cas de maladie, ils sont obligés de dire que c’est Lui. Et les prédictions, pas une seule d’entre elles n’a jamais manqué de se réaliser, tout au long des années, elles sont toutes arrivées pile, exactement, ils ne peuvent pas dire que ce n’est pas Dieu. Mais ils ne peuvent pas L’accepter.

244 Cette bande de prédicateurs à Chicago, il y en avait trois cents et quelques, ils devaient venir se faire baptiser au Nom de Jésus-Christ. Où sont-ils? Le prix est trop élevé. Ils ne peuvent pas. Qu’en est-il? La Bible dit que, quand ils font ça, qu’est-ce qu’ils font? Ils franchissent eux-même la ligne de séparation entre la miséricorde et le jugement. “Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés”, qui ont été amenés à regarder Cela, “qui ont reçu une connaissance de la Vérité, qui ont goûté la bonne Parole de Dieu, et qui s’En sont détournés, si bien que là il faudrait qu’ils se renouvellent, qu’ils disent : ‘Bon, eh bien, je le ferai, oui…’”

245 Vous, les presbytériens, vous, les méthodistes, les baptistes et les luthériens; ces salades des Hommes d’Affaires du Plein Évangile, qui racontaient qu’ils “allaient venir”, ils ont rejeté le Message. Votre église le fera. Il y aura des individus qui y seront, bien sûr. Mais pas l’église; vous devez sortir de l’église pour Le recevoir. Voyez? C’est vrai. Des individus, ça, d’accord.

246 Mais quand vous pensez que l’église presbytérienne va recevoir le Saint-Esprit, et qu’ils vont tous laisser tomber leurs documents, et, n’allez jamais penser ça. Vous pensez que vous, les méthodistes, vous allez faire ça? Vous ne le ferez jamais. Pensez-vous que vous, les trinitaires, vous allez finir par accepter le Nom de Jésus-Christ, et que chacun de vous va se faire baptiser au… Vous ne le ferez jamais. Vous ne le ferez jamais. Mais des individus sortiront de là, et eux le feront, c’est vrai, et c’est ça le signe de Sa Venue. Mais, quant aux églises qui ont vu la Vérité, et qui L’ont rejetée quand elles ont tenu conseil, “c’est impossible”.

247 Alors, elles sont coupables de la crucifixion de Jésus-Christ. Et je les accuse, par la Parole de Dieu, parce que Dieu… “Comment pouvez-vous les accuser, Frère Branham?” Je les accuse, parce que Dieu S’est clairement identifié dans Sa Parole, dans les derniers jours, et qu’Il S’est fait connaître, démontrant qu’Il est encore le même, hier, aujourd’hui, et éternellement, et ils ont froidement refusé Cela. Vous êtes coupables de la crucifixion de Jésus-Christ, pour avoir blasphémé le Saint-Esprit. C’est vrai.

248 Nous vous renvoyons à Hébreux 10, de nouveau, où il nous est dit dans les Écritures, là encore, que non seulement c’est “impossible”, mais que vous ne pourrez jamais. Ça vous sépare de Dieu, Éternellement. Vous ne pourrez jamais plus entrer dans la Présence de Dieu, une fois que vous avez rejeté le Saint-Esprit et que vous vous êtes moqués de Lui.

249 Donc, voyez-vous, “ont goûté la Parole”. Voyez-vous, des croyants frontaliers!

“Oh, vous dites que ces gars-là n’étaient pas des croyants?”

250 C’étaient des croyants, du moins ils faisaient profession d’être croyants, mais quand il s’est agi de la Parole… Ils étaient Israël. Ils étaient sortis, sous le sang. Ils étaient sortis sous l’action des signes de Moïse. Ils avaient vu ces signes s’opérer.

Dieu avait dit : “Je vais vous emmener là-bas.”

251 Mais quand il s’est agi du principe même, de la Parole promise qui devait se réaliser, qu’est-ce qu’ils ont dit? “Oh, nous ne pouvons pas y arriver.” Voyez?

252 Et là ils étaient revenus, avec des raisins et tout, pour prouver que le pays était bien tel qu’il devait être. La Parole de Dieu est vraie. Dieu avait dit : “Je vous le donne.”

253 Mais les circonstances : “Oh,” ils disaient, “nous sommes comme des sauterelles à côté d’eux. Nous ne pouvons pas y arriver, il n’y a absolument pas moyen.”

254 Il y a quelques années, à l’époque de cette vieille bicoque qu’était le Tabernacle, ici, quelqu’un était entré, puis il est venu me parler dehors, il m’a dit : “Billy, à prêcher des Messages comme celui-là, un de ces jours tu vas prêcher à quatre poteaux.”

255 J’ai dit : “Je prêcherai à quatre poteaux, parce que de ces poteaux Dieu peut susciter des enfants à Abraham.” Oui monsieur. C’est la Vérité. J’ai dit : “Si vous avez des arguments qui peuvent démontrer la fausseté de Cela, allez-y.” Ils aiment vous narguer, mais quand il s’agit de démontrer la chose, là, c’est différent. Oui, c’est ça qui fait la différence. Bien.

256 Oui, par leurs credos, ils Le crucifient de nouveau. Maintenant, Hébreux, chapitre 6, et nous continuons. Nous pourrions continuer à lire, et continuer à lire, parcourir ce qui se trouve ici. Nous avons beaucoup de temps. J’ai noté une Écriture, ici, le passage où vous trouverez ça, Hébreux, chapitre 6. Tout simplement, notez-le au complet, je pense. “Impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont eu part au Saint-Esprit…” Nous n’avons pas le temps d’aller plus loin là-dessus, parce qu’il y a un autre passage de l’Écriture que je voudrais vous faire lire, dans un instant. Remarquez ceci : “Ils crucifient de nouveau, pour leur part, le Fils de Dieu.” Qu’est-ce qu’ils ont fait? Quoi? C’est qu’ils y ont goûté, qu’ils savaient que C’était la Vérité, et ensuite ils ont fait demi-tour et L’ont niée. Qu’est-ce que cela a eu pour conséquence? “Il est impossible…”

257 Alors, voilà ce que cette nation a fait. Voilà ce que ce peuple a fait. Voilà ce que ces églises ont fait. Elles ont rejeté Cela, et elles ont crucifié le Message. Elles ont crucifié la Vérité aux yeux des gens. Qu’est-ce qu’ils ont fait à Jésus? Ils L’ont déshonoré, ils L’ont dépouillé de Ses vêtements, ils L’ont pendu à la croix, ils L’ont cloué là-haut, le Prince de la Vie. Ils ont fait la même chose aujourd’hui, par leurs credos! Ils ont fait la même chose. Ils L’ont dépouillé de ces choses, ils ont dépouillé l’Évangile de Sa—Sa bonté et de Son vêtement, en essayant de dire que Ça s’applique ailleurs, et ils L’ont pendu à la croix. Oh! la la! Pourquoi?

258 “Là ils—là ils Le crucifièrent”, maintenant, la dernière citation, “Lui”, Lui, cette Personne la plus précieuse. Pourquoi est-ce qu’ils ont fait ça? Ils ne L’ont pas reconnu. Pourquoi est-ce qu’ils le font aujourd’hui? Ils ne reconnaissent pas que ceci est la Vérité. Ils sont—ils sont muets et aveugles devant Elle. Ils ne La reconnaissent pas. En voilà la raison. Leurs credos et leurs traditions les ont éloignés de la Parole de Dieu.

259 Maintenant je m’adresse à vous, qui êtes ici, pour conclure, écoutez ceci avec beaucoup d’attention. Voyez? Je sais qu’il fait chaud. Moi aussi, j’ai chaud.

260 Mais, oh, frère, cette Parole, c’est la Vie, pourvu que vous vous en teniez à Elle. Regardez, Ce n’est pas quelque chose que nous avançons, qui pourrait arriver ici et plus tard; C’est quelque chose qui est déjà ici avec nous, et qui est en train d’arriver maintenant même. Non pas quelque chose qui sera; quelque chose qui est déjà. Nous ne rendons pas témoignage “que nous savons ce qu’Il a fait; que nous savons ce qu’Il va faire”, mais maintenant, nous disons ce qu’Il est en train de faire. Voyez? C’est maintenant notre heure à nous.

261 Il se pourrait que nous ne vivions pas assez longtemps pour voir l’Enlèvement. Il se pourrait que je meure aujourd’hui; il se pourrait que vous mouriez aujourd’hui. Je ne sais pas. Mais l’Enlèvement va avoir lieu; ça, c’est—c’est, quand ça aura lieu, nous y serons, ne vous en faites pas. Oui, et tous les autres aussi, qui, tout au long des âges, y ont cru et l’ont attendu. Ils ont marché dans la Lumière de leur jour.

262 Et voici la Lumière : Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui, et éternellement. Abandonnez vos credos et croyez cette Parole. C’est Ceci qui est la Vérité. La Parole est la Vérité. Jésus a dit : “Mes Paroles sont Esprit, Ma Parole est Vie.” Comment pouvez-vous recevoir la Vie, alors que vous rejetez la Vie? Comment pouvez-vous accepter un dogme, qui est la mort, tout en acceptant une Parole de Vie? Vous mettez la Parole de Vie à la porte, pour recevoir la mort, comment pouvez-vous accepter les deux à la fois? Vous ne pouvez pas. “Que toute parole d’homme soit reconnue pour mensonge, tout dogme pour mensonge.” La Parole de Dieu est la Vérité.

263 Je mets au défi n’importe quel homme de me montrer, n’importe qui, — et je sais que cette bande va partout dans le monde, — n’importe quel homme, n’importe quel évêque, de venir dans mon bureau, ou devant cette assemblée, et d’indiquer un seul endroit où qui que ce soit ait jamais été baptisé au Nom du “Père, Fils, Saint-Esprit”, dans le Nouveau Testament. Moi, je vous y montrerai que toutes les personnes qui ont été baptisées… Et celles qui avaient été baptisées autrement ont été obligées de venir se faire rebaptiser, pour recevoir le Saint-Esprit.

264 Qu’est-ce que vous allez faire à l’égard de ces choses? Rester là-bas, dans vos credos? Rester là-bas, dans vos dogmes, et mourir? Vous êtes coupables! Par la main des impies, vous avez crucifié le Prince de la Vie, la Parole de Vie, aux yeux des gens.

265 Or, qu’est-ce qu’ils ont fait? Ils ne savaient pas. Aujourd’hui les hommes marchent dans l’ignorance. Ils ne savent pas que c’est la Vérité. Ils pensent que c’est un isme quelconque. Ils ne creusent pas assez profondément pour entrer dans l’Esprit de révélation. Ils ne prient pas assez. Ils n’invoquent pas Dieu assez.

266 Ils prennent Cela à la légère : “Oh, eh bien, je crois qu’il y a un Dieu. Bien sûr!” Le diable croit la même chose. Le diable le croit plus que certaines personnes prétendent le croire. Le diable le croit, et il tremble. Les gens ne font que le croire, et ils poursuivent leur chemin. Mais le diable tremble, de savoir que son Jugement vient, alors que les gens le croient, et ils ne prêtent aucune attention au fait que le Jugement vient.

267 Coupables de Le crucifier! Bien sûr! J’accuse cette génération, je les déclare coupables, par la Parole même qui les avait déclarés coupables au commencement. C’est vrai. Jésus a dit : “Qui peut Me déclarer coupable?” Il était la Parole faite chair. Et aujourd’hui, la même Parole est faite chair.

268 Pierre a dit, quand il a porté son accusation, dans Actes. Lisons-le donc. Pierre, quand il a vu ce qui se passait, ce qu’ils avaient fait, l’Esprit… Regardez, Pierre défendait Christ, par rapport à ce que, eux, ils avaient fait. Moi, je défends ce que sont les Évangiles. Je… Pierre les a accusés d’avoir tué l’Homme, Christ, qui était la Parole. Moi j’accuse cette génération d’essayer de tuer la Parole, qui est manifestée dans des hommes. Observez ce que Pierre a dit. Sa juste indignation avait dû être excitée à un très haut degré. Écoutez-le ici, dans Actes, chapitre 2, et à partir du verset 22.

Israélites, écoutez ces paroles! Jésus de Nazareth, approuvé, cet homme prouvé de Dieu devant vous par les miracles,…les signes que Dieu a faits par lui au milieu, comme…de vous, comme vous le savez vous-mêmes;

269 Fiou! Imaginez ce qu’ils ont dû ressentir! Écoutez ça.

Israélites, le prince, vous les hommes d’église, vous les hommes saints, vous les sacrificateurs, vous les hommes censés être des hommes de Dieu, écoutez ces paroles! Jésus de Nazareth a été approuvé de Dieu devant vous…

270 Maintenant je vous dis à vous, membres du clergé, et à vous tous. Jésus de Nazareth, le Saint-Esprit, Il est ici dans la Personne du Saint-Esprit, la Vie même qui était en Lui. Il est ici, en train d’œuvrer à travers des gens, et de Se faire connaître par les signes et les prodiges qu’Il accomplit. Et les preuves sont ici, accrochées aux murs, identifiées par la science. Et des gens sont assis ici : ils étaient morts, et aujourd’hui ils sont en vie; ils étaient rongés par le cancer, et aujourd’hui ils sont en bonne santé; ils étaient aveugles, et aujourd’hui ils voient; ils étaient infirmes, et aujourd’hui ils marchent. Il est Jésus de Nazareth.

Cet homme, livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu, prédestiné à Sa tâche, vous l’avez…fait mourir par la main des impies.

271 Ça, est-ce que—est-ce que c’est une accusation? [L’assemblée dit : “Amen.” — N.D.É.] Il accuse quoi? Ce conseil du sanhédrin.

272 Et moi, ce matin, j’accuse la fédération des églises. J’accuse les pentecôtistes. J’accuse les presbytériens, les baptistes et toutes les dénominations du monde. Poussés par l’appât d’un gain sordide et intéressé, vous avez crucifié la Parole de Vie devant les gens, vous L’avez blasphémée, et vous L’avez appelée “fanatisme”, alors que Dieu a suscité Cela au milieu de nous, pour prouver qu’Il est le même hier, aujourd’hui, et éternellement. J’accuse cette génération!

273 Dieu a prouvé qu’Il est vivant. Dieu a prouvé que Ceci, c’est Sa Parole. Qu’est-ce que vous avez d’autre qu’un tas de dogmes et de credos! Où est-ce que vous pouvez produire le Dieu vivant? En effet, vous avez rejeté la Parole de Vie, qui vous aurait donné ces choses. Oui monsieur! Oh, quelle heure que celle où nous vivons maintenant. Fiou! Même chose! Oh, je déclare…

Pierre a dit…vous l’avez crucifié et vous l’avez fait mourir par la main des impies.

Dieu l’a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort, parce qu’il n’était pas possible qu’il fût retenu par elle.

274 Et par vos credos, par vos organisations et vos dénominations, par votre forme extérieure de piété, — on continue à parler, — par vos formes extérieures de piété, vous avez renié la puissance de Sa résurrection.

275 Mais l’heure est venue, les derniers jours sont arrivés, le temps où Dieu a promis, selon Malachie 4, qu’Il susciterait, dans les derniers jours, “et qu’Il ramènerait le cœur des gens aux bénédictions originelles et à la Foi pentecôtiste des pères”. Vous ne pouvez pas le nier, et vous ne pouvez pas vous y opposer.

276 Et maintenant, je vous condamne, vous êtes coupables, et je vous adresse une sommation, je vous accuse devant Dieu, d’avoir, par la main sordide et intéressée des dénominations, crucifié la Parole de Dieu devant les gens. Et je vous déclare coupables, et prêts pour le Jugement. Amen. Oui monsieur!

277 J’adresse le même appel que Pierre. Il a adressé à cette génération-là un appel à la repentance. J’adresse à cette génération-ci un appel à la repentance, à la repentance envers Dieu, et à un retour à la Vérité originelle de la Parole. Revenez à la Foi de nos pères. Revenez au Saint-Esprit, parce que Dieu ne peut faire aucun changement à Cela.

278 Quand Dieu dit : “Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru”, Il est obligé de s’en tenir à ça, pour toute l’Éternité. C’est Sa Parole.

279 Quand vous dites : “Serrez la main, ou prenez la communion”, ou quelque chose comme ça, quelque chose en rapport avec ce credo-là, quelque chose dans cet ordre d’idées là, que n’importe quel homme, n’importe quel ivrogne, n’importe quel incrédule peut faire. N’importe quel imitateur, n’importe quelle prostituée—prostituée peut faire ça. Prendre la communion, adopter des formes et des choses comme ça, vous pourriez faire ça.

280 Mais Jésus a dit que l’identification, ce serait ceci: “Voici les signes qui accompagneront”, non pas peut-être qu’ils les accompagneront, “ils accompagneront, de génération en génération, ceux qui auront cru! En Mon Nom, ils chasseront les démons; ils parleront d’autres langues, parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; ils boiront quelque breuvage mortel, et cela ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris.” “Guérissez les malades, ressuscitez les morts, chassez les démons; comme vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.”

281 Toutes ces combines lucratives, et tout, et de s’embarquer dans toutes sortes de choses aujourd’hui, ce n’est pas étonnant qu’ils soient tellement engloutis dans le jugement. Oui monsieur! Oh! la la!

282 Maintenant, voyons un peu. Oui monsieur. L’appel à la repentance, et l’accusation que je porte maintenant.

283 En ce nouveau Calvaire, il s’agit de—de l’église, les lieux prétendus les plus saints, les chaires imposantes, l’autel du catholicisme, l’autel catholique, ce qu’ils appellent leur chaire. Celle des méthodistes, des baptistes, des presbytériens, des luthériens, des pentecôtistes, les lieux les plus saints, c’est là qu’on Le perce le plus violemment. Un nouveau Calvaire! Où est-ce que ça se trouve? Dans les lieux saints, l’église.

284 Où est-ce qu’on Le crucifie? Ce sont les pasteurs qui le font. Hypocrites que vous êtes, vous savez ce qu’il en est! Je ne suis pas en colère, mais il y a quelque chose à l’intérieur de moi qui s’agite. Dieu a été parfaitement bien identifié parmi vous.

285 Les coups de lance dans Son côté, où est-ce qu’Il les a reçus? Où est-ce qu’on L’a percé? Sur le Calvaire. Où est-ce qu’on Le perce aujourd’hui? Du haut de la chaire. D’où est-ce qu’ils provenaient? De Jérusalem. D’où est-ce qu’ils proviennent? De la dénomination. Ceux qui prétendaient L’aimer, c’est eux qui ont fait ça. C’est eux qui le font aujourd’hui. Son deuxième Calvaire, alors qu’on Le perce de coups portés contre la Parole, voilà ce qui Le perce. Qui est-Il? Il est la Parole. Il est la Parole. Où est-ce qu’on Le perce le plus violemment? Du haut de la chaire, dans les lieux saints, tout comme en ce temps-là.

286 J’ai le droit d’accuser cette génération. J’ai le droit de le faire, comme ministre de l’Évangile de Jésus-Christ, accompagné de Ses signes, et présentant la preuve qu’Il est Dieu. J’ai le droit de porter une accusation contre cette génération. En effet, les coups de lance les plus violents qu’Il a reçus, Il les a reçus de la chaire, où ils ont critiqué la chose et dit : “N’allez pas écouter ce genre de chose. C’est du diable.” En plein dans le lieu où on est censé L’aimer!

287 Et les signes mêmes que Jésus avait annoncés : “La Parole de Dieu est plus tranchante qu’une épée à double tranchant; la Parole discerne les pensées, les intentions du cœur.” Et on appelle Ça du diable; où ça? Du haut des chaires, des lieux saints.

288 Oh, Dieu, comment peut-Il abaisser le regard? Ce n’est que—que Sa miséricorde, c’est tout, Sa grâce. Nous ne pouvons pas faire autrement que d’aller vers le Jugement. Nous en sommes déjà là. Oui.

289 Pensez-y. Là où Il a été percé le plus violemment, c’est du haut de la chaire. C’est là que se déroule Son nouveau Calvaire. Ils Le crucifient, Lui, la Parole, du haut de la chaire. C’est vrai. Comment, comment sont-ils arrivés à faire ça? Par leurs formes extérieures de piété. C’est exactement ça!

290 Couronné depuis l’auditoire, par les moqueurs! Il a une nouvelle couronne d’épines. Les moqueurs! Percé du haut de la chaire; couronné par les moqueurs. Est-ce qu’on Le crucifie encore une fois, de nouveau? Meurtri par des credos faits de main d’homme, des docteurs de la dénomination, qui s’opposent à Sa Parole. Ils La meurtrissent, La déshonorent, ils La condamnent.

291 Jésus a dit : “C’est en vain qu’ils Me rendent un culte.” En vain, “ça ne sert à rien”. À Qui est-ce qu’ils rendent un culte? Ils rendent un culte à ce même Dieu. Ils rendaient un culte à ce même Dieu, lors de Sa première crucifixion, et c’était un culte vain. C’est la même chose aujourd’hui. C’est en vain qu’ils construisent ces dénominations. C’est en vain qu’ils construisent ces séminaires. C’est en vain qu’ils ont ces credos, en enseignant des doctrines qui sont des commandements d’hommes, et en niant la Parole de Dieu. Ils sont coupables de crucifier le Prince de la Vie, en enseignant des doctrines d’hommes au lieu de Sa Parole. “C’est en vain qu’ils Me rendent un culte”, meurtri, percé, couronné.

292 Quand on les voit, qui circulent dans la rue, et quelques-unes d’entre vous, les dames qui ont une longue chevelure; ils disent : “Elle est vieux jeu, hein?” Souvenez-vous, ce sont des moqueurs. C’est ça la couronne que vous portez. Dieu a dit que c’était votre gloire; portez-la fièrement. Alléluia! Portez-la fièrement, comme vous porteriez une couronne d’épines pour votre Seigneur. Portez-la fièrement. N’ayez pas honte. C’est ce que Lui, Il a dit; qu’importe ce que disent ces Jézabel d’aujourd’hui. Ce que ces imposteurs qui se tiennent en chaire, ceux qui crucifient Christ, qu’importe ce qu’ils disent, portez-la fièrement. C’est ce que Dieu a dit. Gardez-la.

293 Couronné, par des moqueurs de nouveau, des épines. Percé du haut de la chaire, avec des credos.

294 Il a eu un nouveau Golgotha, là où ils L’emmènent : ces chorales en longues robes, des femmes qui portent des shorts, qui ont les cheveux coupés, le visage fardé, et qui chantent dans la chorale, comme des Anges, elles ont des talents. C’est Son nouveau Golgotha, tout simplement des strip-teaseuses contemporaines, protégées par une loi, comme à Sodome et Gomorrhe.

295 On voit une petite chienne se promener dans la rue. À certaines périodes, il n’y a pas un seul chien qui va s’approcher d’elle. Qu’une certaine chose arrive, et ils vont tous courir après elle. C’est qu’il lui est arrivé quelque chose. Vous savez pourquoi. Que…

296 Pourquoi donc est-ce que ces femmes se déshabillent, et se promènent comme ça dans la rue? Ne me dites pas que ce n’est pas pareil. C’est une identification. Ne condamnez pas les hommes. Mais elles sont protégées par une loi sodomite. Cette loi devrait déclarer qu’il leur est interdit de sortir comme ça.

297 Les prédicateurs, en chaire, ils devraient porter un jupon au lieu d’un habit ecclésiastique; ils se tiennent là et ils permettent ces choses, ils ont honte de s’élever contre ça, parce que leur dénomination les mettrait à la porte. Vous crucifiez, au yeux de la—l’assemblée, la Parole de Dieu, qui dit que “c’est une abomination pour une femme de porter un vêtement d’homme”.

298 Je—je condamne la chose. Je—je—je—je—je—je l’accuse de crucifier la Parole de Dieu devant les gens. Des femmes aux cheveux coupés, qui portent des shorts, et la couronne…elles font partie de la chorale!

299 Quelqu’un m’a dit, l’autre jour, une femme me demandait, elle disait : “Eh bien, d’après vous, où allez-vous en trouver?”

300 J’ai dit : “Si le Seigneur me demandait d’en choisir une douzaine dans le monde entier, je serais—je serais complètement paniqué.”

301 Alors que, par le discernement de l’Esprit, je suis là à les observer; à me tenir là comme ça et à voir ces choses qui sont sur elles : des fumeuses de cigarettes, impures, dégoûtantes, dégradées, là-bas à faire toutes sortes de choses comme ça, et elles vont se tenir là, dans une chorale en longues robes, et chanter dans cet état-là, se présenter devant l’auditoire. Elles vont dire : “Eh bien, si elle, elle peut le faire, moi aussi je le peux.” La vie chrétienne est une vie de sainteté, de pureté, d’innocence!

302 Je les accuse, au Nom de Jésus-Christ, à cause de leur souillure et de leurs saletés. Elles ont jeté l’opprobre sur l’Évangile. Et celles qui essaient de s’Y conformer, on les traite de “fanatiques”, on dit que “c’est vieux jeu”. Quel non-sens. Je les accuse, au Nom de Jésus-Christ.

303 Ce sont tout simplement des strip-teaseuses contemporaines, qui circulent dans la rue; elles chantent dans les chorales, elles qui fument la cigarette, qui racontent des histoires sales, qui ont trois ou quatre maris, et qui en cherchent un sixième; et elles vont chanter dans la chorale, parce qu’elles ont une belle voix. Pauvres êtres intellectuels, dénués de l’Esprit, rejetés sur votre propre terrain; vous lisez la même Bible que n’importe quel autre homme peut lire, mais vous avez rejeté l’Esprit de Dieu, si bien que la Bible dit que vous serez “livrés à une puissance d’égarement, pour que vous croyiez au mensonge et que vous soyez condamnés à cause de ça”. Vous croyez réellement que vous êtes dans le vrai, et la Bible le dit, que vous allez le croire et être condamnés à cause de ce mensonge même que vous croyez être la Vérité.

304 Par conséquent, je vous accuse, par la Parole de Dieu. Vous enseignez une erreur aux gens, et vous crucifiez les principes de Christ, de la sainteté et d’une Vie irréprochable, qui donnent à une personne de sortir dans la rue en étant une personne différente.

305 Des prédicateurs vont se tenir là, sur les terrains de base-ball, à fumer la cigarette : des pierres d’achoppement. Toutes les autres âneries qu’ils tolèrent. Les femmes de leur chorale, qui portent des shorts, qui ont les cheveux coupés, et qui se conduisent n’importe comment, le visage fardé; et puis ils appellent ça : “Sœur Une Telle”, alors que la Bible condamne ce genre de chose. C’est vrai. Aller à des soirées, et vous conduire n’importe comment, tout en étant membre de l’église; maintenir votre témoignage, alors que vous vivez n’importe comment, comme vous l’entendez.

306 N’allez pas penser que je parle seulement des presbytériens. Je parle de vous, les pentecôtistes. C’est vrai. À un moment donné vous avez connu la Vérité, mais vous vous êtes dit que vous ne pourriez pas L’assumer. Vous ne pourriez pas subvenir aux besoins de votre pasteur. Votre—votre pasteur ne pourrait pas avoir ce poste important, avec un salaire de plusieurs centaines de dollars par semaine, et une grande et belle église dans laquelle prêcher, et se promener en voiture et faire toutes les choses que ces gens-là font. S’il condamnait ça, l’organisation le mettrait à la porte; alors, il est obligé de s’en tenir à ça, il est obligé de dire ça. Par conséquent, il a vendu ses droits d’aînesse pour un plat de lentilles du monde, de la pâtée d’Ésaü. Et qu’est-ce qu’il va récolter pour ça? L’un et l’autre tomberont dans la fosse de la condamnation, et ils seront condamnés. Je les accuse d’être des prostituées de l’Évangile.

307 J’étais à une chorale, c’était à l’un des grands endroits bien connus, il n’y a pas longtemps, un groupe parmi ceux de plus haut rang des pentecôtistes. Et il s’est trouvé que j’étais dans le bureau de ce frère, au moment où quatre ou cinq chorales se rencontraient là-bas. Et il s’agit là de l’une des…de quelques-unes des organisations pentecôtistes de premier ordre. Et ils ne savaient pas que je me trouvais dans le bureau de ce ministre, c’était dans l’Oklahoma. J’étais assis à l’étage du dessous, là où ce ministre étudie avant de venir sur l’estrade. Et à ce moment-là…

308 Il y avait là des petits Ricky; et des Ricketta, maquillées, pas une seule d’entre elles n’avait les cheveux longs, elles avaient toutes les cheveux coupés, elles étaient toutes maquillées, et elles portaient toutes la longue robe. Et il y avait un petit Ricky qui était là, à se promener comme ça, (et un autre homme allait ramasser une offrande missionnaire), il faisait comme s’il était aveugle, une coupe à la main, il se promenait en disant toutes sortes de blasphèmes au sujet de ramasser l’offrande, et des choses comme ça. Mais il s’est présenté là et il a essayé de chanter le—le Messie, oh! la la! et—et il a quand même bien chanté, mais ça ne donnait pas un son clair. Non, c’était mort, voyez-vous. Oh! la la! Voilà. C’est Son nouveau Golgotha.

309 D’après vous, si une jeune fille ou une jeune femme s’était trouvée là? Voyons, si elle était entrée là habillée comme il se doit, les cheveux longs, sans aucun maquillage, ni rien de tout ça, ils se seraient moqués d’elle; si elle avait pris position, et pendant qu’ils faisaient tout ce remue-ménage, ce groupe de jeunes, il y en avait une trentaine ou une quarantaine. L’élite des pentecôtistes, et ils faisaient des choses pareilles! Si cette jeune fille avait dit quelque chose à ce sujet, ils l’auraient exclue de la chorale.

310 Si le prédicateur de l’Évangile se tenait en chaire et disait quelque chose à ce sujet, ils le mettraient à la porte de l’organisation. Vous crucifiez de nouveau le Fils de Dieu, et vous Le déshonorez publiquement. C’est Son Évangile que vous prétendez prêcher, et vous Le crucifiez. Cette génération qui rejette Christ, je l’accuse, par la Parole de Dieu, et par la puissance de cette Parole, qui produit en ces derniers jours la confirmation qu’Il est toujours vivant. Oui. Ils sont contre la Parole de Dieu, nettement confirmée. Leurs organisations ne peuvent pas L’affronter.

311 Les grandes églises et les dénominations, c’est Son nouveau Calvaire. Je le répète. Ce sont elles, ces strip-teaseuses contemporaines, qui sont leurs chorales.

312 Le souverain sacrificateur de chaque dénomination s’écrie, comme le souverain sacrificateur de ce jour-là : “Maintenant descends, et fais-nous voir un miracle.” Oui. Ça, c’était la première crucifixion.

313 C’est la même chose aujourd’hui. Certains m’ont dit : “Eh bien, tu ressuscites les morts, toi, n’est-ce pas? Pourquoi est-ce que tu ne vas pas là-bas? Tu as une épouse au cimetière. Tu as un bébé là-bas.”

314 Ils Lui ont dit : “On nous dit que Tu as ressuscité les morts. Nous avons un cimetière plein de morts par ici. Viens les ressusciter.” Oh, l’ignorance engendre l’ignorance. Voyez? Oui.

315 Les grandes églises, les grandes chorales, les souverains sacrificateurs d’aujourd’hui : “Descends donc, fais-nous voir un miracle que notre dénomination ne peut pas faire.”

316 Il n’y a pas longtemps, un homme m’a fait une remarque sur…après une petite émission à laquelle j’avais participé, à Jonesboro, en Arkansas, où j’avais parlé d’une femme qui avait été guérie. Cet homme, qui faisait partie d’une certaine église dénominationnelle, il s’était présenté là et avait dit : “Je mets n’importe quel homme au défi de me présenter, de me faire voir un miracle.”

317 Je suis allé chercher un médecin. Un homme avait été guéri d’un cancer. Je suis allé chercher une femme qui avait été dans un fauteuil roulant pendant une vingtaine d’années; elle avait été guérie de l’arthrite, elle avait été dans un fauteuil roulant. J’ai apporté tout ça, et j’ai dit : “Maintenant je veux cet argent, mille dollars.”

318 Il a dit : “Eh bien, euh, euh, euh, euh, ce n’est pas ici. C’est là-bas, à Waco, au Texas, là où se trouve notre siège.”

319 J’ai dit : “D’accord, on n’a qu’à aller là-bas chercher ça.” J’ai dit, j’ai dit : “Faites les préparatifs, et on y ira demain.” Voyez? J’ai dit : “On va poster…” J’ai dit : “Voici le médecin qui est ici pour déclarer que ces gens-là avaient carrément le cancer. C’est ici sur la liste, la radiographie. Voici cette femme, tout le voisinage sait qu’elle a été assise dans un fauteuil roulant pendant vingt ans, et elle marche maintenant. Et les médecins, il y a eu médecin après médecin après médecin après médecin, et tout, et la voici, elle est vivante aujourd’hui. Maintenant, vous avez dit que vous alliez ‘donner mille dollars’. Je veux verser ce montant dans un fonds missionnaire. Je le veux.” Voyez? Voyez?

Il a dit : “Eh bien, c’est là-bas, à Waco, au Texas.”

J’ai dit : “On y ira demain.”

320 Il a dit : “Attendez une minute. Je vais vous dire quelque chose. Je vais emmener une petite fille avec moi. Et je vais lui couper le bras avec un rasoir, ensuite guérissez-la devant nos frères, et ils vous donneront l’argent.”

J’ai dit : “Espèce de démon!”

321 “Si Tu es le Fils de Dieu, descends de cette croix.” “Dis-nous qui T’a frappé”, ils Lui avaient entouré la tête d’un morceau d’étoffe. Ils Le frappaient à la tête, en disant : “Maintenant, si Tu es prophète, dis-nous qui, proph-…” “Si Tu es le Fils de Dieu, descends de la croix.”

322 Des aveugles qui conduisent des aveugles! Ils ont besoin de guérison mentale, un homme qui ferait une chose pareille, ou qui ferait une remarque pareille. Certainement.

323 Mais c’est le vieux cri familier : “Que nous Te voyions faire un miracle. Maître, nous voudrions Te voir faire un miracle.” Alors que, chaque jour, à chaque heure, ils se produisaient continuellement, selon que Dieu conduisait ces choses. Mais eux n’étaient pas présents. Et s’ils l’étaient, ils appelaient ça “Béelzébul, le diable”. Voyez? “Maître, nous voudrions que Tu le fasses à notre manière, comme nous, nous voulons que Tu le fasses.” C’est ça. “Que Tu ailles où nous voulons que Tu ailles, que Tu fasses ce que nous voulons.” Oh oui. Oui. Il n’était pas leur marionnette. Non monsieur. C’est pour ça qu’il fallait qu’ils L’ôtent du milieu d’eux. Oui monsieur. Ils cherchent à faire la même chose aujourd’hui. Et c’est par la fédération des églises qu’ils finiront par réussir à le faire, voyez-vous, alors qu’elles se rassemblent toutes. Le vieux cri familier.

324 Nous voyons ici, de nouveau, le lieu le plus religieux, les théologiens les plus raffinés, qui élèvent la voix, de nouveau, et contre Lui, ils élèvent la voix. Même les meilleurs théologiens, qui devraient savoir ce qu’il en est; même les églises les plus imposantes et les théologiens les mieux formés Le chassent du milieu d’eux. Ils ne veulent pas de Cela.

Vous dites : “C’est faux, Frère Branham.”

325 Alors, vous n’étiez pas ici pour voir Les Âges de l’Église, ou pour entendre prêcher là-dessus. Vous n’étiez pas ici, alors que cet Âge de l’Église de Laodicée était le seul où on L’avait chassé de l’église. Et Il était à l’extérieur, au dehors, Il frappait, Il cherchait à revenir à l’intérieur. Ils L’ont chassé, parce qu’ils n’ont pas besoin de Lui. Ils Le crucifient de nouveau. Amen! Nous pourrions continuer pendant combien de temps?

326 Souvenez-vous, le prophète de la Parole de Dieu nous a annoncé d’avance, dans II Timothée 3, si vous le notez. Nous n’avons pas le temps de le lire. Mais il y est dit que “dans les derniers jours, il viendrait des moqueurs. Ils seraient emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu; calomniateurs, intempérants, cruels et ennemis des gens de bien; traîtres, emportés, enflés d’orgueil, érudits; ayant une forme extérieure de piété, mais reniant ce qui en fait la Force. Détourne-toi de telles gens! Il en est parmi eux qui entraînent des femmes d’un esprit faible et borné, qui ont les cheveux coupés”, qui portent des shorts, qui ont le visage fardé, “de lieu en lieu, ils les mènent captives”. C’est exactement ça.

327 Il a dit : “Détourne-toi de ça, dans les derniers jours.” Obéissons au prophète. Détournez-vous de ces choses, dans les derniers jours. Elles en sont là. Je lance un appel à l’Église, maintenant. Oui monsieur. Éloignez-vous de ça!

328 Ils ont, eux, les—les ministres d’aujourd’hui, ils devraient reconnaître ces choses. Ils auraient dû reconnaître Jésus, à Son époque. Ils auraient dû reconnaître. Et maintenant, ils devraient reconnaître ça, mais ils ne le reconnaissent pas. Tout comme les docteurs juifs de Son époque auraient dû Le reconnaître par Son jour, — c’est la même chose aujourd’hui, — la Parole de Dieu avait été clairement confirmée en ce temps-là. Il était la Parole, et Il a prouvé qu’Il était la Parole. Il a prouvé qu’Il était la Parole pour ce jour-là. Et aujourd’hui Dieu a prouvé qu’Il est la Parole de ce jour-ci, la Lumière de l’heure. Ils auraient dû le reconnaître en ce temps-là, et ils devraient le reconnaître maintenant.

329 Ils L’ont crucifié en ce temps-là, et ils Le crucifient maintenant. Je les accuse de ça! C’est vrai. Comme un éclair, ça me traverse continuellement : “Accuse-les, parce que Dieu va le leur faire payer cher!”

330 Les Juifs de leur époque. Dieu de nouveau, aux jours où Il était sur terre, Jésus a dit : “Jérusalem, Jérusalem, combien de fois ai-Je voulu vous rassembler, pour former un seul grand groupe, mais vous ne l’avez pas voulu.”

331 Combien Dieu a essayé, en ces derniers jours, de réunir Son peuple, mais vous ne l’avez pas voulu. Vous avez voulu votre credo, alors maintenant vous êtes livrés à la destruction. Voilà ce que Jérusalem a reçu; elle a été démolie, brûlée, elle n’existe plus. Et voilà exactement ce qui arrivera, un de ces jours, à toutes ces grandes choses d’ici. Vos grands credos et vos dénominations vont mourir et périr, mais la Parole de Dieu sera Éternelle et Elle vivra à jamais. Voyez?

332 Ses blessures les plus profondes Lui sont venues de la maison de soi-disant amis. Pensez, pensez-y. Pensez-y! Arrêtez-vous! J’attends une minute. Ministres, pensez-y! D’où Lui sont venues Ses blessures? De la maison de Ses soi-disant amis. Ce qui est arrivé, à l’époque, arrive de même maintenant. Pensez-y! Au Calvaire, Il n’était pas encerclé par des—des hommes sauvages, des barbares, mais par des ministres qui prétendaient L’aimer. Et aujourd’hui, alors que l’Évangile est parfaitement bien identifié, alors qu’il a été prouvé que les grands signes de Sa résurrection sont parmi nous, ce ne sont pas les gens de la rue, là-bas, qui vous tombent dessus, ce sont les soi-disant ministres.

333 Ceux qui sont censés L’aimer, c’est eux qui L’encerclent aujourd’hui. “Nous ne voulons pas de cette Affaire-là parmi nous. Nous ne voulons pas que cet Homme règne sur nous. Nous ne donnerons pas notre appui, nous n’aurons aucune collaboration avec Ça, dans cette ville, si cette Affaire-là se présente par ici. Ce n’est rien d’autre que du spiritisme. C’est du diable.” Ils ne connaissent pas la Parole de Dieu, les aveugles conduisent des aveugles. Ce qui était arrivé en ce temps-là, pensez-y, arrive de même maintenant. Exactement ce qui était arrivé en ce temps-là, arrive de même maintenant. Pensez-y!

334 Sa Puissance, qui peut guérir et libérer des hommes et des femmes de l’amour du siècle présent, des Jézabel aux cheveux coupés, au visage peinturluré, qui se disent Chrétiennes, et qui mènent ce genre de vie là : fumer la cigarette, raconter des histoires sales. S’asseoir là, une société missionnaire, et un cercle de couture, et jacasser et cancaner, et—et sortir dans la rue en shorts, et tout ce genre de chose; ensuite elles se déclarent Chrétiennes devant les autres femmes. Vous vous rappelez l’histoire que j’avais racontée, au sujet de l’esclave qui savait qu’il était fils de roi, du caractère qu’il avait. Que devrait-il en être de nous? Des hommes et des femmes, qui renient…

335 Ces membres du clergé, ces chaires d’où on Le perce, ils acceptent et ils approuvent ce genre de vie là parmi les gens; c’est là qu’on Le perce. Ils renient la Puissance qui peut les libérer de ces choses, et ils les approuvent. Alors que c’est contraire à la Parole de Dieu pour une femme de se couper les cheveux, ou de se maquiller, ou de porter des shorts. C’est contraire à la Parole de Dieu, mais ils approuvent ça, ce qui produit un autre Calvaire (où ça? dans la rue? dans le bar?) du haut de la chaire, du haut de la chaire.

336 Et puis aussi, le cri, c’était quoi? “Il Se fait Dieu.” Ils nient Sa Divinité. Ils cherchent à Le partager pour faire de Lui trois ou quatre Dieux. Alors qu’Il est Dieu, qu’Il était Dieu, qu’Il sera toujours Dieu : le même hier, aujourd’hui, et éternellement. Quand vous leur parlez d’un seul Dieu, ils se moquent de vous. “Nous croyons en une sainte trinité.”

337 Moi, je crois en un Dieu saint, un seul, oui monsieur, en Sa Puissance, qui peut guérir, libérer et débarrasser ces gens-là de l’amour du monde, les libérer, comme Il l’a fait dans le cas de Marie-Madeleine. Souvenez-vous, elle aussi, c’était une petite Jézabel peinturlurée. Elle avait sept démons en elle. C’était une strip-teaseuse.

338 Tout comme la femme moderne qui circule dans la rue aujourd’hui; allez où vous voudrez et regardez. Si vous ne croyez pas que les gens se prosternent devant le temple des femmes nues, jetez un coup d’œil dans la rue aujourd’hui. Ce qui arriva aux jours de Sodome arrivera de même. Jetez un coup d’œil, si vous ne le croyez pas, vous n’avez qu’à aller n’importe où. Ouvrez un journal, ouvrez un magazine, regardez un panneau publicitaire, qu’est-ce que vous y trouvez? Vous vous souvenez de ce qu’il a été dit : “Quand les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, ils en prirent pour femmes.” Regardez le scandale qu’il y a en Angleterre, regardez le scandale qu’il y a ici, regardez toute la chose, c’est devenu une maison de prostitution.

339 Pourquoi donc? Pourquoi est-ce que la Russie est passée au communisme? À cause de la vulgarité, et de la saleté, et de l’absence de Puissance de l’église catholique. Et c’est précisément à cause de ça que cette nation y a été livrée, au communisme et à la fédération des églises, et qu’elle se joint à l’église catholique. D’ailleurs, le communisme et le catholicisme vont s’unir, vous le savez, et les voilà qui sont en train de le faire. Pourquoi? Parce qu’ils ont rejeté l’Évangile qui les met à part et fait d’eux un peuple différent!…?… C’est précisément pour ça.

340 Et les ministres, du haut de la chaire, ils tolèrent ça, pour avoir un gagne-pain, pour avoir un rang social dans un credo quelconque, dire : “Je suis membre de ceci”, ils substituent l’instruction à la Puissance de Dieu, qui peut les libérer de cette race d’aliénés, comme Marie-Madeleine l’a été.

341 Cette même Puissance, qui avait pu s’emparer de cette petite strip-teaseuse qui était à la rue, lui faire mettre des vêtements et la faire se conduire comme une dame, faire d’elle une Chrétienne, ils ont condamné cette Puissance-là, et ils ont crucifié l’Homme qui L’avait, au Calvaire.

342 Et aujourd’hui, ce même Évangile et ce même Saint-Esprit qui va s’emparer de la petite strip-teaseuse, et la faire s’habiller comme une dame et se conduire comme une Chrétienne, ils appellent Ça du “fanatisme”. Ils ne veulent pas que Ça se mêle à leur assemblée, que Ça cause de la stimulation au milieu d’eux, que Ça incite d’autres femmes à faire la même chose. Qu’est-ce qu’ils font? Ils L’expulsent, tout comme ils l’avaient fait en ce temps-là. Et maintenant ils crucifient cette même Parole, et ils disent que C’était pour un autre âge. Je les accuse, de nouveau, oui monsieur, exactement comme ils avaient été accusés en ce temps-là.

343 Le signe qui a fait que le vieux Légion a mis ses vêtements. Rappelez-vous, une personne qui enlève ses vêtements est folle. Voyez? Que dire d’une femme? Légion était fou; il avait enlevé ses vêtements. Dieu a pris Sa Puissance et lui a fait mettre ses vêtements. Il était vêtu, et dans son bon sens, assis aux pieds de Jésus.

344 Regardez la Puissance qui a donné la vue au vieux Bartimée, au beau milieu de leurs credos. Il était sur la terre, au moment où il y avait autant d’incrédulité qu’il y en a aujourd’hui, mais ça ne L’a jamais arrêté. Il a continué. Il n’a pas pris de gants avec eux. Il leur a dit : “Vous avez pour père le diable.” Il a condamné toute la chose.

345 La Puissance qui a pu faire sortir Lazare de la tombe, et qui a redonné son fils à la veuve de Naïn! Ô Dieu! La Puissance qui a pu faire ces choses, qui a pu prédire les choses qui sont arrivées. “Il y a deux… L’ânon, il y a un ânon attaché, au contour du chemin”, et toutes ces choses qu’Il avait prédites. L’Homme même qui possédait cette Puissance : “À mort! Nous ne voulons pas de Lui parmi nos fidèles. Il corrompt nos enseignements”, et ils L’ont crucifié.

346 C’est exactement la même chose aujourd’hui : “À mort le Saint-Esprit!” — ils ne veulent avoir rien à faire avec Lui. “Il condamne, et Il fait ces choses, Il parle à nos fidèles de ces choses, et nous ne voulons pas mêler ça à nos organisations. Ça va à l’encontre de nos credos.” Ils Le crucifient de nouveau. Oh! la la!

Remarquez maintenant, alors que nous terminons. Il faut terminer.

Et, de nouveau, ils appellent Ça du “fanatisme”.

347 Et ils L’avaient traité, Lui, de “fanatique”. Ils disaient “qu’Il était fou”. Tout le monde sait que la Bible dit que “Jésus était”, que les pharisiens disaient que “cet Homme est un Samaritain et Il est fou”. Or, le mot fou, qu’est-ce que ça veut dire? “Cinglé.” “Cet Homme est cinglé. C’est une bande de cinglés qui Le suivent. Il est Béelzébul.”

348 Et, de nouveau, ils disent la même chose : “C’est un genre de sorcellerie. C’est de la divination”, ils Le mettent de nouveau sur la croix du déshonneur. Quelle croix? Quel déshonneur? Il est la Parole confirmée; ils rient de Cela, ils disent aux gens que C’est du diable. Ils en font quelque chose, et appellent…

349 Il a dit : “Qu’ils disent des œuvres saintes de Dieu que ‘c’est un esprit impur qui les fait’, il n’y a pas de pardon pour ça.”

350 Ils déshonorent Sa Parole, ils cherchent à La dénoncer et à appeler Ça de la frime ou du fanatisme. “N’y allez pas. N’assistez pas à ces réunions-là.” Ah.

351 En faisant ça, qu’est-ce qu’ils font? Ils se servent des clous de leurs credos dénominationnels. C’est vrai. Ces docteurs en quête de plaisirs, mondains, impies, atteints de folie dénominationnelle, ils se servent des clous dénominationnels pour crucifier de nouveau le Fils de Dieu, du haut de leur chaire.

352 Pourquoi est-ce qu’ils font ça? “Ils aiment les louanges des hommes”, les grades que l’église peut leur conférer, “plus que l’amour de la Parole de Dieu.” Je les condamne. Ils ne peuvent pas se conformer au monde, parce qu’ils… Ils ne peuvent pas se conformer à la Parole, parce qu’ils sont déjà en conformité avec le monde. Déjà, ils en sont là. Quel jour hypocrite que celui où nous vivons! N’est-ce pas…

353 Un seul Calvaire pour mon Seigneur, n’est-ce pas suffisant? Pourquoi voulez-vous faire ça? Vous qui êtes censés L’aimer, vous qui savez que Ceci est Sa Parole, vous qui pouvez lire Apocalypse, chapitre 22, qui dit : “Quiconque retranchera une seule Parole ou ajoutera une seule parole”, pourquoi le faites-vous? Un seul Calvaire pour Lui, n’est-ce pas suffisant?

354 Je prends Sa défense. Je suis Son avocat, et je vous accuse, par la Parole de Dieu. Changez vos manières de faire, sinon vous irez en enfer. Vos dénominations vont être écrasées. Je vous accuse, en Présence du Juge, c’est vrai, vous, avec vos formes extérieures de piété, vos hypocrisies. Pourquoi est-ce que vous appelez Ça… Un seul Calvaire, n’est-ce pas suffisant?

355 Comme Pierre l’a dit : “Vos pères dénominationnels”, Pierre vous a accusés, par… Il a dit : “Lequel de vos pères n’a pas fait ceci?” Étienne a fait la même chose : “Par la main des impies vous avez crucifié le Prince de la Vie.” Jésus Lui-même n’a-t-Il pas dit : “Lequel de vos pères n’a pas mis les prophètes dans le tombeau? Et après ça, vous les ornez”? C’est ce qu’ils ont fait aux justes, tout au long des âges!

356 De même, moi aussi j’accuse cette bande de gens d’aujourd’hui, très raffinés et assidus à l’église, qui rejettent Christ. Vous, avec vos formes extérieures de piété, vous crucifiez mon Christ, une deuxième fois, en disant aux gens que “ces Paroles s’appliquent à une autre époque, et que ça ne s’applique pas aujourd’hui”. Je vous accuse. Vous êtes coupables du même crime qu’eux au jour de la crucifixion. Repentez-vous et convertissez-vous à Dieu, sinon vous périrez.

357 Et je dis encore ceci : “Ici”, les églises, “ils”, les docteurs, “crucifient”, par un blasphème, “Lui”, la Parole. Que Dieu soit miséricordieux! Je vais répéter ça. Peut-être que ce n’était pas clair, sur la bande. “Ici”, les églises, “ils”, le clergé, “crucifient”, par un blasphème, “Lui”, la Parole. Ce n’est pas étonnant que ceci se reproduise:

Alors que les rochers se fendaient et que les cieux s’assombrissaient,

Mon Sauveur courba la tête et mourut.

Mais le voile déchiré révéla le chemin

Vers les joies du Ciel et le jour sans fin.

358 Je le dis sur cette bande, et pour cet auditoire. Je dis ceci sous l’inspiration du Saint-Esprit. Que celui qui est pour l’Éternel se soumette à cette Parole! Certes, Dieu exercera un jugement sur cette génération méchante qui renie et qui rejette Christ, pour avoir blasphémé, pour la crucifixion de Sa Parole identifiée. Elle va passer en Jugement. Je l’accuse! “Que celui qui est pour l’Éternel”, a dit Moïse, “vienne à moi”, alors que la Colonne de Feu se tenait là, comme preuve. Que celui qui est pour l’Éternel prenne cette Parole, qu’Il renonce à son credo, et qu’il suive chaque jour Jésus-Christ. Et je vous rencontrerai à l’aube.

Inclinons la tête maintenant, pour prononcer une prière.

359 Ô Seigneur Dieu, Donateur de la Vie Éternelle et Auteur de cette Parole, qui as ramené d’entre les morts le Seigneur Jésus, qui l’as très bien identifié devant une—une génération d’incrédules. Ça a pris beaucoup de temps, ce matin. Beaucoup de gens sont restés assis ici. L’église est pleine à craquer. Des gens sont debout un peu partout. Et on est en train d’enregistrer les bandes, qui vont aller partout dans le monde, dans différents endroits. Des ministres vont écouter ceci, dans leur bureau. Je prie pour eux, Seigneur. Que ces Paroles descendent profondément dans leur cœur, qu’elles coupent profondément, qu’elles retranchent tout ce qui est du monde. Afin qu’ils puissent dire comme…

360 Le petit ministre méthodiste du Kentucky, qui est venu me voir l’autre jour, et qui disait : “Pendant que j’écoutais les Sept Âges de l’Église, j’ai entendu ce cri : ‘Éloignez-vous des murailles de Babylone’”, il disait, “j’ai tout abandonné, et je suis parti. Je ne sais pas quelle direction prendre ni ce qu’il faut faire, mais je suis parti.” Béni soit le courage de ce jeune homme, qui a une femme et deux ou trois enfants.

361 Ô Dieu, puissent beaucoup de gens se frayer un chemin jusqu’à la Parole de Dieu, le seul chemin de la Vie, car Il est la Parole. Je prie pour chacun, Père. Quelquefois, on dit ces choses, mais ce n’est pas par cruauté, c’est par amour, parce que l’amour est correctif. Alors je prie, ô Dieu, que les gens comprennent que c’est le cas ici, que ces choses sont dites pour corriger. Toi qui avais dû les corriger, et qui as prié pour eux, à la croix, en ces Mots : “Père, pardonne-leur. Ils—ils sont aveugles, ils—ils ne comprennent tout simplement pas ce qu’ils font.”

362 Je prie pour ces ministres, aujourd’hui, qui crucifient de nouveau la Parole, en prenant leurs credos, leurs dénominations et leurs dogmes, et en les substituant à la Parole de Vie. Et puis, devant les gens, ils—ils critiquent la Vérité vraie, que Dieu confirme comme étant Sa Vérité. Nous prions pour eux, Père, que Tu les convies de nouveau au Souper des Noces. Et cette fois, puissent-ils venir, au lieu de chercher des excuses; en effet, je suis conscient que le dernier appel pourrait déjà avoir été lancé. Il se pourrait qu’il soit trop tard maintenant. J’espère que non.

363 Bénis cette petite assemblée ici présente, ces quelques centaines de personnes qui se sont rassemblées ici ce matin, en cette journée chaude, qui sont restées assises ici, pendant un service très long, de peut-être deux heures ou plus, et qui ont écouté. Ils ne sont pas partis. Ils sont restés tranquillement assis et ils ont écouté. Beaucoup d’entre eux ont un dîner qui les attend, et les femmes sont là avec leurs bébés, elles attendent. Ils s’accrochent à chaque Parole.

364 Seigneur, je suis conscient de ce qui m’arrivera au Jour du Jugement si j’induis ces gens en erreur. J’en suis conscient, Seigneur, aussi conscient que je peux l’être. Alors, je cherche à les amener à la Parole, et à faire en sorte qu’ils vivent de la Parole, je leur dis que Tu es “le même hier, aujourd’hui, et éternellement”, que le grand Saint-Esprit, c’est Jésus-Christ, tout simplement sous la forme du Saint-Esprit, le même Homme. C’est ce que Tu as dit : “Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, et même en vous.” Et je sais que ceci, c’est Toi, Seigneur. Et nous croyons en Toi, parce que nous Te voyons faire la même chose au milieu de nous.

365 Aujourd’hui nous nous abandonnons, sérieusement; nous le faisons, nous qui sommes ici dans cette assemblée, ainsi que ceux qui sont à l’écoute des bandes. Seigneur, à l’instant même, puissent homme et femme, garçon ou fille, tous ceux qui sont—qui sont ici présents, ou debout à l’extérieur, ou qui l’entendent sur la bande, puissions-nous, en ce moment, faire une consécration profonde et abandonner notre être entier au service de Dieu.

366 Agis sur l’auditoire, Seigneur, avec Puissance, et guéris les malades. On m’a dit qu’il y avait un petit garçon infirme assis là-bas. Que le grand Saint-Esprit… Nous savons que, rien que d’être assis dans Sa Présence, comme ceci, c’est suffisant pour accomplir Cela. Si Tu peux, en passant par les ondes de la radio et de la télévision, aller dans toutes les régions, et guérir les malades : “Tu as envoyé Ta Parole, et Elle les a guéris”, Tu peux faire la même chose, à l’instant même. Je Te prie, ô Dieu de guérir tous les malades, tous les infirmes, tous les affligés, ceux qui sont ici de même que ceux qui écoutent ces Paroles. Ô Dieu, accorde-le. J’adresse cette prière pour eux.

367 Avec—avec l’amour de Christ dans mon cœur et avec de la sympathie pour ceux qui ont des besoins, je Te les présente, Seigneur, sur l’autel du sacrifice, là où se trouve le corps couvert de Sang de cet Agneau, qui est là comme victime expiatoire pour nos péchés et pour la maladie. J’implore Ta miséricorde sur les gens. Je veux, comme Moïse l’a fait, me tenir à la brèche pour eux, Seigneur, et dire : “Ô Dieu, sois miséricordieux pour eux, envers eux, encore un peu, et laisse-leur encore une chance.” Ne—ne le fais pas tout de suite, Seigneur. Permets—permets que l’Évangile continue à avancer, juste un peu encore.

368 Ils sont—ils sont condamnés, Seigneur. Je prie que Ta grande miséricorde et que Ta grâce se—s’étendent jusque sur la dernière personne dont le nom est dans le Livre. Et je sais qu’elles le feront. Ce n’est pas difficile de prier contre Ta Parole Divine, ou contre—ou contre…selon la Parole Divine, c’est ce que je veux dire, Seigneur; la Parole qui a été promise, la Parole qui a été confirmée, la Parole qui a prédestiné ces gens, dès avant la fondation du monde. Ce n’est pas—ce n’est pas difficile de Te prier de sauver ceux dont le nom est dans le Livre, parce que je sais que Tu le feras. Jésus l’a dit : “Tous ceux que le Père M’a donnés viendront.” Et nul ne peut venir, si cela ne lui a été donné.

369 Maintenant je prie, ô Dieu, que partout où tomberont ces Paroles, sur ceux qui écouteront la bande aussi bien que sur ceux qui sont ici présents, que, maintenant même, le Saint-Esprit appelle toutes les personnes qui ont été prédestinées dès la fondation du monde, où leur nom a été écrit dans le Livre de Vie de l’Agneau. Puissent-elles entendre la Voix de Dieu parler aujourd’hui, avec cette toute petite voix tranquille, au fond de leur cœur, qui dit : “Voici le Chemin, marches-Y!” Accorde-le, Père. Je le demande au Nom de Jésus.

370 Et en ce moment, pendant que nous avons la tête inclinée, ici dans l’auditoire. Si vous croyez que ceci est la Vérité, et que vous—vous… J’ai placé, posé ma main sur les mouchoirs qu’il y a ici, et sur les paquets destinés aux malades et aux affligés. Je voudrais vous poser une question, sincèrement, là.

371 Je ne viens pas ici simplement pour être entendu. Je—je—je suis fatigué. Je suis épuisé. Je ne suis plus très jeune, et je—et je sais que nos jours sont comptés. Et je sais que je dois faire tout ce que je peux pour le Royaume de Dieu. Je dois prêcher chaque fois que j’en ai la possibilité. Je dois, je dois y aller, que j’en aie envie ou pas.

372 Si je viens ici, c’est parce que je—j’ai à cœur de le faire. Je—je veux le faire. Je vous aime. Et je ne dis pas des choses désagréables et dures, pour—pour…parce que je le veux. Il—il y a quelque chose qui palpite à l’intérieur de moi. Cette chose qui a été confirmée, c’est justement ça qui me pousse à faire ces choses. Je le dis avec bienveillance, avec amour. Mon intention n’est pas de réprimander nos femmes et nos hommes. Mon intention, ce n’est pas ça, frère, sœur. Ma seule intention est de faire ressortir—ressortir nettement devant vous, vous faire voir la correction et le fouet du Seigneur, que vous devez entrer maintenant. Ne remettez pas ça à plus tard; vous pourriez avoir attendu trop longtemps.

373 Et ceux d’entre vous qui veulent venir dans le camp de l’Éternel, avec un abandon total dans votre cœur, en présence de l’auditoire, maintenant, ou bien dans le pays où iront les bandes; est-ce que vous voulez, avec la tête inclinée… Ne levez pas la main si vous n’êtes pas sérieux. Maintenant, si vous êtes vraiment sérieux, que vous voulez venir au Seigneur, avoir une vie plus consacrée, voulez-vous lever la main maintenant même. Vous, — que le Seigneur vous bénisse, — vous vous consacrez de nouveau à Christ, pour essayer de porter l’opprobre. Vous dites : “Je suis prêt aujourd’hui à accepter l’opprobre.”

374 Moi aussi, j’ai les deux mains levées. Je, je veux porter l’opprobre de Jésus-Christ sur moi. Je porte volontiers cette marque, d’être appelé un “exalté”, ou quel que soit le nom que vous voudrez donner à ça. Je la porte fièrement, parce que c’est pour le Seigneur que je le fais. Je la porte fièrement.

375 Ne voulez-vous pas faire la même chose? Levez les mains, et dites : “Par la grâce de Dieu, je—je—je veux…je…” Les disciples sont revenus, ils considéraient que c’était un grand honneur de porter l’opprobre de Son Nom. Ou voulez-vous plutôt porter l’opprobre d’une vedette de Hollywood, ou de quelque chose de la télévision, ou d’un membre d’église, ou quelque chose comme ça? Ou bien voulez-vous l’opprobre de la Parole de Jésus-Christ? “Donne-moi l’opprobre de la Parole, Seigneur. Je sais qu’Il a porté l’opprobre de la Parole de Dieu. Que moi aussi, je le porte, Seigneur.”

Je porterai cette croix consacrée

Jusqu’à ce que la mort me libère,

Alors je rentrerai à la maison, pour porter une couronne.

376 Un jour, il y aura une couronne pour nous. Elle est en fabrication maintenant. Quand cette vie terrestre sera écoulée, nous savons qu’à ce moment-là elle sera telle qu’elle doit être.

377 En ce moment il n’y a pas assez de place pour qu’on fasse venir les gens autour de l’autel. Que votre siège, là où vous êtes, que ce soit un autel. “Tous ceux qui crurent…” Pendant que nous prions.

378 Père Céleste, il m’a semblé que presque toutes les mains, des jeunes comme des vieux, étaient levées, dans cet auditoire. Et je prie que, chaque fois qu’on fera jouer cette bande, que les gens lèveront leurs mains, et s’agenouilleront dans la pièce; que le papa et la maman se prendront par la main, et qu’ils diront : “Chérie, ça fait assez longtemps que nous sommes des membres d’église. Venons à Christ.” Accorde-le, Seigneur.

379 Bénis ces gens qui sont ici. Je Te prie de leur donner, Seigneur, une vie consacrée. Beaucoup d’entre eux, Seigneur, sont de braves gens. Ce sont—ce sont les Tiens; mais c’est qu’ils n’avaient pas connu la Vérité. Aussi je Te prie de leur montrer Ta Vérité, Seigneur. “Ta Parole est la Vérité.”

380 Comme Tu l’as dit, dans Jean, vers le chapitre 17, je pense, Tu as dit : “Sanctifie-les, Père, par la Vérité. Ta Parole est la Vérité.”

381 Et Elle l’est encore, Ta Parole est encore la Vérité. Elle est toujours la Vérité, parce qu’Elle est Dieu. Et je Te prie, ô Dieu, de les sanctifier par la Vérité. C’est-à-dire, sanctifie-les, purifie-les de tous les credos et de toutes les dénominations. Purifie-les de toutes les choses du monde, pour qu’ils aient une vie consacrée à la Parole. Accorde-le, Seigneur. Maintenant ils sont à Toi. Tu as promis de le faire. Et comme Ton serviteur, j’offre ma prière pour eux. Au Nom de Jésus-Christ.

382 Maintenant, avec nos têtes inclinées, chantons ce cantique, pendant que nous continuons à prier.

Jésus a tout payé,

Et je Lui dois tout; (Pensez-y!)

Le péché…

383 Hier, j’étais quelque—quelque part, un homme prenait mes mesures pour un complet qu’un frère de cette église m’a acheté. Il m’a dit : “Votre complet avait l’air de donner chaud, alors je vous en ai acheté un plus léger.”

384 Je suis donc allé le faire raccourcir, et il disait : “Dites donc, votre épaule droite s’affaisse. À un moment donné, vous avez dû porter une lourde charge.”

385 Et je me suis dit : “Oui, une charge de péché. Mais Jésus a tout payé.” Écoutez, pendant que nous le chantons.

Jésus a tout payé,

Alors tout, toute ma vie, je la Lui…

Qu’est-ce que le péché avait fait?

Le péché souillait ma vie,

Mais Il a tout lavé.

386 Ô Dieu, sois miséricordieux envers nous. Pendant ce moment de profonde méditation, que la Parole s’imprègne profondément, Seigneur, dans le cœur. Que les gens, même s’ils sont en retard pour leur dîner… Mais, Seigneur, Ceci, c’est plus que de la nourriture. Ceci, c’est la Vie. “Ma Parole est une nourriture”, as-Tu dit. Et c’est d’Elle que se délectent nos âmes affamées.

387 Maintenant, prends-nous, Seigneur, et façonne-nous. Seigneur, prends-moi, moi aussi, avec eux. Je veux y aller avec eux. Je monte au Calvaire, maintenant, Seigneur, par la foi. J’y vais avec cette assemblée. Maintenant façonne-moi de nouveau, Seigneur. J’ai mal agi. Il y a bien des fois où je…

388 Dernièrement, ici, je voulais tout simplement arrêter de prêcher. Les gens ne voulaient pas m’écouter. Ils continuaient toujours à faire la même chose, alors je—je me suis découragé. J’en ai fait un complexe. Ô Dieu! Un dimanche, il y a quelques semaines, quand Tu m’as donné ce signe, là-bas; je lisais dans la Bible, et j’ai vu que Tu avais dit à Moïse, exactement comme dans le songe, où il y avait une montagne aussi, et que ça, ce serait un signe pour lui. Et puis, juste à la fin, pour que je sache, — alors que je—j’avais abandonné beaucoup de malades, un ministère non seulement prophétique, mais d’enseignement de la Parole, et—et de prière pour les malades, — Tu as laissé un homme tomber raide mort à terre, ici même, ensuite Tu l’as ramené à la vie, pour confirmer que c’était vrai. Tu confirmes toujours Ta Parole.

389 Maintenant, Seigneur, confirme-La, en ce moment où je suis devant Ton Trône. Prends chacune de ces personnes, Seigneur, débarrasse-nous de ce qui est du monde. Prends-moi, Seigneur, pendant que nous sommes dans Ta Présence. Ôte tout ce qui est du monde, tords-nous le cœur, ô Dieu, maintenant même. Arrache de nous le monde et les soucis du monde. Donne-nous d’être des Chrétiens consacrés, ô Dieu, d’être affectueux, gentils et doux, en portant le fruit de l’Esprit. Ne veux-Tu pas le faire, Seigneur? Nous sommes devant Ton Trône. Le péché a laissé une tache cramoisie sur chacun de nous, mais Ton Sang peut en faire la rémission, Seigneur, et le rendre blanc comme la neige. Accorde-le, pendant que nous nous attendons à Toi. Prends-nous; nous sommes à Toi; nous T’avons consacré nos vies. Au Nom de Jésus-Christ, accorde-le, Seigneur, à chacun de nous.

390 Tords-moi le cœur, Seigneur. Je vois toutes mes erreurs. Je vois mes fautes. Ô Dieu, à partir de maintenant, je vais essayer de vivre du mieux que je peux, pour T’aider. Je veux aller, je veux consacrer de nouveau ma vie à Toi, ici, ce matin.

391 Après avoir porté cette accusation contre mes—mes amis membres du clergé, là-bas, alors que j’ai été obligé de dire ces choses qui étaient dures, mais, Seigneur, je l’ai fait par Ton inspiration. J’ai le sentiment que c’est Toi qui m’as dit de le faire. Maintenant, ce n’est plus sur mes épaules, Seigneur. Je—je suis content que ce ne le soit plus. Qu’ils en fassent ce qu’ils voudront, Père. Je prie qu’ils l’acceptent. Je Te prie de sauver chacun d’eux, Seigneur.

392 Qu’il se produise un réveil des justes, et qu’une grande Puissance vienne dans l’Église juste avant Son départ. Ce n’est pas difficile de faire cette prière-là, parce que Tu l’as promis. Et nous attendons, Seigneur, ce Troisième Pull dont nous savons qu’il accomplira de grandes choses pour nous, au milieu de nous.

393 Je suis à Toi, Seigneur. Je me dépose moi-même sur cet autel, aussi consacré que je peux l’être. Ôte de moi ce qui est du monde, Seigneur. Ôte de moi les choses périssables; donne-moi les choses impérissables : la Parole de Dieu. Que je sois capable de vivre tellement près de la Parole, que la Parole sera en moi, et moi dans la Parole. Accorde-le, Seigneur. Que je ne m’En détourne jamais. Que je tienne cette Épée du Roi vraiment solidement, et que je La serre très fort. Accorde-le, Seigneur.

394 Bénis-nous tous. Nous sommes Tes serviteurs, alors que nous nous consacrons à Toi ce matin, de nouveau, dans notre cœur. Nous sommes à Toi, au Nom de Jésus-Christ, à Ton service.

Jésus…

Que Dieu vous bénisse! Frère Neville. 

1-1 Thank you, Brother Neville. Let's remain standing just a moment now for prayer. Let's bow our heads. Is there any spoken requests, if it'd be known by an uplifted hand? Just to God, say, "I--I..." Hold in your mind now what--what you want to ask Him, and believe it with all your heart, while I offer my prayer for you too.

1-2 Heavenly Father, we are--count this such a privilege to come to the house of the Lord upon this gloomy day, and--and find the sunlight of God shining, and hear the Holy Spirit singing through the people, and speaking through the people, just a--a little cluster of sunshine within. We thank Thee for this, the heavenly sunshine around our hearts. How we thank Thee for it.
Now, they're--Thy people has just lifted their hands in this congregation, that they have requests that they would desire that You would answer them this morning. And I pray, Father, that You'll grant each of their requests. There's so many piled up on the desk, and so many requests everywhere: people sick, suffering; phone calls, long distance, about fifty a day. Oh, God, what shall we do? And just lead us, Lord. We--we don't know which way to go or what to do, but Thou--Thou can direct these things. And we pray that You'll grant it to us, because it's--it's our intention, Lord. What life that we have on earth is given to us by Thee, and we want to use it to honor Thee by. Now, You guide us in those things, Father.
Bless us today as we assemble together to hear the Word of the Lord, to sing the songs, to offer prayer. Hear our prayers. Joy with us in our songs and speak to us through the Word, for we ask it in Jesus' Name. Amen. (Be seated.)

1-5 I just don't know any place that I would deem a--to be a greater privilege to stand, than it would be to stand in the--in the pulpit, to break the Bread of Life to a waiting, hungry, thirsting people. And this is a great privilege.
First, I'd like to ask if--if any of the Wright family is here: Hattie, or Orville, or any--Hattie. Is Orville with you, Hattie? Well, ask him if he'd come by the house immediately, of what I told him, you know, for... Drop by the house if--when he can. I forgot to bring it down with me this morning, something for their little doggie they got down there. So I--I just... If you will, just drive right by the house as you leave out for--for your--after service.

2-1 And now, Edith, Hattie's sister, that we know as the little girl that's been crippled up since she was a--a baby, and she's a woman now; and she's in very bad shape. Now, I... About a year ago I went down there, when she had her first spell, and immediately I found what her trouble was, by the help and grace of God. Now, really, what's the trouble with the child, she's setting; her limbs are hit together and she can't even move them apart. It's because of the tremendous pressure on the--the--the nerve system. But what it is, there's nothing physically wrong with the child, outside of the affliction of infantile paralysis, when she was about six months old. She screamed and cried all of her life, nearly, till we prayed for her many years ago, and--and she's been happy ever since, until about a year ago. And now, it's really menopause, in other words, the changing of her life, and her nerves are in such a tremendous condition. And the little lady has got on her mind that she's dying, she's--she's just not going to live, just from one hour to the other.

2-2 And you know, and healthy, strong women have terrible time: sometimes have to take shots of hormone, and--and go into the institutions, and take shock treatments and everything, during that time.
The human being has two changes of life. They have the change from a boy to a--a man; from a woman--from a girl to a woman. About sixteen, seventeen years old they get like a bunch of just fly-by-nights. And--and if you can just suffer with them during that age... I got a daughter in that age right now, Rebekah. Pray for her. And a--Billy... Oh, every one of us, we come through that little frantic age, and--and so we must suffer with them, realizing it's something that--that they--they have to go through.

2-4 And now, Edith is just changing of--of the--of the seven years... Every seven years your life changes, so the seven times seven (You see?), it's--and it's--makes it's kinda hard. That's a complete change, and it--it bothers the women. Men usually get a--kind of funny carrying-on during that time and sometimes leave their wives. But women are--are unfertile after that. And we all go through that. We must remember that it's things that we must bear with one another and understand those things.
And little Edith has got in this condition, and she's lost much weight and she looks bad. And--and I tell you... Some night (not all of you together), but just a little trip down... They set up with her day and night. And a--a little trip down there from this Tabernacle and--and the different tabernacles, the--the sister tabernacles here... Some of you people go down and see the Wright family; I'm sure they'd appreciate it. Just go down, set with them a little while, and talk to them, shake their hand, and--if no more than a little friendly visit. We--we forget that so easy, you know. And when it comes to our own home, then we appreciate it; and we must remember, others appreciate it too. And the Wright family, I'm sure, would appreciate that. I--I know you would've done it if you'd knowed this condition existed. But you didn't know it; so there--therefore, I was telling you this morning for it.

3-2 Go and visit the Wright family and try to cheer Edith up. Don't--don't tell her she looks bad; tell her she looks good. She's going to be fine (which she'll be all right) if we just keep holding on for her. That's what we're here for. She's our sister, and--and we're here to hold on in these times for that child; just like I want somebody to hold for me and pray while I was going through my trials, and you want somebody for yours.
And--and the Wright family has been a--a long--one of the oldest members that comes to this gathering: them, I guess, and Brother Roy Slaughter and Sister Slaughter. I seen them just a few moments ago, waved at them when they come in, thought to myself, as I drove around the corner, "How many years have I seen Brother and Sister Slaughter take their place in this church through the ups-and-downs, and still wading on?" And the Wright family and like that... You appreciate those people. You see? And let's--let's show our appreciations to them.

3-4 Now, I--today I got a long message. It's on an indictment. And--and then tonight I hear there's communion and foot wash and so forth. So the pastor will speak, and we'll have--we'll come down... And if you, if you're around, come and enjoy the--the message from the pastor, from the Lord. And then also, from the foot washing and the--and the communion tonight, it's to be a--a real heavy, packed night. So we'd be glad to have you, if you have no other place to go.
And we want to appreciate Don Ruddell, and--and our brother, and Brother Jackson (and--and these brethren are--are brother, sister churches that's associated), Brother Jack Palmer over here, who keeps the--the group down in Georgia. And we--we--we want to appreciate these men with all of our heart, for times when we have services, when I come in and--they--they come to visit us. And we appreciate it.

4-2 I see this morning my good friend, Dr. Lee Vayle and his wife. I recognized Sister Vayle there first, and I kept looking around to see where Brother Lee was. And I got a--a (what the old southern expression), "a crow to pick with him." See? Whenever I got... I looked for him every day at that convention, to be down there to help me out. I said, "Well, if Lee comes, have him preach, and I'll just make prayer for the sick." And we paged him, and everything else, and never could find him; so I'm--I'm--I got a--the crow to pick with him when I get to talk... And we're glad to have Brother and Sister Vayle in this morning.
And maybe there's many more here that we don't understand. I see a sister here, I believe, from Chicago. I can't--I know the group here, but I just can't call their names exactly. So we--we appreciate them from everywhere, wherever you are.

4-4 I see the brethren here, two young fellows that's to be ordained (young in the ministry at least) this morning. Two--our colored brethren from up in New York has just received their credentials through the Philadelphian church and given this church as where they come from. And we're going to lay hands upon them, that God will bless their ministry in New York. We got two or three little churches up there. I believe Brother Milano has a--one of the little groups there, and we are--we appreciate them. And--and here's two more going out now to make--have services for the people there. And we're--we appreciate these things. The Lord bless you richly.

5-1 So many, I look around and see different ones of you; just can't call all their names, but I know that He understands.
Now, I believe if our sister, the pianist, or one of them will come here and play for us:
When the coal of fire had touched the prophet,
Making him as pure as pure can be,
And when the Word of--voice of God said, "Who'll go for us?"
Then he answered, "Here am I, send me!"
When we ordain these ministers by laying on of hands... Now, we realize that the Scriptural way of ordaining a minister is laying on of hands. I think that's where our Latter Rain brethren, or the Battleford people, and so forth, got mixed up and--when they seen that laying on of hands to impart spiritual gifts. Now, we do not believe that gifts comes by laying on of hands. We believe that laying on of hands is a sanction to what we've already seen. See? It's a "amen." See?

5-3 Now, when they laid hands upon Timothy and upon those brethren, they had noticed in them men was the gift. Remember, "stir up that gift, which was in you, come from your grandmother Lois." And they seen this in Timothy; and therefore, the elders laid hands upon him, ordaining him, not put hands upon a man that nothing has ever been showed forth. You see? And they just asked the blessings, and we all believe that. So we don't impart spiritual gifts; we only recognize them and lay hands upon them to sanction them, that we believe that God has done such things for the people.
I noticed this morning way back in the back, Brother McKinney from a (I believe it's Kinney or McKinney.)--the Methodist minister, setting back there, just recently been ordained here too (I believe that was right, from the platform.), for to hold forth up in Ohio with Brother Dauch, and Sister Dauch, and the group from up in Ohio. Oh, when we all gather together, these little places coming together, it's wonderful. No denomination, no ties of nothing, but only to Jesus Christ, that's all (See?), just setting together in heavenly places.

5-5 All right, sister, if you'll give us... Let's just sing this one verse of that "When the coal of fire had touched the prophet." Let's sing it together now.
When the coal of fire had touched the prophet,
Making him as pure as pure could be,
When the voice of God said, "Who'll go for us?"
Then he answered, "Here am I, send me!"
Speak, my Lord; speak, my Lord; (Now, brethren will come forth if you will.)
... and I'll be quick to an... (Let the other minister brothers come forth, if they will, that's going to lay hands upon...) my Lord; (Associates of the tabernacle here: Brother Ruddell, Brother Lamb, and them. Right here, if you...?...)... and I will answer, "Lord, send me!" (...?...)
Oh, millions now in sin and shame are dying;
Listen to their sad and bitter cry;
Hasten, brethren, hasten to their rescue;
Quickly answer, "Master, here am I!"
Speak, my Lord; speak, my Lord;
Speak, and I'll be quick to answer Thee.
Speak, my Lord; speak, my Lord;
Speak, and I will answer, "Lord, send me!"
Brother Branham: What is your name, brother?
Brother Hunt: Orlando Hunt.
Brother Branham: Brother Orlando Hunt from New York City, is that right? Brother...
Brother Coleman: Joseph Coleman.
Brother Branham: Joseph Coleman.

6-2 Now, if you'll just turn to the audience, my brethren. Brother Hunt and Brother Coleman, a call of God upon their hearts. And as we have just sang the song, "There's millions now in sin and shame are dying," they have heard that sad and bitter cry. And we ask them, "Hasten, brothers, hasten to their rescue." See? Quickly answer, "Master, here am I!" That's the way they're answering this morning.
And as we, as brethren of this church, and this group, sanction this by laying our hands upon them and giving them the right hand of fellowship, as to be witnesses of Jesus Christ with our support here: that we will back them up in everything that's honorable and right in the Gospel. Our prayers will constantly be for these men that God will use them to honor Him. And may their ministries be rich and great in New York. May their--their life be full of service for Him, bringing in precious sheaves to the Kingdom. May they live long, happy lives. May the Lord God undergird them with His everlasting Presence, and give to them health and strength, and keep them in His service until Jesus Christ shall call them to the eternal home in the heaven of rest.

7-1 Let the congregation now, as we bow our heads, and we ministers go forward to lay our hands upon them... [Brother Branham steps away from microphone--Ed.]
Our heavenly Father, we lay our hands upon Brother--in the Name of the Lord Jesus Christ, as what we have known of him, Lord, has been righteous. And we thank Thee for this call in his life of the ministry. Lord, speak through this brother; win souls, bring deliverance, Lord, to those that are in captive, both sickness, and--and mentally, and physically, and spiritually. Lord, give him a real ministry, that he might, at the end of his road, look back down through that long trail and see that he's been able by the grace of God to capture every enemy. Through Jesus Christ our Lord we ask it. Amen.

7-3 Upon Brother Coleman, we also lay our hands as witnesses, Lord, to give sanction to his call, that we, this church, this group of people, believe in him as a servant of Christ. And we ask that You bless him and give him a great, mighty ministry, that he will win souls for Thee, Lord, and deliver the captives, and--and break the powers of Satan that's around the lives of the people that he associates with. Give to him, Lord, a fruitful life, good health and strength. And too, when he comes to the end of the road, God, grant that he can look down a long trail and see where by the grace of Jesus Christ he's been able to break every fetter of the enemy to honor God.
Heavenly Father, may these men now so live and work in the harvest of God. May Your blessings rest upon them and be with them until the time that we all gather at the feet of our great Master. In Jesus Christ's Name we ask it. Amen.
God bless you, Brother Hunt, give you a fruitful ministry. God bless you, brother, and give you a--a fruitful ministry too, brother. God bless you. Again.
When the coal of fire had touched the prophet,
Making him as pure as pure can be,
When the voice of God said, "Who'll go for us?"
Then he answered, "Here am I, send me."
Oh, speak, my (May He speak to many young hearts.) speak, my Lord; (...?... called of God.)
... and I'll be quick to answer Thee.
Speak, my Lord; speak, my Lord;
Speak, and I will answer, "Lord, send me!"

8-2 How we thank the Lord this morning for this great honor of the church witnessing the sending out of ministers in the field in this last days. Grace of God go with you, my brethren. I hope He sends you to the foreign fields and across the world, preaching this unsearchable riches of Jesus Christ, where it's so needy, so needy the world is today.
Now, so much of these good things, we just have to take a little here and a little there in order to get it all in the service this morning. Now, today we are... I'm speaking upon a subject that I... I sometimes don't like to approach these real terrific times.
Now, last Sunday, if some of you wasn't here and--and didn't get the message of "The Third Exodus," and if you like the tapes, I believe you'll enjoy that one: "The Third Exodus."

8-5 What have we got, a sick boy here, or something? Oh, a little crippled boy. Yes. May God bless him; that's it. All right. Just at the end of the service we'll go pray for the sick anyhow. You see? So we... Now...
We are--we ask you, maybe if you can, to get the message on "The Third Exodus," the third time that the Light, the Angel of the Lord, that has called the people to an exodus, has visibly showed Itself on earth in an exodus. See? I think that's real outstanding to me: "The Third Exodus."
Would you care if I took off my coat? Say, it's awfully warm in the Tabernacle this morning, and the only air conditioning we have is--is what you could fan. You have to generate your own power. So we are planning on someday putting a cool system in here, as soon as we can get things fixed.

9-2 Now, we would appreciate, if you--if you like to--to hear the message. The Third Exodus... Now, we've had many exodus, but we can definitely put our hand on the place, time of three exodus that God in the form of a Pillar of Fire has come down to call and separate people. And now, it's separating a people.
And we find out that when He called His first exodus, He went before them in a Pillar of Fire and led them to a--leading them to a land, where later He appeared before them in a form of a Man called Jesus Christ. (He come from God and went to God.) And the--then He was rejected. And He come then to call a people out of a--out of a formal condition that they had got into, like they had down in Egypt: they give away to sin and to the--the ways of the Egyptians. And God called them out.
And now, we find the second time they give away under captivity to a--a Roman Empire. And they got off in the creeds and got away from the real sincerity of the worship, and God again sent another exodus. And the--He appeared in the form of a Man that led men.

9-5 In the first exodus He was a Pillar of Fire. Then when He came on earth in the Lamb, to where He led them... What a beautiful type it'll be in the millennium, where He's leading the church now. We shall see Him as He is. We'll have a body like His own glorious body.
And today, by the Light of the Gospel reflecting from a Light, a Pillar of Fire visibly among us... Science has seen It; It's in the magazines and across the world; and It's both scientifically and spiritually recognized as the same Pillar of Fire, by the same signs and same things It did always.
And now, in the midst of days when there's a lot of fanaticism and things, yet, God always identifies Himself. Now, we find this, and what a glorious thing it is to know that this earthly tabernacle, someday this old frail body that we're sick and afflicted in, will be changed and made like unto His own glorious body. Then we shall see Him as He is and be with Him in the land that we're bound for today. Oh, I--almost make us feel like standing and singing, "I'm Bound for the Promised Land." They'll probably be singing that at the baptismal service anyhow, 'cause that's our baptismal song.

10-1 Now, to the brethren, both here and in the land of where the tapes go (And that's world around.), this messages are not directed to any certain individual. And we wouldn't want people to think that we are some sort of a clan or a bunch of fanatics that's been--gathered ourselves together to separate ourselves, seemingly not having the faith, or separate ourself against anybody, or--or against God, or against the church. We are for the church, but we're only trying to point out by the Holy Spirit and His help, the reason for this segregation that we have today. We--we do not believe in it. We believe that all churches ought to be fellowshipping together, not segregated away, the Methodists to their group, and the Baptists to theirs, and the oneness, and the trinitarians, and what we have, all separated out. We believe that it should be together as one great, united group of the Body of Jesus Christ waiting for that glorious coming. They should not be separated at all.

10-2 And what separates it, there's bound to be some basic reason that we're not together. In studying it, I realize in studying it, it's not the colors of our skin; because yellow, black, brown, and white all separate in different organizations. It's not the kind of food we eat; we all eat the same food; we wear the same kind of clothes, and so forth. But I see where it basically it's at: is men who's got off the beaten path of the teaching of the Gospel. Each man... And there ought to be some way to definitely show which is right and wrong. And the only way you'll ever do it, is not put any interpretation to the Word, just read It the way It is, and believe It that way. Each man putting his only--own interpretation makes It say something different.

10-3 Brings it back to the original organization of the Catholic church, which the Catholic church believes that God is in His church, and the Word has nothing to do with it, and God is in His church. And we Protestants, as we find in Revelations 17, that all of them heaped up together, and that the Catholic church was the mother of all organizations. And we see that the Protestant organization, yet blindly, blindly, has the same nature of the Catholic church. The Bible calls the Catholic church a whore and calls the Protestant church harlots: said that the whore was the mother of harlots. And that is, people, that's a ill-famed woman, who doesn't live true to her marriage vows. And we all claim to be the Bride of Christ, and yet so untrue. What would make the untrueness? By living contrary to the--the discipline that God has laid out for His Bride to live by (That's my own opinion.), the Bible. And It is the infallible Word of God, I believe. And therefore, we find out that the Protestant church, in order to have an organization, separates itself even from the Scriptures to make its organization.

11-1 Ministers, ordained, will hold to things that they... How they come to my study, and in the rooms by the hundreds, and tell me, "Brother Branham, you make those challenges to people. Nobody's going to stand out there against that. They know it's the Truth."
"Why," I say, "why--why don't you do it?"
"Well, you see, if I do I'll be begging my bread. Not nobody... I've got a ministry I've got to get to the Lord. And I got to get to the people. And I'll have no backing up."
Do you only realize that Christ is our backing up, the Bible is our backing. See? But it's... See? Then that throws the--the Protestant church exactly the very same thing the Catholic church is.

11-4 "The Catholic church doesn't care..." Well, I don't say... I don't make it that rude to say they don't care what the Bible says. They--they believe the Bible, but (See?) they got a... Apostolic succession is what the Catholic church is based upon; that's the succession of popes, and call Peter the first pope and on down. Now, they--they believe that; they--they emphatically believe that.
And the Protestants (See?), they--they gather together and have an organization just exactly like they did at Nicaea, Rome, where they organized the--the Catholic church by the--at the Nicaea Council. And we find that they're both the same; they're both the same: they leave the Word of God to make an organization. See? And then when it comes to many great truths, that seems strange today, it's foreign to them, because they've only been taught by a ritual. We have no ritual but the Bible. We have nothing but God's Holy Word, and That's where we stand.

12-1 And now, today I want to read some Scripture, just a minute, from the holy, sacred Word of God, found in the Book of St. Luke, the 23rd chapter of St. Luke to base--get a--a platform of what I--I want to say, a basic thought on the thing that I want to speak on. And you're turning now to St. Luke the 23rd chapter. And I want to read one verse; that's all I need for this basis this morning to place it upon. Now, we read the 20th--the 23rd chapter, the 33rd verse of the 23rd chapter:
And when they... came to the place, which is called Calvary, there they crucified him, and the malefactors, one on the right hand, and the other on the left.
Now, I want to take four words out of there, out of that reading to base what I want to say: There they crucified Him: four words. And I--my subject is called... I'm--I'm bringing an indictment to the denominational churches of this day and also many of the independents for crucifying Jesus Christ afresh in this day: indicting them.

12-3 This morning it's called "The Indictment." And I want to kind of use it more like that it was like a room, of a courtroom, where there was... And after all, the pulpit and the church is a courtroom. The Bible said it's a judgment seat at--at--that it must begin at the house of the Lord. And this is like the--the throne, and the--and the jury, and the witnesses, and so forth.
And I have today, for my Witness is God's Word, and my indictment is against the churches of today. Now, I--I'm not bringing the sinner into this; I'm just speaking this to the church. And it's--it's to be in the--the--the tapes now, and I--I'll try to get through as quick as I can.

12-5 I indict this generation for the second crucifixion of Jesus Christ.
And now, to do this in this age that we live in, I--I do... In this I must show a evidence. If I have to bring an indictment, you have to show an evidence of the criminal offense that has been done. I--I have... To indict them I--I have to bring the--the evidence to prove it, that it is--that what I'm saying will stand up before the main Judge, which... And I take myself as an attorney to--on this indictment.
That the Word of God being my Witness, I indict this generation for the crucifixion. I must show, and will show, that the same spirit is on the people today that brought the first crucifixion and doing the same thing. I--I must do that, if it's going to be a crucifixion that they've crucified. I must show to the--the people that the same attitude in the people today is doing the same thing spiritually that they did physically then: they crucified physically Jesus Christ the Son of God.

13-2 And now, today by the same Word and by the--the same Holy Spirit, and the same Word, I--I wish to show the churches their--their--where their stand: that they are doing the same thing today (And the Bible said they would do it.), and prove that this is the day that we're living in.
It could not been done a few years ago. I say fifty years ago it could not been done. But today this is very timely. And it could not have been done, maybe, ten years ago, but it can be done today, because the--the time is run out. We are--we are at the end time. And I believe, as His servant, that we are--we're just about to cross from this land to another.
Therefore, the time for repentance for a nation, it's gone. I believe that this nation cannot repent. I believe that it's crossed the line between mercy and judgment. I believe she's toddling in the balance.

13-5 "Brother Branham, before you start your case, how you going to prove that?" Just this: that we're guilty of the same sins that God destroyed the world by in the antediluvian world. We're guilty of the same sins that He destroyed the world in Sodom and Gomorrah. And now... And we got all the same spiritual evidence laying here before us, all the same spiritual evidence, worldwide known, that brought down the mercies of God upon those generations, that also to reject brought judgment. So if this generation has rejected the same mercy that was spurned in them days, God would be unjust to let them get by without judgment.
As Jack Moore, a friend of mine, once said, "If this nation gets by without a punishment from God, then God would be obligated to raise up Sodom and Gomorrah and apologize for burning them up."

14-1 Now, we know that spiritually they're doing the same thing today, for they are doing it to--for the same purpose and in the same way that they did in the crucifixion of the Lord, physically. They're doing it because of jealousy, because of spiritual blindness, that they don't want to see; they won't listen to it. Jesus, in His journey here on earth, He said, "Well did Isaiah speak of you; you got eyes and can't see, and ears and can't hear." See?
The same reason, the same--the same purpose, and the same reasonings, they're bringing the crucifixion of Christ anew, afresh (as we'll get to it after while), for the same reasons that they did then. They cannot find nothing against it; they're daresn't to try to challenge it. And they know the evidence is there; and they know the Bible says so; and the only thing they can do is blaspheme it. That's exactly. So... And all this, the same reasons...

14-3 And now, upon this basis I challenge this generation of the crucifixion of Jesus Christ, for crucifying, and guilty. With dirty, wicked, selfish, denominational hands has crucifying the Prince of Life that wanted to present Itself to the people.
You say, "The same Person?"
In the beginning was the Word, and the Word was God. And the Word was made flesh and manifested Itself. The Word was manifested in flesh, and they condemned the flesh and put It to death; because the Word was manifested. Hebrews 13:8 said Jesus Christ is the same yesterday, today, and forever. It's the same Word. See? And for the same reason they are trying to crucify the Word.

14-5 Now, to my text, to break back upon the subject that I want to take: "There"... the four words. Let's explain "There." There, the most holy city in the world, Jerusalem, there, the most religious city in the world... "There they," the most religious people in the world, at a religious feast, the feast of the Passover. "There," the most religious spot, the most religious city, the--the greatest of all the organizations, the head of all of it, there they, the most religious people in all the world, had gathered from all over the world. They crucified, the most shameful death that could be--a person could be killed--naked, stripped the clothes from Him. He--He despised the reproach. They... The crucifix has a--a--a rag wrapped around Him, but they stripped his clothes from Him. The most shameful... "There" (the greatest religious city) "they" (the most religious people) "crucified" (the most shameful death) "Him" (the most precious Person).

15-1 If that ain't enough to condemn this generation... "There," the most religious organization, the biggest of all the churches gathered together in one place; "they," the most religious people of all the races, the people who was supposed to be the very worshippers of God... They gathered at the greatest holy feast they got, the cleansing of the--the Passover, when they was brought from bondage into liberty. And there in that time, "they," at that time, the most religious people, in the most religious feast, at the most religious place, brought upon the Prince of Life the most shameful thing that could be done: to strip a man and to hang him on a tree; because "Cursed is he..." said the law that they worshipped by, "Cursed is he that hangs upon a tree." And He was made a curse for us. Stripping His clothes, beating Him, and mocking Him, the very God of heaven, taking His clothes from Him, and nailing Him to a cross... "Him," there they crucified Him under Roman capital punishment.

15-2 The most shameful death today would not be shot. The most shameful death today would not be--to be run over by a car and killed, drowned by water, burned by fire; but the most shameful death today is public capital punishment, where that the whole world condemns you and calls you guilty. And the whole world put their hands upon this Man and called Him guilty when He was innocent. And He died under the enemy's, not His friend's, not His laws, but under the enemy's crucifixion: the Prince of Life, the most precious Person that there ever lived, or ever will live, Jesus Christ, Him, the most precious Person. Keep that in mind now as we build that platform around today.

15-3 Could you imagine, at a place like Jerusalem, where for twenty-five hundred years or more, that the people--or hundreds of years... I may be a little long in that. Might've been about eight or nine hundred years or something. I don't know just how--what the distance from the time Solomon built the temple. I imagine, about eight hundred years, something like that. And they'd looked for a coming Messiah. They had gathered there for the worship of the Passover. Just think of it now: the head of all of the Pharisees, Sadducees, and what-have-you, one great gathering to worship God... Most holy place, Jerusalem, the temple of the Lord, and the people of the Lord took the Lord, Himself and crucified Him with capital punishment. Such a thing.

16-1 Now, them four words: "They--There they crucified Him." Now, you still show the Bible. You see, it's just four words, but the Bible condenses Its Truths. Now, me, I have to go way around and explain what I'm talking about, but the Bible don't have to explain nothing. It just is all Truth. So they--the--the--the Bible don't have to explain anything. It--It--It doesn't have to explain it, because It is all the Truth.
Here is four words of Its great chain of Truth. I'll try to explain it. And to try to explain It clearly would make a library. There's no way for me to explain those four words. But now, let us, by the help of Him Who caused it to be written, try to explain these four words, to bring it in such a way that people would understand it.
What we got before us now? We got the first crucifixion laying before us at the most holy place, the most religious people, the most shameful death, to the most precious Person. Oh, it's such a contradictory. My, oh my, it's disgraceful.

16-4 Now, let's take first the first word: "There." Let's talk on it a few minutes before we bring the indictment. We'll break this down and show you what they was doing, then we'll find out if my indictment is correct or not. "There," Jerusalem, most holy temple, place, 'cause the temple was there; the most holy place, because it--the temple was there, and Jews from all over the world gathered to this one place, a meeting grounds for worship. The most--greatest place for worship that there was, was at Jerusalem. The temple was there. And it's written, "All men ought to worship at Jerusalem." (All right.), because it's a center of worship.
And today you hear them... One of them wants to say they, "Oh, we come to these great conventions," where these denominations have it. And--and then we have the--the opening of the--at the Vatican City, and--and these ordinations of popes and so forth. They, everybody says, "We all ought to go to the campgrounds of the Methodists, or the--the Bible--Baptist convention," or--or, "We all ought to go to--to Rome." And there where the great center, they call, of Christianity...

17-1 During the time of the last war, when Rome fell, these German soldiers (Many of you boys know about this.), them German soldiers got back up into the Vatican City there and firing out at the Americans as they were advancing. Brother Funk, and Brother Roberson, and many of you, Brother Beeler, and many of those brethren who was in that war knows. And you know what? We issued orders that they could not fire on that city: Americans. You stood there, and you was a target to them; but at the West--the Westminster Abbey at the--in England, you could fire on that all right. That's where the Protestants gathered, so it was all right to fire on that, but not to fire on the Vatican; because as President Roosevelt... I heard his speech when he--when he broadcast it that night, called, "A Fireside Talk." He said, "When Rome fell," he said, "such a shame, because Rome is the head of all Christianity." Could you imagine a Protestant saying that?

17-2 So the great center of Christian religion... Well, we're going to--we're going to place that like Jerusalem, if you wish to. If you'd like to do that, let's put that at Jerusalem. The head of all these other, the--the--the Sanhedrins, and--and of the Pharisees, and of the--the Sadducees, all of them went up to Jerusalem. That was really the headquarters.
And in the organizational life, you've got to admit that Roman Catholic church is the mother of all of it. She sure is. And it started from Pentecost, 'cause that's the way they got to when they organized. Now, we, the Protestants, are just little sisters off of that church.

17-4 And now, let's say it would be there at the Vatican today, or there at Jerusalem, as it was at that day, when all men ought to come to Jerusalem to work--worship. Why did they do it in the days of--of Jesus? Why did they say all men should worship at Jerusalem? For there's only one place that God will fellowship with man; that is under the blood of the sacrifice. That's the reason they had to come to Jerusalem. God will never meet with man nowhere else, but under the Blood. When you turn the Blood down, then your meeting place with God has been taken away. God made His first decision in the garden of Eden, that man would only worship Him under the shed blood of the sacrifice. And that's the only place that God met with men then; and that's the only place that God ever did meet with men; and that's the only place He meets with men today, is under the shed Blood of the Sacrifice. See?

18-1 I don't care if you're a Methodist, Baptist, Presbyterian, if you can forget your differences (Roman Catholic, whatever you might be) and will come under the shed Blood, God will meet with both of us there. That's where we can all meet and fellowship on the same grounds. But otherwise, He will not meet just because you're a Methodist. He'll not meet just because you're Pentecostals. He'll meet with you under one condition; that's under the shed Blood, when your sins has been confessed and expelled in His Presence. Then by the Blood... And the Blood is always before Him; and therefore, He only can see you through that shed Blood. And you're white as snow (See?) when you've confessed your sins; otherwise, you're not there. You cannot fellowship.

18-2 That's the reason that you don't see things happening in the churches; they confess that they believe the Blood, but they reject the very plan to get to the Blood, the Word. See? There's only one way God will honor that Word. You'll never honor that Word, come and say, "I'm a Roman Catholic; I demand this to be done." You can't do it. Methodist, Baptist, or Pentecostals, you can't do it. The only way you can do it is under the mercies of God through His grace, is to come through the shed Blood of Jesus Christ; say, "Lord, I claim the promise." See? And then if you really are under that Blood, God's obligated to that Word. But first, you've got to be under that Blood. You see it now?

18-3 No wonder they can't believe in miracles. No wonder you can't believe in the supernatural. No wonder they condemn it. The same reason they condemned it back there is the same reason they condemn it today. You're guilty as guilty can be, 'cause only under the shed Blood... And those who would dare... Some little brother, who dares under humility to take God at His Word, and walk out there, and confess his sins, and forget all these dogmas and things, and stand there under the Blood, and believe It, then they want to call him a fanatic. They want to class him, a--as we'd say it (It's not a good word to use at the pulpit, but I--and so that you'll understand.), he's a oddball. After all, aren't we all oddballs? See? The believer's an oddball to the unbeliever, and the unbeliever's an oddball to the believer. So who is the oddball? See? The farmer is an oddball to the businessman; the businessman's an oddball to the farmer. See? So who is he anyhow?
I tell you; salvation is an individual affair with man and God alone: one individual, searching out our own salvation with fear and trembling. And I know no other basis, as a teacher this morning, or as a minister from Christ, than to lay it down upon the Word. I cannot place it on anything else.

19-2 Now, we find there then, that only under the blood, that God met the worshipper, so they met at Jerusalem. And Christ is God's provided Lamb of sacrifice. And today there's only one place that God will meet man, and that's under the Blood of Jesus Christ. Anywhere else it is condemned; God will never hear it. You might do all kind of a--emotions, and all kind of isms, and shake, and jump, and have blood and fire and smoke and everything else; but as long as that life isn't compared with the Word, and God thoroughly identifying that life; then there's no need of trying it, because you're out. And God will never meet it till it comes under the care of that Blood. That's right.

19-3 So you see, in the Scripture we've got a Jerusalem (the church has); it's in heaven, a heavenly Jerusalem where God is God. And today, it's not under some creed or something that we try to make it a Jerusalem. We'd like... The Methodists would like to not--like to make the--the Methodist headquarters at Jerusalem; the Catholic like to make Rome. And--and the different places where we have our headquarters, we'd like to make that our--a Jerusalem. But the Bible says that our Jerusalem is from above, which is mother of all the believers.

19-4 Now, and Christ is God's provided Lamb. Notice how appropriate it was now, showing that that Jerusalem had--was ceasing. When? It was in effect until that hour; the blood of the lamb was all right until that day. But now, at the crucifixion it changes. The old system is done. There was a new one, and the--the Lamb was at the sacrifice. The Lamb, the sacrificial Lamb, was on the grounds. They were condemning and doing the very thing there that they had to do. That's right.
God be blessed for seeing this wonderful, heavenly Light in this last day, because the churches is doing the same thing today. Until the hour that organization religion is condemned and proved to be sacrificing Christ's Word, from then on comes the Word and the Word only. From... The old paschal lamb passed away, and Christ become our Lamb at the day of the crucifixion. And the day that the denomination crucified the Word of God and accepted a creed in the stead of the Word, that's the day the Word come into full effect. That's just been recently.

20-1 Notice secondly: first, "There," Jerusalem; secondly, "They." They who? The Jews, the worshippers. Think of it. The worshippers themselves was killing the very One they--they claimed to be worshipping. Could you imagine such a thing as intelligent men that were priests, that were trained, that had doctor's degree till they probably... They--they had to come out of a certain generation before they--or--or tribe before they could even be a priest. They had to be Levites. Their fathers was priests; their grandfathers was priests; their great, great, great, great, great grandfathers was priests. And they had to live such a consecrated life, till one iota against them, they'd be stoned. No mercy was granted. Holy? Certainly, but self-made holiness, had to act like that to show their face for their church. Inside of them Jesus said, "You're full of dead men's bones."
How I could bring an indictment right there at men who know that to be the Truth, this Word to be the Truth, and will compromise on It to show a face before some organization. See? I have a right to indict them (That's right.) upon God's Word.

20-3 Notice, "They," the worshippers, the men who had looked for the promise, the men who had looked for it through years and ages and with nothing to do but in that constant seminary; but they had divided the Word according to the teaching of the seminary, and they had missed the very truth of It. "They," the priests, the ministry of that day; "there," at their headquarters, "they," the ministry of that day was killing the very God, the very Lamb. The very One that they claimed they were worshipping, they were killing.
And today I indict this bunch of ordained ministers. In their creeds and denominations they are crucifying to the people the very God that they claim that they love and serve. I indict these ministers in the Name of the Lord Jesus, upon their doctrine, that claim that the days of miracles is past, and that the water baptism in the Name of Jesus Christ is not sufficient and not right. Upon any of these words that they have substituted creeds for, I indict them as guilty, and the Blood of Jesus Christ upon their hands, for crucifying afresh the Lord Jesus the second time. They are crucifying Christ to the public, taking from them the thing that they're supposed to be giving to them, and they substituted something else in Its place: a church creed for popularity.

21-1 There "They, they," the ones who ought to have knowed better... If anybody should've known better, it should been them ministers. If anybody should know better, it should be the clergy of this day. If anybody ought to know, the--the bishops, and archbishops, and--and ministers, and doctors of divinity ought to know different. But why can't they? Oh, what a contradiction. What have we got before us here but a contradiction? They claim that they worship God, and they are killing the Prince of Life.
"They, There they crucified Him," and here "they" again do the same thing, for He is the Word. That's what... He's only a reflection of the Word. And that's what He is today, a reflection of the Word, trying to find--find somebody to reflect Himself through.

21-3 And these people keep the congregation away from God. And--and if there's anything happens, and it's spoke of in the congregation, they condemn it from the platform, from the pulpit, and say, "It's fanaticism; stay away from it." In doing so, they crucified Jesus Christ in 1963, and are just as guilty as those guys at the--at that day. That's an awful statement, but it's the truth.
Upon... That's exactly what they do today. And upon this grounds, upon the grounds of crucifying Christ, upon the grounds of taking the Word, and taking It away from the people, is exactly what they were doing there. The very Word that God was reflecting through His own Son to prove It was, and the One that they claim that they loved, the Jehovah that had manifested Himself by the Scriptures, done exactly what He said He would do, exactly what God said He would do, and reflected It before them. Because the love of their church groups and things like that, they condemned the Prince of Life. And I condemn the same group today and indict them as guilty before the--God, by the Word of God, that they're doing the same thing. This generation is indicted.

22-1 Remember Hebrews 13:8. He's the same yesterday, today, and forever.
How did they indict Him? Because that their creeds would not accept Him. And down in their heart they knowed different. Did not Nicodemus, in the 3rd chapter of St. John, well express it? "Rabbi, we, the Pharisees, the preachers, the teachers, we know You're a teacher sent from God, for no man could do the things that You do unless God was with him." See? They publicly witnessed it by one of their renown men. And...?... because of their creeds they crucified Christ. And today there's not a reader that cannot read Acts 2:38 the same as I can read it, and the rest of it just the same as I can read it. But because of their creeds and because of--of their denominational tickets that they got in their pocket (the marks of the beast that they're packing around as fellowship cards)... And taking those things, they crucify to themselves Jesus Christ afresh, and crucify Him before the public, and blaspheme the very God that promised to do this, bringing damnation upon the race.

22-2 Now, "There They," not the sinner, "They," that is, the church of that day, they found fault with the Man Who was the Word. Is that right? They found fault with the Man Who was the Word. Now, they find fault with the Word working through the man (See, they just vice versa it), which is in the person, this--the Holy Spirit is working through, is God's vindication. How did they know He was Christ? Because His works prove what He was. He said, "Which one of you can condemn Me of sin? If I haven't done just exactly what the Scripture said I would do. And which... Somebody tell Me where I failed somewhere, if I haven't showed every sign that--that I am the Messiah, that I'm the very One that you promised..."
Said, they said, "Well, we have Moses. We believe Moses."
Said, "If you would've believed Moses, you'd believe Me. If you... Moses seen My day and--and desired to--to live in this day. Moses seen it afar off in the prophets. And here you are living right by it and condemn it." Said, "You hypocrites," said, "you can discern the face of the skies, but the sign of the time you can't discern." There it is, the sign of the time.

23-1 What did they class Him? A fanatic, a crazy man. Yeah, they found fault with the Man Who was the Word. He was the Word. St. John, 1st chapter proves it. "In the beginning was the Word, and the Word was with God. And the Word was made flesh, and dwelt among us."
He was the living Word of God, because He was expressing God through Himself. He was so completely the--surrendered to the--to the Word of God, that He and the Word was the same. And that's exactly what the church ought to be today, that the Word of God is the same. How can you be part of that Word when you deny practically all of It? And the reason it's done is not because the people. That's the reason I think God spoke to me about calling this people the "Rickies" and "Rickettas." It's because of these selfish denominations has got those people living out there in the way they're living. They crucified the Truth, and the people call It a blasphemy--and they make It blasphemy, rather. They call It fanaticism and so forth, and not knowing that they're blaspheming the very God that they go to church to serve.
Therefore, I indict this bunch of clergy today. I indict this generation in the Name of Jesus Christ, under the authority of God's Word: you are crucifying Him again.
Notice, He's the same yesterday, today, and forever, God's Word a-vindicated in a Man.

23-4 Compare the two Calvary's and their accusation. Remember, "Because he made himself God, we will not have this man rule over us." What was the accusation that they could find in the council that morning when they crucified Jesus? That He made Himself God (He was God.), and He broke the Sabbath (And He was the Lord of the Sabbath.). They condemned Him because that He made Himself God. "You have no right to do this. You have no right. Our high priests... If anything is coming, it come through our priests."
Now, compare that with the Calvary today. When God (it so pleased the Father, God, the Spirit, to raise up His own Son) overshadowed the--Mary by the Holy Spirit and brought forth a body that could serve Him and serve His purpose to... He--He... The--God was in Christ, the Fullness of the Godhead bodily, in Him reflecting what God was to the people, letting the--letting the whole world know what God wanted each individual to be: a son and daughter. He took one Man and did it. And because that He didn't join with their organizational ranks, they condemned Him and crucified Him.

24-1 Now, compare that Calvary with today. Because of organizational prejudice, because of indifference between scholars who ought to know God's Word and plan; because of this, God can take a little group of people that He can work through somewhere and reflect Hisself, who will humble themselves to the Word. And they cannot say it isn't so. They could not say He didn't do it, for their congregation was witness of it. It was before them. They couldn't deny it. They couldn't deny His claims, because the very Word that they said they believed was the One Who proved that He was, because God took the Word that was supposed to be the Messiah and show It through a Man. And they had to get rid of Him. It's the only way they could go on was get rid of the Messiah. And they did it through blindness and ignorance, regardless of their education. They were smart, intelligent, worldly speaking, as we compared the other night. When the Light struck the rich young ruler, look what he did. He rejected--a smart man. Paul, another smart man, the Light struck him. What did he do? He accepted It. He forgot it, all he every knowed, that he might know Christ. That made his life worthy of the Gospel. (Last Sunday night's message.)

24-2 There it is today. It strikes, maybe, some little man that's went off, had a call of God, he felt, went to some seminary and learned some creed. He must live by that creed or give up his fellowship card. If he does, he's black-marked. Nobody else will have him, because once he belonged to something else; and now, he don't belong to it. They figure there's something wrong with that man, and they will not have him in their congregation, when the congregation are only looking for only one sign, that is: if he believes what they believe. If he's got a card, if he's a Methodist... If he's a card--he belongs to another fellowship, or oneness, or trinitarian, or whatever it might be, Church of God, or in the Pentecostal ranks, all those ranks... If he packs a card, they feel that the headquarters has looked him over, and tested his mind, and give him a psychiatrist's test, and see if his IQ was high enough that he could speak before them. If he don't, they turn him down. That's right.

25-1 But you see, the congregation ought to be watching the hand of the Lord: see whether God's give him his ordination or not. That's what they ought to be looking at. But today they crucify the--the--the Son of God afresh. When a man is able by the grace of God, be called of God to--to let God reflect Hisself through him... "The works that I do shall you do also," He said.
Notice what a day that we're living in. They--they take--they--they take the--the very Calvary (we can this morning) and the very reason... Now, they knowed that was Truth, but because of jealousy, prejudice... What did Jesus say to them, "If I cast out devils by the finger of God, then who--who do you cast them out by? Let them be your judge. (See?) It I, by the finger of God cast out devils..."
Now, just like you heard them say, "Can you prove it's the finger of God?" I'd like to, I'd like to heard that question asked Him. They were too smart for that.
Notice. Because that He made Himself God (And He was God.)... "And we will not have him rule over us." But now, the thing--the same old cry comes again. "That Bible was written by man," they say. "We don't have to live by that." That's God's--that's God's Word; It's God Himself.

25-5 I was talking to a man yesterday, said, "Well, some man might've wrote that Bible."
I said, "Yes, there was. His name... We know Him as God." It was wrote in four thousand years apart almost, the Scriptures, back from Job, all the way to the New Testament, and wrote by hundreds--by--by--and hundreds of years apart, and was wrote by different men, and them not knowing the other, in different parts of the country, and not one word of It will condemn the other. I dare anybody to come under the Blood of Jesus Christ and claim any promise in There. God's obligated to take care of It. But they won't do it. They'll come, say, "Oh, Lord, I want to do something. Give me a great gift. Hallelujah, Lord. Glory to God. I believe I got it. Hallelujah." It'll never work. You might bring forth a lot of psychology, but it won't work. God's got to recognize that repentance; God's got to do that. We could say a lot along that line, but I hope you're--you're understanding.

26-1 Look. But now they won't have the Word rule over them. I say, "Every one of you return back; you're baptized wrong. You're baptized in the Catholic church."
"Who are you to tell us that?" It's not me; it's the Word. "But I tell you; we--we believe..." I don't care what you believe; it's what the Bible says. "Well, we don't have to live by that." You do do it, or you're under the judgment of this Bible, for, "Whosoever shall take one word out of It or add one to It, the same will be taken out of, the part, of the Book of Life"; let him be minister, clergyman, or whoever he is. You've got to come under the rulership of this Word, for It is God. The Bible says It's God. "We won't have It rule over us." They take their creeds, and denominations, and their--their little petty things that they believe in and has been adopted by councils of men, and take it instead of God's Word.

26-3 What did they do? They took a Barabbas, a murderer, instead of the Son of God at the day of the first crucifixion. And today they're taking some man's word, which is a lie and the way of death, and refusing to take the way of Life, God's Word. I condemn this generation, indict it in the Word of the Lord, that they're wrong. They're guilty of crucifixion, or trying to. Crucify the Spirit...

26-4 They call for a revival everywhere. How you going to have a revival when the Word Itself can't work through the people? I'd like for somebody to answer that for me. How can it do, when you deny the very revival itself? Well did the prophet speak of them, "forms of godliness." Their own forms back there denied the Word of Life. Their own forms today deny the thing that can bring them a revival. Their creeds and forms... Yes, sir. They take the denomination and their creeds instead of the--the Word, and that crucifies His Word and makes His Word of no effect to the people. When they see the Word of God so vividly in--It just place Itself, that God made the promise He would do this, and here He is doing it, and they make fun of It and get away from It, it's blasphemy. And they try to crucify the Word Itself. Why do they crucify It? They can't crucify the Word no more than they could crucify God. They could crucify the body that held God, the Son of God; they could crucify that, but they can't crucify God. He had to be that time, on account of being the Sacrifice to bring in many sons that's predestinated to Eternal Life. They had to do it then, but they can't do it now. They can't do it, for the Word Itself will live on. But they...

27-1 "What do they do? How do they form? What are you saying then, preacher? How you building your platform here that they crucify Him then?" They are crucifying the effects of the Gospel upon the people by their creeds. That's the crucifixion: that where the public set in these big morgues called churches, denominations, and draw a line of creed; and that had--the Word of God can't have an effect upon them, because they--they condemn the very things that Christ said would take place. It just don't come according to their creed, and neither did Jesus come according to their understanding of Him coming. He come in the way that God sent Him, and He come exactly with the Word. No wonder He's said He hid it from the eyes of the wise and prudent and revealed it to babes such as would learn. Do you understand? Oh, they have crucified the effects of the Word.

27-2 I got a bunch of Scriptures here. I might just quote two or three of them. They crucified... You say, "How did they crucify the Word?" When Jesus said that He's the same yesterday, today, and forever, Hebrews 13:8, they say, "In such a way He is." See? All right. And if Jesus said, His last commandment to the church, "Go ye into all the world (Mark 16)... Go ye into all the world and preach the Gospel; these signs shall follow them that believe,"... All the world, to every creature, it ain't half reached yet. And there's millions die every year that don't ever even heard the Name of Jesus. So it's still the general orders; it's still the commandment of God. "All over the world and preach the Gospel to every creature. He that believeth and is baptized shall be saved; he that believeth not shall be damned. And these signs shall follow them that believe: In my Name they shall cast out devils; they shall speak with new tongues; if they take up serpents, or drink deadly things, it shall not harm them; if they lay their hands on the sick, they shall recover." And they say that was for that generation, and they make the commandment of God of non-effect to this. And they crucify the effect of the Word to the people. Amen.

27-3 Peter said on the day of Pentecost (with the keys to the Kingdom that Jesus had just given him, "Whatever you say here, I'll say it up there.")... And on the day of Pentecost they asked what they might do to receive the Holy Spirit, if they was so enjoying It, watching in others acting what they would call silly: staggering, jumping, falling, and acting like they were drunk. And they said, "And those men are full of new wine."

28-1 But there was a man stood up by the name of Peter, who had the keys to the Kingdom; he said, "These are not drunken (Acts 2) as you suppose, seeing it's the third hour of the day. But this is that which was spoken of." See? Right back to the Word again, showing that the Spirit is still Word, and the Word's still Spirit, the Word of God. "And it shall come (as spoken by the prophet Joel, Joel 2:38), and it shall come to pass in the last days, saith God, I'll pour out My Spirit upon all flesh." Listen at that prophet stand there. Look at him, fearless, standing there upon that bunch and condemning them, indicting them. Said, "This is the Scripture. This is that that was spoke of by the prophet, 'I'll pour out My Spirit upon all flesh. Your sons and daughters shall prophesy. And on My handsmaids and maidservants I'll pour out of My Spirit. And I'll show signs in the heavens above, and on earth, fire, and pillars of smoke, and vapor.'" Proving It by the Word that It was the Word, and they laughed, and made fun of It, and they went to judgment; and the city was burned, and they eat one anothers' children. And today they're a scattered people throughout all the world, showing the Holy Spirit still remains the Word of God to bring this Word to make It live.

28-2 Jesus Christ was the Person, Man, God. Hallelujah. He was the manifestation of God. He was God in a body form to reflect the Word of God for that age, to make that age see God's promise for that age. And the Holy Ghost is the same thing today; It's the Spirit of God upon the written Word, trying to find somebody to reflect Itself to this age to prove that He's the same yesterday, today, and forever; St. John 14:12: "The works that I do shall you also": Jesus Christ the same yesterday, today, and forever. See? Constantly trying to find Its way to reflect Itself...
And they could not do it. The people thought so much of their denominations, their little nests that they had and so forth, called their churches, so they wouldn't listen to it. So do they do it today, same thing, crucify afresh.

28-4 Peter, on the day of Pentecost he said, "You men that dwell in Jerusalem, in Judaea, hearken to my words. These are not drunk. If you'll stand still, I'll show you what it is." And he goes ahead and explains to them. When their hearts was pricked, when they heard this, said, "What can we do to be saved? What can we do to receive This? We're convinced that your word is right."
He said, "Repent, every one of you and be baptized in the Name of Jesus Christ for the remission of your sins and you shall receive the gift of the Holy Ghost. For this is to you and your children, them that's far off, even as many as the Lord our God shall call." This is what they got to do: repent and be baptized in the Name of Jesus Christ.

29-2 And today, the Roman Catholic church adopted "Father, Son, Holy Ghost" to take that's place. Instead of that, a communion, lick out a tongue and take up a wafer, and the priest drink the wine, and you're one together: the communion, in the stead of being the Holy Ghost, called "Holy Eucharist." And a "Father, Son, and Holy Ghost," a trinitarian baptism, when it's not even spoke of in the Bible... The Name of the Father, Son, Holy Ghost is the Lord Jesus Christ. And when you show that to this untoward generation, as Peter said, "Save yourselves from this untoward generation," when you show it to them, what do they do? Make fun of it and say, "Our church don't teach it that way." Then you're guilty; you're guilty of the crucifixion of Jesus Christ by taking the power of God away from the people. You crucify the very Word to them, and you condemn yourself with your congregation and lead them into a death trap.

29-3 As I said about that minister last Sunday, was Martin Luther King down there with them precious people, leading right into a death trap. Oh, if somebody could only talk to that man. Wished I could. Just for an--a little uprising of the school proposition (See?), or some... What difference. My goodness, if the people ain't got heart enough to associate with a man because of his color, they're condemned and dead anyhow. The nation gives them right... Don't fight against it. Don't...
What if somebody said all the Irish, or somebody, all the German, or somebody else had to disassociate. That would never bother Christians; they'd move right on. And that man's a Christian. As--as a minister he shouldn't lead them people into a revolt against that. And they're going to cause millions to die. It'll start another revolutionary. It's a shame to do that.

30-1 The same thing happens right here. Exactly the same thing again. That's right. See? The people, how that they'd only look at Truth and see what Truth is... "Our church don't believe that. We got some other way." Well, it ain't the right way. It ain't the thing.
He said, "Repent, and be baptized in the Name of Jesus Christ for the remission of sins." Now, they won't do it. Oh, then what did they do? Now, that's just one thing upon hundreds we'll get to, maybe, as fast as we can.

30-3 Now, the second crucifixion then... If a man accepts "Father, Son, and Holy Spirit," a--a creed in the stead of the Word, titles instead of the Name, what does he do to the people? He crucifies the effects of the Word to the people. When he says that Mark 16 was just for that generation, and God said Himself right there, Jesus talking to them, said, "Go ye into all the world and preach the Gospel to every creature. He that believeth and is baptized shall be saved; he that believeth not shall be damned. And these signs shall follow them..." How far? Every nation, every creed, every tongue, every race, every people, the same Gospel. "And these signs shall follow them that believe." And when a man tries to cut that out of the Bible, he crucifies the effects of the Gospel to that congregation. So I indict you in the Name of Jesus Christ: You're guilty of murdering the Lord.

30-4 The church hated Him. Why? He was their very God. They hated Him and denied Him to be their Messiah. No, sir, they didn't want such a Messiah as that. And today the church does the same thing; it denies the Word. They don't want It; It's contradictory to what they've been taught to believe by their creeds. And the Word is the Messiah. You believe that? Well, the reflection of the Word then is what? A reflecting of Messiah, which is the Holy Ghost among us. He's reflecting Himself, tries to, wherever He can find a lamp that He can look through, that ain't smoked up with creeds and things. He can give Light through.

30-5 You remember they rose and trimmed their lamps and washed out the chimneys, but it's too late. So when a man sees these Lutheran, Presbyterian, Methodists, trying to come in in these last days to receive the Holy Ghost, why, you know they don't get it. Well, they might speak in tongues and jump up-and-down, but watch what happens. They absolutely... It's a time sign that she's over. We're at the end. Most any time the--the church could hear the challenge to come on high. Amen. Just exactly, setting just in order. The Holy Spirit here making Jesus Christ a reality through the ones that He can work through, proving Hisself; come down, takes His picture, shows it, makes science take--talk about it and everything else, proving just exactly what He said He would do. Doing exactly the things He said He would do, Scripturally. Not--or not some creed or some man's worked-up idea: a lot of blood, fire, and smoke, and stuff; but a Scriptural's Messiahic evidence.
Got a lot of impersonations, and impersonators, and--and so forth, but that only makes the real Word shine Its best. That's right. Lets people who are spiritual, and who can judge between right and wrong... See?

31-2 Denies Him. Denied their Messiah. "We didn't want Him." The same thing they do today. "Well, if I had to go down there and act like that bunch, I don't want it at all." All right, then you don't have it at all; that's all. See? Same now.
Although He was properly identified, they didn't want Him. They hated Him. Why was it? He called their pastors a bunch of snakes. He said, "You bunch of whited walls, you're nothing but a graveyard. The outside of you is polished with robes and turned around collars, and the inside's dead men's bones." He didn't pull no punches. One little bitty Galilean, a carpenter's son, but He didn't pull no punches; He told them.
"Don't think..." John said, the forerunner of Him, said (He's another didn't pull any punches.), he said, "Don't come around here saying how you got Abraham to our father. God's able of these stones to rise children to Abraham." Yes, sir, "The axe is laid to the root of the tree, and every tree that don't bring forth fruit is hewed down and cast into the fire." Yes, sir. God is strict and is firm and stern with His Word. Yes, sir.

31-5 Notice, Jesus, proven by the Scripture... Do you hear me? Jesus was identified by God through the Scriptures that He was Messiah. Is that right? We'll get to Peter's indictment in a few minutes, and you'll find out whether it was or not. He was thoroughly identified, that He was God manifested in a Man called the Son of God. That's right. Although He was properly identified and vindicated the promised Word, that He was Messiah... Moses said, "This Messiah, when He comes He'll be a prophet," and all these things will take place. The little woman with the--standing at the well and all that dirty condition that she was, what did that symbolize? That God in these last days would pull out outcasts.

32-1 Remember last night, the wedding--or the other time I preached here at--The Wedding Supper, He said--how He said, "I've made a great feast and so forth, and all these men, I've bid them; and each one had an excuse"?
"I can't do it because it would ruin our creeds."
"I can't come, because I have a--my... I've married a wife; she won't let me come."
"My, I--I got married to a church down here. My mother was Methodist, or Baptist, or a Catholic, or--I just can't stand for that."
He said, "And you won't come, and you won't taste My supper, but get out there and compel prostitutes, and harlots, and drunkards, and whatever there is. Bring them in, and I'll straighten them up. I've made My supper, and My--my guests--My table's set; and there's going to be somebody there." They didn't come; it's condemning them Jews. What about today?
"I--I--I belong to the Presbyterian."
"I--I can't... to the Lutheran."
"I'm a oneness."
"I'm a twoness."
"I'm a this; I can't--I can't..."
There you are. "You won't be there then." That's exactly what He said. All right.

32-3 Properly a-vindicated Messiah, properly a-vindicated the Word, the promised Word... The God that promised the Word, that this, what the Messiah would be, here He come and stood exactly; and He said to them, "Now, where have I failed? If you can't believe Me as a Man, believe the works that I do; for they are the things that tell Who I am. They're the ones that says I'm Messiah. You don't want to believe Me, because you think that--that Joseph over there... And I was borned over there in that little hut, and--and My--foster father here is a--a carpenter down there. And--and you..."

33-1 When He come into Galilee, there, they--and was going to make--he said, "Hey, who is this fellow? Who is this? Well, this--this--this man, isn't that--isn't Joses and all them, his brother, here? Isn't his sisters with us? Isn't his mother called Mary and his daddy called Joseph? Where--where did you get a guy like that? What school did he come from? He has no fellowship card; he--he don't have any credentials. Where did a guy like that... Where'd you get this at anyhow?" And the Bible said He was--He was offended. He said many mighty works He could not do, and just turned His back and walked away from them. Said, "A prophet is not without honor except he's among his own people (See?), in his own county (Watch.)--or his own country."
There He is, properly a-vindicated the Messiah, took no credit of His own; He said, "I can do nothing but what I see the Father doing." And He challenged them to ask if that was the Messiah.

33-3 And look at that little old ill-famed woman; she recognized it. She--she wasn't indocumated. The lamp was... She was morally wrong, of course; no one would endorse that. The laws of God condemn that. She was morally wrong, but she... See, God don't judge you upon your--what you are. He--He judges not how big you are or how little you are; He judges your heart: what you want to be. And she didn't want none of that stuff--that was just flashed before her; that's what she wanted. No matter what she was then, she was ready to come. God judges the heart. Man judges the outward appearance. God looks upon the heart. No matter what she was, that Light flashed and that settled it. She caught the--the--the essence of Eternal Life.

33-4 Oh, my, how rich this is to me (See?) to see and know that it's the Truth. I'll--I'll stand by this. I... Let... The God of heaven will raise up, and my voice will be on the magnetic tape of God's great time yonder. And it'll condemn this generation in the last day. 'Cause it's--it's on magnetic tape then; it'll be on the eternal tape then. That's right. Condemn this generation of preachers who have the form of godliness and denying the power of the Word and Its manifestation when It's properly identified that He's still Jesus Christ, the same yesterday, today, and forever. I indict them by the Word of God.
I have to get to another promise quickly, 'cause we only got about fifteen minutes.

34-1 "There they... There they..." What? Oh, my. Calvary. And they crucified Him. Thirdly: They crucified Him not by recognizing God's promised Word made manifest. And why did they crucify that Man? Could you just imagine? Let me go back a minute. Why would them people crucify a Man like that?
As Mary... As I read a book one time called "A Prince of the House of David"... It was wrote by Ingraham, Dr. Ingraham. Wonderful book, it's a drama. Supposed to be partly true of some old manuscripts that was taken off of a woman named Adena. At her... She went over to Palestine from--from down in Egypt, to Cairo, I believe it was, to finish her education. And she was there during the time of--of Christ. And she was supposed to write back to her father. It'd be good if you picked it up and read it; it--it's really good: "A Prince of the House of David." The same man that wrote Pillar of Fire... And out of that Cecil De Mille took "The Ten Commandments."

34-3 Now, we find that in this book, this Adena wrote back. And she said on the day of the crucifixion that Mary Magdalene, upon whom He cast out seven devils, run out before the crowd, and said, "What has He done? What has He done? Only healed the sick and tried to deliver those that were in prison. What has He done but good? Somebody say it."
And a man slapped her plumb across the yard almost and said, "Would you believe that silly woman before your priest?" See, see?
There you are. See? What had He done? He done nothing. Why'd they crucify Him? Why? Why? Because they didn't recognize Who He was. And it's the same thing today. The preachers and people of this days, and our modern teachers has so indocumated the people to believe that this is witchcraft, or the devil, or a mental telepathy, or some hoax, or some kind of a trick, until the people don't recognize that it's the vindication of God's Word for this day. It's the last day sign.

34-6 The churches, if you don't belong to their organization, they'll say, "Aw, well, that's some make up. That--that's a hoax. Well, look down here at So--and--so and So--and--so." But let them one time prove the real thing to be a hoax. Uh-huh. Let them one time prove that it's wrong. They can't do it. It's never been known to be wrong, and It never will be, because It's God. See? But they like to point; they think, "Oh, well, if it was some man with a great name..." Because it's a little group, a little bunch that's kinda outcast, "Well, we turned them person out of our church. (See?) There... They--they used to come to our group (See?), but they went over with this, and they went over with that; and now (You see?), they wind up with... Well, look what it is, who it is." I don't care. They could said the same thing about Peter, James, and John. "are ignorant and unlearned men," they said. But they had to take notice; something had happened since that time. They had been with Jesus. That's what made the difference. See?

35-1 They did it, because they didn't know Who He was. They didn't know that the vindication of God's Word wasn't standing up there in that day... Now, it was at one day, and that was right. It was at one day just keep them laws and things. But the same laws that was--they was to keep them, pointed them to a time that when He would come and be this Man He was supposed to be. They had this part, but didn't take the other part.
And that's the same thing they're doing now. They got a church and they believe in Jesus Christ, and say they do, and things, but deny the hour we're living in. Still brings the old proverb back again: Man always praising God for what He has done, looking forward for what He would do, and--or will do, and ignoring what He's doing, and being condemned by it. See? They think God's wonderful, how great He is. What He's going to do, He's going to come, and be a rapture someday and go home; and denying the very signs and wonders right here at the time that the Scripture says that He'll be doing it; miss the whole thing. "If the blind lead the blind," Jesus said, "they'll all fall in the ditch." Just pray God to open our eyes in this last days. All right.

35-3 Now, the same, they do the same today; they deny and crucify the same God today by not knowing Him. The same by denying Him and doing... By denying the things that they're doing today, they don't crucify Christ again exactly, but they blaspheme the Holy Ghost. And by doing it they are... How do they blaspheme the Holy Ghost? How--how did they blaspheme It there--back there? Why, they couldn't blaspheme It then; It hadn't come yet. They called Jesus "Beelzebub," called Him "Beelzebub," because He could know the secrets of their hearts and things. They said, "This is the devil." In other words, "He's a fortuneteller. That's how he does this, is by fortunetelling. He's nothing but a devil." See, they hadn't had a prophet in four hundred years, and they done growed out of it. See? They just had their law. They said, "This is Beelzebub."

36-1 And Jesus said, "I'll forgive you for that, but when the Holy Ghost is come (See? Now.), you speak a word against It, and it'll never be forgiven you." Remember, it will and cannot, by no means, no mercy... When you blaspheme and call the Spirit of God, the Word of God, that's been vindicated by the Spirit... See? The Word says so; the Spirit's a-vindicating It, and you call It an unclean thing, you've crossed the line between mercy and judgment and can never be forgiven for it. That's the reason I indict this generation of guilty of crucifying, blaspheming, the manifested Son of God. That's His promise for all the prophets, and Christ Himself to be in the last days, like it was in the days of Noah and the days of Sodom.
Their blasphemy, which they crucify to the people the Son of God afresh. He's the vindicated Word. One word against It can never be forgiven. Now, what are you going to do then? Where you going to stand? They're condemned, just waiting the hour of God's wrath to be poured out. He'll crumb them.

36-3 Loving doctrine of manmade denominations and dogmas better than they do the a-vindicated Word of God, this generation of people... Oh. I--I just wished I had a long time for this. See? This generation of people, "this generation spurns God's revelation, but we're walking where the apostles have trod." That's right. God...
You say, "Well, others say that too." God vindicates it.
Jesus said, "If--if--if the works don't speak of Me, then just go ahead and say I'm saying it Myself. But if the works speaks, you better believe the works (See?), 'cause it's the hour." Said, "You know tomorrow the sun's going to shine or it's going to be foul weather by the sky's red and lowering; tomorrow it'll be fair." Said, "You can discern the face of the skies, but the signs of the times you know nothing about. If you would've known God, you'd have known My day."
And they said, "You take so much upon yourself, you make yourself God." And they put Him upon the cross.

37-1 And the Holy Ghost today is not no third person; It's God Himself manifested in human flesh by the Blood of Jesus Christ to sanctify a life that He might reflect Himself through. And they crucify that same Word made manifest. You understand? The crucifixion of Christ today is the people who will deny the vindicated and manifested Son of God among the people by His things that He said would take place in this day by His Word. See?
Now, the same vindication would have to be the same if He's the same Son of God, 'cause He said in St. John 14:12 now, that, "The works that I do shall you do also." Hebrews 13:8: "He's the same yesterday, today, and forever." "If ye abide in Me... (John 15) If ye abide in Me and My words abide in you, just ask what you will, and it'll be given to you." Yes, sir.

37-3 Remember, they were very religious people that did that. They wasn't outsiders. They were the religious people of that day. And that's what's doing it today is the religious people: same crucifixion, same thing today.
Quickly. "There they crucified Him then." Then? Sure. Then they were rejecting God's Word made manifest, accepting their creeds instead of the Word. Is that what they're doing today? That's exactly, doing the same today. He was the Word, and they rejected the Word. That's one point I want you not to miss, I want you not to miss. He was the Word, and when they rejected Him, they rejected the Word. And when they did reject Him, they finally crucified Him. And that's what they've done today: reject the Word of God, and accepted their creeds, and has crucified publicly before their congregations, the working of the Holy Spirit. And they're guilty, and I indict them in the Name of Jesus Christ.

37-5 Fifteen years I've seen Him move across the land, and still they hold to their creeds. They're guilty. They took the Word that would've brought the church, all the churches together and made a great big union brotherhood amongst Pentecostals and all the rest of them... Instead of doing so, they rejected It, and turned It down, has made fun of It, and called It everything now; and now, by a federation of church, through the devil's plan, trying to come in and say, "Now, we'll come buy some oil." They're rejected and they--they're guilty of crucifying Jesus Christ. You take it on God's terms or... Your terms won't work. See?

38-1 They rejected God's Word made manifest, for their creeds, and they're doing the same thing today. He was the Word, St. John 1. Hebrews 13:8 says He's the same yesterday, today, and forever.
Now, they are crucifying Him afresh. Do you know the Bible said we could do that? How many'd like to read just a little bit? Will you give me another fifteen minutes of it? All right. Let's turn over now just a minute... Crucified afresh... Let's go over to Hebrews the 6th chapter and read just a little bit, Hebrews the 6th, and see if we crucify the Son of God afresh, see if it can be done. You say, "You can't crucify Him the second time." We'll find out whether we can or not. God's Word's true. Is that right? Hebrews 6:1:
Therefore leaving the principles of the doctrine of Christ, let us go on to perfection; not unto the laying... a foundation of repentance and dead works, and of faith towards God,
And of the doctrine of baptism,... laying on of hands, and of the resurrection of the dead, and of eternal judgment.
... this we will do, if God permits.

38-3 See? Paul wants to know that these things here are absolutely essential: baptisms, laying on of hands, resurrection, second coming. All these things are eternal; they're absolutely the Truth. Now, notice.
For it is impossible... (Read it with me, just one verse. I want you to read it with me now, the 4th verse:)
For it is impossible for those who were once enlightened, and have tasted of the heavenly gift, and were made partakers of the Holy Ghost,
And have tasted of the good word of God, and the power of the world to come,
If they shall fall away, to renew them again unto repentance; seeing that they crucify to themselves the Son of God afresh, and put him to an open shame.
Now, is that my word or His? If a man who comes to a knowledge... Remember, they never got it; they were borderline believers. After we have received the knowledge of the Word of God (You get it from a knowledge, from reading in It, seeing It.), and then reject It, then you--it's impossible for you to ever be saved. Did you read that now? See? Have received a knowledge of the Truth... Just you understand it; you never got it.

39-2 It's like them believers that went out... It's a very type of the journey. This--this third--this third exodus is just a type of the rest of them.
Look. Look back there. Let me show you something now just a minute. Pardon the expression. Look. Israel pulled out twelve men, one out of each tribe, denominational head, and took them over to the edge of the border, the promised land, and showed them the good things to come, what they had. And they come back complaining that, "We wasn't able to do it." But there was two out of the twelve; Joshua and Caleb said (they looked at the Word), "God said it's ours, and we are more than able to take it." Is that right?

39-4 What was that? Borderline believers. See? They were actually born in the church. They were heads of the people; they were bishops as to say. That walked right down to where the Word of God was shown to be the Truth. There is a land; they'd never been there. They didn't know it was there. But they come down to see it was there. There it was. And Caleb and Joshua went over, and brought back a--a--a bunch of grapes, and let them eat some of it; and they tasted of the good land, and then went back and said, "We can't do it. (See?) We just can't do it."
Here's the same group in the time of Jesus Christ: "Rabbi, we know thou art a teacher come from God." See? Borderline... "We know thou art a teacher come from God. No man could do the things that you do. We recognize that God has to be there." Why didn't they accept it? Why didn't they take it? Borderline, borderline.

39-6 Here they are on this third exodus: same sign, same manifestation, same Christ, same Holy Ghost, same works, same God, same Message, and they can't take it. They'd have to give up their fellowship card. What is it? They had a knowledge of the truth. They looked and seen that it's absolutely the truth. They can't deny it. The magazines have to testify they seen It. The pictures, the papers, the evidence, the resurrection of the dead, the doctors' statements of the sick: they have to say that it's Him. And the predictions, not one of them ever failing down through the years, every one of them just exactly on the dot, they can't say but what it's God. But they can't accept it.

40-1 That bunch of ministers in Chicago, three hundred and something of them was going to come down and be baptized in the Name of Jesus Christ. Where they at? The price is too great. They can't do it. What is it? The Bible said when they do that... What do they do? They separate themselves between mercy and judgment, "For it is impossible for those that were once enlightened (They've been brought to look at It.), and had a knowledge of the truth, and have tasted of the good Word of God; if they return away from it, where they'd have to renew themselves again, say, "Well now, I will. Yes."...

40-2 You Presbyterians, you Methodists, and Baptists, and Lutherans, and this Full Gospel Business Men's stuff, saying they're coming in, turned away the Message. Your church will... If there's individuals in there, sure, but not the church. You have to come out off the church to get It. See? That's right. Individuals is all right.
But when you think the Presbyterian church is going to receive the Holy Ghost, and all of them take their documents down, and... Don't you never think that. And you think you Methodists is going to do it? You'll never do it. Do you think you trinitarians would ever receive the Name of Jesus Christ and be baptized every one of you in the... Oh, you'll never do it; you'll never do it. But individuals will come out and do it. That's right. And that's the sign of His coming. But them churches who's seen the truth and rejected it in their councils, it's impossible... Then they're guilty of the crucifixion of Jesus Christ. And I indict them by the Word of God, that God has...

40-4 "How do you indict them, Brother Branham?" I indict them, that God has clearly identified Himself in His Word in the last days, and made Hisself to know that He's still the same yesterday, today, and forever; and they've coldly turned It down. And you're guilty of the crucifixion of Jesus Christ, by blaspheming the Holy Ghost. That's right.
We take you on to Hebrews 10, again, where it tells us again in the Scriptures, not only being impossible, but you can never... It separates you from God eternally. You can never come in the Presence of God again when you turn down the Holy Ghost and make fun of It.
Now. See? You've tasted of the Word (See?), borderline believers. "Oh," you say, "them guys wasn't believers?" They was believers or professed believers, but when it come to the Word... They were Israel; they come out under the blood. They come out under the signs of Moses; they'd seen those signs working.
God said, "I'll take you over yonder."
And when it come right down to the principle of the promised Word that was to come, what'd they say? "Oh, we can't do it." See? And here they come back with grapes and everything to prove the land was right. God's Word's right.
God said, "I give it to you," but the circumstances...
"My," said, "we look like grasshoppers up side of them. We can't do it." No matter what...

41-4 A few years ago when this old hull stood here as a tabernacle, somebody come in, walked out there, and talked to me, he said, "Billy, you're going to preach to four posts one of these days with messages like that."
I said, "I'll be preaching to four posts, 'cause God's able of them posts to rise children unto Abraham." That's it; it's the truth. I said, "If you've got something that you can disprove it, let's have it." It's one to crow, but when it comes to a place to show it, that's different. Yes. That's what makes the difference. All right.
Yeah, with their creeds they crucify Him afresh. Now, Hebrews the 6th chapter, and we go on down. We could just read on down, on down in through here. We got plenty of time. I marked out a Scripture here, where it will be (Hebrews the 6th chapter, just--I guess, take it all) impossible for those who were once enlightened, and made partakers of the Holy Ghost... We haven't got time to go too far, 'cause I got another Scripture I want you to read just in a moment.

42-1 Notice this. They crucify to themselves the Son of God afresh. What'd they do? What? By having a taste, and knowing that it's the truth, and then turn around and denying it. What do they do? It's impossible.
So that's what this nation has done. That's what this people has done. That's what these churches has done. They've turned It down, and they crucified the Message; they crucified the truth to the people. How'd they do Jesus? They put Him to shame, stripped His clothes off of Him, hung Him up on a cross, and nailed Him up there, the Prince of Life. The same thing they've done today with their creeds. They've done the same thing. They stripped the things; they stripped the--the goodness, and the clothing of the Gospel by trying to place it somewhere else, and hung Him on a cross. Oh, my. Why?

42-3 "There they--there they crucified..." Now, the last quotation: "Him, Him," this most precious Person. Why did they do it? They didn't know Him. Why are they doing it today? They don't know this is the truth. They're--they're dumb and blind of it. They don't know it; that's the reason. Their creeds and traditions has gotten them away from the Word of God.
Now, to you here, just in closing now, pay close attention. See? I know it's hot; I'm hot too. But, oh, brother, this Word, It's Life if you hold to It. Look. It's not something we talk about that may happen hereafter. It's something that's already here with us and happening now, not something that will be, something that's already. We're not testifying, "We know what He has done; we know what He's going to do," but now, we're telling what He is doing. See? This is our hour. We may not live to see the rapture. I may die today; you may die today. I don't know. But the rapture's coming; that's--that's... When that comes, we'll be there; don't worry, so will all the rest of them be, back through the ages that's believed it, and looked for it. They walked in the light of their day, and here is the Light: Jesus Christ the same yesterday, today, and forever. Forsake your creeds and believe this Word. This is the Truth; the Word is Truth. Jesus said, "My Word are Spirit; My Word is Life." How you going to receive life when you reject Life? How you going to take in a dogma, which is death, and Word of Life? Turn out the Word of Life to take death? How you going to accept the two at the same time? You can't do it. Let every man's word be a lie, every dogma a lie; God's Word's the Truth.

43-1 I challenge any man to show me anybody (And I know this tape goes around the world.), any man, any bishop, that'll come to my study or before this congregation and point their finger to one place anybody was ever baptized in the name of the Father, Son, Holy Ghost in the New Testament. I'll show you where every person that ever was baptized, and those who were baptized different had to come to be rebaptized to get the Holy Ghost. What are you going to do about it? Stay out there in your creeds? Stay out there in your dogmas and die. You're guilty, wicked hands, you've took the Prince of Life, the Word of Life, and crucified It to the people.

43-2 Now, what did they do? They didn't know it. Today men walk ignorantly; they don't know that's the Truth. They think it's some kind of a ism. They don't dig down deep enough to get into the spirit of revelation. They don't pray enough; they don't call upon God enough. They just lightly take it, "Oh, well, I believe it's God. Sure." The devil believes the same thing. The devil believes it more than some people claim to believe; the devil believes it and trembles. People just believe it and go on, but the devil trembles, knowing his judgment is coming. And people believe it and don't pay no attention that judgment that's coming.
Guilty of crucifying Him. Sure. I indict this generation, finding them guilty by the same Word that found them guilty at the beginning. That's right. Jesus said, "Who can condemn Me?" He was the Word made flesh. And today the same Word's made flesh.

43-4 Peter said in his indictment in Acts... Let's just read it. Peter, when he saw this taking place, what they'd done, the Spirit... Look, Peter was defending Christ, what they had done. I'm defending what the Gospels are. I... Peter was indicting them for killing the Man, Christ, Who was the Word. I'm indicting this generation for trying to kill the Word which is made manifest in man. Watch what Peter said. His righteous indignation must've rose up pretty highly. Listen at him here in Acts the 2nd chapter and begin with the 22nd verse:
Ye men of Israel, hear these words; Jesus of Nazareth, approved--a man proved of God among you by miracles... signs, which God did by him in the midst as--of you, as ye yourselves also know: (Whew. Imagine how they felt. Listen to that.)
"Ye men of Israel (the prince, ye churchmen, you holy men, you priests, you men that's supposed to be men of God,), hear these words: Jesus of Nazareth was approved of God among you."

44-2 And I say to you clergymen and to you people; Jesus of Nazareth, the Holy Ghost, He's here in the Person of the Holy Ghost, which was the Life that was in Him. He's here working through people and declaring Himself by signs and wonders which He does. And here they hang around on the walls, scientific identification. And people setting here that was dead is a-living today; and cancer eaten are well today. Blind are seeing today, and cripples that are walking today... He's Jesus of Nazareth.

44-3 Him, being delivered by the determinate counsel and the foreknowledge of God,... (predestinated for His job)... ye have taken, and by wicked hands you have... slain:
And if that can... Is that indictment? He's indicting what? That Sanhedrin council. And I'm indicting, this morning, the federation of churches; I'm indicting the Pentecostals; I'm indicting the Presbyterians, the Baptists, and every denomination in the world. By wicked, selfish greed you've took the Word of Life and crucified It before the people, and blasphemed It, and called It fanaticism, which God has raised up in our midst to prove that He's the same yesterday, today, and forever. And I indict this generation.
God has proved Himself alive. God has proved that this is His Word. What have you got but a bunch of dogma and creeds? Where can you show the living God? Because you've turned down the Word of Life that would've give you these things. Yes, sir. Oh, what a hour that we're now living in. Whew. Same...

44-5 Oh, I call... Peter said, "You've took by wicked hands and have crucified and slain":
Whom God... raised up, having loosed the pains of death: because it was not possible that he should be holding of it.
And through your creeds, and your organizations, and your denominations with your form of godliness...?... talk to... Your forms of godliness, you've denied the power of His resurrection. But the hour has arrived; the last days are here, when God promised according to Malachi 4 that He would raise up in the last days and would turn the hearts of the people back to the original blessings and the Pentecostal faith of the fathers. And you can't deny it, and you can't withstand it. And now, I condemn you, guilty, and challenge you and indict you before God, that with wicked, selfish, denominational hands you've crucified the Word of God before the people. And I call you guilty and ready for the judgment. Amen. Yes, sir.
I call the same thing that Peter did. He called repentance of that generation. I call repentance to this generation, repentance towards God, and come back to the original Truth of the Word. Come back to the faith of our fathers. Come back to the Holy Ghost, 'cause God cannot change It. When God said, "These signs shall follow them that believe," He has to stay with that all through eternity; It's His Word.

45-3 When you say, "Shake hands," or "Take communion," or something like that, or some on that creed, or something on that idea, that any man, any drunkard, any unbeliever can do it; any impersonator, any prostitute can do that: take communion, have forms, and things like that; you could do it. But Jesus said this will be the identification: "These signs shall (not they maybe, they will)... in all generations to them that believe: In My Name they'll cast out devils; and they'll speak with other tongues, speak with new tongues; and take up serpents; drink deadly things, it won't harm; lay their hands on the sick, they shall recover. Heal the sick; raise the dead; cast out devils; as freely as you receive, freely give."
All this big money-making schemes and things has hooked up in the things today; no wonder they're so full of the judgment. Yes, sir. Oh, my.

45-5 Let's see now. Yes, sir. Call to repentance... And my indicting now... This new Calvary is the--the church, so-called most holy places, great pulpits, Catholicism altar, Catholic altar, called their pulpit... The Methodist, the Baptist, the Presbyterian, the Lutheran, the Pentecostals, the most holy places, there He receives His hardest pierces: a new Calvary. Where's it found at? In the holy places, the church. Where's He crucified at? From the pastors. You hypocrites, you know better than that. I'm not angry, but something inside of me is stirring. God's been thoroughly identified among you.
Where did He get these spears at in His side? Where did He get His pierces? On Calvary. Where does He get it today? In the pulpit. Where did it come from? Jerusalem. Where'd it come from? The denominations, the ones who claimed to love Him, that's who did it. That's who does it today. His second Calvary, where He receives His pierces against the Word... That's what pierces Him. Who is He? He's the Word. He is the Word. Where's He pierced the hardest from? The pulpit in the holy places, just like it was then.

46-2 I've got a right to indict this generation. I got a right to do it as a minister of the Gospel of Jesus Christ with His signs and proving that He is God. I got a right to bring an indictment against this generation, 'cause His hardest spear points has been right from the pulpit, where they've criticized and said, "Don't go out to hear that stuff. That's of the devil." Right in the place that's supposed to love Him...
And the very signs that Jesus said would take place... The Word of God is sharper than a two-edged sword (the Word), a Discerner of the thoughts of the intents of the heart; and It's called the devil. Where from? The pulpits, the holy places. Oh, God, how can He look down? Just--just mercy, that's all, grace. We can't do nothing else but head for judgment. We're already there.

46-4 Think of it: His hardest pierces comes from the pulpit. That's where His new Calvary's at. They crucify Him, the Word, at the pulpit. That's right. How? How do they do it? By their forms of godliness. That's exactly.
Crowned, from the audience by scoffers; He's got a new crown of thorns. Scoffers, pierced from the pulpit, crowned by the scoffers... Is He crucified again afresh? Striped by manmade creeds, teachers of denomination against His Word. They stripe It, in shame condemn It.
Jesus said, "In vain they worship Me." In vain... Don't do no good. Who do they worship? They worship that same God. They was worshipping that same God at His first crucifixion, and it was vain worship. It's the same thing today. In vain they build these denominations. In vain they build these seminaries. In vain they have these creeds, teaching for doctrine the commandments of men and denying the Word of God. They're guilty of crucifying the Prince of Life, teaching men's doctrines for His Word. "In vain they worship Me": striped, pierced, crowned.

47-1 When you see that go down the street... And some of you ladies with long hair... Say, "She's old fashion, isn't she?" Remember, that's scoffers. That's a crown that you're wearing. God said it was your glory. Wear it with pride. Hallelujah. Wear it with pride, as you would wear a crown of thorns for your Lord; wear it with pride. Don't be ashamed. He said so. No matter what these Jezebels says today, what these impostors standing in the pulpit, crucifiers of Christ, no matter what they say, you wear it with pride. God said so. You just keep it.
Crowned with scoffers again, thorns; pierced from the pulpit with creeds.
He got a new Golgotha. Where'd they take Him to? These robed choirs, short-wearing women, bobbed-haired, painted-faced, singing in the choir like angels with talents, that's His new Golgotha: just modern stripteases, protected by a law like at Sodom and Gomorrah.

47-3 You see a little female dog go down the street; at certain times there's not a male dog will even go out to where she's at. Let a certain thing happen, and every one of them will run after her. There's something happened to her; you know why. Let... What's these women take off their clothes for and go down the street? Don't tell me it ain't the same thing. It's an identification. Don't condemn the man. But they're protected by a Sodom law. That law ought to say it's in--unlawful for them to be out there. And preachers in the pulpit ought to have petticoats instead of the clergy coat, standing out there and will permit it, and ashamed to speak against it, because their denomination will put them out, you crucify to the--the congregation the Word of God, which says it's an abomination for a woman to wear a garment that pertains to the man. I--I condemn the thing. I--I accuse you of crucifying the Word of God before the people. Bobbed-haired women, short-wearing in the crowd, stand up in the choir...

47-5 Somebody said to me the other day; some woman asked me, said, "Well, where do you think you'd find?"
I said, "If the Lord asked me to pick a dozen out over the world, I'd be--I'd be scared to death." When by the discernment of the Spirit, stand there and watch them; they stand like that, and see them things over them, the dirty, filthy, lowdown cigarette-suckers out there, carrying on like that, and stand in a robed choir, and sing in that condition, and let the audience see them, and they say, "Well, if she can do it, I can too."
A Christian life is a life of holiness and purity in the...?... I indict them in the Name of Jesus Christ for their filth and dirt. They have brought the Gospel to a disgrace. And those who try to hold It are called fanatics, called, "That's old fashion." Nonsense. I indict them in the Name of Jesus Christ.

48-3 Just modern stripteases on the street, sing in choirs, cigarette-smoking, tell dirty jokes, three or four husbands and after the sixth one, and then sing in the choir because they got a voice... You poor intellectual, spiritual deprived, rejected upon your own grounds, you read the same Bible that any other man can read; but you've turned down the Spirit of God, till the Bible said you'd be given over to a strong delusion to believe a lie and be damned by it. You actually believe that you're right, and the Bible says that you'd believe it and be damned by the same lie that you believe to be the truth. Therefore, I indict you by the Word of God. You are teaching the people a error and crucifying the principles of Christ, of holiness, and Life above as a person might walk out on the street and be a different person.

48-4 Preachers standing on ball grounds smoking cigarettes: stumbling blocks... All the other tommyrot that they put up with... Women in their choir, wearing shorts, bobbed hair, and carrying on like that, painted faces, and then call it "Sister this and that"; and the Bible condemns that stuff. That's right. Go to parties and carry on, still a member of the church, maintain your testimony and live anyway you want to...
Don't think I'm talking altogether about Presbyterians; I'm talking about you Pentecostals. That's right. You once knew the truth, but you thought you couldn't take it. You couldn't support your pastor. You--your pastor couldn't have that big job with so many hundred dollars a week, and a big fine church to preach in, and ride, and carry on the way they do, if he'd condemned that. The organization would throw him out, so he has to keep it; he has to say it. Therefore, he's sold his birthrights for a mess of pottage of the world of Esau's slop. And what's he going to get for it? Both fall into the ditch of condemnation and be...?... I indict them as prostitutes of the Gospel.

49-1 I was at a choir, one of the famous, big places not long ago, one of the highest ranks of Pentecost that there is; and I happened to be setting in this brother's study when a-four or five choirs got together; and it's at a--one of the--some of the finest organizations of the Pentecostals. And they didn't know I was in this minister's study at Oklahoma. I was setting down there below, where this minister studies before he comes to his platform; and when I did, there was them little Rickies out there and Rickettas, paint... Not a one of them had long hair; every one of them with bobbed hair, every one of them with makeup on, every one of them with robes on. And little Rickies standing around there, going along like that. And another man was taking up a missionary offering. He act like he was a blind man with a cup, and going around saying all kind of blasphemy things about taking up the offering, and things like that; but got out there and tried to sing the--"The Messiah" (Oh, my.); and could do a pretty good job at it, but it didn't have the ring. No, it was dead. See? Oh, my. There you are. That's His new Golgotha.

49-2 What do you think if some little girl or some little woman in there... Why, if she'd come in there dressed like she should've been, with long hair, and paint on--off, and things like that, they'd have made fun of her. If she'd have stood up and--when he was making that to--do there... That bunch of young people, about thirty or forty of them--the selected part of Pentecost and doing things like that... If that little lady would've said something about it, they'd have put her out of the choir. Let the Gospel preacher stand in the pulpit and say something about it, they'd put him out of the organization. You crucify the Son of God afresh and put Him to an open shame. His Gospel that you claim to preach, you crucify Him. I indict these Christ rejecting generation by the Word of God, and by Its power of this last days a-vindication that He is still alive.

49-3 Yes, they are against the clean-cut, vindicated Word of God. Their organizations can't stand up to It.
Big churches and denominations is His new Calvary; I say it again. This--their modern stripteases are their choirs. My. The high priest of each denomination cries out like the high priest of that day, "Now, come down and show us a miracle." That was the first crucifixion. It's the same today. I've had them say, "Well now, you raise the dead, do you? Why don't you go up there? You got a wife in the graveyard, got a baby up there."
They said to Him, "We heard you raise the dead. We got a graveyard full of them up here. Come raise..." Oh, ignorance will breed ignorance. See?
Big churches, big choirs, high priests of this day: "Come down. Show us a miracle that our denomination can't do. "

50-2 I had a man, not long ago that made a remark on a--after a little broadcast I had in Jonesboro, Arkansas, telling about some woman being healed. This fellow belonged to a certain denomination church, and he got up behind there and said, "I challenge any man to bring me show me a miracle." I went and got a doctor, a man had been cured of cancer. I went and got a woman had been in the wheelchair for about twenty years; she was healed of arthritis, been in a wheelchair. I took it over and said, "Now, I want the money, a thousand dollars."
He said, "Well, a... er... a... uh... It isn't here. It's over in Waco, Texas, where our headquarters is."

50-3 I said, "All right. We'll just go over there and get it." Said, I said, "You make arrangements and we'll go tomorrow." See? I said, "We'll mail..." I said, "Here's a doctor to say that these people absolutely had cancer. Here it is on the list (X-rays). Here's this woman that the whole neighborhood knows she set in that wheelchair for twenty years, and she's walking right now. And the doctors... There's been doctor, after doctor, after doctor, after doctor, and everything; and here she is alive today. Now, you said you'd give a thousand dollars; I want to put it in a missionary fund. I want it." See, see?
He said, "Well, it's over at Waco, Texas."
I said, "We'll go tomorrow."
He said, "Wait a minute. Let me tell you something. I'll take a little girl with me. And let me take a razor and cut her arm, and then you heal it before our brethren; and they'll give you the money."
I said, "You devil."
"If thou be the Son of God come off of this cross. Tell us who hit you." With a rag around His head, hit Him on it, said, "Now, if you're a prophet, tell us who..."
"If thou be the Son of God come down off the cross."
Blind leaders of the blind. They need mental healing, a man that'd do a thing like that or make a remark like that. Certainly.

51-3 A familiar old cry though, "Let us see you do a miracle. Master, we would desire a miracle from you," when every day, every hour it was happening right along, just as God would lead it to be done. But they wasn't present. If they was, they called it Beelzebub, the devil. See? "Master, we'd desire if you'd do it the way we want you to do it (That's it.), go where we want you to go, do what we want." Oh, yes, sir. They had no strings on Him. No, sir. That's the reason why they had get Him out of their midst. Yes, sir. They're trying to do the same thing today. And through the federation of churches, they'll finally accomplish to do it (Uh-huh.), all of them going in; that familiar old cry.

51-4 Here we see again the most religious place, the best, polished theologians, calling out again and against Him, calling out... The very best theologians, which ought to know different, the very highest churches and best trained theologians cast Him out of their midst. They don't want it. You say, "That's wrong, Brother Branham." Then you wasn't here to see "The Church Ages" or hear it preached. You wasn't here when this Laodicean church age was the only one that they cast Him out of the church; and He's out--the outside, knocking, trying to get back in. They cast Him out, because they haven't got no use for Him. They crucify Him afresh. Amen. How long could we go?

51-5 Remember the prophet of God's Word foretold us in II Timothy 3 (if you're writing it down; we haven't got time to read it, but said) that in the last days scoffers would come. They'd be heady, high-minded, lovers of pleasures more than lovers of God, false accusers, incontinent, fierce, and despisers of those that are good, traitors, heady, high-minded, scholarly, having a form of godliness, but denying the power thereof. From such turn away, for this is the sort that takes silly, bobbed-haired women, short-wearing, painted-faces from place to place, lead them captive. It's exactly. He said, "Turn away from it in the last days."
Let's obey the prophet. Turn away from those things in the last days. You're here. (I'm calling to the church now.) Yes, sir. Get away from it.

52-2 They have--they... The--the ministers of this day should know these things. They should've knowed Jesus in His days. They should've knowed, and now they should know it; but they don't know it.
Just as the Jewish teachers of His days should've known Him by His day, so is it today of God's clearly a-vindicated Word then. He was the Word, and He proved He was the Word. He proved He was the Word for that day. And God has proven today that He's the Word of this day, the Light of the hour. And they should've knowed it then, and they should know it now. They crucified Him then, and they crucify Him now. I indict them of it. Right. It just keeps flashing through me. Indict them, 'cause God's going to make them pay for it.

52-4 The Jews of their day... God again in the days on earth, Jesus said, "Jerusalem, Jerusalem, how oft would I have gathered you in one great big group, but you would not." How God has tried in this last days to unite His people together, but you would not. You've desired your creed, so now, you're given over to destruction. That's what Jerusalem received. She was tore down, burned down; she's no more. And that's exactly what will be some of these days to all these big things here. Your big creeds and denominations will die and perish, but the Word of God will be eternal and live forever.

52-5 His deepest wounds come from the house of so-called friends. Think. Think of it. Think of it. Stop. I'm waiting a minute. Ministers, think of it. Where did His wounds come from? The house of His so-called friends. As it was, so is it. Think of it. At Calvary He wasn't surrounded by--by savages, barbarians, but of ministers who claimed to love Him. And today, when the Gospel is thoroughly identified, when the great signs of His resurrection is proven among us, it isn't the street out there that jumps on you, it's the so-called ministers. Them that's supposed to love Him is what He's surrounded by today. "We'll not have that thing among us. We'll not have this man rule over us. We'll not support; we'll have no cooperation about that in this city, if that thing comes this way. It's nothing but spiritualism. It's the devil." Not knowing the Word of God, the blind leading the blind. As it was then... Think. So is it now; just as it was then, so is it now. Think.

53-1 This power to heal and to set man and woman free from the love of this present world, from the bobbed-haired, painted facey Jezebels, that calls themselves Christian and producing such a life as that... Cigarette-smoking, dirty joke-telling, set down and have a missionary society, and stitch, and sew, and talk, and scandal, and--and get out on the street, and wear shorts, and everything like that, and then call themselves Christians before other women.

53-2 You remember my story about the slave knowing he was a son of a king, his character. What ought we to be? Men and women... And deny... These clergymen, these pulpits where He gets His pierces, they have put up and endorsed that kind of living amongst the people, where they pierce Him. They deny the power to the--set them free from it, and they endorse it to be so, when it's a-contrary to the Word of God for a woman to bob her hair, or to paint her face, or to wear shorts. It's contrary to the Word of God, but they endorse it, making another Calvary. From where? From the street? From the barroom? From the pulpit, from the pulpit.

53-3 And again, what was their cry? "He makes hisself God." They deny His deity. They try to split Him up and make three or four Gods out of Him, when He is God; He was God; He'll always be God; He's the same yesterday, today, and forever. When you talk about one God to them, they laugh at you. "We believe in a holy trinity." I believe in one holy God, (Yes.) His power to heal, to set free, and take these people out of the love of the world, to free them like He did Mary Magdalene.
Remember, she was a little painted-up Jezebel too. She had seven devils in her. She was a striptease, just like the modern woman on the street today. Go anywhere you want to and look. If you don't believe people bows at the shrine of naked women, look out on the street today. As it was in the days of Sodom, so shall it be. Look out, if you don't believe it, Just go anywhere. Open up a paper; open up a magazine; look at a billboard. What do you find? Remember what said, "When the sons of God saw the daughters of men was fair, they taken unto them women"?

54-1 Look at the scandal in England. Look at the scandal here. Look, the whole things become a house of prostitution. Why is it? Why did Russia become communism? Because of vulgar and dirtiness and the non-power of the Catholic church. That's exactly why this nation is taking over communism in a federation of churches and joining itself up with the Catholic church, which communism and Catholicism will unite together, you know. And here they are doing it. Why? Because they have rejected the Gospel that separates them and makes them a different people. Nonsense. That's exactly the reason. And ministers in the pulpit's putting up with it for a meal ticket, for a social standing of some creed, say, "I belong to So-and-so," swapping education for the power of God.

54-2 Free them from this mad race like Mary Magdalene... The very power that could take that little striptease on the street, and make her put on clothes, and act like a lady, make a Christian out of her, they condemn that power and crucified the Man that had It at Calvary.
And today, the very Gospel and the Holy Ghost that'll take that little striptease, and make her dress like a lady, and act like a Christian, they call It fanaticism and don't want It mixed among their congregation, get It stirred up among them and cause other women to do it. What do they do? They oust It out just like they did then. And now, they crucify the very Word and say It was for another age. I indict them again (Yes, sir.) Just the same as they was indicted then.

54-4 The sign that made old Legion put on his clothes... Remember, a person that takes off their clothes are crazy. See? How about a woman? Legion was crazy; he stripped his clothes off of him. God took His power and made him put his clothes on; he's clothed in his right mind, setting down at the feet of Jesus. Look at the power that made old blind Bartimaeus to see, right among their creeds. He was on the earth when there was just as much unbelief as there is today, but it never stopped Him; He went on. He didn't pull no punches for them; He told them, "You're of your father the devil." He condemned the whole thing.

55-1 The power that could raise Lazarus out of the grave and gave the woman of Nain back her son (oh, God.), the power that could do those things, that could foretell the things that happened: "There's two colts--there's a colt tied at two ways," and all these things that He foretold; the very Man that possessed that power, "Away with him. We won't have him among our people. He pollutes our teachings." And they crucified Him.
The very same thing today: "Away with the Holy Ghost." They don't want nothing to do with It: "It condemns, and does these things, and tells our people these things; we don't want to get mixed among our organization. It's against our creeds." They crucify Him again. Oh, my.

55-3 Notice now, as we're closing; we got to close. And again, they call it fanaticism. And they called Him a fanatic. They said He was crazy. Anybody knows that the Bible said that Jesus was--that them Pharisees said, "This man is a Samaritan, and he's mad." Now, what does the word "mad" mean? "Crazy." "The man's crazy. They're a bunch of crazy people follow him. He's Beelzebub."
And again, they say the same thing: "It's a sort of witch-craft. It's fortunetelling," placing Him again on the cross of shame. What cross, what shame? He's the vindicated Word, making fun of It, telling the people It's the devil, making something and call...

55-5 He said, "They calling the holy works of God an unclean spirit doing it." And no forgiveness for it, making shame of His Word, trying to expose It, and call It a fake or fanaticism.
"Don't go to it. Don't attend them meetings." What do they do in doing that? They take their denominational creed nails. That's right. These pleasure-hunting teachers, worldly, ungodly, denominational mad, take the denominational nails and crucify the Son of God with it afresh from their pulpits. Why do they do this? They love the praises of men, the degrees that the church can give them, more than the love of the Word of God. I condemn them. They can't conform to the world, because they're--can't conform to the Word, because they're already conformed to the world. They've already... The--the hypocritical day that we live in...

55-6 Is not this--is not one Calvary enough for my Lord? Why will you do this? You that's supposed to love Him, you that knows this is His Word, you that can read Revelations the 22nd chapter and say, "Whoever will take one word or add one word," why do you do it? Isn't one Calvary enough for Him? I stand in His defense. I'm His attorney. And I indict you by the Word of God. Change your ways or you'll go to hell; your denominations will crumble. I indict you in the Presence of the Judge. Right. You, with your forms of godliness, hypocrisies... What do you call it? Ain't one Calvary enough?

56-1 As Peter said, "Your denominational fathers..." Peter indicted you by the--said, "Which of your fathers hasn't done this?" Stephen done the same thing. "With wicked hands you've crucified the Prince of Life."
Didn't Jesus say Hisself, "Which one of your fathers didn't put the prophets in the tombs? And you garnish them afterwards"? So has it been to the righteous men down through the ages. So do I indict this high-polished, church-going bunch of Christ-rejecting people of this day. You with your forms of godliness crucify my Christ the second time, by telling the people that these words are for some other day, and it isn't for this day. I indict you. You're guilty of the same crime that they was on the day of the crucifixion. Repent and turn to God or perish.

56-3 And again I say: "Here," the churches, "They," the teachers, "Crucify," by blaspheming, "Him," the Word. God be merciful. Let me say that again; it might been mixed up on the tape. "Here," the churches, "They," the clergy, "Crucify," by blasphemy, "Him," the Word. No wonder it's again,
Mid rendering rocks and darkening skies
My Saviour bowed His head and died,
But the opening veil revealed the way
To heaven's joys and endless day.
I say it on this tape and for this audience; I say this under the inspiration of the Holy Ghost, "Who's on the Lord's side? Let him come under this Word." God will surely bring this wicked, Christ-denying, Christ-rejecting generation into judgment for blasphemy, the crucifixion of His identified Word. You're coming to the judgment. I indict it. "Who's on the Lord's side?" said Moses, "Let him come unto me," when the Pillar of Fire hanging there as an evidence. Who's on the Lord's side? Let him take up the Word, deny his creed, and follow Jesus Christ daily. And I'll meet you in the morning.

57-1 Let us bow our heads now for a word of prayer.
O Lord God, the Giver of Eternal Life and the--the Author of this Word, Who brought again from the dead the Lord Jesus, Who properly identified it before a--a generation of unbelieving people; it's been long this morning. Many has set here; the church is packed; people are standing around; and the tapes are being made to go out across the world, into different places. Ministers will hear this in their study. I pray for them, Lord. Let these words fall deep into the heart, cut deep, cut away all the world, that they might say, like this little Methodist minister down in Kentucky came to me the other day and said, "When I was hearing those seven church ages, I heard it cry out, 'Get away from them walls of Babylon.'" Said, "I give it up and left. I don't know which way to go or what to do, but I left." Blessed be the courage of that young man with a wife and two or three children.

57-2 God, may many find their way to the Word of God, the only way of Life, for He is the Word. I pray for each one, Father. Sometimes in saying these things, it's not in cruelty; it's in love; because love is corrective. And I pray, God, that the people will understand it to be that way: that it is meant to be corrective.
You Who had to correct them, prayed for them at the cross saying, "Father, forgive them. They--they're blind; they--they just don't understand what they're doing." I pray for them ministers today who's crucifying the Word again by taking their creeds, and denominations, and dogmas, and substituting it for the Word of Life. And then, before the people they--they criticize the real Truth that God is vindicating to be His Truth. We pray for them, Father, that You'll call them to the marriage supper again. And may they come this time and not find excuses, for I realize the last call may have already gone. It may be too late now. I trust that it's not.

57-4 Bless this little congregation present here, these few hundred people that's gathered in here this morning, this hot day, set here for a lengthy, maybe two hours or more service and listened. They haven't left; they set still and listened. Many of them waiting their dinners, and the women standing with their babies, and they're waiting. They're holding onto every word.
Lord, I realize what'll happen to me at the day of the judgment if I mislead those people. I'm conscious, Lord, as conscious that I can feel, that I'm trying to take them to the Word, and let them live by the Word, telling them that You're the same yesterday, today, and forever, that the great Holy Spirit is Jesus Christ just in the form of the Holy Ghost, the same Man. You said so, "A little while and the world sees Me no more; yet you'll see Me, for I'll be with you, even in you." And I know that this is You, Lord. And we believe You, 'cause we see You do the same thing among us.

58-2 We yield ourselves as today, soberly; we do here in this congregation. And on the tapes, Lord, just at this minute, may every man and woman, boy or girl who's--who's here present, or standing outside, or hear it on the tape, may we at this moment make a deep consecration and yield our complete self to the service of God.
Move upon the audience, Lord, in power and heal the sick. They said they had a little crippled boy setting over here. Let that great Holy Spirit... We know just to set in His Presence like this is... It'll do it. If You can go through radio and television, out through the lands and heal the sick (You sent Your Word and It healed them.), You can do the same thing at this minute. I pray, God, that You'll heal every sick person, every cripple, every afflicted here and that hears these words. God, grant it. My prayer is for them. With a--with a love of Christ in my heart and a feeling for the needy, I present them, Lord, to You upon the altar of sacrifice, where the bloody body of that Lamb lays as a propitiation for our sins and sickness, laying there. I plead for mercy for the people. I want to stand as Moses did in the breach for them, Lord, and say, "God, be merciful for them--to them a little longer and give them another chance." Don't--don't do it right now, Lord. Let--let the Gospel go just a little farther.

58-4 They're--they're condemned, Lord. I pray that Your great mercy and grace will--will extend to the last person that's got their name on the Book. And I know they will. It's not hard to pray against your Divine Word--and against--or against the--with the Divine Word, I mean to say, Lord, the Word that's promised, the Word that's been vindicated, the Word that predestinated these people back there before the foundation of the world. It's not--it's not hard to--to pray that You'll save those whose names are on the Book, because I know You'll do it; Jesus said so: "All the Father has given Me will come." And no man can come unless he's been given.
Now, I pray, God, that everywhere these words fall, both on tape and present here, that the Holy Spirit will call every predestinated person just now, from the foundation of the world when their name was put on the Lamb's Book of Life. May they hear the voice of God speaking today, and that little, still, small voice down in their hearts saying, "This is the way, walk in it." Grant it, Father. I ask it in Jesus' Name.

59-2 And while, presently, we have our heads bowed here in the audience, you believe this to be truth, and you--you... (I place--put my hand upon these handkerchiefs laying here and packages for the sick and the afflicted.) I want to ask you a question, sincerely now. I don't come down here just to be heard. I--I--I'm tired; I'm wore out. I'm not as young as I used to be, and I--and I know our days are numbered. And I know I got to put in every little thing that I can for the Kingdom of God. I got to preach every time I can get a chance. I got to--I got to go whether I feel like it or not. I come here because I--I feel to do it; I--I want to do it. And I love you. And I don't say things harsh and hard to--to--because I want to; there's--there's a pulsation inside of me. This very thing that's been vindicated is the thing that presses me to do these things. I say it kindly, with love. I don't mean to scold our women or our men. I don't mean to do that, brother, sister; I only mean to bring you to a--a sharp place to where you can see the correction and the whip of the Lord, that you must come in now. Don't put it off; you might wait too long.

59-3 And you who desire to come on the Lord's side with a full surrender in your heart in the presence in the audience now, or either in the land where the tapes will be, would you, with your heads bowed... Don't raise your hands if you don't mean it. Now, if you really mean that you want to come to the Lord with a more consecrated life, I want you to raise your hand right now. You... The Lord bless you. You're consecrating yourself anew to Christ to try to bear the reproach. Say, "I'm willing today to take the reproach." I've got both of my hands up too. "I--I want to take the reproach of Jesus Christ upon me. I gladly wear this mark called holy-roller or whatever you might want to call it. I wear it with pride, because it's for the Lord's sake. I wear it with pride."
Don't you all want to do the same? Raise your hands and say, "By the grace of God, I--I--I want... I'm..."

60-1 The disciples returned, thought it was a great honor to bear the reproach of His Name. Or do you want to bear the reproach of some Hollywood star, or some television something, or some church member, or something, or do you want the reproach of the Word of Jesus Christ, "Give me the reproach of the Word, Lord. I know He bore the reproach of God's Word. Let me bear it too, Lord.
And this consecrated cross I'll bear,
Till death shall set me free,
Then go home, a crown to wear..."
There'll be a crown someday for us. It's being made now. When this earthly life is run, then we know that it'll be right.
Now, there's no room to bring people around an altar. Let your seat where you're at be an altar: "As many as believe..." While we pray.

60-3 Heavenly Father, it looked to me like that most every hand of young and old was up in this audience. And I pray that every time that the tape will be played that the people will put their hands up and kneel down in the room. Father and mother, go over and get ahold of each others hands and say, "Honey, we've been church members long enough. Let's come to Christ." Grant it, Lord.
Bless these people here. I pray that You'll give them, Lord, a consecrated life. Many of them, Lord, are good people. They're--they're Your people; they just haven't knowed Truth. And I pray that You'll show them Thy Truth, Lord. "Thy Word is Truth."
As You said in John, I think about the 17th chapter, You said, "Sanctify them, Father, through the Truth. Thy Word is Truth." And It--again, Thy Word is still Truth. It always is Truth, because It's God. And I pray, God, that You'll sanctify them through the Truth; that is, sanctify, purify them from all creeds and denominations; purify them from all worldly things to a consecrated life of the Word. Grant it, Lord. They're Yours now; You promised to do it. And as Your servant, I offer my prayer in their behalf. In the Name of Jesus Christ.

60-6 Now, with our heads bowed, let's sing this hymn while we continue praying.
Jesus paid it all,
All to Him I owe; (Think of it.)
Sin had left a crimson stain,
He washed it white as snow.
Yesterday I was in a--a place, and a man was measuring me for a suit that a brother here in the church bought me. He said, "Your suit looked hot, and I bought you a cool one."
And I went over to get it cut, and he said, "Say, your right shoulder is drooping down. You must've carried a heavy load there someday."
And I thought, "Yes, a load of sin, but Jesus paid it all." Listen as we sing it.
Jesus paid it all,
Then all (all my life) to Him I owe; (What had sin done?)
Sin had left a crimson stain,
He washed it white as snow.

61-4 God, be merciful to us at this deep time of meditation. Let the Word soak in deep, Lord, to the heart. Let the people, though they be late for their dinner, but, Lord, this is more than meat; this is Life. "My Word is Meat," You said. And that's what our hungry souls are feasting on.
Now, take us, Lord; mold us. Lord, take me with them. I want to go with them. I'm going up to Calvary now, Lord, by faith. I'm going with this congregation. Now, just mold me over, Lord. I've did wrong. Many times that I... Here recently, I was going to just quit preaching. The people wouldn't hear me. They just kept on doing the same thing, and I--I got discouraged. I built a complex. O God, a couple Sundays ago when You give me that sign out there, and not--and reading the Bible and see You told Moses, just as that dream was, that there was a mountain too that would be a sign to him. And then right at the end of it to know that I'd--I'd left a lot of sick people, a ministry not only in the prophetic, but in teaching the Word and--and for praying for the sick. You let a man drop dead right here on the floor, then brought him back to life for confirmation that it was true. You always confirm Your Word.

61-6 Now, Lord, confirm It right now while I'm before Your throne. Take every one of these people, Lord; take the world out of us. Take me, Lord, while we're in Your Presence. Just take the Word; wring our hearts. God, right now, pull the world and the care of the world away from us. Let us be consecrated Christians, O God, to be loving, and kind, and sweet, bearing the fruit of the Spirit. Won't you, Lord? We're before Your throne. Sin has left a crimson stain on every one of us, but Your Blood can remit it, Lord, and make it white as snow. Grant it, while we're waiting upon Thee. Take us; we are Yours, consecrated our lives to You. In Jesus Christ's Name. Grant it, Lord, to each one of us.
Wring my heart, Lord. I see all my errors; I see my mistakes. God, from this time I'm trying to live the best that I can to help You. I want to go... I want to consecrate my life anew to You across here this morning. After bringing this indictment against my--my clergyman friends out there, and have to say these hard things; but, Lord, I did it by Your inspiration. I feel that You told me to do it. Now, it's off my shoulders, Lord. I--I'm glad that it's off. Let them do with it whatever they will, Father. I pray that they'll accept it.
I pray that You'll save every one, Lord. May there come forth a revival of the just and a great power come among the church just before Its going. It's not hard to pray that, because You promised it. And we're looking, Lord, for that third pull that we know that'll do great things for us in our midst.

62-3 I am Yours, Lord. I lay myself on this altar, just as consecrated as I know how to make myself. Take the world from me, Lord. Take the things from me that's perishable; give me the imperishable things: the Word of God. May I be able to live that Word so closely, till the Word will be in me and I in the Word. Grant it, Lord. May I never turn from It. May I hold that King's Sword so tightly, grip It so closely. Grant it, Lord.
Bless us together. We're Your servants, as we consecrate ourselves to You this morning, afresh in our hearts. We are Yours in the Name of Jesus Christ for service.
Jesus... (God bless you. Brother Neville.)

Up

S'abonner aux nouvelles